UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

La mort : étude thématique du théâtre de Genet Ballantyne, Patricia Lynn 1981

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Notice for Google Chrome users:
If you are having trouble viewing or searching the PDF with Google Chrome, please download it here instead.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1981_A8 B34.pdf [ 6.1MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0094982.json
JSON-LD: 831-1.0094982-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0094982-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0094982-rdf.json
Turtle: 831-1.0094982-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0094982-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0094982-source.json
Full Text
831-1.0094982-fulltext.txt
Citation
831-1.0094982.ris

Full Text

LA MORT: ETUDE THEMATIQUE DU THEATRE DE GENET B.A., The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, 1976 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER' OF ARTS i n THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (Department of French) We accept t h i s t h e s i s as co n f o r m i n g to t h e r e q u i r e d s t a n d a r d PATRICIA LYNN BALLANTYNE THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA A p r i l , 1981 c) P a t r i c i a Lynn B a l l a n t y n e , 1981 In p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements f o r an advanced degree a t the U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Columbia, I agree t h a t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e and study. I f u r t h e r agree t h a t p e r m i s s i o n f o r e x t e n s i v e copying o f t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be g r a n t e d by the head o f my department o r by h i s o r her r e p r e s e n t a t i v e s . I t i s understood t h a t c o p y i n g o r p u b l i c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l not be allowed without my w r i t t e n p e r m i s s i o n . P a t r i c i a Lynn B a l l a n t y n e Department of French The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia 2075 Wesbrook P l a c e Vancouver, Canada V6T 1W5 Date 27 A p r i l 1981 7cn ABSTRACT The theme of death underlying Jean Genet's works i s p a r t i c u l a r y evident i n h i s theatre where i t appears i n manifold forms. The presence of t h i s theme i n four of h i s pl a y s , Haute S u r v e i l l a n c e , Les Bonnes, Le Balcon and Les  IMfegres w i l l be discussed i n the f o l l o w i n g study where i t may be seen that t h i s c e n t r a l aspect of h i s work expresses i t s e l f through h i s choice of characters and p l o t . Even the decor reveals that Death i s ever present. The d r i v i n g f o r c e which motivates h i s ch a r a c t e r s ' actions and creates the p l o t l i e s buried deep i n t h e i r unconscious,therefore a psychoanalytic approach, based on Freud's theory of the death i n s t i n c t , has been used i n t h i s study. The aggressive tendencies produced by the death i n s t i n c t i n Genet's characters can be d i v i d e d i n t o two ca t e g o r i e s : d e s t r u c t i o n of the other and s e l f - d e s t r u c t i o n . Murder, s u i c i d e or human s a c r i f i c e r e s u l t when the death i n s t i n c t holds f u l l sway i n the character's ego, while r e p e t i t i o u s s u f f e r i n g i n the form of sadism or masochism p r e v a i l s when the f u l l f o r c e of the death i n s t i n c t i s m i t i g a t e d by the presence of i t s complementary opposite, Eros. i i Although the acts of the characters vary s i g n i f i c a n t l y , i t becomes apparent that three underlying causes are common to the aggressive behaviour of a l l the characters s t u d i e d i n the p l a y s . They are ignorance of the " s e l f " and the nature of ot h e r s , f e a r (accompanied by a f e e l i n g Df impotence) caused by t h i s ignorance and the impossible wish to dominate others and one's own m o r t a l i t y . I t mould seem that the tragedy of Genet's characters l i e s i n the f a c t that they never r e a l i z e t h e i r own capacity f o r s e l f - d e t e r m i n a t i o n . Consequently, t h e i r a c tions are a l l i n vain because they only lead to the senseless r e p e t i t i o n of s u f f e r i n g or premature death. TABLE DES MATIERES ABSTRACT i i ACKNOWLEDGMENT v INTRODUCTION 1 NOTES 6 CHAPITRE I : LA DESTRUCTION DE L'AUTRE . . . . 7 a) LE MEURTRE 11 b) LE SACRIFICE HUMAIN 27 c) LE SADISME 48 NOTES 54 CHAPITRE I I : L'AUTO-DESTRUCTION 58 a) LE SUICIDE 58 b) LE MASOCHISME 94 CONCLUSION 108 NOTES 112 BIBLIOGRAPHIE 118 i v ACKNOWLEDGMENT I t i s a pleasure to acknowledge the help and encouragement that I have received i n preparing t h i s t h e s i s . I am g r a t e f u l to Professor Marguerite Primeau f o r having introduced me to Genet's theatre and f o r having helped me to i n i t i a t e t h i s t h e s i s . I would e s p e c i a l l y l i k e to thank Professor Floyd S a i n t C l a i r f o r h i s constant encouragement i n the development of my ideas. To Professor A l i s t a i r MacKay I owe my thanks f o r h i s advice, p a r t i c u l a r l y i n matters of s t y l e . I am also g r a t e f u l to my fami l y and f r i e n d s f o r a l l t h e i r encouragement. INTRODUCTION LA MORT: ETUDE THEMATIQUE DU THEATRE DE GENET Dans c e t t e these nous proposons d'etudier l e theme de l a mort dans l e s quatre premieres pieces de theatre e c r i t e s par Jean Genet: Haute S u r v e i l l a n c e , Les Bonnes, Le Balcon et Les Negres. Le theme de l a mort represente un aspect t r e s important de l'oeuvre de Genet et semble r e v e l e r son besoin de r e v i v r e a t r a v e r s son oeuvre sa c r i s e p e r s o n n e l l e . Jean-Paul S a r t r e , son commentateur philosophique l e plus important raconte, dans son oeuvre, Sain t Genet, Comidien  et Martyr, comment Genet a embrasse une v i e c r i m i n e l l e apres sa condamnation consequente au v o l commis quand i l e t a i t enfant. I I semble que Genet considere c e t t e experience comme une espece de mort qui arr e t e l e developpement de sa pe r s o n n a l i t e Selon S a r t r e l e theme de l a mort et de l a r e s u r r e c t i o n president a toutes l e s i n i t i a t i o n s , mais i l ajoute a propos du moment f a t i d l q u e qui s e r t d ' i n i t i a t i o n a l a metamorphose de Genet, que: "Genet refuse categoriquement d'etre un r e s s u s c i t e . Et Genet n'est r i e n d'autre qu'un mort." Dans l e cas de Genet c'est 1•accusation, s u i v i e par 2 son acceptation du r o l e de "icoupable", qui represente l a mort. Un enfant qui n'a pas encore un "moi" developpe se v o i t a tr a v e r s l a r e a c t i o n des adu l t e s . S i l e s adultes l e conside-rent coupable, i l se sent coupable, meme s ' i l s a i t q u ' i l est innocent. La condamnation, comme l a mart, empeche l ' i n d i v i d u qui manque d'une p e r s o n n a l i t e developpee de changer parce q u ' i l r e s t e marque par l e mot "coupable". Le d e s t i n du coupable est a i n s i f i g e . Dans ce contexte, i l est c l a i r que personne mieux que Genet ne p o u r r a i t s e n t i r et exprimer l ' e t a t d'ame d'un meurtrier D U d'un etre qui se voue au s u i c i d e . S a r t r e l ' a p p e l l e : "...un hamme de l a r e p e t i t i o n . " " 5 En e f f e t , i l semble que Genet r e v i v e , a t r a v e r s ses personnages, l e moment de sa "mort" (1'accusation) et de sa metamorphose. L'oeuvre t h e a t r a l e de Genet est hantee par l a mort dans toutes ses manifestations ( l a haine, 1 ' a g r e s s i v i t e e x t e r i o r i s e e et c e l l e r e f o u l e e , l a cruaute verbale et physique). Ces pu l s i o n s d e s t r u c t r i c e s semblent a g i r toutes s e u l e s . E l l e s dansent, mises a nu sous l a f o r t e lumiere sur l a scene. La mort est suggeree par l e decor (des f l e u r s , un c a t a f a l q u e , un r e v o l v e r , l e mausolee) et par l e s costumes grotesques et r i g i d e s . Dans Le Balcon l a presence des m i r o i r s souligne l ' a t t i t u d e des personnages qui d e s i r e n t s'unir a le u r essence, devenir une image f i g e e . Ces i n d i v i d u s ne veulent que s ' i d e n t i f i e r avec l e u r apparence; i l s sont prets a renoncer a l a p o s s i b i l i t e du changement et i l s deviennent 3 a i n s i a u s s i r i g i d e s qu'un p o r t r a i t ou qu'une statue dont l a forme est f i x e e pour t o u j o u r s . La mort ne se manifeste pas toujours de l a meme fagon. Dans l e s oeuvres etudiees nous constatons que Genet presente p l u s i e u r s v a r i a t i o n s sur ce theme. Nous proposons de chercher l a c l e f qui r e l i e ces comportements s i disparates et de pene-t r e r ces d i f f e r e n t s mecanismes a t r a v e r s l e s q u e l s l a mart se manifeste dans son oeuvre t h e a t r a l e dans l e but de mieux comprendre l e u r s i g n i f i c a t i o n . Pour f a c i l i t e r l'etude de l a p u l s i o n de l a mart qui a g i t dans l e s personnages du theatre de Genet, nous avons d i v i s e l e s exemples f o u r n i s dans l e s pieces en deux c a t e g o r i e s : l a mort qui r e s u l t e d 1un acte a g r e s s i f d i r i g e contre 1'autre et l a mort qui r e s u l t e d'un acte a g r e s s i f d i r i g e contre s o i . Dans l e premier c h a p i t r e , nous verrons que 1 ' a g r e s s i v i t e d i r i g e e contre l ' a u t r e s'exprime, non seulement dans l ' a c t e c r i m i n e l du meurtre, mais au s s i dans l e s a c r i f i c e humain et dans l e sadisme. Tandis que l e meurtre est un acte d ' a g r e s s i -v i t e d i r e c t , l e s a c r i f i c e humain, qui u t i l i s e l e mecanisme de l a s u b s t i t u t i o n , en est un exemple i n d i r e c t . Dans l e cas du sadisme, l ' a c t e de d e s t r u c t i o n est attenue par l a l i b i d o qui s'unit a l a p u l s i o n d e s t r u c t r i c e . Dans l e deuxieme c h a p i t r e nous verrons, de l a mfime fagon, que 1 ' a g r e s s i v i t e d i r i g e e contre s o i se montre non seulement dans l ' a c t e du s u i c i d e d i r e c t , mais au s s i dans l e s u i c i d e i n d i r e c t , dans c e l u i symbolique et dans l e masochisme. Tandis que, dans l e premier cas, l e s u i c i d e se tue lui-meme, dans l e deuxieme cas, i l i n c i t e un autre a l e t u e r . Dans l e s u i c i d e symbolique, une p a r t i e du corps est s u b s t i t u t e pour l e tout et dans l e cas du masochisme, l a souffrance remplace l a mort. On v o i t dans l e s deux categories d e f i n i e s ci-dessus que c'est 1 1 a g r e s s i v i t e innee qui f o u r n i t l a for c e motrice pour l a d e s t r u c t i o n , meme s i l e s mobiles et l e s moyens v a r i e n t d'un personnage a l ' a u t r e . IMotre but sera de decouvrir d'abord quel genre d ' i n d i v i d u devient v i c t i m e de ce t t e p u l s i o n a g r e s s i -ve, q u e l l e s sont l e s motivations profondes qui poussent un etre a un t e l etat d'ame et, ensuite, nous suivrons en d e t a i l l e chemin p a r t i c u l i e r que chaque personnage parcourt jusqu'a l a mort r e e l l e ou symbolique. En abordant l a question de l a mort nous avons trouve t r e s u t i l e l a t h e o r i e de Freud** sur l e s deux p u l s i o n s con-t r a i r e s , mais egales et complementaires, qui gouvernent l e comportement humain: 1 ' i n s t i n c t de l a mart et 1 ' i n s t i n c t s e x u e l . Selon Freud, ces deux i n s t i n c t s e x i t e n t l'un a cote de l ' a u t r e , en chacun de nous et meme dans chaque c e l l u l e organique. Freud, qui l i e ses t h e o r i e s a l a b i o l o g i e , maintient que l ' i n s t i n c t de l a mort a l'avantage de 1 ' a n t e r i o r i t e car l'etude de l ' e v o l u t i o n nous revele que l a matiere inorganique a precede c e l l e organique. I I d i t a ce propos: "The f i r s t i n s t i n c t (then) i s the i n s t i n c t to retur n to the inanimate s t a t e . " Selon Freud, l ' i n s t i n c t sexuel est un i n s t i n c t de cr e a t i o n et d'auto-preservation, dont l a f o n c t i o n est d'assurer 5 que l'organisme s u i v r a , l e plus longtemps p o s s i b l e , l e chemin de son developpement et q u ' i l cherchera a se reproduire avant sa mort n a t u r e l l e . A i n s i , une l u t t e ou une tension se cree chez chaque i n d i v i d u entre l e s forces de l a mort et c e l l e s de l a v i e . Dans l e comportement humain c e t t e ambivalence s'exprime sous l e s formes de l'amour et de l a haine. En e f f e t , l e s observations c l i n i q u e s 5 montrent que l'amour, non seulement est accompagne par l a haine, mais que souvent l'amour se transforme en haine ou v i c e versa. • r nous connaissons, meme s i de fagon i m p a r f a i t e , l a v i e , mais l a mort nous res t e toujours un grand mystere. Done, l'amour considere par l'homme comme un aspect p o s i t i f de l a v i e , est g l o r i f i e partout en actes et en mots. La haine, une mani f e s t a t i o n de 1 ' i n s t i n c t de l a mort, par contre, est souvent niee a cause de l a peur q u ' e l l e s u s c i t e en l'homme. Cette a t t i t u d e negative envers l e s for c e s d e s t r u c t r i c e s explique pourquoi l a p u l s i o n de l a mort semble a g i r s i souvent dans l'ombre des coins s e c r e t s de l ' e t r e . P r o f i t o n s , done, du f a i t que Genet j e t t e une lumiere eblouissante sur l e s moti-vations cachees de ses personnages a u s s i bien que sur l e u r s actes et sur l e u r s r e a c t i o n s . Abordons c e t t e etude de l a mort dans son oeuvre t h e a t r a l e avec 1 ' i n t e n t i o n de penetrer a fond, grace a sa v i s i o n unique, l e cote n o i r qui se trouve s i soigneusement cache dans 1 ' i n c o n s c i e n t de ses personnages et dont i l s ne sont meme pas ca n s c i e n t s . 6 NOTES Int r o d u c t i o n 1. Jean-Paul S a r t r e , Saint Genet, Comedien et Martyr, ( P a r i s : L i b r a i r i e G a l l i mard, 1952), p. 9. 2. I b i d . 3. I b i d . , 12. <+. Sigmund Freud, The Standard E d i t i o n of the Complete  P s y c h o l o g i c a l Works of Sigmund Freud, t r a n s . James Strachey (2k v o l s . ; London: The Hogarth Press, 1959), XIX, p. ^0. 5. I b i d . , XVIII, 38. 6. I b i d . , XIX, kO. CHAPITRE I LA DESTRUCTION DE L'AUTRE I I est impossible de n i e r qu'une grande p a r t i e des actions humaines puisent l e u r energie dans 1 ' a g r e s s i v i t e l a t e n t e en chacun de nous. I I s u f f i t de r e f l e c h i r un moment a l ' h i s t o i r e des c i v i l i s a t i o n s successives pour se rendre compte que c e t t e a g r e s s i v i t e ne s'applique pas seulement a l'homme dans son etat p r i m i t i f . L'homme contemporain peut aussi bien e t r e d e c r i t par l ' e x p r e s s i o n "homo homini lupus" que c e l u i de l'age de p i e r r e . S ' i l est v r a i que l a s o c i e t e cherche a c o n t r f i l e r et a r e g l e r 1 • a g r e s s i v i t e de ses membres au moyen d'une p o l i c e bien organisee et par un systeme j u d i -c i a i r e qui s'adjuge l e d r o i t de juger l e s a c t i o n s d e s t r u c t i v e s et de punir l e s coupables, l a s i t u a t i o n chez l ' i n d i v i d u n'est pas t r e s d i f f e r e n t e . D'apres Freud, en observant l e developpement de l ' i n d i v i d u , on v o i t que, chez l ' e n f a n t , ce sont l e s parents qui c o n t r f i l e n t ses a c t i v i t e s en empechant l e s exces d ' a g r e s s i -v i t e . A c e t t e premiere phase de son developpement l'enfant depend entierement de ses parents et s ' i l s l e font s e n t i r coupable, i l se s e n t i r a menace par l a perte de l e u r amour, 7 8 ou du moins, par l e u r disapprobation. En pl u s , i l a peur de l a p u n i t i o n qui l ' a t t e n d . Pour e v i t e r ces consequences, c e r t a i n s enfants apprennent t o t a a g i r a l ' i n s u de l e u r s parents quand i l s savent que l e u r s actes s e r a i e n t defendus. Line f o i s grandis, c e r t a i n s adultes continuent d'agir de c e t t e meme faeon...c'est-a-dire q u ' i l s prennent toutes l e s precau-t i o n s pour que l ' a u t o r i t e publique ne l e s trouve pas "coupa-b l e s " . En v e r i t e , i l s ne se sentent pas coupables du tout mais i l s ont seulement peur d'etre p r i s en f l a g r a n t d e l i t . Dans l e cas d'autres i n d i v i d u s , toujours d'apres Freud," 3 une deuxieme phase de developpement a l i e u quand l e concept d ' a u t o r i t e s 1 i n t e r i o r i s e et l e sur-moi s ' e t a b l i t . C'est seulement a ce moment-la qu'un sentiment de " c u l p a b i l i t e " se developpe v i s - a - v i s , non seulement des actes a g r e s s i f s , mais aussi des "mauvaises i n t e n t i o n s " . Une t r o i s i e m e a t t i t u d e se manifeste chez c e r t a i n s i n d i -vidus qui voient l e d e s t i n comme l e remplacement du pouvoir paternel.** Ces i n d i v i d u s sont r e s t e s a l a premiere phase de l e u r developpement mais i l s se d i s t i n g u e n t de ceux deja mentionnes qui cherchent a s a t i s f a i r e l e u r s i n s t i n c t s en ev i t a n t l a p u n i t i o n des a u t o r i t e s . Ces d e r n i e r s , au c o n t r a i r e , n'essaient n i de reprimer l e u r s s a t i s f a c t i o n s i n s t i n c t u e l l e s n i d'echapper a l a p u n i t i o n attendue. S i un t e l i n d i v i d u commet un crime, i l se v o i t comme quelqu'un qui s o u f f r e un malheur. Pour l u i c e l a s i g n i f i e l a chute d'un etat de grace. I l ne l u i r e s t e d'autre s o r t que de s u i v r e avec soumission l e chemin de sa d e f a i t e et d'accepter sa p u n i t i o n . Souvent 9 i l ne f a i t pas d ' e f f o r t pour cacher l e s traces de son d e l i t ou pour chercher a f u i r sa p u n i t i o n mais, a f i n de diminuer l a tension insupportable causee par l ' a t t e n t e de c e l l e - c i , i l f a i t tout son p o s s i b l e pour l a s u b i r au plus t o t . Richard Coe, dans son oeuvre The V i s i o n of Jean Genet, explique a propos du m e u r t r i e r : "Genet's murderers are e s s e n t i a l l y t r a g i c f i g u r e s i n that they give s i g n i f i c a n c e to the absurdity of death by v o l u n t a r i l y assuming r e s p o n s i b i l i t y f o r the death 5 of another, and thus u l t i m a t e l y f o r t h e i r own." Les actes v i o l e n t s commis par ce genre d ' i n d i v i d u sont p r o d u i t s par son a g r e s s i v i t e l a t e n t e q u ' i l n'a pas appris a con t r O l e r . C'est pour c e t t e r a i s o n que ses crimes semblent souvent et r e sans m o t i v a t i o n . I l f i n i t par c r o i r e que l e crime commis e t a i t son d e s t i n i n e l u c t a b l e . I I v/a vers sa p u n i t i o n avec h u m i l i t e , comme l e s a i n t qui accepte l e martyre et l a g l o i r e . Ce comportement est surtout evident dans l e cas ou l ' i n d i v i d u a une conception s t r i c t e m e n t r e l i g i e u s e du d e s t i n , c ' e s t - a - d i r e l a D U l e d e s t i n est vu comme l a volonte d i v i n e . A i n s i , l'agresseur se c r o i t predestine a e t r e m e u r t r i e r . C'est precisement ce dern i e r genre d ' i n d i v i d u a g r e s s i f (manquant de systeme i n t e r n a l i s e d'auto-contrOle) qui nous i n t e r e s s e en p a r t i c u l i e r parce q u ' i l est l e type represente l e plus souvent dans l'oeuvre t h e a t r a l e de Genet. Le s a c r i f i c e humain n'est qu'une v a r i a t i o n plus compli-quee de c e t t e tendance a trouver une vi c t i m e sur l a q u e l l e on peut decharger 1 ' a g r e s s i v i t e accumulee. Pour mieux et u d i e r l e s d i f f e r e n t e s formes de l' e x p r e s s i o n de l ' a g r e s s i -10 v i t e qui se d i r i g e n t contre l ' a u t r e dans l'oeuvre t h e a t r a l e de Genet ce c h a p i t r e sera d i v i s e en t r o i s p a r t i e s , Le meurtre, Le s a c r i f i c e humain et Le sadisme* Nous commencerons par l 1 e t u d e du meurtre dans Haute  S u r v e i l l a n c e , l a premiere p i e c e de Genet, ou l ' a u t e u r nous o f f r e l ' o c c a s i o n de penetrer l a m e n t a l i t e de l ' a s s a s s i n , Yeux V e r t s . II est a remarquer que l ' a u t e u r ne donne p o i n t d'im-portance a l a v i c t i m e , e t r e anonyme et sans importance dans l e drame, et q u ' i l s'occupe entierement des sentiments et des s e n s a t i o n s du m e u r t r i e r avant, durant et apres son acte dont l e s consequences l e marqueront pour l ' e t e r n i t e . "Ces metamor-phoses l e f a s c i n e n t , " ^ d i t S a r t r e a propos de Genet et l a r a i s o n pour c e l a est que Genet r e v i t , a t r a v e r s l e s a c t i o n s de ses personnages, sa c r i s e p e r s o n n e l l e (consequent du v o l i n s i g n i f i a n t mentionne plus haut) qui a tue l ' e n f a n t en l u i et qui l ' a relegue au niveau des " o b j e t s nommes". S a r t r e e x p l i q u e : "Mort en bas age, Genet porte en l u i l e v e r t i g e / 7 de 1 1 i r r e m e d i a b l e , i l veut mourir encore". Le but de l a premiere p a r t i e de ce c h a p i t r e s e r a de f a i r e une analyse d e t a i l l e e de l a metamorphose qui transforms Yeux Verts d'un homme e x i s t a n t en un e t r e mort. Cette analyse s e r a s u i v i e par une comparaison entre l e s meurtres commis par Yeux Ver t s et par Le Franc et d'une e v a l u a t i o n en ce qui concerne l e u r a u t h e n t i c i t e . 11 LE MEURTRE La scene unique d'Haute S u r v e i l l a n c e est une c e l l u l e de p r i s o n partagee par t r o i s detenus, Yeux Ver t s , un a s s a s s i n condamne a etre g u i l l o t i n e , Maurice, un jeune homme de dix-sept ans et Le Franc, un cambrioleur. Nous examinerons d'abord l ' e t a t d'ame de Yeux Verts qui semble l ' a v a i r predispose h 1•assassinat, puis nous regarderons l ' a c t e , cet i n s t a n t i n e x o r a b l e , et, finalement, nous analyserons l e s etapes de l a metamorphose qui s'ensuivent. Yeux Uerts d e c r i t ce q u ' i l r e s s e n t a i t avant de tuer l a f i l l e a Maurice et a Le Franc, avec g r a v i t e , comme un pere qui p a r l e a ses f i l s : "Je vous expl i q u e . Paternellement, Je d i s q u ' i l f a u t s u r v e i l l e r car c'est t e r r i b l e , des moments p a r e i l s . C'est t e r r i b l e a f o r c e d'etre doux...C'est a c e l a qu'on reconnalt l a catastrophe." II est evident q u ' i l reconnait l e s propor-t i o n s de l ' a c t e de meurtre car i l appelle l e moment " t e r r i b l e " , non parce que son r e s u l t a t est l a mart de l a v i c t i m e mais, comme nous verrons, a cause de son e f f e t sur c e l u i qui 1'accom-p l i t . Tout en etant conscient des consequences, l e m e u r t r i e r se l a i s s e quand meme seduire par l a douceur du moment. Nous remarquons qu'avant de rencantrer l a f i l l e q u ' i l va tuer, Yeux Uerts se sent deja g l i s s e r vers son d e s t i n . Tout semble s i parfaitement predispose autour de l u i q u ' i l n'a qu'a s u i v r e l a pente qui l e p o r t e r a a sa f i n . Le v e r t i g e l e prend, doucement, presque imperceptiblement. II s'en rend parfaitement compte car v o i c i ce q u ' i l en d i t : "Ce j o u r - l a , 1.2 "de plus en plus...Tout a ete de plus en plus p o l i avec moi." D'autre p a r t , Yeux Uerts se reconnalt comme l ' e l u . I I e t a i t f a s c i n e par l a t e n t a t i o n de tuer; l e moment t e r r i b l e est a u s s i l e moment p r o p i c e . . . s 1 i l l e l a i s s e echapper i l est tr e s p o s s i b l e q u ' i l ne revienne p l u s . Dans ce cas, l e meur-t r i e r ne p o u r r a i t jamais accomplir son d e s t i n . L'acte s'impose avec une beaute feroce, comme l e moment qui precede l'orgasme. I I ne peut plus r e s i s t e r . La p u l s i o n qui l e tend vers son acte l e place au bord d'un p u i t s . Quand l a tension de sa p o s i t i o n devient insupportable, i l faut q u ' i l tombe d'un'cote ou de l ' a u t r e car i l ne l u i est plus p o s s i b l e de maintenir l ' e q u i l i b r e . Yeux Uerts raconte: " . . . l e s choses se sont mises a bouger. I I n'y a v a i t plus r i e n a f a i r e . Et 10 pour c e l a i l a v a i t f a l l u que je tue quelqu'un." L'acte de rneurtre ne dure qu'un i n s t a n t et semble se declencher par lui-meme. Quand Maurice l e questionne sur l e s moyens q u ' i l a u t i l i s e s pour tuer l a f i l l e , Yeux Uerts repond que c ' e t a i t l a f a t a l i t e qui a v a i t p r i s l a forme de ses mains. I I est evident que r i e n n ' e t a i t premedite et que Yeux Uerts ne sent aucune r e s p o n s a b i l i t e pour son acte. I I d i t : "Pour e t r e j u s t e on d e v r a i t l e s /ses mains_7 couper au l i e u du cou." Pour l u i ce n ' e t a i t pas une question de v o l o n t e . . . c ' e t a i t l e de s t i n qui a v a i t agi a t r a v e r s l u i . Le moment du "crime" coule v i t e et simplement: "La f i l l e e t a i t deja sous moi. Je n'avaisqu'a l u i poser une main, d e l i c a t e sur l a bouche et 12 une sur l e cou, delicatement." ..."Apres, e l l e a voulu ' ' 13 c r i e r parce que je l u i f a i s a i s du mal. Je l ' a i e t o u f f e e . " Un i n s t a n t plus t a r d , l e meurtre est deja un " f a i t accom-p l i " . La premiere r e a c t i o n de Yeux Verts devant son acte est une r e a c t i o n d 1 e t D n n e m e n t . I l n'est pas capable de c r o i r e a l a r e a l i t e et au f a i t que l a mort, a l a d i f f e r e n c e de tous l e s autres e t a t s , est immuable. I I d i t q u ' i l c r o y a i t que meme morte, i l p o u r r a i t r e s s u s c i t e r l a f i l l e . Yeux Verts montre par l e meurtre q u ' i l a commis et par sa r e a c t i o n a son crime q u ' i l ne comprend pas qu'un et r e est l i b r e de c h o i s i r entre deux chemins et que tout choix implique l a r e s p o n s a b i l i t e de ses consequences. I l c r o i t au f a t a l i s m e , au pouvoir du d e s t i n , p l u t f i t qu'a l a l i b e r t e d ' a c t i o n . I I se v o i t comme l a v i c t i m e du d e s t i n , et tout comme l'enfant qui a g i t d'une fagon impulsive, sans se rendre compte du r e s u l t a t de son a c t i o n , i l ne se sent pas responsable. Ce q u ' i l trouve l o u r d a supporter ce n'est pas l a r e s p o n s a b i l i t e mais l a nature grave et i r r e v e r s i b l e du r e s u l t a t du crime q u ' i l a commis sous l ' i m p u l s i o n du moment. Sa deuxieme r e a c t i o n est c e l l e de v o u l o i r se cacher de tout et de tous. I I sent que son etat de me u r t r i e r sera confirme par l e regard accusateur des autres: " J ' a i d'abord ete vers l a fenetre...Je c r o y a i s v o i r l a rue qui m'epiait. 