UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Anthe ou l'ouest canadien dans l'oeuvre de Maurice Constantin-Weyer et de Georges Bugnet Farquhar, Simone Paula 1966

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1966_A8 F3.pdf [ 7.87MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0093749.json
JSON-LD: 831-1.0093749-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0093749-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0093749-rdf.json
Turtle: 831-1.0093749-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0093749-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0093749-source.json
Full Text
831-1.0093749-fulltext.txt
Citation
831-1.0093749.ris

Full Text

ANTJflLOU L'OUEST CANADIEN PANS, L'OEUVRE DE MAURICE CON STANTIN-WEYER ET DE GEORGES BUGNET by SIMONE PAULA FARQUHAR B.A., University of British Columbia, 1955 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF M.A., in the Department of Romance Studies We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA May, 1966 In p resen t i ng t h i s t h e s i s in p a r t i a l f u l f i l m e n t o f the requirements f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Columbia, I agree that the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r re fe rence and s tudy . I f u r t h e r agree that pe r -m i s s i o n : f o r ex tens i ve copy ing o f t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head o f my Department or by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . It i s understood that copying or p u b l i -c a t i o n o f t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l ga in s h a l l not be a l lowed wi thout my w r i t t e n p e r m i s s i o n . Department o f Romance Studies The U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Columbia Vancouver 8, Canada Date May, 1966 ABSTRACT The purpose of t h i s thesis i s to examine those works of Maurice Constantin-Weyer and of Georges Bugnet set i n the Canadian West. Because both writers were fascinated by the exotic challenge of the western wilderness, i t seems appropriate to apply to t h e i r works the myth of Antaeus, t h i s giant representing, i n h i s apparent invulner-a b i l i t y , the primeval f o r e s t and, by extension, the aborigine who inhabits i t ; the intruder who learns to master them both i s therefore Hercules. The main theme of the novels i s thus seen as one of struggle. H i s t o r i c a l l y , we are also concerned with d e l i m i t i n g the Canadian West and explaining the r i s e of the Metis, a people whose very existence created problems which both authors set out to i n t e r p r e t . Constantin-Weyer 1s avowed purpose i n the Epopge canadienne i s to paint a vast fresco of the Canadian West. The works of the series f a l l s into two categories: novels a l l e g e d l y based on h i s t o r y and novels of adventure, h i s essays being c l a s s i f i e d with the l a t t e r . In the f i r s t chapter h i s two • h i s t o r i c a l * novels are examined and evaluated. Vers l'Ouest meets with Walter Scott's standards for the h i s t o r i c a l novel, but i t might also be c l a s s i f i e d as a roman de moeurs because of the pre-dominance of exotic -description. La Bourrasque, on the other hand, i s an anomaly i n the ensemble of the Epopee canadienne. Louis R i e l , i t s chief protagonist, had been dead only t h i r t y - n i n e years when the book was published, yet Constantin-Weyer did not h e s i t a t e to present the par-t i c i p a n t s i n the Rebellion i n an outrageous and shocking fashion, naming them by name. Hence, chapter two i s devoted to an i n v e s t i g a t i o n of the i i i problem of the author's misanthropy. In the l i g h t of h i s t o r i c a l scrutiny, the outrageous p o r t r a i t s are indeed found to be defamatory. Moreover, the novel often twists or suppresses the f a c t s for sensational e f f e c t -- a c l e a r v i o l a t i o n of the basic r u l e governing the h i s t o r i c a l novel. Nor can the work be j u s t i f i e d as a roman de moeurs, since d e s c r i p t i v e passages and l o c a l color are almost t o t a l l y absent. The novel's viol e n c e of tone can, i n some measure, be traced to the influence of Naturalism, and i t s misanthropy to the hardships of the author's ten years i n Canada. We contend that the hatred and b i t t e r n e s s of t h i s novel was a catharsis for the writer, a conclusion supported by the f a c t that no subsequent work of h i s displays the v i n d i c t i v e tone of ,La Bourrasque. In chapter three, Constantin-Weyer*s novels of adventure are examined with p a r t i c u l a r attention given to the exoticism of h i s teeming and c o l o r f u l panorama of the Canadian West, and to the Life-Love-Death theme which u n i f i e s the EpopSe. Perusal of these novels uncovers two main f a c t s : that Constantin-Weyer was an i n c o r r i g i b l e braggart and that an aura of eroticism permeates h i s w r i t i n g . His perception of the hundred intimate dramas of the forest and h i s f l a i r for depicting the w i l d animal i n i t s d a i l y Life-Love-Death struggle make him one of the best animaliers i n Canadian l e t t e r s . His anthropomorphism transfigures not only the animals of the forest but inanimate natural forces as w e l l , and i t i s t h i s capacity for e r o t i c empathy which constitutes a novel and heretofore unknown quantity i n the Canadian l i t e r a t u r e of French expres-sion. i v Georges Bugnet i s i n many ways the a n t i t h e s i s of Constantin-Weyer. Though a teacher and j o u r n a l i s t , he shunned the more populated areas of h i s adopted country to s e t t l e i n the very heart of the f o r e s t . To him, nature i n Canada was a goddess to whom s a c r i f i c e was due. Chapter four explores h i s l i t e r a r y and p h i l o s o p h i c a l views, e s p e c i a l l y h i s concept, --amounting to an o r i g i n a l myth i n Malinowski's sense, -- of nature i n Western Canada. Bugnet was i n temperament a c l a s s i c i s t , by design a r e a l i s t , and an avowed anti-romantic, yet elements of Romanticism pervade h i s verse which i s e s s e n t i a l l y a v e h i c l e f or h i s metaphysical ideas. The l a t t e r part of t h i s chapter assesses h i s prose poem Le Pin du maskeg, a synthesis of h i s l i t e r a r y and metaphysical creeds. Chapter f i v e evaluates h i s two c h i e f novels. Nipsya, an early work on the problem of the Metis and the r e l a t i o n s h i p of man with Nature, i s e s s e n t i a l l y a roman a these, the l i f e of i t s characters being c o n t i n u a l l y s a c r i f i c e d to an abstract scheme. His l a s t novel, La Forgt, one of the four or f i v e best French-Canadian novels, triumphs over h i s e a r l i e r d i d a c t i c tendencies. I t s characters spring to l i f e and d i c t a t e t h e i r own destiny, portraying the presumptuous Europeans who t r y to master an impassive land by brute strength rather than awe and understanding. Within t h i s struggle, a lesser takes place: that between man and wife as they become aware of t h e i r innate i n c o m p a t i b i l i t y . To these and others of Bugnet's characters, Antaeus' flaw remains hidden. Constantin-Weyer and Bugnet are a l i k e i n t h e i r strong a t t r a c t i o n to a p r i s t i n e land, t h e i r p r e d i l e c t i o n for Naturalism and t h e i r preoccupa-t i o n with the theme of struggle -- that of man with nature and of man within himself. But the s i m i l a r i t i e s are far outweighed by t h e i r d i f f e r e n c e s . Constantin-Weyer, following i n Cooper's t r a d i t i o n of exoticism, adds to i t verve, humor, color and passion, q u a l i t i e s which won for Canada an enthusiastic audience i n France. The underlying eroticism we detect i s h i s o r i g i n a l contribution to French-Canadian l i t e r a t u r e . Bugnet, on the other hand, d e f i c i e n t i n these q u a l i t i e s , more than redeems himself by an uncompromising d i s c i p l i n e , a s i n c e r i t y and a c e r t a i n mystic perception which brought f o r t h a work of l a s t i n g value — L a F p r S t . TABLE DES MATIERES INTRODUCTION le mythe d'AnthS applique a l'Ouest canadien — manifestations d'AnthS dans l'oeuvre de Constantin-Weyer et de Bugnet l'Ouest canadien: delimitation -- les Mltis: origine et problemes CHAPITRE I: CONSTANTIN-WEYER et ses ROMANS a BASE D'HISTOIRE apercu biographique et bibliographique — le roman historique: evolution et definition — Vers l'Ouest (1921): rlsume, critiques diverses, evaluation (roman historique? roman de moeurs?), exotisme, passages, descriptifs, anthropomorphisme, Constantin-Weyer animalier La Bourrasque (1925): evaluation (roman de moeurs? roman historique?), enigme CHAPITRE II: LA BOURRASQUE: ENIGME — SOLUTION trame — Riel, Mgr. Tache, le pere Ritchot, les Anglais, les MStis -- autres personnages reactions a La Bourrasque — probleme de la misanthropie dans La Bourrasque -- d e t a i l s biographiques relevSs par Donatien Fremont sur les dix ann6es passees par 1'auteur au Canada — la femme dans 1'Epopee  canadienne — le Romantisme et le Naturalisme dans l'Epopge canadienne — conclusion CHAPITRE III: LES ROMANS D'AVENTURES DE CONSTANTIN-WEYER 1'exotisme, evolution et definition -- Constantin-Weyer et Chevalier, Constantin-Weyer et Cooper -- Manitoba (recueil d'essais, 1924): l'exotisme chez Constantin-Weyer, descriptions, erotisme, redites, Donald Smith le theme principal de 1'EpopSe  canadienne: -Vie-Amour-Mort — Etude de ce theme dans: Cinq  gclats de silex (essais, 1927), Clairiere (essais, 1929), v i i Un Homme se petiche sur son pass! (roman, 1927), Napoleon (roman, 1931), Le Danseur rouge (recit, 1931), Une Corde sur  11abtme (roman, 1933), Telle qu'elle etait en son vivant (roman, 1936) CHAPITRE IV: BUGNET — L'HOMME et ses IDEES details biographiques et bibliographiques influences litt S -raires: de Lisle, Flaubert, Zola — le roman realiste — le realisme de Bugnet — le classicisme de Bugnet — cycle Vie-Mort cf. Constantin-Weyer — Stude du mythe de la Nature canadienne chez Bugnet bas§e sur les theories de Malinowski --l'anti-romantisme declare" de Bugnet el&ients de Romantisme dans ses vers cr&do metaphysique Le Pin du maskeg: synthese de ses idSes litteraires et m£taphysiques CHAPITRE V: LES ROMANS DE BUGNET Nipsya; Nipsya et la nature, Nipsya et les colons Lajeimesse, Nipsya et Vital, Nipsya et Mahigan, Nipsya et monsieur Alec --examen du mythe de la nature canadienne dans le roman Nipsya --roman a these La For£t; personnages: Roger, Louise, la foret — trame et Evolution des personnages conclusion CONCLUSION Convergences des deux auteurs: Anthe1, naturalisme, theme de lutte Divergences: chez Constantin-Weyer, exotisme, style, sensibility auditive, humour, erotisme; chez Bugnet, discipline, mysticisme, sincerity, absence de coloris, de mouvement, de passion .-- Apport de chaque £crivain a la litterature canadienne REMERCIEMENTS A tous ceux qui m'ont aidSe dans cette entreprise, j e tiens a exprimer toute ma gratitude: d'abord au Docteur Dennis Healy — Doyen de l a Faculty des A r t s de 1'-Universite' de Colombie Britannique — qui a bien voulu accepter de d i r i g e r ma these, ensuite a M i l e Marguerite Primeau — qui a consacrS de longues heures au lourd t r a v a i l de r e v i s i o n . Je t i e n s enfin a remercier mes collegues de V i c t o r i a , Mme Berengere St e e l et M. Jean-Pierre Mentha qui m'ont bien des f o i s o f f e r t leurs c o n s e i l s . INTRODUCTION Dans l a mythologie grecque, Anth§, f i l s de Poseidon et de Gaia, S t a i t un g§ant qui provoquait au combat tous les etrangers qui osaient pen£trer dans son domaine. Ce combat leur S t a i t inevitablement f a t a l . Hercule s' l t a n t apercu, un jour q u ' i l l u t t a i t avec Anthe, que l e monstre reprenait des forces chaque f o i s q u ' i l touchait l e s o l , l e souleva et parvint a i n s i a l'£touffer. Dans l'oeuvre de Constantin-Weyer a i n s i que dans c e l l e de Georges Bugnet, Anthe" p e r s o n n i f i e la-Nature, c'est-a-dire tout ce qui sort de l a ter r e , se rattache a e l l e et v i t de son contact. AnthS, c'est done l'Ouest canadien des temps prShistoriques -- a i n s i que du passe" recent --puisque l ' h i s t o i r e de ce pays vient a peine de commencer. Maurice Constantin-Weyer et Georges Bugnet ont habite l'Ouest, l'ont connu, l'ont aimS et en ont f a i t l e cadre de leur oeuvre canadienne. Anthe symbolise 1'ensemble de leur oeuvre. Pour Constantin-Weyer, l a Nature n'est pas l e doux refuge des Romantiques; c'est l e domaine mysterieux ou se poursuivent, sans treve, l e s combats de l a v i e et de l a mort. Cet AnthS-la est, somme toute, l e microcosme, 1'essence meme de l a v i e . Puis par dedoublement, ou par simple extension, Anthe" pers o n n i f i e aussi 1'autochtone, l'enfant de l a Nature,^ - non point en l u t t e contre c e l l e - c i , mais se nourrissant d ' e l l e , y Stant fermement attache par l e l i e n f i l i a l . Honni s o i t qui d S t r u i t ce 2 3 l i e n ! Et, malheur a l'enfant qui c h o i s i t de se separer d ' e l l e ! L'homme c i v i l i s S , l u i aussi, est partout present dans l'oeuvre de Constantin-Weyer; pour l u i l a Nature a un a t t r a i t i r r e s i s t i b l e et primordial. Comme Anthe, i l se sent vaincu parce qu fil en est separe* par les innombrables "tapis de la civilisation",^ Chez Constantin-Weyer, Anthe personnifie done Igalement, l'homme blanc qui lutte contre la civilisation et contre cette partie de lui-meme qu'elle lui a l£gu§e. Ce nouvel Anthe se plonge dSsespSrement au sein de la Nature, mais "petri par les livres", i l n'a pas appris les lecons essentielles a la survie primitive, ou plut6t, i l en a appris d'autres qui ont cr££ en lui des besoins qui lui imposent inevitablement le retour a la civilisation, Lorsqu'Hercule apparalt dans l'oeuvre de Constantin-Weyer, i l est incon-testablement l'ennemi. Lui, c'est l'homme blanc, cupide et rapace qui £touffe l'aborigene en le sSparant de 1'element qui le nourrit. Chez Bugnet aussi, Anthe personnifie la Nature. II reprSsente i c i la for&t bien ancrSe dans le sol, et l'autochtone, comme chez Constantin-Weyer, en est une extension. Cependant, homme rSaliste et pratique, Bugnet ne saurait songer a imiter l'lndien; au contraire, i l accepte son rule de dSfricheur, le role d'Hercule en lutte avec la for£t, qui, elle, rSsiste a l'empietement, Toutefois ce n'est pas par la force que Bugnet espere conquSrir la Nature. Devant elle, i l est saisi d'une humility qui fait naltre en lui le respect, 1'admiration, voire la veneration. Cet amour totalement dgsinteresse" ne demande rien pour l'homme, et peut m£me prendre parti pour la Nature contre l'homme, ce dSbile, prSsomptueux et insolent, qui vient la dSfier.^ Et c'est prScisement le secret de son Anthe: alors que l'Hercule du mythe grec vainquit Anthe en le sou-levant de terre, l'Hercule de Bugnet le conquerra par 1'amour et par l'humilite. Pour ceux qui n'ont pas su apprendre ce secret, le combat sera fatal. 3 AnthS, done, dans le contexte de cette these apparaitra sous plu-sieurs formes dont les aspects divers pourraient sembler dSconcertants, mais rappelons-nous que ces aspects differents ne sont, au fond, que les manifestations d'un m£me phenomene — l'Ouest canadien. Par consequent, i l paratt essentiel de donner un aper^u general de la rSgion qui sera avec ses M£tis le cadre et le sujet principal de cet ouvrage. L'Ouest canadien commence au-dela du lac Superieur, Le gigantesque bouclier canadien, rocheux et boisS, dresse a cet endroit une barriere naturelle entre Montreal et Winnipeg, que seul 1'avion franchit sans peine. Les hardis explorateurs des XVIIe et XVIIIe siecles, en lutte avec la topographie du pays, avaient non seulement a franchir rochers et for£ts, mais aussi a traverser des lacs innombrables, des rivieres pleines d'ecueils et de vastes marecages. C'Stait l'epoque ou Jean Nicolet, Groseillers et Radisson, La Verendrye et ses compagnons, en quSte de fourrures, i l est vrai, mais surtout attirSs par la recherche du Passage Maritime, s'acharnaient a pen£trer ce pays inconnu. Ces voyages, qui duraient souvent des annSes, menerent inevitable-ment a la co-habitation avec les femmes indigenes. En effet, plusieurs de ces aventuriers, epris de la libertS qu'offraient les grands espaces du Nord-Ouest, choisirent d'y rester. En pays primitif, l'epouse indienne Stait pour l'homme, indien ou blanc, l'auxiliaire indispensable qui s'occupait de la preparation du pemmican, des peaux, de l'entretien des v^tements et des raquettes. Nombre de blancs ont Ste" sauvSs du 4 massacre gr&ce aux prieres de leur "squaw1. Le 'mariage' mixte £tait une affaire tres simple, Le fiancS blanc acquerait sa femme indienne en offrant quelques cadeaux aux parents indigenes. Ces alliances contrac-t u s a la mode du pays, n'avaient aucun gage de solidaritS; "au premier disaccord, chacun reprenait sa libertg". Si 1*extreme facility des moeurs conduisait souvent a des unions passageres, i l y eut quand metae assez de mariages stables pour former un Element ethnique distinct. Dans cette zone reculee, qui echappait a 1'influence des autoritSs civiles et religieuses de la Nouvelle-France, blancs et primitifs vivant c8te a cQte en vinrent a se meler et a donner naissance a une race nou-velle. Peu a peu, au contact des fonctionnaires de postes de traite, et sous la tutelle des missionnaires,^ cette nouvelle race mStisse finit par adopter des concepts europSens qui, au dSbut, leur avaient semblS bien Stranges. Tout en restant integrSs au sol qu'ils parcouraient a leur grS, i l s evoluerent presque malgre" eux, vers les enigmes et les conforts de la civilisation. Ce groupe ethnique infime s'affermit et, si dynamique, si concentre" devint-il que vers la fin du siecle dernier ses problemes d'assimilation et de revendication nationale Sbranlerent profondement l'Sdifice de la Conf^deration naissante. Les manages mStis prirent l'habitude de s'etablir en petites agglo-merations pres d'un cours d'eau, a l'£cart a la fois des aborigines et des blancs. Le confluent de la Riviere Rouge et de l'Assiniboine attira plusieurs families. Ils y construisirent de modestes cabanes en troncs d'arbres, mais se garderent bien de renoncer a leur vie nomade. 5 De leurs ancStres autochtones, ces demi-civilisSs avaient hSriti un remarquable don d'observation qui gravait pour toujours dans leur memoire les moindres accidents geographiques, les mouvements et les moeurs des animaux sauvages. FormSs des leur plus jeune age par la nature, i l s avaient acquis l'endurance et l'habitude des privations qui sont le sort du chasseur nomade. De plus, le langage et la maniere de penser des blancs leur etaient devenus familiers, et la plupart d'entre eux avaient adoptS la religion chritienne. Cependant, au lieu de rehaus-ser le Metis aux yeux de son demi-frere indien, ces accessoires de la civilisation ne re\issirent qu'a susciter sa mSfiance et son mipris. De leur cdt£, les blancs avaient souvent une attitude arrogante envers les 'Bois-BrfilSs' qu'ils jugeaient indolents, indisciplines, sans ambition, et par consequent heritiers des pires caracteristiques des deux races. On comprendra alors, que le climat d'ostracisme qui entou-rait les Metis soit propice a l'eclosion d'une "bourrasque". NaSfs et confiants, ces rejetons demi-sauvages se laisserent persuader par cer-tains bourgeois de la Compagnie du Nord-Ouest qu'eux, les Metis, etaient par droit de naissance seuls et incontestables proprietaires du terri-8 toire ou i l s s'etaient etablis. Voila le modeste debut d'un nouveau nationalisme qui eclata en 1869, et dont les repercussions n'ont pas encore cesse de se faire sentir. C'est dans cette atmosphere de malaise et sur ces lieux menies que Maurice Constantin-Weyer situa les deux premiers volumes de son Epopee canadienne. Ses autres romans et ceux de Georges Bugnet ont tous plus ou moins le meme cadre quoique la question politique et guerriere 9 soit laissee de c8te -« sauf dans la Nipsya de Bugnet ou l'on en per-coit tout juste un echo, 11 faudra se rappeler que les gens dont i l est question dans cette these n'avaient n i nos gouts, n i tout a f a i t notre facon de penser. NOTES SUR L'INTRODUCTION 1. "II Napoleon avait une morale naturelle de l ' a m i t i i , de l a haine, de . la sol idar i ty , que j 'admirais . II raisonnait des choses comme s i les arguments l u i avaient StS dictSs par les forces les plus myst£-rieuses du monde. Le mythe d'Anthl ressucitait pour moi. NapolSon touchait la terre de ses deux pieds et c 'Stai t d 'e l le q u ' i l t i r a i t sa force . " Maurice Constantin-Weyer, Napoleon (Paris: Rieder, 1931), p. 78. 2. Constantin-Weyer, La Bourrasque (1925); Napoleon (1931). Ces deux romans de la maison Rieder, Paris , pourraient fctre interpreters comme une accusation por t£e contre l'homme blanc qui donna le coup de mort a l 'aborigene. 3. Constantin-Weyer, Le Danseur Rouge, publi£ a l a suite de Napoleon et sous la m£me couverture, est l ' h i s t o i r e de l ' l n d i e n qui succombe aux appas vulgaires et funestes de l a c i v i l i s a t i o n . 4. "Ma faiblesse venait des nombreux tapis interposes entre l a terre et moi. Je n'avais plus le contact; et, meme lorsque je fa isais un effort pour m'approcher de la terre, c ' e t a i t e l le qui refusait de me reconnaftre. j ' S t a i s un Stre a r t i f i c i e l et parfaitement absurde, sauf dans ce monde i r r £ e l , construit par le cerveau de quelques hommes, ou j ' S t a i s ne." Constantin-Weyer, Napoleon, p . 79. 5. Georges Bugnet, "La Forfct", Le Canada Francais (University Laval), XXVII, 5 (Janvier, 1940), 398. 6. Donatien Fremont, "Les Metis de l'Ouest canadien", Memoires de  l a Socigtg Royale du Canada, serie 3ieme, XLII, section 1 (1948), p. 59. 7. Des l 'annle 1818, les M e t i s avaient leur Sglise et leur mission-naire, l'abbe Provencher. Adrien G. Morice, Dictionnaire historique des  Canadiens et des Metis francais de l'Ouest (Quebec: J . P. Garneau, 1908), p. 237. 8. G. F . G. Stanley, The Birth of Western Canada (Great B r i t a i n : Longmans, Green and Co. L t d . , 1936; Toronto: University of Toronto press, 1963), p . 11. 9. Georges Bugnet, Nipsya, grand roman canadien in€dit , par Henri Doutremont (pseud.). I l l u s . de A. Fournier, (Montreal: Garand, 1924). CHAPITRE I CONSTANTIN-WEYER ET SES ROMANS A BASE D'HISTOIRE Constantin-Weyer a tent! de faire revivre, dans ses deux premiers romans l'epoque la plus dramatique et la plus animSe de l'histoire de l'Ouest. I l n'est pas Itonnant qu'il se soit essay! au genre du roman historique, la nature l'avait d£ja dou£ d'un vif sens du dramatique et le souvenir de ses aventures en pays exotique n'avait rien perdu de son parfum ni de sa saveur au contraire le temps semblait l'avoir rendu plus vivace. N£ en 1881 a Bourbonnes-les-Bains, i l suivit les cours de science et de philosophie de l'eminent physiologiste francais FSlix le Dantec, mais ce fut surtout l'Stude de la langue et de la litterature anglaise qui l'interessa. A vingt-trois ans, Spris d'aventures, i l vint au Canada ou i l passa dix amines. M. Tougas rSsume succinctement cette decade d'aventures: La confrontation du Canada et de Constantin-Weyer ne pouvait fctre que passagere; une seule facette de sa personnalitS Stait interessSe a ce jeu, et une fois satisfait, i l lui fallait, pour l'epanchement de son moi, des nourritures autres que celles qui, a l'usage, s'Staient vidSes de leur substance.^ S'Stant Stabli des 1905 avec son beau-frere, dans une ferme de 640 acres a Saint-Claude dans le Manitoba, le jeune Constantin s'employa, d'aventures en perip'Sties, a perdre sa fortune et une bonne partie de celle de sa mere. En 1914, la guerre vint le tirer d'une g&ne excessive. Cette aventure-la rlpondait parfaitement a ses besoins et i l ne manqua pas de s'y distinguer. On lui dScerna la MSdaille Militaire, la 9 2 Croix de Guerre et la Legion d'honneur. BlessS grievement en MacSdoine vers la fin de la guerre, i l fut hospitalism pendant quatorze mois. En 1920, i l aurait fait un court voyage au Canada, mais selon M. Fremont, on ne le revit pas a Saint-Claude ou, d'ailleurs, rien ne l'attirait. De retour en France, Constantin-Weyer entra dans la carriere des lettres. II jalonna de romans son metier de journaliste, r^digeant le Paris-Centre a Nevers d'abord, puis le Journal de l'Ouest et du Centre a Poitiers. Amateur de litterature anglaise, i l f i t ses premieres Sbauches litteraires en traduisant Le Stratageme des rouls de Farquhar et Le livre des Snobs de Thackeray. Sur le conseil d'amis i l dSlaissa vite ce genre pour s'aventurer dans le domaine de la creation, et quelle meilleure maniere de faire ceci que de confier a la page blanche les souvenirs d'une phase pittoresque de sa vie? Entre 1921 et 1943 paraltra l'Epople canadienne en douze volumes. Dans la preface de son quatrieme volume Cinq Iclats de silex (1927), l'auteur nous fait part "qu'il est la proie .„. d'une vaste ambition. Celle de peindre le plus de fragments possibles d'une vaste fresque 4 canadienne." Le Cavelier de la Salle parut la meme annee, mais ne fera pas partie de cette these puisque l'Ouest canadien n'en est pas le cadre. L'annee suivante en 1928, Constantin-Weyer fut couronnS par l'Academie Goncourt pour Un Homme se penche sur son passe,^ alors que cet ouvrage en £tait d£ja rendu a sa 135e Edition. Tout Paris fut pris d'une veritable ferveur pour ce heros de la Grande Guerre, ancien cow-boy, trappeur et maquignon du Far-West. II a suscitS autour de sa per-sonne et de son oeuvre canadienne un interet ardent quoiqu'ephemere. Pourtant i l continua toujours d'Scrire, ayant signS quarante-six volumes 10 et trois pieces de thS&tre au cours de sa longue carriere, Le dernier de ses romans de l'Epopge canadienne: Telle qu'elle gtait en son vivant (1936),^ a StS tournS en film. Ses ouvrages apres 1936 passerent a peu pres inapercus, Quoiqu'on ne lise plus depuis longtemps l'Epople  canadienne. c'est uniquement grace a cette oeuvre qu'on se souvient du nom de Maurice Constantin-Weyer. Comme les deux premiers romans de Constantin-Weyer sont generale-ment classes parmi les romans historiques, i l convient de dSfinir ce genre, chose qui n'est pas facile puisque le nom lui-meme suggere une incompatibility entre les Elements: le roman £tant une creation de l'imagination tandis que 1'histoire est la science de la realitS. Ce n'est qu'au XIXe siecle que s'Spanouit le roman historique en tant que genre distinct, mais la genese en remonte a l'AstrSe en 1607. Cette oeuvre fut une tentative tres importante erig£e sur la charpente de la tradition pastorale. Des le milieu du meme siecle, Mile de Scudery situait ses romans dans un contexte historique. Chez elle, le cadre de l'histoire n'est pourtant que prltexte. "Negligeant toute vraisemblance historique, elle transporte dans l'antiquitS la vie de salon du XVIIe siecle, les eVenements contemporains, la galanterie, les conversations 8 mondaines" et comme d*Urf£e, elle donne un portrait, non point de la Rome ou de la Perse antiques, mais de sa propre epoque. En 1820, les romans de Walter Scott connurent tout a coup une c S i e b r i t y Sclatante en France. Pendant dix ans, Scott eut une foule d'admirateurs et d'imitateurs, l e public Stant rassasiS des oeuvres ternes et monotones que leur accommodaient les pseudo-classiques du XVIIIe s i e c l e . Dans le s romans de Scott i l y avait de l a f a n t a i s i e , de l ' l c l a t , de 1*imagination. C'est surtout cette imagination dans les personnages qui explique ... [son] prodigieux succes et pourquoi Hugo, Dumas, Vigny, Balzac, Stendhal — malgrS ses reserves et tous enfin, l'ont s i passionnement aime", s i religieusement saluS comme un modele et un maltre.^ Le roman h i s t o r i q u e eut un succes prodigieux mais ephemere. Des 1830 Spoque ou l e romantisme prenait de l'envergure — i l tombait dans l ' o u b l i l e plus profond et malgr£ quelques tentatives de renouvellement, i l n'est pas reparu sur l a scene l i t t e r a i r e avant l e deuxieme quart du XXe s i e c l e . Louis Maigron note que Walter Scott apporta au roman h i s t o r i q u e , en plus de l a verve de son imagination f£conde, l a structure meme du nou-veau genre. Traditionnellement, l e roman comprend t r o i s elements: l e cadre ou decor, l e s personnages et l ' a c t i o n , et l a predominance d'un de ces elements determine l a forme du roman. Dans l e roman h i s t o r i q u e , l e decor est l'eiement e s s e n t i e l , et c'est justement l e decor que Scott a rendu de l a maniere l a plus exacte et l a plus vraisemblable. De ce decor, q u ' i l prend soin de reculer dans un l o i n t a i n h i s t o r i q u e , relevent le s circonstances, e l l e s aussi forcement h i s t o r i q u e s . Dans une oeuvre qui, par ces cotes, plonge dans l ' h i s t o i r e , et qui est, par l a meme, imbue de couleur l o c a l e , l e personnage h i s t o r i q u e ne saurait occuper l a premiere place. I I est p l u t d t l ' i n c a r n a t i o n d'un type essentiellement h i s t o r i q u e , et ses actions, ses pensees sont representatives p l u t o t qu'individuelles. Or, d'apres Maigron le roman historique est bien l'oeuvre de Scott; s ' i l ne l'a pas invent?, i l l'a organise^ ce qui a une plus grande valeur et qui est peut-^tre aussi plus d i f f i c i l e . De son oeuvre on peut retenir trois regies qui facilitent 1'Evalua-tion du roman historique: le dScor doit £tre, non pas un simple acces-soire, mais une partie integrale du roman; 1'action doit se derouler dans un lointain historique a peu pres depourvu de documentation — on evite ainsi au lecteur, la tentation de verifier les faits — , et le personnage historique doit y jouer un r61e secondaire, laissant l'intrigue a des personnages f i c t i f s , Bref, faire de l'histoire le fond meme du roman et confier aux personnages, dont le r&le sera secondaire, le soin d'interpreter et d'exprimer cette histoire: voila la bonne formule du roman historique. Ce qui intexessait Constantin-Weyer dans Vers 1'QuestLL et 12 La Bourrasque, c'£tait de faire revivre, non pas l'Ouest des annles 1900-1914, qu'il avait connu, mais l'Ouest de l'histoire 'antique' et son theatre de combats sanglants et d'aventures heroSques. L'action se deroule dans les vastes plaines du Nord-Ouest a l'epoque du les M£tis tentaient de revendiquer leurs droits territoriaux a la fois contre les Indiens qu'ils avaient d£poss§d£s et contre la civilisation blanche qui menacait de les engloutir. La premiere moitiS du XIXe siecle avait vu le massacre insensS d'immenses troupeaux de bisons au profit des comptoirs de fourrure. Les quelques troupeaux d£garnis qui survScurent se refugierent loin de l'homme. L'lndien et le MStis nomade, pour qui le bison avait toujours £t£ la source indispensable de la vie, durent mener une existence 13 precaire a la poursuite de 1*animal. II s'ensuivit inevitablement des escarmouches sanglantes et souvent fatales entre les demi-freres. Vers l'Ouest (1921) dSbute par une ceremonie qui marque la cessation des hostilitSs entre Me"tis et Sioux. C'est le moment de gloire pour Jean-Louis Riel pere dont le plus grand espoir avait §t£ de rStablir la paix et de procurer a son petit peuple un gage de survie. Mais au moment ou les deux chefs enterrent la hache de guerre, un coup de fusil fracasse le silence: un MStis vient de tuer un Sioux qu'il avait sur-pris en t^te-a-tete avec sa femme. Que la femme ait Ste" auparavant 1'Spouse du Sioux et qu'elle lui ait iti enlevSe au cours d'un raid, ceci ne servit qu'a compliquer davantage la situation. A peine la guerre avait-elle cessS qu'elle reprenait. C'est sur ce fond historique d'un mode de vie guettS par la mort que se dSroule le rScit. Dans ce cadre, 1'auteur tissera 1*intrigue amoureuse de Jeremie Dubois qui aime Flora Lesperance. Le pere approuve l'union, mais la mere-s'y oppose et encourage un rival, Charlie Leslie. Pour accumuler les fonds nScessaires a un menage, Jeremie s*engage avec un ami, 13 MacDougg a suivre l'arpenteur Smith. Pendant un long hiver, les trois compagnons iront arpenter, au nord du lac Winnipeg, les terres mareca-geuses qui sont inaccessibles pendant les autres saisons de l'annSe, Smith l'arpenteur, meurt de froid. Pour lui assurer une sepulture chrStienne, les deux M§£is font a son corps un cercueil de glace qu'ils tralneront pendant 500 milles, jusqu'au Fort Garry, poste fortifiS de la Compagnie de la Baie d'Hudson au centre de la colonie mStisse. Entre-temps, Charlie Leslie a sSduit Flora, la fiancSe de Jeremie, Se trouvant enceinte, Flora est d£vor§e de remords et de craintes. Sous 14 les menaces a peine voil£es de Lesperance, Leslie, bon grS mal grS con" sent au mariage. Sur ces entrefaites, Jeremie reparalt et Flora lui avoue tout. II administre une bonne raclSe au sSducteur, accepte de prendre 1*enfant a son compte, et Spouse la jeune mStisse. Mais la guerre vient rompre la tranquillitS conjugale. Le capitaine Riel mande tous les hommes de la colonie pour une expedition contre les Sioux qui ont 'dSterrS la hache'. Au cours de la bataille, Charlie Leslie tire sur jeremie, son compagnon et son rival. II le manque, et peu apres, tombe lui-meme sous les coups des sauvages. II meurt dans l'agonie pro-longee de tortures barbares. Dans ce roman on sent la presence de Riel qui fait figure de patri-arche vacillant. II donne au lecteur 1*impression d'un pantin naSf, t i r a i l i e d'une part par le reVe de devenir roi d'un petit peuple libre et prospere, et d'autre part, par la crainte de perdre l'appui de l'eglise romaine. Dans les dernieres pages de Vers l'Ouest, Riel reussit enfin a con-clure la paix avec les Indiens. II pressent maintenant la lutte achamee que les siens auront a soutenir contre les 'blancs' pour preserver leurs terres. II ira confier ses craintes a Mgr. Provencher, ev&que de la colonie, et lui fera part de son espoir de r6unir le peuple metis sous l'egide plus etroite d'un royaume. Celui-ci ne manque pas de faire sentir au chef mEtis la futilite de cette ambition: Cette royaute que tu r£ves est une chose impossible ... Certes, ton oeuvre est grande, dans la mesure ou les choses humaines peuvent l'fctre, et dans la proportion de tes moyens ... mais la droiture, l'honn&tete, et une certaine habilite ne suffisent pas. Tu ne sais rien du monde exterieur ... Reste en paix et fais des enfants ... Mais donne-moi ton f i l s Louis des qu'il sera en age, et je lui ferai donner une instruction qui lui permettra peut-Stre d'accomplir en homme, les projets que tu reVes en enfant.1^ HomSlie qui ne manquait pas de sagesse et qui a porte* fruit, i l faut le croire, puisqu'elle aura suffi a ditruire les ambitions du chef. Mgr. Provencher venait, en quelques mots ... parfaitement appropries a la simplicity d'Sme du chef mltis, de souffler sur ses illusions, et Riel se sentait subitement, - a quarante-cinq ans, - vieux et faible, tout ressort brise en l u i . 