Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

La scène alimentaire dans La Scouine et Un homme et son péché Sun, Lang 1990

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1990_A8 S96.pdf [ 3.65MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0098426.json
JSON-LD: 831-1.0098426-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0098426-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0098426-rdf.json
Turtle: 831-1.0098426-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0098426-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0098426-source.json
Full Text
831-1.0098426-fulltext.txt
Citation
831-1.0098426.ris

Full Text

L A SCENE ALIMENTAIRE DANS L A SCOUINE ET UN HOMME ET SON PECHE by LANG SUN B . A . , The Anhui U n i v e r s i t y , 1982 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENT FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (. DEPARTMENT OF FRENCH > We accept t h i s t h e s i s as conforming to the r e q u i r e d standard THE UNIVERSTY OF BRITISH COLUMBIA © Lang Sun, A p r i l 1990 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department of F&Bti Chi The University of British Columbia Vancouver, Canada Date Anr/Jf 1 7~ > '' ' ? * DE-6 (2/88) v i i Notre recherche debouche sur une analyse thematique de l a scene a l i m e n t a i r e dans deux romans quebecois: La Scouine d ' A l b e r t Laberge et Un homme et son peche de Claude-Henri Grignon. Vers l a f i n , nous e t u d i o n s rapidement Trente  arpents de Ringuet. Les t r o i s romans ont ete e c r i t s a l'epoque ou 1'1deologie t r a d l t l o n n e l l e t e r r i e n n e r e s t a i t le d i s c o u r s s o c i a l dominant, a l o r s que l a t e r r e e t a i t generalement percue comme une mere n o u r r i c i e r e avec ses a t t r i b u t s de g e n e r o s i t e et de f e c o n d i t e , et sa v a l e u r de fondement de l a s u r v i e n a t i o n a l e lorsque f l e u r i t le roman r e g i ona1i s t e . Notre approche emprunte son mode 1e de l e c t u r e a l a t h e o r i e semiotique de l a Logigue de Port-Royal t e l l e que comprise par Lo u i s Marin dans La P a r o l e manqee. Ce qui nous i n t e r e s s e p l u s particu1ierement dans c e t t e etude, c'est l a r i c h e s s e semiotique que l a pensee theologique i n v e s t i t dans l a formule r i t u e l l e e u c h a r i s t i q u e par l'enonce c o n s e c r a t o i r e <<ceci est mon corps>>. L o u i s Marin a su d e c o u v r i r l a dimension semiotique du dogme c a t h o l i q u e en recourant au concept de <<la doub1e-representation>> du signe et en d e c r i v a n t un processus selon lequel chaque signe "enferme deux idees, 1'une de l a chose qui rep r e s e n t e , 1'autre de l a chose representee et sa nature c o n s i s t e a e x c i t e r l a seconde par l a premiere". Dans ce s e n s - l a , le signe est a l a f o i s <<objet>> et <<operation>> et le fonctionnement s p e c i f i q u e i i i de son i n s e r t i o n dans un systeme s i g n i f i a n t ou g r a v i t e n t l e s formes e s t h e t i q u e s et l e s d i s c o u r s s o c l a u x , o f f r e des p i s t e s i n t e r e s s a n t e s a l a l e c t u r e des oeuvres l i t t e r a i r e s . En nous servant des concepts mis au p o i n t par L o u i s Marin, nous a l l o n s tacher d'abord de d e c o u v r i r ce que s i g n i f i e l a n o u r r i t u r e dans l a scene a l i m e n t a i r e des romans de Laberge, de Grignon et de Ringuet et p u i s de t r o u v e r q u e l l e <<idee de chose>> est a l a f o i s cachee et rep r e s e n t e e par le s i g n e , a f i n de mettre a j o u r 1 ' a r r i e r e - p l a n i d e o l o g i q u e des t r o i s romans que nous e t u d i o n s . Table des matieres iv Resume i i Table des matieres iv Acknol edgement v Introduction 1 Premier chapitre: La Scouine ou la terre devorante 16 Deuxieme chapitre: Une homme et son peche ou le texte social devore 43 Conclusion 69 B i b 1 i ograph i e 79 V A c k n o w l e d g e m e n t s I would l i k e t o thank Dr. R6Jean Beaudoln f o r f i r s t i n t r o d u c i n g me t o the l i t e r a t u r e of Quebec and f o r g u i d i n g me through the v a r i o u s s t a g e s of t h i s t h e s i s . H i s encouragement and knowledgeable a d v i c e were such a s u p p o r t t h a t w i t h o u t him i t would have been I m p o s s i b l e f o r me t o see t h i s work completed. To Dr. Andre Lamontagne, I am v e r y g r a t e f u l f o r h i s c l o s e r e a d i n g of the t e x t and f o r h i s many h e l p f u l comments. To the French Department and t o the U n i v e r s i t y of B r i t i s h C olumbia, I would l i k e t o g i v e thanks f o r h a v i n g a d m i t t e d me i n t o t h e i r g raduate s t u d i e s program and f o r p r o v i d i n g me w i t h a U n i v e r s i t y Graduate F e l l o w s h i p w i t h o u t which I would not have been a b l e t o pursue my grad u a t e s t u d i e s i n Canada. F i n a l l y , I would l i k e t o g i v e my s p e c i a l t h a n k s t o Dr. F r a n c i s Andrew f o r the c o n s t a n t s u p p o r t and h e l p t h a t he and h i s Modern Language I n s t i t u t e g e n e r o u s l y p r o v i d e d me d u r i n g the whole p r o c e s s u s of t h i s t h e s i s . In t r o d u c t i on 2 Dans quelqu.es romans quebecois que nous avons e t u d l e s , nous avons souvent ete frappes par ce qui touche a l a p r e p a r a t i o n ou a la consommation des al i m e n t s . II ne s ' a g i s s a i t p e u t - e t r e , au p o i n t de depart, que d'une premiere mesure de 1'aspect c u l t u r e l d'une r e a l i t e u n i v e r s e l l e . Avant d ' e x p l i q u e r comment c e t t e scene a l i m e n t a i r e s'est transformee en objet d'etude, nous a l l o n s commencer par r e l e v e r quelques o b s e r v a t i o n s c r i t i q u e s a ce s u j e t dans des etudes portant sur le roman quebecois. Pour M i r e i l l e Servais-Maquois, " l e pain sur et amer" dans La Scou i ne d'Albert'Laberge cree un c l i m a t d'une monotonie deprimante et obs^dante. Par rapport au repas en f a m i l l e dignement c e l e b r e par L o u i s Hemon dans Maria Chapdelaine. " l e pai n sur et amer", unique p i t a n c e de l a f a m i l l e Deschamps, ramene une ambiance s o r d i d e qui symbolise l a de t r e s s e et l a s o u f f r a n c e de l a f a m i l l e paysanne. Si nous voyons une image heureuse et i d e a l e du repas f a m i l i a l sous l a plume de L o u i s Hemon, A l b e r t Laberge nous presente une image toute c o n t r a i r e dans l e ton n a t u r a l i s t e de son roman. "Loin de l a savoureuse t a r t e aux b l e u e t s amoureusement preparee par l a mere Chapdelaine ... ce motif du p a i n f l n l t par c o n c r e t l s e r tout nature 11ement une atmosphere d'amertume et de misere, c e l l e de l a v i e paysanne" 1. Bien d'autres c r i t i q u e s ont f a i t l a meme o b s e r v a t i o n . Dans un a r t i c l e consacre a 1'etude des o b j e t s dans La Scouine. M a r i e l O'Nei11-Karch d e c l a r e : "1'objet le p l u s frappant dans La Scouine est justement cet objet a l i m e n t a i r e ... Ce pa i n massif et l o u r d est 1'element de base de 1'alimentation paysanne et l e processus 3 i t e r a t i f qui f a i t s u r g i r le pain a tous l e s moments importants du r e c i t l u i confere une d e n s i t e romanesque sure" 2 . Dans son analyse du premier paragraphe du roman, J e a n - P i e r r e Boucher f a i t l a remarque s u i v a n t e : La mlsere m a t e r i e l l e et morale des Deschamps est en outre symbolisee par leur p a i n , <<aliment massif, l o u r d comme du s a b l e , au gout sur et amer>>. Les a d j e c t i f s ont c e r t e s i c i v a l e u r d e s c r i p t i v e ... <<Massif>> t r a d u i t l e u r g o s s l e r e t e , leur lourdeur, l e u r manque de raffinement et d'inte 1 1igence^. Boucher co n c l u t que " l e p a i n massif, l o u r d , au gout sur et amer c r i s t a l l i s e (...) l a d e n o n c i a t i o n du messianisme a g r i c u l t u r a l i s t s de 1''epoque et de l a grande v a l e u r qui s'y r a t t a c h e , l a f a m i l l e " 4 . II ne f a i t aucun doute que Laberge a concentre son u n i v e r s romanesque sur cet objet a l i m e n t a i r e . A l'egard de l a scene a l i m e n t a i r e , Un homme et son peche de Claude-Henri Grignon f o u r n i t a u s s i une abondante matiere aux c r i t i q u e s l i t t e r a i r e s . Soeur S a i n t e - M a r i e E l e u t h e r e est parmi l e s premiers a sonder 1'aspect psychologlque de Seraphin P o u d r l e r en r e l i a n t l a n o u r r l t u r e a l a presence de l a mere et en s l g n a l a n t qu'au moment ou Seraphin monte au g r e n i e r pour c a r e s s e r l ' o r chache dans des sacs d'avolne, l e s mots u t i l i s e s (comme <<tater>>, <<palper>> et <<foui11er>>) "expriment des s e n s a t i o n s en e t r o i t rapport avec l a recherche de l a n o u r r i t u r e " 5 . Soeur S a i n t e - M a r i e E l e u t h e r e a t t r i b u e 1 ' a v a r i c e de Seraphin a une " f i x a t i o n m a t e r n e l l e " 6 en s o u l i g n a n t que l ' o r qui e n t r e t l e n t l a v i e de Seraphin devient 1 i t t e r a l e m e n t sa mere. "II n ' a v a i t pas f a i m . II v e n a i t de r e s p i r e r , de t o u c h e r , de manger avec d e l i c e s des c h i f f r e s r e p r e s e n t a n t de 1'argent (...) II n ' a v a i t pas f a i m . II e t a i t 1 1tteralement i v r e d ' o r " 7 . " C e t t e v a l o r i s a t i o n de l ' o r " , a j o u t e Soeur S a i n t e - M a r i e E l e u t h e r e , " e s t s e m b l a b l e a c e l l e q u i s ' o p e r a i t dans 1 ' i n c o n s c i e n t du Survenant q u i b u v a i t de 1 ' a l c o o l " 8 . Dans son e x c e l l e n t a r t i c l e "Autour de S e r a p h i n " , G e r a r d B e s s e t t e f a i t remarquer l a scene a l i m e n t a i r e du roman. En p a r l a n t de " l a peur de c a s t r a t i o n " de S e r a p h i n 9 , i l en donne pour preuve l a scene ou B e r t i n e , venue chez S e r a p h i n s o i g n e r Donalda malade, veut t u e r un p o u l e t . Quand B e r t i n e , un couteau a l a main, demande a S e r a p h i n quel p o u l e t on va t u e r , S e r a p h i n ne ce s s e de r e p e t e r " t u e r une p o u l e ! t u e r une p o u l e ! " ^ . S e l o n B e s s e t t e , l e changement de sexe de l a v o l a i l l e r e p r e s e n t e une metaphore sous l a q u e l l e "se cache un fantasme p r e c i s , assez commun chez l e s n e v r o s e s " 1 1 , p a r c e que l e couteau que t i e n t B e r t i n e e s t per?u comme "un couteau c a s t r a t e u r " 1 2 par S e r a p h i n . Grignon deer i t sans doute a u s s i avec beaucoup de d e t a i l s des r e p a s d i v e r s chez l e p r o t a g o n i s t e S e r a p h i n P o u d r i e r et dans l a f a m i l l e de son s e u l c o u s i n , A l e x i s . En I n s i s t a n t s u r l a p r i v a t i o n de n o u r r i t u r e chez S e r a p h i n et s u r l e gout de l a bonne ehere q u i c a r a c t e r l s e A l e x i s , l e roma n c i e r r e u s s l t a c o n s t r u i r e une a n t h i t h e s e . A l a "vei11ee-au-corps" de Donalda, qui r e u n i t presque tous l e s personnages du roman, 1'opulent r e p a s f u n e r a i r e qui change une scene de d e u i l en c l i m a t de f e s t i v i t e s ' i n s c r i t c l a i r e m e n t dans l a c o n n o t a t i o n de l a t r a d i t i o n paysanne. Renee 5 L e g r i s note que "<...) le code a l i m e n t a i r e et l e s r i t u e l s r e l i g i e u x qui entourent l a mort de Donalda (...) servent de r e f e r e n t s o c i o l o g i q u e a 1'action et l a rendent v r a i s e m b l a b l e " Pendant l e repas f u n e r a i r e genereusement o f f e r t et prepare par l a f a m i l l e d ' A l e x i s , 1'air de f e t e et l e s gros r i r e s qui se peignent sur l e visage de tous l e s v i l l a g e o i s font c o n t r a s t e avec Seraphin, le seul personnage qui " c o n s i d e r ( e ) c e t t e m a n g e a i l l e comme une depense exageree, absolument i n u t i l e " 1 4 . Rappelons que Seraphin f a i s a i t l a meme remarque a Donalda v i v a n t e , qui e t a i t 1' i n c a r n a t i o n du modele des paysans et de l a communaute r u r a l e . L / o p p o s i t i o n de Seraphin a Donalda et a l a communaute r u r a l e , c'est ce q u i , nous s e m b l e - t - i l , c o n s t i t u e une problematique qui est au coeur du roman de Grignon. Ce ne sont l a que quelques exemples d'une thematique dont une enquete systematique p o u r r a i t sans doute r e v e l e r 1'etendue et tout e s l e s r a m i f i c a t i o n s tant anthropo1ogiques que s o c i o -h i s t o r i q u e s et c u l t u r e l l e s . Du moment ou l ' e t r e humain a pu m a i t r i s e r son m i l i e u n a t u r e l , dominer le monde animal et c u l t i v e r l a t e r r e , l a n o u r r i t u r e a a l o r s deborde largement sa f o n c t i o n b i o l o g i q u e pour f a i r e p l a c e au deve1oppement de l ' a r t de l a t a b l e . Cet a r t , tout comme l e s a u t r e s a r t s qui composent une c i v i l i s a t i o n , ajoute non seulement aux p l a i s i r s de l a vue, du toucher et du gout, mais i l r e f l e t e a u s s i le d e s i r , a f f i r m e c e r t a i n s choix et transmet des inf o r m a t i o n s economiques, comme le niveau de v i e . Dans ce c a s - l a , l a consommation a l i m e n t a i r e p o r t e une c onnotation c u l t u r e l l e du deve1oppement de c e r t a i n e s f a c u l t e s de 1 ' e s p r i t , de l a pensee et du corps dans l e s p r a t i q u e s 6 I n t e l l e c t u e l l e s et physiques des l n d l v l d u s . Et d l a l e c t l q u e m e n t , le deve1oppement l n d i v i d u e l dans l e s p r a t i q u e s a l i m e n t a i r e s o f f r e un m i r o i r qui permet de mesurer l a sphere c u l t u r e l l e . " E t r e , aimer, d e s l r e r , penser, C e s t tout d'une c e r t a i n e facon manger. Les hommes ont t o u j o u r s p r e s s e n t i que l a meme n o u r r i t u r e q u i , par une metamorphose r e s t e e malgre tout mysterieuse, devenait os, muscles et t i s s u organique, e t a i t egalement, mystere p l u s grand encore, transformee en pensee, en d e s i r , en pa r o l e et en geste c r e a t e u r 1 5 . Etant "transformee en pensee, en d e s i r , en p a r o l e et en geste c r e a t e u r " , l a n o u r r i t u r e , au p o i n t de vue semiotique, devient un signe c o r p o r e l ou s'enonce une s e r i e d'autres s i g n i f i c a t i o n s qui s'attachent au fonctionnement de ce s i g n e . Les p r a t i q u e s a l i m e n t a i r e s peuvent done e t r e r e p r e s e n t e e s et i n t e r p r e t e e s s e l o n le contexte et l e s c i r c o n s t a n c e s ou i l s a p p a r a i s s e n t dans le text e l i t t e r a i r e . Des o p e r a t i o n s c u l i n a i r e s jusqu'aux manieres de t a b l e , des ve r t u s n a t u r e l l e s et des p r o p r i e t e s physiques des al i m e n t s jusqu'aux r a p p o r t s c u l t u r e l s et psychologiques entre c o n v i v e s , en passant par la maniere dont se transforment l e s elements n u t r i t i f s dans le corps de c e l u i qui l e s consomme et l e s e f f e t s qui en r e s u l t e n t , c'est tout un systeme s l g n i f l a n t qui c o n s t i t u e un element p a r t i c u l i e r de l a s t r u c t u r e romanesque. Comme nous l'avons c i - h a u t mentlonne, l a scene a l i m e n t a i r e dans l a c r e a t i o n l i t t e r a i r e quebecoise c o n s t i t u e un f a i t constant de 1 ' h i s t o i r e q u i , a notre a v i s , depasse de l o i n un simple aspect 7 c u l t u r e l d'une r e a l i t e u n l v e r s e l l e a l a q u e l l e sont c o n f e r e e s des c a r a c t e r 1 s t l q u e s un peu p a r t l c u l l e r e s par rapport & d'autres c u l t u r e s . Selon Bruno L a f l e u r , l a v r a l e v i e des personnages du Survenant n'excede pas l e s l i m i t e s de l a maison et s u r t o u t de l a c u i s i n e qui en est le c e n t r e : " c ' e s t presque t o u j o u r s l a , e n t r e le poele et l a t a b l e , que se pr o d u i s e n t l e s heurta, que se tie n n e n t l e s d i s c u s s i o n s et que, comme i c i , des e t r e s condamnes a v i v r e ensemble, se font s o u f f r i r du seul f a i t de le u r p r e s e n c e " 1 6 . Cette o b s e r v a t i o n a d ' a i l l e u r s souvent ete f a i t e a propos de beaucoup d'autres romans quebecois dont l a c u i s i n e c o n s t i t u e le decor p r i v i l e g i e . Nous nous en ti e n d r o n s quant a nous aux s e u l e s dimensions l i t t e r a i r e s de l a question, du c6te de l a demarche qui v o i t dans l a n o u r r i t u r e non seulement un element passivement s i g n i f i c a t i f , mais encore un slgne a c t l f , en tant q u ' i l se rapporte e t r o l t e m e n t au corps de c e l u i qui l a consomme. Cette consommation ne se l i m i t e pas a l a valeu r n u t r i t i v e , mais implique un r i t u e l d'appret et de partage dont l e s elements symboliques r e l e v e n t d'une s t r u c t u r e s o c i a l e qui trouve une expres s i o n s p e c i f i q u e dans le code e s t h e t i q u e de 1'af f a b u l a t ion l i t t e r a i r e . Nous nous a r r e t e r o n s s u r t o u t a l'examen de deux romans: La Scouine d ' A l b e r t Laberge et Un homme et son peche de Claude-Henri Grignon. C e l a f a i t , nous a l I o n s examiner brievement l a scene a l i m e n t a i r e dans Trente argents de Ringuet. Ce choix, qui p r i v i l e g i e une p e r i o d e c r i t i q u e de l a pro d u c t i o n l i t t e r a i r e quebecoise (au c a r r e f o u r du roman de l a t e r r e et du roman 8 moderne), veut egalement l n t e r r o g e r l e r61e de ce theme dans c e t t e 1 i t t e r a t u r e a l o r s en v o i e de profonde t r a n s f o r m a t i o n . En c o n s i d e r a n t l a n o u r r i t u r e comme un objet s i g n i f i a n t , nous nous proposons de nous s e r v i r du compte rendu de l a t h e o r i e semlotlque de l a Loalgue de Port-Roval t e l l e que comprise par L o u i s Marin, 1'auteur de La P a r o l e mangee 1 7. Avant d ' a p p l i q u e r c e t t e t h e o r i e a notre objet d'etude, i l e st p e u t - e t r e n e c e s s a i r e d'exposer quelques p o i n t s importants de cet ouvrage qui nous s e r v i r a de modele methodologique. Dans La Pa r o l e mangee. 