UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

La Rochefoucauld : héroisme et idéologie noble Combet, Denis P. 1986

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1986_A8 C65.pdf [ 5.71MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0096945.json
JSON-LD: 831-1.0096945-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0096945-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0096945-rdf.json
Turtle: 831-1.0096945-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0096945-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0096945-source.json
Full Text
831-1.0096945-fulltext.txt
Citation
831-1.0096945.ris

Full Text

LA ROCHEFOUCAULD: HEROISME ET IDEOLOGIE NOBLE By UENIS P. COMBET B.A., The University of Victoria, 1984 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (Department of French) We accept th i s thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA October, 1986 © D e n i s P. Combet, 1986 In p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements f o r an advanced degree a t the U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Columbia, I agree t h a t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e and study. I f u r t h e r agree t h a t p e r m i s s i o n f o r e x t e n s i v e copying o f t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the head o f my department o r by h i s o r her r e p r e s e n t a t i v e s . I t i s understood t h a t copying or p u b l i c a t i o n o f t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l not be allowed without my w r i t t e n p e r m i s s i o n . Department of F R. <~t~1 The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia 1956 Main Mall Vancouver, Canada V6T 1Y3 Date Otto L _ * //,, )9&6 >E-6 (3/81) RESUME T h e i n f l u e n c e o f S a i n t - A u g u s t i n o n t h e m o r a l l i t e r a t u r e o f t h e s e v e n t e e n t h - c e n t u r y c a n n o t b e o v e r l o o k e d . T h e t h i n k i n g o f P o r t - R o y a l a n d t h e J a n s e n i s t s i n f l u e n c e d t h e w o r k s o f P a s c a l a n d L a R o c h e f o u c a u l d . I n t h e w r i t i n g s o f L a R o c h e -f o u c a u l d w h i c h w i l l b e c o n s i d e r e d i n t h i s s t u d y , t h e t h e m e o f s e l f - l o v e i n t h e M a x i m e s t e n d s t o c o n f i r m t h e i m p o r t a n t r o l e o f A u g u s t i n i a n p h i l o s o p h y . H o w e v e r , t h e M a x i m e s a n d R e f l e x i o n s D i v e r s e s b r o u g h t t o l i g h t o t h e r c u r r e n t s o f t h o u g h t L e s s k n o w n t e x t s s u c h a s l ' A p o l o g i e du P r i n c e de M a r c i l l a c a n d t h e M e m o i r e s s t r o n g l y r e p r e s e n t t h e h e r o i c m i n d b a s e d on t h e c h i v a l r y . T h i s s t u d y w i l l show t h e i m p o r t a n c e o f a r i s t o c r a t i c i d e o l o g y , h e r o i s m , a n d s o c i a l p r e j u d i c e on t h e m o r a l t h i n k i n g o f L a R o c h e f o u c a u l d . F i r s t , t h e d i f f e r e n t c u l t u r e s w i l l b e d e f i n e d b y u s i n g e x a m p l e s f r o m t h e M a x i m e s . I n A u g u s t i n i s m , " w o r d l y " c u l t u r e a p p e a r s a s a m i x t u r e o f t h e r e l i g i o u s o f t h e s e c u l a r c u l t u r e s . H e n c e , o b v i o u s h u m o u r a p p e a r s i n t h e M a x i m e s . M o r e o v e r , a c r i t i c i s m o f t h e m o n a r c h y u n d e r L o u i s X I V a p p e a r s i n some m a x i m s . E v e n t h e p o l i t i c a l i n v o l v e m e n t o f t h e a u t h o r f i n d s i t s way i n t o t h e g e n r e o f t h e m a x i m i t s e l f . T h e s e c o n d c h a p t e r w i l l e x a m i n e t h e l i n k s b e t w e e n t h e a r i s t o -c r a t i c i d e o l o g y a n d A u g u s t i n i s m p h i l o s o p h y . T h e h e r o i c t o n e f o u n d i n some m a x i m s a n d t h e a u t h o r ' s M e m o i r e s i s c l o s e l y r e l a t e d t o t h a t o f C o r n e i l l e . I n d e e d , some m a x i m s c o n c e r n i n g s e l f - i n t e r e s t , t h e p a s s i o n s , n a t u r e , m o r a l s u p e r i o r i t y a n d c o u r a g e r e t a i n s t o i c o v e r t o n e s . T h u s t h e c o n c e p t o f C o r n e l i a n h e r o i s m as f o r m u l a t e d i n t h e X l V t h c e n t u r y a n d i n t h e f i r s t h a l f o f t h e X V I I t h b y Du V a i r , M o n t a i g n e , C h a r r o n , a n d J u s t e L i p s e i s s t i l l v e r y much a l i v e i n t h e w o r k s o f L a R o c h e f o u c a u l d . •TABLE DES MATIERES RESUME i INTRODUCTION 1 PREMIER CHAPITRE: AUGUSTINISME ET MONDANITE 4 A) L i t t e ra tu re augustinienne et ideologie noble: un point de rencontre 4 B) La survivance de 1'heroTsme (Ar is to te et Corne i l l e ) 23 DEUXIEME CHAPITRE: TRADITIOON HEROIQUE ET NOBLESSE 39 A) La Fronde: guerre et honneur (Apologie, Les Memoires) . . 40 B) Fortune et Grande ame: entre l a v i c t o i r e et la mort . . . . 63 CONCLUSION 94 NOTES 99 8IBLI0GRAPHIE 110 Page 1 INTRODUCTION On a souvent donne une in terpre ta t ion augustinienne de 1'oeuvre du due de La Rochefoucauld. La c r i t i q u e moderne a pergu dans les Maximes et les Reflexions Diverses une nette influence de 1'augustinisme et du jansenisme. II ne f a i t aucun doute que ces courants de pensee ont exerce une influence importante sur 1'oeuvre du due. L'augustinisme, qui a domine l a pensee r e l i -gieuse dans la deuxieme moitie du XVIIe s i e c l e , fut naturel1ement accepte apres l 'echec de l a Fronde, par l a societe des salons.1 Par contre, on peut d i re que 1 'espri t des salons sous Louis X I I I , ou 1'Astree de d'Urfe et De l a  Sagesse de Charron etaient lus et commentes, n 'est plus ou en bien mauvais e tat .2 Avec l 'echec de l a Fronde, c 'es t toute la mentalite heroTque de l a generation de Corne i l l e qui meurt. II faudrai t certainement prendre en consideration le changement d ' ideo logie qui s'opere dans l a deuxieme moitie du s i e c l e . L'avenement du R o i - S o l e i l donne au heros une image plus d o c i l e , mais ses qual i tes guerr ieres , son heroTsme, sont mis au service du Prince et de la p a t r i e . T ra i t e r d'hero'Tsme et de noblesse au sujet de 1'oeuvre de La Roche-foucauld demande une certaine prudence et un regard a t t en t i f a l a l i t t e r a t u r e morale du XVIIe s i e c l e . C'est a cette epoque que l ' o n a t t r ibue a juste t i t r e au grand s i ec l e le nom de Saint-August in . La theologie augustinienne, appuyee par l a durete et le profond pessimisme de la doctrine jansenis te , ont grandement contribue a 1'aneantissement du cul te du heros, 1'ethique de la g lo i r e et de 1'honneur, s i caracter is t iques de l ' i d e o l o g i e noble dans l 'age pre-classique et jusque chez C o r n e i l l e . Selon Benichou, Pascal et La Rochefoucauld seraient les grands destructeurs de 1' ideal heroTque forge au moment de l a redecouverte des auteurs sto'feiens, durant l a renaissance et Page 2 jusqu'a la Fronde.3 Le f ron t i sp ice des edi t ions des Maximes est a cet egard revelateur de l ' a t t i t u d e du due envers le sto'fcisme, un amour a i l e , "L'Amour de la v e r i t e " , vient d 'o ter a Seneque en masque. Le f ron t i sp ice etant une c le qui suggere une d i r ec t i on de l ec tu re , c 'es t i c i a l a c r i t i que des morales paTennes, et plus particulierement Seneque, que s'attaque La Rochefoucauld.4 C'est apres 1'echec de l a Fronde que le due s'adonne a l ' e c r i t u r e , tout en goutant dans l a r e t r a i t e forcee les austeres vues du jansenisme. II avait deja connu Port-Royal au contact de l ' h o t e l Liancourt qui appartenait a son oncle.5 Le salon de Madame de Sable, ou i l eut pour la premiere fo i s "envie de f a i r e des sentences", fut I 'endroi t ou le due s'impregna des vues janse-n i s t e s . 6 Le manuscrit de Liancourt qui fut un des premiers a c i r c u l e r , avec 1 'edi t ion subreptice de Hollande et les copies de 1663, porte indeniablement la marque du pessimisme j ansen i s t e . 7 La premiere ed i t ion o f f i c i e l l e (1665), est dominee par " le souffle f r o i d " des precurseurs de Jansenius. L'amour-propre y t i en t le role p r inc ipa l et 1 ' in t roduct ion jansenisante de l a Chapel 1e-Besse confirme les intentions et vues de La Rochefoucauld a cette epoque .8 On peut neanmoins se demander si 1 1augustinisme et le jansenisme jouent une si grande place dans 1'oeuvre du due. D ' a i l l e u r s , des la deuxieme edi t ion le due ecarte les maximes aux accents et resonnances trop r e l i g i e u x . L ' in t roduc t ion est donnee au pere Rapin afin d'attenuer la voix janseniste de l a premiere ed i t ion .9 Au cours des cinq edi t ions on peut d is t inguer une evolut ion de pensee. Au contact du salon de Madame de La Fayette, c 'es t 1'aspect mondain de 1'oeuvre qui sera mis en v a l e u r . i U F a u t - i l rappeler aussi que cette oeuvre justement, ne se l i m i t e pas aux seules Maximes et Reflexions Diverses., mais comprend des textes moins connus comme 1 'Apologie Page 3 du Prince de M a r c i l l a c , les Memoires, vo i r la correspondance, les divers temoignages des contemporains, sans oubl ier les t r a i t e s d 'amnistie ou d ' a l l i a n c e , revelateurs de la pensee du due. Nous diviserons notre t r a v a i l en deux pa r t i e s . Notre premiere demarche vise a jauger le role que joue l 'august inisme, tout en montrant, s ' i l y a l i e u , 1'importance d'autres aspects de 1'oeuvre. En f a i t , notre etude sur les divers textes du due, nous montrera que 1'oeuvre de La Rochefoucauld, l o i n d 'e t re dominee par un seul courant de pensee t e l que l 'august inisme, en accue i l l e d'autres tout aussi importants. Ainsi l ' i d e o l o g i e noble t i en t une place speciale qui est proche, dans un sens, du discours r e l i g i e u x . Une t e l l e associat ion qui pourrait a premiere vue parai t re con t r ad ic to i r e , met en lumiere 1'aspect de d i v e r s i t e des e c r i t s du due. Nous devons mettre i c i l 'accent sur la p l u r a l i t e de 1'oeuvre qui refuse toute idee de systeme te l que notre espr i t moderne est en d ro i t a s 'a t tendre. L'oeuvre de La Roche-foucauld est dependante de l'ambiance socio-cul ture l1e du XVIIe s i ec l e et la place que t i en t l ' i d e e de culture y est cent ra le . On peut d i re que 1 ' i n s p i -rat ion du due est avant tout mondaine. (Tout en situant l 'oeuvre du due dans la l i t t e r a t u r e morale du XVIe et XVIIe s i e c l e s , nous ec la i c i rons les aspects de l 'oeuvre l i e s a la t r a d i t i o n heroTque.) Les maximes qui gardent un accent stoi 'cien seront expliquees. Dans la deuxieme part ie nous t ra i te rons en plus de de ta i l s de l ' i d e o -logie noble, les vertus heroTques et 1'ethique guerriere a l ' a i d e de textes t e l s que l 'Apo log ie du Prince de M a r c i l l a c , les Memoi res . Les prejuges de race seront aussi e c l a i r e s . Le theme de l a fortune nous pennettra de fa i re certains l i ens avec le Prinee de Machiavel . Enfin les notions de g l o i r e , d'honneur, d ' i n t r e p i d i t e , de grande ame et d 'ac t ion vertueuse seront Page 4 examinees en rapport avec certains passages precis de 1 'Ethique a Nicomaque d ' Ari s to te . PREMIER CHAPITRE: AUGUSTINISME ET MONDANITE A) Litterature augustinienne et ideologie noble: un point de rencontre J . Truchet voyait dans les Maximes et les Reflexions Diverses une empreinte du baroque.H Les differentes nappes de discours qui se rencontrent, preuves de l a non-systematisation du projet d ' e c r i t u r e , ont tendance a appuyer ce point de vue. La Rochefoucauld, selon van De l f t , n 'est pas un penseur ordinaire et encore moins un faiseur de systeme.^ Le due n'est pas Descartes ou Pasca l , meme si ses vues se rapprochent en bien des points a ces deux auteurs. Sa v i s ion n 'est pas c e l l e d'un phi 1osophe, d'un sc ien t i f ique ou d'un theologien qui elabore un systeme, mais c e l l e d'un moraliste qui repond a une culture mondaine et done accepte en toute l i b e r t e diverses nappes de d i scours . En e f fe t , le faiseur de maximes appartient a un mi l ieu mondain et son oeuvre en porte profondement l a marque: la d i v e r s i t e . Pour van De l f t : "Peu d'oeuvres res t i tuent l a cul ture mondaine aussi pa r f a i -tement que c e l l e de La Rochefoucauld".^ y r , comme le precise ce meme c r i t i que dans un autre a r t i c l e : "Parler de La Rochefoucauld rnoraliste mondain, cela n'a de sens que si l ' o n congoit l a culture mondaine comme ouverte, d ive r se , capable d ' in tegrer des apports m u l t i p l e s " . 1 4 C'est justement dans la d i v e r s i t e que l ' on doit chercher 1'unite de son i n s p i r a t i on.15 En f a i t , une t e l l e maniere de penser et d ' e c r i r e n'a r ien de l'homme de l e t t r e s et les e c r i t s du due, comme ceux de Montaigne un s i ec le plus t o t , sont l a v i s ion d'un grand seigneur, due et pair de France q u i , avant de prendre la plume, avait excel le dans celui des armes et des affa i res Page 5 p o l i t i q u e s . Comme Montaigne, le due n ' e t a i t pas "faiseurs de l i v r e s " . 1 6 Cet aspect de sa personnal i te , toujours attache a certains prejuges de race, a une l i b e r t e fonc ie re , r e f l e t s de la mentalite a r i s toc ra t ique , nous f a i t plus vo i r en l u i l'homme du monde que l ' e c r i v a i n de metier. Et c 'es t en homme du monde q u ' i l pense et q u ' i l e c r i t : Non seulement sa pensee n 'est pas d i s cu r s ive , n 'est pas specu-l a t i v e , mais ce grand seigneur pouvait bien se def ier des preten-t ions de l a pensee . . . les prejuges, les habitudes, le gout surtout de sa c l a s se , plus que l a cohesion de l a pensee marquent ses e c r i t s " . ! ' Cette remarque de van Delft nous est confirmee par 1 'at t i tude du due au moment de l a publ ica t ion des Maximes. Certes , nous decelons chez le due un cer ta in serieux envers 1 ' ec r i t u re . Segrais nous d i t que des sentences auraient ete refa i tes une trentaine de f o i s . 1 ^ II faut aussi souligner l a correspondance de Madame de Sable et de La Rochefoucauld q u i , malgre l a desinvolture montree envers l ' a c t i v i t e l i t t e r a i r e , font des echanges par l e t t r e s des maximes, et les communiquent a leurs amis " . . . dans une consultat ion qui est un ver i tab le sondage d 'opinion" . i y Mais le due publie ses Maximes a cause de la fausse ed i t ion de Hollande. La non publ ica t ion des Reflexions Diverses auxquelles i l tenai t tant , le scandale provoque par la publ ica t ion subreptice des Memoi res q u ' i l reservai t a ses proches et a ses amis, nous font agreer avec Jean Lafond selon q u i : " le due n'a publie que ce q u ' i l ne pouvait pas publier et i l se ra i t a peine excessif de d i re que son oeuvre est de c i r c o n s t a n c e s " L a Rochefoucauld est oblige de publ ier les maximes qui au depart e ta i t le f r u i t d'un t r a v a i l de groupe, reserve a un cercle ferme.^l II n'y a rien de pejo-r a t i f dans une t e l l e a t t i t ude , mais le projet d ' ec r i tu re ne pretend pas a la renomrnee ou au serieux l i t t e r a i r e e t , meme s ' i l est f e i n t , le detachement Page 6 envers 1 'ecr i ture est evident . Mme de Sable n ' accusa i t -e l le pas le due de l u i avoir donne la "maladie des sentences?"^ La Rochefoucauld de son cote, pretend qu 'Espr i t les a "suscitees pour t roubler son repos".23 Finalement, l e ve r i t ab le serieux qui entoure le projet des maximes est peut etre attache a des prejuges de race. Louis van Delft nous d i t q u ' i l est important pour ces grands d ' e c r i r e dans un s ty le noble et superieur qui dis t ingue l ' a r i s -tocrate qui f a i t jeu d ' e c r i r e , des gens du commun: "Ne point tomber dans le r i d i c u l e de tant de vulgaires t r i s s o t i n s est bien le moins que l ' o n se doi t" .24 Dans une l e t t r e a La Rochefoucauld Mme de Sable d i s a i t : "Nous autres grands auteurs sommes trop riches pour craindre de perdre de nos productions . . . "25 s i on ecarte l a s u p e r i o r i t y et le serieux affiches par le nom, on se rend compte q u ' i l y a der r ie re le projet des Maximes toute une ambiance d'amusement et de detente. II est cer ta in que cet a r i s tocra te de l a pensee aborde la l i t t e r a t u r e avec une certaine nonchalance " . . . et souvent ce mi l ieu r a f f i n e , la creation l i t t e r a i r e n 'est que le couronnement d'une conversation d'apres dinee".26 Des l o r s , comment accorde a 1'augustinisme une place plus importante que l a mondanite? Ains i pour van D e l f t , 1'augustinisme, tout important s o i t - i l ne devrai t pas nous v o i l e r d'autres discours et inf luences. Une trop grande importance attachee a 1'augustinisme est une source de danger: La redecouverte de 1'augustinisme, de son omnipresence (ou peut s'en faut) au XVIIe s i e c l e entratne toutefois un r isque. Les travaux s 'accu-mulant i l est a craindre que l ' o n en vienne a p r i v i l e g i e r ce courant, au detriment d'autres elements q u i , dans le cas de La Rochefoucauld en p a r t i c u l i e r n'ont pas ete moins importants.27 Louis van Delft semble avoir une in terpre ta t ion plus engagee sur 1'influence de la cul ture mondaine sur le due lui-meme. La culture mondaine est pour ce c r i t i q u e une influence de la vie de salons a l l i e e a une nostalgie pour les Page 7 affa i res et l a guerre q u i , automatiquement, mettent l ' a c t i v i t e l i t t e r a i r e en r e t r a i t : l ' a c t i v i t e l i t t e r a i r e est une a c t i v i t e de subs t i tu t ion 1 'ecr i tu re , l a creation ne sont qu'un divertissement . . . un moyen elegant de tromper le temps, de se donner le change, de subst i tuer au role qu'on n'a pas pu jouer a l a cour une a c t i v i t e un peu i l l u s o i r e . 2 y Le due se degage bien des ecr iva ins de metier. II s a i t passer "avec classe" du monde de l a guerre a ce lu i de 1 ' ec r i tu re . C'est ce passage d'un monde a 1'autre qui d e f i n i t l a cul ture mondaine. L . van Delft precise que le due en connaissant l 'echec de l a Fronde: " . . . a manque son dest in avec beaucoup de grace, et au sens le plus haut, c 'es t c e l a , la cul ture mondaine: une sagesse, un art de porter avec grace les disgraces de 1'existence".29 Les disgraces de 1 'existence, l a fronde et le mi l ieu noble ont certainement l a i s se leur empreinte sur l 'oeuvre de La Rochefoucauld. Examinons en de ta i l s certains aspects des Maximes l i e s a l a vie mondaine et guerriere du due. La l i b e r t e fonciere carac ter i s t ique de l a pensee ar i s tocra te comprenait une grande part de ludisme. La fronde, par exemple, toute serieuse q u ' e l l e fu t , e t a i t pour beaucoup de nobles engages un exuto i re . La Rochefoucauld a l a i s se dans ses Maximes une grande place au jeu et a 1'humour. La cul ture mondaine est aussi impregnee par 1 'espri t du j eu . C'est au genre de la maxime q u ' i l faut se referer . En effet l a maxime "releve tres etroitement du j eu , du jeu de soc ie te , du t o u r b i l l o n souvent f r i v o l e des salons, et meme du jeu proprement l i t t e r a i r e " . 3 0 L'humour est aussi important. Comme Truchet 1'avait deja suggere dans son in t roduct ion: " i l y aurai t quelque naTvete a voulo i r le prendre au serieux . . . i l s'amuse souvent, probablement plus souvent q u ' i l ne le l a i s se voi r" .31 L . v a n Delft enumere a cet egard une l i s t e de maximes sur les femmes (max 73, 340, 362, 367, 466), sur 1'amour Page 8 (max 76, 349, 396, 417), et les v i e i l l a r d s (max 408, 4 4 4 ) . 3 Z Nous pourrions rajouter i c i les maximes sur la beaute des femmes: " l a severi te des femmes est un ajustement et un fard qu ' e l l e s ajoutent a leur beaute" (max 204), les p l a i s i r s de 1'amour: "Le p l a i s i r de 1'amour est d'aimer; et l ' o n est plus heureux par l a passion que l ' o n a que par c e l l e que l ' on donne" (max 259), 1' i n f i d e l i t e : "La violence qu'on se f a i t pour demeurer f ide l e a ce qu'on aime ne vaut guere mieux qu'une i n f i d e l i t e " (max 381), "Les femmes qui aiment pardonnent plus aisement les grandes indiscre t ions que les pet i tes i n f i d e -l i t e s " (max 429), "Quand nous sommes las d 'aimer, nous sommes bien aises qu'on nous devienne i n f i d e l e , pour nous degager de notre f i d e l i t e " (max S 63) . Le nombre de maximes sur 1'amour et les femmes meme si e l l e s sont, dans l a majorite des cas des plus i roniques , nous indique que le due repond a une t r a d i t i o n p rec ieuse 3 3 m a i s aussi chevaleresque. II y a en l u i un peu du Uon Juan de Moliere qui compare l a conquete des femmes aux conquetes m i l i t a i r e s (Acte I , Scene II) .34 Les Memoires nous presentent en plusieurs occasions le due qui se j e t t e dans 1 ' in t r igue pour l a beaute en 1'image des femmes: . . . l a domination du cardinal de Richel ieu me parut in jus te , et je crus que le par t i de la Reine e t a i t le seul q u ' i l fut honnete de su iv re . E l l e e t a i t malheureuse et persecuted . . . e l l e me t r a i t a i t avec beaucoup de bonte et de marques d'estime et de confiance . . . Mile de Hautefort, qui e ta i t for t jeune et d'une beaute sur-prenante: e l l e avait beaucoup de vertu et de f i d e l i t e pour ses amis . . . Mi le de Chemerault, f i l l e de l a Reine, e t a i t for t jeune et d'une beaute admirable . . . De moindres raisons auraient suff i pour eb loui r un homme qui n 'ava i t presque jamais r ien vu et pour 1'entraTner dans un chemin s i oppose a sa for tune . 3 ^ Certes , La Rochefoucauld est i c i plus chevaleresque que don Juan, mais i l est bien a t t i r e par l a grande dame, l a femme aventureuse, comme i l le sera par Mme de Chevreuse et surtout Mme de Longuevi l le : "La beaute de Mme de Longuevi l le , son e s p r i t , et tous les charmes de sa personne attacherent a Page 9 e l l e tout ce qui pouvait esperer d'en etre souffert" (pp. 46-47). Pour s'en t en i r aux maximes t r a i t an t de l'amour des femmes et d'autres sujets d 'ordre plus leger , on doi t admettre que la pensee du due est souvent eloignee des preoccupations r e l i g i euse s . L . van Delft nous parle de pans entiers de maximes de ce genre qui n'ont r ien a voi r avec le discours augusti ni en .36 Pour ce c r i t i q u e , ces maximes presque l i b e r t i n e s , melees a des sentences tellement plus graves: " . . . sont une parfai te i l l u s t r a t i o n de l a d i v e r s i t e de l ' i n s p i r a t i o n du d u e " . 3 7 Nous sommes l o i n avec ces maximes de l 'a t taque janseniste des vertus , de l a presence des vices et de 1'amour-propre. Nous fleurtons avec ce que l ' o n pourrai t nommer l a par t ie heureuse de l 'espace mondain. Le cote heureux des maximes ne pourrai t cependant etre unique, on y associe le scandale qui est en quelque sorte le cote c r i t i q u e et agressif de La Rochefoucauld. II semble que La Rochefoucauld a i t ete porte au scandale durant toute sa v i e . Peut-etre e ta i t - ce sa mauvaise etoTle comme i l le d i s a i t lu i -meme. 3 s Mais son gout a b r o u i l l e r les cartes durant l a Fronde l ' a su iv i jusqu'en sa vie d ' e c r i v a i n . Ne voyons pas en ce signe un aspect negat if , au con t ra i r e , la valeur de son oeuvre est justement ce cote "engage" qui l u i a donne la reputation de Machiavel de la pensee, comme Jean Lafond le s o u l i g n a i t . 3 y C'est ce cote scandaleux qui fera la grande populari ty des Maximes au XVIIe s i e c l e . Truchet nous d i t aussi que " l a recherche des c i e s , ce jeu a la mode, n'a pas epargne les maximes".* 0 Si les maximes 164 et 413 font a l l u s i o n , dans l ' o r d r e , a Madame de Montausier, Racine et Boi leau, d'autres s'attaquent a des personnages po l i t iques importants comme Colbert dans la maxime 393:^1 " L ' a i r bourgeois se perd quelquefois a 1'armee, mais i l ne se perd jamais a la cour". Truchet precise cependant avec raison que ces c i e s , dont la v r a i -Page 1U semblance dans certains cas est douteuse, sont nees non pas des commentaires des contemporains, mais des commentateurs du XV11Ie et XIXe s i ec les . 4 ' 2 Toutefois les maximes que l ' o n a i d e n t i f i e r s a la vie de La Rochefoucauld sont bien des contemporains. "L'entourage comme les ennemis de La Roche-foucauld se plurent a le retrouver dans son oeuvre, a y retrouver aussi sa maTtresse, madame de L o n g u e v i l l e " . 4 3 Sans voi r dans certaines maximes des cles a des personnages, nous trouvons evoque, plus interessant , des vues sur la po l i t ique du moment, q u i , venant du vieux frondeur, sont evocatrices du contestataire l u c i d e . Revenons un instant a l a maxime 393, et la 403 aussi mechante s i ce n 'est plus: "La fortune se sert quelquefois de nos defauts pour nous e lever , et i l y a des gens incommodes dont le merite se ra i t mal recompense si on ne voula i t acheter leur absence". II nous semble que ces maximes se referent plus aux hommes en general qu'a une personne prec ise . Dans la maxime 393, la classe bourgeoise a ins i que l a cour sont plus touchees que le seul Co lbe r t . Cette maxime est en effet le r e f l e t de prejuges de race envers une classe bourgeoise qui a, pe t i t a p e t i t , p r i s une place egale a la v i e i l l e noblesse de race a Iaquelle La Rochefoucauld appart ient . La guerre et la valeur m i l i t a i r e etant la vertu par excellence du noble de sang, le bourgeois est incomplet. Ce n'est surtout pas la frequentation de la cour qui le changera. La seule chance pour le bourgeois de perdre ses a i r s , et r ien n 'est c e r t a i n , c 'es t a l'armee et a la guerre, ou i l apprendrait certainement l a vraie ver tu . L ' i r o n i e de La Rochefoucauld, s i ce lebre , est evidemment tournee vers la bourgeoisie, pourvoyeuse p r inc ipa le des annoblis , mais ro tur iere d ' o r i g i n e , done infer ieure a la noblesse de race. Nous voyons que le due s'attaque plus a une classe qu'a un indiv idu p a r t i c u l i e r . De la meme maniere, quand le due Page 11 d i t : "Quoique l a vanite des ministres se f l a t t e de la grandeur de leurs actions, e l l e s sont, bien souvent, les effets du hasard ou de quelque pe t i t dessein", i l s'adresse peut-etre a Mazarin ou a Richelieu q u ' i l haTssait, mais c'est a tous les ministres qu'il en veut; ministres qui ont supplante les grands a qui ce role e t a i t reserve. La maxime posthume 61) ne f a i t que confirmer 1 'attitude de La Rochefoucauld envers les ministres du pouvoir royal: "Les soumissions et les bassesses que les seigneurs de l a cour font aupres des ministres qui ne sont pas de leur rang sont des lachetes de gens de coeur." Ici le noble, malgre une attitude plutot basse, est excuse puisque ce sont des lachetes de coeur (gens de coeur s i g n i f i e aussi des courageux) envers des ministres qui ne sont pas de l a noblesse de race. Cette maxime aurait bien pu s'appliquer au due lui-meme qui pendant une longue periode essaya aupres de la Reine et les cardinaux Richelieu et Mazarin de s ' a t t i r e r certaines faveurs. Certaines maximes pourraient e c l a i r e r 1'experience personnelle de La Rochefoucauld a l a cour: Rien ne f l a t t e plus notre orgueil que la confiance des grands, parce que nous la regardons comme un effet de notre merite, sans considerer qu'elle ne vient le plus souvent que de vanite, ou d'impuissance de garder le secret (max 239). La haine pour les favoris n'est autre chose que 1'amour de l a faveur. Le depit de ne la pas posseder se console et s'adoucit par le mepris que l'on temoigne de ceux qui la possedent; et nous leur refusons nos hommages, ne pouvant pas leur oter ce qui leur a t t i r e ceux de tout le monde (max 55). En tant que frondeur La Rochefoucauld savait de quoi i l p a r l a i t quand i l d i s a i t : "II est plus d i f f i c i l e de s'empecher d'etre gouverne que de gouverner les autres" (max 151). S ' i l s'en tenait qu'aux ministres 1'affaire serait v i t e classee. Mais le due va plus l o i n , n'hesitant pas a rabaisser les princes et les r o i s . Page 12 Prenons I'exemple de la maxime 15: "La clemence des Princes n 'est souvent qu'une po l i t ique pour gagner 1 'affect ion des peuples". La clemence dans cette maxime, nous est devoilee comme une fausse i n t en t ion , done par le manque de s ince r i t e des Pr inces . Ironiquement l a maxime qui sui t attaque d'une maniere ind i rec te l a f a u s s e t § des vertus des Pr inces: "Cette clemence dont on f a i t une vertu se pratique tantot par vani te , quelquefois par paresse, souvent par c r a i n t e , et presque toujours par tous les t r o i s ensemble" (max 16). Certes nous apprenons dans l a l e t t r e 39 que ces maximes visent l a clemence d'Auguste pour Cinna, mais comme i l s ' ag i t dans l a maxime 15 des Princes au p l u r i e l , i l semble que le due aurait pu cacher habilement ses intentions et v i s e r , d'une maniere i n d i r e c t e , le pouvoir r o y a l , ( la l e t t r e 39 adressee au pere Thomas Espr i t est une j u s t i f i c a t i o n sub t i l e qui a pour but de defendre les diverses ref lexions des contemporains sui te a I ' e d i -t ion subreptice de 1663).44 La Rochefoucauld sans vouloi r creer un scandale n 'hesi te pas a d i re librement ce q u ' i l pense. C'est ce pro je t , dangereux sous Louis XIV, qui l u i couta certainement l a place de precepteur du jeune Dauphin.45 En e f fe t , comment interpreter les maximes supprimees 67 et 68, sinon comme une opposition au pouvoir r o y a l . On peut s'imaginer 1'impact d'une maxime comme: "Les ro is font des hommes comme des pieces de monnaie; i l s les font v a l o i r ce q u ' i l s veulent, et l ' o n est force de les recevoir selon leurs cours, et non pas selon leur ver i tab le p r i x " . Quant a la maxime 68: II y a des crimes qui deviennent innocents et meme glorieux par leur e c l a t , leur nombre et leur exces. De la vient que les voler ies publiques sont des habiletes et que prendre des provinces injustement s 'appel le f a i r e des conquetes, Page 13 e l l e nous devoile les aspects negatifs de l a po l i t ique du pouvoir r o y a l . Truchet nous d i t etre surpris au sujet de cette maxime que La Rochefoucauld gardera jusque dans l a quatrieme edi t ion en depit du risque de choquer Louis X I V . 