1 5 Passons outre a l'erreur de Constantin-Weyer quant aux dates. M. Fremont fait remarquer que si Riel pere a quarante-cinq ans, nous sommes en 1861, Mgr. Provencher est mort depuis neuf ans, et le jeune Louis qui a dix-huit ans, poursuit ses Studes depuis quatre ans dans le 16 QuSbec. Toutefois la phrase renferme une pointe subtile contre le clergi et contre le peuple mitis, symbolisms i c i par Mgr. Provencher et par Riel. Ce murmure est comme un pressentiment du ton de persiflage, de rancune, de haine meme qui envenimera La Bourrasque. Constantin-Weyer n'a jamais donnS a son premier roman Vers l'Ouest le titre de roman historique, i l l'appelle simplement un tableau de moeurs sauvages;^ mais nombre de critiques l'ont class? comme tel a cause des elements historiques qui en forment la base. Nous avons done cru devoir 1'examiner a la loupe. M. Fulgence Charpentier qui, par ailleurs, se montre fort bien impressionnS par l'oeuvre de M. Constantin-Weyer, se lamente que celui-ci ait succombS a l'attrait dangereux d*ecrire des romans bases sur l'histoire, "car d i t - i l , si M. Weyer a des dispositions pour les prix 16 18 litteraires, i l en manque totalement pour les concours d'histoire." Les cadres de cette these ne permettent pas de relever toutes les erreurs a l'egard de l'histoire qui se trouvent dans Vers l'Ouest. 19 D'ailleurs, ce travail a €te" mis en oeuvre par M. Donatien Fremont dans un exposS remarquable par sa soliditS et sa clartS: Sur le ranch de Constantin-Weyer. Notons seulement quelques-unes des lacunes du point de vue de l'histoire que l'on rencontre dans Vers l'Ouest. Le critique reproche amerement au romancier de n'avoir pas souffle" mot de 20 l'affaire Sayer qui f i t entrer Jean-Louis Riel pere dans l'histoire. Au lieu de broder son histoire sur cette trame qui offrait une action dramatique rielle, continue-t-il, M. Constantin-Weyer pr^fere inventer une vague guerre entre Me"tis et Sioux. Pourquoi 1'auteur a - t - i l choisi de taire l'action significative par laquelle Jean-Louis Riel pere s'est reVSlS le chef naturel de son peuple? M. Fremont est critique-historien et ceci explique sans doute la severiti avec laquelle i l a jugS l'auteur, mais d'ou vient que le c r i -tique ose s'arroger le droit de dieter les grandes lignes d'un roman a son auteur? M. Constantin-Weyer Stait libre de choisir 1'element histo-rique qui lui permettait de manier a sa facon 1'intrigue, les anecdotes, les descriptions qu'il preparait pour divertir ses lecteurs,(et cela, en vertu meme de la definition du roman historique) a condition qu'il ne fasse pas de l'histoire un vulgaire accessoire. La guerre entre MStis et Sioux, loin d'etre vague est, elle aussi, ancrSe bien fermement dans l'histoire en qualitS de guerre finale. "En 1851 Jc'etait l'epoque de Riel pere] 67 MStis [Stant mieux amis] mirent en fuite 2000 Sioux. 21 Des lors les attaques ont cessS." 17 En evitant d'Slaborer l'affaire Sayer, Constantin-Weyer donnait a Riel un rQle secondaire. C'Stait s'en tenir au cadre du roman historique. Tout en lloignant ses personnages historiques des" f eux de la rampe, i l les eclairait d'une aureole symbolique. Le chef metis reprSsente a lui seul toute la race avec ses aspirations na!ves et ses craintes, de meme que le clergS est personnifie" par Mgr. Provencher. II est vrai que 1*action n'est pas situSe dans un lointain histo-rique, cependant elle se separe assez du lecteur par le pittoresque des moeurs et du dScor pour donner une impression d'exotisme. Dans un pays primitif, l'action et les moeurs revetent nScessairement des couleurs exotiques, et Constantin-Weyer compense, par ce proc§d£, 1'absence de recul dans le temps. La trame du recit, nous l'avons vu, est banale, et l'Slement historique, quoiqu'important au roman, n'en est pas non plus une partie indispensable: L'intrigue Jeremie-Flora-Charlie pourrait tout aussi bien exister sans Riel; 1'auteur nous le prouve en la repStant dans presque tous ses romans et 1*episode du voyage dans les solitudes glaciales du Manitoba n'a pas besoin de Smith; le long recit de ce meme voyage se retrouve, mot a mot dans le receuil Manitoba. Ce n'est done ni l'intrigue, ni l'histoire qui ont mis Vers l'Ouest a la page l i t -teraire. Constantin-Weyer a perci parmi la multitude des romanciers de son epoque parce qu'il a su peindre avec vivacitS et fralcheur la vie de l'Ouest canadien des temps primitifs. Si ses lecteurs d'outre-mer attendaient passionnement chaque nou-velle creation de sa plume, c'est qu'il leur a fait voir avec un eclat exotique les prairies et les bois d'un pays lointain; i l leur a fait 18 entendre les Schos du drame de la vie et de la.mort qui s'y jouait a tout moment parmi les animaux de la for£t; i l leur a fait vivre intensS-ment les chevauchSes frenltiques des MStis a la poursuite des bisons. Par le detail pittoresque, par le trait personnel, vulgaire m@me, l'auteur nous place bien solidement au centre de l'activite' quotidienne des MStis. Nous partageons leur vie au grand air, leurs prouesses che-valines, leurs querelles de menage, leurs joies et leurs dSboires qui ne sont guere differents des n6tres. Tout cela est farci d'un patois argo-tique que Constantin-Weyer a bien saisi et rendu. C'est qu'il savait baigner dans la couleur locale son cadre historique et ses personnages. Si Vers l'Ouest est un roman historique parce qu'il prSsente au 22 lecteur une tranche d'histoire vScue, c'est avant tout un roman de moeurs. Les descriptions du dScor y abondent: Le vent par exemple, est un phenomene tres particulier aux prairies canadiennesj Jeremie, MacDougg et Smith en font 1*experience sur une des rivieres dans le nord du Manitoba: Le vent du nord leur soufflait a la figure une poussiere fine d'eau glacSe, fort dSsagrSable, et sur laquelle i l fallait gouverner, la ttte aussi basse que possible. Ils durent faire halte ... pour laisser passer trois joumles de grand vent qui frangeait d'ecume irritee la crete d'affreuses vagues dentelSes, couleur de choco-lat.23 C'est l'automne. Et plus loin, voici le vent d'hiver: Puis le vent se levait, le vent terrible, aiguisl sur les aiguilles de glace des banquises, la-haut sur 1'OcSan glacial ou sur les lacs dSsertiques du nord, tranchant jusqu'a Scorcher la peau sous les fourrures. II augmentait d'intensity, sifflant avec rage dans les clmes des arbres qu'il dScouronnait sans merci, — on entendait le bruit sourd de leurs chutes mele a ses jurons, -- et rabotant la surface 19 de la prairie, a grands coups de varlopes, inSgaux et presses, avec un bruit d'usine. Les copeaux de neige, enleves en volute et bruy-amment souffles, tourbillonnaient dans une poussiere grise, de plus en plus opaque, se heurtaient au moindre obstacle, s'y amoncelaient pour former des ondulations mouvantes, des miniatures de montagnes, et sous lesquelles disparaissaient les vegetations les plus hautes, passivement courbees sous le poids des neiges et sous la volonte colere de la tempete.^ C'est 1'exotisme tres canadien des solitudes polaires que Constantin-Weyer evoque. Aussi, ses descriptions du soleil, des arbres, des lacs et des hommes martyrises par le froid font-elles preuve de l'acuite visuelle et auditive de l'auteur, laquelle, chez lui, se traduit par l'anthropomorphisme. Lorsque l'air, de plus en plus affole par le martyre du froid, s'efforcait a multiplier le soleil par cinq, eh croix et avec la meme insuffisance, malgre les trainees de couleurs gelees en route et qui tachaient joliment le zenith, i l etait plus inutile encore de consulter le thermometre: le mercure faisait le mort et sonnait comme une pilule au fond de 1'alveole de verre. Ces jours-la, dgja, les os des tempes faisaient mal. Les trois hommes s'attendaient toujours a ce qu'ils craquassent avec un bruit sec, comme faisaient les arbres de la for&t -- les trembles grelottant sans arret, des quatre feuilles gelees qu'aucun vent n'avait pu droller. La glace, resserr£e par le gel toujours de plus en plus rigoureux, Sclatait avec des bruits d'artillerie, et se fissurait sur les lacs.25 Jamais i l ne viendrait a l'id£e du lecteur presse de sauter les descriptions de Constantin-Weyer, dit Ghislaine Gravel. Elles sont en effet d'une puissance captivante, et constituent la meilleure partie de son oeuvre. Ses tableaux sont riches d'impressions auditives et visu-elles: "La prairie [s'£tend] bleu sur bleu et vert sur vert",^ "Les gros nuages violets qui couraient tres vite a l'horizon ... tratnaient 27 tres bas leurs panses" ou bien ce sont les nuits d'automne ou "les herbes couvertes de givre luisaient, reflStant par des milliers et des milliers de facettes tous les astres qui cloutaient de lumiere le 20 28 sombre velours du ci e l . " , et olfactives: Les voyageurs "s'allongent sur les branches embaumSes de l'epinette grise |ou]sur le vieux foin 29 coupS a la faucille". Toutefois c'est en sa qualitS d'animalier a la fois sensible et perspicace que Constantin-Weyer depasse tous ses compatriotes qui ont decrit le Canada. II a le don de saisir 1'animal qui vaque a ses occupa-tions journalieres; i l lui prete des gestes, des emotions, des facons de penser et c'est la le secret de son charme. On surprend "un chevreuil a l'abreuvoir ... un gros orignal solitaire a aiguiser ses bois contre 30 31 un arbre", "les gophers ... qui jouent dans un champ", "les gSli-nottes qui marchent gravement dans le sous-bois, avec beaucoup plus de bruit dans les brindilles seches qu'il n'est utile et prudent d'en faire." Le paragraphe qui suit est un exemple de la puissance descriptive de 1'auteur qui y fait jouer tous les sens pour en extraire une superbe synthese de la vie animale dans une nature encore vierge: Les Stourneaux innombrables posaient aux lisieres des bois un feuillage noir, mais si vivant et si sonore qu'il n'Stait pas lugubre; une vingtaine d'especes differentes de canards nageant en rond dans la meme mare s'Stonnaient d'appartenir au meme genre; de hautes grues, une patte repliSe, se poussaient dSdaigneusement de leur long col; des oies bavardes tenaient d'inutiles conciliabules; des corbeaux aux manieres communes s'interrogeaient, sans arreXer, pour savoir ou se trouvait la derniere charogne laissSe pour compte par les loups; les grosses poules de prairies domicililes en ces lieux, ... s'effaraient de tout ce voisinage et, arrondissant leurs dos, picoraient en famille les graines mOres eparses dans les oseraies. Puis tout a coup, ramant l'air a larges coups d'ailes rSguliers, le kiliou, l'aigle a t£te blanche surgissait du fond de l'horizon et dScrivait de grands vols plants circulaires, de plus en plus courts et de plus en plus bas. Alors les Stourneaux se taisaient et, immobiles, s'efforcaient a ressembler a d'invrai-semblables charbons, ... les canards se coulaient vite et silen-cieusement dans les roseaux, tournant la tete d'un air inquiet; les 21 grues perdaient leur assurance hautaine; les oies, muettes pour un instant, se reprochaient interieurement leur graisse encombrante et tentante; les corbeaux, surs d'etre de'daigne's par le roi des airs, regardaient d'un oeil indifferent pour voir sur quelle victime la catastrophe ailee allait s'abattre; les tStras jpoules de prairies] se consolaient de leurs malheurs passes et futurs, en espSrant que, parmi tant d'Strangers, le seigneur saurait faire un choix judicieux et qu'il rSserverait pour des temps plus durs la vie des h8tes permanents du terroir. Puis tout a coup, repliant ses ailes, le chasseur se laissait choir vertigineusement. L'in-stant d'apres, rien n'etait change" dans la prairie. La vie repre-nait, inconsciente de cette toute petite existence en allSe vers le mystere. Quels coloris, quel mouvement, quelle chaleur et quel contraste avec ce passage de Harry Bernard qui decrit le meme lieu et la meme gente ailSe: La prairie est fort vivante, par sa faune et par sa flore. Elle grouille de vie animale. j'ai parle des canards qui sont de vingt families differentes. Canards noirs, canards gris, milouins aux yeux rouges, a tete rousse, sarcelles et morillons, canards de toutes tailles et de tous les ages, qui encombrent les rivieres et les lacs, les marais, jusqu'aux fosses dSbordSs, le long des voies ferries. La prairie est Sgalement riche d'outardes, de poules d'eau que le profane confond avec les canards, des bScassines a long bee, ... etc., etc.-^ Le premier paragraphe est de la poesie, le second une lecon d'ornitho-logie. L'auteur de Vers l'Ouest tente d'approfondir les mysteres caches sous les bois; i l est profondement conscient "... des bruits d'arbustes froissSs au passage par des animaux affairSs, et des mysterieux soupirs d'amour, de haine, des murmures de vie et de mort, et des choses Stonnantes que nul homme ne saura jamais completement, et dont la nature pour nous intriguer Scrit parfois sur la neige un court chapitre palpitant d'interet."-^ Plus tard, au livre de la nature, i l apprend le secret de la Vie, de 1'Amour et de la Mort chez les animaux. L'Amour, c'est la manifestation par excellence de la Vie; l'un n'existe pas sans l'autre, et i l s ont un 22 meme destin qui est la Mort. Ce concept n'est pas nouveau, et Constantin-Weyer ne le raisonnait pas en philosophe, plutSt, i l en pressentait l'existence, i l le transposa, avec une nouvelle dimension, au niveau des emotions humaines dans ses romans fiiturs. De ce gotit, ou plut&t de cette nScessitS que l'auteur avait de per-sonnifier la nature dans toutes ses ramifications de s'y insinuer pour ainsi dire, i l se degage un courant d'expression tout a fait personnelle dans son oeuvre; c'est l'erotisme, courant nouveau dans la litterature canadienne et dont les premiers remous se font entendre dans les der-nieres lignes de Vers l'Ouest; La prairie s'ltend du nord au sud, de l'est a l'ouest ... Elle dort encore et qui la reveillera! ... sera-t-elle aux braves? sera-t-elle aux forts? sera-t-elle au nombre? La prairie s'Stend du nord au sud, de l'est a l'ouest. Elle tend amoureusement vers l'homme ses flancs prets a etre fScondSs. Elle veut etre la mere du blS et la grand'mere des villes. La prairie s'Stend du nord au sud, de l'est a l'ouest ... Elle dort encore et qui la reveillera?^^ La Bourrasque (1925) reprend, des les premiers mots, ce ton d'ero-tisme. Cette fois c'est la Riviere Rouge que Constantin-Weyer person-nifie, et d'une maniere un peu plus gaillarde. La mere fait place a une femme de reputation quelconque; c'est la genese d'une Nana qui se deroule. La Riviere Rouge prend sa source aux Etats-Unis, et ... a la maniere de tous les jeunes ... elle s'amuse en route a lScher les contours de collines indolentes, habillees de verdure, ... a ramasser avec sbllicitude d'innombrables petits ruisseaux de rien du tout ... Apres cet apprentissage, la Riviere Rouge aspire tout naturellement a jouer un r81e social et parfaitement inutile ... [Elle continue son trajetf] majestueuse, calme et lente -- au fond, paresseuse, endormie et un peu sale -- jusqu'a ce qu'elle rencontre le lac Winnipeg, dans lequel elle se prScipite na?vement, le pre-nant pour la mer.-*7 23 Puis, tout a coup, ayant situe le cadre de son roman, l'auteur semble l'oublier completement. Le dScor est singulierement absent de cette oeuvre; l'histoire et les personnages prennent possession du roman et de l'auteur. La Riviere Rouge elle-meme, qui donnait le ton et qui promettait tant au debut, disparait — sauf pour une seule allusion pro-saique et utilitaire. A part les trois premieres pages, i l n'existe dans ce roman que deux autres passages qui rendent quelque Scho du pittoresque de Vers l'Ouest. Ce sont deux couplets printaniers sur les amours des 38 poules de prairies [tetras] et sur le langage des loups, et une de-39 scription fine et minutieuse d'une famille de rats musquSs a l'ouvrage. Dans ce roman aucune autre description ne merite d'etre discutSe. Dans La Bourrasque, l'histoire constitue le fond meme du roman. L'auteur avait manifest^ son intention d'Scrire une biographie romancSe de Louis Riel f i l s "bien avant que les biographies romancSes fussent a la mode."^ Mais en fait Riel avait deja servi de protagoniste dans plusieurs oeuvres de ce genre. Le 16 novembre, 1885, Riel mourait sur le gibet a Regina. La meme annSe, Edmund Collins lancait The Story of Louis Riel - the rebel chief, dont le succes amena Annette, the Metis Spy, l'histoire d'une Mata Hari a Duck Lake.^1 En 1909, J.-E. Poirier faisait 42 paraltre Les arpents de neige, une Stude sous forme de roman de Riel f i l s , et de son r81e dans les dSsordres de 1'insurrection. Dans son avertissement, l'auteur signale qu'il a pris soin de subordonner la f i c -tion romanesque a la veritl historique. En 1924, Robert de Roquebrune 43 situait dans le meme cadre historique son roman D'un OcSan a l'autre. 24 En faisant de l'histoire le fond du roman, Constantin-Weyer en-trait d'emblie dans le domaine du roman historique, mais i l a commis 1'imprudence de nSgliger la couleur locale. Dans La Bourrasque le dScor est a peu pres absent; l 1intrigue amoureuse est scabreuse et insigni-fiante, 1*intrigue politique est trop contorsionnSe, et le rScit est coupi d'episodes qui n'ont rien a voir avec la trame et qui donnent des moeurs une image invraisemblable et tres confuse. L'exotisme etant absent dans La Bourrasque, l1auteur ne pouvait plus creer cette illusion de recul dans un lointain historique qu'il avait si bien donnSe dans son premier roman. Seconde et fatale erreur: Constantin-Weyer a eu la maladresse de mettre au premier plan le personnage de Louis Riel. Personne dans l'histoire du Canada n'est plus connu et n'a souleve plus de contro-verses. Des qu'il situe l'action dans les bornes de l'histoire contem-poraine et qu'il met en vedette un personnage historique, Constantin-Weyer donne au lecteur le dSsir et le droit de verifier le contenu de 44 l'ouvrage dans tous ses d e t a i l s . C'est ce qui ne manqua pas d'arriver. II faut que l'icrivain qui se lance dans l'histoire romancSe tS-moigne de sa fidelite a l'histoire en respectant les personnages et les evenements qu'il lui emprunte. Contre ces deux lois capitales, l'auteur de La Bourrasque a pSchS gravement. II a denaturS et calomniS les personnages; i l a travesti les evenements. Non seulement cet ouvrage n'est pas un roman historique, mais i l est meme loin d'etre un roman de moeurs. C'est un livre bizarre qui inquiete et qui offense par son ton gros-sier et vindicatif, Le premier probleme qu'il pose est la veracite des 25 faits alleguSs, le second est plus di f f i c i l e encore: pourquoi l'auteur a - t - i l eprouvS le besoin d'Scrire une oeuvre si dSconcertante? NOTES SUR LE CHAPITRE I 1. M. Gerard Tougas, Histoire de la Litterature canadienne-francaise (Paris: presses universitaires de France, 1960), p. 154. 2. Who's Who en France 1963-1964, (Paris: Edition Jacques Lafitte, 1963), p. 750. 3. M. Donatien Fremont, Sur le ranch de Constantin-Weyer, (Winnipeg: Edition de "La LibertS", 1932), p. 34. 4. Maurice Constantin-Weyer, Cinq eclats de silex (Paris: Rieder, 1927) . 5. Maurice Constantin-Weyer, Cavelier de la salle (Paris: Rieder, 1927). Pour la meme raison, Un Sourire dans la tempete (Paris: Rieder, 1934), du meme auteur — roman situ! dans le Grand-Nord ne sera pas discute i c i , non plus que La Verendrye (Toulouse: Didier, 1943), qui, tout en Stant situS dans l'Ouest canadien, est un compte-rendu biogra-phique bas§ sur l'histoire plut8t qu'une biographie romancSe. 6. Constantin-Weyer, Un Homme se penche sur son passS (Paris: Rieder, 1928). 7. Constantin-Weyer, Telle qu'elle Stait en son vivant (Paris: Librairie des Champs-ElysSes, 1936). 8. A. Lagarde et. L. Michard, eds., XVIIe Siecle (Paris: Bordas, 1963), p. 73. 9. Louis Maigron, Le Roman historique (Paris: Hachette, 1898), p.165. 10. Ibid., pp. 74-76. 11. Constantin-Weyer, Vers l'Ouest (Paris: Renaissance du Livre, 1921) . 12. Constantin-Weyer, La Bourrasque (Paris: Rieder, 1925). 13. Frere alnS de Donald A. Smith qui fut crle chevalier, puis, Lord Strathcona, pour sa contribution au developpement du Canada. I l jouera un r81e important dans le roman suivant: La Bourrasque. 14. Constantin-Weyer, Vers l'Ouest, pp. 242-245. 15. Ibid., p. 247. 16. Donatien Fremont, "M. Constantin-Weyer et le vrai Riel." Revue  de l'Universite d'Ottawa, I, 4 (octobre-dScembre 1931), 554. J 27 17. Constantin-Weyer, Cinq Sclats de silex, dedicace. 18. Fulgence Charpentier, "Le Canada dans le roman francais." (dgsormais RUO) I, 4, 494. 19. M. Donatien Fremont (1881- ), membre de la Society Royale du Canada, est 1*auteur de six ouvrages sur l'Ouest canadien: Mgr. TachS  et la naissance du Manitoba, Sur le ranch de Constantin-Weyer, Pierre  Radisson, roi des Coureurs-de-bois, Mgr. Provencher et son temps, Les Secretaires de Riel, Les Francais dans l'Ouest canadien. Nous tenons ce renseignement de The Canadian Who's Who, IX, (Toronto: Trans Canada Press, 1961-1963), 381. 20. M. Fremont resume 1'incident ainsi: "En 1849, un mStis du nom de Guillaume Sayer, avec trois compagnons, fut traduit devant les assises criminelles sous l'accusation d'avoir fait le commerce des fourrures. Le jour du proces, 350 hommes armSs, sous la conduite de Riel, cernerent le palais de justice. Lorsque Sayer parut devant le tribunal, i l Stait escorte de douze compatriotes. Leur chef Riel , se leva et dSclara que le peuple rSclamait l'acquittement des accuses ... II leur donna une heure pour arriver a une decision. 'A l'expiration de cette heure, dit-i l , nous les considererons-comme acquittSs si vous n'avez pas vous-meme prononcS une pareille sentence.' Ils furent acquittes. Ce fut la fin du monopole." Donatien Fremont, Sur le ranch de Constantin-Weyer (Winnipeg: Edicions de "La LibertS", 1932), p. 84. Cet evenement est appuyS par M. G. F. G. Stanley dans son excellent ouvrage Louis Riel (Toronto: Ryerson Press, 1963), p. 57. " ... the combination of Father Belcourt and the elder Riel brought freedom of trade to the people of the Red River Settlement." Le fait est not§ aussi par M. Mason Wade, Les Canadiens-francais, traduit de l'anglais par M. Adrien Venne, (Montreal: le Cercle du Livre, 1963), p. 432. 21. R. Le Jeune, Dictionnaire General du Canada, II, (Ottawa, 1931), p. 653. 22. "Le roman historique est somme toute, une espece de roman de moeurs que l'auteur jalonne de personnages et d'evenements historiques afin d'ajouter a sa vraisemblance." Ghislaine Gravel, L'Ouest canadien  dans le roman francais, these de maltrise, University de Montreal, (1949), p. 7. Mile Gravel paraphrase Louis Maigron, Le Roman historique, p. 90. 23. Constantin-Weyer, Vers l'Ouest, p. 116. 24. Ibid., p. 158. 25. Ibid., p. 157. 26. Ibid., p. 111. 28 27. Ibid., P. 117. 28. Ibid., P- 223. 29. Ibid., P. 120. 30. Ibid., P- 124. 31. Ibid. 32. Ibid., P. 126. 33. Ibid., PP . 123 34. Harry Bernard, Juana, mon aimSe (Montreal, 1931), p. 38. 35. Constantin-Weyer, Vers l'Ouest, p. 129. 36. Ibid., p. 250. 37. Constantin-Weyer, La Bourrasque, pp. 9-10. 38. Ibid., pp. 194-195. Les deux couplets sur les poules et les loups seront transported mot a mot dans Manitoba (1924), pp. 30-31, si nous comptons, comme le soutient l'auteur, que "La Bourrasque, quoique publiee en 1925, ait StS ecrite en 1922". Donatien Fremont, "M. Constantin-Weyer et le vrai Riel", RUO, I, 4, 550. 39. La description des rats musquSs a l'ouvrage qui se trouve aux pages 118-120 dans La Bourrasque (1925) , avait deja e"t£ SbauchSe dans Vers l'Ouest (1921) aux pages 126-128 et fera tout un chapitre de Clairiere (1929), pp. 185-206. 40. Donatien Fremont, "M. Constantin-Weyer et le vrai Riel", RUO I, 4, 550. 41. Edmund Collins, The Story of Louis Riel, the rebel chief, J. S. Robertson and Brothers, Toronto, (1885) et Annette, the Metis spy — a heroine of the H. W. Rebellion, Rose Publishing Co., Toronto, (1886). Collins a cru nScessaire d'ajouter un epilogue au second roman, Annette, ou i l souligne le fait que ses romans ne sont point basis sur l'histoire et ou i l s'arroge la prerogative d'arranger a son gri la geographie, la topographie et les details botaniques de ses cadres, et de crSer quoi que ce soit se rapportant au dit roman, y compris la vie 'romancSe' d'un personnage historique. On peut en juger, du ton offusquS de ce passage, de la controverse qu'il a dtt soulever avec son histoire de Riel. Ces renseignements nous viennent de Edward McCourt, The Canadian West in  Fiction, Toronto, Ryerson Press, (1949), p. 15. 42. Joseph-Emile Poirier, Les Arpents de neige, (Paris: Nouvelle Librairie Nationale, 1909). 29 43. Robert de Roquebrune, D'un ocgan a 1'autre, (Paris: 1924). 44. Pour ne noter que deux oeuvres critiques sur La Bourrasque. Donatien Fremont, Sur le ranch de Constantin-Weyer, F. E. Bradford, L'Histoire du Canada dans l'oeuvre de Maurice Constantin- Weyer, these de mattrise prSsentee a 1'UniversitS McGill en 1946. CHAPITRE II LA BOURRASQUE - ENIGME - SOLUTION La Bourrasque depare l'oeuvre de Constantin-Weyer1. Nous allons maintenant examiner comment l'auteur s'est servi, dans ce roman, des matSriaux historiques et pourquoi i l a jugS nlcessaire de produire une oeuvre si outrageante. Avide lecteur, Constantin-Weyer avait a sa portee dans les biblio-theques et dans les archives municipales, dioclsales et paroissiales, une abondance de documents. II avait aussi l'avantage de voir d'un oeil impartial les lieux memes ou avait eclate 1'insurrection et de parler aux gens — ou a leurs descendants immSdiats — qui y avaient jouS un r81e. On est loin d'attendre du romancier, une precision dans les details historiques. On sent nSamoins^des les premieres pages de La Bourrasque^ que l'auteur a du faire quelques recherches gSnSrales au sujet de la Rebellion de 1869-1870. Les noms des nombreux protagonistes du roman sont, quelque peu Scorches, ceux-la memes des personnes qui ont connu la RSbellion, et l'on s'Stonne de cette audace, car l'auteur ne se soucie pas de manager les gens. A quelques dates pres, les evenements de cette partie du r l c i t se dSroulent a peu pres comme en atteste l'histoire: inondation de la Riviere Rouge au printemps de 1869, flSau de saute-relles suivi d'une famine qui rSduisit la petite colonie a la misere, arrivee insolite et illSgale des arpenteurs envoyes par le gouvernement canadien, emergence de Louis Riel f i l s autour duquel se grouperent les MStis apprlhensifs de se voir dSpossSdSs de leurs terres. Tout ceci est 31 tres bien rendu, Mais ce qui crle un certain malaise, ce sont les grandes lacunes qu'on dScouvre a mesure qu'on entre dans l'intrigue ainsi que le ton desinvolte du recit. Les insurrections de 1869-1870 et de 1885, furent causSes par des intrigues politiques. Sans preambule explicatif au sujet de ces intrigues, le comportement des personnages du roman est dif f i c i l e a comprendre. Pourtant, des qu'il s'agit du drame politique r i e l , Constantin-Weyer le supprime sans remords, ou se complait a le denaturer, ou encore se contente d'y faire quelques vagues allusions qui laissent une impression troublante et confuse. II ne dit rien, par exemple, des discussions et des tentatives d'accommodement interminables qui eurent lieu entre les gouverneurs de la Compagnie de la Baie d'Hudson, qui rSgissaient alors la colonie, le gouvernement imperial britannique, et le gouvernement canadien. La convoitise des Etats-Unis pour les plaines fertiles au nord du 49e parallele n'est plus un secret: les documents pour l'annexion du territoire du Nord-Ouest avaient §t£ rSdigSs a Washington des 1866.''' Constantin-Weyer s'acquitte de ce c&ti de l'histoire en crSant O'Donnahue, pantin ridicule et grossier dont seuls le nom et le sort ne sont pas f i c t i f s . II neglige aussi de nous dire que le gouvernement canadien, quoique pressS d'un c9t£ par les agitations annexionnistes, n'avait nianmoins pas du tout le dSsir d'acquerir une rSgion ou la situation s'annon^ait explosive. Quant a Riel, dont la carriere Stait en plein epanouissement, i l Stait alors le chef d'une petite armSe devouee et le fondateur d'un 2 Gouvernement Provisoire et legitime qui fut pendant plus de six mois le seul gouvernement a s'occuper de la colonie de la Riviere Rouge. Or 32 l'auteur prefere passer tout cela sous silence. II ne fait, par exemple, 3 aucune allusion aux conflits ou Riel se mesura, quelquefois avec succes, avec un homme de la stature de Sir Donald A, Smith, ni aux efforts qu'il f i t pour sauvegarder les droits de la petite colonie, en envoyant une delegation de reprSsentants (dont l'abbe Ritchot) qui, pendant trois longs mois dSlibSrerent avec Sir John A. Macdonald, Sir Georges E. Cartier 4 et d'autres notables du gouvernement canadien. La ConfSdSration, qui, apres tout, est le noeud de l'affaire qui provoqua les Smeutes de 1869-1870, est un evSnement dont i l ne parle qu'une seule fois, en passant, et cela par l'entremise d'un Riel butS, raciste et ignorant."