Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

L’archetype du voyage dans l’oeuvre de Georges Bugnet 1979

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
UBC_1979_A8 V34.pdf
UBC_1979_A8 V34.pdf [ 6.24MB ]
Metadata
JSON: 1.0094739.json
JSON-LD: 1.0094739+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0094739.xml
RDF/JSON: 1.0094739+rdf.json
Turtle: 1.0094739+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0094739+rdf-ntriples.txt
Citation
1.0094739.ris

Full Text

L'ARCHETYPE DU VOYAGE DANS L'OEUVRE-DE GEORGES BUGHET by CLAIRE ANNETTE VALLEE B.A., The U n i v e r s i t y of A l b e r t a , 1975 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n • THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES Department of French We accept t h i s t h e s i s as conforming to the r e q u i r e d standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA November 1979 0 C l a i r e Annette V a l l e e , 1979 I n p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t o f t h e r e q u i r e m e n t s f o r an a d v a n c e d d e g r e e a t t h e U n i v e r s i t y o f B r i t i s h C o l u m b i a , I a g r e e t h a t t h e L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e a n d s t u d y . I f u r t h e r a g r e e t h a t p e r m i s s i o n f o r e x t e n s i v e c o p y i n g o f t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y p u r p o s e s may be g r a n t e d by t h e Head o f my D e p a r t m e n t o r by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . I t i s u n d e r s t o o d t h a t c o p y i n g o r p u b l i c a t i o n o f t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l n o t be a l l o w e d w i t h o u t my w r i t t e n p e r m i s s i o n . D e p a r t m e n t o f F r e n c h The U n i v e r s i t y o f B r i t i s h C o l u m b i a 2075 W e s b r o o k P l a c e V a n c o u v e r , C a n a d a V6T 1W5 DE-6 B P 75-51 1 E RESUME Le theme du voyage revient au moins une f o i s dans chaque roman de Bugnet. En nous appuyant sur l a psychocritique, nous avons essaye de demontrer que l e voyage physique ne se r e s t r e i n t pas simplement a un displacement dans l e temps et 1'espace o b j e c t i f s . II evoque un autre voyage, r e c t i l i g n e et v e r t i c a l , une demarche vers 1'interieur de s o i . L'introduction esquisse l a p o s s i b i l i t y d'appuyer cette i n t e r p r e - t a t i o n a toute l'oeuvre de Georges Bugnet. Nous postulons que sa v i s i o n du monde se r e f l e t e implicitement dans son oeuvre. Les t r o i s chapitres qui-suivent sont une analyse d e t a i l l e e de ses quatre romans, ayant toujours comme base 1'analyse psychocritique. La conclusion propose que l'oeuvre de Georges Bugnet est empreinte a son insu, de : sa noble v i s i o n , faconnee par l a nature canadienne. Comme Bugnet, nous croyons, que l a seule "vraie aventure" est l a quete de s o i . Une f o i s accomplie, chaque i n d i v i d u comprend l a vra i e l o i du monde qui est c e l l e de 1'amour et du don de soi a 1'Autre ABSTRACT A study of Georges Bugnet's work reveals that i n each of h i s novels there i s an example of at l e a s t one voyage. Leading c r i t i c s suggest that the voyage must not be read s o l e l y as a p h y s i c a l jour- ney, "but rather, they maintain that the h o r i z o n t a l -journey i s symbol- i c of a v e r t i c a l journey towards the "centre" of our being. The introduction outlines the p o s s i b i l i t y of using t h i s type of i n t e r p r e t a t i o n i n the study of Georges Bugnet's novels. We suggest that h i s v i s i o n of the world i s i m p l i c i t i n h i s l i t e r a r y production. The following three chapters apply a p s y c h o c r i t i c a l approach to four novels. The conclusion propounds that Georges Bugnet's noble v i s i o n , shaped by nature i n Canada, i s the underlying thread that runs through h i s work. We b e l i e v e , as does Bugnet, that the only " r e a l adventure" i s the discovery, of one's s e l f . Having achieved t h i s , each i n d i v i d u a l understands that the p r i n c i p l e which governs l i f e i s love and he '• therefore manifests i t i n the " g i f t " of himself to the "Other." TABLE DES MATIERES CHAPITRE PAGE I INTRODUCTION 1 A. L'Archetype du voyage 6 II LE LYS DE SANG ET TEHOM-LA-NOIRE 9 A. Le Lys de sang 9 B. Tehom-la-noire 37 III NIPSYA hi TV LA FORET '•' . -57 A. L'Aventure 59 1. L'Eau 59 2 . La Terre 6l 3 . La Foret 6k B. L'Analyse des personnages principaux 67 1. Le Couple age 67 ' 2. Le Jeune Couple 72 3 . L'Enfant . • 93 ' V CONCLUSION 98 NOTES • 101 BIBLIOGRAPHIE 122 i v Dedie a 1'Unite qui se manifeste sous de multiples formes v Merci a ma f a m i l l e , mes amis et mes professeurs v i CHAPITRE I INTRODUCTION Georges Bugnet porte l e surnom de "philosophe de l'Ouest." 1 Qu'on l u i a i t accorde ce t i t r e n'est d ' a i l l e u r s pas etonnant. Dans 2 une l e t t r e a Jean Papen, cet homme, a quatre-vingt-quatre ans, postule q u ' i l existe au dessus du noosphere de Te i l h a r d de Chardin, un hier o s - phere, c'est-a-dire un "dome forme par ces ames qui desabusees de 'nourritures t e r r e s t r e s , ' recherchent continuellement des aliments 3 ^ d i v i r i s . . . . " II ajoute que "ce dome vivant, superieur a l a noos- phere, est peut-etre autour de l a t e r r e , c e l u i qui possede l a plus puissante des energies de l'Univers." Cette idee nous semble f o r t logique. E l l e est l e r e s u l t a t d'une longue v i e passee en grande p a r t i e dans l a s o l i t u d e , au sein de l a nature canadienne. Ce n'est cependant pas l a seule idee o r i g i n a l e que lance cet auteur canadien. Un quart de s i e c l e avant d'ecrire cette l e t t r e , Georges Bugnet nous donne l e poeme "Des voix dans l a n u i t . " Selon Papen,^ cette oeuvre de Bugnet r e j o i n t l ' i d e e maitresse de Lecomte du Nouy. Ce dernier, dans son l i v r e , L'Homme devant l a science propose que l'entropie est compensee par un processus p a r a l l e l e , c e l u i de 1'esprit qui c r e e r a i t l'ordre et l a p e r f e c t i o n . Se servant d'une prosopopee, Bugnet prete une voix a. l a nature, f i l l e de l a Nuit. La Nature s'adresse. a l a Terre de l a fagon suivante: 1 2 Quand l a nuit m'eut pose au t>ord de son domaine E l l e m'a dit:.'De t o i des mondes germeront; Par l'espace et l e temps ces mondes grandiront. Sois pour eux une sage et tendre souveraine. Sans f i n , t u puiseras dans ton immensite, Et je te donnerai sans f i n t a nourriture. Mais aussi , comme moi, donne-toi sans mesure; Sans f i n , prodigue-toi dans t a maternite. Donne-toi, comme f a i t pour nous l'Ame supreme. Vivre pour t o i s e r a i t fonder sur l e neant. Ne cherche jamais ton propre accroissement Car i l n'est r i e n de v r a i que l e don de soi-meme. . . . Terre, p e t i t e Terre, apres s i longue attente, Quand s'assombrit enfin t a cendre incandescente . . . L'auteur nous revele que chaque VIE, en se donnant produit: Un e f f e t plus grand que l a cause. . . . Mourant incessamment pour donner plus que s o i , Faisant chaque mort plus active ." . . a f i n qu'un jour S o l e i l apres s o l e i l , comme l'Ame e t e r n e l l e , Chacun saura creer sa.beaute personnelle, Transmuer l a matiere en substance immortelle. Et sans f i n , se donner jusqu'au dernier moment Pour achever en soi l'oeuvre surnaturelle. 6 Quelle i n t u i t i o n remarquable! Mais ce qui est plus etonnant, c'est que Bugnet est a r r i v e a cette conclusion dans l e s f i n s fonds de l a nature canadienne, tandis que Lecomte du Nouy y est parvenu par ses recherches s c i e n t i f i q u e s . Nous nous interrogeons quant a Georges Bugnet. Qui e s t - i l ? Comment a - t - i l formule sa pensee? Georges Bugnet et son epouse J u l i a quittent l a France l e 26 decembre 190U pour n'y jamais revenir. II a vin g t - c i n q ans, e l l e en a a peine vingt-deux. I l s comptent f a i r e fortune au Canada, et ensuite rentrer en France ou. Georges, une f o i s 1'independance fi n a n c i e r e acquise, peut se donner pleinement a ses 3 ambitions l i t t e r a i r e s . La r e a l i t e s'avere e t r e toute autre. I l s connaissent maintes deceptions. D'abord l a mort de l e u r deuxieme enfant, P a u l , ne l e l U septembre 1906 qui meurt b r u l e l e 27 novembre 190T. Puis c'est l a perte de l e u r troupeau pour l e q u e l l e s Bugnet s ' e t a i e n t endettes de c i n q cents d o l l a r s . Ce sont en- s u i t e des pertes successives de r e c o l t e s . ^ P e t i t a p e t i t , l e u r reve de prompte fortune s'evanouit. A son i n s u , Bugnet triomphera de son aventure canadienne. Jean Papen nous en p a r l e : Mais ce bonheur n ' e t a i t pas dans l e s $50 ,000 q u ' i l a v a i t escompte ramasser en une d i z a i n e d'annees. Le Bonheur dormait a sa p o r t e , dans l a Nature qui 1'environnait. Definitivement l i b e r e du s o u c i de t i r e r de grands pro- f i t s m a t e r i e l s , profondement r e c o n c i l i e avec c e t t e Nature contre l a q u e l l e i l a v a i t lut'te sans remporter l e succes espere, i l accedera a sa v r a i e v a l e u r par une v i c t o i r e i n t e r i e u r e sur son amour-propre.^ Dans un a r t i c l e q u ' i l e c r i t en 1938, Bugnet nous l a i s s e entre- v o i r son o r i e n t a t i o n dans l a v i e : "Ce n'est pas de s a t i s f a c t i o n s mate- r i e l l e s , ce n'est pas du dehors que j e t i r e mes plus f o r t s aliments 9 de l a v i e , c'est du dedans." Son voyage au Canada devient une v e r i - t a b l e odyssee s p i r i t u e l l e . En 193^, Georges Bugnet e c r i t S i r a f . I I s ' a g i t de deux e s p r i t s qui sont en dialogue, i l s commentent l a v i e humaine. L'un d'entre eux s'adresse a Bugnet a i n s i : Mais pourquoi ces elans p e r p e t u e l s , dans vos microsco- piques c o l o n i e s ,,vers 1'amelioration generale des peuples par un mode plus p a r f a i t de gouvernement, a l o r s que s i peu d'entre vous se soucient d'appliquer d'abord a l e u r v i e p e r sonnelle un reglement de p e r f e c t i o n ? ^ C'est ce souci qui r e g i t l a v i e de Bugnet. Ce dialogue des e s p r i t s n'est qu'un masque dont se s e r t Bugnet pour nous communiquer sa pensee. I I nous l i v r e un peu plus de lui-meme l o r s q u ' i l f a i t d i r e a S i r a f : "Le 11 bonheur, c'est de s a t i s f a i r e pleinement sa conscience." Ce n'est done pas etonnant q u ' i l e c r i t dans une l e t t r e a sa p e t i t e f i l l e : Ce qui f a i t l a valeur d'un peuple ce n'est pas.son plus ou moins de richesses m a t e r i e l l e s , c'est sa richesse i n t e l l e c t u e l l e ou s p i r i t u e l l e , ce sont l e s oeuvres e c r i t e s q u ' i l l a i s s e d e r r i e r e l u i . Nous sommes d'accord avec ce qu'exprime Bugnet. En nous appuyant sur 13 cette c i t a t i o n , nous proposons que. l a valeur d'un Homme ne se mesure pas par sa richesse m a t e r i e l l e mais plutot par sa richesse i n t e l l e c - t u e l l e ou s p i r i t u e l l e . A i n s i , Georges Bugnet est un homme•• des plus.;: r i c h e s . II nous legue non seulement des oeuvres l i t t e r a i r e s , mais aussi, grace a ses e f f o r t s d ' h o r t i c u l t u r e , des arhres f r u i t i e r s a i n s i qu'un pi n et un celebre r o s i e r q u ' i l nomme Therese Bugnet. Tous, adaptes au climat rigoureux de 1'Alberta, sont l e r e s u l t a t de patience et de devouement de l a part de cet homme remarquable. Notre pays a mis longtemps a reconnaitre ses e f f o r t s , mais depuis 1967. i l r e c o i t 1'hommage q u ' i l merite. En 1967, Georges Bugnet r e c o i t un C e r t i f i c a t d'honneur de l a Western Society of Ho r t i c u l t u r e . Le 10 a v r i l 1970, par 1'intermediaire du Consul de France a Edmonton, en Alber t a , i l est decore Chevalier de l'Ordre des Palmes Academiques pour son oeuvre l i t t e r a i r e . En octobre 1972, Bugnet reg o i t un " C e r t i f - i c a t e of Achievement Award" decerne par l e gouvernement de 1'Alberta en reconnaissance de son t r a v a i l l i t t e r a i r e et h o r t i c o l e . A 1'occasion de son quatre-vingt-dix-neuvieme anniversaire, l e 23 f e v r i e r 1978, les Editions de l ' E g l a n t i e r lancent Poemes. II s'agit d'un r e c u e i l de 102 pages, qui est une r e - e d i t i o n de certains-poemes de' Bugnet, pfesehte par Jean-Marcel Duciaume. Tout dernierement, l e 3 j u i n 1978, l' U n i v e r s i t e de 1'Alberta l u i presente un doctorat honorifique pour ses contributions a notre societe. . Notre these essaie'ra de demontrer que l e souci qu'a Bugnet de v i v r e sa v i e en tant qu'une aventure s p i r i t u e l l e s'est t r a d u i t incon- sciemment dans son oeuvre l i t t e r a i r e . Nous estimons qu'une analyse psychocritique nous aidera a mieux approfondir l'oeuvre de Bugnet. Selon Carolyne Bouygues, "une methode s'applique mieux que d'autres a l a poesie:. c'est l a psychocritique car e l l e va au fond de l'oeuvre pour en degager l a s i g n i f i c a t i o n cachee. . . .""^ Jean Papen, qui a pre- sents sa these de doctorat sur l a v i e et 1'.oeuvre de Bugnet, c r o i t que l a poesie anime l a prose de Bugnet . . . l o r s q u ' e l l e t r a d u i t sa s a i s i e profonde du r e e l : [car] l a v r a i e poesie j a i l l i t plus du fond que de l a forme, a condition d'entendre par 'fond' non une these (idee de 1'animus selon l e vocabulaire de Claudel), mais une v i s i o n de l'ame (regard de l'anima), un. sens du mystere des etres, de l e u r beaute, de leur grandeur ou de leurs l i m i t e s a u s s i . -̂5 Puisque l a production l i t t e r a i r e de Bugnet peut etre q u a l i f i e e de poe- s i e , bien qu'elle s o i t t r a d u i t e en prose, nous pouvons essayer de de- gager l a s i g n i f i c a t i o n cachee de son oeuvre en nous servant de l a psychanalyse. Bugnet semble etre conscient q u ' i l y a maintes faeons d'interpreter une oeuvre car son avertissement au lecteur dans Tehom-la-noire"*"^ est l a suivante: N'ayant point l a • pretention d.'etre i n f a i l l i b l e , . j 'admets vol o n t i e r s l a p o s s i b i l i t y que, meme s i les personnes mises "en scene ne sont pas toutes imaginaires, leurs actes, -leurs paroles, et surtout leurs pensees, ont pu avoir des s i g n i - f i c a t i o n s d i f f e r e n t e s de c e l l e s que je leur a t t r i b u a i . 7 En nous appuyant sur l a psychocritique nous essaierons "de f a i r e r e s s o r t i r l a beaute et l a s i g n i f i c a t i o n profonde de l a creation en l a considerant comme 1'expression prodigieuse de l a personnalite t o t a l e , l 8 et consciente et inconsciente, du createur." Lors d'une entrevue 6 avec P i e r r e Morency, poete et dramaturge quebecois, 1'interviewer l u i pose l a question suivante: "Pourquoi cette p r e d i l e c t i o n pour, [les symboles de l'eau, du feu et de l'oiseau]?" P i e r r e Morency repond de l a facon-suivante: Cela me touche beaucoup, ce que vous venez de. me d i r e l a . Parce que c'est effectivement des r e a l i t e s qui sont im- portantes dans ma v i e , mais a un niveau tellement profond, a un niveau qui finalement se si t u e en dehors de l a r e - f l e x i o n ou. de l a raison de sorte que je ne l e s a i pas a l ' e s p r i t , ces r e a l i t e s - l a . E l l e s m'habitent et e l l e s j a i H i s sent a travers mes poemes. . . . ^ - 9 Notre t r a v a i l v i s e r a a montrer quels symboles "habitent" et " j a i l l i s s e n t " a travers l'oeuvre de Bugnet, a son insu. Ensuite, nous les examinerons pour v o i r s i ceux-ci r e f l e t e n t 1'interet passionnee qu'a Bugnet de v i v r e une v i e riche au niveau i n t e l l e c t u e l et s p i r i t u e l . A. L'ARCHETYPE DU VOYAGE Ca r l Jung propose que 1'Homme a, a i n s i que ses i n s t i n c t s , une fagon de concevoir l'univers qui est innee et h e r e d i t a i r e . II admet que l a psyche de l'Homme a evolue.mais c e l a n'exclut pas l e f a i t que l a pensee d'un homme du vingtieme s i e c l e ressemble, et de beaucoup, a. l a pensee des anciens. Jung donne l e nom d'image archetypale, a ce phenomene. Selon l u i , . . . the Battles on the plains of Troy were u t t e r l y unlike the f i g h t i n g at Agincourt or Bordino, yet the great writers are able to transcend the differences of time and place and express themes that are u n i v e r s a l . V'. We respond because these vthemes are fundamentally symbolic.20 Quel est done 1'archetype qui se manifeste dans l'oeuvre de Bugnet? Nous constatons que l e voyage est un theme qui revient au moins une f o i s dans l e s quatre romans de Georges Bugnet. Grace a 1'etude de P a t r i c i a Gostick, nous nous rendons compte que " l e voyage dans l'espace comprend non seulement l e voyage, proprement d i t , mais aussi l e s promenades, l e s v i s i t e s , l e s departs, l e s retours,. et l e s 22 demenagements." Selon Albert Le Grand, 1'interpretation du voyage ne se r e s t r e i n t pas simplement a un deplacement dans l e temps et l'espace o b j e c t i f s . II propose que " l e voyage r e c t i l i g n e et h o r i z o n t a l f i g u r e . . . 1'image renversee d'un autre voyage r e c t i l i g n e et v e r t i c a l l'un exterieur, 1'autre i n t e r i e u r , l'un donnant a 1'autre ses dimen- 23 sions et sa forme v i s i b l e . " En nous appuyant sur cette theorie, l e motif du. voyage s i g n i f i e beaucoup plus qu'avant. Nous pouvons main- tenant l i r e l e roman de Jules Verne, Voyage au centre de l a t e r r e , et penser que l e s personnages vont non seulement vers l e centre de l a t e r r e , mais aussi. vers l e centre de leur personnalite. Albert Le Grand appuie cette i n t e r p r e t a t i o n l o r s q u ' i l e c r i t : "voyage ou marche, l e mouvement. exterieur t r a d u i t un etat d'ame, une demarche de l a pensee 2k vers 1 ' i n t e r i e u r de s o i , vers l e centre u n i f i c a t e u r . . . ." Nous croyons que l a plupart des lecteurs l i s e n t une oeuvre sans se rendre compte de cette' autre dimension. L'oeuvre l i t t e r a i r e est d'autant plus riche s i l'on peut 1'interpreter a i n s i . Un d i s c i p l e de Jung pousse 1'interpretation symbolique'un peu plus l o i n . E r i c h Neumann has written that though the extrovert w i l l accept the myths that t e l l of the hero entering the cave or passing the sea or the desert or reaching the underworld as images of the quest for material success or the hand of the i d e a l mate, yet t h i s i s not more v a l i d than the equally primary i n t e r p r e t a t i o n of the i n t r o v e r t , which equates- . the sought for treasure as "something within—namely the soul h e r s e l f . " 2 5 Cette c i t a t i o n nous aide:, a comprendre pourquoi C a r l Jung a pu soutenir que l e heros qui l u t t e contre l e dragon, a f i n de l i b e r e r sa bien-aimee, l u t t e en f a i t pour l i b e r e r son anima, "the feminine e l e - ment of the male psyche that Goethe c a l l e d 'the Eternal Feminine.' Le voyage selon ces divers c r i t i q u e s est done une quete de s o i . Chaque heros est a l a recherche de lui-meme. II se trouve apres maintes d i f f i c u l t e s qui en f a i t n'existent.que pour l e mettre a l'epreuve, pour v o i r s ' i l est digne de decouvrir l e "Tresor." Notre t r a v a i l essaiera de montrer que 1'archetype du voyage se trouve dans chaque roman de Bugnet.' Nous expliquerons ses oeuvres a l a lumiere de ces c r i t i q u e s qui maintiennent que l e voyage physique symbolise une quete d'unite. CHAPITRE I I LE LYS DE SANG ET TEHOM-LA-NOIRE A. LE LYS DE SANG Le Lys de sang est l a premiere oeuvre de Georges Bugnet, Tehom- l a - n o i r e est l a d e r n i e r e . Nous croyons raisonnable de l e s juxtaposer puisque l a trame du r e c i t est presque identique dans ces deux romans. Lorsque nous nous sommes rendu compte de ce f a i t , c e l a nous a porte a r e - e t u d i e r Le Lys de sang. Peut-etre que, sans s a v o i r pourquoi, Bugnet s'est s e n t i pousse a e c r i r e ce type de roman d'aventure. Nous essaierons de r e v e l e r l a s i g n i f i c a t i o n profonde de l'oeuvre, en nous servant de l a p s y c h o c r i t i q u e . Dans ce c h a p i t r e , nous aborderons Le Lys de sang et ensuite Tehom-la-noire. Le Lys 'de sang a souvent ete q u a l i f i e de roman d'apprentissage. Selon Gerard Tougas, ce roman n'est qu'"une simple i n i t i a t i o n a l ' a r t 27 d ' e c r i r e . " Jean Papen qui a e c r i t sa these de doctorat sur l a vie-., et l'oeuvre de Bugnet, f a i t echo a l a pensee de ce c r i t i q u e l o r s q u ' i l juge que "Le Lys de sang vaut principalement parce q u ' i l ouvre l a 28 vo i e aux oeuvres qui vont s u i v r e . . . . " I I est v r a i que c e t t e oeuvre temoigne des tatonnements d'un debutant, mais, nous proposons que ce roman est beaucoup plus qu'une simple i n i t i a t i o n a, l ' a r t . d ' e c r i r e . Dans ce c h a p i t r e , nous a l l o n s essayer de demontrer que c e t t e oeuvre a une val e u r qui n'est pas a n e g l i g e r . 9 De quoi s ' a g i t - i l dans ce premier roman? Nous a l l o n s donner une rapide synthese de c e t t e oeuvre et ensuite nous a l l o n s s u i v r e l ' h i s t o i r e , etape par etape a f i n de degager l a s i g n i f i c a t i o n cachee de ce r e c i t . . Le roman commence par une s i n g u l i e r e aventure. Le' heros, Henri Doutremont, f i a n c e a C l a i r e S aint-Jean, r e g o i t un cadeau de noce d'une ancienne amie, maintenant en A f r i q u e . I I s ' a g i t d'un l y s exceptionnel qui ne f l e u r i t que dans l ' o b s c u r i t e . Henri s'endort, l e l y s s'ouvre et degage un parfum qui l'asphyxie et l e j e t t e dans d ' h o r r i b l e s h a l l u c i n a t i o n s . I I essaie d'expliquer ce phe- nomene etrange a C l a i r e qui n'y c r o i t pas et refuse d'epouser un h a l l u c i n e . A f i n de l a convaincre, Henri et Jim Harley, l e demi-frere de sa f i a n c e e a i n s i que Campion un vieux trappeur metis, toujours accompagne de son chien Coyote, se rendent dans l e sud de l ' E t h i o p i e a f i n de r e t r o u v e r une autre f l e u r semblable a c e l l e qu'Henri a recue et a i n s i pouvoir e x p l i q u e r l a nature de ce l y s r a r i s s i m e qui d o i t se n o u r r i r d'os ecrases et de sang f r a i s ou desseche. I l s se rendent au centre de 1'Afrique apres une s e r i e de p e r i p e t i e s typiques. l i s r i s q u e n t l e u r v i e p l u s i e u r s f o i s dans l e s pieges tendus par l e u r s ennemis. Une f o i s rendus a, l e u r d e s t i n a t i o n , i l s sont v i t e f a i t s p r i s o n n i e r s , mais une jeune p r e t r e s s e les d e l i v r e . Henri r e v i e n t en A l b e r t a avec ses compagnons et l a jeune p r e t r e s s e qui est devenue l'epouse de Jim. Notre heros n'a pas 'pu ramener un l y s de sang mais i l a 1 1 e x p l i c a t i o n qui l u i permettra d'epouser sa bien-aimee.- Recapitulons l ' h i s t o i r e , mais c e t t e f o i s - c i , essayons de degager l a s i g n i f i c a t i o n profonde de l'oeuvre. Examinons brievement l e s noms de nos personnages. Notre heros porte l e nom d'Henri Doutremont. Que s i g n i f i e ce nom? Henri est un nom germanique: "Haim-rik (haim— 29 maison; r i c — p u i s s a n t ) . La maison selon Gaston Bachelard symbolise 30 l ' e t r e i n t e r i e u r , l ' i n d i v i d u , done Henri est un etre f o r t . Son nom indique l a p o s s i b i l i t y de r e u s s i t e dans ce q u ' i l entreprend. Son nom de f a m i l l e est Doutremont, "'d'outre' se rapporte a l a maison situee. 31 outre" l a montagne. La montagne symbolise " l a connaissance de s o i , . et ce qui se passe au-dessus de l a montagne conduit a l a connaissance 32 de Dieu." Selon ces donnees, Henri est un personnage qui porte un nom puissant. Le nom d'un de ses compagnons, Jim Harley, revele . 33 moins. Jim ou Jacques est une forme populaire de Saint Jacobus. Harley est l e "nom d'un domaine (et d'ancien f i e f ) , d'apres son harle ( f o s s e ) . P a r .extrapolation, i l y a un l i e n e t r o i t entre l e f i e f et l e Seigneur du f i e f , done l e nom Harley peut evoquer une certaine noblesse. Campion est l a . . . forme meriodionale (Sud-Est) ou normande-picarde de Champion. Le sens "champion" apparait des La Chanson de Roland. II a s i g n i f i e aussi "etalon, mesure." Le sens de ce nom est plus ambigu p u i s q u ' i l a deux s i g n i f i c a t i o n s mais peut-etre que l e r e c i t e c l a i r e r a notre i n t e r p r e t a t i o n de son nom. C l a i r e Saint-Jean est l e nom de l a fiancee d'Henri Doutremont. C l a i r e 36 s i g n i f i e "qui a 1'eclat du jour." L'ancienne amie d'Henri, c e l l e qui l u i a envoye ce l y s mysterieux se nomme Hilda von Todt. Hil d a 37 "est un ancien nom de personne germanique ( h i l d — , combat)." Le nom de son mari est F r i t z qui est une v a r i a t i o n de "1'alsace-lorraine de 38 F r i t s c h , hypocristique courant de Frederic en allemand. . . . " Fre- . . . . 39 deric en l e decomposant devient " f r i d — p a i x ; r i k — , puissant." D'apr l a s i g n i f i c a t i o n de l e u r s noms nous avons des personnages qui semblent a v o i r de f o r t e s p e r s o n n a l i t e s . Voyons comment ces personnages vont a g i r au cours du roman. L ' h i s t o i r e debute en A l b e r t a , Henri Doutremont r e g o i t un l y s exotique envoye depuis l ' A b y s s i n i e par une ancienne amie. Dans l ' o b s c u r i t e , ce l y s degage un parfum suave qui provoque des h a l l u c i n a t i o n s . La f l e u r " s ' i d e n t i f i e au symbolisme de l ' e t a t edenique . . . e l l e se presente souvent comme une f i g u r e archetype de l'ame—un centre s p i r i t u e l . " Le l y s est "synonyme de blancheur, de purete, d'inno- hi cence, de v i r g i n i t e . " I I s'associe au l o t u s puisque tous l e s deux s'elevent des eaux boueuses mais donnent naissance a des f l e u r s d'une grande beaute et d'une grande purete. Issues de. 1 'ob.scurite, e l l e s s'epanouissent'en p l e i n e lumiere: "c'est l e symbole de 1'epanouissement s p i r i t u e l . . . . " Selon ces c i t a t i o n s , l a f l e u r evoque 1'aspect s p i r i t u e l de l'homme. Mais que s i g n i f i e l e f a i t que ce l y s r a r i s s i m e ne s'ouvre que dans l ' o b s c u r i t e , . et a, ce moment-la, i l degage un parfum suave qui asphyxie Henri? La n u i t symbolise l e temps des g e s t a t i o n s , des germina- t i o n s . . . . . qui vont e c l a t e r au grand jo u r en manifesta- t i o n s de l a v i e . E l l e est r i c h e de toutes l e s v i r t u a l i t e s de l ' e x i s t e n c e . 3 Quelles germinations evoque-t-elle? Independamment du l y s , l e parfum joue un r o l e t r e s important a u s s i . Selon l e D i c t i o n n a i r e des symboles, " l a s u b t i l i t e i n s a i s s i - s a b l e , et pourtant r e e l l e , du parfum l'apparente symboliquement a une hh presence s p i r i t u e l l e et a l a nature de l'ame." Tous ces f a c t e u r s ne font que s o u l i g n e r l e cote s p i r i t u e l de l'homme. Lorsque Roger 13 essaie d'expliquer son experience i n s o l i t e a C l a i r e , e l l e ne l e c r o i t pas et refuse d'epouser un h a l l u c i n e . Le malentendu qui e x i s t e entre Henri et C l a i r e i n c i t e notre heros a resoudre l'enigme. I I se met a r e f l e c h i r : S i j e p a r t a i s sur l a p i s t e de ce sphinx m a l f a i s a n t pour l ' a l l e r traquer jusque dans son r e p a i r e , f u t - i l au centre du continent noir'. Pour arr a c h e r , a c e t t e H i l d a von Todt l e s ecret de ces abomihables malefices? Oui, c'est b i e n l a l e f i l d'Ariane, l a seule i s s u e p o s s i b l e de ce l a b y r i n t h e . Qu'importent l e s tours et l e s detours, l e t e r r i b l e Minotaure, pourvu que j e revienne triomphant et que ma f i a n c e e retrouve et repose en moi sa confiance s o l i d i f i e e par l'epreuve. . . . ^ Que s i g n i f i e n t l e s mots: sphinx, c e n t r e , l a b y r i n t h e , Minotaure. I l s evoquent b i e n entendu 1'Egypte et l a Grece, mais quel est l e u r s i g n i f i c a t i o n cachee? D'apres l e D i c t i o n n a i r e des symboles, . . . l e mot sphinx f a i t s u r g i r l ' i d e e d'enigme, i l evoque l e sphinx d'Oedipe: une enigme lourde de c o n t r a i n t e . En r e a l i t e , l e sphinx se presente au depart d'une de s t i n e e , qui est a l a f o i s mystere et n e c e s s i t e . ^ " A son i n s u , Bugnet a b i e n c h o i s i son mot l o r s q u ' i l e c r i t "sphinx," car c e t t e enigme est 1'unique r a i s o n -pour l e depart de notre heros. I I est n e cessaire de resoudre l'enigme du l y s car sans 1 ' e x p l i c a t i o n du l y s , i l ne peut pas demander l a main de C l a i r e en mariage. Le mot centre a une " s i g n i f i c a t i o n s p i r i t u e l l e a u s s i b i e n que m a t e r i e l l e . " Henri et ses amis se d i r i g e n t vers l e centre de 1'Afrique a i n s i que l e centre de l e u r e t r e . Le l a b y r i n t h e . . . d o i t a l a f o i s permettre l'acces au centre par une sorte de voyage i n i t i a t i q u e d i s c r i m i n a t o i r e et 1 ' i n t e r - d i r e a ceux qui ne sont pas q u a l i f i e s . . . . I I s ' a g i t done d'une f i g u r a t i o n d'epreuves i n i t i a t i q u e s d i s c r i m i - n a t o i r e s , p r e a l a b l e s au cheminement vers l e centre ^.cache. . . . Le l a b y r i n t h e conduit a u s s i a, l ' . i n t e r i e u r de soi-meme, vers une s o r t e de s a n c t u a i r e i n t e r i e u r dans l e q u e l siege l e plus mysterieux de l a personne humaine. On songe i c i au mens, temple du S a i n t - E s p r i t dans l'ame en etat de grace, ou encore aux profondeurs de l ' i n - conscient.