3e c r o y a i s qu'on a t t e n d a i t que je me montre a l a f e n e t r e . " Yeux Verts se sent deja condamne. I l est bouleverse par l e poids de son crime et i l ne se donne guere l a peine de cacher l e d e l i t . Plus t a r d , i l avoue q u ' i l a v a i t l a i s s e une grappe de ses l i l a s dans l e s cheveux de l a f i l l e et c'est grace a c e l a qu'on l ' a reconnu coupable. Yeux Verts est sur que tout a ete predetermine, meme l e s l i l a s o u b l i e s qui ont s e r v i s d'evidence contre l u i . La f a t a l i t e de son acte est tellement presente a son e s p r i t q u ' i l mele l e s temps en p a r l a n t a Maurice. C'est comme s i l e passe, l e present et l e f u t u r n'etaient plus qu'un present odieux. F r u s t r e par cet etat d'ame, Yeux-Uerts accuse Maurice, q u ' i l ne c o n n a i s s a i t rneme pas a cet i n s t a n t , de ne pas l ' a v o i r a v e r t i a temps de l a grappe de l i l a s : "Et c'est maintenant que tu m•avertis!... 15 Tu m'as perdu. Tu e t a i s entendu avec l e bon Dieu." La t r o i s i e m e r e a c t i o n de Yeux Uerts est c e l l e de l a peur de se retrouver dans l a peau d'un autre. I I a peur de mourir, c ' e s t - a - d i r e , de cesser d'etre Yeux Uerts, i n d i v i d u qui e x i s t e et done qui s u b i t des changements. I l ne veut pas etre d e f i n i par son acte. Son refus de se d e f i n l r par l ' a c t i o n montre que Yeux Uerts n'a aucune conception de l a p h i l o s o p h i e e x i s t e n t i a l i s t e qui l u i a c c o r d e r a i t , en meme temps, l a l i b e r t e et l a r e s p o n s a b i l i t e de ses actes. I I a peur de devenir "11 a s s a s s i n " , image f i g e e , homme nomme et deja mort car, une f o i s a s s a s s i n , on l e re s t e pour l ' e t e r n i t e . Avec ce nom brQle dans l a peau, comme une c i c a t r i c e , on ne peut plus e t r e autre chose qu'un a s s a s s i n . C'est seulement au moment de c e t t e p r i s e i n i t i a l e de conscience de l a s i t u a t i o n que l a premiere etape de l a meta-morphose de l ' i n d i v i d u en assassi n commence. Yeux Uerts ressent immediatement l e d e s i r de r e v e n i r en a r r i e r e , de remonter l e temps et de d e f a i r e son crime. Cette r e a c t i o n ressemble a c e l l e de Genet enfant, d e c r i t par S a r t r e dans Sa i n t Genet, Comedien et Martyr quand i l se rend compte des 15 consequences de son v o l : "D'abord i l veut echapper a son d e s t i n . . . i l v o u l a i t f u i r dans l e passe, dans l ' e t e r n e l : mourir. A present, i l inverse l a d i r e c t i o n de sa f u i t e : son serment ' 16 temoigne d'une impatience f o l l e de s'lvader dans l ' a v e n i r . " Malheureusement, c e r t a i n s f a i t s sont immuables et, comme l'a u t e u r , son personnage, Yeux Ver t s , en s o u f f r e . I l ne peut plus r i e n f a i r e pour contrebalancer cet acte qui l u i enleve d e f i n i t i v e m e n t l a p o s s i b i l i t y de c h o i s i r son av e n i r . Les sensations physiques de v e r t i g e et d*etouffement l e rendent presque fou. Dans son d e s i r d'echapper a son d e s t i n d'assassin Yeux Verts se c o n t o r s i o n n e . . . i l se t o r t i l l e comme un convul-s i o n n a i r e . I I veut f u i r l a forme de ce q u ' i l est devenu et essaie de devenir un chien, un chat, un cheval, un t i g r e , une t a b l e , une pierre...meme une rose...mais en v a i n , l e s jeux sont f a i t s et i l ne peut plus remonter a l ' a i r f a c i l e ou l'on r e s p i r e librement. Dans sa danse "en v r i l l e " , Yeux Verts exprime l a douleur atroce d'un plongeur qui se trouve aux profondeurs de l a mer quand, soudain, i l trouve sa source d'oxygene coupee. I l se v o i t comme un homme enterre v i v a n t . C'est l ' h o r r i b l e s u p p l i c e de se trouver encore en v i e sans l e d r o i t d ' e x i s t e r en tant qu'homme qui cause l a metamorphose qui l e transformers en "mort v i v a n t " . La tension causee par l e d e s i r impossible de se detacher de son d e s t i n f i x e a jamais a t t e i n t un point culminant ou l a douleur n'est plus supportable. Le m e u r t r i e r , vide d'energie par sa danse en rond, se l a i s s e c h o i r dans son image, t e l N a r c i s s e . En e f f e t , S a r t r e compare c e t t e chute du c r i m i n e l 16 a c e l l e de N a r c i s s e : "Narcisse pour toucher son r e f l e t plonge dans l ' a b j e c t i a n , dans l'echec, dans 1 1impuissance et , quand i l s ' a t t e i n t , i l ne rencontre qu'une a b s t r a c t i o n , l a forme r 17 vide du neant." A l a d i f f e r e n c e de l a premiere etape de l a metamorphose qui est c a r a c t e r i s e e par un mouvement convulsionne et une t e n t a t i v e de f u i t e dans l e passe, l a deuxieme etape de l a metamorphose est un acte de cooperation avec l e d e s t i n , c a r a c t e -r i s e par un calme ecoulement vers l e f u t u r . Yeux Verts confirme son d e s i r d'atteindre son d e s t i n quand i l d i t : " J ' a i f a i t l e s gestes qui devaient me mener l e plus tranquillement p o s s i b l e 1B a l a g u i l l o t i n e . ' 1 Desormais i l accepte l a r e a l i t e de son crime, l e s consequences comprises. I I accepte son d e s t i n : " j e tombe s i doucement, ce qui me f a i t tomber est s i g e n t i l que par p o l i t e s s e je n'ose pas me r e v o l t e r " . I I s'accepte dans sa peau d'assassin: "Au debut je me f a i s a i s peur. 20 Maintenant je me p l a i s ! " I I admet q u ' i l est un homme mort, abandonne par l e s o r t ; i l d i t q u ' i l est un c h i f f r e , une l a v e t t e . I I imagine sa tombe creusee a ses pieds et i l se sent g l a c e . En tout cas, 1'acceptation de son s o r t est l e s e u l choix qui l u i r e s t e car i l n'aura jamais plus l e pouvoir de c h o i s i r un autre d e s t i n . Le regard des autres ne l u i permettra plus d'oublier son nouvel e t a t . I l n'aura plus n i passe, n i f u t u r . A cause de l a v i g i l a n c e des autres, i l est condamne a mort dans un present e t e r n e l en tant que l ' a s s a s s i n . Cette notion que l e jugement des autres s e r t a r e n f o r c e r l a d e f i n i t i o n de s o i nous r a p p e l l e 1 ' a u t o - d e f i n i t i o n chez l ' e n f a n t . I l est evident que Yeux Uerts s'est a r r e t e a ce stage de developpement tan d i s qu'un i n d i v i d u responsable ne s e r a i t pas i n f l u e n c e par l ' o p i n i o n des autres. Selon l a vue e x i s t e n t i a l i s t s un homme peut e t r e d e f i n i seulement par ses act e s . S ' i l est v r a i que Yeux Uerts f i n i t par accepter l a r e a l i t e et l e s consequences de son c r i m e , c e l a n'empeche pas q u ' i l r e g r e t t e toujours l a perte de son i d e n t i t e p e r s D n n e l l e qui l u i donnait l a p o s s i b i l i t e de devenir n'importe quoi. A cause de c e l a i l n'echappe pas a l a t r i s t e s s e . I I est tellement t r i s t e q u ' i l voudrait que ce s o i t l a n u i t pour essayer de se s e r r e r sur son coeur; en f a i t i l v o u d r a i t se b l o t t i r dans ses propres bras. Nous voyons maintenant un homme completement dechu, e t r e p i t o y a b l e et sans e s p o i r . II parte l e d e u i l de son pauvre "moi" mort,cette i n d i v i d u a l i t y , disparue desormais pour toujours, q u ' i l ne pourra jamais retrouver mais qui l e hantera jusqu'a l a f i n de ses j o u r s . Genet r e v i t , a t r a v e r s son personnage, une autre phase de sa c r i s e p e r s o n n e l l e , s i bien d e c r i t e par S a r t r e : " . . . i l se cherche a tatons et ne se trouve pas: un enfant mort l u i s o u r i t t r i s t e m e n t de l ' a u t r e r 21 cote d'une v i t r e . " En v i f contraste avec l e p o r t r a i t de cet homme qui a deja cease d ' e x i s t e r , Genet nous montre l'image gonflee de l ' e t r e q u ' i l est devenu, 1'assassin dans toute sa puissance. Desespere, Yeux Uerts, se detache completement de l'ombre de son "moi" et, dans un j e t poetique, r e j o i n t son nouvel e t r e . 18 Apres s'etre r e v o l t e i l abandonne, e n f i n , sa v i e i l l e i d e n t i t e d'homme et s'accepte en tant qu'assassin. I I s'eleve, i l d e c o l l e , i l f a i t l'experience d'une v e r i t a b l e transcendance. Le spectateur p a r t i c i p e a ce t t e extase au moyen d'un deluge de mots qui ant l e pouvair de donner l e s o u f f l e de l a v i e a l a f a n t a i s i e de Yeux V e r t s : "...ne croyez pas que je va i s r e s t e r en morceaux...Je me r e c o n s t r u i s . Je me r e c o l l e . Je me r e f a i s a neuf". La r e p e t i t i o n des sons "Je - me - re" renforce l a valeur des mots et a g i t comme une i n c a n t a t i o n magique qui permet aux morceaux disperses d'une existence b r i s e e de se rassembler, pour c o n s t r u i r e un nouvel e t r e . Ces mots i n c a n t a t o i r e s sont un exemple du pouvoir poetique de Genet qui opere a i n s i une transformation devant nos yeux sur l a scene. Yeux Verts continue, dans son d e l i r e : "Je deviens plus fort...que l a f o r t e r e s s e . Je s u i s l a f o r t e r e s s e ! . . . J ' a i des cordes, des couteaux, des e c h e l l e s ! . . . J e s u i s l a 23 f o r t e r e s s e et je s u i s s e u l au monde." Apparait des l o r s l e theme de l a s o l i t u d e . Yeux Verts se detache de plus en plus de tout et de tous. I l refuse de v o i r sa femme et f i n i t par l ' o f f r i r au s u r v e i l l a n t en disant q u ' i l est d e c o l l e de l a t e r r e et que l a v i e l e f a t i g u e . J u s q u ' i c i nous n'avons examine que l e meurtre commis par Yeux Verts mais nous p a r t i c i p e r o n s b i e n t o t a un autre meurtre, c e l u i de Maurice, commis sur scene par LeFranc. Ce meurtre est prevu depuis l e debut de l a piece et l e spectateur s'attend a v o i r Maurice succomber sous l e s mains de LeFranc car l e rideau s'ouvre sur l e tableau de Yeux Verts 19. q u i s e pare ses deux compagnons en t r a i n . de„ s e q u e r e l l e r . I I d i t qu'une seconde de p l u s et M a u r i c e y p a s s a i t . L'atmosphere dans l a c e l l u l e r e s t e tendue du r a n t t o u t e l a p i e c e . C'est comme par p r e s s e n t i m e n t que Yeux V e r t s annonce: "On va mener une c o r r i d a j o y e u s e dans l a c e l l u l e . " Qn s a i t b i e n que l a mort e s t t o u j o u r s l a t r o i s i e m e personne p r e s e n t e dans l ' a r e n e des t a u r e a u x . S u p e r f i c i e l l e m e n t , i l n'y a r i e n q u i d i s t i n g u e l e s deux m e u r t r e s . Dans l e s deux c a s , une v i c t i m e i n n o c e n t e s e r a e t r a n g l e e . La d i f f e r e n c e se trouv/e au n i v e a u de l a m o t i v a t i o n . Nous savons d e j a que l e meurtre commis par Yeux V e r t s e s t sans m o t i v a t i o n e t semble e t r e l a c u l m i n a t i o n d'un ensemble de c i r c o n s t a n c e s q u i ont c o n s p i r e pour d e c o u v r i r a Yeux V e r t s sa n a t u r e cachee de m e u r t r i e r . Le malheur du c r i m e ne depend pas de l u i mais p l u t o t du d e s t i n , ou du moins du f a i t q u ' i l n ' a v a i t pas compris q u ' i l a v a i t l a l i b e r t e de c h o i s i r . Examinons maintenant l e m o b i l e q u i p o r t e L e Franc a 1'accomplissement de son crime pour v o i r comment i l c o n t r a s t e avec c e l u i de Yeux V e r t s . Peu a peu, L e Franc r e v e l e son d e s i r de r e j o i n d r e l ' e l i t e de l a p r i s o n . P u i s q u e L e F r a n c c o n v o i t e l a p o s i t i o n de Yeux V e r t s , i l e s s a i e de l ' i m i t e r , d ' e n t r e r dans sa peau, mais ses t e n t a t i v e s ne s o n t que des m a n i p u l a t i o n s s u p e r f i c i e l l e s . I l prend l a p l a c e de Yeux V e r t s en e c r i v a n t des l e t t r e s a sa femme en son nom et souvent i l prend l a v e s t e de Yeux V e r t s pour l a p o r t e r lui-meme. En p l u s , l ' a d m i r a t i o n aveugle que L e Franc p o r t e aux a s s a s s i n s e s t une o b s e s s i o n . I I cache des photos 20 d'assassins dans sa p a i l l a s s e comme une jeune amoureuse y ca c h e r a i t l a photo de son amant pour mieux l e contempler et rever a l u i l a n u i t . Maurice l e taquine a ce propos en l u i demandant s ' i l l e u r f a i s a i t des p r i e r e s . C'est au cours d'une deuxieme q u e r e l l e avec LeFranc que Maurice dechire l a chemise de LeFranc, decouvrant un tatouage sur l a p o i t r i n e . La s i g n i f i c a t i o n du tatouage est d'une grande importance pour l e s p r i s o n n i e r s . Dans l e u r h i e r a r c h i e , i l est comparable au blason du c h e v a l i e r a l'epoque medievale. I I est a remarquer que Maurice et Yeux Uerts respectent, tous l e s deux, LeFranc pour l a premiere f o i s quand i l s l i s e n t l e s mots "Le Uengeur" sur sa p o i t r i n e . Mais c e t t e estime ne dure pas longtemps car Maurice f a i t v i t e comprendre que LeFranc n'a jamais ete marin sur Le Uengeur, et q u ' i l n'a jamais connu l e s "durs" de ce nom. En plu s , i l l u i f a i t remarquer q u ' i l ne connait pas grand-chose s ' i l ne connalt que l e signe. Un peu plus l o i n Maurice l e degonfle completement par sa decou-verte que LeFranc n'est pas tatoue; l e s mots "Le Uengeur" sont seulement dessines a l ' e n c r e . Cette fraude montre clairement l a nature de LeFranc. I l a envie d'etre comme l e s durs mais i l manque de c o u r a g e . . . i l n'est pas de le u r t a i l l e car i l a peur des piqures d'epingles. Par c o n t r a s t e , Maurice s a i t q u ' i l est f a i t pour l e crime (ce qui n'est pas encore c l a i r c'est q u ' i l va jouer l e r o l e de l a v i c t i m e ) : "Le coup dur qui m'arrivera je l e r e c e v r a i , j e s u i s t a i l l e pour ga. Mais t o i tu es dans l e b r o u i l l a r d . . . Et moi, s i j ' a t t i r e l e malheur,...c'est a cause de ma gueule... 21 J e s u i s m a r q u e , m o i a u s s i , m a i s ma v r a i e m a r q u e , c ' e s t ma 2 5 g u e u l e ! " . L a m a r q u e d e L e F r a n c comme n o u s v e n o n s d e l e v o i r , n ' e s t q u ' u n d e s s e i n a l ' e n c r e q u i n e p e n e t r e p a s s a p e a u e t q u i n ' a d o n e q u ' u n a s p e c t s u p e r f i c i e l . C ' e s t i c i q u e l ' i r o n i e d u nom " L e F r a n c " d e v i e n t c l a i r e . M a u r i c e l u i r e p r o c h e s a c o u a r d i s e : " T u e s f a u x . F a u x j u s q u ' a l a m o e l l e . F a u s s e s t o n h i s t o i r e - . d e l a g a l e r e e t t e s m a r q u e s a u x p o i g n e t s . . . f a u x t e s 26 t a t o u a g e s . . . " Meme s i L e F r a n c t u a i t u n h o m m e , M a u r i c e l e p r e v i e n t q u ' i l n e s e r a i t p a s d e l e u r e s p e c e , q u ' i l n e f e r a i t p a s p a r t i d u p e u p l e e l u . Y e u x V e r t s , a u s s i , c h e r c h e a l ' a v e r t i r : " . . . p o u r e t r e d a n s ma p e a u , i l f a u t e t r e d e ma t a i l l e . . . t u v o u d r a i s b i e n e t r e t u t o y e p a r l e s g a r d i e n s e t 27 l e s t u t o y e r . T u v o u d r a i s b i e n m a i s t u n ' e s p a s a s s e z f o r t . " M a l g r e l e u r s a v e r t i s s e m e n t s , L e F r a n c e s s a i e d e f o r c e r s o n d e s t i n e n t u a n t M a u r i c e , m a i s i l t r o u v e a u s s i t o t q u e l e s e u i l q u ' i l e s p e r a i t f r a n c h i r e s t h o r s d ' a t t e i n t e . I I r e s t e v r a i m e n t t o u t s e u l , i s o l e d e s o r m a i s d u m o n d e d e s m e u r t r i e r s comme d e c e l u i d e s h o m m e s . On r e f u s e d e l ' a d m e t t r e a u r a n g d e s a s s a s s i n s p a r c e q u ' i l a c r u q u e l ' o n p o u v a i t c h o i s i r l e m a l h e u r . M a i s c ' e s t s e u l e m e n t l e m a l h e u r q u i a l e d r o i t d e c h o i s i r s e s v i c t i m e s , l e m a l h e u r e u x n ' a a u c u n d r o i t . L e m e u r t r e c o m m i s p a r Y e u x U e r t s e s t v r a i c a r i l l ' a c o m m i s p a r c o m p u l s i o n t a n d i s q u e c e l u i c o m m i s p a r L e F r a n c e s t f a u x c a r i l l ' a c o m m i s p o u r l a g l o i r e , s o n b u t e t a n t d e s ' e l e v e r a u r a n g d e s g r a n d s c r i m i n e l s . A l o r s q u e Y e u x U e r t s a t u e , m o t i v e p a r u n e i n s p i r a t i o n m o n t a n t d e s o n s u b c o n s c i e n t o u , comme i l l e d e f i n i t , p a r " m a l h e u r " , L e F r a n c a t u e p o u r u n e 22 r a i s o n consciente, pousse par une motivation e x t e r i e u r e a sa nature. S a r t r e explique bien ce phenomene dans Saint Genet, Comedien et Martyr; "LeFranc, qui toe pour se f a i r e admettre dans l a c o n f r e r i e feodale des ass a s s i n s , ne t i r e aucun benefice de ce crime f o r c e , i m i t e et qui n ' e t a i t pas implique par sa nature: l a mart de Maurice ne r e j j a i l l i t pas sur l u i pour l e metamorphoser...Car l e crime est e l e c t i o n , i l y fau t l e concours de l a grace." Cette notion chaque Yeux Uerts qui l u i d i t , "Et tu te c r o y a i s capable de devenir, tout s e u l , sans l e secours du c i e l , devenir a u s s i grand que moi!...Je n'ai r i e n voulu...de ce qui m'est a r r i v e . Tout m'a ete donne. 29 Un cadeau du ban Dieu au du d i a b l e . . . I l m'a c h o i s i . " I c i Yeux Uerts s'eleve tellement que l'on peut bien se demander s i Genet a v a i t l ' i n t e n t i o n de po r t e r l e m e u r t r i e r au niveau du C h r i s t , e l u , l u i a u s s i , pour supporter l e poids des peches des hommes. LeFranc d i t de Yeux Uerts: "c'est 30 l'Homme (Ecce Homo)" et Yeux Uerts confirme c e t t e notion en d i s a n t qu'un homme s a i t q u ' i l est homme et que c e l a l u i s u f f i t . I I ajoute que, dans l a p r i s o n , i l e x i s t e un "ca'id des ca'ids" q u i , Yeux Uerts l'admet humblement, est plus grand que tous l e s autres et qui supporte l e poids des crimes du monde e n t i e r . Est-ce que l e ca'id des caids est l e dieu des m e u r t r i e r s ? . . . au l e diable?...ou l e s deux a l a f o i s ? Yeux Uerts d i t que son malheur est un cadeau du bon Dieu D U du d i a b l e . Genet fo r c e l e spectateur a se poser des questions. S ' i l e x i s t e une f o r c e superieure (et Genet semble bien l e c r o i r e ) , qui 23 peut d i r e s i c e t t e f o r c e est b o n n e ou mauvaise? E s t - i l p o s s i -b l e q u e ces deux p o l a r i t e s n ' e x i s t e n t que dans l a f a n t a i s i e de l ' h o m m e et ne soient en r e a l i t e , qu'une i n t e r p r e t a t i o n de l a t o t a l i t e des pouvoirs cosmiques qui se manifestent sous d i f f e r e n t s aspects? En posant c e t t e question, Genet s'eloigne de l a logique o c c i d e n t a l e ( d ' A r i s t o t e ) l a q u e l l e est basee sur l a l o i de l ' i d e n t i t e et l a l o i de l a c o n t r a d i c t i o n . I I s'approche, p l u t f i t , de l a pensee o r i e n t a l e qui se manifeste dans l a logique paradoxale. Lao Tse resume cette idee dans ces mots: "Words that are s t r i c t l y true seem to be pa r a d o x i c a l . To know and yet £think_7 we do not know i s the highest Z a t t a i n m e n t.7; not to know Z a n d yet think_7 we do know 31 i s a disease." La pensee Brahmanique de l'Inde porte a l a conclusion que l e s apposes vus par l'homme r e f l e t e n t , non pas l a nature du cosmos, mais l a nature de l a perception humaine. Dans l e Rig-Veda on trouve l e p r i n c i p e s u i v a n t : "I am the two, the 32 l i f e f o r c e and the l i f e m a t e r i a l , the two at once." Cette vue de l ' u n i v e r s ne s'eloigne pas des plus recents concepts s c i e n t i f i q u e s qui presentent l a matiere et l' e n e r g i e comme deux aspects de l a meme chose. De l a meme fagon on peut bien concevoir que l e s mani-f e s t a t i o n s du Bien (Dieu) et.-du Mai ( l e Diable) ne soi e n t que deux aspects de l a meme fo r c e s p i r i t u e l l e qui s'exprime en Inde sous l a forme du t r i o : Brahma ( l e Createur), Vi.chnou ( l e Conservateur) et S i v a ( l e D e s t r u c t e u r ) . Ces t r o i s dieux 2k sont vus par l e s Hindous comme t r o i s forces interdependantes et egalement n e c e s s a i r e s . I I e x i s t e en Inde meme des c u l t e s qui adorent S i v a et son consort, K a l i , l a c r u e l l e deesse de l a mort. Leurs devots sont l e s mendiants et l e s brigands. Le "ca'id des c a i d s " d e c r i t par Yeux Uerts p o u r r a i t bien e t r e une t e l l e m a n i f e s t a t i o n du pouvoir d i v i n ; c'est dans ce concept que Genet r e v e l e sa nature r e l i g i e u s e . Dans Les Bonnes, l a deuxieme piece de Genet, on peut rec o n n a i t r e c e r t a i n e s des c a r a c t e r i s t i q u e s deja mentionnees et developpees dans Haute S u r v e i l l a n c e qui marquent l e meur-t r i e r . Entre ces c a r a c t e r i s t i q u e s se trouvent l a p u l s i o n inconsciente de 1 • a g r e s s i v i t e et une croyance presque r e l i g i e u s e dans l e pouvoir du d e s t i n a predisposer l e s c i r c o n s t a n c e s qui portent a l ' a c t e c r i m i n e l . La forme de l a piece ressemble aussi a c e l l e de Haute  S u r v e i l l a n c e car dans l e s deux cas l'auteur respecte l e s unites du theatre c l a s s i q u e et dans chacune des deux pieces i l n'y a que t r o i s personnages. On trouve, cependant, une complexity dans Les Bonnes qui n ' e x i s t e pas dans Haute  S u r v e i l l a n c e . Dans Les Bonnes, l e s deux soeurs, Solange et C l a i r e , s o u f f r e n t des f r u s t r a t i o n s qui derivent du f a i t q u ' e l l e s sont des lesbiennes incestueuses qui se detestent tout en se sentant incapables de se separer. Pour se debarrasser de ces f r u s t r a t i o n s e l l e s font un jeu qui c o n s i s t e en une "ceremonie" dans l a q u e l l e C l a i r e joue l e r o l e de Madame, l e u r patronne, et Solange joue l e r o l e de C l a i r e , l a Bonne. 25 Au debut, l a Bonne se montre obsequieuse envers Madame, mais a l a f i n du jeu , e l l e se r e v o l t e avec l ' i n t e n t i o n de tuer Madame et de se l i b e r e r . Pour e t u d i e r l e concept du meurtre dans Les Bonnes i l fa u t considerer l e s a l l u s i o n B f a i t e s au meurtre de Madame, pr o j e t e depuis longtemps p a r l e s bonnes. C'est ce reve c h e r i qui mijote au fond du subconscient des bonnes qui merite d'etre e t u d i e . Jamais l e s bonnes ne ressentent un sentiment de culpa-b i l i t e n i meme de regret p o u r l e u r s i n t e n t i o n s c r i m i n e l l e s . Le s e u l regret r e s s e n t i par C l a i r e et Solange est c e l u i de ne pas a v o i r assez de forc e pour accomplir l e meurtre de Madame au moment pr o p i c e . D'abord c'est Solange qui rat e son coup: "Je n'ai tue personne. J ' a i ete lache, tu comprends...j'ai voulu 1' etrangler. . .Apres, j ' a u r a i s mis l e f eu. . . I n c e n d i a i r e ! 33 C'est un t i t r e admirable." Plus t a r d , c'est C l a i r e qui ne r e u s s i t pas dans son p r o j e t de tuer Madame en l u i o f f r a n t du t i l l e u l empoisonne. Madame ne l e prend pas parce q u ' e l l e v o i t , a ce moment-la, que l e telephone est decroche et, en demandant pourquoi, e l l e v i e n t a s a v o i r que Monsieur a telephone et q u ' i l est s o r t i de p r i s o n . E l l e p a r t , done, tout de s u i t e pour l e r e j o i n d r e sans b o i r e l e t i l l e u l . Le v r a i meurtre de Madame a l i e u SBulement dans l ' u n i v e r s de l a f a n t a i s i e des deux bonnes. C l a i r e l'exprime dans une envolee poetique: "Won! Non! pas de f a i b l e s s e ! Allume! Allume! Le moment est trop beau...Le gardenal! I l faut e t r e 26 joyeuse et chanter. Chantons!...Sinon l e tragique va nous f a i r e envoler par l a f e n e t r e . Ferme l a f e n e t r e . L'assassinat est une chose...inenarrable! Chantons...Nous 1'emporterons dans un bois et sous l e s sapins au c l a i r de lune, nous l a 3k decouperons en morceaux." Le f a i t que c e t t e f a n t a i s i e de meurtre ressemble beaucoup, par son imagerie, aux contes de fee est s i g n i f i c a t i f car i l r e v e l e l a nature profonde et incon s c i e n t e du d e s i r de C l a i r e . I l est aus s i s i g n i f i c a t i f que C l a i r e p a r l e du meurtre comme etant un beau moment ...Yeux Uerts a v a i t d i t qu'on r e c o n n a i s s a i t ce moment par sa douceur. Solange, a u s s i , exprime des sentiments qui montrent amplement son a g r e s s i v i t e quand e l l e d i t a C l a i r e qui joue l e r o l e de Madame: "Ce t i l l e u l empoisonne, ce t i l l e u l que vous osiez me re f u s e r de boire, j ' a u r a i s desserre vos machoires pour vous f o r c e r a l ' a v a l e r ! Me re f u s e r de 35 mourir, vous!" P u i s , dans sa grande t i r a d e , Solange mele l e comique et l e tragique en envisageant Madame ; morte et etendue sur l e linoleum...etranglee par l e s gants de caoutchouc. I I est a remarquer q u ' e l l e donne l a p l e i n e r e s p o n s a b i l i t e aux gants...aux objets qui mieux que tous l e s autres representent l a bonne...de l a meme facon que Yeux Uerts blame ses mains pour l e meurtre commis. Plus t a r d Solange ressent, toujours dans son imagina-t i o n l e s consequences du'meurtre comme un poids l o u r d : " E n f i n ! Maintenant je s u i s s e u l e . Effrayante"" 5^ Comme Yeux Uerts, Solange se c o n s t r u i t une f o r t e r e s s e pour se 2 7 consoler dans sa s o l i t u d e : "Mais maintenant je rest e d r o i t e . 