1'auteur r e u n i t quelques e s s a i s q u i , malgre leur d l v e r s i t e , ont c e c i en commun: c o n s i d e r e r le corps t e l q u ' i l peut e t r e d e c r i t dans l e s t e x t e s ou montre dans l e s images. Ces e s s a i s s'1nteressent p l u s precisement a l a r e l a t i o n qui e x i s t e entre une des f o n c t i o n s du corps d i t e <<oralite>> et l a f o n c t i o n correspondante du langage dans son aspect verbal et e c r i t . En explo r a n t des formes v a r i c e s dans l e s f a b l e s de La Fontaine, l e s contes de P e r r a u l t , l e s r e c i t s de R a b e l a i s et l e s e c r i t s de Po r t - R o y a l , L o u i s Marin s ' e f f o r c e d ' i n t e r r o g e r et d'e x p l i q u e r l e s fondements p o l i t i q u e s et i d e o l o g i q u e s , t h e o l o g i q u e s et symboliques de 1'epoque c l a s s i q u e . Le premier de ces e s s a i s , qui nous i n t e r e s s e p l u s p a r t l c u l l e r e m e n t , s ' l n t l t u l e " l a p a r o l e mangee ou le corps d l v i n s a i s i par l e s s l g n e s " . L'auteur se propose d'y aborder l ' h i s t o i r e des t h e o r i e s du signe en evoquant des deve 1 oppernents d'ordre theologique dans l a Logigue de P o r t - R o v a l . II s ' a g i t en 9 somme de montrer comment i l faut entendre l a formule r i t u e l l e de 1 ' E u c h a r i s t i e et le dogme de l a t r a n s s u b s t a n t i a t i o n , de l a Presence r e e l l e du corps de J e s u s - C h r i s t sous l e s especes du p a i n et du v i n au moyen de l'enonce c o n s e c r a t o i r e <<ceci est mon corps>>, a f i n de determiner l ' e f f e t de cet enonce qui transforme substantiel1ement l a nature du v i n et du p a i n , sans m o d i f i e r l e u r apparence propre. Marin c o n s i d e r e d'abord le raisonnement theologique sur fond de t h e o r i e semiotique en se penchant sur l a d e f i n i t i o n du sig n e que donnent l e s l o g i c i e n s de P o r t - R o y a l : Les l o g i c i e n s de Port-Royal commencent par d e f i n i r le signe a l a f o i s comme une ope r a t i o n par l a q u e l l e 1 ' e s p r i t ( c ' e s t - a - d i r e un s u j e t ) regarde un objet quelconque au seul t i t r e de representant d'un autre objet quelconque et comme le p r o d u i t de c e t t e o p e r a t i o n , s o i t cet objet meme en tant que simple r e p r e s e n t s (p. 15). Dans c e t t e formule, le signe e x i s t e sous un double aspect; i l est a l a f o i s <<objet>> et <<operation>>; et le premier aspect est le p r o d u i t du deuxieme, i l e st le r e s u l t a t de son o p e r a t i o n et de son fonctionnement. " A i n s i le signe enferme deux idees, l'une de l a chose qui represen t e , 1'autre de l a chose representee et sa nature c o n s i s t e a e x c i t e r l a seconde par l a premiere" (p. 16). La nature du signe est done ce t r a n s p o r t , ce t r a n s f e r t de 1 ' e s p r i t , c e t t e metamorphose du representant au represente operee par le s u j e t sous l a forme meme de 1'objet. "Le signe n'est pensable qu'en fonctionnement, que comme fonctionnement" (p. 16). Une meme chose peut cacher et d e c o u v r i r une autre chose en meme temps, car l a chose pouvant e t r e , en meme temps et chose et signe (double d i f f e r e n c e d ' e t a t ) peut cacher comme chose ce q u ' e l l e decouvre comme signe ... l a chose dans son l d e n t l t e se scl n d e deux f o i s , une pre-miere f o i s , en chose et en sig n e et une deuxieme f o i s , de par l a nature meme du signe qui demande une d i s -t i n c t i o n e ntre l a chose repre s e n t a n t e et l a chose re p r e s e n t e e , tout en r e s -tant ce q u ' e l l e e s t , l a meme chose (p. 2 0 ) . A i n s i , 1'auteur c o n c l u t que 1'exemple du pain e u c h a r i s t i q u e , qui cache le corps de J e s u s - C h r i s t comme chose et le decouvre comme symbole, i l l u s t r e bien l a t h e o r i e se^nlotique t e l l e q u ' e l l e est brossee dans l a d e f i n i t i o n generale du si g n e , s o i t c e t t e <<chose>> qui represente une <<idee de chose>>. Par le fonctionnnement de ce signe , le t r a i t de manducation devient un signe "non que le pain s o i t une f i g u r e du corps de J e s u s - C h r i s t mais que le cor p s de J e s u s - C h r i s t e st une n o u r r i t u r e de l'ame ... q u ' i l e st le corps s o c i a l " (p. 2 1 ) . A 1'exemple du signe e u c h a r i s t i q u e qui se trouve e t r e " l a matr i c e de tout signe" (p. 35), L o u i s Marin p a r v i e n t a e t a b l i r une "adequation p a r f a i t e entre le dogme c a t h o l i q u e ... et l a t h e o r i e semiotlque de l a r e p r e s e n t a t i o n s l g n i f i a n t e " (p. 35). Tel est le p o s t u l a t q u ' i l a p p l i q u e r a dans son analyse de tous l e s si g n e s des f a b l e s de l a Fontaine et des contes de P e r r a u l t . A propos du signe c u l i n a i r e chez le d e r n i e r , i l a f f i r m e r a que tout signe c u l i n a i r e e st en q u e l -que facon et dans une c e r t a i n e mesure e u c h a r i s t i q u e ; ou encore que toute c u i s i n e est une o p e r a t i o n theologique, II l d e o l o g i q u e , p o l i t i q u e , economique, par l a q u e l l e un <<mangeable-aliment>> i n s i -g n i f l e est change en un s l g n e - c o r p s mange <p. 128). Comment passer des analyses de L o u i s Marin a une problematique qui v i s e le roman quebecois du vingtieme s i e c l e ? II f a u t evidemment t e n i r compte des m o d i f i c a t i o n s importantes qui i n t e r v i e n n e n t entre l e s deux u n i v e r s i d e o l o g i q u e s que c o n s t i t u e n t respectivement le c l a s s i c i s m e f r a n c a i s et l a m e n t a l i t e canadienne- f r a n c a i s e t e l l e q u ' e l l e se presente jusqu'au m i l i e u du vingtieme s i e c l e . La d i f f e r e n c e p o u r r a i t globalement s'exprimer de l a maniere s u i v a n t e : dans l e corpus e t u d i e par l'aut e u r de La Pa r o l e mangee. 1'element theologique ( l e dogme e u c h a r l s t i q u e ) c o n s t i t u e l a s t r u c t u r e du d i s c o u r s qui fonde l ' o r d r e semiotique en meme temps que l ' i d e o l o g i e dominante representee par le pouvoir monarchique; dans notre corpus par co n t r e , 1 ' a g r i c u l t u r i s m e c a n a d i e n - f r a n c a i s n'a r i e n d'une d o c t r i n e t h e o l o g i q u e , bien que sa r h e t o r i q u e emprunte v o l o n t i e r s c e r t a i n s t r a i t s du catho1icisme. Le c l i m a t i n t e l l e c t u e l et s o c i a l du Canada f r a n c a i s entre l e s deux guerres mondiales n'a r i e n qui r a p p e l l e l a s u b t i l i t e d i a l e c t i q u e qui c a r a c t e r i s e le debat souleve par le jansenisme du grand s i e c l e . La "mystique n a t i o n a l e " chere a un e c r i v a i n comme L i o n e l Groulx r e l e v e beaucoup moins de l a r e l i g i o n que du nationa11sme. Ce qui r e s t e commun aux deux contextes ( c l a s s i c i s m e f r a n g a i s et messianisme c a n a d i e n - f r a n c a i s ) , c'est que l e s deux se comportent comme un systeme semiotique. L ' a r c h i - s i g n e qui l e s fonde n'est t o u t e f o i s pas le meme, en de p i t des p r e t e n t i o n s i d e o l o g i q u e s du d i s c o u r s n a t i o n a l i s t e c a n a d i e n - f r a n c a i s qui s'acharne a a f f i r m e r leur c o n t i n u i t y h i s t o r l q u e . Le corps du C h r i s t ( " l a p a r o l e mangee"), qui e st au coeur de l a s e m i o l o g i e c l a s s i q u e , d e vient au Canada f r a n c a i s l a t e r r e n o u r r l c l e r e . C e s t Justement l e propre de d e v o l u t i o n f o r m e l l e du roman de l a t e r r e que de r e v e l e r l e devoilement de c e t t e s u b s t i t u t i o n dont l e s consequences deviennent 1 i t t e r a l e m e n t s u b v e r s i v e s sous l a plume de Laberge, Grignon et Rlnguet. Pour mieux d^montrer 1'existence ou p l u s preclsement l a predominance de 1 ' i d e o l o g i c t e r r i e n n e dans l a s o c i e t e quebecoise de 1'epoque de Laberge et de Grignon, nous c i t o n s i c i une o b s e r v a t i o n de M i r e i l l e Servais-Maquois, qui e c r i t que: Jusqu'au debut du vingtieme s i e c l e par exemple, l e s e l i t e s ont soutenu serieusement <<que 1 ' a g r i c u l t u r e quebecoise f o u r n i r a i t l e s a s s i s e s m a t e r i e l l e s d'une haute c i v i l i s a -t i o n f r a n c a i s e et c a t h o l i q u e en t e r r e d'Amerique. ...beaucoup de c h e f s p o l i t i q u e s et d' inte11ectue1s, formes dans l e s c o l l e g e s par l e s J e s u i t e s , temoignent d'une etonnante communaute d ' e s p r i t 1 ^ . A u s s i , dans une d e c l a r a t i o n de J u l e s - P a u l T a r d i v e 1 q u i , d'apres Servais-Maquois, d i c t e a ses compatriotes une c o n d u i t e qui r e s t e r a l a leur jusqu'a l a Premiere Guerre mondiale, pouvons-nous l i r e que: II n'est pas n e c e s s a i r e que nous possedions l ' i n d u s t r i e et 1'argent. Nous ne s e r i o n s p l u s des Canadiens f r a n c a i s mais des Americains a peu pres comme l e s a u t r e s . Notre m i s s i o n est de posseder l a t e r r e et de semer des idees. Nous accrocher au s o l , 13 e l e v e r des f a m i l i e s nombreuses, e n t r e -t e n i r des f o y e r s de v i e 1nte11ectue11e et s p l r i t u e l l e , t e l d o i t e t r e notre 1 Q r61e en Amerique 1 7 . L ' i d e o l o g i e t e r r l e n n e soutenue s u r t o u t par l e c l e r g e e st devenue une d o c t r i n e quasi <<religieuse>> qui i n c i t e l a p o p u l a t i o n r u r a l e du Canada f r a n g a i s a c o n c e v o i r le s o l na t a l comme le Messie, l a v e r i t e de l a n a t i o n et l e s a l u t c o l l e c t i f . Dans un c e r t a i n sens, on peut done proposer que l a t e r r e e st a i n s i comprise comme une n o u r r i t u r e de l'ame pour l a communaute paysanne, tout comme le corps de J e s u s - C h r i s t e t a i t recu comme une n o u r r i t u r e mystique pour l a s o c l e t e c a t h o l i q u e , ce "dont rendent compte l e s analyses du l i v r e de L o u i s Marin. En nous servant des concepts mis au p o i n t par cet auteur, nous a l l o n s tacher de mettre a j o u r 1 ' a r r i e r e - p 1 an i d e o l o g i q u e des romans quebecois que nous e t u d i o n s . Notre demarche ne suppose evidemment pas I M d e n t i t e des s t r u c t u r e s i d e o l o g i q u e s que sous-tendent re s p e c t 1vement l e s oeuvres c l a s s i q u e s du dix-septieme s i e c l e f r a n g a i s et l e s t e x t e s romanesques du vingtieme s i e c l e c a n a d i e n - f r a n c a i s . Nous a l l o n s nous e f f o r c e r au c o n t r a i r e de f a i r e t o utes l e s d i s t i n c t i o n s qui s'imposent entre ces deux contextes bien sur assez d i f f e r e n t s . Notre hypothese de depart repose p l u t 6 t sur le f a i t que l e s deux cas presentent des e t a t s d i s t i n c t s de 1'evolution d'un meme systeme s i g n i f i a n t soumis aux a l e a s du l i e u et du temps. 14 Notes 1. M i r e l l l e Servais-Maquois, " A l b e r t Laberge", dans Le Roman de  l a t e r r e au Quebec. Quebec, Les Pr e s s e s de l ' U n i v e r s i t e L a v a l , 1974, p. 109-110. 2. M a r l e l O'Ne 11 1 -Karen, "La f o n c t i o n des o b j e t s daps La. Scouine". dans Sol 1tude rompue. t e x t e s r e u n i s par C e c i l e CI outier-Wojciechowska et Rejean Ribidoux en hommage a David M. Hayne, Ottawa, E d i t i o n s de l ' U n i v e r s i t e d'Ottawa, 1986, p. 284. 3. J e a n - P i e r r e Boucher, "... Et par le p e t i t bout: l a Scouine d ' A l b e r t Laberge", dans Instantanes de l a c o n d i t i o n quebecoise. Montreal, HMH, 1977, p. 36. 4. I b i d , p. 37. 5. Soeur S a i n t e - M a r i e E l e u t h e r e , La Mere dans l e roman c a n a d i e n - f r a n c a i s . Quebec, Les Pr e s s e s de l ' U n i v e r s i t e L a v a l , p. 49. 6. I b i d , p.49. 7. Claude-Henri Grignon, Un homme et son peche. M o n r e a l - P a r i s , Stanke, 1977, p. 55. 8. La Mere dans l e roman c a n a d i e n - f r a n c a i s , p. 50. 9. Gerard B e s s e t t e , 'Autour de Seraphin", dans Une l i t t e r a t u r e en  ebul1 i t Ion. Montreal. E d i t i o n s du j o u r , 1968, p. 97. 10. Un homme et son p£che. p. 65. 11. Une 1 1 t t e r a t u r e en ebu11 111 on. p. 98. 12. I b i d , p. 98. 13. Renee L e g r i s , "Un homme et son peche. roman et f e u i l l e t o n radiophonique et t e l e v i s u e l de Claude-Henri Grignon", dans D i c t i o n n a i r e des oeuvres l i t t e r a i r e s du Quebec, tome I I I .  1900-1939. sous l a d l r e c t l o n d e Maurice Lemlre, Montreal, F i d e s , 1980, p. 1116. 14. Un homme et son peche. p. 129. 15. Helene L.-Dufresne, "Gasterea, l a dixieme Muse", dans C r i t e r e . 12, Mai 1975, p. 32. 16. Bruno L a f l e u r , "Jugements c r i t i q u e s " , dans Le Survenant. Germaine Guevremont, Montreal, F i d e s , 1974, p. 18. 17. L o u i s Marin, La P a r o l e mangee et a u t r e s e s s a i s  t h e o l o g i C O - P O I i t i q u e s . B o r e a l , 1986, p. 254. Toutes l e s r e f e r e n c e s e n t r e parentheses r e n v o i e n t a c e t t e E d i t i o n . 18. Le Roman de l a t e r r e au Quebec, p. 7. 19. J u l e s - P a u l T a r d i v e l , c i t e par M i r e i l l e Servais-Maquoi P r e m i e r c h a p i t r e L a S e o u l n e ou l a t e r r e d e v o r a n t e Dans La Scouine d ' A l b e r t L a b e r g e , i l y a une scene a l i m e n t a i r e qui t r a v e r s e t o u t l e l i v r e de quelque t r e n t e -q u a t r e c h a p i t r e s et qu i r e v i e n t p a r f o i s frequemment a l ' i n t e r i e u r d'un meme c h a p i t r e . II s ' a g i t du fameux " p a i n s t i r e t amer, marque d'une c r o i x " , s e u l e n o u r r i t u r e de l a f a m i l l e Deschamps. Le roman commence e t f i n i t p a r ce l e i t m o t i v q ui occupe a i n s i t o u t l ' e s p a c e n a r r a t i f . D'apres l e s s t a t i s t i q u e s e t a b l i e s par P a u l W y c z y n s k i , l e p a i n a p p a r a t t en t o u t t r e n t e - h u i t f o i s dans l e t e x t e 1 . Comme beaucoup de c r i t i q u e s l ' o n t d e j a remarque, 1'une des r e s s o u r c e s l e s p l u s ingenieusement e x p l o i t e e s par 1'auteur dans son roman e s t l a r e p e t i t i o n de ce l e i t m o t i v . L ' i m p o r t a n c e s i g n a l e e par c e t t e r e c u r r e n c e ne f a i t aucun doute. S o u l i g n o n s que ce t a l i m e n t e s t non seulement l a p a t u r e de l a f a m i l l e Deschamps, mais a u s s i c e l l e de beaucoup d ' a u t r e s f a m i l i e s paysannes. Le cas de l a f a m i l l e Deschamps n'est pas un cas i s o l e . On r e t r o u v e r a une s i t u a t i o n presque i d e n t i q u e dans t r e n t e p a r o i s s e s ou " l e s h a b i t a n t s mangeaient un p a i n l o u r d , f a d e , i m p o s s i b l e a c u i r e , et qui f i l a i t comme une t o i l e d ' a r a i g n e e l o r s q u ' o n l e r o m p a i t " ^ . Les termes employes pour d e c r i r e l e p a i n que mangent l e s h a b i t a n t s de t r e n t e p a r o i s s e s a p p a r t i e n n e n t au meme r e g i s t r e que ceux u t i l i s e s pour l e rep a s des Deschamps. Ce " p a i n s u r et amer, marque d'une c r o i x " , par l a r e c u r r e n c e de l a form u l e qui l e de s i g n e dans l e r e c i t , connote par consequent une s i t u a t i o n s o c i a l e . II se s i t u e au coeur de l a v i e de l a fami l i e Deschamps tout comme 11 est au coeur de 1 ' e x i s t e n c e de toute l a communaute paysanne. Par le procede du l e i t m o t i v et par d'autres moyens s t y l i s t i q u e s , l ' auteur f a i t de ce "pain sur et amer, marque d'une c r o i x " un signe p r i n c i p a l . Mais i l e x i s t e toute une s e r i e s i g n i f i a n t e en rapport avec ce signe c e n t r a l qui supporte un v e r i t a b l e reseau de f a i t s r e l i e s a l a n o u r r i t u r e . L'ensemble forme un t i s s u organique du p o i n t de vue semiotique. Nous a l l o n s d'abord essayer d'embrasser 1'etendue de ce systeme a t r a v e r s quelques o c c u r r e n c e s de ce mot i f . Comme nous l'avons dejk mentionne dans notre i n t r o d u c t i o n , l a nature du signe est que le signe n ' e x i s t e que sous un double-aspect de r e p r e s e n t a t i o n : ( i l ) enferme deux idees, 1'une de l a chose qui re p r e s e n t e , 1'autre de l a chose representee et sa nature c o n s i s t e a e x c i t e r l a seconde par l a premiere. La nature de l a r e p r e s e n t a t i o n de signe c o n s i s t e bien dans c e t t e <<excitation>>, ce t r a n s p o r t , ce t r a n s f e r t de 1 ' e s p r i t , d'un p61e ( l e r e p r e s e n t a n t ) de l a r e l a t i o n de r e p r e s e n t a t i o n k 1'autre ( l e r e presente) (p. 16). Dans c e t t e formule de l a " r e p r e s e n t a t i o n de r e p r e s e n t a t i o n " du si g n e , l a premiere etape pour nous dans 1'analyse du signe c e n t r a l du "pain sCr et amer, marque d'une c r o i x " s e r a de trouver ce que le pa i n cache et repr e s e n t e comme signe; et l a deuxieme etape s e r a de comprendre q u e l l e idee le signe du "pain sur et amer" t r a n s f e r e et transmet s e l o n sa nature de 1'<<excitation>> et comment 11 f o n c t i o n n e dans l e corps de son consommateur. Prenons d'abord l a premiere page du roman: De son grand couteau p o i n t u a manche de b o i s n o i r , Urgele Deschamps, a s s i s au haut bout de l a t a b l e , t r a c a r a p i -dement une c r o i x sur l a miche que sa femme Maco v e n a i t de s o r t i r de l a huche. Ayant a i n s i marque du signe de l a redemption le pain du souper, 1'homme se mit a le couper par mor-ceaux qu'11 e m p l l a i t devant l u i . Son pouce l a i s s a i t sur chaque tranche une large tache n o i r e . C ' e t a i t l a un a l i -ment massif, l o u r d comme du s a b l e , au gout sur et amer. L o r s q u ' i l eut f i n i sa besogne, Deschamps ramassa soigneuse-ment dans le creux de sa main, l e s miet-tes a c6te de son a s s i e t t e et l e s a v a l a d'un coup de l a langue. Pour se d e s a l -t e r e r , i l p r i t une t e r r i n e de l a i t posee l a tout pres, et se mit a b o i r e & longs t r a i t s , en f a i s a n t entendre de l a gorge, un sonore g l o u g l o u . Apres a v o i r remis le v a i s s e a u a sa p l a c e , i l s'essuya l e s 1evres du r e v e r s de sa main s a l e et c a l -leuse. Une ch a n d e l l e posee dans une sou-coupe de f a i e n c e ebrechee, m e t t a i t un r a -yonnement a sa f i g u r e barbue et f r u s t e de t r a v a i l l e u r des champs. L'autre bout de la t a b l e e t a i t a peine e c l a i r e e , et le r e s t e de l a chambre d i s p a r a i s s a i t dans une ombre vague. Un grand s i l e n c e r e g n a i t , s i l e n c e t r i s t e et f r o i d qui s u i t l e s j o u r -nees de dur labour. Et Maco a l l a i t et v e n a i t , avec son ventre enorme, et son g o i t r e semblable a un ba t t a n t de cl o c h e qui l u i retombait b a l l a n t sur l a p o i -t r i n e (p. 9 ) . Dans l a premiere