^° A 1 ' i n t e r i e u r du labyrinthe se trouve l e Minotaure. Le mythe du Mino- taure "symbolise dans son ensemble l e combat s p i r i t u e l . . . . " Le Minotaure est un monstre. Done i l evoque l a symbolique du monstre, " l e monde q u ' i l garde et dans lequel i l i n t r o d u i t n'est pas l e monde exterieur de tresors fabuleux, mais l e monde i n t e r i e u r de 1 ' e s p r i t , • dans leq u e l on n'accede que par une transformation i n t e r i e u r e . A son insu , Bugnet nous parle de l a necessite d'un voyage qui debouchera dans l e monde i n t e r i e u r de nos heros. Le tr e s o r .qu'ils obtiendront sera non seulement physique mais aussi s p i r i t u e l . P l e i n d'enthousiasme, Henri, s'adressant a C l a i r e en imagination, l u i d i t : Ah C l a i r e , je l e sens, vous croyez que je ne suis pas encore pleinement homme... Mais j e veux vous montrer... A f i n de l u i prouver q u ' i l l u i a d i t l a v e r i t e , Henri decide d ' a l l e r trouver un l y s semblable a c e l u i qu'Hilda l u i a envoye. Sans cette h i s t o i r e de l y s , Henri n'aurait jamais quitte sa fiancee. I l . s e s e r a i t marie et i l n'aurait jamais entrepris ce voyage. Honor Matthews dans son celebre l i v r e , The Hard Journey: The Myth of Man's Rebirth, e c l a i r e l a s i t u a t i o n dans l a q u e l l e Henri se trouve.. Again and again we see that the voyagers who have made the Hard Journey have been driven to i t by a command which they resented or f a i l e d to understand but obeyed because i t spoke with authority. I f no such voice i s heard the e f f o r t i s not made. I t i s not pleasant to descend into the abyss, nor i s i t easy to climb the mountain.52 Henri est done pret a entreprendre son aventure. II a recti son "appel." Selon l a trame du r e c i t , cette "voix" prend l a forme-de l'enigme q u ' i l doit resoudre avant d'epouser C l a i r e . Rappelons-nous l a c i t a t i o n d'Erich Neumann qui propose que l ' o r ou l a main de l a bien-aimee peut symboliser l'ame de l'homme. Dans cette optique, Henri est en quete de lui-meme, comme nous l e suggere l'analyse des symboles auxquels nous nous sommes attardee. Henri est a l a recherche d'un epanouissement s p i r i t u e l , symbolise par l a main de sa fiancee. Avant de q u i t t e r l e Canada, Henri va p a r l e r avec l e Pere Lozee qui est un de ses bons amis. C e l u i - c i l u i o f f r e l e c o n s e i l suivant: Patience et longueur de temps font plus que force n i que rage. [Henri n'est pas convaincu.] Mais mon Pere, comment alors me r e h a b i l i t e r aux yeux de Claire? —Bah! Bah! 1'amour c i c a t r i s e tout. —Comment p o u r r a i t - i l c i c a t r i s e r l e mepris intime que m ' i n f l i g e r a i t desormais l e sentiment de mon incapacity? ^ —Ah! c'est l a l a mouche qui vous pique: 1'amour-propre. Nous savons maintenant qu'Henri c r o i t p a r t i r en voyage non seulement pour gagner l a main de C l a i r e mais pour r e t a b l i r sa propre valeur a ses yeux. Pere Lozee l u i c o n s e i l l e de prendre comme compagnon de voyage l e vieux Campion qui a beaucoup voyage, et connait bien les hommes. Lorsque Henri explique ses projets a Jim, ce dernier decide de p a r t i r avec notre heros. Henri est done accompagne de deux amis: Jim et Campion, qui l u i , a son chien f i d e l e , Coyote. Henri ne d i t pas a ce dernier l a raison pour l a q u e l l e l e voyage est ent r e p r i s . Quant a Campion, i l s partent a 1'aventure. Tous l e s t r o i s se preparent pour l e u r voyage. Les pre p a r a t i f s prennent deux semaines. Henri re g o i t une l e t t r e de C l a i r e l u i demandant de ven i r l a v o i r . II nous avoue: "mon org u e i l encore trop blesse me fit-repondre. un peu hautainement."^ Nos t r o i s compagnons quittent l e Canada. En route, Henri f a i t l a con- naissance d'un savant rabbin qui etudie l e Culte des Idoles. L'erudit f a i t savoir a, Henri . . . q u ' i l existe quelque part, vers l e s l o i n t a i n e s sources du N i l , une peuplade qui adore un dieu singulier. nomme Malik. Ce Dieu est un dieu p u r i f i c a t e u r qui chatie tout exces de l a chair. Sous l a forme d'une immense f l e u r , rouge comme un fer rouge, i l apparait a c e l u i qui a peche, l'aveugle d'un j a i l l i s s e m e n t d ' e t i n c e l l e s et l'e t o u f f e d'un poison s u b t i l . Et lorsque sa victime p a l - p i t e dans l e s derniers spasmes, l e dieu se transforme en un enorme dragon, aux a i l e s de vautour, a, forme humaine, avec des pattes de l i o n et dont l a t e t e , semblable au crane decharne d'un squelette humain, crache des flammes par l a bouche, les narines et le s yeux.55 Meme apres avoir entendu cette h i s t o i r e t e r r i b l e , Henri et Jim sont toujours interesses par l'enigme du l y s . Campion n'en s a i t toujours r i e n . I l s se trouvent a Kisumu, an Kenia, qui se situ e au centre de 1'Afrique. Une f o i s i n s t a l l e s i l s rencontrent deux hommes qui off r e n t d'etre leurs guides. Ras-Sada et Ben-Khalil connaissent bien 1 1'Afrique et l a region de l'Abyssinie ou on est cense pouvoir trouver l e l y s de sang. Chose i n t r i g a n t e , leurs guides, ont . . . leurs chapeaux otes, une si n g u l i e r e ressemblance dans l a conformation du crane crepu, des larges o r e i l l e s etalees, du nez, des lourdes machoires, dans leur stature, dans leurs manieres a l a f o i s effrontees et cauteleuses, et jusque dans l e timbre de leurs voix. I l s etaient iden- tiquement vetus a l a mode des arabes du pays.5° Nos t r o i s protagonistes l e u r posent des questions quant a leurs metiers, a i n s i qu'a. l a f l e u r rouge dont l'odeur est capable de tuer un homme. Les deux mulatres repondent a. toutes l e s questions. I l s expliquent que l e t r a j e t vers l e l y s de sang ou l e l y s de Moloch est t r e s d i f f i - c i l e a f a i r e . "La route est longue et hasardeuse; l e pays sauvage et dangereux." Ben K h a l i l leur donne des exemples des mesaventures que l u i et son camarade ont subies dans cette region. ' Henri est resolu de f a i r e l e voyage, alors i l repond: Tres interessant, Monsieur Ben-Khalil, tres interessant. Mais apres tout, vous etes encore de ce monde et cec i montre que tout homme res o l u peut, s i l a chance l e favo- r i s e , se t i r e r des plus mauvais pas. Nous a l l o n s , mes amis et moi, etudier l a question et s i vous voulez bien avoir l'obligeance de revenir ce s o i r peut-etre arriverons- nous a nous entendre.58 Une f o i s ces deux hommes p a r t i s , Campion avoue que l u i et son chien se mefient de ces deux hommes. Jim et Henri sont d'accord avec l u i . Sur- tout Jim qui c r o i t avoir observe l'un des deux lorsque lui-meme et ses deux compagnons ont debarque a Kisumu. Jim soupgonne q u ' i l est un espion des Von Todt. Campion ne comprend pas cette a l l u s i o n . Henri l u i explique et l o r s q u ' i l l u i raconte 1'episode nocturne, avec l e s bourdonnements et l e s h a l l u c i n a t i o n s , l e crane l u i s a n t de Campion :'. s'inonde de sueur. I I leur d i t q u ' i l veut bien l e s aider contre l e s attaques des hommes et des betes mais i l ne veut pas avoir a f f a i r e au diable. II se c r o i t t o utefois heureux de porter sur l u i l a g r i f f e d'un g r i z z l y mort .de rage car i l c r o i t que l e s sept demons les-plus f o r t s n'osent pas s'ap.procher de l u i . Jim et Henri l e taquine pendant un moment. Ensuite, i l s se remettent a pa r l e r de leurs guides. Campion propose qu'on les-engage car d'apres l u i : "Mieux vaut son ennemi de- 59 vant s o i que d e r r i e r e . " Le s o i r venu, Ben-Khalil se presente et leur annonce que son ami Ras-Sada a ete engage comme guide pour un s a f a r i . Nos t r o i s Canadiens sont surpris et soupconneux mais i l s acceptent de prendre Ben-Khalil a leur service. Le lendemain s o i r , i l s quittent Kisumu. En route, i l s rencontrent un ami du Pere Lozee, qui est m i s s i o n n a i r e en A f r i q u e . I I est tout heureux de f a i r e l e u r connaissance. Henri l ' i n t e r r o g e au s u j e t des Von Todt. Le mi s s i o n n a i r e ne l e s connait pas p e r s o n n e l l e - ment, mais i l a souvent entendu p a r l e r d'eux. Selon ses sources, M. Von Todt semble e t r e un homme sans scrupules. On l!accuse de tous l e s v i c e s et de tous l e s crimes. [Le m i s s i o n n a i r e ajoute que:] C'est sans doute exagere. Mais i l c o n s e i l l e t o u t e f o i s l a prudence car i l c r o i t que Von Todt est un personnage dangereux. D'apres ses connaissances, deux hommes qui l' o n t confronte ont dis p a r u . Le premier e t a i t un A n g l a i s , accompagne de sa femme et de sa f i l l e . Tous l e s t r o i s sont disparus et n'ont jamais ete retr o u v e s . Recemment . . . un bon vi e u x savant qui a v a i t ete souvent mon hote, c o n t r e d i t publiquement Von Todt, au s u j e t . . . de c e t t e plante que vous cherchez, et s o u t i n t q u ' i l n'y a v a i t au fond de tous ces mythes qu'une f o r c e n a t u r e l l e i n e x p l i q u e e . Peu apres, mon pauvre vieux Durand, c'est un f r a n c a i s . . . d i s p a r a i s s a i t l u i a u s s i . I I termine son h i s t o i r e en l e u r c o n s e i l l a n t d'agir avec p r e c a u t i o n . Wos t r o i s voyageurs se mettent en ro u t e , suivant l e u r guide B e n - K h a l i l . C'est un t r a j e t des plus f a t i g a n t s . Depuis quinze j o u r s , nous avions marche, bondi, rampe, vogue, nage, avec t a n t de tours et de detours, t a n t d'incidents inattendus . . . que notre m e i l l e u r c a r t e , d ' a i l l e u r s d'un vague d e p l o r a b l e , ne nous e t a i t plus d'aucun secours."^ Un s o i r , Ras-Sada v i e n t l e s v o i r . I I l e u r raconte une h i s t o i r e au su j e t du l y s de sang. I I p a r l e des d i a b l e r i e s associees au l y s . Ayant termine' son r e c i t , Ras-Sada s ' i n c l i n e et prend un t i s o n ardent du feu. Campion dans un bond, saute sur l u i . I I s o r t de sa p o i t r i n e l a g r i f f e de g r i z z l y et l a met sous l e nez de Ras-Sada. Campion l e renverse et r e t i r e son couteau. Henri a r r i v e a l e s separer tandis que Jim r e t i e n t Ben-Khalil. Pendant l a n u i t , Ras-Sada l e s q u i t t e . Le lendemain matin i l s reprennent l a route. Ayant observe l e paysage avec des jumelles, Jim f a i t 1'observation suivante: Pays cocasse. Sais pas s i l e guide se paye notre t e t e . I t i n e r a i r e , f a n t a i s i s t e . ^ 3 Evoque-t-il un parcours labyrinthique? Jim commence a. se mefier de le u r guide. Un s o i r , i l s dressent leur tente dans une arene n a t u r e l l e . Apres avoir soupe, Henri i n t e r - roge Ben-Khalil. Y a - t - i l menace de mauvais temps? — C ' e s t f o r t p o s s i b l e . — T r e s probable meme, ajouta Jim. Et du serieux. Trop chaud, trop t r a n q u i l l e . Entends n i chouettes, n i chacals, n i r i e n . Mauvais s i g n e . ^ Peu de temps apres, Coyote se leve avec un sourd grondement. Henri apergoit une panthere. E l l e l e s v o i t , avant que Campion a i t l e temps d'epauler. E l l e bondit et se lance d e r r i e r e l e talus de roches. Du meme c o u l o i r , deux l i o n s apparaissent, une troupe d'elephants, des g i r a f f e s , une bande d'antilopes. I l s ont 1'impression d'avoir, pour leur p l a i s i r , un cirque d'animaux exotiques. Le charme est rompu par un rhinoceros qui marche d r o i t sur eux. II se rue sur l a t o i l e de leur:-: tente et attrape t r o i s b a l l e s qui l e descendent. Les echos de leurs coups de feu j e t t e n t l ' e f f r o i au m i l i e u de l a menagerie. Tout s'emeut, tout s'ebranle. Voila. qu'en peu de temps, tous disparaissent. Jim suggere que nos quatre aventuriers s ' i n s t a l l e n t au sommet d'une pyra- mide en basalte. Peu de temps apres, un orage eclate. Les animaux reviennent car l'eau n'arrive pas a. s'ecouler de l a breche e t r o i t e — 20 i l s r i s q u e n t de se f a i r e noyer. I l s n ' a r r i v e n t pas a s'echapper car une c a t a r a c t e debouche dans l'arene. Peu a. peu l e s eaux augmentent l e u r s masses et l e u r s v i o l e n c e s . Les animaux n'ayant pas pu s'evader sont noyes. Le lendemain, nos explorateurs se remettent en marche. Leur t r a j e t ne devient pas pour autant plus f a c i l e . Henri nous en p a r l e : Nous n;.' avions plus rencontre aucun i n d i c e humain et j'eprouvais, comme Jim, d ' a i l l e u r s et l e vieux Campion, l e soupcon grandissant que notre B e n - K h a l i l ne connait que t r o p l a route et s'amusait, pour r a i s o n s a l u i con- nues, a nous promener par monts et par yaux, par tours et detours a nous en donner l e v e r t i g e . " - 5 Leur guide ressemble a une parodie de V i r g i l e . Nos explorateurs ne s'en decourage pourtant pas. l i s entrevoient l e u r d e s t i n a t i o n : Nous voyons l a - b a s , p e l e , a r i d e , rugueux, comme une carapace de c r o c o d i l e , l e versant de l a montagne d'ou nous venons et nous reconnaissons vers l e nord, l a haute m u r a i l l e crenelee comme un rempart en ruines et l e s cimes neigeuses ou se d i r i g e notre marche."" Que s i g n i f i e l a montagne? E s t - e l l e simplement l e u r d e s t i n a t i o n phy- sique? Le symbolisme de l a montagne est m u l t i p l e : i l t i e n t de l a hauteur et du centre. . . . La montagne [ e s t ] l a v e r i t e profonde de l'homme . . . l a r e a l i t e e t e r n e l l e de 1',homine. A l ' o r i g i n e du c h r i s t i a n i s m e , l e s montagnes ont symbolise l e s centres d ' i n i t i a t i o n formes par l e s ascetes du desert. . . . Un sommet s'elevant dans l e c i e l . . . symbolise l a residence de l'ame. . . . La montagne est done l e but de l e u r voyage exoterique et esot e r i q u e . Cette analyse ressemble enormement a c e l l e de Honor Matthews: "The p i l g r i m ' s descent t o the lowest c i r c l e of the p i t r e v e a l s Dante's 68 descent i n t o h i m s e l f , i n t o h i s p r e v i o u s l y subconscious mind." Dante est "descendu" vers son i n c o n s c i e n t , nos explorateurs s'aventurent vers 21 l e u r centre qui peut etre une facon d'exprimer l e u r acheminement vers les profondeurs du coeur humain. Margaret Atwood dans son l i v r e S u r v i v a l appuie ce type d'interpretation: Leur aventure physique n'est qu'une metaphore qui exprime 1'exploration de leur etre intime. Un apres-midi, Campion et Coyote se promenent dans l e s bois. • Un g o r i l l e tue Coyote et risque d'attrapper Campion. Henri poursuit l e g o r i l l e . II se f a i t prendre par l a bete. Campion descend l e g o r i l l e et d e l i v r e Henri de l ' e t r o i t e etreinte-de cet enorme singe. La mort de son f i d e l e compagnon plonge Campion dans une morne t r i s t e s s e . Henri, sympathise avec l a peine de Campion et devient nostalgique: Mes propres pensees avaient p r i s un tour melancolique et, longtemps, avant de m'endormir, j ' a s s i s t a i a des scenes d'autrefois que mon imagination s u s c i t a i t inlassablement, et ou C l a i r e apparaissait sans cesse, C l a i r e dont l e doute c r u e l m'a envoye, comme jad i s l e s chevaliers d'Arthur, a „Q l a quete d'un graal s i n g u l i e r : l e mysterieux Lys de Sang. Henri congoit son voyage comme l a quete du graal. "Pour 1'ana- lys e jungienne, l e Graal symbolise l a plenitude i n t e r i e u r e que le s Tl hommes ont toujours recherchee. Selon J . E . C i r l o t , "the G r a i l 72 implies above a l l the quest for the mystic 'Centre.'" Le D i c t i o n - naire des symboles nous revele que l e coeur est . . . l'organe c e n t r a l de l ' i n d i v i d u , [qui] correspond de facon tres generale a l a notion du centre. . . . Ce centre de 1 ' i n d i v i d u a l i t y , vers l e q u e l l a personne f a i t retour dans l a demarche s p i r i t u e l l e - , f i g u r e l ' e t a t primordial . . . [ c e t t e coupe] contenant l e breuvage d'immortalite s ' a t t e i n t necessairement au coeur du monde.73 II n'est done pas etonnant que nos explorateurs se trouvent au coeur de 1 'Afrique. Nos protagonistes continuent leur chemin. "De nouvelles escalades nous t i r e r e n t de cette v a l l e e et, a p a r t i r de l a , nous grimpons C O n t i n U - Y l j ellement." Voyant une caverne, Ben-Khalil suggere que cet endroit est propice pour leur campement. I l s ne courront aucun danger en cas d'orage. Campion epie un mouflon, et decide de l e tuer a f i n de s'approvisionner pour les jours suivants. Jim et Henri 1'accompagnent mais apres un bout de temps, i l s s'eloignent de Campion et rencontrent un ascete. Puisque Jim et Henri portent des armes, i l c r o i t q u ' i l s sont venus en ennemi. Mais l e sourire d'Henri et l e s quelques mots de Jim l u i font comprendre que ces gens ne l u i veulent pas de mal. L'anachorete leur o f f r e a manger, Campion, revenant avec un large quartier de mouflon l u i o f f r e une ample tranche. Cet homme ne parle que l'arabe alors c'est avec Jim q u ' i l discute; i l s parlent du celebre l y s . Jim, en route vers l e camp, raconte les d e t a i l s a Henri. Cet ascete evoque l e guide ( l ' i n i t i a t e u r ) sans qui on ne peut pas penetrer 75 dans l e l i e u sacre. Le lendemain, c'est a nouveau . . . dix heures de marche agrementee d'innombrables zigzags qui nous t i r e r e n t du pittoresque mais interminable r a v i n au mouflon et nous eleverent jusqu'au bord du plateau, ou l a i s s a n t d e r r i e r e nous l a haute muraille crenelee, nous quittons l e blane pour entrer dans l e noir.?° Depuis que leur aventure a debute, i l s ont parcouru un i t i n e r a i r e fan- t a i s i s t e , en zigzags, montant, descendant. Honor Matthews nous revele que "the s p a t i a l imagery i s used repeatedly to suggest the dangers of 77 the hardest of j o u r n e y s — t h a t into the depths of the s e l f . " Ces 23 t r o i s hommes sont done en t r a i n d'explorer l e f i n fonds de l e u r e t r e . Quel en sera 1'issue? En face d'eux se trouve une chaine de volcans e t e i n t s . Nos explorateurs sont e n f i n a r r i v e s a l e u r d e s t i n a t i o n . Le l y s de sang se trouve dans un des volcans. B e n - K h a l i l va au devant d'eux pour p a r l e r a l a s e n t i n e l l e qui s u r v e i l l e . F r i t z von Todt et son epouse, H i l d a , viennent vers nos t r o i s Canadiens. Ces deux Allemands expliquent a. :< nos t r o i s a v e n t u r i e r s que B e n - K h a l i l est garde comme otage par l e s citoyens de l a v i l l e a f i n d'assurer que ces. t r o i s inconnus ne viennent pas en ennemi. F r i t z von Todt l e u r demande s i l e guide a d i t l a v e r i t e . Tout ce.que nous avons appris par vo t r e guide . . . c'est que vous etes en quete du fameux l y s d'Astarte, que d'autres appellent l y s de sang... Est-ce vrai-? E t , s i c'est v r a i , dans quel h u t ? 7 8 Henri l u i explique q u ' i l a regu un l y s de. Mme von Todt et que ce l y s a f a i l l i t u e r Jim Harley et lui-meme, done i l s ont voulu trouver 1 ' e x p l i - c a t i o n de cet etrange phenomene. F r i t z l'ecoute et repond de l a fagon suivante: Ma f o i , Monsieur Doutremont, s i vous n'aviez pas une mine s i s e r i e u s e , j e d i r a i s que vous nous servez l a d'un conte dans l e genre de ceux d'Edgar Alan Poe. J'admets 1 ' e x i s - tence du l y s et de son envoi par Mme von Todt, n a t u r e l l e - ment, et j e puis a j o u t e r que vous etes sur l a bonne p i s t e , car c'est b i e n i c i , et i c i seulement, qu'on trouve ce l y s . Nous en possedons nous-memes un magnifique exemplaire, et b i e n que son parfum s o i t remarquable, nous n'en avons jamais eprouve l e moindre malaise.. Je me f e r a i un p l a i s i r de vous l e prouver s i vous v o u l i e z b i e n nous f a i r e l'hon- heur d'accepter quelques-jours notre h o s p i t a l i t e . 7 9 Ces deux hommes d i s c u t e n t pendant un moment. F r i t z l e u r p a r l e un peu des habit a n t s du volean. Sans e t r e sauvages, l e s h a b i t a n t s en sont encore au temps de Nabuchodonosor. Descendant t r e s probablement des pre- miers chaldeens et des har d i s explorateurs pheneciens de Tyr et Sidon, i l s c r o i e n t toujours a. l e u r s antiques i d o l e s , e t , comme l e s Egyptiens des Pharaons avaient l e l o t u s pour f l e u r sacree, i l s ont, eux, ce l y s d ' A s t a r t e . 8 0 Comprenant q u ' i l s n'auront pas 1 ' e x p l i c a t i o n d e s i r e e , sans e f f o r t per- sonnel, Henri d i t a F r i t z que ses deux compagnons et lui-meme seront heureux de v i s i t e r ces hommes d'un autre age. Henri ajoute q u ' i l es- pere que F r i t z peut se s e r v i r de son i n f l u e n c e pour l e u r procurer une ou deux f l e u r s sacrees. F r i t z repond q u ' i l sera heureux d'etre l e u r cicerone s ' i l l e d e s i r e et f e r a de son mieux pour l e u r procurer un l y s . I I suggere cependant de r e v e n i r l e lendemain matin pour v o i r s ' i l s d e s i r e n t toujours s'aventurer dans l e v o l c a n . Tous l e s t r o i s se mefient de ce cher F r i t z . Cette n u i t - l a , i l s font l a garde. -Henri f a i t un reve. I I est t r a n s p o r t s en songe au Lac La Nonne. I I f a i t n u i t , une n u i t t r a n q u i l l e et s i l e n c i e u s e . . . A s s i s sur l e sable du r i v a g e , j e regarde dans l'onde au m i l i e u des roseaux, deux e t o i l e s jumelles a. r e f l e t s v e r t et o r , qui montent lentement du fond a. l a s u r f a c e , ou e l l e s emer- gent p a r e i l l e s a des yeux. Et ces yeux s'allument d'un feu grandissant et une l e n t e flamme en s o r t , qui l e s devore, puis se transforme en une so r t e de c o r o l l e monstrueuse, ardente et rouge, qui n ' e c l a i r e pas et f a i t l a n u i t plus obscure encore. Et.de c e t t e c o r o l l e de flamme, comme un p i s t i l , s'eleve sans hate l a forme blanche d'une femme, t e t e renversee sur l e s mains c r o i s e e s -a"la nuque, l e s cheveux- fauves denoues l e s yeux a t t i r a n t s ombres de longs c i l s l e s l e v r e s e n t r e ' - ouvertes d'un i n d e f i n i s s a b l e s o u r i r e . Engainee jusqu'a, l a t a i l l e par l a f l e u r ardente, c e t t e a p p a r i t i o n ressemble a, une H i l d a t r a n s f i g u r e e , et son buste p a l p i t e et o s c i l l e vaguement, comme l e s roseaux qui l ' e n t o u r e n t , sous un s o u f f l e que j e ne sens pas. Et ses l e v r e s p a r l e n t : — " J e s u i s l a Femme: j e ne su i s pas l'epouse. Je ne su i s pas 1'amour, j e s u i s l a passion. Des l e commencement j ' e t a i s . Je s u i s l a source de l a v i e , et j e s u i s l a source de l a mort. Adam m'a connue, et j ' e t a i s l'Eve qui l u i t e n d i t l e f r u i t defendu, et j ' e t a i s sa v i e et l a source de toutes l e s v i e s . . . Tout e t r e me porte en s o i , et j e f a i s ma p r o i e de c e u x q u i m'aiment, ma pr o i e h e u r e u s e . . . " I Pour Jung, l e reve est "1'auto-representation spontanee et symbolique- 82 de l a s i t u a t i o n a c t u e l l e de 1'inconscient." Henri a reve de 1'arche- type de l a Femme, d'Eve. I I est v r a i qu' Eve est consideree comme l a premiere femme. . . . Sur un pla n d ' i n t e r i o r i t e , e l l e symbolise l'element feminin dans l'homme, au sens ou. . . . l'homme i n t e r i e u r comporte un e s p r i t et une ame.®3 I I n'est done pas etonnant que c e t t e femme se trouve dans l a f l e u r , car on se souvient que l a f l e u r " s ' i d e n t i f i e au symbolisme . . . de l ' e t a t edenique . . . l a f l e u r se presente souvent comme une f i g u r e archetype de l'ame." Done l e voyage d'Henri semble etr e un voyage vers l ' e t a t p r i m o r d i a l . Son aventure l u i permettra de f a i r e connaissance avec son anima, 1'aspect feminin de son e t r e . Le dejeuner s'acheve lorsque von Todt a p p a r a i t . I I l e u r apprend q u ' i l s sont l e s bienvenus. Henri et ses deux amis l u i repondent q u ' i l s sont heureux d'accepter son i n v i t a t i o n . Ensemble i l s g r a v i s s e n t l e pourtour du c r a t e r e l e plus eleve, au moyen p e r i l l e u x de marches e t r o i t e s . L'un apres l ' a u t r e , i l s s ' i n t r o d u i s e n t dans une f i s s u r e . Apres une courte et sinueuse marche montante dans l a pe- nombre, nous apercevons de nouveau l e jo u r et r e s s o r t o n s , a. l ' i n t e r i e u r du v o l c a n , non sans etonnement, sur une so r t e de quai au bord d'un l a c b l e u . . . I c i , notre canot f l o t t e a plus de cent cinquante pieds au-dessus d'une v i l l e , n o i r e comme l e s no i r e s f a l a i s e s du c r a t e r e au fond duquel e l l e s'Stale. 85 Ayant f a i t l a t r a v e r s e e , c'est ensuite l a descente p e r i l l e u s e vers une s a l l e sombre. La, i l s rencontrent l e grand-pretre Loudim et l a grande- pr§tresse, El o a . Le nom Loudim est "peut-etre l e d i m i n u t i f g a l l o i s 86 du s u i v a n t . " I I est i n t r i g a n t de penser. que l e nom d'un"pretre puisse s i g n i f i e r " s u i v a n t , " car en general c'est l e s p r e t r e s qui sont l e s i n i t i a t e u r s d ' a c t i o n , q u o i q u ' i l s suivent l e s r i t e s p r e s c r i t s . Le nom E l o a v i e n t d ' " E l i g i u i s , nom mystique qui s i g n i f i e ' e l u . ' " Tous l e s deux sont l e s porte-parole du peuple, qui o f f r e l ' h o s p i t a l i t e e t ' l a s e c u r i t e aux Strangers. Les indigenes sont h a b i l l e s en longue robe blanche bordee de bandes rouges et n o i r e s . I I y a une longue d i s c u s s i o n . Finalement une procession s'organise... Nous rentrons dans une vaste s a l l e , d'ou un e s c a l i e r en s p i r a l e nous descend.8 8 Notre auteur explique l a r a i s o n pour l a q u e l l e i l a c h o i s i l e mot "descend:" J'emploie ce terme a, dessein. I I rend b i e n mon impression d'etre comme g l i s s e , sur c e t t e densite de f o u l e et de c r i s , vers l e fond de l'abime. 8? L ' e s c a l i e r est l e . . . symbole de l a . progression vers l e s a v o i r . . . s ' i l r e n t r e dans l e s o u s - s o l , i l s ' a g i t du s a v o i r o c c u l t e et des profondeurs de 1'inconscient. . . . [ L o r s q u ' i l s ' a g i t de descente], i l symbolise l a connaissance esoterique.90 A i n s i ,.*!'escalier entre dans l e symbolisme de l a quete de s o i . La s p i r a l e "est et symbolise l e developpement et l a c o n t i n u i t y c y c l i q u e mais en progres. . . . " ^ Ces deux symboles ne f o n t que sou-' l i g n e r 1'aspect p r o g r e s s i f du voyage de nos t r o i s e x p l o r a t e u r s . Le mot 92 abime evoque "1'immense et puissant i n c o n s c i e n t . . . . " Toujours se l o n c e t t e symbolique, c e t t e etape du voyage a l i e u dans 1'inconscient de nos t r o i s voyageurs. Le s o i r meme de l e u r entree dans l a v i l l e , F r i t z l e s i n v i t e chez l u i a f i n d'observer et d'examiner ces l y s r a r i s s i m e s . H e n r i , Jim et Campion s'y rendent. I l s remarquent l ' a i g l e allemand, n o i r sur fond rouge qui denote l a demeure des von Todt. I l s y sont admis. Sur l a t a b l e se trouve deux l y s . Henri et Campion l e s etudient avec a t t e n t i o n . 