37 Et s o l i d e . Je s u i s 1'etrangleuse." Quand Solange devient lache, c'est C l a i r e qui l u i donne l e courage de continuer l e jeu et v i c e versa. En r e a l i t e , n l l'une n i 1'autre ne s e r a i t capable, toute seule, de commettre l e meurtre. E l l e s sont trop f a i b l e s . C'est pour c e l a que l e u r crime depend de l e u r s e f f o r t s combines. L'une des deux s ' o f f r e comme v i c t i m e , tout en d i r i g e a n t l ' a c t i o n de 1'autre q u i , a son tour, deviendra l a v i c t i m e de son crime (par l a condamnation des a u t r e s ) . A i n s i , e l l e s sont impliquees, toutes l e s deux, et i l devient presque impossible de determiner qui est l a responsable. Leur acte peut e t r e vu comme un meurtre et comme un s u i c i d e a l a f o i s , ou mieux, on p o u r r a i t l e d e f i n i r comme un s a c r i f i c e humain parce que Solange accomplit cet acte avec l a p l e i n e approbation de sa v i c t i m e . LE SACRIFICE HUMAIN Dans son theatre Genet presente un courant de v i o l e n c e humaine qui se manifeste en termes de jeu ou de r i t e s a c r i -f i c i e l , Avant d'examiner l e jeu du s a c r i f i c e humain dans l e s pieces de Genet, i l convient d'etudier brievement l a nature du s a c r i f i c e humain comme phenomene r e l i g i e u x , s o c i a l et psychologique pour comprendre l'importance du phenomene de l a s u b s t i t u t i o n . Dans l e cas de l ' e x p i a t i o n l a v i c t i m e est vue comme 28 un s u b s t i t u t pour l e "coupable". Le bouc emissaire que l e p r e t r e chargeait des peches d ' I s r a e l est un exemple d ' e x p i a t i o n . La c r u c i f i x i o n du C h r i s t en est un autre. , r 39 Rene G i r a r d , dans son oeuvre,La v i o l e n c e et l e sacre, propose une hypothese concernant l a nature de l a v i c t i m e s a c r i f i c i e l l e qui supprime l ' i d e e d ' e x p i a t i o n . Au l i e u de v o i r en e l l e une "creature innocente" qui paie pour quelque "coupable", i l d i t que l a s o c i e t e cherche simplement a detourner son a g r e s s i v i t e l a t e n t e vers une v i c t i m e quelconque, une vi c t i m e " s a c r i f i a b l e " . I I a trouve aussi que ce sont l e s d i s s e n s i o n s , l e s r i v a l i t e s , l e s j a l o u s i e s et l e s q u e r e l l e s entre proches que l e s a c r i f i c e pretend d'abord e l i m i n e r . Tout l e r e s t e decoule de c e l a . B i l'on aborde l e s a c r i f i c e par cet aspect e s s e n t i e l , par c e t t e voie royale de l a v i o l e n c e qui s'ouvre devant nous, on s'ap e r c o i t v i t e q u ' i l n'est vraiment etranger a aucun aspect de l ' e x i s t e n c e . Freud semble confirmer c e t t e opinion dans C i v i l i z a t i o n  and i t s Discontents ou i l d i t : " I t i s always p o s s i b l e to bind together a considerable number of people i n l o v e , so long as there are other people l e f t over to receive the manifestations of t h e i r a g g r e s s i v e n e s s " Dans l a these de G i r a r d , l e s a c r i f i c e est vu comme une r e a c t i o n p r i m o r d i a l e de l ' e t r e opprime ou f r u s t r e qui ne peut pas se l i b e r e r autrement et qui decharge sa fur e u r de facon symbolique sur une vi c t i m e quelconque. S i l ' o b j e t i n i t i a l e -ment v i s e demeure hors de portee, l a v i o l e n c e trouvera une 29 v i c t i m e de rechange. A l a creature qui e x c i t a i t sa fureur e l l e en s u b s t i t u e soudain une autre qui est vulnerable et a sa portee. I I semble que l e s a c r i f i c e r i t u e l peut et r e fonde sur une s u b s t i t u t i o n de ce genre. Les contes de fee qui nous montrent l e loup, l'ogre ou l e dragon avalant goulQment une grosse p i e r r e a l a place de l'enfant q u ' i l s c o n v o i t a i e n t , pourraient bien a v o i r un caractere s a c r i f i c i e l . La s u b s t i -t u t i o n est un glissement qui passe de l ' o b j e t o r i g i n e l a l a v i c t i m e reellement immalee. Ces v i c t i m e s ont une seule chose en commun: e l l e s " ne font pas p a r t i e i n t e g r a l e de l a s o c i e t e . E l l e s appartiennent a des categories e x t e r i e u r e s ou marginales. Entre l a s o c i e t e et l e s v i c t i m e s r i t u e l l e s , un c e r t a i n type de rapport s o c i a l est absent. A i n s i , l e s a c r i f i c e d'une t e l l e v i c t i m e est une v i o l e n c e sans risq u e de vengeance car i l n'y aura personne pour epouser sa cause. Dans son a r t i c l e , S a r t r e et Genet,**1 Robert Champigny associe l a c o n d i t i o n des membres de c e t t e s o c i e t e marginale avec l ' e t a t du "non-etre". I I place i c i l e v r a i s a i n t ( l e C h r i s t , Ghandi, l ' I d i o t de Dostoi'evski) , l ' e s t h e t e (Baudelaire) et un c e r t a i n type de c r i m i n e l . Champigny explique que S a r t r e trouve, dans l e s oeuvres de Genet, un glissement c o n t i n u e l entre l e mystique, l ' e s t h e t e et l e c r i m i n e l qui est, a l a f o i s , m o i t i e i r o n i q u e (car Genet est conscient de ce q u ' i l f a i t : i l est comedien) et m o i t i e s e r i e u x ( l a s o c i e t e a v a i t impose sa c o n d i t i o n a Genet quand on l ' a condamne a cause du v o l commis quand i l e t a i t enfant; i l est lui-meme un 3 0 m a r t y r ) . L ' a l i e n a t i o n de c e t t e s o c i e t e m a r g i n a l e mentionnee c i - d e s s u s e s t un des themes p r i n c i p a u x des oeuvres de Genet. Examinons maintenant l a p o s i t i o n s o c i a l e des v i c t i m e s du s a c r i f i c e humain dans l e t h e a t r e de Genet. C l a i r e et S o l a n g e , dans Les Bonnes occupent une p o s i t i o n i n f e r i e u r e dans l ' h i e r a r c h i e s o c i a l e . C l a i r e (dans l e r o l e de Madame) l e s d e c r i t avec emphase: "Les dDmestiques n 1 a p p a r t i e n n e n t pas a l ' h u m a n i t e . I l s c o u l e n t . I l s s o n t une e x h a l a i s o n q u i t r a l n e dans nos chambres, dans nos c o r r i d o r s , q u i nous p e n e t r e , nous e n t r e par l a bouche, q u i nous corrompt. Moi, j e vous vomis." Les p r o s t i t u t e s du B a l c o n peuvent e t r e c o n s i d e r e e s h o r s l a l o i et e l l e s dependent de l a p r o t e c t i o n de l a p o l i c e . Roger, un r e v o l t e , ne f a i t pas p a r t i e de l a s o c i e t e e t a b l i e non p l u s . Dans Les Negres, tous l e s personnages sont e x c l u s de l a s o c i e t e a cause de l a c o u l e u r de l e u r peau. L'Envoye e t l e Chef de i a P o l i c e dans Le B a l c o n e t l e s r o l e s de l a Reine, du Juge, du Gouverneur et du M i s s i o n n a i r e ( l e s r e p r e s e n t a n t s des i n s t i t u t i o n s ) dans Les Negres s o n t des personnages n e c e s s a i r e s pour donner l e c o n t r a s t e q u i c r e e l e c o n f l i t e n t r e l e s deux groupes de personnages. P o u r t a n t , dans l e s t r o i s p i e c e s , i l semble que ce c o n f l i t q u i e x i s t e au n i v e a u c o n s c i e n t e n t r e l e s c l a s s e s s o c i a l e s , l e s systemes p o l i t i q u e s et l e s r a c e s , ne s o i t qu'un c o n f l i t d ' i n t e r e t m a r g i n a l pour Genet. S i l ' o n v e u t , c ' e s t ce c o n f l i t q u i donne l a s i t u a t i o n et q u i c r e e 1 ' i n t r i g u e des p i e c e s c a r sans ce c o n f l i t , l a h a i n e n ' e x i s t e r a i t pas chez l e s personnages. Mais l e v r a i s u j e t de chaque p i e c e , l e v r a i 3.1 p o i n t d ' i n t e r e t , est l'etude de c e t t e haine au niveau subcons-c i e n t . C'est l a m a n i f e s t a t i o n de c e t t e haine a t r a v e r s l a cruaute et l e s a c r i f i c e q u i , finalement, porte l e personnage a transcender son existence pour trouver son essence. Les r o l e s des personnages changent selon l e niveau auquel i l s se trouvent a d i f f e r e n t s moments dans l a p i e c e . Par exemple, l e s Bonnes s'expriment d'une fagon quand Madame est presente (niveau conscient) et d'une autre fagon (niveau i n c o n s c i e n t ) quand e l l e s jouent l e r o l e de l a Bonne. L 1 importance de c e t t e s u b s t i t u t i o n d ' i d e n t i t e est bien etudiee par Richard Coe'*'3 dans The U i s i o n of Jean Genet ou i l explique que, dans l e monde de Genet, chaque i d e n t i t e a, au moins, une double s i g n i f i c a t i o n . Pour Genet, l e "moi" n'est qu'un v i d e . . . un vide qui peut assumer n'importe q u e l l e apparence. Dans ses pieces, l e s robes et l e s mots des personnages deviennent l ' i d e n t i t e de l e u r e t r e . Pour f a c i l i t e r l'etude des person-nages et de l e u r s r o l e s dans l e jeu du s a c r i f i c e humain, i l convient de regarder separement l e s deux niveaux de chaque p i e c e . Au niveau conscient des Bonnes se trouvent C l a i r e et Solange, deux soeurs qui se ressemblent beaucoup et qui sont toutes l e s deux domestiques. Solange, l ' a i n e e , domine sa soeur plus jeune. Madame symbolise l ' h y p o c r i s i e i n c o n s c i e n t e de l a b o u r g e o i s i e . Genet d i t a propos d ' e l l e : " e l l e ne s a i t pas jusqu'a quel point e l l e est bete, a quel point e l l e joue 3 2 un r o l e " . Dans l a piece Madame s e r t de point de mire pour l a haine de Solange. Le d e s i r i n c o n s c i e n t de Solange de tuer sa soeur, C l a i r e , l u i est trap repugnant pour q u ' e l l e l'admette consciemmment. Done pour decharger sa vi o l e n c e r e f o u l e e , Solange detourne done sa haine contre Madame, c i b l e p a r f a i -tement j u s t i f i a b l e aux yeux des bonnes car e l l e symbolise l a tyr a n n i e de l a c l a s s e d i r i g e a n t e . Mais ce c o n f l i t s o c i a l entre Madame et l e s bonnes n'est qu'un c o n f l i t marginal dans l a p i e c e . Le v r a i s u j e t des Bonnes, au niveau subconscient, est l e jeu de l'amour et de l a haine que l e s deux soeurs ressentent l'une pour 1'autre. Comme C h r i s t i n e et Lea Papin ( v r a i e s personnes sur l e s q u e l l e s Genet a base son i n t r i g u e ) , Solange et C l a i r e sont des amantes incestueuses et des lesbiennes. Leur amour reciproque est exprime a t r a v e r s l ' e v o c a t i o n de l e u r s s o u v e n i r s . C l a i r e , dans un moment de f a i b l e s s e d i t par exemple: "Tu as de beaux cheveux. Quels beaux cheveux... Tu te r a p p e l l e s , toutes l e s deux. Sous l ' a r b r e . Nos pieds au s o l e i l ? Solange?" Solange aime sa p e t i t e soeur a u s s i et l u i explique q u ' e l l e v o u l a i t tuer Madame pour l i b e r e r C l a i r e de sa p o s i t i o n de s e r v i t u d e : " J ' a i voulu te d e l i v r e r . Je n'en pouvais p l u s . J ' e t o u f f a i s de te v o i r e t o u f f e r , r o u g i r , v e r d i r , p o u r r i r dans l ' a i g r e et l e doux de ce t t e femme...Je t'aimais t r a p . " Mais l'amour de Solange g l i s s e vers l a haine a cause de sa j a l o u s i e ( e l l e est menacee par Mario, l e l a i t i e r ) . C'est l a haine de Solange qui a g i t comme forc e dynamique 33 dans l a piece et l a r i v a l i t e entre l e s deux sceurs devient l e c o n f l i t c e n t r a l . A c e r t a i n s moments toutes l e s deux expriment l e u r haine ouvertement. Solange d i t : " C l a i r e , je te h a i s . " Plus t a r d , c'est C l a i r e qui repand: " . . . j e te hais pour-d'autres raisons." E n f i n , on comprend que c'est l e r e f l e t d'elle-meme que chacune h a i t dans 1'autre...car e l l e s se detestent. C l a i r e d i t : "Mais j'en a i assez de ce m i r o i r e f f r a y a n t qui me renvoie mon image comme une mauvaise odeur. Tu es ma mauvaise odeur." Ce sentiment est un exemple p a r f a i t de l a p r o j e c t i o n du degoOt pour s o i sur l ' a u t r e . S a r t r e l ' e x p l i q u e a i n s i : "Done l e mechant, c'est l ' a u t r e . Fugace, h a b i l e , marginal, l e Mai ne peut et r e s a i s i que du 50 coin de l ' o e i l et chez a u t r u i . " Cette haine qui v i e n t des abimes de l e u r subconscient se manifeste surtout a t r a v e r s l e jeu r i t u e l . Pour jouer ce jeu , l e s soeurs ont cree deux r o l e s . Le r o l e de C l a i r e est l e r o l e de La Bonne par excellence e t , quand Solange joue ce rOle, e l l e assume l ' i d e n t i t e des deux soeurs en meme temps: "Les deux bonnes sont l a - l e s devouees 51 r servantes!" Le r o l e de Madame assume par C l a i r e ne ressemble pas du tout au v r a i personnage de Madame qui p a r l e a ses bonnes avec une c e r t a i n e a m i t i e : "Uous etes un peu mes f i l l e s . Avec vous l a v i e me sera moins t r i s t e . Nous p a r t i r o n s pour l a 52 campagne." Par con t r a s t e , quand C l a i r e joue l e r o l e de Madame, e l l e m a l t r a i t e l a bonne et l a meprise en d i s a n t : "Oe vous a i d i t , C l a i r e , d ' e v i t e r l e s c r a c h a t s . Q u ' i l s dorment en vous, ma f i l l e , q u ' i l s y croupissent...vous etes hideuse, 3k ma belle...Pensez-vous q u ' i l me s o i t agreable de me s a v o i r l e pied enveloppe par l e s v o i l e s de votre s a l i v e ? Par l a brume de vos marecages?"^ La metamorphose de C l a i r e en Madame et de Solange en La Bonne, est operee par l a fo r c e i n c a n t a t o i r e de l e u r langage, de c e t t e etrange combinaison de poesie et v u l g a r i t e qui exprime l e rapport d•amcur-haine qui e x i s t e entre e l l e s et q u ' e l l e s ont avec Madame. Au debut de l a "ceremonie" l e s compliments abondent, mais pendant son deroulement, l e s offenses l e s remplacent, i l l u s t r a n t l a mantee de l a haine. C l a i r e explique: "Passez sur l e s f o r m a l i t e s du debut. I I y a longtemps que vous avez rendu i n u t i l e s l e s mensonges...qui conduisent a l a metamorphose! P r e s s e - t o i ! " Solange compare sa haine a des crachats qui vont l ' e t o u f f e r s i e l l e ne peut plus cracher sur quelqu'un qui l ' a p p e l l e C l a i r e ( l a Bonne). Cette sensation d'etouffement est mentionnee p l u s i e u r s f o i s dans l a piece et exprime bien l a tension montante causee par l e u r jeu r i t u e l . Chaque f o i s q u ' e l l e s sont obligees de couper court a l e u r jeu, e l l e s r e s t e n t nerveuses et i n s a t i s f a i t e s , comme des amants s u r p r i s et forces de s ' e n f u i r avant d'accomplir l ' a c t e s e x u e l . C'est l a f r u s t r a t i o n de devoir toujours recommencer qui devient i n t o l e r a b l e . Ce qui est c l a i r c'est que l a haine ref o u l e e est prete a deborder...mais, pour que 1 ' a g r e s s i v i t e humaine puisse se manifester, i l f aut une v i c t i m e . I l faut que l a ceremonie s'accomplisse. Comment? Ni l e s personnages sur l a scene n i l e s spectateurs ne l e savent. L'etude du decor, des costumes, des objets sur l a scene et des gestes 35 peut nous s e r v i r pour mieux apprecier 1'importance du jeu dans l a piece et pour comprendre comment Genet cree l'impression que c'est l e Destin qui c h o i s i t ses v i c t i m e s . Les Bonnes est jouee sur une scene unique, mais l e s objets servent a r e v e l e r l e s deux niveaux de l a p i e c e . Le niveau r e a l i s t e et conscient est suggere par l a chambre a coucher qui d o i t e t r e typique du pays au l a piece est representee. II faut un v r a i l i t et de v r a i e s f l e u r s . C l a i r e va mourir sur l e l i t qui s e r t d ' a u t e l , en ouvant l e the empoisonne verse dans l e s e r v i c e l e plus r i c h e , l e plus precieux. La valeur donnee aux instruments du s a c r i f i c e f a i t penser au c i b o i r e dore de l a s a i n t e communion. La p r o f u s i o n de f l e u r s f a i t penser a une e g l i s e ou l'on adore l e S a i n t Sacrement ou a un salon f u n e r a i r e . Le niveau i l l u s o i r e et subconscient est c a r a c t e r i s e par l e s robes et l e s b i j o u x extravagants qui servent au " j e u " . Ces robes doivent et r e exagerees et meme grotesques. La couleur des robes portees dans l a ceremonie e s t , sans doute, s i g n i f i c a t i v e . C l a i r e voudrait mettre l a robe blanche mais Solange l'en empeche. Est-ce que l a robe rouge, couleur de sang, q u ' e l l e f i n i t par p o r t e r , represente un pressentiment de sa mort de martyre ou est-ce l a t o i l e t t e rouge des c r i m i -n e l l e s d e c r i t e par Solange dans sa grande t i r a d e ? Solange d i t : "Solange est a l l e e jusqu'au bout. Uous l a voyez vetue 55 de rouge..." mais e l l e ne p a r l e que de sa f a n t a i s i e de m e u r t r i e r e . En r e a l i t e , ce sera C l a i r e qui pousse l e jeu jusqu'au bout. C'est peut-etre pour c e l a q u ' e l l e est o b l i g e e , des l e debut de l a piece, de p o r t e r l a robe rouge de l a 36 c r i m i n e l l e et de l a martyre. Madame designe C l a i r e comme vic t i m e a sa place, sans l e s a v o i r , en l u i f a i s a n t cadeau de sa robe de velours rouge et plus t a r d e l l e l u i met une f l e u r dans l e s cheveux en l u i di s a n t de s ' e m b e l l i r . Ses der n i e r s mots a C l a i r e avant de s o r t i r sont: 56 "Enlevez ces f l e u r s . Emportez-les chez vous. Reposez-vous." On a nettement l'impression que C l a i r e , ornee d'une f l e u r , ne pourra plus echapper a son d e s t i n . Et C l a i r e semble p r e s s e n t i r son d e s t i n , meme s i c'est de facon i n c o n s c i e n t e , quand e l l e p a r l e des c o r o l l e s auvertes en son honneur. Quand l e s deux soeurs restent de nouveau seules sur l a scene, C l a i r e cherche a expliquer pourquoi e l l e n'a pas r e u s s i a tuer Madame. E l l e d i t que l e s objets l e s abandonnaient. I l s l e s t r a h i s s a i e n t . E l l e ajaute: "Et i l faut que nous soycns de bien grands coupables pour q u ' i l s nous aeeus-ent avec un t e l acharnement." E l l e p a r l e du recepteur decroche du telephone et du r e v e i l - m a t i n . C l a i r e a peur des objets qui d e v o i l e n t l e jeu des deux soeurs et e l l e d i t q u ' e l l e s ont perdu. I I est evident a ce moment que C l a i r e accepte ce que l e d e s t i n l u i a prepare. Meme l e d e s t i n de Solange, qui sera jugee coupable de meurtre, semble et r e f i x e assez t o t dans l a pie c e . C l a i r e d i t q u ' e l l e s seront l e couple e t e r n e l du c r i m i n e l et de l a s a i n t e . S i C l a i r e devient l a s a i n t e martyre, i l faut que Solange s o i t l a c r i m i n e l l e . Les gestes des deux soeurs expriment l e s o r t qui attend Solange qui sera condamnee et in c a r c e r e e . C l a i r e l a prend 3 7 par l e s poignets quand Solange d i t que C l a i r e a u r a i t ete l a premiere a l a denoncer s i e l l e a v a i t tue Madame. P u i s , vers l a f i n de l a piece, quand Solange refuse de cooperer avec C l a i r e en l u i administrant l e t i l l e u l empoisonne, C l a i r e l a t i e n t par l e s poignets et l a f o r c e a repeter l e s mots de l a ceremonie. A l a f i n , quand C l a i r e b o i t l e t i l l e u l et meurt, Solange r e s t e immobile, l e s mains c r o i s e e s comme l i e e s par des menottes (symbole de l a p r i s o n ) . C'est a i n s i , a t r a v e r s l e s objets et l e s gestes, que Genet nous prepare par l e jeu r i t u e l a l a mort d'une v i c t i m e . . . a f i n que l a haine trouve une i s s u e . C'est l e u r haine reciproque qui l e s f i x e pour toujours dans l e s r o l e s de l a s a i n t e martyre et de l a c r i m i n e l l e . Solange, l a soeur ainee qui a toujours voulu contrOler C l a i r e et qui se sent menacee par sa f l i r t a t i o n avec l e l a i t i e r , f i n i t par l a tuer tandis que C l a i r e , qui deteste l e pouvoir que sa soeur ainee a toujours exerce sur e l l e f a i t de Solange une meurtriere qui f i n i r a en p r i s o n . Dans Le Balcon l e s a c r i f i c e humain est present mais a un niveau symbolique.. La piece commence avec t r o i s scenes i l l u s t r a h t des f a n t a i s i e s sadiques. Dans ces scenes, l e s c l i e n t s de l a maison d ' i l l u s i o n s de Madame Irma expriment l e u r s d e s i r s s e c r e t s . Ces d e s i r s ne sont pas seulement de nature s e x u e l l e , mais sont a u s s i une m a n i f e s t a t i o n de l a cruaute exercee, grace aux pouvoirs p a r t i c u l i e r s du r o l e joue par chaque c l i e n t , sur une v i c t i m e " l e g i t i m e " , c'est-a-d i r e , une v i c t i m e c h o i s i e hors de l a s o c i e t e pour r e c e v o i r l e 38 I1 j u s t e " mepris de c e t t e s o c i e t e . Examinons c e t t e piece pour v o i r comment,selon Genet,la s o c i e t e moderne r e u s s i t a i n s t i -t u t i o n a l i s e r l e s a c r i f i c e humain pour l e f a i r e p a r a i t r e j u s t e , bon, et l e g i t i m e . On v o i t dans l a premiere scene comment l e r o l e de l a penitente et c e l u i de l'Eveque dependent 1 • un de l ' a u t r e . S ' i l n'y a v a i t pas de pecheurs, on n'aurait pas besoin de p r e l a t s pour ecouter l e u r s confessions, pour a d m i n i s t r e r l e u r s penitences et pour l e s pardonner. Par consequent, une s o c i e t e de pecheurs est absolument necessaire au maintien de l ' i n s t i -t u t i o n de l ' e g l i s e . La cruaute p o t e n t i e l l e r e s i d e dans l e pouvoir de l'Eveque qui re v e l e ce pouvoir de condamner ou de pardonner l e pecheur quand i l d i t : "...comme un couteau, ma main s o r t a i t pour benir? Ou couper, faucher?...Tortue ou 58 vipere prudente?" La deuxieme scene nous presente un t r i o : l e juge, l e bourreau et l a voleuse. Le Code donne au Juge l e pouvoir de juger et de f a i r e punir l e s coupables et l e fouet du bourreau est l ' e x t e n s i o n de son pouvoir: "Bras, q u i n t a l de viande, sans t o i j e ne s e r a i s rien...Sans t o i non p l u s , p e t i t e . Vous etes mes deux complements p a r f a i t s . " Ce pouvoir exige l ' e x i s -tence d'une v i c t i m e pour et r e exprime: "Mon etre de juge est une emanation de ton etre de v o l e u s e " ^ et se manifeste a tr a v e r s l a cruaute: "Sous l e s coups. Je veux des larmes de r e p e n t i r . Quand je t ' a u r a i s vue mouillee comme un pre, je s e r a i camble." C'est a i n s i que Genet d e c r i t l a f o n c t i o n du systeme j u d i c i a i r e q u i , avec ses tribunaux, ses pris o n s 39 et see l i e u x d 1 e x e c u t i o n , remplace,avec des ceremonies nouvelles l e s vieux r i t e s s a c r i f i c i e l s . Dans l a tr o i s i e m e scene l e c l i e n t joue l e r o l e du General qui incarne l a f o n c t i o n sacree de defenseur de l a p a t r i e . I l est obsede par l a cruaute, symbolisee par ses eperons et par ses bottes v e r n i e s , couvertes de boue et, peut-etre, d'un peu de sang. La v i c t i m e est plus a b s t r a i t e c e t t e f o i s - c i car e l l e est absente. La v i c t i m e " l e g i t i m e " est l'ennemi. Sans l a peur et l a haine i n s p i r e e s par l'ennemi, l a mer v e i l l e u s e s o l i d a r i t e s o c i a l e qui regne pendant l a guerre n ' e x i s t e r a i t pas. La guerre donne 1'opportunity aux gens de s a t i s f a i r e l e u r s f a n t a i s i e s de v i o l e n c e l e s plus cachees, c e l l e s de t u e r . Won seulement on cesse d'etre coupable de meurtre durant l a guerre, mais l'on devient meme heros a cause des actes l e s plus abominables. Quelle s o l u t i o n p a r f a i t e au dilemme de l a haine r e f o u l e e ! Nous entendons l ' e x p r e s s i o n de l a j o i e et de 1'ivresse causees par l a contemplation de l a souffrance et de l a mart dans l e s paroles du General: " J ' e t a i s s i doux, que je me mis a neig e r . A neiger sur mes hommes, a l e s e n s e v e l i r 62 sous l e plus tendre de l i n c e u l s . " Dans son d e l i r e l e General ne d i s t i n g u e plus entre l'ennemi et ses propres s o l d a t s . I I devient, dans son imagination, l a Mort p e r s o n n i f i e e . U o i l a comment Genet, dans t r o i s breves scenes, nous i l l u s t r e de fagon t r e s v i v e l e s ceremonies r i t u e l l e s de l a s o c i e t e d'aujourd'hui qui conduisent au s a c r i f i c e humain sous l e s noms de l ' e g l i s e , du systeme j u d i c i a i r e et de l a fo r c e armee. L B quatrieme tableau est une pantomime qui montre une s o r t e de s a c r i f i c e humain mains organise mais universellement p r a t i q u e , c e l u i du mepris pour l e s dechets sociaux, l e s mendiants et l e s clochards. La s o c i e t e , symbolisee par l a b e l l e f i l l e rousse, l e s accepte seulement s ' i l s gardent l e u r r f i l e , s ' i l s se contentent de l e u r s poux et de l e u r s f r u s t r a -t i o n s , tout en o f f r a n t l e s f l e u r s de l e u r g r a t i t u d e a l a s o c i e t e . Dans l e sixieme tableau Genet montre comment la"course heroi'que et stupide" de Chantal est un autre exemple de s a c r i f i c e humain. Roger s a i t q u ' e l l e va etre s a c r i f i e au nom de l a Revolution. Mais Chantal, habituee comme e l l e l ' e s t a jouer des r o l e s , ne peut pas r e s i s t e r a c e l u i du symbole de l a r e v o l t e : "On d i t de moi que j e plane au-dessus de 1'Insurrection, que j'en s u i s l'ame et l a v o i x " . De nouveau, l a f o r c e qui pousse l e s r e v o l t e s est c e l l e de l a haine. Chantal l e s a i t et e l l e commente: "Je n'ai a ma d i s p o s i t i o n que mon visage de hibou, ma v o i x rauque: j e l e s 6 5 donne ou l e s prete pour l a haine." E l l e admet que sa c o l e r e est f e i n t e et son i l l u m i n a t i o n p einte, mais c e l a ne f a i t r i e n car e l l e incarne l a R e v o l u t i o n . I l est i r o n i q u e que l a victime-hero'ine de l a r e v o l t e s a i t i ssue d'un bordel mais an peut constater une c e r t a i n e coherence dans ce choix car l e s p r o s t i t u t e s font p a r t i e de l a s o c i e t e marginale. Roger remarque que l a l u t t e ne se passe plus dans l a r e a l i t e mais dans l e domaine des a l l e g o r i e s . Les combattants ne voient plus clairement l e s raisons de l e u r l u t t e . En f a i t , i l s ne l u t t e n t que pour se debarrasser de l e u r haine, et Chantal devient l a v i c t i m e de c e t t e haine. Dans chacun des cas etudies l a v i c t i m e est c h o i s i e hors de l a s o c i e t e qui a l e pouvoir d ' i n f l i g e r l a peine et s e r t a r e c e v o i r l a haine.