UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

La puissance de l'art poétique d'Alfred de Vigny McLeman Carnie, Janette 1986

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1986_A8 M35_7.pdf [ 7.37MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0097001.json
JSON-LD: 831-1.0097001-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0097001-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0097001-rdf.json
Turtle: 831-1.0097001-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0097001-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0097001-source.json
Full Text
831-1.0097001-fulltext.txt
Citation
831-1.0097001.ris

Full Text

LA PUISSANCE DE L 1 ART POETIQUE D'ALFRED DE VIGNY by JANETTE McLEMAN CARNIE B . A . , The U n i v e r s i t y of B r i t i s h C o l u m b i a , 1984 A'THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (Department of French) We a c c e p t t h i s t h e s i s as conforming t o the r e q u i r e d s t a n d a r d THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA OCTOBER 1986 (2D JANETTE McLEMAN CARNIE , 1986 In presenting t h i s thesis i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements for an advanced degree at the University of B r i t i s h Columbia, I agree that the Library s h a l l make i t f r e e l y available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of t h i s thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. I t i s understood that copying or publication of t h i s thesis for f i n a n c i a l gain s h a l l not be allowed without my written permission. Department of FRFNCH  The University of B r i t i s h Columbia 1956 Main Mall Vancouver, Canada V6T 1Y3 Date )E-6 (3/81) i i Abstract Much has been written about Les De st in£es of Alf r e d de Vigny. Both his singular s t y l e and the philosophical content of his poems distinguish him from other Romantic poets of the nineteenth century. He was an ingenious and imaginative poet whose deepest r e f l e c t i o n s were expressed by means of a l l e g o r i e s and symbols. This study attempts to demonstrate how the poet communicates his philosophy through symbolic language. In spite of his a r t i s t i c genius, Vigny would remain d i s s a t i s f i e d with his talent throughout h i s l i f e . In chapter I, a detailed analysis of La FlQte reveals -Vigny's duality of character (poete-philosophe) and h i s fundamental need to a t t a i n perfection i n h i s l i f e . As a g i f t e d man, he experienced estrangement from the rest of society. He considered himself a prophet and as such demanded veneration, indeed immortalisation from his fellow man. Chapter II deals with the chosen man's struggle to survive i n a h o s t i l e environment. The genius finds l i t t l e solace i n l i f e . Faced with a s i l e n t God ("Mais l e c i e l reste noir, et Dieu ne r6pond pas."), the poet turns to the real world for s p i r i t u a l comfort. Vigny's scepticism concerning metaphysical issues caused him great anguish. He was unable to accept unreservedly the existence of God and to embrace the enigmas of the Chri s t i a n doctrine. G u i l t and despair are thus i n t r i n s i c elements i n his poetry. In chapter III, we witness the development of a new r e l i g i o n : the Word of God i s replaced by the Word of the poet which i s based on truth, reason and j u s t i c e . According to Vigny, truth and goodness are to be found only on earth and man alone controls his destiny. Vigny's poetry attests the enlightened man's struggle to assuage mankind's poignant existence. Chapter IV reveals the poet's compassion for humanity and his firm b e l i e f in man's goodness. The poet did not attempt to conceal his contempt for i n j u s t i c e and p o l i t i c a l regimes. The superior individual (Homme de 1'Esprit) w i l l , however, vanquish e v i l . Truth w i l l eradicate ignorance, ju s t i c e w i l l prevail and man w i l l embrace the highest v i r t u e s of human existence. Such was the dream of Alf r e d de Vigny. He was regal both as a man and as a poet. True, his philosophy i s primarily pessimistic for there i s much ugliness i n the world. Nonetheless, Vigny demonstrates, through Les Destinies, that beauty also e x i s t s and man w i l l f i n d i t in hi s constant struggle to maintain order, dignity and honour in l i f e . i v Table des matieres Re" sume i i Table des matieres iv Table des i l l u s t r a t i o n s v Remerciements v i Frontispice 1 Introduction 2 Chapitre I: Le Chant de l a Flute 21 Chapitre I I : L' Homme £lu 46 Chapitre I I I : La Parole poetique 78 Chapitre IV: Sous l e Joug 108 Conclusion 130 Bibliographie 136 V Table des i l l u s t r a t i o n s Frontispice: Dessin attribu£ a Michel-Ange. Public dans Vigny par lui-meme par Paul V i a l l a n e i x (Paris: Editions du S e u i l , 1964). v i To my husband, Frank Alexander Carnie. I offer my sincerest thanks to Dr. Ruth L. White for her patience and constant support during the compilation of t h i s study. Several years ago, she introduced me to the poetry of Alfred de Vigny and thus awakened i n me the dawn of a philosophical and a r t i s t i c interest i n t h i s great l i t e r a r y figure. She has led me both with caution and with exuberance through the enticing world of poetry: I can think of no better guide. I express my gratitude also to Dr. Claude Bouygues for hi s many helpful suggestions. F i n a l l y I would es p e c i a l l y l i k e to thank my husband whose care and understanding can never be surpassed. D i e u a je t<§ - c ' e s t ma croyance - l a t e r r e au m i l i e u de l ' a i r et de meme 1'homme au m i l i e u de l a d e s t i n £ e . A l f r e d de V i g n y 2 I n t r o d u c t i o n A l f r e d de V i g n y a l a i s s 6 a toute ame e ' c l a i r g e , sous l a forme du r e c u e i l Les D e s t i n i e s , une oeuvre dont l a forme es t t r a v a i l l £ e e t l e fond p r o v o c a t e u r . La p o § s i e de V i g n y temoigne d'une habilet6 pr6eminente a l a f o i s a s ' e x p r i m e r et a r £ p a n d r e sa p h i l o s o p h i e h u m a n i t a i r e . Les poemes d e v o i l e n t d'une maniere f o r t p e r s o n n e l l e l ' e n i g m e de l ' e x i s t e n c e de 1*homme. C e r t e s L e s D e s t i n i e s , poeme l i m i n a i r e , se .rnanifeste un contenu sombre, v o i r e p e s s i m i s t e ; n £ a n m o i n s , dans 1 ' e p i l o g u e , L ' E s p r i t Pur , V i g n y encourage l a "Jeune Pos ter i t £ " grace a son enthousiasme e t a sa croyance en l ' a v e n i r . Chaque poeme es t l a synthese d'une pensee p h i l o s o p h i q u e dans l a q u e l l e V i g n y se montre un grand penseur sans cesse a l a r e c h e r c h e de l a v£rit6. II examine l a v i e t e m p o r e l l e e t l a v i e s p i r i t u e l l e , autrement d i t , l e s mysteres de l a t e r r e e t du c i e l et done du corps e t de l ' a m e . A i n s i V i g n y joue de deux mouvements de pensee , l ' u n v e r s 1 ' i n e x p r i m a b l e , l ' a u t r e v e r s 1* i n e f f a b l e . Nous h g s i t o n s a d i r e l a v i e A LA FOIS c o n c r e t e e t s p i r i t u e l l e car c e l a suppose dans une c e r t a i n e mesure 1 'unite ' e t l ' h a r m o n i e de 1'homme avec son e x i s t e n c e . E t , comme l e s i g n a l e a j u s t e t i t r e F . Germain , "II [Vigny] e s t t r o p c a r t ^ s i e n pour admettre une c o n c e p t i o n moniste 3 de 1 ' u n i v e r s . L e poete f a i t une d i s t i n c t i o n entre l e monde concret et l e monde s p i r i t u e l : "L'ame se d^tache des organes, agit et percoit sans eux." 2 i l o s c i l l e entre ce qui est concret, et done v r a i , d'apres l u i , car cela existe, et entre ce qui est f l o u , et done d i f f i c i l e a incorporer a son e s p r i t logique. C'est, pourtant, l a seduction de 1'inexprimable qui l e tourmenta pendant toute sa v i e . La certitude 6 t a i t l e but f i n a l de Vigny. La v£rit£ a ses racines dans l a raison permettant a 1'homme de juger et d'agir conformement aux principes q u ' i l accepte: "La raison doit etre l a source premiere de toute f o i . " ^ (Journal p. 1234). La raison £tait d'une supreme importance chez l u i . S ' i l avait cru a l'existence de Dieu et a 1'immortalite de son ame, i l n'aurait peut-£tre pas peint des tableaux assez funestes mais en meme temps beaux malgr6 1'angoisse apparente. La c i t a t i o n ci-dessous, t i r e e du Journal d'un poete, a ete Verite en 1843: De l a Foi. - On parle de l a F o i . Qu'est-ce apres tout que cette chose s i rare? - Une Esp6rance fervente. Je l ' a i sond£e dans tous l e s pr§tres qui disaient l a poss4der et n'ai trouv4 que cela. Jamais l a certitude. (p. 1192) Apres un i n t e r v a l l e de vingt ans, Vigny af f i c h e encore son scepticisme in6branlable devant l e destin: " l e doute est l e 5 v r a i destin de l'homme." (Journal p. 1383). C'4tait son but de donner a l'humanite l e mot f i n a l sur l e destin et d'enlever l e v o i l e de 1'incertitude. Reste a savoir s ' i l y a r£ussi. On a beaucoup parl£ des contradictions dans l e s poemes de Vigny. Prenons a t i t r e d'exemple 1'image c r u e l l e de l a femme dans L a Co1e r e de Sam son et 1'image indulgente d'Eva dans La 4 Maison du Berget. Deux tableaux qui s'opposent. Le Journal aussi rnanifeste quelques discordances, en f a i t , e l l e s s 1entrelacent partout dans ses oeuvres: La f a t a l ite" est une f o l i e invented par 1'esprit de paresse qui domine toujours l e s hommes. L'homme est Ii b r e de f a i r e tout ce q u ' i l l u i p l a i t . . . (Journal p. 990) F a t a l i t y , Providence, l i v r e du Destin ou l i v r e de Dieu, je suis votre esclave... (Journal p. 1008) D'apres Saulnier, " i l faut admettre un Vigny double". 3 Vigny lui-meme reconnait sa dua l i t g : Je dois done dire que j ' a i cru d£meler en moi deux etres bien d i s t i n c t s l'un de l'autre, l e moi dramatique, qui v i t avec a c t i v i t y et violence, eprouve avec douleur ou enivrement, agit avec 6nergie ou perseverance, et l e moi philosophique, qui se s^pare journellement de l'autre moi, l e dedaigne, l e juge, l e c r i t i q u e , l'analyse, le regarde passer et r i t ou pleure de ses faux pas comme f e r a i t un ange gardien. (Journal p. 1032) Le poete est l e moi dramatique qui reagit et cree. II est l e peintre, responsable de l a couleur et de l a verve dont abondent le s poemes. De l'autre cote" se trouve l e philosophe, c e l u i qui seme l e s grains philosophiques dans 1'esprit de tout homme. On pourrait penser que Vigny i n c l i n e vers l a moralisation a cause des maximes qui s'entremSlent dans Les Destinies. Tenons compte, pourtant, du f a i t q u ' i l est constamment a l a recherche de l a v e r i t e et du juste car, selon l u i , l e Beau se trouve dans l e V r a i et vice versa. Ses poemes sont a l a f o i s 6 d i f i c a t e u r s et passionnants: "La poesie est a l a f o i s une science et une passion." (Journal p. 1272). Le vetement ou l a chair du poeme symbolise l a beaut6; pourtant, c'est dans ses e n t r a i l l e s 5 que regne l a beaute idgale, autrement d i t f l a v e r i t e . Le moi dramatique invente done l e vetement ou l e symbole qui incarne 1 1 idee philosophique. Que l a creation et l a p u r i f i c a t i o n de sa poesie, catharsis evidentes, aient abouti ou non a 1'elevation de 1'esprit a laquelle i l a s p i r a i t avidement reste a savoir. II y en a certaines indications dans L'Esp r i t Pur, e c r i t vers l a f i n de sa v i e . Neanmoins, comme l e signale Baldensperger: "de l a poesie pure a 1'expression de 1'esprit pur, l e passage reste encore a trouver."^ D'aprfes Vigny, l e poete est l e r o i de l a pensee, et l a poesie, "un e l i x i r des idees". II va de soi q u ' i l a considere l e pofete comme un etre e i u qui s'est donne pour mission d'eclairer l e monde sur l'existence humaine. A l a difference d'autrui, son e s p r i t fecond l'emporte aux climats au-dela du monde physique l u i permettant de devoiler l e s mysteres s p i r i t u e l s hors de l a portee du peuple mais non pas du poete-voyant. I l ne s'agit pas d'un au-dela baudelairien, f l o u et au-dessus de l a raison. Vigny se sentait bien a l ' a i s e dans son milieu personnel car c'est l a q u ' i l fagonne et sculpte ses idees. Son imagination "le possede par-dessus tout (...) Au moindre choc, e l l e part; au plus p e t i t souffle, e l l e vole et ne cesse d'errer dans l'espace qui n'a pas de route humaine".^ C'est dans son imagination que se trouve l'Idee, avec une majuscule, ou l a beaute ideale du v r a i . C'est un champ fecond qui f a i t pousser et se former toutes ses idees philosophiques. Le monde de 1'imagination est devenu l e v r a i monde de Vigny car c'est l a que ses idees s'expriment l e mieux et q u ' i l trouve l a 6 verite" grace a ses ruminations. Une f o i s lancge dans 1'imagination du poete, l'id6e-mere se transforme en symbole qui incarne l a beauts id6ale, c'est-a-dire, l e v r a i se transforme en Idee supgrieure grace aux 61ans de 1'imagination: "C'est que l a v£rit£ de 1 1 imagination pour £tablir 1'Id£e est plus convaincante que l e v r a i f a i t . " ^ Vigny l'affirme a plusieurs reprises dans son Journal: "Ce qui se reve est tout pour moi." (p. 1008) Le monde de l a poesie e t a i t tout pour l u i : son es p r i t createur ne cessait jamais d'examiner et de peindre l e s climats inconnus. Le monde reel n'est qu'un pale r e f l e t du monde de l a po4sie: Une reverie perpgtuelle, que l ' a c t i o n et l a parole d£rangent, v o i l a quelle a 6t£ ma v i e et quelle e l l e doit §tre jusqu'a mon dernier jour. C'est l e reve qui est ma v i e r e e l l e , et l a v i e en est l a d i s t r a c t i o n . (Journal p. 1285) D'apres l u i , l a poesie est l a synthese de toutes pens^es pures. C'est l a forme l a plus pure de 1'ecriture, sup^rieure a l a prose, au-dessus de tout: l e diamant qui dure a jamais. C e t a i t l e but de Vigny de s£duire l e lecteur tout en communiquant ses propres sentiments. Etant donn£ son d^goQt de se peindre ouvertement dans ses oeuvres, sa conscience de son rSle dans l a vie priv£e et publique, et l e s l i m i t e s impos£es par son image sociale, Vigny a dQ r£pandre ses pens^es l e s plus intimes a l'aide des symboles. Son tourment remonte a l a surface au moyen du symbole, un catalyseur qui provoque une reaction nous permettant de dire "Oui! C'est beau et c'est v r a i " . II y a done une correspondance entre l a pensee du poete 7 et notre pensee; tous deux se p a r l e n t . II a r g u s s i a toucher l a corde s e n s i b l e de l'ame: (...) the work of the poet produces communion among men which can move them to a c t . Poetry e l e v a t e s the s p i r i t of i t s readers through the emotions i t touches of l o v e and compassion [ p i t i e d ; i t i s t h e r e f o r e addressed to man's emotional nature and i n t u r n engenders emotion. (...) A r t works a r e then symbols of emotion which act i n t u r n on the emotions of the reader thus h e l p i n g to c r e a t e an i n c r e a s e d awareness of r e a l i t y or images of new r e a l i t i e s . . 7 I I e x i s t e done toute une s£rie de correspondances e n t r e l e poete, ce q u ' i l cr£e gr&ce a son i m a g i n a t i o n et l e message ph i l o s o p h i q u e q u ' i l nous communique, ouvrant notre champ de pens6e e t l e rendant p l u s v i f : = Imagination du poete V e r i t e Le poeme est done 1*expression concrete de quelque chose d 1 i n t a n g i b l e . Le symbole encadre l ' i d e e p h i l o s o p h i q u e . Vu l e contenu symbol ique de son a r t poetique, nous sugg£rons que Vigny est l e pr£curseur des s y m b o l i s t e s . On c o n n a l t l 1 a d m i r a t i o n de B e a u d e l a i r e pour l e grand poete. On e s t tente* de d i r e a u s s i que tous deux ont savour^ l a n o t i o n de l a dual i t e , quoique tout a f a i t diff£rente. Nous s i g n a l o n s q u ' i l e x i s t e c e r t a i n s rapprochements e n t r e l e s deux: optimisme et pessimisme, louange de l a femme et d i f f a m a t i o n d ' e l l e , degout de l a plebe e t p i t i 4 d ' e l l e et a i n s i de s u i t e . Le symbolisme vignyen e s t , pourtant, 8 unique, pr^sentant des car a c t ^ r i s t i q u e s qu 1aucun autre ne possede. On a d£ja parl6 de 1'elevation de 1 1 id<§e chez Vigny: c'est grace a l a superiority de l a parole poetique que l'id£e devient l a connaissance et l a morality supreme. E l l e est l e noeud autour duquel l e poete rassemble les d e t a i l s de l ' h i s t o i r e et de l a philosophic, soigneusement cho i s i s et examines, aboutissant a une fable dans laquelle se trouvent des personnages, instruments s i pr6cieux au poete dans leur r&le de semeurs et de moissonneurs de l a verity. On risque de toucher a l a banalit^; neanmoins, Vigny s'est meme rendu banal de temps a autre pour communiquer a l a foule sa philosophie complexe: Touchant l e choix des symboles qui doivent l e s tidies] administrer, on sera frapp6 de leur s i m p l i c i t y et de leur puissance.g Puissance! V o i l a l e mot c l e f qui d e c r i t Les Destinies d 1 A l f r e d de Vigny. Est-ce que l e contenu des poemes est une id£e toute simple ou est-ce que l e s poemes t r a i t e n t de l a r e a l i t y . Cela reste a savoir. Vigny a dQ se rendre compte de l a s i g n i f i c a t i o n puissante dans son message et s ' i l existe quelques invraisemblances dans ses poemes, tenons compte du f a i t q u ' i l ne s'agit l a que des fables construites et embellies selon sa volonty dans l e but mime de d£masquer l e s mysteres de l'existence humaine: Je ne copie des l£gendes n i ne contrefais des chroniques, ceci est une h i s t o i r e que je f a i s et que je veux £crire pour l e s hommes de mon temps, avec l e langage et 1'esprit de mont temps et s ' i l se peut au p r o f i t de mon temps. (Journal p. 1031) 9< Sa fable raconte l ' i d e e . Le symbole est important parce q u ' i l incarne l'id6e-mere qui donne naissance a de nouvelles idees. Toutes ces id£es s ' a l l i e n t et s'entrelacent pour rendre croyable l'Id§e i n i t i a l e . Le symbole en lui-meme n'est pas l e but du poete: l e symbole ne f a i t reveler que quelques id£es qui, un f o i s lanc£es dans 1'imagination du poete, deviennent l a preuve ou l a v 4 r i t ^ de l ' i d e e . Ce n'est que son point de depart qui donne l i e u a ses sentiments l e s plus profonds et l e s plus philosophiques. Les r ^ s u l t a t s de son raisonnement deviennent synonymes de l a v 6 r i t 6 . Vu l a port£e du symbole, examinons davantage l ' a r t symbolique du poete. A l 1 i n t e r i e u r des poemes se trouvent l e s personnages, symboles qui avancent l 1argument du poete, d'une maniere f o r t raisonnable. Le symbolisme de Vigny n'est pas, pourtant, s i succinct ni s i evident que nous 1'avons d£crit. Parmi l e s personnages, symboles evidents, s'ent rem §1 ent des symboles plus caches q u * u t i l i s e l e poete dans l e but meme de communiquer les correspondances entre l e s images evoqu£es dans l e poeme et notre facon d'y r§agir. Autrement d i t , les figures de rh^torique, le lexique et leurs images r^sultantes sont intimement l i 6 s a notre conscience ou inconscience, provoquant une reaction. Les images font appel a nos croyances s p i r i t u e l l e s et morales et, bien entendu, a notre sens esthetique. C'est grSce aux images crepes par l e poete que l e lecteur peut errer dans l e domaine de sa propre imagination pour y appr£cier l e s correspondances sous-jacentes: Cr6atrice de symboles poetiques, 1'imagination a aussi l e p r i v i l e g e de l i r e 10 les correspondances naturelles et d'atteindre 1*au-dela des choses.g Ainsi l e lecteur se deiecte d'une intimity saisissante avec l e poete. Nous avons deja constats q u ' i l existe toute une s£rie de correspondances dans l a poesie de Vigny. Nous rangeons l e symbolisme vignyen dans l e s categories ci-dessous: Symbolisme evident = personnages Symbolisme latent = figures de rhetorique lexique La poesie de Vigny f a i t appel a plusieurs niveaux de conscience: i l faut que l e lecteur se l a i s s e a l l e r au-dela du domaine de l a conscience pour entrer dans 1* e s p r i t du poete. On a assez entendu parler du disaccord, voire de l a gaucherie des images dans l a poesie de Vigny. On se demande s ' i l s'agit d'un manque d'entendement de l a part du lecteur. I l faut determiner, dans sa poesie, un r6seau de symbol isme a l a f o i s complique et f i n . Pour mieux exprimer ce que nous voulons dire par l e symbolisme cach4, prenons a t i t r e d'exemple l e vocabulaire qui evoque l a symbolique du corps. Le langage symbolique est un processus u t i l i s e par Vigny pour communiquer les emotions du personnage. Laurence Porter a signaie 1'importance de l a symbolique du corps dans l e theatre de Vigny: Aux moments ou l a tension dramatique a t t e i n t son comble, les gestes trahissent des emotions trop fortes pour rester cachees dans l e for interieur des personnages. (...) Vigny, pour sa part, commence par 1'idee d'une seule s i t u a t i o n e x i s t e n t i e l l e fondamentale, pour laq u e l l e l e s gestes des personnages constituent une sorte de commentaire.^Q Ains i l e personnage communique l e s idees philosophiques et 11 pass ionn^es de V i g n y tout en r e n f o r c a n t souvent l ' i d e e du poete en t a n t que m o r a l i s a t e u r . Que lques -uns de ses poemes s o n t , en e f f e t , de p e t i t s drames en p o £ s i e . Un s u r v o l du t a b l e a u de J6sus dans Le Mont des d l i v i e r s r e v e l e b i e n des images symbol iques du c o r p s , i l l u s t r a n t a l a f o i s l e tourment du heros e t l 1 a t t i t u d e de V i g n y v i s - a - v i s du s o r t du g £ n i e i n c o m p r i s : Le f r o n t b a i s s e , c r o i s a n t l e s deux b r a s sur sa robe Comme un v o l e u r de n u i t ca chant ce q u ' i l d6robe; (...) I I s * a r r § t e . . . I I se c o u r b e , a genoux, l e f r o n t c o n t r e l a t e r r e , P u i s regarde l e c i e l . . . ( . . . ) II se l e v e e t o n n £ , marche encore a grands pas , (...) II r e c u l e , i l descend , i l c r i e avec e f f r o i : ( . . . ) II tomba sur l e s a b l e a s s i s . . . e t c . II y a a u s s i que lques a d j e c t i f s q u i s ' e n t r e l a c e n t e t que l e poete ne cesse de r e p r e n d r e dans L e s D e s t i n i e s : Et l e rayon me t r o u b l e e t l a v o i x m ' e t o u r d i t , Et j e demeure a v e u g l e et j e me sens m a u d i t . (La F l u t e ) Mais en v a i n tous l e s yeux l i s a i e n t dans l e s a u s p i c e s ; L ' a v e u g l e Pharaon d e d a i g n a i t l e s V o y a n t s , (Les O r a c l e s ) Muet, aveug le e t sourd au c r i des c r e a t u r e s . (Mont des O l i v i e r s ) Son usage s a i s i s s a n t des f i g u r e s de r h £ t o r i q u e se demontre dans l e s phrases c i - d e s s o u s : 12 - Le vent seul repondit a sa voix. (...) Comme un marbre de deuil tout l e c i e l £tait noir. La Terre sans clart£s, sans astre et sans aurore Et sans clart£s de 1* ame a i n s i qu'elle est encore, Fremissait. (Mont des d i i v i e r s ) Nous insistons sur l e r£seau de symboles dans l a poesie de Vigny pour demontrer son rdle en tant que precurseur des symbolistes. Et cela se rnanifeste clairement s i nous acceptons q u ' i l n'existe pas de grandes f r o n t i e r e s entre l e romantisme et l e symbolisme. L'un est simplement l e developpement de l'autre: In e f f e c t , symbolism would have to be considered just a continuation of Romanticism unless i t could be established that i t s comprehension of the expression 'correspondance' was quite d i f f e r e n t from that of the Romanticists.^ Le symbolisme n'est qu'une branche raffin£e et embellie de l a po£sie romantique, Vigny l ' a u t i l i s e pour s'exprimer d'une maniere objective et degag£e: For Vigny, the symbol served as the convenient detour from effusiveness. It provided the necessary junction between his in s p i r a t i o n and the philosophical attitudes that he i n s i s t e d on conveying i n his verse. At the same time, the symbol acted as a v e i l or a camouflage for whatever personal elements might have been present, allowing him to unfold his ideas with considerably more c l a r i t y and o b j e c t i v i t y . (...) What elements of Romanticism remain may be found within the symbol i t s e l f and behind i t s seemingly o b j e c t i f i e d representation. Yet Vigny"s sustained u t i l i z a t i o n of symbols rescues his poetry from the type of effusiveness that frequently mars the verse of his well-known counterparts., ~ 13 Chez Vigny, l e symbol isme n' est qu' un rideau derriere lequel se trouve l a v e r i t e du monde: ... l e symbolisme n'est qu'un des proc£d£s u t i l i s e s pour l a mem£sis des correspondances.^2 (Exprimer), (decouvrir), (achever) : t e l l e s sont l e s t r o i s fonctions qu'une conception isoterique de l a poesie ne manque pas d'assigner au symbole.