4 6 Comme nous pouvons le v o i r , toute la l i t t e r a t u r e du XVIIe s i ec l e n 'est pas axee sur l a defense de la po l i t ique du roi ou l a mise en valeur de la classe dominante. La Rochefoucauld comprenait bien a son epoque et a sa maniere le sens de la l i t t e r a t u r e engagee. L'oeuvre du due detient toujours en e l l e les v ibra t ions pa r t i eu l i e res de son auteur. E l l e re f le te sans aucun doute le grand seigneur q u i , que ce so i t sur le champ de b a t a i l l e ou sur l a f e u i l l e de papier , se veut de controler le jeu et d'imposer sa v is ion du monde. Le due: " . . . deteste penser et e c r i r e sans d a n g e r . . . " 4 7 et dans ce sens i l f a i t admirablement le l i e n entre 1'action et la creation l i t t e r a i r e . Jean Lafond, dans un a r t i c l e consacre a La Rochefoucauld face aux enjeux de 1 ' ec r i tu re , p r ec i sa i t ce que fut pour le due le passage du frondeur a 1 ' ec r i -vain et 1'impact sur sa prose: La s i tua t ion diminuee, i n a c t i v e , qui est l a sienne apres la Fronde ne pouvait que 1'engager a prendre sa revanche et a compenser son echec par l a l i t t e r a t u r e . Barree 1'action se f ra ie une i ssue , indi rec te dans le l i v r e . . . i l sera done demande a 1 'ecr i ture de donner a son auteur le p l a i s i r de I ' a c t e , avec tout ce que 1'acte implique d'audace et de provocat ion . 4 ^ L ' e c r i t u r e , le s ty le du due, portent en cela la marque de l ' au teur due et p a i r . Si tout un s ty le est ne de l a Fronde, comme Hubert Car r ie r l ' a recem-ment demontre, 4 y l 'oeuvre du due pourrai t a e l l e seule nous montrer les aspects guer r i e r s , r e f l e t s d'une voix noble, mais aussi d'une maniere d 'e t re ou les prejuges de race, et une pr ise de conscience au niveau des valeurs , jouent un role central dans sa v i s ion du monde. Afin de mieux mettre en Page 14 perspective ces aspects de 1'oeuvre, consacrons nous a la forme breve comme genre l i t t e r a i r e . Nous devons nous attacher un instant au genre de la maxime, et au s ty le de La Rochefoucauld, caracter is t iques de 1'expression noble par excel lence . Selon Hubert Car r ie r l a Fronde aurait donne naissance a une nouvelle l i t t e -rature marquee par son engagement po l i t ique . 5 t > La pratique du pamphlet est l 'exemple l e plus representat if de cette l i t t e r a t u r e p o l i t i q u e . D'apres C a r r i e r : " . . . presque tous les ecr ivains de 1'epoque ont pr i s une part act ive aux l i b e l l e s de l a Fronde, et certains de leurs pamphlets comptent parmi les chefs-d'oeuvre de la l i t t e r a t u r e engagee".51 Nous pensons en p a r t i c u l i e r a 1'Apologie du Prince de M a r c i l l a c , de La Rochefoucauld qui avant les Provinc ia les de Pascal fut considere comme le premier exemple de la prose classique.52 g U O i q u ' i l en s o i t , l a Fronde a donne un nouveau s ty le a l a langue frangaise: "Ce n 'est pas l a moindre des consequences posi t ives de la Fronde que d ' a v o i r , par l ' exe r c i s e permanent de la polemique, f a i t progresser l a phrase frangaise en c l a r t e , en vigueur, en net te te ' ' .^ 3 Le pamphlet doi t par son message po l i t ique d 'e t re c l a i r mais aussi frapper v i t e et f o r t . La maxime, dans ce sens, se rapproche du pamphlet. Lafond nous d i t que " . . . c 'es t moins encore l a brievete qui f a i t la sentence maxime que le grand sens dont e l l e est chargee et un s ty le energique".54 s i on ajoute a cela que l'aphorisrne est considere dans certains mil ieux " . . . comme 1'expres-sion par excellence de l'homme d 'act ion",55 o n s e rend compte que le s ty le du due f a i t un avec 1 1 a r i s tocra te guerrier et conspirateur q u ' i l fu t . En f a i t l a maxime, forme breve, discours discontinu est 1'expression parfai te pour La Rochefoucauld. Cette forme est en effet reservee aux grands. Page 15 La forme breve est caracter is t ique d'une a t t i tude reservee aux r o i s , nobles, Pr inces . Madame de Schomberg avait bien decele chez le due un s ty le peu orthodoxe, une maniere de s'exprimer typiquement noble: "Je trouve que cela n 'est pas bien e c r i t en f rangais , e ' es t -a -d i re que ce sont des phrases et des manieres de parler qui sont plutot d'un homme de la cour que d'un auteur".56 Ronsard nous d i t que les sentences font " r e lu i r e les vers comme les pierres precieuses bien enchassees les doigts d'un grand seigneur" .5 7 n y a quelque chose de grand et de superieur que veut nous reveler l a maxime: "L'objet de l a maxime est de t r a i t e r "dogmatiquement" comme disent les rheto-riques du temps, de r e l i g i o n , de po l i t ique et de m o r a l e . ^ A 1'heure ou le due s'entraTne a creer des sentences " l a l i t t e r a t u r e paremiologique semble connaitre un regain d ' i n t e r e t , que ce so i t a des f ins pedagogiques ou de divertissement mondain".59 Enseigner dans un mi l ieu du monde, done d ' e l i t e , est la fonction de l a maxime ou sentence. C'est avec justesse que Montes-quieu d i r a un s i e c l e plus tard que les maximes sont "les proverbes des gens d ' e s p r i t " . 6 ° II y a aussi dans l a maxime, un accent agressif et p r inc i e r qui "explique" avec 1'economie voulue, et de ce f a i t impose son message avec grande e f f i c a c i t e . Ecoutons le pere Lamy: "Les sentences ne sont que des ref lexions que l ' o n f a i t sur une chose qui surprend, et qui merite d 'e tre considere. Une sentence se f a i t en peu de paroles, qui sont energiques, et qui renferment un grand sens".61 Cette economie du discours est d ' a i l l e u r s exprimee dans certaines maximes du due: "La ver i tab le eloquence consiste a d i re tout ce q u ' i l faut , et a ne d i re que ce q u ' i l faut" (max 25U), i l n'y a pas moins d'eloquence dans le ton de l a vo ix , dans les yeux et dans l ' a i r de la personne, que dans le choix des paroles" (max 249). C'est cette maniere de s'exprimer qui pour La Rochefoucauld d i f fe renc ie la grandeur d'un homme a sa peti tesse ou mediocri te , comme dans le cas de la maxime 142: "Comme c 'est Page 16 le caractere des grands espr i t s de f a i r e entendre en peu de paroles beaucoup de choses, les pe t i t s espr i t s au contraire ont le don de beaucoup pa r l e r , et de ne r ien d i r e " . L ' a r t de la rhetorique e t a i t au moment ou les premiers d ic t ionna i res de l a langue prennent forme, un point central a 1 'evolution du langage au XVTIe s iec le .62 L'eloquence est done de toute importance a cette epoque. Remarquons que dans le cas de l a maxime 142, les grands e s p r i t s , synonymes de grands hommes ou heros, sont superieurs aux espr i t s in fer ieurs par leur maniere plus eff icace de pa r l e r . L'eloquence pourrait etre une maniere eff icace de donner des ordres ou d ' inf luencer une decis ion dans un contexte de guerre, de t r a i t e ou de negociat ion. Dans les Memoi res, La Rochefoucauld nous donne un exemple precis de l a qual i te d'eloquence durant les a f f a i r e s , en la personne du due de B o u i l l o n : "L'ambition du due de Boui l lon e t a i t soutenue de toutes les qual i tes qui devaient la rendre heureuse. II e t a i t v a i l l a n t et savait parfaitement tous les ordres de l a guerre. II avait une eloquence f a c i l e , na tu re l l e , insinuante; son espr i t e t a i t net, f e r t i l e en expedients et capable de demeler les affa i res les plus d i f f i c i l e s " (p. 211). Mazarin a aussi l 'eloquence f a c i l e et sa i t u t i l i s e r des paroles et des promesses pour mieux tromper son monde. Enf in , La Roche-foucauld lui-meme devait avoir un don de parole e f f i cace . II est souvent le negociateur de confiance du par t i des frondeurs. On le voi t en p a r t i c u l i e r "tromper le trompeur" (Mazarin) au moment de la negociation de la delivrance des pr inces . Non seulement dans cet episode le due ne se l a i s se pas prendre par les ruses et les a r t i f i c e s du c a r d i n a l , mais i l influence ce dernier par un discours e f f i cace , preuve de grande eloquence. En l 'espace d'une demi page le due enumere une l i s t e de verbes qui decrivent tous les moyens de l 'eloquence pour persuader l ' adve r sa i r e : Page 17 . . . II loua seulement le Cardinal . . . i l l u i f i t parattre . . . sans l u i l a i s s e r c ro i re toutefois . . . mais i l le pr ia . . . i l l u i repe-t a i t . . . et l u i dec la ra i t . . . II l u i f i t voi r . . . II representa ensuite a ce ministre . . . Enfin i l l u i d i t . . . (pp. 125-126). Le resul ta t est des plus e f f icaces : "Ce discours ebranla le Cardinal" (p. 126). Comme nous l ' i nd ique ce dernier exemple la maniere de s'exprimer est de toute importance dans les a f f a i r e s . En ce qui concerne le rhetorique de l a maxime de La Rochefoucauld, V. Theweatt a montre 1'importance de l ' i r o n i e . 6 3 Cependant, nous percevons aussi derr iere cette i r o n i e , ce sarcasme, et souvent meme ce dedain, "une rhetorique de preeminence" qui n 'est pas etrangere a cer tains prejuges de race, auxquels i l faudrai t ajouter le des i r de f a i r e ecla ter les mauvaises vertus et les v i c e s . C'est 1'art du dist inguo qui au niveau de l a structure de l a maxime se revele comme la technique la plus eff icace pour devoi ler " l a faussete de tant de vertus apparentes"; c 'e ts l ' a r t du dis t inguo qui donne au recuei l des Maximes "une colorat ion a l a fo is i n t e l l e c t u e l l e et a r i s toc ra t ique . . . "64 Intel 1 ectuel 1 e dans le sens ou sa fonction didactique f a i t decouvrir du nouveau sur l'homme, comme dans le cas de la maxime 41)0: II y a du merite sans e l eva t ion , mais i l n'y a point d ' e leva t ion sans merite et a r i s tocra t ique car la fonction e r i s t ique de la maxime, qui peut s'exprimer avec la copule r e s t r i c t i v e n 'est que, mais aussi sous d'autres formes t e l l e s que la conjonction de coor-dinat ion mais, de par la reduction des valeurs et des vertus, met en r e l i e f 1 ' in tent ion tres n o b i l i a i r e de denoncer 1'indigne et le f a u x . 6 5 Une certaine carac ter i s t ique de la structure meme de la maxime nous montre une in tent ion de rabaisser une valeur et surtout devoi ler l a faussete, le mensonge, le paraTtre. Dans sa tres bonne analyse "Reflexions ou Sentences et Maximes", Roland Barthes met en lumiere la re la t ion demysti-Page 18 f iante provoquee par la maxime.66 La sentence du due est pour Barthes "mechante".67 E l l e est armee de l a pointe " . . . ce crochet de mots aigus qui l a terminent, l a couronnent, la ferment, tout en l'armant ( e l l e est armee parce q u ' e l l e est fermee)".68 E l l e est comme un coup d'epee bien place, dont l a botte secrete favor i te se presente sous l a forme de l a copule r e s t r i c t i v e "n'est que". La demyst i f icat ion de l a maxime t e l que l 'entend Barthes est avant tout " l a r e l a t ion d ' i d e n t i t e deceptive (n 'est que)"69 qU-j r edu i t , noble proje t , l 'apparence, pour ne l a i s s e r que l a t r i s t e v e r i t e . Dans l a maxime 82: "La r e c o n c i l i a t i o n avec nos ennemis n 'est qu'un des i r de rendre notre condit ion mei l l eure , une lassi tude de l a guerre, et une crainte de quelque mauvais evenement", ce qui au depart se presente comme une noble intent ion d ' asp i re r a l a paix est en ver i t e un des i r qui n'a rien a voi r avec le projet i n i t i a l . La copule r e s t r i c t i v e "n'est que" est une maniere de demasquer le faux. Nous trouvons d'autres formules qui ont l a meme inten-t i o n : n 'est souvent, est souvent, mais, lorsque, e t c . Cependant, malgre les differentes manieres de "descendre" le faux, l ' i n d i g n e , c 'es t toujours a un projet de r e c t i f i c a t i o n de niveau moral ou de valeur psychologique que s'attaque le due. Nous devons esquisser 1 ' intent ion des Maximes et preciser ce que nous entendons par le projet de r e c t i f i c a t i o n de niveau ou de valeur tout en introduisant la "tactique" et l a maniere u t i l i s e e s pour fa i re eclater le faux et l e paraTtre. L ' i n t e n t i o n majeure des Maximes est de denoncer l a faussete des vertus et mettre en lumiere les vices comme 1'indique la fameuse maxime: "Nos vertus ne sont, l e plus souvent, que des vices deguises". Cette intent ion de devoi ler les fausses intentions de l'homme f a i t par t ie d'une tactique qui a pour fond la recherche des mobiles qui menent a 1'action vertueuse. Nous Page 19 entendons par ce terme une action morale d i r igee vers l a ver tu . Chez La Rochefoucauld, i l faut aussi 1'entendre comme la vi rtu i t a l i e n n e , plus d i r igee vers 1'action guer r ie re . Cette quete envers 1'action vertueuse est cependant chez le due marquee par l a necessite de denoncer tout ce qui paraTt faux dans T a c t i o n et la pensee des hommes. II est a remarquer qu'une t e l l e a t t i tude se retrouve tout au long des Maximes. E l l e f a i t par t ie de l a "tactique" du m o r a l i s t e . 7 0 Pour le due i l faut etre conscient de l a difference entre le vrai et l e parai t re . . . C'est seulement a cette condi-t ion que la ve r i t e est a t t e i n t e . Le faux, sous ses mult iples formes, est un ennemi q u ' i l faut vaincre . Or, pour l ' e l i m i n e r , i l est necessaire de le detecter sous tous les angles. L ' idee de tact ique et d'ennemi a vaincre est l i e e a l a tache du moraliste qui doi t trouver un ordre dans un monde domine par la g u e r r e . 7 1 En effet " . . . la vie de l'homme, tous les moralistes f ran-gais s'accordent pour le proclamer de leur cote, est une guerre" . 7 ^ C'est une guerre in ter ieure avec le moi et 1'amour-propre, mais aussi avec les autres et son entourage . 7 3 La maniere avec laquel le l'homme est capable de su rv iv re , v ivre en harmonie, depend done de ses propres reactions a son m i l i e u , ou i l peut reuss i r ou echouer. Au XVIIe s i ec le le role de l'homme en societe devient important et le moraliste se propose de trouver une maniere d ' e t r e . 7 4 II devient un t h e o r i c i e n . 7 5 Dans un s i e c l e dur " . . . l a vie etant comprise comme "un combat", le moraliste se f a i t le theor ic ien d'une t a c t i q u e " . 7 6 Une des grandes l ignes de la tactique de La Rochefoucauld est justement la pr ise de conscience des faussetes affichees par 1 'autre, l'homme avec qui on doi t v i v r e , tout aussi bien que les faussetes inter ieures du moi. Or, comme le souligne Tzvetan Todorov au sujet de la maniere avec laquel le le due se propose de vaincre 1'ennemi ( i c i les resistances de Page 20 1' amour-propre): " . . . i l faut p ro f i t e r de la l u c i d i t e dont nous jouissons par rapport aux autres; i l faut connaTtre les autres, non soi-meme; ce chemin ind i rec t est en meme temps la voie l a plus sure de l a connaissance de s o i t " . 7 7 Cette remarque de Todorov ec l a i r e a mervei l le l a tactique employee par le due. Plus que la connaissance de soi-meme, e l l e vise a la comprehen-sion des actions et des intentions des autres l a perception des bons ou mauvais mobiles, qui permettent au projet de v e r i t e . Une t e l l e in tent ion de devoi ler les actes de 1'autre pour une meil leure comprehension de soi-meme et du monde, ne peut que mettre en r e l i e f le des i r premier du due, qui est une recherche des motifs qui menent a T a c t i o n vertueuse. E l l e e c l a i r e aussi une philosophie de T a c t i o n qui au niveau de la pensee est une force de penetra-t ion d ' e s p r i t , d i r igee vers toutes les faussetes qui ex i s t en t . E l l e devoile aussi une pensee energique et agressive qui n 'est pas eloignee du caractere guerr ier de La Rochefoucauld. Nous devons esquisser, avant d'entreprendre une recherche plus d e t a i l l e e sur T a c t i o n vertueuse, les grandes l ignes de l a tact ique employee par le faiseur de maximes. Nous prendrons comme exemple l a denonciation des so ts , des mediocres, des pe t i t s espr i t s et des gens indignes, incapables a T a c t i o n vertueuse ou e f f i cace . C'est le niveau le plus bas de l a c r i t i q u e entreprise par La Rochefoucauld. Nous avons deja evoque la maxime 142 qui d i f f e r e n c i a l les grands espr i t s des pe t i t s e s p r i t s . La peti tesse d ' e sp r i t et la mediocrite sont une des c ib l e s favor i tes du due q u i , comme T ind ique l a maxime 326, "Le r i d i c u l e deshonore plus que le deshonneur", ne pouvait s 'abaisser au rang des "bas d ' e s p r i t " . Dans l a maxime 357: "Les pe t i t s espr i t s sont trop blesses des pet i tes choses; les grands espr i t s les voient toutes et n'en sont points blesses", l e due nous indique l a difference de reaction aux vis ions pa r t i cu -Page 21 l i e r e s . Si on s'en t i en t au niveau de "Taction proprement d i t e , le pe t i t espr i t et le mediocre sont voues a l 'echec ou a l ' i n c a p a c i t e d ' a r r i v e r aux grandes choses, comme le confirme la maxime 41: "Ceux qui s 'appliquent trop aux pet i tes choses deviennent ordinairement incapables des grandes", et l a maxime 375: "Les espr i t s mediocres condamnent d 'o rd ina i re tout ce qui passe leur portee". Nous trouvons chez La Rochefoucauld une haine et un mepris de tout ce qui est pe t i t ou veut parai t re plus grand q u ' i l ne T e s t en v e r i t e . A i n s i , l a maxime 322 s'en prend aux gens meprisables: "II n'y a que ceux qui sont meprisables qui craignent d 'e t re meprises". La maxime 272: "Rien ne devrai t plus humilier les hommes qui ont merite de grandes louanges, que le soin q u ' i l s prennent encore de se f a i r e v a l o i r par des pet i tes choses", nous presente un homme qui au depart est de q u a l i t e , p u i s q u ' i l merite des louanges, mais q u i , par une conduite i n u t i l e , se range au niveau d'un pe t i t e s p r i t . Dans l a maxime 419: "Nous pouvons parai t re grands dans un emploi au dessous de notre meri te , mais nous paraissons souvent pe t i t s dans un emploi plus grand que nous", le due nous montre 1'importance de juger les hommes a leur juste va leur . Son dessein est i c i de r e c t i f i e r , de r e t a b l i r la juste valeur des choses. Nous pensons qu'une t e l l e a t t i tude est en par t ie influenced par des prejuges de race. (Juand le due d i t , dans l a ref lexion I I I : De 1 ' A i r et des  manieres: "Combien de l ieutenants generaux apprennent a paraTtre marechaux de France! Combien de gens de robe repetent inutilement 1 ' a i r de chancel ier , et combien de bourgeoises se donnent l ' a i r de duchesses!", on sent bien le jugement du noble de race qui aime a garder une certaine difference de valeur entre les gens. Certaines maximes sur 1 'avarice (max 11, 167, 491, 492), l ' e n v i e et surtout les sots nous prouvent que l ' a t t i t u d e pe t i t espr i t empeche Page 22 la l u c i d i t e de s'exprimer et done, etouffe tout dessein d 'ac t ion vertueuse. Dans le cas des maximes 328: "L 'envie est plus i r r e c o n c i l i a b l e que l a haine," et 433: "La plus ver i tab le marque d 'e t re ne avec de grandes q u a l i t e s , c 'es t d 'e t re ne sans envie (433), la bassesse de l ' env i e nous est montree". Les maximes 387: "Un sot n 'a pas assez d 'e toffe pour etre bon", et 456: "On est quelquefois un sot avec de l ' e s p r i t , mais on ne l ' e s t jamais avec du jugement", sont une f ine ins inuat ion a T i m p o s s i b i 1 i t e pour le sot d ' a r r i v e r a une grande ac t i on . Ces derniers exemples de maximes nous ont montre la haine pour 1 ' a t t i -tude negative et indigne. Ce que nous devons f a i r e r e s so r t i r i c i c 'es t l a p r e c i s i o n , l ' e s p r i t de penetrat ion, avec lesquels La Rochefoucauld peut detecter les d i f ferents niveaux de valeur . Par exemple, prenons l a maxime 246: "Ce qui paraTt generosite n 'est souvent qu'une ambition deguisee qui meprise de pe t i t s i n t e r e t s , pour a l l e r a de plus grands", ou le due conscient des niveaux de c l a s se , des 1 ois de bienseances ("La bienseance est la moindre de toutes les l o i s , et la plus s u i v i e " , max 447), et des preeminences, voi t dans 1'ambition deguisee, une d i s t i n c t i o n entre ce qui est valable (les grands in tere ts ) et i n u t i l e (les pe t i t s i n t e r e t s ) . Les prejuges de race, la conscience de T a c t i o n pour le p r i v i l e g e , sont bien i c i a la base de l ' e s p r i t de d i s t i n c t i o n du due. Dans l a maxime 66 qui repond dans un sens a l a maxime 246 le due d i t : Un habile homme doi t regler le rang de ses in tere ts et les conduire chacun dans son ordre . Notre av id i t e le trouble souvent en nous faisant cour i r a tant de choses a la fo i s que, pour des i rer trop les moins importantes, on manque les plus conside-rables , nous apprenons que T h a b i l e homme qui dans un contexte guerrier est le noble qui mene avec e f f i c a c i t e ses affa i res se doi t "de regler le rang de ses Page 23 in t e r e t s " , c 1est-a-dire f a i r e resurgir les premieres p r i o r i t e s avant les secondes. Ici T a v i d i t e se montre evidemment inferieure a toutes sortes d'interets mais aussi est un obstacle a 1'efficacite dans T a c t i o n puisque Ton court aux choses (interets les moins importants) et que Ton manque les plus considerables. Nous avons i c i exprimees dans les maximes 66 et 246 deux attaques classiques de La Rochefoucauld sur le paraitre et l a mauvaise action. De plus dans la maxime 66 la generosite, vertu si chere a Descartes, nous est devoilee comme une ambition deguisee, done comme une fausse vertu. Dans la maxime 246, T h a b i l e homme doit agir d'une certaine maniere pour arri v e r a des f i n s u t i l e s . L'habilete etant une vertu efficace en temps de guerre, done un des facteurs qui mene a la v i c t o i r e , la g l o i r e et Thonneur, caracteristiques de T a c t i o n vertueuse, i l faut agir d'une maniere adequate et reflechie qui seule est capable de mener au re s u l t a t . Nous reviendrons sur ce dernier point en plus de de t a i l s dans la deuxieme partie de notre t r a v a i l . Ce que nous voulons f a i r e r e s s o r t i r des maximes 66 et 246, c'est la qualite de leur message, r e f l e t s des deux procedes les plus employes par le due: a) denoncer des semblants de vertu, b) mettre en garde contre des procedes qui ne peuvent mener a T a c t i o n vertueuse et ef f i c a c e . B) La s u r v i v a n c e de 1 ' h e roTsme ( A r i s t o t e e t C o r n e i l l e ) Si nous avions entame notre etude par Texposition de la p l u r a l i t e des ec r i t s du due sous l a forme de deux discours dominants en T augusti ni sme et la culture mondaine, nous avons aussi mis en r e l i e f le cote ecrivain de La Rochefoucauld. C'est un due et pair qui s'exprime et son oeuvre t r a d u i t , que ce soit au niveau de l a reception des contemporains, du s t y l e , une attitude typiquement noble. Nous avons vu que le scandale et Taspect engage de 1'Apologie du Prince de M a r c i l l a c , des Memoi res, des Maximes et des Page 24 Reflexions Diverses, sont appeles a jouer un role important. Nous avons essaye de f a i r e resurgir l ' importance de la cul ture mondaine. Meme si l 'augustinisme est au centre de l 'oeuvre i l est neanmoins enferme par ce que l ' o n pourrai t appeler l ' aspect baroque de La Rochefoucauld. Loin d'evoquer un espr i t uniquement r e l i g i e u x , les e c r i t s du due representent le grand monde et ses p a r t i c u l a r i t y : le j eu , l'humour, T i r o n i e . . . Plus important, puisque central au projet de La Rochefoucauld, nous avons esquisse a p a r t i r d'exemples de maximes la "tactique" employee par le due. La technique u t i l i s e e dis t ingue avec sever i te les d i f ferents niveaux de valeur . La demys-t i f i c a t i o n des fausses vertus et T a c t i o n simulee sont les deux c ib les p r i n -c i p a l e s . Une t e l l e maniere de proceder etant necessaire a la recherche de la vraie act ion vertueuse nous devons preciser ce que nous entendons par ce terme, tout en essayant de trouver certains rapports possibles entre l 'augus-tinisme et T i d e o l o g i e noble. Une des grandes questions qui ressort des etudes sur les e c r i t s de La Rochefoucauld est la r e l a t ion possible entre l 'augustinisme et T i d e o l o g i e noble. La cul ture mondaine peut englober diverses nappes de discours comme van Delft a su le montrer dans son etude sur les maximes l iees a Thumour, l a legerete d ' e sp r i t et les "restes" guerriers du vieux frondeur qui s'adonne a T e c r i t u r e . Jean Lafond qui fut un des premiers a preciser la place de la mondanite dans les Maximes, a remis en lumiere la place preponderante tenue par T i d e o l o g i e noble ou l a cul ture a r i s t o c r a t i q u e . ^ Or, s i van Delft essayait de montrer d'autres aspects de l 'oeuvre independamment de l ' a u g u s t i -nisme, Lafond se propose de montrer les l i ens entre deux cultures qui au depart semblaient i ncompati bl es . Examinons Tetude de Lafond en plus de d e t a i l . Non seulement e l l e nous offre une in terpre ta t ion judic ieuse et Page 25 logique , mais e l l e nous permettra de mieux s i tuer l'heroi'sme dans le recuei l des Maximes et des Reflexions Diverses, tout en ee la i r c i s san t les termes de vertu et actions vertueuses. Des son ouvrage, La Rochefoucauld: Augustinisme et L i t t e r a t u r e , Lafond a v a i t , malgre son in terpre ta t ion augustinienne de l ' oeuvre , f a i t remarquer l ' importance de l a mondanite et ses l i ens avec l 'august inisme. Phi l ippe S e l l i e r avai t deja p r i s conscience d'un t e l probleme, l u i qui d i s a i t : " . . . ce qui demeure a p rec i se r , c 'es t 1' influence de 1 'espri t mondain sur cet august in isme" . 7 9 L ' o r i g i n a l i t e de l 'oeuvre et disons son unite doivent etre cherchees: " . . . dans une etonnante, d i f f i c i l e precaire a l l i a n c e de l a theorie augustinienne des vertus et de l 'habi tude du monde". a u Lafond est parfaitement conscient d'une t e l l e contradic t ion entre deux courants de pensee con t r a i r e s : . "Comment associer a un augustinisme authentique . . . l ' e s p r i t du monde, cet in teret si v i f pour les problemes de l 'amour, des femmes ou de 1 'honnetete?" 8 1 Pour Lafond la c le du probleme est en f a i t une question l i e e aux moralistes et a l a t r a d i t i o n du XVIIe s i e c l e . On peut voi r en effet dans l 'oeuvre des moralistes 1 ' a l l i ance : " . . . d'une psychologie morale d 'o r ig ine augustinienne et d'elements r a t iona l i s t e s ou mondains".^ Dans le cas de Montaigne par exemple, nous trouvons un "extremisme august i-nien" dans l a mesure ou la raison est amenee a reconnaTtre, a travers ses echecs, son impuissance naturel 1 e " P o u r t a n t precise Lafond, le projet de Montaigne n ' e t a i t pas de restaurer T a u g u s t i n i s m e . y 4 Dans le meme sens Pascal l i s a i t Montaigne en augustinien "mais n ' e t a i t - ce pas parce que l 'oeuvre s 'y p r e t a i t ? 8 5 Si T o n en c r o i t le scandale souleve par les contem-porains, sa jeunesse aventureuse et ses l i a i s o n s avec Mme de Longuevi l le , La Rochefoucauld f a i s a i t plus f igure de la'fque que de Chretien authentique. Que Page 26 le due a i t adopte des vues jansenis tes , nous ne le contestons pas, mais i l faut vo i r dans les Maximes, comme le precise Lafond: " . . . une version deja l a i c i s e e de l ' a u g u s t i n i s m e " . ^ En f a i t nous sommes confronted a une oeuvre mondaine marquee par un grand nombre d ' inf1uences. Nous trouvons auss i , autour des notions d ' i n sp i r a t i ons augustiniennes: . . . des survivances stoTciennes qui peuvent avoisiner des elements de psychologie d 'o r ig ine epicurienne et des t r a i t s inspires de morales heroTques peuvent se rencontrer avec des emprunts a la t r a d i t i o n n e l l e physiologie galenique ou aux psycho-physiologies toutes recentes de Descartes et de Cureau de l a Chambre.