UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

La thematique du vaudou dans le roman Haitien Heller, Richard Vincent 1988

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1988_A8 H44.pdf [ 5.77MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0097635.json
JSON-LD: 831-1.0097635-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0097635-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0097635-rdf.json
Turtle: 831-1.0097635-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0097635-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0097635-source.json
Full Text
831-1.0097635-fulltext.txt
Citation
831-1.0097635.ris

Full Text

L A  T H E M A T I Q U E  D U  V A U D O U  D A N S  L E  R O M A N  H A I T I E N  B y R I C H A R D  V I N C E N T  H E L L E R  B . A r t s , F o r t L e w i s C o l l e g e , 1 9 6 7 D i p . E d . , T h e U n i v e r s i t y o f V i c t o r i a , 1 9 7 3 D i p . C o u r t I n t e r p r e t i n g , V a n c o u v e r C o m m u n i t y C o l l e g e ,  A  THESIS T H E  SUBMITTED  IN  PARTIAL  FULFILLMENT  F O R  D E G R E E  R E Q U I R E M E N T S  M A S T E R  T H E  O F  O F  A R T S  i n T H E ( T H E  W e  F A C U L T Y  O F  G R A D U A T E  D E P A R T M E N T  O F  F R E N C H  a c c e p t t o  T H E  t h i s t h e  t h e s i s  r e q u i r e d  U N I V E R S I T Y O c t o b e r  ®  Richard  Vincent  O F  a s  S T U D I E S L A N G U A G E )  c o n f o r m i n g  s t a n d a r d  B R I T I S H  C O L U M B I A  1 9 8 8 Heller,  1988  1 9  OF  In  presenting  degree freely  at  this  the  University  available  copying  of  department publication  for  this or of  thesis  this  partial  of  British  reference  thesis by  in  for  his  and  for  her  French  The University of British 1956 Main Mall Vancouver, Canada V6T 1Y3 Date  DE-6G/81)  September  26,  study.  Columbia  1988  of  I further  purposes  gain  the  requirements  I agree  that  agree  may  be  It  is  representatives.  financial  permission.  Department of  Columbia,  scholarly  or  thesis  fulfilment  shall  not  that  the  Library  permission  granted  by  understood be  for  allowed  an  advanced  shall for  the that  without  make  it  extensive  head  of  my  copying  or  my  written  - i i -  Resume. S i nous nous mettons essai,  nous  imaginerons  a l a place  facilement  du l e c t e u r  les  Pourquoi  devant  questions  1'esprit.  Pourquoi H a i t i ?  le  Price-Mars  a du i m a g i n e r l a r e a c t i o n d ' u n t e l  le  titre  q u i peuvent  vaudou?  du  present  l u i venir  L'ecrivain haStien  lecteur  quand i l  a  a  Jean  ecrit:  C. . .1 a q u o i b o n de se d o n n e r t a n t de p e i n e a p r o p o s de menus p r o b l e m e s q u i n i n t e r e s s e n t q u ' u n e t r e s i n f i m e m i n o r i t e d'hommes, h a b i t a n t une t r e s i n f i m e p a r t i e de l a s u r f a c e t e r r e s t r e ? - * 1  Sa r e p o n s e  a sa propre question  est  sans  equivoque:  C..-3 n i 1 ' e x i g u S t e de n o t r e t e r r i t o i r e , n i l a f a i b l e s s e n u m e r i q u e de n o t r e p e u p l e ne s o n t m o t i f s s u f f i s a n t s p o u r que l e s p r o b l e m e s q u i m e t t e n t en c a u s e l e c o m p o r t e m e n t d ' u n g r o u p e d'hommes s o i e n t i n d i f f e r e n t s a u r e s t e de l ' h u m a n i t e . Une a n a l o g i e pertinence  d'une  independante toure,  ailleurs, q u i peut  de  nous  conservation  laisse  sur H a S t i :  en c e t t e  par les  nation  tout  du " v i l l a g e  Le deboisement  naturelles et  les  et  semble  domestiques  totalitaires  gouvernements a fait  qu'en matiere  de l a r i c h e  Strangers  une p l a i e  dont  les  en m a t i e r e  des  terre  racistes  Par  un m i c r o c o s m e  droits  et  des  l a guerison n'est  de  de  ha£tienne  une marque q u i i m p r i m e j u s q u ' a l'ame de l ' i n f o r t u n e H a i ' t i e n ;  s i o n de 1 ' H a S t i e n p a r d e s  l'en-  1'avion a r e a c t i o n .  nous  la  lie  du monde q u i  erreurs a eviter  ainsi  l'epuisement  une  de  p l a n e t a i r e " ou r e t r e c i s s e n t  exploitee,  a p p r e n d r e s u r nous-memes de r e s s o u r c e s  independant  communications  surpeuplee,  a l'idee  comme n u l homme n ' e s t  n u l peuple n ' e s t  epoque  l'univers  Ha?ti,  personne.  etude  de l a p e n s e e de J o h n Donne a j o u t e  du c o n t i n e n t ,  surtout  dimensions  nuancee  la  ont  1'oppresregimes  pas  pour  demain. S i nous justification etant et  des  acceptons  d ' u n examen de  une d i s c i p l i n e aspirations  linguistique.  l a pertinence  d'une  etude  sa l i t t e r a t u r e  qui enregistre  d'un peuple,  a la  coule  l'essentiel croisee  sur l a  de  culture hailtienne,  de s o u r c e , l a pensee,  du c u l t u e l ,  la  litterature  des  reves  du m y t h i q u e e t  du  la  - i i i -  Mais r e s t e qui  se  veut  l a question  litteraire?  En e f f e t ,  a de p l u s e s s e n t i e l l e m e n t le  vaudou r a c h e t e  fait  oublier les  lecteur qui  sont  les  pires  classiques ensuite  II  chez  dans  les  et  q u i ont  sont  pour  et  d'autres enfin  sur le  car,  d o c u m e n t e r a amplement en meme temps le  vaudou r e s t e  ayant H a i t i  romans h a S t i e n s  comme r e f e r e n t  haltiens^traitent  un e l e m e n t  -  et  -  du v a u d o u r o m a n c e ,  le  lecteur  prend conscience  l a France  elements et  linguistiques  et  les  sur le  a dormir  rites  a  vaudou. dans  le  debout.  personnages  ecrits  des  se  revele Le  haltienne,  les  p a r des  romans  du c a r a c t e r e  Par l a  ou se  l'Afrique  retrouvent  l i t u r g i q u e s p r o v e n a n t de s o u r c e s  voie  diglossique  l a f i l i a t i o n avec  cultuels  Hailtiens  paysans  comme theme p r i n c i p a l .  et  dans  viser  Roumain.  sur l a s o c i e t e  tous  b i - c u l t u r e l de l a c i v i l i s a t i o n h a S t i e n n e , revelant  le  pour l ' i n d i v i d u .  e'est-a-dire  et  se  en  c u l t u r e l fondamental.  presque  du v a u d o u , s o u v e n t  est,  modeles  v a u d o u p a r une l e c t u r e  du c u l t e  y  souffranee  s'embourbent  a travers les  affective  de  q u i semble  sont  et  a lasser  misere,  tenue,  religieuse  L a p l u p a r t des et  style  qu'il  notamment G o u v e r n e u r s  de h a u t e  p r o f a n e en a p p r e n d r a p l u s  laquelle  tendance  t e x t e s non-romanesques  romans h a Y t i e n s que p a r c e u x - l a ;  se  en g e n e r a l ,  b i e n des  a l a Hollywood, d'autres  lecteur  le  ce  etude  Qui plus  quasi systematique  finalement,  sensationnalisme  signification  plus  de themes r e b a t t u s :  eux  la  le  r o m a n c i e r s c e l u i de J a c q u e s  bien sur,  dans n o t r e  roman h a l t i e n .  du roman h a l t i e n ,  Certains d'entre  Un l e c t e u r  le  de l a l i t t e r a t u r e h a l t i e n n e ,  la banalite  tous  existe,  defauts  sa p l a c e  r e l i g i o n p o p u l a i r e est  dont d ' a b o r d 1'imitation  m a l h e u r du roman p a y s a n ;  reproduire  A-t-elle  cette  distinctif  caracteristiques  etranger,  de l a r o s e e ; et  les  du v a u d o u .  des  africaine  francaise. Les propos precedents  que,  aujourd'hui  suggerent  comme a u t r e f o i s ,  une a p p r o c h e s o c i o - h i s t o r i q u e .  HaSti  reste  isolee  du r e s t e  C'est  du monde a  -iv-  plusieurs  egards.  Le roman n ' e n  fait  pas  exception:  L e r o m a n c i e r h a S t i e n a c e r t e s t o u j o u r s e t e a u c o u r a n t des n o u v e l l e s t e c h n i q u e s r o m a n e s q u e s m i s e s e n o e u v r e e n F r a n c e ou ailleurs. M a i s e l l e s ne s e m b l e n t 1 ' a v o i r i n t e r e s s e qu'accessoirement.2 Se s o u c i a n t centre done  peu des  sur les  nouvelles  preoccupations  a analyser  le  techniques, de  le  romancier h a f t i e n  son p a y s . . C e t t e p r e s e n t e  roman h a l t i e n d ' u n p o i n t  de vue  interne  se  etude  convise  plutot  que  comparatif. P o u r ce de 1 ' h i s t o i r e  qui est  de  physique,  l a portee ethnique  de ce et  travail,  romanesques  non s e u l e m e n t future  du v a u d o u .  finalement,  Notre c o n c l u s i o n  s u r l ' a v e n i r du v a u d o u m a i s  d u roman h a S t i e n .  proposons  l i t t e r a i r e haStienne,  c o m p t e - r e n d u du c o r p u s du roman v a u d o u e t visions  nous  1'analyse  s e r a une  egalement  suivi  sur l a  un s u r v o l d'un de  trois  interrogation direction  -V-  TABLE' DES MATIERES Resume. Table  i i  des m a t i e r e s  v  Dedicace  I. avec  vii  Survol une  de  l'histoire  insistance  et  de  la  litterature  p a r t i c u l i e r e sur  le  romanesque  haltiennes,  vaudou  1  A.  L'histoire  1  1.  La "decouverte"  1  2.  La t r a i t e  2  3.  L'independance  4  4.  L ' o c c u p a t i o n "etatsunienne"  5.  L' indigenisme.  6.  D u v a l i e r i s m e , e m i g r a t i o n et  le  7.  Esclavage,  racisme,  vaudou  B.  Le r o m a n :  du p a r t i c u l i e r a u g e n e r a l  1.  L'etroitesse  2.  Le c o n t e x t e  3.  La n o n - f i c t i o n  ....7 8  misere,  apparente romanesque  de  la  des  etrangere  sida  ...8 13 14  litterature  romanesque  ha2tiennel6  G o u v e r n e u r s de l a r o s e e  et  son  influence  sur l a  23  litterature  haStienne  25  II.  Le vaudou  38  A.  Definition..  38  B.  Confrerie  C.  Le p a n t h e o n d e s  D.  La zombification  E.  Remarques en g u i s e  des  vaudouisants  -  titres  divinites  et  fonctions...  43 45 52  de c o n c l u s i o n  53  -vi-  F.  L e roman v a u d o u -  un a p e r g u  55  1.  Silence  sur  55  2.  L e s romans  56  3.  Bilan  73  III.  et  pudeur  Trois visions  le  vaudou.  romanesques  du v a u d o u  sacre  74  A.  L'heritage  B.  Le v a u d o u s e l o n M a r i e  C.  Les arbres musiciens  87  1.  Introduction  87  2.  Resume.  87  3.  La complexity  4.  L'originalite d Alexis...  98  5.  Points  99  6.  Bilan  Chauvet  du roman 1  de  74  faiblesse  80  93  100  Conclusion  102  Notes  106  Bibliographie  116  -vii-  Dedicace.  T o u s mes encouragement sionnees,  remerciements et  q u i ont  on s ' e n  doute,  Un r e m e r c i e m e n t remarques  lire  qu'il  egalement  les  t e x t e en m a n u s c r i t .  Et  enfin,  longtemps.  crises  au p r o f e s s e u r conseils  professeur  le  connaisse  amies  p a r l a r e d a c t i o n de  et le  cheres  s u p p o r t e mes  sincere  stylistiques  Je remercie  a mes  souhaitons l a paix et  ont  Floyd  au n o b l e p e u p l e la dignite  Sandy e t  Erin  de m a u v a i s e cette  pour  humeur o c c a -  etude.  Claude Bouygues dont ete  d'une  St-Clair  les  grande v a l e u r .  d'avoir bien voulu  h a S t i e n un m e i l l e u r  desirees  leur  sort,  ardemment d e p u i s  si  -1-  I.  Survol  avec  une  A.  de  l'histoire  insistance  et  de  la  l i t t e r a t u r e romanesque  p a r t i c u l i e r e sur le  haStienne,  vaudou.  L'histoire. Quoique  traires,  les  qu'ils  autres,  ils  periodes se  lecteur outre, qui  verra les  neanmoins  fidele  que l e s  chiffres  existent  parmi  les  chevauchent  servent  qu'un expose p l u s  et  se  qui suivent  fondent  a presenter  de  parfois  faits  historiens  soient  les  arbi-  uns d a n s  f a c o n o r d o n n e e une  chaotique  de d e m a r c a t i o n s o n t  autres  les  et  r e n d r a i t trop  lignes  et  evenements  refleteront  qui traitent  et  des  histoire  trop d e t a i l l e e .  souvent les  les  floues;  grandes  Le  en  disparites  evenements  en  ques-  tion. 1.  La  "decouverte".  Puisque 3 000  avant  region un  J . C . ou d e s  connue  qu'il  Colomb en 1492  qu'il  decouvre,  seiloiiil'historien mille  Indiens  temps  en temps  -  l'xle  de p a r l e r  invasions  de l a  c'est  evidemment  europeenne,  c'est  une p o p u l a t i o n de "arawak".  d'Indiens  "petite  une  ile  ou  soixante  Ce p e u p l e  de  Chris-  Espagne") . habitent,  a six  subissait  "caralbes" q u i , d'apres  la  dans  "decouverte" par  d'Hispaniola «EspatIola,  fie,  , auraient  ete  en l e s  cannibales  mangeant.  1'anthropophagie, l a pratique et  sans  envers  scrupules lui.  nom de G u y a n a ,  l'optique  jamais observe  envers  le  " t a S n o s " de c u l t u r e les  remonter j u s q u ' a  amerindiens a r r i v e r e n t a l a pagaie  convient  a u q u e l on se  de l e u r s v i c t i m e s sur  dans  sous  semble  cent  de  Yves  3  Saint-Gerard  fondie  de  permanente en H a i t i  groupes  aujourd'hui  sens r e s t r e i n t  tophe Ce  1'installation  II  reste  les done  Indiens  s'appropriaient les  C e p e n d a n t , dans une  W. A r e n s n'y  et  4  donne a p e n s e r  c r o y a i t meme p a s , qui etaient  a savoir  si  le  qualites  etude  appro-  que Colomb  mais  qu'il  generalement  n'a  etait  aimables  cannibalisme e t a i t  une  realite,  -2-  ou s ' i l mot  s'agissait  "carmibale" doit  entre  "caraSbe" et C'est  l'utilite race la  se  des  les  Francais froid  2.  i l  les  se  le  Colomb  ou p l u s i e u r s  Frey Nicolas travaux  se  ans  quand, e n v i r o n t r o i s  Toussaint  cents  ans  figure  plus  Louverture mourir  au F o r t  sera  complet,  En  avec  environ  q u i y meurt a p e t i t  a  mission  combinent  aux c o n q u i s t a d o r e s et  l a mort  de Ovando l a  forces  cette  rebellions.  qui resistent 1500,  que  individus preferent  Indiens  en Espagne v e r s  preconise  trouve  indienne.  enverront  la  la  Caonabo,  feu.  tard,  On les  de J o u x d a n s  le  Jura.  reste  plus  Cependant  la population  analogue  frontiere  metis  fit  Colomb  d ' E u r o p e p o u r p r o v o q u e r en c i n q u a n t e  Le g e n o c i d e a la  guerre,  que  a une  au g o u v e r n e u r  la  pacifique  de  envoie  un c a s  Chose c e r t a i n e ,  n o n c o r r o b o r e que  certains  participent  confie  quasi-extermination  verra  au l i e n  pour l e u r nature  d'autres  apportee  l'on  origine  desinvolte.  l'anthropophagie.  "pacifier" l ' i l e :  que  calomnie  mal a l ' e s c l a v a g e :  l'Espagne  Parmi  de  T a S n o s comme e s c l a v e s .  prete  variole  il  son  peut-etre  servitude;  1501, de  plutot  i l  Indiens  q u i separe  encore  dont  des  des  est  done p r e s q u e  aujourd'hui Haiti  vestiges  question  des  dans  peuples  et  a ceci  pres:  l a Republique Dominicaine,  arawak e t  caraSbe:  Les a r b r e s m u s i c i e n s  que  ce  l'on  sont  les  etudiera  loin. La  traite.  A partir Indiens  de  aupres  preconise  la  1517,  des  traite  des  colons. des  g a r d e r une p o p u l a t i o n  Le p e r e  Noirs  indigene  servent  comme du b e t a i l  dans  celebre  le  esclaves noirs  commerce  sous deja  a vendre  commencent  a remplacer  F r a y B a r t o l o m e de l a s le  fallacieux  decimee.  pretexte  de  Les e s c l a v e s  ou a t r o q u e r c o n t r e  t r i a n g u l a i r e entre  Casas  l'Europe,  des  les aurait  sauve-  noirs  merchandises  l'Afrique  et  -3-  l'Amerique.  Du f a i t  survivaient  des  brutalites  en moyenne p a s p l u s  de  qu'ils sept  subissaient,  ans  apres  leur  les  esclaves  arrivee  a  ne  la  plantation. A partir foment  de  1620,  une p a r t i e  meritent  le  de  nom de  qui les  avant  s'y  filles avec le  sucre  le  cafe.  cuir, et  En 1 6 9 7 , l'ile  tabac,  l'Espagne  connaissent  developpement  p r e n d un a s p e c t une c o m p o s a n t e direction (pretres  des  et  et  leur  coton, ce  concede  sert  d ' a b o r d de  par les  et  en p l e i n  de  ralliement venir se  culte  Entre  i m p o r t a n t e du c u l t e ;  1790 les  se et  1700,  ainsi  occidentale  entre  essor  et  1730  et  1790, idees  qu'on constate  les  esclaves  marrons q u i pour l a p l u p a r t sont  l a revolte  se  des  et  devient  reunissent  aussi  debuts  decouragee  p r a t i q u e en c a c h e t t e 1800,  que  de  ou l e s  L a p r a t i q u e du v a u d o u e t a n t le  des  developpe  Vers  importants,  croissante,  les  plus  celebres  de c e s  marrons f i g u r e  M a c a n d a l a q u i on a t t r i b u a i t d e s  pouvoirs  a y a n t p e r d u un b r a s d a n s une m a c h i n e d ' u s i n e , pagnons,  aux F r a n g a i s de 1751  a 1758,  1791,  m a r r o n Boukman,  d'une  tion  l a T o r t u e au  epices.  C'est  -  sous  la  houngans  du v a u d o u ) .  Parmi  le  les  de R y s w i c k .  colons,  de r e b e l l i o n .  lieu  a l a France l a p a r t i e  ascendance  du v a u d o u .  de  yfassent  deviennent  est  pirates  un commerce v a r i e  1'indigo  d'esclaves  et  s u r un t e r r i t o i r e ,  1'ile  permanent et  sucre  traite  une  fixant  surtout  E n meme t e m p s ,  le  aventuriers  en se  C'est  a titre  rhum a b a s e de  ou meme i n t e r d i t e  cois  vertu".  ou 1 ' i m p o r t a t i o n  dahomeennes le  attire  d'Hispaniola par le  periode  et  le  le  la population,  installent  "de p e t i t e  le  "flibustiers" -  "boucaniers".  nord d ' H a £ t i qu'ils  les  spontanee  lors  d'esclaves.  annee  L e 29 a o u t  de  legendaire  surnaturels. i l  ou i l  ceremonie  le  echappe, est  Fran-  Estropie,  avec  ses  brule v i f .  v a u d o u , mene une  l a meme a n n e e ,  comEn  insurrec-  Sonthonax  et  -4-  Polverel,  commissaires  L'evolution de  les  Blancs,  les  mulatres  recue les  Au debut  les les  Noirs.  comme d o n .  tiers  et  les  400  que  y a une  sans aucun doute  Blancs  y a trois  esclaves.  sont  et  f e u x de  de  l'esclavage.  dans  1'abolition  etaient  groupes  sept  sociaux  Les a f f r a n c h i s  achete  e n v i r o n 40  leur  000;  un d e m i - m i l l i o n !  sont nes  periode  les  comprennent ou  Par a i l l e u r s , n'est  la  attirent  pas  plus  Haiti:  l'ont  affranchis,  II  rebellion  fois en  liberte,  en A f r i q u e .  celle  qui suscite  de  sa  q u i mene a l ' i n d e p e n d a n c e . plusieurs reclamer avaient  de n o s la  jours  liberte  paye  heros  ment  de  leur  inconteste  les  30  plus  de  etonnant,  tant  de  000;  vu  convertis.  i l  et  et  de  l'epoque,  les les  leur  de  d'une  Blancs  sang.  la  des  du p a y s  Dans  haStien,  douzaine  sacrifices  Toussaint  legitimite  ce  l ' a p p u i de  s'adresse  de  l'ile,  de  St-Domingue.  de  ses  En 1 8 0 2 , qui font  en E s p a g n e  cellule  glaciale  300  l'Espagne;  a la  qui l u i vaut  troupes feu  sur  du p e u p l e  romans h a S t i e n s  ce  d'annee  ainsi  que  les  connu et  et  pour  Noirs  contexte  Louverture,  c'est  que  ancetres  colonisation,  semble a v o i r v o u l u d i v i s e r  reclame  volte-face  petit  Les premiers  sueur  la  fierte  acharnee  pour chasser  de  la  ressort mondiale-  pour  avoir  esclaves.  Toussaint 1793,  lutte  insistent  et  pour a v o i r d e f i e  libere  une  les  finalement  les  N o i r s q u i ont  000  les  i l  1'abolition  L'independance. S'il  le  traite,  En 1789,  esclaves  desequilibre,  3.  et  proclament  a du j o u e r  la  Les Blancs  entre  des  de  affranchis  libres  esclaves  deux ce  demographique  l'esclavage.  nombreux que  francais,  France;  les  Blancs  1'annee et  en  suivante,  1795,  d ' e t r e nomme commandant Napoleon  reculer ans  du J u r a ,  auparavant,  eux. i l  i l  chasse  en  chef  Bonaparte envoie  Toussaint.  entre  sur  fait les  des  1'ile  Napoleon n'ayant  en  pu s u p p o r t e r  Anglais  armees 40  Comme Caonabo m o u r u t  T o u s s a i n t meurt  En  1802  000 a dans  l'idee  qu'un  -5-  Noir  soit  m a i t r e de  chises  seront  et  lieutenant  son  battues  Dessalines, Republique plus  le  tard.  continue  le  chapitre,  fois  dans  la  aides  l'armee,  de D e s s a l i n e s  massacre i l  de  a Boisrond-Tonnerre,  de  et se  soulever  secretaire  sinon dictee  le  par l a  se  troupes  Jean-Jacques  devient  ennemis,  a peine  40 000  fievre  fran-  Dessalines  jaune.  president  de  la  nouvelle  nomme e m p e r e u r q u e l q u e s  caracterise  romanesque e t  distinguent  endossee  ses  convient  les  N o i r s du g e n e r a l  commandant de  litterature  q u i se  l'aurait  par les  Neanmoins,  Alexandre Petion,  Le regne  et  colonie.  p r e m i e r J a n v i e r 1804,  A ce  formes  sa  p a r une  agitation  en commencant p a r l e s une  citation  souvent  de D e s s a l i n e s .  Blancs.  qui revient  h i s t o r i q u e haStienne  plus  -  et  -  maintes  deux  que l ' o n  Celui-ci,  mois  peu  attribue  lettre;  lui-meme:  Pour d r e s s e r l ' a c t e d i n d e p e n d a n c e , i l nous f a u t l a peau d ' u n b l a n c pour p a r c h e m i n , son c r a n e pour e c r i t o i r e , son sang pour e n c r e e t une b a l o n n e t t e p o u r p l u m e . 5 1  Cette  d e c l a r a t i o n semble  de p l u s i e u r s desastre  est  insupportable.  le  absolu  detient  le  Henri  pays  se  divise  1'extermination  fui l'ile  et  (1807  -  Christophe continuent  de  sujets;  ce  son p a l a i s  En m a t i e r e  Toussaint,  de  le  apres  p o u v o i r . d e 1804  en deux:  C h r i s t o p h e (1807 1818),  malgre l ' a b o l i t i o n o f f i c i e l l e  construction  naires  En 1 8 0 7 ,  sur l e u r s  Ferriere.  pas  de  probablement p a r des m u l a t r e s a q u i i l  Alexandre Petion  que,  Dessalines  Dessalines  assassine,  du p u i s s a n t  souple  Notons  justification  de B l a n c s q u i n ' a v a i e n t  1'independance,  ou i l  controle  seule  le  m i l i t a i r e de N a p o l e o n .  Apres annee  centaines  la  1818),  qui etait de  culte, et  Souci et i l  semble  de l a  le  sud d i r i g e p a r  aime de en  d'exercer  celebre  que l e s  etait  nord  l'esclavage  au XIXe s i e c l e  1806,  le  1791, un p o u v o i r la  c i t a d e l l e La  leaders  Christophe pretendaient  le  tous.  q u i p e r m e t a C h r i s t o p h e de r e a l i s e r  Sans  Dessalines  -  sous  a  revolution-  condamner  le  -6-  vaudou tout memes e t  en p r a t i q u a n t un c e r t a i n m y s t i c i s m e  p o u r se  Ce n ' e s t qui  retient  q u ' e n 1820  le  de  d'HaSti,  ses  heritage  president,  ensuite  facons  ans  apres  resoudre  les  problemes  ligentsia  lui.  le  pays  internes. et  pensent  porte  et  details,  D u v a l i e r semble  fins.  de  Entre  l'intergiron  d'une  importance p a r t i c u l i e r e  entre  decrira  1847  le  instaure II  est  le  phenomene ,  dans  de faisant  Francais  blanche,  honteux  et  d ' a b o r d comme  surtout  Ces h a u t s  le  de  leur  i l  avoir suivi  le  en m a t i e r e et  ces  bas  1'honneur  et  i l  finit  militaires  d'exploitation  de  d'etat  et  mouvements.  la  fortune  une  les  par  adopter  1'intel-  qui le  A part par  sous-  quelques  l'ancien  du v a u d o u a  ses  du v a u d o u au  l'histoire  faire  de  pouvoir  au p o u v o i r p a r  chemin t r a c e  dans  le  un membre n o i r de  au p o u v o i r p a r l e s ses  servira  vaudou d ' E t a t pour  porte  Duvalier sera  de nombreux c h e f s l'independance  1859,  (1849);  sous-estiment,  pouvoir controler  M i l o R i g a u d ^ que r e v i e n t liant  le  p r e n n e n t p o u r des  de 1 ' a d m i n i s t r a t i o n h a Y t i e n n e c a r a c t e r i s e  rique  reconnait  "bovarysme c o l l e c t i f  q u i se  Soulouque  estiment  propres  l a France  a Francois Duvalier qui prendra  meprisent  haStienne,  illettre,  par J e a n - P i e r r e Boyer  au moins p a r  de l e u r b a t a r d i s e  anti-mulatre.  esclave  a l.'ile,  comme l ' e m p e r e u r F a u s t i n I  cent-dix  une p o l i t i q u e  En 1825,  q u i , en 1928,  metis  S o u l o u q u e mene  qui le  d'invulnerabilite.  unifie  a u r a une  eux-  africain.  de m a i n t e s  mulatres,  proteger  de r e n t r e r de n o u v e a u d a n s  a l a F r a n c e en termes  legitime  est  1822.  C e t evenement  se m o n t r a n t f i e r s  Faustin  pays  q u i permet  aux i n t e l l e c t u e l s  "colores",  modele  ce  de J e a n P r i c e - M a r s  1'attachement allusion  le  intellectuels,  grande p u i s s a n c e . l'analyse  que  pouvoir jusqu'en  l'independance mediaire  d o n n e r une a u r a de p o u v o i r e t  p o u r se  du p a y s .  interpretation  sein  C'est  a  histo-  h a Y t i e n s au v a u d o u .  1'occupation  americaine,  cent-dix  ans  plus  -7-  tard,  se  succederont  p o s t e s p a r des du p l u s 4.  fort  coups  qui est  L'occupation Les annees  description laisse  a  de nombreux c h e f s  d'etat,  souvent  d'etat.  Car h i e r  comme a u j o u r d ' h u i , c ' e s t  de r e g i e  dans  la politique  releves  de  leurs  la  loi  hailtienne.  "etatsunienne".  1910  coloree  a 1915 de  voient  Seabrook,  une p e r i o d e  l'esperance  d'anarchie ou,  de v i e  a la  selon  la  presidence  desirer: Of t h e s i x p r e s i d e n t s who h a d s u c c e e d e d e a c h o t h e r somewhat r a p i d l y j u s t p r i o r t o o u r i n t e r v e n t i o n , one h a d b e e n b l o w n up i n h i s p a l a c e , one p o i s o n e d , one a s s a s s i n a t e d , a n o t h e r t o r n into l i t t l e pieces."  II  est  raisons  difficile  de j u s t i f i e r  humanitaires,  on e s t i m e  a 15  marines.  Par a i l l e u r s ,  apres que,  le  le  1'independance entre  1909  economique sont  000  comme l e  et  Wade D a v i s , vention  i l  1911,  au d e t r i m e n t  "Roosevelt  et  zele  y avait  americaine par  de p r e s e r v e r haStiens  d e j a eu des  E t a t s - U n i s ne  les  des  periodes  sont pas  doctrine  les  de M o n r o e  religieux  serait  de s a p r o l o n g a t i o n  (1915  -  et  humaines: sept  sanglantes  leur  C'est  implantation  prives  americains  particulierement par  and c a r r y  une d e s  des  intervenus.  interets  (1823),  "Speak s o f t l y  vies  cues c o n t r e  Etats-Unis reussissent  de l a F r a n c e ;  corollary":  le  souci  nombre de r e b e l l e s  ou l e s  soutenus par l e  l'occupation  a big  stick".  justifications  de  Selon 1'inter-  1934) :  Any c o u n t r y where s u c h a b o m i n a t i o n s C c ' e s t - a - d i r e , a c t i v i t e s de v a u d o u d e c r i t e s d a n s d e s l i v r e s a s e n s a t i o n ] t o o k p l a c e c o u l d find Quoi liquidites heros  que  its  qu'il de  salvation en s o i t ,  through m i l i t a r y occupation.^  en 1914  les  l a Banque N a t i o n a l e .  l'on  appelle  Charlemagne P e r a u l t e marines mettent a son  only  "cacos"  (ou P e r a l t e )  quatre  corps defendant  des  ans  (1916  troque  sa  marines  s'emparent  La resistance et  dont  Benoxt  a 1920) terre  les  et  de  toutes  haStienne  plus  celebres  Batraville -  a mater. sa d i g n i t e  que  les  produit  des  sont les  Le m a l h e u r e u x d'homme l i b r e  paysan contre  -8-  le  retablissement  de  l ' o r d r e et  econQmique d o n t b e n e f i c i e rance 1934  americaines sous  mique,  la  Si,  sur le  aucun doute 5.  d u r e n t des  le  citadin.  annees apres dans  les  scolaire  La presence  1'evacuation  coulisses  des  sur l e s  et  et  l'inge-  troupes plans  en  econo-  et p a r a - m i l i t a i r e . plan moral,  grace  a ce  1'occupation,  qu'on a p p e l l e r a  a un b i l a n  positif,  c'est  sans  1'indigenisme.  L'indigenisme. Ce mouvement n a i t  l'etranger 20,  b l a n c et  Jean P r i c e - M a r s  livres, negre il  amelioration sanitaire,  uniquement  forme d ' a c t i v i t e s  politique  une  l a presence  devant  le  de l a h o n t e  raciste  l'oncle  denonce,  dans  ses  du f o l k l o r e h a Y t i e n vains:  ceux-ci  fut-il  Americain,  haYtienne.  nouissement  et  qui influeront  Les E t a t s - U n i s jouent  et  pris  comme dans u n e t a u .  Unis  1957,  plusieurs  pour e v i t e r  le  s'impatientent  gauchiste  aussi  africaines.  le  litteraire  meme l a  devant  b i e n que l e  se  succedent,  cherche desesperement  les  et  de  surtout  Son l i v r e  Ainsi  l a paysannerie generation  parler  de  et  d'ecri-  de  la  vie  dans  les  l'epa-  a cette  epoque.  dans  duvalierisme,  1915,  tout  social  et  le  pays  Entre se  trouve  une  formule  poli-  en sachant  que l e s  Etats-  emeutes c o n t i n u e s ;  desordre  le  zombification d'HaYti.  gouvernements  scenario  ses  sida.  un r o l e n o n - n e g l i g e a b l e  II  annees  et  sur l a r e a l i t e  on p o u r r a i t  eux  de l a p a r t du  ou a u t r e ,  s u r une n o u v e l l e  En f a i t ,  peut-etre  articles  v a u d o u s ' e p a n o u i r a comme theme  D u v a l i e r i s m e , e m i g r a t i o n et  tique  racines  d u roman v a u d o u comme g e n r e  1955  Franqais  chez  Dans l e s  flagornerie  e c r i r o n t sans honte  indigenes.  l a vaudouisation et  la  ses  l a r e v a l o r i s a t i o n de  En p a r t i c u l i e r , l e  romans p a y s a n s  6.  preconise  desormais  g e n s de v o i r  discours,  a m e r i c a i n e en H a Y t i ,  Blanc,  (1928)  braves  en v a i n q u e u r p r i v i l i g i e .  r e c l a m e une r e - a p p r e c i a t i o n des  parla  des  un  gouvernement  s e r v i r a i t de p r e t e x t e  a  -9-  une n o u v e l l e  invasion  Quel p a r t i liser  une  bien  des  navires  capitale qui est  reste  et  le  roxs:  des  les  vrai  avions  trouvent  Americains a distance  la patrie?  menacent  maxtre.  le  haltiens, de  la  se  lier  ciel:  Haiti  rea-  -  vio-  le  port  sait  americains  haltienne  -  vivent  fort i l  en  comme  d o l l a r s p a r m o i s p o u r un " g a r c o n "  satisfaction  par contre,  e n nombre d a n s  soldats  f o r m a t i o n de l ' a r m e e  assurent  obliges  entrent dans  a quinze  et  A v e c c h a q u e p o u s s e e de  Les simples  g a g e s de h u i t  "bonne" l e u r  intellectuels  les  de g u e r r e a m e r i c a i n s  pas mal pour l a  ou une  se  prendre pour t e n i r  r e h a S t i a n i s a t i o n de  ences l e s de l a  americaine.  gagnent  des  moindres c a p r i c e s .  peniblement  leur vie,  aux A m e r i c a i n s q u i r e p r e s e n t e n t  Les  et  le  seul  espoir. C'est Francois  a cette  epoque  plaxntes  habituelles  desabuse  de f a c a d e , D'abord, vrai bien,  voit  ensuite,  intellectuels,  bien vite  ou e n f i n , tourant  des  ceder  possibilites  milxtaires  et  des  d'un corps  comme c h e f de  "mains choix  et  du compte  personnelle.  Vu l e s  l'absolutisme  machiavelique.  le  economique  fortes"  qui lux  et  comme p a y s  scrutins,  des  et  autonome  offerts,  tous  meme a g r i c o l e  de  de  tout  ou  certains  a b s o l u de  militaires  d'etat  offertes.  risquer d'entraxner  pour s ' a s s u r e r  sont  les  un c h e f  reclame par  controle  veritable  faire  par des  que le  A m e r i c a i n s au d e p e n s  socialiste  americaine et  administrative,  s'imposer  Paul Magloire,  q u i l u i sont  d'epanouissement  a u mouvement  d'agitation  Nullement deroute  majorxtairement mulatres,  la vie  et  l'Armee Nationale veut les  ou e s p o i r  intervention de  Americains.  devant  d ' i r r e g u l a r i t e s de v o t e  a g i r au gre  nouvelle  des  D u v a l i e r , dont  indigenisme  aspects  de m i s e r e  D u v a l i e r remporte l a p r e s i d e n c e  candidat mulatre f a v o r i  le  de m a l h e u r s ,  tout sa  une les  du p a y s ; en  s'en-  protection  D u v a l i e r opte  pour  -10-  Ni ture  les  intellectuels  qui s'installe,  comme c o n s e q u e n c e , d'HaStiens.  le  1'esprit  S.H.A.D.A.  Duvalier  instaure  pas  a titre  les  ficelles  le  baisse  la  et  satisfaits  de  plus  du p a y s  et  l a r e d u c t i o n de  dans  la  campagne a n t i - s u p e r s t i t i e u s e  v a u d o u comme i n s t i t u t i o n d ' e t a t , m a i s p o u r semer  Selon c e r t a i n s  comme 1 ' i n c a r n a t i o n d ' u n l o a  (dieu)  nomi-  En meme t e m p s ,  et  de  agricole),  s'en  l a peur et  commentateurs,  s'e-  du temps  h a Y t i a n o - a m e r i c a i n e du d e v e l o p p e m e n t  du p o u v o i r .  dicta-  pour beaucoup  l a negritude  administratifs.  d'ancien ethnologue,  la  americaine diminue;  encore  1'haltianisation  Duvalier favorise  de  (Societe  sont  l a presence  n i v e a u de v i e  americaine,  de  p e u p l e ne  mais au moins  aux p o s t e s m i l i t a i r e s  loignant la  le  Pour encourager  1'influence nation  ni  sert,  non  resserrer  on l e  voyait  vaudou:  D u v a l i e r h a d d e v o t e d many y e a r s t o t h e s t u d y o f t h e v o o d o o religion. H i s somber d r e s s - b l a c k s u i t s , h a t s , t i e s , a n d h o r n - r i m m e d g l a s s e s - and u n s m i l i n g c o u n t e n a n c e gave h i m a s t r i k i n g resemblance to the u s u a l r e n d e r i n g s of the Baron Samedi, i n voodoo i c o n o l o g y the keeper o f the tombs. I t has been e s t i mated t h a t a l a r g e p e r c e n t a g e , p r o b a b l y the m a j o r i t y , o f the H a i t i a n p e o p l e b e l i e v e d t h a t he was t h e e a r t h l y m a n i f e s t a t i o n o f t h i s most f e a r e d o f a l l the voodoo g o d s . 1 0 On p r e t e n d que b e a u c o u p  de  ou b o c o r s * q u i u t i l i s e n t tion et  serait  la  pour a s s u r e r  semble  toire  ait  "tontons  torture contre  la  soumission  incontestable jamais  point  qu'il  connus.  II  Americains dominateurs.  C e s mots dans  le  ses  designant  chapitre  le  a justifier  figure s'agit  parmi plutot  a la  des  ennemis.  1'opposition  L'esclavage  le les  houngans  La zombificaa son  et  gouvernement plus  regime  duvalieriste;  c o r r o m p u s que  d'essayer  tache  p r e t r e vaudou seront  "Le v a u d o u " .  sont  du p e u p l e .  p e n s e e de D u v a l i e r a u moment ou i l les  macoutes"  une f o r m e supreme p o u r d i s s u a d e r  C e s p r o p o s ne v i s e n t il  ses  ingrate  d'eclaircir de  composer  l'hisla avec  l a v i c t i m i s a t i o n des  HaStiens  expliques  detail  en p l u s  de  -11-  semblent  infinis  et  engendrent  sans  cesse  L a c r u a u t e de D u v a l i e r , e t a i t - e l l e  innee,  assurance  face  de  sa  que l ' o n v i e n t II franee les  survie de  la  qualites  bourreaux-victimes.  ou r e f l e t e - t - e l l e  aux f o r c e s  internes  la  seule  et  externes  voir?  convient, et  comme c h e f ,  de n o u v e a u x  par souci  calomnie  de j u s t i c e ,  qu'a subies  q u i temoignent  de  le  par dela  peuple  sa noblesse  1'injustice,  haltien, et  de  sa  de l u i  la  souf-  reconnaitre  dignite:  H a i t i a n s r i g h t l y c o m p l a i n t h a t e v e n t o d a y - o r p e r h a p s one s h o u l d s a y t o d a y more t h a n e v e r - o n l y r a r e l y do f o r e i g n e r s m e n t i o n the g e n t l e n e s s , d i g n i t y and c o u r t l i n e s s o f H a i t i a n s , r i c h and p o o r ; o n l y r a r e l y do t h e y know o r c a r e a b o u t t h e g l o r y o f t h e H a i t i a n R e v o l u t i o n , s u r e l y one o f t h e n o b l e s t e p i s o d e s i n the h i s t o r y of mankind; o n l y r a r e l y are they acquanted w i t h the c o n s i d e r a b l e H a i t i a n c o n t r i b u t i o n i n the r e a l m s o f m u s i c , of p a i n t i n g , o f s c u l p t u r e and o f l i t e r a t u r e . i l C e t hommage s o u l i g n e haStiens  oppressifs  d'emigration tres tiens  Batista  en  au m o i n s  vie  12  peuple,  abime  En 1 9 2 0 ,  vivant  de c a n n e ;  entre  les  gouvernements  q u i se m a n i f e s t e  on e s t i m e  a 30 000  le  p a r un  taux  nombre  d'Hal-  en R e p u b l i q u e D o m i n i c a i n e , p r i n c i p a l e m e n t  en 1935,  fait  deporter  10  000  en t r o i s  jours.  