^ Si nous comparons Vigny et Baudelaire, romantique et symboliste respectivement, nous trouvons bien des rapprochements d'images evoqu£es dans leur poesie. Baudelaire, s ' e s t - i l inspire de Vigny? Etudions l e s exemples ci-dessous: L'une est grande et superbe, et l'autre est a ses pieds: C'est D a l i l a I'esclave, et ses bras sont l i e s Aux genoux reunis du maitre jeune et grave Dont l a force divine obeit a I'esclave. (Colere de Samson) La tres-chere e t a i t nue, et, connaissant mon coeur, E l l e n'avait garde que ses bijoux sonores, Dont l e riche a t t i r a i l l u i donnait l ' a i r vainqueur Qu'ont dans leurs jours heureux l e s esclaves des Mores. (Les Bijoux) Certes i l y a des differences dans l a presentation de l'Ange du mai. Aussi l e poeme entier de Baudelaire e s t - i l plus sensuel que c e l u i de Vigny. On trouve neanmoins assez de s e n s u a l i t e dans l e poeme de Vigny malgre l a mise en scene i n t e l l e c t u e l l e . Le but de cette etude n'est pas de deraciner Vigny pour 1'enfoncer dans l'ecole des symbolistes. Nous voulons tout simplement demontrer l a genese du symbolisme dans l ' a r t poetique 14 de notre poete. Mais, s i Vigny se montre symboliste dans une c e r t a i n e mesure, i l est a u s s i f o r t romantique. A l a d i f f e r e n c e des a u t r e s romantiques, Vigny ne cherche pas a f a i r e l ' e i o g e de l a nature, n i a y trouver l e s correspondances s p i r i t u e l l e s . En f a i t , i l m£prise l a nature: "La Nature t ' a t t e n d dans un s i l e n c e a u s t e r e (...) V i v e z , f r o i d e Nature" (La Maison du B e r g e r ) : Des ses debuts, l ' a r t de Vigny est neuf, unique, independant du romantisme meme; i l l e deviendra, de plus en p l u s , par l a v a l e u r p h i l o s o p h i q u e des m e d i t a t i o n s q u i forment l e r e c u e i l immortel des De s t i n e e s . Vigny ne se contente pas d ' a s p i r e r uniquement a l 1 i n f i n i : i l explor e 1 ' i n f i n i pour t r o u v e r la-dedans l e s reponses a toutes l e s enigmes de l a v i e . II ne s u f f i t done pas de c r o i r e en Dieu; i l faut l a preuve de son e x i s t e n c e . A propos de l a l u t t e r e l i g i e u s e du poete, Sungolowsky d i t : " A u s s i , l a pensee r e l i g i e u s e de Vigny s e m b l e - t - e l l e constamment t i r a i l i e e e n t r e l a s o i f d'un Dieu pur et l e s exigences d'un r a t i o n a l i s m e q u i g l i s s e 16 v e r s l e m a t e r i a l i s m e dont i l sera d ' a i l l e u r s e f f r a y e . " C e r t e s Vigny e t a i t un p e i e r i n romantique, e r r a n t dans 1 ' i n f i n i . S ' i l se l a n c e , dans 1'au-dela, i l garde neanmoins l a r a i s o n . II n'accepte jamais 1 1 i n e x p r i m a b l e . Son re f u s d'accepter Dieu demontre son s c e p t i c i s m e . Chez Vigny, s ' i l n'y a pas de preuve, i l n'y a pas de v e r i t e . Sur l e rapport de 1'homme avec Dieu, Vigny a d i t : Dans ses ra p p o r t s avec l e c i e l 1'homme a to u j o u r s ete en suspens e n t r e l a f o i et l'examen. (Jou r n a l p. 988) Son s c e p t i c i s m e et son degodt de 1 ' i n j u s t i c e c e l e s t e l ' o n t f o r c e a r e j e t e r l a d i v i n i t e e t a renoncer a penetrer l e c i e l 15 voil£. II n'y a que deux certitudes selon Vigny: Condamn^s a l a mort f condamngs a l a v i e , v o i l a deux certitudes. Condamn£s a perdre ceux que nous aimons et a l e s v o i r devenir cadavres, condamn£s a ignorer l e passe1 et l'avenir de 1'humanite et a y penser toujours! Mais pourquoi cette condamnation? Vous ne l e saurez jamais. Les pieces du grand proces sont bruises: i n u t i l e de les chercher. (Journal p. 1003) Selon R i f f a t e r r e , Vigny est vraiment "l'anima perambulans i n tenebris", cherchant sans cesse l a v£rit£ absolue. Son refus de Dieu en tant que verite" divine l ' a laisse' tourmente" pendant toute sa v i e par des questions m£taphysiques. II a n£anmoins gard^ l e d£sir d'y c r o i r e : a l a v e i l l e meme de sa mort, Vigny a rev£r£ l e Verbe: Je desire et j'exige meme que sur ma tombe aucun discours ne s o i t prononce' et que l ' E g l i s e seule accompagne de ses paroles, de ses prieres et de ses cantiques, mes restes mortels. (...) L'ignorance universelle des hommes n'a l e dro i t de parler que de ses doutes et de ses sciences incompletes. La tombe ne veut entendre que l a p r i e r e . ^ D 1apres Vigny, l a certitude et l a vrai e v i e se trouvent dans l e s flammes de 1 * i n s p i r a t i o n . C'est l a que tout est rev6l£: 1'inspiration aboutit a 1'illumination. "La v i e est double dans le s flammes", a - t - i l d i t dans La Maison du Berger. Vigny 6 t a i t le poete-voyant, dou6 d'une connaissance exclusive. C'4tait l e mage, cherchant dans l e s l i v r e s du destin toutes l e s r^ponses aux enigmes de l a v i e . I l a sondg l e t e r r a i n de 1 1inexprimable pour jeter une lumiere sur l e monde et, done, soulager l a douleur de l a race humaine: Tout sera r£v£16 des que l'homme saura De quels lieu x i l ar r i v e et dans quels i l i r a . (Mont des O l i v i e r s ) 16 II a accepte* son role d'un etre e i u , d'un prophete qui pouvait reveler l e s v6rit£s cachees pour ameiiorer l e sort miserable de 1'homme. C 4 t a i t son don de pouvoir devoiler dans une certaine mesure l e s mysteres de l a v i e : L'objet de 1'attention du Voyant n'est pas l a r e a l i t e des choses, mais ce qu'elle cache. La r e a l i t e n'est qu'une forme exterieure. Chaque element du reel est soi-meme, et aussi autre chose; i l est en s o i , et i l s i g n i f ie par rapport a autre chose. E t r e , c'est I t r e l a , mais c'est aussi representer et s i g n i f i e r ce qui est a i l l e u r s . (...) La r e a l i t e se l i t comme un l i v r e . 1 8 Le monde c r e e par Vigny est l e resultat d'une introspection attentive. D'apres l u i , i l y a deux mondes: l e monde exterieur qui se r e f i e t e dans l e miroir de son imagination et se transforme en monde poetique. Vigny regarde l e monde exterieur avec toutes ses correspondances et l e change en tableau a l a f o i s esthetique et didactique. Sa poesie symbolise l a v e r i t e qui est hors de l ' a t t e i n t e de l a masse. Chaque symbole a l e pouvoir d ' e c l a i r e r 11homme et de l ' a r r a c h e r du fond des tenebres du destin. Ce qui ne s'y d i t pas est entendu au moyen des correspondances imaginees dans l e poeme. La puissance de l a poesie de Vigny se trouve dans l e s symboles evocateurs. Tout n'est pas proclame mais tout est s u g g e r e et r e v e i e dans l e s images s i nous y creusons assez profondement. C'est a nous de chercher dans l e s vagues du symbolisme ce que l e poete d i t et d'interpreter l e s images selon notre experience et notre s e n s i b i l i t e du monde: Le langage poetique a ce pr i v i l e g e d ' a c c u e i l l i r l e s sens p l u r i e l s et l e s glissements de s i g n i f i c a t i o n . - ^ 1 7 Dans lies Destinies, Vigny peint les crises de l a vie d'apres une sensibility vive. Les poemes ne sont pas n£anmoins des cris du coeur d'un romantique, bless£ et pr§t a tout reveler dans une plainte d£chirante. Certes c'etait un homme passionne' et sensible. Sa fierte et son d£sir de prot£ger sa vie priv£e ne l u i permettaient jamais pourtant de tout reveler d'une maniere larmoyante. S'il se cache sous le voile des personnages dans ses poemes, i l le f a i t expres. Aussi sa fagon de s'exprimer offre-t-elle l'occasion de demander s ' i l parle de lui-meme ou de tout homme. Les problemes de l a vie, d£peints dans sa poesie, peuvent etre communiques a tout le monde. Son style a l a fois assure et intellectuel apporte une certaine fralcheur a l a poesie romantique. Le chant de l'Sme est presente quelquefois d'une maniere fervente, quelquefois avec dugout et amertume. II n'est jamais, cependant, in£l£gant. Sa personnalit£, son etre m£me envahissent et habitent sa po6sie d'une maniere fort emouvante. Conscient ou inconscient, son esprit est une machine inflexible qui pense, raisonne et cr£e sans cesse. Sa revolte contre les injustices du ci e l et celles du monde r£el se manifeste dans de beaux tableaux po^tiques. La po£sie de Vigny presente l a vie sous toutes ses faces: ses banalit6s, ses passions, les problemes qui se posent a l'homme de ggnie et bien entendu les ennuis m£taphysiques. II se peut que son message ne soit pas quelque chose de nouveau. Son art est n£anmoins unique. Et c'est pour cette raison que l'on appr£ciera a jamais sa poesie. C'est le but de cette etude de 18 presenter l ' a r t poetique d ' A l f r e d de Vigny, dans to u t e sa splendeur, dans t o u t e sa puissance. 19 Notes Introduction 1 Francois Germain, L' Imagination d'Alfred de Vigny (Paris: L i b r a i r i e Jose C o r t i , 1961), p. 77. 2 Alfred de Vigny, Ee Journal d'un poete (Oeuvres completes: Bibliotheque de l a Pleiade: L i b r a i r i e Gallimard, 1948) , p. 1186. 3 Verdun L. Saulnier, Les Destinies (Paris: L i b r a i r i e Minard, 1963) , p. XLV. ^ Fernand Baldensperger, Alfred de Vigny (Paris: Society de 1'edition Les Belles Lettres, 1932), p. 53. 5 A l f r e d de Vigny, Chatterton (Oeuvres completes: Editions du S e u i l : Paris, 1965), p. 569. ^ Germain, Imagination, p. 68. ^ Henry F. Majewski, "Alfred de Vigny and the Poetic Experience", The Romantic Prevlew LXVII (1976), p. 279. o .. .. _ Saulnier, Destindes p. XLVIII 9 • Germain, Imagination, p. 37. 20 1 0 Laurence Porter, "La Symbolique du corps dans l e theatre d'Alfred de Vigny", RomanceNotes v o l . XX (1979-1980), pp. 333-334. 1 1 Anna Balakian, The Symbolist Movement (New York: New York University Press, 1977), p. 16. 12 Robert Denomm£, Nineteenth-Century French Romantic Poets (Southern I l l i n o i s University Press, 1969), pp. 84-85 . 13 Hermine B. R i f f a t e r r e , L'Orphisme dans l a poesie romanticfue (Paris: Editions A.-G. Nizet, 1970) , p. 30. 14 Andr^ Jarry, "De l a fable au symbole". Re l i r e ' Les Destinies' d'Alfred de Vigny (Paris: Societe" d' e d i t i o n d'enseign ement supirieur, 1979), p. 53. 1^ Ernest Dupuy, La Jeunesse des Romantiques (Paris: Ancienne L i b r a i r i e Lecene, Oudin et c i e , 1905), pp. 367-368. -1-6 Joseph Sungolowsky, Alfred de Vigny et l e dix-huitieme s i e c l e (Paris: Editions A.-G. Nizet, 1968), p. 214. 17 A l f r e d de Vigny, Memoires i n i d i t s (Paris: L i b r a i r i e Gallimard, 1958), pp. 443-444. 1 p R i f f a t e r r e , Orphisme, p. 67. 19 - -Simone Jeune, "De l a Grotte du poete". Relire 'Les Destinies' d'Alfred de Vigny (Paris, 1979), p. 24. 21 Chapitre I Le Chant de l a "Flute" II va de soi que l a poesie de Vigny a pour but l e devoilement des enigmes de l a v i e , expos^es d'une maniere fortement pittoresque grace a l a beaute intrinseque de son a r t poetique. v e r i t e et Beaute - deux ideaux auxquels a s p i r a i t l e poete pendant toute sa v i e . Nul autre poete n'a jamais t r a v a i l i e uniquement a l a i s s e r a l'humanite un code de conduite et d'honneur. Sa fervente a p p l i c a t i o n au t r a v a i l a l a i s s e au monde une oeuvre e d i f i e e , voire une v e r i t a b l e b i b l e , sous l a forme du recuei l Les Destinies. On connait bien 1*attitude de Vigny envers l a D i v i n i t e et son doute metaphysique mis a nu dans Le Mont des 0 1 i v i e r s . Que Vigny eGt une connaissance intime de l a Bible n'appelle guere de commentaire. II en a emprunte, selon son goQt, quelques fables bien connues, les a reorganisees et l e s a tissees dans une oeuvre sophistiquee dont l e contenu a t t i r e 1 ' e s p r i t curieux. S ' i l met en question l a vraisemblance de l a Bible, c'est que les theories bibliques, selon Vigny, ne s'appliquent guere a 1'experience a c t u e l l e ; autrement d i t , les poemes philosophiques du poete, dont l e contenu est base sur l a Bible, ne sont que l a mise a jour de quelques r e c i t s bibliques, 22 p r i s e n t i s & travers l 1experience personnelle de Vigny. On a beaucoup parle de l a di v e r s i t y des sujets dans Les Destinies. II suff i t de dire que chaque homme a dans sa v i e maintes experiences diverses. Vigny vou l a i t a t t i r e r 1'attention de l'homme sur tout aspect de l a v i e : i l est l e "pretre du spiritu a l i s m e moderne" selon R i f f a t e r r e : ^ II v i s a i t a 1 ' E d i f i c a t i o n : poete d'un &ge ou l a poesie pensait et enseignait, i l avait 1'ambition de f a i r e d'un recueil de poemes un manuel de doctrine, un l i v r e de l'Humanite, et de p i i e r l a forme, naturellement l i b r e , de l a poesie a cette ambition. (...) l e r e c u e i l , en d i p i t des e f f o r t s de Vigny, n'etait qu'un ensemble de poemes de niveaux d i f f i r e n t s , d'aftabulation et d'accents divers, n i s sans doute d'une pensee f i d e l e a elle-meme, mais non systimatique. (...) Poete et a r t i s t e plus que philosophe, i l s'est peut-§tre f a t i g u i de vouloir imposer un ordre f o r c i a ses poemes dont i l savait l a d i v e r s i t e . 2 Notons que l e recueil commence par " C e t a i t i e r i t " et f i n i t par " l ' E c r i t universel", c i t a t i o n s t i r i e s respectivement des Destinies et de L'Esprit Pur, ce qui suggere un ce r t a i n rej e t et un remaniement de l a philosophie de l a Bible selon l e g r i et l e raisonnement du poete-philosophe. En tant que poete-voyant, Vigny a f i n i par rejeter 1'ancienne doctrine de l a Bible et l ' a remplacie par sa doctrine vignyenne. En d i p i t de son scepticisme mitaphysique, Vigny a tenu en haute estime l e christianisme en tant que code de l a vie, un ensemble de l o i s qui i l e v e l'homme du fond de l a barbarie a l a c i v i l i s a t i o n . Les Destinies de Vigny ne sont qu'un recuei l provocateur de ses pensies l e s plus pures et l e s plus t r a v a i l l i e s . Le poete f a i t appel a l'expirience pour trouver 1 1 I d i e q u ' i l implante dans l e 23 champ fecond de son imagination, aboutissant a i n s i a l a Pensee Pure. II de c r i t l a vie a travers l e miroir de son imagination qui est l e paysage l e plus beau chez le poete: L'art n'est pas l a vie meme. Le miroir magique de l a v i e , plus beau qu' elle-meme. (Journal p. 1274) Vigny vise au summum de l a beaute dans sa poesie, a l a f o i s dans son a r t et dans l a v e r i t e de son message philosophique. II erre dans l e val de tout homme tracant l a voie de l a p o s t e r i t e . Sa s e n s i b i l i t e et son ar t poetique s ' a l l i e n t pour creer de beaux tableaux dont l e but est d'enseigner et de rendre 1'homme conscient de l a v e r i t e et de l a beaute de l'existence. A l a difference de ses contemporains, i l ne l u i suff i t pas de creer uniquement l a beaute; autrement d i t , l ' a r t pour l ' a r t ne saurait exister pour Vigny. II faut que sa poesie a i t une valeur a l a f o i s esthetique et philosophique. Sa poesie a done une double fonction; beaute de l ' a r t et beaute du v r a i . Le contenu de sa poesie touche 1'experience de tout homme. Cela ne veut pas dire, pourtant, que chaque homme s a i t l i r e ses vers: l a poesie en vers, d'apres Vigny, est un " e l i x i r des idees" renverse par "1' e s p r i t pur". Vu que l a poesie est l e domaine de l ' e i i t e et reservee aux i n t e l l e c t u e l s , , i l l u i a f a l l u e c r i r e plusieurs oeuvres en prose a f i n d'etre entendu par tout l e monde: La poesie est une science. La nation frangaise n'aime pas les vers, parce qu'elle ne s a i t pas l e s l i r e . I l faudra deux s i e c l e s d'education pour l u i donner quelque peu de lecture et une ombre d'atticisme. En attendant, pour etre compris d' e l l e , je l u i a i verse l a Poesie en prose; comme dans 24 Chatterton et dans S t e l l o . Mais e l l e n'est pas complete que dans Eloa, Moise, etc., etc. (Journal p. 1338) C'est dire que l e message philosophique, communique au peuple, est de toute premiere importance chez Vigny, et que sa poesie n'est en f i n de compte qu'un moyen sophistiqui de communiquer avec l e s i n t e l l e c t u e l s . Le philosophe parle a tout homme par rapport au poete-voyant qui ne communique sa v i s i o n qu'aux gens e i u s . Vigny savait l e s d i f f i c u l t e s associees a l a creation de l a beauti. II e t a i t constamment hante par son desir d'atteindre l e degre l e plus haut de 1'expression dans l e domaine de l a poesie. Selon l u i , l a beaute est quelque chose de tres precieux qui ne se montre que rarement au jour l e jour, se dressant peu frequemment du bourbier de 1*existence: (...) Je suis ne desenchante de l a v i e et n'y trouvant rien qui s o i t digne d'attention, s i ce n'est l a contemplation et l a passion pour l a beaute. La vie exterieure me deplait, me fatigue et m'attriste par l a vue de sa laideur. J'y cherche avec peine de trop rares beautes. (Journal p. 1276) Nous avons d i t que Vigny ne s 1 i n t e r e s s e guere a l a beaute exterieure. Hormis des tableaux du paysage, trouves dans l e prologue de plusieurs pofemes, comme par exemple La Mort du Loup et La Sauvaqe, on trouve peu de references descriptives au monde physique dans sa poesie. C'est que, selon Vigny, l a beaute ideale se trouve dans l e s tableaux c r e e s dans 1'imagination et dans l'&me. En plus, on connait bien son mepris de l a Dame Nature. En tant que poete, i l cherche l a beaute dans l a creation a r t i s t i q u e , embrassant tous l e s elements techniques et 25 esthetiques: "La poesie est a l a f o i s une science et une passion". (Journal p. 1272) . Son cote philosophique cherche en revanche l a beaute dans l e v r a i . La pensee pure est enchassee au coeur de chaque beau tableau: L'Atticisme est l 1amour de toute beaute. La beaute de l a pensee a pour f i n l a poesie l a plus pa r f a i t e qui est l e plus grand e f f o r t de l a pensee conservee par les langues. (Journal p. 1277) II ne s'agit pas dans l a poesie de Vigny de quelques b e l l e s statues de marbre: tout y v i t . Pour dire "Oui c'est beau et c'est v r a i " , Vigny exige que nous appreciions non seulement l a beaute de sa poesie mais aussi l e s correspondances des idees dans l e s images symboliques. E s t - i l possible d'§tre a l a f o i s poete et philosophe? Nous avons deja parie de l a dual i t e de Vigny dont i l e t a i t tres conscient. J Pousse par 1' ideal de l a beaute dans tous l e s domaines, i l se sentait toujours hante et inassouvi: La t e r r i b l e concurrente, pendant l e s vingt dernieres annees de l a v i e de Vigny, que rencontrait sur son chemin l a "poesie pure", c ' e t a i t cette autre maitresse plus exigeante: l'idee de 1*"esprit pur". (...) Les mimes declarations q u ' i l f a i s a i t a l a "beaute ideale" aux temps ou i l revait de reformer l ' A r t , i l ne se lasse pas de l e s adresser a une sorte de m o r a l i t e supreme qui se r a i t , en somme, l a beaute de l'idee depouiliee de ses applications, comme l a Poesie pure 1'etait de ses u t i l i s a t i o n s trop i n t e l l i g i b l e s . ^ S ' i l a trouve l a s a t i s f a c t i o n , ce n'est que dans l'achevement d'une oeuvre, car c'est dans l a creation d'un poeme que Vigny pouvait s'exprimer l e mieux tout en se deiivrant d'une pensee r e v e i a t r i c e . L'action de creer en elle-meme est quelque chose 26 de valable: La beauti des actions a pour f i n l e s marques de grandeur, de dignite et d'honneur qui rendent l a vie d'un homme digne de memoire. (Journal p. 1277) Malgri sa l u t t e pour atteindre l a ve r i t e absolue, i l semble qu'elle est restee juste hors d'atteinte. Et comme l e Pauvre dans La Flute, i l doit attendre l a mort pour sa r e a l i s a t i o n : Pour moi qui ne sais ri e n et qui vais du doute au r i v e , Je c r o i s qu'aprfes l a mort, quand 1'union s'achfeve, L'ame retrouve alors l a vue et l a c l a r t e . (La Flute v. 121-123) Des que 1'Sme se l i b e r e du corps, e l l e trouvera son milieu d i v i n ou se trouve l a v e r i t e absolue. II existe done un meilleur monde, d'aprfes Vigny, ou l'Sme a t t e i n t 1'apogee de l a conscience. Vigny savait l e s l i m i t e s de 1'esprit humain et l e s imperfections dans ses poemes, dues a son incapacite de s'exprimer jusqu'au dernier degre de l a perfection. S ' i l a l ' a i r parfois d'etre peu c l a i r , c'est que l a ve r i t e est cachee souvent dans l e symbolisme et d i f f i c i l e done a reveler. II f a i t t r a v a i l l e r 1'imagination du lecteur. Sa pensee ne se manifeste pas ouvertement. I l joue, cependant, l e r&le p r i n c i p a l dans presque tous ses poemes. Le "je" n'est pas un autre chez Vigny: ses pensees l e s plus intimes s'entrelacent tout au long de ses oeuvres. C'est a nous de le s debro u i l l e r . Etant donne l e double r6le de Vigny, poete-philosophe, i l n'est pas etonnant q u ' i l manifeste un e s p r i t complexe. II faut, neanmoins, accepter sa dualite comme un aspect p o s i t i f du caractfere du poete. I l s'ensuit q u ' i l y a des contradictions 27 dans ses poemes, dues a une o s c i l l a t i o n entre 1* e s p r i t de 1*artiste passionne et c e l u i du philosophe raisonnable. Le philosophe raisonne sur des questions abstraites; l e poete exprime, dans des tableaux dramatiques, les machinations de 1' e s p r i t . Peu dispose a se l i v r e r ouvertement aux masses vulgaires, Vigny ne saurait peindre l e s intrigues de son ame sans l'aide des symboles. Nous avons deja discute l e reseau du symbolisme dans l a poesie de Vigny, c'est-a-dire l e s symboles s o i t evidents s o i t latents. S ' i l existe du symbolisme latent, on se demande dans quelle mesure Vigny e t a i t conscient de l ' y inserer. Qu'un e c r i v a i n agisse consciemment et inconsciemment n'appelle guere de commentaire. Pour demontrer l e jeu de 1'inconscient dans l e s poemes de Vigny, Andre Jarry a releve quelques phrases des poemes d e f i n i t i f s et l e s a contrastees avec leur forme l i m i n a i r e , trouvee dans l e s manuscrits du poete. 5 II prend a t i t r e d'exemple un vers t i r e de La Colere de Samson -"Toujours v o i r serpenter l a vipere doree". V o i c i l e s termes exacts de l a c i t a t i o n t i r e e de l'esquisse du poeme, selon l e s donnees de Jarry: "Je ne sais pourquoi j'aime ton regard de vipere." M. Jarry constate que l e mot "doree" est une d i s t o r t i o n du mot "adoree" auquel f a i t a l l u s i o n l e poete dans "aimer" de l'ebauche du poeme et q u ' i l s'agit d'un jeu de mots mysterieux. Recourant a une c i t a t i o n de Mallarme, M. Jarry indique: Mirage intense des mots memes (...) en se l a i s s a n t a l l e r a lies ] murmurer plusieurs f o i s , on eprouve une sensation assez cabalistique.g 28 Jarry conclut que " l a vipere dorie" est l a "vipere adorie" de 1'inconscient de Vigny. Constation provocatrice de l a part du cr i t i q u e qui e t a b l i t nianmoins sa theorie a l'aide d'autres exemples trouvis dans les manuscrits du poete. Sous l e rapport du rQle de 1 1inconscient chez les i c r i v a i n s , nous partageons 1'opinion de Jarry: L'inconscient est un autrement d i t , autrement entendu: un autrement i e r i t , autrement l u . En f a i t , toute parole, qu'elle s o i t orale, qu'elle s o i t i c r i t e , a une dimension inconsciente. Mais tant&t 1 *inconscient se retient de parler: ne se manifestant que comme refus, ou comme defense. Et tant&t 1'inconscient s'autorise a parler: se donnant a entendre, ou a traduire. Parole vide, d'un c&ti; de l'autre, parole pleine.^ Abordons des maintenant l ' a r t poitique de Vigny en comprenant tous l e s aspects symboliques pour dimontrer dans quelle mesure i l a r i u s s i a nous communiquer son ar t en tant que poete-philosophe. Nous considirons comme notre point de depart La Flute car c'est dans ce poeme que Vigny dimontre assez clairement l e s roles du poete et du philosophe s i intimement lie's que l'on n ' h i s i t e pas a dechiffrer l e caractere de Vigny a l a f o i s dans l e Pauvre et dans l e narrateur. Dn jour je v i s s'asseoir au pied de ce grand arbre Un Pauvre qui posa sur ce vieux banc de marbre Un morceau de pain noir, puis se mit a rever. II p a r a i s s a i t chercher dans l e s longues a l l i e s Quelqu'un pour icouter ses chansons desolies; II s u i v a i t a regret l a trace des passants Rares et qui, pressis, s'en a l l a i e n t en tous sens. 29 Avec eux s'enfuyait l'aumdne disparue, Prix douteux d'un l i t dur en quelque £troite rue Et d'un amer souper dans un l o g i s malsain. Cependant i l t i r a i t lentement de son sein, Comme se pr£parait au martyre un ap&tre, Les t r o i s parts d'une FlQte et l i a i t l'un a 1 1 autre, Essayait 1'embouchure a son menton tremblant, F a i s a i t mouvoir l a c l e f , l'epurait en soufflant, Sur ses genoux ployes f r o t t a i t l e bois d'6bene, Puis j o u a i t . (v. 1-18) Des l e d£but de La FlQte on est conscient de l a grandeur du Pauvre avec une majuscule. L'emploi du rejet l e met dans une place importante du cadre physique du poeme. Aussi n ' e s t - i l pas majestueusement situ£ dans l e tableau? Notons le s images de l a grandeur, "ce vieux banc de marbre", "au pied de ce grand arbre". Nous constatons sur-le-champ q u ' i l s'agit d'un poete sous l ' a b r i d'un arbre, cherchant de 1'inspiration. En plus, le masque d'un pauvre s'accorde bien avec un poete affam£ qui "s'empresse d'achever un morceau de pain noir". C'est l e type Chatter ton, le poete qui "se mit a r i v e r " de ses "chansons d£sol6es" ses offrandes a un monde q u ' i l regarde avec regret car, sans quelque maigre donation, i l sera perdu. L'emploi des images negatives evoque l e monde h o s t i l e sapant l a morale du Pauvre: "un l i t dur", "un amer souper", "un l o g i s malsain". II s'agit done, dans ce premier versant, d'un tableau du r^alisme, p£n6tr£ en majeure partie de symbol isme evident. Dans l e deuxieme versant, Vigny g l i s s e habilement dans une metaphore provocatrice: i l introduit l e sujet de son poeme, c' est-a-dire, l a FlQte. Vigny garde l e r£alisme du tableau avec l ' a c t i o n 30 "banale" du Pauvre qui t i r e "lentement de son sein" sa f l u t e : C'est bien, a v r a i dire, une inquiete meditation sur l a destinie humaine que propose ce poeme au t i t r e prosaique, aux a l l u r e s pidestres, aux tableaux en g r i s a i l l e . f t Banalite! Point du tout. Ce que l e poete d i c r i t i c i est l ' a c t i o n de t i r e r de l'ame du poete-martyr un poeme q u ' i l continue a t r a v a i l l e r . Reflichissons aux poemes de Vigny qui comportent t r o i s p a r t i e s . I l y en a plusieurs. La Flute et l e sein symbolisent, done, d*apres nous, poeme et Sme respectivement. La cl e f de Flute symbolise un mot dans un vers de po i s i e q u ' i l bouge ("mouvoir"), q u ' i l raffine ("l'epurait en soufflant") et q u ' i l p o l i t ( " f r o t t a i t " ) . "Le bois d'ebene" evoque l a durete" de 1' instrument, symbolisant done l a durie de l a poisie chantee par l e Pauvre-poete. Les images de l a dureti ne sont pas peu communes dans l a pois i e de Vigny: Comment se garderaient l e s profondes pensies Sans rassembler leurs feux dans ton diamant pur Qui conserve s i bien leurs splendeurs condensies? Ce f i n miroir solide, etincelant et dur; Reste des nations mortes, durable pierre Qu'on trouve sous ses pieds lorsque dans l a poussiere On cherche l e s c i t i s sans en v o i r un seul mur. (Maison du Berger v. 197-203) C'est dire que l a pois i e qui garde dans son cadre pricieux l e s pensies l e s plus pures du poete durera a jamais. Et s i l e Pauvre-poete f r o t t e son instrument musical, c'est pour l e rendre plus lumineux; autrement d i t , s i l a Flute symbolise l a poesie, i l s'ensuit que l a chanson du Pauvre a pour but l e s 31 eclaircissements s p i r i t u e l s de 1'humanite, immortalises dans l e chant morne du Pauvre. Les symboles de l a lumiere et de l a durete se developpent avec une remarquable insistance tout au long de l a poesie de Vigny. Que l e symbole s o i t sous des formes diverses (perle, diamant, c r i s t a l ou ebfene), peu importe: i l reste f i d e l e a ce q u ' i l represente: l e s eclaircissements s p i r i t u e l s de l'homme et 1 * immortalite de l a parole vignyenne. - Mais son front en vain g o n f l a i t sa veine, Personne autour de l u i pour entendre et juger L* humble acteur d'un public ingrat et passager. J'approchais une main du vieux chapeau d'a r t i s t e Sans attendre un regard de son o e i l doux et t r i s t e En ce temps, de revolte et d'orgueil s i rem pi i ; Mais, quoique pauvre, i l fut modeste et trfes pol i . (v. 18-24) "Revolte et Orgueil", l a vr a i e essence du poete qui cherche "en vain" dans 1'humanite "un public ingrat et passager", une o r e i l l e sympathique, une Hme-soeur a laq u e l l e i l voudrait chanter. Vigny peint, done, dans l a partie I du pofeme, un tableau d'un poete sous l e masque d'un pauvre, maudit et e x i l e d'une societe i n d i f f e r e n t e aux besoins de son ame. Et sa f l u t e , sa seule consolation, ne t i e n t qu'a un f i l . Dans l a pa r t i e II du pofeme, l e narrateur nous communique l a "penible v i e " du Pauvre. II s'agit i c i de 1'impetuositfe de l a jeunesse, d'un manque de modestie ("orgueil demesure") et de l a certitude devant l a v i e ("sur un front assure"). Le jeune homme e t a i t autrefois pret a tout essayer: "Bonaparte et Byron", 32 "poete et capitaine", allusions a Vigny qui ne demandent aucun commentaire. II a tout sond£ dans l e domaine de l a philosophie: Pere d'un pantheisme orn£ de plusieurs choses, De quelques ages d'or et des m£tempsycoses De bouddha, qu'en son coeur i l croyait. (v. 37-39) II va de soi que Vigny s'est aussi int£ress6 a tous l e s domaines de l a philosophie, cit£s ci-dessus. II a cependant rejet£ plus tard dans sa v i e l'harmonie de Dieu avec l'univers. Notons que l e Pauvre se transforme en Pauvre-philosophe dans l e tableau. Osons dire q u ' i l s'agit du jeune Vigny, en t r a i n de sonder l e te r r a i n de l a philosophie et pret a expliquer tous l e s mysteres de l a v i e avec une certitude £crasante. (Lui-meme l e premier So u r i a i t tristement de cet a i r cavalier Dont sa marche, au d£but, avait §t6 fard^e Et, pour d'obscurs combats, s i pesamment bardie. (v. 47-50) C'est dire que 1'esprit d'un jeune homme n'est pas assez form£ pour p6n£trer avec tant d'assurance l e s 6nigmes du monde. I l arrive, heureusement, une Evolution dans l a philosophie de tout homme. Le Pauvre plus ag6 se d^lecte "d'une double lueur" - "Le Bon Sens et l a Candeur"; autrement d i t , l a raison et l a purete de l a pensee sont l e s Elements indispensables a l a philosohie vignyenne. Le reste de ce versant t r a i t e de l'echec du Pauvre-poete-philosophe, retenu par un e s p r i t qui n'a pas encore donn£ toute sa mesure, "faute de savoir". Sur l a poupe d'un drame i l i n s c r i v i t son nom Et vogua sur ces mers aux trompeuses g t o i l e s . (v.56-57) 33 Selon l e s indications de J . Thomas, "poupe d'un drame" symbolise une oeuvre de Vigny. On connait l e d£senchantement du poete-dramaturge, face a l'echec d'une piece th^cltrale dont l a creation l u i a £t£ p£nible: "L'oc£an du t r a v a i l s i chargd de tempetes". Sa piece ne devient rien de plus qu'un "Radeau d6sesp6r£ que trop souvent d^ploie/ L*Equipage affam6 qui se perd et se noie". (V. 65-66) . "Dgsesp4r£" du f a i t du c r i de coeur de 1'artiste qui met a nu ("d£ploie") son ame sans reserve. Nous concluons que l e s images du navire, "poupe" et "radeau", symbol isent 1'oeuvre de Vigny et que "L 1 equipage affam£" repr£sente encore l e poete qui, ayant tout essay6, succombe sous l e poids de ses tehees. Dans l e discours dir e c t qui acheve l a pa r t i e II du poeme, Vigny f a i t a l l u s i o n a l'Sme f a i b l e du poete q u ' i l considere comme un obstacle a son i n s p i r a t i o n et a sa r£ussite en tant q u * a r t i s t e : "Faible autant que s e r a i t l'ame de quelque femme," Vigny parle de son c&t£ feminin a plusieurs reprises dans Le Journal d'un poete: Je sentais en moi des l'enfance une abondance de tendresse incroyable et 1'expansion de ses temoignages trop ardents et de ses emotions trop vives s'6chappait malgre1 moi en toute occasion. (p. 1288) D'une part i l se d£lecte de sa s e n s i b i l i t y , d'autre part i l a honte de sa "faiblesse". Le Pauvre de La FlQte se p l a i n t de ne pas pouvoir achever ce q u ' i l a commence a f a i r e . II a d£ja 6t€ question de l a l u t t e de Vigny pour l a perfection et de 1'importance de l a r e a l i s a t i o n de ses oeuvres. Selon l u i , 34 l'achevement est comme une vraie saignie: La plume est une lancette qui nous saigne et nous ote l e sang des i d i e s qui surcharge notre tete.