UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Paul Bourget Reid, Constance Martha 1943

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1943_A8 R3 P2.pdf [ 4.79MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0098634.json
JSON-LD: 831-1.0098634-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0098634-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0098634-rdf.json
Turtle: 831-1.0098634-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0098634-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0098634-source.json
Full Text
831-1.0098634-fulltext.txt
Citation
831-1.0098634.ris

Full Text

t'V-Cb fttf P A U L B 0 U R 6 E 1 by Constance Martha Reid A Thesis submitted f o r the Degree of MASTER OF ARTS i n the Department of MODERN LANGUAGES THE UNIVERSITY OP BRITISH COLUMBIA OCTOBER 1943 fable des matieres Ghapitre I *.... p a g e l Chapitre II ........................ page 9 Chapitre I I I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p a g e 18 Chapitre 17 ........................ page 28 Chapitre 7 ........................ page 37 Chapitre 71 . . . . page 65 Chapitre 711........................ page 74 Chapitre 7III..... page 84 B i b l i o g r a p h i e p a g e 92 Chapitre I Au m i l i e u du sieole dernier une modeste f a m i l i e francaise h a b i t a i t l a p a i s i b l e v i l l e d fAmiens. II naquit dans cette fa m i l i e l e Z septembre 1852 un enfant qui devait f a i r e preuve d'un talent l i t t e r a i r e extraordinaire et partager l e s honneurs avec des ecrivains t e l s que Pierre l o t i et Anatole France. Cet enfant i n i t i o " a l a l i t t e r a t u r e par deux tomes enormes de Shakespeare dont on se servait pour l e mettre au niveau de l a table s'appelait Paul-Charles-Joseph Bourget. Faisons l a connaissance des membres de sa f a m i l i e pour determiner l e s influences qui s'exereeront sur l e p e t i t Paul. Les anoetres paternels de Paul Bourget venaient du Midi de l a Franoe. J u s t i n Bourget, son pere, un professeur de mathematiques eminent, avait reou une education toute Ialque, c e l l e des lycees de l'epoque, ou l a culture de l a f o i et des sentiments r e l i g i e u x n'avait pas de plaoe. II e t a i t tout penetre de l a r e l i g i o n des Droits de 1'Homme. «-La f o i aux ide'es, l e devouement a l e u r oulte jusqu*au. s a c r i f i c e , une aprete toute stoicienne a s'y t e n i r et a l u t t e r pour l e u r triompht, l a plus haute dignite de v i e , l a fermete et l a vigueur dans l e t r a v a i l de l a pensee, t e l l e est, au moins, 1 en M. Paul Bourget l'heredite paternelle; e l l e a agi en l u i assez bien, quoi q u ' i l a i t use" de oette nettete d'esprit, de cette a v i d i t y de rigueur qu'on a reoonnues a son pere, pour a l l e r bien au dels, des idoles creuses et f r a g i l e s dont c e l u i - c i i se oontentait.» On ne s a l t que tres peu de sa mere, morte quand Paul e t a i t tout p e t i t . De sang allemand, e l l e hablta a u t r e f o i s l a province de Lorraine. Be l a personnalite douce da sa mere, Paul r e f l e t a i t l e s tendances philosophiques et poetiques. II recut de sa mere l e s elements romantiques, mystiques et sentiraentaux qui sont l e s caracteristiques de son genie. InstItuteur dans de nombreux lycees, J u s t i n Bourget ohangeait de l i e u de residence, et menait sa f a m i l i e avec l u i . A i n s i Paul commence, son education a Strasbourg et l a oontinua a Clermont-Ferrand. Eleve excellent, i l avait un amour profond de l a l e c t u r e . A l'age die s i x ans i l l i s a i t une traduction de Shakespeare - ce meme Shakespeare dont l a premiere rencontre f u t s i l o i n d'etre l i t t e r a i r e I II avait devore Musset, Balzao, Stendhal et Baudelaire. EL avait passe toute une journee - un dimanehe de conge - a l i r e Le Pere Goriot dans l a l i b r a i r i e Cardinal. Tel f u t 1'effet de ce roman sur l e p e t i t l ecteur de neuf ans q u ' i l s o r t i t de cette l i b r a i r i e comme un ivrogne. A l'age de quinze ans, Paul entra dans Sainte-Barbe a Paris ou i l etudia l a philosophie, l e grec et l e l a t i n . Plus tard i l entra dans l e i Le correspondant, l e 10 dec. 19£0, p.886 z French Novelists of To-Day - Stephens, p.129-130 2 lycee louis-le-Grand. ou i l approfond.it l e s sciences n a t u r e l l e s . Malheureusement, l e regime du lycee ne cessa d'e'voquer 1© de'gout de Paul* De plus, ses oompagnons, rustiques ou pre cooes, l u i avaient cause' des blessures graves. J l en r e s u l t a q u ' i l se r e t i r a de plus en plus en lui-meme et ce repliement tout en l ' i s o l a n t l e conduisit vers une culture i n t e l l e c t u e l l e t r e s serieuse. Car son imagination analysait l e s circonstances de son m i l i e u h o s t i l e . Ce desenchantement n»etait pas seulement d ' a i l l e u r s une consequence de l a pedagogic de l'epoque, ou l e r e s u l t a t de l ' i n f l u e n c e des oompagnons d'etude de Bourget; i l e t a i t plutot 1»effet de l a lecture constante de l i v r e s ou s'e'talalent l a cruaute' et l a violence. Paul en avait absorbe 1»esprit* en des annees ou 11 e'tait encore trop 4®une pour l e oomprendre. D'aoiit a novembre 1871 i l s u i v i t des cours a l'Hotel-Dieu. La connaissance de l a medecine, bien que s u p e r f i c i e l l e devait l u i etre de grande valeur dans ses analyses psyohologiques. Ses etudes de medicine ne furent cependant que seeondaires, i l oontinua toujours ses lectures l i t t e r a i r e s . C'est a oette epoque que l e s l i t t e r a t u r e s anglaise et i t a l l e n n e a t t i r e r e n t son i n t e r e t . Apres avoir approfondi l e s l i v r e s des grands ecrivains anglais et i t a l i e n s , i l eut envie de v i s i t e r leurs pdys pour mieux apprecier ces deux races. II c h e r i s s a i t deja secretement un penchant l i t t e r a i r e . U se voyait dans l e role d'auteur mettant devant l e public une appreciation de ces peuples v o i s i n s . Mais i l f a l l u t se detourner de oette mission car Paul 3 Bourget avait un pere <<pre'voyant» et i l n»etait pas autorifle' a « suivre etourdiment son i n c l i n a t i o n . M. Paul Bourget s'entendit proposer 1*Boole Normale. II r e s i s t a a cette suggestions; « J ' a i toujours eu horreur—du professorate d i t Bourget. « II passa neanmoins sa licence et s u i v i t un oours de p h l l o l o g i e grecqjie, a l'Ecole des Hautes Etudes. Cela pouvalt l'acheminer encore vers 1'enseignement, mais ne l ' e i o i g n a i t pas, non plus, de l a litterature.» II oommenea sa carriere d ' i n s t i t u t e u r a l'Eeole Bossuet. Apres une annee de t r a v a i l i l put re&llser une ambition - i l f i t des voyages en I t a l i e et en Greoe. A son retour i l e'crivit des a r t i c l e s pour plusieurs revues et son succes changea l a p e t i t e e t i n e e l l e l i t t e r a i r e en une flamme de'vorante. Degoute de sa profession, Bourget l a quitta et d i r i g e a sea talents vers l e journaliame, C e t a i t compter sans l a colere paternelle. E l l e eelata a l a nouvelle de cette decision. Le pere, deou de v o i r son f i l s renonoer a suivre l e metier auquel i l 1*avait destine, l u i refusa sa rente. Paul Bourget done, age de vingt-et-un ans et prive de toute aide flnaneiere de sa f a m i l l e , ressemblait a un« de'raeine .» Ayant habite' des diverses pa r t i e s de l a Prance, i l ne pouvait prendre pied dans auoune province; desormais i l se v i t sans foyer et sans a f f e c t i o n paternelle. Tout i d e a l i s t e d o i t mener sa propre vie et l a mener tout seul. Pour gagner son pain, Bourget retourna a sa profession me'prise'e — i l donna des leoons de r e p e t i t i o n dans l e / Le oorrespondant, l e 10 d e c , 1920, p. 889 4 Quartier L a t i n de P a r i s . II fut ensuite professeur l i b r e dans l ' I n s t i t u t Lelarge, rue Royer-Ccllard, ou 11 a v a i t pour eollegue Ferdinand Brunetiere. Pendant l e s d i x annees qui suivirent Bourget vecut dans un grenier au mi l i e u de l a pauvrete et de l ' a b s e u r i t e . Plus tard dans sa vie quand i l e e r i v i t ses memoires de cette periode malheureuse, i l d i t : « II s f y ramasse pour moi des impressions de plusieurs annees annexes qui vont du printemps de 1873 - — jusqu'a l ' h i v e r de 1882, — - inoohe'rentes annees pour moi qui l e s employai, comme l a plupart des apprentis-eorivains, a toutes sortes d f e s s a i s avorte's, d'experiences mal conduites et plus ou moins dangereuses pour 1"avenir de ma pense'e.V Pendant ses l o i s i r s - et i l en avait beaucoup - i l e o r i v a i t des poemes t r i s t e s et des a r t i c l e s pedantesques pour des revues. A s s i s dans l e s cafes ou longeant l e s boulevards, i l e'tudlait l a vie kale'idoscopique de Paris • p r i v i l e g e qu'on ne peut refuser meme a un i n d i v i d u de ressouroes finanoieres bien l i m i t e e s . Cependant, Bourget e t a i t bien e'conome et quand 11 en eut l e s moyens, i l publia see premiers l i v r e s Au bord de  l a mer (1872), La vie inquiete (1875), Edel (1878) et Les aveux (1882)• Ce sont tous des reoueils de poesie morne; i l s n'ont r i e n d ' o r i g i n a l et en revanche beaucoup d ' a r t i f i c i e l . Bourget sentait que ses poemes ne l e rendraient jamais oelebre. En e f f e t , 11 confessa que j Revue des deux mondes, l e 15 jan. 1899, p. 163 5 I'eohec meme de son livre Edel fat pour lu i une sorte de re veil brusque et douloureux. En oe moment Bourget avait vingt»8ix ans et I'avenir l u i sembla inoertain. 4 v a i t « i l du genie litteraire? aurait - i l tort de poursuivre cette carri^re choisie? devait-il rester un professeur insignifiant toute sa vie? L'esprit trouble par ces problemes, i l tomba victime d'un acoes de desespoir* II eut la conviction qu'i l etait impuissant a de'g&ger son moi a travers ses sensations yarieeB et ses impressions de lectures de toutes sortes. Lui-meme a raoonte un evenement qui nous montre la gravite de cette incertitude de sa propre personnalite'. « Je sortais d'un cafe', maintenant disparu,?> d i t - i l «qui fait 1'angle de la rue Taugirard, en face du Luxembourg et de l'Odeon. La se reunissait alors un petit cerole de jeunes eorivains aujourd'hui disperses, qui avaient la fantaisie de s'appeler eux-memes les «vivfcns». Je oroyais faire acte d*homme de lettres en perdant plusieurs heures par jour dans/aspirituelle mais paradoxale society de ces aimables eompagnons, qui laissaient insatisfaite la partie la plus intime de mon intelligence. Us etalent tous uniquement des artistes l i t teraires, — quelques-uns deja superieurs - et moi, j'etais, des lors, beaucoup plus prebcoupe'd*analyse que de style, et de psyofalogie que d'esthetique. Je les quittais toujours meoontent de moi-meme, d'abord parce qu'aveo eux j'avais cause au lieu de travailler, et aussi parce que la sensation de leur personnalite trop oontraire me faisait douter de la mienne/>> /'Revue des deux mondes, le 15 Jan. 1899, p. 165 6 L'esprit analytique de Bourget le force, on le voit, a chercher la cause de son decouragement. « Cette c a u s e , » avoue-t-il, (< je crus l a trouver, - ou elle etait en effet, -dans cette sorte d 1intoxication l i tteraire qui m*avait empeehe' de vivre ma vie a moi, de me faconner des gouts a moi, de sentir par moi-meme enfin.17> Apres avoir pousse oette analyse pluB loin, 11 fut convaincu que ce de'faut appartenait non seulement a lui-meme mais aussi a Men d'autres ecrivains qui cherchent une education sentimentale dans les l ivres . Bourget trouva que les livres auxquels i l s* inte'ressait le plus profondement etaient tous les oeuvres d'auteurs oontemporains. Se ces livres ou les passions, les joies et les douleurs du siecle etaient exposees, Bourget taohait de degager l 'esprit de sa propre generation. Pour aooomplir oette tache, i l se renfermait pendant de longues semaines dans sa bibliotheque pour l i re les l ivres les plus celebres de son epoque. Satisfait qu'il avait compris a l a suite de ses lectures prolongees cet esprit moderne, i l se mit a faire le portrait de sa generation dans ses Essais de  psyohologie contemporaine (1881). A ce moment meme eut lieu un eVenement de la plus grande consequence. « C'est a l o r s , » dit Bourget, « — que je fus admis au salon de Mme. Adam, qui dlrigeait La Nouvelle Revue. Je ne diral jamais assez de la sollioitude affeetueuse de cette femme de coeur a s'informer de ma situation, de mes / Le correspondant, l e 10 dec. 1920, P. 892 Z Contemporary European Writers - Drake, P. 289-290 7 projets, n i de sa dellcatesse a me f a i r e avouer mon de'sir de seourite materielle, pour pouvoir me l i v r e r exclusivement aux travaux l i t t e r a i r e s dont j 1 a v a i s l e dess&n. « - Eh bien,» me d i t - e l l e , «travaillez pour ma Revue. A ohaque f i n de mois, i l y aura cinq, cents francs pour vous a l a oaisse. Cela vous va«»t-il?» «J'acceptai, ajoute Bourget, et avec une reconnaissance emue qui ne cessera qu'avec ma vie.)) Ce f u t par l a honte de Madame Adam que Bourget trouva 1'encouragement personnel et l ' e l a n necessaire a sa c a r r i e r e l i t t e r a i r e . Beaucoup de ses a r t i c l e s et meme de ses romans qui parurent dans La nouvelle revue furent Men recus par l e p u b l i c . E n f i n i C!etait l e succes! Ayant a s s i s t e aux l u t t e s de l'homme et a l a naissance de l a vocation de 1* e c r i v a i n — e'er!vain inoertain et qui tatonne encore mais en tous cas un homme qui avait r e a l i s e son ambition majeure, pas sons a l'etude ale l'oeuvre et faisons une esquisse du re s u l t a t eomplet des e f f o r t s de Paul Bourget. i Le correspondant - l e 10 dec. 1920, p. 893 8 Chapitre I I En 1883 dans une p e t i t e ohambre a Oxford, pres du vieux college de Worcester, que haute l e fantome de Thomas de Quinoey, Bourget eommenoa 1 1Irreparable» Ce l i v r e est une analyse excellente bien que froide d'une ame feminine.' A 1'analyse se j o i n t du reste une exposition ou l a portee morale du roman se f a i t s e n t i r legerement pour l a premiere f o i s chez Paul Bourget. C e l u i - o i affirme dans l e s paroles d'un personnage de 1'Irreparable que« l a personne humaine, l a personne morale, c e l l e dont nous disons MOI n'est pas plus simple que l e corps lui-meme. Par-dessous 1*existence i n t e l l e c t u e l l e et sentimentale dont nous avons conscience, et dont nous endossons l a responsabilite, peut-etre i l l u s o i r e , tout un domaine s'etend, obsaur et changeant, qui est c e l u i de notre vie inponsciente. II se cache en nous une creature que nous ne connaissons pas, et dont nous ne savons ;jamais s i e l l e n'est pas precisement l e oontraire de l a creature que nous eroyons &tre. De l a de'rivent ces volte-faces singulieres de conduite qui ont fo u r a i pretexte i Catholic World, fev. 1935, p. 556 9 4 tant de declamations des moralistes — >>' Apres oette etude du£henomene connu sous l e nom de dedoublement du moi ou schizophrenic, Bourget d i r i g e a son talent vers un probleme toujours populaire - c e l u i de l'amour moderne. Bans Beuxleme amour 11 paria d'tfune jeune femme qui s'est mariee deux f o i s : une premiere f o i s selon son tuteur, une seconde f o i s selon son coeur. Son tuteur l ' a trompee, ou s'est trompe'. Son coeur l ' a trompee oti s'est trompe tout autant que son tuteur. A qui se f i e r ? C'est une chose bien decourageante que l e roman de M. Bourget. Bans ce l i v r e ou sonne une note de douleur et de trageale, Bourget veut explorer l e fatalisme par lequel tant d'actions sont d l r i g e e s - meme contre Ies meilleurs desseins humains.3 Les forces mysterieuses qui agissent sur nous a t t i r e n t l e v i f i n t e r e t de Bourget. II y montre en e f f e t dans Crueile enigme que« nous ne sommes pas l e s maitres de oe q u ' i l s u r v l t en nous d'une anoienne existence; des l i e n s que nous ne savons pas nous rattachent a nos plus obscures orlgines; nous sommes dies esclaves ou l e s jouets d'une force qui n'est pas nous, mais qui continue toujours de sommeiller en nous.>/Oh v o l t dans Crueile enigme une femme eondamnee par ce pouvoir f a t a l a voir s'Eloigner d ' e l l e son f i l s des l'&ge de l a puberte'. KLle aurait voulu voir ce f i l s / Revue hebdomadaire. dec. 1923, p. 356 z Propos l i t t e r a i r e s , t . l - Faguet, p. 223-4 5 Revue hebdomadaire, deb. 1923, p. 224 * Revue des deux mondes, 1885, p. 463 10 un homme i n s t r u i t et r a f f i n e mais ses intentions se'rieuses ne se r e a l i s e n t jamais* De'eue par son f i l s , sa v i e f i n i t par devenir une«cruelle enigme.» Eh tSte de ce roman t r i s t e , Bourget d i t que «les l o i s imposees au romanoier par l e s diverses esthetiques se ramenent en d e f i n i t i v e a une seule: donner une impression personnelle de l a vie.» L'impression de l a vie qu'on derive de l a lecture %e ce l i v r e est l a plus eooeurante qu'on puisse se figurer.' Une t r i s t e s s e p a r e i l l e penetre l e roman suivant - Crime  d* amour ou. se trouve l e contraste entre l e bonheur que pre'sentent l e s passions et l a mi sere que le u r abus i n f l i g e . 