UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Quatre niveaux de langue tels que refletés par le Petit Robert Golobič, Marjan 1982

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Notice for Google Chrome users:
If you are having trouble viewing or searching the PDF with Google Chrome, please download it here instead.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1982_A8 G64.pdf [ 4.16MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0095558.json
JSON-LD: 831-1.0095558-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0095558-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0095558-rdf.json
Turtle: 831-1.0095558-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0095558-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0095558-source.json
Full Text
831-1.0095558-fulltext.txt
Citation
831-1.0095558.ris

Full Text

QUATRE NIVEAUX DE LANGUE TELS QUE REFLETES PAR LE PETIT ROBERT by MARJAN GOLOBIC* B.A. The University of B r i t i s h Columbia, 1981 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (Department of French) We accept t h i s thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA August 1982 © Marjan Golobifi, 1982 \ In presenting t h i s thesis i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements for an advanced degree at the University of B r i t i s h Columbia, I agree that the Library s h a l l make i t f r e e l y available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of t h i s thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. I t i s understood that copying or publication of t h i s thesis for f i n a n c i a l gain s h a l l not be allowed without my written permission. Department of The University of B r i t i s h Columbia 1956 Main Mall Vancouver, Canada V6T 1Y3 Date DE-6 (3/81) ABSTRACT Four lev e l s of spoken French are r e f l e c t e d by the P e t i t Robert , one of the more widely used French d i c t i o n a r i e s . Our aim was to explore the dictionary's conveyance not only of the lexicographic evolution of the four l e v e l s of French— fa m i l i e r , populaire , vulgaire , and argotique — , but also of the evolution of interactions between s o c i a l classes and the spoken word. In the scope of the four levels of French, a l l modifications between the 1967 edition and the 1978 edition of the P e t i t Robert have been recorded. As the data was being processed by the computer, patterns began to emerge, providing some clues as to how the four l e v e l s of language have evolved in the span of eleven years and how society's attitudes and values may have changed in that period. The introduction of the thesis deals primarily with the role of the dictionary in i t s s o c i a l context. Each of the four chapters f i r s t discusses the d e f i n i t i o n of the one of the four l e v e l s of language and then considers the data obtained in l i g h t of that d e f i n i t i o n . In addition, the appendix contains an alphabetically tabulated date base from the two editions of the P e t i t Robert. TABLE DES MATIERES Introduction p. 1 Chapitre I Le registre familier .p. 15 Chapitre II Le registre populaire p. 31 Chapitre III Le registre vulgaire p. 44 Chapitre IV Le registre argotique p. 54 Conclusion p. 67 Appendice p. 73 Bibliographie p. 106 iv To magistrsko delo z ljubeznijo posve£am moji zeni Branki in h_ierki Maii. V Zemlja kranjska, draga mati, kdaj bo v t i h n i l najin jok? Al ' kdaj bova v i d ' l a v s t a t i , bratov jaz, t i cast otrok? France Preseren 1 INTRODUCTION 2 Un dictionnaire d'usage, t e l que le P e t i t Robert ou le Petit Larousse i l l u s t r e , est un objet s o c i a l ; c'est a l a f o i s un ouvrage d e s c r i p t i f et p r e s c r i p t i f qui "temoigne a i n s i de l ' a t t i t u d e de la communaute s o c i o - c u l t u r e l l e en face de l a langue." 1 De plus, un dictionnaire rend compte des phenomenes de nature s o c i o l i n g u i s t i q u e — i n f l u e n c e d'une langue etrangere sur la c o l l e c t i v i t e , relations entre la classe dirigeante et le p r o l e t a r i a t - - q u i , normalement, ne figurent pas dans le domaine p r e s c r i p t i f du d i c t i o n n a i r e . La d i a l e c t o l o g i e s o c i a l e 2 joue aussi un r61e important quant a 1'elaboration d'un dictionnaire d'usage. Dans sa fonction prescriptive le dictionnaire sanctionne, condamne ou m§me rejette l'emploi de t e l ou t e l terme p a r t i c u l i e r au p r o l e t a r i a t , au milieu des a r t i s t e s ou des malfaiteurs, et cetera. 1Jean et Claude Dubois, Introduction a l a lexicographie; le  dictionnaire , p. 110. 2"Le terme de d i a l e c t o l o g i e sociale [...] designe la d i s c i p l i n e qui s'est donne pour tSche de decrire comparativement les d i f f e r e n t s systemes ou dialectes dans lesquels une langue se d i v e r s i f i e dans la c o l l e c t i v i t e et d'etablir leurs l i m i t e s . " Jean Dubois, Le dictionnaire l i n g u i s t i q u e , p. 150. 3 Or, de nos jours, 1'elaboration de la nomenclature d'un dictionnaire d'usage s'oriente plutdt vers l'aspect d e s c r i p t i f de l a langue; 3 par consequent, ce n'est que depuis la deuxieme moitie du XXe s i e c l e que nous y rencontrons des entrees et des locutions appartenant au niveau vulgaire ou argotique. Non seulement les r e a l i s a t i o n s des recherches sociolinguistiques mais aussi un boulversement dans les structures s o c i a l e s — le nivellement des classes sociales, l'essor du p r o l e t a r i a t — o n t entralne cette evolution. Le r e t r a i t tout recent de l a censure sociale a permis 1'inclusion dans les dictionnaires d'usage des "mots tabous" qui existent dans l a langue depuis deja longtemps, mais qui ne figuraient pas dans les dictionnaires d'usage i l y a une vingtaine d'annees. Cependant le dictionnaire r e f l e t e de fagon generale une conception prescriptive de l a langue qu'ont les classes moyenne et dirigeante, c'est-a-dire la bourgeoisie qui est aussi l a classe dominante. Le dictionnaire est un ouvrage didactique, autorise et sanctionne par la bourgeoisie. Sous cette optique, le dictionnaire semble a l l e r a l'encontre des principes fondamentaux des etudes l i n g u i s t i q u e s : o b j e c t i v i t e , i m p a r t i a l i t y , absence de " jugement de valeurs. Le r61e de l a 3"Certes, le dictionnaire contemporain se veut avant tout d e s c r i p t i f . " Petit Robert 1978 , p. 13. 4 l i n g u i s t i q u e est de decrire et de constater les f a i t s l i nguistiques sans porter de jugement moral. De ce f a i t le dictionnaire serait done a la f o i s un ouvrage s o c i a l et l i n g u i s t i q u e . Les notations comme " f a m i l i e r , " "populaire," "argotique," "vulgaire" indiquent les ecarts par rapport a la norme prescrite par la classe dominante. Ces mentions trahissent le r61e double des lexicographes: d'une part, i l s doivent tenir compte des valeurs morales de l a societe, d'autre part, i l s s'efforcent a rester f i d e l e s a 1'objectivite l i n g u i s t i q u e . 4 La s t r a t i f i c a t i o n t r a d i t i o n n e l l e de l a societe en differentes couches sociales est analogue a, et correspond en gros a l'etagement de l a langue en plusieurs r e g i s t r e s . Nous nous proposons d'etudier 1'evolution de quatre registres de la langue francaise: f a m i l i e r , populaire, argotique et vulgaire. Cette etude est fondee sur deux editions d'un dictionnaire ""Mais aucune description [de l a langue] n'est purement objective, puisqu'elle suppose une selection prealable et un choix entre diverses p o s s i b i l i t e s de traitements. Le caractere "construit" est plus evident l o r s q u ' i l s'agit des zones du lexique qu'on pourra q u a l i f i e r de marginales: mots et emplois tres familiers ou argotiques, termes techniques et s c i e n t i f i q u e s s p e c i a l i s e s , usages propres a une partie limitee de l a communaute." Pe t i t Robert 1978 , p. 13. 5 d'usage, le Petit Robert . 5 Puisqu'il s'agit d'une etude de quelques modifications chronologiques de la langue, nous avons employe la premiere edition du P e t i t Robert , parue en 1967, et la plus recente, c e l l e de 1978. Le but de cette etude est done double: e t a b l i r d'une part les modifications dans le vocabulaire d'un point de vue purement ling u i s t i q u e et o b j e c t i f , d'autre part, deceler les modifications dans l' a t t i t u d e des classes dirigeantes de la communaute a l'egard de sa langue. Nous soutenons que ce sont precisement les notations, t e l l e s que f a m i l i e r , populaire, argotique et vulgaire, u t i l i s e e s dans les dictionnaires d'usage, qui re f l e t e n t l ' a t t i t u d e des classes dirigeantes envers la langue 5Pour s i m p l i f i e r , je designerai dans la suite de cette etude le Petit Robert de 1967 par le s i g l e P.R.67 et le Petit Robert de 1978 par le s i g l e P.R.78 . 6"Une forme de langue est standard quand, dans un pays donne, au-dela des variations locales ou sociales, e l l e s'impose au point d ' i t r e employee couramment, comme le meille.ur moyen de communication, par les gens susceptibles d ' u t i l i s e r d'autres formes ou d i a l e c t e s . C'est d'une maniere generale l a langue e c r i t e . E l l e est diffusee par l'ecole, par la radio, et u t i l i s e e dans les relations o f f i c i e l l e s . E l l e est generalement normalisee et soumise a des i n s t i t u t i o n s qui l a regentent. [...] La langue standard tend a supprimer les ecarts en imposant une forme unique entre toutes les formes d i a l e c t a l e s . " Jean Dubois et a l . Dictionnaire de linguistique , p. 449. 7"La norme, ensemble de regies q u ' i l faut respecter pour bien parler l a langue, [...] a pour fondements le plus souvent soit l ' a u t o r i t e de certaines personnes (ecrivains) ou de certaines i n s t i t u t i o n s , soit le bon usage ." Jean Dubois et a l . Dictionnaire de l i n g u i s t i q u e , p. 68. (Souligne dans le texte). 6 de l a communaute, l a langue s t a n d a r d , 6 l e bon usage, 7 n'etant marquee d'aucun i n d i c e . II s ' a g i t a i n s i d'un e c a r t par rapport a l a langue standard; un e c a r t qui n'en est pas un de grammacite 8 mais d'usage s o c i a l . I l est d i f f i c i l e d ' i g n o r e r l a c o n t r a d i c t i o n inherente dans l e rapport entre l e s niveaux de langue en q u e s t i o n et l e d i c t i o n n a i r e en tant qu'ouvrage e c r i t . Les quatre niveaux de langue sont, de par l e u r nature, un moyen de communication o r a l ; i l s se manifestent dans toute l e u r complexite par l e mode o r a l et a u d i t i f . Le d i c t i o n n a i r e , en revanche, e s t une r e a l i s a t i o n e c r i t e de l a langue; i l ne peut pas rendre compte de toutes l e s nuances et de toute 1 ' e x p r e s s i v i t e qui c a r a c t e r i s e n t l a langue p a r l e e . Le d i c t i o n n a i r e est done l i m i t e a l a d e s c r i p t i o n de l ' a s p e c t l e x i c a l et e c r i t de l a langue p a r l e e . Par consequent, nous sommes l o i n de pretendre que notre etude rendra compte des m o d i f i c a t i o n s et de l ' e v o l u t i o n r e e l l e s de ces quatre niveaux de langue. Tout ce que nous pouvons esperer d ' e t a b l i r est comment un d i c t i o n n a i r e d'usage t r a d u i t l ' e v o l u t i o n du l e x i q u e des quatre r e g i s t r e s et comment i l r e f l e t e l e s changements dans l ' a t t i t u d e des c l a s s e s d i r i g e a n t e s envers l e s c o l l e c t i v i t e s c a r a c t e r i s e e s par ces quatre r e g i s t r e s . 8 " C a r a c t e r e d'une phrase bien c o n s t r u i t e , dont l a syntaxe est c o r r e c t e . " P.R.78 , p. 883. 7 Les raisons pour lesquelles nous nous sommes decides a etudier la langue a p a r t i r d'un dictionnaire d'usage ne sont pas d i f f i c i l e s a j u s t i f i e r . La rapidite des changements dans les structures sociales a entralne des modifications d'ordre soc i o l i n g u i s t i q u e . Puisque notre etude porte sur les quatre registres qui representent les ecarts de la langue standard, nous avons ch o i s i un dictionnaire d'usage, qui autorise le bon usage et la langue standard et en indique aussi les ecarts. Nous supposons que l'evolution entre 1967 et 1978 de ces ecarts r e f l e t e les modifications dans l ' a t t i t u d e des classes dominantes envers les ecarts eux-memes et envers les personnes qui les u t i l i s e n t . En outre nous nous proposons d'etudier comment les quatre registres s'influencent 1'un 1'autre. La v a l i d i t e de nos recherches est soulignee par J. Dubois: "Les jugements sur les niveaux de langue, notamment les declarations du type dites , ne dites pas , meritent a plus d'un t i t r e d'§tre un objet d'etude." 9 En ce qui concerne notre choix de dictionnaire comme objet d'etude, Jean et Claude Dubois constatent que "le dictionnaire a pour objet l a langue et les re a l i s a t i o n s verbales des locuteurs; aussi e s t - i l possible de d e f i n i r par le dictionnaire les modifications didactiques des lexicographes, mais i l ne reste pas moins vrai que les 9Jean Dubois et a l . , Dictionnaire de ling u i s t i q u e , p. 445. 8 dictionnaires enregistrent des etats de langue. [...] I l n'est pas etonnant que les dictionnaires deviennent l a source d'etude lin g u i s t i q u e portant sur 1'evolution de l a langue ou sur les modifications de l ' a t t i t u d e de l a communaute a l'egard de sa propre langue." 1 0 Un exemple pertinent de recherche sur les dictionnaires est l'etude sur le Petit Larousse de Messieurs Dubois, G i l b e r t , et Pignon. 1 1 I l s'agit d'une serie de depouillements de deux editions du Petit Larousse , c e l l e s de 1946 et de 1960. Les chercheurs arrivent a des resultats interessants t i r e s des s t a t i s t i q u e s obtenues: nouvelles d i s t r i b u t i o n s s u f f i x a l e s et p r e f i x a l e s , d i s p a r i t i o n s et ajouts de mots et de sens nouveaux, neologismes dans le vocabulaire s c i e n t i f i q u e et technique, introduction d'anglicismes. Gependant cette etude se l i m i t e surtout a 1'evolution du vocabulaire technique et e c r i t selon l'optique l i n g u i s t i q u e . Les etagements 1 2 de la langue parlee ne sont mentionnes que par 1 0Jean et Claude Dubois, Introduction a l a lexicographie: le  dictionnaire , p. 110. 1 1 Jean Dubois et a l . , "Le mouvement general du vocabulaire frangais de 1949 a 1960 d'apres un dictionnaire d'usage," Introduction a la lexicographie: le dictionnaire ,pp. 111-132. 1 2 " D i s p o s i t i o n de ce qui est etage." P.R.78 , p. 698. 