Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Une femme et son pouvoir : une étude de À la mémoire d'un héros d'Andrée Maillet Bula, R. Marie 1988

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1988_A8 B84.pdf [ 4.18MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0097935.json
JSON-LD: 831-1.0097935-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0097935-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0097935-rdf.json
Turtle: 831-1.0097935-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0097935-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0097935-source.json
Full Text
831-1.0097935-fulltext.txt
Citation
831-1.0097935.ris

Full Text

Une femme et son pouvoir: Une etude de A l a memoire d'un heros d'Andree Maillet by R. Marie Bula B.A. University of Ottawa, 1947 B.Ed. University of Manitoba, 1962 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (French Department) We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA August, 1988 ©R. Marie Bula, 1988 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department of The University of British Columbia 1956 Main Mall Vancouver, Canada V6T 1Y3 DE-6(3/81) i i ABSTRACT A Woman and Power: A Study of Andree Maillet's A la memoire d'un heros The theme of this study i s the power of women as evidenced in the novels of Andree Maillet, p a r t i c u l a r l y i n one of her later novels, A la memoire d'un h^ros. In order to establish the purpose of the author, i t was imperative to define power as i t i s generally understood, as i t s meaning has evolved and as i t i s defined by the women s p e c i f i c a l l y concerned with regaining their independence, i n this case the feminists of America. During the analysis of the novel selected, i t becomes evident that the study of power necessarily leads to the study of powerlessness i n women and to the discovery of the roots of their surrender to the control of others. The research on patriarchy, the force that keeps women down, well documented by women writers such as Simone de Beauvoir, Carolyn Heilbrun, Lisa Hobbs and Caroline Bird sheds new light on Maillet's novel, which at f i r s t reading appears to be a simple romantic ta l e of a young woman studying abroad, meeting people of a diffe r e n t culture and f a l l i n g i n love. Maillet's novel goes much deeper, as she reveals the struggle of the heroine whose stern upbringing prevents her from adapting comfortably to the freedom of her new environment. The study of the three women who have t r i e d to prepare their young charge for l i f e helps understand why this heroine i s at an impasse, why she eventually opts for a career rather than for love. In a subtle way, Mail l e t brings out the grief and hardships of women, their d i f f i c u l t y i n dealing with relationships, with war and death, and with the acquisition of greater freedom, independence and power. In this slim volume, the author incorporates a por t r a i t of the French-Canadian bourgeoisie; she sheds l i g h t on Quebec culture and introduces many well-known personalities of Quebec while punctuating her tale with intri g u i n g symbols and myths of the world. The depth and o r i g i n a l i t y of her writing, her sty l e which has been widely admired, j u s t i f y an in-depth analysis of this novel. The feminist angle i n this analysis situates the author and her work i n r e l a t i o n to other North American women writing i n a similar context. i v Table des matieres Remerelements v i Table des abreviations v Il-JTRODUCTION: LITTERATURE ET POUYOIR AU FEMININ: l a femme a traver3 l ' h i 3 t o i r e ; l a notion de pouvoir; 1'evolution recente de l a condition feminine; les ecrivains feministes et le pouvoir 1 CHAPITRE I: L'OEUYRE D'ANDREE I1AILLET DEYAHT LA CRITIQUE: d e b u t 3 d'Andree Maillet; les premiers romans; leur place dans l a l i t t e r a t u r e quebecoise; A l a memoire d'un hero3; l a t r i l o g i e inachevee; l a femme dan3 les oeuvres de Ma i l l e t 16 CHAPITRE II: UPSULE ET LE PATRIARCAT: le resume du roman; les tactiques du heros; l e 3ysteme p a t r i a r c a l ; l a defense d'Ur3ule; sa recherche d'un point d'appui; l a guerre; le3 v i c t i a e s du patriarcat 27 CHAPITRE III: URSULE ET LA SOLIDARITE DES FEMMES: Madame U; les symboles de l'eau et du c o l l i e r ; l a mere; le de3tin 47 CHAPITRE IY: LES ETAPES DU CHANGEMENT: le stereotype; l a femme "l i b e l e e ; " l a victime parfaite; changer l a condition feminine; l e destin de l a femme a r t i s t e 61 CHAPITRE Y: LA TEMPORALITE DANS A LA MEMOIRE D'UN HEROS: la structure du r e c i t ; les d i v i s i o n s du roman; l'ordre du r e c i t ; les anachronies; l e point de vue; les s i g n i f i c a t i o n s 3ymboligues 77 CONCLUSION le 3avoir actuel 3ur l a condition de l a femme; 1'etude d'A l a memoire d'un hero3 a l a lumiere de ce savoir 95 Bibliographic 99 Table des abreviations des t i t r e s La premiere mention d'un t i t r e d'Andree Maillet dans le texte de cette etude est normalement ecr i t e en toutes l e t t r e s , mais toute mention subsequente est f a i t e en abreviation selon la l i s t e qui suit. A l a memoire d'un heros MH Le Bois pourri BP Le Chene des tempetes CT Le Doux Mai . . . DM Lettres *" Siirhgnrmp L3 Le Miroir de Salome MS Nouvelles montrealaises NM Le Paradigme de 1' idole PI P r o f i l de L'Oricrnal PO Les Remparts de Quebec RQ Les renvois de page au texte de A la memoire d'un heros apparaissent tout de suite apres une c i t a t i o n entre parentheses, sans appel de note. v i Acknowledgements To a l l who have contributed to this research with their interest and support, I say merai beaucoup. Also, I extend thanks to Rejean Beaudoin who accepted to be my thesis adviser and who saw me through this endeavour with patience and high expectation; to Frances, P h i l i p , Raymond, Roger and Barbara whose unspoken pride and confidence i n me sustained my resolve; to Therese Bonneau for her time and talent i n proofreading the f i n a l draft; to David Henry for his expertise on the word processor and to Joy and Zelda for caring. 1 Introduction: Litterature et pouvoir au feminin La femme dans l ' h i s t o i r e Depuis des siecles, la femme reste i n v i s i b l e dans l ' h i s t o i r e des peuples. Chez les Grecs dont l'autorite reste indiscutee pendant plus d'un millenaire, "Silence i s woman's glory," et Aristote e c r i t : "We must look upon the female character as being a sort of n a t u r a l deficiency." 1 On sait que la Bible rend la femme responsable de la chute des humains et que c'est par e l l e que l'homme est i n d u i t en tentation. Simone de Beauvoir 2 nous rappelle la croyance des Chretiens selon laquelle la premiere femme, creee apres l'homme d'une de ses cotes (done dependante) et non du limon de la terre qui a servi a faconner Adam, est destinee a etre l'aide de l'homme, sa compagne et sa consolatrice. Pendant des siecles, e l l e reste done passive et dependante, sauf a quelques exceptions pres (Jeanne d'Arc, Elizabeth I, etc.), On l u i refuse les droits accordes a l'homme par la societe patriarcale tout en l u i attribuant beaucoup d'influence en bien et en mal: "Cherchez la femme," d i t le proverbe. La femme v i t dans cette societe patriarcale oil l'homme detient le pouvoir; e l l e accepte la negation dont e l l e est victime; e l l e se croit inferieure. E l l e est systematiquement privee de tout pouvoir. Plus e l l e est subordonnee, plus e l l e est u t i l e . Les seules exceptions a ce t r i s t e etat sont quelques rares femmes de grande envergure, militantes, tres douees; dans le r i t e romain, les vierges martyres. 3 Mais e l l e s restent inconnues du grand public. II appartient a des femmes comme Michele Jean, 4 Berenice C a r r o l l 5 et Dale Spender 6 de les t i r e r de 1'oubli. Les femmes d'aujourd'hui qui suivent avec interet le mouvement feministe sont ravies des progres accomplis pour et par leurs soeurs. L'heroine forte, epanouie et couronnee de succes dans la f i c t i o n romanesque ajoute au p l a i s i r de l i r e et signale une amelioration soutenue de la condition feminine dans la vie r e e l l e . Avec les Florentine de Gabrielle Roy7 et les Heloise de Marie-Claire B l a i s , 8 ce nouveau personnage f a i t volte-face. La question se pose: comment l'ecrivaine quebecoise r e u s s i t - e l l e a decrire une femme qui refuse la vie traditionnelle tout en demeurant sympathique aux lectrices? Les grandes auteures feministes du 19e s i e c l e comme Jane Austen 9 et George E l i o t 1 0 se pliaient aux demandes du public en mariant leurs heroines a des pretendants beaux et riches a la f i n du roman, ou en faisant mourir oelles qui avaient ete infideles tandis que l'homme adultere p r o f i t a i t de son experience pour enriohir sa vie. La notion de pouvoir On ne s'etonnera pas de constater que la femme a surmonte la perception negative de son sexe et qu'elle a evolue pour assumer son independence et prendre le pouvoir. "Prendre le pouvoir" peut troubler ceux qui jusqu'ici l'ont detenu: les hommes. Mais pouvoir ne s i g n i f i e pas necessairement domination. Pouvoir et liber t e sont complementaires. Traditionnellement, le pouvoir d'une personne ou d'un groupe menacait dans la mesure ou l'on croyait que l'un augmentait son pouvoir au detriment de 1'autre. Depuis quelques deoennies, i l existe toute une l i t t e r a t u r e sur le pouvoir de la femme, a l a suite du t r a v a i l commence par des ecrivaines comme Simone de Beauvoir, 1 1 Betty Friedan, 1 2 Michele Jean, 1 3 Caroline B i r d , 1 4 et Lisa Hobbs 1 5 qui ont e c r i t l ' h i s t o i r e de l a femme en situation d ' i n f 6 r i o r i t e par rapport aux hommes. Afin de comprendre les auteurs de la production contemporaine, i l importe de connaitre la genese de cette histoire: chez les auteures 6tudiees, i l ne s'agit pas de diminuer l'homme mais de valoriser la femme, d'analyser ses faiblesses et de decouvrir les forces qui sont en e l l e . Lisa Hobbs conseille: "It i s no longer good enough to blame man for keeping -woman ignorant." 1 6 II y a toujours eu des femmes et des hommes, tels que John Stuart M i l l 1 7 et Ashley Montagu,18 pour n'en c i t e r que deux, qui ont contribu6 largement a changer la condition feminine. Leur cause n'a pas vu le jour avec de Beauvoir et Friedan, mais avec les media de la f i n du 20e si e c l e le progres s'est accelere, un nouveau vocabulaire s'est impose. Le mot "pouvoir" est un de ces mots-clefs qui meritent de retenir notre attention. II existe plusieurs definitions du pouvoir. II importe pour le present t r a v a i l de trouver l'acoeption qui convient a 1'evolution du personnage feminin dans un roman quebecois de l a f i n du 20e siecle. C est en cherchant la d e f i n i t i o n de la li b e r t e q u ' i l a f a l l u admettre le rapport entre l i b e r t e et pouvoir. Selon le Petit Robert, le mot l i b e r t e s i g n i f i e la p o s s i b i l i t y , le pouvoir d'agir sans contrainte. Chez les philosophes, pouvoir et l i b e r t e sont des notions voisines, voire indissooiables: Man's quest for freedom and his quest for power have been but two faces of a single c o i n . 1 9 Rosinski demontre comment l'etre humain, en se developpant, en s'affranchissant des limitations de la nature, acquiert necessairement du pouvoir et ce pouvoir est la condition sine qua non du progres: Power i s nothing less than an objective quality of a l l r e a l i t y , a quality inherent i n a l l that exists by virtue of the mere fact that i t does exist. Power i s an inescapable aspect of r e a l i t y i t s e l f . 2 0 Le pouvoir change continuellement de forme: le serviteur d'aujourd'hui peut devenir le maitre de demain; 1'animal sauvage qui repand la terreur parmi les humains devient la proie fuyante du chasseur arme; les peuples opprimes par les souverains tyranniqu.es prennent eux-memes les renes du gouvernement, les peuplades de l'Amerique et de l'Afrique asservies sur leurs t e r r i t o i r e s et trait6es en inferieures reclament aujourd'hui leur pays et leurs droits. Demain, seront-elles des maitres vengeurs? I c i , pouvoir est synonyme d'autorite exercee sur autrui, mais comme nous allons voir, t e l n'est pas toujours le sens que l'on donne a ce mot. Le Petit Robert donne une autre aoception du mot pouvoir: p o s s i b i l i t y d'agir sur quelqu'un. L'exemple cit 6 de Moliere merite d'etre releve i c i : "Son pouvoir n'est fonde que sur votre faiblesse." Autre acoeption: au si e c l e dernier, Hegel a ecrit que le maitre ne sera jamais vraiment l i b r e avant que l'esclave n'ait l u i aussi sa liberte. Les parents perdent leur ascendant sur 1'enfant ou 1'adolescent lorsque ce dernier arrive a maturite. Personne n'est choque de cette transition. La femme moderne prend sa place au bureau et au foyer oomme l'egale de ses collegues et de son mari: e l l e n'est plus un etre sans nom, sans droits ou sans privileges. Pouvoir et independance Les feministes qui etudient le pouvoir chez la femme parlent du pouvoir au sens predominant, soit la capacite de developper ses t a l e n t s . 2 1 Dans un a r t i c l e pour Ms Magazine i n t i t u l e "Woman Power," C. Brunch e c r i t : A number of feminists have begun to develop a new understanding of power -- seen as the a b i l i t y to act, to get something done — and to see power associated with energy, strength and effective interaction, rather than with manipulation, domination and c o n t r o l . 2 2 Les f emmes-ecrivains de ce quart de sie c l e insistent sur l a capacity d'agir, de prendre des decisions, de faconner plutot que de se laiss e r fagonner: v o i l a , selon e l l e s , 1'element essentiel de la liberation. Le manque de pouvoir suppose 1'absence de choix, l a domination par les forces exterieures, qu'elles soient physiques, s p i r i t u e l l e s ou mythiques. Celles qui detiennent le pouvoir personnel possedent la l i b e r t e de choisir, de prendre des decisions. Carl Rogers 2 3 maintient que le pouvoir personnel signale une tendance en pleine evolution. J.B. M i l l e r 2 4 d e f i n i t le pouvoir comme la capacite de developper ses talents, 1'absence de contraintes, une certaine independence et le refus d'une mainmise imposee de l'exterieur. Adrienne R i c h 2 5 decrit un pouvoir qui entraine l a l i b r e expression plutot que l a domination. Enfin, c'est Dale Spender 2 6 qui resume toutes ces definitions en deux lignes lorsqu'elle parle d'autonomic pour designer le pouvoir d'etre soi-meme, l a capacite d'atteindre un but. II ne s u f f i t pas d'6numerer les definitions acceptables dans cette etude; i l faut aussi signaler les complexites du mot, indiquer ce que le pouvoir n'est pas, L'idee de pouvoir, souvent, pour ne pas dire toujours, a ete le contraire de la feminite puisque la femme en general s'est vu attribuer des qualites t e l l e s que la faiblesse, la passivite, la dependance, l'6motion, 1 " i r r a t i o n a l i t e et la servitude. 2 7 Parce que le pouvoir a ete la prerogative quasi exclusive de l'homme, i l s'ensuit que la femme forte qui commande ou gouverne risque d'etre accusee de masculinite, d ' a r t i f i c e , de ruse ou d'i n s e n s i b i l i t e . On a beaucoup parle de 1'influence de la femme, de sa force secrete; on a meme parle, a propos de la mere queb6ooise, de matriarcat — force i n v i s i b l e qui s'etend sur le mari et sur toute la famille. Cependant, tant qu'elle reste anonyme, on nie a cette femme/mere le droit de vote, de propriete, d'acces aux etudes superieures et a l a carriere. Le mot "influence" cache le refus du pouvoir: c'est l'homme qui arrive au succes et a l a renommee. A la femme, on accorde tout au plus le rayonnement sur la sphere domestique. S ' i l est v r a i que la femme peut desormais se developper, s'ameliorer et se liberer, puisque la discrimination contre e l l e est devenue i l l e g a l e , pourquoi revient-elle sur la defensive comme s ' i l s'agissait d'un nouveau defi? Pourquoi les oeuvres-choc de Luce I r i g a r y , 2 8 de Louky Bersianik, 2 9 d'Elizabeth Nickles? 3 0 D'apres les statistiques citees par Betty Friedan, un pietre dix pour cent des femmes s'interesse au mouvement de liberation. Plusieurs y trouvent un l i e n avec 1'avortement, le divorce, la misandrie, la negligence des enfants et le comportement soi-disant "libere:" les protestations bruyantes, la tenue negligee et le lesbianisme. Celles qui tendent a la liberation (done au pouvoir) rencontrent autant d'obstacles que ceux que leurs meres et leurs grand-meres avaient a surmonter, souvent 1'opposition vient sous la forme de sarcasmes cruels de la part d'autres femmes. La l i t t e r a t u r e masculine renforce les st6reotypes. Les manuels de lecture, les romans de Hemingway, de H. Mill e r , de N. Mailer et de J. Genet, par exemple, selon 1'etude de Kate M i l l e t , 3 1 mettent l'homme en r e l i e f et ravalent la femme au role de servante et d'objet sexuel. La femme au pouvoir politique est decrite en termes p6joratifs comme ceux que l'on voit accoles a la Premiere Ministre britannique, Mme Thatcher. 