^ Dans l e cas de Chantal e l l e represente l a haine des r e v o l t e s dans une l u t t e entre ceux-ci et l a f o r c e publique qui protege l a Monarchie. La v i c t i m e joue un r o l e dans chaque cas. E l l e n'est pas s a c r i f i c e a cause de sa v r a i e nature, mais p l u t o t pour ce q u ' e l l e represente. Dans Les IMegres c'est l a couleur de l a peau qui determine qui sera l a v i c t i m e s a c r i f i c i e l l e des deux themes dramatiques qui se developpent sur l a scene. Dans un cas c'est une femme blanche qui est l a v i c t i m e de 1'amour/haine d'un negre et dans 1'autre cas c'est l a race blanche, representee par ses i n s t i -t u t i o n s ( l a monarchie, l ' e g l i s e , l e systeme j u d i c i a i r e et l'armee), qui meurt a f i n que l a race n o i r e puisse s'epanouir. La scene unique est dominee par un catafalque recouvert d'une nappe blanche et de f l e u r s en bouquets. Le tout est mis en r e l i e f par l e s rideaux de velours n o i r . La presence de l a mort est a i n s i s e n t i e par l e s spectateurs des l e debut de l a p i e c e . Entre l e s objets sur l a scene l e r e v o l v e r , qui sera u t i l i s e pour e f f e c t u e r l e s a c r i f i c e au niveau conscient, est un d e t a i l menacant et facilement reconnu comme t e l par l e s spectateurs t a n d i s que l e s objets qui servent au jeu de s a c r i f i c e au niveau subconscient sont grotesques ( l a perruque blonde, l e masque g r o s s i e r du carnaval, l e s poupees, l e t r i c o t r o s e ) . Dans Les Megres l e s niveaux de l a r e a l i t e et de l 1 i l l u s i o n sont plus compliques que dans Le Balcon et l e s personnages jouent p l u s i e u r s r o l e s qui se d i v i s e n t dans l e s t r o i s catego-r i e s s u i v a n t e s : l e s Negres masques qui jouent l e r b l e des Blancs, l e s Negres sur l a scene qui jouent l e r f i l e des Negres vus par l e s Blancs et l e s Negres qui jouent au niveau de l a r e a l i t e . Le jeu de l ' i n t r i g u e se d i v i s e a u s s i en t r o i s niveaux: Le niveau de l a r e a l i t e , l e niveau conscient et l e niveau subconscient. Au niveau de l a r e a l i t e tous l e s personnages sur l a scene, l e s Negres masques y compris, savent pendant toute l a piece que l a v r a i e a c t i o n se deroule dans l e s c o u l i s s e s ou l'on i n t e r r o g e et execute un t r a l t r e negre. Dans c e t t e i n t r i g u e p o l i t i q u e un n o i r t r a h i t son peuple qui est en t r a i n d ' e t a b l i r un nouvel ordre n o i r et i l faut q u ' i l s a i t elimine par l e s membres du nouveau regime. Cette a c t i o n de juger et de punir un de l e u r s membres symbolise l a p r i s e de responsabi-l i t e de ce peuple de creer son propre d e s t i n . Le spectateur ne v o i t pas c e t t e a c t i o n mais v i e n t a s a v o i r ce qui se passe par l e s commentaires des personnages sur l a scene. Ces r e p l i q u e s sont marquees par l e ton n a t u r e l dans l e q u e l e l l e s sont donnees et qui l e s d i s t i n g u e n t des re p l i q u e s d'un ton declamataire qui font p a r t i e du jeu du deuxieme niveau. Ce drame p o l i t i q u e n'est pas l e point d ' i n t e r e t c e n t r a l de l a piece et c'est pour c e l a que Genet detourne notre a t t e n t i o n vers l e sp e c t a c l e qui se deroule sur l a scene. 43 Le c o n f l i t au niveau conscient de l a piece est un c o n f l i t r a c i a l entre l e s Negres et l e s Blancs qui est presente d'une fagon i l l u s o i r e . Les deux groupes dans ce c o n f l i t sont l e s s u i v a n t s : l e s Negres masques qui representent l ' a u t o r i t e blanche dans l a c o l o n i e n o i r e ( l a Cour: l a Reine, l e Gouverneur, l e Juge, l e M i s s i o n n a i r e ) et l e s Negres q u i , dans l ' o p i n i o n des Blancs, sont restes a un niveau de developpement t r e s p r i m i t i f . Le drame c o n s i s t e en l a c o n f r o n t a t i o n de ces deux groupes c o n t r a s t a n t s . La v r a i e cause de l e u r c o n f l i t est l e f a i t que l e s Blancs, en tant que c o l o n i s a t e u r s , ont l e pouvoir de juger et de punir l e s Negres, Les Negres halssent l e s Blancs parce q u ' i l s ont usurpe ce pouvoir qui d e v r a i t l e u r a p p a r t e n i r . A cause de l e u r f r u s t r a t i o n , i l s repetent chaque s o i r l e meme crime. Un d'entre eux s e d u i t et tue une femme blanche. I l s s u b s t i t u e n t a i n s i une v i c t i m e innocente a l ' a u t o r i t e blanche, qui est l e v r a i objet de l e u r haine. Ce c o n f l i t est t r a i t e comme un jeu et commence quand l a Cour descend sur l a scene apres l a mort de l a Blanche pour juger l e "coupable" et pour l ' e x e c u t e r . Une v e r i t a b l e parodie des c a r a c t e r i s t i q u e s des c o l o n i s a t e u r s s'ensuit commengant par l e Juge pour qui l ' e s s e n t i e l est de trouver tout de s u i t e un "coupable" quelconque qui s a t i s f a s s e au d e s i r de revendi-c a t i o n des B&ancs. Son i n d i f f e r e n c e a l a v r a i e nature du coupable montre clairement comment l a s u b s t i t u t i o n joue un r o l e dans tout s a c r i f i c e humain. I l d i t : "Qui est coupable? . . . i l nous est i n d i f f e r e n t que ce s o i t l'un ou 1'autre qui a i t cammis 1E crime. .."^ Le Gouverneur symbolise l a cruaute quand i l d i t : "Apres je l'execute: b a l l e dans l a t e t e et dans l e s j a r r e t s . . . " et f i n i t par se rendre r i d i c u l e en ajoutant: "Coup de pied en vache, mart aux r a t s , mort aux vaches, mort aux dents, mort debout, mort a genoux, mort couche, mort c i v i l e , coqueluche. Cigu§!..," 6 7 II est s u i v i par l e M i s s i o n n a i r e qui ajoute l e pouvoir de sa f o n c t i o n r e l i g i e u s e aux abus deja enumeres: "Le monstre ne nous echappera p l u s . Mais avantrjj? j e l e b a p t i s e . . . Ensuite, 6B je l u i donnerai 1'absolution de son crime." Quand l a Reine, exaltee dans son r o l e de marraine, exprime son extase, F e l i c i t e declenche l e jeu du combat entre l e s Noirs 69 et l e s Blancs en d i s a n t : "Assez! Et r e c u l e z ! " Dans l a l u t t e qui s'ensuit entre l e pouvoir des deux couleurs F e l i c i t e s o uligne l e u r o p p o s i t i o n et en meme temps, l e u r interdepen-dence en d i s a n t a l a Reine: "Sotte, que vous s e r i e z p l a t e , 70 sans c e t t e ombre qui vous donne tant de r e l i e f . " Les paroles de F e l i c i t e montrent l a croissance de l a s t a t u r e des Negres et annoncent l e Nouvel Ordre Noir: "...nous et i o n s l a Nuit en personne. Non c e l l e qui est absence de lumiere, mais l a mere genereuse et t e r r i b l e qui c o n t i e n t l a lumiere et l e s actes." E l l e continue en decrivant l ' a v e n i r : "...tout change. Ce qui est doux, bon, aimable et tendre sera n o i r . Le l a i t sera n o i r , l e sucre, l e r i z , l e c i e l , l e s colombes, l'esperance seront 72 n o i r s . . . " En ce moment e l l e ressemble a l a grande deesse-mere, K a l i . E l l e devient l a t e r r e qui avale l e s marts enterres k5 en e l l e quand e l l e d i t a l a Reine: " J ' a u r a i l e cadavre du 73 fantome de ton cadavre." Le U i e i l Ordre est renverse a u s s i t o t que l ' e x e c u t i o n du t r a l t r e est annonce parce que c e t t e a c t i o n , au niveau de l a r e a l i t e , represente l a p r i s e de r e s p o n s a b i l i t e par l e s Negres de l e u r propre d e s t i n . Cette a c t i o n s e r t a u s s i a l i e r l e s deux niveaux du drame. Les Blancs de l a Cour enlevent l e u r s masques et A r c h i b a l d d i t : "...nous devons achever ce s p e c t a c l e , 7k et nous debarasser de nos juges..." Ensuite chacun des Blancs est tue par un coup de r e v o l v e r imaginaire et tombe l'un sur l ' a u t r e au m i l i e u de l a scene. Le " j e u " est t r e s evident et l e s a c r i f i c e se f a i t pour que l e Nouvel Ordre puisse s ' i n s t a l l e r . Le s u j e t du tro i s i e m e niveau de l a piece est l e c o n f l i t de l'amour et de l a haine dans l e subconscient des Negres qui se manifeste dans l a seduction et l e meurtre de l a femme blanche, convoitee et detestee a l a f o i s . Ce jeu de s a c r i f i c e humain est l e point d ' i n t e r e t c e n t r a l des Negres. Comme dans Les Bonnes, l a haine est l a forc e dynamique qui f a i t a g i r . C'est a cause de l'amour (ou mieux, l ' a t t r a c t i o n p h y s i -que) que l e s Negres d e s i r e n t posseder l a femme et a cause de l a haine q u ' i l s veulent l a tuer tout de s u i t e apres l a s a t i s -f a c t i o n du d e s i r s e x u e l . Finalement l e s Negres peuvent decharger toutes l e u r s h u m i l i a t i o n s et toutes l e u r s f r u s t r a -t i o n s sur une v i c t i m e . Neige p a r l e aux Negres de ce c o n f l i t entre l'amour et l a haine: "Dans votre haine pour e l l e i l e n t r a i t un peu de d e s i r , done d'amour...mais nous, l e s Negresses, nous n'avions que nas c o l e r e s et nos r a g e s . . . j ' a i • r u l e s i langtemps, et d'une haine s i ardente, que je s u i s de 75 cendre." Un aspect du s a c r i f i c e humain qu'on remarque facilement est c e l u i de l a s u b s t i t u t i o n . Le Valet questionne l e s Negres sur ce p o i n t : "Et s i , messieurs, par un beau s o i r d'ete, c'est un homme que vous ramenez dans vos f i l e t s , vous changez l a scene de seduction en quoi? Avez-vous deja capture un menuisier 76 avec sa varlope?" Bobo l u i repond: "Oui, c e l a nous est a r r i v e ! . . . E t s i nous ne trouvons pas de gosses, un vieux * 77 cheval, un chien, une poupee peuvent s u f f i r e . " Un autre aspect du s a c r i f i c e est l e jeu d ' e x c i t a t i o n qui prepare l e s p a r t i c i p a n t s au d e l i r e culminant, I l faut surtout frapper 1•imagination du s a c r i f i c a t e u r avec des i n s u l t e s exageres pour l e preparer a son acte. V i l l a g e qui joue ce r o l e l e s a i t bien et demande de l ' a i d e aux autres. C'est Neige qui i n c i t e V i l l a g e a l a rage en l u i h u r l a n t des i n s u l t e s d'une fagon tellement physique q u ' e l l e semble l e s vomir. Au moment culminant e l l e c r i e : "Fais j a i l l i r des t o r r e n t s . Apres 7 S ceux de ton sperme, ceux de son sang." De p l u s , on constate que ce jeu de s a c r i f i c e humain est s i necessaire pour l e s Negres q u ' i l se repete chaque s o i r . V i l l a g e souligne ce f a i t ; " . . . i l . . . f a u t a chaque seance un 79 / * cadavre f r a i s . " C'est ce jeu repete qui permet aux Negres de se decharger de l e u r haine r e f o u l e e et i l ne cessera que quand i l s n'auront plus aucune r a i s o n de se s e n t i r f r u s t r e s et humilies par l e s Blancs. 47 Dans l e s t r o i s pieces de theatre etudiees sous l e t i t r e Le s a c r i f i c e humain i l y a un element commun...celui de l a s u b s t i t u t i o n . Cette s u b s t i t u t i o n est f a i t e , au niveau de 1 1 i n c o n s c i e n t , parce que l e v r a i objet de l a haine r e s t e hors de portee pour des raisons psychologiques et s o c i o l o g i -ques. Quand l ' e x p r e s s i o n de 1 1 a g r e s s i v i t e est bloquee parce qu'on ne veut pas admettre l a v r a i e nature de son objet ( l e cas des Bonnes) ou parce que, a cause de sa p o s i t i o n s o c i o -c u l t u r e l l e , on n'a pas l e pouvoir necessaire pour attaquer cet objet ( l e cas du Balcon et des Negres) on est porte a trouver une v i c t i m e innocente mais dans une p o s i t i o n d ' i n f e r i o r i t e contre l a q u e l l e on peut decharger impuntment l ' h o s t i l i t e r e f o u l e e . Dans Les Bonnes Solange et C l a i r e se detestent mais e l l e s ont peur d'exprimer ouvertement l e u r haine reciproque parce q u ' e l l e s dependent l'une de 1'autre, l i e e s par un amour incestueux. A l o r s , e l l e s inventent l e jeu de l a "Bonne" qui i n s u l t e et qui tue "Madame". I c i c'est l'image de Madame qui est s u b s t i t u t e a c e l l e de l a soeur. Dans He Balcon, l a vict i m e dans chaque f a n t a i s i e sadique est un e t r e qui occupe une p o s i t i o n d ' i n f e r i o r i t e et qui ne peut pas se defendre contre son agresseur. Entre ces vic t i m e s se trouvent l a pecheresse, l a voleuse, l e cheval et l e mendiant. Cette f o i s Genet ne presente pas l a source de l a haine. Ce q u ' i l presente c'est l e mecanisme de l a s u b s t i t u t i o n d'une vict i m e " s a c r i f i a b l e " a sa pla c e . kB Dans Les Negres l e v r a i objet de l a haine est l e c o l o n i -s a t e u r . Cette haine est nee du f a i t que l e s c o l o n i s a t e u r s blancs ont o b l i g e l e s Negres, pendant des s i e c l e s , a jouer l e r o l e de l a v i c t i m e . Se trouvant dans une p o s i t i o n d'escla-vage et n'ayant pas l a f o r c e de r e a g i r contre l e u r s maitres, i l s se contentent de tuer n'importe q u e l l e femme blanche ou meme un clochard ou un chien. I l s s u b s t i t u e n t un etre f a i b l e a l a place des etres f o r t s contre l e s q u e l s l e u r haine est wraiment d i r i g e e . LE SADISME Dans l e cas du sadisme s o c i a l ce sont l e s gens dans une p o s i t i o n d ' a u t o r i t e qui ont l e pouvoir et meme l e devoir de d i s t r i b u e r l e s p u n i t i o n s q u i , maintiennent l ' o r d r e . Au niveau f a m i l i a l c'est l e parent qui p u n i t , a l ' e c o l e c'est l e maitre et dans l a s o c i e t e c'est l e juge et l e p r e t r e qui sont l e s f i g u r e s d ' a u t o r i t e . On d i s t r i b u e l e s p u n i t i o n s au nom de l a d i s c i p l i n e , d e l ' e d u c a t i o n , de l a l o i et de l ' e g l i s e mais souvent on y mele une note de cruaute qui n'est pas exigee par l a s i t u a t i o n . Ce genre d'hypocrisie echappe souvent a l a conscience de c e l u i qui d i s t r i b u e l a p u n i t i o n mais jamais a c e l u i qui l a r e g o i t . Nous proposons maintenant d'etudier l e s cas de sadisme dans Le Ba l c o n , l a piece de Genet qui en f o u r n i t l e s m e i l l e u r s exemples. Les scenarios sont souvent interrompus par l e s 49 c r i s de d o u l e u r q u i nous r a p p e l l e n t c o n t i n u e l l e m e n t que l ' e l e r n e n t de c r u a u t e e s t t o u j o u r s p r e s e n t a ces j e u x . I I n'est pas s u r p r e n a n t que l e s c l i e n t s du B a l c o n c h o i s i s s e n t souvent l e s rfi-les q u i c o r r e s p o n d e n t a des p o s i t i o n s d ' a u t o r i t e pour e x p r i m e r l e u r s tendances au sadisme. Au p r e m i e r t a b l e a u c ' e s t l ' a p p a r e n c e de l'Eveque que l e c l i e n t r e c h e r c h e dans sa f a n t a i s i e et non pas l a f o n c t i o n . I l veut u t i l i s e r son p o u v o i r pour b i e n a u t r e chose que pour l a bonte r e l i g i e u s e et sa t i t i l l a t i o n v i e n t du c o n t r a s t e e n t r e ce qu'on a t t e n d du r o l e de l'Eveque et ce q u ' i l f a i t . I I e c l a i r c i t c e t t e i d e e en d i s a n t : "Et j e veux e t r e eveque dans l a s o l i t u d e , pour l a s e u l e apparence...Et pour d e t r u i r e t o u t e f o n c t i o n , j e veux a p p o r t e r l e s c a n d a l e e t t e t r o u s s e r , p u t a i n , BO p u t a s s e , p e t a s s e e t p o u f i a s s e . . . " C e t t e f o i s - c i i l s o u l i g n e l a n a t u r e e r o t i q u e e t b r u t a l e de ses a c t e s t a n d i s que, p l u s l o i n , l ' a c c e n t e s t s u r l ' e l e r n e n t de c r u a u t e : "Ma c h a r i t e , q u i va i n o n d e r l e mpnde, c ' e s t sous c e t t e carapace ( s a chape r i g i d e ) que j e l ' a i d i s t i l l e e . . . Q u e l q u e f o i s , comme un coute a u , r 81 ma main s o r t a i t pour b e n i r ? Ou couper, f a u c h e r ? " L'Eveque j o u i t de l ' i d e e des peches commis par l a p e n i t e n t e , meme s ' i l s a i t qu'en r e a l i t e i l s ne sont pas v r a i s . C'est comme s ' i l p o u v a i t s ' e x c i t e r seulement a t r a v e r s l e mal c o n f e s s e par l a f i l l e : "J'y v i s l e d e s i r gourmand de l a f a u t e . En l ' i n o n d a n t , l e mal t o u t a coup 82 l ' a b a p t i s e e . " Le G e n e r a l montre b i e n sa tendance v e r s l e sadisme quand i l r a p p e l l e a l ' o r d r e l a f i l l e q u i joue l e r o l e du 50 c h e v a l : "Tu auras l e mors, l a b r i d e , l e harnai s , l a sous-' 83 v e n t r i e r e , et botte, casque, je cravache et je fonce..." S i l ' o b j e t a b s t r a i t de sa haine est l'ennemi, c'est bien l a f i l l e qui en r e c o i t l e s coups. Sa r e p l i q u e : "Je v a i s baver du sang." ne f a i t q u ' e x c i t e r l e General d'avantage. I I repond dans un d e l i r e poetique et r i d i c u l e a l a f o i s : "Ecumer rose et peter du f e u ! " ^ Ces exemples montrent clairement comment l e s tendances d e s t r u c t r i c e s se melent a c e l l e s erotiques chez l e sadique. Etudions maintenant un cas qui montre, non seulement l e phenomene du sadisme, mais aussi son rapport a son jumeau, l e masochisme. Cet exemple de sado-masoehisme s e r v i r a de l i e n entre l e s deux c h a p i t r e s de c e t t e these parce qu'on trouve dans ce phenomene un va et v i e n t entre 1 * a g r e s s i v i t e d i r i g e e a l ' e x t e r i e u r de l ' e t r e et c e l l e d i r i g e e contre s o i . Le scenario du Juge et de l a voleuse est un exemple p a r f a i t de ce mouvement entre l e sadisme et -le masochisme. Au debut du deuxieme tableau l a voleuse domine l a scene. Tendant son pi e d , e l l e commande au Juge, rampant devant e l l e , de l e l e c h e r . Presque immediatement, i l se leve et au meme i n s t a n t e l l e change d ' a t t i t u d e . Non plus dDminatrice, e l l e se montre humble. Maintenant c'est l e juge qui devient severe et c r u e l . I I p a r l e de ses " f l i c s d • a c i e r . . . i n s e c t e s aux regards mobiles, 86 mantes sur p i v o t s " et de son d e s i r de l a v o i r sous l e s coups de fouet: "Je veux des larmes de r e p e n t i r . Quand j e 51 t ' a u r a i vue mouillee comme un pre, j e s e r a i comble." L'elernent erotique est toujours present et accentue par l e f a i t que l a robe de l a voleuse est laceree et l e s seins sont v i s i b l e s . A u s s i , l e juge commande au bourreau: "Passe-l u i l a main sous l e jupon, tu trouveras l a poche, l a fameuse nn poche kangourou." Le juge r e v e l e l e v r a i but du sadisme dans sa r e p l i q u e : " . . . i l d o i t frapper pour que j ' i n t e r v i e n n e et prouve mon a u t o r i t e . " C'est l e d e s i r de dominer qui pousse un i n d i v i d u couard a l a cruaute pour o b t e n i r l ' i l l u s i o n de l a s u p e r i o r i t y et c'est justement c e t t e i l l u s i o n qui l ' e x c i t e jusqu'a l a jouissance s e x u e l l e . Malgre l e pouvoir i n v e s t i dans son r o l e et exerce par l e r o l e du bourreau, qui depend de l u i , l e juge s a i t que toute l a f a n t a i s i e depend de l a voleuse qui a l e p r i v i l e g e de 1 * a n t e r i o r i t e . C'est sur ce point d e l i c a t de p i v o t que l e mecanisme tourne, permettant a l a voleuse de reprendre sa p o s i t i o n de dominatrice. I l s u f f i t q u ' e l l e refuse d'avouer son r o l e de voleuse pour renverser l a s i t u a t i o n . C'est pour c e l a que l e tableau f i n i t comme i l a commence, l e juge a t e r r e qui rampe dans l a d i r e c t i o n de l a voleuse, hautaine et coquette, qui l u i commande de lec h e r ses s o u l i e r s . Pour 1'instant l e juge a echange ses tendances sadiques pour ceux du masochiste. I I est r e d u i t a implorer l a f i l l e de ne pas l e l a i s s e r trop longtemps suspendu, a attendre sa reponse: "Comprends-moi bien: que tu te diss i m u l e s a u s s i longtemps que tu l e peux et que mes nerfs l e supportent, d e r r i e r e l e refus d'avouer, que malicieusement tu me fasses 52 l a n g u i r , t r e p i g n e r s i tu veux, p i a f f e r , baver, suer, hennir d•impatience, ramper..." Cette s u i t e de mots exprime p a r f a i -tement l e f a c t e u r de "suspense" qui c a r a c t e r i s e l e mecanisme 91 masochiste. J u s q u ' i c i nous avons di s c u t e l e theme de l a mort sous l e s t i t r e s de Meurtre, de S a c r i f i c e Humain et de Sadisme. Dans ces t r o i s cas nous avons vu que l a f o r c e motrice d e r r i e r e ces actes destructeurs est l a p u l s i o n agressive innee dans l ' i n d i v i d u . L'exemple l e plus simple de ce phenomene est l e meurtre d'impulsion commis par Yeux Uerts. Dans l e cas du s a c r i f i c e , l a d i r e c t i o n de 1 ' a g r e s s i v i t e est detournee de son objet o r i g i n e l mais sa f o r c e d e s t r u c t r i c e r e s t e i n t a c t e . > Dans Le Sadisme nous avons vu que l a f o r c e de 1 ••agressi-v i t e n'est plus i n t a c t e et que l a v i c t i m e de l a haine ne meurt pas t o u j o u r s . Cette diminution de l a f a r c e d e s t r u c t r i c e est due a l a presence d'un autre element, l a l i b i d o . Le sadisme est un cas p a r t i c u l i e r de l a d e s t r u c t i o n de l ' a u t r e parce que l a p u l s i o n erotique r e u s s i t a c o n t r o l e r et a mettre a son s e r v i c e l'immense pouvoir destructeur dechalne par l a p u l s i o n vers l a mort. La haine remplace l'amour, avec l e r e s u l t a t que l ' o b j e t est aime d'une facon c r u e l l e et v i o l e n t e . En e f f e t , l e s u j e t n'est pas capable de j o u i r sexuellement s ' i l ne m a l t r a l t e pas l ' o b j e t de son d e s i r . 9 2 Dans son etude The Unknown Murderer Theodar Reik explique l e phenomene du sadisme de l a facon s u i v a n t e . . . i l 5 3 a r r i v e q u ' i l y a i t une f u s i o n incomplete de l a tendance i n s t i n c t u e l l e agressive et de c e l l e erotique et par consequent l a tendance erotique s'attache a l ' a c t e p l u t o t qu'a l ' o b j e t . A i n s i l e comble de l a j o i e r e s i d e dans l ' a c t e destructeur l e q u e l implique un c e r t a i n degre de narcissisme car l ' a c t e est plus attache au s u j e t qu'au o b j e t . E n f i n , l'exemple de sado-masochisme qui termine ce premier c h a p i t r e , La d e s t r u c t i o n de 1'autre, s e r t d ' i n t r o d u c t i o n au deuxieme c h a p i t r e , L ' a u t o - d e s t r u c t i o n , ou nous discuterons l e mecanisme inverse de c e t t e meme a g r e s s i v i t e . 54 NOTES Chapitre I 1. Sigmund Freud, C i v i l i z a t i o n and i t s Discontents, ed. 0. Strachey, t r a n s . Joan R i v i e r e (London: The Hogarth Press and the I n s t i t u t e of Psychoanalysis, 1975), p. 48 2. I b i d . , 61-62. 3. I b i d . , 62.-i a i d « » 63. 5. Richard N. Coe, The V i s i o n of Jean Genet (London: Peter Owen L t d . , 1968), p. 218. 6. Jean-Paul S a r t r e , S a i n t Genet, Comedien et Martyr ( P a r i s : L i b r a i r i e G a l l i mard, 1952), p. 11. 7. I b i d . 8. Jean Genet, Haute S u r v e i l l a n c e dans Oeuvres Completes ( P a r i s ; E d i t i o n s Gallimard, 1968), p. 196* 9. I b i d . , 196-97. . 10. I b i d . , 197. 11. I b i d . , 198. 12. I b i d . 13. I b i d . , 199. 14. I b i d . 15. I b i d . 16. S a r t r e , S a i n t Genet, p. 41. 17. I b i d . , 225. 18. Genet, 198. 19. I b i d . , 196. 20. I b i d . , 198. 21. S a r t r e , Saint Genet, p. 49. 22. Genet, Haute S u r v e i l l a n c e , p. 200. 23. I b i d . 55' 23. I b i d . 24. I b i d . , 186. 25. I b i d . , 211. 26. I b i d . 27. I b i d . , 205. 28. S a r t r e , S a i n t Genet, p. 49. 29. Genet, Haute S u r v e i l l a n c e , p. 213. 30. I b i d . , 203. 31. F. Max Mu e l l e r (?ed.), The Tao Teh King i n The Sacred Books  of the East; (London: Oxford U n i v e r s i t y Press, 1927), XXXIX, 113. 32. E r i c h Fromm, The Art of Loving (New York: Harper and Row P u b l i s h e r s , 1956), 76. 33. Jean Genet, Les Bonnes ( P a r i s : L ' A r b a l e t e , 1963), pp. 41-42. 34. I b i d . , 52. 35. Genet, Les Bonnes, 79. 36. I b i d . , 87. 37. I b i d . , 88. 38. " S a c r i f i c e , " E n c y c l o p a e d i a B r i t a n n i c a , V o l . XIX? (Chicago: W i l l i a m Benton P u b l i s h e r , 1968), pp. 864 - 67. 39. Rene G i r a r d , La V i o l e n c e et l e Sacre ( P a r i s : E d i t i o n s Bernard Grasset, 1972). 40. Freud, C i v i l i z a t i o n and i t s D i s c o n t e n t s , 51. 41. Robert Champigny, S a r t r e et Genet i n The Theatre of Jean  Genet: A Casebook, ed. Richard N. Coe (New York: Grove Press Inc., 1970), pp. 60-64. 42. Genet, Les Bonnes, 82. 43. Coe, The V i s i o n of Jean Genet, p. 238. 44. Genet, Les Bonnes, 9-10. 45. I b i d . , 51. 56 46. I b i d . , 40. 47. I b i d . , 35. 48. I b i d . , 39-49. I b i d . , 48« 50.. S a r t r e , S t . Genet, pp. 34-35. 51. Genet, Les Bonnes, 26. 52. I b i d . , 61. 53. I b i d . , 15. 54. I b i d . , 81. 55. I b i d . , 88. 56. I b i d . , 74. 57. I b i d . , 77. 58. Jean Genet, Le Balcon dans Panorama du Theatre Nouveau: Le t h e a t r e de l a cruaute, ed. Jacques G. Benay and Reinhard Kuhn (New York: Meredith P u b l i s h i n g Company, 1967), p. 32. 59. I b i d . , 39. 60. I b i d . 61. I b i d . , 34. 62. I b i d . , 47-48. 63. I b i d . , 85. 64. I b i d . , 85-86. 65. I b i d . , 86. 66. Jean Genet, Les Negres ( P a r i s : L ' A r b a l e t e , 1963), p. 159. 67. I b i d . , 144. 68. I b i d . , 144-45. 69. I b i d . , 146. 70. I b i d . , 153. 57 71. I b i d . , 154. 72. I b i d . , 155. 73. I b i d . , 152 • 74. I b i d . , 164. 75. I b i d . , 28. 76. I b i d . , 59. 77. I b i d . , 59-60. 78. I b i d . , 109. 79. I b i d . , 31. 80. I b i d . , 30. 81. I b i d . , 32. 82. Genet, Le Balcan, 28. 83. I b i d . , 46. 84. I b i d . 85. I b i d . 86. I b i d . , 33. 87. I b i d . , 34-35. 88. I b i d . , 33-34. 89. I b i d . , 35. 90. I b i d . , 40. 91. Theodore Reik, Masochism i n Modern Man t r a n s . Margaret H. B e i g e l and Gertrud Kurth (New York: F a r r a r , Straus and Company, 1941). 92. Theodore Reik, The Unknown Murderer, t r a n s . Hatherine Jones (New York: P r e n t i c e - H a l l , 1965). CHAPITRE I I L*AUTO-DESTRUCTION Le S u i c i d e Le s u i c i d e , l ' a c t e d•auto-destruction par ex c e l l e n c e , est beaucoup plus commun que l'on ne l e c r o i t et dans Le  Balcon de Genet on en trouve p l u s i e u r s formes. Nous etu-dierons d'ahord deux cas: l e premier est un exemple de s u i c i d e d i r e c t tandis que l e deuxieme est un exemple de s u i c i d e symbolique ( 1 ' a u t o - m u t i l a t i o n ) . Dans Le Balcon od l e theme d'echapper a l a r e a l i t e domine, l e s u i c i d e de Georges, l e Chef de l a P o l i c e , repre-sente l a f u i t e d e f i n i t i v e . Pour mieux comprendre l e s motiva-t i o n s de ce s u i c i d e et pour e t u d i e r son e v o l u t i o n , examinons de pres l e personnage de Georges et son rapport avec l e s autres personnages de l a pie c e . Le Chef de l a P o l i c e apparait pour l a premiere f o i s au cinquieme tableau et montre dans peu de temps t r o i s problemes de caractere qui f i n i s s e n t par devenir pour l u i des raiso n s i r r e f u t a b l e s de s u i c i d e . Ces t r o i s problemes ou " f a i b l e s s e s de c a r a c t e r e " q u ' i l ne r e u s s i t pas a resoudre sont l e s s u i v a n t s : un d e s i r d'etre t o u t - p u i s s a n t , une f o r t e tendance 58 5 9 au narcissisme et un complexe de c a s t r a t i o n . Le d e s i r de l a puissance de l a part de Georges est evident des son entree en scene quand i l montre son manque de respect envers l e s autres et cree par ses gestes 1 * i l l u s i o n du pouvoir dont i l a imerait d i s p o s e r . . . " l a parte...s•ouvre et, sans q u ' i l a i t frappe, entre l e Chef de l a P o l i c e . . . I I garde son chapeau, son ci g a r e et sa p e l i s s e . " Le but de Georges se d e f i n i t des ses premieres r e p l i q u e s qui cachent au s s i une premonition de son d e s t i n : "Done, je joue ma chance aujourd'hui-meme. Cette n u i t je s e r a i dans l a tombe ou sur 2 l e s o c l e . " Georges parle de. son r o l e de Chef de l a P o l i c e dans l a l u t t e contre l a r e v o l t e . S ' i l est capable d ' a r r e t e r l e s r e v o l t e s et de maintenir l ' o r d r e e t a b l i , i l deviendra un heros de l a Monarchie q u ' i l protege. Cet esp o i r de devenir un heros t o u t - p u i s s a n t , duquel meme l a Reine dependrait est l e reve secret de Georges et i l semble, desormais, que sa v i e ne v a i l l e r i e n pour l u i s ' i l ne r e u s s i t pas a a t t e i n d r e ce but. I I est tellement voue a ce d e s i r q u ' i l est pret a mourir pour q u ' i l r e u s s i s s e a devenir un heros dans l e s yeux du peuple. I I est important d'examiner ce que Georges d i t a propos de son r o l e dans l a s o c i e t e pour comprendre pourquoi sa v i e r e e l l e l u i semble un echec. I I s'exprime clairement a ce propos: "Irma, ma f o n c t i o n me pese."