9 des generalisations: "Les mots d'argot sont presque tous popularises, les termes familiers ne sont plus sentis comme t e l s , et le mouvement inverse de certains qui s'ecartent de l a langue, comme "incorrects," des mots de la langue usuelle, sous des pretextes divers, montre que souvent l a conscience nette des etages de l a langue n'est plus c e l l e de tous les l e c t e u r s . " 1 3 Sur le plan s t a t i s t i q u e , cette etude indique que 350 mots nouveaux du vocabulaire general, f a m i l i e r , populaire et argotique ont ete ajoutes a la nomenclature du Petit  Larousse publie en 1960. Une autre etude sur les dictionnaires t r a i t e les differences et les s i m i l a r i t e s de deux dictionnaires contemporains: Le Petit Robert et le Dictionnaire du frangais  contemporain . 1 * D'abord, la d i s p a r i t i o n des mots dans le domaine du transport et de la guerre dans le Petit Robert est comparee a l a d i s p a r i t i o n des mots dans les memes domaines dans le Dictionnaire du frangais contemporain . Ensuite, l'auteur discute l a m6thode d'exposition des deux ouvrages, constatant que le Dictionnaire du frangais contemporain est plus 1 3Jean Dubois, Introduction a l a lexicographie; le dictionnaire p. 131. 1"Henri Mitterand, "Deux dicti o n n a i r e s : Le Pe t i t Robert et le Dictionnaire du frangais contemporain " Le frangais dans le monde. 59 (1968), pp. 193-203. ' 1 0 innovateur avec des degroupements, des regroupements et des tableaux systematiques que le Petit Robert . Jean Dubois a aussi analyse l a suff i x a t i o n du vocabulaire francais a p a r t i r de deux editions du Pet i t  Larousse , c e l l e de 1906 et c e l l e de i960. 1 5 Cette etude t r a i t e exclusivement l'evolution de la s u f f i x a t i o n . Le depouillement est, helas, limite a la l e t t r e A des deux editions ou "les diverses techniques sont representees comme le vocabulaire fondamental dans les proportions voisines de c e l l e s que 1'on retrouve pour 1'ensemble du vocabulaire: l a seule difference concerne les termes argotiques, plus nombreux dans les l e t t r e s B et G, rares dans la l e t t r e A; cela a pour consequence de ne pas mettre en evidence un suffixe populaire comme - ard . " 1 6 C'est une etude qui parle surtout de la langue s c i e n t i f i q u e et technique sans parler de l'evolution de l a suf f i x a t i o n des niveaux fam i l i e r , populaire, vulgaire ou argotique. Notre recherche se base sur les releves d'ordre fa m i l i e r , populaire, vulgaire et argotique, obtenus par le depouillement de 1'edition or i g i n a l e et de l ' e d i t i o n la plus 1 5Jean Dubois, "Mouvements observes dans les suffixations en francais contemporain," Introduction a l a lexicographie: le dictionnaire , pp. 133-141. 1 6 I b i d . , p. 1 34. 11 recente d'un dictionnaire d'usage, le Petit Robert . En plus des P.R.67 et P.R.78 , nous avons aussi depouille une troisieme edition, c e l l e de 1972; nous n'y avons trouve aucune modification ayant t r a i t a notre recherche. Nous n'allons done examiner que l ' e d i t i o n o r i g i n a l e de 1967 et c e l l e de 1978, la derniere. En tout, nous avons releve 533 modifications dans les quatre registres en question. Sur ce t o t a l , nous avons compte 224 entrees nouvelles et 253 d e f i n i t i o n s et locutions nouvelles. En plus, nous avons decele 9 suppressions, dont 2 entrees et 7 d e f i n i t i o n s ou locutions. Finalement, nous avons constate que 49 entrees, d e f i n i t i o n s ou locutions ont change de niveaux. Les modifications d'ordre familier predominent. I l y en a 298, y compris 3 modifications indiquees par la notation "tres f a m i l i e r . " Ensuite viennent les modifications du niveau populaire: 83, suivies par les modifications argotiques: 79. Le dernier niveau, le niveau vulgaire, compte 37 modifications. Nous avons aussi releve 2 entrees i d e n t i f i e e s par l a notation "tres vulgaire." Toujours dans le cadre des quatre registres, les donnees ont ete classees en vue d'etablir quelques autres groupements de mots qui sont susceptibles d'avancer notre these, a savoir, les abreviations: nous en avons compte 36, les 12 canadianismes: nous en avons trouve 5, et 7 belgicismes. Et finalement les termes p e j o r a t i f s et injurieux dont nous avons releve 13. Voyons d'abord quelle est 1'importance du t o t a l des modifications par rapport a l a nomenclature entiere du Petit  Robert . Le vocabulaire t o t a l se c h i f f r e a 50 000 entrees. Or nous n'avons releve que 224 entrees nouvelles et nous avons remarque la d i s p a r i t i o n de 2 entrees. Les suppressions et les ajouts dans les quatre niveaux de langue representent 0,5% de la nomenclature totale.du d i c t i o n n a i r e . Cette s t a t i s t i q u e nous donne une idee fausse de 1'importance des changements dans les quatre r e g i s t r e s . Si nous examinons de plus pres la r e a l i t e l i nguistique nous remarquons que la majorite des Frangais emploient dans leurs a c t i v i t e s quotidiennes un vocabulaire tres r e s t r e i n t ; 1 7 un vocabulaire qui avec les vocabulaires des registres f a m i l i e r et populaire forme le lexique de base pour 1 7Georges Gougenheim, "Statistique li n g u i s t i q u e et h i s t o i r e du vocabulaire" Etudes de grammaire et de vocabulaire frangais , pp. 258-264. Cette etude e t a b l i t des st a t i s t i q u e s sur la frequence des mots du frangais elementaire a p a r t i r des enregistrements sur bande magnetique de 163 conversations dont les interlocuteurs appartenaient aux milieux les plus divers. 1 3 la grande majorite des F r a n c a i s . 1 8 Selon cette optique, nous nous rendons compte que les modifications dans les registres prennent, evidemment, une importance beaucoup plus grande, notamment du point de vue s o c i a l , socio-economique et lin g u i s t i q u e . Le corps de cette etude est d i v i s e en quatre chapitres, chacun t r a i t a n t un registre de langue. Dans le premier chapitre, qui t r a i t e r a done le registre f a m i l i e r , nous allons essayer de rendre compte de l'ampleur des donnees par rapport aux donnees des autres r e g i s t r e s . En outre, nous allons classer les releves en themes d'inter§t et a p a r t i r de ce groupement e t a b l i r quelle est l a mentalite refletee par le niveau f a m i l i e r . Au chapitre deux, qui t r a i t e r a la langue populaire, nous allons d'abord comparer et contraster le niveau populaire avec la langue c u l t i v e e . Ensuite, nous comptons proposer des modifications a la d e f i n i t i o n t r a d i t i o n n e l l e de l a langue populaire. Finalement, nous proposerons quelques conclusons, a p a r t i r des releves, sur l'evolution de l' a t t i t u d e de 1'homme dans ses relations avec les autres. A propos du niveau vulgaire, nous discuterons le probleme de la propagation 1 8"Le langage familier est la base commune du langage parle de toutes les classes sociales." Henri Bauche, Le langage  populaire , p. 26 "Notre frangais populaire n'est ni une langue technique ni un argot, dans l a mesure ou i l est commun a une vaste partie de la population et non a un metier p a r t i c u l i e r ou a un cenacle ferme." Pierre Guiraud, Le frangais populaire , p. 8. 1 4 de son v o c a b u l a i r e . Nous a l l o n s a u s s i nous i n t e r r o g e r sur l e s r a i s o n s s o c i o l i n g u i s t i g u e s de . 1 ' i n c l u s i o n des mots v u l g a i r e s dans un d i c t i o n n a i r e d'usage. Le d e r n i e r c h a p i t r e de c e t t e analyse p o r t e r a sur l e niveau a r g o t i q u e . Nous y d i s c u t e r o n s l a q u e s t i o n des p l u r a l i t e s des a r g o t s et l e degre auquel un d i c t i o n n a i r e d'usage comme l e P e t i t Robert peut rendre compte des d i f f e r e n t s v o c a b u l a i r e s a r g o t i q u e s . 15 CHAPITRE I 16 LE REGISTRE FAMILIER Le niveau f a m i l i e r 1 s'oppose, d'un c6te, a la langue soutenue, et de l'autre, a l a langue vulgaire. Or l a delimitation entre le niveau familier et le niveau populaire n'est pas nette. En e f f e t , nous avons remarque, au cours de nos recherches, que les mots et les expressons populaires passent au niveau familier avec une grande f a c i l i t e : nos releves montrent qu'entre P.R.67 et P.R.78 i l y a 13 mots ou 1"On d i t qu'un s t y l e , une langue, un mot sont familiers quand leur emploi implique un degre d'intimite entre les interlocuterus et conjointement un refus des rapports ceremonieux qu'exige la langue "soutenue ou academique. Familier s'oppose egalement a grossier ou t r i v i a l [vulgaire]: i l s'agit done d'un niveau de langue, le terme n'implique pas un jugement moral sur le contenu des termes, sur le sens d'un mot comme les q u a l i f i c a t i f s "grossier" ou " t r i v i a l " mais seulement un ecart par rapport a la langue e c r i t e et au "bon usage." Jean Dubois et a l . , Dictionnaire de lingu i s t i q u e , p. 206. 1 7 e x p r e s s i o n s d'ordre p o p u l a i r e q ui sont passes au niveau f a m i l i e r ou au niveau n e u t r e . 2 Les d e l i m i t a t i o n s du niveau f a m i l i e r sont done t r e s vagues quant a son r61e dans l e contexte s o c i a l . En outre, l e v o c a b u l a i r e lui-mime manque d'homogeneite: "Le langage f a m i l i e r , e s t , l u i a u s s i , h e t e r o c l i t e . I l est f a i t d'un melange i n s t a b l e de termes d ' a l l u r e a r g o t i q u e , d'emplois metaphoriques et a u s s i de bons vieux vocables du fonds commun."3 Comme l e terme l ' i n d i q u e , l a langue f a m i l i e r e est u t i l i s e e en f a m i l l e , dans l ' i n t i m i t e . I l est par consequent tout a f a i t n a t u r e l pour une personne d'employer, a son l i e u de t r a v a i l , un langage r e l a t i v e m e n t soutenu et a l a maison un langage p l u t 6 t r e l S c h e , qui f a i t p a r t i e du niveau f a m i l i e r . Comme l e d i t C o l e t t e Stourdze: "La langue f a m i l i e r e , u t i l i s e e en f a m i l l e , avec des amis, dans l ' i n t i m i t e , est une langue t r e s spontanee, peu r e f l e c h i e , i n f l u e n c e e c e r t e s par l a langue p o p u l a i r e " f i l t r e e , " grace a des habitudes a c q u i s e s par 1'education. 2Mots, d e f i n i t i o n s ou l o c u t i o n s q ui ne sont marques d'aucun i n d i c e appartiennent au niveau neutre. 3 A u r e l i e n Sauvageot, P o r t r a i t du v o c a b u l a i r e f r a n g a i s ,p.239. " C o l e t t e Stourdze, "Les niveaux de langue," Le f r a n g a i s dans l e monde. 65 (1969), p. 20. 18 Par consequent, ce qui d i f f e r e n c i e l e l o c u t e u r du langage f a m i l i e r du l o c u t e u r du langage p o p u l a i r e est un c e r t a i n degre d ' i n s t r u c t i o n . Nous pouvons a i n s i c o n c l u r e que l e niveau f a m i l i e r se s i t u e entre l a langue soutenue et l a langue p o p u l a i r e . 5 Le P e t i t Robert n'oppose l a langue f a m i l i e r e qu'au s t y l e soutenu, sans p r e c i s e r l a couche s o c i a l e c a r a c t e r i s e e par ce n i v e a u . 6 Cet emploi double de l a langue par l a meme personne est bien exprime par J o s e t t e Rey-Debove: "Dans l ' e t a t a c t u e l du langage, on peut c o n s i d e r e r q u ' i l y a une dichotomie e s s e n t i e l l e , q u i prime l e s a u t r e s ; l e langage f a m i l i e r employe par tous dans l e s r e l a t i o n s o r d i n a i r e s entre egaux, et l e langage o f f i c i e l , employe dans l e s r e l a t i o n s o f f i c i e l l e s ou h i e r a r c h i q u e s . " 7 Dans nos recherches sur l e niveau f a m i l i e r , nous 5 V o i r l e schema des niveaux de l a langue f r a n c a i s e a l a f i n de ce c h a p i t r e , p. 30. 6 " F a m i l i e r : qu'on emploi naturellement en tous m i l i e u x dans l a c o n v e r s a t i o n courante, et m§me par e c r i t , mais qu'on e v i t e dans l e s r e l a t i o n s avec l e s s u p e r i e u r s , l e s r e l a t i o n s o f f i c i e l l e s et l e s ouvrages qui se veulent s e r i e u x . " P.R.78 , p. 756. 7 J o s e t t e Rey-Debove, Etude l i n g u i s t i q u e et semantique des  d i c t i o n n a i r e s f r a n g a i s contemporains , pp. 92-93. 19 avons remarque que le vocabulaire de ce niveau f a i t preuve d'un grand eclectisme; nous y avons rencontre des mots d'origine vulgaire et populaire, des anglicismes, de faux anglicismes— mots francais "fabriques" a p a r t i r d'un mot anglais--, des expressions techniques et des termes s c i e n t i f i q u e s . Un autre t r a i t du niveau familier est le f a i t que le vocabulaire de ce niveau a une envergure extremement large des a c t i v i t e s humaines, par rapport aux vocabulaires des niveaux populaire ou vulgaire. Les releves du niveau familier ont ete regroupes selon les themes d'intergt suivants: 8 1 . Lieux de frequentation Colonie Resto Etouf f o i r Self-service Lopette Studette Prisunic Vece Resto u 8Les d e f i n i t i o n s et autres donnees pertinentes de ces termes se trouvent dans l'Appendice, p. 73. Termes indiquant une personne Amusette Frise Aubergine Gauchi ste Boit-sans-soif Horaire Boss Lanternier Boudin Macho Cambrousard Malfrat Casse-cul Mamie Chialeur P.d.g. Chinetoque Masochi ste Chleuh Raton Chochotte Sammy Cloutard Smicard Combinard Smigard Conard Stoppeur Couilion Super man Dingue Tarzan Doc Thesard Enarque Travelo Ex Viet Facho Zonard F r i d o l i n Parties du corps Chocottes Con Z i z i A c t i v i t e s humaines A t t e r r i r Decerveller Becher Decomplexer Bloquer Deculotter Bouder Defoncer Bouffer Defouler Brancher Degluer Caler Degraisser Carburer Deharnacher Complexer Donjuaniser Contrebalancer Embrayer Couchailler Envelopper Crachouiller Faire Cravacher Faire (se) Danser Filocher Dansoter Flipper Deballonner Fuguer Debarquer G S t i f i e r Deboussoler Larguer Debraguetter Mouiller Ouvrir Repercuter Pavoiser Roneoter Poeler Sandwicher Planer Sprinter Punaiser Stariser Queuter Tabasser Rebraguetter Vehiculer Objets personnels et autres Art i c u l e t Monokini Balai Patate Biftec P i l u l e Chandelle Poi reau Cibiche P o l i c i e r Drogue Sauc i f l a r d Flouse Suppositoire F o u i l l e Surexposee Fr igo Tatane Groupuscule . Tomate Marie-jeanne Verif 23 6. E x p r e s s i o n s ayant t r a i t a 1 ' a l i m e n t a t i o n Beurre: I I n'y a pas p l u s de ( t e l l e chose t e l l e personne) que de beurre en broche. C a r o t t e : La c a r o t t e ou l e bSton. F r a i s e : Aux f r a i s e s . G r a i n e : Casser l a g r a i n e . G r a i s s e : A l a g r a i s s e d ' o i e , de cheveux de b o i s . H u i l e : Dans l ' h u i l e . Manger: Manger l a soupe sur l a t e t e de quelqu'un. Miam-miam: Exclamation exprimant l e p l a i s i r de manger. Ras: En a v o i r ras l e b o l . S a i n t - G a l m i e r : A v o i r l e s epaules comme une b o u t e i l l e de S a i n t - G a l m i e r . T a r t e : C'est de l a t a r t e . T c h i n - t c h i n : Mots que prononcent l e s gens qui t r i n q u e n t ensemble. Sucer: Se sucer l a p o i r e . 