UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

La reception critique canadienne des romans d'Anne Hebert Ferguson, Bruce George 1987

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1987_A8 F47.pdf [ 4.62MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0097042.json
JSON-LD: 831-1.0097042-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0097042-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0097042-rdf.json
Turtle: 831-1.0097042-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0097042-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0097042-source.json
Full Text
831-1.0097042-fulltext.txt
Citation
831-1.0097042.ris

Full Text

LA RECEPTION CRITIQUE CANADIENNE DES ROMANS D' ANNE HEBERT by BRUCE GEORGE FERGUSON B.A. , The University of B r i t i s h Columbia, 1985 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (DEPARTMENT OF FRENCH) We accept t h i s thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA November 1987 Bruce George Ferguson, 1987 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department of The University of British Columbia 1956 Main Mall Vancouver, Canada V6T 1Y3 Date O c j r r c - a e f c IS". /clls7-DE-6(3/81) ABSTRACT This thesis i s a study of the reception by c r i t i c s i n Canada of Anne Hubert's novels. We base our investigation of the c r i t i c a l texts upon the reader reception theory as a r t i c u l a t e d by Hans Robert Jauss, member of the "School of Constance" i n Germany. Jauss explains the process by which a l i t e r a r y work acquires meaning as a fusion of two horizons. The f i r s t horizon i s that which the reader brings to his reception of the work and contains a l l of his c u l t u r a l , p o l i t i c a l and s o c i a l attitudes as well as a l l of his previous experiences remembered either consciously or unconsciously. The second horizon i s set up by the l i t e r a r y text i t s e l f and guides the reader's attention i n certa i n directions i n order to estab l i s h expectations and to evoke memories of past reading or experiences, and then sustains, breaks, a l t e r s or reorients these expectations. Our thesis undertakes a d e f i n i t i o n and an explanation of the f i r s t horizon as pertaining to the reception of Anne Hubert's novels. From our analysis of these c r i t i c a l texts we f i n d that c r i t i c s from cert a i n periods favour p a r t i c u l a r types of analysis which lead them to bring out of Anne Hubert's novels s p e c i f i c aspects related to these approaches. The approaches were, in t h e i r turn, influenced and even determined by the horizon of expectation of the c r i t i c , product of his time and environment. We f i n d that the f i r s t i i i type of c r i t i c i s m of Anne Hubert's novels i s hermeneutic, favouring the analysis of themes. Through the 1960's and 1970's t h i s c r i t i c i s m takes the form of several approaches such as the psychoanalysis of l i t e r a t u r e and the study of symbolism among others. However, these c r i t i c s interpret Anne Hubert's works according to t h e i r pertinence to the Quebec experience, whether i t be i n i t s psychological, r e l i g i o u s , s o c i a l , symbolic or even mythological implications. At a time when Quebec society i s undergoing a quest for a new c o l l e c t i v e i d e n t i t y , facing the transformation of a t r a d i t i o n a l society dominated by the jansenist messianic myth into a modern society, the l i t e r a r y community looks to Quebec's contemporary writers to give d i r e c t i o n i n t h i s process of transformation. Therefore, l i t e r a t u r e i s seen as being subversive of the old order and defining a new c o l l e c t i v e i d e n t i t y for the Quebec people. This i s what the c r i t i c s of t h i s era expect to read about and so i t i s for t h i s that they search i n Anne Hubert's novels. During the early 1980's, the l i t e r a r y community undergoes a t r a n s i t i o n , perhaps due to the resolution of the independance issue i n " the 1980 Referendum. The new movement i s i n t e r n a t i o n a l i s t , and Canadian c r i t i c s follow s u i t by adopting the formalist approaches of l i t e r a r y c r i t i c i s m in vogue i n Europe and the United States, and assign Anne Hubert a place in international l i t e r a r y currents such as postmodernism. These c r i t i c s s t i l l see thematic importance i n Anne Hubert's work, iv but as i t p e r t a i n s t o man's u n i v e r s a l experience r a t h e r than only to the Quebec s i t u a t i o n . The e v o l u t i o n i n the works of Anne Hebert i s c e r t a i n l y the other p r i n c i p a l cause of t h i s changing i n t e r p r e t a t i o n . We study the r e o r i e n t a t i o n i n the c r i t i c s ' h o r i z o n of e x p e c t a t i o n and leav e to f u t u r e undertakings the i n v e s t i g a t i o n of the r o l e played by the o r i g i n a l t e x t s i n t h i s t r a n s i t i o n . V TABLE DES MATIERES PAGE Abstract i i L i s t e des Tableaux v i Remerciements v i i Introduction 1 Chapitre I - D e f i n i t i o n du corpus c r i t i q u e 6 A. La c r i t i q u e herm6neutique 8 B. L'etude du symbolisme et l a c r i t i q u e semiologique 17 Chapitre II - Les horizons d'attente: etudes h e r i m § n e u t i q u e s 28 A. La c r i t i q u e thematique ou 1 ' i n t e r p r e t a t i o n des themes 32 B. L ' e c r i v a i n et son oeuvre 33 C. Anne Hebert et Saint-Denys-Garneau 40 D. Le theme de l a revolte 42 E . La psycho-cr i t ique 49 Chapitre III - Les horizons d'attente: etudes du symbolisme, semiologie et narrato log ie 59 A. Un point de t r a n s i t i o n : 4tudes sur l e symbolisme 59 B. Semiologie et narratologie 62 a) L'analyse t ex tue l l e 62 b) La narrato log ie 65 c) L ' a u t o - t e x t u a l i t £ 67 Conclusion 75 B ib l iographie 7 9 v i LISTE DES TABLEAUX PAGE R e p a r t i t i o n des etudes sur l'oeuvre hdbertienne s e l o n l a date e t l'approche p r i n c i p a l e 29 v i i REMERCIEMENTS Nous voulons tgmoigner notre reconnaissance profonde a Monsieur Rgjean Beaudoin pour sa grande patience et son aide indispensable en donnant d i r e c t i o n a cette £tude. Son professionalisme et son enthusiasme sont beaucoup appr£ci£s. Nous remercions aussi Monsieur Robert Richard de sa "reception" active de notre t r a v a i l . Nous voulons exprimer une gratitude 6ternelle a notre f a m i l l e pour son appui et pour son encouragement continus qui restent pour nous toujours une source d'insp i r a t i o n dans toutes nos entreprises academiques et autres. v i i i a ma mere et mon grand-pere. 1 INTRODUCTION NOS ASSISES THEORIQUES Hans Robert Jauss explique l e processus de concretisation du sens d'un texte en termes de fusion de deux horizons, l'horizon d'attente et l'horizon l i t t e r a i r e . C'est-^-dire que tout l e baggage c u l t u r e l et toute 1'experience que l e lecteur apporte a sa lecture se combinent avec l e s elements du texte qui guident l a reception, et ces deux plans se fusionnent pour produire l e sens de l'oeuvre. Dans les mots de Jauss, l e imlcanisme fonctionne comme s u i t : Le lecteur commence a comprendre l'oeuvre nouvelle ou qui l u i e t a i t encore etrangfere dans l a mesure ou, saisi s s a n t l e s presupposes qui ont oriente sa comprehension, i l reconstitue l'horizon specifique-ment l i t t e r a i r e . Mais l e rapport au texte est toujours a l a f o i s receptif et a c t i f . Le lecteur ne peut " f a i r e parler" un texte,... qu'autant q u ' i l insere sa precomprehension du monde et de l a v i e dans l e cadre de reference l i t t e r a i r e implique par l e texte. Cette precomprehension du lecteur i n c l u t l e s attentes concretes correspondant a l'horizon de ses interets, desirs, besoins et experiences t e l s q u ' i l s sont determines par l a s o c i e t e et l a classe a laquelle i l appartient aussi bien que par son h i s t o i r e i n d i v i d u e l l e . Notre t r a v a i l dans cette these a pour but de montrer l a presence et d'expliquer l e fonctionnement de t e l l e s attentes dans l a lecture c r i t i q u e de l'oeuvre hebertienne, surtout en rapport avec l a s o c i e t e et l'epoque ou vivent l e s c r i t i q u e s et en fonction des methodes c r i t i q u e s en usage au Quebec et dans l e monde en general. Nous allons e t a b l i r que l'annee 1982 2 marque une transformation dans l a reception de l'oeuvre et nous tacherons d'en chercher l a cause dans l e s changements qui caracterisent aussi bien 1'evolution i n t e l l e c t u e l l e qu6b6coise que l e renouvellement conceptuel des theories l i t t 6 r a i r e s en g6n6ral. En gros, le sens percu dans l'oeuvre change en m§me temps que l e s attentes qui en orientent l a lecture. Pourtant i l faut admettre que l e texte contient en lui-mSme au moins l a cause p a r t i e l l e de ces changements. Si 1'horizon d'attente s'est modified 1'horizon l i t t 6 r a i r e qui determine l a reception s'est l u i aussi transform^ entre l e s cinq premiers romans d'Hubert et Les Fous de Bassan. Nous n* irons pas jusqu'a parler d'une rupture, mais plutdt d'une reorientation p o t e n t i e l l e de l a reception. Selon l'esth£tique de Jauss, dans ce processus de concr ^ t i s a t i o n du sens i l s'agit d 1 une perception guid6e, qui se d^roule conform6ment a un schema i n d i c a t i f bien determine, un processus correspondant a des intentions et d6clench6 par des signaux que l'on peut d£couvrir, et meme d^c r i r e en termes de l i n g u i s t i q u e textuelle.2 II est evident que Jauss n 1 ignore pas l e pouvoir qu'a l e texte de guider sa propre interpretation. C'est pourquoi i l distingue entre 1"effet, qui est determine par l e texte, et l a reception, qui est determined par l e lecteur. Jauss ne parle pas d'un simple croisement, mais bien d'une sorte de strat£gie de 1'horizon litt£raire du texte dans sa fonction de capter 1'horizon d'attente du lecteur. Selon l u i , 3 1*effet presuppose un appel ou un rayonnement venus du texte, mais aussi une r£ceptivite du destinataire qui se 1 1approprie.^ Ce faisant, tout lecteur pose des questions h un texte. Ces questions sont determiners dans une grande mesure par l a s o c i e t e et par 1'experience du lecteur. Le texte, par son " e f f e t , " o f f re une reponse a ces questions. Cette reponse est souvent troublante parce qu'elle rompt avec l a reponse deja contenue dans l e s questions elles-memes. Jauss pretend que c'est dans ce jeu de question et de reponse, d'attente et de rupture de cette attente, que resident 1'essence a r t i s t i q u e et l a fonction de creation sociale d'une oeuvre. Dans l a mesure ou certaines determinatives d'origine sociale faconnent l e s attentes du lecteur et l e s strategies du texte, ces deux plans entrent en i n t e r a c t i o n pour reorienter l a v i s i o n du monde du lecteur par l e b i a i s des reponses q u ' i l donne tant a l a v i e en general qu'au texte q u ' i l l i t concretement et 1'ensemble de cette a c t i v i t e esthetique constitue, au moyen d'une oeuvre r e e l l e , une fonction sociale c r e a t r i c e . Nous avons c h o i s i l'oeuvre d'Anne Hubert pour notre analyse de l a reception c r i t i q u e avant et aprfes l a Revolution t r a n q u i l l e . Notre choix est base sur des raisons evidentes. Pr emierement, l'oeuvre d'Anne Hebert demontre une grande continuite pendant ces annees, ce qui suscite une c u r i o s i t e naturelle v i s - a - v i s de l a capacite qu'a cette oeuvre de survivre a une periode changeante. Caracterisee par sa forte unite interne, l'oeuvre hebertienne f a i t egalement montre d'une constante evolution. Deuxiemement, 1*importance de l a c r i t i q u e sur Anne Hubert s'impose parce qu'elle compte beaucoup de noms connus parmi l e s plus repr§sentatifs de l a c r i t i q u e l i t t e r a i r e au Canada. Nous ne traitons pas de l a reception etrangere, mais 1'importance de l'oeuvre apparalt aussi dans l e grand nombre d'etudes francaises, am^ricaines et autres sur Anne Hubert et sur son a r t . Tres peu d'oeuvres canadiennes ont suscite un inter§t aussi repandu et aussi durable que c e l l e de notre auteure. Nous partirons d'une d e f i n i t i o n du corpus c r i t i q u e en l e c l a s s i f i a n t par approche c r i t i q u e et par £poque, double c l a s s i f i c a t i o n qui n'est pas une pure coincidence. Dans nos deuxieme et troisieme chapitres, nous tenterons de deer i r e l e s horizons d'attente qui ont produit ces diff£rentes receptions et nous ferons l a demarcation des points de t r a n s i t i o n entre ces horizons. Nous essayerons aussi de t i r e r des resultats de notre c l a s s i f i c a t i o n quelques observations au sujet de 1 ' i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e . 5 NOTES 1 Hans Robert Jauss, Pour une esth^tique de l a reception (Paris: Editions Gallimard, 1978) 259. 2 Jauss 50. 3 Jauss 246. 6 CHAPITRE I DEFINITION DU CORPUS CRITIQUE Nous tenterons de deer i r e l e corpus de l a c r i t i q u e publiee sur l 'oeuvre d'Anne Hubert non pas d'une facon detailiee, mais en groupant l e s diverses Etudes selon leur approche p r i n c i p a l e . II ne s 'ag i t pas d'un commentaire specif ique de chaque l i v r e et de chaque a r t i c l e , mais plut&t d'une descr ip t ion plus general e de l a reception de l 'oeuvre hebertienne dont nous espgrons t i r e r quelques conclusions concernant 1'evolution de cette recept ion. Quelles tendances peut-on y deceler? Quel les approches c r i t i q u e s sont l e plus souvent cho i s i e s , et pourquoi? Mais d'abord que l l e s sont l e s categories suscept ibles de regrouper 1'ensemble de l a c r i t i q u e ? Nous a l l o n s c l a s s i f i e r l e s etudes selon l e type de questions q u ' e l l e s posent a l 'oeuvre . Cette operation devient probiematique lorsqu'on t i e n t compte de l a variete c r i t i q u e qui apparalt non seulement entre une ser ie d'approches dont l a d i f f e r e n t i a t i o n peut etre nuancee, mais aussi a l ' i n t e r i e u r des etudes elles-memes dont certaines se refusent a t r a i t e r , par exemple, 1'element mythique sans en considerer aussi l a richesse au p lan psychanalytique. Tous les c r i t i q u e s qui abordent l 'oeuvre sous un angle thematique, prennent aussi en cons iderat ion , dans une certaine mesure, le fonctionnement du texte . Un c e r t a i n chevauchement existe done parmi l e s categories que nous u t i l i s o n s . Pourtant, i l est poss ible de regrouper l e s etudes selon leur propos p r i n c i p a l , tout en 7 tenant compte des Elements secondaires et en signalant toujours l e s points de chevauchement. Bien que notre t r a v a i l se fonde sur l'esthetique de l a reception, t e l l e qu'articuiee par Hans Robert Jauss-1- qui i n s i s t e beaucoup sur l e rdle de l a reception premiere et spontanea, nous ne considerons que l e s c r i t i q u e s r6fl£chies qui analysent l'oeuvre avec une certaine rigueur. Autrement, nous risquerions de sombrer dans l a masse i n d i s t i n c t e des commentaires ou des comptes rendus d'ou i l n'y a r i e n & t i r e r quant h l a reception c r i t i q u e . Partant done d'un repertoire de presque une centaine de l i v r e s et d ' a r t i c l e s e c r i t sur l'oeuvre d'Anne Hubert, nous nous appliquerons a analyser cette production c r i t i q u e qui se divise en deux categories g^nerales: ce que nous appelons l a c r i t i q u e herim§neutique et l a c r i t i q u e 2 dite s£miologique ou formaliste. A l ' i n t e r i e u r de ces deux sortes d'ecrits, nous introduirons plusieurs sous-categories, parmi lesquelles i l y a chevauchement jusqu'a un ce r t a i n point. En ce qui concerne l e s etudes hermeneutiques, nous y incluons l a psycho-critique, 1'etude s o c i o - c u l t u r e l l e et d'autres approches qui basent leurs analyses sur 1'exploration d'un ou de plusieurs themes t e l s q u 1 i l s se presentent dans l'oeuvre. L'etude du symbolisme de l'univers hebertien, de l'espace et du temps et l a c r i t i q u e feministe et socio-mythologique se rangent aussi dans cette categorie. La c r i t i q u e semiologique comprend le s etudes de 1 ' i n t e r t e x t u a l i t e , de l a representation et de 1'autorepresentation, et l a c r i t i q u e narratologique. A travers 8 notre r e p a r t i t i o n de ces etudes, nous definirons mieux a 1'usage ce que nous entendons plus exactement par chacune de ces categories. A. La Critique hermeneutique Quelle que s o i t l'approche retenue par divers c r i t i q u e s , i l faut noter l a recurrence de certains themes centraux: 1'unite de l'oeuvre, son fondement c o n f l i c t u e l , 1'aspect innovateur de l'imaginaire hebertien, son message de l i b e r a t i o n et 1' omnipresence de l a violence, du desir f r u s t r e , de l a mort, des puissances occultes des mythes. Beaucoup de ces elements revelent leur s i g n i f i c a t i o n sous 1'angle d'une lecture psychanalytique. Delbert Russel u t i l i s e l a psychanalyse comme point de depart de son l i v r e , qui s* i n t i t u l e tout simplement Anne 3 Hebert , pour en t i r e r une explication des personnages et du symbolisme des poemes, des pieces et des romans q u ' i l resume. II t r a i t e surtout des themes de 1 *alienation, de 1 1 i n t e r i o r i s a t i o n du sentiment de c u l p a b i l i t e r e l i e au jansenisme, de l a revolte psychologique a travers l a sexualite, du culte de l a mere et de l a f o l i e , entre d'autres. Delbert Russel i n s i s t e , comme l e font l a plupart de ses collfegues, sur l a valeur symbolique de chaque personnage hebertien. Ainsi l a mere Claudine, dans Le Torrent, represente 1'image de l a Mere t e r r i b l e qui victimise son enfant, poussee par un sentiment de c u l p a b i l i t e . Le f i l s , Francois, joue bien l e r&le du male impuissant qui exprime sa f r u s t r a t i o n par l a violence. Ces 9 r 6 1 e s v o n t £tre repetes p a r l e s r e l i g i e u s e s du c o u v e n t dans L e s  E n f a n t s du S a b b a t , p a r F e l i c i t y dans L e s Fous de B a s s a n e t S t e v e n s Brown du meme roman. To u t p e r s o n n a g e h e b e r t i e n e s t i s s u d'un s y s t e m e r e p r e s s i f e t se t r o u v e a i n s i i s o i e e t f r u s t r e , s ' i l f a u t e n c r o i r e c e t t e l e c t u r e de l ' o e u v r e . L ' e x p r e s s i o n de l a p a s s i o n f o r t e m e n t i n t e r d i t e , l e s p e r s o n n a g e s s o n t c o n t r a i n t s d ' i n t e r i o r i s e r d es d e s i r s q u i e x p l o s e n t a l o r s i n e v i t a b l e m e n t p a r l a v i o l e n c e . Le theme de l a f o l i e q u i r£sulte de c e t t e i n t e r i o r i s a t i o n e s t c e n t r a l dans l e s p r o p o s d ' a u t r e s c r i t i q u e s p s y c h a n a l y t i q u e s 4 5 comme J o h n Lennox e t Rene G a r n e a u . L ' i n t e r p r e t a t i o n s ' e t e n d j u s q u ' a u champ m o r a l . L e s p e r s o n n a g e s m e u r t r i e r s e t i n c e s t u e u x ne p r o v o q u e n t - i l s p a s un jugement s u r l a v a l e u r d'une t e l l e s o c i e t e a u s s i r e s t r e i n t e que c e l l e q u i l e s a p r o d u i t s ? L a p s y c h a n a l y s e p o u s s e a i n s i v e r s l e domaine de l a s o c i o - c r i t i q u e , a p p r o c h e dont nous p a r l e r o n s p l u s t a r d . B eaucoup d 1 a n a l y s e s p s y c h a n a l y t i q u e s de l ' o e u v r e h e b e r t i e n n e c o n s i d e r e n t l e s p e r s o n n a g e s f £ m i n i n s . L a r£ponse d e s p e r s o n n a g e s f e m i n i n s a c e t t e f o l i e e t a c e t t e r e p r e s s i o n se m a n i f e s t e sous l a f o r m e d'une r e V o l t e , comme l ' e x p l i q u e G a b r i e l l e P a s c a l . * * E l l e r e t r a c e 1 ' i n c i d e n c e de c e t t e r e V o l t e a t r a v e r s l ' o e u v r e e t e l l e d £ c o u v r e une t e n d a n c e a s i t u e r l e c o n f l i t dans 1 ' i n t r i g u e t o u t d ' a b o r d , dans l e s p r e m i e r s romans, a l o r s que l a t e n s i o n se d ^ p l a c e e n s u i t e v e r s l a p s y c h e des p e r s o n n a g e s dans l e s romans p l u s r £ c e n t s . Pour 1* e t u d e du f o n t i o n n e m e n t p s y c h o l o g i q u e des p e r s o n n a g e s , dans Kamouraska en p a r t i c u l i e r , i l f a u t c o n s u l t e r 1 ' a r t i c l e de F r a n c o i s e Maccabee-Iqbal.' II y est question des tentatives de l i b e r a t i o n du personnage, theme c r u c i a l pour toute lecture de l'oeuvre. La psycho-critique peut aussi prendre l a forme de 1'etude d'une image ou d'un element du texte, comme l e f a i t E.D. Blodgett^ en t r a i t a n t l a metonymie de l a maison comme un objet "hors-temps" dans lequel l e " s o i " se met en scene. On retrouve encore i c i l e s themes de l a prison, de l a depossession et du c o n f l i t e x plosif. Blodgett explique les connotations incestueuses et narcissiques de 1 1 i n t e r i o r i s a t i o n de l a c o l l e c t i v i t e et de l ' i n d i v i d u . Dans l a meme veine, Jean-Louis Backes explique 1 ' i d e n t i f i c a t i o n des personnages avec l e s choses, comme l e couvent et l a cabane, dans Les Enfants du 9 Sabbat, par exemple. Peut-§tre que 1'etude l a plus importante d'ins p i r a t i o n psychanalytique est l e l i v r e de Serge A. Theriault, La Quete  d'equilibre dans l'oeuvre romanesque d'Anne Hebert. 