phrase de ce paragraphe, du moment ou le pere Deschamps tru c e une c r o i x sur le pain c i l ' a i d e de son "couteau p o i n t u a rnanche de b o i s n o i r " , nous voyoiiL; uauu trop de d i f f i c u l t y que le repas de c e t t e fami l i e s'accompagne d'un r i t u e l . Mais, e s t - c e bien le signe e u c h a r i s t i q u e qui designe l a presence r e e l l e du corps de J e s u s - C h r i s t immole sur l a c r o i x sous l e s especes du p a i n consacre? La reponse est e v i d e n t e : l e p a i n marque d'une c r o i x par le pere Deschamps s i g n i f i e a utre chose que l e r i t e s a c r i f i c i e l du c a t h o l i c i s m e . Q u e l l e e s t done l a s i g n i f i c a t i o n accordee a c e t t e c r o i x ? J e a n - P i e r r e Boucher repond pertinemment a l a q u e s t i o n en a t t i r a n t notre a t t e n t i o n sur le mot "rapidement": Avant de le couper, Deschamps y a t r a c e rapidement une c r o i x . La r a p i d i t e de son geste manifeste sa hate de manger mais au s s i le peu de profondeur chez l u i de toute p r a t i q u e r e l i g i e u s e , r e d u i t e au niveau de r i t e , de simagree, que l'on accomplit par habitude, sans trop s a v o i r p o u r q u o i 3 . En f a i s a n t marquer le pain "du signe de l a redemption" par son heros, le romancier l a i s s e p e r c e r une i r o n i e qui f a i t a l l u s i o n au peu de respect de ses personnages pour une v a l e u r c e n t r a l e de leur c u l t u r e r e l i g i e u s e . Le r i t u e l est r e d u i t a une p r a t i q u e qui est devenue quotidienne "par habitude". I I est evident que Laberge "denonce l e s simagrees des ceremonies r e l i g i e u s e s et s u r t o u t l a i s s e e c l a t e r sa r e v o l t e de leur u t i l i s a t i o n par l ' E g l i s e pour a s s e r v i r l e s f i d e l e s " 4 . D ' a i l l e u r s , a p a r t le mot "rapidement", l a couleur n o i r e constamment a s s o c i e e a 1'aliment nous semble a u s s i r e v e l a t r i c e de c e t t e " d e n o n c i a t i o n " v o i l e e . Remarquons que 1'auteur u t i l i s e p l u s i e u r s f o i s le mot " n o i r " pour q u a l i f i e r le p a i n . Dans l a premiere phrase a p p a r a l t le grand couteau "a manche de b o i s n o i r " , et dans l a t r o i s i e m e phrase, c'est "une large tache n o i r e " lmprimee par le pouce terreux du paysan sur l e p a i n tranche. Ce couteau n o i r , c e t t e l a r g e tache n o i r e qui macule 1'aliment, l e s tenebres e n v a h i s s a n t e s dans l a c u i s i n e que l a c h a n d e l l e n ' e c l a i r e que f a l b l e m e n t , toute c e t t e n o i r c e u r autour du pain forme, pour employer le mot de Gerard B e s s e t t e , un "noircissement systematique"^. Tout c e l a f a i t c o n t r a s t e avec l a lumineuse blancheur e u c h a r i s t i q u e d i s t r a i t e m e n t convoquee par le geste f r u s t e du bonhomme Deschamps. Cette c o n t r a d i c t i o n suggere un renversement s u b v e r s i f du signe e u c h a r i s t i q u e . Le c r i t i q u e G i l l e s Marcotte observe Justement a cet egard que " l a n o i r c e u r de l'oeuvre de Laberge, sa hargne, e t a i t p e u t - e t r e appelee d i a 1ectiquement par 1'enfer de bons sentiments... Au b l e u c i e l d'une i d e a l i s a t i o n t e r r i e n n e sans rapport avec l a r e a l i t e , d e v r a i t repondre le n o i r a b s o l u " 6 . En s u i v a n t l a remarque de G i l l e s Marcotte, on est amene a v o i r le deplacement blasphematoire de l a t r a n s s u b s t a n t i a -t i o n e u c h a r i s t i q u e dans ce pain n o i r et massif parodiquement marque du signe de l a c r o i x . Et ce renversement t r a n s s i g n i f i e au l i e u de t r a n s s u b s t a n t i f i e r le corps de J e s u s - C h r i s t . La n o t i o n de t r a n s s i g n i f i a n c e est a i n s i d e f i n i e par L o u i s Marin: C'est en ce sens que nous avons p a r l e de t r a n s s i g n i f i a n c e : non au sens ou s e r a i e n t r e p r e s e n t e s dans le r e c i t , des proces ou des e t a t s transcendants aux proces ou e t a t s o r d i n a i r e s mais au sens ou c e u x - c i , dans leur r e p r e s e n t a -t i o n m§me, g l i s s e n t , derapent ou sau-tent du plan <<naturel>> ou i l s se de-r o u l e n t ou se posent, sur un aut r e plan egalement <<nature1>>, mais qui <<natu-rellement>> ne se trouve p o i n t en con-nexion avec le premier. <p. 128-129) Sur quel plan <<naturel>> se f a i t ce glissement dans l e text e de Laberge que nous analysons? Ses a d j e c t i f s q u a l i f i c a t i f s nous permettent d ' e x p l o r e r une n o u v e l l e p o s s i b i l i t y de s i g n i f i c a t i o n du fameux l e i t m o t i v . L l s o n s d'abord 1 ' i n t e r p r e t a t i o n que f a i t J e a n - P i e r r e Boucher de ces a d j e c t i f s : La misere m a t e r i e l l e et morale des Deschamps est en outre symbolisee par leur p a i n , <<al irnerit m a s s i f , l o u r d comme du s a b l e , au gout sur et amer>>. Les a d j e c t i f s ont c e r t e s i c i v a l e u r d e s c r i p t i v e : le p a i n , f a i t de c ^ r e a l e s , de mauvaise q u a l i t e , mal p e t r i , sans l e v a i n ni probablement d'assaisonnement, ressemble davantage a quelque mauvaise g a l e t t e qu'a du pai D7 . Remarquons aussi que sur l a meme t a b l e de l a c u i s i n e de c e t t e fami l i e paysanne, on mange de "grosses pommes de t e r r e a l a coque, a l a mode de MAco, c ' e s t - a - d i r e non p e l e e s , et c u i t e s dans le canard". Le pain "mal p e t r i , sans l e v a i n ni probablement d'assaisonnement", 1'aliment " l o u r d comme du sab l e " et "impossible a c u i r e " , des pommes de t e r r e "non pe l e e s , c u i t e s dans le canard", tout c e l a compose un menu assez p r i m i t i f , f a i t d'aliments quasi n a t u r e l s et presque intouches par l a c u l t u r e . Cette pesanteur massive, c e t t e 1our de u r de sab1e, c e t t e r u s t i c i t e, c e t t e na t u r a 1 i t e r e n v o i e n t directement k l a t e r r e . Ce que l'on mange passe sans appret de l a nature a l a t a b l e . C'est done l a t e r r e que l e "pain sur et amer, marque d'une c r o i x " s i g n i f i e . La marque n a t i v e du signe e u c h a r i s t i q u e cede toute l a p l a c e a l a presence opaque de l a n a t u r a l i t e t e r r i e n n e . II est dans l a nature du si g n e , comme nous l'apprend L o u i s Marin, de conserver son apparence et son i d e n t i t e de chose dans " l ' i d e e de chose" q u ' i l a aussi pour f o n c t i o n de r e p r e s e n t e r : l a chose dans son i d e n t i t e meme se scin d e deux f o i s , une premiere f o i s , en chose et en signe et une deuxieme f o i s , de par l a nature meme du signe qui demande une d i s t i n c t i o n entre l a chose representante et l a chose repre-sentee, tout en r e s t a n t ce q u ' e l l e e s t , l a meme chose (p. 19-20). C'est c e t t e d u a l i t e inherente a l ' o r d r e s i g n i f i a n t qui fonde son re t o u r r e p e t i t i f , sa r e i t e r a t i o n comme chose repres e n t a n t e et comme idee r e p r e s e n t e e . Le "pain sOr et amer" r e s t e une mixture i n d i g e s t e et un aliment massif a t r a v e r s sa 1ourde recurrence dans d i v e r s episodes du roman, mais i l i n s i n u e en meme temps d'autres v a l e u r s , par sa r e c o n t e x t u a l i s a t i o n repetee d'un bout a 1'autre du r e c i t . Ces a u t r e s v a l e u r s s i g n i f i e e s recoupent le l i e u commun de l ' i d e o l o g i e qui f a i t de l a t e r r e c u l t i v e e l ' a s s i s e tant metaphysique qu'economique de l a s o c i e t e canadienne-f r a n c a i s e . Pour mieux le demontrer, i l nous faut s c r u t e r de t e l s elements de c o n t e x t u a 1 i s a t i o n qui viennent e n r i c h i r l a recurre n c e du si g n e . Dans le meme paragraphe de La Scouine que nous avons c i t e , nous pouvons l i r e que l e pere Deschamps a v a l a " l e s m l e t t e s "d'un coup de langue ... se mlt a b o i r e a longs t r a i t s , en f a i s a n t entendre, de l a gorge, un sonore g l o u g l o u ... i l s'essuya l e s l e v r e s de sa main s a l e et c a l l e u s e " , pendant que sa femme s ' a f f a l r e a le s e r v i r , le " g o i t r e " r e b o n d i s s a n t sur sa p o l t r i n e comparee au p i s d'une vache et que l e s enfants " l a p p a i e n t rapidement" l e u r soupe. Le comportement des mangeurs a t t a b l e s devant le "pain s ur et amer" est cl a i r e m e n t connote par 1'animalite. Si on etend 1'observation aux a u t r e s commensaux et s u r t o u t aux e f f e t s qui r e s u l t e n t chez eux de c e t t e consommation, on o b t i e n t des i n d i c e s encore p l u s c l a l r s du rapport q u ' e n t r e t i e n t ce signe a l i m e n t a i r e avec son environnement n a t u r e l : ...et pendant que l e u r s b£tes b r o i e n t leur avoine, a l ' e c u r i e , eux se mettent a t a b l e et font bombance. P u i s , s a t i s -f a i t s , repus de n o u r r i t u r e , i l s d i g e r e n t s i 1encieusement autour du poele et g l i s s e n t beatement au sommeil. (p.46) Apres le dtner au pain sur et amer, marque d'une c r o i x , C h a r i o t montait au g r e n i e r f a i r e un somme. II s ' e t e n d a i t sur une robe de c a r r i o l e , l a f i g u r e enfouie dans l a 1ongue f o u r r u r e brune, moelleuse, au r e l e n t acre de b§te. (p. 61) En s u i v a n t l a chaine des a s s o c i a t i o n s qui r e l i e n t 1'ailment massif a c e l u i qui s'en n o u r r i t , on a b o u t i t a un b r o u i l l a g e de toute d i s t i n c t i o n entre le mangeur et l a nature avec l a q u e l l e i l f i n i t par se confondre: "dans l a grande c h a l e u r , l e s hommes et l e s chevaux degageaient une f o r t e odeur, un pu i s s a n t r e l e n t d ' a n i m a l i t e . T r e s incommodantes, l e s mouches p i q u a i e n t avec un acharnement f e r o c e " <p. 7 5 ) . Manger equivaut i c i a se f a i r e e n v a h i r . D'apres J e a n - P i e r r e R i c h a r d , " l ' e t r e (qui mange) s u b i t (...) 1 'invasion, le v i o l des c h o s e s " 8 . Une f o i s que l a n o u r r i t u r e entre dans le corps, i l faut l a d i g e r e r et l ' a s s i m i l e r pour en e t r e vraiment n o u r r i et en e t r e e n r i c h i . Mais avec l a cu i s s o n i m p a r f a i t e et l e s q u a l i t e s i n h e r e n t e s a ce p a i n a peine comestible, l ' i n g e s t i o n a b o u t i t au renversement du processus d i g e s t i f , de s o r t e que c'est ce pa i n , a p a r t i r d'un c e r t a i n degre d ' a b s o r p t i o n , qui semble "manger" le corps de c e l u i qui apparemment s'en n o u r r i t . Symbol i quement, comme nous l'avons deja merit ionne, le pain que mangent l e s h a b i t a n t s de t r e n t e p a r o i s s e s " f i l a i t comme une t o i l e d'araignee lorsqu'on le rompait". L'image suggere e f f e c t i v e m e n t l ' i d e e de d i s s o l u t i o n et de d e s t r u c t i o n au p r o f i t de 1'animal avide de sa p r o l e . Et l a s u i t e du r e c i t de Laberge confirme ce sens: Ce fut comme s i le pain sur et amer, marque d'un c r o i x q u ' i l a v a i t mange et d i g e r e pendant v i n g t - c i n q ans, l u i fu t tout a coup remonte k l a bouche. II f u t 1'homme de sa n o u r r i t u r e , 1'homme dont l a c h a i r , le sang, l e s os, l e s muscles, le cerveau, le coeur, e t a i e n t f a i t s de pai n sur et amer. Et le pain e t a i t comme le l e v a i n qui a u r a i t f a i t germer dans c e t t e pate humaine, la haine, le crime, le meurtre. Vomlssant une l i t a n l e d ' h o r r l b l e s blasphemes, T l f a l e b r a s leve s'avanca sur son pere (p. 1 2 0 ) . La t e r r e e st done devenue anthropophage au sens s t r i c t : c ' e st le cas du mangeur mange, s e l o n une s o r t e de r e c y c l a g e e c o l o g l q u e que connalt bien l'economie n a t u r e l l e . Le p o r t r a i t physique des personnages de La Seoulne presente souvent des t r a i t s d'une extreme r e p u l s i o n . Le type de Bagon d i t le Coupeur est i n o u b l i a b l e : ...une l a i d e u r g r a n d i o s e . Une t e t e enorme de megacephale surmontait un tronc t r e s c o u r t , p a r a i s s a i t d e v o i r l ' e c r a s e r de tout son p o i d s . (...) La p i c o t t e a v a i t outrageusement 1aboure ses t r a i t s et son t e i n t e t a i t c e l u i d'un homme s o u f f r a n t de l a j a u n i s s e . Ajoutons q u ' i l e t a i t borgne. Sa bouche edentee ne l a i s s a i t v o i r , l o r s q u ' i l l ' o u v r a i t , que quelques c h l c o t s gates et n o i r c i s comme des souches. II se nommait B a p t i s t e Bagon d i t le Coupeur (p. 10). Comme s i l a det r e s s e m a t e r i e l l e et l a p e n i b l e e x i s t e n c e de ces personnages n ' e t a i e n t pas s u f f i s a n t e s , 11 faut que s'y ajoutent l ' i n f i r m i t e et l a d i s g r a c e physiques. Bagon n'est pas un cas i s o l e . C h a r i o t , au moment de l a c o n s t r u c t i o n de sa no u v e l l e maison, q u ' i l n'aura jamais h a b i t e e , se b r i s e l a jambe et est depuis l o r s surnomme " l e Casse". Le pere Deschamps " e t a i t devenu i n f i r m e , impotent ... i l montait aux champs, a l l a n t devant l u i , i n d e c i s , comme un animal qu'on v i e n t de ch£trer 9 " (p. 126). S i on r e v l e n t a l a scene ou l a Scouine n o u r r l t ses veaux, 1 / I n v e r s i o n de l a v a l e u r s e r a encore p l u s e x p l i c l t e et p l u s choquante. Nous savons que chaque printemps, l a Scouine adopte un veau q u ' e l l e entoure de mi H e s o i n s . E l l e l u i "donn(e) du l a i t chaud, du l a i t ecrem£", "se met<...) l a main dans le l a i t , et donn(e) ses d o i g t s a t e t e r a 1'animal", de t e l l e s o r t e q u ' e l l e "eprouv(e) une s i n g u l i e r e v o l u p t e a s e n t i r l a langue rapeuse l u i le c h e r l a main et l e s d o i g t s " <p. 97-98). La Jeune f i l l e adopte a i n s i de Jeunes betes q u ' e l l e c h o i s i t avec un s o i n t e l qu'on d i r a i t q u ' e l l e n o u r r i t ses propres e n f a n t s . Nous retrouvons i c i un autre cas du b r o u i l l a g e de l a d i s t i n c t i o n qui separe normalement le monde humaln de l'espece anlmale. Quand Bagon ch&tre un veau, l a Scouine "eprouv<e) 1'impression d ' a v o i r vu s'accomplir un meurtre" (p. 100), comme s i on ven a i t d ' a s s a s s l n e r un e t r e humain. Par c o n t r e , en voyant passer le c e r c u e i l emportant le cadavre du Schno, l'un des deux f r e r e s d e b i l e s du c u l t i v a t e u r T o f i l e , mort de l ' i n s o l a t i o n et de l a faim, " e l l e eprouv(e) un sentiment de rancune s a t i s f a i t e " <p. 108). Une t e l l e a l i e n a t i o n de l a m o r a l i t e l a p l u s e lementaire r e v e l e une p e r v e r s i o n fondamentale qui r e s u l t e de l a consommation du "pain sur et amer" qui " a u r a i t f a i t germer dans c e t t e pate humaine, l a haine, le crime, le meurtre", comme le nar r a t e u r l ' i n d i q u e a i l l e u r s exp1i c i tement. On commence a comprendre que l a c r o i x symboliquement s a l u t a i r e qui marque le pain n o i r de l a f a m i l l e Deschamps n'est que 1 ' i n v e r s i o n t e r r e s t r e d'une e f f r a y a n t e condamnation a mort s u b s t i t u t e au p a i n de v i e que d e v r a i t e t r e le signe e u c h a r i s t i q u e . L o i n de n o u r r i r ou de permettre l a r e s u r r e c t i o n , l e p a i n ne f a i t s i g n e i c i qu'a l a mort: quand le pere Deschamps meurt, son "estomac de l a b r e ne p o u v a i t p l u s d i g e r e r " (p. 127), on " l ' e n f o u i t dans un grand t r o u . II a v a i t f l n l de manger le pain sur et amer, marque d'une c r o i x " (p. 130). Selon l a logique s i g n i f i a n t e qui veut que " l e corps mangeant devien(ne) le corps mange", le pere Deschamps, qui " a v a i t f i n i de manger le p a i n sur et amer, marque d'une c r o i x " est done enfoui "dans un grand t r o u " , l a bouche ouverte et eterne11ement i n s a t i a b l e pendant q u ' i l est lui-meme devore par l a t e r r e h l a q u e l l e i l retourne et par l a q u e l l e i l n'aura pas cesse d ' e t r e posaede. Cette l e c t u r e r e n c o n t r e d ' a i l l e u r s une phobie s i g n i f i c a t i v e du personnage: "apres sa mort, l'on a t t e n d i t l e s premiers s i g n e s de p u t r e f a c t i o n pour l'enfermer dans son c e r c u e i l " <p. 130), pour r e s p e c t e r l a d e r n i e r e v o l o n t e du defunt qui c r a i g n a i t d'"§tre inhume v i v a n t " <p. 130). C'est sans doute l a i s s e r entendre que le "pere Deschamps r e d o u t a i t inconsciemment que l a t e r r e q u ' i l a v a i t acquise par "plus d'un d e m i - s i e c l e de rudes travaux" (p. 120) a i t finalement le d e r n i e r mot. Le fonctionnement de ce signe p r i v i l e g i e qu'est le pain decouvre l ' a t r o c i t e d'une v a l e u r fondamenta1e: l a t e r r e . La lecon choquante de l a monstruosite devorante de c e t t e v a l e u r d e l a t e c l a i r e m e n t a l a f i n du roman lorsque le pat r i m o i n e f a m i l i a l e st d e f i n i t i v e m e n t d e s e r t ^ : . . . l a t e r r e qui ne s e r a Jamais labouree, qui ne r a p p o r t e r a Jamais aucune r e c o l t e , l a t e r r e que l'on ne creuse et que l'on n'ouvre que pour y d£poser l e s r e s t e s de ceux qui fur e n t des hommes... <p. 138) Paral1 element, l e s o b j e t s comme l a huche et le fo u r , qui pro d u l s e n t le "pain Sur et amer", sont a s s o c i ^ s k l a meme image symbolique qui r e l i e l a v i e des paysans a l a t e r r e : A c6te de l a maison, le vieux four q u i , pendant s i longtemps, a v a i t c u i t le pain sur et amer et en a r r i e r e duquel une t o u f f e de hauts t o u r n e s o l s , o u v r a i t une bouche beante et n o i r e comme s'i1 eut voulu c r i e r un supreme adieu (p. 133). Cet a c c e s s o i r e domestique f a i t p a r t i e de l a v i e de l a f a m i l l e Deschamps. Au moment du demenagement de Maco et de ses e n f a n t s , apres une courte h e s i t a t i o n devant 1'antique huche dans l a q u e l l e e l l e " a v a i t p e t r l pendant p l u s de cinquante ans le pain de l a f a m i l l e " (p. 132), i l s decident de l ' a p p o r t e r avec l e s a u t r e s meubles, bien q u ' e l l e ne f u t d'aucune ut i 1 i t e . Pas de s a l u t p o s s i b l e chez ces paysans qui se n o u r r i s s e n t tous l e s j o u r s de ce pain et dont meme l e s vieux meubles ont <<pris une odeur surette...