7. L o c u t i o n s imagees, exclamations, et c e t e r a . A l l e r : A l l e r et r e t o u r . Ancre: Lever l ' a n c r e . Averse: De l a d e r n i e r e a v e r s e . Baraque: Casser l a baraque. B§te: F a i r e l a bete a deux dos. 24 B i l l a r d : Devisser son b i l l a r d . Bois: Toucher du bois. Bottes: En avoir lpein les bottes. B o u f f i : Tu l'as d i t , b o u f f i . C h e v i l l e : Etre en c h e v i l l e avec quelqu'un. Chez: Bien chez nous. Chocottes: Avoir les chocottes. Cochon: C'est pas cochon. C o i f f e r : C o i f f e r Saihte-Catherine. C o n f e t t i : Vous pouvez en f a i r e des c o n f e t t i s . Connaitre: Je ne connais que 9 a . Dernier: Le dernier de tout. Derriere: Etre toujours derriere le dos de quelqu'un. Dessin: Faire un dessin a quelqu'un. Dire: Ne pas l'envoyer dire a quelqu'un. Droit: Avoir dr o i t a quelque chose. F a l l o i r : Faut v o i r . Fanfare: Un sale coup pour la fanfare. FlOter: Comme s i (on) f l O t a i t . Maison: Gros comme une maison. Musique: En avant la musique. Plaque: (Etre) a c 6 t e de l a plaque. P o l i c h i n e l l e : Avoir un p o l i c h i n e l l e dans le t i r o i r . Rayon: I l en connait un rayon. Salive: Depenser beaucoup de s a l i v e . 25 Touche-touche: A touche-touche. Train: Etre dans le t r a i n . Trainer:Trainer ses bottes, ses gu§tres quelque part. Vapeur: Homosexuel a v o i l e et a vapeur. Vingt: Vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Nous avons vu que le vocabulaire du niveau familier puise un nombre considerable d'expressions. a des sources d i f f e r e n t e s : langage vulgaire ( con , conard , p o l i c h i n e l l e ), langue argotique (en avoir p l e i n les bottes , avoir les chocottes ), langue technique ( v e r i f , surex ), t e l e v i s i o n et cinema ( super man , tarzan , s t a r i s e r ), anglicismes ( because . f l i p p e r , boss , f i f t y - f i f t y ), l a p u b l i c i t e ( mini , prisu , technicolor , deca ), la vie poli t i q u e et administrative ( se pola r i s e r , smicard , smigard , reglo , zonard ). En outre nous pouvons avancer que le niveau familier predomine dans les v i l l e s ou l a vie quotidienne se deroule en contact constant avec 1'administration, les spectacles et la p u b l i c i t e . Un changement de niveaux de langue notable qui s'est produit entre P.R.67 et P.R.78 concerne les families des mots bouffer et merde. Le verbe bouffer et le substantif bouffe 26 appartenaient au niveau populaire en 1967, mais aujourd'hui i l s sont "montes" au niveau f a m i l i e r . De meme le groupe emmerdant  emmerdement , emmerder et emmerdeur qui e t a i t , auparavant, considere comme une famille de mots vulgaires, font partie, aujourd'hui, du langage f a m i l i e r . Nous pouvons expliquer ce mouvement, d'un c6te, par le r e t r a i t de la censure sociale et de 1'autre c6te par une tendance a 1'homogeneite de la structure sociale qui permet et f a c i l i t e le passage du vocabulaire d'un niveau a l'autre. Nos sondages nous montrent aussi que le vocabulaire du niveau familier f a i t preuve d'une grande f l e x i b i l i t y morphologique semblable a c e l l e de la langue anglaise. La conversion des noms en verbes est tres frequenter fugue- fuguer punaise- punaiser , complexe- complexer et decomplexer , .Don Juan- donjuaniser . Les a f f i x e s 9 comme le prefixe -de sont aussi tres frequemment u t i l i s e s pour la creation de nouveaux verbes: degluer , decerveller , deballonner , debraguetter . Le rythme croissant de l a vie dans la societe 9"Element susceptible d'gtre incorpore a un mot, avant, dans ou apres le rad i c a l (prefixe, i n f i x e , suffixe) pour modifier le sens ou l a fonction." P.R.78 , p. 32. 27 moderne 1 0 a donne naissance selon nos sondages, a un grand nombre d'abreviations, d'apocopes et d'aphereses 1 1 , les apocopes etant de l o i n les plus nombreuses: science f i c t i o n -s.f. , president-directeur-general- p.d.g. , s a l a i r e minimum interprofessionnel de croissance- smicard , ro t a t i v e - roto , p u b l i c i t e - pub , photo surexposee- surex , refrigerateur- f r i g o auto-stoppeur- stoppeur . En ce qui concerne les apocopes, nous avons remarque que le suffixe ^o a connu un foisonnement remarquable au niveau f a m i l i e r . Populaire a l'or i g i n e ce suffixe a ete, par la suite, adopte par le niveau f a m i l i e r . Nous avons releve un bon nombre d'apocopes se terminant en ^2. parmi les ajouts dans P.R.78 : Cellulo'id - c e l l u l o Colonie - colo Crasseux - crado 1 0"Ces tendances [tendances vers 1'abreviation] linguistiques generales sont renforcees et prolongees par les besoins propres de l'expression dans le monde contemporain necessite de ramener a des types lexicographiques normaux les designations complexes [...] que cree journellement une c i v i l i s a t i o n dont le mouvement se p r e c i p i t e . " Paul Zumthor, Abreviations composees , p. 16. 1 1"Apocope: chute d'un phoneme ou d'une syllabe a l a f i n d'un mot. On d i t tele pour t e l e v i s i o n par apocope." P.R.78 , p. 81 . "Apherese: chute d'un phoneme ou d'un groupe de phonemes au debut d'un mot. Pitaine se d i t pour capitaine par apherese." P.R.78 , p. 80. 28 Deuxiemement - deuzio Fasciste - facho Folklorique - f o l k l o Gauchiste - qaucho Ma'sochiste - maso Parano'iaque - parano Regulier - reglo Rotatif - roto Sadique - sado Suppositoire - suppo Travesti - travelo Nous avons aussi rencontre un grand nombre d'expressions ayant t r a i t a la nourriture et a l a b o i s s o n . 1 2 Nos sondages montrent que 1'alimentation occupe une place centrale dans la vie quotidienne de la classe bourgeoise et de l a classe p r o l e t a i r e . I l s'agit surtout d'expressions figurees et d'onomatopees. 1 3 Or, l a creation d'expressions figurees 1 2 V o i r le groupement numero 6 plus haut dans ce chapitre, p. 23. 13"Onomatopee: creation de mot suggerant ou cense suggerer par imitation phonetique l a chose denommee; le mot i m i t a t i f lui-meme. (ex. G a z o u i l l i s , roucoulement, bourn, crac, susurrer, vrombir.) P.R.78 , p. 1311. 29 exige, l e plus souvent, un cont a c t constant et une c e r t a i n e f a m i l i a r i t e avec. l ' o b j e t c oncret q ui f o u r n i t l a base de l ' e x p r e s s i o n f i g u r e e . L ' e x p r e s s i o n " a v o i r l e s epaules comme une b o u t e i l l e de Sa i n t - G a l m i e r " e t a i t sans doute creee par une personne q u i , a fo r c e de consommer l'eau minerale S a i n t - G a l m i e r , a f a i t inconsciemment l e rapport entre l a forme de l a b o u t e i l l e et une p a r t i c u l a r i t e du physique. En concluson, nous pouvons avancer qu'aujourd'hui, l e v o c a b u l a i r e f a m i l i e r , par son aspect h e t e r o c l i t e , par l e grand nombre d ' a b r e v i a t i o n s et d'apocopes, et par l e s exp r e s s i o n s t i r e e s de ses termes d ' a l i m e n t a t i o n , r e f l e t e l a m e n t a l i t e et l a faqon de v i v r e des c i t a d i n s , a s a v o i r l a b o u r g e o i s i e et l e p r o l e t a r i a t . II est d i f f i c i l e de hasarder des hypotheses sur l e t r e s grand nombre d'ajouts au v o c a b u l a i r e f a m i l i e r par rapport aux a j o u t s r e l e v e s dans l e s a u t r e s r e g i s t r e s notamment, dans l e r e g i s t r e p o p u l a i r e . I l se peut que l e s l e x i c o g r a p h e s , pour a j o u t e r un terme nouveau a l a nomenclature d'un d i c t i o n n a i r e d'usage, se f i e n t a sa frequence dans l a presse et non pas a 1'usage o r a l dans l a v i e q u o t i d i e n n e de l a communaute. I l se peut a u s s i que l a v i l l e s o i t un m i l i e u beaucoup p l u s fecond en termes nouveaux par rapport a l a campagne. Par consequent, une pl u s grande p r o p o r t i o n de termes f a m i l i e r s sont i n t r o d u i t s dans un d i c t i o n n a i r e d'usage comme l e P e t i t Robert. 30 LES NIVEAUX DE LA LANGUE FRANCAISE14 Classique L i t t e r a i r e Soigne ou c u l t i v e Standard Surtout e c r i t s Art i f ic i e l s Formalisms Elabores Fami1ier Surtout I n s t i n c t i fs Populaire paries Spontanes Vulgaire Non-formali ses Argot ique 1 4Ce schema est inspire par l ' a r t i c l e de Colette Stourdze, "Les niveaux de langue," Le frangais dans le monde , 65 (1969), p. 18-23. CHAPITRE II 3 2 LE REGISTRE POPULAIRE1 Ce chapitre examinera la question du registre populaire. Nous allons d'abord essayer d ' e t a b l i r , a p a r t i r des etudes qui t r a i t e n t l a question des niveaux de langue, ce que c'est que l a langue populaire. 2 Ensuite nous ticherons de considerer l a conception t r a d i t i o n n e l l e de l a langue populaire selon l'optique de notre recherche sur les niveaux de langue. 1"Une langue populaire, parlee naturellement par certaines couches sociales, formees en gros par les Francais qui n'ont pas f a i t d'etudes secondaires, constitue un instrument de communication dans lequel formes et constructions grammaticales en p a r t i c u l i e r ne semblent pas obeir a une norme." Colette Stourdze, "Les niveaux de langue," Le frangais dans le monde. 65 (1969), p. 19. 2Quelques etudes interessantes t r a i t a n t les niveaux de langue et le registre populaire: Henri Bauche, Le langage populaire ; Pierre Guiraud, Le Frangais populaire ; Aurelien Sauvageot, Por t r a i t du vocabulaire frangais ; Colette Stourdze, "Les niveaux de langue," Le frangais dans le monde , 65 (1969). 33 La langue ou le registre populaire, comme le nom l'indique, est u t i l i s e par "le peuple." Le Petit Robert indique que le terme "populaire," dans son acception l i n g u i s t i q u e s i g n i f i e ce "qui est cree, employe par le peuple et n'est guere en usage dans l a bourgeoisie et parmi les gens cul t i v e s . " 3 Un dictionnaire d'usage assigne l a langue populaire a une couche sociale, " l e peuple" qui se situe "au-dessous" de la classe bourgeoise et des "gens c u l t i v e s . " En plus, dans le "Tableau des signes conventionnels et abreviations du dic t i o n n a i r e , " le Petit Robert donne la d e f i n i t i o n suivante de la notation "pop.:" " populaire q u a l i f i e un mot ou un sens courant dans la langue parlee des milieux populaires qui ne s'emploierait pas dans un milieu s o c i a l eleve."" La langue populaire s'emploie presque exclusivement oralement dans cette couche de societe tres vague qui s'appelle " l e peuple" 5 et qui non seulement forme une grande partie de la population mais se 3 P.R.78 , p. 1483. • P.R.78 , p. XXVIII 5Concept dont nous avons donne la d e f i n i t i o n t i r e e du P.R.78 plus haut, p. 33. 34 distingue des classes sociales elevees par son manque d'instruction. Or, c'est precisement a ce manque d'instruction que l'on peut attribuer les p a r t i c u l a r i t e s du registre populaire. Comme le d i t Henri Bauche dans 1'introduction a son Langage populaire : " l a langue populaire est l'idiome parle couramment et naturellement dans le peuple, idome que 1'homme du peuple tient de ses pere et mere et q u ' i l entend chaque jour sur les levres de ses semblables." 6 Done, i l s'agit d'une langue qui a garde tous les aspects de l'evolution n a t u r e l l e 7 de la langue frangaise. A la difference de la langue cult i v e e qui a ete creee a r t i f i c i e l l e m e n t par les erudits frangais a travers les s i e c l e s , le registre populaire reste f i d e l e a ses origines naturelles. Du point de vue historique, nous pouvons m§me parler de deux langues d i s t i n c t e s : Le frangais c u l t i v e porte l a marque profonde de ces origines historiques p a r t i c u l i e r e s ; i l est ne de l'action des grammairiens qui au cours des XVIe et XVIIe s i e c l e s ont s t a b i l i s e et normalise l'idiome dans une phase de t r a n s i t i o n , a une epoque ou la structure naturelle du systeme n'etait pas encore achevee. [...] Le frangais c u l t i v e est a l a f o i s beaucoup plus riche et 6Henri Bauche, Le langage populaire , p. 28. 7Terme dont l'acception est c e l l e que l u i donne Henri Bauche en parlant de la langue populaire: "Le frangais populaire coule [...] des sources naturelles, e'est-a-dire frangaises et directement l a t i n e s . " Henri Bauche, Le langage populaire , p. 22. (Souligne dans le texte) 35 beaucoup plus complexe. Parce que, d'une part, i l exploite au maximum toutes les v i r t u a l i t e s du systeme hereditaire; parce que, d'autre part, i l a greffe sur ce dernier un autre systeme linguistique directement issu du l a t i n et qui n'a pas ete entierement assimile. . [ . . . ] Le frangais populaire, en revanche, a conserve l a sim p l i c i t y , 1'homogeneite, la vigueur et l a naivete d'une economie n a t u r e l l e . 8 Aussi bien que la langue c u l t i v e e , l a langue populaire possede sa propre syntaxe, sa propre morphologie, son propre systeme phonetique et son propre vocabulaire. Puisqu'un dictionnaire d'usage comme le Petit Robert est un inventaire du vocabulaire de l a langue, nous n'allons t r a i t e r l a langue populaire que du point de vue de l a le x i c o l o g i e . A travers le vocabulaire populaire, t e l que r e f l e t e par les deux editions du Pet i t Robert , nous allons essayer de mettre en question l a v a l i d i t e de l a d e f i n i t i o n t r a d i t i o n n e l l e du registre populaire. En plus, i l est a nous de voir dans quel sens se di r i g e l a langue populaire et quels sont les agents qui exercent une influence sur e l l e . Notre etude se li m i t e r a a l'evolution l e x i c a l e de ce re g i s t r e . Nous allons f a i r e apparaitre les mutations dans le vocabulaire populaire par les donnees sta t i s t i q u e s comme les ajouts et les suppressions de mots ou de sens des mots releves. En vue de f a c i l i t e r notre tache, nous Pierre Guiraud, Le francais populaire , pp. 9-10. 36 avons regroupe les releves du vocabualire populaire en six pa r t i e s: 9 Repartition des ajouts releves dans P.R.78 1. Lieux publics Cinoche 1 0 Hosto Claque 2. Termes designant une personne Amorti Chant ier Arbi Chiard B i l l e Cinoque Bobonne C r o u i l l a t Bouf feur Plouc Cal'd Reviso 9Cette r e p a r t i t i o n a ete inspiree par l'ouvrage de Rudolf H a l l i g et Walther von Wartbourg, Systeme raisonne des concepts  pour se r v i r de base a la lexicographie: essai d'un schema de classement. 