3 2 La femme qui reussit dans le monde masculin est forcee d'adopter les criteres masculins. Marguerite Yourcenar, premiere femme admise a l!Academie francaise, est louee pour son ecriture " v i r i l e . " Trop souvent, meme de nos jours, la jeune f i l l e se prepare a une carriere secondaire en attendant le mariage. A la tele, e l l e vend des produits avec son corps et son minois seduisants. E l l e a surement un pouvoir sexuel. Se demande-t-on aujourd'hui s ' i l y a jamais eu des femmes artist e s , comme on se demandait au Moyen Age s i la femme avait une ame? Les ecrivaines et le pouvoir En 1949, Simone de Beauvoir soulignait les lacunes de 1"education des femmes; en 1970, dans le monde du t r a v a i l en Amerique, Lisa Hobbs deplorait les attitudes immuables qui oppriment la femme; en 1983, Dale Spender enumerait encore une fois les obstacles a l'avancement de la femme. La Commission Bird au Canada (1967) 3 3 a trouve que la femme etait partout en situation d ' i n f e r i o r i t y par rapport aux hommes. Moins i n s t r u i t e et plus pauvre que la moyenne des hommes, e l l e n'avait que tres peu de moyens pour ameliorer sa situation. II ne s'agit pas tant des l o i s que des obstacles i n v i s i b l e s qui empechent les femmes d'avoir le pouvoir auquel ell e s tendent. Une force, une influence qui se f a i t sentir a l'appui des femmes, o'est la voix des ecrivains feministes. Les ecrivaines comme Gabrielle Roy, Claire Martin, Andree Maillet et Helene Ouvrard, pour chaque decennie de 1'apres-guerre jusqu'a aujourd'hui, donnent a leurs lectrices/lecteurs des portraits de femmes qui luttent pour s o r t i r d'un milieu etouffant: Florentine dans Bonheur d'occasion: 3 4 des femmes qui se degagent de la ferule d'un pere tyrannique et d'une education sadique: Claire, Dans un  gant de f e r : 3 5 des femmes qui reussissent a l a i s s e r tomber les prejuges et la domination de leur famille pour s'affirmer et etre elles-memes: Ursule dans A la meinoire d'un h6ros. 3 6 et celles, enfin, qui parviennent a se liberer d'un mari egoiste et d'un patron chauvin pour vivre leur vie de Ouebecoises independantes et d"artistes integres: El6onore dans la Noyante. 3 7 Que les romancieres citees aient consciemment decrit la femme liberee dans le but de presenter des modeles ou de contrebalancer 1'image 10 traditionnelle de la femme rel6gu.ee au role de reproductrice, cela ne laisse auoun doute. Elles d6crivent les femmes t e l l e s qu'elles sont a leur epoque, luttant contre la condition f6minine, reclamant pour elles-memes le droit de s'affirmer et d'etre heureuses. Plan d'etude Nous allons examiner A la memoire d'un heros 3 8 pour voir comment Andree Maillet pr6sente une jeune Ouebecoise 61ev6e pour etre la femme ideale des annees quarante. Au premier abord, i l 3'agit d'une femme courtoise et passive que l'auteure entoure de symboles de pouvoir, indices de sa tendance i n s t i n c t i v e a la l i b e r t y et au pouvoir. Maillet veut la montrer aux prises avec sa famille, avec la society et avec le steryotype qu'elle vehicule elle-meme a l'endroit des femmes, a f i n de f a i r e r e s s o r t i r le probleme de la femme en quete d'autonomie. Le premier chapitre de notre ytude prysente les analyses proposyes par les critiques, pour la plupart masculins, pour qui la "reussite" de 1'heroine est quelquefois vue d'un autre o e i l que c e l u i d'une critique feminine ou feministe: i l s'agit de juger une jeune femme en quete d'indypendance pour qui la carriyre et 1'accomplissement personnel passent avant les dysirs d'amour et de maternity. Nous citons plusieurs critiques qui 11 percoivent le talent de Maillet et signalent, en professionnels qu'ils sont, la valeur et 1'importance de l'oeuvre en question. Le deuxieme chapitre presente 1'intrigue du roman et montre comment l a femme typique des annees quarante est faconnee par l'education familiale et la societe quebecoise patriarcale. Nous examinons les eorits de plusieurs auteurs contemporains sur le patriarcat et 1'influence facheuse que ce systeme a sur la femme en general, sur 1'heroine en p a r t i c u l i e r . Puis, nous etudions le role que jouent le pere, l'amant et la guerre dans la vie de la jeune Quebecoise, Au troisieme chapitre, nous etudions le processus par lequel 1'heroine arrive a se comprendre, a peser les valeurs qui l u i sont imposees, a opposer aux forces qui entravent sa l i b e r t e son propre desir de bonheur et d'ind6pendance. Nous voyons surtout le soutien que l u i offrent les femmes dans sa vie pour denouer les liens qui 1'empechent de s'epanouir. Le quatrieme chapitre comprend la comparaison des personnages feminins crees par Andree Maillet, les uns traditionnels, les autres en cours de liberat i o n au vingtieme siecle. Nous voyons dans ces personnages les attitudes dominantes du siecle, l'espoir et la p o s s i b i l i t y pour femme moderne de s'epanouir, de se developper selon ses talents malgre le patriarcat, malgre les meilleures intentions des femmes qui se sont accommodees du systeme. Dans le cinquieme chapitre, nous analysons l a temporalite et la structure du roman pour voir comment Andree Maillet u t i l i s e le passage du temps pour exprimer 1'evolution de la conscience de 1'heroine; comment l'auteure emploie les retours au passe qui semblent retarder 1"action du roman pour indiquer la stagnation dans la vie emotive de la narratrice, les revers qui signalent l'ecart entre 1' a f f e c t i v i t e et le plan i n t e l l e c t u e l , les forces exterieures qui tour a tour empietent sur sa serenite et sur son bonheur. Enfin, cette etude essaie de montrer 1'organisation du roman qui f a i t l'une des qualites de cette oeuvre louee par les critiques. 13 * Lisa Hobbs, Love and Liberation. New York, McGraw-Hill Book Co., 1973, p.34. 2 Simone de Beauvoir, Le Deuxi6me Sexe. Paris, L i b r a i r i e Gallimard, 1949, chapitre 9. 3 Dans le calendrier liturgique du r i t e romain nous comptons 260 hommes (saints); dix femmes veuves ou mariees (saintes) et vingt et une vierges (et) martyres (saintes). 4 Michele Jean, Quebeooises du 20e siecle. Montreal, Editions du Jour, 1977. 3 Berenice Carrol, Liberating Women's History. Arbana, University of I l l i n o i s Press, 1976. 6 Dale Spender, Women of Ideas. London, Cox & Wyman Ltd., 1982. 7 Gabrielle Roy, Bonheur d'occasion. Montreal, Editions Pascal, 1945. 8 Marie-Claire Blais, Une Saison dans la vi« ri'Erimmnin»l Montreal, Les Editions du Jour, 1962. 9 Jane Austen, Pride and Prejudice. 1913; reedition: London & Toronto, J.M. Dent & Sons, Ltd., 1926. 1 0 George E l i o t , The M i l l on the Floss. Edinburgh, Blackwood, 1860. H Simone de Beauvoir, Le Deuxieme Sexe. 1 2 Betty Friedan, The Feminine Mystique. New York, Dell Publishing Co., 1964. * 3 Michele Jean, Michele Dumont, Marie Lavigne et Jennifer Stoddart, L'Histoire des femmes au Quebec. Montreal, Les Quinze, 1982. 1 4 Caroline Bird, Born Female. 1968; reedition. New York, David McKay Co. Inc., 1973. 1 5 Lisa Hobbs, Love and Liberation. 14 1 6 Lisa Hobbs, i b i d . . p.159. 1? John Stuart M i l l , "The Subjection of Women," i n Essays on Equality. Lav, and Education. Toronto, U. of Toronto Press, 1984. 1 8 Ashley Montagu, The Natural Superiority of Women. New York, C o l l i e r Books, 1972. l^ Herbert Rosinski, Power and Human Destiny. London, Frederick A. Praeger, 1965, p.13. 20 21 H. Rosinski, i b i d . . pp.13, 14. Jean Baker M i l l e r and Hilary M. Lips, Women and the  Psychology of Power. New Jersey, Prentice-Hall, 1981, p.81. 2 2 Charlotte Brunch, "Woman Power," Ms Magazine. July 1980, p.48. 2 3 Carl Rogers, Carl Rogers on Personal Power. New York, Dell Publishing Co., 1977, p.7. 2 4 Jean Baker M i l l e r , Toward a New Psycholocry of Women. Boston, Beacon Press, 1977, chapitre 10. 2 5 Adrienne Rich, Of Woman Born. New York, Bantam Books, 1976, p.70. ^ Dale Spender, Women of Ideas. London, Cox St Wyman Ltd., 1982, p.6. 2 7 Jean B. M i l l e r & Hilary M. Lips, Women and the Psychology of Power. p.16. 2 8 Luce Irigary, Ce Sexe qui n'en est pas un. Paris, Les Editions de Minuit, 1977. 2 ^ Louky Bersianik, L'Euguelionne. Montreal, La Presse, 1976. 3 0 Elizabeth Nickles and Laura Ashcraft, The Coming Matriarchy. New York, Seaview Books, 1981. 31 Kate M i l l e t , Sexual P o l i t i c s . New York, Doubleday and Co. Ltd., 1971. 15 "The Iron Maiden," " A t t i l a the Hen." Les journalistes ridiculent Margaret Thatcher avec ces sobriquets. Report of the Royal Commission on the Status of Women i n Canada. Information Canada. Ottawa, 1970. Gabrielle Roy, Bonheur d'occasion. Claire Martin, Doux-Amer. Montreal, Cercle du Livre de France, 1960. Andree Maillet, A l a memoire d'un heros. Montreal, Editions la Presse, 1975. Helene Ouvrard, La Noyante. Montreal, Quebec/Amerique, 1980. Andree Maillet, A l a memoire d'un heros. ' oeuvre d'Andr6e Maillet devant la critique 17 Debuts d'Andree Maillet Andree Maillet, romanciere et poete, est nee a Montreal en 1921. E l l e est oorrespondante en Europe durant quelques annees ou e l l e collabore, en qualite de reporter au Photo-Journal et comme e d i t o r i a l i s t e au Petit-Journal. Pendant huit ans, e l l e est direotrice de la revue Amerique Francaise ou des ecrivains canadiens-francais de l'epoque ont publie leurs premieres oeuvres. Elle-meme ec r i t une description d e t a i l l e e de la r i v i e r e Hudson ("de sa chambre d'etudiante" a New York) dont nous retrouvons quelques lignes dans A la memoire d'un heros. 1 E l l e f a i t la critique de romans et de poemes et publie aussi des passages de ses propres oeuvres. Ecrire devient est le t r a v a i l de sa vie. En 1973, lors de la reedition de son deuxieme roman, e l l e constate: "Cest dans cette decennie que j ' a i choisi entre deux carrieres qui m'etaient accessibles: c e l l e d'interprete ... des grands maitres de l a musique vocale, et c e l l e d'eorivain createur ... J ' a i choisi d'ecrire." 2 E l l e e c r i t d'abord des contes pour enfants, notamment Le Chene des tempetes.3 en 1965, qui l u i vaut le premier prix l i t t e r a i r e de la Province de Quebec, et la meme annee, la medaille de la Canadian Association of Children's Librarians. E l l e devient membre de l'Academie canadienne-francaise en 1974. Les grandes oeuvres 18 Roger Duhamel4 de 1'Action Universitaire doute fort que le public reserve un accueil enthousiaste au P r o f i l de l ' o r i g n a l . 5 son premier roman pour adultes. Neanmoins, en 1974, i l est reedite aux Editions de l'Hexagone avec une preface de G i l l e s Marcotte qui trouve dans son l i v r e une "allegre facon d'aller a l'essentiel, de couper court aux explications pour dire bonjour a la mort, en toute 3 i m p l i c i t e . " 6 Reginald Martel note la valeur mythique de l'orignal dans 1'inconscient c o l l e c t i f quebecois: Dans l'orignal, qui symbolise en quelque sorte la l i b e r t e totalement assumee, le Quebecois trouve oertainement quoique inconsciemment, une valeur parfaitement exemplaire. Maitre de son temps et de son espace l'orignal domine tout ce qui v i t dans ce' temps et cet espace. Depossede de l'un et de 1'autre, l'homme quebecois pe u t - i l voir autre chose chez le dieu l i b r e et s o l i t a i r e , que 1'image inversee de son destin nature!? 7 II e c r i t encore: "Je ne m" etonne pas que nos ecrivains les meilleurs, et parmi eux Andree Maillet, aient senti tres tot et tres bien l a dimension mythique, et done l i t t e r a i r e de ce dieu des forets." Le critique f a i t un grand eloge de l'auteure en soutenant que ce l i v r e est remarquable quant au contenu et a la forme et q u ' i l est sans doute la plus grande oeuvre de Maillet, le l i v r e le plus important des annees cinquante. 19 Les reussites C'est lorsque le Quebec cherche 1'independance politique que les critiques d6couvrent dans PO sa valeur mythique, Pour Maillet, la lib e r t y est l o i n d'etre un nouveau theme, 1'emancipation de la femme en p a r t i c u l i e r apparait dans presque tous ses ec r i t s depuis les Nouvelles Montr6alaises 8 de 1953 jusqu'a Lettres au Surhomme9 de 1976. En v o i c i quelques exemples: Comment veux-tu qu'une femme yieve toute seule dix-huit enfants? Ce mot elever veut dire autre chose que la i s s e r ogpjtre. 1 0 quand on ne mettra plus son point d'honneur a epouser une femme plus ignorante que soi, on aura d6ja f a i t un pas. 1 1 En 1964, dans Le Paradigme de l'i d o l e . e l l e reprend: E l l e s cuisinent, el l e s frottent, e l l e s lavent, ell e s bichonnent, e l l e s tricotent. Comme c'est important! Tout ce qu'un robot peut f a i r e , en somme. El l e s jouent les excellentes. les braves  personnes: a force de feindre l a sottise, e l l e s deviennent sottes, sans remission. 1 2 Douze ans apres EQ_, Maillet f a i t publier son deuxieme roman adulte, Les Remparts de Quebec 1 3 ou e l l e e c r i t sur l a jeunesse, l a liber t y et 1'indypendance du Quebec. G i l l e s Marcotte estime qu'elle n'a jamais ri e n y c r i t "d'aussi f r a i s , d'aussi a l l e g r e . " 1 4 II aime la souplesse de son style et l a maitrise de sa composition. Cette annee-la, (1965), les critiques accordent a Maillet une place de choix dans la l i t t e r a t u r e quebecoise: ses livre s ont du charme, ses contes et ses nouvelles ont un certain succes. Avec Nouvelles Montrealaises Maillet en est a son douzieme l i v r e . Les critiques ne sont pas unanimes: certains trouvent que ses personnages manquent de realisme, d'autres qu'elle sait f a i r e v r a i en un tour de main. On dit du Bois P o u r r i . 1 5 un autre roman, qu'elle "manie sa langue et ses idees aveo clarte et s e n s i b i l i t e . " 1 6 Le Doux Mai. 1 7 son quatrieme roman n'est pas aussi bien recu que les tr o i s premiers; neanmoins, Paul Gay du DEOJJL e c r i t que ce l i v r e est purement e c r i t , q u ' i l manifeste "beaucoup de s e n s i b i l i t e et de nuance." 1 8 La aussi, la le c t r i c e retrouve l a pensee de Maillet sur la femme lorsque 1'heroine d i t a son ami dramaturge: "Vous avez ec r i t un role de femme intelligente. II y en a peu dans notre dramaturgie quebecoise." 1 9 A la memoire d'un heros A la m6moire d'un h£ros parait en 1975; i l est bien recu par tous les critiques. Lorsque Maillet publie ce cinquieme roman, e l l e est deja bien connue dans l a l i t t e r a t u r e canadienne-francaise pour ses contes, ses nouvelles, sa poesie, . ses pieces de theatre et ses romans. Reginald Martel applaudit la construction b r i l l a n t e de ce dernier roman: "une entreprise toute de seduction et de charme." II q u a l i f i e MH de "roman presque intimiste dans lequel l'auteure sait prendre ses distances et e c r i t une oeuvre proprement l i t t 6 r a i r e . " Selon ce critique, Maillet f a i t une description f u t i l e des bijoux et des tissus: "un v r a i cours sur les pierres precieuses et l a haute couture; mais c'est une description en f i n de compte su p e r f i c i e l l e . " 2 0 Jean Basile, au contraire, trouve que Maillet decrit ce milieu avec un brio exceptionnel: C'est d'apparence la partie la plus f u t i l e de ce l i v r e grave et cette f u t i l i t y meme, dans la description des vetements, des meubles et des bibelots est la raison de cette reussite de reconstitution. II y a chez Andree Maillet, un pouvoir d'evocation extraordinaire sans que le d e t a i l , pourtant precis, n'empiete sur 1'idee generale. 2 1 Basile parle du feminisme de Maillet, un feminisme ou i l existe autre chose qu'une attitude de militante; i l parle d'une femme qui sait retourner a l'essentiel des choses, qui hait les guerres et les jeux competitifs des hommes, du monde masculinise. "Andree Maillet est un ecrivain accompli, e c r i t - i l , et A la  memoire d'un heros est un grand l i v r e . " 2 2 Joseph Bonenfant de l'Universite de Sherbrooke e c r i t dans Livres et Auteurs Quebecois 1975' que ce roman de Maillet est construit sur un systeme de mythes, de grands compositeurs et de c61ebres personnalites qu6becoises. II f a l l a i t l ' h i s t o i r e d'Ursule, le f a t a l enchainement du destin d'une femme, suggere-t-i l , "pour dormer des contours a cette mythologie." D'apres ce critique, le roman de Maillet est une grande reussite pour deux raisons: l a premiere est 1'absence de chapitres qui donne "un effet melodique, un rythme de lecture apaisante;" l a deuxieme tient aux incises ou la narratrice, distancee d'elle-meme, "modifie la v i s i o n et renouvelle l'interet du lec t e u r . " 2 3 La t r i l o g i e inaohevee Depuis MIL Andree Maillet a entrepris une t r i l o g i e romanesque dont deux t i t r e s seulement sont parus: Lettres au Surhomme24 et Le Miroir de Salome.2* 11 s'agit des lettres de l a cousine d'Ursule, heroine de Mil, e l l e aussi chanteuse et ecrivain, tantdt a New York, tantot au Quebec. Cette cousine, Salome, e c r i t a son premier amour, un homme plus ag6, lointain, egoiste, aliene par son machisme. Les critiques ne mettent pas generalement ces li v r e s au meme niveau que les romans precfedents. Jean-Pierre Boucher de 1'University McGill condamne les LS_: "Ce qui aurait pu etre un roman passionnant sur la grande bourgeoisie oanadienne-francaise de l'epoque n'est qu'un paquet de lettres q u ' i l aurait mieux valu laiss e r au t i r o i r . " 2 6 Cependant, ces deux liv r e s soulignent des themes jusqu'ici ignores par les critiques masculins: la condition feminine au Quebec et le pouvoir de la femme. La narratrice avoue qu'elle 6crit pour assurer sa li b e r t e personnelle; e l l e denonce la soumission, 1'humility, l a s e r v i l i t y , l'obyissance des femmes; e l l e peste contre la domination masculine et pleure sur son sort de femme ytouffye par son milieu. Elizabeth Vonarburg de 1'University du Quebec a Chicoutimi voit dans L£. t r o i s niveaux de lecture dont le plus interessant est cel u i "de la d6couverte et de la revendioation d'une femme par elle-meme ... une prise en charge mesurye, mais totale, de tout ce qui est humain par un etre humain qui se trouve Stre aussi une femme."27 II est a noter que Vonarburg est la premiere critique a relever dans les yorits de Maillet oet aspect r e l a t i f a 1'affranchissement de la femme. Pour e l l e , Salomy est, devient, "une jeune femme qui se revolte contre la mainmise abusive des hommes, des p£res, des vieux." E l l e a une conscience "de plus en plus aigue de la personnality irreduotiblement originale qui est la sienne." 2 8 La femme dans les oeuvres de Maillet Pour rysumer, quelle que soit l'oeuvre d'Andrye Maillet, la l e c t r i c e / l e lecteur peut toujours y retrouver des allusions a la liberty, a la condition feminine au Quebec, au pouvoir de la femme. MSme dans ses oontes pour enfants, "ce qui ressort de 1'ordinaire, c'est le role de l a femme comme moteur de l'action, " 2 9 d i t Michel Lord au sujet du Chene des Tempetes, La plupart des critiques ne relevent pas la hantise de l'auteure: le role secondaire de la femme dans la vie et dans les ecrit s quebecois; i l appartient aux critiques f6minines et au lec t r i c e s interessees de souligner les references ayant t r a i t a 1"affranchissement de la femme. 