° ' De cette oeuvre si heterogene, Lafond va degager T i d e o l o g i e noble ou culture a r i s toc ra t ique , af in de trouver certains l i ens avec l a cul ture augusti-nienne. Nous devons particulierement attacher de Timportance a ce point de vue de Lafond car notre t r a v a i l sur TheroTsme et l ' e th ique guerr iere , sans en dependre, y repond a sa maniere. La presence de deux cultures aussi opposees que l 'augustinisme ou T i d e o l o g i e noble dans le recuei l des Maximes est inseparable de l a notion de culture au XVIIe s i e c l e . Pour Lafond l a cul ture classique . . . n 'est pas une culture homogene ou plus exactement qu'a Timage de l a France d ' a l o r s , dont les structures po l i t iques et soc i a l e s , les codes de j u r i d i c t i o n s sont d'une rare complexity, e l l e suppose une tres grande d i v e r s i t y de normes et de prat iques, de regis tres et de c o n d u i t e . y a Meme au niveau de la morale " . . . l a c l a s s i f i c a t i o n par ecole strictement delimitees se montre assez v i t e i n u t i l i s a b l e pour peu qu'on rentre dans le de ta i l des d o c t r i n e s " T o u t le XVIIe s i ec le est marque par l a d i v e r s i t y , croyons-nous entendre i c i , de t e l l e maniere q u ' i l est impossible dans chaque m i l i e u , domaine, ou groupe social de trouver une u n i t e . 9 0 En f a i t au niveau de la morale, dans la deuxieme part ie du grand s i e c l e , la reponse a un te l synchretisme est evidente. Au XVIe s i ec le (que Ton doit l i e r au XVIIe a Page 27 cause de 1'influence de Montaigne et du Vai r ) " . . . la pensee morale sous 1' influence de l a reforme, les guerres de r e l i g i o n et l a pyrrhonisme qui en fut dans une large mesure la s u i t e , peut etre considered comme l i b r e " . 9 * Cette independance est pergue sous les ambiguites de Charron et de Montaigne. 9^ Les choses changent cependant durant la deuxieme moitie du XVIIe: "Sous T a c t i o n de l a contre-reforme, l a morale, qui a tente de secouer le joug de l a r e l i g i o n , est redevenue pour une part dependante." 9 3 Montaigne s ' e c l i p s e , l a morale de l a chretiente prend l e dessus sous T i n f l u e n c e de Saint A u g u s t i n . 9 4 Mais souvent on tente de c o n c i l i e r la morale chretienne a la morale laTque. 9 ^ Le moraliste de la seconde moitie du s i ec l e v i t , d'apres la comparaison de Bossuet " . . . une periode t r a n s i t o i r e un entre-deux marque par la course, la concurrence de deux s o l e i l s " : 9 6 la morale chretienne et laTque. Pour van De l f t , Tavenement du moraliste dans l a l i t t e r a t u r e frangaise, de l a Renaissance a l a seconde moitie du XVIIe s i ec l e est du, " . . . a la concurrence de courants de pensee, de lectures diverses du monde". 9 7 Et bien que T i n t e n t i o n de c o n c i l i e r la pensee chretienne a la l aTc isa t ion de l a morale n 'est pas unanime (nous pensons a Pascal et a N i c o l e ) , " . . . les moralistes se vouent surtout , dans cette seconde par t ie du s i e c l e , a la recherche d'une synthese et d'une conc i -l i a t i o n " . 9 8 La encore cette synthese se ressent meme au niveau d'une doctrine aussi specifique que le jansenisme. Jean Lafond qui mentionne a Tappui les travaux de Jean U r c i b a l , Lucien Goldman et Gerard Namer, signal que " . . . les jansenistes eux-memes, trop longtemps considered comme un groupe monolithique n'ont pas a Tegard du monde, une posi t ion un ique" . 9 9 Nous retrouvons aussi ce signe de d i v e r s i t e en rapport avec les influences sociales des c lasses . Souvent i l faut accorder " . . . la theorie a Page 28 la vie et aux categories de pensee du temps ." 1 U U L ' ideo log ie des classes est importante comme nous le prouve l a reaction de Nicole q u i , bien que denongant: . . . 1 1 amour-propre comme obstacle a toute l a vie morale; a toute vie chretienne," accepte de nourir Tamour-propre des gens du commun, pour l a raison que leur fa ib lesse les rendrait incapables de f a i r e le bien s i 1 1 aigui11 on de l ' i n t e r e t personnel leur e t a i t ote .101 C'est au sens de l a hierarchie socia le que nous sommes confronted, comme dans la surprenante reaction de la mere angelique: "La conduite de l 'Evang i l e n 'est que pour les pe t i t s et les pauvres et non pour les grands que L)ieu conduit par des miracles quand i l les veut sauver, et non par des voies o r d i -nal res" . 102 Revenons a l ' importance des cultures dans l 'oeuvre de La Rochefoucauld. Lafond a su mettre en lumiere l ' importance de l a cul ture a r i s tocra t ique et son apport sur le texte des Maximes et des Reflexions Diverses. En e f fe t , pour ce c r i t i q u e : " . . . l ' i d e o l o g i e noble a sans aucun doute exerce sur le due et pair que fut La Rochefoucauld une influence q u ' i l est d i f f i c i l e de sous-estimer. . ."1U3 Qn p e u t m e m e d i re que cette cul ture s'oppose a la thema-tique augustinienne. Venant de La Rochefoucauld, ancien seigneur qui a vecu toute sa vie sous la flamme de 1'heroTsme: " . . . comment se r a l l i e r a une doctr ine qui denonce dans le heros et dans l a grande ame les produits d'un in tere t d'honneur et de g lo i r e , quand on l a i s se entendre que le heros est toujours a d m i r a b l e " . L a f o n d pour prouver cette "contradic t ion" de l 'oeuvre oppose la maxime 24, c r i t i que augustinienne sur le courage, a la maxime 217 sur 1 ' i n t r e p i d i t e , modele meme de 1'heroTsme.1°^ Pour Lafond, le probleme i c i n 'est pas de savoir si le due est en contradic t ion avec lui-meme: " . . .mais si le texte meme peut supporter des discours apparemment Page 29 aussi eloigned que le sont le discours noble et l e discours augustinien.1^6 En somme, est-ce que des cultures aussi opposees peuvent a un moment donne trouver un point commun, une valeur ou des valeurs qui forment une unite de l 'oeuvre? C'est bien dans cette d i r ec t ion que ce c r i t i que semble se d i r i g e r : Peut-etre Tambi t ion de cette oeuvre e s t - e l l e en effet de c o n c i l i e r des inconc i1 iab les , mais i l se ra i t injuste de ne pas reconnaTtre q u ' e l l e est marquee par ce double effor t qui consiste a un i f i e r le donne moral dans l a perspective de Taugustinisme et a rechercher un nouvel accord des valeurs de la cul ture mondaine et des valeurs chre t iennes .* u 7 Pour Lafond, 1'unite des Maximes tourne autour d'une doctrine typiquement augustinienne mais aussi laTque. En f a i t , l 'oeuvre du due est propre aux ec r i t s des moralistes qui recherchaient une c o n c i l i a t i o n entre "les deux s o l e i l s " . E l l e abr i te une synthese entre les deux courants de pensee "ennemis". Cette synthese prend une forme personnelle puisque le jansenisme et 1'augustinisme auraient donne au due une autre maniere de combattre 1'auto-r i t e et de retrouver le projet chevaleresque.108 II est vrai que le janse-nisme n ' e t a i t pas particulierement vu d'un bon oe i l par Louis XIV et f a i s a i t f igure de contes ta ta i re . On sa i t qu'apres l a Fronde une grande majorite des frondeurs adhererent au part i janseniste ou en embrasserent les vues.109 Vol t a i r e nous d i t a cet egard, que Madame de Longuevi l le , une des ames de la Fronde et ancienne maTtresse du due, se declara au jansenisme pour revivre une nouvelle Fronde.HO Si i c i les grandes lignes de rapprochement entre le jansenisme et l ' i d e o l o g i e noble se retrouvent au niveau de T e s p r i t de revolte et de l a contes ta t ion, les notions d'heroTsme revalorisees aux XVIe et XVIIe s iec les par l a renaissance du stoTcisme sont auss i , dans le sens de l a force de caractere et de 1'energie deployees, proches des valeurs Page 3U a t t r ibutes au jansenisme et meme au chr i s t ian isme. Une remarque en ce qui concerne l a devotion chretienne au XVIIe s i e c l e , nous permet de constater une certaine force et finalement un caractere noble derr iere l ' e s p r i t r e l i g i e u x . Simon nous d i t que l a Contre-Reforme s 'est t radui te en France non seulement par une effusion de la s e n s i b i l i t e re l ig ieuse mais par de mult iples effor ts pour raffermir le catholicisme et rendre a l a vie in ter ieure du croyant l a chaleur et l a f o r c e . m Ne trouvons-nous pas de 1'heroTsme dans l a char i te act ive de Saint-Vincent de Paul ou dans la vie selon Saint-Frangois de Sales?H2 Simon nous montre que le jansenisme se rapproche de T i d e o l o g i e noble et de ses accents stoTciens au niveau d'une force de Tame et de la severi te d'une maniere de v i v r e . H 3 Q U 0 - J q u ' i 1 en s o i t , c ' es t sans aucun doute cet aspect s i m i l a i r e que Lafond a trouve chez La Rochefoucauld: la severi te et l a force de Tame retrouvees dans le discours augustinien et n o b i l i a i r e , traquent i n l assablement toutes les formes de la faussete humaine. Ains i pour Lafond l 'augustinisme et T i d e o l o g i e noble convergent en un point commun: " . . . c 'es t l a haine du masque, de T h y p o c r i s i e , du mensonge.. ."114 | _ e s deux cultures a la base des Maximes et Reflexions  Ui verses, par t ic ipent a egale valeur a l a fondation de la morale de La Roche-foucauld: une morale de T e t r e vrai dont la l u c i d i t e est accompagnee de la demolit ion des faussetes du monde et de T e t r e . H 5 Le point de vue de Lafond, dans Topt ique de la l i t t e r a t u r e morale du XVIIe s i e c l e , qui comme nous Tavons vu , tend a associer divers courants de pensee, es t , d i s o n s - l e , intouchable. Neanmoins, malgre un point de conver-gence entre les deux cu l tu res , Lafond voi t en La Rochefoucauld un moraliste august inien. Cette in terpre ta t ion des plus jus tes , repetons-le, ne pourrai t amplement s a t i s f a i r e notre recherche sur Thero'fsme, la philosophie de Page 31 T a c t i o n et Te th ique guerriere de l ' oeuvre . En effet la question de la casuist ique guerriere chez le due nous semble etre plus comprehensible s i on se detache de T i n t e r p r e t a t i o n augustinienne q u i , par Timportance jouee par le role de l a grace, Tamour de Dieu ou l a condamnation des vertus heroTques, reduit l a purete de T a r t de l a guerre. N'oublions pas que pour le due: " L ' a r t de l a guerre est plus etendu, plus noble et plus b r i l l a n t que ce lu i de la p o e s i e . . . " H 6 Cette ref lexion nous prouve que l a guerre est a ses yeux plus important que T e c r i t u r e comme le suggere van Delft avec juste r a i s o n . 1 1 7 p ] u s precisement, c 'es t un a r t , done une technique, et souvent une tactique qui necessite une psychologie guer r ie re . Certes on pourrait f a i r e remarquer que le due ne fut pas un grand stratege comme Conde ou Turenne. C'est justement le cardinal de Retz qui d i s a i t que La Rochefou-cauld: " . . . n 'a jamais ete guer r i e r , quoi q u ' i l fut tres s o l d a t " . 1 1 8 Mais les nombreux contacts face aux p e r i l s et au danger font que sa pensee sur TheroTsme et Timportance q u ' i l y attache est des plus serieuses. Vivien Thweatt a donne dans un tres bon l i v r e une in terpre ta t ion d i f f e -rente sur TheroTsme. Ce c r i t i q u e nous d i t que: "The Maximes are shaped by the heroic t r a d i t i o n , which La Rochefoucauld attacked but never completely repudiated, and by the seventeenth Augustinianism that molded his thought but that he never completely a c c e p t e d " . 1 1 9 Pour ce c r i t i q u e , Tombre de Corne i l l e plane sur les Maximes: "The Cornelian resonance nevertheless sounds throughout the Maximes and provides a counterpoint to the corroding pessimism of La Rochefoucauld's basic perception of the s e l f " . 1 2 0 Mieux, Thweatt voi t dans le groupe de maximes sur le courage (max 211-221): " . . . a r e f l ec t ion of the medley of themes that make up the Max imes " . 1 2 1 Qans ces condi t ions , sans voulo i r i c i "demolir" la these de Taugust inisme, mais en Page 32 nous appuyant sur l 'oeuvre de La Rochefoucauld comme mondaine et d ive r se , n'avons nous pas aussi une recherche de la vertu et de 1'action vertueuse, independante de I 'attaque janseniste? C'est a ces questions q u ' i l faut repondre plus precisement. Dans Tensemble les reactions aux Maximes furent partagees. Un leur donna une in terpre ta t ion janseniste mais aussi l i b e r t i n e . 1 2 2 Ains i un con-temporain v i t dans les Maximes une maniere a vous tourner du cote de Dieu.123 Un autre, nous d i t Truchet: . . . comparait La Rochefoucauld a Saint-Augustin et voyait dans son ouvrage . . . une sa t i r e t res forte . . . de Tamour-propre et de l ' o r g u e i l , et de l a malignite de l ' e s p r i t humain qui corrompt tout quand i l agi t de soi-meme sans l ' e s p r i t de D i e u . 1 ^ Le danger de l a these l i b e r t i n e est aussi pergue. Le manque de confiance aff iche aux vertus est reproche au due. Madame de La Fayette, qui devait plus tard devenir la grande amie du due reagit d'une maniere revol tee: "Nous avons lu les Maximes de M. de La Rochefoucauld. Ha! Madame, quelle corrup-t ion i l faut avoir dans l ' e s p r i t et dans le coeur, pour etre capable d'imaginer tout cela".125 Bref, comme nous le voyons, les reactions diverses des contemporains n'ont pas interpreters les Maximes uniquement sous leur sens janseniste mais au contra i re ont vu Tombre du l i b e r t i n . Des la deuxieme e d i t i o n , l a longue maxime sur 1 'amour-propre que Ton retrouvai t en tete de T e d i t i o n de 1663 a disparu et presque toutes les maximes comprenant des termes r e l i g i eux ont ete retranchees. Que devons-nous en deduire? Sommes-nous en face de l a reaction du grand seigneur qui refuse par l i b e r t e a adherer ouvertement a la doctrine des jansenistes? Ou est-ce que la c r i t i q u e des vertus va plus l o i n que le role tenu par le jansenisme? Page 33 La Rochefoucauld e c r i t ses Maximes morales a un moment ou TheroTsme du s ty le de Louis XIII est en voie de d i s p a r i t i o n . Certes Ies Passions de 1'ame de Descartes (1649) montrait que le v i e i l heroTsme e t a i t toujours v a l a b l e . l 2 ° La d e f i n i t i o n de generosite de Descartes resumait toute une t r a d i t i o n morale qui depuis le commencement du s i ec l e reconnait au moins l a p o s s i b i l i t e de 1'heroTsme.127 Cependant le climat devait bien change e t , a p a r t i r de la deuxieme moitie du s i e c l e , I'heroTsme devenait impossible.128 Pour A. Levi un des textes cles pour comprendre l a d i s p a r i t i o n de I'heroTsme est les Maximes de La Rochefoucauld.129 Qr d'apres ce c r i t i q u e , s i le due a reussi plus que les jansenis tes , sans pour cela adherer ouvertement a leurs vues ni sans s ' in te resser aux problemes de la grace, a montrer que nos actions dictees par 1'amour-propre ne pouvaient at teindre l a ver tu , i l a aussi montre T a c t i o n vertueuse.130 L'amour-propre qui pour les jansenis tes : " . . . s i g n i -f i a i t peche, Tamour de soi qui e t a i t pour Jansen, puis pour Senault Vunique a l t e rna t ive a Tamour de Dieu dans Tame, et qui e t a i t de ce f a i t absolument incompatible avec l a grace.. .",131 dans les Maximes, ne cohexiste jamais avec une vertu authentique. Ur comme le f a i t justement remarque Levi Tamour-propre est proche de T i n t e r e t . I 3 2 Dans la maxime posthurne 26, le due nous d i t en effet que: " . . . T i n t e r e t est Tame de Tamour-propre . . . " Cependant le meme interet peut mener a l a v e r t u . I 3 3 Cette contradict ion est en f a i t normal puisque le discours noble es t , comme nous Tavons vu, aussi important que Taugust inisme. La Rochefoucauld est d ' a i l l e u r s tres e x p l i c i t e au sujet des sens donnes a T i n t e r e t dans les Maximes. Si T i n t e r e t est l i e a Tamour-propre, Tau t r e forme d ' in te re t se rapporte a T i d e o l o g i e noble, comme le due le l a i s se entendre dans T i n t r o d u c t i o n de T e d i t i o n de 1666: " . . . par le mot d ' in te re t on entend pas toujours un interet de bien mais le plus souvent un Interet d'honneur et de g lo i r e . . . "134 Page 34 Nous devons e c l a i r e r i c i un point central en ce qui concerne l ' a t t i t u d e de La Rochefoucauld envers l 'heroisme. La c r i t i q u e des valeurs hero'fques entreprise par le due n'a pas pour but l a fameuse demolition du heros des Morales du grand s iecle .135 pans s o n fond, l a c r i t i q u e appelle une nouvelle p o s s i b i l i t e du heros et de l'heroTsme, notions q u i , pour le due et p a i r , sont toujours dignes de recherche. En f a i t , i l s ' ag i t plus d'une nostalgie de l'heroTsme que d'une recherche d i r e c t e . Que le due a r r ive a une solut ion est une autre question. (Son oeuvre etant une evo lu t ion , i l semble que le heros et l'heroTsme sont, a la f i n , l a i s ses de cote pour f a i r e place a l 'honnete homme et 1'honnetete.) Quoi q u ' i l en s o i t , tout un dialogue est reserve a l a preservation du heros du s ty le de Louis X I I I , et plus partieulierement au magnanime a r i s t o t e l i c i e n et du courageux, t e l s que nous les trouvons dans l 'oeuvre de C o r n e i 1 1 e . i 3 6 Oes maximes t e l l e s que: "La magnanimite est assez def in ie par son nom; neanmoins on pourrait d i re que c 'es t le bon sens de T o r g u e i l , et l a voie la plus noble pour recevoir des louanges" (max 285), ou encore plus evident: "La magnanimite est un noble effort de T o r g u e i l par lequel i l tend l'homme maTtre de lui-meme pour le rendre maTtre de toutes choses" (max S 51), qui rappelle le fameux vers de Cinnal37 ( a c t e V, scene I I I ) : "Je suis maTtre de moi comme de T u n i v e r s " , font resurgir la grande ame." L ' o r g u e i l , passion generalement attaquee dans les Maximes, est i c i defendue et acceptee. La maxime 248: "La magnanimite meprise tout pour avoir tout" , est agressive dans le sens ou le mepris est a l l i e a une qua l i t e noble. II est evident que nous retrouvons dans le recuei l des Maximes une vue partagee de l'heroTsme. Certaines maximes sur les passions, la ra i son , l ' i n t e r e t et l a nature, j u s t i f i e n t ce point de vue. Page 35 C'est avec juste raison que l ' o n a vu dans les Maximes une attaque contre I'heroTsme et T i d e a l a r i s t o c r a t i q u e . * 3 8 Le theme de 1'amour-propre appuie ce point de vue. Tous nos mobiles, etant produits par Tamour-propre, ne peuvent mener a la ver i tab le vertu que par 1'intermedial re de la grace et l ' h u m i l i t e . Si Taugustinisme et 1'amour-propre jouent un role important, i l reste dans l 'oeuvre de La Rochefoucauld des traces des doctrines neo-stoT-ciennes.139 Ains i s i la raison et les passions sont souvent condamnees e l l e s sont aussi mises en valeur . On peut certainement voi r i c i 1' influence de L'usage de l a theorie des Passions de J . P . S e n a u l t . 1 4 u Nous trouvons chez La Rochefoucauld et Pasca l , comme chez Senault une synthese de Taugustinisme et des neo-s toTciens .* 4 ! Pour prouver ce point Levi nous f a i t vo i r le l i e n entre les maximes t r a i t an t de l a paresse et de T i n t e r e t . 1 4 ^ Certaines de f in i t i ons de La Rochefoucauld gardent des l iens avec les doctrines stoTques basees uniquement sur l a nature et la r a i son . Meme si e l l e s sont en nombre i n f e r i e u r , ce sont ces maximes qui nous prouvent que le due "garde contact" avec TheroTsme de l a generation de C o r n e i l l e , formule au s i ec le precedent et dans la premiere moitie du XVIIe s i ec le par du V a i r , Montaigne, Charron, Juste L i p s e . ^ 4 3 A i n s i , si la raison nous est montree sous Tat taque de la pensee augus-t in ienne , done comme f a ib l e et incomplete (max P 10, max 42, 469, 325, max S 2U), la maxime 271: "La jeunesse est une ivresse con t inue l le : c 'est l a f ievre de la ra i son" , e c l a i r e Toptimisme de Tepoque heroTque de Cor-n e i l l e . 1 4 4 La maxime 365: II y a de bonnes qual i tes qui degenerent en defauts quand e l l e s sont naturel les et d'autres qui ne sont jamais parfaites quand e l l e s sont acquises. II faut par exemple, que l a raison nous fasse menager de notre bien et de notre confiance, et i l faut au con t ra i r e , que la nature nous donne la bonte et la valeur , Page 36 remet l a raison et l a nature dans une lumiere p o s i t i v e . Dans l a maxime 154: "La fortune nous corr ige de plusieurs defauts que l a raison ne saurait c o r r i g e r " , l e due a l l i e a la r a i son , incomplete, a la fortune (ou hasard), une notion profane et a r i s toc ra t ique . Ce sont les deux cotes de l a raison que La Rochefoucauld nous presente. II ne faut pas voi r i c i une contradic-t ion dans sa pensee mais plutot une v i s ion q u i , devant l a d i v e r s i t e de l a v i e , essaye de decr i re tous les aspects de la v i e , meme les plus contradic-to i res et les plus opposes. Nous trouvons cette a t t i tude tout au long des Maximes. Prenons 1'exemple des passions. Certaines maximes ec la i ren t l ' aspect nefaste et dangereux des passions. Dans ce cas e l l e s sont l i ees au projet august inien, comme dans le cas de l a maxime posthume 28: "Les passions ne sont que les divers gouts de 1'amour-propre", et l a maxime supprimee 34: "Ce que le monde nomme vertu n 'est d 'o rd ina i re qu'un fantome forme de nos passions, a qui on donne un nom honnete pour f a i r e impunement ce qu'on veut". Les passions sont pour le due des ennemis dangereux et l'homme en est souvent victime (max 9 ) . E l l e s sont imprevis ibles et peuvent causer notre perte a chaque instant (max 188). Indestruct ibles (max 10), nous ne les controlons pas (max 460) et si nous leur resistons c 'es t par leur fa ib lesse et non notre force (max 122). Comme 1'humeur et l a fortune les passions peuvent etre nefastes a l'homme. Neanmoins les passions ont des qual i tes qui dans le contexte de la guerre peuvent etre u t i l e s : "Les passions en engendrent souvent qui leur sont contraires . . . on est souvent ferme par f a ib l e s se , et audacieux par t i m i d i t e " (max 11), "La passion f a i t souvent un fou du plus habile homme, et rend souvent les plus sots hab i les" . Dans la maxime 8 les passions, f i l l e s prodiges de l a nature peuvent, dans un contexte de negociation ou l 'eloquence et la force de persuasion sont un point c l e , se montrer e f f icaces : Page 37 Les passions sont les seuls orateurs qui persuadent toujours. E l l e s sont comme un art de l a nature dont les regies sont i n f a i l -l i b l e s ; et l'homme le plus simple qui a de la passion persuade mieux que le plus eloquent qui n'en a point . Le due d ' a i l l e u r s dans son por t ra i t q u ' i l nous f a i t de lui-meme nous montre 1'importance des bel les passions: J'approuve extremement les bel les passions; e l l e s marquent l a grandeur de Tame, et quoique, dans les inquietudes qu ' e l l e s donnent, i l y a i t quelque chose de contraire a la severe sagesse, e l l e s s'accommodent s i bien avec l a plus austere vertu. que je c ro i s qu'on ne les saurai t condamner avec j u s t i c e . 1 4 5 La croyance en l a raison et aux passions, done a l a nature nous prouve que La Rochefoucauld l o i n de s'en t en i r au discours augustinien et a Tamour-propre, accepte le discours noble et finalement est en harmonie avec TheroTsme co rne l i en . Certaines maximes sur l a nature nous confirme une adhesion a TheroTsme du s ty le de Louis X I I I . La maxime 4U4: II semble que l a nature a i t cache dans le fond de notre espr i t des talents et une habilete que nous ne connaissons pas; les passions seules ont le d ro i t de les mettre au j ou r , et de nous donner quel-quefois des vues plus certaines et plus achevees que T a r t ne saurait f a i r e , est l a marque d'une confiance en la nature, conception stoTque sur laquel le est fondee T i d e a l a r i s tocra t ique de la confiance et de la l i b e r t e . 1 4 6 La maxime 399 sur T e l e v a t i o n nous presente cette qual i te n o b i l i a i r e comme centrale au systeme heroTque des maximes: II y a une elevat ion qui ne depend point de la fortune: c 'es t un cer ta in a i r qui nous dist ingue et qui semble nous dest iner aux grandes choses; c 'es t un pr ix que nous nous donnons impercepti-blement a nous-memes; c 'est par cette qual i te que nous usurpons les deferences des autres hommes, et c 'es t e l l e d 'o rd ina i re qui nous met plus au-dessus d'eux que l a naissance, les d i g n i t e s , et le merite meme. Les deux maximes qui suivent sur T e l e v a t i o n nous confirment Timportance que le due attache a cette qual i te a r i s toc ra t ique : "II y a du merite sans eleva-Page 38 t i o n , mais i l n 'y a point d 'e leva t ion sans quelque merite" (max 400), " L ' e l e -vation est au merite ce que l a parure est aux bel les personnes" (max 401). Si T e l e v a t i o n est une qua l i te toujours va lab le , l ' i n t e r e t bien que l i e a l 'amour-propre, done negatif est aus s i , dans certains cas, poss ib le . Comme l ' a mentionne A. Levi s i l'amour-propre n 'est l i e a aucune vertu l ' i n t e r e t peut T e t r e . ^ 4 7 Certes de nombreuses maximes nous montrent 1'aspect nefaste de l ' i n t e r e t souvent associe aux fausses vertus . £numerons les plus evidentes: "Le nom de la vertu sert a l ' i n t e r e t aussi utilement que les vices" (max 187), " L ' i n t e r e t met en oeuvre toutes sortes de vertus et de vices" (max 253), "On ne blame le vice et on ne loue la vertu que par in tere t" (max 28) . Dans ces maximes l ' i n t e r e t nous est presente comme le complement de l'amour-propre p u i s q u ' i l se sert des vertus et des vices a e g a l i t e . II peut etre considere comme un ennemi habile qui s'adapte a mervei l le a chaque s i t u a t i o n . C'est la raison pour laquel le i l est le come-dien par excellence du "Theatrum Mundi": " L ' i n t e r e t parle toutes sortes de langues et joue toutes sortes de personnages, meme ce lu i du desinteresse"(max 39). 