1 0 L e s d e f i n i t i o n s et autres donnees pertinentes se trouvent dans l'Appendice, p. 73. Salope Sezigue Sous-prolo Tantouse Tez igue Troquet Parties du corps Canne Gargouillette Chatte Nase Cigare A c t i v i t e s humaines Beurrer Bourrer Bruler Calancher Droper Debecter Emmouscailler Entuber Gamberger Glander Jeter Lourder Maquer Maquereauter Rect i f ier T a r t i r Viander Fai re 38 Objets Calbombe Thomas C a l c i f Valoche Colombin Clope Seringue 6. L o c u t i o n s et exclamations Bagnole: C'est de l a bagnole. B o l : En a v o i r ras l e b o l . Cabeche: Couper cabeche. C h i o t t e : Aux c h i o t t e s . Clopes: Des e l o p e s . Dame: A l l e r a dame. P a t i n : Rouler un p a t i n . TScher: TScher moyen de. 7. D i v e r s Arnaque E n f o i re Becquetance E n t o u r l o u p e t t e Ben Gamberge Benef G l a v i o t Bidonnant P o i s c a i l l e Caoua Sourdingue Clebs Taquet Craspec T r i p 39 Les termes suivants, ou leur emploi p a r t i c u l i e r , ont change de registre et sont devenus populaires. Notation dans Notation dans P.R.67 P.R.78 Cucurbitin - pop. Dal arg. Pop. Envies - pop. Schlinguer vulg. Pop. Finalement, le seul mot du registre poplaire qui a ete supprime est renarder . Une tendance vers l a representation du frangais international par P.R.78 se montre m§me dans le vocabulaire du registre populaire. Nous y avons rencontre quatre canadianismes: ber , canner , piastre et sou . L'americanisme canner est introduit pour la premiere f o i s dans le Petit Robert^ 40 sans doute parce que P.R.78 se veut i n t e r n a t i o n a l . 1 1 Les termes piastre et sou , en revanche sont des termes tres frangais qui ont, dans le milieu socio-economique nord-americain, change considerablement de sens. En comparant les ajouts d'ordre populaire releves dans P.R.78 et la nomenclature d'un dictionnaire d'argot 1 2 publie en 1960, nous avons constate que la moitie de nos releves populaires, soit 41 sur le t o t a l de 82, figure dans ce dictionnaire d'argot. Par consequent, le niveau populaire aujourd'hui ne puise pas son vocabulaire uniquement d'un fonds populaire mais est alimente copieusement par le niveau argotique. En outre, nous avons releve 11 termes sur le t o t a l de 82, qui sont consideres comme injurieux ou p e j o r a t i f s non 1 1"Pourtant, pretendre decrire "le frangais" et eliminer 1'usage de communautes humanes t e l l e s que le Quebec, la Belgique wallonne au l a Romandie releve d'un imperialisme c u l t u r e l sans, doute inconscient. Une modeste ouverture sur quelques regionalismes "hexagonaux," une tentative mesuree mais coherente quant aux canadianismes et aux belgicismes carecterisent le P.R.I [ P.R.78 ]." Alain Rey, "Dictionnaire et frangais vivant: 1'experience du Petit Robert 1978 ," La Banque des mots , 15, p. 12. 1 2Auguste le Breton, L'Argot chez les vrais des vrais . 41 seulement par le Dictionnaire des injures , 1 3 mais aussi par P.R.78 : Arbi Chatte Cinoque Colombin Craspec Emmuscailler Enfoire Glander Plouc Salope Sourdingue Tantouse Soit pour des raisons d'objectivite l i n g u i s t i q u e , soit pour des raisons sociales, les lexicographes ont decide d'introduire ces termes dans ce dictionnaire d'usage. Or s i nous suivons l'evolution des injures et des termes p e j o r a t i f s dans les dictionnaires d'usage nous constatons qu'elle suit plut6t les attitudes de la societe: "Le lexicographe gomme ou supprime ce qui manifeste des oppositions a des contradictions entre les groupes sociaux, religieux ou p o l i t i q u e s : a i n s i tous les termes d'injure qui supposent une attitude raciste sont exclus des dictionnaires du XXe s i e c l e , alors q u ' i l s n'etaient pas a la f i n du XIXe s i e c l e , cette attitude etant integree a 1 3Robert Edouard, Dictionnaire des injures . 42 1'ensemble des comportements "admis." 1 4 Nous pouvons a i n s i i n t e r p r e t e r l e s a j o u t s i n j u r i e u x et r a c i s t e s dans P.R.78 comme des termes qui aujourd'hui t r a d u i s e n t une a t t i t u d e , un comportement admis par l a s o c i e t e . Ces a j o u t s ne se trouvent pas seulement au r e g i s t r e p o p u l a i r e ; nous en avons rencontre un nombre notable au niveau f a m i l i e r et a r g o t i q u e : Demi-sel F r i d o l i n F r i s e Raton E n f i n , nous avons r e l e v e un terme qui ne semble pas §tre a sa p l a c e dans l e r e g i s t r e p o p u l a i r e . Le terme de t r i p avec l e verbe t r i p e r et l e s u b s t a n t i f t r i p e u r font p a r t i e du v o c a b u l a i r e de l a drogue. Le v o c a b u l a i r e de l a drogue ne se s i t u e a i n s i pas seulement au niveau a r g o t i q u e , ou i l s ' a g i t d'un v o c a b u l a i r e t r e s s p e c i a l i s e (se earner , j o i n t , shoot , shooter ), et au niveau f a m i l i e r (se defoncer , drogue , Chinetoque Chleuh Combinard Conasse C r o u i l l a t 1 4 J e a n Dubois, I n t r o d u c t i o n a l a l e x i c o g r a p h i e : l e d i c t i o n n a i r e p. 103. ' 43 f l i p p e r , hash , marie-Jeanne , planant , planer ), mais a visiblement commence a s'introduire dans le registre populaire. S i , en conclusion, nous comparons le vocabulaire populaire avec le vocabulaire familier nous remarquons qu'a l'encontre du niveau f a m i l i e r , le vocabulaire populaire est u t i l i s e dans un p e t i t nombre des activates humaines. En plus, et en comparaison avec la langue soignee, i l tend vers 1'expressivite ( cinoche , c a l e c i f , valoche ). Au niveau soigne les suffixes ont une fonction semantique; i l s modifient le sens des mots. Les suffixes du niveau populaire, en revanche, jouent un rdle a f f e c t i f et " s o c i a l ; " i l s permettent au locuteur de se f a i r e accepter dans son milieu. CHAPITRE III V5 LE REGISTRE VULGAIRE Le vocabulaire de ce niveau se lim i t e aux termes scatologiques et erotiques, soit dans leurs acceptions concretes ou figurees. I l est d i f f i c i l e , sinon impossible, a l a difference des autres niveaux de langue, d'attacher le niveau vulgaire a une couche sociale p a r t i c u l i e r e . Deja dans la "Presentation du dicti o n n a i r e , " P.R.78 nous apprend que 1'indication "vulgaire" designe un "mot, sens ou emploi choquant (souvent familier (fam.) ou populaire (pop.), qu'on ne peut employer entre personnes bien elevees, quelle que so i t leur classe s o c i a l e . ) . " 1 Nous rencontrons le langage vulgaire chez les prol e t a i r e s et chez les paysans qui se servent du registre P.R.78 , p. XXIV. 46 familier et populaire, aussi bien que parmi la bourgeoisie et les i n t e l l e c t u e l s . Or i l faut preciser les differences d'emploi des termes vulgaires selon les differentes couches sociales. Le p r o l e t a i r e et le paysan se servent d ' e x p l e t i f s 2 scatologiques ou erotiques, le plus souvent, de facon automatique et inconsciente pour "etoffer" leur message. Chez les gens i n s t r u i t s , en revanche, l'emission de vocables vulgaires assume le r61e de catharsis. Ce phenomene a ete mis en r e l i e f par G. Matore: "Le mot grossier constitue l e stade de "defoulement," la c r i s t a l l i s a t i o n d'une situ a t i o n anterieure souvent imp l i c i t e (ennuis conjugaux, etc.) qui trouve i c i [chez les i n s t r u i t s ] une exutoire." 3 L'inclusion des expressions vulgaires dans un dictionnaire est un . f a i t tout recent. La t a r d i v i t e d'introduction du vocabulaire appartenant au registre vulgaire dans les dictionnaires d'usage n'est nullement due a des questions d'ordre linguistique ou lexicologique; e l l e est due entierement a 1'attitude de la communaute envers le langage vulgaire. Ce probleme du niveau vulgaire de nature s o c i o - c u l t u r e l l e est tres bien signale par J . Dubois: " I l y a 2"Qui sert a remplir l a phrase sans §tre necessaire au sens." P.R.78 , p. 734. 3Georges Matore, H i s t o i r e des dictionnaires frangais , p.218. 47 des mots, grammaticalement corre c t s - qui font partie de la langue et qui sont d'usage courant, mais qui ne sont pas acceptes dans l a nomenclature des dictionnaires ou, quand i l s le sont, sont marques d'une indication infamante. Ces termes constituent des tabous c u l t u r e l s : i l y a des textes qui ne sont pas recus dans le groupe soci o - c u l t u r e l ideal que forment les "lecteurs" d'un dic t i o n n a i r e . Autrement d i t , l'ideologie de l a communaute, sa culture, se d e f i n i t autant par ce qu'elle est, que par ce qu'elle r e j e t t e . " " En 1968, une annee apres la publication du P.R.67 , G. Matore remarque que "les sondages q u ' [ i l a] operes dans le L i t t r e et le Robert revelent que les dictionnaires ne mentionnent les termes grossiers que s ' i l s ont donne naissance a des derives (cul-de-sac) q u ' i l eflt ete impossible d'omettre." 5 Onze ans plus tard, soit en 1979, nous trouvons la j u s t i f i c a t i o n d'introduction des termes vulgaires dans l a "Presentation du di c t i o n n a i r e " du P.R.78 : "Quant aux mots  tabous , argotiques ou malsonnants, i l nous a semble que "Jean Dubois, Introduction a la lexicographie: le dictionniare p. 102. (Souligne dans le texte.). ' 5Georges Matore, H i s t o i r e des dictionnaires frangais , p.219. 48 1'evolution des moeurs devait etre re f l e t e e , ne serait-ce que pour repondre aux besoins de comprehension les plus evidents." 6 En vue d ' i l l u s t r e r cette "evolution des moeurs," nous avons ch o i s i le verbe bander qui apparait dans P.R.67 aussi bien que dans P.R.78 . Influence par l a censure sociale, le lexicographe nous apprend dans P.R.78 que "1'emploi [du verbe bander dans sa nature i n t r a n s i t i v e ] est rendu impossible par un sens obscene." 7 Onze ans plus tard, P.R.78 donne deja l a d e f i n i t i o n suivante: "vulg. Etre en etat d'erection." 8 et c i t e 1690 comme l'annee d'origine de l'acception vulgaire. Les raisons pour lesquelles nous avons du attendre jusqu'en 1978 pour que soient introduits dans les dictionnaires d'usage des mots qui vivent dans l a communaute depuis presque t r o i s s i e c l e s sont tres bien precisees par J . Dubois: "La devalorisation de la morale bourgeoise, les modifications de l'a t t i t u d e de l a societe a l'egard de l'education sexuelle, l a penetration de la langue populaire dans les e c r i t s " l i t t e r a i r e s , " sont autant de facteurs qui ont conduit les lexicographes actuels a introduire dans les nomenclatures les 6 P.R.78 , p. XVIII. (Souligne dans le texte). 7 P.R.67 , p. 143. 8 P.R.78 , p. 1 53. 49 termes qui n'y f i g u r a i e n t pas i l y a quelques annees." 9 C e r t e s , c e l a ne veut pas d i r e que l a c l a s s e d i r i g e a n t e a donne c a r t e blanche aux l e x i c o g r a p h e s . Bien q u ' i n c l u s dans l a nomenclature des d i c t i o n n a i r e s d'usage, l e s "mots tabous" r e s t e n t marques par l a n o t a t i o n " v u l g a i r e . " Cette s a n c t i o n , comme l ' a bien remarque J . Dubois, e st l o i n d 'etre d'ordre l i n g u i s t i q u e : "Mais c e u x - c i [ l e s termes v u l g a i r e s ] r e s t e n t s u i v i s de 1 ' i n t r o d u c t i o n " t r i v i a l " ou " v u l g a i r e " . Cette n o t a t i o n n'est pas de nature l i n g u i s t i q u e , mais c u l t u r e l l e . " 1 0 Dans nos r e l e v e s du v o c a b u l a i r e v u l g a i r e , nous avons cons t a t e qu'en e f f e t , . i l y a un mouvement de v o c a b u l a i r e du r e g i s t r e v u l g a i r e vers l e s r e g i s t r e s p o p u l a i r e et f a m i l i e r . Nous avons r e l e v e sept entrees et l o c u t i o n s q ui ont change de r e g i s t r e s tout en gardant l e u r s sens; v u l g a i r e s dans P.R.67 e l l e s deviennent p o p u l a i r e s ou f a m i l i e r e s dans P.R.78 L'exemple l e pl u s frappant de ce mouvement est l a f a m i l l e de mots emmerdant , emmerdement , emmerder et emmerdeur qui n'est p l u s s e n t i e comme v u l g a i r e mais f a m i l i e r e selon P.R.78 . M§me 9 J e a n Dubois, I n t r o d u c t i o n a l a l e x i c o g r a p h i e : l e d i c t i o n n a i r e p. 102. 1 0 I d . 50 le verbe deconner , qui appartient a la famille de mots dont tous les membres ( con , conasse , conneau , conard et connerie) figurent dans le vocabulaire vulgaire, est passe de ce niveau au niveau f a m i l i e r . En ce qui concerne les entrees, d e f i n i t i o n s et locutions introduites pour la premiere f o i s dans P.R.78 , nous les avons reparties en deux groupes:les termes scatologiques et les termes sexuels au sens concret et figure. 1 . Termes scatologiques C h i a n t 1 1 Chierie Chie Enfoire Chier 2.a) Termes sexuels concrets Baise Bitte Baiseur Branler Bandant Burette Bander Chatte 1 1Tous renseignements pertinents sur ces termes se trouvent dans l'Appendice, p. 73. 51 Claque Con Cou i l l e s Culbuter Debander Encule Enculer Mouiller Noeud b) Termes sexuels au sens figure Con Conneau Conard Connerie Conasse Co u i l l e A p a r t i r de nos releves regroupes, nous pouvons deceler une hierarchie d'acceptabi1ite adaptee par les lexicographes, qui r e f l e t e l a morale de la classe dirigeante. Remarquons tout d'abord que les termes scatologiques dans leurs sens concrets ont deja ete acceptes dans P.R.67 . 1 2 Or ce sont les termes concrets qui sont le moins d i f f i c i l e s a §tre 1 2 L e s ajouts scatologiques du P.R.78 regroupes ci-dessus ont tous des acceptions figurees. Voir l'Appendice du memoire, p. 73. Quequette Queue Rotoplots Roubignoles Sucer Tantouse Tr ingler Valseur 52 acceptes par la c o l l e c t i v i t e , tandis que les expressions scatologiques au sens figure ( f a i r e chier , quelle c h i e r i e , chiant ) n'ont ete acceptees par P.R.78 que onze ans plus tard.. Vient ensuite 1'acceptation d'expressions concretes et figurees ayant t r a i t a l a vie sexuelle "normale," c'est-a-dire heterosexuelle ( baise , b i t t e , rotoplots ). Et finalement viennent les expressions les moins tolerees qui s'attachent specifiquement a 1'homosexuality; e l l e s recoivent dans P.R.78 la notation "tres vulgaire:" encule , enculer . En conclusion, nous avons constate au cours de nos recherches que le vocabulaire vulgaire est base sur de vieux vocables francais qui existent dans la langue depuis tres longtemps. A l'encontre du vocabulaire f a m i l i e r , le vocabulaire vulgaire n'est pas influence par le langage des media, des spectacles et de la p u b l i c i t e qui, l u i , est herisse d'anglicismes. Ce niveau se rapproche beaucoup, du point de vue l i n g u i s t i q u e , du niveau populaire ou nous avons remarque que le locuteur s'interesse a 1'expressivite de son message sans se soucier de son exactitude ou e f f i c a c i t e : l a r e d u p l i c a t i o n 1 3 dans quequette et la repetition de la voyelle "o" dans rotoplots en sont deux exemples. 1 3"Reduplication: r e p e t i t i o n volontaire d'une syllabe, d'un mot. (ex.: f a i r e ami, ami; g u i 1 i - g u i 1 i ) . " P.R.78 , p. 1686. 