* En taisant tout cela, l'auteur enleve a Riel f i l s -- comme Sa Riel pere dans Vers l'Ouest -- precisement les dimen-sions qui expliquent son r81e dans l'histoire. Le tableau incomplet du personnage historique n'enlevait rien, cependant, au roman de moeurs Vers l'Ouest, car Riel pere n'y jouait qu'un r81e secondaire. Toute-fois, puisque dans La Bourrasque Riel f i l s tenait le r81e principal, l'auteur s'etait engage a lui accorder toute sa v e r i t e . Tres t8t dans le r e c i t , 1'intrigue politique r e e l l e degenere en conflit raciste et religieux. Les historiens s'accordent a souligner qu'avant 1870, les differends entre la colonie et Ottawa n'avaient rien a voir avec la race ou la religion. En 1869, pendant les mois d'octobre et de novembre, les Metis de souche anglaise aussi bien que ceux de souche franchise et les quelques Anglais et Americains de la colonie s'unirent sous l'Sgide de Riel pour entamer des nSgociations avec le gouvernement canadien. Jusque-la, Ottawa ne s'etait nullement preoccupe de dialoguer avec les habitants de cette petite colonie isolSe et 33 l o m t a i n e . Cette action politique n'est pas entierement supprimie dans le roman, mais elle y est transformed en un episode disloqui et ridicule qui n'a aucune signification pour le lecteur. Non seulement l'auteur se disinteresse-t-il des faits essentiels, i l les denature, ou bien, tout comme les romanciers-biographes de 1885, i l abuse de ses privileges litteraires pour buriner certains c8t£s jusqu'alors "inconnus" -- et, nous allons le voir, faux du caractere de son heros. Laissons l'homme politique a l'historien, semble dire Constantin-Weyer; c'est le c8tl "humain" qui l'interesse. Et voici qu'il nous revele un Riel naif, ignorant, grossier, lubrique, orgueilleux, itourdi, anglophobe, et assoiffi de gloire. L'auteur a du fouiller dans 1*inconscient de son heros pour devoiler 1'incident qui declancha dans son ame le ressort de haine et de depit qui le lanca dans son aventure funeste. Voici comment i l nous prisente cet incident ainsi que les consiquenses qu'il veut lui attribuer. A seize ans, dans 'une bourgade de l'Ontario', Riel aurait subi les indignites d'une bande d'Orangistes fanatiques. "Des lors, son pays lui devint odieux, parce que sous le joug britannique." II s'expatria aux Etats-Unis ou i l "forma et diforma sa jeunesse", travaillant comme bucheron, valet de ferme, comptable, et enfin, comme second commis dans un magasin de fourreur d'ou les dilegues des Mitis vinrent l'arracher "pour de hautes destinies". II accepta sans calculer ses chances, pousse seule-g ment pas son mipris des Anglais. Rentre dans la colonie, Riel est acclame, recu a bras ouverts. II accepte de diriger les Mitis dans leur lutte de revendication. Son attitude de naSveti insouciante "due au 34 c8tS indien de sa nature" l u i f a i t ignorer les d i f f i c u l t i s de la tache pour n'en voir que l a g lo i re . Au cours de la soiree, i l se m£le aux danseurs, relance le seul non-Metis de l'assemblSe et amorce une relation avec V i r g i n i e , jeune mitisse qui n'avait pas de moeurs. Le ton gros-sier que l'auteur veut peut-etre fa i re passer pour 'couleur locale ' est lo in de cacher son d i s i r de choquer les lecteurs; aussi M. Jean Prevost a - t - i l remarque que Constantin-Weyer est "bien f a i t pour etre ha? des r a f f i n i s " . ^ L'accent change bientQt; c'est maintenant la note du persiflage qui domine, et cette note, alternant avec la contrebasse des insinuations calomniatrices, persistera jusqu'a la f i n du l i v r e . Le jeune chef aurait esquisse des tentatives d'organisation qui n'aboutissent pour l u i qu'en deceptions. Entre-temps, i l cherche a oublier ses deboires et ses craintes dans les bras de Veronique. A i n s i , au moment meme de la premiere action defini t ive entre Metis et arpen-teurs, action qui avait StS, selon les historiens, miditee et soupesie pendant plusieurs semaines, R i e l etait absent, bien qu'on ait su que John Soughton Dennis''"''' et sa troupe, sous les ordres du gouvernement canadien, devaient bient8t parattre. Constantin-Weyer continue en nous disant que . . . le premier octobre 1869, Dennis s'Stait mis dans la tete d'arpenter l a terre d'Andre Naud, [sic: orthographe incorrecte] tout simplement parce que la bonne tete du mitis l u i avait semblS destinee aux plus lourdes plaisanteries . C'en etait une excel-lente que de diposseder ce metis au prof i t d'un A n g l a i s . ^ On envoie chercher R i e l , pendant que 'Naud', a grands renforts de whisky, reussit enfin a relever une troupe de "quarante hommes bien armes". Devant ce contingent, poursuit l 'auteur, Dennis et sa troupe 35 s'enfuirent. Le lecteur cependant a ete mis au courant des allees et venues du chef: celui-ci avait passS la journee en tete-a-t£te avec Veronique, Or, si jusqu'ici l'on a accept? les aftabulations de Constantin-Weyer, on en vient cette fois a Stre pris de doute. L'envie se fait alors sentir de v e r i f i e r ces allegations. Un examen rigoureux des faits, nous allons le voir, semble tout remettre en question; et l'on peut se demander pourquoi l'auteur s'ingenie a denigrer ces gens et a compro-mettre son 'heros' dans des situations non seulement louches et ridicules mais tout a fait fausses. D'apres l'histoire, Dennis, pour dSfSrer aussi longtemps que possible la confrontation inevitable, avait ordonnS a ses hommes d'arpen-13 ter le terrain inoccup? au sud de la paroisse de Saint-Vital. Le 11 octobre 1869 (et non pas le 5 comme l'ecrit l'auteur) AndrS Nault, cultivateur de Saint-Vital, apercut des arpenteurs qui tiraient des lignes sur sa terre. II s'avanca vers eux et leur demanda de respecter sa propriStS. Ne reussissant pas a se faire comprendre, i l envoya chercher Riel qui arriva a la t&te d'une poignee de MStis non-arm?s. II n'y eut aucune violence. Les MStis mirent le pied sur la chaine tandis que Riel dSclara le territoire au sud de l'Assiniboine le domaine du peuple de la Riviere Rouge et non du Canada. Dennis jugea prudent de se retirer et d'aller deposer une plainte devant le gouverneur de la Baie d'Hudson.^^ C'etait le premier acte d'autoritS de Riel, acte dScisif qui groupa autour de lui les MStis mScontents. On a pu constater plus haut le travestissement qui s'en est operS sous la plume de Constantin-Weyer. Ce n'est malheureusement que le dSbut. 36 D'apres l'auteur, R i e l a u r a i t Ste" tot dScu par l ' a t t i t u d e irrespon-sable de sa p e t i t e armee, cette bande joyeuse q u ' i l n'avait a t t i r S e et q u ' i l n ' a r r i v a i t a contrftler, qu'a coups de 'mauvais whisky blanc'. Les h i s t o r i e n s attestent que R i e l lui-meme, a v e r t i des r e s u l t a t s tragiques que 1'alcool pouvait dSchatner parmi ses fre r e s , leur avait f a i t j urer de s'abstenir de tout a l c o o l pendant l a dur?e de leur service. Ce serment semble avoir txA rigoureusement respect?, s i l'on en juge par les r S s u l t a t s qui ont s u i v i l a dSsagregation de l'arme'e m l t i s s e au moment ou R i e l dut s'enfuir aux Etats-Unis. Des que R i e l ne fut plus l a , ses soldats se p r S c i p i t e r e n t dans l e s bars; i l s'ensuivit quelques 15 semaines de dSbauche et de dSsordres. Une seconde deception attendait R i e l dans l a personne de Mgr, Tach?, ev^que de l a colonie, chez qui R i e l e t a i t venu s o l l i c i t e r quelques bons c o n s e i l s . Pendant l a conversation, i l examine l a bibliotheque de son h6te "ou rSgnait l e desordre de l i v r e s mal ranges" pour y trouver "quel-que ouvrage qui f u t susceptible de l e guider dans l a tache q u ' i l avait entreprise", mais i l n'apercoit que "des ouvrages de th?ologie ou des monographies de f a m i l i e s catholiques du Bas-Canada .... Le seul bouquin int?ressant, p e n s a - t - i l I t a i t cette curieuse Esquisse du Nord-Ouest. 16 que l e p r e l a t venait de p u b l i e r . " Cette fa^on de souligner d'un t r a i t , et l a naivete* de Louis R i e l et l a pauvrete i n t e l l e c t u e l l e de Mgr. Tach? est un proced? de l'auteur que nous avons d?ja remarque* dans Vers l'Ouest. Hatons-nous de r ? g l e r l a question au sujet de Mgr. Tach?. Ce venerable p r S l a t , o r i g i n a i r e du Quebec, se devoua pendant plus de quarante ann?es a l a cause de ses o u a i l l e s de l a R i v i e r e Rouge. I I joua un r81e des plus importants 37 pendant les altercations qui prScSderent et suivirent l'entre*e en Confederation de la colonie;^ i l procura pour plusieurs jeunes Metis, dont Louis Riel, la meilleure Education qui se donnat a cette epoque au QuSbec; et son erudition incontestable avait retenti au-dela de l'Atlantique, avec Esquisse sur le Nord-Ouest, ouvrage que Constantin-Weyer classe cavalierement de 'souvenirs de mission*. Or N. H. Lamothe, voyageur francais, qui publia en 1879 ses impressions d'un voyage en Amerique, l'a trouve" "Le receuil le plus complet et le plus exact des renseignements hydrographiques, ethnologiques, botaniques et zoologiques 18 sur cette vaste rigion, qui ait jamais $t£ publil dans notre langue, De plus, ce vieillard, qu'il nous montre dyspSptique, opportun, itroit d*esprit, et dont l'erudition est mise en doute, est le meme qui entre-prit en 1873 le penible trajet de Winnipeg a Ottawa pour essayer d'ob-tenir pour son protege" l'amnistie qu'on lui avait promise de vive voix en 1870, L'anticlericalisme perce a travers toute l'oeuvre de Constantin-Weyer. Seuls les missionnaires du Grand-Nord Schappent a ses vitupera-tions, L'abbe" Ritchot y subit peut-etre les invectives les plus scabreuses. Ce dSlSgue" vaillant et diplomate qui accomplit la di f f i c i l e tache de faire promulguer par Ottawa la Liste des Droits rSdigle par 19 Riel et le Comite" National, cet homme respect? du Premier Ministre et de son Cabinet, l'auteur nous le prSsente comme un homme d'aspect jovial, ventru, barbu, le nez couvert de verrues, la soutane sale et dSbraillee, et pour comble, doue" d'une humour pour le moins discutable: Le cure" Ritchot avait deux dents cassSes d'un coup de pied de cheval, et i l envoyait, tout en parlant, des postilions dont *le sapre* p'tit jeune homme* avait toutes les peines du monde a se 38 garer. Le cur£ s'apercevait de ce manege et de l a nause*e qui navrait l e visage du convive, et i l goutait cette bonne p l a i s a n -t e r i e d'une facon un peu immod£r£e. L'abbS Ritchot s e r a i t aussi, toujours d'apres l'auteur, un anglo-phobe aggressif, V o i c i comment i l s'adresse au "saprS p ' t i t jeune homme", qui n'est autre que M. Norbert Provencher, personnage hi s t o r i q u e , neveu du premier eveque de l a colonie et se c r e t a i r e du lieutenant-gouverneur McDougall: H i ! H i ! ... Je m'en vas vous d i r e ma messe a la q u e l l e vous as s i s t e r e z , et je m'en vas vous f a i r e un saprS beau sermon pour vos cochons d'Ontario. Margueritas ante porcos!! ... H i ! H i ! ... A soiere (ce soir) on vous reconduira chez votre cochon de MacDougall [sic] et vous l u i re"pe"terez a l u i et aux autres cochons de l'Ontario, l a teneur de mon sermon.^ Et l e monologue se poursuit dans cette veine pendant une cinquantaine de li g n e s . L'Stonnement ne connalt plus de bornes lorsque l e lecteur se rend compte que cet energumene est l e meme dont Alexander Begg, cSlebre h i s t o r i e n anglais, f a i t l'Sloge en parlant de 1'assemblSe deci s i v e qui 22 eut l i e u a Fort Garry sous l e s auspices de S i r Donald Smith. G. B. G. Stanley, aussi, avait compris l e r81e h i s t o r i q u e de l*abb£ Rit c h o t . S i l ' a s s o c i a t i o n du pere Belcourt et de R i e l pere rend i t l a libertS de commerce aux colons de l a R i v i e r e Rouge, d i t ~ i l , l ' a s s o c i a t i o n 23 de l*abb£ Ritchot et de R i e l f i l s crea l e Manitoba. Loin d'etre l ' a g i t a t e u r fanatique que Constantin-Weyer se complalt a nous depeindre, l'abb? Ritchot £tait un homme r£serv£ qui pr£f£rait se ten i r a l ' e c a r t . I l s'Stait prononc?, nettement, pour l a cause des M£tis, et son presbytere a Saint-Norbert fut l e point de repere pour l e 39 ComitS National nouveau-nS, noyau du futur Gouvernement Provisoire. II faut se rappeler cependant q u T i l e t a i t de temperament modire et cherchait 24 a Sviter les disputes. Constantin-Weyer consacre encore plusieurs pages a nous revi ler la vie intime de R i e l . Inevitablement, i l avait de la iss i Vlronique pour 25 une madame Hamarstyne. Leur rencontre avait £ t £ le coup de foudre pour l*un et pour l 'autre . L'auteur persiste a faire alterner les r i c i t s d'exploits merveilleux et invraisemblables avec les scenes d'amour non seulement scabreuses, mais calomniatrices. Enfih, sous le coup de 1'inspiration, i l marie ces deux elements romanesques dans une apotheose dont le burlesque ne merite meme pas l ' indignat ion. Le moment crit ique de l'execution de Scott est arr ive . Madame Hamarstyne serait venue, dans le fort meme, implorer de son amant le pardon du condamne. E l l e l 'obtient sans peine, mais avant que R i e l ai t pu donner l 'ordre de surseoir, tous deux cedent a l a passion, Les minutes s'Scoulent et i l va de soi que leur union est a jamais fracassee par le coup de feu irrevocable qui sera fa ta l aussi au drame passion-n e l , Cet episode est un autre travestissement, car le f a i t historique est indiscutable, D'apres tous les historiens, Rie l se serait montre i n f l e x i b l e au sujet de l'execution de Scott. Les circonstances imme~ diates semblaient j u s t i f i e r cette attitude; la preuve en est qu'Ottawa l'accepta comme une mesure n e c e s s a i r e pour contenir l a revolte qui menacait d'eclater, Ce ne fut que quelques mois pour tard que les Orangistes de l 'Ontario , enflammes par les discours incendiaires du Dr. Schultz, transformerent cet incident en crise nationale. Neanmoins, ) 40 l'histoire a montrS que l'execution de Scott fut une erreur de jugement et non, comme le voudrait Constantin-Weyer, le risultat d'un moment d'indecision. Ce qui rend pSnible la t&che d'estimer un ouvrage tel que La Bourrasque, c'est que l'auteur s'en tient plus ou moins aux faits quant au deroulement de 1'action, que ses personnages ont quelques traits de ressemblance avec les personnages historiques qu'ils sont census reprisenter, et que les dates et le local paraissent assez accep-tables au lecteur sans mlfiance; mais i l a le don de denaturer tout de qu'il touche dans ce roman simplement en noyant dans des scenes d'iv-rognerie ou de luxure tout episode tragique ou chevaleresque, susceptible 27 de relever le ton du recit. p i u s qu'aucun homme dans l'histoire du Canada, Riel a suscitl de boulversantes controverses, mais Constantin-Weyer est le seul qui l'ait attaqul au point de vue des moeurs, du caractere et de 1'intelligence. Stanley juge que Riel avait toujours £t£ trop occupe a diriger le mouvement politique pour remarquer les jeunes f i l l e s 'aux yeux noirs' de 28 Saint-Vital et de Saint-Norbert. L*affaire Riel s'gtait repandue au-dela de la frontiere americaine et le "Helena Weekly" s'Stait prononcS 29 pour l u i . Le Dr. Lovell, directeur du penitencier de Kingston, et un des trois membres de la commission qui avait a rendre un jugement sur Riel en 1885, s'avoua lui-meme fort impressionnS par la conversation 30 intelligente, et par la force de caractere du condamn£. Vers la fin du roman, l'auteur fait une Sbauche en vingt lignes de la vie politique de Riel de 1870-1875. Mais c'est justement pendant ces cinq annees mouvementies qu'il fut 6lu trois fois (dont une fois par 41 acclamation) au parlement fSderal, et qu'il Scrira, -- pour n'indiquer que deux de ses publications, sa lettre au lieutenant-gouverneur Morris sur le soulevement de la Riviere Rouge et son memoire sur la race mStisse. Constantin-Weyer neglige aussi (et ceci Stonne) de nous faire part de la maladie nerveuse qui terrassa Riel plusieurs fois entre les annles 1874 et 1877. Cette maladie est gSnlralement 1'explication qu'on donne des actions dSmesurSes qui le menerent au gibet en 1885. Au cours de ces annies d'exil s'affermlt le c8tS mystique de la 31 personnalitS de Riel. II s'identifia de plus en plus avec la cause mStisse; les paroles encourageantes de Mgr. Bourget, archlv^que de Montreal, finiront par le persuader qu'il avait une mission sur cette terre: c'etait d'assurer a ses freres la preservation de leurs droits et de leur identitS. Mais avec raison, Constantin-Weyer ne s'Stendra pas sur ces details, car on voit l'embarras qu'il aurait eu a faire accorder cette image de Louis Riel avec le portrait qu'il donne de lui dans le roman. La seconde phase de la vie politique de Louis Riel est expldile avec autant de cSleritS. C'est a peine si l'auteur consacre une cinquan-taine de pages au retour du chef au Canada, a 1*insurrection de 1885 dans la Saskatchewan, a la rupture entre Riel et le pere AndrS — pour-quoi l'appelle-t-il le pere Ernest, puisqu'il n'a pas jugS nScessaire de prendre cette precaution avec les autres personnages de ce roman? — , au proces et a 1*execution du heros. II choisit d'ignorer la question de la folie de Riel. L'Stat mental de celui-ci, lui avait deja caus€ de penibles ennuis, et paraissait une raison suffisante pour expliquer le manque d'organisation et la rapide dlsagr£gation des forces insurrection-42 nelles de 1885. Cependant Constantin-Weyer nous montre une autre facette du probleme: le dlsenchantement mutuel qui s'effectua entre le pere Andre" et Louis Riel lorsque ces deux hommes vinrent a se connaltre. C'Stait le pere Andre", d'apres Constantin-Weyer, qui aurait envoy! cher-32 cher Riel lors de son second retour. Revenons-en aux faits: le pere Andre avait tout naturellement le souci de preserver et d'Stendre les bornes du catholicisme dans la region du Nord-Ouest; pour Riel, au con-traire, le sentiment national n*avait rien a voir avec la religion, mais se rapportait tout entier a la France. Furieux de se voir refuser les sacrements, a lui et aux siens, Riel s'etablit EXOVEDE, chef d'une nouvelle religion anti-papiste. Le clergS scandalise" le denon^a comme heritique (ce qui lui donna "de serieux doutes sur 1'infallibility de l'Sglise", dit l'auteur). Le dernier memoire qu'il rSdigea en prison en attendant son jugement, rejettait sur le pere Andre" l'idee premiere de 1'insurrection. Le sort a voulu que ce soit justement cet ecclSsiatique qui vint le confesser dans sa prison. "Alors, continue l'auteur — et i c i i l s'accorde avec les historiens --, Riel dut, sous peine de damna-tion Sternelle, remettre son manuscrit au pr@tre en vue d'un auto-da-fS, 33 et promettre de prendre sur soi tout le poids de la rSvolte." C'etait une accusation tres sSrieuse contre le pere Andre" mais, i l faut ajouter en toute sincerity, qu'elle semble justifiSe par la dSposition que ce 34 meme missionnaire f i t contre le condamnS cinq mois avant son supplice. Le livre se termine sur 1'image du corps de Riel se balancant au sommet de la potence. Un silence lourd mais vibrant d'intensitS pese sur la scene et sur 1'assistance. On sent a ce moment que Riel n'est plus un individu mais le reprSsentant de tout un peuple dont le sort 43 venait d'etre consign! au neant. Si Constantin-Weyer a adopt! une attitude si vShemente envers Riel et le clergS, c'est peut-etre, dira-t-on, qu'il voulait presenter la cause de la minorit! anglaise. Quelques lignes suffiront pour eclaircir cette question. Des les premieres pages de La Bourrasque, l'auteur lance une suite d'invectives contre les quelques Anglais qui habitaient Winnipeg en 1862. II y eut un gouverneur, Dallas, qui s'enrichit, un ministre protestant, Corbett, qui fut convaincu d'avoir attent! a la pudeur d'une enfant catSchumene; des ouailles fremissantes qui deliv-rerent cet 'infallible' satyre; -- un certain James Stewart, Spicier et maitre d'Scole (a ce titre i l en avait peut-etre autant sur la conscience?), un William Hallet, un John Burke, animSs d'une foi religieuse qui leur faisaient [sic] haSr particulierement le catholique et le Francais; ... un Dr. Schultz, mSdecin, venerable de la loge orangiste, qui acheta de Buckingham, trop moder! a son gout, le 'Nor'Wester', pour mieux s'attaquer aux mStis, aux mis-sionnaires catholiques, et par surcroit a la puissante Compagnie de la Baie d'Hudson."35 On risque a tout moment de tomber sur des propos de ce genre. 36 John A. Snow et Charles Mair, envoySs par le gouvernement canadien pour ouvrir une route vers l'Ouest, sont accuses du plus v i i opportu-37 nisme envers les Metis, hommes et femmes. L'auteur ne manque pas de lancer une fleche contre William Cowan, premier commis des magasins et juge de paix qui serait, d'apres "1'abbS Ritchot", un juif maquillS. On s'Stonne de la rapacit! des gens de l'Ouest a cette Spoque. Ni francophile, ni anglophile, l'auteur voulait-il alors relever les griefs des MStis, ce menu peuple victime de 1'empire britannique, d'un clergS opportuniste, et d'un chef mSgalomaniaque? Quiconque a lu 38 Napoleon ne peut douter de la sympathie que Constantin-Weyer Sprouve pour les Metis. II les a aimSs en frere, mais ce sont leurs qualitSs de 44 primitifs qui l'ont seduit, et par une singuliere inconsequence, cette sympathie qu'il proclame pour eux s'evapore dans le drame tel qu'il l'a reconstituS. II s'en degage l'impression d'un peuple dSsequilibre', paresseux, dSbauchS, blasphemateur, superstitieux, avec, a leur compte, une seule vertu: une joie de vivre qui Sclate aux seuls accords du 'violoneux' ou apres quelques gorgees d'alcool. La Bourrasque Stonne par sa misanthropic II est d i f f i c i l e de croire que parmi tant d'acteurs mfells a ce drame, pas un n'ait Ichappe a 1'acerbitS de l'auteur. En fait, nous en coudoyons quatre, chacun gSrant, d'une facon ou d'une autre, le pouvoir de l'empire britannique. Par exemple, Constantin-Weyer est prodigue d'admiration pour un Donald A. Smith, dont i l fait, avec raison, le symbole de la merveil-39 leuse reussite anglo-saxonne, pour un capitaine D. R. Cameron, qu'il traite a la 'beau-geste', pour un Major Boulton et pour un Colonel Wolseley, a qui i l donne par erreur le titre de general et qu'il qualifie de "conquSrant imperturbable, digne et serieux"^ -- mais, hllas, ces quelques caracteres rayonnants, loin de relever le ton du recit, en soulignent, au contraire, la noirceur. Un tel roman ne pouvait manquer d'attirer 1'attention. II est curieux de voir a quel point la reaction des lecteurs canadiens diffSra de celles des Francais. Les MStis s'indignerent, peut-Stre injustement, lorsque Vers l'Ouest parut a Winnipeg.^1 On peut s'imaginer leurs sentiments en face de La Bourrasque, oeuvre beaucoup plus injurieuse encore. Leur cause fut prise en main par un Anglo-Protestant, conseiller municipal de Winnipeg. Celui-ci avait, par pur hasard, lu The Half-Breed (traduction anglaise de La B o u r r a s q u e ) S i indignS f u t - i l par ce 45 roman, qu'en juillet 1931 i l le denonca comme "lubrique, indecent et injurieux pour la population catholique". Le livre fut exclu des 43 bibliotheques publiques de la v i l l e . En France, par contre, La Bourrasque avait fort bonne presse; John Charpentier, qui faisait la 'critique de la quinzaine' dans le Mercure de France, ajoute toutefois un mot de precaution a l'eloge qu'il en fait. II s'excuse de ne connaltre "qu'en gros" les faits de la rebel-lion Riel, et d'etre, par consequent, incapable de commenter sur la veracitS de l'auteur par rapport a l'histoire et surtout, par rapport au heros; "mais, d i t - i l , une impression de veritS se dggage des evenements 44 qu'il relate avec pittoresque et dans un style cru". Une investigation reflichie de La Bourrasque de Constantin-Weyer ne peut conduire qu'a une seule conclusion: ce n'est plus la liberti d'ecrivain qu'il s'arroge, c'est la licence. Mais alors, la seconde question se pose. Pourquoi l'auteur s'acharne-t-il a vilipender les gens qui furent pendant dix ans ses compatriotes et ses voisins? II est d i f f i c i l e de trouver des details biographiques sur Constantin-Weyer. On doit done la plus sincere reconnaissance a M. Donatien Fremont pour le compte-rendu dStaillS des dix annees que l'auteur a passSes au Canada.^ "* Nous savons le danger qu'il y a a attacher trop d'importance a la vie d'un Scrivain; i l est toujours preferable de juger l'oeuvre sur ses propres merites, mais puisque Constantin-Weyer n'a pas hesit! a soulever le probleme de sa misanthropie, i l semble juste de se munir de tous les renseignements qui pourraient Sclairer cette enigme. Et l'enigme est en grande partie resolue lorsqu'on apprend les mesaventures, les deboires, les echecs que l'auteur a eprouves pendant ses annees 46 'd'exil' au Canada. Ce sont des details qu'il s'est bien gardi de r i v i -ler a la presse franQaise, raison suffisante pour qu'ils nous intSressent, d'autant plus qu'ils permettront une appreciation plus approfondie des romans d'aventures qui font la majeure partie de l'Epopie canadienne. 46 Le 20 juillet,, 1904, Maurice Constantin quitta la France sur le "Halifax", pour dlbarquer au Canada au dibut du mois d'aoQt. On peut se demander pourquoi l'auteur a antidati de deux annies, son arrived au 47 Canada. M. Fremont peut temoigner avec certitude de la date du voyage, puisqu'il etait, lui aussi, sur ce meme vapeur, et que c'est au cours de ce voyage qu'il entendit pour la premiere fois le nom du futur icrivain. II n'y a aucune indication que les deux jeunes gens, tous deux Sgis de vingt-trois ans, aient I i i connaissance, soit pendant la traversie, soit par la suite. Par coincidence, i l s s'itablirent tous les deux dans le Manitoba. Cultivateur, d'abord, et puis joumaliste, M. Fremont itait sans doute, au courant des romans de Constantin-Weyer, mais aurait-il songi a faire des recherches a son sujet, s ' i l n'avait lu, par hasard, ce para-graphs que son ancien 'compagnon de voyage1 avait fait paraitre dans la Revue francaise, le 8 dicembre, 1928. Quand i l (Constantin-Weyer) retourne a sa magnifique ferme de l'Ouest canadien, les pirates de la prairie n'ont rien laissS de ses troupeaux.^ Ces mots pouvaient, peut-etre, attirer la sympathie d'un certain public francais, mais au Canada, i l s sous-entendaient une diposition sirieuse. Nous ne voulons pas chercher noise a la presse francaise de n'avoir pas relevi l'invraisemblance de ce communiqui, d'autant plus que 47 les statistiques sur le Canada, surtout sur cette region relativement 49 nouvelle, n'Staient probablement pas tres connues outre-mer. L*image d'un Far-Ouest exotique et sauvage est restle ancrSe dans 1'imagination pendant longtemps. Du reste, le fait que l'auteur venait d'etre cou-ronnS du Prix Goncourt,"*^ et qu'il avait recu l'accolade enthousiasmSe des critiques donnait du poids a ses declarations. Mais c'est justement parce que M. Fremont se rendait compte du retentissement de la parole de Constantin-Weyer en France, qu'il s'avisa de faire l'enquete suivante. En septembre 1904, Maurice Constantin arrive a Saint-Claude, village a 60 milles au sud-ouest de Winnipeg, nomml en souvenir d'une petite v i l l e dans le Jura. Ce village manitobain se composait a peu pres exclusivement de colons venus de France, et en 1914, les 130 families de ce petit pays donnaient a la mere patrie 115 volontaires. Maurice Constantin vecut pendant dix ans dans ce village ou dans les environs. En arrivant a Saint-Claude, i l retrouvait son camarade et futur beau-frere, Raoul de Villario. Les deux amis s'installerent au presbytere pour l'hiver. Au d£but de l'annle 1905, Mme Constantin-Bompart, mere de Maurice et veuve d'un ancien officier-journaliste francais, arriva a Saint-Claude accompagnee de sa f i l l e Daisy. Au prin-temps, Villario epousa Daisy et s'associa a Constantin pour acheter une section de terre -- soit 640 acres -- au sud du village. La vie d'un colon-fermier n'Stait pas du tout selon les gouts de Maurice Constantin. D'apres les temoignages de ses voisins, i l employ-ait des ouvriers pour cultiver sa terre, soigner les animaux, et 'faire le train', cependant qu'il menait la belle vie du 'gentlemen-farmer*: lever a dix heures du matin, chasse, peche et lecture. 48 L'armee suivante, en 1906, le s beaux-freres louerent leur t e r r e a t r o i s Bretons, mais pour reg l e r l e s dettes qu'ils avaient accumulles, i l s se v i r e n t obliges d'en vendre l a m o i t i l en 1907. Entre-temps, i l s avaient entrepris de fonder une ecurie de louage et d ' i l e v e r des chevaux, mais ces deux tentatives avorterent. En 1908, i l y eut rupture entre Constantin et de V i l l a r i o . Maurice s ' i n s t a l l a avec sa mere dans un hQtel d'ou i l mena l a v i e d'un aventurier dibonnaire. En 1909, i l r e v i n t s ' i t a b l i r sur l a te r r e du nord — un quart de l a section acquise en 1905 -- qui l u i i t a i t echue en partage. Lorsqu'en 1932 M. Fremont retrace les pas de Constantin, i l v i s i t a c ette t e r r e du nord qui appar-ten a i t a l o r s a M. V i c t o r Boulangeot. M. Fremont nous d i t que les horizons en sont bien ceux que l'auteur peint dans ses l i v r e s . D'apres M. Boulangeot qui avait a c h e t i l a terre de Constantin 20 ans auparavant, cette c o n t r i e i t a i t a l o r s d'aspect sauvage et d'acces d i f f i c i l e . Le lecteur qui connalt tant s o i t peu l'Epople canadienne. surtout ses l i v r e s d'aventures ne s'itonne pas de l ' a t t r a i t que ce paysage pouvait avoir pour Maurice Constantin. I I est l e chantre de l'aventure, de l'homme sain et f i e r se mesurant avec une nature i n t a c t e . En 1910, Constantin epousa Dina Proulx, une jeune m S t i s s e . ^ C e l l e -c i venait d'une f a m i l l e respectSe de l a paroisse de Saint Daniel; e l l e a u r a i t re£u l ' i n s t r u c t i o n qui se donnait a l o r s dans l e s p e t i t e s Scoles. S i assimilSe S t a i t l a f a m i l l e Proulx, que l a jeune Dina ne p a r l a i t pas un mot d'indien. C'est done sur un coin de t e r r e pres de Saint-Claude que l a p e t i t e f a m i l l e s ' i n s t a l l a , Maurice, mere, femme, et un menage mStis d'engagis; c'est l a aussi que naquit son premier enfant. Ce furent des annSes d i f f i c i l e s pour eux. D'apres M. Boulangeot, Constantin 49 n faurait pas dSfriche" "un pouce" de ce terrain vierge; i l n'y avait meme pas be"che un petit jardin. Ne possedant pas de bStail, i l 'gardait' celui des cultivateurs des environs. C'Stait une maniere de gagner sa vie, que l'auteur fera passer dans plus d'un roman. En 1911, ScrasS de dettes, i l vendit ce qui lui restait de sa "magnifique ferme". Apres cette transaction qui le laissa sans le sou — Boulangeot ayant dd verser l'argent aux crSanciers de Constantin — i l disparut, laissant sa mere, sa femme et son enfant a la charit? du nouveau proprietaire, Celui-ci les installa dans la petite cabane qui avait Ste" le domicile des engages mStis, et leur fournit l'essentiel. Quelques mois plus tard, madame Constantin-Bompart insista pour qu'on les reconduise au village de Saint-Claude, elle, la jeune mere et l'enfant. Maurice n'apparaissait qu'a de rares intervalles, II ne semblait pas soup^onner la misere dans laquelle Stait plongee sa famille, ou bien peut-etre se sentait-il incapable d'y remSdier. Enfin, en 1912, i l rSussit a trouver une place de commis de magasin a Morris — a quelques milles de Saint-Claude; mais tres tdt, i l quitte cet emploi routinier et mal paye. En 1913, on le retrouve a Portage-la-Prairie, dans la famille du frere de sa femme, vivant aux depens de celui-ci. L'hiver suivant, i l s'engage port-chalne dans une Squipe d'arpenteurs, puis, i l devient agent pour la vente des lots de la v i l l e naissante de Hudson Bay Junction. C'est la derniere occupation qui le retint au Canada. La guerre menacait d'eclater, et des que la France se declara formellement, i l reprit le chemin de la patrie. La veille de son depart, la petite paroisse de Saint-Claude offrait un banquet a 35 de ses f i l s qui par-50 taient pour la France; Maurice Stait du nombre. En 1919, Mme Constantin-Bompart quittant le Canada, emmenait avec elle les deux alnis de son f i l s ; un troisieme enfant Itait mort en bas age. Quand M. Fremont f i t en 1932, l'enquete que nous venons de rSsumer, i l a trouvf Madame Constantin, nee Dina Proulx, vivant a Winnipeg de la charitS municipale. M. Fremont souligne avec indignation que dans aucun de ses nombreux ouvrages, articles ou interviews de presse, Constantin-Weyer n'a souffle" mot du village ou i l passa dix annSes de sa vie et qui servit de cadre a un si grand nombre de ses livres. Le lecteur sympathique et renseigne" pourra peut-etre comprendre cette negligence de la part de l'Scrivain, car, d'apres M. Fremont personne des environs de Saint-Claude n'avait pu trouver un mot charitable a dire sur son compte. On juge l'homme par ses actes. Nous n'avons pas assez de renseigne-ments sur la vie de Constantin-Weyer pour nous permettre des jugements difin i t i f s et son oeuvre litteraire ne fait rien pour lever certains de nos doutes, mais elle contient quand meme certains accents dont la reiteration donne a r£fl£chir. II s'agit de l'attitude de Constantin-Weyer envers la femme dans l'Epopge canadienne. Quelquefois railleur, mais plus souvent perplexe, le cynisme de Constantin-Weyer vis-a-vis de la femme, n'est pas un aspect qui frappe d'abord. D'ailleurs, la femme joue un r81e secondaire parmi ses personnages, elle est 1'agent qui fait rSagir l'homme; et c'est l'homme qui est le point de mire, qui marche a la belle aventure, qui s'acharne contre la nature brute, qui gagne, qui perd et qui souffre. 