148 Neanmoins l ' i n t e r e t mobile a r i s tocra t ique dans 1'action ne peut etre uniquement negat i f . II est particulierement valable dans le contexte de la guerre et des af fa i res et peut mener a la ver tu . Meme des maximes t e l l e s que 187 et 253 ont leur ambiguTte: s i l ' i n t e r e t est l i e au vice n ' e s t - i l pas l i e a la vertu? La maxime 40 devoile explicitement les aspects negatifs et p o s i t i f s de l ' i n t e r e t : " L ' i n t e r e t qui aveugle les uns, f a i t l a lumiere des autres". Plus for t l a maxime 305: " L ' i n t e r e t que l ' o n accuse de tous nos crimes merite souvent d 'e t re loue de nos bonnes ac t ions" , est en harmonie avec l ' e th ique de g lo i r e et d'honneur, source de 1'action vertueuse. L ' i n t e r e t est une passion p a r t i c u l i e r e l i e e a l ' i d e o l o g i e noble e l l e est Page 39 cependant accepted par le due quand i l s ' ag i t de l ' a c t i o n dans le contexte guer r i e r . DEUXIEME CHAPITRE: TRADITION HEROIQUE ET NOBLESSE La premiere par t ie de ce t r a v a i l nous aura permis de separer les Maximes et les Reflexions Diverses en deux courants de pensee d i s t i n c t s . A Taugus-t in isme, i l faut ajouter l ' importance de T i d e o l o g i e noble. L'oeuvre de La Rochefoucauld marquee par l a d i v e r s i t e est avant tout mondaine. Le discours r e l ig i eux est incomplet dans le sens ou le due exprime d'autres pensees qui n'ont r ien a vo i r avec des preoccupations th io logiques . L'aspect de certains themes cles t e l s que l a nature, les passions, la ra i son , T i n t e r e t , T e l e v a -t ion nous prouve un attachement toujours sincere a TheroTsme corne l i en . Afin de mettre en lumiere la forme d'heroTsme retrouvee dans l 'oeuvre du due nous devons t r a i t e r des Memoires et de 1'Apologie du Prince de M a r c i l l a c , temoignages de la Fronde, mais aussi r e f l e t s de T e t a t d ' e sp r i t de toute une generation. Si nous avons pu esquisser la tactique employee par le due, T a c t i o n vertueuse doi t etre developpee plus precisement. La technique du faiseur de maximes est l a premiere demarche. Devoiler les fausses vertus et le parai t re dans T a c t i o n est necessaire a T a c t i o n vertueuse. L'aspect de T a c t i o n vertueuse qui nous interesse etant l i e a la guerre nous essayerons a travers certains l iens deceles entre 1'Apologie, les Memoi res et les Maximes, de preciser les notions d'heroTsme et la philosophie de T a c t i o n . En plus du s ty le du heros cornelien nous serons amen§s a constater un realisme po l i t ique et guerr ier qui f a i t penser au Prince de Machiavel . Cependant la v i s ion heroTque du due, les questions q u ' i l pose a ses contemporains, sont l i ees et souvent t r i b u t a i r e de TEth ique a Nicomaque d ' A r i s t o t e . Page 4U A) La F r o n d e : g u e r r e e t honneur ( l ' A p o l o g i e , l e s Memo i r e s ) La vie de La Rochefoucauld pourrait a bien des egards nous reveler certains aspects de son oeuvre. La guerre et la po l i t ique ont joue un role important dans son existence. Mele a des in t r igues de palais sous Louis XIII et le cardinal de R iche l i eu , i l devait sous Mazarin et la regente Anne d 'Autr iche se je te r dans l a Fronde des grands (1648-1652). Jacques Truchet a justement vu en l u i Timage du conspirateur,149 m a i s n 'oublions pas que ce Frondeur de premier plan pa r t i c ipa a de nombreuses b a t a i l l e s pour son roi et sa p a t r i e . II su donne son sang pour 1'honneur de son pays en plusieurs occasions ou i l est d i t q u ' i l montra beaucoup de bravoure: Ains i le 2U mai 1635, devant Avei "L'Espagnol apprecia son heroTsme", " l a gazette de France mentionna cet heroTsme et par e l l e toute la France le connut" .15° II est dommage qu'en cette occasion l e jeune Prince de M a r c i l l a c c r i t i q u a le derou-lement des operations et les chefs m i l i t a i r e s , car le roi et Teminentissime, malgre ses explo i t s le chasserent de la cour.151 Deja se dess inai t en l u i le frondeur contestataire que Ton connaTt. II n'empeche q u ' i l combattra avec le meme heroTsme a Corbie (1636) a Rocroi (1643) et a Mardick en 1646 ou i l fut grievement blesse a Tepaule par t r o i s coups de mousquet.152 La Roche-foucauld respecte la t r a d i t i o n d'honneur de sa classe qui se devait de defendre les in tere ts du R o i , du royaume et de la r e l i g i o n . "L'honneur acquis est caution de ce lu i que Ton doi t acquer i r" , d i r a - t - i l dans la maxime 270; maxime ambigue qui pouvait s 'appliquer a Thonneur et l a g lo i r e du Roi et du pays mais aussi a Thonneur personnel et egoTste tout aussi important a ses yeux. Peut etre s e r a i t - i l temps de preciser ces differentes notions d'honneur qui au XVIIe s i ec l e prennent un sens precis dans le sens ou la noblesse est confronted a une c r i se morale qui est avant tout une c r i se d'honneur .153 Page 41 Les travaux accordes sur cette c r i s e d'honneur par Devyver pourraient expl iquer , en par t ie ce vaste mouvement que fut la Fronde. En effet l 'honneur, ce point centre de I'heroTsme et 1'ethique noble, s ty le de vie des cheval iers qui connut une nouvelle vie durant l a Renaissance, fut ebranle a pa r t i r des guerres de re l ig ion .154 Certes nous remarquons durant le XVIe et XVIIe s i ec les que " . . . en toute occasion (Assembles de noblesse, Etats generaux) que l'honneur est mentionne comme " la ver i tab le marque d i s t i n c t e de l a c o l l e c t i v i t e noble".1^5 Mais, si l ' on met en valeur cette fameuse d igni te morale, n 'est-ce pas parce q u ' e l l e n 'est peut-etre plus uniquement l i e e a la race noble d 'o r ig ine? N 'appar t i en t -e l l e pas aussi aux annobl is , e t , sous Louis XIV, aux bourgeois aussi bien qu'aux anciennes famil ies nobles? Ecoutons Devyver a ce sujet: Si l a noblesse se ta rga i t tant de cette v i e i l l e "ver tu" , n ' e t a i t -ce pas precisement que c e l l e - c i avait perdue de sa be l le rigueur du temps j ad i s et que les gentilhommes sentaient l a necessite de l a proclamer haut pour y fa i re c ro i re et peut-etre y c ro i re encore eux-memes?!56 Certes, cette remarque de Devyver concerne Tensemble de la noblesse et on peut penser que les gentilhommes de la noblesse frangaise avaient , sans aucun doute, ses hommes d'honneur et de valeur . Meme s i les ministres et les intendants tiennent la place des grands du royaume, le prestige des nobles de race est toujours va lab le . Leurs t i t r e s ne sont pas de "vains t i t r e s " et generalement 1'opinion publique attache a la populari te des grandes maisons une importance appreciable. 157 |_a Rochefoucauld evoque dans les Memoi res cette influence des grands sur le peuple: Monsieur le Prince resolut alors de se r e c o n c i l i e r avec les frondeurs, croyant ne pouvoir mieux det ru i re les mauvaises impres-sions que T o n avait de l u i , qu'en se l i s an t avec des gens dont les peuples et la plus grande par t ie du parlement epousaient aveu-glement les affections et les sentiments (pp. 91-92). Page 42 Bref, c ' es t d'une a t t i tude generale dont nous parle Devyver et ou Thonneur, t e l que congu au temps du Moyen-age, c ' e s t - a -d i r e dans sa forme l a plus pure, est au XVIe et XVIIe s iec les appele a subir des changements face a un malaise au sein de l a classe dominante. Mais qu'entend-on au juste par honneur? Tout d'abord Thonneur cons i s t a i t a l a defense de l a r e l i g i o n romaine et la f i d e l i t e au P r i n c e . 1 5 8 Nicolas Pasquier dans son Gentilhomme (1611) d i t que Thonneur "consiste a honorer Dieu, son roi et sa pa t r i e , et de ne permettre que nul autre ne prenne en cela quelque avantage sur l u i " . 1 5 9 Le concept de Thonneur est neanmoins plus vaste et sort des l imi t a t ions du Roi et de l a r e l i g i o n . Pour un etre humain de classe superieure, qui appartient au sang du r o i , i l exis te un honneur personnel: l ' i n t e r e t . Cet in teret per-sonnel remonte a l a chevaler ie : II faut rappeler que l a notion d'honneur s 'etant developpee dans l a chevalerie a une periode de guerres i n t e s t i ne s , i l en r e s u l t a i t . . . que ce sentiment n ' e t a i t nullement incompatible avec une certaine dose d'egoTsme, avec l a v io lence , avec la b ru t a l i t e des moeurs, ni meme avec les nombreux vices qu'engendrent na tu re l l e -ment les moments de c r i s e s . ^ O Les guerres c i v i l e s qui ont ravage la France depuis les guerres de r e l i g i o n a la Fronde, ont certainement ete un t e r r o i r propice au c o n f l i t des deux honneurs. Le theatre de Corne i l l e est certainement representat i f de la lu t te entre ces deux honneurs qui au XVIIe s i ec l e f a i s a i t rage. Quoi q u ' i l en s o i t , d'apres Devyver, c 'es t au moment des c o n f l i t s des guerres de r e l i g i o n que l a notion d'honneur est "chancelante". 1 6 1 L'ambiance generale de t e l l e s guerres vicieuses ne pouvait que pousser les nobles a t r a v a i l l e r pour leurs in tere ts et souvent oubl ier le sens de Thonneur pour le roi et le pays. Le probleme est complexe, mais examinons deux cas ou Page 43 1'honneur personnel prend l a forme d'une fe lonie a l 'egard du r o i . Meru, c a l v i n i s t e bloque a l a Rochel le , fera appel a T A n g l e t e r r e , puissance ennemie, car le roi est d i r i g e par des etrangers et q u ' i l ne s 'appart ient plus reellement.162 Conde, un s i ec le plus t a rd , donne ses services a l 'Espagne pour les memes r a i s o n s . 1 6 3 La Rochefoucauld nous explique dans son Apologie du Prince de Marc i l l a c q u ' i l prend les armes a cause de Mazarin q u i , selon l u i , ne d i r i g e pas 1'etat comme i l fau t . En f a i t , La Rochefoucauld obeit a une a t t i tude tres carac ter i s t ique de sa classe et des grands nobles de 1'epoque qui partagent leur temps entre la conspirat ion et l a guerre pour le royaume.I 6 4 Approfondissons ce point a l ' a i d e de l 'Apologie du Prince de  Marci11ac et des Memoi res . La Fronde (1648-1652) es t , du point de vue des nobles, une revolte reac-t ionnai re d'une caste qui ,165 v - j c t ime de l a po l i t ique de Mazarin, perd de son importance dans l a vie socia le et po l i t ique du pays. Si une par t ie de l a grande noblesse se j e t t e contre la regence pour sauver ses p r i v i l e g e s , c 'es t aussi pour sauver le royaume et le roi de l a po l i t ique de Mazarin. La Roche-foucauld t radui t parfaitement dans ses Memoi res les intentions de l a noblesse a garder un pouvoir d i r i g e par les Grands du royaume: Cependant 1'assemblee de la noblesse ne s ' e t a i t pas separee. . . e l l e cont inuai t toujours sous divers pretextes. E l l e demanda d'abord le retablissement de ses p r iv i l eges et la reformation de plusieurs desordres p a r t i c u l j e r s ; mais son ver i tab le dessein e t a i t d 'obtenir l 'assemblee des Etats generaux, qui e t a i t en effet le plus assure^ et le plus innocent remede qu'on put apporter pour remettre l ' E t a t sur ses anciens fondements, dont l a puissance trop etendue des favor is semble 1'avoir arrache depuis quelque temps. La sui te n'a que trop f a i t vo i r combien ce projet de la noblesse eOt ete avantageux au royayme..." (p. 135). Une des carac ter i s t iques de l a Fronde est Tenerg ie deployee pour supplanter le Mazarin qui justement incarne le favori inso lent : "otez Page 44 Mazarin, vous otez l a Fronde elle-meme t e l l e q u ' e l l e fu t , vous otez les Mazarinades . . . " A bas le Mazarin: " fu t , de 1 6 4 8 a 1 6 5 2 , le c r i rea l i sant le seul commun c r i s t a l1 i s a t e u r des opposants de toutes les classes et pouvant nouer des coa l i t i ons toujours f r ag i l e s sans revolut ion programmed ni s t ruc-tured , sinon sans idee mot ived" .166 L 'Apologie du Prince de Marc i l l a c ( 1 6 4 9 ) est a cet egard un reglement de comptes personnel avec Mazarin, tout en etant une j u s t i f i c a t i o n de sa revolte contre la Regence. Antoine Adam voyait dans la vie po l i t ique du due une grande ambigui te .167 N o u s devons reconnaTtre que le role q u ' i l joua a souvent des aspects contradic to i res et d i f f i c i l e s a comprendre. Sa revolte contre l e pouvoir royal est en tout cas d iv i sed en deux intent ions d i s t i n c t e s ; intentions qui d ' a i l l e u r s sont ce l l e s de toute une c lasse : l a defense des p r iv i l eges et l a guerre contre Mazarin. Des le debut de 1 'Apologie sont exposeds les raisons pour lesquel les La Rochefoucauld se lance contre le Mazarin: F a l l a i t - i l que je me sac r i f i a sse pour l u i , parce q u ' i l n 'y avait a quoi i l n'eut ete capable de me s a c r i f i e r ? Devais-je mon eped a 1 'affermissement d'une autor i te que je n ' a i connue, en mon p a r t i -c u l i e r que par les dommages que j ' e n ai regus? Et sera is - je un ingrat et un t raTtre pour n 'avoi r p r i s , contre ma patr ie et mon r o i , le par t i de ce lu i qui causait ma ruine aussi bien que la leur (p. 1 9 ) . Nous avons expose dans ces t r o i s questions les raisons pour lesquel les La Rochefoucauld s'oppose ouvertement a Mazarin. Tout d 'abord, aux yeux du due, le cardinal n'a pas su t en i r ses prornesses puisque les hautes places ou i l a s p i r a i t l u i ont ete refuseds. A i n s i , malgre les prornesses de 1 ' e l e v a t i o n au rang de mestre de camp des gardes, futur grand ecuyer, mestre de camp de la cavaler ie legere e t c . , le due ne recevra r i e n . Certes, La Rochefoucauld refusa ces posi t ions importantes. Neanmoins, remarquons que le refus du due envers les charges offertes par le cardinal ou la Reine a , en a r r ie re fond, Page 45 une reaction d'honneur, et n 'est pas aussi ambigue et cont radic to i re a l'homme d 'ac t ion que s 'assigne le due, comme le souligne Noemie H e p p . ^ 8 II nous semble que La Rochefoucauld, conscient des roles secondaires qu'on l u i o f f re , ne veut r ien recevoir de Mazarin et persis te a rester aupres de la Reine. Regardons sa reaction dans l a deuxieme part ie des Memoi res . Le due sur l a defensive se voi t attaquer par Mazarin: Le c a r d i n a l , par un a r t i f i c e q u ' i l a depuis mis en usage en tant d 'occasions , voulut me donner d'autres vues en l a place de ce l l e s que j ' a v a i s et me fa i r e abandonner le Havre, qu'on m'avait promis, pour des esperances eloignees dont i l aurai t pu aisement ernpecher le succes (p. 70) . De p lus , s ' i l refuse les autres charges qui l u i sont offertes par la su i t e , c 'es t q u ' i l devient l a dupe du cardinal et de la Reine: "Tant de diverses esperances, qui m'etaient donnees presque en meme temps, et qui etaient s i t o t changees, m 'a t t i r a i en t beaucoup d'envie sans me procurer aucun etablissement et je v is bien que l a Reine e t a i t dans 1 'espr i t du cardinal pour m'amuser (p. 70). C'est d ' a i l l e u r s devant tant de deceptions et d'echecs provoques par le cardinal et l a Reine, ingrate a ses yeux, que le due va se j e te r dans la Fronde: . . . Mazarin j o u i s s a i t tranqui11ement de sa puissance et du p l a i s i r de vo i r tous ses ennemis abattus; ma fortune e t a i t desagreable, et je portais impatiemment la perte de tant d'esperances; j ' a v a i s voulu m'attacher a la guerre, et la Reine m'y avait refuse les memes emplois que, t r o i s ou quatre ans auparavant, e l l e m'avait empeche de recevoir du cardinal de R i c h e l i e u . Tant d ' i n u t i l i t e et tant de degouts me donnerent enfin d'autres pensees, et me f i r en t chercher des voies per i l leuses pour temoigner mon ressentissement a la Reine et au cardinal de Mazarin (p .7 ) . II ne faudrait pas oubl ier 1'episode du Tabouret que le due avait demande pour sa femme mais qui l u i fut aussi refuse. Cet episode d'importance secondaire au ra i t , s e m b l e - t - i l , i r r i t e La Rochefoucauld au plus Page 46 haut po in t . Le tabouret ayant ete donne a des maisons r iva l e s alors que le due e t a i t en d ro i t a le recevoir en premier, i l est possible q u ' i l se so i t senti rabaisse: Ce n 'est pas que je ne susse bien que je n ' e ta i s point le seul f i l s de due, ce n 'est pas aussi que je voulusse d i re q u ' i l n 'y eut que moi de qui les peres eussent toujours regus cet honneur de nos ro is d'en etre avoues pour les parents . . . mais en j u s t i f i a n t ce dernier avantage par des t i t r e s qui ne peuvent pas etre soupgonnes de faux en un temps ou tant d'autres en sont convaincus, j ' en tenda is maintenir que j ' e t a i s le seul de qui la maison eut j o i n t ce meme avantage a ce lu i de l a duche, et qui ne j o u i t pas de tous les p r iv i l eges que je demandais (p. 30). L'episode du tabouret est finalement le dernier pretexte de l a r evo l t e . La ver i tab le cause est l a perte d'importance aupres de l a Reine. Cette perte etant accentuee par Tagrandissement de l ' i n f l uence de Mazarin, ennemi du due, on comprend l a reaction de La Rochefoucauld se jetant dans l a Fronde comme une vengeance personnelle . N'oublions pas que La Rochefoucauld en tant que Grand e t a i t charge de c o n s e i l l e r le roi ou la Reine. II d i t lui-meme q u ' i l voula i t conduire la Reine a la ver tu . Perdant presque tout dans ce projet i l ne l u i r e s t a i t , af in de sauver son honneur outrage, qu'a se j e te r dans l a r evo l t e . La vengeance est done le motif de l a r evo l t e . Dieu sa i t s i la vengeance, le point d'honneur ont de 1 'importance pour le due. Dans son Por t r a i t i l d i t : Je ne suis pas pourtant incapable de me venger, si T o n m'avait offense et q u ' i l y a 11 at de mon honneur a me ressent i r de T i n j u r e qu'on m'aurait f a i t e . Au con t ra i r e , je suis assure que le devoir f e r a i t s i bien en moi T o f f i c e de la haine, que je poursuivrais ma vengeance avec encore plus de vigueur qu'un autre (p. 5 ) . Cet e spr i t de vengeance est toujours vivant quand i l s ' ag i t de sauvegarder son honneur et ses p r i v i l e g e s . L'exemple le plus representat if de cet "espr i t de combat" est l ' episode qui voi t le due coincer le cardinal de Retz dans une porte pour le tuer: Page 47 On pouvait c ro i r e que cette occasion ten tera i t le due de La Roche-foucauld, apres tout ce qui s ' e t a i t passe entre eux, et que les raisons generales et pa r t i cu l i e r e s le pousserait a perdre son plus mortel ennemi, puisque avec la sa t i s fac t ion de s'en venger, i l vengeait encore Monsieur le Prince . . . . (p. 151). Cet e spr i t de vengeance n 'est d ' a i l l e u r s pas etranger a la grande ame des heros de C o r n e i l l e . Dans le cas d'une maxime comme: "Ceux qui sont inca-pables de grands crimes n'en soupgonnent pas facilement les autres" (max s 37), le due non seulement se rapproche de Corne i l l e (Truchet f a i t le rappro-chement avec Rodogune de C o r n e i l l e ) , mais i l e c l a i r e le realisme p o l i t i q u e . II y a un peu du Machiavel et c ' es t a son experience du conspirateur et du guerr ier que nous devons de t e l l e s maximes. Citons quelques des maximes guerrieres qui mettent en lumiere une "ethique de la f o r c e " , 1 6 y un espr i t de combat, necessaires a l a survie dans les guerres. Par exemple, l a fermete et l a mechancete meme sont des etats d ' e sp r i t possibles pour le lieutement general de l'armee des frondeurs: "Nul ne merite d 'e t re loue de bonte, s ' i l n 'a pas l a force d 'e t re mechant: toute autre bonte n 'est le plus souvent qu'une paresse ou une impuissance de la volonte" (max 237). Nous ajouterons i c i les maximes 479, 481, 284. La bonte seule est vouee a Techec dans un s i ec le ou les guerres, les frondes, les duels , les v o l e r i e s , les epidemies e t c . vont de paire avec l a mort. Une ethique de l a force est necessaire, une ethique guerriere dure et a caractere of fens i f qui doi t mener a la v i c t o i r e source de g lo i r e et d'honneur. Cet amour de la force est surtout une haine fonciere contre la f a i b l e s s e . Tout comme Descartes, La Rochefoucauld refuse l ' i d e e de lachete et de p e u r . l 7 0 La fa iblesse est un vice q u ' i l meprise tout p a r t i c u l i e -rement. Ainsi "La fa ib lesse est plus opposee a la vertu que le vice" (max 445), "La fa iblesse est le seul defaut que Ton ne saurait corr iger" (max Page 48 13U). Dans un contexte de guerre la fa ib lesse est synonyme de defaite et de honte. La trahison est a ins i au depart une faiblesse (max 120). En effet "Les personnes f a ib les ne peuvent etre sinceres" (max 316). La s ince r i t e pourrai t etre une force dans l a guerre helas e l l e est d i f f i c i l e a trouver (max 62) . Ce manque de s ince r i t e et fa ib lesse est en f a i t la non connais-sance de soi-meme (max 315). Dans l a maxime 439: "Nous ne desi r ions guere de choses avec ardeur, s i nous connaissions parfaitement ce que nous des i rons" , La Rochefoucauld nous montre non seulement l a fa ib lesse de nos intentions et desseins mais aussi le manque de connaissance et done, Timpos-s i b i l i t e de juger avec l u c i d i t e . Dans le meme sens l a maxime 30:" "Nous avons plus de force que de volonte , et c 'es t souvent pour nous excuser a nous-memes que nous nous imaginons que les choses sont impossibles", nous presente l a force sans le soutien de la volonte, du des i r de va incre , comme impossible et l i m i t e e . Pour compenser de t e l l e s lacunes q u i , dans le contexte d'une guerre c i v i l e , peuvent mener a la defaite du p a r t i , le due nous offre une tactique proche du realisme po l i t ique d'un Machieval ou Hobbes. Le due est certainement influence "par la pensee d'auteurs qui estiment que notre etat naturel est ce lu i de "war . . . of everyman against everyman" (Hobbes, Leviathan, 1, 13) ou que " M i c i l i a es la vida del hombre contra l a mal ic ia del hombre" (Gracian, Oraculo manual, n 13).171 Ains i nous trouvons a la base des maximes "une morale de T e n e r g i e " , une philosophie de 1 'ac t ion" : Quelque honte que nous ayons meritee, i l est presque toujours en notre pouvoir de r e t a b l i r notre reputation" (max 412), ou encore l a maxime 59. L ' ac t ion martiale est aussi une maniere de se connaitre et d 'e tre eff icace dans l ' a c t i o n comme nous le prouvent les maximes 345 et s 42. Cet a t t r a i t pour T a c t i o n guerriere n 'est pas sans nous rappeler Machiavel comme Page 49 dans l a maxime 453: "Dans les grandes af fa i res on doi t moins s 'appliquer a f a i r e naTtre des occasions qu'a p ro f i t e r de ce l l e s qui se presentent" , 1 7 ^ C'est une tactique "offensive" que le due nous propose comme le confirme l a maxime 65: "II n'y a point d'eloges qu'on ne donne a l a prudence. Cependant e l l e ne saurait nous assurer du moindre evenement", et surtout les maximes s 3 et 308. Un dernier point enfin doi t re teni r notre at tention envers l a vie de La Rochefoucauld et sa c l a s se . C'est a l a nostalgie du passe q u ' i l faut nous at tacher . Les vues de La Rochefoucauld sur l'heroTsme sont dans 1'ensemble la nostalgie d'une valeur qui preserve sa purete ethique dans le passe. La revolte contre le pouvoir royal est aussi provoquee par le sentiment d'une classe qui ne joue plus le role q u ' e l l e avai t au Moyen-age. La no-stalgie d'une ere ou les ancetres nobles controlaient leur destinee est normale a une epoque ou le futur de l a noblesse est incer ta ine et ou leurs valeurs de base s ' e f f r i t e n t . 1 7 3 On peut parler d'une decadence deja prematuree: Des lors les moeurs se degraderent, et i l se crea peu a peu une d i s t o r t i o n entre l a nouvelle mentalite des genti1hommes, qui s'accommodait de louvoiements, compromissions, 1ibert inages, basses et l ' anc ien honneur, qui c r i s t a l l i s a i t la loyaute, le devoi r , le bravoure, le des in teressement . 1 7 4 II faut d i re que meme au niveau de l a guerre les nobles ne jouent plus le meme r o l e : "Le recrutement des mercenaires avait ote quelque pr ix aux services du noble, guerr ier professionnel par devoir et t r a d i t i o n . . . " 1 7 5 De t e l s chamboulements de t r a d i t i o n creerent des reactions plutot violentes et desesperees. Dans ce sens, Devyver f a i t justement remarquer que le duel : " . . . ou l ' o n pouvait affirmer son courage, fut une forme attenuee, en quelque sorte un succedone, de Thonneur classique" . I 7 6 J I e n e s t de meme des Frondes et de l ' e s p r i t b rou i l lon des seigneurs de Tepoque de Louis X I I I . La Page 50 noblesse se recherche. Un des signes les plus grands de cette recherche est l a mise en valeur des prejuges de race. Un des prejuges de race le plus evident est l 'anciennete de la f a m i l l e . La Rochefoucauld appartenait a l 'une des plus anciennes famil ies de France. II descendait de l ' i l l u s t r e maison des Lusignan.177 £ n fa-j^- s o n parent le plus eloigne Foucauld I vecut au Xle s iec le .178 La v i e i l l e s s e de sa fami l le rendait son nom encore plus important comme l a t r a d i t i o n I ' e x i g e a i t . L'anciennete des maisons e t a i t de toute importance: "La fami l le noble se d e f i n i t par rapport a la naissance, a la grandeur et a l ' a n t i q u i t e du nom".179 p i u s i a f ami l le est v i e i l l e plus la defense des p r iv i l eges est evidente. Devyver e c r i t justement a ce sujet que: " . . . les grandes famil ies avaient sans nul doute in tere t a e t a b l i r que remontant a un passe immemorial e l l e s const i tuaient 1'armature de la societe frangaise".180 $ e p revalo i r de son ant iqui te sera un moyen commode pour er iger le maintien des pr iv i leges .181 L'anciennete, la conscience d 'appartenir a 1 ' e l i t e , ne pouvaient que pousser La Rochefoucauld a l a recherche de l'honneur et de la g l o i r e . Enumerons quelques maximes qui ref le tent cet etat d ' e sp r i t de noblesse: "II n 'appart ient qu'aux grands hommes d ' avo i r de grands defauts" (max 190). "Les grands noms abaissent au l i e u d ' e l eve r , ceux qui ne les savent pas soutenir (max 94), sans oubl ier la maxime posthume 17: "Ceux qui prisent trop leur noblesse ne prisent d 'o rd ina i re pas assez ce qui en est l ' o r i g i n e . Cette maxime qui met en lumiere l 'anciennete de l a classe noble est encore plus e x p l i c i t e chez Mme de Sable: "Ceux qui sont assez sots pour s 'estimer seulement par leur noblesse meprisent en quelque fagon ce qui les a rendus nobles, puisque ce n 'est que la vertu de leurs ancetres qui a f a i t la noblesse de leur sang" (max n 72).182 Page 51 La maxime posthume 17 accompagnee par c e l l e de Mme de Sable explique un point important de l a super ior i te du sang: c e l l e de la vertu superieure du noble. Labatut precise que: "La noblesse de race est une d i spos i t ion a la v e r t u " . I 8 3 Une des caracter is t iques de l ' i d e o l o g i e noble est que " . . . les races nobles sont hereditairement douees pour la vertu".184 Qu'entend-on exactement par vertu? Les vertus n o b i l i a i r e s sont des d i spos i t ions naturel les qui font du noble le maTtre de son monde et de son entourage envers lequel i l se do i t de maintenir un ordre et une harmonie: "La noblesse est en effet une espece de grace, l i i e au sang et a la race. Les lignees sont des etres de l a nature. Une mysterieuse energie est le p r iv i l ege des nobles maisons" .18° i _ a v e r t u par excellence du noble est l a bravoure et l e courage.187 L a tache premiere de l a noblesse est de commander les armies et de s'occuper des af fa i res m i l i t a i r e s : "Porter les armes est la marque de l a noblesse" e c r i t Brantome.188 La vertu du noble est par t r a d i t i o n l'honneur et l a g lo i r e que l ' o n acquiert par le courage.188 c ' e s t une t r a d i t i o n qui date du passe et que l ' on trouve dans le mythe Germain, l ' ance t re du noble, dont la qua l i te premiere i t a i t la valeur m i l i t a i r e , valeur qui le d i f f e ren -c i a l du gaulois q u ' i l a vaincu, descendant des rotur iers .189 Le mythe du germain a au XVIIe s i ec l e une grande importance pour les nobles qui ont tendance a se refermer sur eux-memes v i s - a - v i s des ro tur ie rs et des b o u r g e o i s . l y t ) Les Francs sont reprisentes comme les descendants des grandes fami l ies nobles. C'est a pa r t i r de cette periode que Ton essaye de montrer la s u p i r i o r i t i de sa fami l le par la c r i a t i o n d'arbres genialo-giques.191 Ainsi au dibut du XVIIe s i e c l e : " . . . T o p i n i o n populaire ne regardait comme vraiment noble que les maisons remontant a la guerre de cent a n s " . l y 2 une remarque de l a marquise de Sevigni exprime parfaitement cette Page 52 idee: " J ' a i trouve par hasard ( s i c ) Moremi, j ' a i cherche nos Rabutins je les ai trouves for ts bons et for ts anciens, le Mayeul v i v a i t en 1147, i l y a plus de 500 ans cette source est be l le " le commencement de maison me p la t t f o r t , on en voi t point l a s o u r c e " . 1 9 3 La Rochefoucauld dans 1'Apologie du Prince  de M a r c i l l a c d i s a i t auss i : " . . . q u ' i l n 'y a point de souverains dans l a chretiente qui ne soient s o r t i s d'une f i l l e de ma maison . . . (p. 35), voulant montrer a ins i l a v i e i l l e s s e de sa f a m i l l e . Selon Devyver tous ces efforts pour mettre en valeur l a super ior i ty de race sont une reaction contre une evolut ion socia le qui marque une grave c r i s e morale au sein de l a noblesse. Quoi q u ' i l en so i t les prejuges de race jouent sur toute la noblesse un role important dans le comportement et i l est cer ta in que l 'oeuvre du due en porte l a marque evidente. La Rochefoucauld n 'a pas voulu dans ses Maximes elaborer un t r a i t e d ' a r t guer r ie r . Mais , s i un systeme guerr ier do i t prendre forme dans les Memoi res et les Maximes, n 'est-ce pas grace a 1 'ecr i ture et au recul v i s - a - v i s de la vie passee et guerriere du due? L'experience, avec une certaine distance par rapport aux actions de la Fronde, l u i donne le temps et Tespace suffisant pour esquisser sur papier une psychologie guerr iere , une philosophie de T a c t i o n , en somme une v i s ion p a r t i c u l i e r e de l 'heroTsme. Nous serons amenes a e c l a i r e r ce "systeme" plus precisement dans la derniere par t ie de notre t r a v a i l . Mais, un autre point important, qui donne a l'heroTsme un sens p a r t i c u l i e r a sa forte presence dans les e c r i t s du due, est la re la t ion du guerrier avec sa nouvelle pos i t ion d ' e c r i v a i n . Ecr i tes bien apres l a guerre, les Maximes et meme les Memoi res , dans certains cas, ref le tent l 'experience du guer r i e r , mais sont sujettes a la responsabi1ite que La Rochefoucauld a en tant q u ' e c r i v a i n : le guerr ier desormais au repos est devenu mora l i s te . Or, Page 53 le moraliste classique, comme nous Tavons deja mentionne, est aussi l i e a l a guerre. La problematique de l'heroTsme dans l'oeuvre du due prend ainsi une inte n s i t e p a r t i e u l i e r e : le guerrier se confond au moraliste. II nous faut d e f i n i r l e moraliste classique. Un des concepts qui domine la l i t t e r a t u r e classique est celui de 1'homo-viator.I 9 4 La notion de Thomo-viator est, nous d i t van De l f t , avec l ' a r i s t o l e l i s m e , l a t h e a t r a l i t e de l'existence et l'harmonie s o c i a l e , une des conceptions seculaires que Ton retrouve dans l a reflexion morale au XVIIe s i e c l e . 1 9 5 Le moraliste, peintre du passage de Thomme sur terre a, comme centre de son oeuvre, le theme de l ' e x i s t e n c e . 1 9 6 La conception de Thomo-viator est familiere au moraliste classique puisque "... tous les grands courants de pensee de Tepoque l a l u i proposent", 1 9 7 La r e l i g i o n , que ce soit sous la forme du christianisme romain, de l'augustinisme, du thomisme, nous propose Thomme qui , durant sa vie suit une v o i e . 1 9 8 L'homo-viator se retrouve aussi dans le neo-plato-nicisme de la Renaissance, c'est "... Tascension vers la connaissance deja presentee dans l e Phedre de Platon", mais aussi le stoTcisme de Seneque, Marc-Aurele, E p i c t e t e . 