Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Le drame historique a l'epoque romantique (1829-1843). Etude de l'oeuvre des petits auteurs Poole, F. Abner 1931

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1931_A8_P62_D7.pdf [ 9.97MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0093679.json
JSON-LD: 831-1.0093679-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0093679-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0093679-rdf.json
Turtle: 831-1.0093679-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0093679-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0093679-source.json
Full Text
831-1.0093679-fulltext.txt
Citation
831-1.0093679.ris

Full Text

LE DBAME HISTORIQUE A L'EPOQUE BOMMTIQUE. (1829 - 1843). Etude de l'oeuvre des p e t i t s auteurs. by P. ABNEB POOLE.. • A Thesis submitted f o r the Degree of • Master of Arts i n the Department of Modern Languages. The University of B r i t i s h Columbia A p r i l , 1931. i . Avant-Propos. "Les romantiqu.es se proposaient de doter l e theatre d'un genre nouveau, l e drame hi s t o r i q u e , qui n'aurait ete" que l e roman de Walter Scott, decoupe en actes et en scenes. II aurait differe" de l a tragedie par deux t r a i t s principaux: d'abord au li e u , d'exprimer l a v e r i t y u n i v e r s e l l e , i l a urait exprime une v e r i t e r e l a t i v e : c e l l e de sentiments en rapport avec une epoque determined; ensuite, a 1'action resserree dans un cadre e t r o i t , i l aurait substitue une action plus 1 l i b r e , se repandant en scenes varices par l a couleur et par l e ton."" I n exposant s i brievement, et en meme temps s i clairement, l e Taut des auteurs dramatiqu.es de l a periode romantique, M. Doumic a aussi signale 1'importance du drame historique a cette epoque-la. En e f f e t , on n'a qu'a parcourir une l i s t e de pieces romantiqu.es pour voir que M. Doumic, et mi l l e autres encore, a d i t v r a i : l es sujets Mstoriques y p u l l u l e n t . Et sans discuter avec ce grand c r i t i q u e pour savoir s i les romantiques ont r i e n cred comme genre dramatique, nous avons cru interessant de f a i r e une etude sur l e drame historique t e l que 1'ont e e r i t l es auteurs mo ins importante. Y o i c i done l e plan de notre etude: apres avoir e t a b l i ce qui sera pour nous un drame historique, nous tracerons en quelques pages l e s progres du "theatre h i s t o r i q u e " depuis l e moyen age jusqu'a 1. Doumic, 1: "L'oeuvre du romantisme au theatre" E.D.11.1902,p. 924. i i . notre periode. Puis, nous passerons a. une consideration.des idees r e l a t i v e s a l*emploi de l*h.istoire au theatre , lesquelles se trouvent f o r t clairement exposees dans l e s nombreuses prefaces et l e s a r t i c l e s de joumaux conteraporains. Suit un chapitre sur w l *hist o r i q u e w du drame historique entre 1829, date de "Henri I I I et sa cour w et 1843, date de l a chute des TBurgraves". Yoila. en quoi consistera l a premiere partie de notre t r a v a i l . Bans l a deuxieme part i e nous nous occuperons d'une etude sur l a matiere des drames historiques parus pendant 1'epoque definie c i -dessus, en divisant notre sujet de l a fac,on suivante: l a v e r i t e historique, l e s ejpoques, l e s intrig u e s , l es i n s t i t u t i o n s et les personnages. Te l , done, est l e plan de cet ouvrage. lous savons bien q u ' i l s*y trouve quelques faiblesses. D'abord, l'esquisse de l'emploi de l ' h i s t o i r e au theatre a, sans doute, une importance qui n*est pas meritee, vu qu'on n'y a ri e n mis d f o r i g i n a l . Puis d'autres chapitres sont un peu minces, ce qui est du en partie a l a nature uniforme et quelquefois monotone des pieces en question. Mais tout de meme_ nous esp&rons avoir releve quelques d e t a i l s interessants et avoir expose quelques idees originales a propos du drame historique a. l a periode romantique. <0GO Premiere P a r t i e . 3. Chapitre premier. Qu'est-ce que c 'est qu'un drame h i s t o r i q u e ? "Un drame h i s t o r i q u e est un drame dont 1'action se passe a une epoque a n t e r i e u r e a c e l l e ou v i t 1'auteur." V o i l a une d e f i n i t i o n b ien simple, et comme nous esperons l e montrer a 1 ' i n s t a n t , de^Jiaau^^u^-^-rep-- i n s u f f i 3 a n t e . Admettons pour l e moment que l e drame h i s t o r i q u e ne s o i t que c e l a ; on n ' a u r a i t done qu'a, e c r i r e en bas de l a l i s t e des personnages de n'importe quel drame "L'action se passe dans une t e l l e annee", pour a v o i r un drame h i s t o r i q u e ? Et l e spectateur? Comment v a - t - i l s a v o i r , a l o r s , qu'on l u i presente un drame h i s t o r i q u e ? On v o i t tout de s u i t e q u ' i l f a u t un peu plus que l a date de 1'action; . et cependant v o i l a tout ce q u ' i l y a d ' h i s t o r i q u e dans p l u s i e u r s "drames h i s t o r i q u e s " de l a periode q u i nous occupe. Ces p i e c e s - l a , nous n'y avons guere f a i t a t t e n t i o n , et e'est a peine s i e i l e s se trouvent mentionn^es dans c e t t e etude. Sur quoi done avons-nous e t a b l i notre conception du drame h i s t o r i q u e ? Par quel moyen i n d i q u e r que l e drame est h i s t o r i q u e ? En v o i c i un de t r e s simple et que tous l e s auteurs dramatiques se sont avisos.d femployer: transformer l e s portes et l e s f e n e t r e s de l a scene en y ajoutant des o g i v e s , et l e spectateur l e moins i n t e l l i g e n t d i r a tout de s u i t e : Tiens, on va nous representer l e moyen age. Mais l e s decors s e u l s , s i f i d e l e s q u ' i l s s o i e n t , ne s u f f i r o n t pas a rendre un drame " h i s t o r i q u e " . On v o i t mais on ne sent pas que l a seine se passe en p l a i n moyen age. Par consequent, i l faut avoir recours a d'autres moyens encore pour produire 1 ' i l l u s i o n h i s t o -rique. S i , l a mise en scene e t a b l i e , des personnages historiques s'y prominent, s i Louis XI se presente aux yeux'du speetateur, c e l u i - c i commence a se l a i s s e r persuader. Prenez garde, cependant, que l e caractere de votre personnage ne s o i t pas contraire aux idees pre-concues de 1'assistance, car on vous accusera tout de suite d'avoir fausse l ' h i s t o i r e et votre drame ne sera plus historique mais une oeuvre f a n t a i s i s t e . Ajoutez au cadre et aux personnages historiques une intrigue qui s u i t d'assez pres les evenements historiques qui vous concernent et vous aurez un drame historique tout a f a i t p a r e i l a ceux qui ont paru sur les p e t i t s theatres de P a r i s entre 1829 et 1843. Naturellement, pour que ce s o i t un drame, i l faut y mettre en jeu des passions ar-dentes; et, a juger d'apres ce que nous avons l u , cela ne doit pas etre d i f f i c i l e * Que ces quelques elements historiques ne constituent pas un p a r f a i t drame historique, r i e n n'est plus evident. II nous reste done a e t a h l i r en quoi consiste l e type p a r f a i t de notre genre. Tout d'ahord, l e dialogue contribue forcement a creer ou a detruire l ' i l l u s i o n historique, selon le genie de l'auteur. Un procede tres simple, et, d ' a i l l e u r s , t r e s employe par Dumas, e'est de faireraconter aux personnages des evenements contemporains. II faut, cependant, que ces allusions paraissent tout a f a i t naturelles et qu'on 5. n ry voie pas l a main de l'auteur, ce qui est trop souvent l e cas chez l'auteur de "Henri I I I " ; et sans l e genie dramatique de c e l u i - c i , cet etalage d'erudition et de documentation pourrait "bien devenir eanuyeux. Heureusemerit l e s p e t i t s auteurs n'ont pas beaucoup imite Dumas en c e c i , faute de temps, sans doute, plutot que faute d ' i n c l i n a t i o n . Mais un drame historique n'est pas un manuel d ' h i s t o i r e , et les paroles des acteurs, au l i e u de nous mettre au courant de tout ce qui se passait a une epoque quelconque, devraient plutot interpreter pour nous l ' e s p r i t , 1'atmosphere de cette epoque, et nous reveler les sentiments des per-sonnages par rapport a, cet e s p r i t . C'est l a ce qu'on appelle " l a 1 couleur locale i n t e r i e u r e " . Le jugement de M. Gharles Major a. propos du roman historique peut s'etendre jusqu'au drame historique: " ( H i s t o r i -c a l atmosphere) cannot he created by merely r e c i t i n g h i s t o r i c a l facts of the period, unless those facts are e s s e n t i a l l y incident to the time 2 i n which they occurred and probably would not occur i n any other time." Et plus bas ee c r i t i q u e indique un procede qui serait u t i l e a l'auteur dramatique aussi bien qu'au romancier: "Given sharply defined conditions, one who has the h i s t o r i c a l method of thought w i l l be able to learn therefrom at least a part of what was done and said by persons l i v i n g 3 under those conditions." Et pour l e reste? L'ecrivain se se r v i r a de son imagination. Avec quelle justesse Rostand a - t - i l su employer ce 1. Louis Maigron: "Le roman historique". p. 53. 2. Charles Major: "What i s h i s t o r i c atmosphere?" Scribner's,T.27, pp.755, 1 June,1900. 3« i d : i b i d : p. 758. 6. proeede-la.' Prenant comme "conditions'* l a p r e c i o s i t e , l e l i b e r t i n a g e , les moeurs de " l a "boheme l i t t e r a i r e " et l e nouvel esprit philosophique et s e i e n t i f i q u e , i l a recr^e dans son "Cyrano de Bergerac" toute 1'at-mosphere de 1'epoque de Louis X I I I , E n f i n , meme le s passions qui agitent les personnages peuvent devenir, par l e dialogue, en quelque sort© "historiques"; car i l est souvent possible de donner a leur ex-pression une nuance toute p a r t i o u l i l r e , conforme a 1'epoque qu'on veut ressusciter: 1'amour precieux, par exemple, du dix-septieme s i e c l e . II est tres rare, cependant, que les p e t i t s ecrivains se soucient d'ehrichir a i n s i 1'element historique de leurs pieces. Mais assez souvent,-soit q u ' i l s l'aient f a i t a dessein ou non,- l a l u t t e psychologique n a i t de sentiments qui n'existaient qu'a une certaine Epoque. lous pensons a l a "Marguerite de Quelus" de Paul Foucher et a l . , c '' ——— " rv-t" I dans laquelle l a haine des Catholiques envers les Protestants au temps des Guerres de Religion est aux prises avec 1'amour. Un drame peut done etre "historique'* grace a 1'element psychologique, II a r r i v e , t o u t e f o i s , que 1'auteur ne veut n i donner a une passion universelle une expression p a r t i c u l i e r e n i puiser dans l ' h i s t o i r e les ressorts dramatiques, mais q u ' i l a comme Taut 1'explication psychologique des actions d'un personnage historique. Cromwell n'a pas voulu accepter l a couronne d'Angleterre. Pourquoi? Victor Hugo nous repond: I I craignait l a revolte et l a mort. La peur, v o i l a l a force motrice qui explique, pour Hugo, l e geste du Protecteur. On a 7. 1 ' conteste a Hugo l a v e r i t e de son p o r t r a i t . Et c 'est l a justement 1'in-convenient de ce procede; i l faut se documenter tres minutieusement sur l e caractere du personnage en question, pour etre sur d'echapper a. l a c r i t i q u e , Malgre c e l a , cette nSthode se retrouve assez souvent dans les pieces que nous allons etudier, et pour cause; e l l e n'est pas tres eloignee d'une conception, assez repandue entre 1825 et 1830, a. savoir, que l e but du drame historique, c'est de f a i r e deseendre l e s grands au niveau ordinaire des hommes en leur attribuant des caracteres 2 mesquins. On voit "bien & quel point une t e l l e idee pourrait etre n u i s i b l e a notre genre; et, en e f f e t , e l l e a gate plus d'un drame historique. Par ces quelques remarques nous croyons avoir assez suf-fisamment demontre a. quels egards un drame peut etre historique et a quoi on peut s'attendre en abordant l e s drames historiques representes entre 1829 et 1843. Repetons-le: aucune de ces pieces n'est un chef d'oeuvre et toutes ont des faiblesses enormes. Sauf dans un seul ca.s, 3 toutes ont ete montees; et quand ce ne s e r a i t que pour voir ce qui passionnait le public p a r i s i e n d ' i l y a cent ans, ces oeuvres meritent l a peine d'etre etudiees. . See, Henri: Le Cromwell de Y.H. et l e Cromwell de l ' h i s t o i r e . Mercure de Pr. t.200 (15 dec.1927) p.5-17. Par ce cote, le drame historique se rapproche bien souvent de l a comedie historique. Voir l a preface de l a "Christine" de Frederic Soulie. . C'est-a-dire, parmi l a quarantaine de pieces que nous avons lues. 8. Chapitre I I . Les sujets historiqu.es au theatre avant 1'epoque romantique. Que l e s romantiques n'aient pas ete les premiers a. donner aux ^Tenements des epoques loin t a i n e s une expression dramatique, eela n'est auounement etonnant. Car 1'histoire semble etre une source naturelle d ' i n s p i r a t i o n a l a portee de tout eerivain dramatique. Et cependant on s'est s e r v i avant l e dix-neuvieme s i e c l e , du moins, tres moderement de sujets historiques. Dans ce chapitre nous allons d'abord signaler quelques pieces historiques des XV s, TVf, XVI^et X T I I I e s i e c l e s ; puis nous etudierons les influences qui ont aide au developpe-ment du theatre historique entre 1800 et 1820; et e n f i n nous montrerons quel fut l e r e s u l t a t de ces influences pendant l a meme periode et jusqu'a 1829. Heme a une date aussi reculee que 1435,^nous trouvons une piece dont on a puise l e sujet dans 1'histoire: le Mystere du Siege d'Orleans, qui, en vingt mill^syvers, nous montre l a delivrance de cette v i l l e par Jeanne d'Arc, et l a defaite des Anglais, s u i v i s prealahlement de v i l l e en v i l l e depuis leur depart d'Angleterre, Dans ce drame 2 enorrae, q u i , selon M. Lanson, n'est pas de heaucoup posterieur a l a delivrance d'Orleans, ou tout au moins a l a r e h a b i l i t a t i o n de Jeanne d'Are, on retrouve tout 1'ardent patriotisme qui animera pas mal de drames historiques k venir. On en d i t : "Whatever i t s immediate sources, 1. - Cette date n'est pas certaine. 2, Lanson, G: His t o i r e i l l u s t r 6 e etc. t . I e r : p.154.- M.Lanson f a i t mention egalement d'une piece dont l e sujet est t i r e de 1'his-t o i r e antique: "La Destruction de Troye." 9. the play i s h i s t o r i c a l l y correct enough; i t s heavenly scenes only serve to give the motive of earthly action and to show the working of divine grace, ... i t i s e s s e n t i a l l y a chronicle play, and not a dramatisation 1 of the l i f e of a s a i n t . n T o i l a , done, un drame historique en p l e i n XV*8 s i e c l e . < Dans l e repertoire t h e a t r a l du XVT6 s i l c l e , i l y a deux pieces surtout q u i , par leur nature h i s t o r i q u e , meritent notre attention. L'une, c'est "Bradamante", tragi-comedie de Gamier, ou 1'empereur Charlemagne entre en scene et ou plusieurs autres personnages historiques (1'empereur de Constantinople, par exemple) sont mentionnes. Puisque tout l ' i n t e r e t de l a piece est dans 1'intrigue romanesque, l a valeur historique en est minime. Mais i l s u f f i t que l'auteur a i t songe'a situer sa piece dans une epoque de 1'histoire franchise au l i e u de l a 2 placer dans l ' a n t i q u i t e ; c'est de Garnier, selon Maigron, que s ' i n -spirera au XVIII s i e c l e l e president Henault. L'autre piece historique du XVI e s i e c l e , c'est "L'Bcossaise" de Montehretien. Cette tragedle , fondee sur l a vie de l a malheureuse Marie Stuart, nous donne des p o r t r a i t s tres interessants, et d ' a i l l e u r s assez justes, de l a reine 3 Elisabeth et de sa r i v a l e . 1. Joan Evans and Paul Studer: Saint Joan of Orleans. Scene from the f i f t e e n t h century Mystere du Siege d'Orleans. Introd. p. x v i . 2. Op. c i t . p. 278 note 2. 3. Signalons aussi deux"histoires tragiques de l a Pucelle de Domremy", 1'une par Fronton du Due (1581), 1'autre par un auteur anonyme (1611). 10. On a d i t que cette piece est restee sans lendemain. La raison, l a v o i c i : "Le Roi.certes n'eut point aime a se rappeler et a voir rappeler a. sa cour une epoque ou l e s grands feodaux b a t a i l l e u r s 1 sans vergogne osaient f a i r e front a l a majeste du.Trone." Malgre ce qu'affirme M. Uhl, l e dix-septieme s i e c l e n'est pas completement depourvu de pieces a. in t e r e t historique. Kous pouvons en c i t e r encore deux qui t r a i t e n t de l ' h i s t o i r e anglaise: l e "Thomas Morus", tragedie de Paget de l a Serre (1642) et une autre dont l e personnage p r i n c i p a l est l e comte d'Essex. Le souci historique, d i t M. Lanson, est presque entierement absent dans ces tragedies; e l l e s expriment les moeurs et 2 les caracteres du temps de Louis XIII . Quant au theatre des grands classiques, i l est v r a i que l ' h i s t o i r e n'y joue qu'un role i n s i g n i f i a n t . Peut-etre l a volonte royale y a - t - e l l e ete pour quelqueehose; nous prefererions hlamer 1'asservissement a l a t r a d i t i o n classique . Mais s i 1'oeuvre de Corneille et, de Hacine est rarement historique par son sujet, i l l ' e s t , s i nous en croyons plus d'un c r i t i q u e distingue, d'une tout autre fa§on. M. Maigron, en developpant une idee q u ' i l a sans doute empruntee a Brunetiere, d i t : "Qui a mieux connu et mieux f a i t parler les Somain8 que l e grand Corneille? Ou respirent plus que dans ses sublimes couplets cette ardeur intransigeante du patriotisme, cette confiance hautaine et inebranlable dans les glorieuses destinees de Rome, cette 1. Uhl: Un theatre national en France: Paul Fort etc. Mercure de France, vol.198(1927) p. 537. 2. Lanson, G.j Esquisse d'une h i s t , de l a trag. francaise, p.74. 11. s o i f de s a c r i f i c e a l a chose publique, qui sont comme l e fond d'un Somain? Et les qualites e s s e n t i e l l e s de l a nature et de l a beauts grecques, l a douceur, l a grace exquise et decente, l a plus ravissante harmonie dans l a plus charmante s i m p l i c i t e , e s t - i l done s i d i f f i c i l e de l e s retrouver dans cette divine Monime et dans cette Andromaque 1 peut-etre plus divine encore?" Ges deux ecrivains, done, par qui l a v e r i t e historique etaient toujours eonsideree et t r a i t e e comme se-condaire, ont reussi pourtant a creer cette couleur l o c a l e i n t e r i e u r e , s i i l l u s o i r e pour les auteurs romantiques. Comment l ' o n t - i l s f a i t ? Pour repondre a cette question, i l faut comprendre de quelle facpn Corneille et Racine ont employe l ' h i s t o i r e . G e l u i - c i l u i doit heaueoup moins que celui-la,. L'auteur du "Cid" a f a i t des emprunts a toutes les h i s t o i r e s : Home, l e Christianisme, l f A s i e , Byzance, les Lombards, Mais i l n'y cherche pas l a d i v e r s i t y de l a couleur historique, mais plutot "des situations a exploiter en intrigues fortes et des 2 caracteres a. animer de sa psychologie." Corneille a doue ses pieces d'un earactere historique pour compenser 1'invraisemblance du sujet tragique; son hut n'etait pas l a v e r i t e historique mais l a verite" morale. Le poete a,done, l e droit d'alterer l ' h i s t o i r e pourvu que le spectateur ne s'en apercpive pas. C'est l a aussi l a regie qu'observe Racine dans ses tragedies a sujets antiques, mythologiques ou bioliques. II ne veut point que son genie s o i t asservi au souci de l a v e r i t e absolue. 1. Op. e i t . p. 54. 2, Lanson: Bsquisse, p. 61. 12. Aussi l u i a r r i v e - t - i l assez souvent d'apporter quelques retouches aux 1 r e c i t s antiques. Quant a l a couleur l o c a l e " l o i n de f a i r e f i de ce moyen d'action poetique, i l mettait toute sa science a en t i r e r tout l e p r o f i t et tout 1 *ef f et possible . C'est pourquoi i l ne l e prodiguait pas. II ne negligeait aucun element d'interet; i l l . e s subordonnait . Le t r a i t qui situe l ' i n t r i g u e et l e s caracteres dans l e temps et l'espace n'est jamais emprunt6 a l'accessoire materiel, II l'e s t parfois a. l a puissance historique des noms propres; i l I'est surtout dans les autres 2 cas a. l a v e r i t e des moeurs." Mais,avant tout, Hacine considere l a tragedie comme une etude fondee sur l a eormaissance de 1'ame humaine; et e'est grace a. l a ver i t e u n i v e r s e l l e , plutot qu'a l a v e r i t e historique, des tragedies que Claude Farrere a pu dire a propos de "Bajazet": " I I est Men remarquable de constater que Racine a ete l e plus veridique 2 et l e plus a v e r t i de-tous nos auteurs exotiques." C'est done, en t r a i t a n t comme subordonnes les d e t a i l s ex-terieurs que nos grands classiques ont reussi a. obtenir ce que l e s romantiques, malgre leur recherche de Inexactitude historique dans le moindre accessoire, n'ont su ereer. Les auteurs dramatiques du XIX 6 s i e c l e , tout en se souciant de l a ve r i t e archeologique, ont en quelque sorte oublie l a v e r i t e psychologique, ou plutot se sont servis beaucoup •plus de leur imagination. II en resulte que leurs personnages ne sont 1. Yiguie: La couleur historique au theatre. ILercure de France, T.199(15 nov.,192?) p.611. 2. Yiguie: op. c i t . p. 617. 3. Les souvenirs de L e i l a Hanoum:Revue de Paris:31 eannee(15 mai,1324) p.266. 13. 1 que "de b r i l l a n t s fantoches". Cette t r a n s i t i o n entre 1'oeuvre des grands tragiques et l e theatre romantique s'accomplit en part i e au d i x -huitieme s i e c l e , grace, surtout, a V o l t a i r e . Nous devons au dix-huitieme s i e c l e " l e premier exemple de 2 drame historique que presents notre l i t t e r a t u r e " : l e "Francois I I " 3 du president Renault; cette piece,insipide, et presque sans valeur, est interessante par sa preface. L'auteur, selon c e l l e - c i , a tente de t i r e r quelque chose d'agreable e t ' d ' u t i l e d'une union entre l ' h i s t o i r e , qui peint... une suite longue et exacte d'evenements, et l a tragedie, yide de f a i t s par coraparaison a l ' h i s t o i r e . Le "bon president, cependant, a soin de montrer q u ' i l n'a pas ahandonne l e s regies; de plus, i l invoque un precedent, l e "Britannicus" de Racine. Somme toute, l a piece n'est qu'une tragedie assez conventionnelle et assez terne, dont 1 'otojet p r i n c i p a l est l a connaissance des l o i s et des moeurs de l a nation. Nous somme8, done, encore l o i n des hardiesses romantiques. Le jugement de Voltaire a propos de l a tentative de Renault n'est pas sans i n t e r e t : "Je voudrais... q u ' i l remaniat un peu cet ouvrage, q u ' i l pressat l e y ^ A dialogue, q u ' i l y j e t a t plus de terreur et de p i t i e . . . Je suis sur que cette piece vaudrait mieux que toutes les pieces historiques de Shakespeare et qu'on pourrait t r a i t e r les principaux evenements de notre h i s t o i r e 1. R i g a l , E: Le Romantisme au Theatre avant l e s romantiques; R.H.L., t.22(1915) p.5. 2. Maigron, L.: op.eit. p. 278, note 2. 3. Je dois mes renseignements sur cette piece a Marthe Trotain (v.note l^p.14). 14. dans ce gout. Mais i l faudrait pour cela un peu de cette l i b e r t e anglaise qui nous manque." M™0 du Deffand est Men plus intransigeante: "Laissons Iranqois II t e l q u ' i l est: c'est un genre d i f f i c i l e a per-2 fectionner, i l est plus court de ne pas l'admettre." S i tout l e monde eta i t de cet a v i s - l a , i l n'est pas etonnant que' l e president Henault s o i t reste sans emule, au moins de son vivant. Si V o l t a i r e avait su donner une expression concrete a ses idees, l e drame historique aurait ete peut-etre cree au dix-huitieme siec'le. Mais l e c r i t i q u e du president Henault 3'est borne a renouveler tres moderement l a tragedie en mett&nt a p r o f i t certaines pieces de Shakespeare. Partant du principe que " l ' i n t e r e t et les situations sont 3 tout ce que demande l e spectateur", i l s'est s e r v i , en p a r t i c u l i e r , de sujets modernes et exotiques, et cherche, assez souvent, 'a evoquer, par l a mise en scene, une epoque ou un m i l i e u historique, Mais dans toutes ces pieces avec leurs b r i l l a n t s tableaux de l a Home des Empereurs et du moyen age, avec leurs scenes qui se passent en Perse, en Chine et en Amerique, on sent que V o l t a i r e , malgre une culture historique' tres -etendue, a compris l a couleur locale et l a v e r i t e historique a l a facpn des plus maladroits d'entre les romantiques, non comme l e f r u i t d'une etude profonde et du "sens historique", mais comme un placage. Deux pieces toutefois marquent "une etude plus attentive des sources historiques, 1. Cite par M. Trotain: Les Scenes Historiques p. 39. 2. i d . op.cit:.p.40 3. R i g a l , Eugene: Le Romantisme au theatre... p.17. 1 un e f f o r t plus serieux de representation exacte." En faisant des tableaux d'histoire pour reagir contre le romanesque et l a fausse couleur de C r a b i l l o n , V o l t a i r e a f i n i par s a i s i r l a physionomie d'une epoque , l e d e t a i l pittoresque de l a vie et des moeurs de l a societe romaine et de* ses hommes i l l u s t r e s , et presente un p o r t r a i t assez r e a l i s t e d'Octave. Hais i c i encore l e meme defaut s'accuse, et, d i t M. Lanson, "Voltaire a mis l e pied dans le ehemin qui mene a Ruy Bias" et / 2 a "Henrgr I I I . et sa Cour." Sous 1'influence de V o l t a i r e , l e s sujets modernes envahissent de plus en plus l e t e r r a i n tragique. Bien souvent c'est l e moyen age qui fournit l e cadre; l e "genre troubadour", aborde par Voltaire dans "Adelafde du Guesclin" commence a se developper; on voit aussi l a naissance de l a tragedie nationale et patriotique avec "Le Siege de C a l a i s " de Debelloy. ' Au dix-huitieme s i e c l e , done, l ' h i s t o i r e s'est definitivement constitute comme une source d'inspiration pour l a tragedie; e l l e l ' e s t 3 encore plus pour l e drame, qui a souvent abandonne l a peinture de l a vie contemporaine pour tenter de f a i r e des tableaux historiques, et S'applique beaucoup plus serieusement et plus sincerement que l a tragedie a nous rendre l'aspect des epoques disparues. Mais trop souvent 1'element historique ne sert que de pretexte a une mise en scene pittoresque et l e choix de 1'epoque est presque toujours determine par une arriere-pensee 1. Lanson, G: Esquisse p. 121. ("Rome sauvee", "Le Triumvirat".). 