51 Si l'on Studie le r81e des ingenues dans les romans de 1'Epopee  canadienne i l suffit d'un coup d'oeil pour dScouvrir que toutes sont des infideles sauf une, qui se trouve impliqu?e dans une situation pour le moins Equivoque. Seconde constatation: si le mariage a lieu celui-ci va se briser generalement sur l'ecueil de la race. Les femmes de ses romans sont toutes coulSes dans le meme mbule conventionnel, et c'est peut-fctre ce qui explique la banality de 1'intrigue dans son oeuvre. Exception faite de Jacqueline, dans Telle qu'elle etait en son vivant, la femme chez Constantin-Weyer est insignifiante; elle est un fantome plutOt vague, sans caractere, sans vigueur, sans substance. L'auteur n'a jamais su approfondir le coeur de la femme; i l semble plutdt en avoir etS la victime. Le Canada attira le jeune Constantin par 1*exotisme de ses vastes Stendues inexplorSes. II y vecut d'apres ses prSceptes, c'est dire qu'il essaya autant que possible de se rapprocher de la nature et des aborigines; i l a recherchS les MStis, les a aimes et les a imitSs. Cependant i l faut admettre que ses actions, le plus souvent, Staient celles d'un jeune Stourdi, grisS d'aventures romanesques et i l n'est pas surprenant qu'elles lui aient valu la censure de ses concitoyens. II est juste, neanmoins, de relever la possibility d'une sSrieuse lacune dans sa vie personnelle, laquelle, a l l i i e a un tempyrament fougueux, l'aurait poussy a faire paraltre, alors qu'il avait dypassS la quaran-taine, une oeuvre aussi juvenile que La Bourrasque. Nous avons examinS le contenu et les personnages de ce roman et nous avons soupesy les reactions qu'il a suscityes. Les dytails bio-graphiques sur Maurice Constantin ont yclairy l'oeuvre bizarre qu'est 52 La Bourrasque mais i l s ne l'ont pas completement exonirSe. Peut-etre reussirons-nous enfin a comprendre l'inigme qu'elle pose en situant son auteur dans un cadre litteraire. Parce que l'art, comme le Phinix, surgit des cendres du pass!, inivitablement, la littirature du XXe siecle aura i t ! marque1 par le phinomene du Romantisme. Plus qu'un nouveau genre litteraire, le Romantisme itait, au dibut du XIXe siecle, une nouvelle facon de penser, qui prifirait 1'imagination et la sensibilite a la raison classique. II se manifesta, d'abord, pas l'ipanouissement du lyrisme personnel. Les icrivains se sentirent, tout a coup, l i b i r i s des chalnes qu'iraposaient les regies des unites, des genres, des modeles prestigieux et tout-puissants qu'on leur avait imposls jusqu'ici. L 1exaltation du moi itait la muse de ce lyrisme. II se traduisait par la recherche frinitique de l'Absolu, et par la communion avec la nature et avec l'humanit! toute entiere. On en vint a mSpriser la sociiti et ses institutions, c'est-a-dire, tout ce qui pouvait faire obstacle a 1*exercise de l'individua-lisme ou de la passion. "Le Romantisme, dit-Maigron, a dress! l'individu * 52 contre la sociSte." Le Romantisme !tait fait pour Constantin-Weyer; chez lui, les marques en sont ividentes. Du 'noble sauvage' de Rousseau, i l a fait son Anth! aneanti ou avili par une soci!t! michante et hypocrite. Le heros de ses livres est toujours l'individu idSaliste dress! contre la civilisation et qui, parfois pour un moment, parvient a atteindre l'Absolu dans une communion intime avec la nature. Le Moi a la recherche de l'Absolu est omni-prSsent chez Constantin-Weyer comme chez Chateaubriand, mais avec cette difference, que les 53 reves malsains d'adolescent se traduisent chez celui-la par l'action. Au lieu de vagues randonnees dans le royaume interieur de la sensibilitS, Constantin-Weyer est pousse" par le disir ardent d'approfondir la vie dans son essence et de la subir dans toutes ses peripities. L'&me inquiete du Romantique, ravaged par le 'mal du siecle*, fait place au caractere hableur qui prSfere s'arroger le r81e du 'connaisseur* qui a tout fait et qui sait toujours se tirer d'affaire. Pour Constantin-Weyer, la nature n'est plus seulement l'amie, la confidente qui reflete l'itat d'Sme de l'Scrivain, elle est une mere, jamais michante, tendre parfois, mais par moments, violente et dichalnle. Chez les premiers Romantiques, le lyrisme Itait l'expression d'une extreme preoccupation avec le Moi; chez Constantin-Weyer, le lyrisme se fait sentir en face de la nature et des mysteres qu'elle recele. Le Naturalisme aussi a laissS son empreinte sur le XXe siecle. L'Assommoir f i t son dibut en France quatre ans avant Maurice Constantin, et lorsque celui-ci avait 20 ans, l'icole naturaliste battait son plein. L'icrivain s'y rattache par les cruditis et les violences qui jalonnent son oeuvre. Mais, le courant naturaliste a pinitri plus que la forme et le contenu de l'Epopie canadienne, i l touche jusqu'a sa philosophie, et crie chez l'auteur un dilemme irriconciliable. L'homme est, a la fois l'enfant et l'esclave du milieu ou i l a baigni depuis sa naissance. L'homme blanc, done, qui aurait dicouvert sa patrie idiale dans la nature, est incapable de s'y sentir a l'aise a cause des besoins que la civilisation a mis entre lui et la Nature, et lorsqu'il fait un effort 53 pour s'approcher d'elle, c'est celle-ci qui refuse de le connaitre. Un peu comme Sisyphe, i l est condamni a errer entre les hauteurs d'une 54 nature qui le rejette et les bas-fonds d'une civilisation qu'il abhorre. Le but de ce chapitre etait d'essayer de trouver une explication a la misanthropie evidente qui envenime La Bourrasque. Cet ouvrage serait-i l un temoignage strident contre la civilisation qui a corrompu le Metis? Si telle en etait son intention, i l faut reconnaltre que l'auteur n'a pas rlussi, car ce temoignage n'est pas ce qu'en a retenu le lecteur. La haine qui eclate en milie manifestations retombe, non point sur l'idee abstraite de la civilisation, mais sur l'individu. Si Constantin-Weyer n'a pas pSchS contre la charitS, dans La Bourrasque, i l a pecliS gravement contre le bon gout. II est rare qu'une oeuvre puisse se mesurer strictement par les prSceptes logiques de la raison, encore moins peut-on dSfinir 1'ouvrage d'un Constantin-Weyer d'apres ceux-ci. Epris d'aventures et convaincu de la superiority de l'lndien, l'Scrivain a tentS de vivre pendant ses dix annees au Manitoba, la vie du sauvage nomade; i l s'en est trouvS presque un hors la l o i . Dans sa dedicace a Jean-Richard Bloch, l'auteur avoue qu'il a ecrit "un livre assez sauvage parce que j'y ai mis beau-54 coup de moi-meme". II conviendrait p l u t 8 t de dire qu'il y a laissS beaucoup de lui-meme. Ce catharsis a nui a sa reputation, surtout au Canada, mais jamais plus, dans les livres qui suivront, ne sentirons-nous la rancoeur qui f i t de La Bourrasque, l'oeuvre hargneuse qu'elle est. NOTES SUR LE CHAPITRE II 1. George F. G. Stanley, Louis Riel (Toronto: Ryerson Press, 1963), p. 40. 2. Mason Wade, Les Canadiens-francais de 1760 a nos jours, traduit de 1'anglais par M. Adrien Venne (Montreal: Le Cercle du Livre de France, 1963), p. 439. 3. Stanley, Louis Riel, pp. 90-91. 4. Ibid., pp. 139-144, passim. 5. "La Confederation, la Confederation ... Sommes-nous du b e t a i l ? Monsieur Smith? ... pour qu'on nous vende de la sorte?" Constantin-Weyer, La Bourrasque (Paris: Rieder, 1925), p. 158. 6. D. Fremont, Sur le ranch de Constantin-Weyer, (Winnipeg: Editions de "La L i b e r t e " , 1932), p. 108. 7. Mason Wade, Les Canadiens-francais, p. 437. 8. Constantin-Weyer, La Bourrasque, p. 39. 9. Ibid., pp. 36-58. 10. Jean Prevost, revue de Un Homme se penche sur son passe, La Nouvelle Revue Francaise. XXXII, ( l e r janv., 1929), 119. 11. Stanley, Louis Riel, p. 159. 12. Constantin-Weyer, La Bourrasque, p. 65. 13. Stanley, Louis Riel, pp. 57-58. 14. Stanley, Louis Riel, p. 59; Donatien Fremont, "M. Constantin-Weyer et le vrai Riel", Revue de l'Universite d'Ottawa,. I, 4, (oct.-dec, 1931), 557. 15. "The first few weeks after Riel's flight were weeks of lawless-ness and debauchery. The soldiers in the Red River, released from the enforced sobriety of the semi-military, semi-voyageur l i f e they had led . . . flocked to Monchamps' and Dutch George's saloons. . . . Soon the streets were fill e d with quarrelling, fighting men in a l l stages of drunkenness." Stanley, Louis Riel, p. 159. 16. Constantin-Weyer, La Bourrasque, p. 87. 17. Stanley, Louis Riel, pp. 144-156, passim.; Wade, Les Canadiens- francais, pp. 388-390, 435-436, 440, 445. 56 18. H. de Lamothe, Cinq mois chez les Francais d'Amerique, c i t ! par Donatien Fremont, Sur le ranch de Constantin-Weyer. p. 77. 19. Voici ce qu'aurait dit Sir John A. Macdonald, avec peut-etre une pointe d'ironie, a l'occasion du depart de 1'abbS Ritchot d'Ottawa: "Father Ritchot, i f you were not a priest, I would ask you to enter my Cabinet." cite par Donatien Fremont dans "M. Constantin-Weyer et le vrai Riel", RUO. I, 4, 557. 20. Constantin-Weyer, La Bourrasque. p. 95. 21. Ibid., p. 92. 22. "Ses nobles paroles firent plus pour l'apaisement des esprits que tous les autres discours lors de la grande assembled tenue a Fort Garry a l'heure la plus critique des troubles." cit€ par M. Donatien Fremont, "M. Constantin-Weyer et le vrai Riel", RUO, I, 4, 562. 23. Stanley, Louis Riel, p. 57. 24. "Ritchot was content to remain in the background to watch and advise. He_was a secretive man who liked the role of grey 'emminence' that history cast for him. . . . Reluctant as he was openly to take sides in the disputes, the Abb! Ritchot felt compelled to intervene and s t i l l the troubled waters of political controversy. . . . His own sym-pathies were with the conservatives and neutrality." Ibid., p. 59. 25. Parmi les trois ou-quatre femmes blanches de la colonie a cette ipoque i l y eut une Mme Bannantyne, femme d'un colon anglais du nom de A. G. B. Bannantyne qui, lui, figura d'une maniere assez marquSe dans l'histoire de la colonie. Sympathique aux Mitis, i l s'engagea dans la vie politique et fut elu au gouvernement d'Ottawa. Ibid., pp. 52, 84, 93, 102, 124. 26. Constantin-Weyer, La Bourrasque, p. 184. 27. Fremont, "M. Constantin-Weyer et le vrai Riel", RUO, I, 4, 556. 28. Stanley, Louis Riel, p. 231. 29. "a gentleman and a scholar, a worthy and desirable friend . . . with . . . more character than his persecutors." Passage du Helena  Weekly cit? dans Stanley, Louis Riel, p. 2^48. 30. Voici le rapport personnel du Dr. M. Lovell, directeur du peni-tencier de Kingston: "He had a manly expression of countenance, sharp eyes, an intelligent and pleasing address. . . . His conversational powers were remarkable. . . . He impressed me as a notable character. . . . He was enthusiastic and impulsive, and i f those characteristics had been diverted into proper channels he would have made his mark for good in the great North-West.", cite par Stanley, Ibid., p. 385. 57' 31. Voici un des poemes que Riel a ecrit pendant son sSjour dans l'hopital des alienSs a Beauport. On y sent toute la confiance r e l i -gieuse d'une ame £plor£e. J'ai passe la Sainte Anne En prison dans Beauport. Mais la main profane Qui me tient, se fait tort, Mon protecteur plane Sur moi; lui seul est fort. Ce poeme qui repose dans les archives de l'universite" Laval est cit? par Stanley, Louis Riel, p. 227. 32. Parmi les "Dewdney Papers" VIII qui reposent dans les Archives publiques a Ottawa se trouve une lettre (sans date) du pere Andre" a Riel: "The opinion here is so pronounced in your favor; and you are so ardently desired, that i t will be a great disappointment to the people of Prince Albert i f you do not come. So you must absolutely come; you are the most popular man in the country, and with the exception of four or five persons every one awaits you with impatience. I have only to say to you come, come quickly." Cette lettre fut traduite et cit£e par George F.G.Stanley dans Birth of Western Canada, (Great Britain: Longmans, Green and Co. Ltd., 1936; Canada: University of Toronto Press, 1963), p. 299. Stanley note que, se basant sur cette lettre, la plupart des historiens semblent soutenir l'affirmation de Constantin-Weyer dont i l est question, ou du moins, admettre que le pere Andre" aurait appuye" de son influence considerable 1'invitation des Metis a Riel. Ibid., p. 440, n. 13. Neanmoins, Stanley se reserve sur cette opinion, car, d i t - i l , "Andre" was one of the few who had regarded Riel's return with misgivings." Louis Riel, p. 277. 33. Constantin-Weyer, La Bourrasque, p. 233. 34. Extraits de la dinonciation du Rev. Pere AndrS, datSe Saskatchewan, 17 juin, 1885: "Riel seul est responsable de la revolte. ... II espSrait se faire acheter du gouvernement et de laisser le pays avec une bonne retribution. ... II y a un an, Riel, comme un esprit Malin est arrive" parmi les Metis ... Reniant lui-meme la foi de ses ancStres, i l a voulu entrainer ses compatriote dans son apostasie. ... Le monstre voulait substituer une religion de sa fabrique." Le Veritable  Riel, collection de lettres de Mgr. Grandin, Rev. P. Leduc, Rev. P. AndrS, RR. PP. Touze, Fourmond, Vegreville, Moulin, et Lecoq, (Montreal: Impri-nter ie Generale, 1887), pp. 5-7. 35. Constantin-Weyer, La Bourrasque, pp. 19-20. 36. Charles Mair fut un des premiers poetes canadiens d*expression anglaise. Stanley, Louis Riel, p. 51. 58 37. Selon l'auteur, Snow et Mair octroyaient aux Metis des gages ridicules et s'arrangeaient avec les marchands pour leur vendre les vivres a un prix rehaussi. Les meres, dont les enfants mouraient de faim, se prostituaient pour un petit sac de farine. Constantin-Weyer, La Bourrasque, pp. 19-20. 38. Constantin-Weyer, Napoleon, (Paris: Rieder, 1931). 39. Constantin-Weyer, Manitoba, (Paris: Rieder, 1924), pp. 75-86. 40. Constantin-Weyer, La Bourrasque, p. 189. 41. Fremont, "Sur le ranch de Constantin-Weyer", RUO, I, 4, 58. 42. Constantin-Weyer, The Half-Breed, connu aussi sous le titre de A Martyr's folly avec une preface critique de Pelham Edgar, (Toronto: Macmillan, 1930). 43. Fremont, "M. Constantin-Weyer et le vrai Riel", RUO, I, 4, 569. 44. John Charpentier, 'Critique de la quinzaine', Le Mercure de  France, (1 fevrier, 1926), p. 714. 45. Fremont, Sur le ranch de M. Constantin-Weyer. 46. Ni Maurice Constantin, ce personnage est partout connu sous le nom de Maurice Constantin-Weyer. Je n'ai pu dicouvrir dans quelles circonstances ou quand i l a ajouti -Weyer. 47. Larousse du XXe siecle, II, (Paris: Librairie Larousse, 1929), 432. 48. Cit? par Fremont, Sur le ranch de Constantin-Weyer, p. 15. 49. En 1921, la v i l l e de Winnipeg comptait une population de 179,087. Saint-Boniface, v i l l e adjacente, en comptait 12,821. Canada  Year Book. (Ottawa: King's Printer, 1921), p. 107. 50. Pour Un Homme se penche sur son pass?, (Paris: Rieder, 1928). 51. M. Fremont en consultant le rSgistre paroissial de Saint-Daniel trouva sous la date du 8 novembre, 1910, l'inscription suivante: "Maurice Constantin, agi de 29 ans, ni a Bourbonnes-les-Bains (France) et domicilii a Saint-Claude, Manitoba, f i l s d'Alphonse-Marie-Louis-Xavier Constantin et de Marie Amilie Bompart, ipousa, dans cette iglise, Dina Proulx, agie de 18 ans, domiciliie a Saint-Daniel, f i l l e de Michel Proulx et de Marie-Domitille Ritchot, en presence de Daisy de Villario et de Raoul de Villario. La benediction nuptiale fut donnie par l'abbi Maurice Pierquin, cur£ de Saint-Daniel. D. Fremont, Sur le ranch, p. 31. 52. Louis Maigron, Le Romantisme et les moeurs (Paris: Librairie Ancienne, Honore Champion, 1910), p. 5. 5 3 . Constantin-Weyer, Napoleon, p. 7 9 . 5 4 . Constantin-Weyer, La Bourrasque, dedicace. CHAPITRE I I I ' LES ROMANS D'AVENTURES DE CONSTANTIN-WEYER L'exotisme. L'exotisme n'est pas strictement une emanation du Romantisme; i l e x i s t a i t depuis l'epoque des Croisades. En rapportant de l'Orient maintes persanneries, c h i n o i s e r i e s et Stoffes p r i c i e u s e s , l es C r o i s i s avaient I v e i l l S chez les peuples d'Europe, un goftt pour l e nouveau, done, pour l'exotique. Ce gotit s'annon^ait deja dans l a l i t -t erature francaise du XVIIIe s i e c l e avec Zaire, Manon Lescaut et Les Le t t r e s Persanes, mais c'est l e Romantisme, avec son souci constant de trouver de nouveaux cadres, qui f o u r n i t 1'atmosphere propice a l a f l o r a i s o n de l'exotisme, Chateaubriand, Hugo, Stendhal, Vigny, Baudelaire, et surtout P i e r r e L o t i l'ont tous pratique", et puisqu'a ce moment-la, les vastes Stendues intactes de l'Amirique o f f r a i e n t un cadre exotique p a r f a i t , l a plupart de ces auteurs y ont s i t u i au moins une de leurs oeuvres. La t r a d i t i o n de l*exotisme americain ne fut rSellement amorcSe en France, qu'avec l'avenement de Fenimore Cooper. C e l u i - c i y connut, grace a l a traduction de son oeuvre par Auguste Jean-Baptiste de Fauconpret, un succes semblable a c e l u i de Walter Scott. I I eut une foule d'admirateurs qui s'empresserent de l ' i m i t e r , dont Gustave Aimard, Ga b r i e l Ferry et Henri-Emile Chevalier, pour n'en nommer que t r o i s . A l a sui t e d'une a f f a i r e p o l i t i q u e , Chevalier (c. 1876) s ' e x i l a en Amerique et passa huit ans au Canada. Homme de l e t t r e s , i l se mit a l a redaction de diverses revues a Montreal, et pu b l i a entre-temps toute une sSri e de romans dont les heros pourraient e t r e les freres-jumeaux du 61 'Bas-de-Cuir' de Cooper. A lui revient le merite d'avoir, le premier, fait entrer l'Ouest canadien dans la littSrature francaise. L'intrigue de ses romans est nouSe et denouSe avec adresse, mais i l y a un va-et-vient fretietique, hache de coups de thS&tre fortuits et de dissertations gSographiques.^ II connut un certain succes non seulement dans sa mere-patrie, mais aussi au Canada. Pendant quelques annles, ses livres se trouvaient dans toutes les bibliotheques et chez tous les libraires. Mais si Cooper est aujourd'hui un classique malgre ses limitations, c'est qu'il a Ste innovateur; Chevalier est inconnu de nos jours parce qu'il n'a rien ajoute a Cooper. Avec Chevalier, l'Ouest canadien apparaissait dans le roman exotique en France; mais i l ne faisait qu'apparaitre, qu'il Stait deja oubliS. Cinquante ans plus tard, Constantin-Weyer remit l'Ouest canadien sous les feux de la rampe bien au centre de la scene littSraire. Son Epopee canadienne se situe, done, exactement dans la tradition de 1'exotisme amSricain, avec cette particularity, qu'il a su transposer au niveau humain le rythme de la Vie, de 1'Amour et de la Mort. Voila le grand theme de son oeuvre, et de ce theme ddcoule un prolongement naturel: la haine d'une civilisation qui dSforme l'homme en lui enlevant le seul milieu ou i l aurait pu apprendre a vivre pleinement. Constantin-Weyer depasse Cooper par la vivacitS de ses descriptions, mais surtout, i l a su cr£er des personnages beaucoup plus nuancis. Cependant, i l faut remarquer, en toute justice, que le roman lui-meme avait fait d'Snormes progres depuis un siecle et que, par consequent, une comparaison au point de vue litteraire entre Constantin-Weyer et Cooper, serait non seulement inutile mais sans vali d i t i . 62 II y a toutefois un rapprochement Stroit entre l'auteur francais et Cooper. Ils ont, tous les deux, choisi le meme cadre general pour leur oeuvre, et i l s ont eprouve les memes sentiments en face de la vaste AmSrique inexplorSe. Tous les deux, aussi, ont et£ poussSs vers cette nature intacte par un besoin — passionnS, chez Constantin-Weyer --d'Schapper a la civilisation. Ils ont voulu se mesurer avec cette nature immense, et par la, prendre la juste dimension de leur Moi. Ce faisant, i l s en sont venus a la connaltre, et a l'aimer, elle et tout ce qu'elle hebergeait — les betes fauves, le sauvage, le grand silence des soli-tudes. Leur oeuvre pleure sur 1'innocence de cette nature, destinSe au viol de la civilisation. N§anmoins, i l y a une difference dans leur interpretation. Cooper, devant la nature, est frappe par la vision d'un Dieu createur. Chez l'auteur francais, la nature e v e i l l e un erotisme tout a fait paSen; nous en avons deja remarque quelques exemples dans les deux premiers romans, et nous en verrons d'autres encore dans les recueils. Manitoba (1924) marque une etape entre les romans historiques et les 2 romans d'aventures de Constantin-Weyer. C'est le recit, soi-disant autobiographique, de son voyage de la France au Manitoba ou l'auteur nous fait vivre avec lui la vie du colon primitif, et c'est ensuite le retour vers la mere-patrie au debut de la guerre. On a reproch? a Constantin-Weyer le ton hableur qui penetre ce 3 recueil. Incontestableraent, i l s'arroge un beau r81e; mais que nous importe si l'auteur a men? une vie tout autre que celle qu'il decrit dans ce livre, le principal n*est-il pas que ce fut lui, et non les fer-miers, — si rudes travailleurs fussent-ils, — qui sut voir et faire 63 r e v i v r e pour nous, cette nature qui les entourait tous. Au Manitoba, d i t Constantin-Weyer, l e printemps a r r i v e en rus£. I I est bon de savoir, — pour e v i t e r l e s deceptions --, q u ' i l n 'arrive pas avec l e cal e n d r i e r et que, dans ce pays, l a lente d i s p a r i t i o n de l a neige n'annonce pas nScessairement l e printemps. C'est simplement l e 'Chinook', l e vent du sud-ouest qui "troue, mange et appauvrit l a neige". Apres c e l a , i l gelera de nouveau. Le printemps au Manitoba continue l'auteur Sclate soudainement avec une violence farouche, et a l o r s , les bourgeons des saules se gonflent comme des coeurs amoureux, ... les loups hurlent d'amour, et se battent, et se dSchirent, et se devorent pour l a louve, impatiente d'un maitre, qui p i l t i n e [une] v i e i l l e meule de p a i l l e ... les nuages qui descendaient vers l e sud sont brusquement arrachis, rabattus, d i c h i r e s , e f f i l o c h e s , plumis par l a saute imprevue du vent.^ Au Manitoba, i l faut avoir l e coeur pr£t a a c c u e i l l i r l e printemps, car i l est ephemere, et f r a g i l e . Dans huit jours, une bourrasque de neige f e r a oublier q u ' i l est n£, et dans un mois, l a grosse chaleur et les moustiques feront, a leur tour, oublier q u ' i l est mort. C'est deja l e temps des labeurs. La charrue va couper l e chaume "pour enfouir toute cette mort de l'annie passie"^ et pour ramener a l a surface du s o l , l a t e r r e noire et grasse, g r o u i l l a n t e d'insectes de bronze pat i n ? . ^ Ce sont les georgiques de l ' i t i et de l'automne. L'au-teur d e c r i t sous forme d'anecdotes, les moeurs des fermiers en l u t t e contre les intemperies et les f l i a u x t e l s que l a p l u i e , l e g e l , et l a g r e l e . Quoique l e s descriptions des labeurs ne manquaient presque jamais de su s c i t e r chez l'auteur des emotions d'impatience et de digoQt,^ par contre, l e spectacle de l a nature, pour quotidien q u ' i l f f l t , ne l e l a s s a i t pas. 64 Tout en accordant une certaine importance aux autres sens, Constantin-Weyer est port? vers les descriptions visuelles. Les mouettes, roses, blanches, mauves sous les rayons du soleil, qui viennent becqueter la proie dans les sillons fralchement retournis, ont une vivacit? dans leur brusque plongeon, une souplesse dans leur envoi, qui font oublier g l'aigreur de leurs cris. "Dans les sous-bois, la lumiere n'est plus qu'un jeu de dentelles fines et mouvantes, [faisant chanter] , comme les facettes d'un diamant, la flaque d'eau jusqu'alors endeuill?e et taci-9 10 turne." Les dilicates ombrelles blanches des pembinas Sclairent, elles aussi, la for£t "comme autant d'?toiles".^ L'hiver la nature prend la beaut? mystSrieuse des pierres prScieuses et de l'argent cisel?, et a l'aube, le bois est pareil a une masse noire solidement assise sur une neige d'un violet clair, pendant que le ciel passe du bleu opaque au 12 vert transparent. Mais, a la longue, ces descriptions toujours visu-elles fatiguent; elles frdlent souvent la pr?ciosit?. V o i c i un crOpus-cule de printemps: "Le ciel lav? de tout son rose r e v S t a i t , les unes apres les autres, les gazes, vertes d'abord, puis, de plus en plus 13 bleues -- jusqu'a celle constell?e d'or." Par contre, ses descriptions ou i l saisit l'animal en pleine action ont toujours un charme captivant. Le printemps est, chez les betes, le temps des amours, et l'auteur nous montre les 'poules de prairies' affo-lSes d*amour dansant sur une butte, les males accourant le cou tendu chantonnant une m?lop?e ronronnante, un hymne a la joie de l'accouple-ment. Les loups, hurlant leur amour a travers la nuit, font fr?mir toute l'clme de la foret, elle-meme p?trie d'amours exaltees et violentes et prete aux drames n?cessaires et d ? f i n i t i f s . ^ L'auteur ne cesse de 65 s'Sraerveiller en constatant corabien ces moeurs sont, en somme, 'humaines1. II fait jouer devant nous la parodie comique de Teddy, l'italon mondain et galant qui sait avec finesse isoler une jument "qu'il sent prete a consentir",l^ a l'encontre du taureau stupide et craintif a qui i l faut faire la cour. Si on peut parler d'erotisme chez Constantin-Weyer, c'est qu'il pr£te aux betes et aux plantes, a tout ce qui se rapporte a la nature, des qualitls humaines telles que la tendresse, l'orgueil, le dipit. Cette volupte peut d'ailleurs apparaitre tout aussi bien en face de "l'irritante senteur de la terre vierge [guij vous prend la chair comme 16 une promesse d'amour", de l'arome capiteux des foins ou de l'aube qui apparait "rose comme une chair de femme".^ II y a, dans Manitoba, quelques ichos de protestation contre la civilisation, contre l'homme qui progressivement dipeuple la foret naguere si pleine de vie, mais 1'ensemble des quatre premiers chapitres est une ode aux quatre saisons telles qu'elles se deroulent dans cette province et poursuit, par la, la tradition d'exotisme que l'auteur avait dija Itablie. On y ressent un profond respect pour la nature qui dicele les mysteres de la Vie et de la Mort. ... i l est inutile de prltendre dScouvrir ce que la riviere chuchote tout bas, — mais ces soupirs de betes, ces branches . froissies, ces pas furtifs, ces cris d'appel, de triomphe ou de d!tresse, que ne vous disent-ils pas du poeme iternel de la Vie et de la Mort? 1 8 Les redites dans ce recueil sont infinies. Nous avons dija signal! celle des deux couplets printaniers sur les amours des 'poules de prairies' et celle des loups. De Vers l'Ouest. l'auteur a transport!, 66 en changeant un mot p a r - c i et un mot par - l a , un bloc entier de seize pages. I I s'agit du voyage dans l e nord du Manitoba qu*avaient f a i t Smith, MacDougg et Jeremie, l e fiance" de F l o r a . Cette f o i s , c'est l e narrateur qui embauche, deux generations plus tard, les memes M£tis, MacDougg et Jeremie, pour r e f a i r e l e menie voyage, r e v o i r l e s memes s o l e i l s parheliques, et af f r o n t e r les meines epreuves. Un auteur est bien l i b r e de se r£p£ter, mais s ' i l l e f a i t , on commence a douter sinon de son int£grit£ du moins de sa s i n c l r i t e et de son pouvoir d'invention. Ce n'est pas l a derniere f o i s que l'auteur se r£p£tera, mais nous pr£-fSrons l a i s s e r a d'autres l e soin de relever ces d e t a i l s . Avant l e denouement de cette pastorale qu'est Manitoba, l'auteur i n t e r c a l e deux chapitres dont l'un s ' i n t i t u l e , Le poeme de l'Stonnante  rSussite anglo-saxonne. Le t i t r e en d i t d§ja long. Ce pan£g£rique ex-travagant de S i r Donald Smith, Lord Strathcona, p a i r d'Angleterre, gate l e ton bucolique du r e c u e i l . L*admiration de Constantin-Weyer pour tout ce qui se rapporte a 'l'honn&te homme*, a l ' a r i s t o c r a t e , au chef na t u r e l , a d£ja perce dans ses romans h i s t o r i q u e s . E l l e s'Stend a l a couronne britannique, symbole de l a culture qui a form? et nourri ce type d'homme. Pourtant, ce chapitre est l o i n de nous apprendre quoi que ce s o i t sur Donald Smith. "J*imagine Smith, d i t l'auteur. Ne l'ayant pas connu 19 i l faut que j e l e construise. II me p l a i t de l e connaftre t e l . " On comprend que l'homme qui va surgir sera un homme selon Constantin-Weyer, qui pensera et qui a g i r a comme l u i ; bref, i l sera t e l que l'auteur vou-d r a i t exre lui-meme: un homme qui " s a i t que l a Mort est l a nou r r i t u r e de l a Vie; q u ' i l importe peu qui v i t , pourvu que quelqu'un v i v e . " Smith est de l a race des conquerants qui ont l a n d , "comme des antennes voraces, 67 des rails paralleles (jt travers l'immensite du pays] ... Ils les ont lancSs dans un acte de foi, et cette Foi a soulevS le sol des marais, 20 jusqu'a les assecher." C'est la seule fois dans 1'EpopSe canadienne, que Constantin-Weyer offre des louanges a Hercule qui etouffe AnthS; c'est dire combien ce chapitre est disparate dans le recueil. Le dernier chapitre, Jean-Baptiste, raconte l'aventure d'un colon canadien-fran^ais et de sa jeune Spouse qui a f a i l l i leur coflter la vie. Le rScit loin d'etre extraordinaire, prouve que l'auteur est capable d'Scrire avec moderation et bon goClt. Jean-Baptiste et Ubaldine viennent d'acheter, a la pecherie du Lac Winnipeg, des poissons qu'ils comptent revendre aux populations catho-liques du sud, l i s sont en route sur le lac lorsqu'une tempete s'Sieve. La glace se rompt sous le poids des chevaux et du lourd traineau et, en un instant, tout est englouti sauf Jean-Baptiste et sa femme. L'auteur raconte avec force et prScision le trajet -- on connalt le phSnoraene de l'homme SgarS qui tourne en rond —, que firent pendant vingt heures ces deux £tres perdus dans le tourbillon d'un blizzard. DevorSs par le froid, la faim et la fatigue, i l s n'avaient pour eux que leur courage. "Faut prendre courage, dit Jean-Baptiste. T'as t'y du courage?" "— Oh, oui, qu'j'en a, quand j'suis t'avec touS!" rSpondit Ubaldine. Ce cri d'amour f i t que Jean-Baptiste n'eut "plus du tout envie de se coucher . „21 pour mourir. L'auteur a cru devoir terminer Manitoba par le rScit de son dSpart pour la guerre, ce qui est regrettable, car ce chapitre se noie dans le gouffre du Moi incompris. La vantardise insupportable dSpasse toutes les limites du bon goflt, et le lecteur quitte ce recueil avec la nette 68 impression que l'auteur, en se revelant ainsi, s'est abaiss? de plusieurs degres. Par contre Constantin-Weyer cesse, et c'est deja beaucoup, de fabriquer les apartes fort ennuyeux qu'il se plaisait a eparpiller a 22 travers ses premiers ouvrages. Le theme Vie-Amour-Mort. Le theme Vie-Amour-Mort fait 1'unite de l'oeuvre de Constantin-Weyer et surgit avec force et ampleur, surtout dans ses recueils d'essais. En discutant les deux ouvrages suivants, nous allons done nous borner a y relever quelques fragments qui illumi-nent la pensee de l'auteur vis-a-vis de ce theme. Manitoba chantait la Vie et 1'Amour plutdt que la Mort; dans Cinq Sclats de silex (1927) et Clairiere (1929) l'auteur arrive enfin a regarder carrement la Mort, destin inevitable de deux forces vitales: celle de vivre et celle de se reproduire. Cinq eclats de silex est, en un sens, ..une transition entre les essais et les romans de Constantin-Weyer, car i l se compose de cinq fragments d'autobiographie romancee, pareils a cinq pierres arrachees a la terre canadienne. Ces cinq fragments concrStisent les temoignages fournis par le contact de l'auteur avec la nature et ses animaux, et avec les hommes et les femmes de la race indienne. A 1'exception du court rScit Le Danseur Rouge qui fait appendice a Napoleon, c'est la seule fois que Constantin-Weyer opposera l'lndien plutQt que le M?tis a l'homme blanc. Dans la preface, l'auteur confesse qu'il a essay? de jouer au sauvage, et cela semble tout a fait naturel, vu les preventions qu'il avait envers la sociSt?. D'apres lui, celle-ci avait r?ussi a d?former l'homme naturel et a l'impr?gner d'une fausse morale; i l importait done 69 de s'en eloigner autant que possible. Au beau livre de la nature, l'auteur apprend a connaltre les multiples secrets de la Vie et de la Mort. II constate que la nature est une mere ni tendre, ni cruelle, mais impassible, insensible aux meurtres qui se commettent a tous moments dans son sein. La grace du chevrefeuille est sSduisante, mais arr^tons-nous un moment, et voyons comment cette nymphe Stouffe sournoisement un jeune frene. Suivons-en les sinuositSs, et nous voila en face d'un tremble, d'un merisier, et d'un cenellier qui, tous, sont en train de mourir sous les caresses cruelles de ce meme chevrefeuille. "Tant de crimes, sage-ment mSditSs, sont affaires de saisons ... oeuvre de patience et de 23 ruse." Mais vient le jour ou le malfaiteur recoit son chatiment. Un gros tremble qui l'avait surveillS depuis des annSes arrive a pousser brutalement un noeud de racine directement sous celle du chevrefeuille; celui-ci comme AnthS, perd son contact avec le sol, et meurt de soif au milieu de l'indiffSrence gSnSrale. Par contre sa mort sera vengSe un jour par le taret, ou le vent, ou la foudre, ou peut-etre meme par le bucheron. Les plantes s'entretuent et, comme celles-ci, i l arrive parfois que les animaux d'une meme espece poursuivent instinctivement ce meme destin. Le brochet qui vient de feconder les oeufs de la brochette est avale par son Spouse. Noces tragiques que termine un meurtre non moins terrible W be pour avoir StS rapide et silencieux. Le cerf qui vient d'etre blessS dans un combat pour sa femelle, est guettS par les loups ameutSs. Ils le traqueront jusqu'a ce qu'ils le trouvent effondrS, haletant, dans un bosquet de saules, ayant tout juste 70 la force de tenir la meute affamSe a l'Scart par le courage de son regard. Les loups alors le cerneront d'un grand cercle qu'ils rStrS-ciront a mesure qu'ils sentiront la vie s'Scouler de leur proie. Enfin, 25 la magnifique t£te tombera et les loups fonceront. Ce croquis eclaire d'un seul trait les deux fatalitls de la vie: le besoin de se reproduire et le besoin de manger, dont le commun destin est la Mort. La Mort ne se separe pas de la Vie; elle y est intimement l i l e . Nous sommes, nous-memes, un champ de bataille, car la moiti? de nos cel-lules est occupSe a tuer, a manger et a digerer l'autre moitiS. Sur le plan intellectuel aussi, ce carnage se poursuit: une de nos idSes blesse l'autre, la capture, la torture, l'acheve et l'expulse, sans quoi, 26 i l n'y aurait que torpeur intellectuelle, aussi bien dire, la Mort. La nature est sage aussi: le lynx abat les lievres et permet aux survivants une suffisance de nourriture, laquelle disparaitrait rapide-ment si les lievres continuaient a se multiplier. Ils se verraient guettSs alors par la famine et une lente agonie plus terrible qu'une mort subite. On sait que la nature, dans sa lutte pour conserver un Squilibre entre les especes et les variStSs, est souvent secondSe par 27 l'homme. Meme le centenaire Chawhaschkwan, dont la verte vieillesse est legendaire, et qui s*amuse, l'£t£, a parler aux rats musquSs (en rat musquS), n'hSsite pas, l'hiver venu, a prendre ses amis au piege pour vendre leurs fourrures et s'acheter du tabac. Voila la sagesse d'une nature parfaitement amorale. La plante ne demande rien d*autre que de se faire une vie la ovi elle est nSe, la bete fauve de r8der dans un rayon de quelques kilo-metres mais le domaine de l'homme est le globe entier, et si cet homme 71 est Constantin-Weyer, i l eprouvera l e besoin de se mesurer contre l a 28 nature brute du Grand-Nord, pendant l ' h i v e r surtout. Ce sera l a trame de La Nausicaa du Mackenzie, second r e c i t du r e c u e i l ; i c i l'auteur nous promene dans les regions p o l a i r e s , ou r i e n ne depasse 1'horreur de ce d l t a i l q u ' i l n'y a pas meme un b r i n d'herbe a manger. Ayant perdu et ses v i v r e s et sa route dans une tempete de neige, i l est encore une f o i s pres de succomber a l a fatigue. Seul l'aspect farouche de ses chiens affamls l u i donne l e courage de r l s i s t e r encore et, comme l e cerf moribond, de les t e n i r en respect par l e regard lorsque, tout a coup, apparait une jeune indienne qui le d i r i g e vers le v i l l a g e de son pere. La jeune Nausicaa -- l'auteur 1'avait baptised a i n s i en souvenir de l a fa b l e d'Ulysse — s'iprend de l'homme blanc qui, a l'instance du pere, n'ose refuser d'epouser c e l l e a qui i l d o i t l a v i e . Le mariage se f a i t a l a maniere du pays, le f i a n c ! donnant aux parents une c a i s s e t t e de tabac et un carre de c a l i c o t . A travers 1'intrigue p u e r i l e de ce r S c i t perce 1'admiration de l'auteur pour l a dr o i t u r e et l a s i m p l i c i t e de l'indigene. Rejettant l a s o c i l t i des siens, l'auteur a essay! de se rapprocher de l'autochtone mais i l n'a pas r l u s s i a s'adapter a son m i l i e u . Le jeune epoux n'a pas t a r d ! a trouver un p r i -texte pour abandonner l a v i e conjugale et reprendre l a route vers l a c i v i l i s a t i o n . Chemin f a i s a n t , i l se l i e d'amiti! avec un menage indien qui, eux aussi, font l e metier de trappeur. Le troisieme r e c i t raconte leur voyage de retour. 