UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Le portrait de Louis XIV et la vision de l'histoire chez Saint Simon (Mémoires 1707-1715) : de la création.. Bree, Susan M. 1990

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
[if-you-see-this-DO-NOT-CLICK]
[if-you-see-this-DO-NOT-CLICK]
UBC_1990_A8 B73.pdf [ 8.18MB ]
[if-you-see-this-DO-NOT-CLICK]
Metadata
JSON: 1.0098334.json
JSON-LD: 1.0098334+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0098334.xml
RDF/JSON: 1.0098334+rdf.json
Turtle: 1.0098334+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0098334+rdf-ntriples.txt
Original Record: 1.0098334 +original-record.json
Full Text
1.0098334.txt
Citation
1.0098334.ris

Full Text

LE PORTRAIT DE LOUIS XIV ET IA VISION DE L1 HISTOIRE CHEZ SAINT-SIMON (MEMOIRES 1707-1715): DE IA CREATION A L'APOCALYPSE By SUSAN M. BREE B.A./ The University of British Columbia^ 1988 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (Department of French) We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA April 1990 • Susan M. Bree/ 1990 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department of French The University of British Columbia Vancouver, Canada Date 27 April, 1990 DE-6 (2/88) ABSTRACT The main aim of this thesis is to examine the vision of history which is presented in the Memo ires of the due de Saint-Simon/ a work which describes life at the French court during the last years of the reign of Louis XIV and during the period of the Regency which followed the death of the Sun King (1691-1723). The thesis is a study based on a close reading of the text itselff using two methods to shed light on the different aspects of the subject. It begins with an investigation of the theme of paternity or fatherhood/ and the way in which this theme relates to the question of royal power/ focusing on the figure of the king himself as he appears in his various father roles: father of both a legitimate and an illegitimate line of children/ and father of his kingdom. The strongly religious and moralistic overtones of Saint-Simon's political and social convictions lead the memorialist to condemn what he sees as the chaos and social disorder resulting from the king's "confusion" of these differing paternal identities. The second half of the thesis is largely a stylistic analysis of two passages taken from the body of the Memo ires. For by examining the style of this work (at both a lexical and a syntactical level)/ one may begin to develop an insight into the way in which Saint-Simon interprets the events of his day in order to fit them into his larger vision of the history of the world. Certain stylistic traits in the text suggest a movement from the mere presentation and explanation of events to an interpretation of their deeper meaning. As well/ frequent references in the Memoires to both Genesis and Revelations/ taken in conjunction with Saint-Simon's theologo-political view of society/ seem to indicate that the memorialist regards the reign of Louis XIV as being a playing-out/ in miniature/ of the history of the world/ from the Fall to a final confrontation between good and evil. Thus/ in the end/ ii Saint-Simon's constant need to interpret events leads him away from the simple explanation of causes/ towards the elaboration of a prophetic vision (or "apocalypse"): a dire warning issued to the monarchy and to the people of France as to the fate which may yet befall them* if the process of corruption begun by the Sun King himself is not somehow reversed. iii TABLE DES MATIERES Page Abstract ii Table des mat ie res v Abbreviations vAcknowledgement vii Introduction 1 I. Premiere partie: Analyse thematique 6 1. Chapitre premier Louis XIV dans sa famille: paternite et batardise 7 Louis XIV: pere 10 Les BStards: amour paternel et amour-propre 14 Louis XIV: mere? 18 Notes 22 2. Chapitre deux La Politique de Louis XIV: paternite et pouvoir 26 Louis XIV: Pere de la patrie 2La Poursuite de la toute-puissance: le probleme du pouvoir reel 30 La Source du pouvoir et l'arene du conflit 33 Louis XIV et Dieu le pere: le probleme de la creation 35 L'Orgueil du Poi: les consequences 42 Notes 44 iv Page II. Denxieme partie: Analyse stylistique 50 3. Chapitre trois La Bible comme intertexte: de la Creation a 1'Apocalypse 51 Saint-Simon et la Bible 52 Quelques mots sur le style de Saint-Simon 55 Analyse textuelle: la Creation our la genese de la fin 62 Notes 79 4. Chapitre Quatre Louis XIV et la vision historique de Saint-Simon 85 Routes profondes du due du Maine 88 Louis XIV dans l'histoire Ill Notes 114 Conclusion 119 Ouvrages consultes 124 Appendice I: Le Vocabulaire de Saint-Simon 128 Appendice II: Malheurs du Roi 132 v ABRfrVTATIONS I: 234 : On renvoie le lecteur au premier volume de 1*edition Coirault des Memoires/ Bibliotheque de la Pleiade (Paris: Gallimard/ 1983)/ page 234. "Hantise" : Voir Yves Coirault/ "Saint-Simon et la hantise du mouvant/" Studi francesi 10 (1976): 226-30. Tmmnfihl P : Voir Alphonse de Waelhens/ Saint-Simon/ immuable comme Dieu et d'une suite enragee (Bruxelles: Facultes universitaires Saint-Louis/ 1981). "L.A." : Voir Louis de Rouvroy/ due de Saint-Simon/ "Lettre anonyme au Roi/" dans le troisieme volume de 1'edition True des Memoires/ Bibliotheque de la Pleiade (Paris: Gallimard/ 1950) 1238-77. Mort : Voir Dirk Van der Cruysse/ La Mort dans les Memoires de Saint-Simon (Paris: Nizet/ 1981). Orleans : Voir Georges Poisson/ Cette curieuse famille d'Orleans (Paris: "Peintre" : Voir Jules Brody/ "Saint-Simon/ peintre de la vie en declin/" Marseille 109 (1977): 185-94. "Structures" : Voir Jules Brody/ "Structures de personnalite et vision du monde dans les Memoires de Saint-Simon/" Cahiers Saint-Simon 4 (1976): 13-32. vi ACKNCWLEDGESMENT To my invaluable thesis director/ Dr. Richard Hodgson/ without whose ideas and enthusiasm this study would not have been possible; and to the redoubtable Dr. Ralph Sarkonak/ who wielded the editorial axe with skill and precision/ and whose reading of my thesis constituted a well-deserved lesson in humility. To the vastly underappreciated staff of interlibrary loan/ who procured for me countless indispensable texts at the drop of a hat. And/ last but not least/ to the reading-room gang/ for helping me keep it all in perspective. vii Ecris done ce que tu as vu: le present et ce qui doit arriver plus tard — L'Apocalypse 1; 19. Alors on me dit: «I1 te faut de nouveau prophetiser contre une foule de peuplesf de nations/ de langues et de rois» — L'Apocalypse 10; 11. INTRCDUCTION En 1739/ un ancien courtisan qui avait ete temoin des circonstances les plus sombres et les plus decadentes de son epoque/ commence a ecrire le recit de tout ce qu'il a vu et vecu au cours de sa longue vie. La redaction de ce texte occupera la plus grande partie du temps qui lui reste a vivre: onze ans/ et quelque huit mille pages plus tard une des oeuvres les plus problematiques de la litterature francaise est nee. Depuis longtemps/ les Memoires de Louis de Rouvroy/ due de Saint-Simon/ continuent a defier toute description precise/ car c'est un texte qui releve egalement de la tradition historique et de la tradition litteraire. Ces memoires sont a la fois une vaste collection de dates/ de portraits/ de genealogies; un compendium de toutes les formalites parlementaires qu'il faut observer; le recit de toutes sortes d'intrigues subtiles qui se sont ourdies lorsque Saint-Simon frequentait encore la cour; un texte qui contient des eloges genereux ainsi que des vituperations fielleuses/ les deux sortes de diatribes pouvant se cdtoyer a quelques phrases d'intervalle. A premiere lecture/ on risque de prendre les Mfemoires pour un requisitoire contre la societe francaise en general et contre la conduite de Louis XIV et de ses ministres en particulier. Saint-Simon est un homme de prejuges tenaces. Son degoQt du systeme politique a son epoque provient en partie d'une nostalgie du regne de Louis XIII/ nostalgie qui lui a ete leguee avec son titre par son pere/ Claude de Rouvroy/ le premier due de Saint-Simon. Et le memorialiste est tres jaloux de ses dignites: 1 II souffre d'heraldite aigue/ la maladie du blason. Son pere etait un des favoris de Louis XIII qui/ par lubie/ 1'avait riomme due et pair. (...) Des le ventre de sa mere/ Saint-Simon se sent due. Quand il en sort/ congestionne d'outrecuidance/ il doit crier les mots due et pair" (Guth/ 412; les mots soulignes ici sont imprimes en italique dans le texte originel). Mais depuis cet age d'oo le monde avait change. A Louis "le Juste/" roi superlatif et mari fidele/ avait succede son fils/ le glorieux Roi-Soleil/ jalouxf lui aussi/ de ses propres dignites et de toutes celles qui sont independantes de son autorite. Ce monarque n'hesite pas a bouleverser la hierarchie etablie afin de faire remarquer son pouvoir; et Saint-Simon n'hesite pas a s'en plaindre: "La noblesse n'est pas heureuse" ("L.A.": 1243). Avant de commencer la redaction de ses Memoires proprement dits/ l'auteur passait bien du temps a ecrire des memoires parlementaires/ cherchant a retablir une certaine stability dans la society. II lutte contre tout changement dans l'ordre des preseances; il reve d'une ere passee et de grandeurs qui auraient du etre siennes. Saint-Simon est un visionnaire. La question qui s'est posee maintes fois depuis la parution des premieres editions des Memoires est de savoir si le memorialiste a represents son epoque d'une facon fidele. Certes/ le portrait qu'il nous donne de Louis XIV/ par exemple/ est presque diametralement oppose a celui que d'autres temoins contemporains ont trace. La figure du Roi-Soleil se trouve au centre d'un grand nombre de textes litteraires de son epoque/ et meme ses critiques semblent avoir considere ce monarque comme un homme redoutable. Le Louis XIV des Memoires est un etre mesquin/ jaloux/ obsede de details. Le seul veritable talent de ce roi semble resider dans sa facon exquise d'dter son chapeau devant les dames de la cour. Ce n'est que plus tard dans le texte/ lorsque Saint-Simon est tout a fait envoGte par sa vision du deroulement de l'histoire/ que le memorialiste se permet de reconnaitre la 2 grandeur du roi. Tandis que ces divergences entre la vision de Saint-Simon et celle d'autres ecrivains de 1'epoque ont inquiete les premiers critiques des M&noires/ aujourd'hui c'est moins la veracite de cette oeuvre que la vision elle-meme qui nous occupe: "La tache que la critique saint-simoniste s'est donnee (...) n'est plus d'affirmer que ce serait une erreur «de voir en lui un historien du regne de Louis XIV»f mais d'examiner a quelle verite plus profonde sont les ecarts de son terroignage et de sa vision" (Mort/ 127). (De m&ne/ tout ce qui est presente comme un "fait" au cours de la pr§sente etude -- la jalousie de Louis XIV/ la nature malveillante des fc&tards — ne constitue pas un commentaire sur la verite historique/ telle qu'elle aurait pu &tre. Nous allons considerer les Memoires comme un texte litteraire/ plut6t qu'un document proprement historique.) Et pourtant/ la question se pose de savoir comment caracteriser cette vision. A 1'epoque/ les domaines politique/ social et religieux sont interdependants/ du moins jusqu'a un certain point. La politique du XVIIe siecle est — ou devrait §tre/ aux yeux du memorialiste — 1'affaire des grandes families de France. Une des "erreurs" de Louis XIV est justement sa tendance a conferer les charges les plus importantes du royaume a des hommes qui en etaient "indignes" a cause de leur naissance. D'ailleurs/ le systeme de gouvernement en France a 1'epoque etant une monarchie absolue/ fondee sur le principe du droit divin des rois/ la politique est forcement liee a la religion. Saint-Simon est un homme qui croit absolument a ce principe du droit divin; par consequent/ ses idees politiques et sociales sont colorees par sa religion. Le regne de Louis XIII devient une sorte de paradis perdu au moment ou Louis XIV commence a bouleverser l'ordre social. Et il vaut mieux ne pas prendre a la legere les consequences de ce bouleversement: "«Comme les rangs/ les honneurs et les distinctions sont peu a peu tombes au pillage en 3 France/ ainsi ont fait les noms/ les armes/ les maisons: s'ente qui veut et qui peut.» Ce pourrait etre le signe que tout va finir" (Cabanis/ 81-2). Ainsi/ Saint-Simon commence a voir une signification profbnde dans les evenements de son epoque. Ce n'est pas seulement la politique qui est basee sur la religion/ mais l'histoire elle-meme: "Ayant pratiquement aboli toute difference entre l'histoire sacree et l'histoire profane/ il a abouti a une sorte de sacralisation de l'histoire" (Rosso/ 68). * * * * Au cours des chapitres suivants/ nous allons examiner cette vision historique de Saint-Simon/ a travers le personnage de Louis XIV. Celui-ci n'est pas seulement la figure centrale des Memoires (meme apres sa mort/ dans le cinquieme volume de 1'edition Coirault/ le spectre du monarque continue a hanter les pages du texte)/ il est certainement le personnage le plus problematique de l'oeuvre. Le mlmorialiste fait un portrait ambivalent de cet homme qui a ete presque divinise de son vivant/ et qui joue plusieurs r<51es: roi/ pere/ amant/ et chef d'une famille d'ambitieux/ de debauches et de nullites. La presente etude est divisee en deux parties/ qui traitent de deux aspects du probleme/ au moyen de deux methodes differentes. La premiere partie consistera en une analyse thematique/ ou nous allons examiner le caractere de Louis XIV dans ses divers r61es/ et surtout dans son double r61e de pere a la fois d'une famille norrbreuse et d'une nation qui etait la plus puissante de 1'Europe. La deuxieme partie prendra la forme d'une analyse stylistique de deux passages tires des Memoires/ exercice qui va nous permettre de voir comment le style du memorialiste traduit sa vision de l'histoire du regne de Louis XIV et de l'histoire en general. Enfim nous essaierons de determiner quel etait le r61e de Saint-Simon lui-meme: etait-ce 4 un simple terroim un visionnaire clairvoyant/ un prophete perspicace* voire m&ne une divinite jalouse comme son (anti-) hferos/ Louis le Grand? 5 PREMIERE PARTIE: ANALYSE THEMATIQUE PATERNITE n.f. (1380; «qualite de pere» en parlant de Dieu/ 1160 [V. Paternel; lat. paternitas). 1. Etat/ qualite de pere; sentiment paternel. * Lien juridique qui unit le pere a son enfant. 2. (1874). Paternite spirituelle (Cf. Parrainage). * Fait d*§tre l'auteur (deqqch.). — Le Petit Robert. On parlait au Roi comme a un dieu/ comme a un pere/ comme a une maitresse — H. Taine (1856). 6 LEGITIMER v. act. Rendre legitime. Ce pere a fait legitimer ses enfants. Uh enfant ne peut §tre legitime sans le consentement du pere. ILLEGITIME adj. m. et f. Qui est contre les lois divinesf ou humaines. CREATURE subst. f. Etre qui a ete cr§4/ qui ne s'est point fait lui-meme. Toutes les creatures annoncent la gloire du Createur. — Furetiere. CHAPITRE PREMIER ~ LOUIS XIV DANS SA FAMILLE: PATERNITE ET BATARDISE Rien d'etonnant que le double theme du pere et de 1'enfant joue un role significatif dans les Mfemoires de Saint-Simonf ecrivain qui attribue tant d*importance dans son oeuvre a la genealogie et a la succession dynastique; qui se complalt/ au moment de la mort de tel ou tel courtisan/ si insignifiant soit-il/ a tracer les origines de sa maison et a indiquer la fortune de ses successeurs; qui parle avec une certaine nostalgie m&lee d'amertume d'une ere ou "la parente influait beaucoup/ autant comptee/ prisee et respectee lors/ qu'elle est maintenant oubliee" (V: 470). Courtisan si fier de sa dignite ducale/ quoique assez recemment acquise. Homme destine/ au cours de la redaction des Mfemoires/ a perdre ses propres fils/ par consequent a Stre le terroin de la disparition de sa propre maison. Et/ si l'on croit l'avis de A. de Waelhens/ enfant a la recherche d'un pere.1 Cette fascination de la genealogie n'est pas pour peu dans la decision de Saint-Simon d'ecrire son oeuvre: n'oublions pas que les Memoires representent autant/ et m&ne plutdtf une chronique sociale des grandes families nobles de 1'Europe/ qu'un document purement et proprement historique. Tandis que la question de la paternite resonne d'un bout a l'autre des Memoires/ les enfants proprement dits n'ont qu'une presence assez discrete dans le texte: le Roi Louis XV en est presque le seul a paraltre "sur scene." A part cela/ la question de 1'accouchement et des enfants se 7 limite a une presence subtile mais non sans importance dans le lexique de l'oeuvre (Voir Appendice I). En effet/ ce bannissement de 1'enfant aux coulisses est assez typique de 1'epoque de Saint-Simon: "Pour le memorialiste et pour la plupart des gens de sa caste/ 1'enfant est un petit etre genant qu'on expfedie a la campagne le jour meme de sa naissance pour y etre mis en nourrice/ et qui rentre cinq ans plus tard au sein de sa famille ou il est traite comme une petite grande personne. Il est tolere dans la mesure ou il fait oublier qu'il n'est qu'un enfant/ en attendant qu'il occupe un jour sa place dans la chalne dynastique" (Mort/ 191). Aussi/ la seule importance de ces petits etres pendant les premieres annees de leur existence est-elle dynastique: des sa naissance/ un enfant s'intercale dans la hierarchie de la succession; autrement/ il n'existe pas. Parfois/ un titre lui est confere meme avant qu'on ait decide de son prenom. En general/ les enfants n'interessent pas notre auteur/ pas/ au moins pendant leurs annees de formation. Ce n'est qu'au moment ou 1'enfant est pret a entrer sur scene/ a jouer un r61e social et politique qu'il attire 1'attention de Saint-Simon. Et des ce moment-la/ ce n'est plus un enfant/ car un courtisan est ne. Il a non seulement depasse l'age de l'enfance/ mais dans un norrbre etonnant de cas/ une ambition presque fanatique en ce qui concerne la reputation de sa maison a remplace tout lien qui aurait pu l'attacher aux autres membres de sa famille. Ainsi/ il n'est pas etonnant que les rapports parent-enfant (surtout ceux entre pere et fils ou pere et fille) / d'apres le temoignage de Saint-Simon/ ne soient pas particulierement cordiaux dans la plupart des cas. Nombreux sont les groupes familiaux dont les relations pere-enfant ne sont rien moins qu'hostiles.^ L'on n'a qu'a penser a l'exemple de Monseigneur et du due de Bourgogne; a celui du Chancellier et de son fils/ Jer6me de 8 Pontchartrain; ou a celui de Monsieur le Prince4 et de Monsieur le Due: "Ils se craignaient tous deux: le fils/ un pere fort difficile et plein d'humeur et de caprices; le pere/ un gendre du Roi; mais souvent le pied ne laissait pas de glisser au pere/ et ses sorties sur son fils etaient furieuses" (III: 414). Bel exemple pour montrer que le rang du courtisan depasse jusqu'a un certain point sa position comme enfant d'un tel pere; chacun reste plus conscient de sa position relative dans la hierarchie sociale que des liens biologiques qui les unissent. M. le Prince rencontre de pareilles complications dans ses rapports avec sa belle-fille/ lesquelles l'empechent de la traiter comme membre de sa famille avant de la considerer comme fille de France: "Madame la Duchesse le mettait au desespoir entre le courtisan et le pere/ sur lequel le courtisan l'emportait presque toujours (...). Il sentait la honte du double mariage de ses enfants avec deux du Roi; mais il en avait tire les avantages" (III: 413). Rien ne demontre plus clairement la priority que prend 1'opportunisme social sur le sentiment familial. Toute affection semble supprimee entre deux Stres qui s'exploitent mutuellement afin d'avancer leurs propres inter&ts a la cour. D'ailleurs/ dans un tel milieu/ des rapports tendres entre pere et enfant prStent a meprise: prenons 1'exemple du due d'Orleans et de sa fille: "Prenant occasion de la promenade de M. le due d1 Orleans avec Mademoiselle/ [vFie de Fontaine-Martel] me dit confidemment qu'il ferait bien de hater ce mariage/ s'il voyait jour a le faire/ parce qu'il n'y avait rien d'horrible qu'on n'inventat pour 1'empecher/ et/ sans se faire trop presser/ elle m'apprit qu'il se debitait les choses les plus horribles de l'amitie du pere pour la fille" (III: 881-2). M&ne le fait que c'etaient les ennemis du pere qui faisaient courir ces rumeurs scandaleuses n'explique pas la facilite avec laquelle les gens de la cour y ajoutent foi: pourtant/ le fait que de 9 tels rapports affectueux n'etaient pas consideres comme normaux semble corroborer cette allegation si impensable. Enfin/ la primaute des considerations sociales sur le sentiment familial peut entralner des rivalites/ surtout entre pere et fils/ comme dans le cas du due de Savoie/ qui trouvait son fils "trop avance dans l'estime et dans 1'affection generale/ et qui 1'avait trop bien su meriter/" et qui/ par consequent/ l'ecartait du gouvernement/ profitant de chaque occasion possible pour le "decrediter et (...) mortifier en toutes facons" (V: 183). Resultat final: la mort du fils. On a 1'impression qu'un traitement si brutal n'etait pas rare; ce qui rend d'autant plus vraisemblable la comparaison de Y. Coirault: "II est assez probable que Saint-Simon ebauche en esprit/ malgre toutes les distances/ un parallele entre le comportement du roi de Sicile et les errements de Louis XIV/ dont les faveurs allerent/ non pas vers son petit-fils legitime/ le due de Bourgogne/ mort prematurement en 1712/ mais vers le due du Maine/ lequel se fit son «gedlier» (V: 184/ fn 2, 1194). En effet/ le cas de Louis XIV constitue la figure la plus intrigante mais aussi la plus ambivalente du pere que l'on puisse trouver dans les Memoires. Louis XIV: pere Louis XIV represente une figure patemelle dans plusieurs sens: outre sa position en tant que "Pere de la Patrie/" que nous examinerons au cours des chapitres suivants/ il a engendre une quinzaine d'enfants appartenant a deux lignees separees/ dont l'une etait legitime et l'autre bStarde. Malheureusement/ au detriment du royaume/ Louis a tendance a confondre ses devoirs paternels. Une fissure s'ouvre dans son esprit/ qui separe nettement les aspects divers de son r61e de pere/ car au lieu 10 d'accorder la priorite a sa fonction royale/ il ne pense qu'a privilegier ses enfants naturels au detriment de sa famille legitime/ et m§me de son peuple. A l'egard de sa famille legitime/ 1'expression qui decrit le mieux la conduite de Louis XIV est "tyran domestique." Ainsi/ son attitude envers Monseigneur/ le due d'Orleans/ et ses trois petits-fils/ qui varie entre 1 * indifference et la froideur d'une part et le mepris et un besoin inflexible de leur imposer sa volonte d'autre part/ est assez typique des mauvais rapports familiaux dont traitent les Memoires. Par consequent/ la seule emotion que Louis est capable d'inspirer est la crainte: le seul membre de sa famille qui ose le traiter avec affection/ mais qui neanmoins subit de temps a autre les inconvenients de son insensibilite/ est la duchesse de Bourgogne/ peut-&tre la seule personne qu'il ait veritablement aimee de toute sa longue vie (IV: 408). Ainsi la conduite du Roi envers sa famille legitime: "[La mort de la dauphinel (...) manifesta toute la cruaute de la tyrarmie que le Roi ne cessa point d'exercer sur les ctmes de sa famille... Les premiers quinze jours rendirent sensible a tout ce qui §tait a Marly un changement si extraordinaire dans le Roi/ si reserve pour ses enfants legitimes et si fort roi avec eux" (IV: 408/ 218-9. Chaque fois que les caracteres gras apparaissent dans le texte/ c'est nous qui soulignons). De la meme maniere que Louis se laisse influencer par son "affection" pour ses enfants naturels (nous allons/ dans la section suivante/ qualifier cette attitude apparamment affectueuse du Roi envers ses bStards) au moment ou le persona du roi devrait predominer/ il a tendance aussi a jouer le rdle du "roi et maitre"^ dans sa vie domestique. Les deux rdles semblent nettement distingues dans son esprit/ mais il les confond souventz pour le malheur de ses heritiers et de la France. II n'est guere etonnant/ alors/ que les 11 membres de sa famille le craignent plus qu'ils ne l'aiment: "Pour le Roi/ [le due de Berry] le craignait a un tel point qu'il n'en osait presque approcher (...)" (IV: 769); "(...) le Roi/ qui voulait vivre doucement dans sa famille et s'y faire aimer/ espera que la frayeur corrigerait ff* la duchesse de Berry (...)" (IV: 104). Portrait fascinant du tyran qui espere arracher l'amour de ses proches a force d'arme/ pour ainsi dire. II y a/ d'ailleurs/ pas mal de preuves pour suggerer que Louis a activement encourage la crainte des autres a son egard; du moins n'a-t-il jamais rien fait pour la diminuer. L'education des princes a 1'epoque/ surtout des cadets/ selon certains historiens/ visait une disposition convenablement docile et soumise de la part de ces princes/ les premiers sujets du royaume. L'on soupconne depuis longtemps/ par exemple/ que 1'education de Monsieur/ le cadet de Louis XIV/ etait concue a de telles fins: Il etait l'heritier presomptif de la couronne/ et le demeurera encore dix ans. Sa vie etait done aussi precieuse que celle de Louis a la rronarchie francaise/ et cependant il etait un danger. Dans le passe/ les freres du roi/ memes fideles/ avaient toujours represents l'espoir de 1'opposition/ le point de crystallisation des rancunes et des ambitions (...) Comment faire de Philippe le premier et le plus loyal sujet de son frere? Mazarin/ psychologue sans oeilleres et sans scrupules/ pensa sans doute que la fidelite ne lie qu'imparfaitement/ alors que certains vices asservissent totalement. L'enfant montrait des dispositions a 11effeminement? On allait les encourager/ insidieusement: quand on n'est pas tout a fait homme/ on ne peut guere etre chef de parti... (Orleans/ 19-20). Saint-Simon/ en decrivant la terreur qu'inspire le Roi dans le coeur des fils et des filles de la France/ s'exprime de la maniere suivante: "Eleve dans la frayeur du Roi/ ce serait trop peu dire la crainte (...)" (Ill: 225); "Tout contribua done en lui/ timidite naturelle/ dux joug d'education/ ignorance parfaite et defaut de lumiere/ a le faire trembler devant le Roi (...)" (IV: 81). Meme sir a la fin/ on est conscient du procede/ on n'y peut rien pour se liberer de ses effets/ il est 12 deja trop tard. Ainsi le due de Berry a la suite de 1'humiliation de son premier discours au Parlement: "Puis tout a coup? se prenant au due de Beauvillier et au Roi/ et accusant son education: «Ils n'ont songer s'ecria-t-ilf qu'a m'abetir et a etouffer tout ce que je pouvais etre. J'etais cadet; je tenais tete a mon frere: ils ont eu peur des suites; ils m'ont aneanti" (IV: 626). L'on discerne/ derrifere l'amertume et la mortification d'un enfant favorise et gate par son pere/ 1'ombre d'une verite possible. Tandis que cette technique subtile pour assujetir des cadets potentiellement rebelles peut nous sembler tres dure — inhumaine/ meme — elle represente une politique efficace/ a la maniere de Machiavel. Cependant/ Louis en fait l'application presque sans discrimination/ jusqu'au point ou il semble essayer d'"aneantir" aussi ses heritiers. Monseigneur/ par exemple: "Ce prince/ qui etait timide et mesure sous le poids d'un pere qui/ jaloux a l'exces/ ne lui laissait pas prendre le moindre credit/ n'hasardait que bien rarement de recommendations aux ministres (...)" (Ill: 484). Dans ce cas/ l'execution d'un simple expedient politique/ pour dur qu'il soit/ traduit le refus absolu/ de la part du Roi/ de compromettre 1'absolutisme de son pouvoir de son vivant/ meme en faveur de ses successeurs immediats. Ce meme fanatisme du pouvoir/ ainsi que la confusion du Roi au sujet de ses divers rdles de pere/ expliquent en partie sa preference pour des hommes de rien et merne des enfants dans le gouvernement: On a vu des novices/ et des enfants meme/ exercer et quelquefois en chef ces importantes fonctions (...). C'est ce qui fit que/ lorsque les emplois de secretaire d'Etat et ceux de ministre Etaient a remplir/ il ne consulta que son goflt/ et qu'il affecta de choisir des gens fort mediocres. II s'en applaudissait meme/ jusque-la qu'il lui echappait souvent de dire qu'il les prenait pour les former/ et qu'il se piquait en effet de le faire. Ces nouveaux venus lui plaisaient ireme a titre d'ignorance/ et s'insinuaient d'autant plus aupres de lui qu'il la lui avouaient plus souvent/ qu'ils affectaient de s'instruire de lui jusque des plus petites choses (V: 502). 13 Mais en meme temps/ ce passage qui demontre si admirablement le stratageme de Louis pour accaparer le pouvoir/ revel e aussi la faiblesse du monarque. Car les "enfants/" eux aussi ont leur stratageme pour "s'insinuer" aupres de lui; ils "affectent" de l'ecouter attentivement pour flatter son autorite/ tandis qu'en realite/ ils sont en train de 1'usurper pour eux-memes. Qui est le dupe et qui le dupeur? Cela constitue une des nombreuses ambiguites du portrait de Louis XIV d'apres Saint-Simon. Selon M. Kohler/ cette jalousie de son pouvoir et les strategies elaborees pour le garder qui en naissent sont les sympt6mes d'un sentiment d'inferior ite.*> Etait-ce conscient/ ce sentiment? Saint-Simon affirme qu'a la fin de la vie du roi/ seule periode ou Louis sera veritablement "grand/" il se rendra compte du fait qu'on le trompe depuis longtemps. Mais comprend-il/ meme indistinctement/ le manque d'autorite reelle dans le gouvernement du royaume qui a caracterise tout son regne? C'est peut-etre une des raisons pour lesquelles il a senti un besoin si pressant de montrer sa puissance dans le domaine sexuel et paternel/ et d'engendrer toute une serie de batards qui vont profiter de l'amour du pere/ sentiment que le monarque ne ressent pas envers ses enfants legitimes. Les hatardsi amour paternel et amour-propre Les batards royaux sont beaucoup plus nombreux que les enfants legitimes (les plus importants des enfants illegitimes etant les trois fils et les trois filles de Mme de Montespan/ et plus particulierement le due du Maine/ le comte de Toulouse/ Madame la Duchesse/ et la duchesse d'Orleans) / et a premier coup d'oeil il semble que le Roi prefere ses enfants naturels a ses successeurs. En effet/ une distinction s'etablit tres nettement entre les deux "categories": dans la "Lettre anonyme" Saint-Simon 14 parle des "enfans de vostre personne pour qui vous ne pouviez trop faire/ et devant que vous n'avez considere vos enfans legitimes que comme les enfans de l'Estat/ grands de reste sans vous" ("L.A.": 1273); et il parle de M. du Maine/ par exemple/ comme etant "fils d'ailleurs de la personne et non de la royaute" (IV: 81). D'ailleurs/ il serrfole aussi que les batards aient moins de difficulty a obtenir des services de leur pere/ peut-fetre parce qu'ils ont moins pour commencer. Pourtant/ a la mort du jeune fils de son batard ain§/ "le Roi continua de faire pour lui ce qu'il n'avait point fait pour les enfants de la Reine/ dont il a perdu beaucoup (...)" (Ill: 269)/ c'est-a-dire qu'il oblige la cour a porter le deuil du jeune enfant. Dans un autre sens/ les honneurs accordes aux enfants naturels — qui les distinguent si effectivement de leurs parents legitimes — sont calculees pour abolir les differences criardes entre le statut relatif des deux groupes/ jusqu'au point ou le Roi arrange des mariages entre ses batards et les princes du sang: M. du Maine epouse la fille de M. le Prince; de Nantes devient Madame la Duchesse; la deuxieme l^le de Blois est mariee au due d'Orleans/ et la fille de ce dernier couple epouse le due de Berry... Saint-Simon deplore "cette souillure de la batardise qui me faisait horreur" (III: 831)/ mais il n'y peut rien/ temoin ses efforts pour conclure ce projet de mariage entre Mademoiselle et le fils cadet de Monseigneur. D'apres le memorialiste/ quels que soient les sentiments personnels du Roi envers ses enfants naturels/ Louis XIV leur confere trop d'honneurs pour le bien du royaume. Mais quels pourraient §tre les vrais sentiments du Roi? Pref6re-t-il vraiment les enfants de ses amours a sa posterity legitime (malgre le fait qu'il pretend avoir oublie ses maitresses au moment meme ou elles le quittent)? Au contraire/ parfois Louis semble mepriser leur qualite de bStard/ quoi que dise Saint-Simon a ce sujet. Lorsque M. du Maine propose pour la premiere fois de se marier: "Le Roi l'en detournait en lui disant franchement que ce n'etait point a des especes comme lui a faire lignee (...)" (I: 46). Et apres la publication de l'habilete des batards de succeder a la couronne/ Louis les avertit: "quelques grands que je vous fasse et que vous soyez de mon vivantf vous n'Stes rien apres voir et c'est a vous a faire valoir ce que j'ai fait pour vous* si vous le pouvez" (TV: 408). En fait/ malgre le titre de "batard favori" que porte le due du Maine a travers les Memoires> a au moins une occasion/ les mots du Roi au sujet de ce fils (tels que Saint-Simon les a recus de la bouche de Mareschal) n'expriment pas une tendresse inconditionnelle: "(...) le Roi disait que M. du Maine avait a la verite beaucoup d'esprit et de talents/ mais qu'il n'en savait rien faire (...); que c'etait un idiot avec tout son esprit/ (...) et qui etait de son propre aveu incapable de gouverner sa propre maison" (V: 118-9). Mais sans mettre en doute cette opinion du Roi/ Saint-Simon a ses propres idees en ce qui concerne la competence du due batard. D'apres le memorialiste/ cette apparence d'incapacite purement illusoire/ mais soigneusement cultivee dans 1'esprit de Louis XIV par Maine/ "fut le chef-d'oeuvre de son ambition et de sa politique et de la profondeur de sa connaissance du Roi/ qui le conduisit a tout" (V: 119-20). Bref/ c'est un leur re pour rassurer son pere sur la force et l'etendue de ses ambitions. II est done evident que jusqu'a un certain point les rapports que Louis a eus avec Maine (et/ par extension/ avec ses autres enfants naturels) sont typiques des mauvais rapports pere-enfant illustres a travers tout le texte/ rapports qui consistent principalement en une sorte d'exploitation mutuelle et egocentrique. Les batards (et Maine en particulier) se servent de ruses telles que celle indiquee ci-dessus pour avancer leurs propres interets politiques et sociaux; d'ailleurs le Roi non 16 plus n'est pas tout a fait innocent dans ce sens. Car enfim nous revenons a la question essentielle: pourquoi/ s'il meprise ses enfants naturels/ les favorise-t-il? Au moment ou il souligne la facon differente dont Louis regarde ces deux groupes d'enfants/ Saint-Simon nous donne la reponse: "L'amour proprer l'amour de pere vous a fait regarder vos enfants naturels comme les enfants de vostre personne (...)" ("LA.": 1273); "Cette tendresse d'un roi si puissant pour les enfants de son amour (...); cette jalouse et superbe preference de sentiment des enfants de la personne/ et qui n'etaient rien de par elle/ sur les enfants du Roi/ grands par cet etre independamment de lui (...)/ avaient bien pu 1'engager en leur faveur (...)" (IV: 821-2). La raison de cette "preference" apparemment inexplicable se resume en une simple equation mathematique: amour de pere = amour-propre. C'est precisement en leur conferant tant d'honneurs que Louis exploite ses batards. Leur etat originellement insignifiant a la cour lui permet d'exercer librement son pouvoir/ de s'imaginer grand et tout-puissant. En tant qu'individus/ les "enfants de son amour" n'ont pas d'importance pour lui.