000  le  c h i f f r e monte  de C u b a ;  Trujillo  En 1980,  i l  a 35 0 0 0 . en f a i t  En 1937,  massacrer  y a e n v i r o n 200  000 H a l -  conditions  de  deplorables. la prise  enorme a f f e c t e ensuite  la  d u p o u v o i r de D u v a l i e r en 1 9 5 7 ,  toutes  les  couches  c l a s s e moyenne,  urbains.  Dans l e s  haltienne  de l a  annees  l u i et  et 70,  seule v i l l e  Bahamas, M o n t r e a l , C'est  pour  qui existe  a t r a v a i l l e r en R e p u b l i q u e D o m i n i c a i n e m a l g r e l e s  Avec  les  le  eleve.  t r a v a i l l a n t et  comme c o u p e u r s  tiens  et  l'abime  de l a  finalement, on e s t i m e  de New Y o r k .  Paris,  Boston et  que D u v a l i e r , q u ' o n a p p e l l a i t les  siens  une  societe:  fortune  et  les  une  emigration  d'abord 1 ' e l i t e ,  p a u v r e s des  a 200-300 m i l l e Les autres  et  milieux  la  population  destinations  sont  Chicago. un " k l e p t o c r a t e " ,  menait  un t r a i n  de v i e  amassait luxueux  -12-  tout  en r e l e g u a n t  le  peuple  a l a mlsere  vernement  du f i l s  Or,  Amnesty I n t e r n a t i o n a l  selon  peine  et  a 1'oppression.  J e a n - C l a u d e p r e t e n d r a en 1971 ( R a p p o r t de  Le g o u -  liberaliser  1973),  la  le  pays.  situation  s'est  a  amelioree: H a i t i ' s p r i s o n s a r e s t i l l f i l l e d w i t h p e o p l e who h a v e s p e n t many y e a r s i n d e t e n t i o n w i t h o u t e v e r b e i n g c h a r g e d o r b r o u g h t to t r i a l , £ . . . ' ] The v a r i e t y o f t o r t u r e t o w h i c h t h e d e t a i n e e is subjected is i n c r e d i b l e : c l u b b i n g to d e a t h , maiming of the g e n i t a l s , food d e p r i v a t i o n s to the p o i n t of s t a r v a t i o n , and t h e i n s e r t i o n o f r e d - h o t p o k e r s i n t o t h e b a c k p a s s a g e . 1 2  En 1 9 8 0 , millions,  dont  Nationale,  FMI(Fonds monetaire  quatre  sont  alles  les  contes personnels  du pays  serait  Tel  le  de  $260,  international)  aurait verse  a u V S N ( V o l o n t a i r e s de  ou " t o n t o n s m a c o u t e s " ) ,  p a s s e e dans brut  le  et de  80% de  une  la  grande p a r t i e  "Baby D o c " .  $22  Securite  du r e s t e  Le s a l a i r e  l a population vivant  serait  annuel  de m o i n s  de  $40. est  par  l a misere,  des  "boat  risque  people",  a ceci,  ou a r a i s o n ,  dans  choisissent,  de p e r i r  Ajouter  contexte  dans  les  annees  les  incarceration  l u i et  tion  of  au v i r u s .  group."  HaStiens.  dans  comme  1963,  it  has  ou,  et  to  s'enfuir,  surchargees, y vivre  auront  en  au  sous-etres.  du " s i d a " q u e ,  on a u r a une  deplorables  du s i d a , led  de  l'epidemie  a l'etranger  Magloire ecrivait  idee  du p e u p l e contribue  on c o n s t a t e :  a  ainsi a sa  "The  tort  du s o r t que  de son  predis-  identifica-  a more n e g a t i v e p e r c e p t i o n  Parias,  Q u i a u r a i t pu imaginer  pire  les  de  of  the  l'infortune  des  1 3  En 1 9 4 9 ,  encore  80,  conditions  Au s u j e t  Haitians with  ecrases  embarcations  aux H a l t i e n s ,  l'HaS'tien. En f a i t ,  position  freles  de nombreux H a S t i e n s ,  pour a l l e r n'importe  on a s s o c i e  chez  a partir  a b o r d de  noyes,  lequel  une  annees  dizaine 80?  que l e  d'annees plus  qui traite sort  tard,  de  de  ce p e u p l e  serait  pour s ' a p p a u v r i r  encore  -13-  7.  Esclavage,  racisme,  L'histoire marquee p a r l e d'exister Hoffmann  d'Halti drame de  en H a i t i  misere, est  vaudou.  peu r e j o u i s s a n t e .  1'esclavage,  s o u s une  mais  forme ou une  Non s e u l e m e n t  elle  c e l u i - c i n'a jamais autre.  A titre  est  cesse  d'exemple,  ecrit: C . . . 1 l a d o m e s t i c i t e e s t s i b o n m a r c h e e n H a i t i que meme l e s p a u v r e s p e u v e n t t r o u v e r q u e l q u ' u n p o u r l e s s e r v i r en e c h a n g e d ' u n p e u de n o u r r i t u r e . I 4  Jacques les  Roumain d e p l o r e  cet  abus,  surtout  lorsque  les  enfants  en  sont  victimes: C e t t e coutume de p r e n d r e c h e z s o i d e s d o m e s t i q u e s m i n e u r e s que l ' o n ne r e t r i b u e p o i n t e t d o n t on d i s p o s e comme d ' u n o b j e t , n o u s v i e n t en d r o i t l i g n e du p a s s e c o l o n i a l .  II n'y  a point  d'exageration  jouets  servent  d ' i l l u s t r a t i o n de  clavage  en  ces la  de r a c i s m e  en p r o f o n d e u r dans  d'Emeric Bergeaud.  le  joue  Romulus e t  ference  de l e u r  plexity  des  Ce roman se  et  entre  freres  etre  dirige  allegorique, et  des  Remus que l e  teint.  teints  de t e i n t , les  fragilite  ces  domestiques-  de 1 ' a b o l i t i o n  veut  le  colon  l u i en  Stella  reflexions  existe  de  1'es-  se  souvent  une c o u l e u r p r i v i l e g i e e Historiquement,  dans  c'est  la  la  s'agit  des  l a p a r t i c u l a r i t e de  du c o n f l i t  1  cependant sur  nature?"  1'Haltien  contre  de c r e e r j a l o u s i e  l a nature  eloquentes  Stella(1859),  a manipuler par l a  qu etranger-colon.  distingue  i l  servitude,  une b o n n e v i n g t a i n e  avantageux  tant  de l a  un a v e r t i s s e m e n t  presente  a f i n de d i s s i p e r  contre  question  colon reussit  i l  trouve  la  En 1 ' o c c u r r e n c e ,  Car H a i t i  de p e a u :  dans  p r e m i e r roman h a l t i e n ,  sion par d i s c r i m i n a t i o n r a c i a l e . freres  constatations:  1791.  Une c o m p o s a n t e examinee  dans  et  qui  difla  com-  nuances rivalite  devrait  Roman e x c e s s i v e m e n t  p a r une p u r e t e  l a notion  de  divi-  de  de r a c e :  langue "Y a - t - i l  1 6  a peau c l a i r e  qui est  avantage  -14-  p a r r a p p o r t a son  "frere" plus  cupation americaine; son  i n f e r i e u r , mais  tude  quarteron,  etc.)  ironiquement,  (surtout,  selon  1'oppression  louque  et  Duvalier.  et  manque de  se  reunir  dienne.  entre  Sur l e  liberte,  et,  pendant  E n ce  sens,  du b l u e s ,  par  gouvernements  q u i ne menace  Le roman: Pour  toute  et  mains  de  une r e c e p t i o n  HaYtien  1'oc-  comme  au m u l a t r e  oreille  de B e r g e a u d .  aux  argu-  La n e g r i -  du m u l a t r e  qui j u s t i f i a i e n t  (griffe,  autrefois,  i l  dans  de  le  Ce r o l e  permet  un  au moins  tels  que  de  la vie  s i m i l a i r e a ceux est  peut-etre  une a c t i v i t e  souverainete  Sou-  misere  1'occasion de  sous  potentiel  contexte  s'evader  un r o l e  etc.  la  son d e b u t ,  un d e f o u l e m e n t ,  vaudou joue salsa,  liberatrice realisee  tyrans p o l i t i q u e s  de  quotidu r o c k -  recupere d'evasion  de l ' e t a t :  c'est  inoffensif. general.  bon sens a p p a r e n t s , pour p l u s i e u r s  i l  convient  en a l l a n t  du g e n e r a l  dont  est  le  lecteur  de p r o c e d e r ,  contre  du p a r t i c u l i e r a u  raisons.  ecrire a partir  haYtiens".  theques et  des  heures,  du p a r t i c u l i e r au  et  sourde  aux d e p e n s  plan social,  en aucune m a n i e r e  ceci  D'abord,  siques  a aussi,  represente  car  la  influence  t r a i t e r d u roman h a Y t i e n ,  logique  general,  son  quelques  de l a  un o p i u m d u p e u p l e B.  i l  le  n-roll, les  i l  les  tout  pendant  du N o i r .  en o u t r e  marrons,  fait  Noir  cas  grande deference  memes c r i t e r e s  l a persecution  d i r e c t i o n des  pour  les  le  le  voyait  pour l'epoque)  favoriserait  Quant au v a u d o u , la  raciste  Les H a Y t i e n s ont  sophistiques duvalieriste  l'Americain  T e l a ete  a c c o r d a i t une p l u s  qu'.a 1'homme n o i r . ments  noir.  Or, la disette  sur le  f a m i l i e r avec  roman h a Y t i e n i m p l i q u e une d o u z a i n e  de romans h a Y t i e n s d a n s  l i b r a i r i e s o r d i n a i r e s en A m e r i q u e du N o r d met  les en  de  "clas-  biblioevidence  -15-  le  nombre i n f i m e  justifier roman -  de  lecteurs  1'evocation  et  un s e u l  avec  roman -  semble  qui s interessent  le  des  tiers-mondistes.  Aussi,  1  aphorismes Parler  suivants:  corpus quoi  des  1'importance  neurs  p a r une  d'exemple,  tienne, livre,  dans  ralisme", Jacques  et  en  qui traite  de G o u v e r n e u r s de toute  evidence  analyse  G o u v e r n e u r s de l a  roman a l o r s  analyses  G o u v e r n e u r s de  resister  a la  dans un s t y l e  que  uniquement  la  de  des  tant  finissent-elles  d u roman D e z a f i  auteur  par  de  remarquer, a l o r s  faux  et  que l e s  deux romans se  Franke-  "le  a celui  l a rosee.  c'est  A  comparer  pas  fait-il  romans  presque  "Le c a d r e de D e z a f i n ' e s t . •!  tres  Gouverde  appelle  zombification,  Pour-  l a rosee?  (1975)  tentation  son  le  ouvrages?  de  rosee;  Roumain.  que  nombreux t i r a g e s les  les  different  pretent  ce  spide  de  que  celui de  p e u a une  comparee.  Voila particulier point  les  a trouver)  son a n a l y s e  creole,  Roumain:  dit  les  en h a s a r d a n t  cent-cinquante  comparaison avec  J o s e p h L a m a r r e ne p e u t ecrit  les  guere  un  provenant  a p a r l e r de J a c q u e s  Et pourquoi, enfin,  (par a i l l e u r s m a l a i s e s  invariablement titre  depasse  du p r e m i e r p l a n et  de l a r o s e e ?  haStiens  revient  par  litterature  on n ' e x a g e r e  approbation d'un seul  romans h a S t i e n s  Par contre  connu mondialement  roman h a l t i e n  haStienne  cette  etre  r u d i m e n t a i r e pour  haStien.  moindrement a l a  Qui d i t  de l i t t e r a t u r e  Comment e x p l i q u e r  connaissance  du c o r p u s r o m a n e s q u e  lecteurs pays  la  done  l'optique  au g e n e r a l ,  du d e p a r t  ou Roumain e s t  dans  qui justifie  et  qui reconnait  l'oeuvre  r o i , et,  ecrivent  dans un s t y l e  paraison  inevitable  romanesque  ou meme l e s  le  modele.  G o u v e r n e u r s de haStienne.  auteurs  avant-gardiste,  avec  une a p p r o c h e q u i p r o c e d e  des  C'est  annees  ne p e u v e n t  la  rosee un  70 e t  echapper  du comme  contexte 80,  a une  qui com-  -16-  1.  L'etroitesse  apparente  Comment e x p l i q u e r rature  partie  d'une  Fleischmann, une p l a c e se  surpasse  litterature  celebrite  haltienne le  docteur  haStienne.  apparente  exageree  a laquelle  de  dans p l u s i e u r s  deja bien determinee,  litte-  appartiennent qui  domaines.  evoque  une  la  de Roumain?  Jean P r i c e - M a r s ,  l'ecrivain haStien,  en d e v e n a n t  romanesque  l'etroitesse  la  evoluent  decrivant  sociale  et  dont  professions,  la  fois  elite  extraordinaires,  plusieurs  qui  a la  romanesque h a S t i e n n e  main f a i t etres  de  Roudes  exercent  Ulrich  un p e r s o n n a g e  carriere fort  avec  chargee,  et  ecrivain.  [. . .1 P r e s q u e t o u s l a f c a r r i e r e l commencent p a r d e s e t u d e s j u r i d i q u e s , ensuite i l s deviennent s o i t p r o f e s s e u r s , soit j o u r n a l i s t e s e t i l s f i n i s s e n t d a n s d e s p o s t e s i m p o r t a n t s de 1 ' a d m i n i s t r a t i o n ou de l a p o l i t i q u e - c e q u i e s t a p e u p r e s l a meme c h o s e . ^ Le p o r t r a i t e s t  a peu p r e s  de m e d e c i n q u ' o c c u p e n t ou l e  Firmin  ou l ' e s s a i  reflete  incarne  de  d'ecrivains  la nation,  "De l ' e g a l i t e  1 ' o b s e s s i o n du N o i r  du B u r e a u d ' e t h n o l o g i e  Secretaire  General  du P a r t i  de  d'Anthropologic  a se  reconnait  haStienne selon  est  Laroche,  l'envergure  connue est  sait  i l  la  est  a peine  l a Republique d ' H a S t i , (1934),  Directeurfondateur-  d'Archeologie Precolombienne d'Ethnologie,  de Roumain g r a c e  a qui l a  Le s u c c e s  dont  Roumain  Charge-d'affaires  haStienne,  une e x c e p t i o n  d'Antenor  du B l a n c ,  en e f f e t  societe  ecrire  (1885)  La litterature  a 1'Stranger.  profession  Dans c e t t e  humaines"  montrer l ' e g a l  Communiste d ' H a S t i  etude  ajoute  haYtiens.  races  Prehistorique a l'Institut  Dans s o n e x c e l l e n t e  l'on  Dessalines,  des  Ambassadeur au M e x i q u e , p r o f e s s e u r  Laroche  si  l ' i n d i v i d u superieur a l a normale:  fondateur  et  beaucoup  premier president  s o n nom e t  complet  des  etc. Maximilien litterature  G o u v e r n e u r s de  l a preuve est  la  l'incapacite  des  19 successeurs  de R o u m a i n a r e p e t e r  1'exploit.  s u c c e s de R o u m a i n p a r s o n a p p a r t e n a n c e  Laroche  a l'ecole  et  explique  indigeniste,  le  son  rosee,  -17-  traitement  du p r o b l e m e de  l a d o m i n a t i o n des  s a r e c o n c i l i a t i o n du f r a n c a i s  et  du c r e o l e .  du s u c c e s de Roumain demandent p e u a e t r e d o m i n a t i o n de 1 ' S t r a n g e r lisation ecrits  de l a v i e  de P r i c e - M a r s ) .  langue: bien un  c'est  Jacques  informes.  a suscite  paysanne  le  i l  faut  des  developpees.  ha£tien  sur l a  resolue  A i n s i M e r e s Weche d e c l a r e  races  et,  selon  raisons  On s a i t  r e t o u r aux r a c i n e s  insister  Roumain q u i l ' a  et  L e s deux p r e m i e r e s  nationalisme  (folklore,  Mais  classes  et  que  la  1'idea-  dans  les  question  de  tous  critiques  les  que R o u m a i n a u r a i t  la  invente  langage. ^ 2  La nature b i g l o t t e preoccupent tion  de  la  societe  et  de  la  particulierement Laroche,  et  i l  explique  de l ' e c r i v a i n h a l t i e n  dSchirement a s ' e x a m i n e r  " FJ. • ."]  q u i epreuve  d'un o e i l  etranger  litterature  haStiennes  clairement  toujours  le  la  situa-  meme c r u e l  p u i s q u ' i l p a r l e de  lui-meme  21 dans  les  mots  de  1'autre."  Ce d e c h i r e m e n t traditionnellement, monde de l ' A l t e r i t e , anglais  ou a u t r e ,  touche tout  sens du s u c c e s p r o v i e n t  soit  alors  j u s q u ' a u s e n s de l ' i d e n t i t e  p a r des  que l a  frangais, avec  le  raison,  respecte  C'est  "le  plus  phonetique,  qui  creole  son  "[•••]  et  creole lien  le  le  et  f r a n c i s e " q u i , grace  rend l a prose  haStienne  Roumain q u i a p e r f e c t i o n n e  rend l e s Done,  pour l e  n o t e s en bas  le  creole  et  le  -  et  dans  en f r a n c a i s ,  de l a m a j o r i t e  avec  le  a une  pratiquement  francais  -  trois  le en  comporte  codes:  tout  au  que l a  le  ajouter  orthographe  frangais  intelligible  presque  de  (On p o u r r a i t  1 ' u s a g e de c e s  de p a g e  l'Haltien bilingue  moins  haltien."  etymologique  Car,  d'inferiorite.  romancier dispose 22  frangais  du lancement  superieures  langue m a t e r n e l l e  une n u a n c e de s o u s - d e v e l o p p e m e n t Selon Hoffmann,  etudes  haStienne.  qui  realite  francophone.)  c o d e s d a n s un  systeme  inutiles. Haltien lettre  reconnait  comme c h e f  connait d'oeuvre  -18ce  roman q u i d e m o n t r e une m a i t r i s e  travers  des  des mots plan  tournures o r i g i n a l e s ,  a double-sens.  intellectuel  dominante, devant codes  mais  i l  offrir  de  roman d a n s  traduction,  bien  risque  franchise  de m o t s ,  etranger  l'Ha£tien  son p a y s .  sa v e r s i o n  de  profane,  d'Edmund W i l s o n  jeux  incapable  le  peut  face  des  cette  qui,  les  semble-t-il  curieusement,  ou t r o p  reproche  sa  ou  autre,  langue  ou e n  etroit  pas  au c r i t i q u e .  pre-  divers  creolise  s'applique  et  veneration  avec  en f r a n c a i s  a  sur.le  alterite  L ' e t r a n g e r , francophone originale  creole  comprendre  de r e s s e n t i r  L a r e m a r q u e ne  mai.s a u s s i  et  compromis  a cette  t r o u v e r peu i n t e r e s s a n t ,  un m e s s a g e u n i v e r s e l .  au l e c t e u r  langues  s t y l i s j t L q u e de R o u m a i n aux p r i s e s  linguistiques le  des  Le l e c t e u r  r e a c t i o n de  est  la maitrise  lisant  de l a  la  des  pour  seulement  C'est  le  cas  aux G o u v e r n e u r s  rosee: The h e r o o f M a s t e r s o f t h e Dew i s s u p p o s e d t o h a v e l e a r n e d c l a s s s o l i d a r i t y f r o m a comrade on a p l a n t a t i o n i n C u b a , a n d , r e t u r n i n g t o h i s " H a i t i a n v i l l a g e , he i s made t o d i e a s a m a r t y r to the cause of s c i e n t i f i c i r r i g a t i o n . But t h i s i n v o l v e s a d i s c u s s i o n o f p r i n c i p l e s and a n e l o q u e n c e o f s o c i a l i d e a l i s m t h a t w o u l d s c a r c e l y h a v e b e e n p o s s i b l e i n C r e o l e ( w h i c h h a s no w o r d s f o r a b s t r a c t i d e a s ) i n a community d o m i n a t e d b y v o o d o o . R o u m a i n , i n M a s t e r s o f t h e Dew - h a s s i m p l y w r i t t e n t h e i n e v i t a b l e Communist n o v e l t h a t , t h e p r o d u c t o f an e x p o r t a b l e f o r m u l a , h a s a p p e a r e d i n so many c o u n t r i e s . Wilson  les  fables  exprimees recours  ferait  b i e n de  (re-)lire  p a r des mots  concrets.  a une m u l t i t u d e  Ce q u i e s t  de J e s u s  grave  c'est  et  abstractions,  i l  comble  que 1 ' i m p o r t a n c e  s'attend  la  que  justement  les  des  ses  Christ  idees le  ou  abstraites  creole  lacunes  a  lexicales  francais.  a v o i r echappe  a ce  Pour  de p r o v e r b e s ,  du roman s e m b l e n t  haltien.  paraboles  de L a f o n t a i n e a u c h a p i t r e de 1 ' e x p r e s s i o n  en r e c o u r a n t a u  c'est  les  langue  par cette  Wilson,  a Wilson,  seulement  qualite  peu s e n s i b l e  alors  echappe  que l e  a cet  de  l a forme e t que,  en g e n e r a l ,  au l e c t e u r  du r o m a n ,  on  etranger.  roman a s u s e d u i r e  aspect  du f o n d  le  choisit  Et  lecteur de  le  -19-  condamner s a n s a p p e l e t Canape-vert  (1944),  L'infatuation indigenes voit  va preferer  La bete  mettre  la fin  romans des (1946)  son  ignorance  G o u v e r n e u r s de  s'annoncait  et  freres  Marcelin:  Le c r a y o n de D i e u  romans que F l e i s c h m a n n c o n s i d e r e  en r e l i e f  dans l a p a r u t i o n des  "pur" dont  de M u s s e a u  de W i l s o n p o u r c e s  semble  les  du g e n r e .  l a rosee  (1952). post-  Fleischmann  l a m o r t de  1'indigenisme  ainsi:  U-.-l l e s d e s c r i p t i o n s f o l k l o r i q u e s p r e n n e n t une t e l l e a m p l e u r que l a f i c t i o n p o e t i q u e l a i s s e p l a c e a d e s o e u v r e s a c a r a c t e r e e t h n o g r a p h i q u e comme c h e z P r i c e - M a r s , a v e c d e s d e t a i l s s u r l e s ceremonies vaudou, l e s p r i e r e s , l e s jeux, e t c . . . La qualite l i t t e r a i r e e n s o u f f r e evidemment e t l e l e c t e u r f i n i t p a r s e l a s s e r d e v a n t l e s d i f f i c u l t e s a r e t r o u v e r l e f i l de l ' a c t i o n . C . . 3 d a n s l e s romans p o s t - i n d i g e n i s t e s d e s M a r c e l i n les idees i n d i g e n i s t e s a i n s i e x p r i m e e s a t t e i g n a i e n t un b u t c o n t r a i r e a leurs intentions; p o u r c e u x q u i ne c o n n a i s s e n t r i e n a l a v i e d e s p a y s a n s h a S t i e n s , l e roman i n d i g e n i s t e ne f a i s a i t que s a t i s f a i r e une c u r i o s i t e e x o t i q u e e t a n c r e r un p e u p l u s f o r t e ment d e s p r e j u g e s defavorables.24 C'est  certainement  Canape-vert,  tout  cette  curiosite  en l ' a v e u g l a n t  a ses  exotique points  de  qui attire faiblesse  Wilson  a  litteraires:  The m a t e r i a l o f t h e b o o k was q u i t e p r i m i t i v e and a t t h e same time f a n t a s t i c a l l y e l a b o r a t e : a s o c i e t y so u n f a m i l i a r , a s e t o f b e l i e f s so o u t l a n d i s h , t h a t a t f i r s t i t was d i f f i c u l t f o r t h e f o r e i g n e r to grasp the s i t u a t i o n s at a l l ; b u t t h i s s u b j e c t had b e e n h a n d l e d b y t h e a u t h o r s w i t h an i n t e l l i g e n c e so s o p h i s t i c a t e d i n b o t h a l i t e r a r y a n d an a n t h r o p o l o g i c a l way t h a t t h e b o o k i t s e l f seemed t o i m p l y a v e r y h i g h l e v e l o f c u l t u r e . 2 5 L'HaStien Pradel objectif  dans  P o m p i l u s se m o n t r e m o i n s  son a n a l y s e  d u meme  elogieux  mais  plus  roman:  Mais c e t t e trame, f o r t s i m p l e , est a peine p e r c e p t i b l e , e l l e n ' e s t q u ' u n p r e t e x t e a p e i n d r e d i f f e r e n t e s s c e n e s de l a v i e r u r a l e (coumbites, possession vodouique, v e i l l e e , battues), e l l e e s t t r a v e r s e e d ' e p i s o d e s q u i m e t t e n t en r e l i e f l a m i s e r e d e s p a y s a n s de l ' e n d r o i t e t l a p r e s s i o n d u s u r n a t u r e l s u r t o u t e leur v i e . 6 2  Pompilus roman n ' e s t  trouve  q u ' u n a u t r e met  W i l s o n n ' a p a s mange tation  La bete  a sa  sensationnaliste  de M u s s e a u m i e u x c h a r p e n t e . exotique  faim:  sur  l a brochette  evenements  du v a u d o u , a v e c  Pour n o u s ,  indigeniste  invraisemblables  une b e t e ,  la  et  "cigouave",  ce  dont  exploi-  -20-  jouant cette  un r o l e  principal  createur  meme  dans  au v a u d o u ;  la  les  trame.  experts  Les auteurs dans  le  semblent  domaine ne  la  lier mentionne  pas. Passer  parole  a la  critique  a Hoffmann.  une d e s c r i p t i o n simplicite  Ses  fidele  serieuse  d u roman h a S t i e n ,  commentaires des  de 1 ' i n t r i g u e  sur  le  G o u v e r n e u r s de  et  des  c'est  roman h a S t i e n  la  rosee.  themes h a S t i e n s ,  i l  passer sont  en  P a r l a n t de  la gros  la  ecrit:  The most o b v i o u s g e n e r a l c h a r a c t e r i s t i c o f t h e H a i t i a n n o v e l i s t h a t the c o m p l e x i t y o f p l o t and s u b t l e p s y c h o l o g i c a l a n a l y s i s o f c h a r a c t e r s a r e s u b o r d i n a t e d t o an o v e r r i d i n g c o n c e r n w i t h "the p r o b l e m o f H a i t i . " 2 7  De l a figure  trentaine  parmi  les  de  plus  village  natal haStien  le  f r a p p e de  pays  afin  la  source,  le  monde p u i s s e  de  travailleurs)  tique,  i l  l a mort,  que  l'on  de  reconcilie  pour r e a l i s e r  de  pas  la  fils  prodigue  installation de  traitre  et  "qu'un l e c t e u r  Enfin  jaloux  de  dans les  etranger  retour  dans  source Des  qu'il  sorte  que  craintes de  tout  solidaire  Manuel  trouve  s o n amour e t  du  son  retrouve  de  communiste-  Sa d e r n i e r e v o l o n t e  l'interet  risque  rosee  Cote roman-  M a n u e l m e u r t en b o n  venger,  trame j u s t i f i e  de  terres.  enceinte.  germes du b o n h e u r .  a le  perdue.  (ensemble  des  la  a Cuba,  camps e n n e m i s  en c o u m b i t e  villageois.  de  c h e r c h e r une  longtemps  1'irrigation  par G e r v i l e n ,  seme l e s  G o u v e r n e u r s de  deux  d ' A n n a Y s e , l a met  des  ici,  s'efforce  les  cherche  1'intrigue  et  i l  aupres  Ce resume  longue  une  t r a v a i l l e r ensemble  ayant  ne  apres  depuis  assassine  humaniste,  Manuel,  l a prosperite  s'eprend  son p r e s t i g e  simples:  secheresse,  de r e s t a u r e r  trouve  romans e x a m i n e s  est  peuple.  de H o f f m a n n a trouver  propos  insuffisante  28 pour  soutenir  le  poids  L'infatuation semble  d'une  oeuvre  romanesque"  d u p u b l i c h a S t i e n p o u r G o u v e r n e u r s de  a v o i r p o u s s e b o n nombre d ' e c r i v a i n s  ailleurs,  l'originalite  du s t y l e  la  rosee  a y v o i r un m o d e l e .  de Roumain s e m b l e  avoir  fait  (Par oublier  - 2 1 -  que son roman e m p r u n t e Maurice Casseus.) le  Ainsi,  roman s o c i a l i s t e ,  heros  librement Ulrich  issu  de V i e j o  Fleischmann v o i t  d u roman i n d i g e n i s t e ,  " p e r i t ou d i s p a r a i t de  de p e r m e t t r e  del'intrigue  la  scene,  ayant  dans  une  (1935) ce  fin  atteint  aux t r a v a i l l e u r s de p r e n d r e l a r e l e v e ,  de  qu'il  appelle  typique  son b u t  ou  qui  d a n s une  le  etait  perspec-  29 tive  revolutionnaire" Outre  tique,  la  simplicite  de 1 ' i n t r i g u e  Hoffmann mentionne  ticulier,  et  de M a n u e l e n v e r s  de 1 ' e r o s i o n la religion  syndicaliste,  Manuel v o i t  l a musique et  de l a d a n s e ,  Finalement, comme des  par  une  deplore troupes  o r d r e s des  (catholique  surtout  ambivalence  americains  le  le  Americains.  resultat,  ceremonies  vaudou,  traite  que Roumain s e m b l e  (1931), de  Grace,  vaudou n i l e  une  chasse  l a pretendue qui est  l a race  apparente  de  denoncer.  sorciere  en h a u t e  la  Blancs,  i l  lui  i n s p i r e une v i s i o n  ont  pour e s c l a v e s  les  anges n e g r e s ;  cynisme  mene  et  Inoccupation traite Ethno-  du  culte  sous  les  exprimer l a  pensee  comme d ' u n  superstition,  mais  c'est  celui-la  est  ensor-  egalement tient  c e l u i - c i est cieux  joug  l a p i d a t i o n non  que M a n u e l ne  des  de  vaudou.  agissant  a la  et  erotique  Dans L a montagne  estime:  des  fete  articles  pretres  Placinette,  On s a i t  le  que r e e l l e .  des  ses  par dela  aux s o r c i e r e s  innocente.  catholicisme et  Mais,  et  essentiel  Le vaudou e s t  systematique  du c u l t e  et  en p a r -  Communiste  l a r e l i g i o n une  P o u r t a n t , Manuel semble  le  fanatisme  plus  du roman,  ou v a u d o u ) .  des  linguis-  r e b a t t u mais  ou l ' A r m e e h a l t i e n n e  qu'economique.  fille  dans  peu e l o i g n e e  moral autant  seulement  theme  q u i en e s t  l a destruction  de Roumain quand i l  cellee  le  saillants  themes i m p o r t a n t s du roman h a l t i e n .  i l  les  lit  Hoffmann r e c o n n a x t  Roumain a v e c  logue,  l a preoccupation  aspects  " 1 ' a u t o - c r i t i q u e " q u i se  du deboisement  chez  d'autres  et  ou l e s  la  de ni  sa le  religion  anges  la religion  blancs  des  pauvres negres par le  le  cote  exploites,  erotique  fanatisme  de  un o p i u m d u p e u p l e ,  l a musique et  que M a n u e l  semble  l a danse.  les  expliquer,  delirant,  par  la  colere  son b a b i l l a g e  des  plus  romancier ses  apparente q u i sont  collegues  generation  humain. l'art il  II  de R o u m a i n ,  y a des  et  que,  et  comme theme piege  dans  qu'y joue cultuel tout  prets en  a  "habitants"  sorte  le  et  fascinant.  faux prophetes  en  la  toute  celebre  au  depasse une  seulement  solidarite  des de  tra-  l'etre  a comprendre  spectaculaire  du v a u d o u ,  tableau  sur  et  continue  d'une  le  de  le  faire,  genre  qualite  de  des  toute  la  cosmopolitisme,  Mais,  par excellence  L'histoire d'Haiti s'est ceux  du c u l t e ,  se  l'aire  sa m u l t i p l i c i t y .  1'attraction  II  servitude,  developpe  qui ecrivent laissent  sur  choses  elements p a r t i c u l i e r s a H a i t i :  vaudou dans  uniques.  pas  de  de 1 ' e x a l t a t i o n  l a domination et  fois  modele  conscientise  comporte l a p e r t e les  est  souffre.  qu'il  vaudou sont  comme l e s  m a l h e u r s des  a leur peindre le  litterature haltienne.  elabore  fanatisme  l i m i t a n t au roman e t  le  l'aspect  telle  surtout  la  le  inspire Delira  q u i n ' a r r i v e n t pas  a influe,  comporte a l a  le  surtout,  pour ceux  y a p o u r t a n t un g a i n d a n s  graphique et  surtout  on a v u que Roumain a  du p r o b l e m e de  qui cherchent  la race,  se  devient  indigeniste  Si ceci  sur  les  Roumain n ' e s t  que 1 ' a u t h e n t i c i t y  l i t t e r a t u r e de  occupations  connus,  Mais,  ecrivains haltiens  haltiennes.  i l  vaudou:  du roman h a l t i e n  Meme en  qu'il  a traite  On a v u a u s s i  L e mouvement  il  degre  de l a r e l i g i o n ;  demande, m a i s  la  mondialement  d'imitateurs.  vailleurs;  et  tous  en m a t i e r e  que r e e l l e .  a un t e l  comme s t y l i s t e .  paysans,  bien  que  loas.  On a v u que l ' e t r o i t e s s e effet  C'est  r e p r o c h e r au c u l t e  permet au houngan d ' e x p l o i t e r dans  q u i n ' a de m e r i t e s  et  pregeo-  Le v a u d o u et le  le role  un s y s t e m e la-dessus,  souvent  tempter  -23-  par  l'aspect  spectaculaire,  Les m e i l l e u r s a a l l e r plus mais 2.  le  ecrivains loin,  II  honnetement  romanesque des  convient maintenant  Maximilien Laroche, dates  lication  aux t e x t e s  tion  diglottique  1950,  division fois  des  excessivement  sur  la  l a n g u e ne  floue,  Laroche v o i t indigeniste  dans  trois  des  forces  Cependant sont  floues, C'est  et  les  l u i aussi,  Hoffmann  d'oeuvre  l i t t e r a i r e et  de  culte,  Roumain  1804,  1915,  (1804-1900), (1900-1950),  et  importantes, perpetue  ecrivains.  litterature  N o i r s a se plan  textes le  de l a  la  et  de  la  mais  paru-  enfin,  semble  a  veut  (1935  societe  thematique. comme  (1804-1915), • a nos  jours)..  haltienne  egaux  des  Blancs.  thematique,  les  periodes  et  peu  differents  du g e n r e .  homogenes.  romans  haltiens  Selon  lui,  :  les  le  cul-  corpus  30 romans h a l t i e n s  se  divise  en s i x  categories  1)  la  insister  q u i p r e n d en c o n s i d e r a t i o n 1 ' e v o l u t i o n  thematique  dates  surestimation  apologetique  disparates  mieux l e s  pub-  Cette  sociologique,  vouloir les  sur  Ces  a la  Par a i l l e u r s ,  a caractere  sur le  penche  1944.  d a n s une a p p r o c h e q u i se  la  se  americaine et  a preoccupation sociale  qui situe  d a n s u n schema d ' e n s e m b l e turelle,  autres  r e g r o u p e n t des  du  socio-culturel.  l i t t e r a t u r e en h a S t i e n .  arbitraire,  son etude  et  soit  historiques  pas  toujours  rosee.  u n p o r t r a i t c o n v a i n c a n t de l a  poussant  chez  chef  en f r a n g a i s  d'une  periodes:  (1915-1935)  Fleischmann brosse et  des  convient  Fleischmann,  le  en f r a n c o - h a S t i e n  realites  de Roumain aux d e p e n s  sensationnel  son c o n t e x t e  de 1 ' o c c u p a t i o n  rediges  a l a naissance  revele  c h e r c h e n t pas  dans L a l i t t e r a t u r e h a l t i e n n e ,  correspondent  depuis  plus  ne  facile.  du roman h a S t i e n .  G o u v e r n e u r s de l a r o s e e ,  du t e x t e  le  en dedans  de s i t u e r  de l ' i n d e p e n d a n c e , des  cote  l'exotisme  G o u v e r n e u r s de l a  a l ' i n t e r i e u r du c o r p u s g e n e r a l  les  d'exploiter  (Roumain, J . S . A l e x i s )  a demontrer l e  representent  Le c o n t e x t e  question  ancetres  du  des  -24-  XlXe s i c l e ,  tous  des  roman de c h e v a l e r i e dans  ces  romans;  classiques, Hibbert.  et  2)  ecrits  de r a c e .  les  constate  contes et  sauf  Deux amours d'Amedee  par Frederic Marcelin, cette  qu'a cette  feuilletons  le  (1901  -  1908),  les  J u s t i n L h e r i s s o n et  periode  epoque,  des  Brun,  A u c u n e m e n t i o n du v a u d o u n ' a p p a r a i t  romanciers r e a l i s t e s  Certains appellent  Hoffmann les  romans h i s t o r i q u e s  celle  des  vaudou est  Fernand  apologistes.  plus  accepte  dans  periodiques:  £..."1  l a p r e s s e p o r t - a u - p r i n c i e n n e ne r i s q u a i t guere a p a r v e n i r a 1'Stranger et d'y d i s c r e d i t e r l a s o c i e t e haStienne par l a d e s c r i p t i o n de c e s c e r e m o n i e s " p r i m i t i v e s " . 3 1  Hoffmann j u g e M i m o l a du v a u d o u . (1901),  II  est  meme s i  le  dans une t e n t a t i v e ces  oeuvres  le  (1906)  aussi  le  p r e m i e r roman q u i t r a i t e  r a i s o n n a b l e de  c o n s i d e r e r La vengeance  mot v a u d o u n ' y  est  de m e n a g e r  prejuges.  merite  de  les  l a nouveaute  un c h e m i n a u p a r a v a n t f e r m e .  3)  jamais mentionne,  et  II  L e roman s e n t i m e n t a l  une p e r i o d e  ou s e u l s  huit  n'ont  de p a r t i c u l i e r e m e n t h a l t i e n .  Ils  recherche;  ils  refletent  ont pour r a c i n e Ses 4)  le  le  L e s romans de  bien  sur,  jourd'hui.  (1933),  nobles;  americains: 1978),  les soit  laids,  d'apres  les  -  Hoffmann  genre  r o m a n e s q u e en H a S t i "  en un  ecrits  1932  soit  1  grossiers.  "la categorie  5)  l a plus  mais  americaine.  enfoui".  a 1935,  quoique,  jusqu'a au-  societe.  haHtiens:  intelligents,  qui  francais  l epoque,  "tresor  membres de l a h a u t e  frangais:  1930)  sont  de  sont  ouvert  publies,  romans h a S t i e n s  personnages  -  a  romans s o n t  le  s'epanouissent  ignorants et  (1931  (1908  t y p i q u e de  "noirisme" et  sont  reconnaitre  provoque par 1 ' o c c u p a t i o n  preoccupent  Les personnages  intelligents, soit  le  1'occupation  1'occupation  L e n e g r e masque  taedium v i t a e  decouragement  themes p r i n c i p a u x s o n t  faut  de Mama  peut-etre  du c o u r a g e p o u r a v o i r  represente rien  creuse,  serieusement  humains,  Dans beaux, beaux;  L e roman p a y s a n i m p o r t a n t e du  32 .  Les s t y l e s ,  ideologies  et  optiques  de  -25-  cette  categorie  liser, sont qui  mais  ceux  i l  varient s'agit  de l a  separent  a un t e l  plus  campagne;  les  degre  qu'il  est  ou m o i n s d ' u n g e n r e les  attitudes  difficile  realiste.  refletent  de  genera-  Les  d'enormes  themes ecarts  romanciers:  Dans L ' h e r i t a g e s a c r e , J e a n - B a p t i s t e C i n e a s v a l o r i s e l e p a y s a n , a l o r s que M a r i e C h a u v e t e n d e n o n c e l e f a t a l i s m e d a n s F o n d s des n e g r e s . ^ 3 6)  Finalement,  plus  souvent  dans  ce  la  non pas  domaine,  Hoffmann, cependant de  categorie  certaines  certains  d'ouvriers  mais  dont  d'entre  eux.  culte  ou,  attendant ou i l  romans p a y s a n s  convient  et  etc.  complete,  qui definit  Mimola,  etc,  exclue themes  Soleil  "a l a r i g u e u r " .  l a rosee.  II  assez  et  existe  bien  ces  Cependant, Les  donnent  une g r a n d e  Les  arbres  importance  done de p a r l e r a l e u r p r o p o s du roman de  que G o u v e r n e u r s de  en r e l i e f  pour l ' i n d i v i d u et  le  developpee  de c a n n e ,  que Compere G e n e r a l  que G o u v e r n e u r s de  que J . S . A l e x i s , t o u t  3.  des  admet  roman s o c i a l i s t e  on d i r a  p a y s a n q u i met  defend  II  sur  le  d u roman v a u d o u .  Ainsi,  tifs  ou p a s s e  L'heritage sacre, i l  coupeurs  peu  l a m u l t i p l i c i t y de  le  au v a u d o u , e t  etant  question  oeuvres  ce  musiciens,  de d o m e s t i q u e s ,  Haiti  est  l a plus  sont  deux romans a i n s i  d'usine,  ou i l  1 ' e t u d e d u roman e s t  arbres musiciens qu'on appelle  du roman p r o l e t a i r e  Vodou malsain  droit qu'une  pourra  le  l a rosee  en r e c o n n a i s s a n t  les  du p a y s a n a s a r e l i g i o n , societe plus  La n o n - f i c t i o n  juste  culte  etrangere  un roman  vaudou p o u r en d e m o n t r e r l e s  pour 1'epanouissement  remplacer le  est  et  de l a  aspects  societe.  