'Le S o l e i l * , t r e s grand et tres maigre, avait l e don dSconcertant de juger d'un mot tout ce qui en v a l a i t l a peine. Sa femme, 'La Lune*, I t a i t une compagne f i d e l e , v a i l l a n t e et gaie. Pourtant, l e long t r a j e t avec ce couple 72 idyllique ne suffit pas a transformer l'homme gate par la civilisation. Malgre qu'il ait vScu avec amour cette vie primitive dont i l se croyait tout impregnS, la civilisation le reprenait comme un acces de fievre. En voyant se dissoudre dans le premier bain chaud sa belle ame de sau-vage acquise au prix de tant de souffrances, l'auteur n'en eprouva qu'un leger malaise — preuve i r r e f u t a b l e que sa tentative d'evasion de la sociSti n'etait qu'un jeu. L'auteur continue sa route vers l'.Est, mais a mesure qu'il s'Sloigne de la nature brute, les complications de la soci£t£ lui paraissent plus ecrasantes. Cinq eclats de silex se termine sur un ton de deception. L'auteur se voit maintenant rejett?, non seule-ment par une nature intransigeante, mais aussi par une civilisation absurde. II avait essayO de jouer au sauvage, -- ceux-ci savaient si bien "tirer de jolis feux d'artifice en frappant l'un contre l'autre 29 deux Sclats de silex" — , mais hSlas i l n'avait rOussi qu'a se couper les doigts. Pourtant, ce n ' e t a i t pas l'echec total; "au milieu d'une 30 nature Sgoiste, f e r o c e , et forte d'un million de forces" l'auteur arrive enfin a constater combien l'homme a besoin de l'homme. Par un detour inattendu, l'ivresse d'etre libre le ramenait encore vers une discipline, celle de la s o c i l t e . L'auteur developpe et approfondit cette pensee dans Clairiere (1929). Les meilleures pages de Manitoba et de Cinq e c l a t s de silex lui ser-virent d'esquisse pour ce dernier recueil. Ici, son style s'Opure, et puisque 1'intrigue est absente, i l peut porter toute son attention sur le drame de la Vie, de l'Amour et de la Mort parmi les plantes et les animaux. Le tableau de moeurs du ranch qu'il nous dOpeint par surcroit, est d'une telle v i v a c i t e et d'un tel pittoresque qu'on pourrait se 73 c r o i r e , a meme de tenter ce genre d'aventure. Comme dans Cinq I c l a t s de s i l e x . l a presence de l a Mort est immi-nente dans C l a i r i e r e . Meme l e gel est pridateur, et se n o u r r i t , l a n u i t , du pigment bleu des f e u i l l e s ; c'est pour wquoi c e l l e s - c i sont jaunes l e lendemain. V o i c i des mois que les plantes lu t t e n t contre l a t e r r e pour s' e n r i c h i r de son propre bien mais c'est bientdt l e temps de l a revanche du s o l car, au moment meme de leur g l o i r e et de l a p e r f e c t i o n de leurs f r u i t s , l e s plantes s ' i n c l i n e n t vers l a mort. Une f o i s de plus l e ce r c l e de l a Vie et de l a Mort se referme: l a t e r r e reprendra a son tour, sur l a t i g e ou sur l a f e u i l l e , l a substance qui l u i avait i t ! d i r o b i e . ^ 1 Parmi tant de r e d i t e s , Constantin-Weyer en a appretee une de fa^on particulierement interessante. L'incident du cerf bless!, t r a q u i et gu e t t i pas les loups donne, nous l'avons vu, quelques pages captivantes dans Cinq I c l a t s de s i l e x . Dans C l a i r i e r e l'auteur reprend ce theme et l e faconne en t r a g i d i e a r t i s t i q u e ; i l en r e s u l t e un b a l l e t des biches, accompagni de l a symphonie nocturne des bois . Constantin-Weyer a donni a ce passage -- et c e c i surprend c h e z - l u i -- un vernis impressionniste qui, tout en Svoquant l e reve, r a l e n t i t l e drame foudroyant de l a mort et permet au lecteur d'en s a i s i r l a t e r r i b l e r l a l i t e . Devant tout ce carnage, d*autant plus effrayant q u ' i l est sans treve, Constantin-Weyer se doit de tenter une reponse au mot ' c i v i l i s a -t i o n ' . I I r e c o n s t r u i t l'homme miserable des premiers temps, "uniquement occup! a tuer et a se dlfendre d'etre tu!", qui par un t r a i t de gSnie ou peut-etre par un miracle d'humanite, groupa autour de l u i sa f a m i l l e , i t a b l i t des l o i s q u ' i l sanctionna par l a force, c r i a n t par la-meme les 74 rudiments de l a s o c i S t S . Alors, conclut l'auteur, " l a defense c o l l e c t i v e 32 contre l a misere et l a mort"; c 1 e t a i t done cela l a c i v i l i s a t i o n ! Le mot prenait soudain un nouveau sens, plus r i c h e parce que plus personnel. C ' S t a i t l a reponse de 1 * i n t e l l e c t a un probleme d'humanite. Le coeur l u i en d i c t a une autre. Les colons vinrent, a l a f i n , empiSter sur son vaste ranch q u ' i l se v i t oblige" de q u i t t e r . Mais ce n'est pas vers l a c i v i l i s a t i o n q u ' i l d i r i g e ses pas, c'est vers l e s bois et l e s marais d'un Nord-Ouest inconnu. La ou i l avait avoue sa d S f a i t e et s ' e t a i t retournS vers l a s o c i S t ? des blancs dans Cinq e c l a t s de s i l e x , Constantin-Weyer, au denouement de C l a i r i e r e , est pr§t a mettre des centaines de m i l l e s entre l u i et ses semblables. C'est peut-etre qu'a l a f i n , i l prefere l a l u t t e au m i l i e u de l a foret contre lui-meme et contre les besoins qu'une c i v i l i s a t i o n d i b i l i t a n t e l u i a lSgues, aux entraves d'une societe q u ' i l considere ennemie de l ' i n d i v i d u . Les essais de Constantin-Weyer renferraent l a quintessence de ses romans exotiques. Dans Un homme de penche sur son pass? (1928), son roman l e plus cSlebre, l'auteur brosse une fresque complete de l a v i e de l'Ouest. Sur l a p r a i r i e moribonde, sur les homesteads p r i m i t i f s t a i l l e s a l a l i s i e r e de l a for&t, i l f a i t jouer l'aventure, l'anecdote, l a com£-die et l a passion. Ce roman au s t y l e dru et souple est impregne d'un s o u f f l e puissant de v i e , et baigne" de couleur l o c a l e . C'est l a premiere f o i s que Constantin-Weyer s'aventure dans l e domaine de l a psychologie et l e coeur q u ' i l analyse est l e sien: on sent q u ' i l a vScu ces drames. C'est sans doute cette ' v e r i t e ' qui l u i a v a l u l e P r i x Goncourt. Cepen-dant, s i l'ensemble du roman a du merite, l'analyse psychologique y est malgre tout, tres s u p e r f i c i e l l e . 75 Le chant d'adieu a l a p r a i r i e i n t a c t e forme l a premiere p a r t i e du roman. I c i Monge et son aide metis, Napoleon La Ronde, sont en t r a i n de f a i r e passer clandestinement a l a f r o n t i e r e un dernier troupeau de 2000 chevaux a demi-sauvages. I l s pleurent leur n o s t a l g i e de l a p r a i r i e qui sera bient8t cl8turie de f i l s b a r b e l l s et parsemie de maison 'coquettes'. Le bison I t a i t disparu depuis un s i e c l e ; depuis, l a p r a i r i e n'avait v l c u que par et pour l e cow-boy, et maintenant, e l l e se p r l p a r a i t a accoucher de magnifiques champs de b l i . Ce n ' i t a i t done pas riellement l a p r a i r i e , elle-meme, que pleuraient Monge et Napolion, mais plut8t un genre de v i e ou l a l i b e r t i donnait a l'homme en l u t t e avec les iliments l e s dimensions d'un demi-dieu. Monge decide de se f a i r e une nouvelle v i e a l ' o r i e de l a foret manitobaine. I I ipouse l a f i l l e d'un colon i r l a n d a i s . Ces deux etres ne parviennent pas a se comprendre, et bientOt Hannah l e qu i t t e pour un ancien soupirant de sa race. Avant de p a r t i r , e l l e trouve l e moyen de p i l l e r l a maison et de vendre toutes l e s betes. A l a vue de ce ravage, Monge sent l a mort l u i entrer dans l'ame. Pour l u t t e r contre cette sensation de mort, i l se lance d i s e s p l r i -ment et avec grand succes, dans un nouveau genre d ' a c t i v i t i . En d i p i t de tout, i l est peu a peu gagni par une haine implacable. C'est q u ' i l ne peut s'empecher de songer au p a s s i , et se voyant s i cruellement d i p o u i l l l de tout, femme, enfant, p r o p r i i t i , honneur, i l est envahi par un immense d i s i r de vengeance qui se n o u r r i s s a i t du "cadavre de l'Amour". II f a i t nianmoins des e f f o r t s pour s'en ditourner, et, sans doute, y s e r a i t - i l parvenu " s i l e souvenir de Baby Lucy, ... ne fut r e s t ! 33 v i v a n t . " 76 Par disoeuvrement, i l suit un ami en pSlerinage au Quebec. Au cours du voyage, i l a le temps de se pencher avec attention sur son pays d'adoption dont le panorama se deroule devant ses yeux. L'histoire rScente de la lutte par laquelle une civilisation avait su s'imposer a la rude nature ne manque pas de l'emouvoir, mais c'est quand m£me vers les rivieres sauvages qui se deversent dans la Baie d'Hudson qu'il s'aventure a la premiere occasion, et c'est la qu'il retrouvera la piste des trois evadis, Archer, Hannah et Baby Lucy. C'est un coup de thiatre et Constantin-Weyer l'appr&te en dramaturge. Par instinct, Hannah et Archer flairent le danger et i l s dScampent a la hate avec les deux enfants, car un plus jeune leur est ne dans le bois au d§but de l'hiver. Peu a peu les milles diminuent entre les fuyards et leur traqueur. Le m&ne drame de la Vie et de la Mort que l'auteur avait montS parmi les plantes et les animaux se joue maintenant chez l'homme. On songe au Kiliou qui planait au-dessus du marais manito-3 ^ bain; on se rappelle la ronde des loups affamSs qui se resserraient 35 autour du cerf mourant. Monge tient enfin sa proie: c'est la rude croix qu'on a SrigS sur la tombe de son enfant Lucy, morte de peine et de misere. La Tendresse et la Vie aboutissaient encore une fois, au destin fatal de la Mort. Dans Un homme se penche sur son passg, Constantin-Weyer nous avait prSsent? Napoleon La Ronde, le sympathique 'cow-boy* en chemise de satinette noire et foulard rouge, chevauchant la prairie aux c9tes de 36 Monge. La trame de Napoleon enjambe celle du roman precedent; c'est la vie de Napoleon de sa naissance jusqu'a sa mort. 77 II est di f f i c i l e de concevoir que le meme auteur ait Scrit a la fois La Bourrasque et Napolion. La misanthropie, la grossieretS, le ton aigre sont remplacis i c i par une atmosphere douce et sympathique. Constantin-Weyer a une sensibilite exquise lorsqu'il s'agit de mesurer la parole au personnage, le style a l'evenement; c'est pourquoi, dans cette nouvelle qui analyse une ame modeste, le langage est simple, par-fois depouillS, et la richesse du verbe disparait devant la poesie de la pensie. La premiere scene a toute la simplicity et le drame d'un decor shakespearien. "Napoleon etait n£ au coeur-meme de l'hiver ciseli 37 d'argent." II est ni par une nuit glaciale, dans une cabane tres pauvre ou trois vieilles femmes metisses ridles et tremblantes, le chale plaquS sur les epaules, attendaient en silence l'evenement de sa nais-sance. Dans cette pauvre cabane cimentee de mousse et d'argile, construite dans la foret qui "comme un manteau" la protigeait du froid, Napolion commenca a faire son Education. II apprit de la vie ce qu'offrait l'intirieur d'une maisonnette: la clarte de la lampe qui faisait rire, l'absence de la lumiere qui faisait pleurer, le hamac qu'on balancait au moyen d'une ficelle, la froideur d'un nez de chien et la chaleur du sein maternel. Accrochi aux jupes de sa mere, Nap enfant apprit a se tenir sur ses petites jambes cagneuses et a souligner "d'un pied amoureusement 38 chaussi de mocassins brodeV1 les rythmes tres simples que jouait expres pour lui son pere, Jeremie. "Les Mitis sont gineralement pauvres, royalement pauvres et i l s 39 savent des choses que les riches ne comprendront jamais." 78 L'amour baignait l'interieur de ce foyer, l'amour et la joie, car des que Jeremie rentrait du travail, i l dScrochait du mur son violon de quatre sous et faisait danser "toute la couronne des petits La Ronde". Les MStis ont garde" de leurs ancStres primitifs cette passion pour la danse, et chez les enfants de Jeremie, elle devenait un rite sacre" a quelque dieu promethSen. Ils lui rendaient hommage, le corps hypnotise" par le rythme et la figure grave, ou seuls des yeux "de pierre prScieuse 40 trahissaient ... par leur eclat, une volupte quasi mysterieuse." II y avait entre NapolSon et la nature une alliance Stroite. Des son plus jeune age i l avait appris que tout dans la for£t se ressemblait, et que, pourtant, rien n'y etait pareil; i l avait conclu qu'il devait alors en £tre de meme pour les hommes.^ Napoleon s'achemina vers 1'adolescence par de beaux sentiers a 1'ombre de cette meme nature. Sous la tutelle de son pere, NapolSon apprit aussi tout ce qu'il y avait a apprendre de la science bovine. HSlas, Jeremie Stait esclave de l'alcool; i l y succomba tout a coup un jour, et les families metisses voisines se partagerent les enfants en bas age — les trois aln£s ayant dSja quitte le foyer paternel --, et la mere vaillante s'en fut a la v i l l e avec le dernier-ne pour peiner comme journaliere. NapolSon s'en-gagea pour travailler dans un ranch du Far-West. A seize ans, i l Stait d£ja un homme aux jeunes muscles fuselSs sous une peau tendue et halSe. D'intelligence vive, i l apprit l'hippologie et devint excellent cavalier. Cependant son nouveau maltre, s ' i l s'y entendait en chevaux, n'Stait pas moins connaisseur dans l'art de dimi-nuer la paye. Anxieux pour sa mere qu'il savait malade, et comptant deja 1*argent qu'il pourrait lui envoyer, NapolSon succomba a la 79 p r o p o s i t i o n attrayante d'un nomm? Axel Johanssen, voleur de chevaux par profession. Axel fut abattu en p l e i n e p r a i r i e par l a gendarmerie royale, et Napoleon, a r r e t ? et condamn? a t r o i s ans de prison, sentence qui f u t diminu?e de moiti? a cause de sa bonne conduite. C'est au moment de sa s o r t i e de prison q u ' i l fut r e c u e i l l i par c e l u i qui raconte son h i s t o i r e , l'auteur-narrateur. C e l u i - c i , comme Monge,^ f a i s a i t a l o r s l e beau m?tier de maquignon, c'est-a-dire q u ' i l achetait des chevaux un peu partout dans les plaines des Etats-Unis pour l e s revendre au nord de l a f r o n t i e r e americaine. Cette v i e e t a i t idSale pour Napoleon, l e grand a i r pur de l a p r a i r i e , l e s coups de vent qui l e courbait sur sa s e l l e , les j o i e s de courir apres un cheval qui s'?chap-p a i t , de r e u s s i r un beau coup au lasso, tous ces p l a i s i r s du dressage l u i a l l a i e n t a m e r v e i l l e . Son nouveau maitre admirait sa beaut? de statue ?questre, son aisance a cheval, l a gr&ce de ses mouvements, mais surtout, i l e t a i t frapp? par l'union intime, presque symbiotique, de NapolSon et des animaux sauvages. "De larges v o l s d'oies remontaient vers l e Nord, tres haut, en t r i a n g l e s . C'?taient les chantres l e s plus bruyants du printemps, mais non les plus mSlodieux. I l s en c r i a i e n t l a 43 j o i e et cette meme j o i e se l i s a i t dans les yeux de Napol?on." Apres deux annSes de cette b e l l e v i e , un incident b r o u i l l a Napol?on et son maitre. Un s o i r d'?t?, c e l u i - c i avait l a i s s ? a l a charge de son aide, un vaste troupeau cependant q u ' i l ? t a i t a l l ? prendre l i v r a i s o n des derniers chevaux pour 1'achat desquels i l avait vers? des arrhes. A deux m i l l e s environ de leur camp, s'Staient i n s t a l l ? s Boxer — un assez mauvais sujet — et son compagnon. Ces derniers, venus en 'copains' f a i r e une p a r t i e de 'seven-up' avec l e cow-boy s o l i t a i r e , ont t r i c h ? au 80 jeu et lui ont tout pris: argent, cheval, selle, armes, et vetements. A la fin, meme 1'immense troupeau de son maitre avait change de main. Le narrateur nous fait part du bizarre spectacle qui l'attendait a son retour: a la lueur du feu, un homme parfaitement nu, assis sur une vieille caisse a conserves, meclitait dans la pose exacte du Penseur de Rodin. II n'eut malheureusement pas le temps d'apprScier la beaut? de ce tableau car i l s'apercut en meme temps de l'absence de son troupeau. Le troupeau, la monture, la selle, les armes et les vetements de Napoleon furent rScupSrSs par son maitre, mais celui-ci dScida, pour lui donner une lecon, de lui rendre tout sauf ses vetements. Pendant toute une journSe, Napoleon, penaud, chevaucha en silence aupres de son maitre. Ils traverserent la frontiere et regagnerent la ferme d'un ami canadien. L'apparition du cavalier superbement nu f i t l'effet qu'on s'imagine et cette anecdote se repercuta dans les environs au point d'en devenir une lSgende. Mais le maitre n'avait pas comptS sur l'orgueil indien de Napoleon. Lorsqu'il lui remit ses vetements apres lui avoir laisse boire sa tasse de gin, Napoleon lui lanca un tel regard de ressentiment qu'il en fut emu. Le Metis s'habilla sans mot dire et partit. La rupture entre les deux amis dura deux ans. Ce sont les annSes qu'il passa avec Monge (Un Homme se penche sur son pass?), et sauf qu'il avait un nouveau maitre, ces annSes ne furent guere diffSrentes des pre-cedentes. Lorsqu'il quitta Monge qui venait de s'Stablir avec sa jeune Spouse Hannah dans les environs de la Riviere Rouge, i l s'engagea comme si de rien n'etait chez son premier maitre qui, lui aussi se rangeait Sleveur de bStail dans un petit village non loin de la. 81 Toutefois, une transformation s u b t i l e s ' I t a i t o p i r l e chez Napolion. La sagesse presque p a r f a i t e qu'on remarquait maintenant chez l u i annon-^ a i t sans doute q u ' i l songeait a se marier. Judy Jones, j o l i e i n s t i t u -t r i c e venue d'Ontario, fut s a i s i e d'admiration pour Napolion, r o i des ca v a l i e r s et beau jeune homme s l r i e u x . Quelques mois plus tard, Napolion s'ltant muni de quelques fonds, les f i a n c a i l l e s furent annon- , c l e s . Malheureusement i l n'avait pas compti sur l e s ravages que pouvait p e r p i t r e r l e dimon de l a j a l o u s i e . Preston, une jeune recrue de l a gendarmerie royale, aspirant l u i aussi a ipouser Judy, s ' i t a i t sournoisement renseigni sur l'incartade de jeunesse du M i t i s qui l u i avait v a l u une inca r c e r a t i o n . La v e i l l e du mariage, i l en informe Judy qui rorapit brutalement avec son fianc e en l u i disant qu'elle n'avait pas 1*intention d'Ipouser un voleur. Napolion fut a n l a n t i de douleur mais c ' i t a i t une douleur tout indienne, done muette. Deux ans de prison n'avaient pu Iteindre cette j o i e de v i v r e que l a froideur de sa bien-aimie avait d i t r u i t d'un t r a i t . Judy, prete au mariage, decida d'ipouser, non pas Preston, mais un brave fermier de sa race. Le r i c i t se termine pas l a t r a g i d i e l e s o i r meme des noces. Encore un coup de t h i a t r e compliqui: bref, l e nouveau m a r i i , e f f r a y e par Napolion, t i r e sur l u i et l e blesse mortellement. Judy s'apercoit trop tard que c ' i t a i t "malgri tout" Napolion qu'elle aimait. V o i l a l ' h i s t o i r e tres simple de l a Vie, de l'Amour et de l a Mort de Napolion, victime d'une s o c i l t l hypocrite qui l e mlprise pour un d l l i t commis, en f i n de compte, par un des leur s . Pour l a premiere f o i s , tout en Itant bien prise n t dans l'oeuvre, Constantin-Weyer n'accapare pas l a scene. Le ton hableur, s i agacant 82 dans l a plupart de ses ouvrages, apparait rarement dans c e l u i - c i ; des personnages autres que l e Moi evoluent et vivent d'une v i e indipendente. C'est Napolion que l e narrateur nous dicouvre p e t i t a p e t i t et nous apprend a aimer. Le heros c i r c u l e a l ' a i s e au m i l i e u de ses f r e r e s , l e genre humain. I I leur donne sans gene son humble offrande et i l accepte avec j o i e ce q u ' i l s ont a l u i o f f r i r . 44 D'apres sa p r i f a c e , Constantin-Weyer aurait voulu f a i r e de son heros une victime de l a c i v i l i s a t i o n du point de vue de l a race, mais ce qui a r r i v a a Napoleon a r r i v e tous les jours a quiconque est tant s o i t peu hors l a l o i . Or, cette nouvelle acquiert par ce f a i t une v e r i t e humaine qui n'est peut-etre pas tout a f a i t c e l l e que l'auteur avait 1*intention de l u i donner. L'avant dernier chapitre f a i t un peu f i g u r e d'intrus dans cet ouvrage parce q u ' i l n'ajoute r i e n tant au developpement de 1*intrigue qu'a l a r i v i l a t i o n de Napolion. Toutefois, seul un j a n s i n i s t e de l a forme l i t t e r a i r e voudrait l e supprimer car a travers ce chapitre se meut l a foule b a r i o l i e , p o l y g l o t t e , p r e s s i e des M l t i s et des nouveaux colons rScemment a r r i v i s de tous les coins du monde. Nous en sommes au temps des i l e c t i o n s , c'est d i r e en temp de guerre, car l e truquage aux i l e c -tions dans ce pays neuf a cette ipoque se f a i s a i t ouvertement. L ' i l e c -torat prenait des a i r s de f o i r e , et leur deception eut i t e amere s i les candidats ne s ' i t a i e n t donnis l a peine d'ajouter tant s o i t peu a l a fanfare du carnaval. Napolion et son maitre se l a i s s e n t , eux aussi, emporter par 1'agi-t a t i o n g i n l r a l e . Le candidat de leur choix n'est pas c e l u i , p a r a i t - i l de l a m a j o r i t i des M i t i s , et puisque ceux-ci se sont l a i s s i s s i d u i r e par 83 le 'mauvais c6t£', i l faut prendre les mesures nScessaires pour les emp&cher de voter. Munis d'une forte somme d'argent de la part de 'leur' candidat, Napoleon et le narrateur preparent une f£te gargantueusque pour l'avant-veille des elections. Aides de quelques menageres devouSes, i l s accumulent des montagnes de patisseries, des monceaux de viandes, des tonneaux de Mere et des barils de whisky. Une te l l e f£te au milieu de 1'Ste, saison des plus lourds travaux, est un Svenement qui ne manque pas de soulever les soupcons des candidats rivaux; i l s se consolerent en se repStant que les Metis auraient bien toute une journle pour se remet-tre de la soiree. Ce qu'ils ne savaient pas, c 1etait qu'il y avait l a une provision de biere et d'alcool suffisante pour abrutir tous les convives. II ne dependait maintenant que des deux 'violoneux', Gosselin et NapolSon, pour les faire danser jusqu'a ce qu'il tombassent de fatigue. NapolSon et son maitre avaient bien calcul? et les deux 'vio-loneux' ont su maintenir le feu de la danse. Les bois retentirent aux grincements des archets, aux cris joyeux des convives, au martelement des bottes grossieres et quelquefois aux bruit sourd des combats. Le troisieme jour, jour des elections, une grande partie de l'electorat Stait absente du bureau de scrutin, aneantie dans le sommeil profond des gens ivres-morts. De tous les romans de l'Epopge canadienne, Napolgon est le meilleur; le langage y est plus simple et le ton, plus disciplined La trame reste toujours captivante, bien qu'elle se perde parfois dans des incidents pittoresques — c'est apres tout l'histoire d'un homme qui vScut a l'epoque la plus passionnante de notre pays. Dans ce roman, Constantin-Weyer a su sonder l'ame d'un MStis sans pour cela s'emp^trer dans l a 84 psychologie ou le sermon. Napolion est surtout un roman de moeurs; c'est le dernier de 1'EpopSe que l'on puisse classer comme tel. La couleur locale manquera dans les deux derniers volumes de la serie parce que 1'autochtone en est completement absent. Elle fait aussi dSfaut dans Le Danseur rouge, rScit dans lequel — bien qu'il s'agisse de l'histoire d'un indien de l'Abitibi — 1'action se passe en pays Stranger. Le Danseur rouge ne se situe pas dans le cadre de l'Ouest, mais i l convient de dire un mot au sujet de ce court rScit qui fait pendant a la nouvelle que nous venons de discuter. Autant NapolSon captive le lecteur par sa dSlicatesse, sa simplicitS, sa galtS delicieuse, autant Le Danseur  rouge choque par le ton didactique, 1'invraisemblance et la prSsence du Moi hableur. C'est l'histoire du Castor, chasseur, danseur et fort en mSdecine de la race des Crees de l'Abitibi, "de ces Crees des bois qui sont peut-etre les plus intelligents parmi les hommes de la race rouge ou l'on ne compte guere d'imbSciles. Car ni un imbScile, ni un faible, ni un utopiste ne survivent [sic] dans un monde ou i l faut lutter et ruser pour gagner sa vie de chaque jour."^"* Par une sSrie d'incidents extra-ordinaires, le Castor se trouve a Paris mStamorphosS en gentleman. II est maintenant la grande vedette du jour, dansant a merveille ses rythmes sauvages pour un public qui l'acclame avec enthousiasme. Cependant, quelque chose d'artificiel alourdit peu a peu ses mouvements a mesure que le 'venin de la civilisation' s'infiltre dans son ame. Encore une fois, la femme est le catalyste qui provoque la catastrophe. Un meurtre passionnel est commis, et le Castor se voit condamnS au bagne. La vraie 85 tragtSdie, pourtant, C * e t a i t 1'indifference du sauvage, une i n d i f f e r e n c e non pas stoique mais i n e r t e , qui t r a d u i s a i t l a mort de l'Qme. La societS, d'apres l'auteur, avait a r r a c h l l'autochtone a son pays naturel, l ' a v a i t transform? en c i t a d i n barbare, puis rassasiSe, e l l e l e r e j e t t a i t de l a facon l a plus a v i l i s s a n t e parmi les dechets du passe. Le Castor represente Anth? separ? du s o l n a t a l ; ce r ? c i t est done l'envers de Cinq Sc l a t s de s i l e x ou l'homme blanc, apres une randonnee hors de son pays n a t a l , se sent l u i aussi un e x i l ? sur l a t e r r e . 46 Une Corde sur l'ablme fut e"crit, sans aucun doute, avec un regard vers Hollywood. C'est de l a cinematographie franchement i n f e r i e u r e , et n'est en f a i t qu'une ebauche du roman suivant. Le Moi, grand incompris, pese sur cet ouvrage et l u i enleve toute sa saveur. C'est l ' h i s t o i r e de Robert, jeune f i l s d'une f a m i l l e du Havre qui, a l a suite d'une peine d'amour, part f a i r e ses preuves dans un pays neuf. II r e u s s i t a se t a i l l e r une ferme dans l e Manitoba, mais i l est" toujours m?connu, d'abord de ses parents, puis de ses confreres, des jeunes f i l l e s et surtout des pr e t r e s . Au moment opportun, Monge, cet ubiquiste, rS-apparalt pour l u i donner une tranche de philosophic nietzschSenne: '•L'homme est une corde tendue entre l a Mite et l e surhumain, une corde sur l'ablme." Vivre c'est done l u t t e r pour renforcer cette corde, car a tout moment e l l e menace de se rompre. Sur les co n s e i l s de Monge, Robert se decide a q u i t t e r sa ferme pour s'aventurer plus l o i n a l'Ouest au pied des Montagnes Rocheuses ou i l po u r r a i t s'essayer au mStier de maquignon, m?tier cher a l'auteur. Par une heureuse coincidence, Robert a r r i v e sur le ranch ou, chose invraisem-blab l e , on est en t r a i n de tourner un f i l m sur l e Far-West. II tombe 86 amoureux de l a vedette Grace, une p e t i t e chatte mondaine qui l u i promet de divorcer son mari pour 1'ipouser s ' i l promet to u t e f o i s de pouvoir l u i assurer un genre de v i e qui ne l u i s o i t pas onireux. Or, Robert devra se f a i r e m i l l i a r d a i r e avant d'obtenir sa main, et c'est ce q u ' i l par-vient a accomplir avant que t r o i s annies ne se soient i c o u l i e s . I I c r i e dans le Nord-Ouest une nouvelle v i l l e i n d u s t r i e l l e , Aluminium C i t y , et sans trop de d i f f i c u l t ? , i l a r r i v e a convaincre Grace de q u i t t e r Hollywood pour venir se r e f a i r e l'ame dans l a v i l l e plus salubre du Nord. Robert a t t e i g n a i t enfin les proportions de surhomme: non seulement a v a i t - i l depasse ses f r e r e s de beaucoup pour devenir un des hommes les plus r i c h e s d'Amerique, mais i l i t a i t aussi cette corde tendue sur l'ablme par l a q u e l l e Grace a r r i v e r a i t a son sa l u t . Toutefois, quelques mois d'un mariage i d y l l i q u e n ' i t a i e n t pas assez pour permettre a Grace de r i s i s t e r aux a t t r a i t s de Hollywood. E l l e part en promettant de revenir bient3t, mais Robert sent q u ' i l l ' a perdue. A l o r s , i l a con-science que l a fortune n'est qu'un esclavage, et que l e s idiaux materiels ou s p i r i t u e l s ne sont qu'un leurre qui masque l e sens de l a v i e . La nausie l'envahit. A ce moment-la, une circonstance se pr i s e n t e pour l e t i r e r de son acces de m i l a n c o l i e . La p e t i t e verole s'est dechainie chez les Indiens dans une r i g i o n r e c u l i e de l'Ouest. Robert s' o f f r e pour accompagner l e sergent de l a 'police montie'. II meurt au cours de ce voyage. Le theme de l a l u t t e est inseparable du concepte de l a Vie, de 1'Amour et de l a Mort; i l en est 1'aspect l e plus dramatique et, par consequent, l e plus attrayant pour Constantin-Weyer. Une Corde sur l'ablme entre done dans le contexte l i t t e r a i r e t r a d i t i o n n e l de l'auteur, mais 87 c'est un ouvrage qui dScoit car, depourvue de pittoresque, l'attention se porte sur l'intrigue qui se dSsagrege sous le poids de la banalitS et du sentiraentalisme. Les deux derniers romans de la sSrie se separent des autres de 1'EpopSe non seulement par 1'absence de l'autochtone, mais aussi par leur theme commun de combat, celui de l'homme blanc en lutte, non point avec la Nature comme i l pourrait nous sembler a premiere vue, mais contre cette part de lui-meme deformee par la civilisation. En ce qui concerne ce theme de lutte, Telle qu'elle etait en son  vivant^ est l'apotheose de 1'Epopee canadienne puisqu'ici l'auteur con-fronte l'homme avec la nature la plus exigeante: la chaine presque infrangible des Montagnes Rocheuses. Voila, en effet, la vraie heroine du roman, heroine impassible, intransigente et dont la beaute absolue adresse un defi perpStuel aux hommes forts. Le besoin d'evasion est intimement li ? au theme du combat dans cette oeuvre, et justement, la montagne offre le lieu par excellence ou les protagonistes se trouvent dilivres d'une sociSt? artificielle qui les amoindrit. En echappant a la civilisation, i l s reprennent leur 48 taille normale "qui est plus haute qu'on ne le croit" dit l'auteur. Constantin-Weyer developpe le crSdo nietzscheen qui vante le courage physique aussi bien que la morale stoicienne, en y ajoutant ceci de par-ticulier que, c'est face a la Mort seulement que l'homme prend la juste mesure de son courage. II existe un Stat du corps qui est en harmonie avec la perfection morale, et les quatre personnages du roman percoivent chacun ce concepte nietzscheen que la primaute du spirituel est li£e a une valeur p r e c i s e de la matiere. 88 Quoiqu'en rapportent les journaux fr a n c a i s , l'auteur n'avait jamais 49 parcouru 1 extreme l i m i t e du pays. Constantin-Weyer s'est peut-etre t a r g u i d'avoir vecu les experiences q u ' i l d i c r i t , neanmoins, l'important n ' e s t - i l pas q u ' i l a i t su transmettre au lecteur l a terreur qu'inspir-aient ces gouffres qu'aucun regard n'avait j u s q u ' i c i profanls, et l a passion de v i v r e qui animait quatre etres a l a merci des Elements les plus f l r o c e s ? Cela, i l l ' a f a i t dans une langue ou l a s i m p l i c i t y et l a noblesse r e f l e t e n t l e d l c o r . Puisque l'autochtone est absent de cet ouvrage, l a couleur l o c a l e manque a u s s i . I l est curieux que parmi tous l e s romans de l'Epople  canadienne. c'est c e l u i ou 1'element pittoresque f i g u r a i t l e moins que les cinSastes ont c h o i s i de tourner en film."*^ Toutefois, ce que l e roman perd en pittoresque, i l gagne en unite. En abandonnant l'anecdote de moeurs Constantin-Weyer se trouve l i b r e de d i r i g e r toute son atten-t i o n vers l e theme de l a l u t t e entre l'homme et les Elements de l a Nature, mais surtout, du combat ultime et d i f i n i t i f de c e l u i - l a contre l a societS. Toute l a police;de l'Amerique du Nord est a l a poursuite d'un ri c h e Araericain, Robert Shaw, en f u i t e avec sa secr e t a i r e , une Franchise. Avec l' a i d e de Jacqueline, Shaw vi e n t de s'Svader d'un a s i l e d'aliSnes ou on 1'avait intern? a l a sui t e d'un crime passionnel. Les deux fuyards redssissent a se rendre dans l'Ouest canadien ou i l s rencontrent un Francais trappeur-philosophe, Louis Walferdin, qui est encore une inc a r -nation de l'auteur. Le trappeur accepte de leur s e r v i r de guide pour un projet d i t cinegraphique dans l e Grand-Nord. 89 Devancant de deux jours les journaux qui les denoncent, i l s font escale dans un poste s o l i t a i r e de l a gendarmerie royale. Le sergent Dalrymple, ami de Walferdin, se devoue aupres de ses h8tes avec l'empres-sement que seul un homme a s s o i f f S de contact humain peut comprendre. En quittant l e poste Walferdin a tQt f a i t d * i d e n t i f i e r les deux fuyards, mais a cause de son mepris des conventions, de sa sympathie pour l'Americain, type d' a r i s t o c r a t e q u ' i l admire, et du sentiment q u ' i l eprouve a l ' i g a r d de l a jeune femme, i l decide de f a i r e cause commune avec eux. Al o r s ces h o r s - l a - l o i prennent l a decision de se d i r i g e r vers l'Ouest, ou, au-dela des montagnes, l'OcSan Pacifique est leur seul espoir d'evasion. Le sergent Dalrymple represente, a l u i seul, l a l o i et l'honneur de 1'Empire dans cette rSgion r e c u l i e ou l'homme a r r i v e a oublier q u ' i l n'est pas seul au monde; i l n'a d'autre choix que de se mettre a l a poursuite de ses amis des q u ' i l apprend leur i d e n t i t y . A lors commence pour l e s t r o i s f u g u t i f s l e plus grand jeu de leur v i e , l e jeu supreme contre l a Mort. Talonnes par l e redoutable Dalrymple, leur f u i t e prend des dimensions epiques. I l s font des jour-nees de 14 a 18 heures gravissant des si r a c s escarpis, redescendant des cols inconnus, sans cesse sur l e qui-vive pour l e d l s a s t r e imminent. On sent l a t e r r i b l e fatigue qui les gagne par ce d e t a i l q u ' i l s en i t a i e n t a r r i v e s a e v i t e r de se regarder, "... nous ne regardions qu'une seule chose, l'endroit ou nous a l l i e n s poser notre pied.""