^ De plus/ cette interpretation explique 1'attitude du Roi envers les autres batards a la cour/ Berwick et Vend6me/ en particulier. Si c'etait l'amour seul qui animait Louis/ celui-ci ne se sentirait pas oblige de combler ces autres de la meme facon qu'il couvre ses propres batards d'honneurs. Son favoritisme des enfants illegitimes en general (dans le cas de Berwick et de Vend6me/ la raison alleguee des faveurs qui leur ont ete accordees etait leurs exploits militaires) n'est sans doute qu'un effort de justifier ses actions vis-a-vis de ses propres enfants illegitimes et un nouveau pretexte pour l'exercice de son pouvoir et 1'agrandissement de sa propre image. Comme le dit Saint-Simon/ "le meilleur de tous les etats en France est celui de n'en avoir point et d'etre batard" 17 (Ill: 696)i car dans ce cas vous permettez au Roi de ceder au plaisir d'exercer son pouvoir et de vous en creer un. Ainsi l'autorite du Roi joue un r61e determinant dans ses rapports avec ses batards/ tout comme dans ses rapports avec sa famille legitime. De faitf la conception qu'a Louis XIV de sa propre puissance/ surtout quand il s'agit de sa famille/ est exageree/ jusqu'au point ou il essaie/ aux yeux de Saint-Simon/ d'usurper un r61e feminin et de s'attribuer des fonctions maternelles. Louis XTV: mere? L'acte de "creer" ses enfants naturels est/ nous l'avons vu/ une experience agreable au Roi/ et il les aime (autant que cette emotion lui est possible) plus que ses autres enfants precisement parce que ceux-la lui permettent de jouir de sa puissance. Tandis que pour Saint-Simon les batards sont des "doubles adulterins/" pour Louis ils representent des etres doublement crees par lui et/ d'un certain point de vue/ par lui seul. Tout d'abord/ aux yeux de Louis/ chaque maltresse — y compris celles par qui il a eu des enfants — est pour ainsi dire morte et enterree a partir du moment ou elles quittent la cour. Quand les enfants (qui sont d'habitude eleves en secret) sont assez ages pour entrer en societe/ ils sont appeles aupres de leur pere a la cour/ d'ou leur mere est/ le plus souvent/ deja partie. D'ailleurs/ dans le cas des enfants de vF^ de Montespan/ le Roi profite de 1'example d'une "legitimation inouie d*enfants sans nommer la mere" (I: 135) / exemple etabli par la famille de Longueville pour ecarter la mere de ses batards en les rendant legitimes sans nommer sa maltresse/^ peut-etre pour la proteger (et lui-meme aussi) de 1'accusation de "double adultere." Neanmoins/ ces enfants sont 18 officiellement orphelins de mere et/ par consequent/ totalement associ§s a — et dependant de — leur pere. De plus/ notons la sterilite qui semble sevir a la cour: sterilite que le Roi va jusqu'a imposer a ceux qui se trouvent autour de lui. Outre sa tentative pour castrer ses nobles en les privant de leur fonction guerriere^/ il n'a nulle hesitation a rendre steriles les dames de la famille royale quand leur maternite empiete sur son propre autorite. Quand le Roi veut se deplacer/ la cour aussi doit se deplacer/ et nulle excuse ne sert pour s'absenter: a deux occasions notables/ Louis XIV a ete la cause immediate des fausses couches de ses petites-filles. Sa reaction? "Dieu merci! elle est blessee/ puisqu'elle avait a l'&tre/ et je ne serai plus contrarie dans mes voyages et dans tout ce que j'ai envie de faire par les representations des med ec ins et les matrones. J'irai et viendrai a ma fantaisie/ et on me laissera en repos" (III: 112-3). Le pouvoir derisoire des femmes ne peut pas influencer les commandements du monarque. D'ailleurs/ Saint-Simon a tendance a douer le Roi de qualites et de pouvoirs feminins dans d'autres contextes. Les courtisans entretiennent des sentiments particulierement chaleureux envers Louis XIV/ et le memorialiste/ en decrivant ces sentiments/ utilise un vocabulaire assez suggestif: On a vu quel etait son caractere/ doux/ simple (...) aimant le Roi comme sa mattresse/ (...) confiant sur tous chapitres/ et surtout infatue que/ marchant droit et ayant le Roi pour lui/ comme il n'en douta jamais/ tout autre menagement/ excepte vF^ de Maintenon/ etait inutile (...) enfin il se dechalna sciemment par amour de 1'Etat et par sa passion pour la personne du Roi et pour sa gloire (...) Chamillart/ penetre de 1'importance de la perte de Lille/ amoureux eu bien de l'Etat et de la gloire personnelle du Roi/ avait concu le dessein de le reprendre (...) (Ill: 502/ 323). La politique du Roi est comparable a la conduite d'une femme/ voire d'une fille de joie: "J'admirais/ et je n'etais pas le seul/ cette espece de prostitution du Roi (...)" (Ill: 134). Et certainement le Roi et tout ce 19 qui lui est associe (a part les femmes) deborde de fecondite: Louis XIV lui-meme est compare a "un puissant Roy comme vous/ fecond comme vous en conquestes" ("L.A."/ 1248); 1'explication de Puysegur sur la conduite de VendSme lui rend "tres attentif et fecond en questions" (III: 445); son siecle est "si fecond et si liberal (...) en tous genres qu'il a pu en ce sens etre compare au siecle d'Auguste" (V: 507). Cette fertility n'est pas sans resultats: "Ces petites parties de Louis XIV y firent naltre peu a peu des batiments (...) Les esperances que ces petites preferences et ces distinctions faisaient naltre/ et la consideration qui s'en tirait/ personne ne fut plus ingenieux que lui a inventer sans cesse ces sortes de choses" (V: 522-3). Le Roi fait naitre des sentiments au coeur de ses courtisans (III: 676/ 851); leur conduite lui fait naitre des reflexions/ des soupoons/ des scrupules (III: 987). Mais/ comme toujours/ Saint-Simon ne se contente pas d'indiquer l'ambiguite de ce pouvoir particulier. Les choses que le Roi met au monde peuvent §tre destructrices aussi; dans une oomparaison frappante/ Saint-Simon souligne et conteste en meme temps la valeur creatrice du pouvoir de Louis XIV: "II avait le coeur bien gros de ce qu'on lui avait fait faire; mais/ semblable a une femme qui accouche de deux enfants/ il n'avait encore mis au monde qu'un monstre/ et il en portait encore un second/ dont il fallait se delivrer/ et dont il sentait toutes les angoisses/ sans aucun soulagement des douleurs que lui avait causees le premier" (IV: 838). Parfois/ les lois generees par le Roi sont des monstres prSts a devorer et a detruire l'ordre et l'harmonie du royaume. Nous reviendrons a cette image grotesque dans un chapitre ulterieur. Cependant/ 1'image de 1'epouse de Louis/ Mme de Maintenon/ est diam§tralement oppos§e a l'idee d'un(e) Roi-mere. Comme le remarque Waelhens/ 20 "hf^ de Maintenon est mere aussir puisque Spouse abusive du pere [Louis XIV]t puisquef et c'est deja plus troubler mere des enfants Montespan qu'elle a voles a celle-ci en meme temps que l'amour du Roi" (TmraiaKlp. 210). En faitr cette femme n'est jamais merer mais seulement gouvernante: les expressions utilisees par Saint-Simon pour la decrire souligne des caracteristiques plutfit contraires a la fecondite et a la maternite. C'est un amalgame paradoxal de sorciere-fee et de pretresse-religieuse du culte de ses charges (et en particulierr du due du Maine). Saint-Sirron resume bien en deux mots tout ce qu'elle represente: "la devote fee." Et un peu plus longuementr au moment de la mort du mari royal: "Il n'y avait plus rien a craindre de cette fee presque octogenaire; sa puissante et pernioieuse baguette etait brisee; elle etait redevenue la vieille Scarron (...) On a vu combien le tendre compliment du Roi a vF^ de Maintenonr sur l'esperance d'en etre bient<5t rejointr deplut a cette vieille fee" (V: 368r 600-1). A un certain momentr elle pense jouer le r61e de "Mere de l'Eglise/" mais il devient bientfit evident qu'elle n'est que le dupe des Jesuites (V: 550). Elle n'est nullement maternelle: elle sent trop le couvent et la magie noire.^ Doner dans ce "couple parentalc'est Louis XIV qui assume tout le pouvoir domestique et meme — jusqu'a un certain point — procreateur. Peut-Stre y tient-il a cause d'un sentiment de faiblesse et d'impuissance dans le domaine politique. Nous avons vu qu'il a tendance a oonfondre ses deux r61es de pere; et certesr la facon dont il joue le r61e de pere et de createur de ses batards a une grande influence sur le gouvernement du royaumer meme si ce n'est pas toujours le monarque qui gouverne. Examinons maintenant l'autre aspectr moins litteralr de la fonction paternelle de Louis XlVr pere de la patrie. 21 Notes 1 Voir/ par exemple/ A. de Waelhens/ "Saint-Simon et le probleme du pere/" Archivio di Filosofia fasc. 2-3 (1980): 237-52. "(...) autour d'un vide paternel reel et affectif mais «pompousement pare» Saint-Simon se livre a une quete du pere (...)." 252. * En commentant la "Mort et deuil d'un fils de quatre ans et demi de M. du Maine/ D. Van der Cruysse remarque/ "Ce troisieme fils etait titre due d'Aumale et mourut avant d'avoir recu un prenom" (Mort/ 195). Et au moment de la maladie des deux "jeunes fils de France" en 1712 (les dues de Bretagne/ age de "cinq ans et quelques mois/" et d'Anjou/ son frere cadet par quelques trois ans)/ Saint-Simon note/ "Le Roi manda a la duchesse de Ventadour de leur faire suppleer les ceremonies du bapteme/ de les faire tenir par qui elle voudrait/ et de les faire nommer Louis l'un et l'autre" (TV: 436-7). Voir aussi Mort/ 198. Sur l'unique fonction dynastique des enfants/ voir J. Cabanis/ Sainf-fiimnn 1'admirable: "Les enfants ne paraissaient/ on ne les connaissaient/ ils n'y interessaient qu'en age d'etre maries/ si leurs proches pouvaient en tirer profit. (...) Monde abominable ou les enfants sont tenus pour une marchandise/ et ou jamais on ne voit un enfant en liberte (...) tous les enfants etaient la/ d'autant plus sacrifies que leur naissance etait haute a ce monstre qu'etait la famille/ machine a parvenir" (26-7). Au cas ou l'on considererait les peres seuls insensibles envers leur progeniture/ examinons le cas de ff^ la duchesse de La Valliere/ maltresse de Louis XIV/ et mere — presque malgre elle —de Madame la princesse de Conti: "itf^ la princesse de Conti lui rendit toujours de grands devoirs et de grands soins/ qu'elle eloignait et qu'elle abregeait autant qu'il lui etait possible." D'apres Saint-Simon/ elle voulait "emp§cher le Roi d'eterniser la memoire de sa faiblesse et de son p§ch§ en reoonnaissant et legitimant les enfants qu'il eut d'elle (...)" (Ill: 941). ^ En fait/ Monsieur le Prince n'est dote de sentiment paternel envers aucun de ses enfants: "Il aimait moins que mediocrement ses enfants/ et/ quoiqu'ils lui rendissent de grands devoirs/ il leur rendait la vie fort dure (...)" (Ill: 455). ^ Nombreuses sont les occasions auxquelles Saint-Simon parle du "ton de roi et de maitre" qu'affecte Louis XIV: "(...) le Roi saisit enfin Monseigneur dans son cabinet/ ou/ apres un court preambule/ il lui proposa le mariage; il le fit d'un ton de pere roele de ton de roi et de naitre (...)" (Ill: 883); "Ce meme soir/ il parla a Madame la Duchesse en pere/ mais en maitre qui veut etre obei sans replique (...)" (IV: 674); "(...) a la fin/ force de ne plus rien menager/ de facher le roi d'Espagne/ de menacer/ de parler en pere et en maitre/ et de faire conclure la paix sans cette souverainete malgre son petit-fils (...)" (IV: 750). ^ "L'opinion de Saint-Simon selon laquelle le roi se montrait volontiers mesquin est etroitement associee a cette image de Louis XIV comme dupe des autres. La jalousie et la rancoeur deviennent des traits significatifs de son caractere. (...) Plus frequemment la jalousie se fondait sur le fait que le roi se sentait inferieur" (Kohler/ 1072). ' Bien sur/ les batards ne se plaignent pas/ car c'est dans leur inter§t d'encourager dans 1'esprit du Roi cet amour de son pouvoir et de sa gloire. Ainsi nous avons vu que le due du Maine etablit un paravent qui cache la menace que ses ambitions pourrait presenter a l'autorite de son pere. ^ Cela privilegie jusqu'a un certain point la Princesse de Conti/ fille de La Valliere/ au moment de la mort de celle-ci: "Les enfants de Mme de Montespan furent tres mortifies de ces visites publiques recues [par la 23 princesse de Conti] a cette occasion* eux* qui* en pareille* n'en avaient os£ recevoir de marquee" (III: 942). D'apres Y. Coirault/ "la princesse de Conti aimait faire sentir a ses freres et soeurs d'autre lit cette superiority de pouvoir <<nommer la mere>>" (III: 1557) . Par contre* l'habile duchesse d'Orleans se pique de sa situation: "Cette princesse* qui comme Minerve n'avait point de mere et reconnaissait de parents que ceux de Jupiter (...)" (V: 805). ^ "Louis XIV en effet a casse sa noblesse. L'epoque des nobles guerriers est terminee. Louis XIII fut le dernier souverain a combattre effectivement a la tete de ses troupes. Lorsque Louis XIV se rend sur le front* c'est en souverain d'apparat* presque en prince d'operette* se deplacant en compagnie de ses maitresses* de la reine et de toute la Cour. Sa jalousie du prince de Conit* prince du sang* excellent militaire* esprit cultive et charmeur* est symptomatique: il ne supporte pas de grandeur independante de la sienne. Pour schematises disons que pour §tre apprecie il valait mieux se montrer courtisan exact que superbe officier. Or* pour briller dans une cour de castrats rien ne vaut des qualites dites fenri nines: la beaute* la grace* l'art de l'habillement* la legerete de la conversation deviennent des atouts masculins" (Muhistein* 32). 1® Meme au moment oO il decrit l'essor de sa popularity avec le Roi Saint-Simon parle en termes de la sterilite: "elle l'avait vue sortir de terre et surpasser rapidement les plus hauts cedres (...)" (II: 329). L'aliusion biblique est la suivante: J'ai vu l'impie forcene* s'elever comme un cedre du Liban; Je suis passfe* voici qu'il n'etait plus* Je l'ai cherche* on ne l'a pas trouve. Regarde le parfait* vois l'homme droit; il y a pour le pacifique une posterite; mais les pecheurs seront tous aneantis* la posterit§ des impies extirpee. 24 Waelhens souligne aussi le caractere non-sexuel de vf^ de Maintenon aux yeux du memorialiste: "(...) les requisitoires de Saint-Simon s'organisent toujours autour des autres traits moralement detestables de la «fee»f et que nous connaissons. Tout se passe done comme si ici/ pas plus qu'ailleurs/ Saint-Simon n'arrivait a toucher/ en tout cas pas a dire/ le concret de la sensualite sexuelle (...). Tromper/ Stre infidele/ trahir/ abuser/ prof iter/ seduire sont des termes dont le sens originellement sexuel/ sens certainement vise par Saint-Simon/ est aussitGt detourne et deplace vers la sphere ethique non sexuelle" (Immuable/ 210-11). Certes/ au moment ou Saint-Simon la connaissait/ la transformation d'une jeune spirituelle en une vieille devote se serait deja effectuee; mais les termes dont l'ecrivain decrit ce processus sont pertinents: "Le precieux et le guinde ajoute a l'air de ce temps-la/ qui en tenait un peu/ s'etait augments par le vernis de 1'importance/ et s'accrut depuis par celui de la devotion/ qui devint le caractere principal/ et qui fit semblant d'absorber tout le reste" (V: 548-9). Le mouvement le plus typique de la Maintenon n'est pas vers l'exterieur (donner naissance/ mettre au monde)/ mais plutfit vers l'interieur: la devotion absorbe tout. D'ailleurs/ dans l'arene politique/ il est beaucoup plus probable que l'epouse du Roi/ au lieu de "faire naitre" un projet comme son mari/ en fait avorter un. Sur le "couple parental" que forment Louis XIV et vF^ de Maintenon/ voir le chapitre IX de A. de Waelhens/ Le due de Saint-Simon: inmnahlP comme Dieu et d'une suite enragee (Bruxelles: Facultes universitaires Saint-Louis/ 1981) 189-221. 25 Le titre de pere de nos peuples nous doit §tre plus cher que celui de pere de nos enfants puisque/ enfin* 1 'un n'est qu'un don fort commun de la nature et que l'autre n'est qu'un fruit fort singulier de noble vertu — Louis XIV* Memoires pour 11 instruction dn dauphin. Nommer un roi pere du peuple/ c'est moins faire son eloge que l'appeler par son nom ou faire sa definition — La Bruyere. CHAPITRE DEUX — IA POLITIQUE DE LOUIS XIV: PATERNITE ET POUVOIR Louis XIV: P£re de la patrie Si Louis XIV ne represente pas* aux yeux de Saint-Simon * le pdre "ideal" en ce qui concerne ses enfants* notre memorialiste n'est pas moins degu par la competence du Roi dans son deuxieme rdle paternel* celui de pere de la patrie. Dans les Memoires* il met en scene un monarque trop souvent negligent a l'egard des dignites de ses dues et pairs — et qui tente merne systematiquement d'abaisser ou d'"aneantir" l'ancienne noblesse en faveur de toute une serie de parvenus (batards et ministres de basse origine). Louis XIV avait ete desireux de bouleverser ainsi l'ordre et la stability du royaume* politique dangereuse* voire sacrilege* d'apres Saint-Simon. En effet* celui-ci* seduit par une vision idealisee du royaume1 sous l'autorite du "Juste*" roi et pere infiniment plus digne de 1'admiration que son successeur* ne voit dans la politique de Louis XIV que la corruption et la degenerescence de la societe francaise en general et de la royaute en particulier. Au sujet de la royaute et du pouvoir royal* Saint-Simon a des idees nettes et claires. Parmi ses preoccupations majeures — ose-t-on dire ses obsessions — se trouve un souci exagere de l'ordre* c'est-a-dire de 1'existence d'une hi§rarchie sociale permanente et statique: "Les echecs de Saint-Simon ne resultent pas du vice redhibitoire qui s'appelle la 26 meconnaissance du present; ils resultent de son refus categorique de deplacer ses lignes/ d'un extreme repugnance a laisser adulterer ses valeurs; changeri c'est fatalement corrompre (...). II constate avec effroi que tout changer et que par consequent tout degenere: la tradition est oubliee; la nouveaute seduit parce qu'elle est nouveaute/ promesse de «chaos»" ("Hantise*" 228-9). Cet effroi du "chaos" dicte la vision politique de Saint-Simon. Jean-Pierre Brancourt/ dans son livre intitule L£ Due de Saint-Simon et la irnnarchie/ ecrit que "Certes/ le roi peut modifier sa politique selon les besoins de l'Etat/ mais il ne doit/ en aucun cas/ s'ecarter de cet ordre. (...) le roi doit done exercer dans le cadre des lois fondamentales le pouvoir qu'il tient de Dieu et dont il n'est responsable que devant Dieu. (...) [la loi saliqueJ assure la stabilite du pouvoir en dormant au royaume <<un maltre designe/ connu et legitime»" (45-6/ 75-6). Comme on pourrait s'y attendre/ les idees de notre due le rapprochent du courant "absolutiste/" a tres peu de divergences/ mais ce sont justement ces sujets de dissention entre les deux visions politiques — a savoir le rdle limit§ mais reel que Saint-Simon attribue au peuple dans la transmission du pouvoir royal^ et 1'existence de certaines "lois fondamentales" (la loi salique et 1'indisponibilite de la couronne par le monarque lui-meme/ entre autres) — qui signalent dans l'ideologie du memorialiste 1'existence d'un paradoxe fondamental. Selon sa conception de la monarchie/ le Roi peut tout... a l'interieur du cadre des lois fondamentales/ lesquelles imposent une limite sur l'autorite autrement absolue dont jouit le Roi. D'ailleurs/ cette autorite ne lui appartient pas: "Saint-Simon n'a pas traite systematiquement de la question/ mais il fonde sa conception de la monarchie sur l'histoire du royaume de la France (...) «A la place des royaumes francs/ proprietes des souverains/ s'eleve (...) une France avec un 27 souverain qui est roi non pour lui mais pour le pays». Tout pouvoir vient de Dieu* mais c'est la nation qui/ a l'origine/ a remis «la puissance souveraine» a la race des capetiens; le pouvoir n'appartient pas au roi" (Brancourt/ 42-3). C'est a cause de cette restriction qu'il est defendu au Roi de changer l'ordre de la succession/ tout comme il lui est interdit d'influencer en aucune facon la conduite de son successeur.^ En derniere analyse/ personne ne semble avoir le droit d'exercer l'autorite royale dans toute son 6tendue. Le devoir du roi envers la source de sa souverainete (le peuple) le limite (en principe) dans l'exercice de son pouvoir; et en mfime temps/ une tradition inexorable empeche le peuple d'agir dans le domaine du gouvernement par la deposition du monarque en faveur d'un autre candidat. II en resulte une impasse: une societe et un royaume figes* a perpetuite semble-t-il/ un roi et une nation curieusement impuissants. Voila l'Etat ideal aux yeux de Saint-Simon: nous verrons que Louis XIV fera de son mieux pour le bouleverser. Pourtant/ malgre le caractere apparemment infrangible dont Saint-Siiron rev§t la structure de cet Etat ideal/ le memorialiste refuse toute notion d'un contrat ou d'une constitution pour restreindre le roi/ a qui il se fie tout simplement pour respecter les lois fondamentales mais non ecrites: "Quoiqu1il refusat d'assimiler les lois fondamentales aux clauses d'un contrat conclu entre le roi et son peuple/ Saint-Simon attribuait aux lois fondamentales une importance extreme (...)" (Brancourt/ 45-6). Si bien que la politique de Saint-Simon — qui vise le statisme — repose sur une base aussi instable que la nature humaine.^ En effet/ Louis XIV se revele tres vite dans les Memoires comme un roi auquel on ne peut pas se fier. S'il n'est pas en train d1usurper ouvertement une autorite a laquelle il n'a pas droit (le pouvoir de nommer 28 ses fils illegitimes pretendants au trdne/ par exemple) / il tente d'augmenter sa puissance d'une facon bien plus subtile. Il exploiter par exemple/ son autorite paternelle afin de prolonger la duree de son influence souveraine jusgu'apres sa mort: "La/ pour la premiere [fois] de sa vie/ ce monarque si fier/ ce pere si severe et si maitre/ s'humilia devant son fils et son petit-fils: il leur dit que/ devant tous deux regner successivement apres lui/ il les priait d'agreer le rang qu'il donnait aux enfants du due du Maine/ de dormer cela a la tendresse qu'il se fall ait qu'ils avaient pour lui/ et a celle qu'il sentait pour ces enfants et pour leur pere" (III: 774). Nous avons deja fait remarquer la tendance qu'a Louis a confondre ses rdles de pere: ici il le fait expres/ a la poursuite de l'omnipotenee et d'une sorte d'immortalite. D'ailleurs/ si Louis XIV fait preuve d'une insensibilite lamentable envers ses enfants legitimes/ il ne demontre pas une moindre indifference envers le sort de la royaute elle-m§me (sauf dans la mesure ou il peut l'influencer/ comme nous venons de le voir). Souvenons-nous de sa reaction a la nouvelle de la fausse couche de sa petite-fille/ la duchesse de Bourgogne: "<<Eh/ quand cela serait/ interrompit le Roi tout d'un coup avec colere/ qui jusque-la n'avait dit mot/ qu'est-ce que cela me ferait? Est-ce qu'elle n'a pas deja un fils? Et/ quand il mourrait/ est-ce que le due de Berry n'est pas en age de se marier et d'en avoir? Et que m'importe qui me succede des uns ou des autres! Ne sont-ce pas egalement mes petits-fils?»" (III: 112-3). Certes/ une telle attitude — plus ou moins sacrilege — envers le concept de 1'autorite royale (sauf dans la mesure ou elle se rapporte a lui-m§me) serait conforme au portrait d'un Louis egocentrique/ qui prefere ses enfants naturels a ses enfants legitimes puisque les premiers lui permettent d'etaler son pouvoir "cr§ateur" en leur faveur. Il a tellement d'amour-propre et si peu de respect pour son trdne/ pour ainsi dire/ qu'il n'hesiterait pas a introniser un batard. Comme le dit A. de Waelhens/ "Le Roi a sacrifie son peuple a sa gloire personnelle. Au lieu d'etre pour la nation/ comme Dieu le veut/ un pere juste/ prudent/ sage et soucieux du bonheur de tous/ il a rendu cette nation exsangue en tout (...)" (Immuable/ 190). Mais en fin de compte/ le Roi est le Roi/ qu'il soit tyran ou non. Meme si Louis XIV outrepasse son pouvoir/ personne (meme pas notre memorialiste) n'a le droit de mettre ses decisions en question: Dieu seul peut prononcer un jugement sur la conduite d'un monarque absolu. D'ailleurs/ Saint-Simon a trop de tact pour faire circuler des idees seditieuses/ meme dans une lettre anonyme: "II ne s'agit point/ Sire/ de vous proposer de vous depouiller d'aucuns de vos droits/ ny de donner la plus petite atteinte a ce comble d'autorite ignoree jusqu'a present en Europe/ et que vous avez constamment exercee dans toutte l'etendue des plus absolus rois d'Asie/ mais sans cruaute comme eux et par consequent sans crainte et sans les amertumes qui en sont inseparables" ("L.A.": 1241). Saint-Simon n'aspire pas a porter un bonnet-rouge/ car/ de son point de vue/ tout changement est forcement negatif. Mais si Louis XIV lui-meme/ au moyen de sa politique "totalitaire"/^ compte accelerer les progres de la corruption et de l'entropie sociale/ qui/ sinon Dieu/ a l'autorite de lui en demander des comptes? Bref/ meme 1'apocalypse est dans l'ordre des choses. La Poursuite de la toute-puissance; le prohleme du pouvoir reel En tant que pere/ dans toutes les acceptions du terme/ Louis XIV est un rate consomme — nous l'avons constate a plusieurs reprises. Que cette incapacite dans l'exercice de son r61e de souverain soit attribuable a la confusion de ses "identites paternelles" est egalement §vident. Saint-30 Simon lui-meme essaie* avec une certaine delicatessen d'attirer l'attentic-n du Roi sur ce probleme: "C'est done ailleursr Sire/ que doivent s'arrester vos yeux; et les miens ne sont pas sees au moment que je pense a quelle rude epreuve vostre tendresse est exposfee dans le combat d'un pere contre un perer je veux dire d'un pere naturel et d'un pere du royaumer qui se doit livrer dans vostre sein auguste" ("L.A.": 1246). Mais il est bien possible que le Roi soit conscient du conflit/ au moins en parties meme si ses idees la-dessus sont tout a fait differentes de ce que pense Saint-Simon. D'apres le memorialiste* Louis XIV n'est guere plus qu'un despoter "un souverain qui gouverne avec une autorite arbitraire et absolue." Nous avons releve sa preference pour des enfants et pour des hommes de basse origine dans son gouverhement. Mais sur ce pointr Louis n'a jamais cache ses objectifs: "Je crus qu'il n'etait pas de mon inter et de chercher des hommes d'une qualite plus eminenter pour qu'ayant besoin sur toutes choses d'etablir ma propre reputation* il etait important que le public connutf par le rang de ceux dont je me servais/ que je n'eta is pas en dessein de partager avec eux mon autorite et qu'eux-memes sachant ce qu'ils etaientf ne connussent pas de plus haute esperance que celles que je leur voudrais donner" (Louis XIV» cite dans Brancourtr 92). Saint-Siiron comprend cette politique — mieux peut-etre que tout autre membre du "public" que le Roi vise dans sa politique — et il n'hesite pas a le souligner d'une facon qui suggere une partie de l'amertume qu'il ressent: "Le Roif accoutume a remplir [les positions d'importance dans le gouvernement] de gens de peu» pour les chasser comme des valets/ s'il lui en prenait envier et pour empecher que leur autorit§ ne les portat a des fortunes trop hautes et embarrassantesf n'aurait jamais fait un seigneur secretaire d'Etat" (III: 231). Il attribue cette predilection a un desir de jouer le r61e de pere et de "createur"f mais il met en doute le succes de cette tentative: souvenons-nous que ces proteges du Roi ne font que "s'insinuer" aupres de lui/ ils "affectent" de s'instruire de lui. Ailleurs/ le memorialiste rend explicite l'echec du rronarque dans ses efforts de creer une race de subalternes qui seraient en adoration perpetuelle devant lui: "Jamais prince ne fut plus jaloux que lui de son independance et de n'etre point gouverne/ et jamais pas un ne le fut davantage (...) Par [des] maneges obscurs ils conduisirent ou ils voulurent un roi enferme a cet egard sous leur clef" (III: 74; IV: 643). Quel portrait du Roi/ done/ est le veritable? Etait-ce un politique habile ou une dupe? C'est ici qu'il faut avoir recours a 1'etude de M. Kohler/ qui documente d'une facon meticuleuse l'ambiguite du portrait de Louis XIV dans les Memoires de Saint-Simon/ et le refus de celui-ci de reconnaltre l'aptitude du Roi dans l'arene politique: Un des traits du portrait de Louis XIV est difficile a acoorder avec 1'opinion selon laquelle le roi etait victime ou dupe. Dans la premiere moitie des Mfemoires/ Louis apparait comme un manipulateur adroit/ quelqu'un qui pratiquait l'art de la politique avec un certain genie/ tout au moins dans les limites de la cour. Saint-Simon ne considere jamais cette habilete manipulatoire comme du genie/ car ses resultats — la ruine de la noblesse — le revoltait au plus haut point. Et cependant/ tres certainement a l'encontre de 1'intention de Saint-Simon/ ce que nous voyons est 1'image du souverain intelligent (...) Bien que de pareils precedes puissent &tre attribues a la mesquinerie du personnage/ ils mettent en relief l'habilete — aussi nefaste que Saint-Simon la considere — et le caractere redoutable du roi (Kohler/ 1074). Certes/ 1'education des membres de la famille legitime du Roi d&rontre un savoir-faire et une volonte machiaveliques. Pourtant/ Saint-Simon a tendance a attribuer des procedes si sournois a la suite "diabolique" du Roi plutdt qu'au Roi lui-m§me: a M106 de Maintenon et aux ministres "tires du neant" — deja suspects a cause de leur naissance obscure.** Le Roi/ tout comme la femme de Cesar/ doit §tre au-32 dessus de tout soupcon/ etant l'elu de Dieu et de la nation. Mieux vaut un roi stupide qu'un roi malveillant: l'existance de celui-ci mine la theorie politique de Saint-Simon et des absolutistes plus effectivement que la fureur d'une foule de paysans meoontents. Et il faut se poser la question suivante: si le Roi represente l'elu de Dieu/ quel r61e a Dieu dans ce conf lit? Pourquoi semble-t-Il permettre que Louis XIV/ ou plut6t les ministres de Louis XlVf corrompent la hierarchic et l'ordre sociaux? Pourquoi consent-Il a l'avenement du desordre et du Mal dans la cite terrestre? La Source du pouvoir et l'arene du conf lit En effet/ en tant que veritable source de 1'autorite si aprement disputee par le Roi/ par les batards et par les ministres/ Dieu represente aux yeux de Saint-Simon une figure centrale dans le conflit. Ainsi/ a partir du moment ou l'on tente de definir la notion de souverainete/ cette definition meme nous force a considerer le probleme sur un tout autre plan que celui des choses terrestres. Saint-Simon n'hesite pas a recourir a toute une serie de modeles "cosmiques" (mythiques et bibliques) pour evoquer la lutte entre les divers pretendants au pouvoir royal/ qui eux-memes depassent en quelque sorte les limites de la nature: pour la duchesse d'Orleans/ le prestige de son pere (qu'elle voit en Jupiter) ajoute a sa propre reputation (V: 805); l'orgueil qu'elle tire de sa position et de celle de ses freres adores rivalise avec celui de Lucifer (V: 407/ par exemple). M. du Maine tente aussi de prof iter de la reputation de son pere/ car/ comme elle/ sa propre reputation est basee sur celle du Roi-Soleil: "Quel subit passage des terreurs du sort d'Encelade a la ferme esperance de celui de Phaeton/ et de le rendre durable!" (IV: 449-50). De plus/ Saint-Sirron prend soin de souligner le c6te "titanesque" de la reputation et des entreprises de Maine et d'un autre due batard/ Venddme (III: 521). Enf im aux yeux de notre memorial is te* le regne de Louis XIV est devenu "l'age d'or des batards" (III: 936) et de toute une serie de figures diaboliques qui savent manipuler leur monarque pour en tirer tous les avantages possibles. Du point de vue du due de Saint-Simon/ le fait que le Roi ne peut s'emp&cher de confondre ses priorites "paternelles" revet un caractere manicheen/ car cela aboutit a une lutte primordiale entre les forces du Bien et du Mai. Si on a tendance a regarder ce pouvoir comme etant d'origine celeste* rien de plus naturel que de considerer toute tentative d'usurpation comme le travail des forces diaboliques et tout echec comme la manifestation de la Justice divine. Certes/ Saint-Simon n'etait pas le seul a epouser une telle ideologie en ce qui concerne la monarchie francaise; en fait/ sa prise de position ne represente pas la plus extreme de toutes celles qui circulaient a 1'epoque. Citons Pascal/ par exemple: "La puissance royale est non seulement une image de la puissance de Dieu/ mais une participation a cette meme puissance."