^ C'est l a voix d'un homme epuise, decourage, qui s a i t jusqu'a quel p o i n t l e chemin vers l e succes dans l e monde est dur. D'une part i l ne peut pas changer l a r e a l i t e des f a i t s , i l n'est pas 60. capable tout seul de b a t i r son Empire en matant l a r e v o l u t i o n , mais, d'autre p a r t , i l ne veut pas accepter sa propre r e a l i t e , son r o l e de simple Chef de l a P o l i c e . I I se sent p r i s entre sa v i s i o n i n t e r n e d'heroisme et l a r e a l i t e externe. Irma essaye de l'encourager dans sa poursuite du pouvoir en l u i suggerant l e s moyens d'y a r r i v e r : " I I faut tuer encore, mon cher Georges...II faut t'enfoncer dans l a n u i t , dans l a u merde et dans l e s a n g . . . i l faut tuer autour de t D i . " E l l e s a i t q u ' i l d o i t d i r i g e r son a g r e s s i v i t e vers l ' e x t e r i e u r s ' i l veut se sauver, mais on sent que Georges est a bout de ses forces quand i l repete: "Je f a i s ce que je peux." En t r o u -vant q u ' i l l u i manque l ' e n e r g i e e s s e n t i e l l e pour r e a l i s e r son reve, i l succombe a l a t e n t a t i o n de se l a i s s e r g l i s s e r dans l ' i l l u s i o n au l i e u de combattre dans l a r e a l i t e . Irma tente deux f o i s de rappeler son a t t e n t i o n a l a r e a l i t e : "tu divagues" d i t - e l l e , mais i l ne l'ecoute pas et p e r s i s t e a se v o i r comme un b a t i s s e u r d'Empire.. Irma constate que c'est un tombeau que l'Empire l u i c o n s t r u i r a . E l l e l e d i t comme un f a i t de l a r e a l i t e . Mais de nouveau, Georges transforme c e t t e r e a l i t e en reve en g l o r i f i a n t l e tombeau d'une voix e x a l t e e : "Alexandrie!" En c i t a n t c e t t e fameuse v i l l e egyptienne Georges nous r a p p e l l e que l e s plus magnifiques tombeaux, l e s pyramides, e t a i e n t c o n s t r u i t e s en Egypte pour l e s pharaons et i l r e v ele a i n s i son d e s i r cache de prendre sa place entre l e s grands souverains de l ' h i s t o i r e . Pour Georges l e tombeau est l a c l e f qui l u i o u v r i r a un monde g l o r i e u x . Quand Georges i n t e r r o g e Carmen a ce s u j e t , e l l e , q u i a toujours t r a v a i l l e a c r i e r des i l l u s i o n s , s a i t bien d i s t i n g u e r entre l a r e a l i t e et l ' i l l u s i o n : "...vous voulez confondre votre v i e avec de longues f u n e r a i l l e s , monsieur." Carmen essaye a u s s i de l e prevenir contre l e piege des i l l u s i o n s : "...nas ornements sont t r i s t e s a m o u r i r . . . I l s ne recouvrent que des cadavres qui n'en f i n i s s e n t pas de mourir.. Mais meme apres ces mots d'avertissement Georges continue a 1 0 rever en d i s a n t : "Mon tombeau!" Une autre i n d i c a t i o n que l e caractere de Georges combine l e penchant pour l e pouvoir avec c e l u i de l a r e v e r i e nous est revelee par l e f a i t que dans l ' o r d r e des franc-magons i l joue l e r o l e du Sublime P r i n c e du Royal Secret ... un r o l e qui ne se d i s t i n g u e pas beaucoup de ceux joues au Balcon. Malgre son abattement evident, a l a f i n du tableau, Georges se fache contre Irma et semble r e c e v o i r de c e t t e eruption de rage assez d'energie pour assumer de nouveau sa f o n c t i o n r e e l l e en d i s a n t : " . . . i l faut que je r e j o i g n e man 11 poste. Pour l e moment je dois a g i r . " Mais i l n'abandonne pas sa v i s i o n g l o r i e u s e car i l ajoute tout de s u i t e : "Apres, 12 tout i r a s e u l . Mon nom a g i r a a ma place." Le decor du septieme tableau nous prepare bien au theme de l a mart...c'est un salon f u n e r a i r e . Le cadavre d'Arthur se trouve sur un faux tombeau de faux marbre n o i r . Par contraste A r t h u r , l u i , est vraiment mort. Irma l e d e c r i t : "...Arthur est un v r a i m o r t . . . i l est plus v r a i que v i v a n t . Taut en l u i se 13 depechaient vers 1'immobility." Pendant que l'Envoye d e c r i t de sa fagon obscure l ' e t a t 62 de l a Reine, Georges se fache de plus en p l u s . Cette r e a c t i o n montre q u ' i l e x i s t e encore en l u i l e d e s i r de v i v r e et de re m p l i r sa f o n c t i o n de Chef de l a P o l i c e . I I veut a g i r : "Passons. vous m'avez d i t que l e P a l a i s e t a i t en danger... 14 Que f a u t - i l f a i r e ? " I I reconnait a u s s i q u ' i l d e t i e n t son pouvoir r e e l de l a Reine et que, sans e l l e , i l n ' a u r a i t plus de poi n t d'appuit " j e s u i s l'homme f o r t du pays, c'est v r a i , 15 mais parce que je me s u i s appuye sur l a c D u r o n n e . " C'est quand l'Envoye o f f r e l e r o l e de l a Reine a Irma que l e caractere de Georges est mis a nu completement. Pour se s e n t i r bien dans sa peau, i l d o i t toujours e t r e l e plus f o r t . I I est envieux du r o l e o f f e r t a c e l l e q u ' i l v i s e comme u n e r i v a l e : " A i n s i Irma p a s s e r a i t avant moi!...Si je s u i s au 16 pouvoir, je veux bien imposer Irma..." Au moment oo Irma appelle Georges pour l u i d i r e un d e r n i e r "adieu" avant de d i s p a r a i t r e pour toujours dans son nouveau r o l e de l a Reine, i l l u i d i t tendrement q u ' i l l'aime, mais on peut bien se demander s i ce n'est pas une ruse, une derniere t e n t a t i v e pour l a persuader d'abandonner l e r o l e de l a Reine qui l a p l a c e r a i t pour toujours au-dessus de l u i . E n f i n , l'Envoye r e u s s i t a o b t e n i r sa cooperation en l u i o f f r a n t un tombeau magnifique t a i l l e dans une montagne. Le f a i t que Georges repond immediatement et avec gourmandise a c e t t e idee montre jusqu'a quel degre l e d e s i r d'une image de puissance est f o r t e en l u i , meme s i c e l a implique l a mort. Dans l e huitieme tableau nous remarquons que Georges est devenu e n f i n l e Heros, mais i l n'est pas encore a l a 6 3 meme hauteur que l a Reine, l'Eveque, l e Juge et l e General. Ceci est demontre par l e f a i t que tous p a r a i s s e n t de propor-t i o n demesuree, geante, sauf l u i . Quand nous l e voyons au neuvieme tableau i l semble s'etre rendu compte de sa p o s i t i o n d ' i n f e r i o r i t e v i s - a - v i s des autres parce q u ' i l entre doucement, humblement. Pour pouvoir a g i r sur un pied d ' e g a l i t e i l l u i f aut une place dans l a nomenclature du b o r d e l . Georges reconnait que son image est i n e f f i c a c e . I I s a i t que personne n'est venu au bordel avec l ' i n t e n t i o n de jouer l e r o l e de Chef de l a P o l i c e et que meme s i l e p u b l i c l e c r a i n t , i l n'est pas encore assez grand dans l e u r s yeux pour et r e c h o i s i comme un symbole du pouvoir dans l e u r s f a n t a i -s i e s sadlques. I I l u i faut un symbole, un f e t i c h e : "une r i d e par exemple, ou une boucle de cheveux..ou un cigare...ou une 17 r cravache." E n f i n , i l prend son courage en main et d e c r i t l e d e r n i e r symbole qu'on l u i a c o n s e i l l e : "...un p h a l l u s ' 18 geant,...un chibre de t a i l l e . " Ce choix de symbole est s i g n i f i c a t i f sur l e niveau de l a s e x u a l i t e et a u s s i sur l e niveau des fo n c t i o n s r e e l l e s et montre que Georges espere s u s c i t e r l e respect, non seulement a cause de sa cruaute, mais aussi a cause de sa v i r i l i t e . Ceci montre clairement l e l i e n q u ' i l v o i t entre l e pouvoir et l a s e x u a l i t e . I I faut se souvenir que c'est l a comprehension de l'importance que Georges donne au pouvoir qui nous ai d e r s a v o i r pourquoi i l r e s t e i n s a t i s f a i t de sa v i e et pourquoi i l opte pour l a mort. Des ce moment une l u t t e se declenche entre Georges et l e s t r o i s " p i l i e r s de l a s o c i e t e " . L'Eveque p a r l e du nouveau "64 gout du pouvoir r e v e i l l e en eux: "Mais c e t t e douceur amere de l a r e s p o n s a b i l i t e , son gout nous est re s t e et nous l e trouvons 19 agreable." et i l veut que Georges reconnaisse l e u r pouvoir. Ce d e f i pousse Georges a reprendre l ' a u t o r i t e que sa p o s i t i o n / 2D exige: "Sans moi vous e t i e z tous foutus." I l s a i t q u ' i l est l e s e u l a garder sa v r a i e f o n c t i o n dans l a s o c i e t e t a n d i s que l e s autres ne font que r e c i t e r . I I esBaye de convaincre l e s autres de ce f a i t , en u t i l i s a n t un "raisonnement l o g i q u e " qui devient absurde,en placant Dieu a genoux devant l e Chef de l a P o l i c e . Georges se rend compte de l ' a b s u r d i t e d'un t e l r a i s o n -nement et s'arr e t e lui-meme avant de l e conclure. Le raisonne-ment est important, quand meme, parce q u ' i l r e v e l e que Georges est Dbsede par l e pouvoir supreme et qu.'une seule-chose, p o u r r a i t l e s a t i s f a i r e . . . d e v e n i r Dieu. Ce d e s i r d'etre 2 1 omnipotent est bien documente par Baechler qui en p a r l e a propos du s u i c i d e de transfiguration. I I d i t que pour 1 ' i n d i v i d u qui u t i l i s e 1 ' a c q u i s i t i o n du pouvoir comme moyen de supprimer ses profonds sentiments d»insecurity, l e s e u l genre de succes qui reponde a ses besoins s e r a i t de devenir Dieu. Tout succes i n t e r m e d i a i r e ou i n f e r i e u r a ce but s e r a i t pour l u i i n s u f f i s a n t . I I faut noter que ce n'est pas l e neant que Georges cherche. I I veut echanger son existence contre son essence. I I c r o i t fermement a l a t r a n s f i g u r a t i o n q u ' i l s u b i r a i t au moment de l a mort. Cette t r a n s f i g u r a t i o n l e t r a n s f o r m e r a i t en Herds qui perd sa v i e pour l a p a t r i e . Cet aspect de son caractere ressemble beaucoup a c e l u i des martyres qui c r o i e n t devenir s a i n t s au moment de l a mort. Mais l e but de Georges 65 n'est pas r e l i g i e u x ; i l veut devenir Le Heros et a t t e i n d r e l ' e t a t de g l o i r e superieure qui l u i est nie i c i - b a s . Cette apotheose represente l e point culminant de toute sa v i e . Le narcissisme est un autre aspect important du person-nage de Georges parce que ce penchant joue un r o l e dans son acheminement vers l e s u i c i d e . Nous avons deja montre-: comment Georges u t i l i s e l a s t r a t e g i e du pouvoir pour surmonter son r 22 i n s e c u r i t y . Or, selon Baechler, un i n d i v i d u qui f a i t c e c i rencontre toujours des d i f f i c u l t e s dans l e developpement des rapports a f f e c t i f s avec l e s autres. En e f f e t , pour l u i , l ' a u t r e represente un ennemi a supprimer. Done, c e l u i qui se dedie a l a puissance ne peut jamais se donner librement a l'amour. S i un i n d i v i d u est incapable de d i r i g e r l a p u l s i o n de l'amour vers un objet externe, l a consequence est l e refoulement de cet i n s t i n c t . L'isolement et l ' a l i e n a t i o n qui en r e s u l t e n t rendent sa v i e i n t o l e r a b l e . Les exemples de cette tendance au narcissisme sont facilement reconnaissables dans l a p i e c e . Quand Irma cherche a s u s c i t e r l a compassion de Georges au debut du cinquieme tableau i l l ' e c a r t e brusquement en d i s a n t : "Passons. Et ne jouons p l u s . " Son manque de s e n s i b i l i t e envers e l l e est tr e s evident. Plus l o i n i l l e confirme en niant l a valeur de l'amour: "Done, que je vous aime ou que je vous d e s i r e est sans importance." I I ajoute que plus r i e n ne r e s t e de l e u r 25 amour et que: "Tout est mort." Par contre, toute sa passion et tous ses i n t e r e t s sont d i r i g e s vers lui-meme. I l aime surtout son image et veut que tout l e monde l a reconnaisse 66. et l'aime: 11... j 1 o b l i g e r a i mon image a se detacher de mai, a penetrer, a f o r c e r tes salons, a se r e f l e c h i r , a se m u l t i -2 6 p l i e r . " Irma, qui sent l e besoin d'une "seule parole de v e r i t e " essaye de rappeler l e temps de l e u r s amours mais Georges re v e l e que meme pendant c e t t e periode i l e t a i t predispose a un autre but: " . . . t u ne s a i s pas vers quoi, de j a , r 28 secretement, je me d i r i g e a i s , quand j ' e t a i s dans tes bras." Cette r e p l i q u e semble indiquer que Georges ne s'est jamais donne a l'amour. C'est au neuvieme tableau que Georges re v e l e clairement son narcissisme quand i l demande s ' i l a une chance de f i g u r e r dans l ' i m a g e r i e : "En somme je s u i s comme un etang ou i l s 29 v i e n d r a i e n t se regarder?" I I ne s'occupe pas du tout du peuple (son prochain) et s ' i n t e r e s s e seulement a s a p r o p r e grandeur quand i l pose l a question a l'Eveque: "Vous pensez... que perdant tout i l viendra se perdre en moi?..." 3 0 Une autre cause d'anxiete chez Georges est l a menace de 1'impuissance et l a peur insense de c a s t r a t i o n . Cet E t a t d'anxiete contribue a l e pousser au s u i c i d e . Au cinquieme tableau, quand Irma cherche a rappeler l e u r s amours, Georges 31 l u i repond: "C'est trop t a r d . Tu pou r r a i s q u i t t e r Arthur?" Evidemment c'est Georges qui a impose l a presence d'Arthur au bardel contre l e gre d'Irma. E l l e d i t : "Mais tu v o u l a i s un p i l i e r , un axe, un p h a l l u s present, e n t i e r , dresse, debout.' et e l l e l u i d i t a u s s i l e pourquoi: "Tu me 1'as stupidement 33 impose parce que tu te s e n t a i s v i e i l l i r . " I I semble qu'Arthur prete sa presence et son corps a Georges: en 67 q u a l i t e de maquereau Arthur maintient l ' o r d r e au Balcon et en plus i l est devenu l'amant d'Irma. La r e a c t i o n de Georges: " T a i s - t o i . " montre que sa r e p l i q u e l ' a touche au v i f et q u ' i l s o u f f r e d'anxiete a propos de sa s e x u a l i t e qui a f f a i b l i t i ; Irma pousse 1'argument plus l o i n en rev e l a n t un autre probleme de Georges: " S i tu veux, i l ^ Arthur/ est mon corps, mais pose a cfite de moi."" 5 5 En d'autres mots, Arthur remplace Irma a u s s i dans l e u r s r e l a t i o n s intimes car e l l e d i t : " . . . c e l a ne t'a pas toujours ennuye que je t'apparaisse sous l e s apparences de ce corps m a g n i f i q u e . • . C e t t e f o i s l a r e a c t i o n de Georges est encore plus v i o l e n t e ; i l g i f l e Irma et l a menace deytoutes sortes de cruautes. Dn peut comprendre par c e t t e r e a c t i o n que Georges a honte de ses tendances homosexuelles et q u ' i l ne l e s accepte pas comme i l n'accepte pas son manque de v i r i l i t e et sa v i e i l l e s s e qui approche. Georges est un type d'homme qui s'obstine a v i s e r un but qui correspond au niveau de developpement adolescent et c'est 3 7 ce f a i t qui cause sa profonde depression. Jung d e c r i t avec p r e c i s i o n ce type de depression commun chez l e s hommes entre quarante et cinquante ans. I l d i t que l e s c o n v i c t i o n s et p r i n c i p e s q u ' i l s avaient acceptes comme va l a b l e s jusqu'a date commencent a s'endurcir et devenir de plus en plus r i g i d e s , creant a i n s i un etat d ' i n t o l e r a n c e et de fanatisme. Tout comme l'enfant qui r e c u l e desant l'inconnu, l'homme mur recu l e devant l a deuxieme moi t i e de sa v i e . A son z e n i t h , meme l e s c a r a c t e r i s t i q u e s du corps changent; c'est comme s i l'homme a v a i t deja u t i l i s e l a p l u p a r t de sa m a s c u l i n i t e . 68 E n f i n , l e f a i t que'Georges- c h o i s i t un p h a l l u s geant comme symbole de son essence montre q u ' i l veut impcser, par ce t t e image, l e mythe de sa grande v i r i l i t e . I I s a i t q u ' i l est impuissant et pour l u i i l est important de masquer ce f a i t parce que, pour Georges, l a v i r i l i t e et l a puissance sont intimement l i e e s . Mais l e comportement borne et obstine de Georges re v e l e q u ' i l n'est pas conscient de ses propres moti-v a t i o n s . En considerant l e s t r o i s r a i s o n s de malheur de Georges...le d e s i r f r u s t r e d'etre t o u t - p u i s s a n t , l e complexe de narcissisme et sa peur de c a s t r a t i o n . . .on peut bien corn-prendre pourquoi l a v i e est s i lourde et douloureuse pour cet homme qui ne s'accepte pas et qui refuse de s'adapter a sa r e a l i t e externe. On p o u r r a i t bien appliquer l e s t r o i s t r r 3 B elements du s u i c i d e soulignes par Menninger au cas de Georges. Ces t r o i s elements sont l e s s u i v a n t s : l e d e s i r de tuer, l e de s i r . d'etre tue et l e d e s i r de mourir. I I veut tuer a cause de l a f r u s t r a t i o n due a son manque de succes dans sa f o n c t i o n de Chef de l a P o l i c e - BQtisseur d'Empire. Sachant q u ' i l ne p o u r r a i t jamais tuer assez autour de l u i pour i n s p i r e r l a t e r r e u r necessaire pour o b t e n i r son but, sa haine se d i r i g e contre lui-meme. I I veut e t r e tue parce q u ' i l se v o i t coupable de l a p u n i t i o n i n f l i g e e par sa conscience ( l e sur-moi). I I veut et r e puni pour ses tendances homosexuelles, son manque de v i r i l i t e et son manque de puissance. Seule l a mort l u i semble assez puissante pour absaudre-i (annuler pour toujours) l a honte de ces f a u t e s . 69 I l veut mourir pour deux r a i s o n s . La mort represente pour Georges une f u i t e d e f i n i t i v e a toutes ses s o u f f r a n c e s . En p l u s , c'est a t r a v e r s l a mort q u ' i l p o u r r a i t e t a b l i r son essence, son image g l o r i e u s e . C'est l e tombeau qui donnerait, e n f i n , une s i g n i f i c a t i o n a sa v i e . S i l'on considere qu'Arthur remplace Georges au Balcon, en tant que souteneur et amant d'Irma, on peut d i r e que l a mort d'Arthur est une premonition de c e l l e de Georges. Arthur, qui d e v a i t jouer l e r o l e d'un cadavre dans un scenario du Balcon a f i n i pour l e f a i r e en r e a l i t e . De l a meme facon, Georges, qui r e s t e coince au bordel et qui se rend CDmpte q u ' i l devra a g i r de cet e n d r o i t , f i n i r a par jouer en r e a l i t e l e Heros mort qui aura l a place d'honneur au centre du Mausolee. Le scenario du Mausolee est l ' e n d r o i t ou Genet nous presente l a s u i t e logique de l ' e v o l u t i o n du personnage de Georges. La s i g n i f i c a t i o n de c e t t e scene peut e t r e comprise en etudiant l e s elements s u i v a n t s : l e decor, l e s objets et l e s costumes, l e s personnages, l ' a c t i o n . Le scenario du Mausolee n'est qu'une v a r i a t i o n sur l e theme de toutes l e s f a n t a i s i e s du Balcon, l e theme de l a Mort. La, se trouvent l e s elements qui l e rendent unique et qui servent a creer l'essence du Heros. Le decor suggere un endroit c l o s , l ' i n t e r i e u r d'une tour ou d'un p u i t s . Un e s c a l i e r descend d'en haut, un autre au 70 eentre de ce p u i t s , descend plus bas. Cet endroit r e f l e t e bien l e paysage i n t e r i e u r du s u i c i d e qui se r e t i r e de plus en plus du monde externe et qui descend de plus en plus dans un trou n o i r , l o i n de toute lumiere. Alvarez appelle c e t t e c o n d i t i o n " l e monde c l o s du s u i c i d e " ... "His whole l i f e i s a gradual downward curve, steepening at the end, on which he moves knowingly, unable and u n w i l l i n g to stop h i m s e l f . No amount 39 of success w i l l change him." En p l u s , ce genre d'endroit, s i souvent present dans l e s reves, peut bien symboliser un d e s i r i n c o n s c i e n t du retour au s e i n de l a mere. Jung' souligne l e f a i t que l e d e s i r i n c o n s c i e n t de ce retour a l a s e c u r i t e , s u i v i par une renaissance s p i r i t u e l l e est present dans chaque s u i c i d e . ^ Les objets et l e s costumes ont a u s s i l e u r importance. Pour que l e spectateur puisse d i s t i n g u e r entre l e Chef de l a P o l i c e , Heros, un r o l e dans l e s c e n a r i o , et l e " v r a i " Chef de l a P o l i c e , un i n d i v i d u qui fonctionne dans l a s o c i e t e , c e l u i qui joue l e r o l e est o b l i g e de monter sur des p a t i n s et de porter un costume aux epaules e l a r g i e s . Ces faux d e t a i l s servent a s o u l i g n e r l e contraste entre l'essence et l ' e x i s t e n c e . Les d e t a i l s authentiques qui i d e n t i f i e n t l e Chef de l a P o l i c e sont l e c i g a r e et l a perruque. Son c i g a r e est sans doute un symbole p h a l l i q u e qui montre l a v i r i l i t e avec l a q u e l l e i l aimerait impressionner l e monde. La perruque, note comique pour l e s autres maisnnon pas pour Georges, revele sa perte de v i r i l i t e et temoigne une v i e i l l e s s e q u ' i l c r a i n t et q u ' i l ne veut pas accepter car 71 l a v i e i l l e s s e represente une diminution de puissance. Les personnages du scenario sont l e Heros et l ' e s c l a v e , qui represente l e peuple e n t i e r dans un etat de soumission complete. La r a i s o n d'etre des esclaves est de s e r v i r l e u r maitre en creusant son tombeau et l e l e u r , puis de mourir et de se f a i r e e n s e v e l i r autour de l u i . Carmen, qui s e r t de guide, compare l e Mausolee a un n i d de t e r m i t e s , mais i l y a une d i f f e r e n c e importante a noter. Dans l e n i d , au m i l i e u , i l y a une Reine, une presence feminine qui f a i t contraste a c e l l e masculine du Heros. Lorsque l a f o n c t i o n de l a Reine est c e l l e de l a reproduction, oeuvre c r e a t r i c e , l a f o n c t i o n du Heros est c e l l e de t u e r , oeuvre d e s t r u c t r i c e . Finalement, l e s c e l l u l e s d'un nid de termites contiennent des oeufs, symbole de l a v i e , mais dans l e Mausolee " . . . l e s tombeaux s'enchassent dans l e s tombeaux, l e s cenotaphes dans l e s cenotaphes, l e s c e r c u e i l s dans l e s c e r c u e i l s , l e s urnes..." Dans chaque niche i l n'y a que l a p u t r e f a c t i o n , l a mort. L ' a l l u s i o n a l a V a l l e e de l o s Caldos ou se trouve l e Mausolee de Franco est une t r e s c l a i r e i n d i c a t i o n du f a i t que Genet v o y a i t en ce d i c t a t e u r espagnol de 1 ' i n s p i r a t i o n du personnage du Chef de l a P o l i c e . Ce qui c a r a c t e r i s e ce genre d'homme obsede par l a puissance et par l a c r e a t i o n d'une image qui f a i t tre,mbler est l'elernent de l a cruaute. C'est dans l ' a c t i o n du r o l e du Heros que cet element de cruaute se manifeste. Pour a t t e i n d r e l'essence du Heros, c e l u i qui joue l e r f i l e d o i t j o u i r de l a souffrance des autres. I I d o i t v o u l o i r entendre l e s gemissementsi- de 72 l ' e s c l a v e . Pour jouer son r o l e , l ' e s c l a v e d o i t ramper, se courber, se ta s s e r et meme s ' e n l i s e r dans l a boue ima g i n a i r e . Pour montrer pleinement son i n f e r i o r i t y v i s - a - v i s du Heros, i l place l e pied du Heros sur son propre dos. En pl u s , l ' e s c l a v e chante l e s louanges du H e r o s . . . i l s e r t de temoin a sa mort et pour f a i r e c e l a i l d o i t s o r t i r , remonter a l ' a i r et annoncer au monde que l e Heros n'arrete pas de mourir et que son image, comme son nom, se repercute a l ' i n f i n i . C'est c e t t e recon-naissance de l a part des autres qui est t r e s importante pour l e Heros t r a n s f i g u r e , comme e l l e l ' e s t pour l e s s a i n t s martyrs qui ne s e r a i e n t r i e n sans l e u r s d i s c i p l e s . Le premier c l i e n t qui v i e n t jouer l e r o l e du Chef de l a P o l i c e au Balcon est Roger, l'ennemi de Georges dont on p a r l e r a plus t a r d en d e t a i l . Roger e t a i t chef d'une s e c t i o n de l a r e v o l t e avant sa d e f a i t e . Quand Roger s'exalte dans son r o l e de Heros, Georges, en l'observant, se confond avec son r o l e . Roger veut s a v o i r ce que l e s p i e r r e s d i s e n t de l u i et quand i l entend l e u r reponse (par l a bouche de l ' e s c l a v e ) c'est Georges qui en est r a v i . Mais sa fagon de s'exprimer est comique ("Les p i e r r e s me t u t o i e n t ! " ) car e l l e r e f l e t e l a s i m p l i c i t y et l a j o i e mal.contenu d'un enfant. II a compris que c'est l a r e f l e x i o n a l ' i n f i n i de son image par l e temoignage des autres qui l e r e n d r a i t immortel. Roger, dans son extase, s'exprime d'une fagon a l a f o i s poetique et absurde. I I dernande a Carmen s i son image se repercute dans l e s r i d e s des v i e i l l a r d s et dans l a courbe 73 des chemins. Ces tournures comiques a un moment s i grave r e u s s i s s e n t a donner de l ' e q u i l i b r e a une atmosphere tendue et lourde et montrent un autre aspect du genie de Genet. Quand Carmen d i t a Roger que l a seance est t e r m i n e e , i l r e s t e i n t e r l o q u e . I I se sent p r i s entre l a v i e et l a mart... reprendre sa v i e apres l'echec de l a r e v o l t e et l a mort de Chantal l u i semble impossible, mais i l n'est pas tout a f a i t pret a mourir non p l u s . A l o r s i l f a i t un campromis en se s u i c i d a n t de fagon s y m b o l i q u e . . . i l se chatre. I I r e u s s i t a i n s i , non seulement a punir son impuissance, mais par cet acte i l trouve a u s s i l e moyen p a r f a i t de punir l e Chef de l a P o l i c e , son ennemi. En se ehatrant, Roger de c l a r e : "Mais au Heros i l ne r e s t e r a pas grand chose." Les consequences de cet acte sont enormes pour Georges qui ne veut pas que l'image qui se f i g e r a de l u i s o i t une image mu t i l e e . Pour r e c t i f i e r l ' e r r e u r de Roger (qui ne s a v a i t pas j o u e r ) , Georges se sent o b l i g e a jouer l e r o l e lui-meme, comme i l f a u t . On sent q u ' i l est soulage par sa d e c i s i o n de p a r t i r pour toujours ... i l pourra e n f i n e t r e tout ce q u ' i l n'a pas pu etre en v i e : "bon...et pieux...et j u s t e . . . p l u s grand que grand, plus f o r t que f o r t , plus mort que mort." I l sent q u ' i l a remporte une v i c t o i r e sur une existence qui ne l u i permettait pas d'atteindre son essence. L'acte d 1 a u t o - m u t i l a t i o n accompli par Roger est un exemple de s u i c i d e symbolique. Etudions maintenant l e per-sonnage de Roger pour essayer de comprendre sa m o t i v a t i o n . C'est au sixieme tableau que Roger, chef d'une s e c t i o n Ik de l a r e v o l t e est i n t r o d u i t dans l a piece pour l a premiere f o i s . C'est l a n u i t et l a scene est sombre. Cette atmosphere renforce l a nature ambigue des rapports entre Roger et Chantal, une p r o s t i t u e e recemment echappee du Grand Balcon dont on v o i t l a fagade au fond de l a scene. La presence des t r o i s hommes, vetus de n o i r et tenant des m i t r a i l l e t t e s , ajoute une note menagante. Dans une t e l l e atmosphere, l'amour de Roger et de Chantal semble destine a l'echec. Roger d i t q u ' i l aime Chantal pour sa r e a l i t e de femme: "Je t'aimeavec ton corps, avec tes cheveux, ta gorge, ton ventre, tes boyaux, tes humeurs, tes odeurs." 