25 1 Andree Maillet, A l a memoire d'un heros. Montreal, Editions la Presse, 1975. 2 Andree Maillet, notice i n P r o f i l de l'orignal. 2e edition, Montreal, Editions de l'Hexagone, 1974. 3 Andree Maillet, Le Chene des tempetes. Montreal, Fides, 1965. 4 Roger Duhamel, Action Universitaire. Janvier, 1954, p.75. 5 Andree Maillet, P r o f i l de l'orignal. Montreal, Amerique Francaise, 1953. Deuxieme edition, Montreal, Edition de l'Hexagone, 1974. Preface de G i l l e s Marcotte. 6 G i l l e s Marcotte, Preface a la deuxieme edition de P_Q_, p. 7. 7 Reginald Martel, "Le tres bel elan d"Andree Mail l e t , " La. Presse. fevrier, 1974, p.6. 8 Andree Maillet, Nouvelles montr6alaises. Montreal, Editions du jour, 1953 Deuxieme edition, Montreal, L i b r a i r i e Beauchemin, 1966. 9 Andree Maillet, Lettres au Surhomme. Montreal, Les Editions la Presse, 1976. 10 14 Andree Maillet, NJL p. 114, " Andree Maillet, M, p.115. 1 2 Andr6e Maillet, Le Paradigme de l' i d o l e . Montreal, Amerique Francaise, 1964. 1 3 Andree Maillet, Les Remparts de Quebec. Montreal, Editions du jour, 1965, Deuxieme edition, Montreal, Edition de l'Hexagone, 1976. Preface de Francois Ricard. G i l l e s Marcotte, "Andre Maillet et les Remparts de Quebec," La Presse. 6 mars, 1965, p.6. I ' Andree Maillet, Le Bois pourri. Ottawa, Editions de l'Actuelle, 1971. 1 6 Jean-Ethier Blais, Le Devoir. 12 fevrier, 1972, p.10. 26 1 7 Andree Maillet, Le Doux Mai. Ottawa, Editions de l'Actuelle, 1972. 18 20 21 22 28 Paul Gay, "Le Doux Mai," Le Droit. 27 Janvier, 1973. 1 9 Andree Maillet, PJL p. 16. Reginald Martel, "Trois voix qui chantent 1'amour," La  Presse. 22 mars, 1975, p.6. Jean Basile, "Un grand l i v r e d'Andree Maillet Le Devoir. 22 mars, 1975. p.10. Ifeid., p.10. 2 3 Joseph Bonenfant, Livres et Auteurs Quebecois 1975. Quebec, Les Presses de L'Universite Laval, 1976, pp.28-30. 2 4 Andree Maillet, Lettres au Surhomme. Montreal, Editions La Presse, 1976. 23 Andree Maillet, Le Miroir de Salome. Montreal, Editions la Presse, 1977. 2 6 Jean-Pierre Boucher, Livres et Auteurs Quebecois 1977. Quebec, Les Presses de L'Universite Laval, 1978, pp.82,83. 2 7 Elizabeth Vonarburg, Livres et Auteurs Quebecois 1976. Quebec, Les Presses de 1'University Laval, 1977, pp.90, 91. IMd., p.91. 2 9 Michael Lord, "Le Chene des tempetes, r e c u e i l de contes d'Andree Mai l l e t , " dans Maurice Lemire (et a l . ) , Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s du Quebec. Montreal, Fides, 1960-1969, p.158. Ursule et le patriarcat 28 Resume du re c i t Dans le roman qui f a i t l'objet de cette etude, A la memoire d'un  heros 1. Andree Maillet decrit une jeune Quebecoise aux etudes, une femme destinee, semble-t-il, au succes et au bonheur a cause de son talent et de la fortune de ses parents. II s'agit d'Ursule Camaraire, jeune bourgeoise des environs de Montreal qui etudie la musique chez les grands maitres a New York. Le roman est ec r i t h la premiere personne: Ursule en est a la fo i s 1" heroine et la narratrice. E l l e f a i t l a connaissance de Marvin Banier, medecin naval et etudiant de japonais a l'Universite Columbia. Les deux jeunes gens se rencontrent souvent chez une certaine Madame U., melomane riche et cultivee qui rassemble 1'elite de New York dans sa demeure somptueuse. Les deux femmes deviennent amies et se confient l'une a 1'autre malgre leur difference d'age et de principes. Ursule et Marvin s'eprennent eventuellement; i l s ont des interets communs: les arts et la culture, aocessibles dans l a grand-ville. Un oontre-temps freine leur rapprochement lorsque le puritanisme d'Ursule se heurte aux manieres plus libres de Marvin. C'est 1'intrigue du roman; Ursule surmontera-t-elle ses craintes et sa reserve de jeune f i l l e bien elevee pour consentir au desir peremptoire de Marvin? Sera-t-elle l i b r e d'agir selon ses principes ou cedera-t-elle au heros sur le point de p a r t i r a la guerre, peut-etre pour ne pas revenir? E s t - e l l e libre? 29 Marvin aime Ursule; i l avoue la d6sirer mais i l ne d6clare jamais son amour. Ursule l'aime d'abord, platoniquement; e l l e est mal a l'aise aveo les manieres plus libres de Marvin, ses avances explicites. Bien plus, e l l e est outragee; e l l e veut se d6fendre en le g i f l a n t puis en le fuyant. Marvin, son honneur blesse, l u i rend la p a r e i l l e a sa facon. II 1'accuse de 1'avoir aguiche: "Pourquoi m'avoir laisse defaire votre longue natte?" d i t - i l comme reproche. (37) II l a t r a i t e de naive: "Vous auriez cru jusqu'a la f i n que vous etiez une sorte de petite soeur, un aimable et innocent passe-temps?" (37) II raisonne: "je me sers aussi de ce que la nature m' a donne pour exprimer des ohoses absolument essentielles. En d'autres termes, je parle," (37) II la r i d i c u l i s e en 1'appelant "chere Olympe" et "mademoiselle Modeste Mignon" et enfin i l la menace: "ne vous attendez pas a recevoir de mes nouvelles de s i t o t . " (39) II f a i t appel a sa p i t i e ; i l parle des jours qui l u i restent, l u i d i t a quel point i l deteste "son devoir, son s a c r i f i c e " (73) de combattant. Seul aveo e l l e dans une chambre d'hotel, Marvin va gagner la partie ou la perdre. Encore une f o i s , i l tente de briser la resistance d'Ursule en se gaussant d'elle et de son innocence: "Vous repartirez nimbee de votre candeur eblouissante et fort decue de ma mediocrite qui n'a aucune aureole." (79) Avant d'analyser la defense d'Ursule, i l importe de f a i r e avec e l l e des retours a sa jeunesse a f i n de comprendre le pourquoi de ses craintes et de ses hesitations, son impuissance a 30 rester ferme dans sa premiere resolution. Puisque la mere est absente du foyer depuis la petite enfance de sa f i l l e , le pere s'avere le personnage le plus influent dans sa vie. II est devou6 envers sa f i l l e ; i l inspire le respect et la crainte non seulement dans sa famille mais dans toute la province ou on l'estime pour sa oarriere dans les affaires et son rang dans l'armee. La grand-mere, qui remplace la mere au foyer, acquiesce aux volontes du pere sur les grandes lignes et s'y prend par l a douceur pour obtenir quelque assouplissement au regime paternel. En somme, c'est le pouvoir du pere qui l'emporte. Afin d'interpreter la "faiblesse" d'Ursule, i l nous faut done en meme temps etudier ce pouvoir du pere, c e l u i des peres en general. Le systeme patriaroal Ce qui est v r a i dans l a societe bourgeoise du roman d'Andree Maillet ne d i f f e r e en rien de l a societe ouvriere de St Henri que decrit Gabrielle Roy.2 La femme reste impuissante quels que soient son statut s o c i a l ou ses talents. Le systeme p a t r i a r c a l qui est a l'avantage des hommes et au desavantage des femmes reste f l o r i s s a n t en ce siec l e . "Les hommes gerent l a societe," ec r i v a i t Michele Jean en parlant de la f i n du 19e siec l e . E l l e se demandait aussi: "Une femme dont la destinee n'est pas l i e e a cel l e d'un homme peut-elle survivre au 19e s i e c l e . " 3 Dans son analyse des femmes au Quebec, e l l e conclut que les femmes, amerindiennes ou canadiennes, sont sous la domination du pouvoir 31 des hommes. Nous ne pouvons pas etudier le pouvoir ou le manque de pouvoir ohez la femme sans considerer les effets de ce systeme perpetue depuis des siecles par la societe, l'Eglise, la psychiatrie et la psychologic II s'agit du pouvoir des peres, des hommes qui, par la force, par la tradition, par le langage, l'6ducation et la di v i s i o n du t r a v a i l , fixent le role de l a femme sous leur domination. Adrienne Rich resume ce systeme a i n s i : Whatever my status or situation, my derived economic class, or my sexual preference, I l i v e under the power of the fathers, and I have access only to so muoh of privi l e g e or influence as the patriarchy i s w i l l i n g to accede to me, and only for so long as I w i l l pay the price for male approval. 4 Mary Daly 5 explique que le patriarcat s'est e t a b l i et se perpetue avec 1'assentiment de la femme. Du moment de notre naissance, nous, les hommes e_L les femmes, sommes conditionnes au systeme, nous acceptons la s o c i a l i s a t i o n de la famille, des institutions, des professionnels. Cette social i s a t i o n , pour la plus grande partie, reste "uncaloulated and unconscious." La discrimination contre la femme est a i n s i renforcee, masquee, subtile, et appuyee par certains grands penseurs et ecrivains depuis des siecles. Les personnages feminins d'A la memoire d'un heros sont tous victimes du patriarcat: la grand-mere, Madame U., Edwige Perodeau (la mere) et Ursule, 1'heroine et la narratrice du roman. Au quatrieme chapitre, nous indiquerons a quel point les 32 tro i s premieres femmes sont depreciees, dechues meme, par le patriarcat excessif du debut du 20e siec l e . Le personnage de 1'heroine qui rouspete contre le systeme des son jeune age est le sujet de ce chapitre: e l l e v i t a l'epoque ou les feministes comme Therese Casgrain, Michele Jean, Caroline Beique et Marie Gerin-Lajoie 6, qui se sentent concernees par la misere des epouses et des meres, defendent la cause des femmes. Le mal est denonce mais i l est l o i n d'etre gueri. Adrienne Rich e c r i t les lignes suivantes en 1976; e l l e reitere l'enonce de Michele Jean au sujet de la femme du 19e siecle. Ursule eprouve les memes d i f f i c u l t e s en 1944. Pourtant, e l l e est bourgeoise, 6duquee et douee. Le patriarcat sevit toujours. Through control of the mother, the man assures himself of possession of his children; through control of his children he insures the disposition of his patrimony ... It would seem therefore that ... the identity, the very personality of the man depends on power, and on power i n a certain, s p e c i f i c sense: that of power over others, beginning with a woman and her children The powerful (mostly male) make decisions for the powerless. 7 A l'age de deux ans, l a petite Ursule est privee de sa mere (nous preciserons le pourquoi et le comment au Chapitre 4), une femme de caractere qui, tres tot dans l a vie, s'etait montree forte, mefiante a l'endroit des enseignements traditionnels. Non 33 seulement la mere es t - e l l e bannie pour i n f i d e l i t e , mais on a mis sa f i l l e en garde contre ses exhortations "a la r6volte." (138) Le pere a done seul le controle de sa f i l l e , avec sa belle-mere "qui blama fort sa f i l l e et l u i donnait a l u i raison en tout depuis toujours." (103) Ce pere, par ses soins, son devouement et surtout par son statut d'homme celebre, se rend digne de l'estime et de 1'affection de sa f i l l e . II devient son modele, son heros. Ce bel homme, superbe avec sa chevelure argentee, ses larges epaules, devoue envers sa f i l l e , bien lance en affaires, "glorieux capitaine du Royal 22e Regiment canadien-francais" (139) en impose a tous. Durant toute sa jeunesse, Ursule e l l e -meme, trente ans apres le f a i t , se rappellera ses efforts constants pour pl a i r e a son pere, pour ne pas l u i deplaire, pour eviter toute remontrance. Sans s'en rendre compte, e l l e est dominee, subjuguee, dans la crainte constante de n'etre pas la f i l l e ideale dont revent son pere et sa grand-mere. E l l e est 1' objet de son pere qui l'exhibe dans les bals et les receptions pour les hommes de guerre. Selon Mary Daly, 8 la femme desire 1'approbation de son "dieu" (son heros) car e l l e l'aime pardessus tout; e l l e et l u i sont un, corps et ame. E l l e n'a plus d'individuality; i l n'y a plus de distance entre e l l e et son possesseur. Lisa Hobbs, en accord avec ces memes idees, ec r i v a i t huit ans avant Daly: 34 Let us look at a g i r l i n her late teens or early twenties standing on this threshold of the exterior world. A l l her l i f e she has conformed to the anonymous authority of the male construct. She has suppressed her spontaneous feelings and so relinquished any chance of i n d i v i d u a l i t y . 9 Pour Ursule, l'autorite du pere ne cesse pas le jour de son depart du foyer paternel. E l l e subit la surveillance de l o i n — de Montreal A New York — de son pere et de son a u x i l i a i r e , sa grand-mere, qui se tiennent au courant de ses occupations, de son horaire, de ses heures disponibles. Ursule accepte cette surveillance avec quelque i r r i t a t i o n ; e l l e doit toujours tenir oompte d'une v i s i t e possible et doit organiser ses ac t i v i t 6 s pour eviter des situations ennuyeuses avec sa famille. Ursule a la recherche du pouvoir E l l e a depuis longtemps accepte de vivre dans le "man's world" et se sert de ses bonnes relations avec des hommes celebres (intelleotuels, artistes) pour se donner du pouvoir. Adrienne Rich explique a i n s i ce phenomene: To have some link with male power has been the closest that most of us (women) could come to sharing i n power d i r e c t l y ; to have no link with any form of male power ... has meant that we lived unprotected and vulnerable indeed. The idea of power has, for most women, been 35 inextricably linked with maleness, or the use of force; most often with both. 1 0 Louky Bersianik appuie ce temoignage de Rich avec ironie lorsqu'elle e c r i t : Vous n'etes rien par vous-meme, petite dame en rouge au minois s p i r i t u e l , au corps miniscule et gentil , au sourire humble et f i n . Vous n'exis.tez que par eux. 1 1 I c i et l a dans son r e c i t , l a narratrice rappelle aux lecteurs qu'Ursule s"entoure d'une cohorte d'hommes ti r e e de sa memoire aussi facilement qu'elle choisit les oeuvres de son vaste repertoire de chansons ou d'arias. II s'agit tantot de journalistes du temps de la guerre: Paul Gury le Gouriadec, Henry Deyglun et Louis Francoeur 1 2; en passant, e l l e laisse tomber les noms de grands couturiers qui ont dessine ses robes et ses costumes: Charlie Parker, Guy Ropartz, Gabriel Pierne et Deodat de Severac; tres souvent, e l l e parle des grands hommes du Quebec (en musique ou en li t t e r a t u r e ) qu'elle connait ou avec qui e l l e a quelque rapport: Gratien Gelinas, Pierre Baillargeon, Claude Champagne, Luc Lacoursiere, Alain Grandbois. 1 3 Dans les salons ou l'on parle des grands auteurs francais, e l l e - d i t avoir connu Saint-Exupery, avoir lu Bernanos. Bien sur, e l l e a aussi des amies qu'elle mentionne brievement: Pierrette Alarie et Paule-Aimee B a i l l y . 1 4 36 "We ... f e e l incomplete without the soc i a l status only a man can bestow," 1 5 e c r i t Carolyn Heilbrun. Ursule s'est bel et bien entouree d'hommes pour etre quelqu'un. Sa securite, son avenir, ce sera son mari, l u i apprend sa grand-mere; o'est pourquoi e l l e doit le choisir avec grand soin. E l l e doit l ' a t t i r e r , le seduire par les armes feminines: les soins de beauty appris de sa grand-mere et des revues pour femmes. De generation en generation, la femme sans pouvoir a appris a se defendre, a obtenir quelque p r o f i t par subterfuge. Nous avons appris a manipuler et a seduire, e c r i t Adrienne Rich. On appelle ce comportement le "pouvoir" de la femme, mais, continue Rich; " i t i s nothing more than the child's or courtesan's 'power' to wheedle ... i n order to obtain favours, or l i t e r a l l y to survive." 1 6 Madame U., la grande amie d'Ursule, est une femme, mais e l l e possede en grand nombre les symboles du pouvoir: les metaux preoieux, les habits et les decors rouges et vi o l e t s . Ainsi que la narratrice enumere les hommes dans sa vie pour p r o f i t e r de leur association, de meme e l l e f a i t r e s s o r t i r dans • ses descriptions de l a demeure de Madame U. les couleurs, les gemmes et les metaux precieux qui symbolisent le pouvoir. Dans le vaste appartement de son amie, la narratrice decrit des dieux de bronze dore; (15) dans sa chambre a coucher, e l l e trouve le velours incarnat qui predomine; (21) sur sa coiffeuse est pose un necessaire de c r i s t a l et d'or, une petite boite en or; (22) des cadres d'or pendent aux murs; (22) son amie porte des renards 37 roux; (30) dans son trousseau se trouvent des rouges vineux, (30) des rouges comme la vigne grimpante, (63) des escarpins v i o l e t s ; (105) son portier est en uniforme rouge chamarr6 de noir et d'or. (147) E l l e porte une abondance de perles. (62) Tous ces elements qui connotent le prestige • et la ri c h e s s e 1 7 sont d i f f i c i l e s a ignorer; i l s ont de 1'importance pour une jeune femme dont l a vie est dominee par le prestige de son pere. Ursule veut se distinguer comme son pere: e l l e supplee a son manque de pouvoir par son association avec les hommes; e l l e remplaoe la fortune de son pere par les decors fastueux de son amie qu'elle f a i t siens en les admirant et en les decrivant. "Except during periods of high feminist a c t i v i t y , there has been one positive role for women: the father." 