-^g Je ne me sens pas maltre de ne point i c r i r e . Nuit et jour, meme a travers l e sommeil, j ' e c r i s un l i v r e i n t i r i e u r . Le tracer sur l e papier est un repps, quelque chose comme une saignie. (Journal p. 1326) L'acte de c r i e r , chez l u i , est une sorte d'exorcisme capable de chasser son angoisse. Ce dernier versant de l a partie II ivbque done l a crainte du poete devant son incapacity d'approcher du but. Vu son §me entravie, 1'obstacle descend et v o i l e l e s yeux, emp£chant l e poete de r i a l i s e r son dessein: Je vois grossir l 1 o b s t a c l e en i n v i n c i b l e amas, Je tombe a i n s i que Paul en marchant vers Damas. - Pourquoi, me d i t l a voix q u ' i l faut aimer et craindre, Pourquoi me poursuis-tu, t o i qui ne peux m'etreindre? (v. 75-78) L'Sme de 1*artiste aspire a son milieu c i l e s t e , l e royaume de Dieu. La voix du c i e l miprise, pourtant, l a faib l e s s e du Pauvre et son incapacity d'agir. II reste impuissant a cause des maledictions de son ame. Et, comme l e poete Chatterton, i l se sent maudit du reste du monde: "Et je demeure aveugle et je me sens maudit". Incompris a l a f o i s par 1'humanity et par Dieu, i l est cruellement humiliy de ses ychecs. Le Pauvre symbolise done l a victime innocente d'une sociyty h o s t i l e et d'une Di v i n i t y c r u e l l e . Nous trouvons i c i un rapprochement avec quelques lignes t i r y e s du Journal d'un poete: Beethoven, sourd, e r r a i t dans l a campagne. 3 5 Un s o i r , desoie, i l ecoutait l e s accords int£rieurs que son o r e i l l e ne devait jamais entendre.- Tout a coup l a voix d'un pStre v i n t a son o r e i l l e et y entra. I l entendit. II tomba a genoux, croyant que l'oule l u i e t a i t revenue, mais i l se releva sourd. Une D i v i n i t e implacable se r i t de nous. (p. 1 1 2 5 ) Le narrateur a heureusement une reponse a l ' i n s u l t e du c i e l et l a partie III change de re g i s t r e . -"Non, c r i a i - j e en prenant ses deux mains dans l e s miennes, (...) Ces faux Atheniens depourvus d'atticisme, (...) N'ont decouvert un mot par qui fut condamne L'homme aveugle d'esprit plus que 1' aveugle - n e . C'est assez de s o u f f r i r sans se juger coupable Pour avoir entrepris et pour etre incapable. (v. 8 1 - 9 0 ) La beaute de l ' a c t i o n en soi et l e tourment de 1 ' a r t i s t e , conscient des l i m i t e s de son e s p r i t , sont l e s themes fondamentaux de ce versant. Vigny reprend encore 1 'importance de l ' a t t i c i s m e : l a beaute de l a pensee et l a beaute des actions. Ce Sisyphe eternel est beau, seul, tout meurtri, Bruie, p r e c i p i t e , sans jeter un seul c r i , Et n'avouant jamais q u ' i l saigne et q u ' i l succombe A toujours ramasser son rocher qui retombe. (v. 9 5 - 9 8 ) Le mythe de Sisyphe symbolise, d'aprfes nous, l a perseverance et 1 ' a p p l i c a t i o n au t r a v a i l d'un homme qui connalt bien ses li m i t e s mais qui s'ef force quand mime d'atteindre son but. Et ne symbolise-t-il pas aussi l a grandeur du silence , s i chfere a 36 notre poete? Quant aux e s p r i t s soi-disant <§lev£s, i l faut entrer dans leur jeu de combat car, en f i n de compte, chaque homme, q u ' i l s o i t simple, q u ' i l s o i t ggnie, n'arrive jamais au point l e plus haut du savoir. II reste toujours "un nouveau mont inapercu d'en bas". Ses conseils sont l e s suivants: s'efforcer d'atteindre l e degr6 de l a perfection et de l 1 e x c e l l e n c e qui correspond a notre capacity et d'aspirer sans cesse a atteindre ce dont nous avons r§v£. Vigny s'est mele" au cart£sianisme: l'unit£ du corps et de l'ame et, done, de 1'esprit (cerveau) et de l'Sme est constamment mise en question: "Des organes mauvais servent 1 1 i n t e l l i g e n c e " . Selon Vigny, l'ame est l e don l e plus pr£cieux q u ' i l possede. E l l e est gen6e, malheureusement, par un e s p r i t incapable de chanter ses revelations. La beauts absolue de l'Sme est toujours d£form£e par un e s p r i t incapable d'arriver aux hauteurs divines. L'esprit (FlQte) est qUelque chose de physique et, done, l i m i t s tandis que l'ame appartient au domaine de l ' a b s t r a i t et seule est sans bornes. E l l e est entrav§e, pourtant, par l e corps gauche (FlQte), l'empechant de monter a son nirvana de sorte qu'elle reste inassouvie a jamais: En traducteurs grossiers de quelque auteur celeste I l s p a r i e n t . . . . E l l e chante et desire l e reste. (v. 113-114) "Votre so u f f l e est juste et votre chant est faux": c'est dire que l a musique cr££e par l a FlQte n'est pas p a r f a i t e vu l a lourdeur de 1'instrument; autrement d i t , 1'instrument est incapable d'exprimer l e chant de 1'ame a cause de ses 37 imperfections intrinseques. Nous concluons du symbolisme que l e chant de l a FlQte et l e souffle symbolisent l e corps et l'ame respectivement. Si l'ame n'est pas I i b r e de se l i v r e r a tout l'essor de 1 1 imagination, c'est qu'elle est obligee de rgsider dans une force lacunaire. E l l e n'a recours qu'a l a mort pour monter dans l e domaine d i v i n ou toutes l e s ames sont £gales. Des qu'elle quitte l e monde t e r r e s t r e charge* d 1 imperfections, e l l e trouvera son m i l i e u idgal et son unit£ avec l'univers. Ainsi l'ame atteindra l e point l e plus haut du savoir, c 1 est-a-dire, l'au-dela ou e l l e "retrouve alors l a vue et l a c l a r t 6 " . Le narrateur o f f r e une consolation au Pauvre: bien que son chant ne s o i t pas p a r f a i t dQ a une certaine gaucherie d'expression, i l faut 1'accepter, car c'est tout ce dont i l dispose et "c'est au bois lourd que sont tous l e s d^fauts". Peu importe son rdle humble dans l a soci6t£ et l e m£pris de ceux qui se montrent d6daigneux, car l a mort rend tout homme 6gal et, en f i n de compte, son ame se milera parfaitement avec l e s autres qui se trouvent dans l e paradis celeste. Le Pauvre a l o r s rougit d'une j o i e imprevue, Et contempla sa FlQte avec une autre vue; Puis, me connaissant mieux, sans craindre mon aspect, II l a baisa deux f o i s en signe de respect. (v. 133-136) Tout en acceptant l e s bornes de l a connaissance et de 1'expression, le Pauvre v£nere enfin l a FlQte, son seul moyen de s'exprimer. Nous constatons q u ' i l s'agit i c i de Vigny qui se console de ses tehees causes par son incapacity d'atteindre l e degr£ de l a perfection dont i l a rev6. A travers l a figure du 38 Pauvre, Vigny peut exorciser ses pensies obsidantes et a r r i v e r a un accord avec son don a r t i s t i q u e . Et joua, pour qu i t t e r ses a i r s anciens et t r i s t e s , Ce Salve Regina que chantent l e s Trappistes. Son regard attendri p a r a i s s a i t i n s p i r i , La note i t a i t plus juste et l e souf f l e a s s u r i . (v. 137-140) Le pauvre considere son r&le dans l a v i e sous un jour nouveau grace aux conseils du narrateur. Les Trappistes symbolisent des hommes e x i l i s du monde, vivant une v i e p a i s i b l e gr&ce a leur silence. Vigny evoque done a l a f o i s l a grandeur des hommes i l u s et du si l e n c e : Que l'homme se taise devant l e s saintes peines de l a vie et 1'incomprehensible mystere de l a mort.^ Le chant re l i g i e u x du Pauvre symbolise l e d i s i r de 1' Sme de monter vers un monde meilleur, l e pays d i v i n de toutes l e s ames. Une t e l l e a spiration vers l'au-dela n'est pas peu commune chez' les poetes: True, a l l poetry since the beginning of the Romantic movement has appropriated the domain of the mystical as a kind of substitute for r e l i g i o n : the Romanticists sought analogies or intimations of the i n f i n i t e ; so did the symbolists; and so did the s u r r e a l i s t s . A book on Romanticism w i l l t e l l us that the true Romanticist found h i s v i s t a i n the dream, as an intermediary stage between t h i s world and the next; but so did the symbolists c u l t i v a t e dreams as the only v i t a l l e v e l of existence of the p o e t . 1 2 La mediocrity du chant du Pauvre n'a aucune importance: l ' a c t i o n de c r i e r et de donner au monde, autant que possible, l e chant pur de l'Sme, doit etre ses seules considerations car, 39 apres l a mort, l'Sme trouvera l e repos dans l e nirvana. I l ne s'agit pas, pourtant, d'une recompense, car une t e l l e remuneration de Dieu ne saurait exister selon Vigny. L 1ascension de l'&me n'est qu'une aspiration a un eternel repos trouve dans l e neant. Vigny ne suggere nulle part q u ' i l s'agisse d'une union avec Dieu; c'est plutot un desir d'enlever 1'Sme de ses entraves t e r r e s t r e s vers l e s climats mysterieux: Bouddha l u i seul n'a point parie de recompenses celestes. La charite est l'Sme de sa r e l i g i o n , l a plus profonde abnegation de soi-meme, et i l ne prononce pas meme l e nom incertain de Dieu. (...) "Soyez charitables, donnez tout, et vous aurez enfin l e repos dans l e Nirvana," Est-ce 1*union a Dieu, ou l e Neant? La est l a question. (Journal p. 1368) L'espoir du neant n'offre qu'une certaine consolation a l'homme qui donne tout ce q u ' i l a pour ameiiorer l a condition humaine. Tel est l e message de La Flute; malgre l ' i n e g a l i t e des hommes, i l faut s'efforcer a f a i r e de son mieux, a donner au monde notre "chanson", quoiqu'imparfaite, pour l e bien d'autrui. Comme dans l e cas de Vigny, l e poete a l a i s s e a l a posterite l e s ruminations d'un e s p r i t e c l a i r e a travers ses poemes philosophiques. Impuissant a nous donner l a certitude, Vigny ne peut que nous consoler. La Flute de Vigny a une double fonction: d'une part l'achevement du poeme est pour l u i , nous 1'avons d i t , une ve r i t a b l e saignee; d'autre part, 1'humanite, l e destinataire du poeme, se deiecte de sa beaute et de son message consolateur car, s i Vigny n'a pas a t t e i n t l a v e r i t e absolue de 1'existence, 40 i l est arrive^ nganmoins, a 1'apogee de l a beauts grace a son art poetique: Le poete aura longtemps, toujours peut-§tre, plus de statues que le philosophe, parce que la beauts qui est son but a £t£ trouv£e, tandis que l a certitude qui est le but du philosophe ne l'a pas 6t€ jusqu'ici. (Journal p. 1136) Parvenus au bout de notre analyse de La FlQte, nous essaierons de r£capituler les aspects divers du poeme afin de dgmontrer l a presence de Vigny a l a fois dans le Pauvre et dans le narrateur. A cette f i n , nous recourons au schema de J. Thomas qui indique l a fonction du symbolisme latent dans le poeme: contenu rnanifeste contenu latent Personnage Principe Animateur instrument ph i l . homme ame corps anec. Pauvre souffle FlQte symb. Poete inspi ration langage poetique 13 Le symbol isme eVident se trouve dans "pauvre", "souffle" et "FlQte", correspondant a "homme", "ame" et "corps" respectivement. C'est dans l a troisieme ligne que le symbolisme latent s ' i n f i l t r e dans les images, aboutissant a un tableau de 1'inspiration et du langage poetique de Vigny. Le poete f a i t ressortir ses doutes m^taphysiques et un p£nible sentiment d'infPriority engendr£ par une incapacity d'atteindre le degr£ 41 le plus haut de 1*expression dans son a r t . GrSce au rapport intime entre l e Pauvre-poete-philosophe et l e narrateur, nous concluons q u ' i l s'agit dans La Flute d'un tableau tres personnel de 1'inquietude de Vigny. Qu'il a i t iprou v i un certain disenchantement de son a r t poitique n'appelle guere de commentaire. La Flute exemplifie, pourtant, l a resignation stolque d'un homme e c l a i r e plutdt que c e l l e d'un morne rate. Vigny accepte en f i n de compte ses defauts en resolvant de chanter de son mieux ses nobles paroles. Le souffle de l'ame monte vers l e s hauts climats de 1' i n s p i r a t i o n et f a i t pleuvoir sur un monde ingrat l e message philosophique orne d'un beau 1anga ge poi t iq ue: C'est-a-dire, au niveau symbolique, que l e Poete venere comme un Saint Langage un moyen d'expression toujours inadiquat, et reconnu comme t e l ! Pourquoi? sinon parce que, tout "grossier traducteur" q u ' i l s o i t , c'est un traducteur, et l e seul possible: malgre son impuissance a correspondre au "souffle", a l'idee, i l est par d e f i n i t i o n 1'unique instrument dont dispose l e Poet e . ^ L'analyse du poeme au niveau symbolique est fortement r e v e i a t r i c e : a l'aide des symboles, Vigny nous communique son message philosophique fonde sur 1'experience personnelle. Le schema ci-dessous demontre l e processus d'entrelacement a l a f o i s du poete et du philosophe dans La Flute et done l a figure omnipresente de Vigny: Le Pauvre-poete = Vigny-poete ou tout poete (Parties I, II, III) Le Pauvre-philosophe = Vigny-philosophe (Parties II, III) 42 Le n a r r a t e u r = Vigny (partout) Le message u n i v e r s e l j o u i t d'une double f o n c t i o n : c o n s o l a t i o n a l a f o i s pour l a d e s t i n a t a i r e du poeme (l'humanite) e t pour l e poete. L'achevement m£me du poeme s e r t de soulagement pour Vigny de s o r t e q u ' i l se sent e x o r c i s t d'une pensee a c c a b l a n t e . Le message p h i l o s o p h i q u e se trouve dans l e v o i l e du symbol isme. La b a n a l i t y rnanifeste du poeme n'est, d'apres nous, qu'une ruse de l a p a r t du poete h a b i l e . Ce n'est pas l e but de Vigny de d i r e au monde: "o u b l i e z vos i n f i r m i t g s e t vos i m p e r f e c t i o n s e t cr£ez!" Sous l e t i t r e Le V r a i sens du poeme (V. L. S a u l n i e r ) nous trouvons l e s remarques s u i v a n t e s : Le Pauvre s ' i l l u s i o n n e r a , a jouer de p e t i t s a i r s , comme 1' e g l i s e p r i v ^ e de f i d e l e s se rass£rene quand des a r t i s t e s sans f o i f o n t r^sonner ses orgues. C e l a , Vigny ne p o u v a i t pas l e d i r e c l a i r e m e n t ; on ne peut pas d i r e aux humbles: "Amusez-vous pour o u b l i e r que vous etes des d£biles": ce s e r a i t l e u r r a p p e l e r ce qu'on veut q u ' i l s o u b l i e n t . C'est pourquoi l a pensee de Vigny se v o i l e . ^ 5 . C e r t e s , l e message de Vigny se v o i l e : i l l e f a i t expres pour l e s r a i s o n s que nous avons deja d i t e s p l u s haut. Vigny ne s'exprime jamais ouvertement. II ne d i t pas t o u t ; cependant, tout y est dans l e r4seau complexe des symboles. Revenons a notre p o i n t de depart, l e Pauvre, symbole du poete, repr£sente tout poete. Vigny se rnanifeste, nous 1'avons vu, partout dans La F l Q t e . C'est autour de lui-meme que Vigny cr£e l e r£seau de symboles dans l e but meme d ' i n s t r u i r e , grace aux developpements p h i l o s o p h i q u e s tout au l o n g du poeme. Osons 43 d i r e que l e Pauvre est 1'alter ego de Vigny, c e l u i du poete-paria, maudit et incompris de l a s o c i i t i . Sous l e meme rapport, Vigny se trouve v o i l i dans l e rdle de Jisus et de Molse dans l e s poemes Le Mont des O l i v i e r s et Molse respectivement. Vo i l a encore l e double Vigny, s o i t dans l e personnage du poete maudit, s o i t dans c e l u i de l'homme de ginie incompris. Concluons que Vigny n'etait jamais a l ' a i s e dans l a s o c i i t i ni en tant que poete ni en tant que philosophe. Le rdle du poete-voyant exige inormement de s a c r i f i c e s de 1'artiste. II n'est pas surprenant q u ' i l se sente souvent une victime de l a s o c i i t i . Le Pauvre et l e s autres personnages dans l e s poemes de Vigny ne sont, en f i n de compte, que "les reprisentants allegoriques d'une conception s a c r i f i c i e l l e de l ' a r t " . 1 6 44 Notes C h a p i t r e I 1 R i f f a t e r r e , Orphisme, p. 53. 2 Paul Benichou, "Vigny et L ' A r c h i t e c t u r e des D e s t i n i e s " , R.H.L. LXXX (1980), pp. 41-64. ^ V. p. 2, I n t r o d u c t i o n . 4 Baldensperger, A l f r e d de Vigny, pp. 50-51. 5 Andre J a r r y , "Les L i e u x de 1 ' e c r i t u r e chez' A l f r e d de Vigny", L i t t e r a t u r e (1983), pp. 49-52. 6 J a r r y , p. 90. 7 J a r r y , p. 107. 8 C. Gely, " E x p l i c a t i o n d'un t e x t e de Vigny", L'Information L i t t e r a i r e , n° 4 (1978), p. 183. q , -Jacques Thomas, "Theme et symbol isme de La F l u t e de Vigny", L e t t r e s Romanes, XXVII (197 4) . 1^ Vigny, Memoires, p. 363. 1 1 Vigny, Mimoires, p. 430. 12 . B a l a k i a n , Symbolists, p. 16. 1 -i -Thomas, . Theme et symbolisme, p. 238. 1 4 Thomas,.p.. 23 9. 45 1 5 Saulnier, Destinges, pp. 142-143. Jean Starobinski, "Sur quelques r£pondants all6goriques du poete", R. H.L.F. , v o l . 67 (1967), p. 406. 46 Chapitre II L1Homme £lu Through I should dream, I could even sleep with grief If slumber were denied not. I would f a i n Be what i s i s my destiny to be, The saviour and the strength of suffering man, Or sink into the o r i g i n a l gulf of things There i s no agony, and no s o l a c e l e f t ; E a r t h can c o n s o l e , Heaven can torment no more. ( S h e l l e y : "Prometheus Unbound") Vu que dans l a philosophie vignyenne l a parole de Dieu a 6t6 remplac^e par l a parole de l'homme £lu, . i l faut t e n i r compte de l a responsabilite £norme, accablant l'homme de g£nie. La tache du prophete est lourde et souvent d i f f i c i l e a supporter. Exil£ de Dieu et de l'humanite, l'homme 61u avance p^niblement vers son but, se trouvant maudit et incompris: "Les hommes d'imagination sont £ternellement c r u c i f i e s ; l e sarcasme et l a misere sont l e s clous de leur c r o i x . " 1 L'homme £lu de Vigny est l e type promdth£en, l e voyant qui cherche a i n s t r u i r e l'homme et a enlever l e fardeau de l'existence. II s'agit, cependant, chez 4 7 Vigny, d'un Promithie peu orthodoxe: l e Graal du voyant est l a parole de l'homme et non pas c e l l e de Dieu. Le hiros prometheen de Vigny est, nianmoins, f i d e l e aux legendes mythologiques en ce qui concerne sa f o i en l'homme et son besoin de braver l ' a u t o r i t i pour amener 1'amelioration de 1'humanity. En 1823, Vigny a presente l e personnage de Molse pour exprimer ses idees sur 1*injustice subie par l'homme de genie. Mo1se sert d'introduction aux themes semblables,. trouvis dans Le Mont des 01 i v i e r s et dans La Colere de Samson. Et bien que Molse ne fasse pas par t i e du recuei l Les Destinies, i l s e r a i t d i f f i c i l e de discuter l e theme du genie maudit sans avoir recours, de temps en temps, a un des plus beaux poemes de notre poete. La pre d i l e c t i o n de Vigny pour l e s hiros b i b l iques ou historiques revele son cdte romantique. Qu'il se cache sous l e v o i l e des h£ros symboliques demontre a l a f o i s une preference pour 1*expression aliegorique et une certaine i n h i b i t i o n de l a part du poete. En plus, comme nous 1'avons vu dans La Flute, l e symbolisme latent aide a communiquer ses idees bien personnelles. Abordons 1'analyse a l a f o i s de l'au-dela du poete et de l ' e t a t desespere des heros, tout en tenant compte de l ' a r t poetique de Vigny, s i riche en images en meme temps romantiques et symbol iques. La puissance du reve est soulignee a plusieurs reprises dans Le Journal d'un poete; Le r§ve est aussi cher au penseur que tout ce qu'on aime dans l e monde reel et plus redoutable que tout ce qu'on y cr a i n t . (p. 1008) 48 Nous avons deja vu que 1' imagination du poete est l e paysage ideal ou i l peut se l a i s s e r a l l e r librement pour traduire l e s secrets brdlants de son ame. Dans l e monde imaginaire de Vigny, les mysteres de l a v i e sont tr a d u i t s par un e s p r i t raisonnable, ce qui aboutit a des tableaux bien e d i f i a n t s . La richesse de l a poesie d*Alfred de Vigny est attribuable a l a f o i s a un e s p r i t penetrant et a une s e n s i b i l i t y en meme temps vive et romantique. La combinaison de ces elements divers cr£e l e caractere double du poete-philosophe. On a parie de 1 1 omnipresence de Vigny dans La FlQte ou l e personnage du Pauvre (Vigny, poete) exprime 1*inquietude de 1'artiste devant l e s insuffisances de son a r t . Le pauvre, nous l'avons vu, ne reste pas,, pourtant, dans l e desespoir car, grace au philosophe (Vigny, philosophe), l e pessimisme rnanifeste est dompte par l a croyance consolatrice du philosophe en l'humanite. "Non, c r i a i - j e en prenant ses deux mains dans l e s miennes." En tendant l a main de l a f r a t e r n i t y a une ame qui souffre, Vigny se console, car i l vas de soi que l e s anecdotes du poeme, t r a i t a n t de l a v i e du Pauvre, ne sont que de pales imitations des echecs qu'a subis l e poete lui-meme. Vigny joue done un double r81e dans La FlQte, c e l u i du poete et c e l u i du philosophe. Pour garder l e realisme, Vigny a c h o i s i un personnage peu sophistique: l e Pauvre, symbole de 1'artiste affame, exprime, nous l'avons vu, l e souci du poete en ce qUi concerne l e sort de tout poete. Pour Vigny, i l s'agit d'un tableau du v r a i moi, tourmente et reduit a un niveau i n f e r i e u r de l a s o c i e t e . Le tableau du poete-prophete est, en revanche, tout a f a i t d i f f e r e n t dans l e s mini-epopees Molse, Le Mont des 49 0 1 i v i e r s , et La Colere de Samson ou l e prophete est e x a l t i grace aux images a l a f o i s nobles et grandioses. Dans l e s poemes pr£cit£s, Vigny se hausse au niveau supirieur de l a v i e car 1'esprit du prophete peut se lancer vers l e s climats divins tandis que l e don tare du poete doit rester sur terre. Comme Vigny l ' a montri dans La Flute, le v r a i moi, imparfait, est parfois d i f f i c i l e a supporter a cause d'un sentiment d ' i n f e r i o r i t y du a 1'incapacity de l'homme de r i a l i s e r ce dont i l reve; c'est-a-dire que, dans l e monde r y e l , i l faut f a i r e face a nos ichecs, quelque p i n i b l e s q u ' i l s soient, tandis que dans l e monde imaginaire tout est possible. Dans 1'imagination, les obstacles du monde n'existent pas: l a r i u s s i t e est done a l a portee du reveur. En se lancant dans l e monde imaginaire, l e poete peut s'echapper des rigueurs de l a v i e quotidienne et se di l e c t e r d'un beau monde en par f a i t e harmonie avec son ame. Le moi imaginaire est done d'une supreme importance chez 1 ' a r t i s t e . Sartre l e signale dans L 1imaginaire: P r e f i r e r 1'imaginaire ce n'est pas seulement p r i f i r e r une richesse, une beauty, un luxe en image a l a mediocrity prysente malgry leur caractere i r r y e l . C'est adopter aussi des sentiments et une conduite "imaginaires" a cause de leur caractere imaginaire. On ne c h o i s i t pas seulement t e l l e ou t e l l e image, on c h o i s i t l ' y t a t imaginaire avec tout ce q u ' i l comporte, on ne f u i t pas uniquement l e contenu du ryel (pauvrety, amour dy?u, ychec de nos entreprises, e t c . ) , on f u i t l a forme meme du r y e l , son caractere de prysence, l e genre de f a c t i o n q u ' i l demande de nous, l a subordination de nos conduites a 1' obj et 2 Tenons compte du f a i t que l a c i t a t i o n ci-dessus t r a i t e de l a vie des victimes d ' i l l u s i o n s . Or, nous ne disons pas que Vigny 50 souffre d'un caractere morbide, ni q u ' i l p r i f e r e habiter dans l e monde imaginaire a 1'exclusion du monde r i e l . I l est e s s e n t i e l , pourtant, de dimontrer 1'importance de l'au-dela chez les poetes: l e s romantiques, les symbolistes,.les s u r r i a l i s t e s ont tous besoin d'un a i l l e u r s . Le voyage est pour Vigny, nous 1'avons d i t , un moyen de se dibarrasser des problemes obsidants (Flute); l e monde imaginaire est aussi l e milieu ou l e poete atteint l'apotheose de ses ambitions (Molse): l e poete-voyant, homme i l u , ouvre l a voie a une humanity i g a r i e - "Mon doigt du peuple errant a guidi l e s passages." En se haussant, cependant, au niveau grandiose, l'homme de ginie ne trouve malheureusement que l a misere: i l est constamment incompris et e x i l i du reste du monde. Les hiros de Molse, du Mont des O l i v i e r s et de La  Colere de Samson expriment l e disenchantement de Vigny au sujet de son destin. Vigny resta micontent, pendant toute sa v i e , de ses e f f o r t s dans tous l e s domaines: soldat, poete, philosophe, i l i t a i t hanti sans cesse par l e d i s i r de se distinguer. Et, malgri l a grandeur de l a parole vignyenne, i l est possible de deceler une certaine modestie, voire d i s i l l u s i o n , chez ce ginie compl exe: Je c r o i s , ma f o i , que je ne suis qu'une sorte de moraliste ipique. C'est bien peu de chose. (Journal p. 1018) A travers ses poemes philosophiques, Vigny a voulu briser l e s chalnes et secouer l e joug de l'humaniti. S ' i l a eu 1'effronterie d'aspirer a l a v i r i t i absolue, c'est q u ' i l voulait effacer l e doute mitaphysique pour parvenir a l a certitude et au bonheur: "Mai et doute, en un mot je puis l e s mettre en 51 poudre." C e t a i t un homme qui a vu trop de souffranee dans l a v i e . Ses idees p o l i t i q u e s , religieuses et morales s ' i n f i l t r e n t dans sa poesie sous l e v o i l e des symboles evbeateurs. Libre penseur, Vigny ne pouvait pas ignorer l a corruption et l e mai de sa society. Certes ses poemes ont, en general,, un ton pessimiste; neanmoins, i l a f i n i par c r o i r e a un meilleur aveni r: Souvenir eternel! g l o i r e a l a decouverte Dans l'homme ou l a nature egaux en profondeur, Dans l e Juste et l e Bien, , source a peine entr' ouverte, Dans l ' A r t inepuisable, ablme de splendeur! Qu'importe ou b l i , morsure, i n j u s t i c e insensee, Glaces et t o u r b i l l o n s de notre traversee? Sur l a pierre des morts c r o i t 1'arbre de grandeur. (Bouteille v. 162-168) Et,.comme l ' a d i t F l o t t e s : Avec l e s liberaux^du s i e c l e , (...) avec Hugo i l aff irme qUe 1'Ecr i t est plus eloquent que l e f e r : avec l e s f i l s de l a Revolution Francaise, i l proclame qu'aujourd'hui vaut mieux qu'hier, demain vaudra mieux qu'auj ourd'hui. ^  La revolte et 1 1 indignation de Vigny devant 1'injustice ne l'ont pas o b l i g e a agir ouvertement. I l s'agit plutot d'une revolte verbale chez le poete que d 1actions violentes dirigees contre l ' a u t o r i t e existante. Et, s ' i l a reve d'un a i l l e u r s , , c'est q u ' i l a voulu creer un meilleur monde que l e monde r e e l . Selon Vigny, i l existe deux mondes, l e monde reel c r e e par l a D i v i n i t e et c e l u i c r e e par l e poete: II [Vigny] porte reellement en l u i deux mondes sans r e l a t i o n aucune, c e l u i de l a r§verie, ou l e desir profond se donne Ii b r e cours,.et c e l u i du refus, de 1 *impossibite, 52 ou regne l ' i d o l e t e r r i f i a n t e de l a d i v i n i t e carnassiere. Ces deux mondes antagonistes sont cependant indissociables, comme deux p&les magnitiques. 