53 A la difference du vocabulaire fa m i l i e r , le vocabulaire vulgaire est limite aux domaines tres re s t r e i n t s des fonctions physiologiques et des gestes de procreation et aux locutions ou expressions figurees, derivees de ces deux domaines. En outre, le niveau vulgaire, en contraste avec le niveau familier qui, l u i , puise son vocabulaire a un grand nombre d' a c t i v i t e s humaines, est caracterise par son manque t o t a l d ' o r i g i n a l i t e et de variete: i l se contente de creer son vocabulaire a p a r t i r de quelques termes de base. 54-C H A P I T R E I V 5 5 LE REGISTRE ARGOTIQUE1 Le terme "argot" sociolinguistiques d i s t i n c t s : a un niveau de langue dans Ce niveau de langue est situe par notre schema des niveaux 30. II s'agit alors de la designe en gros deux phenomenes premierement "argot" se rapporte le contexte des couches sociales. en bas de l'e c h e l l e representee de langue qui se trouve a la page langue "verte," le langage du 1" arg .: mot d'argot, emploi argotique l i m i t e a un milieu p a r t i c u l i e r , surtout professionnel (arg. s c o l . : argot scolaire) mais inconnu, du grand public. Pour les mots d'argot passes dans le langage courant, voir pop ." P.R.78 , p. XXIV. "Argot: l i n g . Ensemble oral des mots non-techniques qui plaisent a un groupe s o c i a l ; argot pa r i s i e n ; argot boulevardier; argot m i l i t a i r e , argot des ecoles; argot s p o r t i f . " P.R.78 , p. 99. 56 "milieu," de la pegre, qui existe en marge de l a so c i e t e . 2 Ce niveau de langue est employe par les malfaiteurs, dans le milieu de la pr o s t i t u t i o n , chez les clochards, par les trafiquants et les vagabonds, et dans le milieu de l a drogue. Deuxiemement, i l existe dans certaines societes des groupes de personnes aux interets communs qui forment leurs propres petites societes et leurs propres langages, ce qu'on appelle les argots de metier. Dans le contexte s o c i a l , i l est d i f f i c i l e de placer les argots de metier, car les milieux qui les parlent sont tout a f a i t integres dans la societe; i l s ne sont pas marginaux comme le milieu des malfaiteurs mais se situent a toutes les couches sociales. On trouve un grand nombre d'argots de metier: l'argot des coureurs c y c l i s t e s , l'argot des grandes Ecoles, l'argot m i l i t a i r e , l'argot du cirque, et cetera. Aurelien Sauvageot, dans son ouvrage P o r t r a i t du  vocabulaire frangais , parle de cette m u l t i p l i c i t y des argots. Bien que son etude a i t ete publiee en 1964, notre recherche ne f a i t que confirmer ses affirmations: "En r e a l i t e , i l n'y a pas en e f f e t , un argot, mais une multitude d'argots. Chaque c o l l e c t i v i t e fermee tend a developper une sorte de jargon 2"Au sens e t r o i t du mot, l'argot, pour le l i n g u s i t e , est le langage des malfaiteurs. Par extension, i l designe aussi un certain nombre de langages speciaux qui offrent des t r a i t s communs avec le precedent." Albert Dauzat, Les Argots:  caracteres, 6 v o l u t i o n , influence , p. 5. 57 caracterise par des locutions p a r t i c u l i e r e s , des mots speciaux, parfois totalement inconnus dans les autres variantes l e x i c a l e s de l a langue." 3 Le premier aspect commun aux deux genres de 1'argot est son hermecite: "Un vocabulaire [argotique] u t i l i s e trop souvent perd de sa couleur ou de son hermecite, car 1'argot veut §tre hermetique aux no n - i n i t i e s . [...] L'argot est proprement i n s a i s i s s a b l e . Ses mots changent de sens ou disparaissent pour f a i r e place a des nouvelles creations."" Le deuxieme aspect de l'argot auquel f a i t a l l u s i o n A. Sauvageot est son caractere ephemere. Jean Lacassagne constate que "l'argot etant l'idiome de la corruption, se corrompt v i t e . En outre, comme i l cherche toujours a se derober, s i t 6 t q u ' i l se sent compris i l se transforme. [ . . . ] Ainsi l'argot v a - t - i l se decomposant et se recomposant sans cesse. [...] Organisme vivant, en perpetuelle decomposition et recomposition, l'argot est essentiellement instable. C'est le vif-argent. I l passe, court, coule, se deforme, se reforme, meurt, renait, f l o t t e , f l u e , f i l e , f u i t , echappe a la notation. L'instantane qu'on en 3Aurelien Sauvageot, Port r a i t du vocabulire francais , p. 240. "Ibid. P. 23. 58 prend aujourd'hui, n'est plus ressemblant demain." 5 Le troisieme aspect de l'argot est son e x c l u s i v i t e ou son e l i t i s m e . Comme le d i t Albert Dauzat, "l'argot constitue un element de cohesion des groupes fermes, une reaction contre les agents exterieurs de d i s s o c i a t i o n , contre les profanes, et, au besoin, un organe de protection." 6 En outre, J. Dubois appuie A. Dauzat en precisant que "argotique indique un terme specifique dont 1'usage est l i m i t e a la communication dans un milieu r e s t r e i n t . " 7 Le degre d'exclusivite des d i f f e r e n t s argots est bien i l l u s t r e par l'ouvrage de Geo Sandry et Marcel Carrere 8 ou l'argot des etudiants est d i v i s e en cinq argots d i s t i n c t s : l'argot des Lycees, l'argot des grandes Ecoles, l'argot de Normale Sup', l'argot de L'X (Ecoles polytechnique), et l'argot des carabins (etudiants en chirurgie, ou en medecine). 9 5Jean Lacassagne, L'Arqot du milieu , p. XVIII. 6 A l b e r t Dauzat, Les Argots: caracteres, evolution, influence , p. 21 . 7Jean Dubois, Introduction a la lexicographie: le dictionnaire p. 101. 8Geo Sandry et Marcel Carrere, L'Argot moderne . 9 I b i d . , p. 392. 59 Le quatrieme aspect de l ' a r g o t est son c a r a c t e r e p a r l e : "Certes, l e s mots d'argot meurent plu s v i t e que ceux de l a langue o r d i n a i r e . [...] C'est a u s s i que langue p a r l e e , i l n'a pas l ' a p p u i des documents e c r i t s . " 1 0 Vu l'ensemble des c a r a c t e r i s t i q u e s de l ' a r g o t , i l est d i f f i c i l e d'imaginer comment et pourquoi l e s termes a r g o t i q u e s entrent dans l e P e t i t Robert , qui est un d i c t i o n n a i r e d'usage, c ' e s t - a - d i r e un ouvrage qui d e c r i t l a langue p a r l e e par l e grand p u b l i c et non pas une langue hermetique. Le d i c t i o n n a i r e d'usage accorde a u s s i a un mot r e p e r t o r i e une c e r t a i n e v a l e u r , un p o i d s , qui l u i assure l a s t a b i l i t e et une longue v i e dans l a l i t t e r a t u r e ou dans l a langue p a r l e e . Le d i c t i o n n a i r e ne d e c r i t p o i n t 1'aspect ephemere propre a l a langue a r g o t i q u e . Au c o n t r a i r e , i l empeche l a d i s p a r i t i o n des mots et assure l e maintien des termes qui sont peut-§tre deja d i s p a r u s de l a langue p a r l e e mais qui sont conserves grSce aux d i c t i o n n a i r e s . Un des buts d'un d i c t i o n n a i r e d'usage e s t , c e r t e s , d ' a t t e i n d r e l e p l u s grand nombre de l e c t e u r s . La nomenclature est basee sur l e v o c a b u l a i r e commun a une grande m a j o r i t e . Le v o c a b u l a i r e a r g o t i q u e , en revanche, est u t i l i s e par un nombre r e s t r e i n t de l o c u t e u r s . 1 0 J e a n Lacassagne, L'Argot du m i l i e u , p. 'XVIII. 60 Finalement, le dictionnaire d'usage est un ouvrage e c r i t qui " f i x e " l a langue: i l accorde a t e l l e ou t e l l e entree une orthographe sans ambiguites, une ou plusieurs d e f i n i t i o n s et une prononciation. L'entree est a i n s i approuvee et sanctionnee par le dictionnaire. Les termes argotiques, en revanche, ne connaissent ni une orthographe precise, ni une d e f i n i t i o n stable. I l s font partie d'un mode de communication purement o r a l : "Bougre de c r e t i n , ton Clebert saura meme pas comment les u t i l i s e r , les mots [argotiques] que tu l u i epelles. D'abord ces mots sont sans orthographe. I l s sont phonet iques." 1 1 Compte tenu de ces reflexions, nous nous demandons comment i l se f a i t que nous avions releve 80 entrees, d e f i n i t i o n s ou locutions qui ont ete ajoutees dans P.R.78 Une partie de l a reponse est fournie par J. Lacassagne: Certains mots n'en continuent pas moins leur vie mais cessent pourtant d'appartenir a l a famille de l'argot. D'abord "enfants trouves du langage" i l s peuvent §tre ulterieurement adoptes par l a langue generale. En veut-on quelques exemples? Les mots cambrioleur, camelot, escarpe, gouape, pegre, l i g o t e r et combien d'autres encore, sont de l a plus pure origine argotique. D'autres termes passent dans la langue populaire ou familiere et y demeurent , pour 1 1Auguste le Breton, L'Argot chez les vrais des vra i s , p. 10. 61 l ' i n s t a n t du moins. T e l s sont: baluchon, bouffade, se balader, camoufler, f r a n g i n , r o u p i l l e r , e t c . , e t c . I l y a done un courant constant qui va de l ' a r g o t au f r a n c a i s academique, en passant par l e langage p o p l u a i r e ou f a m i l i e r . 1 2 Ce phenomene est bien exprime par A. Sauvageot q u i cons t a t e que "[q]uand un mot d'argot s u b s i s t e longtemps, c'est q u ' i l cesse d'etre un mot d'argot proprement d i t pour tomber dans l e v o c a b u l a i r e du langage f a m i l i e r . " 1 3 L ' i n c l u s i o n des termes a r g o t i q u e s s'explique a u s s i par l e f a i t que c e r t a i n s e c r i v a i n s notables d'aujourd'hui se servent de p l u s en p l u s de l a langue a r g o t i q u e ; par l e truchement d'ouvrages d ' e c r i v a i n s modernes comme C e l i n e , Queneau, ou San Antonio, des termes a r g o t i q u e s se p o p u l a r i s e n t et f i n i s s e n t par se g l i s s e r dans l e s d i c t i o n n a i r e s d'usage. D ' a i l l e u r s , en vue de j u s t i f i e r 1 ' i n c l u s i o n d'un terme a r g o t i q u e dans sa nomenclature, P.R.78 se s e r t de c i t a t i o n s : " J ' a i o u b l i e mon pebroque au b i s t r o t . (Queneau)," 1* " T r o i s 1 2 J e a n Lacassagne, L'Arqot du m i l i e u , p. XVIII-XIX. 1 3 A u r e l i e n Sauvageot, P o r t r a i t du v o c a b u l a i r e f r a n g a i s , p. 241 . 1 4 P.R.78, p. 1384. 62 kil o s de diam's, de la perlouz ' et puis du jonc. ( V i a n ) , " 1 5 "Tout le monde l'aimait bien le pet i t boui f du coin. ( F e r n i o t ) . " 1 6 Certains periodiques semblent preferer de plus en plus le langage "dans le vent" dont font partie aussi les expressions argotiques. Et le dictionnaire qui veut decrire l'etat des choses au moment de sa publication, c i t e aussi quelques periodiques aux tirages eleves: "Ce qui met les drogues dans l'et a t encore plus t e r r i b l e qu'apres le shoot d'heroine. ( L'Express , 29-1 - 1973) r" 1 7 " I l a ete recupere par l'ordre bourgeois americain. ( L'Express , 22-2-1965)," 1 8 "Un mec m'a shoote . C'est mieux que l'acide. [le L.S.D.] ( Nouv.  Obs. , 3-3-1975)." 1 9 En conclusion, nous pouvons affirmer que nos releves d'ordre argotique ne representent pas le veri t a b l e mouvement du vocabulaire argotique entre 1967 et 1978. I l est vrai que les termes releves ont jadis f a i t p artie de la langue argotique 1 5 I b i d . , p. 1405. 1 6 I b i d . , p. 205. 1 7 I b i d . , p. 1810. 1 8 I b i d . , p. 1632. 1 9 I b i d . , p. 1810. 63 mais aujourd'hui i l s ont perdu leur hermecite et leur caractere o r a l , et sont devenus des mots compris et u t i l i s e s par le grand public grSce notamment aux media e c r i t s et a la l i t t e r a t u r e populaire comme par exemple les romans p o l i c i e r s de San Antonio. Si nos releves groupes a l a f i n de ce. chapitre ne refletent pas l'e t a t actuel de l'evolution de l a langue argotique, nous pouvons neanmoins en t i r e r des conclusions a l'egard de la societe en general. Le vocabulaire des milieux en marge de la societe s'est d i v e r s i f i e : a c 6 t e du vocabulaire des malfaiteurs, nous trouvons c e l u i de la drogue. Dans le domaine des milieux professionnels, nous constatons un bon nombre de termes representatifs de l'argot m i l i t a i r e et scolaire et aussi quelques termes appartenant a 1'automobi1i sme. 64 1 . Releves argotiques du "milieu il 2 o A. La pr o s t i t u t i o n Clande Micheton Jeton Radeuse Mac Tapiner B. La drogue Camer Joint Shoot Shooter C. Les voleurs Carbure Pied Jonc Plombe Perlouse 2 0Tous renseignements pertinents sur le vocabulaire de ces groupements se trouvent dans l'Appendice, p. 73. 65 D. Les prisons Caner Cavale Taulard 2. Releves argotiques des c o l l e c t i v i t e s professionnelles A. M i l i t a i r e Arroser Arrosage B i r b i Bi route Morfal B. L'Ecole Bahut Bizuter Botte Carva C. Automobilisme Driver Savonnette Pomper Poussin S i oux Tala Tapcul Tenir 66 3 . Divers Alpaguer Frangin Bastos Godemiche Becane Malheur Blase Manche Bleche Mandale Bouif Manouche Bourrer Mater Calibre Mezigue Cerise Miche Champagne Pacson Chapeau Pebroc Char Pige Charmeur Rade Chocottes Recuperer Conde Rif Dab Roustons Demi-sel Saladier Droper Steward Economie Suif Elephant T a r t i r Fendard Theque Fourgue 67 CONCLUSION 62 A la conclusion de nos sondages et depouillements de deux editions du Petit Robert et de nos recherches sur les quatre niveaux de langue, nous sommes arrives a quelques conclusions et generalisations interessantes. La langue culti v e e est caracterisee par un souci constant de precision presque mathematique, d ' e f f i c a c i t e et d'o b j e c t i v i t e . Les quatre registres de langue, en revanche, font preuve d'ambiguites, d ' i n e f f i c a c i t e , de manque de precision et de su b j e c t i v i t e . Autrement d i t , 1'expressivite et l a sonorite du message l'emportent sur sa precision et son e f f i c a c i t e qui caracterisent l a langue c u l t i v e e . La langue c u l t i v e e , miroir de la culture et des i n s t i t u t i o n s francaises, en outre en re f l e t e l a s c l e r o s i t e , la r i g i d i t e et l'aspect f i g e . Les quatre niveaux de langue en question s'opposent a la langue cultivee aussi par leur aspect "naturel;" ces niveaux sont i n s a i s i s s a b l e s , flous et evoluent en dehors des contraintes des i n s t i t u t i o n s . Les quatre niveaux sont infiniment variables tandis que l a langue cult i v e e a ses limi t e s strictement definies par les i n s t i t u t i o n s comme l'Academie francaise et par 69 toute une serie de dictionnaires d'usage; e l l e est formalisee et c o d i f i e e . Historiquement, l a langue cultivee s'est f a i t v a l o i r grace au pouvoir des classes dirigeantes; d'abord 1'aristocratie et ensuite l a bourgeoisie ont impose la langue culti v e e a toute l a population du t e r r i t o i r e frangais. Les quatre niveaux de langue, en revanche, ne jouissaient d'aucun appui o f f i c i e l : i l s se sont developpes par rapport aux v i c i s s i t u d e s de l ' h i s t o i r e , de la societe et selon les besoins de l a c o l l e c t i v i t e . Chacun des quatre niveaux de langue possede ses propres caracteristiques et se prete volontiers a l a comparaison avec un autre niveau de langue. Sous l'optique sociolinguistique, le registre populaire, qui peut §tre considere comme une veritable langue, n'a rien de commun avec le registre vulgaire qui ne comporte que quelque dizaines d'expressions. Nos sondages dans P.R.67 et dans P.R.78 prouvent q u ' i l y a, en e f f e t , un mouvement de vocabulaire de chaque niveau a un niveau superieur. Cela s'explique tres bien par le phenomene de la frequence: une f o