1 9 9 L'idee principale qui se degage d'une t e l l e conception de T e t r e humain est le monde vu comme une etape, et ou Thomme n'est peut-etre que mis a Tepreuve.200 c'est cet homme confront! au monde que le moraliste tente de peindre. Le moraliste est neanmoins un homme d'experience qui est arrive au port.201 n veut s ' o f f r i r a ses proches comme un guide, dans le but de leur f a i r e eviter les pieges rencontres tout au long de la vie.202 £ n e f f e t j p 0ur ar r i v e r au bout du chemin et a la v e r i t e , Thomme doit dominer, et surtout etre conscient des faussetes dans lesquelles i l v i t . Page 54 L'autre grand theme attache au mora l i s te , le theatrum mundi, ou la vie nous est presentee comme " . . . un simulacre, le monde une scene, notre etre un r e f l e t , les visages d 'aut rui (et le notre aussi) autant de masques" , 2 0 3 met en r e l i e f les dangers d'un te l monde ou le parai t re depasse souvent l a v e r i t e . La Rochefoucauld e ta i t sans aucun doute conscient de l ' aspect du theatre du monde. Todorov souligne " . . . que pour decr i re T a c t i v i t e psychique de l'homme, La Rochefoucauld se sert volont iers de Tana log ie thea-t r a l e : i l en parle comme de la comedie humaine (max m 3 9 ) . 2 0 4 Pour le due, le theatre du monde est avant tout ce lu i de l a guerre et de l a Fronde. Le premier texte , avant les Maximes, ou i l dec r i t l'homme dans le theatrum  mundi, est les Memoires. Les Memoi res t r a i t e de l a vie de La Rochefoucauld dans T h i s t o i r e . C'est un monde heroTque mais aussi machavielique que nous depeint le due. Meme si cet e c r i t est conforme a un genre l i t t e r a i r e reserve aux grands, on peut deja deceler chez le due le moraliste des Maximes. L'Apologie du Prince de M a r c i l l a c , e c r i t dans le feu de l ' a c t i o n , nous presente La Rochefoucauld digne seigneur jouant le role du j u s t i c i e r et du protecteur du royaume, controls par le v i i Mazarin. Neanmoins, avec les Memoi res, e c r i t s apres les evenements de la Fronde, nous pouvons deceler chez le due une a t t i tude certes ambigue, mais ou le ton est plus detache que ce lu i de 1 'Apologie. Non seulement nous sommes en face d'une question de genre l i t t e r a i r e , mais 1 'evolution de l a pensee du due doi t etre aussi pr is en considera t ion. En effet de l 'Apolog ie du Prince de Marc i l l ac aux Ref1exions  Di verses, la v i s ion du monde du due change. L'Apologie est un pamphlet directement l i e a l a revolte d'un due et pair de France qui doi t accomplir son devoir d'homme d'honneur. Cet e c r i t baigne dans 1'ambiance d'une guerre qui ne f a i t que commencer. Le l i v r e des Memoi res est deja une recapi tu la t ion Page 55 d'un echec.205 Certes, le due se presente comme un grand cheval ier victime du sort et d'une ideologie depassee, comme Noemie Hepp T a justement f a i t remarquer . 2 u 6 Mais deja se dessine en l u i , par la maniere avec laquel le i l reduit les grands a r i e n , l e moraliste des Maximes. Les Maximes f in i s sen t le projet des Memoi res dans le sens ou la c r i t i q u e est plus profonde, plus v i o l e n t e , et se consacre a l'homme en general . Quant aux Reflexions  Di verses, e l l e nous propose un art de v i v r e , Thonnetete , point f i n a l de la quete morale. Mais i l est evident que tous les e c r i t s du due ont a des degres d i f ferents des l i ens § t r o i t s . Nous devons revenir aux Memoi res . Ce texte est en effet important en ce qui concerne l a v i s i on heroique du monde, mais a u s s i , a cause du narrateur, q u i , bien que t r a i t an t de sa propre v i e , applique une tactique que T o n retrouve dans les Maximes. T ra i t e r de l 'oeuvre de La Rochefoucauld, c 'es t justement comprendre que les genres l i t t e r a i r e s q u ' i l emploie: le pamphlet, les memoires, l a maxime, le p o r t r a i t , l a r e f l e x i o n , bien que d i f f e r en t s , sont plus l i e s entre eux qu'on pourrai t le c r o i r e . Cette consta ta t ion, qui peut paraTtre banale, est tres importante dans le sens ou on a neglige des textes aussi revelateurs que 1 'Apologie, les Memoi res et meme, a un degre moindre, les Reflexions  Diverses, au p ro f i t des seules Maximes. Pour notre sujet sur l'heroTsme, par exemple, l e l i e n entre les Maximes et les autres e c r i t s , sont importants. Ce sont les Memoi res qui nous fournissent le plus de matiere a l a comprehension des Maximes sur l'heroTsme et Te th ique guerr iere . Est-ce que les Memoi res de La Rochefoucauld furent sinceres? Jacques Truchet nous d i t que ses Memoi res ne sont pas un temoignage object i f .207 |_e jugement est d i f f i c i l e . II est possible que le due a i t voulu deformer Page 56 certains episodes af in d 'e tre a son avantage dans T a c t i o n . La Rochefoucauld a compose ses Memoi res pour ses proches, ses amis et sa fami l le e t , voulant donner a ses descendants une image digne de sa l ignee , i l ne pouvait , noblesse ob l ige , que se peindre dans toute sa grandeur. Noemie Hepp a bien enonce les intent ions de La Rochefoucauld qui en ecrivant ses Memoi res " . . . aurai t cherche comme tous les memorialistes contemporains a j u s t i f i e r sa conduite au nom d'un ideal de caste . . . a montrer q u ' i l n 'a rien demerite Les Memoires ref letent bien T e s p r i t de jeunesse l a ou les Maximes sont la creat ion de l'homme mur qui f a i t v a l o i r " . . . T a c u i t e et Tautonomie de ses jugements".208 Ce meme c r i t i q u e , dans son analyse des deux premieres part ies des Memoi res , a su montrer le role que La Rochefoucauld veut se donner, tout en. donnant des exemples a T a p p u i . Ainsi le due agi t en cheval ier servant, mais plus important, i l est le seul qui s 'e r ige en caractere noble.209 j 0 u s les autres pa r t i c ipan t s , les Conde, Beaufort, B o u i l l o n , Turenne, Conti , Nemours, Retz, e t c . sont ranges au rang des inca-pables, l imi ted par leurs vues di r igees vers les gains personnels plus que pour la cause de l a Fronde ou les interets du royaume. On remarquera que la maniere "violente" avec laquel le le due c r i t i q u e , n 'est pas sans nous f a i r e rappeler les Maximes. C'est ce rapport entre le ton des Memoi res et des Maximes que nous devons e c l a i r e r . Dans les Maximes, La Rochefoucauld f a i t ec la ter les fausses ver tus . Le parai t re est demasque af in de degager une v e r i t e , ver i te possible grace a une l u c i d i t e superieure, i n t e l l i gence penetrante capable de fa i re exploser les v i ce s . Dans les Memoi res le due deja se lance dans ce projet de denonciation de la faussete et de l a pet i tesse d ' e s p r i t . La difference avec les Maximes es t , que le monde des salons et l a societe ou Thonnete homme poursuit sa Page 57 quete de ve r i t e avec ses prochains, est absent des Memoires. Ce texte est consacre uniquement au monde des affa i res et de l a guerre. Or, s i dans les Maximes le due t r a i t e de l'homme en general , les Memoi res sont plus precises et t r a i t en t de personnages h i s to r iques . Le theatre du monde est ce lu i de la guerre et beaucoup de maximes qui expriment les differentes facettes de T a c t i o n vertueuse (dans le sens de la vertu martiale) sont expliquees dans les Memoi res par les mult iples reactions psychologiques des pa r t i c ipan t s . Nous devons e c l a i r e r les points principaux qui mettent en lumiere le memorialiste q u i , derr iere les differentes formes employees par le narrateur ( le "je" ou le " i l " ) , est deja le moraliste l u c i d e . II est a remarquer qu ' e l l e s furent ec r i tes apres les quatre dernieres part ies et done sont contemporaines des Maximes. Les deux premieres parties qui t r a i t en t des annees 1629-1649, sont ec r i tes a la premiere personne.210 Les quatre dernieres part ies (Mars 1649-Octobre 1652) ou le narrateur emploie le ton impersonnel , ont ete composees dans les annees de l a disgrace et de l a r e t r a i t e vers 1659.211 Le changement de voix du narrateur n 'est peut-etre pas s i important. Comme Lafond le suggere, i l est possible que le due se so i t fatigue du procede du " i l " , u t i l i s e dans les quatre derniers l iv res .212 On remarque d ' a i l l e u r s , dans ces pa r t i e s , des interventions du " je" , devoilant a ins i que, malgre un desi r de p a r t i a l i t e et d ' o b j e c t i v i t e , le due n'a pu s'empecher de donner son a v i s , preuve aussi du controle absolu de T e c r i v a i n sur les evenements q u ' i l narre. Quoi q u ' i l en s o i t , notre in teret se borne avant tout sur T a t t i t u d e du due envers les evenements q u ' i l raconte. Pour Noemie Hepp, bien que le due se fasse v a l o i r , surtout dans les deux premieres part ies des Memoi res , comme le cheval ier servant des grandes Page 58 causes, bien q u ' i l nous decrive les grands hommes de 1'epoque avec une v i s ion machiavelique, i l ne veut pas f a i r e une apologie de ses vues a r i s tocra t iques : "II nous semble que tres discretement La Rochefoucauld suggere que ni son propre idealisme chevaleresque ni le realisme po l i t ique des grands cardinaux-ministres ne valent le pr ix q u ' i l a paru leur conferer".213 E n c e qU1-concerne les vues chevaleresques de La Rochefoucauld, t r o i s exemples nous sont donnes ou le due nous montre les raisons pour lesquel les sa conduite ne pouvait que le mener a l ' echec : "J ' ava is ete nourri dans ces sentiments" d i t - i l a propos de sa haine juveni le contre R i c h e l i e u . . . " C'est done 1'edu-cation qui est l a cause de l ' e chec . L 'autre exemple nous est fourni par l 'eblouissement devant T i n j u s t i c e avec laquel le Richel ieu mene la Reine: "De moindres raisons auraient suff i pour ebloui r un jeune . . . et pour 1'entraTner dans un chemin si oppose a sa fortune".214 La recherche de l a g lo i r e et de l a fortune semble, comme le souligne Noemie Hepp, avoir ete barree par l 'eblouissement et Teducat ion regue.215 [_e t roisieme facteur , selon Hepp, est l a mauvaise etoTle.216 L'aspect de l a po l i t ique est aussi evoque, mais les Memoi res ne nous offrent pas de solut ion de ce cote la.217 Hepp conclut que: "Pas plus que le cheva l ie r , le po l i t ique n'apparaTt en d e f i n i t i v e dans les Memoi res comme un homme vraiment maTtre, par T i n t e l -ligence et la volonte de 1'ensemble de sa condui te" .21 a En f a i t i l est normal que le due avoue "ses fautes" et ne c r o i t pas en une issue p o l i t i q u e : les Memoi res sont le temoignage d'un echec et d'un vaincu. Reconnaissons cependant avec Hepp que les exemples ou La Rochefoucauld avoue une certaine predestination a l 'echec sont peu nombreux, compares aux divers episodes ou, justement, le due se montre tout a son avantage.219 Dans les deux premieres part ies des Memoi res c 'es t Taspect chevaleresque du due Page 59 qui est mis en va leur . Nous ne reviendrons pas susr cet aspect du due qui a deja ete t r a i t e par Hepp.220 Nous essayerons de nous attacher surtout aux quatre dernieres par t ies qui t r a i t en t surtout de l a Fronde. Le due y joue un role a c t i f et gue r r i e r , mais, ce qui re t ient notre a t t en t ion , est avant tout la place du negociateur et du conse i l l e r lucide q u ' i l y t i e n t . Or, c ' es t cette pos i t ion de negociateur qui l u i permet souvent de montrer une l u c i d i t e de jugement, superieure aux autres par t ic ipants e t , de ce f a i t , d 'e t re en dehors de toutes les erreurs commises. On a souvent vu dans les Memoi res la marque de Sa l lus t re et Tac i t e , deux des grands h is tor iens romains.221 La lu t t e des grands entre eux: Conde, Retz, Turenne, Gaston d 'Orleans, Mazarin, e t c . , f a i t dans un sens penser aux champs de b a t a i l l e de la guerre de Troie ou les dieux combattent parmi les hommes et les heros. Si Conde et Turenne pourraient etre i d e n t i f i e s a Mars ou Apol lon , Mme de Longuevil le en Venus casquee, Anne d 'Autr iche en Junon et Mazarin en Jupi ter grandissant, La Rochefoucauld a tout du Mercure inessager des Dieux. Meme s ' i l pa r t i c ipe avec bravoure et valeur a la b a t a i l l e , i l se trouve en effet tout a son avantage dans le role du conse i l l e r et du negocia-teur hab i l e , l u c i d e , qui prevoit les intent ions de l'ennemi et surtout est conscient des erreurs de 1 ' adversai re , comme de c e l l e de son p a r t i . C'est deja dans ce role ou l ' e s p r i t est l 'arme pr inc ipa le que La Rochefoucauld est le maTtre des l i e u x . S ' i l ne peut se comparer a un Conde ou un Turenne sur le plan strictement m i l i t a i r e , le due est superieur au niveau de la v i s ion p o l i t i q u e . II agi t deja en moraliste car l ' ac teur q u ' i l est dans ce theatre p a r t i c u l i e r de l a Fronde, par la super ior i ty de ses jugements, se degage subtilement de l a scene tout en y jouant un role important. Dans ce theatre sournois de l a fronde ou l a fortune regie en maTtresse les actions des hommes Page 60 et leur des t ine , 1'eblouissement nous est presente comme le defaut le plus devastateur dans les af fa i res p o l i t i q u e s . L 'eblouissement ou 1'aveuglement est l e signe d'un manque de l u c i d i t e , d ' e s p r i t de penetrat ion, et d ' i n t e l l i g e n c e . Les maximes sur les sots et pe t i t s espr i t s que nous avons evoquees dans l a premiere par t ie sont evoca-t r i c e s des gens facilement eb lou i s . Mais 1'eblouissement peut frapper les plus grands et les plus f o r t s . Pour prendre 1'exemple le plus frappant des Memoires, le grand Conde, maTtre de l a guerre et heros par excel lence, est l u i aussi souvent victime de certains eblouissements q u i , dans le contexte des a f f a i r e s , l u i seront f a t a l s . A i n s i , pour mieux f a c i l i t e r Temprisonne-ment des Princes et surtout apaiser le courroux de Conde avide de recompense apres l a premiere Fronde, Mazarin promet pour tromper: Les promesses si etendues et donnees en termes generaux fa i sa ien t tout l ' e f f e t que le cardinal pouvait de s i r e r . E l l e s eblouissaient et rassuraient Monsieur le prince et tous ses amis. E l l e s conf i r -maient le monde dans 1'opinion qu'on avait congue de l'etonnement du c a r d i n a l , et e l l e s fa i sa ien t des i re r sa conservation a ses ennemis memes, par l a creance de trouver plus aisement leurs avantages dans l a fa ib lesse de son ministere que dans un gouverne-ment plus autorise et plus ferme; enfin i l gagnait avec beaucoup d'adresse le temps qui l u i e t a i t necessaire pour les desseins q u ' i l formait contre Monsieur le Prince (p. 95). Les Memoi res dis t ingue entre plusieurs formes d'eblouissement: tromperie, ruse, f inesse , hab i le te , adresse i ndus t r i e , e t c . L'homme est victime non seulement par 1'ebl ouissement provoque par les ennemis, mais p i r e , par le sien propre. Conde, par exemple, provoque sa propre perte: "Monsieur le Prince eut alors toute l a confiance q u ' i l f a l l a i t pour etre trompe. II s ' acqui t ta exactement de sa commission et p r i t toutes les precautions neces-saires pour se f a i r e mener surement en prison" (p. 104). Le meme eblouisse-ment est la cause d'un manque d ' e f f i c a c i t e dans l ' a c t i o n : "Mais Monsieur le Page 61 Pr ince , qui revenait comme en triomphe e t a i t encore trop ebloui de 1 'eclat de sa l i b e r t e pour voi r distinctement tout ce q u ' i l pouvait entreprendre" (p. 132). La l i s t e des eblouis est longue dans les Memoi res et merne le cardinal de Mazarin, le maTtre en la matiere, es t , dans ses moments de f a ib l e s se , victime de son propre eblouissement. Le seul finalement qui n 'est pas ebloui est La Rochefoucauld. Est-ce que son role de negociateur de confiance est la preuve d'une super ior i ty d ' e sp r i t l u i permettant de donner des consei ls? C'est bien 1'image que le due aime se donner. La confiance que l u i donne Conde est sans l i m i t e : "Le due de La Rochefoucauld, de son cote, avait a lors plus de part que nul autre a la confiance de Monsieur le Prince . . . " (p. 137). Quand i l y a une dissen-t ion parmi les frondeurs c 'es t la Franchise qui est charge de r e t a b l i r 1 'ordre: Monsieur le Prince de Conti et Mme de Longueville trouverent le procede de Monsieur le Prince aussi surprenant et aussi rude q u ' i l l ' e t a i t en e f fe t , e t , dans cet embarras, i l s chargerent le Prince de M a r c i l l a c . . . qui avai t alors toute leur confiance . . . (p. 92). Une chose est ce r ta ine , le due ne se l a i s se pas prendre a ce jeu de f inesse , tromperie et eblouissement. Mieux, i l 1 ' u t i l i s e habilement lors de l a negociation des Princes et contre le trompeur lui-meme q u i , en T o c c a s i o n , est rabaissee par le due: L 'hab i l e t e que le cardinal Mazarin avait f a i t parai t re en tant d'occasions ne parut pas au due . . . i l le trouva presque toujours etonne i r r e s o l u , affectant de fausses vani tes , et se servant de pet i tes f inesses . Tout defiant qu ' e ta i t ce min i s t r e , et quelque besoin q u ' i l eut de ne pas se meprendre a juger de l ' e t a t present de ses a f f a i r e s , i l ne penetra jamais ce qui se preparait contre l u i . . . (p. 126). Nous devrions i c i f a i re le l i e n avec les Maximes. Nous trouvons en effet des l i a i sons evidentes avec les Memoi res. Prenons le cas des aphorismes qui t r a i t en t des f inesses , tromperie, hab i le te , e t c . Page 62 Dans une maxime comme: "L'usage ordinaire de l a finesse est l a marque d'un pe t i t e s p r i t , et i l a r r ive presque toujours que celui qui s'en sert pour se couvri r en un endroi t , se decouvre en un autre" (max 125), nous avons une ins inuat ion a Mazarin mais aussi le r e f l e t d'un procede u t i l i s e dans les affa i res et l a guerre. Toutes les maximes sur l ' h a b i l e t e , les f inesses , les ruses trouvent leur sens dans les Memoi res . Les maximes nous decrivent les di f ferents niveaux de ces procedes. I l s ne sont pas i n f a i 1 1 i b l e s : "La plus sub t i l e de toutes les finesses est de savoir bien feindre de tomber dans les pieges que l ' o n nous tend, et on est jamais s i aisement trompe que quand on songe a tromper les autres" (max 117), " le vrai moyen d 'e t re trompe, c 'es t de se c ro i re plus f i n que les autres" (max 127). En e f fe t : "On peut etre plus f i n qu'un autre, mais non pas plus f i n que tous les autres" (max 394). Le procede des finesses n 'est pas vraiment eff icace s e u l . De p lus , par l a reaction q u ' i l provoque chez ceux qui s'en approche, ce procede est l a marque d'un espr i t l i m i t e et pe t i t (max 350, 407). En f a i t , pour le due, i l est la marque d'un manque d 'habi le te qui est une valeur superieure a l a f inesse: "Les finesses et les trahisons ne viennent que de manque d 'habi le te" (max 126). Reconnaissons neanmoins que: "Les plus habiles affectent toute leur vie de blamer les finesses pour s'en se rv i r en quelque grande occasion et pour quelque grand in tere t" (max 124). II n 'y a l a r ien de con t rad ic to i r e , le due s'adapte au contexte pas toujours loyal des conspirations et guerres c i v i l e s ou l ' e s p r i t machiavel ique est r o i . II se d o i t , pour atteindre la v i c t o i r e , u t i l i s e r dans certains p e r i l s , n'importe quel moyen. Ains i "Notre defiance j u s t i f i e la tromperie d ' a u t r u i " , d i t - i l dans la maxime 86, mais "L ' i n t en t ion de ne jamais tromper nous expose a etre souvent tromper" (max 118). Page 63 Nous sentons bien l 'experience du frondeur dans ces maximes. II faut savoir u t i l i s e r tous les rnoyens pour a r r ive r a ses f i n s . Les louanges, par exemple, bien que complimenteuses, deviennent des arrnes subt i les pour p ro f i t e r d'une occasion: "On ne donne des louanges que pour en p rof i t e r " (max p 27) ou, plus precisement: "On n 'aime point a louer , et on ne loue jamais personne sans i n t e r e t . La louange est une f l a t t e r i e hab i l e , cached, et d e l i c a t e , qui s a t i s f a i t differemment ce lu i qui l a donne, et ce lu i qui la r e g o i t . . . " (max 144). Quoi q u ' i l en so i t l ' h a b i l e t e malgre l a p o s s i b i l i t y de ne pouvoir etre a t t e in t e : "Le des i r de paraTtre habile empeche souvent de le devenir" (max 199), est une qual i te sure. Dans les maximes 244: "La souveraine habilete consiste a bien connaTtre le pr ix des choses", et 245: "C'est une grande habi lete que de savoir cacher son hab i le te" , La Rochefou-cauld met en perspective une a t t i tude ref lechie et posed qui met en valeur une recherche de Tequ i l i b r e dans 1 'ac t ion . Nous avons vu qu'une morale de Tenerg ie se t rouvai t a la base de beaucoup de maximes, mais nous devrions aussi parler d'un besoin de cont ro le . Un exemple de ce besoin de controle est l a maxime 338: "Lorsque notre haine est trop v i v e , e l l e nous met au-dessous de ceux que nous haTssons". Si l a haine est possible dans le cas de la vengeance, e l l e est i n u t i l e trop v i v e . Une recherche de cont ro le , un des i r de 1'action bien pensee, est un dilemme central a l 'oeuvre de La Roche-foucauld. C'est a T a c t i o n vertueuse et ses mobiles que nous devons nous a r r e t e r . L ' ac t ion vertueuse doi t etre envisaged plus comme T a c t i o n guerriere que morale. Dans le cas du due de La Rochefoucauld, qui repond a une ideologie et des prejuges de race, les deux sont infiniment l i e s . S) Fortune et grande ame: entre la victoire et la mort E t a n t avant tout mondaine, l 'oeuvre de La Rochefoucauld comprend divers discours opposes et meme con t rad ic to i res . Comme nous avons pu le remarquer, Page 64 le l i e n entre les Memoi res et les Maximes est evident . Beaucoup de maximes expriment cer tains prejuges de race, mais aussi l'ambiance heroTque de l a Fronde, l a guerre et les a f f a i r e s . Si dans l'ensemble les maximes, sous 1 ' influence de l 'augustinisme et du jansenisme, demolissent le heros, l ' i d e o -logie noble, l 'heroTsme, en somme ebranle les categories t r ad i t i onne l l e s de Te th ique a r i s t o t e l i c i e n n e , tout un dialogue est reserve a l a defense de ces memes valeurs et de cette meme ethique. Les maximes sur l a magnanimite, l ' i n t e r e t , les passions, la ra i son , l a nature, 1 'elevation nous ont confirme un reste du heros co rne l i en , derniere representation du magnanime a r i s t o t e l i -c i e n , toujours vivant des les Maximes et meme les Memoi res . De p lus , dans un grand nombre de maximes l i ees aux Memoi res nous pouvons deceler une psycho-logie proche du realisme nouveau incarne par des auteurs t e l s que Gracian, Hobbes, et surtout Machiavel , qui evidemment detruisent la morale t r a d i t i o n -nel le .222 ies maximes sur les f inesses , la tromperie, l ' h a b i l e t e , l a f a i b l e s s e , l a mechancete et T a c t i o n guerr ie re , ont non seulement devoile une tendance a T a c t i o n "offensive" et bel l iqueuse, mais des l iens plus precis avec Machiavel . Nous devons partieulierement nous attacher a la r ee l l e influence d ' A r i s t o t e et de Machiavel sur l a pensee du due, et plus par t i cu-lierement en ce qui concerne T a c t i o n vertueuse et guer r ie re . C'est au niveau du concept de la Fortune que nous trouvons les l i ens les plus evidents entre Machiavel et La Rochefoucauld. II faut neanmoins f a i r e at tent ion i c i a une t e l l e a f f i rmat ion . Tout d'abord " l a France est le pays ou la morale machiavelienne a ete le plus vigoureusement combattue".223 $-j La Rochefoucauld, dans les Memoi res , re jo in t Machiavel en ce qui concerne la notion de fortune, n 'oublions pas non plus q u ' i l s'oppose aux procedes des cardinaux Richel ieu et Mazarin qui sont les maTtres du realisme p o l i t i q u e . Page 65 Mazarin est dec r i t par le due comme un expert en l a matiere du "d iv i se r pour mieux regner". Une autre remarque au sujet de l a conception de l a vertu des deux auteurs: "Machiavel1i ' s v i r t u i s compatible with s e l f - i n t e r e s t , whereas s e l f - i n t e r e s t i s notoriously a source of man's corruption in Saint-Augustine and La Rochefoucau ld" , 2 2 4 nous prouve une certaine difference de vue. De p lus , s i La Rochefoucauld se j e t t e dans la guerre et la consp i ra t ion , i l nous donne dans les Memoi res , et meme l 'Apolog ie du Prince de M a r c i l l a c , 1'impres-sion q u ' i l re je t t te les procedes machiaveliens et l ' hor reur des guerres c i v i l e s . Dans l 'Apo log ie du Prince de Marc i l l a c ou le due s'en prend avec violence a Mazarin, i l f a i t preuve de conscience pa t r io t ique . II se rend compte du mauvais role de frondeur q u ' i l joue: . . . q u ' i l rende a cette monarchie la reputation que l ' i n j u s t e opin ia t re te de nos armes l u i a f a i t perdre, chez nos a l l i e s memes, depuis ce temps-la; et q u ' i l nous rende enfin tant de m i l l i e r s d'hommes qu'une guerre continued de gaiete de coeur a encore immoles avec moins de f r u i t que de necessite (p. 2U). En plusieurs occasions, dans les Memoi res , La Rochefoucauld nous montre une conscience pa t r io t ique . Un autre passage encore plus evocateur nous presente le due rempli de compassion envers les paysans du Poitou arrasses par les guerres c i v i l e s : Dans les calamites communes a tout cet E ta t , les provinces les plus abondantes ou les plus soumises ont toujours ete les plus opprimees. . . Je ne desavoue point que leur misere ne me f i t regarder avec p i t i e leur r e b e l l i o n , et je n'eusse bien desire que le soulagement qu'on leur accordait eut ete plus proportionne a leur maladie (p. 32). Meme en etant un grand conspirateur La Rochefoucauld garde une image du seigneur juste qui est conscient de son devoir de maintenir Tharmonie et l a paix dans le Royaume. Malgre ses a i r s de l i b e r t i n et de r ebe l , i l y a Page 66 toujours en l u i le grand Chret ien . Dans ce sens, i l est d i f f i c i l e de vo i r une trop grande influence de Machiavel sur sa pensee. Mais revenons a la fortune, car c 'es t bien devant ce concept que le due se rencontre avec Machiavel . L'amour-propre, les passions, les humeurs et l a fortune forment une "quadrette" q u i , dans son aspect le plus nefaste, reduit l a ver i tab le action et rend la vertu i m p o s s i b l e . 2 2 5 Les humeurs sont des forces qui peuvent influencees notre comportement sans que l ' o n s'en rende compte. La maxime 297 ref le te par t i eul i erement T a c t i o n des humeurs sur le psychisme humain: Les humeurs du corps ont un cours ordinaire et reg ie , qui meut et qui tourne imperceptiblement notre volonte; e l l e s roulent ensemble et exercent successivement un empire secret en nous: de sorte qu ' e l l e s ont une part considerable a toutes nos ac t ions , sans que nous le puissions connaTtre. Les humeurs peuvent certainement v i c i e r toutes les actions des hommes. E l l e s jouent d ' a i l l e u r s , avec la fortune, un role important sur le monde: "La fortune et Thumeur gouvernent le monde" (max 435). Dans le meme sens, nous pouvons ajouter les maximes 45, 47 et 61, qui mettent en valeur l a "parente" entre Thumeur et la fortune. Quoi q u ' i l en s o i t , la maxime 435 rappelle les vues de Machiavel selon qui la fortune controle et influence les hommes, la d i r ec t ion de leurs ac t ions , surtout dans la guerre et les a f f a i r e s . Dans le Prince (chapitre XXV) Machiavel d i t : " . . . since we have free w i l l , we must, I th ink , recognize that chance governs half of our actions and that we d i rec t the r e s t " . 2 2 6 II en est de meme pour La Rochefoucauld, avec neanmoins des differences dans l a maniere de controler la fortune. On retrouve dans l 'oeuvre du due une image de la fortune deesse capricieuse et changeante qui fausse la vraie ac t i on . En effet e l l e controle les actions des hommes a sa guise. A i n s i : "Quelques grands avantages que la nature Page 67 donne, ce n 'est pas e l l e seule , mais la fortune avec e l l e qui f a i t les heros (max 53), " l a nature f a i t le merite, et l a fortune le met en oeuvre" (max 153). Dans l a maxime CCXCIII de l a premiere ed i t ion le due ajoute que: "De plusieurs actions differentes que la fortune arrange comme i l l u i p laTt , i l s'en f a i t plusieurs ver tus" . Les maximes 57, 58, 60, 391 et maxime supprimee 11, confirment la fortune puissante et capricieuse qui influence la d i r ec t ion des ac t ions , done dans un contexte de guerre, peut mener a la v i c t o i r e comme a l a de fa i t e . Dans ce sens, La Rochefoucauld re jo in t Machiavel . Dans une autre remarque Machiavel represente l a fortune: "As a r ive r which threatens at every moment to overflow and which must be con ta ined" . 2 2 ' 7 II faut tout d'abord revenir a la premiere remarque q u i , meme s i e l l e voi t 1 ' in f luence de l a fortune sur l a moitie de nos ac t ions , accepte dans l a moitie des autres moyens mis a notre d i s p o s i t i o n , notre volonte et jugements personnels, mis en valeur dans le combat. Or, s i la prudence envers la fortune se transforme chez Machiavel par des qual i tes mar t ia les , i l en est de meme chez La Rochefoucauld, comme l ' a justement montri S u t c l i f f e . 