1 8 Dans le roman, le pere est le protagoniste. Deux autres hommes jouent le role du pere, du pouvoir male et dominateur. Ursule dominee par les hommes Monsieur Camaraire, pere, veut que sa f i l l e ajoute a sa gl o i r e et a sa renommee a l u i . Ainsi que nous l'avons d i t , i l l'exhibe par orgueil. Son maestro, W. Pierce-Herman, veut gu'Ursule se consacre a l a musique, qu'elle soit l a servante de la Musique. "Vous ne vous appartenez pas," d i t - i l , "personne n'a le droit de vous accaparer." (53) Ursule doit renoncer a 1'amour pour "sauver l'ame de ce monde;" e l l e doit s'eloigner de tout ce qui n'est pas "service sacerdotal. L'Art." (56) II souscrit a 38 la guerre en disant: " E l l e ne peut etre evitee." (56) Cependant i l n'hesite pas a tracer l a route que *sa pupille doit suivre, a l u i defendre 1"amour et la maternite. II l u i parle en maitre et Ursule se p l i e encore a l'homme qui commande. Un autre homme qui, en peu de temps, change peut-etre le cours de l a vie d'Ursule, c'est le docteur Wong, diplome en physique et chercheur scientifique pour R.C.A. II est anoien resident de la Maison Internationale ou i l a souvent observe la jeune chanteuse aux etudes. Inopinement, i l 1'invite au meilleur restaurant chinois de New York afin, d i t - i l , d'exprimer sa gratitude et son admiration de melomane. Pendant le repas, i l avoue son i r r i t a t i o n contre ceux qui la derangent dans ses etudes (comme Marvin); i l d i t s'interesser aux femmes, aux Francaises surtout. En t r a i t r e classique, i l l u i verse une mixture exquise qui la rend aussitot malade et l'empeche de se rendre au rendez-vous critique avec Marvin. II a atteint son but: se defaire du r i v a l , ce que son pere aurait f a i t s ' i l avait su, mais d'une facon moins violente sans doute. La defense d'Ursule Nous avons vu aux premieres pages de ce chapitre le commencement du duel d'amour entre Marvin et Ursule. Nous avons analyse les tactiques de Marvin; reste a etudier la defense d'Ursule, sa resistance. Ursule est at t i r e e pour la premiere 39 fois par un homme: Marvin. De son cote, l'attrait est plutot romantique; elle se garde bien de paraitre emue, de chercher un contact physique. Exterieurement, elle demeure passive: elle se domine. Trente ans apres le fait, elle decrira d'une maniere poignante l'intensite de son "amour inacheve," mais seule avec Marvin dans la chambre d'hotel, elle n'a de pensee que pour les attentes de sa famille et de son maestro. Par sa tenue reservee, elle annonce ses bonnes intentions; elle eprouve la presence de son pere; elle dit vouloir servir l'Art; elle pense au oulte qu'on voue a la renommee des jeunes f i l l e s ; elle se rappelle les avis de sa grand-mere; elle est haroel6e de oraintes et de scrupules. Lorsqu'elle accuse Marvin d"avoir ete intime avec Madame U., on devine l'espoir d'une declaration d'amour, de promesses pour l'avenir. Enfin, d6contenancee, honteuse de sa faiblesse, elle pleure. Malgre son desir d'independance, Ursule est toujours poursuivie d'apprehensions et d'indecisions lorsqu'elle agit seule. Ici surtout, "la peur d'une blessure, la peur d'etre mal jugee ... opposaient ma peur et ma pudeur au desir de Marvin ... et entravaient mes propres violents desirs." (57) Elle avoue des peurs inconsequentes, de perdre ses bijoux, de s'egarer, mais sa grande peur est la crainte de 1'amour "qui brime la liberte." (75) Puisque la narratrice ne nous revele que la pensee d'Ursule, nous ne savons pas au juste s i Marvin est insensible au desarroi 40 de son amie ou. s i , certain de son pouvoir sur e l l e , i l attend sa soumission & ses desirs. Apres tout, e l l e avait f a i t le trajet (douze heures de train) et 1'avait invite a sa chambre d'hotel. A la f i n , i l prend son silence pour un acquiescement; les deux amoureux consomment leur amour. Le lendemain, Ursule se d i t ; "je doutai de Marvin. II avait gagne." (100) Nous avons vu 1'impuissance des femmes sans le pouvoir de l'homme. Elles ont appris a seduire et a influencer a f i n d'obtenir ce qu'elles veulent. Cependant, le contrecoup coute cher a Ursule qui a perdu son amour propre. Lisa Hobbs le d i t f roidement: "To earn the sweets of male love and approval, they have had to surrender their souls." 1 9 Ursule elle-meme avoue: C'est bien moi qui suis allee le prendre comme une belle prise ... je ne me serais jamais presentee devant l u i , fut-ce pour a l l e r au cinema, sans avoir d'abord mis un soin extreme a ma t o i l e t t e : sans bain, sans un maquillage s i habile q u ' i l ne se voyait pas. Par consequent, ma coquetterie etait un piege. (100) Carolyn Heilbrun e c r i t : "Woman must learn to contrive plots i n which she i s the actor, i n which she struggles for control of her own destiny ..."20 A f i n de trouver le moyen de s'absenter de ses etudes, d'echapper au mecontentement des siens, Ursule semble avoir pris 1'habitude du subterfuge et du mensonge: e l l e presente a son pere et a sa grand-mere des camarades canadiens-francais "plus que montrables" a f i n qu'ils ne soupconnent jamais 41 qu'elle a pour amis le lieutenant Banier et Madame U; e l l e use de faux pretextes pour s'absenter; la v i s i t e de son pere, (69) un virus, (69) une promesse anterieure, (69), un malaise (120) ou un appel telephonique. (67) Selon 1'expression de la narratrice, e l l e se derobe. E l l e s'est f a i t un culte de plaire, de ne pas deplaire, de garder sa bonne reputation aupres de tous. E l l e se p l i e aux demandes des autres. Ou a u r a i t - e l l e appris a exprimer ses preferences? "On cultiva mes moindres talents on decouvrit ... que je possedais une voix precieuse; on proposa (a ma mere) de me reoevoir a Paques; mon pere ne s'objecta pas (c'etait l'idfee de Bonne Maman) a ce que j'etudiasse a New York," (103-104) e c r i t l a narratrice a la suite de son echec avec Marvin. Toutefois, apres avoir pris sa part de p l a i s i r a 1'experience sexuelle, Ursule reve a 1'amour romantique et eternel. E l l e refuse de penser a la separation, a l a mort possible de Marvin mobilise sur un porte-avion en pleine mer. E l l e se console avec "1'arriere-pensee q u ' i l reste encore un moyen de dejouer le mauvais sort." (124) Pendant les quelques jours de joie intense apres leur nuit d'amour, e l l e oublie sa ri v a l e : la guerre. La guerre et 1'amour II existe des menaces q u ' i l est impossible de contrer: la guerre et la mort. - Puisque 1'action du roman se passe pendant la 42 deuxieme guerre mondiale, tous les personnages sont touches par ce danger. L'auteure developpe la thematique de l a guerre et indique comment les femmes sont affectees par cette calamite. D'abord Ursule ignore la r e a l i t e de la guerre: en tant que jeune bourgeoise montrealaise, ce n'etait qu'un evenement europeen. Devant l'angoisse de perdre l'objet de son amour, e l l e voit ce c o n f l i t mondial comme un autre jeu abominable invente par les hommes "depuis les echecs jusqu'aux guerres en passant par les tournois, les corridas et la boxe." (53) Mary Daly analyse plus profondement les valeurs p a t r i a r c a l e s . 2 1 E l l e affirme que l'objet de 1'agression des hommes, c'est le odte f a i b l e du male q u ' i l nomme improprement " l a femme" en l u i . Afin d'unir les hommes de guerre et de renforcer leurs tendances a la violence, leur entrainement necessite la degradation semantique de la femme et tout ce qui est cense etre feminin comme la peur, 1'indecision, l a douceur. Ces attributs n'ont ri e n a voir avec la femme mais, pour les hommes, l'horreur de leur propre faiblesse est projete contre la femme, r e e l l e ou fantasmee. Afin de prouver leur force, leur cote fort, i l faut que les hommes fassent la guerre. George G i l d e r , 2 2 d'accord avec certains ecrivains feministes a cet egard, e c r i t que la masculinite est une n u l l i t e s t e r i l e tandis que le corps feminin est rempli de potentiel (ce qui, pour l u i , j u s t i f i e la domination et la diminution de la femme). Susan Brownmiller qui a ec r i t doctement sur cette diminution par le v i o l , croit que "rape has played a 43 c r i t i c a l function. It i s nothing more or less than a conscious process of intimidation by which a l l men keep a l l women i n a state of f e a r . " 2 3 La femme devient la victime (51) de l a guerre qui l u i ote 1'amour. La guerre devient l a r i v a l e de 1" amour, Madame U. le rappelle a Ursule lorsqu'elle l u i d i t : "Je crois que la Mort leur inspire leur plus fort desir. L'Amour vient tres l o i n derriere cette Dame." (31) Et je hais ce monde masculinise jusqu'au saccage de l a terre q u ' i l nous faut sans relaohe remettre en ordre, nettoyer, repeupler ... (54) Ce q u ' " i l veut," c'est que 1'Homme soit apte A tuer, la f emme apte a pondre les victimes et les tueurs. Apres quoi, cette derniere pourra servir de jouet au gu e r r i e r . 2 4 Ce sont les paroles d'Ursule qui font un parallele avec 1'idee de Nietzsche: "Man should be trained for war and woman for the recreation of the warrior." 2 5 Que Nietzsche v e u i l l e entendre recreer ou recreer, la femme dans toutes les societes est censee f a i r e les deux. Ursule aide a d i v e r t i r les troupes avec ses chansons; au Quebec durant les annees de guerre, "on (je souligne) encourage les femmes celibataires a frequenter les bals et autres a c t i v i t e s sociales organisees par l'armee ou par des groupes benevoles." 2 6 Madame U. conseille a Ursule d'etre "disponible ... a l'egard des autres, les braves, les jeunes heros." (106) La guerre est un des maux que nous acceptons 44 depuis des siecles; i l incombe a la femme d'adoucir et de soulager les scuffranees qui en resultent! Le patriarcat prive Ursule de sa mere et la laisse sous la domination de son pere. L'oppression de ce pere intransigeant f a i t d"elle une adulte faible, craintive, confuse et sans ind i v i d u a l i t y propre. Parce qu'elle est sans experience, Marvin l'exploite. A cause de son talent, le maestro la recrute peremptoirement pour l ' a r t . Lorsqu'elle croit avoir trouve 1'amour, l a guerre le l u i vole. Par son influence malefique, le docteur Wong l u i f a i t manquer le dernier rendez-vous avec Marvin. Toute sa vie, Ursule a f a i t des hommes ses heros; e l l e a trouve en eux ses mentors, son appui, sa security, son pouvoir et son amour. l i s l u i ont f a i t defaut parce qu'ils l'ont dominee. Pourtant, e l l e n'est qu'au debut de sa vie, d'autres influences vont 1'aider a se trouver, a oser marcher seule et a reussir dans sa carriere, e'est-a-dire a decouvrir en elle-meme le principe de son propre pouvoir et le secret de son identity. 45 1 Andree Maillet, A la memoire d'un heros. Montreal, Editions la Presse, 1975. 2 Gabrielle Roy, Bonheur d'occasion. Montreal, Editions Pascal, 1945. 3 Michele Jean, i ' H i s t o i r e des femmes au Quebec. Montreal, Les Quinze, 1982, p.138, 163. 4 Adrienne Rich, Of Woman Born. New York, Bantam Books, 1976, p.58. 3 Mary Daly, Gyn/Ecology. Boston, Beacon Press; Toronto, Fitzhenry & Whiteside Ltd., 1978, p.2. 6 Michele Jean, L'Histoire des femmes au Quebec. 7 Adrienne Rich, Of Woman Bom, p. 64. Mary Daly, gyn,/Ecology, p. 69. 8 9 Lisa Hobbs, Love and Liberation. New York, McGraw-Hill Book Co., 1973, p.63. 10 12 Adrienne Rich, Of Woman Born, p.70, 1 1 Louky Bersianik, L'Euguelionne. Montreal, La Presse, 1976, p.245. Journalistes au Quebec pendant les annees de l a deuxieme guerre mondiale. 1 3 Gratien Gelinas: dramaturge, comedien et metteur en scene; Pierre Baillargeon: journaliste et romancier; Claude Champagne: compositeur; instrumentaliste, chef d'orchestre et professeur; Luc Lacourciere: ethnographe, f o l k l o r i s t e ; Alan Grandbois: poete. 1 4 Cantatrices. 1 3 Carolyn Heilbrun, Reinventing Womanhood. New York, W.W. Norton & Co., 1979, p.29. 1 6 Adrienne Rich, Of Woman Born, p.68. 1 7 Robert Laffont et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des  Symboles. s . l . . Editions Laffont et Editions Jupiter, 1969. 46 L'or est le metal royal (p.43). Les cardinaux de l'Eglise romaine portent le rouge (p.808). Le rouge devient dangereux comme 1'instinct de puissance (p.664). Violet, la couleur de la robe de l'eveque, suggere l a domination mesmerienne (p.808). La perle a en general un oaraotere noble ... e l l e orne la couronne des rois (p. 564). 1 8 Mary Daly, Gyn/Ecology, p.374. 1 9 Lisa Hobbs, Love and Liberation, p.2. 2 0 Carolyn Heilbrun, Reinventing Womanhood, p.124. 2 1 Mary Daly, Gyn/Eoolocv. p.360. 2 2 George Gilder, Sexual Suicide. New York, Quadrangle Books, 1973, p.18. 2 3 Susan Brownmiller, Against our W i l l . New York, Simon and Schuster, 1975, p.15. 2 4 Louky Bersianik, L'Euguelionne. p.278. 2 5 Friedrich Nietzsche, Thus Spoke Zarathustra. traduit par R.J. Hollingdale, New York, Penguin Books, 1969, p.91. 2 6 Michele Jean, L'Histoire des femmes au Quebec, p.362. Ursule et la s o l i d a r i t y des femmes 48 Woolf recognized that women have always been outsiders. She urged them to bond with one another on feminist p r i n c i p l e s . 1 Nous avons vu Ursule etre l'objet et le jouet des hommes dans sa jeune vie. A New York, ou e l l e se l i e d'amitie avec Madame U., nous l a suivons dans ses roles de jeune protegee, de compagne qui partage une meme peine et de protectrice de sa grande amie. En effet, e l l e s se soutiennent l'une 1'autre; ell e s sont devenues solidaires. Au debut o' est 1'amour du chant et de l a musique, 1'appreciation des choses artistiques qui les rapprochent. Madame U. a pour amant un jeune lieutenant de la marine; son compagnon, Marvin, est l'ami d'Ursule: en 1'absence des o f f i c i e r s , les deux femmes se trouvent souvent seules et partagent leur attente. Ursule n'approuve pas le libertinage de son amie, mais parce qu'elle voit sa generosite, sa nature aimante, e l l e en vient a accepter ses amours, sa liberation sexuelle, sans toutefois vouloir l'imiter. Un peu jalouses l'une de 1'autre (Ursule s i jeune, Madame U. s i reoherchee), elles peuvent tout de meme discuter les problemes qui surviennent et s'aider a les resoudre. E l l e s ont des differences de gout (costumes, couleurs) sans que cela gene leur relation. A cause de l'age et 1' experience de son amie, Ursule l a respecte et se rend a son jugement; de son cote, Madame U. ne prend jamais le ton dogmatique d'un maestro n i les faeons meprisantes d'un 49 amoureux depite. En un mot, elles sont devenues de grandes amies qui se respectent mutuellement. Ursule cherche en Madame U. 1' i n i t i a t i o n a la vie mondaine, les oonseils d'une mere, le pouvoir de son pere. "Vous avez une science a transmettre et je n'ai plus ma mere," (46) d i t - e l l e a son amie, E l l e est "subjuguee" (45) par 1'experience de c e l l e -c i . Au chapitre precedent, nous avons vu a quel point e l l e est impressionee par les symboles du pouvoir paternel dans 1'entourage de Madame U. La s i m i l a r i t y entre Madame U, et le pere est evidente: la narratrice attribue aux deux personnages de larges epaules, une tenue a l t i e r e ; tous deux sont incontestablement des etres de premier plan, fortunes, connus, estimes. l i s ont 1'experience de la vie. Au debut du roman, la reference au personnage de Madame U. renvoie souvent au personnage du pere. Son amie sera la confidente d'Ursule mais jamais son ascendante redoutee. Adulte, Ursule craint encore son pere, son regard "bafoue," (118) son mecontentement, ses reproches; e l l e eprouve toujours la presence de son pere. Avec Madame U., e l l e n'a pas a jouer un role; e l l e peut entendre ses conseils et les ignorer; e l l e peut etre d'un autre avis et le l u i laisser savoir: URSULE: Je n'approuve pas votre morale, l u i assurai-je. MME. U. : Mais vous admettez que c'est une morale? 50 URSULE: Absolument pas. Je crois le contraire. Toutefois, sans une longue reflexion, comment s'exprimer avec clarte sur une question aussi scabreuse? (32) E l l e s souffrent ensemble les memes peines: 1'absence de leur bien-aime. En se consolant l'une 1'autre, en meditant sur 1'insta b i l i t y de la vie et du bonheur, e l l e s arrivent a comprendre leur role de femme dans un monde pa t r i a r c a l . Quoiqu'en disent les critiques, Madame U. n'est pas "le type de la femme lib e r e e . " 2 E l l e est liberee sexuellement, mais e l l e v i t absolument selon les v i e i l l e s idees patriarcales (dont nous reparlerons au chapitre 4). Du moment ou e l l e oroit avoir perdu son amant, son espoir de bonheur, e l l e se tourne vers Ursule qu'elle veut empecher de poursuivre un amour s i precaire. "Ne me ressemblez pas," (116) c o n s e i l l e - t - e l l e . Deja, e l l e l u i a rappele que la mort, done l a guerre, est l'ennemi de la femme: "L"Amour vient tres l o i n derriere cette Dame." (31) Maintenant e l l e veut transmettre a Ursule ce qu'elle a elle-meme compris trop tard: qu'elle doit f a i r e son propre bonheur, qu'elle ne doit pas attendre que le bonheur l u i vienne d'un autre, d'un homme. Demeurez virginale, Ursule ... Tous les hommes vous bruleront de leur desir quand vous chanterez ... Et nous serons toutes vengees par votre dedain supreme. (117) 51 "La loyaute des femmes entre ell e s a peu de choses a voir avec l'homme," (46) avait d i t Madame U. a Ursule en parlant de leur devoir envers leurs amoureux. Les deux femmes qui ont beaucoup d'affection l'une pour 1'autre s'entraident et se soutiennent, Ursule par sa presence et par ses chansons, Madame U. par ses conseils, par ses prevenances maternelles. Madame U. veut etre la mere d'Ursule: "sachez que vous pourriez fort bien etre tout a f a i t ma f i l l e , " (131) l u i d i t - e l l e en revelant son age et apres l u i avoir f a i t cadeau d'un magnifique c o l l i e r de "vraies" perles. Physiquement, i l l u i est impossible d'etre sa mere mais e l l e peut 1'aimer comme son enfant et peut-etre 1'aider a recouvrer sa propre mere. Les symboles de l'eau et du c o l l i e r Lorsque l a narratrice decrit le c o l l i e r de perles, e l l e emploie les mots et les expressions qui induisent une rela t i o n a l'eau courante: "son sautoir comme une fontaine sylvestre, cascadant en silence ..." (112) E l l e continue l a comparaison, l'attribuant cette f o i s a Madame U. : "Une douce cascade: t e l l e m'apparut ce s o i r - l a Madame U. Intarissable, plus fluide que jamais ... t e l l e une source coulant sous des eboulis de roche, surgissant a l a lumiere et courante, l i s s e ..." (112) Le meme soir, dans un monologue interieur ou Ursule parle a Marvin, e l l e decrit la sensation de p l a i s i r que l'eau tiede du fleuve St. Laurent provoquait en e l l e , a l'age de tr o i s ans. Ce contact 52 aveo l'eau courante l'avait oomblee; plus tard, e l l e avait espere que son premier amour serait semblable a oe contact "exaltant et f a c i l e . " (120) E l l e decrit a i n s i 1'amour symbolise par l'eau courante qui f a i t vibrer le corps entier. Jusqu'ici, Ursule etait privee de sa mere. Bien sur, e l l e a eu les soins de sa grand-mere et le devouement de son pere, mais e l l e n'a pas ete entouree de 1'amour maternel. Ce l i e n a ete brise tres tot dans sa vie. Madame U. se soucie du traumatisme de la mere: "Vous devez l u i manquer terriblement," (115) e l l e se soucie aussi de 1"indifference supposee d'Ursule: "Ma mere. Je l ' a i presque toute oubliee." (34) Afin de combler cette lacune, Madame U. offre son affection, le cadeau de son c o l l i e r de perles, "des vraies, et aussi majestueuses. E l l e s ont un pouvoir." (132) Ursule se oouche avec le c o l l i e r de Madame U. ; e l l e joue avec ce long c o l l i e r et pour la premiere f o i s e l l e voit sa mere d'une fagon agreable et positive: "Dialogues amicaux, tableaux sereins." (134) Dans ses souvenirs e l l e contemple sa mere l i b r e et forte plutot que pauvre et depreciee. The quality of the mother's l i f e ... i s her primary bequest to her daughter. 