2 Uh autre contraste se trouve dans Andre Cornelis - l e contraste de l a puissance de 1*analyse i n t e l l e c t u e l l e et l a puissance d'action physique. A v r a i d i r e , c'est l e theme de Hamlet et l e heros de ce roman - Andre Cornells - e'prpuve l e meme mal que l e heros de Shakespeare. II y a des cr i t i q u e s qui vpudraient accuser Bourget de s'Stre f a i t apologiste du mal de Hamlet - cette habitude de l a reverie qui f i n i t par paralyser 1'energie. Quand Andre' Cornells e t a i t tout p e t i t , son pere fut tue d'une maniere mysterieuse et l a aurete generale ne put peroer ce mystere. Sevenu jeune homme, l e f i l s veut venger l a mort de son pere. Ses soupcons tombent sur son beau-pere - M. Jacques Termonde qui a v a i t epouse sa mere peu de temps apres l a mort de son pere. Par des l e t t r e s recues de sa tante, Andre apprend que feu M. Cornells avait entretenu des soupcons persistants ' Reyqe bleue, l e 2 mai, 1885, p. 571-574 passim 2 Catholic World, fev. 1935, p. 556 11 que M. lermonde detruisait le bonheur de son foyer. More', accable par oe Boupgon pareil au sien essaie d'arracher une confession de son beau-pere. II a beau faire; M. Termonde nie tout avec force et a l ' a i r d'eprouver un v l f d.e'plaisir de oette accusation personnelle. Un frere de M. Termonde, arrive des Etats^tfhis, vient a Paris pour demander de 1'argent a son frere. Convaincu que cet individu etait de moitie' dans le meurtre de son pere, Andre'abordant celui-la par surprise, l u i arrache la confession desires. Le beau-pere, maintenant confront^ par un barrage de preuves de son crime, admet la responsabilite de la mort de M. Cornells. Toioi enfin le moment venu pour 1'action! Andre' frappe M. lermonde au coeur aveo un poiguard. Sermonde, que le coup ne tue immedlatement, a encore le temps et la force d*ecrire un mot a sa femme expliquant sa mort comme un suicide determine par une sante faiblissante. Par consequent 11 absoud en tier ement Andre7 aux yeux du monde. Heias, 1'opinion du monde ne suffit pas a Andre. II y a aussi le point de vue moral. Des son enfanee 11 avait voulu venger son pere et maintenant qu'i l l ' a fait 11 en reste abattu. Les oiroonstanoes etaient telles que personne n'aocuserait Andre d'un meurtre. Soit. Mais en vengeant son pere avait - i l accompli son but? Autre chose: avait - i l le droit d'ainsi aceomplir. son but? H se demande s ' i l y a un droit de defense morale, comme i l y a un droit de defense physique? «Mon beau-pere-» r a i s o n n e - t - i l « a tue mon pere, et 11 a spouse 12 ma mere, II m'a vole' lee deux plus cheres a f f e c t i o n s de ma vie, et i l ne se r a i t pas legitime de l'abattre oomme un voleur qui entre, l a nuit, par l a fen$tre?» Andre s fexamine beauooup dans ce l i v r e de Bourget et l e s analyses, devenues de temps a autre bien longues et un peu fastidieuses, retardent constamment I 1 a c t i o n . Andre', pauvre p e t i t , souffre oomme bien d'autres du mal de Hamlet et nous demande «Etait-oe ma faute, s i tout oonspirait a paralyser ma volonte', depute le s plus importantes des oirconstances jusqu'aux plus petites?>>* Andre' se v o l t oomme un o u t i l dans l a main de l a f a t a l ite'. Tout pret a tuer son beau-pere, i l crie«Qne l a destinee s'accompliseeI » 3 Mais une f o i s assassin, i l regrette que l e destin l ' a i t pousse a un crime h o r r i b l e et 11 crie«Mon Dieul ayes p l t i e ' de moi. Je n'ai pas demande ce sort. C'est vous qui l'avez donne'. Pour quoi m'en puni ssez-vous?-*M»Est»oe q u ' i l y a un Dieu, un Men, un mal, une ju s t i c e ? Rien, r i e n , r i e n , r i e n . II n'y a qu'une destinee impltoyable qui pese sur l a race humaine, inique, absurde, distribuant au ha sard l a douleur et l a joie.>> Ce ha sard aocorde plus qu'une juste portion de douleur a Madame Cornells et a son f i l s . La mere pl e u r a l t constamment son second mari arrache d ' e l l e a son insu par l a main vengeresse de son propre f i l s , qui est persuade que l e destin ne f a i t pas j u s t i c e sans ' Ap&re Cornells - Bourget, p. 384 z Ibid, p. 85 3 Ibid, p. 288 H- Ibid," p. 305 13 1'intervention de l'homme. Cependant cette aide humaine qui amene l e meurtre n'eut pas l e succes deBire". Temoin de 1'etat douloureux de sa mere, Andre s'e'orie <:<A quoi bon avoir f a i t ce que j ' a i f a i t , puisque je ne 1'ai pas tue' dans son coeur?»' On sent que l a reaponsabilite' morale pour l a morte de son beau-pere pese lourdement sur l ' e s p r i t d'Andre aussi longtemps q u ' i l partage sa vie avec sa mere. Gonsoient d'etre l a cause de sa douleur i l ne pourra jamais l u i reveler l a ve'rite n i l a consoler. Apres cette«simple planche d'anatomie morale;/comme Bourget a appele' Andre Cornells, ou l ' a o t i o n tourne autour d'un jeune homme, l'auteur d i r i g e a son talent yers une intrigue dont l e denouement depend d'une main feminine - de l a main de Colette dans un l i v r e i n t i t u l e Mensonges. Colette, jeune a o t r i c e , maitresse de Claude Larcher s'est brouille'e avec son amant. Larcher, desespe're', demande a son ami l e plus intime - l e poete dramatique Rene' Vincy, de v o i r Colette pour l u i et de demander une r e c o n c i l i a t i o n . Rene promet volontiers de l e f a i r e pour son ami. II va v o i r Colette qui ne veut r i e n entendre de Claude Larcher. D'un ton amer, e l l e demande a Rene" s ' i l s a i t que sa maitresse Madame Suzanne Moraines est aussi l a maitresse de baron Desforges. Rene', aneanti de t r i s t e s s e , recherche Suzanne et l u i demande l a ve'rite'. B i l e balbutie«C'est une affreuse h i s t o i r e , v o i s - t u --- Mon pere mort -—• Des l e t t r e s a racheter aveo / Andre Cornelia - Bourget p. 306 14 l e s q u e l l e s des miserables pouvaient s a l i r sa memoire — - II f a l l a i t de 1'argent, beauooup - — Je n'avais r i e n Mon marl me repoussait - — Alors, cet homme . J ' a i perdu l a t i t e t et puis 11 m'a tenue, i l me t i e n t par ce secret Ah! ne sens-tu pas que je ne t ' a i menti que pour t'avoir, que pour te garder?'» Rene, desenohanteT, f r o i d et immobile, prend ce discours tendre pour une autre f a b r i c a t i o n d'une femme qui v i t de mensonges, dont l e s actions et l a beaute ne sont que des mensonges. Sn depit de oe coup foudroyant, Rene" l u i demande de f u i r avec l u i . E l l e refuse, sous pretexte qu'elle est trop age"e pour l u i . Hors de l u i , 11 l a quitte et plus tard, i l tente sans suooes de se bruler l a ee r v e l l e . Claude larcher, reeoncilie' avec l a p e t i t e Colette, tombe de surprise quand Colette l u i l i t l e s nouvelles de l a tentation de suicide de Rene. Claude met l a responsabllite de cette tragedie sur Colette en disant «Ahl C'est t o i qui l ' a s tuLel» a Cependant Rene ne meurt pas; i l n*etait que blesse. II est de plus gravement a t t e i n t au moral, mais un jeune homme de vingt-oinq ans peut espe'rer rajeunir et retrouver sa f o i dans l'humanite. L'homme qui guerira Rene est son oncle, l'abbe 2aconet - un «robuste ouvrler de l a vie morale.?? Apres avoir etudie" l a situation* Taoonet proclame «Ce qui m'epouvante pour Rene", ce iPest pas cette femme — - C^est l ' e t a t moral dont oette aventure temoigne chez oe pauvre garcon - — » . Taoonet, regardant oe jeune homme en possession iMensonges - Bourget, p. 402 z Ibid, p. 411 SIbid, p. 418 //Ibid, p. 420 15 d*un talent l i t t e r a i r e et capable de produire de grandes oeuvres pour l^humanite', prevoit que«le chagrin d'etre trompe par une coquine» s*adoucira et que 1'etat moral de Rene sera de nouveau r e t a b l i . II est en oela d*accord ave© Larcher qui predit que, quand Rene «e'erira sur 1!amour maintenant, Bur l a jal o u s i e , sur l a tranison de l a femme, i l y aura un peu de sang sur ses phrases, du sang rouge et qui a battu dans une artere, et non pas de l'encre p r i s e . z , dans l ' e n o r i e r des autres,» faponet verra son neveu s'elever au dessus de cette a f f a i r e de coeur et meme en t i r e r du p r o f i t . Pendant que son moral se reconstituera Taeonet sera son guide de pense'e - v o i l a sa responsabilite'. Bourget l a i s s e l e l e c t e u r de ce l i v r e a l a speculation. Car n f a v a i t - i l pas deja affirme que l e s deux choses l e s plus completement etrangeres 1'une a 1*autre sont «la croyanoe en Dieu et l e don d'e'crire des pieces de theatre en vers»! Sur cette note contradiotoire Bourget termine un autre l i v r e dont 1 * i r r e s o l u t i o n f o u r n i t l e theme. Dans l e s premiers l i v r e s de Bourget on oonnait l e raffinement du beau monde, on rencontre l a societe' de P a r i s : Suzanne, l a femme du monde; Larcher, vietime de l a vie parisienne; Desforges, epiourien et viveur p a r i s i e n et Andre', deterministo souffrant du mal de Hamlet. Tous ces personnages semblent des types extraordinaires. On sent que Bourget s'est trop f a i t e f f o r t et on r e c o i t 1'impression que ces gens ne sont ' Mensonges - Bourget, p, 421 2 Ibid, p. 423 3 Ibid, p. 125 16 que des cremations livresques et non pas des individus Busoeptibles d ' a t t i r e r notre i n t e r e t et notre sympathie. Bourget regarde eomme secondaire l ' a o t i o n d'un roman; 11 regarde comme indispensable l'etude minutieuse des personnages et des etats d'ame. Les discussions psychologiques ralentissent pourtant 1'intrigue. Mais e l l e s n'empechent point l e s l i v r e s de Bourget d'etre f o r t populaires. A i n s i l e public francais d o i t encore s'lnte'resser aux analyses psychologiques comme c» e'tait son penchant au dix-septieme s i e o l e . Quelles conclusions t i r e r de ces premiers l i v r e s de Bourget? S i on l e s e'tudie, on v o l t q u ' i l s n'attenuent pas l e s laideurs de l a v i e . Au oohtraire i l s l a i s s e n t l e lecteur p l e i n de t r i s t e s s e et de degout pour l'humanite' en general. Mais on ne doit pas oondamner trop severement l e jeune auteur. Sa c a r r i e r s ne vient que de commencer et avec des convictions comme l e s siennee, l e succes d o i t se montrer plus tard. 17 Ohapitre I I I A f i n de mieux apprecier l e succes et l a valeur des l i v r e s de Paul Bourget et de mieux Juger de son influence, resumons l a s i t u a t i o n l i t t e r a i r e de son epoque. Le Romantisme avait triomphe sous l a Restauration et l a Monarchic de j u i l l e t , bouleversant l a l i t t e r a t u r e olassique comme l a Revolution avait bouleverse' l a p o l i t i q u e traditionnelfe. Sous l e second Empire, Baudelaire, Leconte de L i s l e , Taine, Renan, Plaubert, s i d i f f e r e n t s q u ' i l s fussent par a i l l e u r s , reagissalent oontre ce romantisme. Avec l a chute de 1'Empire coinoide l a mort de plusieurs eorivains representatifs du romantisme: Lamartine et Sainte-Beuve meurent en 1869, Merimee et Dumas en 1870, Gautier en 1872. La generation de 1870 a c h o i s i ses maitres l i t t e ' r a i r e s parmi l e s adversaires du Romantisme. II l u i semble urgent d'achever l e t r a v a i l commence par see guides l i t t e r a i r e s - c e l u i de l a l i q u i d a t i o n du romantisme. U y avait done des poetes, des philosophes et des romanoiers tous etroitement unis centre I'e'oole Romantique. Le poete Le^ponte de L i a l e , membre de l'e'eole Parnasse qui succeda au Romantisme, affirme que ce mouvement-oi e t a i t 18 «un a r t de seconde main, hybride et incoherent—-comedie bruyante jouee au p r o f i t d'une a u t o l a t r i e d'emprunt.»> II oonstate que «l'art et l a science doivent tendre a s'unir e'troitement, s i oe n'est a se confondre.» 2 Baudelaire, poete bien moderne et i n i t i a t e u r des symbolistes joue aussi un role important au royaume de poe'sie. C'est a l u i d'« adapter l ' e s p r i t s c i e n t i f i q u e de son temps a des sentiments pour l a plupart romantiques et l e u r donner une forme classique, » 5« On pourrait presque d i r e q u ' i l y a une litte'rature avant Baudelaire et une l i t t e r a t u r e apres lui.»* Quant aux philosophes qui combattent l e Romantisme,deux grands noms Renan et Taine dominent l a scene apres 1870. Leur oeuvre eut pour e f f e t de r e c o n o i l i e r l a science et l a l i t t e r a t u r e . Deja Auguste Comte l e p o s i t l v i s t e qui transforma l a science, en philosophie, Darwin l'auteur oelebre de 1'Orlgine  des espeoes et Claude Bernard par qui «la methode s c i e n t i f i q u e proclame l a l i b e r t e de l ' e s p r i t et de l a pensee »avaient Inspire aux hommes de l e t t r e s un de"slr de pre c i s i o n s c i e n t i f i q u e . Renan et Taine partagent l e u r enthousiasme et a le u r suite l e «Demon de l a Certitude s c i e n t i f i q u e »6penetre dans l a l i t t e r a t u r e . En 1890 Renan publie L*Avenir de l a science e c r i t en 1 Hi s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e francaise contemporaine Lalou,p*5 2 Ibid, p.6 5 E ' e s p r i t des l i v r e s - Jaloux, p. 15 + Ibid, p. 17 iTHistoire de l a l i t t e r a t u r e francaise contemporaine - Lalou,P*718 fcPanorama de l a l i t t e r a t u r e contemporaine - Fay, p. 81 19 1848 par lequel i l eleve 1*Ideal scientifique a l a hauteur d'un culte. « Selon Renan, l a Science doit graduellement prendre la place de son oontenu dogmatiqae et conserves le reste: aspirations ide'ales, bien^faisanee, morale, volupte' de l'ame, »«TSa attaquant le catholioisme, i l gardait tout ce que oelui-ci l u i avait donne', appris et oonfie*. Cette ambiguite' meme a fait de l u i le plus redout able ennemi de 1'EjLise, oar elle a groupe autour de l u i tous les disciples du dilettantisme mystique (fort a la mode de 1880 a 1900,) qui voulaient t irer des plaisirs subtils de religions aux^uelles i l s ne croyaient plus, les antiolericaux polls qui se plaisaient a conserver de bons rapports aveo leurs adversalres, et les oroyants desesperes qui aimalent et respectaient encore la foi dont i l s se detaohaient .»* Taine, le confrere de Renan, exalte aussi 1 *esprit p o B i t i f . D'apres Taine 1 ' h i s t o i r e prend forme d'une science e t « o e que l e s historiens font sur le passe, les grands romanoiers et dramatistes le font sur le present. Toute oeuvre d'art est ainsi un produit materiel, le re'sultat du travail de forces naturelles . . . La litterature revet ainsi line evidence et une precision qui, Jadis, n'appartenaient qu'aux mathematiques et a l a geometric. Et Taine, ayant atteint le but, se retoume pour contempler aveo satisfaction la synthese olaire, oohe'rente et simple qu'i l a ereee.?^ i Panorama de la litterature oontemporalne - Fay, p. 84 a Ibid, p. 85 3 Ibid, p. 37 20 « Je pense, affirma Taine en 1861, que tout homme oultive' et L i n t e l l i g e n t , en ramassant son experience, peut f a i r e un ou deux bons romans, parce qu'en somme un roman n'est qu'un amas d!experiences.'» I l s'oppose au romantisme, c'est a dire a 1'idealisms, dans l a l i t t e r a t u r e . Un e c r i v a i n d o i t peindre l e s evenements t e l s q u ' i l s sont dans experience re e l l e ; 11 doit c h o i s i r des sujets f a m i l i e r s et d e t a i n e r avec p r e c i s i o n . V o i c i , en geWral, l e s ambitions de I'ecole r e a l i s t e . faine a ete l e v r a i philosophe du realisme, son the o r i c i e n . II a donne l a formule du positivisme en matiere l i t t e r a i r e . Pour l u i , comme pour Auguste Comte, l a psyohologie n'etai t qu'un ohapitre de l a physiologie. L'etude des caracteres e'tait c e l l e des temperaments. L ' h i s t o i r e des individua, comme c e l l e des nations est soumise au plus rigoureux des determinismes. Taine e'tait l e theoricien de l'ecole Re'aliste mais Flaubert en e t a i t l e chef. C'est seulement l e succes de Madame Bovary qui assura l a fortune du realisme. Talne lui-meme ecrivant a J . J . Weiss avoue« Si l a compagnie de M. Baudelaire est mauvaise, c e l l e de M. Flaubert est tres bonne, je ne oonnais pas de plus beau roman depuis Balzao.» C'est une oeuvre impersonnelle ou i l y a n i re f l e x i o n , n i oommentaire, n i morale. Flaubert, peintre exact, se oonsaore avec une patience i n f i n i e a representor l e r e e l . Ce beau roman de Flaubert« amene son auteur sur l e s Le naturalisme francais - Martino, p. 22-23 2 Madame Bovary - Flaubert, p. 532 21 bancs de l a correctionnelle, pour offenses a l a morale publigue et a l a r e l i g i o n . Flaubert f u t acquitte'« attendu q u ' i l n'apparaissait point que son l i v r e a i t e'te, oomme certaines oeuvres, e'er i t dans l e but unique de donner une sa t i s f a o t i o n aux passions sensuelles, a 1 *esprit de licence et de debauche, ou de r i d i c u l i s e r des choses qui doivent etre entourees du respect de tous.»» Quoique l e public et l e s c r i t i q u e s aient regarde' ce l i v r e oomme l e prodult d'un r e a l i s t s ardent, Guy de Maupassant, ami intlme de Flaubert, e a r i t aveo vehemence «Lorsque parut Madame Bovary, l e public -<— a classe' l e nouvel e c r i v a i n parmi l e s re'alistes. C'est l a une grossiere erreur et une lourde betise - — H s u f f i t de l i r e avec i n t e l l i g e n c e Madame Bovary pour comprendre que r i e n n'est plus l o i n du realisme.)) Cette opinion de Maupassant s i dif f e r e n t e de c e l l e de ses oontemporains resuite du caractere vague de ce mot « realiste.)) Pour Maupassant c'est « c e l u i qui ne se preoccupe que du f a i t brutal sans en comprendre 1'importance r e l a t i v e et sans en noter l e s repercussions. D'autre part M. Pontmartin pense que« l e realisme n'est et ne peut etre que l a democratie litteraire.»