27 La lumiere s ' e t e i n t . Les l y s s'ouvrent et i l s peuvent l e s examiner grace a une lumiere rouge qui ne gene pas ces f l e u r s . Henri se rend compte q u ' i l n'a pas b i e n vu l e l y s l a premiere f o i s . Faute d ' a t t e n t i o n , j ' a v a i s p r i s a u t r e f o i s , pour un des v e r t i c i l l e s du p e r i a n t h e , une bande de couleur sombre qui decore l a p a r t i e i n t e r i e u r e et avide l e rouge e c l a t a n t des sepales. C e l l e s - c i portent sur l e u r surface i n t e r n e , a. mi-hauteur, un c e r c l e r e g u l i e r , d'un n o i r l u i s a n t ; l e s s i x etamines sont n o i r e s , mates et surmontees d'un grand p i s t i l , au stigmate t r i l o b e , d'un n o i r plus mat encore, t e r n e , funebre.93 Jim n'a guere porte a t t e n t i o n aux l y s poses sur l a t a b l e , car i l ob- serve l a grande-pretresse, E l o a . Apres quelque temps, nos t r o i s Canadiens q u i t t e n t l e u r s hotes et r e n t r e n t a 1 ' h o t e l . Le lendemain matin, F r i t z von Todt l e u r f a i t v i s i t e r l a c i t e i n s o l i t e . I I l e u r f a i t monter au-dessus du t o i t du temple pour mieux observer l a c i t e . Leur cicerone indique avec une c e r t a i n e f i e r t e son canon de f a b r i c a t i o n allemande et une centaine d'obus empiles. Avec c e l a , j e puis t e n i r l a v i l l e en respect et b a l a y e r en cas d'attaque l e chemin qui descend du p l a t e a u . De plus nous possedons . .. . dans l a chambre d'ou nous sor- t o n s , tout un a s s o r t m e n t d'armes et de munitions. Vous comprenez maintenant ma toute-puissance. I I m'a f a l l u la" f a i r e s e n t i r une f o i s a. ces bonnes gens.°^ F r i t z est done un homme qui se s e r t de tous l e s moyens pour a r r i v e r a. ses f i n s . Henri l u i demande q u e l l e est son hypothese quant a l a r e l i - gion de ce peuple. Selon l u i , . . . l e u r I s t h o r e t h [ l e u r deesse] c'est l a Venus des Romains, 1'Aphrodite des Grecs... [ E l l e est l a ] ' p e r s o n n i - f i c a t i o n de l a l u m i e r e , de l a beaute et de 1'amour... I c i , l e u r combinaison de Melek avec I s h t o r e t h est evidemment l e symbole de l a passion qui se consume, r e n a i t , et s u r v i t malgre l a mort.95 Von Todt l e s q u i t t e . Peu de temps apres, H i l d a v i e n t vers eux. E l l e d e s i r e p a r l e r a. Henri. E l l e d eclare son amour et se d i t prete a tout f a i r e pour l u i s ' i l l e d e s i r e . E l l e l u i d i t que son mari l e s guette, l u i et ses amis, a f i n de pouvoir mieux frapper au moment de- c i s i f . Henri refuse de s'unir avec H i l d a p u i s q u ' i l est deja. f i a n c e . E l l e l e q u i t t e , f u r i e u s e . Ce s o i r meme, F r i t z von Todt l e u r envoie t r o i s l y s , a i n s i qu'une l e t t r e , portes par deux l e v i t e s . Dans l a l e t t r e F r i t z l e u r f a i t s a v o i r que l e s a u t o r i t e s de l a v i l l e . preferent' q u ' i l s partent l e lendemain. I l s peuvent apporter l e s l y s avec eux mais on l e s p r i e de ne r i e n d i r e sur l a provenance de ces l y s a u s s i b i e n que sur 1'emplacement de c e t t e v i l l e . F r i t z exprime l e regr e t de ne pouvoir f a i r e ses adieux. A cause de ses occupations, i l ne l e peut pas. I I l e u r souhaite t o u t e f o i s bonne chance dans l e u r aventure. Campion veut decamper a u s s i t o t que p o s s i b l e : "J'en a i p l e i n mon capot de tous ces mysteres, et j e me sens toute l a c o r p o r a t i o n malade ,,96 dans c e t t e v i l l e n o i r e et rouge comme l e d i a b l e . . Jim propose d 1examiner l e s p l a n t e s soigneusement. I I c r o i t q u ' e l l e s ont l ' a i r authentique. I l s prennent l e u r precautions. Campion recouvre une fenetr e d'une couverture.. Henri a un f l a c o n de t e i n t u r e e c a r l a t e . I I co l o r e l a l e n t i l l e de sa lampe de poche. Sachant que l e s l y s craignent l a l u m i e r e , Jim se: munit de sa lampe de poche au cas ou i l s en auraient besoin. Les p r e p a r a t i f s acheves, l a lampe e t e i n t e , i l s attendent. Henri entend un bourdonnement; i l allume et d'un coup, un rayon de lumiere e c a r l a t e r e m p l i t l a p i e c e . Les v i b r a t i o n s s ' e n f l e n t et i l passe dans l ' a i r une odeur, f l u i d e , morbide, caustique, melee d'un arome suave et penetrant... E t , dans l a c l a r t e s c a r l a t i n e . . . sur- g i s s e n t . . . hors des c a l i c e s , des choses semblables a des tetes de mort... Cela ressemble a de monstrueuses araignees, aux longues pattes souples et flasques . . . pdurvues de deux p a i r e s ' d ' a i l e s membraneuses... D'un subit et bref battement d'ail e s ces t r o i s choses s'envolent dans l a lumiere s c a r l a t i n e , et bourdonnent dans l ' a i r , v i c i e par l e u r venin... E l l e s tournoient autour de nos tetes et guettent l a p a r a l y s i e f i n a l e de leurs proies.97 Quel pourrait etre l e symbolisme de cet etrange insecte? S i nous l'associons a l'araignee, nous decouvrons que "l'araignee symbolise . . . un degre superieur d ' i n i t i a t i o n . . . e l l e designe une classe d ' i n i t i e s qui ont a t t e i n t : 1 ' i n t e r i o r i t e [ e l l e est aussi] l e symbole 98 de r e a l i s a t i o n s . " Ces araignees annoncent l e f a i t que nos voyageurs serorit des i n i t i e s qui atteindront 1 ' i n t e r i o r i t e . I l s integreront 99 "the feminine element of the male psyche" qui en f a i t est l e but esoterique de l e u r voyage. Tous l e s t r o i s perdent connaissance. La voix imperieuse de F r i t z t i r e Henri de son assoupissement. II se rend compte q u ' i l est attache a, un p i l i e r , s e s deux compagnons sont l i e s a, des p i l i e r s . a u s s i . Von Todt et ses suppots sont en face d'Henri, occupes a attacher un homme blane qui parle mal 1'anglais. Henri c r o i t que c'est peut-etre l e n a t u r a l i s t e f r a n c a i s , Durand. I l s se trouvent sous l e temple, dans, une " s a l l e , vaste, perystylee, ou l e p i l i e r rouge succede au p i l i e r noir avec une monotone et desolante r e g u l a r i t e . " " ^ ^ Q u e symbolise l a couleur rouge et l a couleur noire dans ce roman? Ce sont certaine- ment des couleurs importantes car i l s se retrouvent continuellement dans ce r e c i t . Hotons les.endroits ou. ces couleurs se font remarquer. Le l y s dont i l est question est rouge et n o i r , et jusque son nom, l e l y s de sang, evoque l e rouge. Les habitants de l a v i l l e portent des vetements blancs bordes de rouge et de n o i r . Le mo t i f d ' a i g l e chez l e s von Todt est n o i r sur un fond rouge. La s a l l e dans l a q u e l l e se trouvent nos av e n t u r i e r s a des p i l i e r s rouges qui se succedent aux p i l i e r s n o i r s . Selon l e D i c t i o n n a i r e des symboles, l e n o i r est . . . l e plus souvent entendu sous son aspect f r o i d , n e g a t i f . . . mais i l c o h t i e n t l e c a p i t a l ! de v i e l a - tente. I I est associe a l a mort i n i t i a t i q u e prelude d'une v e r i t a b l e naissance.-^1 Cette couleur evoque l e pelerinage qu'ont f a i t nos t r o i s yoyageurs. Avant d' a t t e i n d r e l e " g r a a l " i l est necessaire de s u b i r des d i f f i c u l t e s des t r i b u l a t i o n s qui p u r i f i e n t l e s " c h e v a l i e r s . " Le "voyage" est un procede qui f a i t "mourir l e v i e i l homme." Le rouge s'associe a, . . . l a regeneration de l ' e t r e . . . c'est l a couleur de l'ame . . . c e l l e du coeur . . . c'est l a couleur de l a connaissance esoterique. 103 Le mot sang " p a r t i c i p e a u s s i de l a symbolique generale du rouge." Leur voyage n'a qu'un but u l t i m e , c e l u i de l a regeneration de leur- e t r e L'homme vieux r e n a i t r a apres q u ' i l y a i n t e g r a t i o n de 1'anima I I est i n t e r e s s a n t de noter que ces deux couleurs ne font qu'appuyer 1 ' i n t e r p r e t a t i o n symbolique que nous avons donne tout au long du roman. F r i t z von Todt s'adresse aux t r o i s camarades, i l l e u r d i t que l e u r s precautions quant aux l y s se sont averees i n u t i l e s parce q u ' i l a plac e une autre couverture contre l a f e n e t r e de so r t e que n u l a i r f r a i s a pu penetrer dans l a p i e c e , ayant comme r e s u l t a t l ' a s p h y x i e . Henri i n t e r r o g e F r i t z : i l veut s a v o i r pourquoi ce d e r n i e r l e u r reserve t a n t d ' i n i m i t e , et i l d e s i r e s a v o i r l e s o r t qui l e u r est reserve. F r i t z , avec une c e r t a i n e condescendence l u i d i t q u ' i l deteste l e s gens qui viennent s'immiscer dans.ses a f f a i r e s . I I t i e n t a u s s i a garder son epouse car e l l e est f o r t u t i l e dans son programme et, parce qu'elle se sent a t t i r e e par Henri e l l e est devenue plus d i f f i c i l e a manoeuvrer. F r i t z leur d i t qu'a, p a r t i r de ce moment, i l l e s abandonne a l e u r sort. • l i s sont maintenant sous l a "protection" des pretres de Moloch et d'Astarte. F r i t z n'a qu'une derniere remarque avant de l e s q u i t t e r . II avoue avec f i e r t e que Ras-Sada et Ben-Khalil sont a ses ordres, ce qui peut expliquer pourquoi i l s ont mis tant de temps a. atteindre l a v i l l e du l y s de sang. Avant d'etre l a i s s e s seuls, l e s acolytes . . . se mirent a, enlever une a, une l e s plaques de verre rouge qui d a l l a i e n t l e centre de l a s a l l e . Une odeur i n f e c t e se repandit, et nous vimes une chose sans nom.. . Une sorte de cave enfoncee dans l e s o l , au fond de quoi's ' epanouisseht'".trehte^a quarahtellys aux magriifiques et enormes c a l i c e s , rouges, surmontes de leurs stigmates n o i r s . . . Et au premier attouchement de l a lumiere des candelabres . . . l e s sepales se r e p l i e n t convulsivement sur l e s stigmates. La derniere plaque enlevee, l e s hommes eteignent toute l a lumiere et s'en vont. J 1 e n - tends une porte l o i n t a i n e se refermer, puis, s i l e n c e . Nous restons enchaines dans l a n u i t , en face de 1 ' i n v i - s i b l e horreur. Jim rassure ses compagnons, i l l e u r d i t q u ' i l a vu Eloa a. l a porte. E l l e va l e s secourir. Durand, l e n a t u r a l i s t e , attache contre l e p i l i e r d'en face, l e u r demande qui i l s sont, et d'ou i l s viennent. Ensuite i l l e ur p a rle un peu des l y s , expliquant que ces insectes qui sortent du l y s emettent un venin qui n'est pas mortel. Nos t r o i s Canadiens sont quelque peu rassures. Le professeur continue a d i s c o u r i r , i l leur explique l e phenomene du l y s de sang a i n s i que l ' o r i g i n e des indigenes. II l e u r d i t que l a v i l l e se nomme Tehom qui est un vieux mot qu'on trouve en premiere page de l a Genese, lequel s i g n i f i e abime. Le mot abime evoque a. l a f o i s 1'inconscient et peut aussi suggerer 32 10 6 " 1 ' i n t e g r a t i o n supreme dans 1'union mystique." Done ce n'est cer- taihement pas par hasard que nos "voyageurs" se trouvent a Tehom. L'attente devient presque angoissante. Sachant que ces l y s sont n o u r r i s de sang, ces quatre hommes s'interr o g e n t quant a. l e u r s o r t . P a s s e r o n t - i l s de l a crypte ou i l s se trouvent a. l ' a u t e l des s a c r i f i c e s humains? Un rayon de lumiere f i l t r e . , l a - p a s , du fond de l a c r y p t e , et v o i c i l a grande-pretresse qui s'avance, elevant au-des- sus de sa t e t e une lampe a l a flamme v a c i l l a n t e . . . E l l e s'approche jusqu'au caveau des l y s d ' A s t a r t e , et j e v o i s q u ' e l l e t i e n t un poignard a lame longue et f i n e . . . E l l e allume un des l u s t r e s poses sur l e s s t e l e s et j e v o i s l e s f l e u r s . . . se r e p l i e r convulsivement sur l e s stigmates n o i r s . Delrberement, sa lame au poing, e l l e descend un court e s c a l i e r . . . E l l e enfonce, decidement, jusqu'a l a garde, sa lame, dans l e s bulbes, un a. un. . . . Le vieux n a t u r a l i s t e essaie de l u i d i r e de'ne pas l e s d e t r u i r e tous mais e l l e f a i t de l a t e t e un signe n e g a t i f et continue son oeuvre.. Quel est l e symbolisme qui explique cet episode? Tous se trouvent dans une c r y p t e , sous l e temple. La crypte p a r t i c i p e a, l a symbolique de l a caverne. ' v i La caverne est 1'image du centre et du coeur. . . . Le caractere c e n t r a l de la'caverne en f a i t l e l i e u de l a naissance et de l a regeneration: de 1 ' i n i t i a t i o n a u s s i , qui est une nouvelle naissance, a. l a q u e l l e conduisent l e s epreuves du l a b y r i n t h e , qui precede generalement l a caverne.1^8 Nos "voyageurs" ont deja parcouru l e l a b y r i n t h e , l e u r "guide" a ete B e n - K h a l i l . La caverne dans l a q u e l l e i l s se trouvent symbolise done l e l i e u d ' i n i t i a t i o n , de regeneration. La lumiere que porte Eloa est mise en r e l a t i o n avec l ' o b s c u r i t e , '.  . . pour symboliser l e s v a l e u r s complementaires ou a l t e r n a n t e s d'une e v o l u t i o n . . . . La s i g n i f i c a t i o n en est que, de meme qu'en l a v i e humaine a. tous ses niveaux, une epoque sombre est s u i v i e , dans tous l e s plans cos- miques, d'une epoque lumineuse, pure, regeneree. . . . La n e c e s s i t e de ce moment angoissant.nous est r e v e l e e . Avant que nos e x p l o r a t e u r s puissent devenir de nouveaux hommes, i l s doivent e x p l o r e r l e u r moi i n t e r i e u r , ensuite i l s pourront acceder a un moi nouveau, regenere. Le poignard, avec l e q u e l e l l e coupe l e s l y s , s'associe a l a symbolique du couteau qui a . . . l e pouvoir d'eloigner l e s i n f l u e n c e s malefiques . . . l a lame longue evoquerait l a noblesse et l a hauteur s p i r i - t u e l l e de qui'porte: 1'epee. Ayant d e t r u i t l e s l y s , E l o a a symboliquement eloigne des quatre p r i s o n - n i e r s l e s i n f l u e n c e s malefiques. Le couteau, a lame longue et f i n e nous indique l a noblesse de son c a r a c t e r e . Une f o i s son t r a v a i l acheve e l l e v i e n t se p l a c e r devant Jim. En a n g l a i s , e l l e l e u r d i t q u ' e l l e va l e s d e l i v r e r de c e t t e v i l l e . E l l e explique comment f a i r e une f o i s s o r t i s du temple. E l l e l e u r d i t q u ' e l l e se nomme Jane, qui s i g n i f i e "Dieu accorde""'"''""'" et que son pere e t a i t A n g l a i s . E l l e d eclare son amour pour Jim et e l l e apprend q u ' i l est amoureux d ' e l l e . "Et c ' e s t , a t r a v e r s l a n u i t , a l a f i l e , sans b r u i t , 1'evasion h a l e t a n t e hors de ce funebre l i e u par une e t r o i t e p o r t e , d e r r i e r e l e temple."^"^^ La porte et l e temple o n t - i l s un aspect symbolique? ''La porte symbolise l e l i e u de passage entre deux e t a t s , entre deux mondes, entre l e connu et l ' i n c o n n u , l a lumiere et l e s tenebres, l e t r e s o r et l e denuement.""^ I I est s i g n i f i c a t i f que l a porte et l e temple sont associes a l'obscu- r i t e , puisque "tout temple ou p a l a i s . . . [ e s t ] a s s i m i l e a une mon- tagne sacree et [ e s t ] a i n s i promu chacun centre . . . l e temple est a l a f o i s l e monde et l'homme." A i n s i , c e t t e experience a l i e u non seulement dans l e monde e x t e r i e u r mais dans l e monde i n t e r i e u r . En passant par l a p o r t e , ces voyageurs q u i t t e n t l e s tenebres, l e v i e i l homme, pour acceder a l a lumiere, l e nouvel homme, l'homme qui a trouve l e "Tresor." A f i n de s'evader, i l s doivent s 1evader au moyen d'une corde qui l e u r donne acces au t o i t du temple. I l s se trouvent pres du canon, Jim s a i t comment s'en s e r v i r . Peu de temps apres, i l y a un coup de f e u , une melee en r e s u l t e . Jim se s e r t du canon, l'eau du l a c se deverse sur l e s t o i t s des maisons: c'est l e deluge. Les indigenes f u i e n t l e u r s l o g i s . En canot, von Todt v i e n t vers eux. I I l e u r d i t que sa femme a du se noyer car e l l e est entree dans l e temple. I I propose un duel avec chaque homme. S ' i l gagne, i l aura l a main d'Eloa. Henri s ' o f f r e en combat, b i e n q u ' i l se s o i t f a i t b l e s s e r a l'epaule . Sur l e t o i t du temple, i l s l u t t e n t ; soudain, i l s tombent dans l'eau qui monte r a p i d e - ment. Henri remonte a. l a s u r f a c e , von Todt ne r e v i e n t pas. Que s i g n i - f i e c e t t e l u t t e et 1'immersion dans l'eau? Lorsque l a l u t t e se t e r - mine."par un succes, e l l e [ t r a n s f e r e ] sur l e vainqueur une so r t e de pouvoir magique, gage de f u t u r s v i c t o i r e s . Ayant gagne l e d u e l , Henri en r e s s o r t p l u s f o r t qu'auparavant. L'eau dans l e q u e l i l s plongent suggere . . . l e r i v e de renovation . . . on plonge dans l'eau pour r e n a i t r e renove . . . r i e n de ce qui a e x i s t e aupa- ravant ne s u b s i s t e apres une immersion dans l'eau . . . l e s eaux possedent c e t t e v e r t u de p u r i f i c a t i o n , de rege- n e r a t i o n , et de renaissance. H 6 Henri a dissout son v i e i l e t r e , i l r e n a i t renove. Son "voyage" t i r e done a sa f i n . Peu apres, bien approvisionnes d'armes et de munitions . . . sans encombre, ayant facilement decouvert l'ancien e s c a l i e r qui montait, au long de l a paroi i n t e r i e u r e , jusqu'a l a g a l e r i e de s o r t i e . . . nous laissons bien v i t e d e r riere nous l e s crateres .. . L' e s c a l i e r dont i l s se servent.pour q u i t t e r cette v i l l e est "un sym- bole ascensionnel classique, designant non seulement l a montee dans l l 8 l a connaissance, mais une elevation integree de tout l ' e t r e . " Le but de leur voyage est done accompli. I l s rehtreront au Canada avec leur t r e s o r , leur etre integre. Le vieux n a t u r a l i s t e se f a i t l e u r guide p u i s q u ' i l connait t r e s bien l a route. II est to t l e matin, l e volcan, eteint depuis des centaines d'annees, se met a gronder. L'inondation a du provoquer ce phenomene. Instantanement, i l sembla que l e monde entier.se sou- l e v a i t . . . Du volcan ou e t a i t engloutie l a v i l l e des id o l e s , puis de son v o i s i n , puis du cratere suivant, et du v o i s i n encore, s'elancent, s i f f l e n t . ... rugissent, des vapeurs ardentes, des cataractes de feu, des nuees 119 noires. . . A-J-y Que s i g n i f i e ce feu? Selon Gaston Bachelard, "seuls les changements 1 2 0 par l e feu sont des changements rapides, merveilleux, d e f i n i t i f s . " Le feu souligne 1 'aspect d e f i n i t i f de l e u r transformation. Jim et Henri ont voyage vers 1'integration de le u r personnalite. I l s ont f a i t un voyage vers l e centre de leur etre et ont decouvert leur t r e - sor qui prend l a forme d'une femme a f i n de suggerer l'"anima," "the feminine element of the male psyche that Goethe c a l l e d the 'Eternal 1 2 1 ^ Feminine.'" Avant de rentrer au Canada, Jim epouse Eloa. Henri, p u i s q u ' i l a l a reponse a l'enigme du l y s , retrouve sa fiancee, C l a i r e . II est interessant de noter que cette h i s t o i r e se situe en Afrique. I I y a l a aussi une raison symbolique, 1'Afrique s'associe a. l a chaleur qui . . . s'associe physiquement a, l a lumiere. . . . La chaleur est principe de renaissance et de regeneration, a i n s i que de communication . . . e l l e f a i t murir, biologiquement et spirituellement.122 II n'est done pas etonnant que l'aventure a eu l i e u en Afrique, qui a ete l e l i e u de transformation et l e moyen d'acceder a, l e u r anima. Le l y s de sang et son enigme ont ete l e moyen par lequ e l Henri et Jim sont parvenus a, connaitre leur anima, symbolisee par Eloa et C l a i r e . Le l y s , i s s u de l'o b s c u r i t e qui s'epanouit en pleine lumiere, s u i t leur propre evolution, de.la boue (leur incapacity de communiquer avec leur anima) a, l a lumiere (leur rencontre et l a communication avec leur anima). Le voyage est un succes. Selon les c r i t e r e s de Joseph Campbell, i l s sont des heros: "The adventure of the hero normally follows the pattern of the nuclear u n i t : a separation from the world, a penetration to some 123 source of power, and a life-enhancing return." Leur aventure re-l :. f l e t e c e l l e d e c r i t e . I l s quittent l e Canada, a f i n de se rendre au centre de 1'Afrique qui symbolise l e centre de le u r etre. I l s rentrent en Alberta ayant gagne l a main de leur bien-aimee, symbole de 1'inte- gration de leur anima. Puisque Campion n'est pas ar r i v e a integrer son anima, nous estimons q u ' i l merite l ' a d j e c t i f "champion" plutot que "heros." Rappelons-nous que son nom s i g n i f i e etalon ou champion. II est certainement digne d'avoir l e t i t r e de champion car i l s'est montre courageux. Le retour au Canada s'est f a i t sans d i f f i c u l t ^ . E n f i n , une b e l l e matinee de decembre, l e Canadien Pacifique l e s emmene a. 12k Edmonton. II est interessant de noter q u ' i l s reviennent en hi v e r , 125 car 1'hiver contient en e l l e l a "promesse du printemps." L'aven- ture s'est terminee. Nos voyageurs sont revenus apres avoir f a i t un voyage des plus importants. I l s se sont decouverts eux-memes et sont parvenus a integrer l'anima. Nous avons suggere au tout debut de ce chapitre que Le Lys de sang et Tehom-la-noire se ressemblent. Nous allons done indiquer l e s p a r a l l e l e s et ensuite souligner les differences q u ' i l y a entre l a premiere et l a derniere oeuvre de Bugnet. B. TEHOM-LA-NOIRE Dans Tehom-la-noire i l s'agit de t r o i s personnages masculins, Henri Bernier, Dick Tarlton et Letendre qui vont en Afrique. I l s partent a f i n de decouvrir l e l i e u et l'enigme d'un lys. de sang envoye a Henri et son epouse, Renee, par une admiratrice, Lea von Tolten. Le voyage est presque identique a c e l u i du premier roman. Nos t r o i s explorateurs reviennent sains et saufs ayant resolu l'enigme. II y a cependant des differences importantes que nous allon s signaler au cours de ce t r a v a i l , mais avant c e l a , nous voulons nous attarder aux noms des personnages de ce roman. Nous avons deja vu que l e nom Henri s i g n i f i e "Haim—maison; ri k — p u i s s a n t " " * " ^ puisque l e mot maison s'associe a l ' e t r e nous croyons avoir raison de dire qu'Henri est un etre puissant. • Son nom de f a m i l l e , Bernier, a des racines allemandes. 127 " B e r n — h e r i ( b e r n — , ours, et hari—armee).," L'ours "correspond 128 aux i n s t i n c t s et aux phases i n i t i a l e s de .1'evolution." Ce nom de fa m i l l e souligne 1'aspect e v o l u t i f du "voyage" q u ' i l entreprend. Dick Tarlton est un des compagnons d'Henri, Dick,- forme diminutive de Richard, est un nom germanique qui s i g n i f i e "Ric-hard ( r i c — p u i s s a n t ; 129 hard-, dur, f o r t ) . " Son nom de f a m i l l e ne se trouve pas dans l e d i c t i o n n a i r e . Le nom Letendre n'est pas a expliquer. Renee, epouse 130 d'Henri, a un nom qui s i g n i f i e "re-ne, ne a, une nouvelle v i e . " Nous n'avons pas pu trouver l e nom.de Lea von Tolten, 1'epouse de F r i t z . Rappelons que F r i t z , hypocoristique de Frederic est un nom 131 germanique: " F r i d — p a i x , r i k — p u i s s a n t . " La difference primordiale qui existe entre Le' Lys de sang et Tehom-la-noire est l a suivente. Dans Le Lys de sang Henri Doutremont part en Afrique pour se prouver digne de sa bien-aimee en ramenant 1'explication de.l'enigme du l y s . Dans Tehom-la-noire Henri Bernier et son ami Dick Tarlton desirent non seulement resoudre l'enigme du l y s , mais i l s esperent trouver l e secret m i l i t a i r e qui se prepare che l e s von Tolten. Tehom-la-noire se situe pendant l a deuxieme guerre. Lea von Tolten est une espionne allemande qui a connu Henri Bernier a, Ottawa, a, l'epoque ou i l a t r a d u i t des documents c o n f i d e n t i e l s pour l e gouvernement canadien. Nos deux protagonistes entreprennent ce voyage a f i n de "rendre un bon service au gouvernement canadien et 132 meme . . . a. toute l'humanite." Letendre n'est pas au courant de l a v e r i t a b l e raison de l e u r voyage en Afrique. II s'agit de penetrer dans ce l i e u a f i n d'obtenir des renseignements concernant l e s r e - cherches p a r a - m i l i t a i r e s qui s'y font. Lorsque Henri explique a son epouse q u ' i l doit s'absenter, e l l e prend "tres vaillamment . . . son 133 p a r t i . " Nos t r o i s voyageurs se rendent au coeur de l ' A f r i q u e , i l s se d i r i g e n t vers lesMointaines••'••montagnes :symbolique qui:, ne..'.nous echappe pas. Ces deux symboles soulignent 1'acheminement vers 1'in- t e r i e u r de l e u r etre. Une f o i s i n t r o d u i t dans Tehom, Henri, Jim et Letendre essaient de trouver " l ' e n d r o i t ou l'on f a b r i q u a i t l a secrete substance qu' i l s avaient pour mission de decouvrir et, s i p o s s i b l e , I3I1 d'aneantir." Nos t r o i s voyageurs sont i n v i t e s chez l e s von Tolten. Cette f o i s , au l i e u d'un a i g l e sur un fond n o i r i l y a "l'embleme 135 h i t l e r i e n en noir sur un fond rouge." Cette insigne p a r t i c i p e a l a symbolique des couleurs rouges et noires deja expliquee mais sou- l i g n e 1'aspect m i l i t a i r e de ce voyage. Dans ce roman, Lea avoue son amour pour Henri, nous nous rendons compte qu'elle est un personnage plus noble que Hilda car c e l l e - c i ad- met qu'elle s'est trompee quant au caractere de F r i t z . E l l e c r o i t t o u tefois etre dans.la bonne voie l o r s q u ' e l l e exprime son respect pour H i t l e r . Henri refuse de s ' a l l i e r avec e l l e du cote d ' H i t l e r . Peu de. temps apres, nos t r o i s explorateurs se trouvent dans l a crypte. Grace a. l l a i d e de l a grande-pretresse Eloa, qui est amoureuse de Dick, i l s s'en echappent. En l a questionnant, i l s apprennent que l e s von Tolten ont discute de "protons... neutrons... uranium, aveccd'autres mots qui semblaient des horns de personnes, Otto Hahn, Lise Meitner, Enrico 136 Fermi, Neils Bohr. . . . " Jim et Henri ont done confirmation de leurs suspicions, i l s'agit d'une bombe. Henri, Dick, Eloa, Letendre et. Durand se trouvent sur l e t o i t du temple. Jim se sert du canon. Le lac se deverse. F r i t z von Tolten vient vers eux. I I desire un duel. II perd. Jim et Henri decouvre q u ' i l a l a i s s e dans l e canot "certains papiers . . . o u . i l . . . est f a c i l e de r e c o n n a i t r e des forraules de mathematiques, physiques et 137 chimiques." Leur mission est'accomplie. Richard r e n t r e au Canada avec E l o a qui porte l e nom a n g l a i s , P a t r i c i a , qui s i g n i f i e en l a t i n " p a t r i c i e n " en f r a n c a i s ce mot s i g n i f i e "noble, a r i s t o c r a t e . " Henri r e n t r e au Canada re t r o u v e r son epouse. Ce roman quoique d'apparence un peu d i f f e r e n t e est t o u t e f o i s i d e n t i q u e au Lys de sang l o r s q u ' i l s ' a g i t de l a r a i s o n p r i m o r d i a l e du "voyage." Cette f o i s a u s s i , l a quete est c e l l e de 1'anima. E l l e se manifeste cependant sous une forme un peu d i f f e r e n t e dans ce der- n i e r roman, 1'anima i c i est representee par l a L i b e r t e . I l s ont f a i t ce voyage pour assurer l a . l i b e r t e au monde, et l e s o u s t r a i r e au joug h i t l e r i e n . I I s ' a g i t t o u t e f o i s de 1'anima sous son aspect s o c i a l Leur voyage n'a eu qu'une r a i s o n d'etre fondamentale, 1 ' i n t e g r a t i o n de 1'anima dans l e u r p e r s o n n a l i t e . Nos voyageurs reviennent en novembre au Canada, ou l ' h i v e r est deja. i n s t a l l e . I I c o n t i e n t l a promesse du printemps et l a renaissance physique qui est p a r a l l e l e a l e u r renaissance psychologique. Dans ces deux romans, l e theme du voyage s e r t de metaphore pour s o u l i g n e r 1 ' e v o l u t i o n de nos prot a g o n i s t e s . Le theme du voyage se manifeste dans Nipsya mais sous une forme toute d i f f e r e n t e . CHAPITRE I I I NIPSYA Nipsya est l a deuxieme oeuvre de Georges Bugnet. Selon Jean- Marcel Duciaume ce roman . . . repose essentiellement sur 1'etude du developpe- ment psychologique et s p i r i t u e l du personnage p r i n c i p a l . Son aventure s p i r i t u e l l e est vecue au rythme meme de l a n a t u r e . . . . 