* 1 Les dangers qui les guettent a chaque instant ne se mesurent qu'a l a perte quotidienne de quelques-uns de leurs chiens de t r a i t . Les descriptions se font sobres car l a montagne, comme l e temple, i n s p i r e l e respect. "Une p a r t i e du cirque g l a c i a i r e i t a i t a demi 90 masquee par 1*ombre que lui versaient genereusement les montagnes. Mais 1'autre rayonnait de lumiere. D'enormes aiguilles rocheuses, dentelSes comme des cathSdrales, Slevaient vers le ciel on ne sait quelle priere de damneV"^ II y a ceci de remarquable chez Constantin-Weyer que ses descrip-tions ne sont jamais plaquees sur 1*ensemble du roman; i l a le don de fondre le decor dans la description des sentiments. Dans Telle qu'elle  Itait en son vivant le milieu se rattache plus que jamais a 1'element humain; ainsi les echos des crevasses insondables jouent le contrepoint aux murmures d'angoisse des protagonistes, et les blancheurs SblouSs-santes repondent a leurs elans d'espoir. Les souffrances de ceux-ci Staient provoqu&es tout autant par le combat interieur que par les terreurs de la nature, car l'Amour Stait venu compliquer le lien d'amitie qui s'Stait forgl entre eux sous le poids Scrasant de la montagne, du froid et de la solitude. Chez Jacqueline, Constantin-Weyer a enfin trouv? la vraie femme, courageuse, sensible, exempte de coquetterie. Elle se sent aimee des deux hommes, et quoiqu'elle declare a Walferdin son amour pour lui, elle lui enleve en meme temps tout espoir en declarant pour l'Americain un devouement Sternel, car, explique-t-elle, elle sait que c'est elle, Jacqueline, qui lui a rendu.! la vie pendant les trois annSes qu'il Stait incarcSrS. On voit que l'auteur reste fidele a son intrigue amoureuse tradi-tionnelle; en plus, i l donne a son heroine des dSfauts romantiques qui tranchent un peu singulierement sur son temperament de rSaliste. Le Francais refuse, cependant, le r81e de Dante et continuera d'espSrer pouvoir s1entendre avec 1'AmSricain a l'ame d'Slite. 91 Le t r a j e t e t a i t devenu impossible pour les chiens; a l a f i n , tous moururent, fourbus de fatigue ou perdus dans des glissades mortelles au fond des ablmes. Rien n'est plus pathetique que de regarder se mouvoir sur 1'immensiti des g l a c i e r s f i s s u r e s , ces t r o i s etres l i i s entre eux par l a corde a l p i n i s t e , symbole a l a f o i s de leur f r a t e r n i t y et de leur c a p t i v i t y . "La route s'allongeait devant eux comme une v i e humaine; i l n'y avait qu'a l a suivre sans r i v o l t e , sans p l a i n t e , pas a pas, sans 53 savoir ou e l l e [les] menerait." I l s divalent enf i n sur un g l a c i e r qui s'lte n d a i t "comme un dragon farouche et somptueux, gardien de quelque paradis.""^ II i t a i t vivant, ce g l a c i e r , et chacune des crevasses qui le s i l l o n a i e n t e t a i t l a manifestation d'une l u t t e acharnie contre les obstacles qui tentaient de l e r e t e n i r c a p t i f . I l s bivouaquent sur un s i r a c qui formait une pente du g l a c i e r et l e lendemain communient ensemble au spectacle d'une aurore miraculeuse " r i s e r v i e uniquement a 55 ces audacieux qui fosent] af f r o n t e r l a haute montagne". Les jeux de lumiere et les nuages mouvants pretent une v i e sur-n a t u r e l l e a ces paysages i n e r t e s . La symphonie de l'aube commen^ait "comme une d i s c r e t e milodie j o u i e sur une p e t i t e f l u t e de c r i s t a l " ; " ^ puis tout a coup " l e s o l e i l f rappait l a neige comme un gong d'argent, net et sonore"; a son appel, les jeux de lumiere a r r i v a i e n t comme des b a l l i r i n e s v£tues de couleur et toutes l e s nuances du prisme se mettaient a danser."^ Derriere l a dentelure des a i g u i l l e s , les nuages semblaient avoir chacun sa p e r s o n n a l i t i et sa propre v o l o n t i . Les uns reposaient paresseusement sur les rochers, d'autres se massaient, se chevauchaient, s'enroulaient en volutes pour exicuter une itrange gymnastique matinale, et " l e s p i c s , qui tout a l'heure s ' l t a i e n t dicoupis en silhouettes 92 sombres de cathedrales gothiques, flambaient maintenant comme incen-di?s". 5 8 L'atmosphere dans les hauteurs est sujette a des mutations splen-dides mais inquietantes. Parfois les trois compagnons marchaient dans un demi-jour bleut? qui "disparaissait tout a coup pour reVSler a leurs yeux ItonnSs, une nouvelle aiguille qui montrait orgueilleusement la chaste nudit? de son granit, rose dans les parties ensoleillees, vertes 59 dans ses ombres'1. Ils se trouvaient alors cern?s de seracs herissSs d'aiguilles colossales. Ils traverserent peniblement la partie laterale du glacier et mirent toute une journSe a gravir une muraille pour s'aper-cevoir, rendus au sommet, qu'ils Staient en face d'un col infranchis-sable. C'etait Shaw qui etait en tete de l'lquipe, et lorsqu'il redescendit les quelques metres qui le separaient de ses compagnons, ceux-ci pouvaient s'imaginer "la profondeur des abtmes dans lesquels son 60 oeil avait plonge; i l s se mesuraient a son desespoir". C'est la seule fois, dans cette oeuvre que l'auteur laisse paraitre le dScouragement. A cet instant desespere, les fugitifs prenaient con-science d'une volonte farouche de survie, et i l s sentaient la libert? venir a eux. II suffisait de faire un supreme effort. A force de prises d'ongles, en employant les moindres asperitSs d'un rocher qui semblait lisse, en opposant avec adresse les jambes aux reins, les bras aux Spaules, i l s parvinrent a atteindre un col. Leurs mouvements rept-atoires rSguliers et rythmSs sont d'une beaut? qui s'accorde bien avec l'Squilibre mental du surhomme. Ils avaient perdu trois jours de marche et le lendemain, i l s furent repSr?s par Dalrymple. Celui-ci etait parvenu a les rejoindre quoiqu'il 93 efit f a i t l a grande p a r t i e du t r a j e t a pied -« J a c q u e l i n e ayant tu? ses quatre chiens. I I n ' I t a i t p l u s qu'un s q u e l e t t e mais, en heros c o r n l l i e n , i l d l l i v r e son mandat d'arret contre Shaw et Jacqueline avant de s ' l c r o u -l e r a leurs pieds. I I y a entre ces quatre personnes une base de respect mutuel que l'amour avait d i j a compliqul, et v o i c i que l'honneur v i e n t ajouter de nouvelles d i f f i c u l t l s a une s i t u a t i o n pourtant assez p l n i b l e . Constantin-Weyer nous apprete une psychologie des plus truqules. Non seulement l e s t r o i s p r i s o n n i e r s partagent leur derniere r a t i o n avec leur g?31ier, i l s passent une demi-journle a l e chercher et a l e s o r t i r d'une crevasse ou i l s ' l t a i t l a i s s ? g l i s s e r . Le chemin du retour est marqu? par un Ivlnement tragique, l a mort de l a jeune femme. Sa d e r n i e r e reqdete f u t d'etre abandonnle dans l e s s o l i t u d e s . Sur l e roc aupres duquel e l l e repose, son compatriote gra-vera un l y s avec cette I p i t a p h e : t e l l e qu'elle I t a i t en son v i v a n t . Encore une f o i s l a Mort prenait une v i e , et peut-etre d i r o b a i t - i l aussi l'amour a p l u s i e u r s personnes. Nlanmoins, par ce manege, l'auteur se t i r e d'une impasse, car Walferdin conservera pour toujours l e souvenir d'un amour d i v i n i s i , Dalrymple — qui, I p r i s l u i aussi de l a pauvre mourante, l u i avait promis de l i b l r e r Shaw — , n'aura pas a subir l e dlshonneur, puisque ce d e r n i e r , n'ayant plus aucune raison de v i v r e , se so u c i a i t guere maintenant de passer l e rest e de ses jours en pris o n . S i l e dlnouement est du pur mllodrame, i l y a quand meme dans ce roman quelques-unes des pages l e s plus nobles de l'Epople canadienne; ce sont l e s descriptions de l'homme en p r i s e avec l a nature l a plus implacable. L'homme s'y trouve grandi a l a mesure du m i l i e u ou i l s'agite, ce qui rap p e l l e Zola et Nietzsche. Le moi arrogant r e p a r a l t , 94 a i n s i que l e s i l l u s i o n s romantiques, mais a travers ces deux element p u e r i l e s s u r g i t l e courant puissant de l a Vie, de l'Amour et de l a Mort qui f a i t l a force et l ' u n i t i de 1'EpopSe canadienne. NOTES SUR LE CHAPITRE III 1. Ghislaine Gravel, L'Ouest canadien dans le roman francais, these de maitrise Universit? de Montreal, (1949). 2. La Bourrasque quoique publiSe en 1925, fut Scrite en 1922. Donatien Fremont, "M. Constantin-Weyer et le vrai Riel." La Revue de  1'Universite Laval, I, 4, (oct.-dec, 1931), 550. 3. Donatien Fr?mont, "M. Constantin-Weyer et le vrai Riel." RUO, I, 4:550. 4. Constantin-Weyer, Manitoba (Paris: F. Rieder et Cie., 1924), p. 5. Ibid., p, 25. 6. Ibid. 7. "J'ai gardy un mauvais souvenir de ces periodes de battages." Ibid., p. 40. 8. Ibid., p. 26. 9. Ibid., p. 31. 10. Pembina ou pimbina est le nom qu'on donne au Canada au viorne  obier. C'est un arbuste a fleurs blanches en boules compactes tres dycoratives. N.-E. Dionne, Le parler populaire des Canadiens francais, (Quebec: La Flame et Proulx, imprimeurs, 1909), p. 502. 11. Constantin-Weyer, Manitoba, p. 89. 12. Ibid., P. 106. 13. Ibid., P. 30. 14. pp. 194-Ibid., 195. P. 31. Tout ce passage est 15. Ibid., P- 27. 16. Ibid., P. 34. 17. Ibid., P. 38. 18. Ibid., P. 37. 19. Ibid., P. 76. 20. Ibid., P. 76-77, passim. 96 21. Ibid., p. 122. 22. Voici un example du genre d'apart! qu'on risque a tout moment de rencontrer dans La Bourrasque. L'auteur fait la description d'un Mitis, Antoine Morin. "La face itait aplatie, couleur de saumon fumi, fissuree obliquement de deux trous de tirelire. (Commode pour mettre ses Economies, pensa le Haut-commissaire ... Ces trous de tirelire, a bien considerer, nretaient pas si commodes que cela a cause de leur forme en accent circonflexe renversi qui nicessitait une monnaie spiciale ... tiens ... c'itaient les yeux)." p. 155. 23. Cinq eclats de silex, (Paris: Rieder, 1927), p. 121. 24. Ibid., p. 36. 25. Ibid., p. 24-28. 26. Ibid., p. 39. 27. Chawhaschkwan, qui reparalt dans Clairiere sous le nom de Schawaschkwan est le vieux chef Sioux, qui, a seize ans, avait combattu contre Riel, pere. 28. D'apres M. Fremont, l'auteur n'aurait jamais fait ce voyage; i l en crie, nianmoins, une illusion tout a fait vivante. 29. Constantin-Weyer, Cinq iclats de silex, didicace. 30. Ibid., p. 40. 31. Constantin-Weyer, Clairiere, (Paris: Stock, 1929), p. 158. 31a Ibid., pp. 158-183; cf. Cinq iclats de silex. pp. 22-30. 32. Constantin-Weyer, Clairiere, p. 249. 33. Constantin-Weyer, Un Homme se penche-sur son passi (Paris: Rieder, 1928) p. 203. 34. Voir Chapitre I, page 20. 35. Constantin-Weyer, Cinq iclats de silex, p. 30 et Clairiere, 36. Constantin-Weyer, Napolion (Paris: Rieder, 1931). 37. Ibid., p. 23. 38. Ibid., p. 32. 39. Ibid., p. 26. 40. Ibid., p. 32. 97 41. Ibid., p. 48. 42. Curieux nom qui se desagrege en deux particules personnelles: mon + je. 43. Constantin-Weyer, NapolSon, p. 81. 44. Ibid. pp. 19-20. 45. Le Danseur rouge, publie a la suite de Napoleon et sous la meme couverture, p. 178. 46. Constantin-Weyer, Une Corde sur l'abime (Paris: Rieder, 1933). 47. Constantin-Weyer, Telle qu'elle etait en son vivant (Paris: Librairie des Champs-Elysees, 1936) . 48. Ibid., p. 135. 49. Donatien Fremont, Sur le ranch de Constantin-Weyer, pp. 36-37, cite Valery Larbaud, Les Nouvelles litteraires, (8 sept., 1928) et refute le reportage de celui-ci. 50. Telle qu'elle Stait en son vivant fut rS-intitulS La Loi du Nord et mettait en vedette Michele Morgan. 51. Constantin-Weyer, T 52. Ibid., PP . 161-162. 53. Ibid., P. 119. 54. Ibid., P. 160. 55. Ibid., p. 166. 56. Ibid., P. 149. 57. Ibid., P- 158. 58. Ibid., P. 166. 59. Ibid., P- 158. 60. Ibid., P. 175. CHAPITRE IV BUGNET -- L'HOMME ET SES IDEES. Ne a Chalon-sur-S8ane en 1879, Georges Bugnet f i t ses Studes a 1'universitl de Dijon ou i l recut son brevet d'enseignement. Toutefois, a cause des luttes religieuses de la fin du siecle qui menerent a la fermeture des universitSs catholiques auxquelles i l se destinait, i l dut modifier ses projets. Apres avoir suivi un cours de journalisrae, i l obtint le poste de rldacteur-en-chef a une succursale du journal La Croix. En 1904 i l epousait Julia Ley et l'annee suivante le jeune menage s'embarquait pour le Canada. Bien qu'ayant les titres necessaires pour 1'enseignement et le journalisme, Bugnet ne s'arreta pas aux centres peuplis de son pays adoptif. II depassa meme Winnipeg, qui comptait alors 90,000 ames, traversa encore plus de quinze cents milles, pour faire halte enfin sur les rives inhabitSes du Lac. La Nonne au milieu de la forfct albertaine.^ De peines et de miseres, les jeunes Francais y dSfricherent un coin de terre et s'etablirent dans la rSgion qui desor-mais allait £tre leur 'home'. Les beautes d'une campagne encore vierge et les difficultSs a sur-monter dans une vie de pionnier eurent pour Bugnet des attraits puissants, quasi mystiques, qui le compenserent des rudes labeurs, des dSboires et de l'isolement qu'il dut soutenir. Pendant pres de vingt ans i l s'occupa presque exclusivement de sa terre. II trouva le temps, nean-moins, de collaborer au Courrier de l'Ouest, journal hebdomadaire publie a Edmonton. 99 En 1923, alors qu'il avait 44 ans, Bugnet f i t paraltre sous le 2 pseudonym d*Henri Doutremont, Le Lys de Sang, un roman Scrit par dSsoeu-vrement au cours d'un hiver ou les intemperies 1'avaient condamnS a 1'inactivity et l'isolement. Ce premier essai ou des aventures mystl-rieuses et fantastiques se deroulent dans le cadre exotique de l'Afrique centrale, a toutes les caractSristiques du roman-feuilleton. C'est un roman d'apprentissage qui est nettement infSrieur a 1'oeuvre subsSquente de Bugnet. Comme point de depart et de retour, le Canada y fournit le cadre froid et virginal qui contraste avec celui de l'Afrique "ensor-cellSe, enflammee et sanglante" mais rien de plus. L*annee suivante (1924) fut pour l'Scrivain novice une annee productive. D'abord, i l accepte le poste de redacteur-en-chef de 1'Union, journal qui avait remplacS le Courrier de l'Ouest. puis i l 3 publie son deuxieme roman, Nipsya. qui fut traduit en anglais par Constance Davies Woodrow (Montreal et New York, 1929) et dont un extrait fut plus tard incorpore dans Highroads to Reading, manuel scolaire des provinces des prairies. Vers la fin de la meme annee, paratt dans 4 Le Canada Francais un essai en prose rythmSe, "Le Pin du Maskeg", qui deviendra plus tard la seconde partie d'un petit recueil intitulS Voix de la Solitude.** En 1925 l'auteur retourne a sa terre et a ses roses (dont i l a invent! plus d'une variStS) mais i l continuera, pendant une dizaine d'annees, a s'essayer a diffSrents genres littSraires. Entre 1925 et 1935 i l Scrit deux pieces de theatre (dont l'une La DSfaite, sera jouSe a la radio), une sSrie d'articles sur la civilisation qui seront rSunis dans le volume intitule Siraf^ des vers, des Studes sur le communisme, 100 la poesie, la religion, et des Studes scientifiques. En meme temps, i l continue a collaborer a plusieurs revues et journaux albertains tels que Xavier, The Alberta School Trustees' Magazine, La Survivance et The Edmonton Journal. En 1935 paraitra La For@t,^ 1'apogee de son oeuvre et selon Tougas "l'un des trois ou quatre plus grands romans de la littera-8 ture canadienne." Son dernier volume, Voixde la~solitude (1938), est remarquable parce qu'il renferme en quelques pages, d'abord l'essence de ses principes l i t t S r a i r e s , ensuite ses croyances metaphysiques sous forme de poesies, et en dernier lieu, une synthese de ces deux crgdos dans un hyrane a la nature canadienne, "Le Pin du maskeg". Une esthStique se cherche dans l'oeuvre de Bugnet parce qu'on y sent un certain courant de discipline et de direction. En effet, dans q son introduction a Voix de la solitude, l'auteur formule nettement sa conception du 'beau': II est clair qu'il n'a aucune sympathie pour l'imprlcision et l'hermetisme des Symbolistes,^ i l leur p r S f e r e la c l a r t S , la perfection polie du vers de Leconte de Lisle, ou encore "toute page du tres net B o i l e a u " I I ne faut pas croire cependant que Bugnet ait un penchant pour le Parnasse. Ce n'est pas 'l'art pour l'art qu'il admire chez de Lisle, mais plut8t son anti-romantisme, et la pre-cision de sa pensee; i l aime aussi le ton discret qui caracterise ses poemes, meme les plus poignants. Bugnet approuve surtout la discipline que de Lisle s'imposait. Celui-ci, conscient des dangers inherents a 1*improvisation et degoutS du sentimentalisme exagerS des Romantiques, avait tdche d'evoquer le pass? en s'astreignant a une documentation minutieuse.^ 101 Or, ces principes que de Lisle formulait en pensant surtout a ses "Poemes Antiques" sont tout a fait les memes que Flaubert et Zola appli-querent scrupuleusement a leur prose, et — quoique Bugnet ne semble pas se rendre compte de 1'influence de ces deux romanciers dans son oeuvre — c'est ce meme courant de Rlalisme qu'on rencontre chez lui trois quarts de siecles plus tard. Le Rialisme Itait une reaction ginerale contre le Romantisme qui se 13 manifesta d'abord dans le domaine de la peinture vers 1850. Comme dans tout mouvement riactionnaire, les antidotes qu'on offrait contre le Romantisme Itaient tout aussi virulents que le mal qu'on voulait contr3-ler, et les nouveaux prophetes, aussi dogmatiques que leurs prldlces-seurs. C 1Itait surtout au lyrisme poitique qu'en voulaient les jeunes catlchumenes du mouvement naissant. Leur didain du vers Itait tel que lorsqu'ils se voyaient obligls, dans leurs traitis polemiques par exemple, d'en citer quelques-uns, i l s les rendaient sous forme de prose. Selon eux, la s i n c i r i t i dans l'art excluait de soi 'l'art pour l'art'. Inutile de dire que les adeptes du Rialisme s'exprimaient presque uniquernent en prose. La encore, la forme n'itait qu'un dlt a i l ; i l s'agissait de se dlbarrasser des souvenirs et des imitations dont on s'itait nourri. Seule, la vision spontanie qu'on avait des choses compt-ait, et i l importait de ne pas la laisser "s'altirer sous les effets de prijugls artistiques",mais de la capter dans un langage simple et 'vrai'. Les premiers romanciers rialistes s'emparerent des thlories de Balzac et des idles de Stendhal et en firent un amalgame dont 1'essence Itait la grande enquete sur l'homme:. Qu'on montre l'ouvrier au travail, 102 le commer^ ant dans son magasin; les humbles seraient enfin dignes d'etre matiere l i t t i r a i r e . Desormais, i l n'y aurait plus de sujets laids ou de .sujets beaux, i l n'y aurait que des sujets vrais."""' La matiere done, en principe Itendue, I t a i t en f a i t limited aux p e t i t e s gens et aux sujets modernes, puisqu'il s'agissait de representer uniquement ce que l'on avait vu et que l'on connaissait. Inlvitablement le roman rialiste devait aboutir au document social, et de la a 1*oeuvre didactique i l n'y avait qu'un pas. En effet, les Realistes proclamerent que leur roman n ' I t a i t surtout pas un divertissement artistique et li t t i r a i r e , mais "un i 16 moyen d'arriver a un iclairage philosophique pratique et utile." Le roman rlaliste a un but qui est d'instruire, et voila justement, d'apres ses adeptes, ce qui l'llevait au-dessus du Romantisme dlcadent. Le Rlalisme de Bugnet dlpend plut8t de sa philosophie que de son style. Au Canada, d i t - i l , i l y a un element que l'homme ne peut ignorer, une Force qui s*impose et qui efface ou, du moins, qui diminue l'inten-s i t l de tout autre phinomene: c'est la Nature.1'' Pour lui, la nature canadienne itait la seule vision qui comptat; non seulement digne d'etre racontle pour elle-meme, elle lui fournissait en meme temps le cadre par excellence pour son enqflete sur l'homme. En outre, convaincu que les exces de son climat, l'immensit! de ses forets, de ses plaines et de ses diserts ne pouvaient manquer de faconner l'homme, Bugnet lui octroie les attributs de procrlatrice. A ses collegues i l donne ie conseil suivant: Avec nous-memes, ce que nous devons Itudier c'est cette terre vaste et neuve qui est ndtre, ad mariusque ad mare. ... Ses i n f l u -ences sont et seront toujours pour nous, comme le sont pour un arbre, le sol et le climat ou i l c r o i t , plus fortes que toutes les  autres. Nous ne rlcolterons pleinement que, par un plein ajuste-ment de notre esprit a notre contrie, telle l'union du corps et de l'ame.18 103 Le determinisme de Bugnet va plus loin, en un sens, que celui de Zola; car i l ne s'arr^te pas a subir 1*influence de son milieu, i l veut y plonger, s'en saturer pour pouvoir alors en extraire 1*essence litte -raire. A l'epoque ou i l commen^ait sa carriere dans les lettres, la pole-mique sur la question d'une identit? canadienne battait deja son plein parmi les Scrivains du Canada, et l'auteur, pour qui ce probleme Stait etroitement lie a celui de matiere litteraire, se mit lui aussi de la partie. II le f i t avec un 'engagement' envers le Canada et ses problemes, qui temoigne de sa devotion. A l'encontre de presque tous les autres pays, d i t - i l , la nature au Canada, loin d'etre un simple decor ... retrouve ... une importance, une puissance, une majest? qu'elle ne presente point ailleurs. II y a la, pour le poete nourri des premieres pages de la Genese, du Livre.de Job, de 1'OdyssSe, une source.de pensSes, de beautes, ou seule une ame canadienne peut abondamment puiser, et qui verserait dans son oeuvre l'ampleur d'un flot n8tre ... avec cette teinte distinctement nationale que nous cherchons partout. ...19 Pour l'ecrivain au Canada alors, le seul espoir de crSer une litterature digne d'etre.considered caracteristiquement canadienne sur le plan universel est de prendre conscience de la Nature qui l'entoure et de ramener a leurs veritables proportions les rapports de l'homme avec elle. La solution que Bugnet propose au probleme d'une identit? canadienne n'a rien de nouveau, mais elle souligne a quel point i l Stait penStr? des principes realistes. Les Realistes s'imposaient la t&che de dScrire les rapports des hommes entre eux dans leur milieu naturel qui n'etait pas necessairement celui de la nature: Nana n'a jamais exist? que sur les paves et dans les fourmilieres de Paris. Bugnet, lui, avant de se lancer dans son 104 enquete sur l'homme, I t a b l i t catlgoriquement que son m i l i e u n a t u r e l est l a Nature. Ce sont l e s rapports de l'homme avec l a nature qui l ' i n t i -ressent, mais a l' i n v e r s e des Romantiques, c'est a l a Nature q u ' i l accorde l a place supreme; l'homme, fctre infime, n'est souvent que l ' i n -strument dont i l se sert pour l'exprimer. Par l'exactitude de ses descriptions a u s s i , Bugnet se montre R i a l i s t e , et a t e l point q u ' i l s'itend p a r f o i s en longueurs, — surtout dans Nipsya, -- sur les d e t a i l s de p e t i t e s besognes j o u r n a l i e r e s . Les intentions de Bugnet sont l e plus souvent didactiques. A i n s i S i r a f est un long dialogue philosophique entre l'auteur et deux e s p r i t s du Cosmos qui, avec une condescendance inouSe, s'ivertuent a nous con-vaincre de l a p e t i t e s s e de l'homme et de l ' i n u t i l i t i de tous ses progres surtout s c i e n t i f i q u e s et p o l i t i q u e s . Meme La Foret, roman ou l'on ne trouve aucun echo du ton f a s t i d i e u x de S i r a f , aurait i t ? S c r i t , d'apres l'auteur, pour a t t i r e r 1'attention publique sur l a tragedie de tant de f a m i l i e s " t i r i e s d'Europe et lancies dans l e Nord-Ouest sur des terres l o i n t a i n e s et i n h o s p i t a l i e r e s " et sur l e drame de leur v i e avant et apres l'abandon de leurs t e r r e s . "Le but d i s a i t - i l e t a i t de l a i s s e r , non point prlcisement un roman, mais un document. ..." L'auteur a dCl c r o i r e que ce document avait eu un c e r t a i n succes p u i s q u ' i l constate que "par une s i n g u l i e r e coincidence, depuis l a p u b l i c a t i o n de La Foret, i l semble qu'on apporte beaucoup plus de souci dans l e choix et l e place-ment des colons. S i cet ouvrage en est une des raisons, i l n'aura pas i t ? i c r i t en v a i n . " " ^ E n f i n par l'absence d'un c e r t a i n sentimentalisme Bugnet se range parmi l e s R ? a l i s t e s . S ' i l ripugne a d l c r i r e l e s i l a n s du coeur, ce n'est 105 pas qu'ils y soient absents, mais c'est qu'il voudrait nous faire res-sentir ces emotions par la precision de son image et par 1*evolution naturelle de ses personnages. Neanmoins, i l a les prSjugSs que lui a legues une formation bourgeoise d'extreme droite, et s ' i l Svite le senti-mentalisme des Romantiques, i l devient parfois genant lorsqu'il touche a la morale; ce sont alors des elans mystiques qui frisent les emotions. Cependant tout cela disparalt dans son dernier roman pour faire place a une discipline guidee par l'effacement de soi. Avec La Forfet. l'auteur atteint enfin a un Realisme purifie du sentimental et du didactique. Bugnet est done essentiellement Realiste, mais on trouve chez lui plusieurs traits classiques, tels son langage simple, clair et sobre, et sa conception du beau ideal. "Le secret de l'art d'ecrire se rSduit 21 a l'harmonie de la matiere avec la forme", d i t - i l , et plus loin i l soutient cet axiome en nous, rappelant que la simplicity du verbe allie a la grandeur du sujet produit des oeuvres tel qu'Athalie que le temps 22 ne dStruira jamais. Classique aussi est sa preoccupation avec le theme de l'lnfini insondable. Comme les anciens Grecs, comme Dante et comme Pascal, i l aime planer dans le Cosmos, matiere inepuisable ou se trouve, i l en est sQr, le secret de Dieu et de l'univers, done la raison d 'etre de l'homme. Sa metaphysique est essentiellement catholique avec un vernis de panthSisme oh Dieu se confond avec la Nature, substance primaire qui meurt et qui se renouvelle sans cesse. Constantin-Weyer aussi avait ~St'e_ fort impressionnS par ce cercle de Vie et de Mort, emouvant, parce que tous nous en sommes une partie integrale. Dans le contexte de cette these: Anthi: l'Ouest canadien, les deux auteurs se rangent dans deux camps bien differents. Constantin-Weyer, 106 persuade que la civilisation avait enlev? a l'homme son Element essentiel qui est la nature, avait lutti vaillamment pour se refaire a 1'image de l'autochtone. Bugnet, au contraire realiste et pratique, accepte son r81e de dSfricheur, d'intrus; bref, le rdle d'Hercule en lutte avec la foret. Mais ce n'est pas en l'Stouffant qu'il espere conquerir la Nature canadienne, c'est par l'amour, par une union symbiotique et mystique avec elle. En effet, l'amour qu'il lui porte dipasse meme ce concept de 1'union a la fois charnelle et sublime des amants; i l devient idolatrie. Si la Nature se montre dure et reveche, i l est pret a lui sacrifier tout dans un Slan d'admiration dSsinteressle. De cette humilit? devant la Nature nait pour elle ... un amour ... non Sgoxste ... qui ne demande rien pour l'homme, qui peut meme prendre parti pour la Nature contre l'homme ... jusqu'a un tel exces d'amour que, pour mieux comrauniquer avec son idole, l'amant tache autant que possible d'ignorer [sic] soi-meme et toute l'humanite.23 Ceci nous amene a conclure que Bugnet aurait crSS un mythe de la nature canadienne, mythe conforme a la definition qu'en donne le cilebre anthropologue Bronislow Malinowski. Michel Meslin explique que selon Malinowski, qui est revenu des lies Tobriand partisan de la mythologie vScue, "le mythe est l'expression d'une veritS spontanee et puissante, plus importante que 1'activity humaine de tous les jours, et qui dSter-24 mine dans les moindres details la vie prSsente et future de l'homme." I l ne s'agit done pas de chercher dans le mythe une valeur symbolique ou Stiologique — une interpretation ou une explication du monde — mais, plus profondement, une recriation de la realitS sous forme narrative. De plus, le mythe n'est pas seulement le domaine de l'ecrivain, i l est a la portSe de tous. L'homme vit dans le mythe et i l vit le mythe, i l 107 25 s'y sent a l'aise; le mythe devient alors l'existence meme. Cltons un exemple que Meslin donne pour Sclaircir ce nouveau concept du mythe. Bans les sociStSs archaiques des 'temps mythiques' les hommes se rSunissaient pour feter collectivement les dieux qu'ils s'etaient erigSs. C'etait pour eux un moment de detente, un temps ou i l s vivaient pleinement. La sacralite naturelle de cette communion entre les hommes et un pouvoir divin, d i t - i l , semble avoir disparu de notre societS. Les moins de vingt ans se sont erigl d'autres dieux; i l s ont substitue" la liturgie du 'rock' a celle des religions acceptSes, mais c'est le meme phenomene psychologique qui se produit. Les jeunes d*aujourd'hui ont simplement detronS le Dieu de leurs ancetres pour une nouvelle idole en dehors de l'ecole et de la famille. Que les nouveaux dieux nous par-aissent inferieurs ne change rien au caractere essentiellement mytholo-26 gique de ces celebrations collectives. Bugnet lui aussi Srige son mythe un peu en dehors des normes, mais par contre, c'est un mythe tres personnel et i l le vit, non point de 16 a 24 heures comme le font nos adolescents, mais a chaque instant de la journee; son oeuvre en est 1'expression. De plus, son mythe semble avoir une architecture assez dSfinie: La nature est pour 1'indigene l'Slement essentiel hors duquel i l risque de s'Steindre; l'adaptation a permis au Canadien-francais, qui confronte cette force depuis trois siecles, de survivre malgre tout; mais pour le Francais, la Nature cana-dienne est un choc; c'est pourquoi i l est tenti de la raconter en termes exotiques. On sait l'amour qu'avait Bugnet pour la Nature canadienne. Cet amour, qui etait devenue presque une obsession, soutenu par un penchant 108 pour le classicisme et dirigi par une logique diterministe, explique peut-etre comment l'auteur en est arrivi a conclure que le Canadien-fran^ais se rattache au dix-septieme siecle plus qu'au vingtieme par son langage et son esprit. Trois siecles d'une vie isolee et spartiate aurait fait de celui-ci un etre avant tout raisonnable, done classique. Bugnet poursuit sa dialectique en expliquant le contraste qui existe au point de vue litteraire entre les Francais de France et ceux du Canada: "... alors que ceux-la ont StS atteint du romantisme, dont i l s reviennent du mieux qu'il peuvent, ceux-ci, dans 1'ensemble, en sont restis, en littlrature comme en 1'ordinaire de leur vie, au classique.27 Cet axiome est utile sans doute pour rehausser la thlorie qu'il vient de soumettre, mais on n'a qu'a jeter un coup d'oeil sur l'oeuvre des poetes canadiens, de Louis Frichette a Eloi de Grandmont pour s'apercevoir de 1'inexactitude de ce jugement. En dipit de leur vocabulaire du XVIIe siecle, les Canadiens-fran^ais ont succombi aux appas du Romantisme. Bugnet lui-meme, malgrl toutes ses bonnes intentions fait des vers ou l'on entend plus d'un echo de Victor Hugo. Peut-on lire ces vers de Bugnet sans"songer a "Booz endormi"? II est nuit. Et l'Horeb, cime hautaine et sombre, Recouvre de sa paix MoSse et ses brebis. Mais ce prudent berger, d'un vague effroi surpris. Veille, debout, sentant un mystere dans l'ombre.2" Ce quatrain evoque l'atmosphere de suspense et de mystere ou Ruth vei l -lait pres de Booz endormi. Mais ecoutons Booz lui-meme: Et Booz murmurait avec la voix de l'ame "Comment se pourrait-il que de moi ceci vint? "Le chiffre de mes ans a passe quatre-vingts, "Et je n'ai pas de f i l s , et je n'ai plus de femme! ..."29 109 Ne discerne-t-on pas le meme rythme, le meme ton de reverence dans ce quatrain de Bugnet? Ce berger clairvoyant medite dans son lime Comment se peut produire un tel rayonnement? ... Mais rien ne satisfait son ferme jugement „Q Et le berger sans peur marche droit a la flamme. Bugnet est loin d'etre rSaliste quant a la forme de sa poesie; i l ne suit certes pas lesconseils des Realistes qui lui disent de "se dSbarrasser des souvenirs et des imitations dont i l s'Stait nourri"; sans doute n'en avait-il aucune intention. D'autre part, sa poisie est RSaliste en ce sens qu'elle veut instruire. Son message est celui-ci: l'homme, dSvorS par "le feu du savoir", est devenu maitre de la terre, des eaux et des airs, et cette science n'a laissS chez lui qu'un profond degout. Or Bugnet propose une solution a cette nausee du genre humain; c'est de sonder les mysteres de la Nuit. Auriez-vous sonde toute la matiere, Et du monde atteint l'ultime lumiere, * 31 ... une voix murmure ... Et la Nuit, qui la mesurera? ... Cette voix amplified, Bugnet nous la fait entendre dans chacun de ses poemes. Tous les fctres, a partir du simple moucheron jusqu'a l'homme sont attirSs par la lumiere. Le moucheron se jette dans le brasier du lampadaire et l'homme se rue vers la lumiere de la science. Dans son "Hymne a la Nuit", poeme qui incarne 1'essence de sa pensee, Bugnet compare ces lumieres stSriles a la clarte dScevante du soleil qui "meta-morphose/ Une goutte morte en prisme vivant/ Ou le froid glacier en un feu mouvant/ .... rien n'est qu'apparence/ ... qu'un vi t r a i l illumine/ 110 32 Dans un sombre donjeon cerneV par tor ... 