^ Les contemporains du Roi-Soleil/ surtout ceux qui l'ont vu a 1'apogee de son regne/ l'ont assurement considere comme quasi-divin.1^ Saint-Simon/ qui ressent indubitablement le charisme de Louis XIV (surtout en la presence de ce grand monarque) / n'a pas beaucoup de patience avec cette attitude/ et la traite avec une certaine ironie/ meme repugnance/ dans ses ecrits: "Cetait [il s'agit de Dangeau] un honnete homme et un tres bon homme/ mais qui ne connaissait que le feu Roi et Mme de Maintenon/ dont il faisait ses dieux/ et s'incrustait de leurs goflts et de leurs facons de penser quelles qu'elles pussent etre. (...) II y est tres politique autant que la partialite le lui permetz et toujours en adoration du Roi/ meme depuis sa mort/ de ses 34 batards* de Mme de Maintenon" (VI: 279); "Ce due* a travers une eminente piete presque de l'autre monde* d'une timidite qui sentait trop les fers* d'un respect pour le Roi trop peu distant de 1'ado rat ion de latrie* n' etait pas moins penetre que moi du mauvais de la forme du gouvernement" (IV: 272). Rien d'etonnant* done* a ce que Louis XIV se laisse entralner par l'idee de son propre pouvoir: venu jeune au tr6ne ("vieilli dans ce comble extreme de puissance..." comme le dit Saint-Simon) et tres vite habitue a l'idee de sa propre toute puissance* il ne fait* apres tout* qu'adopter une vision de lui-meme qui est courante parmi ses courtisans. Et* en effet* il y a beaucoup de preuves dans le texte des Memoires que Louis XIV se considerait* comme un dieu — sinon Dieu Lui-m§me —* doue d'un pouvoir 1itteralement createur. "La cour c'est une creation continue de la majeste du Roi (...) La Bruyere et Saint-Simon savent bien que la cour expose au Roi un champ de creation <<ex nihilo>> et qu'elle lui offre* comme a Dieu l'immensite* de quoi exercer son autorite creatrice" (Vier* 125). Louis XIV et Dieu le pere: le probleme de la creation II serait difficile de comprendre comment le Roi et ces autres personnes royales ne fussent pas rebutes de nos refus* ne assez piques pour passer a un autre choix. On ne peut se dissimuler qu'elles ne se crussent une espece tout a fait a part du reste des hommes* continue!1ement induits en cette douce erreur par les empressements* les hommages* la crainte* 1'espece d'adoration qui leur etaient prodigues par tout le reste des hommes* une ivresse de cour uniquement a tout sacrifier pour plaire* surtout occupee a etudier* a deviner* a prevenir leurs gouts* et* au mepris de la raison et souvent de plus encore* a s'intmoler a eux par toutes sortes de flatteries* de bassesses et d'abandon (III: 907). C'est ainsi que Saint-Simon explique 11egocentrisme du Roi* et l'origine de la megalomanie de celui-ci — faiblesses que le memorialiste comp rend jusqu'a un certain point* sans pourtant pouvoir les excuser.1-'- Le portrait du Roi presente dans les Memoires releve plusieurs traits "divins"* qui le rendent imposant a ses courtisans* mais qui sont 35 exploites par Saint-Simon pour souligner le cote despotigue de Louis* et pour transformer celui-ci en un dieu derisoire* presque caricatural: son inflexibility* sa jalousie* sa volonte de tirer les hommes de rien "de leur neant"* entre autres.1^ "Moi* Yahve* ton Dieu* je suis un Dieu jaloux* qui punis la faute des peres sur les enfants* les pet its-enfants et les ar r ier e-pet its-enf ants pour ceux qui me halssent" (Exode 20; 5). Voila les mots prononces par Dieu a Moise sur le Mont Horeb (Sinai). Louis XIV n'a pas prononce de tels mots a ses courtisans* mais le message etait o^and-mSme sous-entendu: malheur a tous ceux* y oompris sa famille* qui vex en t le Roi. "Je ne voyais pas ce que pourrait devenir le pere d'un homme chasse dans une cour ou tout le credit serait contre lui* ou il survivrait a sa fortune et a soi-meme* et od la decence ni sa propre humeur ne pourrait lui permettre d'y rester (...)" (IV: 260-1); "Cetait une autre station subalterne* ou le Roi retenait plus ou moins longtemps avant d'accorder l'agrement d'acheter un regiment* qui lui donnait et a son ministre plus ou moins lieu d'exercer grace ou rigueur* selon qu'il voulait traiter les jeunes gens sur les temoignages qu'il en recevait* et plus sous main qu'autrement* ou leurs parents encore/ desquels la facon d'etre avec lui* ou avec son ministre* influait entierement la-dessus" (V: 510). D'ailleurs* Saint-Simon souligne jusqu'a quel point le Roi etait jaloux de son autorite: "Je la priai de bien considerer comment le Roi etait fait* combien il etait jaloux* jusqu'ou il portait la deiicatesse sur son autorite" (V: 270); "Le Roi* si curieux* si attentif* si jaloux d'etre instruit de ce qui se passait de plus indifferent dans sa cour* dans Paris" (V: 272); "Le Roi etait si jaloux de montrer qute Monseigneur] ne pouvait rien" (IV: 82); "La fagon dont le Roi commencait a traiter [M. le due de 36 Bourgogne] en fut un de jalousie" (IV: 90); "Jusque dans sa derniere decadence* sous le plus jaloux et le plus autorise des rois* il a fallu* de son aveu meme* 11 intervention des pairs" (IV: 175); "La jalousie du Koi# devant qui tout tremblait* s'en mit en peine* parce que son souci ne daignait pas s'etendre par-dela sa vie* pendant laquelle il ne craignait rien avec raison" (IV: 192). Sans inquietude sur la question de sa propre superiority* Dieu s'inquiete que ses enfants torrbent dans l'erreur d'adorer de faux dieux; Louis XIV* jaloux de ses propres successeurs* passe sa vie a convaincre les autres (et lui-merne* sans doute) du caractere absolu de son autority. Mais par la* il devient l'esclave de son propre pouvoir* contraint lui-merne de rendre un culte a cette souverainety qui le depasse en quelque sorte. Ce culte supreme dont le Roi etait si jaloux pour son autorite* parce [quel son ytablissement solide avait yty le soin le plus cher et le plus suivi de toute sa longue vie* ne put done recevoir la moindre atteinte (...) ni par la considyration de sa plus intime famille* ni par celle que cette idole* a qui il sacrifiait tout* allait bientdt lui echapper a son age* et le laisser paraitre nu devant Dieu comme le dernier de ses sujets (...) Ce fut apres a MM. de Chevreuse et de Beauvillier (...) a voir comment ils s'y prendraient pour oser faire au Roi une proposition qu'il trouverait si choquante cette autority dont il etait idolatre* a la deification de laquelle il avait employy tout son regne (IV: 612-3* 532). Ces citations semblent surprendre Louis XIV dans sa transformation de roi en acolyte: il "sacrifice! tout" a une autority qui va "bienbSt lui echapper" en tout cas; il emploie "tout son regne" a la dyification de cette autority sans se rendre compte du fait qu'il est en train de se diminuer. Tout ce temps* toute cette energie* toutes ces honneurs et ces charges qu'il prodigue pour afficher son propre pouvoir... il les perd sans rien gagner de retour. En effet* il donne des parcelles de cette merne autority a ses batards* a ses ministres* pour le seul plaisir de prouver qu'il le peut. "Le pouvoir apparalt comme une fin en soi et par la meme s'annule" (Mulstein* 126). Mais c'est dans le domaine de la creation des hommes que le Roi semble 37 le plus ressembler a un dieu* si derisoire soit-il. Bien avant que les historiens oommencent a voir en Louis XIV le createur du Grand Siecle*-^ ce monarque lui-meme prenait plaisir a se considerer comme le createur de la cour et des gens qui en faisaient partie. Saint-Simon* tout en decrivant cette entreprise* la deplore car elle est contre l'ordre des choses. Dans une telle societe* lamente notre memorialiste* "un favori peut devenir assez puissant* plus aisement encore un premier ministre* pour se proposer et pour arriver au meme but [que les batards* c'est-a-dire capable au tr6ne]» et qui auront encore pour eux une naissance illustre* du moins honnete et legitime* non adulterine* reprouvee de Dieu et des hommes* et qui* jusqu'a ces doubles adulterins appeles a la couronne* ne l'avaient pas seulement pu etre aux droits les plus communs de la societe* et n'avaient jamais ete tires du neant et des tenebres" (V: 349). De tels hommes n'ont pas de place dans la hierarchie nobiliaire du royaume; ils sont censes rester enterres "dans la plus epaisse obscurite du non-etre" (V: 349). Mais Louis* impatient d'eprouver les bornes de son autorite — souvenons-nous que Saint-Simon n'y impose aucune* outre celles qui existent dans la conscience du monarque — cherche a les "tirer de la poussiere" (IV: 222)* a leur "donner l'etre*" et il commence par ses enfants naturels. La question qui se pose alors est de savoir en quoi consiste ce pouvoir createur. Les rois ont toujours eu 1'autorite d'accorder des honneurs a un homme; meme Saint-Simon ne conteste pas ce fait. Mais ces honneurs doivent correspondre au rang de leur recipiendaire* et c'est la ou Louis XIV outrepasse son pouvoir* et deforme l'ordre naturel du royaume — du moins aux yeux d'un due qui souffre de la "rangomanie." Car le Roi se plait a conferer des titres a des riens du tout* et a remplir les hautes positions du gouvernement d'hommes de neant* qui n'auraient jamais pu arriver a de 38 telles dignites grace a leur seul m§rite. II s'agit/ evidernment/ de la creation sociale — mais dans le contexte de l'"univers versaillaiSf" ce n'est que la position des courtisans dans la hierarchie unique de la cour qui constitue le degre de son "fetre". Tout dans cette societe en depend et/ aux yeux de notre memorialiste — qui semble mettre toute son identite dans sa quality de due et pair —/ la creation sociale equivaut jusqu'a un certain point a la cryation ex nihilo. Nous pouvons comprendre maintenant la ryaction apparemment excessive de Saint-Simon a ce bouleversement de la hiyrarchie sociale: le Roi a tendance a abuser de son autority/ il n'ecoute pas la voix de sa conscience quand elle lui rappelle les lois fondamentales. Seduit au contraire par la voix de ses conseillers malveillants-1-^ — vyritables demons en guise d'hommes — il n'est pas content d'ytre le representant de Dieu sur terre/ de gerer le royaume au nom de Dieu; il cherche a rivaliser avec Dieu le Cryateur/ a usurper pour ses propres fins cette puissance d'origine divine. Aux yeux de Saint-Simon le comportement de Louis XIV vis-a-vis des batards et de la batardise ne constituait rien moins qu'une lese-divinity. Dans cette politique il voyait une <<apotheose/>> <<le renversement de toutes les lois divines et humaines/>> <<un attentat contre Dieu mSme» (...) une volonty de rivaliser avec la Nature et/ de ce fait/ de se mesurer a Dieu. Vouloir (...) dormer l'§tre a ceux que/ faute d'§tre par eux-memes/ sont condamnys a un vide existentiel/ revient a tenter une cryation ex nihilo/ avec toutes les rysonances theologiques que cette expression doit comporter ("Structures/" 29). Saint-Simon fait du regne de Louis XIV l'arene d'une rival ity avec le Createur paradigmatique; il fait de la personne de Louis un Rex art if ex / inventeur de grandeurs «artif icielles»/ s'arrogeant une liberty et une puissance egales a celles du Deus artifex/ son Cryateur a lui et son Maitre. Tirer des hommes de rien de leur neant/ des batards de leur profond non-ytre/ «faire des princes du sang par edit/ ... fabriquer de ces princes avec de l'encre et de la cire»/ (...) de telles demarches ne sauraient ytre que d'un faible mortel en paline infatuation/ livry a la grandiose tentation de la cryation de la quality ex nihilo ("Peintre"/ 189). L'enthousiasme cryateur du Roi reprysente le comble du blaspheme pour Saint-Simon/ et/ bien que celui-ci n'en rejette pas la responsability 39 direetement sur Louis XIV lui-meme* il craint que ce ne soient le Roi et le royaume entier* qui doivent en supporter les consequences. Ainsi* Saint-Simon resiste a la notion d'un roi-dieu* notion qui est acceptee* selon toutes les apparences* par la grande majority des courtisans. De la* une serie de tentatives de la part du memorialiste pour convaincre et ses contemporains et Louis XIV lui-meme de la faussete et des dangers inherents a une telle ideologie. Dans les Memoires aussi bien que dans la "Lettre anonyme*" Saint-Simon refuse au Roi le droit d'ascendre a un niveau proprement divin ou "cosmique"; a ses yeux* la puissance creatrice royale* grace a laquelle des nobles sont faits ne represente* au fond* qu'un grotesque travestissement du pouvoir legitime de Dieu. Saint-Simon a quand meme trop de tact pour presenter cette theorie d'une facon explicite au Roi* mais son discours fr61e parfois le franc-parler* par exemple* lorsqu'il fait appel a la piete du Roi: "Quelque cheri de Dieu que vous paroissiez (...)* Vostre Majeste a trop de piete pour pretendre a la dignit§ de l'estat prophetique* ny a la sublime qualite d'homme selon le coeur de Dieu (...)" ("L.A.": 1249). Malgre le ton flatteur de la constatation* Saint-Simon ne pourrait guere etre plus direct. "Vous etes le Roi* dit-il* votre autorite est sanctionnee par Dieu* au moins en apparence [et* souvenons-nous que le moment ou le memorialiste ecrit les mots "quelque cheri de Dieu que vous paroissiez" est peut-etre le moment ou Louis XIV l'est le moins]* mais vous n'etes pas un dieu* vous n'etes meme pas prophete ni aussi grand que cet autre roi biblique* David. Et vous* avec toute votre piete* feinte ou autre* vous devez le savoir." Et dans les Memoires* il n'hesite pas a faire remarquer que* tout en pouvant creer des nobles* Louis reste impuissant quand il s'agit de faire fendre le sol pour les engloutir: "Il sentait bien qu'il pouvait accabler un seigneur sous le poids de sa disgrace* mais non pas l'aneantirr ni les siens (...)" 40 (V: 483). Saint-Simon s'efforce aussi d'ouvrir les yeux de son monarque sur le sujet des ministresf en des mots qui ne sont rien moins que brutaux: "L1education^ les prejuges/ la commodite/ l'habitude/ les succes/ et dans la suitte l'idee de vous mesme et de vostre autorite mal entendue/ vous ont abandonne a des ministres qui ont fait leur souverainete de la vostre (...)" ("LA.": 1274). Il est aussi direct dans les Memoires: "la propre seduction des rois m&mes par 1'entralnement de leurs goGts/ de leurs passionsf l'ivresse de leur puissance et de leur gloire/ et l'imbecillit§ des vues et des lumieres dont la vaste etendue n'est pas toujours attachee a leur sceptre" (V: 318). Sous le couvert de l'anonymat (dans la "Lettre anonyme")/ ou rassure par le fait qu'il est deja loin de la cour (dans les Mfemoires) / le memorialiste ose avancer ses opinions d'une facon beaucoup plus directe que s'il se trouvait devant le monarque/ ou la force de la personnalite royale 1'aurait certainement intimide. "Prejuges/" "mal entendue/" "abandonne/" "seduction/" "ivresse/" "imbecillite/" voila des termes forts pour decrire l'etat du gouvernement/ surtout a une cour ou une seule parole mal choisie pourrait vous attirer l'eternelle defaveur du Roi. Mais Saint-Simon a pour mission d'avertir le Roi et les Francais de ce qui pouvait resulter de cette situation/ et il n'a pas tendance a macher ses mots. C'est bien la question de la creation de titres qui constitue pour Saint-Simon le coeur du probleme. Il n'hesite pas a etablir un parallele entre le pouvoir du Roi absolu et celui du Dieu tout-puissant/ sans doute pour mieux evoquer la vision que Louis XIV semble avoir de lui-merne — et meme peut-§tre a cause du respect que ressent le memorialiste en la presence du monarque. Par contre/ l'ecrivain evite a un certain moment la metaphore de 41 la creation ex nihilo* quand il echange son r61e de "courtisan involontaire" contre celui de conseiller et de prophete* preferant des images de la creation artistique et architecturale: De croire (...) qu'on puisse ne se pas contenter d'asseurer aux fruits qui sont nez [des amours illegitimes] et qui n'en sont pas cause* des establissements rroderes qui les rendent heureux et tranquilles; et se permettre au contraire de faire d'eux tous et d'un chacun en particulier (...) des oolosses de grandeur* de puissance* de biens (...) est effectivement abominable aux yeux du Createur et du maistre des hommes et des Rois: vous avez eleve des tours contre sa volonte* abaissez les* Sire* c'est la penitence qui vous est singulierement propre (...) ("L.A.": 1251). Ainsi* Saint-Simon refuse au Roi un pouvoir extra-terrestre^: toute tentative de la part de ce monarque d'etendre son empire constitue un peche* un crime contre Dieu* et signifie un futur desastre pour lui et son royaume. T.'Orgneil du Roit les consequences A peine Saint-Simon a-t-il nie le droit du Roi d'assumer un statut divin qu'il transpose la situation sur un plan cosmique: quand il s'agit des consequences des actes humains de Louis XIV* le memorialiste adopte volontiers le langage de 1'universalite. Car bien que Louis lui-meme ne constitue pas une puissance celeste* l'autorite qu'il exerce est d'origine divine; de meme* tous ceux qui cherchent a usurper ce pouvoir (en particulier M. du Maine et sa "mie*" Mme de Maintenon) sont les representants terrestres des forces noires qui* a leur tour* visent a renverser l'ordre de l'univers.1^ Autrement dit* Saint-Simon transfbrme le regne du Roi-Sole il en un modele de l'histoire du monde: en acceptant la suggestion de sa femme morganatique d'elever les fruits de ses amours clandestines jusqu'a la royaute (rivalisant ainsi avec son propre createur) * Louis XIV a ouvert les portes du royaume au Mal et entraine sa propre destruction* de meme qu'Adam l'a fait en acceptant le fruit de sa perdition de la main d'Eve. 42 Le portrait moral de Louis XIV acquiert une dimension epique; l'histoire du Grand Regne emerge des Memoires comme la dramatisation d'une lese-divinite prirrordiale* d'un concours de grandeur engage* sur un pied sacrilege* par un homme aux prises avec la Nature et avec Dieu (...) II n'y a pas d'aire d'activite ou Saint-Simon n'imaginat Louis XIV en proie au demon de la Creation* inlassablement occupe a substituer* en les multipliant* ses propres inventions a des realites existantes (...) on pourrait deerire les Memoires comme le registre du conflit declenche lorsqu'un faible mortel* du nom de Louis XIV* se hasarda a liberer sa propre subjectivite des astreintes legales de son etat royal et qu'il se complut a vouloir la substituer a 1'objectivity ciroonstancielle de la monarchie francaise ("Peintre*" 189). Comme Adam* le Roi represente la figure centrale de ce drame: seduit par les forces du Mal* il succombe a leur flatterie et prete son autorite a leurs projets malefiques* projets pour lesquels il sera puni. II met en branle une lutte entre le Bien et le Mal* dans laquelle les forces du Bien semblent (aux yeux de Saint-Simon) etre serieusement desavantagees. Le processus meme de cette "chute" est long* et s'etend sur de nombreuses annees. Mais le destin du royaume semble se cristalliser dans les dernieres annees qui precedent la mort du monarque* et qui representent* dans plus d'un sens* la fin d'une ere. 43 Motes 1 Cette vision trouve ses origines plut6t dans une reconnaissance inebranlable que dans la realite: elle a ete transmise a notre auteur par son propre pere* le premier due de Saint-Simon. ^ n«En deux mots/ rien de plus vrai qu'a defaut de prince salique la disposition de la couronne appartient a la nation» et/ dans ce cas/ ajoute Saint-Simon/ le choix du successeur «passe a la nation qui alors a droit d'elire a la couronne sans que jusqu'a sa vacance il soit possible de disposer de ce qui ne l'est pas (vacant)»" (Saint-Simon/ cite dans Brancourtf 50). ^ "Le roi lui-merne ne pourrait priver de son droit/ au profit d'un autre membre de sa famille ou d'un favori/ le prince appele par la loi (...) Le roi ne peut disposer de la couronne a sa guise/ ni par acte entre vifs/ ni par acte a cause de mort (...) Ce n'est pas la volonte des rois/ mais la coutume constitutionnelle qui transmet la couronne: le principe statutaire/ qui empeche le roi de renoncer au trdne/ lui interdit aussi abdication et exheredation" (Brancourt/ 49/ 55/ 58). ^ "(...) un roi de France ne tient rien de celui a qui il succede/ meme son pere; il n'en herite rien; car il n'est ici question que de la couronne et de ce qui y est inherent (...) tout engagement pris par le roi predecesseur per it avec lui et n'a aucune force sur le successeur/ et nos rois payent le comble du pouvoir qu'ils exercent pendant leur vie par 1'impuissance entiere qui les suit dans le torrbeau" (V: 318-9). "Une politique chretienne recoupe dans une tradition historique nationale/ celle d'un royaume hierarchise/ corps mystique/ dont le chef/ assiste par les pairs qui sont ses naturels conseillers/ a tout pouvoir/ comme le devoir/ de faire le bien (...). Saint-Simon n'eprouve aucune peine a 44 concilier les droits du roi absolu (absolutis legibus)/ que ne lie aucun pacte* et la conception d'une monarchie moderee/ orientee vers le bien public" ("Lumieres d'aout/" 14). Et si ce systeme ideal ne se realise pas tel que Saint-Simon l'a envisage* le memorialiste n'hesite pas a attribuer l'echec a cette meme nature humaine (celle du roi lui-meme et de ses conseillers malveillants) dans laquelle il a autrefois mis toute sa foi/ sans pour un instant considerer le paradoxe. "(...) c'est le malheur auquel la licence effrenee des sujets a ouvert la carriere/ et que le regne de Louis XIV a su courir sans obstacle jusqu'au dernier bout* devant 1'autorite duquel le seul nom de loi/ de droit/ de privilege/ etait devenu un crime. Ce renversement general qui rend tout esclave/ et qui/ par le long usage de n'etre arrete par rien/ de pouvoir tout ce qu'on veut sans nul obstacle/ et de ne recevoir que des adorations a l'envi du fond des gemissements les plus amers et les plus universels et de la douleur la plus sanglante de tous les ordres d'un Etat opprime/ accoutume bientfit a vouloir tout ce qu'on peut. On prince arrive et vieilli dans ce conble extreme de puissance oublie que sa couronne est un fideicommis qui ne lui appartient pas en propre/ et dont il ne peut disposer (...)" (IV: 816). D'une part/ c'est la nature de la monarchie d'etre orientee vers le bien public. D'autre part/ c'est dans la nature humaine que de vouloir prof iter de toute occasion pour avancer son pouvoir et ses interets personnels. D'ou nalt le paradoxe et l'echec du systeme saint-simoniste. ^ "La totalisation en mobiles/ en visees/ en mo yens et en accomplissements que Saint-Simon denoncait chez certains individus/ provenait en ligne droite d'un systeme politique et d'une conception de la monarchie devenus/ pour employer le terme moderne/ totalitaires (...) Dans la perspective de Saint-Simon/ la carriere et le regne de Louis XIV etaient tributaires d'une soif de grandeur qui avait motive une poursuite de la toute-puissancer sur une periode de 55 ans/ mais qui n'aurait ete au fond qu'une infatuation de la neantise" ("Peintre/" 188). 7 La definition est tiree du Petit Robert. Saint-Simon est tres explicite sur les consequences de la politique du Roi: "ce crime [celui de donner aux batards la possibilite d'acceder au trdne] en fait une nation d'esclaves/ et la reduit au meme etat de succession purementf souverainement et despotiquement arbitraire" (IV: 820). Malgre toutes les protestations explicites de Saint-Simon pour prouver le contraire (souvenons-nous du "comble d'autorite (...) constamment exercee dans toutte l'etendue des plus absolus rois d'Asie/ mais sans cruaute comme eux et par consequent sans crainte et sans les amertumes qui en sont inseparables" — "L.A.": 1241)/ il existe dans les Memoires certaines allusions qui eclaircissent le jugement "final" que porte l'ecrivain sur Louis XlVf par exemple/ quand il parle de la vie du due de Bourgogne dans sa "maison paternelle": "Une epreuve si §trangement nouvelle et cruelle etait bien dure a un prince qui voyait tout reuni contre lui/ et qui n'avait pour soi que la verite suffoquee par tous les prestiges des magiciens de Pharaon" (IV: 417). ^ "Saint-Simon attribuait essentiellement la responsabilite de cet <<attentat direct a la couronne» a 1'entourage du roi/ et/ e'etait plus particulierement Madame de Maintenon qu'il accusait de ce crime de lese-majest§ dans sa «plus vaste et criminelle etendue»" (Brancourt/ 61). ^ Cite dans Louis Trenard/ "La Conception du pouvoir royal/ d'apres Saint-Simon et Fenelon/" L'Information historique 42.2 (1980): 76. 10 Van der Cruysse evoque brievement le probleme lorsqu'il discute l'id§e de la retraite a 1'epoque: "Dieu et le Roi: le retraitant ne peut se toumer vers Dieu et s'occuper de la grande affaire de sa mort qu'apres 46 avoir prononce le rituel: <<Sire/ je vous quitte pour Dieu* mais je viendrai vous faire regulierement ma cour>> (...) Oint du Saint chreme et de la <<celeste liqueur» de la Sainte Ampoule/ le Roi est sacre dans la personne comme dans ses volontes/ et m§me le pieux desir de «ne plus s'appliquer qu'a Dieu» ou de «ne plus oulr parler que de Dieu» doit ceder devant cette evidence (...). <<Savoir mepriser le Prince pour Dieu>> ... 1'expression est de Saint-Evremond — etait une gageure difficile qui fr61ait la contradiction dans les termes" (Mort? 105-7). Dans un contexte different* il faut remarquer la croyance traditionnelle du peuple dans le caractere saint du Roi: "La croyance ancienne en la saintete de la royaute est profondement ancree dans le peuple et un pouvoir thaumaturgique derive de l'onction sainte (Louis XIV touche 3*000 scrofuleux a la Pentcdte* 1698; 2,400 a la Trinite/ 1701)" (Trenard/ 77). 11 En fait/ cette croyance a sa propre divinite semble §tre une des caracteristiques des membres de la famille royale francaise/ meme de 1'admirable due de Bourgogne/ "converti" a l'Sge de vingt ans a la verite de son rdle dans le gouvernement de la France par un miracle de Dieu: "De la hauteur des cieux il ne regardait les honines que comme des atomes avec qui il n'avait aucune ressenblance/ quels qu'il fussent. A peine messieurs ses freres lui paraissaient-ils intermediaires entre lui et le genre humain" (IV: 413). ^ Ces caracteristiques "divins" eux-iremes contribuent a miner la "divinite" de Louis XIV: notre memorialiste semble ne relever que des traits qui sont typiques d'un seul aspect du Dieu de l'Ancien Testament/ createur des hommes/ mais capable aussi de les aneantir; juge inflexible/ souverain absolu/ et jaloux de l'§tre/ qui exige le sacrifice des biens — et parfois meme de la vie — de ses fideles a sa gloire. Sans un visage misericordieux et tendre (plus typique du Dieu du Nouveau Testament) / 47 quelques-uns des traits necessaires absents et d'autres deformes ou exaggeres/ le Roi ne ressemble rien moins qu'a une caricature de Dieu* voire a un anti-Dieu a certains egards. 13 "La tache que Saint-Simon s'est imposee en tant qu'historien consiste precisement a retracer la transition entre tout et rien* entre l'fitre et le neant/ a suivre le passage de la grandeur a la misere dans le regne et le royaume qui fur ent l'oeuvre de Louis le Grand" ("Peintre/" 185). "Tout l'fitre — toute 1*existence/ tout la realite — dont ils pouvaient se revetir serait une emanation et une extension de la grandeur/ de la volonte et du pouvoir de Louis XIV/ devenus 1'expression non plus de son «§tat» de roi/ mais uniquement de son orgueil d'homme/ de sa «superbe»/ de sa «faiblesse»" ("Peintre/" 189). Et dans le cas de ses enfants naturels: "Il n'avait pas oublie l'adresse de la planche de la legitimation du chevalier de Longueville sans nommer la mere pour parvenir a donner un etat a ses enfants/ lorsqu'il avait voulu les tirer de leur neant propre et de l'obscurite secrete dans laquelle ils avaient fete eleves" (IV: 805). Il vaut la peine de noter que Louis XIV lui-meme n'a pas toujours ete a l'aise avec cette idee de "creer" des hommes/ et il fallait que ses conseillers lui donnent un petit coup de pouce: "Le Roi/ toujours eloignfe de ces gradations par lesquelles il a ete peu a peu menfe a tout pour eux contre son sens/ comme on l'a vu sans cesse/ trouva d'abord la proposition du due de Tresmes ridicule" (IV: 114). ^ No tons que Saint-Simon ne semble pas pret a refuser un r61e divin a son "protege/" 1'admirable due de Bourgogne/ au moment ou il parle de la facon dont celui-ci aurait dQ se conduire lors de son elevation au pouvoir royal: "(...) il doit menager leur faiblesse en s'abaissant a garder quelque 48 proportion avec eux; etf puisqu'il est appele a etre un jour 1'image de Dieu* il ne doit pas dedaigner de voiler sa face devant eux* de peur que 1'eclat de la lumiere dont elle brille ne les epouvante* et ne les fasse mourir (...); et* comme Dieu n'y perdit rien de son urnsjtabilite* le prince aussi* par cette sage et necessaire condescendance* ne doit pas craindre aucun affaiblissement de ses vertus" (III: 816). Nous verrons que le memorialiste attribue au Dauphin un caractere et un r61e dans l'histoire du royaume analogue* jusqu'a un certain point* a celui du Christ. Pourtant* Saint-Simon n'hesite presque jamais a identifier des personnes comme Maine ou Noailles plus ou moins directement a ces forces noires (comme il hesite quand il s'agit du Roi et de Dieu): selon le memorialiste* Mme de Maintenon serait une "fameuse et trop funeste fee" (V: 640); Maine* plut6t qu'un fils d'un Roi* un "fils de tenebres" (V: 399); Noailles "la copie la plus exacte" du "serpent qui tenta Eve* qui renversa Adam par elle* et qui perdit le genre humain" (V: 283); et Meudon* ou se reunit la cabale qui entoure Monseigneur* heritier presomptif du tr6ne* "un lieu infeste de demons" (TV: 54). 49 DEUXIEME PARTIE: ANALYSE STYLISTIQUE Ecrire l'histoire est une entreprise si ardue que la plupart des historiens se voient contraints de faire des concessions a la technique de la legende — Erich Auerbach, Mimfesis. Refractee par l'esprit de Saint-Simon/ en sa memoire-caverne, la vaste symbolique chretienne tend a descendre vers la politique (...) De la, un perpetuel <<dialogue>> du mythique et du visible (...) De la, cet univers etormamment charge, concentre, etincelant d'essences, envahi de tenebres; et les «effets>> de memoire, et les incessantes allusions, en tous les moments de la chronique, a quelque arriere-vision, panchronique et transcendante (...) L'histoire vibre sous cet eclairage oblique et perforant; elle culmine en une meta-histoire. La memoire du reel s'epanouit et s'exaspere en une sorte d'ultra-memoire, absolue, pour ainsi dire cosmogonique et omnisciente —Yves Coirault, "Introduction" a son edition des Memoires. 50 -Lorsque [Dieu] eleve des rois au tr6ne et que s'exaltent ceux qui siegent pour toujours, -alors il les lie avec des chaines, ils sont pris dans les liens de l1affliction. -II les eclaire sur leurs actes, sur les fautes d'orgueil qu'ils ont cornmises. -A leurs oreilles il fait entendre un avertissement, leur prescrit de se convertir. -S'ils ecoutent et sont doc Lies, leurs jours s'achevent dans le bonheur et leurs annees dans les del ices. -Sinon, un trait les fait perir et ils meurent a l'improviste — Job 36; 7-12. CHAPITRE TROIS — LA BIBLE COMME INTERTEXTE: DE LA CREATION A L 'APOCALYPSE Dans les deux premiers chapitres de la presente etude, a travers une analyse thematique, nous avons entame une discussion de la tendance saint-siironiste a "faire des concessions a la technique de la legende," c'est-a-dire son inclination a discerner, a travers la facade evenementielle du regne de Louis XIV, une manifestation de la lutte eternelle du Bien et du Mal, ou (pour evoquer une autre definition du rrot "legende"1 choisie par Auerbach) la propension du memorialiste a expliquer les causes fondamentales d'evenements purement terrestres, et a assouvir de cette maniere un certain besoin d'exegese. Autrement dit, du point de vue de Saint-Simon, ces evenements s'incorporent dans un univers symbolique plus vaste qui, tout en etant inextricablement lie a la situation politique et sociale en France sous le Roi-Soleil, la depasse en importance dans une large mesure. Les deux chapitres suivants visent a reexaminer le texte des Memoires — de pres cette fois et a la lumiere des conclusions presentees dans les pages precedentes — afin d'eclairer la facon dont cette "tendance" fonctionne a l'interieur de 1'oeuvre. A partir d'une discussion de la presence biblique chez Saint-Simon (la Bible etant le lien tangible par excellence entre le niveau cosmique ou symbolique et le niveau terrestre), 51 nous allons aborder une consideration generale du style saint-simonister pour arriver enfin a 1'explication detaillee de deux passages qui traitent de la fin du regne de Louis XIV et qui illustrent d'une fagon frappante l'etendue de la vision historique de Saint-Simon. Saint-Simon et la Bihle C'est a partir de 1'introduction des Memoires que Saint-Simon commence a souligner les rapports entre le plan symbolique et le plan terrestre/ au moment ou il examine son propre r61e d'historien. Prenons-le a l'origine de ses Memoires. II commence dans 'L'Introduction1 par se demander serieusement/ sincerement/ et avec une inquietude presque naive s'il est permis d'ecrire et de lire l'histoire/ particulierement celle de son temps. Pour se rendre compte en lui de cette question assez singuliere et de ce scrupule/ il faut se rappeler que Saint-Simon etait religieux/ Chretien croyant/ fervent et pratique (...) Mais il repond hardiment et comme il sied a une nature, genereuse. Apres avoir mis assez adroitement le Saint-Esprit de son c6te/ puisque le Saint-Esprit lui-meme n'a pas dedaigne de dieter les premieres histoires/ il en conclut qu'il est permis de regarder autour de soi (Sainte-Beuve/ 155). Malgre le ton assez moqueur de Sainte-Beuve/ cette citation demontre que le critique a saisi la principale caracteristique des rapports qu'entretiennent le terrestre et le cosmique chez Saint-Simon/ auteur qui fait appel a cet univers transcendant/ meme pour definir et pour justifier son propre r<51e dans tout ce qu'il rapporte. D'ailleurs/ cette dimension "transcendante" de l'histoire a de toute evidence des liens plus ou moins directs avec les idees religieuses du memorialiste. La propension de Saint-Simon aux allusions bibliques tend a renforcer cela. Il n'hesite jamais a tirer des comparaisons entre une situation de son epoque et un recit biblique (mi-historique/ mi-legendaire)/ jusqu'au point ou les deux elements de la comparaison semblent se confondre dans 1'esprit de notre auteur — et dans son oeuvre. Prenons comme exemple une description de la conduite du due de Noailles: "II est vrai que c'est un 52 raisonnement de demon/ duquel il a toutes les qualites (...); mais il est vrai aussi que ce raisonnement en a toute l'etendue/ la reflexion/ l'esprit/ la finesse/ la justesse/ l'adresse/ que la conjoncture de 1'execution en couronne toute la prudence qui s'y pouvait mettre et que le tout ensemble est sublimement marque au coin du Prince des demons/ qui seul l'a pu inspirer et conduire. Je bornerai la le peu de reflexions que je n'ai pu me refuser sur une conduite de tenebres si digne du vrai fils du pere du mensonge et du seducteur du genre humain" (V: 439). Saint-Simon compare d'abord son ennemi a un demon/ "duquel il a toutes les qualites"; ensuite le memorialiste attribue un rdle actif dans les activites de Noailles a Satan "qui seul l'a pu inspirer"; enfim Noailles se metamorphose en un "vrai fils du pere du mensonge et du seducteur du genre humain" — non seulement directement influence/ mais engendre/ cre§/ par le diable. Dans ce court passage/ Saint-Simon transforme le due de Noailles d'un simple homme mechant qui partage quelques qualites diaboliques en une incarnation du Mal/ dont la nature meme/ constitue 1'essence de tout ce qui est malefique. A travers les nombreuses allusions et comparaisons bibliques que fait le memorialiste/ Dieu et d'autres puissances surhumaines semblent intervenir directement dans l'univers saint-simoniste. Parmi les plus significatives de ces allusions sont celles qui se referent/ directement ou non/ a la Genese et a 1'Apocalypse de Saint Jean: "Ce fut un ordre/ en effet/ bien amer pour des hommes tires de la poussiere et tout a coup portes a la plus sQre et la plus supreme puissance/ etaient si acooutumes a regner en plein sous le nom du Roi" (IV: 222; nous avons deja souligne 1'importance de cette image par rapport a la "creation" des batards); "Le serpent qui tenta Eve/ qui renversa Adam par elle/ et qui perdit le genre humain/ est 1'original dont le due de 53 Noailles est la copie la plus exacte/ la plus fidele/ la plus parfaite/ autant qu'un homme peut approcher des qualites d'un esprit de ce premier ordre/ et du chef de tous les anges precipites du ciel" (V: 283); "Avec une guerre presque continuelle/ vostre peuple/ Sire/ a este afflige depuis peu de deux fLeaux qui peuvent trop veritablement porter le nom de famine et de peste" ("L.A./" 1271)2; "II [le due du Maine] se voue aux tenebres/ et les tenebres memes le rejettent (...) on voit M. du Maine se servir de son epouse/ et abuser du respect du a sa naissance de fille du premier prince du sang/ pour faire nettement et distinctement les propositions les plus criminelles/ et en meme temps les plus farcies de toutes les sortes des poisons/ et qui/ dans la rage de ne les pouvoir faire accepter/ ose declarer que/ plut6t que se voir arracher ce qui n'est pas dans le pouvoir des rois ni dans la nature des choses de dormer/ je veux dire la succession a la couronne/ ils mettront le feu au milieu et aux quatre coins du Royaume" (V: 137)3; "(...) je n'avais ose me commettre a Meudon. C'etait pour moi un lieu infeste de demons (IV: 54)."4 Comme il a ete deja demontre/ la "creation" effectuee par le Roi — si imparfaite soit-elle par rapport a la Creation divine — represente une tentative de Louis XIV pour usurper un rdle... paternel. Au cours des pages suivantes/ nous allons derrontrer que cet attentat contre la suprematie du Createur risque de declencher (toujours aux yeux de Saint-Simon) un scenario apocalyptique dans tous les sens du mot (prophetique — de la fin du monde). Le lecteur/ guide par les prejuges et les sombres avertissements du memorialiste/ se trouve temoin d'une serie de scenes puissantes/ certainement dignes des visions de Saint Jean. Les forces du Bien et du Mal s'affrontent directement dans ces pages/ depuis la creation derisoire des batards (decrite par le memorialiste dans le "Tableau du regne de Louis XIV") jusqu'a la redaction du testament du Roi — evenement qui suscite "1'epouvantable fracas de la foudre qui tomba sur la France/ qui etonna toute l1Europe" (IV: 838); evenement qui rev§t un caractere apocalyptique/ car il aurait pu entralner la fin du Royaume si Dieu Lui-merne n'etait intervenu; evenement qui vibre de tous les accents d'une catastrophe evitee de peu/ mais toujours possible au moment de la redaction des M&rpjres.5 * * * * Quelques mots sur le style de Saint-Simon6 II est vrai que le style des Mfemoires represente un formidable obstacle a la lecture de 1'oeuvre; par contre/ pour un lecteur soigneux/ ce style ouvre la voie a un niveau d'interpretation qui depasse la comprehension des faits et des evenements/ et meme celle de 1' expl ication simple des causes fondamentales/ element que notre auteur souligne avec tant d'insistance. Face aux vifs transports du memorialiste (sentiments a peine contenus par un sens tardif des regies de la bienseance et de la grammaire)/ celui qui entame une premiere lecture de ce texte immense est excusable si sa reaction initiale ne ressemble rien moins qu'a la perplexite devant une syntaxe plutdt baroque. Mais derriere 1'ensemble deconcertant de mots et de subordonnees/ il existe une stabilite et une harmonie/ qui soutiennent jusqu'a un certain point la thematique/ la structure/ et les objectifs sous-jacents de 1'oeuvre. Au niveau de la phonetique m&ne/ les sonorites se pr&tent a un effet de consonance et d'ordre qui sous-tend la spontaneity et tout malaise eventuel dans la syntaxe. Qu'il soit conscient ou non/ le choix des mots temoigne d'un certain souci a l'egard de la sonorite de la phrase/ et nous rappelle que Saint-Simon/ en tant qu'habitue d'assembles gouvernementales/ devait §tre accoutume au discours public. Les harmonies les plus 55 evidentes/ 1'alliteration et 1'assonance/ ne sont pas du tout des phenomenes isoles dans le texte: "parmi de si sensibles secousses domestiques"; "ce so in toujours le meme de tenir tant qu'il pouvait le timon"; "Leur rang n'fetait montee que pour elever les batards/ encore avec des preferences (...) infiniment degoQtantes (...)