>> qui le s s u i v r a partout ou i l s i r o n t l u \ Apres le demenagement, C h a r i o t retourne par n o s t a l g i e a l'ancienne maison qui a p p a r t i e n t maintenant a une autre f a m i l l e . Mais son re t o u r n'evoque que 1'adhesion Irremediable a un passe dont 11 ne peut p l u s se debarasser. Devant le p a i n "blanc, leger et savoureux" de l a f a m i l l e Bougie, C h a r i o t , dont 1'organisme est deforme par l ' a b j e c t e consommation du "pain sur et amer", ne peut pas manger avec a p p e t l t ; 11 "mast 1 que gravement, lourdement", " l e s bouchees l u i r e s t e n t dans l a gorge" (p. 141). Et le s o i r , "pendant que le f e r m i e r Bougie et sa f a m i l l e devorent l e s p i l e s de pa i n blanc" <p. 142), C h a r i o t continue a souper du "pain sur et amer", comme s ' i 1 y e t a i t condamne jusqu'a l a f i n de sa v i e . Dans l a scene ou Raclor et T i f a abattent l a c l 6 t u r e du verger et l e s a r b r e s f r u i t i e r s de le u r pere, l a d i s s e n s i o n de l a f a m i l l e est donnee a l i r e comme un e f f e t de l a s a t u r a t i o n de ce pain dans le corps de ces f i l s "dont l a c h a i r , le sang, l e s os, l e s muscles, le cerveau, le coeur, e t a i e n t f a i t s de pain sur et amer". Cette d i s s e n s i o n f a m i l i a l e , ce vomissement d / M u n e l l t a n i e d ' h o r r i b l e s blasphemes" est en quel que s o r t e une p r o f a n a t i o n qui prend l a forme d'une v i o l e n c e r e e l l e : quand l a Scouine veut se p o r t e r au secours de ses paren t s , " T i f a l a s a i s i t a l a gorge et ne l a lach(e) que r a l a n t e et £ demi-etranglee" (p. 120). Et Maco, l a mere Deschamps, se sent d e c h i r e e et "a(...) l a se n s a t i o n qu'on l u i a r r a c h ( e ) le coeur et l e s e n t r a i l l e s " (p. 121), quand e l l e v o i t r a s e s et devastes l e s a r b r e s " q u ' e l l e a v a i t p l a n t e s elle-meme, q u ' e l l e a v a i t s o i g n e s , comme s ' i l s a vaient ete des e t r e s humains, d'autres e n f a n t s ; ces a r b r e s q u ' e l l e a v a i t vu g r a n d i r " (p. 121). La gorge de la Scouine et les e n t r a i l l e s de Maco, qui font 1'objet de cette f e r o c i t e mutilante, sont bien sur les organes corporels de 1'ingest ion de l'abjecte nourriture dont Raclor et T i f a sont devenus les agents implacables. Renversement dramatique de sa fonction n u t r i t i v e , la nourrlture de l l v r e sa pulsion meurtrlere. Le narrateur u t i l i s e plusieurs f o i s des verbes au plus-que-parfait dans cette scene. Les quatre verbes "avait plantes", "avait solgnes" , "avalent ett>", "avait vu", expriment grammatica1ement une action anterieure a une autre action passee. Cette distance temporelle suggere que les arbres f r u l t l e r s attaques a l'alde de chevaux par les deux freres ne sont plus alors les memes arbres dont les f r u i t s "servaient (auparavant) a f a i r e des confitures" pour toute la famille <p. 120). Qu'est-ce qui s'est done passe pour que le verger autrefois prodlgue de f r u i t s delectables ne so i t plus qu'un chantier d'arbres qu'on abat? Llsons at tentivement la suite du r e c i t . Ce fut ensuite un pommier, Des pornrnes encore restaient aux branches. Plusieurs se detacherent sous le choc et tomberent sur le s o l . Raclor en ramassa une qu'il porta a sa bouche, mais i l la jeta imme-diatement loin de l u i , car e l l e e t a i t rongee par les vers <p. 121). Comment ne pas voir i c i une reminiscence du paradis perdu? Le ver dans le f r u i t semble temoigner de la perte primitive d'un passe qui coTncidait avec l'ordre culture! et la paix domestique. Corre1 ativement, la terre inculte, prodlgue du "pain sur et amer", a du succeder a 1'ancienne harmonie de ce J a r d i n ou se perd le s o u v e n i r de l ' o r i g i n e f a m i l i a l e . Une f o i s de p l u s , le s i g n i f i e du p a i n amer se p r e c i s e dans ce nouveau contexte qui degage nettement sa v a l e u r de degradation recente et de r e t o u r atavique v e r s un e t a t de nature p r i m i t i f et f a t a l a toute c u l t u r e humanisee. Dans le cadre du systems semiotique de L o u i s Marin, 11 nous f a u d r a i t p l u t 6 t p a r l e r a ce propos de signe radicalement a n t i - e u c h a r i s t i q u e , ce q u i , b i e n s u r , n'est pas peu d i r e pour un roman c a n a d l e n - f r a n c a i s p u b l i e au debut du s i e c l e . Aussi l ' a u t e u r marque-t-il assez v i s i b l e m e n t le coup l o r s q u ' i l s i t u e toute l a scene que nous venons de l i r e sous le r e g a r d impertubable et f r o i d d'une s t a t u e du C h r i s t : "Au-dessus de l a p o r t e , un Sacre-coeur de Jesus s c a r l a t s , 1'air bon, l a f i g u r e douce et s e r e i n e contemplait ce s p e c t a c l e " (p. 120). V e s t i g e muet et impuissant de l a desagregation des l i e n s de 1'unite f a m i l i a l e , ce temoin accuse assez c l a i r e m e n t l e s i n t e n t i o n s du n a r r a t e u r . Apres l a d e s t r u c t i o n du verger, l a v i e semble r e v e n i r a l a normale, sauf que le repas des p a r e n t s " f u t encore p l u s s i l e n c i e u x que d'habitude... Dans l e s t e t e s des deux vieux, p a s s a i e n t des idees t r i s t e s , s i t r i s t e s que l e u r s l e v r e s p a l i e s n'avaient pas de mots pour l e s d i r e . . . " (p. 122). On peut penser sans e x t r a p o l e r que ce s i l e n c e des p a r e n t s est en e f f e t une i m p o s s i b i 1 i t e de l a p a r o l e , une p e r t e de l a communication v e r b a l e . Le pere i n s u l t e par ses enfants l e s regards ravager son J a r d i n s t son verger sans elever la volx, tandls que la mere, s'1 dent 1f1 ant au Jardin, c l b l e de leur haine, ne peut que s'abandonner a ses sanglots: " e l l e p l e u r a i t avec des gemissements de v i e i l l e femme Inconsolable" (p. 123). Ce defaut de communication verbale chez les personnages est d ' a l l l e u r s remarque par Paul Perron dans son analyse du comportement du pere dans le roman: C'est par la violence et la regression que la l o i du pere s'impose dans La Scouine ... 1'homme regresse a . un stade maternel naturel qui est d'ordre pre-culturel ... la regression ... s'accompagne d'une perte de commu-nication v e r b a l e 1 1 . Dans beaucoup d'autres scenes alimentaires, nous avons releve dans le lexique de Laberge une frequence extraordinaire de mots traduisant le silence, 1'oppression vague de la fatigue, 1'abrutissement de l'appetit s a t i s f a i t par 1'engloutissement d'un lourd repas: "un grand silence regnalt, ce silence t r i s t e et f r o l d qui s u i t les journees de dur labour" (p. 9 ) ; "le repas continualt monotone et t r i s t e " (p. 11); "le s o i r , le souper au pain sur et amer, marque d'une croix, fut d'une morne t r i s t e s s e " . Passant de 1"" ambiance muette de la f ami l i e a la parole s o d ale de l'ecole ou plusieurs chapitres du roman nous conduisent, voyons maintenant s i la meme o b l i t e r a t i o n du langage ne s'observe pas dans les rapports entre el eves et i n s t i t u t r i c e s , qui sont au nombre de deux, tour a tour chassees de leur emploi apres des deboires s i g n i f i c a t i f s . Dans le cas de l a premiere m a l t r e s s e d'ecole, l a scene se passe avec l ' e l e v e l a p l u s d i s s i p e e de l a c l a s s e . Un j o u r , 1'enfant est s i t u r b u l e n t e que 1 ' i n s t i t u t r i c e , a bout de p a t i e n c e , "apres l u i a v o i r f a i t b a i s e r l a t e r r e , 1'avoir f a i t mettre a genoux, p u i s debout sur le banc, l u i a v a i t a d m i n i s t r e c i n q coups de m a r t i n e t sur chaque main" (p. 16). Impuissante a se f a i r e o b e i r au moyen de l a p a r o l e , c e t t e i n s t l t u t r i c e u t i l i s e un m a r t i n e t comme Instrument de p u n i t i o n c o r p o r e l l e . L'eleve va se p l a i n d r e du mauvais tr a i t e m e n t a sa mere, qui a c c o u r t a 1'ecole pour lancer a 1 m a l t r e s s e "une bordee d ' i n j u r e s et de menaces". Pour terminer, l a mere de 1'enfant remonte sa jupe et montre son p o s t e r i e u r a 1 ' i n s t i t u t r i c e , au scandale de toute l a c l a s s e P a l e de rage, 1 ' i n s t i t u t r i c e ne trouve pas un mot pour l u i repondre. E l l e " e t a i t demeuree muette sous l ' i n s u l t e infamante" (p. 17). Toute l ' i n i t i a t i v e de l'echange a p p a r t i e n t a l a mere de 1'enfant, qui semble l a seu1e i n t e r 1 o c u t r i c e pendant toute l a scene. Mais ce qui s o r t de sa bouche n'est qu'"une bordee d ' i n j u r e s " , c ' e s t - a - d i r e un f1ot d ' i n s a n i t e s qui eclaboussent l ' a u t o r i t e en p l a c e et meme tous l e s e l e v e s a h u r i s . Incapable d ' a r t i c u l e r verbalement son message, e l l e u t i l i s e e n f i n son corps, faut de m a l t r i s e r d'autres competences communicatives. Le corps se s u b s t i t u e done au langage dans un geste qui subvert i t 1'ora1 par 1'ana 1 . Dans le cas de l a n o u v e l l e l n s t l t u t r l c e , l a s i t u a t i o n se. r e p e t e . P l u s i e u r s j o u r s d ' a f f i l e e , e l l e demande a l a Scouine de r e c i t e r l a 1econ en c l a s s e , mais c e l l e - c i , ayant t o u j o u r s p r i s s o l n d'arracher l e s pages du l i v r e , "n'ouvr<e) pas l a bouche" et " n ' a r t i c u l ( e ) pas une p a r o l e " (p. 30). Hors d'elle-meme et incapable de d i s c u t e r raisonnablement avec 1'enfant entetee, 1 ' i n s t i t u t r i c e l a menace du m a r t i n e t . Bien q u ' e l l e n ' a i t pas recu un seul coup de m a r t i n e t , l a Scouine f a i t v e n i r sa mere, Maco, q u i , "devant tous l e s e l e v e s , f ( a i t ) une scene t e r r i b l e a 1 ' i n s t i t u t r i c e , 1'accablant de m i l l e i n j u r e s " (p. 33). II semble que l e s r e s s o u r c e s o r d i n a l r e s de 1'exp1ication au moyen du langage s o i e n t tout a f a i t perdues dans 1'univers de ce roman. Ajoutons i c i une autre scene qui s ' a g i t de l a c o n s t r u c t i o n de l a n o u v e l l e maison de C h a r i o t . Pendant l a c o n s t r u c t i o n , une d i s c u s s i o n s ' e l eve entre le pere Deschamps et sa femme au s u j e t d'une f e n e t r e . Maco veut une ouverture ronde a 1'Stage s u p e r i e u r , mais le pere Deschamps est absolument oppose a c e t t e idee. Pour mettre f i n a l a d i s c u s s i o n , c e l u i - c i tourne le dos a sa femme et designe son p o s t e r i e u r , en d i s a n t : "J'en ai un c h a s s i s rond pour toue" ( p . 6 5 ) . La s c a t o l o g l e et l a b r u t a l i t e tendent a se s u b s t l t u e r a 1'espace du langage. Ce r e c o u v r e m f t n t du v e r b a l par l a m a t e r i a l i t e c o r p o r e l l e , i l est s e l o n nous evident que le P r em i e r n1v eau s'en t r ou v e s i g n i f i e par 1e l e i t m o t i v a l i m e n t a i r e que nous avons deja a n a l y s e . Reprenons un moment a ce s u j e t l a p e r s p e c t i v e t h e o r i q u e de 1'etude de Lo u i s Marln dans La P a r o l e manaee. L'auteur examine l a portee de l'enonce c o n s e c r a t o i r e <<ceci est mon corps>> q u ' i l d e f i n i t comme etant le "noyau p r i m a i r e " du signe o p e r a t o l r e de l a t r a n s s u b s t a n t l a t i o n . C'est l e verbe "est " q u i , dans l a formule e u c h a r i s t i q u e , concentre toute l a puissance e f f i c a c e du si g n e . Marin e c r i t que sur ce "noyau p r i m a i r e ... viennent se g r e f f e r t o u t e s a u t r e s d e t e r m i n a t i o n s de personne, de temps, de genre et de nombre, to u t e s l e s m o d a l i t e s d ' e n o n c i a t i o n et tous l e s t r a i t s semantiques" (p. 27). Supposons maintenant que l a formule <<ceci est mon corps>> s o i t subliminalement i n s c r i t e dans le texte romanesque de La Scouine. mais que sa modalite d ' e n o n c i a t i o n s o i t t e l l e q u ' e l l e p u i s s e e t r e a t t r i b u e e a l a t e r r e p a t e r n e l l e des Deschamps et adressee a l a descendance du heros, tout en r e s t a n t a s s o c i e e a l a p a r o l e sacramente11e a t t r i b u e e au Dieu f a i t homme et d e s t l n e e a l'humanite e n t i e r e en quete de l a v i e e t e r n e l l e . A l o r s tous l e s t r a i t s semantiques, toutes l e s d e t e r m i n a t i o n s de personne, de temps, e t c s'en t r o u v e r a i e n t m o d i f i e e s et a l a place du pain de v i e consubstantie1 au corps du C h r i s t , on o b t l e n d r a i t " l e pain sur et amer" et le p e t i t u n i v e r s paysan des c r e a t u r e s de Laberge. Le romancier i n t e r v i e n t en ag i s s a n t sur le coeur d'un sy s t erne symbo11qu e. Marin commente 1 'importance du verbe " e s t " dans l.'enonce de l a formule c o n s e c r a t o i r e et ce commentaire conserve toute sa p e r t i n e n c e t r a n s f e r e e a l a c o n d i t i o n f i c t i v e du monde romanesque de Laberge. La t e r r e <<est>> le corps mange des personnages que nous 1isons dans le tex t e de La Scouine. De l a , l a s t a t i c i t e et l a rudesse triomphantes de ces cor p s qui recouvrent tout, meme l a f a c u l t e de p a r l e r et de s ' e x p l i q u e r verbalement par l a p a r o l e . Nous en trouvons un autre exemple dans l a scene des deux d e b i l e s , P i g u i n et le Schno, l e s p e t i t s f r e r e s du c u l t i v a t e u r T o f i l e Lambert. Le naturalisme de Laberge a t t e i n t i c i , s e l o n Paul Wyczynski, "son paroxysme": La ou l a note n a t u r a l i s t e est f o r c e e , c'est dans l e s scenes ou 1'homme se f a i t le champion d'une b r u t a l i t e qui le degrade par rapport aux betes et aux choses et qui f a i t de l u i un robot sans conscience, ni remords, ni tendresse... C'est a i n s i que Laberge p e i n t . . . s u r t o u t l a mort et l e s f u n e r a i l l e s du Schno. C'est en e f f e t dans l e s c h a p i t r e s XXVI et XXVII que le naturalisme n o i r a t t e i n t dans La Scouine son paroxysme 1 2. On p o u r r a i t c r o i r e , apres tout ce que nous venons de l i r e , que le rapport entre hommes et betes ne s a u r a i t e t r e p l u s e t r o i t et l a d i s t i n c t i o n p l u s e m b r o u i l l e e . Pourtant i l y a p i r e . Tout le passage deborde d'une b r u t a l i t e sans nom par le traitement q u ' i n f l i g e le f r e r e alne a ses deux f r e r e s i d i o t s . Mais retenons seulement cet episode ou l a faim pousse 1'un des deux d e b i l e s a un acte qui le pl a c e en dehors de tous l e s usages humains. Epuise de f a t i g u e sous un s o l e i l de plomb et pousse par l a faim, P i g u i n r e n c o n t r a l e s corps de deux pet I t s cochons morts en n a i s s a n t , i l y a v a i t deux j o u r s . A grands coups de beche, P i g u i n t a i l l a dans 1'un des cadavres. II s ' a s s i t e n s u i t e par t e r r e et se mit a devorer a b e l l e s dents c e t t e charogne Immonde, melee de boue. Apres a v o i r de la s o r t e quel que peu apaise son a p p e t i t , i1 gagna encore du c6te du champ jusqu'au pacage des vaches. C e l l e s - c i e t a i e n t couchees. II en f i t leve r une, p u i s se mettant a genoux, i l p r i t l'un des p i s et le pressant, but avidement le f i l e t de l a i t chaud. Cependant, comme i l n'y a v a i t que peu de temps que l a bete a v a i t ete t r a i t e , l a source f u t v i t e t a r i e . Son repas termine <p. 105). Nous observons une f o i s de p l u s l a f u s i o n complete de 1'etre humain dans 1'animalite au mepris des i n t e r d i t s l e s p l u s fondamentaux qui en marquent ordinairement l a s e p a r a t i o n . Les deux p e t i t s cochons morts o f f r e n t meme une image qui annonce le s o r t prochain des deux i n f i r m e s promis a l a meme decomposition. L ' i n g e s t i o n de c e t t e c h a i r a v a r i e e suggere egalement que P i g u i n semble col laborer i n s t i n e t i v e m e n t au d e s t i n de sa propre p u t r e f a c t i o n , q u ' i l y adhere viscera1ement, goulQment, pour a i n s i d i r e onto 1ogiquement. Passant sans t r a n s i t i o n du cadavre p o u r r i des cochons au corps vivant de l a vache, de la viande s o u i l l e e au l a i t chaud, du s o l i d e fermente au l i q u i d e onctueux, c'est tout le c y c l e t e r r e s t r e de l a v i t a l i t e animale que parcourt avant de s'y fondre le personnage 1abergi en. Le Schno, moins heureux quant a l u i , meurt de f a i m comme "une v i e i l l e r o s s e fourbue." (p.105) La mort de l ' e n f a n t ne l a i s s e aucun r e g r e t chez l e s s i e n s , b i e n au c o n t r a i r e : "en v ' l a un bon d e b a r r a s . " (p.106) Seul l e c h i e n l u i l a i s s e r a un r e g a r d d ' a d i e u . "La t e r r e a l l a i t e t r e e n g r a i s s e e " Cp. 107), pense seulement T o f i l e Lambert en c o n d u i s a n t son f r e r e dans un t r o u comme 11 t r a n s p o r t e r a i t un t a s de f u m l e r . Du " p a i n s u r et amer, marque d'une c r o i x " , s i g n e c e n t r a l de l a t e r r e i n s c r i t e dans l a c o n n o t a t i o n de 1 ' a t r o c i t y et de l a b e s t i a l i t e n a t u r e ! l e , aux pommes rongees par l e s v e r s ( c h . X X X ) , du couteau "a manche de b o i s n o i r " que l e pere Deschamps u t i l i s e pour marquer son p a i n d'une c r o i x Cch. I) au couteau "a manche de b o i s b l a n c " <ch. X X V ) , i n s t r u m e n t du c h a t r e u r , de l a scene ou l a Scouine eprouve une v o l u p t e et une s o l l i c i t u d e presque m a t e r n e l l e c i n o u r r i r l e s veaux ( c h . XXVI) a l a d e s t r u c t i o n du j a r d i n p a t e r n e l , de l a f i g u r e du p r e t r e qui donne " 1 ' i m p r e s s i o n d'un morceau de via n d e s a i g n a n t e " 1 3 ( c h . XV) a l a scene ou P i g u i n , l ' e n f a n t d e b i l e , devore l a charogne d'un cochon ( c h . X X V I ) , on v o i t une grande i n t e n s i t y de d e s c r i p t i o n s t y l i s t i q u e de 1'objet a l i m e n t a i r e dans La S c o u i n e . Par l a d e s c r i p t i o n et s u r t o u t l a r e p r e s e n t a t i o n de 1'objet a l i m e n t a i r e , l e ro m a n c i e r ne cache p o i n t une v i s i o n du monde qui dement l a c u l t u r e r e l i g i e u s e , qui r e f u t e l a g e n e r o s i t e et. l a f e r t i l i t y de l a t e r r e que I ' l d S o l o g i e t e r r l e n n e de son Spoque p l a c a i t au coeur de l a s u r v i e n a t i o n a l e . De l a t e r r e n o u r r i c i S r e a l a 40 terre devorante, Laberge subvertlt le dlscours social qui proposalt la terre comme valeur s a l v a t r l c e . Notes 1. Paul Wyczynski, " I n t r o d u c t i o n " , dans La Scouine. e d i t i o n c r i t i q u e , Montreal, l e s Presses de l ' U n i v e r s i t e de Montreal, 1986, p. 47. D'apres Paul Wyczynski, l a phrase <<le pain sur et amer, marque d'une croix>> se re t r o u v e quatorze f o i s dans La Scouine. Comme l e i t m o t i v module, e l l e r e v i e n t neuf a u t r e s f o i s et comme simple motif du p a i n , quinze f o i s , ce qui f a i t done t r e n t e - h u l t f o i s en tout. 2. A l b e r t Laberge, La Scouine. Montreal, Quinze, Roman 10/10, p. 43. Toutes l e s r e f e r e n c e s e n t r e parentheses r e n v o i e n t a c e t t e e d i t i o n . 