8 Nuit immense." C'est la Nuit qui recele le secret du destin de l'homme; elle est a la fois la mere de l'univers et le giron de toute creature sortie d'elle. Toute gestation a besoin d'ombre; la Nuit est 1'ombre fSconde par excellence, douee d'essence Sternelle, qui engendra l'espace, le temps, la chaleur, les astres immenses et la terre, "orbe infime ... fuyant dans l'espace et la nuit" ou les hommes sont comme des fourmis "que pecore d'un bee 33 glouton le Temps." A travers ce long poeme r e j a i l l i t le refrain "... Alors que l'ombre s'accumule/ C'est l'heure ou le divin paralt" et quelquefois "ou le reel parait". Bugnet insiste que les progres scientifiques, politiques et meme sociologiques n'ont aucune valeur si l'homme ignore sa Cause Premiere. Pour l'auteur, c e l l e - c i se trouve personnifiee dans la stable c l a r t l des Stoiles que l'ombre revele et, par une extension de 1'imagination, dans la c l a r t i des astres encore plus lointains dont la lumiere ne nous est pas encore parvenue et qu'il appelle 1'invisible spendeur de l'immobilite." L'auteur ose toucher i c i aux problemes nebuleux de la metaphysique. Ses poemes sont 1'expression fragile d'une £me sincere, orientSe vers le mysticisme mais formed par une philosophie rigide. II en arrive done a une solution panthliste qui est tout a fait acceptable: la Nuit tra-vaille dans l'univers comme une ame travaille dans un corps, ou encore, comme le levain incessant d'un amour discret. Cet amour infini, c'est Dieu au fond de l'atne de chaque individu; i l importe que celui-ci s'en rende compte, et bien qu'il sache a priori qu'il ne pourra jamais sonder cette essence immuable, l'homme serieux voudra s'y plonger parfois dans la contemplation. C'est alors que lui viendra la certitude qu'une I l l partie de lui-meme est liSe a un destin eternel. Bugnet jette l'ana-theme sur 1'obsession frenetique de son Spoque pour la conqufcte du savoir qui engendre le doute et par la risque d'lteindre la foi basee sur la raison humaine. Pour lui la Nature repond a tous les besoins de l'homme, surtout a son besoin d'lnfini. Pourtant une question se pose: pourquoi Bugnet a - t - i l choisit la forme poetique pour exprimer des idles essentiellement philosophiques? Chez lui, le besoin d'enseigner couve partout; i l n'en fait pas un secret. Aussi soumet-il que le sentiment de la nature, "plein, Sieve et profond, se trouve tout aussi bien chez Pascal contemplant les deux infinis" que chez les Romantiques et les Symbolistes pour qui " i l importe peu que 'le poetique' soit raisonnable, qu'il provienne du vrai ou du 35 faux [pourvu] qu'il suscite un sentiment ou simplement une sensation." De plus, i l con^oit la polsie comme le mode d*expression le plus sublime et le plus d i f f i c i l e . La polsie canadienne inspired de la nature de l'Ouest n'existait pas a l'lpoque ou Bugnet s'essayait a la forme poli-tique. II admet n'avoir pas atteint a la perfection qu'il avait entre-36 vue, mais i l nous offre ses "Rythmes en Vers" en toute humilitl, avec l'espoir qu'ils seront lus et qu'un plus habile que lui s'en inspirera pour donner enfin au Canada le chef-d'oeuvre qu'il attend. II est touchant de voir a quel point cet 'humble prlcurseur' se souciait de la destined des lettres dans son pays adoptif. Comme nous l'avons dlja remarque, Le Pin du maskeg, cette nouvelle qui suit ses polsies dans le recueil Voix de la solitude, est en un sens la cristallisation des idles littlraires et philosophiques de Bugnet. Cette oeuvre se divise en neuf parties ou cantos. On pense tout de suite 112 a Dante mais Le Pin se rapproche plut8t de la mystique bouddhique que de 1*Inferno. Les neuf chapitres seraient les neuf stages de l'homme vers le 'nirvana', l'aneantissement supreme de l'homme au sein de sa Cause Premiere. C'est, somme toute, une oeuvre allegorique, parfois apocalyp-tique, qui a la polsie et le rythme mesur? du langage de la Bible. Le grand pin, dont les jeunes pousses touffues s'entassent au-dessus des vieilles branches rugueuses et dlnudles, se dfesse au milieu du maskeg comme un totem; on peut y lire l'histoire des siecles passes. Le recit commence avec la genese du pin a partir des temps prlhistoriques: En ce temps-la le climat Itait humide et chaud et ce fut une orgie de vie vegltale. ... Et de cette vlgitation Inorme, de monstrueux animaux se nourrissaient.3? Apres que toute cette vegetation disparut sous les glaciers, la vallee devint un marais ou croupissaient les cadavres des arbres et des dinosaures. Ce debris engendra la mousse qui, apres quelques siecles, atteignit une ipaisseur de cinq a six pieds. Ainsi se forma le 38 'maskeg'. Ce fut le berceau du noble pin parmi tant d'autres arbres; beaucoup plus tard, apparurent les humains. Jusqu'ici le recit se borne a nous donner un compte-rendu glolo-gique et glnialogique; dlsormais, la trame principale, l'histoire du pin, sera jalonnle par 1'intrigue secondaire au niveau humain. Une fillette et deux gamins au teint hall avaient pris l'habitude de venir se baigner dans l'ltang au pied du grand pin qu'ils baptiserent du nom d'Oskajtak — qui veut dire grand et fort. A cause sans doute de son intention allS-gorique, le recit se poursuit par saccades Ipisodiques. Les enfants ont dija grandi quand l'auteur nous laisse entrevoir un incident qui donnera 113 un peu de substance aux personnages qu'il vient de nous presenter. Un des deux gamins, adolescent maintenant, s'est cache dans la mousse epaisse au pied d'Oskajtak pour Spier une jeune f i l l e qui se baigne dans l'etang. C'est sa petite compagne de naguere. Ici le recit commence a prendre une nouvelle dimension: en plus de la progression verticale, pour ainsi dire, de l'homme vers le 'nirvana', on percoit une nouvelle trame qui est celle de 1'action. Cette action tragique ne commence qu'au troisieme canto, s'accelere rapidement et atteint son apogee au cinquieme, point central de l'oeuvre. La place secondaire que Bugnet accorde aux rapports des hommes entre eux souligne l'importance qu'il attache a la trame plus vaste des rapports de l'homme avec la nature. L'action du drame, quoiqu'elle surprenne par sa violence, est racontSe sur le meme ton posS et impersonnel qui caracterise le dSbut du recit. Le langage chatie devient presque banal, et c'est peut-etre cette banalite meme qui en fait la force. L'auteur ne se dSpense pas en details compliquSs. Les trois compagnons de jadis sont encore ensemble mais i l faut lire entre les lignes pour savoir que deux d'entre eux foment un menage tandis que 1'autre, celui qui epiait la jeune f i l l e , leur est attach? par des liens de fraternitl et de convoitise. II dSsire la femme de son frere, et comme i l s'Stait associe a celui-ci pour la chasse aux fourrures, ceci lui permet de dresser un plan qui lui livrera enfin et la femme et le bien de son frere. Ce dernier, attire un jour par des empreintes insolites pres du grand pin, y dScouvre une ouverture profonde dans la mousse. Or, la recolte des pelletries avait Ste pauvre cette annee-la, et i l commencait 114 a douter de 1'honnetetS de son associS. C'Stait sans doute i c i que le voleur avait each! une bonne partie de ses peaux. Sans plus de ceremo-nies, le jeune mari s'enfonce dans l'ouverture a la recherche de son bien, mais ce qu'il trouve enfoui au fond de la mousse est loin d'etre soyeux. Seuls, les animaux de la foret entendent le dSclic de l'acier, puis les cris prolonged de l'agonisant: "Tout le maskeg f i t un grand silence. Et i l entendait des cris rauques, comme jamais i l n'en avait entendu, et des chocs d'une matite sourde. Longtemps le grand pin f r i s -39 sona des efforts de l'homme." BientQt la vie nocturne de la foret reprend avec l'eveil des oiseaux de nuit et le frere vient effacer les traces de son meurtre. "Et le maskeg demeurait immobile et muet sous la pale clarteV'^ L'associS herite alors du territoire de son frere mais non pas de sa femme car celle-ci se mifie de l u i . Son f i l s , qu'elle avait nomraS Oskajtak, sera dSsormais toute sa vie. Vingt annies s'Scoulent et le grand pin se trouve encore temoin des actes des hommes. Cette fois, c'est Oskajtak qui se venge de l'assassin de son pere. Jusqu'ici l'histoire a gardi la lucidite et l'inevitabi-l i t l d'une tragSdie grecque, mais au huitieme canto le recit s'embrou-i l l e , le ton devient apocalyptique et la trame, di f f i c i l e a suivre. Au cours d'un demi-siecle, "la contred est envahie par une marie d'hommes, blancs, rapaces, mais par chance, les terres hautes pres de la forSt du Maskeg avaient recu des colons serieux qui respectaient les grands pins." Ils ont a leur tete un missionnaire. La concision extremement elliptique du passage suivant Stonne et dSconcerte mais on arrive a comprendre que le missionnaire n'est autre que le f i l s d'Oskajtak, vieillard maintenant septuagSnaire. Et cette dicouverte, on la fait en meme temps que le 115 vieux pin, deracine enfin par une tempfete violente, nous revele le secret lugubre qu'il avait si bien cache pendant trois quarts de siecles. Le- tronc noueux d'Oskajtak, le pin, equarri par les "mains pieuses" du vieux trappeur qui portait son nom, devient alors la charpente du nouveau clocher de l'eglise. Le recit se terraine sur une note tout a fait utopique: ce sont des Hosannas et des envolSes de cloche. La derniere image est celle d'une eglise entouiree d'un hameau paisible ou les ames "demises d'avidite" ont appris a vivre en paix. Le Pin du maskeg est une nouvelle qui .promet bien au debut; on y trouve quelques dSlicieuses aquarelles telles que celle-ci: La nuit, glaciale, etoilee. Au sud-est, dans cette glace translucide et bleuatre du ciel nocturne, apparut Aldebaran le rouge, puis Orion. ... A l'orient, a travers les futs et les branches nues des peupliers, l'arc Stroit et dore de la lune monta paisiblement.^ Mais la fin dlcoit. Le cachet de classicisme dont l'auteur avait si heureusement empreint cette oeuvre, degenere dans les dernieres pages en un romantisme confus qui devie vers le sermon. La dichotomie mltaphy-sique de l'auteur et son besoin inn? d'instruire en sont peut-Stre la raison. Une esthetique se cherche a travers l'oeuvre de Bugnet mais jusqu'ici on n'y trouve qu'une morale. NOTES SUR LE CHAPITRE IV 1. Le Lac La Nonne est situ? a une cinquantaine de milles d'Edmonton chef-lieu de la nouvelle province d'Alberta qui venait de se joindre a la Confederation en 1904. D'apres le Recensement de 1911, la population. d'Edmonton augmenta de 12,823 en 1901 a 57,145 en 1911; celle de Winnipeg, de 42,340 a 128,157 pendant la ra&ne periode. Recensement du Canada 1911, (Sessional Papers, vol. A), premiere session du douzieme Parlement du Dominion du Canada, Session de 1911-12, p. 523. En se basant sur ces statistiques-ci, on pourrait arriver a un chiffre approximatif pour 1905 -annee de 1'arrived des Bugnet au Canada — d'une population de 90,000 a Winnipeg (cit? au-dessus), et de 35,000 a Edmonton. 2. Georges Bugnet, Le Lys de sang, roman canadien inidit par Henri Doutremont (pseud.). Illustrations de A. Fournier, (Montreal: Garand, 1923). 3. Georges Bugnet, Nipsya, grand roman canadien inldit, par Henri Doutremont, (pseud.). Illus. de A. Fournier, (Montreal: Garand, 1924). 4. Georges Bugnet, "Le Pin du maskeg", Le Canada Francais, (oct. et nov., 1924), pp. 95-103; 176-185. 5. Georges Bugnet, Voix de la solitude, (Montreal: Editions du Totem, 1938). 6. Georges Bugnet, Siraf, (Montreal: Editions du Totem, 1934). 7. Georges Bugnet, La For£t, (Montreal: Editions du Totem, 1935). 8. Tougas, Histoire de la littSrature canadienne-francaise, (Paris: Presses universitaires, 1960), p. 149. 9. Intitule "Quelques reflexions sur la poesie". 10. "Que les chef-d'oeuvre soient cri.es par une e l i t e , sous 1*influence d'une e l i t e , rien de mieux, mais qu'on leur donne une facture si subtile que seul une e l i t e puisse y gouter, n'est-ce point acceierer le divorce entre ecrivains et public dont chaque jour on se plaint davan-tage?" Bugnet, Voix de la solitude, p. 15. 11. Op. cit., p. 12. 12. Lagarde et Michard, eds., XIXe Siecle, (London: Geo. Harrap, 1962), p. 407. 13. "Ce sont les expositions successives de Courbet qui marquerent les premieres etapes de la doctrine r e a l i s t e . " Pierre Martino, Le Roman  realiste sous le second empire, (Paris: Hachette, 1913), p. 74. 117 14. Op. cit., p. 83. 15. Martino, Le Roman realiste, pp. 53-65, passim. 16. Op. cit., p. 91. 17. "La nature est oeuvre divine infiniment superieure a toute creation de 1*esprit humain, et son discours depasse les choses de la terre. Elle assigne a l'humanitS sa juste place qui est infime. Elle ne conduit pas a l'orgueil, elle est maltresse d'humiliti." Bugnet, Voix, p. 20. 18. Bugnet, "La ForSt", Le Canada Francais, XXVII (Janvier, 1940), 400-401. . . . 19. Bugnet, Voix, p. 19. 20. Bugnet, "La Foret", LCF. XXVII, 393. 21. Bugnet, Voix, p. 13. 22. Op. cit., p. 17. 23. Bugnet, "La Foret", LCF, XXVII, 398. 24. Michel Meslin, (Institut et Histoire des religions, Sorbonne, Paris), "Le Mythe dans le monde moderne", Revue de 1'Universite Laval, (QuSbec: XIX, 4, dec. 1964), 291. 25. Ibid., p. 292. 26. Ibid., p. 295. 27. Bugnet, "La Foret", LCF, p. 391. 28. Bugnet, "Ne Appropies Hue ...", Voix, p. 65. 29. V. Hugo, "Booz endormi", The Penguin Book of French Verse, III, ed. Hartley, Rich, Clay and Co. Ltd. (Suffolk, England, 1957), p. 71. 30. Bugnet, "Ne Appropies Hue ...", Voix, p. 57. 31. Bugnet, "Deux voix", Voix, p. 58. 32. Bugnet, "Hymne a la Nuit", Voix, p. 27. 33. Op. cit. , p. 28. 34. Op. cit. , p. 43. 35. Bugnet, "La Foret", LCF, p . 391. 36. Bugnet, "Quelques reflexions sur la poisie", Voix, p. 21. 37. Bugnet, Le Pin du maskeg, dans Voix, p. 107. 38. Ibid. 39. Ibid., p. 131. 40. Ibid., p. 132. 41. Ibid., p. 131. CHAPITRE V LES ROMANS DE BUGNET Bugnet n'a Scrit que trois romans. Dans ce chapitre nous n'exami-nerons que les deux derniers, son premier roman, Le Lys de sang, n'Stant d'ailleurs pas situ? dans l'Ouest canadien. Nipsya, publiS en 1924, eut un succes assez repandu pendant quelques annSes, mais ce n'est que onze ans plus tard, avec La Foret, que Bugnet entra enfin dans le cadre d'une litterature universelle. Nipsya est l'histoire d'une jeune mltisse abandonnSe depuis sa naissance aux soins de sa grand'mere maternelle qui elle, Stait restee figSe dans les traditions de ses ancetres Kris. Nipsya, par consequent, grandit sous l'Sgide des coutumes indiennes. Le soir de ses seize ans, assise pres d'un lac ou se reflStait le soleil couchant, elle subit une experience qui lui paralt Strange. Elle, toujours si alerte, n'observait qu'a demi le jeu de la lumiere sur l'eau; elle entendait d'une oreille distraite le gazouillis des oiseaux qui parfois lui effleuraient les cheveux et elle respirait inconsciemment l'odeur du printemps qu'exhalait la terre fraiche. C'est qu'a ce moment-la s'Sveillait en elle "1'herSditS reveuse des races celtiques, recue d'un pere qu'elle n' [_avaitj pas connu."1 Elle percevait des dimensions profondes et mystSrieuses a la Nature qui, jusqu'ici lui avait paru si simple. Jamais elle n'avait si bien compris les appels de la foret. Les cris des betes fauves qu'elle n'avait StudiSes que pour pouvoir mieux ruser avec elles, Sveillaient en elle ce soir-la "des appels inconnus, comme un chant de dSsirs". Elle eut soudain la revelation qu'il existait 120 entre e l l e et toutes ces v i e s une parent? mystique. La nuit venue, Nipsya ne songea nullement a rentrer car e l l e pressentait que seule l a nui t nimble de mystere l u i permettrait de "p?n?trer ... dans l'espace et l a dur?e." E l l e se demandait s i l'ame du lac et c e l l e de l a for£t dor-maient l a n u i t , et s ' i l y avait de bons et de mauvais e s p r i t s , ou bien, 2 comme l e voulaient l e s blancs, s ' i l n'y avait qu'un seul Grand E s p r i t . Ces quelques jours de meditations avaient transform? Nipsya. Son regard v o i l ? de mystere, avait acquis un nouvel ? c l a t , et i l ?manait d ' e l l e comme un parfum envodtant, de sorte que, "comme les p a p i l l o n s accourent vers l a f l e u r qui s'ouvre, quelques jeunes hommes du pays ... 3 papillonnerent autour d ' e l l e . " Au poste de l a Baie d'Hudson, sa pr?-sence a t t i r a l e s regards de Mahigan, jeune Indien qui n'avait pas tout a f a i t bonne reputation dans l e pays mais dont les prouesses I t a i e n t f o r t impressionnantes. Meme monsieur Alec, l e facteur, l a trouva tout a coup j o l i e . Nipsya s'aventure timidement dans cette nouvelle ?tape de sa v i e , s'?prenant aussit8t de son cousin, V i t a l Lajeunesse, catholique i n t r a n -sigeant et chef n a t u r e l des M?tis de l a r?gion. Aux instances de Cllophas, dont l'?pouse d?funte avait ?t? l a f i l l e aln?e de l'autochtone, Nipsya et sa grand'mere traversent l e lac pour s ' i n s t a l l e r chez les Lajeunesse qu'elles aideront dans leurs travaux champetres. Tout un monde se r?vele aux yeux de l a jeune f i l l e : l es Ipreuves et le s conforts de l a v i e de colon, mais surtout l e c u l t e mystlrieux de l a r e l i g i o n chr?tienne. Le bonheur que Nipsya avait ?prouv? aupres de V i t a l s'?vanouit bientSt devant l a reserve de c e l u i - c i . V i t a l l u i donne des lecons de 121 catlchisme, et, pour l u i p l a i r e , e l l e se f a i t baptiser, mais l e s rap-ports entre eux restent toujours c o r r e c t s . E n f i n , convaincue de sa profonde ignorance et piquee au v i f par l a froideur de son cousin, Nipsya se rSfugie dans l a foret ou l'attend Mahigan. C ' l t a i t une sot-t i s e car c e l u i - c i tente de l a v i o l e r . E l l e en eprouve une t e l l e h u m i l i -a t i o n qu'elle i n s i s t e pour retourner chez e l l e avec sa grand'mere. Cette v i e i l l e femme, rested digne et f i e r e devant l a dechlance de sa race, s ' S t a i t rSfugied dans l e stoicisme, mais malgre son masque d'impassibi-l i t y , e l l e seule comprenait Nipsya. E l l e s u r v e i l l a i t avec compassion l e changement qui s'operait chez sa p e t i t e f i l l e , s'Stonnant de ce que c e l l e - c i ne s o i t deja plus une enfant, mais acceptant d'avance l e s decisions qu'elle a l l a i t prendre. De retour a l a maison natale, Nipsya retrouve l e calme. Du reste, M. Alec prend l'habitude — car c'est l'automne, saison pendant l a q u e l l e i l j o u i t d'un c e r t a i n l o i s i r -- de venir l u i rendre v i s i t e chaque s o i r . I I l a c o u r t i s e avec d e l i c a t e s s e , p a r f o i s jouant du v i o l o n -- ce qui passionne Nipsya --, mais l e plus souvent l u i apportant des l i v r e s i l l u s t r l s . Le facteur v o u l a i t i n i t i e r l a jeune mStisse aux grandeurs de l a c i v i l i s a t i o n , et i l se f l l i c i t a i t de ce que ses intentions fussent honorables mais en f a i t , " i l se r S c h a u f f a i t a ce feu q u ' i l allumait dans cette ame. ... II s ' e n i v r a i t de l a force q u ' i l se sentait sur cette 4 enfant. De sa voix, comme de son archet, i l l a modelait a son grS." La s i t u a t i o n que Bugnet cree est i d l a l e pour sa d i a l e c t i q u e toute p l a t o -nicienne; i l s'ltend done en longueurs sur les erreurs n l f a s t e s du Romantisme. Quand, par exemple, M. Alec remarque que l a nature automnale est t r i s t e puisque tout semble se preparer a l a mort, Nipsya repond qu'un 122 arbre ne saurait £tre t r i s t e et que l a nature, au contraire, se preparait a r e v i v r e . Apres t r o i s mois, les v i s i t e s de M. Alec cesserent tout a coup. Lorsque, une quinzaine de jours plus tard, Nipsya apprit q u ' i l s ' e t a i t mariS, son amertume ne connut pas de bornes. Dlsesperle, e l l e concut l e projet de se montrer au bal qu'on donnait en l'honneur des nouveaux maries. Sa presence ne troubla personne d 1autre qu'elle-meme, et e l l e s'enfuit dans l a n u i t glacSe, aneantie par l'angoisse et 1'humiliation. V i t a l , ayant pressenti l e drame, S t a i t l u i aussi parmi l e s i n v i t e s ; pour-suivant sa cousine eperdue i l parvint a l a sauver comme e l l e se l a i s s a i t g l i s s e r sous l a glace de l a r i v i e r e . D o c i les aux p r i e r e s de V i t a l , Nipsya et sa grand'mere se deplacent encore une f o i s pour a l l e r passer l ' h i v e r chez les Lajeunesse. Les attentions qu'on prodigue a l'adolescente restent sans r e s u l t a t , car e l l e s'obstine dans sa douleur. Pour l'arracher a ce mutisme morbide, i l f a l l a i t une tragedie qui l a secouat jusqu'au fond de l'ame. Ce drame, c'est Mahigan qui l e joua. Le S a c r i f i c e de Mahigan — c'est l e t i t r e que Bugnet donne a ce drame a 1*interieur du roman — est l a r e p r i s e , sur l e meme ton apoca-lyptique, de l ' h i s t o i r e des deux f r e r e s dans Le Pin du maskeg, avec cette d i f f e r e n c e cependant, q u ' i c i l ' a s s a s s i n , (Mahigan), p r i s de remords devant l e phenomene 'magique' de l'aurore borSale, retourne a l a scene du meurtre q u ' i l v i e n t de commettre pour y o f f r i r sa propre v i e en expiation. Nipsya comprend enfin ce que v o u l a i t d i r e V i t a l par ' l e don de s o i ' . I I y a i c i une s i n g u l i e r e t r a n s p o s i t i o n de culture; cependant l e suicide de Mahigan l u i permet de commencer sa longue ascese vers l e 123 christianisme qui, d'apres Bugnet, est l a seule solution a l a d l s a g r l -gation c u l t u r e l l e de 1'indigene. Quoique touffue, l a trame du roman conduit tout d r o i t a l a f i n que Bugnet s ' l t a i t proposed. On sent des l e dlbut de l ' h i s t o i r e , que l'ado-lescente aux tendances mystiques n'est pas tout a f a i t comme les autres jeunes f i l l e s de sa race. Bugnet a p r i s soin de l u i f a i r e p a r l e r un langage tres simple, mais i l s'insinue nlanmoins dans l e r l c i t en l u i pretant p a r f o i s des i d l e s qui ne pouvaient provenir que d'une longue t r a d i t i o n i n t e l l e c t u e l l e et l i t t e r a i r e . L'on s'etonne, par exemple, qu'une 'enfant de l a Nature* puisse entrevoir l e s problemes de l'espace et de l a durle. Aussi succombe-t-il a l a tentation de f a i r e des a p a r t l s . V o i c i un commentaire qui dlcoule de l a d e s c r i p t i o n pastorale de Nipsya prenant conscience de sa nouvelle a f f i n i t l avec l a Nature: Un Europlen eQt pu l u i d i r e que c ' e t a i t l a l ' o r i g i n e de l ' a r t humain ... et de l a science ... qui n'est que l ' a r t d l p e c l . ^ Et plus l o i n : ... e l l e [Nipsya] n'avait que l a s i m p l i c i t y p r i m i t i v e et ne savait pas d l f i g u r e r l e s etres par des conceptions a r b i t r a i r e s ou des reve r i e s recherchles; ... e l l e se l a i s s a i t absorber, infime p a r c e l l e de 1'immense nature, ou s'entremelent tant de v i e s diverses, ou tant de puissances cachees t r a v a i l l e n t . ? Bugnet, l e polemiste, se f a i t entendre a travers toute l'oeuvre; ce n'est que plus tard q u ' i l apprendra a s'effacer pour permettre a son person-nage de se c r i e r une v i e et d'lvoluer vers son propre d e s t i n . En Itudiant l'ensemble de ce roman, on est t e n t l de c r o i r e que l'auteur a I r i g l une h i l r a r c h i e de personnages tout comme les Scholas-tiques qui ont c l a s s i f i l l e s anges dans l'ordre c l l e s t e . Plus rapprochls 124 d e - l a Nature-deesse sont naturellement ceux qui vivent d ' e l l e — Nipsya et sa grand'mere — , s u i v i s de pres de ceux qui l'ont recherchle avec amour. Cliophas Lajeunesse, vieux trappeur et coureur-de-bois, dont les ancStres, depuis des s i e c l e s , s'etaient adaptis aux rigueurs du pays, est l e prototype de l'homme blanc qui est s i proche de l a Nature q u ' i l en f a i t presque p a r t i e et V i t a l , son f i l s , incarne Hercule qui l a mattrise par l'adresse, l a patience et l'amour. Au dernier Ichelon se trouve monsieur Alec, i n s e n s i b l e a l a puissance et a l a beaut? de l a Nature, l ' S t r e " a t t e i n t du Romantisme" que l u i a transmis une fausse education. Bien q u ' i l sache apprIcier un tableau ou une de s c r i p t i o n l i t t e r a i r e , cet egar? (d'apres Bugnet, bien entendu) n'aurait pas su reconnaitre que l a Nature est une oeuvre d'art digne d'etre apprecile pour elle-meme. Mahigan, semble £tre en dehors de cette ' h i l r a r c h i e * . Bien qu'indigene, i l n'est pourtant pas a l ' a i s e chez l u i parce q u ' i l prevoit l'assaut de l'homme mlcanis? contre l e pays de ses anc&tres, et i l souffre amerement du refoulement des siens vers l a frange des terres arables. I I r l a g i t contre cette i n j u s t i c e par l a bravade et l a fan-faronnade. Notons q u ' i c i Bugnet f a i t preuve d'une d i s c i p l i n e admirable, car i l e v i t e l a dlnonciation intransigeante de l a race blanche, p i l l e u r s rapaces et sans merci des indiens. Au contraire, i l d i r i g e 1'attention du lecteur vers l'homme integre et responsable, indigene ou blanc, qui s a i t g l r e r avec sagesse l e s biens de l a t e r r e . C'est pourquoi l'auteur a c r l e V i t a l chez qui devait se rencontrer l e s m e i l l e u r s aspects des deux races. Mais, justement parce que c e l u i - c i a g i t uniquement par pr i n c i p e , i l devient un personnage invraisemblable, un 'homme de bois', 125 sorte de patitin manipull par l'auteur. Et, plus Nipsya evolue vers son cousin et sa facon de penser, plus e l l e semble, e l l e aussi, s'Eloigner du lecteur. E l l e est p r i s e , comme V i t a l , dans l e f i l e t de cette h i e r a r -chie que Bugnet s ' l t a i t imposle. Par contre, l e s deux v i e i l l a r d s du roman, quoique personnages secondaires, sont plus r e u s s i s . L'esquisse de Cllophas est v i r i l e sans et r e depourvue d'humour, et c e l l e de l'autochtone, sympathique tout en I v i t a n t l e pat h l t i q u e . Les c r i t i q u e s ont comparl Nipsya a Maria Chapdelaine. S i r Andrew McPhail nota que: Le seul souci de Louis Hemon est de r l v l l e r l e coeur de Maria Chapdelaine. S i Georges Bugnet nous dlcouvre avec un Igal succes le coeur de Nipsya, i l l e f a i t moins adroitement. 8 Cette c r i t i q u e est juste, mais remarquons que dans Nipsya, Bugnet sonde l'ame d'une adolescente qui s ' l v e i l l e aux mysteres de l a v i e . D l c r i r e et expliquer les emotions de cet age tourmentl est d i j a une tache r e -doutable, mais lorsque l e s Imois de cette ame sont compliquSs par des ambiguites de race, d'honneur et de r e l i g i o n , c e l a devient une entre-p r i s e p r l c a i r e . S i , dans ce roman, Bugnet n'a pas su donner l i b r e cours a ses personnages, i l se rachete par l a p o l s i e de ses descriptions. C e l l e s - c i ont une puissance et une v l r i t l qui percent a travers l e c o l o r i s d l l i c a t du langage. S o l i t a i r e entre l e l a c , l a foret et l e s cieux, e l l e r e v a i t l e reve simple que f a i s a i t non l o i n d ' e l l e l e grand cygne blanc immobile au bord des roseaux. E l l e s'ouvrait et s'lpanouissait a cette affluence secrete avec 1*inconsciente v o l u p t l de ces campanules v i o l e t t e s qui autour d ' e l l e s'abreuvaient de ros!e.9 126 Nipsya est l'enfant de l a Nature, parfaiteraent a l ' a i s e dans son m i l i e u . C'est son Mythe personnel que Bugnet precise i c i , a i n s i que l e Mythe plus vaste dont p a r l a i t Malinowski. Mais chez Nipsya, l e mythe prend une dimension plus profonde, car l'auteur l u i pr£te des at t i t u d e s et des gestes bouddhiques qui impliquent un rapprochement s u b t i l avec le s legendes mythiques de l a race indienne. Assise un s o i r au bord du lac, les jambes croisees sous e l l e , e l l e songeait aux forces cachSes qui l'entouraient ... comme autant d'esprits, de manitos. ... E l l e ne s ' e t a i t pas d l c i d l e a c h o i s i r parmi les £tres f a m i l i e r s un E s p r i t Protecteur, mais ... e l l e aimait imaginer que l e grand cygne blanc ... S t a i t peut-Stre c e l u i qui v e i l l a i t sur e l l e . ... I l s ' e l e v a i t au fond de son ame un chant secret d ' a d o r a t i o n . ^ Nipsya avait aussi un c u l t e p l e i n d'amour et de respect pour les saules parce qu'elle p o r t a i t leur nom, et que c e l u i - c i avait £tl c h o i s i par sa mere. Cependant, malgr? force commentaires qui pretendent nous reveler l e coeur de Nipsya, l'oeuvre n'est pas pour c e l a un roman psychologique; McPhail en a decouvert l a raison: "Bugnet, l u i , v o i t trop." En e f f e t , l'oeuvre marche avec l e s saisons, et toutes les choses extSrieures, Bugnet les peint mieux que l a v i e i r i t e r i e u r e de ses personnages: Les glaces disparaissent, l e printemps a r r i v e ; Nipsya et sa grand'mere c e u i l l e n t des baies sauvages, renouvellent l a mousse des matelas, reparent le s fourrures. L'StS, chez les Lajeunesse, on dompte l e s boeufs, on dresse les chevaux, on d£friche l e t e r r a i n ; l e blS est semi, l a moisson rScoltee, puis revient l ' h i v e r . Bugnet ne manque jamais 1'occasion de dSc r i r e en detail l e t r a i n de v i e j o u r n a l i e r . Nipsya se classe done 127 parmi les romans du t e r r o i r , mais i l est peut-£tre davantage un roman a these. Quiconque a l u les poemes de Bugnet, ses Itudes philosophiques et ses essais divers reconnaltra partout dans Nipsya les themes sur lesquels i l a l l a b o r e sa polemique. I c i les personnages sont ses porte-parole. Le pere Lozle, missionnaire de l a r l g i o n , nous f a i t part des i d l e s de l'auteur sur l a v i e en g l n l r a l . On y remarque ce courant a l a f o i s romantique et n a t u r a l i s t e qui existe aussi chez Constantin-Weyer. Ces gens-la, [les c i t a d i n s d'Europe] n'ont d'autres horizons qu'eux-memes et leurs oeuvres. Malades de leur prison v o l o n t a i r e et des maux qu'engendrent leur entassement et leur servitude, i l s croient soulager leur malaise en ornant leur prison par plus de bien-etre et de luxe. I l s n'arrivent qu'a se c r i e r plus de besoins. ... Le remede ... est dans l a grande v i e saine des espaces l i b r e s ... ou un insecte, une f l e u r est objet d'admiration et de j o i e . H Les i d l e s p o l i t i q u e s du v l n l r l pere sont singulierement rapprochles des v i s i o n s utopiques que nous avons remarqules dans l e s poemes de l'auteur. ... lorsque l u i r a l e jour du Seigneur, notre Canada avec l a race et l a langue anglaises pour l e domaine des forces m a t l r i e l l e s , et l a race et l a langue franchises pour l e domaine de l a pensle, [sera] l e champ de b a t a i l l e et de v i c t o i r e d'ou se levera l ' u n i t l c h r ltienne pour dominer l e monde.^ D'autre part Monsieur Alec sert de bouc emissaire et l'auteur l a i s s e tomber sur l u i l a 'juste colere' d'un anti-Romantique. V i t a l , l u i , exprime ses convictions r e l i g i e u s e s . L'auteur a voulu nous Idifier et nous i n s t r u i r e ; en e f f e t , i l nous a donnl un document r l a l i s t e sur l a v i e d'une Ipoque. Par contre, avec Nipsya, Bugnet r l u s s i t enfin a exorciser son besoin d'enseigner, et quo i q u ' i l a i t q u a l i f i l son dernier roman de "document", La Foret, nous a l l o n s l e v o i r , est tout autre chose. Des l e dibut, l e s personnages s'animent et dictent a l'auteur l a trame de leur v i e . Pourtant La Foret entre tout a f a i t dans l e cadre didactique de Bugnet, car Roger Bourgouin est un de "ces prlsomptueux 13 qui ... viennent insolemment d e f i e r [la Nature]." I I se t i e n d r a i t a l o r s a peu pres au meme degrS dans l ' e c h e l l e hierarchique que l e monsieur Alec de Nipsya, avec cette difference, cependant que l'auteur, peut-etre parce q u ' i l avait d i j a Slabore sa these tant de f o i s par a i l -leurs, s'est permis d'accorder toute l i b e r t l aux personnages de son dernier roman. Par consequent, Roger, par ses erreurs et ses d l f a i l -lances, a t t i r e l a sympathie; comme l e Satan du Paradis Perdu, i l a l u i aussi ses moments de grandeur. Louise, a cause de son at t i t u d e passive, paratt a premiere vue un personnage moins dynamique que Roger. E l l e n'agit pas, e l l e subit; mais bient3t cette p a s s i v i t l devient une r l v o l t e muette contre l'homme. pour qui " e l l e a tout q u i t t l " et qui l a d l l a i s s e , et encore plus, un antagonisme profond envers l a foret qui l u i avait accapar? son bien. I I est c l a i r que l a foret joue l e r o l e p r i n c i p a l dans ce c o n f l i t , mais i l s e r a i t faux de d i r e qu'elle a t t e i n t l e s propor-tions d'un personnage. E l l e est plutOt une presence, une force primor-d i a l e et iner t e contre qui l'homme va se b r i s e r . S i l'auteur nous prlsente l a fo r e t comme une Inigme, une dlesse au visage ferml, c'est avec raison, car c e l l e - c i ne se r l v e l e qu'aux d i s c i p l e s qui savent 1'aimer. Pour Roger comme pour Louise, e l l e garde, meme en automne, "un visage a l a f o i s transparent et ferml (ouj l e regard pouvait penl-t r e r a travers l e s premiers rangs s e r r l s , puis ... se perdait dans des profondeurs." 