3 Symboliquement, e l l e a repris sa place dans la ventre de sa mere. Le c o l l i e r (l'eau cascadant), element feminin, represente ce retour a la source, a son origine. E l l e se rend compte que sa mere ne l'a pas abandonnee, qu'elle a voulu sa f i l l e l i b r e et heureuse. C'est a ce moment qu'elle se d i t : "Je ne serais personne autre que moi-meme: Ursule. Et je serais toujours l i b r e . " (140) Lisa Hobbs4 decrit les conditions psychiques qui empechent la femme d'etre une force creatrice: les annees d'entrainement a etre autre qu'elle-meme. II l u i faut briser avec le passe, s'affirmer, creer sa propre identity et trouver au plus profond de sa personne les dons qu'elle peut partager avec le monde. Ou, e l l e peut abandonner la lutte, trouver un homme qui remplace l'autorite de son pere et recouvrer a i n s i la security de son enfance. La mere Grace a Madame U. qui ne desire que le succes et le bonheur d'Ursule, c e l l e - c i commence a voir sa mere d'un autre o e i l . La question de Madame U. : "A laquelle de nous deux voudriez-vous ressembler plus tard, Ursule?" (115) l u i rappelait "comme une maree descendante, tous ces souvenirs." (140) Ces souvenirs sont d'une mere qui veut que sa f i l l e devienne quelqu'un, qu'elle se libere, qu'elle fasse sa part "dans ce mouvement de liberation des femmes." (136) "Lutte pour ton bonheur," (138) l u i avait d i t sa mere. Ursule se mefiait alors parce que le sort de sa mere bannie, denigree, l u i semblait peu desirable et Ursule avait toujours resiste a son influence. "La necessity de parler de ma mere ne s'imposa jamais. En bien n i en mal. De m'6pancher pres d'elle non plus," (104) pensait Ursule dans un de ses retours sur son passe ou e l l e se souvient des bontes et de la tendresse de sa grand-mere. Cependant, c'est a sa mere qu'elle veut pr6senter son amant Marvin. II y a une distance entre Ursule et sa mere qu'elles ne peuvent pas franchir. Adulte, Ursule se rend compte qu'on l u i avait inculque "des idees fausses a propos de [s]a mere" (139), mais i l r e s t a i t que cette mere 1'avait abandonnee pour un autre homme. E l l e se demande s i e l l e 1'avait vraiment "donnee" a sa grand-mere. En meme temps, e l l e soupconne que son pere l'a trompee. Quel sera le l i e n qui l a reunira a sa mere qui, e l l e l'avoue, l u i a toujours manque: "Je ne m'habituais pas a etre orpheline"? (139) Apres la mort de Madame U., Marvin etant sur le point de p a r t i r 1'amour et la guerre enfin reconnus pour les ennemis qu'ils sont, ("l'amour, c'est done aussi cela? ... C'est cela aussi, la guerre?"), (149) Ursule se voit encore abandonnee: "Et j'etais la, toute petite, toute seule comme a deux ans, devant 1'Absence," (149) e c r i t l a narratrice. Apres avoir manque le dernier rendez-vous avec Marvin, c'est a sa mere qu'Ursule pense, a ce qu'elle aurait f a i t en p a r e i l l e circonstance. E l l e renoue avec sa mere dans l a situation qu'elle raconte a i n s i a l a f i n du roman: "je me pelotonnai toute nue entre mes draps, le c o l l i e r de Madame U. flui d e et doux a mon cou et descendant jusqu'a ma t a i l l e ..." (161) C'est 1'image du foetus 55 dans l'uterus, attache & la mere par le cordon ombilical; c'est le symbole du retour a la mere, sa vraie mere, et a Madame U. qui veut "enfanter" Ursule. Sa decision est prise. E l l e tiendra compte des avis de sa mere et de Madame U. E l l e poursuivra sa carriere, e l l e forgera son propre bonheur, e l l e sera elle-meme et l i b r e . E l l e n'attendra pas le heros qui devait l u i fournir securite et bonheur; apres tout, les heros ne sont pas des garanties sures de l'avenir. La narratrice ne nie pas "le p l a i s i r de tous les sens" ( 1 2 ) de 1' amour, les moments d'extase. E l l e savoure les impressions qu'elle conserve de son bien-aime; i l l u i est impossible de les oublier. Toutefois, e l l e a passe outre; e l l e a refuse d'etre une victime; e l l e a rejety 1'image de la femme: trapped eternally i n a romance where she i s the passive figure, without control, awaiting her destiny i n the person of the man who w i l l provide her with a l i f e . 5 Ironiquement, les hommes qu'elle a tellement respectes, auxquels e l l e a toujours essaye de se l i e r , ceux-la l'ont trompee, malmenee et delaissee. C'est grace aux femmes dans sa vie, Madame U. et sa mere surtout, en cette annee decisive, qu'elle a pu s'en s o r t i r , et plus forte que jamais. E l l e s n'ont jamais essaye de pr o f i t e r d'elle ou de ses talents; toutes deux, elles l'ont aidee a se liberer, a croire en son pouvoir. Meme 56 Lailah, la femme du maestro qui oonnait a peine Ursule mais qui voit en e l l e l a personne et non seulement 1'artiste, interromp son mari: "Mais voyons ... Une jeune f i l l e peut songer a autre chose." (55) Lui maintient qu'elle n'est n i femme n i homme; qu'elle est un instrument et une virtuose. Madame U., e l l e aussi, veut qu"Ursule vive pour son art, mais e l l e la veut d'abord heureuse: "vous vivez pour vous, en somme." (19) A la f i n du roman, Ursule retourne au Quebec revoir la v i e i l l e maison en pierre des champs, son chat, son chien, son cheval; e l l e va vivre (non passer) une semaine avec sa mere qu'elle n'a pas revue depuis ses quinze ans. Pour la premiere f o i s , la narratrice e c r i t "maman" et non "ma mere," "mes freres et soeurs" et non "ses enfants." E l l e ne l u i parle pas de ses chagrins recents de peur de l ' a t t r i s t e r : e l l e a voulu l u i donner du p l a i s i r , pas l u i demander consolation et encouragement. E l l e a maintenant une securite et une force interieures et e l l e veut, a son tour, etre 1'inspiration et le reconfort de sa mere. Le destin II y a encore une d i f f i c u l t y a laquelle Ursule n'avait jamais f a i t face: la peur du destin, le pouvoir que ce destin avait de controler sa vie: "On ne pouvait se defier plus du Destin que moi-meme," (161) avoue Ursule. Par tr o i s f o i s Madame U. l u i avait demande ou e l l e avait rencontre Marvin, et par troi s 57 fois, Ursule avait esquive la question. En rassemblant ses souvenirs, la narratrice 6crit: "Me souviens-je de l'endroit, ... du jour ou Marvin et moi nous nous sommes oonnus? Non, ou alors je renonce au souvenir, je le refuse." (27) Ce n'est qu'a la derniere page du r e c i t qu'elle raconte 1'incident de la mante religieuse, le moment de sa rencontre avec Marvin. Peu apres son arrivee a New York, Ursule se rendait a ses cours lorsqu'elle apercut un homme penche sur un objet quelconque. Curieuse, e l l e traversa la rue et v i t que 1'homme observait une mante religieuse dont les pattes brisees 1'empechaient de se sauver ou de chercher de la nourriture. Les deux jeunes gens s' apitoyerent sur le sort de la bestiole et deciderent q u ' i l v a l a i t mieux la tuer que de la lai s s e r s o u f f r i r . L'homme l'ecrasa done sous son talon. -Lorsqu'il se releva, Ursule v i t q u ' i l e t a i t beau. C'etait Marvin, (p.163) Evidemment i l s se rencontrerent plus tard a la Maison Internationale et devinrent amis, puis amants. D"apres le mythe a f r i c a i n , 6 quiconque tue ou blasse cet insecte merite de grands chatiments. Or, Ursule et Marvin avaient ete responsables de l a mort de cette mante blessee. II semble, puisqu'elle ose "se souvenir" enfin de cette aventure, qu'elle ne craint plus le chatiment encouru; peut-etre a - t - e l l e relegue dans le passe l a honte de sa mere, la crainte de 3 o n pere, les mythes et les contes de fee ou l a femme/fille doit s i 58 souvent attendre le secours d'un prince. E l l e a trouve le moyen de dejouer le mauvais sort. (124) What woman must learn to assume i s that she i s not confined to the role of the princess; that the hero, who wakens Sleeping Beauty with a kiss, i s that part of herself that awakens conventional girlhood to the p o s s i b i l i t y of l i f e and action. 7 II se peut aussi qu'Ursule a i t connu le f a i t que la femelle tue et mange quelquefois le male ou les petits de l'espece. En causant la mort d'une mante religieuse tres longue (163), done femelle, e l l e epargnait la vie des nombreux males qui seraient devenus sa proie. E l l e aurait done agi selon la conduite feminine qui veut q u ' i l incombe a la femme de proteger l'homme, de le servir, et de soutenir sa carriere. Au figure, selon le dictionnaire Le Petit Robert, une mante religieuse c'est une femme cruelle avec les hommes, qui les "devore." Le Grand Dictionnaire Robert d6crit a i n s i la bete dont i l est question: E l l e est polyandre, cette femelle t e r r i b l e . Alors que les autres insectes refusent le male quand leurs ovaires ont ete fecondes, la mante en accepte deux, tr o i s , quatre, jusqu'a sept: et cette barbe bleue, l'oeuvre accomplie, les croque sans remission. 8 Comment expliquer 1'hesitation de la narratrice a divulguer cette rencontre? Dans une perspective masculine, patriarcale, ou 59 e l l e appartient au nombre des femmes traditionnelles qui protegent l'homme, ou e l l e est la femme qui se souoie d'abord d'elle-meme, et qui tue les hommes. Apres s'etre rangee avec les femmes qui acceptent le role de compagne ou d'auxiliaires de l'homme durant toute sa jeunesse, i l l u i est peut-etre trop d i f f i c i l e d"accepter son nouveau role de "devoreuse." Devant Madame U., e l l e n'aurait jamais admis ce nouveau role. S a i t - e l l e meme ou e l l e en est, sauf a la f i n , dans ses rapports avec les hommes? Evidemment, l a strategie de l'auteure pour maintenir le suspens est excellente. La l e c t r i c e sait q u ' i l ne s'agit l a que du premier pas, symboliquement, vers 1'independance. Avec le soutien des femmes au cours de sa vie, e l l e arrivera a voir autrement son rdle en tant que personne, en tant que femme et en tant qu'artiste. Ni le mauvais sort n i le patriarcat n'auront desormais de prise sur e l l e . Et c'est alors seulement que la "scene primordiale" pourra etre racontee, d'ou la place de cet episode i n i t i a l a la toute f i n du r e c i t . 60 Carolyn Heilbrun, Reinventing Womanhood. New York: W.W. Norton & Co., 1979, pp.39-40. Joseph Bonenfant, "Andree Maillet, A la memoire d'un heros." i n Livre et Auteurs quebecoises. 1975. Quebec, Les Presses de L'Universite Laval, 1976, p.29. Adrienne Rich, Of Woman Born. New York: W.W. Norton & Co., 1976, p.247. Lisa Hobbs, Love and Liberation. New York: McGraw-Hill Book Co., 1973, p.63. Carolyn Heilbrun, Reinventing Womanhood, p.124. Encyclopaedia of Superstitions and Folklore. Volume II, Detroit: Gale Research Company Book Tower, 1971. Carolyn Heilbrun, Reinventing Womanhood, p.150. Paul Robert, Le Grand Dictionnaire Robert. Paris, 1985. 61 4. Les etapes du changement 62 II existe dans oe roman d'Andre Maillet quatre femmes qui representent quatre categories de femmes (reelles et f i c t i v e s ) du Quebec au vingtieme siecle: la grand-mere, la mere, Madame U. et Ursule. La grand-mere exerce une influence subtile et constante; e l l e transmet les stereotypes ancres dans le subconscient c o l l e c t i f . E l l e a ete elevee chez les religieuses en Belgique; on l u i a appris & venerer les choses de la r e l i g i o n catholique et a mepriser son corps. Chargee de 1'education de sa p e t i t e - f i l l e , e l l e l u i apprend les regies de la beaute, de l a politesse, et l'art de f a i r e un bon mariage. En bonne parente, e l l e se devoue a l a petite et s'en f a i t aimer. E l l e est une mere irreprochable. L'art d'etre grand-mere La narratrice ne l u i donne jamais d"autre nom que grand-mere ou Bonne Maman; socialement, e l l e est anonyme et passive. E l l e est le personnage feminin par excellence avec la connotation maternelle; e l l e remplace la mere absente et seconde le pere "en tout depuis toujours." (103) Son pouvoir est dans son association avec son gendre. Comme les peuples domines dont parle Rich, 1 e l l e a appris a user de subterfuge pour obtenir quelques bribes pour sa f i l l e ou pour Ursule, s i bien que les deux femmes s'imaginent que c'est la grand-mere qui a le pouvoir: Maman obtenait de l u i n'importe quoi en s'y prenant de maniere a le convaincre 63 que toute idee venait de l u i . Moins vaniteux, i l se serait rendu compte que la moitie de ses decisions l u i avaient et6 suggerees par e l l e . (103) Ursule l'aime, et pour oomble de compliment veut l u i ressembler. Toutefois la jeune femme est contrariee par la surveillance, a distance, qu'elle doit endurer. Conditionnee elle-meme par son education, la grand-mere refuse a Ursule la li b e r t y de vivre a sa guise. Le mariage demeure le statut s o c i a l envisage pour l a jeune femme, et la-dessus, sa parente la prepare en l u i 6numerant les avantages des differents types d'hommes. L'homme sera sa defence: "C'est dans le choix d'un mari que la premiere defense s'apprend et s'impose," (102) d i t - e l l e a sa p e t i t e - f i l l e . Dans le monde pa t r i a r c a l valorise au debut du siecle, la femme trouve securite et protection chez 1'homme: She can find a man to replace the paternal authority and through marriage and her new keeper, recapture the security and warmth she knew as a c h i l d . 2 Pour l a grand-mere, les soins de beauty sont de premier ordre: i l faut que sa petite-f i l l e s o i t un objet attrayant. C e l l e - l a appartient encore a la gynyration de la femme-objet, dont parle Madeleine Ducrooq-Poirier 3, qui se pryoccupe de soigner son apparence et de s'ingenier a seduire. Ursule dyplore (aprfcs le f a i t ) cette insistance sur le physique qui a f a i t d'elle une seductrice. Son aieule 1'incite, selon le role traditionnel, a 64 la douceur, a la patience, a la d o c i l i t y ; e l l e la garde dependante et soumise pour etre la femme ideale. E l l e veut obtenir pour Ursule l a security du mariage. E l l e prepare 1'enfant, la jeune f i l l e a f a i r e son entree dans le systeme patr i a r c a l sans insubordination et a le perpetuer dans sa vie. "Patriarchy depends on the mother to act as a conservative influence, imprinting future adults with patriarchal values," 4 e c r i t Adrienne Rich. Cependant le manque de pouvoir peut conduire a une finesse de s e n s i b i l i t y , a une acuity d'observation de 1'oppresseur. Sans s'en rendre compte, la grand-myre passe peut-etre ce talent A sa p e t i t e - f i l l e . Quant a elle-meme, l a grand-myre a du gout pour l'ordre et l'harmonie; Ursule l u i attribue la "pryciosity" l a ' ponctuality. E l l e "accomplissait en un seul jour une surprenante quantity de choses u t i l e s ..." (133) Mais le oouronnement de sa vie est son service a sa f i l l e : "Je l ' a i eduquye avec trop de rigueur," (103) et a sa petite-f i l l e , son devouement a yiever une deuxieme famille. C'est a i n s i qu'elle reprysente dans le roman la mere "survalorisye par la sociyty quybycoise." 5 La femme "liberye" Madame U., femme riche et trys recherchye pour son salon, cherche le bonheur dans 1'amour des hommes. D'extraction noble et de plus enrichie par la fortune de son quatrieme mari, e l l e 65 n'a rien accompli par e l l e meme. E l l e est la femme seduisante. Toute sa vie semble avoir ete un jeu pour s' a t t i r e r des amants. A son age (el l e pourrait etre la mere d'Ursule) e l l e s'apercoit que le jeu est devenu un fardeau detestable: Oh! que je hais les hommes! II faut toujours etre belle, jeune pour eux, avoir la peau poncee, se gratter l a langue, susciter le miracle perpetuel, Et le mystere. (41) Comme les femmes de son age, e l l e est victime d'un statut so c i a l que la society l u i a impose. Passee la quarantaine, son jeune amant (Duncan) part i , ses charmes fanes, e l l e ne garde aucun espoir d'att i r e r un nouvel amant: "Pour moi, i l s'averera tout a f a i t impossible de le remplacer," (40) d i t - e l l e de Duncan. Avec les femmes de son epoque et dans ses dispositions, e l l e est oonvaincue que 1'amour de l'homme depend de la beaute de la femme. "The obligation to be beautiful i s an a r t i f i c i a l burden, imposed by men on women,"6 e c r i t Una Stannard dans Women in Sexist  Society. "What, fat, forty-three, and I dare to think I'm s t i l l a person?" demandait Zoe Moss dans un a r t i c l e i n t i t u l e : "It hurts to be ali v e and obsolete." E l l e elabore, et cela en 1970: "I think ... I look more attractive ... than my ex-husband, but I am sexually and s o c i a l l y obsolete, and he i s not," 7 Vingt ans auparavant, Simone de Beauvoir ecrivait: 66 La femme est hantee par l'horreur du vieillissement. (...) e l l e a mise bien plus que 1'homme sur les valeurs sexuelles qu'elle detient; (...) on ne l u i a permis d'avoir de prise sur le monde que par la mediation de 1'homme: que deviendra-t-elle quand e l l e n'aura plus de prise sur l u i ? 