3. J e a n - P i e r r e Boucher, "...Et par le p e t i t bout: La Scouine" d ' A l b e r t Laberge", dans Instantanes de l a c o n d i t i o n  quebecoise. Montreal, Hurtubise HMH, 1967, p. 36. 4. I b i d , p. 37. 5. Gerard B e s s e t t e , Antholooie d ' A l b e r t Laberge. Montreal, Le C e r c l e du L i v r e de France, 1962, p. X. 6. G i l l e s Marcotte, Les bonnes r e n c o n t r e s . Montreal, Hurtubise HMH, 1971, p. 135-136. 7. Instantanes de l a c o n d i t i o n quebecoise. p. 36. 8. J e a n - P i e r r e R i c h a r d , L i t t e r a t u r e et s e n s a t i o n , p r e f a c e de George P o u l e t , P a r i s , E d i t i o n du S e u i l , 1954, p. 123. 9. Notons en passant que le couteau que Bagon u t i l i s e pour c h a t r e r l e s betes est un couteau "k manche de corne blanc" (p. 98), t a n d i s que le couteau avec lequel le pere t r a c e l a c r o i x sur le pain est un couteau "a manche de b o i s n o i r " . Cet infime d e t a i l a son importance. Souvenons-nous de 1 ' i n d i f f e r e n c i a t i o n frequente de l a nature animule et du monde humanise dans ce t e x t e . En r e a l i t e , c e t t e d i s t i n c t i o n c r u c i a l e est c o n f i e e a l a couleur symbolique d ' o b j e t s t r i v i a u x , comme ces e f f r o y a b l e s couteaux, l'un n o i r u s t e n s i l e de c u i s i n e , 1'autre blanc instrument du c h a t r e u r . 10. Mariel 0'Nei11-Karch, "La f o n c t i o n des o b j e t s dans La Scou i ne. dans S o l i t u d e rompue. t e x t e s r e u n i s par C e c i l e CI outier-Wojciechowska et Rejean Ribidoux en hommage a David M. Hayne, Ottawa, E d i t i o n s de l ' U n i v e r s i t e d'Ottawa, 1986, p. 285. 11. Paul Perron, "Au no(n) du Pere: La Scouine d ' A l b e r t Laberge", dans S o l i tude rompue. texte r e u n i s par C e c i l e CI outier-Wojciechowska et Rejean Ribidoux en hommage a David M. Hayne, Ottawa, E d i t i o n s de l ' U n i v e r s i t e d'Ottawa, 1986, P. 312-313. 12. Paul Wyczynski, e d i t i o n c r i t i q u e de La Scouine. p. 45-46. 13. Rappelons a ce propos l a c o u l e u r rouge du v i s a g e du cure Dubuc dans La Scouine: " l a f i g u r e rasee du p r e t r e , r o u g i e par l e f r o i d , donnait 1'impression d'un morceau de viande saignante" <p.55); dans "Visage de l a v i e et de l a mort", le cure J a s s a i s , "un c o l o s s e avec une grosse face rouge, sanguine" (Gerard B e s s e t t e , A n t h o l o g i e d ' A l b e r t Laherge. p. 99) et dans "La v o c a t i o n manquee", le p r e d i c a t e u r Athanase, " l a f i g u r e sanguine... rouge, rouge comme l e s fanaux que l'on pose dans l e s rues pour i n d i q u e r un danger... A 1'entendre, l'on v o y a i t rougeoyer l e s f 1 arnmes e t e r n e l l e s dont le r e f l e t s emblait i l l u m i n e r sa f i g u r e " (p. 195-196). Les v i s a g e s des cu r e s semblent e t r e une c i b l e f a v o r i t e de Laberge. Le rouge ne s u g g e r e - t - i l pas l e s f1ammes de 1'enfer? D e u x i e m e C h a p i t r e Uu homme e t s o n p e c h e ou l e t e x t e s o c i a l d e v o r e A l a premiere l e c t u r e du roman Un homme et son peche de Claude-Henri Grignon, on cons t a t e f a c l l e m e n t l a d i s t a n c e qui separe le p r o t a g o n i s t e , Seraphin P o u d r i e r , des personnages qu'on v i e n t de r e n c o n t r e r sous l a plume de 1'auteur de La Scouine. "Pour Seraphin, tout est c h i f f r e , a commencer par l a t e r r e elle-meme" *. II n ' e x i s t e en l u i aucun echo du theme de l a t e r r e s a l v a t r i c e dont 1'image est r e d u i t e , dans l ' e s p r i t de l' a v a r e , a I n v o c a t i o n du pur p r o f i t f i n a n c i e r . Du moment ou Donalda, sa femme, tombe malade, au l i e u de f a i r e v e n i r le medecin, i l p r o f i t e du sommeil de son epouse pour f a i r e le b i l a n des p r o f i t s t i r e s de sa t e r r e : "Pas mechante, ma t e r r e ; m e i l l e u r e que l e s annees passees. E l l e e n g r a i s s e , l a bonguienne. Mais i l faut l a menager p a r e i l ' ' ^ . Contraireraent aux l o i s du genre ( l e roman r e g i o n a 1 i s t e ) qui font de La t e r r e une mere n o u r r i c i e r e , c a r a c t e r i s e e par sa genereuse f e c o n d i t e , le heros du roman de Grignon e x p l o i t e sa t e r r e comme un pur moyen de t h e s a u r i s e r . II r e f u s e egalement toute v a l e u r f a m i l i a l e en ignorant le d e s i r qu'a sa femme d' a v o i r un f i l s , parce que "des en f a n t s , ca f i n i t par c o d t e r cher" (p. 10). Le sentiment r e l i g i e u x , autre v e r t u t r a d i t i o n n e 1 1 e , est p e r v e r t i par son v i c e . Dans sa bourse de c u l r , Seraphin trouve non seulement 1'or, l' a r g e n t , l e s b i l l e t s de banque, mais au s s i " l a v i e , le c i e l , Dieu. Tout" (p. 22). Toute l a conduite de ce personnage s i n g u l i e r s'oppose aux v a l e u r s sur l e s q u e l l e s est fondee l a s o c i a b i l i t e du monde r u r a l t r a d i t i o n n e 1 . Dominique CI 1ft le note Judlcleusement: "Ce n'est pas seulement par 1'avarice que Seraphin se d i s t i n g u e de ses v o i s i n s . Ses vues sur l a t e r r e et sur 1 ' a g r i c u l t u r e d i f f e r e n t des l e u r s d'une manlere r a d i c a l e " 3 . Son a t t i t u d e a l ' e n d r o i t de sa femme, sa s e x u a l i t e et toute sa pensee obsedee par 1'argent le p l a c e n t certainement en dehors de l a col 1 e c t i v 1 t e . L'un des t r a i t s comportementaux qui s i g n a l e le p l u s v i s i b l e m e n t sa m a r g i n a l i t e s o c i a l e et sa monstruosite psychologique est son regime a l i m e n t a i r e . La negation l a p l u s e n t l e r e des n e c e s s i t e s v i t a l e s dont f a i t p a r t i e l ' a c t i v i t e n u t r i t i v e forme un c o n t r a s t e frappant, car le dur t r a v a i l et le r i t u e l s o c i a l du monde paysan s'accordent a s o u l i g n e r 1'importance d'une robuste consommation de n o u r r i t u r e r i c h e cn m a t i e r e g r a s s e ; or on s a i t que Poudrier c o n s i d e r e le l a i t , le beurre et l a viande comme de v e r i t a b l e s p o i s o n s . Notre recherche c o n s i s t e r a a montrer comment l a consommation a l i m e n t a i r e de Seraphin P o u d r i e r d e l i m i t e un champ de t r a n s f o r m a t i o n s au s e i n duquel s'opere une metamorphose de l a n o u r r i t u r e en v a l e u r s o c i a l e , comment le signe a l i m e n t a i r e fonctionne dans le systeme q u ' i l fonde et quel est son rapport s i g n i f i a n t aux a u t r e s s i g n e s qui entrent en jeu dans l a nature de l a double- r e p r e s e n t a t i o n . Au cours de c e t t e analyse, nous a l l o n s d'abord examiner le p o i n t de vue n a r r a t i f , a f i n de v o i r comment fonc t i o n n e 1'opposition systematique entre Seraphin et le d i s c o u r s s o c i a l dominant. 1/ i d e n t i f i c a t i o n et l a deter m i n a t i o n du n a r r a t e u r sont d'une importance p r i m o r d i a l e dans.le roman de Grignon q u i , s e l o n Gerard B e s s e t t e , se presente comme un r e c i t c o n f i e a un "narr a t e u r omniscient": Je ne reproche pas a Grignon d' a v o i r <<choisi>> (a son insu sans doute>>, d' a v o i r adopte, comme presque tous l e s romanciers canadiens qui l'ont precede, le p o i n t de vue du n a r r a t e u r o m n i s c i e n t 4 . Le n a r r a t e u r omniscient d'Un homme et son peche adopte des p o i n t s de vue d i f f e r e n t s au cours de sa n a r r a t i o n qui procede t a n t d t de l ' i n t e r i e u r , t a n t6t de 1' e x t e r i e u r . Nous voyons souvent Seraphin par l e s yeux s o i t de Donalda, s o i t d ' A l e x i s , s o i t de B e r t i n e , s o i t de Lemont, mais i l a r r i v e a u s s i que le s u j e t qui p a r l e k t r a v e r s le r e c i t ne s o i t pas un s u j e t p e r s o n n e l , mais un e t r e indetermine dans lequel i l est p o s s i b l e de r e c o n n a i t r e un s u j e t c o l l e c t i f . Au premier c h a p i t r e du roman, nous a s s i s t o n s au t r a v a i l p e n i b l e de Donalda en t r a i n de laver le plancher de l a c u i s i n e , "dans le bas c6te" , jusqu'a ce q u ' i l devienne "jaune comme cir l ' o r " . Q u e l l e est l ' i d e n t i t e de c e l u i qui observe l a scene et qui f o u r n i t p l u s i e u r s informations a l a f o i s p r e c i s e s et d e t a i l l e e s ayant pour e f f e t de s o u l i g n e r non seulement le c a r a c t e r e p e n i b l e de l a tache, mais l a p r o s t r a t i o n h u m i l i a n t e de Donalda et l a douloureuse sympathie q u ' e l l e i n s p i r e dans c e t t e corvee r e p e t l v e : tous l e s samedis, vers d ix heures du matin, l a femme a Seraphin P o u d r i e r l a v a i t le plancher de l a c u i s i n e , dans le bas c 6 t e . On pou-v a i t l a v o i r a genoux, p i e d s nus, vetue d'une jupe de l a i n e g r i s e , d' une blouse usee jusqu'a l a corde, l a f i g u r e r u i s s e l a n t e de sueurs, ou r e s t a i e n t col l e e s des meches de che-veux n o i r s . E l l e f r o t t a i t , l a pauvre femme, e l l e r a c l a i t , apportant a c e t t e besogne l'ardeur de ses v i n g t ans <p. 7 ) . II n'est pas I n d i f f e r e n t de noter que 1'observateur qui se t i e n t dans 1'ombre de ce p o i n t de vue n a r r a t i f est indique p l u s l o i n par le r e t o u r du pronom i n d e f i n i "on", qui r e a p p a r a t t k maintes r e p r i s e s dans l a s u i t e du r e c i t . Quel est 1'antecedent de cet impersonnel? Relevons d'autres exemples pour tenter'de repondre a l a q u e s t i o n . Dans le deuxieme c h a p i t r e , en attendant son mari pour le dejeuner, Donalda d e c r i t par son monologue tous l e s d e t a i l s de l a maison de Seraphin, qui resume symbo1iquement sa p o s i t i o n dans l a v i e du couple, A t r a v e r s l e s yeux de Donalda, nous apprenons que dans l'espace de l a maison de Seraphin i l e x i s t e deux u n i v e r s opposes. En c o n t r a s t e avec l a c u i s i n e a l a q u e l l e appartiennent l a v i e et l e s a c t i v i t e s q u o t i d i e n n e s de Donalda, l ' u n i v e r s de Seraphin, " l e seul refuge de P o u d r i e r " (p. 20), se trouve dans une chambre a l'etage s u p e r i e u r , qui c o n t i e n t non seulement tous ses t r e s o r s , mais au s s i un c e r t a i n " c o n f o r t " : e l l e est " t o u j o u r s f r o l d e , l ' e t e , comme un caveau" <p. 23). Malgre sa grande envie de monter dans l a chambre pour goOter un peu de f r a l c h e u r en c e t t e journee t o r r i d e , Donalda n'a pas le courage de " f r a n c h i r l e s deux marches qui l a s e p a r a i e n t du p l u s grand bonheur qui pouvait en ce moment e x i s t e r pour e l l e " , c ar "c'eut ete tromper Seraphin" (p. 23-24). La soumission de Donalda accuse sans doute l a mefiance et meme 1 ' h o s t i l i t e qu'a Seraphin a r e g a r d de sa femme, a qui i l ne permet d'y a l l e r que " c i n q ou s i x f o i s par annee, dans de graves c i r c o n s t a n c e s " (p. 23). Et c' e s t a ce moment-ci que l'on remarque le r e t o u r du pronom i n d e f i n i "on", qui aj o u t e certainement du p o i d s a 1'accusation t a c i t e qui t r a n s p i r e de l a n a r r a t i o n : on remarquait encore un j o l i s e c r e t a i r e en acajou, v o l e au pere Boisy pour une det t e de deux d o l l a r s v i n g t - c i n q , renfermant des p a p i e r s de l a p l u s haute importance (...) on ne manquait jamais d'y trouver du p a p i e r r e g i e , une plume, un crayon (p. 19). Cette f o i s , 1'antecedent (sous-entendu) du pronom i n d e f i n i semble p o r t e r une i d e n t i t e p l u s s u g g e s t i v e . Si cet e t r e i n d e f i n i s a i t precisement ou se trouvent des a r t i c l e s t e l s que l e p a p i e r et l a plume chez 1'usurier, i l faut se r a p p e l e r q u ' i l n'y a jamais que "des endettes" (p. 19) qui viennent souvent chez Seraphin pour l u i emprunter de 1'argent. Mais encore? Qui au j u s t e ? La s u i t e du r e c i t nous l e f a i t comprendre de facon beaucoup p l u s c l a i r e : ... i l s e t a i e n t r a r e s dans le comte l e s gens d ' a f f a i r e s , l e s paysans et l e s v i l l a g e o i s qui ne c o n n a i s s a i e n t pas l a grande pi e c e d'en bas de l a maison de Seraphin P o u d r i e r : car c ' e t a i t 1 c i , et \k seulement, que 1' u s u r i e r f a i s a i t s i g n e r k de pauvres malheureux l e s p i r e s engagements qu' a i t jamais imagines l a p l u s inf£me c a n a i l i e (p. 23). Ce passage indique b i e n l a co n n o t a t i o n n a r r a t i v e de ce pronom i n d e f i n i a i n s i que l e s r a p p o r t s economiques qu'a le personnage de Seraphin avec tous ses "endettes" q u i , dans l e te x t e , s i g n i f i e n t " l e s gens d ' a f f a i r e s , l e s paysans et l e s v i 1 1 a g e o i s " : L u i , Seraphin P o u d r i e r , p e t i t c u l t l v a -t e u r , p e t i t p r e t e u r de r i e n du to u t , mais qui t e n a i t tout le monde dans sa main: monsieur le maire, monsieur le docteur, monsieur le depute, tous l e s c u 1 t i v a t e u r s , depuis le p l u s gros j u s q u ' au p l u s p e t i t . Peu d'hommes mangeant et ayant besoin d'un g l t e qui ne l u i devaient de 1'argent. II e t a i t le pos-sesseur et l e maitre (p. 56). On a 1'impression que Seraphin, u s u r i e r et p r e t e u r , est en o p p o s i t i o n avec toute l a communaute paysanne sans aucune e x c e p t i o n , puisque le texte i n c l u t "tout le monde ... depuis le p l u s gros jusqu'au p l u s p e t i t " au nombre de ceux (emprunteurs ou endettes) qui sont r e p r e s e n t e s par le pronom "on". A cet egard, 1'opposition de Seraphin a l a c o l l e c t i v i t e se c o n s t r u i t a p a r t i r des in f o r m a t i o n s dispensees par le s u j e t de l a n a r r a t i o n . Et l e s quelques remarques ayant pour s u j e t le pronom impersonnel sur l e s a c t i v i t e s f i n a n c i e r e s de Seraphin, t e l l e s que " v o l e r " , " f a i r e s i g n e r a de pauvres malheureux", " l e s p i r e s engagements", e t c , non seulement ces remarques c o n t r l b u e n t - e l 1 e s a l a t e r r e u r qui se degage du r e c i t , mais imp 1icitement e l l e s evoquent l e s a c t i v i t e s u s u r a i r e s de Seraphin, en f a i s a n t de l u i un e t r e avare, mesquin et ha'i'ssable. Le n a r r a t e u r , par l a forme de ses propos, se t i e n t done du c6te de ceux qui sont v i c t i m e s de Seraphin et l e s r e p r e s e n t e . Le s u j e t de l a n a r r a t i o n , "on", tend done vers un s u j e t c o l l e c t i f et i l sous-entend toute l a communaute r u r a l e . C e l a se v e r i f i e encore dans l a scene du repas f u n e r a i r e de Donalda, ou nous avons un exemple p l u s p e r s u a s i f a 1'egard du s u j e t c o l l e c t i f de l a n a r r a t i o n qui d e l i m i t e une f o n c t i o n d ' o p p o s i t i o n entre Seraphin et l a communaute r u r a l e . Nous savons qu'a cause de toute l a r e p u t a t i o n exemplaire et des v e r t u s t r a d i t i o n n e 1 1 e s q u ' e l l e incarne, l a mort de Donalda f a i t v e n i r tous l e s gens du v i l l a g e a sa vei11ee-au-corps: toute l a r e l e v e e , i l v i n t beaucoup de monde, de p a r t o u t , jusque de S a i n t -Agathe. On a v a i t bien connu Donalda Laroge, une pauvre f i l l e de c o l o n , s i avenante, mais s i bonne travai11euse, excel 1ente danseuse a u s s i , que l e s jeunes gens f a i s a i e n t tourner en des rythmes v e r t i g i n e u x . E l l e a v a i t l a i s s e p a r t o ut le m e i l l e u r souvenir (...), on v e n a i t l u i p o r t e r une p r i e r e , le coeur de pe i ne (p. 126). Dans c e t t e scene cu1ture11ement t r e s dense, le pronom i n d e f i n i "on" i n c l u t naturellement tous ceux qui se s i t u e n t dans et appart1ennent a l a t r a d i t i o n connotee. Parmi l e s v i l l a g e o i s que le pronom "on" r e p r e s e n t e , i l y a A l e x i s , seul c o u s i n de Seraphin, qui a propose l e s s e r v i c e s de sa f i l l e B e r t i n e pendant que Donalda e t a i t malade et qui a f a i t v e n i r sa femme Arthemise avec toute l a n o u r r i t u r e n e c e s s a i r e au repas f u n e r a i r e . P u i s , i l y a le p r e t r e qui v i e n t r e c i t e r des p r i e r e s et preparer 1'enterrement, e n s u i t e le medecin qui a r r i v e aux depens d ' A l e x i s et Lemont qui est l'un des "endettes" de Seraphin. Tout le monde est chagrine par l a mort de Donalda, sauf, bien st i r , le "seul e t r e au monde ( q u i ) n ' a v a i t pas aime et pas compris Donalda: son mari" (p. 126). II n'est pas surprenant d'apprendre qu'a l'encontre de tous ceux qui sont p r e s e n t e s , Seraphin " c o n s i d e r ( a i t ) c e t t e mangeaille comme une depense exageree, absolument i n u t i l e " (p. 129). Et par consequent, 11 s'at t i r e non seulement le degotit de tout le monde, mais au s s i "une haine m o r t e l l e " (p. 126). Le s u j e t de l a n a r r a t i o n , qui nomme i c i toute l a communaute r u r a l e , s e r t non seulement a i n c l u r e ceux qui appartiennent a l ' u n i v e r s des paysans, mais aussi a ex lure Seraphin de l e u r s v a l e u r s t r a d i t i o n n e l l e s . II faut p e u t - e t r e a j o u t e r q u ' i l ne s u f f i r a pas a l a n a r r a t i o n d'opposer Seraphin a l a communaute de^ l ' i d e o l o g i e t e r r i e n n e . Le texte le condamnera et de p l u s le f e r a p e r i r par le feu. "Le n a r r a t e u r d'Un homme et son  peche ne se s a t i s f a i t pas t o u t e f o i s de ce c o n t r d l e i n d i r e c t sur ses personnages: a l ' i n s t a r de beaucoup de n a r r a t e u r s c e l e b r e s , i l i n t e r v i e n t p l u s directement par des jugements de v a l e u r (...) qui de toute evidence s'adressent au n a r r a t a i r e " 5 . Nous reviendrons p l u s t a r d au feu du chatiment qui incendie la maison de Seraphin et qui le consume. Notons seulement pour le moment q u ' i l y a une chose f o r t i n t e r e s s a n t e qui se passe dans l a scene du repas f u n e r a i r e . Rappelons que devant l