i s que le terme est popularise par la presse et les media electroniques et parfois par les ouvrages des ecrivains modernes, i l f i n i t par entrer dans l a nomenclature d'un dictionnaire d'usage. Peu a peu, le terme se devalorise-- perd ses connotations o r i g i n a l e s — a 70 force d'etre employe par une grande majorite de l a population. Quelques exemples pertinents sont des termes comme bouffer , deconner , bordeleux et emmerdant qui ont perdu, entre 1967 et 1978, leurs connotations vulgaires ou populaires et sont passes au registre familier En ce qui concerne 1'influence des vocabulaires etrangers sur les quatre niveaux de langue, notamment 1'influence de l'anglais, nous avons remarque que les ajouts se trouvent presque exclusivement au niveau f a m i l i e r . Cela nous amene a conclure que les anglicismes et, par l a suite, les faux anglicismes sont introduits dans l a langue par des personnes qui sont en contact constant avec les media et les spectacles, c'est-a-dire, les c o l l e c t i v i t e s urbaines. Cette these est soutenue par le f a i t que nous avons trouve, dans le registre f a m i l i e r , un nombre important d'abreviations et d'apocopes qui soulignent le rythme accelere de l a vie dans les v i l l e s . Le niveau familier f a i t preuve d'une grande d i v e r s i t e , du point de vue du vocabulaire. Le niveau populaire, en revanche, n'est pas seulement un niveau de langue mais on peut le considerer comme une veri t a b l e langue. Une langue propre au peuple, qui n'a rien en commun avec l a langue cu l t i v e e ou academique. La langue populaire connait sa propre grammaire dont les "regies" sont etablies spontanement par l a majorite des locuteurs et non pas par une e l i t e comme 71 l'Academie frangaise. Le registre vulgaire pose un probleme sociolinguistique tres interessant. Certaines c o l l e c t i v i t e s (malfaiteurs par exemple) ne font pas de d i s t i n c t i o n entre leur propre registre et le registre vulgaire. E l l e s emploient les grossieretes comme n'importe quelle autre expression propre a leur registre p a r t i c u l i e r , le registre populaire. A l'encontre du registre populaire, une langue a son propre compte, le niveau vulgaire merite a peine d'etre considere comme un registre ou un niveau de la langue franchise. Certains mots de la langue frangaise, estimes mots tabous par l a bourgeoisie, forment un niveau de langue a r t i f i c i e l , "construit," qui s'oppose aux niveaux argotique, populaire et familier qui sont des registres naturels. Le registre vulgaire est a i n s i presente par les dictionnaires d'usage et de cette fagon integre dans l a structure de la langue. L'argot ou les argots sont presque i n s a i s i s s a b l e s dans leurs nombre et d i v e r s i t e . Un tres p e t i t nombre d'expressions argotiques a ete "accredite" par le Petit Robert. Les mots argotiques qui predominent dans les dictionnaires d'usage sont ceux de l'argot du milieu, l'argot le moins e x c l u s i f . Les ajouts argotiques ont ete vulgarses surtout par les ecrivains modernes comme Vian, Celine et San Antonio. Au cours de nos sondages, nous avons remarque 72 quelques inconsequences. Nous ne saurions expliquer, par exemple, pourquoi les pronoms personnels tezigue et sezique sont populaires selon P.R.78 , tandis que le pronom mezigue est argotique. II est aussi d i f f i c i l e d'expliquer pourquoi les termes cucurbit in et envie , neutres dans P.R.67 , deviennent populaires dans P.R.78. Finalement, nous esperons que nos donnees peuvent apporter quelque chose a la recherche lexicographique. Une etude sur les valeurs pejorative, laudative, meliorative, et a f f e c t i v e du suffixe - ard a p a r t i r de nos depouillements promettrait peut-§tre des resultats interessants. Nous avons trouve, par exemple, un bon nombre d'antiphrases, 1 de faux anglicismes, et d'abreviations, phenomenes linguistiques interessants, dont 1'etude pourrait e c l a i r c i r quelques-uns des rapports complexes entre la societe et le langage. 1"Antiphrase: Maniere d'employer un mot, une locution dans un sens contraire au sens v e r i t a b l e , par ironie ou euphemisme." P.R.78 , p. 77. 7 3 APPENDICE 7k Donnees des depouillements de deux editions du Petit  Robert : l ' e d i t i o n de 1967 et l ' e d i t i o n de 1978. LEGENDE f = familier n = nom p = populaire r = verbe a = argotique e = a d j e c t i f v = vulgaire d = adverbe t = tres familier z = conjonction/preposition q = tres vulgaire x = interjection/exclamation 1 = v i e i l l i y = pronom g = figure i = abreviation j = pe j o r a t i f - = entrees nouvelles dans P.R.78 c = canadianisme + = de f i n i t i o n s / l o c u t i o n s nouvelles dans P.R.78 b = belgicisme 75 Les n o t a t i o n s des c a t e g o r i e s grammaticales se rapportent a l'emploi de l ' e n t r e e et non pas a sa forme au debut de l ' a r t i c l e . Abattage Accostage Accrochage Accuser Agregation A l l e r A l l u r e Alpaguer Amortir Amusette Ancre A r b i Arnaque fb fg PJ P n - Commerce galant rapide a p r i x f i x e et de t a r i f modeste. Maison d'abattage. n - A c t i o n d'accoster quelqu'un. n Le f a i t d 'etre en r e l a t i o n , en communication avec quelqu'un. r - Accuser l e coup. Montrer par l e s r e a c t i o n s qu'on a ete touche. ni - A b r e v i a t i o n . Agreg. n - A l l e r et r e t o u r , p a i r e de g i f l e s . I l l u i a flanque, un de ces a l l e r et r e t o u r s . e + Personne ou chose qui a de 1 ' a l l u r e , du c h i c ; une robe t r e s a l l u r e e . r + Apprehender, a r r g t e r , s'emparer de, s a i s i r . I l me f a l l a i t l e s alpaguer. n - Homme ou femme d'age mur. Les amortis et l e s c r o u l a n t s . n - Personne f r i v o l e . n - Lever l ' a n c r e , s'en a l l e r . On s'embgte i c i , on leve l ' a n c r e . n + De l'arabe a r b i , Arabe. Indigene d ' A f r i q u e du Nord. n + E s c r o q u e r i e , v o l , a r t i f i c e , tromperie. Un gars d'arnaque, f e r t i l e en ruse. Arrosage Bombardement, m i t r a i l l a g e 76 A r r o s e r a r A r t i c u l e t f n A t t e r r i r fg r Aubergine f n Averse f n Bagnole p n Baise v n Baiseur v n Bahut a n B a l a i f n Bandant v e Bander v r Baraque f n B a r b o u i l l e f j n methodique. L'arrosage des l i g n e s ennemies par l ' a r t i l l e r i e . Bombarder, m i t r a i l l e r methodiquement. + P e t i t a r t i c l e de j o u r n a l ou de revue, a r t i c l e i n s i g n i f i a n t . A r r i v e r finalement. Apres deux heures de marche nous avons a t t e r r i dans une p e t i t e auberge. A u x i l i a i r e feminine de l a p o l i c e p a r i s i e n n e , vetue d'un uniforme aubergine. De l a d e r n i e r e averse, tout recent, tout recemment. Mauvaise v o i t u r e . L o c u t i o n . Ca, c ' e s t de l a bagnole. + A c t i o n de b a i s e r . La bouffe et l a b a i s e : deux mamelles du bonheur. + Personne qui cherche l e s r a p p o r t s s e x u e l s . Argot des e c o l e s . Taxi automobile. D e r n i e r metro ou autobus de l a journee. + Qui provoque 1 ' e x c i t a t i o n s e x u e l l e et par ext. donne du p l a i s i r , i n t e r e s s e . E t r e en e t a t d ' e r e c t i o n . L o c u t i o n f a m i l i e r e : c a s s e r l a baraque, remporter un succes f r a c a s s a n t . A c t i v i t e de l ' a r t i s t e , p e i n t r e ou du p e i n t r e en bStiment. 77 Etre dans l a barbouille. Bastos Bateau Bee Becane Because B§cher Becquetance Belle-doche Ben Benef Ber Bete Beurre Beurrer Bide Bidonnant a P pc f P f n d ni n n d n e + De la marque de cigarettes Bastos. Cartouche, balle d'arme a feu. Banal, rebattu. Un sujet bateau. Baiser, becot. . Donner un bee, f a i r e l a bise. Argot de metier. Machine. T r a v a i l l e r sur une bonne becane. Aussi bicause, cause de. Parce que, a Etre pretentieux et snob a l'egard de quelqu'un. + Aussi bectance. Nourriture. I l s s'y connaissent en bectance. + Belle-mere. Bien. Eh ben, ben. Eh ben alors, quelle surprise. Ben quoi? Ben non. + Benefice. Je f e r a i ce soir mes 35 balles de benef .. ..c ' est chouettard. Aussi bers, Berceau, Faire l a b§te a deux dos, f a i r e 1'amour. I l n'y a pas plus de ( t e l l e chose, t e l l e personne) que de beurre en broche, rien du tout. Etre beurre, i v r e . Echec quelconque. Tres dr61e. 78 Bifteck f . n B i l l a r d f n B i l l e p. n B i r b i a n Biroute a n Bisou f n B i t t e v n Bizarro'ide f e Bizuter a r Blase a n Bleche a e Bloguer fb r Bobonne p n Bois f n Boit-sans-soif f n Parfois francise en bifteque. La male conquete du bifteque. Devisser son b i l l a r d , mourir. Niais, imbecile. Quelle b i l l e , ce type. + Argot m i l i t a i r e . Compagnie d i s c i p l i n a i r e d'Afrique du Nord. A l l e r a b i r b i . + Argot m i l i t a i r e . Manche. Argot. Penis. + Baiser, dans le langage enfantin. Fais un gros bisou a papa. + Penis. + Etrange, bizarre. Vous §tes plutCt bizarro'ide dans vos renseignements, mon cher. Argot s c o l a i r e . I n f l i g e r les brimades du bizutage. + Aussi blaze. Nom de personne. Un faux blase. Nez. +. Mauvais, l a i d , moche. Et deux alors qu'etaient bien bleches, des hideurs de f i l l e s . BQcher, potasser. I l bloque sa physique. + Terme d'affection donne a l'epouse. Allons, bobonne, depeche-toi. Locution. Toucher du bois, pour conjurer le mauvais sort. + Ivrogne. Tu ne sais done pas, malheureux, qu'on est la bande de boit-sans-soif. 79 Bol p n Bordeleux f e Boss f n Botte fa n Bouder f r Boudin f n Bouffe f n Bouffer f r Bouffeur p n Bouffi f n Bougnoul f n Bouif a n Bourrer pa r Brancher f r En avoir ras le bol, en avoir assez. + Aussi bordelique, bordeleuse. Ou i l y a du bordel, du desordre. Une chambre bordelique. + Patron, chef d'une entreprise. Enfin, s i mon boss est heureux avec ca c'est le p r i n c i p a l . Locution. En avoir p l e i n les bottes. Argot polytechnique. Ensemble des eleves les mieux classes. Les Francais boudent les aliments surgeles. Bouder un l i e u trop frequente. F i l l e mal f a i t e , p e t i t e , grosse, ou informe. Le f a i t de manger les aliments qu'on sert aux repas. Aliments en general. Manger gloutonnement. Manger. On bouffe toujours mal a J u l i a . + Personne qui bouffe. Tu l ' a d i t , b o u f f i : tu as raison. + Aussi bougnoule, bounioul. Nom donne par les Blancs du Senegal aux Noirs autoctones. + Cordonnier. Sens r e f l e c h i . S'enivrer. Argot. Faire s a l l e comble. Ce soir on a bourre. Etre branche sur, etre en communication, r e l a t i o n avec. Comprendre, §tre informe. 80 B r a n l e r Braquemart B r i f f e r Brosser B r u l e r B u l l e t i n B u r e t t e s Bye-bye Ca Cabeche Cactus C a f o u i l l i s Card Calancher Calbombe C a l c i f C a l e r vg f f fb P f v f f f 1 fg f p p i p i p fg r - Masturber, se b r a n l e r . F i g u r e : f a i r e , f a b r i q u e r . S'en b r a n l e r , s'en f o u t r e . n - P e n i s . r - a u s s i b r i f t e r , b r i f f e r e r , manger. r - Brosser un cours, secher un c o u r s . r - B r G l e r quelqu'un, l e tuer avec une arme a feu . n - L o c u t i o n . Avaler son b u l l e t i n de naissance, mourir. n - T e s t i c u l e s . x + A u s s i bye. Au r e v o i r , a d i e u . y Ca a neige toute l a n u i t ; I l a neige toute l a n u i t . n - Tete dans 1'expression "couper cabeche." n - D i f f i c u l t e , c o m p l i c a t i o n , o b s t a c l e . n + Grande c o n f u s i o n . n - Personne remarquable dans son m i l i e u . Un gros ca'id de l a SNCF. r + M o u r i r . n + A u s s i calebombe. Bougie. Par e x t e n s i o n . Ampoule e l e c t r i q u e . S o u f f l e r l a calbombe, s o u f f l e r l a bougie. n + A u s s i c a l c i f . Calecon. e - E t r e c a l e , a v o i r l'estomac p l e i n . C a l i b r e n Arme a feu . 81 Cambrousard r Camer a Caner ag Cannes p Canner pc Caoua p Carbure a Carburer f Carotte f Carva a Casse-cul f Casse-graine f Casser v Catastropher f Catechisme f Cavale a C e l l u l o i d f n r + + n r n n r n n r r ni n ni Paysan. Se camer, se droguer.. Substantif et a d j e c t i f un came. Came, + Aussi canner. S'enfuir. Figure: mourir. Canner dans son plumard, a l'hosto. Jambes. + Mettre en bottes de conserve. Canner de la viande. Americanisme c r i t i q u e . + Cafe. (boisson). Argent. A l l e r bien ou mal. Marcher. Locution. La carotte ou le bSton, l ' i n c i t a t i o n ou la menace. + L'ecole Polytechnique. La botte carva: Polytechnicien. + Personne qui importune. Ad j e c t i f . I l est casse-cul avec toutes ses h i s t o i r e s . + Repas sommaire. Locution. Casser les c o u i l l e s . Par euphemisme: tu nous les casses. Embeter. + Rendre quelqu'un catastrophe. Abreviation. Cate. + Evasion. Etre en cavale, en f u i t e . Abreviation. C e l l u l o . Un col de c e l l u l o . Cerise Locution, Avoir l a c e r i s e : 82 n'avoir pas de chance. Champagne a n - Abbreviation. Champ. Chandelle f n - Morve qui coule d'une narine. Chant ier P n - Homme de chantier, ouvrier, f o r e s t i e r . Chapeau a n Locution. Porter le chapeau: §tre considere comme responsable, coupable. Char fa n + Aussi charre. B l u f f . Tout ca, c'est du char. Sans char: sans blague. Charmeur a l n - Les charmeuses: les moustaches. Chatte pv n - Sexe de la femme. C h a t o u i l l i s f n + P e t i t chatouillement. Cheville fg n Etre en c h e v i l l e avec quelqu'un: l u i §tre associe. Chez f e Locution. Bien de chez nous: typiquement frangais, avec nuance de chauvinisme s a t i s f a i t . Chialeur f n + Personne qui c h i a l e . A d j e c t i f . Des gosses chialeurs. Chiant V e + Qui ennui ou contrarie, qui f a i t chier. Ce q u ' i l peut §tre chiant. Chiard p n + Enfant. Chiee fv n + Grande quantite. Chier vg r - Lui causer des ennuis, le f a i r e s o u f f r i r . Ca me f a i t chier. Chierie V n + Chose tres ennuyeuse, contrariante ou contraignante. Ah l a l a , l a c h i e r i e . Chinetoque n + Chinois, Chinoise. 83 C h i o t t e s P n Aux c h i o t t e s . Exclamation pour conspuer quelqu'un. Chiquement f d + Avec c h i c , elegance, de maniere amicale et genereuse. Chleuh f j n + A u s s i s c h l e u . Allemand. A d j e c t i f . Un avion chleuh. Chochotte f j n + Qui est maniere, p r e t e n t i e u x . Chocottes af n + Dents. L o c u t i o n f a m i l i e r e . A v o i r l e s c h o c o t t e s : a v o i r peur. Chuchoterie f n + E n t r e t i e n des personnes qui se p a r l e n t a voix basse, a l ' i n s u des a u t r e s . Ciao f X + Au r e v o i r . C i b i c h e f n + C i g a r e t t e . C i g a r e P n - Tete. A v o i r mal au c i g a r e . Cinoche P n + Cinema. Cinoque P n + Fou. Clande a n i + Maison de p r o s t i t u t i o n c l a n d e s t i n e . Claque pv n - Maison de t o l e r a n c e . Clebs P n - On d i t a u s s i c l e b a r d . Chien. CI ope P n + Megot de c i g a r e , de c i g a r e t t e . L o c u t i o n . Des e l o p e s : r i e n du t o u t . C l o p i n e t t e s f n + Rien. C l o u t a r d f n + Eleve de 1'Ecole Normale Superieure de S a i n t - C l a u d . V a r i a t i o n . C l o u t i e r . Cochon f n - L o c u t i o n . C'est pas cochon: c' e s t beau, c ' e s t r e u s s i . Conchoncete f n + Cochonnerie. 