aspects negatifs si  vienne  socialiste-  On v e r r a  du v a u d o u ,  primitive soit-elle, lui offrir  des  ancetres  p a r des  son  influence  sur l a  nega-  une v i e realites  en  meilleure tangibles.  litterature  hal-  tienne. Nulle  etude  de  la  litterature  o u de  la  societe haltienne  ne  serait  -26-  complete  sans m e n t i o n des  Strangers. et  C e l l e s - c i se  au r a c i s m e  injurieux  est  PubliS importante et  la  les  en 1 8 8 9 , sur  caracterisent  celui  Hayti  de  "exotiques"  S i r Spenser  ouvert,  par  plus  cite  et  et  finalement  Dans l a p r S f a c e , dSclare:  des calomnie  le  plus  St-John.  B l a c k R e p u b l i c a e u une  a 1'Stranger  haltiennes.  ecrites  p a r une p r o p e n s i o n a l a  L'exemple l e  or the  sa r e c e p t i o n  a l'esprit  dites  flagrants.  peut-etre  litterature  chevalier  plus  oeuvres  influence  sur l a  sociStS  S i r S t - J o h n , en b o n  " A l l who knew me i n H a y t i  know  34 that  I h a v e no p r e j u d i c e o f  du l i v r e  sont  l a preuve  colour."  O r , ses  propos  tout  au  long  du c o n t r a i r e :  I know what t h e b l a c k man i s , a n d I have no h e s i t a t i o n i n d e c l a r i n g t h a t he i s i n c a p a b l e o f t h e a r t o f g o v e r n m e n t , a n d t h a t t o e n t r u s t h i m w i t h f r a m i n g and w o r k i n g t h e l a w s f o r o u r i s l a n d s i s t o condemn them t o i n e v i t a b l e r u i n . ^ 3  Selon gout  St-John, les  de l a b o i s s o n  cipated,  the  et  N o i r s ont  de  ' "a p r o p e n s i t y  l a debauche,  b l a c k p o r t i o n of  the  et,  for p i l f e r i n g "  "As m i g h t h a v e  p o p u l a t i o n has  been  shown no  36  ,  le  anti-  literary  37 aptitudes." La Sgard, de  seconde v o l S e S t - J o h n se  "l'affaire  de  surpasse  II  1863,  d'une  selon  eux  attaques  s'agit jeune  de  on a o b t e n u  romancSe de  St-John, et  confessions  vaudou, e t ,  par a p p e l e r , "the  a la  le  27  cet traite suite  decembre  St-John raconte  par l a  a  C o n g o - B e a n Stew  du m e u r t r e ,  nommSe C l a i r c i n e ;  leurs  le  Sa p r e m i e r e h i s t o i r e  qu'on f i n i t  l'enlevement  fille  concerne  en m a l i g n i t S .  de B i z o t o n " , ou ce  de l a v e r s i o n h a u t e m e n t affair".  ses  force.  Par  des  accuses,  ailleurs,  on a u r a i t p r o m i s a S t - J o h n l e s t r a n s c r i p t i o n s du p r o c e s e t d e s t S . . , - . 3 8 moignages s e c r e t s , mais ces promesses n ont pas ete r e s p e c t e e s . MalgrS  ces  aspects  d a n s une d i z a i n e  qui affaiblissent  de p a g e s  i l  le  la  traite  fiabilitS  de  comme a r g e n t  tout  1'incident,  comptant.  -27-  Soixante par  ans  plus  tard,  S t - J o h n de l ' e n l e v e m e n t  lui,  des  fanatiques  l'episode d'apres  s'est  l'anthropophagie  et  a hante  fois  le  culte  H a S t i e n s ont  contente le  oculaires  Selon Janheinz  deplore  1'exploitation  du m e u r t r e de l a j e u n e auraient  dissemine  haStien,  vaudou et  temoins  phagie.  se  les  courante  peuple  S t - J o h n ne  tendus  religieux  plus  de  Car,  et  ete  achevee par l ' e x e c u t i o n  Leyburn,  le  James L e y b u r n  les  de h u i t  fille.  auteurs entre  du c r i m e , eux.  e s s a y e de d i s s i p e r par S t - J o h n , plus  de c e t t e  peuple  histoire  haStien,  qui multiplient  mais  les  dont  En o u t r e , le  i l  l u i en d o n n a n t un v e r i t a b l e  pas  Selon  mythe est  reste  complexe.  pour d e n i g r e r a  cite  nombre de  histoires  la  pre-  d'anthropo-  Jahn:  ["...] l e s h o r r e u r s q u ' y r a p p o r t e l ' a n c i e n c o n s u l , s o n t de t o u t e e v i d e n c e e m p r u n t e e s a d e s d o c u m e n t s de s e c o n d e m a i n , r e c i t s de f o n c t i o n n a i r e s h a S t i e n s c r e d u l e s o u de c o l l e g u e s e t r a n g e r s a p p a r t e n a n t au c o r p s c o n s u l a i r e . P a s p l u s que S i r S p e n c e r , n i l e s u n s n i l e s a u t r e s n ' a v a i e n t j a m a i s p r i s p a r t a une f e t e Vaudou.40 St-John essaie, 1'inexactitude  de  son  p a r moments, "etude"  de r a c h e t e r  en p r e s e n t a n t  la  des  superficialite fait  sur  le  et  vaudou:  I f t h e m a j o r i t y o f t h e H a y t i a n s be t a i n t e d b y t h e V a u d o u x , who i s i t t h a t d e n o u n c e s t h e s e h o r r i b l e c r i m e s , and how c o u l d a remedy be f o u n d ? The a n s w e r i s : t h a t t h e r e a r e i n H a y t i , 2 s e c t s of V a u d o u x - w o r s h i p p e r s ; one, perhaps the l e a s t numerous, t h a t i n d u l g e s i n human s a c r i f i c e s ; t h e o t h e r , t h a t h o l d s s u c h p r a c t i c e s i n h o r r o r , and i s c o n t e n t w i t h t h e b l o o d o f t h e w h i t e g o a t and the w h i t e c o c k . 4 1 St-John les  loas  trent  evoque,  sont  plus  dits  souples.  comme c o m p o s a n t e  semble-t-il,  plus  severes,  Reste  que,  du v a u d o u e s t  Q u a n t aux p a p a - l o a s  les et  sectes petro,  la  selon  secte toute  purement  (houngans,  chez  (a-)rada, evidence,  lesquelles  ou i l s  se  mon-  l'anthropophagie  hypothetique.  pretres)  du v a u d o u ,  St-John  les  42 decrit  comme d e s  basses  classes  primitifs  "knotted-headed"  resisteraient  a q u i p e u de femmes  au c o n t r a i r e e l l e s  en s e r a i e n t  des  flattees.  -28-  Pour  ce  qui est  d u phenomene  au s u p e r f i c i e l ,  et  main;  s'etre  i l  admet  de  l a possession,-St-John  meme l a d e s c r i p t i o n servi  qu'il  de M o r e a u de  en donne  est  s'en  de  tient  seconde  St-Mery:  T h e y go on s p i n n i n g r o u n d , a n d i n t h e i r e x c i t e m e n t some t e a r t h e i r clothes, other b i t e their-own f l e s h ; t h e n a g a i n many f a l l to the g r o u n d u t t e r l y d e p r i v e d of c o n s c i o u s n e s s , and a r e dragged i n t o a n e i g h b o u r i n g dark apartment. Here i n the o b s c u r i t y i s too o f t e n a scene of d i s g u s t i n g p r o s t i t u t i o n . 4 3  Cette selon  description  toute  soit-elle,  evidence  spectaculaire  provient  en r a p p e l l e  d ' u n temoignage  une  autre  qui,  authentique,  si  celle-la  exotique  par W.B. Seabrook:  £...1 i n t h e r e d l i g h t o f t o r c h e s w h i c h made t h e moon t u r n pale, leaping, screaming, writhing black bodies, blood-madd e n e d , s e x - m a d d e n e d , g o d - m a d d e n e d , d r u n k e n , w h i r l e d and d a n c e d t h e i r d a r k s a t u r n a l i a , heads thrown w e i r d l y b a c k as i f t h e i r n e c k s were b r o k e n , w h i t e t e e t h and e y e b a l l s g l e a m i n g , w h i l e c o u p l e s s e i z i n g one a n o t h e r f r o m t i m e t o t i m e f l e d f r o m t h e c i r c l e , as i f p u r s u e d by f u r i e s , i n t o the f o r e s t to s h a r e and slack their e c s t a s y . 4 4  On r e t r o u v e  de n o s  appuient  sur  v e n u s de  l'exterieur.  cet  extrait  jours  "l'exotisme"  non pas  ou l e  (II  des  cette  faut  description  dans  manque d ' o b j e c t i v i t e souligner  le  fait  p o s s e d e s eux-memes m a i s  des dans  qu'il  de  essais  qui  les  ecrits  s'agit  dans  l'assistance  gene-  rale.') Le l i v r e que c e l u i  de  de  Seabrook o f f r e  S t - J o h n , et  ceci  une m e i l l e u r e  a plusieurs  presentation  egards.  d'Haiti  Selon Harold  Cour-  lander, B e h i n d S e a b r o o k ' s m y t h o m a n i a a n d s e n s a t i o n a l i s m , one c a n f e e l h i s l i k i n g f o r H a i t i and i t s p e o p l e . Epoch-making, Magic I s l a n d a s s o c i a t e d s e x a n d b l o o d w i t h vodoun.^5 Si tivite,  ces le  selytisme monies  deux  livres  denigrement de  Seabrook.  de v a u d o u  4 6  ,  dit  sur H a i t i de  se  valent  St-John trouve  Celui-ci  fait  p a r l e u r manque  son e q u i v a l e n c e  semblant  a v o i r b u du s a n g  de  croire  d'un c a b r i  d'objec-  dans aux  sacrifie  le  pro-  cere4 7  et  va  -29-  j u s q u ' a . demander aux d i e u x et  le  peuple  avec  du c u l t e  de  1'aider  a representer  le  vaudou  sincerite:  May P a p a L e g b a , M a i t r e s s e E z i l e e and t h e S e r p e n t p r o t e c t me f r o m m i s r e p r e s e n t i n g t h e s e p e o p l e , a n d g i v e power t o w r i t e honestly of t h e i r mysterious r e l i g i o n , f o r a l l l i v i n g f a i t h s are s a c r e d . ^ 4  Dans 1 ' e n s e m b l e , de  l'aventurier  le  t o n du l i v r e  intrepide  fort  proches  de c e l l e s  ple,  S e a b r o o k se  fait  typique.  de  son  donne  de s o n a u t e u r  P a r moment,  i l  1  image  exprime des  contemporain P r i c e - M a r s .  1 ' e c h o de  1  l'ecrivain haltien  idees  A titre  dans  cet  d'exem-  extrait:  [..•.] V o o d o o i s p r i m a r i l y a n d b a s i c a l l y a f o r m o f w o r s h i p f. . 0 i t s m a g i c , i t s s o r c e r y , i t s w i t c h c r a f t ( I am s p e a k i n g t e c h n i c a l l y now), i s o n l y a s e c o n d a r y , c o l l a t e r a l , sometimes a s i n i s t e r l y t w i s t e d b y - p r o d u c t o f V o o d o o as a f a i t h , p r e c i s e l y a s t h e same t h i n g was t r u e i n C a t h o l i c m e d i a e v a l E u r o p e . ^ 4  Au c r e d i t des  citations  idees  de  de  Seabrook,  qui ajoutent  l'auteur.  potentielle  l'appendice a l'interet  Tel 1'extrait  et  les  notes presentent  du t e x t e ,  suivant  et  appuient  q u i demontre  la  parfois  certaines  repression^  du v a u d o u :  3. The p r o h i b i t i o n a g a i n s t V o o d o o i n H a i t i i s c o n t a i n e d i n A r t i c l e 409 o f t h e c r i m i n a l c o d e (Code P e n a l ) : T o u s f a i s e u r s de o u a n g a s , c a p r e l a t a s , v a u d o u x d o m p e d r e s , m a c a n d a l s e t a u t r e s s o r t i l e g e s s e r o n t p u n i s de t r o i s a s i x m o i s d ' e m p r i s o n n e m e n t p a r l e t r i b u n a l de s i m p l e p o l i c e ; et e n c a s de r e c i d i v e , d ' u n e m p r i s o n n e m e n t de s i x m o i s a deux ans p a r l e t r i b u n a l c o r r e c t i o n e l [ s i c ] , sans p r e j u d i c e des peines plus fortes q u i ' i l s [sic] e n c o u r r a n t £ s i c ] a r a i s o n des d e l i t s o u c r i m e s p a r eux commis p o u r p r e p a r e r ou a c c o m p l i r leurs malefices. Toutes danses et autres p r a t i q u e s quelconques q u i sont de n a t u r e a e n t r e t e n i r d a n s l a p o p u l a t i o n l ' e s p r i t de f e t i - . c h i s m e e t de s u p e r s t i t i o n s e r o n t c o n s i d e r e e s comme s o r t i l e g e s et puniees [ s i c ] d e s memes p e i n e s . La  fortune  du l i b e r a l i s m e ports  des  facilite  du v a u d o u a t r a v e r s du gouvernement  sectes  avec  a accepter  le  des  les  annees d e p e n d a i t  de P o r t - a u - P r i n c e , m a i s  representant pots-de-vin,  local, et  le  l'etat  chef de  de  non  aussi  seulement des  section,  fortune  de  rapsa  l'ensemble  -30-  des  vaudouisants.  represente  l'etat  comme une b r u t e  tantot  mais  sans e x c e p t i o n ,  aupres  Seabrook sur son  et  des  cas,  i l  les  invariablement  parmi  les  c h a u s s e e ou n o n . terisent  diverses  Haltiens  chef  de  section,  a p p a r a i t dans  sur  des  par l a  sont pas  qui  le  roman  "black" l a i s s e d'Haltiens  attenue,  p a r son croire de r a c e  pas  Seabrook,  une les  de  marque  souvent  ethnocentrisme qu'il  "wenches", n o r m a l e m e n t  d'apres  depourvus  condescendance,  colores  dames b l a n c h e s ,  En g e n e r a l ,  ne  d'un racisme  toujours  moment a t r o u v e r un v i l l a g e  foot";  paysans,  s'agit  tantot  presque  Son i n s i s t a n c e  femmes s o n t  le  scelerat.)  paternalisme,  d'humour,  americain. a tout  de  dans  par le  enrobes  haltien  e t / o u un  Les propos prejuges  (Presque  s'attend  blanche. "black,  seule  Les bare-  "wench",  HaStiens  se  carac-  ainsi:  C-• •! a l i t t l e c o m i c , a l i t t l e c h i l d i s h , a l i t t l e l u d i c r o u s , they are e a s i l y v u l n e r a b l e to a c e r t a i n s o r t of c a r i c a t u r e . C . . . m a i s de temps en t e m p s j some q u a l i t y s u r g e s t o t h e s u r f a c e of group or i n d i v i d u a l ; a n d when t h i s h a p p e n s , we o t h e r s a r e i n the presence of a t h i n g shorn of a l l that can provoke s u p e r i o r s m i l e s o r s c o r n , a t h i n g w h i c h s t r i k e s t e r r o r and sometimes awe.51 Seabrook semble Haiti  quelques  freedom of  the  t r o u v e r n o r m a l ou meme r i s i b l e  entraves press  a la  liberte  f l o u r i s h with  d'expression:  qu'il  existe  en  " F r e e s p e e c h and  tropical luxuriousness,  despite  52 occasional  j ailings."  Quant.a militaires du c u l t e  1'ethnocentricite  des  des  americaine,  E t a t s - U n i s comme p a r o l e  morts,  i l  Seabrook c i t e  d'Evangile.  des  Ainsi,  a  rapports propos  ecrit:  C.• .1 t h e n e c r o m a n t i c u s e s w h i c h t h e y make o f v a r i o u s p a r t s t h e c o r p s e a r e t h o r o u g h l y a u t h e n t i c a t e d i n many v e r i f i a b l e cases. The f a c t s h a v e e v e n a p p e a r e d i n A m e r i c a n m i l i t a r y r e p o r t s of the caco g u e r i l l a u p r i s i n g s . 5 3 La d e f i n i t i o n  de  S e a b r o o k du mot  " c a c o " ne  correspond qu'a  of  moitie  -31-  avec  celle  qu'en donnent  les  HaStiens.  Selon  Seabrook,  C a c o i s an o l d S p a n i s h w o r d , m a e a n i n g a b i r d o f p r e y t h a t swoops s u d d e n l y a n d f l i e s away. I n H a i t i i t h a s come t o mean t h e r o v i n g g u e r i l l a b a n d s w h i c h f i g h t o r l o o t f o r p r o f i t ; sometimes they a r e r e v o l u t i o n i s t s , sometimes p a t r i o t s , sometimes plain bandits.54 En f a i t ,  le  1'imperialisme revient  terme  et  s'applique  1'oppression  aux membres de  "yankees".  est  beaucoup p l u s  cependant ses  Le p o i n t  apparemment a b l a n c h i r 1 ' i n t e r v e n t i o n  Au c h a p i t r e d u v a u d o u l u i - m e m e , fidele  regrettable  remarques  se  de  de v u e  son  que  soucie  celui  de  de  contre Seabrook  pays.  Seabrook dresse  aux r e a l i t e s  qu'il  l a Resistence  un t a b l e a u  St-John.  p e u de j u s t i f i e r  qui  II  est  certaines  de  desinvoltes:  Human s a c r i f i c e i s a l s o an. o c c a s i o n a l i n t e g r a l p a r t o f t h e voodoo r i t u a l i n H a i t i . [. .'."] t h e s a c r i f i c i a l v i c t i m i s n e v e r k i d n a p p e d , s t o l e n , o r p r o c u r e d by o t h e r c r i m i n a l means, b u t a l w a y s v o l u n t a r i l y o f f e r e d f r o m w i t h i n t h e r e l i g i o u s group.5-5 On a i m e r a i t victime  connaitre  s'offre  de  d'abord l a  son p r o p r e  Au n i v e a u l i n g u i s t i q u e , tielle  du c r e o l e ,  de v i l l e "  i l  se  brook  tout  justifie se  ses  t r o m p e de  facon  d o n n e r ou d o n n e z - m o i r e m o n t e r au v e r b e En 1 9 3 3 , de par  St-John et l a voix  se  a toy dire  non p l u s . la  i l  i n f o r m a t i o n et  S e a b r o o k d e m o n t r e une  simplement  pas,  de s o n  that  ought  "chose",  Mais  l a plus  cherche  laissent  c'est  connaisance  a desirer: to  et dans  stay  du d e v o i r  l'etymologie Pour  que  5 7  du moyen  Au r a c i s m e ,  capitaine a la  sans  francais.  L'optique m i l i t a i r e americaine  du n a r r a t e u r - a u t e u r , l e  Sea-  " b a i " ou "bom" -  a expliquer par "donnes" , et  bagai'  city."  p u b l i e B l a c k B a g d a d , l i v r e du meme o r d r e que  l a marine americaine.  la  par-  "Auto  i n the  l'element  flagrante.  " b a i l l e r " de l ' a n c i e n  Seabrook.  si  gre!  traductions  rend par "It's  "Bagai" veut ne  et  source  ceux  s'exprime  John Houston C r a i g e ,  calomnie  et  a  ici de  1'ethnocentrisme  - 3 2 de  p l u s  h a u t ,  v i e n t  c o m m e n t a i r e s t h a n  s u r  s ' a j o u t e r  l e s  N o i r s  " [. . J  B l a c k " :  so  1 ' e s p r i t  d ' H a i t i  b l a c k  de  v a n t a r d i s e  i n s i s t e n t  t h a t  t h e  s u r  d a r k e s t  de  l e u r  l a  b r u t e .  t e i n t  r e s i d e n t  Ses  " b l a c k e r  o f  C h i c a g o ' s 58  b l a c k  b e l t  w o u l d  A v a n t r a c o n t e des  c a c o s ;  I I p a r a i s o n  s a  o f  t h e r e  o f  1 ' i n t e l l i g e n c e  et  c o u r a g e  d u  p a c i f i s t e  N o r r i s ,  d e f i n i t i o n 59  s u s p e c t e d  de  M i k e  " c a c o " :  l e  " a  b e i n g  a  w h i t e  des  N o i r s ,  q u ' a u r a i t  c r o s s  b e t w e e n  m a n . "  ete a  C r a i g e  m a n g e  b a n d i t  p a r  a n d  a  f o r t u n e . "  a r r i v e  a  a v e c  l e s  C r a i g e  de  B l a n c s  l o u e r  q u i  l e s  n e g r e s ,  e n l e v e  t o u t e  m a i s  j a m a i s  v a l e u r  d u  s a n s  u n e  c o m -  c o m p l i m e n t :  T h e b l a c k s h a v e m a n y v i r t u e s . B u t i n b a c k b o n e , c o u r a g e , i n i t i a t i v e a n d i n t e l l i g e n c e t h e y l a g a l o n g w a y b e h i n d t h e i r w h i t e b r o t h e r s , a n d t h a t i s a l l t h e r e i s t o i t . 60* e n c o r e : M w E c  e n w h o i u r o p a n n o  C r a i g e o f  b e e n  d ' a t t a q u e r  l ' h i s t o i r e  s o l d i e r  E t  h a v e  t h e  i t h n h e r e . t r i  p r i m i t i v e , S t o n e i t t h e i r b r a i n s C. • . ] A m a n w h o s e i n l i f e ' s c o  s e m b l e  t r o p i c s "  se  q u i  d e f i e r  se  A g e c f r o m t i s b o r m p e t i t  p a r t i c u l i e r e m e n t  c r o i e n t  s u p e r i e u r s  T h e A m e r i c a n h a s m o r e s t r e n g t h , m o r e p r a c t i c a l e d u c a t i o n , o f t e n as w e l l . 6  A c h e v a n t C r a i g e  r a n i u m s c a n n o t c o m p e t e w i t h m e n h e a b l e w h i t e r a c e s o f w e s t e r n n w i t h a s e m i - a p e ' s b r a i n i o n . 6 1 des  a u x  m o r e m o r e  " n a t i v e  a r i s t o c r a t s  A m e r i c a i n s :  e n e r g y , m o r e e d u c a t i o n i n  i n t e l l i g e n c e , t h e f i n e a r t s  l a  s o n  2  ses  c o m m e n t a i r e s  c o n s t a t e :  "I  h a v e  n o  e c l a i r e s c o l o r  p a r  p r e j u d i c e  p r e u v e  a n d  w o u l d  de  r a t h e r  h u m a n i t e , d i n e  63 w i t h  a n  i n t e r e s t i n g  F i n a l e m e n t , et  e t a b l i r  s o n  d u  e n d u r e r  l e s  et  n e g r o  t h a n  a  c o m m e  p o u r  s ' e x c u s e r  a u t o r i t e ,  i l  d u l l  r a p p e l l e  w h i t e  l e  de  m a n . " ses  s e j o u r  p r o p o s p e n d a n t  d e s o b l i g e a n t s , l e q u e l  ses  a  N o i r s :  I w o r k e d a n d s w e a t e d w i t h t h e m , c o u n t r y f o l k s a n d t h r o u g h r a i n s a n d h e a t f o r m o r e t h a n t h r e e y e a r s . t h e m a n d t r i e d to c i v i l i z e t h e m . 6 4 D a n s  i l  t r o i s  a n n e e s  p a s s e e s  e n  H a i t i ,  u n e  a n n e e  i l  t o w n p e o p l e , I r u l e d a  s e r v i  -33-  comme c h e f  de l a p o l i c e .  a l a presence  de ce  raciste  Dans Voodoo F i r e une v i s i o n tieux  et  mettre  exotique  peureux.  en r e l i e f  pour dormir  venons  genre  L'auteur  ou i l  se  etoile  de  en  l'oeil  createurs  jusqu'a cinquante  ans  semble  livres  v o u l o i r se  de r e f e r e n c e s  de  de  des  1'Stranger de  et  negres des  semblable  absolu.  du v a u d o u supersti-  N o i r s pour courageux  l a C i t a d e l l e du r o i  risibles.  Henri  aux a u t r e s  on v o i t  les  Ce m o d e l e  que  nous  negres  caracterise  le  tard.  Serpent  distinguer  aux o b j e t s  les  blanc assez  blanc,  HaStiens  d'un pouvoir  l'etonnemnt  l'auteur  plus  Dans The R a i n b o w a n d t h e Davis  sert  tous p o i n t s  enfantins  reactions  s u r eux  ridiculise  a cote  de  les  (1935) , R . A . L o e d e r e r donne  1'intrepidite  de v o i r :  comme d e s  viennoise  Ce l i v r e e s t  imaginer  "yank.ee" d o t e  in Haiti  a la belle  Christophe.  On p e u t  de  (1985),  des  1'ethnobotaniste  ecrivains  culte  Wade  qui bourraient  (poupees v a u d o u , e t c . )  leurs qui  65 n'existaient matiques. tique  meme p a s  -en  s'appuyant  Ce c h e r c h e u r s c i e n t i f i q u e  pour e x p l i q u e r  ses  s u r des  methodes  a m e r i c a i n suggere  plus  syste-  un b u t  poli-  predecesseurs:  £ . . . ] d u r i n g t h e A m e r i c a n o c c u p a t i o n (1915 - 1 9 3 4 ) , e v e r y M a r i n e a b o v e t h e r a n k o f c a p t a i n seemed t o l a n d a p u b l i s h i n g contract: a n y c o u n t r y where s u c h a b o m i n a t i o n s l e vaudou} took p l a c e c o u l d f i n d i t s s a l v a t i o n only through m i l i t a r y occupation.66  Ctelle  Malgre l'auteur,  et  permettent style  les  de  nombreuses  vaudou.  le  i l  v o i r comme s u p e r i e u r a c e l u i a la  a p p r o f o n d i des En f a i t ,  p a r Wes C r a v e n , Le f i l m  qui terminent  malgre sa p u b l i c a t i o n r e c e n t e ,  divertissant  examen  references  le  Indiana Jones  proprietes  et,  chimiques  du f i l m  The R a i n b o w a n d t h e  de  des  l i v r e et  y a p e u de  poisons  situent  choses  qui  sinon  son  Seabrook,  pour q u i s'y  l i v r e a i n s p i r e un f i l m  maitre  ce  interessent, secret  du meme t i t r e ,  un  du  tourne  d ' h o r r e u r ( N i g h t m a r e on E l m S t r e e t ) .  Serpent  se  soucie  encore  moins  de  fidelite  -34-  au s u j e t  du v a u d o u que l e  auxquels  1'intrigue  est  livre,  et  pas  de n o t r e  notre  etude.  a affaire afin  de  veulent  laisse  de  a annonce et  rapporte utilise  le  thetique  sa  "empile  HaStiens avec a propos l a  de g o u r d e s " ^ ; 7  a des  comme s o n  objectif  au debut  de  (intrepide)  z o m b i f i c a t i o n , et fins  tetrodotoxine. dans  medicales.  (A n o t e r , le  " L ' e t u d e " de D a v i s se prominent  ils  qu'on v o u l a i t  se  porte  jamais  le  H a i t i a n p h y s i c i a n [.. .] " e t  p a r des  produit  citations  anae-  nom de qui  comme  Davis  serait  le  sel  "One e t h n o l o g i c a l  qu'il  compte,  e x a m i n e r comme  litterature haltiens  caracterise  pro-  (ce  q u i ne  E n f i n de  L'ingredient actif  la  zombification  fin,  mais  de  qui Davis  son p o i s o n v a u d o u , q u i  D a v i s ne m e n t i o n n e  f o l k l o r e et  qu'il  zombification  du l i v r e ,  du "voodoo p o i s o n " .  son a v e n t u r e  a cette  s e a n c e s de  de l u i p r o c u r e r  la  truquages  q u i d e b o r d e du c a d r e  credulite  assister  a des  toujours  et  a c r o i r e que l e s  faire  dans  sur l e s  une v a l e u r s c i e n t i f i q u e  de j u g e r  p r o f i t e r de  l u i extorquer  mettent  pas),  competence  Tout  concentre  sacrifice.  Le l i v r e de D a v i s a p e u t - e t r e n'est  se  figure  antidote.)  vagues  ("One  survey of  some  68 488  societies  conclusions  around  ou f o r m u l e ses  A son c r e d i t , optique  t h e w o r l d [.. .] " arguments  D a v i s se  situe  des  )  sur l e s q u e l l e s  sans donner l a le  i l  tire  source  ses  precise.  d e b u t du l i v r e dans  une  exotique: F o r the sake o f c l a r i t y , I r e f e r t h r o u g h o u t the book to the "vodoun s o c i e t y " . T h i s i s a c o n c e p t o f c o n v e n i e n c e , and i t a l s o r e f l e c t s t h e v i e w o f an o u t s i d e r l o o k i n g i n , n o t t h a t o f a b e l i e v e r s u r r o u n d e d by h i s s p i r i t r e a l m . ^  D a v i s ne manque p a s si  l'on  considere  Castaneda. sur  des  son ouvrage  A titre  grabats  de  d'imagination,  d'exemple, fiente  de  qui est  aussi  a son  comme un l i v r e d ' a v e n t u r e i l  imagine  les  chauves-souris:  a la  p r e c u r s e u r s de  credit, Carlos Macandal  -35-  I f M a c a n d a l was t h e i r t e a c h e r [ c e l u i des marrons} , he was i n t u r n t h e a p p r e n t i c e o f o t h e r s , t h e o l d men a n d t h e o l d women who l i v e d among t h e d r i p p i n g s t a l a c t i t e s i n c a v e s and s l e p t on b e d s o f b a t d r o p p i n g . 7 0 Mais  comme d o c u m e n t a t i o n s u r l a r e a l i t e  siderer  son o p t i q u e  pays  plus  le  m o i n s de sion  comme " t o u r i s t i q u e " p l u t o t  p a u v r e des  $40 d a n s  haltienne,  Ameriques, avec  l a population r u r a l e  contribuent a l a  famine des  ,  ou l e  paysans,  faut  qu'exotique.  un s a l a i r e  7 1  i l  con-  Dans  ce  a n n u e l moyen de  deboisement  Davis v o i t  la vie  et  1'ero-  en  rose:  A l l the produce of t h i s s u r p r i s i n g l y abundant l a n d i s c a r r i e d on t h e h e a d - b a s k e t s o f e g g p l a n t s and g r e e n s , b u n d l e s o f f i r e w o o d , t a b l e s , a c o f f i n , a s i n g l e p i e c e of cane, sacks of c h a r c o a l , b u c k e t s o f w a t e r , and c o u n t l e s s u n i d e n t i f i a b l e d r a b bundles. E v e r y t h i n g l a r g e or s m a l l i s c a r r i e d atop out of h a b i t a s much a s n e c e s s i t y , l i k e a d e l i g h t f u l but d e f i a n t c h a l l e n g e to the laws o r g r a v i t y . 7 2  II  est  de f r u i t s  vrai  et  de  que l e s legumes  "marchand(e)s" p o r t e n t des  m a i s p r e t e n d r e que c e t t e gravite, toute  ou u n d e s i r  activite  d'etre  pour l e s  eonstitue  pittoresque  paniers  pleins  vendre au marche,  un d e f i  aux l o i s  depasse-toute  de  logique  la  et  humanite. On e s t  HaSti, bref  kilometres  des  mais  parfois certains  sejour:  passagers Ollafson  reflete  de  details  c r o i r e que D a v i s ne indiquent q u ' i l  i l p a r l e p a r exemple  font  a r r e t e r en  en p l e i n  En g u i s e  tente  tapant  centre-ville  de b i l a n ,  le  Davis n'y  est  en f i n de  compte,  Davis n'y  figure  le  plus.  racisme Mais  c'est  camions  sur l e  toit;  jamais  alle  en  au m o i n s un  " t a p - t a p " que  les  i l p a r l e du v i e i l  hotel  de P o r t - a u - P r i n c e .  realite  divertissant,  haftienne.  II  t y p i q u e du g e n r e c h e z  l a mythomanie r e s t e  que 1 ' e s p r i t  que d a n s  y a fait  l i v r e de D a v i s e s t  d'aucune maniere l a  ment de m o e u r s :  des  soit  quelques  pages  d e m o n t r e un les  sur les  ne  change-  precurseurs  inchangee.  scientifique  mais  L'ironie,  sur l e q u e l poisons;  de  se  penche  autrement,  -36-  Davis  surpasse II  semble  sur H a i t i ete  ont  ses  predecesseurs  en e x a g e r a t i o n ,  que  les  contre  reactions  p r o v o q u e un e f f e t  l a victime.  Hoffmann,  les  i n v e n t i o n et  publications  de boumerang d o n t  par exemple,  constate  etrangeres  Seabrook a sur le  cecite.  souvent  compte  de  Seabrook: [. . .] l ' a u t e u r a f f i r m e a v o i r a s s i s t e aux p l u s h o r r i p i l a n t e s s c e n e s de n e c r o m a n i e e t met s u r l e compte du V o d o u t o u t e une s e r i e d ' h i s t o i r e s a d o r m i r debout q u ' i l a f f i r m e t e n i r des sources les plus autorisees.73 Le d i s c o u r s fournissent accuse  les  incendiare preuves  de  de H o f f m a n n ne v a u t ce  dont  de  stupidite,  d'exageration  d'accord,  mais n o t r e  lecture'de  (Voyez n o t r e  est  de  seraient  quand ceux  plus  De s o r t e  commode,  Seabrook.  I s l a n d n ' a pas  note  #53.)  St-John, Craige  a propos.  comme b o u c e m i s s a i r e  accuse  des  ou d ' e t h n o c e n t r i s m e ,  Magic  dont p a r l e Hoffmann. evoque  i l  pas  puisque  1'avait  nous  serions  revele  les  s o n nom e s t  scenes  Seabrook  1'Haltien Milo se  qui  S'il  Le nom de  ou de  que B a s t i e n  citations  sert  de  en  vue:  Rigaud  Seabrook  A f t e r 1960, the e x c e s s e s and i n t r a c t a b i l i t y o f P r e s i d e n t D u v a l i e r s t a r t e d a new c y c l e , t h e h o r r i b l e c r e p t b a c k i n t o t h e p r e s s a n d we r e a d o f g o r y o f f e r i n g s , o f human s a c r i f i c e s p e r f o r m e d i n t h e v e r y basement o f t h e N a t i o n a l P a l a c e i n P o r t - a u - P r i n c e . Seabrook i s back.74 M a l g r e nos Magic  Island,  cedent,  ils  a f i g u r e r dans  parait de  les  d'origine  a attenuer  indiscutable  Seabrook,  ont m o d e l ! l a maniere  d'exemple,  Laguerre, etude,  i l nous  y compris c e l u i  seulement  A titre  remarques q u i v i s e n t  ont  malgre  de  Afro-Caribbean  ouvrages  influence  de p e n s e r m a i s , dans  racisme  haltienne,  que l e s e u une  b i b l i o g r a p h i e s et le  l a calomnie  daigne  le  les  qui prenocive:  non  continuent  textes d'aujourd'hui.  St-John, le citer  ils  contre  dans  docteur son  Michel  excellent  Folk Medecine:  "And i f i t i s d o u b t e d , t h a t t h e i n d i v i d u a l w i t h o u t common s e n s e , c a n u n d e r s t a n d so t h o r o u g h l y t h e p r o p e r t i e s o f h e r b s a n d t h e i r  -37-  combillations \. . I can say t h a t t r a d i t i o n i s a g r e a t book, and t h e y r e c e i v e t h e i r i n s t r u c t i o n s as a s a c r e d d e p o s i t f r o m one g e n e r a t i o n t o a n o t h e r . " 7 5 Edmund W i l s o n , haStienne,  cite  dans  Magic  son  Island  article  sur  comme une  le  vaudou dans  influence  sur  la  les  litterature  romanciers  76 Marcelin. soient sur  les  les  Bref, livres  HaStiens  i l  est  incontestable:  etrangers et  l'idee  sur H a i t i , qu'ils  se  aussi ils  font  absurds,  o n t marque une d'eux-memes.  malicieux empreinte  que  -SS-  II .  Le vaudou.  A.  Definition. II  convient  du terme  "vaudou":  L'orthographe rante et  et  St-Gerard,  tout  ce  suivent  chez  ainsi  objets,  des  francaise:  ecrivains  -  n u l ne  L'essentiel  faire  dans  le  Chose  et  syncretisme  certaine,  contre  certains  tels  est  comprendre, l e s u r des  l'ecriture  et  une b r i s u r e d ' a v e c  la la  Hurbon qui  tous  d'orthographe et  leurs Des nomauteurs  mystere",  out  une  francaise, "miste",  origine ou  par  bien exemple.  probleme p a r a i t peu  influence  i l  cou-  les  questions  ceremonies,  etc.  et  de l a  catholicisme-vaudou-magie  vaudou:  vodu,  f l o u du a l ' o r a l i t e . l'unanimite,  graphies  l a plus  membres du c u l t e  ou moins p h o n e t i q u e :  les  de  Price-Mars,  l'orthographe  l'ecriture n'est  du c o m p l e x e  elle  Les v a r i a t i o n s  comme  alors  l'histoire,  o u v e r t u r e dans  essentiel  resistance pour  se  du v a u d o u s u r  culte,  destinite  ment  fait  du manque de r e n s e i g n e m e n t  influence  le  C e r t a i n s mots,  plus  de  loas*,  refletent  l'ecrivain choisit  etant  variete  francophone' MStraux,  cette pratique.  sujet,  caprice.  mais  haYtiens  l'Americain  une g r a p h i e p e r s o n n e l l e  aupres  arbitraire,  au vaudou -  etc.  sur l e  leur  est  que c h e z  q u i touche  textes  de r e m a r q u e r l ' e t o n n a n t e  voudou, vodu, voudoun, vodoun, voudoo,  abondamment s u r  fonctions, breux  tout  retenueici  attestee  ecrivent de  avant  plus  grave  fondamentales:  culture  indienne  europeenne,  clan-  etc.  pas pour l e  vaudouisant  un i n s t r u -  y a u r a i t meme a u c o n t r a i r e  lecture,  lesquelles  representent  tradition:  I I e s t de f a u x h o u n g a n s q u i , a d e f a u t de l a s c i e n c e t r a d i t i o n n e l l e des m y s t e r e s , p o s s e d e n t p a r f o i s p l u s d ' i n s t r u c t i o n l i v r e s q u e que n o u s a u t r e s a s s e r m e n t e s . 7 7  Mots d e s i g n a n t  les  divinites  du  culte.  -39-  Le mot  "vaudou" semble  signifie  Dieu,  point  existe  i l  compose:  les  differences cette  rarete  et  On s a i t mais  des  flottements  par a i l l e u r s  Jamalque,  gences  Dans c e  1928,  de  savoir  voit  dans  definir le  quelle le  est  et  pousse  le  a faire  a la  fois  l a presence  l'isolement  des  a  les qu'im-  la  populations.  dure encore  en  un  Haiti,  siecle  ici  ailleurs.  que l e  la Ses  vaudou h a l t i e n ,  e x p l i q u a n t d e j a des  diver-  l'autre.  vaudou p r e s e n t e  la difficulte  d'application.  superstition.  II  suffit  de  comme  II n'est  systematique  de  c o n t r e M o r e a u de  la respectabilite "l'envers  utile  choses sa  defense  St-Mery,  semble  de  Price-Mars  toutes que  en  toute  pas  situe  savoir  Price-Mars  prin-  Price-Mars,  h i s t o r i q u e ou se  americaine.  que  dont  p r a t i q u e non seulement  une a t t a q u e  que l a m a g i e n ' e t a i t  d ' u n mot  t r a n s p o r t de l ' i l e  considerer  contexte  vaudou.  une campagne p o u r e t a b l i r tendant  citer  en L o u i s i a n e e t  l'apologie  y compris l e  du v a u d o u e t a i t  s'agit  v a u d o u une r e l i g i o n p o p u l a i r e q u i ,  i c i en d e t a i l  St-John et  faut  1'immobilite  son a i r e  reprendre  haltiennes,  ce  en R e p u b l i q u e D o m i n i c a i n e , a  a ne  a comme c o r o l l a i r e l a  ser  de  au B r e s i l ,  religion,  qui le  i l  vaudou se  d'un endroit  contexte,  M a i s meme s u r  t r a d i t i o n o r a l e pour e x p l i q u e r  a l ' i n t e r i e u r de c e p a y s  considerables  cipals  la  vaudou,  obligent  i l  7  e m a n c i p a t i o n en H a i t i ) ,  regionalisme  i l  ou  du = d a n s l ' i n c o n n u . ^  entrainent  en M a r t i n i q u e ,  dahomeenne  dieux.  Selon Rigaud,  moyens  que l e  les  langue  (ou 1 ' i m p o r t a t i o n d ' e s c l a v e s  nombreuses v a r i a n t e s le  les  1'insuffisance  leur  de  d ' o p i n i o n sur le  a Cuba  tous  differends.  t r a d i t i o n et  aussi  apres  ou g e n e r i q u e m e n t ,  vo = i n t r o s p e c t i o n ,  Outre  pose  p r o v e n i r d'une  Spen-  a v o i r mene  du v a u d o u " p u r " en p r e du v a u d o u  fj. . f] ,  le  cote  79 superstitieux." d'anthropophagie  On a c c e p t e contre  le  facilement  culte  mais,  1'injustice  bon g r e ,  des  mal g r e ,  accusations i l  reste  que,  -40-  de n o s  jours,  au m o i n s ,  posante integrale gration  legitime  de 1 ' e l e m e n t  tentions  de  de P r i c e - M a r s  possibles: change  et  et,  a)  dans  prejuges  contre  qui  l u i manquait. qu'il  le  fait  place  une p r e s e n c e  legitime:  dans annees  culte,  20?  simplement  c)  l'idee  l a magie  comme c o m -  Comment e x p l i q u e r  le  l'etranger,  culte;  en s o i t ,  indigenistes  les  a tout  e n 1 ' a b s e n c e de  a accepter  du v a u d o u .  l a magie  Le c u l t e  les  Quoi  on a t e n d a n c e  l a magie  a l'encontre  Plusieurs evolue;  on ne  1'inte-  b)  raisons le  cherche p l u s  a a c q u i s une  ou,  selon  Bastien,  pre-  sont  contexte  a  a menager  respectabilite  d'un vaudou "pur" defendue  a un c u l t e  des  par  l a magie  certains reclame  B u t one may s a y , m a g i c i s n o t V o d o u n . Academically speaking t h i s may be s o . I n r e a l i t y , b o t h b o d i e s o f b e l i e f a r e so c l o s e l y i n t e r r e l a t e d a s t o c o n s t i t u t e o n l y one c o m p l e x : the magico-religious. F o r more t h a n 160 y e a r s t h a t c o m p l e x h a s been the m a i n s t a y o f H a i t i a n c o u n t r y l i f e . ^ Cette  citation  on r e v i e n d r a , m a i s  introduit l'idee i l  convient  magie.  