1^1 Ce r e c i t se s i t u e dans l a grande f o r e t . Selon Bruno Bettelheim, "the f o r e s t . . . symbolizes the place i n which inner darkness i s confronted and worked through; where u n c e r t a i n t y i s r e s o l v e d about who one i s ; and lh2 where one begins to understand who one wants to be." Selon ce c r i t i q u e , ce n'est pas par hasard que Nipsya se trouve en grande f o r e t a l b e r t a i n e . Dans c e t t e oeuvre, i l s ' a g i t de 1'evolution de Nipsya de l'enfance jusqu'a.sa m a t u r i t e . Selon Jean Papen, " l e r e c i t avance au rythme des saisons. ""'"̂  "Nipsya, ses jambes souples c r o i s e e s sous e l l e , est a s s i s e dans l'herbe n o u v e l l e . A ce debut de printemps, Nipsya v i e n t d'avoir s e i z e ans. E l l e v i t avec sa grand-mere, haute et f o r t e Indienne. Notre p r o t a g o n i s t e est une jeune f i l l e metisse. lU5 E l l e est o r p h e l i n e . Son nom en K r i s s i g n i f i e " s a u l e . " Le saule "chez l e s Indiens de l a P r a i r i e est . . . un-arbre s a c r e , . l e symbble de renouveau c y c l i q u e . . . .""'"̂  Jusqu'a. son nom souligne l a t r a n s - formation qui s'opere chez Nipsya. i n Assise, face au l a c , e l l e ne remarque pas l e s "grands a i g l e s ihl . . . qui planent, tout noirs sur un c i e l de feu." Que symbolise ces aigles? Selon l e Dictionnaire des symboles, l ' a i g l e est " l e l U 8 symbole de l'ascension s p i r i t u e l l e . " La presence de ces ai g l e s evoque 1'aspect s p i r i t u e l du "voyage" qu'entreprend Nipsya. "Par ses ancetres K r i s , e l l e avait l e genie de 1'observation minutieuse et 1 ' i n t e l l i g e n c e de l a . nature sauvage. . . . Lorsqu'elle marche dans l e s b o i s , e l l e observe l e s betes qui s'y trouvent. E l l e l e s etudie a f i n de pouvoir l e s surpasser de ruse et l e s tuer sans trop de d i f f i c u l t e . l i s l'amusent et 1'instruisent a l a f o i s . Mais depuis qu'elle a seize ans, . . . dans son ame et dans ses yeux une aurore se leve... Et v o i c i qu'elle devinai't dans .les betes de l a foret une sorte de consanguinite, car e l l e commence a entendre en soi-meme des appels inconnus, et comme un chant de d e s i r s , vague et grandissant, qui 1'apparentait a toutes ces v i e s , traduites par tant d'accents divers. Mais e l l e ne soup- conne pas encore ou chercher l a voix qui repondit a l a s i e n n e . 1 ^ Nipsya se " r e v e i l l e " graduellement. E l l e se decouvre, se rendant compte qu'elle est devenue plus complexe qu'avant. E l l e s ' e t a i t crue jusqu'i'ci maitresse de toutes ses pensees et de toutes ses actes et v o i c i qu'une puissance, que pourtant e l l e sentait etre soi-meme, s'imposait inex- orable:, sans qu'elle put bien comprendre comment, n i pour- quoi, mais e l l e en avait une imprecise i n t u i t i o n . ^ ^ l Un jour e l l e examine son vetement de peau d'orignal et juge q u ' i l est d e f r a i c h i . E l l e se rend au poste de l a Baie d'Hudson pour s'acheter du t i s s u . La, l e facteur du poste, M. Alec, o f f r e de l u i apprendre a l i r e . Cela surprend Nipsya. M. Alec s'est apercu que Nipsya grandit et devient femme. U3 Le facteur a un cheval q u ' i l n'arrive pas a. dom.pt er. Mahigan, indien k r i s , o f f r e de l e f a i r e . Mahigan qui s i g n i f i e Gros Loup de 152 Bois en K r i s y parvient apres une heure de l u t t e . Cela ne nous etonne pas car l e loup, grace a "sa force et [son] ardeur au combat . . . est une a l l e g o r i e guerriere [chez l e s ] Indiens de l a p r a i r i e 153 Nord-Americaine." Mahigan r e f l e t e l a force du guerrier k r i s . A cause de son succes, a l u i , Nipsya estime qu'aucun blanc ne vaut Mahigan. E l l e e t a i t f i e r e de l u i , et par l u i , de l a nation k r i s e . L u i , souvent, l u i j e t t e un coup d ' o e i l p l e i n d'audace assuree et un peu f a n f a r o n n e . ^ Observant Nipsya. qui t r a v a i l l e a. I 1 a i g u i l l e , l a grand'mere l u i demande s i e l l e a remarque un gargon. Mais Nipsya ne v o i t aucun l i e n entre sa t o i l e t t e et un jeune homme. Les saisons changent, i l est f i n j u i n . Nipsya remarque l a beaute des lys rouges et se demande pourquoi e l l e ne le s a jamais observes auparavant. Fragment par fragment, e l l e decouvrit un nouveau sens dans l e mystere des etres vivants. Sans parvenir a e l u - cider 1'inexplicable d u a l i t e qui l ' i n s u r g e a i t frequemmeht. contre soi-meme, e l l e se comprit davantage, e l l e sut sa f a i b l e s s e et sa di g n i t e . Et c'est a i n s i que Nipsya devint femme, femme aux yeux' graves et reserves.^55 Les hommes ne tardent pas a l a remarquer mais e l l e n'a r i e n en commun avec eux. Un jour sa grand'mere l u i annonce que son cousin V i t a l Lajeunesse a i n s i que.sa cousine, Alma et son oncle Cleophas vont venir l e u r rendre v i s i t e . Nipsya est toute heureuse, car V i t a l est l e seul homme qui ne s o i t pas venu l a v o i r . E l l e s ' h a b i l l e de son mieux pour l u i p l a i r e . Sa grand'mere l a contemple, et e l l e l u i d i t : Ma f i l l e , ton cousin ecoute l e s Robes Noires. l i s l'ont eleve, l u i et t a cousine. Tu perdras t a peine.15o Mais Nipsya n'y porte pas attention. Les Lajeunesse viennent leur :.... rendre v i s i t e , mais ce n'est pas simplement pour causer. V i t a l demande a sa grand'mere s i e l l e veut bien venir f a i r e l a cuisine chez eux, pen- dant l a r e c o l t e des f o i n s ; en echange, l u i et son pere l e s approvision- neront pour l ' h i v e r . E l l e y r e f l e c h i t et donne son consentement. Nip- sya quitte l a maison, V i t a l et Alma l a suivent. V i t a l demande a Nipsya s i e l l e veut a l l e r de 1 ' a u t r e cote du l a c . II l u i d i t qu'elle pourra plus facilement se trouver un bon c a v a l i e r et en plus Alma est l a pour l u i t e n i r compagnie. Quant a lui-meme, i l avoue q u ' i l sera bien con- tent s i e l l e vient. Nipsya accepte d'y a l l e r . Au jour convenu, puisque l e lac est calme, e l l e et sa grand'mere font l a traversee seules. Rap- pelons que " l e voyage dans 1 'espace.comprend non seulement.le voyage, proprement d i t , mais aussi l e s promenades, l e s v i s i t e s , l e s departs, les retours et l e s demenagements."^"-^ Qu'est-ce que ce demenagement entrainera dans l e caractere de Nipsya qui se decouvre elle-meme? Une f o i s qu'elles se sont i n s t a l l e e s dans l e grand chantier, Nipsya se rend compte que sa parente f a i t des prieres chaque s o i r , et- q u ' i l s ont un respect profond pour l e s missionnaires. Lorsque l e Pere Lozee apprend qu'elle n'est pas chretienne, i l l u i demande s i e l l e veut l e devenir. E l l e repond a 1 ' a f f i r m a t i f . Ensuite, e l l e s ' i n t e r - roge: pourquoi a i - j e d i t oui. Est-ce au fond, parce que j'espere par 1 5 8 l a me rapprocher de V i t a l ? Plus tard, e l l e interroge V i t a l , quant aux r i t e s et aux croyances des catholiques/ Apres avoir repondu a, bon nombre de questions, i l d i t : "Nipsya, t u cherches moins a comprendre l a r e l i g i o n chre- tienne qu'a savoir ce que moi-meme j'en pense. Pourquoi? E l l e r e s t a un moment i n t e r d i t e . Oui c ' e t a i t v r a i . V i t a l v o i t tout. Et e l l e pergut aussitot qu'elle de- s i r a i t surtout se f a i r e une ame p a r e i l l e a l a sienne. Plus t a r d , e l l e discute avec l u i et l u i avoue: "Je veux bien te com- prendre, V i t a l . " I I l u i repond: Ce n'est pas moi q u ' i l faut chercher a comprendre. C'est l a v i e . E l l e est plus grande qu'un homme. Moi je ne compte pas. Je peux mourir demain. "° Nipsya desire connaitre son cousin. E l l e se rend compte q u ' i l est plus complexe que l e s autres hommes qu'elle connait. L o r s q u ' i l parvieht a, dompter deux boeufs, i l ne s'en vante pas. Cela etonne Nipsya. De toutes ses tentatives d'explication e l l e ne pouvait que revenir aux paroles q u ' i l avait dites et qu'elle se r e p e t a i t souvent parce qu'elle ne l e s entend pas bien: "Faire ce qu'on c r o i t bon du mieux que l'on peut... Moi je ne compte pas"... Quelques jours plus t a r d , i l p i e u t , V i t a l ne peut pas a l l e r t r a v a i l l e r dans l e champ. Nipsya peut done l ' i n t e r r o g e r a, son aise. E l l e l u i demande ce que c'est qu'un p h i l t r e d'amour. II l u i repond que: . . . l e meilleur p h i l t r e . . . c'est l e v e r i t a b l e amour. Et l e v e r i t a b l e amour c'est quand on aime, non pour s a t i s - f a i r e ses d e s i r s , mais quand on cherche surtout l e bon- heur de c e l u i qu'on aime. C'est encore du renoncement. cela . Comprends-tu? 1^ En vivant a, ses cotes, Nipsya commence a comprendre son cousin. E l l e sent que V i t a l desire une femme qui partage l a v i e de son ame autant que l a v i e de son corps. E l l e l u i pose maintes questions a f i n de l e connaitre, car e l l e cherche l a voix qui repond a, l a sienne. Cette voix e s t - e l l e c e l l e de V i t a l ? E l l e a agi toujours pour p l a i r e a, son cousin. E l l e s'est f a i t baptiser car e l l e s a i t que de cette facon e l l e partagera l e meme Es p r i t Protecteur que V i t a l . Peu de temps apres son bapteme, e l l e va c u e i l l i r des atocas dans l e s b o i s , e l l e y rencontre Mahigan. Lors- qu'elle en parle a V i t a l , i l c r o i t qu'elle prefere Mahigan. Blesse, i l l u i d i t qu'elle est l i b r e . E l l e ne comprend plus r i e n . Toujours e l l e a essaye de l u i p l a i r e et l u i n'a jamais r i e n f a i t pour e l l e , et maintenant i l l u i d i t qu'elle est l i b r e . E l l e va vers sa grand-mere et l u i annonce qu'elle desire q u i t t e r l e chantier des Lajeunesse. C e l l e - c i l a regarde avec grande bonte. "Je te l ' a v a i s d i t , ma f i l l e . V i t a l a ete eleve par l e s Robes Noires. II ne peut pas trouver en t o i ses idees."- 1-^ Le lendemain matin, e l l e s sont de retour chez e l l e s , de 1'autre cote du l a c . C'est l e deuxieme demenagement que f a i t Nipsya dans peu de temps. Lors de son sejour chez l e s Lajeunesse e l l e a appris a con- n a i t r e quelque peu son cousin, qui estime l e s choses de 1'esprit au- tant que l e s choses du corps. II est f o r t , i l est g e n t i l , mais e l l e ne l e comprend pas toujours car i l parle souvent de renoncement. Les quelques semaines qu'elle a pass'ees chez ses cousins l u i ont ete pro- f i t a b l e s . La,, e l l e a decouvert l a douceur de l'amour et l a brulure.de 1'incomprehension. Remarquons ce que ce nouveau deplacement l u i apportera. Un s o i r apres sa rentree, e l l e marche dans l e s b o i s , i l f a i t n u i t . E l l e c r o i t entendre une voix humaine, une. voix de femme' qui pleure. E l l e s'approche d'un camp et reconnait M. Alec qui se trouve parmi d'autres blancs. C'est l u i qui joue du v i o l o n . La musique q u ' i l joue l a touche au plus profond de son coeur. Emue, e l l e rentre a, l a maison. Le jour suivant, M. Alec se rend chez e l l e , accompagne de ses amis qui desirent louer un canot et des f i l e t s . M. Alec l u i demande de l e s escorter car ses amis ne sont pas tres habiles. E l l e passe l a journee avec eux. A l'heure du repas, un des hommes joue du v i o l o n ; i l en joue moins bien que M. Alec. Apres peu de temps, l e premier passe l e vi o l o n a M. Alec. II en joue et se rend compte que Nipsya est profon- dement touchee par le s doux accords. Quelques jours plus t a r d , i l vient l u i rendre v i s i t e . Sa grand'- mere se mefie. Nipsya 1'invite t o u t e f o i s a s'asseoir. II l u i d i t q u ' i l a remarque l e p l a i s i r qu'elle eprouve en ecoutant l e v i o l o n . I I l u i demande s ' i l peut venir l a v o i r pour l u i jouer de l a musique. E l l e l u i repond qu'elle ne s a i t pas. Sachant qu'elle a rompu avec V i t a l , i l s'explique: J ' a i pense que vous aviez du chagrin et ne veux que vous en d i s t r a i r e un peu. N'ayez pas peur de moi Nipsya. Je n'ai pas de mauyaise in t e n t i o n . Vo.ulez-vous que je joue du violon? E l l e accepte et i l l u i f a i t passer une heure heureuse. Ensuite, i l l ' i n v i t e dehors, car i l . f a i t beau. C'est l'automne. II remarque sa t r i s t e s s e et f a i t un rapprochement entre ses sentiments a e l l e et l a melancolie de l a nature. N'etes-vous pas emue devant cette b e l l e nature qui va mourir, se couvrir de son l i n c e u l de neige, durant un hiver s i long? — E l l e ne meurt pas. L'hiver est bon. —Ah! p e t i t e f i l l e , vous n'avez pas l e sentiment de l a nature. Vous-voyez trop les choses t e l l e s qu'elles sont. II faut savoir leur preter des sentiments humains. —Pourquoi?... -, ̂ — O u i , au f a i t , pourquoi? V o i c i qui est s i n g u l i e r . M. Alec se met a mediter. Apres peu de temps, i l l a quitte en r e f l e - chissant a ce qu'elle l u i a repondu. Sa grand'mere l u i d i t de f a i r e a ttention. Je n'etais pas plus, mauvaise qu'une autre, ma f i l l e . [ Pourtantl, j ' a i eu deux maris blancs, qui m'ont aban- donnee. l b Nipsya et l e facteur, M. Alec, se voient presque tous l e s jours. Apres quelque temps, Nipsya n'a plus peur de l u i . Un jour, i l l a ren- contre, seule dans l e b o i s , ou e l l e va chercher du bois pour l e u r p r o v i s i o n d'hiver. Au l i e u de 1'importuner, i l l ' a i d e . P a r f o i s , l o r s q u ' i l v ient l a v o i r , i l apporte des l i v r e s . I I l u i parle de l'An- gle t e r r e et de 1'Europe, i l l u i montre ses l i v r e s i l l u s t f e s . Une f o i s , i l s discutent de 1'existence d'un Grand E s p r i t ; M. Alec maintieht q u ' i l n'existe pas p u i s q u ' i l y a tellement de souffrance dans l e monde. A p a r t i r du debut de novembre, M. Alec ne vient que l e s o i r car l e s trap- peurs viennent porter l e s fourrures au poste. Puis, tout a, coup, M. Alec ne vient plus. Peu de temps apres, Alma traverse l e l a c pour porter des provisions a sa grand'mere. E l l e l e s l u i remet et ensuite demande a. Nipsya de venir au dehors. Alma l ' i n t e r r o g e quant aux f r e - quentations du facteur. E n f i n , e l l e l u i d i t que M. Alec s'est marie a, Edmonton, i l y a. deux jours, et que l a danse a l i e u ce s o i r au poste. Nipsya ne repond pas. E l l e rentre dans l a maison et va se coucher. Plus t a r d , e l l e s ' h a b i l l e , e l l e met ses meilleurs vetements et se d i r i g e vers l e poste. Avant qu'elle parte, sa grand'mere essaie de l a r e t e n i r . L'aieule apprehende quelque malheur. Nipsya se rend au poste. V i t a l s'y trouve a u s s i . II l u i d i t "Tu n'aurais pas du venir, Nipsya." II o f f r e de l a reconduire en canot. E l l e refuse. II l a f a i t entrer au poste. I l s voient M. Alec qui leur presente son epouse. Nipsya n'en peut plus. E l l e quitte l a cour et repart vers l e l a c . V i t a l l u i c o n s e i l l e de ne pas.y passer, car i l y a des trous d'air. E l l e l e f u i t sans repondre. Voyant qu'elle s'obstine, i l rentre au poste, emprunter des longues raquettes de trappeur. h9 Soudain, l a glace craqua sous son p o i d s , et e l l e d i s - parut presque toute e n t i e r e . . . Le f r o i d de c e t t e eau l a p e n e t r a i t t o u t e , a l o u r d i s s a n t ses vetements, engour- d i s s a n t . 1 ' a c t i v i t e de ses membres. Et son coeur sem- b l a i t mort. E l l e ne s e n t a i t plus aucune v o l o n t e , aucun d e s i r . 1 ^ 8 Meutrie, e l l e se sent d e l a i s s e e de tout l e monde. E l l e c r o i t que per- sonne n'a besoin d ' e l l e : Doucement, e l l e se s e n t a i t a t t i r e e vers l e fond de ces eaux f r o i d e s , avec e f f o r t e l l e tourna l a t e t e du cote du l a c . Non, l e canot ne v e n a i t pas. E l l e s'en dou^.: : :t t a i t b i e n . V i t a l a u s s i 1'abandonnait. I I ne l u i r e s t e plus personne. C'est b i e n f i n i . E l l e est presque engourdie lorsque V i t a l a r r i v e . I I l a t i r e des eaux, e l l e est presque morte. I I l a secoue a f i n de l a ranimer. I I l a sou- t i e n t et l ' a i d e a f a i r e ses premiers pas. V i t a l l u i passe son manteau, car c e l u i de Nipsya est r a i d i e par l a glace. I I l a ramene chez e l l e , et l a remet aux soins de sa grand'mere pendant q u ' i l rapporte l e s raquettes au poste et r e v i e n t en canot. De retour,. i l d i t a sa grand'- mere et a Nipsya de prendre l e u r s a f f a i r e s car i l l e s reconduit de l ' a u t r e cote du l a c . La grand'mere n'est pas d'accord. V i t a l s'adresse a Nipsya. I I avoue q u ' i l l ' a mal jugee. I I s'excuse aupres d ' e l l e . E l l e l u i repond q u ' e l l e n'a r i e n a l u i pardonner, q u ' e l l e ne veut plus r i e n . I I essaie de l u i e x p l i q u e r l e s r a i s o n s pour l e malentendu qui e x i s t e entre eux. I I l u i d i t q u ' e l l e . d o i t chercher l a r e l i g i o n et Dieu par elle-meme et non dans l u i . E l l e l u i demande de l a l a i s s e r , q u ' e l l e ne peut plus c r o i r e a r i e n . I I r e f u s e . J ' a i b i e n vu la-bas sur l e l a c : tes yeux appelaient l a mort. Tu en gardes toujours l e gout dans l e coeur. Je ne peux pas t e l a i s s e r i c i . Non j e ne peux pas. [ i l se tourne vers sa grand'mere.1 Ah', grand'mere, aidez-moi. Ce n'est encore.-qu.'.une pauvre p e t i t e enfant.IfO La grand'mere accepte de r e n t r e r au c h a n t i e r b l a n c . I l s s'y rendent en tr a v e r s a n t l e l a c . C'est l e t r o i s i e m e demenagement. Qu ' a - t - e l l e vecu pendant ces quelques mois passes chez e l l e ? Au debut, e l l e a s e n t i un b r e f moment d ' a f f e c t i o n douce qui l u i a permis d ' o u b l i e r ses peines. P u i s , c'est l e desespoir, qui provoque sa course sur l e l a c ou e l l e a appele l a mort. Que s i g n i f i e c e t t e a t t i r a n c e vers l'eau? Selon Mircea E l i a d e , l'eau . . . g u e r i t . . . . Rien de ce qui a e x i s t e auparavant ne s u b s i s t e apres une immersion dans l'eau. . . . L'homme vieux meurt . . . et donne naissance a, un e t r e nouveau, regenere. 171 L'immersion dans l'eau a d i s s o u t l e passe malheureux de Nipsya. Lor s - q u ' e l l e s o r t des eaux, son "mal" est g u e r i , et e l l e en s o r t regeneree. Voyons s i l a derniere p a r t i e du.roman appuie c e t t e i n t e r p r e t a t i o n . Rappelons-nous q u ' e l l e est de' nouveau chez les- Lajeunesse. Comment m a n i f e s t e r a - t - e l l e son e t r e nouveau? Quelques jours apres son r e t o u r au c h a n t i e r , i l y a un evenement t r a g i q u e . Mahigan, s'etant dispute avec son f r e r e , t i r e sur l u i . Croyant q u ' i l l ' a t u e , i l r e v i e n t au l i e u de 1 ' i n c i d e n t . Ne voyant pas l e corps de son f r e r e , i l c r o i t que Mati Manito [1'Esprit Mauvais] a emporte [s]on f r e r e dans l e monde- des e s p r i t s . A l l o n s racheter mon f r e r e [se d i t - i l ] . Stoiquement, i l pose son r i f l e debout, l a crosse a, t e r r e , s'agehouille du genou d r o i t , met son menton au- dessus du canon e t , du pouce, presse l a detente. ' \ La noble mort de Mahigan porte Nipsya a, r e f l e c h i r . Cette f o i s - c i , " f a i r e ce qu'on c r o i t bon du mieux que l'on peut" a un sens i n s o l i t e . E l l e commence a e n t r e v o i r ce qu'a voulu d i r e V i t a l l o r s q u ' i l l u i a p a r l e de renoncement. E l l e se rend compte que n u l acte q u ' e l l e a pose a ete depouvru d'egoisme. Oui, maintenant, e l l e n'apercevait plus d'autre v o i e a une ame humaine de prouver son amour pour une autre ame que l e s a c r i f i c e , l e s a c r i f i c e absolu, sans compensation, qui tue quelque p a r t i e de l'ame qui aime, pour que, de ce t t e mort, n a i s s e quelque v i e dans l'ame aimee.173 E l l e comprend qu'auparavant e l l e s'est . . . conduite comme 1'enfant qui n'agit b i e n que par espo i r d'une recompense. [ E l l e s ' i n t e r r o g e :] A v a i s - j e l e d r o i t d'en v o u l o i r a V i t a l , ou meme a monsieur A l e c , s ' i l s ne [m]'avaient jamais t r a i t e e qu'en p e t i t e f i l l e ? [Je m'avais crue] l e d r o i t de [m]'imposer a eux, l e d r o i t ^ ^ d'exiger l e don d'eux-memes. Et i l s m'[avaient] r e j e t e e . Nipsya se rend compte de son erreur et decide de m o d i f i e r son comporte- ment. E l l e ne demandera plus r i e n . Maintenant, e l l e ne devait plus r e c u l e r devant l ' a c t e bon, meme s ' i l e t a i t rude, meme s ' i l e t a i t e f f r a y a n t . La s e u l e t a i t l e moyen de prouver a tous et a elle-meme q u ' e l l e n ' a g i s s a i t plus comme une enfant e g o i s t e . Dans ce s a c r i - f i c e de son o r g u e i l e l l e r e t r o u v a i t sa f i e r t e . I f 5 Nous postulons que 1'immersion dans l'eau a f a i t mourir cet "en- f a n t " qu'a ete Nipsya. La renaissance, qu'entraine c e t t e immersion, est c e l l e d'un etre mur, r e f l e c h i . Observons s i Nipsya a g i r a selon ses nouvelles connaissances. Quelque temps s'ecoule. Nipsya reprend ses habitudes de t r a v a i l . E l l e est toujours prete a rendre s e r v i c e . Quoi- q u ' e l l e s o i t chez l e s Lajeunesse, e l l e ne v o i t pas V i t a l souvent. 11 s'absente de l a maison presque toute l a journee; l e s o i r , des que l a lampe est allumee, i l se plonge dans un l i v r e . L ' a v a n t - v e i l l e de Noel, i l l u i demande s i e l l e veut 1'accompagner au poste de l a Baie d'Hudson. E l l e accepte, i l s s'y rendent. E l l e r e v o i t monsieur A l e c , qui l e s a c c u e i l l e d'une mine un peu genee mais c o r d i a l e . Nipsya "s ' etonna ; que.'cette r e p r i s e des r e l a t i o n s f u t s i simple et l a l a i s s a t s i f r o i d e . " V i t a l et e l l e f o n t l e t r a j e t 5 2 de r e t o u r . I I l u i p a r l e d'elle-meme, l u i d i s a n t que depuis l a mort de Mahigan, e l l e s'est donnee, sans e s p o i r de recompense, dans l e s a c r i - f i c e de son o r g u e i l et de son egoisme. Mais i l l u i f a i t comprendre que ses gestes, quoique stoiques ne sont pas accomplis par un d e s i n t e r e s s e - ment absolu. I I l u i explique sa conception de l a v i e . Le passage s u i - vant, un peu l o n g , merite t o u t e f o i s d'etre c i t e pour nous l a i s s e r e n tre- v o i r l a beaute de sa pensee, qui r e f l e t e , b i e n entendu, c e l l e de notre auteur. La noble mort de Mahigan t ' a f a i t t e r e f u g i e r dans 1'amour du d e v o i r . Tu as appris comme l u i et grand'mere a, f a i r e ce q u ' i l f a u t , simplement parce q u ' i l l e f a u t , sans r i e n espe- r e r . Tu aides ceux qui sont autour de t o i . Tu ne l e u r de- mandes poi n t de r e t o u r . Cela est mieux... Mais ce n'est pas encore t o u t . Tu n'as pas encore trouve l a v r a i e l o i du monde, l a l o i complete de l a v i e . Maintenant encore, comme Mahigan, comme grand'mere, comme l e f a c t e u r , c'est encore t o i que t u cherches a. s a t i s f a i r e . Tu gardes ton ame. Tu ne t e donnes pas toute. Et t u ne l e peux pas, t a n t que t u ne regardes que l e s choses de l a t e r r e , parce q u ' e l l e s ne v a l e n t pas, non pas meme l'homme, qu'on se donne a. e l l e s . . . Mais sors de toi-meme et regarde Son oeuvre t e l l e q u ' i l l ' a f a i t e . Chaque e t r e a sa l o i , et c e t t e l o i est de r e m p l i r sa d e s t i n e e , non pour, s o i s e u l , mais en rapport du monde, t e l l e que Dieu l u i a f i x e e . Vois la-bas ces roseaux.des- seches autour desquels c r o i s s e n t en ete t a n t de nenuphars et ou l e poisson est s i abondant. Jusque dans l e u r aneantisse- ment i l s accomplissent un acte determine'-parr.une ,destinee - d'amour. Au printemps i l s tomberont en p o u r r i t u r e , mais c'est de c e t t e p o u r r i t u r e que germeront d'autres v i e s . S ' i l s ne se donnaient pas a i n s i , l e s nenuphars d i s p a r a i t r a i e n t , et l e poisson. E t , comme eux, nous devons r e m p l i r l a l o i qui est en nous, non pour notre s a t i s f a c t i o n seulement, mais pour f a i r e n a i t r e de tout ce qui s o u f f r e et meurt en nous, et de notre corrup- t i o n meme, une v i v a n t e f l o r a i s o n de beaux actes u t i l e s et de bonnes, sages et f o r t e s , pensees. La douleur et l a mort ne sont que des sensations, des vegetations de l a matiere. Mais s i nous l e s prenons comme un engrais f e r t i l e pour y semer notre pensee et notre v o l o n t e , nous l e u r donnons une v a l e u r humaine, nous y f a i s o n s c r o i t r e des vegetations humaines. A i n s i seulement pouvons-nous accomplir notre courte destinee 1 r7r7 dans, l e plan e t e r n e l du Grand E s p r i t . 1 1 Nipsya r e f l e c h i t a ce que V i t a l vient d'exprimer. E l l e entrevoit que . . . n i Mahigan, n i monsieur Alec ne l'avaient vraiment aimee, que c e l u i - l a seul l ' a i m a i t vraiment qui ne v o u l a i t pas d'abord son p l a i s i r personnel mais 1'ennoblissement d'elle-meme, et non seulement de son e s p r i t mais de toute 178 son ame. ± i U E l l e se rend compte qu'avec Mahigan, l ' a t t r a i t qu'elle a r e s s e n t i n'a ete que physique. Avec monsieur Alec, i l s ont j o u i des choses de 1'es- p r i t . Mais avec V i t a l , i l y a non seulement ces deux aspects, mais i l y a en plus, un troisieme, c e l u i de l'ame. A. p a r t i r de ce s o i r , V i t a l et Nipsya sont inseparables. Aux v e i l l e e s maintenant V i t a l s'asseyait avec Nipsya et l a t e n a i t serree contre l u i sous l a lumiere de l a lampe. II ouvrait un l i v r e et 1' i n s t r u i s a i t . Aupres del'.lui , e l l e [eprouve 1] . . . une grande paix. serieuse, un peu t r i s t e meme, mais infiniment douce, comme-celle que 1 l'homme attribue aux bois mouilles de p l u i e apres l e s beaux orages, quand i l s se reposent d'avoir gronde l a louange formidable des v e n t s . 1 7 9 . Vers l e m i l i e u de Janvier, l e Pere Lozee revient l e s v o i r . II trouve Nipsya toute preparee a sa premiere communion comme a sa pre- miere confession. Le lendemain matin, e l l e devient l'epouse de V i t a l Lajeunesse. Un mois plus t a r d , son oncle Cleophas, l e pere de V i t a l , meurt. I I a beaucoup souff e r t mais i l ne s'est pas p l a i n t . "Et sa memoire et son exemple devaient etre pour Nipsya surtout, semence de l8o plus haute vertu." Nous nous trouvons a l'epoque du second souleve- ment de R i e l . En mars de cette annee, on vient demander a V i t a l de se rendre au Manitoba. II ne s a l t pas s ' i l doit q u i t t e r Nipsya, qui est enceinte. E l l e veut que son mari r e s t e , mais, se rappelant . . . l e s paroles et 1'exemple de ce mort qui l u i avait corifie son f i l s , de ce mort qui n'avait point f a i t parade de sa force a. supporter l a douleur, mais qui d i s s i m u l a i t ses souffrances, l e s c a c h a i t pour ne pas peiner l e s a u t r e s , ces paroles et cet exemple e l l e l e s a v a i t t r o p souvent me- d i t e s . . . 