4 C'est dire que, malgre l e s incompatibilites intrinseques des deux mondes, l e poete doit embrasser tous deux pour garder 1'equilibre. De meme que l e moi reel et imaginaire existent, de meme existent l e s mondes reel et imaginaire. La Di v i n i t e du monde reel a e t e remplacie par 1* Es p r i t Pur du monde c r e e par Vigny, car l e poete ne pouvait accepter 1 1 indifference et 1'injustice d'une autorite mysterieuse. Vigny a c o n s i d e r absurde l e sort malheureux du F i l s de Dieu. En plus,.on connalt sa repugnance pour l a philosophie de Joseph de Maistre sur l a souffranee des innocents pour expier l e s peches des coupables. Vigny e t a i t trop humanitaire pour accepter une t e l l e i n j u s t i c e . Selon l u i , l e Dieu Chretien est malveillant et peu raisonnable et l e poete l u i reproche l'absurdite de l a condition humaine. Dans l a poesie de Vigny, 1'humanite est toujours sous l e joug d'une d i v i n i t e oppressive qui se deiecte du sang des innocents: 'La chair est coupable, maudite, et ennemie de Dieu. - Le sang est un f l u i d e vivant. Le c i e l ne peut etre apaise que par l e sang. - L'innocent peut payer pour l e coupable. (...) L*effusion du sang est exp i a t r i c e . Ces v e r i t e s sont innees. - La Croix atteste l e SALUT PAR LE SANG.'5 S i , dans Le Mont des O l i v i e r s , l e Jesus de Vigny n'est pas tradi t i o n n e l et s i l e poete s'eioigne du r e c i t biblique, c'est q u ' i l a rejete l a doctrine chretienne et q u ' i l a dfl changer l ' h i s t o i r e pour qu'elle se conforme a ses propres idees. D'aprfes Vigny, l'homme doit compter sur l a raison humaine et non 53 pas sur Dieu, car l e Dieu de Vigny reste toujours silencieux et in d i f f e r e n t aux t r i b u l a t i o n s de l'homme. Abandonne par Dieu, l'homme doit trouver l e r£confort q u ' i l cherche en lui-meme et non pas dans l a doctrine chretienne: Pourtant l e silence de l a f i e r t e , de l a solitude ne conduit pas A l f r e d de Vigny a l a negation et au desespoir. <- Son spi r i t u a l isme se transpose sur l a science a l a q u e l l e i l accorde l a mime confiance que nos philosophes de l a f i n du dernier s i e c l e . II se refugie dans l a notion d'un Dieu inconnu... On d i r a plus tard Celui qui est au c i e l ou Celui qui est au-devant de nous et en nous-memes. c II faut compter sur l'aide t e r r e s t r e et non pas sur l'aide divine car cela n 1 e x i s t e pas d'apres Vigny. Or f Vigny n'etait pas totalement ath£e: i l n'a jamais nie l'existence de Dieu; i l a constate plutdt qU'il n'y avait pas assez de preuves pour c r o i r e en Dieu. Son scepticisme a ete base sur ses propres experiences douloureuses de l a v i e . On connalt quelqUes d e t a i l s de sa v i e penible et son angoisse dechirante attribuable a ses doutes metaphysiques. La mort de sa mere en 1837 l u i a cause une douleur profonde tout en augmentant son scepticisme. Une ame fonci£remerit sensible ne pouvait pas permettre l a souffranee de ses bien-aimes. La maladie de sa mere innocente n'etait, selon l u i f qu'un exemple concret de 1'injustice celeste. Apres l a mort de sa mere, i l semble renoncer entierement a c r o i r e au Dieu chretien et adopter sa propre r e l i g i o n fondee sur l a raison et sur l a dignite car, selon Vigny, Dieu a degrade et bafoue 1 * homme: Ces froides deites l i a i e n t l e joug de plomb 54 Sur l e crane et l e s yeux des Hommes leurs esclaves, . Tous errant sans y t o i l e , en un desert sans fond. (Destinies v. 7-10) La dignity ne se trouve pas dans l a doctrine chretienne: e l l e se rnanifeste dans nos e f f o r t s pour creer un monde meilleur; autrement d i t , l a dignity est l a recompense de l'homme qui a f a i t de son mieux pour amyiiorer l a condition humaine. En tant que poete-prophete, Vigny a essayy de dymontrer a l a foule l e mai du monde et l e s insuffisances de l a r e l i g i o n chrytienne. La parole de 1'Esprit Pur de l'homme y i u est l a seule r e l i g i o n permise chez Vigny car e l l e est l e rys u l t a t d'une longue rumination. De plus, e l l e est basye sur des expyriences concretes et non pas sur des ynigmes. La f o i vignyenne s ' y t a b l i t sur l a raison, car s i l e raisonnement est solide, l a parole durera a jamais: Le Diamant? c'est l ' a r t des choses idyales, Et ses rayons d'argent, d'or, de pourpre et d'azur Ne cessent de lancer l e s deux lueurs ygales Des pensers l e s plus beaux, de 1'amour l e plus pur. II porte du gynie et transmet l e s empreintes. Oui, de ce qui su r v i t aux Nations yteintes C'est l u i l e plus b r i l l a n t trysor et l e plus dur. (Oracles v. 127-133) Rien de plus ingynieux de l a part de Vigny que de graver sa parole dans de beaux tableaux poytiques pour assurer l a durye de sa pensye. La d i v i n i t y et l a r e l i g i o n chrytienne 1'ayant decu, Vigny se consacrait, en tant que poete-philosophe, a regler l e sort de l'humanite: C'est aux detenteurs de cette i n t e l l i g e n c e , 55 aux hommes de genie, que Vigny confie d£finitivement l e sort de l'humanite. Ou l e surnaturel a echoue, l'humanite peut encore decouvrir un remede: l e surhomme. Face au Dieu des Ecritures qui avait i n t e r d i t l e Savoir, l'homme se dresse et, tout seul, b a t i t sa propre d i v i n i t e . ^ Vu l e devouement de l'homme de genie et son rdle s a c r i f i c i e l , n ' e s t - i l pas ironique q u ' i l se trouve partout repousse? Le genie erre dans un desert sans f r a t e r n i t e et sans amour. Dans l e s mini-epopees de Vigny, i l s'agit toujours de l'homme en e x i l , separe de Dieu et de l'humanite, a l a recherche de l a v e r i t e et de 1'amour. Dans lie Mont des O l i v i e r s , i l cherche 1'amour de Dieu; dans La Colere de Samson, i l cherche 1*amour d'une femme; et dans Moise, i l cherche l a f r a t e r n i t e des hommes. La recherche de 1'amour aboutit a 1*abandon du heros et a sa mort subsequente. Dans l a poesie de Vigny, 1'amour est synonyme de l a f a t a l i t e . Le genie se trouve en face de deux bourrreaux: Dieu qui reste muet et se detourne de l u i et l e peuple qui ne comprend pas son role et qui l e force a mettre f i n a ses jours. Tous ses nobles e f f o r t s se terminent par sa mort. Vo i l a l a tragedie de l'homme e i u ! Or, Vigny a du admirer l e role s a c r i f i c i e l des prophetes bibliques. I l s'est i d e n t i f i e a eux, et c'est bien entendu l a raison pour l a q u e l l e i l l e s a choisis comme symboles de l a souffranee et du s a c r i f i c e . Dans l e s poemes precites,. Vigny f a i t connaitre a travers l e s personnages symboliqUes a l a f o i s sa pensee philosophique et l e devoir ardu de l'homme ei u . Pour mettre sa parole dans l a bouche des personnages, i l a remanie, nous l'avons d i t , les r e c i t s bibliques. Les personnages ne sont 56 que des symboles dont l 1 a r t i s t e se sert pour c r i e r ses tableaux en meme temps philosophiques et poitiques: The poet's d i s t o r t i o n of such symbols as Christ i n lie Mont des O l i v i e r s ("The Mount of Olives") and Moses in Molse, for example, reveals his need to force the symbols to conform to h i s own conception. An examination of Vigny's symbols demonstrates that, by and large, they serve as paper-thin disguises for the poet himself. The figures of Moses and Christ are made to r e f l e c t so completely the ideas and attitudes of Vigny that they are ultimately divested of th e i r t r a d i t i o n a l symbolic significance and are instead assimilated by the poet's personality.g Que Vigny a i t choisi t r o i s hommes £lus par un Dieu q u ' i l a r e j e t i n'est pas a premiere vue contradictoire a sa philosophie; c'est, en e f f e t , tout l e contraire. En demontrant l e mipris de Dieu pour ses propres prophetes, Vigny souligne bien l'hypocrisie et l e caractere diroutant de l a d i v i n i t y . Le langage noble de Molse, de Jisus et de Samson s'accorde bien avec l a grandeur de l a pensie vignyenne. Le style dramatique et souvent audacieux revele a l a f o i s l e caractere passionnant de 1'artiste et son mipris de l a doctrine chretienne. Les t r o i s poemes, Molse, Le Mont des O l i v i e r s et La Colere de Samson comportent t r o i s parties - prologue, monologue et epilogue. Dans l e prologue, le narrateur prepare l e t e r r a i n pour l e drame qui va suivre. A ce propos, Vigny se montre tres habile car tantdt 1'esprit du prologue est trompeur et tant&t i l est f i d e l e a l ' a c t i o n du drame. Dans Le Mont des O l i v i e r s , . les images de l a mort s'entrelacent partout: "vetu de blanc a i n s i qu'un mort de son l i n c e u l " , . "un sommeil de mort accable l e s 57 apotres", . "Triste jusqu'a l a mort", etc.; i l y en a beaucoup. Cette derniere image se trouve aussi dans l a Bibl e . En plus,,a l'exception "d'un vent s i n i s t r e " , . un silence inqui£tant regne. Le h£ros se trouve seul parmi l e s morts vivants (humanity) et son ag i t a t i o n profonde se manifeste dans l e langage symbolique du corps u t i l i s e par l e poete. Un survol rapide de l a l i s t e ci-dessous rev£lera 1'ing£niosit6 de Vigny qui f a i t connaltre au lecteur l'angoisse du heros,. exprimie a travers l e s e f f e t s dramatiques du poeme: J6sus marche a grands pas en frissonnant comme eux; ( . . . ) Le front baissfe, croisant l e s deux bras sur sa robe Comme un voleur de nuit cachant ce q u ' i l dgrobe; (...) II s'arrete II se courbe, a genoux, l e front contre l a terre, Puis regarde l e c i e l en appelant: Mon Pere! (...) II se leve £tonn£, marche encore a grands pas, Froissant l e s o l i v i e r s qui tremblent. (...) II recule, i l descend, i l c r i e avec e f f r o i ; (...) Le f i l s de l'homme alors remonte lentement. Comme un pasteur d'Egypte i l cherche au firmament (...) Vainement i l appela t r o i s f o i s : Mon Pere! (...) II tomba sur l e sable a s s i s (...) -Et l a Terre trembla, sentant l a pesanteur Du Sauveur qui tombait aux pieds du crfeateur. Le langage symbolique du corps de JEsus est cel u i d'un homme 58 <36sesp£r£, attendant un jugement funeste. II marche a pas mesur£s, impatient d'affronter son juge. Malheureusement, c'est son sort d'etre juge1 et condamn£ sans savoir s i Dieu a entendu sa plainte. Le h£ros, ne resistant plus a son destin, tombe, vaincu,. sur l a terre. Grace a ce prologue magnifiquement 4mouvant, l e lecteur n'a aucun doute sur 1'issue du drame au contraire du prologue de La Col ere de Samson qui a tendance a l'Sgarer. A 1'exception des images myst£rieuses ("des voyageurs v o i l e s " , "deux ombres sur l a t o i l e " ) , l'atmosphere est douce et sensuelle. Ce n'est que vers l a f i n du prologue que Vigny communique l e dilemme de Samson: "Lui, murmure l e chant funebre et douloureux." Remarquons dans ce poeme aussi, 1'importance de l a symbol ique du corps: l e p o r t r a i t de D a l i l a est bien p a i s i b l e : "ses pieds voluptueux qui sont crois£s sous e l l e " , "ses bras sont l i 6 s aux genoux r£unis du maitre jeune et grave", "ses fiances plus £lanc£s que ceux de l a gazelle",. " E l l e s'endort sans force et riante", "Mais l e chant verse un somme en sa tete 14gere". Samson, en revanche, se ti e n t d r o i t comme une statue: "Les genoux de Samson fortement sont unis comme l e s deux genoux du colosse Anubis". I l ne peut se reposer, toujours a t t e n t i f au danger imminent. Son a l l u r e rigide contraste avec 1'attitude corporelle de D a l i l a qui semble puiser de l a consolation de sa victime puissante. Sans connaltre l e s fables bibliqUes et, autant qUe l'on puisse juger de l'atmosphere du prologue, on peut pr£dire en toute t r a n q u i l l i t y un certain etonnement de l a part du lecteur devant l a mort violente du h£ros, ce qui n'est pas l e cas dans Le Mont des 01 i v i e r s ou l e 59 poete nous plonge sur-le-champ dans l e climat p i n i b l e du drame. II s'agit dans l e monologue d'une tentative de l a part du hiros de parler a Dieu. En conformity avec l a theorie de Vigny, le silence de Dieu,.la d i v i n i t y reste i n d i f f e r e n t e a l'angoisse de l'homme. Heureusement, vigny a souvent une riponse a l a froideur du c i e l : 1'epilogue se termine sur une note de d i f i : S ' i l est v r a i qu'au Jardin s a c r i des ficritures, Le f i l s de 1' Homme a i t d i t ce qu'on v o i t rapports; Muet, aveugle et sourd au c r i des creatures,. Si l e Ci e l nous l a i s s a comme un monde a v o r t i , Le juste opposera l e didain a 1'absence Et ne ripondra plus que par un f r o i d silence Au silence i t e r n e l de l a D i y i n i t i . (Mont des O l i v i e r s ) Revenons au dilemme du hi r o s : des l e dibut, on est conscient de son isolement - "La tente est s o l i t a i r e " , "Jisus marchait seul". Rappelons-nous aussi l a solitude douloureuse de Molse qui se trouve " t r i s t e et seul" dans sa g l o i r e . Nous avons vu que l'homme i l u , p r i v i de repos et de f r a t e r n i t y ne peut trouver l a paix que dans l a mort: "Laissez-moi m'endormir du sommeil de l a terre" (Molse). Le hiros vignyen ne se f a i t - i l pas l'echo de l a pensie de Chatterton qui, n'ayant trouvi l a paix nul l e part, est o b l i g i de se suicider? Salut, premiere heure de repos que j ' a i e goQti! Derniere heure de ma v i e , aurore du jour i t e r n e l , salut! - Adieu, . humiliations, . haines, sarcasmes, travaux digradants, incertitudes, angoisses, miseres, tortures du corps, adieulq Dans Le Mont des O l i v i e r s , . i l est intiressant de noter 60 1 1 importance que l e poete accorde aux " o l i v i e r s " : "Parmi l e s o l i v i e r s qU'un vent s i n i s t r e i n c l i n e / J6sus marche a grands pas en frissonnant comme eux; (...) I l se leve £tonn£, marche encore a grands pas,/ Froissant l e s o l i v i e r s qui tremblent". Le j a r d i n de l a paix est un endroit curieux ou trouver l e h£ros inquiet: 1* O l i v i e r est bien entendu l e symbole de l a paix. Vigny evoque deux f o i s l e tremblement des arbres: "en frissonnant comme eux" et "les o l i v i e r s qUi tremblent". D'une part un "vent s i n i s t r e " trouble l a paix du jar d i n , d'autre part i l s'agit du h£ros, "Froissant l e s o l i v i e r s " . II faut. entendre par l a une atmosphere menacante, voire lugubre. Nous signalons aussi l e mot "froissant". Vigny n ' u t i l i s e pas l e participe " f r d l a n t " ; c'est-a-dire, J£sus ne touche pas l^gerement l e s o l i v i e r s en passant; i l l e s f r o i s s e . Nous sugg£rons que l e poete u t i l i s e cette image de l a lourdeur pour i n s i s t e r sur l e poids de l a destined du F i l s de Dieu. D'aill e u r s , . les vers suivants achevent l e prologue: "-Et l a Terre trembla, sentant l a pesanteur/-Du Sauveur qui tombait aux pieds du createur". I l ne reste aucun doute sur l e tourment £crasant du h£ros. J£sus ne trouve de r£confort ni au firmament ni sur l a terre. II est totalement isol£ et abondonn£ au moment l e plus angoissant de sa v i e . II est devenu rien de plus qu'un voleur de nuit cachant ce q u ' i l d£robe". Certes ce geste de c u l p a b i l i t y se trouve dans l a B i b l e ; n£anmoins, nous consid£rons convenable cette image, car e l l e s'adapte a notre th£orie de l a c u l p a b i l i t y . Le h£ros, en mettant en question l'autorit£ divine, se montre assez effront4. I l en souffre et se sent coupable. C'est un homme 61 qui a connu l e s "rochers mieux qu'un sentier uni". C'est dire que sa v i e est chargie de d i f f i c u l t y depuis son avenement du monde. A l a v e i l l e meme de sa mort, l e prophete de Dieu, p r i v i d'amour et de repos,. doit assumer l a r e s p o n s i b i l i t i de sa c u l p a b i l i t i car,, s ' i l n'a pas connu une v i e sans nuages, c'est q u ' i l n'en a pas i t i digne. Abordons l e s images violentes qui se diroulent dans Le Mont des O l i v i e r s et qui sont nombreuses dans d'autres poemes de Vigny. Selon l e poete, i l s'agit dans l e monde de Jihovah du " s a c r i f i c e humain", . de "l'offrande des corps",, du "combat", . des "f l o t s rouges de sang", des "membres de l a chair", , etc. Le Jisus de Vigny, homme i l u , a c r i i un monde meilleur que ce l u i c r i i par Dieu dans lequel l'homme n ' i t a i t qu'un esclave: Si j ' a i coupi l e s temps en deux parts, l'une esclave Et l'autre l i b r e ; - au nom du Passi que je lave Par l e Sang de mon corps qui souffre et va f i n i r : Versons-en l a m o i t i i pour laver l'avenir! (v. 55-58) Jisus a l a v i l e passi, pourtant, i l faut q u ' i l donne a l'humaniti l a "Certitude heureuse et l'Espoir confiant" avant de mourir. En tant que prophete et co n s e i l l e r de l'homme, Jisus (Vigny) a u r a i t voulu effacer l e doute mitaphysique qui hante l'homme depuis l e commencement du monde. II se rendait compte, cependant, que son t r a v a i l n'avait soulevi qu'a peine l e "manteau de misere q u i l'entoure a grands pi i s , drap lugubre et f a t a l " . Image puissante! Le monde n'est qu'un cocon enveloppi des v o i l e s du mai qui, une f o i s enlevis, l i b i r e r o n t l e monde 62 suffocant. S i , grace aux connaissances, l e monde peut secouer l'enveloppe de l a honte et de 1*ignorance, i l se transformera en un beau pa p i l l o n I i b r e . Le double cocon du mai et du doute c£dera l a place a deux Anges, l a Certitude et l'Espoir, ce qUi aboutira a l a l i b e r a t i o n de l'humanite. Dans l e s images pr£cit6es, Vigny se deiecte du symbolisme latent pour creer des images evocatrices. Le monde de Dieu n'est pas un milieu p a i s i b l e : on se sent constamment d e c h i r e d'un bout a l'autre: Et pourquoi nul sentier entre deux larges voies, Entre 1*ennui du calme et des p a i s i b l e s j o i e s Et l a rage sans f i n des vagues passions, Entre l a L6thargie et l e s Convulsions; (v. 107-110) La Nature creee par Dieu n'offre que des saisons antithetiques. E l l e prend et donne a toute creature. Certes l a degenerescence du corps est quelque chose de penible, pourtant, l'homme accepte sa mortal i t e . C'est 1' incarceration de son ame dans une co q u i l l e s i f r a g i l e qui reste mysterieuse: "Pourquoi l'ame est l i e e dans sa f a i b l e prison" (Mont des 0 1 i v i e r s ) ; "Du corps et non de l'ame accusons l'indigence" (Flute) . L'homme embrasserait toutes l e s contradictions de l a v i e pourvu q u ' i l sache l a raison de son existence. La mortal i t e de l'homme se rnanifeste dans l e s images deiicates de Jesus: "Un soupir de mon coeur, un signe de ma croix". Jesus se transforme en un personnage fantdme tandis que Dieu reste une puissance vivante et vibrante: "un regard de vos yeux, un c r i de votre voix". L'omnipotence de Dieu contraste fortement i c i avec l a f r a g i l i t e 63 de l'homme. Tragiquement, a l a f i n de sa v i e , Jisus ne peut compter que sur un Dieu michant qui tient encore l'humaniti d'une poigne d'acier: Un soupir de mon coeur, un signe de ma croix Pourra f a i r e ouvrir l'ongle aux Peines fiternelles, Lacher leur proie humaine et reployer leurs a i l e s ; (v. 126-128) Vigny aimait beaucoup cette image de l'humaniti, l a victime innocente d'une d i i t i c r u e l l e r Comme un vol de vautours sur l e sol abattues, Dans un ordre i t e r n e l , toujours en nombre egal Aux tetes des mortels sur l a terre ipandues,. E l l e s avaient posi leur ongle sans p i t i i Sur l e s cheveux dressis des races iperdues. (Destinies v. 17-23) Selon Vigny, l'homme est constamment contraint par l e mai qui l'entoure. Nous suggirons que l e poete reproche a Dieu l e destin accablant de l'homme. Que Dieu refuse de ripondre meme a son f i l s , sa victime sacr i f i c i e l l e , donne a Vigny assez de preuves que Dieu est "muet, aveugle et sourd au c r i des cria t u r e s " . En pl u s , . l a c r u c i f i x i o n de Jisus ne dimontre-t-elle pas l a p r i d i l e c t i o n du Dieu-Vengeur pour l e s s a c r i f i c e s barbares? "Les louanges du c i e l n'avaient plus de parfums", a v a i t - i l d i t vingt ans auparavant. 1 0 Dieu est une a u t o r i t i malveillante responsable de l a c r i a t i o n d'un monde "sans c l a r t i , sans astre et sans aurore" ou l a mort pend au-dessus de l a tete de l'humaniti comme une "sombre i p i e " . C'est done l e r6le du prophite de l i b i r e r l e monde du v o i l e de l a souffranee. II ne 64 peut l e f a i r e qu'en poussant plus l o i n sa recherche de l a v e r i t e . Le d£sir des prophetes vignyens de sonder l e t e r r a i n celeste l e s mene toujours a l a mort tragique. De plus, l e prophete meurt en etat de doute, ne sachant s ' i l a vraiment f a i t du bien pour l a posterity. Nous avons vu dans l a strophe du "Silence" l a r£ponse de Vigny face a 1'injustice de Dieu: t r a i t e r l e dedain avec dedain, l e silence avec silence, 1'absence avec absence. Si Dieu se detour ne de ses creatures, i l faut que l'homme aussi agisse d'une maniere i n d i f f e r e n t e . Les poemes de Vigny nous obligent a f a i r e face a notre sort infortune tout en proposant une solution. II n'est pas necessaire qUe l'homme reste dans un monde charge d*angoisse et d'incertitude. Certes i l l u i faut subir l a douleur; neanmoins, on peut se debarrasser des rigueurs du sort en eievant 1' ame vers des climats plus p a i s i b l e s . Le monde de Dieu n'est, selon l e poete, qu'un enfer. II faut s'en echapper pour creer un monde plus raisonnable en conformity avec l a j u s t i c e humaine. Le Dieu C h r e t i e n ne s e r t plus a r i e n a l'humanite et Vigny nous c o n s e i l l e de nous eloigner d'une d i v i n i t e i n u t i l e et fausse. Le desespoir, du a 1' incertitude, n'est pourtant que passager, car, grace a l a connaissance de l'homme eiu,. l'humanite en est li b e r e e . Et, malgre l e ton funeste du poeme et l a cor r e l a t i o n de l a recherche de 1'amour avec l a mort, i l est evident que Vigny a trouve un meilleur monde que c e l u i cree par l e Dieu Chretien: Car pour Vigny aussi l e desespor n'est qu'un moment: d'abord un moment de sa v i e , une c r i s e ; ensuite un moment de sa dialectique, comme s ' i l l u i avait f a l l u toucher l e fond de l'ablme pour mieux rebondir, sinon vers l e c i e l , du moins vers l a t e r r e . ^ Qu'il s'agisse s o i t de 1'amour de Dieu s o i t de 1'amour de l'humaniti, l a f a t a l i t i est toujours prisente. L'homme i l u est t r a h i d'abord par ceux q u ' i l aime. On connalt 1'histoire de l a l i a i s o n tumultueuse de Vigny avec l a commidienne Marie Dorval. Qu'elle s o i t l a D a l i l a de La Colere de Samson va de s o i . Vigny l a i s s e l i b r e cours a sa col i r e et a son disenchantement dans ce poeme imouvant qui t r a i t e de l a trahison de l a femme et de 1'abandon du ginie maudit. Les images de l'homme ("la force divine",. "puissante main") contrastent bien avec l e s images digradantes de sa maltresse ("L'une est grande et superbe, et l'autre est a ses pieds", " t r a i t r e et lSche", . "esclave", . "1' §tre f a i b l e et menteur") et a i n s i de suite; i l y en a beaucoup, meme plus michantes, comme par exemple "pale p r o s t i t u i e " . Cette peinture odieuse et peu f l a t t e u s e a s e r v i d'une sorte d'exorcisme pour Vigny. II vo u l a i t f a i r e connaltre au monde 1'injustice et l a digradation subies a cause de l a tromperie de l a bien-aimie. Si l e poite s'en sentait a v i l i , Marie Dorval ne s e r a i t - e l l e pas encore plus abaissie par l a parole de Vigny? II s'est montri, nianmoins, un v i r i t a b l e homme d'honneur, ne permettant pas l a publication du poeme avant sa propre mort. Examinons encore l e sort de l'homme i l u dans ce magnifique poeme et i t a b l i s s o n s un p a r a l l e l e entre l e destin de Samson et c e l u i des autres hiros vignyens. Comme l e font l e s d i s c i p l e s de J i s u s , l e personnage secondaire (Dalila) dort, inconscient de l'angoisse du h i r o s . 66 On a d e j a parie de l'atmosphere a l a f o i s sensuelle et mysterieuse du prologue: "Des voyageurs v o i l e s " , "deux ombres sur l a t o i l e " . Les images voluptueuses de D a l i l a servent a communiquer au lecteur l a sensuality s£duisante dont s'est s e r v i l a femme pour captiver Samson. A. travers ce p o r t r a i t enivrant, l e poete demontre l e s ruses de l a femme et en meme temps l a mollesse de l'homme. Le "doux leopard" symbolise D a l i l a , l a chasseuse qUi f a i t de l'homme sa victime. Comme dans l e cas de jesus, on est conscient, d e s l e d e b u t , d'une certaine c u l p a b i l i t e de l a part du heros malgre son r6le de victime innocente. II semble, a premiere vue, que Samson n'ait pas pu res i s t e r aux p l a i s i r s de l a chair. En se donnant totalement a D a l i l a , i l est devenu l'auteur de sa propre mort, car c' e t a i t dans un moment de faib l e s s e q u ' i l l u i a confie l e s secrets d i v i n s : ce qUe Dieu a confere au prophete n'est pas pour l a foule. La c u l p a b i l i t e de Samson est done double: sa faib l e s s e charnelle et son imprudence en ce qUi concerne l e s secrets de l a d i v i n i t e . Samson et D a l i l a sont tous deux t r a l t r e s : Samson est l e t r a l t r e de Dieu; D a l i l a , l a t r a l t r e s s e de l'homme. Revenons a Vigny et a Marie Dorval. Dans l e cas du poete, i l s'agit d'un coeur mis a nu et t r a h i d'une maniere s i deshonorable qUe Vigny ne peut pas pardonner sa bien-aimee: D a l i l a 0 symbole redoutable de l a femme, maitresse perfide qui l i v r e a ses ennemis c e l u i qui l'aimait, l i v r e l e s secrets de sa conscience ou de son genie, l e vend a ses adversaires, l u i s i grand, s i f o r t q u ' i l n'est vulnerable qUe par e l l e . (Journal p. 1034) En admettant sa fai b l e s s e , Vigny nous i n v i t e a examiner, 67 consciemment ou inconscieminent, sa c u l p a b i l i t y . Certes Vigny connaissait ses propres f a i b l e s s e s ; en plus, i l i t a i t trop scrupuleux pour tourner l e dos a ses difauts. C'etait un homme pret a corriger 1 • inconsistance de son caractere. En parlant de sa s e n s i b i l i t y fiminine, une source perpytuelle de honte chez-" l u i , Vigny a y c r i t : La puissance de ma volonty est immense. E l l e dompte mes organes comme des roseaux, leur 6te et leur rend l a v i e a son gry. Des ce temps ma s e n s i b i l i t y fut contenue sous un masque d'airain. (Journal p. 986) C'est dire que Vigny a f a i t un e f f o r t pour s'endurcir a l a froideur et aux entraves de l a v i e . Celle a qui va 1' amour et de qui vient l a vie , C e l l e - l a , par Orgueil, se f a i t notre ennemi. (v. 73-74) Les femmes ne sont, d'apres Vigny, que les anges du mai et le s hommes,. des enfants innocents a l a recherche de l'amour l e plus pur. II y a plusieurs a l l u s i o n s a l'amour maternel dans La Col fere de Samson: L'Homme a toujours besoin de caresse et d1amour Sa mere 1' en abreuve alors q u ' i l vient au jour, (...) II revera partout a l a chaleur du sein (...) Quand l e combat que Dieu f i t pour l a cryature Et contre son semblable et contre l a nature Force l'homme a chercher un sein ou reposer, (...) Eternel! Dieu des f o r t s ! vous savez que mon §me N'avait pour aliment que l'amour d'une femme. 