En t e r m e s  neutre,  n i bon n i m a u v a i s ,  soit  generaux,  i l  d'un soutien  populaire a  d'examiner d'abord 1'element faut  voir  dans  ou m i e u x e n c o r e ,  l a magie  laquelle  de  la  un phenomene  pouvant e t r e  soit  bon  mauvais. L u c i e n Georges Coachy c o n s t a t e  que  "Toda r e l i g i 6 n t i e n e  algo  de  81 magia y toda magia a l g o cite  de r e l i g i 6 n . "  En g u i s e  de d e v e l o p p e m e n t ,  i l  Planson: L o s h i s t o r i a d o r e s m5s s e r i e s r e c o n o c e n h o y que l a m a g i a no es de n i n g u n m o d o u n a " f a l s i f i c a c i S n y u n a c o r r u p c i o n de l a r e l i g i o n " , que u n a y o t r a han e s t a d o s i e m p r e e s t r e c h a m e n t e m e z c l a d a s , "sus campos de a c c i o n i n t e r f i r i e n d o s e l a s mas de l a s v e c e s . " T a l e s e v i d e n c i a s j a m a s h u b i e r a n t e n i d o que e s c a p a r a un c r i s t i a n o que no h a y a o l v i d a d o n i e l A n t i g u o T e s t a m e n t o C- • •! n i e l Nuevo T e s t a m e n t o , en e l . q u e l a "Bueno N u e v a " e s t a s i e m p r e acompanada de a c t o s que f o r z o s a m e n t e h a y que l l a m a r m ^ g i c o s : multiplic a c i o n e s de l o s p a n e s , m u e r t o s r e s u c i t a d o s , m a r c h a s o b r e l a s aguas, curas m i l a g r o s a s , e t c . Se t i e n e p e r f e c t o d e r e c h o a v e r en e l l o s " s i g n o s " p e r o e n t o n c e s d q u e nombre daremos a h e c h o s  -41-  parecidos rente?  cuando  se  p r o d u c e n en un c o n t e x t o  totalmente  dife-.  domaine  la  8 2  Bien entendu, et  par cela  vaudou.  II  faut  sorcellerie  exception  sensationnalisme  a peut-etre  ou s o r c e l l e r i e , La  le  insister et  se  faite  prete  des  sous  charmes,  mentionne role  l a magie  la distinction  blanche plus  ou m a g i e  facilement  blanche  dont  benedictions,  a l a notion  Bastien,  a propos  le  c'est  son  du v a u d o u d a n s  de  le  a 1'elargissement  " m i r a c l e s " mentionnes  que  Pour r e v e n i r  sur  l a magie  spectaculaire f o r m e de  contribue  exploite  de  entre  l a magie  a des  fins  releve  benefiques.  elle  surtout  du  noire  au s e n s a t i o n n a l i s m e ci-dessus,  magie  la notion  est  la  car, plus  protection  etc.  " m a i n s t a y " ou s o u t i e n  coauteur la vie  de  Courlander  populaire  que  q u i en d e v e l o p p e  le  paysanne:  I f i t h a s h a d more m e a n i n g t o most H a i t i a n s t h a n C h r i s t i a n d o c t r i n e , i t i s b e c a u s e C h r i s t i a n i t y has seemed t o o f f e r o n l y d o c t r i n e and g u i d e l i n e s to b e h a v i o r , whereas Vodoun o f f e r s d o c t r i n e , s o c i a l c o n t r o l s , a pattern of family r e l a t i o n s , d i r e c t communication with o r i g i n a l f o r c e s , emotional r e l e a s e , d a n c e , - m u s i c , m e a n i n g f u l s o c i a l i z i n g , drama, t h e a t e r , legend and f o l k l o r e , m o t i v a t i o n , a l t e r n a t i v e s t o t h r e a t e n i n g d a n g e r s , i n d i v i d u a l i n i t i a t i v e s t h r o u g h p l a c a t i o n and i n v o c a t i o n , treatment o f a i l m e n t s by means o f h e r b l o t i o n s and r i t u a l s , p r o t e c t i o n o f f i e l d s , f e r t i l i t y , and a c o n t i n u i n g r e l a t i o n s h i p with ancestors. 8 3  Le vaudou e s t  -done e n un s e n s p l u s  d e p a s s e p a r l a m u l t i p l i c i t y de tidienne  du p e u p l e .  le  comme l e s  fixe,  soustraie  II  aux d e f o r m a t i o n s  phabetisme, illetres. se  fait  ne p e u t  quoique  n'est  exister  pas  tradition la  d'idees,  egalement,  consequence  selon  le  de r i t e s , de  quo-  fondateur et  qu'il  qui  le  orale.  simple  par souci  la vie  catholicisme,  b o n nombre de p r a t i q u a n t s  La t r a n s m i s s i o n  oralement,  la  dans  un t e x t e  E c r i t u r e s pour l e de  r e l i g i o n normale  manifestations  l u i manque c e p e n d a n t  Saintes  La t r a d i t i o n o r a l e  ses  qu'une  sont de  de  sans aucun  chansons,  clandestinite  courant p o l i t i q u e ) ,  l'anal-  par j a l o u s i e  de  doute "langage"  ( q u i peut ou  ou  avarice  -42-  (les  secrets  precieux), ailleurs,  qui assurent  soit  par l i e n  rappelons  dits  p r i m i t i f s et  sert  de r a p p e l d e s  d'avoir on p a s  divers  elements  copee et  la  et  que m e m o r i s e r e s t  dans  (de  plus  peu I ' e x p e r i e n c e  les  ecrits  1'envers le  l'autorite  familial  choses o u b l i e e s ;  reconnaltre elargi  fortune  direct  q u i ont  a fouiller  Ayant  la  de  concept  pere  du h o u n g a n en f i l s ) .  n a t u r e l parmi du t e x t e  1'ordinateur,  peuples L'ecriture  tour,  evite  rappel:  Ne  peut-  du p r o g r e s ?  du v a u d o u a l a m a g i e ,  socio-cultruels  ecrit.  p o u r r e t r o u v e r ce  l a medaille  Par  les  a son  sont  qui y jouent,  et  evoque  voyons-en  la  les  pharma-  medecine:  The p h a r m a c o p o e i a a v a i l a b l e t o a n a b l e h o u n g a n i s f o r m i d a b l e and a g r e a t p a r t o f i t i s unknown t o w e s t e r n m e d i c i n e . His r e l i a n c e on a n d s k i l l f u l u t i l i z a t i o n o f t h i s b a s i c k n o w l e d g e o f h e r b s , b o t h r e m e d i a l and h a r m f u l , c o m b i n e d w i t h p s y c h o t h e r a p e u t i c a l techniques i n c o n s u l t a t i o n a n d t r e a t m e n t a r e h i s p r i n c i p a l means f o r e s t a b l i s h i n g a p o w e r f u l h o l d on t h e c o m m u n i t y i n w h i c h he p r a c t i c e s . They l i e a t the c o r e of the a t t r a c t i o n and power o f v o d o u n . We know p r e c i o u s l i t t l e a b o u t t h e e t h n o b o t a n y o f H a i t i , a n d i t i s p r o b a b l y one o f t h e r i c h e s t i n the hemisphere. Houngans c a n n o t r e s t t h e i r fame u p o n a d i p l o m a or the p o s s e s s i o n of a h o u n f o r . They have to p r o d u c e to s t a y i n b u s i n e s s ; and the f a c t t h a t t h e y p r o l i f e r a t e i n d i c a t e s t h a t their stock-in-trade is usually effective. U n t i l we know how t h e y o p e r a t e i n a v e r y p r e c i s e way, we c a n n o t r e a l l y m e a s u r e t h e i r e f f e c t i v e n e s s e i t h e r f o r good o r f o r e v i l . 8  En r e s u m e ,  le  tradition  orale,  c o u r s des  annees,  ce  p a r l e r maintenant dans  vaudou,  qui explique  cependant, de  l a paysannerie  sociaux  (musique,  therapie medicale La d e f i n i t i o n article clusion;  sur l e elle  religion populaire,  le  son  f l o u dans  vaudou h a l t i e n  complexe m a g i c o - r e l i g i e u x haltienne,  danse, et  de  etc.) sa  reflete  perpetue  tous  les  qui est  mais  aussi  fortune  et  par  la  domaines.  a evolue,  d ' o i i l a m u l t i p l i c i t y de  et  l'on  surtout ses  Au peut  vivant  elements  diversity  de  sa  pharmacopee.  du vaudou p r o p o s e e  "vodou" dans  se  4  la  par Pradel  litterature  fidelement  l a nature  P o m p i l u s dans  haltienne et  les  s e r v i r a de  formes  de c e  son conculte  -43-  tel  qu'il  se  p r a t i q u e de n o s  jours:  P a r v o d o u , j ' e n t e n d r a i c e t e n s e m b l e de c r o y a n c e s h e t e r o g e n e s q u i f o n t p a r t i e du s u b s t r a t p s y c h o l o g i q u e du p e u p l e h a S t i e n , a i n s i que l e c u l t e , l e s r i t e s , l e s g e s t e s , l e s d e m a r c h e s p a r q u o i e l l e s se manifestent.85 II  reste  a voir  contemporaines B.  Confrerie A la  le  les  personnages,  tete  vaudouisants  d'une  nation  titres  "cumule  les  de  -  titres  ou d ' u n e  h o u n g a n ou s o n homologue  houngan  dieux  et  quelques  pratiques  du v a u d o u . des  a eux p a r l e s  les  et  fonctions.  famille  de v a u d o u i s a n t s  f e m i n i n l a mambo.  Par respect,  " p a p a - l o a " ou " m a m a - l o a " .  fonctions  de p r e t r e ,  se on  trouve s'adresse  Selon Hurbon,  guerisseur,  exorciste,  le magi-  86 cien, plus  chef loin  naute  de  choeur,  que  ses  paysanne D'autres  vaudou, de  mais  l a magie  organisateur  fonctions  sont  de d i v e r t i s s e m e n t s . "  encore  plus  (On v e r r a  etendues dans  l a commu-  profane!) termes  existent  l e u r usage et  la  pour designer  reste  religion  imprecis.  en s e r a i t  les  pretres  ou l e s  Selon H e r s k o v i t s ,  a l a b a s e de  la  la  pretresses dualite  confusion:  I n t h e m a i n , i t c a n be s a i d t h a t t h o u g h t h e h o u n g a n and t h e gangan p r a c t i c e m a g i c , t h e i r main p r e o c c u p a t i o n i s w i t h the l o a t h e m a l a d i e s t h e y s e n d t o a f f e c t a man a n d h i s p o s s e s s i o n w h i l e the bocor i s concerned almost e x c l u s i v e l y w i t h s e t t i n g i n m o t i o n t h e a g e n t s t h a t a c t u a t e b l a c k m a g i c , and t h e c a p l a t a dabbles i n a n y t h i n g t h a t i s wanted.87 En f a i t ,  "capla" et  p l a t a " a p p a r a i t dans  le  veritable  p a p a - l o a et  religieux  amateur.  "houngan",  du t r a v a i l  contexte  permet  semble  designer  de  conte  "Isalina"  non p a s ,  "bocor";  "des saisir  nettement  le  laisse se  d'autres  deux m a i n s " )  des  (1836),  comme l e  Certains ecrivains  "gangan" e t  pliquant  " c a p l a t a " semblent  termes mais  i l  desuets; s'agit  "cad'un  croire Herskovits,  servent  indifferement  reservent  sens v o u l u par l ' a u t e u r .  q u e l q u ' u n de p e u h o n n e t e ,  d'un  de  un s e n s p e j o r a t i f  aux deux d e r n i e r s  -  termes.  (im-  Le  "Gangan-macoute"  un p r o f i t e u r  qui  -44-  porte  ses  affaires  d a n s un s a c  adresse  fixe,  pret  biguSte  d e s usage.s s ' e x p l i q u e  la  langue  linguistiques  de  la  par l ' o r a l i t e :  le  creole  des  groupes  a l'interieur d'aires du h o u n g a n d a n s  principal,  le  langue  prevaut;  et  ecrit  qui est  les  les variantes  reduits.  l a h i e r a r c h i e du v a u d o u se  confiance,  etant  enfin par  estimerions  L'am-  (l'ouvrage  humains e x p l i q u a n t  que n o u s  sans  somme a d e q u a t e .  par 1'evolution  moins n o r m a l i s e e ,  l'isolement  Au-dessous assistant  de 1 9 3 7 ) ;  parlee,  regionalismes:  un s o r c i e r m e r c e n a i r e ,  a n ' i m p o r t e q u o i moyennant une  de H e r s k o v i t s d a t e rare,  (macoute),  trouve  un a p p r e n t i h o u n g a n  son  selon  88 Rigaud  ,  surtout  c h a r g e de  maitre ment  de  q u o i q u e M e t r a u x ne v o i e  ceremonies  assiste  tard  exceptionnelle,  des  tetes  des  que n o u s  avons  a p p r i s que c e s  ment)  faits  dans  qu'il  s'agissait  telle  dentelle  le  dans  assistants.  d'un duel  aerienne  "ou l e  Nous a v o n s  laquelle  faisait  Ce n ' e s t  le  que d e s  tester  sabre r i t u e l  assistant est  un  personnelle-  la place,  voltiger  gestes n'etaient  b u t d ' i n t i m i d e r o u de  qu'un  Le l a p l a c e  du b o n o r d r e .  spectaculaire  heureusement  ce p e r s o n n a g e  d'administration.  responsable  a une d a n s e  une h a b i l i t e au-dessus  fonctions  dans  un  annees  pas  avec  sabre plus  (necessaire-  un j e u n e  Blanc,  du L a P l a c e  trace  mais une  q u ' o n se  demande t o u j o u r s comment i l s ' a r r a n g e 89 p o u r ne j a m a i s b l e s s e r p e r s o n n e . " Dans une e t u d e g e n e r a l e m e n t de h a u t e t e n u e , J a n h e i n z J a h n p r e t e n d que "Le r o l e de m a i t r e de c e r e m o n i e  90 est  t e n u p a r un Houngan que l ' o n nomme L a P l a c e  Certes,  on a p p e l l e  Imperatrice,  mais  la  helas  place  est  observations possession, avec  le  houngan e t  1'equivalence erronnee;  originales, ou se  l'Afrique.  ou e n c o r e  l a mambo r e s p e c t i v e m e n t que p o s e J a h n e n t r e  Jahn r a c h e t e  cependant  p a r t i c u l i e r e m e n t en m a t i e r e  devinent  ses  connaissances  sur l e s  le ses  Empereur." Empereur  et  houngan e t  le  erreurs par  de m u s i q u e e t liens  des de  du vaudou  -45-  La qui  (ou,  moins  s'occupe  portion caille  des  de  subi des le  sont  les  le  l'Afrique,  hounsiconstituent  les  le  pere.  le  Finalement, accessoires  pseudo-pretre  passe  la  et  que  l'on  certains  ceremonie  au C o n c o r d a t , s o i t catholique  qui,  de 1804  selon  etapes  plus  etre  dans  de  feu pas  seulement,  sont  signifiait  finaud.)  qui  est  Les  spirituelle  consideres  l a periode  a 1860,  un p r e t r e  temple.  Ceux q u i n ' o n t  famille  peuvent  Le " p e r e - s a v a n e " ,  ou  au C r e o l e , c e l u i  veritable  la  L a mambo-  du p o t  contexte,  considere  personnages  distribue  du h o u m f o r t ,  premieres  s'opposait  et  assistante  aux m y s t e r e s .  dans un a u t r e  membres d ' u n e  au v a u d o u .  1'independance  reservee  subi les  (Bossale,  n o u v e a u monde e t  houngan e s t  ou q u i s e p a r e  de l ' e n t r e t i e n  q u i ont  ou e n o n t  a r r i v e de  pas  une a u t r e  m o n t r a n t impermeable au f e u .  hounsi bossales.  ne d a n s  s'occupe  fideles  e n se  1'Initiation-^  nouvel  hounguenicon est  qui n'est  = case)  (hounsi kanzo)  le)  l a d i r e c t i o n du c h o e u r  sacrifices  (caille  Les h o u n s i  souvent,  etait  catholique  comme  qui va  une  dont  de  sorte  haltien  de authen91  tique,  agissait  pour r e m p l i r  en s u i v a n t  ses  un p o r t r a i t p l u s voient  fonctions flatteur  u n "mimetisme  sincere  religieuses.  H u r b o n donne de c e  que ne  en l u i un v a u r i e n a p e i n e  font  Roumain e t  instruit  et  du p r e t r e  Metraux,  qui profite  catholique" personnage  lesquels de  l'igno-  r a n c e du p a y s a n . II degre  existe  indetermine:  medicinales Ceci convient C.  aussi  et  des  guerisseurs  "Docteur-feuilles"  "devineur" qui s a i t  resume  en g r o s  de p a s s e r  Le pantheon des Le v a u d o u i s a n t  q u i sont  les  q u i connaxt  predire  personnages  a un a p e r g u des  associes  dieux  au c u l t e  l a v e r t u des  a un herbes  l'avenir.  p r a t i q u a n t s du v a u d o u .  II  du v a u d o u .  divinites. croit  en un D i e u supreme,  createur  de  l'univers,  -46-  mais  c e l u i - c i est  eloigne  et  Le vaudou a p l u t o t  affaire  diaires  genent  peut  q u i ne  lier  en p a r t i e  En 1 7 9 1 , est  le  de l a  loas  de  se  guere  St-Mery,  des  (mysteres),  m e l e r de  v a u d o u au t o t e m i s m e  M o r e a u de  une R e i n e ,  s'occupe  a des pas  quelque peu s u s p e c t e ,  un R o i e t part  se  ne  affaires divinites  la vie  interme-  quotidienne.  On  africain.  d a n s une d e s c r i p t i o n d o n t  decrit  du monde.  1 ' a d o r a t i o n du s e r p e n t .  la  fiabilite  Selon  l o r s q u ' i l s p a r l e n t aux p r a t i q u a n t s ,  le  lui,  font  de  la  vipere:  T a n t o t e l l e f l a R e i n e Vaudoux] f l a t t e e t p r o m e t l a f e l i c i t e , t a n t o t e l l e t o n n e e t e c l a t e en r e p r o c h e s e t a u g r e de s e s d e s i r s , de s o n p r o p r e i n t e r e t ou de s e s c a p r i c e s , e l l e d i c t e comme d e s l o i s s a n s a p p e l t o u t ce q u ' i l l u i p l a i t de p r e s c r i r e , a u nom de l a c o u l e u v r e , a l a t r o u p e i m b e c i l e q u i n ' o p p o s e jamais l e p l u s p e t i t doute a l a monstrueuse a b s u r d i t e et q u i ne f a i t q u ' o b e i r a ce q u i l u i e s t d e s p o t i q u e m e n t p r e s c r i t . 9 2 Price-Mars  p r e t e n d que  ou r e l e g u e e  tout  a fait  "cette p a r t i e  du r i t e  a ete  eliminee  a 1 ' a r r i e r e - p l a n du c e r e m o n i a l .  du V o d o u  Nous  la  93 croyons a peu pres  abolie."  Ou, tout  au p l u s ,  "Elle  existe  a. l ' e t a t  94 de  survivances  fiction  que d a n s  frequemment souvent les  un p e u f l o u e s . " le  traites  dans  les  11 r e s t e  que,  roman h a S t i e n s ,  le  comme des  surnaturels et  veves  etres  (vevers),  serpent  tant  dessirisj  et  dans  la  la  couleuvre  figurent  religieux  non-  qui  sont  tres  accompagnent  ceremonies. Le p a n t h e o n des  on p e u t  parler  commemore s e s l'oubli  des  sortissent Les  ancetres  en f a i s a n t  loas  relevent  a l'histoire  loas  vaudou est  t o u j o u r s en m u t a t i o n  d ' u n nombre i l l i m i t e de l o a s - m y s t e r e s .  d'un l o i n t a i n ancetre  Certains  congo,  divinites  sont  etc.  entraine  de l a  loas;  de  un a f f a i b l i s s e m e n t  tradition africaine,  famille  l a meme  facon,  du p a n t h e o n .  d'autres  res-  d'HaSti.  associes  vaudou, nago,  d e s m o r t s des  Une  et,  -  avec et  certains  l'on  evoque  rites  -  (a-)rada,  certains  loas  petro,  selon  le  rite  -47-  qui  se  pratique,  Le r i t e  rada  quoique  semble  certains  soient  p r e d o m i n e r de n o s  communs a p l u s  j o u r s en H a i t i :  d'un  rite.  selon  Rigaud,  95 c'est  "le  de l e s  citer  plus  rite  tous.  Le g r a n d nombre de  Rene D e p e s t r e  i m p o r t a n t s dans  chretien: des  par excellence."  son  en evoque  une v i n g t a i n e  r e c u e i l de poemes A r c - e n - c i e l  poeme-mystere-vaudou,  q u i donne  loas  empeche  parmi  p o u r 1'Occident  un a p e r c u v r a i m e n t  artistique  mysteres. Chez D e p e s t r e  dominent,  entre  les  vaudou.  caracterise  le  qui est les  dieux vaudou q u i p r e -  i l  est  portes  done et  sert  convoque  des  comme " b a r r i e r e " au debut  carrefours,  i l  comme un v i e i l l a r d en h a i l l o n s  Agoue e s t  est  q u i marche  est  la divinite  de  de l a m e r ,  couleur blanche,  etant  laquelle  correspond  un m u l a t r e  clair  yeux v e r t s . On f a b r i q u e p e r i o d i q u e m e n t des e m b a r c a t i o n s p o u r s a c r i f i e r un mouton ou l u i o f f r i r d ' a u t r e s m e t s s a c r i f i c i e l s . Damballah-Ouedo et figurent Les  des  bequille.  (-Taroyo)  a Neptune.  y a des  compare a S t - P i e r r e ,  esprits;  souvent  i l  uns:  G a r d i e n des  plus  d'une  Agoue  quelques  Legba,  hommes e t  ceremonies  a l'aide  comme a i l l e u r s ,  dont v o i c i  (Atibo-)  qui  les  tres  Simbis  sa  souvent  sont  les  femme A l d a - O u e d o dans  les  sont  ceremonies  loas haltiens,  et  gardiens  aux  lui  des  couleuvres-loas  dans  les  des  veves.  sources  et  des  mares. Agaou e s t foudre  et  le  l'orage  Marassa,  les  menages comme d e s Erzulie, plus  souvent  l o a de et  se  la  caracterise  jumeaux, enfants  comme L e g b a , est  une  tempete.  sont  Ogou-Badagri represente par l a  puerils,  la  violence.  egolstes,  et  doivent  etre  gates. peut  coquette  prendre d i f f e r e n t e s  mulatresse,  jalouse  et  formes,  mais  exigeante.  le Elle  -48-  est  invariablement  representee  L e s Guedes s o n t les  plus  tiere)  frequentes  et  II  y a des  Macandal,  les  heros  etc.  des  sied  ment d e s  et  mets q u ' i l s  et  petro  manifestations Baron-Cime-  serait  partie  Dessalines,  marron d ' o r i g i n e  des  loas,  au  Jean P e t r o ,  hispano-americaine,  s e r v i de d i v e r s  sont  lavee  et,  on l u i o f f r e de m o u r i r ;  poisons  est  pour  sacrificielle offerte avant  a boire elle  pas  vaudou e t ,  condamner. elie-meme  II se  leur  sont  loas,  que  les  cochons  car pour  offrir  immolees  de p r i x m o d i q u e , m a i s  subit  des et  ou a m a n g e r :  periodiqueavec  aussi,  pour les  grande les  loas  des  ce n ' e s t  le  boire  si  accepte  qui assure  elle  qu'elle  de m o u r i r . sa mort  a c c e p t e , on v e r r a  Elle  rapide, sa  volonte  ou manger q u ' o n l u i o f f r e ,  son  de r e s t e r  indifferent  des  sacri-  pas n o t r e  ou de  les  b u t de  s u f f i r a de r e c o n n a i t r e , rapidement  chasse  economique  qu'elle  qui assurent  suspendu! facile  fait  rites  coup de g l a i v e  que d a n s un a b a t t o i r  meme q u ' a l a  faut  Les poules  aux l o a s  le  refuse  de m o r t s e r a II n'est  ainsi  i l  des  sacrifies.  des  si  et  en f o n c t i o n  appui,  preferent.  disponibles  digne.d'etre  fardeau  Leurs  qui font  ou s e c t e s :  q u i se  taureaux,  La v i c t i m e  france  nations  pour garder l e u r  les  fices  l'independance  de p a r l e r du s a c r i f i c e  chevres  arret  de  legendaire  etant  est  l a mort.  coeur.  Baron-Samedi ( B a r o n - l a - C r o i x ,  (Jean P e t r o ,  frequence,  sera  v e v e s p a r un  colons.)  apaiser  rites  sont  certaines  un p e r s o n n a g e  II  g e n i e s de  les  Mme B r i g i t t e .  moins dans  tuer  les  dans  et  ou a l a p e c h e . (argent,  m o i n s de  corrida Le p l u s  aliments)  justifier  cependant,  entraine  ou une  les  a l'aspect  de  que  1'immolation  trauma et  taureaux",  deplorable  que f o n t  poser  de  souf-  peut-etre semble  les  le  sacrifices  -49-  sur  "l'habitant":  fidele  le  d'offrir dans  plus  frappe par le  aux l o a s  leurs  romanciers (cas  ironiquement, selon  des  graces. creent  C'est possession  et/ou  Par a i l l e u r s , houngans  de C h a u v e t ) , t a n d i s  vaudou des  malheur et  sacrifices  des  que d ' a u t r e s  a partir  loas  crise)  c'est-a-dire  des  On se  sert  p a r l e q u e l un l o a  s'emparer-ce.son c o r p s pour  etre des  a celle  des  " s a u t e u r s " des  possedes par le hounsi-bossales  savent  pas  q u i ne  comment s ' y les  prendre.  pour loin,  le  font  certains  officiants  du v o c a b u l a i r e  equestre  de  Pour  j u s q u ' a un c e r t a i n  l a Pentecote  qui pretendent  particulierement le  pas h a b i t u e s  a l a possession  Cependant, le  possede  une femme q u i s e r t  coquette  Selon l e  l o a q u i "chevauche" l e  sistance  r e a g i r a avec  parlent  de  ou meme d e v e r g o n d e e  varie  theatralite  a l'autonomie absolue vaudouisants.  Quoi  que ne p o s s e d e  pas  brulantes  se  sans  humour, selon  envers  possede  et  epouvante, qu'on est  des m y s t e r e s  qu'il  en s o i t ,  les  1'homme a l ' e t a t blesser,  puissance  possedes  dans l e font  se  1'assistance. 1'as-  L'explication Certains  corps  croient des  p r e u v e de p o u v o i r s  m a n i p u l a t i o n de  energie  Par  exigera  manifestations,  approuve; d'autres  normal: et  hommes de  c r o y a n t ou n o n .  qui entrent  expe-  posseder.  ou a u t r e m e n t .  a p p r i s e , de r i t u e l  ne  de c h e v a l a E r z u l i e  les  ses  le  vaudou  u n homme monte p a r L e g b a b o i t e r a comme un v i e i l l a r d ,  de l a p o s s e s s i o n  cense  cas et  exemple,  montrera  la  "monte" un p r a t i q u a n t ,  g e s t e s du l o a q u i e s t  etc.;  pauvres  des  lui,  a boire,  remettre  phenomene de  ressemble  C'est  le  oblige  se  riments,  un c i g a r e e t  fera  sont  sent  " v i s i t e r " un s e r v i c e .  sectes  Saint Esprit.  c'est  des m a l h e u r s des  (J.S. Alexis)  un o b s e r v a t e u r n o n - c r o y a n t , l a p o s s e s s i o n point  q u i se  ceremonies  que se m a n i f e s t e  du v a u d o u .  pour d e c r i r e l'evenement  l a misere  qui profitent  d'humanite.  (la  vicieux,  comme on v e r r a p l u s  etres pleins des  un c e r c l e  cendres  e x t r a o r d i n a i r e s dans  -50-  des  figures  de d a n s e ,  La personne arrive tique  lors  sauts,  p o s s e d e e ne  de l a  ou s i m i l e ,  des  crise. mais,  naissons,  chose  de p o s s e d e s  d'une  a savoir  certaine,  si  cet  abondent,  on t r o u v e  the  mais  Living  un s e u l Gods o f  ce  qui l u i  "oubli" est tres  ou en d o n n e r un t e m o i g n a g e  D i v i n e Horsemen:  temoignage  s o u v i e n d r a de r i e n de  Reste  un H a l t i e n p o u r e n p a r l e r , descriptions  se  etc.  livre Haiti  est  authen-  difficilement ecrit.  Les  que n o u s contient  conle  possedee:  "This i s i t ! " R e s t i n g u p o n t h a t l e g I f e e l a s t r a n g e numbness e n t e r i t f r o m t h e e a r t h i t s e l f a n d m o u n t , w i t h i n t h e marrow o f t h e b o n e , a s s l o w l y a n d r i c h l y a s sap m i g h t mount t h e t r u n k of a t r e e . To be p r e c i s e , I must s a y w h a t , e v e n t o me, i s p u r e r e c o l l e c t i o n , but not otherwise c o n c e i v a b l e : I must c a l l i t a w h i t e d a r k n e s s , i t s w h i t e n e s s a g l o r y and i t s d a r k n e s s , t e r r o r . [...3 I am c a u g h t i n t h i s c y l i n d e r , t h i s w e l l o f s o u n d . There i s n o t h i n g anywhere b u t t h i s . T h e r e i s no way o u t . The w h i t e d a r k n e s s moves up t h e v e i n s o f my l e g l i k e a s w i f t t i d e r i s i n g , r i s i n g i s a g r e a t f o r c e which I cannot s u s t a i n or c o n t a i n , w h i c h , s u r e l y , w i l l b u r s t my s k i n . I t i s too much, too b r i g h t , t o o w h i t e f o r me;: t h i s i s i t s d a r k n e s s . "Mercy!" I scream w i t h i n me. I h e a r i t echoed by the v o i c e s , s h r i l l and u n e a r t h y : "Erzulie!" The b r i g h t d a r k n e s s f l o o d s up t h r o u g h my b o d y , r e a c h e s my h e a d , e n g u l f s me. I am s u c k e d down a n d e x p l o d e d upward a t o n c e . That i s a l l . ^ 6 Le  souvenir  de l a p o s s e s s i o n  p o u r donner au l e c t e u r Deren est crise  ne  en f a i t  une  forte  une B l a n c h e .  depend pas  de l a  race  semble  assez v i f ,  dans  ce  impression d'authencite, D'ailleurs,  de  selon  passage,  meme s i  Price-Mars,  Maya  la  l'adorateur:  T o u t i n d i v i d u , q u e l l e q u ' e n s o i t l a r a c e , q u i a u r a i t en p a r t a g e l a c o m p o s a n t e c o n s t i t u t i o n n e l l e d o n t n o u s v e n o n s de p a r l e r [ l a mythomanie e t 1 ' h y p e r e m o t i v i t e Q , s e r a i t suscept i b l e de f a i r e une c r i s e v a u d o u e s q u e . 9 7 Le usages n'en  fait que  est  HaStiens,  que D e r e n e s t  les  HaStiens,  r i e n cependant, le  systematique  temoin  finit  etrangere,  peut  meme a j o u t e r  car pour e t r e p a r se  qui caracterise  done m o i n s  contrainte  les  a l a c r e d i b i l i t y du r e c i t .  crue par l e s  contradire.  l a possession  par  En se  selon  les  Hailtiens et  les  r a p p e l a n t de HaStiens,  II  non-  1'oubli  Deren  -51-  se  ravise  d a n s une n o t e  a la  f i n du l i v r e :  "The p e r i o d d u r i n g  which  98 the  l o a was  'installed'  Les l o a s  entrent  is  dans  1'esprit  b l a n k i n my m e m o r y . "  des  p r a t i q u a n t s au c o u r s des  de p o s s e s s i o n  mais  les  a u c o n t r a i r e de 1 ' e x p e r i e n c e  deux c a s ,  souvenir  du r e v e  conseils  du l o a .  aussi  a complete  a u c o u r s de r e v e s  ou du m e s s a g e p o u r e t r e  ou de  simples  precedente,  capable  visites.  i l  d'agir  seances  faut  selon  Dans  se les  J a n h e i n z J a h n donne de l a p o s s e s s i o n une i n t e r p r e t a t i o n t e r r e - a 99 ' ^ terre. I I v o i t d a n s l a d a n s e v a u d o u un o p e r a b a l l e t de c a r a c t e r e sacre  ou l e s  pretres  seraient  rythmes avec  l e u r asson  chestre,  hounsi le  les  servant  un r y t h m e d e t e r m i n e  concentre  sur l a  se  "chevaucher" par le  de l u i v e i l l e n t encourage concerts jeunes  se  r e s e a u de  le  a ce  qu'il  defoulement  laissaient soutien  de  Hurbon v o i t et  de m i s e r e  hochet  des  est  danseurs  attribue  se  les  60 e t  solistes.  a chaque  pas.  ou,  ce  loa, •1'initie  se  s'y  abandonne,  assembles  Ce c o n t e x t e  a partir tout  1 or-  Dans  L ' e x p e r i e n c e semble 70,  les  L e s tambours sont  Les v i l l a g e o i s  blesse  complet.  l'idee  de  et  autour  securitaire  analogue  aux  l a drogue,  en s a c h a n t  d ' i r r e s p o n s a b i l i t e au c o u r s  transe 1  ses  dieu.  dirigeant  des  qu'un  entourait.  de  A  a c t e s ne  les  emporter par l a musique,  les  en e t a t  ne  annees  Metraux s o u l i g n e  ses  d'orchestre  f o r m u l e r y t h m i q u e du l o a c h o i s i ,  de r o c k des  "L'individu  chefs  de b a g u e t t e .  choeur et  contexte,  laisse  des  n'est  de  crise:  en aucune m a n i e r e r e s p o n s a b l e  de  ,| 100  paroles.  dans  l a possession  une  evasion  de  l'etat  d'impuissance  HaStiens:  du h o u n g a n ,  symbole  de  l a puissance  sur l e  monde des  esprits.  -52-  L ' u n i v e r s des l o a , a c e t egard C p a y s a n s q u i " d e v i e n n e n t " l o a s p a r l a p o s s e s s i o n ] , s e m b l e c o n f i n n e r l a t h e s e de F r e u d d a n s Totem e t T a b o u : i l c o n s t i t u e r a i t l e l i e u i m a g i n a i r e des p r o j e c t i o n s d e s d e s i r s de l a s o c i e t e h a l t i e n n e . 1 0 1 II  est  nature,  aise  l'authencite,  contradisent,  la prise  D.  ajoutent  de l e u r s  d'assaut  une e x p e r i e n c e  qu'il  interpretations  la religiosite  d'autres  la psychologie est  de f o u r n i r m a i n t e s  par les faut  nouveau,  Certaines toutes  Pour l ' H a l t i e n c r o y a n t ,  divinites  considerer  sur  la  se  revelent  la  possession  du p a n t h e o n v a u d o u , e t  c'est  religieuse.  La zombification. R i e n ne  suscite  p l u s de c o n t r o v e r s e  que l a q u e s t i o n de l a z o m b i f i c a t i o n . et  theories  de l a p o s s e s s i o n .  un e c l a i r a g e  auteurs.  et  meme s o n e x i s t e n c e Le p r o c e s s u s  sont  est  mises e n  b i e n connu.  dans, l e  Sa f r e q u e n c e , cause  par les  La victime  p a r un b o c o r q u i l a d r o g u e a u moyen d ' u n e au m o i n s , ainsi  pour n ' e t r e  sa  substance  ressuscitee  justification  commentateurs.  choisie  l a met d a n s un e t a t p r o c h e de m o r t .  dire vivante  domaine du vaudou  est  ensorcellee  qui l a  Elle  est  tue  ou,  enterree  tout  pour  que l a n u i t d a n s un c i m e -  tiere. 102 Or,  selon  Price-Mars  et  z o m b i s d a n s l a meme c a t e g o r i e les  ceremonies  "boogymen", adultes  se  vaudou.  fantomes, servent  Jahn  , i l  que l e s  Certes,  toute  de c o n t r o l e r l e u r c o m p o r t e m e n t .  le  probleme est  Wade D a v i s e t  par les Alfred  impose  l a peine  penser  que l e  societe  grave et savants Metraux.  plus et  les  serieux;  cas  loups-garous,  des  en t o u t  intellectuels,  Plus etonnante  de m o r t p o u r l e s  phenomene  a ses  (Quebec),  Dans l e  etc.,  dont  existe vraiment.  (II  enfants  cependant,  cas,  est  i l  t e l s Yves  ce  s'agit  les  zombis,  encore  "zombificateurs",  aux  "meurtres" dans  comme d ' u n moyen de t e r r o r i s e r l e s  et  serieusement  ranger l a croyance  l e g e n d e s des  bonhommes s e p t - h e u r e s  parfois  plus  faut  est  St-Gerard,  la loi  q u i donne du Code  traite  qui a  Criminel  -53-  haUtien,  cite  en e s p a g n o l ,  i c i par Seabrook. et  l a designe  Coachy l a  reproduit  comme l a v e r s i o n r e v i s e e  textuellement de  1953.)  ( A r t i c l e 249 du Code C r i m i n e l d ' H a S t i ) Est aussi q u a l i f i e a t t e n t a t a l a v i e d'une personne, l ' e m p l o i q u i s e r a f a i t contre e l l e de s u b s t a n c e s q u i , s a n s d o n n e r l a m o r t , p r o d u i s e n t un e f f e t l e t h a r g i q u e p l u s ou m o i n s p r o l o n g e , de q u e l q u e m a n i e r e que c e s s u b s t a n c e s a i e n t a d m i n i s t r e s £ s i c ] , q u e l l e s q u ' e n a i e n t ete l e s s u i t e s . S i p a r s u i t e de c e t e t a t l e t h a r g i q u e l a personne a ete inhumee, 1 ' a t t e n t a t s e r a q u a l i f i e assassinat. La z o m b i f i c a t i o n semble La  science  done e t r e  plus  q u ' u n mythe  des  houngans  en m a t i e r e  Comme d a n s Romeo e t  Juliette  ou l a d r o g u e  drogue e x i s t e r a i t  dans  le  qui  l'aurait identifiee  est  preconise  comme  Les annees Mars  traitait  de P r i c e - M a r s mystere 1  la  rard E.  et  5  tres  sur l a  n'est  c'est la  un i n t e r e t  haut,  et  question  pas  " l o i " ou l e  simule  l'on  le  mystere.  a i g u dans se  peuple  de  suppression d e f i n i t i v e vaudou e s t  de r e l i g i o s i t e , moins d ' a c c e p t e r  4  telle  Wade D a v i s  dont  et  II  si  laquelle d'etre  c e phenomene  demande de n o s  1'usage  Price-  si  l'idee  du v a u d o u ( " L a ' l o i '  ou  le  la  semble  que  jours  h a S t i e n a un d e g r e  de D a v i s q u i p a r l e n t b e a u c o u p  que l e  l a m o r t , une  tetrodotoxine"^  generale  desuete,  Remarques en g u i s e  pelons  legendaire.  1'ethnobotaniste  inexpri-  z o m b i f i c a t i o n ne que  de  ce  la  soit  remplace  l'avis  de  St-Ge-  question.  conclusion.  Le denigrement du c u l t e ' vaudou p a r ceux la  est  anesthesique.  du Vaudou p r e o c c u p e  mable." ^ ) pas  comme e t a n t  70-80 ont  de  vaudou, et  de d r o g u e s  facile.  peut  sembler  ne du b e s o i n leur  etait  consideres  q u i a i m e r a i e n t en  curieux, chez  refusee  les  voir  sinon pervers. esclaves  par le  d'une  Rapforme  catholicisme,  a  comme i n f e r i e u r s :  L e p r e j u d i c e a j o u e d a n s l e c h o i x du V a u d o u , c a r , b i e n a v a n t e t p a r f o i s j u s q u ' a l a r e v o l u t i o n de 1 8 0 4 , l e s N o i r s ne p o u v a i e n t e t r e n i s u i s s e s n i bedauds dans l ' e g l i s e c a t h o l i q u e . A p r e s , i l s y e t a i e n t a d m i s , ce q u i a c o n t r i b u e a u s y n c r e t i s m e catholico-vaudou.106  -54-  Pour Roumain, san." ^ 1  Reste  7  "le  que,  vaudou e s t  "le  1'expression  de  vaudou lui-meme a ete  l a misere  du p a y -  l a p r e m i e r e forme  de  108 resistance  culturelle  contre  L a r e p r e s s i o n du c u l t e , societe  haStienne,  quante a f f i l i e s les  l'est  au f i l  Blancs explique  le  1'esclavage." preconisee  a u s s i par Dessalines 109  de  l'epee.  desir  II  chez  culte  populaire.  L'hypocrisie  tiere  est  dans p l u s i e u r s  evoquee  par les  des  et  sur le  de  a  e n 1801  que l a h o n t e  haStienne  citadins  traites  q u i passa  semble  l'elite  gens e x t e r i e u r s  d'ecraser  l'elite  la  cin-  devant le  en l a ma-  vaudou:  [. . .] des g e n s de l ' e l i t e e t de l a c l a s s e b o u r g e o i s i e en H a S t i f r e q u e n t e n t d e s u f o [ h o u m f o r t s ] e t f o n t s o u v e n t l e s f r a i s de c e r e m o n i e s v a u d o u e s q u e s , m a i s i l s g a r d e n t l e s e c r e t de l e u r s p r a t i q u e s , l a f a g a d e e t a n t c o n s t i t u t e p a r u n s y s t e m e de v a l e u r s occidental: la vraie c i v i l i s a t i o n c'est la c i v i l i s a t i o n occid e n t a l e , comme d ' a i l l e u r s l a v r a i e l a n g u e ( c e l l e p a r l e e p a r 2 a 5% de l a p o p u l a t i o n h a Y t i e n n e e t q u i e s t r e c o n n u e comme l a n g u e o f f i c i e l l e , meme s i l e c r e o l e e s t 1 ' u n i q u e l a n g u e d e s masses), c ' e s t l a langue f r a n g a i s e . H O Malgre pouvoir pour  son r o l e  etabli,  survivre.  