1^ I l soutient une these selon laquelle l e s personnages hebertiens sont i s o i e s et s'evadent par des reveries pour rechercher un eq u i l i b r e qui "...n'etait r i e n de moins qu'une quete d'existence forte,""1"'1" ou l a synthese du "moi" personnel et du "moi" s o c i a l s e r a i t accomplie. Ceci etant impossible, les personnages s'echappent vers l e fantasme. Theriault se rend compte d'une transformation chronologique des personnages principaux des romans hebertiens, transformation qui l e s f a i t evoluer d'un etat de prise de conscience de l'isolement (c'est l e cas d'Elisabeth dans Kamouraska) jusqu'& l'eclatement de cette prison (dont Catherine represente un bon exemple dans Les Chambres de bois) et finalement jusqu'S l a maltrise de soi qui equivaut a l a s o r t i e de l a prison (ce que J u l i e r e a l i s e dans Les Enfants du Sabbat). Theriault u t i l i s e des formules s£mantique et syntaxique dans sa methodologie, mais son propos central reste une recherche en profondeur qui releve de l a psycho-critique. D'autres themes recurrents dans l e s etudes hermeneutiques sont ceux de 1'alienation du Quebec janseniste, de 1'emprise etouffante de cette sorte de puritanisme et du rdle fondamental joue par l e s elements naturels dans l e drame quebecois. Anne Hebert prend p a r t i pour l ' i n d i v i d u contre l a c o l l e c t i v i t e et e l l e favorise l e fond naturel de l'homme/ montrant avec quelle force ce cdte peut eclater l o r s q u ' i l subit trop de contrainte. Aussi l e s c r i t i q u e s peuvent-ils l i r e dans l'oeuvre une valeur subversive et l i b e r a t r i c e . Dans "L'imaginaire dans 'Les Fous 12 de Bassan 1 d'Anne Hebert, " Christine Charette interprete non seulement 1*imaginaire de l ' e c r i v a i n , mais aussi c e l u i des personnages en l e s trouvant representatifs des Quebecois. La c r i t i q u e i n s i s t e sur 1'emprisonnement de ces derniers dans leur societe. Ce qui ressort de cette lecture, c'est l a responsabil i t e sociale qu'a l ' e c r i v a i n de r e d e f i n i r sa realite et c'est aussi l e propos central d'un a r t i c l e e c r i t par Ben-Z. 13 Shek l a meme annee, et par Neil B. Bishop t r o i s ans 14 auparavant. Cette question de l a r e d e f i n i t i o n de l a realite quebecoise, question qui passe par l a creation d'un langage poetique pour donner l a parole a ce peuple trop longtemps silencieux, cette question revient souvent dans 1*ensemble des travaux consacres a l'oeuvre d'Anne Hubert. Cette idee se retrouve aussi bien dans 1'exploitation c r i t i q u e de certains elements biographiques ou des circonstances de redaction de l'oeuvre 1^ q U e dans 1'etude des themes sociaux, comme l a parole d'un peuple et d'un poete qui exprime une identity nouvellement dgcouverte ou recherchee. Souvent l e s c r i t i q u e s i n s i s t e n t sur 1*importance du message de l i b e r a t i o n c o l l e c t i v e que porte l e sens de l ' o e u v r e . 1 6 Par exemple, dans son a r t i c l e , "Anne Hebert, l ' e c r i v a i n exemplaire, " 1 7 Robert Melancon loue Hubert de l a complexite et de l a profondeur avec lesquelles e l l e represente l a real i t e quebecoise. Hebert devoile l a real i t e quebecoise et l a situe dans un courant universel. Un t e l eiargissement depasse l a parodie. Cette "parole" est en meme temps 1'expression d'une v i s i o n personnelle de l'auteur et l ' e f f e t de l a creation l i t t e r a i r e . E l l e devient 1 ' a r t i c u l a t i o n d'un inconscient c o l l e c t i f . E l l e est l a voix d'une realite profonde longtemps opprimee par l e discours dominant. Ce message s'exprime certainement dans un univers symbol ique s i n g u l i e r . Une grande partie de l a c r i t i q u e hermeneutique s'occupe de 1'interpretation de ce symbolisme. 18 Deux a r t i c l e s d ' Ulric Aylwin portent sur l'isolement des personnages t e l q u ' i l est exprime a travers l e symbolisme d'un univers dont l e s elements traduisent l a rigueur excessive du climat quebecois et l e s espaces demesures de sa geographie. Les grandes routes, l a neige, les temp&tes contribuent a l a solitude des personnages. Albert Le Grand etudie aussi l'univers symbolique et l'imagerie des romans d'Hubert, mais dans un autre but,-1-9 c e l u i de prouver ce que l ' e c r i t u r e hebertienne doit au "nouveau roman." I l etudie surtout l a nature c i r c u l a i r e du temps, les images, l e songe, l a im§moire et l a structure romanesque, ce qui f a i t de son etude une contribution importante dans deux domaines: premierement, l'analyse thematique, mais aussi l'etude structurale. Gabriel-Pierre Ouellette, quant a l u i , considere l e s themes de l'espace, du d e iire, de l'enfance, a i n s i que l e symbolisme de l a lumiere et des lieux, etc. dans l e roman Kamouraska. Maurice Emond, l u i aussi, explore l'univers symbol ique dans Les Chambres de bois, Kamouraska et Les Enfants 21 du Sabbat. II explique " . . . l e dualisme d'un univers d£chire 22 par deux forces contraires," dans son etude sur l a l u t t e entre l e regime diurne et l e regime nocturne, c o n f l i t qui presente l a p o s s i b l i l i t e d'une integration promettant une renaissance, mais qui se deroule toujours dans l e blocage de 1'opposition insoluble. Le c r i t i q u e signale l e renversement des valeurs symbol iques des images pour deboucher sur l a subversion de l'ordre e tab l i . Etant donne l a richesse et 1' ingeniosite du symbolisme mis en oeuvre par Hubert, l e f a i t que ce sujet a suscite beaucoup d*interet chez les c r i t i q u e s 23 n'est pas etonnant. Parmi l e s autres themes qui reviennent l e plus souvent, mentionnons 1'amour, l'enfance, l a sexual i t e , l a femme, le desir, l'oppression et l a violence. Ajoutons enfin qu'un bon nombre de theses^ 4 consacrees a notre auteure relevent d'une 14 demarche hermeneutique. Lorsqu'un c r i t i q u e t r a i t e de 1'univers imaginaire ou symbolique d'un roman ou de l'oeuvre, i l adopte souvent une approche hermeneutique mais qui tend vers 1'analyse s t r u c t u r a l i s t e des q u ' i l tente d'expliquer, en termes l e plus souvent s6miotiques, l a poeticite d'un roman ou l a c i r c u l a r i t y du temps de son univers imaginaire. Certains c r i t i q u e s , comme Guy Robert, 2 5 Albert Le Grand 2 6 et Rejean Robidoux avec Andre1 Renaud, partent de ce point de vue mais adoptent une demarche qui tend vers l a semiologie. Pourtant, puisque leur propos central ne releve pas d'une analyse formellement s^miologique, nous l e s regroupons selon leur approche p r i n c i p a l e qui reste c e l l e de 1'analyse hermeneutique. En considerant globalement l e s Etudes sur Anne Hubert, on se rend compte d'une sous-categorie tres importante qui est c e l l e de 1'etude socio-mythologique. I l s'agit des c r i t i q u e s ayant pour objet l a dimension sociale de l a nouvelle "mythologie" crede par Anne Hubert dans son oeuvre. L 1 univers symbolique prend l a forme d'une mythologie unique d'ou ressort un message porteur de l i b e r a t i o n non seulement personnelle mais 2 8 c o l l e c t i v e . Delbert Russel r£itere 1'idee de 1'evolution et de l a continuity de l'oeuvre en l a placant non seulement dans son contexte qu£b6cois, mais aussi dans un contexte universel ou e l l e exprime des v£rit£s qui d£passent l e s f r o n t i e r e s nationales et ethniques. Selon Russel, c'est cette ^ i n t e r p r e t a t i o n de 1*experience quebecoise qui rend Anne 15 Hubert assez unique. Non seulement propose-t-elle un nouveau mythe pour remplacer l'ancien, mais e l l e donne aussi a l a culture queb6coise une existence dans un monde plus large. E l l e situe 1'histoire qu£b£coise dans l a lign£e des grands mythes occidentaux procedant par analogie, parodie, jeux sur le s archetypes et intervention des puissances mythiques. "Anne Hubert semble e c r i r e selon un code mythique qui l u i est devenu n a t u r e l . " 3 0 Cette phrase de Denis Bouchard resume l a plus grande partie de l a c r i t i q u e qui soul eve 1'aspect mythologique dans l'oeuvre de l a romanciere. Bouchard reconnalt dans l'oeuvre d'Anne Hubert des a l l e g o r i e s et des archetypes qui representent l e Quebec et sa qu£te d'un nouveau mythe, dans l e sens de l a d e f i n i t i o n de l ' i d e n t i t e . En ce qui conerne l e s archetypes, Bouchard i d e n t i f i e ceux de l a Mere puissante, du F i l s desirant et impuissant, de l a nouvelle Eve ( " f i l l e t t e necromane et femme demeuree vierge dans son 31 e s p r i t " ) , des femmes-martyres, des hommes vulnerables et impuissants, de l'Oedipe, de l a B e t e , d'un certain Bovaryisme, d'une societe infernale, du diable, du Bon Dieu et du narcissisme. Selon Bouchard, toutes ces references mythologiques t i s s e n t l a trame qui f a i t 1*unite de l'oeuvre. Bouchard se rend compte de l fimportance des archetypes mythologiques dans l'oeuvre, mais i l signale aussi l a capacite que demontre Hubert de renouveler certaines des images mythiques pour leur f a i r e exprimer des realites proprement inedites, comme c e l l e da l a femme en noir, de l'homme imbecile et desherite qui porte en l u i l a faute de l a c o l l e c t i v i t e , du mariage i n f e r n a l , du mim£tisme de l a mort et du Quebec silencieux, doming, c r a i n t i f . Toutes ces images puisees h meme le fond mythique t r a d i t i o n n e l portent cependant l'empreinte d'un s t y l e personnel qui a l l i e leur s i n g u l a r i t y c u l t u r e l l e & leur port£e universelle: t e l l e est l a marque de l ' e c r i t u r e h£bertienne, selon Bouchard qui poursuit en affirmant que l'oeuvre possede "une quality e p i q u e de pr£formulation mythologique d'une culture qui se cherche et que l ' e c r i v a i n r£ussit & mimer par l a p a r o l e . " 3 2 Pour parler du rdle du feminin en p a r t i c u l i e r dans cette aventure mythologique, i l faut signaler l e t r a v a i l de Marie Couillard-Goodenough qui analyse l e s archetypes feminins de 33 l'oeuvre. Cet a r t i c l e porte sur l e rdle matriarcal, l e corps de l a femme, son pouvoir sur l'univers a travers l e s archetypes d'Eve et de l a Sainte Vierge. Hubert cr£e une nouvelle femme avec une nouvelle s p i r i t u a l i t y . Cette femme repr£sente l a synthese d'Eve et de Marie et son pouvoir s p i r i t u e l et magique, e l l e l ' a par son corps qui possede l a capacity de cr£er et de 3 4 d^truire l a vie , exactement comme f a i t l a "Mere-Nature". L'essentiel de cette th^matique socio-mythologique appelle done une expl i c a t i o n des moyens par lesquels Anne Hebert subvertit, devalorise et desacralise l e vieux mythe du messianisme quebecois pour l e remplacer par un nouveau mythe qui est o r i g i n a l et unique tout en s'inscrivant dans l a lign£e de l a mythologie occidentale. Beaucoup de c r i t i q u e s font de cette sorte d'analyse et beaucoup d'autres en font au moins mention dans leurs etudes. 17 La c r i t i q u e de l'oeuvre hebertienne a pu adopter plus recemment d'autres demarches qui n'excluent pas l a consideration des themes centraux de l'oeuvre, mais son propos vise essentiellement l e fonctionnnement du texte hebertien. L'approche dite t extuelle se concentre surtout autour des analyses qui prennent appui sur des concepts comme 1'intertextual i t e , 1'autorepr£sentation et l a narratologie. B. Les etudes du symbolisme et l a c r i t i q u e s6miologique  formaliste Au sujet de 1*analyse textuelle, nous nous rendons compte de t r o i s orientations c r i t i q u e s qui se chevauchent assez, mais qui nous aident a regrouper l e s etudes. Apres 1'analyse semiotique dite generale, qui t r a i t e l e s sujets comme l a poeticite des romans, l e "miroir" du texte et certaines de ses 35 structures, nous regroupons l e s etudes sous l e s categories de 1 1 analyse i n t e r t e x t u e l l e , de l a representation et de 1'autorepresentation a i n s i que de l a narratologie. En ce qui concerne 1'etude de 1'intertextual i t e 1'importance du christianisme dans l'oeuvre hebertienne f o u r n i t a Antoine S i r o i s l e sujet de son etude, "Bible, Mythes et Fous 36 de Bassan." S i r o i s f a i t l ' i n v e n t a i r e des elements bibliques et mythiques que contient l e dernier roman d'Hebert. II reieve egalement l e theme de l a parole et signale l u i aussi l ' idee d'un nouveau mythe a creer pour ce peuple i s o i e et aliene par son vieux "mythe". S i r o i s explique 1' importance du "comment" 18 de cette "creation" mythologique au moyen d'une i n t e r t e x t u a l i t e avec l a Bible et avec l e s mythes occidentaux. Sur l e meme sujet, Yvette Francoli e t e n d l 1etude de 1 ' i n t e r t e x t u a l i t e a toute l'oeuvre d'Anne Hebert. 3 7 L ' a r t i c l e t r a i t e sur tout du theme de l a g e m e l l i t e , mais l a c r i t i q u e ne s'y arrete pas. E l l e i n c l u t dans son a r t i c l e une analyse des rdles de l a lune, de l a mere, de l a mer et de l a mort. II s'agit aussi du symbolisme de l a B§te blessee de 1'Apocalypse, de l a faute o r i g i n e l l e de l a l i g n e e de Cain et d'un symbolisme des mythologies anciennes comme ceux de l a communaute auto-destructrice par 1'accouplement incestueux, des jumeaux Castor et Pollux, d'Heiene et Clytemnestre, de L6da et Jupiter et enfin de Narcisse. Tout ce symbolisme forme l'axe central autour duquel ce mythe hebertien opere. Une autre mythologie qui occupe une place dans l e repertoire du roman est c e l l e des contes de fees. Robert Melancon t r a i t e cet aspect du roman et i n s i s t e sur l e f a i t q u ' i l s'agit non seulement d'un roman p l e i n de "fantastique, (d')imaginaire, (et d e ) f e e r i e . . . , " mais aussi d'un code qui opere par "...un reseau d'allusions (et) de(s) c i t a t i o n s 3 8 d'autres oeuvres d'Anne Hebert elle-meme." La notion d'un texte qui se prend lui-meme pour son propre sujet, avec toutes l e s implications que cela entraine dans l e domaine de l'analyse de 1 ' i n t e r t e x t u a l i t e , des niveaux de representation, de l a structure du texte et des divers themes, t e l l e s sont les questions qui semblent interesser l e plus Janet M. Paterson au cours de l a c r i t i q u e approfondie qu'elle a f a i t e 19 de l'oeuvre hebertienne. 3 9 L'id«§e qui a l e plus retenue 1'attention de Paterson est c e l l e de l a d i v e r s i t y des niveaux de representation. II r s'agit certainement des niveaux psychologique et s o c i a l , mais aussi, ce qui est plus important, d'un niveau d' autorepresentation. Le p l a i s i r p r i s b. l a lecture d'Anne Hubert consiste & interpreter ces multiples referents avec toute leur richesse de connotation. Dans "Anne Hubert and the Discourse of the Unreal," Janet Paterson i n s i s t e sur l e f a i t que l e v r a i message du texte hebertien ne consiste pas dans 1'interpretation du niveau imaginaire, mais plutdt dans l a comprehension du fontionnement du texte. Dans son l i v r e , Anne Hebert. Architecture romanesque, Paterson explique comment les procedes d ' i n t e r t e x t u a l i t e , de mise en abyme, de r e p e t i t i o n et d'expansion par l a redondance, composent un jeu complexe dont l e s regies deviennent l e sujet meme du roman, ce que est particulierement l e cas des Fous de  Bassan. La d i v e r s i t e des temps du r e c i t et de l a distance des points de vue e t a b l i t une sorte de c i r c u l a r i t e i l l u s i o r e qui depend uniquement de l a d i s p o s i t i o n des structures t e x t u e l l e s . Des qu'un niveau de sens ne depend que de l a communication des moyens par lesquels i l cree son propre univers, le pattern de 1 1autorepresentation t e x t u e l l e est renforce et devient indubitable, selon Paterson. Cette analyse i d e n t i f i e dans l'oeuvre hebertienne l e croisement du s i g n i f i a n t et du s i g n i f i e , et e l l e demontre comment une chose r e e l l e comme l'oiseau, l e fou de Bassan, dans l e texte, se metamorphose et se metaphorise pour repr£senter non seulement une pulsion, comme l e d£sir fou, mais aussi l a communication de cette pulsion, comme l a creation l i t t e r a i r e qui est d'une certaine facon, dans Les Fous de Bassan au moins, une v e r i t a b l e f o l i e se developpant par bribes et en c r i s souvent incomprehensibles qui emanent de l a plus profonde partie de l a personne, 1'instinct. Maurice Emond aboutit a l a meme conclusion sur t r o i s autres romans d'Anne Hubert, non pas au sujet de l a f o l i e mais de 1'autoreprgsentation.