68 Samson, ce grand homme puissant, ne cherche, en f i n de compte, que 1*amour l e plus naturel. C'est son destin d'etre t r a h i par l a per sonne qui joue l e rdle mater nel. S ' a g i t - i l , comme selon certains psychologues, du d£sir de l'homme de revenir au sein pendant l e s c r i s e s de l a vie? Nous n* avons pas 1'intention de t r a i t e r une t e l l e theorie. I l s u f f i t de dire qUe de p a r e i l l e s images se r^petent maintes f o i s dans l a poesie de Vigny - "Pour dormir sur un sein mon front est trop pesant" (Molse), "Et l e s chants maternels qui charment vos berceaux, n'ont jamais r£sonn£ sous mes t r i s t e s arceaux" (La Prison v. 43-44) . Les heros vignyens sont a l a recherche d'un amour qui n'existe pas dans l e monde des adultes. Vigny l ' a su lui-meme: "Done, ce que j ' a i voulu, Seigneur, n'existe pas!" Peut-§tre q u ' i l aurait du dire "n'existe plus!" Au l i e u de 1'amour, Samson (Vigny) a trouve l a deception et l a trahison. En plus, s i , d'apres l'Evangile, Dieu a c r e e l a femme en tant qUe compagne de l'homme, i l s'ensuit q u ' i l a reussi a r i d i c u l i s e r ce dernier car, en f i n de compte, l a femme n'est qu'un etre mesquin. Notons l e double rdle de l a femme: d'une part c'est un leopard au beau corps sensuel, d'autre part e l l e se transforme en serpent. Le leopard est "souple",."ses flancs plus eiances que ceux de l a gazelle"; l e serpent "se tralne en sa fange et s'y c r o i t ignoree". Son amour sensuel se transforme en quelque chose de s i v i i et de s i odieux que l e poete est oblige d'employer un symbole satanique. La bassesse de l a femme sert a mettre en r e l i e f l a grandeur de l'homme: plus e l l e est 69 dishonorie, plus l e hiros est e x a l t i . En pardonnant D a l i l a , Samson se montre un homme dont l a largesse de coeur surpasse tout. Quoique t r a h i , i l a l a magnanimiti d'absoudre l a tromperie de l a f a i b l e . En assumant l a r e s p o n s a b i l i t i d'une humaniti fautive, Samson f i n i t par se p i i e r sous l e fardeau. Capable de supporter autrefois " l e poids des colonnes d'airain",. l'homme de ginie n'est devenu rien de plus qu'un cadavre: "Dieu s ' i l veut peut balayer ma cendre". Et, comme dans l e cas de Jisus , Samson, impuissant a r i s i s t e r a son sort, se risigne a l a mort - "Ce qui sera, sera!" A l a d i f f i r e n c e de Ji s u s , pourtant, Samson se venge en icrasant ses ennemis. II ne s'agit pas d'une mort honorable mais plutdt de l'acte de vengeance d'un homme bl e s s i au coeur. Abandonni par Dieu et par l'humaniti, t r a h i par " l e serpent",. Samson efface, d'un geste de bravade, l e mai du monde. Le hiros vignyen met a exicution ce dont l e poite revait souvent; l e s c i t a t i o n s ci-dessous, t i r i e s du Journal d'un poete, ne la i s s e n t aucun doute sur l e digoQt de Vigny au sujet de 1'injustice c i l e s t e : S i t e l malheur auquel je pense m'arrivait, j ' i r a i s mettre l e feu a une i g l i s e pour me venger de Dieu. (1834 p. 1000) Tous ceux qui l u t t i r e n t contre l e c i e l injuste ont eu l'admiration et l'amour secret des hommes. (1834 p. 1001) Samson n'est, en f i n de compte, que l e jouet d'un Dieu jaloux et v i n d i c a t i f , l e type Zeus qui l a i s s e s o u f f r i r ses prophites s ' i l s manquent a leurs engagements au Tout-Puissant. Seul et abattu,. l'homme i l u cherche en vain quelque iclaircissement sur sa souff ranee: 70 Terre et c i e l ! avez-vous t r e s s a i l l i d ' a l l i g r e s s e Lorsque vous avez vu l a menteuse maltresse Suivre d'un o e i l hagard l e s yeux tachis de sang Q u i cherchaient l e s o l e i l d'un regard impuissant? (v. 125-128) Samson, comme d'autres hiros vignyens, ne v o i t que l a nuit quand i l l i v e ses yeux vers l e c i e l . Et, comme on peut l e p r i v o i r , Dieu se ditourne encore une f o i s de son prophete. Nianmoins, Samson, symbole du grand dieu Anubis, participant aux jugements des ames perfides, a l e dernier mot: Et quand enfin Samson secouant l e s colonnes Qui f a i s a i e n t l e soutien des immenses Pyl6nes Ecrasa d'un seul coup, sous l e s debris mortels, Ses t r o i s m i l l e ennemis, leurs Dieux et leurs autels? -Terre et c i e l ! punissez par de t e l l e s j ustices La trahison ourdie en des amnours f a c t i c e s Et l a d i l a t i o n du secret de nos coeurs Arrachi dans nos bras par des baisers menteurs! (v. 129-136) Le bien f i n i t par vaincre l e mai; l a ju s t i c e succede a 1'injustice gr&ce au s a c r i f i c e de l'homme de ginie pour 1'humaniti. Que l e p o r t r a i t de Marie Dorval s o i t peu f l a t t e u r n'appelle guere de commentaire. La femme n'est, d'apris Vigny, qu'un mensonge monstrueux. Quelques annies avant l e vomissement de La Co l i r e de Samson, Vigny avait c h o i s i comme femme i d i a l e l e personnage de Kit t y B e l l , trouvi dans S t e l l o et dans Chatterton. E l l e symbolise l'amour pur dont on se d i l e c t e de l o i n : c'est une madone aux charmes secrets. Mais, a travers ses propres 71 experiences, le poete a trouve, au l i e u d'un ange, un "serpent" de caractere peu sur qui l ' a bafoue devant l e monde. Au moment ou i l s'est engage dans une aventure amoureuse avec l a comedienne, Vigny est tombe dans l a misere. Nous avons d i t que c' e t a i t l a trahison de son ame et non pas l e s indiscretions amoureuses de son amante que Vigny ne pouvait pas pardonner. En divulguant l e s pensees l e s plus intimes du poete, Marie Dorval a menace l a d i g n i t e et l a grandeur de l'homme de genie. La Colere  de Samson est, en e f f e t , une defense personnelle par l e poete maudit. Examinons quelques elements communs, trouves dans Le Mont des O l i v i e r s , La Colere de Samson et dans Moise. Nous avons vu q u ' i l existe deux bourreaux, Dieu et l'humanite. Les heros, abandonnes de Dieu, sont des martyrs dont l e sang va expier l e mai du monde. Samson est abandonne par D a l i l a qui "ne comprend pas l a parole etrangere"; Moise est i s o i e des gens qui ont peur de l u i : "Les hommes se sont d i t : I l nous est etranger" et jesus aussi se trouve seul dans l e ja r d i n de Gethsemani: "Pierre a l a voix du maltre est sourd comme l e s autres." Le jesus peu orthodoxe de Vigny s ' e i e v e a un niveau superieur a c e l u i de l a d i v i n i t e car, selon l e poete, l'homme va juger Dieu l e jour du Jugement: Mai et Doute! En un mot je puis l e s mettre en poudre; Vous l e s aviez prevus, laissez-moi vous absoudre De l e s avoir permis. - C'est 1'accusation Qui pese de partout sur l a Creation! (Mont des 01iv ie r s v. 87-90) Nous: avons d e j a parie de l a c u l p a b i l i t e de jesus en ce qui concerne son besoin de mettre en question l e s mysteres celestes. 72 La recherche de l a v i r i t i , engendre uri sentiment de c u l p a b i l i t y et aboutit a l a mort du hir o s . Pour enlever l e doute et pour donner l a certitude a l a foule, i l faut que l'homme i l u sonde l e te r r a i n de Dieu, l a doctrine chritienne. Dis q u ' i l met en doute l a parole de Dieu, l e poite-voyant r i g l e son sort. II se peut que Vigny a i t iprouvi de l a c u l p a b i l i t i , due a l a s i v i r i t i de sa formation chritienne. L'inquiitude de Vigny devant l e s incongruitis de l a r e l i g i o n chritienne se manifeste partout dans ses oeuvres. Nianmoins, t e l l e quelle, l a j u s t i c e c i l e s t e existe et l e s hiros vignyens ne peuvent pas y ichapper. II leur faut se s a c r i f i e r et mourir pour expier leur faute. Ayant i t a b l i l e theme de l a c u l p a b i l i t i , t i s s i partout dans l a poisie de Vigny, i l nous reste a dicouvrir l a cause du tourment et du sentiment funeste et l a raison pour la q u e l l e Vigny doit se punir: Derniers moments! Agonie! Derniers moments, vous ne sor t i r e z jamais de ma mimoire. Je veux plonger cette nuit dans mes plus cruels souvenirs. Si j ' a i f a i t quelque faute, que ce s o i t mon expiation. J'y trouve un amer bonheur et je veux a i n s i me f l a g e l l e r . - Je serai c r u e l , cruel a moi-meme, mon Dieu! cruel et sans p i t i i : dut mon coeur se fendre et me f a i r e mourir. (Journal p. 1091) Donnez-moi, 6 mon Dieu! l a certitude qu'elle m'entend et qu'elle s a i t ma douleur; qu'elle est dans l e repos bienheureux des anges et que, par vous, a sa p r i i r e , je puis etre pardonni de mes fautes. (Journal p. 1091) On s a i t que Le Mont des 01iviers et La Colere de Samson ont i t i i c r i t s a pris l a mort de sa mire. La Mort du Loup a i t i i c r i t a peu p r i s a l a meme ipoque (1843). Or, comme Francois Germain l e 73 signale a juste t i t r e , Vigny se rnanifeste a l a f o i s dans l e personnage du loup et parmi l e s chasseurs: Si Vigny d£legue au Loup quelque chose de lui-meme, l e goOt de 1' independance, i l se trouve aussi parmi l e s chasseurs: sous l e s t r a i t s du Loup, i l se torture done et se tue de sa propre main. J' a i repos^ mon front sur mon f u s i l sans poudre". Supposons que le s arguments precedents au sujet de l a c u l p a b i l i t e ont du fond; i l faut alors e t a b l i r l a c u l p a b i l i t e du Loup car nous avons deja demontre que l e s heros vignyens meritent leur mort. Le Loup a amene sa fa m i l l e dans un endroit qui n'off re pas de f u i t e . II est responsable de 1'avoir mise en danger et i l ne peut l a sauver que par sa propre mort. II se s a c r i f i e done pour autrui. Ceci explique l e meurtre par l a foule. Cependant, le suicide, e'est-a-dire Vigny-chasseur qui tue Vigny-Loup, reste a expliquer. Revenons au theme de l a c u l p a b i l i t e . Nous avons parie de 1'angoisse du poete, suivant l a mort de sa mere. Rappelons-nous q u ' i l a demande a Dieu de l u i pardonner ses fautes. I l se peut que ses l i a i s o n s adulteres aient cause du chagrin a sa femme et a sa mere. En plus, on connait son desenchantement a propos de sa c a r r i e r e m i l i t a i r e , son incapacite de reussir en tant qu'artiste et a i n s i de suite. On ne peut que conjecturer l a raison pour sa c u l p a b i l i t e puisque toute sa correspondance n'est pas a notre d i s p o s i t i o n . Nous suggerons que Vigny a i t considere l a mort de sa mere comme un chatiment d i v i n de ses echecs dans l a v i e et de ses defauts de caractere. Le suicide du Loup sert de soulagement pour l e poete qui e t a i t torture par un sentiment de c u l p a b i l i t e . Ainsi l a 74 c u l p a b i l i t y e t l a mort subsequente sont des p a r t i e s i n t e g r a n t e s de l a poe s i e de Vigny. II en a beso i n pour se debarrasser des problfemes obsedants. S ' i l n ' e t a i t pas c o n s c i e n t de sa c u l p a b i l i t e e c r a s a n t e , i l 1 ' e t a i t , en revanche, de sa recherche i n f a t i g a b l e de 1'amour. T r a h i par son amante, abandonne par Dieu l a v e i l l e de l a mort de sa mere et repousse p a r t o u t par l a f o u l e , Vigny a v a i t b e s o i n d ' e t r e aime. II s a v a i t , pourtant, q u ' i l n ' e t a i t pas comme l e r e s t e de l'humanite e t q u ' i l ne p o u r r a i t jamais s ' i n t e g r e r au peuple. En se haussant au-dessus de l a m u l t i t u d e , Vigny s'est a l i e n e : La m u l t i t u d e me h a i t , e l l e se soumet de f o r c e a mes l i v r e s que l u i imposent l e s poetes e t l e s p h i l o s o p h e s , mais e l l e se sent l e mepris que j ' a i pour e l l e et me l e rend en haine. (...) C'est par l a p a r t i e commune de son t a l e n t que l ' o n r e u s s i t au t h e a t r e , comme dans l a v i e publique on e s t p o p u l a i r e par l e s q u a l i t e s v u l g a i r e s . La p a r t i n f e r i e u r e f a i t passer l a super i e u r e dans son enveloppe g r o s s i e r e . Je ne cherche a montrer que l a p a r t l a plus c h o i s i e de mes i d e e s : j e ne s e r a i jamais p o p u l a i r e . ( J o u r n a l pp. 988-989) L' isolement du genie et son abandon s o i t par Dieu s o i t par l a f o u l e ont c r e e un v e r i t a b l e enfer chez l e poete. S i on l ' a abandonne, c ' e s t qu'on ne l ' a i m a i t pas e t s i on ne l ' a i m a i t pas, c'est q u ' i l n'en e t a i t pas digne, ce q u i a du causer un sentiment de c u l p a b i l i t e c h e z ^ l u i : L * E n f e r , domaine de 1*abandon e t de l a peur, est a u s s i l e domaine de l a f aute, 1'expression symbolique d'une conscience tourmentee. I l r e v e i e done l e r e g r e t d'une p a r f a i t e candeur ou p l u t 6 t l e d e s i r d ' e t r e t o u j o u r s approuve.^3 La p o i s i e d 1 Alfred de Vigny, t r a i t a n t du sort du ginie, f r61e l a t r a g i d i e . S i , d* apres l e poete, Dieu a ch o i s i l e s hommes i l u s , i l s 1 ensuit que l a D i v i n i t i est un i t r e pervers qui se d i l e c t e de leurs souff ranees. L'homme de ginie se trouve dans une si t u a t i o n sans issue : i l u par Dieu, i l faut ipandre l a v i r i t i dans l e monde. II ne peut l e f a i r e qu' en sondant l e terrainmystirieux de Dieu. Enmettant en question 1' a u t o r i t i de l a doctrine chritienne, et en l a remplacant par l a parole de 1' homme, l e poite-voyant approche du blaspheme. V o i l a done l a culpabil i t i de Vigny! L' inj ustice se trouve a l a f o i s dans l e silence de Dieu et dans 1' isolement du hiros et non pas dans sa mort, car nous avons dimontri qu'en f in de compte, i l l a m i r i t e : l a c u l p a b i l i t i conduit toujours a l a mort. La D i v i n i t i f a i t descendre au monde un vautour qui enveloppe et mange peu a peu 1' Sme f r a g i l e du poite. Que ce soient l e s pr ophites (Molse, Jisus, Samson) ou l e Pauvre (Flute) , l e tourment du ginie et son sentiment d' isolement hantent de fable en fable l a p o i s i e d'Alfred de Vigny. Les hiros vignyens symbol isent d' une maniire f o r t r i v i l a t r i c e l e tourment personnel du poite. 76 Notes Chapitre II 1 Chatterton, I, p. 821. 2 Jean-Paul Sartre, L'imaginaire (Editions Gallimard, 1940), p. 283. 3 Pierre Flottes, Histoire de l a poesie po l i t i q u e et sociale en France de 1815 a 1939 (La Pensee Universelle, 1976), p. 299. 4 Anny Detalle,, Mythes, merveilleux et igqendes (Paris: L i b r a i r i e C. Klincksieck, 1976), p. 339, note 26. 5 S t e l l o , I, p. 333. 6 Pierre Paraf, "Vigny devant l'homme et devant Dieu", Europe (1978), p. 99 7 Detalle, Mythes, p. 342. o D£nomm£, French Romantic Poets, p. 64. 9'Chatterton, I, p. 839. 1 0 A l f r e d de Vigny, "Satan", Oeuvres Po<§tiques (Editions Garnier-Flammarion, 1978), p. 313. 11 Pierre-Georges Castex, "Les Destinies" d'Alfred de Vigny (Society d'4dition d'enseignement sup^rieur: Paris 1968), p. 132. 77 1 2 Germain, imagination, p. 296. 1 3 Germain, p. 297. 78 Chapitre III La Parole poetique Vu l e r&le p r i v i l i g i i du poete en tant que prophete, i l n'est pas surprenant q u ' i l se considere au-dessus de l a foule. L'homme s p i r i t u a l i s t e ne saurait s ' i n t i g r e r aux gens du commun. II se t i e n t a l ' e c a r t , souvent dans une tour d'ivoire, pour sonder les tenebres mystiques de l'Sme. Le poete est doui d'une s e n s i b i l i t y s i vive q u ' i l brule de p i t i i pour l'humaniti. I l est sujet aux c r i s e s de nerfs, attribuables a sa perspicacity f i n e , et qui l e plongent dans un monde incompris de l'homme ordinai re: Le difaut du poete, dans l ' a c t i o n , est de vo i r au dela et de v o i r trop c l a i r dans l e coeur des hommes qui l'entourent. De l a vue au dela du prisent ou divination, i l r i s u l t e qu' i l veut a l l e r trop v i t e pour atteindre ce q u ' i l apercoit dans l'avenir. De l a vue prisente, ou p i n i t r a t i o n , i l r i suite qu' i l mi prise l e s hommes, et qu 1 i l s sentent ce mipris, se d i f i e n t et se tiennent en garde. Le poete pinetre et v o i t tout: rien ne l u i ichappe de sorte q u ' i l se sent souvent submerge par des experiences mystiques. Son angoisse s p i r i t u e l l e surpasse l a comprehension de l a foule: 79 Je pense a present que tout l e monde a raison, excepts l e s Poetes. La poesie est une maladie du cerveau . 2 Isoie et "malade", le poete tombe dans l e desespoir. S i , pourtant, l'isolement est quelque chose de funeste comme dans Le Mont des O l i v i e r s , i l est tout l e contraire dans La Maison du Berger: l e poete s'eioigne par preference du tumulte mondial pour mieux envisager l e s entraves de l a v i e quotidienne. Plus i l se sentait accabie du fardeau de l'existence, plus Vigny s'attachait a l a ser£nit£ du t r a v a i l meditatif. Et, malgre une antipathie avbu£e pour l a campagne, Vigny se d e i e c t a i t de son refuge au Maine-Giraud ou i l pouvait se plonger dans son t r a v a i l i n t e r i e u r . Nous avons parle" des cr i s e s de coeur et d'ame, eprouv£es par Vigny a 1'epoque ou i l a ecr i t ses poemes foncierement pessimistes. Heureusement, i l a transcende ce moment lugubre de l a v i e : de La Maison du Berger jusqu'a L'Esprit Pur, les poemes de Vigny manifestent, en grande partie, unrton plus optimiste sur l e destin de l'homme. II existe done une progression de l a pensee s p i r i t u a l i s t e dans l e s oeuvres de Vigny. On peut dire que, pendant l e s vingt dernieres annees de sa v i e , Vigny, se sentaht definitiveraent l i b e r e des doigts des " f i l l e s du Destin", e t a i t maitre de son propre destin. II s'est donne pour mission l a preeminence de l a parole poetique: on v o i t partout dans ses oeuvres l e primat q u ' i l accorde a l a poesie: II est un e l i x i r qui se nomme poesie; ceux qui ont en eux, dans l a v i e privee, une seule goutte de cette liqueur divine, ont pour leur pays plus de devouement; par leur maitresse plus d'amour, dans leur v i e plus de grandeur. Ceux qui en ont deux gouttes 80 dans l e s veines sont l e s maltres du monde pol i t i q u e ou regnent dans 1'eloquence et dans l e s i c r i t s de l a grande prose. Mais ceux en qui l e flacon entier est ripandu avec l a liqueur de l a v i e , ceux-la sont l e s ro i s de l a Pensee dans l e Roi des langages. (Journal p. 1191-1192) Les images et l e s symboles majestueux qu'emploie l e poete pour v i n i r e r l a poesie ne l a i s s e n t aucun doute sur 1'ascendant de l a parole poetique et philosophique: "Ton regne est ar r i v e , PUR ESPRIT, Roi du Monde!" Selon Vigny, l e poete appartient a une classe superieure l i t t e r a i r e , en f a i t , i l se considere l e pivot de 1 * a r i s t o c r a t i e l i t t e r a i r e : Vigny n'a cessi de developper l e mythe qui i l l u s t r e l a fonction poetique au long du dix-neuvieme s i e c l e , l e mythe du mage, le mythe du phare, des i n t e l l e c t u e l s conseilleurs des princes et des foules. Au fur et a mesure que l ' e c r i v a i n devient l e bagnard du papier quotidien n o i r c i , le mythe se f a i t noblement grandiose. Vigny parle des " t i t r e s de l ' e s p r i t " . L ' e l i t e par l a naissance et par l ' h i r i d i t i , d i r a - t - i l , est remplaci par une E l i t e de superiorite i n t e l l e c t u e l l e qui appartient a toutes l e s nations.j Pour evoquer l a superiority i n t e l l e c t u e l l e de l'homme e i u , Vigny a c h o i s i 1'expression, "l'homme de 1'Esprit". Le message lucide du genie est l a base sur laquelle tourne l e reste de 1'humanite. Le pofete est l a racine p r i n c i p a l e qui s'enfonce vers l e fond des mysteres de l a v i e . II est l e seul e i u , . capable d'analyser et d'interpreter ce qui n'est pas accessible a l ' e s p r i t borne. C'est en transmettant sa pensee dans l e monde q u ' i l espere ameiiorer l a condition humaine. Sa responsabilite est done enorme. Pour accomplir son rdle, l e poete a besoin d'un abri ou 81 i l puisse bercer son ame f e b r i l e . La solitude et l a paix sont d'une supreme importance, car c'est seulement pendant l e s heures t r a n q u i l l e s que l e poete, e n i v r i d'enthousiasme, s'eleve vers le s regions inconnues. Cependant, sa tSche se f a i t lourde et d i f f i c i l e a cause des obstacles rencontres partout. D'une part i l se trouve victime de l a foule, d'autre part i l est victime de lui-meme: ceci est du a son refus de s'intfegrer a une society malsaine. Tenons compte du f a i t que l e poete vise a un monde id£al qui n'admet pas d'insuff isances. I l va de soi qu'un t e l id£alisme, pousse" a 1'extreme, rencontre l e dfesabusement tout l e long du chemin. Le sort du poete est r£gl£ des l e d£but: sa s e n s i b i l i t y ne l u i permet pas de supporter l e mipris d'une humanity distante. II est f o r c i done de se r e t i r e r . Son yioignement ne sert qu'a augmenter l e sentiment d'abandon. Soit parmi l e s hommes, s o i t exilfe, i l se sent toujours seul, de sorte q u ' i l reve constamment de l a mort. Chatterton, n ' e s t - i l pas un v e r i t a b l e exemple du jeune idfealiste qui, se noyant dans un Etat de disespoir, n'a recours qu'a l a mort? Vigny a bien plaidd l a cause du jeune poete maudit dans Chatterton. Notons i c i que l e theme du suicide n'est pas peu commun dans l e s oeuvres de Vigny. Nous avons parl£ du suicide de Samson et du Loup (voir chap. II) . On peut dire que l e suicide est un probleme sur lequel notre poete a beaucoup d£lib£re. A l a difference de Chatterton, pourtant, Vigny n'est pas rest£ dans l e disespoir. Gr^ce a l a beauts du Vra i et de l a Po£sie, le poete a trouv£ du ri c o n f o r t et l e Bien dans l e monde. En enchSssant son Id£e dans 82 de beaux tableaux poetiques, l e poete a l a i s s e au monde 1'elegance et l e s f r u i t s d'un e s p r i t sophistique. II a p r e p a r e l a voie a l a Posterite, se servant de son genie et de sa s e n s i b i l i t y vive pour conqu£rir l a F a t a l i t y - "0 seigneur! e s t - i l v rai? Le Destin e s t - i l mort?" Ce n'est qu'en suivant 1'evolution de l a pensee vignyenne dans La Maison du Berqer, La Boute i l l e a l a Mer et dans L'Esp r i t Pur que nous arrivons a une reponse a l a question primordiale de Vigny. Pars courageusement, l a i s s e toutes l e s v i l l e s ; Ne tern i s plus tes pieds aux poudres du chemin, Du haut de nos pensers vois l e s c i t e s s e r v i l e s Comme les rocs f a t a l s de l'esclavage humain. Les grands bois et l e s champs sont de vastes a s i l e s , Libres comme l a mer autour des sombres l i e s . Marche a travers l e s champs une fle u r a l a main. Maison du Berger (v. 22-28) Dans l a "Lettre a Eva" Vigny transporte sa compagne, d'une maniere convaincante, dans l e monde imaginaire qui est au-dela des soucis du monde r e e l . Les images pures du monde champitre contrastent fortement avec l e s images rebarbatives des "cit e s s e r v i l e s " : "poudres du chemin," "les rocs f a t a l s de l'esclavage humain", "des sombres l i e s , " cederont l a place aux "vastes a s i l e s " , l i b r e s comme l a mer" du monde du poete. Le monde a l a f o i s ideal et imaginaire de Vigny vise a l a l i b e r t e tandis que le monde reel est sujet a de nombreuses contraintes. Rien ne bouge dans l e monde r e e l : "les rocs f a t a l s , "des sombres l i e s . " 83 C'est dire que l ' e s p r i t se sent borng dans une atmosphere s i lugubre. Ce n'est qu'en se lancant dans l'au-dela que l e poete puisse donner l i b r e cours a son e s p r i t . "Marche a travers l e s champs une fl e u r a l a main" evoque l a puretE et l a beautfe du monde imaginaire tandis que "Ne tern i s plus tes pieds aux poudres du chemin" sert a i n s i s t e r sur l e s climats impurs du monde r£el. Or, comment l e poete se propose-t-il de transporter sa compagne? La Maison dont l e " t o i t n'est pas plus haut" que l e front et l e s yeux de sa femme est leur moyen de f u i r l e s ennuis du monde r£el. Si l a Maison symbolise l a r e t r a i t e du poete, n'est-elle pas aussi l e symbole de 1'imagination pofetique qui se d£roule librement et sans cesse? Nous constatons qu'elle est l e symbole de l a l i b e r t y perpgtuelle dont j o u i t 1'imagination du poete. I l s'agit, done, du symbole du symbole: S i , maison (symbole) = r e t r a i t e (symbole) r e t r a i t e (symbole) = au-dela (symbole de 1'imagination) II s'ensuit que l a maison est un double symbole ou un symbole qui f a i t naltre un deuxieme symbole. L'imagination ou l a pensee de Vigny est enchSss^e dans l a r e t r a i t e , e'est-a-dire l a Maison. Supposant que ceci s o i t v r a i , nous passons au dernier stade de 1'argument. Vigny u t i l i s e frequemment l e s images du parfum pour 84 exprimer l a superiority de ce q u ' i l apprgcie dans l a v i e : S i notre coeur s'entr'ouvre au parfum des vertus (Destinies) Le v r a i Dieu, . l e Dieu f o r t , est l e Dieu des id£es! Sur nos fronts ou l e germe est jet£ par l e sort, REpandons l e savoir en fgcondes ondfees; Puis, recueillant l e f r u i t t e l que de l'ame i l sort, Tout empreint du parfum des saintes solitudes. (Bouteille a l a mer) Vu l e rdle c a p i t a l du parfum dans l a poesie de Vigny, nous concluons que "le s e u i l parfum.6" (v. 54) de La Maison du Berger n'est autre que 1 1 imagination enivree du poete. Vigny est encore une f o i s immortalis6 dans l e symbolisme de sa po£sie: . . . l e "symbole du symbole," ce s e r a i t "La Maison du Berger." Non pas seulement parce q u ' i l s'agit d'un symbole a transformation: tour a tour alcdve, puis £crin, puis belvedere; mais parce que c'est une "maison roulante." Symbole qui bouge; symbole de quelque chose qui bouge, rfeussissant a se symboliser dans 1'ecriture; a f a i r e de 1'ecriture une aventure symbolique.^ Le s e u i l est parfumfe, 1'alcove est large et sombre, Et, l a , parmi l e s f l e u r s , . nous trouverons dans 1*ombre, Pour nos cheveux unis, un l i t silencieux. (v. 54-56) Les images a l a f o i s sensuelles et noires de l a Maison invitent l e lecteur a examiner l e s mysteres s^duisants de 1'imagination du poete. 85 Je v e r r a i , s i tu veux, les pays de l a neige, (...) (v. 58) Je d i r a i q u ' i l s sont beaux quand tes yeux l'auront d i t . (v. 63) La puissance secrete de l a femme commence a se reveler dans le s vers ci-dessus. Ce n'est pourtant que dans l a troisieme pa r t i e du poeme que l e r81e de l a femme est e t a b l i : Mais s i Dieu pres de l u i t'a voulu mettre, 6 f emme! Compagne d e l i c a t e ! Eva! Sais-tu pourquoi? C'est pour q u ' i l se regarde au miroir d'une autre ame, Qu'il entende ce chant qui ne vient que de t o i : (v. 232-235) Les images de l a vue et du miroir sont d'une supreme imortance dans La Maison du Berger. C'est a travers 1'amour et a travers l a p i t i e emis par l a lumiere mysterieuse des yeux de l a femme que l e poete se v o i t sous un jour nouveau. La femme peut e v e i l l e r l e s pouvoirs poetiques du genie. Le miroir de ses yeux r e f i e t e l a beaute de ses sentiments tout en inspirant l e poete et en l e transportant dans l e monde i d e a l . II s'agit done d'un r8le reciproque. Le poete protege l a femme du mai du monde reel grace au monde de 1*au-dela; l a femme l u i donne 1 ' e l i x i r magique, c'est-a-dire, 1'amour qui engendre 1'enthousiasme. L'eioge de l a femme i n s p i r a t r i c e et c e l u i de l a poesie correspondent, car sans Eva l e poete n'est pas Ii b r e de communiquer au monde les mysteres de l'ame: ...mais cette poesie, l o i n d'etre un simple exercice de 1'esprit, est fecondee par " l e pur enthousiasme" (v. 141) . Or cet 86 "enthousiasme pur" (v. 236), cette i n s p i r a t i o n divine envahit l e poete par l a mediation de 1'amour, car i l appartient a l a nature i n t u i t i v e de l a Femme d'y avoir directement acces et a sa "voix" suave d'en transmettre l e pr i v i l e g e mysterieux. La Femme est done 1 1 indispensable a u x i l i a i r e de 1'Homme dans 1'Elaboration de 1'oeuvre poetique. Sans e l l e et sans l e sentiment qu'elle e v e i l l e , 1'Homme s o l i t a i r e s e r a i t condamne' a une secheresse raisonneuse d'ou ne pourrait naitre aucune creation vivante.