en f a i r e  une  le  dans  1'emancipation  vaudou est  souvent  Certains ecrivains,  critique  du p e u p l e  force  a se  haltiens  et  haltien,  t a p i r dans autres,  selon  1'ombre  continuent  a  violente:  [. . . ] c ' e t a i t j u s t e m e n t l e s e l e m e n t s t r a d i t i o n n e l s , l a d a n s l e v a u d o u , q u i m a i n t e n a i e n t l e s p a y s a n s d a n s une i n a c t i v e et r e s i g n e e . H l Courlander  le  aborde dans  le  sens  croyance attitude  inverse:  Some h a v e s a i d t h a t i t i s Vodoun t h a t h a s k e p t t h e c o u n t r y backward. B u t i t a p p e a r s t o be t h e c o n t r a r y t h a t i s t r u e : Vodoun has s u r v i v e d because the c o u n t r y i s b a c k w a r d , b e c a u s e no s a t i s f a c t o r y a l t e r n a t i v e s a r e a v a i l a b l e . 2 x ±  Certains culier par  s'en  p r e n n e n t a 1 ' a s p e c t m a g i q u e du v a u d o u , en  aux a c t e s m a l e f i q u e s  certains D'abord,  houngans  d'ensorcellement  pratiques  a les  partien  croire  bocors. i l  faut  legitimes.  le  dire,  Mais,  l a magie n o i r e e s t  a supposer  que l e  rejetee  phenomene  par  existe  les comme  -55-  un e l e m e n t proposee  accessoire  du v a u d o u ,  i l  faut  le  voir  sous  la  perspective  par Metraux: A v r a i d i r e , s i c o n d a m n a b l e que s o i t c e t t e forme de c r i m i n a l i t e , e l l e e s t p r e f e r a b l e a c e l l e q u i se m a n i f e s t e p a r des assassinats. M i e u x v a u t e n v o u t e r q u e l q u ' u n que l e p o i g n a r d e r . J e s u i s e n c l i n a c r o i r e que l a f a i b l e p r o p o r t i o n d ' h o m i c i d e s en H a i t i d o i t e t r e p o r t e e a u c r e d i t de l a s o r c e l l e r i e . L'ind i v i d u q u i e n s o r c e l e son ennemi s a t i s f a i t sa h a i n e e t s ' e v i t e t o u t e a c t i o n q u i , s u r l e p l a n du r e e l , s e r a i t p l u s g r a v e .  Ayant vaudou,  le  signale  certaines tion  fait  de  F.  L e roman v a u d o u -  1.  Silence  sur  existe  i l  les  les  idees  s u r ce  et  de  explications  phenomene  r e s t e maintenant  oeuvres  pudeur sur l e  chez  theories  et  sur  le  decrit  a reprendre l a  ques^  fiction.  un a p e r c u .  A en c r o i r e Hoffmann, jamais  des  pratiques,  fondant  et  certaines  1'evolution  ses  en nous  t o u r de  vaudou.  la reticence  a p a r l e r du v a u d o u n ' a u r a i t  ecrivains:  S ' i l e s t e x a c t , comme l ' e c r i t R o s e L h e r i s s o n M i c h e l , que " c h e z n o u s , du v o d o u on ne p a r l e p a s a i s e m e n t , e t s u r t o u t p a s o u v e r t e ment" ( C h r i s t i a n i s m e et v a u d o u , 1970, 7 ) , l e s e c r i v a i n s , eux, o n t t o u j o u r s r e f u s e de p a r t i c i p e r a c e t t e " c o n s p i r a t i o n du silence." D e p u i s I g n a c e Nau e n 1836 j u s q u ' a A l i x L a p i e r r e en 1976, l a p l u p a r t des r o m a n c i e r s ont u t i l i s e l e V o d o u , s o i t comme theme p r i n c i p a l , s o i t p o u r b r o s s e r l a t o i l e de f o n d s u r l a q u e l l e se d e r o u l e 1' i n t r i g u e . En f a i t , debut se  le  v a u d o u ne  du XXe s i e c l e .  releve  creole"  chez  (1836)  evocation zaine).  Ignace  (naissance  faut et  lique),  que des les  la,  Nau d a n s  dans  admettre  en 1804  comme theme  romanesque p r i n c i p a l  l a premiere reference  son  conte  revue  "Isalina",  destinee  a u c u n des  qu'apres  developpement  de l ' i n d e p e n d a n c e en H a i t i  Jusque  p a r u e d a n s une  du phenomene II  figure  du c u l t e  au p u b l i c h a l t i e n .  grandes  de 1730  siecle  periodes  a 1760  romanciers n'ont  comme r e p r e s e n t a n t s  rien a dire  sur  la  de  Nulle  (une  di-  du v a u d o u  et,  j u s q u ' a u C o n c o r d a t en 1 8 6 0 ,  peres-savanes  culte  ou "Une s c e n e  romans du XIXe  les  a ce  qu'au  epanouissement,  ou n ' e x i s t e n t l'eglise  question.  alors  catho-  -56-  Par  la  Marcelin point  suite,  e n 1902  d'un  Innocent,  le  avec  lexique i l  fait  apologetiques  silence  L a vengeance  preceder  sur les  les  De t e l s  les  p o u r a b o r d e r dans  propos  aspects  s o n roman M i m o l a  rappellent Sade,  les  1 1  (1906)  ''  le  liees  prefaces  ne  se  quelques  a la  propos  celebration  observateurs  du X V I I I e  siecle  r i v a l i s a i e n t pour  oeuvres  sert  Quant a A n t o i n e  de  sens des  par exemple,  c h o q u a n t s de l e u r s  Frederic  qui toutefois  au v a u d o u .  "scenes b u r l e s q u e s "  romanciers Duclos et  tifier  de Mama,  p a r t i c u l i e r renvoyant  du v a u d o u , s a n s d o u t e gers.  s e r a rompu p u d i q u e m e n t p a r  Stranou  jus-  par leurs merites  edu-  catifs. Le le  silence  et  l a pudeur subsequente  desir  de m e n a g e r  les  terature  etrangere,  et  une m a l s a i n e  curiosite.  ne  les  tient  pas  ou b o c o r s grerait  contre  ceux  prejuges ensuite, Enfin,  a 1'explication  contre H a i t i ,  on p e u t la  leur vie.  colere  des  les  secrets  de  dans  la  par  la  ridicule  vengeresse  Peut-etre  dieux  le  demander s i  colere  quiconque r e v e l e r a i t  par l a  se  d'abord,  diffamee  par souci d ' e v i t e r  e c r i v a i n s devant  q u i y gagnent  s'expliquent,  litet  simple  peur  des  houngans  culte  ou d e n i -  faut-il  faire  appel  eux-memes:  Sans c r a i n t e de se t r o m p e r , on p e u t d i r e que c h e z l ' i n d i v i d u haStien: n e g r e , g r i m a u d , m u l a t r e , q u a r t e r o n ou g r i f f e c o n v e r t ! a u c h r i s t i a n i s m e r o m a i n ou au p r o t e s t a n t i s m e l e p l u s s i n c e r e , i l y a un d i e u voudoo q u i s o m m e i l l e . . . e t q u i s a i t se r e v e i l l e r ! 1 1 6 2.  Les romans. Assez  d'etudier Cette  au vaudou e x i s t e n t  un q u i n z a i n e de romans p r i s  approche p e r m e t t r a d ' o b s e r v e r  marquant sacre  de r e f e r e n c e s  1'evolution  (1945)  du g e n r e .  cependant  c h r o n o l o g i q u e m e n t de 1901  certaines  Trois  d'entre  de J . B . C i n e a s , F o n d s - d e s - N e g r e s  Les arbres musiciens  (1957)  deJ.S.  pour permettre  Alexis  -  tendances  et  eux,  -  soit  (1960) seront  a  1980.  progressions L'heritage  de M a r i e presentes  Chauvet a  part,  et  car  ils  nous  paraissent  donne  sa grande  conte  "Isalina". Isalina,  fiance  Paul,  plus  influence  jeune est  sur les  beaute  avertie  qui t r a v a i l l e  par c e l u i - c i  chez  passe devant  le  cimetiere  l'entretient  et  l u i declare  de  J e a n - J u l i e n l a pousse  d'autres  ouvriers,  la  fille  jeune  q u i mene  car  a "triple  gourdes,  volaille Bref,  de  langue", pas,  et,  on l a  chargee  les  une b e l l e  chevre,  gens  sans grandes  son  d'elle. elle  Paul, qui  essaie  A l'arrivee transportent  comme  i l  lui  ensorcelee,  "caplata".  ou i l  est  d'annoncer  protege  tout  se  une b r e b i s  fait noire  boissons  ressources,  la  par  nouvel  l a p u n i t i o n que  deux p i g e o n s ,  que  de n u i t ,  ouvriers  considere  le  Shasha,  sans d o u t e ,  chaque e s p e c e ,  p o u r des  en e q u i p e  un t o m b e a u .  aux p a p a s - l o i s . L a c o n s u l t a t i o n  quante  epris  reprend connaissance,  de G a l b a ,  l a montagne  "Nous n ' i g n o r o n s  flige  Quand e l l e  l a memoire e t ,  dans  est  le  ainsi  Bafoue par I s a l i n a  contre  etant  brievement  a la sucrerie  travaille  son amour.  a 1'intervention  Galba v i t couleuvre  avoir  analyser  d'abord,  o u J e a n - J u l i e n , un a n c i e n a m i de  elle.  manque l a r a i s o n e t ce  apres  faudra  qu'un autre  Jean-Julien s'enfuit  chez  II  romans,  En r e n t r a n t  s'enfuir,  elle  importants.  sa  arrivant,  la justice  in-  a r a i s o n de  cin-  sans  une  de  tache,  toutes  sortes.  consultation  est  tres  chere. L'entretien ne p o u v a i t fournit enlevera reprend  avec  identifier  Galba  a c a u s e de  une p o u d r e n o i r e tout le  revele  qui,  le  fin:  Jean-Julien  son e n s o r c e l l e m e n t  semee s u r  son p o u v o i r s u r l a j e u n e  dessus a l a  coupable  les  paupieres  fille.  "Le b o n h e u r e s t  et,  le  qu Isalina 1  caplata  de J e a n - J u l i e n ,  Le ton  romantique  un a s t r e  dont  les  rayons  118 brillent  avec  plus  "Isalina" est  de p u r e t e  apres  non seulement  une n u i t  un c o n t e  d 'orage."  vaudou, mais  aussi  un  conte  -58-  proletaire, infernal.  paysan-, e t Mais  c'est  un c o n t e la  d'amour dans  composante  la  t r a d i t i o n du  vaudou q u i en f a i t  1'element  de v a u d o u s e m b l e  indirecte  s u r un. g r a n d nombre de romans du XXe s i e c l e ,  1'intrigue  que d a n s  D'abord, bocor, fort"  est  la  Galba,  le  houngans.  pas  de p r e u v e a b s o l u e ,  des  mornes, n ' h e s i t e  cheveux  Doit-elle  blancs  supposer  que l a  dans  la  leuvre  de  le  dans  sation  roles  et  paiement; confreres.  "Vieux  Nau?  sans  mais cesse  Nous n ' e n  son  avons  ou  negre  c h a p e a u a f i n de m o n t r e r sa  sagesse. de  Mais,  la  pour  ses faut-il  profession  physique?  ne  se  systematiquement distingue  pas  serpents  sur l e  est  celle  du s e r p e n t ,  venimeux dans  p l a n mythique et  romanesques:  de  la  couleuvre  du r e s t e le  pays  deplace  cultuel.  gardienne d ' a u t e l ,  in-  La cou-  agent  de  ven-  compagnie. consultations  hopitaux sont  a la  dans  h o u n g a n ou  que 1 ' H a S t i e n p a y s a n ,  i r r e f u t a b l e de  II  du p o u v o i r e t e n d u  du h o u n g a n ,  trairement  68 a n s .  a Ignace  vrai  a enlever  romans h a l t i e n s .  soit  ou  autant  romanciers u t i l i s e n t  est  L ' a b s e n c e de  e l e v e des  les  houngan,  medecins  force  a n i m a l de  Le p r i x rent  i l  leur puissance  a divers  geance et  et  image r e p r i s e  c o n n u en H a i t i . 1'origine  les  son o r i g i n e  pas  fiction,  directe  a u XXe s i e c l e  condition prealable a l'exercice la  Une a u t r e  appele  muscle malgre ses  comme p r e u v e  de h o u n g a n e s t  qui,  caplata,  une f o r m u l e que  les  son e m p r e i n t e  1'importance;  semiotique.  u n homme f o r t ,  semble  avoir laisse  triangle  de h o u n g a n s  s'agit de  impuissants.  soit  celui-ci,  est  de  en bon " c h r e t i e n - v i v a n t " ,  qui reussit  Dans c e r t a i n s  n'acceptera  i l vit  dans  recur-  1'exploitation  comme d a n s L e s a r b r e s m u s i c i e n s ,  convention l i t t e r a i r e ,  un theme  cas  le  la  par  ou  d'ideali-  houngan,  con-  que r a r e m e n t  l a misere  comme  de  ses  -59-  Finalement, souvent  theme de  r e p r i s dans  l'efficacite le  le  de  la  les  de  ceremonie  un p e u v a g u e ,  drogue  assez  jeter  enlever  les  ce  aux e f f e t s  genre.  normalement  Ce c o n t e h a l t i e n  esoterique  semble  et  est  vaudou.  L'auteur  drogue  romans de  p o u v o i r du houngan.  tion  la  Poudre, poison  impressionnante ne  contient  L'ensorcellement et  morbide -  objectif sorts  de  i l  facon  p a r des  quasi-magiques  reste  a lieu  pratiquants  de  et,  aucune  done  dans  implicite  ou  un  un  est  autre, assure  descrip-  phenomene  cimetiere.  puisqu'il  fait  "vaudoux",  comme  i l  l'appelle. L a v e n g e a n c e de Mama rente  (1902)  de F r e d e r i c M a r c e l i n ,  de T h e m i s t o c l e - E p a m i n o n d a s L a b a s t e r r e  roman c o n s a c r e  entierement  honneur a Mimola  (1906),  (1901),  a u v a u d o u , meme s i  car  i l  semble  suite  semble  le  H o f f m a n n donne  trouver a Marcelin  appapremier cette  trop  de  retenue: Dans l a V e n g e a n c e de Mama, c ' e s t un p r e t r e v o d o u q u i f o u r n i t a Mama l e p o i s o n q u ' e l l e d d m i n i s t r e r a a T e l e m a q u e . Marcelin n ' o s e d ' a i l l e u r s p a s d o n n e r a u s e r v i t e u r des l o a s s o n t i t r e de h o u n g a n , e t l ' a p p e l l e s i m p l e m e n t l e " n o b l e v i e i l l a r d " . Nous a u r o n s a r e v e n i r s u r l e theme du V o d o u . R e t e n o n s que l e s " r e a l i s t e s " l ' o n t t r a i t e , avec p r e c a u t i o n et r e t i c e n c e s sans d o u t e , mais l ' o n t traite. En f a i t , rien  a la  ardente  appelle  puissant  et  sur  pretre  le  plan lexique  L a vengeance  de Mama e s t  dans  "mon p e r e " ,  une r e v e r e n c e  "arrange" avec Vengeance  l'auteur  africain illustre  tourne  fiance.  nelle.  le  paroles  L'intrigue  de  du roman.  l'heritage  que p a r s e s  Zulma  retenue  substance  de  L'heroine  la  et  profonde  le  culte  n'enleve une  du v a u d o u .  montre p a r ses envers  le  actes  justifiee  corrompu, est  par le  fait  inattaquable  Le houngan s ' e x p l i q u e  ainsi:  l a mort v i o l e n t e  que T e l e m a q u e ,  par l a  autant  pretre.  a u t o u r d ' u n m e u r t r e p a r empoisonnement  un h o u n g a n p o u r v e n g e r  defense  "justice"  que de  son  politicien convention-  -60-  Je s u i s l ' h e r i t i e r des a n c e t r e s a f r i c a i n s q u i e x e r c e r e n t l e u r d r o i t d ' e q u i t e s o u v e r a i n e d u r a n t des s i e c l e s , t o u j o u r s , t o u j o u r s , s u r l e s m a i t r e s c r i m i n e l s fj. . 3 . 1 2 0 En g a r d a n t romancier  l a reference souligne  qui j u s t i f i e  les  a l'esclavagisme  l'inegalite  moyens  ("maitres  intrinseque  extremes  ou e s t  criminels"),  du c o n f l i t  reduit  ce  le  colon-esclave  dernier:  £..."] au c o l o n b a r b a r e a s u c c e d e , t r o p souvent h e l a s ! le desp o t e s a n g u i n a i r e s o r t i de n o s r a n g s , de n o t r e s e i n . [..."] E t quand u n r o i t e l e t de v i l l a g e , u n t y r a n n e a u de p r o v i n c e , un b a t o n n e u r d ' h u m b l e s m e u r t s u b i t e m e n t , c ' e s t n o u s f_]es h o u n g a n s l q u i devancons l a P r o v i d e n c e , c ' e s t nous l a P r o v i d e n c e . 1 2 1 Comme e p r e u v e un p o i s o n et  avant  cense de  scandalise  la  tuer tout  vu par l a  blesse,  mais  voie  a une p l u s invite  defavorises justice  la  c r o y a n c e en l a v e r t u de en deux j o u r s . elle  monde, m a i s  feint  porte  justifie  dans  litterature grande  ses  contre  l'elite  le  Zulma  avale  heureusement  avances,  ce  qui  s u s p e n s a s o n maximum.  contemporaine, contexte  haltienne  liberte  a admirer les  comme une  du " p r o b l e m e  "engagee".  d'expression  didactique  sur l a  houngans  protecteurs  q u i pese  s u r eux  et  et  fai-  d'Haiti"  L e roman o u v r e question  la  du v a u d o u ,  justiciers  qui est  qui  des  a l'abri  de  la  reguliere.  prend l a releve divinites  de M a r c e l i n  africaines  avec  et  les  echos dans  les  q u a l i t e mystique  d'Afrique  choisie  (1906),  r a p p o r t de  romaines,  distinguent  D'abord,  l'animisme:  dans  par les  tante  Antoine  Innocent  l'origine  grecques  qui le  par l a v i e i l l e  q u i a un r o l e  d u roman e s t  le  divinites  romans a v e n i r .  apportee  cassette  etablit  M i m o l a a deux p a r t i c u l a r i t e s  heroine  en r e c h a p p e  d'accepter  le  critique litteraire  Dans M i m o l a ou L ' h i s t o i r e d ' u n e  titre,  Elle  son a c t e ,  de Mama s ' a c h e v e p a r un l o n g d i s c o u r s  q u i se  s'occupe  i l  tuer  le  serait,  dont  sa  Telemaque,  La vengeance  et  de  et  hindoues.  q u i auront  la  Rosalie,  et  des  cassette possede  1'intrigue;  ensuite,  divinites  africaines  la  des du  une  jeune  pour  devenir  -61-  une d e s  leurs.  L'intrigue en A f r i q u e , sa  fille  jette  se  resume a i n s i :  s'installe  J u l i e dans  a des  crises  le  nerveux, ignore  sombre d a n s  tout  sissent  sa  1'independance  culte  catholique. ne  trouve  folie,  ne  sachant  sujet  a des  apaiser et  image n i e x o t i q u e  rellement  avec  neutre,  le  contexte  eloigne  eleve  Mimola,  su-  devenue  dieux.  cependant  Julie  les  dieux  choi-  des  romans  culte.  de J a c q u e s  n i a sensation,  mais  s o c i o - c u l t u r e l de  du s o c i a l i s m e  nee  derangements  les  L a montagne e n s o r c e l e e  donne du v a u d o u une coherente  fille  1908-1930 q u i p r o d u i t seulement  timentaux peu i n t e r e s s a n t s ,  ton moral est  a B e l A i r , ou e l l e  Mimola p o u r l a p e r p e t u a t i o n du  l a periode  esclave  l a paix qu'apres etre  un a u t r e p e r s o n n a g e la  ancienne  Sa p e t i t e  du v a u d o u d u r a n t s a j e u n e s s e fille  Apres  apres  nerveuses,  mambo; L e o n D a g o b e r t ,  Tante R o s a l i e ,  sen-  Roumain  tout  natu-  son epoque.  q u i c o l o r e r a ses  Le  ouvrages  a  venir. Des v i l l a g e o i s cause Ils  surnaturelle,  finissent  vengent ne  se  en l a  hommes.  par accuser lapidant,  C'est qu'il  le  Placinette,  elle  et  fanatisme  (1933)  q u i n e manque c e p e n d a n t  contre  pas  citadins mulatres  les  Americains selon  invraisemblances  des  reproche a sa  L e n e g r e masque  des  et  e t . d e malheur cherchent  un b o u c - e m i s s a i r e ,  en 1 ' i n t e r v e n t i o n  criminelle  sont  de m i s e r e  son  prononce n i pour n i contre  populaire des  ecrases  les  est  le  pour e x p l i q u e r l e u r qu'ils  innocente vaudou:  dieux  fille i l  q u i se  sorciere Grace.  denonce  manifeste  communaute  idealises  et  se  Roumain  la  croyance la  e n forme de  vie  malveillance  fictive.  un roman a t h e s e ,  voire  propagandiste,  Les personnages s'exprimant  une d i a l e c t i q u e  coincidences  "deveine".  ou du s u r n a t u r e l d a n s  de q u a l i t e s . tres  croient  une  avec  intellectuelle  abondent.  principaux colere et,  L e roman o f f r e  les tout  de  -62-  meme,  touchant  d'autres lier,  romans,  ne n i e n t  taines  les  pas  reserves  Miguel,  detruit  et  les  reveries  la  ici,  le  heros,  se  livre  1'occasion  a des  sa  de  Safeclair,  un p a s s e  particu-  Mais  cer-  Florecita  p r a t i q u e s vaudou  chambre.  d'une  en  a  quoiqu'ils fassent  l ' i g n o r a n c e de l a j e u n e  frais  d'evoquer  Contraire  Roger S a i r c l a i r  du c u l t e ,  garde dans  l u i qui paiera les  sont  heros  Une m a x t r e s s e  f u r i e u x de  qu'elle  de d e s c r i p t i o n .  le  signification  seduisante,  idoles  c'est  mulatres  s u r ce p o i n t .  danseuse  d'erotisme  ville,  a u v a u d o u , une p o e s i e  teintees  fille,  l o i n de  la  ceremonie vaudou; et d o u l o u r e u x marque p a r  ses l'es-  clavage : Dans c e t t e r h a p s o d i e d e s s i m p l e s e t d e s e c o r c h e s , passait t o u t e l ' e s t h e t i q u e de l ' e s c l a v a g e , l a r e l i g i o s i t e d ' u n e r a c e c a n d i d e , l a c r a i n t e des f o r c e s i n v i s i b l e s , l ' e s p e r a n c e dans un au-dela meilleur. C ' e t a i t l a lamentation l i b r e et v a s t e , nee de 1 ' i n s t i n c t e t de l a t o r t u r e , q u ' e n s o u r d i n e , m u r m u r a i e n t l e s a n c e t r e s , e m p i l e s comme des b e t e s , d a n s l e f l a n c du n e g r i e r ; c ' e t a i t c e l l e d e s mamans a r r a c h e e s a l e u r s p e t i t s , c e l l e d e s l a b e u r s e p u i s a n t s , c e l l e des p a r i a s . £ . . . ] L e s y e u x de R o g e r S a i n c l a i r e t a i e n t t o u j o u r s c l o s . C'etait p o u r m i e u x v o i r l e s m a r t y r s que s o n i m a g i n a t i o n e v o q u a i t : V o i c i l e n e g r e A r a d a , l e p l u s o r g u e i l l e u x de t o u s , l e p l u s b e a u , q u i e s s a i e de s ' e t o u f f e r a v e c l a l a n g u e . V o i s - t u , Roger S a i n c l a i r , c e t t e v i e i l l e n e g r e s s e q u i s ' e n v a , sous l a p l u i e p a r l a f o r e t , l i r e dans l e c i e l , a l a l u e u r des e c l a i r s , les p r e s a g e s du d e s t i n ? E t c e t t e j e u n e femme q u i v i e n t d ' e t r a n g l e r son n o u v e a u - n e , p o u r l e s o u s t r a i r e a l ' e s c l a v a g e ? Prenezg a r d e , n e g r i l l o n s q u i v o l e z l e s f r u i t s dans l e v e r g e r ! Si les v i g i l e s vous s u r p r e n a i e n t ! Vos p e t i t s d e r r i e r e s s e r a i e n t mis en sang!1^2 Esclavage assurant  et  ici,  contre  decrits  1'oppression,  l ' A m e r i c a i n prenant le  Erotisme illustre  sont  que c e l u i - l a ne r e v i e n d r a - p a s .  d'une v i g i l a n c e divers,  vaudou,  et  vaudou f o m e n t  p a r l a danse  de  role  comme s ' e x c l u a n t ,  L ' h i s t o i r e prend  eternelle  celui-ci  l'aspect  q u o i q u e sous des  maitres  du F r a n g a i s .  aussi  un a u t r e  couple  thematique  Florecita:  A u r y t h m e des t a m b o u r i n s , e l l e i m p r i m a i t a s e s e p a u l e s tantot r e n t r e e s , t a n t o t d e t e n d u e s , de p e t i t e s s e c o u s s e s . fj.. .] P a r f o i s , l a danseuse m i m a i t l a m e l a n c o l i e des c h a t t e s en c h a l e u r . [...1 E l l e o f f r a i t son c o r p s v e n u s t e , ses s e i n s d u r s , sa l a n g u e r o s e ,  -63-  a quelque Jesus  dieu palen,  o u L e g b a ? ou L e s d i e u x  suspens ou l e  vaudou,  dirige  des  la  contre  sorcellerie.  c o r e moins  ses  Dans c e t t e pour  le  connaissances  histoires  haltien se  Malgre  malaise les  quand i l  le  pour f u i r  commissaire abattue  phoses:  i l  sorciere d'une  fait  de  pas  et  le  plus  alors  i l  ses  surtout  la  points  sur l e  q u i se  les  de J e s u s entre  est  le  y  jetee  soin  negliton  voudoo ce  qui  foisonnent.  dans  ce  roman,  II  est  nombreux m e u r t r e s  de H i n c h e q u i se  fils  Le  eux.  du roman h a l t i e n !  ou l ' a  de  vaudou.  ou  lui-meme,  surnaturels  battent  en-  montre un g r a n d  affirmations.  peu q u e s t i o n  a  politique,  indifference  vaudouisant  est  publiera La  detaille  qu'il  qui  en q u e s t i o n ,  du v a u d o u d a n s  evenements  fermee le  melent  de L a t r a d i t i o n v o u d o o e t  de l a v i l l e  dont  un roman a  de p l u s i e u r s  preuve d'une  Le p a r r a i n  piece  est  E n 1953  qui est  de f o n d e r  tres  se  de R i g a u d n ' e s t  roman,  les  (1933)  Rigaud au c u l t e ,  trame en d e t a i l :  et  L'heroine,  transforme  en  Borrhomme A g o s t i n ,  mort m y s t e r i e u s e m e n t .  Elle  vol.  sa v i e  est  etrange  fausses-couches,  vieux  chevalier  ecroule  vient  qu'il  le  est  selon  texte  africains  de p o l i c e ,  Naissance  grossesses,  i l  est  en f o n t  en p l e i n  L'histoire  son  roman:  dieux  de s a n g  oiseau  est  son  des  est  le  conclusions  titre,  une  lies  seule.123  calomnie  1'influence  s'agit  de r e p r o d u i r e l a  flots  la  c r o i r e que R i g a u d e s t  dans  Lamea,  le  des  battent  en l a m a t i e r e .  etc.)  par contre  et  beaucoup p l u s  dieux,  comme d a n s  laissent  manifeste  et  pour e l l e  voudoo h a l t i e n  veves,  etude  detail,  le  des  des  gence e t r a n g e s des  d'etat  se  L a bonne v o l o n t e  (enumeration  presentation  l'exotisme  chefs  t r a d i t i o n voudoo e t vue  visible  aussi  alors vie  a terre,  que  i n v r a i s e m b l a b l e que s a mere e s t  dissipee; et  le  papa-loa T i - P l a i s i r  elle  ses  metamor-  moribonde,  abandon,  finit  transporte  chez  p a r t r o u v e r un elle.  (qui a vraiment e x i s t e ,  II  ad-  semble-  -64-  t-il): dou.  ce  houngan l a c h o i s l t  L a p e r p e t u a t i o n du vaudou semble  rencontre fidences que.  fortuite.  Le r e c i t  de p r e s i d e n t s ,  tous  lies  " c a b r i s sans c o r n e s " ,  dans  le  des  confusion.  II  faudra  que J e s u s le  attendre  ou L e g b a ? . lecteur  l u i apprend l e  i c i assuree  et  devient  explications  propos  s u r une  sorcellerie  e'est-a-dire,  etres  des  r e m p l i t de  (des  qui suit:  humains,  zombis).  d'allusions  (1976),  "Voici  concompli-  brochette  ont  lieu  Le roman  se  politiques  Alix  un l i v r e  son  sacrifices  l a p a r u t i o n d ' u n roman a u s s i  Dans O u b l i e s de D i e u  du r e c i t  en l e s  s u r l a m o r t de  interminables  vau-  cette  terriblement  a u v a u d o u ou a l a  43 ans  par  en g r a n d e p a r t i e  en une m u l t i t u d e d . ' a n e c d o t e s ,  la  ainsi  des  P a l a i s - P r e s i d e n t i e l , q u i se  perd ensuite dans  fille  qui attend  devra d'abord entendre  done  consiste  du p a p a - l o a a l a j e u n e  Le c o m m i s s a i r e  fils  de  comme r e m p l a c a n t e e t  et  navrant  Lapierre  avertit  q u i va couper  le  12 A souffle Cet la  et  ecart  donner l a  de p o u l e  de l ' a p p r o c h e a p o l o g i s t e  a b i e n de g r a n d e s n'annonce  pu e t r e le  se  demander comment d e s  publies,  et,  financement  qui plus  des  oeuvres  est,  d ' a m e l i o r a t i o n malgre  a frais  ecrivains,  auraient  i n s p i r e une p e u r q u i m e t t a i t  son  epoque.  appreciation.  dont R i g a u d ,  Ce n ' e s t Ainsi,  romans de s i  lus.  certains  de  pas  personnes."  formule h a r d i e . On p e u t  par  chair  que p l u s  avec  tard  Le f a i t d'auteur  le  pietre  qualite  s'explique et  par les  monde v a u d o u .  Rigaud a l ' a b r i q u ' o n a u r a de  P r a d e l P o m p i l u s ne. l u i c o n s a c r e  a la liens  Ces de  la  l u i une  ont fois de  liens critique juste  que d e u x  phrases:  M i l o R i g a u d s i n s p i r e du v a u d o u , e n v i s i o n n a i r e . Dans J e s u s ou L e g b a ( 1 9 3 3 ) , i l n o u e une i n t r i g u e ou l e m e r v e i l l e u x v a u d o u e s q u e f o r m e une a u r a f a n t a s t i q u e a l ' e x i s t e n c e d ' u n e p r e t r e s s e d e s d i e u x que s o n p u b l i c a m e l e aux e v e n e m e n t s polit i q u e s du j o u r . 1  -65-  Hoffmann "ne  le  s'enteresse  mentionne guere  egalement  aux q u e s t i o n s  tres  brie-demerit p o u r c o n t a t e r  sociales  en c o m p o s a n t  Jesus  qu'il  ou  126 Legba?"  , et  pour  dire:  De f a c o n p a s t r e s c o n v a i n c a n t e , d ' a i l l e u r s , M i l o R i g a u d d a n s J e s u s Qu L e g b a ? i d e n t i f i e L e g b a a J e s u s , B a r o n S a m e d i a. S a t a n , p u i s a M a r s e t e n f i n a W o t a n , l e c u l t e des l o a s P e t r o a c e l u i de l a P y t h o n i s s e d ' E n d o r e t a i n s i de suite.I 2 7  La r e t i c e n c e aussi  a denoncer  les  mauvais  p a r l a n a t u r e m i c r o c o s m i q u e de l a  ecrivains scene  haStiens  litteraire  s'explique  haltienne:  L ' e c r i v a i n h a l t i e n e v o l u e d a n s un c e r c l e e x t r e m e m e n t etroit. I I ne s e r a i t p a s e x c e s s i f de d i r e que t o u t homme de l e t t r e s c o n n a i t p e r s o n n e l l e m e n t e h a c u n des c r i t i q u e s q u i r e n d e n t compte des o u v r a g e s p o u r l a p r e s s e ou p o u r l a r a d i o . II serait a p e i n e e x a g e r e de p r e t e n d r e Q u ' i l c o n n a i t p e r s o n n e l l e m e n t l a m a j o r i t e de s e s l e c t e u r s . -*- ° 2  Dans un t e l meritent  contexte,  certains  le  silence  certains  au t a b l e a u La rieur  romans h a S t i e n s  c a s e de D a m b a l l a h ( 1 9 3 9 ) , de R i g a u d :  merite  reprise  campagnes  dans  p r e n d r a a ses  des  g o u t t e s de  trahir  son breuvage  l'heritage.  La v i l l e  le  u n phenomene  qui parlent  campagne,  raisons  faut  pour l e s est  Savain, est  bien  connu,  vieux  leurs oublie  supe-  naturel,  person-  Le roman a  savoir  La question Beaubien  terrains. les  l u i r a p p e l e r de  loas.  Dans  usages faire  s'en  lors tomber  Q u i t t e r l a campagne,  devalorisee:  a P o r t - a u - P r i n c e , ou a l ' h o p i t a l on s e r a  revenir  sumaturel.  ou l e  de q u i t t e r  i l  1'existence  pouvons  economiques.  comme M a n u e l ,  et  nous  et  charpentee,  G o u v e r n e u r s de l a r o s e e ,  voisins  son r e t o u r a l a  que  haut.  heureusement  p o u r des  L a c a s e de D a m b a l l a h , R e b e l n e , de  qualite,  i n t r i g u e mieux  reduisent  survivance  roman de P e t i o n  p a r t i c u l i e r d'evoquer  "1'abandon" des sera  de p i e t r e  la  1  nages v r a i s e m b l a b l e s a le  explique  chronologique e n t r e p r i s p l u s  a celui  la lapidation  ouvrages.  A y a n t p a r une d i g r e s s i o n de  remplace  Rebelne  i n c a p a b l e de  tombe  c'est  malade  l u i porter  se-  -66-  cours,  c a r sa m a l a d i e  L'alternance ture, ser  argent,  les  entre  logement  dieux,  sivement  a pour cause  les  -  et  taboos  compliquee.  paysan, mari  vierge  A l t a g r a c e ) , mais  simples les  colere  les  etc.  se  -  de  religieuses rend l a v i e  flechir  marie avec  dieux  dieu.  de 1 ' e x i s t e n c e  preoccupations  pour tenter  de C e l i n e ,  d'un  problemes  a respecter,  Ainsi,  simple  offenses  les  la  exigeront  sa mort.  offenseur  (1'administration, s o n t meles des  involontaire la  des  evenements e x p l i c a b l e s  p o u r p r o d u i r e un roman r e l a t i v e m e n t  terres,  Erzulie  Car i l  exces-  Rebelne, (la  les  aurait  Aux p r o b l e m e s  la  seulement  paysanne  apai-  a un z o m b i , l u i un  de B a r o n Samedi.'  confiscation  nourri-  comment  dieux,  l a mystere  en demandant du f e u p o u r a l l u m e r s a p i p e  autrefois  les  -  -  condition  par le  reels  paysanne)  mythe v a u d o u ,  e q u i l i b r e en t e r m e s  du " r e e l "  et  du s u r n a t u r e l . En 1 9 4 4 , haltien. de v u e  Le vaudou e s t  acceptable  La bete tilleul, veuf, gens  G o u v e r n e u r s de  l a rosee  presents  non pas  pour 1'Stranger.  du M u s s e a u (1946)  apporte  la  celebrite  exotiquement,  L'intrigue  est  a comme p e r s o n n a g e  a u roman  mais  "toujours maintenus  va v i v r e a l a  par l a  classe  principal  Morin Duq u i , une  campagne p a r m i  dirigeante  point  connue.  r i c h e m u l a t r e p o r t - a u - p r i n c i e n , c o u r e u r de j u p o n s  a c h e t e une p l a n t a t i o n e t  d'un  dans  les  les  fois  pauvres  chaxnes  de  la  129 sujetion, titre ment  de de  de 1 ' i g n o r a n c e "Maxtre M o r i n " .  la  source  q u i se  et  de l a m i s e r e . "  Offusques trouve  une b a r r i e r e , ce  q u i provoque l a  celle  Bossuet  du s o r c i e r  trophes  invraisemblables  g e u s e de par  la  "verges",  cigouave,  se  et  des  sur  par les  des  Bossuet  ou a p p a r a i s s e n t loups-garous  r e f u g i e r a dans  negres  la  la  l u i mSrite  q u i se  sa p r o p r i e t S , Morin  colere  Metelus.  Sa c l a s s e  servent  fait  "habitants",  mangeurs boisson.  libre-  batir  autour  particulierement  d e c l e n c h e r a une "cigouave",  le  sSrie  bete  de b e b e s .  de  feroce,  Morin,  catasman-  hante  -67-  Ce roman n ' a p p o r t e r i e n ne  t r o u v e pas  genre,  i l  de  de m e n t i o n a i l l e u r s .  y a un h o u n g a n a g e ,  Les M a r c e l i n sait  d ' o r i g i n a l au g e n r e ,  traite  du v a u d o u e t  l a meme c h o s e ,  Mambo  (1949),  mais  Comme d a n s avec  de l a  a part l a bete  les  autres  chef-d'oeuvre  droite.  comme s ' i l  d e m o n t r a n t l e u r m e p r i s a p p a r e n t du  "ce p e t i t  romans du  l a demarche f e r m e e t sorcellerie  de M a u r i c e  qui  s'agis-  culte.  Casseus"  d'apres  130 Hoffmann  , est,  confirmer  les  selon  nous,  p r o p o s de  u n roman a l a r i g u e u r , ce  que  semblent  Hoffmann:  La p a r a b o l e garde t o u t e son a c t u a l i t e , c a r e l l e pose l e p r o bleme f o n d a m e n t a l : 1 ' e t r a n g e r ne donne j a m a i s r i e n p o u r r i e n ; l e d e v e l o p p e m e n t q u ' i l p r o p o s e , i l en e x i g e l e p r i x , que c e s o i t l a c o n c e s s i o n de t e r r a i n s o u , ce q u i r e v i e n t p l u s c h e r a l o n g t e r m e , l ' i n t e g r i t e d ' u n mode de v i e , d ' u n e c i v i l i s a t i o n , a u s e n s f o r t du t e r m e , d o n t l a d i s p a r i t i o n e s t une p e r t e a u s s i i r r e m p l a g a b l e que c e l l e de l ' a m e d ' u n e p e t i t e f i l l e des m o r n e s . 1 3 1 132 Pompilus a p p e l l e s'agit  d'un conte  l u par les  de  fee  "grandes  Mambo,  petite  justement qui,  rivieres, les  d'HaSti, vents,  ancetres  malgre belle  les  comme L e p e t i t  paysanne,  vit  tations  animaux, dont  africains,  et  la  a se  legon  mefier  Mais  d'hevea,  Hoffmann  a la  aussi  fin  d'etre  la sur  en  de D a m b a l l a h ) .  elements  naturels,  consiste  a ne p a s  oublier  de  l'etranger. elle  subit  s a p r e m i e r e pomme e t  du c o n t e ,  l a nature,  (femme  triste,  et  Mais, le  ses  helas,  charme  un o u r a g a n d e t r u i t et  d'une  premiers  Mambo manque a  Madame Gaby r e p a r t p o u r New Y o r k ,  insiste  en e f f e t ,  qu'il  les  qu'on l u i donne,  Abandonnee, A2da-0uedo e s t  A 2 d a - 0 u e d o a u f o n d de  bable,  i d y l l i q u e m e n t dans  Mambo l ' a p p r e n d a p a r t i r  sages c o n s e i l s  amis animaux.  p r i n c e , vaut  l a M a i t r e s s e de l ' e a u  Americaine qui l u i offre  sandales.  du f a i t  personnes".  communion a v e c A l d a - O u e d o , L'histoire  Mambo une n o u v e l l e  les  ses  plan-  Mambo r e t r o u v e  source. l a m o r a l e de l ' h i s t o i r e .  qu'un enfant  haStien  qui sait  lire  Et i l  est  saurait y  provoir  -68-  un s e n s m o r a l . est  Mais  la respectabilite  commandee p a r l e sonnage le  Coq S i m e o n , avec  aux j e u n e s . pense, aussi  q u i nous para'it p a r t i c u l i e r e m e n t  qu'acquiert le  D e p a r t e m e n t de  principal,  harmonie  le  ce  le  le  une d e e s s e v a u d o u e t  cette  oeuvre,  elle  vivent  que c e t t e  re-  R a p p e l o n s que l e  nom d ' u n e p r e t r e s s e  Coucou Timothee et  vaudou,  t o u s en  histoire  perque  parfaite  est  destinee  L a r e c o m m a n d a t i o n d u D e p a r t e m e n t de 1 ' E d u c a t i o n r e c o m -  semble-t-il,  la  qualite  un hommage t a r d i f  du c o n t e  de C a s s e u s ,  aux nombreux p r e d e c e s s e u r s  mais  elle  q u i ont  est  prepare  terrain. (1952)  testantisme-vaudou.  d'Edris  Autre  entre  les  religions  H e n r i ne  tolere  consulte  le  voir  aussi sert  le  houngan. dans  les  la  loas,  Dorvil  ce  d u manger e t  que  (1954)  d'aborder le vaudou:  entraine  Papillon  Merina,  sa  qu'elle  sert  (femme  ceremonie vaudou semble  de  se m e f i e r  en d r o i t  comme d o m e s t i q u e . la police  vaudou, c ' e s t gratuits.  est  le  l'arrete. a n n o n c e r une  oblige  rapport  pasteur besoin,  se  laisse  d e p a r t du  Mais  de  Quand  i l  subir;  fils  regoit  profiter un  avertis-  du s a n g r e p a n d u . est  violee  poignarde le  Peu a p r e s , par  celui  p a t r o n de  recu lors  d'evenements  mais  Dorvilien  compte  L'avertissement suite  le  des  un p l a i d o y e r a r d e n t  qu'il  coutumier),  Dorvilien  pro-  accepter.  