^ II conclut que l'acte d'ecrire lui-meme se transforme en sujet de l'oeuvre. II s'agit d'un univers ou l a forme et l e fond se recoupent dans une duality qui met en cause l a r e a l i t e sociale et l a r e a l i t e t e x t u e l l e . Emond en t i r e quelques conclusions importantes a propos des themes qui organisent l a psychologie des personnages et de l a soci§t6 qui l e s entoure, aussi bien que sur l e symbolisme de 1'univers romanesque d'Hubert. Cette etude se range a l a f o i s dans l e s deux categories c r i t i q u e s , ou plutdt e l l e marque un point de t r a n s i t i o n entre l e s deux. E l l e englobe 1'analyse des themes et 1'explication du rdle et du fonctionnement des symboles dans l'oeuvre. C'est parce que chaque piste explored par Emond aboutit a 1 * interpretation des themes que nous c l a s s i f i o n s son l i v r e , dans nos st a t i s t i q u e s , comme une etude hermeneutique et semiologique, l a demarche du c r i t i q u e faisant egalement appel a 1'analyse tex t u e l l e . Plusieurs etudes eclairantes prennent pour objet l a structure des romans et l a question de l a communication 21 l i t t e r a i r e . La narratologie joue toujours un grand rdle dans ce genre d ' e n t r e p r i s e . 4 1 Nous allons parler surtout de c e l l e de Neil B. Bishop, . etant donne que ses etudes constituent un corpus c r i t i q u e qui t r a i t e l a plupart des aspects consid£res & un niveau ou h un autre par d*autres etudes. Pourtant, nous nous rendons compte que l a plupart des autres etudes narratologiques portent sur Kamouraska, et que beaucoup de ces etudes sont des theses restees inedites. Neil Bishop est done important en ce q u ' i l applique cette perspective a l'analyse des Fous de Bassan. Neil Bishop se distingue de ceux qui l e precedent par 1*accent q u ' i l met sur l e rdle de l a narration dans plusieurs aspects de l'oeuvre. Par exemple, dans "Anatomie d'une A O reussite: Les Fous de Bassan d'Anne Hebert, " Bishop remarque que l ' a r t d'Anne Hebert dans 1 ' u t i l i s a t i o n de l a voix narrative constitue une raison importante de son grand succes. C'est 1 1 i d e e q u ' i l developpe dans son a r t i c l e , "Distance, point de vue, voix et ideologie dans Les Fous de Bassan d'Anne Hebert." Bishop y mentionne certaines probiematiques souvent associes ci l'oeuvre hebertienne, comme c e l l e de l a c u l p a b l i t e , de 1'hypocrisie, du refus du naturel, de l'isolement et du feminisme. Tous ces aspects sont bien connus et ont d e j a e t e abondamment commentes par l a c r i t i q u e , mais Bishop l e s aborde d'une facon nouvelle en l e s i d e n t i f i a n t a des procedes formels plutdt qu'a des contenus psychologiques, thematiques ou ideologiques. C'est par l a q u ' i l s'ecarte definitivement des etudes hermeneutiques. Son objet n'est plus l e message du roman mais sa structure narrative. Par exemple, l o r s q u ' i l parle d'une question comme l'isolement ou l a solitude, c'est au probleme de l a distance entre l e s personnages cr££e par l e systeme de l a narration q u ' i l s'interesse. De meme l e c o n f l i t entre les sexes est pos£ en termes de points de vue n a r r a t i f s . Ce n'est pas une id£e s i g n i f i e d mais un systeme de s i g n i f i c a t i o n qui f a i t l'objet de son discours c r i t i q u e . Ainsi l e probleme du message de l'oeuvre change completement de perspective. II n'est plus un produit independant des moyens qui l e construisent: i l existe entierement dans l e s proc£d£s par lesquels i l est transmis. Le sens n'est pas au bout de l a narration, mais bien dans l a mise en oeuvre de son fonctionnement. Entre ce qui est racont€ et l a facon dont on l e raconte, 1'analyse pratique i c i un v e r i t a b l e c o u r t - c i r c u i t qui propose une simple equation: c'est dans l a mode narrative que reside l'objet du r£cit. 23 NOTES Hans Robert Jauss, Pour une esthetique de l a reception (Paris: Gallimard, 1978) . Nos deux categories sont done 1 1hermeneutique et l a semiologie. Pour l a d i s t i n c t i o n de base entre ces deux approches, nous renvoyons a Marc Angenot dans son ouvrage Glossaire pratique de l a c r i t i q u e contemporaine ( V i l l e La Salle, Quebec: Hurtubise HMH, 1979) . Angenot c i t e Michel Foucault, Les Mots et l e s choses, l o r s q u ' i l explique que 1'hermeneutique est "11 ensemble des connaissances et des techniques qui permettent de f a i r e parler les signes et de decouvrir leur sens" (pp. 92-93), tandis que l a semiologie est "l 1ensemble des connaissances et des techniques qui permettent de distinguer ou sont l e s signes, de connaltre leurs l i e n s et l e s l o i s de leur enchainement" (p. 93). 3 Delbert Russel, Anne Hebert (Boston: Twayne, 1983). 4 John Lennox, "Dark Journeys: 'Kamouraska* and 'Deliverance'," Essays on Canadian Writing 12 (1978): 84-104. John Lennox explore l a comparaison entre l e developpement psychologique des personnages de ces deux romans. Les "voyages sombres" se font vers l ' i n t e r i e u r de l a psyche d'Elisabeth dans Kamouraska. 5 Rene Garneau, "Les francais 47 (1983): pp. mouvement psychologique des tragedie des Anciens. 6 • Gabrielle Pascal, "Soumission et revolte dans l e s romans d'Anne Hebert," Incidences 4.' (1980): 59-75. 7 Francoise Maccabee-Iqbal, "'Kamouraska', l a fausse representation demasquee, " Voix et images 4 (1979): 460-478. P E.D. Blodgett, "Prisms and Arcs: Structures i n Hebert and Munro," Configuration: essays i n the Canadian Lit e r a t u r e s (Downsview, Ont.: ECW Press, 1982) 99-121. q Jean-Louis Backes, "Le systeme de 1' iden t i f i c a t i o n dans l'oeuvre romanesque d'Anne Hebert," voix et images 6 (1981): 269-277. 1 0 (Montreal: Asticou, 1980) fous de Bassan," E c r i t s du Canada 177-181. Garneau interpr e t e I e personnages dans l e contexte de l a Theriault 197. 24 1 2 C r i t e r e 36 (1983): 167-181. 1 3 Ben-Z. Shekf "Bulwark to B a t t l e f i e l d : Religion i n Quebec Li t e r a t u r e , " Journal of Canadian Studies 18 (1983): 42-57. 1 4 Neil B. Bishop, "'Les Enfants du Sabbat 1 et l a problematique de l a l i b e r a t i o n chez Anne Hubert," Etudes  canadiennes (AFEC) 8 (1980): 33-46. 1 5 T e l l e est l'entreprise de Pierre Page" dans Anne Hebert (Ottawa: Fides, 1965) . 1 6 Albert Le Grand, "Une parole enfin lib£r£e," Maintenant 68-69 (1967): 267-272; Jean-Cleo Godin, "Rebirth in the Word," Yale French Studies 45 (1970): 137-153; Jean-Louis Major, Anne  Hebert et l e miracle de l a parole (Montreal: L'Universite de Montreal UP, 1976) . 17 Robert Melangon, "Anne Hubert, l ' e c r i v a i n exemplaire," Forces 65 (1983-1984): 26-33. 18 U l r i c Aylwin, "Vers une lecture de l'oeuvre d'Anne Hebert," La Barre du Jour 7 (1966): 2-11; __, "Au pays de l a f i l l e maigre: 'Les Chambres de bois' d'Anne Hebert," Voix et  Images du Pays 1 (1967): 37-50. 19 Albert Le Grand, "Anne Hubert: de l ' e x i l au royaume," Etudes francaises 4 (1968): 3-29; _ _ _ _ _ _ t "'Kamouraska' ou l'ange et l a bete," Etudes francaises 7 (1971): 119-143. 20 Gabriel-Pierre Ouellette, "Espace et d£lire dans 'Kamouraska' d'Anne Hubert," voix et images 1 (1975): 241-264. 21 . ' Maurice Emond, La Femme a l a fenetre. L'univers  symbolique d'Anne Hubert dans "Les Chambres de bois,"  "Kamouraska" et "Les Enfants du sabbat" (Quebec: Laval UP, (1984) . 2 2 Emond, 23. 23 Autres etudes c r i t i q u e s portant sur l e meme sujet: Roger Sylvestre, "Du sang sur l e s mains blanches," Critferes 4! (1971): 46-61 (une 6tude psychanalytique du symbolisme); Jean-Louis Backes, "Le retour des morts dans l'oeuvre d'Anne Hebert," L'e s p r i t cr<§ateur 23 (1983): 48-57 (etude sur l e theme de l a mort et sur l e fonctionnement du texte dans l e developpement de ce theme); R6jean Robidoux et Andre Renaud, "Les Chambres de bois," Le Roman canadien-frangais du vingtieme s i e c l e (Ottawa: Editions de l'Universite d'Ottawa, 1966) 171-185 T a r t i c l e qui t r a i t e 1'aspect poetique du roman par son symbolisme et son unviers imaginaire); G i l b e r t Col6no, "Le Milieu physique dans l'oeuvre d'Anne Hubert," Memoire de D.E.S., University de Montreal, 1971. 25 2 4 Cheryl Anne Walker, "Anne Hubert: The Mystery of Innocence and Experience" M.A. Diss., University of Western Ontario, 1961; Robert Nahmiash, "L'Oppression et l a violence dans l'oeuvre d'Anne Hubert," these de maltrise, McGill University, 197 2; Jean-Marc Champagne, "L'Enfance dans l e s romans d'Anne Hubert," these de maltrise, University du Quebec a Trois Rivieres, 1973; Ann Kathryne Fraser, "La sexuality et l a c u l p a b i l i t y dans le s oeuvres de Margaret Laurence et d'Anne Hubert," these de maltrise, University de Sherbrooke, 1973; Wenny Amar, "L'Amour dans l'oeuvre d'Anne Hubert," these de maltrise, McGill University, 1975; Joanne Elizabeth M i l l e r , "Le Passage du d£sir a l'acte dans l'oeuvre poytique et romanesque d'Anne Hubert," these de maltrise, University of Western Ontario, 1975; Barbara Fulton, "'Kamouraska': l e vide au centre," these de maltrise, University of B r i t i s h Columbia, 1976; Louisette Lefevre, "Le theme de l a femme dans l'oeuvre romanesque d'Anne Hubert," these de maltrise, University du Quybec a Trois Rivieres, 1976; Neil B. Bishop, . "La thymatique de l'enfance dans l'oeuvre poytique et romanesque d'Anne Hubert," these de doctorat de troisieme cycle, University d'Aix-en-Provence, 1977. 25 Guy Robert, La poytique du songe. Introduction a  l'oeuvre d'Anne Hubert (Montryal: A.G.E.U.M. , 1962). 2 6 Albert Le Grand, "'Kamouraska' ou l'ange et l a bete" 119-143. 27 Robidoux et Renaud, "Les Chambres de bois" 171-185. 2 8 Des l'annye 1966 1'aspect so c i a l de l'oeuvre occupait une grande place dans l a c r i t i q u e . Au sujet des Chambres de  bois, deux c r i t i q u e s cette annye-la considerent l e s ramifications socio-mythologiques du roman. Le premier c r i t i q u e , Jean LeMoyne, parle du theme du salut dans ce roman ymancipateur et l e deuxieme, Maurice Blain, considere l e roman comme marquant une rupture dans l'oeuvre, ryorientant 1*univers vers l e monde ryel des humains au l i e u de l e l a i s s e r dans l e fantasme. D'autres romans qui viendront plus tard, notamment Les Enfants du Sabbat et Les Fous de Bassan a f f a i b l i r o n t sa these pair 11 importance qu' i l s donnent a ~ 1' expression du fantasme et de 1 *imaginaire. Cependant, 1 'action continue a se dyrouler dans l e monde ry e l , meme s i l e fantasme et l'onirique dominent. L i r e : Jean Le Moyne, "Hors des chambres d'enfance" et Maurice Blain, "Anne Robert ou l e risque de vi v r e " dans Prysence de l a cr i t i q u e ed. G i l l e s Marcotte (Montryal: HMH, 1966"): 35-42; 153-163. L a r t i c l e de Bl a i n avait d'abord paru dans Liberty 1 (1959): 322-330. oo Russel, Anne Hubert. 3 0 Denis Bouchard, Une Lecture d'Anne Hubert. La recherche d'une mythologie (Montryal: Hurtubise HMH, 1977) 6. 26 3 1 Bouchard 135. 3 2 Bouchard 195. Chyslain Charron evoque aussi ce theme de l a desacralisation du v i e i l ordre s o c i a l en faveur d'un nouveau mythe c o l l e c t i f dans l e roman Les Enfants du sabbat d'Anne Hebert. Dans ce processus, l ' e c r i v a i n exprime l e s ddsirs et l e s fantasmes i n t e r d i t s . La parodie y joue un rdle du premier plan. L i r e : Ghyslain Charron, "Le Sabbat: Fantasme et Mythe," Protee 9/(1981): 50-58. 3 3 Marie Couillard-Goodenough, "La Femme et l e sacre dans quelques romans qu£b£cois contemporains," Revue de 1'University  d'Ottawa 16 (1980): 74-81. 3 4 Henry Cohen t r a i t e du meme mythe et de sa presence dans Kamouraska en p a r t i c u l i e r . II y reconnalt l e s images de l a Belle et l a bete, de l a beauty f a t a l e , des mythes de Thesee, Ariane et l e Minotaure, d'Orphee et Eurydice et de D<§dale. Cf. Henry Cohen, "Le Rdle du mythe dans 'Kamouraska' d'Anne Hubert," Presence francophone 12 (1976): 103-111. (Au sujet des mythes cu l t u r e l s au Canada, v o i r : Grazia Merler, "Translation and the Creation of Cultural Myths i n Canada" West Coast Review 11 (1976): 26-33. 35 Dans l a categorie de l'etude textuelle g£n£rale nous regroupons: Josette Feral, "Cldture du moi, cldture du texte anas 1'oeuvre d'Anne Hubert" voix et images 1 (1975): 265-283; Benolt Renaud, "'Kamouraska': roman et poeme" Co-Incidences 5 (1975): 26-45; Grazia Merler, "Rapports a s s o c i a t i f s dans l e discours l i t t d r a i r e " Francia 24 (1977): 111-127; E.D. Blodgett, "Prisms and Arcs..." Pierre-Herve' Lemieux, Entre Songe et  parole. Structure du "Tombeau des r o i s " d'Anne Hubert (Ottawa: Editions de 1"University d'Ottawa, 197 8). Bien que ce l i v r e t r a i t e l a poesie d'Anne Hubert, un sujet qui reste hors de nos consideration, nous trouvons a propos de l e mentionner a cause de son importance dans 1'evolution de l a c r i t i q u e . C'est un des premiers l i v r e s Merits sur l a structure de l'oeuvre hebertienne. Ce l i v r e n'entre cependant pas dans l e s c h i f f r e s s t a t i s t i q u e s qui ont s e r v i a l a preparation de notre tableau (Cf. figure p. 29) . 3 6 Association canadienne de l i t t e r a t u r e comparee, Les S o c i e t e s savantes, Vancouver, j u i n 1983. 3 7 Yvette Francoli, " G r i f f i n Creek: Refuge des fous de Bassan et des bessons fous" Etudes l i t t e r a i r e s 17 (1984): 131-142. 3 ^ Robert Melangon, "Ce qui est sans nom ni date ['Les Fous de Bassan']" Liberte 25 (1983): 90-1. L'intertextualite interne est aussi etudiee par Janet M. Paterson. L*intertextualite proustienne f a i t l'objet de 1 * a r t i c l e de Barbara J . Bucknall, "Anne Hebert et V i o l e t t e Leduc, Lectrices de Proust," B u l l e t i n de l'A.P.F.U.C. (1975): 83-100. non v i d i . 27 3 9 Nous tenons compte de toutes l e s etudes suivantes: Janet M. Paterson, "L'ecriture de l a jouissance dans l'oeuvre romanesque d'Anne Hebert," Revue de l'Universite d'Ottawa 16 (1980): 69-73; . , "L*Architexture des 'Chambres de bois': modalites de l a representation chez Anne Hebert," these de doctorat, Universite de Toronto, 1981; , "Anne Hebert and the discourse of the unreal," Yale French Studies 65 (1983): 172-186; , "L'envoiee de l ' e c r i t u r e : 'Les Fous de Bassan' d'Anne Hebert," Voix et images 9 (1984): 143-151; ,, Anne Hebert. Architexture romanesque (Ottawa: E d i t i o n de l'Universite d'Ottawa, 1985); , "Parodie et S o c e l l e r i e , " Etudes l i t t e r i a i r e s 19 (1986): 59-66. 4 0 Emond 308. 4 1 Les principales etudes narratologiques de l'oeuvre sont: Michel Gosselin, "Etude du discours n a r r a t i f dans 'Kamouraska' d'Anne Hebert," these de maltrise, Sherbrooke, 1974; Jacques A l l a r d , "'Les Enfants du sabbat' d'Anne Hebert," Voix et images 1 (1975): 285-286; Jeanine Nadeau-Fournelle, "Analyse des techniques narratives dans 'Kamouraska'," these de maltrise, Universite du Quebec h Montreal, 1976; Rene Y.F. Juery, "Oeuvres en prose d'Anne Hebert - Essai de semiotique narrative et discursive de "La robe c o r a i l " et de 'Kamouraska'," these de doctorat, Universite d'Ottawa, 1977; Solange Saint-Pierre A l l a i r e , "Le Fontionnement du discours dans 'Kamouraska' d'Anne Hebert," these de maltrise, Universite du Quebec a Montreal, 1977; S h e r r i l l E. Grace, "Duality and Series: Forms of the Canadian Imagination, " Canadian Review of Comparative  Literature 7 (1980): 483-451. 4 2 dans Etudes canadiennes 16 (1984): 59-65. 4 3 dans Voix et images 9 (1984): 113-129. 28 CHAPITRE II LES HORIZONS D'ATTENTE: ETUDES HERMENEUTIQUES En regroupant l e s etudes c r i t i q u e s dans deux categories assez vastes mais r£levatrices d'une evolution de l a c r i t i q u e de l'oeuvre, nous pouvons obtenir un tableau qui indique clairement certaines tendances dans l'approche herm£neutique qui vont aboutir a transformer l a lecture en analyse s4miologique au cours de l'evolution chronologique de l a c r i t i q u e sur l'oeuvre hebertienne. I l est int£ressant de remarquer q u ' i l ne s'agit pas d'une rupture, mais plut&t d'une reorientation f a i t e graduellement, surtout pendant l a f i n des ann£es 1970 et l e d£but des ann£es 1980 . S* i l nous f a l l a i t i d e n t i f i e r un point tournant, ce s e r a i t k\ l a publication des Fous de Bassan que nous l e situerions. Apres cette date, l a c r i t i q u e , non seulement sur l e dernier roman mais sur toute l'oeuvre, s'oriente beaucoup plus vers l e texte et son fonctionnement. Les questions d*herm£neutique restent a l'ordre du jour, mais e l l e s n'occupent plus une place prepond£rante dans 1'etude de l'oeuvre. Nous tenterons de d£crire et d'expliquer cette evolution en rendant compte des princip a l e s lectures c r i t i q u e s publie£es sur notre auteure. 29 TABLEAU I REPARTITION DES ETUDES SUR L'OEUVRE HEBERTIENNE SELON LA DATE ET L'APPROCHE PRINCIPALE, Avant 1982 % Apres 1982 % 1' herim§neutique 52 78 8 40 l a semiologie 15 22 12 60 Nous n'incluons pas de comptes rendus comme t e l s dans ce tableau, parce q u ' i l s ne sont pas assez d£velopp£s pour y d£celer une orientation ou une approche c r i t i q u e caract£ris£e. Nous tenons compte de 1*importance des comptes rendus mais i l s ne figurent pas en general dans notre etude de l a c r i t i q u e refl£chie de l'oeuvre. Une 6tude de l a jouissance spontanea qu'ont l e s lecteurs de l'oeuvre pourrait s'av#rer un champs f e r t i l e pour 1' analyse de ce qui se prgsente dans l e texte et dans l a society a f i n de "concr^tiser un sens premier" du texte. Pourtant, en t r a i t a n t des c r i t i q u e s r e f l ^ c h i e s de l'oeuvre, nous esp4rons expliquer ces deux elements de 1'interpretation de l'oeuvre par ces c r i t i q u e s . En retenant l e s deux processus de concr£tisation du sens, c e l l e qui passe spontan£ment par l a premiere lecture et c e l l e qui comprend une interpretation pond6r4e, nous aurions deux corpus trop d i s t i n c t s l'un de l'autre pour etre rigoureusement analyses dans une seule £tude. Lorsque nous parlons des Elements s o c i a l et l i t t e r a i r e qui 30 se combinent pour c o n c r e t i s e r un sens du t e x t e , nous pensons au terme " h o r i z o n d ' a t t e n t e " employe par Hans Robert J a u s s . 