." De plus/ au moment ou Saint-Simon se laisse entrainer par une serie d'adjectifs ou de subordonnees/ l'on soupponne que parfois c'est l'harmonie des mots/ autant que leur sens/ qui guide le memorialiste: "Quel contraste de force et de grandeur superieure a tous les desastres/ et de petitesse et de faiblesse sous un domestique honteux teneeux/ tyrannigue"; "(...) tous ces coups/ frappes rapidement/ tous avant la paix/ presque tous durant les plus terribles perils du Royaume."7 Ainsi/ malgre les nombreux detours de la syntaxe des Memoires/ il existe/ a un niveau fondamental de l'oeuvre/ une harmonie et une progression sonores/ qui soulignent le mouvement des mots et des phrases/ qui creent une force unifiante/ et qui renforcent la coherence interieure du texte. S'il fallait signaler un aspect stylistique des Memoires qui frappe a la premiere lecture/ l'on serait certainement tente de relever les erreurs syntactiques/ qui sont loin d'etre rares. En effet/ les constructions grammaticales de Saint-Simon — d'une part/ la proliferation de subordonnees/ ou les cascades de mots qui se succedent sur la page et/ d'autre part/ le jaillissement soudain et deroutant d'ellipses — comme si 1'auteur essayait de compenser sa loquacite par de telles omissions — representent autant d'ecueils pour le lecteur non-initie. Par contre/ une fois que celui-ci a depasse ces difficultes/ m§me les fautes grammaticales semblent arborer une signification. Que ces fautes soient conscientes est douteux/ mais il se peut aussi que Saint-Simon n'ait pas ete tout a fait decu des effets produits dans son texte par de telles irregularites langagieres. Parfois/ le inemorialiste semble perdre le fil de sa pensee au milieu d'une phrase: "La grandeur d'ame que montra constamment dans de tels et si longs reversf parmi de si sensibles secousses domestiques/ ce roi si accoutum§ au plus grand et au plus satisfaisant empire domestique/ aux plus grands succes au-dehors/ se vit enfin abandonne de toutes parts par la fortune." A la fin de cette phrase/ Saint-Simon a tout a fait oublie/ semble-t-il/ son sujet du debut; le nom/ "ce roi/" qui devait faire partie de la relative "que montra constamment (...)/" semble avoir usurpe le rdle du sujet "grandeur." Tiraille grammaticalement entre les deux moiti§s de la phrase — de la meme maniere qu'il l'est entre ses divers rdles de pere — "ce roi" finit par transgresser toute regie ou loi grammaticale afin de prendre pour soi le rdle le plus important de la phrase. Parfois/ il ne s'agit pas precisement d'une erreur grammaticale/ mais plutdt d'un choix inattendu de la part du memorialiste dans la composition de sa phrase: Accable au-dehors par des ennemis irrites/ qui se jouaient de son impuissance qu'ils voyaient sans ressource/ et qui insultaient a sa gloire passee/ il se trouvait sans secours/ sans ministres/ sans generaux/ pour les avoir fait et soutenus par gout et par fantaisie/ et par le fatal orgueil de les avoir voulu et cru former lui-merne/ dechire au-dedans par les catastrophes les plus intimes et les plus poignantes/ sans consolation de personne/ en proie a sa propre faiblesse/ reduit a lutter seul contre les horreurs mil[le] fois plus affreuses que ses plus sensibles malheurs/ qui lui etaient sans cesse presentees par ce qui lui restait de plus cher et de plus intime/ et qui abusait ouvertement et sans aucun frein de la dependance ou il s'etait laisse bomber/ et dont il ne pouvait et ne voulait pas m§me se relever/ quoiqu'il en sentit tout le poids/ incapable d'ailleurs et par un goQt invinciblement dominant/ et par une habitude tournee en nature/ de faire aucune reflexion sur 1'interSt et la conduite de ses gedliers. 57 La structure plus ou moins symetrique que Saint-Simon avait congue pour cette phrase est assez claire: expression adjectivale ("Accable au-dehors") plus principale ("il se trouvait sans ministres...")/ suivies d'une deuxieme construction pareille ("dechire au dedans... [il se trouvait] sans consolation..."). Pourtant/ la construction s'ecroule au moment oil l'ecrivain choisit d'omettre le sujet et le verbe de la deuxieme principale/ de sorte que la derniere moitie de la phrase se reduit a une serie d'expressions adjectivales sans principale. Ellipse qui se revele assez convenable/ si l'on examine le fond aussi bien que la forme: "sans consolation de personne/ en proie a sa propre faiblesse/ reduit a lutter seul (...)/ incapable (...) de faire aucune reflexion (...)." La structure grammaticale de cette phrase/ comme dans l'exemple precedent/ illustre le caractere et les propensites du roi d'une facon litteralement graphique; le manque d'un deuxieme verbe ne fait que souligner 1*incapacity du vieux roi/ du "Jupiter mourant/" devant les tenebreux complots de sa famille. "Quel surprenant alliage! De la lumiere avec les plus epaisses tenebres!" Dans ce cas/ a la difference de l'exemple precedent/ la structure de la phrase semble contredire ce qu'elle exprime. La rupture tres nettement marquee au milieu de 1'exclamation s'oppose directement a l'idee exprimee par le mot "alliage"; elle trahit plutfit le desir de 1'auteur de tenir separes les deux pfiles/ de maintenir l'ordre naturel de l'univers. Ainsi/ la syntaxe de Saint-Simon/ malgre toutes les irregularites/ se revele comme un des aspects les plus expressifs des Memoires. En effet/ 1'auteur/ dans la structure meme de ses phrases/ laisse voir l'envergure et les buts de son pro jet en gros: l'ampleur de sa syntaxe/ le nombre de faits et de commentaires que Saint-Simon reussit a introduire dans une seule 58 phrase, sont parfois etourdissants0 et revelent a tout moment l'urgence de son besoin de "temoigner/" d'inserer tout ce qu'il voit dans un plus grand systeme de reference/ d'expliquer la signification d'ev§nements particuliers/ d'y imposer meme une certaine interpretation — ce besoin/ presque artiste/ que nous avons appele au debut du chapitre son "besoin d'exegese." II manque au style du memorialiste un caractere direct jusqu'a un certain point/ ce qui est en rapport avec ce besoin d'exegese. Combien de fois/ par exemple/ le lecteur rencontre-t-il dans le texte des M&noires une expression telle que "comme on a vu en son lieu.../" qui marque un certain deplacement de la realite du texte — une allusion a une autre partie du meme texte/ ou a un deuxieme texte. D'ailleurs/ parfois ce texte secondaire n'existe que dans 1'imagination de l'auteur: Il ne put §tre meoonnu par ce qu'il dit et a la reine d'Angleterre et aux gens du Pariement/ qu'il avait achet£ son repos/ et qu'en leur remettant son testament/ lui si maitre de soi et de ne dire que ce qu'il voulait et comme il le voulait dire et temoigner/ il ne put s'empecher de leur dire/ comme on a vu en son lieu/ qu'il lui avait etfe extorqufef et qu'on lui avait fait faire ce qu'il ne voulait pas/ et ce qu'il croyait ne pas devoir faire [les mots soulignes ici sont imprimis en italique dans 1'edition Coirault des M&noires]. Cette citation represente un des meilleurs exemples du phenomene — la reference a une realite secondaire/ ou a l'imaginaire comme dans cet exemple — car non seulement l'auteur a recours au style indirect pour paraphraser les paroles du Roi/ apparemment prononcees ailleurs dans 1'oeuvre (c'est plutdt le style indirect libre qui est utilise ici)/ ce qui implique deja un premier manque ou deplacement de la realite/ mais quand le lecteur se refere aux pages anterieures signalees ici (quoique assez vaguement par la fameuse expression "comme on a vu en son lieu...")/ il se rend compte que les mots "cites" au style indirect libre dans notre exemple ne s'y trouvent pas.9 Ces paroles ajoutees par Saint-Simon lui-m&ne 59 reprfesentent un aspect de son explication ou interpretation des evenements: elles sont en partie extrapolees d'autres situations (Louis XIV a deja exprime une certaine repugnance et des remords a propos de 1'elevation de ses batards)/ et en partie forgees par le memorialiste afin d'inserer ces evenements dans sa vision globale de l'histoire. (D'apres cette vision Louis XIV/ en tant qu'elu de Dieu malgre sa corruption par les forces du Mal/ devrait reconnaltre 1'immorality de ses actions/ bien qu'il ne soit pas capable de resister. II se peut que Saint-Simon/ absolument certain que les sentiments du Roi correspondent aux siens — qui sont/ d'apres lui/ les sentiments de tout croyant digne de ce nom — essaie de les rendre explicites a ses lecteurs en les mettant indirectement dans la bouche royale/ pour ainsi dire.) Car/ apres tout/ sans interprfetation/ le rfecit des faits serait sans valeur: "Aussi pour etre utile il faut que le rfecit des faits dfecouvre leurs origines/ leurs causes/ leurs suites et leurs liaisons des uns aux autres (...) sans cela les faits demeureraient un chaos (...)/ si on s'en tenait a la simple exposition de leurs actions" (I: 6). Bien sQr/ dans sa conviction qu'il dfetient la clef pour comprendre la signification de l'univers/ Saint-Simon peut se laisser aller tres loin dans son dfesir de tout expliquer. Meme la syntaxe des Memoires participe de 1'expression de cette "pulsion" du memorialiste. "Habituellement et toujours/ il at dans sa vivacitfe a concevoir et a peindre/ le besoin d'embrasser et d'offrir mille choses a la fois/ ce qui fait que chaque merrbre de sa phrase pousse une branche qui en fait naltre une troisieme/ et de cette quantitfe de branchages qui s'entrecroisent/ il se forme a chaque instant un arbre des plus touffus" (Sainte-Beuve/ 208-9). 60 -si longuement admire -Quelle fin d'un regne -de grandeur -de generosite -et si etincellant-de courage -de force -de faiblesse -de misere -et quel ablme-de honte -sentie -goutee -savouree -d'aneantissement -abhor ree -et toutefois subie-dans toute son etendue -et sans avoir pu -elargir -ni soulager ses liens. -qui se jouaient de son impuissance (...) Accable (...) par des ennemis (...)-et qui insultaient a sa gloire (...) (..) malheurs -qui (..) presentes par ce-qui lui restait (...) -et qui (...) dependance-ou (...) -et dont (..) Dans un sens/ cet epanouissement perpetuel d'adjectifs et de subordonnees represente aussi le deplacement de la realite a 1'interpretation/ car un des buts de ces series incessantes (qui s'eloignent de plus en plus de la proposition principale) consiste a qualifier et a elaborer — et surtout a expliquer — ce qui les precede. Ainsi/ les circonvolutions des phrases/ les allusions bibliques (qui donnent au texte une allure prophetique ou apocalyptique)/ meme la genese de l'oeuvre (qui a commence par etre une exegese en quelque sorte du .Thnrnal de Dangeau) / tous ces elements pari ent de la tendance saint-sirroniste a douer chaque anecdote de la cour de Louis XIV d'une signification propre/ a imposer sur les faits meme les plus ordinaires et les plus banals une interpretation qui depasse le simple quotidien. Ce caracteristique n'est peut-§tre pas tellement etonnante dans un texte qui evoque la fin d'une ere et les debuts/ assez peu propices/ d'une autre/ surtout si l'on considere que c'est seulement les liens etablis par le memorialiste entre son 61 univers et l'univers transcendant (l'univers biblique/ catholique/ rassurant dans la description du triomphe du Bien qui est fournie dans 1'Apocalypse) qui reussit a tenir en echec les angoisses de Saint-Simon devant la destruction et la recreation de son monde. * * * * Analyse textuelle: la Creation ou, la genfcse de la fin Le mariage monstrueux de M. le due de Chartres/ depuis d'Orleans et Regent/ celui de Monsieur le Due/ ceux des filles de ces mariages avec M. le due de Berry et avec M. le prince de Conti/ ont opere ce que le Roi a vu de ses yeux* et vu avec complaisance/ qu'excepte son successeur unique/ et la branche d'Espagne/ mais exclue de la succession a la couronne par les Renonciations et les traites/ et la seule Mile de La Roche-sur-Yon fille de M. le prince de Conti et de la fille ainee de Monsieur le Prince/ il n'y a plus qui que ce soit ni male ni femelle de la maison royale/ qui ne sorte directement des amours du Roi et de Mme de Montespan/ et dont elle ne soit la mere ou la grand-mere/ et/ si la duchesse du Maine n'en vient pas par elle-mfime/ elle a epouse le fils du Roi et de Mme de Montespan. La fille unique du Roi et de Mme de La Valliere epousa l'alne des deux princes de Conti/ dont elle n'a point eu d'enfants; mais ce n'a pas ete la faute du Roi si cette branche seule de princes du sang a echappe a la batardise/ jusqu'a ce qu'il l'en ait aussi entachee a la fin/ dans la seconde generation. N'oublions pas que c'est au refus que le prince d'Orange fit de cette princesse/ que nuls respects/ desirs/ soins/ soumissions les plus prolonges n'ont pu effacer du coeur du Roi/ qui a rendu ce fameux prince/ malgre lui/ l'ennemi du Roi et de la France/ et que cette haine a ete la source et la cause fatale de ces ligues et de ces guerres/ sous le poids desquelles le Roi a ete si pres de succomber/ fruit de cette meme batardise qui/ a trop juste titre/ se peut appeler un fruit de perdition. Ce melange du plus pur sang de nos rois/ et il se peut dire hardiment de tout l'univers/ avec la boue infecte du double adultere/ a done ete le constant ouvrage de toute la vie du Roi. Il a eu 1'horrible satisfaction de les epuiser ensemble/ et de porter au comble un melange inoui dans tous les siecles/ apres avoir ete le premier de tous les hommes de toutes les nations qui ait tire du neant les fruits du double adultere/ et qui leur ait donne l'§tre/ dont le monde entier/ et police et barbare/ fremit d'abord/ et qu'il a su y accoutumer. Tandis que le chemin de la fortune fut toujours 1'attachement et la protection des bStards/ celle des princes du sang/ a commencer par Monsieur/ y fut toujours un obstacle invincible. Tels furent les fruits d'un orgueil sans bornes/ qui fit toujours regarder au Roi avec des yeux si differents ses bStards et les princes de son sang/ les enfants issus du trdne par des generations legitimes/ et qui les y rappelaient a leur tour/ et les enfants sortis_ de ses amours. II les considera les premiers comme les enfants de l'Etat et de la couronne/ 62 grands par la et par eux-memes sans lui* tandis qu'il cherit les autres comme les enfants de sa personne* qui ne pouvaient devenir* faute d'&tre par eux-m§mesf par toutes les lois* que les ouvrages de sa puissance et de ses mains. L'orgueil et la tendresse se reunirent en leur faveur; le plaisir superbe de la creation l'augmenta sans cesser et fut sans cesse aiguillonne d'un regard de jalousie sur la naturelle independance de la grandeur des autres sans son concours. Pique de n'oser egaler la nature* il approcha du moins ses batards des princes du sang par tout ce qu'il leur donna d'abord d'etablissements et de rangs. II tacha ensuite de les confondre ensemble par des mariages inouis* monstrueux* multiplies pour n'en faire qu'unle] seule et meme famille. Le fils unique de son unique frfere y fut enfin immoie aussi avec la plus ouverte violence. Apres* devenu plus hardi a force de crans redoubles* il mit une egalite parfaite entre ses batards et les princes du sang. Enfin pret de mourir* il s'abandonna a leur en donner le nom et le droit de succeder a la couronne* comme s'il eut pu en disposer* et faire les hommes ce qu'ils ne sont pas de naissance. Ce ne fut pas tout. Ses so ins et ses dernieres dispositions pour apres lui ne furent toutes qu'en leur faveur. Aliene avec art de son neveu* et soigneusement entretenu dans cette disposition par le due du Maine et par Mme de Maintenon* il subit le joug qu'il s'etait laisse imposer par eux; il en but le calice qu'il s'etait a lui-merne prepare. On a vu les elans de sa resistance et de ses depiteux regrets; il ne put resister a ce qu'ils en extorquferent. Son successeur y fut pleinement sacrifie* et autant qu'il fut en lui* son royaume. Tout ce qui fut nomme par anticipation pour 1'education du Roi futur n'eut d'autre motif que l'interet des batards* et rien moins que nul autre. (...) Ce fut a quoi le codicille pourvut* qui ne preceda la mort du Roi que de si peu de jours* qui fut le dernier travail de ce monarque* et son dernier sacrifice a la divinite qu'il s'etait faite de ses batards. (...) Tels furent les derniers soins du Roi* telles les dernieres actions de sa prevoyance* tels les derniers coups de sa puissance* ou plutOt de sa deplorable faiblesse* et des suites honteuses de sa vie: etat bien miserable* qui abandonnait son successeur et son royaume a 1'ambition a decouvert et sans bornes de qui n'aurait jamais du y etre seulement connu* et qui exposait l'Etat aux divisions les plus funestes* en armant contre le Regent ceux qui devaient lui etre le plus sounds* et le jetant dans la plus indispensable necessite de revendiquer son droit et son autorite* dont on ne lui laissait que le vain nom avec l'ignominie d'une impuissance et d'une nudite entiere* et la realite des plus instants* des plus continuels* et des plus reels perils que l'age auquel se trouvait alors tout ce qu'il y avait de princes du sang portait au comble. Voila au moins de quoi la memoire du Roi ne peut etre lavee devant Dieu ni devant les hommes. Voila le dernier abime ou le conduisirent la superbe et la faiblesse* une femme plus qu'obscure* et des doubles adulterins a qui il s'abandonna* dont il fit ses tyrans* apres l'avoir ete pour eux* et pour tant d'autres* qui en abuserent sans aucune pudeur ni reserve* et un detestable confesseur du caractere du P. Tellier. Tel fut le repentir* la penitence* la reparation publique d'un double adultere si criant* si long* si scandaleux a la face de toute 1'Europe* et les derniers sentiments d'une ame si hautement pecheresse* prete a paraitre devant Dieu* et de plus* chargee d'un regne de cinquante-six ans le sien* dont l'orgueil* le luxe* les batiments* les profusions en tout genre et les guerres 63 continuelles/ et la superbe qui en fut la source et la nourriture/ avait repandu tant de sang*- consume tant de milliards au-dedans et au-dehors/ mis sans cesse le feu par toute 1'Europe/ confondu et aneanti tous les ordres/ les regies/ les lois les plus anciennes et les plus sacrees de l'Etat/ reduit le Royaume a une misere irremediable/ et si imminemment pres de sa totale perte qu'il n'en fut preserve que par un miracle du Tout-Puissant (V: 592-6). Dans son article "Saint-Simon/ peintre de la vie en declin/" Jules Brody remarque que/ "Dans la theologie personnelle de Saint-Simon/ la naissance illegitime tient lieu de peche originel: ce fut cette abomination qui marquait pour lui le premier pas et le fait essentiel dans la degradation constante et progressive du principe de la qualite dans la vie et de la vie" ("Peintre/" 189). Certes/ les allusions a la Genese et au peche originel sont nombreuses dans les Memoires/ surtout dans le passage cite ci-dessus et a tout moment ou Saint-Simon fait allusion a la mise en valeur de sa bete noire/ la batardise. De telles pages evoquent une image de Louis XIV/ createur derisoire/ en train d'insuffLer la vie a une poignee de boue qu'il serre jalousement contre lui. Mais puisque le Roi n'est pas/ en verite/ un dieu (et Saint-Simon devait etre conscient des suggestions de blaspheme qui se rattachent a une telle comparaison)/ le memorialiste se hate d'offrir au lecteur une deuxieme image: celle d'Adam/ tente par les promesses de pouvoir et les flatteries de son orgueil qui lui sont tendues avec le fruit interdit (la batardise/ ou les batards meme/ souvent appeles les "fruits" des amours du Roi/ tandis que ses enfants legitimes sont plut6t des "enfants" tout simplement) par la Scarron (1'incarnation de la femme malefique). Pourtant/ ces deux images/ admirablement illustrees dans le passage cite/ nous incitent a reexaminer la constatation de Brody: elles semblent suggerer que ce n'est pas la naissance illegitime elle-meme qui constitue le peche originel. Laisses a eux-memes dans leur etat "naturel/" les enfants illegitimes ne representent pas une 64 menace a l'ordre du Royaume: sans l'effort consacre a les tirer du "neant*" ils ne sont que de la "boue infecte*" quelque chose a inspirer de l'horreur et du mepris* mais non pas dangereux en soi. Ce n'est done pas la premiere creation (e'est-a-dire 1'engendrement proprement dit) mais la deuxieme (la creation sociale) qui constitue le Mal et qui risque d'entralner la chute du Roi et du Royaume ensemble. Cette derniere activity* qui mine la stability de la France* a dfeja commency au dybut de notre passage: Louis XIV est maintenant en train d'assurer la position de ses enfants iliygitimes en les mariant aux autres princes et princesses du sang. Les repercussions de cette syrie de mariages "monstrueux" sont tellement graves que le mymorialiste semble d'abord incapable de les constater: "[ils] ontopyry ce que le Roi a vu de ses yeux* et vu avec complaisance..."; ce silence se contraste nettement avec le pleonasme remarquable qui suit directement 1'omission ("a vu de ses yeux")* et qui est encore souligny par la qualification "et vu avec complaisance" ajouty par Saint-Simon a la premifere ybauche du passage.^ Cette construction redondante frfile 1'accusation directe* luxe que Saint-Simon n'ose pas souvent se permettre; il n'y a aucune mention ici d'influences exterieures* ni de remords — en effet* le mot "complaisance" resonne comme une dissonance au milieu de l'horreur saint-simoniste* exprimee ("monstrueux") ou non ("ce que"). Telle est la diffyrence entre les "visions" saint-simoniste et royale: le Roi se perd dans 1'illusion de sa toute-puissance qu'il considfere avec complaisance* tandis que le memorialiste s'effraie devant le tableau cauchemardesque d'un avenir dominy par des nullites douees d'un pouvoir horrifiant. Bien sur* aucune des deux perspectives n'est proprement "visible*" car dans les deux cas il s'agit d'une interprytation* d'une "lecture" d'evenements. Mais dans l'univers des Memoires * la "vision" plus grande (c'est-a-dire 11 interpretation) a la preseance sur l'evenement ou le fait objectif; ainsi* la vue demeure toujours une thematique centrale des Memoires: "(...) qui fit toujours regarder au Roi avec des yeux si differents (...)"; "(...) sans cesse aiguillonn§ d'un regard de jalousie (...)"; "(...) telles les dernieres actions de sa prevoyance." Ayant esquiss§ son accusation contre le Roi/ Saint-Simon n'essaie plus de contenir son indignation* et les resultats horribles des mariages entre les membres legitimes et illegitimes de la famille royale* auxquels il n'a pu faire allusion que par ellipse ("ce que")* se succedent sur la page dans une veritable cascade de mots. Cependant* a mesure qu'ils s'accumulent* leur sens est en train de produire un tout autre effet sur 1'esprit du lecteur: "excepte son successeur unique* et la branche d'Espagne* mais exclue de la succession a la couronne (...)* et la seule M^e de La Roche-sur-Yon (...) et la fille alnee de Monsieur le Prince* il n'y a plus qui que ce soit ni male ni femelle de la maison royale* qui ne sorte directement des amours du Roi et de yFe de Montespan (...)." L*accent dans cette phrase est mis sur l'idee de la privation ou du manque. Cette caracteristique convient tout a fait a un passage qui commence par le recit d'une serie de morts et qui se termine par 1'evocation de la fin possible du Royaume* mais elle est aussi typique de la thematique de l'oeuvre entiere* se reliant parfois au theme de la profusion ou de l'abondance* comme nous le verrons dans le passage choisi.-^ Les dernieres phrases du paragraphe ("La fille unique... un fruit de perdition") constituent* tout comme les premieres du paragraphe suivant* un ajout a la premiere ebauche; elles traitent du mariage de Marie-Anne de Bourbon (seule enfant survivante de la liaison entre Louis XIV et La Valliere) avec le prince de Conti* "dont elle n'a point eu d'enfants." Tournure un peu 66 etonnante/ peut-§tre: souvent quand Saint-Simon traite de la posterite d'une personne c'est le mari qui a eu ou qui n'a pas eu d'enfants par sa femme. Dans cette phraser l'alne des princes de Conti n'est que le mo yen par lequel le Roi peut propager la batardise; no tons que le memorialiste se hate d'assurer le lecteur que "ce n'a pas ete la faute du Roi si cette branche seule de princes du sang a echappe a la batardise/ jusqu'a ce qu'il l'en ait aussi entachee a la finr dans la seconde generation." Par cette constatatiom Saint-Simon rejette encore une fois la responsabilite du mariage sur Louis lui-m&me et non pas sur ses conseillers; paradoxalement/ l'ecrivain l"'absout" en meme temps de toute responsabilite pour l'echec de son projet scandaleux. "N'oublions pas/ avertit-il/ que c'est He] refus que le prince d'Orange fit de cette princesse/ que mils respects (...) n'ont pu effacer du coeur du Roi/ qui a rendu ce fameux prince/ malgre lui/ l'ennemi du Roi et de la France..." Qui/ en lisant cela, pourrait accuser le Roi de negligence envers sa lignee batarde? Le debut de la phrase renvoie le lecteur a une autre partie du texte/ et semble insinuer 1'existence d'une complicite ou d'une entente entre l'auteur et celui qui lit 1'oeuvre: "N'oublions pas..." A 1'acceptation du prince de Conti/ et a la reussite de 1'entachement d'une autre branche royale s'oppose ici le refus du prince d'Orange "que nuls respects... n'ont pu effacer du coeur du Roi" — rancune qui se revele aussi indellbile que la marque de la naissance illegitime; rancune qui resiste egalement aux sonorites douces (consonnes et voyelles nasales/ consonnes chuintantes et liquides) de la serie "nuls respects/ desirs/ soins/ soumissions les plus prolonges"; rancune qui rend le coupable "malgre lui/ l'ennemi du Roi et de la France." La structure binaire de cette derniere expression effectue une rupture entre le roi et le royaume (les deux elements sont lies ensemble/ bien sur: le Roi + la France/ mais d'une facon qui fait contraste avec la celebre constatation de ce meme roi: Je = l'Etat)* dissociation qui rappelle au lecteur la separation qui aurait du etre maintenue dans 1'esprit de Louis XIV entre ses r61es paternels. Comme cause fondamentale d'une serie de guerres devastatrices* le refus d'une petite fille qui a tout au plus une quinzaine d'annees ne se distingue ni par sa justice ni par sa gravite. Pourtant* ces guerres semblent inevitables: 1'interjection "malgre lui" sert a introduire une serie de mots relies au theme du destin inflexible ("fatale*" "le chemin de la fortune*" "obstacle invincible"): le lecteur a d'abord une vision du Roi impitoyable* qui traque d'une facon implacable le prince d'Orange pour se venger de lui* mais derriere la figure de Louis XIV se dresse 1'ombre d'un destin plus grand* "sous le poids [duquel] le Roi a ete si pres de succomber." Enfin* la derniere partie de cette phrase introduit une thematique biblique avec 1'apparition du mot "fruit*" image qui est reprise tout de suite apres par 1'allusion explicite au "fruit de perdition." De la meme maniere que l'idee de la batardise joue le r61e du catalyseur qui provoque la reaction "refus + haine —> guerre"* le mot "fruit" constitue une clef qui permet 1' interpretation de la situation* le lien entre ce monde et l'univers symbolique dont le premier n'est qu'un faible echo. La comparaison biblique etablie* Saint-Simon ne laisse pas l'occasion lui echapper. II renforce 1'image dans les phrases suivantes avec un veritable deluge d'expressions qui font partie du meme reseau thematique: "la boue infecte du double adultere*" "le constant ouvrage de toute la vie du Roi*" "le premier de tous les hommes de toutes les nations*" "qui ait tire du neant les fruits du double adultere et qui leur ait donne l'etre." Cette expansion apparente du champ d'action et de conflit trouve son parallele dans le lexique choisi par le memorialiste pour cette partie de ses reflexions. 68 D'abord/ 1'accumulation d'expressions faisant appel directement a ce theatre agrandi dans lequel chaque proclamation nouvelle de Louis le Grand resonne des accents du desastre: "de tout l'univers/" "dans tous les siecles/" "de toutes les nations/" "dont le monde entier/ et police et barbare/ fremit." Ensuite/ la proliferation de mots qui evoquent l'idee d'un melange de deux substances donne lieu a une impression d'accroissement ou d'elargissement sans qu'il y ait aucune implication d'une reduction correspondante dans le domaine social: "Ce melange/" "les epuiser ensemble/" "porter au comble un melange inoui/" "1'attachement (...) des batards." Dans ces phrases/ le Roi est comme tiraille entre deux pfiles/ le haut et le basz le Bien et le Mal/ selon les divers elements qui lui sont associes. Porteur du "plus pur sang de nos rois" d'une part/ nettement maitre de la situation (en ce moment/ au moins)/ mais promoteur egalement de la "boue infecte du double adultere/" Louis XIV continue a se rev&tir ici de toute l'ambiguite que nous avons vue ailleurs dans les Mfemoires. Homme puissant/ dans tous les sens du mot/ qui se laisse aller un peu trop loin/ a la facon de Saint-Simon. Pourtant/ a ce point dans le texte/ il faut noter que le Roi/ malgre tout le pouvoir apparent de sa position/ ne devient que rarement le sujet d'une phrase: le memorialiste ne lui accorde/ en tant que figure du pouvoir/ que le statut grammatical de complement d'une preposition (denotant 1'appartenance): "toute la vie du Roi/" ou de complement du verbe "§tre": "apres avoir ete le premier homme de tous les hommes/ de toutes les nations/ qui ait tire du neant..." Au moment ou le Roi joue le r61e de sujet/ Saint-Simon utilise le simple pronom "il": "II a eu 1'horrible satisfaction/" "il a su y accoutumer." Ayant decrit 1'elevation des batards/ Saint-Simon compare ceux-ci aux enfants legitimes. Il presente les deux cas de facon a souligner les 69 paralieies et les oppositions entre eux; ainsi/ il reussit a derrontrer tout le vide inherent a la condition des premiers: ses batards les princes de son sang les enfants sort is de ses amours les enfants issus du tr<5ne par des generations legitimes et les y rappelaient a leur tour les enfants de sa personne les enfants de l'Etat — et de la couronne qui ne pouvait devenir (...) que — faute d'etre grands par eux-memes par toutes les lois par la et par eux-memes les ouvrages de de sa puissance et de ses mains sans lui De toute evidence* il existe une inegalite entre les deux moities de la comparaison. Quand il s'agit des raisons-d'etre des deux groupes/ par exemple/ les enfants legitimes 1'emportent facilement sur les autres/ car les batards n'ont litteralement rien a offrir pour equilibrer tous les poids des "generations legitimes" et de "la couronne/" sauf la protection de leur pere/ qui leur donne 1'illusion temporaire de leur importance. Par contre/ les heritiers legitimes n'ont qu'un blanc dans le schema ci-dessus/ mais 1'element "qui ne pouvaient devenir (...) que..." ne necessite vraiment rien pour le equilibrer: elle ne fait qu'exprimer 1'impuissance des batards/ etant au negatif/ ce qui influence le poids des elements suivants. Par exemple/ a premiere vue/ il semble que les deux occurrences de 1'expression "par eux-memes/" une fois dans chacune des colonnes/ s'annulent; au contraire/ le negatif qui precede celle dans la colonne de gauche 1'oppose a celle de droite. Le meme principe s'applique au dernier element de chaque colonne/ "les ouvrages de sa puissance et de ses mains/" et "sans lui." Le caractere positif du mot "puissance" et la faiblesse apparente du terme "sans" semblent faire pencher 70 la balance en faveur des enfants illegitimes/ mais encore une fois une consideration du contexte revele la verite de la situation. La puissance dont il s'agit dans le premier cas n'est pas celle des batards; elle appartient au Roi/ et la repetition des mots qui evoquent la creation et le pouvoir/ et qui sont qualifies d'un adjectif possessif qui ne se referent pas aux batards ("ouvrages de sa puissance et de ses mains") ne fait que souligner la dependance de ceux-ci sur leur pere. Enfin/ cette expression est precedee directement par la deuxieme partie de la negation "ne... que." Alors/ tandis que les heritiers legitimes de la couronne/ fermement etablis dans la societe par tout le poids de leur naissance et de la tradition/ peuvent exister independamment de Louis XIV ("sans lui")/ les batards/ s'ils sont prives de la protection de celui-ci/ ne sont que trop faciles a renverser/ comme le decouvre la duchesse de Bourgogne au sujet du due de Venddme/ dans une scene qui rappelle la victoire de David sur Goliath/ et comme Saint-Simon lui-merne le demontre au moment du lit de justice de 1718. Les themes de l'elargissement et du melange se poursuivent dans les phrases suivantes ("se reunirent/" "1'augmenta/" "grandeur/" "confondre") / comme si Saint-Simon ne pouvait pas souligner assez l'etendue du crime perpetre par le Roi/ et peut-§tre pour faire contraste avec le neant veritable des batards/ neant qui vient d'&tre illustre dans les lignes precedentes. Le memorialiste continue de refuser au Roi le droit d'&tre le sujet de la phrase/ bien que ce soient des qualites personnelles de celui-ci qui le remplacent dans cette fonction: "L'orgueil et la tendresse/" "le