1 I l s se sont impregnes dans son e s p r i t . V i t a l se tourne vers e l l e ; i l ne s a i t pas s ' i l d o i t p a r t i r . E l l e l u i d i t : Je ne s a i s pas s ' i l faut que t u pa r t e s . Je veux seulement que t u fasses ce q u ' i l f a u t . Et moi a u s s i j e tache de f a i r e ce que j e d o i s , du mieux que j e peux.182 I I l a serre contre l u i . Et e l l e ne s a v a i t p l u s s ' i l y a v a i t dans l e u r amour plus de j o i e que de douleur. [ i l l u i repond:] Ah! maintenant, en v e r i t e , t u es l ' o s de mes os, l a pensee de ma pensee, .,1'ame dei.mon ame. Et j e t e trouve au moment de t e q u i t t e r . . . ^ 3 I I l a q u i t t e pour se rendre a Batoche. D'interminables semaines s'ecoulent, et l a f o i de Nipsya ne f a i t que s'agrandir. Nipsya a change. Son comportement temoigne de c e t t e renaissance qu'a annonce 1'immersion dans l'eau. "Elle-meme admirait qu'une chose a u s s i p e t i t e que de passer de l a r i v e nord a, c e l l e du sud eut amene en e l l e s i rapides et s i profondes tr a n s f o r m a t i o n s . " Cela ne nous etonne pas puisque nous savons que l e demenagement f a i t p a r t i e de 1'archetype du 185 + voyage, et que . . . l e voyage r e c t i l i g n e et h o r i z o n t a l f i g u r e a i n s i 1'image renversee d'un autre voyage r e c t i l i g n e et v e r t i c a l : l'un e x t e r i e u r , 1'autre i n t e r i e u r , l'un donnant a. 1'autre ses dimensions et sa forme v i s i b l e . ^ 8 6 Nipsya est passee d'une r i v e a 1'autre en l a i s s a n t d e r r i e r e e l l e son enfance pour devenir une femme mure. Jean Papen juge q u ' e l l e a a t t e i n t ce desinteressement absolu dont l u i a p a r l e V i t a l " l o r s q u ' e l l e consen- t i r a au depart de V i t a l pour Batoche, l o r s q u ' e l l e acceptera c e t t e sepa- r a t i o n au nom du devoir d'un amour conjugal qui ne cherche pas a en- c e r c l e r l e couple sur lui-meme, mais a l'epanouir au s e r v i c e des autres..." Deux mois passent et peu de nouvelles. C'est l e mois de mai. Nipsya observe l a r e s u r r e c t i o n de l a nature et medite les mys- teres de l a v i e et l a destinee de 1'amour qui se manifestent dans l a nature autour d ' e l l e . E l l e s'interroge quant a. leur avenir. S i V i t a l ne revient pas, son s a c r i f i c e s e r a - t - i l en vain? Abandonnees, sans protecteur, l e u r v i e n d r a i t - t - o n encore prendre l e grand chantier blanc, et toute leur t e r r e , tout ce qui r e s t e r a i t de V i t a l . Pourtant, sa douleur n ' e t a i t pas sans adoucissement. E l l e e t a i t sure a present qu'un enfant l u i n a i t r a i t et qu'en l u i comme en e l l e V i t a l con- t i n u e r a i t a. vivre.-'- 8 8 Vers l a f i n du mois de mai, Nipsya est assise au sommet de l a berge, e l l e regarde l e couchant. Entendant un galop de chevaux nom- breux et des voix qui c r i e h t , e l l e se p r e c i p i t e vers l a route. Presqu'aussitot, l'un de ceux qui etaient sur l a voiture se j e t t e a. t e r r e et l ' e t r e i g n i t silencieusement. E l l e ne d i t r i e n . E l l e ne pouvait pas p a r l e r , E l l e n'avait pas besoin de p a r l e r . II l u i s u f f i s a i t de regarder dans ses yeux et de v o i r q u ' i l avait l ' a i r heureux, bien heureux.189 Bruno Bettelheim nous dit.que l a foret est l e l i e u de transforma- t i o n : "the f o r e s t symbolizes the place i n which inner darkness i s con- fronted and worked through, where uncertainty i s resolved about who one i s ; and where one begins to understand who one wants to be.""^O Nous estimons que Nipsya a r e u s s i non seulement cette transformation, passant a i n s i de l'enfance a l'age adulte, mais e l l e a aussi accompli l a plus profonde des metamorphoses. One becomes a complete human being who achieved a l l h i s p o t e n t i a l i t i e s only i f i n addition to being oneself, one i s at the same time able and happy to be oneself with another. 191 5 6 Selon ce c r i t e r e de Bruno Bettelheim, Nipsya manifeste l e f a i t que son "voyage" est une r e u s s i t e t o t a l e . CHAPITRE IV LA FORET "Les l i t t e r a t u r e s en gestation comptent, plus que l e s autres, v 192 leurs poetes maudits." Selon Gerard Tougas, auteur de 1'Histoire de l a l i t t e r a t u r e canadienne-francaise, Georges Bugnet f a i t p a r t i e de ceux-ci. L'auteur de La Foret n'a malheureusement pas p r o f i t e de l ' e c l a i r a g e que son oeuvre merite, car 1'ambiance au Quebec, au moment de 1'apparition de son roman, exige un cachet n a t i o n a l i s t e . Georges 193 Bugnet ne se f a i t pas porte-eparole d'un t e l mouvement. La r e a l i t e q u ' i l v i t et q u ' i l a done de c r i t e est autre. Georges Bugnet avoue qu'en ecrivant La Foret i l a espere . . . a t t i r e r 1'attention publique sur l a tragedie de tant de f a m i l i e s " t i r e e s d'Europe et lancees dans l e Nord-Ouest sur des t e r r e s l o i n t a i n e s et i n h o s p i t a l i e r e s " et sur l e drame de leur v i e avant et apres 1'abandon de . leurs t e r r e s . 19̂+ Selon l u i , La Foret est un document•socio-historique plutot 195 qu'un roman. Gaston Bachelard nous signale q u ' " i l s u f f i t que nous parlions d'un objet pour nous c r o i r e o b j e c t i f s . Mais par notre premier choix, l ' o b j e t nous designe plus que nous l e designons. p o n c i i s e peut que La Foret s o i t plus qu'un document de l a v i e de ces colons mal-7 heureux. Bachelard ajoute qu'"une oeuvre poetique ne peut guere recevoir son unite que d'un complexe. S i l e complexe manque, l'oeuvre, 197 sevree de ses racines ne communique plus avec 1'inconscient." Cette 57 oeuvre doit certainement communiquer avec 1'inconscient puisque Mme Simone Farquehar, qui a redige sa these de maitrise sur l'oeuvre de Constantin-Weyer et de Georges Bugnet, juge que, grace a La Foret, 198 "Bugnet entra enfin dans l e cadre d'une l i t t e r a t u r e u n i v e r s e l l e . " Quel est done l e complexe sous-jacent de La Foret? Qu'y a - t - i l de plus qu'un simple r e c i t dedie aux pionniers de notre pays? Qu'est ce que Bugnet "designe" l o r s q u ' i l d e c r i t l'"aventure" de ce jeune couple a r r i v e de France? En nous appuyant toujours sur l a psycho- c r i t i q u e nous essaierons d ' o f f r i r une i n t e r p r e t a t i o n qui attribue une s i g n i f i c a t i o n qui est a l a f o i s plus profonde et plus u n i v e r s e l l e que l e simple document historique que Bugnet a cru l a i s s e r a, l a . poste r i t e . 5 9 A. L1AVENTURE Les colons viennent au Canada. I l s ont tous l e meme reve: c e l u i de f a i r e fortune. Mais avant de pouvoir l e r e a l i s e r , i l s doivent s'a- venturer dans un pays q u ' i l s ne connaissaient pas; un pays qui leur est inconnu. A f i n de l e connaitre, ces colons deviennent des explorateurs. Roger Bourgouin, notre protagoniste, doit leur ressembler car i l est "presse de decouvrir l e s coins et recoins de ce pays vierge. . . . " • ' - 9 9 Selon Margaret Atwood, 1'exploration d'une contree n'est pas seulement une exploration geographique. What the explorer does i n these places may range from discovering unknown features of the t e r r a i n to t e s t i n g himself against the environment to encountering aspects of himself he didn't previously know about... The ex- plorers are explorers of s e l f , but the image for s e l f i s an unknown land.200 Done Roger et Louise s'aventurent, a f i n de decouvrir, non seulement un l i e u geographique, mais de se decouvrir eux-memes. 1. L'EAU Selon Gaston Bachelard, i l y a quatre elements qui peuvent en- t r e r en jeu dans tout r e c i t ; ce sont: l'eau, l a t e r r e , l e feu et l ' a i r . Dans La Foret, i l s'agit des deux premiers elements. L'eau, dans ce roman, est a l a f o i s substance de v i e et de mort. Au debut du roman, notre protagoniste, apres avoir tue deux "mallards," doit a l l e r l e s repecher dans l e s joncs. Roger se s a l i t dans cette eau marecageuse, et doit a l l e r se laver dans l'eau du ruisseau. D'apres Mircea E l i a d e , 60 ...;. . 1'immersion dans l'eau symbolise . . . l a r e - generation t o t a l e , Ta nouvelle naissance. . . . ^QJ_ contact avec l'eau implique l a regeneration. . . . Done l e f a i t que Roger s'est baigne dans l'eau implique une re.- naissance. II r e n a i t r a a l a v i e d'un pionnier, l a i s s a n t d e r r i e r e l u i sa v i e europeenne. Roger est heureux de connaitre cette nouvelle r e a l i t e : . Cette v i e nouvelle . . . son mari l a prenait comme une aventure, t e l un e c o l i e r en vacances. . . Roger., e t a i t chaque jour, presse de decouvrir l e s coins et recoins de ce pays vierge, entraine par l e p l a i s i r de l a chasse. . . .202. . Louise qui n'avait pas regu ce "bapteme canadien" ne semble pas pouvoir s'adapter a sa nouvelle r e a l i t e : "Pour e l l e , ce n' e t a i t qu'une contree etrangere, i n h o s p i t a l i e r e , enigmatique. . . . Vers l a f i n du roman, l'eau devient source de mort. Au. moment c r i t i q u e du roman, 1'enfant de notre couple se noie. Selon C a r l Gustav Jung, l ' e t r e qui se noie a l a plus'maternelle des morts. Le desir de l'homme . . . [ d i t - i l ] c'est que l e s sombres eaux de l a mort deviennent l e s eaux de l a v i e , que I^Q^ mort et sa f r o i d e e t r e i n t e soient l e giron maternel. L'oeuvre de Mircea E l i a d e appuie cette pensee. Selon l u i , l'eau est l e i i . receptacle de tous l e s germes,. les eaux symbolisent l a substance primordiale dont naissent toutes l e s formes et dans l e s q u e l l e s e l l e s reviennent. . . .205 L'enfant noye a done l a p o s s i b i l i t e de " r e n a i t r e . " Mais avant de r e n a i t r e , i l faudra que l a s i t u a t i o n qui a provoque sa mort s o i t normalisee. La noyade, bien que tragique, s e r v a i t un but p r e c i s : a, cause d ' e l l e , Roger et Louise doivent re-examiner l e u r v i e . Selon Margaret Atwood, c e t t e s i t u a t i o n est une technique u t i l i - see par maints auteurs pour declencher une s o l u t i o n a un probleme que l e s p r o tagonistes n ' a r r i v a i e n t pas a.resoudre eux-memes: The Great Canadian Baby i s a l i t e r a r y i n s t i t u t i o n ; i t could i n some cases be termed the Baby Ex Machina, s i n c e i t i s lowered at the end of the book to solve problems f o r the characters which they obviously can't solve f o r themselves.206 Ce c r i t i q u e a u r a i t ajoute que ce n'est pas par hasard que 1'enfant f u t noye. Selon e l l e , The'Canadian author's two f a v o r i t e " n a t u r a l " methods f o r di s p a t c h i n g h i s v i c t i m s are "drowning" and f r e e z i n g , drowning being p r e f e r r e d by p o e t s — p r o b a b l y because i t can be used as a metaphor f o r a descent i n t o the uncon- scious . . . . 207 La descente dans l e s eaux represente done une descente vers l ' i n conscient. L'enfant en.tant que synthese de ce couple peut done r e - presenter quelque chose dans l e u r r e l a t i o n . q u i .doit mourir avant de pouvoir r e n a i t r e . 2. LA TERRE Roger et Louise viennent s ' i n s t a l l e r au Canada. Roger c r o i t facilement v a i n c r e l a nature canadienne. I I s'adresse a i n s i a sa femme: "Tu verras s i j e m'en v a i s l a f a i r e r e c u l e r et me rendre au centuple mon t r a v a i l . I I compte e x t r a i r e l a r i c h e s s e de ce pays et ensuite r e p a r t i r : En deux ou t r o i s ans nous aurons i c i une p r o p r i e t e su- perbe. Dans d i x ans nous aurons f a i t fortune et nous retournerons en France.^09 Mais l a r e a l i t e est autre. La nature q u ' i l va dompter s'avere etre une . . . presence dynamique et puissante, capable d ' i n f l u - encer de son mystere et d'illuminer de sa propre l o i l e drame humain qui se deroule en son sein.^10 Au l i e u d'imposer l e u r volonte sur l a Nature, Roger et Louise doivent s'y integrer. Leur v i e est commande par l a ronde des saisons. Jean Papen souligne ce f a i t : Le r e c i t de'La Foret s'etend sur une periode de deux annees completes et i l evolue au rythme i r r e g u l i e r des saisons, plus rapide durant l e s brefs mois de l ' e t e , plus langoureux durant l a longue periode d'octobre a, • 211 mai. Mais ce n'est pas que l e rythme qui evolue avec les saisons, l e com- portement des personnages, jusqu'a. dans leurs rapports intimes, est marie au cycle des saisons. L o r s q u ' i l f a i t s o l e i l , leurs rapports deviennent plus harmonieux. C'est par une apres-midi e n s o l e i l l e e que Louise aborde son mari pour essayer de re s s e r r e r leurs l i e n s . Je crains l ' a v e n i r , Roger. Moins au point de vue mate- r i e l qu'au point de vue moral. Nous nous ecartons peu a, peu l'un de 1'autre... V o i c i ce que je voulais te d i r e : nous pourrions conclure un marche. Moi, dorenavant, je m'interesserai davantage a, ton t r a v a i l , et t o i , de ton cote, t u feras un e f f o r t pour retrouver un peu tes gouts i n t e l l e c t u e l s , pour redevenir plus•hautement humain. A i n s i nos deux ames conserveraient davantage ce que nous avions en commun. 2 1 2 L'automne avec ses c i e l s g r i s approche et Roger adresse l a r e - marque suivante a sa femme: Conviens-que, depuis l a f i n de l'.ete, tu n'es plus t o i - meme... Tu vois tout en couleurs t r i s t e s . Recouvrant l a t e r r e d'une couverture blanche et f r o i d e , l ' h i v e r s ' i n - s t a l l e : "Apres.quelques b e l l e s journees l e f r o i d r e v i n t , brusquement excessif. . . . " Leur r e l a t i o n se deteriore: "En depit de leur 215 bonne volonte'commune, des divergences latentes apparaissaient." Jean Papen souligne l e l i e n qui e x i s t e entre 1'hiver et l e u r s r a p p o r t s : Avec 1'hiver qui s'annonce, ses a u s t e r i t e s et ses p r i v a - t i o n s augmentees encore par une i n s u f f i s a n c e serieuse d'argent, l e s temperaments s'exasperent, l e s prejuges s'entrechoquent dans 1'amour-propre qui ne veut r i e n ceder. 2 l 6 ' S e l o h f . B u g n e t V - l a nature ne provoque pas ces r e a c t i o n s : E l l e est simplement neutre, i n c o n s c i e n t e , i n s e n s i b l e aux drames du coeur q u i se jouent pres d ' e l l e , i n s o u c i a n t e de l a v i e humaine a l a q u e l l e on pretend l ' a s s o c i e r . 2 1 7 Cette c i t a t i o n de Bugnet nous presente une nature i m p a s s i b l e . La nature en s o i est peut-etre neutre, mais lorsque l'homme 1'envisage, i l l a v o i t en ta n t que puissance maternelle. Bugnet per- s o n n i f i e l a nature. I I note dans' son c a h i e r de b r q u i l l o n : Au printemps, l a comparer a une v i e r g e qui attend l e s e t r e i n t e s de l'homme pour enfanter l e s moissons. En ete, a. une femme dans l a beaute de l'age mur. En au- tomne, a une mere: sur son s e i n , comme des enfants blonds, l e s gerbes a t e t e d oree . 2 l 8 Mircea Eliad'e r e s t r e i n t l'etendue de c e t t e p e r s o n n i f i c a t i o n . I I so u t i e n t que l a t e r r e s'associe a, l a femme par "son i n t a r i s s a b l e capa- c i t y de p o r t e r f r u i t . .... La femme est l e champ et l e male est l e 219 dispensateur de l a semence." Jean Papen, en p a r l a n t du t r a v a i l de p i o n n i e r qu'a f a i t Bugnet, appuie c e t t e derniere c i t a t i o n : l e p i o n n i e r . . . d o i t veritablement engendrer son domaine, et • f a i r e q u ' i l se developpe avec autant de r a p i d i t e qu'un etre v i v a n t . I I fa u t done aimer passionnement.220 Roger qui a ete un i n t e l l e c t u e l avant son a r r i v e e au Canada se transforme. Apres a v o i r connu l a t e r r e , i l l a defendait. Ma f o r e t . . ., pour des yeux c i v i l i s e s peut ne pas egaler en beaute l e s d e s c r i p t i o n s des e c r i v a i n s a r ^ t i s t e s , mais e l l e est ma f o r e t , et e l l e est v i v a n t e . 6h Louise, consciente de l ' a t t r a i t qu'a- l a t e r r e pour son mari, en devient jalouse: Tu perds tes gouts i n t e l l e c t u e l s . . . Quand j'essaie de t'y ramener . . . t u ne m'ecoutes plus. Tu en reviens toujours a, t a t e r r e . E l l e te prend non seulement ton corps, e l l e accapare toute ton i n t e l l i g e n c e . Oui, Roger, e l l e te prend jusqu'a ton- coeur.222 Louise se sent abandonnee, delaissee: Tu ne m'aimes plus comme avant... Je me sens un peu comme une epouse dont l e mari e x i g e r a i t • q u ' e l l e vecut en bons termes avec'sa maitresse.223 Louise exagere-t-elle? Jean Papen ne c r o i t pas car i l e c r i t : A l a longue, l a t e r r e possede l e pionnier plus q u ' i l ne l a possede. lui-meme, et pour engendrer "sa t e r r e " . . . l'homme doi t se re g l e r , p l i e r son rythme de v i e au rythme de cette v i t a l i t e puissante. . . .22^ La t e r r e est done devenue l a r i v a l e de Louise. La t e r r e l u i a p r i s son epoux. Roger ne souhaite pas 1'enfant de Louise mais desespere de r e c o l t e r l e s f r u i t s de sa t e r r e . C. LA FORET Bien que.la foret fasse p a r t i e de 1'element t e l l u r i q u e , nous allons 1'analyser a, part car nous estimons que l a foret communique avec 1'inconscient d'une facon autre que l a t e r r e . Rappelons-nous ce que Margaret Atwo.od d i s a i t au sujet de 1'exploration: The "exploration" story takes on overtones of another kind of journey into the unknown: the journey into the unknown regions of. the s e l f , the unconscious, and the confrontations with whatever dangers and splendours l u r k there.225 Done, ce c r i t i q u e soutiendrait que l'aventure a l a q u e l l e p a r t i - cipe Roger et Louise est une exploration psychique aussi bien qu'une e x p l o r a t i o n geographique. Bruno Bettelheim s e r a i t d'accord avec c e c i , ajoutant cependant q u ' i l s ' a g i t non seulement d'une e x p l o r a t i o n psychologique mais a u s s i d'un r i t e d ' i n i t i a t i o n : What happens to the heroes and heroines . . . can be l i k e n e d — a n d has been compared—to i n i t i a t i o n r i t e s which the novice enters naive and uninformed, and which dismiss him at t h e i r end on a higher l e v e l of existence.226 La f o r e t , s e l o n B e t t e l h e i m , symbolise l ' e n d r o i t ou nous a l l o n s pour nous decouvrir nous-memes; The f o r e s t . . . symbolises the place i n which inner darkness.is confronted and worked through; where uncer- t a i n t y i s r e s o l v e d about who one i s ; and where one be- gins to understand who one wants to be.227 A i n s i , l a f o r e t symbolise l e l i e u ou. nous f a i s o n s des demarches a f i n de nous connaitre nous-memes; ce qui se passe a un niveau i n c o n - s c i e n t est transmis par 1'image v i s u e l l e . When the hero i s confronted by d i f f i c u l t inner problems which seem t o defy s o l u t i o n , h i s p s y c h o l o g i c a l s t a t e i s not described; the f a i r y s t o r y shows him l o s t i n a dense, impenetrable wood, not knowing which way to t u r n , des- p a i r i n g of f i n d i n g the way out.22° Selon B e t t e l h e i m , c e t t e i n t e r p r e t a t i o n n'est pas d ' h i e r . Since ancient times the near impenetrable f o r e s t i n which we get l o s t symbolized the dark, hidden, near impenetrable world o f our unconscious.229 - La f o r e t devient l e l i e u par excellence pour se d e c o u v r i r , se t r a n s - former. Ce n'est done pas par hasard que Louise et Roger s'y trouvent. I l s ont a evoluer. Roger et Louise doivent q u i t t e r l e u r v i e de c e l i - b a t a i r e et devenir un couple. Pour eux, l a f o r e t est l e l i e u de ce r i t e de passage. Leur but au niveau de 1'inconscient est de devenir un couple v e r i t a b l e . A f i n d'accomplir c e l a , i l s doivent q u i t t e r l e u r s habitudes de c e l i b a t a i r e . Roger doit apprendre a devenir l'epoux de Louise et non pas un substitut de pere. Louise doit cesser d'etre f i l l e de son pere et devenir 1'epouse de Roger. I l s doivent devenir un couple dans l e v r a i sens du mot et pas seulement du point de vue ju r i d i q u e . A f i n de f a i r e cet acheminement, nos deux protagonistes se trouvent dans l a f o r e t , l i e u de transformation. Chacun se rend compte des lacunes de 1'autre. Roger adresse l a remarque suivante a, sa femme: Tu n'as ete que trop protegee j u s q u ' i c i contre l e s d i f f i c u l t e s de 1'existence. I I faut apprendre un peu a, ne pas toujours compter sur l e s autres. 230 I I 1'accuse de ne pas prendre au serieux leur vie de pionnier: " T o i , 231 t u es comme une reine qui joue a l a bergere." I I n'est pas l e seul a. c r i t i q u e r . E l l e estime q u ' i l prend ses responsabilites a l a legere aussi. E l l e l'observe et juge q u ' i l agit " t e l un e c o l i e r en vacances. En plus, i l est de moins en moins a t t e n t i f envers e l l e , e l l e soupgonne que l a t e r r e est devenue l a maitresse de son epoux. E l l e prend non seulement ton corps, e l l e accapare toute ton i n t e l l i g e n c e . Oui, Roger, e l l e te prend jusqu'a ton coeur.233 La maturite du couple est l e c r i t e r e qui decidera de l a r e u s s i t e de 1 ' i n i t i a t i o n . Examinons attentivement l e caractere de nos deux pro tagonistes a f i n de juger s ' i l s ont reu s s i ce r i t e de passage. Wotons q u ' i l n'y a pas que Roger et Louisei.dans l a f o r e t , i l y a aussi un couple age, l e s Roy. Nous allons analyser l e s Roy avant d'aborder 1'analyse du jeune couple. 6 7 B. ANALYSE DES PERSONNAGES PRINCIPAUX 1. LE COUPLE AGE Lorsque Roger et Louise Bourgouin viennent s ' i n s t a l l e r sur leur t e r r e , i l s decouvrent q u ' i l s ont comme vo i s i n s P i e r r e et Melie Roy. Grace a, l a necessite de construire une maison pour nos deux immigrants, ces deux couples feront connaissance l'un de 1'autre. Les Roy, gens qui ont " f a i t de l a t e r r e " depuis longtemps viennent aider ces nouveaux-venus. Pi e r r e et Melie savent s'adapter aux exigences du metier de pionnier. II n'est pas jusqu'a, l e u r nom qui n'indique q u ' i l s peuvent s'assimiler au t r a v a i l agraire. Le nom " P i e r r e , " nom d'une 23k "matiere minerale s o l i d e " souligne l e f a i t q u ' i l f a i t p a r t i e de l a t e r r e . I I n'est done pas Stranger a l a nature. Le nom Roy evoque l a royaute, l a domination; ce n'est done pas etonnant que P i e r r e et Melie Roy, s'integrant au rythme de l a nature, conquierent sa fecondite. Melie s'entretenant avec Louise l u i parle de sa v i e : Pour ga, c'est une v i e " t o f f e , " c e r t a i n . . . On n'est pas sur de r e u s s i r . Mais, ma chere dame, c'est j u s t e - ment ga qui est plus interessant dans 1 ' a f f a i r e . Quand c'est trop f a c i l e , c'est ennuyant. . . .235 E l l e continue de plus b e l l e . E l l e aime l e combat qui se l i v r e entre eux et l a t e r r e : Mais sur une t e r r e neuve, ga c'est autre chose! Vous etes pas sur comment ga va v i r e r . Alors ga devient une v r a i e b a t a i l l e . C'est-y l a t e r r e qui va gagner? Ou bien c'est-y vous?... au moins ga c'est du p l a i s i r . Bruno Bettelheim, dans son l i v r e celebre, The Uses of Enchant- ment , nous apprend que dans l e s contes de fees les r o i s et reines, qui y f i g u r e n t , sont en r e a l i t e l e s parents, vus par 1'enfant: There are so many kings and queens i n f a i r y t a l e s he- cause t h e i r rank s i g n i f i e s absolute power, such as the parent seems t o h o l d over h i s c h i l d . So the f a i r y - t a l e r o y a l t y represents p r o j e c t i o n s of the c h i l d ' s imagina- t i o n . . . . 2 3 7 Puisque l e couple age dans La Foret s'appelle l e s Roy nous voudrions examiner l e r o l e des Roy v i s - a - v i s du jeune couple. Nous analyserons l a p o s s i b i l i t e de v o i r Monsieur et Madame Roy en tant que parents des Bourgouin. Tout au debut du roman, lorsque Roger Bourgouin c h e r c h a i t un "homestead," i l rencontre M. Roy qui•!'assure que son quart est "un 238 'quart' tout a u s s i bon que l e s i e n . " M. Roy c o n s e i l l e Roger. Cette a t t i t u d e ne t i e n t pas du r o l e du pere, mais en accumulant l e s d e t a i l s , nous pourrons mieux juger. Lorsque Mme Roy rencontre Louise pour l a premiere f o i s , e l l e s ' a p i t o i e sur c e t t e jeune femme qui n'a "pas l ' a i r batie'pour l e pays 239 i c i t t e . . . " Mme Roy o f f r e de rendre s e r v i c e lorsque ces nouveaux colons en auront besoin: "approchant son siege [ e l l e ] p r i t dans ses mains c e l l e s de Louise . . . on f e r a t oujours ce qu'on pourra pour vous a i d e r . Les Roy, ayant vecu dans l a nature ont acquis un sens d'obser- v a t i o n et un real i s m e que l e jeune couple n'a pas encore. En c h o i s i s - sant l e s i t e pour sa f u t u r e demeure, Roger prefer e l a c o n s t r u i r e pres du l a c . "Je p o u r r a i a i n s i , de ma f e n e t r e , t i r e r l e s canards. Ce 2Ul s e r a i t commode." Sa remarque nous p a r a i t enfantine s i nous l a comparons a c e l l e de M. Roy et de son f i l s , q u i y a v a i t murement r e f l e c h i : Voux pouvez pas: f a i r e ga. Le l a c peut monter. Vous avez qu'a regarder. Y a des annees ou. l e s eaux sont venues quasiment jusqu'au b o i s . Vous voyez pas, l a - bas, ces vieux "flottages"? Ca marque un ancien bord du l a c , et i l y a plus de quatre, cinq ans.2^2 Ayant 1'experience des longs hivers canadiens, l e vieux Roy . ajoute cette remarque pratique: Et puis, vous faut une cave, mon cher monsieur. Vous faut une cave seche, s i vous voulez avoir des patates en h i v e r . 2 Le t r a v a i l avance, l e s hommes s'y sont mis. Mme Roy vient v o i r Louise. Melie, ayant observe son habillement l u i adresse cette r e - marque: "Mais, ma chere dame, permettez-moi de vous l e d i r e , vous etes pas chaussee. n i h a b i l l e e pour t r a v a i l l e r . " Empreinte de bon sens, e l l e l u i c o n s e i l l e de porter de fortes chaussures. Ca, au moins, c'est pas beau, mais vous pouvez c o u r a i l l e r avec, n'importe ou, et vous avez l e s pieds sees.2^5 Genereuse, Mme Roy o f f r e d'en f a i r e acheter au v i l l a g e par son mari. Motivee par un i n t e r e t sincere, e l l e continue: Et puis, vous a l l e z encore d i r e que je me mele de ce qui me regarde pas, mais s i j ' e t a i s de vous, je m'ache- t e r a i s tout de sui t e une couple de vaches. Avec du l a i t et de l a creme, du beurre, ga sauve bien de l a depense.2^6 D'une nature perspicace, e l l e essaie d'encourager Louise lorsque c e l l e - c i perd son entrain: "Vous verrez ga. A l a f i n vous ferez une bonne v i e . Ca sert a. r i e n de se chagriner." Le vieux Roy, soumis aux l o i s de l a nature, observe Roger et ses deux "engages" coupant l e bois . I I constate que le u r t r a v a i l avance rapidement mais i l f a i t l e commentaire suivant: A l e s prendre aux racines, ga avance pas s i v i t e qu'en l a i s s a n t l e s "chousses," c e r t a i n . Mais ga vous gagne du temps et aussi bien de l a peine qu'on aurait en- su i t e . . . Et puis, i l y a toujours quelques racines pas TO coupees... E n f i n , chacun sa fagon... Seulement, l'automne, c'est pas l a bonne s a i s o n . . . 2 ^ 8 Au printemps suivant, Roger se rend compte de l a justesse du co n s e i l : A l ' e s t de l a maison, ou, ayant enleve l e s arbres, i l avait l a i s s e l e s souches. II eut d'abord une desagre- able surprise. En y penetrant i l decouvrit que presque p art out, et la, surtout ou l e s l i a r d s et l e s trembles avaient ete coupes l e plus t a r d dans l'automne et au debut de l ' h i v e r precedents, l e u r domaine avait ete repeuple par des r e j e t s vigoureux dont l e s ti g e s sur- gis s a i e n t , drues, f l e x i b l e s , innombrables.2^9 Roger apprend q u ' i l doit proceder avec i n t e l l i g e n c e dans toute chose. Lorsque l e veau s'echappe de 1'Stable, Roger l e poursuit. II s'epuise, sans r e s u l t a t . Le bonhomme Roy detache l a vache, l a conduit au dehors. E l l e pousse un meuglement et l e veau sans h e s i t e r , accourt tout d r o i t a cet appel. Quel geste simple.' Mais i l faut y avoir pense. Roger, e s s o u f f l e , d i t : "Une autre f o i s je saurai comment m'y 250 prendre." Loin de se s e n t i r superieur, P i e r r e Roy repond: Comme.de rai s o n , monsieur Bourgouin, comme de raison. Un commengant, ga peut pas tout savoir. II y a comme ga des tas d ' a f f a i r e s bien simples, seulement on l e s o trouve pas tout de suite.251 Tout au long du roman l'on sent l a bonhomie qui se degage de ce couple age. Lorsque Mme Roy se rend compte que l e menage des Bourgouin ne va pas bien, e l l e vient en pa r l e r a, Louise. Une f o i s encore, Melie s'excuse en disant: "Certain que c'est pas de mes a f f a i r e s , mais. . . . E l l e explique 1'importance de l a tenue, l a p o s s i b i l i t y que Roger s o i t jaloux de 1'enfant qui accapare tout l e temps de l a jeune mere. E l l e suggere que Louise s'achete de l a tei n t u r e pour ses vetements d e f r a i ^ l . i . c h i s, soignant a i n s i sa t o i l e t t e pour p l a i r e a. son mari. Humble, Mme Roy l u i d i t : Moi non plus, dans mon jeune temps, je ne me doutais pas que toutes ces pe t i t e s choses de r i e n , des f o i s ca compte.253 E l l e indique que ses connaissances viennent de sa v i e i l l e mere, et 25I+ e l l e ajoute simplement: " j ' e t a i s pas fachee de l e savoir." E l l e continue: "Mors vous, comme vous n'avez plus votre mere, j ' a i pense 255 que moi, je pouvais peut-etre..." Melie va vers Louise puisqu'elle s a i t que cette derniere a besoin de soutien moral, d'encouragement, de c o n s e i l . C'est avec t r i s t e s s e que Mme Roy d i t au re v o i r au jeune couple, qui quitte l a ter r e apres l a mort de leur enfant. E l l e s'adresse a, Louise pour l a derniere f o i s : J'aurais tant voulu que vous r e s t i e z avec nous. De vous v o i r abandonner l a t e r r e , ca me f a i t gros de peine. 