4* 5 Mais on s'apergoit v i t e q u ' i l y a une autre motivation qui l e pousse a v o u l o i r garder Chantal de fagon s i possessive. Roger a un r e v e . . . c e l u i de devenir l e Heros de l a r e v o l t e . I l s a i t que Chantal, avec son visage enflamme de passion et sa voix rauque, peut l ' a i d e r a l e devenir parce q u ' e l l e a l e pouvoir d'entralner l e s hommes au combat. I l veut e x p l o i t e r ses t a l e n t s car, avec e l l e comme signe, comme etendard, i l s a i t q u ' i l peut b a t t r e l a Monarchie chancelante ( l a Reine protegee par l e Chef de l a P o l i c e ) et devenir l e nouveau chef du pays. Mais, s ' i l n'est pas capable de c o n t r o l e r Chantal et de l a f a i r e fonctionner pour sa s e c t i o n , pour sa cause, s i e l l e r e s t e l i b r e , e l l e risque de devenir plus puissante que l u i . U o i l a pourquoi i l i n s i s t e que Chantal a p p a r t i e n t , non pas a l u i , en tant qu'homme, mais a sa s e c t i o n . Chantal, bien experimented dans l e metier de l'amour, v o i t clairement l a s i t u a t i o n et n'hesite pas a l e d i r e a 7 5-Roger: "Tu es j a l o u x . . . j e plane au dessus de 11 I n s u r r e c t i o n , . . . j 1 en s u i s l'ame et l a v o i x , et t o i tu restes a t e r r e . C'est Lf. ce qui te rend t r i s t e . " E l l e ajoute:"...avec ma voix rapeuse, ma c o l e r e f e i n t e , mes yeux de camee, mon i l l u m i n a t i o n peinte...j'enchante l e s p o u i l l e u x . I l s v a i n c r o n t , et c'est une drfile de chose que sera ma v i c t o i r e . " Roger comprend moins clairement que Chantal ses propres motivations mais quand i l v o i t q u ' i l ne peut plus l a r e t e n i r (Chantal declare qu'elle ri'appartient a personne), i l explose de f r u s t r a t i o n . I I veut l a punir et en meme temps p r o f i t e r de l a mauvaise s i t u a t i o n . A l o r s , en s'appuyant sur l e f a i t que c ' e t a i t l u i qui l ' a v a i t sauvee du bordel ("arrachee d'un tombeau") et se sentant par consequent un peu p r o p r i e t a i r e , i l se met a marchander sur son p r i x . Des ce moment i l est c l a i r . que, pour Roger, l e d e s i r de l a puissance est beaucoup plus f o r t que l e d e s i r d'aimer Chantal parce que quand e l l e refuse d'etre un o u t i l dans sa recherche de pouvoir personnel, Roger montre sa haine a t r a v e r s l a cruaute en l a t r a i t a n t de p u t a i n ; i l l a loue contre cent t e r r a s i e r e s . S ' i l l ' a v a i t vraiment aimee pour elle-meme et non pas pour sa f o n c t i o n , i l a u r a i t pu r e f u s e r . Quand Chantal l u i reproche ce f a i t , Roger reste confus: "Pardonne-moi. J'en a i besoin. Et pourtant je t'aime. Je t'aime et kB je ne s a i s pas te l e d i r e , je ne s a i s pas chanter." Le probleme est que Roger est reveur, i l ne v o i t pas c l a i r . I I s'accroche a deux reves: l'amour d'une putain et l e succes de l a r e v o l t e . Ce deuxieme reve depend du premier, l e q u e l est impossible a r e a l i s e r . 76 Plus l o i n , i l d i t dans un c r i : "Chantal, je t'aime!" Ce c r i F a i t penser q u ' i l r e g r e t t e d'avoir echoue dans l'amour, mais i l est trap t a r d . Chantal a trap bien compris son caractere et se met a jouer a l'amour en l u i enseignant a "chanter". Les echanges qui s'ensuivent sont un exemple de pure poesie, mais sans s i g n i f i c a t i o n . Ce n'est qu'un jeu et Chantal ne f a i t que l u i donner l a r e p l i q u e q u ' i l veut entendre, tout comme e l l e l e f a i s a i t avec l e s c l i e n t s du b o r d e l . Un echange d'amour authentique n'est p l u s s p o s s i b l e entre Roger et Chantal. V o i l a , une des raisons de son desespoir. L'autre cause du desespoir de Roger est l'echec de l a r e v o l t e , done 1 ' i m p o s s i b i l i t y pour l u i d'atteindre l a s t a t u r e d'un Heros. I I s a i t que l a r e v o l t e ne represente plus l e s besoins r e e l s du peuple s i Chantal, une ex-putain (maltresse d ' i l l u s i o n s ) a pu en devenir l'etendard: "La l u t t e ne se passe plus dans l a r e a l i t e , mais en champs c l a s . Sur champ d'azur. C'est l e combat des a l l e g o r i e s . i\ii l e s uns n i l e s autres nous ne voyons plus l e s raisons de notre r e v o l t e . " 5 ^ I l p r e v o i t qu'un t e l etendard peut e t r e u t i l i s e a u s s i facilement par l'ennemi. En se r e f e r a n t a Chantal, l e symbole 51 du peuple, i l d i t : " E l l e sera l a reponse q u ' i l s attendent." Done, ses deux reves b r i s e s , i l ne r e s t e pour Roger que l a f u i t e dans l ' i r r e a l i t e de l a Maison d ' i l l u s i o n s . C'est au neuvieme tableau que nous rencontrans Roger dans l e Mausolee ou i l est venu jouer l e r o l e du Heros. La scene commence sur une note comique. Roger se montre n a i f en ce qui concerne l e s accessoires associes au pouvoir - i l ne s a i t pas fumer un c i g a r e . I I s a i t quand meme q u ' i l l u i f a u t un esclave pour mettre en evidence sa s u p e r i o r i t y . Quand Carmen p a r l e du theme majeur de toute i l l u s i o n et 52 l e nomme: "La mort" , Roger se rend compte q u ' i l joue l e r o l e d'un Heros mort. Son inquietude se montre par sa question: r 53 "Je ne dois pas esperer remonter a l ' a i r ? " I I ne semble pas encore pret a se perdre pour toujours dans une image, mais i l continue a essayer de jouer l e Heros en demandant d'entendre des gemissements. On v o i t q u ' i l a peur de trop pene-t r e r dans l e r o l e et q u ' i l ne veut pas etre l a i s s e tout s e u l avec l ' e s c l a v e . I l est facilement d i s t r a i t par l e b r u i t du marteau et l e chant d'un coq qui ont l ' e f f e t d'un r e v e i l a l a v i e r e e l l e des f o n c t i o n s . Mais a ce moment-la i l se souvient que l a r e v o l t e est perdue et q u ' i l n'a plus de but dans l a v i e : "Tout est fo u t u . " Carmen, en essayant d ' a t t i r e r son a t t e n t i o n a son r a l e , l u i d i t q u ' i l ne faut plus y penser et l u i montre son esclave. En essayant de mieux comprendre son r o l e , i l decouvre que l e f a i t que l ' e s c l a v e ( l e peuple) rampe devant l u i ne s u f f i t pas pour f a i r e de l u i un Heros. I l faut que l ' e s c l a v e chante sa g l o i r e - l a g l o i r e qui depend de sa mort hero'ique. Roger se montre de nouveau reveur quand i l veut s a v o i r s i son image est partout, meme dans l a courbe des chemins. Mais Carmen l e r a p p e l l e a l a r e a l i t e en l u i disant q u ' i l est temps de p a r t i r , l a seance est f i n i e . Ayant compris que meme dans l ' i l l u s i o n i l ne p o u r r a i t 7 8. jamais a t t e i n d r e l ' e t a t beat dont i l reve, Roger comprend q u ' i l n ' e x i s t e plus un endroit pour l u i et q u ' i l n'a plus r i e n a f a i r e : "La-bas? £dans l a mort=le mausoleej Non. Plus r i e n . I c i non p l u s , d ' a i l l e u r s £dans l ' i l l u s i o n d'etre un Heros/'. Et dehors, dans ce que tu nommes l a v i e , tout a f l a n c h e . 5 5 Aucune v e r i t e n ' e t a i t p o s s i b l e . . . " A l o r s , se confondant dans son r o l e , i l essaye d ' u t i l i s e r l e pouvoir emprunte au Chef de l a P o l i c e ; i l decide d'exercer son d r o i t , en tant que c l i e n t du bor d e l , de conduire l e r o l e q u ' i l a c h o i s i jusqu'au bout. I l veut confondre son d e s t i n avec l e s i e n . Roger accomplit ce but en punissant en meme temps l'image du Heros et lui-meme. I I tue sa v i r i l i t e . . . i l se chatre. Pourquoi Roger c h o i s i t - i l c e t t e forme de p u n i t i o n et non pas l e s u i c i d e ? Probablement son age est un f a c t e u r d e c i s i f . I I est beaucoup plus jeune que Georges et n'est pas encore f a t i g u e de l a v i e , mais i l est confus. I I se trauve dans une espece de limbes entre l a v i e et l a mort. Al o r s i l f a i t un compromis. I l n ie l a v i e ( l a p u l s i o n erotique) sans tout de meme se donner a l a mort ( l a p u l s i o n d e s t r u c t r i c e ) . En se chatrant i l r e u s s i t a se d e t r u i r e symboliquement en su b s t i t u a n t une p a r t i e du corps pour l e t o u t . Cette forme attenuee d'auto-destruction resoud son probleme personnel. Les deux premiers elements de cet acte sont semblables, mais non pas ide n t i q u e s , a ceux qui c a r a c t e r i s e n t l e s u i c i d e . Le d e s i r de tuer: Roger aime Chantal, c'est v r a i , mais i l sent aussi de l a haine pour e l l e parce q u ' e l l e ne l'aime pas assez pour l ' a i d e r a r e j o i n d r e son image hero'ique. 79 L'energie agressive dont i l se s e r t pour se chatrer a comme o r i g i n e sa haine et sa f r u s t r a t i o n contre Chantal qui l u i echappe. Comme dans l e cas du s u i c i d e , c e t t e a g r e s s i v i t e est d i r i g e e contre lui-meme. Le d e s i r d'etre tue: Roger aime Chantal mais i l l a perd parce q u ' i l aime mieux sa v i s i o n de puissance. A l o r s , sa ma s c u l i n i t e merite une p u n i t i o n et c'est son organe sexuel, symbole de l a v i r i l i t e , q u ' i l decide de s a c r i f i e r . Le d e s i r de mourir: Le tr o i s i e m e element est bien d i s t i n c t 56 de c e l u i du s u i c i d e . Selon Menniger, l ' a c t e de se chatrer montre toute absence d'un d e s i r de mourir mais l e remplace avec l e d e s i r de s o u f f r i r . Roger, qui est coupable d'avoir echoue dans l'amour, nie avec cet acte, toute p o s s i b i l i t y d'aimer a l ' a v e n i r . II semble a u s s i que cet acte represente l a r e p u d i a t i o n du r o l e masculin et de l a f o n c t i o n a c t i v e dans l a v i e . A i n s i , Roger se punit a u s s i pour a v o i r echoue comme Heros de l a r e v o l t e et declare par cet acte q u ' i l demissionne pour toujours du r o l e a c t i f et masculin. En se r e t i r a n t d e f i n i t i v e m e n t de l'amour et de l a v i e Roger ressemble a un moine, sans l a vocation r e l i g i e u s e . Qu'est-ce q u ' i l gagne de ce t t e s o l u t i o n de mort vivant? II se r e t i r e et se protege de tous r i s q u e s f uturs. ; II ne s o u f f r i r a plus jamais de l a deception causee par l e s echecs dans l'amour et dans l a v i e . Par contre, i l ne peut plus se considerer un homme...il n'est homme qu'a m o i t i e . Cet etrange e t r e est l e r e s u l t a t d'un compromis entre l a p u l s i o n agressive et 1 ' i n s t i n c t de s u r v i v r e ou chacun des deux a gagne et a perdu quelque chose. ao -Dans Haute S u r v e i l l a n c e i l e x i s t e un bon exemple de s u i c i d e i n d i r e c t car Maurice, meme s ' i l ne se tue pas, mani-f e s t e l e s c a r a c t e r i s t i q u e s d'un s u i c i d e . I I est important d'etudier c e t t e piece de theatre dans l e but de comprendre l e meeanisme de ce crime. Le point culminant de l ' a c t i o n dans Haute S u r v e i l l a n c e est l e meurtre de Maurice par LeFrance. S i l'on regarde seulement l ' a c t i o n en s o i , i l n'y a pas de doute que LeFranc est l'agresseur qui joue l e r o l e a c t i f dans ce crime ("LeFranc, s o u r i a n t , marche sur M a u r i c e . . . I I a r r i v e a bloquer Maurice 57 dans l'angle du mur ou i l 1'etrangle") . Mais, s i l'on examine l e s elements qui produisent cet acte, on se rend compte que c'est a u s s i un exemple de s u i c i d e i n d i r e c t et que, meme s ' i l joue l e r f i l e p a s s i f , c'est toujours Maurice qui manipule l e s actions de LeFranc depuis l e debut de l a pi e c e . S i LeFranc a r r i v e a commettre un meurtre, c'est uniquement grace aux provocations de Maurice qui s ' o f f r e comme v i c t i m e . Pour mieux comprendre c e t t e machination i l est e s s e n t i e l d'etudier l e personnage de Maurice et son rapport avec l e s autres personnages. Maurice, un gargon de dix-sept ans, se trouve en p r i s o n ou i l partage l a c e l l u l e avec un a s s a s s i n , Yeux-Uerts et un cambrioleur, LeFranc. Dans ce t r i o , c'est l a f i g u r e de Yeux-Uerts qui domine parce que son crime l e place sur un rang plus eleve de l ' e c h e l l e s o c i a l e des detenus. I I est l e heros du jeune Maurice qui l ' e x a l t e en se comportant comme une jeune f i l l e adolescente,amoureuse d'une vedette du cinema. 81 Ce comportement e f f e m i n e enerve L e F r a n c q u i a, a peu p r e s l e merne age que Y e u x - V e r t s . I I d i t q u ' i l p r e f e r a i t l ' a t m o s -phere dans l a c e l l u l e avant l ' a r r i v e e de Ma u r i c e p a r c e que l u i e t Y e u x - V e r t s , i l s s ' a c c o r d a i e n t comme deux hommes. Le drame e s t base s u r ce c o n f l i t e n t r e Maurice et LeF r a n c q u i c h e r c h e n t , tous l e s deux, (mais pour des r a i s o n s d i f f e r e n t e s ) 1 • a p p r o b a t i o n et l ' a t t e n t i o n de Y e u x - V e r t s . M a u r i c e e s t a t t i r e v e r s Y e u x - V e r t s pour deux r a i s o n s : sa s t a t u r e h e r o i q u e de grand c r i m i n e l et sa beaute p h y s i q u e . L e F r a n c cherche son r e s p e c t p a r c e q u ' i l veut e t r e reconnu, l u i a u s s i , comme un v r a i c r i m i n e l , un homme de s t a t u r e . I I essaye de gagner ce r e s p e c t en se montrant i n d e p e n d e n t . Le c o n f l i t e n t r e M a u r i c e et LeFranc c o n s i s t e en c e t t e r i v a l i t e pour c a p t e r l ' a t t e n t i o n et l ' a p p r o -b a t i o n de Y e u x - V e r t s . I l f a u t c o n s i d e r e r i c i deux q u e s t i o n s q u i se pos e n t : p o u r q u o i , M a u r i c e , f i n i t - i l p ar c h e r c h e r l a mart et comment f a i t - i l pour se f a i r e t u e r ? C'est en e t u d i a n t l e s changements d ' a t t i t u d e de M a u r i c e envers Y e u x - V e r t s , son i d o l e , e t e n s u i t e l e s changements de son e t a t d'ame, que nous pourrons compren-dre p o u r q u o i i l c h o i s i t l e s u i c i d e et c ' e s t en s u i v a n t l e developpement de 1'antagonisme d e j a e t a b l i e n t r e M a u r i c e et L eFranc que nous v e r r o n s comment Mau r i c e manie LeFranc a f i n de l ' u t i l i s e r comme l ' i n s t r u m e n t de sa propre.mart quand son decauragement et l a t e n s i o n d e v i e n d r o n t i n s u p p o r -t a b l e s . I l e s t i m p o r t a n t d ' e t u d i e r d'abord l e s s e n t i m e n t s de Maurice envers Y e u x - V e r t s . Au debut de l a p i e c e M a u r i c e 82 defend l a grandeur de l'image de Yeux-Uerts contre une attaque par LeFranc qui maintient que c'est Boule de Weige qui est l e c r i m i n e l l e plus puissant de l a p r i s o n . De p l u s , Maurice montre en partageant souvent sa soupe avec Yeux-Uerts q u ' i l est pret a f a i r e des s a c r i f i c e s pour l u i . Mais c'est surtout sa j a l o u s i e en ce qui concerne l e s l e t t r e s e c r i t e s par LeFranc a l a femme de Yeux-Uerts qui montre son attachement a son i d o l e . Maurice nie sa j a l o u s i e , mais i l l e f a i t l e s dents serrees, r e v e l a n t a i n s i que l ' a c c u s a t i o n de LeFranc l ' a touche au v i f . LeFranc continue a tourner l e couteau dans l a p l a i e quand i l remarque: "Mais c'est t o i qui en s o u f f r a i s ! Et tu so u f f r e s encore: tu es sur l e point de p l e u r e r . " Un autre aspect de l a j a l o u s i e dont Maurice s o u f f r e est decouvert quand LeFranc d i t a propos de Yeux-Uerts: " I I 59 va r e n t r e r joyeux d'avoir vu sa femme." Maurice n'en peut plus et c r i e : "Ce n'est pas v r a i ! ". . . "Salaud. I | 6 Q r e v e l a n t a i n s i ses tendances homoaexuelles envers Yeux-Uerts. La pensee que Yeux-Uerts puisse aimer sa femme est i n t o l e r a b l e pour Maurice qui change a u s s i t o t l a d i r e c t i o n de l a conver-s a t i o n en accusant LeFranc de j a l o u s i e a cause de son manque de s t a t u r e v i s - a - v i s de Yeux-Uerts. Maurice nous donne l a p o s s i b i l i t y d'apercevoir son monde i n t e r i e u r quand i l commence a g l o r i f i e r l'image q u ' i l c h e r i t de Yeux-Uerts en agrandissant l e s d e t a i l s de son crime jusqu'au point de p r e t e r a Yeux-Uerts l e caractere d'un heros mythique: " C ' e t a i t l a Revolution. Le monde e n t i e r c h e r c h a i t / l e cadavre/...Et apres, quand on a retrouve l e 8 3 cadavre! La t e r r e , l a t e r r e e n t i e r e e t a i t parfumee. Et l e s mains de Yeux-Verts? Ses mains p l e i n e s de sang..." Meme Yeux-Verts r e s t e s t u p e f a i t en l'ecoutant car i l ne se reconnalt plus dans c e t t e image g l o r i f i e e . Cette g l o r i f i c a t i o n indique clairement que Maurice est amoureux, non pas de l a r e a l i t e de Yeux-Verts, mais d'une image personnelle du Heros q u ' i l i d e n t i f i e avec Yeux-Verts. Par contre, Yeux-Verts est bouleverse par l e s mots de Maurice qui l u i r a p p e l l e sa chute. Ce d e r n i e r , perdu et desespere, r e a g i t en giFlant Maurice et en 1'accusant de ne pas l ' a v o i r a v e r t i a temps des l i l a s q u ' i l a v a i t l a i s s e s dans l e s cheveux de l a f i l l e . Cette r e a c t i o n v i o l e n t e f a i t peur a Maurice qui ne s a i t plus comment r e a g i r . I I essaye de d i s t r a i r e Yeux-Verts et de r e t a b l i r l a paix entre eux 6 2 en l'appelant tendrement: "Yeux-Verts...dis, grand..." Mais Yeux-Verts se perd dans sa t r i s t e reveisie ou i l se v o i t deja mort et imagine sa femme devenue veuve qui s'envole comme sa v i e et l'abandonne tout se u l au m i l i e u du s a b l e . I\!e pouvant pas v o i r son heros dans un t e l etat d' abattement * Maurice l u i vaue son amitie e t e r n e l l e et o f f r e de l e venger en tuant sa femme: "On d o i t l a descendre. Dans l a c e l l u l e 63 i l n'y a pas de degonfles." La nature arnbigue de 1' amour/haine de Maurice v i e n t en evidence quand Yeux-Verts l ' i n t e r r o g e : " E l l e t ' a u r a i t p l u , ma femme?" Maurice admet: " E l l e me c h a v i r a i t un peu, j e 1'avoue." mais i l ajoute: "Quand deja je l a vois a t r a v e r s t o i , je deviens fou."^** En e f f e t , ce n'est pas l a femme qui 84 l ' i n t e r e s s e mais son image tatouee sur l a p o i t r i n e de Yeux-Uerts. I I l a trouve b e l l e parce q u ' e l l e f a i t p a r t i e de Yeux-Uerts. I l ne sent que du mepris pour l a femme en elle-meme: "Dommage que 65 je ne puisse pas l u i cracher sur l a gueule." d i t - i l . Le t i r a g e au s o r t pour 1'assassinat de sa femme propose par Yeux-Uerts, commence comme un j e u . Au debut, c'est e l l e l a c i b l e , mais b i e n t o t on comprend que tous l e s t r o i s sont i n d i f f e r e n t s a l a question de l a femme de Yeux-Uerts. C'est p l u t o t l a question de 1'assassinat en s o i qui l e s i n t e r e s s e et nous constatons que c'est LeFranc qui i n c i t e Yeux-Uerts a se v i d e r , a r e v e l e r tous l e s d e t a i l s a ce propos. Tandis que LeFranc d i t : "Continue. Raconte...Precise." Maurice, qui aime Yeux-Uerts et ne veut pas l e v o i r s o u f f r i r , d i t : "Yeux-Uerts, c a l m e - t o i . " En meme temps l ' e f f e t que l e temoignage de Yeux-Uerts f a i t sur LeFranc, qui tremble d • e x c i t a t i o n , n'echappe pas a l ' a t t e n t i o n de Maurice et i l l u i f a i t des 68 reproches: "Tu esperes l e diminuer. Tu veux 1 ' a f f a i b l i r . " C'est seulement quand Yeux-Uerts o f f r e a Maurice une des c i g a r e t t e s regues de Boule de Neige que ce de r n i e r semble comprendre e n f i n que c'est vraiment Boule de Neige qui est son r i v a l pour l ' a f f e c t i o n de Yeux-Uerts. Le s u r v e i l l a n t confirme l a l i a i s o n entre Yeux-Uerts et Boule de Meige quand 69 i l d i t a Yeux-Uerts: " C e l u i - l a , c'est un v r a i copain pour t o i . " Le refus de Maurice et l e s i l e n c e gene qui s'ensuivent montrent au spectateur que maintenant tous l e s personnages sur l a scene comprennent l e rapport entre Yeux-Uerts et Boule de Neige. 85 Une a n a l y s e des r e a c t i o n s de LeFranc et de Maur i c e nous a i d e r a a comprendre l e u r s d i f f e r e n t s i n t e r e t s . La l i a i s o n p e r s o n n e l l e e n t r e l e s deux hommes n'a pas d'importance pour L e F r a n c mais i l se sent diminue et f r u s t r e encore une f o i s p a r l a s u p e r i o r i t y exercee par Yeux-Verts et par Boule de Ne i g e . II d i t a M a u r i c e : "Tu p a r l a i s du s o u r i r e de Boule de Neige? Et t u c r o y a i s que c ' e t a i t pour moi? E r r e u r , Monsieur l ' a v a i t d e j a c u e i l l i s u r l e s dents du n e g r e . . . l e s deux r o i s s ' e n v o i e n t des s o u r i r e s p ar-dessus nos t e t e s - ou d e r r i e r e 70 n o t r e dos - ou meme devant nous." La r e a c t i o n de M a u r i c e , par c o n t r e , e s t c e l l e d'une femme j a l o u s e e t i l r e s t e decu en ce q u i concerne l a p o s i t i o n de Y e u x - V e r t s v i s - a - v i s de Boule de IMeige. II s o u f f r e pour deux r a i s o n s : i l c o n s t a t e d'abord que sa b e l l e image de Yeux - V e r t s n'est qu'une i l l u s i o n et en p l u s i l v o i t que Yeux - V e r t s e s t l ' a m i de Boule de Nei g e . I l se rend compte qu'un "gars!! i n s i g n i f i a n t comme l u i n'a aucune chance c o n t r e un t e l r i v a l . Pour l a p r e m i e r e f o i s dans l a p i e c e M a u r i c e r e a g i t c o n t r e son i d a l e et i l se decouvre en exprimant sa d e c e p t i o n quand i l d i t a Y e u x - V e r t s : "Maintenant j e comprends que t u as t o u j o u r s t r a h i ! J ' a i l e d r o i t de t e l e d i r e p u i s q u e j ' a i eu de l a p e i n e en apprenant t o u t a l ' h e u r e 71 que t u e t a i s l ' a m i du negre." Yeux-Verts admet q u ' i l a des tendances homosexuelles et a j o u t e que ce s e r a i t inhumain d ' e x i g e r a un homme, separe des a u t r e s par ses c r i m e s , d ' e t r e normal a deux mois de l a mort: "Je me cherche des a m i t i e s dans l a p r i s o n et j'en a i 86 -le d r o i t . Boule de Neige m ' accompagne. " ' c Mais Maurice n'accepte pas f a c i l e m e n t c e t t e r e a l i t e . I l montre l'amertume dant i l s a u f f r e quand i l d i t : " . . . t u as perdu de t a f o r c e , t a b e l l e f o r c e c r i m i n e l l e . . . J ' e t a i s sdr que tu e t a i s un homme complet a cause de t a bague mais j e pensais que tu n'avais 73 pas vraiment de femme. Maintenant tu en as une." E n f i n Maurice v o i t Yeux-Uerts comme un homme o r d i n a i r e avec ses besoins, ses f a i b l e s s e s et ses moments de v u l n e r a b i l i t y . I I r e g r e t t e l a pert e de son image mais i l ne peut pas h a i r Yeux-Uerts, qui l u i semble p i t o y a b l e . Maurice l u i d i t : "Mais moi j e te pardonne tout parce que je t ' a i vu fondre 7 tout a 1'heure... J ' a i p i t i e du .plus b e l a s s a s s i n du monde... 75 d'un a u s s i grand monument qui s ' e c r o u l e . " C'est i c i dans l a p i e c e que Maurice cesse de l u t t e r pour l a r e a l i s a t i o n de ses reves, de sa v i e , et q u ' i l opte pour l a mort. Les elements qui l e pausse a c e t t e d e c i s i o n s'adaptent b i e n au schema de Menninger ( l e d e s i r de t u e r , l e d e s i r d'etre tue, l e d e s i r de mourir.) I l veut t u e r . Fache contre Yeux-Uerts qui l ' a decu, i l n'est pas capable de l e h a i r parce que l a p i t i e se mele a sa haine. En p l u s , i l re s s e n t de l ' h o s t i l i t e et de l a f r u s t r a t i o n parce q u ' i l n'est pas capable de capter, de c o n t r o l e r l'amour, l ' a t t e n t i o n et l a p r o t e c t i o n de Yeux-Uerts. Son complexe de n a r c i s s i s m e en s a u f f r e car i l se c r o i t " l e 76 plus beau gosse de l a f o r t e r e s s e " . I I veut e t r e tue. I l sent l e besain d'etre puni parce que son m e i l l e u r a t t r i b u t , sa gueule, n'a pas pu l u i assurer 87 l'amour de Yeux-Verts. I l s o u f f r e done du decouragement cause par cet echec. En pl u s , i l est fache contre lui-meme parce q u ' i l v i e n t d ' i n v e s t i r tant d'emotion, tant de f o i et tant d'amour dans une fausse image et maintenant i l se sent vide et h u m i l i e . I I veut mourir parce q u ' i l s o u f f r e d'une profonde depression, a l a q u e l l e i l prete beaucoup de poids a cause de sa jeunesse et de sa f a i b l e s s e de earac t e r e . Cette f a i b l e s s e se montre par l e f a i t q u ' i l a une p e r s o n n a l i t e peu developpee; i l est n a r c i s s i s t s et peu v i r i l e . Maurice a l'habitude d ' u t i l i s e r l e s moyens feminins et p a s s i f s pour a t t e i n d r e son but. I I connait bien l ' e f f e t de ses gestes et i l s a i t que c'est a cause d'eux q u ' i l prend l e s autres a r e b r o u s s e - p o i l . (LeFranc l u i d i t : "Qu'est-ce que tu f a i s avec tes gestes? Autour de l u i , autour des gardiens? Essaye de l»es embobiner, 77 mais tu ne m'auras pas." et Yeux-Verts l u i reproche l a meme tendance: " . . . t u tournes autour de moi, tu tournes, tu tournes, tu tournes, tu cherches un coin ou te poser sans 78 meme te douter que je peux t'assommer.")' Une autre m o t i v a t i o n , encore plus profonde et in c o n s c i e n t e pousse Maurice vers l e s u i c i d e . I l se sent predestine a passer dans l ' h i e r a r c h i e des c r i m i n e l s . I l d i t que ce ne sont pas ses actes qui. l e rendent un type c r i m i n e l , mais pl'utot son apparence (sa gueule). I l s a i t q u ' i l p a r t i c i p e r a a un crime, mais i l ne p r e c i s e pas que c'est l u i qui l e commettra. Au c o n t r a i r e , i l d i t q u ' i l est a l a t a i l l e des v r a i s c r i m i n e l s parce q u ' i l est f a i t pour r e c e v o i r l e coup dur qui l u i a r r i v e r a . as-I l exprime son concept du pouvoir de l'apparence: "Meme innocent on me c r o i t coupable. Je s u i s assez beau. C'est des tet e s comme l e s miennes qu'on voudrait decouper dans l e s journaux...Les rombieres en s e r a i e n t f o l l e s . Le sang c o u l e r a i t . 