^ Rene'Lalou constate q u e l l e re'el a plusieurs faces. Decrire l e re'el e t a i t pour Stendhal representor des ames reagissant oontre des evenements; pour Flaubert c'est plutot representor des evenements agissant sur des ames, Et chaoun bientot epouse, / Madame Bovary - Flaubert, p. XVIII i Ibid, p. 544 3 Ibid, p. 544 H Ibid, p. 533 22. ouvertement ou seoretement, l e point de vue o u . i l s'est place, - — Stendhal prend p a r t i pour J u l i e n Sorel et pour l e comte Mo sea qui oaloulent leu r s aqtes; Flaubert prend p a r t i pour l a vie qui banalise Emma Bovary et Frederic Moreau,» Cette d i f f i c u l t e " de preeiser une int e r p r e t a t i o n uniforme du terme «re/alisme)) s'augmente quand on l e oonfond avec l e mot « natural!sme.» « L e realisme, sous l e second Empire, avait voulu £tre — -ce que l e naturalisme fut sous l a troisieme Republique; l e natural!sme continue l e realisme, l'affirme et l'exagere. Aujourd'hui enoore, s i l'on s'en t l e n t aux d e f i n i t i o n s courantes, ces deux mots sont mal separe's; l e s n a t u r a l i s t e s , en leur temps, furent souvent taxes de re'alisme, comme a ' i l s n'e'taient que l e s successeurs — - d'un Flaubert, --.-».* ?ers 1865 l a nouvelle ecole se de'veloppe sous l a d i r e c t i o n des fr e r e s Gonoourt. Selon l e u r formule «le roman actuel se f a i t avec des documents racontes ou r e l eve's d'apres nature, comme I 1 h i s t o i r e se f a i t avec l e s documents e'erits. Les hiatoriens sont des raconteurs du passe', l e s romanoiers des raconteurs du present.^Dans l a preface de Germinie Laeerteux i l s eerivent: « Le public aime l e s romans faux: ce roman est un roman v r a i . II aime l e s l i v r e s qui font semblant d ' a l l e r dans l e monde: ce l i v r e vient de l a i H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e francaise comtemporaine-Lalou. it, ^ 1 ? 9* I»e naturalisms francais - Martlno, p. 1, 2 3 H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e francaise oontemporalne-Lalou, — 1 1 -~ : ' 3 • ' "~ p. 49 23 rue.» Dans l e u r Journal, photograph!e exaete de l a realite', i l s affirment que leur s romans « fourniront l e plus de f a i t s et de v e r i t e s vraies a l ' h i s t o i r e morale de ce siecle.»* A ces deux f r e r e s revolutionnaires Alphonse Daudet emprunte sa conception du roman. Ses romans sont documentaires; i l s etaient l e s moeurs de l a capitale ou l a vie d'un p o l i t i c i e n ou d'un ouyrier. Dans l e s Lettres de  mon moulin Daudet revele son amour profond pour l a Provence et d e c r i t en tous d e t a i l s cette: partie charmante de l a France. 0n appelle avec affection^ oe romancier«le Dickens francais.» Smile Zola a l'honneur d'etre l e chef de oe group des n a t u r a l i s t e s . Zola avait i u avec avidite" l e s oeuvres l i t t e r a i r e s de son e'poque - c e l l e s de Stendhal, de Balzao de Flaubert, des Goncourt et de Xaine. En moins de doux ans 11 formule son propre type de roman:« une combinaison du realisme des Goncourt et de c e l u i de Flaubert, avec plus de b r u t a l i t e ; des formules de Taine appliquees dans i a rigueur de l e u r s termes; et enfin d'un c e r t a i n nombre de notions empruntees aux sciences n a t u r e l l e s . » 5 Les Rougon- Macquart font l ' h i s t o i r e naturelle et sociale d'une f a m i l i e sous l e second Empire. T.»f&aanmmniT« (1876) par exemple montre l e s ravages de l ' a l o o o l . L'auteur lui-meme explique en quelques l i g n e s ses intentions: « J ' a i voulu peindre l a i H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e francaise contemporaine - Lalou, p,51 I Ibid, p. 51 3 Le naturallsme francais - Martino, p. 26 24 decheance f a t a l e d'une f a m i l l e ouvriere, dans l e m i l i e u empeste de nos faubourgs. Au bout de l'i v r o g n e r i e et de l a faineantise, i l y a l e relaohement des l i e n s de l a f a m i l l e , l e s ordures de l a promiscuite, l ' o u b l i progressif des sentiments honnetes, puis oomme denouement, l a honte et l a mort, C'est de l a morale en action, siraplement.»' TJn autre l i v r e de l a se"rie, Germinal (1885) demerit aveo force 1*existence miserable des mineurs. Autour de Zola, se groupent de jeunes enthousiastes l i t t e r a i r e s . Les membres de ee cehacle, /iiuysmans, A l e x i s , Ceard, Hennlque et Maupassant, se sont amuses chez Zola a se raoonter l'un a 1'autre IOB h i s t o i r e s d'aventure dans un cadre in v a r i a b l e , et ins p i r e s par l e s romans de Zola, i l s l e s ont publiees sous l e t i t r e de Soirees de Medan (1880.) Le publio l e s acolama. i On ne do i t pas passer sous silence un des membres de ce groupe qui se revela conteur par excellence. C'est Guy de Maupassant. Flaubert, qui l e regardait oomme f i l s adoptif, l u i enseigna l e s devoirs de 1'a r t i s t e et l a haine des bourgeois. Boule de Suif a ete public dans IOB Soirees  de Medan. L^annee ou. parut Bel Ami. P. Bourget p u b l i a i t Cruelle enigme; et deux ans apres Andre Corne'lis et Mensonges (1887); dans ses Essais de psychologie (1883) et ses Houveaux  essais (1885), i l av a i t donne sa theorie du roman psyohologique. «I1 r e i n s t a l l a i t l a psychologie a l a place de l a physiologic; i l pretendait etudier l e s phenomenes moraux en dehors de i L'Assommolr - Zola, p, V, VI 25 l e u r s oonditions materielles. Du meme ooup, i l retournait aux complications du sentiment, et a l a peinture du grand monde. Bourget f u t un des rares amis de Maupassant. Pendant un temps leurs Influences se penetrerent; i l s t r a i t e r e n t des themes analogues de roman. fous deux, venus par des voles d i f f e r e n t e s , i l s se trouverent unls contre l e na t u r a l ! sine.;) Pour Bourget l e roman n'est pas«un simple passe-temps mondain, une d i s t r a c t i o n pour l e s o i s i f s . C'est comme un flambeau de l a pensee humaine, susceptible de jouer un role c a p i t a l dans l a marche des ide^es./^ 11 prend sur l u i une double tache - d'abord c e l l e d»analyser l'ame humaine et c e l l e ensuite de t i r e r de oette analyse des conclusions morales. « ^ u ' i l l e v e u i l l e ou non »ecrivit-il «tout oonteur est un morailste. C'est meme son honneur d'etre cela et de f a i r e r e f l e o h i r profondement l e lec t e u r sur l e s problemes que nous retrouvone^au fond de toute re'flexion sur l e s autres, eomme nous l e raeontrons dans notre propre conscience aussitot que nous essayone de comprendre et d'interpreter un fragment quelconque de l a vie humaine. » $ La v i e , quoique changeante et variable «tend a devenir une regie et l e Moralists comprend cela — II s'agit de l a v i e , — de cet instant qui s'en va et qui ne reviendra i Le naturalisms francais - Martino, p. 134-135 1 Essai sur l a femme et l'amour - de Flandresey, p. 333 3 Revue des deux mondes - 15 fev. 1911, p. 397 26 pas, de cette action qui, une f o i s aceomplie, sera litteralement ineffagable, et non pas de contemplation et de dilettantieme. B i l e est n i bell e n i l a i d e , l a vie , e l l e est l a vie, c»est-a-dire quelquechose de tragique et de necessaire, un douloureux e f f o r t parmi une effrenee concurrence que notre devoir est d'adouoir, d'abord. Nous oontemplerons ensuite, s i nous pouvons — - C'est a i n s i , ne semble-t-il,» d i t Bourget «que parle et que sent l e Moraliste. Son premier besoin est c e l u i d'une regie de oonduite ou de redressement• C'est a decouvrir cette regie que son es p r i t est tendu, c'est a mettre ses actions en accord avec e l l e que sa volonte s»applique, c'est a deplorer l e disaccord entre cette regie et ses actions que sa s e n s l b i l i t e se depense Le moralists n'e'crit point pour donner fete a sa f a n t a i s i e , oomme l e poete, n i pour etre a i l l e u r s , oomme l e vls i o n n a i r e ; n i pour redoubler en l u i l e sentiment de l a realite', oomme l e faiseur de memo i r e s ou l e romanoler d'Observation d i r e c t e . Non. II obeit a sa conscience, et ses l i v r e s deviennent des « actions.'?* 1 « L'aotion» l a plus oe'lebre de Bourget e'tait son roman Le d i s c i p l e (1889) appele' par un c r i t i q u e «le l i v r e l e plus caracteristique du temps./C»etait une attaque oontre l a doctrine de Taine, l e repre'sentant l e plus f o r t de 1*esprit du s i e e l e . Bourget revendiquait l e s d r o i t s de l a morale et de l a t r a d i t i o n oontre l a science. / Essais de psychologie contemporalne - Bourget, p. 10,11,13 i Le natural!sme francais - Martino, p. 198 , 3 * 87 Chapitre 17 Quand Bourget ebrivit Le disciple i l -taoha de resoudre un probleme qui concernait tous les jeunes gens de l a Franoe. « C^est a toi que je veux dealer ce l i v r e , jeune homme de mon pays,» e o r i v i t ^ i l dans l a preface, « 'a toi que je oonnais s i bien quoique je ne sache de toi ni ta v i l l e natale, ni ton nom, ni tes parents, ni ta fortune, ni tes ambitions, - rien sinon que tu as plus de dix-hult ans et moins de vingt-oinq, et que tu vas, cherchant dans nos volumes, a nous tes alnes, des reponses aux questions qui te tourmentent. Et des reponses ainsi rencontrees dans ces volumes dependent un peu de ta vie morale, un peu de ton ame; — et ta vie morale o'eet l a vie morale de l a France meme; ton ame, c'est son ame. Bans vingt ans d'i o i , toi et tes freres, vous aurez en main l a fortune de cette v i e i l l e patrie, notre mere commune. Vous serez cette patrie elle-meme, Qu'auras-tu r e o u e i l l i , qufaurez-vous re o u e i l l i danB nos ouvrages? Pensant a cela, i l n'est pas d'honnete homme de lettres, s i ohetif soit-11, qui ne doive trembler de responsabilite - — « Tu trouveras dans Le Disciple i 1etude d'une de ces £ 8 responsabilitee-la.» La responsabilite' ohoisie par Bourget pour i l l u s t r e r sa these est c e l l e d'un maitre f r o i d envers son ^ leve tendre et jeune: Robert Gfreslon, admirateur i n t e l l i g e n t du philosophe severe Adrien Sixte, obtient une s i t u a t i o n de preeepteur dans une f a m i l l e , Le jeune garoon qui l u i est oonfie' a-une soeur, b e l l e et charmante, qui s'appelle Charlotte, Le jeune preeepteur s'e'prend d ' e l l e quolqu'll l a sache fiancee. Robert c r o i t que son cas est sans issue pour l u i et en de'sespolr de cause veut en f i n i r avec l a vie en prenant du poison. Charlotte, qui de son o6te, n'est pas i n d i f f e r e n t e aux sentiments du jeune homme, l e surprend au moment ou c e l u i - c i s'apprete a boire l e poison. E l l e l u i avoue son amour pour l u i et son desi r de mourir avec l u i . D'un oommun accord, i l s de'oident de mettre f i n a l e u r vie apres une nuit d'amour. Quand, vers l'aube, Charlotte l u i demande l e poison, Robert, heros typique de Bourget, absorbs" par ses propres pensees, l e n t a l ' a o t i o n physique, hesite a donner l e poison a l a jeune f i l l e et meme a l e prendre lui-meme comme e'e'tait son intention. E l l e l e l u i arrache des mains mais e l l e ne l e boit pas immediatement• Durant l e s jours qui sulvent oet inoident e l l e eVite cet homme qui a peur de mourir. ELle e'erit a son frere Andre, l e m i l i t a i r e que Robert a toujours detested Dans sa ' Le d i s c i p l e - Bourget, p. 1 29 l e t t r e Charlotte raconte a Andre' tous l e s d e t a i l s de ce drame et l u i d i t qu'elle a de'oide de se suieider. Un matin on l a trouve morte dans son l i t . Une f i o l e qui avait contenu de l a strychnine est trouvee sous sa fenStre. II fut prouve que Robert s 1 e t a i t procure' quelques jours auparavant de l a noix voml^que pour l e s maux d'estomae dont 11 s o u f f r a i t . On avait aussi vu Robert s o r t i r de l a chambre de l a jeune f i l l e l a nuit de sa mort. Robert est arrete et accuse' de meurtre. Andre, l e fre r e de Charlotte, qui s a l t par l a l e t t r e de sa soeur que Robert est innocent du crime dont on l'accuse veut pour «se venger de 1'amant de sa soeur»le l a i s s e r oondamner «comme assassin.» ' Pendant tout l e proces Robert, accuse' d'un meurtre provoque par l a jalousie, garde un r i g l d e s i l e n c e . Dans l a solitude de sa prison, 11 e c r i t a son ancien maitre, Adrien Sixte pour l e charger, l u i , de toute l a responsabilite de ce orime. Robert a mis en pratique l e s theories, s'est laisse' gaider dans ses actions par l e s dogmes de ce philosophe. Maintenant, i l n'hesite point a blamer son maitre adore pour sa conduite presente. Sixte, toujours f r o l d et implacable, n'est tout d'abord pas touche par l a l e t t r e de Robert. Puis, peu a peu son point de vue change et meme dans ce stoique une conscience se r e v e i l l e . 11 en vient a c r o i r e q u ' i l est r Le d i s c i p l e - Bourget, p. 303 30 vraiment responsable de oette c r i s e dans l a vie de Robert Greslon et malgre son aversion pour tout voyage, part pour 1*aider. Avant de p a r t i r i l e o r i t a Andre', l e f r e r e de Charlotte, pour l u i d i r e q u ' i l s a i t que Robert est innocent du orime dont on 1'accuse. Des l o r s Andre' et Robert ne sont plus l e s seules personnes a savoir que Charlotte s'est suicidee. Jusqu'iel Andre avait garde' l e silence sur l e s oirconstanees entourant l a mort de sa soeur, mais maintenant, par l a l e t t r e du philpsophe, i l se rend compte que oe silence pourrait £tre rompu par Sixte. C'est a l o r s qu'Andre se decide a reveler au tr i b u n a l l a cause du drame. Robert est remis en l i b e r t e . Par une volt e - face complete, Andre", l e l i b e r a t e u r , affirmant q u ' i l f a i t j u s t i c e , tue Robert d'un ooup de p i s t o l e t . D'apres Andre", Robert Greslon e t a i t moralement l 1 a s s a s s i n de sa soeur Charlotte. Comme assassin i l m e ritait un ch&timent. Mais qui f e r a j u s t i c e de l u i ? Personne sauf Andre' lui-m&ne et d'apres l u i , l a j u s t i c e pour oe orime exige l a mort. C'est pour cette raison q u ' i l tue Robert. Get amour violent de Robert et Charlotte avait commence' par une ami t i e ' e't range. Peu de temps apres l e u r rencontre, Robert f u t p r i s d'un d e s i r v i o l e n t de f o u i l l e r cette ame feminine avec son « sc a l p e l psychologique?? forme' par son maitre Adrien Sixte. II ne pensa jamais aux re s u l t a t s possibles de son examen car i l ne se so u c i a i t pas 31 des sentiments de l a jeune f i l l e * H avait une ohose a f a i r e et 11 nous i a d i t en oes mots: « n ' a l l a i s - j e pas, moi, v i v i s e c t e r longuement une ame? '» Mais quand ce jeune homme vain et arrogant se rendit oompte que 1*ohjet de ses reoherches s c i e n t i f i q u e s ne pouvait rester une simple matiere de laboratoire, que cette f i l l e n ' etait point un objet inanlme' et qu'elle v i v a i t et exercait une influence profonde dans sa vi e , i l resta beant, l e sc a l p e l en l ' a i r , ne sachant que f a i r e * Jusqu'ioi oe fut son cerveau seulement qui t r a v a i l l a dans oette fr o l d e expedience. Mais oui! Gar ne v i v a i t - i l pas comme un automate, suivant i e s theories de Sixte qui, l u i , ne v i v a i t que par ses pense'es? Ayant trouve un vide dans l a vie de son coeur s i longtemps ferme a toute experience sentimentale, Robert f u t ebranle'par l'emotion q u ' i l ressentait en presence de Charlotte* II oonfessa: « Je n'avals qu'a me l a i s s e r a l l e r pour connaitre, pour gouter l e s emotions dont j'avals s o i f , pour vivre une vie sentimentale exaltee et amplifiee jusqu'a egaler ma vie i n t e l l e c t u e l l e * Au l i e u de cela je me suis paralyse l e coeur a coups d'idees.» k .11 se v i t maintenant non pas dans l e r o l e de savant implacable mais dans c e l u i d'amant tendre et e p r i s . ' 1 , 9 fllBclple - Bourget, p. 96 z Ibid, p. 188 32 «Je voulats Stre aime » s'ecrie-t-11 «et Je me rendals eompte que cet inte're't moral n ' e t a i t que l e commencement de l a passion.»' Cette passion aboutit a une double tragedie - l a mort de Charlotte et c e l l e de Robert. Qui en est responsable? Robert on Sixte? D'une part, dans T,e niacipjie Robert se mit a analyser une ame feminine et 11 f i n i t par partager un amour sans issue. D*autre part* Adrlen Sixte f u t l ' i n s p i r a t e u r de oe sondage d'une ame naive et inexperimentee des choses de l a v i e . Lequel des deux est responsable des consequences d^sastreuses? Avant de nous prononoer, e'tudions de plus pres ces deux hommes. Adrien Sixte e t a i t un homme de trente-quatre ans, chez qui « toute physionomie de jeunesse e'tait comme detruite par une s i complete absorption de 1'esprit dans l e s ide'es que l e visage rase n 1 a v a i t plus n i age n i profession.» II se tenait l o i n du monde et par consequent 11 ne savait r i e n de l a realite". Aux environs du Jardin des Plantes 11 v i v a l t en s o l i t a i r e , ignorant 1'argent, l a r e l i g i o n et meme l'amour. « Peut-etre M. Sixte a v a i t - i l aime" sa mere. A coup sur, l a s' e t a i t bornee son existence sentimentale. II v i v a l t absolument selon l e prinoipe de Pascal: « Toute notre dignite consists en l a pensee. Travaillons done a ' Le d i s c i p l e - Bourget, p. 190 * Ibid, p. 17 3 Ibid, p. 35 33 bien penser, V o i l a l e principe de l a morale.»' Sa poursuite des choses i n t e l l e o t u e l l e s absorbait tout son temps. II v i v a i t comme i l pensait et i l avait enseigne a Robert a penser pour vivre mais 11 ne l u i avait pas enseigne" a mener une vie normale. A oause de oe manque* de d i r e c t i o n morale Sixte ne d o i t - i l pas se s e n t i r coupable? Car entre un maitre et. son d i s o i p l e n ' y - a - t - i l pas un l i e n e t r o i t ? D'apres Bourget« un maitre est uni a l'ame q u ' i l a d i r i g e e , meme s ' i l n'a pas voulu oette d i r e c t i o n , meme s i oette ame n'a pas bien interprete' 1'enseignement, par une sorte de l i e n mysterieux, mais qui ne permet pas de je t e r a certaines agonies morales l e geste i n d i f f e r e n t de Ponce-Pilate.i)* Robert Greslou, d'un temperament naturellement dangereux, de'elara q u ' i l avait trouve' dans l e s doctrines de Sixte un t e r r a i n pour l e developpement de ses i n s t i n c t s l e s plus mes quins. II d i t q u ' i l avait absorbe^ l a corruption des dogmes de Sixte et q u ' i l avait e'te transforme en criminel par sa philosophie. A i n s i , sa degradation eBt due a son maitre. On sent qu'un homme de d i s c r e t i o n , capable d'user d'un peu de bon sens v e r r a i t que ce Sixte est incapable de formuler une theorie digne de confiance. On sent aussi que 1'intelligence manquait a Robert Greslon pour distinguer entre l e bien et l e mal, 1 ' u t i l e et l e / La vie l i t t e r a i r e - Franoe, p. 69 & Le d i s o i p l e - Bourget, p. 324 24 n u i s i b l e dans l e a dogmes s i importants qui guidaient sa v i e . J u s t i f i e s son orgueil insupportable, sa sensualite, sa o u r i o s l t e morbide et sa jal o u s i e d'une famili e a r i s t o c r a t i q u e par l e s the'ories d'un philosophe, c'est l'acte d'un homme de caraotere bien f a i b l e et meprisable. Par l a vie de oes deux hommes extraordinairea -un philosophe trop i s o l e du monde q u ' i l taehalt d ' e c l a i r e r et un d i s c i p l e tres jeune et trop devoue aux theories perhioieuses d'un maitre - Bourget essaya de prouver aux lecteurs du Disoiple que l e s idees d'un guide i n t e l l e o t u e l exereent une influence profonde, quelquefois bonne, quelquefois mauvaise, et l a plupart du temps a son insu, sur ses partisans consolendeux. On entend partout dans ce l i v r e celebre l a voix d'un moralists serieux qui s'oeoupe du bien-etre dee ames des jeunes gens auxquels i l de'dia son l i v r e . G'est l a protestation d'un homme qu'effarouohait l ' e s p r i t s c i e n t i f i q u e , i n s p i r e par des philosophes contemporains, cet e s p r i t qui penetrait l e s arnes modernes et qui l e s rendait p l e i n s de rancune. II e c r i t <•<«— - c'est un monstre que d'avoir vingt-oinq ans et, pour ame, une machine a c a l c u l au service d'une machine a plaisir.» <(- 1® D i s c i p l e est une date dans l ' h i s t o i r e i n t e l l e c t u e l l e et morale de l a Franoe du dernier s i e c l e *>— C?est du Di s c i p l e que date l a v e r i t a b l e prise de possession par i l e d i s o i p l e - Bourget, p. 7 35 l ' e e r i v a l n de 1*attention publique; c'est a p a r t i r du D i s c i p l e q u ' i l a ete franohement fcdopte' par toute une partie de l a jeunesse contemporaine.