2 Jauss e x p l i q u e dans l e s termes s u i v a n t s l e processus par l e q u e l une oeuvre trouve un sens: Dans l a t r i a d e forim§e par l ' a u t e u r , l'oeuvre et l e p u b l i c , c e l u i - c i n'est pas un simple Element p a s s i f q u i ne f e r a i t que r e a g i r en chalne; i l deVeloppe h son tour une e n e r g i e q u i c o n t r i b u e a f a i r e 1 ' h i s t o i r e . La v i e de l'oeuvre l i t t e r a i r e dans 1 ' h i s t o i r e est inconcevable sans l a p a r t i c i p a t i o n a c t i v e de ceux auxquels e l l e est d e s t i n e d . C'est l e u r i n t e r v e n t i o n q u i f a i t e n t r e r l ' o e u v r e dans l a c o n t i n u i t y mouvante de 1"experience l i t t e r a i r e , ou l ' h o r i z o n ne cesse de c h a n g e r . . . ^ Jauss continue a e x p l i q u e r comment sa t h e o r i e aide a mieux comprendre l e s oeuvres anciennes en examinant l e s conventions l i t t e r a i r e s , s o c i a l e s e t h i s t o r i q u e s q u i l e u r ont donne un sens ou une i n t e r p r e t a t i o n . A i n s i on peut e t a b l i r des l i e n s e n t r e " l e s v a l e u r s consacrees par l a t r a d i t i o n e t notre experience a c t u e l l e de l a 1 i t t e r a t u r e . " 4 La t h e o r i e e s t h e t i q u e de Jauss se s i t u e carrement dans l e domaine de 1 ' h i s t o i r e l i t t e r a i r e e t sa these se developpe jusqu'S embrasser I n v o l u t i o n de l a l i t t e r a t u r e par I n v o l u t i o n s u c c e s s i v e des d i f f e r e n t s h o r i z o n s d ' a t t e n t e q u i p r e s i d e n t a l a t r a n s m i s s i o n 5 d'une oeuvre. Au f u r et a mesure que 11 i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e change, l e sens donne a t e l l e ou t e l l e oeuvre change & cause du nouveau conditionnement de l a r e c e p t i o n par de nouveaux canons et de nouveaux concepts. Jauss suppose a u s s i 1'existence d'un h o r i z o n " l i t t e r a i r e " compose des e f f e t s p r o d u i t s par un t e x t e en termes de modeies q u i a g i s s e n t sur l a r e c e p t i o n e t q u i vont 31 jusqu'a rompre ou redrienter 1* horizon d'attente pour devoiler un nouveau sens de l'oeuvre. La concrgtisation du sens se f a i t par cette fusion d'horizons, et l ' e c a r t entre ces deux horizons - c e l u i du lecteur et ce l u i cred par l e texte - determine, selon Jauss, dans quelle mesure une oeuvre peut §tre considered comme a r t i s t i q u e . Autrement d i t , une oeuvre qui surprend, rompt ou redriente l e s attentes sociales ou i n s t i t u t i o n e l l e s (voire de 1 ' i n s t i t u t i o n l i t t g r a i r e ) , possede un certai n pouvoir sociologique act i f . C'est en ce pouvoir que l'oeuvre trouve sa fonction a r t i s t i q u e . Jauss explique a i n s i ce ph^nomene: Meme au moment ou e l l e paralt, une oeuvre l i t t 6 r a i r e ne se predente pas comme une nouveaute' absolue surgissant dans un dedert d'information; par tout un jeu d'annonces, de signaux - manifestes ou latents -de references i m p l i c i t e s , de caract£ristiques d£ja familieres, son public est pr£dispos6 a un certain mode de reception. E l l e eVoque des choses d£ja lues, met l e lecteur dans t e l l e ou t e l l e d i s p o s i t i o n £motionnelle, et des son dedut cred une certaine attente de l a "suite", du "milieu" et de l a " f i n " du re d i t (Aristote) , attente qui peut, a mesure que l a lecture avance, etre entretenue, moduled, redriented, rompue par 1'ironie....g-Jauss parle de l a premiere reception de l'oeuvre et i l indique que c'est cet horizon i m p l i c i t e dans l e texte qui domine. Pourtant, lorsque l a ref l e x i o n ou l a subj e c t i v i t y entrent en jeu, 1'horizon d'attente joue un role aussi important dans l a concretisation du sens. Puisque nous trai t o n s de l a c r i t i q u e r£fledhie, nous devons examiner tous l e s horizons: l i t t e r a i r e (du texte) et so c i a l (du c r i t i q u e ) . Nous avons 6tudie 1'evolution general e de l a reception de l'oeuvre d'Anne Hubert dans notre premier chapitre. Nous allons mesurer maintenant l e s horizons (social et l i t t e r a i r e ) de l a reception de l'oeuvre, en essayant de determiner l e s courants generaux de I n v o l u t i o n et l e s points tournants dans l a reorientation de cette reception. Nous proposerons ensuite quelques explications & cette dynamique de l a reception. a. La Critique thematique ou 1'interpretation des themes Selon Marc Angenot, l a c r i t i q u e thematique se compose des "types de c r i t i q u e hermeneutique procedant au decoupage de l'oeuvre en grandes unites s i g n i f i a n t e s . . . . " 7 Angenot c i t e l a d e f i n i t i o n du "theme" que donne J.P. Richard dans L'Univers  imaginaire de Mallarme l o r s q u ' i l explique qu'un theme est "un principe concret d'organisation, un scheme ou un objet f i x e autour duquel aurait tendance a se constituer et a se deployer g un monde." Angenot parle aussi du concept du "theme ideologique" dont l a d e f i n i t i o n s'appuie sur c e l l e donee par P. Macherey dans Pour une theorie de l a production l i t t e r a i r e . I l s'agit d'une "sorte d'image fondamentale d i s t i n c t e du sujet 9 specif ique de l'oeuvre et l i e e au projet ideologique." Lorsque nous traitons de l a c r i t i q u e de l'oeuvre d'Anne Hebert au cours des annees 1960 et 1970, parmis l e s approches que nous avons regroupees sous l a categorie hermeneutique, nous nous rendons compte qu'un grand nombre de ces c r i t i q u e s pratique une methode thematique ax6e sur 1 ' i d e n t i f i c a t i o n et 1'interpretation des themes de l'oeuvre d'Anne Hebert. En ce qui concerne l a c r i t i q u e thematique, qui "reconnalt 1'existence de 1 * inconscient et l u i attribue un rdle dans l a c r e a t i o n , n o u s reconnaissons cette sorte d'approche dans les c r i t i q u e s qui in s i s t e n t sur l e developpement psychique ou s p i r i t u e l de l'auteure par son edriture. Beaucoup de c r i t i q u e s de cette 6poque t r a i t e n t des themes ged£raux, comme 1'amour, l a mort, et l a solitude, parmi beaucoup d 1autres, et plusieurs mettent en r e l i e f l e s themes idedlogiques q u ' i l s reperent, comme l a reVolte contre l a soci£t£ t r a d i t i o n n e l l e et l e feminisme. Nous allons done examiner l e s premiers c r i t i q u e s d'Anne Hubert qui s'inscrivent dans une t e l l e perspective et nous allons retracer l e developpement de cette approche jusqu'aux anneds 1980, alors qu'elle se transforme en approche based sur l a s^miotique. b. L'Ecrivain et son oeuvre Les premiers c r i t i q u e s ont tout de suite manifesto de l ' i n t e r e t pour l a v i e de l'auteure et pour sa facon de l a transformer en l'exprimant par l ' e c r i t u r e . En 1959, Maurice B l a i n e d r i t qu' "Anne Hubert appartient a l a fa m i l l e des Ecrivains pour qui edrire c'est apprendre a vivre avec soi-meme." 1 1 L'orientation de l a c r i t i q u e a cette £poque semble etre centred sur ce que nous interpr^tons comme 1' affirmation du rdle mythique et s p i r i t u e l de l ' e c r i v a i n qui parle de ses origines et qui revele du meme coup son experience personnelle et l'&me c o l l e c t i v e de son peuple. En 1962, Guy Robert e t a b l i t l e l i e n entre l a v i e d'Anne 34 Hubert et son oeuvre. II tente "une sorte d * i d e n t i f i c a t i o n entre l'auteur et ses personnages." 1 2 Robert in t r o d u i t l ' idee que l a tache de l ' e c r i v a i n est d'exprimer 1'histoire de son peuple d'une facon i n t u i t i v e : " l ' e s s e n t i e l est dans son etre: c'est l a nature douce et amere de son pays n a t a l , " 1 3 et i l ajoute que " l e paysage qui v i t dans Anne Hubert, c'est c e l u i de ses o r i g i n e s . " 1 4 II loue l a romanciere pour "sa f i d e l i t e a l a ve r i t e i n t e r i e u r e . 1 , 1 5 Dans leurs interpretations de l'oeuvre d'Hebert, Blain et Robert reveient l'horizon d'attente de leur milieu en suggerant l e l i e n suppose entre l ' e c r i v a i n et son oeuvre. Des ces premieres "reponses" c r i t i q u e s a l'oeuvre hebertienne, on v o i t se former (dans cette idee de "spi r i t u a l i t e a r t i s t i q u e " ) l e fondement thematique de l a c r i t i q u e a venir. Cette attente e s t - e l l e typique d'une societe qui est en t r a i n d'entreprendre, dans les annees 1960, une refl e x i o n ardue sur elle-meme, cherchant dans sa propre culture des reponses h ses questions d'identite personnelle aussi bien que collective?"*"^ On peut aussi se demander s i cette reception n'est pas conditionee par l e mythe de l ' e c r i v a i n romantique, "phare s p i r i t u e l " et "temoin de son temps." Par sa forme et son fond souvent mythologique ce qui implique une representation de ce qui est au-dela (ou en-deca) de l a realite communement admise, l'oeuvre d'Anne Hebert repond a cette attente d'une e c r i t u r e qui depasse l e s l i m i t e s de l a v i e de tous l e s jours et qui att e i n t a une grandeur qui semble transformer l a realite quotidienne en mythe et l e s personnages en archetypes. Cette attente d'une oeuvre 35 mythologique qui exprime l'Srne c o l l e c t i v e s'etend dans l a cr i t i q u e de l'oeuvre h des etudes qui tentent de formuler un rapport direct entre l'oeuvre et l e pays, c e l l e - l & etant vue comme un r e f l e t de c e l u i - c i . La lecture mythologique, et surtout l a lecture qui l i e ce concept d'un univers l i t t e r a i r e mythologique avec l a s o c i e t e quebecoise et son h i s t o i r e , continue a occuper une place centrale dans l a c r i t i q u e jusqu'aux annees 1980. Maurice B l a i n e t a b l i t un rapport entre cette mythologisation de l ' e c r i v a i n et son rdle de poete. "Ce phenomene...de tabulation est constant en poesie; i l tend a eiever au rang de mythe, de s u r e a l i t e de 1 1 imagination une perception et une connaisance immediates et banales du r e e l . " 1 7 Les c r i t i q u e s reconnaissent aussi l e s l i e n s qu'Anne Hebert a f a i t s entre ses poemes et ses romans. II s'agit de l i e n s i m p l i c i t e s , d'ordre s t y l i s t i q u e ou thematique, et de l i e n s e x p l i c i t e s , . comme cel u i du t i t r e "Les Chambres de bois" qui i d e n t i f i e un poeme du recueil l e Tombeau des Rois (1953) et un roman. Pourtant, les c r i t i q u e s de cette epoque n'explorent pas cette a u t o t e x t u a l i t e par des etudes centrees sur l e fonctionnement de ces instances i n t e r t e x t u e l l e s et par consequent leurs etudes restent dans l e domaine de 1'hermeneutique, n'abordant pas l a semiotique. I l s mettent 1*accent sur 1*aspect poetique de l a decouverte d'elle-meme et de l'Sme c o l l e c t i v e par l 1experience de l ' e c r i t u r e percue en termes de contenus plut&t que dans ses procedes formels. 36 Cette attente d'une oeuvre l i t t e r a i r e qui transpose 1'identity de l a nation au plan mythologique se revele dans des ci t a t i o n s suivantes qui resument 1'orientation g e n e r a l e de l a cr i t i q u e pendant les anneds 1960: Au coeur de l'oeuvre d'Anne Hubert habite 1'image de son pays., R Anne Hubert d i t l a r e l a t i o n intime et incommunicable qui unit aujourd'hui l'homme canadien au pays canadien., Q Plus qu'a l a description d'un espace, Anne Hubert nous conduit a une experience primordiale, e l l e met en lumiere 1'osmose de l'homme et des elements. 2 0 Aucune oeuvre dans notre l i t t e r a t u r e ne s a i t , mieux que c e l l e d'Anne Hebert, exister par elle-meme,... ou se rencqntrent et se reconnaissent l e s hommes de 1'univers.... Pourtant aucune oeuvre non plus n'appartient davantage au paysage l i t t e r a i r e du Quebec, n'y plonge plus profondement ses racines et n'en r e t i r e des images plus exemplaires.gi ...entre l e poete et l a c o l l e c t i v i t e un reseau de communications souterraines i r r i g u t e l n t l e s racines de l ' i t r e et de l' o e u v r e . 0 0 Les mots que nous avons soulignes dans ces c i t a t i o n s empruntees a divers auteurs indiquent une a f f i n i t e semantique qui l e s r e l i e et qui s'exprime l e plus souvent par l a dimension mythologique que 1 * on s'accorde a reconnaltre a l'oeuvre d'Hebert. Ce que recouvre i c i l'emploi du mot mythe devient transparent a travers l a serie l e x i c a l e que nous venons d ' i s o l e r : "intime et incommunicable," "profonde et primordiale, " "osmose de l'homme et des e l e m e n t s , " l a parole de l ' e c r i v a i n et l a voix de l'Sme nationale participent d'un meme " r 6 s e a u de communications souterraines." On comprend mieux aussi l a logique de substitution (apres l a subversion) qui guide l a lecture de tant de c r i t i q u e s interpel£s par cet aspet mythologique: s i l'oeuvre est comprise comme l a proposition d'une "nouvelle mythologie f" n'est-ce pas dire que l a r e l a t i o n qu'elle exprime est du meme ordre que l'univers moral qu'elle c r i t i q u e , du moins dans l a reception de ce discours c r i t i q u e ? Bien que cette lecture qui interprete l'oeuvre comme une mythologie personnelle et c o l l e c t i v e tente tres souvent de r e l i e r l ' a r t d'Anne Hubert a 1'histoire qu§b£coise, i l existe une exception a cette tendence: Adrien Th£rio. Ce dernier explique l e monde imaginaire d'Anne Hubert comme "un monde de 23 contes de f 6 e s avorte," et i l se d i t completement d'accord avec l a theorie qui veut que l e sens de l'oeuvre n'apparaisse qu'au terme de 1'analyse qui y decouvre un espace mythique. Cependant, au sujet du rapport entre ce mythe et l a society qu£becoise, Therio se distingue de ses collegues: Je ne vois rien dans l'oeuvre romanesque d'Anne Hubert qui puisse me f a i r e c r o i r e que l e pays qu'elle explore ressemble d'une facon ou d'une autre au Canada francais que nous avons connu ou que nous connaissons encore. I l s'agit pour moi d'une aventure de creation tout h f a i t personnelle q u ' i l n'est impossible d'ajuster sur l'aventure c o l l e c t i v e des gens d ' i c i . 24 En 1971, Therio essaie de proposer une al t e r n a t i v e ci 1' interpretation sociologique qui ne considere l'oeuvre que dans son contexte quebecois. Therio rejette une t e l l e lecture 38 sociol o g i s t e de l ' o e u v r e 2 5 et i l cherche plutdt l e sens de l'oeuvre dans 1'univers imaginaire qui l u i est propre. II e d r i t qu' entrer dans l'oeuvre romanesque d'Anne Hubert, c'est entrer de p l e i n pied dans un conte de feds ou l e s dieux l e s plus cruels de l'Olympe ont remplac6 les dieux protecteurs de l'enfance ou du pays des merveilles. 2g Quoique Th£rio semble prendre une position extreme en refusant toute s i g n i f i c a t i o n quededoise de l'oeuvre, i l contribue quand-meme a 1'elargissement du champ c r i t i q u e . II marque un point de t r a n s i t i o n en plongeant a l ' i n t e d i e u r de l'oeuvre pour y trouver un sens specif ique et ind£pendant de son contexte s o c i a l . Th£rio reste t r i b u t a i r e d'une lecture thematique, mais i l s'affranchit redolument de toute incidence idedlogique, se distinguant du meme coup des c r i t i q u e s qui l'ont preded£. On verra, en 1977, le c r i t i q u e Denis Bouchard affirmer qu' " i l faut remarquer combien l e s Merits d'Anne Hubert sont un 27 . . . vaste repertoire de mythes," mais q u ' i l y a certainement "[d]es modifications, [et] [d]es transformations a l'in t e d i e u r 2 8 des mythes." L'oeuvre est de plus en plus considered dans son o r i g i n a l i t y et dans sa complexity au fur et a mesure que l a c r i t i q u e continue a l u i poser des questions d'interpretation. Pourtant i l faut remarquer combien l a lecture proposed dans les anneds 1960 et 1970 est d£pendante d'un horizon d'attente qui peut etre dedrit comme sociologique et national i s t e , en ce q u ' i l recherche une image globale du Quedec dans l'expression a r t i s t i q u e de ses e c r i v a i n s . Cette sorte d'analyse du type "l'homme et l'oeuvre" et "l'auteur, traducteur de 1'ame de son pays" dominait dans 1 ' i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e du Quebec depuis l e debut du s i e c l e jusqu'aux annees 1960 et 1970. La consecration de cette perspective est evidente dans l e discours de plusieurs historiens de l a l i t t e r a t u r e et c r i t i q u e s l i t t e r a i r e s comme Samuel Baillargeon et Pierre de Grandpre. Le premier e c r i t que " l a l i t t e r a t u r e exprime 1'ame d'un peuple" 2 9 et que pour comprendre d'une facon profonde l a l i t t e r a t u r e quebecoise, i l faut etudier l a societe dans laquelle l'auteur a vecu ou v i t . Le second, face au debat qui oppose l'approche structurale a l a cr i t i q u e basee sur 1'histoire l i t t e r a i r e , s'exprime en faveur de l a deuxieme methode qui considere l a societe, 1'histoire, l a polit i q u e etc., dans toute analyse de l a l i t t e r a t u r e . Sa p o s i t i o n a ce sujet se resume comme s u i t : Si , l o r s q u ' i l s'agit de pure c r i t i q u e , l a perspective esthetique peut s u f f i r e mais gagne deja quelque chose a s'enrichir avec i n t e l l i g e n c e et discernement de l'apport d'autres methodes, cet apport des diverses sciences humaines devient une quasi-necessite l o r s q u ' i l est question d'etablir, par l e s voies du savoir, l ' h i s t o i r e d'une l i t t e r a t u r e . Les e c r i t s d'autres c r i t i q u e s comme Gerard Tougas et G i l l e s Marcotte demontrent l a meme preoccupation d'une h i s t o i r e l i t t e r a i r e quebecoise qui d e f i n i r a i t 1 1 experience, l'Sme, l ' i d e n t i t e et l e developpement de l a nation d i s t i n c t e qu'est l e Quebec. II s'agit done d'une conception repandue qui forme un horizon d'attente propre aux annees 1950 et 1960. c. Anne Hubert et Saint-Denys-Garneau 40 Un autre Element de cet horizon d'attente se manifeste par 1'intention persistante d'edablir une parents s p i r i t u e l l e entre Anne Hubert et son cousin, Hector de Saint-Denys-Garneau, renforcant a i n s i l e rdle mythologique d'Anne Hubert en tant que "traductrice" de l'ame quededoise. En 1965, Pierre Pag£ e d r i t : Une seule influence est affirmed: i l [Saint-Denys-Garneau] fut pour e l l e [Anne Hubert] un guide dans l a dedouverte du monde. 3 2 Un an plus tard, Jean Le Moyne va encore plus l o i n et associe Saint-Denys-Garneau a un des personnages du roman Les Chambres de bois: D'un bout a l'autre l e red i t d'Anne Hedert est d ' i c i [le Quedec] . L' hedoine s'appelle Catherine. D'une premiere association surgit l e pays d'enfance de l'auteur, Sainte-Catherine de Fossambault, qui fut £galement c e l u i de Saint-Denys-Garneau, prisonnier comme Michel...du *royaume sacr6 de 1'enfance'. 3 3 Plus que 1'enfance partaged avec Saint-Denys-Garneau, Anne Hedert a aussi en commum avec l u i 1'expression a r t i s t i q u e de cette expedience a l a f o i s personnelle et c o l l e c t i v e . Albert Le Grand en f a i t l a constatation l o r s q u ' i l explique que, l a parole de Saint-Denys-Garneau s ' a r r e t a i t , comme avaled par l e silence. E l l e [Anne Hedert] prend en quelque sorte sa releve....Son oeuvre s'apparente a c e l l e de Saint-Denys-Garneau par tout un riseau ou s'entrecroisent quelques grands themes: l e regard, l'os, l'eau, l'absence, l a mort. Neds dans un meme climat, l e s deux oeuvres s'enracinent dans un meme s o l . 3 4 41 En 1973 f Le Grand continue a appuyer sa these lorsqu 1 i l affirme: II me semble...que s 1 i l est v r a i qu'elle [Hubert] v i t a Paris, c'est toujpurs l e Quebec qui habite son coeur et son oeuvre.... II m'apparalt que ce paysage qu'elle a d i t avoir partagg avec Saint-Denys-Garneau continue d'occuper des regions secretes de son etre.25 Dans cet ordre d'iddes, Denis Bouchard va encore beaucoup plus l o i n en exprimant cette parents biologique et symbol ique en termes de l i a i s o n mystique. On peut noter aussi que l e vocabulaire q u ' i l emploie tra d u i t metaphoriquement une si t u a t i o n de "mariage sacr£": II y aura un l i e n indissoluble entre l e s deux Ecrivains, une sorte de noce entre c e l l e qui s u r v i t et c e l u i qui est mort. C'est un mariage nocturne non d£pourvu de tensions pr of onde s. , fi Dans son l i v r e qui consacre tout un chapitre a l a question, Bouchard e c r i t qu'apres l a date de l a mort de Saint-Denys-Garneau, Anne Hubert ordonne l a demarche des deux oeuvres, fussionnees pour a i n s i dire par l e silence et l a parole. Garneau avait pos4 l e s questions, sa f i d e l e amie va reyivre l e chaos de ses angoisses sous forme de reponses. 