2 2 8 Recon-naissons cependant que s i les methodes guerrieres et po l i t iques du penseur I t a l i e n ont quelque chose d ' indignes , La Rochefoucauld, meme s ' i l accepte cer tains procedes r ea l i s t e s (ruses, f inesses , hab i le te , occasions, e t c . ) , base son systeme heroTque et la recherche de l ' a c t i o n vertueuse et guerriere sur l a grande ame et une prudence entachee d 'ac t ion offens ive , qui rappelle des passages precis de 1 'Ethique a Nicomaque d ' A r i s t o t e . Si nous remarquons les maximes 25 et 343: "II faut de plus grandes vertus pour soutenir la bonne fortune que l a mauvaise", "Pour etre un grand homme, i l faut savoir prof i t e r de toute sa fortune", nous voyons une certaine harmonie entre la fortune et la valeur . Meme s i l a fortune peut c r i e r des actions qui vont Page 68 mettre en valeur des hommes qui n'ont pas l a qua l i te requise pour etre un grand homme, comme dans le cas du comte d 'Harcourt , en general les ver i tables grands hommes ont besoin de toute la qua l i te et la vertu necessaires aux grands e x p l o i t s . Cette idee nous est d ' a i l l e u r s bien expliquee dans l a re f lex ion XIV Des Modeles de l a nature et de l a fortune, II semble que l a fortune, toute changeante et capricieuse q u ' e l l e es t , renonce a ses changements et a ses caprices pour agir de concert avec la nature, et que Tune et Tau t r e concourent de temps en temps a f a i r e des hommes extraordinaires et s ingu l ie r s pour s e rv i r de modeles a l a poster i te (p. 210), nous d i t le due. Alexandre le Grand, Cesar et Caton sont parmi les exernples de grands hommes du passe qui ont ete fagonnes par 1 ' a l l i ance de la nature et de la fortune. Des exernples contemporains, Conde et Turenne sont repre-sented. Or, s i l a nature et l a fortune ont joue le premier role pour mettre en valeur de t e l s hommes, c 'es t par leur qua l i te p a r t i c u l i e r e q u ' i l s ar r ivent aux grands e x p l o i t s . Alexandre est " . . . plus grands par ses qual i tes per-sonnel les . . . " Quant a Turenne et Conde La fa ib lesse des armies q u ' i l s ont commandies dans les dernieres campagnes, et la puissance des ennemis qui leur etaient opposes, ont donnes de nouveaux sujets a Tun et a Tau t r e de montrer toute leur vertu et de r iparer par leur mi r i t e tout ce qui leur manquait pour soutenir l a guerre . . . (p. 214). Certes " le soin de l a nature est de fournir les qua l i t e s ; ce lu i de l a fortune est de les mettre en oeuvre, et de les f a i r e vo i r dans le jour et avec les proportions qui conviennent a leur dessein". II semble nianmoins que cette a l l i a n c e entre la fortune et la nature so i t reser^ee aux hommes exceptionnels de T h i s t o i r e . Dans le cas des hommes plus normaux, le due, conscient d'une a t t i tude digne et vertueuse, necessaire si Ton veut mettre la fortune du c o t i de nos desseins, nous propose un consei l qui cache une technique speciale devant la force si capricieuse de la deesse romaine: " I l Page 69 faut gouverner la fortune comme l a sante: en j o u i r quand e l l e est bonne, prendre patience quand e l l e est mauvaise, et ne f a i r e jamais de grands remedes sans un extreme besoin" (max 392). Reflet d'une technique en souplesse, La Rochefoucauld re jo in t un peu la maniere de Montaigne qui est de vivre au jour le jour tout en s'adaptant le mieux possible aux evenements. Une t e l l e maniere, ou l a prudence est neanmoins une a c t i v i t e equ i l i b r ee , se rapproche en f a i t de 1 'at t i tude du due durant l a guerre; a t t i tude qui est proche des notions du courageux et du magnanime retrouvees dans 1 'Ethique a Nicomaque d ' A r i s t o t e . Pour un grand seigneur qui a connu dans l a Fronde le souffle de l'heroTsme de la generation de Louis X I I I , i l est normal de retrouver dans son oeuvre Tombre du heros cornelien et du genereux de Descartes. Le heros cornelien a ete represente dans un b r i l l a n t a r t i c l e de Marc Furamoli comme la derniere representation du Magnanime te l que nous le trouvons dans 1 'Ethique a Nicomaque d ' A r i s t o t e . 2 2 9 Selon ce c r i t i q u e : "Le por t ra i t du Magnanime te l q u ' i l est trace dans 1'Ethique a Nicomaque, Nest reste jusqu'en ple in XVIIe s i ec l e l a basse continue de l ' i d e e occidentale du h e r o s " . 2 3 0 Le por t ra i t a r i s t o t e l i c i e n du heros . . . a servi de "materia prima" aux theologiens medievaux pour construire un modele Chretien de l a grandeur profane; et dans l a t r a d i t i o n l a t i n e , sur laquel le la t r a d i t i o n catholique est entee, c ' es t a p a r t i r du Magnanime a r i s t o t e l i c i e n que les moralistes romains ont def in i leur ideal de la grandeur humaine . 2 3 1 Dans l ' £ t h i q u e a Nicomaque Ar is to te avait essaye de reconci ler les deux concepts de l a magnanimite repandue a A t h e n e s . 2 3 2 En effet dans l a Rheto- rique et les Seconds Analytiques i l d i s t i ngua i t deux sortes de magnanimite:' I 'une, vertu de resistance incarnee pa 1'image du magnanime philosophique (Socrate et Lysandre), impassible devant le danger et les v i c i s s i tudes de la Page 70 fortune, 1 'autre, vertu offensive du magnanime guerrier ( A c h i l l e , A l c i b i a d e ) , a t t i r e par T a c t i o n impetueuse, le sens de l'honneur et de la vengeance.233 Nous retrouvons aussi ces deux conceptions de l a magnanimite chez les Romains. La magnanimitas de Ciceron correspond a la grandeur d'ame des optirnales. Respectueuse de T o r d r e republ icain " . . . e l l e est Teg ide heroTque qui resume et protege The r i t age de l a vertu romaine".234 Caton et Pompee sont les f igures qui incarnent cette magnanimite.235 Opposee a cette vertu nous trouvons l a magnitudo animi des polu lares . C'est Ca t a l i na , Cesar, Octave, Antoine.236 Quoi q u ' i l en s o i t , dans l 'E th ique a Nicomaque, Ar i s to te essaye " . . . de resoudre les antinomies que l a notion commune de magnanimite, t e l l e q u ' e l l e e t a i t repandue a Athenes, posait sans les r e c o n c i l i e r : contemplation et a c t i o n , mepris du dest in et maTtrise du destin.237 cette c o n c i l i a t i o n entre les deux magnanimites sera encore accentuee dans T i n t e r p r e t a t i o n des jesu i tes grace " . . . a T i n s e r t i o n dans T i d e a l de la magnanimite de vertus chretiennes comme Thumi l i t e " .238 £ n e f f e t au XVIIe s i ec l e T i d e a l a r i s t o t e -1ic ien fut diffuse dans le monde catholique . . . dans les colleges de l a companie de Jesus, dont Corne i l l e fut T e l e v e , dans les classes de phi losophie , ou sont commented a la fo i s 1'Ethique a Nicomaque et les Seconds Analytiques . . . qui contiennent tous deux, a t i t r e d'exemple moral d'exemple d'analyse logique, un por t r a i t du Magnanime.239 Le pere Tarquinio G a l u z z i , dans les co l leges , et l e pere Nicolas Caussin, pour les j e s u i t e s , sont les personnages les plus en vue en ce qui concerne l a resurrect ion des t r a i t e s d 'Ar i s t o t e au XVIIe s iecle .240 i _ e dilemme ac t ion-contemplation devient done, dans les mains catholiques et dans le contexte Chret ien , le dilemme orguei 1 -humi 1 i te .241 0 r , ce dilemme entre T o r g u e i l et T h u m i l i t e fut necessaire au temps de la Reforme catholique pour contrer les Page 71 attaques de Machiavel contre 1 'Eg 1ise.242 n a n s ses Discors i le penseur I t a l i e n . . . avait en effet accuse l ' E g l i s e romaine, et le chris t ianisme en general , d ' a v o i r , en prechant une morale d ' humi l i t e , effemine I'humanite moderne, et rendu impossibles les reussites de l a grandeur a n t i q u e . 2 4 3 Devant une t e l l e menace, le magnanime d ' A r i s t o t e , associe a la vertu d'humi-l i t e , donnait au heros C h r e t i e n , et plus particulierement a la perfection chre t i enne , l e manque necessaire a imposer sa v i s ion superieure du monde: . . . l a perfection chretienne ne s ' e l e v a i t pas sur les ruines de la nature humaine mais sur cette nature portee a son plus haut point de per fec t ion , et consentant alors librement a se renoncer pour s ' o f f r i r a Dieu. En se donnant, e l l e r e a l i s e r a i t dans sa plenitude sa vocation de p e r f e c t i o n . 2 ' 4 4 Quelles sont les vues de La Rochefoucauld sur ce dilemme entre T o r g u e i l et 1' humi1ite? Dans l a premiere ed i t ion La Rochefoucauld precise que ses Maximes " . . . n 'est autre chose que Tabrege d'une morale conforme aux pensees de plusieurs Peres de l ' E g l i s e . . . "245 Q n p e u t y v 0 - j r u n e in tent ion r e l i g i e u s e . Neanmoins, le due n'a jamais eu comme intent ion de regler des problemes r e l i g i e u x . II supprimera toutes les maximes t r a i t an t de r e l i g i o n des l a deuxieme e d i t i o n . Examinons cependant les maximes sur T h u m i l i t e . E l l e s nous offrent l a aussi une vue assez partagee en ce qui concerne cette vertu chretienne. Dans l a maxime 358: L 'humi l i t e est l a ver i tab le preuve des vertus chretiennes: sans e l l e nous conservons tous nos defauts, et i l s sont seulement couverts par T o r g u e i l qui les cache aux autres et souvent a nous-memes, et l a maxime posthume 38: "L 'humi l i t e est T a u t e l sur lequel Dieu veut qu'on l u i offre des s a c r i f i c e s " , le due adopte les vues chretiennes. La maxime 254: Page 72 L 'humi l i t e n 'est souvent qu'une fe inte soumission, dont on se sert pour soumettre les autres; c 'es t un a r t i f i c e de l ' o r g u e i l qui s 'abaisse pour s ' e l ever; et bien q u ' i l se transforme en m i l l e manieres, i l n 'est jamais mieux deguise et plus capable de tromper que l o r s q u ' i l se cache sous l a f igure de l ' h u m i l i t e . au contra i re de t ru i t le concept du heros Chretien caique sur le magnanime d ' A r i s t o t e . Une t e l l e c r i t i q u e est influenced par Taugustinisme et le jansenisme. E l l e nous montre une nouvelle fo is l a d i v e r s i t e de pensee de La Rochefoucauld q u i , tout en acceptant une valeur ou une ver tu , l ' a t t aque . Ains i dans le cas de l a magnanimite (max 248, 285, max s 51) le due accepte l a grande ame elaboree par Ar i s to te et retrouvee au XVIIe s i ec l e dans l 'oeuvre de C o r n e i l l e . II reste cependant a savoir a quelle sorte de magna-nimite le due adhere. S ' a g i t - i l de la vertu tournee vers T a c t i o n ou la con-templation? Nous avons pu remarquer dans les maximes sur le concept de l a fortune, l a tactique guerriere tournee vers T a c t i o n offensive, que le due se rapprochait en bien des points des pensees de Machiavel dans le Pr ince . Comme le sou l igna i t Furamoli , Machiavel adopte dans le Prince le concept de la magnanimite tourne vers le magnitudo animi , vertu agressive, necessaire a la fondation d'un nouvel e t a t . P a r m i les modeles du prince machavelique nous trouvons A c h i l l e , Alexandre et Cesar.247 une certaine conception de l a magnanimite de La Rochefoucauld est done basee sur la magnitudo animi. Dans l a re f lex ion XIV Des modeles de l a nature et de l a fortune, Cesar nous est peint par le due comme Texemple le plus parfa i t du magnanime a c t i f et agressi f cree par l a nature et mis en oeuvre par l a fortune: . . . tant de penetrat ion, tant de valeur , de clemence, de l i b e r a -l i t e , tant de qual i tes m i l i t a i r e s , tant de penetrat ion, tant de f a c i l i t e d ' e sp r i t et de moeurs, tant d'eloquence, tant de grace du corps, tant de super ior i te de genie pour la paix et la guerre . . . que pour nous l a i s s e r un modele du plus grand homme du monde, et du plus celebre usurpateur? Page 73 Nous remarquons cependant que 1'accent avec lequel le due depeint Cesar n 'est pas non plus eloigne de certains passages de l a magnanimite de 1'Ethique a  Nicomaque. Cesar est dans ce passage tourne habilement par le due comme le magnanime p a r f a i t . C'est i c i une idee personnel le du due, qui voi t dans ce grand conspirateur et s t ratege, 1'image parfai te du heros. Dans sa descr ip-t i o n , La Rochefoucauld donne a la magnitudo animi de Cesar une magnanimitas. II est a noter que Machiavel f a i s a i t dans le Pr ince , de S c i p i o n , heros repu-b l i c a n qui comme Caton et Pompee represente la magnanimitas, une figure de la magnitudo a n i m i , 2 4 8 Quoi q u ' i l en s o i t , La Rochefoucauld, en faisant de Cesar un heros exemplaire de la grande magnanimite a r i s t o t e l i c i e n n e , nous montre un peu ses intentions et surtout sa ver i t ab le conception de l a grande ame. Dans le meme passage, i l nous donne du grand Conde, qui fut l u i aussi un grand conspirateur et s t ratege, une image qui est proche de c e l l e donnee par Costar , dans sa Correspondance.249 L 3 Rochefoucauld nous parle de Monsieur le Prince et M. de Turenne: . . . meriter par un nombre i n f i n i d 'act ions eclatantes la reputa-t ion q u ' i l s ont acquise . . . Monsieur le Prince in imitable en la matiere de vo i r et d'executer les plus grandes choses, entraTne par la super io r i ty de son genie qui semble l u i soumettre les evenements et les f a i r e s e rv i r a sa g lo i r e (p. 214). Costar nous donne un exemple proche de Corne i l l e dans une l e t t r e adressee a un grand prince qui pourrai t etre C o n d e . 2 5 0 vo ic i les termes dans lesquels i l s 'exprime: MONSEIGNEUR, s i vous aviez envie que je vous f i s se une f ide le peinture du genereux vous deviez prendre la peine de m'envoyer des memoi res de ce qui se passe dans votre coeur: j ' y aurais vue la vive et feconde source des grandes et nobles actions que vous faTtes tous les j o u r s . . . 2 5 1 La l i t t e r a t u r e encomiastique pratiquee par Costar " . . . reprend a sa t ie te le po r t r a i t du Magnanime en l u i ajoutant les t r a i t s de heros C h r e t i e n . 2 5 2 La Page 74 Rochefoucauld dans les Memoi res nous presente plusieurs po r t r a i t du Magnanime. A Conde et Turenne, i l faut ajouter les exemples des dues de Nemours et de B o u i l l o n . Sans oubl ier le due de La Rochefoucauld q u i , tout au mong des Memoi res , s ' e r ige en Magnanime superieur. II est temps de decr i re le magnanime t e l que nous le trouvons dans les Maximes. La fortune et la fa iblesse sont les causes pr incipales qui nuisent a 1 'action vertueuse. La raison pour laquel le La Rochefoucauld n 'hes i te pas a attaquer toutes les fausses vertus , les d i f ferents aspects du paraTtre dans 1'action et l a pensee des hommes, se comprend par une prise de conscience du moraliste devant ce que W.G. Moore appelai t le mystere de l a v i e . 2 5 3 Dans des maximes t e l l e s que: "II est plus aise de connaTtre l'homme en general que de connaTtre un homme en p a r t i c u l i e r " (max 436), "Pour bien savoir les choses, i l en faut savoir le d e t a i l ; et comme i l est presque i n f i n i , nos con-naissances sont toujours s u p e r f i c i e l l e s et imparfaites" (max 106), "Nous ne desirer ions guere de choses avec ardeur, s i nous connaissions parfaitement ce que nous des i r ions" (max 439), "II est d i f f i c i l e de juger si un procede net, sincere et honnete est un effet de probite ou d 'habi le te" (max 170), le due exprime la d i f f i c u l t ! a laquel le nous sommes confronted quand nous voulons cornprendre en profondeur la psychologie humaine, l a connaissance, et les mobiles de 1 ' ac t ion . II y a bien pour le due un mystere de la vie devant lequel i l est d i f f i c i l e de vo i r c l a i r . Moore precise que: Pour La Rochefoucauld, qui a etudie l a conduite des hommes au mi l i eu d'une guerre c i v i l e , r ien n 'est simple, les actes aussi peu que les paroles , tout est complexe, tout est mystere.254 Plus grave le manque de connaissance de la vie se retrouve aussi au niveau de l a connaissance de soi-meme. Or si comme le confirme l a maxime 458: "Nos ennemis approchent plus de la ver i t e dans les jugements q u ' i l s font de nous Page 75 que nous n'en approchons nous-memes", la fa iblesse de notre e s p r i t , peut etre a l a merci de V a u t r e . Les maximes 315 et 366 confirment le manque de connaissance et de confiance en soi q u i , dans un contexte de guerre, pourrai t eventuellement mener a la defai te ou l a mort. Devant ces divers avatars de T e s p r i t humain, La Rochefoucauld va plus l o i n que l a de sc r ip t i on , pour trouver une eventuelle s o l u t i o n . La solut ion que nous offre La Rochefoucauld bien que toute personnelle, su i t dans ses grandes l ignes l a maniere d 'Ar i s t o t e dans 1 'Ethique de Nicomaque. II n 'y a l a r ien d'etonnant puisque l a pensee et la methode d 'Ar i s t o t e ont joue un role considerable sur les moralistes du grand s iecle .255 |_. v a n Delft nous d i t que: "La Rochefoucauld ne rejet te aucune-ment la caracterologie l a plus t r a d i t i o n n e l l e , c e l l e d 'Ar i s t o t e et de Theo-phraste".256 |_a Reflexion XV, Des coquettes et des v i e i l l a r d s , l a maniere dont le due t r a i t e des differences d ' e sp r i t s dans la Reflexion XVI, appuient ce point de vue.257 Qn peut d i re que La Rochefoucauld, comme Descartes,258 bien que voulant, ne sera i t ce que par le discours augustinien, attaquer l ' E c o l e , est souvent dependant et t r i b u t a i r e d ' A r i s t o t e . Ains i on peut d i re que le discours sur le courage, la mort et l ' a c t i o n guerr iere , retrouve dans les Maximes, est une sub t i l e t ransposi t ion du courage et de la magnanimite de 1'Ethique a Nicomaque. Nous devons expliquer ce que nous entendons par t r anspos i t i on . Selon Vivien Thweatt: "The t ransposi t ion of ent i re texts from one regis ter to another was a rhe tor ica l technique that they had been taught. . ."259 Georges Snyders nous d i t : La t ransposi t ion demande beaucoup plus d ' hab i l e t e , de v i r t uos i t e meme: prendre un beau passage de Ciceron , Tapp l ique r a un sujet semblable ou meme con t ra i r e , en se servant des memes f igures , des memes periodes, des memes l i a i s o n s , en n'en changeant que les mots et les idees.260 Page 76 A i n s i , le rapprochement entre le discours sur I'heroTsme de La Rochefoucauld et A r i s t o t e , bien que semblable en plusieurs points , est aussi d i f f e r en t . Tout en ec la i ran t le "systeme" heroTque de La Rochefoucauld nous ferons les l i ens s ' i l y a l i e u avec l a pensee d ' A r i s t o t e . Ce que nous prenons pour des vertus n 'est souvent qu'un assemblage de diverses actions et de divers i n t e r e t s , que la fortune ou notre indus t r ie savent arranger; et ce n 'es t pas toujours par valeur et par chastete que les hommes sont v a i l l a n t s , et que les femmes sont chastes. Des la premiere maxime, La Rochefoucauld a voulu nous mettre en garde sur le paraTtre des ver tus . Or, ce sont bien de vertus guerrieres dont i l nous pa r l e . La valeur et la va i l l ance sont des vertus martiales q u i , d'apres l ' i d e o l o g i e noble, supportent l a recherche de l a g lo i r e et de l 'honneur, et sont necessaires a l a v ic to i re .261 n f a u t voi r dans cette premiere "maxime-int roduct ion" un des centres du dialogue sur I'heroTsme. II faut ajouter a cette maxime l a derniere maxime sur l a mort (max 504) et le groupe de maximes sur le courage et la valeur (max 211-221). Les t r o i s themes de T a c t i o n vertueuse, du courage et la mort forment le t r i ang le du discours sur TheroTsme. Pour revenir a l a maxime n 1, l a mise en garde contre le paraTtre de certaines vertus c le sur lesquel les se fonde l ' i d e o l o g i e noble, n 'est pas necessairement pe jora t ive . Les formules du dist inguo "n'est souvent" et "n'est pas toujours" nous font comprendre que dans la plupart des cas les vertus ne sont qu'apparence, mais e l l e s nous la issent neanmoins une p o s s i b i l i t y de r ee l l e ver tu , toute infime q u ' e l l e s o i t . Une maxime c le tend a nous confirmer les deux p o s s i b i l i t e s de vertus: "II y a des heros en mal comme en bien" (max 185). La maxime 185 peut en effet nous e c l a i r e r a bien des egards T a t t i t u d e du due sur TheroTsme, les heros, grands hommes, et l a noblesse d'epee. La Page 77 Rochefoucauld nous l a i s se entrendre que sa v is ion est ouverte en ce qui concerne les diverses p o s s i b i l i t e s de l'heroTsme. I l est cependant c l a i r q u ' i l accepte deux sortes de heros: l ' un digne de son rang et de son nom, 1'autre forme etant 1'aspect negatif et dechu du noble. Quoi q u ' i l en s o i t , la maxime 185 peut etre considered comme neutre, car e l l e ouvre, par son double sens, 1'etude de l'heroTsme dans deux d i r ec t i ons : la c r i t i que des valeurs guerrieres mais aussi sa defense. Comme nous 1'avons deja mentionne le but de La Rochefoucauld n 'est pas de demolir le heros, mais, par une violente c r i t i q u e du paraTtre et du vice dans 1 ' ac t ion , de rechercher une nouvelle s o l u t i o n . La maxime 185, dans ce sens peut etre considered comme le sommet de l a pyramide d'un dialogue sur l'heroTsme d i v i s e en deux in ten t ions . Les Memoi res , dans 1'ensemble, et malgre tout T e f f o r t que La Rochefou-cauld se donne pour y paraTtre i r reprochable , est l a pr ise de conscience d'un echec. Le moraliste naissant des Memoi res a, en plusieurs occasions, analyse avec l u c i d i t e les causes de l ' e chec . La d i v i s i o n des frondeurs et l ' i n t e r e t personnel des grands sont la cause evidente d'un te l echec. Ecoutons La Rochefoucauld dans ses Memoi res: Mais Monsieur le Pr ince , qui revenait comme en triomphe . . Peut etre aussi que l a grandeur de l ' en t r ep r i s e l'empecha d'en con-naTtre l a f a c i l i t e . On peut c ro i re meme que, la connaissant, i l ne put se resoudre de l a i s s e r toute l a puissance a M. le due d 'Orleans, qui e t a i t entre les mains des frondeurs dont Monsieur le Prince ne vou la i t pas dependre (p. 132). Cet episode se si tue apres l a delivrance des Princes et la fu i te de Mazarin. II aurai t ete alors f a c i l e de f a i r e passer Monsieur au rang de premier min i s t r e , mais l a d i v i s i o n entre les deux Princes de sang legit imes empecha ce pro je t . Les deux Princes de sang sont d ' a i l l e u r s souvent incapables de voi r leurs ver i tab les in te re t s : Page 78 . . . mais M. le due d'Orleans et Monsieur le Prince ne connaissant leurs ver i tab les i n t e r e t s , et voulant se menager vers la cour et vers le Parlement . . . au l i e u d'appuyer les demandes des l a noblesse et de s ' a t t i r e r par la le merite d 'avoi r procure le repos p u b l i c , i l s songerent seulement aux moyens de d i s s ipe r 1'assembled et crurent avoir s a t i s f a i t . a tous leurs devoirs . . . (p. 135). Le manque de confiance est evident: Cependant, tout cont r ibuai t a augmenter les defiances et les soupgons de Monsieur le Prince . . . L ' ami t ie de M. le due d'Orleans l u i para i ssa i t un appui bien f a ib le et bien douteux pour le soutenir dans des temps s i d i f f i c i 1 e s . . . (p. 153). L'exemple le plus evident de l a d i v i s i o n et de l ' i n t e r e t comme causes d'echec concerne Conti et Mme de Longuevi l le : . . . M. le prince de C o n t i , s 'etant l a i s s e persuader par ses gens, gagnes par le cardinal Mazarin, de rompre ouvertement avec Mme de Longuevil le sur des pretextes que l a bienseance et l ' i n t e r e t du sang . . . i l s fomenterent, en haine l ' u n de 1'autre, la fureur de l 'Ormee, et s a c r i f i e r e n t , en tant de rencontres, les plus grands avantages du par t i a leurs passions et leur aigreur p a r t i c u l i e r e . . . (p. 181). Quoi q u ' i l en s o i t , La Rochefoucauld dans les Memoi res avai t deja commence son t r a v a i l de moralis te en analysant le comportement des hommes de son part i comme ceux des autres c l ans . Examinons les maximes condamnant et expliquant les mauvais mobiles a T a c t i o n . Commengons par t r a i t e r des maximes ou T a c t i o n et le projet n o b i l i a i r e sont attaques. La maxime 24: Lorsque les grands hommes se la i s sen t abattre par l a longueur de leurs infortunes, i l s font vo i r q u ' i l s ne les soutenaient que par l a force de leur ambit ion, et non par c e l l e de leur ame et qu'a une grande vanite pres les heros sont f a i t s comme les autres hommes, et la maxime 213: L'amour de l a g l o i r e , l a cra inte de la honte, le dessein de f a i r e fortune, le des i r de rendre notre vie commode et agreable, et l ' e n v i e d 'abaisser les autres, sont souvent les causes de cette valeur s i celebre parmi les hommes, Page 79 sont a nos yeux les plus violentes attaques sur l a classe des nobles (max 24) et les vertus n o b i l i a i r e s (max 213). Certes ces maximes sont augustiniennes, mais Tat taque pourrait se detacher de l ' i n f l uence re l ig ieuse ou tout au moins, s'en l i b e r e r sensiblement. A i n s i , quand le due nous d i t dans l a maxime 24: "Lorsque les grands hommes se la i ssent abattre par l a longueur de leurs i n f o r t u n e s . . . " , nous entendons dans un contexte de guerre, le decouragement, l a ru ine , et les dangers d'une longue l u t t e , qui menent a la de fa i t e . La proposit ion suivant confirme une attaque augustinienne puisque Tambi t ion et l a g lo i r e des grands hommes sont denigrees: " . . . i l s font voi r q u ' i l s ne les soutenaient que par la force de leur ambition . . . " Cependant, l a remarque qui s u i t : "et non pas c e l l e de leur ame. . ." , nous precise que 1'ambition est i c i une pensee incomplete, une a t t i tude l imi tee q u i , sans Tame (nous entendons i c i la grande ame de l a maxime s 31), est source d'echec et de bassesse. En effet la derniere proposit ion nous confirme cet echec: " . . . et qu'a une grande vanite pres les heros sont f a i t s comme les autres hommes". L'ambition l i e e i c i a l a vanite redui t , honte supreme pour un noble, le heros guer r i e r , ce "demi-dieux"262 <je l a t r a d i t i o n n o b i l i a i r e , dans la pos i t ion du plus commun des hommes, le r o t u r i e r . La maxime 91 soutient Tambi t ion comme incomplete sans la grande ame (max s 31): "La plus grande ambition n'en a pas la moindre apparence l o r s q u ' e l l e se rencontre dans une i m p o s s i b i l i t y absolue d ' a r r i v e r ou e l l e asp i re" . La maxime 213 est complementaire a la maxime 24 dans son attaque et par sa force de frappe, car e l l e denigre l a valeur et les vertus n o b i l i a i r e s . Ains i "Tamour de la g l o i r e , la crainte de l a honte", ne sont que la repre-sentation de Teth ique de g lo i r e et d'honneur carac ter is t ique de l ' i d e o l o g i e Page 80 noble. " . . . le dessein de fa i re fortune . . . " est l a recherche de la v i c t o i r e . Quant au " . . . des i r de rendre notre vie commode et agreable c 'es t le des i r de l i b e r t e recherche par le noble de sang. Certes, la propo-s i t i o n qui su i t " . . . et l ' e n v i e d 'abaisser les autres est synonyme de bassesse d ' e s p r i t . Remarquons cependant que la locut ion adverbiale "sont souvent", comme dans le cas du "n'est souvent" de l a maxime n 1, l a i s se supposer une ouverture, une autre p o s s i b i l i t e . A i n s i , au sujet de Taspect negatif de Tambi t ion de la maxime 24, ne pourrions pas opposer la maxime 293: La moderation ne peut avoir le merite de combattre Tambi t ion et de l a soumettre: e l l e s ne se trouvent jamais ensemble. La mode-rat ion est la langueur et la paresse de Tame, comme Tambit ion en est l ' a c t i v i t e et T a r d e u r , ou encore, plus evident, la maxime 308: "On a f a i t une vertu de l a modera-t ion pour borner Tambi t ion des grands hommes, et pour consoler les gens mediocres de leur peu de fortune, et de. leur peu de meri te" . Dans cette derniere maxime, la tactique offensive , qui seule peut nous associer en harmonie avec la fortune, est mise en valeur . Nous avons une nouvelle fo is confirme i c i la double vue du due sur les valeurs et les ver tus . Une t e l l e fagon de mettre a nue le possible comme Timposs ib le n ' e s t - e l l e pas le desi r profond de rechercher le sens de la vertu et de T a c t i o n vertueuse? S i , comme la maxime 237 T a f f i r m e : "Nul ne merite d 'e t re loue de bonte s ' i l n'a pas la force d 'e t re mechant la vraie valeur et la ver i tab le vertu ne peuvent qu ' ex i s te r que par T in te rmed ia i r e d'une severe c r i t i q u e de tous ses ressor t s . Les maximes 7, 198, 219, 247, 278, 409, font par t ie de la s ivere c r i t i q u e de La Rochefoucauld envers les ac t ions , in ten t ions , at t i tudes indignes d'une ame bien nee. De cette multitude de signes, dechus et b r i se s , Page 81 surgi t neanmoins une lueur d'optimisme proche de I'heroTsme co rne l i en , com-mentaire inacheve du courageux et du magnanime a r i s t o t e l i c i e n . Le groupe de maximes sur l a valeur et le courage est augmente dans l a premiere ed i t ion de quatre maximes. L'une d ' e l l e est l ' importante maxime sur l a v i c t o i r e : Ceux qui voudraient d e f i