8 Madame U. abhorre son role de femme-objet, mais pour e l l e l'enjeu etant 1'homme, e l l e adhere aux prinoipes patriarcaux, e l l e se soumet a leur pouvoir. Ainsi, e l l e souscrit, quoique passivement, a la guerre: "En Europe ... la guerre est une v i e i l l e coutume." (64) E l l e accepte sa mission de soutien pour les mi l i t a i r e s : "Nul combattant ne doit etre esseule. Soutenir la morale de nos heros, n'est-ce pas? Ces braves defenseurs de 1'univers democratique ..." (64) Pourtant, e l l e comprend mieux que tout autre personnage dans le roman 1'attrait de la guerre et de la mort pour le jeune homme, la preference de c e l u i - c i pour cette r i v a l e de 1'amour. E l l e se croit impuissante; entierement dependante de 1'homme: "Ou'est-ce-qu'on peut faire? Vous et moi, en tout cas, ri e n , " (42) d i s a i t - e l l e a Ursule, tout en enumerant ceux qui ne prof itent pas des guerres. E l l e a compris aussi que les femmes sont l a pour repeupler la terre; qu'elle a, a sa facon, oontribue a enfanter des hommes. Aveo la sagesse de son age et de son experience, e l l e represente la femme perspicace qui peut tres bien i n i t i e r Ursule a la vie, donner "l'eclairage ... et la dimension de leur role s o c i a l . " 9 67 Comme la grand-mere, Madame U. reste anonyme dans le roman. E l l e represente en premier l i e u la femme sexuellement liberee et aimante. Intelligente et cultivee, e l l e doit cependant sa situation aux hommes, sa richesse a son quatrieme mari et son rang s o c i a l a sa famille, une "ancienne famille regnante de Serbie" (108). Certaine que cette v i e ne l u i reserve plus 1'amour des hommes, e l l e se suicide, mais avant sa mort e l l e legue a Ursule le plus grand don possible, le c o l l i e r de perles dont nous avons parl6 et par consequent le retour a sa mere, disons la decouverte du v r a i visage de sa mere. La victime parfaite: Edwige Perodeau La m6re d'Ursule, e l l e aussi anonyme pour la plus grande partie du roman, represente la femme liberee avant son temps, sans la protection legale ou juridique accordee aujourd'hui aux femmes divorcees. E l l e ne merite meme pas cette c l a s s i f i c a t i o n . E l l e subit l a reprobation de la societe et l ' h o s t i l i t e de sa famille. La narratrice la designe avec les mots: femme debraillee, (115) adultere, repudiee, bannie, (116) boheme, (133) mere ironique, insoucieuse. (134) E l l e souligne tous ses mefaits reels ou inventes: cette mere avait transgress^ toutes les lo i s par f o l i e amoureuse; e l l e avait abandonne son enfant de deux ans; (105) e l l e s'etait enfuie, (102) evanouie apres son chatiment; (125) e l l e pretexta diverses epidemies pour ne pas se charger de son enfant pendant les vacances proposees; (104) on 1'avait 68 accusee de devergondage. (139) E l l e v i t discreditee dans sa patrie; e l l e existe pauvrement, l o i n de sa famille, avec son nouveau mari qui, l u i aussi banni et denigre, est reduit a un role subalterne. Cependant, e l l e ne deroge jamais a ses convictions; e l l e tente toujours d'inculquer a sa f i l l e — dans ses rares v i s i t e s -- le d6sir de la lib e r t e . C'est e l l e qui ose crit i q u e r les methodes arrierees des communautes religieuses, l'esclavage des soeurs converses, Au p o s i t i f , e l l e vante les valeurs humaines et soutient le mouvement des femmes, La premiere a affronter sa propre mere, A demystifier " l a mere" jusque l a survalorisee par la societe quebecoise, e l l e trace le chemin de la liberation, mais a quel prix pour son bonheur personnel! Son sort parait peu enviable a Ursule qui resist e d'abord a ses exhortations: "jamais e l l e n'aurait d'empire sur moi." (138) Jeune, mere d'un enfant de deux ans, e l l e renonce "a une position sociale extremement enviee comme epouse d'Elz6ar Camaraire," (105) se rappellera Ursule dans un retour au passe. Pour rejoindre un homme, e l l e avait tout quitte a f i n de trouver la l i b e r t e ; e l l e avait refuse d'etre une victime. La pauvrete ne heurtait pas ses sens autant que la domination d'un homme. Son nouveau mari est "sans cesse occupe d'elle, des enfants;" (140) sa seule peine est d'etre privee de son ainee. 69 Changer la condition feminine S i nous comparons les conseils que ces tro i s personnages feminins dans le roman donnent a Ursule, nous voyons les trois types de femme, leur degre de dependance, de fausse l i b e r t e ou d'affranchissement. La grand-mere prepare Ursule au mariage qui l u i servira de protection et de securite; i l l u i incombe de choisir un mari qui l u i passera tous ses caprices. Puisque l'homme prefere une vierge, Ursule doit "s'abstenir" avant le mariage. Madame U. avert i t Ursule que la vertu a une voix de fausset, qu'elle doit agir "comme bon i l l u i semble a l u i . " L'amour fera son bonheur; i l faut le prendre. Hedoniste, Madame U. v i t pour le moment; e l l e pousse Ursule a l u i ressembler. La mere, preoccupee de l'avancement de sa f i l l e dans un monde ou les femmes commencent a prendre leur place, f a i t ce qu'elle peut pour l'interesser aux mouvements feministes, pour 1'aider a s'epanouir, "devenir quelqu'un." (135) Elle-meme a f a i t la rupture avec sa mere; son influence n'a pas encore f i l t r e jusqu'a sa f i l l e . "Resister est bien, transgresser est mieux, " 1 0 d i t 1'Euguelionne, mais pour Edwige Perodeau ( t e l est le nom de la mere) c'etait vingt ans avant le temps. Ursule, jeune femme de vingt et un ans, f a i t contraste avec sa grand-mere et avec Madame U. E l l e a adopt6 en grande partie les valeurs de sa grand-mere, mais e l l e est consciente des moeurs 70 de ses contemporains; surtout, e l l e cherche a se liberer des influences de sa famille. Pour un jeune homme dans la vingtaine, i l aurait 6te question d'entrainement, de carriere et d'affaires, mais pour Ursule, entrainee a etre la servante de son mari et de ses enfants, soumise et devouee, i l s'agit de poursuivre des etudes decidees par sa famille, sous l ' o e i l v i g i l a n t des siens. Andree Maillet, qui soutient q u ' i l faut "un rapport specifique de la femme A 1'ecriture" 1 1 cree avec Ursule un personnage de jeune femme aux prises avec son emancipation. Le caractere novateur de ce personnage n'apparait pas de prime abord: Ursule est att i r e e par Marvin; e l l e s'habille avec gout et finesse; e l l e recherche les choses rares; sa carriere est prometteuse. C'est une jeune femme qui a sa propre personnalite, mais une personnalite a laquelle i l manque encore ses points de vue, ses opinions et ses interets; generalement e l l e r e f l e t e les jugements de son pere et de sa grand-mere. E l l e ne possede pas une beaute exaltee comme les heroines d'antan, mais e l l e f a i t preuve de grand talent. A priori, e l l e a le role principal du roman tandis que son ami Marvin reste A l'etat d'ebauche. Trop souvent la femme est restee un etre quasi marginal dans la lit t e r a t u r e : dans le roman du te r r o i r , la femme n'existait que dans 1'ombre patriarcale, sans jamais franchir un silence ou la releguait l'ordre traditionnel. Philippe Aubert de Gaspe ( f i l s ) a e c r i t dans L'Influence d'un l i v r e : 71 En effet que sont-elles ces femmes de nos jours? Un compose de passions dont la faiblesse, principe inherent de leur sexe, eteint le feu naturel (..,) Mues par le premier principe de leur education, elle s cherchent a p l a i r e (...) par un a i r affecte, un ruban ou une reponse impertinente. 1 2 Jeanne Lafrance, dans son etude des personnages du roman canadien-francais du dix-neuvieme s i e c l e a trouve que "les ecrivains n'ont pas su creer une seule femme d'envergure parmi e l l e s . " E l l e ajoute que "le manque de r e l i e f des personnages feminins etudies (...) leur effacement et la faiblesse de l a personnalite de presgue tous nous semblent bien i l l u s t r e r 1'attitude des auteurs et de la societe de leur temps vis-a-vis de la femme."13 S i les femmes du 19e siecl e et des premieres decennies du 20e sont presentees comme une valorisation de la femme quebecoise, maternelle et passive, Ursule par contre n'appartiendra pas a ce mythe; e l l e n'est pas non plus de celles qui se preoccupent de leur apparence quoiqu'elle avoue suivre les conseils de beaute legues par sa grand-mere. E l l e n'est ni au service des autres, n i dans un t r a v a i l mal remunere; e l l e n'est n i une femme seduisante n i une mere irreprochable; e l l e n'est pas ostensiblement a la recherche d'un ,mari qui la fera vivre, l u i donnera du prestige et la securite affective. Maillet nous decrit une femme qui a, en dernier l i e u , le courage de ses convictions. Adolescente, la jeune Ursule est decrite dans une 72 situation de frustration qui revele 1'autre cote de la jeune f i l l e bien elevee: Quand j'eprouvais une demangeaison d'eclater de ce corset de conventions — oar cela m'arrivait quand je me sentais agacee par ma soumission, ma courtoisie, mon charme en fleurs, ma passivity toute d'apparence — je tentais de f a i r e s o r t i r ma grand-mere de ses gonds, sans y reussir jamais, d'ailleurs. (101) Mary Daly 1 4 appelle cette soumission le peche de complicity dans la destruction du moi. Celles qui suppriment 1"oppression liberent en sorte la societe entiere qui est dehumanisee par cet "esclavage." Les femmes sont harcelees par 1'insecurity, par les sentiments opposes de soumission et de revolte: la rupture avec 1'identite acceptee par la societe est un grand obstacle, mais en le surmontant, e l l e s contribuent a la liberation humaine. El l e s elevent 1"etre humain qui etait a i n s i abaisse dans la society patriarcale. Le destin de l a femme-artiste Ceci rysume en effet le combat d'Ursule, dyclenchy par 1'amour qui la force a examiner ses propres valeurs et a trouver le pourquoi de ses ryticences. Ce que le psychologue f e r a i t dans son bureau, Ursule l'accomplit seule avec ses retours au passy et l'appui de Madame U. au terme de sa vie, avec les conseils de sa 73 mere en souvenir. Pour e l l e , i l s'agit surtout de trouver la lib e r t e ; c'est son plus grand desir et ce qui l a sauvera enfin. Lorsqu'elle est tentee de laisser ses etudes et sa carriere, c'est a la l i b e r t e qu'elle pense: "Pour moi, n i paix, n i espace, n i libert6, et des bras qui se detacheraient bientot, II ne me resterait r i e n . " (161) Loin d'elle son ideal de quinze ans: "me marier, m'oocuper de l'Orchestre, du Musee, des Hopitaux, soutenir la carriere de mon mari," (135) et ayant present a 1'esprit sa vie avec Marvin, l u i en quelque grande university ou i l enseignerait la medeoine, e l l e se voit en tournyes, en engagements a l'ytranger, puis leur vie en Amerique. (125) Simone de Beauvoir a d i t en interview: "Si l'on veut vraiment etre indypendante, ce qui compte, c'est d'avoir un mytier, c'est de t r a v a i l l e r . " 1 5 Maillet veut son heroine enrichie par une carriere, meme s i e l l e n'a aucun besoin d'augmenter sa fortune. E l l e la veut l i b r e et ypanouie par ses propres talents; e l l e veut donner un modyle autre que c e l u i de "l'yternel fyminin." Madeleine Ducrocq-Poirier ajoute, en parlant des Ouybycoises, Les plus evoluyes envisageaient 1'idye d'edifier non seulement une contre-culture mais aussi un contre-pouvoir fyminin pour battre en bryche et contrebalancer le pouvoir masculin en place et amener les hommes a composer peu a peu avec les femmes et a partager le pouvoir avec e l l e s . 1 6 74 Voila ce que propose 1'heroine d'A la memoire d'.un heros. Tout en menant sa vie de femme du monde avec ses interets et ses aptitudes, surtout avec sa vie affective legitime, e l l e devient "la femme d'envergure" dont on ne trouve aucun exemple dans la tradit i o n du roman canadien-francais avant les annees 1960. E l l e est le nouveau personnage feminin du roman dont parle M. Ducrocq-Poirier. D'apres ses recherches, apres 1960 un nouvel esprit l i t t e r a i r e se f a i t jour: chez les femmes-ecrivains, i l s'agit de montrer "1'inanity et 1'injustice de la condition f a i t e aux Quebecoises par une societe masculine" et "une aspiration a la l i b e r t y . " 1 7 Chez ces nouveaux personnages fyminins se voit la vraie nature feminine que la sociyty avait opprimye et travestie. Les heroines "aspirent a s'accomplir, & se r y a l i s e r pleinement, a reussir leur vie au-del& du rejet des idyologies recues et des frustrations anterieurement subies." 1 8 75 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 Adrienne Rich, Of Woman Born. Chapter III: The Kingdom of the Fathers. Lisa Hobb3, Love and Liberation. New York, McGraw-Hill Book Co., 1973, p.79. Madeleine Ducrocq-Poirier, Les Femmes quebecoises depuis 1960 II En l i t t e r a t u r e . these de doctorat, Universite de Sherbrooke, P.O., 1977,. p.32. Adrienne Rich, Of Woman Born, p.61. Madeleine Ducrocq-Poirier, T.es r p ^ e s guAbecoises depuis  1960. p.8. Una Stannard, "The Mask of Beauty," i n Woman i n Sexist  Society, ed. Vivian Gornick and Barbara Moran, New York, New American Library, 1972, p.203. Zoe Moss, "It hurts to be alive and obsolete," i n Sisterhood  i s Powerful, ed. Robin Morgan, New York, Random House, 1970, pp.170, 174. Simone de Beauvoir, Le Deuxieme Sexe. Paris, L i b r a i r i e Gallinard, 1949, p.400. Madeleine Ducrocq-Poirier, "A la memoire d'un heros. roman d'Andree Mail l e t , " i n Dictionnaire des Oeuvres l i t t e r a i r e s V, 1987, p.16. Louky Bersianik, L'Euguelionne. Montreal, La Presse, 1981, p. 314. Andre Maillet, citee dans la these de Madeleine Ducrocq-Poirier Les Femmes quebecoises depuis 1960 II En lit t e r a t u r e . p.30. Philippe Aubert de Gaspe ( f i l s ) , Le Chercheur de tresors ou L'Influence d'un l i v r e . Quebec, Reedition-Quebec, 1968, p.42. Jeanne Lafranee, "Les Personnages dans le roman canadien-francais, " these de Ph.D. Universite Laval, 1970, pp.11 et 63. Mary Daly, Beyond God the Father/ Boston, Beacon Press, 1973, p.51. A l i c e Schwarzer, Simone de Beauvoir auiourd'hui. Paris, Mercure de France, 1984, p.44. Madeleine Ducrocq-Poirier, Les Femmes gn6becoises depuis i m p.33. Ibid., p.21. jjad., p.23 La temporality dans A l a memoire d'un heros 78 Le jazz f a i t revivre a Ursule les moments les plus intenses de sa jeunesse: les quelques mois de son amour juvenile avec Marvin Banier, etudiant a Columbia, medecin naval, en 1944. Leurs improvisations syncopees me font toujours basculer dans une sorte d'espace ou je descends l o i n en ar r i e r e de mes annees, me balancent au-dessus de cet espace d'ou, comme de tres haut, une aigle v i g i l a n t e repere la moindre proie possible, je vois ma jeunesse a moi offerte encore; et revivable. (9) II semble que le souvenir involontaire de son amour et des souffranoes de la separation doive enfin, apres trente ans, etre exorcise dans sa memoire ou ecr i t pour etre revecu pleinement. Au debut du r e c i t , e l l e veut retrouver ses souvenirs mais, a la f i n , la souff ranee eprouvee en les revivant est trop aigue: "D' affreuses visions ... se superposent aux images r6elles que la memoire me rend possibles ..." (85, 86) La f i n de sa jeunesse l u i est "pesante, malaisee a d6crire" (124) mais e l l e se force a poursuivre jusqu'au bout. Dans un monologue interieur, aux dernieres pages du re c i t , e l l e avoue sa douleur de refouler pour toujours les souvenirs cruels: "Saurai-je plus f i n i r mes phrases que mettre un terme a la memoire qui me redit souvent les memes histoires et me renvoie depuis trente ans ... les memes adores visages? ..." (154) 79 La structure du r e c i t Le r e c i t d'Ursule debute par ses sorties avec Marvin, sorties chargees d'emotion et d'admiration mutuelle. Parce que ces relations sont intercalees dans sa vie sociale d'alors, quand e l l e f a i s a i t son stage a l'Ecole de Musique, e l l e se rappelle aussi ses cours, ses rencontres avec d'autres personnes, notamment avec c e l l e qui devint son amie et sa confidente, Madame U. Des que Marvin a aborde, a mots ouverts, le sujet de la sexualite, Ursule, naive et prude, en a ete abasourdie et decontenancee. E l l e cherche done conseil et refuge dans les souvenirs de son enfance et de sa jeunesse avec son pere et sa grand-mere, aspirant a retrouver la paix de son enfance. Chose etrange, c"est dans le souvenir de sa mere (toujours jugee et meprisee, a l'encontre du pere) qu'elle trouve enfin 1'importance de l'amour, et plus, 1'inspiration qui l'aide h se liberer et a s"assumer. S i ce roman etait tourne d'apres un scenario de cinema, le realisateur montrerait au debut la narratrice a plusieurs reprises, occupee a ecrire son journal, car la narratrice et Ursule, le personnage, sont une seule et meme personne avec ses emotions reconnaissables mais separees par une evolution qui signale le passage de la jeunesse a la maturite. La narratrice veut retrouver ses vingt ans, mais un retour en enchaine un autre, sa pensee descend dans un veritable labyrinthe ou le lecteur la suit tantot avec sa mere, tantot avec sa grand-mere ou 80 avec son pere. Cependant, ce qu'elle veut raconter, c'est son hi s t o i r e a e l l e , c'est-a-dire les joies intenses d'un premier amour. A l'6cran, cette h i s t o i r e d'amour serait en couleur: les uniformes des marins, les t o i l e t t e s , la haute couture, les bijoux, les concerts, les demeures de la riohe bourgeoisie, et le contraste du wagon de blesses, la journee pluvieuse a Manhattan. Enfin, les retours a son enfanoe, a l'enfance de sa mere, a la jeunesse de sa grand-mere, epoques qui ne font pas reellement partie de 1'histoire de Marvin et d'Ursule, seraient en noir et blanc. Paroe que l'auteure reussit a integrer ces t r o i s niveaux artistiquement (la narratrice a l'oeuvre, 1974-75; episode amoureux, 1944=45; retours au passe, 1890-1943) 1'histoire de Marvin et d'Ursule, qui pourrait etre tout simplement un roman sentimental, a l'eau de rose, est plutot un roman moderne, caracterise par 1'architecture savante de sa forme narrative. Bien souvent, la structure narrative du roman sentimental peut se reduire a ceci: la jeune f i l l e rencontre un homme; les obstacles a leur relation apparaissent puis disparaissent; i l s se rendent compte de la mutualite de leur amour et i l s commencent une vie idyllique par un mariage. S i 1'obstacle est de nature morale, s ' i l s'agit d'un adultere, par exemple, au l i e u de f i n i r par une vie idyllique, l'un des amants meurt ou souffre tout le reste de sa vie et/ou est rejete par la societe. Entre parentheses, ce personnage est generalement la femme.1 81 II semble que le personnage de la grand-mere du roman etudie a i t eu une v i e id6ale: bonne education, bon mariage, vie aisee, devouement a sa p e t i t e - f i l l e qui f a i t d'elle une mere irreprochable. Yalette 2 propose des modeles de structure de genre mineur qui semblent pouvoir rendre compte du roman classique: A A1, c'est-a-dire, le personnage pr i n c i p a l souffre des epreuves, rencontre des ennemis, surmonte des d i f f i c u l t e s et parvient a A1, sain et sauf. Une variante, A A 1 ) A, indique que le personnage principal, apres epreuves et succes ulterieurs, s'est ennobli, a pris de l'envergure, tandis qu'une seconde variante, A A 1 {A indique l'eoheo du personnage qui s'est amoindri, a ete supplante par un autre ou est mort. 3 D'apres ces modeles, la vie de la grand-mere pourrait se resumer a i n s i : A A 1 ) A. Au oontraire, la mere d'Ursule recoit une bonne education, f a i t un "bon" mariage puis commet l'adultere et est bannie de son pays pour achever sa vie, dans la misere, Vrai-semblablement, s i on ne voit que le cote s o c i a l (statut) de sa vie, on pourrait resumer a i n s i : A epreuves -» echec — A 1 (A. De meme, juger s i Ursule a reussi sa vie ou l'a ratee reste un choix du lecteur, mais le critique qui decide qu'elle sera malheureuse parce qu'elle ne se marie pas avec son prince charmant, ne voit pas 1'evolution positive de la jeune femme et trahit son adhesion au stereotype. 