^ < ( Le D i s c i p l e marque l e moment precis ou l a generation a l a q u e l l e appartient M. Bourget se detaohe de l a generation pre'oedente. A. cette generation nouvelle, l e l i v r e a donne conscience d'elle-meme •»-- A toute une jeunesse qui, nourrie de Renan et de Taine, et qui, melant l e sto'ioisme de 1'un et I'epicurisme de 1'" autre, s ' o r i e n t a i t , sans bien l e savoir, vers un dangereux dilettantieme, 11 a f a i t entendre un bienfaisant o r i d'alarme; i l l u i a revele l e serieux de l a pensee, l e p r i x de 1'action, l e sens infiniment grave de l a v i e . Et oomme une bonne aetion n'eat jamais perdue, 11 engagealt son auteur dans une vole ou. 11 deyait trouver 1'Inspiration de nouveaux chef d'oeuvres.»* ' Revue des deux mondes, 15 fev, 1911, p i 801 % Ibid, p. 801 36 Chapitre ? JLvant d'aborder cette voie ou i l devait trouver l 1 i n s p i r a t i o n de nouveaux chef d'oeuvres Bourget s 1 e t a i t oonvertl au catholioisme. Uhe v i s i t e a Rome fut l a oause direete de sa conversion. Bourget fut baptise catholique; mais tres jeune encore, i l perdlt l a f o i . Sa jeunesse f u t une e'poque d'agnosticisme et de materialisms. Ses l i v r e s , e c r i t s pendant cette epoque, r e f l e t e n t son scepticisme de f o l r e l i g i e u s e . Beaucoup de ses personnages semblent etre l e porte-parole d'un auteur irreverenoieux. Eooutons Suzanne Moraines qui p a r l a i t a Rene Vincy: — vous etes r e l i g i e u x , j'en suis sure, et bon catholique? » -« Je l ' a i e'te', » r e p o n d i t - i l . - « Et maintenant? » f i t - e l l e avec une expression presque souffrante de son visage. -«J'ai bien des journe'es de doute, » re'pliqua-t-il avec s i m p l i o i t e . » ) Mensonges - Bourget, p. 1E5 37 Andre' Cornells, tout en demandant p i t i e " a Bleu, s'interrompit par ces mots h o s t i l e s : «Folles p r i e r e s l Est*»ce q u ' i l y a un Dieu, un bien, i un mal, une ju s t i c e ? Rien, r i e n , r i e n , rien.» On pourrait m u l t i p l i e r l e s exemples de cet e'tat d'esprit dans l e s premiers l i v r e s de Paul Bourget. Son voyage a Rome re'tablit sa f o i catholique et l e rendit plus prudent et plus heureux. Ge devouement a l ' E g l i s e exerca une influence s a l u t a i r e sur ses e c r i t s . Meme dans Le Disoiple Sixte, philosophe f r o i d , j a d i s incapable d'eprouver des emotions ordinaires, s'agenouille pour p r l e r Dieu. 11 sent l a presence d'une force surhumaine dans ce drame, l a force d'un Dieu que l u i , comme Bourget, avait j u s q u " i c i meoonnu. Emporte par l a ferveur que sa transformation r e l i g i e u s e l u i apporta, Bourget loua l ' E g l i s e comme source d ' i n s p i r a t i o n , non seulement pour lui-meme, mais aussi pour l a nation entiere. II exprime cette opinion dans l a nouvelle pre'face de ses Essais de psyohologie contemporaine quand 11 d i t «Pour ma part, l a longue enquete sur l e s maladies morales de l a France actuelle m'a contralnt de reconnaltre a mon tour, l a v e r i t e proclame'e par des maltres d'une autorite bien superleure a l a mienne: Balzac, Le Play et Talne, a savoir que pour l e s individus comme pour l a societe', l e christianisme est a, l'heure pre'sente l a condition unique i Andre Cornells - Bourget, p. 305 38 et neeessaire de sante" ou de gue<rison.» Gonvaincu que, seule, l a r e l i g i o n pourra guerir l e s maladies morales des jeunes gens de l a France, notre moraliste presenta a ces jeunes gens, en 1890* un l i v r e i n t i t u l e Un Coeur de femme ou i l exposa sa theorie. Les lec t e u r s rencontrent une jeune femme, J u l i e t t e de T i l l i e r e s , mariee seoretement a Henri Ppyanne, orateur a l a Chambre. J u l i e t t e tombe amoureuse d'un c e r t a i n Raymond Casal. Situation etrange pour une femme? Mais nonl Bourget nous assure qu'« avec l e s femmes tout est toujours possible.» Juliette« oomprenait avec une epouvante jamais oalmee, l a v e r i t e de l a s i t u a t i o n morale: e l l e avait bien pu s i m p l l f i e r sa vie dans l e s f a i t s , s a c r i f i a n t loyalement son amour nouveau aux restes douloureux de son ancien --—» 5Qnan&, apres un duel entre son mari Henri Poyanne et Raymond Casal, e l l e r e v o l t Poyanne, J u l i e t t e c r o i t que Casal a e'te tue' et e l l e revele a Poyanne a l a f o i s l e degre' de son devouement a son egard et combien oe devouement ressemble peu a de l'amour. Degoute d'une femme qui ne peut pas en convenir v i s ^ a - v i s de sa conscience, Poyanne quitte J u l i e t t e et l a France pour l'Amerique. J u l i e t t e , l a i s s e e seule, oontemple sa v i e guide'e par des desire e'tranges. E l l e constate qu*« i l y a, dans oe que 1 Essais de psychologie contemporaine, t . l - Bourget,p. XII 2 ITn coeur de femme - Bourget, p. 227 3 Ibid, p. 300 39 nous appelons l e jeu naturel des evenements, comme une profonde j u s t i c e qui nous l a i s s e mener notre existence au gre' de nos mauvais d e s i r s ; puis la- simple logigue de ces desirs realise's nous en ohatie inevitablement.?> Apres son ohatiment - l a perte de son marl - e l l e f u i t l e monde et se r e t i r e chez sa mere a Hanoy, ou e l l e mene une vie tres simple. Apres l a mort de sa mere, e l l e s'occupe de l a guerison de son ame - e l l e entre en r e l i g i o n et devient novice des Dames de l a Retraite. Bourget nous montre par son expose de l a vie t r i s t e de J u l i e t t e q u ' i l y a des maladies de l'ame comme i l y a des maladies du corps. St tout comme 11 y a une guerison pour l e s maux de c e l u i - c i , 11 y en a une pour l e s maux de oelle-tla. Oette guerison, c'est l a r e l i g i o n . Bourget considere l a r e l i g i o n comme e s s e n t i e l l e non seulement pour l e bonheur de 1'individu mais encore pour l e bien de l a nation. I l deplore l e manque d'autorite qui distingue l a societe contemporaine de c e l l e du passe'. Un l i e n entre l e passe et l e present qui existe encore et qui peut etre f o r t l f i e , c'est l a r e l i g i o n catholique. Dans son l i v r e Gosmopolls Bourget nous montre un zouave p o n t i f i c a l exposant ces memes idees dans ces mots: <<la r e l i g i o n est u t i l e , tres u t i l e , Je d i r a i s plus, Indispensable. Pour l e peuple, c'est un f r e i n ne'cessaire t Un coeur de femme - Bourget, p. 163 2 Gosmopolis - Bourget, p. 397 40 Selon Bourget, l a premiere chose qu'un Francais doive f a i r e , c'est de renoncer a cet anarchisme i n t e l l e c t u e l qui a v i l i t tout ce qui a du p r l x dans l a v i e . II doit se soumettre a l ' E g l i s e , qui peut f a i r e renaitre une societe saine des mines causees par des annees de f o l i e revolutionnaire. Dans ses l i v r e s , Cosmopolis (1892) et Id y l l e Tragique (1896) l'auteur se lamente sur une societe' en ruines. Le dernier de ses ouvrages plus traglque qu'idyllique, est un roman p l e i n d* intrigues complique'es, destine 7 a nous montrer que l e s moeurs oosmopolites forcent l e s gens a aspi r e r trop haut. He pouvant r e a l i s e r leurs ambitions, i l s restent meoontents de le u r v i e . l e i est l e sort de Madame de Carlsberg qui deplore sa vie miserable en ces termes: «Ma v i e i l l e gouvernante allemande me d i s a i t toujours en me montrant l e s oise&ux du pare a Sallach: « II faut l e u r ressembler et §tre contents comme eux, avee l e s miettes—# C'est v r a i qu'on n'a que des miettes dans l a vie.» Quant a 1'autre roman, Cosmopolis, Bourget d i t : Toute mon ambition se r a i t s a t i s f a i t e s i j'avals reussi a cr^er i c i un groups d'lndividus non pas representatifs de toute l a race a l a q u e l l e l i s appartiennent, mais seulement possibles dans l e s donnees de cette race, ou de i French P r o f i l e s - Gosse, p. 72 Z Revue de Pari s . 15 Jan. 1896, p, 238 41 oes races.» Ces individus sont l e Marquis Montfanon, zouave p o n t i f i c a l ; l a comtesse Steno, une Venitienne passionnee, impudente et eynique; J l o r e n t Chapron et sa soeur Lydia Maltland gens s e r v i l e s d'origins negre; Lincoln Maitland, a r t i s t e amerioain, p o s i t i f , b r u t a l ; l e baron Justus Hafner, usurier a moitie allemand, a moitie hollandais; Boleslas Gorka, un brave f i l s de l a Pologne et sa femme Maud, Anglaise implacable et l o y a l e . On pourrait enumerer encore bien d'autres personnages d'un esprit cosmopolite. Le drame, qui se passe a Rome, met en jeu tous ces personnages venus de tous l e s points de l a t e r r e . Ces gens se melent de l a vie des autres, meme quand l i s ne veulent que rester simples speotateurs. D'apres Montfanon, i l s avaient l e devoir de se meler de l a vie des autres, meme s ' i l s ne desiraient pas l e f a i r e . Quand i l s ne remplissaient pas ce devoir, quelquefois l a vie des autres en recevait des coups desastreux. II obtient gain de cause contre Dorsenne, jeune e c r i v a i n en disant: « 11 y a toujours et partout un devoir a remplir. Le mien e t a i t d'empecher - — une crim i n e l l e rencontre. Le votre e'tait de ne pas vous ocouper --— d'une eertalne jeune f i l l e . --- Nous avons manque et a quel prix? — » Le p r i x fut l a mort de cette jeune f i l l e - Alba Steno. Bourget, voyageur enthousiaste eut nombre d'occasions ' Coemopolis - Bourget, p. 17 Z Ibid, p. 482 42 d 1observer l a vie cosmopolite q u ' i l f a i t mener a ses personnages, II opmprit que, pour Stre cosmopolite, i l ne s u f f i t pas de voyager et d'aimer a voyager, mais q u ' i l faut un desir-de comprendre l e s diverses manieres de vivre et des moeurs diffe'rentes. Or oe r^s u l t e fatalement dans une inquietude melancolique et une absence de repos. Bourget nous avert!t que l e cosmopolitisms est dangereux: on n?y gagne qu'un v e m i s s u p e r f i c i e l , Une question domine toute oette v i e cosmopolite: c e l l e de l a race. Dans Cosmo p o l l s 1' eorivaln Dor serine, qui a f a i t une e'tude se'rieuse du monde cosmopolite, afflrme que sous l e vernis de l a culture se trouve une espece de Justice r e t r i b u t i v e - c e l l e de «la race, l ' i r r e ' s i s t i b l e , 1'indestructible racel»' « Si oontradictoire que para!sse ce re^sultat, plus on frequente l e s Cosmopolites, plus on constate que l a donne'e l a plus irre'ductible en eux est cette force speeiale de l'here'dite qui sommeille sous l'uniforme monotonie des rapports s u p e r f i c i e l s , prete a se r e v e i l l e r aussitot que l a passion remue 1'arriere - fond du temperaments* D'apres Henri Bordeaux, Bourget voudrait prbuver par Cosmopolis que« l a race est plus forte que 1'education, plus f o r t e meme que l e milieu.^ Une race perd de sa force en se melant avec une autre 1 QoSMQPolls - Bourget, p. 31 z Ibid, p. I i i i Ames modernes - Bordeaux, p. 289 43 race; l a societe se desintegre aussi par 1'union des classes. Pour l e bonheur et l a purete de l a raoe, une fa m i l i e ne doit jamais s'avanoer trop rapidement dans l a societe a l a facon amerioaine. Un tableau tres extreme des malheurs d'une fa m i l i e francaise qui essaie de franch!r leB b a r r i e r s s de sa classe normals, forme l e sujet d'un autre roman, 1 *Etape. Le pere de oette f a m i l i e - Joseph Monneron - est f i l s de paysans. A force d'e'nergie i l devient professeur de lycee. Jacobin ardent i l a «d'ailleurs l a f i e r t e de son or i g i n s et une reconnaissance fanatlque pour I'ordre de choses qui avait f a i t de l u i un bourgeois en quelques annees i d'obstine labour.» Pour l u i l a r e l i g i o n est«le poids mort du passe, l e legs de s u p e r s t i t i o n d'une humanite' infe'rieure.»2 II c r o i t au progres; a v r a i d i r e , c'est plus qu'une croyance, c'est un okl t e . Pendant ses annexes d'Unlversite' 11 se forme ses propres theories pour mener une v i e progressive. II epouse une femme bourgeoise et eleve une f a m i l i e a l a q u e l l e i l preche ses princ i p e s . Mais entre l e s mains de Bourget l e s e f f o r t s de ce pere produisent des r e s u l t a t s tragique8. Sa g e n t i l l e p e t i t e f i l l e J u l i e , dont l e s ide'es sur l e mariage derivent des theories progressives de son pere, prend pour amant un ar i s t o c r a t e - Adhemar de Rumesnil dont bientot e l l e se trouve ' L'etape - Bourget, p. 9 z Ibid, p. 23 44 enoeinte. L'ide'e de mariage repugne a oe jeune arrogant. H i n s i s t e pour que J u l i e se fasse avorter, J u l i e , pauvre p e t i t e , taohe, mais sans succes, de se sui c i d e r . Son pere, au desespoir, o f f r e de se charger, avec e l l e , de 1' enfant• Les freres de J u l i e se conduisaient mal. Gaspard, tout l e monde en oonvient, est une c a n a i l l e . Antoine eleve au lyoee parmi des camarades riches, f r o l e trop jeune l e p l a i s i r . A I'insu de son patron et sous l e nom de Montboron, i l approprie a son propre usage une grosse somme d 1argent, q u ' i l espere pouvolr remplacer a temps grace a un coup de bourse. Mais l a chance l e f a i t et ses ennuis f i n a n c i e r s menent a toutes sortes de complications. Jean, l e f i l s aine, e t a i t amoureux de B r i g i t t e Ferrand, l a g e n t i l l e f i l l e d'un anoien oamarade de son pere. Cet homme, Victor Ferrand, catholique ardent, connut Joseph Monneron, alor s q u ' i l s e'taient tous deux etudiants a l ' U n i v e r s i t e . Mais a oause de l a difference r a d i c a l e de l e u r s idees, i l s s'eloignerent peu a peu l'un de l' a u t r e . Victor Ferrand, maintenant professeur a l' U n i v e r s i t e , trouve Jean Monneron, l e f i l s de son ancien ami, dans ses classes. Jean s'eprend de sa f i l l e . Pour eux oependant l e mariage e t a i t impossible. Jean* oomme son pere, ne pratique pas l a r e l i g i o n catholique. A maintes reprises M. Ferrand montre a Jean que c'est l'ame de B r i g i t t e , formed par l ' B g l i s e , qui l ' a t t i r e et le charme. II l u i re'pete 45 sana oesee «Mais entrez-y dona, dans l ' E g l i s e , et TOUS serez etonne de ee que vous de'oouvrirez eh vous, que vous n'y voyiez pas.» Mais l ' i n f l u e n c e paternelle e t a i t s i forte chez Jean q u ' i l resta sourd aux appels de son professeur. Heureusement pour eux, par une dispense specials de Rome, l ' E g l i s e l e u r permet l e mariage. Joseph Monneron est oonvainou que l e mariage de son f i l s sera heureux. II l u i donne l e conseil suivant: « Vous pouvez r e u s s i r maintenant ou votre pere a e'ehoue', et fonder une f a m i l i e bourgeoise. Vous l e pouvez parce que vous n'&tes pas de l a premiere gene'ration. II en faut plusieurs pour oette oeuvre, car e'en est une, et qui ne s'improvise pas. Vous etes mur pour e l l e et pour ce qui est notre grand devoir a tous: vous pouvez guerir l a France en vous.)) 2' De quo! p e u t - i l gue'rir l a Franoe? Des re'sultats desastreuxde l a poussee democratique. D'apres Bourget «la Democratie n'est pas un f a i t nouveau, o'est une maladie qui reapparalt ohaque f o i s qu'un peuple v i e l l l i t . ^ Cette « maladie >) se manif e s t a i t en France au temps de Bourget sous l a forme d'une s o c i a l i s a t i o n u n i v e r s e l l e des hommes. Meme l e s nobles n'eohappaient pas a oette influence. I l s he detestaient pas l e t r a v a i l manuel comme j a d i s . Q,uelques-uns d' entre eux etaient devenus des chefs de grandes ind u s t r i e s . Pour redorer l e u r blason * k'e'tape - Bourget, p. 39 z IMd, p. 516 3 Le demon de midl. t . I - Bourget, p. £15 46 i l s epousalent de riches h e r i t i e r e s , quelquefois des Juives, quelquefois des Amer!eaines. Cette tendance f a i s a i t trop pour l e s p e t i t e s gens. Pour eux l a Tie • o u l a i t d i r e maintenant plus de l i b e r t e s o c i a l e , p o l i t i q u e et economique. I l s sentaient q u ' i l s valaient mieux qu'autrefois. Devenus ambit!eux, i l s taohaient de se marier parmi l e s classes plus elevees. Dans £'etape Bourget ta.che de montrer aux jeunes gens de France qu'un avancement rapide dans l a societe a l'ame'rioaine ne porte que mainour. Sans l a maturation ne'oessaire une f a m i l l e « b r u l a i t 1' etape »et payalt cher l a rancon de cette« Brreur Francaise^ oomme Bourget appelle une meconnaissanoe des l o i s e s s e n t i e l l e s t f de l a f a m i l l e . Bourget voudrait nous f a i r e c r o i r e que cette s o c i a l i s a t i o n nationale e t a i t l a cause du malheur de l a fa m i l l e Monneron. Mais l e lecteur de L fetape trouyera sans doute que l e s souffranees des membres de oette famille n'e'taient pas l e s re s u l t a t s d i r e c t s d'un mouvement mais d'un manque evident de bon sens de l a part de Monsieur et de Madame Monneron. I l s ne semblaient jamais au courant des a o t i v i t e s de l e u r s enfants. On ne pourrait l e s appeler de bona guides. On sent que s i l e chef de fa m i l l e s'e'tait plus interesse" aux a f f a i r e s de ses enfants, ces derniers auraient ete' de meilleurs citoyens. Bourget attribue l e u r misere non seulement a oette tendance sociale mais aussi au systeme nouveau d'education. 