2. i d . i b i d . p. 122. 3. Voir Gaiffe, Ft Le drame au dix-huitieme siecle(surtout p.400-436} 16. de polemique de l a part du poete; d'ou resulte une reconstitution Men apprauvrie et Men fausse, , Ce but philosophique explique aussi l a pre -d i l e c t i o n pour l a p^riode des guerres de r e l i g i o n , de Henri IV, de l a Ligue et des Guises, periode f e r t i l e en contrastes frappants et en passions intenses qui se pretaient faeilement a l a propagande. De plus, meme s i l e drame a f a i t des progres dans l a representation ex-terieure de l ' h i s t o i r e , l'etude psychologique y est extremeraent f a i b l e . Pour Mercier, par exemple, un personnage historique incarne un vice dominant, une vertu e s s e n t i e l l e , un prejuge ou une croyance. Que ee genre doublement n u i s i b l e a i t heurte les delicatesses de l a censure, c'est assez naturel; et ce n'est qu'apres une i n t e r d i c t i o n de dix ans 1 qu'a ete representee a Paris "La P a r t i e de Chasse de Henri IV". Erifin , cette tendance a dramatiser l ' h i s t o i r e s'accuse tres nettement dans les repertoires des theatres des Boulevards. Ceux-c i representerent un assez grand nombre de pieces a sujets historiques, surtout des pantomimes t e l l e s que "Les Quatre P i l s Aymon", "Le Siege d'Orleans", et "La Mort du Capitaine Cook"; en outre, dans les annees qui precedent immediatement l a Revolution f l e u r i t un genre assez v o i s i n du melodrame, c e l u i des f a i t s historiques, "sortes de Ganevas qui sont, en e f f e t , des monstres sans nom". Sous l a Revolution et l e D i r e c t o i r e , l a H t t e r a t u r e devient 1. De Belloy en 6tait l'auteur. La piece a paru pour l a premiere f o i s en 1764. Le nombre de pieces "Henri IV" representees a cette epoque est etonnant. 2. La Harpe, c i t e par Gaiffe, op. c i t , p. 239. 17. une administration d'Etat corame l a police ou 1'agriculture, de sorte que les eerivains sont obliges de s'asservir au fanatisme p o l i t i q u e de l'epoque; en outre, grace au prestige dont j o u i t 1'ideal antique, on cherche des modeles dans l a t r a d i t i o n classique epuisee. Cette tyrannie a ete surtout n u i s i b l e au theatre; toute piece devait etre • ou une attaque centre 1'ancien regime, ou une eloge du nouveau systlme, Les acteurs se tutoyaient et portaient toujours sur l a scene une cocarde ou un ruban aux couleurs nationales. Quel espoir pour l e drame historique, pour l a v e r i t e et l a couleur l o c a l e , quand des majestueux senateurs romains se voyaient forces de f a i r e r e s s o r t i r l a blancheur de leurs toges en s'entourant d'une echarpe tricolore.' Et cependant l e s pieces historiques continuent a. p a r a l t r e , dont notamment le MCharles IX" de M.-J. Chenier, lequel , d i t M. Souriau, represente a. l u i seul le 1 theatre a r t i s t i q u e de l a Revolution. Mais l ' h i s t o i r e n'y trouve pas une place tres importante. C'est surtout au theme philosophique que s'est attache ce fervent d i s c i p l e de V o l t a i r e ; et en f l e t r i s s a n t l e t e r r i b l e massacre de l a Saint-Barthelemy, i l ne s'est donne l a peine n i de dissimuler l'idee moderne n i de reproduire exactement i e temps, les moeurs, les physionomies. M, Muret trouve que l e "Henri T i l l " du meme auteur est un ouvrage l i t t e r a i r e tres superieur a "Charles IX" , parce . que, la,1'auteur, en l a i s s a n t de cote 1'allusion de circonstance, 2 montre un plus grand souci de l a v e r i t e . Chenier a cru avoir cree, 1. L'h i s t o i r e du Romantisme; T. l e r (i® r e partie) p. 70. 2. "L' h i s t o i r e par le theatre", T. I , p. 62. 18. par son "Charles IX", l a "tragedie nationale". Mais helasj i l e t a i t l o i n d'etre a l a hauteur de l a tache q u ' i l s ' e t a i t proposed. A une ignorance totale de l ' h i s t o i r e , i l a j outait une haine de tout le pass£, sans d i s t i n c t i o n ; et puis i l e c r i v a i t pour un public imbu de l a meme haine et de l a meme ignorance. "Dans ces conditions, d i t M. P e t i t de J u l l e v i l l e , l e pretendu drame national devait se reduire a un pamphlet 1 declamatoire. Charles IX n'est pas autre chose." De meme que Chenier, Lemercier a cherche dans l a peinture du passe une continuelle a l l u s i o n aux f a i t s et aux passions du present; c'est surtout par sa comedie historique "Pinto" que cet auteur merite d'etre mentionne" i c i . En appliquant a l ' h i s t o i r e l e s ressorts que l a comedie appliquait a. l a vie privee, et en montrant a i n s i l a part des petites causes dans l e s grands e f f e t s , Lemercier a cree l a comedie historique. L ' h i s t o i r e , i l est v r a i , y parait par ses p e t i t s cotes; mais tout-de meme c'est toujours de l ' h i s t o i r e , malgre ce qu'en d i t 2 M. P e t i t de J u l l e v i l l e ; et, ce qui est surtout interessant pour nous, pas 1'influence de l a poetique de "Pinto" ne sera/pour r i e n dans les drames historiques de l a periode romantique. En 1802 fut joue, avec un immense succes un "drame h i s t o r i -que" i n t i t u l e "Edouard en Ecosse", ou "La Nuit d'un Proscrit",d'Alexandre Duval. Pour l a masse du pub l i c , l a piece n'avait qu'un v i f interet scenique; pour les r o y a l i s t e a , cependant, c ' e t a i t bien autre chose; 1. "Le Theatre en France", p. 336. 2. Op. e i t . p. 351. 19. toujours e s t - i l qu'on se meprit sur l e caractere que prenait ce succes et l a piece fut suspendue. Le meme sort attendait "Guillaume l e Conquerant" de cet auteur, drame destine a etre considere en haut l i e u comme une reparation, mais dont un couplet, interprets en funeste prophetie pour l e premier consul dans 1'expedition d'Angleterre, s u f f i t a obtenir 1'interdiction de l a piece. G'est a une piece historique qu'appartient l e plus grand succes dramatique sous 1'Empire. "Les Templiers" (1805) de Raynouard recurent des applaudisseraents immenses qui s'expliquent,en p a r t i e , par le talent des interpretes {surtout de Talma), et en p a r t i e , par " l e secret desir que les FranQais semhlent avoir longtemps ressenti de pos 1 seder un repertoire tragique national et puise dans l ' h i s t o i r e " . Ce 2 des i r , li^ de StaSl va l e preciser dans son l i v r e "De 1'Allemagne", et l a , prenant comme exemple l a tragedie de Raynouard, e l l e signalera l a d i f f i c u l t e de c o n c i l i e r l a tragedie historique avec les regies. C'est dans l a periode des guerres de r e l i g i o n que Raynouard puise l e sujet d'une deuxieme piSce: "Les Etats de B l o i s " , qui n'a eu qu'un succes tres mediocre. Tandia que les oeuvres historiques qui voyaient l e jour sur les grands theatres se heurtaient a tout moment aux rigueurs de l a . censure, c e l l e s que representaient l e s p e t i t s theatres semblent avoir passe inapercues; i l faut signaler Pixerecourt, l e r o i des Boulevards, qui s'est i n s p i r e sans cesse des souvenirs de l ' h i s t o i r e nationale, et 1. P e t i t de J u l l e v i l l e : op. c i t . 357. 2. T. X, p.347 20. qui a l a i s s e une oeuvre immense, dans laquelle on signale surtout comme pieces historiques: "L'homme aux t r o i s visages**, "Christophe Colomb", "Marguerite d'Anjou", "Charles l e Temeraire" et "La Forteresse du Danube" "II exprime avec naivete, d i t M. Parigot, ..» l' e t a t d'esprit populaire qui f a i s a i t du drame historique 1'inevitable consequence de l a Involution dramatiste pour l e peuple, i l exalte cette superbe attendrie du peuple qui s'avise uue ses ancetres f i r e n t l e s Croisades et q u ' i l est l ' h i s t o i r e 1 l u i a u s s i . " Malgrd l a nature peu serieuse de ses ouvrages, Pixerecourt sembie avoir eu jusqu'a un certain point l e souci de l a v e r i t e historique et de l a couleur l o c a l e , Dans une scene de son "Christophe Colomb", par exemple, i l f a i t parler aux aborigines americains un dialecte de l a rner du Sud, pour creer une impression de v e r i t e , tout en oubliant que Christophe ne p a r l a i t pas franoais, II est Men dommage q u ' i l ne se soi t pas trouve un genie de tout premier ordre pour donner une expression dramatique a cette mentalite d'apres-Bevolutlon. Alexandre Dumas ex-plique pourquoi ce genie n'a pas paru." Pendant dix-neuf ans, l e canon ennemi passa dans les rangs de l a generation des hommes de quinze a trente-six ans. II en resulta que lorsque les poetes de l a f i n du XVIII s s i e c l e , et ceux du commencement du XIX6 furent en face les uns des autres, i l s se trouvaient de chaque cote d'un ravin immense creuse par l a m i t r a i l l e de cinq c o a l i t i o n s ; au fond de ce ravin e t a i t couche un m i l l i o n d'hommes, et parmi ce m i l l i o n . . . se trouvaient ces douze que lapoleon avait toujours demandes a M. de Pontanes sans que jamais 11. de 1. "Le drame d'Alexandre Dumas", p. 115. 1 Fontanes eut pu l e s l u i dormer." Ivleme s i ce grand genie avait paru, i l n'aurait pas pu s'epanouir; car " i l manquait quelquechose, et ce quelquechose, cette grande condition que r i e n de saurait remplacer, c ' e t a i t l a l i b e r t e de l a pensee, l a l i b e r t e v i v i f i a n t e et i n s p i r a t r i c e . " Telles sont les causes de l a pauvrete l i t t e r a i r e de 1'Empire. Et sans cette infecondite, notre genre e u t - i l done a t t e i n t son apogee? Ion, car vers l a f i n de 1'Empire commenqaient a s'exercer plusieurs i n -fluences destinees a jouer un role c a p i t a l dans l e developpement du drame historique. "La grande secousse l i t t e r a i r e qui avait renverse l e vieux theatre avait ete communiquee a l a France par l'Allemagne et 1'Angleterre. C'est a i n s i que Dumas signale les deux forces les plus puissantes qui se soient exercees au theatre a l'aurore de l'epoque romantique: les influences allemande et anglaise, Bien que v i s i b l e au dix-septieme s i e c l e , 1'action du theatre allemand s'est f a i t s e n t i r surtout apres 1800, plus encore apres TEL© "L'Allemagne** de M de StaSl. C'est c e l l e - e i qui semble avoir vu l a premiere, ou plu t S t , exprime l a premiere, l a grande question de l'epoque romantique: "Les sujets grecs sont epuises; un seul homrne, Lemercier,a su meriter encore une nouveile g l o i r e dans un sujet antique; "Agamemnon"; 4 mais l a tendance naturelle du s i e c l e , c'est l a tragedie historique." 1. Memoires 17: 54-55. Cite par M. Souriau, op.cit: ? , l e r ; l 9 r e p a r t i e , p.239. 2. Muret: o p . c i t . t . 1 p. 233. 3. Cite par J. 'Texte:"L'influence allemande dans l e romantisme francais", p,617. 4. De l'Allemagne, p. 354. 22. Et, en s'appuyant surtout sur les tragedies de S c h i l l e r , e l l e f a i t un chaleureux appel aux ecrivains francais en leur demandant de suivre 1'exemple de c e l u i - c i et de puiser, comme l u i , leurs sujets dans l ' h i s t o i r e . A i n s i e s t - i l a r r i v e que"tous l e s semi - romantiques qui ont fraye l a voie a "Hernani" et a "Henri III" ont vecu du theatre de S c h i l l e r " . * L'influenee allemande s'est aussi propagee au moyen du "Cours de l i t t e r a t u r e dramatique',' professe par Guiilaume Schlegel a Vienne en 1808, traduit en francais en. 1814, l i v r e dont 1'action a &te plutot negative, grace' aux attaques violentes q u ' i l renferme contre l e s classiques francais depuis Corneille a V o l t a i r e . L'auteur, apres avoir montrd a. quel point les tragiques du dix-septieme siecle se sont l a i s s e s entraver par les regies et l a convention, se met a detruire toute 1 ' o r i g i n a l i t e de Y o l t a i r e , reprochant surtout a. c e l u i - c i son mauvais emploi de l ' h i s -t o i r e ; de facpn a f a i r e comprendre aux dramaturges francais du XIXs siecle q u ' i l n'y a point de salut pour eux dans 1'imitation de leurs propres maitres et q u ' i l s doivent demander des modeles aux ecrivains etrangers. De meme que l'influenee allemande, l'influenee anglaise opera aussi au dix-huitieme siecle sur l e theatre francais. II y avait longtemps que Y o l t a i r e avait f a i t connaitre Shakespeare aux Francais. C'est encore II™0 de Sta§l qui donne, des 1802, une nouvelle d i r e c t i o n a l'influenee exercee par l e grand genie anglais; Y o l t a i r e n'avait puise dans 1'oeuvre de c e l u i - c i que quelques precedes s u p e r f i c i e l s ; l'auteur 1. J.. Texte: op. c i t . p. 619. 23. de "De l a l i t t e r a t u r e " y voit les elements d'un theatre historique, e t , ee qui est surtout attrayant pour les es p r i t s contemporains, les elements d'un theatre democratique; "Lors meme que Shakespeare represente des personnages dont l a destinee a ete i l l u s t r e , i l interesse ses spectateurs a eux par des .sentiments purement naturels. Les cireonstances sont grandes; mais 1'homme d i f f e r e moins des autres hommes que dans nos 1 tragedies." Sous 1'Empire, 1 Influence anglaise, grace au patriotisme outre de l a jeunesse francaise, n'a.pas f a i t , au theatre, en tout cas, de tres grands progres. Tout l e rnonde s a i t comment a ete re^ue, meme en 1822, l a tentative d'une troupe anglaise qui voulait representer du Shakespeare sur une scene parisienne. Puis, en 1823, Stendhal a entrepris l a r e h a b i l i t a t i o n du grand W i l l et, dans son "Haeine et Shakespeare", a montre a ses contemporains l a superiority du dramaturge anglais. Encore une f o i s , done, les auteurs francais sont renvoy6s & des oeuvres etrangeres. De ces influences, l a troisieme que nous discuterons est seule presque purement francaise. Des l e debut du XIX*3 s i e c l e , Chateau-briand avait donne par ses oeuvres une impulsion au gout historique, Le premier i l envisage l ' h i s t o i r e non plus sous son aspect philosophique e % Comme l'avaient f a i t les ecrivains du XTIII a i e c l e , mais dans ce qu'elle a de pittoresque et de vivant, et reussit a i n s i k evoquer, veritablement, 1*ame du passe. C'est surtout par les belles pages des "Martyrs", 1» De l a l i t t e r a t u r e , p. 280. l ! 24. publies en 1809, que Chateaubriand f r a i e l e chemin a une conception plus elevee de l a fonction de l ' h i s t o i r e dans l a l i t t e r a t u r e ; mal-heureusement i l avait e u r i t trop tot , et son oeuvre est reste sans resultat immediat. D'autres causes, d ' a i l l e u r s , ont contribue % r e -duire l a portae de son influence. A r i s t o c r a t e , i l avait en horreur l e nouvel esprit democratique, et cela n'est que trop evident dans ses e c r i t s ; et pour vulgariser ce sens du pittoresque et degager toute l a portee de son oeuvre, i l a f a l l u un auteur capable de se rendre "populaire et c e l u i qui suppleera a ce besoin, c'est l e romancier ecossais, Walter Scott. Chateaubriand avait l a vive i n t e l l i g e n c e du passed et l e sentiment profond de l ' h i s t o i r e ; a ces qualites e s s e n t i e l l e s Scott a-joutai t l e don de tout animer en y soufflant l a vie et l e don de conter a r a v i r * II n'est done pas surprenant q u ' i l a i t exerce une influence profonde sur toute l a l i t t e r a t u r e h i storique, et, en p a r t i c u l i e r , sur le drame. M. Soumic a sans doute exageni en t r a i t a n t l e drame historique 1 de "roman de Walter Scott decoupe en actes et en scenes" ; neanmoins l'emprunt f a i t aux "Waverley Novels", par Hugo et ses confreres est enorme. Meme les p e t i t s auteurs emploient Men souvent les procedes du romancier d'Outre-Manche. Comme l u i , . i l s essaieront de "donner l e pas aux i n t e -rests generaux et aux passions publiques sur les interets et les passions exclusivement prives, et de nous mettre sous l e s yeux moins une tragedie 2 domestique que l e drame de toute une epoque ou de toute une nation." 1. Yoir l a c i t a t i o n a l a premiere page. 2. Maigron: op. c i t . p. 83, 25i Comme l u i , i l s laisseront "bien souvent au second plan les grands per-sonnages historiques et donneront les premiers roles a des caracteres plus obscurs ou meme inventes; mais, en dormant a i n s i carriere a leur imagination, ils.#9carteront,bien plus que l u i , de l a ve r i t e historique. Comme l u i , e n f l n , i l s mettront dans l e dialogue un element de pittoresque car c'est l'exemple de Scott qui a u t o r i s a i t "les expressives f a m i l i a r i t e s qui s'epanouiront Mentot dans "Henri I I I et sa Cour", "Charles YII 1 ehez ses grands vasc.aux", "Huy Bias" ou "Le Hoi s'amuse". • On s'est v i t e apercu de l a nature dramatique des "Waverley Hovels"; Stendhal, tout en reclamant l a "tragedie en prose", dectirait de ce nom les romans de 1'Ecossais, et demandait qu'on mit en scene l ' h i s t o i r e de France. Et tandis qu'en France l e probleme du theatre historique reste encore indecis, l ' l t a l i e reussit a l e resoudre; aussi est-ce encore de l'etranger que vient l a derniere impulsion donnee au developpement de notre genre. "Ce que Stendhal voulait voir tenter avec l ' h i s t o i r e de France, Manzoni l'executait avec l ' h i s t o i r e de son propre pays." Ayant sejourne quelque temps en France, ou i l a f a i t l a connaissance et subi 1'influence du c r i t i q u e F a u r i e l , ce dramaturge i t a l i e n a agi assez profondement sur les idees dramatiques de l'epoque. Son oeuvre, bien qu'inspire d'un v i f sentiment national, est tout a. f a i t sobre: l o i n de se revolter contre l a t r a d i t i o n classique, llanzoni pretend tout simplement l i b e r e r c e l l e - c i ; i l c r o i t que l a tragedie, en devenant historique, rentrera dans l a v e r i t e , qu'elle avait quittee 1» Maigroh: op. c i t . p. 232. 2. Marthe Trotain: op.cit. p. 28. 26. : pour l e romanesque; i l veut f a i r e revivre les s i l c l e s disparus, non par un eian d'imagination e r e a t r i c e , mais a force de recherches. " "Voici er^e" enfin un systeme dramatique nouveau, s i di f f e r e n t de "toutes ces tragedies pr^tendues t i r e e s de l ' h i s t o i r e et ou. i l n'y a d'histoire"-qu'une pa r t i e de l a l i s t e des personnages." Avec une nettete parfaite , (Pauriel) en e t s b l i t l e s principes. "Verite historique dans l e fond du sujet, s i m p l i c i t y et respect pour l e s donnees de l a nature dans l'emploi des moyens propres de 1'art, gravite dans l e but.."- 1 II ne faut pas croire que toutes les influences ci-dessus signalers se soient exercdes a l a f o i s , ou meme des 1815. La premiere a produire un ef f e t fut la.poetique de M de StaSl. Puis vient 1'action des oeuvres de Chateaubriand, suivie de pres par c e l l e des"¥averley novels" (aux alentours de 1820). E n f i n , les theories de Manzoni se font sentir a p a r t i r de 1823. Que ces influences aient eu une action aussi prompte, l e f a i t est du. en grande partie a 1'esprit general qui regnait sous l a Hestauration. Uous avons deja indique pourquoi l e gout historique et l e desir de representations historiques se sont rapandus parmi l e peuple, et l e p a r t i democratique. En outre, les r o y a l i s t e s aimaient a voir revivre sur l a scene " l e bon vieux temps" de l'ancien regime; et enfin, en evoquant surtout l e s periodes anterieures de l u t t e c i v i l e , dans des pieces ou. les .partis rivaux f i n i s s e n t toujours par se r e -c o n c i l i e r 1*un avec 1'autre, on a pu exprimer 1'esprit reconciliateur de 1'epoque. 1. Marsan: La B a t a i l l e Eomantique; t . l , p.130, 27. II n'est done pas etonnant,que l a production theatrale de l a Restauration comprenne bon nombre de pieces a sujets historiques, Ce theatre historique se di v i s e en deux categories tres nettest pre-mierement les tragedies historiques; deuxiemement, les scenes historiques, pieces non representees qui font l a t r a n s i t i o n entre l a tragedie et l e drame romantique. D'un cote, done, nous avons des auteurs comme 1 Casimir Delavigne, Alex. Soumet et Ancelot qui pour l a plupart ne font qu'appliquer l a poetique de M m e de StaSl ; de 1'autre, se rangent des auteurs eomme Y i t e t , et comme Hugo lui-meme, qu i , pour se debarasser des conventions theatrales et de peur de trop choquer l e gout du public par leurs hardiesses, se resignent a ecrir e des pieces historiques destinees tout simplement a. etre lues. Parmi l'oeuvre des nsemi-romantiques", se signalent les "Vepres S i c i l i e n n e s " , (1819) de Casimir Delavigne, dont l e sujet est moderne, mais qui suit de pres l'ancienne formule tragique; le"Louis IX" d'Ancelot, egalement de 1819, moderne par l e sujet, mais -classique d'in-s p i r a t i o n ; l a "Marie Stuart" de Lebrun, dont l e sujet est emprunte a S c h i l l e r , quoique les oeuvres du poete allemand ne fussent pas encore traduites en 1820; l e "Maire du P a l a i s " d'Ancelot (1823), tragedie nationale; le. "Fiesque" d'Ancelot(1824), qui doit aussi son sujet a S c h i l l e r ; par cette piece, Ancelot p r i t place parmi l e s novateurs; l i m i -t a t i o n de S c h i l l e r y est partout sensible; l a "Jeanne d'Arc" de Soumet, 1. Dans une brochure f o r t curieuse i n t i t u l e e "Les Scrupules l i t t e r a i r e s de Mme de StaSl" , Soumet p r i t nettement po s i t i o n avec les reformateurs. I I trouvait que Mme de StaSl n'avait pas ete assez novatrice. 28. 1 ou l'influenee allemande est encore tres f o r t e ; l e "Cid d'Andalousie" de Lebrun (1825) qui, selon Sainte-Beuve, devait completer l a t r a n s i t i o n entre l a t r a d i t i o n classique et l e romantisme, mais qui "a manqu6, est 2 reste en suspens"; et enfin l a "Marie de Brabant" d'Ancelot et 1'"Elisabeth de France" de Soumet, qui, parues en 1828, furent toutes deux jugees avec s«§verite par l e Globe# D'autres auteurs', moins im-portants, comme Pichat, Souli6, B r i f a u t , Arnault, Melj-Janin et Guiraud ont, eux aussi, contribue au developpement du theatre historique. La plupart de ces Ecrivains persisteront dans leur adhesion au genre dans .lequel l i s avaient debute, et meme apres 1829 les tragedies h i s -toriques sont assez nombreuses; et l e succes d'une piece comme l e "Marino F a l i e r o " de G. Delavigne, " l a maftresse oeuvre du theatre en 3 1829, avec ses cent trente representations" fera demander s i vraiment l a v i c t o i r e romantique pourra etre complete. Be beaucoup plus interessants pour nous sont l e s essais non represented publies , pour l a plupart, entre 1825 et 1829. D|s 1818 tout au debut du r e v e i l du gout historique, dans un effo r t pour continuer l a t r a d i t i o n inauguree par l e president Henault, l e comte P. L. Roecerer p u b l i a i t son "Mar g u i l l i e r de Saint-Sustache", "comedie en t r o i s act'es et en prose, pour f a i r e suite au Nouveau Theatre Francois 1. S c h i l l e r s'etait s e r v i , dans un drame, de l ' h i s t o i r e de l a Pucelle, En 1819 Lebrun (§crivit,a propos d'une piece de Jeanne d'Arc de I)avrigny"L t3pitaphe de cette trageuie nouvelle",domes-t i c a f a c t a " , devrait etre desormais c e l l e de toutes nos tragedies" ( v . L a t r e i l l e : Franepis Ponsard,p.l7) 2. A r t i c l e dans l a Revue des Deux Mondes,t.25(1847) p.207. 3. H. Souriau, op.cit. t . I e r , 2 e partie,p.240. 29. du president Renault, Tout en reconnaissant l'avantage de presenter des f a i t s de l ' h i s t o i r e sous une forme dramatique, i l abandonne l ' h i s t o i r e pure pour les anecdotes, pour les travers d'un personnage his t o r i q u e , Roederer desire peindre les moeurs; i l j echoue tout k f a i t , Finalement malgre l'etalage exterieur des mots soi-disants historiques et des c i t a t i o n s t e x t u e l l e s des v i e i l l e s chroniques, l e sens historique manque completement . Eh 1820 parut une deuxieme t e n t a t i v e , f a i t e cette f o i s par le comte J-R. de Gain-Montagnac. Dans l a preface de son "Charles I e r " , c e l u i - c i se j u s t i f i e d'avoir i n t i t u l e ces ouvrages "tragedies" quoique toutes l e s regies franqaises y soient violees, en declarant q u ' i l est impossible de peindre une action historique dans l e cadre e t r o i t de vingt-quatre heures. II reclame, done, 1'emancipation pour le theatre historique. Toila. a quel egard les oeuvres de cet auteur sont s i g n i -f i c a t i v e s . Suit une periode de cinq ans, pendant laquelle parurent l e "Racine et Shakespeare" de Stendhal, et l a traduction des oeuvres de Manzoni, Puis, en 1825, Merimee donne son "Theatre de Clara Gazul, 1 eomedienne espagnole" qui fut s u i v i en 1828 de "La Jacquerie, Scenes feodales". A part 1'influence espagnole, qui s'y accuse assez fortement, son oeuvre a,pour nous, une double importance: d'abord, ayant compris l a nScesaite d'etudier l ' h i s t o i r e dans ses sources, Merimee apprit chez 1. I I ne faut pas oublier que cet ouvrage, comme c e l u i du comte de Roederer, d ' a i l l e u r s , appartient a l a "comedie historique", plutot qu'au drame. 