4 Pour nous, sans aucun doute, la variante A A 1 )A s'applique a Ursule. 82 Le recit de la vie d'Ursule comprend des elements invariants qui en constituent le noyau et qui appartiennent au schema du roman classique: Ursule rencontre Marvin, 1'homme ideal, les 6preuves d'ordre moral s'ensuivent; la conclusion est acceleree avec le depart de Marvin pour la guerre et Ursule doit choisir entre les promesses et l'attente ou une carriere et la liberte. Les deux protagonistes suivent les lignes traditionnelles: Marvin, amoureux d'Ursule, la courtise, sur d'elle et de l u i -meme; Madame U., riohe, cultivee, recherche la compagnie des hommes jeunes, tout en devinant qu'elle sera delaissee pour sa rivale, la guerre. Ursule introduit une variable dans le r6cit: jeune Quebecoise arrivee depuis peu a New York avec un car can de prinoipes bourgeois, elle se trouve bientot tourmentee par un debat de conscience. Elle tient compte de sa premiere education, de 1'influence de la societe quebecoise, de son amour pour Marvin, des conseils de sa mere et de son desir de liberte. L'incertitude de sa situation forme le noeud du roman. Evidemment, i l importe qu'Ursule change et murisse dans son nouveau milieu ou qu'elle soit malheureuse. Pour etre concevable, le recit doit etre inspire par la realite, par les souvenirs de 1'experience passee (analyses), d'ou le procede de l'auteur. II revient au lecteur d'analyser le recit afin de decouvrir la strategic narrative, analyse qui consiste a decomposer le recit en atomes. Les divisions du roman Le lecteur est aux prises avec une b i p a r t i t i o n du roman de Maillet: le present (ou Ursule, adulte, v i t a New York) et le passe (ou Ursule des 1'age de deux ans est separee de sa mere et v i t avec son pere et sa grand-mere au Quebec). Cette d i v i s i o n implicite sert a e c l a i r e r le personnage d'Ursule et a expliquer 1'opposition qui retarde le denouement mais qui ajoute a 1'intrigue. II s'agit de division, non en deux parties mais sur deux plans, l'un s'inserant dans l'autre, essentiellement aux moments de c o n f l i t dans la conscience d'Ursule. Les retours au passe apparaissent comme des monologues interieurs qui revelent les pensees secretes des protagonistes sans s'ingerer dans 1'action. Dans le roman de Maillet, ces retours revelent plutot la domination du pere, les stereotypes de la grand-mere et le desir de la mere d'orienter sa f i l l e vers une vie plus l i b r e et plus acceptable pour e l l e . Ces retours soulignent le combat et la souffranoe d'Ursule sur la voie du changement. Maillet decrit un monde lourd de s i g n i f i c a t i o n s symboliques: a la premiere page l ' a i g l e vigilante a la recherche d'une proie annonce la scene d'une mort a la f i n du l i v r e ; le c o l l i e r de perles predit un amour v r a i et durable; le t i t r e du l i v r e laisse deviner 1'absence du heros qui n'en est peut-etre pas un, le mot heros etant plutot negatif et ironique a la f o i s . La derniere page, chronologiquement le premier episode du r e c i t , entretient le suspens jusqu'a la f i n . 84 Pour oe qui est du montage, l'auteure a choisi non pas une succession ohronologique mais une progression romanesque sur le plan a f f e c t i f . Afin d'observer son mode de presentation, v o i c i un schema qui indique (1) la succession ohronologique et (2) 1'ordre du r e c i t : 85 FIGURE I: Ordre chronologlque 1 2 3 Enfance d'Ursule et conseils de la grand-mere Rares visites chez sa mere; les exhortations de celle-ci Conseils du pere, sa domination 4 5 6 Ursule rencontre Marvin a New York Sorties avec Marvin; soirees chez Mme U. Marvin aborde la question de sexual He: brouille 7 8 9 Reconciliation et nuit d'amour Rendez-vous manque; le depart de Marvin Ursule s'engage dans sa carriere FIGURE II: Ordre du r e c i t 1 2 3 4 5 6 7 8 9 5 1 6 1 3 1 7 1 I 1 2< 8' 9 1 4* 86 II nous faut remarquer pour commencer que la rencontre avec Marvin, evenement primordial dans 1'ordre ohronologique, n'apparait qu'& la f i n dans 1'ordre du r e c i t . Pourquoi cela? II n'est pas f a c i l e de repondre a la question mais nous voudrions proposer que la narratrice veut indiquer la f i n des craintes d'Ursule: craintes de son pere, du que-dira-t-on, du destin meme. E l l e avait evite de parler de cette rencontre grosse de consequences. Toutes ses craintes dissip6es, e l l e peut revenir sur 1'evenement et en admettre la denouement. Un autre ecart a l a succession ohronologique a l i e u lorsque Ursule f a i t des retours (de longue duree, c'est-a-dire de plusieurs pages) a son jeune age, apres avoir cede aux instances de Marvin. Honteuse et defaite, e l l e cherche dans ses souvenirs d'enfance peut-etre la j o i e et 1'innocence de sa jeunesse, peut-etre la raison de ses craintes de 1'amour. Le retour a sa mere suit la question de Madame U. : "A qui done s' identif i e r a i t eventuellement Ursule?" (134) La narratrice f a i t plusieurs retours de courte duree, a son pere et a sa grand-mere qui ont merite son estime et son affection. Ces retours ne figurent pas dans le schema presente i c i . Le tableau donne rend necessaires quelques remarques additionnelles: 87 — 1,2,3 s'etendent a 1'enfance et la jeunesse d'Ursule au Quebec. — 4 a 9 se passent h New York et a la base m i l i t a i r e et occupent 135 pages du roman sur 165, done la premiere duree (1,2,3) est de dix-huit a dix-neuf ans, la seconde (4 a 9) est de quelques mois seulement, de l'ete au mois de Janvier suivant. L'ordre du r e c i t et les anachronies En etudiant 1'ordre temporel d'un r e c i t , i l faut comparer 1'ordre des evenements dans le discours narratif a 1'ordre de succession de ces memes evenements dans l ' h i s t o i r e . Gerard Genette appelle anachronies narratives ces segments qui viennent "apx&s. dans le r e c i t mais qui sont censes etre venus avant dans la diegese." 5 Le r e c i t folklorique a 1'habitude de se conformer a 1'ordre ohronologique, selon Genette, mais la tradition l i t t e r a i r e veut l'anachronie dans le style de l a narration. Nous venons de relever les "retours" d'Ursule qui sont aussi des anachronies; dans le schema nous n'avons considers que les retours de longue duree. II existe cependant dans tout le texte de multiples anachronies; dans une seule page nous en reperons plusieurs. Pour i l l u s t r e r cette taotique qui exprime s i bien l'etat d'angoisse d'Ursule, la violence a sa psyche et la precipitation de ses pensees, nous choisissons un extrait d'une page ou la narratrice se rappelle, et e c r i t succinctement, ses 88 pensees d'alors et les evenements qui precederent la rencontre des deux jeunes gens dans la ohambre d'hotel. Voi c i l'extrait t i r e des pages 74 et 75 du roman: Al S i nous retournions a 1'hotel. Je vous rejoindrai sous les palmiers de Chine du grand h a l l . II y a un bon fauteuil dans ma chambre, l u i dis-je. (...) Bl A cette epoque, la li b e r t e courait partout subrepticement, 1'opinion avantageait l'avenir de quelqu'un ou bien 1'endommageait. On vouait encore un culte tres pieux a l a Bonne Renommee des jeunes f i l l e s . (...) CI Je songeais a tout cela beaucoup moins qu'a mon chant et D/ ma carriere. Peut-etre n'avais-je pas decrete aussi froidement que El je l ' e c r i s aujourd'hui, F/ qu'un lieutenant Banier en partance presentait peu d'ecueils a cette carriere, que je risquais peu. II n'affleura sans doute pas clairement a ma conscience que, en cas de malchance, G/ un ami de mon pere, grand avorteur, (...) me viendrait en aide. R7 Mon pere me renseigna l a -dessus des ma seizieme annee (...) II De son cote, mon aieule maternelle tenait qu'une jeune f i l l e s'abstient, avant le mariage; et je m'etais jusque l a rangee a cette opinion. J'avait ete bien elevee; J/ ma mere elle-meme le reconnaissait. K/ Du Canada, a une nuit de distance par le train, mon pere et ma grand-mere v e i l l a i e n t encore sur moi. (74-75) Nous pourrions dessiner i c i un tableau qui indiquerait l a succession chronologique et c e l l e du r e c i t , mais i l nous semble 89 preferable d'etudier les nombreux segments selon les changements de position dans le temps de 1'histoire. I n v o l u t i o n de la ligne brisee du r e c i t montrant le desarroi d'Ursule. II existe dans cet extrait cinq temps differents que nous 6numerons a i n s i : (1) present du r6oit; (2) passe recent du r 6 c i t ; (3) passe l o i n t a i n du r e c i t ; (4) temps actuel de la narratrice et (5) temps anticipe. Nous pouvons a i n s i voir les anachronies du r e c i t : FIGURE III A 1 - B 2 - C 1 - D 5 - E 4 - F 5 - G 5 - H 3 - 1.3 - j3 - «1 L'insertion de l a pensee de l a narratrice, trente ans apres le present du r e c i t , ajoute au realisme de la situation. La brievete de cet extrait qui renferme six ou sept ans de conseils, d'instructions et d'opinions sur l a question delicate de la sexualite semble etre un tour de force de l'auteure! Le debat entre la passion amoureuse et l a volonte de f a i r e carriere se revele discretement. II est interessant de constater la structure complexe du roman et de pouvoir la decoder. II est plus important encore de decouvrir la raison de ce que Genette appelle les anachronies. 90 L'histoire d'amour d'Ursule et de Marvin est trop simple en e l l e -meme pour e v e i l l e r un grand interet: les deux jeunes gens se rencontrent, i l s frequentent le salon de Madame U., les concerts, les musees; i l s se brouillent mais 1'amour plus fort amene la reconciliation, la nuit d'amour et les projets pour l'avenir. II n'existe aucun r i v a l (sauf le docteur Wong, a la f i n ) , nul obstacle de langue, de r e l i g i o n ou de statut: 1'opposition est dans la conscience d'Ursule, entre son desir de rester l i b r e "sans les entraves charnelles," (57) sans les contraintes de sa famille, du monde pa t r i a r c a l dans lequel e l l e v i t , et de 1'amour humain que l u i offre Marvin. Les retours au passe remplacent les "incidents" dans 1'intrigue et servent d'analyse, d'autocritique, d'6claircissement pour arriver a la maitrise d'elle-meme. Nous ne savons jamais la pensee de Marvin, n i la consequence de son effort de guerre; nous ne voyons que le dechirement d'Ursule et le denouement qui est sa decision d'opter pour sa carriere. Dans le present du r e c i t , les rendez-vous avec Marvin sont intercales avec les conversations entre Ursule et Madame U. Encore une f o i s , ces echanges servent & remplir les temps morts de 1'action, a continuer la caracterisation des personnages et a amener, etonnament, la re c o n c i l i a t i o n avec la mere. 91 Le point de vue Le point de vue de la narratrice est c e l u i de la focalisation interne: ses descriptions et portraits suivent le regard d"Ursule, la narratrice, seulement. C'est rarement que la narratrice, devenue personnage, intervient. Trois f o i s pour rappeler au lecteur sa distance de 1'heroine dans le temps, une fois sous forme de jugement. E l l e f a i t mention d'un ecart de temps au debut du r e c i t : " i l rie peut s'etre ecoule autant d'annees entre ce p l a i s i r de tous les sens ... et mon present," (12) et plus loin, e l l e precise 1' ecart des annees: "Je sais bien apres vingt ans, trente ans, que cela fut un acte d'amour." (99) Son jugement de femme mure, dans la cinquantaine, ne se f a i t qu'une fois, en guise de j u s t i f i c a t i o n : "Mais se voit-on s i clairement avant vingt ou trente ans de distance?" (74) Ces incises de la narratrice, au present, sont en contraste avec les temps du r e c i t au passe simple et a l'imparfait generalement, sauf l o r s q u ' i l s'agit de rapporter des conversations au discours direct. A l a memoire d'un heros est done une narration intercalee entre plusieurs incidents du passe qui le oroisent, ou meme le present de l a redaction est quelquefois de la partie. A cette structure (structure qui suit UJI personnage, Ursule, qui sert de l i e n aux differentes episodes) se superpose une autre structure, en diptique: les souvenirs d'Ursule qui revelent son enfance et sa jeunesse. On peut done oonsiderer deux temporalites: l a 92 premiere, qui decrit les 6venements, est chronologique sauf 1'anachronisme de la derniere page; 1'autre, subjective, est un retour sur elle-meme, un changement d'orientation lorsque Ursule est aux prises aveo sa conscience. II existe dans le roman une vingtaine de breves incises narratives, entre parentheses, ou la narratrice distancee d'e l l e -meme dans le temps, se voit au moment de la redaction, donnant des explications: En ce temps-la de ma jeunesse d i t - e l l e , i l regnait encore a travers les Ameriques une certaine mystique de la jeune f i l l e , etre f r a g i l e , precieux, doue de pouvoirs ... (90) avouant des d i f f i c u l t e s : Je sais, d i t - e l l e ; ces reminiscences ne me parviennent plus d'une seule coulee. Main l a f i n de ma vraie jeunesse m'est pesante, malaisee a decrire ... (124) et faisant des mises au point: E l l e d i t : ces mots-la nous ne les prononcames jamais ... (13) Une fois, la narratrice devient narrataire et se l i t avec nous, ses lecteurs: Et puis, que r e s t e - t - i l encore a raconter, d i t - e l l e . Mais ne f a u t - i l pas rebrousser chemin en foret de memoire et jusqu'a ses confins? ... (132) 93 Les sig n i f i c a t i o n s symboliques Ainsi que nous 1'avons deja indique, ce roman d'Andree Maillet est lourd de sign i f i c a t i o n s symboliques. Les mots de la premiere page "les rhythmes ... sonnent ... comme une invite ... a 1'ensommeillement de la Mort ..." (9) introduisent une note de mystere ou de mauvaise augure. Les perles, les couleurs et les pierres precieuses denotent le pouvoir. Le vert (selon Madame U. ) a t t i r e la deveine, les lignes de la main revelent une mort prematuree, les palmiers de Chine signalent les sentiments etheres d"Ursule, le Destin plane sur les personnages. A la derniere page du roman, 1'episode enigmatique de la mante religieuse vient olore ce r e c i t "construit brillamment." 6 Pour f i n i r , nous citons J. Bonenfant qui pretend que l'habilete d'Andree Maillet consiste a avoir donne a son roman "une c r e d i b i l i t y egale; a 1'aspect f i c t i f , la nostalgie intense d'un temps perdu, a 1'aspect poetique, le v i f p l a i s i r d'un temps retrouve." 7 94 Janet Todd, ed., Gender and Literary Voice. New York, London, Holmes & Meier Publishers Inc., 1980. Bernard Valette, Esthetique du roman moderne. Paris, Editions Nathan, 1985. Exemples: Madame Bovary, Anna Karenine. Un critique pretend que "pour qui sait l i r e , la vie d'Ursule va f i n i r comme la vie de Madame U., malheureuse et desesperee." Jean Basile, Le Devoir. 22 mars, 1975, p.14. Gerard Genette, Figures III. Paris, Editions du Seuil, 1972, p.79. Reginald Martel, La Presse. 22 mars, 1975, p.6. Joseph Bonenfant, Livres et Auteurs Quebecois. 1975. Quebec, Les Presses de L'Universite Lavel, 1976, p.30. 