47 Sous Louis-Philippe on avait vu fonder quelques ecoles lalques, mais en general, on negligeait l 1 e d u c a t i o n . Gambetta preeha que l a Prance pourrait s o r t i r de 1'abfme dans lequel e l l e e t a i t tombee par une education pour tous. Jules Perry, Ministre de 1'Instruction Publique, admirateur ardent de Gambetta, fut d'accord. Bes ecoles et des colleges pour 1^education des i n s t i t u t e u r s furent e'tablis sous l a Troisleme Republique et quelques annees plus tard 11 y eut partout en Franoe des e'coles pour l e s gar cons et pour l e s jeunes f i l l e s . Tout l e systeme d'e'dueation de l a premiere moitie'' du dix-neuvieme sieole e'tait sous l a d i r e c t i o n de l ' E g l i s e . L'objet e t a i t l e developpement d e l 1 e s p r i t par l e s pratiques r e l i g i e u s e s et par l e ©ate'ehlsme. En 1882 v i n t l a s e c u l a r i s a t i o n des e'coles communal es et desormais l e but de l'education fut de former l e caraotere de l a jeunesse par 1»enseignement de l a morale. Le pere Monneron, tout en faveur de ce systeme nouveau, s'eerie avec ardeur: « II faut que nous a r r i v i o n s partout a 1'Instruction exclusivement et obligatoirement lalque.» Bourget, h o s t i l e a ces innovations, ne sympathise point avec M. Monneron qui, d'apres lui,« r e v a l t tranquillement d'une refonte totale de 1»education nationale, et, avec oette i n f a i l l i b l e logique dans l e faux qui oaracterise l e s hommes de son p a r t i , i l l a vo u l a i t const!tuee au ' l»fetape - Bourget, p. 269 48 rebours de toutes l e s origines du pays et de toute son histoire.')) Pour Bourget oe systeme nouveau entratnait un v r a i bouleversement de l a T i e nationale de l a France, et l®s p e t i t s Francais et l e s pe t i t e s Franchises que produisait un systeme de'letere produisait ne pouvaient devenir que des fauteurs de desordre s o c i a l . Les enfants Monneron en sont des exemples. Bourget taehe, par son p o r t r a i t de cette f a m i l l e , de nous f a i r e c r o i r e que l e s malheurs de J u l i e , d'Antoine et de Qaspard sont dus non seulement a 1' « Erreur Francaise» male aussi a cette education lalque qui l e s empeicha de distinguer l e Bien du Mal. D'apres Bourget 1'anclen systeme sous l a d i r e c t i o n de l ' B g l i s e et l e s e l eves de ce systeme sal u t a i r e e'taient superieurs. Voyons. Sieve de oe systeme e t a i t Adhemar de Rumesnil - a r i s t o c r a t e d ' a i r elegant mais de moeurs deprave'es. Son education ne l'empeche point de se s e r v i r de sa p o s i t i o n sooiale et de ses biens pour seduire une jeune f i l l e . Pour l e s leeteurs de ce l i v r e l a oonduite de ce vaurieh est meprisable. C'est l u i qui merite un eh&timent et non pas J u l i e . Pour Bourget, oependant, Adhemar e t a i t un a r i s t o c r a t e et c e l a s u f f i t pour que 1*auteur l u i pardonne ses y i l e s actions. Dans oe l i v r e on sent un c e r t a i n mepris pour l a classe ouvriere, chez qui tout est a blamer, et une admiration sans bornes pour l e s gens riches ou tout est i L'etape - Bourget, p. £69 49 digne d'estime. Par oette attitude Bourget s'est f a i t une reputation de« snob » . Pour tous l e s gens tombess sous l ' i n f l u e n c e des tendances e g a l i t a i r e s de son temps, Bourget n'avait que l e plus grand mepris. A i n s i , pour l u i , l a f a m i l i e Monneron tout en « brulant l'e<tape?>ne meritait que des malheurs interminables. Pour l e lect e u r , comme nous l'avons de'ja d i t , l a oause des malheurs de l a fa m i l i e Monneron parait inoomber plutot au pere et a l a mere qui negligeaient de donner de bons conseils a leurs enfants et oe l i v r e de Bourget ne parvient pas a nous f a i r e v o i r l a France moderne comme un pays ou un mouvement democratique f a i t des citoyens l e s viotimes malheureuees d'une education et d'une ambition sociale exageree. Pour M. Ernest-Charles«oe l i v r e est pernioieux. II s e r a i t plus dangereux encore s ' i l e'tait de mellleure litterature.»' Un autre l i v r e « pernioieux» Le Fantome devanoa L' e'tape d'un an. I c i , un quadragenaire - de Malclerc - tombe amoureux d'une bel l e jeune f i l l e Eveline - l a f i l l e d*une femme que de Malolerc avait aimee i l y avait bien dew annees. «Aimer d'un memo amour l a mere et l a f i l l e , c'est un crime, et qui a un nom: C'EST U¥ INGESTE.^Mais de Malolerc appartenait a une generation ou, d'apres Bourget, i e s tr a d i t i o n s europeennes s'etaient evanouies et ou l'egotisme ' Revue bleue, l e 7 j u i n 1902, p. 723 Z Revue des deux mondes, l e 15 decembre, 1900, p. 764 50 avait remplaoe' l e theisme. L'ihdividu maintenant f a i s a i t ses propres l o t s pour regler sa v i e . A i n s i de Malolerc ne v i t pas de mal dans ses r e l a t i o n s aveo oette jeune f i l l e . << Je l e s aime toutes deux,» d i t - i l «l»une morte, 1'autre vivante, — - Mais on n'aime pas l a f i l l e apres avoir aime l a mere Et pourquoi? Si je sens a i n s i , Je sens ainsi.?>' Et i l l'epousai Mais l e fantome - l a figure de l a mere d 8Eveline survenait constamment entre de Malolerc et sa femme. Reureusement pour eux, oe fantome se d i s s i p a a l a naissanee de le u r f i l e . Bans oe roman e'trange i l y a une longue analyse des passions humaines - une analyse qui taohe de nous prouver que l e crime commis par de Malolerc d 1 e t a i t par un mariage incestueux, mais plutot l'abus de l a confiance d*Eveline. Car e l l e ne sut que plusieurs annees apres son mariage. q u ' i l y avait eu un amour partage entre sa mere et son mari. En 1904 parut un l i v r e i n t i t u l e Un Divorce ou Bourget attaque une autre influence malsaine qui menaoalt l e s foyers frangais. Par l e t i t r e meme on peut de'viner l e probleme de Madame Albert Darras divorcee d'un marl lvrpgne et de qui e l l e a eu un f i l s , Luoien, maintenant age' de v i n g t - t r o i s ans. De son mariage present e l l e a une jeune f i l l e age'e de onze ans. Emue a l'lde'e de l a premiere communion de sa f i l l e , Madame Darras se rappelle l e s annees de sa jeunesse, et ressent l e d e s i r de rentrer dans l e i Revue des deux mondes, l e 15 de'oembre 1900, p. 770 51 giron de l ' E g l i s e , Le pretre, M. Euvrard, refuse oe pr i v i l e g e a oette divorce'e dont l e premier mari v i t encore* Plus tard. apres l a mort de son premier mari, Madame Darras veut solenniser un mariage r e l i g i e u x . Pour e l l e son mariage present sans l a sanction de l ' E g l i s e n'est pas legitime; e l l e regarde son mari eomme son amant, elle-meme eomme sa maitresse. Gbtenir l e consentement de son mari pour oette oeremonie sera d i f f i c i l e , oar e l l e s a i t son aversion pour l ' E g l i s e . fille se souvient d'une conversation ou. i l l u i c r i a : «je t ' a i d i t souvent, et je n'ai pas change' d'avis; l'homme est ce que l e f a i t son education. La theorie de 1'heWdite' toute - puissante n'est qu'un reste de cette vaste i n j u s t i c e organ!see que fut l'Eglise.» Incapable de persuader a son mari qu'un mariage r e l i g i e u x s o i t necessaire, e l l e t&ohe de. re'tablir I'ordre dans sa fam i l i e par un moyen e't range - aeoompagne'e de sa peti t e f i l l e , e l l e quitte son marl! Une carte du pere Euvrard, laisse'e chez M. Darras, annonce que oe pretre s e r v i r a i t 4' intermedaire a ces gens separees. M. Darras desire sincerement l e retour de sa femme et de sa f i l l e pourvu q u ' i l ne s o i t jamais question d'un mariage r e l i g i e u x . Soit* E l l e s reviennent chez e l l e s . Madame Darras, cependant, espere du plus profond de son coeur qu'un jour son marl oonsentira par pit i e " pour e l l e a un mariage r e l i g i e u x . ' UP divorce - Bourget, p. 66 52 Pendant tout ce temps, Madame Darras se sent« l a prisionniere de oe divorce, - comme avait d i t s i profondement l e prStre, - l a mere de Luelen et de Jeanne maudit une f o i s de plus cette l o i erimlnelle, a l a tentation de la q u e l l e sa fa i b l e s s e de femme avait succombe, l o i meurtriere de l a vie f a m i l i a l e et de l a v i e r e l i g i e u s e , l o i d'anarchic et de desordre, qui l u i avait promis l a l i b e r t e et l e bonheur, et e l l e n'y trouvait, e l l e apres tant d'autres, que l a servitude et l a mi sere. >  Pour Bourget l a fam i l l e est un groupe saint que r i e n ne doit s£parer. II ne pouvait comprendre l a j u s t i c e d'un divorce qui permet l a separation d'une f a m i l l e et qui de t r u i t l e bonheur d'un foyer. Pour l u i l e divorce n'e'tait qu'<< une l o i meurtriere qui menait a un desordre de l a vie f a m i l i a l e et de l a vie r e l i g i e u s e , » II deplore l e s moeurs d'une generation qui permet l e divorce, Le seul guide de ces jeunes gens semble §tre leu r conscience, C'est meme le u r guide pour un mariage heureux. Lucien Darras, un jeune homme de oette generation, ayant de se marier, ohoque sa mere par son attitude envers l e mariage. II l'explique a i n s i : «Nous pensons que l a valeur morale du mariage reside uniquement dans 1'engagement des consciences - — Le v r a i mariage, l e seul qui s o i t absolument exempt de convention raensongere, c'est 1'union l i b r e . - — Nous allons vivre '/ Un divorce - Bourget, p. 397 53 ensemble en Union libre.» «Tradition;; devient un mot ereux qui s i g n l f i e une maniere de vivre demodee. A oette e"poque Bourget v o i t l e s jeunes gens faoonner le u r oonduite non d'apres l e s coutumes de le u r s parents mais d'apres l e u r s propres ide'es, derivees de l e u r s experiences personnelles. Pour l u i , l e s d r o i t s de l a famill e priment ceux de l ' i n d i v i d u . Pans l e s mots du pere Buyrard«la justioe, l a oharite exigent l e s a c r i f i c e de l ' i n t e r e t i n d i y i d u e l a l'interet general. Ge principe domine l a societe.?) Dans un l i v r e i n t i t u l e ' L' Emigre' Bourget prend pour theme un autre principe qui dominait l a societe - c e l u i de 1'heWdite'. A. v r a i d i r e 11 y a deux emigres dans oe roman. L'un d'eux est un noble, M. de Clavi e r s - Grandchamps, emigre' du beau monde aristocratique par l a faute d'un employe' qui avait gaspille' une grosse pa r t i e de sa fortune. I'autre emigre est Landri de Claviers-Grandohamps, f i l s du premier emigre'. Landri apprend un jour que son v r a i pere n'est pas M. de Claviers-Grandohamps mais un c e r t a i n M. Jaubourg. « Je n'avais pas l e s i n s t i n c t s d'un v r a i noble.;> confesse-t-11 apres avoir appris l a v e r i t e sur sa naissanoe. «Je n'ai pas non plus ceux d'un v r a i bourgeois — s Qu'il est t e r r i b l e , ce mot auquel je n!avais Jamais p r i s garde: l'adultere — C'est 1»stranger au foyer. C'est l a Race ' Un divorce - Bourget, p. 344, 345 l Ibid, p, 27 54 faussee. G'est l a creation d'une ame hybrids comme l a mienne.'fl Landri veut epouser Valentine O l i e r , jeune f i l l e de grande beaute" mais qui n'est pas de l a noblesse. Son pere, cheque' de ce de s i r de son f i l s qui veut epouser une femme d'un rang i n f e r i e u r au sien, l u i o r l a : « Ce monde, en l'e'pousant, tu l'apparentes a nous. Cette f a m i l i e , t u l ' a l l i e s a l a nStre. Tu t a l l i e s ! Creuse ce mot s i profond, comme tous ceux ou l e langage ne f a i t que traduire d ' i n s t i n c t s l'experience des s i e c l e s , »* M. de C l a v i e r s -Grandchamps veut convainere son f i l s que son rang dans une fami l i e noble l u i impose des obli g a t i o n s . II est oblige' d*epouser une femme de l a noblesse; i l d o i t renonoer a oe mariage qui, pour l u i est une mesalliance. Agir autrement se r a i t abaisser l e prestige des nobles et a l t e r e r l a purete' de l e u r ligne'e. « Tout i n d i v i d u n'est que 1'addition de ceux qui l'ont precede', un moment d'une lignee.>> d i t M. de Claviers-Grandchamps a son f i l s . « En 1'unissant a un autre individu §ul soit a un memo degre du developpement de sa fa m i l i e , on a l a chance d'obtenir une creature super!eure, de f i x e r des caracteres acquis. Mais o* est l a raceI — l e role du noble en face de l a Resolution m'est apparu clairement: maintenir d'abord sa Maison. C'est l a aussi 1*opinion de-Bourget. II reve d'un ' L'omlgre' - Bourget, p. 213 z Ibid, p. 79 s Ibid, p. 84-85 55 retour au systeme de l'anoien re'gime. Une fam i l l e devrait s'enraciner pour durer. Bourget e r o i t que toutes l e s grandes families s'eteignent l e s unes apres l e s autres. Alors que, selon l u i , i l est enoore temps, Bourget l e s implore de re'generer l a France par l e u r sang pur et genereux et de r e t a b l i r l e s anciennes t r a d i t i o n s de l a noblesse. II voudrait voir«le Roi revenu, l a Revolution refoulee, — — l ' S g l i s e triomphante>/dans une France completement guerie de l a maladie demooratique. Pour l a noblesse de France, oe l i v r e e t a i t un panegyrique sincere, un monument a r t i s t i q u e . L'emigre vient de l a plume d'un moraliste qui aimerait pouvoir effacer l e s re s u l t a t s de deux revolutions en France, un homme qui voudrait v o i r r e t a b l i e l e s anciennes i n s t i t u t i o n s . Comme nous 1'avons deja d i t , i l voudrait empeoher l a democratisation progressive de l a France modeme, oar oe mouvement tend a rendre l e s hommes egaux, au l i e u de l e s maintenir dans des cadres f i x e s . U affirme sans cesse que l'homme l e plus heureux est c e l u i qui mene sa propre vie dans l e mili e u s o c i a l ou i l est n4, Au l i e u du progres Bourget preche 1'ordre. Chaque changement de l'ancien ordre des ohoses en France l e bouleverse. Voila pourquoi i l c r i t i q u e amerement l a ooutume nouvelle de f a i r e des inventaires des biens de l ' E g l i s e - coutume qui resulte de l a separation de l ' E g l i s e et l ' l t a ^ e n 1905. ' L*emigre - Bourget, p. 398 5 6 « L'inventaire p r e s e r i t par 1 ' a r t i c l e 3 de l a l o i du 9 decembre 1905 e t a i t une simple mesure conservatrice, in t r o d u i t e au surplus dans cette l o i a l a demande de l a minorite opposante de l a Commission. Mais 11 o f f r a i t d'autre part aux intransigeants une occasion unique de provoquer des troubles par lesquels i l s esperalent f a i r e echec au gouvernement. Geux-oi, fondant l e u r espoir sur l'attaehement du peuple a ses Eglises, s'efforeerent de persuader a l a masse peu avertie des catholiques que l ' i n v e n t a i r e n*avait d'autre objet r e e l que de preparer l a s p o l i a t i o n et q u ' i l about!rait, s i on l a i s s a i t l e s agents<de 1'admin!stration aecomplir paisiblement l e u r mission, a l a main - mise du gouvernement sur l e s e g l i s e s elle-memes et sur l e s objets du oulte. Nombre d'imbeciles l e crurent, et c'est ce qui explique l e s scenes r i d i c u l e s et violentes auxquelles donnerent l i e u l e s inventaires dans beaucoup de regions Dans l e roman L'emigre, M. de C l a v i e r s - Grandchamps ne cesse de repeater a son f i l s « Que domain l e s gens qui nous gouvernent te commandent d'executer une de l e u r s infames besognes, l e crochetage d'une e g l i s e , que feras-tu?» Et v o i l a que cet ordre o f f l e i e l a r r i v e . Que f a i r e ? Son anxiete monte, i l ne s a l t quel p a r t i prendre. Soudain, une c l a r t e se f i t dans son e s p r i t . Je suis fou. » se d i t - i l <tSi l'on emploie l e s dragons a l'un de ces inventaires, on ' l»a separation des eglises et de l ' e t a t - Narfon, p. 59-60 2. L* emigre' - Bourget, p. 81 57 enverra plus d'un peloton. Ce n'est pas un lieutenant, c'est un capitaine qui oommandera Je serai en second. S ' i l y a une porte a enfoncer, et que l'on n' a i t pas d'ouvriers o i v i l s , l e capitaine devra donner l'ordre et pas moi.» Cependant l e s ohoses ne se passent pas comme 1'avait espere l e lieutenant. Bevant l a porte de l ' e g l i s e , entotiree d'une foule furieuse, c'est a Landri de commander l e s dragons. II hesite. Du devoir m i l i t a i r e ou de devouement f a m i l i a l e lequel l'emportera? -« bien, mon l i e u t e n a n t ? * d i t a l o r s l e commissionaire «je c r o i s que l e moment est venu.