a u s s i pour beaucoup.  du d i v e r t i s s e m e n t  et  1'opposition  p e r e A n t o i n e , au  que I ' H a S t i e n p a u v r e e s t  a t r a v e r s un p o s s e d e ,  fille  et  que l e  de P i e r r e  sement,  jeune  protestante  de  c o n d i t i o n deseperee  merite  p e r e ne p e u t  a une c e r e m o n i e  "placee"  la  P r e v i l u s ou e l l e le  vaudou y est  assiste  roman a l e  vaudou, a l o r s  famille  l a domesticite  composante  traite  L ' i n t r a n s i g e a n c e du p r o t e s t a n t i s m e  L'ame q u i meurt contre  le  catholique,  pas  St-Amand  d e s c r i p t i o n de  masses r u r a l e s h a l t i e n n e s ,  la  1'Education!  Mambo, p o r t e  Bon D i e u r i t  qui  vaudou dans  interessant  de  la la  inevitables,  -69-  a l a maniere d'une  tragedie  grecque.  L e roman L e s l a b o u r e u r s de s e n c e du v a u d o u . jusqu'a  L'auteur,  l'exisjence  duction elogieuse de  "pite"  q u i ne  font  parenthese et qui  est  Rigaud, de  coup de  couteau)  pillage  des et  formule  et  des  houmforts,  du b o c o r ) ,  carburateur  convictions  reussi  O u b l i e s de D i e u  du v a u d o u .  lieriste. q u i ne  sa  avec  le  allusions elitiste petits  le  pas  organisation  seule  du j a r d i n  force-  de  tambours  La mise  a l'echec  un s e r i e u x  entre  du r o m a n ,  de  l'ecrivain,  d'Alix  e l e m e n t s des  a b s o l u de v e r s e r  les  le  vaudou,  deces  de l ' i d e e de  en  meurtre par  contre  de r e j e t e ,  Milo  Gouverneurs  croyance  coumbites,  (campagne  cartes  i n s p i r e par  secheresse,  des  Lapierre  l'eau  du que  sur  le  surchauffe.'  sens  les  (1976)  o r i g i n a l i t e provient  qu'il  d'Anthony Phelps  illustre  loas.  II n'a  done  celui-ci  aux t o n t o n s - m a c o u t e s d'enfants:  la brutalite  p r i n c i p a u x sont  p a s s a g e r e s au vaudou, mulatre,  intro-  travailleurs  religieuses  certains  Seigneur,  autodafes,  Les personnages  servent  d'une  vaudou est  Ostensiblement  Arbres musiciens  d'un moteur  dans  ignorer  battements  qui contribue  M e m o i r e e n c o l i n - m a i l l a r d (1976) tres  des  l'ab-  catholique.  qu'en Dieu,  l'auteur  par  precede  decrit  de l u i que l e s  par les  (gens q u i h e l e n t  plutot  II  done un m i l i e u o u l e  un c r e u x  deja signale  1'homme  signale  roman p a y s a n ,  reprenant systematiquement  l a rosee  pretre  laisse  sensationnalisme et  se  un a r r i e r e - p l a n p i t t o r e s q u e .  sans doute  un p r e t r e  son  ce  on n ' a j a m a i s  fournir  Nous a v o n s pour  l a misere,  du c u l t e  s'explique  dans  de F r a n c o i s D u v a l i e r .  mais  que  (1959)  R . P . H u b e r t P a p a i l l e r semble  du c u l t e  (sisal),  ment p r e s e n t ,  l a mer  etant  associe,  duva-  port-au-princiens  logiquement  qui cherchent  un roman  du r e g i m e  des m u l a t r e s tres  est  que  dans  des  l'optique  a enlever  des  -70-  S a l o p e r i e de m i l i c i e n s , c o c h o n s de m a c o u t e s , v o u s v o u l e z m a i n t e n a n t o f f r i r des e n f a n t s a v o s l o a s d e m o n i a q u e s , m a i s m o i j e vous d i s : a l l e z c h e r c h e r a i l l e u r s , Guy e t J a c q u e s ne s e r o n t p a s i m m o l e s en l ' h o n n e u r de B a r o n S a m e d i . 1 3 3 L e roman e s t  done un r e f l e t  de l a d e s t r u c t i o n d e s  p r e n d a i n s i une c e r t a i n e v a l e u r d o c u m e n t a i r e Les a f f r e s (1975),  d'un d e f i  quoique l ' a u t e u r  (1979) insiste  est  ment v e r s  que c e l u i - l a d o i t  lexique  question  du c r e o l e  eloignee  de c e l l e  et  de l a  "gageure"  la  difficulte,  que v e r s  a le  le  frangais  frangais  du f r a n g a i s . (combats  en o u t r e  le  II  de c o q s )  dans  frangais  "zombi" est  qui reflete  le  vaudou lui-meme. le  le  fond et  living-dead  -  perspective  d o u b l e du phenomene.  la  traduttore,  traduit plus  est  a noter  les  c o d e s de  creole Laroche  forme dans  que s i  le  tres  l'equitation  souligne  a  le  l a langue:  en  - mort-vivant,  passage d'une p e r s p e c t i v e explique  facile-  qui ajoutent  un mot compose  Laroche  considere  l a grammaire e s t  y a aussi  rapprochement e t a b l i entre comme en a n g l a i s ,  ; i l  comme b a s e ,  etre  de D e z a f i  a p p a r e n t e de  F r a n k e t i e n n e p r e t e n d que s o n roman se l'anglais  et  sociale.  l a version frangaise  comme une c r e a t i o n l i t t e r a i r e a p a r t , traditore.  classes  u n i q u e a une  l'etendue  du p r o -  bleme: De S t e l l a d ' E m e r i c B e r g e a u d a U l t r a v o c a l de F r a n k e t i e n n e , l e s r o m a n c i e r s h a S t i e n s n ' o n t c e s s e de c h e r c h e r l e moyen de l i e r thematique c r e o l e et langue f r a n g a i s e . I l s ne f a i s a i e n t , en c e l a , que " t r a d u i r e " l a r e a l i t e h a S t i e n n e e t , de l a s o r t e , c o n t l n u a i e n t d ' a c c e p t e r l e u r c o n d i t i o n de z o m b i . C a r p a r l e r en f r a n g a i s du z o m b i , p a r e x e m p l e , c ' e s t f a i r e o e u v r e de " t r a d u c t e u r " p u i s g u e c ' e s t p a r l e r d ' u n s u j e t , m a i s d ' u n p o i n t de vue e t r a n g e r . ^ ^ 3  Ce q u i e s t theme e s t Saintil, grace  certain,  c'est  pour l a premiere f o i s le  que d a n s  le  cas  de F r a n k e t i e n n e ,  a l ' a v a n t - p l a n du r e c i t .  s e u l homme p r o s p e r e de l a r e g i o n ou se  a s o n t r o u p e a u de  situe  ce  Le houngan 1'action,  l'est  zombis:  Condamnes a p o r t e r de t r e s l o u r d s f a r d e a u x q u i n o u s p e s e n t s u r l a t e t e , s u r l e c o u g o n f l e de v e i n e s d i l a t e e s , s u r l a n u q u e ,  -71-  nous p r e p a r o n s un c o u s s i n e t Sultana, lui  fille  de  Saintil,  s'eprend  d o n n a n t a manger u n r a g o u t  cateur), volte  et  C l o d o n i s mene l a  qui detruit  equipe.  A noter  turale/formaliste siderables  tout  enroule  sale  (le  fort  sel  est  se  le  1'agent  liberation, l a revolte  scenario  couronne.137  du zombi C l o d o n i s ,  l ' a p p a r e i l de  que ce  en f o r m e de  des  zombification,  le  libere  dezombifizombis,  ce  qui ajoute  re-  houngan e t  p r e t e r a i t a une a n a l y s e  interessante,  en  son  struc-  aux m e r i t e s  con-  du r o m a n .  Selon U l r i c h  Fleischmann, Franketienne serait  " l ' e c r i v a i n haStien  138 le  plus  i m p o r t a n t de  sa generation"  , alors  que J o s e p h L a m a r r e  voit  139 dans D e z a f i tissement la  " n o t r e p r e m i e r roman m o d e r n e "  par rapport  aux a u t r e s  forme  (langue,  s t r u c t u r e et  ketienne  constate  que  periodes  style)  et  .  II  represente  litteraires par l a  "II y a p l u s i e u r s niveaux  a la  un a b o u -  fois  thematique. de  lecture  par  Frandans  De-  140 zafi"  , e t i l s i t u e s o n o u v r a g e p a r r a p p o r t aux p r e d e c e s s e u r s : L i n d i g e n i s m e a p r i s n a i s s a n c e e t s ' e s t d e v e l o p p e d a n s un c o n t e x t e p a r t i c u l i e r , c e l u i de 1 ' o c c u p a t i o n a m e r i c a i n e ; i l s ' a g i s s a i t p o u r l e s e c r i v a i n s h a S t i e n s de m e t t r e en v a l e u r l a c u l t u r e haltienne. D o n e , i l y a v a i t au d e p a r t l e s o u c i de v a l o r i s e r la. c u l t u r e n a t i o n a l e face a 1'etranger. D e z a f i n ' e s t pas p r o d u i t d a n s u n c o n t e x t e p u r e m e n t n a t i o n a l ou i l y a u n a f f r o n tement e n t r e d i f f e r e n t e s s t r u c t u r e s s o c i a l e s , e n t r e d i f f e r e n t s g r o u p e s s o c i a u x , e n - d e h o r s meme de ce q u ' o n p o u r r a i t a p p e l e r 1 ' i n t e r v e n t i o n h y p o t h e t i q u e de 1'etranger.141 1  Reste ration soit  de  dans  l a mesure  qu'un rapprochement entre l'esclavage le  sens f i g u r e  ou i l s  1'intervention  etrangere  ressortissant  prendre  l a releve troubles  soit  dans  ou t o u t  permettent  maitres  Les  -  de 1 ' e l i t e  politiques  la  sens p r o p r e  est  tout  selon  a ce  annees  sel  social  le  son g r e  en a v e r t i s s a n t  haStienne.  Papillon des  ou l e  homme ou a p p a r e i l  quiconque d ' a g i r  d'antan  de P i e r r e  le  l a d e z o m b i f i c a t i o n et  contre  -  libe1'agent,  sont  dans  rappelle de  nouveaux  F r a n k e t i e n n e semble  re-  chapitre.  80 en H a i t i  rendent  difficile  -72-  tout de  jugement  sur cette  1'intelligentsia  periode,  haStienne  d'autant  se  trouve  plus  qu'une  en e x i l .  grande  partie  M e r e s Weche  ecrit 142  L'onction  du S t - F a c  Le v a u d o u n ' y geographique des  (1980)  figure  a Montreal  point,  entraine  et  i l  en  est  "franco-creolo-joual"  a inferer  un a s s o u r d i s s e m e n t ,  que  sinon  1'eloignement  1'elimination  totale  themes v a u d o u . II  (1980)  se a  publie,  Montreal  Marcelin,  cependant, qui,  exploite  et  reprend  les  de  nouveaux  comme  l'interet  themes  tours  connus  Tous les  les  hommes  autres  malsain et  sont  romans  des  qu'engendre  rebattus  tout  fous freres  le  en  vaudou,  ajoutant  sensationnalistes:  Depuis 1'age de l a p u b e r t e , a ce q u ' o n pretendait, le defunt oncle d ' A l c i u s , e l u p a r un l o a benefique, aurait exerce dans c e t t e r e g i o n a r i d e et desolee la fonction r i t u e l l e de " d e f l o r a t e u r " d e s v i e r g e s mortes et, par consequent, a u r a i t ete frappe d'impuissance envers les femmes v i v a n t e s . La croyance motivant c e t t e coutume macabre s e r a i t que l e s "petites f i l l e s " autrement d i t , les pucelles - ne s a u r a i e n t paraitre devant le Bon D i e u s i e l l e s etaient inhumees intactes, p a r c e que des genie's i n f e r n a u x , f r i a n d s de p r i m e u r s , n ' e u s s e n t p a s m a n q u e de p o l l u e r l e u r tombe.^ 4 3  La  politique,  presentes  plus  haStienne  du v a u d o u a v e c sans  appuient notre  fatiguer  i l n'aurait  qui  les  post-negritude,  catholicisme  le  aucune p e r t i n e n c e principaux.  contrairement  a celui  tous  cynisme  et  p u l i r e p a r un e c r i v a i n  hypothese  traite  de  sont  lecteur.  avons  geographique.  (1985) ne  personnages  de r a p p r o c h e m e n t d ' a v e c  le  "je-m"en - f o u t i s m e " ,  que n o u s  1'eloignement se  et  par l a s s e r  recent  d'ailleurs, en sont  de  qui finissent  L e roman l e  un n e g r e  vaudou  d a n s une o p t i q u e  d'opportunisme  d'origine  le  quant a  1'elimination  Comment f a i r e point  du c u l t e  pour les Qui plus  des  avec  ancetres;  deux musulmans est,  ce  de M e r e s Weche, ne  l a communaute h a S t i e n n e .  l'amour  II  est  noirs  roman de cherche  la  pas  vraisemblable  -73-  que v i v r e e l o i g n e de  du p a y s n a t a l a b e a u c o u p e n l e v e r  a  "1'haStienete"  1'auteur.  3.  Bilan. A v a n t meme de p a s s e r  visions tirer  du v a u d o u , l e s  quelques  aux o e u v r e s  que n o u s p r e s e n t e r o n s  romans que n o u s v e n o n s  conclusions  natives  de v o i r  comme  des  nous p e r m e t t e n t  s u r l a p r o g r e s s i o n de ce  type  de  de  roman. Les ouvrages rees,  de  mauvais corpus  facon  d u d e b u t du s i e c l e  inegale,  soit-il,  semble  s'elargit,  s e n t e une e t a p e a lasser, tication  le  la  societe  serieux  de  et,  la  le  regions  inexplo-  Chaque n o u v e a u r o m a n , au f u r e t  du theme d e v i e n t dans  des  plus  a m e s u r e que ose.  Dezafi  sensationnalisme  thematique  si  a i n s i que d a n s  le repre-  q u i commence la  sophis-  forme.  Ce t a b l e a u ne de c e r t a i n s  a j o u t e r au genre  traitement  franchi  courage.  i m p o r t a n t e , non pas  mais par l e de  mais avec  ont  serait  pas  complet  romans de p l u s h a u t e  haltienne  teur par rapport  d'une  tenue  s a n s une e t u d e qui situent  facon q u i revele  a l'ensemble  cultuel,  le  un p e u p l u s  fouillee  vaudou dans  une v e r i t a b l e m a i t r i s e de  culturel  et  social  d'HaSti.  la l'au-  -74-  III.  A.  Trois  visions  L'heritage  romanesques  du v a u d o u .  sacre. 144  S e l o n Hoffmann en 1937,  , Jean-Baptiste  q u o i q u ' i l ne  soit  s'avere hardi  et  houngans  l'auteur  dont  Contrairement sont  qui  evoque  qui fait  vieux  en scene  et le  Don Q u i c h o t t e :  apocalyptique,  renverse  qu'Accelon venait la  donne d e s  a 1'usage  entre  troisieme  q u ' e n 1945.  avant-gardiste:  respectivement  Balthazar  publie  viol  ses  personnages  "vieux mais  houngans  dissipes,  jeunes  chevalier  comique e t  de  sans rancune:  les  instruments  ses."  1 4  ^  inconscients  L'intrigue  vieillard peu  accepte  tourne  a son p e t i t - f i l s  des  ceux-ci  Accelon pathetique  s'avangait squelettique, 145  compte  sur les  patientes.  sans doute  un  Ils  L o a s que j ' a i e u t o r t  a u t o u r du t r a n s f e r t  C'est  a l a J u s t i c e " pour  "Les p a u v r e s !  de 22 a n s ,  inattendues.  en d e m i - c e r c l e . "  de v i o l  des  forts",  desabuses.  "une r e d d i t i o n de  ou t e n t a t i v e  ce roman  et  et  sa monture,  sacre  p r i n c i p a u x sont  les  d ' u n empoisonnement,  qu'il  l'epoque,  originales  p r e m i e r en  sur  L'heritage  descriptions  v o i c i moribond, victime compte  Pour  "L'etrange c a v a l i e r  de f a i r e  fois:  C i n e a s a compose  Le  reglement n'ont  d'avoir  ete  que  offen-  du p o u v o i r c u l t u e l  Alza-Cedieu  du  B a l t h a z a r , q u i en  est  enthousiasme. A2za ayant  aussi,  remplace  1'occasion  Cap H a S t i e n q u ' i l personne.  AYza,  core,  petit-fils  rades  de  cognito  classe.  s o n g r a n d - p e r e comme h o u n g a n ,  "d'abuser" d'une  de  avait  qui n'avait  aimee m a i s  en e f f e t ,  etant  d'un houngan,  un " t r a i t e m e n t " de  patientes, fait  un c a m p a g n a r d e t ,  avait  ete  Lorsque sa p a t i e n t e ,  a u h o u m f o r t p o u r une  administre  ses  "audience" sejour  le  la  i l  aura,  une m u l a t r e s s e aucun cas  ce  qui est  souffre-douleur  "cliente  avec  "sous l a  le  voilee",  jeune  garde  lui  de  de  sa  pire ses  arrive  pretre,  tutelaire  i l des  de  encamain-  lui es-  -75-  prits  du l i e u  secutives. rues de  Par l a  ; en f a i t ,  suite,  de Cap H a S t i e n ,  sa  faire  accable ses  sacre"  ecraser  devient  II  ses  On se  demande s i  "l'heritage femmes qu'il  etaient  l'auteur  tant  son assemblee ce  n i ne  ne  denigre  autant  n'etait  un m a u v a i s h o u n g a n ,  pas  railles,  "le  femme"  qui a t r a i t  la  chapelet  tentatrice  des  est  les  ou i l r e p r e n d  souvenirs  protagonistes  du t i t r e  soient  qui,  i l  est  temoigne,  chez  car  (sacrees!) sacre!  autant  lors  du  traitres.  un j e u de mots  qu'au culte  qui s'egrena  et  apercu.  de  Quoi  question  que de d e r o g a t i o n d ' o f f i c e . comme en  lui,  la demystification  heros  femme,  les  justesse  h o r s de  au penchant p o u r l e s  a la  con-  au d e s h o n n e u r  s'est  roman e s t  a voulu faire  de'hhercher  i l  echappe  q u i p a s s e du' g r a n d - p e r e a u p e t i t - f i l s p o u r ce  nuits  cherche par toutes  normalement s o i e n t  sacre" s'applique  en s o i t ,  trois  p a r r e t o u r n e r au v i l l a g e  i m p o r t a n t de  L'auteur n'idealise  predecesseurs,  la  ayant heureusement  a u r i d i c u l e d o n t n u l membre de  houngan.  i l  des m a r i e s ,  finit  de h o u n g a n ,  Le p r e m i e r a s p e c t  d'elle,  elle  t e m o i n a s o n m a r i a g e , manque de  par l ' a u t o  de d e s e s p o i r .  fonctions  epris  i l passe avec  Accelon  ses  fune-  interminable":  Le c o u p l e t f i n a l : le desinteressement, l a g e n e r o s i t e sans bornes du " s e r v i t e u r " , i l ne s ' e s t j a m a i s m o n t r e u n t r a f i q u a n t , un e x ploiteur. M a i s a u s s i 1 ' i n e v i t a b l e t a c h e aux e t o i l e s : sa p a s s i o n de l a femme q u i d e v a i t l u i e t r e f a t a l ! C-• • ! "comment r e s i s t e r a 1 ' a d o r a t i o n d e s femmes, quand on o c c u p e c e r t a i n e s situations? F r e f r e l A c c e l o n a s a n s d o u t e succombe a l a t e n t a t i o n , mais c ' e s t l u i q u i a ete sollicite."148 Quant a A Y z a e t drame p s y c h o l o g i q u e  la ou,  cliente  a u moment de  homme, p r e t r e a c o n t r e - c o e u r e t ingrate:  confesser  1'amour de Elle femme,  son  sans  une p e n i t e n t e  i l  s'agit  l a d'un  veritable  l a rencontre f o r t u i t e , foi,  qu'il  se  trouve devant  aime e t  1'aider  a  le  jeune  une  tache  regagner  bien-aime.  l u i confesse  plus  voilee,  riche  s o n amour p o u r c e l u i  qu'elle,  apres  a v o i r ete  q u i semble defloree  a i m e r une  par l u i :  autre  "Le s o i r  -76-  etait la  trop  ardent,  la  lune  bouche v o l u p t u e u s e  homme, e t  avec  soumission  a des  D'ailleurs, sont  les  le  passions,  le  Outre douteuse, foi. tion  II  soient  les  qui est  miseres de  s e r v i de  decrit  qu'une  ce  tentations:  sujet  fille,  l a victime tant  que  on se  d'Afza.  citadine,  trou":  le  penchant  pour l e s  de  si  pos-  les  La consultation elle  fois  de m i e u x ,  reussir  a la ville,  AYza  se  fait  a u r a i t h o n t e ^si  l'on  Ensuite,  arrivee  a ses  incarne  la  du r e c i t ,  n'ayant  le  houngan  fins  per-  d'etre  distinction  un p r e t r e  genre  et  le  sans  d'obliga-  aucun a u t r e m e t i e r ,  comme i l  i m p o r t a n t du r e c i t a ce  n'est  elle.  femmes,  que f a u t e  habituelle  la  elle  de r e m p l a c e r s o n g r a n d - p e r e m o i n s p a r s e n s  element  que  a toutes  demande  d'un bocor.  une  jusqu'a l a derniere partie  Un d e u x i e m e  une  deliberee.  en os  "En d e h o r s  un homme,  jeune  qui est  seduction  en c h a i r e t  le  par  humaines?  compter pour  question  l'auteur  pas  c e s s e de  done ne p o u v a n t  irresistiblement  :  i l  accepte  hante  ces etres  a des  l a jeune  "bouche  Cette phrase prononcee  plutot  a r e c o u r s aux s e r v i c e s  familiale  pagne,  sujets  parce qu'en  qu'elle  sonnelles,  p e u s u r p r i s que  b o u r r e a u que  en c a c h e t t e  aurait  superieures  Grand'pretre n ' e s t - i l  ce  pas p l u s  lui  forces  toutes  Pour  sa bien-aimee  grande d e l i c a t e s s e  on e s t  bocors  session,  savait  une  de  trop b e l l e . "  et  souhaiterait.  est  le  rapport v i l l e - c a m -  qui s'exprime  ainsi  chez  Cineas: Ou l a C a p i t a l e m e p r i s e l a p r o v i n c e , comme l a p e t i t e v i l l e mep r i s e l e b o u r g , comme l e b o u r g m e p r i s e l a s e c t i o n , comme l a p l a i n e meprise l a montagne.l^l La mulatresse reaction inspire traitent  du j e u n e sa  represente face  famille.  les  paysans  la ville,  a ce m e p r i s  C e t t e honte comme des  et  Ai"za,  se m a n i f e s t e  est  engendree  romanichels  la  campagne.  par l a honte par les  sans a v e u ,  La que  citadins et  qui  lui qui  reservent  -77-  une h a i n e  p a r t i c u l i e r e pour les  pratiquants  du v a u d o u e t  les  leurs:  Son g r a n d ' p e r e f s i c ] e t a i t houngan.' II appartenait a l a Corp o r a t i o n i n f e r n a l e , condamnee p a r une s o c i e t e h y p o c r i t e q u i a d o r e en s e c r e t ce q u ' e l l e b r u l e en p u b l i c . [. . .] Savez-vous ce que s i g n i f i e b o c o r ? Corbeau. [ A l'envers.] I l s s o n t de l a meme f a m i l l e ; i l s se r e p a i s s e n t de c h a r o g n e . I l s puent.152 La  cruaute  des  compassion au  petites  pour A2za et  realisme  et  a la  que p r e n d 1 ' H a S t i e n Cette  la  des  de  la  classe  details  credibility, a jouer  avec  tels  tout les  les  du r o m a n :  non-fiction  vaudouisants  le  discours  raconte  le  que  chez  le  lecteur  "bocor-corbeau" des  la  ajoutent  e x e m p l e s du p l a i s i r  mots. contre  figure  sur  suscite  en d o n n a n t  d i s c r i m i n a t i o n systematique  particulierement portant  brutes  les  dans  "habitants"  un t r o i s i e m e  l a perpetuation  mode d ' a c t i o n  et  aspect  du c u l t e .  par l a q u e l l e  le  plus im-  Certes,  pouvoir  est  transmis: When t h e V o o d o o p r i e s t d i e s , t h e command o f t h e t e m p l e w i l l e i t h e r i n t h e h a n d s o f one o f h i s c h i l d r e n o r h i s w i f e , o r even the L a p l a s or C o n f i a n s ( C o n f i d a n t e ) of the temple.1^3 En 1 ' o c c u r r e n c e , mais ni  la  comment foi?  l'expliquer  la  contre  pere  profere  Ce mauves-mounes pour  le  pour  les  bagne,  fait  que  et  £c'est  ne  comme d a n s  lui.  C'est  done,  cains  superstitieux,  pas  petit-fils;  la  "vocation" les  le  cas  de M i m o l a .  la malveillance  des  citadins  remarques  genealogique  caustiques  du m a u v a i s m o n d e ]  peut  meme s ' i l  gargon n ' a  au  houngan p a r e l e c t i o n ;  la perpetuation des  du g r a n d - p e r e  le  bons pour l ' e n f e r ! " 1 " ^  etudes,  son v i l l a g e ;  alors  son g r e ,  dans  se  A5za devient  raillerie  evoquees j o u e n t meme l e  transfert  D'abord,  choisissent surcroit,  le  supporter  aimerait  ironiquement,  loas  Mais  du c u l t e .  qui visent  Le pauvre gargon, des  A  AEza:  citadins  doue et  racines,  i l  l a haine  citadins  pour l e s  incorrigibles,  refractaires  a la  par deja  l'ecole, "Bocors? bons d'ailleurs  regagne  r e p u d i e r ses des  le  hypocrites  , v o l e u r s , trompeurs  l a haine  be  y est  chez "Afri-  civilisation  et  -78-  a la religion", evolution""*""^, ainsi le  a la  qui font  qui explique  survivance  L a c r i t i q u e ne dilemme d ' A l z a  la  s'est  dans  le  qu'elle  garcon s e r a houngan,  pilus  "decrier a 1'Stranger retour d'Alza aimerait  son r o l e  a la  empechent campagne  supprimer.  seule profession pas montree  et  tres  de v i c t i m e  Plus  contribue en  effet,  accessible.  comprehensive societe  et  tard,  qui l u i soit  d'une  notre  devant  le  hypocrite.  Pom-  constate: En d e p i t de l a p u i s s a n c e d o n t i l e s t d e t e n t e u r , i l ne p e u t e p o u s e r " l a c l i e n t e v o i l e e " , que l a q u e t e du b o n h e u r a c o n d u i t e a son temple: t r o p de d i s t a n c e l e s s e p a r e s o c i a l e m e n t . Aussi, d e v e n u u n h o u n g a n s a n s f o i , p r o f i t e — t - i l de s a p o s i t i o n p o u r a s s o u v i r s e s d e s i r s , h u m i l i e r l a s u p e r b e de s e s a n c i e n s c a m a r a d e s q u i v i e n n e n t i m p l o r e r l e s e c o u r s de l a s c i e n c e : i l acq u i e r t une g r o s s e f o r t u n e . 1 5 6  Jugement avons  excessif,  deja decrit  camarades. chastete.  nous  semble-t-^il,  l'angoisse  Rappelons a u s s i Quant a l a  qu'ont que l e  "grosse  a plusieurs  causee  a Al"za s a  h o u n g a n ne  fortune",  le  fait  egards: cliente  point  roman n ' y  nous et  ses  de v o e u  fait  de  jamais  allu-  sion. Par a i l l e u r s ,  en d e p i t  des  constatations  mann^^qui  semblent  faire  le  soit  defense  sans c o n v i c t i o n ,  les  dans  texte.  i l  vaudou,  du c u l t e  une  foisonnent  volte-face  de L ' h e r i t a g e s a c r e  de P o m p i l u s e t  le  a u c h a p i t r e de  sa  D'abord,  soit  de  une a t t a q u e  arguments s'opere  en  chez  Hoffcontre  faveur ASza  une  foi:  L ' e s p r i t de s e s p e r e s e s t d e s c e n d u en l u i p r o f o n d e m e n t , integralement. I I s e m b l e q u ' a c e r t a i n e epoque de l ' a n n e e , i l p r a t i q u e l e jeune et l ' a b s t i n e n c e a b s o l u s . I I s ' e n f e r m e dans une chambre e t r e s t e e n p r i e r e , a g e n o u x , l e s b r a s e n c r o i x , une s e m a i n e d u r a n t , n ' a c c o m p l i s s a n t a u c u n a c t e p h y s i o l o g i q u e . A u c u n e p u i s s a n c e au monde p o u r r a i t l e t r o u b l e r , a ce moment d'extase. 1 5 8  Ensuite,  l'auteur  souligne  1'importance  de l a  superstition  chez  16  les  Americains"'--'^ e t  jectif  partout  ailleurs  a p p a r e n t de d i s c u l p e r H a i t i .  chez II  les  Chretiens ^  s'agirait,  d'apres  avec  1'ob-  Cineas,  -79-  d ' u n phenomene j i de l a  universel:  "La s u p e r s t i t i o n  est  le  corollaire  fatal  11I6I  -i •  religion. Hoffmann,  pour q u i "le  temperament  excessif  du h o u n g a n  n'inspire  162 pas  un g r a n d r e s p e c t  Cineas  qui refuse  de  de p r e c h e r p o u r s o n chez  les  n'est  pretres  de  saint.  ses  ,  ce  L'equilibre  des  d o n n e r du p o i d s  roman s o u s - e s t i m e  monde q u i l ' e n t o u r e , mysteres  suivant  -  caine  adresse  -  acheter  que  les  tient  secrets  i l  ignorer l ' a r t  des  caricatures  defauts  l a defense  sa r e a c t i o n  On p e u t  aisement  du c u l t e  des  annees  sans p a s s e r  80,  que  de  afin  qualites "Personne  culte.  du h o u n g a n  devant  qui  imaginer  le  universite  tels  par les  des  du  l'optique  a un c h e r c h e u r v a n u d ' u n e  chercheurs  et  a l'aphorisme  donne  explique  du c u l t e .  Alza  a des  et  semble  personnages  p a r f a i t " sans a f f a i b l i r pour a u t a n t  a percer les  les  faire  semble  Finalement, le  pour sa r e l i g i o n "  Davis,  etapes  sur  cherche discours ameri-  qui  veulent  ou p a s s e n t  papas-loas: Mais pourquoi voulez-vous  tenter  1'Esprit?  Pourquoi  voulez-  vous c o n n a i t r e l ' a v e n i r ? Q u e l l e c u r i o s i t e m a l s a i n e vous pousse? C o n s e n t i r i e z - v o u s a. t o u s l e s s a c r i f i c e s e x i g e s p a r 1 ' E s p r i t p o u r s i g n e r un p a c t e avec l u i ? [. ..} Vous v o u d r i e z p e r c e r l e m y s t e r e p o u r l i v r e r 1 ' E s p r i t en p a t u r e a l a c u r i o s i t e des h u mains... peut-etre a leur r a i l l e r i e . Ces p r o p o s e x p r i m e n t la  sagesse dont Pour f a i r e  fondement  l ' A m e r i c a i n veut t r a n s i t i o n et  differente  qui va suivre  tres  grammaticales  a faire  Mgr^,  ( p o u r Mme), Ste_;_, etc.  II  de c e l l e  vite  Dr^, offigiant,  truie),  eloquemment  supplice  s'emparer  passer  d'Alza  au p r i x  avant  a une a u t r e v i s i o n  de C i n e a s ,  i l  faut  Grevisse.  Janvier, etc.; ( p o u r une  passer  Dans l e  chez  cas  s u r ces  faiblesses  Marie  a des  de C i n e a s ,  Chauvet, l ' o n  gourdes.  du vaudou p r o -  signaler  femme c a p o n n e ) ,  d'acquerir  de q u e l q u e s  comme C i n e a s une p r e d i s p o s i t i o n  fremir  capon faut  le  Chauvet,  erreurs signalons  t r o u v e Me.  l a cochon  (pour  pour a p p r e c i e r  le  la  -80-  talent B.  considerable  Le v a u d o u s e l o n Notre  qui  de c e s  traite  analyse  de  utilise  demontre  Marie Chauvet. p o r t e r a principalement sur Fonds-des-Negres  en g r a n d e p a r t i e  ce q u i . e s t Elle  ecrivains.  du c u l t e .  la perspective,  largement  cette  de  ses  La preface  du t o n et  est  fort  meme d u s t y l e  propres experiences  (1960)  explicite  pour  de M a r i e C h a u v e t .  en H a i t i ,  comme  le  dedicace:  Ce l i v r e e s t d e d i e a l a memoire de M e l i a n c e D e s t i n a , l a f i d e l e s e r v a n t e q u i , p e n d a n t de l o n g u e s a n n e e s , a e t e p o u r mes e n f a n t s d ' u n devouement a d m i r a b l e . E m p o r t e e p a r un c a n c e r , j e l a f i s e n t e r r e r s u r l a montagne de F o n d s - d e s - N e g r e s ou e l l e v i t l e j o u r . [. . .] "164 (C'est nance  nous avec  qui soulignons des  images  1 ' e x e m p l e de c e t t e m a l a d r e s s e  originales,  caracterise  I I e x i s t e a i n s i dans t o u s o u b l i e s de D i e u e t d e s hommes, t i o n r e g n e n t en m a i t r e s s e s .  l'oeuvre  q u i , en  de  Chauvet.)  l e s p a y s du monde c e r t a i n s c o i n s ou 1 ' i g n o r a n c e e t l a s u p e r s t i -  L e s c e r e m o n i e s v o u d o u e s CsicJ o n t e t e t i r e e s de du D r . [ s i c ] L o u i s M a x i m i l i e n : Le vodou h a i ' t i e n l 6 5 . Chauvet pendant, qu'elle  a ses  etant  raisons  donne  t r a v a i l l e s u r des  r i e n n'empeche  le  vaudou a t i t r e  de s i m p l e  a partir  autre  d'une  Peu a p r e s , son r e c i t , cette  de'signaler  l a preeminence  source  parait  l ' e c r i v a i n , dans  adopte  r e l i g i o n est  seconde  grand p u b l i c d ' a s s i s t e r observateur  La misere e t a i t s i furieusement punition!166  le  main.  roman,  on  Ces'etonne  Dans ce p a y s  a l a plupart  ou a d o r a t e u r ,  des  ecrire  ou  ceremonies sur  ce  culte  suspect.  s a d e s c r i p t i o n du h o u n g a n h e r o s  un t o n en a c c o r d avec ses  1'etude  son emprunt a M a x i m i l i e n .  du v a u d o u d a n s  e l e m e n t s de  alter-  son  sentiment  apparent  de  sur  pretres: une v i e l l e que t o u t e s  Ou v e u t - e l l e  en v e n i r ,  au j u s t e ? . '  a 1'intrigue  qui, elle  aussi,  c o n n a i s s a n c e ; i l y a v a i t mordu e t ses dents e t a i e n t tombees: juste  Parle-t-elle  comporte c e r t a i n s  ironiquement? pieges.  Passons  -81-  Quand i l  revient  l a m o r t de C h e r i l a , teur  son r e g r e t  capitale  ou,  abandonner  le  houmfort,  quand q u e l q u e  pour les  de  et  chose est  le  Facius  ( T i Fa)  Louisius  (Sor  Marie-Ange  q u i a son  coquette  paysanne,  lier  un v o i s i n ,  afin  faire  deloyale "Ce n ' e s t  Ga), l a  les  ces  fagon  qu'elle  un p e u b o u f f o n n e  pas m o i ,  c'est  Quand M a r i e - A n g e  se  fait  lui, de  ce  travailler se  Louisius arrive rencontre  et  chez  sa  sales  pas  charge  de  semble  r e t o u r de a la  qu'il  avec  vouloir  se  Doce,  m o n t r e n t un  vouloir  facon  est  sa  vie  se  A un moment  d'une  Meriga  acceptant  semble  hommes,  suite  "grande". le  et  a  de  a comprendre.  sur l a r e g i o n . fille  tout  la petite-fille  autres  en p r e t e n d a n t 1  passe  "tempete"  Beauville  difficilement  Beauville  l a jeune  Ogoun." ^  une  i l  Beauville  gens f o r c e s  Beauville  reussit  dont  a du  accuse  et  D'apres  lec-  la  i l  l u i qu'on  en a t t e n d a n t  vulgaires  son emprise seduire  est  s'intregre  plusieurs  ce  Elle  a cheval  temps  ne  les  a  cour dans  l a maison,  Marie-Ange  vaudouisants.  a son e g a r d ,  l u i - m e m e de et  Elle  que T i F a e t  renaitre  c'est  de  au  Cherila.  conduit  quelque  livre  houngans,  reflexions,  capitale.  habitants  moeurs des  ainsi  sexuel  essaie  [soeur]  des  sa  terres.  tour v o i t  Entre  la  des  q u i , en a p p r e n a n t q u ' e l l e  d'une  interet  il  de  a 1'etranger.  les  a elle  de  venant  trouvant  repugnance  chance  p e r d u dans  mulatresse  compte y p a s s e r  mere p a r t i e  pour t e n t e r feroce  deboisement  bourgeois.  Fonds-des-Negres,  i l  la ville,  de t r o u v e r un c e r c u e i l p o u r 1 ' e n f a n t La jeune  E n meme t e m p s ,  de r e t o u r n e r en campagne.  contre  a l a misere,  terre  houngan B e a u v i l l e a p p r e n d  t r a v a i l l e r comme g e r a n t  Victime typique  particulierement  en v i l l e  Cephise.  concurrence  et  en p r i s o n a v a n t  f l e a u mene  de  a c a u s e de l a  deloyalement mois  fille  d ' a v o i r vendu sa  grande maison.  six  de P o r t - a u - P r i n c e , l e  a la  servir donne, fois  d e v e n u un  mystere:  7  voler  de  ses  soixante  gourdes,  elle  en  -82-  a assez,  et  En r o u t e ,  elle  elle  s'evanouit.  se  apprend  On l a  sent  enterree  dans  le  au m o i n s ,  t r a n s p o r t e sans  une r o b e de  fils  Elle  Doce,  son i n n o c e n c e  A cause chez  et  retire  chez de  sa  par l a  finit  nouvelle,  " g r a n d e " , ou e l l e  1 ' i m p o r t a n c e des  un a v o c a t  afin  se  morts  de p r o c u r e r  on c h e r c h e un c o u p a b l e o u ,  l'on  choisit  du v i l l a g e ,  par mourir  a  Mme S t - F l e ,  persecutee  i n d i q u e e comme seance  par tous  d a n s un r a v i n e a p r e s  tout  de  y compris  avoir jure  a Marie-Ange. tombe m a l a d e p e n d a n t une c o u r t e p e r i o d e e t ,  qu'apres avoir f a i t  papa-loa.  accablee  l o a q u i monte B e a u v i l l e a u c o u r s d ' u n e se  et  Marie-Ange sante  argent  Port-au-Prince.  deuil.  un b o u c e m i s s a i r e ,  coupable par l e  a retourner a  s a mere e t ,  l a m o r t de d e u x e n f a n t s ,  possession.  la  l a m o r t de  v a u d o u , S o r Ga s ' e n d e t t e  Apres  son  avec hate  au f o n d d ' u n t r o u .  sa p e t i t e - f i l l e ,  la  dispose  Sa r e s i s t a n c e  faire  au c u l t e  des se  points  ne  recouvre  de p r o t e c t i o n c h e z  r e l a c h e et  elle  devient  le  hounsi-  bossale. Entretemps,  une e p i d e m i e de c o q u e l u c h e menace  S o r Ga p r e p a r e un consomme q u i s ' a v e r e cette  potion secrete  ment d a n s  cette  est  affaire  a base  efficace  de r a t s . '  louche dont  les  la vie  contre  le  Le vaudou e s t profits  reglent  des  enfants.  mal.  Or,  implique vaguel a dette  de  S o r Gal Finalement, dins visant travailleurs le  suite  a des  a exploiter  decisions  l a main d ' o e u v r e ,  qui conduit a 1'arrestation  p a p a - l o a B e a u v i l l e q u i , possede  portes  de l a p r i s o n  pour  heros  de  recit.  rajeuni  deloyales  des  cita-  B e a u v i l l e mene une g r e v e d e s de 300 d ' e n t r e  p a r Ogoun,  l i b e r e r les  ture v a l o r i s e par 1 ' i n c i d e n t , veritable  politiques  finit  prisonniers. p a r son d e s i r  eux.  par ouvrir II  sort  de  C'est les l'aven-  de M a r i e - A n g e ,  et  -83-  L e s deux p r i n c i p a u x p e r s o n n a g e s , nissent  tous  mais  roman du f a i t  est  le loin  d'etre  L'episode  indices  sur 1 ' a t t i t u d e  des  simple.  B e a u v i l l e est  reste  tantot  l a puissance  de s e d u c t i o n de M a r i e - A n g e  Marie-Ange,  a prendre v i s - a - v i s  c o n t r a d i c t i o n s de c e s  e v o q u e met en r e l i e f  tentatives Son age  les  B e a u v i l l e et  deux  du v a u d o u ,  personnages,  traitre,  tantot  du h o u n g a n ; s e s  en f o n t  four-  de l u i en  heros.  vaines  charlatan.  vague:  Jeune? Vieux? P a u v r e a coup s u r , s e s l o q u e s en a t t e s t a i e n t , mais r i c h e a u s s i p u i s q u ' i l p o s s e d a i t l e t r e s o r l e p l u s e n v i a b l e p o u r un n e g r e des m o r n e s : l e s "points" d'Ogoun.168 Outre sale  et  qu'il  est  grossier:  sournois  "Pehsif,  dans  i l  sa  concupiscence,  Beauville  i n t r o d u i s i t deux d o i g t s  dans  est  ses  larges  169 narines  guillochees  vehiculer  de p o i l s  l'ostracisme  blancs."  