30. les vieux ehroniqueurs ce que Men d'autres avaient l a pretension de deviner, de sorte que son oeuvre en est d'autant plus v r a i * Mais "La couleur l o c a l e , l a couleur historique, dont i l comprend tout? 1*im-portance, ne sont pas pour l u i , l a l o i supreme de 1 'art....ses voyages n'ont jamais efface de son esp r i t l a superiorite de l a v e r i t e humaine 1 sur l a couleur l o c a l e . " Grace a l a v e r i t e dont i l a su douer ses pieces, ffierimee a donne aux auteurs du drame historique des modeles predieux . II est dommage que ceux-ci n'en axent pas mieux t i r e p r o f i t , Uous arrivons maintenant au maitre du genre des scenes historiques, L. Y i t e t , qui debuta en 1826 par "Les Barricades, scenes historiques". L'annee suivante i l puhlia "Les Etats de Blo i s ou l a Mort de M.M. de Guise", et, en 1829, quelques semaines apres l a premiere du "Henri I I I " de Dumas, "La Mort de Henri I I I , Aout 1589, scenes h i s t o -riques". Que chacune de ces pieces a i t eu deux editions l'annee meme de leur apparition, cela atteste leur succes. Le "but de V i t e t , c 'etait de rendre l ' h i s t o i r e plus vivaate, plus attrayante, sans r i e n l u i f a i r e perdre de sa v e r i t y , et tous les c r i t i q u e s sont unanimes a. dire q u ' i l l ' a pleinement r e a l i s e , surtout pour ce qui est de 1'exactitude historique. Non seulement i l a recree dans ees scenes tout l ' e s p r i t d'une epoque; les personnages historiques q u ' i l nous, presente ont une v e r i t e et un r e l i e f admirables; i l s nous paraissent avec leur physique, leurs humeurs, les a-cotes de earactere qui font s a i l l i r une p e r s o n n a l i t i . Le langage 1. G. Blanche: Prosper Merimee. H.D.M. 15 sept.,1854,p.1209. 31. du peuple est reproduit avec.verite et une vie Stonnantes. Partout. / naturellement i l y a du pittoresque; l e milieu est indique avec nettete et p r e c i s i o n , sans les exces r i d i c u l e s qui arriveront plus tard. lie gout du pittoresque s'accompagne souvent d'un sens du comique; 1 "par moments,, on voit se dessiner ce qui sera l e grotesque."* De peur de rendre son ouvrage g l a c i a l et lourd, Y i t e t se debarrasse de tout appareil d'erudition et en s'eeartant des conventions desuetes, i l y a mis une l i b e r t e d'allure tout a, f a i t etrangere a. l a tragedie. Son oeuvre ne r e v i l e , cependant, n i une ame de poete n i un genie organisateur; quand un Hugo y aura apporte son lyrisme et qu'un Dumas y aura f a i t valoir, d'une main de maftre, l e s elements dramatiques, l e drame romantique sera cree. En 1826 parurent egalement deux "drames en plusieurs scenes" de Charles d'Outrepont:" La Saint-Barthelemy" et "La Mort de Henri I I I ou les Ligueurs", s u i v i s en 1827 de sa "Mort de Charles I ". A en c r o i r e d'Outrepont, "on pourrait mettre encore plus de ve r i t e dans 2 A ce genre de composition". Mais,pour etre tombe dans l e style emphatique de l a tragedie et pour etre extremement r o y a l i s t e et catholique, d'Outrepont a completement echoue dans son but, et i l ne se trouve 3 chez l u i "nulle v e r i t e psychologique, nul sens historique, aucun tale n t " . Les "Soirees de N e u i l l y " de Ivl. de Pongeray (pseudonyme ,de 1. M. Trotain: op.cit. p. 56. 2. Preface de l a "Mort de Henri I I I " . Cite par Harthe Trotain, op.cit* p.44. 3. Marthe Trotain: o p . c i t , p-. 45, 32. Dit tine r et Cave), publiees en 1827, n'ont pas grande importance. Signalons cependant "La Conspiration de Malet", dont l a preface constitue un plaidoyer eloquent en faveur de l a v e r i t e poignante de l a 1 piece* "C'est l ' h i s t o i r e qui 1'a f a i t e , et noh pas moi". Dittmer et Cave se dernandent comment une ve r i t e d'art vaudrait cette v e r i t e qui survit dans les temoignages du passe. Encore un autre e c r i v a i n s'est inspire des evenements du Consulat et de 1'Empire: L. G a l l o i s , dans ses "Trois actes d'un grand drame"(1828) donneun tableau de t r o i s epoques de l a vie de Napoleon. Dans l a meme annee, A. Duchatellier publia' sa "Mort de Louis XVI, scenes historiques", qui t r a i t e du commencement de l a Revolution. Enfin i l faut rattacher a. ce genre le "Cromwell" de Vi c t o r Hugo; car, des l e commencement, Hugo avait renonce a toute idee de f a i r e representer ce drame immense; tout de meme, i l y a toujours, semble-t-il, dans 1'esprit de 1'auteur, l a pensee inconsciente peut-etre, q u ' i l s'adresse a. un auditoire, et de l a viennent tous ces e f f o r t s pour impressionner; c'est deja le melodrame, tant redoute par les c r i t i q u e s , qui envahit l e theatre historique. De plus 1'auteur s'y l a i s s e voir trop souvent; l e r e s u l t a t , c'est que Hugo s'est ecarte de l a v e r i t e de Y i t e t , s'est ser v i bien plus de son imagination et nous a presente un personnage d'invention plut&t qu'historique. II est interessant de constater l a p r e d i l e c t i o n de ce theatre historique pour certaines epoques,: l a Revolution anglaise; l a Ligue et 1. Cite par J. Marsan: La Bataille.Romantique, t . I e r t p..140. 33. l a f i n du XvT e s i e c l e ; l a Revolution et 1'Empire. Ce sont toutes des periodes de l u t t e c i v i l e ; la, ces auteurs trouvaient l e r e f l e t de 1'Epoque dramatique et troubled qu'eux-memes venaient de traverser. En conclusion, nous citons encore Harthe Trotain:"(Les scenes historiques) presentent avant tout un interet d*actualit3. Ce genre intermediaire, qui n'est pas tout a f a i t de l ' h i s t o i r e n i tout a f a i t du theatre fconvenait a une periode de bouleversement l i t t e r a i r e . II s a t i s f a i s a i t l e public par ses nouveautes, et n'offusquait pas les defenseurs du sjsteme classique en voulant transporter ces memes nouveautes sur l a scene. Le champ plus modeste ou i l se confine, c e l u i de l a lecture, l u i permet de preparer les esprits a des hardiesses dramatiques qui n'auraient pas §te admises a l a seine sans grande 1 opposition." Hous avons deja indique que les creations de Vitet ont du subir quelques modifications avant de nous donner l e drame historique, q u ' i l a f a l l u l e lyrisme de Hugo et le genie dramatique de Dumas pour f a i r e des "Scenes de l a Ligue", une "Marion Delorme*' ou bien un "Henri I I I et sa Cour". Mais de ce drame romantique et historique, i l nous reste encore un element a expliquer, 1'element melodramatique. T i t e t , i l est v r a i , avait signale l a vertu dramatique de certains effets de scenes rencontres dans son oeuvre, et ce sont bien, disons l e mot, ces effets • de melodrama empruntes a l ' h i s t o i r e qui seront mis a. p r o f i t par l e 1. Op. c i t : p. 71. Pour une l i s t e complete (conduite jusqu'a. 1832) des ouvrages non representee, voir J. Marsan, op.cit. t.l,p.158-162. En note (p.158), M. Marsan d i t : "Mais depuis 1829, ces scenes historiques n'appartiennent plus a. l ' h i s t o i r e du theatre: simples romans' dialogues et p e t i t s tableaux ou l a p o l i t i q u e prend l a place de l ' h i s t o i r e . " 34. drame romantique. Et tous ces ressorts exterieurs et a r t i f i c i a l s destines a m y s t i f i e r et a etonner les assistants, d'ou viennent-ils? Du repertoire des p e t i t s theatres des Boulevards, des m^lodrames de Pixerecourt et de Caigniez. Que l e melodrame a i t contribue par ses sujets a. e t a h l i r l e earactere du drame romantique, nous n'en sommes pas tres surs. II est, t o u t e f o i s , incontestable que ce genre tant me-pris6 s'est melange a 1'art erudit et l e t t r e d'un Vitet pour en t i r e r finalement un theatre qui s'adressera au peuple, et qui restera, non-obstant, une forme d'art. Et ce theatre, c'est l e drame romantique, V i s i b l e s partout dans 1'oeuvre des grands ec r i v a i n s , les elements melo-dramatiques sont, a plus forte raison, encore plus nombreux chez les p e t i t s auteurs; en effet i l s constituent, bien souvent, toute l a piece. Hous avons d i t que l e theatre historique des annees qui precedent immediatement l a premiere representation de "Henri III et sa Gour" se d i v i s e entre l a tragedie et les essais non represented. Cela n'est pas tout a f a i t v r a i . Car, des l e debut du dix-neuvieme s i e c l e , l e nom de"drame historique" avait paru assez souvent sur les affiches de theatre. En 1824, on donna au Theatre Pranqais un Bothwell, drame , _ _ historioue d'Empip ; et quatre ans plus tard, l'Odeon recut une piece du ' meme genre, ec r i t e par Paul L(acroix) (Jacob, B i b l i o p h i l e ) ; l a r e -presentation en f u t , cependant, arreted par l a censure. Nous croyons que cette piece m ^ r i t e r a i t une etude, d'autant plus qu'elle s ' i n t i t u l e "La Marechale d'incre", et devance de t r o i s annees le drame de Vigny. Signalons, d'abord, que ce drame est, a beaucoup d'egards, bien plus proche de l a tragedie classique que du drame romantique. 35. Les unites de temps et de l i e u y sont violees, s o i t ; mais 1'unite d'action est plus nettement observee que chez Yigny; car Lacroix, en introduisant l e pere de l a marquise et en developpant l e theme de 1'amour f i l i a l , s a c r i f i e moins, croyons-nous, 1'interet de 1'intrigue h i s -torique que Tigny; chez c e l u i - c i , 1'ancien amant remplace l e pere, et i l y a toute cette h i s t o i r e de l a jalousie d f I s a b e l l a , qui vient diminuer 1 ' importance des evenements historiques. De plus, l a l i s t e des personnages s'est beaucoup augmentee dans l e drame de Tigny; les douze de Lacroix sont devenus dix-neuf (sans compter l e s personnages accessoires). Le b i b l i o p h i l e ne met pas Concini en scene; l a marechale est l e personnage central et personne ne l u i dispute cette honneur. En f i n , i l y a dans l e drame de Lacroix un element de res-t r e i n t e t o u t - a - f a i t classique qui empeche l a piece de tomber dans l e melodrame. Tigny nous of f r e un duel, avec l a mort de Borgia, suivie de l'assassinat du Gonchine, et puis l a scene ou l e p e t i t comte de l a 2 Pene jure de venger son pere. Chez Lacroix, pas un coup d'epee, pres-que pas de passions de melodrame (Courtin est peut-etre un peu trop " l e t r a i t r e " ) , et, dans l a derniere scene, l a marechale renonce a. toute idee de vengeance. Le melange du sublime avec l e grotesque n'y trouve aucune place; en dernier l i e u , l a v e r s i f i c a t i o n est assez classique: de rares enjambements, mais r i e n de tres hardi. Deuxiemement, quel est 1'element de v e r i t e historique dans cette piece? La l i t t e r a l i t 6 historique y est scrupuleusement observee. En tete de chaque acte, se trouve l a date des evenements qui s'y passent: Acte I e r , 24 a v r i l 1617; Acte I I , 25 a v r i l ; Acte I I I , 1. Acte Y, Sc.12. 2. Acte Y, Sc.16. 36. meme jour; Acte IY, 8 j u i l l e t , 1617; Acte V, meme jour; et ces dates sont historiquement exactes. Chez Yigny, 1'action se passe en deux jours, et les evenements sont l e s memesj De plus, Lacroix n'a pas, comme son successeur, "ramene au meme l i e u l e p i s t o l e t de Y i t r y et le 1 couteau de B a v a i l l a c . " Le poete, Theophile, nous raconte tout simple-ment que Concini est tombe sous l e feu des compagnons de Y i t r y a l a porte du Louvre, Le respect des donnees historiques, cependant, sert peu a recreer 1'atmosphere d'une epoque, laquelle depend de l a v e r i t e et de l a couleur l o c a l e . Y o i c i , done, notre deuxieme probllme: l e drame de Lacroix e s t - i l une reeonstitution vivante? Disons, tout de s u i t e , que l a couleur loca l e est beaucoup mieux comprise par Lacroix que par l a plupart des romantiques. La 2 couleur locale exterieure est entierement absente. II n'y a pas de de t a i l s sur les costumes des personnages, n i d'indications sceniques. Les personnages n'entrent pas en scene pour nous dSbiter, comme des crieurs publies, des discours a propos de ce qui se passe actuellement dans P a r i s , pour nous empecher de nous tromper d'epoque. Dans l a premiere scene, i l est v r a i , l a marechale, assise devant une table chargee de papiers, ouvre et l i t des l e t t r e s , dans lesquelles i l est question d'evenements contemporains. Mais cela sert a nous f a i r e voir 1. Yigny: La Marechale d'Ancre, Avant-Propos. C'est 1'accusation, inventee par Court i n , de l a complicite de l a marechale dans l a mort de Henri IY qui l a condamne{Acte IY, Sc.8). Cette com-p l i c i t e devient chez Yigny 1'element essentiel du drame, 2. Yoir l a page 11. 37. l a "femme d'etat", et non pas a l o c a l i s e r 1'action de l a piece. De meme, peut-on reprocher a Lacroix d'avoir introd u i t un personnage i n u t i l e dans Theophile de Yiau simplement pour "dater" sa piece? Hous ne l e croyons pas, car l a presence de Theophile aide beaucoup a. f a i r e revivre 1'esprit du commencement du regne de Louis X I I I . Cette derniere consideration nous amine a l a question de l a couleur loca l e i n t e r i e u r e . A quel point l e s sentiments et le s passions dans cette piece s o n t - i l s caracteristiques de l a periode qu'on y depeint? Lacroix a f a i t un e f f o r t t r l s consciencieux pour douer son drame de ce troisieme element de verite" historique ; mais tandis qu'a cet egard son oeuvre surpasse de l o i n c e l l e des p e t i t s , et meme des grands dramaturges romantiques, Lacroix n'y a pas completement r e u s s i . Incontestablement, croyons-nous, Lacroix f a i t s e n t i r au spectateur 1'atmosphere d'in-certitude, voire meme d'ins6curite, de 1'epoque. Theophile, sur le point de chanter les louanges de Luynes, compose une ode en 1'honneur de l a marechale d'Aneres "B'Ancre, de qui l e nom fameux 1 Tole jusqu'aux glaees de 1'Curse" etc. Le lendemain, apres l a chute de Concini, i l rencontre l e due d'Epernon qui cherche de Luynes. "Je viens de composer une ode a sa louange. 1 part 2 E l l e e t a i t f a i t e h i e r . . . C'est un nom que j'y change." Courtin, creature de de Luynes, n'oublie jamais l a nature precaire de 1. Acte I e r , Sc.9 2. Acte I I , S c . l e r e 38. son elevation: "De Luynes: Eh Men, parlez, qu'avez-vous f a i t ? Courtin: ¥os ordres sont reraplis, monsieur. De Luynes; Je te rends grace , Cher Courtin. 1 Courtin: Et Mentot, peut-etre, ma disgrace'.' Puis Lacroix nous montre assez Men 1'injustice de l a procedure juridique sous Louis XIII; malheureusement, ce n'est pas sous l e regne seul de Louis X I I I qu'on a condamne des innocents sur des accusations inventees; cela est a r r i v e trop souvent sous l'ancien r e -2 gime, et meme sous l a Hestauration; et cette attaque contre l e s Cours de j u s t i c e a sans doute provoque 1' i n t e r d i c t i o n de l a piece. La superstition est encore un element psychologique qui ne re u s s i t pas non plus a " s i t u e r " tres precisement 1'action d'un drame; mais malgre c e l a , Lacroix s'en est s e r v i , en mettant en scene l a 3 s i b y l l e d'Arcueil, Isabella. Le "olou" de l a piece c'est l a faopn dont Lacroix a su interpreter l a haine qu'on ressentait, surtout parmi l e t i e r s etat, pour a^t l e f a v o r i i t a l i e n et sa femme. " E l l e me haji pourtant, cette France que 4 j'aime.'" d i t l a Galigai a, son pere, et nous voyons Mentot qu'elle a 5 raison; l a s i b y l l e l a maudit, les valets, et les noMes egalement, se 6 sont jetes sur l e eorps insensible de Concini, et plus tard les laquais 1. Acte I I , Sc.7 4. Acte I e r , Sc. 4. 2. Surtout dans l'Acte IT. 5. Acte I , Sc.14 3. Acte I e r , Sc. 14. 6. Acte I I , Sc.l®re. 39. 1 exhument l e c&davre et l e prominent en lambeaux par l a v i l l e , Enfin nous entendons les rejouissances du peuple reuni en place de Greve pour vo i r mourir leur ennemie. Homme du peuple: Qui Ventre Dieui Je m'etais d'avance r e j o u i De vo i r en feu bien c l a i r r o t i r l a chere dame, Et Satan son patron croquer sa v i l a i n e ame. Paysan: Moi, j ' a r r i v e d'Amiens tout expres... Que de mal Nous f i t de son vivant ce damne marechal.' ^ Malgr6 cette peinture de passions assez l a i d e s , nous ne croyons pas que Lacroix a i t cherche a denigrer de p a r t i - p r i s l ' h i s t o i r e de sa p a t r i e , comme feront bon nombre de ses confreres. I I est v r a i que ce dramaturge aurait pu c h o i s i r une epoque plus b r i l l a n t e ; mais une etude des caracteres nous a convaincus que son but n'est pas de peindre l ' h i s t o i r e en l a i d , mais de ne nous cacher r i e n de l a v e r i t e , s i choquante qu'elle s o i t . Le r o i Louis XIII ne paraft pas dans l e drame. Le tableau qu'on nous donne du jeune monarque n'est pas tres f l a t t e u r , n i cependant repugnant. II est jeune, et, apres tout, l a jeunessejexcuse beaucoup de choses. De Luynes nous d i t : "Le r o i , ne revant plus quechasses et p l a i s i r s , ^ S'en remet a. moi seul de ses joyeux l o i s i r s . " Marie de Medicis, quelque peu superstitieuse, quoi qu'elle en dise, tres d6vote ("Hous, pour Galigai faisons dire une messe"(11:5)) et dominee 1. Acte I I , Sc. 7. 2. Acte T, Sc. 13. 3. Acte I I , Sc. 6, 40 par l a marechale, se signale, t o u t e f o i s , par sa f i d e ! i t e a son amie. La marechale d'Ancre est admirable par sa fermete et son courage. E l l e dedaigne l a lachete de son mari ( I e r : 9 ) . En face du danger qui l a menace, e l l e montre une reso l u t i o n inebranlables ii On c r o i r a i t que j ' a i peur de l a mort. Dans tous mes souvenirs je n'ai pas un remordsj Qu'on hate mon supplice, ou Men qu'on l e d i f f e r e , ]_ Ce que j * a i f a i t , je suis encor prete a l e f a i r e . " 2 E l l e garde jusqu'a l'echafaud "son masque de grandeur et d' i n t r e p i d i t e " . Malgre sa p o s i t i o n elevee, e l l e aime toujours son pere; "son sort est change mais son coeur ne 1 'est p a s " . ( I e r : 4 ) . Enfin tout l e monde semble convaincu de son innocence. En un mot, l e earactere de l a Galigai grandit a mesure que l a piece avance . Est-ce que l a naissance humble de cette femme y est pour quelquechose? Peut-etre, mais cela n'est pas tres c e r t a i n . Car Lacroix ne prend pas tres nettement p a r t i pour l e peuple, qui ne parait pas dans ce drame sous un aspect tres favorable. Les personnages l e s plus meprisables, pourtant, sont de Luynes et Courtin. Le premier, i l est v r a i , est navre a l a vue du cadavre de 3 Concini dechire par l a foule, ce qui rachete en partie sa p e r f i d i e , mais nous sentons que Courtin merite pleinement son sort: i l est oblige de 4 s'e x i l e r . Tout compte f a i t , cette piece est de beaucoup superieure & c e l l e s qui devaient parattre apres "Henri I I I et sa Cour", ce qui 1. Acte I I I , Sc. 2. 2. Courtin, Acte IY, Sc.5. 3. Acte I I , Sc.7 4. Acte 7, Sc.8 41. semble indiquer que l e drame historique de Dumas marque 1'apogee du genre. 1 p a r t i r de 1830, l e drame historique se gate en devenant de plus en plus populaire, Tragedies historiques, scenes historiques, melodrames et meme drames historiques, tons ont eu leur part au developpement du drame historique de l a periode romantique. E s t - i l done etonnant que ce genre ne s o i t pas du tout uniforme meme chez les maitres? Chez 1'un c'est l'influenee de l a tragedie qui domine, chez 1'autre c'est l a tendance melodramatique qui 1'emporte; de sorte qu'un examen des ideds r e l a t i v e s a 1'emploi de 1'histoire au theatre et une courte etude de 1'oeuvre des grands chefs ne nous sembleat pas tout a f a i t i n u t i l e s . C'est de quoi nous nous occuperons dans l e chapitre suivant. 42. Chapitre I I I . La theorie du drame historique a 1'epoque romantique et l a conception qu'ont eue de ce genre l e s grands romantiques. Le mouvement vers un theatre historique n'a pas tarde a soulever de longs debats au sujet de 1'emploi de l ' h i s t o i r e au theatre. A quel point l ' e c r i v a i n s e r a - t - i l l'esclave de l a v e r i t e strictement historique? Comment a r r i v e r a - t - i l a creer 1 ' i l l u s i o n historique dans ses pieces? Y o i l a des questions qui se yosaient tres nettement aux es-p r i t s meme des 1820. Un redacteur des "Lettres normandes" recommande une fagon de t r a i t e r l ' h i s t o i r e qui l a i s s e toute l i b e r t e au dramaturge: "Les maitres du theatre francais s'emparent de ce que l ' h i s t o i r e a neglig§; l o i n de s'en f a i r e l es f a i h l e s et i n f i d e l e s echos, i l s s a i s i s s e n t , pour p a r l e r , ses i n t e r v a l l e s de silence; i l s expliquent ce qu'elle ne d i t pas, et leurs fables deviennent d'utiles complements du r e c i t , surtout chez  Bacine ... Aussi r i e n ne le gene dans l e developpement de son sujet; i l invente toujours, i l rnarche de f i c t i o n en f i c t i o n , sans que jamais l ' h i s t o i r e puisse 1'accuser de mensonge ou d'inexactitude; l o i n de l a : dans Britannicus et dans Ath a l i e , i l est frappant de v e r i t e ; i l semble que ce s o i t l ' h i s t o i r e meme, et cependant, tout est invention. C'est que l a v e r i t e pour l e poete n'est pas dans 1'exactitude des f a i t s , e l l e 1 e3t dans l a peinture f i d e l e des moeurs, des caracteres et des passions." Un autre, sans a l l e r jusqu'au point de dire q u ' i l n'y a qu'une seule v e r i t e , l a v e r i t e u n i v e r s e l l e , tant reclamee par l e redacteur des Lettres Normandes, voit tout de meme quelle sera l a faiblesse du-theatre 1. Cite par Des Granges:La Presse l i t t e r a i r e sous l a Bestauration,p.322. 43. historique: "Je consens de tout ooeur qu'on t r a v a i l l e sur l ' h i s t o i r e de France. Mais i l est une mesure en tout, et je ne veux pas qu'un heros duXlV 6 siecle vienne me debiter sur l e theatre des tirades saupoudrees de tout 1'esprit du HX e s i e c l e , Je ne veux pas, en en-tendant une scene, croi r e l i r e un a r t i c l e du Constitutionnel ou une page de l a Minerve. Ce que nos poetes tragiques negligent l e plus de 1 nos jours, c'est l a couleur l o c a l e . " Deja,, done, on comprend 1 'im-portance de " s i t u e r " une action historique non seulement par une suite d'evenements historiques, n i encore par des decors"historiques", mais plutot par les passions et les sentiments des personnages, c'est & dire par l a couleur locale i n t e r i e u r e . La nature i l l u s o i r e et, pour a i n s i d i r e , f i c t i v e , de ee troisieme element de l a v e r i t e historique se f a i t ' v o i r lorsque Gain-Montagnac, tout en signalant l a necessite'd'un theatre historique, d i t : "On ne pourra plus commander notre interet qu'en nous montrant l e s homines qui ont i n f l u e sur l e sort des peuples t e l s q u ' i l s ont ete en e f f e t ; en le s faisant parler et agir comme nous  sentons q u ' i l s ont du agir et p a r l e r , " Hemarquons bien: comme nous  sentons; ce n'est pas comme nous savons; ce qui revient a. dire que cet element de l a v e r i t e historique est une chose r e l a t i v e . II reste 3 cependant un element qui est strietement "absolu", l a " l i t t e r a l i t e " historique; et c'est surtout au sujet de cette " l i t t e r a l i t e " que les auteurs s'inquietent. M. de Fongeray, comme nous 1'avons deja d i t , c r o i t 1. Cite par Pes Granges: op.cit. p. 325. 2. Cite par Marsan: La B a t a i l l e romantique, t . I I , p.128. 3. Le mot est a. Magnin:B.D.M.t.l5,mars 1843, p. 1056, 44. qu'une v e r i t e d'art serait tres inferieure a l a v e r i t e des v i e i l l e s chroniques. V i t e t , au contraire, declare que l e poete peut f a i r e des emprunts a l ' h i s t o i r e , mais a l a condition de l u i donner des l o i s , au • l i e u d'en subir, et de rester createur. Lui-meme a bien souvent invente des conversations; mais i l n'en persiste pas moins a eroire q u ' i l est "constamment reste f i d e l e a l a v e r i t e ; car l a venite a laquelle j 'aspire, ce n'est,a proprement p a r l e r , que l a vraiSemblance, ce melange de pro-b a b i l i t y et de certitude qui resulte de 1'intelligence generale d'une 1 epoque." Meme l'auteur des Scenes historiques, nous l e voyons bien, ne s'est pas entierement passe d'imagination lorsque les sources authentiques l u i manquent, et a mis en oeuvre les principes dont nous avons deja. parle a. l a page.5.Ce que Y i t e t invente, c'est precisement l a "couleur locale i n t e r i e u r e " ; et i l y a reussi grace a une "intelligence generale", disons plutot profonde, de 1*epoque q u ' i l recree. Avec 1'apparition de "Cromwell", on apercpit plus clairement les dangers qui guettent l e theatre historique lorsqu'un v r a i poete s 'y essaie, et le Globe reproche au jeune auteur sa facpn de t r a i t e r l ' h i s -t o i r e : "La tragedie historique est tout entiere dans les chroniques; e l l e est vierge encore, paree de toutes les graces nalves, animee de toutes les passions, c'est de l a que Shakespeare l ' a tiree.; c'est l a qu'un veritable poete saurait l a trouver, et i l se garderait de l a con-2 duire au melodrama." Evidemment Hugo se cermet trop de licences avec les documents pour p l a i r e aux messieurs du cenacle stendhalien. Cela 1. Cite par Maigron: op.cit, p.284. 2. Cite par Marsan: op. c i t . t . II,p.151, 45. n'est pas etonnant. Deja, en 1820, l e futur chef du romantisme. avait indique ce q u ' i l entendait par l'emploi de l ' h i s t o i r e au theatre. II se contenterait de l a v e r i t e archeologique des d e t a i l s , a condition qu'on l u i permit de prendre des l i b e r t e s avec l a v e r i t e des evenements; et puis, "... pourquoi trouver s i mauvais qu'un auteur tragique viole quel-quefois l ' h i s t o i r e ? S i l a licence n'est pas poussee trop l o i n , que m'importe l a ve r i t e historique, pourvu que l a v e r i t e morale soit observee? Youlez-vous que 1'on dise de l ' h i s t o i r e ce qu'on a d i t de l a poetique d'Aristote: " e l l e f a i t de bien mauvaises tragedies?" Soyez peintre f i d e l e de l a nature et des caracteres et non copiste s e r v i l e de l ' h i s t o i r e A en juger par ces opinions de jeunesse, i l par alii que le dramaturge fera plus tard peu de cas de la. v e r i t e historique, ce qui n'est que trop v r a i . Et cependant, dans l a "Preface de Cromwell", i l d e f i n i t a. merveille l e but du drame historique: "L 'art f e u i l l e t t e les s i e c l e s , f e u i l l e t t e l a nature, interroge les chroniques, s'etudie a reproduire l a r e a l i t e des f a i t s , surtout c e l l e des moeurs et des caracteres, "bien moins 2 leguee au doute et a. l a contradiction que les f a i t s " ; et i l comprend parfaitement que l a couleur locale ne consiste pas a"ajouter apres coup quelques touches criardes qa et l a sur un ensemble du reste parfaitement faux et conventionnel. Ce n'est point a l a surface du drame que doit etre l a couleur l o c a l e , mais au fond, dans l e coeur meme de 1'oeuvre... Le drame doit etre radicalement impregne de cette couleur des temps; e l l e ~ — — — \— "• ~~" 1. Cite par Souriau: La Preface de Cromwell, p. 92. 