n i r l a v i c t o i r e par sa naissance seraient tentes comme les poetes de l ' appeler l a f i l l e du C i e l , puisqu'on ne trouve point son or igine sur la t e r r e . En e f fe t , e l l e est produite par une i n f i n i t e d 'act ions q u i , au l i e u de 1'avoir pour but, regardent seulement les in tere ts p a r t i c u l i e r s de ceux qui les font , puisque tous ceux qui composent une armee, a l l an t a leur propre g lo i r e et a leur e l eva t ion , procurent un bien s i grand et s i general (max S 41; maxime CCXXXII, ed i t ion de 1666). Nous avons en effet une exp l i ca t ion precise sur le sens de l a v i c t o i r e , done de T a c t i o n d i r igee vers " l a f i l l e du C i e l " . Pour La Rochefoucauld, la v i c t o i r e doi t etre un but detache des in tere ts personnels, qui souvent nuisent a T a c t i o n et au r e su l t a t . Dans la premiere ed i t ion la maxime CCXXXIII, nous e c l a i r e sur le sens de l a v i c t o i r e et de T a c t i o n : La plupart des hommes s'exposent assez dans la guerre pour sauver leur honneur. Mais peu se veulent toujours exposer autant q u ' i l est necessaire pour f a i r e reuss i r le dessein pour lequel i l s s 'exposent. Ains i "s'exposer pour sauver son honneur", s i g n i f i e defendre ses i n t e r e t s . Quant a la deuxieme phrase de l a maxime concernant la reussi te du dessein, e l l e n 'est autre chose que la v i c t o i r e , souvent impossible du f a i t que T a c t i o n des par t ic ipants au combat n 'est pas assez d i r igee vers la premiere i n t e n t i o n , le premier but. Dans une l e t t r e adressee a Jacques Espr i t (9 septembre 1662) le due nous donne une exp l i ca t ion d e t a i l l e e de cette maxime: Page 82 Je ne sais s i vous 1'entendrez mieux a i n s i ; mais je veux d i re q u ' i l est assez ordinai re de hasarder sa vie pour s'empecher d 'e tre deshonore; mais, quand cela est f a i t , on en est assez content pour ne se mettre pas d 'o rd ina i r e for t en peine du succes de l a chose que T o n veut f a i r e r e u s s i r , et i l est cer ta in que ceux qui s'exposent tout autant q u ' i l est necessaire pour prendre une place que T o n attaque, ou pour conquerir une province, ont plus de meri te , sont meil leurs o f f i c i e r s , et ont de plus grandes et de plus u t i l e s vues que ceux qui s'exposent seulement pour mettre leur honneur a couvert; et i l est for t commun de trouver des gens de l a derniere espece que je viens de d i r e , et for t rare d'en trouver de T a u t r e (p. 547). C'est T e f f i c a c i t e que La Rochefoucauld recherche. L ' i n t en t i on de defendre ses in tere ts et son honneur, sans considerer le dessein, ne peut que mener a l a longue a la defai te ou l ' echec . Proche de l a maxime CCXXXIII (max 219 de T e d i t i o n 1678) nous avons la maxime 278: Ce qui f a i t que l ' o n est souvent mecontent de ceux qui negocient, est q u ' i l s abandonnent presque toujours T i n t e r e t de leurs amis pour T i n t e r e t du succes de l a negociation qui devient le leur par l 'honneur d ' avo i r reussi a ce q u ' i l s avaient en t repr i s . La maxime 247: La f i d e l i t e qui paraTt en l a plupart des hommes n 'est qu'une invention de 1 'amour-propre pour a t t i r e r l a confiance. C'est un moyen de nous elever au-dessus des autres et de nous rendre depo-s i t a i r e s des choses les plus importantes, re jo in t l a precedente en ce qui concerne T i n t e r e t affiche pour l'honneur et la g l o i r e personnel le . La Fronde fourni t un grand nombre d'exemples a La Rochefoucauld sur les in tere ts personnels des grands. Ains i la maxime 219 est ec la i ree par un episode precis des Memoi res: . . . mais de nouvelles troupes et de mechants o f f i c i e r s executerent d ' o rd ina i r e ce qui leur est commande d'une maniere bien differente de ce qu'ont accoutume de fa i re des gens eprouves et aguerr is ; et cet ordre, qui aurai t suff i pour mettre un camp en surete, fut s i mal su iv i que Monsieur le Prince se v i t expose a la honte d 'e t re surpr is et de fa i t ; car de tous les par t i s commandes, pas un ne s u i v i t son ordre; et au l i e u d'apprendre des nouvelles du comte d 'Harcourt , i l s a l l e ren t p i l l e r les v i l l ages vois ins (pp. 174-175). Page 83 Le fameux episode du faubourg de Saint-Antoine est une mesentente entre Conde et Monsieur. Ce dernier voulant sauver ses in te re t s : . . . mais M. le due d'Orleans ne voulut jamais y consentir par la cra inte qu'on l u i donna de 1'evenement d'un combat q u ' i l pouvait vo i r des fenetres de Luxembourg, et parce qu'on l u i f i t c ro i re aussi que 1 1 a r t i11e r i e du roi y f e r a i t de cont inuel les decharges pour T e n chasser. Ains i , par 1'opinion d'un p e r i l imaginaire, M. le due d'Orleans exposa l a vie et la fortune de Monsieur le Prince a l ' un des plus grands dangers q u ' i l courut jamais (p. 202). La maxime 247 est ec la i ree parfaitement par l ' a t t i t u d e du due de Boui l lon qui c h o i s i t de defendre l a couronne a cause d'avantages qui vont l u i etre donnes: Le due de Boui l lon evi ta assez longtemps de repondre netternent, voulant tout ensemble se menager avec l a cour, qui l u i f a i s a i t de grandes avances, et ne point rompre avec Monsieur le Pr ince , dont i l pouvait avoir besoin . . . II voya i t , de p lus , q u ' i l faudrait f a i r e un nouveau t r a i t e avec Monsieur le Pr ince , moins avantageux que ce lu i dont i l s etaient deja convenus; et enfin toutes ces ra isons , jo in tes aux prornesses de la cour . . . 1 'empecherent de suivre son premier dessein et de se declarer pour Monsieur le Prince (pp. 157-158). Quoi q u ' i l en s o i t , toutes les formes d ' i n t e r e t , tous les di f ferents visages du paraTtre, dans les negociations et les ac t ions , f re inent , empechent la ver i tab le et complete v i c t o i r e . C'est l a raison pour laquel le "Nous aurions souvent honte de nos plus bel les actions s i le monde voyait tous les motifs qui les p'roduisent" (max 409). Mais que s i g n i f i e au juste la ver i tab le v i c t o i r e pour La Rochefoucauld? La ver i tab le v i c t o i r e pour La Rochefoucauld est synonyme de grande ame: "Les grandes ames ne sont pas ce l l e s qui ont moins de passions et plus de vertu que les ames communes, mais ce l l e s seulement qui ont de plus grands desseins" (max s 31). La grande ame t e l l e que congue par La Rochefoucauld est proche de C o r n e i l l e . Horace, Polyeucte et Nicomede, sont des heros q u i , a leur maniere, ont des desseins superieurs. C'est la super ior i ty et la Page 84 grandeur de leur dessein qui leur conferent l a ver tu . Cette grande ame doi t beaucoup au magnanime d ' A r i s t o t e . Ecoutons le philosophe grec dans 1'Ethique a Nicomaque: On pense d 'o rd ina i re qu'est magnanime ce lu i qu se juge lui-meme digne de grandes choses, et qui en est reellement digne; car ce lu i q u i , sans etre digne, agit de meme, est un homme sans jugement, et au nombre des gens vertueux ne figurent ni l'homme sans jugement, ni le sot (IV, 7, 1123 b ) . Pour l a Rochefoucauld, et comme le philosophe grec, les sots et les pe t i t s espr i t s sont durement condamnes. Les deux penseurs se rejoignent aussi sur les vaniteux incapables de grande ame. Nous avons vu que le due voyait en l a fortune un ressort qui peut mener a 1 'action vertueuse. Cependant une t e l l e vertu ne peut etre complete puisque dependante de la fortune. Que d i t Ar i s to te a ce sujet: . . . ceux qui possedent uniquement les dons de l a fortune deviennent eux aussi dedaigneux et inso len ts , car sans vertu i l n 'est pas f a c i l e de supporter avec aisance l a prosperi ty . . . i l s imi ten t , en e f fe t , Thomme magnanime sans etre reellement pare i l s a l u i (IV 8, 1124 a , 29, 1124 b) . L i m i t a t i o n , le paraTtre sont aussi condamnes par A r i s t o t e . Quand le due parle de "grands desseins" i l veut d i re intentions ref lechies et nobles, actions superieures qui doivent amener a la v i c t o i r e . Les maximes 160 et 161 soutiennent ce point de vue. L ' i n t e n t i o n , le p lan , doivent etre en harmonie avec T a c t i o n . Au cas ou cette regie n 'est pas respectee T a c t i o n n 'est pas r e e l l e , done sans vertu v e r i t a b l e , le dessein est incomplet, indigne meme. C'est la raison pour l aque l l e : "La g lo i r e des grands hommes se doi t toujours mesurer aux moyens dont i l s se sont servis pour Tacque r i r " (max 157). Nous ajoutons aussi la maxime 91. D'autres maximes sont mises en lumiere: "Ce n 'est pas assez d ' avo i r de grandes qua l i t e s ; i l faut en avoir Teconomie" (max 159) et la maxime 437: "On ne doi t pas juger du merite d'un homme, par Page 85 ses grandes q u a l i t e s , mais par 1'usage q u ' i l en sa l t f a i r e " . La grande ame n ' ex i s t e que par rapport a ses desseins et actions qui doivent etre en parfa i te harmonie. Le magnanime d 'Ar i s t o t e a l u i aussi une posi t ion dans le monde, en harmonie et equ i l i b re avec ses intentions et ac t ions: Ains i l'homme magnanime, d'une part est un extreme par l a grandeur (de ce a quoi i l peut pretendre), et d 'autre part un moyen par l a jus te mesure ou i l se t i en t ( p u i s q u ' i l ne se juge digne que de ce dont i l est effectivement digne) . . . (IV, 7, 1123 b, 10). Or, pour A r i s t o t e : . . . l'homme magnanime est ce lui qui se juge lui-meme digne de grande chose et en est effectivement digne, et s i l'homme le plus magnanime est ce lui qui se juge digne, et qui l ' e s t , des choses les plus grandes, son pr inc ipa l objet ne saurait etre qu'une seule et unique chose . . . aux actions les plus nobles: a cette descr ip t ion nous reconnaissons l'honneur qui est effectivement le plus grand des biens exterieures (IV, 7, 1123 b, 15-20). La g lo i r e et l 'honneur sont les buts vers lesquels le magnanime a r i s t o t e -l i c i e n tend, comme le heros cornel ien et l a grande ame de ma maxime supprimee 31. La g lo i r e et l 'honneur, vertus a t te intes lo rs de l a v i c t o i r e , sont les bases de l ' i d e o l o g i e n o b l e . 2 6 2 y n e t e l l e ethique suppose un heros et des vertus pa r fa i t e s . Or, si La Rochefoucauld dans les Memoi res et les Maximes nous montre l a d i f f i c u l t e de trouver un t e l heros et des vertus par fa i tes , Ar i s to te est l u i aussi conscient d'une t e l l e d i f f i c u l t e de perfect ion: L'homme magnanime, p u i s q u ' i l est digne des plus grandes choses, ne saurait qu'etre un homme pa r f a i t : en e f fe t , mei l leur est l'homme et toujours plus grands sont les biens dont i l est digne, et c e l u i - l a est digne des plus grands biens qui est p a r f a i t . Par consequent, l'homme veritablement magnanime doi t etre un homme de b ien . On pensera qu'a l a grandeur d'ame appartient ce q u ' i l y a de grands en chaque vertu . . . La magnanimite semble done etre a ins i une sorte d'ornement des vertus, car e l l e les f a i t c ro i t r e et ne se rencontre pas sans e l l e . C'est pourquoi i l est d i f f i c i l e d 'e t re veritablement un homme magnanime, car cela n 'est pas possible sans une vertu parfai te (IV, 7, 1123 b, 25; 1124 a ) . Page 86 Sans vou lo i r f a i r e i c i un l i e n d i r ec t entre l 'oeuvre du due et 1 'Ethique a  Nicomaque d ' A r i s t o t e , on voi t bien que certains rapprochements ex i s t en t . Certes , l ' a t taque violente des Maximes envers le heros t r a d i t i o n n e l , surtout associe au discours august inien, aurai t plus tendance a rabaisser la these d ' A r i s t o t e . II n'empeche que l a c r i t i que du heros, comme sa defense, sont profondement attachees au texte d ' A r i s t o t e . Les grands desseins et les grandes actions ne pourraient etre possibles sans la vertu du courage. Le courage, l a valeur devant les dangers et la mort sont des themes qui chez La Rochefoucauld dependent une nouvelle fo i s d ' A r i s t o t e dans 1'Ethique. Dans son examen du courage, Ar i s to te expose, dans le but de d e f i n i r l e vrai courageux, les d i f ferents aspects de cette ver tu . Le courage ver i t ab le est une mediete, un entre-deux, " e q u i l i b r e " , entre le temeraire et le po l t ron . Tout comme A r i s t o t e , le due, dans la longue maxime 215, va nous enumerer di f ferents exemples sur le courage et la pol t ronner ie . Le debut de l a maxime: "La parfai te valeur et l a poltronnerie complete sont deux extremites ou l ' o n a r r ive rarement. L'espace qui est entre-deux est vaste, et contient toutes les autres especes de courage sans ouverte-ment exprimer la pensee d 'Ar i s t o t e sur les differences entre le temeraire, le poltron et l e vrai courageux, depend du texte du philosophe grec. Examinons cer tains passages de la maxime 215 avec le chapitre sur le courage dans 1 'Ethique a Nicomaque. La Rochefoucauld nous d i t : II y a des hommes qui s'exposent volont iers au commencement d'une ac t i on , et qui se relachent et se rebutent aisement par sa duree . . . On en voi t qui ne sont pas toujours egalement maTtres de leur peur. D'autres se la i ssent quelquefois entrainer a des terreurs genera les . . . Page 87 Cette d e s c r i p t i o n correspond au temeraire et au poltron t e l s que nous les presente A r i s t o t e : ... l e temeraire est encore considere comme un vantard, et qui se donne des a i r s de courage: ce que l'homme courageux est a T e g a r d des choses redoutables, le temeraire veut seulement le paraTtre, et dans les s i t u a t i o n s ou i l l u i est possible de se trouver i l imite le premier. C'est pourquoi aussi l a plupart de ces sortes de gens sont des poltrons qui font les braves: car dans ces s i t u a t i o n s , tout en f a i s a n t bonne contenance, i l s ne tiennent pas ferme longtemps contre les choses q u ' i l s craignent .... ( I l l , 1U, 1115 b, 3u, 35). Ceux qui sont p r i s par des terreurs generales pourraient etre des laches, evidemment ( I I I , 10, 1115 b, 35, 1116 a), mais a u s s i , plus i n t e r e s s a n t , les soldats de metier ou les mercenaires: Mais les soldats de metier deviennent laches quand l e danger se montre par trop pressant et q u ' i l s ont T i n f e r i o r i t e du nombre et de l'equipement: i l s sont alors les premiers a f u i r ... ( I l l , 11, 1116 b, 15). Nous noterons aussi l a maxime 214: La valeur est dans les simples soldats un metier p e r i l l e u x q u ' i l s ont p r i s pour gagner leur v i e " , qui dans un sens repond a la remarque d'Aristote sur les soldats de metier qui ne connaissent pas l e vrai courage ou valeur. D'autres remarques de La Rochefoucauld trouvees dans la maxime 215 sont en rapports avec les d e s c r i p t i o n s du courageux de 1'Ethique a Nicomaque. Toujours en parlant des actions devant le danger le due mentionne que: "D'autres vont a l a charge parce q u ' i l s n'osent demeurer dans leurs postes. Pour A r i s t o t e ces gens sont victimes de 1'impulsivite et des passions. Bien que proche du courage ce n'est pourtant pas la vraie vertu ( I I I , 11, 1116 b, 25, 1117 a, 5). Une t e l l e reaction face au danger f a i t penser aux betes sauvages: "Ce n'est done pas du courage quand, chassees par la souffrance et T i m p u l s i v i t e , e l l e s se ruent au danger, sans rien prevoir des p e r i l s qui les attendent..." ( I l l , 11, 1116 b, 35). E n f i n , quand La Rochefoucauld precise que: "II s'en trouve a qui 1'habitude des moindres p e r i l s a f f e n n i t le courage et les prepare a s'exposer a de plus grands", n ' e s t - i l pas en accord Page 88 avec Ar i s to t e et sa descr ip t ion des gens confiants : "Pas d'avantage les gens confiants en eux-memes ne sont des hommes courageux: c ' e s t , en e f fe t , parce q u ' i l s ont de nombreuses v i c t o i r e s a leur a c t i f et sur beaucoup d'adversaires q u ' i l s gardent leur assurance au mi l ieu des dangers" ( I I I , 11, 1117 a, 10). D'une maniere s u b t i l e , le due semble repondre (a sa maniere), aux remarques d ' A r i s t o t e . II semble que nous sommes en face d'une habile t r anspos i t ion . Les reponses que nous donne Ar i s to t e sur sa conception du vrai courage appuient ce poin t . E l l e s correspondent precisement a la fameuse maxime sur T i n t r e p i d i t e (max 217). Les deux maximes qui suivent la pensee sur les differences de courage et l a poltronnerie mettent en perspective l a ve r i t ab le va leur . Dans le cas de l a maxime 216: "La parfai te valeur est de f a i r e sans temoins ce qu'on sera i t capable de f a i r e devant tout le monde", est proche d'une v i s ion chretienne de T a c t i o n . II y a une certaine forme d 'humi l i t e dans une t e l l e maniere d ' a g i r . Cette maxime repond dans un cer ta in sens aux maximes 211, 212, et 218. En effet l a valeur de l a maxime 216 reduit a neant la valeur accepted par T o p i n i o n publique. Quant a la maxime 217: L ' i n t r e p i d i t e est une force extraordinaire de Tame qui T e l e v e au-dessus des t roubles , des desordres et des emotions que la vue des grands p e r i l s pourrai t exc i te r en e l l e ; et c 'es t par cette force que les heros se maintiennent en un etat p a i s i b l e , et conservent 1'usage l i b r e de leur raison dans les accidents les plus surprenants et les plus t e r r i b l e s , e l l e exprime l a qual i te martiale par excel lence, complementaire a la grande ame de l a maxime supprimee 31. E l l e est necessaire au soutient de T a c t i o n et des grands desseins. En e f fe t , s i comme Taf f i rme la maxime 160: "Quelque eclatante que so i t une a c t i o n , e l l e ne do i t pas passer pour grande l o r s q u ' e l l e n 'est pas T e f f e t d'un dessein", ou encore: "II doi t y avoir une Page 89 certaine proportion entre les actions et les desseins si on en veut t i r e r tous les effets qu ' e l l e s peuvent produire" (max 161), le courage ou l ' i n t r e -p i d i t e sont les seules vertus capables de soutenir avec e f f i c a c i t e et grandeur, le dessein et T a c t i o n . Nous retrouvons une t e l l e conception du dessein et de T a c t i o n dans le courage de 1'Ethique a Nicomaque. Ecoutons une nouvelle fo i s A r i s t o t e : . . . l a marque d'un homme courageux est de supporter ce qui est reellement redoutable a l'homme ou ce qui l u i apparaTt t e l . . . C'est pourquoi encore on considere qu'un homme montre un plus grand courage en demeurant sans crainte et sans trouble dans les dangers qui s 'abattent brusquement que dans les dangers qu'on peut prevoir a Tavance, car le courage provient alors davantage d'une d i spos i t ion de caractere , et demande moins de preparation: en effet les dangers p rev i s ib les peuvent f a i r e T o b j e t d'un choix ca lcu le et raisonnable, tandis que les p e r i l s soudains exigent une d i spos i t ion stable du caractere ( I I I , 11, 1117 a, 15). Que nous d i t l a maxime 217 sinon l a d e f i n i t i o n du courage d ' A r i s t o t e . Tout comme A r i s t o t e , La Rochefoucauld dans l a maxime 217 expose une vertu dominee par l a l u c i d i t e du jugement devant le danger, le controle de soi-meme qui seuls pourront nous fa i re agir au moment voulu, a T i n s t a n t opportun, avec la juste maniere, et pour le ve r i t ab le but (max 160, 161, max s 31). Une t e l l e maniere de concevoir l a vertu guerriere re joint la pensee d 'Ar i s t o t e qui l u i aussi recherche l a juste maniere d ' ag i r et T a c t i o n vertueuse. Le philoso'phe grec nous d i t : Au sens p r inc ipa l du terme, on appellera des lors courageux ce lu i qui demeure sans crainte en presence d'une noble mort, ou quelque p e r i l imminent pouvant entraTner la mort: or t e l s sont pa r t i cu -lierement les dangers de l a guerre ( I I I , 9, 1115 a, 30-35); Celui done qui attend de pied ferme et redoute les choses q u ' i l faut , pour une f i n d r o i t e , de l a fagon qui convient et au moment opportun, ou qui se montre confiant sous les memes condi t ions , c e l u i - l a est un homme courageux (car l'homme courageux pa t i t et agi t pour un objet qui en vaut l a peine et de l a fagon qu'exige la raison . . . son courage est une noble chose; par sui te sa f i n aussi est noble, puisqu'une chose se d e f i n i t toujours par sa f i n ; et par Page 90 consequent c 'es t en vue d'une f i n noble que l'homme courageux f a i t face au danger et accomplit les actions que l u i d ic te son courage) ( I I I , 10, 1115 b, 15,20). N'avons-nous pas reuni dans ces commentaires une exp l ica t ion des conditions aux grands desseins en harmonie avec T a c t i o n et T i n t r e p i d i t e ? (max s 31, max 160, 161, 217). La Rochefoucauld tout comme A r i s t o t e , recherche T e f f i -cac i te dans T a c t i o n , car en tant qu'homme de guerre le resul ta t est impor-tan t . La v i c t o i r e , Thonneur et l a g lo i r e dependent de T a c t i o n . Or le vrai courage, T i n t r e p i d i t e pour le due, sont des vertus c le dans le combat. Cette e f f i c a c i t e inseparable de Thomme vertueux et de la grande ame du magnanime est expliquee par une remarque d 'Ar i s t o t e sur la difference entre le temeraire (vantard, poltron et souvent lache) et le vrai courageux: Les temeraires, en outre , sont emportes et appellent de leurs voeux les dangers, mais au moment c r i t i q u e s'en detournent, tandis que les hommes courageux sont v i f s dans T a c t i o n et calmes au temps qui l a precede ( I I I , 11, 1116 a, 5 ) . Nous avons i c i expose T i n t r e p i d i t e , qui est une vertu a la fo is moderee, puisque calme au depart, mais qui ne neglige pas T a c t i o n a condition que c e l l e - c i so i t eff icace et bien pensee. Nous avons dans la conception du courage tout comme dans T i n t r e p i d i t e du due une c o n c i l i a t i o n entre les deux magnanimites, c e l l e de l a contemplation (magnanimitas) et c e l l e de T a c t i o n (magnitudo an imi) . Ce n 'est pas sans raison que le due applique cette vertu eff icace dans Tambiance vicieuse des guerres c i v i l e s : " L ' i n t r e p i d i t e doi t soutenir le coeur dans les conjurat ions, au l i e u que la seule valeur l u i fourni t toute l a fermete qui l u i est necessaire dans les pe r i l s de la guerre" (max s 40) . Nous terminerons notre t r a v a i l sur le theme de l a mort et plus pa r t i cu -lierement l a cra inte de la mort. En f a i t , la peur de la mort, la juste maniere de mourir , sont inseparables du dialogue sur l 'heroTsme. C'est un Page 91 soucis rnajeur, un point central a l ' i d e o l o g i e noble. De plus les vues de La Rochefoucauld, une nouvelle f o i s , sont proches de ce l l e s d ' A r i s t o t e : l a cra in te de l a mort et des dangers peuvent rabaisser la vraie valeur ou le vrai courage. Dans l a conclusion de l a maxime 215 le due nous l a i s se entendre que la peur devant le danger peut nuire a la valeur (courage i n t r e -p i d i t e ) : Tous ces courages de differentes especes conviennent en ce que l a nuit augmentant l a cra inte et cachant les bonnes et les mauvaises ac t ions , e l l e donne l a l i b e r t e de se menager . . . De sorte q u ' i l est v i s i b l e que la cra inte de l a mort ote quelque chose de la va leur . Les maximes sur l a pol t ronner ie : "II n'y a guere de poltrons qui connaissent toujours toute leur peur" (max 37U), "Nous croyons souvent avoir de l a Constance dans les malheurs, lorsque nous avons que de l'abattement et nous les souffrons sans oser les regarder comme les poltrons se la i ssent tuer de peur de se defendre" (max 420), nous confirment la peur comme comportement indigne et contrai re au courageux et au magnanime. Si 1 ' i n t r ep id i t e et le courage sont des plus valables devant la mort (max 217 sur T i n t r e p i d i t e ) , Ar i s to te nous d i t aussi que le courage: . . . se montre surtout dans les choses qui inspirent la c r a in t e . En effet ce lu i qui demeure imperturbable au mi l i eu des dangers et qui se comporte a leur egard comme i l se d o i t , est plus ve r i t ab l e -ment courageux que ce lu i qui se comporte a ins i dans les s i tua t ions rassurantes. Des l o r s , c 'es t pas sa fermete envers les choses qui apportent de l a souffrance (surtout l a mort) a ins i que nous 1'avons d i t , qu'un homme est appele courageux ( I I I , 12, 1117 a, 30) . II est une question plus importante qui se pose a La Rochefoucauld: comment envisager l a mort? La jus te maniere de mourir est de toute importance pour le noble. II est normal que le due dans ses Maximes t r a i t e d'un sujet aussi important l i e Page 92 a l ' i d e o l o g i e noble et a l 'heroisme. Le projet est d i f f i c i l e car La Roche-foucauld dans une tres bel le maxime nous suggere q u ' i l est aussi d i f f i c i l e de vivre que de mourir: "Le s o l e i l ni l a mort ne se peuvent regarder fixement" (max 26). Une premiere constatation sur l a mort: le due accuse les p h i l o -sophes stoTciens (surtout Seneque), qui affichent du mepris et de l ' o r g u e i l en face de l a mort (max 46, max s 53, max p 12). Les philosophes ne sont finalement pas plus pres de l a ve r i t e que les condamnes a mort (max 21) . L'attaque contre les sages stoTciens est augustinienne. E l l e a pour but de montrer les fausses vertus stoTques. Mais la re f lex ion sur la mort va plus l o i n et t r a i t e de tous les hommes devant la mort. II est evident que pour le due peu de gens savent mourir et connaissent l a mort: "Peu de gens connaissent l a mort. On ne l a souffre pas ordinairement par r e so lu t ion , mais par s tup id i t e et par coutume; et l a plupart des hommes meurent parce qu'on ne peut s'empecher de mourir" (max 23). Notons au passage la remarque d ' A r i s t o t e : " . . . c 'es t a i n s i , en e f fe t , un manque d'energie que de f u i r les taches penibles , et on endure la mort non pas parce q u ' i l est noble d ' ag i r a i n s i , mais pour echapper a un mal" ( I I I , 11, 1116 a , 10-15). Les deux auteurs de rejoignent aussi devant l a calamite de l a mort, que nous devons prendre avec serieux et non pas par mepris. Ecoutons tout d'abord La Rochefoucauld: II y a difference entre souf f r i r l a mort constamment, et la mepriser. Le premier est assez ord ina i re ; mais je c ro is que 1'autre n 'est jamais s incere . On a e c r i t neanmoins tout ce qui peut le plus persuader que l a mort n 'est point un mal . . . Cepen-dant je doute que personne de bons sens 1 ' a i t jamais c r u . . . (max 504). Pour Ar i s to t e l a mort est un mal que l'homme courageux accepte le mieux poss ib le , sans mepriser une chose aussi t e r r i b l e : Page 93 . . . l a mort et les blessures seront penibles a l'homme courageux, qui les souf f r i ra a contre-coeur; i l les endurera neanmoins, parce q u ' i l est noble d ' ag i r a i n s i , ou q u ' i l est honteux de s 'y derober. Et plus la vertu q u ' i l possede est complete et grand son bonheur, plus aussi l a pensee de l a mort l u i sera penible: car c 'es t pour un pare i l homme que l a vie est surtout digne d 'e t re vecue, c 'es t l u i que l a mort pr ivera des plus grands biens, et i l en a pleinement conscience: tout cela ne va pas sans l ' a f f l i g e r ( I I I , 12, 1117 b, 5-10). Sans voulo i r vo i r des l i ens d i rec t s entre la pensee des deux auteurs nous ne pouvons ignorer un espr i t commun. Sans directement dependre du texte d ' A r i s t o t e , La Rochefoucauld su i t de pres le penseur grec, que ce so i t par des c r i t i ques ou Taccepta t ion de certaines vues. Certes l a longue maxime 504 sur l a mort garde des accents tres augusti-niens. Des remarques t e l l e s que: J'entends parler de ce mepris de l a mort que les paTens se vantent de t i r e r de leurs propres forces , sans Tesperance d'une meil leure v i e . . . C'est nous f l a t t e r , de c ro i re que l a mort nous paraisse de pres ce que nous en avons juge de l o i n , et que nos sentiments, qui ne sont que fa ib les se , soient d'une trempe assez forte pour ne point sou f f r i r d ' a t t e in te par l a plus rude de toutes les epreuves (max 504). De t e l l e s remarques nous prouvent que la mort est le plus t e r r i b l e des mysteres de la v i e , preuve ultime de l a misere de l'homme. Mais certaines pensees du due la i ssent envisager un espoir qui est proche des qual i tes heroTques retrouvees sous la forme du courageux et du magnanime de 1'Ethique a Nicomaque. A i n s i : Les plus habiles et les plus braves sont ceux qui prennent de plus honnetes pretextes pour s'empecher de la cons ide re r . . . La g lo i r e de mourir avec fermete, l 'esperance d 'e t re regre t te , le desi r de l a i s s e r une be l le reputat ion, 1'assurance d 'e t re affranchi des miseres de la v i e , et de ne dependre plus des caprices de la fortune, sont des remedes qu'on ne doi t pas rejeter (max 504). Une remarque t e l l e que: L ' i n e g a l i t e que l ' o n remarque dans le courage d'un nombre de v a i l l a n t s hommes vient de ce que la mort se decouvre differemment a leur imagina-Page 94 t i o n , et y paraTt plus presente en un temps qu'en un autre. Ains i i l a r r ive qu'apres avoir meprise ce q u ' i l s ne connaissent pas, i l s craignent enfin ce q u ' i l s connaissent (max 504), ne