>> - K Non,» repond Landri en s'arraohant a sa pensee, et d'une voix ferme, oette f o i s , a non, je refuse.>> -rc Tous refusez? - — » d i t l e sous - prefet en s'avaneant. «Mais avez-vous bien r e f l e e h i aux consequences, monsieur a 1 ' a r t i c l e 234 du Code penal? » - «• Je refuse,» repete l e Jeune homme ---» Son pere, f i e r de cet acte d'independanoe de Landri, proolame que son f i l s f a i t l a un v r a i s a c r i f i c e non seulement a toute sa famille mais encore a l a France. « La France sans l ' E g l i s e , oe n'est plus l a France dont font partie nos maisons.» d i t - i l a son f i l s . « Servir cette France, pour un noble, c'est renoncer a sa noblesse.» Apres cet acte herolque, ' L*emigre •!• Bourget, p. 207 H Ibid, p. 226 3 Ibid, p. 365 58 Landri devient un vrai« emigre'.» &veo sa femme Valentine i l quitte l a France et commence une v i e nouvelle au Canada. II est un peu ironique, n'est-ce pas, qu'un noble chasse de l a France par l e s conditions qui, d'apres Bourget, resulteht d'une maladie appelee l a democratic, oherohe un a s i l e dans un pays encore plus de"mocratique que c e l u i q u ' i l quitte? En tout cas, au Canada i l sera l e bienvenu. Dans sa patrie d'adoption un systeme demooratique l u i fournira bien des occasions pour une vie pleine de succes, de bonheur, de l i b e r t e personnelle et r e l i g i e u s e . C'est un theme r e l i g i e u x qui f o u r a i t 1 ' i n s p i r a t i o n pour un nouveau l i v r e de Bourget - Le Demon de Midi, l e dernier roman q u ' i l e c r i v i t avant que n'eolatat l a Guerre de 1914. II emprunte son t i t r e e'trange au Psaume 91:5 et 6 de l a B i b l e : « Tu ne oraindras n i oe qui e f f r a i e pendant l a . n u i t , n i l a fleche qui vole pendant l e jour; n i l a contagion qui marohe dans l e s tenebres, n i l a peste qui exerce ses ravages en p l e i n midi.» Deux hommes d'age mur - Louis Savignan, depute' oatholique d'Auvergne et l'abbe Fauohon, ouvrier d'une immense renovation r e l i g i e u s e , sont tous deux tentes par cet egarement, oe DAEMOUIUM MERIDIAMUM et tous deux cedent a ses influences po/issantes. Le pe'ehe de Louis Savignan, o'est d'avoir un amour coupable pour Madame Genevieve Galvieres q u ' i l a ja d i s aime'e, a l o r s qu'elle e t a i t Mademoiselle de Soleac. Savignan est un homme dont l a 59 oonduite dement l a facon de penser, Gette f a i b l e s s e f a i t dire a Bourget«A-t-11 l e d r o i t de s e r v i r : orateur par l a parole, e /erivain par l a plume, homme d'Etat par l*autorite,« des ide'es auxquelles i l c r o i t , sans y conformer sa vie? Oui, p u i s q u ' l l y c r o i t , Hon, pu i s q u ' l l n'agit pas d'apres elles,» Par une serie d'evenements douloureux Bourget nous montre q u ' i l n'en a pas l e d r o i t , L'abbe Fauohon, eoolesiastique moderne Jette l e froc aux o r t i e s et epouse H i e , Therese Andrault, II tache de j u s t i f i e r sa conduite par l a publication de Hakeldama - un l i v r e dans lequel i l exprime ses idees pour un nouveau systeme dans l ' E g l i s e , II voudrait v o i r la« r e v i s i o n des l i v r e s saints par une commission composee des repre'sentants des diverses communions ohretiennes, u n i f i c a t i o n des r i t e s aveo emploi dans ohaque pays de i a langue nationale pour l e s ceremonies, mariage des pretres, i n i t i a t i v e prise par l ' E g l i s e a i n s i reconstituee d'une immense refonte sociale, en vue de r e a l i s e r 1'Ide'al evangelique d'une Democratie u n i v e r s e l l e , ^ La mort aocidentelle de Jacques Savignan, f i l s du depute, fut l a cause de l a conversion de ces deux hommes, II meurt d'un ooup de revolver t i r e par l'abbe" Fauohon l u i -meme. « La force qui ramene Fauohon a l ' E g l i s e , oe n'est pas l e remords d'avoir tenu I'arme qui a tue' Jacques Savignan. Ce remords n'est que l'oooasion. Cette force, c'est 1»evidence q u ' i l a eue de l a v e r i t e catholique dans / Le demon de mldl. t. 1 - Bourget, p. i i i & Ibid, p. 215-216 60 l e malheur de son mariage et dans 1'admirable mort de Jacques. II.a tenu l a devant l u i , dans un raocourcl saisi s s a n t comme une v i s i o n , l e tableau de l a vie humaine t e l l e qu'elle est contre l ' E g l i s e , t e l l e qu'elle est dans l ' E g l i s e . Et, quand i l a VU, 11 a obei a l a lumiere. Au l i e u que Savignan, l u i , avait l a lumiere. II l ' a toujours eue. II a f a i l l ! en pleine conscience. Ces fautes - l a sont l e s grandes fautes. Ces deux hommes etaient t e n t e s — par cet e'garement du mili e u de l a vie - — l e DEMON DE MIDI. Seulement, l'un n'a pas compris q u ' i l e t a i t tente et l'autre l ' a toujours su. V o i l a pourquoi Savignan est puni par l a p r i v a t i o n de l a olarte contre l a q u e l l e i l a peche.-— i l y a un grand enseignement dans cette h i s t o i r e . — Cet enseignement --- c'est q u ' i l faut vivre comme on pense, sinon, tot ou tard, on f i n i t par penser comme on a vecu.'» A i n s i se termine un autre roman de Paul Bourget. Dans chacun de ses l i v r e s publies entre Le d i s c i p l e et ses romans de guerre 11 y a en e f f e t une leoon morale pour l e lect e u r . Dans chacun, 11 y a une revelation de l a pensee et de l a personnalite du moraliste. La vi e , t e l l e q u ' i l nous l a montre dans ses l i v r e s , est dure, inquiete et malheureuse. Les personnages r e f l e t e n t l e s meme8 t r a i t s . Comme nous 1'avons deja vu, d'apres Bourget, ce malheur s i repandu et ja d l s inoonnu en France trouve son origine dans ce mouvement halesable - l a democratie. ' Le demon de midi, t . II - Bourget, p. 374-375 61 En 1888 Bourget, alo r s age de trente-six ans, v l t l e commencement de oette maladie et en antleipa l e s r e s u l t a t s possibles. Dans un a r t i c l e i n t i t u l e Science et poesie i l en a v e r t i t l a nation en ces termee: « L'homme de l a democratic se trouve oblige", une f o i s sur m i l l e , de se f a i r e , aussitdt q u ' i l entre dans l a v i e , un c a p i t a l de convictions sur l e s prinoipaux objets de l a perisee et un c a p i t a l materiel d'argent monnaye. L'heredite des dogmes et des fortunes tend a d i s p a r a l t r e , et, s i nous etudions l a France aotuelle, par exemple, est disparue. Les moralistes deplorent amerement cette solitude ou l a plupart des jeunes gens se trouvent a vingt ans, et oette neoessite imposee de oommenoer son etablissement, par l a base, dans l e domaine des idees et dans l e domaine des f a i t s . G'est l a une condition mauvaise pour l a f l o r a i s o n de oertaines plantes rares, mais l e s moralistes negligent d'ajouter que l'espeoe des plantes rares est bientdt detruite, quand l a maree demooratique deferle a p l e i n f l o t . «11 est probable, d'autre part, que l a Democratic, suivant une antique comparaison, mais toujours juste, f a i t perdre a l a c i v i l i s a t i o n en profondeur ce qu'elle l u i f a i t gagner en etendue. Plus 8implement encore, l a Demooratie parait aboutir au triomphe de l a mediocrite, par cela seul qu'elle aboutit en p o l i t i q u e a l a souverainete du plus grand nombre, en i n s t r u c t i o n a 1'eparpillement des oonnaissances, en economic sociale a 1'eparpillement de l a 62 richesse. <(—-> l a Democratie est l e mot de 1*avenir pour notre o i v i l i s a t i o n - — Oui, l e regne de l 1 i n d i v i d u mediocre est proohe, et oe regne s'aceompagnera d'une ve r i t a b l e anarohie morale et psychologique, dont l e s signes precurseurs sont deja v i s i b l e s autour de nous. Habitudes privees et publiques, prinoipes de po l i t i q u e et de r e l i g i o n , theories du devoir et du p l a i s i r , tout oe qui f a i t l e fond et l a forme de l a vie humaine est devenu personnel aujourd'hui et d i f f e r e n t d'un homme a un autre.» La theorie p o l i t i q u e que Bourget se forma a cette epoque ne changea pas pendant toute sa v i e . Au oontraire, e l l e ne f i t que prendre plus profondement racine. Pour prouver combien i l e t a i t toujours du meme avi s , i l e c r i v i t ses romans pour appuyer ses convictions. Tous ses romans, 4 u- -Disciple en 1889 jusqu*au Demon de Midi en 1914, attaquant les« habitudes privees et publiques, prinoipes de p o l i t i q u e et de r e l i g i o n , theories du devoir et du p l a i s i r s sont des l i v r e s t r l s t e s et decourageants. Bourget a maintes f o i s d i t que ses l i v r e s forment l e miroir de l a nation. Souvent, dans oe miroir, I'amertume et l a douleur resultant des fautes d'une nation semblent prendre des dimensions gigantesques et l a j o i e et l e bonheur diminuent d'autant. Ce miro i r tordu est une loupe grossissante a travers l a q u e l l e un moralists oonsciencieux i F ortnightly Review, l e 1 a v r i l 1888, P. 574, 575, 581 63 mais aveugle par des prejuges de classe serute l a misere d'une nation et cherche a montrer a ses contemporains a quel point l e mouvement s o c i a l du s i e c l e peut aboutir s i on ne l a corrige pas des l e debut. i 64 Chapitre VI Quand l a Grande Guerre I eclata en aout 1914, Bourget e t a i t un homme de soixante-deux ans. A cause de son age, i l ne pouvait s'engager dans l e service a c t i f . Gependant i l voulut aider l a cause de cette guerre sinon par l'epee du moins par l a plume* «J'ai un me'tier, >) se d i t - i l d'apres un propos r e c u e i l l i par un de ses f a m l l i e r s . «. Je ne puis r i e n a cette guerre dont nul ne saurait prevoir l e terme. Eh bien! je vais oontinuer mon metier, oomme c'est l e devoir de tout bon citoyen qui n'est pas p r i s par l ' a o t i o n m i l i t a i r e . C'est encore SERVIR que d' exeiroer sa profession. » II exerea sa profession d'ebrivain par l a publication de Sens de l a mort - l i v r e dans lequel i l ne d e c r i t pas l e s aspects exte'rieurs de l a guerre mais plut6t l a vie i n t e r i e u r e de deux etres s a i s i s par l e t o u r b i l l o n de oette l u t t e gigantesque. L'un d'eux est Michel Ort^gue, dpcteur eminent, souffrant d'un cancer q u ' i l s a i t etre f a t a l . Trop de t r a v a i l dans l e laboratoire mene ce savant a une negation t o t a l e et d e f i n i t i v e de l a v i e . « Moralement.^. / Revue hebdomadaire, j u i n 1918, p. 385 65 i l s'appariait plutdt a un docteur Faustus, aasoiffe de toutes l e s j o i e s de l a vie et l e s e'treignant toutes. Pour Ortegue <x l a mort est un phenomene eatosrophique l a f i n absolue d'un etre et« l'annulation de tout son psychisme sentimental.;) 5 II se refuse a oroire a 1'exlstence d'un Dieu ou d'une vie future. Cependant, i l n'a pas l e oourage de braver seul l a mort imminente. n demande a sa femme de se suioider au moment ou i l sentIra venir sa f i n prochaine. ELle l e l u i promet. Tout l e eontraire de oe negateur brutal est Irnest l e G a l l i c , cousin de Madame Ortegue, lieutenant d ' i n f a n t e r i e . Le G a l l i c deja serieusement blesse est a ce moment malade a l ' h o ^ p i t a l du dodteur Ortegue. C'est un Chretien ardent, croyant fermement que « des forces peuvent t r a v a i l l e r sur l'univers, dont nous ne soupconnons meme pas 1'existence.» II est homme d'action, modeste et simple. Pour oe soldat Chretien, l a mort est bien plus que l a f i n d^ 'une vie sur cette t e r r e . II y v o i t quelque ohose de bien plus glorieux que l e terme de 1'existence. Pour l u i , comme pour tout soldat Chretien de I'armee francaise, l a mort est un s a c r i f i c e f a i t pour l a France. II y a de l a souffranoe dans l a mort. Bien entendu. Mais cette souffrance sert a / Sens de l a mort - Bourget, p. 18 Z Ibid, p. 305 3 Ibid, p. 304 f l b i d , p. 213 66 payer l e s fautes humaines. Naturellement Ortegue et l e Ga l l i o aveo des theories s i opposees, discutent l e u r s points de vue. Un jour pendant une de le u r s frequentes discussions Le G a l l i c d i t a Ortegue: « Comme tout dans l a vie aboutit a l a souffranco et a l a mort, s i l a souffranco et l a mort n'ont pas ce sens - — d'un rachat, quel sens o n t - e l l e s , et quel sens a l a vie?;; «Auoun,» d i t Ortegue. Naturellement un homme convainou comme l ' e s t Ortegue que l a vie n'a aucun but, est un individu t r i s t e , mo me et a n t i - s o c i a l . D'autre part, Le G a l l i c , p l e i n de l a joi e de vivre, est un homme f o r t sociable. II est done f a o i l e de comprendre comment Madame Ortegue, femme d'un homme degoute de l a v i e , se trouve a t t i r e e par l e s charmes de son oousin Le G a l l i c . C e l u i - o i l u i i n s p i r e un nouveau de'sir de vivre et par consequent e l l e est forcee de oonfesser a son mari qu'elle ne veut pas t e n i r l a promesse qu'elle l u i a f a i t e de se sui c i d e r . Ortegue remorquant que sa femme s'eloigne de l u i , ne peut plus supporter une vie deja s i miserable. II se suioide en prenant une dose foudroyante de morphine. A cause de son oancer, sa mort semble naturelle a tout l e monde sauf a un seul ami intime a qui Ortegue avait oonfie son intention de se suioider. Ce f u t une mort tragique, oette mort d'un m a t e r i a l i s t s i Sens de l a mort - Bourget, p. 55 67 qui possedait un fonds d'information s c i e n t i f i q u e et psychologique u t i l e a un monde souffrant, « Sa memoire ne p e r i r a pas, mais l a plus preeieuse a c q u i s i t i o n de son t r a v a i l , sa pensee, avec l e tresor acoumule de ses reflexions, — tout cela va s'ablmer dans l e neant.» Dans un monde ou l a destruction de l a vie humaine e t a i t s i brutale, l a philosophie calme et rassurante du G a l l i c est d'une Joie rayonnante. Que tout l e monde partage son bonheur i n s p i r e de l a f o i catholique! A v r a i d i r e pendant l a Grande Guerre I, un groupe d'e'crivains patriotes voulurent formuler un programme pour r^ge'nerer l e bonheur in d i v i d u e l Jadis s i dominant chez l e s Francais. A ces gens lasses d'une guerre longue et brutale, ces auteurs precherent sans cease un retour aux a i l e s p rotectrices de l ' E g l i s e catholique. La devotion r e l i g i e u s e , r ^ p e t a i e n t - i l s rendra votre vie plus riohe, plus abondante et plus heureuse. Bourget est un de ces auteurs ambitleux et par son Sens de l a mort i l f a i t entendre un appel sincere pour l e renouveilement du zeie r e l i g i e u x en France, II renforea son theme par l a publication d'un autre l i v r e Lazarine dans lequel l a Religion est encore une f o i s l a foroe generatrice. Lazarine Jeune f i l l e francaise tres devote reoontre un jeune soldat, Robert Graffeteau qui l u i f a i t l a cour. Son amour est partage". I i cache a Lazarine q u ' i l est divorce' et que sa femme v i t toujours. E l l e apprend ces Sens de l a mort - Bourget, p. 304 68 nouvelles par un ami; et, pour une jeune f i l l e r e l i g i e u s e l e mariage avec un divorce' est naturellement impossible. Helas, une l o i de l ' E g l l s e l u i defend de r e a l i s e r l e d e s i r l e plus cher de son coeur. << La l o i de Dieu est l a >? d i t Lazarine, «. Je ne l a discute pas, mais que c'est durl '> Robert, dans un acces de colere, tue sa femme divorcee qui e t a i t devenue degeneree. Encore en possession de sa raison, i l oonfesse son meurtre a Lazarine et son d e s i r de se suioider. Je me suis condamne a mort, j'exeouterai l a sentence. Je me f e r a l j u s t i c e . Je payerai ma dette » d i t Robert a Lazarine. ftEt a qui? •>  i n t e r r o g e - t - e l l e « Pas a l a societe, puisque votre mort ne sera un exemple pour personne. Pas a cette pauvre ame, que vous avez precipitee, ohargee de ses peohes, aux pieds de son Juge. Pas a Dieu qui defend tous l e s homicides. Vous n'aurez r i e n paye, r i e n efface. Vous serez d e l i v r e de l a v i e , comme vous d i t e s et se d e l i v r e r , ce n'est pas racheter, c'est deserter Lazarine r e u s s i t enfin a persuader Robert qu'un suicide sera dishonorable. E l l e renvois aux champs de b a t a i l l e oe soldat qu'elle aime s i tendrement. E l l e est f i e r e du courage q u ' i l montre quand i l donne sa vie pour sauver un soldat ' Lazarine - Bourget, p. 242 z Ibid, p. 26$ 69 blesse dans l a b a t a i l l e . C'est une grande consolation pour e l l e que Robert autre f o i s ath.ee, se s o i t conf esse et a i t communis quelques jours avant sa mort* Se ce soldat sur l e point de se tuer, Lazarine f a i t un homme qui place sa vie entre l e s mains du Bon Bleu* A cause de l a confession de ce pecheur repenti, on l u i pardonne son crime. Par sa mort - l e s a c r i f i c e d'un o f f i c i e r donnant sa vie pour sauver un de ses hommes - i l gagne un« magnifique relevement moral/» A i n s i l a guerre f u t l e aalut de Robert, Les mots de l a derniere l e t t r e de Robert a Lazarine montrent a quel point cette jeune f i l l e avait i n s p i r e l a f o i r e l i g i e u s e a son fi a n c e : «. Tout donner, tout donner! II faut tout donner, meme c e l a ! Que l a volonte de Bleu s o i t f a i t e , et q u ' i l vous garde, vous, mon salut, ma redemption, ma fiancee en Notre Seigneur, dans oette vie eternelle a la q u e l l e vous m'avez f a i t croire.?)