plaisir superbe de la creation." Cette curieuse impuissance est soulignee aussi par une diminution des qualites quasi-divines du Roi: s'il connalt les plaisirs de la creation/ c'est sa vanite d'homme qui provoque ce sentiment plutdt qu'aucun sens de justice; la jalousie qu'il ressent* sentiment souvent attribue au Dieu de l'Ancien Testament* se reduit dans la phrase suivante a la pique* qui n'est guere une r§action noble. La repetition du mot "sans*" repris dans 1'expression "sans son concours*" couronne 1'impression d1insignifiance dont Louis XIV commence a se revetir. La phrase suivante revele le Roi dans toute sa nudite: "Pique de n'oser egaler la nature* il approcha du moins ses batards..." Depouilie de toute illusion de divinite* Louis le Grand ne peut realiser qu'une faible imitation de l'oeuvre du Createur veritable. II ne "fait" pas* il ne peut que "tachfer] (...) de les confondre ensemble*" et meme quand il reussit a "faire*" l'acte est mine de facon subtile par le negatif "ne... que" qui l'entoure: "pour n'en faire qu'une seule et meme famille." Pour combler 1'effet de cette reduction des pouvoirs createurs* Saint-Simon continue son abaissement du Roi* le transformant en un sacrilege qui voue un culte a son propre orgueil et a ses propres "creations"; le memorialiste fait cela en utilisant le seul not "immoie*" qui est prepare phonetiquement par la profusion des sons [i] et [ml: "des mariages inouis* monstrueux* multiplies pour n'en faire qu'une seule et meme famille. i ^ Le fils unique de son unique frere y fut (...).n±^ Dans les phrases suivantes* le Roi sera tirailie entre ses deux r61es — celui de createur puissant et d'esclave-adorateur — de la meme maniere qu'il a toujours ete tirailie entre ses divers r61es de pere. D'abord* il semble reprendre un peu de sa vigueur en meme temps que quelques-unes de ses capacites: "devenu plus hardi a force de crans redoubles* il mit une egalite parfaite entre ses batards et les princes du sang." Pourtant* 1'image du Roi qui succede a celle-ci a plus de traits en commun avec un vieillard faible qu'avec un jeune dieu viril: "Enfin* pret de mourir* il s'abandonna a leur en donner 72 (...) comme s'il eQt pu (...) faire les hommes ce qu'ils ne sont pas de naissance." La courte phrase suivante recapitule toute l'idee d'une lutte entre 1'agrandissement et le vide avec le contraste entre la negation "Ce ne fut pas" et le mot "tout." L'antithese est reprise tout de suite apres: "Ses soins et ses dernieres dispositions (...) ne furent toutes qu'en leur faveurr" et une fois de plus quelques lignes plus loin: "Tout ce qui fut nomme (...) n'eut d'autre motif que 1'inter§t des batards, et rien moins que nul autre." La premiere de ces deux phrases marque aussi la premiere apparition du mot "dernier/" qui sonnera comme un glas dans les pages suivantes/ tout comme 1'expression "pour la derniere fois" dans la section des M&noires qui chronique les derniers jours du Roi. Ensuite/ Saint-Simon revient a des oomparaisons bibliques pour decrire la situation dans laquelle le Roi se trouve/ grace a ses propres efforts: les deux images principales (le joug et le calice) sont tirees des deux parties de la Bible/ l'une de l'Ancien et l'autre du Nouveau Testament. Le joug se refere sans doute a la captivite subie par le peuple juif en Egypte; le calice fait probablement allusion au Christ dans le jardin de Gethsemani. L'accent mis sur 1'attribution de la responsabilite au monarque lui-m&me ("qu'il s'etait laisse imposer (...) qu'il s'etait a lui-m§me prepare") constitue une accusation plus ou moins directe de tous les crimes commis par Louis XIV — meme la volonte d'usurper le rdle divin/ si l'on considere toutes les implications de 1'episode du calice.Il est typique du pessimisme saint-simonien que/ bien qu'il fasse allusion a la captivite du peuple israelite et a la Passion du Christ/ il ne fait aucune mention de l'Exode/ ni de la Resurrection.14 La phrase suivante contient de nouveaux elements antithetiques concernant 1'image de Louis XIV: l'expression "les elans de sa resistance" evoque l'idee d'une defense courageuse/ et m§me le mot "extorquerent" laisse supposer que les ennemis du Roi ont peut-etre quelques difficultes a le dominer/ tandis que "ses depiteux regretsr" donne 1'impression d'un petit garpon boudeur/ et "il ne put resister" revele carrement son impuissance honteuse. Il n'est pas etonnant que Saint-Simon choisisse de representer le Roi ensuite dans son r61e de pretre-serviteur. Encore une fois/ ses actions sont decrites au passif: "Son successeur y fut pleinement sacrifie..." Et/ de nouveau/ le memorialiste cherche a souligner l'ecart entre roi (cette fois/ "Son successeur/" le roi futur) et royaume/ car les deux idees apparaissent aux extremites opposees de la phrase/ separees de la qualification "autant qu'il He royaume] fut en lui [le successeur]." Avertissement aux futurs rois (puisqu'on parle tout de suite apres de "l1 education du Roi futur") de ne pas se laisser confondre entre leurs divers r61es et responsabilites/ tel que Louis le Grand 1'avait fait; ou priere fervente pour l'avenir du royaume une fois que le Roi-Soleil aura disparu sous le coup de la colere juste de Dieu? A ce moment dans le texte/ le glas commence a sonner pour de bon: "Ce fut a quoi le codicille qui ne preceda la mort du Roi que de si peu de jours, qui fut le dernier travail de ce monarque/ et son dernier sacrifice a la divinite qu'il s*etait faite de ses batards. Tels furent les derniers soins du Roi/ telles les dernieres actions de sa prevoyance/ tels les derniers coups (...)." Saint-Simon continue a faire ressortir la dualite du caractere louis-quatorzien dans ces deux phrases/ lesquelles constituent une sorte de "miniature verbale" du personnage dans toute son ambigulte: dieu-createur/ libre a exercer tout son pouvoir ("le dernier travail... les dernieres actions de sa prevoyance... les derniers coups de sa puissance")/ qui se transforme peu a peu/ grace a ses propres efforts et ambitions/ 74 en un sirnple pretre-serviteur/ contraint de tailler les lampes devant l'autel d'une autre divinite ("son dernier sacrifice a la divinite... les derniers coups... de sa deplorable faiblesse et des suites honteuses de sa vie; etat bien miserable qui abandonnait son successeur et son royaume..."). Certes/ la transition entre les deux etats (de la vigueur des "actions/" et des "coups" a la passivite d'une "deplorable faiblesse/" qui ne peut que s'"abandonnter]") n'est pas si evidente dans la vie du Roi qu'elle 1'est sur cette page ("ou plutdt"); c'est toujours a Saint-Simon/ en bon historien/ d'imposer un ordre et une interpretation aux evenements pour les rendre a la fois comprehensibles et "utiles." Ensuite/ le memorialiste se tourne du Roi vers le Royaume/ utilisant 1'ambition royale "qui exposait l'Etat aux divisions les plus funestes" comme point de transition entre les deux/ et ayant recours au "branchage grammatical" pour illustrer d'une facon litteralement graphique ces divisions politiques. La structure de cette partie de la phrase ("et qui exposait... au corrble") peut se reduire au schema suivant: -en armant (...) -le jetant (...)-son droit -son autorite (..)-le vain nom (..)-d'une impuissance -et d'une nudite -et la realite-des plus instants -des plus continuels -et des plus reels (..) "Voila au moins de quoi la memoire du Roi ne peut §tre lavee devant Dieu ni devant les hommes." Nous nous approchons de la fin de 1'exposition des reflexions saint-simonistes sur la batardise avec cette courte phrase qui fait allusion d'une facon si significative a la "memoire" du Roi/ que nul rituel ne peut plus purifier. L'on pourrait se poser la question de savoir quel est le rapport entre cette memoire a jamais souillee et les Memoires eux-m&mes: certes/ 1'oeuvre de Saint-Simon doit porter une certaine partie de la responsabilite de cette reputation tarnie. Dans ce 75 sens* le lien entre memoire (et cette memoire en particuliere/ surtout quand on la considere par rapport a 1'expression "devant les hommes") et Memoires est direct/ meme peut-etre causal/ si l'on considere que c'est grace a des oeuvres comme celle de Saint-Simon qu'une telle representation du caractere et des actions de Louis XIV a ete preservee. D'autre part/ pour ce qui est de la memoire du Roi "devant Dieu/" les ecrits d'un historien n'ont aucun effet; entre memoire et Memoires dans ce cas/ les rapports sont une pure conincidence/ a supposer toujours que les faits que presente Saint-Simon soient veridiques. En tout cas/ dans la phrase suivante/ notre auteur serrble indiquer de facon indirecte quel sera le destin du Roi devant Dieu: "Voila le dernier abime ou le conduisirent la superbe et la faiblesse (...)." Se refere-t-il a la mort ignominieuse et solitaire du monarque/ au destin de sa renommee — de 1'image de Louis XIV que tout homme aura grace aux chroniques comme celui que nous lisons —/ ou a la dimension de l'Au-Dela qui abritera ce roi malheureux a la suite de son jugement par le Roi divin? Saint-Simon ne le precise pas. L'apparition du mot "ablme" tout de suite apres son allusion au jugement de Dieu est en partie equilibree par une nouvelle mention des vraies incarnations du Mal/ "une femme plus qu'obscure et des doubles adulterins" qui "le conduisirent" vers son malheur. Cela semble absoudre le Roi/ car ces figures derroniaques doivent porter la responsabilite de sa corruption. Mais au contraire/ Saint-Simon poursuit en constatant que c'est quand meme le Roi qui est coupable/ car il "s'abandonna" a ces demons/ "a qui il fit ses tyrans." Est-ce done la faute du Roi? L'on ne peut jamais etre certain/ car les mechants "en abuserent sans aucune pudeur ni reserve." Qui/ apres tout/ pourrait resister aux importunites de toutes ces figures infernales/ en plus d'un "detestable confesseur du caractere du P. 76 Tellier"? Ces contradictions reparaissent dans la phrase suivante/ qui commence par une allusion au "repentir/ la penitence/ la reparation publique" du Roi, mais qui continue en decrivant le peche que celui-ci essaie d'expier: "un double adultere si criantr si long/ si scandaleux a la face de toute 1'Europe." Etranges remords pour un crime qui n'a pas assez trouble son auteur pour qu'il ait voulu le cacher/ et qui doit s'inspirer du fait que cette "ame si hautement pecheresse" se trouve "pr&te a paraitre devant Dieu." Voila done/ une derniere slrie d'ambiguites pour combler un portrait supremement ambivalent/ portrait qui ne sera jamais resolu aux yeux du memorialiste. Pour terminer cette partie de son examen retrospectif/ Saint-Simon tente de resumer les repercussions politiques et sociales qu'ont eues les actions de cette ame "chargee d'un regne de cinquante-six le sien," actions enumerees une derniere fois sous forme d'une liste de crimes impardonnables ("l'orgueil/ le luxe/ les batiments/ les profusions en tout genre/ et les guerres continuelles/ et la superbe")/ quoique ce soient pour la plupart les aspects de ce regne dont nous nous souvenons le plus facilement: la pompe et les ceremonies/ la splendeur du chateau de Versailles/ la puissance militaire qui a fait trembler toute 1'Europe... Ces elements/ qui ont acquis la valeur de symboles aujourd'hui/ ne suscitent aucun sentiment d'admiration chez Saint-Simon/ qui les considere plutdt comme "la source et la nourriture" de toute une serie de catastrophes apocalyptiques "au-dedans et au-dehors": dans 1'elaboration de cette derniere expression le memorialiste cherche a elargir la portee de sa vision/ par des allusions directes ("par toute 1'Europe") et indirectes ("un miracle du Tout-Puissant/" ce qui e vogue le ciel et tout l'univers Chretien). Ainsi/ tout comme l'orgueil d'Adam — qui l'a poussl a manger le fruit defendu dans le vain espoir d'Stre "comme des dieux" — a mis en marche toute la m§canique qui menera enfin (d1apres les Ecrits saints) aux fevenements decrits dans 1'Apocalypse/ la superbe de Louis XIV a "repandu tant de sang/ consume tant de miliards (...)/ mis sans cesse le feu par toute 1'Europe/ confondu et aneanti tous les ordres/ les regies/ les lois les plus anciennes et plus sacrees de l'Etat/ reduit le Royaume a une misere irremediable/ et si imminemment pres de sa totale perte (,..)."^ Le Roi n'est done pas un dieu createur/ malgre sa puissance — dont il a abuse horriblement — mais un etre dechu qui/ aiguillonne par ses ambitions/ a dechaine la misere et la destruction partout dans son pays. Avec ses dernieres remarques/ Saint-Simon remet le monarque carrement a sa place dans l'ordre des choses: "tie Royaume] n'en fut preserve que par un miracle du Tout-Puissant." Enfin une indication que le Salut reste toujours possible: le vrai Tout-Puissant/ celui que Louis XIV ne pouvait que singer/ realise tout ce que ce monarque n'a pas pu accomplir. II corrige les erreurs du Roi en defaisant les ouvrages de celui-ci (n'oublions pas que Louis XIV/ malgre ses pouvoirs createurs/ n'a jamais pu aneantir compietement un noble et sa famille) / en privant les "creations" royales de toute autorite (et ainsi de tout leur "etre/" pouvoir et existence etant bases sur leur rang social). Le Salut est possible/ oui. Mais puisque Louis XIV/ comme Dieu/ a cree un homme a son image (comme nous le verrons) / il faut toujours veiller. 78 1 LEGENDE n.f. II. (XVIe). Cour. 1. Recit populaire traditionnel/ plus ou rroins fabuleux. 2. Representation de faits ou de personnages reels/ accreditee dans 1'opinion/ mais deformee/ ou amplifiee par 1'imagination/ la partialite. III. (1594). 2. Tout texte qui accompagne une image et lui donne un sens. C'est a ce dernier sens du mot que nous faisons appel ici. ^ "Et ma vision se poursuivit. Lorsque l'Agneau ouvrit le premier des sept sceaux/ j'entendis le premier des quatre Vivants crier comme d'une voix de tonnerre: «Viens!» Et voici qu'apparut a mes yeux un cheval blanc; celui qui le montait tenait un arc; on lui donna une couronne et il partit en vainqueur/ et pour vaincre encore. "Lorsqu'il ouvrit le deuxieme sceau/ j'entendis le deuxieme Vivant crier: <<Viens!» Alors surgit un autre cheval/ rouge feu; celui qui le montait/ on lui donna de bannir la paix hors de la terre/ et de faire que l'on s'entr'egorgeat; on lui donna une grande epee. "Lorsqu'il ouvrit le troisieme sceau/ j'entendis le troisieme Vivant crier: <<Viensl>> Et voici qu'apparut a mes yeux un cheval noir; celui qui le montait tenait a la main une balance/ et j'entendis comme un voix/ du milieu des quatre Vivants qui disait: «Un litre de ble pour un denier/ trois litres d'orge pour un denier! Quant a l'huile et au vim ne les gache pas!>> "Lorsqu'il ouvrit le quatrieire sceau/ j'entendis le cri du quatridme Vivant: «Viens!>> Et voici qu'apparut a mes yeux un cheval verdatre; celui qui le montait/ on le nomme: la Mort; et 1'Hades le suivait. 79 "Alors/ on leur donna pouvoir sur le quart de la terre/ pour exterminer par l'epee* par la faim/ par la peste/ et par les fauves de la terre." (L'Apocalypse 6; 1-8). "Apres quoi je vis quatre Anges debout aux quatre coins de la terre* retenant les quatre vents de la terre pour qu'il ne soufflat point de vent (...) Et le sixieme Ange sonna... Alors j'entendis une voix venant des quatre comes de l'autel d'or place devant Dieu; elle dit au sixieme Ange portant trompette: «Relache les quatre Anges enchalnes sur le grand fleuve Euphrate.» Et l'on relacha les quatre Anges qui se tenaient prets pour l'heure et le jour et le mo is et l'annee/ afin d1 exterminer le tiers des hommes. Leur armee comptait deux cents millions de cavaliers: on m'en precisa le norrbre. Tels m'apparurent en vision les chevaux et leurs cavaliers; ceux-ci portent des cuirasses de feu* d'hyacinthe et de soufre; quant aux chevaux/ leur tete est comme celle du lion/ et leur bouche crache feu et fumee et soufre. Alors le tiers des hommes fut extermine par ces trois fleaux: le feu/ la fumee et le soufre vomis de la bouche des chevaux" (L'Apocalypse 7;1 / 9;13-18). 4 II s'ecria d'une voix puissante: «Elle est tombee/ elle est tombee/ Babylone la Grande; elle s'est changee en demeure de demons/ en repaire pour toutes sortes d'esprits impurs/ en repaire pour toutes sortes d'oiseaux impurs et degoutants>>" (L'Apocalypse 8; 2). ^ "Parti «se promener» du c6te des Flandres/ le «Bien Aim§»/ veuf de la duchesse de Chateauroux/ n'est pas pres de renoncer aux Lais: encore tout chaud de la maladie dont l'avaient sauve les prieres et les processions de M. de Metz/ il a succombe aux charmes pestilentiels de la Pompadour. Dieu ne se lassera-t-il point? L'unique fils de Louis XV/ le Dauphin Louis/ a epouse en 1745 Marie-Therese d'Espagne: elle lui donnera une fille et mourra des suites de ses couches le 22 juillet 1746. Quand il redigeait le Parallele 80 tet les Memoires], Saint-Simon soupconnait-il que la dynastie serait bientdt/ comme en 1714/ en un peril mortel? Quelques semaines apres la fin de sa redaction (a supposer qu'elle eQt et§ achevee en mai...)/ le Dauphin Louis demeurait 1'unique tige dont dependait l'avenir de la Maison de Bourbon." Yves Coirault/ "Saint-Simon et le mythe solaire: divergences et convergence dans le Parall£Le des trois premiers rois Bourbons/" Cahiers Saint-Simon 5 (1977): 6-7. 6 Voir Appendice II pour le passage des Memoires analyse dans ce troisieme chapitre. 7 Pour eviter d'encombrer ce texte avec trop d'exemples/ nous presentons ici quelques citations supplementaires: Il fallut les derniers malheurs et toute la faveur personnelle de Chamillart pour oser proposer d1 en dormer une (...); II sut s'humilier en secret sous la main de Dieu/ en reconnaitre la justice en implorer la misericorde sans avilir aux yeux des hommes sa personne ni sa couronne; Ce gemissement plus fort que lui-meme sortit violemment au-dehors; (...) et ce prince dont toute la vie s'etait ecoulee dans la disgrace mourut avec le regret de ne jouir pas d'une destination qu'il avait tant et si inutilement souhaitee et qu'il avait eu la satisfaction de voir egalement desiree par la cour/ par les troupes/ et par toute la France desquels tous il etait les del ices et l'esperance. ^ Les phrases de Saint-Simon sont meme capables de franchir les decennies et les generations d'une famille — comme l'on pourrait s'y attendre de 1'oeuvre d'un historien ou d'un memorialiste: "De 81 gouvernements ni de charges/ ils n'en avaient que ce qui avait ete rendu au grand prince de Conde par la paix des Pyrenees, non a lui/ mais au dernier Monsieur le Prince son fils/ et continues au fils de ce dernier en epousant une batarde/ puis au fils de ce mariage a la mort de son pere." Ce pouvoir particulier contribue a definir le genre dans lequel l'auteur travaille — et de la/ les buts de son oeuvre. La technique que nous decrivons ici/ de remonter aux ancfetres d'une personne et d'indiquer le sort de ses heritiers/ se trouve plus typiquement dans les portraits/ justement celebres/ esquisses par Saint-Simon a travers les M&noires. 9 [Aux gens du Parlement] "Messieurs/ leur dit-il/ c'est mon testament; il n'y a qui que ce soit que moi qui sache ce qu'il contient. Je vous le remets pour le garder au Parlement/ a qui je ne puis donner un plus grand temoignage de mon estime et de ma confiance que de l'en rendre depositaire. L'exemple des Rois mes predecesseurs et celui du testament du Roi mon pere ne me laissent pas ignorer ce que celui-ci pourra devenir; mais on l'a voulu; on m'a tourmente; on ne m'a point laisse de repos/ quoi que j'aie pu dire. Ho bien! j'ai done achete mon repos. Le voila/ emportez-le; il deviendra ce qu'il pourra; au moins j'aurai patience/ et je n'en entendrai plus parler"; [A la reine d'Angleterre] "J'ai achete du repos. J'en connais l'impuissance et 1'inutilit§; nous pouvons tout ce que nous voulons tant que nous sommes; apres nous/ nous pouvons moins que les particuliers; il n'y a qu'a voir ce qu'est devenu celui du Roi mon pere/ et aussitflt apres sa mort/ et ceux de tant d'autres Rois. Je le sais bien; malgre cela/ on l'a voulu; on ne m'a donne ni paix/ ne patience/ ni repos qu'il ne fflt fait. Oh bien! done/ Madame/ le voila fait; il deviendra ce qu'il pourra; mais au moins on ne m'en tourmentera plus" (IV: 840). Comme dans le cas d'un certaine pourcentage des anecdotes de Saint-Simon/ il n'est nullement certain que celui-ci ait §t§ un 82 temoin oculaire de cette scene; mais nous ne tenons pas a trop souligner cette idee/ car nous nous proposons d'etudier la realite du texte/ et non pas les rapports de ce texte avec les evenements "veridiques/" tels qu'ils ont eu lieu dans la "realite" de l'histoire. ^ La premiere ebauche a laquelle nous faisons allusion ici est le texte des Additions a Dangeau: ces additions sont contenues a la fin de chaque volume de 1'edition Coirault des Memoires. Dans ce cas/ l'on peut se referer au volume V/ 1034-5. 1* Pour une discussion de cette question du "tout" et du "neant/" voir 1'article de Brody/ "Saint-Simon/ peintre de la vie en declin/" Marseille 109 (1977): 185-94. •*-2 L'expression "Le fils unique de son unique frere/" avec la richesse extraordinaire de ses sons (je pense/ en particulier/ aux multiples [i])/ remplace "Son neveu" dans 1'ebauche premier. D'ailleurs/ 1'addition de deux occurrences du not "unique" fait contraste avec le superlatif a la fin de la phrase: "la plus ouverte violence/" effet antithetique que Saint-Simon semble chercher souvent dans ce texte. ^ II s'agit/ bien sur/ du Christ qui demande a Dieu — qui parle/ par consequent/ a lui-meme/ si l'on accepte le concept de la Trinite — de lui epargner la coupe que Son Pere lui a preparee. Si Louis XIV doit boire le calice qu'il s'est prepare a lui-meme/ cela doit signifier que le memorialiste lui attribue les deux r61es du Fils et du Pere (qui sont/ en tout cas/ egalement des rfiles divins). ^ Les allusions a la mort du Christ (sans mention de sa Resurrection) ne sont nullement rares dans les Memoires/ au moment de la mort du Dauphin et de la Dauphine/ par exemple: "Avec elle s'eclipserent joie/ plaisirs/ amusements memes/ et toutes especes de graces; les tenebres couvrirent toute la surface de la Cour (...)" (IV: 408); "C'etait deja environ la 83 sixieme heure quand/ le soleil s'eclipsant/ l'obscuite se fit sur la terre entiere jusqu'a la neuvieme heure" (Luc 23; 44). "Quelle imitation de Jesus-Christ sur la croix! on ne dit pas seulement a l'egard de la mort et des souffranees/ elle s'eleva bien au-dessus" (IV: 427-8). 15 "LI y eut alors de la grele et du feu mgles de sang qui fur ent jetes sur la terre: et la tiers des arbres fut consume/ et toute herbe verte fut consumee" (Apocalypse 8; 7); "Et j'entendis une voix qui/ du temple/ criait aux sept anges: «Allez/ repandez sur la terre les sept coupes de la colere de Dieu.>> (...) Et le troisieme repandit sa coupe dans les fleuves et les sources; alors/ ce fut du sang. (...) Et le septieme repandit sa coupe dans l'air; alors/ partant du temple/ une voix clama: «C*en est fait!» Et ce furent des eclairs et des voix et des tonnerres/ avec un violent tremblement de terre; non/ depuis qu'il y a des hommes sur la terre/ jamais on n'avait vu pareil tremblement de terre/ aussi violent! La Grande Cite se scinda en trois parties/ et les cites des nations croulerent (...)" (L'Apocalypse 16; 1/4/ 17-19). 84 Eh bien! ainsi parle le Seigneur Yahv§: Parce qu'il s'est dresse de toute sa taille (...)/ que son coeur s'est enorgueilli de sa hauteur> je l'ai livr§ aux mains du prince des nations/ pour qu'il le traite selon sa mechancete; je l'ai rejete — Ezechlel 31; 10-11. CHAPITRE QUATRE ~ LOUIS XIV ET LA VISION HISTORIQUE DE SAINT-SIMON Telle est la nature de tout auteur qui envisage 1'eventualit§ d'une premiere reussite/ Saint-Simon ne peut pas se refuser la tentation de faire des allusions a une suite possible a son histoire de Louis XIV. Ayant expedie celui-ci dans l'autre monde (pour ainsi dire)/ le memorialiste peut se concentrer sur les pro jets noirs du fils de Lou is / exposes mieux qu'ailleurs dans le deuxieme passage qui sera etudie ici/ passage qui traite des "Routes profondes par lesquelles le due du Maine parvient a l'etat/ nom et tout droit de prince du sang/ et au testament du Roi.1,1 En fait/ ce passage ("Routes profondes/" que j'appellerai dorenavant "le texte B")/ tire du quatrieme volume de 1'edition Coirault des Mfemoires/ precede celui qui a ete fetudie au cours du chapitre precedent ("Malheurs domestiques ou/ "le texte A")/ et qui couronne en quelque sorte le "Tableau du regne de Louis XIV" du cinquieme volume de la m§me edition. Pourtant/ le "Tableau" consistant surtout en une vue retrospective du regne entier/ le texte A traite des evenements^ qui sont anterieurs pour la plupart a la redaction du testament royal. Ainsi/ le texte A presente la "creation" des batards comme la genese de tous les problemes qui sevissent en France (creation = pech§ originel)/ tandis que dans le texte B ces creations sont fermement etablies dans la hierarchie et elles sont a la recherche d'un moyen de renforcer sinon d'ameliorer cette position/ au detriment de la stability du royaume."* D'ailleurs/ le fait que le texte A concerne le caractere du monarque/ et le texte B celui de son fils et pretendu successeur/ justifie en partie le choix d'un ordre apparemment contraire a 85 l'ordre chronologique des Memoires eux-memes. Si le texte A se concentre sur le passe (c'est-a-dire l'avenement du Mal en France)/ le texte B laisse entrevoir une vision surtout pessimiste de l'avenir sinon sous un batard (M. du Maine est mort en 1736/ sa posterite male s'eteint en 1755/ et celle du comte de Toulouse peu apres)/ selon toute possibilite (puisque la lignee du due de Bourgogne est la seule a echapper a un tel melange) / sous un monarque tache de la batardise/ cette qualite tenebreuse qui est le signe presque infaillible du Mal. L1importance de cette comparaison entre la creation sociale des enfants illegitimes du Roi d'une part/ et d'autre part une escarmouche de plus dans la lutte perpetuelle entre les forces du Bien et du Mal/— nous l'avons constats bien des fois — est capitale/ car c'est precisement cet element d'interpretation qui donne a l'Histoire toute sa signification. En effet/ 1'interpretation est un caractere presque essentiel de toute tentative d'exposer les evenements d'une epoque. Afin de dormer une vue d'ensemble qui soit a la fois coherente et significative/ tout historien cherche a decrire non seulement les evenements/ mais aussi leurs causes et leurs resultats. Et une fois que 1' interpretation entre en jeu/ on ne peut guere eviter de manier les evenements/ de faconner ce petit segment de l'histoire pour creer un tout satisfaisant. Les causes peuvent devenir les origines; les resultats prennent une allure assez finale. Deja nous ne sommes pas loin du cas de Saint-Simon/ qui/ lui/ semble avoir plus ou moins transforms le regne de Louis XIV en une miniature de 1'histoire universelle chretienne/ depuis la Creation (qui represente aussi le peche originel) jusqu'a cette confrontation finale du Bien et du Mal (la fin du monde — ou/ au moins de la France) qui est decrite dans 1'Apocalypse. Ce motif de la dualite (creation-destruction; Bien-Mal; legitime-86 illegitime; terrestre-syTrbolique) n'est pas sans importance. Nous nous sommes attardee sur le portrait supremement ambigu de Louis XlVr portrait qui n'est qu'un autre exemple du phenomene de la dualite chez Saint-Simon. Quel motif pourrait mieux evoquer 1'atmosphere de conflit et de rivalite qui signale la fin d'une ere et le debut d'une autre?4 Souvent ce caractere inevitablement double de son univers trouble le memorialiste: loin de valoriser l'ambiguite et le conflit/ Saint-Simon cherche l'ordre et 1'unite. Chaque individu a sa place dans une hierarchie implacable: un Dieu/ un monarque/ un unique successeur possible... par consequent/ tout ce qui est double est suspect. D'ou le fait que Saint-Simon souligne la dualite qui marque tous les §tres malefiques/ tandis que la victime innocente de leurs noires intrigues (le due d'Orleans) se dresse devant eux, toujours seul (dans ce passage/ Saint-Simon se contente de son rdle de temoin/ se retirant de la scene/ pour ainsi dire). Afin de faciliter notre examen de ce texte/ nous avons choisi de le diviser en cinq parties ou mouvements/ chacun comprenant deux idees principales. En effet/ l'idee de "mouvement" (dans un contexte egalement temporel et physique) — et 1'absence de mouvement — sont des elements capitaux dans ce passage comme nous le verrons. Le memorialiste se deplace sans effort entre le present de l'ecriture et le passe des evenements/ un peu a la facon d'un cineaste voulant faire un zoom/ afin de mieux suivre tous les details de l'echec du desastre qui se prepare dans la France de 1714. * * * * 87 Routes profondes du due ou Maine II est temps maintenant de venir au testament du Roi/ qui va paraltre avec de si singulieres precautions/ tant pour la profondeur du secret de tout son contenu/ que pour 1'inviolable sur ete de cette piece. Le Roi vieillissait/ et/ sans qu'il parQt aucun changement a l'exterieur de sa vie/ ce qui le voyait de plus pres commencaient depuis quelque temps a craindre qu'il ne vecdt pas longtemps. Ce n'est pas ici le lieu de s'etendre sur une sante jusque-la si forte et si egale; il suffit maintenant de dire qu'elle menacait sourdement. Accable des plus cuisants revers de la fortune apres une si longue habitude de la dominer/ il le fut bien davantage par les malheurs domestiques. Tous ses enfants avaient disparu devant lui/ et le laissaient livre aux reflexions les plus funestes. II s'attendait lui-meme a tous moments au meme genre de mort. Au lieu de trouver du soulagement a cette angoisse dans ce qu'il avait de plus intime et qu'il voyait le plus continuellement/ il n'y renoontrait que peines nouvelles. [...] Personne ne doutait du poison/ personne n'en pouvait douter serieusement/ et Mareschal/ qui en etait aussi persuade qu'eux/ n'en differait d'avis aupres du Roi que pour essayer de le delivrer d'un tourment inutile/ et qui ne pouvait que lui faire un grand mal. Mais M. du Maine avait trop d'intlret a le maintenir dans cette crainte/ et Mme de Maintenon aussi/ pour sa haine/ et pour servir ce qu'elle aimait le mieux/ dont toute l'horreur/ par leur art/ en tombait sur le seul prince d'age et de la maison royale/ que/ pour se faire place/ ils avaient entrepris de renverser: tellement que/ le Roi soutenu sans cesse dans ses pensees/ et ayant tous les jours sous les yeux le prince qu'on lui donnait pour 1*auteur de ces crimes/ et a sa table/ et a certaines heures dans son cabinet/ on peut juger du redoublement continuel de ses sentiments interieurs. [...] Leur devotion sans lacune exterieure/ leur renferme continuel le rassurait sur eux. Ils avaient eu de longue main l'art de lui persuader que M. du Maine/ quoique avec beaucoup d'esprit et de capacite pour les affaires/ dans 1'opinion de laquelle il 1'entretenait par les derniers details de ses charges/ et les details etaient un des grands faibles du Roi/ ils 1'avaient/ dis-je/ persuade que M. du Maine etait sans vues/ sans desseins/ incapable meme d'en avoir/ occupe seulement de ses enfants en bon pere de famille/ touche de grandeur uniquement par rapport a la grandeur du Roi/ dont il etait par attachement supremement amoureux/ tout simple/ tout franc/ tout droit/ tout rond/ et qui/ apres avoir travaille tout le jour a ses charges par devoir et pour lui plaire/ apres avoir donne bien du temps a la priere et a la piete/ se delassait solitairement a la chasse/ et usait dans son petit particulier de la gaiete et de l'agrement naturel de son esprit/ sans savoir le plus souvent quoi que ce soit de la cour/ ni de ce qui se passait dans le monde. Toutes ces choses plaisaient infiniment au Roi/ et le mettaient parfaitement a son aise avec un fils d'ailleurs le bien-aim§/ qui l'approchait si continuellement de si pres/ et qui l'amusait fort par ses contes et ses plaisanteries/ ou il excellait plus qu'homme que j'aie jamais connu/ avec un tour charmant/ et si aise qu'on croyait en pouvoir dire autant; en meme temps adroit a faire du mal/ a toucher cruellement le ridicule/ et tout cela avec mesure/ suivant le temps/ l'occasion/ l'humeur du Roi/ qu'il oonnaissait a fond/ et que les choses prenaient/ poussant ou enrayant avec tant d'artifice/ de naturel 88 et de grade/ qu'on aurait dit qu'il ne songeait a rien/ et/ avec cela* et toujours quand il voulait/ le plus excellent pantomime. Que si on rapproche de ceci son caractere qui est touche ailleurs/ on sentira avec terreur quel serpent a sonnettes dans le plus intime interieur du Roi. //[...] Si la couronne m§me n'etait pas leur but/ comme il semble difficile d'en douter apres ce qui a ete remarque sur l'edit qui en rend les batards capables/ au moins voulaient-ils toutes les grandeurs dont on vient de parler/ et s'assurer en m§me temps/ autant qu'il pouvait etre possible/ d'une puissance qui les etablit/ a la mort du Roi/ dans un §tat assez formidable pour les mettre en situation non seulement de se soutenir entiers d'une maniere durable/ mais encore de forcer le Regent de compter sur tout avec eux. Tout leur riait dans ce vaste dessein; eux-memes en avaient prepare les voies par les calomnies execrables dont ils avaient eu l'art profond/ et si bien suivi/ de noireir le seul prince a qui la rfegence ne pouvait etre contestee. Ils etaient parvenus/ a force d'artifices et de maneges obscurs/ mais toujours vigilants/ a persuader les ignorants et les simples/ a donner des soupcons aux autres/ a le rendre au moins suspect a tous dans Paris et dans les provinces/ et plus a la cour qu'ailleurs/ ou personne ne voulait ou n'osait approcher de M. le due d'Orleans. Ces bruits ne pouvaient pas toujours durer: on se lasse enfin de dire et de parler de la meme chose. Ils tombaient done; mais/ tdt apres/ ils reprenaient une nouvelle vigueur; on n'entendait plus s'entretenir d'autre chose/ sans savoir pourquoi cela avait repris/ et ces bouffees d'ouragan reprenaient de la sorte et se soutenaient du temps par les memes ressorts qui leur avaient donne le premier Stre. Ces bouffees leur servaient infiniment pour reveiller toutes les horreurs du Roi par les recits de ce qu'ils feignaient d'apprendre/ et pour l'entretenir sur son neveu dans les pensees les plus sinistres/ dont/ par eux-memes/ sans ces pretextes tires du public/ ils n'auraient ose lui parler souvent. Par cette conduite soutenue par les valets interieurs/ ils confirmaient le Roi par le public/ et le public par le Roi/ dont 1'eloignement pour son neveu devenait de plus en plus visible a sa cour/ et eux-m§mes le savaient faire repandre. [...] Plus ils connaissaient parfaitement le Roi/ plus ils en avaient tire de choses jusque-la inouies en faveur des batards/ plus ils connaissaient jusqu'a quelle faiblesse la tendresse et la superbe du Roi 1'avaient jete pour eux/ mieux aussi ils avaient senti a chaque cran de succes qu'il etait moins un don qu'une conquete/ a laquelle des idees anciennes du Roi/ comme on l'a dit et on l'a vu/ avaient fortement resiste/ qu'ils avaient conquis plut6t qu'obtenu/ et qu'ils en etaient redevables a l'adresse/ a 1'artifice/ au pied a pied/ si on peut hasarder ce terme/ a la perseverance/ plus qu'a tout au malaise de refuser opiniatrement les desirs opiniatres de ce qu'on aime/ de qui on veut etre aim§/ et avec qui on passe uniquement les particuliers les plus libres. [...] Ce qu'ils voulaient maintenant etait toute autre chose. Devenir par §tre ce que par fitre on ne peut devenir; d'une creature quoique couronnee en faire un createur; attaquer les princes du sang dans leur droit le plus sublime et le plus distinctif de toutes les races des hommes; introduire le plus tyrannique/ le plus inoui/ le plus pernicieux de tous les droits; aneantir les lois les plus antiques et les plus saintes; se jouer de la couronne; fouler aux pieds toute la nation; enfin persuader cet 89 epouvantable ouvrage a faire a un homme qui ne peut commander a la nature et faire que ce qui n'est pas soit/ au chef de cette race unique* et tellement interesse a en proteger le droit qu'il n'est roi qu'a ce titre/ ni ses enfants apres lui/ et a ce roi de la nation la plus attachee et la plus soumise/ de la deshonorer et de renverser tout ce qu'elle a de plus sacre/ pour possiblement couronner un double adultere/ qu'il a le premier tire du neant depuis qu'il y a des Francais/ et qui y est demeure sans cesse jusqu'a cette heure enseveli chez toutes les nations/ et jusque chez les sauvages; la tentative etait etrangement forte/ et si ce n'etait pas tout/ parce qu'elle ne pouvait se proposer seule sans s'accabler sous ses ruines/ et perdre de plus tout ce qu'on avait conquis. Ils ne virent done qu'un testamant du Roi/ dicte par eux-memes/ dont ils pussent esperer une stability de leur nouvel Stre par le respect du testateur et par les nouveaux degres de puissance dans lesquels ils se feraient etablir. Ce n'etait pas que M. du Maine put ignorer le sort ordinaire de pareilles precautions; mais il n'etait pas aussi dans le cas ordinaire a cet egard par tout ce que de longue main il avait su faire jouer d'artifices et de ressorts toujours depuis si soigneusement soutenus. [...] // Il restait encore un point/ qui n'etait pas le moins difficile/ et qui/ comme les precedents/ operat plusieurs choses a la fois; c'etait la sGrete du testament/ lorsqu'on serait parvenu a la faire faire: une surety qui fut entifere/ une surety qui augmentat le respect pour les prycautions par le bruit et la singularity/ une surety qui emportat la voix publique d'avance en faveur du testament/ une surety enfin qui rendlt 1'execution de tout ce qui s'y trouverait contenu la chose propre du Parlement et de toute la magistrature du Royaume. Mais quel iroyen de surmonter la prevention du Roi a 1'egard du Parlement/ prise des les temps de sa minority/ dont 1'impression/ qui n'avait jamais pu s'affaiblir/ 1'avait engagy sans cesse a l'abattre avec jalousie/ et souvent indignation [...]