^ Dans l e monde i d e a l de Vigny, les acteurs se completent. Ton coeur vibre et r£sonne au c r i de 1 * o p p r i m e , (...) (v. 254) Tes pleurs lavent 1'injure et l e s ingratitudes, Tu pousses par l e bras 1*homme...il se leve arm!. (v. 58) Nous sommes bien l o i n de 1'image de l a "pale p r o s t i t u t e " dans La Colere de Samson. Est-ce que Vigny est gu§ri de son ancienne douleur? II paralt qUe oui, a premiere vue. Tenons compte, cependant, du f a i t que, dans La Maison du Berger, l e poete evoque expres l e monde imaginaire qui n'a aucun rapport avec l e v r a i monde. Poesie! 6 tresor! perle de l a pensee! Les tumultes du coeur, comme ceux de l a mer, Ne sauraient empecher ta robe nuanc£e D'amasser l e s couleurs qui doivent te former. Mais, s i t 8 t q u ' i l te v o i t b r i l l e r sur un front male, Trouble de l a lueur mysterieuse et pale, Le vulgaire effraye commence a blasphemer. (v. 134-140) Le symbol isme frappe l e lecteur: l a "perle" symbolise l e poeme, l a "robe nuancee" et l e s "couleurs" ne sont l e s idees 87 philosoph iques du poete. Dans l a partie II, Vigny met en question 1'incapacity du "vulgaire" d'appr§cier l e rdle de l a poesie. II met en contraste l ' e s p r i t de l'homme politique et ce l u i du poete pour d£montrer dans quelle mesure l ' e s p r i t de l'homme ordinaire est born£. Aussi se r6pand-il en injures contre l e s poetes qui se sont prostitufes pour etre applaudis par l a foule. D'apres Vigny, l e monde de l a poesie ouvre l a voie a des experiences mystiques: Pourquoi l e f u i r ? - La v i e est double dans les flammes. D'autres flambeaux di v i n s nous brQlent quelquefois: C'est l e S o l e i l du c i e l , c'est l'Amour, c'est l a Vie. (v. 143-145) Les experiences ambivalentes existent partout dans l e monde. Le Bien et l e Mai se trouvent dans l'amour et dans l a v i e . On l e s accepte; on l e s m^prise. II faut done gouter l a poesie comme i l faut gouter l'amour, car e l l e est selon l e poete une partie int^grante de l a v i e . Ah, f i l l e sans pudeur! f i l l e du Saint Orph£e, Que n'as-tu conserve ta be l l e gravity! Tu n ' i r a i s pas aussi, d'une voix etouff^e, Chanter aux carrefours impurs de l a citfe (v. 155-158) Le rdle du poete est sacr6 de sorte que tout abaissement est de mauvais gout. II faut que l e poete reste au-dessus de l a foule et q u ' i l evite de tomber dans l a decadence du monde de l'homme ordinaire. La repugnance de Vigny pour ceux qui se sont a v i l i s se manifeste dans de nombreuses images de l a p r o s t i t u t i o n 88 et de l a d<§bauche: " f i l l e sans pudeur", "chanter aux carrefours de l a cit£", "un v i e i l l a r d (...) releva l e premier, ta robe de pr§tresse", "vestales aux feux gteints", etc. Vigny, poete d'honneur, homme 61u, ne. saurait s'abaisser au niveau de l a piebe. Vestales aux feux £teints! l e s hommes l e s plus graves Ne posent qu'a demi ta couronne a leur f ront; I l s se croient arreted, marchant dans tes ent raves, Et n'dtre que poete est pour eux un affront (v. 169-172) Monsieur Castex f a i t remarquer au lecteur que Vigny f a i t a l l u s i o n i c i au poete Lamartine qui se melait de l a politique aux dfepens de l a poesie. I l se peut aussi que Vigny se rappelle l a v i e po l i t i q u e d'autres grandes figures litt£raires comme par exemple Hugo et Chateaubriand. On se demande s ' i l ne s'agit pas, dans une certaine mesure, de rancoeur de l a part de Vigny, car on • connalt ses tehees p o l i t i q u e s . Quoi q u ' i l en s o i t , i l faut se rappeler l a preeminence que Vigny donne aux poetes. En plus, l e Docteur-Noir n ' a - t - i l pas conseill£ au jeune S t e l l o de "s£parer l a v i e pofetique de l a v i e politique"? I l n'est pas surprenant que Vigny feleve l e poete au rang sup^rieur de l ' e c h e l l e s o c i a l e : l e poete chante l a parole sacr6e de l'ame tandis que l'homme po l i t i q u e , sourd au chant myst^rieux, ne peut pas se f i e r aux machinations 6nigmatiques de 1' Sme: Lui qui doute de l'Sme, i l c r o i t a ses paroles. Pofesie, i l se r i t de tes graves symboles. (v. 194-195) 89 L'homme politique cherche le pouvoir et 1'adulation d'une foule peu sure, car l a f i d e l i t y , n'est-elle pas souvent de courte dur£e? Ce parterre ne jette aux acteurs politiques Que des fleurs sans parfums, souvent sans lendemains. (v. 181-182) Les "discours passagers" de l'homme politique ne m£ritent que l a fi d e l i t y passagere des gens du commun. A l a difference de l a parole politique, la parole poetique dure a jamais car le poete ne chante que la verite tandis que l a parole politique consiste en "faux combats", "incertain oracle" et "jeux des assemblies". L'emploi des images evbquant l a dure te aide a communiquer l a dur4e de l a poesie: "ton diamant pur", "ce f i n miroir solide, etincelant et dur" et "durable pierre." RemarqUons aussi les verbes principaux ("se garderaient" et "conserve") qui insistent aussi sur l a durde eternelle de l a poesie. Diamant sans r i v a l , que tes feux iliuminent Les pas lents et tardifs de l'humaine raison! I l faut, pour voir de loin les Peuples qUi cheminent, Que le Berger t'enchasse au t o i t de sa Maison. (v. 204-207) La poesie (Diamant) se trouve done au niveau le plus haut de 1'imagination poetique (toit de sa Maison). La parole vignyenne soit "perle de l a pensee" ou "Roi de la pensee" m£rite l a deification, car elle va triompher de l a "barbarie" qUi tient encore les pieds de l'humanite "dans sa gaine". Les 90 "impalpables tr£sors" de l'ame embrassent l e "Verbe" du "Seigneur"; autrement d i t , en sondant l e t e r r a i n obscur de l'ame, l'homme trouvera l e s vertus l e s plus hautes. Les "diamants" vignyens, f r u i t s de son imagination f£conde, ajouteront de l a beaute et des £claircissements a une humanity encore asservie. Ayant done i t a b l i l a puissance de l a parole poetique, Vigny, dans La B o u t e i i i e a l a Mer, encourage l e jeune poete. I l renonce au narcissisme des poetes tout en l e remplacant par l e devoir dont l a fonction est d'eclairer l'humanitg: Oubliez- les enfants par l a mort arret£s; Oubliez Chatterton, G i l b e r t et M a l f i l a t r e ; De 1'oeuvre d'avenir saintement ido l a t r e , Enfin, oubliez l'homme en vous-m£me. (v. 4-7) C'est done l e s oeuvres du poete et son devouement i n f a t i g a b l e pour l'humanite qui sont, en f i n de compte, dignes d'estime. II va de soi que l e poete n'est pas immortel; nianmoins, grace a l a puissance de sa parole, sa pensee illuminera et durera a jamais. Le theme du suicide dans Chatterton, cede l a place au meurtre par l a foule dans La B o u t e i i i e & l a Mer, car l a Mer symbolise, bien entendu, l a society. Or, l'assassinat n'est pas un nouveau theme dans l a poesie de Vigny: nous l'avons vu dans Le Mont des O l i v i e r s et dans La Mort du Loup. Le "grave marin" de La B o u t e i i i e a l a Mer devient aussi l e martyr d'une soci£t£ brutale: "Son s a c r i f i c e est f a i t " . Ce qui est important, c'est que Vigny a vaincu a l a f o i s son d£sespoir et son obsession de l a mort. Plus tard dans sa v i e , i l a une approche beaucoup plus 91 p a i s i b l e devant l a mort: "II se croise l e s bras dans un calme profond". Nous sommes l o i n de 1 1 image du h£ros qui "recule", " c r i e avec e f f r o i " et qui tombe sur l e sable dans Le Mont des 01 i v i e r s . Le d£sespoir ne se trouve nulle part car l e poete s a i t q u ' i l a f a i t de son mieux pour l'humaniti. De plus, s i l'homme moissonnait par hasard l e f r u i t de sa longue meditation sur l a v i e , i l se peut q u ' i l s o i t immortalise dans l e monde l i t t e r a i r e . A i n s i , i l aurait conquis l a mort: Mais i l e c r i t aussi un "sublime testament" et i l l'enferme dans une b o u t e i l l e q u ' i l lance dans l e s vagues a destination d'un l o i n t a i n rivage, en di r e c t i o n de l'avenir. Acte poetique par. excellence, qui d£legue au "saint langage... honneur des hommes" l e soin de vaincre l a mort et l ' o u b l i . Oui, tout est perdu, fors l a parole: parole d'honneur et de poesie.g Revenons au theme du suicide pour dfemontrer l e changement de r e g i s t r e dans l a pensee vignyenne. Nous avons parie en de t a i l de 1'abandon et de 1'isolement du hiros qui aboutissent a sa mort s o i t par l a foule s o i t par sa propre main. Dans Chatterton, l a societe est responsable du suicide du jeune pofete: en essayant de l e sauver, e l l e l e tue car l e poete ne peut pas renoncer a son a r t . S i , selon Vigny, on nalt poete, on ne peut pas echapper a son destin: i l n'est pas dans l a nature du poete de suivre une autre voie. Tout e f f o r t de supprimer son genie ne peut que mener a sa mort car l a poesie est l e chant de l'ame qui donne au poete sa raison d'etre. Or, Vigny ne j u s t i f i e pas l e suicide dans Chatterton. I l presente, cependant, l a desolation de 1'artiste, impuissant et a l a merci de l a foule. Accabie du desespoir tout en maudissant son genie, 92 l e poete cherche du repos dans l a mort. Le suicide est done un acte de passion qui dipasse l a raison: ...mais l e Disespoir v e r i t a b l e est une puissance divorante, i r r e s i s t i b l e , hors des raisonnements, et qui commence par tuer l a pensie d'un seul coup. Le Disespoir n'est pas une i d i e ; c'est une chose, une chose qui torture, qui serre et qui broie l e coeur d'un homme comme une t e n a i l l e , jusqu'a ce q u ' i l s o i t fou et se je t t e dans l a mort comme dans l e s bras d'une mere.^ Certes Vigny a abandonni l e theme du suicide dans ses poemes p o s t i r i e u r s ; cependant, i l ne cessait jamais d'y r i f l i c h i r . De plus, i l n'a jamais condamni l e suicide par disespoir; en f a i t , dans l a c i t a t i o n ci-dessous, t i r i e du Journal d'un poete, i l dimontre une communauti d'Sme avec l e s a r t i s t e s qui souffrent: Or Dieu regarda et v i t avec orgueil un jeune homme i l l u s t r e sur l a terre. Ce jeune homme i t a i t tres malheureux et se tua de son i p i e . Lorsque son ame parut devant l ' E t e r n e l , Dieu l u i d i t : "Qu'as-tu f a i t ? Pourquoi as-tu d i t r u i t ton corps?" L'&ne ripondit: "C'est pour t ' a f f l i g e r et te punir, car pourquoi m'as-tu c r i i malheureux? Pourquoi as-tu c r i i l e mai de l'Sme, le p i c h i et l e mai du corps, l a souffrance? Je n'ai pas voulu te l a i s s e r plus longtemps l e spectacle de ma douleur. (1853. p. 1310) I l est ivident que l a l u t t e de Vigny contre l e Dieu-Vengeur dura pendant toute sa v i e . II voula i t se venger de Dieu d 1avoir permis l a souffrance dans l e monde. Et, s i l e "grave marin" dans La B o u t e i l l e h l a Mer se montre courageux devant l a mort, ce n'est pas q u ' i l a i t conquis n i l e silence de Dieu n i l e mipris de l a foule, mais plutdt q u ' i l a appris comment bien se comporter devant l e s entraves de l a v i e : 93 Quand un grave Marin v o i t que l e vent 11empo r te Et que l e s mats brisks pendent tous sur l e pont, Que dans son grand duel l a mer est l a plus forte Et que par des c a l c u l s l 1 e s p r i t en vain rtpond; Que l e courant l'ecrase et l e roule en sa course, Qu'il est sans gouvernail et partant sans ressource, II se croise l e s bras dans un calme profond. (v. 8-14) II s'agit i c i de l a l u t t e du penseur (Marin) contre l a s o c i e t y (mer). Le Marin symbolise l e penseur qui n'est autre que l e poete Vigny. Le poete se rnanifeste encore sous l e v o i l e du symbolisme habile. Le grand duel du penseur est d£ja r6gl£ car l a "mer est l a plus f o r t e " . L'emploi du symbol isme dans cette strophe aide Vigny a communiquer subtilement l a domination tyrannique d'une soci£t£ en t r a i n d'Ecraser l a figu r e f r a g i l e du poete. "Le vent l'emporte", " l e courant l'ecrase et l e roule en sa course" eVoquent 1' impuissance du poete de l u t t e r contre l a force de l a foule. Le penseur abattu se rnanifeste dans l e s expressions suivantes: "les mats brisks", . " i l est sans gouvernail" et "partant sans resistances". Le symbol isme se diroule davantage dans l a strophe ci-dessous: II v o i t l e s masses d'eau, les toise et l e s mesure, Les mtprise en sachant q u ' i l en est £cras£. Soumet son ame au poids de l a matiere impure Et se sent mort a i n s i que son vaisseau ras4. - A de certains moments, l'ame est sans resistance; Mais l e penseur s ' i s o l e et n'attend d'assistance Que de l a forte f o i dont i l est embras4. (v. 15-21) 94 L'humanite se trouve dans "les masses d'eau" et dans " l a matiere impure". Le dggoGt du penseur pour l a foule se reVele dans "les t o i s e " , "les mesure" et "les m£prise". Le fardeau accablant de l'existence est communique dans "masses" et "poids". Le penseur se sent totalement perdu et abattu - "son vaisseau rase". Son ame m§me ne peut pas l u i donner de reconfort. II l u i reste, pourtant, de l a consolation: i l s a i t q u ' i l a f a i t de son mieux pour l'humanite: Dans l e s heures du s o i r , l e jeune Capitaine A f a i t ce qu' i l a pu pour l e salut des siens. (v. 22-23) II n'est pas d i f f i c i l e d'imaginer l e poete se penchant sur son t r a v a i l dans l a sainte solitude de l a nuit, cherchant dans l e s tenebres l e t e r r a i n inconnu de "celui qui soutient l e s p5les." - II se resigne, i l p r i e ; i l se r e c u e i l l e , i l pense. (v. 26) L'antithese reveie a l a f o i s l a tentation passagere de prier et l a suprematie de l a pensee. Selon Vigny, prier est un acte de lachete. II l ' a d i t dans La Mort du Loup: "Gemir, pleurer, prie r est egaiement lSche. " Le reconf ort se trouve seulement en nous-m§mes et dans notre devouement inlassable au t r a v a i l . Son s a c r i f i c e est f a i t ; mail i l faut que l a terre Recueille du t r a v a i l l e pieux monument. C'est l e journal savant, l e c a l c u l s o l i t a i r e , Plus rare que l a perle et que l e diamant; C'est l a carte des f l o t s f a i t e dans l a tempite, La carte de l ' e c u e i l qui va briser sa t§te: Aux voyageurs futurs sublime testament. (v. 29-35) 95 Nous revenons au theme de notre discussion: manifested dans un symbolisme evident: l e pieux monument du t r a v a i l l e journal savant l e calcul s o l i t a i rare que l a perle et l e diamant l a carte des f l o t s f a i t e dans l a tempete l a carte de l ' e c u e i l qui va bjriser Sublime testament l a p o i sie, ESIE "Des f l o t s f a i t e dans l a tempete" et " l a carte de l ' e c u e i l " evbqUent l e s entraves que l e poete, a l a recherche de l a v i r i t i , a rencontrees. Gr&ce au t r a v a i l ardu du poete, les "vbyageurs futurs" p r o f i t e r o n t de sa pensie sagace. I l ouvre une b o u t e i l l e et l a c h o i s i t t r i s f o r t e . (...) (v. 47) II tien t dans une main cette v i e i l l e compagne (...) (v. 50) II lance l a B o u t e i l l e a l a mer, et salue Les jours de l'avenir qui pour l u i sont venus. (v. 96-97) Nous constatons que l a "Bouteille" symbolise un r e c u e i l de poi s i e , l e f r u i t d'une longue miditation, mClri dans le s heures de solitude. II s'agit encore une f o i s du symbole du symbole: Cette v i e i l l e compagne La B o u t e i l l e (symboles) POESIE (diamant -le pieux monument l e journal savant e calcul s o l i t a i r e l a carte des f l o t s l a carte de 1 ' i c u e i l Sublime testament (symboles) 96 Et f comme l e font l e s rayons d'un diamant, tous l e s rayons des symboles ci-dessus convergent sur un point central qui est l a Poisie. II sourit en songeant que ce f r a g i l e verre Portera sa pensie et son nom jusqu'au port; Que d'une l i e inconnue i l agrandit l a terre; Q u ' i l marque un nouvel astre et l e confie au sort; Que Dieu peut bien permettre a des eaux insensies De perdre des vaisseaux f . mais non pas des pensies, Et qu'avec un flacon i l a vaincu l a mort. (v. 99-105) E s t - i l possible q u ' i l existe, a premiere vue, une contradiction entre l a B o u t e i l l e "tres f o r t e " et "ce f r a g i l e verre"? Certes on a i t u d i i en d i t a i l l e riseau de contradictions dans l e s oeuvres de Vigny. A notre avis,. i l s'agit i c i d'un jeu de mots intentionnel de l a part de Vigny: "ce f r a g i l e verre" veut dire "ce f r a g i l e vers". La f r a g i l i t y du verre ivbque, a juste t i t r e , l a d i l i c a t e s s e du langage poitique. En sondant l e t e r r a i n d'une " l i e inconnue", autrement d i t , l'au-dela, le poete peut l a i s s e r au monde son legs (nouvel a s t r e ) . Que l'humaniti (eaux insensies) icrase l e s hommes de ginie (vaisseaux) va de s o i . Leur pensie v i v r a pourtant a jamais, s i l e flacon (devoir) est sauvi par un "savant". La survivance de l a poisie garantit 1'immortaliti du poite. Les courants 1'emportaient, les glacons l a retiennent Et l a couvrent des pi i s d'un i p a i s manteau blanc. 97 Les noirs chevaux de mer l a heurtent, puis reviennent La f l a i r e r avec crainte, et passent en soufflant. E l l e attend que l ' e t i , chargeant ses destinies, Vienne puvrir l e rempart des glaces obstinies, Et vers l a ligne ardente e l l e monte en roulant. (v. 113-119) Dans ce merveilleux passage de l a personnification, les images de l a chasse ("noirs chevaux de mer l a heurtent, puis reviennent/ La f l a i r e r avec crainte, et passent en soufflant") et l e s images de l a mort ("glacons", " p i i s d'un i p a i s manteau blanc",,"glaces obstinies") communiquent au lecteur l'existence funebre du grave penseur (poete). Oui, "poete" parce que l a B o u t e i i i e se transforme en quelqUe chose d'animi. Aussi, n ' e s t - i l pas possible d'imaginer l e fantdme du Loup dans cette chasse? Les images a l a f o i s f roides et contraintes symbolisent 1 ' i n s e n s i b i l i t e de l a foule au cadeau pricieux du poete qui se trouve iternellement sous l e joiug, tandis que l a chaleur de l ' e t i off re une lueur d'espoir. L'£t£ est done l a saison de 1*4claircissement (ligne ardente) qui a c c u e i l l e ardemment les connaissances. L'homme de ginie vise a l a l i b e r t y de 1'humanity par 1'intermedial re de son testament. Cette derniere expression s i g n i f i a i t pour l e poete 1'ensemble de son oeuvre perspicace. Seule dans l'Ocian, seule toujours! - Perdue Comme un point i n v i s i b l e en un mouvant desert, L*aventuriere passe errant dans l'etendue, Et v o i t t e l cap secret qui n'est pas dicouvert. Tremblante voyageuse a f l o t t e r condamnie, 98 E l l e sent sur son col que depuis une annie L'algue et l e s goemons l u i font un manteau vert. (v. 134-140) C'est dans l a strophe ci-dessus que Vigny at t e i n t l e point culminant de l a personnification: "1' aventur i i r e " , "tremblante voyageuse" "Seule" et "Perdue" dans "l'Ocian", symbolise l e grand penseur (Vigny) qui n'est qu'un "point i n v i s i b l e " , , i s o l i dans un monde qui g r o u i l l e autour de l u i . I l se sent totalement i c a r t i car c'est son destin d'etre l e seul qui "voit t e l cap secret qui n'est pas dicouvert". Le poete-penseur est condamni a " f l o t t e r " et a "errer" parmi une foule h o s t i l e et a subir l e mipris de l'homme ordinaire incapable d*accepter son g i n i e . La crainte se manifeste partout dans cette strophe imouvante. Les a d j e c t i f s "Seule", . "Tremblante" et "Perdue" evoquent 1'apprehension du poete devant 1 * indifference de l a foule. En outre, le "manteau v e r t " de l'algue symbolise l e s contraintes suffocantes imposies au poete par l a s o c i i t i . Ne nigligeons pas l'antithese sous-entendue entre l a couleur verte du "manteau" et l e vert du verre de l a b o u t e i l l e de champagne. D'une part sont inoncies l a froideur de l a s o c i i t i et l a crainte consiquente du poete; d'autre part, l e vert symbolise l a couleur de l ' i t i , l a saison de l a j o i e ou l e corps se richauffe grSce a l a chaleur du s o l e i l . Autrement d i t , et nous l'avbns d i j a vu, l ' i t i est l a saison de l'espirance ou 1'Sme est i v e i l l i e grSce a l a pensie i c l a i r i e du poite. Qu'il s'agisse s o i t d'un " i p a i s manteau blanc",. s o i t d'un 99 "manteau vert",, l a froideur de l a foule se g l i s s e dans l'&ne f r a g i l e du poete pour f a i r e obstacle a son t r a v a i l . Et s i l e cadeau v i t a l des "penseurs laborieux" est rejete par l a majority, i l se peut, pourtant, que qUelqu'un s'interesse par hasard au "flacon pricieux" et que 1 ' e l i x i r d i v i n des e s p r i t s f i n s s o i t en d e f i n i t i v e s a l u i : Un pecheur accroupi sous des rochers arides T i r e dans ses f i l e t s l e flacon pricieux. II court,.cherche un Savant et l u i montre sa prise, Et, sans l'oser ouvrir, demande qu'on l u i dise Quel est cet e l i x i r noir et mysterieux. Quel est cet e l i x i r ! P§cheur, c'est l a science, C'est 1 ' e l i x i r d i v i n que boivent l e s es p r i t s , Tresor de l a pensee et de 1'experience; Et s i tes lourds f i l e t s , , 6 picheur, avaient p r i s L'or qui toujours serpente aux veines du Mexique, Les diamants de l'Inde et l e s perles d' Af rique, Ton labeur de ce jour avait eu moins de pr ix . (V. 143-154) II est bon de remarquer l e contraste entre l e t r a v a i l modeste du "p§cheur",. homme p r i m i t i f , et c e l u i du "Savant". L'homme de genie a un rdle primordial en ce qUi concerne l a transmission des connaissances dans l e monde. L'homme ordinaire a besoin des conseils e c l a i r e s des savants pour avancer dans l a v i e . La connaissance, s o i t de l a science, s o i t du monde mysterieux du poete-voyant, est un "Tresor" qui n'a pas son e g a l . L'antithese entre l e material isme et l a connaissance aide a communiquer au lecteur l a suprematie de 1'esprit. En employant l e s l e t t r e s a 100 l a f o i s minuscules et majuscules, Vigny oppose l e s t r i s o r s des deux mondes: "diamant de l'Inde",, "perles d'Afrique" contrastent avec l e Diamant et l a Perle q u ' u t i l i s e Vigny pour v i n i r e r l a Poisie. D 1apres l u i , l a poi s i e est 1'ipanouissement sublime de l a connaissance. Aux hiros du savoir plus qu'a ceux des b a t a i l l e s On va f a i r e aujourd'hui de grandes f u n i r a i l l e s . (v. 159-160) Dans l e monde c i v i l i s i , l ' a c t i o n doit cider l a place a l ' e s p r i t . La barbarie est i t o u f f i e gr&ce a l ' o e i l p i n i t r a n t des hommes i l u s . Les hiros de l a guerre ne sont que des vestiges d'une ipoque tinibreuse. Ce sont l e s hiros de l a connaissance qui seront immortalisis gr&ce au savoir: Homire a chanti l e s hiros du corps. II nous faut chanter ceux de l'ame aujourd'hui. (Journal p. 1381) L' i r e de l'homme de l ' a c t i o n est remplacie par c e l l e de l'homme de 1'Esprit. Souvenir i t e r n e l ! g l o i r e a l a dicouverte Dans l'homme ou l a nature igaux en profondeur, Dans l e Juste et l e Bien, , source a peine entr'ouverte, Dans l ' A r t inipuisable, ablme de splendeur! (v. 162-165) La r e l i g i o n vignyenne se trouve dans " l ' A r t " , . dans l e "Juste" et dans l e "Bien". Ces t r o i s iliments constituent, s i l'on veut, l a Sainte T r i n i t i du poite. Nous avons vu que l a parole de Dieu a i t i remplacie par l a parole vignyenne: ceci 101 est dd au contenu p£rim£ de l a doctrine chrytienne. Vigny a cree done sa propre r e l i g i o n baste sur une philosophie plus avancte, conformant au monde actuel. D'apres l u i , l a v e r i t y absolue ne se trouve plus dans l e s ynigmes de l a doctrine chrytienne mais plutQt a force du t r a v a i l perpytuel de 1'esprit supyrieur: Le v r a i Dieu,.le Dieu f o r t , est l e Dieu des idyes! Sur nos fronts ou l e germe est jety par l e sort, Rypandons l e Savoir en fycondes ondyes; Puis,. r e c u e i l l a n t l e f r u i t t e l que de l'ame i l sort, Tout empreint du parfum des saintes solitudes, (v. 176-180) Nous revenons i c i au gynie de l'homme y i u (poete) . Qu'il s'agisse s o i t du front "ou l e germe est jety par l e sort", s o i t du Diamant qUe l e Berger "enchasse au t o i t de sa Maison", . l a supyriority de 1'esprit de l'homme de gynie ne cesse pas de r e s s o r t i r partout dans l e s poemes de notre poete f i e r et superbe: Comme l a montagne dans Moise et dans La Maison du Berger, l e front est l ' " a i r e i n acessible," l e s i t e propice a l a v i s i o n globale des choses et a l a d i f f u s i o n de l a lumiere. L ' y t o i l e , l a perle ou l e diamant b r i l l e n t au front du poete comme un signe d'yiection...g Le "Dieu des idyes" est bien entendu l'homme y i u : selon Vigny, Dieu se rnanifeste en l'homme lui-meme et dans ses capacitys i n t e l l e c t u e l l e s . Le destin l u i a jety l e grain de l a connaissance supreme. C'est done son r&le de l e c u l t i v e r et de l e r a f f i n e r . "Le f r u i t (...) tout empreint du parfum des saintes solitudes" symbolise l e cadeau, . c'est-a-dire, l a poysie 102 que Vigny off re a l'humanite. Qu'importe o u b l i , morsure, i n j u s t i c e insensie, Glaces et to u r b i l l o n s de notre traversie? Sur l a pierre des morts c r o l t 1'arbre de grandeur. (...) (v. 166-168) L'or pur doit surnager, et sa g l o i r e est certaine. (v. 173) (...) Jetons 1'oeuvre a l a mer, l a mer des multitudes: (v. 181). Rien ne compte, ni l a mort, ni l a v i e poignante de l'homme de genie, sauf l e legs q u ' i l l a i s s e a l'humanite. Son isolement quoique penible est une partie integrante de l a v i e du poete. C'est l a croix que porte l e poete-martyr, c'est l e symbole de 1'expiation de l a v i e de l'homme eiu, c'est, en f i n de compte, l e s a c r i f i c e supreme, f a i t par l e poete pour soulever l e v o i l e de 1'ignorance de l'humanite. La B o u t e i i i e a l a Mer (1853) marque l e moment d i c i s i f dans l a pensee s p i r i t u e l l e de Vigny. Et, dans L'Esp r i t Pur, acheve a l a v e i l l e de sa mort, Vigny ne la i s s e aucun doute sur 1*ascendant de 1'esprit du poete-penseur et sur son immortalisation grace au Beau enchasse dans ses oeuvres. Vigny demontre que " s i l e grain ne meurt" et s ' i l est bien c u l t i v e , l'humanite en p r o f i t e r a a jamais. "L'arbre de grandeur" est feconde par l e t r a v a i l imperissable de quelques d e v b u e s . C'est l e "phare a tous,.Penseurs laborieux!" S i l'Orgueil prend ton coeur quand l e Peuple me nomme, Que de mes l i v r e s seuls te vienne l a f i e r t e , 103 J ' a i mis sur l e cimier dori du gentilhomme Une plume de fer qui n'est pas sans beauti. J' a i f a i t i l l u s t r e un nom qu'on m'a transmis sans g l o i r e . Qu'il s o i t ancien,. qu'importe? - I l n'aura de memoire Que du jour seulement ou mon front l ' a p o r t i . (...) (v. 1-7) A peine une i t i n c e l l e a r e l u i dans leur cendre. C'est en vain que d'eux tous l e sang m'a f a i t descendre; Si j ' e c r i s leur h i s t o i r e , i l s descendront de moi. (v. 12-14) C'est dans ce dernier poeme, L' Es p r i t Pur, que se dessine avec n e t t e t i l e sentiment i l e v i de l a dignite" et