*' Par dette i d y l l e Bourget nous montre l e meilleur aspect de l a Grande Guerre - son pouvoir de reparer la: f o i et l'ame d'un homme. Bans son dernier l i v r e e c r i t pendant l a Grande Guerre, Bourget ne mentionne qu'une seule f o i s l a guerre elle-meme. Le heros du roman - Hugues Courtin, tout en voyageant par t r a i n , l i t dans un Journal l a nouvelle de 1'assassinat de l'archiduo Ferdinand a Sarajevo. On pressent l a guerre. ' tog&rine - Bourget, p. 279 £lbid, p. 292 70 Hugues ar r i v e en I t a l i e pour v i s i t e r son aneienne maitresse -l a duchesse de Roannez - «. une Cosmopolite, ou plutdt Cosmopolis elle-meme.» Chez l a duohesse se trouve un naln, Bellagamba, follement jaloux de Hugues et absolument determine a l e tuer. II envoie une bombe au docteur Roudine et l a place dans l a maison au moment ou. i l c r o i t Hugues avec l a duchesse. Hugues, cependant, a deja quitte' l a maison quelques minutes avant 1'entree du naln. La bombe e c l a t e l Peu de temps apres 1*explosion Bellagamba est tout surpris de v o i r Hugues sain et sauf dans l e j a r d i n . Le naln hors de l u i se pr e c i p i t e dans l a maison brulante et y trouve une mort h o r r i b l e . Detruite aussi par l'inoendie est une statue de Nemesis - oette de'eese qui symbolise I'ordre et l a mesure dans l e monde. A v r a i d i r e tout oe roman est sous son Influence; on peut l e devlner au t i t r e meme: « Neme'sis.» Cette d l v i n i t e dedaigne l a disproportion ou l e manque d'harmonie dans l e s choses de l a vie humaine; Bans une vie ou manque l e sens de l a j u s t i c e ou de l a moderation e l l e verse un malheur c e r t a i n . Pour oette raison l a v i e de l a duohesse de Roannez - une v i e trop l i b r e et trop impeWeuse-termine tragiquement par i a main des Parques. E l l e e t a i t une« creature d'abus, qui ne croyait a r i e n ; qui ne se r v a i t a r i e n , qui ne respeetait r i e n . y> E l l e taohait de se preter a tout et de ne se donner a r i e n . E l l e s 1 e t a i t / Nemesis - Bourget, p. 13 a Ibid, p. 73 71 AMORALISEE, en essayant de tout comprendre, d'etre l a passante de toutes l e s theories comme de toutes l e s impressions, - preuve apres tant d'autres que l a pense'e n'eBt bienfaisante par elle-meine, qu'elle a ses abus comme l a volonte qu'elle exige, pour rester normale, une discipline.» Cette Nemesis, «1'exeoutrice de l a jalo u s i e des dleux»* exeroe son pouvoir non&eulement sur un individu qui l a defie mais aussi sur une nation entiere. Une nation en prole a une haine malsaine pour une autre nation pese sur l a balance de Heme's i s et i n v i t e son intervention. Quand e l l e i n t e r v i n t en aout 1914 l a Grande Guerre e c l a t a . Les e'venements qui menerent a oette guerre ne sont pas s i importants pour Bourget que l e s emotions des hommes qui y prire n t part. Par consequent, dans ses romans de guerre, on ne rencontre jamais l e s descriptions de scenes h o r r i b l e s qu'on trouve partout chez E r i c Remarque ou chez Ernest Hemmingway. Ce n'est pas que Bourget ne l e s a i t jamais vues. Car quand i l e t a i t tout jeune, i l avait vu l e s soldats prussiens abattre en pleine rue l e s soldate f r a n c a i s . II aurait pu choquer ses lecteurs par des d e t a i l s sanglants et affreux s ' i l 1'avait voulu. Mais «seule l a guerre parle bien de l a guerre» peut-etre l e s a v a i t - i l . Son es p r i t analytique recherche plutot l a oause de ces scenes tragiques q u ' i l s a l t e x i s t e r . i Hemesis - Bourget, p. 189 . Z Ibid, p. 138 72 Bourget l a trouve, cette cause, dans l ' e t a t de dese'quilibre qui exists partout. Dans l e s mots du pere Desmargarets, oratorien du roman Nemesis, « Nous sommes vraiment a une epoque trop comble'e. Mate'riellement, i l y a trop de bien - etre, trop de luxe, trop d'avidite' et de p o s s i b i l i t y de j o u i r . Moralement, i l y a trop d*orgueil, une d i v i n i s a t i o n de l'homme partout, dans l a vie prive*e et dans l a vie publique, un a bus constant d ' a e t i v i t e , d'emotion, de pense'e;^ Les romans de guerre de Bourget viennent de l a plume d'un homme qui taohait sincerement d' i n s p i r e r au monde un regime d'ordre. En temps de guerre, Bourget preene aux Frangais de se r v i r l e u r pays pour l'empecher de tomber dans des mains ennemis. Pourtant, i l v o l t au dela de ces temps trouble's par des b a t a i l l e s mortelles, un temps t r a n q u i l l e ou. l a Prance devra se rege'nerer* D'apres Bourget oette oeuvre importante est l e l o t de l a f a m i l l e francaise, dont l e s membres doivent etre catholiques et citoyens du meme rang de l a socie'te. Les heros et l e s heroines des romans de guerre de Bourget - Le G a l l i c , Lazarine, et l e s autres symbolisent l e s types l e s plus capables d'ex^cuter cette oeuvre nationale. ' ffeM^BlB - Bourget, p. 16 73 Chapitre 711 La Grande Guerre I dura de 1914 a 1918 mais l 1 i n f l u e n c e et l e souvenir de cette l u t t e persisterent longtemps apres l e dernier coup de canon, II est done nature! de trouver dans l e s romans de Bourget e o r i t s apres l a guerre nomhre de personnages discutant l e s inoidents de l e u r temps de service ou des soenes qui avaient eu l i e u dans un hopital p l e i n de blesses de guerre. II est aussi naturel de trouver Bourget repetant sans cesse ses p l a i d o i r i e s pour une France unie, maintenant que l a p a i r est r e t a b l i e . II preohe constamment l a valeur inestimable pour l a France d'une r e l i g i o n uniforme. Dans son roman Un drame dans l e monde, ^ o r i t en 1921, Bourget nous peint l e p o r t r a i t d'une femme coupable de orime, en proie a de cruels remords mais supportant l a v i e , soutenue par l a f o i . Odette, l a comtesse de Malhyer s'empare du testament de sa tante mourante. E l l e apprend que tout 1'argent de sa tante est destinee a des oeuvres de oharite'. Ce n'est pas e l l e qui est l'he'ritiere, oomme e l l e l'espe'rait. Le s o i r meme de oe vol son mari l u i d i t q u ' i l s sont ruines. 74 Apres avoir appris cette nouvelle, Odette brole l e testament et met du poison dans l e verre de medecine de sa tante. Personne ne soupoonne un meurtre. Odette, l a seule parente, devient a i n s i l ' h e r i t i e r e u n i v e r s e l l e de sa tante. KLle Be b r o u i l l e avec eon amant qui s'inte'resse f o r t a une certaine jeune Parisienne. La Jalousie met Odette hors d * e l l e et e l l e vient chez son amant pour l u i confesser son crime, affirmant qu'elle a vole 7 l'argent pour l u i . Profondement ebranle' au r e o i t de sa confession, 11 l a prle de q u i t t e r son l o g i s seance tenante. Cet aecueil b r u t a l vaut a Odette une maladie nerveuse. Odette revele a son mari ce qui l ' a s i longtemps troublee - l e meurtre de sa tante et l e vol de 1'heritage. Geraud de Malhyer o r o i t q u ' i l s pourront echapper aux tourments que l e u r cause l e u r conscience en menant une vie devote, Jadis, 11 avait ete l i b r e penseur et moniste. Aotuellement 11 est oroyant et a f o i en un Dieu. « Mais s ' i l n'y en a pas? )> se demande-t-il,« M o r s 11 n'y a n i Bien, n i Mal, n l liberte', n i ame, n i vie s p i r i t u e l l e . II n'y a que de mouvement. II n'y a que 1'ELECTRON, oomme je l ' a i eru quand j ' e t a i s moniste, l'atome d'energie, dont l ' e t e r n e l l e et i n u t i l e evolution a produit ces arbres, ces montagnes, m'a prodult, a prodult Odette, a produit son crime qui n'en est pas un, son remords qui est une i l l u s i o n , ma douleur qui est une ohimere.» i TJn drame dans l e monde - Bourget, p. S08 75 C'est l a guerre qui a transforme 7 Gte'raud ae Malhyer. Avant l a guerre i l e V i t a l t ses infe'rieurs. II dedaignait f o r t l a olasse ouvriere. Mais pendant l a guerre i l dut se meler aux bourgeois et aux paysans. Par l e contaot o b l i g a t o i r e de oes gens q u ' i l avait a u t r e f o i s ha'is, i i se rendit compte que l a meme force i n s p i r e tous l e s rangs de l a societe francaise. Ecoutons ses propres paroles qui expriment ses sentiments. «Quand je suis p a r t i dans oe mois d'aout 1914. j ' e t a i s pret a f a i r e mon devoir, mais tout en moi p r o t e s t a i t contre l a v i e de brute que j ' a l l a i s mener comme simple soldat, et dans quelle sooie'tel Cette socie'te, je me f e l i c i t e maintenant d'y avoir ete mele. C e t a i e n t des paysans, des ouvriers, des commercants. etaient l e s gens qui venaient nous poser l e tapis, i n s t a l l e r notre e ' l e c t r i c i t e , f a i r e l e ravalement de 1'hotel, reparer 1'automobile. ---Paysans, ouvriers, bourgeois, une meme force l e s animait, l e s soutenait. Cette force, c ' e t a i t l a France. Comment a v a i t - e l l e dormi en moi? Comment avals-je pu m'appliquer, m'aoharner a ne pas l a i s s e r fremir en moi l e Francais, tout simplement? - — quand on y habite sans y s e r v i r , on est, oe que je vous d i s a i s tout a. l'heure, un i n u t i l e , done un parasite/» A oe point on se demande s i Bourget, l u i aussi, est maintenant en faveur de ce meme rapprochement des classes, j Un drame dans l e monde - Bourget, p. 60-61 76 Dans ses romans public's avant l a guerre ohaque mention de rapprochement ou de «demoeratisation »etait 1'objet de sa veine oynique? oar i l n'approuvait point oe regime. Bourget, l u i aussi, avait rencontre l a classe ouvriere pendant l a Grande Guerre. Nous savons q u ' i l avait p r l e l e s Francais de SERVIR l a Franoe au temps de l a guerre et qui lui-meme, avait servi sa pa t r i e en continuant son metier d'e'erivaln. Mais i l rendit des servioes a l a France encore d'une autre maniere, En 1904 11 avait f a i t l a connaissance d'un medeein appele' Dupre, attache a une inf i r m e r i e parislenne. II admira tant cet homme que son plus grand p l a i s i r f u t d'assister aux consultations juBqu'a oinq f o i s par semaine. Ces Etudes l e rendirent capable d*aider l e s me'deeins dans l e s ho p i t aux m i l i t a i r e s. I c i i l prodigua tous ses soIns tant aux soldats bourgeois qu'aux paysans. Oserons-nous presumer que oe contact volontaire a change' ses sentiments soeiaux envers oes gens? En tout cas, on peut dire sans aucun doute que ces cours medicaux donnerent a Bourget une connaissance intime de l a routine d'un hospital et un vocabulaire immense des termes medioaux. A oette epoque on attachait dans l e s cours de me'decine beaucoup d'importance a 1'e'tude de l a psychologie. Les termes d'« he'redite' »et de «milieus se dlsoutaient dans l e s s a l l e s de classe. L'enthousiasme de Bourget pour oes discussions se sent meme dans ses romans. En 1923 i l e'eriyit La geole - une etude psychologique 77 ourieuse. C'est 1'histoire d'un c e r t a i n jeune homme, Jean-Marie V i a l i s , dont l e pere et 1'oncle se sont tous l e s deux suicides. Jean-Marie ignore oe f a i t . Sa mere ne l u i a jamais parle* de orainte de v o i r un autre suicide dans l a f a m i l l e . E l l e est convaincue que ce t r a i t de suicide est heVeditaire et e l l e a grand'peur de l a puissance de l ' h e r ^ d i t e . N'a-t-elle pas 1'opinion de son ami, l e dooteur Vernat pour eonfirmer ses oraintes? C e l u i - p i l u i a d i t : « Mon confrere Grasset a beau dire que fd'herecLite' n'est n i f a t a l e n i ine l u c t a b l e . » C'est l a geole. Mais a un prisonnier dans une geflle, pour q u ' i l ne se oasse pas l a tete oontre l e mur que f a u t - i l dire? «Vous pouvez en s o r t i r . Meritez-le Helas! quand i l s'agit de cette p r i s o n - l a i l n'y a personne qui a i t qualite' pour donner l'EXEKD.>) A i n s i Mme. V i a l i s se t a i t oar e l l e oraint que, s i son f i l s apprend l e suicide de son pere et de son oncle, i l ne s o i t porte a suivre l e u r funeste exemple. Jean-Marie grand!t, se marie et a deux enfants-Rene et J u l i e t t e . Un jour i l apprend q u ' i l n'est pas l e v r a i pere de J u l i e t t e . Au desespoir, i l de'cide de se tuer. Sa mere arr i v e chez l u i juste a temps pour empScher un troisieme drame dans l a f a m i l l e . E l l e l u i raconte 1?histoire de l a mort de son pere et de son oncle. E l l e l e supplie de vivre pour sauver son propre f i l s Rene. « De vivre pour l e sauver, l u i aussi? » s'eerie Jean-Marie« Oui je v i v r a i et je l e sauverai. Seulement, a l u i , i La geole - Bourget, p. 89 78 je p a r l e r a i , des q u ' i l pourra comprendre, comme tu viens de me p a r l e r . Je te re'pete. II faut savoir pour mieux lutter.>7 Bourget taehe de nous prouver que Jean-Marie a surmonte sa f a i b l e s s e hereditaire par l a revelation du suicide de son pere. L'heredite done n'est n i « f a t a l » ni« ineluctable.» De nos jours un psyohologue o r i t l q u e r a l t se'verement ce denouement. II d i r a i t qu'on n'he'rlte jamais d'une tendance au s u i c i d e . Jean-Marie ayant trouve un nouvel interest dans l a vie, change ses jours de melancolie en jours de j o i e et a i n s i surmonte sa t r i s t e s s e . Aux longues heures de meditations melancoliques qui l'ont mene a l ' l d e e du suicide, i l substitue un i n t e r e t croissant pour l e bien - etre de son f i l s . II oublie ses propres douleurs dans 1'accomplissement de son devoir paternel. E'oublions pas que Bourget e'orivit oe roman i l y a vingt ans. En ce moment-la ces deux termes« l'he'redite» et «le milieu» etaient assez nouveaux. Meme de nos jours l e s psychologues he savent pas avec certitude quels t r a i t s doivent etre attribues a l'he'redite et quels t r a i t s a 1•influence du m i l i e u . En 1924 Bourget a t t e i g n i t l e s soixante-douze ans. Mais, en depit de son age, i l poursuivit sa o a r r i e r e . II publia en oette annee un autre roman - Coeur pensif ne s a l t ou.  11 va. L'heroine de ce roman - Irene Maulgue est foroee ' geole - Bourget, p. 291 79 par sa mere de quitter ses etudes a l a Sorbonne pour epouser un ce r t a i n Maurice Servieres, C e l u i - c i est tue' pendant l a Grande Guerre, Avec sa pet i t e f i l l e Annette Madame Servieres va chez sa soeur qui t r a v a i l l e dans un hop i t a l m i l i t a i r e . E l l e aide sa soeur dans son t r a v a i l . Madame Servieres s'eprend de Bernard Moncour, un soldat blesse. Marcelle Roucher, jeune f i l l e encore amoureuse de Bernard, est jalouse de Madame Servieres. E l l e ment a Madame Servieres et l u i d i t qu'elle a un enfant de Bernard. Puis pleine de remords a cause de sa bassesse, Marcelle e'crit a Bernard pour l u i avouer son mensonge. Bernard r e c o i t l a l e t t r e a. l ' i n s u de Madame Servieres. Quand Madame Servieres questionne Bernard sur son a f f a i r e avec Marcelle, i l garde l e sile n c e . II ne nie r i e n pour v o i r s i Madame Servieres pourrait l e c r o i r e capable d'une t e l l e a c tion. E l l e l e juge coupable et i l s se separent pour toujours. Bien des annees apres oe t r i s t e adieu Madame Servieres rencontre Marcelle. Cette derniere l u i avoue son mensonge et s'eerie: « Vous l'avez cru, q u ' i l m'avait f a i t un enfant et abandonnee. Et quand i l a vu que vous l e jugiez capable de ca, i l n'a pas daigne se defendre.» II ne reste a Madame Servieres que l e melancolique souvenir d'un tendre amour. « Avoir e'te aimee a i n s i dans oe renonoement et ce devourment par quelqu'un que l'on aime. i Coeur pensif ne s a i t ou. i l va - Bourget, p. 290 80 et l e s e n t i r , n'est-oe pas avoir connu une des plus douces et des plus fortes emotions d'ioi-bas? Et se retrouvant l'e'tudiante i d e a l i s t e de sa jeunesse, Irene se d i s a i t , avec un inexprimable melange de ferveur et de melanoolie, que, pour certaines ames, et dans de certaines circonstances, l a vraie maniere de vivre sa v i e , a*est peut-etre de l a rever.'» En 1926 parut l e roman Le danseur mondain - un roman s i different des autres qu'on se demande s ' i l vient de l a plume de Bourget. Bans oe roman l'auteur s'efforce de rendre l'e'tat d'esprit de l a premiere partie du vingtieme s i e o l e , de de'erire l'age du«jazz.)