de Mme S t - F l e ,  Ogoun a u r a i t monte n o n s e u l e m e n t a c c u s e r Mme S t - F l e . malheur au f a i t Les d e f a u t s  a son gout  Par a i l l e u r s ,  de n ' a v o i r p a s  de l a j e u n e  seraient  peut-etre  cette  aussi  done les  passes  le  subjectifs  aux l o a s et  loa  S o r Ga p o u r  femme a t t r i b u e e l l e - m e m e  donne une c e r e m o n i e  fille;  semble  mais non sans ambiguSte:  B e a u v i l l e mais  de B e a u v i l l e s e m b l e n t  1'imagination  Ensuite, Beauville  le  memes g e s t e s v e n u s  son  petro.  produit  de  d'un pretendant  comme un d e s i r n o b l e  et  des  marques  d interet. 1  Les bilite  qualites  rachetent  beaucoup m a i s , nesse et la  facilement  s i Marie-Ange  son attachement  s a g e s s e des  bandon des il  de B e a u v i l l e , s e s  paroles  terres  et  le  "extravague" s u r ses  en t a n t  ses  gestes  en f a i t  aux s i g n e s  de l ' h o m m e : travail reves,  actes  c h a r i t e et  inelegants.  de l a i l  i l  de  Certes,  un r a d o t e u r , c ' e s t  q u i en e s t  reste  que p r e d i c t i o n s ou a v e r t i s s e m e n t s ,  que s e s  fascinent  responsai l  que s a  civilisation lui  "deparle" le  en v i l l e mais  de  parle jeu-  voilent  deboisement, souvent  le  analyses les  l'a-  resultat; de  reves,  habitants,  -84-  et  l u i valent Outre  a souvent et  le  la  fonction  celle  la petite  respect  de  de  ses  voisins.  leader  de p r o t e c t e u r des  fille  aveugle  ont  C'est  "heler" Marie-Ange,  plus  II  l u i qui agit reduite  qu'on a vue,  demunis:  recours  recompenser en aucune m a n i e r e . enterrements.  syndicaliste  1'idiot  Beauville  du  village  a sa  charite  sans p o u v o i r  s'occupe  de t o u s  les  en t a n t  a l'etat  details  que t h e r a p e u t e  de m u t i s m e ,  apres  pour  le des  faire  l a m o r t de  sa  mere. Marie-Ange, l'esprit  aussi  pleine  c i t a d i n qui evolue  campagne. des  elle  Au debut  differences  au f u r e t  egoSste et  entre  de  la ville  contradictions, a m e s u r e de  dedaigneuse, et  la  elle  semble  incarner  son s e j o u r fait  a  bientot  la le  bilan  campagne:  C...1 i c i , ceux q u i r e c l a m a i e n t , f a c e s h i r s u t e s , c o r p s s q u e l e t t i q u e s ; l a , ceux q u i p r o t e g e a i e n t l e u r s b i e n s e t r e f u s a i e n t de p a r t a g e r , g r a s , p o u s s i f s , armes j u s q u ' a u x d e n t s . 1 7 0 Coquette, hommes,  et  fera  classe  la  elle  s'en  est  sert  consciente  de l ' e f f e t  pour a v o i r barre  aux e n f a n t s  et  leur  s u r eux.  f e r a des  Sa r e a c t i o n a u v a u d o u i n d i q u e q u ' e l l e a l a r e l i g i o n catholique comme M a n u e l ,  elle  dans  la  le  couche  sang, de  sent  chair.  l u i sert le  de s a b e a u t e Mais plus  en a p e u r .  assotors  L e s evenements  les  loin,  elle  vetements. Son  a refouler l'atavisme  rythme des  sur  (gros  sinistres  attachement  qui l a  menace:  tambours du  penetrent  culte)  sa mince  civilisation:  C e t t e a t m o s p h e r e d ' i n q u i e t u d e e t de c r a i n t e r e v e i l l a i t l e n t e m e n t en e l l e d e s m o i n d r e s t r a c e s de t e n e b r e s h e r e d i t a i r e s refoulees par 1'education et 1'instruction.171 L'attitude de  de C h a u v e t e n v e r s  cette mulatresse  comme c i t a d i n , oeil  mefiant  et,  le  vaudou semble  c e c i ne v a p a s  etre  sans a m b i v a l e n c e .  l ' H a S t i e n p o r t - a u - p r i n c i e n r i s q u e de v o i r  sinon meprisant,  du f a i t  de  en g r o s  celle  D'abord, le  vaudou d'un  son c o s m o p o l i t a n i s m e .  De meme,  -85-  le mulatre, quant  n i blanc n i n o i r ,  a son a p p a r t e n a n c e :  un N o i r ; ville), tuel, les  etre  dans elite  i l  est  la  presqu'aussi  indigenistes  vieillards faite  de H u r b o n ,  fique, est  les  dans  defaut  Par  les  divers  discours  - voient  contre,  le  son p r e s t i g e  de  seduire  sert  de  papa-loa,  de  Marie-Ange,  ingrates.  creant  ainsi  revelation incapable  Pour  de  faire  du v a u d o u ,  de  etre  social,  mais  ne p e u t  -  consideree  vaudou:  nobles  exception  Cette  male-  confusion comme un  un b i l a n ses  Dans F i l l e  que p o u r l a  forme.  1'heroine:  sa v i s i o n  trouve  charge  des  confuse  qui tient  ce  essayer  du c u l t e si  les sur  le  sens,  et  temoignage  culte  plus le  lecteur  En ce le  in-  scelerat.  taches  uniquement  l'auteur.  harmonieusement  p r i n c e et  s p i r i t u e l pour  de l ' a r t i s t e  definitif autres  d'Hagti  de 1 ' a t t i t u d e  romans e t (1954),  S u r un mur v i d e cas  dans Amour, le  se  qui reste  le  heros  populaire  d'une dans  l'univers.  rappelons  contre  mythique et  un p e r s o n n a g e  d'integrer  un p e r s o n n a g e  a la fois  en meme temps  l a confusion  au vaudou.  lentes  et  Chauvet a u r a i t t r a n s f e r e  sa p e r c e p t i o n  contre,  d u demon.  contradictions,  l a p a r t de d i l e m m e ou se  fixent  sur le  v a u d o u comme un c u l t e  adorateurs  houngan B e a u v i l l e e s t  se  societe  catholiques  de  l'auteur.  II  une  le  les  pour  qu'intellec-  sacre" propage par l e s  du c u l t e ;  societe  petri  est  "moune v i i " (monde  embrouille par les  pretres  la  est  En t a n t  "l'heritage  hesitation  prend normalement  Blanc.  p r a t i q u a n t s comme d e s de  certaine  on l e  i l  que  a une  le  trinsequement  fait  etranger  b i e n entendu  l a nature  de  son p a y s ,  preconisent  q u i sont  sujet  a 1'etranger,  campagne de  sans doute  est  d'esoterisme  colere  vaudou:  et  folie,  le  le  de C h a u v e t  traitement  facile i l  se  qu'ils  vaudou n ' e x i s t e  a p p a r a x t un d e s s i n ,  vis-a-vis  plus  ou m o i n s  les  yeux  mais peu c o n v a i n c a n t .  Par  trouvent  des  dont  accordent  attaques  viru-  -86-  CAndreJ  a e u s a p r e m i e r e c r i s e de n e r f s a q u i n z e ans e t s a m e r e , q u i s ' a c c u s a i t d ' e t r e en r e s t e a v e c l e s l o a s , a p a y e un h o u n g a n pour q u ' i l l e t r a i t e . Elle s'est depouillee. E l l e est morte poitrinaire. E l l e a v o m i t o u t l e s a n g de s o n c o r p s . Et le h o u n g a n e t a i t l a , a s o n c h e v e t , 1 ' a c c u s a n t i m p i t o y a b l e m e n t de t r a h i s o n et d ' i n d i f f e r e n c e envers l e s loas.^ Ou e n c o r e : C o c o b e s , c r e v e - l a - f a i m , p o u i l l e u x i l s se g a r e n t t a n t q u ' i l s peuvent du d a n g e r : v i s i t e s aux h o u n g a n s v o r a c e s q u i l e u r e x t o r q u e n t l e s m o i n d r e s p i e c e s d ' a r g e n t q u ' i l s o n t r e c o l t e e s au cours d'une p e n i b l e j o u r n e e a monter et a descendre pour mend i e r , p r i e r e s a t o u s l e s s a i n t s du P a r a d i s , s i m p l e s e t c h a r m e s l e s p r o t e g e n t des e s p r i t s malfaisants.173 L'extrait la  question,  suivant  ou e l l e  semble  souleve  resumer l e s l'atavisme  reflexions  d e j a evoque  de C h a u v e t s u r et  opte  pour  le  catholieisme: Me v o i l a g r a t t a n t de l ' o n g l e l a c o u c h e de v e r n i s de mon e d u c a t i o n l a t i n e , e t r e i n t a l a gorge par l e s t e r r e u r s superstitieuses de mon e n f a n c e . Comme i l e s t mo i n s d a n g e r e u x de s e r v i r D i e u . ' I I a l a p a t i e n c e de l ' a m a n t d e l a i s s e q u i e p i e l e r e v e i l de l ' a m o u r pour tendre l e s mains et p a r d o n n e r . Loas exigeants" Loas i n s a t i a b l e s de mes a n c e t r e s . ' 1 7 4 Reste  que l e s  qui y regne, tout qui  de  la  serait,  ecrits  brossent  femme e t  precedents  de C h a u v e t , m a l g r e l a  un p o r t r a i t i m p o r t a n t de  du m u l a t r e , j u s t e m e n t  en q u e l q u e  sorte,  a cause  leur heritage  le  sur sa p e r s p i c a c i t e ,  traitement  personnage gresse  -  Blancs", elle fille  dont, elle  ressort  dans Amour,  i r o n i e de s'enfuit  subtilite  haStienne  l a femme  principal  s'imagine  son p e r e .  de  sa  et  est  qu'elle  et la  son  reception  Le r a p p o r t  est  de  se  lier  explicite:  i l  raciale.  famille  entouree 7  son r e f u s  merite,  question  dans une ou,  sur-  confusion  imagination,  "une mouche d a n s un b o l de l a i t . " " ' " ^ de  cette  particulierement reussie.  son prenom -  d'une  de  de  haltien,  sacre.  Pour donner a Chauvet l a r e c o n n a i s s a n c e insister  1'esprit  confusion  de  de  faut dans Claire, Ne-  "presque  mulatresses,  L'heroSsme  de  la  a u v a u d o u , comme 1 ' a u r a i t  voulu  Noir  Elle  = Afrique  = vaudou.  -87-  refuse  le  destin  Apres  que l u i r e s e r v e  la vision  indigene  latresse  Chauvet, c e l l e  de n o t r e  etude.  C.  Les a r b r e s  1.  Introduction.  le  fait  de J a c q u e s  naires  a une  Elie  la  Lescot  societe  agricole)  Sartre  la  et  Gourrige  1 7  ^,  Alexis  a 1'unite  1'intrigue.  signales  qui est mais  c h a c u n des  a l'eglise  au l e c t e u r  deroulement  terme  des  le  evenements s o c i a u x ,  de  et  a  contexte,  et  d'apres  i m p o r t a n t e de  divise  de  ces  individu  chapitres  t o u r en  que  episodes  brisures  en m e t t a n t  en  un peu a l a T o l s t o i . personnelle  des  historiques  de  de  l'action.  chaque  en s e i z e  a son  tout  l'eglise,  "simultaneiste"  en s o r t e  la vie  politiques  indigenes,  rapport  divise  de r e p r e n d r e s o u f f l e ,  1'entrelacement  ou  permettre  Dans ce  de 1 ' i n t r i g u e ,  (1941-1942)  de  une p a r t  un e x p a c e ,  person-  afin  du p r o c e d e  se  de  pouvoirs e x t r a o r d i -  catholique,  Le roman se  et  systematique  resume r e f l e t e r a les  l a mu-  (Societe haYtiano-americaine  terres  illustrent  chapitres  p a r un a s t e r i s q u e  permettent  2.  S.H.A.D.A.  s'inspire  personnages  avec  a c c o r d e des  p o u r d o n n e r a chaque p e r s o n n a g e  seulement,  de  soixantaine  anti-superstitieuse  la religion populaire.  Les p o r t r a i t s des  le  q u i compte une  1 ' e x p r o p r i a t i o n des  d e s t r u c t i o n de  Ghislain  celle  Stephen A l e x i s nous menera au  (1941-1946)  societe privee,  de d e v e l o p p e m e n t a cette  Cineas et  musiciens.  revivre l a periode dite  President  teint.  o r i g i n a l e de  Ce roman de g r a n d e h a l e i n e nages  son  relief Notre  personnages l'epoque.  Resume. Le r e c i t  commence p a r l a d e s c r i p t i o n "en t r a v e l l i n g " d ' u n  somptueux p a r s a f a u n e reuse  et  sa  L e o n i e Osmin r e t r o u v e  l'aurait  injuriee,  en t r a i n  flore; le  a u b o u t de  ce mouvement  pretre francais,  de f o r n i q u e r a v e c  le  la  Pere K e r v o r ,  une j e u n e  paysage colequi  HaStienne.  -88-  Leonie  l u i donne  afin  de  elle  s'occupe  porter  lui  son  Celui-ci  "une bonne  "dedier des  raclee",  son d e r r i e r e " en s i g n e  preparatifs  electoraux,  " p o u l a i n " Me D e s o i s e a u x  sera  n'assistera  elu  pas  l'insulte  grace  a sa  soiree  de  lui  tourne  de m e p r i s . brassages  au p o s t e  aux e f f o r t s  et  Par l a  de d e p u t e  de  la  dos suite,  d'affaires  de L e o n i e m a i s ,  celebration,  le  pour  region.  ironiquement,  n'etant  pas  de l a  elle  societe  voulue. L'autorite trois  freres  qui figurent  sera effondree envers le  les  de L e o n i e i r a d e c r o i s s a n t  ancetres  avocat  Le  malgre  par les  II n'est  parvenir,  a tout  pour  Edgard  lancer  dans  Diogene  et  se  Lescot, les  incarne  aux d i e u x  le  fanatique,  comme l e i l  se  fait  du p a y s .  trouve  africains  d'ecrire  et  se  de  qu'il  des  renegat  Isole,  et  la  espere aussi  signifie i l  faire.  le  contre  veut  Malgre  gros n o i r  sa  Edgard  S.H.A.D.A.  l a r e l i g i o n des  malins le  est  lui-meme  estime  rien,  i l  l'Ha51tien n o i r devenu p r e t r e ,  nocturnes  sermons  reveur-  "caoutchou"  pour l e  en c h o i s i s s a n t  esprits  Carles,  considere  N'y pouvant  bien place  respect Edgard,  pratiques  militaires  L e mot m a g i q u e  elle  sont  desabuse.  depourvu d ' i d e e s  t o u r m e n t de  a une p e u r p a n i q u e d e s  p a r moments  mulatres  des  plein.  cynique et  les  fils  catholique;  "mornes" l a campagne de  II  tache  et  1'intrigue,  Ses  a temps  Mere  l e u r manque de  en b o n t a c t i c i e n , a c h o i s i  renonce  la  debauche  a l'encan  il  devant  pretre  comme d ' a u t r e s  lui-meme.  en t i r e r u n p r o f i t ,  pour  et  et  avertissements.  p o u r t a n t pas  l a vente  "mulatromanie",  traditions  E d g a r d Osmin e s t  prix,  que  i m p o r t a n t e dans  qui devient  intellectuels  un r a t e .  peu b r i l l a n t s  des  ses  a 1'occasion  lieutenant  meprise  facon  par leur refus  m i l i t a i r e ; Diogene,  poete,  de  a u l o n g du r e c i t .  et  vaudou.  i l  est II  p r o f a n a t e u r de s a r a c e m a i s ,  un h o r a i r e s u r c h a r g e , v e r i t a b l e  plan  car  Blancs. angoisse  se en  voit vrai  d'attaque  -89-  qui  consiste  suivi  d'une  cours  de  le  sans  par le  visage  l'humiliant.  Des  et  et  les  Quant plement  et  -  E.-U.  q u i menent  prend  l'aspect  collaboration de  roles  de  ses  Le p e n c h a n t de  sa jeunesse  Son e v o l u t i o n  sur-le-champ  un j e u n e  brillant, dont  le  II  fait  Au a une  est  detruire  son p o u v o i r  une v o i s i n e  plus  qui  et se  clairement  strageme  des  le  autorites  1'Ambassadeur  C a r , depuis  respectivement  et  le  pays.  l a meme  les  vaudou et  ne p e u t  dans  Or, i l  domaines pour  est  ex-  est  "le  Stella:  fourberie  reflet  fidele  son o b s e q u i o s i t e  d i v i s i o n des  A m e r i c a i n s , et plan.  recit  reflete  de  devant sa  "le  la  celle  les  Haiti  re-  les  comprendre.  fois  probleme  la  reconquete  pas  a la  sensibilisation  de  provoquee par  o u ne v e u l e n t semble  -  du  envers  C a r l e s comprend c l a i r e m e n t  ne p e u v e n t  ecoeurement  races  declassement  sim-  talentueux  croisade morale a n t i - h i t l e r i e n n e ,  de  son  qui aimerait  ignorer l a  de C a r l e s p o u r l a d e b a u c h e  dans  i l  ainsi  homme f r i n g a n t  la politique  q u i , eux,  de  le  freres.  representant  au deuxieme  et  le  a g i r o n t pour d e t r u i r e l e  du temps  freres  temples.  abandonner.  follement  de d u p e r s e s  l a bonne  l'independance  tout  y compris l'Archeveque et  c'est  les  des  vaudou  t r o u v e r a "en p r o i e  l u i enlevant  Malheureusement,  avec  de  se  dieux  paysans.  de L e s c o t  Etats-Unis".  i l  Carles qui voit  devine  Edgard,  et  la destruction  desire  s a gourme a t r a v e r s  poete  gouvernement des  II  a Carles,  jeter  pianiste,  c'est  des  les  fenetre.  militaire, terres  contre  S i r a m e , ' h o u n g a n dont  cheveux,  leur projet et  de  aura envie  militaires,  Diogene  religieux propier  freres,  fervents  vaudou,  Diogene  a sa  evenements.  americain, famille,  les  et  le  Cousin  En o u t r e ,  souvent  religieuses  et  7 7  de  couper  trois  c o u r s des  contre  fond"'''  houmfort et  deshabille  de s e r m o n s  a b j u r a t i o n massive  s a campagne  tristesse hante  e n un m o i s  un  effet  d'Haiti".  aux m a l h e u r s  -90-  des  paysans.  et,  au c o u r s d u r e c i t ,  il  vit  Par le  hasard d'une essaiera  chute  de  le  d a n s un a n a c h r o n i s m e q u i s e r a  Carles  s'opposera  objets  d'art,  a Diogene  reliques  Le p e r s o n n a g e  de  cheval,  inevitablement  dans des  de GonaSbo e s t  r e n c o n t r e GonaSbo  c o n v a i n c r e de q u i t t e r  q u i d i r i g e des  prises  i l  autodafes  assauts  un d e s  ecrase  plus  sa .  terre  De meme,  pour d e t r u i r e  lances  contre  fascinants  ou  des  des  houmforts.  du roman  178 haStien.  " P l u s s a f r a n que l a  dans une m o n t a g n e p r e s avec  sa  seule  existence  ment "le  de  GonaSbo,  de  qu'il C'est  que l ' a u t e u r r e u s s i t  il  est  feerique,  issue  serait  "l'enfant-roi" parler  ni  Dossous  envahisseurs  pousser,  ses  besoins,  et  terres  leur  lance  gagne grace  une f o i s  des  Ils  Revolte,  pierres  Son  une  cette  nais-  artisanales:  des  le  n'a besoin  de  modelage 179  feuilles" que  de  des  objets  son  existence  c r e d i b i l i t y a ce  historiens.)  personnage dont  On l ' a p p e l l e  hommes n ' o s e n t n i  lui  "gangan-macoute" Danger  approche s ' e s t  Blancs qui entrent  a moto.  secrets  intimes  les  terrible  profanateurs.  de  ( R a p p e l o n s que l a r a c e les  et  en f a i t  capacites  par l a vente  certaine  r o i sauvage", meme l e  les  aux d e t a i l s  selon  compagnie.  a cause  auto-suffisant,  facilement  exterminee,  les  des  qu'etre  ermite  terre Quisqueya,  hamacs m u l t l c o l o r e s ,  cassaves,  en  q u i se m o n t r e p a r t i c u l i e r e -  certaines les  la  i l vit  a sa mere,  fils,  peu v r a i s e m b l a b l e .  l'approcher:  qui 1'avait  remonte  a son  ,  qui l u i tient  l ' o n a chassee  a d o n n e r une  ou " l e  GonaSbo v o i t  courant  a legue  en t a n t  sa main.  idealise,  couleuvre  f a b r i c a t i o n des  peu d ' a r g e n t  faits  Elle  abricots"  l a c AzueS dans  du c o t o n p o u r f a c o n n e r  la  des  "bon s a u v a g e "  a s u b v e n i r a ses  l'argile,  En f a i t ,  une  un p e u l u n a t i q u e que  tessage  tres  de  illegitime. apte  du v i e u x  "Zep",  atavique  fille-mere sance  amie  chair  fait  dans  par Zep.  s o n royaume comme  troublent  GonaSbo f a i t  a festibule,  chasser  le  silence  tout  en p a r -  pour l e s  brule leurs  des  hangers  reet  -91-  detruit  leurs  patience pretre, lui  tracteurs  de l a dans  lenteur  sa  qu'ils et  utilisent  a cultiver  de l a m o d e r a t i o n de B o i s - d ' O r m e ,  resistance  aux e x p l o i t e u r s ,  mais  d a n s une e x p e d i t i o n p o u r r e c u p e r e r des  de d r o g u e s p r e p a r e e s les  chiens  parer  charges  de c e u x - c i ,  par le  de ce  la  trouve fille  Zep, l a  tete  du houngan,  attrait  m u t u e l se  Bois-d'Orme, celui-ci, Diogene  et  est  Les dieux  le  qui atterre  C'est  retrouve,  le  s'im-  grand  du c u l t e . les  A l'aide  gardes  du c u l t e  pour  et  s'em-  Diogene.  de G o r i a l b o c o i n c i d e  ecrasee.  II  c o l l a b o r e r a avec  reliques  objets  et  aussi  le  s'apitoie  avec  le  moment ou  i l  moment ou M o n i s e ,  la  sur son  chagrin.  Leur  t r a n s f o r m e r a en a m o u r . homologue  de D i o g e n e ,  se  apparait toujours plus noble zele,  i l  houngan, Gonalbo endormira  s u r v e i l l a n c e des  L a f i n de l ' e n f a n c e  l'hevea.  alors  verra que l e  que B o i s - d ' O r m e e s t  " l ' a v a i e n t malgre tout  souvent  choisi.'  pretre  compare a catholique.  un s e r v i t e u r [.. .]  les  d'election:  dieux  le  hals-  180 saient  pour 1 ' a v o i r  lie  de  sont  point  foi  est  seul  foncierement  grise  quand l e  poussant  pretre,  se  ticien  finaud.  dira  plus  frere:  "Dites  se  II  sable  plus  a u c o u r s de  aveugle  se  p a r son  la  fera  laisse  q u i evoque  deplace  avec  se  loin,  frere  se  croisade.  zele  contre  casser  sorte  que j e  ou J e s u s  le  une  colombe  Le p e r e frenetique-  C e t t e mule vaudou et  une p a t t e  d a n s un  que D i o g e n e , zele  soit de  "tend l ' a u t r e  expliquer le  crises  Bois-d'Orme  deplace  sa  v i c t i m i s e r par le  celui  v e n u en q u e l q u e a votre  Les  deux hommes.  montre s o i t m e i l l e u r C h r e t i e n  d a n s un g e s t e a Carles,  II  phrases  jusqu'a l'epuisement  Bois-d'Orme  les  son g r e . "  v a d o n n a n t a manger aux o i s e a u x .  apprend-on quelques  s u r une m u l e g r i s  perira  et,  et  contre  commun e n t r e  un homme de p a i x .  sur l ' e p a u l e ,  Diogene, ment  le  au s a n c t u a i r e  la trou.  tac-  Diogene joue",  c o m p o r t e m e n t de 181 p r i e pour l u i . "  i l son  -92-  Bois-d'Orme v o u d r a i t , a GonaSbo:  "Une v o i x  a un moment  crie  donne,  passer  en m o i , m a l g r e m o i ,  et  son grand p o u v o i r  me d i t  que  c'est  182 toi il  que  les  fait  dans  Loas c h o i s i r o n t . "  suivre  un l a c  revient  cette  la  avec  de  d e c l a r a t i o n d'un acte  chaxne  dans  En s i g n e  sacree  l a bouche  qu'il  veut  un p o i s s o n  son p o u v o i r  surnaturel,  extraordinaire:  passer dont  au g a r c o n ,  l'estomac  lancant i l  plonge,  contient  la  chaine.' Danger Dossous les  gens,  profite  sur eux.  forniquer  avec  lesque,  pour  i l  un " t r e s o r  p a r e des  a le  attributs  leurs  sert  des  faire  de  son  emprise  de  de  loups-garous.  sur  decouvrir.  terre  et  rate  Danger, pretendant  et  Edgard dans  le  francaise  de  metres  l'humour n o i r -  de  faveurs  Son p r o j e t  est  de p a r v e n i r l u i - m e m e  societe  satanique  Dans une  scene  des  l u i extorquer  au  "Ouin-  grandguigno-  convaincre  chaxnes,  creusent  couleuvre  a Edgard  clefs,  qu'il  1.200  "piastres"  de  de la  ferraille,  un t f o u  violer la.  l'homme  son  Cette  tuer.  scene p u i s e le  a un pretend  Celui-ci laisse  amie M a r i a s o l  cocu - mais  et,  sa macoute,  chercher pour l ' a c h e v e r ,  t r o u pour a l l e r  sa maison a quelques  une  ordonne la  leurs  pour  l'ancienne  sortir  terre,  service.  paysans  de  moment d o n n e ,  de l a  les  qui  u n i f o r m e de g e n e r a l  L e s deux hommes  sort  pouvoir  1'excavation  c h a n d e l l e s , crane humain.  qu'elle  d'avoir  parmi  de  papillon noir,  Danger f a i t  l a peur  Danger a r r i v e l a n u i t  du s o r c i e r :  armee n a t i o n a l e , g r a n d  sur  d'Edgard pour l e  sa  afin  l u i refuser  afin  1'antique  1'avarice  enfoui"  a son  houngans  revivre  e n semant  a p p r e n t i sous B o i s - d ' O r m e , mais  espionnes les  qui,  mouvements  femmes q u i n ' o s e n t p a s  confrerie  profite  1'aider  se  a detruire  II veut  guebindingue",  dirige  autrefois  i l  d'elles  Diogene  pouvoir.  existe  les  gangan-macoute  d'eux et  indigne,  pour f a i r e  d'aider  le  Faux p r o p h e t e  s ' e s t montre  et  est  restee  dans  filou  la est  le  la dupe  dans tradition bel  et  -93-  bien  le  sorcier haStien  Finalement, natal  fait  Gonalbo et son p e t i t  finaud.  Carmeleau Melon,  une b r e v e  apparition vers  1'encourage a se Eden.  fils  p r o d i g u e de r e t o u r au p a y s  la  soumettre  f i n du r o m a n .  a 1 ' i n e l u c t a b l e et  Carmeleau, q u i r a p p e l l e Manuel,  d'Orme de d i r e aux g e n s de q u i t t e r l'independance,  retorque:  II  leurs  terres;  " O u b l i e s - t u que l e s  rencontre a  quitter  conseille  a Bois-  celui-ci,  evoquant  Loas ont  combattu  avec  Dessalines?" "^ 1 8  L e roman s ' a c h e v e p a r l a de  leurs  narde. qu'il  fuite  des malheureux p a y s a n s ,  terres  par Edgard,  ce q u i v a u d r a a ce d e r n i e r d ' e t r e  Diogene  sombre d a n s  la  a persecutes.  folie,  GonaSbo e t  Carles f i n i t  deur h a l t i e n religieux brule  aux  qu'il  lui-meme  bruler  s a femme D a d a , mais,  sorcier defie ruse  les  societe  les  que D a n g e r e t  secrete  parvient a  3.  leurs  du r o m a n .  partent  de  le  l'ambassaobjets  ou comme i l  le  font  de  de l e  dit,  les  faire.  lasse,  se  loas  Apres l a mort  i l  le  renou-  s'engage avec  le  Dans un j e u o u  qu'on f a i t ,  i l  l'on  se m o n t r e  plus  l'empoisonner. des  en l e u r d i s a n t  qu'il  terres,  B o i s - d ' O r m e m e u r t en p a i x ,  ayant  les  paysans  t a c h e s de  son  de  p r e p a r e a l a mort  tambour q u i s i g n a l e n t  gestes  le  l'exode  accompli toutes  La complexite  et  et  de g u e r r e  les  foret,  a r r i v e en c a m p a g n e ,  "compter v a i l l a n c e " .  Apres a v o i r declenche  vertueusement  -  la  couperont  secretaire  de D a n g e r D o s s o u s ,  d'imiter  v a l a i t mieux q u i t t e r  ou i l s  poig-  que D i o g e n e  battements  en un d u e l a p p e l e  l'adversaire  devient  catholiques  Bois-d'Orme,  en e n t e n d a n t  v e a u de l a  avant  sanctuaire  - p o u r empecher  de  B o i s - d ' O r m e r e c u p e r e de nombreux  ensevelit son  loas  p l a c e n t " ensemble  l a montagne  p a r se m a r i e r e t  E.-U.  hante par l e s  M o n i s e "se  p o u r t r a v a i l l e r ' a v e c C a r m e l e a u dans bois.  chasses  office.  -94-  Nous a v o n s sant de  de  repris  cote maints  1'intrigue.  qui  semble  seulement  details  On p e u t  les  grandes  qui soutiennent  toutefois  lignes la  deja voir  du r e c i t ,  credibilite  l a complexite  lais-  globale du r o m a n ,  echapper a Pompilus:  Ce roman ne p o s s e d e q u ' u n e i n t r i g u e b i e n m i n c e que l ' o n s a i s i t a p e i n e a l ' a i d e de q u e l q u e s c h a p i t r e s e s p a c e s d a n s l ' o u v r a g e . E l l e c o n s i s t e d a n s l ' a m o u r de GonaSbo e t d ' H a r m o n i s e l a f i l l e de B o i s - d ' O r m e , l e p a p a l o i . C ' e s t que l ' a u t e u r a v o u l u a u t r e chose: f a i r e r e v i v r e H a S t i en 1 9 4 1 - 1 9 4 2 . 1 8 4  En f a i t ,  le  haStiens  p a r sa  quelles  i l  roman se  se  distingue  complexite  livre.  et  de  la  tres  par les  couches  Les arbres musiciens  historique  qui restitue  une  evenements  reels  noms v e r i t a b l e s  tant qui  et  r a p p e l l e n t G e r m i n a l de donne c h e z  rappelle relief  les  grands repas  la  d a n s un g e s t e  des  scene  se  Roman a t h e s e e t  dedicace  en e f f e t  avec  force  certains  culte,  a la  Hurbon.  ceux  contre deplore  scenes co-  l'Archeveche en  Germinal:  s o n d e r r i e r e " au p e r e  1'importance  Kervor  L ' i n f l u e n c e de  accordee  par les  aux a r b r e s comme e l e m e n t s Les a r b r e s musiciens  deux  religieux.  sensibilise  t r a d i t i o n v a u d o u , comme en t e m o i g n e le  malheureux,  vaudou h a S t i e n  1'exploitation 1'invasion  des  et  i l  demontre  pauvres.  etrangere,  les  les En  un d e j e u n e r  evoquent  Comme roman de r e v o l t e , les  sur  G r e g o i r e de G e r m i n a l m e t t a n t  1 ' e t u d e D i e u dans  demunis,  i l  details  personnages.  d'exemple,  D'autres passages  surtout  p a s s i o n pour les  nationaliste,  les  aux-  un roman  b o n nombre de  a c e l u i de L a M o u q u e t t e .  roman de  a A l e x i s de  p r e t r e La^nnic  chez  r e t r o u v e dans  catholiques  qui luttent  A titre  ou L e o n i e " d e d i e  a l a nature et  pretres  Zola.  paysans.  identique  sur A l e x i s  ecrivains  les  de  est  l ' A m b a s s a d e u r a m e r i c a i n e n l ' h o n n e u r de  l a misere  p a r exemple  Zola  precise  romans  d'interpretations  que roman p o l i t i q u e / p r o l e t a i r e , i l p r e s e n t e  pieux  le  les  epoque  g r a n d e m a j o r i t e des  ecrite  evoque  la  la par com-  l'hero5"sme Comme roman  bulldozers  qui  de  -95-  rasent  les  timental,  terres i l  des  raconte  (vraisemblablement) presente et  b i e n des  ce n ' e s t  pas  psychologique est  illustre Outre  qui tous  les  tantot  de  celles  foi  presente  oblige  ses  forces  pour q u i l e  du c u l t e  le  riposte  aux o f f e n s e s  pretre  Par d e l a  un d e u x i e m e le  de p a i r grandie  a la de  fin,  mais  syncretisme  p u i s e r j u s q u ' a u f o n d de a son p r o p r e j e u . mais  se  q u i l u i gagne l a  laisse  Les ideal.  personnage le  son h e r i t a g e  Tout  comme l e  de  est  Lucifer  de  Diogene  sympathie  des  sagesse  Christ,  accabler par  i l  ne  1'injustice,  autres  tout  en  avi-  fanatique. structure  soutenue  l a m u l t i p l i c i t y des  fonctions  de B o i s - d ' O r m e d a n s  infiniment  prin-  religio-economico-militaire.  cette  passe  personnage  son a s p e c t  car le  aussi  crises  gagne-pain.  avec  le  pour  de m o n t r e r l e s  d'affronter  superieures  ce  trouve  que  a eu l ' o r i g i n a l i t e ,  vaudou est  ainsi  presque  un houngan  tuer  Diogene  l a joue,  a travers  contre  pour b a t t r e  le  sont  principal  rappelons  de m a i n t e n i r s a v i g i l a n c e  doit  lissant  de p r e s e n t e r  un roman  structure  Chauvet, sinon  En 1 ' o c c u r r e n c e ,  Alexis  est  techniques.  roman a une  Cineas et  denigre.  Bois-d'Orme  pas  le  autres  du v a u d o u , non seulement  non seulement de  et  i l  Enfin,  chaque p e r s o n n a g e  romans h a S t i e n s  de B o i s - d ' O r m e se  sa r e l i g i o n et  tend  les  sen-  "vecurent  a rire.  Les arbres musiciens  interieurs  romans de  tantot  Danger D o s s o u s ,  elements n e f a s t e s  et  des  Monise, qui  qui pretent  caracteristiques  dans  l'etendue  L'envergure  bouffons  dialogues  Comme roman  Comme roman h u m o r i s t i q u e ,  i n t e r i e u r de  de B o i s - d ' O r m e m a i s ,  cipal,  heureux".  romans h a S t i e n s .  idealise,  illustrer  conflit  diverses  leur volonte.  amours de GonaSbo e t  son moindre m e r i t e ,  autres  vaudou est  contre  personnages  p a r des  surpasse  les  toujours  ou l e  ces  paysans  celles  d e j a vues dans  par les  les  divers  autres  sa  personnages, communaute  romans du  sur-  genre.  -96-  Puriste  de v a u d o u , B o i s - d ' O r m e  de l a r e g i o n e t  est  p a p a - l o a , p a t r i a r c h e et  g a r d i e n de 1 ' o r t h o d o x i e .  Son nom e s t  protecteur  sur toutes  les 185  langues Plus  en cas  globalement,  recouraient En t a n t et  de b e s o i n : i l  est  "II  t ' a i d e r a surement,  toujours pret  au g r a n d - p r e t r e a chaque  que c o n s e i l l e u r - j u g e ,  r e n d des  jugements  a "depanner":  fois  que  i l m o n t r e une  que p e r s o n n e  ne  s'il  conteste  et,  peut."  "Les  quelque  sagesse  le  paysans  chose  digne  clochait."  de S a l o m o n ,  de p l u s ,  abordables:  [...] l a d e c i s i o n v e n a i t sans p r o c e d u r e , sans f r a i s d ' h u i s s i e r , tout dret [sic] , t o u t n e t , a v e c une v i e i l l e s a g e s s e r o y a l e , une e q u i t e p a t e r n e l l e p e t r i e de c o m p r e h e n s i o n e t de tendresse. Comme t o u t  houngan,  aux e n t e r r e m e n t s , participe, plus  avec  souvent  risque  en r e a l i s a n t  une  le  sang.  occasions,  terres.  le  seul  i l  c'est  II  sert  Par a i l l e u r s ,  son p a r t i  de  cet  escroc  vante  se  deguisant  peur,  retenant  cambriolages,  etc,  Blancs,  les  bebe  les  le  cote  gens.  vivant. paysans  l a campagne  II  est  de  quitter  g e n s de  sortir la nuit,  et  necessaires  plus  de  En  fait  aussi  s u r c e l u i des  exploitant  un  leurs houngans  rend plus  militants.  qui apparait sait  pourtant  i l la  seme  l'epou-  croyance  g e n s en a n i m a u x .  charmes e t  ou  anti-superstitieuse,  superstitieux  changer l e s  est  utilise  a un moment i l  En p a r t i c u l i e r , l a n u i t  peuvent  i l  malades.  l u i q u i c o n v o q u e un c o n c l a v e  c'est  S'il-  batailles  pour t r a i t e r  "sage-femme": le  exorcismes.  les  1 8  officiant  medecin-pharmacien qui  en p o r e ou en b o e u f ,  gangans  les  de  en  sans p o u v o i r mystique v e r i t a b l e  l a p e u r des  que l e s  le  des  dans  de m o d e r a t i o n q u i l ' e m p o r t e  de  qui veut  est  a prendre devant  profiter en  et  contre  convaincre les  c'est  Chez D a n g e r D o s s o u s , d'abord:  miracles  qui intervient  recueille  capable  p o u r d e c i d e r du p a r t i et  des  f o r m e de r e f l e x o l o g i e  a c c o u c h e r une m o r t e e t meneur,  f o n c t i o n mystique  a l a resistance  pacificateur  de c o u l e r  certaines  r e m p l i t une  GonaSbo,  le  a 1'occasion  i l  1  faciles  ouangas.  La vols,  -97-  P o u r mener a t e r m e n o s des et  Arbres musiciens, M o n i s e ne  theme  figure  insignifiant,  i l  dans  de G o n a S b o ,  convient  d'ajouter  le  que v e r s  de  la  q u i connaxt  don  1'heritage  y a la,  nous  de  semble-t-il,  nue e n a c c e p t a n t Bois-d'Orme  aurait  des  comme s e r v i t e u r ,  lettre  signe  le  de  plantes  deposer  une a m b i g u S t e que  a u p i e d de l a  Pompilus  sans e t r e  b i e n s u r v e c u sans  entrailles  vertus  que v e u t  f i n et,  du roman r e p o s e  s u r g i des les  que f a i t  que l ' a m o u r de GonaSbo la  tres  complexite  1'enfant  songe a Z o l a ) e t (douteux)  recit  1'intrigue  Un a u t r e e x e m p l e sonnage  remarques sur 1'analyse  lui.  dans  la  le  terre  mais  un  per(on  refuse  le  en l u i B o i s - d ' O r m e . l a c r i t i q u e n ' a pas  refus  II recon-  de GonaSbo de r e m p l a c e r  du d e c l i n du v a u d o u :  One o f t h e m a i n c h a r a c t e r s , t h e h o u n g a n B o i s - d ' O r m e , i s shown a s a s i n c e r e b e l i e v e r i n t h e power o f t h e g o d s . . . Y e t B o i s d'Orme c a n do n o t h i n g a g a i n s t t h e C a t h o l i c C h u r c h ' s c a m p a i g n and t h e e x p r o p r i a t i o n o f p e a s a n t l a n d . £. . .] When B o i s - d ' O r m e s y m b o l i c a l l y h a n d s down h i s power t o G o n a i b o , t h e l a t t e r t a k e s o f f the c h a i n which symbolises B o i s - d ' O r m e ' s power, i n d i c a t i n g h i s r e f u s a l to continue that t r a d i t i o n . 1 8 8 Sachant des  houngans  refusent  que B o i s - d ' O r m e fictifs  acceptent  jusqu'a l'ultime  d'importance du d o n de  au r e f u s  de  des  loas),  Quant  etc.  catholique, le  status  limite,  s a m o r t en p a i x , Convenons  son a t t r a i t  i l  Dash semble  alors  ses  qu'il  impuissance  oublier a la  c h e z A l e x i s une c e r t a i n e  equivoque.  lisible  du p e r s o n n a g e  dans  les  paroles  avec  en ce  Ceci le  ou  la  trop  la  terre,  arbres  les  de  devant  situations  sa r e a c t i o n p a s s i v e , la  plus  et  folie.  q u i concerne  semble  sa  (reposoirs  de B o i s - d ' O r m e  fois  sombre d a n s  existe  plupart  l ' h e r i t i e r presomptif  affinites  que l u i m e r i t e  la  que D a s h a c c o r d e  p o u r l a m u s i q u e des  que D i o g e n e  cependant  semble  aussi  leur vocation,  GonaSbo e s t  a l a presumee  de m a r t y r  mais  a contrecoeur  l a t r a d i t i o n e n v e r t u de  instinctive,  inegales,  ASza-Cedieu,  de G o n a S b o .  