a t a b l e chargee de n o u r r i t u r e , l a ceremonie a l i m e n t a i r e change un i n s t a n t d'atmosphere et que l a vei11ee-au-corps se transforme en une s o r t e de f e s t i n . Le repas f u n e r a i r e prend meme des a l l u r e s de repas des noces: on p r i a i t t o u j o u r s , on p a r l a i t tou-j o u r s , on mangeait t o u j o u r s , et on e t o u f f a i t l e s fous r l r e s le mieux qu' on p o u v a i t . En tout cas, on ne s' ennuyait pas. Ce f u t meme t r e s encourageant, et l'on trouva l a v i e b e l l e , lorsqu'on apercut Seraphin P o u d r i e r , une cruche a l a main. II ver s a a b o i r e a tout le monde dans une tasee. Un a i r de f e t e et de sante se p e i g n a i t sur tous l e s v i s a g e s . On a v a i t du courage p l e i n l a bouche et p l e i n le genoux. Aussi l e s chape l e t s se suc-c e d a i e n t - i 1 s , avec une r e g u l a r i t y , une r a p i d i t y et une fe r v e u r e x t r a o r d i -n a i r e s . Personne n ' a v a i t souvenance d'une p l u s b e l l e <<vei11ye-au-corps>> (p. 132). Nous voyons i c i que le changement d'atmosphere se p r o d u i t au moment exact ou Seraphin q u i , sur le pla n sexue1, s o c i a l , r e l l g i e u x et bien sur economique, a Schappy au d i s c o u r s t r a d i t i o n n e 1 , "vers<e) a b o i r e k tout le monde dans une t a s s e " . Si l e s v i l l a g e o i s trouvent l a v i e b e l l e , c'est parce q u ' i l s " a percu(ren)t Syraphin P o u d r i e r , une cruche a la main". Nous pouvons d i r e que c'est grace k 1'alcool que l a m a r g i n a l i t y de Syraphin d i s p a r a i t aux yeux du s u j e t c o l l e c t i f de l a n a r r a t i o n et q u ' i l s ' i n t y g r e et s ' a s s i m i l e un i n s t a n t k l a communauty r u r a l e q u i , a son tour, l u i devient sympathique et t o i y r a n t e . II ne f a i t aucun doute que 1'alcool joue un r d l e mytaphorique dans c e t t e scene. A l e x i s , personnage oppose a Seraphin, est un grand buveur c T a l c o o l q u i , comme symbole de l a s o c i a b i l i t y communautaire et de l a g e n e r o s l t e t r a d i t i o n n e 1 1 e , c o n t r l b u e pour une grande p a r t i e a son image de d e p o s i t a i r e a t t i t r e des v a l e u r s s o c l a l e s . C'est par c e t t e metaphore que l e n a r r a t e u r indique combien sa communaute r u r a l e est f i d e l e et l i e e au systeme symbolique qui l a c o n t i e n t . C'est dans c e t t e o p p o s i t i o n systematique e t a b l i e par le s u j e t c o l l e c t l f de l a n a r r a t i o n que l e s t r a i t s comportementaux du personnage de Seraphin sont n a r r e s et sont s i g n a l e s en termes de m a r g i n a l i t e s o c i a l e . Sur le p l a n de l a consommation a l i m e n t a i r e , nous remarquons d'abord chez l u i une p r i v a t i o n extreme, car c'est sur q u ' i l n'y a r i e n de p l u s mechant que de manger tous l e s j o u r s du p a i n , ou manger tous l e s j o u r s de l a g r a i s s e et de l a viande. II ne par-l a i t ni du l a i t ni du beurre, q u ' i l j u g e a i t de v e r i t a b l e s p o i s o n s <p. 15-16). Et non seulement i l l e s i n e sur sa propre n o u r r l t u r e , mais a u s s i sur c e l l e de sa femme Donalda. Un j o u r , a l o r s q u ' e l l e tend le bras vers l a melasse pour s'en s e r v i r une seconde f o i s , Seraphin l u i agrippe l a main, en l u i reprochant de ne pas e t r e r a i s o n n a b l e . II i n s i s t e sur le f a i t que le p e t i t pot a m o i t i e p l e i n d o i t durer au moins deux mois. Si le pouvoir de Seraphin v i e n t e s s e n t i e l 1ement de sa puissance f i n a n c i e r e , 1'action de c e t t e puissance s'exerce au niveau des n e c e s s i t e s v i t a l e s . Le r i t u e l a l i m e n t a i r e chez Seraphin est transforms en p r o f i t economique et ce qui representee pour d'autres un bien de n e c e s s l t e v i t a l e n'est pour l u i qu'un obje t c o n v e r t i b l e en argent sonnant. C'est done c e t t e p e r v e r s i o n , qui s'attaque aux b e s o i n s fondamentaux de l a c o n s e r v a t i o n de l a v i e , qui est condamnee par 1'opposition constante que l a n a r r a t i o n e t a b l l t e ntre l e heros et le m i l i e u s o c i a l dans lequel 11 evolue. Contre l'economie et l a <<retention» de Seraphin, le n a r r a t e u r montre par a l l l e u r s un debordement, une surabondance qui devient de l a g e n e r o s i t e chez l e personnage d ' A l e x i s . Contrairement a son c o u s i n , A l e x i s e st d'une f e c o n d i t e etonnante et le p o r t r a i t qu'en brosse le n a r r a t e u r est un archetype des v e r t u s t r a d i t i o n n e 1 1 e s : Pere de n u i t enfants, c ' e t a i t un paysan par atavisme, t r a v a i l l a n t comme une bete, courant souvent l a g a l i p o t e et depensant comme un fou, dans une semaine, tout ce qu' i l a r r a c h a i t au s e i n de sa v i e i l l e t e r r e , labouree, ensemencee, r e t o u r -nee, t r a v a i l lee depuis t r o i s gene-r a t i o n s <...). II v i v a i t heureux, malgre ses d e t t e s . C'est ce que ne comprenait pas Seraphin, qui dormait peu, mangeait mal, menageait l a ch a n d e l l e de s u i t et le b o i s de chauffage ... (p. 4 5 ) . C'est A l e x i s qui apporte des remedes a Donalda pendant q u ' e l l e est malade; c'est l u i qui f o u r n i t l ' a i d e de B e r t i n e et d' Arthcini vc pour preparer le repay f u n e r u i t e el. c'eul. encore l u i qui d i s t r i b u e une grande q u a n t i t e de whisky q u ' i l f a i t b o i r e a Seraphin et aux v l l l a g e o l s r e u n i s autour du corps de Donalda. Tous ces a c t e s ne l a i s s e n t aucun doute sur 1 ' i n t e r p r e t a t i o n q u ' i l faut donner a l a s e r v i a b i 1 i t e , a l a c o n v i v i a l i t e et s u r t o u t a l a g e n e r o s i t e qui l e d i s t i n g u e n t de Seraphin. La p l e t h o r e d ' A l e x i s , dont 1 'image e t a b l l t l m p l l c l t e m e n t un rapport e t r o i t avec l a t e r r e , f a i t c o n t r a s t e avec 1 ' a t t i t u d e p r i v a t i v e de Seraphin. "Capable de f a i r e don de son energie comme de sa n o u r r i t u r e , A l e x i s m6rlte 1'ami t i e de tous... et 1'amour de Donalda qui ne se l'avoue p o i n t " ^ . Au cours du repas f u n e r a i r e , nous apprenons qu'"on l ' e c o u t a i t avec p l a i s i r car i l n ' e t a i t p o i n t menteur... On almalt du r e s t e ce bon v l v a n t , grand coeur, bon homme et s i honnete" (p. 130). A l e x i s e st sans doute d e c r i t comme le representant p r i n c i p a l du modele t e r r i e n dans Un homme et son peche. N'oublions pas que Grignon defend avec energie l a paysannerle canadlenne-f r a n c a i s e . Par l a d e s c r i p t i o n a l i m e n t a i r e , le n a r r a t e u r r e u s s i t a c o n s t r u i r e une a n t i t h e s e entre l e s deux c o u s i n s et a sou 1igner 1'opposition r a d i c a l e de Seraphin au d i s c o u r s s o c i a l qu'on v i e n t de d e c o u v r i r dans le sous-texte n a r r a t i f . Lorsque B e r t i n e , autre f i g u r e des v e r t u s t r a d i t i o n n e 1 1 e s dans le roman, v i e n t soigner Donalda malade chez Seraphin et q u ' e l l e ne trouve r i e n a manger, "ni beurre, ni g r a i s s e , ni the, pas meme le pain" (p. 66), e l l e commence k " d e t e s t e r son c o u s i n souverainement" <p. 68) et a "comparer 1 nconscieminent son pere, f o r t , beau et grand, avec Seraphin, doucereux, h e s i t a n t , chafouin" (p. 83). Si c e t t e o p p o s i t i o n s e r t de support ideologique dans le roman et s i A l e x i s est exonere de blame et que Seraphin au c o n t r a i r e se d o i t d'etre condamne, c'est parce que le n a r r a t e u r omniscent l e s Juge a i n s i , ce qui est l e i 11 l u s t r e par l e r61e de B e r t i n e q u i , comme nous 1'avons montre, f a i t p a r t i e du s u j e t c o l l e c t i f de l a n a r r a t i o n . Pour f a i r e de Seraphin un p o r t r a i t p l u s haTssable et p l u s condamnable et pour j u s t i f i e r sa mort, le n a r r a t e u r ne s ' a r r e t e pas simplement a l a d e s c r i p t i o n de son a v a r i c e . En p l u s de l a negation fondamentale des n e c e s s i t e s v i t a l e s , nous rencon t r o n s dans l e s a c t i v i t e s n u t r i t i v e s de Seraphin un a u t r e aspect de l a consommation, c e t t e f o i s c a r a c t e r i s e par une monstruosite psychologique, une s o r t e de fu r e u r d e v o r a t r i c e . En meme temps q u ' i l se p r i v c , Seraphin avale souvent gloutonnement l o r s q u ' i l mange. Le mot "devorer" r e v i e n t a maintes r e p r i s e s dans le t e x t e : " i l devora des p a t a t e s ..." (p. 42), "Poudrier mangea avec s e n s u a l i t e , comme jamais i l n ' a v a i t mange dans sa v i e " (p. 69), " i l a v a i t faim. La soupe c u i s a i t t o u j o u r s lentement et s e n t a i t mauvais. N'importe, Seraphin n ' a t t e n d r a i t p l u s longtemps (...) i l trempait dans c e t t e soupe des g a l e t t e s de s a r r a s i n r o u l e e s en forme de gros c i g a r e s , q u ' i l d e v o r a i t e n s u i t e gloutonnement (...) mais 11 a v a i t t o u j o u r s faim" (p. 175-176). Apparemment, c e t t e boulimie c o n t r e d i t l a r e p r e s e n t i o n qu'on v i e n t de mettre en evidence. Lui qui "n'a v a i t pas faim de l a n o u r r i ture p e r i s s a b l e et qui empoisonne l'organisme" (p. 53), comment e x p l i q u e r q u ' i l s o i t s i vorace et i n s a t i a b l e ? Mais, c'est justement c e t t e c o n t r a d i c t i o n apparente qui a p p e l l e une hypothese de l e c t u r e au second degre: c e l l e du deplacement de l a r e f e r e n c e a l i m e n t a i r e . II nous faut a n a l y s e r pour c e l a l a r e l a t i o n e ntre Seraphin et son epouse Donalda, dans le mesure ou c'est c e t t e d e r n i e r e qui e st representee comme l a premiere v i c t i m e de l a p r i v a t i o n a l i m e n t a i r e de Seraphin. Dans le premier c h a p i t r e , par le monologue de Donalda, le n a r r a t e u r l a i s s e entendre que Seraphin a p p a r a l t a Donalda comme " l e 1oup affame qui s o r t de l a f o f e t " (p. 14). En comparant Seraphin au "loup affame", le n a r r a t e u r c ontinue qu'"(une f o i s ) Seraphin regarda un moment c e t t e mauvaise c r e a t u r e (qui est Donalda) e t , pour l a premiere f o i s de sa v i e , le dedain, a i n s i qu'une bave immonde, c o u l a i t de sa bouche edentee" (p. 13). Ce passage ne l a i s s e aucun doute a 1 ' i n t e r p r e t a t i o n que Seraphin e st connote d'une s o r t e de nature monstrueuse. II est d e c r i t comme un predateur f e r o c e qui epie et guette sa p r o i e et qui prend Donalda pour une c h a i r a e n g l o u t i r . N'etant pour l u i r i e n de p l u s qu'un g i b i e r , Donalda j u s t i f i e 1'impression qu'au l i e u de consommer de l a n o u r r i t u r e , Seraphin deplace l a f o n c t i o n n u t r i t i v e et se n o u r r i t des l i e n s sociaux q u ' i l d e t r u i t . Le l i e n conjugal marque un deplacement de l a r e f e r e n c e a l i m e n t a i r e . De l a , l a r e l a t i o n g l o b a l e entre l e s epoux semble pouvoir se comprendre en termes de mangeur (homme) et mange (femme). De l a preini ere rencontre de Seraphin avec Donalda jusqu'au moment ou Seraphin "1ui-meme v i s s a le c e r c u e i l " <p. 135) de Donalda morte, en f a l s a n t craquer son cadavre dans l a b l e r e trop p e t i t e , Seraphin ne f a i t que gruger l e corps et l'ame de sa femme pour f i n i r par l ' a v a l e r 1 i t t e r a l e m e n t . Apres l a mort de Donalda, l a premiere r e a c t i o n de Seraphin a son egard est que " c ' e s t un gros morceau que Je perds l a , monsieur le cure. J'en t r o u v e r a i pas une p a r e i l i e de s i t 6 t " (p. 106). P l u s t a r d , i l exprime a u s s i sa r e f l e x i o n : "pauvre Donalda, C e s t du bon pain" <p. 137). De t e l s mots ne sont pas p l a c e s par hasard: "un gros morceau", "du bon p a i n " , qu'est-ce a d i r e , s i n o n que l'avare est un mangeur enrage et p e r v e r t i . II faut a j o u t e r que Donalda n'est pas le seul personnage dans le roman dont l a r e l a t i o n avec Seraphin s ' i n s c r i t a un t e l niveau. Revenons au cas de M. Lemont, un autre paysan, q u i , q u o i q u ' i l a i t s e d u i t et engrosse une p e t i t e f i l l e de quinze ans, est d e c r i t dans le tex t e comme " l e malheureux emprunteur" <p. 29) et a p p a r t i e n t par consequent a 1'opposition maintes f o i s s o u l l g n e e entre Seraphin et 1'ensemble du corps s o c i a l . Dans l a scene ou Seraphin c o n c l u t un marche avec son emprunteur Lemont, ce que nous voyons est de nouveau une r e l a t i o n v i c t i m i s e e . Au moment de f a i r e s i g n e r le c o n t r a t , Seraphin u t i l i s e toutes s o r t e s de techniques pour soumettre psycho 1 oglquemnt sa v l c t l m e . Au debut de l a negoc 1 at 1 on du. c o n t r a t , i l n'y a presque aucune communication v e r b a l e , sinon quelques echanges de coups d ' o e i l entre Seraphin et Lemont q u i , ac c a b i e par le re g a r d de-Seraphin, tente de l u i o f f r i r du tabac dans 1 ' i n t e n t i o n de b r l s e r le s i l e n c e e t o u f f a n t . L / o f f r e du fumeur comprend certainement un element de langage c o r p o r e l qui a p p a r t i e n t a l a s o c i a b i l i t e t r a d i t i o n n e l l e . Mais Seraphin r e f u s e avec hauteur: "jamais, monsieur" (p. 26). Le r e f u s de Seraphin le p l a c e nettement a 1'ecart de l a t r a d i t i o n r u r a l e et presente un autr e exemple au l e c t e u r de son a t t i t u d e d ' o p p o s i t i o n a l'e g a r d de l a communaute paysanne. Le sens connote par c e t t e o p p o s i t i o n c o n s i s t e a f a i r e de Seraphin un e t r e inhumain, d'ou l a metaphore t o u j o u r s l a t e n t e du predateur qui a t t e n d sa p r o i e : II a t t e n d a l t son homme, comme 11 d i s a i t . II o b s e r v a i t le moindre de ses gestes. (...) II v a l a i t t o u j o u r s mieux l a i s s e r d'abord c e t t e engeance <<s'ouvrir>> et la g u e t t e r , s o l i d e , sur l a d e f e n s i v e . C'est a i n s i q u ' i l e p i a i t l'homme aux cheveux roux, attendant avec p a t i e n c e q u ' i l p a r l a t (p. 26). I c i , des termes comme " l a i s s e r d'abord c e t t e engeance <<s'ouvrir>>", "guetter" et " e p i a i t " , q u ' u t i l i s e le na r r a t e u r pour d e c r l r e Seraphin, p o r t e n t un sens tout a f a i t c l a i r . P l u s l o i n dans le te x t e , Seraphin compietera sa chasse, en se j e t a n t sur sa v i c t i m e : "Seraphin s'arc-bouta sur sa p r o i e (... <<jamais>>) SeraphJn Poudrier n ' a v a l t l a i s s e p a r t i r sa v i c t i m e sans c o n c l u r e un marche" (p. 32-33). On comprend sans peine que l a metaphore etend le theme a l i m e n t a i r e a l a global ite de l ' u n i v e r s romanesque'. Seraphin n'est done pas seulement un avare qui l e s i n e sur l a t a b l e , mais c'est s u r t o u t une bete implacable qui av a l e tout ce qui est a sa port e e . Revenons malntenant a l a p e r s p e c t i v e theorlque et aux concepts e l a b o r e s par Lou i s Marin. Apres a v o i r montre l a consommation vorace et monstrueuse de Seraphin comme premier aspect de l a dou b l e - r e p e s e n t a t i o n du signe de l a n u t r i t i o n metaphorique, i l nous faut a ce p o i n t - c i comprendre q u e l l e <<idee de chose>> ce signe cache et transmet dans sa nature d'<<exc1 t a t 1on>> comme deuxieme aspect de l a do u b l e - r e p r e s e n t a t i o n du si g n e . Pour mieux comprendre l a d e f i n i t i o n de l a d o u b l e - r e p r e s e n t a t i o n du si g n e , nous reprenons encore le modele de l e c t u r e t i r e de La P a r o l e  mangee. Dans le r l t u e l c a t h o l l q u e du pain euchar1st1 que, 1'auteur demontre que ce qu'on mange n'est pas le p a i n , puisque dans 1'enonciation c o n s e c r a t o i r e <<ceci est mon corps>>, le pai n n'est Jamais s i g n i f i e . Le pain qui est montre par <<ceci>> n'est done pas une chose mangeable, mais i l est transforme en <<mon corps>> par l a f o r c e du verbe <<est>>, "noyau p r i m a i r e " (p. 27) dans 1'operation du signe t r a n s s u b s t a n t i e 1 . Et par c e t t e t r a n s f o r m a t i o n semantique, " l a chose mangeable le pain devient p a r o l e d i t e (...) et c e t t e p a r o l e d i t e , conservant miracu1eusement des p r o p r l e t e s de l a ahnse m o n t r e e , e e l l e d 'etre mangeable, se trouve des l o r s e t r e consornmee . La p a r o l e (...) est ( a l o r s ) mangee comme corps le corps de c e l u i qui p a r l e " (p. 127). A cet egard, Marin c o n c l u t que "ce qui est consomme n'est p l u s le p a i n , mais sa negation par c e l u i q u i , ayant d i t <<ceci est mon corps>>, donne a i n s i sa p a r o l e a manger" <p. 127). En b r e f , tout c e l a ne f a i t que s o u l i g n e r le f a i t que le pain mange par l a communaute c a t h o l l q u e n'est p l u s simplement une chose mangeable, mais bien l e signe-image (pain) indique par <<ceci>>, devenu un terme s i g n i f i e , et ce terme n'est s i g n i f i e que pour e t r e corps consomme. Mais quel est le rapport e n t r e le signe e u c h a r i s t i q u e et tout autre s i g n e c u l i n a i r e , par exemple c e l u i que nous analysons dans le roman de Grignon? L o u i s Marin nous apprend que "tout signe est en quelque facon et dans une c e r t a i n e mesure e u c h a r i s t i q u e ; ou encore que toute c u i s i n e est une o p e r a t i o n theologique, i d e o l o g i q u e , p o l i t i q u e , economique, par l a q u e l l e un mangeable-aliment i n s i g n i f i e est change en un s i g n e - c o r p s mange" (p. 128). De l a , on comprendra mieux que, lorsque que Donalda et Lemont sont presentes par le s u j e t c o l l e c t i f de l a n a r r a t i o n comme v i c t i m e s de l a consommation d e v o r a t r i c e de Seraphin, i l s ne sont p l u s <<un mangeabl e-al iment>>, mais bien un <<terrne s i g n i f i e > > et un << s i g n e - c o r p s m a n g e » . Avant de nous h&ter k c o n c l u r e sur ce que represente ce <<signe-corps mange>> dans le texte de Grignon, i l nous faut p e u t - e t r e p r e c i s e r tout d'abord comment Donalda et Lemont, en tant que v i c t i m e s de Seraphin, sont p r e s e n t e s par le n a r r a t e u r . Examinons en premier l i e u l e . c a s de Donalda. Rappelons qu'a l a premiere rencontre de SSraphln avec Donalda, 1'Image de Donalda, a l o r s une p e t i t e paysanne a c c r o u p i e "dans un champ de f r a i s e s " (p. 8 ) , est envisagee par rapport a l a t e r r e . " F r a l c h e comme un pommier en f l e u r s " (p. 9 ) , e l l e se presente avec l a saveur des f r u i t s d e l i c i e u x q u ' o f f r e l a nature p r i n t a n i e r e aux yeux cupides de Seraphin. Cette c o n n o t a t i o n a p p e t i s s a n t e , a i n s i que beaucoup d'autres I n d i c e s f r u i t 1 e r s 7 , nous amene a penser que Donalda semble e t r e presentee par le na r r a t e u r comme un signe de l a nature. Dans le cas de Lemont, l a facon dont le n a r r a t e u r Ie presente est apparemment d l f f e r e n t e . Mais remarquons q u M l y a un paragraphe t r e s symbolique dans le c h a p i t r e ou Seraphin c o n c l u t le marche avec son emprunteur. Tout de s u i t e apres a v o i r f a i t s i g n e r le c o n t r a t par Lemont, Seraphin v i e n t s ' a s s e o i r , tout s e u l , a l a t a b l e , comme s ' i 1 se m e t t a i t a devorer sa p r o i e : ... 