. A qui a connu le Roi/ la fermety de ses principes/ la force d'une habitude sans interruption/ l'exces de sa dyiicatesse sur tout ce qui pouvait avoir le trait le plus imperceptible a son autority/ meme dans le plus grand lointain/ cette dernifere difficulty paraitrait insurmontable. Mais il ytait dit que/ pour la punition du scandale donny au monde entier par ce double adultere/ celui qui/ le premier de tous les hommes/ et jusqu'a aujourd'hui 1'unique/ qui par un exces de puissance 1'avait tiry du neantr et enhardi par la ses successeurs a le commettre/ sentirait a chaque pas qu'il ferait apres en sa faveur 1'iniquity de ce pas dans toute sa force et sa honte; qu'il serait entrainy malgry lui a passer outre/ et que/ de degres en degres/ tous sautys malgry lui/ il en viendrait enfin/ en gemissant dans l'amertume de son ame et dans le desespoir de sa faiblesse/ a couronner son crime par la plus prodigieuse et la plus redoutable apotheose. Pour arriver a la fois a ce double but/ qui ne se pouvait syparer/ de 1'habiletS de succSder a la couronne avec le nom/ titre/ ytat entier de prince du sang/ et du testament/ la double place de Voysin ytait un coup de partie/ et un instrument dans la main de M. du Maine et de Mme de Maintenon toujours pret/ egalement necessaire et a portee de tout comme chaneelier/ et comme secretaire d'Etat qui avait pretexte de voir et de travailler avec le Roi a toute heure. Ce fut aussi sur lui que porta tout le faix. [.. J 90 // [...] Mme de Maintenon et M. du Maine changerent de batterie; ils ralentirent les efforts de Voysin/ qui avait essaye de tourner ses insinuations en propositions/ pour en venir au plan qu'ils avaient arr&te entre eux, t and is qu' eux-memes ne se rtontrerent plus au Roi que sous une forme entitlement differente de celle qu'ils avaient constamment prise jusqu'alors devant lui. Ils n'avaient jamais ete occupes qu'a lui plaire et a l'amuserf chacun en sa manidre/ a le deviner/ a le louer/ disons tout/ a l'adorer. Ils avaient redouble en tout ce qui leur avait ete possible/ depuis que/ par la mort de la Dauphine/ ils etaient devenus tous deux son unique ressource. Ne pouvant l'amener a leurs volontes en ce qu'ils consideraient comme si principalement capital/ et, a quelque prix que ce fflt/ le voulant arracher/ ils prirent une autre forme dans l'entiere securite qu'ils n'y hasarderaient rien. Tous deux devinrent serieux/ souvent momes/ silencieux jusqu'a ne repondre pas mfime a ce qui n'etait pas une interrogation precise. De cette sorte/ l'assiduite/ qui fut toujours la meme, de Mme de Maintenon dans sa chambre tant que le Roi y etait/ de M. du Maine dans les cabinets aux temps des particuliers/ ne servait plus qu'a faire sentir au Roi un poids d'autant plus triste qu'il lui etait plus inconnu [...] Le temps coulait/ et, dans l'un et l'autre des deux particuliers/ le morne s'epaissait. Voila jusqu'ou il a ete permis aux plus instruits de l'exterieur des particuliers de penetrer et ce serait faire un roman que vouloir paraitre l'Stre des scenes qui sans doute se passerent dans les tete-a-t&te pendant le long temps que ce manege dura sans se relacher en rien. La vlrite exige egalement d'exposer ce que l'on sait/ et d'avouer ce que l'on ignore; je ne puis done aller plus loin/ ni percer plus avant dans l'epaisseur de ces mysteres de tenebres. Ce qui est certain/ c'est que les deux interieurs se rasserenerent tout a coup avec la meme surprise des temoins que ce morne si continu leur avait causee/ parce qu'ils ne penetrerent pas plus la cause de la fin que celle du commencement/ et qu'ils n'arriverent que tout a la fois a cette double connaissance/ que quelques jours apres que Mme de Maintenon et M. du Maine eurent repris aupres du Roi/ et avec une sorte d'usure/ leur forme ordinaire/ c'est-a-dire a 1'epouvantable fracas de la foudre qui tomba sur la France/ et qui etonna toute 1'Europe. Il faut venir maintenant au noir evenement qui suivit l'autre de si pres/ et qui furent resolus ensemble. [...] // On etait lors a Versailles. Le dimanche 26 aoOt/ Mesmes/ premier president/ et d'Aguesseau/ procureur general/ que le Roi avait mandes/ entrerent dans son cabinet a 1'issue de son lever; ils avaient vu le Chancelier chez lui auparavant; la mecanique de la garde du depdt y avait ete actee. On peut juger que/ des que le due du Maine avait ete bien assure de son fait/ il l'avait bien discutfee avec le Premier president/ sa creature. Seuls avec le Roi/ il leur tira d'un tiroir sous sa clef un gros et grand paquet eachete de sept cachets: je ne sais si M. du Maine y voulut imiter le mysterieux livre a sept sceaux de 1'Apocalypse/ pour diviniser ce paquet. En le leur remettant: <<Messieurs/ leur dit-il [...].» A ce dernier mot, qu'il finit avec un coup de t§te fort sec, il leur tourna le dos/ passa dans un autres cabinet/ et les laissa tous deux presque changes en statue. Ils se regarderent glaces de ce qu'ils venaient d'entendre/ et encore mieux de ce qu'ils venaient de voir aux yeux et a toute la contenance du Roi, et, 91 des qu'ils eurent repris leurs sens, ils se retirerent et s'en allerent a Paris. On ne sut que 1 'apres-dinee que le Roi avait fait un testament/ et qu'il le leur avait remis. A mesure que la nouvelle se publia/ la consternation remplit la cour, tandis que les flatteurs/ au fond aussi consternes que le reste de la cour et que Paris le fut ensuite/ se tuerent de louanges et d'eloges. Comme nous le voyons dans ce passage/ Saint-Simon n'excelle pas dans l'art de la transition subtile: "II est temps maintenant de venir au testament du Roi/ qui va paraitre..." Pourtant/ cette transition quelque peu maladroite ne peut que susciter l'inter§t du lecteur pour la temporalite de l'oeuvre: a ce point dans le texte/ nous sommes au present de 1'enonciation ("Il est temps maintenant")/ et notre narrateur nous annonce le sujet dont il s'agira dans les paragraphes suivants. En effet/ 1'utilisation du verbe "aller/" qui marque le futur proche ("qui va apparaitre")/ est particulierement significative/ car elle represente non seulement ce qu'on pourrait appeler paradoxalement une prediction de l'avenir au passe/ mais aussi une dualite inherente a tout texte ecrit: l'ecart qui existe entre le temps de l'histoire et l'acte de l'ecrire (c'est-a-dire l'autonomie du texte). Dans le cas de Saint-Simon/ cet ecart est particulierement frappant; tres peu de lecteurs de nos jours le considerent comme une source digne de foi. Le futur se manifeste de nouveau a la fin de la premiere partie du passage/ marque cette fois d'une nuance conditionnelle: "Si on rapproche de ceci son caractere (...) on sentira avec terreur." Pourtant/ cela ne neutralise pas la confiance avec laquelle Saint-Simon fait cette deuxieme prediction/ qui est cependant moins justifiee que la premiere. Le testament du Roi a deja paru/ en 1714/ et ce n'est que l'ecart dont nous avons parie entre fait et texte qui empeche que 1'utilisation du futur soit denuee de sens. Par contre/ rien ne justifie la certitude du narrateur quant aux sentiments et reactions de ses lecteurs — a moins qu'il ne soit conscient de les manipuler/ ou qu'il 92 considere ces reactions comme les seules raisonnables. (Nous avons deja vu cela dans 1'analyse faite au cours du troisieme chapitre de cette etude* au moment oO Saint-Simon constate avec certitude quelles sont les emotions que Louis XIV ressent lors 1'elevation de ses enfants illegitimes.) Dans la phrase suivante* il semble que le memorialiste nous replonge dans le passe* mais au fur et a mesure que la phrase avance* la situation temporelle flotte entre le passe (des evenements) et le present (de 1'enonciation): meme au passe* le lecteur est tirailie entre la situation "actuelle" (la maladie du Roi)* le passe (les evenements qui precedent cette situation)* et le "futur" (les resultats de cette situation: la mort du Roi). passe present Le Roi vieillissait (present) Ce n'est pas ici le lieu commencaient depuis quelque temps (passfe) il suffit de dire qu'il ne vecut pas longtemps (futur) une sante jusque-la si forte (passe) elle menacait sourdement (present-futur) Il ne s'agit nullement ici d'un passe uniforme: comme la vision saint-simoniste de l'histoire* le temps (meme le temps passe) est multidimensionnel* dispose en plusieurs strates interdependantes. Meme au present* le passe (surtout quand il est question d'un passe en train de s'Scrire) evolue continuellement. Si Saint-Simon trahit souvent sa conscience du temps de 1'enonciation* il sait bien 1'importance de cette couche temporelle par rapport au passe qu'il decrit: apres tout* le present est le moment non seulement de 1'enonciation* mais aussi de 1'interpretation. Ce mouvement temporel est accompagne dans le texte d'un mouvement presque physique: "II est temps (...) de venir au testament du Roi* qui va paraitre (...)." En effet* Saint-Simon semble remarquablement conscient de son texte comme espace physique: "ce n'est pas ici le lieu de s'etendre sur 93 (...)." Ici* ce mouvement Svoque l'ordre* la position juste de chaque evenement dans 1'espace et dans le temps* le refus d'aborder tout element qui est hors de propos. Ailleurs/ nous verrons l'idee d'un mouvement physique (au moment oft il s'agit des batards) associee a l'idee de 1'instability* de 1'usurpation* de 1'empietement. Ainsi* cet element du passage contribue aussi a sa duality. Un exemple plus proche d'une ambiguity "physique" se voit dans une expression telle que "ce qui le voyait de plus pres*" qui reparait a maintes reprises dans le passage* et qui pourrait se ryfyrer a l'un de plusieurs groupes possibles. D'abord* le couple Maine-Maintenon se presente a l'esprit: "ce qu'il [le Roi] avait de plus intime et qu'il voyait le plus continuellement"; "leur devotion sans lacune exterieure* leur renfermS continuel"; "un fils d'ailleurs le bien-aimy* qui l'approchait si continuellement de si pres." Le due d'Orleans aussi craint d'etre seul en face de son cousin batard et de sa tante* sans la protection du Roi ("ayant tous les jours sous les yeux le prince qu'on lui donnait pour 1'auteur de ces crimes* et a sa table* et a certains heures dans son cabinet"). II n'y a que Mareschal* le chirurgien* qui se souci du monarque en tant qu'homme ("Mareschal... n'en diffyrait d'avis aupres du Roi que pour essayer de le delivrer d'un tourment inutile"). L'impression dominante de toutes ces personnes groupees autour de Louis XIV est celle d'un envahissement: il n'est guere ytonnant que le Roi Soleil soit accabiy de peur* avec tous ces vautours qui se rapprochent de lui comme pour l'achever. Pour souligner cette atmosphere close du cercle intime de Louis XIV* Saint-Simon ytablit une fausse duality entre les concepts d'intyriority et d'extyriority. En ryality* c'est l'interieur qui est mis en relief* tandis que chaque fois que le memorialiste fait mention de l'extyrieur* ce concept est qualifiy par le mot "sans": int£rieur extlrieur la profondeur du secret sans qu'il parQt (...) vie exterieure de tout son contenu sans lacune exterieure renfenne continuel le plus intime interieur le Roi/ qu'il connaissait a fond ses sentiments interieurs Nous avons remarque les "irouvements" de Saint-Simon, qui cherche pourtant de l'ordre et de la stability dans l'univers; paradoxalement/ ce sont les batards qui semblent chercher 11immobilite/ qui tentent de renforcer leur position dans la hierarchie de la cour — projet que notre memorialiste considere comme le renversement des lois les plus saintes du royaume» le bouleversement de l'ordre divin. En effet/ ce que Maine et Maintenon visent a stabiliser/ c'est le Roi lui-m&ne (et a travers lui/ leur pouvoir): "Mais M. du Maine avait trop d'inter&t a le maintenir dans cette crainte"; "le Roi/ soutenu sans cesse dans ces pensees"; "dans 1'opinion de laquelle il 1'entretenait par les derniers details de ses charges." D'ailleurs/ Saint-Simon n'a pas tort de les accuser eux-m&mes de irouvements subversifs; car derriere leur apparente immobilite/ ils cherchent non seulement a consolider leur rang usurpe/ mais a s'avancer. Done/ malgre leurs efforts de figer le Roi pour ainsi dire/ il y a un certain mouvement qui leur est associe: "cette crainte (...) dont toute l'horreur/ par leur art/ en tonbait sur le seul prince"; "ils avaient entrepris de renverser"; "un fils/ d'ailleurs le bien-aime/ qui l'approchait si continuellement"; "suivant le temps/ 1'occasion/ l'humeur du Roi"; "si on rapproche de ceci son caractere qui est touche ailleurs." A part les verbes "tomber" et "renverser/" qui evoquent carrement la destruction totale de l'ordre etabli/ le mouvement predominant lie a ces §tres illegitimes/ idee evoquee par les mots "approcher/" "suivre/" et "rapprocher/" est un empietement 95 sournois. En effet* 1'absence de mouvement n'est pas la seule illusion dont ceux-ci se parent afin d'atteindre leur but. Nous venons de noter l'ecart qui existe entre l'objectif ostensible des batards (la stability) et leurs veritables intentions (le droit d'acceder au trdne). La duality semble etre un aspect fondamental du caractere des forces maiyfiques — incarnees de facon inyvitable par le couple Maine-Maintenon: "Mais M. du Maine avait trop d' intyrSt (...)* et Mme de Maintenon aussi / pour sa haine et pour servir ce qu'elle aimait de mieux." Meme leurs actions semblent viser un double but: "leur devotion sans lacune exterieure* leur renfermy continuel." Sinon* le resultat de ces actions tend a renforcer (a redoubler en quelque sorte) un effet qu'il ont deja provoquy: "on peut juger du redoublement de ses sentiments intyrieurs." Cela par contraste avec l'innoncence du "seul prince d'age et de la maison royale*" "le seul prince a qui la rygence ne pouvait ytre contestye*" de qui "personne ne voulait ou n'osait approcher." Ainsi* ils cherchent a cacher cette nature double qui les marque du signe du Mal: "Ils avaient eu de longue main l'art de lui persuader que M. du Maine* quoique avec beaucoup d'esprit et de capacity pour les affaires* dans 1'opinion de laquelle il 1'entretenait par les derniers details de ses charges* et les dytails etaient un des grands faibles du Roi* ils 1'avaient* dis-je* persuady que M. du Maine ytait sans vues* sans desseins* incapable meme d'en avoir* occupy seulement de ses enfants en ton pfere de famille*^ touchy de grandeur uniquement par rapport a la grandeur du Roi* dont il ytait par attachement supremement amoureux* tout simple* tout franc* tout droit* tout rond* et qui* apres avoir travailiy tout le jour a ses charges par devoir et pour lui plaire* apres avoir donny bien du temps a la priere et a la piyty* se delassait solitairement a la chasse* et usait dans son petit particulier de la gaiety et de l'agrement naturel de son esprit, sans savoir le plus souvent quoi que ce soit de la cour/ ni de ce qui se passait dans le monde." Un bon effort/ en verite/ si l'on ne cherche pas/ derriere le sens des mots/ la structure de cette longue phrase: "beaucoup d*esprit et de capacite/" "les derniers details (...) et les details etaient (...)/" "Ils avaient (...)/ ils avaient/ dis-je/" "sans vues/ sans desseins/" "bouche de grandeur (...) la grandeur du Roi/" "apres avoir travaille (...) apres avoir donne/" "a la priere et a la piete/" "de la gaite et de l'agrement/" et ainsi de suite. La v6rit§ ne peut pas se dissimuler/ en depit de toute tentative pour la voiler ou la difformer. Ces deux illusions (1'absence de mouvement et la solitude — tandis qu'en realite/ l'activite des £tres malefiques est caracterisee a la fois par un desir de s'avancer ou de s'elever/ et par une tendance a oomploter a deux) se ressemblent par rapport aux veritables objectifs des batards. En ce qui oo neeme 1'opposition stabilite-mouvement/ nous avons deja remarque que M. du Maine et Mme de Maintenon/ tout en feignant de ne vouloir que consolider leur position a la cour/ visent a des fins toujours plus ambitieuses; en verite/ c'est plutfit Louis XIV lui-m&me qu'ils chercheht a figer dans ses prejuges contre M. d'Orleans. Cela devient evident au debut de la deuxieme section du passage (qui concerne les objectifs du couple Maine-Maintenon/ et le projet du testament): Si la couronne meme n'etait pas leur biit./ comme il semble difficile d'en douter apres ce qui a ete remarque sur l'edit qui en rend les batards capable/ au moins voulaient-ils toutes les grandeurs dont on vient de parler/ et s*assurer en meme temps/ autant qu'il pouvait §tre possible/ d'une puissance qui les etablit/ a la mort du Roi/ dans un etat assez formidable pour les mettre en situation non seulement de se soutenir entiers d'un maniere durable/ mais encore de forcer le Regent de compter sur tout avec eux. Dans cette premiere phrase/ les seuls mots qui suggerent un certain mouvement/ ou desir de s'avancer/ sont "but" (qui est renforce un peu plus loin par les expressions "eux-memes en avaient prepare les voies (...) et si 97 bien suivi (...)"; "lis etaient parvenus (...)") et "forcer/" qui evoque la puissance derriere toute action physique. Bien suo ces deux elements lexicaux sont facilement depasses par la serie remarquable de mots qui soulignent la stab il iter mais qui s'accumulent tout comme les marches d'un escalier ou les barreaux d'une echelle (et le lecteur rencontre — par hasard? — a la fin de cette section* 1'expression "les nouveaux degres de puissance"). De meme* Saint-Simon admet la possibilite que ce desir apparent de stability soit authentique ("Si la couronne n'etait pas leur but")* mais il mine cette hypothese presque avant que l'encre soit seche sur la page avec une accusation typiquement vaguer grace a son caractere elliptique ("comme il semble difficile d'en douter apres ce qui a ete remarque sur l'edit qui en rend les batards capables"). Encore une fois* le lecteur doit accepter la nature "progressive" pour ainsi dire de M. du Maine. Cependant/ cette nature ne modifie nullement les tentatives de celui-ci pour raffermir les prejuges du Roi/ en faveur des enfants illegitimes et contre le due d'Orleans. Les qualites que ces etres tenebreux valorisent chez les autres ne sont pas necessairement celles qu'ils cultivent en eux-memes/ contrairement a toutes les illusions qu'ils projettent. L'on pourrait en dire autant de la duality qui marque le caractere et les activites des batards/ et de la solitude feinte qui cache leurs vrais objectifs. Nous avons examine la nature double du couple Maine-Maintenon^ dans la section precedente; l'idee de leur "double but" est reprise dans la phrase citee ci-dessus: "au moins voulaient-ils toutes les grandeurs (...) et s'assurer en meme temps (...) d'une puissance"; "pour les mettre en situation non seulement de se soutenir (...) mais encore de forcer (...)." Mfeme leur methode est "double" dans la mesure ou ils ryintroduisent toutes les vieilles calomnies contre le futur regent a la cour: "[Ces 98 bruits] tombaient done; mais/ t6t apres/ ils reprenaient une nouvelle vigueur; on n'entendait plus s'entretenir d'autre chose/ sans savoir pourquoi cela avait repris/ et ces bouffees d'ouragan reprenaient de la sorte (...) Ces bouffees leur servaient infiniment pour reveiller toutes les horreurs du Roi." Pourtant/ quand il s'agit des resultats de toutes leurs activitfes/ ce qu'ils cherchent a faire/ c'est de oorrbattre/ voire d'anlantir/ la dualite inherente au caractere du roi/ ce dont nous avons traite au debut de cette etude. Souvenons-nous des consequences desastreuses qui resultent chaque fois que Louis XIV/ encourage a chaque pas par ses enfants illegitimes/ depasse les limites qui separent ses divers rdles paternels. Les batards ont obtenu/ ou conquis/ presque tout ce qu'ils pouvaient desirer; ainsi/ il ne leur reste qu'a faire confirmer ces droits extorques pour que leur puissance -- usurpee — devienne inebranlable. Et de Louis XIV/ pere de la patrie/ a qui appartenait ce pouvoir/ il ne restera que Louis de Bourbon/ pere du tout-puissant due du Maine. Devenir par Stre ce que par §tre on ne peut devenir; d'une creature quoique couronnee en faire un createur; attaquer les princes du sang dans leur droit le plus introduire le plus tyrannique/ le plus inoui/ le plus pernicieux de tous les droits; aneantir les lois les plus antiques et les plus saintes; se jouer de la couronne; fouler aux pieds toute la nation; enfin persuader cet epouvantable ouvrage a faire a un homme qui ne peut commander a la nature et faire que ce qui n'est pas soit/ au chef de cette race unique/ et telleirent interesse a en proteger le droit qu'il nest roi qu'a ce titre/ ni ses enfants apres lui/ et a ce roi de la nation la plus attachee et la plus soumise/ de la dishonorer et de renverser tout ce qu'elle a de plus sacre/ pour possiblement couronner un double adultere/ qu'il a le premier tire du neant depuis qu'il y a des Francais/ et qui y est demeure sans cesse jusqu'a cette heure enseveli chez toutes les nations/ et jusque chez les sauvages; la tentative etait etrangement forte/ et si ce n'ltait pas tout/ parce qu'elle ne pouvait se proposer seule sans s'accabler sous ses ruines/ et perdre de plus tout ce qu'on avait conquis. Cette phrase curieusement circulaire/ qui a tout 1'effet d'une litote (Saint-Simon/ venant d'enumerer toutes les horreurs que peut attendre la France si les batards reussissent leur coup/ decrit cette tentative comme 99 "etrangement forte")* resume jusqu'a un certain point le conflit central des Memoires. II est certain qu'elle comprend des images de la creation ("devenir*" "creature*" "createur*" "introduire*" "ouvrage*" "faire que ce qui n'est pas soit*" "tire du neant") et de la destruction ("aneantir*" "renverser*" "fouler aux pieds*" "s'accabler*" "perdre"). En effet* l'histoire chretienne nous apprend que le premier acte* a cause de la Chute* mene inexorablement au deuxieme* que ces deux moments sont inextricablement lies. Ainsi* la double creation visee par Maine et Maintenon (ils esperent persuader "cet epouvantable ouvrage a faire*" c'est-a-dire 1'affirmation de leur propre creation* au Roi* lui-meme leur "creature quoique couronnee"7) est vouee a l'echec* car "elle ne pouvait se proposer seule sans s'accabler sous ses ruines." La vraie question pour Saint-Simon* c'est de savoir si la France elle-meme sera la victime du meme destin. Pour revenir a la dualite louis-quatorzienne* au debut de cette phrase ce monarque semble avoir acces encore a ses deux "personnages": il est encore Roi* detenteur des pouvoirs que donne ce titre (bien que l'adverbe "quoique*" qualifiant un des seuls mots de la phrase qui lui concede ce r61e* nous fasse soupconner que ce ne sera pas pour longtemps). Mais c'est aussi un pere indulgent qui pardonne les exces de ses enfants exigeants* alors meme qu'il est ronge par des scrupules qui jusqu'a ce point "avaient fortement resiste" a 1'elevation excessive des batards. Il est a la fois createur et creature. Ce que cherchent Maine et Maintenon* c'est de rapprocher ces deux r61es l'un de l'autre* et de les opposer l'un a l'autre: de faire triompher la gloire royale sur les hesitations de l'homme* et l'interet du pere sur le sens du devoir envers "la nation la plus attachee et la plus soumise." Et une fois la fumee dissipee* il ne subsistera qu'un personnage* le monarque* car une fois qu'il aura legue par testament toute 100 son autorite a autrui/ il ne sera "roi qu'a ce titre." D'ou la reduction que nous avons vue au chapitre precedent/ Louis XIV se transformant de dieu en acolyte; et d'ou aussi 1'accent mis sur l'homme dans cette phrase — Louis de Bourbon/ simple mortel — qui/ lui/ "ne peut commander a la nature et faire que ce qui n'est pas soit." Devant l'echec de toutes ses ambitions de divinite/ Adam se retrouve dechu (Saint-Simon souligne encore une fois le fait que Louis est le premier a tirer ses batards du neant/ bien que ce ne soit pas vrai). Coupable d'avoir introduit le mal dans le paradis terrestre au lieu d'&tre un createur bienveillant/ le seul accomplissement du Roi est le fait d'avoir cree un 6tre a son image/ un fils aussi avide de la toute-puissance divine que lui-merne l'avait ete/ et qui n'est pas/ en fin de compte/ tout a fait denue d'un certain pouvoir createur: "ces bouffees d'ouragan reprenaient de la sorte et se soutenaient du temps par les memes ressorts [c'est-a-dire les efforts de Maine et de Maintenon] qui leur avaient donne le premier fttre." Saint-Simon a beau deplorer les objectifs/ voire 1*existence/ des batards — jusqu'au point ou il s'oppose a tout ce qu'ils representent/ meme lorsque ces ideals ressemblent au moins superficiellement aux siens propres —/ car il existe certaines similarites entre les methodes et les fins du memorialiste desapprobateur et celles du couple infernal. Surtout en ce qui concerne la methode de ces ennemis acharnes/ les ressemblances sont remarquables. "Ils etaient parvenus/ a force d'artifices et de maneges obscurs (...) a persuader les ignorants et les simples/ a dormer des souppons aux autres/ a le rendre au moins suspect a tous (...) [Ces bruits] reprenaient une nouvelle vigueur; on n'entendait plus s'entretenir d'autre chose/ sans savoir pourquoi cela avait repris." Cette description des calomnies circulees par Maine et Maintenon illustre d'une facon exemplaire les moyens subtils 101 auxquels ceux-ci ont recours. Deja les expressions "obscurs" et "sans savoir pourquoi" expriment clairement l'idee d'accusations voilees* d'insinuations inacheveesr de silences pleins de signification; et tout cela est mis en relief par la syntaxe des phrases. "lis etaient parvenus (...) a persuader les ignorants et les simples"... de quoi?; "a dormer des soupcons aux autres"... de quoi?; "a le rendre au moins suspect"... encore une fois* de quoi? L'absence de complement dans les trois cas illustre l'efficacite de cette methode* qui condamne sans accuser ouvertement. Plus tardr il n'y a que Voysin qui essaie de manipuler le Roi de facon directe; Maine et Maintenon reussit a arriver a leurs fins par le silence. Saint-Simon ne dedaigne pas de telles tactiques non plus. La plupart des lecteurs remarquent la predilection qu'a le memorialiste pour des ellipses (surtout l'expression "ce quir" sans antecedent immldiat)/ qui le plus souvent constituent des allusions (deliberement?) ambigues: "comme il semble difficile d'en douter apres ce qui a ete remarque sur l'edit qui en rend les batards capables"; "ces bouffees leur servaient infiniment pour reveiller toutes les horreurs du Roi par les recits de ce qu'ils feignaient d'apprendre." D'ailleurs/ quand il s'agit de raconter des histoiresf fausses ou vraies ("ces recits de qu'ils feignaient d'apprendre")r l'on ne peut s'empecher de reflechir sur 1'habitude qu'a Saint-Simon de raconter des faits qu'il a appris (et qui ne s'acoordent pas toujours avec le temoignage de ses contemporains) de la bouche d'un deuxieme parti dont "[la] droiture* [la] probite* [la] verite n'ont jamais ete douteuses en France ni dans les pays etrangers* et [la] memoire toujours exacte et nette" (II: 254). De plusr dans les deux casr le but de ces recits est un texte ecrit (testament et memoires) qui assure aux raconteurs un destin glorieux. Et enfin f ces deux tentativesr telles que Saint-Simon les deer it»- visent 102 egalement a transformer des mots en quelque chose de visible: les batards a rendre evident l'ecart entre le Roi et son neveu ("dont 1'eloignement pour son neveu devenait de plus en plus visible a sa cour/ et eux-m&mes le savaient faire repandre") / et Saint-Simon a communiquer a travers une serie de recits sa propre vision historique ("comme on l'a dit/ et comme on l'a vu"). Certes/ Saint-Simon ne semble pas reconnaltre consciemment ces menues ressemblences; dans son texte il s'oppose carrlment a tout ce que representent ces ennemis/ jusqu'au point ou — nous l'avons vu — il est pret a renier ses propre principes s'il lui semble que les batards vont les epouser. Et il ne voit rien d'inconsequent dans le fait qu'il continue a s'opposer a eux/ mfime quand ils changent de position vis-a-vis de ces principes. Dans les troisieme et quatrieme section de ce passage/ le lecteur doit justement assimiler un de ces brusques changements de position (de la part de Maine/ Maintenon et, par consequent/ de Saint-Simon lui-merne) auxquels il commence sans doute a s'habituer/9 changements qui s'annoncent par la repetition du mot "mais" qui se trouve en t§te de plusieurs phrases ("Mais quel moyen de surmonter... Mais il etait dit que...")/ et par des expressions telles que "[ils] ne se montrerent au Roi que sous une forme entierement differente/" ou "ils prirent une autre forme." Des la premiere phrase/ on constate une double opposition/ a savoir unite/ dualite et stabilite/ instabilite: II restait encore un point/ qui n'etait pas le moins difficile/ et qui/ comme les precedents/ operat plusieurs choses a la fois; c'etait la sOrete du testament/ lorsqu'on serait parvenu a la faire faire: une sflrete qui fut entiere/ une sflrete qui augmentat le respect pour les precautions par le bruit et la singularity/ une sflrete qui emportat la voix publique d'avance en faveur du testament/ une sflrete enfin qui rendit 1'execution de tout ce qui s'y trouverait contenu la chose propre du Parlement et de toute la magistrature du Royaume. 103 Si l'on considere que les batards ont toujours vise 1'unite comme butf peu semble avoir change. II ne leur reste qu'"un point" a resoudrez a savoir la surety du testament ("une sQrete qui fut entiere/ une surety qui augmentat le respect pour les precautions par le bruit et la singularitfe/ une surete qui emportat la voix publique d'avance [...]/ une surete enfin qui rendlt 1'execution de tout ce qui s'y trouverait contenu la chose propre du Parlement [...]")/ dont la singularity n'est que legerement minee par la repetition curieuse de l'article "une/" et par l'apparition brusque de la relative "qui operat plusieurs choses a la fois." Pourtantf au moment od le lecteur commence a examiner les rapports entre cette paire antithetique et l'autre (stability/ instability)/ il remarque une anicroche dans les projets de Maine et de Maintenon. Ce sont eux qui ont avancy vers leur but ("lorsqu'on serait parvenu a la faire faire")/ tandis qu'ils ont egalement reussi a "figer" les pryjugys du Roi. Pourtant/ l'ayant ameny a cet ytat de stability/ ils decouvrent leur erreur: "Mais quel rroyen de surmonter la prevention du Roi a 1'egard du Parlement/ prise des les temps de sa minority (...). A qui a connu le Roi/ la fermetfe de ses principes/ la force d'une habitude sans interruption (...)/ cette derniere difficulty paraltrait insunnontable." Le triomphe des principes qu'ils ypousaient se revele ytre une fausse victoire/ car ils ont oubliy le parti pris que le roi a toujours manifesty a 1'egard du Parlement. D'ailleurs/ s'ils ont ryussi a se debarasser d'un des personnages de Louis XIV/ c'est plutfit l'homme qui a disparu. Car le roi-dieu est fort en evidence: "quel moyen de surmonter la prevention du Roi (...)/ dont 1'impression/ qui n'avait jamais pu s'affaiblir/ l'avait engagy sans cesse a l'abattre avec jalousie (...). A qui a connu le Roi (...)/ l'exces de sa delicatesse sur tout ce qui pouvait avoir le trait le plus imperceptible a son autorite (...)." 