27 Bouchard f a i t un pas de plus sur ce theme de l a symbiose a r t i s t i q u e et s p i r i t u e l l e , pour conclure que l ' a r t d'Anne Hubert commence avec l a mort de son cousin et constitue un prolongement de l a v i e et de l ' a r t de c e l u i - c i . Bouchard S c r i t que " l a mort de Garneau marque les debuts v£ritables de l'oeuvre d'Anne Hubert" et que " l a poursuite de 1'image et l e combat contre 1*image du disparu sont a l a base de ce tournant mystedieux."38 On v o i t a travers ces quelques c i t a t i o n s que ces t r o i s c r i t i q u e s s'accordent a marquer leur precedence pour une lecture qui p r i v i l ^ g i e nettement l a r e d l i t 6 psycho-sociologique quededoise comme r£fedent majeur de l'oeuvre. Cette implication l'emporte a leurs yeux sur tout autre aspect du texte. d. Le Theme de l a revolte Les c r i t i q u e s de cette 6poque demontrent aussi q u ' i l s voient dans l'oeuvre d'Anne Hedert plus qu'un simple r e f l e t de 1'existence quededoise. La c r i t i q u e rattache l'oeuvre hedertienne au groupe des edritures quedecoises des anneds 1960 3 9 et 1970 qui expriment une parole subversive et l i b e d a t r i c e . Beaucoup de c r i t i q u e s sont d'accord sur l e f a i t qu'Anne Hedert prend l a parole contre l e jansedisme socio-religieux auquel l e Quedec de sa jeunesse edait s i fortement i d e n t i f i e d Ces c r i t i q u e s cherchent dans l ' a r t d'Anne Hedert l e pouvoir libedateur d'une parole capable d'affranchir l a population de son idedlogie t r a d i t i o n n e l l e . L'insistance du discours c r i t i q u e sur ce point continue a dominer 1'analyse au point de rel^guer au plan secondaire 1'etude du texte et de son fonctionnnement en tant que forme narrative. Meme plus tard, apres 1980, lorsque l a c r i t i q u e se tournera vers l a s£miotique, ce ne sera pas sans assumer l a lecture prededente d'une ported 43 sociologique du texte, c'est-a-dire que 1*importance du message lib£rateur de l'oeuvre d'Anne Hubert continuera d'etre soulign€e en s'appuyant d^sormais sur 1'analyse de ses structures textuelles. Au sujet de ces questions sociologiques que l e s c r i t i q u e s posent & l'oeuvre, on se rend compte d'un theme recurrent, c e l u i de l a r£volte. I l s'agit d'une revolte contre l e silence d'un peuple longtemps a s s u j e t t i a l'idgologie 6touffante qu'etait l e jans^nisme qu£b£cois. 4 u La c r i t i q u e affirme a i n s i un p a r t i p r i s progressiste et suppose une conception de l a l i t t e r a t u r e en tant que force de changement dans l e contexte general de l a Revolution t r a n q u i l l e . Une oeuvre d'art peut admettre plusieurs sens, cette polysemie dependant des questions que diverses lectures l u i posent. Apres avoir examine l a c r i t i q u e des annees 1960 et 1970, i l est c l a i r que l e sens de l'oeuvre qu'elle favorise est ce l u i qui se rattache a cette id£e de revolte et de l i b e r a t i o n . Tous l e s Elements de l'oeuvre - l a s t y l i s t i q u e , le langage, l'imagerie, le symbolisme, 1'aspect psychologique - sont lus a 41 l a lumiere de cet horizon d'attente et, par cette predisposition qui contr&le 1 * interpretation, on peut v o i r se former une t r a d i t i o n de lecture qui apparalt sous l a forme des questions qui sont adressees & l'oeuvre: [ E l l l e [Anne Hubert] n'a pas craint d*affronter l'absurde et de f a i r e parler l e s i l e n c e . . 9 Notre conscience l i t t e r a i r e a un de ses sommets [l'epoque de l a publication de Les Chambres de bois, 195 81 constate que nous en sommes lh, que nous sommes cette s o r t i e . Une l i b e r t e est acquise . 4 3 44 En 1968f Albert Le Grand est c e l u i qui a r t i c u l e l e mieux 1 1 arriere-plan de ce sens sociologique de l'oeuvre. La these de Le Grand se developpe autour de l a medaphore de l ' e x i l et du royaume. II compare l a s i t u a t i o n des Quededois a une forme d'exil d'un royaume auquel i l trouve que l'oeuvre hedertienne donne acces. La cle de ce processus se trouve dans une certaine maturity psychologique qui en passant par l e s structures de l'oeuvre, viendrait manifester l a transformation profonde de toute l a c o l l e c t i v i t y quededoise exprimed par e l l e . Ce rapport s ' e t a b l i t souvent en termes psychanalytiques. Par exemple, Le Grand e c r i t que tout l'oeuvre d'Anne Hedert...tient dans une douloureuse exploration de cette terre d'exil et dans ce voyage souterrain vers l e royaume de l'homme,^ et i l continue: II y a un depart o r i g i n e l dans une nuit absolue des temps f a i t e de 1'enfance de l'homme, de 1*enfance d'un pays et de 1'enfance d'une parole a l a recherche de son sens hors de cette noirceur premiere de 1' i n c o n s c i e n t . ^ Le Grand explique l a representation abondante de l ' i r r e e l 4 ^ dans l'oeuvre comme une reaction contre l e jansedisme quededois, contre un moralisme et un messianisme qui "donneront tout naturellement [a] une v i e de plus en plus 47 : absente au redl, ancred dans l e courant de l ' h i s t o i r e . " Le cr i t i q u e interprete a i n s i l'oeuvre selon son rapport avec un cer t a i n contexte sociologique. C'est-a-dire que son horizon d'attente teintd d'anticlericalisme amene Le Grand a l i r e chez Anne Hebert une sorte de revolte issue de son milieu. II neglige evidemment de l a sorte d'autres composantes du texte hebertien, par exemple l 1 i n f l u e n c e exterieure des techniques du nouveau roman francais. Le Grand conclut en ecrivant que de l a solitude h. l a s o l i d a r i t y , de l a nuit au jour, de l a tentation du silence & l a parole nombreuse, de l a tentation de l a mort a 1 1 a f f i r m a t i o n de l a v i e , de l ' e x i l au royaume, t e l nous apparalt l e sens profond d'une oeuvre enracinee dans l e salut du vivant et l'honneur du poete.^g Le Grand etablit done un rapport entre l'oeuvre et l a nouvelle l i b e r t y recherchee d'une facon diffuse dans toute l a societe. En 1977, Denis Bouchard temoigne de l a meme attente d'une oeuvre qui r^ponde au besoin de l i b e r a t i o n qui f a i t suite a une longue oppression morale et nous l e voyons par l e ton de son propos qui renoue avec un certai n a n t i - c l e r i c a l i s m e : On apprend a l i r e Les Enfants du Sabbat comme un violent combat entre l e jansenisme qui nbus a f a i t naltre sous l e signe de l a terreur morale et notre penchant naturel vers l ' e s p r i t gaulois,. irrev£rencieux, et quelquefois meme joyeusement barbare. 4 9 On se demande des l'abord d'ou vient cette lecture "sociologique." Que cela vienne d'une i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e qui cherche dans l a l i t t e r a t u r e une nouvelle identity c o l l e c t i v e , a l ' i n s t a r de l a societe quebecoise dans son ensemble, ou que ce s o i t 1'effet de l a formation personnelle du cri t i q u e ou de ses propres preconceptions, peu importe. Qu'il s u f f i s e pour nous de constater a quel point une t e l l e attitude va determiner l e sens attribue & l'oeuvre. II importe 46 cependant de noter - chose assez curieuse - que cette dimension sociologique, largement reconnue par l a c r i t i q u e , n'a pas suscite d'analyses de type socio-critique au sens propre, selon l a d e f i n i t i o n qu'en donne, par exemple, Marc Angenot d'apres l e s travaux c£lebres de Duchet, Dubois, Mitterand e t c . 5 0 C'est l a preoccupation commune du contexte socio-politique au sens large qui impose a l a c r i t i q u e ce sens de l'oeuvre et non pas 1'etude systematique du texte en r e l a t i o n avec l e s discours sociaux. La c r i t i q u e se fonde sur une methode symbolique pour degager des romans l e message d'une contestation violente de l'id e o l o g i e t r a d i t i o n n e l l e dans ce qu'elle doit notamment au jansenisme religieux. Denis Bouchard i l l u s t r e parfaitement cette attitude en associant l'aventure quebecoise a " l a decouverte d'une mythologie nouvelle, " ^ et i l analyse l a province comme ...un Quebec mQr pour l ' o r g i e sanglante a cause de 1*absence d'epanouissement possible menant a 1'introspection h a l l u c i n a t o i r e , a l a demence coquette et totalement irresponsable.,^ Que Bouchard a i t raison ou q u ' i l se trompe meme partiellement, l ' i n t e r e t de son point de vue vient de sa facon de l i r e l'oeuvre, comme Le Grand, par rapport a des idees deja i n s c r i t e s dans l a t r a d i t i o n c r i t i q u e anterieurement centree sur les aspects sociologiques et psychanalytiques de l'oeuvre. Bouchard d i t des mythes, comme ce l u i formuie par l'oeuvre d'Anne Hebert, qu' i l s sont l a creation a r t i s t i q u e d'un univers lucide a l ' i n t e r i e u r d'un cauchemar d'exploration de 1 1 absurdite inherente b. notre [les Quebecois] formidable c o l l e c t i v i t y . g 3 Selon l u i , l'oeuvre hebertienne possede une quality epique de pr4formulation mythologique d'une culture qui se cherche et que l ' e c r i v a i n reussit h mimer par l a parole. Nous voyons i c i comment les attentes du c r i t i q u e , c e l l e d'une oeuvre qui va repondre aux besoins d'une societe en t r a i n de se r e d e f i n i r , qui rejette une grande partie du passe et qui cherche son identity dans l e present, nous voyons comment toutes ces attentes se confondent au contact des elements symboliques du texte hebertien pour y concretiser l e sens de ce que Bouchard appelle une nouvelle mythologie quebecoise. Pour a l l e r un peu plus l o i n dans ce sens - ce rapport d'opposition percu par l a c r i t i q u e entre l e jansenisme et l'oeuvre hebertienne - passons a G a b r i e l l e Pascal qui etend ce rapport h 1*analyse de l a psyche de l'auteure: La v i s i o n janseniste qu'elle [Anne Hebert] a i n t e r i o r i s e e l a porte a attaquer l e s valeurs memes qu'elle defend. En cela, e l l e i l l u s t r e . . . l a force des obstacles qui compremettent, dans l a profondeur des consciences,. toute revendication de l i b e r t e . 5 5 On v o i t bien a quel point l'horizon d'attente que nous sommes en t r a i n de decrire conditionne l e s t r i c t decodage de l'oeuvre dans ses composantes sociologiques et psychanalytiques. On peut expliquer cela par l a conjoncture s o c i o - c u l t u r e l l e des annees 1960 et 1970 au Quebec, alors que 48 l a recherche de 1*identity c o l l e c t i v e se f a i t par l e refus de l a t r a d i t i o n ou du moins de nombreux aspects l i e d au passed La d i f f u s i o n universelle, a l a meme epoque, des medhodes c r i t i q u e s inspireds par l a psychologie et l a sociologie, a peut-§tre egalement jou£ un rdle au Quebec. Pendant des annees 1970, et au dedut des anneds 1980f les memes tendances persistent, mais deviennent de plus en plus raffineds dans 1*analyse de 1'aspect symbolique et de l a condition feminine en p a r t i c u l i e r . L 1accent reste pos£ sur l a th£matique, bien que l a c r i t i q u e fasse de plus en plus attention au texte. Pourtant, on verra plus tard que ce n'est qu'apres l a publication des Fous de Bassan que 1'horizon d'attente de l a c r i t i q u e s'oriente carrement vers l e fonctionnement du texte comme cle" du sens de l'oeuvre. Une autre facon de t r a i t e r des themes dans l'oeuvre d'Anne Hedert, consiste a l e s consideder dans leur v i r t u e l l e "expansion." Autrement d i t , l e c r i t i q u e reconnalt certains indices textuels qui se regroupent autour des themes de 1' aliedation, de l a reVolte ou de l a l i b e r a t i o n . Cependant, l e cr i t i q u e edend l a s i g n i f i c a t i o n de ces themes en l e s interpredant non pas en rapport avec une socied£ donned, fixed dans l e temps et dans l'espace, mais en ce q u ' i l s conviennent a 1" expedience de tous l e s hommes. Cela constitue un premier pas vers l a tendance des c r i t i q u e s des anneds 1980, qui sera d ' i n s i s t e r plus sur l'universel et moins sur l e l o c a l . Parmi ces themes se trouve l a cl£ du sens de l'oeuvre qui, a son tour, trouve sa propre unite dans l a continuity de ces themes dans tous l e s romans et l e s poemes d'Anne Hubert. En 1962, Guy Robert i n s i t e sur l e theme de 1'experience humaine universelle 57 dans l'oeuvre, ce qui rend l a lecture plus ouverte et accessible & d'autres publics que c e l u i du Quebec. Le c r i t i q u e affirme clairement son adhesion a 1'etude thematique: t i l l nous est apparu possible de suivre a travers ses [Anne Hebert] l i v r e s l e s cheminements secrets ou e x p l i c i t e s , de vingt-deux themes.gg Les themes i d e n t i f i e s par Robert sont: l'amour, l'angoisse, l a chambre, l e chat, l a danse, l e desespoir, Dieu, l'eau, l e jeu, l a l u c i d i t e , l a magie, l a main, l a mere, l e miroir, l a mort, l a musique, l e r i r e , l a solitude, l e sourire, l e songe, l e temoin et l e temps. Ces themes comme t e l s , ou dans une v a r i a t i o n , forment l e corpus etudie par l e s c r i t i q u e s dont l e t r a v a i l constitue pour l a plupart l a premiere reception de l'oeuvre. Les conclusions q u ' i l s en t i r e n t nous donnent l a cie de leur horizon d'attente. Nous avons deja d e c r i t cet horizon d'attente l o r s q u ' i l s'agissait de 1 1 interpretation sociologique. Un autre horizon d'attente qui se presente surtout au cours des annees 1970 est c e l u i d'un sens psychologique & l'oeuvre. e. La Psycho-critique Nous entendons par "psycho-critique" l a "methode d'analyse 59 l i t t e r a i r e d ' inspiration freudienne," mais lorsque nous employons ce terme, nous faisons aussi a l l u s i o n aux etudes basees sur l e s psychologues qui ont f a i t des decouvertes dans 50 l e meme domaine, surtout Carl Jung. Ceux qui font l a psychocritique de l'oeuvre d'Anne Hubert fondent leurs approches non seulement sur Freud mais aussi sur Jung. Sans a l l e r jusqu'a soutenir que l a c r i t i q u e n'est dans une certaine mesure qu'un produit de son temps, ce qui c o n s t i t u e r a i t l e point de depart de l a thedrie de J a u s s , 6 0 i l nous semble raisonnable d'expliquer cette insistance de l a c r i t i q u e sur l e s bases psychanalytiques et feministes du texte en se rappelant que ce fut pr£cisement autour des anneds 1970 que l e feminisme et l a psychanalyse ont a t t e i n t leur point culminant de d i f f u s i o n dans l a communaute i n t e l l e c t u e l l e . II etait done naturel que l a c r i t i q u e l i t t e d a i r e de ces anneds-la s'en insp i r e et l e contraire plutdt aurait ete surprenant. Le questionnement c r i t i q u e dans ces deux domaines dedinit une nouvelle perspective avec son propre vocabulaire, ses propres concepts et sa propre facon de l i r e , c*est-a-dire en rapportant l'oeuvre a c e l l e s de ses composantes qui touchent a l a psychanalyse ou aux rapports entre l e s sexes. Nous pouvons done affirmer que cette c r i t i q u e constitue un nouvel horizon d'attente et non seulement l a dedouverte d'£lements jusqu'a l a inapercus. En 1971, Adrien Thedio e d r i t qu' "on a d i t avec raison que l e monde d'Anne Hedert e t a i t un monde de femmes," et que, "ces femmes humilieds a qui on donne un rdle de martyre, c'est a i n s i a i que les a voulues l'auteur." Est-ce que ces declarations l a i s s e n t l a moindre ambiguite au sujet des attentes de Therio? L'approche q u ' i l adoptera a l'endroit de l'oeuvre comprendra 51 sans doute une analyse de l a condition feminine de martyre, et l e sens q u ' i l trouvera dans l'oeuvre dependra de cette image de l a femme humili£e par 1'oppression qu'elle subit. Therio conclut que 1'intention de l'auteure est d'ecrire un roman feministe. Le c r i t i q u e confirme a i n s i q u ' i l est pr£dispos£ a une lecture d'une oeuvre qui portera un t e l message. L ' a r t i c l e d6j& mentionne de G a b r i e l l e Pascal pratique d'un point de vue feministe l a psycho-critique des conditions de soumission et de revolte manifestoes par l e s femmes dans l'oeuvre d'Anne Hubert. Pascal affirme que "1'animus impuissant des romans d'Anne Hebert g^nere une anima 6 2 c r i m i n e l l e , " en employant l a terminologie de Carl Jung. La perspective c r i t i q u e oppose i c i l e s poles masculin et feminin dans l'univers romanesque et l e c o n f l i t des sexes r6duit l e r e c i t au jeu e x l u s i f de cette duality. Un autre c r i t i q u e comme E.D. Blodgett, avec des attentes d i f f ^ r e n t e s , pourrait y voir plutdt l a l u t t e de personnages des deux sexes contre l a c o l l e c t i v i t y ou contre 1'ideologic dominante, ou meme l a l u t t e d'un individu avec lui-meme pour trouver son identity personnelle. Ni l'un ni l'autre de ces c r i t i q u e s n'aurait entierement raison. Le f a i t reste que toute lecture a pour point de depart une attente propre & chaque lecteur et que c'est avec ce "pryjuge opyratoire" que se concrytise l e processus de production du sens. La mythode psycho-critique peut re v e t i r plusieurs formes. En 1978, E.D. Blodgett f a i t une analyse psychanalytique de l a mytonymie de l a maison chez Anne Hubert et Ali c e Munro. I l dedouvre alors une structure qui comprend l e processus du developpement psychologique des personnages, ce q u ' i l exprime par l a conviction que, the house in Hubert - cabane, couvent, chateau - as a figure for defining character always supports progressive i n t e r i o r i z a t i o n . . Identity... i s a quest of the *ego' for ' i d ' , a self-quest for an object that always escapes one's nostalgia.g 3 Blodgett met 1*accent sur 1'image de l a maison comprise comme ce qui, dans l e monde physique, represente l e s l i m i t a t i o n s du developpement personnel, dans 1 'ordre psychologique. Selon l u i , l e personnage hebertien est toujours enferme' dans sa "persona" comme quelqu'un qui s e r a i t emprisonn£ dans un badiment dont l e s murs dedinissent l e caractere, les actions et l e developpement. Dans Les Enfants du, Sabbat, cette medonymie prend place dans deux endroits opposes, l a cabane et l e couvent, c e l l e - l a contenant 1 'expression des dedirs l e s plus profonds, c e l u i - c i figurant l a prison qui enferme l a personne par un systeme de contraintes et de regies s t r i c t e s . Blodgett i n s i s t e a i n s i , comme l a f a i t G a b r i e l l e Pascal, sur l ' a l i e d a t i o n des personnages. Sa lecture est moins politique qUe c e l l e de Pascal qui cherche a expliquer l a cause de cet isolement par l a lu t t e entre l e s sexes et par l e jansedisme du milieu. Les deux s'inspirent de l a psycho-critique, mais l a perspective de Blodgett est plus centred sur l ' i n d i v i d u et sur l e processus de developpement personnel, alors que l a vised du texte de Pascal comprend certainement des aspects sociologiques et meme pol i t i q u e s . 