256 Mme Roy se montre profondement comprehensive l o r s q u ' e l l e d i t : Votre bebe, comme de raison, c'est bien dur. Mais, ma pauvre chere dame, l e s enfants voyez-vous, quand l e Bon Dieu nous l e s donne, ga c'est pas pour nous...257 E l l e parle en connaissance de cause car e l l e aussi avait perdu son pre mier enfant. S'efforgant une derniere f o i s de r e t e n i r Louise, e l l e demande: "Pourquoi ne pas re s t e r avec nous? Je gage que s i vous essayez encore, vous f i n i r e z par r e u s s i r . " Mais Louise ne veut pas Le jeune couple qu i t t e l a t e r r e . Sans l ' a i d e genereuse que l e s Roy avaient donnee, l e s Bourgouin n'auraient jamais pu survivre dans ce rude pays. Nous estimons que l e type de rapports existant entre l e s Roy et les Bourgouin pourrait etre qualifies de rapports parentaux. Mais ce ne sont pas des "parents a u t o r i t a i r e s . " I l s suggerent plutot que d'imposer. Les Roy l a i s s e n t a leurs "enfants" l a l i b e r t e de c h o i s i r , tout en se souciant de l e u r bien-etre. Les Roy ont subi l e r i t e de passage. I l s sont des i n i t i e Jean Papen a bien compris l e r o l e des Roy dans ce roman. II e c r i t : Les Roy ne sont pas de simples confidents des proga- gonistes majeurs, mais i l s sont les. temoins de cette . race des v e r i t a b l e s f i l s de l a t e r r e , habitues a, ses caprices, soumis a. ses l o i s et par l a , conquerants de sa fecondite. ^ 5 9 Ce vieux couple a.explore aussi bien son coin de t e r r e que son etre. Le r e s u l t a t . . . une grande maturite. Ce sont des gens . . . j o v i a l s . [ s i c ] et courageux, ouverts de coeur et genereux d'a c c u e i l , riche de bon sens et de franchise... capables de f r a t e r n i s e r avec tout l e monde, prets a, bougonner au sujet de l a p l u i e ou du beau temps ou en- core du caractere de l e u r conjoint. b 0 La v i e ne leur a pas toujours ete f a c i l e , mais i l s ont su sur- monter le s d i f f i c u l t e s . Le r e s u l t a t est une remarquable ouverture vers l'Autre, que ce s o i t un inconnu, ou leur conjoint. 1. LE JEUNE COUPLE Le jeune couple s'est i n s t a l l e sur une t e r r e canadienne. I l s ne connaissent n i l e pays, ni. l e metier de defricheur. Cependant i l s •portent en eux l e courage de decouvrir non seulement ce nouveau pays mais leur nouvel etat, c e l u i du couple. Leur nom indique q u ' i l s ont l a p o s s i b i l i t y de s o r t i r de cette "aventure" plus " r i c h e " qu'a leur a r r i v e e ; puisque, l e nom Louise, d'origine germanique, s i g n i f i e Hlod-wig, c 'est-a-dire, " g l o i r e et c o m b a t e t l e nom Roger,, d'o r i . . . 262 gme germanique aussi, Hrod-gari, s i g n i f i e g l o i r e et lance. Leur nom de f a m i l l e , l e nom Bourgouin, est une ancienne forme regionale de 263 "Bourguignon." Ce nom souligne leur o r i g i n e europeenne. II peut nous porter a nous interroger quant a leur capacite d'adaptation a cette nouvelle s i t u a t i o n . Nous examinerons leur v i e au sein de ce pays inconnu que fut pour eux l e Canada. Nous essaierons autant que possible de juxta- poser l e s reactions de ces deux jeunes gens a f i n de mieux observer leur evolution. Rappelons-nous que l e c r i t e r e qui nous indique s ' i l s ont reu s s i l e u r "aventure" est c e l u i de l a maturite a 1'in t e r i e u r du couple. Au tout debut du roman, nous l e s observons: i l s sont debout, l'un pres de 1'autre, Louise se serrant contre son mari. II est h a b i l l e en costume de chasse, e l l e en elegante robe de v i l l e . II l a qui t t e pendant un moment; e l l e entend une detonation, i l a tue deux "mallards." Pour l e s repecher, i l entre dans une eau marecageuse; a f i n de se nettoyer, i l se baigne, nu, dans l'eau du ruisseau. Rappelons-nous 1'interpretation bachelardienne qui d i t que 1'immer- sion dans l'eau symbolise un bapteme. Ses habitudes europeennes ayant ete symboliquement dissoutes, Roger renait a l a v i e canadienne. Louise n'a pas recu ce bapteme. E l l e plus que Roger gardera sa c u l - ture europeenne. Cette difference qui existe au depart pourra en- t r a i n e r des consequences nefastes pour leur v i e de couple. Le jour apres leur a r r i v e e , Roger propose a Louise d ' a l l e r ex- p l o r e r leur propriete. I l s s'aventurent dans l e s bo i s . Simone Farquehar juge que cette promenade est pour Louise "non seulement deconcertante mais p r o p h e t i q u e . . Louise se prepare pour 1'excursion projetee en mettant "de hautes chaussures, de c u i r f i n , car e l l e avait l e s pieds d e l i c a t s . . . se' protegea l e visage 7̂ d'une T o i l e t t e de t u l l e n o i r , par c r a i n t e des moustiques . . . [et e n f i l a ] ses gants."^^^ I l s marchent ensemble lorsque "soudain un b r u i t l a f i t t r e s s a i l l i r . " C e t a i t l'audacieuse grande p e r d r i x 267 .... de l'Ouest defendant son n i d . " D'apres Simone Farquehar, " c e t i n c i d e n t se grava pour toujours dans 1' i n c o n s c i e n t de' Louise ."^^ Ce c r i t i q u e semble c r o i r e que l a peur de Louise a ses o r i g i n e s dans cet episode. Nous croyons p l u t o t que cet i n c i d e n t ne f a i t que symbo- l i s e r l e s c r a i n t e s q u ' e l l e a meme avant cet i n c i d e n t . Bruno Bettelheim nous d i t : I n t e r n a l processes are t r a n s l a t e d i n t o v i s u a l images. When the hero i s confronted by d i f f i c u l t inner problems which seem t o defy s o l u t i o n , h i s p s y c h o l o g i c a l s t a t e i s not described; the f a i r y t a l e shows him l o s t i n a dense, impenetrable wood, not knowing which way t o t u r n , des- p a i r i n g of f i n d i n g the way o u t . 2 ^ 9 Bugnet ne nous d i t pas que Louise, des son a r r i v e e au Canada, a peur mais i l l a met dans une s i t u a t i o n a f i n que nous l e constations.. L'habillement de Louise r e f l e t e que " i n t e r n a l processes are 270 t r a n s l a t e d i n t o v i s u a l images," car ses vetements ne sont pas vraisemblables dans une f o r e t . I I s ' a g i t done d'un procede qui t r a - d u i t son re f u s d'adaptation a sa nouvelle r e a l i t e , t a n d i s que l ' h a - b i l l e m e n t de Roger r e f l e t e son d e s i r de s'adapter a l a v i e de pi o n n i e r . Lorsque son mari r e v i e n t , apres a v o i r f a i t une p e t i t e randonnee dans l e s b o i s , e l l e l u i avoue q u ' e l l e - a peur l o r s q u ' i l s'eloigne. E l l e a peur d'etre seule dans c e t t e f o r e t : Un i n s t i n c t l u i d i s a i t que c e t t e f o r e t m i l l e n a i r e e t a i t i c i l e g i t i m e p r o p r i e t a i r e du s o l et q u ' e l l e ne c e d e r a i t pas s e s d r o i t s sans une o p i n i a t r e resistance. 271 Plus t a r d , . . . dans son imagination effrayee, i l l u i [a Louise] sembla que l e ruisseau e t a i t comme une tentacule, mobile, vivante, s o r t i e de l a grande foret qui se cher- chait une proie.272 A ce propos, Bruno Bettelheim nous d i t : In t h i s dark forest the f a i r y - t a l e hero often encounters r the creation of h i s wishes and anx i e t i e s . . . . But she [ f a i r y and the sorcerer] is.no longer seen halfway r e a l i s t i c a l l y , as a mother who i s l o v i n g l y a l l - g i v i n g and an opposite step-mother who i s r e j e c t i n g l y demanding, but e n t i r e l y u n r e a l i s t i c a l l y , as eit h e r super-humanly rewarding or inhumanly destructive.273 Louise p r o j e t t e ses propres craintes sur l a f o r e t — c e l i e u , a cause de c e c i , prend des proportions effrayantes. La perception qu'a Roger de l a fo r e t est tout autre que c e l l e de sa femme. Pour l u i , cette v i e nouvelle, i l l a prend "comme une aventure, t e l un e c o l i e r en. vacances. Chaque jour, entraine par l e p l a i s i r de l a chasse, i l decouvre l e s coins et recoins de ce pays vierge. Roger n'a aucune c r a i n t e , au co n t r a i r e , i l est sur de con- querir cette f o r e t : "Je m'en vais l a f a i r e reculer et nous rendre au 27 5 centuple mon t r a v a i l . " Bettelheim nous parle du bonheur en disant: A f t e r the brothers are united—which i s a symbol of having achieved i n t e g r a t i o n of the discordant tenden- cies within Ithem]—they l i v e happily ever after.27o I I nous semble que c e c i peut s'appliquer a l a r e l a t i o n que nous etu- dions presentement. Roger v o i t l a foret d'une fagon masculine, phy?-i sique: " i l se c r o i t f o r t , intrepide et de t a i l l e a dompter facilement ^ 2 7 ce pays q u ' i l c r o i t posseder par ses seuls t i t r e s de p r o p r i e t a i r e . " Louise cependant v o i t l a foret d'une facon feminine, i n t u i t i v e , e l l e . . . comprend tout de s u i t e que ce peuple de grands arbres immobiles ne cederaient pas l e t e r r a i n sans une . o p i n i a t r e .resistance. 27 Margaret Atwood nous d i t a ce propos que "Nature poetry i s s e l - dom j u s t about Nature . . . landscape poems are o f t e n i n t e r i o r l a n d - scapes; they are maps of a s t a t e of mind." Le but de l e u r v i e en f o r e t semble etr e de r e c o n c i l i e r l e u r v i s i o n d i f f e r e n t e de l a v i e qui est t r a d u i t e symboliquement par ces deux p o i n t s de vue. S ' i l s a r r i - v a i e n t a i n t e g r e r ces deux p o l a r i t e s , i l s auraient une v i e harmonieuse. Examinons done l a s u i t e de l ' i n t r i g u e a f i n de v o i r s ' i l s modi- f i e n t l e u r p o s i t i o n , et f i n i s s e n t par connaitre l e bonheur. Notons cependant que s i l e u r p o s i t i o n n'est pas modifiee au cours du roman, i l se peut q u ' i l y a i t d i s i n t e g r a t i o n de l e u r u n i t e de couple. Lorsque Mme Roy rencontre Louise e l l e constate que ces deux etres sont t r e s d i f f e r e n t s . M e l i e Roy f a i t l a remarque suivante: [Roger] est un beau gas [ s i c ] , et i l a l ' a i r d'avoir du courage tout p l e i n . Mais vous ma pauvre dame, vous m'avez pas l ' a i r b a t i e pour l e pays d ' i c i t t e . 2 8 0 E l l e continue: "Oui, ga va prendre b i e n du courage pour une cr e a t u r e , comme vous ,pour r e s t e r sur une t e r r e comme ga."^^" Le courage, l a f o r c e , Roger l e s a en partage. Louise, sans l a presence de. son mari,. sent que: . . . ces immensites avaient une v i e propre ou. l a sienne n ' e t a i t qu'une i n t r u s e , i n f i m e , dedaignee... Pour e l l e ^ ce n ' e t a i t qu'une contree etrangere, i n h o s p i t a l i e r e . . . Margaret Atwood a b i e n compris l e r o l e de l a Nature dans l'oeuvre poetique l o r s q u ' e l l e e c r i t : "Nature i s h o s t i l e and i s out to get me" can mean . . . " I f e e l s m a l l , h e l p l e s s and v i c t i m i z e d . I seem to have l i t t l e power over my o w n i . d e s t i n y . Something must be doing t h i s to me but I can't put my f i n g e r on a concrete enemy. Therefore the enemy must be Nature.283 Quelle remarque juste.' Louise sent que sa v i e l u i echappe. Au cours du roman, Louise prend peu de decisions. Ayant tout quitte pour suivre son mari, e l l e l u i l a i s s e prendre toutes l e s decisions. Au cours d'une discussion avec Mme Roy, qui l u i demande comment i l s pensent entamer l e t r a v a i l , Louise'repond: "Je ne sais pas trop. Mon mari n'a encore r i e n decide de bien p r e c i s . " ^ ^ ^ Louise ne demande pas a, son epoux quand " i l s " vont commencer a, construire leur maison, 285 mais p l u t o t : "Quand vas-tu commencer?" II est done tout a, f a i t comprehensible qu'elle se sente impuissante, et que ses rapports avec l a Nature s'en ressentent. Roger l u i signale qu'elle devra apprendre a, etre plus independante. I I l u i d i t : En ce pays, i l faut savoir un peu tous l e s metiers. S i t u tombais malade, je deviendrais l e c u i s i n i e r et l a menagere. Et t o i , Louise, s ' i l m ' a r r i v a i t un accident, comment t'en tirerais-tu? 286 II continue: "Tu n'as ete que trop protegee j u s q u ' i c i contre toutes 287 le s d i f f i c u l t i e s de 1' existence. " Au l i e u de decider qu'elle apprendra a etre plus independante, e l l e r e f l e c h i t de l a fagon suivante: "Qui, dans ce pays, je l e crains 288 Roger peu a peu va prendre 1'habitude de ne pas s'occuper de moi." E l l e semble avoir raison car Roger, "entraine par l e p l a i s i r de l a chasse, l a l a i s s a i t s e u l e . " 2 ^ Au tout debut de l'oeuvre e l l e se pos l a question suivante: "Combien de temps f a u d r a i t - i l endurer cette v i e Si Roger pouvaii'^me comprendre, nous ne resterions pas. . . . " 290 C'est justement l e probleme: i l s ne se comprennent pas, faute de pou- v o i r se d i r e l a v e r i t e . Louise se renferme dans son monde. Roger dans l e sien. Lorsque Louise essaie de discuter l a p o s s i b i l i t e d'avoir du b e t a i l a f i n de gagner de-1'argent, Roger "tout'a son enthousiasme de 291 bucheron, ne v o u l a i t entendre p a r l e r n i de vacb.es, n i de poules." Sans s'en rendre compte, Roger assume un r o l e a u t o r i t a i r e . C'est l u i qui prend l e s decisions, sans avoir consulte sa femme. Ce n'est done pas etonnant que Louise se sente impuissante, car a v r a i d i r e , e l l e subit son destin. C'est Roger, qui seul, est l e maitre. Roger passe ses journees entieres dans l e bo i s , coupant l e s arbres, enlevant l e s souches. Le s o i r , i l rentre epuise, mais f i e r de son endurance. Ce t r a v a i l physique entraine des consequences mal- heureuses. Louise l e l u i f a i t remarquer: "Oh, Roger, t u te depraves. 292 Pourquoi employer ce mot gr o s s i e r . " Son mari l u i repond: "C'est 293 l e metier qui veut ca." II est v r a i q u ' i l est d i f f i c i l e de main- t e n i r un c e r t a i n niveau de langage lorsqu'on ne c u l t i v e plus 1'esprit mais Roger ne. se rend pas compte de sa re s p o n s a b i l i t e v i s - a - v i s de sa propre evolution. L u i , qui avait espere e c r i r e des a r t i c l e s , a main- tenant de l a peine a l i r e : " l a l e c t u r e avait perdu beaucoup de son "291* ancxen charme. Louise observe l e s changements qui se manifestent chez son epoux. " C e t a i t comme un autre homme qui apparaissait en l u i et dont, ^ 2 9 5 p a r f o i s , e l l e . e t a i t un peu effrayee." Nous pouvions nous attendre a un changement dans l e caractere de Roger, son bapteme l e f a i t r e - na i t r e a une v i e nouvelle. II quitte l e s vestiges de sa v i e europeenne a f i n de mieux s.'adapter a l a v i e canadienne. Mais, ce f a i s a n t , i l s'eloigne de sa femme qui n'a pas dissout ses origines dans l'eau du ruisseau. Louise se rend compte que Roger se devoue a. sa t e r r e de plus en pl u s : "Aujourd'hui . . . aujourd'hui, c ' e t a i t a, sa t e r r e , a.' sa con- quete m a t e r i e l l e , q u ' i l donnait toutes ses. p e n s e e s . " ^ Soucieux de conquerir sa t e r r e , Roger engage deux Slaves pour 1'aider a, ab a t t r e l e s arbres. Ces d e r n i e r s n'ont pas de s a v o i r - v i v r e . Puisque Roger t i e n t a v o i r ses engages s a t i s f a i t s , i l ne l e u r reproche pas l e u r manque de d e l i c a t e s s e envers sa femme. Blessee, e l l e l u i en p a r l e . I I l'ecoute d i s t r a i t e m e n t . E l l e sent q u ' i l s s'eloignent de plus en p l u s , l'un de 1'autre. E l l e se souvient qu' A u t r e f o i s , i l se s e r a i t indigne du moindre regard i n s o - l e n t pose sur sa femme... A u t r e f o i s i l a v a i t s o i n de se t e n i r lui-meme au plus haut rang de 1 ' e l i t e humaine... Aujourd'hui... i l t r i o m p h a i t des premiers obstacles de l a f o r e t , et deja, e l l e se vengeait en l u i otant l e s plus precieuses p a r t i e s de son ame. Louise e s s a i e de remedier a l a s i t u a t i o n en proposant un compro- mis. E l l e va vers son ma r i , qui est tout heureux de l a v o i r dans l e s b o i s , a ses cotes. I I l u i demande de s'as s e o i r pres de l u i . E l l e l u i repond: "Non, laisse-moi:. r e s t e r ̂ debout. "J-'-aime^garder:>ma:-:robe p r o p r e . " 2 ^ ^ E l l e accuse son mari de devenir de plus en plus n e g l i g e n t : Regarde l e s jambes de ton pantalon. Ces trembles l e s poudrent de l a farine. de leu r . ecorce. [Lorsque t e s ] h a b i t s se s a l i s s e n t , t u ne t'en soucies plus. 299 Ces remarques peuvent nous p o r t e r a, c r o i r e que Louise,s'attache unique- ment a, 1'aspect physique de l e u r r e a l i t e mais rappelons-nous cependant, que l e f a i t que Louise veut garder sa robe propre r e f l e t e q u ' e l l e ne veut pas e t r e " s a l i e " par l a v i e canadienne qui ra b a i s s e son niveau c u l t u r e l . La c r i t i q u e q u ' e l l e adresse a. son mari au s u j e t de sa tenue, s i g n i f i e q u ' i l perd ses gouts i n t e l l e c t u e l s . E l l e l u i explique q u ' e l l e c r a i n t l ' a v e n i r au point de vue moral p u i s q u ' i l s s'ecartent tellement l'un de l'autr e . E l l e l u i avoue qu'elle se sent delaissee. II l 1 a s - sure qu'entre sa t e r r e et sa femme i l h'hesitera pas a c h o i s i r son epouse. E l l e l e c r o i t . Mais e l l e l u i repond: Je sais que tu ne l e f e r a i s pas sans dechirement, n i sans m'en garder une longue rancune. Et v o i l a pourquoi j'enyveux a ce pays. En t'arrachant de moi, i l me de- fend meme de me plaindre. -̂ O Ne voulant pas continuer ses reproches, e l l e l u i propose de con- clure un marche: Moi, dorenavant, j e m'interesserai davantage a ton t r a - v a i l , et t o i , de ton cote, tu feras un e f f o r t pour r e - trouver un peu tes gouts i n t e l l e c t u e l s , pour redevenir plus hautement humain. A i n s i nos deux ames conserve- r a i e n t davantage ce que nous avons en commun.3,01 II accepte v o l o n t i e r s . L'hiver commence a s ' i n s t a l l e r . Roger se trouve de plus en plus a l a maison. Pour p l a i r e a son epouse, Roger se remet a. l i r e et a discuter ses l e c t u r e s . Mais quelque chose d'inattendu se produit. Alors qu'autrefois l e meme l i v r e leur i n s p i r a i t l e s memes r e f l e x i o n s , des remarques qui, mimes di f f e r e n c e s , se r e l i a i e n t et se complementaient aujourd'hui quelques pages de lectures devenaient source de discussions laborieuses pour trouver 1'accord, source aussi de t a c i t e s mesententes.302 Ce compromis qui: doit: l e s rapprocher, ne l e f a i t qu'en apparence. Jean Papen nous en parle: En r e a l i t e , cette r e c o n c i l i a t i o n e t a i t a r t i f i c i e l l e et ne reposait pas sur une entente profonde de leurs idees et de leurs responsabilites mutuelles dans l a tache qui le s attendait tous deux unis ensemble. . . . L'un et l'autre gardaient done ses positions de base: e l l e l e retour en Europe ou du moins 1'eloignement de l a f o r e t , l u i , l e desir de conquerir "sa" t e r r e et d'assurer a i n s i sa f i e r t e de proprietaire.303 De plus, quoique Roger a i t recommence a l i r e , Louise se rendait compte qu' . . . au l i e u de se porter comme autrefois sur des e c r i t s serieux, s u b s t a n t i e l s , f o r t i f i a n t s , 1'esprit de Roger s'attachait maintenant de preference aux f r i v o l i t e s , a v i ^ l i s s a n t a i n s i l a v i r i l i t e de sa pensee et l a tournant a l a paresse.30^ Roger s.'enlise dans l a paresse: tant intellectuellement que physique- ment. Au l i e u de f a i r e ses travaux quotidiens, i l l e s l a i s s e souvent a sa femme. Leur r e l a t i o n se degrade de plus en plus. Un jour l e u r muet antagonisme se manifeste. l i s s'accusent mutuellement. Une f o i s l a c r i s e passee, I l s etaient bien resolus a ne jamais recommehcer de t e l l e s disputes a v i l i s s a n t e s , et qui l e s conduisaient a une deplorable i n i m i t i e . Mais l e s f a t a l i t e s qui l e s encerclaient sans relache l e s e x c i t a i e n t sourdement l'un contre l'autre et, en depit d'eux-memes, i l s con- tinuerent a se dechirer.305 Cette f a t a l i t e dont parle Bugnet vient moins d'une nature hos- t i l e que par faute de generosite profonde de l a part de chacun d'eux. L'"aventure" q u ' i l s ont entreprise s'avere d i f f i c i l e . E l l e exige enormement de nos deux protagonistes. La v i r i l i t e compte pour peu lorsque 1'aventure se l i t au point de vue p'sychologique. Roger s'avoue ne pas comprendre l a psychologie feminine. Comme [Louise] se sentait impuissante dans, [ l a Nature], e l l e porte insensiblement sa re v o l t e contre l'homme qu'elle aime. mais qu'elle t i e n t responsable de son infortune.306 Roger et Louise, noueaux maries, ne se rendent pas compte q u ' i l y a des moments d i f f i c i l e s dans l a v i e du couple. l i s ne pensaient pa que l e u r amour peut se heurter a de t e l l e s d i f f i c u l t e s . I l s sont comme un enfant qui d o i t apprendre qu'avant d ' a t t e i n d r e l e bonheur i l d o i t s u b i r des d i f f i c u l t e s . To gain h i s kingdom [the c h i l d ] must be ready to under- go a " C i n d e r e l l a " e xistence f o r a time, not j u s t i n regard t o the hardships t h i s e n t a i l s , but a l s o i n r e - gard t o the d i f f i c u l t tasks he must master on h i s own i n i t i a t i v e . Depending on the c h i l d ' s stage of psycho- l o g i c a l development, t h i s kingdom which C i n d e r e l l a achieves w i l l be one e i t h e r of u n l i m i t e d g r a t i f i c a t i o n dr o f i n d i v i d u a l i t y and unique personal achievement.307 I l s sont a, un moment c r i t i q u e de l e u r v i e mais au l i e u de s'expliquer a fond, i l s decident de ne plus jamais a v o i r de t e l l e s d i s p u t e s . Q u ' i l y a i t des s u j e t s de discorde entre mari et femme est to u t a f a i t n a t u r e l . Bruno Bettelheim nous d i t : "One becomes a person 308 only as one defines o n e s e l f against another person." P a r f o i s on n ' a r r i v e a 'se d e f i n i r qu'en s'opposant a quelqu'un. De c e t t e facon, nos idees se trouvent e c l a i r c i e s . Mais au l i e u d'accepter ces con- frontati6ns|,v.nbs .deux p r o t a g o n i s t e s , - par manque de v r a i e m a t u r i t e , s'enferment dans l e u r p e t i t univers i n d i v i d u e l . A l o r s , peu a. peu, un mur se dresse entre eux. Le printemps a r r i v e , et avec l u i , n a i t non seulement l a nature mais 1'enfant des Bourgouin. Cet enfant q u ' i l s nommeront P a u l , creera un l i e n f r a g i l e entre Roger et Louise. Grace a. cet e t r e , Loui s e . . . se s e n t a i t du courage et.de l a f o r c e , une grande fo r c e prete a, l u t t e r vaillamment contre toutes l e s in f l u e n c e s cachees qui t e n t e r a i e n t de l e s cerner.3 (- )9 Non seulement a - t - e l l e de l a force a. l u t t e r mais ce qui nous etonne l e plus c'est que "ses yeux, maintenant p a i s i b l e s , se le v e n t 310 et regardent sans c r a i n t e l e grand pays s o l i t a i r e . " Quelle 83 transformation.' Non seulement n ' a - t - e l l e plus peur de l a f o r e t , mais e l l e avoue a Roger le s craintes qu'elle avait l o r s q u ' i l e t a i t l o i n d ' e l l e . II l u i demande: Ma pauvre Louise pourquoi ne me d i s a i s - t u pas tout ce que t u ressentais. Je ne pensais pas que t u tertourmen- t a i s ' a ce point.311 La raison q u ' i l s se trouvent dans l a foret semble reposer sur l e besoin q u ' i l s ont de creer un systeme de communication. II y a plus d'une annee q u ' i l s y sont et c'est l a premiere f o i s que Louise confesse l a crai n t e qui l ' a obsedee depuis l e debut. Agenouillee, e l l e chantait a demi-voix en t r a v a i l l a n t . Son coeur.etait p l e i n de j o i e et de douce quietude. Comme &• present, ce sauvage pays l u i p a r a i s s a i t change. E l l e n'y.trouvait plus qu'une grande paix et se deman- dait pourquoi e l l e l ' a v a i t cru hostile.312 Ceci nous f a i t penser a ce que Bettelheim avait e c r i t : In t h i s dark forest the f a i r y - t a l e hero often encounters the creation of [ h i s ] wishes and anxi e t i e s . . . . But she [ f a i r y and the sorcerer] i s no longer seen h a l f - r e a l i s t i c a l l y , as a mother who i s l o v i n g l y a l l - g i v i n g and an opposite step-mother who i s r e j e c t i n g l y demanding, but e n t i r e l y u n r e a l i s t i c a l l y , as either superhumanly rewarding or inhumanly destructive.313 Louise ayant projete ses.anxietes sur cette f o r e t , l a v o i t comme une force nefaste; maintenant, e l l e l a v o i t d'une facon extremement p o s i - t i v e . E l l e exhorte l a Nature de l a facon suivante: Sois bienfaisante, donne-lui t a force, puisque peut- etre je ne saurai pas l a l u i donner. S ' i l est dans mes bras, i l est aussi dans tes bras. P u i s q u ' i l l e .-, fa u t , . p u i s q u ' i l est t i e n comme i l est mien, je dois • ̂ te l e c o n f i e r , a t o i . . . a t o i qui est aussi sa mere. Dans un moment de grande l u c i d i t e , e l l e se rend compte que s i ce pays leur avait . . . f a i t du mal, n'y a v a i t - i l pas beaucoup de notre propre faute? N'est-ce point parce que nous-memes 1'avons attaque sans avoir su nous y preparer. N'est- ce point parce que nous n'etions pas assez f o r t s pour y entrer sans recevoir de blessure.315 E l l e avait raison. I l s ne se sont pas prepares, n i pour l a l u t t e contre ce pays, n i pour l a l u t t e q u ' i l s ont a mener pour creer un mariage r e u s s i . Mais cette l u c i d i t e ne dure qu'un in s t a n t . II y a un retour subit a, ses anciennes apprehensions, et "dans son imagina- t i o n effrayee, i l l u i sembla que l e ruisseau e t a i t une tentacule, mobile, vivante, s o r t i e de l a grande foret qui se cherchait une • ,,316 proie. II y a l a p o s s i b i l i t y d'un rapprochement entre e l l e et son mari.