104 Encore une fois le mot "mais" marque une rupture avec les circonstances precedentes (a savoir 1'intransigeance du Roi/ qui est apparemment insurmontable) et un brusque changement de position de la part des batards. Ils abandonnent leurs efforts pour imposer 1'iimrobilite a Louis XIV afin de l'encourager a franchir de nouveaux pas; curieusement/ dans ce projet/ meme le destin semble fitre leur complice: Mais il etait dit que/ pour la punition du scandale donne au monde entier par ce double adultere/ celui qui/ le premier de tous les hommes/ et jusqu'a aujourd'hui 1'unique/ qui par un exces de puissance l'avait tire du neant/ et enhardi par la ses successeurs a le commettre/ sentirait a chaque pas qu'il ferait apres en sa faveur l'iniquite de ce pas dans toute sa force et sa honte; qu'il serait entraine malgre lui a passer outre/ et que/ de degres en degres/ tous sautes malgre lui/ il en viendrait enfin/ en gemissant dans l'amertume de son ame et dans le desespoir de sa faiblesse/ a couronner son crime par la plus prodigieuse et la plus redoutable apotheose. Curieuse prophetie a la Saint-Simon/ quoique favorisant la position des batards: 1*accent se met definitivement sur la notion de justice divine/ sans aucun espoir de merci (souvenons-nous de 1'importance des images de la crucifixion dans les Mfemnires/ tandis que la resurrection et le salut ne preoccupent guere le memorialiste1^) / et cette punition represente la destruction totale du Royaume/ puis que Louis XIV devra "couronner" ses torts/ plutfit que de les redresser. D'ailleurs/ Saint-Simon trahit son rdle de prophete — le fait qu'il est auteur de cette prediction/ plutdt que le simple raconteur d'une idee assez repandue a son epoque — avec 1'introduction du present de l'enonciation ("et jusqu'a aujourd'hui 1'unique") dans ce temps "prophetique." Cette constatation pessimiste marque une remise en mouvement du Roi/ puisqu'il n'est pas venu assez loin: "chaque pas qu'il ferait"; "il serait entraine malgre lui a passer outre"; "de degres en degres/ tous sautes malgre lui"; "il viendrait enfin." Cependant/ les forces demoniaques/ elles 105 aussi/ sont en mouvement ("Pour arriver a ce double but")/ mais cela n'a rien d'etonnant/ car la mobilite a toujours caracterise ces etres malefiques. En effet/ dans cette partie du passage/ les traits qui jusqu'ici ont signale la presence du Mal (le mouvement et la dualite)/ oommencent a predominer. Il serait certainement difficile de trouver une phrase qui met la dualite plus en valeur que dans la phrase suivante: "Pour arriver a la fois a ce double but qui ne se pouvait separer11 (...) la double place de Voysin etait un coup de partie et un instrument dans la main de M. du Maine et Mme de Maintenon (...) comme chancelier et comme secretaire d'Etat qui avait pretexte de voir et de travailler avec le Roi a toute heure." Nous assistons/ semble-t-il/ au triomphe des valeurs negatives (puisque epousees par les batards). Les preuves dans la quatrieme section ne font rien pour modifier cette impression. Les batards ne font plus rien pour cacher leur dualite; dans un sens/ leurs mSthodes sont devenues plus directes maintenant qu'ils ont fait 1'economic des intermediaires (ceux/ par exemple/ qui perpetuaient les noires rumeurs concern ant le due d'Orleans/ arrbitieux-empoisonneur-incestueux extraordinaire). Sauf que les valeurs de ces "demons" ont change de nouveau ("[ils] changerent de batterie"; "ils prirent une autre forme"): cette fois ils sont partisans de la stability eux-memes/ tandis qu'ils encouragent le Roi a faire des pas en avant/ son opinifitrete etant un obstacle a la realisation de leurs projets. Nous avons done affaire a des etres proteens/ ce qui ne doit nullement nous surprendre/ Satan ayant toujours eu la capacity de changer de forme pour s'acoommoder aux ciroonstanees. Leurs efforts qui tendent vers une stability sont evidents des la premiere phrase: "[ils] ralentirent les efforts de Voysin/ qui avait essaye de tourner^ ses insinuations en propositions/" "plan qu'ils avaient arrets entre eux/" "celle qu'ils avaient constamment prise 106 jusqu'alors devant lui." En effet/ c'est seulement avec difficult! que Saint-Simon se retient de se lancer dans de nouveaux recits et explications en reaction contre cette immobility un peu surprenante: "Voila jusqu'ou il a ete permis (...) de penetrer"; "je ne puis done aller plus loin/ ni percer plus avant." D'ailleurs/ la situation des batards/ telle qu'elle est decrite dans les premieres phrases de cette section/ est marquee d'un certain paradoxe/ car 1'accent se met a la fois sur le changement qu'ont subi les ideals epouses par ces personnes jusqu'alors/ et sur le nouvel etat de stability qu'ils recherchent eux-memes. Dans ce mouvement vers 1'immobility/ nous reconnaissons une tension de caractere plutdt baroque/ les batards n'ytant jamais constants meme dans leur recherche de l'inconstance. Cette tension existe aussi par rapport aux motifs de 1'unity et de la duality dans cette partie du passage/ quand M. du Maine et Mme de Maintenon commeneent a reveler leur nature double/ signe d'une confiance croissante. Auparavant/ ils ont pris so in de cacher leur vraie nature par une apparence d'unicity ("Ils n'avaient jamais yty occupys qu'a lui plaire et a l'amuser chacun en sa maniyre (...) Ils avaient redoubiy en tout ce qui leur avait yty possible depuis que/ par la mort de la Dauphine/ ils ytaient devenus tous deux son unique ressource")/ mais/ devenus plus hardis/ ils ne craignent plus d'afficher leur duality (leur faussety/ comme le dirait Saint-Simon) naturelle: "Tous deux devinrent syrieux"; "l1assiduity (...) de Mme de Maintenon dans sa chambre tant que le Roi y ytait/ de M. du Maine dans les cabinets aux temps des particuliers (...) dans l'un et l'autre des deux particuliers/ le morne s'ypaissait"; "les deux interieurs se rasserenerent tout a coup"; "cette double connaissance"; "He! noir evenement qui suivit l'autre de si pres et qui furent rysolus 107 ensemble." Ainsi* le dernier mot de la section indique le fait qu'en fin de compte la dualite l'emporte sur tout souci de dissimulation. Meme dans les oommentaires du memorialiste sur son propre art* il n'est pas difficile de discerner la trace d'une resistance antithetique: "Vbila jusqu'ou il a fete permis aux plus instruits de l'exterieur des particuliers de penetrer et ce serait faire un roman que vouloir parattre l'etre des scenes qui sans doute se passerent (...). La vferite exige egalement d'exposer ce que l'on saitr et d'avouer ce que l'on ignore." L'opposition entre roman/ veriter en particulier* ressort de ces deux phrases* surtout quand on songe a ce que Saint-Simon a dit de certains autres temoignages "historiques" qui ne meritent guere ce nom. Les effets de cette serie d'oppositions sont renforces par une sorte de brouillard obscur evoque par des expressions telles que "faire sentir au Roi un poids*" "le morne s'epaissait*" "voila jusqu'ou il a ete permis (...) de penetrer*" "percer plus avant dans l'epaisseur de ces mysteres de tenebres*" "ils ne penetrerent pas plus la cause de la fin*" brouillard dans lequel 1'influence du couple malveillant se trahit. Et pourtant* malgrfe cette atmosphere nefaste* ce n'est que plus tard* au moment ou les batards ont "repris aupres du Roi* et avec une sorte d'usure* leur forme ordinaire*" qu'eclate "1'epouvantable fracas de la foudre qui tomba sur la France* et qui etonna toute 1'Europe*" et que la juste colere de Dieu se declare. Il faut comparer cette vengeance inflexible* tir6e d'actions qui sont* apres tout* justifiees en quelque sorte par la "prophetie" saint-simoniste* a 1'attenuation de la sentence dans le premier passage ("Malheurs du Roi"): "reduit le Royaume a une misere irremediable* et si imminemment pres de sa totale perte qu'il n'en fut preserve que par un miracle du Tout-Puissant." Pour aborder la cinquieme partie de ce passage* Saint-Simon a recours a 108 la meme transition plut6t maladroite que nous avons signalee au debut de la deuxieme analyse textuelle: "Il faut venir maintenant au noir evenement (...)." Nous arrivons ainsi a une des dernieres occasions auxquelles Louis XIV apparait en tant que roi-dieu/ capable d'imposer sa volonte a autrui/ suffisamment autoritaire pour impressioner ceux qui sont autour de lui. Cependantf il devient de plus en plus evident que M. du Maine/ fils de Jupiter/ attend dans les coulisses: les gens semblent §tre bien renseignes sur ce qui va arriver dans le cabinet du Roi/ car ils ont parle soit a Maine lui-merne/ soit a une de ses "creatures" ("Cn peut juger que/ des que le due du Maine avait ete bien assure de son fait/ il l'avait bien discutee avec le premier president/ sa creature"). D'ailleurs/ le testament lui-m&ne semble §tre egalement 1'oeuvre de ce "fils des tenebres": "un gros et grand paquet cachete de sept cachets: je ne sais si M. du Maine y voulut imiter le mysterieux livre a sept sceaux de 1'Apocalypse." Le testament ayant ete redige/ et les reunions sinistres ayant eu lieu/ le Roi fait venir les deux hommes d'Etat/ Mesmes et d'Aguesseau/ et leur livre le document scelle. Mais ce sont ses paroles/ auxquelles Saint-Simon a fait allusion dans le premier passage etudie ("Malheurs du Roi")/ qui temoignent de son pouvoir/ encore perceptible/ de terrasser un simple mortel. Le Roi n'est pas aveugle/ il ne dort jamais; le Roi est toujours conscient de ce qui se passe autour de lui. Et il leur rappelle le fait que ce sont toujours ses paroles qui comptent; il peut §tre manipule/ par consequence directe de ses peches/ mais tant qu'il est en vie/ il ne peut jamais perdre tout a fait sa puissance. Ensuite/ "il leur tourna le dos/ passa dans un autre cabinet/ et les laissa tous deux presque changes en statue/" montrant ainsi qu'il est capable/ tout comme son fils malefique et sa femme reprehensible/ d'imposer 109 l'iinrrobilite sur ses victimes: "Ils se regarderent glaces de ce qu'ils venaient d'entendre/ et encore mieux de ce qu'ils venaient de voir." Son action — elle-meme pleine d'une dignite etonnante — n'est pas moins significative; l'acte de tourner le dos est assez repandu dans la litterature comme signe de la mort qui s'approche.^ Nous nous attendons a ce que les repercussions de cette action (la redaction du testament — et de quel testamentI) soient graves/ surtout etant donne le ton de ce qui la precede ("l'epouvantable fracas de la fioudre"). Mais hormis une allusion directe (quoique un peu prosaique) a 1'Apocalypse/ et quelques references assez moderees aux reactions de la cour ("la consternation remplit la cour/ tandis que les flatteurs/ au fond aussi consternes que le reste de la cour et que Paris le fut ensuite/ se tuerent de louanges et d'eloges")/ Saint-Simon n'exploite pas l'occasion pour mettre en scene des manifestations vraiment frappantes de la colere divine. Ainsi/ les consequences occasionnees par ces deux noirs evenements "qui furent resolus ensemble" sont presque une chute dans le trivial par contraste a d'autres descriptions plus typiquement saint-simonistes. Pourquoi cette reticence soudaine? Certes/ une recherche excessive du sensationnel attenuerait 1'effet voulu/ au moment ou il aurait ete le plus efficace. D'ailleurs/ en mettant trop 1'accent sur le neant du Roi devant Dieu/ on ne ferait que reduire la dignite de Louis XIV/ dignite que le memorialiste vient de retablir en quelque sorte. Dans le passage precedent ("Malheurs du Roi")/ 1'accumulation de desastres provoques par la juste colere du Seigneur ne fait que souligner le stoicisme du monarque devant ces epreuves; mais dans ce passage-ci le Roi fait preuve d'une grandeur plus discrete/ d'une dignite frappante qui n'est pas tout a fait impuissante. Il semble etre conscient de s'etre laisse manipuler (d'apres ses paroles: "On ne m'a point laisse de repos") / mais il ne se tourmente pas de remords; Saint-Simon ne fait aucune mention non plus de la culpabilite supposee du Roi... 1'ayant peut-Stre absoute avec l'enonciation de sa prophetie. Louis XTV dans l'histoire Des le debut de cette etude* nous avons relev§ a plusieurs reprises l'ambigulte inherente — mais pas limitee — a la figure du Roi-Soleil telle qu'elle se presente dans les pages du memorialiste: doublement pere* tiraille entre le ciel et l'abime* a la fois coupable et victime des projets arrbitieux de ses proches* d'une part* et du destin* d'autre part... Aux yeux de Saint-Simon* qui n'est nullement unique a cet egard* Louis XIV devient 1 * incarnation de 1'epoque qu'il a tant influencee: tel Roi* tel siecle. Mais au moment ou Saint-Simon fait son entree dans les evenements de la cour et du royaume* le siecle touche deja a sa fin* et la cour somptueuse commence a tomber en decadence; dans son recit de tous ces elements* notre memorialiste ne peut pas s'empecher de souligner les aspects les plus instables et les plus inquietants d'un monde marque par le signe de la mort.1^ Ajoutez a cela le fait qu'il ne s'est jamais senti a l'aise dans ce monde* ayant pour modele la France "ideale" de Louis XIII* et l'on commence a comprendre le pessimisme de Saint-Simon. Ses Memoires sont un miroir dans lequel tout ce qu'il voit est reflete* legerement deform! par l'anxiete qu'il ressent. II va sans dire que 1'etude d'une fin entraine celle des debuts (des causes)* ainsi* il n'est guere etonnant qu'un historien aussi consciencieux que Saint-Simon construise un recit qui semble presque se suf fire; et* si l'on considere son penchant pour la religion* quel modele plus a propos que l'histoire de l'univers Chretien? Heureusement* Saint-Simon trouve en Louis XIV une figure assez grande pour 6tre le centre autour 111 duquel toume cette recreation de l'histoire humaine/ et assez versatile pour jouer la plupart des r61es (peu importe les differences fondamentales entre ces divers rdles; un monde en declin est deja plein de contradictions). Ainsi/ le Roi apparalt sous 1'aspect de tous ces personnages clefs de l'histoire biblique: Adam/ le roi David (voir/ en particulier/ la "Lettre anonyme")/ le jaloux Yahve de l'Ancien testament/ Abraham °(au moment ou il livre le due d'Orleans pieds et poings lies a la deite qu'il a faite de ses batards pour que ceux-ci puissent l'egorger)/ meme le Christ. Ayant regn§ si longtemps/ Louis represente le debut et la fin/ il est le createur qui declenche l'Apocalypse en France. Iriconsciemment/ Saint-Simon a mis le doigt sur un des problemes fondamentaux d'une monarchie absolue: ce conflit entre le pouvoir quasi-divin et les interets purement humains. Toutes ces antitheses qui traversent les M&noires comme des leitmotifs ne sont pas tout simplement les symptomes d'une angoisse inspiree par la fin d'une ere/ ni meme par la fin possible de la seule lignee legitime de la famille royale (les autres lignees ayant ete melees du sang batard). Elles sont aussi le signe des premieres felures dans la surface polie de la royaute/ les signes avant-coureurs d'un desastre encore plus menacant* en ce qui concerne 1'institution de la monarchie/ desastre qui va se jouer en France moins d'une centaine d'annees apres la mort du Roi-Soleil/ et au cours duquel un des futurs monarques a sortir de cette seule lignee de sang pur perdra sa tete. Il n'est done peut-etre pas si §tonnant que les ecrits de notre due absolutiste aient ete loues comme anti-monarchistes (meme s'ils etaient peu connus a 1'epoque) pendant la Revolution. Aussi/ Saint-Simon avait-il raison de constater que c1etait (en partie) ce conflit dans la personne royale (entre un devoir envers l'Origine du pouvoir et les fins auxquelles ce pouvoir serait utilise) qui decleneherait une situation apocalyptique/ meme si ce n'etait pas exactement 112 celle qu'il avait envisagee. 113 1 Le passage dont il s'agit est cite dans ce chapitre* a partir de la page 88. Le melange des enfants legitimes et illegitimes* par exemple* effectue par le mariage et par toutes les concessions sociales qu1avaient ete faites en faveur de ceux-ci: bref* 1'ensemble des precedes qui ont eu pour resultat la "creation sociale" des batards. ^ Nous avons vu que la stability du royaume n'est nullement* aux yeux du memorialiste* hors de danger au moment de la redaction des Memoires. Cf. fn 4 du chapitre trois. 4 "Symbole d'opposition* de conflit* de reflexion* ce nombre [deux] indique l'equilibre realise ou des menaces latentes. Il est le chiffre de toutes les ambivalences et des dedoublements (...) Le deux exprime done un antagonisme* qui de latent devient manifeste; une rivalite* une reciprocity* qui peut ytre de haine autant que d'amour." Dictionnaire des  symboles* Jean Chevalier et Alain Gheerbrant eds.* 4 vols (Paris: Seghers* 1973-4)* 188-91. ^ Si l'on considere la thematique par laquelle nous avons commencfe l'ytude prysente* il est evident que la question est presque revenue a son point de depart: tout comme dans le cas de Louis XIV lui-merne* l'on pourrait accuser le due du Maine de mettre son rdle de pere d'une lignee (legitime cette fois* mais quand meme marquee par la tache de la batardise)... qu'il vise a mettre sur le trdne... devant sa considyration pour l'avenir du royaume. II est vrai que Saint-Simon accuse M. du Maine d'un dysir d'usurper le trdne pour lui-meme* plutfit que pour ses enfants. Pourtant* il n'est pas du tout certain que ce soit la tendresse paternelle qui l'emporte sur la gloire personnelle (le plaisir de la cryation) dans 1'esprit du Roi-Soleil 114 non plus. 6 Dans une phrase extraordinaire tiree de la quatrieme section du passage* nous voyons que cette quality s1applique egalement a toutes leurs "ames damnees*" et a Voysin en particulier: "Pour arriver a la fois a ce double but* qui ne se pouvait separer* de l'habilete de succeder a la couronne avec le nom* titre* etat entier de prince du sang* et du testament* la double place de Voysin etait un coup de partie* et un instrument dans la main de M. du Maine et de Mme de Maintenon toujours pr&t* egalement necessaire et a portee de tout comme chancelier* et comme secretaire d'Etat qui avait pretexte de voir et de travailler avec le Roi a toute heure." •7 ' La circularity de cette situation est a remarquer: ils cherchent a cre&r, afin que celui-ci puisse a son tour les creer. En effet* les structures reflexives* parenthetiques et circulaires abondent dans cette section du passage: "pour se faire place*" "ils confirmaient le Roi par le public* et le public par le Roi*" "moins un don qu'une conquete (...) qu'ils avaient conquis plutdt qu'obtenu*" "devenir par §tre ce que par ytre on ne peut devenir*" "ils se feraient etablir." L'histoire aux yeux de Saint-Simon etant un reflet en quelque sorte de l'histoire de l'univers telle qu'elle se presente dans la Bible (qui se repete* l'on peut supposer continue!leroent)* pourrait-on deduire que cette serie de structures est a son tour un reflet * une mise en abyme stylistique de cette situation? ^ Il est Evident que Saint-Simon s'oppose a la dualite des batards* signe par excellence de la faussete demoniaque* mais au moment ou ceux-ci cherchent a abolir les limites qui separent les deux rdles du Roi* il se montre un partisan dlvoue de ce caractere double; il en va de meme pour 1'instability* que Saint-Simon fuit avec horreur... jusqu'au moment ou les batards cherchent a affermir les pryjugys du Roi contre le futur Regent. y Ceci par suite de 1'experience qu'il a faite de 1'innocence et de la culpabilite simultanees du Roi en ce qui cone erne l'elevation de ses enfants illegitimes/ par exemple. 10 "Vers le tiers de cette lecture/ le premier president/ grincant le peu de dents qui lui restaient/ se laissa bomber le front sur son baton qu'il tenait a deux mains/ et/ en cette singuliere posture et si marquee/ acheva d'entendre cette lecture si accablante pour lui/ si resurrective pour nous. Moi cependant je me mourais de joie/ j'en etais a craindre la dyfaillance; mon coeur/ dilate a l'exces/ ne trouvait plus d'espace a s'Stendre" (VII: 263). Dans ce rare exemple meme/ le mot "resurrective" est/ curieusement/ nie par la phrase qui le suit: "je me mourais de joie..." H Bel exemple d'une syntaxe qui semble contredire l'idee qu'elle exprime/ le reflexif "se separer" etant justement separe par le verbe conjugufe "pouvait." ^ Ce verbe est interessant/ si l'on considere le motif de la reflexivite et de la circularity que nous avons remarquy dans les sections precedentes. ^3 A propos de l'oeuvre du marychal de Villars: "Les siens ont eu 1'imprudence de laisser paraltre fort t6t apres lui des memoires qu'on ne peut myconnaltre de lui. II n'y a qu'a voir sa lettre au Roi sur sa bataille de Friedlingen: un rycit confus/ embarrassy/ mal ycrit/ sans exactitude/ sans prycision/ expressement confus (...). Ses mymoires ont la meme confusion/ et/ s'ils ont plus de dStail/ c'est pour faire plus de mensonges dont il se donne sans cesse pour le hyros. (...) C'en est assez pour avoir trSs distinctement vu que les vanteries de ces memoires sur ces campagnes-la n'ont pas seulement la moindre apparence/ et que tout ce qu'il y dit de lui est un roman. (...) Torcy m'a protesty qu'il en avait 116 admire le roman? que tout y est mensonge* et qu'aucun fait* aucun mot n'en est veritable (...) Telle a ete la vanite de Villars d'avoir voulu §tre un heros en tout genre dans la posterity* aux depens des mensonges et des calomnies qui font tout le tissue du roman de ses memoires" (II: 253-4). Saint-Simon n'epargne meme pas une des sources de ses propres Memoires? c'est-a-dire le journal du marquis de Dangeau: "La fadeur et 1'adulation de ses Memoires sont encore plus degofltantes que leur secheresse (...). Ses M&noires sont pleins de cette basse vanite* par consequent tres partiaux* et quelquefois plus que fautifs par cette raison" (VI: 279). 14 "Achab s'en alia chez lui sombre et irrite a cause de cette parole que Nabot de Yizreel lui avait dite: <<Je ne te cederai pas 1'heritage de mes peres.» II se coucha sur son lit* detourna son visage et ne voulut pas manger." Rois I 21; 4. Quant l'ot Marsilie* vers sa pareit se turnet* Pluret des oilz* tute sa chere enbrunchet; Morz est de doel* si cum pecchet l'encumbret. L'anme de lui as vifs diables dunet. AOI. [A ces mots Marsile se tourne vers le mur* des larmes coulent de ses yeux et sa t£te s'affale. Il meurt de douleur sous le poids du desastre et il donne son ame aux demons les plus ignobles.] La Chanson de Roland* traduction* preface* notes et commentaires par Pierre Jonin* collection Folio (Paris: Gallimard* 1979) 349-51. —Adieu* ma fille* lui dit-elle* finissons une conversation qui nous attendrit trop l'une et l'autre* et souvenez-vous* si vous pouvez* de tout ce que je viens de vous dire. Elle se tourna de l'autre cdte en achevant ces paroles et commanda a sa fille d'appeler ses femmes* sans vouloir l'lcouter* ni parler davantage. Mme de La Fayette* La Princesse de CLeves* chronologie et preface par Antoine Adam (Paris: Garnier-Flammarion* 1966) 68. Bien sur* les Memoires ne se terminent pas par la mort de Louis XTV* mais dans cette etude il ne s'agit que de l'histoire de la France sous 117 ce monarque; en effet* cette histoire se poursuit dans les annees suivant le deces du Roi-Soleil* jusqu'au lit de justice de 1718 et meme apres* jusqu'a l'arrestation du due du Maine au moment de la conspiration de Cellamare. 118 Alors* Celui qui siege sur le trdne declara: <<Voici/ je fais l'univers nouveau.» Puis il ajouta: «Ecris: ces paroles sont certaines et vraies.» — L'Apocalypse 21; 5. CONCLUSION La question qui se pose est de savoir/ si le memorialiste sent l'approche de la fin du monde tel qu'il le connait/ pourquoi il attend le moment de sa retraite avant de commencer la redaction d'une oeuvre qui vise la posterite plutdt que ses contemporainsf au lieu d'agir tout de suite pour eviter ce desastre* ou pour avertir les autres. Il est vrai que Saint-Simon preparait au cours des annees de nombreux memoires parlementaires qu'il a presentes a divers membres du gouvernement. II a meme ecrit une lettre anonyme au Roi* exprimant toute 1'insatisfaction qu'il ressentait devant la situation politique de la France* surtout en ce qui concerne la hierarchie sociale. Mais ces efforts sont toujours au niveau de l'ecriture; il semble que Saint-Simon n'ait jamais pu depasser ce niveau* afin d'arriver au champ d'action proprement dite. C'est une accusation souvent lancee contre le memorialiste par divers critiques* a savoir que c'etait un homme qui avait la parole facile* mais qui fuyait 1'action: En fait Saint-Simon est le perpetuel demissionnaire. Quand on prie ce sac de bile de participer a l'action* il se degonfle. Il est tout dans la contradiction* a condition qu'elle ne s'incarne jamais dans les faits. Quand on demande a ce conseiller de neant de mettre la main a la pate* pris de panique* il se derobe. Sous la Regence* il est l'ami du due d'Orleans. On le pousse au Conseil de Regence. On lui off re la charge de garde des Sceaux et celle de gouverneur du roi Louis XV: la voie droite qui mene au fauteuil de premier ministre. Il refuse cette aubaine a laquelle tant d'autres se seraient agrippes. Il est contre* dans le vide* toujours contre (Guth* 413). Selon B. Didier* les ecrivains d'une autre forme d'autobiographie (le journal intime) sont pousses a oompenser un manque de pouvoir reel dans la societe: "Souvent le diariste est un homme qui* pour des raisons diverses* se trouve 119 prive de puissance sociale* politique ou eoonomique — le tout ne faisant qu'un (...). Le journal emane soit de nobles qui ne detiennent plus dans la society nouvelle le pouvoir qu'ils auraient eu jadis (...)* soit a des bourgeois (...) a qui la societe nouvelle n'a pas donne le pouvoir qu'ils auraient pu en attendre" (Didier* 60-1). Dans le cas de Saint-Simon* c'est plutfit le contraire qui semble vrai. Le memorialiste a fui des occasions d'agir* afin de pouvoir mieux temoigner. Il est question* dans un sens* du choix entre vivre et ecrire... et Saint-Simon a choisi* de toute evidence* d'ecrire. "11 voudrait agir sans agir; s'il s'abstient lui-meme de toute incursion sur la scene d'un certain reel* c'est qu'il faudrait alors choisir et que le choix le priverait d'etre le terroin absolu de tout" (Imrruable* 227). II y a* sans doute* un certain plaisir pervers a annoncer le malheur d'autrui. Saint-Siiron se donne le r<51e de prophete dans sa "Lettre anonyire au Roi*" lorsqu'il dit* "Nathan envoye de Dieu a David luy prononca 1'arrest du chatiment de son crime (...); et depuis* comme Nathan l'avoit predit* le glaive ne se retira point de dessus la famille de David" ("L.A.": 1249). Et dans les Memoires* le memorialiste fait preuve* a plusieurs reprises* d'un plaisir pervers lorsqu'il a raison en depit des esperances des gens autour de lui. Au moment ou le due de Bourgogne part en Flandres* le memorialiste* voyant que le due de Beauvillier ne tient pas compte de ses avertissements * lui conseille de "n'oublier rien de tout ce que je lui avais dit la-dessus" (III: 127). Et quand les faits donnent raison a l'ecrivain* on soupponne que celui-ci prend un malin plaisir a raconter la scene qui en resulte: "Des avant ce fracas* le due de Beauvillier* rempli de tout ce que je lui avais dit dans les jardins de Marly sur la destination de Mgr le due de Bourgogne (...) etait venu dans ma chambre me faire comme une amende honorable* le coeur penetre de douleur. Je me contentai de le prier de comprendre qu'on ne gagnait rien en 120 place a ignorer tout ce qui se passait a la cour (...); je le priai de s'avouer aussi que les choses les moins croyables arrivaient plus souvent qu'on ne pensait" (III: 220-1). Saint-Simon (...) pour se convaincre lui-meme et les autres* use d'une methode differente* reelle celle-la* et que j'appellerai la prediction prophetique. Lorsqu'il discute de problemes politiques ou personnels avec ceux de ses amis qui sont revetus de hautes charges (...)* s'il n'arrive pas a les persuader de la solution qu'il preconise* il s'emporte et se met a tenir un discours franchement visionnaire* qui anticipe et decrit* comme si on y etait* les consequences invariablement catastrophiques qui vont sans le moindre doute decouler du parti que l'autre (...) se propose d'adopter et dont il faut le garder a tout prix (Tnirimhl p. 233). Saint-Simon a du reconnaltre que les mots lui donnaient un pouvoir qu'il n'aurait jamais pu atteindre au moyen des actions. Et en mettant ces paroles par ecrit* il augmente deja ce pouvoir; aucune charge dans le gouvernement ne peut l'egaler. Dans l'univers de son texte* c'est lui qui est roi* c'est lui qui fait les lois: Au royaume de son style* Saint-Simon detrcne Louis XIV et regne a sa place. L'absolutisme de Louis XIV etait freine par la resistance des faits* de la vieillesse* de 1'opinion. Celui de Saint-Simon ne connalt pas de bornes. Il pietine le vocabulaire* la syntaxe* le sens des mots* leurs accords* la symetrie* la correction* les bienseances. II remplace les lois des autres par les siennes* applicables a lui seul* qu'il abroge* suspend* retablit a son gre* pour leur en substituer d'autres. «Car tel est notre bon plaisir.» (Guth* 416). Certes* il est vrai que Saint-Simon se permet une certaine liberte dans le domaine du langage (les notes de l'edition Coirault des Memoires sont consacrees en grande partie aux neologismes* aux archalsmes et aux irregularites grammatical es) aussi bien que dans le domaine de la verite historique (de nombreux critiques ont souleve des erreurs de fait dans des anecdotes racontees au cours du texte). Dans un sens* le memorialiste se trouve dans la meme situation que Louis XIV (tel qu'il est presente dans l'oeuvre de Saint-Simon): prives du pouvoir dans l'arene politique* les deux hommes cherchent un nouveau domaine* celui de la creation* dans lequel ils puissent agir. En effet* les deux refusent le 121 pouvoir qui leur est du (Louis XIV le confrere a ses ministres et a ses batards et se laisse manipuler) en faveur d'une autorit! sup§rieure. Pourtant* Saint-Sirron reussit la ou Louis XIV echoue: c'est m§me grace a une des rares actions politiques de Saint-Simon que les efforts du Roi-Soleil sont voues a l'echec* car le memorialiste participe activement aux evenements qui menent au lit de justice de 1718* au cours duquel les batards sont depouilles de la plupart de leurs charges et de leurs honneurs. Ainsi* les creations du roi sont aneanties* en meme temps que ses pretentions a la divinite. Saint-Simon cherche aussi a usurper une puissance divine. Car quels sont les Memoires sinon une tentative de recreer le regne de Louis XIV et la Regence de Philippe d'Orleans selon sa propre vision des evenements? J. Cabanis considere le texte comme 1'oeuvre d'un homme "bien plus createur qu'observateur" (Cabanis* 62); pourtant* il serait plus juste de dire que la vision et la creation sont inextricablement liees* l'une a l'autre. La vision de Saint-Simon ne comprend pas seulement une description des faits* mais aussi une interpretation de ces memes faits et de la facon dont ils s'accordent avec la WP! ranschauung du memorialiste. "L'omnipotence quasi-divine du regard voit* confondus dans un seul et m§me dessin* le physique et le moral" (Immuable* 293). Il existe* bien sGr* un element de subjectivity ou d'interpretation dans toute ecriture autobiographique ou semi-autobiographique. Cependant* c'est la portee de la vision saint-simoniste* sa profondeur... et le fait que le ton en differe de presque tous les autres temoignages litteraires de 1'epoque* qui poussent des critiques tels que Sainte-Beuve a parler du memorialiste comme le "createur posthume de son epoque" (cite dans "Hantise*" 226). Tout comme Louis XIV* Saint-Simon lui aussi a cree des hommes: "Or ces personnages qu'il fait sortir de 1'ombre* c'est 1'importance relative qu'il 122 leur confere qui* seule/ leur donne 1'existence" (Clement/ 47). Et une fois ses personnages crees (ou recrees) dans les pages de son oeuvre/ Saint-Sirron continue a les juger* tel le Dieu severe de l'Ancien Testament: "Saint-Simon/ le plus minutieuxf le plus concret/ le plus colore des portraitistes/ finit par voir l'homme dans une <<aura» de jugement dernier. (...) Si l'Eglise prononce au benefice des defunts/ le souhait de l'eternel repos et d'une lumiere sans ombre* Saint-Simon les ressuscite pour les maintenir dans les affres d'un jugement permanent" (Vier/ 116-7). Parmi les victimes de cette Strange megalomanie litteraire* Louis XIV n'est pas la moins importante. En effet» le personnage du roi pose un probleme pour le memorialiste: tandis que la figure de Louis XIV est le centre autour duquel toume cette vision de l'histoire de 1'epoque/ le monarque represente le rival de Saint-Simon dans une quete de toute-puissance. Cela expliquerait 1'ambivalence du portrait de Louis dans les Memoires/ car le Roi-Soleil doit etre assez grand pour soutenir la vision de l'ecrivain/ sans pour autant etre assez grand pour eclipser le r61e de Saint-Simon lui-meme. Ainsi/ comme dans le cas de Louis XIV/ l'adversaire qui constitue la plus serieuse menace a la toute-puissance de 1'auteur n'est rien d'autre que sa propre creation. Mais en ce qui concerne la puissance et la profondeur de sa vision historique/ Saint-Simon n'a certainement pas de rival. 123 OUVRAGES CONSULTES Oeuvres de Saint-Simnn Saint-Simon* Louis de Rouvroy* due de. Mfemoires suivi des Additions au  Journal de Dangeau. Edition etablie par Yves Coirault. Bibliotheque de la Pleiade. 8 vols. Paris: Gallimard* 1983-88. —. M&noires. Texte etabli et annote par Gonzague True. Bibliotheque de la Pleiade. 7 vols. Paris: Gallimard* 1947-61. . Lettre anonyme au Roi. Dans Memoires. Texte etabli et present! par G. True. Bibliotheque de la Pleiade. Vol. 3. Paris: Gallimard* 1950. 1238-77. Etudes critiques Armogathe* Jean-Robert. "La Religion du Due de Saint-Simon dans les M&DolX££." Cahiers Saint-Simon 3 (1975): 17-20* 88-91. Auerbach* Eric. "Le Souper interrompu." Mimfesis: la representation de la r!alit£ dans la littferature occidentale. Traduit de l'allemand par Cornelius Heim. Paris: Gallimard* 1968. 395-428. Boissieu* Jean-Louis de et Anne-Marie Garagnon. "Saint-Simon: Mlmoires* annee 1715." Commentaires stylistiques. Paris: SEDES* 1987. 149-166. Bouvier-Ajam* Maurice. "Louis de Saint-Simon." Saint-Simon. Numero special de Eiirojpe. 609-10 (1980) : 3-11. Brancourt* Jean-Pierre. Le Due de Saint-Simon et la monarchie. Preface de Jean Imbert. Paris: Cujas* 1971. Brody* Jules. "Structures de personnalite et vision du monde dans les Memoires de Saint-Simon." Cahiers Saint-Sirron 4 (1976) : 13-32. . "Saint-Simon* peintre de la vie en declin." Marseille 109 (1977): 185-94. Cabanis* Jose. Saint-Simon l'admirable. Paris: Gallimard* 1974. Clement* Michelle. Politique et mystique de la famille chez Saint-Simon. These de doctorat de troisieme cycle. Universite de Clermont-II (Centre de Recherche sur la Reforme et la Contre-Reforme)* 1978. Coirault* Yves. L'Optique de Saint-Simon. Essai sur les formes de son imagination et de sa sensibilit! d'apres les Memoires. Paris: Colin* 1965. "<<Un Nathan invisible...>>: la <<lettre anonyme au Roi>> de Saint-Simon." Revue d'histoire litteraire de la Fiance. 68.3-4 (1968): 470-81. 124 "Un <<assez grand roi>>: le Louis XIV de Saint-Simon." Revue  d'histoire littferaire de la France 69.3-4 (1969): 385-92. . "Saint-Simon ou la hantise du mouvant." Studi francesi 10 (1976): 226-30. —. "Saint-Simon et le irrythe solaire: divergences et convergence dans le Parallele des trois premiers rois Bourbons." Cahiers Saint-Simon 5 (1977): 3-16. —. "Commentaire d'une page de Saint-Simon (Memoires/ 26 aout* 1715)." L'Information litteraire 31.5 (1979): 233-41. . L'Horloge et le miroir: Saint-Simon/ Memoires aoflt, 1715. Paris: C.D.U./ Sedes* 1980. . "Lumiere d'aoQt: Saint-Simon et les derniers jours de Louis XIV." Saint-Simon. Numero special de F^irope. 609-10 (1980): 12-18. —. "Entre lui et moi: le triangle litteraire dans les Memoires de Saint-Simon." Autobiography in French Literature. French literature series 12. University of South Carolina: Department of Foreign Languages and Literatures* College of Humanities and Social Sciences* 1985. 52-60. Collot* Michel. "Esthetique des Memoires: Saint-Simon baroque?" Cahiers Saint-Simon 8 (1980): 3-16. De Ley* Herbert. Marcel Proust et le due de Saint-Simon. Illinois Studies in language and literature 57. Urbana/ London: University of Illinois Press* 1966. Didier* Beatrice. Le Journal intime. Litteratures modernes 12. Paris: P.U.F.* 1976. Ferrier* Nicole. "Au Carrefour du Grand Regne et du Grand Siecle." Saint-Simon. Numero special de Ejiiope. 