79 Et l e s larmes." Ce sens du d e s t i n tragique de Maurice 1 ' i n s p i r e a s ' e x a l t e r a l'image de sa propre d e f a i t e : "Tu aurais ete heureux de v o i r mes cheveux tomber sous l a tondeuse? Heureux de me v o i r a s s i s sur l'escabeau et mes boucles tomber sur mes epaules, sur mes genoux et par t e r r e . . .(ieureux de ma rage. BD Mon malheur te f a i t b r i l l e r . " Dans ce t t e image q u ' i l presente de lui-meme on peut facilement e n t r e v o i r l'element sexuel ( l e s boucles) qui est toujours present au martyre, l e p r o t o t y p e d u s u i c i d e i n d i r e c t . Dans l'etude suivante nous verrons comment Maurice se met a f o r c e r son d e s t i n en manipulant l a rage de LeFranc. Pour accomplir son auto - d e s t r u c t i o n Maurice u t i l i s e sa haine comme force motrice et LeFranc, 1•iconoclaste qui a f a i t c r o u l e r son Heros, comme instrument. L'antagonisme entre Maurice et LeFranc est bien e t a b l i des l e debut de l a piece qui commence avec l e u r dispute au §ujet des merites r e l a t i f s de Yeux-Uerts et de Boule de Neige. Pendant c e t t e q u e r e l l e on a 1 'impression que ce sont l e s deux images g l o r i f i e e s de Yeux-Uerts et de Boule de Neige qui l u t t e n t : Deux fantomes decoupes et f l o t t a n t s , i l s ressemblent a des c e r f s - v o l a n t s . Dans c e t t e l u t t e verbale, LeFranc se montre plus puissant que Maurice mais, plus l o i n , Maurice se venge en creant un c o n f l i t entre Yeux-Uerts et 8 9 LeFranc a propos des l e t t r e s que ce dernier e c r i t a l a femme de Yeux-Uerts. Le jeu de Maurice n'echappe pas a LeFranc qui d i t a Yeux-Uerts: "Tu crois peut-etre que je f a i s des chasses avec e l l e . IM'ecoute pas ce que te d i t Maurice. I l nous excite 81 l'un contre l'autre." Avec un t e l mecanisme dest r u c t i f deja en marche i l n'est pas d i f f i c i l e pour Maurice de guider l' a c t i o n en ajoutant de l ' h u i l e au feu. I I l e f a i t en accusant LeFranc d'avoir cause 8 ? son malheur: "C'est t o i qui as detruit notre amitie." LeFranc admet que le degonflement de Yeux-Uerts e t a i t bien dans son programme et i l commence a construire sa propre image en parlant de ses exploits dans l e monde crimin e l . Maurice di t q u ' i l invente ses h i s t o i r e s pour se f a i r e remarquer et l a bagarre recommence. Yeux-Uerts les ecarte pour l a deuxieme f o i s , mais non sans exprimer une premonition du malheur qui 8 3 s'en suivra: "Ce n'est pas encore le moment." On a l'impres-sion que Yeux-Uerts refere, avec cette remarque a l a "corrida joyeuse" qu'on va mener dans l a c e l l u l e . I I ne faut pas oublier que l a mort est toujours presente a chaque course de taureaux. Pendant l a bagarre Maurice dechire l a chemise de LeFranc, decouvrant a i n s i un tatouage sur sa p o i t r i n e . Le mot tatoue "Uengeur" declenche une l i t a n i e des noms des "durs" qui correspondent a ceux des grands bateaux. C'est Yeux-Uerts qui explique: "Uengeur c'est un t i t r e . Pour l e porter c'est d i f f i c i l e . . . E t pour cela i l faut reussir un meurtre complet. 84 Pas autre chose." Soudain, impressionne par son signe, 90 Yeux-Uerts appuie LeFranc en l e d i r i g e a n t vers l e crime: "Ne 8 5 perds pas l e nord. Je te d i r i g e . " et i l explique comment chaque c r i m i n e l prend l'exemple d'un autre pour se donner du courage: "Tu comprends maintenant que j ' a v a i s besoin...de 86 Boule de Neige. C'est l u i qui nous s o u t i e n t . " L ' i n s p i r a -t i o n dans ce monde c r i m i n e l passe a i n s i d'un assassi n a l ' a u t r e comme l'exemple des bonnes actions chez l e s s a i n t s . Maurice ne permet pas a LeFranc de j o u i r longtemps du patronage de Yeux-Uerts. I I decouvre b i e n t o t que l e tatouage de LeFranc est faux et i l d i t : "Monsieur n'est pas tatoue. 87 * C'est seulement dessihe a l'en c r e . " Cette r e v e l a t i o n degonfle completement LeFranc qui perd a u s s i t o t son a u t o r i t e . Enrage, i l essaye de f o r c e r Maurice a se t a i r e et a se soumettre a l u i par l a f o r c e . I l s recommencent l a l u t t e pour l e d r o i t d'assassiner l a femme de Yeux-Uerts, mais ce n'est qu'un pretexte pour que l'un d'eux se decide a assa s s i n e r l ' a u t r e . Maurice c h o i s i t tout de s u i t e l e r o l e de l a vi c t i m e et u t i l i s e , comme c a t a l y s e u r , son geste effemine de r e j e t e r du f r o n t une i n v i s i b l e meche de cheveux. Maurice s a i t que, pour LeFranc, 1'assassinat n'est qu'une f a n t a i s i e et q u ' i l ne t r o u v e r a i t jamais assez d'energie, assez de haine pour l ' a c c o m p l i r tout s e u l . A l o r s , pour l u i donner l e s forces necessaires, i l l e provoque d'avantage et joue sur l e f a i t que l ' h i s t o i r e de Yeux-Uerts n o u r r i t et i n s p i r e LeFranc. Que Maurice s o i t conscient de ce q u ' i l f a i t est bien c l a i r parce q u ' i l d i t : "Je n'attends r i e n , je m'attends a t o u t . Le coup dur qui ' 88 m'arrivera je l e r e c e v r a i , je s u i s t a i l l e pour ga." Pour 91 i n c i t e r LeFranc i l d i t : "Et tu vaa l a ruminer, l ' h i s t o i r e du l i l a s ! E l l e t'engraisse d e j a . . . E l l e te donne des forces? E l l e remonte. E l l e te remonte aux le v r e s ? Le l i l a s te 89 remonte aux dents?" Maurice ne se trompe pas...ses provo-ca t i o n s portent l e u r s f r u i t s car LeFranc repond: "Au bout des 90 ' do i g t s , Maurice." exactement comme i l l ' a v a i t prevu. LeFranc confirme par ses mots q u ' i l se prepare inconsciemment a e t r a n g l e r Maurice. Maurice l e provoque encore en vantant sa s u p e r i o r i t y a cause de son d e s t i n c r i m i n e l : "Et moi, s i j ' a t t i r e l e malheur, ce n'est pas en avalant l e s aventures des autres: c'est a cause de ma gueule...Je s u i s marque, moi a u s s i , mais ma v r a i e 9 1 marque, c'est ma gueule...ma j o l i e p e t i t e gueule de voyou." I I compare 1 ' a u t h e n t i c i t y de son signe de malheur avec l a faussete de c e l u i de LeFranc, transformant l e theme de l a faussete en toutes l e s v a r i a t i o n s p o s s i b l e s comme une incan-t a t i o n qui f a i t enrager LeFranc: "Tu es faux. Faux jusqu'a l a moelle. Fausse ton h i s t o i r e . . . , faux tes s e c r e t s . . . , fausses tes complications, faux tes tatouages, fausses tes 92 coleres,...Fausse t a f r a n c h i s e . . . " I I f i n i t par rendre absurde l e nom LeFranc et ensuite i l l e m o r t i f i e en di s a n t q u ' i l veut l e d e s h a b i l l e r et q u ' i l veut l e l a i s s e r nu. Maurice l e tourmente sans cesse, comme un moustique, l e g e r et a g i l e , qui vole autour de LeFranc et qui l e pique de tous l e s c o t e s. LeFranc re s t e sans defense et sans h a l e i n e : "Mais 93 a r r e t e - t o i . Laisse-moi r e s p i r e r . " Maurice s a i t q u ' i l l ' a dans l e creux de sa main et, 9 2 bien decide a pousser l e jeu jusqu'au bout, i l mele l e s gestes de f i l l e aux mats provocants. A r r i v e e a son apogee, l ' e n e r g i e sur l a scene d o i t s'organiser dans un acte qui mettra f i n a l a tension du c o n f l i t . LeFranc, pousse au bord du p r e c i p i c e , saute dans l e crime, mais pas tout s e u l . . . i l d i t a Maurice: "Et maintenant tu vas sauter avec moi. Tu vas sauter l e grand 9k saut. P r e p a r e - t o i a me r e c e v o i r : " j ' a m v e . " Maurice 9 5 semble h e s i t e r un i n s t a n t ; i l a p p elle Yeux-Uerts (Grand... 1 1) pour v o i r s i son i d o l e va l e sauver encore une f o i s , mais, voyant que Yeux-Uerts est totalement detache, i l r e f a i t l e geste deteste par LeFranc avec l a main et l a te t e pour s'assurer du r e s u l t a t et a t t e i n t a i n s i son but. LeFranc marche sur Maurice avec l ' i n t e n t i o n de l e t u e r . C'est seule-ment en ecoutant l e s mots de Yeux-Uerts qui 1 ' a b a n d D n n e =• 9 6 ("Faites v i t e qu'on n'en p a r l e plus.") que Maurice comprend e n f i n l a nature i r r e v o c a b l e de l ' a c t e et f i n i t , trop t a r d , par comprendre sa f o l i e ("Mais tu es fou. J u l e s , 9 7 je n ' ai r i e n f a i t . " ) I I a r a i s o n , sa mort est i n u t i l e et a b s u r d e . . . i l est tue pour a v o i r refje-te une meche de cheveux i n e x i s t e n t e . Maurice joue dans l a mort, comme dans l a v i e , l e r o l e f e m i n i n . I l se l a i s s e etrangiber et f i n i t sous l e s jambes de LeFranc. Maurice s u b i t l e meurtre, ou p l u t o t , l e s u i c i d e i n d i r e c t . Ironiquement, son s u i c i d e accompli, c'est Maurice, et non pas LeFranc, qui monte au rang des v r a i s c r i m i n e l s parce que l a d e c i s i o n a ete l a sienne, c'est l u i qui a f a i t l e saut et qui a t r a i n e LeFranc d e r r i e r e l u i . A l a d i f f e r e n c e 93 d'un martyr qui se l a i s s e tuer pour devenir s a i n t , Maurice se l a i s s e tuer pour devenir c r i m i n e l . I I r e u s s i t parce que c'est LeFranc qui tombe l a vic t i m e du crime. L'elernent qui l i e l e s t r o i s cas de s u i c i d e etudie c i -dessus est l'elernent de 1 ' i l l u s i o n . Georges, Roger et Maurice sont des reveurs qui n'acceptent pas l a r e a l i t e mais qui cherchent l e bonheur dans l e u r s f a n t a i s i e s . Georges veut etre un heros t o u t - p u i s s a n t . Roger veut deux choses: l a r e u s s i t e de l a r e v o l t e dont i l s e r a i t l e chef et l a devotion de Chantal. Pour Maurice, l'amour de Yeux-Verts, son i d o l e , l e comblerait de j o i e . Mais ces reves ne peuvent pas se r e a l i s e r parce q u ' i l s ne sont pas bases sur l a v e r i t e . Chacun est base sur une fausse conception de s o i et des autr e s . Le personnage du Chef de l a p o l i c e n ' a r r i v e pas a i n s p i r e r l a confiance du peuple parce q u ' i l est mechant, faux et ego'iste. La r e v o l t e est destinee a echouer parce que l e s r e v o l t e s ont perdu de vue l e s rais o n s de l e u r r e v o l t e et l a font seulement comme on joue au theatre '"(Roger l'admet en di s a n t : C'est l e combat des a l l e g o r i e s " ) . Yeux-Verts n'est pas l a f i g u r e presque legendaire de l a f a n t a i s i e de Maurice mais une pauvre v i c t i m e de l a fortune qui a tue une f i l l e dans un moment de f a i b l e s s e et qui n'a plus r i e n a attendre que sa propre execution. Un t e l miserable ne p o u r r a i t jamais donner de l'amour a un autre. I I n'a r i e n a donner et cherche, lui-meme, quelques bribes d'amitie de Boule de ; Neige, un autre condamne a mort et l e se u l homme dans l a 9<+ p r i s o n qui p u i s s e comprendre sa d e s o l a t i o n . La t r a g e d i e du s u i c i d e c o n s i s t e en c e c i : i l se tue pour une fausse cause. II a une v i s i o n f a u t i v e du monde et de s o i , couplee a une o b s t i n a t i o n e n f a n t i n e qui empeche toute p o s s i -b i l i t y de r e v a l u a t i o n et de changement. Le s u i c i d e meurt sans c o n n a l t r e sa propre v a l e u r en tant qu'homme. II n'a pas assez de courage pour s'accepter et, par consequent, i l ne developpe pas son v r a i p o t e n t i e l d'etre humain. LE MASOCHISME Le masochisme peut e t r e etudie dans l e contexte de l ' a u t o -d e s t r u c t i o n parce qu'on peut bien l e c o n s i d e r e r , comme l e s u i c i d e , une m a n i f e s t a t i o n d ' a g r e s s i v i t e d i r i g e e contre s o i mais avec c e t t e d i f f e r e n c e : 1 ' a g r e s s i v i t e est mise au s e r v i c e de l a l i b i d o . On peut l e d e f i n i r comme l e "comportement d'une personne qui trouve du p l a i s i r a s o u f f r i r , qui 99 recherche l a douleur et 1 ' h u m i l i a t i o n . " S i l e s u j e t ne s u b i t pas l a s o u f f r a n c e , i l est in c a p a b l e de j o u i r s e x u e l -lement. Au s u j e t du masochisme, ce phenomene qui semble a premiere vue, un grand paradoxe, Freud11"""1 d i t , que c'est l a plus frequente et l a plus s i g n i f i c a t i v e de toutes l e s p e r v e r s i o n s . Comme l e sadisme, l e masochisme est une p u l s i o n combinee, un melange des deux p u l s i o n s p r i m a i r e s , renverse contre l e "moi" qui devient a i n s i l ' o b j e t d'un 95 amant c r u e l . 101 Thepdor Reik, dans son oeuvre Masochism i n Modern Man, d i s t i n g u e deux Formes de masochisme: l e masochisme sexuel et l e masochisme s o c i a l . L'homme est plus porte au masochisme s o c i a l que l a femme a cause de son ambition, de son d e s i r d'etre un heros, sinon a c t i f , du moins p a s s i f . Certaines f o i s meme des peuples e n t i e r s montrent un comportement 102 masochiste. Dams l'etude du masochisme i l convient de d i s t i n g u e r aussi entre sa mani f e s t a t i o n chez l'homme et chez l a femme. Dans l e s deux cas on peut t r a c e r l e s o r i g i o e s du c o n f l i t entre 1 ' a g r e s s i v i t e et l'amour v i s - a - v i s de l a mere. S i l'enfant c r a i n t sa p u n i t i o n et se sent menace par l a perte de son a f f e c t i o n , i l se peut q u ' i l c h o i s i s s e l a route des masochistes. Cette d i s p o s i t i o n presuppose un "moi" c r a i n t i f et faiblement developpe. Adler constate que l e masochiste exagere son etat de f a i b l e s s e mais q u ' i l n'abandonne pas son but de s u p e r i o r i t y . Ceci est montre par l e f a i t que l e masochiste c o n t r o l e l e s acti o n s de son pa r t e n a i r e et semble d i r e par son comportement: "I am not governed by your power of a t t r a c t i o n ; i t i s you who 103 must do what I would have you do." Le masochisme sexuel de l'homme se manifeste d'une fagon b i z a r r e a cause du f a i t que l'on attend de l u i l e r o l e a c t i f . I l cache son p o t e n t i e l masculin en jouant un r o l e p a s s i f qui est une parodie du comportement femi n i n . Souvent i l adopte des costumes et des gestes pour produire cet e f f e t et montre a i n s i sa nature romantique et f a n t a i s i s t e . 96 Le quatrieme t a b l s a u du B a l c o n , t o u t en e t a n t t r e s b r e f , e s t e x e m p l a i r e du masochisme m a s c u l i n . Le s u j e t , un p e t i t v i e u x , v e t u en c l o c h a r d , p r e s e n t e un bouquet de f l e u r s a r t i -f i c i e l l e s a l ' o b j e t de son d e s i r , une t r e s b e l l e f i l l e r o u s s e a l t i e r e et c r u e l l e . E l l e l e r e j e t t e avec ses f l e u r s en l e s a r r a c h a n t d'un coup de m a r t i n e t . Pour goQter d'avantage l a s e n s a t i o n de l a d e g r a d a t i o n , l e p e t i t v i e u x p o r t e une perruque p l e i n e de poux. Le costume de l a f i l l e , q u i c o n s i s t e en un c o r s e l e t de c u i r , e n des b o t t e s de c u i r et en une v e s t e de f o u r r u r e , s o u l i g n e l e f a i t que c ' e s t e l l e , l ' o b j e t , q u i d o i t j o u e r l e r o l e a c t i f ( m a s c u l i n ) e t que c ' e s t e l l e q u i c d e t i e n t l e p o u v o i r de p u n i r l o r s q u e l e s u j e t e s t r e l e g u e au r o l e p a s s i f ( f e m i n i n ) . La f i l l e joue a i n s i l e double r o l e mere-p e r e , t a n d i s que l e c l i e n t r e p r e n d un r o l e e n f a n t i n de dependance. I I y a un a u t r e r o l e au B a l c o n q u i montre a l a p e r f e c t i o n ce genre de r e g r e s s i o n . C'est l e r o l e du bebe g i f l e , f e s s e , borde, q u i p l e u r e et qu'on b e r c e . E n t r e l e s r o l e s enumeres par Irma on peut f a c i l e m e n t r e c o n n a i t r e l e s c a r a c t e r i s t i q u e s de l a f a n t a i s i e m a s o c h i s t e : "un a m i r a l sombrant a l a poupe de son t o r p i l l e u r , un dey d ' A l g e r c a p i t u l a n t . . . u n v o l e a t t a c h e et roue de coups, un S a i n t S e b a s t i e n . . . un m i s s i o n n a i r e mourant 104 s u r l a c r o i x , e t l e C h r i s t en personne." Tous ces r o l e s s o n t l i e s par l e f a i t que l e s u j e t d o i t s u b i r l a d e g r a d a t i o n et l a d o u l e u r . Le masochisme de l a femme e s t moins f a c i l e a d i s t i n g u e r que c e l u i de l'homme pa r c e que l e r o l e q u ' e l l s joue t r a d i -97 tic-nnellement dans l a s o c i e t e est deja un r o l e p a s s i f . Quand meme, une femme qui est excessivement f a i b l e ou passive ne montre pas, par ce comportement exagere, une acceptation de son r o l e t r a d i t i o n n e l mais p l u t o t son r e j e t . Cette exaggera-t i o n de l a feminize est, en e f f e t , un jeu, une parodie de tout ce q u ' e l l e a deteste dans son r o l e depuis son enfance. 105 Adler appelle ce comportement "the masculine p r o t e s t " . . . c ' e s t - a - d i r e , l ' i d e e fausse que l'homme est vraiment superieur a l a femme a cause du r o l e q u ' i l joue. Les femmes qui partagent ce point de vue confondent l ' i n d i v i d u masculin et son r o l e . De l a meme fagon, e l l e s se confondent avec l e u r r o l e feminin au l i e u de se developper en tant qu'etres humains. E l l e s se voient comme l e s v i c t i m e s d'un grand malheur parce q u ' e l l e s n'ont pas l a meme puissance que l'homme. La p r o s t i t u t i o n est l e m e i l l e u r exemple du masochisme femin i n . En etudiant ces "ultra-femmes" nous chercherons a comprendre pourquoi e l l e s s o u f f r e n t du sentiment q u ' e l l e s meritent l a p u n i t i o n , sentiment qui devient souvent f a t a l e en l e s conduisant jusqu'au s u i c i d e . On apprend dans P r o s t i t u t i o n , An I l l u s t r a t e d S o c i a l 106 H i s t o r y que l a p r o s t i t u t i o n a puise ses o r i g i n e s dans l a r e l i g i o n . I I n'est done pas surprenant que Genet a i t p r o j e t e de monter Le Balcon dans une grande cathedrale. Dans l a piece Irma d i t : "Et nous sommes sous l e s murs de 107 l a c a t hedrale, a deux pas de 1'archeveche...", revel a n t a i n s i l'ancienne l i a i s o n cachee entre l ' e g l i s e et l a p r o s t i -t u t i o n . 98-Le p o i n t de vue s o c i o l o g i q u e presente dans P r o s t i t u t i o n , An I l l u s t r a t e d S o c i a l H i s t o r y s o u l i g n e l e f a i t que l a femme, en g e n e r a l , a joue historiquement l e r o l e de v i c t i m e de l a s o c i e t e a cause de sa s u b o r d i n a t i o n a l'homme. La p r o s t i t u -t i o n n'est qu'un symptome de c e t t e c o n d i t i o n . Cependant, du a l a c a p a c i t e de l ' e t r e humain pour tourner meme l e s p i r e s s i t u a t i o n s a son avantage, p l u s i e u r s femmes ont trouve l e moyen d ' u t i l i s e r l e u r s u b o r d i n a t i o n comme un instrument pour m a r t y r i s e r l e s hommes. Dans l a c i v i l i s a t i o n o c c i d e n t a l e ou l e mythe a ete repandu que l'homme a des besoins sexuels p l u s develappes que l a femme, l e s femmes ont a p p r i s a s ' a b s t e n i r de l ' a c t e sexuel et a l ' u t i l i s e r pour marchander des a f f a i r e s c o n t r a c t u e l l e s a longue echeance ( l e mariage ou l e concubi-nage) ou a paiement d i r e c t et immediat ( l a p r o s t i t u t i o n ) . Genet r e v e l e l e cote e x p l o i t e u r du r o l e de l a p r o s t i t u e e a t r a v e r s l e s p a r o l e s de Carmen dans Le Balcon: "Aidee par l e v i c e et l a misere des hommes, moi a u s s i j ' a i eu mon heure de g l o i r e ! " I l semble qu'on a i t e t a b l i l e s reglements qui gouvernent l a p r o s t i t u t i o n , non pas pour proteger ces femmes, mais p l u t o t pour proteger l e u r s c l i e n t s . La f o n c t i o n s o c i a l e de l a p r o s t i t u t i o n est d'assurer aux hommes l e u r p o s i t i o n de domination. Maryse Choisy d i t que dans l ' u n i o n d'une p r o s t i t u e e avec son c l i e n t , tous l e s deux peuvent exprimer l e u r agres-s i v i t e et l e u r h o s t i l i t e dans un rapport sado-masochiste. La femme veut se venger contre son pere et l'homme contre sa mere. L'argent represente l e u r mepris mutuel. Cette hypothese nous semble t r e s u t i l e a l a comprehension du phenomene de l a p r o s t i t u t i o n parce que ce t t e t h e o r i e considere a u s s i l a p r e d i s p o s i t i o n psychologique du c l i e n t . 110 Dans son oeuvre Elegant P r o s t i t u t e , Greenuald montre que l a cause o r i g i n a i r e de l e u r probleme est l e f o r t sentiment de d e p r i v a t i o n q u ' e l l e s ont eprouve au moment d'etre r e j e t e e s par l e u r ( s ) p a r e n t ( s ) . Sans doute, l e detachement emotif exige par l e u r profes-s i o n cree encore des obstacles au bonheur car.: c'est bien connu que l a p r o s t i t u e e ne j o u i t pas sexuellement pendant son t r a v a i l . S i e l l e montre de l'emotion, e l l e est f e i n t e . Chantal en p a r l e a Roger: "Le bordel m'aura au moins s e r v i , car c'est l u i qui m'a enseigne l ' a r t de f e i n d r e et de jouer...ma science, ma 111 r o u e r i e , mon eloquence sont iiitcomparables." La p r o s t i t u e e montre au s s i de l a confusion en ce qui concerne sa s e x u a l i t e p e r s o n n e l l e . Dans l e s cas etudies par 112 / Greenuald, soixante-quinze pourcent des f i l l e s ont avoue etre l e s b i e n n e s . Meme dans ce chaix e l l e s a l t e r n a i e n t souvent entre l e r o l e a c t i f et c e l u i p a s s i f . Dans lie Balcon c e t t e tendance se revele dans l ' a t t a c h e -ment de Madame Irma a Carmen. Irma s'exprime a ce s u j e t en disan t a Carmen: "Oui, nous, car tu es l i e e a moi...C'est 113 surtout ta t r i s t e s s e qui m'inquiete." Plus l o i n , e l l e est encore plus e x p l i c i t e : "tu me permets quelques mots de ten-dresse - chaque dame de claque a tou j o u r s , t r a d i t i o n n e l l e m e n t , 114 un l e g e r pendhant pour l'une de ses demoiselles." I I semble que c e t t e s i t u a t i o n ne dep l a i s e pas a Carmen qui repond: "Je m'en e t a i s apergue, madame. Et moi a u s s i , q u e l -115 quefois... ( e l l e regarde d'une fagon languide madame Irma.)" I l semble meme que l e u r s r o l e s sexuels s o i e n t i n t e r c h a n g e a b l e s parce qu'Irma, dans l a meme t i r a d e , a p p e l l e Carmen "mon c h e r i " 116 et " c h e r i e " . Une autre i n d i c a t i o n de l e u r rapport homo-sexuel apporte une note comique a l a pi e c e quand Irma d i t a 117 Carmen: "...au p o i n t ou nous en sommes, par l o n s entre hommes-" Plus l o i n Irma r e v i e n t a l a douceur: "Tu n'es pas seulement l e plus pur joyau de mes f i l l e s , tu es c e l l e sur qui je depose 11B toute ma ten d r e s s e . Mais r e s t e avec moi..." Carmen l a ra s s u r e de son a f f e c t i o n : "Vous savez bien que j e vous s u i s a t t a c h e e . " 1 1 9 S i l e r o l e joue par l a p r o s t i t u t e ne p r o d u i t qu'un sens de v i d e et de s t e r i l i t e dans sa v i e p e r s o n n e l l e , i l ne r e u s s i t pas mieux a combler l e vide r e s s e n t i par ses c l i e n t s . Leur union f i n i t dans l'echec parce qu'en s'engageant dans l e commerce de l'amour i l s n i e n t l a v a l e u r de l e u r s propres p e r s o n n a l i t e s . Sans l a p a r t i c i p a t i o n emotive ( q u i est remplacee par l'echange monetaire), i l s s u b i s s e n t l e s e f f e t s de l ' a l i e n a t i o n et de l a d i s i n t e g r a t i o n de l a p e r s o n n a l i t e . I l s meurent a l a r e a l i t e de l e u r v i e pour se perdre dans l ' i s o l e m e n t mortel de l ' i l l u s i o n . Genet a bien compris ces sentiments et i l l e s d e c r i t avec grande s e n s i b i l i t e et f i n e s s e dans l e s s c e n a r i o s du Balcon ou i l compare l ' i l l u s i o n a l a mort. Le danger du bor d e l r e s i d e dans l e f a i t qu'on se perd dans l ' i l l u s i o n des f a n t a i s i e s mises en scene. On ne v i t plus en contact 1 0 1 avec l a r e a l i t e externe et on se l a i s s e c h o i r dans une image figee,on se l i m i t e a repeter a l ' i n f i n i l e s memes gestes et le s memes p a r o l e s . A i n s i , l e temps.passe au bordel est une negation de l a v i e . L ' a t t i t u d e des c l i e n t s envers l e bordel montre q u ' i l s sont t r e s s e n s i b l e s a son atmosphere. Roger, pour d i r e q u ' i l a convaincu Chantal de q u i t t e r l e bor d e l , d i t q u ' i l l ' a t i r e e d'un tombeau. Le Chef de l a P o l i c e , l u i a u s s i , connait bien l a nature de l a Maisan d ' I l l u s i o n s de Madame Irma: "La v i l l e est a feu et a sang. La r e v o l t e y est tragique et joyeuse, contrairement a ce t t e maison od tout s'ecoule dans l a mort l e n t e . " Plus l o i n i l ajoute: "On pretend que votre 12? maison l e s expedie a l a Mort." Georges p a r l e du f a i t que le s c l i e n t s qui prennent refuge au bordel sont l a pour echapper a l a r e a l i t e de l e u r v i e . Dans ce sens l ' i l l u s i o n est synonyme de l a mort. Les c l i e n t s savent que l e u r s f a n t a i s i e s ne font pas p a r t i e de l e u r f o n c t i o n , done, de l e u r v i e et q u ' e l l e s representent seulement 1'essence, non pas 1 '.existence. Ces f a n t a i s i e s qui sortent de 1'inconscient et sur l e s q u e l l e s on peut toujours broder des raffinements, transmettent une note de n o s t a l g i e de l ' e t a t embryonnaire. Par exemple, l'Eveque cherche un retour au neant a t r a v e r s l e pouvoir s u g g e s t i f (quasi magique) de ses ornements: "Ornements, d e n t e l l e s , par vous je ren.tre en moi-meme. J ' i n v e s t i s une t r e s ancienne place ,123 f o r t e d'ou je fus chasse. Je m ' i n s t a l l e dans une c l a i r i e r e ou, e n f i n , l e s u i c i d e est p o s s i b l e . Le jugement depend de 1-02 124 moi et me v o i c i f a c e a f a c e avec ma mort." Pour l e Juge, l a f o n c t i o n de son r o l e s e r a i t t r o p l o u r d e a s u p p o r t e r . I I n'en veut que l ' a p p a r e n c e : "Mais c ' e s t une o c c u p a t i o n d o u l o u r e u s e . S ' i l e t a i t prononce avec s e r i e u x , chaque jugement me c o u t e r a i t l a v i e . C'est p o u r q u o i j e s u i s mort. J ' h a b i t e c e t t e r e g i o n de l ' e x a c t e l i b e r t e . R o i des E n f e r s , ce que j e pese, ce sont des marts comme moi. C'est une morte /jLa p r o s t i t u e e 7 comme moi [ l e c l i e n t ^ . 