1'homme s'ass i t s e u l , au bout de l a t a b l e , II devora des p a t a t e s dans de l'eau blanche et t r o i s ga-l e t t e s de s a r r a s i n , dures, g r i s e s et seches comme des bardeaux (p. 41-42). I c i , l a p r o i e (Lemont) que devore Seraphin devient t r e s symbolique. E l l e se metamorphose avec le repas qui compose un menu assez p r i m i t i f et ressemble p l u t 6 t k quelque morceau de t e r r e erne. Ce que Seraphin mange i c i , en passant de Lemont a l a t a b l e , renvoie directement a l a t e r r e . Dans ce s e n s - l c i , l a r e p r e s e n t a t i o n de Lemont n'est p l u s s i d i f f e r e n t e de c e l l e qu'on trouve chez Donalda jeune f i l l e . Ces deux v i c t i m e s ne re p r e s e n t e n t done pas une <<chose>>, mais une <<idee de chose>>: e l l e s sont sous-entendues premlerement dans l e tex t e comme l e <<cecl>> d'une formule c o n s e c r a t o i r e , et deuxiemement, e l l e s sont changees, transformees, ou p l u s precisement t r a n s s i g n i f i e e s par l a r e p r e s e n t a t i o n que le u r a joute l e n a r r a t e u r sous forme de <<terme s i g n i f i e > > : l a t e r r e et l a nature. C'est ce <<terme s i g n i f i e > > qui se trouve comme <<un s i g n e - c o r p s mange>> par Seraphin. En e f f e t , 1 ' a t t i t u d e p e r v e r t i e de Seraphin a 1'egard de l a t e r r e et de l a nature peut e t r e r e t r a c e e s e l o n un autre cheminement, c e l u i de l a recurr e n c e du feu qui s ' a s s o c i e constamment a l'avare. A t r a v e r s tout le roman, nous apprenons que Seraphin r e s t e immuable en d e p i t du c y c l e des s a i s o n s qui r e g i t l a v i e de l a t e r r e et de l a communaute r u r a l e . A l ' a r r i v e e de l ' h i v e r , quand le pronom "on", qui " s u b i s s a i t ( l e temps), a 1'exemple de l a t e r r e " (p. 43), s o u f f r e de l a misere et du malheur qu'apporte l a tr a n s f o r m a t i o n de l a nature, Seraphin, seul personnage a echapper a l a s e v e r i t e de l a s a i s o n , s'en r e j o u i t au c o n t r a i r e : C ' e t a i t l ' h i v e r ! Deja le s i l e n c e h a l l u c i n a n t , le f r o i d a u s s i , le f r o i d qui tue 1'amour et qui tour-mente l'homme. P u i s , b i e n t d t , l a neige, l i n c e u l d e f i n i t i f . Cette t r a n s f o r m a t i o n de l a nature s ' e t a i t p r o d u i t e s i brusquement que les h a b i t a n t s du pays en furent. quasiment consternes (...) Mais, P o u d r i e r , comptant l e s cordes de b o i s en bordure du j a r d i n , se r e j o u i s s a i t de toute t r a i n e e de misere. II pensa: Au v i l l a g e , on va e t r e o b l i g e de c h a u f f e r de bonne heure. J ' a i du beau b o i s a vendre. Dieu e st ben bon. Quant a moi, ca me cou t e r a pas cher <p. 44-45). Acharne a menager le b o i s de chauffage et l ' e c l a i r a g e 8 comme un autre moyen de t h e s a u r i s e r , Seraphin semble s a v o i r c o n t r d l e r l a nature. En e f f e t , i l emprunte l a f o r c e n a t u r e l l e ( l e b o i s de chauffage et l ' e c l a i r a g e n e c e s s a i r e s au feu) pour a g i r c o ntre l a nature. Seraphin P o u d r i e r , comme son nom 1' impl i q u e 9 , usurpe' 1'energie s o l a i r e pour l a r a v a l e r a une f o n c t i o n u t i l i t a i r e et t e r r e s t r e . Cette u s u r p a t i o n c o n s i s t e c e r t e s dans un echange de s i g n e s chez Seraphin. II s'approprie d'abord l a nature, p u i s l a transforme en or, terme s p i r i t u e l de l ' e t e r n i t e pour l u i : " i l n ' a v a i t pas faim de n o u r r i t u r e p e r i s s a b l e et qui empoisonne l'organisme. II a v a i t faim d'or, n o u r r i t u r e de permanence et d ' e t e r n i t e " (p. 53). Dans ce s e n s - l a , nous pouvons comprendre q u ' i l i n t e r i o r i s e et f a i t e ntrer dans son corps l a nature, q u ' i l l a mange 1ittera1ement. II y a encore beaucoup d'autres n o t a t i o n s s u g g e s t i v e s dans le te x t e , qui temoignent du l i e n e t r o i t qui e x i s t e entre Seraphin et sa consommation de l a nature. Un matin, a l ' a r r i v e e du printemps qui est d e f i n i par l u i comme "ouverture du grand marche des b i l l e t s " (p. 47), i l "mit l e s animaux aux champs, parce que le paturage ne l u i c o u t a i t r i e n " (p. 146). Dans son ouvrage c r i t i q u e , Bernard Proulx d i t de Seraphin que "l'ampleur de sa faute t i e n t a ce que l a nature est <<le langage de Dleu>>. L/absolue 1 n s e n s l b i 1 i t e de Seraphin a l a nature marque le comble du v i c e , que sa f i n s o r d i d e sanctionne (...) L'homme de c h o i t parce q u ' i l a c h o i s i son bonheur t e r r e s t r e , qui est p e r v e r s " l u \ T r e s precisement, p l u s Seraphin pense a son or, p l u s i l en s o u f f r e et p l u s i l s'en approche, p l u s i l se sent menace par le f e u 1 1 . A l a f i n du t e x t e , le n a r r a t e u r compare c l a i r e m e n t Seraphin a "1'ivrogne qui tend ses l e v r e s en feu au g r i s a1 cool qui le mene au del i r e " (p. 157). Le f a i t que le feu incendie l a maison de Seraphin et le consume temoigne de l a s a n c t i o n de l a nature contre le heros c l a i r e m e n t denonce par le s u j e t de l a n a r r a t i o n , comme ayant pleinement et justement merite l a vengeance du c i a l . Contrairement a Seraphin, le n a r r a t e u r aime et re s p e c t e l a t e r r e et l a nature. A pa r t 1'evocation des beautes du paysage meconnues par Seraphin, le s u j e t de l a n a r r a t i o n ne cesse pas de temoigner son amour a d m i r a t i f a l a t e r r e et a l a nature. Pre.nons ce paragraphe, par exemple: La p l u i e a v a i t cesse. Le s o l e i l se couchait dans un c i e l d'une purete bleue, unie, sans r i d e s . Des parfums s ' e l e v a i e n t des champs et des b o i s . Ca s e n t a i t bon la t e r r e trempee et l e s f e u i l l e s humides d'ou tombaient encore de temps k autre, des notes perdues. On pouvair v o i r , au l o i n (...) Les e t r e s et l e s choses r e s p i r a i e n t comme en une heure de r e s u r r e c t i o n La nature e t a i t neuve, et l e s h i r o n d e l l e s , i v r e s d'azur et de f r a i -cheur, e c r i v a i e n t en des v o l s d'une f a n t a i s i e charmante le p l u s beau poeme a l a j o i e (p. 40-41). I c l , nous voyons que le tableau c e l e b r e non seulement l e s beautes de l a nature, mais l u i a j o u t e s u r t o u t l e s idees d ' e s p o i r et de " r e s u r r e c t i o n " . Remarquons cependant que, lorsque le n a r r a t e u r a f f i r m e "on pouvait v o i r " , le temps n'est pas le present, mais 1 ' l m p a r f a l t , temps q u i , s e l o n A l a i n P i e t t e , " p r o j e t t e necessairement le n a r r a t a i r e dans l ' u n i v e r s r e p r e s e n t s " 1 2 - . C'est done dans l a r e p r e s e n t a t i o n , ou p l u s precisement dans le langage du s u j e t de l a n a r r a t i o n que l a nature ou l a t e r r e prennent leur seny d a ML; IC contexte de l a r e a l i t e paysanne. P l u s l o i n dans le t e x t e , on peut l i r e encore que la n a t u r e devient " l e l a n g a g e de Dieu" <p. 145). "En un sens, aucun romancier de l a t e r r e n'a encore drape la grandt? n a t u r e de at gn ) f. i tut I i on cojiiiue l e f a i t Claude-Henri Grignon. Chez l u i , e l l e est l a voix de D i e u " 1 3 . C'est done a l a nature ou a l a t e r r e qu'appar I i c n I. " l e langage de Dieu", formule par l a q u e l l e i l faut entendre le langage du texte s o c i a l que le n a r r a t e u r p l a c e a 1'arriere-p1 an de 1'oeuvre. Nous n'avons r i e n voulu d i r e d'autre en nous e f f o r c a n t de montrer par notre analyse que ce t e x t e s o c i a l o b e i s s a i t a une s o r t e de semiotique p a r t i c u 1 i e r e . La f o n c t i o n du signe a l i m e n t a i r e y joue en tout cas un r o l e dont nous croyons a v o i r expose 1'importance. Notes 1. M l r e i l l e Servais-Maquois, "Claude-Henri Grignon", dans Le  Roman de l a t e r r e . Quebec, V i e des l e t t r e s quebecoises, l e s pr e s s e s de l ' U n i v e r s i t e L a v a l , p. 151. 2. Henri-Claude Grignon, Un homme et son peche. Montreal, Stanke, Quebec 10/10, 1984, p. 128. Toutes l e s r e f e r e n c e s e n t r e parentheses renvoient a c e t t e e d i t i o n . 3. Dominique C I l f t , "L'inf1uence c o r r o s i v e de l ' o r ' , dans Le  Pays insoupconne. e s s a i , Montreal, L i b r e E x p r e s s i o n , 1987, p. 152. 4. Gerard B e s s e t t e , "Autour de Seraphin", dans Une  l i t t e r a t u r e en e b u l l i t i o n . Montreal, E d i t i o n du Jour, 1968, p. 105. 5. A l a i n P i e t t e , "Un homme et son peche: l ' i n n o c e n t e a v a r i c e ou l e masque i d e o l o g i q u e " , dans Etudes quebecoises. v o l . I V , No.1, September, 1978, p. 111. 6. Pr o u l x Bernard, "Un homme et son peche". dans Le Roman du  t e r r i t o i r e . Montreal, U n i v e r s i t e du Quebec a Montreal, 1987, p. 212. 7. Dans le te x t e , la d e s c r i p t i o n de Doanalda est souvent a s s o c i e e aux termes de f r u i t s : " l a joue gauche est par t i c u 1 i e r e m e n t rose (p. 67); sa langue e t a i t e p a i s s i e et pateuse, comme s i e l l e a v a i t mange une terr ine de c e r i s e a m o i t i e mure (p. 85); sa f i g u r e . . . l e s 1evres s u r t o u t , semblables a du r a i s i n qui a u r a i t gele" (p. 120). 8. Notons que Seraphin, non seulement menage le b o i s de chauffage mais aussi 1'ec1 a i r a g e : " L ' h i v e r , presque tous l e s s o i r s quand i l e t a i t c e l i b a t a i r e , i l y (chez A l e x i s ) a l l a i t v e i l l e r . Maintenant, i l amenait Donalda (...) i l f a l l a i t que l a pouderie fOt insupportable pour q u ' i l s manquassent une s i decente et r e g u l i e r e o c c a s i o n d'economiser l a lumiere et l e s r o n d i n s de bouleau. II e t a i t le seul a s a v o i r p a r f a i t e m e n t q u ' i l economisait beaucoup, q u ' i l p a r v e n a i t a se c h a u f f e r et k s ' e c l a i r e r " (p. 45, 46-47). 9. Selon A l a i n P i e t t e , le nom que 1'auteur donne a Seraphin P o u d r i e r s i g n i f i e "l'ange (Seraphin angelique et c e l e s t e ) du feu ( P o u d r i e r t e r r e s t r e : o u v r i e r qui f a b r i q u e l e s e x p l o s i f s ) " . "Un homme et son peche: l ' i n n o c e n t e a v a r i c e ou le masque ideo1ogique", p. 110. 10. Le Roman du t e r r i t o i r e . p. 211. 11. A cet egard, i l y a beaucoup de n o t a t i o n s suggest Ives a la f i n du roman: " A u t r e f o i s , la p e t i t e bourse de c u i r 68 r e p r e s e n t a i t pour l ' u s u r i e r 1'unite" de bonheur; a u j o u r d ' h u i , e l l e p e s a i t lourdement sur son ame (...) II se s e n t a i t e p i e . II se s e n t a i t traque. II a v a i t peur des v o l e u r s . II a v a i t peur du feu" (p. 155). "Plus i l s'ap p r o c h a i t de son or, p l u s i l en s o u f f r a i t " (p. 157-158.). 12. "Un homme et son peche: 1'innocente a v a r i c e ou l e masque i d e p l o g i q u e " , p. 111. 13. Le Roman du t e r r i t o i r e . p. 215. Cone 1usion 1/analyse de l a scene a l i m e n t a i r e dans r.a Scouine montre que Laberge denonce violemment et subvert i t l ' l d e o l o g i e t r a d i t i o n n e 1 1 e qui f a i t de l a t e r r e une n o u r r i t u r e sacree pour l a s u r v i e et l a v e r i t e n a t i o n a l e s . Des le moment ou l'on v o i t que Maco s ' a f f a i r e a s e r v i r le "pain stir et amer" dans l a c u i s i n e tenebreuse, avec "son ventre enorme, et son g o i t r e semblable a un b a t t a n t de c l o c h e qui retombait b a l l a n t sur l a p o i t r i n e " (p. 9), une image crue de l ' a n i m a l i t e et de l a grossesse a s s i m l l e e a l a maladie e s t en meme temps p r o j e t e e sur l a t e r r e qui est "rongee par un cancer, l a lepre ou quelque maladie honteuse et implacable" <p. 79). Du "corps mangeant au corps mange" de ses personnages qui ne connaissent qu'une e x i s t e n c e de b r u t e s , Laberge deplace, par son n a t u r a l i s m e , l e "pain sur et amer, marque d'une c r o i x " , signe c e n t r a l de l a t e r r e , v e r s un signe d'anthropophagie qui se trouve bien accuse dans l a nature sauvage et monstrueuse. T e l l e nous apparatt l a l o i qui gouverne le monde l a b e r g i e n . Dans l a p e r s p e c t i v e du naturalisme de Laberge, on remarque au s s i que le signe du "pain stir et amer" se cen t r e autour du corps des personnages. Le systeme de ce signe s ' e t a b l i t et fonctionne dans une nature qui opere un t r a n s f e r t de l a r e p r e s e n t a t i o n c o r p o r e l l e . Par le t r a n s f e r t du "corps mangeant ( l e r e p r e s e n t a n t ) au corps mange ( l e r e p r e s e n t e ) " , Laberge a r r i v e a p l a c e r son u n l v e r s paysan dans un espace ou l e corps d e v l e n t le theme c e n t r a l . A pa r t l e s scenes se rapportant a l a domination du corps et c a r a c t e r i s e e s par l a rudesse, l ' i n f i r m i t e , l a maladie et l a d e c h i r u r e , nous remarquons encore une re c u r r e n c e du co r p s dans l a nomination des personnages, notamment le pere Deschamps, Bagon d i t le Coupeur, C h a r i o t l e Casse et l a Scouine. Le nom "Deschamps", qui designe le pere de l a f a m i l l e qui est au coeur de 1 ' i n t r i g u e du roman, r e n v o i e directement a l a connotation d'une p o s s e s s i o n m a t e r i e l l e . Le pere Deschamps "acharne a l a tache, et voulant a c q u e r i r de beaux d e n i e r s pour ses enfants" (p. 14), apres p l u s d'un d e m i - s i e c l e de rudes travaux, f i n i t par e t r e possede par l a t e r r e qui absorbera son corps comme un t a s de fumier dans l e s champs. "Ces contingences bassement m a t e r i e l l e s demeuralent vo1ontairement r e l e g u e e s a 1'arr1ere-p1 an, d i t Servais-Maquois, (...) le roman, cependant, n'exalte meme pas c e t t e v a l e u r prosaTque de gagne-pain, l a seu1e p o s i t i v e que Laberge accepte d'accorder a l a t e r r e " 1 . Pour Bagon d i t le Coupeur, dont le metier est de c h a t r e r l e s animaux, i l semble que lui-meme, p u i s q u ' i l est borgne, chauve et q u ' i l a l a bouche edentee (ch. I ) , est un c h a t r e ou un coupe. La nomination du Coupeur semble d e j a i n s c r i t e sur le plan de l a r e p r e s e n t a t i o n , tout comme c e l l e du pere Deschamps possede par l e s champs. Quant au personnage de C h a r i o t , l o r s q u ' i l est sur nomine " l e Casse" apres s ' e t r e b r i s e l a jambe, sa soeur Paulima, heroine du roman, r e c o i t a son tour le so b r i q u e t de " l a Scouine", nom qui v i e n t de ce q u ' e l l e p i s s e au l i t et de l'odeur qui s'attache a e l l e . "Le corps est l a " , e c r i t b ien Paul Wyczynski en p a r l a n t de La Scouine. "un corps sans coeur ni ame, p r o j e t e sur le monde r e g i o n a l du p a i n amer"2. Tous l e s personnages de l a communaute r u r a l e , hommes ou femmes, vieux ou Jeunes, e l eves ou i n s t i t u t r i c e s , paysans ou cure, sans aucune e x c e p t i o n , sont impregnes et enveloppes par l a presence c o r p o r e l l e de l a main n o i r e , de l a p o i t r i n e deformee, du visage s a i g n a n t , de l a jambe cassee, de l ' o e i l borgne, des f e s s e s qui se s u b s t i t u e n t au langage o r a l , e t c . La c o r p o r a l i t e se montre de facon s i frequente et choquante q u ' e l l e nous amene a c o n c l u r e que La  Scouine est un texte du corps et que l ' u n i v e r s des paysans l a b e r g i e n s est f a i t d'une s a t u r a t i o n des f o n c t i o n s c o r p o r e l l e s . La p r o j e c t i o n du corps sur le s o l de l a t e r r e n o u r r i c i e r e et ce recouvrement g l o b a l par l a m a t e r i a l i t e c o r p o r e l l e sont evidemment l e s consequences d i r e c t e s de l a consommation du "pain sur et amer", signe c e n t r a l de l a t e r r e qui n'est p o i n t h a b i t e e par 1 ' e s p r i t . Dans Un homme et son peche. i l est evident que nous rencontrons une s i t u a t i o n d i f f e r e n t e de c e l l e dans La  Scou i ne. Des que le n a r r a t e u r montre au debut du texte que Seraphin r e f u s e de d i n e r avec sa femme Donalda (ch. I I ) , nous avons a u s s i t 6 t 1'impression que Seraphin est mis en dehors de l a c u i s i n e f a m i l i a l e et qu'exclu de toutes l e s v a l e u r s c u l t u r e l l e s du d i s c o u r s s o c i a l que r e p r e s e n t e le s u j e t c o l l e c t i f de l a n a r r a t i o n . Mais, en i n s i s t a n t sur le dep1acement- de l a r e f e r e n c e a l i m e n t a i r e chez Seraphin et sur sa d e v o r a t l o n monstrueuse de Donalda et de Lemont q u ' i l s i g n i f i e comme terme de l a nature qui est " l e langage de Dieu", le s u j e t c o l l e c t l f de l a n a r r a t i o n donne en meme temps sa p a r o l e ou p l u t 6 t son propre d i s c o u r s s o c i a l a manger. Apres La Scouine et Un homme et son peche. le theme a l i m e n t a i r e dans quelques a u t r e s romans de l a t e r r e se presente de t e l l e maniere que nous trouvons q u ' i l est p o s s i b l e de l e s mettre dans le meme corpus de notre r e c h e r c h e . A cet egard, i l y a un roman qui f o u r n i t un i n t e r e t p a r t i c u l i e r . Dans Trente arpents de Ringuet, qui est generalement recu par l a c r i t i q u e comme a l'a n t i p o d e de l ' i d e o l o g i e t e r r i e n n e , l a scene a l i m e n t a i r e a t t i r e 1 ' a t t e n t i o n de beaucoup de l e c t e u r s . Dans son analyse du roman Trente arpents. Maurice Lemire note qu' au coeur de l ' u n i v e r s concentrique de l a r e g i o n , de l a p a r o i s s e , de la ferme, 1'auteur s i t u