84 C o i f f e r f r Colombin p n Colonie f ni Combinard f j n Complexer f r Con vf n Conard vf n Conasse vj n Conde a n Confetti f n Connattre f r Conneau vt n Connerie v n Contrebalancer f r Corbeau p n C6te f z Locution. C o i f f e r Sainte-Catherine: se d i t d'une jeune f i l l e encore c e l i b a t a i r e a 25 ans. Etron. Matiere fecale de 1'homme ou animal. Abreviation. Colo. + Qui u t i l i s e des combines. + Donner des complexes a quelqu'un. + Sexe de la femme, imbecile, i d i o t . A la con: mal f a i t . Locution. Con comme la lune. + Aussi connard. Imbecile. + Aussi connasse. Idiote, imbecile. + Commissaire de pol i c e , agent de la surete. Vous pouvez en f a i r e des co n f e t t i s : f a i t e s ce que vous voulez de ce papier, texte, l e t t r e . Locution. Je ne connais que ga: quand on n'arrive pas a se rappeler quelque chose qu'on s a i t . Imbecile, sot. Action, parole inepte. Quelle connerie: c'est faux, c'est b§te. + S'en contrebalancer, se moquer eperdument de quelque chose, de quelqu'un. Auteur de l e t t r e s anonymes. Concernant. Suivi d'un nom 85 sans a r t i c l e . C6te argent tout va bien. Couchailler f r + Avoir des aventures sans lendemain. Se d i t surtout d'une femme. Couil i e s V n + T e s t i c u l e s . Locution. 11 n'a pas de c o u i l l e s : homme sans courage. Couillon fg n - Imbecile. Couillonnage ft n + N i a i s e r i e , imbecilite, acte ou parole de c o u i l l o n . Coup f n Expliquer le coup: commenter les f a i t s , donner des explicat ions. Crachouiller f r + Crachoter. Cracra f e + Crasseux. Crado f e + Tres sale, crasseux. Craspec p e + Crasseux. Cravacher fg r T r a v a i l l e r d'arrache-pied pour atteindre le but qu'on s'est propose. Cravacher dur. C r o u i l l a t pj n + Aussi crouya, c r o u i l l e . Injurieux. A f r i c a i n du nord. Cui-cui f X + Pepiement d'oiseau. C u i l l e r f n Aussi c u i l l e r e . Langue enfantine. Une c u i l l e r e pour maman, une c u i l l e r e pour papa. Cuiter f r + Se c u i t e r , prendre une cui t e : s'enivrer. Culbuter V r - Culbuter une femme: la posseder sexuellement. Dab a n + Aussi dabe. Pere. Les dabes: les parents. 86 Dame p n Danser fg r Dansoter f r De f z Deballonner f j r Debander v r Debarquer fg r Debecter p r D e b i l e f e Deboussoler f r Debraguetter f r Decafeine f n Dec e r v e l e r f r Decomplexer f r Decu l o t t e e f n D e c u l o t t e r f g r Defoncer f r Def o u l e r f r A l l e r a dame: tomber. Con t r a i n d r e quelqu'un a l' e s q u i v e par des coups, des menaces. + Aussi dansotter.. Danser mediocrement, un peu. Et de deux et de t r o i s . + Se d e b a l l o n n e r : r e c u l e r , par manque de courage, devant 1'execution d'un p r o j e t . Cesser d'§tre en e r e c t i o n . Ignorer un f a i t r e c e n t , l e s c i r c o n s t a n c e s d'une s i t u a t i o n comme s i 1'on r e n t r a i t d'un voyage, debarquait d'un bateau. + Au s s i debequeter. DegoOter, d e p l a i r e . Imbecile, i d i o t . + D e s o r i e n t e r quelqu'un, f a i r e q u ' i l ne sache pas ou i l e s t . + O u v r i r l a braguette de. + A b r e v i a t i o n . Deca. + F a i r e sauter l a c e r v e l l e . + L i b e r e r de ses i n h i b i t i o n s , de ses complexes; au sens courant complexes d ' i n f e r i o r i t e . + D e f a i t e h u m i l i a n t e . Se d e c u l o t t e r : adopter une a t t i t u d e s e r v i l e , h u m i l i a n t e . Provoquer l ' e t a t h a l l u c i n a t o i r e recherche. Se defoncer: a t t e i n d r e un e t a t d ' i v r e s s e . Permettre, f a v o r i s e r l e 87 Degluer f r D e g r a i s s e r f r Degueulasse f e i Deharnacher fg r Dejete fb e Demi-sel a j n Demontant f e D e r n i e r fb e D e r r i e r e f z Dessin f n Deux v e Deuzio f d D e v i s s e r f r defoulement. Une chose qui d e f o u l e . + Se d e p a t o u i l l e r . Se depetrer d'un b o u r b i e r . Debarrasser d'un excedent presume de b i e n s . C'est pas degueulasse: c ' e s t t r e s bon. A b r e v i a t i o n . Degueu. + Se deharnacher: se debarrasser de vetements ou des a c c e s s o i r e s encombrants et genants. En desordre. C'est d e j e t e , chez eux. Homme, garcon, qui a f f e c t e d ' e t r e du m i l i e u sans se comporter comme l e m i l i e u 1'exige. + Qui decontenance, demonte par son a t t i t u d e , langage son c a r a c t e r e i n s o l i t e . Le d e r n i e r de t o u t : l e comble, l a f i n de t o u t . E t r e t o u j o u r s d e r r i e r e l e dos de quelqu'un: s u r v e i l l e r tout ce q u ' i l f a i t . L o c u t i o n . F a i r e un d e s s i n a quelqu'un: e x p l i q u e r davantage. Faut te f a i r e un d e s s i n ? L o c u t i o n . De mes deux ( t e s t i c u l e s ) : s'emploie avec un nom par i n s u l t e , mepris, d e r i s i o n . + Deuxiemement, secondo. S'en a l l e r . D e v i s s e r son b i l l a r d : mourir. 88 Dingue f e Dinguerie f n Dire f r Docteur f ni Donjuaniser f r Driver a n Drogue f n Droit f n Droper p r Droper af r Economie a n Elephant a n Embrayer f r Emmouscailler p r Empocher f r Enarque f n Encule q n Enculer q r Fou, dingo, remarquable par sa b i z a r r e r i e . + Caractere d'une personne, d'un comportement dingue. Action de dingue. Ne pas l'envoyer dire a quelqu'un: l u i dire en termes non equivoques, une chose en face. Americanisme. Doc. Aussi don-juaniser. Rare. Faire le Don Juan. + Conducteur d'une auto. Stupefiant. Avoir droit a quelque chose de facheux: devoir subir, ne pouvoir e v i t e r . + F i l e r , courir tres v i t e . + Abandonner, delaisser, negliger. Econocroques. Argot maritime. Terrien, navigateur debutant. Commencer un t r a v a i l , entreprendre une action. + Emmerder. Supporter, subir. + Ancien eleve de l'Ecole Nationale d'Administration. + Pederaste pa s s i f . Terme d'injure a l'adresse d'un homme. + Posseder physiquement 89 E n f o i r e pv e E n t o u r l o u p e t t e p n Entuber p r Envelopper f r E t o u f f o i r f g n Ex f n i F a i r e f r F a i r e p r F a i r e f r F a l l o i r f r Fanfare f n F a s c i s t e f n i Fendard a n F i e s t a f n F i f t y - f i f t y f d specialement par sodomie. L o c u t i o n . Enculage des mouches: minutie e x c e s s i v e . + S o u i l l e d'excrements. Imbecile, m a l a d r o i t . V a r i a t i o n p o p u l a i r e . Entourloupe. Mauvais tour joue a quelqu'un. + M y s t i f i e r , duper, escroquer. Je vous 1'enveloppe?: c'est d'accord? (pour c o n c l u r e une vente.) L o c a l mal aere. Son ex: son ex-amant, ex . c o n j o i n t . D e v a l i s e r . F a i r e un j o a i l l e r . I l faut l e f a i r e : se d i t pour mettre en v a l e u r son t a l e n t . - I l a f a i t i n s t i t u t e u r : i l est devenu i n s t i t u t e u r . Se f a i r e quelqu'un: l e posseder sexuellement. Se l e ou l a f a i r e : supporter quelqu'un. L o c u t i o n . Faut v o i r , s'emploie pour s o u l i g n e r avec admiration ou i r o n i e quelque chose. L o c u t i o n . Un s a l e coup pour l a f a n f a r e : une mauvaise a f f a i r e . - A b r e v i a t i o n f a m i l i a l e . Facho ou f a f . + A u s s i fendant. Pantalon. + P a r t i e de p l a i s i r . + A n g l i c i s m e . M o i t i 6 - m o i t i e . 90 F i l o c h e r f r + Flagada f e + Flemmardise f n + F 1 i ppe r f r + Flouse r n + F l O t e r f r + F o l k l o r i q u e f e i -Fonceur f e + F o r c i n g fg n -F o r t i c h e f r + F o u i l l e f n -Fourgue a n + F r a i s e f n -Franc f n -Frangin a l n -Fr i d o l in f j n + Fr igo f n -F r i s e f j n + Frotte-manche fb n + Fuguer f r + Gamberge P n + Gamberger P r + G a r g o u i l l e t t e P n -A l l e r v i t e , f i l e r . Sans f o r c e , f a t i g u e . Comportement, conduite de flemmard. Se s e n t i r abattu quand l a drogue a f i n i son e f f e t . A d j e c t i f . F l i p p a n t . A u s s i f l o u z e , f l o u s s e . Argent. Comme s i on f l O t a i t : c ' e s t sans e f f e t . A b r e v i a t i o n . F o l k l o . Dynamique et audacieux. Attaque a outrance, contre un a d v e r s a i r e r e e l ou suppose. F o r t , robuste. H a b i l e , m alin. Poche d'un vetement. Marchand r e c e l e u r . Aux f r a i s e s : au printemps. Franc l o u r d : nouveau f r a n c . Amant, m a i t r a i s s e . Allemand. R e f r i g e r a t e u r . Allemand. F l a t t e u r . F a i r e une fugue. R e f l e x i o n , pensee. R e f l e c h i r , c a l c u l e r . G o s i e r . 91 G a t i f i e r f r + Devenir gSteux. Gauchiste f n i + A b r e v i a t i o n . Gaucho. Glander P r + Ne r i e n f a i r e . G l a v i o t P n + Crachat. Godemiche a ni + A b r e v i a t i o n . Gode: p h a l l u s a r t i f i c i e l . Gouz i-gouz i f n + Synonyme de g u i l i - g u i l i . Graine f n - Casser l a g r a i n e : manger. G r a i s s e f n L o c u t i o n . A l a g r a i s s e d ' o i e , de chevaux de b o i s : mauvais, mediocre. Groupuscule f j n + P e t i t groupement i n s i g n i f i a n t . G u i l i - g u i l i f n + F a i r e g u i l i - g u i l i a quelqu'un: l e c h a t o u i l l e r . Habitant fc n - Personne qui c u l t i v e l a t e r r e . Happy end f n + F i n heureuse. Hasch f n + Haschi sch. H i p p i e f n i - A b r e v i a t i o n . Hip. H o r a i r e f n - Personne payee a l'heure. Hosto P n + Aussi hosteau, o s t o . H 6 p i t a l . H u i l e f n - Dans l ' h u i l e : avec une grande a i s a n c e . J e t e r P r - En j e t e r : a v o i r b e l l e apparence, f a i r e impresson. Jeton pa n Prendre un j e t o n : observer subrepticement des ebats e r o t i q u e s . J o i n t a n - Drogue a fumer. Jonc a n - L'or, argent. 92 Juteux f e — Qui rapporte beaucoup. Lantern ier f n + Patron de maison close. Lard f n Locution. Se demander s i c'est du lard ou du cochon: de quoi i l s'agit, quel est le probleme. Larguer f g r - Se debarrasser de quelqu'un ou quelque chose. Liquef iant fg e Amollissant, epuisant. Lopette f n + Petite lope. Loupage f n + Le f a i t de louper. Lourder p r + Mettre a la porte. Mac a n + Souteneur. Macho f n + Latino-americain qui f a i t sentir sa superiority mSle. Homme phallocrate. Maison f n Locution. Gros comme une maison: enorme, grossier, evident. Malfrat f n + Malfaiteur, homme du milieu. Malheur a n - Spectacles qui remportent un grand succes. Mamie f n + Aussi mammy. Norn donne par les enfants a leurs grand-mere. Manche a n Argot de saltimbanques. Faire la manche: f a i r e l a qu§te. Mandier. Mandale a n + G i f l e . Manger f r Locution. Manger la soupe sur la t§te de quelqu'un: le depasser en t a i l l e . Manoeuvre f n - Manoeuvre-balai: ouvrier sans aucune s p e c i a l i s a t i o n . 93 Manouche a n + Gitan nomade. Maquer P r + Se maquer: se mettre en menage avec quelqu'un. Se marier. Maquereauter P r + Aussi maquereller. Prostituer une femme. Substantif. Maquereautage. Margaille fb n + Bagarre, milee bruyante. Marie-jeanne f n + Mari juana. Masochiste f ni - Abreviation. Maso. Mater a r + Regarder sans etre vu. Mettre f r - Mettre dedans: tromper. Mezigue a y + Moi . Miam-miam f X + Exclamation exprimant le p l a i s i r de manger. Miches a n - Fesses. Micheton a n + Amant qui paye. Mini f e + La mode mini: des mini-jupes. Mi ro P e + Aussi miraud. Qui voit tres mal, myope. Monokini f n + Ma i l l o t de bain feminin qui ne comporte qu'une culotte. Morfal a e + Qui devore, qui a un appetit i n s a t i a b l e . Moufter f r + Aussi moufeter. Protester. Mouiller f vg r - Compromettre quelqu'un. Vulgaire. Desirer les femmes. Musique f. n - Locution. En avant la musique: allons-y. Nase P n + • Aussi naze. Nez. 94 Noeud v n O u v r i r f r Pacspn a n Paludisme f n i Papable f e Parachuter f r ParanoTaque f n i Partant f e Patate f n P a t i n p n Pavoiser fg r P.d.g. F n i Pebroc a n Perlouse a n P i a s t r e pc n P i e d a l n Pige a n P i l u l e f n Gland. Tete de noeud. O u v r i r l a lumiere, l e gaz, l a r a d i o , l a t e l e . + A u s s i paqson, paxon. Paquet. A b r e v i a t i o n . P a l u . Tu ne v o i s pas q u ' i l a l e palu? + S u s c e p t i b l e a §tre e l u pape. Nommer une personne a 1'improviste, de maniere inattendue. S u b s t a n t i f . Un parachute. A b r e v i a t i o n . Parano. E t r e p a r t a n t pour: §tre dispose a, a v o i r envie de. + Schema de forme courbe, i r r e g u l i e r e et fermee, symbolisant un ensemble dans 1'apprentissage des mathematiques en s e m b l i s t e s . B a i s e r sur l a bouche. Rouler un p a t i n . M a n i f e s t e r une grande j o i e , se r e j o u i r . + P r e s i d e n t - d i r e c t e u r - g e n e r a l . + A u s s i pebroque. P a r a p l u i e . + A u s s i p e r l o u z e . P e r l e . + D o l l a r . Part du b u t i n . Prendre son p i e d : sa p a r t . P l a i s i r s e x u e l . Annee. Tout medicament a n t i c o n c e p t i o n n e l sous forme de p i l u l e . 95 Pinail l a g e f n Planant f e Planer f r Plaque f n Plombe a n Plouc pj n Po§ler fg r Poireau f l n P o i s c a i l l e p n Polariser f r P o l i c h i n e l l e fv n P o l i c i e r f n P o l i t i c a i l l e r i e f n Pomper a r Poussin a n Pretentiard f j e Prisunic f ni Pu b l i c i t e f ni Punaiser f r Quequette v n Queue v n + Le f a i t d'ergoter sur des d e t a i l s infimes. + Qui f a i t planer. Etre dans un etat de bien-etre et d'indifference au re e l , apres l'absorption de drogue. Locution. Etre a c6te de la plaque: se tromper. + Heure. + Aussi plouk. Paysan. Se po§ler: r i r e aux ec l a t s . Verrue. + Poisson, poissons. + Se po l a r i s e r : se cantonner, se spe c i a l i s e r dans certains p61es d'interet. Locution. Avoir un p o l i c h i n e l l e dans le t i r o i r : etre enceinte. Roman p o l i c i e r . + Basse p o l i t i q u e . Copier. Pomper sur son v o i s i n . Eleve de premiere annee dans certaines ecoles. + Pretentieux. + Abreviation. Prisu. Abreviation. Pub. + Fixer avec des punaises. + Verge d'un tres jeune gargon. Membre v i r i l . 96 Queuter f r Rade a n Radeuse a l n Ras f d Raton f j n Rayon f n Rebraguetter f r R e c t i f i e r p r Recuperer a r Reglo f e Repercuter f r R e p r e s e n t a t i f f e Restaurant f n i R e v i s i o n n i s t e pj n i Rideau fg x Ri f a n Riper pg r Roneoter f r Louper> manquer, ne pas r e u s s i r , r a t e r . Bar, b i s t r o t . + F i l l e de t r o t t o i r . . L o c u t i o n . En a v o i r ras l e b o l : en a v o i r assez. N o r d - A f r i c a i n . L o c u t i o n . I l en connatt un rayon: i l est t r e s competent. + Fermer une braguette. (V o i r a u s s i d e b r a g u e t t e r ) . Tuer. Argot p o l i t i q u e . Detourner de son sens et annexer quelque chose ( a c t i o n , mouvement d'opinion) ou quelqu'un (groupe ou i n d i v i d u ) autonome a 1'or i g i n e . + Conforme a l a r e g i e . Qui respecte l a l o i . Transmettre. (emploi c r i t i q u e ) . Qui a une b e l l e p r e s t a n c e . A b r e v i a t i o n . Restau, r e s t o . Restaurant u n i v e r s i t a i r e : r e s t o u. A b r e v i a t i o n . R e v i s e Assez, c e l a s u f f i t . + A u s s i r i f f e , r i f f l e . Feu. S'en a l l e r , p a r t i r . + Roneotyper, r e p r o d u i r e au moyen de l a roneo. 