1 , 1 2 5 Le G e n e r a l a u s s i , pendant sa seance au b o r d e l , cherche a f u i r l a f o n c t i o n et a s'approcher de l ' a p p a r e n c e pure: " S i j ' a i t r a v e r s e des g u e r r e s sans m o u r i r , t r a v e r s e l e s m i s e r e s , sans m o u r i r , s i j ' a i monte l e s g r a d e s , sans m o u r i r , c ' e t a i t pour c e t t e minute proche de l a mort...ou j e ne s e r a i r i e n , 126 mais r e f l e t e e a l ' i n f i n i dans ces m i r o i r s , que man image..." Et c e t t e image e s t p r e c i s e e m t c e l l e de sa p r o p r e p r o c e s s i o n f u n e r a i r e . A propos des m i r o i r s , R i c h a r d Coe d i t : " . . . t h e 127 image i n the m i r r o r i s the image of Death." En ce q u i concerne l a n a t u r e des c l i e n t s , Irma d i t a Carmen que: "Appeles par mes m i r o i r s et mes l u s t r e s , / l i s T 1 ? B s o n t / t o u j o u r s l e s merries." I I semble que l e s c l i e n t s r e g u l i e r s d'un b o r d e l s o i e n t souvent des hommes q u i ont une ' ' ' 129 p e r s o n n a l i t e c r a i n t i v e et peu developpee. G r e e n u a l d constate que ce type d'homme n ' a r r e t e jamais de c h e r c h e r ce q u ' i l ne p o u v a i t pas t r o u v e r quand i l e t a i t e n f a n t (l'amour m a t e r n e l ) et q u ' i l u t i l i s e l a p r o s t i t u e e pour p u n i r sa mere. I I semble a u s s i que ce genre d'homme ne r e u s s i s s e pas a e t a b l i r des r a p p o r t s s a t i s f a i s a n t s avec 103 d'autres femmes. Freud suggere q u ' i l est t r a p attache a sa mere et q u ' i l d o i t s ' a s s u r e r que son p a r t e n a i r e sexuel est a u s s i d i f f e r e n t e que p o s s i b l e d ' e l l e . Ces hommes voudraient se perdre pour t o u j o u r s dans l e u r s f a n t a i s i e s . L'Eveque p a r l e pour tous^ l e s c l i e n t s du b o r d e l quand i l d i t : "Nous y e t i o n s bien et c ' e s t vous qui etes venu nous en t i r e r . Car c ' e t a i t un bon e t a t . Une s i t u a t i o n de tout repos: dans l a paix, dans l a douceur, d e r r i e r e des v o l e t s , d e r r i e r e des rideaux molletonnes, proteges par des femmes a t t e n t i v e s . . . n o u s pouvions e t r e juge, g e n e r a l , eveque, jusqu'a l a p e r f e c t i o n et jusqu'a l a 131 j a u i s s a n c e ! " L'etude s u i v a n t e analyse comment Genet presente l a p r o s t i t u e e dans Le Balcon et demontre q u ' i l e x i s t e un l i e n entre c e t t e p r o f e s s i o n et 1 • a u t o - d e s t r u c t i o n . Que l a p r o s t i t u e e s o u f f r e d'une enorme r e s e r v e d ' h o s t i l i t e r e f o u l e e et que son choix de metier s o i t une expression d'auto-d e s t r u c t i o n est t r e s e v i d e n t . En se r e f e r a n t a c e t t e h o s t i l i t e , Greenwald d i t : " U n f o r t u n a t e l y f o r them, they tend to express t h i s h o s t i l i t y by h u r t i n g themselves more than o t h e r s . They are attempting to revenge themselves on the world by t h e i r s u f f e r i n g , by p r o c l a i m i n g to a u s u a l l y i n d i f f e r e n t world, 132 •Look what you have done to me.'" 133 Greenwald constate que dans s o i x a n t e - q u i n z e pourcent des cas e t u d i e s par l u i , l e s u j e t a tente l e s u i c i d e . Un i n d i v i d u , (Evelyn) a v a i t exprime l e d e s i r d'etre m u t i l e e . E l l e c r o y a i t qu'en perdant une jambe e l l e s e r a i t o b l i g e e de se r e t i r e r du commerce sexuel et qu'enfin e l l e p o u r r a i t a t t i r e r l a sympathie des a u t r e s . La p l u p a r t des f i l l e s qui ne r e u s s i s -sent pas a se s u i c i d e r se tuent lentement en s'adonnant a l ' a l c o o l ou a l a drogue pour echapper a l e u r douleur et a l e u r s o l i t u d e . Ce comportement est un exemple du s u i c i d e chronique. Ce l i e n entre l a Maison d ' l l l u s i o n s et l e s u i c i d e est f a c i l e a remarquer dans l e t h e a t r e de Genet. Souvent dans Le Balcon l e b o r d e l est presente comme un symbole de l a mort. Irma p a r l e avec f i e r t e de tous ses salons mais e l l e r e s e r v e l a p l a c e d'honneur a c e l u i qui represente l e mieux toute l a Maison d ' l l l u s i o n s : " . . . l e plus beau de tous, parure d e f i n i t i v e , couronne de 1 ' e d i f i c e . . . j e p a r l e du s a l o n f u n e r a i r e orne d'urnes de marbre, mon s a l o n de l a Mort S o l o n n e l l e , l e 134 Tombeau!" E l l e est a i n s i bien c o n s c i e n t e de l a nature f a t a l e des f a n t a i s i e s r e c i t e e s au b o r d e l et e l l e n ' h e s i t e pas a exprimer sa propre s o u f f r a n c e : "Ma t r i s t e s s e , ma m e l a n c o l i e 135 viennent de ce jeu g l a c i a l . " Les r a i s o n s pour l e s q u e l l e s "ce jeu g l a c i a l " l a rend s i t r i s t e sont evidentes dans l e t e x t e . D'abord, l e t r a v a i l d'une p r o s t i t u e e est degradant. parce q u ' e l l e cesse de f o n c t i o n n e r en tant qu'etre humain pour de v e n i r un o b j e t qui d o i t simplement s a t i s f a i r e l e s besoins du c l i e n t . Genet s o u l i g n e l ' a s p e c t m a t e r i e l de l e u r t r a v a i l en i n t r o d u i s a n t souvent l a d i s c u s s i o n de l ' a r g e n t . Par exemple, Arthur p a r l e de l a "voleuse" en d i s a n t : " . . . e l l e a eu son compte: en f r i c et en coups." 1" 3 6 Une note d'humour n o i r est ajoutee 105. a ce concept de l a dehumanisation de l a femme quand Irma p a r l e a Arthur de ses f i l l e s comme s i e l l e s n'etaient que des meu-b l e s : " . . . j e n'aimerais pas que tu abimes l e personnel, de plus 137 en plus d i f f i c i l e a renouveler." La nature s t e r i l e de l e u r metier est une autre cause de l a t r i s t e s s e des p r o s t i t u t e s . Leur t r a v a i l l e s forc e a abandonner tout espoir d'amour et d'amitie et ne l e u r l a i s s e que l a s o l i t u d e . Carmen i n t e r r o g e Irma sur l a nature de " l a femme" et Irma l u i repond: "Comment vous nommerai-je, mes grandes, mes longues s t e r i l e s ? I l s ne vous fecondent jamais, 138 et p o u r t a n t . . . s i vous n' e t i e z pas l a ? " Plus l o i n Irma ajoute: "Ce s e r a i t l a ruine s i mes c l i e n t s echangeaient avec mes f i l l e s un s o u r i r e amical. Ce s e r a i t une catastrophe plus 139 grande encore que s i l'amour s'en m e l a i t . " E l l e p a r l e de sa Maison comme s i c ' e t a i t un temple et de ses f i l l e s comme s i e l l e s e t a i e n t des p r e t r e s s e s : "...un domaine qui devait r e s t e r v i e r g e . . . V i e r g e . C'est-a-dire s t e r i l e . " 1 f f^ Cette existence de s o l i t u d e forcee amene l e decouragement et l ' a l i e n a -t i o n . Les diamants, g l a c i a u x eux a u s s i , sont tout ce qui res t e a Irma, comme l e re s i d u de sa vie..."Heureusement j ' a i mes 141 b i j o u x . " 1 L'idee de mourir ne d e p l a i t pas a Irma, meme s i e l l e en a peur. E l l e a vecu dans une atmosphere de mort depuis tellement longtemps q u ' e l l e s'est reservee une f a n t a i s i e masochiste a ce propos: "Nous aurons done une b e l l e mort, Carmen. E l l e sera t e r r i b l e et somptueuse. I I est p o s s i b l e qu'on for c e mes salons, qu'on b r i s e l e s c r i s t a u x , qu'on dechire l e s b r o c a r t s , 106 et qu'on nous egorge...Casques, b o t t e s , en casquette et d e b r a i l -l e s , i l s n o u s f e r o n t c r e v e r par l e f e r et par l e f e u . Ce se r a t r e s beau...« l £* 2 Carmen, meme s i e l l e est mains experimentee qu'Irma, s a i t bien q u ' e l l e a l a i s s e sa v i e de cote en acceptant de r e s t e r au b o r d e l : " E n t r e r au b o r d e l , c'est r e f u s e r l e monde.. J'y s u i s , j'y r e s t e . Ma r e a l i t e , ce sont vos m i r o i r s , vos ordres et l e s p a s s i o n s 1 £ * ^ E l l e f i n i t par renoncer non seulement a l'amour entre l'homme et l a femme mais a u s s i a l'amour pour sa f i l l e , en acceptant en echange 1 ' i l l u s i o n que l u i propose Irma: "Morte ou v i v a n t e , t a f i l l e est morte. Songe a l a tombe, ornee de marguerites et de couronnes en p e r l e s , au fond d'un j a r d i n . . . et ce j a r d i n dans ton coeur, au t u paurras 1 • e n t r e t e n i r . " Cette a c c e p t a t i o n de l a "mort", de l a nan-existence de sa f i l l e de l a par t de Carmen s i g n i f i e q u ' e l l e renonce a sa matern.i.te. L'acte sexuel devient a i n s i l a plus grande des moqueries pour l a p r o s t i t u e e . Cette union de l'homme et de l a femme qui d e v r a i t e t r e chargee de j o i e et de tendresse est videe non seulement de son sens emotif mais a u s s i de son sens b i o l o g i q u e . Le but p r o c r e a t i f de c e t t e union est n i e a l'avance, rendant l a femme s t e r i l e . Par consequent, l a p r o s t i t u e e r e s t e p r i v e e d'une des plus s i g n i f i c a t i v e s expe-r i e n c e s de l a v i e d'une femme...la m a t e r n i t e . Et p u i s , s i par hasard, une f i l l e comme Carmen met un enfant au monde, e l l e d o i t renoncer a s ' a t t a c h e r a c e t t e c r e a t u r e . La s e u l e c o n s o l a t i o n qui l u i r e s t e e s t de se perdre dans son r o l e . Pour Carmen ce r o l e e st c e l u i de l'Immaculee 107? Eonception ou, ironiquement, e l l e n'est plus n i e t r e humain, n i o b j e t , mais l a pure a b s t r a c t i o n . Cette t r a n s f o r m a t i o n a l i e u grace au pouvoir i n c a n t a t o i r e du langage de Genet qui se montre dans l a r e p e t i t i o n des mots: "Man v o i l e b l e u , ma robe bleue, mon t a b l i e r bleu, mon o e i l b l e u . . . J ' e t a i s pour l u i l a descente du C i e l en personne...et quand i l m'empartait sur l e 145 l i t , c ' e st dans l e bleu q u ' i l p e n e t r a i t . " C'est a i n s i que l a p r o s t i t u t e s'evanouit et s ' a n e a n t i t , ne l a i s s a n t qu'un vide dans l e q u e l l e c l i e n t fonce en v a i n . Ce s c e n a r i o nous f a i t r e f l e c h i r sur 1 ' i m p o s s i b i l i t y de r e j o i n d r e un e t a t s p i r i t u e l , symbolise par " l e b l e u " , l a c o u l e u r de l a Uierge Marie, avec l e s s e u l s moyens m a t e r i e l s de l a c h a i r et de l ' a r g e n t . On r e s t e t o u j o u r s i n s a t i s f a i t , avec l e soupcon d ' a v o i r ete t r a h i par sai-meme. L ' i l l u s i o n est un piege, de l a brume, qui nous cache l a v e r i t e . Qui r e s t e dans l ' i l l u s i o n ne trouve que l a Mart. CONCLUSION Dans notre etude du theme de l a mort dans l'oeuvre t h e a t r a l e de Genet nous constatons q u ' i l y a t r o i s causes p r i n c i p a l e s communes a tous l e s actes d ' a g r e s s i v i t e , q u ' i l s s o i e n t d i r i g e s contre 1'autre ou contre s o i : premierement 1'ignorance de s o i et du monde externe; deuxiement l a peur causee par l ' i g n o r a n c e et l a s e n s a t i o n d'impuissance qui s ' e n s u i t et troisiemement l e d e s i r i m possible de dominer l e s autres et l a m o r t a l i t e . Dans Haute S u r v e i l l a n c e Yeux Verts et Maurice se c r o i e n t elus par l e d e s t i n pour s u i v r e une v i e c r i m i n e l l e , Par consequent i l s ne cherchent pas d'autres o p t i o n s . Dans Les Bonnes, C l a i r e et Solange se d e t r u i s e n t parce q u ' e l l e s n'ont pas compris l a nature de l e u r r i v a l i t e . E l l e s ont peur de l e u r haine et cherchent a l a detourner contre Madame mais, a l a f i n , l e u r haine devient plus f o r t e q u ' e l l e s et f i n i t par l e s d e t r u i r e . Dans Le Balcon n i l e Chef de l a p o l i c e n i Roger ne. r.econnait que c'est l ' i l l u s i o n de l a grandeur ( l e reve d'etre un heros) qui est a l a base de l e u r malheur. I l s s o u f f r e n t d'une s e n s a t i o n d'impuissance parce q u ' i l s d e s i r e n t une puissance tout a f a i t hors de l e u r p o r t e e . Leur peur et l e u r decoura-108 gement dependent de cet e t a t de s o u f f r a n c e . C'est seulement dans Les Negres que l e s personnages semblent commencer a r e c o n n a i t r e l e u r p o t e n t i e l humain car l a ceremonie s a c r i f i c i e l l e jouee par l e s negres pour l e s blancs n'est qu'une parodie de ce que l e s negres pensent que l e s blancs pensent d'eux. Meme l e massacre des blancs e st t r a i t e comme une f a r c e . La r a i s o n pour c e l a devient c l a i r quand on annonce que l e t r a i t r e n o i r a ete execute dans l e s c o u l i s s e s . A ce moment tous l e s negres prennent conscience du f a i t que, meme entre eux, l e peuple v i c t i m i s e , i l e x i s t e toutes s o r t e s d ' i n d i v i d u s et que, s ' i l s veulent se developper en tant que peuple, i l f a u t prendre l a r e s p o n s a b i l i t e de l e u r s propres a c t i o n s . Cette r e a l i s a t i o n par l e s personnages ajoute une note d ' e s p o i r (symbolisee par l'amour entre Vertu et v i l l a g e ) a c e t t e p i e c e qu'on n ' e n t r e v o i t pas dans l e s p i e c e s precedentes. On peut e x p l i q u e r l a t r a g e d i e des i n d i v i d u s a f f e c t e s par l e s causes s o u l i g n e e s c i - d e s s u s de l a fagon s u i v a n t e . D'abord, 1'ignorance est a l a base de tous l e s maux humains car l'homme qui ne se connalt pas a fond et qui r e f u s e de v o i r l e monde n a t u r e l et l e s autres e t r e s humains d'une fagon honnete et r e a l i s t e se cree t o u j o u r s des i l l u s i o n s qui semblent augmenter ou diminuer ses propres c a p a c i t e s . S i un homme veut se s e n t i r bien dans sa peau, i l d o i t c o n n a l t r e non seulement ses tendances vers l'amour et l ' u n i o n mais a u s s i ses p u l s i o n s a g r e s s i v e s . Cfiest seulement en l e s re c o n n a i s s a n t q u ' i l peut apprendre a tr o u v e r un c e r t a i n e q u i l i b r e i n t e r n e entre ces deux i n s t i n c t s . Pour a t t e i n d r e ce but i l f a u t 110 q u ' i l s'observe avec detachement, q u ' i l r e f l e c h i s s e sur ce q u ' i l apprend et q u ' i l se concentre sur 1 • a p p l i c a t i o n des changements n e c e s s a i r e s pour o b t e n i r l ' e t a t d ' e q u i l i b r e . C e c i demande de l'honnetete, du courage et beaucoup d»auto-discipline. C'est seulement quand on se connait a fond qu'on peut esperer s'approcher de l a connaissance des a u t r e s . En ce qui concerne l a r e a l i t e externe, i l f a u t a p p l i q u e r l e s memes procedes de detachement, d•observation et de r e f l e x i o n pour a r r i v e r a a v o i r un cadre authentique. Mais, en voyant l a r e a l i t e de notre e t a t v i s - a - v i s du monde externe i l f a u t souvent admettre des v e r i t e s qui ne p l a i s e n t pas au "moi"...par exemple, l ' i d e e q u ' i l y a des i n d i v i d u s p l u s i n t e l l i g e n t s , plus f o r t s et plus beaux que nous et que nous devront mourir tous un j o u r . C'est seulement en regardant ces f a i t s en fa c e qu'on peut c h o i s i r l e s mots et l e s actes qui menent a un e q u i l i b r e entre s o i et l e monde externe sans b r i s e r l'harmonie i n t e r n e . La r e u s s i t e de c e t t e etape est bien d i f f i c i l e mais non pas impossible s i l ' o n se sou v i e n t qu'on ne peut pas pretendre a changer notre m i l i e u s o c i a l a notre gre mais q u ' i l f a u t souvent e t r e p r e t s a changer p l u t o t notre propre p o i n t de vue. S i l'on a r r i v e , par exemple, a accepter sa propre m o r t a l i t e , on peut e n f i n surmonter toutes ses peurs. A ce moment l a tout d e s i r de dominer l e s autres et l a nature d i s p a r a l t r a car on l e v e r r a seulement comme une fausse i l l u s i o n de puissance temporaire. Les m e u r t r i e r s qui n'avauent pas l a r e s p o n s a b i l i t e de 1"M l e u r s actes, l e s s a c r i f i c a t e u r s de v i c t i m e s s u b s t i t u t e s , l e s s u i c i d e s et l e s masochistes sent tous l e s v i c t i m e s de l e u r s propres i l l u s i o n s causees par l a peur de se s e n t i r impuissants devant l e s autres et devant l e u r c o n d i t i o n humaine. Hantes par l e u r peur et f r u s t r e s par l e u r d e s i r i l l u s o i r e de dominer l e u r c o n d i t i o n , c e r t a i n s d'entre eux f i n i s s e n t par se p r e c i p i t e r vers l e u r propre mort de fagon d i r e c t e ( l e s u i c i d e ) ou i n d i -r e c t e ( l e r o l e f i g e de "coupable" qui est l a consequence du m eurtre). D'autres f i n i s s e n t par r e p e t e r a l ' i n f i n i l e s vieux jeux v i c i e u x de sadisme ou de masochisme, essayant en v a i n , avec chaque t e n t a t i v e , de se l i b e r e r de l e u r s f r u s t r a t i o n s et de l e u r a n x i e t e . I I est evident que ces moyens a b o u t i s s e n t tous dans l'echec et que ces i n d i v i d u s f i n i s s e n t par e t r e des morts v i v a n t s . Le theme de l a mort est l e " l e i t m o t i f " de l'oeuvre de Genet. On r e s s e n t l a puissance de l a p u l s i o n de l a mort p a r t o u t : dans son choix de personnages, dans l e s c o n f l i t s q u ' i l cree et dans l e decor. En c e n t r a l i s a n t son a t t e n t i o n d ' a r t i s t e sur l e cote n o i r de l ' e t r e humain Genet nous r e v e l e son propre monde i n t e r i e u r . La mort ne l u i est pas etrangere, i l en est temoin. I I connait l a s o u f f r a n c e de ses personnages car i l l ' a vecue. Cette s o u f f r a n c e est l a matiere v i v e dont i l t i r e ses personnages. Leur t r a g e d i e r e s i d e dans l e f a i t que l e u r s o u f f r a n c e et l e u r s gestes sont i n u t i l e s parce q u ' i l s ne f o n t que l e s conduire vers une mort prematuree. 112 NOTES CHAPITRE II 1. Jean Genet, Le Balcon i n Panorama du Theatre Nouveau: Le t h e a t r e de l a cruaute, ed. Jacques G. Benay and Reinhard Huhn (New York: Meredith P u b l i s h i n g Company, 1967), pp. 73-74. 2. I b i d . , 74. 3. I b i d . , 76. 4. I b i d . 5. I b i d . 6. I b i d . , 77. 7. I b i d . 8. i b i d . . 9. I b i d . 10. I b i d . , 78. 11. I b i d . , 82. 12. I b i d . 13. I b i d . , 93. 14. I b i d . , 94. 15. I b i d . , 99. 16. I b i d . 17. I b i d . , 114. 18. I b i d . 19. I b i d . , 117. 20. I b i d . 21. Jean Baechler, S u i c i d e s , t r a n s . Barry Cooper (New York: B a s i c Books Inc. P u b l i s h e r s , 1979), p. 249. 22. I b i d . , 249-250. 23. Gfriet, Le Balcon, p. 74. 11.3 24. I b i d . 25. I b i d . , 76. 26. I b i d . 27. I b i d . , 81. 28. I b i d . 29. I b i d . , 123. 30. I b i d . 3 1 . I b i d . , 81. 32. I b i d . , 82. 33. I b i d . 34. I b i d . 35. I b i d . 36. I b i d . 37. C a r l G. Jung, Modern Man i n Search of a'Soul, t r a n s . U.S. D e l l and C.F. Baynes(New York: Harcourt, Brace and World Inc., 1933), pp. 105-109. 38. K a r l Menninger, Man against himself (New York: Harcourt, Brace and World Inc., 1938), p. 53. 39. A. A l v a r e z , The Savage God: a study of s u i c i d e ( 1 s t . American ed.; New York: Random House, 1972), p. 127. 40. Jung, Modern Man, pp. 105-109. 41. Genet, Le Balcon, p. 126 42. I b i d . , 131. 43. I b i d . , 133. 44. I b i d . , 134. 45. I b i d . , 85. 46. I b i d . 47. I b i d . , 87. 48. I b i d . , 88. 49. I b i d . , 89. 114 50. I b i d . , 88. 51. I b i d . , 91. 52. I b i d . , 126. 53. I b i d . 54. I b i d . , 128. 55. I b i d . , 132. 56. Wenninger, 230-231. 57. Oean Genet, Haute S u r v e i l l a n c e dans Oeuvres Completes ( P a r i s : E d i t i o n s Gallimard, 1968), p. 212. 58. I b i d . 191. 59. I b i d . 60. I b i d . 61. I b i d . 62. I b i d . » 192. 63. I b i d . » 193. 64. I b i d . 194. 65. I b i d . 66. I b i d . > 197. 67. I b i d . 68., :-Ibid. 200. 69. I b i d . » 202. 70. I b i d . 204. 71. I b i d . » 206. 72. I b i d . 73. I b i d . 74. I b i d . 75. I b i d . 207. 76. I b i d . 195. A 15 77. I b i d . , 188. 78. I b i d . , 192. 79. I b i d . , 195. 80. I b i d . , 188-189. 81. I b i d . , 186. 82. I b i d . , 207. 83. I b i d . , 208. 84. I b i d . , 209. 85. I b i d . 8 6 . I b i d . 87. I b i d . , 210. 88. I b i d . , 211. 89. I b i d . 90. I b i d . 91. I b i d . 92. I b i d . 93. I b i d . , 212. 94. I b i d . 95. I b i d . 96. I b i d . 97. I b i d . 98. Genet, Le Balcon 99. Micro- Rpbert, Di 100. D i c t x o n n a i r e Le Robert - S.N.L.,1971) p. 650. Theodore Reik, Masochism i n Modern Man, trans.Margaret H. B e i g e l and Gertrud Hurth (New York: F a r r a r , Straus and Company, 1941), p. 6. 101. I b i d . , 30-35. 102. Sigmund Freud, C i v i l i z a t i o n and i t s D i s c o n t e n t s , ed. J.Strachey, trans.Joan R i v i e r e (London: The Hogarth Press and the I n s t i t u t e of P s y c h o a n a l y s i s , 1975), p. 64. '116 103. A l f r e d A d l e r , The I n d i v i d u a l Psychology af A. A d l e r , ed. Heinz and Rowena Ansbacher (New York: B a s i c Books Inc., 1956) p. 426. 104. Genet, Le Balcon, 75. 105. A d l e r , I n d i v i d u a l Psychology, 441. 106. Uern and Bonnie Bullough, P r o s t i t u t i o n : An I l l u s t r a t e d  S o c i a l H i s t o r y (New York: Crown P u b l i s h e r s Inc., 1978) pp. 266-268. 107. Genet, Le Balcon, 65. 108. I b i d . , 64. 109. Bullough, 282-283. 110. Harold Greenwald, The Elegant P r o s t i t u t e ; A S o c i a l and  p s y c h o a n a l y t i c Study^ (New York: Walker and Co., 1970), pp. 165-171." 111. Genet, Le Balcon, 90. 112. Greenwald, 176. 113. Genet, Le Balcon, 54. 114. I b i d . , 62. 115. I b i d . , 63. 116. I b i d . 117. I b i d . , 64. 118. I b i d . , 65. 119. I b i d . , 67. 120. I b i d . , 85. 121. I b i d . , 74. 122. I b i d . , 78. 123. Mircea E l i a d e d e c r i t cet eta t d'ame dans sa d e s c r i p t i o n de l'homme r e l i g i e u x ( " R e l i g i o u s man's profound n o s t a l g i a i s to i n h a b i t a 'divine world'v - a holy cosmos - as i t was i n the beginning, f r e s h from the Cr e a t o r ' s hands.") i n The  Sacred and the Profane, t r a n s . R. Trask (New York: Harcourt, Brace and World, Inc., 1959), p. 65. 117 124. Genet, Le Balcon, 31. 125. I b i d . , 37. 126. I b i d . , 48. 127. Richard iM. Coe, The V i s i o n of Ouien L t d . , 1968), p. 25. 128. Genet, Le Balcon, 56. 129. Greenuiald, Elegant P r o s t i t u t e , 130. I b i d . , 237. 131. Genet, Le Balcon, 116. 132. Greenuiald, Elegant P r o s t i t u t e , 133. I b i d . , 196. 134. Genet, Le Balcon, 63. 135. I b i d , 56. 136. I b i d . , 69. 137. I b i d . , 70. 138. I b i d . , 56. 139. I b i d . , 67. 140. I b i d . , 82. 141. I b i d . , 56. 142. I b i d . , 66. 143. I b i d . , 68. 144. I b i d . , 66. 145. I b i d . , 64. 118 BIBLIOGRAPHIE A,dler, A l f r e d . The I n d i v i d u a l Psychology of A. A d l e r . E d i t e d by Heinz and Rouiena Ansbacher. New York: B a s i c Books Inc., 1956. A l v a r e z , A. The Savage God: a study of s u i c i d e . 1st. American ed. New York: Random House, 1972. Baechler, Jean. S u i c i d e s . Trans. Barry Gooper. IMeui York: B a s i c Books Inc., 1979. Bullough, Uern and Bonnie. P r o s t i t u t i o n : An I l l u s t r a t e d S o c i a l  H i s t o r y . New York: Crown P u b l i s h e r s Inc., 1978. Champigny, Robert. S a r t r e et Genet i n The Theatre of Jean Genet: A Casebook. Ed. Richard Coe. New York: Grove Press Inc., 1970. Coe, R i c h a r d . The U i s i o n of Jean Genet. London: Peter Owen L t d . , 1968. E l i a d e , M i rcea. The Sacred and the Profane. Trans. R. Trask. New York: Harcourt, Brace and World, 1959. Freud, Sigmund. C i v i l i z a t i o n and i t s D i s c o n t e n t s . Ed. J . Strachey. Trans. Joan R i v i e r e . London: The Hogarth Press and the I n s t i t u t e of P s y c h o a n a l y s i s , 1975. . TT;he Standard E d i t i o n of the Complete P s y c h o l o g i c a l Works of Sigmund Freud. Trans. and ed. James Strachey with Anna Freud. 2k v o l s . London: The Hogarth Press, 1959. Fromm, E r i c h . The Art of Loving . New York; Harper and Row P u b l i s h e r s , 1956. Genet, Jean. Haute S u r v e i l l a n c e dans Oeuvres completes. P a r i s : E d i t i o n s G a l l i m a r d , 1968. . Les Bonnes. P a r i s : L ' A r b a l e t e , 1963. . Le Balcon dans Panorama du Theatre Nouveau: Le t h e a t r e  de l a cruaute . Ed. Jacques G. Benay and Reinhard Kuhn. New York: Meredith P u b l i s h i n g Company, 1967. . Les Negres. P a r i s : L ' A r b a l e t e , 1963. G i r a r d , Rene. La U i o l e n c e et l e Sacre. P a r i s : E d i t i o n s Bernard Grasset, 1972. Greenwald, H a r o l d . The Elegant P r o s t i t u t e ; A S o c i a l and Psycho-a n a l y t i c Study. New York: Walker and C D . , 1970. 119 Jung, C a r l G. Modern Man i n Search of a Soul * Trans, W. S. D e l l and C. F. Baynes. New York: Harcourt, Brace and World Inc., 1933. Menninger, K a r l . Man a g a i n s t h i m s e l f . New York: Harcourt, Brace and World Inc., 193B. Micro-Robert, D i c t i o n n a i r e du f r a n g a i s p r i m o r d i a l . P a r i s : Di c t i o n n a i r e Le Robert - S.N.L., 1971. Reik, Theodore. Masochiam i n Modern Man. Trans. Margaret H. B e i g e l and Gertrud Kurth. New York: F a r r a r , Straus and Company, 1941. . The Unknown Murderer. Trans. Hatherine Jones. New York: P r e n t i c e - H a l l , 1965. " S a c r i f i c e , ' 1 1 E n c y c l o p a e d i a B r i t a n n i c a . V o l . XIX. Chicago: W i l l i a m Benton P u b l i s h e r , 1968. pp. 864-67. S a r t r e , Jean-Paul. Saint.. Genet, Comedien et M a r t y r . P a r i s : L i b r a i r i e G a l l i m a r d , 1952. The Tao Tfeh King i n The Sacred Books of the E a s t . Ed. F. Max M u e l l e r . London: Oxford U n i v e r s i t y Press, 1927. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            data-media="{[{embed.selectedMedia}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0094982/manifest

Comment

Related Items