609-10 (1980): 19-29. Goyet* Therese. "Politique et mystique de la famille chez Saint-Simon." Cahiers Saint-Simon 7 (1979): 75-6. Guth* Paul. "Saint-Simon (1675-1755)* ou les oreilles d'ane de Midas." Pu Moyen Age a la Revolution. Tome 1 d'Histoire de la literature franchise. 2 vols. Paris: Flammarion* 1981. 412-420. Himelfarb* Helene. "Signes de damnation: le requisitoire de Saint-Simon contre Versailles." Errances et parcours parisiens de Rutebeuf £ Crevel. Responsable: Jeannine Guichardet. Paris: Service de publications* University de la Sorbonne Nouvelle (Paris III)* 1986. 33-57. Jacquiot* Josephe. "A propos de la publication de la medaille de Louis XIII d'apres Saint-Simon." Cahiers Saint-Simon 4 (1976): 47-50. 125 Kohler/ Maurice E. "L1 image de Louis XIV dans les Mfemoires de Louis de Rouvroy/ due de Saint-Simon." The French Review 44.6 (1971): 1067-77. Larthomas/ Pierre. "Il eQt ecrit moins bien s'il avait mieux ecrit." Saint-Simon. Numero special de J&irope. 609-10 (1980): 29-36. Milly/ Jean. "Un Pastiche de Proust: <<L'affaire Lemoine dans les Memoires de Saint-Simon»." Cahiers Saint-Simon 5 (1977): 17-22. Mortier/ Roland. "L'Impie foudroye (Mfemoires de Saint-Simon/ annee 1715)." Quverture et dialogue: Melanges offerts a Wolfgang Leiner A 1'occasion de son soixantifeme anniversaire. Ed. par Ulrich Doring/ Antiopy Lyroudias/ Rainer Zaiser. Tubigen: Gunter Narr Verlag/ 1988. 707-719. Muhlstein/ Anka. La Femme-soleil: les femmes et le pouvoir. Une relecture de Saint-Simon. Collection "femme." Dirigee par Colette Audry. Paris: Denoel-Gonthier/ 1976. Poisson/ Georges. "Le Due de Saint-Simon et son systeme politique." Revue des travaux de l'Academie des sciences morales et politiques 128.2 (1975): 183-99. Reichler/ Claude. "La Jambe du roi: Rigaud/ Saint-Simon et Louis XIV." fecriture 24 (1985): 55-78. Rooryck/ Di Guy. "Un voyage en abime des Mfemoires de Saint-Simon." A_tti e Mentor ie [Arcadia Society] ser. 3a 8.1 (1981-82): 239-50. Rosso/ Corrado. "Saint-Simon moraliste: un mysticisme de l'histoire." Cahiers Saint-Simon 3 (1975): 63-8/ 96-7. Sainte-Beuve/ Charles. "Saint-Simon." XVII siecle: mfemorialistes/ epistoliersr romanciers. Tome 8 des Grands fecrivains francais par Sainte-Beirye.. Etudes des lundis et de portraits classees selon un ordre nouveau et annotees par Maurice All em. 9 vols. Paris: Gamier/ 1926-30. 8: 148-232. Spitzer/ Leo. "Le Portrait de Louis XIV par Saint-Simon." Traduit de l'allemand par Eva Marcu. Cahiers Saint-Simon 7 (1979): 37-67. ["Saint-Simons portrat Ludwigs XIV." Rnmanische Stilund Literaturstudien y_Ll. Marbourg: I ]/ 1931. 1-47.] Spitzer/ Leo et Jules Brody. Approches textuelles des Mfemoires de. Saint-Simon. Preface d'Yves Coirault. Bibliographie critique des etudes consacrees a Saint-Simon/ 1958-78 par Robert A. Picken. Etudes litteraires 9. Collection dirigee par Wolfgang Leiner avec la collaboration de Jacqueline Leiner et d'Ernst Behler. Tubingen: Narr/ Place/ 1980. Taine/ Hippolyte A. "Mfemoires du due de Saint-Simon." Essais de  critique etd'histoire. 10e edition. Paris: Hachette/ 1904. 188-228. Trenard/ Louis. "La Conception du pouvoir royal d'apres Saint-Simon et Fenelon." L1Information historique 42 (1980): 74-84. 126 \ Van der Cruysse* Dirk. "Tacite et les deux beaux-peres de Saint-Simon." Cahiers Saint-Simon 6 (1978): 74-87. . Le Portrait dans les Memoires du due de Saint-Simon. Fonctions/ technique et anthropologic. Etude statistique et analytique. Paris: Nizet* 1971. —. "Introduction a cent maximes du due de Saint-Simon*" suivi de "Cent Maximes du due de Saint-Simon." Saint-Simon. Numero special de Europe 609-10 (1980): 48-62. . "Saint-Simon et les Francais." Cahiers Saint-Simon 8 (1980): 37-46. La Mort dans les Memoires de Saint-Simon: Clio au iaidin de. Thanatos. Paris: Nizet* 1981. Vier/ Jacques. "Louis de Rouvroy* due de Saint-Simon* 1675-1755." La Pensee Catholique 18.93-4 (1964): 108-49. Waelhens* Alphonse de. "Saint-Simon et le probleme du pere." Archivio di  Filosofia fasc. 2-3 (1980): 237-52. . Le Due de Saint-Simon: immuable comme Dieu et d'une suite enragee. Publications des Facultes Universitaires Saint-Louis 20. Bruxelles: Facultes universitaires Saint-Louis* 1981. 127 APPENDICE I: LE VOCABUIAIRE DE SAINT-SIMON Le vocabulaire du memorialiste est remarquable par les images de procreation et d'accouchement qui apparaissent dans les contextes les plus divers. Chaque convocation du Parlement est l'occasion de la consommation de quelque affaire; la ou deux ou trois courtisans sont reunis/ un complot est en train de naitre. En effet/ si les Memoires semblent parfois etre plutfit une chronique genealogique et sociale qu'un recit evenementiel/ cette impression est sans doute renforcee par la presence de ces allusions constantes a la procreation/ que ce soit dans l'arene politique/ militaire/ ou ecclesiastique. Dans son oeuvre/ Saint-Simon a recours a une multiplicity d'images (positives et negatives) tirees de presque toutes les Stapes d'une union metaphorique/ depuis la seduction jusqu'a la naissance ou a l'avortement d'"enfants." Prenant nos exemples de divers contextes/ nous allons essayer de montrer a quel point ces images sont repandues dans les Memoires. La victime/ s'il y en a une (c'est-a-dire lorsque la seduction n'est pas reciproque) / est encore "pure": A plus forte raison ne n'ai jamais dit Monseigneur au-dessous/ qui me voyant toujours dire Monsieur a M. le due d'Orleans/ n'oserent le trouver mauvais; et/ jusqu'a present encore/ je me suis conserve ce pucelage (III: 439). Dans ce cas/ la victime est souvent prise au depourvu/ et nous sommes temoins d'une sorte de viol qui unit deux ennemis dans une liaison grotesque: [Pontchartrain] / ardent a usurper et a etendre sa domination/ trouva cette affaire fort propre a grossir ses conquetes (...) Je ne sus rien de tout cela que lorsque Pontchartrain eut bien consomme son ouvrage (IV: 234). II hata done son dernier effort dans ma chambre pour me faire tomber dans ses filets/ et n'y pouvant reussir/ il ne tarda plus un instant a consommer sa perfidie par la plus atroce sceleratesse/ et la calomnie la plus parfaite que le demon/ possedant un homme/ lui puisse faire executer (V: 438). 128 Saint-Simon lui-meme n'hesite pas a employer de telles tactiques pour arriver a ses fins: Je cherchais moins a pousser les raisonnements et les parentheses qu'a la conduire sur d'autres objets/ afin de lui rrontrer une moderation qui animat sa raison/ sa justice/ sa persuasion venue de lui-meme/ et sa confiance/ et pour avoir le temps aussi de le sonder partout/ et de l'impregner doucement et solidement de mes sentiments et de mes vues (IV: 275). Le plus souvent/ cette action est bien recue/ a cause de 1'atmosphere de fertility qui regne a la cour: "Cet hiver fut fertile en bals a la cour" (TV: 722); "La gendarmerie est feconde en chimeres et en pretentions" (TV: 468); "Vend6me/ fecond en projets specieux et hardis/ voulait faire un grand tour pour prendre Marlborough par ses derrieres" (III: 268). Ainsi/ la plupart de ces unions metaphoriques ont deux consequences possibles/ la naissance ou 1'avortement: La forme des procedures se multiplia avec les proces/ et la chicane/ qui la rendit d'abord necessaire/ se nourrit dans la suite de ses diversites/ dont l'une et l'autre se multiplia a l'infini/ d'ou naquit un langage particulier (V: 34)/ On entend bien que c'etait celle du cardinal de Noailles/ qui enfanta depuis la fameuse constitution Unigenitus (TV: 302)/ En ce cas/ 1'action etait egalement glorieuse et utile: elle 6tait aux ennemis le fruit de leur victoire (...); leur siege etait avort&z et ils ne pouvaient plus rien entreprendre que tres difficilement du reste de la campagne (III: 242)/ Heureusement Du Bourg/ qui commandait a Strasbourg et en Alsace et qui fut bien seconds par les officiers de tous rangs/ etouffa [la sedition] dans sa naissance en faisant distribuer de 1'argent aux troupes (V: 227)/ [Ces dispositions] ne pouvaient etre plus venerables que celles de Charles V/ et en dernier lieu de Louis XIII/ ou la prudence et la sagesse avaient si essentiellement preside/ et dont 1'autorite mort-ne fut abrogee aussitdt apres la mort de ces deux grands et admirabies rois (V: 330-1). Meme lorsque 1'accouchement a lieu/ le resultat n'est pas toujours heureux: "Telle fut 1'abomination generale enfantee par la flatterie et par la cruaute" (V: 554); "La multiplication des affaires et de leurs formes/ 129 dont est nee la chicaner lepre devenue si ruineuse et si universelle/ multiplia et allongea les tenues des parlements" (V: 83). D'ailleurs/ il n'y a pas de correlation entre le succes de 1'accouchement d'une part et la llgitimite de 1*union d'autre part. Car il existe des unions legitimes ("Le Roi [...] avait hautement epouse ce parti" [IV: 6521) et illegitimes ("Je savais qu'il s'etait prostitue par des traits de la derniere bassesse" [IV: 134]). * * * * A propos de la legitimite/ nous allons examiner brievement le vocabulaire de la batardise dans les Mfemoires. Car c'est dans ce dorraine que Saint-Simon est dans son element/ et il emploie toute son ingeniosite a creer des neologismes/ a trouver de nouvelles formules afin d'exprimer son mepris: Nous assistances en nombre a cette reception/ avec la singularite d'y avoir eu a notre t§te batards et batardeaux/ et/ a notre queue a tous/ un batard d'Angleterre (III: 939)/ Il y a meme des degres de batardise/ s'il l'on en croit le memorialiste: Mme la duchesse d'Orleans/ toute batarde et uniquement occupee de la grandeur de ses freres et de ses neveuxz le desirait passionnement (IV: 295) / J'en dit autant le lendemain au comte de Toulouse et a Mme la duchesse d'Orleans/ cent fois plus batarde et plus aise que ses freres/ et qui les voyait deja couronnes (TV: 803). Au fur et a mesure que les batards oommencent a faire leur chemin dans le monde/ personne/ meme pas Saint-Simon/ ne peut se permettre le luxe d'afficher ce mepris. Mais si ces Stres illegitimes essaient de plus en plus de cacher/ les signes exterieurs de cet etat ("Peu a peu ces batards de Bourbon ont change leur barre de batards et leurs autres et diverses marques de batardise en bande/ comme les princes de cette maison/ et l'ont enfin raccourcie comme eux/ tellement qu'il n'y a plus aucune 130 diff§rence entre les armes des legitimes et des batards" [I: 363-4]), Saint-Simon dans ses Memoires cree des expressions dans le seul but de designer ce statut: Ferdinand le Catholique/ dont son pere etait/ par batardise/ cousin germain (III: 46)/ M. le due d'Orleans/ pour qui le Roi eut encore moins de repugnance/ non comme neveu / mais comme genre batardement (V: 587). * * * * Ainsi/ le vocabulaire de Saint-Simon/ son choix d'expressions et d'images se revele comme un des aspects les plus expressifs de son oeuvre. La presence/ dans un contexte/ de certains mots qui evoquent un deuxieme contexte (comme dans le cas des images d1 accouchement dans des situations politiques) est loin d'etre rare dans les Memoires? d'ou les allusions bibliques qui sont appliquees a des situations profanes/ lorsque Saint-Simon veut etablir une lien entre les niveaux cosmiques et terrestres. Les deux contextes s'eclairent l'un l'autre — n'oublions pas que le plan terrestre n'est qu'un pale reflet du plan cosmique en tout cas. De la meme maniere/ avec ses images de la procreation/ Saint-Simon nous rappelle le fait que la situation politique a 1'epoque etait largement une question de dynasties/ toutes les tetes couronnees d'Europe etaient alliees par mariage les unes aux autres. Meme au niveau lexical/ le memorialiste traite d'une facon subtile des questions soulevees par son oeuvre. 131 APPENDICE II: MALHEURS DU ROI DANS SA FAMILLE ET DANS SON INTIME DOMESTIQUEf ET SA GRANDEUR DANS LES REVERS DE IA FORTUNE A ces malheurs d'Etat/ il s'en joignit de famille/ et les plus sensibles pour le Roi. Il avait tenu avec grand so in les princes du sang fort bas/ instruit par 1'experience de son jeune age. Leur rang n'etait monte que pour elever les batards/ encore avec des preferences de ceux-ci pour leurs principaux domestiques qu'on a vues en leur lieu/ infiniment degoQtantes pour les princes du sang. De gouvernements ni de charges/ ils n'en avaient que ce qui avait ete rendu au grand prince de Conde par la paix des Pyrenees/ non a lui/ mais au dernier Monsieur le Prince son fils/ et continues au fils de ce dernier en epousant une bStarde/ puis au fils de ce mariage a la mort de son pere. De privances ni d'entrees/ aucunes/ sinon par ce mariage/ qui n'avait rien communique au prince de Conti; et/ pour le commandement des armees/ on a vu avec quel so in ils en furent tous ecartes. Il fallut les demiers malheurs et toute la faveur personnelle de Chamillart pour oser proposer d'en donner une au prince de Conti/ et par capitulation a M. le due d'Orieans / pour qui le Roi eut encore moins de repugnance/ non comme neveu/ mais comme gendre batardement/ et/ quand l'exces de la decadence forca enfin le Roi de donner l'armee de Flandres au prince de Conti/ il n'etait plus temps/ et ce prince/ dont toute la vie s'etait ecouiee dans la disgrace/ mourut avec le regret de ne jouir pas d'une destination qu'il avait tant et si inutilement souhaitee/ et qu'il avait eu la satisfaction de voir egalement desiree par la cour/ par les troupes et par toute la France/ desquels tous il etait les dei ices et l'esperance. On a vu en leur lieu les malheurs de M. le due d'Orieans en Italie/ et 1'eclat contre lui en Espagne de la princesse des Ursins/ si cruellement appuyee en France de Mme de Maintenon. Depuis l'annee 1709/ les plaies domestiques redoubierent chaque annee/ et ne se retirerent plus de dessus la famille royale. Celle qui causa trop tard la disgrace du due de 132 Vendfime fut d'autant plus cruelle qu'elle ouvrit peu les yeux. M. le prince de Conti et Monsieur le Prince furent ernportes peu apres* a six semaines l'un de l'autre. Monsieur le Due les suivit dans 1'annee* c'est-a-dire dans les douze mo is* et le plus vieux des princes du sang qui resterent n'avait alors au plus que dix-sept ans. Monseigneur mourut ensuite. Mais bientfit apres le Roi fut attaque par des coups bien plus sensibles: son coeur* que lui-m&ne avait comme ignore jusqu'alors* par la perte de cette charmante Dauphine; son repos* par celle de 1'incomparable Dauphin; sa tranquillite sur la succession a sa couronne* par la mort de l'heritier huit jours apres* et par l'&ge et le dangereux etat de 1'unique rejeton de cette precieuse race* qui n'avait que cinq ans et demi; tous ces coups frappes rapidement* tous avant la paix* presque tous durant les plus terribles perils du Royaume. Mais qui pourrait expliquer les horreurs qui furent 1'acoompagnement des trois derniers* leurs causes et leurs soupcons si diametralement opposes* si artificieusement semis et inculquls* et les effets cruels de ces soupcons jusque dans leur faiblesse? La plume se refuse a ce mystere d'abomination. Pleurons-en le succes funeste* comme la source d'autres succes horribles dignes d'en Itre sortis; pleurons-les comme le chef-d'oeuvre des tenebres* de la privation la plus sensible et qui rlflechira sur la France dans toute la suite des generations; comme le comble de tous les crimes; comme le dernier sceau des malheurs du Royaume* et que toute bouche francaise en crie sans cesse vengeance a Dieu. Telles furent les longues et cruelles circonstances des plus douleureux malheurs qui Iprouverent la Constance du Roi* et qui rendirent toutefois un service a sa renommle plus solide que n'avait pu faire tout 1'eclat de ses conqultes ni la longue suite de ses prosplritls. La grandeur d'&ne que montra constamment dans de tels et si longs revers* parmi de si sensibles secousses domestiques* ce roi si accoutume au plus grand et au plus satisfaisant empire domestique* aux plus grands succes au-dehors* se vit enfin abandonne de toutes parts par 133 la fortune. Accable au-dehors par des ennemis irrites/ qui se jouaient de son impuissance qu'ils voyaient sans ressource/ et qui insultaient a sa gloire passee/ il se trouvait sans secours/ sans ministres/ sans generaux/ pour les avoir fait et soutenus par goClt et par fantaisie/ et par le fatal orgueil de les avoir voulu et cru former lui-m&ne/ dechire au-dedans par les catastrophes les plus intimes et les plus poignantes/ sans consolation de personne/ en proie a sa propre faiblesse/ reduit a lutter seul contre les horreurs mil[le] fois plus affreuses que ses plus sensibles malheurs/ qui lui etaient sans cesse presentees par ce qui lui restait de plus cher et de plus intime/ et qui abusait ouvertement et sans aucun frein de la dependance ou il s'etait laisse tomber/ et dont il ne pouvait et ne voulait pas meme se relever/ quoiqu'il en sentit tout le poids/ incapable d'ailleurs et par un goQt invinciblement dominant/ et par une habitude tournee en nature/ de faire aucune reflexion sur l'inter§t et la conduite de ses gefiliers. Au milieu de ces fers domestiques/ cette Constance/ cette fermete d'&ne / cette egalit! exterieure/ ce soin toujours le meme de tenir tant qu'il pouvait le timon/ cette esperance contre toute esperance par courage/ par sagesse/ non par aveuglement/ ces dehors du meme roi en toutes choses/ c'est ce dont peu d'hommes auraient ete capables/ c'est ce qui aurait pu lui meriter le nom de Giand. qui lui avait ete si prematur§. Ce fut aussi ce qui lui acquit la veritable admiration de toute 1'Europe/ celle de ceux de ses sujets qui en furent temoins/ et ce qui lui ramena tant de coeurs qu'un regne si long et si dur lui avait alienes. II sut s'humilier en secret sous la main de Dieu/ en reconnaitre la justice/ en implorer la misericorde sans avilir aux yeux des hommes sa personne ni sa couronne. II les toucha au contraire par le sentiment de sa magnanimite; heureux sir en adorant la Main qui le frappait/ en recevant ses coups avec une dignite qui honorait sa soumission d'une maniere si singulierement illustre/ 134 il eflt porte les yeux sur des motifs et palpables et encore reparables/ et qui frappaient tous autres que les siens/ au lieu qu'il ne considera que ceux qui n'avaient plus de remede que l'aveu/ la douleur/ 1'inutile repentir. Quel surprenant alliage! De la lumiere avec les plus epaisses tenebres. Une soif de savoir tout/ une attention a se tenir en garde contre tout/ un sentiment de ses liens plein meme de depit jusqu'a l'aveu que lui en entendirent faire les gens du Parlement sur son testament/ et b5t apres eux la reine d'Angleterre; une conviction entiere de son injustice et de son impuissance/ terroignee de sa bouche/ c'est trop peu dire/ decochee par ses propos a ses batards/ et toutefois un abandon a eux a leur gouvernante devenue la sienne et celle de l'Etat/ et abandon si entier qu'il ne lui permit pas de s'ecarter d'un seul point de toutes leurs volontes. Qui/ presque content de s'fitre defendu en leur faisant sentir ses doutes et ses repugnances/ leur immola tout/ son Etat/ sa famille/ son unique rejeton/ sa gloire/ son honneur/ sa raison/ le mouvement intime de sa conscience/ enfin sa personne/ sa volonte/ sa liberte/ et tout cela dans leur totality entiere: sacrifice digne par son universalite d'etre offert a Dieu seul/ si par soi-meme il n'eQt pas ete abominable. Il le leur fit en leur en faisant sentir tout le vide/ en meme temps tout le poids/ et tout ce qu'il lui coQtait/ pour en recueillir au moins quelque gre/ et soulager sa servitude/ sans en avoir pu rendre son joug plus leger a porter/ tant ils sentirent leurs forces/ le besoin pressant et continuel de s'en servirz d'etreindre les chalnes dont ils avaient su le garrotter/ dans la continuelle crainte qu'il ne leur echappat pour peu qu'ils lui laissassent de liberte. Ce monarque si altier gemissait dans ses fers/ lui qui y avait tenu toute 1'Europe/ qui avait si fort appesanti les siens sur ses sujets de tous etats/ sur sa famille de tout age/ qui avait proscrit toute liberty jusqu'a la ravir aux consciences/ et le plus saintes et les plus orthodoxes. Ce gemissement plus fort que lui-meme sortit violemment au-dehors. Il ne put etre meconnu par ce qu'il dit et a la reine d'Angleterre et aux gens du Pariement, qu'il avait achete son repos, et qu'en leur remettant son testament, lui si maitre de soi et de ne dire que ce qu'il voulait et comme il le voulait dire et temoigner/ il ne put s'empecher de leur dire, comme on a vu en son lieu/ qu'il lui avait £t£ extorqu£, et qu'on lui avait fait faire ce qu'il ne voulait pas# et ce qu'il croyait ne pas devoir faire. Etrange violence/ etrange misere/ etrange aveu arrache par la force du sentiment et de la douleur! Sentir en plein cet etat et y succomber en plein/ quel spectacle! Quel contraste de force et de grandeur superieure a tous les cesastres/ et de petitesse et de faiblesse sous un domestique honteux/ tenebreux/ tyrannique! Eh! quelle verification puissante de ce que le Saint-Esprit a declarer dans les livres sapientiaux de 1'Ancient Testament/ du sort de ceux qui se sont livres a l'amour et a 1'empire des femmes! Quelle fin d'un regne si longuement admire/ et jusque dans ses derniers revers si etincelant de grandeur/ de generosite/ de courage/ et de force/ et quel abime de faiblesse/ de misere/ de honte/ d'aneantissement/ sentie/ goQtee/ savouree/ abhorree/ et toutefois subie dans toute son etendue/ et sans en avoir pu eiargir ni soulager les liens! 5 Nabuchodnosor! qui pourra sorrier les jugements de Dieu/ et qui osera ne pas s'aneantir en leur presence? LE ROI CONSIDERE A L'BOARD DE SES BATARDS On a vu en son lieu les divers degres par lesquels les enfants du Roi et de Mme de Montespan ont ete successivement tires du profond et tenebreux neant du double adultere/ et portes plus qu'au juste et parfait niveau des princes du sang/ et jusqu'au sommet de l'habilite de succeder a la couronne/ ou en simple usage par adresse/ ou a force ouverte/ ou en loi par des brevets/ des declarations/ des edits enregistres. Le recit de ce nombreux amas de faits formerait seul un volume/ et le recueil de ces monstrueuses pieces en 136 composerait un autre fort gros. Ce qui est etrange*- c'est que dans tous les temps le Roi/ a chaque fois/ ne les voulut point acoorder au point qu'a chaque fois il le fit/ et qu'il ne les voulut point marier/ je dis ses fils* dans 1'intime conviction ou il fut toujours de leur neant et de leur bassesse inneer qui n'etait relevee que par 1'effort de son pouvoir sans bornes/ et qui apres lui ne pouvait que retomber. C'est ce qu'il leur dit plus d'une fois quand l'un et l'autre lui parlerent de se marier. C'est ce qu'il leur repeta au comble de leur grandeur/ et a six semaines pres de la fin de sa vie/ lorsque/ malgre lui/ il eut tout viole en leur faveur/ jusqu'a sa propre volont&f qui flechit sous sa faiblesse. On a vu ce qu'il leur en dit/ on ne peut trop le repeter* et ce qui lui en echappa aux gens du Parlement et a la reine d'Angleterre. On peut se souvenir aussi de l'ordre qu'on a vu qu'il donna si precis au marechal de Tesse/ qui me l'a conte et a d'autres/ sur M. de Vendcme/ de ne point eviter de le commander en Italie ou on l'envoyait/ et ou Venddme etait a la tete de l'armee/ et ce qu'il ajouta avec un air chagrin qu'il ne fallait pas accoutumer ces messieurs-la a ces managements/ lequel due de Vend6me bientfit apres parvint/ et sans patenter a commander les mar§chaux de France/ et ceux-la encore qui longtemps avant lui avaient commande des armees. C'est un malheur dans la vie du Roi/ et une plaie a la France qui a continuellement ete en augmentant/ que la grandeur de ses batards/ qu'il a enfin porte[e] au comble inoui a la fin de sa vie/ dont les derniers temps n'ont ete principalement occupes qu'a la-consolider/ en les rendant puissants et redoutables. L'Amiraut§/ l'artillerie/ les carabiniers/ tant de troupes et de r§giments particuliers/ les Suisses et les Grisons/ la Guyenne/ le Languedoc/ la Bretagne en leur main les rendaient deja assez considerables/ jusqu'a la charge de grand veneur pour leur donner de quoi plaire et amuser un jeune roi. Leur rang egaie a celui des princes du sang avait coGte au Roi le renversement de toutes les regies et les droits/ et celui des lois du Royaume les plus anciennesf les plus saintes/ les plus fondamentales/ les plus intactes. II lui en coQta encore des demeles avec les puissances etrangeres/ avec Rome surtout/ a qui il fallut complaire en choses solides/ et apres avoir lutte longtemps/ pour obtenir que les ambassadeurs et les nonces rendissent aux batards les memes honneurs et les memes devoirs qu'aux princes du sang, et avec les m§mes traitements reciproques. Ce mime inter&t/ comme on l'a vu des le commencement de ces Memoires/ eleva les Lorrains sur les dues en la promotion du Saint-Esprit de 1688/ contre le goQt du Roi et la justice par lui-meme reconnuer et avouee au due de Chevreuse/ et a soutenu les memes en mil tie] occasions pour les ployer aux batards. Cette meme consideration/ comme on l'a vu en son temps/ valut 1'incognito si nouveau et si etrange au due de Lorraine lors de son hommage/ dont si etrangement aussi il essaya d'abuser. Cet exemple acquit le meme avantage aux electeurs de Cologne et de Baviere/ a la honte de la majeste de la couronne. Le mariage monstrueux de M. le due de Chartres/ depuis d'Orleans et Regent/ celui de Monsieur le Due/ ceux des filles de ces mariages avec M. le due de Berry et avec M. le prince de Conti/ ont opere ce que le Roi a vu de ses yeux/ et vu avec complaisance/ qu'except! son successeur unique/ et la branche d'Espagne/ mais exclue de la succession a la couronne par les Renonciations et les traites/ et la seule Mile de La Roche-sur-Yon fille de M. le prince de Conti et de la fille alnee de Monsieur le Prince/ il n'y a plus qui que ce soit ni male ni femelle de la maison royale/ qui ne sorte directement des amours du Roi et de Mme de Montespan/ et dont elle ne soit la mere ou la grand-mere/ et, si la duchesse du Maine n'en vient pas par elle-meme/ elle a epouse le fils du Roi et de Mme de Montespan. La fille unique du Roi et de Mme de La Valliere epousa l'aine des deux princes de Conti/ dont elle n'a point eu d'enfants; mais ce n'a pas ete la faute du Roi si cette branche seule de princes du sang a echappe a la 138 batardise/ jusqu'a ce qu'il l'en ait aussi entachee a la fin/ dans la seconde generation. N'oublions pas que c'est au refus que le prince d'Orange fit de cette princesse/ que nuls respects/ desirs/ soins/ soumissions les plus prolonges n'ont pu effacer du coeur du Roi/ qui a rendu ce fameux prince/ malgre lui/ l'ennemi du Roi et de la France/ et que cette haine a ete la source et la cause fatale de ces ligues et de ces guerres/ sous le poids desquelles le Roi a ete si pres de succomber/ fruit de cette meme batardise qui/ a trop juste titre/ se peut appeler un fruit de perdition. Ce melange du plus pur sang de nos rois/ et il se peut dire hardiment de tout 1'univers/ avec la boue infecte du double adultere/ a done ete le constant ouvrage de toute la vie du Roi. II a eu 1'horrible satisfaction de les epuiser ensemble/ et de porter au comble un melange inoui dans tous les siecles/ apres avoir ete le premier de tous les hommes de toutes les nations qui ait tire du neant les fruits du double adultere/ et qui leur ait donne l'etre/ dont le monde entier/ et police et barbare/ fremit d'abord/ et qu'il a su y accoutumer. Tandis que le chemin de la fortune fut toujours 1'attachement et la protection des batards/ celle des princes du sang/ a commencer par Monsieur/ y fut toujours un obstacle invincible. Tels furent les fruits d'un orgueil sans bornes/ qui fit toujours regarder au Roi avec des yeux si differents ses batards et les princes de son sang/ les enfants issus du tr6ne par des generations legitimes/ et qui les y rappelaient a leur tour/ et les enfants sortis de ses amours. II considera les premiers comme les enfants de l'Etat et de la couronne/ grands par la et par eux-memes sans lui/ tandis qu'il cherit les autres comme les enfants de sa personne/ qui ne pouvaient devenir/ faute d'etre par eux-memes/ par toutes les lois/ que les ouvrages de sa puissance et de ses mains. L'orgueil et la tendresse se reunirent en leur faveur; le plaisir superbe de la creation l'augmenta sans cesse/ et fut sans cesse aiguillonne d'un regard de jalousie sur la naturelle 139 independance de la grandeur des autres sans son concours. Pique de n'oser egaler la nature* il approcha du moins ses batards des princes du sang par tout ce qu'il leur donna d'abord d'etablissements et de rangs. Il tacha ensuite de les confondre ensemble par des mariages inouis* monstrueuxf multiplies pour n'en faire qu'unEel seule et meme famille. Le fils unique de son unique frere y fut enfin immole aussi avec la plus ouverte violence. Apres/ devenu plus hardi a force de crans redoubles* il mit une egalite parfaite entre ses batards et les princes du sang. Enfin pret de mourir* il s'abandonna a leur en donner le nom et le droit de succeder a la couronne* comme s'il eOt pu en disposer* et faire les hommes ce qu'ils ne sont pas de naissance. Ce ne fut pas tout. Ses soins et ses dernieres dispositions pour apres lui ne furent toutes qu'en leur faveur. Aliene avec art de son neveu* et soigneusement entretenu dans cette disposition par le due du Maine et par Mme de Maintenon* il subit le joug qu'il s'etait laisse imposer par eux; il en but le calice qu'il s'etait a lui-meme prepare. On a vu les elans de sa resistance et de ses depiteux regrets; il ne put resister a ce qu'ils en extorquerent. Son successeur y fut pleinement sacrifie* et autant qu'il fut en lui* son royaume. Tout ce qui fut nomme par anticipation pour 1'education du Roi futur n'eut d'autre motif que l'interet des batards* et rien moins que nul autre. Le due du Maine fut mis a la tete* et sous lui le marechal de Villeroi* l'homme le plus inepte a cet emploi qu'il y eOt peut-etre dans toute la France. Ajoutons que lors de ce choix il avait soixante et onze ans* et que le prince dont il etait destine gouverneur en avait cinq et demi. Saumery* tres indigne sous-gouverneur de Mgr le due de Bourgogne* et qui sous pretexte des eaux s'etait bien garde de le suivre a la campagne de Lille* avait fait ses infames preuves a son retour en faveur de Vend6me* a la cabale duquel il s'etait joint hautement. C'en fut assez pour le faire choisir au 140 due du Maine pour sous-gouverneur du Roi futur/ comme un homme vendu et a tout faire. Je n'ai point su qui avait fait nommer Joffreville pour l'autre sous-gouverneur; mais il etait trop homme d'honneur pour accepter un emploi ou il fallait se vendre; il s'en excusa. Ruffey lui fut substitue. II se disait Damas sans l'§trez mais pauvre/ court d1esprit/ qui n'envisagea que fortune/ et subsistance en attendant/ qui ne sentit pas les dangers de la place/ qui avait out son bien dans le pays de Dombes/ et par la de tout temps sous la protection du due du Maine/ n'en vit jamais que l'ecorce/ et qui l'accepta malgre sa pretendue naissance. Tout le reste fut choisi de meme/ et Mme de Maintenon qui fit son affaire de Fleury/ qui pour cela venait de quitter Frejus/ et qui en repondit. Avec de tels entours le due du Maine ne se crut pas encore suffisamment assure. Ce fut a quoi le codicille pourvut/ qui ne preceda la mort du Roi que de si peu de jours/ qui fut le dernier travail de ce monarque/ et son dernier sacrifice a la divinite qu'il s'etait faite de ses batards. Il faut le repeter: par ce dernier acte toute la maison civile et militaire du Roi etait total ement et uniquement soumise au due du Maine/ et sous lui au marechal de Villeroi/ independamment et privativement a M. le due d'Orleans/ de facon qu'il n'en pouvait §tre reconnu ni obei en rien/ mais les deux chefs de 1'education en toutes choses/ qui devenaient par la les maitres de Paris et de la cour/ et le Regent livre entre leurs mains sans aucune sflrete. Ces enormes precautions parurent encore insuffisantes/ si on ne pourvoyait a ce qui pouvait arriver. Ainsi/ en cas de rrort du due du Maine ou du marechal de Villeroi/ le comte de Toulouse et le marechal d'Harcourt/ duquel Mme de Maintenon repondit/ leur furent substitues en tout et partout/ lequel Harcourt par son etat apoplectique etait/ si faire se pouvait/ devenu encore plus inepte a ce grand emploi que le marechal de Villeroi. Le testament avait nomme et regie le Conseil de regence/ en telle sorte que toute 1'autorite de la regence fut 6t§e a M. le due d'Orleans/ que ce conseil ne fut 141 compose presque que de tous gens a la devotion du due du Maine* et desquels tous en particulier M. le due d'Orieans avait de grands sujets d'etre aliene. Tels furent les derniers soins du Roi* telles les dernieres actions de sa prevoyance* tels les derniers coups de sa puissance* ou plut6t de sa deplorable faiblesse* et des suites honteuses de sa vie: etat bien miserable* qui abandonnait son successeur et son royaume a 1'ambition a decouvert et sans bornes de qui n'aurait jamais dQ y etre seulement connu* et qui exposait l'Etat aux divisions les plus funestes* en armant contre le Regent ceux qui devaient lui etre le plus sounds* et le jetant dans la plus indispensable necessity de revendiquer son droit et son autorite* dont on ne lui laissait que le vain nom avec l'ignominie d'une impuissance et d'une nudity entiere* et la reality des plus instants* des plus continuels* et des plus reels pyrils que l'age auquel se trouvait alors tout ce qu'il y avait de princes du sang portait au comble. Voila au moins de quoi la mymoire du Roi ne peut etre lavye devant Dieu ni devant les hommes. Voila le dernier ablme ou le conduisirent la superbe et la faiblesse* une femme plus qu'obseure* et des doubles adultyrins a qui il s'abandonna* dont il fit ses tyrans* apres l'avoir yty pour eux* et pour tant d'autres* qui en abuserent sans aucune pudeur ni reserve* et un detestable confesseur du caractere du P. Tellier. Tel fut le repentir* la penitence* la ryparation publique d'un double adultere si criant* si long* si scandaleux a la face de toute 1'Europe* et les derniers sentiments d'une ame si hautement pecheresse* prete a paraltre devant Dieu* et de plus* chargee d'un regne de cinquante-six ans le sien* dont l'orgueil* le luxe* les batiments* les profusions en tout genre et les guerres continuelles* et la superbe qui en fut la source et la nourriture* avait repandu tant de sang* consumS tant de milliards au-dedans et au-dehors* mis sans cesse le feu par toute 1'Europe* confondu et anyanti tous les ordres* les regies* les lois les 142 plus anciennes et les plus sacrees de l'Etatz reduit le Royaume a une misere irremediable/ et si imminemment pres de sa totale perte qu'il n'en fut preserve que par un miracle du Tout-Puissant (V: 587-96). 143 

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
France 47 1
United States 23 3
China 7 45
Canada 4 0
United Kingdom 3 0
Romania 3 0
Ivory Coast 2 0
Unknown 2 0
Switzerland 2 0
Hong Kong 1 0
Sweden 1 0
Tunisia 1 0
Algeria 1 0
City Views Downloads
Unknown 43 21
Paris 9 0
Beijing 5 0
Ashburn 5 0
Saint-Sébastien-sur-Loire 4 0
Montreal 4 0
Suceava 3 0
Greenford 2 0
Le Havre 2 0
Dallas 2 0
Jolivet 2 0
Mountain View 2 0
Nice 2 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}
Download Stats

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0098334/manifest

Comment

Related Items