- Roger l e desirant, l u i d i t : . . - Combien de temps vas-tu encore l e t e n i r comme un bo u c l i e r entre t o i et moi, ce p e t i t sacripant? J'aimerais pour- tant bien retrouver un peu ma femme, l a g e n t i l l e femme qui savait s i bien etre toute a son mari.317 Encore une f o i s , i l s essaient d ' a r r i v e r a uh compromis a f i n de resser- r e r l e u r l i e n . Mais cette f o i s - c i , i l s exigent moins l'un de 1'autre. Louise, en acceptant de "remettre en bon etat une de ses robes qui 3l8 n'est pas trop fanee," exige que Roger, de son cote, soigne "davantage, sinon [son] vetement, toujours un peu d e b r a i l l e , du moins 319 ^ [sa] f i g u r e . " E l l e l u i d i t : " V o i l a bien quatre jours que t u ne + , - M320 t'es pas rase. I l s sont- prets a, redevenir de v r a i s amoureux. Leurs resolutions ont des r e s u l t a t s pendant un c e r t a i n temps. La v i s i t e de Mme Roy aide Louise a comprendre 1'importance de porter attention aux p e t i t e s choses a f i n de c u l t i v e r 1'amour de Roger. Ce dernier va passer quelques jours chez l e s Roy a. f a i r e l e s f o i n s . A son retour i l trouve que sa femme a retrouve pour sa t o i l e t t e un gout un charme inattendus. II en est touche. Grace a cette separation, i l s entament une discussion sur un sujet q u ' i l s n'ont jamais aupara- vant approfondi. II l u i demande d'expliquer son apprehension. E l l e l u i explique ses inquietudes, qui, jusque-la, n'ont. jamais ete ouvert ment discutees. E l l e l u i d i t : Cela vient surtout l e s o i r . . . c e l a commence par des craintes vagues... comme pour quelqu'un qui est entre l a ou i l ne devait pas entrer, comme s i nous etions " venus f a i r e i c i des choses que nous devions pas f a i r e , comme s i cette t e r r e , v o u l a i t nous r e s i s t e r , nous repousser...321 Ce que Louise ressent Roger c r o i t n'etre que de l a pure imagina t i o n . II l u i repond: Je n'ai jamais r e s s e n t i c e l a . Mais i l me semble que c'est tout simple a expliquer. Tu as peur. Tu cherches instinctivement ou est l e danger. Faute d'en v o i r quelqu:'un vraiment r e e l , t u inventes de chimeriques adversaires.322 II est c e r t a i n que Roger a en p a r t i e r a i s o n . Mais Louise aussi E l l e sent l e u r impuissance face a cette nature canadienne, a i n s i que leur impuissance a creer une v i e de couple authentique. E l l e c r a i n t de ne pas r e u s s i r cette "aventure." Bettelheim nous e c l a i r e sur l e probleme p r i n c i p a l du couple: " i f the contradictory aspects of the personality remain separated from each other, nothing "but misery i s 323 ' the consequence." C'est peut-etre ce q u ' i l s sentent intuitivemeht et ce qui explique pourquoi i l s essaient toujours d'en a r r i v e r a un compromis. A f i n de former un couple e'quilibre plutot que deux pola- r i t e s qui se heurtent, Louise trop emotive doit se mettre en contact 8 6 avec 1'aspect physique de son "aventure" et Roger, trop physique, doit rejoindre son cote emotif, i r i t e l l e c t u e l . La discussion entamee, i l s l a continuent. Mais v o i l a qu'apparait l e c o n f l i t q u ' i l s avaient jusque-la, garde intime. Louise desire p a r t i r ; Roger, qui s'attache de plus en plus a, sa t e r r e , desire r e s t e r . "Et chacun ne voyait a, l e u r desunion qu'un remede: que 1'autre enfin c e d a t . " 3 2 U Par manque de maturite, ces deux etres s'opposent, au l i e u de s'unir dans l a l u t t e q u ' i l s ont a, mener. Des. paroles q u ' i l s s'etaient d i t e s , i l s gardaient une gene: l a sensation que leurs coeurs demeuraient secrete- ment armes l'un contre 1'autre... Jusque dans l e s plus sensibles temoignages i l se formalt a, present, quelque" - chose d'incomplet, u n / r e p l i en chaeun d'une part de soi-meme.325 . , Le repliement qu'on observe chez eux r e f l e t e l e u r immaturity. La foret est l e l i e u de transformation. Roger et Louise qui s'y trouvent sont l e s protagohistes. "Selon: Bettelheim, '".the: hero. .... . ."'.is-ialways^.a 326 person i n development." Done Roger et Louise y sont parce q u ' i l s ont a evoluer. Cependant, . . . l i k e any transmutation which touches our innermost being, i t has dangers which must be met with courage and presents problems which must be mastered. The message . . . i s that we must give up c h i l d i s h attitudes and achieve mature ones i f we wish to e s t a b l i s h that intimate bond with the other which promises permanent happiness for both.327 Nos deux protagonistes ne sont pas prets a. l a i s s e r d e r r i e r e eux leurs attitudes enfantines. La s i t u a t i o n s'aggrave. Cela ne nous etonne pas, car nous nous rendons compte que "regression sets i n . . . when the c h i l d f a i l s to a t t a i n the next higher stage of development 328 for which she i s chronologically ready." La .confrontation, qui a eu l i e u entre Louise et Roger, a pu l e s aider a f a i r e un v e r i t a b l e compromis puisque, pour l a premiere f o i s , i l s ont toutes l e s donnees. Mais au l i e u de creer un pont entre l e u r deux r e a l i t e s , i l s s'enfoncent dans leur propre p o s i t i o n . L'automne a r r i v e . "Le pays p r i t ces demi-teintes temperees, 329 d i s c r e t e s , cet aspect de s o l i d i t e , de force r e c u e i l l i e . . . " Louise qui pendant un moment avait aime ce nouveau.pays, "ne l u i v o u l a i t plus trouver aucune beaute. E l l e l u i p r e t a i t un a i r de hautaine et 330 sombre i m p a s s i b i l i t e . " Louise p r o j e t t e son malheur sur cette f o r e t . Puisqu'elle n'est pas heureuse, c'est l a foret qui est h o s t i l Roger a un moment de decouragement. Devant l e d e f i de ces tenaces possesseurs qui se r e f u - saient a, mourir, a, l u i ceder leur place, l e defricheur fli t s a i s i d'un soudain decouragement. II sentait de- f a i l l i r et reculer sa volonte.331 Cependant, i l reprend courage, et durant deux mois i l . c o n t i n u e son t r a v a i l . I I i n v i t e sa femme, a plusieurs r e p r i s e s , a venir constater l e s progres. Chaque f o i s , e l l e refuse. Derriere l e s excuses alleguees, i l n ' e t a i t pas sans deviner qu'elle maintenait un t a c i t e sentiment d'oppo- s i t i o n a ses propres projets.332 Dans l e c i e l , l e s outardes passent. Roger, a cette vue, s ' i n - terroge,sur'son t r a v a i l : A quoi bon m'imposer tant de fatigues? Quelle recom- pense pourrais-je y trouver s i e l l e n'accepte qu'a. contre-coeur de demeurer avec m o i ? . . . 3 3 3 Son enthousiasme diminue. II se rend compte que sans l ' a s s e n t i ment de sa femme, son t r a v a i l ne sert a, r i e n . Pour r e u s s i r , l ' 1 unite du couple est indispensable. II comprend que sans c e l a , l a l u t t e qu' 8 8 mene est i n u t i l e . A f i n de v a i n c r e et ramener l ' a u t r e a l a d e c i s i o n s o u h a i t e e , . i l s ont essaye, pendant quelques semaines, de se temoigner une plus prevenante a f f a b i l i t e . N'y parvenant pas, "chacun se r a i d i t plus opiniatrement dans sa determination: Louise avec plus d'enerve- ment et d'amertume; Roger avec une a f f e c t a t i o n de p a t i e n t e i n d i f f e - u33k renee. Un j o u r , c e t t e longue patience des semaines passees se t r a n s - forme en soudaine c o l e r e . Ses deux percherons qui n ' a r r i v e n t pas a s o r t i r l a souche a l a q u e l l e i l s'acharne, re c o i v e n t des coups' de l a n i e r e s sur l e dos. Les betes epouvantees cassent l a chaine pour echapper a l e u r maitre. Devant cet . a c c i d e n t inattendu . . . Roger retr o u v a sa r a i s o n . I I calma ses betes d'un ton t r a n q u i l l e et l e s caressa. I I eprouva maintenant l a honte de c e t t e c o l e r e subitement dechainee. Puis avec l a r e f l e x i o n , i l eut peur, peur de s o i . Dans cet emportement qui a v a i t s u r g i des t r o u b l e s fonds de son e t r e , qui 1'avait s a i s i t o t a l e - ment, qui 1'avait f o r c e , sans r e s i s t a n c e consciente, a des actesr.d'une sauvage b r u t a l i t e , i l s e n t a i t l a dange- reuse puissance qui souleve l e s p i r e s i n s t i n c t s de l'homme... I I en f u t s u r p r i s . Depuis q u ' i l a v a i t l'age d'homme i l a v a i t su demeurer a peu pres maitre de s o i , ^ r e f o u l e r ces montees de fureurs p u e r i l e s , p r i m i t i v e s . . . La c o l e r e de Roger comme l a c r a i n t e de Louise t r a d u i t un cote de l e u r e t r e q u ' i l s ne connaissaient pas. Ces emotions font p a r t i e de 1'"aventure de decouverte" a l a q u e l l e i l s p a r t i c i p e n t . B e t t e l h e i m nous e c l a i r e la-dessus: Adolescents .... t r y t o prove t h e i r young manhood or womanhood, often.through dangerous adventures. . . . This development i s fraught w i t h dangers: an adolescent must leave the s e c u r i t y of childhood, which i s repre^- sented by g e t t i n g l o s t i n the dangerous f o r e s t ; l e a r n to face up to h i s v i o l e n t tendencies and a n x i e t i e s . . get t o know himse l f which i s i m p l i e d i n meeting strange f i g u r e s and experiences.336 Bien que Louise et Roger ne soient plus des adolescents, cette remarque s'applique a tout r i t e de passage, que ce s o i t de l'enfance a, 1'adolescence, de 1'adolescence a, l'age adulte, de l ' e t a t de c e l i - b a t a i r e a l ' e t a t de couple. Chaque etape de l a v i e nous./fait decou- v r i r une p a r t i e de nous-memes que nous ne connaissons pas avant. Nous savons que Roger et Louise ont bien franchi 1'etape d'ado- lescence a l'age adulte. Selon Bettelheim, l ' i n d i c e qui mesure l a reussite.de ces Stapes est l a beaute: "The rescuers [in f a i r y t a l e s ] f a l l : ' i n love with these heroines because of t h e i r beauty, which sym- 337 b b l i z e s t h e i r p e r f e c t i o n . " Grace a, Mme Roy, nous' sommes conscients de l a beaute de nos deux protagonistes. E l l e d i t au sujet de Roger, "C'est un beau gas [ s i c ] " et au sujet de Louise: "Mon D6u',',que vous etes done pl a i s a n t e a. r e - gar der. Mon 'vieux' m'avait bien d i t que vous etes une v r a i e j o l i e 339 creature. . . . " Ces deux jeunes gens sont beaux. Mais graduelle-. ment, leur beaute qui est r e f l e t e e dans l e u r habillement, se deteriore. I l s s'en rendent compte. Roger demande a. sa femme de remettre en bon etat ses vetements a f i n qu'elle retrouve "en bonne p a r t i e de cette elegance qui l e p l a i s a i t autrefois." 3^ <~ ) E l l e l e p r i e de "soigner davantage, sinon [son] vetement, toujours un peu d e b r a i l l e , du moins [sa] f i g u r e . Cette degradation de leur beaute est done un autre indice qui nous signale. que l a v i e du couple leur est d i f f i c i l e . Nous sommes conscients q u ' i l s ont beaucoup de facteurs a surmonter avant de r e u s s i r ce r i t e de passage. Le gouffre qui separe ces deux jeunes adultes ne semble pas se r e t r e c i r . Au l i e u d'accepter qu'elle joue un r o l e d e c i s i f dans 1'interaction qui a.lieu,- Louise l a i s s e a son mari toute r e s p o n s a b i l i t pour l e u r manque de rapports s a t i s f a i s a n t s . E l l e reporte toute sa tendresse sur son enfant. Leur con-flit j a i l l i t encore une f o i s , cette f o i s - c i , provoque par l e denuement dans leq u e l i l s vivent. Louise,.en discussion avec son mari, l u i d i t q u ' i l n'y a plus d'amour entre eux. E l l e l e c r o i t responsable de ce manque. Roger, s'etant calme, l u i d i t : " S i nous souffrons l'un et l ' a u t r e , n'est-ce done pas l'un par l ' a u t r e . II se rendait compte que chacun est responsable de l ' e t a t dans l a q u e l l e se trouve leur mariage. A f i n de rendre l e u r v i e un peu plus t o l e r a b l e Roger propose un t r a i t e : " S i dans, un an, jour pour jour tu i n s i s t e s pour que j'abandonne ma t e r r e , c'est d i t , je 1'abandonnerai, et nous 3̂ -3 irons ou i l te p l a i r a . " La concession que Roger l u i avait accordee est considerable. Roger, qui depuis l e debut avait p r i s toutes l e s decisions importantes, se v o i t dans 1 ' i m p o s s i b i l i t e de continuer sans l e soutien de sa femme. Heureuse de sa demi-victoire, Louise se pose t o u t e f o i s l e s ques- tions suivantes: Le prihtemps revient et avec l u i , r enait l ' e s p o i r de Roger. I I observe sa r e c o l t e et i l se met a c a l c u l e r l e p r o f i t q u ' i l peut avoir: D ' i c i un an, que seradevenu Roger? Que s e r a i s - j e moi- meme? Nos ames n'auront f a i t que se desagreger davan- tage. Nous ne pourrons que descendre plus bas encore. Et qui s a i t quelles nouvelles peines, quelles nouvelles deceptions, nous prepare cette c r u e l l e c o n t r e e . 3 ^ Le seul adoucissement a sa douleur est son enfant. Obsedee de cette passion, dont r i e n dans sa solitude ne l a pouvait d i s t r a i r e et qui l a consolait de ses peines, son enfant devint de plus en plus son unique souci, sa S i j'obtenais, se d i s a i t - i l , cinquante minots par ar- pent... c e l a me f e r a i t , en l e vendant au v i l l a g e , une somme su f f i s a n t e pour parer a nos besoins pendant toute l'annee qui suivra. Ce succes d e c i d e r a i t peut-etre Louise a m'accorder un r e p i t et nous pourrions demeurer Mais Louise demeure intransigeante. La t e r r e est sa passion a l u i . Quelle deception l o r s q u ' i l apprend que l a voie ferree ne passera pas dans son bout de pays. Le chemin de f e r devait o u v r i r l e pays, amenant de cette fagon d'autres habitants pour l u t t e r contre l a fo r e t . Maintenant cet espoir doit mourir comme tout l e reste. Roger se sent decourage mais i l desire toujours r e c o l t e r l e s f r u i t s de sa t e r r e . Sa passion ne mourra qu'a cause d'une tragedie qui l e touchera au plus profond.de son etre. Leur enfant meurt, noye. Louise, desesperee, voyant l e corps i n e r t e de son enfant murmure: E l l e s'evanouit. Plus t a r d , ne pouvant plus supporter d'etre dans l a piece ou regnait l a mort, Louise et Roger . . . sortaient instinctivement enlaces... Un peu avant l e jour, extenuee [Louise] f i n i t par s'endormir sur l a p o i t r i n e de son mari. L u i , l'ame ouverte par l a peine et l e regret, meditait. 3̂-8 Rappelons-nous ce que Margaret Atwood a e c r i t au sujet de l' e n - i c i un an de plus. E l l e s me l'ont tue... E l l e s me l'ont tue... Je l ' a i vue... je l ' a i vue de pres... Sa face e t a i t terreuse... Sa face e t a i t de gres... e l l e e t a i t maigre... E l l e e t a i t nue... je l ' a i vue... La mort... Les os l u i per- gaient tout l e corps...^ ' fant dans l e roman canadien: The Great Canadian Baby i s a l i t e r a r y i n s t i t u t i o n ; i t could "in some cases be termed the Baby Ex Machina, since i t i s lowered at the end of the book to solve problems for the characters which they obviously can't solve f or themselves.3^9 C'est d ' a i l l e u r s ce qui se passe pour l e s Bourgouin. La mort de l e u r enfant l e u r permettra de reconsiderer leur v i e . Leurs pensees memes le s genaient, car, invinciblement, se detachant de c e l u i qui n ' e t a i t plus, e l l e s se tour- naient vers l e u r propre v i e . j y Louise exprime sa peine: "Pourquoi ne sommes-nous pas p a r t i s 351 plus t o t ! . . . S i j'avals su... S i j'avais su..." Roger accable 352 de douleur l u i repond: "Ma pauvre Louise, pardonne-moi." Cette tragedie l e s a rapproches l'un de 1'autre. S'imone Farquehar, avec r a i s o n , nous d i t : "Ce que 1'enfant n'avait pu f a i r e de son vivant, 353 i l l'accomplit par sa mort." Pour l a premiere f o i s , i l s se rendent compte q u ' i l s sont tous l e s deux responsables de l a s i t u a t i o n dans l a q u e l l e i l s se trouvent. Louise confesse Je l'aimais trop v o i s - t u . . . oui-, c'est c e l a , je 1'aimais trop... Et t o i , Roger, t o i a u s s i , t u cherchais i c i que ton p l a i s i r . . . S i j'avais su.'... Pourvu maintenant que t u me restes.35^- 355 Roger avoue: "Mon reve est f i n i . " II accepte de p a r t i r . Apres l e s f u n e r a i l l e s , Mme Roy essaie une derniere f o i s de les r e t e n i r : J'aurais tant voulu que vous r e s t i e z avec nous. De vous v o i r abandonner l a t e r r e , ga me f a i t gros de peine... Je (- gage que s i vous essayiez encore vous f i n i r i e z par r e u s s i r . D'apres cette remarque nous savons sans aucun doute que l e s Bourgouin n'ont pas reus s i leur r i t e de passage. Ce sont des inadaptes. Jean Papen nous en parle: 93 La defaite ne leur e t a i t pas i n f l i g e e par une h o s t i l i t e haineuse de l a f o r e t , mais par leur impuissance s p i r i - t u e l l e a s'adapter, a se conformer aux exigences de gran- deur d'ame qu'elle reclame de tous ceux qui veulent sur- v i v r e au sein de sa propre grandeur p h y s i q u e . 3 ^ Nous avons propose que l a foret est l e l i e u de transformation, done l a grandeur d'ame qui manque a nos protagonistes pour a f f r o n t e r l a foret est aussi c e l l e qui leur manque pour a f f r o n t e r l a v i e . La maturite dont i l s ont besoimpour r e u s s i r l e u r i n i t i a t i o n a l a v i e du couple n'est pas encore l a le u r . Peut-etre qu'elle l e de- . viendra plus t a r d dans l e u r v i e . Nous sommes cependant conscients que l e "nous" de 1'epilogue i n - dique q u ' i l y a des colons, t e l s l e s Roy, qui ont re u s s i 1'"aventure" tant au niveau physique qu'au niveau psychique. 3. L'ENFANT Nous nous :sommes deja rendu compte que l a mort de 1'enfant sert un but s t r u c t u r a l . La noyade est selon Margaret Atwood une sorte de deus ex machiha. Examinons maintenant l e genre de mort que 1'enfant a subi. Gaston Bachelard nous d i t : Le genre de mort c h o i s i par l e s hommes, que ce s o i t dans l a r e a l i t e pour eux-memes par l e su i c i d e , ou dans l a f i c - t i o n pour l e u r heros, n'est en e f f e t jamais di c t e par l e hasard, mais dans chaque cas, etroitement.determine psychiquement. Par certains cotes meme, on peut dir e que l a determi- nation psychologique est plus f o r t e dans l a f i c t i o n que dans l a r e a l i t e , car dans l a r e a l i t e l e s moyens du fan- tasme peuvent manquer. Dans l a f i c t i o n , f i n s et moyens sont a l a d i s p o s i t i o n du romancier.358 Done, selon Bachelard, Bugnet a c h o i s i l a noyade plutot qu'une autre mort. Toujours selon ce c r i t i q u e , ce choix estcdetermine par des raisons psychologiques. En r e a l i t e , un des enfants de Bugnet est mort, brule. I I se nommait Paul au s s i . Bugnet a pu-faire mourir 1'enfant des Bourgouin par l e feu, mais i l a c h o i s i l a mort par l'eau. Qu'est-ce qui l ' a motive a, f a i r e ce choix? . Exaihinons brievement ce que symbolise l e feu. 11 • Le feu est pour l'homme qui l e contemple un exemple de prompt devenir. . . . Moins monotone et moins a b s t r a i t que l'eau qui coule . . . l e feu suggere l e des i r de changer, de brusquer l e temps, de porter toute l a v i e a, son terme, a, son au-dela.360 Nous constatons que. l a mort par l e feu ne peut pas s'appliquer a ce roman. L'enfant qui est l a synthese de nos deux protagonistes ne peut pas mourir brule, puisque ses parents n'ont pas eu l e desir de changer, de porter toute leur v i e a. son au-dela. Bugnet a c h o i s i l'eau pour l a mort de cet enfant. Bachelard nous parle de l'eau. Chacun des elements a sa propre d i s s o l u t i o n , l a t e r r e a sa poussiere, l e feu a sa fumee. L'eau dissout plus completement. E l l e nous aide a, mourir totalement.36l Done Bugnet a intuitivement c h o i s i 1'element qui dissout plus completement que l e s autres. L'enfant, en tant que r e s u l t a t de l a fusion de deux etres, est ne prematurement.en raison du stade ou en est l e u r evolution personnelle. II meurt parce que l e u r etre est incomplet, parce q u ' i l s manquent de maturite. L'enfant qui se noie represente une p a r t i e de leur etre qui a besoin de se transformer. I l s ont a, noyer l e u r immaturite. Le f a i t que 1'enfant meurt dans l'eau evoque l a p o s s i b i l i t y d'une renaissance. Rappelons-nous que: 95 . . . l e destin de toutes l e s formes est de se dissoudre a f i n de pouvoir r e p a r a i t r e . . . . L'immersion dans l e s eaux n'equivaut pas a une e x t i n c t i o n d e f i n i t i v e mais seulement a une re i n t e g r a t i o n passagere dans 1'indis- t i n c t , a l a q u e l l e succede une nouvelle creation, une nouvelle v i e . . . .362 L'enfant " r e n a i t r a . " Ce couple malheureux a done l a p o s s i b i l i t e de "renaitre" apres avoir dissout leur immaturite. L'eau, dans La Foret, n'est pas l e seul element qui suggere l a renaissance. L'enfant-a l a f i n du roman est place dans un c e r c u e i l et ' i l est recu par l a t e r r e . Selon l e s etudes qu'a f a i t e s Mircea E l i a d e , ... . o n enterre l e s enfants, meme chez l e s peuples qui ont 1'habitude de bruler leurs autres morts, et c e c i dans l ' e s p o i r que l e s e n t r a i l l e s de l a t e r r e l e u r feront don. d'une v i e nouvelle.363 Bugnet en "noyant" 1'enfant et en l e "placant" dans l a te r r e a . . . double en.quelque maniere l e s puissances maternelles, ou v i t doublement ce mythe de 1'ensevelissement par l e - quel on imagine . . . que l e mort est remis a l a mere pour etre re-enfante.36^ Quoique l e s Bourgouin aient subi une " d e f a i t e , " e l l e n'est pas irrevocable. Maintenant que leur immaturite a ete dissout 1'enfant qui est l a synthese d'eux-memes a l a p o s s i b i l i t e de r e n a i t r e . Jean Papen nous parle de ce qui a motive notre auteur a. e c r i r e ce roman: II a essentiellement v i s e d'abord a-presenter "un tableau de c o l o n i s a t i o n sans inventions romanesques, n'y l a i s s a n t d'autre ornement que l a s i m p l i c i t y du r e e l et sa v e r i - te "365 "Toutefois, s i Bugnet a neglige l e p o r t r a i t et economise l e d e s c r i p t i f , 366 i l a soigne 1'analyse psychologique de Louise et Roger Bourgouin." Cette derniere c i t a t i o n nous porte a penser que Bugnet a e c r i t un roman psychologique. Jean Papen nous en parle: Toute 1'action du roman . . . est done essentiellement i n - t e r i e u r e , psychologique, car l e r e c i t ne raconte aucun evenement s p e c i a l ou d i f f e r e n t de ceux qu'ont connus des .centaines de pionniers.367 Mais Papen ne pretend pas restreihdre l'oeuvre a une etude psy- chologique , i l e c r i t : Le t i t r e , remarquons-le, n'est pas Les Bourgouin, mais La Foret, preuve que l e s t y l e v o u l a i t v i b r e r davantage de l a grandeur impassible de cette nature vierge que du pathe^gg tique douloureux de 1'aventure humaine qui s'y deroule. II est v r a i que l e s t y l e r e f l e t e l a nature. Rappelons-nous l e rapprochement q u ' i l y a entre l e climat et 1'interaction de nos deux protagonistes, l o r s q u ' i l f a i t s o l e i l , i l s s'entendent mieux, l o r s - q u ' i l neige, que 1'hiver s ' i n s t a l l e , leur r e l a t i o n se r e f r o i d i t . Jean Papen nous d i t qu'"une t e l l e structure s i etroitement l i e e au drame meme du r e c i t ne peut qu'aider a donner au roman une s o l i d i t e . . . ." Bien que Jean Papen a i t raison de souligner 1'importance de l a nature dans l'oeuvre de Bugnet, nous ne voulons pas l i m i t e r l a foret a un phenomene naturel.. Nous croyons avoir r a i s o n de v o i r l a fo r e t en tant que l i e u de. transformation. Nous proposons que l e t i t r e du roman est La Foret a f i n que nous a r r i v i o n s a comprendre qu'une transformation a l i e u pour chaque etre qui passe par e l l e . Bugnet n'a pas voulu c h o i s i r Les Bourgouin comme t i t r e puisque cel a spuligne l'echec que nos deux protagonistes ont vecu l o r s du r i t e de passage et nous porte a c r o i r e que l ' i n d i v i d u a tendance a echouer dans cette i n i t i a t i o n . Ces deux etres n'ont pas r e u s s i leur epreuve en grande p a r t i e parce q u ' i l s ont cru q u ' i l s a l l a i e n t r e t i r e r un p r o f i t materiel de l a f o r e t . I l s n'ont pas compris que l a rec o l t e l a plus precieuse q u ' i l s peuvent esperer r e t i r e r de l a fo r e t est une connaissance de soi qui a comme 9 7 r e s u l t a t l e devouement a 1'Autre; ce que l e s Roy et l e pronom "nous" de 1'epilogue ont du comprendre intuitivement. CHAPITRE V CONCLUSION La v i s i o n de Bugnet prend sa source dans son contact avec l a nature canadienne. Lors de son arrivee au Canada, i l s'est i n s t a l l e dans l a nature vierge. La solitude dans l a q u e l l e i l a vecu ne se goute pas sans p u r i f i c a t i o n de 1'esprit: Cet isolement au sein de l'immensite de l a nature vierge qui envahit et oppresse l a conscience de Bugnet encore peu habituee au silen c e mysterieux de l a f o r e t , avant de l u i devenir un c l o i t r e ou i l rencontrera l a Sagesse, est d'abord un desert ou i l doit a s s a i n i r l e s categories natives de sa mentalite de Frangais f a i t e d'equilibre et de mesure. Le depaysement, pour lui', ne fut pas seulement un changement de pays, mais 1'adaptation profonde de tout son etre aux conditions 'psychologiqu.es que l u i impose l a geographie • canadienne.370 Formee par ce contact avec l a nature canadienne, notre auteur a su com- prendre . . . que l a nature n'est . . . pas un phenomene qui amuse et r e j o u i t , mais une maitrise de vi e qui Sieve et ennoblit l'homme parce qu'elle le. place non dans un Stat de domina- t i o n mais, dans une vocation de re s p o n s a b i l i t e et de dSpasse- ment i n t e r i e u r . . . . Cette v i s i o n poetique d'une nature qui s'amplifie et s'eleve selon l e s l o i s mystSrieuses d'e- change et enrichissement reciproques a ouvert l e regard de Bugnet sur l e secret de l a destinee humaine convoquee a l'aventure de l a perfection.dans l a voie de 1'amour et du don de soi.371 Jean Papen compare cette conception de v i e avec c e l l e de Maurice Constantin-Weyer, qui est venu de France a, l a meme epoque que Bugnet. Comme notre auteur, i l s'est i n s t a l l e dans l'ouest. 98 Pour Constantin-Weyer, plus a t t e n t i f a l a v i e animale, l a mort et l a v i e sont deux principes i r r e d u c t i b l e s op- ( poses en antagonisme continuel. Pour Georges Bugnet, plus observateur de l a v i e vegetale, i l s forment deux periodes d'un meme cycle ou l a v i e ne triomphe pas sur l a mort comme un vainqueur sur sa proie, mais e l l e ab- sorbe et integre l a mort dans une renaissance plus epanouie, dans une f l o r a i s o n plus exaltante.372 Par extrapolation, notre auteur deduit que . . . l a creation n'est pas simplement en mouvement sous l a poussee aveugle d'une evolution ou l a succession des formes s u i v r a i t l e s caprices du hasard. E l l e est plutot en croissance, en ascension sous l a conduite attentive de l a Sagesse, principe d i v i n qui i n s p i r e et mesure l e vaste dessein cosmique de l.'univers. 37 Bugnet ne tardera pas a comprendre que l'homme et l a nature sont co- ordonnes au meme rythme qui mesure l e monde. Influence par cette con- ception i l e c r i t : . . . notre v r a i e valeur humaine trouvera son accomplisse- ment ultime au-dessus des epreuves et des echecs, des p u r i - f i c a t i o n s et de 1'aneantissement de son etre. La l o i mys- terieuse de l a v i e est c e l l e d'une ressurection au-dela de l a mort.37 ̂ Nous postulons que c'est cette conception qui r e g i t l a v i e et l'oeuvre de Bugnet. Selon l u i , 1'acheminement vers notre r e a l i t e i n t e r i e u r e est l e r e s u l t a t d'echecs et de p u r i f i c a t i o n s a f i n de parvenir a l a l o i de l'univers qui est c e l l e du depassement de soi-meme dans l e don de 375 s o i a 1'Autre. C'est ce "voyage" dont i l s'agit dans l'oeuvre de Bugnet. Certains personnages ont r e u s s i leur aventure, t e l s Nipsya et le s Roy. C'est precisement ce manque de depassement qui.provoque l'echec des.Bourgo.uins. : Nous- nous:-:rappelons que 1 l a .derniere oeuvre-.de Bugnet, Tehom-la-noire met en scene t r o i s protagonistes qui s'aven- turent en Afrique a f i n d'assurer l a l i b e r t e ..de l'humanite. Dans ce roman, l e don de so i ne se situ e pas au niveau microcosmique mais plutot au niveau macrocosmique. A i n s i , l'homme, par l e don de s o i a t t e i n t l e sacerdoce u n i v e r s e l . Q u e l l e noble pensee. Nous com- prenons pourquoi Georges Bugnet porte l e surnom de "philosophe de l ' O u e s t . " 3 7 7 378 Notre auteur qui est venu a. l a recherche de l'"aurum v u l g i " est reste au Canada. Son aventure ne l u i a pas rapporte l e s $ 5 0 , 0 0 0 qui l'ont motive a, passer outre 1'Atlantique. Mais nous croyons q u ' i l 379 a trouve un or des plus precieux: l'"aurum nostrum," symbole d'une ame e c l a i r e e . C'est done cette lumiere qui s'apercoit dans l'oeuvre de Bugnet et l e rend remarquable. Nous croyons que l a v i s i o n de Bugnet a i n s p i r e toute sa creation l i t t e r a i r e . II n'est done pas surprenant que notre auteur se s o i t s e r v i inconsciemment de symboles qui r e f l e t e n t sa philosophie. Nous avons postule que 1'archetype du voyage recoupe toute l'oeuvre de Bugnet. Nous croyons avoir demontre l a p o s s i b i l i t e d'entrevoir l e voyage physique en tant qu'aventure psychique. Nous estimons que l a psychocritique f o u r n i t un o u t i l u t i l e a, 1'etude de l'oeuvre de Bugnet et nous aide a d e c h i f f r e r sa s i g n i f i c a t i o n . 101 NOTES Georges Bugnet, Poemes, presente par Jean-Marcel Duciaume (Edmonton: E d i t i o n s de l ' E g l a n t i e r , 1978), p. 9- 2 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre" ( d i s s . U n i v e r s i t e L a v a l 1967), Appendice I I I , p. 339. 3 I b i d . 11 I b i d . ^ I b i d . , Appendice I I , pp. 335-336. ^ Georges Bugnet, Poemes, pp. 88-91. 7 I b i d . , p. 11. g Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. 65. 9 I b i d . , p. 323. Georges Bugnet, S i r a f (Montreal: E d i t i o n s du Totem, 193*0, pp. 27-28. 1 1 I b i d . , p. 79- 12 Georges Bugnet, Poemes, p. 9. 