vie  l'eglise  et  assez  le  vaudou  clairement  eloquent,  le  poete  -98-  Carles,  lorsqu'il  s'adresse  a  Bois-d'Orme:  S a u f v o t r e r e s p e c t , j e ne c r o i s n i a D i e u n i a d i a b l e , m a i s j e r e s p e c t e t o u t ce q u i s e r t de l a t e r r e . L e s L o a s s o r t e n t de l a t e r r e comme l e s b a n a n i e r s , comme l e m a n i o c , comme l e mails. P o u r q u o i e s t - c e l e ma2s q u i l e v e i c i e t n o n l e b l e ? . . . P a r c e que n o t r e s o l e i l e s t c h a u d , que n o t r e t e r r e c o n t i e n t c e c i , c e l a et pas a u t r e chose. L e s L o a s s o r t e n t de n o t r e t e r r e p a r c e que n o t r e t e r r e e s t m i s e r a b l e , p a r c e que v o u s n ' a v e z que v o s m a i n s e t de p a u v r e s o u t i l s p r i m i t i f s p o u r c u l t i v e r l e s o l , p a r c e que v o u s d e v e z v o u s d e b r o u i l l e r t o u t s e u l s p o u r t o u t l e r e s t e . . . l i s v o u d r a i e n t vous v o i r r e j e t e r l e s Loas pour l a r e l i g i o n des B l a n c s , m a i s v o t r e r e l i g i o n c ' e s t l e m a i s e t c e l l e des B l a n c s c ' e s t l e b l e . . . J a m a i s i l s n ' i m p o s e r o n t l e u r r e l i g i o n , m a i s i l s p e u v e n t f a i r e du m a l , b e a u c o u p de m a l . . . I l s r a v a g e r o n t t o u t comme l e s B l a n c s a m e r i c a i n s l ' o n t fait n a g u e r e p o u r l u t t e r c o n t r e l e s p a y s a n s en a r m e s , r a s s e m b l e s a u t o u r de l e u r h o u n f o r t s £. . .] L e s L o a s ne m o u r r o n t que l e j o u r ou 1 ' e l e c t r i c i t e f e r a i r r u p t i o n dans l a c a m p a g n e , l e j o u r ou l a l u m i e r e c h a s s e r a l ' o b s c u r i t e dans l e s c a s e s , l e j o u r ou d e s m a c h i n e s a g r i c o l e s h e n n i r o n t dans l e s c h a m p s , l e j o u r ou l e s " h a b i t a n t s " s a u r o n t l i r e e t e c r i r e , l e j o u r ou l a v i e c h a n g e r a , pas a v a n t . . . . ^ 1  Ce d i s c o u r s vaudou et dans  son d e c l i n  l a nature,  rapproche que n ' a  4.  est  resumer,  a venir.  tout  en g r o s ,  Zola  Jacques  d'Emile Zola,  a u r a i t dans  Roumain, mais  h o r s de n o t r e  la vision  La r e l i g i o s i t e  comme c e l l e  d'Alexis.  fait  question  semble  ce  d'Alexis  de C a r l e s l ' a t h e e que n o u s  roman i n f l u e n c e  1'etude  sur  detaillee  avons  le repose  deja  Alexis  que m e r i t e  plus cette  propos.  L'originalite d'Alexis. La j o i e  du l e x i q u e  d'ecrire  frangais  et  chez dans  Alexis son  s'exprime  a travers  imagination feconde.  sa  maxtrise  Selon Pompilus:  J a c q u e s S t e p h e n A l e x i s e c r i t dans une l a n g u e q u i b r a s s e t o u s l e s v o c a b u l a i r e s , t a n t o t c o r u s c a n t e , t a n t o t f a m i l i e r e . £ . . .] S o u v e n t c ' e s t a v e c une s o r t e de f i e v r e que l ' a u t e u r u t i l i s e sa p a l e t t e j u s q u ' a nous e b l o u i r . [...] A l e x i s p o s s e d e unei m a g i n a t i o n e x t r a o r d i n a i r e et m e r v e i l l e u s e , dont aucun romanc i e r haStxen n ' a v a i t encore j u s q u ' i c i ete doue.190 Voici  p a r exemple  un p a s s a g e ou A l e x i s  laisse  libre  cours  a  son  imagination: La p l u i e n ' e t a i t pas l o i n . E l l e a l l a i t s u r g i r tout a l'heure comme une f o r c e n e e , f o u e t t e r s a n s m e r c i l e s f l a n e s r e b o n d i s des  - 9 9 -  m o r n e s , p i a f f e r r a g e u s e m e n t s u r l e v e n t r e de p e u a p r e s , se s a u v e r a p a s de l o u p , l a i s s a n t l a n t e et m o l l e . 1 9 1 Le  style  poetique  d Alexis soutient 1  seuls  l ' e m b a r r a s du c h o i x  et  le  citer  d'autres  II  convient  extraits.  de m e n t i o n n e r q u e l q u e s 5.  Les  n'ayant  simplement  ses  du d e b u t  a la  la  c o n c i s i o n empechent en t o u t e  fin: de  objectivite,  faibles.  premieres  regies,  t r o u v e en p l e u r s  devenue  que l a j e u n e La  c a r ce  M o n i s e se  fille  qui v i t  question  qu'il  soit  de B o i s - d ' O r m e  parmi  du t e i n t de r a c e  semble  sensibilite  l a menstruation.  l u i explique fille".  est  le  qu'elle  est  La s i t u a t i o n  mise  Haltiens,  tout  est  assez  la-dessus  a rude epreuve  " s a f r a n " de G o n a S b o .  facile  C'est  peuple?  egalement  indienne,  trop  des  de  c r o i t moribonde,  g a r g o n - e r m i t e en s a u r a i t - i l p l u s  c r e d u l i t e du l e c t e u r  est  et  "une v r a i e j e u n e  peu v r a i s e m b l a b l e ,  grande  recit  cependant,  r e c u a u c u n e e x p l i c a t i o n au s u j e t  GonaUbo q u i l a  limite  de  le  faiblesses.  A u moment de  qu'il  points  souci  la plaine, puis, l a terre pante-  En admettant  son a c c u e i l au s e i n  et  desinvolte  surtout  des  lors-  de  la  quand on s a i t  vaudouisants,  a  la  famille la  a la  question  raciale. D'autre de  ce  part,  q u i semble  comment a c c e p t e r  etre  sans  sourciller la  une p a r t i e de p o l o :  six  description  cavaliers  bottes  et  192 casques  "galopaient  s c e n e donne a s s e z  dans  l'herbe,  l'optique  amies  s u r un vague Finalement,  travailler leur  dans  decision  des la  "mornes"  s'inscrit  dans  qui voit  semble le  se  i l  est  gaules".  La  peu p r o b a b l e  que  l i v r e n t a u j e u du p o l o ,  haStiennes.  f i n heureuse  l a montagne  longues  du g a r g o n , m a i s  d e s m i l i t a i r e s a m e r i c a i n s de l ' e p o q u e cela  de  GonaSbo e t  un peu v o i l e e  Monise  aller  dysphoriquement:  c a d r e des m a l h e u r s q u i f r a p p e r o n t  et  '  -100-  le  pays,  dans Les a r b r e s m u s i c i e n s  autres  romans du meme g e n r e .  Alexis  d e p l o r e que  au d e b o i s e m e n t  apportent  les  occulte temps  dans  paysans. le  Plus  la H.A.S.C.O.  contribue  chant  en temps m a i s  O r , ce final:  tot  dans  son roman,  (Haitian-American  du p a y s  l a voix  a u s s i b i e n que d a n s de nombreux  en a c h e t a n t  tout  drame e c o l o g i q u e  foret  est  effet,  S u g a r Company) le  est  "Les a r b r e s m u s i c i e n s de l a  en  bois  que  lui  parfaitement s'ecroulent  toujours aussi  de  puissante.  193 La v i e et  commence."  Le deboisement  l'on aimerait,  sur  ce  a ce  a cela:  conclusion.  " l a v o i x de  au h a s a r d 1'image  d'abord,  possibles  la  la realite  v o u l u indirectement et tout  classique  d'une  b i e n fondee  continuer  des  Hailtiens  faudrait-il  f o r e t " diminue avec  pas  l a m o r t de  son s o i n pour  haStienne  finale. offre  plausible.  detail  empechent  Deux i n t e r p r e t a t i o n s p e u de  scenarios  Ensuite, Alexis a  ironiquement t r o u b l e r 1 ' e s p r i t  en p o u r v o y a n t a 1 ' e t r a n g e r fin  tres  le  la  satisfaction  peut-  des  lecteurs  souhaitee  et  romanesque e u p h o r i q u e .  Bilan. Malgre  les  quelques  arbres musiciens  est,  reserves  compte n o n s e u l e m e n t  dans l ' o e u v r e  soulever  des  de t o u s  capitalistes heur des  de Z o l a ,  questions q u i joue  peuples.  que n o u s v e n o n s  d'apres nous,  romans du g e n r e m a i s e n c o r e p u i s e tout  vont  L o g i q u e m e n t ne  idealisee  p o u r une f i n h e u r e u s e  informes,  rend  sensibilite  s o p h i s t i c a t i o n d ' A l e x i s et  d'attribuer  6.  que  1'exploitation  arbre?  La  etre  donne l a  p r o b l e m e , une a u t r e  s'attendre chaque  etant  et  pour  politiques contre  le  les dans lier  plus  de s i g n a l e r ,  Les  g r a n d roman v a u d o u .  elements vaudou dans  les  II autres  la litterature francaise, le  ou e s t  sur-  vaudou au n a t u r a l i s m e e t  pour  mise  des  en r e l i e f  l a r e l i g i o n p o p u l a i r e et  1'avarice  entraine  le mal-  -101-  afin  II  reste  a reprendre les  de  terminer notre  etude.  objectifs  armonces  au debut  de  cet  essai  -102-  Conclusion. Comme on l ' a n n o n c a i t  dans  une b r e v e  histoire  d'Haiti  haltien.  En f a i t ,  nous  tribune  sur le  possibles d'Alexis  de  culte  realiste.  essaye d ' o r g a n i s e r  essai  et  l a plus  possible  presence  une v e r i t a b l e  vaudou, pour montrer l a vaste la variete  des  sophistiquee,  visions  l a plus  H o f f m a n n a r a i s o n de d i r e :  (a 1 ' e x c e p t i o n  cet  un c o m p t e - r e n d u du c o r p u s du roman  avons  1'intrigue  s'avere  et  1'avant-propos,  de  ce  tours  culte.  humaine e t  "Je p e n s e  de J a c q u e s - S t e p h e n  gamme d e s  mini-  la  Celle plus  qu'aucun romancier  Alexis)  n'a  su  integrer  le  194 Vodou dans Parmi le  clerge  une v i s i o n les  le  sur  reste  analyse  sur les  formes, Or, echeance  quelques  politiques en p o s a n t  la fin  base  sur  du v a u d o u . alle  influence  deja  mentionnee,  par Pradel  Pompilus  en p r e s e n c e , une menace de  sur l ' a v e n i r  Comme d a n s  d'Haiti  reposent et  le en  sous  a plus  la  semblent  toutes  ou moins  Hoffmann c o n s t a t e j u s t e m e n t :  p o u r t i r e r des  passe, derniere  celles-ci  a l'art  du vaudou  ses  fiction.  entrevoient  jusqu'a 1'admiration  ce p o i n t  l a dedicace,  reflexions  litterature  b o n nombre d ' e c r i v a i n s  plus  haltienne"  litterature  en p a r t i c u l i e r a l a  romancier n ' e s t se  tout  qui a le  d u roman h a l t i e n .  de l a  forces  culte  Alexis  aux A r b r e s m u s i c i e n s 195  a proposer  du vaudou et  mais  donne  la litterature  fortune  le  c'est  comme e n t e m o i g n e n t  l a d i r e c t i o n future  favoriser  coherente."  Studies,  poids  "Le vodou dans I I nous  et  auteurs  catholique,  p a r Hurbon e t  dans  du. monde  inconditionnelle conclusions  longue  " f.. .] A u c u n du V o d o u , "  discutables:  I l s o n t c e r t e s e t e nombreux a l e d e f e n d r e c o n t r e c e u x q u i l e d e n i g r e n t s y s t e m a t i q u e m e n t e t l e m e p r i s e en. b l o c . Mais s ' i l s en m e t t e n t l e s a s p e c t s t o u c h a n t s e t p i t t o r e s q u e s en v a l e u r , i l s s o n t u n a n i m e s a p e n s e r que l e s e r v i c e des l o a s e s t une r e l i g i o n d'exploites. E l l e p e r d r a p e u a p e u s a r a i s o n d ' e t r e une f o i s q u ' H a i t i se s e r a e n g a g e e d a n s l a v o i e du p r o g r e s . Thomas L e c h a u d d a n s s a P r e f a c e a L ' H e r i t a g e s a c r e (1945) de J e a n B a p t i s t e C i n e a s , e c r i t , a p r o p o s des v o d o u i s a n t s : "De l ' a m e -  -103-  l i o r a t i o n d u mode de p r o d u c t i o n de l e u r v i e m a t e r i e l l e d e p e n d l a l i b e r a t i o n p r o g r e s s i v e de l e u r s c o n c e p t s religieux"(13) O u , comme l e p r e v o i t p l u s l o i n l e r o m a n c i e r : "le medecin tuera le bocor"(79).196 D'abord,  i l n'est  pas  critiquement valable  de L e c h a u d p o u r a t t r i b u e r s e s de C i n e a s s o u l e v e la  survie  du  Alexis,  une  question  sans  la  sagesse  personnage  tion  avec  la  technologie  tion  de l a p o p u l a t i o n , e t c . ) . annees,  l a preeminence  cation  suivi  des  du a A l e x i s ,  par  ampoules  quoi,  a la fin  jouirait  moins  de C a r l e s ,  le  changeante  on v o i t  journee  du f r i s s o n  que c e l l e  de  leur  tombe  empechera l e les  machines  variantes  sur le  travail,  de  sur  le  voir,  en c o r r e l a -  agricoles,  scolarisadu  culte  l ' i m p o r t a n c e du  d e m e n t i de l a  phenomene.  grondement  vaudouisants leur  en p a r t i c i p a n t au t o u r n a g e  le  la des  des ne  des  f e r m i e r s u r une  le  ancetres  aux  se  a l'abri  tracteur que  retournant  dans  guitares  n i du p r o g r e s  au c o n t r a i r e , films,  pour-  changements  a s s o t o r s p a r des  certains  chandelles  tambours  resistance  sont  culte: de  le  ils  tel  ser-  zombifi-  Avec tout  i n s p i r e par les  Certes,  remplacement  c o m m e r c i a l i s a t i o n de  r e d u c t i o n du c u l t e  l a magie,  voluptueux  le  semble  d e c e s du v a u d o u o u ,  et,  peut-etre  de H o f f m a n n ,  entraxnerait  forte  fits  restreinte  citation  remplacement  sera  de l a  la  preface  mal pourquoi l e  q u i m a n i e une h o u e .  Mais  de  serieuses  son v o i s i n  electriques.  Ensuite,  O r , on a v u 1 ' a d a p t a b i l i t y j e u des  electriques  d'une  une  (electricite,  dans  etudes  respect des  beaucoup p l u s  retrospective  le  pent,  a Cineas.  la  culte.  a travers  au c o u r s d e s  idees  de p a f ' t i r de  en o n t  The  ni  pro-  Serpent 197  and t h e Mais  Rainbow e t  ironiquement,  Alexis  a des  1'argument  pour l ' e x t i n c t i o n  apprendre  a lire  et  enregistrements  apparemment l e  du v a u d o u e s t  a ecrire,  des  ceremonies plus  peut-etre  solide le  plus  vaudou que  propose  faible:  q u o i q u e en c o n t r a d i c t i o n a v e c  la  tradition  -104-  du  culte,  implique l'apprentissage  1'emancipation  des  esclaves.  risque  rebellion  que l ' o n  croyait  eteint.  Mais  revenons  au r o l e  des  risme  et  de  comme l e  lier  du g e n e r a l  r i e n ne  pour f a i r e  en r a p p e l de  son  rilleuse.  face  a des  D'abord, repression gentsia nance,  des  exclut  ni  l'enorme  theme e t  les  1'action  Laferriere,  terre  de maYs.  ne p l u s  sous  ouvrages  sort.  anomalie chez  HaYti  sa  le  pays  nouveau  negritude,  le  et  que  le  totalitaSi,  religion  actuelle  peristyle  des  s'y  fait  oppoDuva-  du h o u m f o r t ,  semble  l'historien  Chose c e r t a i n e ,  le  bien en  pe-  sauraient  roman h a i ' t i e n  en g r a n d e p a r t i e  a 1'etranger souleve les  des  Les l i e n s  exiles. les  le  d'apparteavons ecrites  definition puisqu'ils  Par a i l l e u r s ,  des  la  1'intelli-  oeuvres  Notre  culte  les  ni  loas  ancetres  clairement  loas,  par  Nous  n'exploitent  sont  chaud,  de  Dany L a f e r r i e r e  qu'en H a Y t i . du b l e ,  gros  questions  on e n t e n d r a  referent,  climat  le  ecrivains  comme r e f e r e n t .  a u Quebec p l u t o t  Dans l e  une  situation  de M e r e s Weche e t  dans  semble  la  taille.  d'optique  ayant  religion  v o l c a n de  chemin du  est  dans  vaudou.  politiques  a exile  a v o i r de p e r t i n e n c e .  vaudou = c r e o l e ,  loas  e m i g r a t i o n provoquee  Cette  vivant  des  haYtienne,  de  le  II  a la  e n p r o f i t e r a comme l ' a  que p a r romans h a Y t i e n s  HaYtiens et ainsi  situent  d'etat  son  gouvernementale  deja postule par  obstacles  haYtienne. de  sur  l'ancien  que l a p o l i t i q u e  a v a l aux c e r e m o n i e s  davantage  de  en g r o s  service  L ' e x p e r t en s c i e n c e s  probablement  feu  de n u i r e  politiques.  sa p h o t o g r a p h i e  litterature  loin  du v a u d o u  p a r F r a n c o i s D u v a l i e r en 1957.  entendre  Le chef  exhiber  Quant a l a  fait  forces  trace  laisse  au c o n t r a i r e .  le  Namphi s u i v e  1'oppression  historique  lecon,  rejaillir  p r e t e n d Hoffmann, l e  exploites, sera,  faire  Cette  populaire,  gouvernement  de  du r o l e  heritage  Weche de  la  semble  demarques: africain.  -105-  Les grands c e n t r e s  de I ' i m m i g r a t i o n , s o i t  Paris  sont  le  et  autres  temps  et  la  ne  Entretemps, a composer avec  liberte  et  en le  dans  les  le  le  desespoir  la  silence  du r e s t e  les  domaines  sera  de p a r l e r  comme s e s  freres  t a p i r dans  pays le  d'accueil.  talent  oeuvres  de  l'ombre.  p o u r que l a  etonne  le  et  de  la  societe, les  l'economie  et  de d i r e .  d'ecrire  creuse  des  attitude  et  fiction  donnee  h a l t i e n pour qu'un j o u r n a i s s e  droits  i l  et  sur  de  la c'est  1930  qui ou  oblige,  le  oblige  culte, a  haltienne. dans  les  r e c o n n a i t r e et  a la  et  sera  contre  pessimiste  HaStiens e x i l e s  enfin  exils  repose  1908  la  Jusqu'au jour  campagnes  a avoir:  a  Malheureusement, entre  ont  toute  entraves  des  i n f o r t u n e p o u r l u i r e d o n n e r de soit  en  tortures,  a sa g u i s e ,  des  pour l a  sur place  la litterature  Cette perspective  liberte  monde....  memes  arrestations,  victimes  1'appel  Et seule  ce p e u p l e  done a 1'homme qui  vaudouisants,  consolation,  restes  l a production l i t t e r a i r e .  une a u t r e p e r i o d e  Seule  Chicago,  dissolvent  q u i impose  qui predomine, rappelant l a periode  1'Haltien  craindre  litteraires  de  de p e n s e r  dans  se  langue,  et  du monde l e s  Duvalier:  a marque une d i s e t t e  de  les  d'un epanouissement  liberte  libre  la  pregnants  regime m i l i t a i r e r e p r e s s i f  une a m e l i o r a t i o n d a n s dans  hautement  terre natale,  L'espoir  personne,  au v a u d o u :  New Y o r k ,  superstitions.  q u ' a 1'epoque des  meurtres.  propices  c u l t u r e y sont  brumes d ' o u n a i s s e n t  impunite  pas  Montreal,  divers encourager  1'espoir;  litterature  la-bas  et haltienne,  u n g r a n d roman  -106-  Notes 1  Jean P r i c e - M a r s , A i n s i  1973)  parla l'oncle  (1928;  Ottawa:  Lemeac,  46 2  L e o n - F r a n c o i s Hoffmann,  Naaman,  1982)  L e roman h a Y t i e n  (Sherbrooke,  Que. :  8.  3 Yves ment e t  Saint-Gerard, HaYti,  troubles  4  de  W. A r e n s ,  1979)  au p a r a d i s :  culturelle  The M a n - E a t i n g M y t h  mal  (Toulouse:  (N.Y.:  developpe-  Eche,  1984)  Oxford U n i v e r s i t y  28.  Press,  44 5  Maximilien  1981)  Laroche,  La l i t t e r a t u r e  haYtienne  (Ottawa:  Lemeac,  45. ^ Price-Mars Dans  7  tiers: La  l'identite  l'enfer  son  A m i s de  tradition  44.  roman,  J e s u s ou L e g b a ?  l a Poesie,  voudoo  et  le  ou,  1933);  et,  voudoo  haYtien  Les d i e u x  dans son  se  ouvrage  (Paris,  battent  (Poi-  non-romanesque,  Niclaus,  1953).  g W.B. Company,  Seabrook,  1929)  The M a g i c I s l a n d  (N.Y.:  Harcourt, Brace  and  150.  9 Wade D a v i s , 1985)  The S e r p e n t  Rainbow  (N.Y.:  Simon and  Shuster,  209. Foreign Area Studies,  Study  (Washington, 1  ton,  and t h e  1  The A m e r i c a n U n i v e r s i t y ,  Haiti:  D . C : United  States  Government,  L e o n - F r a n g o i s Hoffmann,  Essays  on H a i t i a n L i t e r a t u r e  D . C : T h r e e C o n t i n e n t s P r e s s , 1984) 9. 12 Amnesty I n t e r n a t i o n a l , A . I . R e p o r t :  1973  1982)  a Country  116. (Washing-  (London: A . I . ,  1973)  86. 13 Jake Praeger,  C. M i l l e r ,  1984)  The P l i g h t  155.  14 Hoffmann,  Roman  120  of  the  H a i t i a n Refugees  (N.Y.:  -107-  ^  Jacques Roumain,  1931)  Les  fantoches  (Port-au-Prince:  Imp.  de  l'Etat,  138. 1  6  Emeric Bergeaud,  1  7  Joseph  litterature  Stella  M. Lamarre,  haStienne",  (Paris:  "Dezafi,  Presence  le  Dentu,  1859)  premier  francophone  134.  roman c r e o l e  21  (1980):  de  la  142.  18 Ulrich Centre  de  Fleischmann,  E c r i v a i n et  recher.ches c a r a l b e s  de  societe  l'Universite  en H a i t i  (Montreal:  de M o n t r e a l ,  1976)  12.  19 Laroche,  Litterature  33.  20 M e r e s Weche, liaires  des  Pauvres  L'onction de  du S t - F a c  St-Francois,  (Trois  1980)  Rivieres,  Que.:  Auxi-  13.  21 Laroche,  Litterature  33.  22 Hoffmann,  Roman  279.  23 Edmund W i l s o n ,  "Voodoo  in Literature",  Tomorrow  (1954):  98.  24 Fleischmann,  Ecrivain  21.  25 Wilson  96.  26 Pradel Manuel  Pompilus  illustre  et  les  d'histoire  H e n r i Deschamps,  1961)  de  Freres la  de  1'Instruction  litterature  haltienne  Chretienne, (Port-au-Prince:  548.  27 Hoffmann,  Essays  Hoffmann,  Roman  17.  28 274.  29 Fleischmann,  Ecrivain  26.  30 Hoffmann,  Roman  82-131.  Hoffmann,  Roman  98.  Hoffmann,  Roman  117.  Hoffmann,  Roman  117.  31 32 33 34 Sir Scribner  Spenser  St-John,  and W e l f o r d ,  35 St - John  xi.  1889)  H a y t i or x.  the  Black Republic  (N.Y.:  -108-  36  St - John  xxi.  3  7  St - John  357.  3  8  St-John  211-221.  39 James G . L e y b u r n ,  The H a i t i a n P e o p l e  (1941;  U n i v e40 r s i t y P r e s s , 1966) 131-3. J a n h e i n z J a h n , M u n t u : 1'homme a f r i c a i n e t africaine, 41 42 43 44 45  47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58  Co.,  (Paris:  Editions  neo-  du S e u i l ,  1958)  St - J o h n 210. St - John 199, Seabrook  citaiit  for  in Haiti  Seabrook  61.  Seabrook  69.  Seabrook  53.  Seabrook  12.  Seabrook  294.  Seabrook  277.  Seabrook  163.  Seabrook  88.  Seabrook  278.  Seabrook  319.  Seabrook  23.  Seabrook  287.  C r o s s - C u l t u r a l Research ( I . C . C . R . . ) , ' R e l i g i o n (Washington,  John Houston C r a i g e , 3  Craige  M o r e a u de S t - M e r y .  42.  Institute  1933) 59  de M a r t i n o i s  culture  St - John 230.  and P o l i t i c s 46  Brian  trad.  la  London: Y a l e  101.  D . C : I.C.C.R.  B l a c k Bagdad  (N.Y.:  Studies,  Minton,  1966)  73.  B a l c h and  -109-  6  0  Craige  129.  6  1  Craige  132-3.  Craige  240.  Craige  242. 231.  62  ^ 6  4  Craige  6  5  Davis  6  6  ^ de  209.  D a v i s 209. "empile" = beaucoup;  7  gourde,  monnaie  haYtienne,  d'une  valeur  $,20 68  ^ 7  0  71  Davis  178.  Davis  12.  Davis  198.  Barry  B. L e v i n e ,  The C a r i b b e a n E x o d u s  (N.Y.:  Praeger,  1987)  138. 7  Davis  2  52.  73 Hoffmann, 7  4  I.C.C.R.  7  5  Michel  Bergin  Roman  266.  40.  Laguerre, Afro-Caribbean Folk Medicine  and G a r v e y P u b l i s h e r s ,  7  6  Wilson  7  7  Rigaud, Jesus  78  1987)  46,  citant  St.  John,  215.  98.  Rigaud,  traditionnelle  Inc.,  (Massachusetts:  153.  T r a d i t i o n 25. est  bien  Price-Mars  223.  (Rigaud a f f i r m e  que  "1'orthographe  'voudoo'"..9)  79  8  0  I.C.C.R.  46.  8  1  L u c i e n Georges  Sepsetentas Diana, 8  2  Coachy,  1982)  Claude Planson,  C u l t o v o d u y b r u . j e r i a en H a i t i  (Mexico:  94. E l vodu  (Paris:  Jean D u l l i s ,  1972)  cite  par  -110-  Coachy  94-5.  8  3  I.C.C.R.  8  4  Richard P.  Q  21. Schaedel  (preface),  I.C.C.R.  xvi.  C  Pradel Rond P o i n t  8  Pompilus,  (1963)  "Le v o d o u d a n s l a  litterature  haltienne",  29.  86 Lae*nnec H u r b o n , D i e u 1972)  vaudou h a l t i e n  (Paris,  Payot,  90. 8  A.  dans l e  Melville  7  Knopf,  J.  1937)  Herskovits,  Life  in  a Haitian  Valley  (N.Y.:  Alfred  222.  88 89  Rigaud,  Tradition  Rigaud,  Tradition  Jahn  9 < 3  116. • 114-5.  36.  91 Hurbon  116.  92 M o r e a u de 9  3  St-Mery,  Price-Mars  178.  Price-Mars  179.  cite  par P r i c e - M a r s  175.  95 Rigaud, 9  Tradition  Maya D e r e n ,  6  Thames and H u d s o n , 9  7  Price-Mars  9  8  Deren  27.  Divine 1953)  Horsemen;  T h e L i v i n g Gods  of  Haiti  (London:  256-60.  205-6.  332.  99 Jahn  43.  1  0  0  A l f r e d Metraux,  1  0  1  Hurbon  1  0  2  Jahn  1  0  3  Article  Le vaudou h a l t i e n  (Paris:  Gallimard,  1959)  117.  104.  . Davis  183-4.  48. 249 167. U  1  d u Code  Criminel d'HaSti  cite  par  Seabrook  122-3.  -111-  1  0  Price-Mars  5  106  Henock T r o u i l l o t , I n t r o d u c t i o n  au-Prince: 1  0  183.  7  108  Imp.  des  Antilles,  Hurbon  39.  „ , Hurbon  75.  1970)  a une h i s t o i r e  du v o d o u  (Port-  116.  .  T 09 Price-Mars  231.  1  1  0  Hurbon  27-8.  1  1  1  Fleischmann,  Ecrivain  25.  112 I.C.C.R.  22.  113 Metraux 114 1  1  meur,  Hoffmann, Antoine  5  1935)  nies  1  1  Jesus  Mimola  (Port-au-Prince:  V. Valcin,  Impri-  47.  "Isalina"  A u B u r e a u de  Nau  8  252.  Innocent,  Ignace Nau,  7  (Paris: 1  Roman  xii.  Rigaud, 1  240.  ou "Une s c e n e  l a Revue  des  creole",  Colonies,  1836)  Revue  des  Colo-  126.  132.  119 Hoffmann, 120  2  1  1  2  2  l'Etat,  99.  Frederic Marcelin,  Editions 1  Roman  Fardin,  1902)  Marcelin  de Mama  (Port-au-Prince:  205-6.  206.  Stephan A l e x i s , 1933)  L a vengeance  L e n e g r e masque  (Port-au-Prince:  Imp.  de  76-7.  123 Stephan 1  2  4  Antilles,  Alix  Alexis  78.  L a p i e r r e , Oubiies  1976)  7.  1?s 126  Pompilus Manuel H o f f m a n n , Roman  506. 118.  de D i e u  (Port-au-Prince:  Imp.  des  -112-  127  Hoffmann,  Roman  268.  Hoffmann,  Roman  49.  128  1  2  P h i l i p p e - T h o b y M a r c e l i n et  9  (N.Y.:  Editions  de  Pierre  l a Maison F r a n c a i s e ,  M a r c e l i n , La bete  1946)  de  Musseau  24.  130 Hoffmann,  Roman  124.  Hoffmann,  Roman  181.  Pompilus,  Manuel  131 132  1  3  Anthony P h e l p s ,  3  Optique,  1976)  514. M e m o i r e en  Fleischmann,  "Entrevue  roman D e z a f i " , D e r i v e s 7 ( 1 9 7 7 ) : 2 1 . 1 F l e i s c h m a n n , " E n t r e v u e " 24. Maximilien Laroche, L'image 1978)  (Montreal:  Nouvelle  69.  Ulrich  Optique,  colin-maillard  avec F r a n k e t i e n n e  comme e c h o  sur  (Montreal:  son  Nouvelle  152.  Franketienne, H e n r i Deschamps,  Les a f f r e s  1979)  Fleischmann,  d'un  defi  (Port-au-Prince:  Imp.  152. "Entrevue"  18.  Fleischmann,  "Entrevue"  22.  Fleischmann, ~ u 11 Weche 11.  "Entrevue"  24.  139 Lamarre 1  4  I  4  0  2  137.  TT  P h i l i p p e - T h o b y M a r c e l i n et sont  fous  (Montreal:  nouvelle  Pierre  Optique,  M a r c e l i n , Tous  1980)  les  hommes  213.  144 Hoffmann, 1  4  5  Jean-  Roman  Baptiste  t e n s t e i n : Kraus R e p r i n t , 146  . Cineas  ,, 51.  83. Cineas, 1970)  L'heritage 17.  sacre  (1945;  NendeIn/Liech-  -113-  1  4  Cineas  7  148  139.  „. Cineas  , 35-6.  o  c  Cineas  135.  150  . Cineas  187.  151  „. Cineas  152  _. . Cineas  40.  Michel  L a g u e r r e , Voodoo H e r i t a g e  /  40. f  l  153  Publications, 154 155  "^  r  7  159  1980)  , Cineas  40.  . Cineas  , 42.  (Beverly  Hills,  C a l . : Sage  34-5.  0  Pompilus,  Manuel  Hoffmann,  Roman  Cineas  186.  _. Cineas  157.  Cineas  83-4.  509. 259.  160 1  6  r-i n e-a s a, C 84.  1  162 Hoffmann, 1  6  Cineas  3  Roman  259.  192.  1 ft4 Marie champs,  1960)  Chauvet,  Fonds-des-Negres  1.  Chauvet,  Fonds  1.  Chauvet,  Fonds  4.  Chauvet,  Fonds  206.  Chauvet,  Fonds  4.  Chauvet,  Fonds  4.  "*" ^ C h a u v e t ,  Fonds  50.  Chauvet,  Fonds  144.  ^  7  7  1  7  1  (Port-au-Prince:  Henri  Des-  -114-  Chauvet,  Amour,  Chauvet,  Amour  357.  Chauvet,  Amour  351.  ^ ^  Chauvet,  Amour  28.  1  Ghislain Gourraige, Histoire  1  7  1  2  7  4  7  7  6  (Port-au-Prince: 1  7  mard,  7  et  de  (Paris:  la  1960)  Gallimard,  litterature  1968)  367,  haYtienne  291.  Les arbres musiciens  (Paris:  Galli-  317.  Alexis  38.  y  Alexis  39.  8  folie  N . A . Theodore,  Jacques-Stephen A l e x i s ,  7  1957) 1  Imp.  Colere  1 79 1  8  0  Alexis  139-140.  1  8  1  Alexis  269.  1  8  2  Alexis  357.  1  8  3  Alexis  345.  1  1961  Pompilus,  8 4  ManueJL  1  8  5  Alexis  136.  1  8  6  Alexis  190.  1  8  7  Alexis  190.  1  8  8  Michael J . Dash,  537.  L i t e r a t u r e and I d e o l o g y  (London: The M a c m i l l a n P r e s s 1  8  9  Alexis  1  9  0  Pompilus,  270. Manuel  ^ ^" A l e x i s  147.  9  L t d . , 1981)  1  9  2  Alexis  274.  1  9  3  Alexis  392.  540.  1 QA  1  9  5  Hoffmann,  Roman  270.  Pompilus,  "Le vodou"  35-41.  in Haiti,  185-6.  1915  -  -115-  196  Hoffmann,  Roman  257.  197 Vodun Ethnic  Folkways,  Riviera,  40015  Rada R i t e FE4491,  for  1975;  (687-DB-219),  Erzulie aussi,  n.d.  enregistre  par  Verna  C e r e m o n i e V a u d o u en  Gillis,  Haiti,  -116-  j I.  Bibliographie  Fiction.  Alexis,  Jacques  Stephen.  Compere G e n e r a l  Soleil.  Paris: Gallimard,  1955. _.  Les a r b r e s  musiciens.  Paris:  A l e x i s , Stephan.. Le n e g r e masque. l'Etat, 1933. Bergeaud,  Emeric.  Stella.  Paris:  Gallimard,  Port-au-Prince:  Dentu,  Casseus, Maurice. Mambo. Port-au-Prince: de P o r t - a u - P r i n c e , 1949. Chauvet,  Marie.  Amour, c o l e r e  .  Fille  d'Hagti.  .  Fonds-des-Negres.  Cineas, Jean-Baptiste. s t e i n , Allemagne:  Paris:  Antoine.  folie.  E d i t i o n du  Paris:  Fasquelle,  Port-au-Prince:  d'un  Mimola.  defi.  1906.  Imprimerie  Oublies 1976.  (Magloire) Saint-Aude, de l ' E t a t , 1949. Marcelin, Frederic. Fardin, 1902.  de D i e u .  Clement.  H e n r i Deschamps,  Port-au-Prince:  Port-au-Prince:  Imprimerie  V. Valcin, sans  Nau,  Tous  les  hommes s o n t  Ignace. "Isalina", Revue des C o l o n i e s ,  fous.  se.  Imprimeries  Montreal: Nouvelle  laboureurs  de  l a mer.  1935. fatiguer.  des  Editions  Musseau.  Optique,  Revue d e s C o l o n i e s . P a r i s : B u r e a u de j u i l l e t - s e p t e m b r e 1836. 37-132.  P a p a i l l e r , R . P . Hubert. Les Freres Therien, 1959.  Henri  Imprimerie  Port-au-Prince:  M a r c e l i n , P h i l i p p e - T h o b y et P i e r r e M a r c e l i n . L a b e t e de N . Y . : E d i t i o n s de l a M a i s o n F r a n c a i s e , 1946. .  1960.  Nendeln/Liechten-  Port-au-Prince:  L a v e n g e a n c e de Mama.  1968.  1954.  Port-au-Prince:  Parias.  Bi-Centenaire  Gallimard,  L a f e r r i e r e , Dany. Comment f a i r e 1 ' a m o u r a v e c un n e g r e Montreal: V.B Editeur, 1985. Lapierre, Alix. Antilles,  de  1859.  L'heritage sacre. 1945. Kraus R e p r i n t , 1970.  Franketienne. Les a f f r e s Deschamps, 1979. Innocent,  et  1957.  Canada:  1980. la  Production  -117-  Papillon, Pierre. L'ame q u i m e u r t . m e r i e des A n t i l l e s , 1984. Phelps, Anthony. M e m o i r e en Optique, 1976.  Roumain, J a c q u e s . Gouverneurs Messidor, 1986.  de  la  1931.  Bon D i e u r i t .  1939.  Poitiers:  Paris:  Nendeln,  Allemagne:  Auxiliaires  B e l l e g a r d e , Dantes. champs,. 1950.  Ecrivains hal'tiens.  Courlander, Harold. The Drum and t h e H o e . U n i v e r s i t y of C a l i f o r n i a P r e s s , 1960. John Houston.  B l a c k Bagdad.  J . Michael. Literature d o n : The M a c m i l l a n P r e s s  D a v i s , Wade. 1985.  The S e r p e n t  and A n t h r o p o p h a g y .  Fanon, F r a n t z . 1952.  Philologie 1936. Peau n o i r e  Rainbow.  Memoires  creole.  musiciens",  Port-au-Prince:  Berkeley  et  N.Y.:  Henri  Los  Des-  Angeles:  N . Y . : Minton, Balch & C o . ,  and I d e o l o g y L t d . , 1981.  and t h e  D u v a l i e r , Docteur Frangois. P a r i s : Hachette, 1969. Faine, Jules. l'Etat,  des  non-romanesque.  A s s a l i , N. D o n a l d . "Le r e c i t p a y s a n a l e x i e n : L e s a r b r e s Presence francophone. 176 ( 1 9 7 8 ) : 1 0 9 - 1 2 4 .  Dash,  Frangais  1952.  Trois Rivieres:  A r e n s , W. The M a n - E a t i n g M y t h : A n t h r o p o l o g y Oxford U n i v e r s i t y P r e s s , 1979.  Craige,  Editions  Les E d i t e u r s  Domat,  Impri-  Nouvelle  battent.  1944.  Paris:  Paris:  Weche, M e r e s . L ' o n c t i o n du S t - F a c . P a u v r e s de S t - F r a n g o i s , 1980.  Litterature  se  rosee.  Savain, Petion. L a c a s e de D a m b a l l a h . Kraus R e p r i n t , 1970.  II.  Montreal:  ou L e s d i e u x  .' L a m o n t a g n e e n s o r c e l e e . Reunis, 1972. Edris.  Port-au-Prince:  colin-maillard.  Rigaud, M i l o . J e s u s ou L e g b a ? , Amis de l a P o e s i e , 1933.  Saint-Amand,  1954.  d'un  in Haiti,  N . Y . : Simon and  leader  Port-au-Prince:  masques b l a n c s .  1915-1961.  Paris:  du t i e r s  Lon-  Schuster,  monde.  Imprimerie  Editions  1933.  du  de  Seuil,  -118-  Fleischmann, U l r i c h . Ecrivain de r e c h e r c h e s c a r a l b e s de  7  e t s o c i e t e en H a i t i . Montreal: l ' U n i v e r s i t e de M o n t r e a l , 1976.  "Entrevue avec Franketienne (1977) 1 7 - 2 5 .  sur  son  roman D e z a f i " ,  Foreign Area Studies, the A m e r i c a n U n i v e r s i t y . Haiti: Washington, D . C : U n i t e d S t a t e s Government, 1982. Gourraige, Ghislain. H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e P r i n c e : Imprimerie N. A. Theodore, 1960. Herskovits, Knopf,  Melville 1937.  J.  Life  a Country  Hurbon,  Le roman h a l t i e n . Lae"nnec.  Sherbrooke,  D i e u dans l e  I n s t i t u t e for C r o s s - C u l t u r a l Research. Washington,. D . C . : I . C . C . R . , 1966. Jahn,  Paris:  Religion  Port-au-  A.  Washington,  Canada: E d i t i o n s  vaudou h a l t i e n .  Study.  N.Y.: Alfred  Hoffmann, L e o n - F r a n c o i s . E s s a y s on H a i t i a n L i t e r a t u r e . D . C : Three Continents P r e s s , 1984. .  Derives  haltienne.  in a Haitian Valley.  Centre  Naaman, Payot,  and P o l i t i c s  1982.  1972. in  Haiti.  Janheinz. M u n t u : 1'homme a f r i c a i n e t l a c u l t u r e neo-africaine. T r a d . B r i a n de M a r t i n o i s . P a r i s : E d i t i o n s du S e u i l , 1958.  Laguerre, Michel. Afro-Caribbean Folk Medicine. Bergin & Garvey P u b l i s h e r s , I n c . , 1987. .  Voodoo H e r i t a g e .  Beverly  Hills,  Lamarre, Joseph M. "Dezafi, le premier haltienne", Presence francophone. Laroche, .  Maximilien. L'image  comme e c h o .  L e y b u r n , James G . Press, 1966. Levine, Barry B. 1987.  La l i t t e r a t u r e  Alfred.  1941;  The C a r i b b e a n E x o d u s .  Le vaudou h a l t i e n .  M i l l e r , Jake C The P l i g h t lishers, 1984.  of  1980.  roman c r e o l e de l a litterature 21 ( 1 9 8 0 ) : 1 3 7 - 1 5 4 . Ottawa:  Montreal: Nouvelle  Loederer, R.A. Voodoo F i r e i n H a i t i . Jarrolds Publishers, 1935. Metraux,  C a l . : Sage P u b l i c a t i o n s ,  haltienne.  The H a i t i a n P e o p l e .  Massachusetts:  Optique,  Paris:  Desmond  I.  Gallimard,  H a i t i a n Refugees.  1981.  1978.  London: Yale  N . Y . : Praeger  Trad.  Lemeas,  University  Publishers,  Vesey.  London:  1959.  N . Y . : Praeger  Pub-  -119-  Millet,  Kethly.  Les paysans haYtiens  1915-1930.  La S a l l e ,  et  1'occupation  Canada: C o l l e c t i f  Pompilus, P r a d e l . "Le v o d o u Point. 8 (1963) 2 7 - 4 0 .  dans l a  americaine,  Paroles,  litterature  1978.  haYtienne",  Rond-  P o m p i l u s , P r a d e l , e t l e s F r e r e s de 1 ' I n s t r u c t i o n C h r e t i e n n e . Manuel i l l u s t r e d ' h i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e h a Y t i e n n e . Port-au-Prince: H e n r i Deschamps, 1961. Price-Mars, Rey,  Jean.  Ainsi  parla 1'oncle.  1928.  Ghislaine. A n t h o l o g i e du roman h a Y t i e n de b r o o k e , C a n a d a : Naaman, 1982.  Rigaud, Milo. Niclaus,  La t r a d i t i o n 1953.  Saint-Gerard, troubles  Yves. HaYti, de 1 ' i d e n t i t e  St - J o h n , S i r Spenser. & Selford, 1889.  voudoo  et  le  voudoo  Ottawa: 1859  Lemeac,  a 1946.  haYtien.  1973.  Sher-  Paris:  l ' e n f e r au p a r i d i s : m a l d e v e l o p p e m e n t culturelle. Toulouse: Eche, 1984.  Hayti,  ou The B l a c k R e p u b l i c .  N.Y.:  et  Scribner  S a i n t - M e r y , M e d e r i c - L o u i s - E l i e Moreau de. A C i v i l i z a t i o n that Peri s h e d : 1797-1798, the l a s t y e a r s o f w h i t e c o l o n i a l r u l e i n H a i t i . T r a d . , a b r i g e , e d i t e p a r I v o r D. Spencer. United States: Univers i t y o f A m e r i c a , 1985. Schmidt, Hans. The U n i t e d S t a t e s O c c u p a t i o n o f H a i t i , New J e r s e y : R u t g e r s U n i v e r s i t y P r e s s , 1971. Seabrook,  W.B.  Simpson, George 95-100.  The M a g i c I s l a n d . Eaton.  N . Y . : H a r c o u r t , Brace  "Haitian Magic",  Social  . "Magical Practices in Northern H a i t i " , F o l k l o r e S o c i e t y 67.266 (1954); 395-403. T r o u i l l o t , Henock. I n t r o d u c t i o n a une P r i r i c e : I m p r i m e r i e s des A n t i l l e s , •  Les o r i g i n e s s o c i a l e s Prince: N . A . Destouches,  de l a 1962.  histoire 1970.  litterature  Forces  Edmund,  "Voodoo  in Literature",  & Co.,  19  J o u r n a l of  du v o d o u .  American  Port-au-  Port-au-  Failures,  Tomorrow 3 , 1  1929.  (1940) :  haYtienne.  W e i n s t e i n , B r i a n et S e g a l , Aaron. Haiti: Political Successes, N . Y . : Praeger P u b l i s h e r s , 1984. Wilson,  1915-1934.  (1954)  Cultural  95-102.  

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0097635/manifest

Comment

Related Items