> 11 de'plore l a conduite des jeunes gens de cette epoque. Pour eux l a Grande Guerre est du domaine de l ' h i s t o i r e , et non une etape dans l e u r v i e , Un personnage du roman - Jaffeux, ancien patron du «danseur mondain» B e y r i a l , exprime a i n s i l e s sentiments de Neyrial au sujet de l a Grande Guerre. «Qu'a-t-elle e'te pour l u i ? Un accident hero'ique. Rien de plus. Pour l e s hommes de l a race de mon pere, de cette race dont j ' a i l e sang dans l e s veines, se hattr© c'est s e r v i r . » z B'apres Jaffeux, oes jeunes gens come Neyrial- et i l y en avait beaucoup - ne peuvent s e r v i r l a France. I l s ne pensent qu'a l e u r s p l a i s i r s et non pas a l e u r devoir envers leu r p a t r i e . II n'y a qu'une solution -« C ' e s t — a nous l e s a£ne's, s i vraiment i l y a beaucoup / Coeur pensif ne s a i t ou 11 va - Bourget, p. 294 z Le danseur mondain - Bourget, p. 291 81 de jeunes gens comme c e l u i - c i ( H e y r i a l ) : maintenir dans l e milieu ou nous e'voluons un TOMJS moral, empeeher a tout p r i x que, pour l a France aussi, ces quatre annees de guerre n'aient ete qu'un accident hero'ique. - J'essaierai i de ne pas y manquer.» Ces jeunes gens d'aujourd'hui tachent de cacher l e u r confusion et leu r manque d'intelligence des a f f a i r e s du monde sous une gaite' foroee, par une «musique preeipitee et monotone, melancolique et sacoadee, qui caraote'rise l e s danses d'aujourd'hui. Bepuis l a guerre de 1914 et sa longue trage'die, i l y a de l a frenesie et de l a t r i s t e s s e , a l a f o i s , dans l e s moindres gestes d'une socie'te trop profondement e'branle'e*• En 1931 Bourget ecrivit un roman i n t i t u l e La rechute ou i l repete un de see themes f a v o r i s - « l e devoir des enfants de payer pour leurs parent s.» Cecile Remonde et Pierre The'raude ne peuvent se marier parce que l a mere de Cecile et l e pere de Pierre ont ete amants. Pi e r r e decide de vouer sa vie aux oeuvres francaises en Argentine. II part pour I'Ame'rique du Sud, mais trouve l a mort dans un accident d'avion pendant l e voyage* «Je serai digne de lui.» s 1 e e r i e Cecile en apprenant sa mort. « II est mort pour s e r v i r l a Franoe, Je ne v i v r a i plus que pour l a s e r v i r , moi aussi, dans ma modeste sphere ..?> / Le danseur mondain - Bourget, p. 295 k Ibid, p. 2 3 La reohute - Bourget, p. 279 v-Ibid, p. 273 82 Les deux derniers romans de Paul Bourget I n t i t u l e s Le diamant de l a reine et Le louveteau (1932) sont gals et oharmants. L'un d'eux raconte l e v ol d'un diamant de Marie-Antoinette et l'autre l e vol d'une montre par un «boy scout »qui avoue son crime et se reforme. Meme dans un roman a denouement heureux. Bourget a l e temps de deplorer l a s i t u a t i o n de l a Franoe et l e s e f f o r t s trop f a i b l e s que font l e s Francais pour s e r v i r l e u r pays. II d i t «ceux d'aujourd'hui vont ramasser des documents en Europe et hors de l'Europe, avec oette ide'e, une des chimeres d'apres-guerre, d'une penetration dies c i v i l i s a t i o n s i e s unes par l e s autres. comme s i , entre peuples, se mieux connaitre n' e t a i t pas une chance de se ha'ir i davantage.» Est-ce que Bourget voyait dans l e o l e l bleu de l a France s'accumuler de sombres nuages? V o y a l t - i l approoher un ouragan qui f e r a de'ferler sur sa phere patrie l e s raf a l e s d'une guerre nouvelle? Cependant, l e sort l u i fut element, fit l u i epargna l a vue die son; pays sous l a botte teutonne. n mourut i a v e i l l e de Noel 1935 a l'age de quatre-vingt-trois ans. / Le diamant de l a reine - Bourget, p. 9 83 Chapitre T i l l Le but des e c r i t s de Paul Bourget est de ramener l e si e c l e de l a science a l ' E g l i s e , de l a Republique a l a monarchie, du naturalisms a une l i t t e r a t u r e i d e a l i s t e . Bourget fut athee Jusqu 1a l'£ge i e trente-cinq ans, mais a oette e'poque i l f i t un voyage a Rome qui I'impressionha beaucoup et l e ramena aux sentiments r e l i g i e u x de sa premiere jeunesse. Son changement 4*attitude envers l a r e l i g i o n ne se manifeste n u l l e part aussi clairement que dans l a difference entre son-commentaire sur Renan e c r i t en 1883 dans l ' e d i t i o n o r i g i n a l e et oe l u l e c r i t en 1899 dans 1*edition d e f i n i t i v e de ses Essais de psychologic contemporaine. En 1883 i l e c r i v a i t « Nous avons des aujourd'hui, en M. Renan, un exemplaire aoheve' des di s p o s i t i o n s r e l i g i e u s e s qui ra i l ! e r a ! e n t l e s vagues croyans de cet age CRUEL; et QUI BONC 0SERAIT AFFIRMER QUE l'acte de f o i sans formule auquel aboutit des a present L'OPTIMISME DESABUSE de cet h i s t p r i e n BE NOTRE r e l i g i o n mourante n'exprime pas l'essence de oe qui doit demeurer dUmmortellement PIEUX, dans ce magnifique et miserable temple du coeur humain.» I Revue des deux mondes,"1911, p. 81 84 En 1899 Bourget r e e r i v a i t oes mots a i n s i « Nous avons, SEMBLE-T-IL, de^ s aujourd'hui, en M. Renan, un exemplaire aeheve" des d i s p o s i t i o n s r e l i g l e u s e s qui r a l l i e r a l e n t l e s vagues croyans de oet age SANS DIEU QUE NOUS VENONS D'IMAGINER; et l*aete de f o i sans formule auquel aboutit des a present cet h i s t o r i a n , PIEUX MALGRS' LUI, d'une r e l i g i o n QU'IL DECLARE mourante, DEVIENDRAIT UN GERME DE RENOUVEAU. IL EN SORTIRAIT TOUTE UNE MOISSON D'ESPERANCES NOUVELLES, car oet aote de f o i exprime 1*essence de oe qui doit demeurer d'immortellement croyant, IRREDUCTIBLE A L*ANALYSE, dans ee magnifique et miserable temple du coeur humain - ET S'IL EN EST AINSI, POURQUOI TANT S'ATTACHER A LE DEVASTER?>> Ce renouveau des sentiments r e l i g i e u x de Bourget l'amena a regarder l ' E g l i s e oomme une source inestimable de guerison des maladies franoaises. II pensait qu' «une France debatholioisee est une France diminuee, diminuee dans sa force d'exparision a l'etranger, c'est trop evident, diminuee dans sa force de concentration.)) D'apres l u i , seule l a doctrine catholique resoudrait l e s problemes de responsabilite dans lesquels l ' e s s e n t i e l de l a v i e humaine se trouvait engage". La r e l i g i o n catholique exigeait l'autorite"; e l l e i n s i s t a i t sur l'ordre et l a d i s c i p l i n e . Pour Bourget l a valeur de l a r e l i g i o n e t a i t inestimable ear i l e'crivit «aucune de mes pages ne s e r a i t possible s i l'Evangile et l ' E g l i s e n'avaient penetre l e monde moral comme i l s l'ont f a i t - — » Dans ses romans Bourget s'efforoa iRevue des deux mondes. 1911, p. 81 zPages de c r i t i q u e et de doctrine - Bourget, p, 33 3 i b i d , p. 81 85 de gue"rir l e s ames q u ' i l avait renduBs malades. Sa solution consists a l e s ramener a l ' E g l i s e . Get apdtre d'une restauration r e l i g i e u s e f ut trop assure de 1'excellence de cette panacea. II se plut tant a l 1 a n a l y s e de l a societe s i compliquee de son epoque q u ' i l distingua nettement l e mal mais f o r t mal l e s remedes. Georges P e l i s s i e r v o l t Bourget dans l e role d'un medecin qui p r e s c r i t a ses malades pour l e s guerir«deux drach:rnes de oatholioon en p i l u l e . ^ * Son zele pour l a monarchie fut aussi v i f que sa ferveur r e l i g i e u s e . II d i t «J'eeris a l a lueur de deux v e r i t e s e'ternelles: l a r e l i g i o n et l a monarohie, deux necessite's que l e s evenements contemporains proclament, et vers lesquels tout e c r i v a i n de bon sens doit essayer de 3 N ramener notre pays.» Eleve de Taine et de Renan, Bourget s o u f f r i t , comme eux, d'une meme i l l u s i o n apres l e s evenements de 1870. I l s en vinrent tous a c r o i r e que l a democratie e t a i t une tromperie p o l i t i q u e et de oe pessimisme Bourget forma sa theorie de catholicisme a r i s t o c r a t i q u e . II dedalgna l a log!que, ne f i t aucun e f f o r t pour formuler une the'brie p o l i t i q u e inspiree des d r o i t s de l'homme;.. II re'futa l e pouvoir de l a raison; pour l u i o'est un agent de destruction. II retourna a l a t r a d i t i o n . « H me faut un effort»e"orivit-il « pour me persuader qu'un de mes l i v r e s imprimes et que je r e l i s , ' Ames modernes - Bordeaux, p. 878 £ Revue bleue. l e 30 mars 1895, p. 409 3 Essais de psyohologie contemporaine, t . I-Bourget, p.XII * Authority In The Modern State - Laski, p. 178 86 meme c e l u i que Je viens de f i n i r , est re'ellement de moi. J 1attache a l a remarque que je viens de souligner une certaine valeur. J'y vois l a preuve que l r i n o o n s c i e n t est l a p a r t i e l a plus febonde de notre Stre et C'EST PAR CETTE OBSERVATION QUE JE SUIS DEUENU TRADITIONALISTS.';) II ne s'interessa point a l'idealisme de l a Revolution; pour Bourget e l l e n 1 e t a i t que l a o r i s t a l l l s a t i o n d'erreurs po l i t i q u e s et morales. II eut aime v o i r l'aneantissement du t r a v a i l de deux revolutions et l e retour aux i n s t i t u t i o n s qui empeohalent plutot q u 1 e l l e s n*encourageaient l e progres de l a societe et de l ' i n d i v i d u . Pour l u i 1*individualisme n'eta i t qu'un e f f o r t pour e'chapper aux consequences des l i e n s soolaux. Gette l i b e r t e personnelle e t a i t h o s t i l e a l'ordre et a l a securite. D'apres Bourget, c ' e t a i t a la, f a m i l l e plutot qu'a l ' i n d i v i d u de regenerer l a Prance. «Aimer l a Prance, » e c r i v i t - i l «c'est tot ou tard, aussi, reoonnaitre l a valeur de l a f a m i l l e francaise, et, l a voyant menacee, subordonner a l a reconstitution de cette c e l l u l e generatrioe toutes l e s autres besognes.?? La l i b e r t e i n d i v i d u e l l e l u i semblait anarohie, l a theorie ^ g a l i t a i r e l u i p a r a i s s a i t en oomplet desaocord aveo l e s f a i t s de l a vie quotidienne. Bourget i n s i s t a que l e s vertus q u ' i l l o u a i t chez l ' a r i s t o c r a t i e etaient inherentes i Reyue des deux mondes, 1911, p. 81 £ Authority In The Modern State - Laski, p. 17 87 a oe rang de l a aocietel Ses qualites admirables etaient propres a un groupe gouvernant. II est done naturel que Bourget a i t destine 1'aristooratie, aidee de l a haute bourgeoisie, a gouverner l e pays. Pour l e bien-€tre &e l a nation, Bourget i n s i s t a i t sur une s t r a t i f i c a t i o n formelle et r i g i d e de l a sooiete. I l i n s i s t a aussi B u r l e s devoirs sociaux. C'etait l e devoir d'un a r i s t o c r a t s d'accepter l e luxe et l e raffinement et c e l u i d'un paysan d'aooepter l e dur t r a v a i l . La vie de l a race dependait dons^d'apres l u i , de l a t r a d i t i o n ou des principes suranne's qui, j a d i s , guidaient l a vie nationale. C'etait un systeme monarchique, regional, catholique et ar i s t o c r a t i q u e . L'oeuvre de Bourget est un assaut dirige"contre l a base meme des idees du dix-neuvieme s i e c l e . II regardait son e"poque comme une ere d' experiences et i l f u t meoontent des r e s u l t a t s . Le desordre, 1'individual!srne, l e scepticisme et l a degradation r e s u l t a i e n t des ideaux de l a Revolution. D'apres l u i , l e s personnalltes remplacaient l e s principes et l ' e s p r i t public cedait l a place a l ' e s p r i t de p a r t i , Le systeme e l e c t o r a l ne c h o i s i s s a i t pas ceux qui pourraient l e mieux s e r v i r l a p a t r i e . Bourget demandait une monarchie; pour l u i l a f o l i e du systeme demooratique e t a i t l a d i s t r i b u t i o n mal choisle du pouvoir. Cependant, exception f a i t e d'un groupe de t r a d i t i o n a l i s t e s comme Bourget, on ne doutait point de l a valeur d'un gouvernement democratique. Ce ohoix de Bourget revele son incomprehension 88 complete de l'e'poque. Personne ne de'sirait retoumer a 1'orthodoxie du moyen a"ge. La tolerance i n s p i r a i t l e libe r a l i s m e ; l e libe'ralisme a det r u i t ces eonoeptions antiques de l a societe humaine qui n'admettaient point l e s changements neeessaires dans l a forme et dans l e e aspirations d'une societe sans cesse en mouvement. Bourget aurait du etudier l a forme de l a societe amerioaine et l a transformation de 1 * a r i s t o c r a t i c anglaise avant de formuler ses theories statiques.' Meme dans ses theories sur l e roman Bourget r e v i n t a l a t r a d i t i o n francaise. Begoute du roman natural!ste et re"aliste, i l tacha de creer un type nouveau. Ce roman «devrait etre humain,» e c r i v i t - i l en 1883 «et par ce mot nous entendons q u ' i l dedaignerait l e s creations monstreuses dont nous obsedent l e s retaliates. Comme nous voulons un apaisement, i l r e s p i r e r a i t l'amour d'une existence meilleure, plus simple que notre vie moderne, toujourB s i agitee. Le roman que nous desirons se soucierait done peu de peindre des fous et des malades, i l retrouverait l a beaute" dans 1'etude des choses saines ou des sentiments nobles. Ce roman aurait pour oharme une entiere sinoerite'. Sans dissimuler l e mal, i l ne l'exage'rerait pas au point de I ' e t a l e r seul en pleine lumiere. Comme i l se souviendrait qu'un desordre immense est au fond des ames, i l chercherait a degager l a l o i qui gouverne l e s passions humaines.... /Authority In The Modern State - Lasxi, 177-187 passim 89 Enfin, s i l e roman dont nous parlons q u l t t a i t l e s hautes voies de l ' a r t pour vivre de notre vie moderne et oombattre nos oombats, sa regie devrait etre c e l l e - c i : ne se soumettre a aucune coterie, et, souoleux de l a Prance avant toute chose, t r a v a i l l e r a detruire l e s haines c i v i l e s qui nous ont desunis meme en face de l'ennemi. «•-- En essayant l e p o r t r a i t du roman i d e a l qui conviendrait a l'heure pre'sente, nous avons retrace" en meme temps l e s devoirs auxquels ne saurait se soustraire aucun e"orivain qui se respecte: l a ve r i t e humaine et morale, l e souoi du style et du patriotisme.» Bourget rappela l e s ecrivains a-l'etude de l a v i e i n t e r i e u r e et a 1'analyse des cas de conscience. EL remit en faveur «une forme de roman qui est vraiment dans l a t r a d i t i o n francaise. En le u r s moins meohantes part i e s , l e s grands romans du dix-septieme si e o l e etaient deja des romans d'analyse, I t oes chefs d*oeuvre: La  Princesse de Sieves, Manon Lescaut, Rene". Adolphe, appartiennent au meme genre. II a f a i t entrer dans l a l i t t e r a t u r e un type nouveau, - l e type de l'homme de f i n de c i v i l i s a t i o n , trop i n t e l l i g e n t et qui souffre de l'exces de culture ce'rebrale, - qui a, depuis, s i souvent reparu dans l e s l i v r e s . »R Bourget e'tait en somme moins preooeupe' du monde exterieur que des choses de l'ame, moins sensible ' Nouvelle revue, 1883, p. 455-456 z P o r t r a i t s d'e'erlvains - Rene Boumic, p. 35 90 au p l a i s i r de rendre l a forme des choses ou l e s aspects de l a melee humaine qu'a c e l u i de decomposer des sentiments et des ide'es en leurs elements p r i m i t i f s et de remonter d'un phenomene morale a un autre* Cet e s p r i t d*analyse about!t naturellement a une grande t r i s t e s s e . Bourget s'attend!t a oette douleur quand 11 oommenca son role d'e'er! vain moraliste car i l avoua en 1885 «Prendre au serleux, presque au tragique, l e drame qui se joue dans l e s i n t e l l i g e n c e s et dans l e s ooeurs de sa generation, n'est-ce pas affirmer que l'on c r o i t a l'importance i n f l n i e s des PROBLEMES DE LA VIE MORALE?;/ Avec l a gravite d'un prStre, Bourget f i t confesser ses personnages. Ses analyses detaille'es et ses ref l e x i o n s morales r a l e n t i r e n t l ' a o t i o n de ses romans et l e s rendirent lourds. Bourget fut un e c r i v a i n oonsciencieux et ses meditations graves et abondantes forment une partie v i t a l e de son oeuvre, E l l e s sont partout graves, meme traglques, car Bourget ignora l e sourire et « un a r t qui ne permet n i j o l e , n i bonheur, n i p l a i s i r passager e s t - i l un a r t aimable?* 2 ' Revue bleue. l e 28 mars 1896, p. 385 & Paul Bourget - Jean-Desthieux, p. 51 91 Bibliographic L'oeuvre de Paul Bourget Bourget, Paul - Andre Cornel i s Plon-Nourrit, 1934 - Un coeur de femme Plon-Nourrit, 1933 - Coeur pensif ne s a i t ou i l va Plon-Hourrit, 1933 - Cosmopolis Plon-Nourrit - Danseur mondain Plon^JTourrit, 1932 - Le demon de mid! Plon-Nourrit, 1933 - Le diamant de l a reine Plon-Nourrit, 1932 - Le d i s o i p l e Nelson Editeurs - Un divorce Plon-Nourrit 92 - Un drame dans l e monde Plon-Nourrit, 1931 - L 1 emigre' Plon-Nourrit, 1907 - Essais de psychologie oontemporaine Plon-Nourrit, 1916 - L* etape Plon-Nourrit - Lazarine Plon-Nourrit, 1930 - Mensonges Plon-Nourrit - Nemesis Plon-Nourrit, 1918 - Pages de c r i t i q u e et de doctrine, t . I I Plon-Nourrit, 1910 - La reohute Plon-Nourrit, 1931 - Le sens de l a mort Plon-Nourrit, 1934 Ouvrages consulte^B Bordeaux, Henri-Ames modemes Perr i n , 1917 Caroo, Francis- Paul Bourget F e l i x Aloan, 1932 Drake, William- Contemporary European Writers John Day Co., New York, 1928 93 Ernest-Charles, J . Faguet, Emile Fay, Bernard de Flandreysey, J . Flaubert, Gustavo France, Anatole Gosse, Edmond Guerard, Albert Jaloux, Edmond Jean-Desthieux, F. -Lalou, Rene' Laski, Harold La l i t t e r a t u r e francaise d'aujourd'hui P e r r i n et Cie, 1902 Propos litteraIres«troisieme se'riejt.I Oudin et Cie., 1905 Panorama de l a l i t t e r a t u r e oontemporaine Era, 1925 Essai sur l a femme et l'amour L i b r a i r i e Nilsson, 1908 Madame Bovary Louis Conard, 1902 La v i e l i t t e r a i r e Calmann-Levy French P r o f i l e s Wm. Heinemann, London, 1905 More Books on the Table Wm. Heinemann, London, 1923 Five Masters of French Romance T. Fisher Fn-Jwrin Ltd., London, 1916 L'esprit des l i v r e s Plon-Nourrit, 1923 Paul Bourget - son oeuvre Editions de Garnet - Cr i t i q u e , 1922 Hi s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e frangaise oontemporaine Cres, 1931 Authority In The Modern State New Haven - Y a l e University Press, 1919 94 Martino, Paul - Le naturalisms francais Armand Colin, 1923 Maupassant, Guy - Contes cho i s i s Ollendorff, 1905 de Uarfon, Jean - La separation des e g l i s e s et de l ' e t a t F e l i x Alcan, 1912 P e l l i s s i e r , Georges- Le mouvement l i t t e r a i r e contemporain Hachette, 1901 Stephens, Winnifred- Frenoh Novelists of To-Day John Lane, London, 1914 Qhirg.uet-Mi.lnes, Mme.-. Some Modern French Writers McBride and Qo., New York, 1921 Zola, Emile - L'Assommoir Fasquelle - Germinal Fasouelle, 1914 95 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0098634/manifest

Comment

Related Items