53 La concretisation du sens conjugue toujours 1'effet du texte et l'horizon d'attente du lecteur. La c r i t i q u e de Blodgett en o f f r e un bon exemple en fusionnant l a foule des personnages hebertiens avec 1'arriere-plan freudien de leur source inconsciente revel£e par 1'image de l a maison. En 1980, S h e r r i l l E. Grace f a i t une semblable etude psychologique du developpement de l a psyche d'Elisabeth dans Kamouraska. E l l e trouve dans l a double voix narrative 1'indication d'un personnage qui inhibe sa vrai e personalite. Grace f a i t l e l i e n entre l a psychocr itique et l a c r i t i q u e sociologique l o r s q u ' e l l e blame une societe specifiquement def i n i e - l e Quebec du dix-neuvieme s i e c l e - de l a nevrose de 1'histoi re: Elisabeth had been forced by education, s o c i a l standing, and circumstance to bury her truest s e l f . Her f i n a l macabre v i s i o n of the corpse surfacing suggests the destruction of her imposed role, rather than an acceptance of duality.g^ L 1 image de l a femme qui apparalt a l a f i n de Kamouraska peut §tre interpretee en termes mythologiques comme l e signe d'une s p i r i t u a l i t e feminine qui va s'affirmer par l a cabane dans Les Enfants du Sabbat et par l a voix des meres et des grands-meres dans Les Fous de Bassan. Grace comprend cela comme l a f i n d'un r&le impose et met a i n s i 1'accent sur l a dimension psychologique du r e c i t au l i e u d'y voir l e developpement d'une 65 mythologie feminine de laquelle Marie Gouillard-Goodenough et (s ft' G a b r i e l l e Pascal font mention. En 1980, Serge Theriault publie l u i aussi un ouvrage dont l a vised est psycho-critique. Son horizon d'attente se reVele explicitement dans l a declaration suivante: " i l faut l i r e l a traduction de sa c a p t i v i t y intedieure [du hedos hedertien] a travers l e s sentiments de d i s l o c a t i o n q u ' i l exprime." 6 7 Dans sa recherche du message de l'oeuvre, Thediault rtvele a i n s i q u ' i l traduit l e s sentiments des personnages et q u ' i l admet par consequent l e conditionnement de sa lecture par son point de depart qui comprend des questions d'ordre psychanalytique. La psychanalyse des personnages f6minins,.qui tend souvent vers 1' analyse fediiniste, semble tres a l a mode pendant l e s anneds 1970 et au dedut des anneds 1980. Pourtant, pendant cette pediode, l a cr i t i q u e de l'oeuvre d'Anne Hedert montre les premiers signes d'une tendance qui p r i v i l ^ g i e 1'analyse du texte, l a semiologie et l a narratologie. Les tout premiers indices de cette tendance se voient dans l e s edudes du symbolisme des romans d' Hedert. Ces edudes poursuivent l a t r a d i t i o n d£ja constitute par l a c r i t i q u e thematique, comme l a duality symbolique de 1'univers romanesque ou l e c o n f l i t entre l e s sexes, mais e l l e s tiennent de plus en plus compte du r&le du texte dans 1'expression de ces themes. Ces edudes d£montrent comment l e symbolisme des couleurs, . par exemple, peut s e r v i r efficacement ces indices thematiques. II ne s'agit pas encore de semiologie, comme ce sera l e cas pour l a c r i t i q u e parue apres 1982, mais cette precedence marqued pour 1'aspect symbol ique des romans constitue l e premier pas dans cette di rection. 55 NOTES 1 Dans ce tableau, . l e pourcentage refere au nombre t o t a l d'etudes f a i t e s pendant l a periode en question (avant 1982 et apres 1982). Nous incluons l'annee 1982 dans l a categorie "avant 1982" puisque Les Fous de Bassan n'a paru qu'en automne de cette annee. 2 Hans Robert Jauss, Pour une esthetique da l a reception. 3 Jauss 44-45. 4 Jauss 46. ^ Notre comprehension du terme "1 1 i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e " s 1 i n s p i r e de Marc Angenot 189: i l s'agit des appareils specifiques t e l s que l ' e d i t i o n , l a c r i t i q u e , 1'enseignement, etc. 6 7 8 9 10 Jauss 50. Angenot 206. Angenot 207. Angenot 207. Angenot 206. I l c i t e A. Clancier, "Methodologie de 1'Imaginaire," Circe 1 (1969): 47-8. 11 12 13 14 15 16 Blain 156. Robert 13. Robert 9<. Robert 10. Robert 11. Dans un a r t i c l e sur l a c r i t i q u e quebecoise, Andre Brochu mentionne cette i n f l e x i o n de l'horizon d'attente vers 1 * interpretation du sens (hermeneutique): "La c r i t i q u e qui s'est implantee au Quebec depuis l e debut des annees 1960 etait fondee sur une probiematique du sens (et non de l a forme...)",. Andre Brochu, L'instance c r i t i q u e 1961-1973 (Montreal: Lemeac, 1974) 83. II exprime aussi son accord avec l'etude des ^conditions sociales que f a i t l a c r i t i q u e l i t t e r a i r e de cette epoque l o r s q u ' i l e c r i t que "celui qui etudie l a l i t t e r a t u r e quebecoise doit t e n i r compte de sa situation,,de ses conditions p a r t i c u l i e r e s . " (p.70)< 56' 17 Blain 157. 18 Page 9. 19 Page 10. 20 Page 10. 21 Le Grand, "Anne 22 Le Grand 3. 23 Adrien Therio, 1' enf e r dans l'oeuvre a maison de l a b e l l e et du prince ou omanesque d'Anne Hubert," Livres et  Auteurs quebecois (1971): 277. 2 4 T h e r i o 284^ 25 Nous employons l e terme "sociologisme" dans l e sens que l u i donne Marc Angenot: "Defaut methodologique reproche par exemple a L. Goldmann; i l consiste dans un refus d'accorder une autonomie et une h i s t o i r e propre aux productions s i g n i f i a n t e s pour l e s considerer comme des r e f l e t s des structures socio-historiques." p.190 Nous u t i l i s o n s l e terme sans jugement de valeur. 2 6 T h e r i o 284.. 2 7 Bouchard 186. 2 8 Bouchard 187. 29 Samuel Baillargeon, L i t t e r a t u r e canadienne-francaise (Ottawa: Fides, 1957) 1. 3 0 Pierre de Grandpre, Histoire de l a l i t t e r a t u r e francaise  du Quebec (Montreal: Beauchemin, 1967) 11. 31 Gerard Tougas, Hi s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e  canadienne-francaise (Paris: P.U.F., 1960); et G i l l e s Marcotte, Une l i t t e r a t u r e qui se f a i t (Montreal: Hurtubise HMH, 1962). 3 2 Page 20. 3 3 Le Moyne 39. 3 4 Albert Le Grand, "Anne Hebert: de l ' e x i l au royaume" 10-11. 3 5 Albert Le Grand, . Anne Hebert (FRAN 341) - notes d'un cours donne a l 1 U n i v e r s i t y de Montreal 1973-1974. Document polycopie. 3 9-40, 3 6 Bouchard 35. 57 3 7 Bouchard 45. 3 8 Bouchard 54. O Q Ben-Z. Shek explique l e r&le de cette revolte contre l ' a u t o r i t y c l ^ r i c a l e qui se produit surtout apres 1950 dans l a litt£reture quybycoise. A r t i c l e d£ja c i t y (voir l a note 13). 4 0 Jean Le Moyne a expose les dyfauts du janstnisme au Quebec et i l a surtout d£noncy l a duality q u ' i l crte chez> l ' i n d i v i d u dans cette sociyty. II d i t que 1'instruction religieuse "infecte de c u l p a b i l i t y jusqu'aux sources de l'§tre et divise a l a jointure de l a chair et de 1'esprit." II d i t q u ' i l s'agit de l a cryationde "deux parts de nous [les Quybycois], ytrangeres l'une a l'autre," ce qui crye un "amour empechy, amour i n t e r d i t , amour puni, amour s a l i , angoisse devant l'autre." C i t a t i o n par Ben-Z. Shek du li v r e : , Jean Le Moyne, Convergeances (Montryal: HMH, 1969) 54,59 et 97. 41 Sur ce concept, voir nos notes 1, 2 et 3 de 1' introduction et 2, 3 et 6'de ce chapitre. On y trouvera ce que nous devons a l a thyorie de Jauss. 42 43 44 45 46 Pagy 10. Le Moyne 42. Le Grand, "Anne Hubert: de l ' e x i l au royaume" 5. Le Grand 5. Par " l ' i r r y e l " nous entendons les yiements du texte qui 'dypassent l e s l i m i t e s vraisemblables de l'espace et du . temps t e l s que nous l e s comprenons dans l'expyrience normale. Ce concept revient plus tard dans 1'analyse par Janet M. Paterson, Anne Hebert and the Discourse of the Unreal. E l l e s'appuie sur les y c r i t s de Todorov, R i f f a t e r i e et Bellamin-Noel. 47 Le Grand, "Anne Hybert: de l ' e x i l au royaume" 15. 4 8 Le Grand 29. 4 Q Bouchard 7. 5 0 Angenot 189. 5 1 Angenot 23. 5 2 Bouchard 177. 5 3 Bouchard 195. 5 4 Bouchard 195. 58 5 5 Pascal 75. Dans 1 ' a r t i c l e de Ben-Z. Shek, le c r i t i q u e insere l ' e c r i t u r e d'Anne Hubert dans l e courant de l ' e c r i t u r e quybycoise anti-jansyniste des annyes 1950 jusqu'au moment ou i l y c r i t . II inclut l e s ycrivains, Gtrard Bessette, Marie-Claire B l a i s , Michel Tremblay et Paul Chemberland dans ce courant. Dans Anne Hubert. L'Architexture romanesque, Janet Paterson associe Anne Robert a Gerard Bessette, Hubert Aquin, Nicole Brossard et Ryjean Ducharme. Done, l a c r i t i q u e rattache l'oeuvre hybertienne a c e l l e des principaux ycrivains associys a l a Ryvolution t r a n q u i l l e . 57 Robert 9'. Le c r i t i q u e parle d'une voix d'ycrivain qui "trouve une t o n a l i t y de quality et d'altitude t e l l e s que 1'audience en devient spontanyment un i v e r s e l l e . " 5 8 Robert 9-10. 5 9 Angenot 165. 6 0 Nous nous ycartons i c i de l a thyorie de Jauss, qui i n s i s t e sur l e f a i t que l a meilleure facon d ' i d e n t i f i e r 1'horizon d'attente est de trouver l e s attentes s o c i o - i n s t i t u t i o n n e l l e s des c r i t i q u e s t e l l e s que revyiyes dans l e texte c r i t i q u e et non pas par l'ytude de l a sociyty t e l l e quelle. (Voir surtout p. 248 de Jauss.) Par contre, l a c r i t i q u e Manon Brunet y c r i t q u ' i l faut ytudier et i d e n t i f i e r l e s conditions sociales des lecteurs, c e l l e s qui ont certainement un e f f e t sur l a ryception de l'oeuvre. E l l e appelle cela l'ytude de l a production de l a ryception. Manon Brunet, "Pour une esthytique de l a production de l a ryception," Etudes franchises 19 (1983-1984): 65-82. I l n'entre pas dans les l i m i t e s de ce t r a v a i l de trancher une t e l l e question, mais d'un point de vue pratique, nous avons p r i s pour principe de t e n i r compte de tous l e s yiyments sociaux accessibles a notre connaissance, aussi bien dans l e texte c r i t i q u e que dans l e contexte sociologique. 6 1 Thyrio 283. 6 2 Pascal 75. 63 Blodgett, "Prisms and Arcs..." 66. 6 4 Grace 441. 6 5 Couillard-Goodenough 80. 6 6 Pascal 71-73. 6 7 Serge Thyriault, La Quete d'equilibre dans l'oeuvre  romanesque d'Anne Hybert (Hull, Quybec: Asticou, 1980) 181. 59 CHAPITRE III LES HORIZONS D'ATTENTE: ETUDES DU SYMBOL IS ME, SEMIOLOGIE ET NARRATOLOGIE a. Un Point de t r a n s i t i o n : etudes sur l e symbolisme Deja en 1968, G i l l e s Houde intro d u i t cette dimension dans 1' analyse de l'oeuvre d* Hebert. La cl£ du sens du texte se trouve dans 1'interpretation des symboles que l'auteure emploie. Houde explique a i n s i sa demarche: [N]ous assistons progressivement au developpement du theme, c'est-a-dire que c e l u i - c i est de plus en plus fr£quemment et clairement indiqu£ par des symboles s o i t personnels, c'est-a-dire dont l a s i g n i f i c a t i o n doit etre trouv£e grace au contexte, s o i t universels, c o l l e c t i f s. Houde etudie l e s symboles dans l e but d'y reconnaltre les grands themes du Torrent - done i l se range parmi ceux qui font de 1 * hermeneutique - et de signaler l e rdle central q u ' i l s jouent dans ce que l e c r i t i q u e appelle (dans son t i t r e ) " l a structure mythique" du roman. II interprete l e s symboles selon leur valeur mythique pour conclure que l'univers symbolique d'Anne Hubert est un univers mythique semblable a c e l u i des contes de f£es. En 1984, Maurice Emond consacre tout un l i v r e a 1'etude des symboles. Cependant, Emond semble s'appuyer d'abord sur le s l i e n s e t a b l i s entre l e s symboles et l a mythologie, mais i l 60 s ' a g i t d'une mythologie purement p e r s o n n e l l e . I l i n t e r p r e t e l e s symboles uniquement en rapport avec l ' u n i v e r s h e b e r t i e n e t i l e t u d i e s u r t o u t l e fontionnement des reseaux de symboles. I l met en r e l i e f l e "comment" du symbolisme avant l e "pourquoi". Emond exprime l e d e s i r de r e q u i r e au minimum 1 ' e f f e t des preconceptions ou des a t t e n t e s sur son i n t e r p r e t a t i o n du t e x t e h e b e r t i e n : [Nlous nous sommes mis a l' e c o u t e de l'oe u v r e d'Anne Hebert dans une l e c t u r e q u i se v o u l a i t , autant que p o s s s i b l e , une l e c t u r e non prevenue, une rencontre simple, sur l a q u e l l e aucune p r e m e d i t a t i o n systematique, aucun p r e a l a b l e d o c t r i n a l ne f a s s e d'abord ombre; une l e c t u r e a t t e n t i v e aux moindres s o i l i c i t a t i o n s du t e x t e , qui...s'abandonne v o l o n t i e r s & l'oeuvre, c o n f i a n t e d'y trouver une o r g a n i s a t i o n o r i g i n a l e , ... un u n i v e r s symbol ique avec ses dynamismes, ses images, ses themes e t ses m o t i f s . 2 En c i t a n t J e a n - P i e r r e Richard, Emond exprime l a v o l o n t e de " s u i v r e des p i s t e s & demi recouvertes, tet de] s'enfoncer dans l e s en-dessous de l'oeuvre, a f i n d'y d e c o u v r i r des p o i n t s d'emergence e t de c l a r t e . L ' a t t e n t e d'Emond (qui est de ne pas en a v o i r , autant que p o s s i b l e ) semble r e a g i r a l a c r i t i q u e a n t e r i e u r e q u i de c o d a i t en termes s o c i o l o g i q u e s e t psychologiques l e message de l'oe u v r e . Emond aborde l'oeuvre, " v e i l l a n t & ne pas imposer d'avance une o r i e n t a t i o n p r e c i s e ou a ne r e t e n i r que l e s images f a m i l i e r e s ou c e l l e s a u x q u e l l e s [ i l etait] l e plus r e c e p t i f . " 4 En f a i t , Emond, par son e x p l o r a t i o n de l a dual ite de l ' u n i v e r s symbolique d'Hebert, t i r e des c o n c l u s i o n s assez i n n o v a t r i c e s a propos du fonctionnement des symboles. II p a r l e d'une "metamorphose des v a l e u r s symbol iques" pour achever " l e mariage des deux £16ments" 5 opposed l o r s q u ' i l t r a i t e de l a d u a l i t y de 1'univers h e b e r t i e n , u n i v e r s q u ' i l v o i t divis£ en deux regimes, l e "regime nocturne" e t l e "regime d i u r n e . " 6 Chaque element de l'oeuvre se range dans un regime ou dans l ' a u t r e . P a r f o i s , un yitment peut se d i v i s e r en deux pour c o n t e n i r symboliquement l e s deux c o n t r a i r e s en une forme. Par exemple, Emond p a r l e de "1' eau nedaste" e t "l'ea u p u r i f i c a t r i c e . " 7 Sans t r o p e n t r e r dans une e x p l i c a t i o n du te x t e d'Emond, nous pouvons c o n c l u r e q u ' i l s ' i n t e d e s s e s u r t o u t a analyser l e systeme du symbolisme des t e x t e s h e d e r t i e n s pour dtmontrer comment l e s symboles f o n c t i o n n e n t par redeaux e t regimes pour communiquer l e s themes. Par exemple, lorsque l e regime nocturne e s t v a l o r i s e p l u s par l ' e c r i v a i n que l e regime diurne, ce renversement de v a l e u r s communique un message de r e v o l t e contre tous ce q u i est edabl i et t r a d i t i o n e l . Done, l'etude d'Emond c o n s t i t u e un grand pas ve r s 1'analyse semiologique, tout en n'en edant pas, et une rupture de 1'horizon d'attente q u i c o n d i t i o n n a i t l a c r i t i q u e a n t e d i e u r e a i n t e r p r e t e r seulement l e message s o c i o l o g i q u e ou psychologique de l ' o e u v r e . La mythologie de l'oeuvre n'est plus i d e n t i f i e d uniquement comme l ' h i s t o i r e quededoise r e e d r i t e , n i comme un nouveau mythe de l a c o l l e c t i v i t y quybycoise. E l l e e st posye comme l a mythologie p e r s o n n e l l e de 1'univers h y b e r t i e n dont l'yiyraent l e plus important e s t l e fonctionnement t e x t u e l et non pas ses i m p l i c a t i o n s s o c i o l o g i q u e s ou psychologiques. 62 b. Semiologie et narrato logie Dans sa d e f i n i t i o n des termes de semiologie et de semiotique narrat ive , Marc Angenot c i t e les theor ic iens et c r i t i q u e s q u i , eux-memes, pratiquent 1'analyse dans ces deux domaines. Angenot mentionne Saussure, Moumin, Kr i s t eva , Barthes, BrEmond, Greimas et Todorov. I l d e f i n i t l a semiologie comme 1" "etude de 1'ensemble des systemes de communication fondes sur l ' a r b i t r a i r e du s igne," et comme l a "science g e n e r a l e de tous les systemes de communication par signaux, signes ou symboles." La semiotique narrat ive est un simple Q "symonyme d'analyse s t ruc tura le du r e c i t , " selon Angenot. La c r i t i q u e de l 'oeuvre hebertienne apres 1982, comme nous 1'avons indique dans notre tableau (p.29) , est marquee par une reor i enta t ion de l ' h o r i z o n d'attente qui se manifeste par 1'augmentation du nombre de textes appartenant a ce genre d'analyse s t ruc tura l e , surtout semiologique et narratologique. Le point de mire de cette c r i t i q u e est l e texte et son fonctionnement comme systeme de communication. a) L'analyse textue l l e On peut speculer sur l a cause de ce v i r a g e . C'est p e u t - § t r e l e f a i t d'une generation de c r i t i q u e s des annees 1970 et 1980 qui suivent de plus pres 1 ' a c t u a lite i n t e l l e c t u e l l e in ternat iona le et qui en ref ie tent l es tendances generales dans l e contexte l i t t e r a i r e quebecois. Cette epoque v o i t en e f fe t 63 l a d i f f u s i o n d a n s l e monde l i t t e r a i r e d e s t r a v a u x de G e r a r d G e n e t t e , J a c q u e s D e r r i d a , J u l i a K r i s t e v a , M i c h e l R i f f a t e r r e e t d 1 a u t r e s th£oriciens q u i m e t t e n t e n r e l i e f l e t e x t e , s a s t r u c t u r e e t s o n f o n c t i o n n e m e n t . I I e s t a u s s i p o s s i b l e , d a n s l e c a s de l a r e c e p t i o n c a n a d i e n n e , que l a s o l u t i o n a u m o i n s t e m p o r a l r e de l a q u e s t i o n n a t i o n a l e a u Quebec, a v e c l e r e f e r e n d u m de 1980 e t l a t e n d a n c e c o n s e c u t i v e a s ' o c c u p e r d e s p r o b l e r n e s p l u s p r a t i q u e s plut6t que des q u e s t i o n s d ' i d e n t i t e , a i t e u s o n e f f e t s u r l e s e t u d e s l i t t e r a i r e s . Au f u r e t a m e s u r e que l e Quebec e n general se t o u r n e d a v a n t a g e v e r s l e monde, 1 1 i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e s e m b l e m o i n s i n t e r e s s e e p a r l a q u e s t i o n n a t i o n a l e e t p l u s o u v e r t e a 1 ' i n f l u e n c e d e s c o u r a n t s v e n u s de F r a n c e e t d e s E t a t s - U n i s a u s s i b i e n que d ' a u t r e s p a y s d ' O c c i d e n t . L e s e c r i v a i n s q u e b e c o i s se r a p p r o c h e n t d e s g r a n d e s p r e o c c u p a t i o n s m o n d i a l e s e t s o r t e n t de l e u r inter£t e x c l u s i f p o u r l e Quebec. C e l a ne v e u t p a s d i r e que l e Quebec d e s a n n e e s 1960 e t 1970 i g n o r a i t l e monde, n i que l e Quebec d e s a n n e e s 1980 n'a r i e n r e t e n u de l a R e v o l u t i o n t r a n q u i l l e . I l s ' a g i t e n f a i t d'une q u e s t i o n d 1 a c c e n t e t de 1 ' i m p o r t a n c e r e l a t i v e donnee a c e c i ou a c e l a . A une c e r t a i n e e p o q u e , l e Quebec s ' e s t un peu c o n c e n t r e s u r l u i - m e m e ; a une a u t r e , i l s ' e s t p l u s o u v e r t s u r l e monde. Ce c l i m a t general i n f l u e n c e l a c r i t i q u e l i t t e r a i r e . L e s t e x t e s ne c h a n g e n t p a s t a n t e n eux-memes que p a r l e s e n s q u i l e u r e s t a t t r i b u e a l a s u i t e de t e l l e s m o d i f i c a t i o n s de 1 ' h o r i z o n d ' a t t e n t e q u i p r e s i d e a l e u r i n t e r p r e t a t i o n . En ce q u i c o n c e r n e l a c r i t i q u e d ' a p r e s 1982, nous c r o y o n s que l e p o i n t 64 tournant qu'elle constitue est du en partie a l'apport des nouvelles theories c r i t i q u e s qui ont envahi tout l e champ de l a production c u l t u r e l l e dans les annees qui ont prededed Robert Harvey est l e premier c r i t i q u e a manifester ce changement d'horizon d'attente en favorisant 1'analyse structurale au l i e u de 1'approche hermeneutique. I l se situe carrement du cSte" de 1'etude des structures textuelles et non pas des contenus thematiques pour t l u c i d e r l e processus de concredisation du sens. Le l i v r e de Harvey porte surtout sur Kamouraska ou i l refuse de v o i r , contrairement a d'autres c r i t i q u e s , une "peinture d'epoque." Seul l'espace n a r r a t i f de ce roman permet, selon l u i , d'en s a i s i r correctement l e message qui tient au t r a v a i l de r£-ecriture du pass£ par l 1 h e r o i n e narratrice. La structure narrative de tout l e roman atteste cette predominance de l a narration sur 1 ' h i s t o i r e . . . L'instance manifeste de l'auteur a caractediser de fagon s i g n i f i c a t i v e cet 'espace' de l a narration indique i c i une certaine lecture obliged du roman. ... 