2. Oeuvres; Drame, t . ^ p . 48, 46. doit en quelque sorte y etre dans l ' a i r , de faopn qu'on ne s'aperopive qu'en y entrant et qu'en en sortant qu'on a change de si e c l e et d'atmo^ -1 sphere.** Sans done exiger une v e r i t e c i r c o n s t a n t i e l l e , Hugo reclame 1 ' i l l u s i o n historique creee par 1'atmosphere du drame; ce qui l u i t i e n t surtout au c,oeur, c'est l a v e r i t e morale et u n i v e r s e l l e . Les idees des autres grands ecrivains au sujet de l'emploi de 1'Histoire au theatre ressemblent a c e l l e s de Hugo a. un t e l point q u ' i l ne vaut pas l a peine de les discuter separement. Dumas d i s a i t ouvertement q u ' i l avait l e droit de v i o l e r l ' h i s t o i r e "pourvu q u ' i l l u i f i t un enfant", tandis q u ' i l s u f f i t de voir comment Vigny a arrange ,'les f a i t s dans l a "Marechale d'Ancre" pour se convaincre q u ' i l professait une theorie a peu pres semblable sans l'exprimer aussi crument. De tous ceux qui se sont attaques au probleme de l a v§rit6 historique, Gustave Planehe s'y est p r i s avec le plus de justesse et de c l a r t 6 . Dans un a r t i c l e sur l e theatre moderne, i l enonce les p r i n -cipes qui devraient r e g i r l e theatre historique: "A quelles conditions, d i t - i l , l ' h i s t o i r e o a r a i t - e l l e sur l e theatre? E s t - i l necessaire, est-i l raisonnable d'accepter sans reserve, sans r e s t r i c t i o n l a r e a l i t e consacree par les r e c i t s authentiques? L'emploi de l ' h i s t o i r e au theatre n * e s t - i l pas sounds a des l o i s t r es differentes des l o i s du r e c i t historique? Hous nous prononqons hardiment eontre 1'acceptation 2 l i t t e r a l e des donnees de l ' h i s t o i r e " . S i l e poete ne f a i s a i t que 1, Oeuvres, i b i d . p. 49. 2. Gustave Planche: Du theatre moderne en Prance. S.D.M. t.JX, (15 mai, 1837) p. 500. 47 . r e s t i t u e r sans r i e n creer, i l ne ser a i t plus poete; de plus, V i t e t , etant plus pres de l ' h i s t o i r e , serait tres superieur a Shakespeare ou a S c h i l l e r , ce qui est evidemment inadmissible. Done i l faut creer, et pour d i r i g e r son genie, l e poete tiendra compte de l a l o i supreme de 1'emploi de l ' h i s t o i r e au theatre, 1'interpretation. "Or, interpreter une v e r i t e , quelle qu'elle s o i t , c'est evidemment en developper tous les (sic) elemens /, .en montrer toutes les faces, toutes les origines, et toutes les consequences. La l o i d'interpretation ne permet done pas, comme l'ont pense plusieurs poetes contemporains, de transformer capricieuse-ment l a donnee historique; car l e commentaire ne peut mentir au texte sans cesser d'etre commentaire. Interpreter l ' h i s t o i r e poetiquement, c'est agrandir, exagSrer a propos les parties sur lesquelles on a resolu d'app'eler 1'attention et qui dans le modele historique, n'ont qu'une im-portance seeondaire; e'est e c l a i r e r d'une lumiere abondante les faces d'un evenement ou d'un earactere que l ' h i s t o i r e a laissees dans 1'ombre./ M i s l e poete peut encore manquer de douer son oeuvre de v e r i t e , a. mo ins d'observer l a l o i gouvern&nt toute oeuvre d'art qui cherche l a v e r i t e , l a l o i deja signalee par tous les dramaturgesdepuis Corneille jusqu'a Hugo, l a l o i de l a v e r i t e universelle et humaine:" Les personnages , l a fable , et l e dialogue du drame futur, quel q u ' i l s o i t , seront egalement soumis a l a v e r i t e humaine. Que l e poete demande a l ' h i s t o i r e ou a. l a societe contemporaine le type de ses creations, i l ne sera jamais d i s -pense de mettre 1'element humain au-dessus de 1'element historique ou 1, Gustave Planche: i b i d , p. 50g» 48. 1 anecdotique." IT'oublions pas que Gustave Blanche e c r i v a i t a i n s i en 1837, que huit ans s'etaient ecoules depuis l a representation de "Henri I I I et sa cour", et que bon nombre de drames historiques avaient paru dans 1' i n t e r v a l l e . I I est done evident que ce c r i t i q u e , pour avoir cru ne-cessaire de reveler leurs faibless'es aux eerivains et de prescrire des regies d'art, avait une tres mauvaise opinion des oeuvres dramatiques conteraporaines. Et un examen rapide servira a nous montrer que les chefs d'oeuvre memes de cette epoque ne sont pas sans meriter cette c r i t i q u e . Ayant deja considere les idSes de Hugo au sujet de l a verite historique, nous saurons a quoi i l faut nous attendre en abordant les oeuvres de ce poete. Comme nous pouvons "bien le c r o i r e , i l t r a i t e les evenements historiques d'une.facpn cavaliere. Charles-Quint, par exemple, au l i e u d'etre a, Aix-la-Chapelle l o r s de son election a 1'Empire, eta i t en r e a l i t e a, Francfort; c'est dans cette derniere v i l l e qu'eut l i e u aussi p 1'election meme. Hugo se soucie bien plus, cependant, de l a v e r i t e areaiologique, grace a. son amour du d e t a i l pittoresque, et non pas a aucun remords de conscience. II nous decrit l a s a l l e des gardes du 3 chateau de Chambord; nous avons des de t a i l s tres exacts sur les habits 4 • des fetes-Hondes et des Cavaliers; meme l a robe de Dona Josefa Duarte 1. Gustave Planche, i b i d . p. 515. 2. "liernani", Acte IV. 3. "Marion Delorme". 4. "Cromwell". 49. n'echappe pas a ses soins minutieux; e l l e est"a l a mode d'Isabelle l a 1 Catholioue." La couleur locale exterieure abonde, done; quant a l a couleur locale i n t e r i e u r e , e l l e impregne certes quelques parties de 1'oeuvre de Victor Hugo; i l reussit par moments a f a i r e revivre dans Buy Gomez 1'-esprit de l a v i e i l l e noblesse espagnole; mais trop souvent les id6es politiques et sociales du poete , idees tout a f a i t "dix-: neuvieme s i e c l e " , viennent nous gater 1'impression historique. Sn l a i s s a n t penetrer a i n s i ses propres opinions dans ses reconstitutions du passe, Hugo fausse aussi l e earactere des personnages historiques q u ' i l nous presente. Le Cromwell de l a r e a l i t e est plus bourgeois et moins Napoleonien que le heros de Hugo. Selon M. Souriau, le poete "ne f a i t que de l a p o l i t i q u e contemporaine dans sa "Marion Lelorme": Charles X, compromis et perdu par M. de Polignac, devient Louis X I I I , 2 responsable aux yeux des spectateurs de l a f e r o c i t e de son ministre." Ce qui nuit encore plus a. l a v e r i t e historique des personnages chez Hugo, c'est l a perpetuelle recherche de 1 'amithese dans leurs caracteres. Pourquoi nous representor un Cromwell peureux? Parce que l a peur f a i t un contraste s i frappant avec toutes les qualites fortes de son earactere. St enfin $ l a v e r i t e historique souffre lorsque Hugo attribue a. des personnages soit historiques, soit inventes, des sentiments tout a f a i t ignores a 1'epoque ou l ' a c t i o n du drame se passe: Didier, type acheve du heros romantique, de l'hornme f a t a l , sert peu a recreer 1'atmosphere 1. "Hernani". 2. Histoire du Bomantisme, t . I I , p. 53. 50. du re-gne de Louis X I I I . L a c r ^ t e l l e s ' e t a i t deja. charge d'attaquer cet emploi k outrance du romantisme melancolique."J'ai peur, d i t - i l , qu'on ne reconnaisse plus les Irangais sous ces habillements luguhres em-pruntes a. nos vo i s i n s . On ne se contente pas d'en r e v e t i r l'epoque ac-t u e l l e ou les e s p r i t s , j'en conviens, sont assez serieux; on veut en 1 couvrir l a legerete s i connue de nos peres." Le heros romantique con-s t i t u e , done, un des anachronismes les plus criants des drames historique® de Victor Hugo. Pour nous, a l o r s , 1'oeuvre de Hugo n'a presque aucune valeur historique; et les contemporains du poete, est-ce q u ' i l s se sont mepris sur l a veritable nature de ses pieces? Pes du tout. A propos d'Hernani, Magnin declara que Victor Hugo vient de creer un genre... 2 "l e drame d'imagination".' Hemusat, indigne. s'ecrie: "Comme drame 3 historique, c'est faux d'un bout a 1'autre." Gustave Planche, dans un a r t i c l e consacre a Ruy Bias, refusa de prendre au s e r i e u x " l ' h i s t o i r e " de 1'auteur. "12. Hugo ignore, oublie, ou meprise l ' h i s t o i r e ; quelle que-soit l a conjecture a laquelle les spectateurs s'arretent, i l est evident que l ' h i s t o i r e ne joue aucun role dans les drames de Hugo; essayer de demontrer cette v e r i t e s e r a i t perdre son temps et f a i r e injure au bon 4 sens du lec t e u r . " Etant convaincus qu'en debutant Hugo etai t obsede par 1 'idee du drame historique et q u ' i l croyait en avoir f a i t , nous 1. Cite par Des Granges: La Presse l i t t e r a i r e , p. 205. 2. Voir Des Granges: op.cit. p. 366-370. 3. Id. p. 368. 4. R.D.M. 15 nov. 1838, p. 532. 51. preferons attribuer a un jugement muri par l a c r i t i q u e plutot qu'a aueune conviction enracin£e le "je n'ai jamais f a i t n i de drame h i s t o -1 rique n i de roman his t o r i q u e " de l a l e t t r e a l'editeur Lacroix. S i l e grand chef de l'ecole romantique a completement echou£ dans les tentatives q u ' i l a f a i t e s pour doner l a l i t t e r a t u r e franqaise d'un drame historique, que pouvons-nous esperer de l a part des auteurs moins b r i l l a n t s ? Pas grand'chose; et cependant, a notre a v i s , Dumas, genie bien i n f e r i e u r a Hugo, et malgre son attitude i r -respectueuse envers ;1'histoire, reussit beaucoup mieux que son chef a. creer l e drame historique avec son "Henri I I I et sa Cour". II est v r a i q u ' i l adapte assez souvent l e s evenernents historiques pour r e -hausser l ' i n t e r e t dramatique de 1'intrigue; par compensation, i l pro-digue l a couleur locale exterieure: l e decor est generalement indique" d'une facpn scrupuleuse; chaque p e t i t d e t a i l que l'auteur a considere 2 bon a " s i t u e r " sa piece, y trouve une place (le bilboquet de Henri I I I , 3 le faucon d'Agnes Sorel ); et i l faut avouer que les deux premiers actes des pieces historiques de Dumas parlent comme un manuel d'histoire. Malheureusement, c'est ce trop-plein d'histoire qui gate tout; car, en apprenant qu'on construit l e Pont-Neuf et que les fra i s e s goudronnes ne sont plus a l a mode, nous ne saurions nous tromper d'epoque; mais nous commengpns a nous demander s i c'est tout a f a i t spontanement ou plutot 1. Corr., t . I I , p.329. 2. Henri I I I et sa Cour. 3. Charles TII chez ses grands vassaux. 52. grace a notre presence que ces personnages parlent a i n s i . Et puisque 1 ' i l l u s i o n historique- n'est possible que s i les personnages en scene prennent ascendant sur 1'esprit des assistants, des que 1'action contraire se produit, cette i l l u s i o n disparait completement. Pe plus, comment nous s e n t i r contemporains de ceux qui nous parlent s i , en en-tendant dire que Salisbury commence a se s e r v i r d ' a r t i l l e r i e , nous sommes obliges de f o u i l l e r dans notre memoire pour trouver l a date de 1 1'invention de l a poudre a. canon? Tout ce vernis historique, done, detruit par son exces 1'impression de ver i t e historique; toutefois,le spectateur est ebloui de ces enluminures, et ayant perdu en partie son sens c r i t i q u e , i l se l a i s s e duper par cette pseudo-histoire. ii cote de ces menus d e t a i l s , 1'auteur prodigue les tableaux d'ensemble; c'est par l a q u ' i l tache de s a i s i r l a "couleur locale i n t e r i e u r e " de l'epoque. II nous expose l a p o l i t i q u e de Catherine, c e l l e du due de Guise, et c e l l e des ligueurs, pour nous reveler les 2 passions et l e s sentiments des personnages. Mais tout cela n'est que plaque sur 1'intrigue qui constitue l e veritable interet du drame, et est v i t e oublie lorsque 1'auteur s'occupe des eombinaisons dramatiques de 1'action. La couleur locale interieure f a i t defaut, done, chez Pumas, parce que 1'auteur neglige ahsolument de l a soigner et l a subordonne a 1'interet dramatique, II n'est pas etonnant que de 3 Barante 1'ait accuse de ne pas avoir songe a l a f i d e l i t e historique. 1. "Charles 711 chez ses grands vassaux", Acte I I , Sc.3. 2. "Henri I I I et sa Cour". 3. Voir Des Granges: op. c i t , p.363, 53. Encore un auteur qui s'est essaye aux genres historiques a. cette epoque, c'est A l f r e d de Vigny. Apres s'etre i l l u s t r e dans l e roman historique par son "Cinq Mars", i l a aborde l e drame historique avec "La Mareehale d'Ancre". I c i nous remarquons que l a couleur locale exterieure ne compte presque pas du tout. Le decor n'est que tres legerement esquisse, les d e t a i l s pittoresques et les allusions historiques sont plus rares que chez Dumas ou meme Hugo. II altere les donneds historiques en raison de cette " v e r i t e superieure" q u ' i l a deja, invoquee a. propos de "Cinq-Mars." Quant a. l a couleur locale i n t e r i e u r e , e l l e existe sans aucun doute dans cette piece parce que l'auteur a su ressusciter s i Men 1'esprit de l a l u t t e politique qui se l i v r e entre les protagonistes du drame. Mais c'est a peine s ' i l l a i s s e a sa piece ce dernier Element de v e r i t e ; car Vigny aussi a un hut philosophique: pour l u i , l a decheance et 1'avilissement de l a noMesse sous Hichelieu et Louis XIV avaient prepare l a Hevolution francaise. Par consequent, l'auteur, se voyant oblige de soutenir cette these, ne reussit pas a. nous convaincre que l a Destinee seule r e g i t tout i c i - b a s ; nous preferons croire que 1'habile agencement des f a i t s dans cette piece est 1'oeuvre de M. de Vigny. Et nous avons deja vu a quel point un ouvrage perd 1 ' i l l u s i o n historique quand l a main de l'auteur y parait . Et l a ou ses contemporains, malgre tous leurs ef f o r t s , e -chouaient completement, un auteur, dans une seule tentative, a r e u s s i , 54. et l e "Lorenzaccio" d'Alfred de Musset est "un drame historique singulier 1 parmi tous les drames historiques du romantisme." Toujours soucieux de l a v e r i t e et respectueux des documents que l u i fournissaient les chroniques f l o r e n t i n e s , Musset ne modifie dans ses chroniques que les d e t a i l s inutilement h o r r i b l e s ; i l subordonne l a couleur locale ex-terieure a l a couleur loca l e interieure et cherehe l a v e r i t e historique non pas dans les decors, mais dans les moeurs. I t dans ee tableau de moeurs, 1'auteur observe encore plus que l a v e r i t e historique, l a ve r i t e humaine et u n i v e r s e l l e ; et l a psychologie de Musset est presque parfait e . St c'est la. justernent ce qui manque aux autres auteurs, q u i , trop ab-sorbes par l e souci de l a v e r i t e historique, ont detruit toute impression de v e r i t e en creant des personnages grotesques, deformes et f a n t a i s i s t e s . Meme lorsque 1'imagination de Musset saute dans 1'inconnu, e l l e a l e tremplin d'un f a i t precis et historiquement v r a i , et e l l e saute du moins dans un inconnu logique et vraisemblaole; 1'element classique du carac-tere de Musset l a t i e n t toujours en bride, II est interessant de con-stater que Musset meme n'echappe pas aux defauts l i t t e r a i r e s de son epoque; l u i aussi semble aimer le paradoxe et 1'antithese; les nobles intentions de Lorenzaccio sont peu compatibles avec son ame degradee. lotons, t o u t e f o i s , que "cette ineompatibilite que 1'auteur du "Hoi 8'amuse"rencontrait dans 1 ' a r b i t r a i r e , Mussed, l u i , l a rencontre dans 2 ce qui est a r r i v e " . 1, Maurice Donnay: Alfred de Musset, p.212. 2. i d , op.cit: p. 213, 55. Leguel de ces quatre grands ecrivains servira de modele aux auteurs de second ordre? Certes ce ne sera pas Mussetj et les Anicet-Bourgeois et les Fontan n'imiteront pas non plus les pieces philosophioues d'un Hu^o ou d'un vTjpay. Leur chef, c'est Dumas; et - . p l a i r e au public sera pour eux, comme pour l u i , l e hut de toute piece de theatre; et pxiisque leur vie depend du succes de leurs ouvrages, i l est a peine surprenant que ces auteurs adaptent trop l ' h i s t o i r e au drame au l i e u de f a i r e l e contraire. ooo 56. Chap i t re IV ,. t» n L* historique du drame historique a 1'epoque romantique; etude generale du genre. Ce chapitre, comme l'indique l e t i t r e , se divise en deux pa r t i e s : dans l a premiere se trouvent des d e t a i l s purement materiels sur les pieces en question; en faisant l a s t a t i s t i q u e du drame h i s t o r i -que depuis 1829 jusqu'a, 1843, nous ne pretendons aucunement que nos c h i f f r e s soient exacts; au contraire nous deplorons leur insuffisance, laquelle est due a un manque presque complet de sources bibliographiques La deuxieme par t i e comprend une 6tude generale de ces pieces; nous croyons y avoir trouv£ quelques tendances intdressantes q u ' i l faut signaler; puis, apres avoir esquisse les caracteres generaux de ee genre nous essayerons de d^montrer que 1'oeuvre des auteurs de second ordre se divise en des categories assez d i s t i n c t e s . Les pieces qui font l a matiere de cette 6tude se trouvent toutes dans " l a Bibliotheque de l a V i l l e et de l a Campagne: Magasin 1 t h e a t r a l " , qui se compose d'un choix des pieces"nouvelles" representees sur tous l e s theatres de P a r i s entre 1828 et 1844. Au moyen de cette c o l l e c t i o n et de quelques autres sources, nous avons pu relever les t i t r e s de cent quarante drames historiques (y compris 1'oeuvre des grands romantiques), qui parurent entre l a premiere representation de "Henri I I I " et c e l l e des "Burgraves". Ces pieces se distrfbuent selon 1. Marchant, editeur. P a r i s , 1846. 32 volumes. 57. l a fagpn suivante: 1829 1830 1831 1832 1833 2 7 • 15 9 5 1824 1835 1836 1837 1838 8 10 9 14 ' 10 1839 1840 1841 1842 1843 14 7 11 7 3 lous avons redige cette statistique*" a l n s i : tout d fabord, nous avons p r i s dans l e "Magasin B i e a t r a l " toutes les pieces i n t i t u l e e s "drame" et dont 1'action est en quelque sorte h i s t o r i que; puis nous nous sommes adresses au Catalogue de l a Bibliotheque dramatique de M. Soleinne ou. nous avons puise bon nombre de drames historiques: premierement dans l e s "Recueils f a c t i c e s , par noms propres par sujets etc."; ^euxiemement dans l e s Repertoires des differents theatres, ou plusieurs pieces sont q u a l i f i e r s de "Dr. h i s t . " ( s i c ) ; et troisiemement nous avons trouve dans ces memes Repertoires plusieurs t i t r e s qui ne l a i s s e n t aucun doute sur l a nature historique des drames en question, puisqu'ils donnent ou l e nom d'un personnage eelebre ou l a date de 1'action. Bien des f o i s nous avons ete tentes par des t i t r e s qui auraient pu etre historiques, mais, n'ayant aucun moyen de v e r i f i e r nos eoupcons, nous avons ete obliges de l a i s s e r ces pieces de cote. E n f i n , nous avons releve dans nos lectures les t i t r e s de plusieurs drames historiques; souvent des renseignements complets nous ont manque et nous n'avons pas pu savoir sur quel theatre t e l ou t e l drame fut represente; toujours, cependant, grace, en p a r t i e , au Guide b f b l i o -graphique de M. Thieme, nous avons reussi a"dater" l e s pieces, et a 1. Ces c h i f f r e s ne comprennent que les pieces qui ont ete representees. 58. donner au moins l'annee de leur apparition* Bien que ces e h i f f r e s ne puissent etre complets, nous croyons q u ' i l s ont tout de meme une certaine valeur. Tout d'abord, hous y voyons que les sujets historiques ont j o u i d'une vogue enorme a cette epoque-la. Car n'oublions pas q u ' i l ne s'agit i c i que des drames historiques; i l y avait en outre tragedies, comedies, melodrames et vaudevilles historiques. Sous croyons avoir demontre aussi que cette .vogue est a i l e d en grandissant jusqu'en 1837, que, pendant cinq annees e l l e est rested a peu pres constante, et que finalement cet engouement mourut lentement a. p a r t i r de 1842. l o s e h i f f r e s deviennent encore plus s i g n i f i c a t i f s lorsqu'on les compare avec ceux fournis par M.C. 1 Louandre dans son " S t a t i s t i q u e l i t t e r a i r e " (1847): 1830 1831 1832 1833 1834 1835 1836 1837 Nouveauted theatrales: 169 273 258 219 187 221 295 296 Dont, vaudevilles: 127 159 2i8 201 Ouvrages serieux: 60 62 77 95 1838 1839 1840 1841 1842 1843 Nouveautes: 272 355 292 268 285 249 Vaudevilles: 190 228 221 195 204 117 Ouvrages serieux: 82 127 70 73 81 143 car l e nombre de drames historiques parus chaque annee suit toujours l a meme d i r e c t i o n que l e nombre de pieees edrieuses donneds pendant l a meme periode; cela semble indiquer que notre s t a t i s t i q u e n'est pas tout a f a i t sans valeur. 1. Voir D. Ivans: Le drame moderne, pp. 65,70 59. Parmi l e s cent quararrfce pieces que nous avons trouvees, vingt-deux seulement portent l e t i t r e de "drame historique"; quant aux autres, e l l e s s'appelleni tout simplement "drames". De ces vingt-deux drames historiques, deux ont paru en 1829; t r o i s en 1830; cinq en 1831. Sous n'en avons trouve que deux de 1832. Un seul appartient a 1833, et t r o i s a 1834. Les autres se distribuent a i n s i : 1837, deux; 1838, un; 1839, deux; 1841, un; i l p a r a i t , done, que les dramaturges auraient v i t e abandonne l e t i t r e de "drame historique"; non qu ' i l s aient cesse de s ' i l l u s t r e r dans ce genre; l o i n de l a , Mais a p a r t i r de 1835, les auteurs ne se sont plus mepris sur l e v r a i caractere de leurs drames et ont hesite a les nommer historiques. La v e r i t e , c'est qu'au com-mencement de l a periode romantiuue, ces auteurs croyaient pouvoir f a i r e des drames vraiment historiques et s a t i s f a i r e l e public en meme temps. Mais i l s n'ont pas tarde a. se detromper et a comprendre que l a ve r i t e historique e t a i t "beaucoup moins importante qu'une intrigue passionnante,. de sorte q u ' i l s se sont Mentot vus forces de deformer impitoyablement 1'histoire. Que l e drame historique a, pour a i n s i dire, degenere a. p a r t i r de 1833 ou 1834 est assez evident lorsqu'on examine ce genre par rapport aux theatres ou on en donnait. Sur dix-neuf pieces jouees au Theatre-Francais de 1829 a 1843, onze ont ete representees avant 1835, huit apres cette date. L'Odeon, ferme de 1832 a. 1837, ne nous servira pas beaucoup i c i . Mais meme les c h i f f r e s incomplets semblent montrer q u ' i c i , comme au (Cheat ra-Franoais, on a d'abord a c c u e i l l i l e 60. nouveau drame pour s'en mefier plus tard. Car, en moins de t r o i s annees (1829 a. 1831), parurent sur cette scene sept drames historiques, tandis que deux settlement y furent representes entre 1838 et 1842 (cinq ans). Et l e drame historique est a l l e se refugier sur les scenes moins importantes. Au theatre de l a Porte Saint-Martin, on a donne douze pieces de ce genre dans les s i x premieres annees de 1'epoque et vingt pendant l a deuxieme periode. Ces eh i f f r e s n'ont ri e n d'extraor-di n a i r e , 6tant donne que l a production theatrale s'est enormement augmented entre 1835 et 1839. Le repertoire de 1'Ambigu-Comique,toutefois, est bien plus etonnant. Avant 1835, quatre t i t r e s de drames historiques ont tenu l ' a f f i c h e de ce theatre; apres 1835, l e nombre se monte a vingt -hu.it. Et presque toutes l e s pieces t i r e e s des repertoires des autres p e t i t s theatres sont posterieures a 1835. II paratt, done, que le drame historique s'est mis au niveau du peuple; et ceci est encore plus evident lorsqu'on commence a l i r e l es pieces en question. Au fur et a mesure que nous approchons de 1843, nous voyons que l e drame historique descend de plus en plus vers l e melodrama. L'oeuvre de Dumas fournit un exemple eclatant de cette degenerescence. Parmi les pieces que nous avons lues, toutes c e l l e s qui ont paru entre 1829 et 1835 se terminent d'une facpn tragique; tandis que c e l l e s qui ont ete representees a p a r t i r de 1836 ont, a quelques exceptions pres, des denouements heureux. Dans les drames appartenant a l a seconde moitie de l a periode, ce ne sont plus les jeunes amoureux qui perissent sous " l a bonne lame de Tolede" de quelque s i c a i r e , qui se suicident en buvant du poison, ou en se jetant dans le 61. 1 bassin comme Fleurette. Non; e'est maintenant l e t r a i t r e qui meurt et a i n s i l e drame, comme l e melodrama, montre l e vice puni et l a vertu qui triomphe. I t quelquefois meme l e t r a i t r e se t i r e d • a f f a i r e , comme, par exemple, dans l e "Manoir de Montlouvier H. La, l e capitaine Suillaume de Flavy, malgre toutes ses p e r f i d i e s , l'echappe belle et son pauvre serviteur Melchy est seul a mourir. De plus, les t r a i t r e s des dernieres pieces sont bien plus noirs que leurs predecesseurs; en e f f e t , i l est presque toujours d i f f i c i l e de signaler quel personnage remplit ce rol e dans l e s drames qu'on a donnes avant 1836; plus tard, cependant, et surtout dans l*oeuvre de Bouchardy, on ne nous l a i s s e aucun doute a ce sujet; n i Desgrais n i Sainte-Croix de " l a Chambre Ardente" ne sont peints de couleurs aussi sombres que l e due Galeas dans "Paris l e lob6mien. * Le t r a i t r e n*est pas l e seul personnage du m6lodrame a envahir l e drame. Nous voyons aussi s'introduire l e s personnages c6miqu.es• Nous ne nous rappelons pas avoir souri une seule f o i s , sauf lorsque nous n^aurions pas du sourire, en l i s a n t l e s pieces de l a pre-miere partie de notre epoque; d'autre part, c e l l e s qui appartiennent a l a deuxieme part i e ont souvent provoqu§, non seulement un sourire, mais le r i r e meme. D*Qrbendas, barbier de Guillaume de Flavy, est 2 souvent comique. La scene ou. ce bonhomme tache d'ecrire deux l e t t r e s a l a f o i s , l'une, l a depeche que Flavy est en t r a i n de l u i dieter, l^autre "son papier f u r t i f " destinee a l a vicomtesse, est presque de l a l«"Fleurettew' ou l e Premier amour de Henri IT. 2. Acte IV, Sc. 18. 