de l'honneur de Vigny. Le poete a i t i f i e r de sa naissance noble et de ses aleux aristocratiques, car i l s se sont conduits avec honneur. On l e s a pourtant o u b l i i s car, selon Vigny, les hommes d'action, vivant a une ipoque peu i c l a i r e i e , n'ont r i e n l a i s s i a l a p o s t e r i t i sinon "l'obscur amas des vieux noms i n u t i l e s " . C'est a Vigny done, l e seul et dernier anneau", d'immortaliser l e nom honorable de sa f a m i l l e : "Je suis l e premier c i l i b r e et l e dernier de mon nom." (Journal p. 1319). Nous avons vu dans La Boute i l l e a l a Mer que l'homme d'action doit cider l a place a l'homme de l 1 E s p r i t pour assurer 1 *iclaircissement de l'humaniti. La be l l e "plume de f e r " , . symbole de l a poisie, garantit 1'immortalisation du poite-penseur. Comme on peut s'y attendre, Vigny: a f i x i l e symbole de son ginie au point l e plus haut (cimier d'ori) du casque noble. II r i t a b l i t done l a suprimatie de l'homme de 1'Esprit. Peu importe q u ' i l n'ait pas l a i s s i de descendants car son legs sera sa pois i e savante, le 104 don l e plus c h i r i qui va durer a jamais. De meme que l a dureti du Diamant exprime l a duree de l a poisie, de mime l e s images du mital garantissent l a p i r e n n i t i de l a parole poitique. II est aussi i n t i r e s s a n t de noter que l e casque de guerrier se transforme en quelque chose de bien majestueux: Tous sont morts en l a i s s a n t leur nom sans aur i o l e , (...) (v. 43) Ton rigne est a r r i v i , Pur Esprit, Roi du Monde! (v. 50) Vigny, l e dernier d'un haut lignage portera 1'"auriole",. autrement d i t , . l a couronne d'or de l'homme supirieur. Sa grandeur est ivoquie dans "auriole", . "rigne" et " r o i du monde". C'est gr^ce a son ginie que l e poite sera a l a longue i l u et v i n i r i par l e peuple. Notons qu' i l d i t "Quand l e peuple me nomme" et non pas "Si l e peuple me nomme". II f a i t confiance done a l'avenir et a 1'immortalisation de sa parole. Aujourd'hui, c'est l'ECRIT, L'ECRIT UNIVERSEL parfois impirissable, Que tu graves au marbre ou tralnes sur l e sable, Colombe au bee d' a i r a i n ! VISIBLE SAINT-ESPRIT! (v. 53-56) On a assez p a r l i des images de l a dureti dans l a pois i e de Vigny. I l s u f i t de dire i c i que 1' image de l a colombe "au bee d'a i r a i n " symbolise l a paix i t e r n e l l e que Vigny off re au monde par l e b i a i s de ses oeuvres i d i f i a n t e s . Dans Les Destinies,. Vigny dimontre qu'a force d'une longue recherche miditative, i l est possible de te n i r entre l e s mains 105 l a v i c t o i r e sur l e destin. A travers l a beaute des sentiments l e s plus purs,. i l donne a l'humanite l a "Certitude heureuse" et l'" E s p o i r confiant". Le poete a c r e e pour l a "Jeune posterity" un monde i d e a l ou se trouvent l e s vertus l e s plus hautes de l'existence: Et je soutiens encore dans l e s hauteurs, Parmi l e s Maltres purs de nos savants Musees, L'IDEAL du Poete et des graves Penseurs. J'eprouve sa durie en vingt ans de silence, Et toujours, d'Sge en Sge encor, je vois l a France Contempler mes tableaux et leur jeter des f l e u r s . (v. 57-63) Le silence, ami f i d e i e de Vigny pendant toute sa v i e , ferme a juste t i t r e l e l i v r e du poete. Sans l a sainte solitude, Vigny n'aurait jamais pu atteindre l e s sommets l e s plus augustes de l a pensee pure: "La pensee pure est f a i t e pour l e s r£veurs s o l i t a i r e s et un p e t i t cercle d'esprits rares". (Journal p. 1337). Assurement, Vigny a trouve une place parmi l ' e i i t e l i t t e r a i r e de nos jours. Son s t y l e e i e v e et l e contenu s p i r i t u e l de ses oeuvres evbquent parfois des c r i t i q u e s assez severes. Tenons compte du f a i t que l e chant de l'ame du poete n'est pas toujours parfume ni f a c i l e a embrasser. Vigny peint l a v e r i t e sur l a v i e : l e Bien et l e Beau dans toute sa splendeur; l e Mai et l e Laid dans toute sa b r u t a l i t y ; tout est r e v e i e sans avoir egard aux sentiments d e i i c a t s . En plus,. Vigny n'a jamais compte sur l ' a c c u e i l chaleureux de tout homme. II l ' a d i t maintes f o i s 106 dans Le Journal d'un poete; nianmoins, Vigny a i c r i t Les Destinies pour que tout l e monde en prof i t e : s i l e rdle du "savant" est d' i n s t r u i r e l e "pecheur",. n ' e s t - i l pas aussi l a mission des d i s c i p l e s du poite de perpituer l e s enseignements et l a mimoire de l'homme i l u ? Buvbns done l ' i l i x i r mystirieux de son chant et ripandons sur l'humaniti l a beauti de nos expiriences s i n g u l i i r e s . Nous, jeune p o s t i r i t i , nous acceptons avec ardeur l e cadeau pricieux de sa po i s i e . L'iloge, quoique grandiose, que nous faisons de l u i , ne peut jamais i g a l e r son divouement i t e r n e l a l'humaniti. II est done bien juste que notre poite a i t l e dernier mot immortel sur l'avenir de 1'humaniti: Jeune P o s t i r i t i d'un vivant qui vous aime! Mes t r a i t s dans vos regards ne sont pas e f f a c i s ; Je peux, en ce miroir, me connaitre moi-meme; Juges toujours nouveaux de nos travaux passis! F l o t s d'amis renaissants! - Puissent mes Destinies Vous amener a moi, de dix en dix annies A t t e n t i f s a mon oeuvre, et pour moi c'est assez ! (v. 64-70) 107 Notes Chapitre III 1 Henri Guillemin, M. de* Vigny Homme a"ordre et Poete (Paris: Gallimard, 1955), p. 93. 2 Chatterton, I, p. 832. J Jacques Gaucheron, "Vigny en poi s i e " , Europe (197 8) , p. 10. 4 Jarry, Fable, p. 60. 5 Castex, Destinies, p. 189. ^ Paul V i a l l a n e i x , "M. de Vigny Homme d'honneur et Poete" Association des Amis d'Alfred de Vigny, B u l l e t i n n° 12 (1982-1983) , p. 17. 7 Chatterton, I, p. 767. g Paul Lecoq, "Perle, c r i s t a l et diamant chez A. de Vigny" Information l i t t i r a i r e , v. 27 (4), 1975, p. 169. 9 V. chap. II, p. 25. 108 Chapitre IV "Sous l e joug" Plus de vingt-cinq ans avant 1 *achevement en 1849 du poeme lim i n a i r e Les Destinies, Vigny a mis en question l a tyrannie inexplicable de l a D i v i n i t i . II a repris l e meme theme en 1843 dans Le Mont des O l i v i e r s dont l e post-scriptum, a j o u t i en 1865, atteste sa reserve inchangeante a 1'egard du Dieu c h r i t i e n . Que ce so i t l e Jihovah de 1'Ancien Testament, ou l e Dieu du christianisme moderne, l a Di v i n i t e resta, pendant toute l a v i e du poete, l'enigme l a plus accablante. Selon l e s hi s t o r i e n s , l'avenement du Christ avait pour but 1'abolition de l a barbarie et 1'eclaircissement subsequent de l'homme. Jis u s - C h r i s t n'y a guere r i u s s i car, selon Vigny, i l a i t i condamni a mort au moment ou i l avait commenci a ripandre l a v i r i t i et l e bien dans l e monde. Dans l e poeme Les Destinies, Vigny dimontre l a p e r v e r s i t i du Dieu Jihovah c h r i t i e n : meme apri s l e martyre, soi-disant expiatoire, du F i l s de Dieu, l a f a t a l i t i divine revient au monde pour enchainer l'homme son esclave: Pour Vigny, Dieu, mime apris l a mission du Christ, continue a accabler 1'Homme, comme s i l a malidiction du p i c h i o r i g i n e l devait se prolonger jusqu'a l a f i n des temps.•• 109 D'apres Vigny, l e fardeau de l'existence icrase l'homme de tous c 6 t i s : de mime q u ' i l doit supporter l a tyrannie divine, de mime i l est frappi des tyrannies t e r r e s t r e s . Dans Wanda, Vigny se ripand en injures contre l e despotisme du tsar russe Nicolas l e r . Aussi Les Oracles, poeme achevi en 1862, commence-t-il par une dinonciation des systemes p o i i t i q u e s dictatoriaux. II f i n i t , nianmoins, par un iloge de l'homme de 1'Esprit qui garde l'avantage sur l'homme po l i t i q u e grace a sa perspicacity f i n e . Le post-scriptum des Oracles sert, en e f f e t , de prediction pour l'avenement de 1'Esprit Pur. C'est l e but de l'homme de 1'esprit, nous l'avons d i t , d'elever l'homme de l a barbarie jusqu'a l a hauteur de l a c i v i l i s a t i o n . Dans La Sauvage, i l s'agit d'un discours sur l a suprimatie de l a c i v i l i s a t i o n . Dans ce poeme, Vigny j u s t i f i e d'une maniere exceptionnellement pieuse l e genocide des indigenes de 1'Amir ique du Nord par l'homme " c i v i l i s t " . Sous l'apparence de 1'amour de 1'humanity, l e poete se montre extraordinairement distant et assez condescendant a propos de l a ruine des Indiens. Or, on connalt l a d u a l i t i de Vigny; poete sauvage/penseur c i v i l i s t : Vigny lui-m£me a f o r t bien analyst l e s deux p&les de sa personnalitt entre lesquels s ' i n s t i t u e un t q u i l i b r e sans cesse remis en question: "coeur sauvage et e s p r i t c i v i l i s t . " Dans LA SAUVAGE c'est 1'esprit c i v i l i s t qui l'emporte, et avec un t c l a t presque sauvage^ "Vous m'appelez l a L o i , je suis l a L i b e r t t " : on pourrait dire que Vigny, en in s i s t a n t lourdement sur l' i d t a l i s m e du monde c i v i l i s t , est tombt par hasard dans l e piege de l'altruisme qui 110 n ' e s t pas , s e l o n L a c a n , sans s en t iments d ' a g r e s s i v i t e : L e s s o u f f r a n c e s de l a nevrose e t de l a psychose sont pour nous l ' e c o l e des p a s s i o n s de l ' S m e , comme l e f i e a u de l a ba lance p s y c h a n a l y t i q u e , quand nous c a l c u l o n s 1 ' i n c l i n a i s o n de sa menace sur des communautes e n t i e r e s , nous donne l ' i n d i c e d 'amort i s sements des p a s s i o n s de l a c i t e . A ce p o i n t de j o n c t i o n de l a n a t u r e a l a c u l t u r e que 1 ' a n t h r o p o l o g i c de nos j o u r s s c r u t e obs t inement , l a p s y c h a n a l y s e s e u l e r e c o n n a l t ce noeud de s e r v i t u d e i m a g i n a i r e que l 'amour d o i t t o u j o u r s r e d i f a i r e ou t r a n c h e r . Pour une t e l l e oeuvre , l e sent iment a l t r u i s t e es t sans promesse pour nous, q u i per?ons a j o u r 1 1 a g r e s s i v i t e q u i s o u s - t e n d l ' a c t i o n du p h i l a n t h r o p e , de l ' i d i a l i s t e , du pedagogue, v o i r e du titormateur.^ Les images v i o l e n t e s se m a n i f e s t e n t a maintes r e p r i s e s non seulement dans L a Sauvage mais a u s s i p a r t o u t dans l a p o e s i e de V i g n y . I l r e s t e a s a v o i r s ' i l s ' a g i t d'une nevrose chez n o t r e p o e t e . II s u f f i t de d i r e i c i que V i g n y , homme d ' o r d r e et d 'honneur , sachant se dominer t r e s b i e n , a i t eu b e s o i n d 'un e x u t o i r e pour ses s en t iments l e s p l u s p r i m i t i f s . Sans doute l ' a - t - i l t r o u v i dans l e monde i m a g i n a i r e de l a p o e s i e . La Mort du L o u p , . abondant en images v i o l e n t e s , n * e t a i t - i l pas , s e l o n V i g n y , une " v r a i e sa ignee"? Vu a l a f o i s l ' a p p r o c h e d i d a c t i q u e du poeme et l e contenu a l t r u i s t e , i l n ' e s t pas s u r p r e n a n t que L a Sauvage s o i t p a r f o i s l ' o b j e t de l a c r i t i q u e s e v e r e : Parmi ces "poemes p h i l o s o p h i q u e s , " "La Sauvage" e s t c er ta inement c e l u i dont l e contenu i d e o l o g i q u e se presen te avec l e d i d a c t i s m e l e p l u s a g r e s s i f et q u i a m e r i t e par l a une r e p u t a t i o n ass sez f&cheuse .^ Tenons compte p o u r t a n t du f a i t que de t e l l e s i n c o n g r u i t e s se I l l m a n i f e s t e n t rarement dans l a d o c t r i n e h u m a n i t a i r e de V i g n y . On peut d i r e que l ' e l o g e de 1'ordre e t de l a l i b e r t y e t sa h a i n e de l a b a r b a r i e ont f a i t d e scendre l e poete dans l e monde r e e l ou l e genocide des r a c e s i n f i r i e u r e s e t l ' h i g e m o n i e des r a c e s v i c t o r i e u s e s s o n t d e p u i s l e commencement du monde des p a r t i e s i n t i g r a n t e s du monde " c i v i l i s i " . V i g n y , constamment a l a r e c h e r c h e de l a v e r i t y , ne s a u r a i t i g n o r e r l a r e a l i t e quoique r i p u g n a n t e . La Sauvage a un double b u t : l a j u s t i f i c a t i o n des a c t i o n s de l'homme " c i v i l i s 6 " a b o u t i s s a n t a une c o n s c i e n c e t r a n q u i l l e pour l e poe t e . Peu imp o r t e s es a b e r r a t i o n s c a r l a v i e d ' A l f r e d de V i g n y , a l a f o i s p r i v i e e t p u b l i q u e , a ete en d e f i n i t i v e un s a c r i f i c e supreme pour l e b i e n de l ' h u m a n i t e . En p l u s , sa v e n e r a t i o n de "1' e s p r i t p u r " e t l e p r i m a t q u ' i l l u i accorde g a r a n t i s s e n t l a p e r e n n i t e des v e r t u s l e s p l u s h a u t e s dans l e l i v r e de l a c i v i l i s a t i o n . Abordons, done, a l a f o i s l e monde t y r a n n i q u e de l'homme e t l a reponse de V i g n y devant t o u t e a u t o r i t e e c r a s a n t e . Depuis l e prenmier j o u r de l a c r e a t i o n , Les p i e d s l o u r d s e t p u i s s a n t s de chaque D e s t i n e e P e s a i e n t sur chaque t§te e t sur t o u t e a c t i o n . Chaque f r o n t se c o u r b a i t e t t r a c a i t sa j o u r n e e , Comme l e f r o n t d'un boeuf c r e u s e un s i l l o n p r o f o n d Sans depasser l a p i e r r e ou sa l i g n e e s t bornee. Ces f r o i d e s d e i t e s l i a i e n t l e j o u g de plomb Sur l e crane e t l e s yeux des Hommes l e u r s e s c l a v e s , Tous e r r a n t , sans e t o i l e , en un d e s e r t sans f o n d ; L e v a n t avec e f f o r t l e u r s p i e d s charges 1 1 2 d ' e n t r a v e s ; S u i v a n t l e d o i g t d ' a i r a i n dans l e c e r c l e f a t a l , Le d o i g t des V o l o n t e s i n f l e x i b l e s e t g r a v e s . T r i s t e s D i v i n i t f e s du monde O r i e n t a l , Femmes au v o i l e blanc,,immuables s t a t u e s , . E l l e s nous i c r a s a i e n t de l e u r p o i d s c o l o s s a l . Comme un v o l de v a u t o u r s sur l e s o l a b a t t u e s , Dans un o r d r e £ternel, t o u j o u r s en nombre 6gal Aux t e t e s des m o r t e l s sur l a t e r r e i p a n d u e s , E l l e s a v a i e n t pose" l e u r o n g l e sans piti£ Sur l e s cheveux d r e s s e s des r a c e s i p e r d u e s , T r a i n a n t l a femme en p l e u r s e t l'homme hu m i l i e . ( D e s t i n i e s v. 1 - 2 1 ) Le f a r d e a u de 1 ' e x i s t e n c e de l'homme "dep u i s l e pre m i e r j o u r de l a c r e a t i o n " e s t evoqufe h a b i l e m e n t dans l e s s t r o p h e s c i - d e s s u s , a l a f o i s p a r l e rythme monotone des t e r c e t s e t par l a r£p£tition des consonnes, dures e t s i f f l a n t e s - /p/, /k/, / s / , / f / e t a i n s i de s u i t e . La symbolique du c o r p s a u s s i e s t r e v f e l a t r i c e : Chaque f r o n t se- cour b a i t e t t r a c a i t sa j o u r n ^ e (...) Tous e r r a n t s sans 6 t o i l e , en un d e s e r t sans f o n d ; Levant avec e f f o r t l e u r s p i e d s charges d ' e n t r a v e s ; L'homme a n c i e n , e s c l a v e du d e s t i n e t de 1 ' i g n o r a n c e (sans e t o i l e ) a avanc£ p ^ n i b l e m e n t , perdu sur une v a s t e t e r r e i n h o s p i t a l i e r e . Les images de l a mort, e r r a n t un paysage f u n e b r e ("Femmes au v o i l e b l a n c , immuables s t a t u e s " , " v o l de v a u t o u r s " ) , a i d e n t a communiquer au l e c t e u r l ' e x i s t e n c e f u n e s t e de l'homme de 1 ' a n t i q u i t y , h a b i t a n t un monde ou l e mai du d e s t i n 113 devorait comme un cancer qui ronge et detruit l'homme. Le desert est encore l e domaine de l a mort. Nous l'avons deja vu dans Moise et dans La' Col ere de Samson. Et s i , comme nous l'avons d i t , l e s personnages de Vigny miritent leur souffranee et leur mort subsequente, l'homme ancien, figure de disespoir, a men4, dd a 1'ignorance, une v i e t e r r i b l e . Un s o i r , i l a r r i v a que 1'antique planete Secoua sa poussiere. - II se f i t un grand cr i : "Le Sauveur est venu, v o i c i l e jeune athlete, "II a l e front sanglant et l e c&te meurtri, "Mais l a F a t a l i t e meurt au pied du Prophete, "La Croix monte et s'etend sur nous comme un a b r i ! " Avant l'heure ou, jadis, ces choses a r r i v i r e n t , Tout Homme e t a i t courbe, l e front pale et f i e t r i . Quand ce c r i fut jete, tous i l s se releverent. (v. 22-30) ( . . . ) Et l'on v i t remonter vers l e c i e l , par voiees, Les f i l l e s du Destin, ouvrant avec e f f o r t Leurs ongles qui pressaient nos races desoiees; (v. 34-36) (...) Un soupir de bonheur s o r t i t du coeur humain. La terre frissonna dans son orbite immense, Comme un cheval f remit dei ivre de son f r e i n . (v. 43-45) La symbol ique du corps joue un r&le f o r t important partout dans ce drame en vers. Dans l e s tercets ci-dessus, e l l e indique un changement heureux dans l e destin de l'homme. A l'avenement 114 du Christ, l'homme autrefois "courbe" se releve, "ditachant l e s noeuds lourds du joug de plomb du sort". La parole du Sauveur a r i u s s i a soulever l e fardeau d'une existence accablante. La croix du Christ, symbole de 1'expiation, off re une lueur d'espoir a l'humanite perdue. La f u i t e des anges "sans p i t i e " marque, a premiere vue, l a f i n de l a souffranee humaine et l e dibut d'une v i e I i b r e d'entraves. E l l e annonce, en e f f e t , l a f i n de l a barbarie et l e commencement de l a c i v i l i s a t i o n . Grace au p r o g r e s de l'homme sur lui-m£me, i l se c r o i t l i b e r e de l'esclavage du destin et de 1'ignorance. "Vous detruisez d'un coup l e grand piege du Sort "Oft tombaient tour a tour l e s races consternees, (...) (v. 61-62) "Ne menerons-nous plus ce troupeau f a i b l e et morne, "Ces hommes d'un moment, ces condamnes a mort "Jusqu'au bout du chemin dont nous posions l a borne? (...) (v. 64-66) "Sur l e s tables d'airain ou notre l o i se grave, "Vous effacez l e nom de l a F A T A L I T E "Vous deiiez l e s pieds de 1' Homme notre esclave. (v. 70-72) Dans l e s vers ci-dessus, i l s'agit a l a f o i s de l'abattement de l'homme et de son asservissement par l a F a t a l i t e , communiques dans "races consternees", "troupeau f a i b l e et morne", "condamnes a mort", "Homme notre esclave". C'est a travers ces images tragiques de l'existence que se reveie l a 115 compassion poignante de Vigny. Le J our naT d'un Poete atteste aussi l e pessimisme de Vigny a 1'egard du destin: Condamnfes a l a mort, condamnis a l a v i e , v o i l a deux certitudes. (1834 p. 1003) J'aime l'humaniti. J ' a i p i t i i d ' e l l e . La nature est pour moi une decoration dont l a dur£e est insolente, et sur laquelle est jet§e cette passagere et sublime marionnette appel<§e l'homme. (1835 p. 1028) De l a v i e . La v i e n'a qu'une chose bonne en so i , c'est sa brievetfe. (1850 p. 1274) Une voix descendit, venant de ces hauteurs 00 s'engendrent sans f i n l e s mondes dans 1'espace; Cette voix, de l a terre emplit l e s profondeurs: "Retournez en mon nom, reines, je suis l a Grace. "L'Homme sera toujours un nageur i n c e r t a i n "Dans l e s ondes du temps qui se mesure et passe. (v. 79-84) Notons q u ' i l ne s'agit plus du Dieu silencieux comme c'est l e cas dans Molse et dans Le Mont des O l i v i e r s . Si Dieu parle, ce n'est pas pourtant pour donner de l a consolation mais plutot pour exfecuter ses ordres et pour i t a b l i r d£finitivement sa puissance supreme: "De moi na l t r a son souff l e et sa force a jamais. "Son m£rite est l e mien, sa l o i perpfetuelle: "Faire ce que je veux pour venir ou JE SAIS." (v. 91-93) Dieu seul t i e n t l e gouvernail car c'est l u i qui possede l a vferiti absolue. Ce "JE SAIS" en majuscules demontre l a suprematie de Dieu et contraste ironiquement avec l'homme "se croyant maltre et l i b r e " . Le Dieu v i n d i c a t i f f a i t sa reapparition comme un cauchemar persistant dont l e s t r a i t s 116 d'angoisse font trembler l a "race timide, incomplete et reb e l l e " . "Incomplete" parce que toujours a l a recherche de l a v i r i t i absolue. "Rebelle" parce que didaigneuse d'un destin doming par l e s mysteres div i n s . Nous soulevons parfois leur doigt faux et cr u e l . La Volonti transporte a des hauteurs sublimes Notre front i c l a i r i par un rayon du c i e l . Cependant sur nos caps, , sur nos rocs, sur nos cimes, Leur doigt rude et f a t a l se pose devant nous, Et, d'un coup, nous renverse au fond des noirs ablmes. Oh! dans quel disespoir nous sommes encore tous! Vous avez e l a r g i l e C o l l i e r qui nous l i e , Mais qui done t i e n t l a chalne? - Ah! Dieu Juste, est-ce vous? (v. 103-111) L'homme n'est qu'un pendule qui o s c i l l e entre des moments heureux attribuables a 1'eclaircissement de l ' e s p r i t et des moments d'incertitude et de disespoir. Son sij o u r dans l e s "hauteurs sublimes" est de courte durie, car l e destin, inexplicablement cruel, revient pour l'ecraser. Qu'il souffre et q u ' i l meure, v o i l a l a v i r i t i i nibranlable d'apres Vigny. "La v i r i t i sur l a v i e , c'est l e disespoir", a - t - i l d i t dans Le Journal d'un poite. Le "Dieu Juste" qui a i l a r g i l e " C o l l i e r " t i e n t ironiquement l a "chalne". La vo l o n t i de l'homme ne peut pas surpasser l a force du destin. Les images obsidantes de 1'oppression (Chalne, C o l l i e r ) se rapprochent de c e l l e s de La Maison du Berger; "Si ton §me enchalnie, a i n s i que l ' e s t mon Sme,/ Lasse de son boulet et de son pain amer" (v. 8-9) . Le 117 "boulet" du Russe dans Wanda evoque aussi l a domination de l ' a u t o r i t i tyrannique: "L1Empereur tout-puissant, qui v o i t d'en haut l e s choses, "Du Prince mon Seigneur voulut f a i r e un for gat. "Dieu seul peut reviser un jour ces grandes causes "Entre l e souverain, l e sujet et l ' E t a t . "Pour moi, je porterai mes f i l s sur mon ipaule "Tandis que mon mari, sur l a route du pdle, "Marche et tralne un boulet, conduit par un soldat. (v. 29-35) Qu'il s'agisse s o i t de "L'Empereur tout-puissant", ou du "supreme d i c r e t de l a Toute-Puissance" (Destinies), l'atmosphere sombre de l'esclavage s ' i n f i l t r e partout ou i l s'agit de l ' a u t o r i t i despotique. Le "forgat" ne se f a i t - i l pas l ' i c h o des hommes "levant avec e f f o r t leurs pieds chargis d'entraves"? Notons i c i l e domaine l o i n t a i n du personnage puissant - "qui v o i t d'en haut" (Wanda); "une voix descendit, venant de ces hauteurs" (Destinies). L'homme ordinaire, esclave et bete de charge (boeuf) ne peut pas monter aux climats plus heureux. Qu'il s'agisse s o i t du "dise r t sans fond" ou des "chemins mauvais" de l a S i b i r i e , l'homme se trouve iternellement en Enfer. Vigny emploie bien des images dans l e s deux poemes p r i c i t i s pour communiquer a l a f o i s l e destin funebre de l'homme et 1'injustice subie sous l ' a u t o r i t i d'un pouvoir tyrannique. Et, comme c'est l e cas dans Les Destinies, les images de l a mort s' entrelacent partout dans Wanda ; "La fatigue a courbi sa po i t r i n e i c r a s i e ; "Le f r o i d gonfle ses pieds dans des chemins mauvais; "La neige tombe en f l o t s sur sa tete ra s i e ; "II brise l e s glagons sur l e bord des marais. 118 " J ' i r a i dans l e s caveaux, dans l ' a i r empoisonneur, ( . . . ) (v. 44) "Je descendrai vivante au tombeau du mineur. (..) (v. 49) "Et bientdt, nous t i r a n t des glaces i t e r n e l l e s , "L'ange de mort viendra nous prendre sous ses a i l e s (...) (v. 54-55) E l l e a t i s s i l e l i n , .et de ses icheveaux Espere en vain former son l i n c e u l mortuaire; (v. 58-59) II s e r a i t f astidieux de relever tous l e s exemples car i l s sont nombreux. II s u f f i t de dire que l e paysage cruel de l a S i b i r i e symbolise encore l e domaine de l a mort. L'homme est condamni a l'Enfer s o i t par l a d i v i n i t i s o i t par l e s despotes. Faisons momentanement une digression pour i t a b l i r 1'identity de Wanda et de sa f a m i l l e martyrisee. Selon l e s donnies de M. Meilbronn, Wanda est l a comtesse Kossakovskala avec qui Vxgny avait correspondu, de 1846 a 1858. Sa soeur al n i e , Catherine Ivanovna, e t a i t l a femme du prince Serge P i t r o v i t c h Troubetskoi, une figure politique importante a cette ipoque-la. I l va de soi que l ' e x i l de sa f a m i l l e a du causer un t e r r i b l e chagrin chez l a princesse Kossakovska'ia. On s a i t qu'elle avait effeetiovement i n v i s a g i un pelerinage en S i b i r i e , par l e s indications contenues dans l a correspondance de Vigny: Vous marchez toute en deuil dans un h6tel en d e u i l . Vous trouvez a chaque pas un souvenir qui remplit de larmes vos yeux noirs, c r i i s pour sourire. - Vous pensez a ce voyage, ce pelerinage plutdt, vers l a sainte dont j ' a i touchi 1'ecriture. Oui, oui suivez votre coeur, volez, puisqu'on 119 vole sur ces routes disertes, volez jusqu'a e l l e . g II s'agit done dans Wanda de personnages r 6 e l s , mis en scene dans l e drame vignyen pour evoquer l e mtpris du poete devant 1'injustice monstrueuse. Vigny a du admirer l e geste disintiresse 1 de l a princesse Troubetskaia: son e x i l volontaire dans 1'enfer de l a S i b 6 r i e est un exemple concret d'un s a c r i f i c e supreme pour l e bien d'autrui. La soeur de Wanda est a l l 6 e stolquement a sa mort comme l ' a f a i t j a d i s l e Loup: Et ces femmes sans peur, ces reines d£trdn£es, Didaignent de se plaindre et s'en vont au desert Sans ditourner l e s yeux, sans mime §tre £tonn£es En passant sous l a porte ou tout espoir se perd. (Wanda v. 127-130) Et,.sans daigner savoir comment i l a p£ri, Refermant ses grands yeux, meurt sans jeter un c r i . (Mortdu Loup v. 59-60) C'est a travers l a couronne des "perles noires",,symbole du de u i l , que l a princesse Troubetskaia sera immortalis4e: "Des splendeurs de mon front conservez les ruines". Vigny parle mime de sa survivance dans l'ibauche en prose du poeme: Gardez bien ces bagues, tous ces bracelets d'Orient! Votre glorieuse soeur v i t dans l'infortune, mais e l l e sera immortelle sur l a terre par l e m i rite de son action, et, dans l e C i e l , couronnie comme une martyre.