95 Conclusion Sans tenir compte de la condition de la femme au debut du vingtieme siecle, 1 ' h i s t o i r e d'Ursule et de Marvin est une simple hi s t o i r e d'amour dont le denouement est assez previsible. Mais dans la perspective des luttes des femmes de cette epoque, les evenements de la vie d'Ursule et son c o n f l i t interieur revetent une toute autre s i g n i f i c a t i o n . La recherche de la lib e r t e et de 1'independance, toujours hors d'atteinte, s'estompe enfin, mais la l e c t r i c e se demands pourquoi le progres est s i lent, pourquoi Ursule parait s i f a i b l e . La reponse est dans 1 ' h i s t o i r e de la femme, non seulement au Quebec mais dans le monde et a travers les siecles. Michele Jean s'est demande s i la femme pouvait survivre seule, sans s'appuyer sur 1'homme.1 C'est a 1'homme qu'appartient le pouvoir: v o i l a 1'explication. La femme moderne a compris qu'elle devait s'emparer du pouvoir s i e l l e voulait mener sa vie selon ses capacites et sa propre volonte. II l u i faut d e f i n i r ce pouvoir, le prendre, sans dominer, sans subjuguer ceux qui l'ont jusqu'ici detenu, sans se ruer sur les plus faibles, les plus jeunes. Done, 1'etude du pouvoir s'impose, ce q u ' i l est pour la femme, autant que ce q u ' i l n'est pas. C'est dans cette perspective que notre analyse s'est appliquee a i d e n t i f i e r les obstacles a la l i b e r t e d'Ursule: le patriarcat et ses ramifications dans la society, au sein de la 96 famille, dans les relations amoureuses et dans le choix d'une carriere. Tandis qu'Ursule s'occupe de trouver la solution qui l u i convient, Marvin tient pour acquis (114) qu'elle i r a le rejoindre, qu'elle attendra son retour de la guerre, qu'elle l'aimera toujours. Cependant, Ursule reconnait 1'empire de sa riv a l e , la guerre; e l l e comprend la precarite de 1'amour et se tourne vers ce qui l u i apportera, a long terme, paix et serenite. L'etape centrale de notre analyse du roman tourne autour de la question: qui aidera cette jeune femme a s'affirmer, a s'affranchir? The cutting away of this phallocentric value system i n i t s various incarnations amounts to a kind of exorcism that essentially must be done by women, who are i n a position to experience the demonic destructiveness of the super-p h a l l i c society i n our own being. 2 Ce sont les femmes qui aideront Ursule a trouver l'harmonie dans sa vie. C'est pourquoi i l faut etudier le role qu'ont joue la grand-mere, l a mere et Madame U. dans cette recherche. Pour comprendre Ursule, i l faut d'abord comprendre les influences qui s'exercent sur sa vie: sa famille, Madame U. et Marvin. II s'agit de personnages completement differents mais pourtant soumis a la meme influence nefaste. Les vies de femmes reduites, manquees, chatiees, annoncent-elles le sort d'Ursule? Par leur 97 s o l i d a r i t e , les femmes, a travers t r o i s generations, parviendront a i n f l e c h i r la f a t a l i t e de leur condition. N Women w i l l free traditions, thought, and customs only by hearing each other and thus making i t possible to speak our word.3 Nous apprenons q u ' i l est trop tard pour celles qui sont arrivees au terme de leur vie, abruties, ou completement demoralisees, mais pour Ursule, i l est encore temps. Many strong women are worn out i n the struggle to break out of these limits before reaching the higher levels of i n t e l l e c t u a l discovery or of crea-t i v i t y . 4 II est encore temps pour la jeune Ursule de changer sa condition de femme subjuguee. Le "heros" disparait; c'est e l l e , 1'heroine, qui v i t a travers son r e c i t . En renoncant a la maternite e l l e peut poursuivre sa carriere d'artiste, et, comme son pere, etre estimee pour ses succes. E l l e retrouve sa mere, l'aime et la comprend, mais ne l'imite pas. Ainsi, e l l e devient un modele pour les femmes qui veulent choisir autre que la maternite ou le couvent. Enfin, 1'etude de la structure du roman s'avere u t i l e pour f a i r e r e s s o r t i r 1'accord du r6cit avec la chronologie et les anachronies. C'est en etudiant cette structure, les 98 significations symboliques, le point de vue de la narratrice, que nous avons pu montrer, avec la critique deja publiee, la "grande reussite" 5 de ce roman. 99 Michele Jean, L'Histoire des Fwrnnps au Quebec. Montreal, Les Quinze, 1982, p.138. Mary Daly, Beyond God the Father. Boston, Beacon Press, 1973, p.10. Ibid.. p.11. Ibid.. p.23. Joseph Bonenfant, "Andree Maillet, A la memoire d'un heros." in Livres et Auteurs Quebecois 1975. Quebec, Les Presses de L'Universite Laval, 1976, p.30. 100 BIBLIOGRAPHIE 1. Oeuvres d'Andree Maillet Le Marquiset tetu et le Mulot reprobateur s u i v i de Les Aventures  de la princesse Claradore (contes), Montreal, Ed. Varietes, 1944. Ristonac (conte), Montreal, Parizeau, 1945. P r o f i l de 1'orignal (roman), Montreal, Amerique Francaise, 1952. Les Montrealais (Nouvelles), Montreal, Ed. du jour, 1962. Le Lendenvj-in n'est pas sans amnnr (contes et r e c i t s ) , Montreal, Beauchemin, 1963. Elementaires (poesie), Montreal, Deom, 1964. Les Remparts de Quebec ( roman), Montreal, Ed. du Jour, 1964. Le Paradigme de l ' i d o l e . essai-poeme de phenomenologie, Montreal, 1964. Le Chene des tempetes (contes), Montreal, Fides, 1965. Nouvelles montrealaises. Montreal, Beauchemin, 1966. Le Chant de l'Iroquoise (poesie), Montreal, Ed. du Jour, 1967. Le Bois pourri (roman), Montreal, Actuelle, 1971. Le Doux Mai (roman), Montreal, Actuelle, 1972. A la memoire d'un heros (roman), Montreal, La Presse, 1975. Lettres an au-rhomma (roman), Montreal, La Presse, 1976. Lettres au surhomme. T. II, Le Miroir de Salome (roman), Montreal, La Presse, 1977. 101 2. Etudes sur Andree Maillet Basile, Jean. "Aux Editions du Jour. Sortie des Montrealais d'Andree Maillet," le Devoir. 23 Janvier, 1963, p. 8. , "Un grand l i v r e d'Andree Maillet, ecrivain accompli," le Devoir. 22 mars, 1975, p.14. Beaulieu, Benoit. "Nouvelles montrealaises d'Andre Ma i l l e t . " Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s quebecoises. Tome IV, Maurice Lemire et a l . , Montreal, Fides, 1984, p.626. Bonenfant, Joseph. "Andree Maillet, A la memoire d'un heros." Livres et Auteurs quebecois 1975. Quebec, Les Presses de l'Universite Lavel, 1976, pp.28-30. Couillard, Marie M. "Les Remparts de Quebec, roman d'Andree Maillet," Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s  quebecoises." Tome IV, Maurice Lemire et a l . , Montreal, Fides, 1984, pp.768, 769. Co l l i n , Lucien. "Notes sur P r o f i l de l'orignal. " Amerique  francaise. mars-avril 1953, pp.65-66. Ducrocq-Poirier, Madeleine. "A la memoire d'un heros. roman d'Andree Mail l e t , " Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s  quebecoises. Tome V, Maurice Lemire et a l . , Montreal, Fides, 1987, pp.15-16. Duhamel, Roger. " P r o f i l de l'orignal. roman," L'Action  Universitaire. Janvier 1954, p.75. Gay, Paul. "Parlez-moi de l i v r e s . La guerre et l'amour," Le Droit. 20 septembre, 1975, p.16. Genuist, Monique, " P r o f i l de l'orignal. roman d'Andree Ma i l l e t , " Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s quebecoises. Tome III, Maurice Lemire et a l . , Montreal, Fides, 1982, p.825. Hamel, Louise. "La Dependance, scenario d'Andree Mail l e t , " Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s quebecoises. Tome V, Maurice Lemire et a l . , Montreal, Fides, 1987, p.226. Jasmin, Claude. "Livres. Deux romans opposes: G i l l e s Archambault et Andree Maillet," Actualite. fevrier, 1975, p.7. 102 Lepage, Francoise, "Le Doux Mai, roman d'Andree Maillet," Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s quebecoises. Tome V, Maurice Lemire et a l . , p.257. Lockquell, Clement, "Les Montrealais. Nouvelles d'Andree Maillet," Le S o l e i l . 2 fevrier 1963, p.15. Lord, Michel, "Le Chene des tempetes. recueil de contes d'Andree Maillet," Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s quebecoises. Tome IV, Maurice Lemire et a l . , p.158. , "Le Lendemain n'est pas sans amour, recue i l de nouvelles d'Andree Maillet, Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s  quebecoises. Tome IV, p.508. Marcotte, G i l l e s . "les Livres ... P r o f i l d'un orignal." par Andree Maillet, le Devoir. 17 Janvier 1953, p.7. , "Andree Maillet et Les Remparts de Quebec, la Presse. 6 mars 1965, p.6. , Preface de 1'edition de 1974 de P r o f i l de l'orignal. pp. 7-10. Martel, Reginald. "Trois voix qui chantent 1'amour," la Presse. 22 mars 1975, p.3. Pilot s , Hel6ne. "Andree Maillet f a i t le portrait amer de notre bourgeoisie. Chatelaine, octobre 1972, pp.34-35, 66-67. Poulin, Gabrielle. "Entre les lignes. A la memoire d'un h£ros. La voix des romancieres en 75," Le Droit. 3 a v r i l 1976, p. 16. Robert, Lucie. "Le Paradigme de l'idole, essai-poeme d'Andree Maill e t , " Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s quebecoises. Tome IV, Maurice Lemire et a l . , Montreal, Fides, p.653-654. Valois, Marcel. " P r o f i l d'un orignal." la Presse. 21 fevrier 1953, p.66. 103 3. Litterature quebecoise Bersianik, Louky. L'Euguelionne. Montreal, Les Editions la Presse, 1981. Blais, Marie-Claire. Une Saison dans la vie H ' FTnrnanuel. Montreal, Les Editions du Jour, 1962. Manuscrits de Pauline Archange. Montreal, Editions du Jour, 1968. Conan, Laure. Angeline de Montbrun. Montreal et Paris, Fides, 1950. Gaspe, Philippe Aubert de ( f i l s ) , Le Chercheur de tresors ou L'Influence d'un l i v r e . Quebec, Reedition, Quebec, 1968. Marchessault, Jovette. La Mere des herbes. Montreal, Les Editions Quinze, 1980. La Saga des p o u l e 3 mouillees. Montreal, Editions de la Pleine Lune, 1981. Martin, Claire. Avec ou sans amour. Montreal, Le Cercle du l i v r e de France, 1958. . Doux-Amer. Montreal, Le Cercle du l i v r e de France, 1960. . Dans un gant de fer. Montreal, Le Cercle du l i v r e de France, 1965. . La Joue droite. Montreal, Le Cercle du l i v r e de France, 1966. Ouvrard, Helene. La Fleur de peau. Montreal, Editions du Jour, 1967. L'Herbe et le varech. Montreal, Editions du Jour, 1977. Le Corps etranger. Montreal, Messageries du Jour Inc., 1973. La Noyante. Montreal, Quebec/Amerique, 1980. Poulin, Gabrielle. Cogne la caboche. Montreal, Stanke, 1979. Un C r i trop grand. Montreal, Editions Bellarmin, 1980. Les Mensonges d'Isabelle. Montreal, Quebec/Amerique, 1983. 104 Roy, Gabrielle, Bonheur d'occasion. Montreal, Editions Pascal, 1945. La Petite Poule d'eau. Montreal, Beauchemin, 1950. 4. Ecr i t s feministes Alzon, Claude. Femme mythifi6e, fernm^ mystifiee. Paris: Presses Universitaires de France, 1978. Amyot, Genevieve. L'Absent aigu. Montreal: Editions Quinze, 1976. Beard, Mary Ritter. On Understanding Women. London, New York: Longmans, Green & Co., 1931. Woman as Force i n History. New York: The MacMillan Company, 1946. Beauvoir, Simone de. Le Deuxieme Sexe. Paris: Gallimard, 1949. Bird, Caroline. Born Female: The High Cost of Keeping Women  Down. New York: David McKay, 1968. Brownmiller, Susan. Against Our Wil l : Men. Women and Rape. New York: Simon and Schuster, 1975. Daly, Mary. Beyond God the Father. Boston: Beacon Press, 1973. Gyn/Ecology. Boston: Beacon Press. Toronto: Fitzhenry & Whiteside Ltd., 1978. Ducrocq-Poirier, Madeleine. "Les Femmes quebecoises depuis 1960: II, en l i t t e r a t u r e . " These. Universite de Sherbrooke, 1977. . Le Roman canadien de langue francaise de 1860 a 1958. Paris: A.G. Nizet, 1978. Friedan, Betty. The Feminine Mystique. New York: Dell Publishing Co., 1964. Garskof, Michele Hoffnung, ed. Roles Women Play: Readings Toward Women's Liberation. Belmont, Cali f o r n i a : Wadsworth Publishing Co. Inc., 1971. Gornick, Vivian & Barbara K. Moram, eds. Woman in Sexist  Society. New York: Basic Boks Inc., 1971. Heilbrun, Carolyn G. Reinventing Womanhood. New York: W.W. Norton & Co., 1979. Hobbs, Lisa. Love and Liberation. New York: McGraw-Hill Book Co., 1973. Lafranee, Jeanne. "Les Personnages dans le roman canadien-francais." These. Universite Laval, 1970. Jean, Michele. Quebecoises du 20e siecle. Montreal: Editions du Jour, 1974. et a l . Histoire des femmes au Quebec depuis quatre siecles Montreal: Les Quinze, 1982. Lowder Newton, Judith. Women. Power and Subversion. Athens, Georgia: University of Georgia Press, 1981. , ed. Women as Agent3 of Change. New York and London: Methuin, 1985. M i l l , John Stuart. The Subjection of Women. Oxford: Oxford University Press, 1912. "The Subjection of Women" i n Essays on Equality. Law and  Education. John M. Robson, ed. Toronto: University of Toronto Press, 1984. Miller, Jean Baker. Toward a New Psychology of Women. Boston: Beacon Press, 1976. and Hilary M. Lips. Women. Men and the Psychology of Power New Jersey: Prentice-Hall, 1981. Mil l e t , Kate. Sexual P o l i t i c s . New York: Avon Boks, 1969. Montagu, Ashley. The Natural Superiority of Women. New York: C o l l i e r Books. London: Collier-MacMillan Ltd., 1968. Morgan, Robin, ed. Sisterhood i s Powerful. New York: Vintage Books, 1970. Ms Magazine. New York: Ms Magazine Corporation. July, 1980. Nickles, Elizabeth and Laura Ashcroft. The Coming Matriarchy. New York: Seaview Books, 1981. 106 Report of the Royal Commission on the Status of Women in Canada. Information Canada. Ottawa, 1970. Rich, Adrienne. Of Woman Born: Motherhood as Experience and Institution. New York: W.W. Norton & Company, 1976. Schwarzer, Alice. Simone de Beauvoir aujourd'hui. Paris: Mercure de France, 1984. Spender, Dale. Women of Ideas. London, England: Cox & Wyman Ltd., 1982. Williams, Helen T. "Female Identity Through Language i n Simone Schwarz Bart's Pluie et vent sur Telumee Miracle." UBC Thesis, 1986. Woolf, V i r g i n i a . A Room of One's Own. New York: Harcourt, Brace & World, 1957. 5. Theorie, critique et hi s t o i r e l i t t e r a i r e Genette, Gerard. Figures III. Paris: Editions de Seuil, 1972. Gilder, George. Sexual Suicide. New York: Quadrangle Books, 1973. Rogers, Carl. Carl Rogers on Personal Power. New York: Dell Publishing, 1977. Rosinski, Herbert. Power and Human Destiny. London: Fredrich A. Praeger, 1965. Valette, Bernard. Esth6tique du roman moderne. Paris: Editions Nathan, 1985. Van der Post, Laurence. A Manti3 Carol. New York: Morrow, 1976. 107 6. Instruments de reoherches Benac, Henri. Dictionnaire des Synonymes. Paris, L i b r a i r i e Hachette, 1956. Daniels, Coralinn et a l . Encyclopaedia of Superstitions. Folklore and the Occult Sciences of the World. Vol. II. Detroit: Gale Research Company Book Tower, 1971. Hamel, Reginald, John Hare, Paul Wyczynski. Dictionnaire pratique des ecrivains quebecois contemporains. Montreal: Fides, 1976. Hangen, Eva Catherine. Symbols — Our Universal Language. Wichita, Kansas: McCormick-Armstrong, 1962. Laffont, Robert et a l . Dictionnaire des Symboles. France, s i , Edit ions Robert Laffont et Editions Jupiter, 1969. Legare, Yves, ed. Dictionnaire des ecrivains quebecois  contemporains. Montreal, Quebec/Amerique, 1983. Lemire, Maurice et a l . Dictionnaire des oeuvres l i t t e r a i r e s  quebecoises. Tomes III, IV, V. Montreal: Fides, 1982, 1984, 1987. Ripley, Gordon & Anne Mercer, eds. Who's Who in Canadian  Literature. Toronto: Reference Press, 1985. Robert, Paul. Le Grand Dictionnaire Robert, s.ed. Paris, 1985. Robert, Paul. Le Petit Robert. Paris, Societe du Nouveau L i t t r e , 1976. A Dictionary of Symhnla trans. Jack Sage. New York: Philosophical Library, 1962. La Grande Encyclopedie. Paris, L i b r a i r i e Larousse, 1975. Le Nouveau Paroissien Bom*-in L i l l e , Societe de Saint Jean 1'Evangeliste, 1900. La Sainte Bible. Montreal, Societe Catholique de la Bible, 1950. 108 7. Autres oeuvres consultees Livres: Aristophanes, Lysistrata. traduit par Douglas Parker. Ann Arbor, University of Michigan, 1964. Belanger, Rodrigue, ed. Devenirs de femmes. Montreal, Fides, 1981. Brownmiller, Susan. Femininity. New York: Linden Press, Simon & Schuster, 1984. Caplan, P a t r i c i a and Janet M. Bujra. Women United. Women Divided. London: Tavistock Publications, 1978. Carisse, Colette, et a l . T.ss Fgrnrnfts innovatrices. Paris, Editions du Seuil, 1975. Carrol, Berenice. Liberating Women's History. Arbana: University of I l l i n o i s Press, 1976. Dowling, Colette. The Cinderella Complex. New York.: Summit Books, 1981. Friedan, Betty. The Second Stage. New York: Summit Books, 1981. Germain, Nicole et Liette Desjardins. La Femme emancipee. Montreal et Bruxelles, Les Editions de 1'Homme, 1971. Irigary, Luce. Ce Sexe qui n'en est pas un. Paris, Les Editions de Minuit, 1977. Kaledin, Eugenia. Mothers and More: American Women i n the  1950's. Boston: Twayne Publishers, 1984. Kellen, Konrad. The Coming Age of Woman Power. New York: Peter H. Wyden Inc., 1972. Lavigne, M. et Y. Pinard. Les Femmes o>P^ la societe quebecoise. Montreal, Les Editions du Boreal Express, 1977. Leppaluoto, Jean Ramage, et a l . Women on the Move: A Feminist  Perspective. Eugene, Oregon: University of Oregon, 1973. Lowe, Marian and Ruth Hubbard, eds. Woman's Nature: Rational-izations of Inequality. New York: Pergamon Press, 1983. 109 M i l l s , Rosalind. Woman and Power. London: MacDonald & Co., 1985. Mitscherlich, Margaret. The Peaceable Sex. New York: Inter-national Publishing Co., 1987. Translated. Nietzsche, Friedrich. Thus Spoke Zarathustra. traduit par R.J. Hollingdale. New York: Penguin Books, 1969. Pogrebin, Letty Cottin. Family P o l i t i c s : Love and Power on an  Intimate Frontier. New York: McGraw-Hill, 1983. Raphael, Dana. Being Female: Reproduction. Power and Change. Paris and The Hague: Mouton Publishers, 1975. Rioux, Marcel et Yves Martin, eds. La Societe canadienne-francaise. Montreal, Editions Hurtubise HMH Ltee., 1971. Robidoux, Rejean et Andre Renaud. Le Roman canadien-francais du  vingtieme siecle. Ottawa, Editions de l'Universite d'Ottawa, 1966. Roszak, Betty and Theodore Roszak, eds. Masculine/Feminine: Readings i n Sexual Mythology and the Liberation of Women. New York: Evanston and London: Harper Colophone Books, 1969. Thompson, Mary Lou. Voices of the New Feminism. Boston: Beacon Press. Toronto: Saunders of Toronto Ltd., 1970. Todd, Janet, ed. Gender and Literary Voice. New York, London: Holmes & Meier Publishers Inc., 1980. Ar t i c l e s : Ceccaty, Max de, trad., "L'Euguelionne," i n Canadian Woman's  Studies: Les Cahiers de la femme. Vol. 1, No. 3, Printemps, 1979, Scarborough, Ontario, National Library of Canada, p.71. Cole, Susan G. "Gyn/Ecology (review)," i n Canadian Woman's  Studies: Les Cahiers de la femme. Vol. 3, No. 1, Printemps, Scarborough, Ontario, National Library of Canada, p.96-97. Jean, Michele. "Histoire des luttes feministes au Quebec" i n Possibles. Vol. 4, No. 1, Automne, 1979, Montreal. 110 Marchessau.lt, Jovette. "Don't talk to me about love," i n Canadian Woman's Studies: Les Cahiers de la femme. Vol. 4, No. 2, p.47. Simons, Margaret A. & Jessica Benjamin. "Simone de Beauvoir: An Interview," i n Feminist Studies. Vol. 5, No. 2, Summer, 1979, Maryland, U.S.A., pp.330-345. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0097935/manifest

Comment

Related Items