62. farce pure; i l en est de meme de ce diseours q u ' i l t i e a t a Melchy:"Mais t o i , sans honneur, sans energie, et sans patriotisme, qu'es-tu? un faquin ne, faquin continue^ faquin perseverant, faquin passe, present, 1 f u t u r , faquin, rien que faquin, a tous l e s d i a b l e s j " Le capitaine Ranuccio de "l'Abbaye de Castro" est aussi tout a f a i t amusant de temps en temps; car, hardi et courageux guerrier, i l est tout de meme assez naSf et s'exprime d'une facpn bien drole. II est meme quelque •peu i r r e l i g i e u x : "Ma f o i , d i t - i l , moi, d'abord, voyez-vous, les soldats 2 du Pape n'ont pas une b r i l l a n t e reputation" , en expliquant pourquoi i l ne s'est pas engage parmi les troupes du Saint-Pere, et i l c r o i t plus 3 & l a loyaute d'un ami qu'a 1 ' i n f a i l l i b i l i t e du " Cet element comique qui semble s 'etre introduit dans l e drame avee certains personnages nous amene a une deuxieme tendance generale assez interessante. Dans l e s dernieres annees de l'epoque qui nous oecupe, l e ton meme des drames historiques se rapproche, croyons-nous de c e l u i de l a comedie. Bien des scenes et meme des actes de certaines pieces comme " l a T i e i l l e s s e d'un grand r o i " , "La Comtesse de Chamilly", ou "Le Perruquier de l'Impereur" sont d'une a l l u r e p a r e i l l e a c e l l e qui caracterise l a " H i e de B e l l e - I s l e " de Dumas, piece con-sidered partout aujourd'hui comme une comedie. Ce n'est pas seulement par ce rapprochement entre l a comedie et l e drame que ce dernier genre a cesse d'etre drame". L'intrigue devient s i touffue, les peripeties se 1. Acte I I I , Sc.4. 2. A c t e l e r , Sc.2. 3, 63. m u l t i p l i e n t tenement que 1'auteur-ne saurait nous representer une l u t t e psychologique de peur de se perdre completement. L'entassement d'eve-nements invraisemblables ehez un Bouchardy ne produit pas l ' e f f e t dramatique d'une peinture vivante de fortes emotions aux prises les unes avec les autres; car, en y voyant paraftre l a main de 1'auteur, on se rassure tout de suite puisqu'on s a i t uue tout cela f i n i r a bien. Que l e drame historique a i t a i n s i degenere tient en grande •partie a une seule cause: l e s semences de cette decheance se trouvaient des l e commencement de l'epoque romantique dans quelques caracteres generaux de ce genre. Premierement, y a - t - i l l i e u de s'etonner que l e melodrame a i t envahi l e drame,lorsque l e s meilleurs auteurs employaient des , melo » precedes/dramatiques? Fortes secretes, passages soute.rrains, f i o l e s de poison, apparitions inattendues, conversations surprises - tout cela se rencontre presque aussi souvent chez un Hugo que chez un Inicet-Bourgeois. II est evident que l e s dramaturges de moindre genie devaient exagerer cet emploi de ressorts melodramatiques, de sorte que ces procedes pullulent dans tout leur oeuvre. De plus, s i l e drame historique est devenu un peu trop populaire, ce n'est aprSS tout qu'en poussant plus l o i n l e but essentiel des premieres pieces. Ce genre, comme nous 1'avons deja indique, est ne d'un besoin que sentait l e peuple de se f a i r e une genealogle. On com-mence, done, par diminuer l a g l o i r e des grands, par peindre les r o i s , les reines et les nobles dans tout ee q u ' i l s avaient eu de meprisable; ce qui explique en partie pourquoi les romantiques ont envisage l ' h i s t o i r e en 64. l a i d . Et plus d'un auteur, malgre ce p a r t i p r i s tres marque\ croyait qu'il representait l a verite.' Frederic Soulie nous rappelle que l ' h i s -t o i r e ne ressemble pas toujours aux tableaux de nos a r t i s t e s barons, ou tout l e monde a l a jambe admirable, l e visage rose et un habit de velours; eela d i t , i l semble oublier que l ' h i s t o i r e a 6t<§ autre chose qu'une suite de crimes et de s o u i l l u r e s . Le dramaturge, dit-on, doit mettre en lumiere ce que l ' h i s t o r i e n a neglige^ s o i t , mais e s t - i l tenu •& ne point s'occuper des cotes nobles et beaux de l ' h i s t o i r e ? Apres avoir a v i l i l e s r o i s et les nobles, i l faut t r a v a i l l e r a 1'anoblissement du peuple. C'est justement ce que font les p e t i t s ecrivains dramatiques. D'abord i l s nous montrent, comme Tigay dans "La Mareehale d'Anere", que l a foule n'est pas tout a f a i t impuissante a • d i r i g e r l a marche des evehements. On nous f a i t sentir que ces gronde-ments sourds parmi les bas-fonds de l a society auront des echos t e r r i b l e s dans les p a l a i s royaux . Cela est surtout v r a i d'une piece i n t i t u l e d "La Chambre Ardente" ou l e peuple s'acharne eontre l a malheureuse B r i n v i l l i e r s a tous moments et ou un homme du peuple, 1'exempt Desgrais, est cause enfin de l a perte de l a fameuse empoisonneuse. De meme, dans le "Cromwell et Charles I " de Co r d e l l i e r Delanoue, nous entrevoyons l a foule hurlante qui reclame ses dro i t s et l'auteur nous f a i t voir qu'elle est l e veritable "bourreau du r o i , avec Cromwell, son representant. Dernierement, les auteurs dramatiques de l a periode romantique ont f a i t , pour a i n s i d i r e , l'apotheose du peuple en mettant en scene des hommes qu i , de tres humble naissance, ont reussi neanmoins a s'elever aux plus hautes dignited et a sauver a i n s i leur patrie dans un moment 65. de erise. f e l s sont Jacques Coeur, Mathieu Luc, Paris l e Bohemien, tous heros des pieces qui portent leur nom. Le premier, devenu argentier du r o i Charles T i l , reste tout de meme f i e r de sa roture. "Quand vous possederiez cent f o i s les terres de mon comte, vous n'en pourriez porter l e t i t r e ; i l faut un sang noble de vingt generations pour s'ap-peler comte de La Tremouille." T o i c i l a reponse de Jacques: "Je m'avoue indigne de ce beau nom, monseigneur, et pourtant, j'en a i un que, dans ma f i e r t e plebeienne,je porte aussi haut que l e votre, c'est 1 c e l u i de Jacques Coeur, mon nom de manant, mon nom de commerce." De plus, l a fortune et l e pouvoir ne l u i ont pas tournS l a tete et i l ad-2 mire toujours l e peuple qui, avec l e commerce, est "eternel comme Dieu". Cet homme, quoique disgracie et e x i l e , est resolu a proteger son pays centre l a guerre c i v i l e . Au moment ou. l a l u t t e paraft inevitable, i l retourne en France "pour sauver l e Dauphin malgre l u i de cette ambition 3 " qui 1'aveugle et l'egare," au point de se revolter contre son pere. Toyons comment ce heros magnanime harangue l e prince: "Je n'aime pas l e Dauphin, mais j'espere dans l e r o i Louis XI, je crois a sa force, a sa sagesse, a. son amour du pays. Jusque l a , je suis votre ennemi, comme vous etes l e mien; mais devant l e bonheur de l a France, toute haine personnelle doit s'eteindre et je suis pret a m'unir a vous s ' i l l e faut, Ce n'est pas Jacques Coeur, c'est un de vos sujets futurs qui vous parle au nom de tous, Ecoutez sa voix, monseigneur: Dans peu, vous 1. Prologue l e r tableau, Sc. 3. 2. Ibid. 3. Acte I e r , Sc. 3. 66. serez r o i , sans doute; c'est pour votre royaume que je vous implore. lenoncez a ces pro j e t s coupables qui vont deeimer l a France^ l a rendre pauvre, humili6e,esclave. Pour conserver pur et intact 1'heritage de vos peres, sachez attendre. L'epee de l'etranger" (le Dauphin avait appele l e due de Bourgogne) "qui pose l a couronne d'un r o i sur sa tete, trace au sein du pays un long s i l l o n de sang: n'appelez pas 1'etranger.'.. monseigneur, je vous implore a genoux, s ' i l l e faut, croyez-en mes larmes: p i t i e pour votre pere, p i t i e pour vous, pitie" pour mon pays."* I t puis l e Dauphin, "Relevez-vous, Jacques Coeurj vous etes un grand 1 c i t o y e n . w v o i l a qui e t a i t Men calcule pour enthousiasmer les habitues de 1'Imbigu et qui a aide a produire plus d'un M. Poirier.' Mathieu Luc et P a r i s , eux aussi, sans j o u i r du pouvoir dont j o u i s s a i t Jacques Coeur, reussissent egalement a sauver leurs pays du tyran, malgre leur origin© obscure. F l a t t e r 1'amour-propre du peuple est l e but aussi de "Lord Surrey", dont l e heros, i l est v r a i , n'est pas tout a f a i t un homme du peuple. Mais ce jeune poete dtait un v a i l l a n t defenseur des droi t s populaires q u ' i l ne cessait de revendiquer dans ses poesies, et e'est a, ee t i t r e q u ' i l fournit l e sujet d'un drame a M.M. F i l l i o n et Jousserandot. Et finalement,l'inspiration de 1'epopee napoleonienne se rattache au moins en p a r t i e a cette meme source; car Napoleon presentait le p a r f a i t type de heros populaire. Disons, en passant, que v o i c i une partie du drame historique qui ne peint toujours pas l ' h i s t o i r e en l a i d ; 1. Acte I I I , Sc.3. 67. comme l a tragedie de l a Grece antique, l e s pieces napoleoniennes font presque par t i e d'un cu l t e . Puisque nous n'avons pas cru necessaire de consacrer une etude speciale a l a forme du drame historique, nous dirons i c i quelques mots a. ce s u j e t - l a . La plupart des pieces sur lesquelles nous avons pu nous renseigner sont en prose. Beaucoup se divisent en actes et en tableaux, quelquesunes en tableaux seuls. (Le Proces du Marechal l e y ) . Cette d i v i s i o n fournit aux auteurs encore un moyen de prodiguer l e spectacle; i l a r r i v e souvent qu'un tableau consiste tout simplement en unewimage en c h a i r " ou personne n'agit n i ne parle. Ceci est surtout v r a i de certains enormes spectacles representes au Cirque-Olympique vers l a f i n de l a periode romantique; l e s auteurs Laloue et Labrousse ont p r i s comme sujet l ' h i s t o i r e de 1'Empire; "Le prince Eugene et l'im-peratrice Josephine" en t r o i s actes et quatorze tableaux, avec quarante-t r o i s personnages, exige un luxe inouS dans l a mise en scene, Heureuse-ment les auteurs ont hesite a appeler ces pieces curieuses "drames", car e l l e s ne l e sont aucunement. Signalons, enfin, que bon nombre de ces drames sont accompagnes de musique, ce qui les rapproche du melodrame, au sens p r i m i t i f du mot; et Men souvent, meme lorsqu'un orchestre ne se f a i t pas entendre, l a nature joue une symphonie encore plus t e r r i b l e et l e s grondements de 1'orage viennent emouvoir 1'assistance. Hous avons d i t , au commencement de ce ehapitre, que 1'oeuvre des p e t i t s ecrivains dramatiques dans l e genre du drame historique se divise en groupes assez net3. Parmi les pieces que nous avons lues, nous avons cru distinguer t r o i s categories : l a premiere comprend ces pieces ou l'auteur a consciencieusement t r a v a i l l e a interesser les assistants aux e>ehements et aux personnages historiques t e l s quels, sans trop ajouter n i changer; dans l a deuxieme categorie se trouvent ces pieces qui sont historiques jusqu'a un certain point, mais ou l ' i n t e r e t d'une intrigue f a n t a i s i s t e vient l e disputer a l ' i n t e r e t historique; troisiemement, une grande partie de cet oeuvre n'a presque aucun i n -t£ret sauf eelui d'une action romanesque. Pour designer ces t r o i s "classements, nous nous servirons des termes que v o i c i : historique, h i s t o r i c o - f a n t a i s i s t e , et f a n t a i s i s t e . Pour preciser: nous mettrions l e "Henri I I I W de Dumas et l a "Marion Delorme* de Hugo dans l e groupe de pieces historiques; "Hernani" et "Catherine Howard" appartiennent a. l a deuxieme d i v i s i o n ; tandis que "La Tour de Hesle" indique assez Men le niveau des pieces de l a troisieme categorie. Parmi une quarantaine 1 de pieces e/tudiees, huit , dont une seule est posterieure a 1835, sont dignes, croyons-nous, du t i t r e "historique"; l e s autres se divisent presque egalement entre l e type " h i s t o r i c o - f a n t a i s i s t e " et le type " f a n t a i s i s t e . " Ayant complete cette etude generale du genre qui nous occupe, nous passerons maintenant a une analyse de ce genre sous des rapports plus p a r t i c u l i e r s . 1. (1) Christine a FontaineMeau;(2) Le Proces du marechal Fey; (3) Les jours gras sous Charles IX; (4) La Chambre Ardente; (5) Fleurette; (6) Cromwell et Charles I e r ; (7) Marguerite de Quelus; (8) La Y i e i l l e s s e d'un grand r o i . Deuxierae P a r t i e . 70. Chapitre premier. La ve r i t e historique. Nous avons deja discute l a v e r i t e historique chez les grands romantiques; en meme temps nous avons indique a. quoi i l faut s'attendre en matiere de ve r i t e historique dans les pieces de second ordre: chacune de ces pieces, prise dans 1'ensemble, est fausse, au point de vue de 1 ' h i s t o r i e s . Mais i l est arrive aux p e t i t s auteurs, de meme qu'aux grands, de douer leurs drames de quelques elements de veri t S , ce qui n'est malheureusement que trop rsr-e; et tandis que nous pourrons montrer que ces dramaturges sont quelquefois restes f i d e l e s a. l ' h i s t o i r e , nous nous voyons forces de signaler les endroits ou i l s ont v i o l e les donnees historiques. Nous allons done etudier cette question en nous servant de l a d i v i s i o n etablie dans l e chapitre deux: premieremant, " l a v e r i t e des f a i t s , " deuxiemement, " l a couleur locale exterieure", et enfin, " l a couleur locale i n t e r i e u r e " , Les auteurs dramatiques de second ordre, a i n s i que Hugo, Dumas et Yigny, ont quelquefois cru f a i r e on ouvrage historiquement v r a i , et eux aussi s'appuyent de temps en temps sur des documents et des sources authentiques, "Une pensee", d i t Soulie, "domine le poete, i l veut etre v r a i . Le drame se compose, i l se t r a v a i l l e , i l s'acheve, i l 1 s'etudie, i l se joue sous cette i n s p i r a t i o n . " Desnoyers et Mallian ont f a i t une "Abbesse des Ursulines" ou " l e Proces et l a Mort d'Urbain 1. Preface, Christine a Fontainebleau. 71. 1 Grandier", "drame en t r o i s actes t i r e des journaux du temps." I l p a r a i t done que meme l e s plus e f f r o u t e s f a i s e u r s de melodrame s ' e f f o r ^ a i e n t , quand c e l a l e s p r e n a i t , a observer l a v e r i t e h i s t o r i q u e . St cependant, parmi l e s p i e c e s que nous avons l u e s , i l n'y en a pas une seule qui ne prenne quelques l i b e r t e s avec l ' h i s t o i r e . Nous voyons, e n f i n , q u ' i l ne fa u t pas prendre au s e r i e u x ces d e c l a r a t i o n s energiques et q u ' i c i , comme chez Hugo, l a p r a t i q u e est l o i n de s'accorder avec l a t h e o r i e ; et ce t t e a f f i c h e avec son " t i r e des journaux du temps" n'est c a l c u l e e que pour mieux e v e i l l e r l a c u r i o s i t e du passant, c a r , d i t M. Soubies, " l e p l u r i e l ' l e s ' est de t r o p , i l n'y a v a i t en 1634 que deux journaux en France, l a Gazette de France et l e llercure f r a n c a i s , et de ces deux 2 journaux, l e second s e u l a f a i t mention du s u p p l i c e de Grandier." Aucune des h u i t pieces s i g n a l e e s comme plu s ou moins h i s -t o r i q u e s ne nous presente une i n t r i g u e q ui suive exactement l e s evene-ments h i s t o r i q u e s . Malgre l a nature e x t r a o r d i n a i r e et dramatique du fameux "drame des poisons", dont on p o u r r a i t t i r e r un v r a i drame sans r i e n changer, M e l e s v i l l e et Bayard ont assez altera" l ' h i s t o i r e dans l e u r piece "La Chambre Ardente", V o i c i ce que nous d i t l ' h i s t o i r e ; l a marquise de B r i n v i l l i e r s , nee Marie-Madeleine-Marguerite d'Aubray, et son amant, S a i n t e - C r o i x , q u i , p r i s o n n i e r a l a B a s t i l l e , e t a i t devenu t r e s expert dans l a f a b r i c a t i o n des poisons grace a un I t a l i a n , E x i l i , manquaient d'argent et r e s o l u r e n t de t i r e r p a r t i des nouv e l l e s connaissances de 1. Y o i r Soubies: Une premiere par j o u r , p.351. 2. O p . c i t : pp.351-352. 72. Sainte-Croix en erapoisonnant toute l a farnille d'Aubray, dont 1'immense fortune devait a i n s i passer a. M m e de B r i n v i l l i e r s . Bn f e v r i e r , 1666, on empoisonna le pere; en 1670, les deux freres; et en 1672, une soeur Therese, a l l a i t subir l e meme sort lorsque Sainte-Croix mourut subite-ment ( j u i l l e t , 1672). On trouva chez l u i une cassette a. l'adresse de l a marquise, a i n s i qu'une reconnaissance de 30,000 l i v r e s signee par l a marquise quelques jours apres l a mort du frere aine. On arreta un complice, La Chaussee, mais l a marquise s'enfuit en Angleterre, puis aux Pays-3as et en P i c a r d i e , ou e l l e passa un an dans un couvent, et enfin a Anvers et a Liege. Dans cette derniere v i l l e , 1'exempt Degrez, lance a. sa poursuite, r e u s s i t a. l ' a r r e t e r , l e 15 mars, 1676. Apres avoir attente deux f o i s a sa vie, l a marquise fut enfermee a l a Conciergerie; une troisieme tentative de suicide echoua. Enfin l a B r i n v i l l i e r s fut condamnee, grace a une confession signee de sa main et saisie a Liege. Le Parlement ordonna qu'elle f i t amende honorable, et qu'elle eut l a tete tranchee et l e corps brule. 1 part ce qu ' i l s ont ajoute aux donnees historiques, v o i c i comment les auteurs les ont changees; dans leur piece, i l semblerait que l a marquise p r i t l a f u i t e immediatement apres l a mort d'un de ses freres, parce qu'on commenqait a soup^onner les coupables; de plus, Sainte-Croix ne meurt qu'au moment meme de 1'ar-restation de l a marquise a Liege, comme suite d'une explosion dans sa chambre. Desgrais ( s i c ) reussit a sauver des flammes une cassette qui, e l l e aussi, comme l a cassette de 1'histoire,amenera l a perte de l a mar-quise. Enfin, l a marquise est brulee vive; dans l a derniere scene, e l l e 73. est attached au poteau et au moment ou I 'on Diet l e f e u au bucher, l e rideau tomhe. Les auteurs semblent avoir tout a f a i t oublie La Chaussee, creature de Sainte-Croix, qui, introduit comme valet aupres des freres d'Aubray, fut le r e e l a s s a s s i n . L ' h i s t o i r e , done, se trouve assez deformee dans ce drame; en outre, l e s auteurs se sont servis beaucoup de leur imagination oour mettre a p r o f i t ce que l ' h i s t o i r e n'a'guere mentionne; apres tout, i l s lie font que suivre en ceci l a theorie du drame historique: mettre en lumiere ce que l ' h i s t o i r e neglige; mais eh quelque sorte ces ecrivains sonttout a. f a i t incapables de voir a. quel point cet emploi de l'ira a g i -nation est exagere chez eux. La marquise de B r i n v i l l i e r s nous paraft d'abord comme une femme tres devote, tres aimee du peuple, grace a sa philanthropie. L.'argent l u i manque, oui, rnais e l l e en a surtout besoin pour l a dot de sa f i l l e , Marie, et c'est 1'amour maternel. qui pousse cette pauvre femme a. des crimes s i t e r r i D i e s . N'est-ce pas i c i l e pro-cede de Hugo qui, en voulant toujours r e h a b i l i t e r l e criminel, a ose fausser l ' h i s t o i r e ? Car dans le drame de Melesville e t Bayard, i l est impossible de ne pas s'apitoyer sur l e sort de l a marquise, malgre tous ses crimes. Selon l ' h i s t o i r e , Sainte-Croix mourut subitement. Les auteurs du drame s'emparent avidement de cette legere indication e t v o i c i ce q u ' i l s en font: a. l i e g e , l a marquise reqpit l a nouvelle de l a mort de son amant, et puisque c'est e l l e qui 1'a f a i t empoisonner, e l l e est assez contente; grand e f f r o i , done, lorsque Sainte-Croix apparatt soudain, pale comme un spectre: i l n'a pas revel6 tous ses secrets k sa maitresse, et s'est rendu l a vie au moyen d'un contre-poison. Tout eela produit 74. un e f f e t bien dramatique, mais helasj c'est assez l o i n , non seulement de l a v e r i t e historique, mais de l a vraisemblance meme. Ce dernier point est surtout regrettable; car, meme s i l a " l i t t e r a l i t e historique" n'est pas scrupuleusement observee, on pourrait tout de meme reussir a creer 1'atmosphere d'une epoque, mais i l faut d'abord que l a piece soit v r a i -semblable, et comment obtenir cette v e r i t e d'ensemble a cote d'in v r a i -semblances s i criantes? Et quant a. 1'atmosphere d'une epoque -, est-ce que les dramaturges dont les oeuvres nous occupent ont f a i t un e f f o r t vraiment conscient pour 1'obtenir? Je ne l e crois pas, Coisme Dumas, i l s ont songe a bien " s i t u e r " leurs pieces par des d e t a i l s purement exterieurs, sans toutefois nous f a i r e une aussi bonne lec^on d'histoire que l u i , Dans l a piece que nous venons de c i t e r ci-dessus, nous trouvons l e dialogue suivant: "Le marquis: Parbleu, ce fou de Moliere a joue comme un ange.' Sainte-Croix: Son "Pourceaugnac"? C'est une bouffonerie 1 assez p l a t e ! et sans l a musique de L u l l i " . Mais, qui, dans une assistance moyenne, saurait que le "Pourceaugnac" de Moliere fut represents pour l a premiere f o i s en 1669 devant l a cour k Chambord; et qui s'arretera i t pour r e f l e c h i r que les 1. Acte V, S c . l e r e . Cet emploi d 'allusions l i t t e r a i r e s complimente vraiment l e public franqais. Dumas 1'avait f a i t d&r-j son "Henri I I I " (Honsard, Acte I I I , Sc.2 et les mysteres, Acte I I , Sc. l e r e ) . Dans "Flcurette" (Acte l e r , Sc. 7 , ) i l est question d'Amyot; dans le "Prevot de P a r i s " , (Acte I I , Sc. l e r e ) , Godefroy parle du "mystere de monseigneur l'Archange Michel." -75. evenements de l a piece sont forcement posterieurs a. cette date, etant donne que 1'action se passe a Saint-Cloud, et q u ' i l s'agit d'une re-presentation de Moliere a Saint-Cloud. De t e l l e s indications sont com-pletement i n u t i l e s . Car en faisant un appel direct a notre memoire, un dramaturge ne reussit jamais a creer pour nous 1'atmosphere-d'une certaine epoque; pour produire c e ^ atmosphere i l faut parler a nos sens et a nos emotions; c'est a d i r e , nos yeux et nos o r e i l l e s serviront a nous f a i r e c r o i r e que nous sommes a. une t e l l e epoque, et enfin, nos emotions qui pendant i a representation deviennent necessairement cell e s des personnages du drame, doivent etre "Historiques", avant que 1 ' i l l u s i o n soit complete. C'est encore l a question de l a couleur lo c a l e . lous avons deja vu que, chez les grands romantiques, l a couleur exterieure ahonde, tandis que 1'atmosphere produitt-par une peinture des moeurs et des passions d'une epoque f a i t presque toujours defaut. Chez les p e t i t s auteurs, l e probleme se resout d'une faopn tres semolable, avec cette difference: l ' e c r i v a i n commence a l a i s s e r au costumier et au directuer l e soin des details exterieurs, ce qui s'ex-plique assez facilement: i l s'est developpe dans le drame historique des 1 conventions en matiere de decors et de costumes; un drame situe dans une t e l l e epoque presupposait une t e l l e mise en scene de sorte que les auteurs dramatiques se voyaient de moins en moins obliges a donner des 1. Ceci est surtout v r a i pour les costumes. II est tres rare qu'on donne des indications sur ceux-ci. Tout au commencement des "Jours gras sous Charles IX", Buggieri d i t "Le col rahattu a 1'italierme, c'est c e l a . " 76. i n d i c a t i o n s sceniques, sauf c e l l e s qui e t a i e n t necessaires a. l ' a c t i o n . S o u t e f o i s on trouve de temps en temps une e x a c t i t u d e qui egale c e l l e de Hugo : en v o i c i un bon example "... a c o t e , un grand f a u t e u i l a bras 1 s c u l p t e ; sur l a t a b l e , un s a b l i e r ; meubles et bahuts de 1560, " ce A £> qui est encore p l u s r i d i c u l e que " l e p a r t e r r e dans l e gout de Henri IT"" de "Marion Delorme", Dans "Jeanne de Flandre", Marguerite entre en 3 scene avec un l i v r e d'heures a l a main e t , au quatrieme a c t e , nous voyons un s a b l i e r et des parchemins sur une t a b l e ; tout c e l a sent l e A moyen-age« P u i s pour nous montrer que nous sommes en Fla n d r e , on met "au-dessus de l a porte l e s armes de Fl a n d r e , l i o n d'or au champ d'azur", Mais c e t t e minutie de d e t a i l s d i s p a r a x t peu a peu. On indique l a d e c o r a t i o n d'une faqon p l u s generale: "Le t h e a t r e represente une s a l l e du chateau de Cadenet, servant de b i b l i o t h e q u e . Ameublement et arrange-4 ment gothiques". B i e n souvent, l e dramaturge est trop occupe a i n -diquer l e nombre et l a p o s i t i o n des p o r t e s qu'exige l ' a c t i o n raowe-mentee de sa piece pour se soucier du d e t a i l p i t t o r e s q u e . Par exemple, v o i c i comment on indique une porte s e c r e t e : "au m i l i e u des rayons de gauche est une porte s e c r e t e ayant en r e l i e f sur ses panneaux des dos de l i v r e s s i mules de maniere a. ce qu'on c r o i e q u ' i l n'y a que des l i v r e s 5 sur tous l e s rayons de ce cote et que l'on ne soupQonne pas l a porte." 1. Claude Stocq, Acte I e r 2. Marion Delorme, Acte I I I . 3. Acte I e r , Sc.3. 4. "Le Chateau de St.-Germain", Acte I e r . 