13 Dans ce t r a v a i l , nous entendons Homme dans l e sens d'homme et de femme, de l'humanite. Carolyne Bouygues, "Jean de Sponde: De l a psychanalyse a, l a d e f i n i t i o n de 1'instant spondien" (these de m a i t r i s e , U n i v e r s i t e de Colombie B r i t a n n i q u e 1971), p. 5. 102 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. 292. Georges Bugnet, Tehom-la-noire (manuscrit i n e d i t , U n i v e r s i t e de Colombie B r i t a n n i q u e ) . I T Georges Bugnet, Tehom-la-noire, Avertissement au l e c t e u r . l8 Carolyne Bouygues, "Jean de Sponde: De l a psychanalyse a, 1'instant spondien," p. 11. 19 Donald Smith, "Entrevue: P i e r r e Morency poete et dramaturge," L e t t r e s Quebecoises, 12 (novembre 1978), p. 5̂. 20 . • . C a r l Gustav Jung et a l . , Man and His Symbols, conceived and ed i t e d by C.G. Jung (New York: Doubleday and Company I n c . , 196*0, p. 107. 21 Nous mcluons dans ce compte: Le Lys de sang, Nipsya, La Fo r e t , a i n s i que Tehom-la-noire (manuscrit i n e d i t ) . 22 P a t r i c i a G o s t i c k , "La S i g n i f i c a t i o n du voyage dans l'oeuvre de G a b r i e l l e Roy" (these de m a i t r i s e , U n i v e r s i t e de 1'Alberta 1977), p. 11. 23 ^ A l b e r t Le Grand, " G a b r i e l l e Roy ou l ' e t r e partage," Etudes Frangaises , 1, no 2 ( j u i n 1965), p. 63. ^ I b i d . , p. 62. 25 Honor Matthews, The Hard Journey: The Myth of Man's R e b i r t h (New York: Barnes and Noble I n c . , 1968), p. 25. 26 C a r l Gustav Jung, Man and His Symbols, p. 123. 27 Gerard Tougas, H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne-frangaise h e d i t i o n ( P a r i s : Presses U n i v e r s i t a i r e s de France, 1967), p. 125. 28 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. 2. 29 A l b e r t Dauzat, D i c t i o n n a i r e etymologique des noms de f a m i l l e et prenoms de France ( P a r i s : Larousse, 1951), p. 32h. 103 30 . . . Jean Chev a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles, h v o l s . , 2e e d i t i o n ( P a r i s : E d i t i o n s Seghers et E d i t i o n s J u p i t e r , 1973- 197*0 , H a PIE, p. 172. 31 A l b e r t Dauzat, D i c t i o n n a i r e etymologique des: noms de f a m i l l e et prenoms de France, p. 210. 32 . • • Jean Ch e v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1969), pp. 518-521. 33 A l b e r t Dauzat, D i c t i o n n a i r e etymologique des noms de f a m i l l e et prenoms de France, p. 338. 3*1 I b i d . , p. 320. 3 5 I b i d . , pp. 82, 106. 36 Paul Robert, D i c t i o n n a i r e alphabetique et analogique de l a langue f r a n c a i s e ( P a r i s : S o c i e t e du Nouveau L i t t r e , 1973), p. 288. 37 A l b e r t Dauzat, D i c t i o n n a i r e etymologique des noms de f a m i l l e et prenoms de France, p. 328. 3 8 I b i d . , p. 268. 3 9 I b i d . , p. 270. k0 . . . Jean Chevalier et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1969), pp. 360, 362. i | 1 I b i d . , p. h6h. hp I b i d . , pp. U66, 467. h3 ° I b i d . , p. 5*+5. hh Jean C h e v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles, h v o l s , 2e e d i t i o n ( P a r i s : E d i t i o n s Seghers et E d i t i o n s J u p i t e r , 1973- 191k), H a PIE, p. 363. *+5 1 s \ Henri Doutremont, Le Lys de sang (Montreal: Garand, 1923), p. 7. 10k ^ Jean Chevalier et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1 Q 6 ° ) , p. 723. kl Jean Che v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles, k v o l s . , 2 e e d i t i o n ( P a r i s : E d i t i o n s Seghers et E d i t i o n s J u p i t e r , 1973- 197*0 , A a CHE, p. 300. l i f t I b i d . , H a PIE, pp. 99-102. k9 y I b i d . , p. 233. ^° Jean Che v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1 9 6 9 ) , p. 517. ^ Henri Doutremont, Le Lys de sang, p. 7- ^ 2 Honor Matthews, The Hard Journey: The Myth of Man's R e b i r t h , p. 200. 53 I b i d . , p. 9 Henri Doutremont, Le Lys de sang, p. 8, 5U 5 5 I b i d . , p. 12. 5 6 I b i d . , p. 13. 5 T I b i d . 5 8 I b i d . , p. 1*1. 5 9 I b i d . 6 0 I b i d . , p. 15- I b i d . ^ I b i d . , p. l 6 . 6 3 I b i d . , p. 18. 6 k I b i d . , p. 19. 6 5 I b i d . , p. 22. I b i d . 67 Jean Chevalier et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1969), pp. 518-521. 68 Honor Matthews, The Hard Journey: The Myth of Man's R e b i r t h , p. 36. 116. 70 ^ Margaret Atwood, S u r v i v a l (Toronto: Anansi, 1972), pp. 113, Henri Doutremont, Le Lys de sang, p. 2k. 71 • Jean Chevalier 1 et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1969), p. 390. 72 J.E. C i r l o t , A D i c t i o n a r y of Symbols, t r a n s , from the Spanish, by Jack Sage (London: Routledge and Kegan P a u l , 1971), pp. 120-121.. 73 Jean C h e v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles, k v o l s . , 2e e d i t i o n ( P a r i s : E d i t i o n s Seghers et E d i t i o n s J u p i t e r , 1973- 197*0, CHE a G, pp. 55-57- lh Georges Bugnet, Le Lys de sang, p. 27. 75 Jean Chev a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1969), p. 521. Henri Doutremont, Le Lys de sang, p. 30. 77 Honor Matthews, The Hard Journey: The Myth of Man's R e b i r t h , p. 37. 78 Henri Doutremont, Le Lys de sang, p. 31. 79 , y I b i d . , p. 32. I b i d . 8l I b i d . , p. 33. 106 82 Jean. Chevalier et A l a i n Gheerbrant, Dictionnaire des symboles (Pa r i s : Laffont et J u p i t e r , 1969), p. 61*6. 8 3 I b i d . , p. 340. RU Ibid. , pp. 360, 362. O r Henri Doutremont, Le Lys de sang, p. 34. 8 ^ Albert Dauzat, Dictionnaire etymologique des noms de f a m i l l e et prenoms de France, p. 398. 8 T I b i d . , p. 328. 88 Henri Doutremont > Le Lys de sang, p. 3 5. 8 9 i b i d . 90 Jean Chevalier et A l a i n Gheerbrant, Dictionnaire des symboles 1* v o l s . , 2 e e d i t i o n (Paris: Editions Seghers et Editions J u p i t e r , 1973- 197k), CHE a G, p. 280. 9 1 I b i d . , PIE a Z, p. 238. 92 Jean Chevalier et A l a i n Gheerbrant, Dictionnaire des symboles (Paris: Laffont et J u p i t e r , 1969), p. 3. . 93 • 1 Henri Doutremont, Le Lys de sang, p. 40. 9 h r Ibid. , pp. .1+1, 42. 9 5 I b i d . , p. 42. . 9 6 I b i d . , p. 46. 9 7 I b i d . , p. 47. 98 Jean Chevalier et A l a i n Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, 4 v o l s . , 2 e e d i t i o n (Paris: Editions Seghers et Editions J u p i t e r , 1973- 1974), A a CHE, p. 94. 99 C a r l Gustav Jung, Man and His Symbols, p. 123. 107 1 0 0 Henri Doutremont, Le Lys de sang, p. hQ. 1 0 1 Jean Che v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1969), pp. 536-537. I b i d . , p. 663. 1 0 3 I b i d . , p. 673. 1 0 l + C a r l Gustav Jung, Man and His Symbols, p. 123. Anima—the female element of the male psyche. "L^)^ Henri Doutremont, Le Lys de sang, pp. 1+9, 50. Jean Che v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1969), pp. 1, 2. 107 Henri Doutremont,. Le Lys de sang, p. 52. Jean C h e v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1969), pp. 151-152. 1 0 9 I b i d . , p. U70. 1 1 0 Jean C h e v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles, k v o l s . , 2e e d i t i o n ( P a r i s : E d i t i o n s Seghers et E d i t i o n s J u p i t e r , 1973- 197*0, CHE a G, pp. 122-123- 1 1 1 A l b e r t Dauzat, D i c t i o n n a i r e etymologique des noms de f a m i l l e et prenoms de France, p. 3*̂3. 112 Henri Doutremont, Le Lys de sang, p. 53. 113 Jean C h e v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles, h v o l s . , 2e e d i t i o n ( P a r i s : E d i t i o n s Seghers et E d i t i o n s J u p i t e r , 1973- 191k), PIE a Z, p. 50. l l h I b i d . , A a CHE, p. 300. I b i d . , PIE a Z, p. 280. 1 1 5 I b i d . , H a, PIE, p. 1.62. Gaston Bachelard,' L'Eau et l e s reves ( P a r i s : C o r t i , 197*0, p. 197. Mircea E l i a d e , T r a i t e d ' h i s t o i r e des r e l i g i o n s ( P a r i s : Payot, 1953), p. 173. 108 117 Henri Doutremont, Le Lys de sang, p. 57. l i f t Jean Che v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles, 4.vols., 2e e d i t i o n ( P a r i s : E d i t i o n s Seghers et E d i t i o n s L a f f o n t , 1973- 1974), CHE a G, p. 280. 1 1 9 Henri Doutremont, Le Lys de sang, p. 58. X20 Gaston Bachelard, La Psychanalyse du feu ( P a r i s : G a l l i m a r d , 1949), p. 95. 121 C a r l Gustav Jung, Man and His Symbols, p. 123. 122 Jean C h e v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles, 4 v o l s . , 2e e d i t i o n ( P a r i s : E d i t i o n s Seghers et E d i t i o n s L a f f o n t , 1973- 1974), A a CHE, p. 319. Joseph Campbell, The Hero w i t h a Thousand Faces (New York: B o l l i n g e n , 1973), p. 35. 124 Henri Doutremont, Le Lys de sang, p. 59- 125 Jean C h e v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1969), p. 539- A l b e r t Dauzat, D i c t i o n n a i r e etymologique des noms de f a m i l l e et prenoms de France, p. 324. 127 1 I b i d . , p. 39. 128 Jean C h e v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles, 4 v o l s . , 2e e d i t i o n ( P a r i s : E d i t i o n s Seghers et E d i t i o n s J u p i t e r , 1973- 1974)', H a PIE, p. 343. . 129 A l b e r t Dauzat, D i c t i o n n a i r e etynologique des noms de f a m i l l e et prenoms de France, p. 320. 130.,.,.. ' ' I b i d . , p. 51D- 1 3 1 I b i d . , pp. 268, 270. Georges Bugnet, Tehom-la-noire (manuscrit i n e d i t , sans d a t e ) , p. 9. 109 "^33 I b i d . , p. 18. 134 . • I b i d . , p. 110. 1 3 5 I b i d . , p. 126. 1 3 6 I b i d . , p. 169. 1 3 T I b i d . , pp. 180, 183. 1 3 8 I b i d . , p. 467. 139 s Paul Robert, D i c t i o n n a i r e alphabetique et analogique de l a langue f r a n g a i s e , p. 1251. l40 C a r l Gustav Jung, Man and His Symbols, p. 222. l 4 l Georges Bugnet, Poemes, p. 15. 142 • Bruno Bett e l h e i m , The Uses of Enchantment: The Meaning and Importance of F a i r y Tales (New York: Vintage, 1977), p. 93. "^ 3 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. 126. Henri Doutremont, Nipsya (Montreal: Garand, 1924), p. 3. I b i d . , p. 14. 146 Jean Che v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1969), p. 677- 147 Henri Doutremont, Nipsya, p. 3. 148 Jean C h e v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles ( P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1969), p. 13. 149 . . , Henri Doutremont, Nipsya, p. 4. 1 5 0 I b i d . , pp. 3, 4. 151 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," Appendice I , e x t r a i t i n e d i t de Nipsya, p. 333. 110 152 ' Henri Doutremont, Nipsya, p. 5- 153 Jean Ch e v a l i e r et A l a i n Gheerbrant, D i c t i o n n a i r e des symboles, 4 v o l s . , 2 e e d i t i o n . ( P a r i s : E d i t i o n s Seghers et E d i t i o n s J u p i t e r , 1973- 1974), G a PIE, p. 144. 154 • r Henri Doutremont, Nipsya, p. o. . 1 5 5 I b i d . I b i d . , p. 7. 157 P a t r i c i a G o s t i c k , "La S i g n i f i c a t i o n du voyage dans l'oeuvre de G a b r i e l l e Roy," p. 11 . I r O Henri Doutremont, Nipsya, p. 17- 159 J y I b i d . , p. 20. ^ ® Ibid.',, p. 26. 1 6 1 I b i d . , p. 29'-' 1 6 2 I b i d . , p. 34. 1 6 3 I b i d . , p. 43. l 6 k I b i d . , p.- 45. 1 6 5 i b i d . , P . 46. 1 6 6 i b i d . , p. 4 7 . , l 6 T . I b i d . , p. 52. I b i d . I b i d . , p. 53. 1 7 0 I b i d . , p. 54. 1 7 1 Mircea E l i a d e , T r a i t e d ' h i s t o i r e des r e l i g i o n s , pp.. 172, 173, 175- Henri Doutremont, Nipsya, p. 58. 1 7 3 I b i d . , p. 59. 1 7 S b i d . 1 7 5 I b i d . 1 7 6 I b i d . 1 7 7 I b i d . , p. 60. 1 7 8 I b i d . 1 7 9 I b i d . , p. 6l. 180 T, ., (•), I b i d . , p. o4. I b i d . 1 8 2 I b i d . 1 8 3 I b i d . 18U _ . , Ve-rbid. , p. op. l 8 ^ P a t r i c i a G o s t i c k , "La S i g n i f i c a t i o n du voyage dans l'oeuvre de G a b r i e l l e Roy," p. 11. 1 8 6 A l b e r t Le Grand, " G a b r i e l l e Roy ou l ' e t r e partage," Etudes Frangaises, 1, n° 2 ( j u i n 1965), P- 63. 1 8 7 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. 119. Henri Doutremont, Nipsya, p. 65. 1 8 9 I b i d . , pp. 65, 66. 1 9 0 Bruno B e t t e l h e i m , The Uses of Enchantment: The Meaning and Importance of F a i r y T a l e s , p. 93. 112 1 9 1 I b i d . , p. 279 192 Gerard Tougas, H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne-francaise, p. 128. 1 Q 3 er D i s c u s s i o n avec l e Professeur Tougas, l e 1 decembre 1978. "L9^+ Simone Farquehar, "Anthe ou l'Ouest canadien dans l'oeuvre de Constantin-Weyer et de Georges Bugnet," (these de m a i t r i s e , U niver- s i t e de Colombie Br i t a n n i q u e 1966), p. lOh. " L 9^ Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre, p. 196 Gaston Bachelard, La Psychanalyse du fe u , p. 9. 1 9 7 I b i d . , p. 38. 198 Simone'Farquehar, "Anthe ou l'Ouest canadien dans l'oeuvre de Constantin-Weyer et de Georges Bugnet," p. 119. 1 9 9 Georges Bugnet, La Foret (Montreal: E d i t i o n s du Totem, 1935), p. ^2. 2(")0 Margaret Atwood, S u r v i v a l , pp. 11*+, 116. 201 Mircea E l i a d e , T r a i t e d ' h i s t o i r e des r e l i g i o n s , p.- T68. 202 Georges Bugnet, La F o r e t , p. k2. 2 0 3 I b i d . 20k Gaston Bachelard, L'Eau et l e s r i v e s , p.- 99. 205 Margaret Atwood, S u r v i v a l , p. 207- Mircea E l i a d e , T r a i t e d ' h i s t o i r e des r e l i g i o n s , p. l68. 206 2 0 7 I b i d . , p. 55. 2 <^ 8 Georges Bugnet, La F o r e t , p. 17. 209 T, ., I b i d . , p. 11. 113 210 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. 125. p i i I b i d . , p. 248. 212 Georges Bugnet, La F o r e t , pp. 86, 89. 2 1 3 I b i d . , p. 88. I b i d . , p. 92. 2 1 5 I b i d . , p. 9k, 2l6 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. 257. 2 1 7 I b i d . , p. 76. 2 1 8 I b i d . , p. 281. 219 /• Mircea E l i a d e , T r a i t e d ' h i s t o i r e des r e l i g i o n s , pp. 216, 217. 220 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. 3*+. 221 Georges Bugnet, La F o r e t , p. 100. 2 2 2 I b i d . , p. 87. 2 2 3 I b i d . , pp. 87, 88. 22k Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. kl. 225 Margaret Atwood, S u r v i v a l , p. 113. 226 Bruno B e t t e l h e i m , The Uses of Enchantment: The Meaning and Importance of F a i r y T a l e s , p. 278. 227 1 I b i d . , p. 93. 228 T, I b i d . , p. 155. 2 2 9 I b i d . , p. 9 4 . 230 Georges Bugnet, La F o r e t , p. 2 0 . 2 3 1 I b i d . , p. 8 6 . 2 3 2 I b i d . , p. 4 2 . 2 3 3 I b i d . , p. 8 7 . 234 P a u l Robert, D i c t i o n n a i r e alphabetique et analogique de l a langue f r a n g a i s e , p. 1 3 0 2 . Georges Bugnet, La F o r e t , pp. 7 4 , 7 5 . I b i d . , p. 7 5 - 2 3 7 Bruno Bett e l h e i m , The Uses of Enchantment: The Meaning and Importance of F a i r y Tales, p. 2 0 5 . 2 3 8 Georges Bugnet, La F o r e t , p. 20. 2 3 9 I b i d . , p. 2 9 . 2 4 0 I b i d . , pp. 3 2 , 3 3 . 2 i | 1 I b i d . , p. 4 6 . 2 4 2 I b i d . 2 1 + 3 I b i d . , p. 4 7 . 2 4 4 . , I b i d . , p. 4 9 . 2 U 5 I b i d . 2 k 6 I b i d . 2 ^ T I b i d . , p. 7 6 . 2 4 8 _ . , r-r I b i d . , p. ob. 2 h 9 I b i d . , pp. 1 8 6 , 1 8 7 . 115 2 5 0 I b i d . , p. 163. 2 5 1 I b i d . , p. 164. 2 5 2 I b i d . , p. 174. 253 J D I b i d . , p. 175. ^ I b i d . 2 5 5 I b i d . 2 5 6 I b i d . , p. 238. 2 5 T I b i d . 2 5 8 I b i d . 259 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. 266. 2 6 0 -T--I * j 0 7 , I b i d . , p. 273. 261 s A l b e r t Dauzat, D i c t i o n n a i r e etymologique des noms de f a m i l l e et prenoms de France, p. 398. I b i d . , p. 525. 2 6 3 I b i d . , p. 59-. 2^^ Simone Farquehar, "Anthe ou l'Ouest canadien dans l'oeuvre de Constantin-Weyer et de Georges Bugnet," p. 130. 265 Georges Bugnet, La F o r e t , pp. 17, 18 et passim. 2 6 6 I b i d . , p. 22. 267 Simone Farquehar, "Anthe ou l'Ouest canadien dans l'oeuvre de Constantin-Weyer et de Georges Bugnet," p. 130. I b i d . 2 ^ 9 Bruno B e t t e l h e i m , The Uses of Enchantment: The Meaning and Importance of F a i r y T a l e s , p. 155- 2 7 0 I b i d . 271 Georges Bugnet, La F o r e t , p. 11. 2 7 2 I b i d . , p. 153. 2 7 3 Bruno Bett e l h e i m , The Uses of Enchantment: The Meaning and Importance of F a i r y T a l e s , p. 94. 274 i Georges Bugnet, La F o r e t , p. 42. 2 7 5 I b i d . , p. 17. 2 7 ^ Bruno B e t t e l h e i m , The Uses of Enchantment: The Meaning and Importance of F a i r y T a l e s , p. 96. 2 7 7 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. 248. 2 7 8 I b i d . . P T Q Margaret Atwood, S u r v i v a l , p. 49. 2 8 0 Georges Bugnet, La F o r e t , p. 29. 2 8 1 T V . I b i d . Georges Bugnet, La F o r e t , pp. 33, 42. Margaret Atwood, S u r v i v a l , p. 62. 284 Georges Bugnet, La F o r e t , p. 31. 285 _ ,,-I b i d . , p. 35• 286 _.. ,„ I b i d . , p. 17. 2 8 7 I b i d . , p. 20. 2 8 8 T^-A I b i d . 2 8 9 I b i d . , p. 4 2 . 2 9 0 I b i d . , p. 4 4 . 291 ^ I b i d . , p. 55. 2 9 2 I b i d . 2 9 3 I b i d . 294 y I b i d . , p. 5 7 . 2 9 5 ^ I b i d . 296 • I b i d . , p. 7 2 . 297 y i I b i d . 2 9 8 Q_ I b i d . , p. o 5 . 2 9 9 y y I b i d . 300 ftR I b i d . , p. oo. 3 0 1 I b i d . , p. 8 9 . 3 0 2 I b i d . , p. 9 4 . 303 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," pp. 2 5 2 , 2 5 3 . 3 0 4 Georges Bugnet, La F o r e t , p. 1 3 2 . 305 ° J I b i d . , p. 1 3 9 - 3 < ^ Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. 2 4 9 . 307 Bruno Bett e l h e i m , The Uses of Enchantment: The Meaning and Importance of F a i r y T a l e s , p. 2 7 6 . 3 0 8 I b i d . , p. 2 2 0 . 3 ^ 9 Georges Bugnet, La F o r e t , p. 145- 3 1 0 I b i d . 3 1 1 I b i d . 3 1 2 I b i d . , p. 148. 313 Bruno B e t t e l h e i m , The Uses of Enchantment: The Meaning and Importance of F a i r y T a l e s , p. 94. 314 Georges Bugnet, La F o r e t , p. 153. 315 J J I b i d . , p. 152. 3l6 . I b i d . 3 1 T I b i d . , p. 156. 3 1 8 I b i d . , p. 157. 3 1 9 I b i d . 3 2 0 I b i d . 321 3 I b i d . , p. 179. 322 0 I b i d . 323 Bruno B e t t e l h e i m , The Uses of Enchantment-: The Meaning and Importance of F a i r y T a l e s , p. 96. 324 Georges Bugnet, La F o r e t , p. 183. 3 2 5 I b i d . , pp. 184, 185. 326 Bruno Bett e l h e i m , The Uses of Enchantment: The Meaning and Importance of F a i r y T a l e s , p. 203. 327 J 1 I b i d . , p. 279. 3 I b i d . , p. 206. O Q Q Georges Bugnet, La F o r e t , p. 186. 3 3 0 I b i d . 3 3 1 3 3 I b i d . , p. 187 . I b i d . 3 3 3 I b i d . , p. 188. I b i d . 3 3 5 I b i d . , p. 190. 3 3 ^ Bruno Bett e l h e i m , The Uses of Enchantment: The Meaning and Importance of F a i r y T a l e s , p. 226. 337 3 1 I b i d . , p. 277. Georges Bugnet, La F o r e t , p. 2 9 . 3 3 9 I b i d . , p. 27. 3 ^ I b i d . , p. 156. 31+1 3 I b i d . , p. 157. 3I+2 I b i d . , p. 202. 3*i3 3 I b i d . , p. 205. I b i d . , p. 206. 3 1 + 5 I b i d . , p. 216. 3 k 6 I b i d . , p. 218. 3 l + T I b i d . , pp. 230, 231. 348 I b i d . , p. 233. 3I4.9 Margaret Atwood, S u r v i v a l , p. 207. Georges Bugnet, La F o r e t , p. 23*+. 3 5 1 i M d . 3 5 2 i b i d . Simone Farquehar, "Anthe ou l'Ouest canadien dans l'oeuvre de Constantin-Weyer et de Georges Bugnet," p. 136. 35I1 , Georges Bugnet, La F o r e t , p. 234. 3 5 5 I b i d . , p. 236. 3 5 6 I b i d . , p. 238. 357 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. " - 260. 3 ^ 8 Gaston Bachelard, L'Eau et l e s rev e s , p. 110. 359 v Georges Bugnet, Poemes, p. 11. 3^° Gaston Bachelard, La Fsychanalyse du f e u , pp. 34-35. 3 ^ 1 Gaston Bachelard, L'Eau et l e s reves, p. 125. 3 ^ 2 Mircea E l i a d e , T r a i t e d ' h i s t o i r e des r e l i g i o n s , p. 186. 3 6 3 I b i d . , p. 221. 3 f ^ Gaston Bachelard, L'Eau et l e s reves, p. 99- 365 Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre, p. 244. 3 6 6 I b i d . , p. 270. 3 6 7 I b i d . , p. 261. 3 6 8 I b i d . , p. 269. 3 6 9 I b i d . , p. 126. 121 3 T ° I b i d . , pp. .49, 50. 371 Ibid.,. pp." 5 , 6 . . 3 7 2 I b i d . , p. 136. 3 7 3 I b i d . , p. 84. 3 T l + I b i d . , p. 303. 375 Henri Doutremont, Nipsya, p. 60. 3 7 ^ Jean Papen, "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre," p. 84. 377 Georges Bugnet, Poemes, p. 9. Aurum v u l g i — o r v u l g a i r e . C a r l Gustav Jung, Mysterium C o n i u n c t i o n i s , t r a n s , by R.F.C. H u l l , 2nd e d i t i o n , B o l l i n g e n S e r i e s , 20 (New York: P r i n c e t o n U n i v e r s i t y . P r e s s , 1977)•• 3 7 9 I b i d . BIBLIOGRAPHIE I. SOURCES MANUSCRITES Fonds Georges Bugnet. Archives de l a F a c u l t e S a i n t - J e a n , U n i v e r s i t e de 1'Alberta. Tehom-la-noire, manuscrit i n e d i t de Georges Bugnet. Archives de l ' U n i v e r s i t e de Colombie B r i t a n n i q u e . I I . PUBLICATIONS DE GEORGES BUGNET (CONSULTEES) • A. Ouvrages Doutremont, Henri (pseudonyme de Georges Bugnet) Le Lys de sang. Montreal: Garand, 1923. Nipsya. Montreal: Garand, 1924. Bugnet, Georges S i r a f . Montreal: E d i t i o n s du Totem, 1934. La Foret. Montreal: E d i t i o n s du Totem, 1935. Voix de l a s o l i t u d e . Montreal: E d i t i o n s du Totem, 1938. Poemes, presente par Jean-Marcel Duciaume. Edmonton: E d i t i o n s de l ' E g l a n t i e r , 1978. B. A r t i c l e s "Le Conte du bouleau, du meleze et du p i c rouge." Le Canada F r a n g a i s , 19, n° 7 (mars 1932), pp. 526-538.. "Un M a i t r e de s t y l e . " Le Canada Fr a n g a i s , 20, n° 4 (decembre 1932), pp. 317-323. 123 "De l a poesie." Le Canada Franqais, 21, n° 2 (octobre 1933), • .pp. 137-143. "La D e f a i t e . " Le Canada Fr a n q a i s , 22, n° 1 (septembre 1934), pp. 40-50. "Du roman." Le Canada Fr a n q a i s , 23, n° 3 (novembre 1935), pp. 217-225. "Montaigne et l e s Canadiens." Les Idees, 3 ( a v r i l 1936), pp. 208-222. "Une V i s i o n . " Les Idees, 5 ( f e v r i e r .1937), pp. 91-101. "Ivan et Fedor." Les Idees, 26, n° 2 (octobre 1938), pp. 166-184. "La F o r e t . " Le Canada F r a n q a i s , 27, n° 5 ( J a n v i e r 1940), pp. 389-401. "Des va l e u r s l i t t e r a i r e s . " Le Canada Fr a n q a i s , 28, n° 4 (decembre 1940), pp. 346-360. "Ce Pauvre B o i l e a u . " Le Canada F r a n q a i s , 32, n° 9 (mai 1945), pp. 665-668. "Ou. l'o n rencontre un Canadien." Le Canada Fr a n q a i s , 33, n° 5 ( J a n v i e r 1946), pp. 325-332. "Ou l'o n rencontre un Canadien." Le Canada F r a n q a i s , 33, n° 6 ( f e v r i e r 1946), pp. 438-446. I I I . 0UVRAGES C0NSULTES Atwood, Margaret. S u r v i v a l . Toronto: Anansi, 1972. Bachelard, Gaston. L'Eau et l e s reves. P a r i s : C o r t i , 1974. Bachelard, Gaston. La Psychanalyse du feu. P a r i s : G a l l i m a r d , 1949. Bachelard, Gaston. La Terre et l e s . r e v e r i e s de l a volonte. P a r i s : C o r t i , 1948. Bachelard, Gaston. La Terre et l e s r e v e r i e s du repos. P a r i s : C o r t i , 1948. Bettelheim, Stoddard Edman. A r t as the Measure of Man. New York: Museum of Modern A r t f o r the N a t i o n a l Committee on A r t Education, c. 1964. B e t t e l h e i m , Bruno. The Uses of Enchantment: The Meaning and Importance of F a i r y Tales. New York: Vintage, 1977. Bouygues, Carolyne. "Jean de Sponde: De l a psychoanalyse a l a d e f i n i ^ t i o n de 1'instant spondien." These de m a i t r i s e , U n i v e r s i t e de Colombie Britannique 1971. Campbell, Joseph. Myths t o L i v e By. New York: Bantam, 1973. Campbell, Joseph. The Hero w i t h a Thousand Faces. New York: B o l l i n g e n , 1973. C a r r i e r , Roch. F l o r a l i e ou. es-tu? Montreal: E d i t i o n s du J o u r , 1974. C h e v a l i e r , Jean, et A l a i n Gheerbrant. D i c t i o n n a i r e des symboles. P a r i s : L a f f o n t et J u p i t e r , 1969. C h e v a l i e r , Jean, et A l a i n Gheerbrant. D i c t i o n n a i r e des symboles, r e a l i s a t i o n Marian B e r l e w i . 4 volumes, 2e e d i t i o n . P a r i s : E d i t i o n s Seghers et E d i t i o n s J u p i t e r , 1973-1974. C i r l o t , J.E. A D i c t i o n a r y of Symbols, t r a n s l a t e d from the Spanish by Jack Sage. 2nd e d i t i o n . London: Routledge and Kegan P a u l , 1971. i e Constantm-Weyer, Maurice. La Bourrasque. P a r i s : F. Rieder et C , 1925. Dauzat, A l b e r t . D i c t i o n n a i r e etymologique des noms de f a m i l l e et prenoms de France. P a r i s : Larousse, 1951. Durand, G i l b e r t . Les S t r u c t u r e s anthropologiques de 1'imagination. P a r i s : Bordas, 1969. E l i a d e , Mircea. T r a i t e d ' h i s t o i r e des r e l i g i o n s . P a r i s : Payot, 1953 Farquehar, Simone. "Anthe ou l'Ouest canadien dans l'oeuvre de Constantin-Weyer et de Georges Bugnet." These de m a i t r i s e , U n i v e r s i t e de Colombie Britannique 1966. F r a n k l , V i c t o r . Man's Search f o r Meaning: An I n t r o d u c t i o n to Logo- therapy. New York: Washington Square P r e s s , 1971. Frye, Northrop. Anatomy of C r i t i c i s m . New Jersey: P r i n c e t o n Univer- s i t y P r e s s , 1973. G o s t i c k , P a t r i c i a . "La S i g n i f i c a t i o n du voyage dans l'oeuvre de G a b r i e l l e Roy." These de m a i t r i s e , U n i v e r s i t e de 1'Alberta 1977. i e Hemon,.Louis. Maria.Chapdelaine. P a r i s : Artheme Fayard.et C , 1935 Herzog, Edgar. Psyche and Death, t r a n s l a t e d by David Cox and Eugene R o l f e . London: Hodder and Stoughton, 1966. Imbert, P a t r i c k . "La Foret de Georges Bugnet ou l e drame nature- c u l t u r e non r e s o l u . " L e t t r e s Quebecoises, 12 (novembre 1978), pp. 28-29. Jung, C a r l Gustav, M.L. Von Franz, Joseph L. Henderson, Jolande J a c o b i , et A n i e l a J a f f e . Man and His Symbols, conceived and ed i t e d by C.G. Jung. New York: Doubleday and Company Inc., 1964. Jung, C a r l Gustav. Mysterium C o n i u n c t i o n i s , t r a n s l a t e d by R.F.C. H u l l . 2nd e d i t i o n , B o l l i n g e n Series 20. New York: P r i n c e t o n U n i v e r s i t y P r e s s , 1977. Jung, C a r l Gustav. Psyche and Symbol: A S e l e c t i o n from the Wr i t i n g s of C.G. Jung, e d i t e d by V i o l e t S. de L a z l o . New York: Doubleday and Company Inc.:,, 1964. , Kopp, Sheldon B. I f You Meet the Buddha on the Road, K i l l Him.' New York: Bantam, 1976. Le Grand, A l b e r t . " G a b r i e l l e Roy ou l ' e t r e partage." Etudes Fran- g a i s e s , 1, n° 2 ( j u i n 1965), pp. 39-65. Levasseur-Ouimet, France. "L'Archetype de l a Renaissance dans l a poesie d'Anne Hebert." These de m a i t r i s e , U n i v e r s i t e de l ' A l b e r t 1977. Matthews, Honor. The Hard Journey: The Myth of Man's R e b i r t h . New York: Barnes and Noble Inc., 1968. Mauron, Charles. Des metaphores obsedantes au mythe personnel: I n t r o d u c t i o n si l a p s y c h o c r i t i q u e . P a r i s : C o r t i , 1963. ' Oates, Joyce C a r o l . New Heaven, New Earth: The V i s i o n a r y Experience i n L i t e r a t u r e . New.York: Vanguard, 1974. Papen, Jean. "Georges Bugnet, homme de l e t t r e s canadien, sa v i e , son oeuvre." D i s s . U n i v e r s i t e Laval 1967. P r i t c h a r d , E i f i o n Wynn. " L ' E v o l u t i o n des symboles chez Emile Verhaeren." These de m a i t r i s e , U n i v e r s i t e de 1'Alberta 1970. Robert, Paul. D i c t i o n n a i r e alphabetique et analogique de l a langue f r a n q a i s e . P a r i s : S ociete du Nouveau L i t t r e , 1973. Roy, J e a n - P i e r r e . Bachelard ou l e concept contre 1'image. Montreal: Presses U n i v e r s i t a i r e s de Montreal, 1977. Seyle, Hans. Stress without D i s t r e s s . Scarborough: The New American L i b r a r y o f Congress, 1974. S i r o i s , Antoine. . "Le Mythe du Nort.d." Revue de l ' U n i v e r s i t e de Sherbrooke, 4, n° 1 (octobre 1963), pp. 29-36.. Smith, Donald. "Entrevue: P i e r r e Morency poete et dramaturge." L e t t r e s Quebecoises, 12 (novembre 1978), pp. 39-̂ 7. Tougas, Gerard. H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne-frangaise. ke e d i t i o n . P a r i s : Presses U n i v e r s i t a i r e s de France, 1967. Warwick, Jack. L'Appel du nord dans l a l i t t e r a t u r e canadienne- f r a n g a i s e : E s s a i , t r a d u i t par Jean-Simard. Montreal: Hurtubise 1972. Watts, Alan W. The Wisdom of I n s e c u r i t y . New York: A l f r e d A. Knopf Inc. and Random House, 1951. Weber, Jean-Paul. La Psychologie de l ' a r t . P a r i s : Presses Univer- s i t a i r e s de France, 1972.

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
China 13 0
Japan 4 0
France 2 0
Russia 2 0
United States 1 0
City Views Downloads
Beijing 13 0
Tokyo 4 0
Saint-Genis-les-Ollieres 2 0
Unknown 2 31
Ashburn 1 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}

Share

Share to:

Comment

Related Items