1' intrigue dans Kamouraska...se reVele des l e dedut du roman comme secondaire, servant plus de contexte a l a narration elle-meme que de contenu principal....Ces diverses dispositions narratives du r e d i t marquent l e s edapes d'une Evolution ou s'opere pour nous tout un t r a v a i l de transformation sur l e sens a donner au t e x t e . , n II est possible, dans l e cas de Harvey, que sa rededence pour 1'analyse s t r u c t u r a l i s t e et son opposition a toute lecture thtmatique s'expliquent par un p a r t i p r i s evident contre l a "popularisation" de l a l i t t e r a t u r e , ce q u ' i l reVele dans l a prochaine c i t a t i o n a propos du f i l m f a i t par Claude Jutra a 65 p a r t i r du roman Kamouraska; Le " t a b l e a u d'epoque" semble a v o i r p r £ v a l u c o n t r e c e t t e l e c t u r e en f i l i g r a n e . . . [ p o u r ] o f f r i r un f i l m a c c e s s i b l e au g r a n d p u b l i c , r e n t a b i l i s a n t a i n s i l e s sommes £ n o r m e s q u i d e v a i e n t y §tre i n v e s t i e s . , c L a c r i t i q u e que f a i t R o b e r t H a r v e y marque a i n s i une m o d i f i c a t i o n de l ' h o r i z o n d ' a t t e n t e , d ' a u t a n t p l u s q u ' e l l e s ' e c a r t e c a r r e m e n t d'une l e c t u r e l a r g e m e n t a c c r e d i t e e q u i comprend l a s i g n i f i c a t i o n de l ' o e u v r e dans sa c a p a c i t y de refieter l a s o c i e t y q u i l ' e n t o u r e , l e c t u r e t r o p e x c l u s i v e m e n t b r a q u e e s u r l ' i n t r i q u e . A l ' e n c o n t r e de c e l a , Harvey se c o n c e n t r e uniquement s u r l ' y c r i t u r e h y b e r t i e n n e e t s u r s e s s t r u c t u r e s n a r r a t i v e s , s a n s m e n t i o n n e r l e s h a b i t u e l l e s r a n g a i n e s de l a " q u y b y c i t y " ou de l a r y v o l t e . b) L a n a r r a t o l o g i e La p r a t i q u e de 1 ' a n a l y s e n a r r a t o l o g i q u e p r o p r e m e n t d i t e t r o u v e un r e p r y s e n t a n t e x e m p l a i r e chez N e i l B. B i s h o p q u i e x p l i q u e sa dymarche e t sa p r y d i s p o s i t i o n t e c h n i q u e e x p l i c i t e m e n t dans 1 ' i n t r o d u c t i o n d'un de s e s a r t i c l e s y c r i t s s u r Anne H y b e r t : L a p r y s e n t e y t u d e v i s e a a n a l y s e r c e r t a i n s a s p e c t s de l a s t r u c t u r e n a r r a t i v e du roman l e p l u s r y c e n t d'Anne H y b e r t , L e s Fous de B a s s a n . C h o i s i s e n r a i s o n de l e u r i m p o r t a n c e d y c i s i v e dans l e s y c o n o m i e s n a r r a t i v e s e t s i g n i f i a n t e du roman; c e s a s p e c t s se nomment d i s t a n c e , p o i n t de vue e t v o i x , t e r m e s e v o c a t e u r s de r y a l i t y s t e x t u e l l e s e t que nous u t i l i s e r o n s a v e c l e s e n s que l e u r donne G y r a r d G e s e t t e dans s o n o u v r a g e F i g u r e s I I I . ^ Suivant l e modele de l 1 a n a l y s e genettienne, Bishop s'attend a ce que l a narration dans Les Fous de Bassan l e mene a un fond iddologique du roman qui, sans l a cie de 1'etude narratologique, r e s t e r a i t obscur ou mal compris. II faut f a i r e l e l i e n entre l e message ftministe que Bishop c r o i t v o i r emaner de l'oeuvre, a travers un sens concretise par 1'etude narratologique, et 1'approche ou 1'horizon d'attente de Bishop qui est f£ministe et narratologique. Dans l a conclusion de son a r t i c l e , i l explique bien son approche et l e genre de questions q u ' i l pose a l'oeuvre. Le f a i t d'avoir ecoute, parmi et en plus des "voix" au sens purement narratologique, ces "voix autres" que sont c e l l e s du desir..., nous a permis de repeder un aspect de l'oeuvre hebertienne dont on ne prend pas toujours conscience, et qui est 1 ' a r t i c u l a t i o n , dans cette oeuvre, du s c r i p t u r a l et de l ' i d e o l o g i e . A r t i c u l a t i o n , done, de l a recherche dans l ' a r t d'ecrire, d'une part, et, de l'autre, d'une id£ologie de l a l i b e r a t i o n et de 1'epanouissement des femmes.^ Bishop a r r i v e encore a ce theme id£ologique, le feminisme, a travers 1'analyse d'un autre element du fonctionnement de l ' e c r i t u r e qui est l'energie te x t u e l l e . Le c r i t i q u e explique q u ' i l etudie "le rapport entre l e processus d'ecriture que materialise l e texte et l e processus de lecture," un rapport qui implique "un dialogue d'energies. " 1 4 Bishop reveie que c'est une attente bien developpee et fixee dans son propre horizon. I l appartient done a un courant de modernisme. II affirme que "toute diegese comprend un deploiement d'energies, un comportement de l'energie t e x t u e l l e . " 1 5 Bishop ar r i v e encore a 1 ' i d e n t i f i c a t i o n dans l'oeuvre d'une "substance 67 ideologique de caractere feministe. L'attente qu'a Bishop devant l'oeuvre correspond bien au nouvel horizon qui s ' e tabl i t autour des annees 1982-1983, et qui continue b, determiner l e genre d'etude f a i t de l'oeuvre, et certainement l a nature du sens donne & cette oeuvre. Par exemple, t r a i t a n t de 1'importance du texte dans l e message et parlant de l a distance entre l'auteure et son texte comme d'un o u t i l de revolte, Bishop suggere que "par l e f a i t meme d'ecrire cette l u t t e , l a romanciere reduit cette distance h z e r o . " 1 7 La cr i t i q u e qui developpe l e plus cette sorte d'analyse fondee sur 1'attente d'un sens ancre dans l a structure est Janet Paterson, qui in s i s t e sur l e f a i t que l e sens de l'oeuvre se trouve dans son r e f l e t d'elle-m§me, autrement d i t , dans 1'autorepresentation. c) L'auto-textualite Janet Paterson centre toutes ses etudes sur l a semiologie. E l l e affirme non seulement que l e sens de l'oeuvre est dans l e processus de l ' e c r i t u r e , mais aussi que ce processus devient lui-meme l e sujet du r e c i t . Paterson i d e n t i f i e dans l e code de l'oeuvre plusieurs niveaux de representation et e l l e affirme 18 que "le sens...se degage de cette multiplanearite." C'est une idee qu'elle poursuit a travers plusieurs etudes c r i t i q u e s et que nous decrivons en termes generales a travers un exemple specif ique de son application. Paterson etudie l a polysemie du t i t r e du roman Les Fous de Bassan. En gros, l a cr i t i q u e propose que l e t i t r e represente l'oiseau o r i g i n a i r e de l a 68 Gaspdsie et en meme temps, par metaphorisation, i l r^fere aux vociferations violentes des personnages. Done l e mot "fou" indique l ' e t a t d£sequilibre de l a psyche des personnages. Poursuivant son analyse, Paterson note que par un jeu des s i g n i f i a n t s et des s i g n i f i e s l e sujet du roman (les c r i s des fous) se transforme en sujet autorepr£sentatif ( l ' e c r i t des fous). Pour conclure, Paterson declare que l'acte d'ecrire devient l e sujet du roman. E l l e rattache ouvertement son approche et ses t r o u v a i l l e s a l a semiologie: [J]"aimerais proposer que l e jeu de ce texte, i n s c r i t dans l e t i t r e Les Fous de Bassan, se construit par l a dissemination et l a deconstruction de cet t i t r e ; dissemination qui, par l e b i a i s de ce qui est indecidable et polys£mique, permet l e glissement du sens vers une valeur symbol ique. E l l e continue: [111 ne s'agit pas uniquement d'un roman au sujet de l a f o l i e mais plutdt d'une v e r i t a b l e e c r i t u r e de l a f o l i e ou discours et f i c t i o n s' interp£netrent oil sens et forme s 1entrecroisent.2Q II est Evident que l'horizon d'attente de Paterson qui s ' i n s c r i t dans un large courant (omnipresent dans toutes l e s sciences humaines dans les annees 1980) l'amene a resituer l'oeuvre d'Anne Hebert dans une perspective plus universelle. Paterson affirme que "toute parole et toute creation sont 21 necessairement des a c t i v i t e s en abyme." Ceci l'amene a l a conclusion que l e sens de l'oeuvre est r e f l e x i f : par son autorepresentation l e texte d i t quelque chose sur l ' a r t et sur l a creation. Le seul l i e n sociologique qu 'e tabli t Paterson est 69 au niveau de 1 ' i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e ou e l l e situe Anne Hebert a sa place dans l e postmodernisme, avec d* autres auteurs quebecois. Cela explique l a formulation de ce nouvel horizon d'attente qui desire 1 1 i n s c r i p t i o n du texte l i t t e r a i r e quebecois dans un espace symbol ique universel. Dans ce qui s u i t nous voyons quelques affirmations de Janet Paterson qui explique son horizon d'attente v i s - a - v i s . d'une oeuvre postmoderne: C'est en e f f e t par l e r e f l e t du texte dans l e texte et, a i n s i , par une subversion p a r t i e l l e du paradigme r e f e r e n t i e l que l ' e c r i t u r e hebertienne participe a une esthetique qu'on appelle aujourd'hui "post-moderne". 0 0 Paterson f a i t l e rapprochement d'Hebert avec ses contemporains: C'est precisement cette pulsion, foncierement reflexive* qui caracterise l e s romans d'Aquin, de Bessette, de Ducharme et de Brossard.-o La c r i t i q u e i n c l u t Anne Hebert dans un mouvement l i t t e r a i r e meme plus large: Inserer l'oeuvre d'Anne Hebert dans une esthetique postmoderne, c'est aussi l a situer au sein d'un plus grand mouvement a r t i s t i q u e qui contient, entre autres, les e c r i t s de Beckett, Nabokov, Barth, Robbe-Grillet, Fowles, D.M. Thomas. Car, l o i n d'etre un phenomene marginal ou geographiquement limite, 1'autorepresentation est un processus employe par des ecrivians du monde e n t i e r . 0 i i Cette affirmation, qui exprime bien l a transformation de 1'horizon d'attente depuis l e s annees 1960 et 1970, est i c i e x p l i c i t e . L'oeuvre etait vue auparavant plus ou moins exclusivement dans son contexte quebecois. E l l e est desormais c o n s i d e r beaucoup plus dans son t r a v a i l de creation et dans le s moyens qui y sont employes, mais e l l e n'en revet pas moins une dimension presque transcendante qui, pour n'§tre plus apprehendee en termes mythiques, reste toujours vivante dans l a lecture c r i t i q u e . Janet Paterson d i t de 1 1autorepresentation qu'elle s'est appliqu£e a mettre en lumiere dans l e texte hebertien qu'elle exprime "l'espoir utopique d'acceder enfin a l a p a r o l e . " 2 5 Selon e l l e , i l s'agit d'une parole "qui d i r a i t l e rapport v e r i t a b l e du langage h. l a connaissance, au pouvoir et au monde."26 Nous voyons i c i comment l'horizon d'attente des cr i t i q u e s face a l'oeuvre d'Anne Hebert a change depuis 1959 jusqu'en 1985. L'obsession d'un message avant tout quebecois, l ' idee de revolte sociale et psychologique, de parente s p i r i t u e l l e avec l e cousin defunt Saint-Denys-Garneau, toutes ces attentes passent dans un etat de t r a n s i t i o n ou e l l e s deviennent peu a peu des indices textuels, des symboles et des images pour aboutir a des themes psychologiques et socio - c u l t u r e l s . Au debut des annees 1980, l a mythologie de l'oeuvre est ensuite consideree danvantage comme i n d i v i d u e l l e et propre a Anne Hebert. Les cr i t i q u e s ne s'attendent plus a ce que cette mythologie reponde aux questions d'identite quebecoise. Apres 1982, le rdle et l e fonctionnement du texte occupent l a premiere place dans l'inter§t de l a c r i t i q u e . Le sens se trouve dans l ' e c r i t u r e et c'est l'acte d'ecrire qui est va l o r i s e . La consecration d'Anne Hubert en tant que grand e c r i v a i n , 1' original i t e de sa voix personnelle dans une e c r i t u r e qui exprime de plus l'ame quebecoise, tout cela n'est aucunement remis en cause par l e changement que nous avons deceie dans l a c r i t i q u e . La seule difference est qu'au cours des annees 1960 et 1970, l a c r i t i q u e u t i l i s a i t une demarche thematique pour f a i r e r e s s o r t i r l e sens specif iquement quebecois (et a n t i - c i e r i c a l ) de l'oeuvre et l e r&le de l ' e c r i v a i n liberateur de l a societe quebecoise. Apres 1980, surtout apres 1982, l a c r i t i q u e fonde son e x p l i c a t i o n de l'oeuvre sur des assises nouvelles et en vogue dans l e monde l i t t e r a i r e en general. Tout se passe comme s i l e texte hebertien avait ete f a i t pour rencontrer l e s questions conceptuelles qui caracterisent l a l i t t e r a t u r e mondiale actuellement appeiee "postmoderne". C'est en tout cas ce qu'affirment l e s lectures c r i t i q u e s qui puisent leur outillage methodologique et theorique en France ou dans d'autres pays. On v o i t i c i un pattern s ' e t a b l i r entre l a demarche de l a c r i t i q u e , ses attentes et l e sens qu'elle trouve dans l'oeuvre. (Lorsque l'horizon d'attente se range dans l e monde de l a mythologie sociale, le sens de l'oeuvre concretise par l a c r i t i q u e est profondement sociologique.) Lorsque l'horizon d'attente s'oriente vers l a semiotique et l a narratologie, l e sens concretise de l'oeuvre est non seulement dans l e fonctionnement du texte, mais aussi dans un e f f e t de rapprochement de 1 ' i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e quebecoise de ses contreparties francaise, americaine et universelle. Au cours de ce chapitre, nous avons essaye d 1analyser l e s horizons d'attente qui se sont constitutes, se sont developp^s et se sont transformes au cours du processus de reception c r i t i q u e de l'oeuvre hebertienne. Nous ne parlons pas d'une rupture, car une grande continuity existe au cours de toute l a p£riode etudiee. D'une part, les preoccupations socio-c u l t u r e l l e s ne disparaissent pas devant 1'entree en action des methodes fondees sur l a semiotique et, d'autre parte, les adeptes de 1' hermeneutique n'ont jamais ignore conpietement les dimensions textuelles de l'oeuvre. II s'agit beaucoup plus d'une question d'accent et non pas d'une opposition polarisee. La c r i t i q u e et son horizon d'attente evoluent aussi bien que l a communaute i n t e l l e c t u e l l e elle-meme avec ses methodes, ses debats theoriques et ses modes. Quand cela e t a i t possible, nous avons essaye d'expliquer l e rapport entre i n v o l u t i o n de l a societe quebecoise, de 1 ' i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e et l e s changements sensibles de l a perspective c r i t i q u e en vertu de son horizon d'attente. Nous avons essayes de l e f a i r e sans trop nous ecarter de l'esthetique de Jauss qui rejette 1'analyse du type "de cause h e f f e t " entre l a s o c i e t e et l a c r i t i q u e . Nous avons plutdt essaye de decrire l e mieux possible l e jeu complexe des agents multiples qui contribuent a l a production du sens et d'expliquer l e s facteurs qui les conditionnent, mais nous nous sommes efforces de l e f a i r e b. p a r t i r du texte c r i t i q u e et seulement dans l a mesure ou i l retenait encore l a trace de ces determinations d'origine sociale. 73 NOTES 1 G i l l e s Houde, "Les symboles et l a structure mythique du 'Torrent'," La Barre du jour (1968): 30-31. 2 Emond 13. 3 Emond 7. 4 Emond 7. 5 Emond 358. 6 Emond 10. 7 Emond 17. 8 Angenot 17 9-180. 9 Angenot 181. 1 0 Robert Harvey, "Kamouraska" d'Anne Hubert, une g c r i t u r e  de l a passion s u i v i de Pour un nouveau Torrent (Montreal: Cahiers du Qudbec HMH, 1982) 7-9, 117. 1 1 Harvey 12-13. 12 Neil Bishop, "Distance, point de vue, voix et id t o l o g i e dans Les Fous de Bassan d'Anne Hubert," Voix et images 9 (1984): 113. 1 3 Bishop, "Distance..." 129. 1 4 Neil B. Bishop, "Energie textuelle et production de sens: images de l'energie dans 'Les Fous de Bassan' d'Anne Hubert," University of Toronto Quarterly 54 (1984-1985): 178. 15 16 17 18 19 20 21 22 Bishop, "Energie..." 178. Bishop, "Energie..." 197. Bishop, "Distance..." 128. Paterson, "L'ecriture de l a joussance..." 69. Paterson, "L'envoled de l ' e c r i t u r e . . . " 143. Paterson, "L'envoled de l ' e c r i t u r e . . . " 148. Paterson, Architexture romanesque 174. Paterson, Architexture romanesque 179. 23 Paterson, Ar chi texture romanesque 180. 24 Paterson, Architexture romanesque 180. 25 Paterson, Architexture romane sque 181. 26 Paterson, Architexture romane sque 181. 