5. "Heloise et A b e i l a r d " , Acte I I I , 77. A coup s u r , l'auteur t e n a i t beaucoup a. ce que sa porte f u t secrete.' D'un i n t e r e t tout a f a i t unique est l a mise en scene du cinquieme acte du "Hanoi r de M o n t l o u v i e r " . La v o i c i : "Le donjon de 1 ' A i s l e . S a l l e gothique et polygonale. Porte au fond sans battans n i p o r t i e r e . Cn v o i t , par une p o r t e , l a cage d'un e s c a l i e r sombre, qui descend de gauche a d r o i t e . Au-dessus de c e t t e p o r t e , en ogive, un a i g l e a. a i l e s deployed, avec c e t t e d e v i s e : Ardua t e n t a t . Premier p l a n a "gauche, une porte s e c r e t e , i n v i s i b l e " {Que c 'ert n a f f , cet " i n v i s i b l e " . ' ) " q u i est censee s ' o u v r i r au moyen d'un bouton; deuxieme p l a n , du meme • c o t e , une f e n e t r e a. balustrade e x t e r i e u r e p r a t i c a b l e . La b a l u s t r a d e , en f e r a c h e v a l , ne d o i t a v o i r qu'un p i e d d ' e l e v a t i o n , pour e t r e facilement enjambed* Cette f e n e t r e est ouverte sur un p l a n de decor qui d o i t f a i r e face au p u b l i c . Une lampe au p l a f o n d . " J u s q u ' i c i , r i e n d ' e x t r a -o r d i n a i r e ; mais continuous: "Des e f f i g i e s d ' a i g l e s sur l e s panneaux. De grands medaillons c a r r e s aux murs, avec des s c u l p t u r e s c o l o r i e e s du temps, repredentant des s u j e t s mythologiques ou 1 ' a i g l e f i g u r e : 1 ' a i g l e aux pieds de J u p i t e r , Ganymede enleve par un a i g l e , e t c . Les ecus sons portant l e s armes de F l a v y , d'hermines a. l a c r o i x des gueules, charged de c i n q q u i n t e - f e u i l l e s d'or". Comment e x p l i q u e r une a t t e n t i o n s i scrupuleuse a l ' ^ g a r d de l a d e c o r a t i o n du 5 e Acte, lorsque c e l l e des quatre precedents actes n'est que t r e s lege re merit esquissed? L'auteur a evidemment voulu que l e d e r n i e r acte f u t " l a piece de r e s i s t a n c e " , et pour nous f a i r e comprendre que l a scene represente l e "donjon de 1 ' a i g l e " , i l a commis une grave e r r e u r ; car non saulement l e s donjons des 78. seigneurs feodaux ( l e scene se passe au m i l i e u du quinzieme s i e c l e ) n ' e taient pas s i richement ornes, mais i l est peu probable que l a my-t h o l o g i e c l a s s i q u e a i t f o u r n i des motifs de tableaux a. un a r t i s t e de c e t t e epoque-la. Nous croyons, done, que l a v e r i t e h i s t o r i q u e de ces d e t a i l s est absolument n u l l e , et que 1'auteur n'a f a i t que ceder a un d e s i r de prodiguer l e s p e c t a c l e . C'est par ce merae d e s i r q u ' i l f a u t e x p l i q u e r des i n d i c a t i o n s eomme c e l l e - c i r ^ L a porte du fond est au l a r g e ouverte et l a i s s e v o i r une 1 place et l e s p r i r i c i p a u x monuments de Florence." Heureusement cet auteur n'a pas connu l e s noms des p r i n c i p a u x monuments de Florence; deux de ses c o n f r e r e s , cependant, ayant entendu p a r l e r de l a 'four de Londres, de l a Mansion House et de l a taverne de Temple Bar, nous donnent de l a c a p i t a l e d ' i n g l e t e r r e l e tableau suivant ; "Le theatre represente une longue rue" (En e f f e t , e l l e d o i t e t r e b i e n lon£.ue) "de Londres. Au fond, l a grande porte de*la Tour de Londres, au-dessous de l a q u e l l e est e c r i t : Tour de Londres, A d r o i t e , un e s c a l i e r s e m i - c i r c u l a i r e conduisant a. 1'hotel du Lord Maire de l a c i t e . A gauche, sur l e premier p l a n , l a 2 taverne de Temple Bar." Mettre a i n s i tout l e Londres de Henri I I I sur l a scene de l a G a i t e - c e l a montre a quel p o i n t ces auteurs se s o u c i a i e n t peu de l a v e r i t e . Sans doute M.M. F i l l i o n et Jousserandot ont c r u qu'un Londres a u s s i concentre s e r v i r a i t a. produire une impression de couleur l o c a l e d'autant plus frappante. Mais peut-on admettre un t e l t r a v e s -tissement de l a geographie? 1, "Le Chef d'oeuvre inconnu", Acte I' 2. "Lord Surrey", Acte ¥, 79. II faut,-done, l'avouer: les tentatives qu'ont f a i t e s les auteurs de second ordre de creer l a couleur locale exterieure sont, a quelques exceptions pres, encore moins heureuses que c e l l e s f a i t e s par un Hugo ou un Dumas. Le but des Fontan et des Bourgeois, c'est de 1 r a v i r leurs auditoires par des spectacles curieux et b r i l l a n t s , Apres avoir admis que l a couleur locale exterieure n'existe guere chez les p e t i t s ecrivains dramatiques de 1'epoque romantique, i l s e r a i t d i f f i c i l e de soutenir que les pieces en question sont impregnees de couleur locale interieure; nous ne voulons pas le f a i r e , cependant, car aucune de ces pieces ne nous presente, dans toute sa longueur', une peinture vivante des moeurs et des sentiments d'une epoque l o i n t a i n e , Mais, de meme que les drames historiques des grands ecrivains, cet oeuvre n'est pas sans nous donner quelques apercus, courts, i l est v r a i , mais r e a l i s t e s de l a vie et de l a mentalite d'une t e l l e generation. Tout d'abord, i l arrive quelquefois qu'on nous revele une. coutume qui e t a i t tout a f a i t caracteristique d'une certaine epoque. K'est-ce pas que l a c i t a t i o n suivante nous indique q u ' i l s'agit du moyen-age_: "Eelas, madame, dans l a crainte d'une attaque de l a part de votre oncle, l e comte d'Armenis, toutes les portes du manoir sont fermees; 1. . Selon Theophile Gautier, cette tendance a. exagerer le spectacle devenait de plus en plus repandue. Kn 1840, i l e c r i t ( K i s t o i r e du Theatre, II,p.29): "On f a i t maintenant des pieces a costumes comme autrefois l'on f a i s a i t des pieces a decoration. On mettra bientot sur l ' a f f i c h e : Drame ou comedie en huit costumes, au l i e u l e : Piece en huit tableaux." Et plus tard, a propos de "Murat", i l dit(p,177)."Rien n'egale le nombre et l a richesse des costumes, et des uniiormes que revet successivement 1'acteur charge du role de Murat." 80. 1 monseigneur en a l e s c l e f s lui-meme." On comprend tout de s u i t e , croyons-nous, que " l e manoir" est un chateau-fort et que "monseigneur" est un haron p u i s s a n t . Mais, d i t - o n , de q u e l l e p a r t i e du moyen-age e s t - i l question? Ah, v o i l a justement l a f a i b l e s s e de ces drames h i s t o r i q u e s ; i l s n'indiquent l'epoque que d'une faoon generale, au moins en ce qui concerne l e s moeurs et l e s sentiments, t a n d i s que l e s personnages nous donnent des renseignements plus p r e c i s en nous p a r l a n t , d-'une maniere t r e s f a c t i c e , d'evenements contemporains, Cette f a i b l e s s e n'est que t r o p evidente lorsqu'on essaie de nous representer l a cour de France pendant l e s cent cinquante ans depuis R i c h e l i e u jusqu'a l a R e v o l u t i o n . C'est toujours l a meme chose: 1'avilissement de l a noblesse. Imaginez-vous une o a r t i e d'echecs entre Mazarin et un c o u r t i s a n f a v o r i , Besgravaux, "Mazarin: Je prends votre cavalier** Besgravaux (a p a r t ) : II t r i c i i e comme un enrage, Mazarin: Yous defendez mal votre r e i n e , je l a prends. Desgravaux(a p a r t ) : Laissons-nous b a t t r e ; c'est i c i l e jeu a qui perd gagne." 2 Un t e l dialogue n'a r i e n de c a r a c t e r i s t i q u e , et au besoin on o o u r r a i t s u b s t i t u e r n'importe quels noms a ceux des deux personnages en question, sans r i e n perdre de l a v e r i t e h i s t o r i q u e . II en est de meme avec l a con-v e r s a t i o n de quatre gentilshommes dans "La Comte3se de Chamilly." Ces messieurs, ayant perdu t o u t l e u r argent au j e u p a r l e n t maintenant de vo l e r 1. Le Manoir de Mo n t l o u v i e r , Acte I I I , Sc.13. 2. Acte Y, S c . l e r e , ( Le Chateau de Saint-Germain). 81. les escarcelles de quelques bourgeois, q u i , bouche beante, regardent 1 passer l e cortege du r o i . Et puis, Gustave Planche n'a pas t o r t de d i r e , au sujet de wLa V i e i l l e s s e d'un grand r o i " , " n i les sentiments n i l e langage ne rappellent l e commencement du X V I I I e s i e c l e j n i surtout 2 l a cour de Louis XIV." Hous pourrions ajouter a l a premiere phrase, " n i les moeurs non plus." Car l e s courtisans qu'on met en scene ne sont aucunement differents de tous les courtisans de 1'ancien regime apres Hichelieu. Oondaranes a ne r i e n f a i r e , i l s sont toujours prets a chasser 1'ennui qui les guette et s'amusent des incidents les plus i n s i g n i f i a n t s . Les moeurs, done, etant d'un earactere heaucoup trop general, servent rarement a. nous apprendre precisement quelle est l'6poque re-presentee dans l a piece, IIous rencontrons le meme defaut dans l a peinture des sentiments. Bans "Marguerite de Quelus", i l est v r a i , les auteurs ont reussi a donner une expression assez puissante a l a haine qui e x i s t a i t entre les catholiques et les huguenots sous l e regne de Charles IX. Ludovic, neveu du comte de Quelus, aime Marguerite, l a f i l l e de c e l u i - c i ; mais Ludovic a abjure l e catholicisme, f o i de ses ancetres, aussi bien que de son oncle et de sa cousine. Certes l a l u t t e qui se l i v r e dans 1'esprit de Marguerite n'est pas tres serieuse. E l l e declare qu'elle l a i s s e r a 3 bruler eternel lenient Ludovic;"un heretique, c'est sa destinee". Avant 1. Acte I , Sc. 2 et 3. 2. "La V i e i l l e s s e d'un grand r o i " , B.D.M., l e r avril,1837,p. 3. Acte I e r , Sc. 6. 82. l a f i n du deuxieme acte, cependant, nous apprenona qu'elle s'est mariee elandestinement a son amant. Le vieux comte, au contraire, prend l a chose f o r t a coeur; et nous comprenons Men pourquoi: autrefois les Huguenots avaient massacre sa famine et ses enfants, avaient brule son chateau et ravage ses terres. II est tout a f a i t naturel que le v i e i l l a r d considere l e massaere de l a Saint-Barthelemy comme une vengeance de Dieu, et q u ' i l soit pret a s a c r i f i e r l a vie de son neveu et l e bon-heur de sa f i l l e , Mais, malgre sa rancune profonde, 1'amour l'emporte: •*Ludovie, d i t - i l , je t i e n d r a i l a promesse que j *ai f a i t e a ta mere mourante... Pour l a t e n i r , cette parole, je vais sauver un ennemi de ma 1 r e l i g i o n ; je vais t r a h i r tous l e s serments que j ' a i f a i t s a mon Dieu." Le fanatisme r e l i g i e u x de l a meme epoque reparatt dans Claude Stocq; i c i , cependant, i l t i e n t une place tres secondaire. En outre, i l faut mentionner i c i l a haine entre les Chretiens et les J u i f s qui se r e f l e t e dans deux drames "moyenageux" : "Le Prevot de P a r i s " et "Mathieu Luc." Dans ce dernier, Robert s'eerie: "Moi, de l a j u i v e r i e aborder l e repaire' Toucher l e s e u i l immonde et m'asseoir au foyer Que de son souffle ardent Satan f a i t flamboyer.' JamaisJ" 2 Mais ce sentiment est vraiment trop etendu pour etre caracteristique du moyen-age. Au contraire, "Le P r o d s du Marechal Key" ranime tous les sentiments confus du commencement de l a Hestauration. Le vieux general, 1. Acte III, Sc. 3. 2. Acte II, Sc. 1 . 83. partisan d£voue de l a cause napoleonienne, exprime les sentiments de son p a r t i au sujet de 1'injustice du proces. "11 est perdu", s'eerie l e 1 general , en apprenant que l a Chambre des Pairs va s'occuper de l e y . Puis, toute l a petitesse, toute 1'opiniatrete r i d i c u l e de l a noblesse ressort d'un discours t e l que v o i c i : "Le baron:L'etiquette avant tout. (II s'agit d'une entrevue avec l e r o i ) . Le vieomte: Sans doute; sans doute ; i l ne faut pas perdre l e s bonnes doctrines. Pas de concessions a l a Involution.*' 2 Enfin l a loyaute aveugle des veterans de Napoleon se montre bien par l e geste d'un soldat du peloton d'execution: "Le general,(aux veterans qui sont tous dans l e plus graM abattement) : Vous venez de tuer l e plus intrepide de vos generaux. Un veteran: Ce n'est pas moi toujours. (II t i r e un coup de f u s i l en l ' a i r ) . " 3 A part ces deux exemples, l e s pieces que nous avons 6tudi£es mettent en jeu des sentiments generaux comme 1'amour, l'honneur, sans meme leur donner une expression caracteristique. Signalons i c i que, L-U.C* selon Gauthier, l a couleur bretonne que 1 'auteur^a rep>andue sur l'ouvrage 4 est bien sentie. Nous ne sommes pas tout a f a i t de l ' a v i s de Gauthier; 5 i l est v r a i que quelques tirades de l a piece de Delanoue sentent l a Bretagne, mais cette impression n'est pas tres soutenue. 1. Pin du premier tableau. 4. Histoire du Theatre, t.II.p.172. 2. Tableau I e r , Sc. 2. 5. Acte I e r , Sc.3 3. Tableau IY, Sc. 3. 84. Enfin, les auteurs de second ordre ont compris, comme le s grands ec r i v a i n s , que 1'on peut douer une piece de couleur local e i n t e -rieure au moyen du langage des personnages. Mais l a , encore, i l s n'ont pas f a i t assez d'efforts pour reussir completement, Quelques ex-pressions, t o u t e f o i s , ne sont pas sans un certain interet n i une certaine valeur. L'Studiant Candolas, de "La Fete des Fous", parle a i n s i : "C'est done a visage decouvert que je saluerai 1 ' i l l u s t r i s s i m e et ;- i savantissime Mathieu B a l l a r d , " ce qui semble assez naturel de l a part d'un etudiant du X 7 I I e s i e c l e . luysdale, dans "Jeanne de Flandre", s'ecrie 2 "Sur ma parole, je romprais vingt lances en son honneur". Pour l e langage des p e t i t s marquis, on n'avait qu'a copier Moliere. Sous avons 3 trouve un "Tete-bleu.' a-t-on jamais vu p a r e i l l e c a n a i l l e ? " et encore "Le contact de ce c a n a i l l e a f r o i s s e mon|col et s a l i l es rosettes de mes 4 s o u l i e r s . " Mais l e s auteurs semblent toujours avoir c h o i s i les ex-pressions les plus banales; i l s ne s'efforcent pas a en trouver de nouvelles, de sorte qu'on sent que tout ce langage f a i t partie d'une convention de theatre. II est meme arr i v e a. quelques dramaturges de se s e r v i r de l*ancienne langue franqaise. Par exemple, Desgrais, dans " l a Chambre 5 Ardente", d i t : "Les ;juges ne voient goutte dans l a chambre ardente." De plus, C o r d e l l i e r Delanoue f a i t usage de formes demodees dans son. 1. Acte I e r , Sc. 4. 4. Acte II, Sc. 4. s . Acte T e r •»• » Sc. l e r e . 5. Acte jer , Sc. l * e r e 3. Acte I 6 r , Sc. 3. 85. "Mathieu Luc**. Get emploi souleve une question assez importante. Est-oe qu'on peut a i n s i cr<§er l ' i l l u s i o n historique? La reponse se trouve, en partie au moins, dans un a r t i c l e de M. Major sur 1'atmosphere historique: " fhe language of a story may, of course, impart true atmo-sphere; hut, i f i t does, the language must he that of the period i n 1 which the scenes of the story l i e " . Puis, en constatant q u ' i l est im-possible de melanger l a langue moderne et l a langue antique, cet auteur continue " Kxere are but two e f f i c i e n t alternatives offered an author i n choosing language as a medium of expression: - the genuine tongue of the 2 period; ... his own language." Nous ne sommes pas tout a f a i t de l ' a v i s de M. Major; rappelons-nous, cependant, q u ' i l s'agit dans son a r t i c l e de romans historiques. Le probllme se pose d'une facpn un peu differente au theatre. Nous croyons q u ' i l est de toute i m p o s s i b i l i t y d'employer l a langue antique pure sur l a scene; r i e n ne d e t r u i r a i t plus vi t e l ' i l -3 l u s i o n historique. Le dramaturge est, done, oblige de f a i r e parler l a langue moderne par ses personnages; i l peut, toutefois, y ajouter quelques v i e i l l e s locutions, pourvu que c e l l e s - e i soient bien connues et ne se remarquent pas. larmi les auteurs dont nous avons £tudie 1'oeuvre, deux ou t r o i s seuls se sont avises d'employer autreehose que l a langue moderne. Coneluons,done: au point de vue de l a v§rite historique 1'oeuvre des p e t i t s dramaturges est, dans son ensemble, assez faux. Mais 1. What i s h i s t o r i c atmosphere? Scribner's, T.Z7,p.756. 2. i d , i b i d . 3. Sans compter que l a piece s e r a i t tout a f a i t incomprehensible, et ne pourrait se jouer. 86. i l a r r i v e , de temps en temps, que certains d e t a i l s soient v r a i s ; mal-heureusement i l s ne sont n i assez nombreux n i assez frappants pour dormer a. toute l a piece une impression de v e r i t e historique. Pourrait-on done accuser ces auteurs d'avoir echoue dans leur tache? Je ne c r o i s pas. Nous avons deja suffisamment signale l e veritable but des dramaturges romantiques. Le public certes ne re-claimait pas l a v e r i t e historique. M. Maigron nous montre "que les destinees du roman historique sont intimement l i e e s a c e l l e s de l ' h i s t o i r e et que des progres ou de 1'intelligence de c e l l e - c i dependent les 1 merites ou les defauts de c e l u i - l a . " II en est de meme avec le drame. Et nous savons l ' e t a t des connaissances historiques a. cette epoque. Hon seulement les connaissances du parterre, mais aussi c e l l e s des auteurs, etaient bien minces. "L'on est surpris", d i t Muret k propos des "Ghouans, ou Coblentz et Quiberon" de M.M. Anicelj^Bourgeois et Francis Cornu, "de cette ignorance profonde sur les evenements, sur les dates, sur les points les plus elementaires, qui apparalt i c i a. chaque scene, 2 dans 1'ensemble et dans les d e t a i l s . " Meme les c r i t i q u e s etaient prets a pardonner aux ecrivains dramatiques l a v i o l a t i o n de l ' h i s t o i r e . "Quoi q u ' i l en s o i t de 1'exactitude historique de cette accusation portee par les contemporains contre Concini" (a savoir, d'avoir partieipe a l'assassinat de Henri IT) "on doit reconnaitre que l e souvenir du crime 3 de Havaillac, habilement amene par l e poete, produit un effet s a i s i s s a n t . " 1. Maigron, Le roman historique, p.11. 2. Op. c i t . t . I I I , p.137. 3. R.D.M., l e r j u i l l e t , 1840. 87. Nulle part l a s i t u a t i o n n'est mieux exposee que dans un a r t i c l e de Sainte-Beuve sur "Mademoiselle de B e l l e - I s l e " . "Depuis l e s Memoires de Saint-Simon... jusqu'a ce qu'on appelle les Memoires du due de Biehelieu... on decoupe des sujets roraanesques ou galans, on prend le f a i t , on invente l e dialogue... Mais nos parterres, n i meme nos or-ehestres, ne sont pas tout a f a i t composes de Talleyrands: l e dialogue parait done suffisamment v r a i ; s ' i l etonnait par moments, on se d i r a i t : C'e^fcait comme eela a l o r s . . . Que 1'ensemble remue et vive, e'etait bien 1 assez." E n f i n , meme lorsqu'un dramaturge romantique se mettait serieusement a produire un drame historiquement v r a i , i l t r a v a i l l a i t presque toujours a l a hate. Comment esperer comprendre 1'ame des sieeles revolus r i e n qu'en c u e i l l a n t a travers vingt chroniqueurs les details materiels et pittoresques? Est-ce a i n s i que Corneille et Bacine ont s a i s i 1'atmosphere des c i v i l i s a t i o n s antiques? Hon; nourris, des l'enfance, des l i t e r a t u r e s grecque et romaine, les esprits de ees deux ecrivains etaient imbus de l a mentalite des Grecs et des Bomains; et c'est a i n s i que les sentiments de ces v i e i l l e s races sont s i fidelement traduits chez ces grands ecrivains. Mais, tout compte f a i t , l a tache des romantiques etait beaueoup plus d i f f i c i l e que c e l l e de Corneille et de Bacine; tout d'abord, ceux-la ressuscitaient des epoques relativement reeentes, et bien plus restreintes. Neanmoins, i l reste incontestable que ces eerivains auraient pu mieux observer l a v e r i t e historique. 1. B.D.M., 15 avril,1839, p. 292. 88 Chapitre I I .  Les epoques. "Les tragiques avaient vu l ' h i s t o i r e ancienne et etrangere en beau: l e s romantiques voient l ' h i s t o i r e moderne et nationale en 1 l a i d . " Ce jugement, tout en etant en grande partie v r a i , est, ce-pendant, comme tous l e s jugements trop generaux, quelque peu sujet a c r i t i q u e . lous esperons montrer dans l e chapitre suivant que les roman-tiques n'ont pas toujours puise leurs sujets dans l ' h i s t o i r e nationale et que meme c e l l e - c i n'est pas toujours peinte en couleurs sombres. lous demandons pardon d'avoir eu recours une deuxieme f o i s a l a s t a t i s t i q u e ; dans l e cas present, toutefois, les c h i f f r e s sont vraiment eloquents. Ayant arrange nos pieces selon qu'elles t r a i t e n t de l ' h i s t o i r e franqaise ou etrangere, nous avons reussi a rediger l a comparaison suivante: Pieces dont l e sujet est t i r e de l ' h i s t o i r e de France 91 » « »t « • n » « n etrangere 4& " douteuses 5 Total 142 Cela semble indiquer que les dramaturges romantiques franeais ne se sont 2 aueunement bornes a mettre en scene l ' h i s t o i r e de leur patrie. Une bonne part de 1*oeuvre des grands romantiques, meme, s'inspire d'evene-ments qui sont tout a f a i t en dehors des l i m i t e s de l ' h i s t o i r e francaise. 1. M. Souriau: La Convention, p. 229. 2. lous voulons dire par "L' h i s t o i r e francaise" l ' h i s t o i r e de tout ce t e r r i t o i r e qui est a l'epoque romantique l a France. 3. Signalons: Hernani, de Hugo; Christine, de Dumas; Lorenzaccio, de Musset. 89. Puis nous avons di v i s e les pieces "franchises" selon l e s i e c l e ou se passe 1'action de chaque piece. V o i c i l e r e s u l t a t : Moyen age 15 16 e s i e c l e 13 17 e s i e c l e 16 18 e s i e c l e (jusqu'a l a Bevolution) 13 Bevolution et Empire 29 Douteuses. 5 Ce qui est tres evident, c'est que l'engouement pour le moyen age n'etait pas s i repandu que l'on voudrait nous l e f a i r e c r o i r e . La periode favorite e t a i t c e l l e de l a Bevolution et de 1'Empire. lous verrons tout k l'heure pourquoi i l en e t a i t a i n s i . Les pieces "etrangeres" se divisent selon l a faqon suivante: Pieces dont l e sujet est t i r e de l ' h i s t o i r e anglaise 11 italienne 18 espagnole 8 russe 4 d'autres pays 7 • 48 Ayant montre" l a facjon dont les auteurs ont varie le l i e u et le temps de leurs pieces, nous passerons k une consideration de chaque groupe, Les pieces moyanageuses embrassent une periode qui s'etend de 1018 (Le Jour de Paques, 1018) jusqu'aux dernieres annees du 15 e « n »» tt w n « t» tf n n i t 90. s i e c l e {Jeanne Hachette). Dans ces cinq cents ans, quelles epoques ont plus particulilrement a t t i r e Inattention des dramaturges? Est-ce que ces derniers ont essaye de ranimer les passions fievreuses des croisades? Bon. La seule mention que nous ayons trouvee des guerres saintes se 1 trouve dans "Jeanne de Flandre"; l a , l e vieux comte Baudoin , que "les suffrages reunis des Francs et des Tenitiens ont p o r t e , i l y a quinze ans, sur l e trone de Constantinople, l e seizieme jour de mai de l'an 1210", et que tout l e monde c r o i t mort, revient enfin dans son pays (ce q u i , d ' a i l l e u r s , n'est pas historiquement vrai) pour etre renie par sa propre f i l l e , qui broie ses sujets sous ses pieds. Bonne recompense pour quelqu'un qui a s i fidelement ser v i son Dieu' Et c'est justement, eroyons-nous, l a nature r e l i g i e u s e des croisades qui a contribue a re-but er les ecrivains romantiques; ajoutons, aussi, q u ' i l leur aurait ete d i f f i c i l e de peindre l ' n i s t o i r e des croisades en l a i d . Puis, nous trouvons souvent que les legendes glorieuses de l a Pucelle de Domremy servent d'inspiration dramatique? I c i encore nous 2 sommes desappointes. Une seule piece met en scene Jeanne d'Arc; tandis que dans d'autres, dont l ' a c t i o n se passe a. une epoque tres voisine de l a defaite des Anglais, c'est a peine s i 1'auteur mentionne l a sainte et ses b r i l l a n t e s v i c t o i r e s . Au contraire, on met en lumiere l a decheance l.Ious ne tenons pas compte i c i du "Camp des CroisSs", tragedie -selon l a Rev. des D.M., drame selon Gautier et Lacroix. L ' a r t i c l e du 15 fev. 1838 dans l a R.D.M. nous f a i t croire que c'est une tragedie (representee a l'Odeon en fevrier,1838). C M * ^ ' i , v ^ 2. La "Jeanne d'Arc" d'Eugene Cressot, publiee a Dijon en 1841. 91. de l a France sous Charles VII. La v i r i l i t e et l a puissance de Jeanne sont effacees par l a mollesse et l a faiblesse de Charles; a une France unie contre l'annemi commun succlde une France dechiree par l a jalousie et l a rivalite des barons feodaux, par l a guerre c i v i l e meme; 1'ardent patriotisme qu'avait i n s p i r e l a Pucelle est remplace par l a sedition et l'egoisme. C'est bien l ' h i s t o i r e peinte en l a i d . Mais quelques e d l a i r s viennent cependant relever ce tableau sombre et,grace au peuple, les sentiments nobles ne sont pas entierement snorts. Sous avons deja vu quel role l'argentier Jacques Coeur a rempli aupres de son r o i . Autre part i l est question d'une femme du peuple, qui rani me les esprits de ses concitoyens, se met a. leur tete, et repousse les attaques de l'ennemi. Que Jeanne Hachette eut a i n s i fourni l a matiere d'un drame a Anicet-Bourgeois, r i e n n'est plus naturel. Cette mention de "Jeanne Hachette" nous amine a une autre consideration r e l a t i v e aux drames moyenageux. L'histoire de ces pieces n'est assez souvent que de l a legende. Meme aujourd'hui nous n'avons r i e n de precis sur certains e>enements qui sont mis a, p r o f i t par les drama-turges romantiques, et ces evenements etaient forcement plus obscurs i l y a cent ans. lous savons aujourd'hui que le s contes populaires dont Dumas s'etait servi dans sa "Tour de l e s l e " n'ont aucun element de ve r i t y . II en est de meme de l ' h i s t o i r e des relations entre Charles VII et Agnes Sorel, t e l l e s qu'elles sont decrites par Dumas et Bourgeois. Ce n'est 1. Charles VII chez ses grands vassaux, Le Manoir de Montlouvier, Jacques Coeur. 92. done pas pour s a t i s f a i r e un interet historique ou archeologique, croyons-nous , que les auteurs dramatiques ont puise l a matiere de leurs drames dans l e moyen-age; mais en mettant en scene des siecles aussi recules, i l s ont pu donner plus l i b r e earriere a leur imagination. Les pieces "seizieme siecle"ont, a. notre a v i s , plus de valeur que c e l l e s t i r e e s du moyen-age. Le desir de peindre l ' h i s t o i r e en l a i d est cependant aussi v i s i b l e que jamais. Car on a presque l a i s s e de cote l e regne b r i l l a n t de Francois I e r en faveur de l a periode des guerres c i v i l e s , et surtout du regne de Charles IX, II y a, toute f o i s , t r o i s pieces au moins dont l ' a c t i o n se passe sous Francois I ; mais quel tableau e l l e s nous presentent,' Hugo, dans "Le r o i s'amuse", avait c h o i s i des evenements tout a, f a i t i n s i g n i f i a n t s ; l ' a c t i o n de l'"Ango" de F e l i x Pyat est encore plus scabreuse; l e r o i seduit l a 1 femme d'un pauvre pecheur; tandisque l a seule epoque dans l a vie de ce r o i qui semble avoir interesse de Rougemont, c'est 1'emprisonnement en 2 Ispagne (Charles-Quint et Francois I e r ) . I t encore ce serai t l e cote l e moins admirable de Francois qui parait dans l a "Diane de P o i t i e r s " ou "Deux Fous et un Roi", piece sur laquelle nous n'avons pu avoir des 3 renseignements, Les romantiques, p a r a i t - i l , ont voulu changer l e fameux 1. Voir Guex: op.cit. pp.112,113, ©I* 2. Voir Gautier: L'art dramatique, T. I , p.93. 