e l a maison, refuge contre l e s f o r c e s e x t e r i e u r e s , avec son centre encore p l u s e t r o i t , l a c u i s i n e <<que l'on ne q u i t t a i t que pour a l l e r , 1 le matin, reprendre le joug quotidien>> et le s o i r , pour se coucher. Mais l a c u i s i n e a e l l e -meme un p i v o t , le poele, poele chaleureux par e x c e l l e n c e : <<<...dans) chacune de fermes, toute l a f a m i l l e e t a i t r e u n i e dans l a c u i s i n e autour du poele chauffe au rouge>> 3 . Si l a c u i s i n e , comme le note Lemire, devient le coeur du cen t r e de l ' u n i v e r s des paysans dans le roman de Ringuet, le r61e de l a femme qui s'y occupe de f a i r e l e repas pour, n o u r r i r l e s s i e n s devient encore p l u s unique et p l u s important: " l a grande c u i s i n e e t a i t le domaine des femmes" 4. La femme devient en e f f e t l a m a i t r e s s e de maison "ou tout dependait d ' e l l e . E l l e r e g n a i t sur l a c u i s i n e ou 1'homme ne mangeait qu'£. son p l a i s i r a e l l e et ce q u ' e l l e , de son propre v o u l o i r , d e c i d a i t de l u i s e r v i r " <p. 41). Mais au f u r et a mesure de l a l e c t u r e du roman, on se rend compte que l a femme c u i s i n i e r e dans l a f a m i l l e des paysans (notamment l a f a m i l l e Moisan) n'est qu'une f i g u r e symbolique, souvent remplacee par une autre f i g u r e s i g n i f i a n t e : l a t e r r e n o u r r i c i e r e . Les deux f i g u r e s se metamorphosent 1'une dans 1'autre dans le roman de Ringuet. Et l a t e r r e , qui est d e e r i t e comme une v e r i t a b l e personne n o u r r i c i e r e et feconde, semble e t r e l a v e r i t a b l e h e r o i n e : "ni 1'un ni 1'autre des deux hommes ne voyaient le vis a g e de l a t e r r e , ce visage trop maqui11e de v i e i l l e en qui l ' h i v e r s ' i n s i n u e dej£. Car l e u r s b r a s et non l e u r s yeux l e s r e l i a i e n t a l a grande n o u r r i c i e r e " (p. 6 ) . "Vaguement, une v a l l e e immense avec, au fond, des montagnes et des montagnes, une su r t o u t montrant sa bosse par-dessus l e s au t r e s et dont i l a v a i t longtemps cru que sur e l l e a v a i t ete mis en c r o i x le p e t i t Jesus" (p. 7). La t e r r e , " r i c h e et grasse, genereuse au t r a v a i l " (p. 7), devient une personne s i chere a 1'homme q u ' i l consent a se devouer a e l l e pour l a v i e . A f i n de pouvoir t o u j o u r s l a posseder, i l l u i propose un <<mariage>>. Les <<epousai11es>> (ce mot est en e f f e t de R i n g u e t ) 5 3 prononcees, l a t e r r e d e v i e n t a l o r s "sa t e r r e " et "sa glebe a l u i " (p. 194). A ce p o i n t - c i , on d e v r a i t se demander comment le s i g n e du <<mariage>> fo n c t i o n n e entre l'homme et son epouse, l a t e r r e , qui le n o u r r i t 1 i t t e r a l e m e n t , et q u e l l e s sont l e s consequences de ces <<epousai11es». Avant d'essayer de repondre a ces q u e s t i o n s , i l faut p e u t - e t r e nous r a p p e l e r que l e mariage se f a i t s e l o n des l o i s qui sont le fondement du couple. Dans le cas de Trente a r p e n t s . l e s l o i s e ntre l e <<couple>> sont soumises aux c o n d i t i o n s n a t u r e l l e s , c ' e s t - a - d i r e a " l ' o r d r e e t a b l i depuis des m i l l e n a i r e s , depuis que l'homme, abdiquant l a 1 i b e r t e que l u i p e r m e t t a i t une v i e de chasse et de peche, a accepte le joug des s a i s o n s et soumis sa v i e au rythme annuel de l a t e r r e a l a q u e l l e i l est desormais accouple" <p. 129). De l a , on v o i t que l e s l o i s qui s'imposent aux termes du <<mariage>> entre le paysan et sa t e r r e , rendent c e l l e - c i " i rnpaf;?; i b 1 e e t exigeante, <la) s u z e r a i n e imperieuse" dont l e s hommes sont tout au p l u s " l e s s e r f s , payant aux intemperies 1'avenage des moissons gatees, a s s u j e u v i s aux corvees de drainage et de defrichement, soumis toute 1'annee longue au e e l s de l a sueur" (p. 17). L'homme, qui e t a i t a u t r e f o i s "epoux et pere, possessgur i n c o n t e s t e de c e t t e t e r r e f a i t e sienne" (p. 75), est maintenant devenu le s e r v i t e u r l i g o t e , le s e r f soumis 1nconditionne11ement a l a "suzeraine Imperieuse" qui reprend peu a peu p o s s e s s i o n de l u i . A l a f i n du roman, i l y a un passage qui indique c l a i r e m e n t c e t t e p o s s e s s i o n m a t e r i e l l e : "ce sont l e s choses qui ont decide pour l u i , et l e s gens, c o n d u i t s par l e s choses" <p. 319). Du possesseur au possede, on co n s t a t e encore une f o i s un processus a l i m e n t a i r e ou se trouve r e a l i s e e l a metaphore s i g n l f i a n t e du <<mangeable-al lment>> rernplace par un <<signe-corps mange>>. L'homme qui f a i t de l a t e r r e une f i g u r e n o u r r i c i e r e a manger^, f i n i t par l i v r e r son corps en pature a c e t t e f i g u r e gourmande: " i l e t a i t mort, p o i t r i n e c o n t r e p o i t r i n e , sur sa t e r r e qui n' a v a i t c o n s e n t i au d i v o r c e (...) l a t e r r e p a t i e n t e , i n d i f f e r e n t e a l a mort de c e l u i q u ' e l l e a n o u r r i s i longtemps et qui va descendre en e l l e " <p. 31-33). "Le mariage consomme" 7, c'est p e u t - e t r e ce que nous raconte le roman de Ringuet. Apres le roman de l a t e r r e , l a presence du theme a l i m e n t a i r e c o n t i n u e , nous s e m b l e - t - i l , a f o u r n i r un r61e l i t t e r a i r e i n t e r e s s a n t a e x p l o i t e r et a d e c o u v r i r . Par exemple, dans Le Matou d'Yves Beauchemin, rornancier qui semble a v o i r un gout p a r t i c u l i e r pour l a bonne chere ®, l a n o u r r i t u r e n'est pas seulement une metaphore c e n t r a l e du r e c i t , mais un element moteur de 1 ' i n t r i g u e . Dans leur etude de ce roman, M i c h e l i n e Beauregard et ses c o l l e g u e s ont remarquablement observe l a f o n c t i o n a l i m e n t a i r e t e l l e q u ' e l l e est incorporee au personnage de l'abbe Jeunehomme: La <<volette a gateau>> sur l a q u e l l e est disposee une <<serie d ' a s s i e t t e s chargees d'amonce11ement i n c r o y a b l e de p a t i s s e r i e > > montre bien que l'abbe <<mange>> de facon tout a u s s i <<passionne11e>> q u ' i l l i t l e s <<livres 1 i t t e r a i r e s > > . Dans un roman ou l'on mange par a i l l e u r s vraiment beaucoup, l a f i g u r e <<nourrlture>> r e u s s i t le tour de f o r c e de re n v e r s e r et d ' e t o u f f e r en quelque s o r t e l a metaphore qui aura i t voulu que l'abbe s o i t <<devore>> par l a l i t t e -r a t u r e 9 . La remarque demontre a l a f o i s l a c o n t i n u i t y du theme a l i m e n t a i r e dans le roman quebecois et l ' e t r o i t r apport de l a f i g u r e <<nourriture>> avec l a l i t t e r a t u r e . Cette f i g u r e <<nourrIture>> ne represente pas simplement une <<chose>> qu'on mange, mais une <<idee de chose>> q u i , en e f f e t comme un si g n e l i t t e r a i r e , o f f r e au l e c t e u r des p i s t e s de ce que presente l ' e c r i v a i n dans son e c r i t l i t t e r a i r e . Notes 1. M i r e i l l e Servais-Maquois, "Alberge Laberge", dans Le roman de la terre. Quebec, les Presses de l'Universite Laval, 1974, p. 104. 2. Paul Wyczynski, "Panorama du roman canadien-francais", Le Roman canadien-francais. evolution, temoignages. b i b l i o g r p h i e . tome III, Montreal, Fides, 1971, p. 18. 3. Maurice Lemire, "Trente arpents". dans Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s du Quebec, tome II I . 1900-1939. sous la di r e c t i o n de Maurice Lemire, Montreal, Fides, 1980, p. 1083-1084. 4. Ringuet, Trente arpents. Montreal, Flammarion Ltee., 1980, p. 71. Toutes les references entre parentheses renvoient a cette e d i t i o n . 5. Le Roman de la terre. p. 154. 6. A cet egard, i l y a un passage, a la f i n d'Ete et a 1'arrivee d'Automne, qui se rapporte directement a l'idee que le personnage paysan prend la terre comme sa figure nourriciere ou sa figure de la nourriture: "parfois, dans les champs, Euchariste (...) se penchait machinalement pour prendre une poignee de cette terre inepuisable et benie, de cette terre des Moisan, que personne n'eut pu blesser sans atteindre en meme temps cruel lement les homrnes qui y vivaient enracines par tout leur passe a eux, et par toute sa generosite, ci e l l e . Doucement i l la savourait de ses doigts auxquels e l l e adherait, melant sa substance k la sienne. Puis i l se mettait k l'emietter, d'un mouvement du pouce glissant sur les autres doigts (...)" (p. 166). 7. Le Roman de la terre. p. 155. 8. Yves Lacroix, 'Entrevue avec Yves Beauchemin", dans Voix  et images. 36, printemps, 1987, p. 382. 9. Micheline Beauregard, Louise Mi lot et Denis Saint-Jacques, "L'Inscription du l i t t e r a i r e dans Le Matou d'Yves Beauchemin", dans Voix et images. 20, no.1, printemps-ete, 1987, p. 32. B I b l l o g r a p h l e Etudes g e n e r a l e s ARGUIN M a u r i c e , Le Roman de 1944 a 1965. svmpt6me du c o l o n i a l l s m e et s i g n e s de l i b e r a t i o n , Quebec, U n i v e r s i t e L a v a l , 1985, p. 225. BARRAU J a c q u e s , Les Hommes et l e u r s a l i m e n t s . P a r i s , Temps a c t u e l s , 1983, p. 378. BARTHES R o l a n d , M y t h o l o g i e s . P a r i s , S e u l l , 1957, p. 267, BOURDIEU P, La D i s t i n c t i o n . P a r i s , M i n u l t , 1979, p. 245. CASTELOT Andre, L ' H i s t o i r e "a t a b l e . P a r i s , PI on, 1972, p. 324. CHARBONNEAU R o b e r t , Romanciers c a n a d i e n s . Quebec, l e s P r e s s e s de l ' U n i v e r s i t e L a v a l , 1972, p. 173. DOUGLAS Mary, N a t u r a l symbols? e x p l o r a t i o n s i n cosmology. London, B a r r i e and R o c h l i f f e , 1970, p. 177. DUFRESNE Helene L, " G a s t e r e a , l a d l x l e m e muse", C r i t e r e . no.12, mai 1975, p. 29-40. DUMONT Fernand, "Du debut du s i e c l e a l a c r i s e de 1929: un espace i d e o l o g i q u e " , I d e o l o o i e au Canada f r a n c a i s 1900-1929, ouvrage p u b l i e sous l a d i r e c t i o n de Fernand Dumont, Jean Hamelin, Fernand Harvey, Jean-Paul Montminy, Quebec, Les P r e s s e s de l ' U n i v e r s i t e L a v a l , 1974, p. 1-13. DUPONT Jean-Claude, Le P a i n d ' h a b i t a n t . T r a d i t i o n du g e s t e et de l a p a r o l e , Ottawa, Lemeac, 1974, p. 107. FOLCH-RIBAS Jacques, " N o u v e l l e c u i s i n e " , L l b e r t e . no.157, fe v 1985, p. 124-126. GAUDET G e r a r d , V o i x d ' e c r i v a i n s : e n t r e t i e n s . M o n t r e a l , Quebec/Amerique, 1985. GAY P a u l , N o t re Roman. M o n t r e a l , HMH, 1972, p. 192. GILLET P h i l i p p e , Le Gout et l e s mots: l i t t e r a t u r e et g a s tronomie 14ieme - 20ieme s i e c l e s , P a r i s , P a y o t , 1987, p, 287. GOLDMAN L u c i e n , S t r u c t u r e mentale et c r e a t i o n c u l t u r e l l e . (80 P a r i s , E d i t i o n s Anthropos, 1970, p. 490. LAFORTUNE Mon1 que, Le roman quebecois. r e f l e t d'une s o c i e t e , L a v a l , Mondla, 1985, p. 333. LAROSE Jean, La p e t i t n o i r c e u r . Montreal, B o r e a l , 1988, p. 204. LEMIRE Maurice, "Trente arpents". D i c t i o n n a i r e des oeuvres l i t t e r a i r e s du Quebec, tome I I I , 1900-1939, sous l a d i r e c t i o n de Maurice Lemire, Montreal, F i d e s , 1980, p. 1082-1091. MARCOTTE G i l l e s , Le Roman a l ' i m p a r f a i t . e s s a i s sur le roman quebecois d'aujourd'hul, Montreal, La Presse, 1976, p. 194. MARIN L o u i s , La P a r o l e mangee et a u t r e s e s s a i s t h e o l o a l c o -p o l o t i q u e s . B o r e a l . 1986. P. 252. PROULX Bernard, Le Roman du terr1 to i r e , l e s c a h i e r s d'etudes l i t t e r a i r e s , Montreal, U n i v e r s i t e du Quebec a Montreal, 1982, p. 327. REVEL J e a n - F r a n c o i s , Un f e s t i n en p a r o l e s . P a r i s , Pauvert, 1979, p. 289. RICHARD J e a n - P i e r r e , L i t t e r a t u r e et s e n s a t i o n , p r e f a c e de George P o u l e t , P a r i s , E d i t i o n du Seui1, 1954, p. 287. SERVAIS-MAQUOIS M l r e i l l e , T,e Roman de l a t e r r e . Quebec, Vi e des l e t t r e s quebecoises, l e s Presses de l ' U n i v e r s i t e L a v a l , 1974, p. 267 SOEUR SAINTE-MARIE-ELEUTHERE, La Mere dans le roman c a n a d i e n - f r a n c a i s , Quebec, l e s Presses de l ' U n i v e r s i t e L a v a l , 1964, p. 214. VACHON George-Andre, "L'Espace p o l i t i q u e et s o c i a l dans l e romans quebecois", Recherches s o c i o c r i t i g u e s . v o l . V I I no.1-2, j a n v i e r - a o u t 1966, Quebec, l ' U n i v e r s i t e L a v a l , p. 259-279. VISSER Margaret, Much depends on di n n e r . Toronto, M c C l e l l a n d & Stewart Inc, The Canadian P u b l i s h e r s , 1986, p. 423. WHEATON Barbara Ketchan, Savouring the past. London, Chatto and Windus, 1983, p. 341. Romans e t u d i e s BLAIS M a r i e - C l a i r e , Une sa i s o n dans l a v i e d'Emmanual. Montreal, Stanke, 1980, p. 195. GUEVREMONT Germaine, Le Survenant. Montreal, F i d e s , 1974, p. 223. GRIGNON Claude-Henri, Un homme et son peche. Montreal-P a r i s , Stanke, 1977, p. 207. LABERGE A l b e r t , La Scouine. Montreal, Quinze, 1981, p. 142. RINGUET, Trente arpents. P a r i s , E d i t i o n s J ' a i l u , 1980, p. 318. Etudes sur La Scouine BAKER W-A, "La Scouine". Le T e r r o i r . v o l . 2 , no.8-9, a v r i l - m a i , 1920, p. 409-412. BESSETTE Gerard, "Preface", A n t h o l o g i e d ' A l b e r t Laberge. Montreal, le C e r c l e du L i v r e de France, 1972, p. I-XXXV BOUCHER J e a n - P i e r r e , "... Et par le p e t i t bout: La Scouine d ' A l b e r t Laberge", Instantanes de l a c o n d i t i o n quebecoise, Montrea1, C o l l e c t i o n L i t t e r a t u r e , Hurtubise HMH, 1977, p. 27-40. BRUNET Jacques, A l b e r t Laberge sa v i e et son oeuvre. Ottawa, E d i t i o n s de l ' U n i v e r s i t e d'Ottawa, 1969, p. 176 "Un n a t u r a l i s t e canadien: A l b e r t Laberge (1871-1960)", L i v r e s et auteurs canadien". 1962. p. 104-106. DAGENAIS C l a u d e t t e , "La mort dans 1'oeuvre d ' A l b e r t Laberge", Co-i nc idence. v o l . 3 , no.3, octobre-novembre, 1973, p. 32-44. DUCROCQ-POIRIER Madeleine, "La Scouine d ' A l b e r t Laberge", Le Roman canadien de langue f r a n c a i s e de 1860 & 1958.  Recherche d'un e s p r i t romanesque. P a r i s , A.G. N i z e t , 1978, p. 195-199 GRENIER Marie-Gertrude, "Du s i n g u l i e r a 1'universe 1", Canadian L i t e r a t u r e , winter, 1973, no.55, p.65-73. MARCOTTE G i l l e s , "Decouvrir A l b e r t Laberge", Les bonnes r e n c o n t r e s , chroniques l i t t e r a i r e s , Montreal, Hurtubise H.M.H., 1971, p. 133-136. O'NEILL-KARCH M a r i e l , "La Fonction des o b j e t s dans La Scouine", Sol 1tude rompue. t e x t e s r e u n i s par C e c i l e CI outier-WoJciechowska et Rejean Riboudoux en hommage a David M. Hayne, Ottawa, E d i t i o n s de l ' U n i v e r s i t e d'Ottawa, 1986, p. 279-286. PAQUIN I.e., Frere L e o n - V i c t o r , "Gaston de Montlgny", L'Ecole l i t t e r a i r e de Montreal. Montreal, F i d e s , A r c h i v e s des l e t t r e s canadiennes, I I , 1972, p. 315-334. PASCAL G a b r i e l l e , Le Defi d ' A l b e r t Laberge. Montreal, E d i t i o n s A q u i l a , 1976, p. 93. PERRON P a u l , "Au no(n) du pere: La Scouine d ' A l b e r t Laberge", Sol Itude rompue. t e x t e s r e u n i s par C e c i l e CI outier-WoJciechowska et Rejean Riboudoux en hommage a David M. Hayne, Ottawa, E d i t i o n s de l ' U n i v e r s i t e d'Ottawa, 1986, p. 301-314. ROBIDOUX Rejean, "Le Roman depuis 1895 Jusqu'a l a seconde guerre mondiale", Le Quebecois et sa l i t t e r a t u r e . Sherbrooke, Ed. Naaman-Paris, 1984, p. 87-89, 91-92. ROUGE P i e r r e , "La f a t a l i t e chez A l b e r t Laberge", Co-i nc i dence. v o l . 3 , no.3, octobre-novembre 1973, p. 45-54. TOUGAS Gerard, " D i v e r s i t e n a l s s a n t e du roman canadien. A l b e r t Laberge, 1871-1960", La L i t t e r a t u r e canadienne-f r a n c a i s e , P a r i s , PUF, 1960, p. 142-147, 156-158. WYCZYNSKI Pa u l , " I n t r o d u c t i o n " , La Scouine. Montreal, Les Pre s s e s de l ' U n i v e r s i t e de Montreal, 1986, p. 7-53. Etudes sur Un homme et son peche BESSETTE, Gerard, "Autour de Seraphin", dans Une l i t t e r a t u r e en e b u l l i t i o n , Montreal, E d i t i o n s du Jour, 1968, p. 315. BOIVIN A u r e l i n , Dorion, G i l l e s , Edmond Maurice, "Nouveautes contes et n o u v e l l e s " , Quebec f r a n c a i s . no.34, mai 1979, p. 6-7. CLIFT Dominique, " L ' i n f l u e n c e c o r r o s i v e de l ' o r " , Le Pavs insoupconne, e s s a i , Montreal, L i b r e E x p r e s s i o n , 1987, p. 149-158. DESROSIERS P i e r r e , "Seraphin ou l a depossession", Part i p r i s , v.4, no.5-6, Janv-fev 1967, p. 52-62. DIONNE Rene, "Claude-Henri Grignon, le deserteur et autres r e c i t s de la terre", Editions Internationales Alain Stanke, Livres et auteurs quebecois. 1978, Quebec, les Presses de l'Unverslte Laval, 1979, p. 47-48. DUQUETTE Jean Pierre, "Ni mel1leur ni pi re", Livres et auteurs quebecois, 1978, Quebec, les Presses de l'Universite Laval, 1979, p. 15-21. GAGNON Claude-Marie, "Concupiscence et avarice chez Seraphl Poudrier", Voix et Images, v . l , no.2, decembre 1975, p. 196-205. GRIGNON Claude-Henri, "Precision sur Un homme et son  peche" . Montreal-Paris, Stanke, 1977, p. I -XXVII I . O'REILLY Magessa, "Grignon pluringue", Voix et images. v.13, no.1, automne 1987, p. 123-139. PIETTE Alain, "Un homme et son peche; 1'innocente avarice ou le masque ideologique", Voix et images.v.4. no.1, septembre 1978, p. 107-126. PINARD Daniel. "Ah! les belles h l s t o i r e s des pays d'en bas" Le Maclean, v.14, no.2, Fevrier 1974, p. 20, 21, 44-47. LEGRIS Renee, "Un homme et son peche. roman et f e u i l l e t o n radiophonique et televisuel de Claude-Henri Grignon", Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s du Quebec, tome  III. 1900-1939. sous la di r e c t i o n de Maurice Lemire, Montreal, Fides, 1980, p. 1115-1128. SOEUR SAINTE-MARIE-ELEUTHERE, La Mere dans le roman  canadien francais. Vie des l e t t r e s canadiennes, Quebec, les presses de l'Universite Laval, 1964, p. 214 TASCHEREAU Yves, "Meflez-vous du p e t i t ecran", L'Actual i te. v.3, no.8, AoCtt 1978, p. 37-38. THERIO Adrien, "Un homme plei n d ' a r t i f l c e s : 1'edition c r i t i q u e de Un homme et son peche de Claude-Henri Grignon, Lettres guebecoises. no.45, printemps 1987, p. 62-63. VAILLANC0URT Pierre-Louis, "Un homme et son peche de Claude-Henri Grignon", Lettres guebecoises. no.40, hiver 1985-1986, p. 54-55. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0098426/manifest

Comment

Related Items