f a i t - e l l e pas penser au commentaire sur les differents courageux devant la mort, dans TEth ique a Nicomaque? (en p a r t i c u l i e r les passages sur le courage, I I I , 10 et 11). La t r anspos i t ion , si t ransposi t ion i l y a, n 'est pas a sens unique et le due 1 ' u t i l i s e a des f ins personnelles, n 'hesi tant pas a ce detacher ou commenter. Reconnaissons cependant que les vues de La Rochefoucauld sur , l'heroTsme et le heros, comme Corne i l l e sont grandement influencees par 1'Ethique a Nicomaque d ' A r i s t o t e . CONCLUSION II est temps de conclure . Dans un premier temps nous avons mis en r e l i e f la d i v e r s i t y de l ' oeuvre . La Rochefoucauld est un moraliste mondain, l a p l u r a l i t e de son oeuvre nous le prouve. L'augustinisme tout important s o i t - i l n 'est pas 1'unique d iscours , au con t r a i r e . La cul ture a r i s t o c r a -t ique , l ' i d e o l o g i e noble jouent un role important. Ains i Thumour et la t r a -d i t i o n precieuse sont fondamentales aux Maximes. Les pensees sur Tamour, les femmes, les ga lanter ies , l ' a m i t i e , 1'honnetete,- e t c . , sont contraires au discours r e l i g i eux serieux et profond. La Rochefoucauld n'est pas un ec r iva in de metier . II garde une certaine l i b e r t e et detachement envers 1 ' ec r i tu re . La reception des Maximes est var iee . On voi t en l u i un augustinien mais aussi un l i b e r t i n . II n 'hesi te pas dans certaines maximes a attaquer la po l i t ique royale . L ' e d i t i o n subreptice des Memoi res creerent un scandale. La maxime, genre noble par excel lence , dans les mains du due est une "arme" qui denonce les fausses vertus et le paraTtre. Certaines maximes gardent un Page 95 accent s toTcien . Les passions, la r a i son , l a nature, l ' i n t e r e t , dans cer tains cas peuvent mener a l a ver tu . L'heroTsme est done toujours vivant dans les Maximes. II se rapproche en bien des points a Corne i l l e et a Descartes. On y reconnaTt aussi un heros Chret ien , representation du cheval ier medieval, caique sur le magnanime d ' A r i s t o t e . Dans la deuxieme pa r t i e , nous avons precise les caracter is t iques de l'heroTsme de La Rochefoucauld. L'Apologie du Prince de M a r c i l l a c , les Memoi res sont des documents importants pour comprendre le due. Nous avons ec l a i r e cer tains prejuges de race ref le tes dans les Maximes. Enfin nous avons pu f a i r e de nombreux rapports entre les Memoi res et les Maximes. Nous avons decele une ethique guerr iere , "ethique de l a force" , une philosophie de T a c t i o n , puissante energie, caracter is t iques d'un espr i t de combat, pa r t i cu -l i e r au frondeur qui devient mora l i s t e . La "tactique" de La Rochefoucauld est c e l l e d'un espr i t noble qui refuse T i d e e de la fa iblesse et du paraTtre. Les r i f l e x i o n s sur l a valeur et le courage (max 211-221), ont tendance a confirmer l a survivance du v i e l heroTsme cornel ien et de l a grande ame. L'importance de Machiavel et surtout d 'Ar i s t o t e est evidente. Si nous trouvons un point de rencontre entre La Rochefoucauld et Machiavel , i l est neanmoins d i f f i c i l e de par ler d ' i n f luence . La notion de fortune retrouvee dans le Prince nous semble le seul rapport ver i tab le entre les deux auteurs. Le realisme po l i t ique trouve dans les Memoi res et les Maximes, proche de en e r t e l s que Gracian, Hobbes et Machiavel , es t , selon nous, personnel au due. Tout d'abord dans les Memoi res le due condamne les procedes rea l i s t e s qui ont ete les causes d'un echec. La c r i t i que de Mazarin est r eve la t r i ce d'une a t t i tude anti-machiavelienne. A une epoque, ou en France les principes de Machiavel sont condamnes, i l nous semble peu possible que La Rochefoucauld Page 96 a i t pu adopter les vues du penseur I t a l i e n . Le due n ' ava i t pas besoin, selon nous, de Machiavel pour exprimer le realisme po l i t ique et une tact ique guer r ie re . Mele a la Fronde et a certaines campagnes m i l i t a i r e s , le due fonde son systeme heroTque sur sa propre experience. Si influence i l y a , c 'es t a 1'Ethique a Nicomaque d ' A r i s t o t e que La Rochefoucauld doi t les fonde-ments de sa ref lex ion sur I'heroTsme. La re f lex ion du due sur I'heroTsme, bien que personnelle, depend en beaucoup de points du courage et l a magnanimite d ' A r i s t o t e . Nous sommes en face d'une habile t r anspos i t ion . La maxime 217 sur T i n t r e p i d i t e est 1'exemple le plus evident de l a valeur en rapport avec le courage te l que congu dans 1 'Ethique a Nicomaque. Les l iens sont s u b t i l s . La Rochefoucauld ne se contente pas de copier . Au con t ra i r e , i l a su u t i l i s e r ce texte tout en rendant sa pensee independante. Ains i l a longue ref lex ion sur l a mort (max 504) garde une vue tres augustinienne. C'est la profonde misere de l'homme devant l a mort qui nous est expliquee par le due. Quoi q u ' i l en s o i t , le commentaire sur l a mort ou l a valeur est toujours l i e a l a pensee d ' A r i s t o t e . La maniere avec laquel le le due compare les differentes sortes de courage dans T a c t i o n est proche de l a methode employee par A r i s t o t e . Comme dans le cas de la Reflexion sur De la difference des e s p r i t s , le due emploie une technique de comparaison et d 'analyse. Cette technique a pour but la recherche de la transparence de T e t r e . C'est a Ar i s to te que le moraliste doi t cette technique: . . . en choisissant d 'e t re ce lu i qui classe et qui nomme, Ar i s to t e a l a i s se entendre que rien d'opaque, dans la psyche, ne r e s i s t a i t a cet essai d ' i n v e n t a i r e . Ainsi est ne un idealisme psychologique en vertu duquel presque tous les moralistes classiques ont estime que la nature humaine e t a i t , tout en t i e re , susceptible d 'e tre apprehended par Tanalyse.265 Page 97 Quelle est l ' importance du discours noble dans les Maximes? La morale de La Rochefoucauld est basee tout d'abord sur une attaque a l a fo i s v iolente et profonde sur les fausses ver tus , l e paraTtre, l e masque. Certes Seneque et les stoTciens sont particulierement v i s e s . Dans ce sens le due se montre un moraliste august inien. La notion de l'amour-propre soutient l a prepon-derance de l 'augustinisme et du jansenisme. Mais i l nous semble que l a recherche de l a vraie ver tu , de T a c t i o n vertueuse, depasse le discours augustinien et r e l i g i e u x . Tout d'abord pour un noble de race, due et pair de France, toujours attache a de for ts prejuges de race, l a ver tu , de par la super ior i te du sang est innee. Or la vertu pour un noble de sang est a la fo i s vertu et act ion morale mais avant tout action et vertu guerr iere . Chez le due les deux sont l i ees et inseparables. C'est la raison pour laquel le nous trouvons dans son oeuvre une ref lex ion importante sur l a v a l i d i t e des vertus martiales t e l l e s que l a g l o i r e , Thonneur, l a va leur , le courage e t c . Certes , La Rochefoucauld remet en question de t e l l e s ver tus . Et l ' a u g u s t i -nisme et le jansenisme sont finalement les parfa i ts instruments pour attaquer ce qui veut paraTtre ve r tu . Cependant i l nous semble que derr iere Tat taque des fausses vertus se dessine le des i r de l a recherche d'un nouvel ordre, d'une nouvelle ver tu . Nouvelle vertu ou nostalgie du passe ou la noblesse et les ancetres nobles fa i sa ien t f igure d'hommes vertueux par excellence? Au moment ou La Rochefoucauld e c r i t ses Maximes, l a haute noblesse traverse une grave c r i s e morale. La grandeur du s i ec l e de Louis XIV ne fera que retarder la chute de l 'Anc ien Regime; la f i n du XVII Ie s i ec l e verra Tagonie d'une c lasse , d'une race qui se croyai t superieure par la purete de son sang et de sa ver tu . Quoi q u ' i l en s o i t , i l nous semble que les Maximes justement sont en p le in centre de cette c r i s e morale. II n 'est pas surprenant que ce texte Page 98 fut avec les Pensees de Pascal un des plus lus au XVIIe s i e c l e . II pose aux contemporains de La Rochefoucauld une question importante sur la v a l i d i t e de la vertu dans un monde dechu et en c r i s e . Pour La Rochefoucauld, noble de race, ancien frondeur, done guerr ier par excel lence, la veraci te passe i n e v i -tablement par l a recherche d'une vertu martiale ideale qui helas n ' ex is te p lus . L'heroTsme des Maximes et des Memoi res tout valable q u ' i l so i t pour le due est neanmoins un passe toujours respecte. Les maximes sur T i n t r e p i d i t e , l a parfai te va leur , la magnanimite, T e l e v a t i o n , e t c . nous confirment la v a l i d i t e d u . v i e l heroTsme cornel ien et la survivance du magnanime et du courageux de 1'Ethique a Nicomaque d ' A r i s t o t e . E l l e s ne sont neanmoins pas une so lu t ion f i n a l e . Doit-on retrouver une reponse dans les Reflexions  Diverses, ou un art de vivre en societe nous est propose? L'honnete homme prend l a place du heros et Te th ique de Thonnetete supplante l'heroTsme et aussi le jansenisme. Cependant, l a non publ ica t ion des Reflexions Diverses du vivant de l ' au t eu r , reduit l ' importance de ce "nouvel ordre". Qu'en deduire sinon que l 'oeuvre est avant tout mondaine. Marquee par la d i v e r s i t e et composed par divers d iscours , e l l e nous offre des vis ions independantes du monde qui par instants se c ro i sen t . Marquee par une certaine nonchalance et un detachement envers T e c r i t u r e , l 'oeuvre d'un des plus grands moralistes du grand s i e c l e , qui selon Vol ta i r e a su re f l e t e r dans les Maximes les caracte-r i s t iques de l ' e s p r i t frangais,265 e s t avant tout la v i s ion p a r t i c u l i e r e d'un grand seigneur de race, Due et pair de France toujours attache a des prejuges de race, et pour qui Te th ique guerriere et la t r a d i t i o n heroTque, bien que par instants remises en question, bien que faisant par t ie d'un passe i d e a l , sont toujours v ivantes . Page 99 NOTES 1. V i v i e n T h w e a t t , La R o c h e f o u c a u l d and t h e s e v e n t e e n t h - c e n t u r y c o n c e p t o f  t h e s e l f (Geneve- G r o z , 1 9 8 0 ) , p p . 4 3 - 4 7 . 2 . I b i d , p p . 3 2 - 3 7 . 3 . Pau l B e n i c h o u , Les M o r a l e s du Grand S i e c l e (6 e d . P a r i s : G a l l i m a r d ( C o l l e c t i o n i d e e s ) 1 9 4 8 ) , p p . 9 7 - 1 1 1 . 4 . J e an L a f o n d , La R o c h e f o u c a u l d : A u g u s t i n i s m e e t l i t t e r a t u r e ( P a r i s : K l i n c k s i e c k , 1 9 7 7 ) , p p . 5 9 - 6 0 . 5 . An thony L e v i , " La D i s p a r i t i o n de I ' h e r o T s m e : £tapes e t m o t i f s " dans HeroTsme e t c r e a t i o n l i t t e r a i r e sous l e s r egne s d ' H e n r y IV e t de L o u i s  X I I I . A c t e s e t c o l l o q u e s 16 . C o l l o q u e s de S t r a s b o u r g , 1972 . P u b l i e s pa r Noemie Hepp e t Geo rges L i v e t . ( P a r i s : K l i n c k s i e c k , 1 9 7 4 ) , p. 8 0 . 6 . V i v i e n T h w e a t t , p. 4 3 . 7 . I b i d , p. 4 3 . 8 . " La D i s p a r i t i o n de I ' h e r o T s m e : E t ape s e t m o t i f s " , p. 8 1 . 9 . I b i d , p. 8 1 . 1 0 . V i v i e n T h w e a t t , p p . 4 3 - 4 4 . 1 1 . La R o c h e f o u c a u l d , F r a n g o i s de M a r c i l l a c , due de Max imes , e d i t i o n J a c q u e s T r u c h e r ( P a r i s : G a m i e r F r e r e s , 1 9 6 7 ) , p. LI I . 1 2 . L o u i s van D e l f t , " La R o c h e f o u c a u l d , m o r a l i s t e m o n d a i n " , S t u d i F r a n c e s e , 24 ( 1 9 8 0 ) , p p . 4 2 0 - 4 2 2 . 1 3 . I b i d , p. 4 1 5 . 14 . L o u i s van D e l f t , " Pou r une l e c t u r e monda ine de l a R o c h e f o u c a u l d , l a c a r a c t e r o l o g i e d ' u n m o r a l i s t e p a i r de F r a n c e " , dans Images de La  R o c h e f o u c a u l d , A c t e s du T r i c e n t e n a i r e ( 1680 -1980 ) ( P a r i s : P . U . F . , 1 9 8 4 ) , p p . 1 4 5 - 1 5 7 . 1 5 . La R o c h e f o u c a u l d m o r a l i s t e m o n d a i n , p. 4 2 0 . 1 6 . J ean L a f o n d , "La R o c h e f o u c a u l d e t l e s En j eux de T e c r i t u r e " , P ape r s on  F r e n c h S e v e n t e e n t h c e n t u r y l i t e r a t u r e , n o . 14 ( 1 9 8 1 ) , p. 7 1 1 . 1 7 . La R o c h e f o u c a u l d , m o r a l i s t e m o n d a i n , p p . 4 1 8 - 4 1 9 . 18 . La R o c h e f o u c a u l d e t l e s En j eux de 1 ' e c r i t u r e , p. 714 . 1 9 . I b i d , p. 7 1 4 . 2 0 . I b i d , p. 7 1 1 . 2 1 . I b i d , p p . 7 1 4 - 7 1 5 . Page 10U 22. Maximes, p. XIX. 23. I b i d , p. XIX. 24. La Rochefoucauld, moraliste mondain, p. 418. 25. I b i d , p. 418. 26. I b i d , p . 417. 27. I b i d , p . 415. 28. I b i d , p. 418. 29. I b i d , p . 418. 3U. I b i d , p . 416. 31. Maximes, p . LVI . 32. La Rochefoucauld, moraliste mondain, p. 416. 33. I b i d , p. 417. 34. Mol ie res , Oeuvres completes. _ Tome I I . Textes e t a b l i s , presented et annotes par Georges Couton. (Edit ions Gal l imard , 1971). 35. La Rochefoucauld, Oeuvres completes. Edi t ion e tab l ie par L . Mar t in-Chauff ie r , revue et augmentee par J . Marchand. P a r i s : Bibliotheque de la Pleiade (Gal l imard, 1964), pp. 46-47. Toutes references u l ter ieures aux Memoi res renvoient a cette e d i t i o n , pp. 40-47. 36. La Rochefoucauld, moraliste mondain, p. 420. 37. I b i d , pp. 419-420. 38. La Rochefoucauld et les Enjeux de 1 ' ec r i tu re , p. 718. 39. Jacques Truchet, "Le succes des Maximes de la Rochefoucauld au XVIIe s i e c l e " , Maximes et_ por t ra i t s au XVIIe s i e c l e , Cahiers de 1 'associat ion  in ternat ionale des Etudes Frangaises, 18 (1966), p. 127. 40. I b i d , p. 127. 41. I b i d , p. 127. 42. I b i d , p. 127. 43. I b i d , p. 127. 44. Maximes, pp. 577-579. Page 101 45. La Rochefoucauld et les Enjeux de 1 ' ec r i tu re , p. 717. 46. Maximes, p. 151. 47. La Rochefoucauld et les Enjeux de 1 ' ec r i tu re , p. 716. 48. I b i d , pp. 715-716. 49. Hubert C a r r i e r , La V i c t o i r e de Pal las et l e triomphe des Muses, XVIIe  s i e c l e , no. 145, (1984), pp. 363-375. 50. I b i d , p. 372. 51. I b i d , p . 372. 52. La Rochefoucauld et les Enjeux de 1 ' ec r i tu re , p. 711. 53. Hubert C a r r i e r , p. 372. 54. Jean Lafond, "Des formes breves de l a l i t t e r a t u r e moral au XVIe et XVIIe s i e c l e s , " dans Les Formes breves de l a prose et le discours discontinu (XVIe et XVIIe s i ec les ) (Pa r i s : V r i n , 1984). 55. La Rochefoucauld et les enjeux de 1 ' ec r i tu re , p. 716. 56. Maximes, p. 565. 57. Des formes breves de la l i t t e r a t u r e morale du XVIe et XVIIe s i e c l e s , p. 102. 58. I b i d , pp. 103-104. 59. I b i d , p. 103. 60. I b i d , p. 103. 61. I b i d , p. 103. 62. Vivien Thweatt, pp. 207-237. 63. I b i d , pp. 207-237. 64. Pierre Lera t , "Le dist inguo dans les Maximes de La Rochefoucauld" dans Les formes breves da ,1a prose et le discours discontinu (XVIe et XVIIe  s i ec le s ) (Pa r i s : V r i n , 1984), p. 94. 65. I b i d , p. 93. 66. Roland Barthes, Le degre zero de T e c r i t u r e su iv i de nouveaux essais c r i t i q u e s . (Par iTi Le S e u i l , 1953-1972), pp. 75-76. 67. I b i d , pp. 70-71. 68. I b i d , pp. 70-71. Page 102 69. I b i d , pp. 75-76. 70. Louis van D e l f t , "Qu'est-ce qu'un moral is te?" , Cahiers de l ' A s s o c i a t i o n  Internationale des Etudes Frangaises 30, (1978), p. 112. 71. Louis van De l f t , Le Moral is te c lass ique . (Geneve: Droz S . A . , 1982), pp. 210-217. 72. I b i d , p. 210. 73. I b i d , p. 210. 74. Qu'est-ce qu'un moral i s te? , pp. 112-113. 75. I b i d , p. 112. 76. I b i d , p. 112. 77. Tzvetan Todorov, "La comedie humaine selon La Rochefoucauld", Poetique 53 (1983), p. 40. 78. Jean Lafond, "La Rochefoucauld: D'une cul ture a T a u t r e " , Cahiers de  l ' A s s o c i a t i o n • Internationale des Etudes Frangaises XXX (1978), ppT 155-169. 79. La Rochefoucauld: Augustinisme et l i t t e r a t u r e , p. 87. 80. I b i d , p. 87. 81. I b i d , p. 87. 82. I b i d , p. 87. 83. I b i d , p. 88. 84. I b i d , p. 88. 85. I b i d , p. 89. 86. I b i d , p. 89. 87. I b i d , pp. 197-198. 88. La Rochefoucauld: D'une culture a T a u t r e , p. 161. 89. I b i d , p. 161. 90. I b i d , p. 161. 91. Le Moral is te Class ique, p. 115. 92. I b i d , pp. 115. 93. I b i d , pp. 115-116. Page 1U3 94. I b i d , pp. 115-116. 95. I b i d , pp. 121-122. 96. I b i d , pp. 118-119. 97. I b i d , p . 117. 98. I b i d , pp. 121-122. 99. La Rochefoucauld: D'une cul ture a 1 'autre, pp. 162-163. 100. I b i d , p. 163. 101. I b i d , p. 163. 102. I b i d , p. 162. 103. La Rochefoucauld: Augustinisme et l i t t e r a t u r e , p. 203. 104. La Rochefoucauld: D'une culture a 1 'autre, p. 158. 105. I b i d , pp. 156-157. 106. I b i d , p. 161. 107. La Rochefoucauld: Augustinisme et l i t t e r a t u r e , p. 205. 108. La Rochefoucauld: D'une cul ture a 1 'autre, pp. 165-166. 109. Vivien Thweatt, p . 72. 110. V o l t a i r e , Le S iec le de Louis XIV. Tome 2. (Par i s : Garnier-Flammarion, 1966), pp. 118-119. 111. Pierre-Henri Simon. Le Domaine heroTque des l e t t r e s frangaises. (Pa r i s : Armand C o l i n , 1963), p. 163. 112. I b i d , p. 103. 113. I b i d , pp. 162-166. 114. La Rochefoucauld: D'une cul ture a 1 'autre, pp. 165-166. 115. La Rochefoucauld: Augustinisme et l i t t e r a t u r e , pp. 205-206. 116. La Rochefoucauld, moraliste mondain, p . 417. 117. I b i d , p. 417. 118. Oeuvres completes, p. 7. 119. Vivien Thweatt, p. 17. Page 104 120. I b i d , p . 246. 121. I b i d , p . 169. 122. Maximes, pp. X I - X I I . 123. I b i d , pp. X I - X I I . 124. I b i d , pp. X I - X I I . 125. I b i d , pp. 576-577. 126. La Dispar i t ion de l'heroTsme: Etapes et mot i fs , p. 77. 127. I b i d , p. 77. 128. I b i d , p. 79. 129. I b i d , p . 80. 130. I b i d , pp. 79-84. 131. I b i d , p. 180. 132. I b i d , p. 80. 133. I b i d , p. 80. 134. Maximes, p . 373. 135. Paul Benichou, pp. 97-111. 136. Marc Furamoli , "HeroTsme cornel ien" dans HeroTsme et creation l i t t e r a i r e  sous les regnes d'Henry IV et de Louis X I I I . Actes et colloques 16. Colloques de Strasbourg, 1972. Publies par Noemie Hepp et Georges L i v e t . (Pa r i s : K l i n c k s i e c k , 1974), pp. 53-76. 137. Maximes, p . 146. 138. 139. Anthony L e v i , French Mora l i s t s : the theory of the Passions, 1585-1649. (Oxford: Claredon Press, 1964), pp. 213-233. 140. I b i d , pp. 213-233. 141. I b i d , pp. 213-233. 142. I b i d , pp. 213-233. 143. I b i d , pp. 177-201. 144. Vivien Thweatt, p. 136. Page 105 145. Pierre-Henri Simon, pp. 189-190. 146. I b i d , p. 141. 147. Di spa r i t ion de I'heroTsme: Etapes et mot i fs , p. 80. 148. Tzvetan Todorov, p. 37. 149. Maximes, p. X I . 150. Emile Magne. Le vrai visage de l a Rochefoucauld. (3 ed. Pa r i s : Ol lendorf f , 1923), pp. 38-39. 151. I b i d , p . 39. 152. I b i d , p. 74. 153. Andre Devyver. Le Sang Epure. (Bruxel les : ULB, 1973), pp. 88-100. 154. I b i d , pp. 90-91. 155. I b i d , p. 91. 156. I b i d , p. 92. 157. Jean-Pierre Labarut, Les Noblesses Europeennes. (Pa r i s : P . U . F . , 1978), pp. 112-113. 158. 159. I b i d , p. 94. 160. I b i d , p. 93. 161. I b i d , pp. 93-93. 162. I b i d , p . 95. 163. Hubert Meth iv ie r , La Fronde. (Pa r i s : PVF, 1984), pp. 19-20. 164. Maximes, p . V I I . 165. Hubert Meth iv ie r , p. 18. 166. I b i d , p . 19. 167. Antoine Adam. Hi s to i r e de la l i t t e r a t u r e frangaise au XVIIe s i e c l e . 5 v o l s . (Pa r i s : Domat, Moncrestion, 1948-1962), p. 81. 168. Noemie Hepp. Idealisme chevaleresque et realisme po l i t ique dans les Memoires de La Rochefoucauld ( l e r et Here par t ies) dans Images de La  Rochefoucauld: Actes du Tricentenaire (1680-1980) (Par i s : P . U . F . , 1984), pp. 125-140. Page 106 169. La Rochefoucauld: Augustinisme et l i t t e r a t u r e , p . 200. 170. D i spa r i t i on de l'heroTsme: E t a p e s et mot i f s , p. 79. 171. Pour une lecture mondaine de La Rochefoucauld:, la caracterologie d'un moraliste pair de France, p . 148. 172. Susan Read Baker, "The works of La Rochefoucauld in r e l a t ion to machiavelian ideas of morals and p o l i t i c s , " Journal of the History of  Ideas, 44 (1983), pp. 207-218. 173. Andre Devyver, pp. 88-100. 174. I b i d , p. 97. 175. I b i d , p. 89. 176. I b i d , p. 97. 177. E m i l e Magne, p . 14. 178. Maximes, p. V I I . 179. Jean-Pierre Labatut, p. 71. 180. Andre Devyver, p. 99. 181. I b i d , p . 99. 182. Maximes, p . 164. 183. Jean-Pierre Lebatut, pp. 72-73. 184. I b i d , p. 73. 185. I b i d , p . 73. 186. I b i d , p. 86. 187. I b i d , p. 85. 188. I b i d , p. 85. 189. I b i d , p. 74. 190. Andre Devyver, p. 88. 191. I b i d , p. 87. 192. I b i d , p. 87. 193. I b i d , p. 87. Page 107 194. Qu'est-ce qu'un moraliste?, p. 106. 195. Ibid, p. 106. 196. Ibid, p. 108. 197. Ibid, p. 108-109. 198. Ibid, p. 108-109. 199. Ibid, p. 109. 200. Le Moraliste classique, p. 175. 201. Qu'est-ce qu'un moraliste?, p. 109. 202. Ibid, pp. 109-110. 203. Le Moraliste classique, p. 175. 204. Tzvetan Todorov, p. 40. 205. La Rochefoucauld et les Enjeux de 1'ecriture, p. 712. 206. Noemi Hepp, p. 139. 207. Maximes, p. X. 208. Noemie Hepp, p. 139. 209. Ibid, p. 126. 210. La Rochefoucauld et les Enjeux de 1'ecriture, p. 715. 211. Ibid, pp. 712-713. 212. Ibid, pp. 712-713. 213. Noemie Hepp, p. 135. 214. Ibid, pp. 135-136. 215. Ibid, pp. 135-136. 216. Ibid, p. 136. 217. Ibid, pp. 131-137. 218. Ibid, p. 137. 219. Ibid, p. 137. Page 108 220. I b i d , pp. 125-140. 221. Antoine Adam, p. 84. 222. Susan Read Baker, p. 209. 223. F . E . S t u c l i f f e , Po l i t ique et cu l tu re , 1560-160). (Pa r i s : D i d i e r , 1973), p. 7. 224. Susan Read Baker, p . 209. 225. Maximes, p. L X I I . 226. F . E . S u t c l i f f e , Guez de Balzac et son temps: l i t t e r a t u r e et p o l i t i q u e . (Pa r i s : N ize t , 1959), p. 241. : 227. I b i d , p. 241. 228. I b i d , pp. 240-242. 229. Marc Furamoli , pp. 53-76. 230. I b i d , pp. 53-54. 231. I b i d , p. 54. 232. I b i d , p. 61. 233. I b i d , pp. 61-62. 234. I b i d , p. 62. 235. I b i d , p . 62. 236. I b i d , p. 62. 237. I b i d , p. 64. 238. I b i d , p. 64. 239. I b i d , p. 54. 240. I b i d , pp. 55-56. 241. I b i d , p. 64. 242. I b i d , p. 64. 243. I b i d , p. 64. 244. I b i d , p. 65. 245. Maximes, p. 65. ^ Page 1U9 246. Marc Furamoli , p. 64. 247. I b i d , p . 64. 248. I b i d , p. 64. 249. I b i d , pp. 60-61. 250. I b i d , pp. 60-61. 251. I b i d , p. 60. 252. I b i d , p. 60. 253. M.W.G. Moore, La Rochefoucauld et le mystere de la v i e . Cahiers de l ' A s s o c i a t i o n Internationale dis" Etudes Frangaises 18 (1966), pp. 105-111. 254. I b i d , p. 106. 255. Pour une lecture mondaine de La Rochefoucauld, l a caracterologie d'un moralis te pair de France, p. 147. 256. I b i d , p. 147. 257. I b i d , p. 147. 258. Le Moral is te c lass ique , pp. 128-132. 259. Vivien Thweatt, p. 14. 260. I b i d , p . 14. 261. Guez de Balzac et son temps: l i t t e r a t u r e et p o l i t i q u e , pp. 122-140. 262. I b i d , p. 136. 263. I b i d , pp. 122-140. 264. Qu'est-ce qu'un moral i s te? , pp. 105-120. 265. V o l t a i r e , pp. 46-47. Page 110 BIBLIOGRAPHIE A. Editions des oeuvres de La Rochefoucauld I . La Rochefoucauld. Oeuvres completes. Edi t ion e tab l ie par L . Mar t in-Chauff ier , revue et augmentee par J . Marchand. Pa r i s : Bibliotheque de la Pleiade (Gal l imard) , 1964. I I . La Rochefoucauld, Frangois de M a r c i l l a c , due de Maximes, Edi t ion Jacques Truchet. Pa r i s : Gamier Freres , 1967. B. Sources primaires A r i s t o t e . Ethique a Nicomaque. Nouvelle traduction avec in t roduc t ion , notes et index par J . T r i c o t . Pa r i s : L i b r a i r i e philosophique J . V r i n , 1983. M a c h i a v e l l i , N i c c o l a . The Pr ince . Trans. W.K. M a r r i o t t . London: Dent and New York: Dutton, 1952. Mol ie re . Oeuvres completes. Textes e t a b l i s , presented et annotes par Georges Couton. P a r i s : Bibliotheque de l a Pleiade (Gal l imard) , 1964. V o l t a i r e . Le S iec le de Louis XIV. Tome 2. Pa r i s : Garnier-Flammarion, 1966. C. Sources secondaires: oeuvres critiques Adam, Antoine. H i s to i r e de l a l i t t e r a t u r e frangaise au XVIIe s i e c l e . 5 v o l s . Paris'! Domat, Monterestien, 1948-1962. Barthes, Roland. Ie degre zero de 1 'ecr i ture su iv i de Nouveaux essais  c r i t i q u e s . Pa r i s : Le S e u i l , 1953-1972. Benichou, Pau l . Morales du Grand S i e c l e . 6e ed. Pa r i s : Gallimard (Col lec t ion Id l e s ) , 1948. C a r r i e r , Hubert. "La v i c t o i r e de Pal las et le triomphe des Muses", XVIIe S iec le no. 145, 1984. Devyver, Andre. Le sang Epure. Bruxel les : ULB, 1973. Furamoli , Marc. "HeroTsme corne l i en" . Dans HeroTsme et creation  l i t t e r a i r e sous les regnes d'Henry I V e t de Louis X I I I . Actes et colloques de Strasbourg, 1972. Publies par Noemi Hepp et Georges L i v e t . Pa r i s : K l i n c k s i e c k , 1974, pp. 53-76. Page 111 HeroTsme et creat ion l i t t e r a i r e sous les regnes d'Henry IV et de Louis X I I I . Actes et col loques , 16. Colloques de Strasbourg, 1972. Publies par Noemie Hepp et Georges L i v e t . P a r i s : K l incks i eck , 1974. Labatut, Jean-Pier re . Les Noblesses Europeennes. P a r i s : PUF, 1978. Lafond, Jean. "Des formes breves de l a l i t t e r a t u r e morale au XVIe et XVIIe s i e c l e s . " Dans Les Formes breves de la prose et le discours  discont inu (XVI e et XVIIe s i e c l e s ) . Pa r i s : V r i n , 1984. L e v i , Anthony. French M o r a l i s t s : The theory of the Passions, 1585- 1649. Oxford: Claredon Press, 1964. "La d i s p a r i t i o n de I'heroTsme: Etapes de mot i fs" . Dans HeroTsme' et creat ion l i t t e r a i r e sous les regnes d'Henry IV et de  Louis X I I I . Actes et col 1oques W. Col Toques de Strasbourg, 1972. Publies par Noemi Hepp et Georges L i v e t . Pa r i s : K l i n c k -s ieck , 1974, pp. 77-78. Meth iv ie r , Hubert. La Fronde. Pa r i s : PUF, 1984. Simon, P i e r r e -Henr i . Le Domaine heroTque des l e t t r e s frangaises: Xe et  XIXe s i e c l e s . Pa r i s : Armand C o l i n , 1963. F . E . S u t c l i f f e . Guez de Balzac et son temps: l i t t e r a t u r e et p o l i - t i que . P a r i s : A . G . N ize t , 1959. . Po l i t ique et cu l tu r e , 1560-1600. P a r i s : D i d i e r , 1973. van De l f t , Lou i s . Le Moral is te c lass ique . Geneve: Droz S . A . , 1982. "La s p e c i f i c i t e du moraliste c l ass ique , Revue d'his-t o i r e l i t t e r a i r e de l a France, 1980. . "Qu'est-ce qu'un Mora l i s t e? , " Cahiers de l ' A s s o c i a - t i on International des Etudes Frangaises 30, (1978), pp. 105-120. C Sources secondaires: etudes critiques sur La Rochefoucauld Baker, Susan Read. "The works of La Rochefoucauld in re la t ion to machiavelian ideas of morals and p o l i t i c s " , Journal of the History  of Ideas, 44 (1983) pp. 2U7-218. Hepp, Noemi. "Idealisme chevaleresque et realisme po l i t ique dans les Memoires de La Rochefoucauld ( l e r et H e par t ies )" dans Images de  La Rochefoucauld: Actes du Tricentenaire (1680-1980). P a n s : P . U . F . , 1984, pp. 125-140. Page 112 Lafond, Jean. La Rochefoucauld: Augustinisme et l i t t e r a t u r e . Pa r i s : K l i n c k s i e c k , 1977. "La Rochefoucauld, d'une culture a l ' a u t r e " , Cahiers de  I 'Assoc ia t ion Internationale des Etudes Franchises, XXX (1978), pp. 155-169. . "La Rochefoucauld et les Enjeux de 1 ' ec r i tu re" , Papers on French Seventeenth Century L i t e r a tu re , 14 (1981), pp. 711-731. Lera t , P i e r r e . "Le dist inguo dans les Maximes de La Rochefoucauld", dans Les formes breves de l a prose et le discours discontinu (XVIe  et XVIIe s i ec le s ) Paris'; V r i n , 1984. Magne, Emi le . Le vrai Visage de La Rochefoucauld. 3e ed. Pa r i s : Ol lendorf f , 1923. Mesnard, Jean et Lafond Jean. Images de La Rochefoucauld: Actes du t r icen tena i re (1680-1980). Pa r i s : P . U . F . , 1984. Moore, M.W.G. "La Rochefoucauld et le mystere de la v i e , " Cahiers de  1 'Associat ion Internationale des Etudes Franqaises 18, (1966). S u t c l i f f e , F . E . "The System of La Rochefoucauld", B u l l e t i n of the John  Rylands L i b r a r y , Manchester, n 1 (1966), pp. 233-245. Thweatt, V i v i e n . La Rochefoucauld and the Seventeenth-Century concept  of the S e l f . Geneve: Droz, 1980. Todorov, Tzvetan. "La comedie humaine selon La Rochefoucauld, Poetique, 53 (1983), pp. 37-47. Truchet, Jacques. "Le succes des Maximes de La Rochefoucauld au XVIIe s i e c l e , Cahiers de l ' A s s o c i a t i o n Internationale des Etudes Fran- qaises 18 (1966). ! van De l f t , Louis . "La Rochefoucauld, moraliste mondain", Studi  Francese, 24 (1980), pp. 415-25. . "La Rochefoucauld, l 'annee du Tr icentenai re , Papers on French Seventeenth Century Li tera ture 14 (1981), pp. 7-17. . "Pour une lecture mondaine de La Rochefoucauld: la racteologie d'un moraliste pair de France" dans Images de La Roche- foucauld: Actes du Tricentenaire (1680-1980). Pa r i s : P . U . F . , 1984, pp. 145-157. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0096945/manifest

Comment

Related Items