3. M. Maigron, cependant, d i t (op.cit.p.359), k propos du roman de Paul Lacroix, "Les Deux Fous", dont cette piece est t i r e e : "Vous vous attendez a un tableau de Paris au commencement du x v i e siecle en ouvrant l e s "Deux Fous", et vous ne trouvez qu'une peinture fo r t licencieuse de l a cour de Franqois I e r . C'est une orgie perpetuelle et une fureur de debordement sans f r e i n . II n'y a dans tout l e roman un homme ou une femme honnetes ou simplement res-pectables. Le peuple, jjuand i l en est parle, est tout simplement hideux." 93. "Tout est perdu, fors l'honneur" en "Tout est perdu, meme l'honneur." Quant au regne de Charles IX, nulle periode, s i ce n'est l a Revolution, n'a fourni tant de sujets au dramaturges romantiques. La faiblesse du r o i , l a l u t t e acharnee entre les Protestants et les Catholiques, les complots, l a p e r f i d i e de Catherine de Medieis, les evehements qui ont precede l e massacre de l a Saint-Bartheiemy, et enfin l e massacre meme, - tout cela se r e f l e t e dans sept de ces pieces 1 ^seizieme s i e c l e " . Nous avons d6ja c i t e quelquesuns de ces drames comme pieces ayant un peu de couleur locale i n t e r i e u r e . II reste incontestable, cependant, que meme dans ces pieces, 1'intrigue constitue l ' i n t e r e t p r i n c i p a l ; mais i e i 1'intrigue est toujours plus vraisemblable que pour les pieces moyenageuses, et en general e l l e est en grande partie historique. Que les auteurs des "scenes historiques" eussent s i souvent et s i serieusement employe" l e s evenements de toute 1'epoque des Guerres de r e l i g i o n , cela semblerait avoir servi de f r e i n a, 1'imagination des auteurs dramatiques qui leur ont succedd; et puis Dumas,dans son meilleur; 'HAJ.^--**-drame historique "Henri I I I et sa Cour? a v a i t , pour a i n s i d i r e , con- (t/^^« sacre cette periode. Des deux pieces "seizieme s i e c l e " qui nous restent a men-2 tionner, 1'une met en scene des e>ehements puised dans l ' h i s t o i r e de l a Savoie. Cette piece a tres peu de valeur historique; i l y a, toutefois, 1. Charles IX; Une aventure sous Charles IX; Aoust, 1572, ou Charles IX a Orleans; Les jours gras sous Charles IXj; Thomas Maurevert; Claude Stocq; Marguerite de Quelus, (24 aout, 1572] 2. Le Paysan des Alpes. 94. dans l e cinquieme acte, un echo d'un complot trame contre l e due Emmanuel-1 P h i l i b e r t . L'autre nous presente l a jeunesse de Henri IT; 1'intrigue est de 1'imagination pure, mais l a piece possede neanmoins un assez grand i n t e r e t . Avec Henri I f , nous abordons l e dix-septieme s i e c l e . Meme avec "Fleurette", i l n fy a pas une seule piece dont l ' a c t i o n se passe sous l e regne du Tert Galant. Comment expliquer l e respect qu'on a accorde au meilleur r o i de France? Apres tout, Henri IV avait ses faibl e s s e s , et i l n'aurait pas ete d i f f i c i l e de l e representer par ses p e t i t s elites. On 1'avait deja, f a i t sous 1'Empire et l a Hestauration, ou les pieces Henri IV pul l u l e n t absolument. Se p e u t - i l que les romantiques. s•interessent plus a l a p o l i t i q u e d'un r o i qu'a sa personne, et que tout en montrant I ' i n d i v i d u derriere l e masque o f f i c i e l , i l s se bornent a l e f a i r e seulement quand l a faiblesse de I'individu a sape les fonde-ments de l'E t a t ? Que l e regne de Louis XIV a i t passe presque inaperqu par les romantiques, ce l a t i e n t , croyons-nous, a l a meme cause. Ce r o i apparait 2 comme un personnage muet dans "La Chambre Ardente"; a i l l e u r s , nous l e voyons simplement mourir dans "La T i e i l l e s s e d'un grand r o i " ; cette piece, comme on pourrait bien l e c r o i r e , nous montre comment l a puissance decroissante du r o i a i n f l u e sur l a polit i q u e tout entiere de l a nation. Deux autres pieces t r a i t e n t d•evenements qui sont contemporains du regne 1. Fleurette, ou Le Premier Amour de Henri IY. 2, Comme un personnage muet, Acte I I I , 95. du l o i S o l e i l : "La V o i s i n " , par Paul Foucher et Alboize, dont 1'intrigue' peu vraisemblable s'occupe des pratiques abominables de l a Toisin; et H i e de l a Y a l l i e r e et Mme de Montespan", sur la q u e l l e , malheureusement, nous n*avon3 r i e n trouve; l e t i t r e semble assez interessant. l a p a r t i e du dix-septieme s i e c l e qui a l e plus interesse" les dramaturges romantiques, c'est l e regne de Louis XIII. Encore une f o i s l a p o l i t i q u e nationale s'est ressenti de l a faiblesaedu r o i , et par consequent cette periode reparatt assez souvent dans 1'oeuvre des romantiques. Tigny et Hugo s'etaient servis de l ' h i s t o i r e de cette Epoque qui est une des plus interessantes, sinon l a plus interessante de toute l ' h i s t o i r e de France par l e developpement qui s'y opere dans l e s moeurs, dans l a p o l i t i q u e , dans l a societe et enfin dans l a l i t t e r a t u r e . Et les auteurs dramatiques de second ordre, qu'en o n t - i l s f a i t ? I l s y ont situe quelques intrigues f a n t a i s i s t e s et se sont bornes a peindre 1 1'impuissance du r o i , l a domination des deux cardinaux, Richelieu et 2 Mazarin , et 1'avilissement de l a noblesse. Deux t i t r e s suggerent qu'on n'a pas tout & f a i t oublie l e fanatisme r e l i g i e u x qui e x i s t a i t seme sous Louis X I I I ; ce sont "L'Abbesse des Ursulines" et "Urbain Grandier", Nous avons deja f a i t mention d'une piece qui, par l a date de l ' a c t i o n , appartient a l a categorie des pieces wdix-huitieme s i e c l e ; cette piece (La V i e i l l e s s e d'un grand r o i ) est l a plus historique de toutes 1. Richelieu parait dans "Mademoiselle de l a F a i l l e " , "La comtesse de Chamilly", et peut-etre dans les deux pieces sur Urbain Brandier. On parle de l u i dans "La Fete des Fous". 2. Mazarin parait dans "Le Chateau de Saint-Germain". c e l l e s du genre dix-huitieme s i e c l e que nous ayons pu examiner. Sainte-Beuve, dans sa c r i t i q u e sur "Mademoiselle de B e l l e - I s l e " , f a i t des remarques tres interessantes sur l e role qu'a joue ce siecle dans l e theatre r o m a n t i q u e . cette Menheureuse epoque du XVIII 6 s i e c l e est de-venue, depuis pres de dix annees, l a mine l a plus commode et l a plus feconde de drames et de romans. J ' a i oul dire a. quelques v i e i l l a r d s qu'a leur sens, l'epoque ou i l aurait ete l e plus doux et l e plus amusant de vivre eut ete a p a r t i r de 1715 environ, dans toute l a longueur du s i l e l e , et en ayant "bien soin de mourir a l a v e i l l e de 89. Je ne sais s i nous sommes venus a penser comme ces v i e i l l a r d s ; mais, a frequenter nos theatres et a l i r e nos nouvelles, on l e d i r a i t quelquefois. Sous l a Restauration, 1'ideal, c'est-a-dire, ce qu'on n'avait pas, se re-p o r t a i t a l a g l o i r e de 1'Empire et aux lu t t e s de l a Revolution; depuis 1830, e'est-a-dire depuis que nous sommes devenus vainqueurs et glorieux apparamment, notre ideal se repose et semble etre aux delices de Capoue, a. ce bon XVII I e s i e c l e d'avant l a Revolution, que, depuis Louis XIV jusqu'apres l a Pompadour nous confondons volontiers sous l e nom de 1 Regence,? Contrairement a ce que nous f a i t croire Sainte-Beuve, nous n'avons pas trouve que l e dix-huitieme s i e c l e avait,pour a i n s i d i r e , envahi l e drame historique; de plus, nous pensons que ce c r i t i q u e n'a pas tout a f a i t raison de dire que 1•ideal ne se reporte plus a_1'Empire et a l a Revolution. Mais ce qui est plus interessant pour nous, c'est 1. R.B.M., 15 a v r i l , 1839, p.292. Nettement explique par des causes morales cet engouement pour l e dix-huitieme siecles "On r S v e i l l a les sou-venirs antiques de l a Regence et du 18e s i e c l e , dont les boudoirs redores I neuf reparurent sur l a scene. Le due de Richelieu defraya l a comedie, le vaudeville et l e drams, qui se disputerent a. l'envi les anecdotes graveleuses de cette longue existence."(Hist, de l a L i t t . T.II, p.179). oette a l l u s i o n passagere dans l a premiere phrase a l a nature peu historique des pieces dont l ' a c t i o n a l i e u au dix-huitieme s i e c l e . L'intrigue en est presque toujours une creation de 1'imagination du poete; i l en est 1 de meme des personnages. Les r o i s n'y paraissent pas souvent. La couleur loca l e manque toujours. In un mot, l a plupart des ecrivains drama-tiques ne se sont servis de l ' h i s t o i r e de ce s i e c l e que pour f a i r e ad-aettre des peripeties romanesques qu'on n'admettrait pas dans une pieee moderne. Meme lorsque les intrigues ont quelque ver i t e historique, e l l e s t r a i t e n t d'evenements peu remarquahles. Dans "Le Pacte de Famine", i l s'agit des miseres du peuple, lesquelles sont dues au caractere peu serupuleux des hommes charges de 1'administration des hies; l e r o i , 3 d ' a i l l e u r s , a lui-meme un interet dans cette entreprise. Deux criminels assez renommes fournissent l a matiere de deux drames; ce sont res-peetivement "Le comte de Horn" ou "L'Agiotage en 1720" d'Ancelot, et A que "La Lescombat" de Beraud et Brot. II p a r a i t r a i t , done, tout compte f a i t , l e dix-huitieme s i e c l e n'est pas represents dans le drame, au moins, comme une epoque sympathique, et tandis que l a declaration de Sainte-Beuve explique en parti e l e manque de v e r i t e historique dans l a plupart des drames "dix-huitieme'siecle", nous croyons que ce c r i t i q u e pense plutot a l a comedie qu'au drame; car, selon l u i , "Mademoiselle de B e l l e -I s l e " n'est pas autre chose qu'une comedie. 1. Louis XVI doit paraitre dans un drame historique i n t i t u l e "Louis X¥I", mais nous n'avons pu parvenir a rie n trouver sur cette piece. 2. Rien de romanesque comme "Le Chateau de Yerneuil"; pour n'en c i t e r qu'une des peripeties etonnantes, deux enfants sont echanges deux f o i s . 3. Gautier: L'Art .dramatique, T. I e r , p. 264. 98. E n f i n , comment l a Revolution et 1'Empire s o n t - i l s envisages par les auteurs dramatiques de l a periode romantique? Signalons, d'abord, que nul des grands ecrivains ne s'est servi de 1'epoque revolutionnaire, ce qui n'a pas empeche les dramaturges de second ordre d'y placer 1'action de plusieurs drames. Les p e t i t s auteurs, toutefois, ont l a i s s e de cote l e s grands evenements qui se deroulent de 1789 a 1793 et s'oc-cupent plutot des suites de l a Revolution et surtout de l a Terreur ("Charlotte Corday", "Camille Desmoulins", "La Mort de Robespierre"). Ces drames, semble-t-il, f a i s a i e n t l'apotheose de ces gens qui ont et£ victimes de leur propre fanatisme. "Toila. en quoi ce drame et a i t dangereux", d i t M. Muret & propos de "Camille Desmoulins", " i l tendait a fausser les idees sur des hommes dont i l dissimulait les crimes et les s o u i l l u r e s , et ce p e r i l se montra dans les v i f s applaudissements qui "1 a c e u e i l l i r e n t quelquesuns des passages l e s plus accentues. Un autre 2 drame met en scene ces t e r r i b l e s associations de brigands connus sous l e nom de "chauffeurs" formees sous l a Revolution en 1793 et dans les annees suivantes. C'est encore done de l ' h i s t o i r e peinte en l a i d . Les pieces dont l a scene se passe sous le Consulat et 1'Empire se divisent en deux categories: c e l l e s qui ne s'inspirent que d'evenements contemporains de cette epoque-la, et c e l l e s qui nous re-presented differentes phases de 1'existence de Napoleon, c'est-a-dire, 1. L'hi s t o i r e par l e theatre,III e s e r i e , p.135. 2. "Les Chauffeurs". 99. 1'epopee napoleonienne. Les premieres, i l est v r a i , nous presentent, pour l a plupart, un tableau sombre de l'epoque, et 1'intrigue est souvent 1 2 imaginaire. Les pieces de 1'epopee napoleonienne, de beaucoup plus interessantes, s'opposent, dans bien des cas, aux autres drames h i s t o -riques en ce qu'elles peignent l ' h i s t o i r e en beau. Enfin les dramaturges abandonnent cet e f f o r t conscient f a i t pour "demasquer" une epoque. Les v i c t o i r e s de Napoleon ne sont plus cachees derriere les defaites; s i quelques e s p r i t s seditieux commencent a tramer un complot, cela ne sert qu'a f a i r e r e s s o r t i r l a loyaute des autres citoyens, qui sont de beaucoup plus nombreux; du patriotisme partout; meme l a mort de 1'empereur perd son aspect deshonorant quand le vieux Hebert, dans "Le Perruquier de 3 L'Empereur", reve de rejoindre son maitre. Les intrigues de ces pieces suivent d'assez pres les donnees historiques. Sept pieces en tout s'occupent directement de l a vie de Napoleon; dans t r o i s ou quatre autres, l e s auteurs puisent leur i n s p i r a t i o n dans les vies des generaux de Napoleon; une autre encore s ' i n t i t u l e "La Mort du r o i de Rome". Le prestige de 1'epopee napoleonienne eut sa premiere eclosion aux environs de 1830; i l y eut aussi une espece de renaissance du drame napoleonien dans les annees de 1839 a 1841. Les pieces de cette derniere periode 4 sont cependant plus f a n t a i s i s t e s que les precedentes. 1. "Les Brigands de l a Loire". £. L'epopee napoleonienne comprend i c i toutes les pieces qui se rapportent non seulement a. l a vie de Napoleon et de sa f a m i l l e , mais aussi a c e l l e de ses amis; en un mot toutes cel l e s qui revendiquent 1'ideal napoleonien. 3. Act T, Pin. 4. "Le Perruquier de 1'Empereur",par exemple, contient deux intrigues, l'une historique, 1'autre imaginaire. 100. Avec l e s pieces etrangeres, nous retournons encore a l ' h i s t o i r e peinte en l a i d . Car l a i l n'est question que de coraplots, d'executions, d'assassinats, de meurtres et de v i o l s . De beaucoup les meilleures sont c e l l e s qui sont tirees de l ' h i s t o i r e anglaise, II est interessant de constater que les auteurs se sont horn's a l a periode des Tudor et des Stuart, sans oublier, naturellement, l e Protectorat. La "Marie Tudor" de Hugo ouvre cette pe-riode. Puis viennent deux pieces dont l' a c t i o n se passe sous l e regne d'Henri VIII: "Catherine Howard" (Dumas) et "Lord Surrey" ( P i l l i o n et Jusserandot); toutes deux refl a t e n t les evenements les plus repugnants de eette epoque. Ancelot t i r e son "Elisabeth d'Angleterre" de l a vie de cette reine, tandis que l a malheureuse Jane Grey fournit l a matiere d'un drame de Leblane. II est probable que l e "Eochester" d'Antier et Ne&el 1 nous presente l e f a v o r i de Jacques I , ou bien son f i l s . La vie de Cromwell, qui avait deja donne en 1827 l e "Cromwell" de Hugo, continue a interesser les dramaturges romantiques et, en 1835, Delanoue donne son "Cromwell et Charles I e r " , et en 1841, Bertrand f a i t un " O l i v i e r Cromwell? "drame historique". Bouchardy a trouve de quoi f a i r e "Le Sonneur de Saint-Paul" dans les evenements du Protectorat et du regne de Charles II. Enfin, un "Jacques II " , i n t e r d i t avant 1830 et represente k l a Comedie 2 en 1835 , sans succes, semblerait t r a i t e r certains evenements du regne du dernier Stuart. II y a dans les pieces "anglaises" un certain element 1. lous n'avons pu nous renseigner sur cette piece. 2. Soubies: op.ci t . , p. 219. 101. de v<§rite historique, ce qui est du, sans doute, k l'influenee des romans de Walter Seott. La plupart des intrigu e s , cependant, sont gatees par (a) des invraisemblances; dans "Catherine Howard", Dierham donne/un hreuvage (a) magique( a, sa femmeJqui, tout en l a faiaant paraltre morte, ne f a i t que l'endormir; puis, i l y a 1'affaire de Cromwell avec Sara Mursel, dans l e drame de Belanoue; et l a piece de Bouchardy est tout k f a i t f a n t a i -s i s t e . Les pieces " i t a l i e n n e s " et "espagnoles" se ressemblent tellement que nous ali e n s l e s discuter ensemble. Tandis que Musset a puise" dans l ' h i s t o i r e i t a l i e n n e l a matiere du meilleur drame historique romantique, l a plupart des auteurs, en ahordant l ' h i s t o i r e italienne et espagnole, ont abandonne toute reserve, de sorte que leurs pieces " i t a l i e n n e s " et "espagnoles" ne sont que d'honnetes melodrames. Meme Hugo s'est l a i s s e a l l e r k cette tendance en ecrivant "Angeio, tyran de 1 Padoue". On c h o i s i t , comme toujours, les revoltes contre les tyrans, les complots, et tout l e cote macabre de l ' h i s t o i r e . Les intrigues sont pleines de pe r i p ^ t i e s invraisemblables, et les personnages sont, en general, des types de melodrame. Que 1'action se passe a. Florence, k Venise, a Home, k Maples, ou a Genes, c'est presque toujours l a meme chose: Les debordements de 1'imagination noient tout l ' i n t e r e t historique. Sur quatre pieces russes, au moins, une, l a seule sur l a -quelle nous avons pu avoir des renseignements, met en scene une revolte et un assassinat; c'est l e "Paul I E R " d'Anglemont; i l s'agit dans cette 1. Yoir Gustave Planche E.D.M., l e r mai, 1835. 102. 1 piece de l a mort de ce r o i . Soubies f a i t mention du "Paul I I I " d'Es-cousse, mais i l se borne a nous dire que l a chute de cette piece a 2 cause l e suicide du jeune auteur. Deux autres pieces ont pour t i t r e "Pierre l e Grand". Deux revoltes ont fourni deux des drames qui nous restent: l a chute de l a dynastie Commene, empereurs byzantins, comme suite des .crimes d'Andronie (1183-1185) a inspire a, Bouchardy sa piece "Longue-Epee l e No man d", tandis que "Le Bourgeois de Gand" s'occupe d'une 3 r e b e l l i o n flamande au 16 e s i e c l e . Puis c'est grace a l a faiblesse d'une reine de Suede que nous possedons les "Christine" de Dumas et de Soulie. II est rare, done, que les romantiques aient puise les sujets de leurs drames historiques dans les epoques glorieuses de l ' h i s t o i r e . 1 part 1'epopee napoleonienne, leur oeuvre dramatique nous represente l ' h i s t o i r e dans tout ce qu'elle a de t r i s t e , de macabre et de deshonorant. En e f f e t l ' h i s t o i r e n'y a se r v i que de miroir ou. se ref l e t e n t l e s evenements fievreux des Revolutions de 1789 et de J u i l l e t ; 1'ame de toutes ces pieces, c'est 1'esprit d'inquietude de 1830o 1. B u l l e t i n du B i b l i o p h i l e , 1899. 2. Op. c i t . p. 377 3. H.D.M., l e r j u i n 1838, p. 103. Chapitre I I I . Les Personnages et les In s t i t u t i o n s . "Dans l e drame comme dan3 1'opera, l a formule est & peu pres c e l l e - e i t l e s grands premiers roles sont les personnages historiques, 1 les jeunes premiers sont inventes ou empruntes a l a chronique privee." S ' i l n'y avait pas eu d'autres personnages dans le drame historique, nous aurions Men voulu arranger ce chapitre selonle plan indique par M.Nebout. Mais croyant necessaire dans un ouvrage sur l e drame historique de men-tionner toute une foule de caracteres plus ou moins secondaires, et cependant interessants pour nous, et aussi, d'introduire dans notre etude les quelques indications que nous avons relevees r e l a t i v e s aux diverses i n s t i t u t i o n s de l a societe contemporaine, nous avons c h o i s i une d i v i s i o n moins l i t t e r a i r e , s i l'on veut, mais plus sociologique. Les personnages sont arranges selon l a classe soeiale a laquelle i l s appartiennent; toute-f o i s nous nous sommes vus forces de constituer un groupe d i s t i n c t pour les jeunes premiers et aussi pour cette sorte de grands hommes que nous appellerons pour 1'instant les "heros populaires". lous commencerons par les personnages royaux. On sait deja quel est l e role que joue l a royaute dans l e drame romantique; les r o i s et l es reines servent, en general, a denigrer l ' h i s t o i r e , car, comme nous avons vu dans l e chapitre precedent, les dramaturges n'ont 1. lehout; Le drame romantique, p. 305. 104. repr<§sent£ que les epoques ou l ' a u t o r i t e du trone e t a i t n u l l e , ou Men s'ecroulait. Tandis que dans "Charles VII ohez ses grands vassaux" une metamorphose s'opere dans 1'ame du jeune r o i et l e rend plus digne de notre admiration, l e Charles VII de Bourgeois et Alboize n'a aucun t r a i t . qui rachete sa mollesse, Isclave de sa passion,tetu et peu prevoyant, i l veut absolument epouser Agnes Sorel malgre les conseils de Jacques Coeur, q u i , l u i , prevoit l e danger d'un t e l mariage. Personne ne respecte l'e r o i et l e Dauphin, qui craint de voir l e trone usurpe par 1'enfant d'Agnes, est pret a tout tenter contre l e pouvoir royal pour empecher l e mariage. Et ce prince qui a dix-neuf ans "a deja 1'experience et l a 1 volonte d'un grand p o l i t i q u e " , s e r a - t - i l mieux t r a i t e que son pere? Pas beaucoup. II parait dans "Jeanne Hachette"; c'est l e Louis XI de "Notre-Dame de P a r i s " "un vieux poltron qui adore sa Vierge de plomb au l i e u de 2 prendre sa bonne epee." Nous verrons tout a l'heure, cependant, que ce r o i n'est pas toujours "poltron". De tous l e s p o r t r a i t s royaux qu'on trouve dans l e drame ( romantique, c e l u i de Charles IX est, croyons-nous, de beaucoup l e moins f l a t t e u r . Vaincu au t i r par l e jeune Henri de Navarre, l e r o i franqais se l a i s s e a l l e r a, une colere enfantine et refuse de continuer l a p a r t i e , De plus, avant de p a r t i c i p e r au jeu, i l revele son etroitesse d'esprit: "C'est aujourd'hui l a Saint-Bartheiemy, un saint que je revere par-3 ticulierement; m'est-il l o i s i b l e de me l i v r e r aux amusements qu'on prepare?" temande-t-il au pere Molina. Tandis que l e r o i ne parait pas dans 1. Jacques Co ur, Acte I e r j 9. 2. Acte I e r : 12. 3, Fleurette: Acte I e r : 9. 105. "Marguerite de Quelus", l a piece ne nous l a i s s e aucun doute sur l e caractere de Charles; nous apprenons que c e l u i - c i va s'amuser a arquebuser 1 l e s f u g i t i f s d'une fenetre du Louvre. Enfin nous l e voyons dans "Les Jours §ras sous Charles IX" presque raourant et encore plus f a i b l e , t y -rannise par l a volonte de l a reine-mere, Catherine, et entoure d'ennemis: - Charles, d'une voix entrecoupee: "Me prendre a i n s i dans leurs pieges... I l s sont partout.. autour de moi, a mes cotes, sous mes pieds, sur ma tete... comme des ombres, et prets a. frapper a. l a voix de cet etre i n v i s i b l e que je ne puis s a i s i r . . . Comme moi, i l s comptent les minutes... mais i l s sont t r a n q u i l l e s . . . i l s rient entre eux, i l s ne craignent r i e n . . et moi, i l s m'ont arrache tout tremblant de mon l i t de douleurs, et i l s ont appele l a mort a. leur secours... car je souffre.' ... et i l me semble 2 que ma vie s'en va avec chacune de mes vaines menaces.".. Tamils que l e s pieces qui sont situees dans l e regne de Gharles IX mettent , generalement, le r o i lui-meme en scene, c e l l e s dont l ' a c t i o n se passe sous Louis X I I I ne laissent presque jamais apparaitre ce r o i devant les spectateurs. Bst-ce parce que le r o i e t a i t s i com-pletement eclipse par l e caractere de son premier ministre? Peut-etre. Quoi q u ' i l en s o i t , l e caractere de Louis XIII est assez evident. Dans "La Ticomtesse de Chamilly", on nous apprend que l e r o i est amoureux de Marie d'Entraigues et q u ' i l veut v o i l e r " l a nouvelle et douce occupation de son coeur" en dormant a 1'objet aime un mari qui ne 1'aime pas et qui 1. Acte I e r s 6. 2. Acte I I : 12. 106. soit l a creature du cardinal. Pour f a i r e une chose p a r e i l l e , i l faudrait etre un i d i o t , plutot qu*un homme. La degeherescence morale de l a royaute reparalt dans "Francois J a f f i e r " ou de Sartines n'hesite pas a s a c r i f i e r l a vertu d'une femme innocente aux d^sir/corrumpus de Louis XT pour assurer son propre avancement. Sous savons deja dans quelle epoque du rlgne du Eoi S o l e i l on a puise" l a matiere de "La V i e i l l e s s e d'un grand r o i " . I t quel spectacle a t t r i s t a n t que ce v i e i l l a r d , q ui, prive de tout son pouvoir et depouille de toute sa g l o i r e , passe l e temps a regretter ses folies.' "Ce r o i " , d i t l e cynique D'Arcy, "de volonte s i ahsolue, n'a jamais 6te que l e r e f l e t de ses ministres et de ses mattresses. Colbert l u i i n s p i r a . 1'amour des a r t s ; Louvois, c e l u i des conquetes; i l dut a La V a l l l e r e l e gout de l a galanterie, a Mme de Montespan, c e l u i de l a magnificence; 1 Mme de Maintenon l ' a f a i t devot." Ce qui tourmente surtout Louis XIV, c'est que ses propres enfants sont tous morts, et que le trone passera a i n s i a un des enfants legitimes. Par consequent, lorsque l e vieux pretre Simon vient center au r o i l ' h i s t o i r e de sa v i e , et f i n i t par s'e-c r i e r : "Ah.' s i j'avais des enfans.1" son maitre, qui se c r o i t victime d'un tour invente par Mme de Maintenon, s'exaspere: "Assez, monsieur, c'est 2 une comedie.' Qui vous a dicte votre r o l e ? " II p a r a i t r a i t que d'Arcy n'etait pas seul a c r o i r e que Mme de Maintenon e t a i t l e ehatiment de 3 Louis XIV.* 1. Acte I e r , Sc. 4. 2. Acte I I I , Sc. 8. 3. Acte I e r , Sc. 4. 