^ Son martyre et c e l u i de ses enfants servent de v i r i t a b l e s exemples des victimes innocentes condamntes par l a l o i d'un despote. Le "boulet" que traine son mari est l e symbole de 1'expiation comme l a croix du C h r i s t . De mime que l a mort du 120 F i l s de Dieu ne r i u s s i t pas a l i b i r e r l'homme de 1 * inhumanity du monde, de meme l e martyre de l a f a m i l l e innocente ne peut pas atten d r i r l e coeur glac£ du tyran: "Retournez' en mon nom, reines, je suis l a GrSce. "L'Homme sera toujours un nageur i n c e r t a i n "Dans l e s ondes du temps qui se mesure et passe. (Destinies v. 82-84) II aurait d£ja d i t : " J ' a i Piti<§, je f a i s grSce; "L'ancien crime est lav£ par l e s martyrs nouveaux"; ( . . . ) (Wanda v. 155-156) "La brebis m'a vaincu par l e sang des agneaux." Mais i l n'a point parlfe, (v. 162) (...) Silencieux devant son armfee en silence, Le Czar, en mesurant l a cuirasse et l a lance, Passera sa revue et toujours se t a i r a . (v. 166-168) II est evident q u ' i l ne s'agit jamais de l a "Grace" mais plutdt de l a condamnation affreuse. Les themes a l a f o i s de l a victime innocente et du martyre sont nombreux dans l e s oeuvres de Vigny. Le poete-martyr (Chatterton), l e prophete-martyr (Molse), l a noblesse-martyre (les Russes) qui personnifient tous 1'obsession de Vigny devant l ' e x i l de l'homme 61u, hantent l e lecteur de page en page. Le silence du tsar se f a i t l'echo du silence de Dieu dans Le Mont des O l i v i e r s . Vigny atteste encore l a presence de 1'injustice abominable dans l e silence fetourdisssant de l a Toute-Puissance. II se peut que Vigny s ' i d e n t i f i e avec l a noblesse russe en ce sens que l u i aussi est membre d'une 121 a r i s t o c r a t i e qui a subi l a punition atroce pendant l a Revolution Frangaise. Nous rappelons au lecteur que l e prince Troubetskol a ete e x i l e en Sibgrie pour sa p a r t i c i p a t i o n dans l e complot de 1'Insurrection decembriste en 1825. S a l u t t e contre l a tyrannie despotique du tsar Nicolas l e r a abouti a sa deportation en enfer ( S i b e r i e ) . D'apres Vigny, s i l'on a g i t contre l a volonte de l ' a u t o r i t e supreme, i l s'ensuit que l'on doit subir l e chatiment l e plus severe. Dans Wanda, Vigny met en question l a caracteristique inn£e de l a barbarie chez les despotes. Le tsar n'est, en f i n de compte, qu'une manifestation vivante des " f i l l e s du Destin". La c i v i l i s a t i o n est bien entendu p r e f e r a b l e a l a barbarie. Dans La Sauvage, Vigny chante l e s louanges de l a c i v i l i s a t i o n , tout en ignorant l e prix du grand s a c r i f i c e de l a part des indigenes. En i n s i s t a n t trop sur l e s merites de l a c i v i l i s a t i o n , Vigny se montre, nous l'avons d i t , etrangement f r o i d a propos du destin des Indiens. Et comme l e signale a juste t i t r e M. Jeune, l a philosophie du poete de La Sauvage est l o i n de c e l l e de Chateaubriand qui peint, grace a 1'experience de premiere main, un tout autre tableau de l a c i v i l i s a t i o n americaine: M. Jeune a releve un passage du Voyage en Amerique de Chateaubriand: L'Indien n'etait pas sauvage; l a c i v i l i s a t i o n europeenne n'a point agi sur l e pur etat de nature, e l l e a agi sur l a c i v i l i s a t i o n americaine commengante; s i e l l e n'eQt r i e n rencontre, e l l e eQt c r e e quelque chose; mais e l l e a trouve des moeurs et l e s a detruites, parce qu'elle e t a i t plus f o r t e , et qu'elle n'a pas cru devoir se m£ler a ces moeurs.g Le tableau de l a v i e des Indiens que peint Vigny abonde en images de l a sauvagerie. II s u f f i t d'en relever plusieurs: 122 L'homme de l a Peau-Rouge aux guerres insens^es. Comme l a l i c e errante, affamte et chassant, E l l e f l a i r e l'odeur du sauvage passant, Indien, ennemi de sa race Indienne, Et de qui l a f a m i l l e a massacrt l a sienne. (...) (v. 42-46) Comme des loups perdus qui se mordent entre eux, Aveugl£s par l a rage, affamts, malheureux,. Sauvages animaux sans but, sans l o i , sans ame, Pour avoir d£daign£ l e Tra v a i l et l a femme (v. 151-154) Nous sommes f o r t l o i n du Loup stolque de La Mort du - Loup. Aboutissement surprenant, a premiere vue, mais n^anmoins plausible s i l'on considere que Vigny ne s ' i d e n t i f i e qu'avec l a fiert§ du Loup en t r a i n d'accomplir son devoir. Le loup dans La Sauvage n'est qu'une bite sauvage "sans l o i " , "sans ame" et sans responsabilitE. La contradiction apparente dans l e personnage du Loup ne sert qu'a attester l a l i b e r t y de Vigny devant ses propres symboles. Pour mieux pricher l a c i v i l i s a t i o n du monde r€el, Vigny se transporte dans l e monde de 1'imagination ou tout est permis, mime l e manque d'harmonie avec d'autres poemes. II faut avoir 1'esprit souple pour c£der a l a seduction mysterieuse du poete: Le rEalisme n'est done qu'un appat pour l e lecteur; ( ) l ' a r t doit feindre d'imiter sans doute, mais ce n'est l a qu'un moyen de s6duire; son but propre est d'imaginer, de cr6er pr^cisement ce qui n'existe pas.g Le poete est sujet aux Elans de 1 * imagination qui n'ont rien a v o i r avec l e r£el. L 1id£alisation du monde civilis£ se rnanifeste dans l e s images majestueuses du colon, et contraste 123 nettement avec l a v i e des Indiens d£ja mentionned: Le Maltre est jeune et blond, vetu de noir, severe D'aspect, et d'un maintien qui veut qu'on l e revere. L'Anglais-Am6ricain, nomade et protestant, Pontife en sa maison, y porte, en 1'habitant, Un seul l i v r e , et partout ou, par l'heure, i l reside, De toute question sa Papaute\ decide; Sa f a m i l l e est croyante, et, sans autel, i l sert, Pretre et pere a l a f o i s , son Dieu dans un d6 sert. (v. 101-108) La suprematie de l'homme c i v i l i s e " commence a se revfeler dans 1'atmosphere sacred des vers ci-dessus. II s'agit, pourtant, en Am£rique, d'une c i v i l i s a t i o n a peine commenced, car l e colon est "sans autel", ce qui ne s e r a i t pas l e cas dans l e monde c i v i l i s e " de 1'Europe a cette 6poque-la. La permanence de l a c i v i l i s a t i o n ne s'est pas encore 4 t a b l i e car l e "Maltre" n ' e s t - i l pas "nomade"? Le colon symbolise l a c i v i l i s a t i o n qui avance p£niblement mais certainement vers un nouveau jour: Moi, simple Pionnier, au nom de l a maison, J' a i plants cette pique au s e u i l de ma maison,, Et j ' a i , tout au milieu des forets inconnues, Avec ce fer de hache ouvert des avenues. (v. 175-178) C'est a force de t r a v a i l ardu que l'homme de 1'Esprit peut soulever l e v o i l e de 1'ignorance du monde. Qu'il s'agisse s o i t de l'homme de 1'antiquity, "errant sans E t o i l e en un desert sans fond", s o i t du Russe noble qui "marche et tralne un boulet" dans l e dedert de l a Sibferie, s o i t du colon qui sert "son Dieu dans un desert", . Vigny: demontre que l a c i v i l i s a t i o n ne peut etre 124 e t a b l i e que par l e s a c r i f i c e de l'homme pour l e bien de l'humaniti. Certes l'homme £tait f o r t l o i n du "joug de plomb" de 1*ignorance au dix-neuvieme s i e c l e , pourtant, l a barbarie, bien que masquie, e x i s t a i t a 1'epoque de Vigny comme e l l e existera a jamais: C'est une grande erreur que de c r o i r e notre vieux continent c i v i l i s f e . La Barbarie est a fle u r d'eau,, i l ne faut qu'allonger l a main pour l a trouver. Souvent ce lac maricageux qu'on appelle une Nation n'est argents qu'a l a surface. Cette surface s'est p o l i e peu a peu, mais e l l e s'use et sous e l l e s'agitent l e s masses noires d'ignorance qui tourmentent des i n s t i t u t i o n s improviseds qu'elles ne comprennent pas et ne pourraient comprendre qu 1apres avoir recu l e lent Bapteme de 1'education. En attendant e l l e s vont encore recevoir l e Bapteme du sang.^Q Vigny emploie l a metaphore evoca t r i c e , "masses noires d'ignorance", . pour signaler l'ablme de l'ignorance ou se trouvent l e s despotes et l e s barbares. Mais, . i l y a un type meme pi re que tout autre: c'est l'homme p o l i t i q u e . Dans La Maison du Berger et dans B ' E s r i t ' Pur, Vigny n ' h i s i t e pas a peindre l e s insuf f isances et 1' aveugl ement des systemes p o l i t i q u e s . Les Oracles, . achev£ en 1862, atteste encore l a suprematie de l'homme de 1'Esprit: " l e c r i s t a l , c'est l a vue et l a clartfe du Juste" se rapproche de quelques vers dans La Sauvage - "La l o i d'Europe est lourde, impassable et robuste,/ Mais son cercle est di v i n , car au centre est l e Juste". Sans l a "Raison" et sans l e "Juste", l'homme ne peut pas apprfecier l a 1 ibe r t6 : L'examen de soi-meme au tribunal auguste 00 l a Raison, l'Honneur, l a Bonte, 1*Equity, La Prevoyance a l ' o e i l rapide et l a Science 125 D61iberent en paix devant l a Conscience Qui, jugeant l ' a c t i o n , r£git l a Liberty (v. 24-28 "post-scriptum") V o i l a done l e code d'honneur d'Alfred de Vigny et l a clef de l a l i b e r t y dans l e monde d'apres l u i . La Raison exige que l'homme agisse selon l e s principes l e s plus hauts de sa conscience. Celui qui a une bonne connaissance de s o i , reconnait et observe l e s d r o i t s et l e s m£rites d'autrui: "La ju s t i c e est l e respect de l a dignity humaine", d i t Proudhon. II se peut que ce s o c i a l i s t e frangais, en faisant du t r a v a i l l e seul c a p i t a l r£el, a i t eu une influence puissante sur Vigny. Certes l e poete a l ' a i r de suivre l a doctrine de Proudhon dans La Sauvage; I l s apprendront de nous, t r a v a i l l e u r s , . que l a terre Est sacr£e et confere un dr o i t h£r£ditaire A c e l u i qUi l a sert de son bras endurci. (v. 145-147) Les Indiens ont "d£daign£ l e T r a v a i l " dQ a 1'ignorance. On se demande, cependant, s i leur aveuglement est pire qUe "L'aveugle Pharaon" qui "d£daignait l e s Voyants". (Oracles) . II y a des aveugles a tout niveau de l a society. L' incompetence et l a mesqUinerie de l'homme poli t i q u e font leur r£apparition dans Les Oracles. Vigny emploie d'habitude des images f o r t reV£latrices pour r ^ u s s i r a f a i r e comprendre son argument: - Mais l e Pouvoir S'enferme en sa Doctrine, et, dans 1'ombre, i l calcuie Les problernes sournois du jeu de sa bascule, N'entend ri e n , ne s a i t r i e n et ne veut pas savoi r. (v. 11-14) Les Parlements jouaient aux tr£taux populaires, A l'assaut du Pouvoir par 1' appl audi ssement. 126 Leur tribune savait, par de fei n t e s coleres, Terrasser l a Raison sous l e raisonnement. (v. 29-32) "Partout ou vous i r e z , f r o i d s , importants et fourbes, Vous porterez l e trouble, en des sentiers e t r o i t s Des Coalitions suivant l e s lignes courbes, Tracant de faux Devoirs et frappant de v r a i s Droits,. Gonfle\s d'Orgueil mondain et d 1 ambitions f o l l e s , Imposant par l e poids de vos Spres paroles A 1*humble courageux l a plus lourde des croix. (v. 78-84) Nous avons r e l eve" assez d'exemples i l l u s t r a n t l a colere et l e mipris de Vigny devant l a tyrannie. Les images negatives ne lai s s e n t aucun doute sur 1'attitude du poete devant l a bassesse de l'homme poli t i q u e ("s'enferme( ) dans l'ombre", "calcule",. "n'entend r i e n " , "terrasser l a raison",. "frappant de v r a i s Droits", e t c . ) . Vigny se montre impitoyable devant l e Mai et devant 1 ' i n j u s t i c e : en devbilant l e s a f f l i c t i o n s subies par l'homme a cause des systemes p o l i t i q u e s a cette e"poque-la, Vigny, a travers ses injures, n'epargne personne. Notre poete, homme de raison qui a touch6 a l a f o i s l'ablme de l'existence et l e s splendeurs des climats 6clair£s, . avait une connaissance intime de l a nature humaine: S'agiter et blesser est 1'instinct des viperes; L*Homme a i n s i contre 1'Homme a son i n s t i n c t f a t a l : II retourne ses dards et nourrit ses coleres Au reservoir cache" de son poison natal. (v. 106-109) 127 L'homme ignorant, qui n'est r i e n de moins, d'apres Vigny, qu'un serpent venimeux,.pr£sente toujours un danger cache pour l e Beau dans l e monde: "homme ou serpent, b l o t t i s sous l e verre ou l a cendre,/ Mordront l e diamant ou mordront l e c r i s t a l " . Heureusement, l'homme de 1*Esprit a 1*instrument l e plus e f f i c a c e pour combattre l e Mai - Le Diamant! La tyrannie, s o i t divine, s o i t humaine, est £cras£e et eblouie a jamais grSlce au poids et aux rayons du Diamant. L'influence et 1'eclaircissement de l'homme de 1'Esprit sont des o u t i l s souverains, capables d'effacer l a barbarie et 1'injustice qui existent dans l e monde. Vigny e t a b l i t done, dans Les Oracles, l a v i c t o i r e de l'homme eiu sur tout homme. II atteste encore l a preeminence du poete et son role c a p i t a l dans l a societe: Insensible a l a morsure, l a "durable p i e r r e " s u r v i t aux "nations eteintes". Le Poete est l e Port. II est l e Juste. Le f a i t d'etre l e Juste amplifie sa force, et l e f a i t b r i l l e r d'un Ec l a t quasi d i v i n . . . ^ Le Mai se transforme en quelque chose de reprehensible qui, en f i n de compte, s'annihilera: "Qu'il se morde lui-meme, en ses dEtours infames/ Qu'il rampe, aveugle et sourd, dans l'E t e r n e l b r o u i l l a r d " (v. 122-123). Grace a l a perspicacity f i n e de l'homme eiu,.1'humanity ne reste plus dans l'ignorance et dans 1'incertitude. Dans Les Destinees,. Vigny: demontre que l'humanite t i e n t entre ses mains l a v i c t o i r e sur l e destin s i e l l e s u i t l e s chemins des fondateurs de 1'Esprit Pur. Le poete a vise a un monde ideal ou l e s nations p r o f i t e r a i e n t de son Diamant, "l e plus b r i l l a n t tresor et l e plus dur". Les oeuvres de Vigny, temoignant a l a f o i s de l a beaute de son ar t poetiqUe 128 et de l a puissance d'un esprit lucide, sont des contributions prfecieuses a l'humaniti. 129 Notes Chapitre IV: Castex, Destinies, p. 252. O Simon Jeune, "Vigny au Far-West: La Sauvage" French American Review 3-5 (1978-1980), p. 8. O , Jacques Lacan, E c r i t s (Paris: Editions du S e u i l , 1966), p. 99-100. 4 Annie Becq, "Le Discours idiologique a l'epreuve du poeme: 'La Sauvage' D'Alfred de Vigny" Romantisme (1983), p. 119. 5 Max Heilbronn,."Vigny, de l a Russie a l a France" Europe, v o l . 2 (1978). 6 Max Heilbronn, "12 Lettres i n i d i t e s d'Alfred de Vigny" Europe, v o l . 2 (1978), p. 30. 7 — Guillemm, M;"De Vigny, p. 72. Q ..... Jeune, Far-West, p. 6. 9 . . . Germain, Imagination, p. 62. 1 0 Max Heilbronn, 12 Lettres,.p. 70. ^ Yolande Legrand, "Poeme politique ou poeme personnel? 'Les Oracles' d'Alfred de Vigny" Association des Amis' d 1 A l f r e d de Vigny (1982), p. 78. 1 3 0 Conclusion La Puissance de l ' a r t poEtique d'Alfred de Vigny Parvenus au bout de notre Etude, i l nous reste a dire que l ' a r t poEtique de Vigny constitue un moment d E c i s i f dans l ' h i s t o i r e de l a poEsie romantique. Le contenu philosophique de sa poEsie l e distingue des autres poetes romantiques. Son scepticisme devant l a j u s t i c e divine et son refus de f a i r e l'Eloge de l a nature attestent une philosophie rEvolutionnaire de l a part de Vigny. Le Vigny des DestinEes r e f l e t e l a France de son temps: sa mise en accusation de l a corruption des systEmes p o l i t i q u e s et sa rEvolte contre l e s i n j u s t i c e s subies par l e s a r t i s t e s a cette Epoque sont l e s questions fondamentales posEes dans sa poEsie. II faut entendre par l a l e dEvoilement d'un monde h o s t i l e en contradiction flagrante avec l a philosophie humanitaire de notre poete. Vigny a visE au bouleversement des valeurs contestables des anciens rEgimes et a l a reconnaissance d'une nouvelle philosophie E c l a i r E e . A ce propos, l e role du poEte est devenu d'une importance c a p i t a l e : i l ne l u i s u f f i s a i t plus d'Ecrire simplement de beaux vers. II l u i a f a l l u communiquer aussi au monde l e s problEmes e x i s t e n t i e l s de l ' i n d i v i d u . 131 Dans Les Destinies, Vigny, grand penseur, met en question le destin de l'homme. Le recueil timoigne du denouement inlassable du poete: i l s'est consacri a 1'humanite pour amiliorer l a condition humaine. Certes ses ennuis personnels s ' i n f i l t r e n t dans toute sa poesie; nianmoins, Vigny ne s'i n t i r e s s e pas uniquement au "moi": l e s questions q u ' i l met en lumiere touchent tout homme a l a f o i s a 1'epoque du poete et a 1'epoque a c t u e l l e . Sa veneration du poete et son d i s i r d ' i t r e immortalisi indiquent sa croyance en l a suprimatie de l ' E c r i t . Que l e poete se considere l e mage de l a parole divine va de s o i . Nous avons d i t que l a parole de Dieu a i t i remplacie par l a parole vignyenne, du a l a disuitude des doctrines anciennes. Vigny a adopte, nous 1'avons vu, sa propre r e l i g i o n fondle sur l a raison. D'apres l e poete, l a doctrine chritienne d'autrefois est basee sur l e s superstitions, issues de 1'ignorance. L'homme doit compter uniquement sur lui-meme car l u i seul tient son destin entre l e s mains. Dieu n'est selon Vigny qu'un fant&me a u t o r i t a i r e du passi qui s'efface progressivement, ne la i s s a n t que des vestiges d'une philosophie difunte. A l a difference de l'homme de l' a n t i q u i t e , l'homme de nos jours n'avance pas piniblement vers son but ne sachant l a raison de son existence. Grace a ses connaissances, l'homme ne se trouve plus embourbi dans l e s entraves inconnues de l a v i e . II n'est plus gene du "boulet", ni du " c o l l i e r " , ni des "ongles" de l a F a t a l i t e . Le poids de 1'existence est souleve a force du t r a v a i l i nfatigable de l'homme de ginie. La raison et l a v i r i t i , deux iliments interdipendants, donnent a l'homme l a "Certitude heureuse" et 132 l'"Espoir confiant". "La raison aujourd'hui doit i t r e l a source premiere de toute f o i " (Journal p. 1234) . Dans Les Destineds, Vigny semble dire "Je vous donne l a v i r i t i sur 1'existence. E l l e est basie sur mes propres expiriences et sur ce que je considire juste et raisonnable." L'inexplicable n'est en f i n de compte qu'un joug dont l'homme doit se dibarrasser. L'ange de l a mort f ombre ipouvantable n'est plus un manteau blanc qui enveloppe l'homme dans sa froideur g l a c i a l e : "Et pourquoi pend l a mort comme un sombre i p i e / A t t r i s t a n t l a Nature a tout moment frappie" (Mont des O l i v i e r s ) . La mort n'est plus un sombre ablme sans issue: non que l'homme puisse y ichapper. C'est l a v i e qui compte, cependant, et l a r i a l i s a t i o n de nos aspirations a l a f i n . Vigny n ' e s t - i l pas un exemple concret de l a r i u s s i t e de sa propre philosophie? Son divouement a l'humaniti a garanti son immortalisation dans l e monde l i t t i r a i r e . I l n'a done pas chanti en vain l e s ennuis de l'Sme et de l ' e s p r i t . Dans Les Destinies, i l proclame l a v i c t o i r e du Bien sur l e Mai. L'homme de 1'Esprit porte l a "plume de f e r " , l'arme difensive contre toute i n j u s t i c e . Vigny annonce l a suprimatie double de l ' E c r i t et de 1'Esprit. Son st y l e i l i g a n t et son message i c l a i r i timoignent du Beau de son a r t et en mime temps de sa philosophie„ humanitaire. Sa recherche de l a v i r i t i absolue l ' a ent r a l n i dans des climats au-dela de l a laideur du monde r i e l . Le monde de l a pois i e a permis au poite d*atteindre l e summum de l a beauti auquel i l a s p i r a i t constamment. I l est ivident que sa l u t t e n'a pas i t i f a c i l e car, en se donnant a l ' i d i a l i s m e , le poite a dQ se siparer du reste du 133 monde. L*Esprit Pur ne saurait s'integrer au monde reel charge d 1imperfections. Torture par ses propres insuffisances, Vigny ne pouvait accepter l a mediocrite de 1'esprit de l a foule: II y a des natures dedicates et pensives qui vivent non pas isoiees, mais sEparEes. -E l l e s ne touchent aux hommes que par l a bonte, par 1'amour. - Le dedain n a t i f , involontaire et p a i s i b l e des etres, des evenements et des choses f a i t que tout en e l l e s semblerait pouvoir s'exprimer par ce mot: "Ce n'est pas assez beau,; ce n'est pas assez p a r f a i t , ce n'est pas assez de bonheur pour moi. (Journal p. 1230) "Pas assez beau", "pas assez p a r f a i t " , "pas assez de bonheur": v o i l a l e monde repousse par Alf r e d de Vigny en faveur du monde de 1 1 imagination "tout empreint du parfum des saintes solitudes" qui est devenu pour l u i l e v r a i monde. Vigny a Eprouve a l a f o i s l a separation et l'isolement. Vu son genie, i l s'est separe expres de l'homme ordinaire. L'homme l u i a done prononce une sentence d'isolement. Dans ce sens-la, i l a ete 1'auteur de sa propre infortune. I l se peut que l e mepris de l a foule l u i a i t cause l e sentiment de l a c u l p a b i l i t e dont nous avons parie. La revolte de Vigny n'etait pourtant pas contre l'homme ordinaire mais plutdt contre l a puissance a u t o r i t a i r e de l a personnalite tyrannique. En tant que romantique, Vigny a aspire a l a l i b e r t e dans tous l e s domaines. Sa defense du poete maudit n'etait pas un c r i de coeur personnel mais plutdt un appel a l'acception et a l a l i b e r t e de tout a r t i s t e de son temps. Par l e b i a i s du langage symbolique de ses personnages, Vigny exprime ses problernes obsedants, s o i t personnels, s o i t universels. Nous avons releve' maints exemples du symbol isme dans sa poesie et, quoique principalement romantique, l e poete rnanifeste une p r e d i l e c t i o n pour l'expression symbolique. En outre, vu sa nature conservatrice, ses personnages symboliques l u i permettent de s'exprimer d'une maniere in d i r e c t e . Sa poesie rnanifeste, neanmoins, du progres dans l e monde l i t t g r a i r e . Sous ce rapport l e contenu de sa poesie est parfois l'objet de l a c r i t i q u e . I l y a ceux qui considerent deplac£e sa dia t r i b e contre l e "taureau de f e r " . Nous ne sommes pas d'accord avec de t e l l e s c r i t i q u e s . Vigny a pr£vu l'horreur du monde technologique. Non pas q u ' i l s o i t contre l e progres. La science vise a l'avancement pour ameiiorer l a condition humaine. On se demande, pourtant, s i , en mettant tous ses espoirs dans l e monde de l a science l'homme a d£rob£ l a l i b e r t e a r t i s t i q u e du monde car l a science impose trop de contrSle a 1'esprit createur: "La science/ Trace autour de l a terre un chemin t r i s t e et d r o i t " (Maison du Berger). II existe aujourd'hui trop de confiance dans l e monde de l a science: l e monde esthetique de l ' a r t n'est devenu rien de plus qu'un luxe selon l'homme ordinaire. Le monde du genie a r t i s t i q u e off re a l'humanite l a purete de l a pensee et l a l i b e r t e d'expression sans bornes. L ' a r t i s t e est l e maitre supreme de tout ce q u ' i l cree. I l symbolise l a l i b e r t e , l a f l e u r parfumee, l'espoir f r a g i l e d'un monde p a r f a i t . Deiectons-nous done de l a parole de notre poete. Sa poesie, le Diamant l e plus durable, restera a jamais. I l a l a i s s e a l'humanite un legs sans e g a l car " s ' i l faut sonder l e 135 passi, c'est pour y chercher l ' a v e n i r " (Journal p. 1229). Pour conclure cette itude, reprenons quelques vers qui attestent l a compassion attendrissante du poete, l a pureti du monde de l a pois i e et l ' i n t i g r i t i de l ' a r t poitique d'Alfred de Vigny: S i ton coeur, gimissant du poids de notre vie , Se tralne et se dibat comme un a i g l e b l e s s i , (...) Si ton ame enchalnie, a i n s i que l ' e s t mon Sme, Lasse de son boulet et de son pain amer, (...) Penche sa tete p i l e et pleure sur l a mer, (...) Pars courageusement, l a i s s e toutes l e s v i l l e s ; Ne t e r n i s plus tes pieds aux poudres du chemin; (...) Marche a travers l e s champs une f l e u r a l a main. 136 Bibliographie I. Oeuvres d'Alfred de Vigny Memoires i n i d i t s . Ed. Jean Sangnier. Paris: Gallimard, 1958. Oeuvres completes. Ed. Fernand Baldensperger. * Bibl iotheque de l a P l i i a d e ' . Paris: Gallimard, 1950. I et II. Oeuvres completes. Ed. Paul V i a l l a n e i x . Paris: S e u i l , 1965. Oeuvres poitiques. Ed. Jacques-Philippe Saint-Girand. Paris: Garnier-Flammarion, 1978. II. Ouvrages et a r t i c l e s se rapportant a Al f r e d de Vigny Baldensperger, Fernand. A l f r e d de Vigny. Paris: S o c i i t i d'Edition "Les Belles Lettres", 1932. Becq, Annie. "Le discours idiologique a l'epreuve du poeme: 'La Sauvage' d'Alfred de Vigny". Romantisme (1983), pp. 119-126. Benichou, Paul. "Vigny et 1'architecture des 'Destinies'", R.H.L., LXXX (1980), 41-64. Castex, Pierre-Georges. 'Les Destinies' d'Alfred de Vigny. Paris: S o c i i t i d'Edition d'Enseignement Supirieur, 1968, 137 "Le Mythe d'Eva dans 'Les Destinies'". information T i t t e r a i r e , XXXV (1983) 1-21. Vigny L'Homme et L'Oeuvre. Paris: Boivin & C i e , 1952. Evans, Martha Noel. "Mirror Images i n 'La Maison du Berger'". French Review, 56 (1982-1983), 393-399. Gaucheron, Jacques. Vigny en po i s i e " . Europe, 589-593 (1978), 3-18. Gil y , Claude. "Explication d'un texte de Vigny". Information l i t t i r a i r e , n° 4 (sept. - oct. 1978), 183-186. Germain, Frangois. L'Imagination d'Alfred de Vigny. Paris: L i b r a i r i e J o s i C o r t i , 1961. Guillemin, Henri. M. de Vigny, Homme d'ordre e t p o i t e . Paris: Gallimard, 1955. Haig, S t i r l i n g . "The double register of 'Les Destinies'". Studi Francesi, 22 (1978), 104-106. Heilbronn, Max. "Vigny, de l a Russie a l a France". Europe, 589-593 (1978) , 19-28. "12 Lettres i n i d i t s d'Alfred de Vigny". Eur ope, 589-593 (1978), 29-83. Jarry, Andri. "Les lieu x de l ' i c r i t u r e chez A l f r e d de Vigny". L i t t i r a t u r e , 49-52 (1983), 81-111. "De l a Fable au symbole". Dans Rel i r e 'Les bestinies' d'Alfred de Vigny. Paris: S o c i i t i d'Edition d*Enseignement Supirieur, 1980. "Les Manuscrits de 'La Maison du Berger': Les Etapes du Poeme". Europe, 589-593 (1978) 120-141. 138 Jeune, Simon. "Vigny au Far-West: La Sauvage". French Ame r ican Review, 3-5 (1978), 1-16. "De l a Grotte du poete a l a Maison du berger". Dans R e l i r e 'Les Destinies' d'Alfred de Vigny. Paris: S o c i i t i d'Edition d*Enseignement Supirieur, 1980. Lecoq, Paul. "Perle, c r i s t a l et diamant chez A. de Vigny: Exploration d'un riseau d'images". Information 1 i t t i r a i r e , v. 27 (4), (1975), 161-170. Legrand, Yolande. "Poeme politique ou poime personnel? 'Les Oracles' d'Alfred de Vigny". As so c i at i on des Am i s d'Alfred de Vigny (1982), pp. 67-87. Majewski, Henry F.. "Alfred de Vigny and the Poetic Experience: From Alienation to Renascence". Romantic Review, LXVII (1976), 268-289. Paraf, Pierre. "Vigny devant l'homme et devant Dieu". Europe, 589-593 (1978), 96-100. Picot, Jean-Pierre. "Variations philosophiques autour d'un grain de sable: Nature et S o c i i t i dans 'Les Destinies' d'Alfred de Vigny". Romantisme, 31-34 (1981) 17-34. Porter, Laurence. "La Symbolique du corps dans l e thiStr e d'Alfred de Vigny". Romance Notes, XX (1979-1980), 333-339. Saint-Girand, Jacques-Philippe. Les Destinies d'un s t y l e . Paris: Lettres Modernes Minard, 1979. Saulnier, Verdun L.. Les Destinies. Paris: L i b r a i r i e Minard, 1963. 139 Sungolowsky, Joseph. Al f r e d de V i g n y e t l e dix-huitieme s i e c l e . Paris: Editions A.-G. Nizet, 1968. Thomas, Jacques. "Theme et symbolisme de 'La FlQte' de Vigny". Lettres Romanes, XXVIII (1974), 225-243. Toesca, Maurice. Al f r e d de Vigny ou La Passion de 1'honneur. Paris: L i b r a i r i e Hachette, 1972. Vi a l l a n e i x , Paul. Vigny par lui-meme. Paris: "Ecrivains de Toujours" aux Editions du S e u i l , 1964. "M. de Vigny Homme d'honneur et Poete". Association des Amis d'Alfred de Vigny". B u l l e t i n n° 12 (1982-1983), 11-18. III. Etudes g i n i r a l e s Balakian, Anna. The Symbolists Movement. New York: New York Univ. Press, 1972. Denommi, Robert T.. Nineteenth-Century French Romantic Poets. Southern I l l i n o i s Univ. Press, 1969. Detalle, Anny. Mythes, merveilleux et ligendes. Paris: L i b r a i r i e C. Klincksieck, 1976. Dupuy, Ernest. La Jeunesse des Romantiques. Paris: S o c i i t i Francaise d'Imprimerie et de L i b r a i r i e ; ancienne l i b r a i r i e Lecene, 1905. Flottes, Pierre. Histoire de l a po i s i e p o l i t i q u e et sociale eh France de 1815 a 1939. Paris: l a Pensie universelle. 1976. 140: La pensie po l i t i q u e et sociale d'Alfred de Vigny. Paris: S o c i i t i d*Edition: Les Belles Lettres, 1927. Glauser, Al f r e d . Le Poeme-Symbole de Sceve a V a l i r y . Paris: Editions A.-G. Nizet, 1967. Lacan, Jacques. E c r i t s . Paris: Editions S e u i l , 1966. Louisgrand, Jean. De Lucrece a Camus: Essais et c r i t i q u e s . Paris: Didier, 1970. Ri f f a t e r r e , Hermine B.. L'Orphisme dans l a po i s i e romantique. Paris: Editions A.-G. Nizet, 1970. Sartre, Jean-Paul. L'Imaqinaire. Paris: Editions Gallimard, 1940. L'Imagination. Paris: Presses u n i v e r s i t a i r e s de France, 8 e i d i t i o n : l e r trimestre 1981. Starobinski, Jean. "Sur Quelques Ripondants a l l i g o r i q u e s du poete". R.H.L.F. (1967), pp. 402-412. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0097001/manifest

Comment

Related Items