129 La ForSt raconte quelques annees de la vie d'un jeune menage venu de France pour s 1installer au coeur de la for€t sauvage dans le nord de l'Alberta. Pour Roger, plein dfenthousiasme et de confiance, la lutte contre la foret canadienne est d'abord une aventure qui, peu a peu, devient un combat dlsesperS. De toutes ses forces i l s'acharne la faire reculer, mais parce qu'il n'a pas su la conquerir pas l'amour et par le respect, celle-ci reste immuable. Louise, jeune Parisienne isolSe dans une immensitl qu'elle craint instinctivement, est tourmentle par 1'incer-titude d'un vague avenir et, malgrl ses efforts pour dominer la terreur qui l'envahit, elle ne parvient jamais a mattriser son effroi de la for£t sauvage qui les cerne. Au lieu de rapprocher davantage les jeunes epoux, l'isolement dltruit peu a peu l'amour qui existait entre eux; i l s en arrivent a une haine froide et rlsignle et chacun de son c3tS s'enfonce dans sa propre solitude. Les premieres lignes du roman nous prlsentent Roger et Louise con-templant leur nouveau 'homestead' depourvu, bien entendu, de toute habi-tation sauf de la tente qu'ils y avaient dressle. Etouffe entre la lisiere de la for£t, au nord, et la rive du grand lac, au sud, l'espace dlcouvert ou i l s se trouvaient n'ltait qu'une mince et longue bande de prairie reverdissante, etendue de l'ouest a l'est. Elle etait couple en deux par un 'creek', Itroite riviere sortant du bois, et que, derriere eux, buvait le lac.15 Pour Roger, c'est 'le reve'. II grille de s'attaquer a cette massive foret, et i l savoure d'avance la vie de Robinson qu'il pourra y mener. II entrevoit la superbe propriety qu'ils auront fa^onnle dans quelque temps, et goute dlja l'enivrement de rentrer triomphalement en Fance, fortune faite, dans une dizaine d'annles. 130 Louise par contre se m l f i e : "Un i n s t i n c t l u i d i s a i t que cette f o r e t m i l l l n a i r e I t a i t i c i legitime p r o p r i l t a i r e du s o l et qu'elle ne c l d e r a i t pas ses d r o i t s sans une o p i n i a t r e r e s i s t a n c e . " " ^ E l l e devinait dans cette masse sombre et dense m i l l e v i e s cachles qui l u i Itaient h o s t i l e s . Sa premiere aventure dans l a fo r e t fu t non seulement decon-certante mais prophltique. Le lendemain de leur a r r i v e e , Louise se l a i s s a persuader d ' a l l e r pour une excursion dans 'leur bois'. Roger, qui s ' i n t l r e s s a i t a l a nouveautl des vlg l t a u x , l a devancait de quelques metres. Soudain, un b r u i t v i o l e n t l a f i t t r e s s a i l l i r . Une masse g r i s e et fauve s ' l l a n c a sur e l l e . P r i s e d ' e f f r o i sous l'assaut, e l l e I t o u f f a un c r i et s'enfuit a demi-aveuglle de frayeur. La bete bondissait d e r r i e r e e l l e , f a i s a n t r e t e n t i r toute l a foret des I c l a t s de sa fu r e u r . 1 ? C ' l t a i t l'audacieuse grande perdrix de l'Ouest dlfendant son n i d . Cet incident se grava pour toujours dans l'inconscient de Louise et sa frayeur devant l a fo r e t devint une prlsence qui l a s a i s i s s a i t a son g r l comme une proie. Une seule f o i s cet e f f r o i se d i s s i p a pendant quelques insta n t s : Un jour, pres du 'creek' ou e l l e b e r c a i t son nouveau-n! au s o l e i l , e l l e eut un moment d'attendrissement envers cette Nature qui, pour un instant l u i semblait mere, e l l e a u s s i . E l l e o f f r i t a l a Mere-nature l'objet qui l u i I t a i t l e plus cher au monde -- son enfant. Cette offrande, e l l e l a dlsavoua immldiatement, mais pour comprendre a quel point ce geste — s i timide f C l t - i l — e t a i t Itrange a Louise, i l faut se rendre compte du dlcalage qui s'oplra chez l e jeune mlnage pendant l e s plus de deux annles q u ' i l s passerent sur leur t e r r e . 131 Des l e d?but, Roger, g r i s ? d'aventures, se l i v r e pendant des jour-n?es entieres aux p l a i s i r s de l a chasse et a l a s a t i s f a c t i o n d'arpenter de long en large sa nouvelle p r o p r i ? t ? . II ne se soucie meme pas de songer a construire une maison, avant qu'une averse de 24 heures l e pre-vienne des inconvenients et des dangers d'une v i e sous l a tente. Louise, condamnee a l ' o i s i v e t ? pendant de longues journ?es, en proie aux a f f d e -ments subits d'une i n v o l o n t a i r e aversion, I t a i t pourtant bien d?cid?e a ne pas devenir un fardeau decourageant pour son mari. E l l e endurait sans se plaindre mais non sans amertume, car cette i n s e n s i b i l i t e chez Roger, ignoree j u s q u ' i c i , l u i s e r r a i t l e coeur. La construction d'un "chantier" rapprocha les jeunes Francais de leurs v o i s i n s Canadiens. Roger au r a i t tttonn? longtemps dans cette besogne sans l ' a i d e g?n?reuse de P i e r r e et d'AmSlie Roy, s o l i d e f a m i l l e de ' t e r r i e n s ' qui, ayant ?lev? de nombreux enfants dans une ferme de l ' A b i t i b i , avaient d?cid? de relever encore une f o i s l e d e f i qu'offre un pays neuf. Cette decision n'avait pas et? d i c t ? e par l e besoin: i l s avaient pass? plus d'un an de r e t r a i t e a Montrlal; mais, t r a v a i l l e u r s courageux et pionniers par nature, i l s avaient trouv? d e b i l i t a n t e l a v i e indolente qu'on mene a l a v i l l e . Ils ?taient poussls comme malgr? eux a de plus rudes aventures. "Mon vieux et moi, d i s a i t M?lie, on ? t a i t comme les animaux qu'on t i e n t dans l ' l t a b l e quand i l s sentent l'herbe 18 v e r t e dehors." II est v r a i que Louise ne pourrait jamais trouver chez Am?lie une ame soeur, et Roger, de son cdt?, poussait l a condescendance jusqu'a d i r e que "ces braves gens ... sans ?ducation ne connaissaient que l a routine du metier, [et que l u i , Roger, a l l a i t leur] montrer cora-19 ment on s'y prend pour donner a une te r r e toute sa valeur." 132 Neanmoins, et malgre" les reserves q u ' i l s se faisaient a l 'egard de leurs voisins ' rus t res 1 , Louise et Roger seraient morts de faim, de f roid et de solitude sans cette famille paysanne. La-maison construite, Roger se jette avec acharnement dans le t ravai l de dlfrichement. Au commencement, va i l lant mais maladroit, i l rentrait tous les soirs, brise" de fatigue. Son t ravai l accapare toute sa force, toute son attention et petit a petit i l nSglige sa to i le t te et ses vetements; au contact des animaux et des rudes colons, ses manieres et son langage deviennent grossiers. Alors q u ' i l se serait indigne* du moindre regard insolent pos£ sur sa femme, quelques mois, plus t8t, i l etait p r § t maintenant a tolerer les propos scabreux de ses engages et les regards malhonnetes q u ' i l s jetaient sur Louise. II se dlfendait en insistant que des hommes de l a t a i l l e et de l a force de ces deux Slaves Staient d i f f i c i l e s a trouver. Ce qui navrait Louise par dessus tout, c'Stait le changement i n t § -rieur qu'el le remarquait chez Roger. A mesure que sa vie physique prenait de l'envergure, i l semblait perdre ses gouts intel lec tuels . Alors discretement, e l l e essaya de le persuader a se remettre a S c r i r e -*» i l avait it& journaliste autrefois — et a force de tendre perseverance, e l le obtint quelques resultats . C'etait l ' h i v e r , et Roger avait commence" a r e l i r e les quelques l ivres q u ' i l s avaient apportSs, mais ces romans suscitaient chez l u i des acces de fureur contre les inanitSs des Roman-tiques. Louise en restait tout emue: en depit de leur bonne volontS, des divergences latentes apparaissaient. Enfin, par ennui plutQt que par ambition, Roger se mit au t r a v a i l . II voulait , pour compenser le dSgoQt q u ' i l avait de Rousseau, Chateaubriand et Flaubert " S c r i r e 133 20 quelque chose de simple, de clair et de vrai, surtout de vrai"; et i l entreprit de rldiger un roman d'aventures. Pour oublier le froid et les paysages enneigSs qui l'emprisonnaient, " i l campa ses personnages et 21 ses tableaux sous le torride climat de l'Afrique Squatoriale." II se livre a cette nouvelle aventure avec un telle fougue qu'il oublie de soigner les animaux et de faire les corvies nScessaires a l'entretien de la maison. Louise, craintive de voir s'Steindre chez lui cet enthousi-asme litteraire, entreprend discretement, ce surplus de travail, mais elle est enceinte et ces rudes travaux exterieurs sont au-dessus de ses forces. A la fin, Roger se lasse de la discipline mentale et i l aban-donne ses efforts intellectuels. Sa femme n'en est pas pour cela moins solitaire, car i l se devoue maintenant aux nouvelles revues et journaux 22 qui commencaient de lui arriver de France. Louise, dScouragSe de voir que Roger abandonnait son travail intel-lectuel, se revolte et l'accuse d'etre la cause de sa dltresse. Puis, regrettant aussitQt sa hargne, elle lui reproche gentiment d*aimer 'sa chere foret' plus que sa femme; mais i l n'y a pas a se meprendre: ce voile de camaraderie boufonne ne cache guere son effroi devant une adversaire d'autant plus redoutable qu'elle est inhumaine. Quand Roger 1'assure qu'il n'hesiterait pas a choisir sa femme si un choix se posait entre les deux, elle lui repond tristement: Oui, je le crois. Mais je sais que tu ne le ferais.pas sans dlchirement, ni sans m'en garder une longue rancune. Et voila pourquoi j'en veux a ce pays. En t'arrachant de moi, i l me defend meme de m'en plaindre. Je me sens un peu comme une Spouse dont le mari exigerait qu'elle vScGt en bons termes avec sa ma$tresse.23 134 La reconciliation ne dura pas; dSsormais la vie familiale devient en effet 'une vie a trois'. Ces deux etres, ne parvenant pas a se com-prendre, s'enfoncent chacun dans son propre dSsespoir. Pour Sviter les querelles qui se multipliaient, i l s prenaient peu a peu 1'habitude du silence, mais ces moments de treve ne faisaient qu'approfondir le pre-cipice qui se creusait entre eux. IneVitablement, ce muet antagonisme, ces conflits feutrSs iclaterent: i l s en vinrent aux paroles qui lais-serent de profondes blessures. Louise est tout a coup bouleversle de sentir en elle-meme le desir secret de se venger, et cruellement, de son mari. Mon Dieu, mon Dieu, s'Scrie-elle, mais que sommes-nous done venus faire ici? Comment pourrons-nous jamais en sortir maintenant, avant qu'il ne soit trop tard, avant que nous n'ayons perdu tout notre amour l'un pour 1'autre, avant que je n'y laisse tout ce que Roger aimait en moi ... Oh! cette forSt qu'il voulait abattre, cette terre sauvage qu'il voudrait asservir, et qui se vengent sournoisement, par petits coups, lui enlevant tout ce qui faisait de lui un homme superieur, le transformant en un £tre vulgaire, et qui devient brutal ... Oui ... c'est cette terre, c'est cette for@t, qui font aussi de moi une ame sans joie, toujours en revolte ... Qu'ai-je done fait pour que je sois ainsi ScrasSe, lentement, par ce pays sans pitiS? ...24 Devant la grande nuit sereine, etoille, devant ce vide infini — car, meme si elle ne pouvait 1'aimer, Louise comprenait la grandeur de la Nature --, elle eut tout a coup la perception du n£ant qu'est l'homme. ... imperceptibles atQmes, pullulant un instant comme une poussiere animle, puis rSsorbes, eux et leurs travaux, sous l'epiderme d'un globe infime qui, avant eux comme apres eux, suit son propre destin, au long d'une route inconnue perdue dans un espace insondable.25 L'enfant vient alleger un peu son amertume. II forge un lien fragile entre les epoux mais i l est incapable de combler le gouffre qui les 135 separe. Louise recommence peu a peu a v i v r e , mais 1'enfant devient son seul souci et e l l e est plus arreted que jamais dans sa decision de ne pas l l e v e r son f i l s dans cette t e r r e i n h o s p i t a l i e r e . Avec l e retour du printemps, Roger reprend son assaut f r & i e t i q u e . L'abattis s'edait metamorphose" en maquis, car le s cepees n'avaient pas tard? a se n o u r r i r des souches q u ' i l avait negligS de deraciner 1'annee predSdente. Un jour q u ' i l s'acharnait contre ces enormes corps rev£ches, sa mauvaise humeur se transforma tout a coup en colere. P r i s d'une rage muette et aveugle, l e s dents serreds, i l c i n g l a i t ses chevaux avec une f u r i e croissante. Les pauvres animaux se cabraient en e f f o r t s dedes-perSs pour edhapper aux t e r r i b l e coups et enfin l a chaine qui soulevait l a souche se cassa emportant Roger avec l' S l a n des betes epouvanteds. Apres un moment de honte, i l est envahi par une peur sourde, peur de s o i , et de l a dangeureuse puissance qui souleve les p i r e s i n s t i n c t s des hommes. II conclut un pacte avec Louise: qu'elle l u i accorde encore un an, et s i e l l e i n s i s t e a l o r s pour q u ' i l abandonne cette t e r r e , i l l'abandonnera. Cependant, i l espere qu'avec l e temps, l a Nature saura s l d u i r e Louise. Mais l a Nature, c'est sa maltresse a l u i , et Louise demeure intransigeante. En comptant l e s jours q u ' i l l u i res t e a passer dans ce pays t a c i -turne, e l l e reprend espoir, car e l l e entrevoit enfin l a p o s s i b i l i t y d'elever son f i l s dans une contred c i v i l i s e d . L'hiver se passe sans trop d'emois car l'enfant adoucit l a contrainte qui existe entre les Ipoux, mais avant que l'anned ne s o i t termined, l a t r a g l d i e v i e n t les foudroyer. L'enfant meurt, noyl dans l e ruisseau, tout pres de l'en d r o i t meme ou Louise, quelques mois auparavant, 1'avait o f f e r t a l a Mere-nature. 136 Ce que l'enfant n'avait pu faire de son vivant, i l l'accomplit par sa mort. Devant la douleur demente de sa femme, Roger accepte la d£-faite. Du reste, i l avait deja perdu la partie, la forSt lui ayant tout pris: f i l s , ressources, puissance d'esprit, courage. Deux semaines apres les funlrailles — c'Stait la premiere tombe dans le petit cimeti-ere du village — le jeune menage francais reprenait la route d'Edmonton. Le coeur triste mais les pieds fermement plantes dans le sol de la for£t, les Roy observent leur depart. Sur la route du sud, tandis que nos yeux pleins de regret et de pitiS les suivaient, les pathetiques silhouettes s'en allerent, diminuant avec la distance, puis elles s'Svanouirent.26 La For£t est une contribution prlcieuse a notre littlrature indi-gene. La simplicity du theme en fait la force. Ici, point de complica-tions telles qu'on en trouve dans Nipsya. Bugnet raconte simplement la lutte entre deux Stres dont les divergences innees s'accentuent a mesure que s'intensifie le combat men? par chacun d'eux contre la for£t. Le destin manque" d'un jeune homme qui ose braver la Nature canadienne sans la comprendre ni 1'aimer, c'est la 'le document* que Bugnet voulait nous laisser. Mais i l a cr£e bien plus qu'un document. Avec une finesse psychologique toute subtile, dans une langue classique, i l fait revivre pour le lecteur le terrible conflit qui oppose ces deux ©tres pris dans le dSsert de leur incompatibility. Voila, apres tout, le microcosme de la lutte universelle, et c'est pourquoi La Forgt est un roman digne d'etre compty un jour parmi ceux de la litteVature du monde entier. NOTES SUR LE CHAPITRE V 1. Georges Bugnet, Nipsya, (Montreal: Garand, 1924), p. 4. 2. Ibid. 3. Ibid., p. 6. 4. Ibid., p. 49. 5. Ibid., p. 46. 6. Ibid., p. 4. 7. Ibid., p. 12. 8. (janv., Bugnet, "La Foret", Le Canada Francais, Universitl Laval, XXVII 1940), 389. 9. Bugnet, Nipsya, p. 6. 10. Ibid., p. 7. ) 11. Ibid., p. 36. 12. Ibid., p. 38. 13. Voir Introduction, p. 2 14. Bugnet, La Foret, (Montreal: Editions du Totem, 1935), p. 67. 15. Ibid., p. 8. 16. Ibid., p. 11. 17. Ibid., p. 22. 18. Ibid., p. 30. 19. Ibid., p. 35. 20. Ibid., p. 98. 21. mesure, Ibid., p. 127. Cette partie du roman paratt etre, en grande autobiographique. Voir Ch. IV, p. 99. 138 22. Le probleme culturel de Roger Stait sans doute la plus dure epreuve que Bugnet lui-meme eut a subir. "Sevrl pendant si longtemps de tout contact avec la culture franQaise, dit Tougas, Bugnet dut mener un combat intime contre la deperdition de sa puissance verbale comme de l'emoussement de sa pensle." Tougas, Histoire de la Titterature canadi- enne-francaise (Paris: Presses universitaires de France, 1960), p. 150. 23. Bugnet, La Foret. p. 88. 24. Ibid., p. 136. 25. Ibid., p. 138. 26. Ibid., p. 238. CONCLUSION Constantin-Weyer et Bugnet se passionnerent tous l e s deux pour l'Ouest canadien. I l s ont en commun quelque chose de plus que l e cadre de leurs romans. Un puissant courant de naturalisme se manifeste chez eux; i l forme meme l a base philosophique de leur oeuvre. L'homme, d i s e n t - i l s , est faconne par son m i l i e u . Bugnet veut que l'homme envi-ronnS par l a foret prenne conscience de sa pe t i t e s s e , car sans cette humilite ne j a i l l i r a jamais l ' e t i n c e l l e de grandeur qui couve au fond de son tme. Constantin-Weyer, au contraire, tente 1'impossible, — i l transplante l'homme c i v i l i s l dans l a nature l a plus sauvage et voudrait que c e l u i - c i s'y adapte en toute hate. En essayant d'imiter l'autoch-tone, son personnage devient s o i t un rate, s o i t un surhomme. Chez les deux auteurs se retrouve aussi l e meme theme de combat. Pour Constantin-Weyer l a l u t t e est indispensable; c'est l a seule action qui v a i l l e : e n f i n de compte, sans l a q u e l l e l e surhomme ne pourrait e x i s t e r . Bugnet, l u i , p r l f e r e dScrire l e combat i n t e r i e u r . C e l u i - c i est toujours une l u t t e a t r o i s f a c e t t e s : l a l u t t e intime qui se passe au plus profond de l'homme et l a l u t t e q u ' i l mene contre son semblable se jouent toujours contre l ' a r r i e r e - f o n d de l a Nature, elle-meme souvent une adversaire, et al o r s beaucoup plus redoutable que l'homme. Les deux auteurs furent aussi frappSs par l e cycle impassible de l a V i e et de l a Mort dans l a nature. Bugnet dScrit ce phenomene sans elaboration; Constantin-Weyer en f a i t l e theme p r i n c i p a l de ses romans d'aventures. Par contre, i l y a plus de divergences que de ressemblances chez ces e c r i v a i n s du meme age et de l a meme epoque l i t t e r a i r e . Qui d i t 140 Constantin-Weyer d i t exotisme. I I a l e s t y l e v i f et a l l e g r e f a i t pour chanter l e surhomme et l a b e l l e aventure. Sa phrase souple a un l l a n qui emporte l e lecteur dans sa course joyeuse et souvent f r l n l t i q u e vers l'inconnu. Ses descriptions exotiques sont vigoureuses. La puissance verbale de l'auteur leur donne une ampleur et un c o l o r i s qui n'ont point d ' l g a l parmi les fresques qu'on a brossles du Canada. Constantin-Weyer possede aussi c e t t e a c u i t l a u d i t i v e que l'on rencontre surtout chez les poetes. C'est un don a l l i l a l a s e n s i b i l i t l et qui permet a l'auteur non seulement de donner une nouvelle dimension a ses paysages, mais aussi d*adapter son s t y l e a l'lvlnement: Ses descriptions de l'aube sur l a montagne ont ce ton majestueux d'une cat h l d r a l e en pl e i n e f e t e ; par contre, pour esquisser l a p e t i t e v i e agitee des betes dans l a f o r e t , c'est un tout autre langage q u ' i l adopte. Cette aptitude f a i t que l e s dialogues de Constantin-Weyer semblent et r e t a i l l l s exactement a l a mesure des personnages: l a parole d i s t i n g u l e de Mgr. Provencher est aussi v r a i e , aussi j u s t e , que l a conversation toute simple de Napolion. Par contre, 1'humour chez Constantin-Weyer ne produit pas toujours une note aussi heureuse. II s a i t r i r e , mais seulement aux dlpens des autres. Toutefois s i son humour narquois est souvent c r u e l et p a r f o i s g r i v o i s , i l existe, ce qui est d i j a quelque chose. I I ajoute a ses anecdotes un c e r t a i n piquant primesautier qui assaisonne l e r l c i t . Cependant l a q u a l i t i l a plus o r i g i n a l e de Constantin-Weyer, c e l l e qui donne a son oeuvre un cachet tout p a r t i c u l i e r , est l ' l r o t i s m e . Cette c a p a c i t l d'lprouver des emotions intenses devant l e s d i f f l r e n t e s manifestations de l a nature se t r a d u i t chez l u i par l'anthropomorphisme. II transmet aux animaux et aux forces inanimles de l a nature les emotions 141 qu'il subit; voila pourquoi ses portraits sont si vivaces. L*erotisme Stait jusqu'ici absent de la litterature canadienne. Constantin-Weyer n'a peut-etre pas compris et aime la Nature aussi profondement que Bugnet, mais i l l'a mieux connue parce qu'il l'a mieux sentie. Aussi l ' a - t - i l mieux traduite pour ses lecteurs car i l les fait participer aux drames caches d'une Nature jalouse. De temperament plus discipline, Bugnet voit les choses en rlaliste. Devant l'immensite de la Nature canadienne, i l rOduit l'homme a sa "juste proportion" qui est infime. Pour compenser les extravagances des Romantiques, i l devient presque janseniste. II refuse tout artifice littSraire qui pourrait donner -a son rScit une teinte qui ne soit pas absolument conforme a la v&rite. II Ovite de dOcrire les evenements pathetiques et les catastrophes tels que les holocaustes des incendies de forSt, les mortelles temp^tes de vent et de neige, c'est-a-dire toute action sensationnelle. D'apres lui, ces phenomenes, quoique frSquents, n'ajoutaient rien au developpement du caractere de ses personnages. "L'ecrivain, d i t - i l , doit savoir Sliminer tout ce qu'on pourrait estimer romanesque, s'en tenir a la plus ordinaire rSalitS, a une vOrite qui ne suscitat aucun doute."* Aussi faut-il Oviter les portraits trop domi-nants pour s'en tenir aux personnages tres ordinaires dont les aventures sont des plus communes. Une telle discipline est admirable mais elle entralne souvent a moraliser. L'absence d'humour chez Bugnet tient aussi de son temperament mais cette lacune est plus que rachetee per sa sincS-rite. En dOdaignant tous les artifices auxquels succombent la plupart des auteurs, i l a rOussi nlanmoins — peut-Stre a cause de cela a crOer une oeuvre telle que La ForQt. 142 Bugnet n'a pas la sensualitS raffinle de Constantin-Weyer; c'est pourquoi ses descriptions n'en ont ni la couleur, ni le mouvement, ni la passion. II ne ressent pas, i l percoit. Ses details descriptifs ne sont jamais approfondis parce que pour lui la Nature est une manifesta-tion de l'Infini, une enigme qui adresse un d€fi perpetuel. Et puisqu' elles dScoulent d'une experience mystique, ses descriptions de la Nature sont en quelque sort transcendentales: elles depassent le domaine des connaissances pour sonder l'absolu. C'est i c i 1'envers de l'anthropo-morphisme de Constantin-Weyer. La polsie de Bugnet se trouve dans la pensee, qu'il exprime en un style depouillil et par un rythme ample et mesurl qui en font la force. Cinquante ans apres Chevalier, Constantin-Weyer remettait le Canada "a la mode" parmi les lecteurs de France. Ce qu'ils ont retenu de son Epopee canadienne sont les tableaux de neige, les anecdotes de moeurs pittoresques et ses exquis portraits d'animaux sauvages. Par son imagi-nation fantaisiste et voluptueuse, Constantin-Weyer ajouta un levain a la litterature canadienne du XXe siecle; son style vif anima 1'allure plut8t pesante des romans de cette epoque. Dans la tradition du Romantisme exotique, son Epopee est la meilleure oeuvre d'expression francaise au Canada. De son cQtS, Bugnet donna une nouvelle dimension au roman du terroir en faisant valoir l'Slement mystique. Chez lui l'absence de l'humour et les tendances didactiques sont compensSes par la dllicatesse des senti-ments, par son intellect et par sa probite". Georges Bugnet, a 87 ans, habite toujours la region ou i l a construit sa premiere habitation au Canada. Maurice Constantin-Weyer est decedS le 22 octobre, 1964, a l'age de 83 ans. II y a un demi-siecle, ces deux auteurs francais livraient assaut a l'Ouest canadien. Cet AnthS, i l s le corabattirent chacun a sa fa^on; i l s'ensuivit une oeuvre con-siderable dont notre jeune litterature a heritl. Pour ce don et pour l'amour dont i l s ont fait preuve envers notre pays, nous leur devons bien plus que de la gratitude: Constantin-Weyer et Bugnet mSritent une place permanente dans les annales de notre histoire. NOTES SUR IA CONCLUSION 1. Bugnet, HLa Foret", Le Canada Francais XXVII, (Janvier, 1940), P. 394. —"• 2. Nos sinceres remerciements a Mme George-Day, Secretaire Generale de la Societe des Gens de Lettres de France, pour ce renseignement qui nous est parvenu le ler septembre, 1965. OEUVRES CONSULTEES OEUVRES DE CHAQUE AUTEUR EN ORDRE CHRONOLOGIQUE BUGNET, Georges. Le Lys de sang, roman canadien inSdit par Henri Doutremont (pseud.); Illus. de A. Fournier. Montreal: E. Garand, 1923. BUGNET, Georges. Nipsya, grand roman canadien inSdit par Henri Doutremont (pseud.); Illus. de A. Fournier. Montreal: E. Garand, 1924. BUGNET, Georges. "Le Pin du Maskeg", Le Canada Francais, (oct.-nov. 1924), pp. 95-103; 176-185. BUGNET, Georges. "French Writers of the Canadian West." Canadian  Bookman, (Mar. 1931), 53; BUGNET, Georges. "Nationalism and Literature." Canadian Bookman, (Sept. 1932), 91. BUGNET, Georges. Siraf, Stranges rgvSlations, ce qu'on pense de nous par-dela la lune. Montreal: Editions du Totem, 1934. BUGNET, Georges. La Foret, roman. MontrSal: Edit ions du Totem, 1935. BUGNET, Georges. "Propos d'un Albertain." Les IdSes, I, 2 (fevrier 1935), 75-84. BUGNET, Georges. "Inventons des arbres." Les IdSes, I, 4 (avril 1935), 240-49. BUGNET, Georges. Voix de la solitude, MontrSal: Editions du Totem, 1938. BUGNET, Georges. "Science et foi." Le Canada Francais, XXV, (juin 1938), 1059-1067. " BUGNET, Georges. "Ivan et FSdor; piece de thSatre." LCF. XXVI, (oct. 1938), 166-84. BUGNET, Georges. "La Foret." LCF, XXVII, 5 (Janvier 1940), 389-401. BUGNETj Georges. "Valeurs littSraires." LCF. XXVIII, 4 (dScembre 1940), 346-360. BUGNET, Georges. "Les Gardiens de la terre." LCF, 8 (avril 1944), 561-566. 146 Sauf avis contraire, tous ces ouvrages sont publics a Paris. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. Vers l'Ouest. roman. Renaissance du livre, 1921. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. Manitoba. F. Rieder et Cie., 1924. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. La Bourrasque. F. Rieder et Cie., 1925. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. Cavelier de la Salle. Rieder, 1927. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. Cinq eclats de silex. Rieder, 1927. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. Un Homme se penche sur son passe. Rieder, 1928. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. A Man Scans his Past. New York: The Macaulay Co., 1929. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. Clairiere. recits du Canada. Stock, 1929. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. The Half-breed. New York: The Macauley Co., 1930. CONSTANTIN-WEYER,. Maurice. A Martyr's folly (The Half-breed) with a critical introduction by Pelham Edgar. Toronto:" Macmillan, 1930. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. Du Sang sur la neige. A la Cite des livres, 1931. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. Napoleon; Le Danseur rouge. Rieder, 1931; CONSTANTIN-WEYER, Maurice. Une Corde sur l'abime. Rieder, 1933. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. Un Sourire dans la tempSte. Rieder, 1934. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. Telle qu'elle etait en son vivant. Librairie des Champs-Elysees, 1936. CONSTANTIN-WEYER, Maurice. La Verendrye. Toulouse: Didier, 1943. 147 II. OUVRAGES- GENERAUX et CRITIQUES BAILLARGEON, Samuel C. SS. R. LittSrature canadienne-francaise. Montreal et Paris:- Fides, 1960. BERNARD, Harry. Juana, mon aimSe. Montreal: 1931. BISSON, L. A. Le Romantisme litteraire au Canada francais. Paris: librairie E. Droz, 1932. _ BRAY, RenS. Chronologie du Romantisme. 1804-1830. Paris: Boivin et Cie., 1932. BRUNETIERE, Ferdinand. Le Roman naturaliste. Paris: Calmann-Levy, 1905. CANADA, Bureau de recensement de statistiques. Cinquieme recensement  du Canada, 1911. Ottawa, 1912-1915, Vol. A. Canada Year Book. Ottawar King's Printer, 1921. The Canadian Who's Who, 1961-63. Toronto: Trans-Canada press, 1963, vol. IX. CHAMPLY, Henry. Mil neuf cent trente ou L'Antiromantisme. Paris: librairie Valois, 1930. DANDURAND, AbbS Albert. Le Roman canadien-francais. Montreal: Editions Albert Levesque, 1937. DIONNE, N.-E. Le Parler populaire des Canadiens-francais. Quebec: La Flamme et Proulx, 1909. FREMONT, Donatien. Les Secretaires de Riel. MontrSal: Sditions Chantecler LtSe, 1953. FREMONT, Donatien. Sur le ranch de Constantin-Weyer. Winnipeg: Sditions de "La LibertS", 1932. GRAVEL, Ghislaine. L'Ouest canadien dans le roman francais, these de maltrise prSsentSe a l'Universite de MontrSal, 1949. \ HARTLEY, Anthony, ed. The Penguin Book of French Verse, III: The J Nineteenth Century. Suffolk: Clay & Co. Ltd., 1957. JOURDA, Pierre. L'Exotisme dans la littSrature francaise depuis Chateaubriand, 2 vols. Publication de la facultS des lettres de 1'UniversitS de Montpellier: Presses universitaires de France, 1956, II. 148 LAGARDE, A. et Michard, L., eds. XVIIe, I.e. Dix-septieme, Siecle. Paris: Bordas, 1963. XlXe. i.e. Dix-neuvieme Siecle. Paris: Bordas, 1962. Larousse du XXe Siecle. 6 vols. Paris: Librairie Larousse, 1929, II. Le Jeune, R. Dictionnaire general du Canada. 2 vols. Ottawa: 1931, II. MAIGRON, Louis. Le Roman historique. a l'Spoque romantique. Paris: Hachette, 1898. Le Romantisme et les moeurs. Paris: Librairie Ancienne, Honor! Champion, 1910. MARTINO, Pierre. Le Roman realiste sous le second empire. Paris: Hachette, 1913. McCOURT, Edward. The Canadian West in Fiction. Toronto: Ryerson press, 1949. MORICE, Adrien Gabriel. Dictionnaire historique des Canadiens et des Mltis francais de l'Ouest. Quebec: J. P. Garneau, 1908. RIEL,-Louis "David". Pogsies religieuses et politiques. Montreal: imprimeries de "l'Etendard", 1886. STANLEY, George F. G. The Birth of Western Canada. Great Britain: Longmans, Green & Co. Ltd., 1936; Canada: University of Toronto Press, 1963. STANLEY, George F. G. Louis Riel. Toronto: Ryerson press, 1963. TOUGAS, Gerard. Histoire de la litterature canadienne-francaise. Paris: Presses universitaires de France, 1960. Le Veritable Riel. Tel que depeint dans les lettres de Mgr. Grandin, du Rev. P. Leduc, du Rev. P. Andrg, des RR. PP. Touze, Fourmond, Vegreville, Moulin et Lecoq. Montreal: imprimerie Generale, 1887. WADE, Mason. Les Canadien-francais de 1760 a nos jours, traduit de l'anglais par Adrien Venne, 2 vols. Montreal: le Cercle du Livre de France, 1963, II. Who's-Who en France. 1963-64. Paris: Sditions Jacques Lafitte, 1963. 149 III. ARTICLES dans les REVUES ET JOURNAUX BARD, . "Revue de La Forgt de Georges Bugnet." Les IdSes, I, 4 (avril 1935), page non-numerotee. CHARPENTIER, Fulgence. "Le Canada dans le roman francais." Revue del'UniversitS d'Ottawa, I, 4 (oct.-dec. 1931) 486-507. CHARPENTIER, John. "Revue de la quinzaine - La Bourrasque (Constantin-Weyer)." Mercure de France. 1 fevrier, 1926, p.714. "Revue de la quinzaine - Clairiere (Constantin-Weyer) ." Mercure de France, 1 avril, 1930, p. 160. "Revue de la quinzaine - Manitoba (Constantin-Weyer) ." Mercure de France, 1 mars, 1925, p. 464. COLLET, P. "Les paysages d'hiver dans le roman canadien-fran^ais." Revue de l'Universite Laval, XVII, (Janvier 1963), 404-419. (fevrier 1963), 549-562. FREMONT, Donatien. "Les aborigines du Nord-Ouest canadien au temps de La Verendrye." Memoires de la S o c i e t y Royale  du Canada, 3eme sSrie, XLIII, section 1 (juin 1949), 7-21. "Les Francais dans l'Ouest canadien." Memoires  SRC, 3ieme sSrie, XLI, section 1 (mai 1947), 15-36. "Les Metis de l'Ouest canadien." Memoires SRC, 3ieme serie, XLVII, section 1 (mai 1948), 53-77. "M. Constantin-Weyer et le vrai Riel." RUO, I, 4 (oct.-dyC. 1931), 550-569. MESLIN, Michel. "Le^Mythe dans le monde moderne." (Institut et Histoire des religions, Sorbonne, Paris). RUL, XIX, 4 (decembre 1964), 291-304. PREVOST, Jean. "Revue de Un Homme se penche sur son passS (Constantin-Weyer)." La Nouvelle revue francaise, XXXII (1 Janvier 1929), 118-19. RACHILDE. "Revue de la quinzaine - Vers l'Ouest (Constantin-Weyer)." Mercure de France, 15 fevrier, 1922, p. 170. 150 ROZ, Firmin. "Revue politique et litteraire." La Revue bleue, 66e annee, 15 decembre, 1928, 760-63. TUCHMAIER, Henri S. "L'evolution du roman canadien." RUL. XIV, (octobre 1959), 131-43; (novembre 1959),.235-47. AUTRES OUVRAGES TITULES A CETTE ETUDE BRADFORD, F. E. L'Histoire du Canada dans l'oeuvre de Maurice Constantin-Weyer. these de maltrise presentee a l'Universite McGill, 1946. POIRIER, Joseph Emile. Les Arpents de neige. roman canadien, preface de M. Adjutor Rivard. Paris: Nouvelle librairie nationale, 1909. i ROQUEBRUNE, Robert de. D'un Ocean a l'autre. Paris: ,, 1924. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0093749/manifest

Comment

Related Items