97 Rotatif f ni Rotoplots v n Roubignoles v n Roulotte f n Roustons a n Sac f n Sadique f ni Saint-Galmier f n Saladier a n Sale f e Salement f d Salive f n Salope p n Salut f x Sammy f n Sandwicher f r Sauciflard f n Savonnettes a n Abreviation. La roto. + Seins de femme. + Testicules. Vol a la roulotte: vol d'objets dans un vehicule en stationnement. + Testicules. Passage d'un avion. Abreviation. Sado. + Locution. Avoir des epaules comme une bo u t e i l l e de Saint-Galmier: des epaules tombantes. + Personne qui f a i t des salades, embrouille tout par ses mensonges. C'etait pas sale: c ' e t a i t beau, reussi, bon. Vachement, terriblement. Depenser beaucoup de s a l i v e : parler enormement. Perdre sa sa l i v e : parler vainement. Terme intensif de mepris, adresse a un homme. Formule de refus. Ne comptez pas sur moi. + Soldat americain, lors de l a pa r t i c i p a t i o n des Etats-Unis a la Premiere Guerre Mondiale. + Mettre en sandwich. + Saucisson. Pneus qui n'ont aucune adherence. 98 S c i e n c e - f i c t i o n f ni S e l f - s e r v i c e f ni Seringue P n Sezigue P y Shoot a n Shooter a r Show f n Si f z Sioux fa e Situationniste f ni Smicard f n Smigard f 1 n Sou pc n Sourdingue P e Sous-proletaire P ni Sprinter f r S tariser f r Steward a ni Stoppeur f ni Studette f n + Abreviation. La s.f. E l l i p s e . Un self . - F u s i l , arme a feu. + Soi, l u i . Ca, c'est pas pour sezigue,je le garde. Argot de drogue. PiqOre, injection de stupefiant. Argot de drogue. Piquer en injectant un stupefiant. Se shooter. Showbiz. Industrie, metier du spectacle. Locution. Si ma tante en avait on 1'appellerait mon oncle. Astucieux. C'est sioux. + Abreviation. S i t u . + Celui qui est au SMIC. + Celui qui touchait le SMIG. Un trente sou: piece de 25 cents. Cent. + Sourd. Abreviation. Sous-prolo. Courir a toute vitesse. + Transformer quelqu'un en star, vedette. Argot de metier. Le stew. Garcon de service a bord d'un paquebot. Abreviation. Auto-stoppeur. + Petit studio. 99 Sucer fv r Se sucer l a p o i r e : s'embrasser. V u l g a i r e . F e l l a t i o n . S u i f a n - Chercher du s u i f a quelqu'un: l u i chercher q u e r e l l e . Super-grand f n + Grandes puissances qui dominent l e monde. Super man f n + Homme s u p e r i e u r . S u p p o s i t o i re f n i - A b r e v i a t i o n . Un suppo. Surexposer f n i - A b r e v i a t i o n . Surex. Surpatte f n + S u r p r i s e - p a r t i e . Systemat ique f e - C'est systematique: h a b i t u e l . Tabasser f n S u b s t a n t i f . Tabassage. A c t i o n de t a b a s s e r , de se t a b a s s e r . Bagarre. TScher P r Tacher moyen. (par croisement de "tacher de" et "trouver moyen"). T a l a a n + Argot de 1'Ecole Normale Supe r i e u r e . C a t h o l i q u e m i l i t a n t . Tant f d - Ca f a i t t a n t . Tant pour cent. Tantouse vp n + Homosexuel. Tapecul a n - A u t o r a i l omnibus. Tapiner a r + Ra c o l e r . F a i r e l e t a p i n . Taquet p l n - Coup donne dans l a f i g u r e . T a r t e fg n - C'est de l a t a r t e : c'est f a c i l e . T a r t i r apg r + Defequer. P o p u l a i r e . Envoyer t a r t i r : envoyer promener. Tarzan f n + Bel a t h l e t e . 100 Tas Tatane Taulard Tchin-tchin Technicolor Temps Tenir Terr ible Tete Tez igue Theque Thesard Thomas Tomate Touche-touche Traction Traf icoter f n f n + a n + f x + f n + f n -a r -ft e f p n -p y + a n + f n + pi n + f n f d + f ni f j r Formation sur le tas: au t r a v a i l . Chaussure. Prisonnier. Mots que prononcent les gens qui trinquent ensemble. En couleurs vives. Un temps de saison: un temps considere comme normal pour l a saison. Argot automobile. Tenir l a mer: etre stable dans les virages. (d'apres "tenir l a route") Imbattable, remarquable, excellent. Tres bien. Avoir l a (une) grosse tete: avoir des pretentions. Une grosse tete: un cerveau trop sur de son pouvoir. Toi . Norn generique des lieux dont le nom se termine en -theque. Argot u n i v e r s i t a i r e . Personne qui prepare une these. Vase de nuit. A p e r i t i f anise a base de grenadine. A touche-touche: en se touchant presque. Abreviation. Nom familier des anciennes 11cv Citroen. Trafiquer. 101 T r a i n f n T r a i n e r f r T r a i n e - s e m e l l e s f n T r a v e l o f n T r i n g l e r v r T r i p p n T r i p a t o u i l l a g e f n Troquet p i n Trou f n Uremie f n Valoche p n V a l s e u r v n Vapeur f n Vece f n V e h i c u l e r f r V e r i f i e u r f n i Viander p r Vietnamien f n i L o c u t i o n . E t r e dans l e t r a i n : a l a mode, a l a page. T r a i n e r ses b o t t e s , ses gu§tres quelque p a r t . V o i t u r e qui se t r a i n e : avance lentement. + A u s s i t r a i n e - s a v a t e s . Personne v i v a n t dans l ' o i s i v e t e et 1'indigence. + T r a v e s t i . + Posseder sexuellement. ( s u r t o u t employe avec se f a i r e ) . A b s o r p t i o n de substances h a l l u c i n o g e n e s comme LSD. + A c t i o n de t r i p a t o u i l l e r ( t e x t e , e c r i t u r e , c h i f f r e s ) . T e n a c i e r de c a f e , mastroquet. A v o i r un t r o u : o u b l i . F a i r e une c r i s e d'uremie. + V a l i s e . V a l s e u s e s : t e s t i c u l e s . L o c u t i o n . A v o i l e et a vapeur: homosexuel. + C a b i n e t s . Se v e h i c u l e r : se t r a n s p o r t e r . + V e r i f dans 1'expression p e r f o - v e r i f : p e r f o r a t r i c e ver i f ieuse. Se v i a n d e r : e t r e gravement acc i d e n t e . A b r e v i a t i o n . V i e t : s o l d a t vietnamien. 1 02 Vingt Vite Z i z i e - Vingt-quatre heures sur vingt-quatre: sans discontinuer. d - Vite f a i t : rapidement. n - Membre v i r i l surtout d'un enfant. Par extention. Sexe feminin. Zonard + Habitant autour de Paris. D e f i n i t i o n s et locutions des q n'apparaissent pas dans P.R.78 Accostage n Bander r Bonhomme n Clown n Copain n Cravacher r Parachuter r re niveaux de langue qui L'accostage d'une femme. L'emploi de 1 ' i n t r a n s i t i f est rendu impossible par un sens obscene. Les bonshommes sont au cafe. I l est sympathique votre bonhomme. Familier. Auguste, Gugusse. Familier. Camarade de classe, de t r a v a i l . Familier et figure. A l l e r v i t e . Familier. Nommer une personne a l'improviste dans un emploi pour lequel i l n'est pas specialement apte. Entrees des quatre niveaux qui n'apparaissent pas dans P.R.78 . Renarder r Populaire et v i e i l l i . Vomir. Stropiat e Familier et v i e i l l i . Infirme, estropie. 103 Entrees, d e f i n i t i o n s , locutions qui ont change de reg i s t r e s . Exemple: birbe qui est populaire et pejo r a t i f dans P.R.67 devient familier dans P.R.78 . P.R.67 P.R.78 Allergique Aria BScher Birbe Bordel Bouffe Bouf fer Cabeche Cafouillage Capesien Capote Carburer Cine Combine gf gf pj p p p p p p p p Contrebalancer p Couillon gp Cucurbitin f f f f f 1 f a f f 1 f t P e II est allergique a la grande musique: i l ne peut la supporter. n Embarras, ennui, souci, tracas. Que d'arias. r C r i t i q u e r viviment quelqu'un. n Un vieux birbe: un v i e i l homme. e A d j e c t i f . Bordeleux, bordelique. En desordre. n Action de bouffer. r Manger gloutonnement, manger. n Tete. n Desordre, mauvais fonct ionnement. n Etudiant qui prepare le CAPES. n Capote anglaise: preservatif. r Marcher, fonctionner. n A l l e r au cine. n Moyen astucieux et souvent deloyal employe pour parvenir a ses f i n s . r S'en balancer: s'en moquer. Ton h i s t o i r e , je m'en contrebalance. n Imbecile. n Chacun des anneaux du s t r o b i l e d'un tenia qui, bourre d'oeufs, 104 Dal a Deconner v D e c o n t r a c t i o n gf Defouler f Dejete f Delayage Dephase g Des s a l e r Dingue p Emmerdant v Emmerdement v Emmerder v Emmerdeur v Envies Face F i e v r e Foutre gp Frangin a Merde r a p p e l l e par sa forme c e l l e d'un pepin de c i t r o u i l l e et est r e j e t e hors de l ' i n t e s t i n . p n L o c u t i o n . Que d a l : r i e n . f r D i r e des b e t i s e s . n Insouciance. r Se d e f o u l e r : l i b e r e r ses i n s t i n c t s , s a t i s f a i r e des d e s i r s devenus c o n s c i e n t s . e II est tout d e j e t e : courbe, t o r d u . gf n Le f a i t d'exposer t r o p longuement. f e Qui n'est pas en accor d avec l a r e a l i t e . gf r Rendre moins n i a i s , p l u s d e l u r e . f . n Fou, dingo. f e Embetant, ennuyeux. f n Embetement, gros ennui. f r Emb§ter. f n Personne p a r t i c u l i e r e m e n t emb§tante. p n P e t i t s f i l e t s de peau autour des ongles. f d En face (sans "de"). En face l e pont de l a T o u r e l l e . f n F i e v r e de c h e v a l : f o r t e . v r F a i r e . 1 n Fra n g i n e : femme. f x Exclamation de c o l e r e , 105 O.K. f Ouvrir f Poireau f l Proletaire p RSleur p f Rebelle f Regulier p f Saigner f Sauteur g f Schlinguer v p Selon f T r i p l e f 1 Troquet p d'impatience, de mepris. d Americanisme. D'accord. r Ouvrir le gaz: f a i r e fonctionner. n Verrue. ni Abreviation. Prolo. n Personne qui proteste, qui rSle a tout propos. e Dur, r e s i s t a n t . Viande reb e l l e . e Abreviation. Reglo. r Tuer avec une arme blanche. n Personne sans serieux qui promet volontiers et sur qui on ne peut pas compter. r Puer. z C'est selon: ca depend des circonstances. d T r i p l e sot: grand sot. n Cafe, b i s t r o t . BIBLIOGRAPHIE (07 I. O utils de t r a v a i l ROBERT, Paul. Le Petit Robert. Dictionnaire de la langue frangaise. Paris: Societe du Nouveau L i t t r e , 1967. Le Petit Robert. Dictionnaire de l a langue francaise. Paris: Societe du Nouveau L i t t r e , 1972. Le Petit Robert. Dictionnaire de l a langue frangaise. Paris: Societe du Nouveau L i t t r e , 1978. II. Livres consultes BAUCHE, Henri. Le langage populaire. Paris: Payot, 1951. CAPUT, Jean-Pol. La langue frangaise: h i s t o i r e d'une i n s t i t u t i o n . Tome I, 842-1715, Paris: Larousse, 1972. CHAURAND, Jacques. Introduction a l ' h i s t o i r e du vocabulaire  frangais. Paris: Bordas, 1977. COHEN, Marcel. Pour une sociologie du langage. Paris: Alain Michel, 1956. DAUZAT, Albert. Les argots: caracteres, evolution, influence. Paris: Delagrave, 1956. _ Les argots de metiers franco-provinciaux. Paris: Honore Champion, 1976. DOPPAGNE, Albert. Les regionalismes du frangais. Bruxelles: Duclot, 1978. DUBOIS, Jean et Claude. Introduction a l a lexicographie: le  dic t i o n n a i r e . Paris: Larousse, 1971. DUBOIS, Jean et a l . Dictionnaire de li n g u i s t i q u e . Paris: Larousse, 1973. 108 EDOUARD, Robert. Dictionnaire des injures. Paris: Tchou, 1979. FREI, Henri. Le l i v r e de deux mille phrases. Geneve: Droz, 1953. GENOUVRIER, Emile et Jean Peytard. Linguistique et enseignement du francais. Paris: Larousse, 1962. GOUGENHEIM, Georges et a l . L'Elaboration du frangais fondamental (Ier deqre). Paris: Didier, i~964. GOUGENHEIM, Georges. Les mots frangais dans l ' h i s t o i r e et dans  la v i e . I I I . Paris: A. et J. Picard, 1975. ^ Etudes de grammaire et de vocabulaire frangais. Paris: A. et J. Picard, 1970. GUIRAUD, Pierre. Les locutions frangaises. (Que s a i s - j e ? ) , Paris: Presses Un i v e r s i t a i r e s de France, 1962. ._ L' Argot. (Que s a i s - j e ? ) , Paris: Presses Univer s i t a i r e s de France, 1963. ._ Le frangais populaire. (Que s a i s - j e ? ) , Paris: Presses Unive r s i t a i r e s de France, 1965. GUIRAUD, Jean, Pierre Pamart et Jean Riverain. Les mots "dans  le vent. " Paris: Larousse, 1971. HALLIG, Rudolf, et Walther von Wartbourg. Systeme raisonne des  concepts pour servir de base a la lexicographie:  essai d'un schema de classement. B e r l i n : Akademie Verlag, 1963. LACASSAGNE, Jean. L'Argot du "milieu." Paris: Albin Michel, 1 956. LE BRETON, Auguste. L'Argot chez les vrais des v r a i s . Paris: Larousse, 1972. "MATORE, Henri. Le langage populaire. Paris: Payot, 1915. ._ Hi s t o i r e des dictionnaires frangais. Paris: Larousse, 1968. QUEMADA, Bernard. Les dictionnaires du frangais moderne,  1536-1863. Paris: Dider, 1967. REY-DEBOVE, Josette. Etude lin g u i s t i q u e et semantique des 109 dictionnaires frangais contemporains. La Hague: Mouton. 1971. SANDRY, Geo, et Marcel Carriere. Dictionnaire de l'argot  moderne. Paris: Dauphin, 1953. SAUVAGEOT, Aurelien. Frangais e c r i t , frangais parle. Paris: Larousse, 1962. ._ Portrait du vocabulaire frangais. Paris: Larousse, 1964. TUAILLON, Gaston. Comportements de recherche en di a l e c t o l o q i e  frangaise. Paris: CNRS, 1976. ZUMTHOR, Paul. Abreviations composees. Amsterdam: North Holland, 1951. II I . A r t i c l e s consultes COSTE, Daniel. "Quel frangais enseigner?" Le frangais dans le  monde. 65 (1969), pp. 12-18. DUBOIS, Jean, Louis Guilbert, Henri Mitterand et Jean Pignon. "Le mouvement general du vocabulaire frangais de 1949 a 1960 d'apres un dictionnaire d'usage." Introduction a la l e x i c o l o g i e : le di c t i o n n a i r e . Ed. Jean Dubois et Claude Dubois. Paris: Larousse, 1971, pp. 111-132. GILBERT, Pierre. "Dictionnaire des mots contemporains." In Les Usuels du Robert. Ed. Henri Mitterand et Alain Rey. Paris: 1980. GLATIGNY, Michel. " B a t a i l l e des diction n a i r e s . " L'Express. 20 sept. 1980, pp. 20-25. IMBS, Paul. "Les niveaux de langue dans le dic t i o n n a i r e . " Le  frangais dans le monde. 69 (1969), pp. 51-60. MITTERAND, Henri. "Deux dictionnaires frangais: le Petit Robert et le Dictionnaire du frangais c o n t e m p o r a i n . " Le frangais dans le mondeT 59 (1968), pp. 24-29. PEYTAND, Jean. "Le frangais parle, langue et usage." Le  Frangais Moderne , XLV (1977), pp. 193-203. 1 10 REY, A l a i n . "Dictionnaire et frangais vivant: l'experience du Pet i t Robert 1978. " La Banque des mots , 15 (1978), pp. 9-17. RIVENC, Paul. "Lexique et langue parlee. " Le francais dans  le monde , 57 (1968), pp. 25-33. STOURDZE, Colette. "Les niveaux de langue." Le frangais dans  le monde ,65 (1969), pp. 18-21. IV. Theses et memoires CALJOUW, William R. "Germanic Elements in French Toponymy." Memoire de maitrise, UBC, 1981. KENWOOD, Christopher M. "A Study of Slang and Informal Usage in the Newspaper." Memoire de maitrise, UBC, 1969. WOODS, Howard B. "A Socio-dialectology Survey of the English Spoken in Ottawa: a Study of Social and S t y l i s t i c Variation in Canadian English." These de Ph.D., UBC, 1979. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            data-media="{[{embed.selectedMedia}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0095558/manifest

Comment

Related Items