75 CONCLUSION Nous avons etudie l a c r i t i q u e l i t t e r a i r e sur les romans d'Anne Hebert en basant notre analyse sur l a th£orie de l a reception proposee par Hans Robert Jauss. Cette perspective theorique nous a permis de conferer a cette production c r i t i q u e une place d'importance dans l e processus du developpement de 1' " h i s t o i r e l i t t e r a i r e " . La reception qui est determinee par 1'horizon d'attente des c r i t i q u e s interprete l'oeuvre d'une facon qui reveie l e s ideologies, l a p o l i t i q u e , les valeurs et l e s attitudes non seulement du lecteur, de son epoque et de sa societe, mais aussi (et surtout) de 1 ' i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e dont l e discours c r i t i q u e est une instance parmi d*autres. L'interpretation de l'oeuvre change de c r i t i q u e en c r i t i q u e et de pays en pays mais l e changement l e plus remarquable dans l a reception de l'oeuvre hebertienne s'est manifeste sur l'axe diachronique. Cette evolution correspond sans doute a une evolution dans l'oeuvre romanesque elle-meme au cours de l a trentaine d'annees de son elaboration. L'etude du fusionnement de ces deux facteurs, l e texte et l e lecteur, dans l a concretisation du sens, f e r a i t l'objet d'une enqu§te plus qu'u t i l e . Dans l e cas de notre etude sur Anne Hebert, nous avons prefere l a i s s e r cette analyse a d'autres pour concentrer toute notre attention sur l e r&le du lecteur c r i t i q u e et sur 1'influence de son horizon d'attente sur l a reception de 1'oeuv re. Nous avons montre que, pendant les annees 1960 et 1970, l a reception de l'oeuvre dependait d'un horizon d'attente n a t i o n a l i s t e . Les c r i t i q u e s interpretaient l e s themes de l'oeuvre presque exlusivement en rapport avec l a si t u a t i o n quebecoise. Ces cr i t i q u e s cherchaient dans l a l i t t e r a t u r e une nouvelle "mythologie" c o l l e c t i v e pour remplacer l a v i e i l l e ideologie canadienne-frangaise. C 'etait l a recherche d'identite nationale d'un peuple qui etait en t r a i n de questionner ses t r a d i t i o n s et de re-evaluer l a conscience q u ' i l avait de lui-meme. Les c r i t i q u e s cherchaient done dans l'oeuvre une revolte l i b e r a t r i c e contre l e passe et contre 1'ideologie dominante. C'est l ' i n d i c e d'une societe (tout au moins d'un groupe d ' i n t e l l e c t u e l s ) en etat de cr i s e d'identite. Cette c r i s e se prolonge dans l e s annees 1970 et se trad u i t par 1'analyse psycho-critique de personnages alienes et i s o i e s par le s valeurs t r a d i t i o n n e l l e s . Parce q u ' i l s sont issus du mime systeme s o c i a l , les c r i t i q u e s en projettent 1' image dans l e s structures imaginaires de l'oeuvre qui ref i e t e a l o r s un univers, selon eux, quebecois. Au cours des annees 1980, une t r a n s i t i o n dans l a reception s'est effectuee. Cette t r a n s i t i o n oriente l a reception vers l e texte plutdt que vers ses implications sociologiqes et pol i t i q u e s . Apres l a defaite du p a r t i independantiste au referendum de 1980, le Quebec en general et l e milieu l i t t e r a i r e en p a r t i c u l i e r ont l a i s s e de cote 1'aspect politique de l a question nationale et se sont ouverts sur l e monde. Les cr i t i q u e s ont demontre un inter§t croisant pour l e s nouveaux courants de l a cr i t i q u e l i t t e r a i r e dans l e monde occidentale, ce qui a debouche sur 1'analyse textuelle. Cette nouvelle 77 approche a conduit l a c r i t i q u e canadienne a r e d e f i n i r l e sens de l a "mythologie" hebertienne comme un univers imaginaire propre a l'auteure (plutdt que caracteristique du Quebec). Cette tendance indique un certain individualisme qui marque une coupure de l'inter§t manifeste au cours des annees precedentes dans l a si t u a t i o n de l a c o l l e c t i v i t e . E s t - i l possible que l e s cr i t i q u e s aient cherche dans 1 'imaginaire l i t t e r a i r e l e nouvel espace mythologique auquel on n 'e tai t pas arrive dans l a societe et par l'activisme politique? Apres ce point de t r a n s i t i o n , l a reception de l'oeuvre se tourne vers l e monde pour ce qui est de ses attentes. Le recours aux theories de 1'etude semiologique et de l a narratologie marque un changement d'approche qui indique l a naissance d'un horizon d'attente defini par 1 ' i n t e r n a t i o n a l -isme. Cet horizon amene l a c r i t i q u e a interpreter l a vocation de l ' e c r i v a i n non plus en termes de nationalite ou d'identite, mais plut&t en fonction de l'espace imaginaire propre a l a romanciere qui rejoint alors l a l i t t e r a t u r e universelle et contemporaine par l e b i a i s du postmodernisme. La reception c r i t i q u e , on l e v o i t , joue un r&le determinant dans l a production du sens et dans sa concretisation. Selon Jauss, l e sens de l'oeuvre change lorsqu'une nouvelle epoque, par d* autres predispositions, attentes et experiences, i n v e s t i t de nouveaux elements dans sa lecture. L ' i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e - les revues, les journaux, 1' enseignement etc. - influence d'une facon evidente l e 78 processus de c o n c r e t i s a t i o n du sens. L 1 a n a l y s e des a c t e u r s i n f l u e n t s de c e t t e i n s t i t u t i o n s'avere t r e s p e r t i n e n t e a l a connaissance de l a l i t t e r a t u r e . Notre etude met a u s s i en evidence l a f o r c e e t 1'importance de l'oeuvre d'Anne Hebert en montrant l a r i c h e s s e des d i v e r s niveaux de l e c t u r e q u ' e l l e supporte des annees 1960 jusqu'a present. Par l e u r c a p a c i t e de s u s c i t e r de n o u v e l l e s q u e s t i o n s , de s'adapter et de repondre aux a t t e n t e s changeantes de ses l e c t e u r s , l e s romans d'Anne Hebert s'imposaient comme l e t e r r a i n p r o p i c e a notre etude de l a r e c e p t i o n , mais i l s se r e v e i e n t a u s s i comme une r e a l i s a t i o n exemplaire de l ' a r t l i t t e r a i r e dans sa p r o p r i e t e e s s e n t i e l l e de c r t e r , de se creer et de n o u r r i r 1 1 i m a g i n a i r e s o c i a l et personnel de p l u s i e u r s g enerations de l e c t e u r s en e v o l u t i o n constante. 79 B IB LIOG RAPH IE I. OEUVRES D'ANNE HEBERT A. Nouvelles Le Torrent. Montreal: Beauchemin, 1950. B. Romans Le Tombeau des Rois. Quebec: I n s t i t u t l i t t e r a i r e du Quebec, 1953. Les Chambres de bois. Paris: Editions du Se u i l , 1958. Kamouraska. Paris: Editions du S e u i l , 1970. Les Enfants du Sabbat. Paris: Editions du S e u i l , 1975. Heiolse. Paris: Editions du S e u i l , 1980. Les Fous de Bassan. Paris: Editions du Seuil, 1982. II. INSTRUMENTS DE RECHERCHE A. Bibliographie Paterson, Janet M. "Bibliographie d'Anne Hebert." Voix et  Images 7 (1982): 505-510. B. Histoires l i t t e r a i r e s Baillargeon, Samuel. L i t t e r a t u r e canadienne-francaise. Montreal: Fides, 1957. Grandpre, Pierre de. Histoire de l a L i t t e r a t u r e francaise du  Quebec. 4 tomes. Montreal: Beauchemin, 1967. Tougas, Gerard. Histoire de l a L i t t e r a t u r e canadienne- francaise. Paris: Les Presses U n i v e r s i t a i r e s de France, 1960. 80 C. Glossaire Angenot, Marc. Glossaire pratique de l a c r i t i q u e contemporaine. V i l l e LaSalle, Quebec: Hurtubise HMH, 1979. I l l THEORIES CRITIQUES Brunet, Manon. "Pour une esthetique de l a production de l a reception." Etudes francaises 19 (1983-1984): 65-82. Genette, Gerard. Figures I I I . Paris: Editions du S e u i l , 1972. Hebert, Pierre. "La reception de l a l i t t e r a t u r e canadienne f rancaise en France au XIX e s i e c l e . " Voix et images 32 (1986) : 265-300. Jauss, Hans Robert. Pour une esthetique de l a reception. Paris: Gallimard, 1978. Jenny, Laurent. "La Strategie de l a forme." Poetique 27: 257-281. TV CRITIQUE LITTERAIRE A. Entrevues Faucher, Francoise. "Interview - Anne Hebert: 'J'aurais aime etre avocate, peintre, comedienne...mais e c r i r e resume tout c e l a 1 . " L'Actualite 8 (1983): 11-12, 14-15. Vanasse, Andre. "Dossier - L'ecriture et 1'ambivalence, une entrevue avec Anne Hebert." Voix et images 7 (1982): 441-448. B. A r t i c l e s i) A r t i c l e s generaux Amyot, Georges. "Anne Hebert et l a renaissance." E c r i t s du  Canada franca i s 20 (1965): 233-53. Langan, Thomas, "Sense and I n s t i t u t i o n i n the Catholic T r a d i t i o n . " Revue de l'Universite d'Ottawa 55 (1985): 231-245 . Shek, Ben-Zion. "Bulwark to B a t t l e f i e l d : Religion i n Quebec L i t e r a t u r e . " Journal of Canadian Studies 18 (1983): 42-57. 81 i i ) Critique thematique Aylwin, U l r i c . "Au pays de l a f i l l e maigre: 'Les Chambres de bois' d'Anne Hebert." Voix et images du Pays 1 (1967): 37-50. . "Vers une lecture de l'oeuvre d'Anne Hubert." La Barre du Jour 7 (1966): 2-11. Bishop, Neil B. "'Les Enfants du Sabbat' et l a problematique de l a l i b e r a t i o n chez Anne Hebert." fitudes Canandiennes 8 (1980): 33-46. Bodart, Marie-Therese. "Anne Hebert, canadienne-f rancaise." Syntheses 292-293 (1970): 121-125 . Charette, Christiane. "L'imaginaire dans 'Les Fous de Bassan' d'Anne Hebert." C r i t e r e 36 (1983): 167-181. Dorais, Fernand. "'Kamouraska' d'Anne Hebert - essai de c r i t i q u e hermeneutique." Revue de l'Universite  Laurentienne 4 (1971): 76-82. Emond, Maurice. "Un nouveau roman d'Anne Hebert." Quebec  francais 48 (1982): 13. Godin, Jean-Cieo. "Rebirth i n the Word" Yale French Studies 45 (1970): 137-153. Major, Ruth. "Dossier - 'Kamouraska' et 'Les Enfants du Sabbat': f a i r e jouer l a transparence." Voix et images 7 (1982): 459-470. Marmier, Jean. "Du 'Tombeau des Rois' a 'Kamouraska': v o u l o i r v i v r e et i n s t i n c t de mort chez Anne Hebert." Missions et demarches de l a c r i t i q u e . Paris: Klincksieck, 197 3. 807-614. Melancon, Robert. "Anne Hebert, l ' e c r i v a i n exemplaire." Forces 65 (1983-1984): 26-33. Merler, Grazia. "La Realite dans l a prose d'Anne Hebert." ficrits du Canada francais 33 (1971): 45-83. Ouellette, Gabriel-Pierre. "Espace et deiire dans 'Kamouraska* d'Anne Hebert." Voix et images 1 (1975): 241-264. Pascal-Smith, Gabrielle. "La Condition feminine dans 'Kamouraska' d'Anne Hebert." French Review 54 (1980): 85-92. Robidoux, Rejean, et Andre Renaud. "'Les Chambres de bois'" dans Le Roman canadien-frangais du vingtieme s i e c l e . Ottawa: Editions de l'Universite d'Ottawa, 1966. 171-185. 82 Robidoux, Rdjean. "'Kamouraska 1 d'Anne Hub e r t , " L i v r e s e t  A u t e u r s quebecois 1970: 24-26. S a i n t e - M a r i e E l e u t h e r e , Soeur. "Symbole de l a chambre." dans L a Mere dans l e roman c a n a d i e n - f r a n c a i s c ontemporain . Quebec: Les P r e s s e s U n i v e r s i t a i r e s de L a v a l , 1964. 121-126. S t r a t f o r d , P h i l i p . "'Kamouraska 1 and 'The D i v i n e r s ' . " Review of  N a t i o n a l L i t e r a t u r e s 7 (1976): 110-126. Tomlinson, M u r i e l . "A Comparison of 'Les E n f a n t s t e r r i b l e s * and 'Les Chambres de b o i s ' . " Revue de 1 ' U n i v e r s i t y d'Ottawa 43 (1973): 532-539. Urbas, J e a n n e t t e . " R e f l e t e t r e v e l a t i o n . La Technique du m i r o i r dans l e roman c a n a d i e n - f r a n c a i s moderne." Revue de  1 ' U n i v e r s i t y d'Ottawa 43 (1973): 573-586. Cf. 581-584. i i i ) C r i t i q u e " m y t h o l o g i q u e " B l a i n , M a u r i c e . "Anne Hubert ou l e r i s q u e de v i v r e . " L i b e r t y 1 (1959): 322-330. Charron, G h y s l a i n . "Le Sabbat: fantasme e t mythe ['Les E n f a n t s du S a b b a t ' ] . " P r o t y e 9 (1981): 50-58. Cohen, Henry. "Le R&le du mythe dans 'Kamouraska' d'Anne H y b e r t . " Presence francophone 12 (1976): 103-111. C o u i l l a r d - G o o d e n o u g h , M a r i e . "La Femme e t l e s a c r y dans q u e l q u e s romans q u y b y c o i s c o n t e m p o r a i n s . " Revue de  1 ' U n i v e r s i t y d'Ottawa 16 (1980): 74-81. Houde, G i l l e s . "Les symboles e t l a s t r u c t u r e mythique du ' T o r r e n t ' . " L a B a r r e du j o u r 1968: 22-46. Le Grand, A l b e r t . "'Kamouraska* ou l'ange e t l a b e t e . " E tudes  f r a n c a i s e s 7 (1971): 119-143. . "Anne H y b e r t : de l ' e x i l au royaume." Etudes f r a n c a i s e s 4! (1968): 3-29. . "Une p a r o l e e n f i n l i b y r y e . " M a i n t e n a n t 68-69 (1967): 26T-27 2. Le Moyne, Jean. " H o r s . l e s chambres d'enf ance." dans Prysence de l a c r i t i q u e , ed. G i l l e s M a r c o t t e . M o n t r y a l : HMH, 1966. 33 - 4 2 . M a r c o t t e , G i l l e s . "Anne Hy b e r t e t l a s i r e n e du mytro." L ' A c t u a l i t y 1980: 82 . 83 Melancon, Robert. "Ce qui est sans nom, ni date ['Les Fous de Bassan 1]." Liberte 25 (1983): 89-93 . Merler, Grazia. "Translation and the Creation of Cultural Myths i n Canada." West Coast Review 11 (1976): 26-33 . Therio, Adrien. "La Maison de l a b e l l e et du prince ou l'enfer dans l'oeuvre romanesque d'Anne Hebert." L i v r e s et Auteurs  quebecois 1971: 274-284. iv) Psycho-critique Backes, Jean-Louis. "Le retour des morts dans l'oeuvre d'Anne Hebert." L' e s p r i t createur 23 (1983): 48-57. . "Le systeme de 1' iden t i f i c a t i o n dans l'oeuvre romanesque d'Anne Hebert." Voix et images 6 (1980-1981): 269-277. Blodgett, E.D. "Prisms and Arcs: Structures i n Hebert and Munro." dans Figures i n a Ground. Eds. Dane Bessai et David Jackel. Saskatchewan: Modern Press, 1978. 99-121. Grace, S h e r r i l l E. "Duality and Series: Forms of the Canadian Imagination." Canadian Review of Comparative L i t e r a t u r e 7 (1980): 438-451. Lennox, John. "Dark Journeys: 'Kamouraska* and 'Deliverance'." Essays on Canadian Writing 12 (1978): 84-104. Maccabee-Iqbal, Francoise. "'Kamouraska,' l a fausse representation demasquee." Voix et images 4 (1979): 460-478. Northey, Margot. "Psychological Gothic: 'Kamouraska'." dans The  Haunted Wilderness: The Gothic and Grotesque i n Canadian  F i c t i o n . Toronto: University of Toronto Press, 1977. 53-61. Paradis, Suzanne. "'Catherine', ' L i a ' . " dans Femme f i c t i v e ,  femme r e e l l e . Ottawa: Garneau, 1966. 137-143. Pascal, Gabrielle. "Soumission et revolte dans l e s romans d'Anne Hebert." Incidences 4: (1980): 59-75. sejor, Laurence. "De 1' envoCttement a l a f o l i e ou l'univers dualiste de G r i f f i n Creek." Critique 39 (1983): 242-247. Sylvestre, Roger. "Du sang sur l e s mains blanches." Cri t e r e s 4: (1971) : 46-61. 84 v) L 1 analyse textuelle Bucknall, Barbara J . "Anne Hubert et V i o l e t t e Leduc, l e c t r i c e s de Proust." B u l l e t i n de l'A.P.F.U.C. (Association des  professeurs de francais des universites canadiennes) 1975: 83-100. Francoli, Yvette. " G r i f f i n Creek. Refuge des 'Fous de Bassan* et des Bessons fous." Etudes l i t t e r a i r e s 17 (1984): 131-142. Garneau, Rent. "'Les Fous de Bassan'." E c r i t s du Canada  francais 47 (1983): 177-181. Renaud, Benolt. "'Kamouraska': roman et poeme." Co-Incidences 5 (1975): 26-45. S i r o i s , Antoine. "Bible, mythes et 'Fous de Bassan'." Vancouver: Association canadienne de l i t t e r a t u r e compared, Les Soci£t£s savantes, 1973. vi) Narratologie A l l a r d , Jacques. "'Les Enfants du Sabbat' d'Anne Hedert." Voix  et images 1 (1975): 285-286. Bishop, Neil B. "Anatomie d'une redssite. 'Les Fous de Bassan' d'Anne Hebert." Etudes canadiennes 16 (1984): 59-65. . "Distance, point de vue, voix et idedlogie dans 'Les Fous de Bassan' d'Anne Hedert." Voix et images 9 (1984): 113-129. . "Energie textuelle et production de sens: images de l'energie dans 'Les Fous de Bassan' d'Anne Hedert." University of Toronto Quarterly 54 (1984-1985): 178-199. Vanasse, Andre. "Les fous, les demeured, les reveurs..." voix  et images 9 (1984): 161-164. v i i ) Semiologie F t r a l , Josette. "CISture du moi, cldture du texte dans l'oeuvre d'Anne Hebert." Voix et images 1 (1975): 265-283. Merler, Grazia. "Rapports a s s o c i a t i f s dans l e discours l i t t e r a i r e . " Francia 24 (1977): 111-127. 85 Paterson, Janet M. "Anne Hubert and the discourse of the unreal." Yale French Studies 65 (1983): 172-186. . "L'ecriture de l a jouissance dans l'oeuvre romanesque cFAnne Hebert." Revue de l'Universite d'Ottawa 16 (1980): 69-73. . "L'envoiee de l ' e c r i t u r e : 'Les Fous de Bassan' d'Anne Hlbert." Voix et images 9 (1984): 143-151. . "Parodie et S o r c e l l e r i e . 1 1 fitudes l i t t e r a i r e s 19 (1986): 59-66. C. Livres C.l Sur l a l i t t e r a t u r e quebecoise Brochu, Andre. L'Instance c r i t i q u e . Montreal: L£m£ac, 1974. Marcotte, G i l l e s . Une L i t t e r a t u r e qui se f a i t . Montreal: Les Editions HMH, 1962. C 2. Sur Anne Hubert C.2.i) Critique thematique Robert, Guy. La Poetique du songe. Montreal: A.G.E.U.M. Cahier 4, 1962. Russel, Delbert W. Anne Hebert. Boston: Twayne, 1983. C.2.ii) Critique "mythologique" Bouchard, Denis. Une Lecture d'Anne Hebert. La recherche d'une  mythologie. Montreal: Cahiers du Quebec/Hurtubise HMH, 1977. PagO, Pierre. Anne Hebert. Ottawa: Fides, 1965. C . 2 . i i i ) Psycho-critique Theriault, Serge A. La Quite d'equilibre dans l'oeuvre  romanesque d'Anne Hebert. Quebec: Asticou, 1980. 86 C.2.iv) Etudes sur l e symbolisme Emond, Maurice. La Femme a l a fenetre. L'univers symbolique d'Anne Hubert dans Les Chambres de bois, Kamouraska et Les Enfants du Sabbat. Quebec: Les Presses de 1*University Laval 1984 . (classifi£ dans hermyneutique et symiologique) Harvey, Robert. 'Kamouraska' d'Anne Hybert, une y c r i t u r e de l a  passion s u i v i de 'Pour un nouveau Torent'. Montryal: Cahiers du Quybec HMH, c o l l e c t i o n L i t t y r a t u r e , 1982. ( c l a s s i f i y dans symiologie) C.2.v) L'analyse textuelle Lemieux, Pierre-Hervy. Entre songe et parole. Ottawa: Editions de 1'University d'Ottawa, 1978. C. 2.vi) symiologie Paterson, Janet M. Anne Hybert. Architexture romanesque. Ottawa: Editions de 1'University d 1Ottawa, 1985. D. Thfeses i) Critique thymatique Amar, Wenny. "L' Amour dans l'oeuvre d'Anne Hybert." Diss. McGill University, 1975. Bishop, Neil B. "La Thymatique de 1'enf ance dans l'oeuvre poytique et romanesque d'Anne Hybert." Diss. University d'Aix-en-Province, 1977. Champagne, Jean-Marc. "L 1Enfance dans l e s romans d'Anne Hybert." Diss. University du Quybec a Trois-Rivieres, 1973. Chiasson, Paul A. "The Tragic Mood i n the Works of Anne Hybert." Diss. Tufts University, 1974. Coiyno, G i l b e r t . "Le Milieu physique dans l'oeuvre d'Anne Hybert." Diss. University de Montryal, 1971. Fraser, Ann Kathryne. "La Sexuality et l a c u l p a b i l i t y dans les oeuvres de Margaret Laurence et d'Anne Hybert." Diss. University de Sherbrooke, 1973. 87 Fulton, Barbara. "'Kamouraska': l e vide au centre." Diss. University of B r i t i s h Columbia, 1976. Lefevre, Louisette. "Le theme de l a femme dans l'oeuvre romanesque d'Anne Hubert." Diss. University du Quebec a Trois-Rivieres, 1976. M i l l e r , Joanne Elizabeth. "Le Passage du d£sir a l'acte dans l'oeuvre poytique et romanesque d'Anne Hubert." Diss. University of Western Ontario, 1975. Nahmiash, Robert. "L'Oppression et l a violence dans l'oeuvre d'Anne Hubert." Diss. McGill University, 1972. Walker, Cheryl Anne. "Anne Hubert: The Mystery of Innocence and Experience." Diss. University of Western Ontario, 1961. i i ) Narratologie Gosselin, Michel. "Etude du discours n a r r a t i f dans 'Kamouraska' d'Anne Hubert." Diss. University de Sherbrooke, 1974. Ju4ry, Rent Y.F. "Oeuvres en prose d'Anne Hebert - Essai de semiotique narrative et discursive de 'La robe c o r a i l ' et de 'Kamouraska'." Diss. Universite d'Ottawa, 1977. Nadeau-Fournelle, Jeanine. "Analyse des techniques narratives dans 'Kamouraska'." Diss. Universite du Quebec a Montreal, 1976. Saint-Pierre A l l a i r e , Solange. "Le Fonctionnement du discours dans 'Kamouraska' d'Anne Hebert." Diss. Universite du Quebec a Montreal, 1977. i i i ) semiologie Paterson, Janet M. "L'Architecture des 'Chambres de bois': modal ites de l a representation chez Anne Hebert." Diss. University of Toronto, 1981. E. Document Le Grand, Albert. Anne Hebert (Fran. 341). Notes d'un cours donne a 1'Universite de Montreal, 1973-1974. Document polycopie. (approche psycho-critique) 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0097042/manifest

Comment

Related Items