107. Les romantiques ne se sont pas bornes a denigrer l a royaute franqaise; i l s - s'acharnent avec autant de vigueur contre les r o i s Strange] et nul souverain n'est plus completement n o i r c i que l e malheureux Charles I e r d'Angleterre, t e l q u ' i l parait dans l e "Cromwell et Charles I e r " de Belanoue. Tout a f a i t depourvu de jugement et de sens common, i l blame toujours l a F a t a l i t e "Aveugle f a t a l i t e , qui me montre toujours un a l l i e 1 dans un adversaire, un tevouement dans une trahison". (Disons, en passant, que l a F a t a l i t e joue un role beaucoup trop important dans cette piece et qu'elle devrait s'appeler plutot "M. Belanoue"). II ne veut abandonner aucun de ses pr i v i l e g e s n i f a i r e aucune concession au peuple. De plus, i l est ridiculement superstitieux. II voit des taches de sang sur une f e u i l l e de papier et pense tout de suite au massacre de l a Saint-2 Barthelemy. Cromwell, qu'on c r o i t mort, apparait soudain aux yeux 3 etonnes du r o i ; c e l u i - c i pense tout de suite a. un spectre. Enfin, pour-quoi r e f u s e - t - i l de prendre Cromwell comme a l l i e ? O l i v i e r t i e n t l e pouvoir et fera mourir l e r o i ; Charles l e s a i t , et cependant, par pure s o t t i s e , i l ne veut r i e n demander au chef des Communes. II reste calme, cependant, en face de l a Mort: "0 Shakespeare.' t u as d i t l e jour ou Hamlet, ce sublime sceptique, interrogeait l a tombe paternelle... Mourir.' dormir.' o u i , c'est l a meme chose; seulement c'est un sommeil pendant lequel nous voyons Dieu et entendons les anges.' dorraons d o n c . c e dernier 1. Acte I , Sc.6. 2. Acte IV, S c . l e r 3. Acte TV, Sc. 3. 108. 1 repos sera un essai de mort." Ce discours n'est pas sans quelquechos S I * de noble; mais, somme toute, l e Charles I de Selanoue est un personnag meprisable. Les reines ne paraissent guere, pour l a plupart, sous une lumiere plus favorable que l e s monarques. Mais, chose curieuse, e l l e s n'ont, en general, qu'une fa i b l e s s e : e l l e s sont victimes d'un amour eoupable, ou bien d'un amour sans espoir. Quelquefois ce t r a i t de leur earactere est historiquement exact, comme, par exemple, chez Jeanne de Naples et Marguerite de Navarre; toutes deux ont mene une vie assez l i b r e ; tandis que l a Jeanne de Plandre de Pontan est beaucoup plus v i o -iente que l a Jeanne d'histoire. Faibles quand i l s'agit des a f f a i r e s du coeur, ces personnages ont tout de meme un element de vigueur et de resolution qui manque toujours chez les r o i s . V o i c i comment Jeanne de Naples parle a son chambellan: "Get o f f i c i e r , auquel vous vous attaquez en ce moment, 1'ambassadeur du r o i d'Aragon semblait 1'avoir designe devant moi dans une i n s u l t e , J ' a i l a i s s e a. 1'ambassadeur du r o i d'Aragon deux heures pour s o r t i r de Naples... C'est l a guerre? J'aurai l a guerre.' Cet o f f i c i e r , auquel vous vous attaquez en ce moment, l e Saint-Pere, qui c r o i t avoir en l u i un ennemi, me demande son e x i l , ou sur l e champ i l doit mettre Naples en i n t e r d i t , et o f f r i r ma couronne a qui voudra l a prendre; eh bien, Naples sera mis en i n t e r d i t et l a couronne offerte a qu| voudra l a prendre; mais jusque l a je l a porterai sans p l i e r . " Marguerite de Navarre est amoureuse de La Mole; mais l o r s -q u ' i l faut c h o i s i r entre son amant et son mari, e l l e n'hesite pas, et La 1. Acte V, Sc. 2. 2. "Jeanne de Naples", Acte I I , Sc. 3. 109. 1 Mole meurt 30us l a hache du bourreau. Jeanne de Flandre, ayant decide de renier son pere Baudoin, ne r a l e n t i t pas son t r a i n de vie tyrannique 2 et c r i m i n e l , et brave meme l a malediction paternelle. Deux autres reines, cependant, nous sont representees sans aucun element qui les raehete: ce sont Catherine de Medicis et Christine de Suede. La premiere, t e l l e que nous l a voyons, dans "Thomas Maurevert" est une veritable ogresse. Le jeune Teligny, ambassadeur des Protestants, tremble a l a pensee de paraltre "devant cette femme qui, pour arr i v e r a. son but, passe par tous les chemins; cette femme, dont l'ambition a f a i t s i longtemps saigner l e coeur de l a France; cette femme qui vendrait son ame pour un fleuron de plus a sa couronne, pour une fleur 3 de l y s de plus a son manteau, cette femme Judas qui embrasse, qui tue", qui s'entoure de j o l i e s dames d'honneur pour "seduire par ces jeunes 4 f i l l e s ses ennemis a f i n d'avoir leurs secrets." Puis nous voyons l ' h a b i l i t e perfide de Catherine qui se sert des autres personnages comme de pions et se defa i t de ses ennemis en l e s mettant aux prises l e s uns avec l e s autres. E l l e donne a Maurevert un anneau empoisonne; quelques minutes plus tard , e l l e triomphe de sa victime et met le pied sur sa 5 poitri n e pendant que l e pauvre se debat dans son agonie. Chri s t i n e , chez qui, s i nous en croyons Soulie, l e vice e t a i t 1. "Les Jours Gras sous Charles IX? Acte III. 2. "Jeanne de Flandre", Acte III, f i n . 3. Acte I E R , Sc. 4. 4. i b i d . 5* Acte-III, Sc.20. 110. 1 l a vie meme, l a maniere d'etre de cliaque jour," est presque aussi t e r r i b l e . Ayant deja empoisonne Magnus, e l l e s a c r i f i e , dans l e drame, les vies de Marianne et de Monaldeschi. "Marianne est morte; eh bien, c'est t o i qui l'as tuee; 1 d'infames p l a i s i r s , reine prostituee, La debauche est t a v i e , et le raeurtre te s u i t . Le poison, l e poignard sont tes armes." 2 Bien souvent l e s r o i s ne jouent que de3 roles de t r a l t r e s de melodrame. (Pels, par exemple, sont Galeas, (Paris l e Bohemien), Don fiodriguez de Lara (Les sept Infans de Lara) et Andronic Commene (Longue-Bpee le Normand); tous t r o i s sont, d ' a i l l e u r s , des usurpateurs. La royaute, toutefois, n'est pas toujours denigree par l e s dramaturges romantiques. Qu'un auteur a i t besoin, par hasard, d'un "deus ex machina", alors i l trouve un souverain l e personnage le plus u t i l e du monde, Louis T i l l (Jeanne de Flandre), Louis IX (Jeanne Hachette), Charles I I d'Angleterre( Le Sonneur de Saint-Paul) et Marie Stuart (La dame inconnu de Claude Stocq) ne font que remplacer le dieu de l'ancienne tragedie grecque. La plupart des personnages royaux qui paraissent dans l e drame romantique sont, done, meprisables; dans deux pieces, toutefois, nous avons trouve un element d'admiration pour deux souverains de France. Le premier, c'est Louis XI; ce r o i / qui, tout eompte f a i t , n'etait pas tout a f a i t sans qualites comme l e Dauphin de "Jacques Coeur", est l'objet 1. Preface, Christine a Fontainebleau. 2, Acte T, Sc.7. 111. d'un eloge de l a part de Mathieu Luc: "Ses haines sont les notres; Mais rude pour les grands i l est bon pour nous autresj Et ce qui m'a pour l u i tout d'abord prevenu, C'est contre les puissans son pro jet bien connu, Projet b a r d i , germe" dans cette tete forte I t qui s'accomplira." Le deuxieme, c'est Henri de Navarre. Qui n'aimerait pas ce garqon franc et gai qui sera un jour r o i de Prance? "OlJJe ne suis pas f i e r , d i t - i l a. un jeune homme timide qui vient d'arriver a l a cour de Navarre, je suis Bearnais, je suis de Pau, je suis montagnard, mauvaise tete quelquefois, bon coeur toujours. Donnez-moi votre main. Yoyons, 2 d'ou etes-vous? qui etes-vous?" Deja le pere Molina voit dans l e jeune prince un "dangereux ennemi pour notre cause, s i Dieu ne nous 3 vient en aide et ne 1'amene a nous;" et deja. parait l e Vdrt Galant; Henri, en voyant Mile d'&yelle, semble avoir v i t e oublie l a douleur que l u i a caused l a mort de Fleurette, car les declarations q u ' i l f a i t a l a demoiselle d'Honneur sont assez sinceres. Cette apparente infid§lit£, d ' a i l l e u r s , ne reussit pas a. gater 1'impression favorable que cette piece nous donne du jeune prince* Jeanne d'Albret, mere de Henri, parait dans ce drame comme une mere tres sensed qui aime beaucoup son f i l s , mais ne veut pas l e gater. La, non plus, i l n'y a aucun effort pour denigrer l e personnage historique. 1. Mathieu Luc, Acte I , Sc. 3. 2. Fleurette, Acte I e r , Sc. 4. 3. i d . Acte I , Sc.3. 112. II nous reste a signaler un r o i etranger qui evidemment n'a pas in s p i r e de haine aux dramaturges romantiques; i l s'agit d'un carac-tere du "Transfuge" de Foucher et de Lavergne: Frederic II, r o i de Prusse. Ge personnage n'est pas sans rappeler par son sens de l a j u s t i c e , sa severite, et sa precision, l e caractere de Napoleon, mais l a ressemblance est assez s u p e r f i c i e l l e . Dans 1'oeuvre des p e t i t s auteurs, done, de meme que dans c e l u i des grands romantiques, l a royaute, somme toute, ne paratt pas sous un aspect tres " b r i l l a n t ; ce qui n'est guere surprenant, vu que tous les auteurs romantiques se consideraient comme les f i l s de l a Revolution, et t r a v a i l l a i e n t a. d i s c r e d i t e r toutes les i n s t i t u t i o n s de l'ancien regime; c'est seulement lorsqu'un r o i s'est montre "bon envers l e peuple que l e s romantiques s'avisent de l e louer au l i e u de l e denigrer. La noblesse aussi souffre, grace a ce p a r t i - p r i s des drama-turges romantiques. II serait i n u t i l e de nommer tous les grands seigneurs qui, de moeurs legeres, se l i v r e n t , dans ces drames, a tous les p l a i s i r s sensuels, qui ont pour mattresses les femmes de leurs meilleurs amis et qui semblent considerer comme leur proie legitime les f i l l e s du peuple. Assez souvent les intrigues amoureuses des nobles ont un element de vSri t e historique (La Mole et l e due d'Alenqon dans "Les Jours Gras, etc."); quelquefois les nobles, comme les r o i s , sont de simples t r a i t r e s de melodrame (Lord Clinton dans "Le Sonneur de Saint-Paul", l e comte de Montgeron dans "Mile de l a F a i l l e " ) . De temps en temps, cependant, des sentiments purs et eleves viennent t i r e r l es ames de ces personnages de l a 113. fange ou e l l e s sont plongeds. Nous avons deja, indique le role de 1»amour 1 maternel ehez l a marquise de B r i n v i l l i e r s . M l l e u r s , c'est 1'amour 2 fr a t e r n e l qui rachete en par t i e l a trahison de La Mole; tandis que dans "La Comtesse de Chamilly", Marion de Lome a change de sexe: Chamilly, insouciant et l i b e r - t i n , devient vraiment amoureux de Marie d'Entraigues, sans d'abord s'en douter. "C'est a l o r s , d i t - i l , que s'eleva en moi un sentiment semblable a l a vertu, peut-etre; i l epura ma passion sans l ' a f f a i b l i r . Eeparer mes t o r t s , proteger votre honneur, Marie, vous sauver des pieges dont vous v i v i e z environnee, et que moi-meme j'avals 3 creuse devant vous: t e l fut des l o r s mon hut.'" Dans des cas assez rares, un aristocrate deviendra meme un bienfaiteur, a condition toutefois que lui-meme soit un opprime. Tel est dans "Le Chateau de Saint-Germain", le comte de Mauleon, l e dieu t u t e l a i r e , pour a i n s i d i r e , de Christine, et lui-meme victime de l a haine de Richelieu. Le jeune Lord Surrey joue un role a peu pres semblable, avec cette difference q u ' i l se f a i t le cham-pion de l a cause du peuple. C'est a plus forte raison, done, q u ' i l mer-ite les eloges de F i l l i o n et de Jousserandot. I I est v r a i que Surrey est, a. cette epoque, l e f a v o r i de Henri ¥111; mais que cette position est done 4 peu sure J Richmond nous l e rappelle des l e premier acte. De plus, les poesies de Surrey revendiquent a tous moments les droits du peuple, et 1. "La Chambre Ardente". 2. "Les Jours Gras sous Charles IX". 3. Acte IV, Sc. 5. 4. Acte I e r , Sp.4,, 114. l e peuple l u i en est extremement reconnaissant. En effet Surrey est un vr a i poete romantique: "Oui, o u i , " d i t - i l , avant de mourir, "d'autres poursuivront ma tache inachevee... dans leurs mains l a face du monde ehangera: pouvoir, moeurs, l o i s , coutumes, tout sera "brise, abattu, n i v e l e , et quand l e t e r r a i n sera purge de tous ces debris, alors l e poet® d i r a a l a socieie: Heleve-toi, jeune et f o r t e , et r e f a i s - t o i . Telle 1 est 1'oeuvre du genie, t e l l e est 1'oeuvre de l'avenir". C'est la, l a these du poete directeur d'hommes chere a, Victor Hugo. Surrey, membre de l a haute noblesse anglaise, appartient aussi a ce qu'on pourrait nommer "1'aristocratie populaire" du drame romantique? cet "ordre" se compose d'hommes qui, malgre leur naissance humble, ont at t e i n t aux plus hautes dignites et restent neanmoins cham-pions de l a classe dans laquelle i l s sont nes. C'est a ce type q u ' i l faut rattacher non seulement Jacques Coeur et Mathieu Luc, dont nous avons Z deja parle , mais aussi Hugues Aubriot, Cromwell, Napoleon, l e cardinal Hontalte, et meme les deux cardinaux du dix-septieme s i e c l e . Hugues Aubriot (Le Prevot de P a r i s ) , simple ecolier qui 631* aime une Juive au point de l a seduire, (Acte I ) ar r i v e , avant l a f i n de l a piece, a se f a i r e prevot de P a r i s . Selon l ' h i s t o i r e , c'etait un bon prevot; dans l a piece, on ne nous represente pas l e personnage o f f i c i e l , mais tout simplement l'homme; et cet homme est de beaucoup trop p a r f a i t ; l e seul t o r t q u ' i l a i t jamais f a i t , i l va l e reparer, nous en sommes surs , aussitot que Sara aura f i n i de pleurer l a mort de son frer e . i 1, Acte IY, Sc.7 2. Yoir l a page 64. 115. Cromwell, p e t i t propriet.aire, contra d'abord sous l e nom d'Olivier de Huntingdon, se er o i t destine a ameliorer le gouvernement de son pays; grace a. cette f a t a l i t e qui l u i vient toujours en aide, i l t i e n t l e r o i dans son pouyoir avant l a f i n du troisieme acte, i l est pret a declarer l a guerre: "A p a r t i r de ce jour, d i t - i l fierement a Charles, je me nomme Cromwell." Encore une f o i s nous voyons l e simple bourgeois, devenu chef du p a r t i populaire, qui rappelle son r o i au chemin du devoir. "Au nom du c i e l , sire.' ne perseverez pas dans cette voie; ahaissez 1'orgueil de votre race au niveau de votre fortune: vous ne t r a i t e z pas avec des re b e l l e s , vous t r a i t e z avec 1'Angleterre. (Le r o i prend son epee; Cromwell continue) Mais 1'Angleterre n'a-t-e l l e pas ses d r o i t s comme vous avez l e s votres, et d o i t - e l l e les abandonner a l a f a n t a i s i e , lorsqu'elle peut les f a i r e regler par l a j u s t i c e ? Gardez votre rang, votre t i t r e ; gardez ce luxe qui est votre vie. lous vous appellerons s i r e et majesty ... nous vous parlerons l a tete decouverte, nous ferons tous de l'or avec le pain de nos enfans, ... avec l e sang de nos veines s ' i l l e faut... mais l a l i b e r t e p o l i t i q u e , l a l i b e r t e de conscience, i l nous l a faut, s i r e J i l nous l a f a u t . " Mais Cromwell est bien autre chose qu'un patriote; nous discuterons tout a l'heure l e s autres aspects de son earactere dans les pages reservees aux jeunes premiers. Bonaparte, seul a. i n s p i r e r , comme nous 1'avons vu, des pieces qui ne peignent pas l ' h i s t o i r e en l a i d , nous parait comme un heros essentiellement populaire. Comme general de l'armee, i l se montre bon envers ses troupes; i l ne eraint pas de causer avec les simples soldats. Dans une scene du "Perruquier de l'Empereur", i l semble un peu severe, d'abord; son "humour" , cependant, ne tarde pas a se reveler; enfin, i l 1. "Cromwell et Charles I e r " , Acte IV, Sc.3, 116. est d'une bonte enorme, car i l l a i s s e & Montalban, son ennemi jure, le temps 1 de s'enfuir. Devenu empereur, i l n'oublie pas les humbles gens a qui i l doit une bonne part de ses honneurs, et qui l u i sont restes f i d e l e s . II retient toujours sur eux cet ascendant qui f a i t son pouvoir. Hebert vient d'avertir 1'Empereur du complot dont Catherine a entendu parler: "Cependant, comme i l s'Stait apercu que j ' e t a i s visihlement vexe, i l est revenu sur ses pas, et m'a d i t avec eette voix qui vous seduit, qui vous subjugue, qui vous f a i t courir tout seul sur une batterie de vingt canons : 2 "Ami Hebert, merci a t o i , merci a Catherine, l a brave vivandiere." De tous les papes de l ' h i s t o i r e , un seul parait dans l e s drames que nous avons Studies. Et a, quel t i t r e un pape m e r i t e r a i t - i l un role dans l a l i t t e r a t u r e profane? Pour avoir ete un protecteur des f a i b l e s . Dieu t u t e l a i r e , pour a i n s i d i r e , de 1'amour de Jules Bracc&ioforte et Helene Campireali, l e cardinal de Montalte combat aussi pour l e peuple, 3 qui l'appelle l e Pere Anselme. En apparence debile et estropiS, i l reussit a duper ses ennemis, les O r s i n i ; e n f i n , elu au Saint-Siege, i l n'a plus peur de s'attaquer ouvertement au vice des grands. Dans l a derniere scene de l a piece en question, on attend l e resultat de 1'election; un coup de canon se f a i t entendre s u i v i tout de suite par un deuxieme coup: 1. Acte II, Sc. 9. 2. Acte III, Sc.10 3. Selon l a "Catholic Encyclopedia*' son nom populaire et a i t l e cardinal de Montalte. 117. "Le gouverneur, etonne: Que veut dire ce deuxieme coup? Montalte, se redressant de toute sa hauteur, et d'une voix forte et vibrante: II veut dire q u ' i l n'est plus besoin de feindre...(jetant sa bequille) et que je puis jeter enfin l e masque dont i l a f a l l u trop longtemps me couvrir.' II veut dire (aux seigneurs q_ui reculent avec etonnement, qu'a present Home a un maitre qui saura detruire tous les repaires du crime, tous les refuges de bravi et d'assassins (avec intention) q u ' i l s s'appellent palais Orsini ou abbaye de Castro.' (au peuple) et rendre a l a r e l i g i o n toute sa force et sa dignite". ^ A i n s i commenoa l e p o n t i f i c a t de Sixte-Quint(1565-1590). Dans l a piece, i l n'entonne pas l e Te Deum, comme dans l a legende.' On se demandera sans doute pourquoi Hichelieu et Mazarin, surtout S i c h e l i e u , se trouvent parmi "1'aristocratie populaire". Ce n'est certes pas un Hichelieu tres aimable qui, cache derriere les rideaux de son palanquin, prononce ce t e r r i b l e "Pas de Grace" dans "Marion Delorme". D'ailleurs les aspects detestables de son earactere se revelent encore plus nettement dans "La Vicomtesse de Chamilly". Machinateur s u b t i l , i l veut s a t i s f a i r e a. tout p r i x l e s caprices du r o i ; i l marie l a jeune f i l l e qui sera l a maitresse de Louis XIII a. un homme qui ne l'aime pas et puis i l f a i t de cet homme un de ses propres creatures. D'autre part, S i c h e l i e u devient dans "Mademoiselle de l a F a i l l e " l e protecteur des fai b l e s et 1'ennemi des grands; par consequent, i l se presente sous un jour beaucoup plus b r i l l a n t . lous voyons aussi 1'homme d'Etat; mais c'est son genie organisateur, c'est son esprit puissant et dominateur, qui 1. Acte Y: f i n . 118. paraissent a nos yeux et non pas sa severite. Le earactere de Mazarin n'est que tres legerement esquisse" dans "Le Chateau de Saint-Germain", et alors c'est un Mazarin imaginaire, qui, jeune pretre encore au service de Hichelieu, seduit une jeune f i l l e dont i l est amoureux. En e f f e t , Mazarin est presque devenu jeune premier d'un drame romantique. Dans l e cinquieme acte, l e cardinal tout puissant reussit a reparer en partie l e crime du clere indigent. Considerons maintenant l e earactere des jeunes premiers du drame historique. Comme Nebout l ' a bien d i t , ces personnages sont pour l a plupart ou empruntes a l a ehronique privee ou crees par 1'imagination de auteur, Chez les p e t i t s auteurs, cependant, meme les grands per-sonnages historiques sont des types p a r f a i t s de jeunes premiers romantiques. I t ce qui est encore plus interessant, c'est qu'on retrouve des t r a i t s sataniques et byroniens la. ou l'on pourrait s»y attendre l e moins. L'exemple l e plus frappant de cette combinaison curieuse, c'est l e earac-tere du Cromwell de Co r d e l l i e r Delanoue, Nous avons deja. vu que ce personnage est essentiellement un heros populaire. Delanoue nous peint aussi 1'homme d'Etat. Chose curieuse, l e Cromwell de ce drame est tin peu opportuniste: i l ne veut pas l a guerre, n i l a mort du r o i , et malgr6 ses serupules, i l est pret a, f a i r e un compromis. De plus, nous entrevoyons assez souvent 1'element p u r i t a i n de son earactere; O l i v i e r est meme un bon predieateur: "Je dis que vous avez mal choisi votre t e r r a i n ; que le sol de l a royaute est mouvant; que tout ce que vous batissez 119. dessus s'ecroule; que sous vos pieds des abimes s'ouvrent que vous ne voyez point; et que chaque pas que vous croyez f a i r e vers votre salut est un pas de plus vers votre perte." II n'est pas d i f f i c i l e de voir a quelle source O l i v i e r a puise un t e l langage. Puis i l c r o i t aveuglement & l a F a t a l i t e . Jusqu'ici l e per-sonnage de Delanoue ressemble un peu au personnage historique. Mais se croyant force de plaquer une intrigue araoureuse sur l ' a c t i o n historique, 1'auteur commence i c i a f a i r e des betises. II parait que pendant son sejour en France, Cromwell a compromis une pauvre f i l l e , Sara Mursel; c e l l e - c i a r r i v e , avec sa tante, a. Londres juste au moment ou O l i v i e r voit s'accomplir ses reves: i l va etre l e chef du p a r t i populaire. Cette petite h i s t o i r e d'une seduction ne p l a i r a guere aux P u r i t a i n s l e s plus s t r i c t s ; O l i v i e r est, done, terriblement emharrasse. II n'aime pas Sara; a i n s i i l espere 1'effrayer en l u i revelant l e danger de sa pos i t i o n . C'est alors q u ' i l commence a. f a i r e l e Hernani. Mais Sara est aussi une 2 Dona Sol: "Le malheur comme l a g l o i r e a son aureole; je porterai ton nom," et puis "Alors je d i r a i que j ' e t a i s ta complice... je reclamerai ma place 3 sur ton echafaud, et i l s me l a laisseront prendre, je l'espere'.' Mais lorsque son amant l u i apprend q u ' i l va peut-etre repandre l e sang du r o i , Sara perd courage: "Jamais, jamais", s ' e e r i e - t - e l l e , "plutot pas de nom 4 qu'un nom s o u i l l e .' plutot un nom dans 1 'ombre que l e nom dans l e sang.'" 1. Acte III, Sc. 4. 2. Acte III, Sc. 6. 3. i b i d . 4. i b i d . 120. L'element byronien du caractere d'Olivier n'efface pas, toutefois, l e P u r i t a i n . II reste severe malgre l a douleur de Sara; les derniers mots q u ' i l d i t a l a jeune f i l l e sont assez caracteristiques: O l i v i e r : Faible que tu es.' t u vois bien que Dieu ne nous avait  pas crees l'un pour 1'autre. ~~~ Sara: Dieu n'a pas f a i t mon coeur pour l e crime. Adieu,Olivier. • O l i v i e r : Adieu, Sara. Sara(se jetant dans ses bras): Adieu. 1 O l i v i e r : Adieu. Un autre discours f a i t penser au bandit de Hugo; mais c'est encore un bandit-Puritain. "Pour dormir, t o i , ( O l i v i e r parle au r o i ) i l te faut une tente, un l i t , des seigneurs a. l'entour; moi, je me couehe dans ma cuirasse, partout ou je me trouve; l e f e u i l l a g e d'un arbre est ma tente, une pierre et une bibl e sont mon o r e i l l e r , et deux ou t r o i s rudes soldats sont mes seuls courtisans." Mais s i Cromwell est quelque peu 1'homme f a t a l du romantisme, i l l u i manque tout de meme certains t r a i t s du heros romantique acheve; Delanoue n'a pas v i o l e l ' h i s t o i r e au point de dormer a son heros une naissance mysterieuse. Lorsque les jeunes premiers ne sont pas des personnages historiques, cependant, i l s sont, presque sans exception, comme 1'Antony de Dumas, des enfants i l l e g i t i m e s ; ou bien quelque mystere entoure leur naissance, Tous pourraient dire comme Chamilly: "Tu sais que je suis f i l s d'un Montmorency qui, malheureusement, ouhlia d'epouser 2 ma mere", en substituant, bien entendu, le nom q u ' i l leur faudrait. 1. Acte I I I , Sc. 6, 2. La Yicomtesse de Chamilly, Acte I e r , Sc.6. 121. Chose etonnante, l e s jeunes premiers appartiennent assez souvent a l a classe l a plus elevee de l a societe.' II nous parait curieux que les auteurs aient choisi leurs heros dans cette meme a r i s t o -c r a t i e q u ' i l s meprisaient tant. Peut-etre est-ce que ces jeunes gens, quoique de haute naissance, ont vecu toute leur vie parmi l e peuple dont i l s se sont quelquefois assimile les ideals. Ou hien peut-on y voir en-core un moyen de vilipender les grands, en attribuant a l a qualite nohle de ces personnages leurs passions bizarres et presque inhumaines? Gonzalo et Mudarra, tous les deux f i l s d'un r o i , presentent ensemble a peu pres tous les t r a i t s essentiels du p a r f a i t type de heros romantique. Gonzalo a ete victime du mal de Rene: "Je d e s i r a i , je cherchai, je remuai des choses inconnues. Hon-intelligence tourbillonna, et je me r e v e i l l a i un matin sentant l ' i n f i n i la. (a l a tete) et l a (au coeur) 1 mais i l a subi l'influenee byronienne. " J ' a i jete au vent toutes mes idees d'autrefois. J'ai deja. respire a pleine p o i t r i n e les oar funis de corruption, de grandeur et de volupte qui s'exhalent de votre c i v i l i s a t i o n . " ^ II est tres jaloux de son honneur: "C'est une hache a. laquelle on ne 3 peut toucher sans mourir." Maiheur e us eme nt les sept In fans de Lara y ont touche; i l faut done l a vengeance. " I l s m'ont f a i t boire jusqu'a l a derniere goutte l a coupe de l ' i n s u l t e ; et moi, je jure Dieu que je f e r a i boire & l a terre jusqu'a l a derniere goutte de leur sang." 1. Les Sept Infans de Lara, Acte I e r , Sc. 6. 2. Ibid. 3. Acte I e r , Sc. 12. 122. Comme l a plupart des jeunes premiers, Gonzalo est en proie a une haine inexplicable; et, ce qui arrive presque toujours, i l i nspire un amour mysterieux a. une femme bien plus agee que l u i . Tout s'explique, pourtant, avant l a f i n de l a piece: Gonzalo h a l t d'instinct l e s Lara puisque ceux-ci sont les f i l s du meurtrier de son pere, et Dona Yallombra 1'aime parce qu'elle est sa mere. Mudarra, l u i , est plus satanique que son frer e : "Bulle plante ne s'attache au roc battu des vents; nulle amitie ne s'attache a 1'homme sur qui souffle l e malheur. Je n'ai point d'amis." Longue-Epee, sans etre aussi ombrageux, n'a n i parents 2 n i nom; de plus, i l est i r r e l i g i e u x et follement amoureux. Jules Bracchioforte est un personnage tres sernblable aux precedents, avec cette 3 difference q u ' i l appartient au peuple. Candolas est encore un jeune premier populaire, i l meprise tout, i l se moque de tout, mais i l espere tout de meme qu'une metamorphose s'operera un jour en l u i . "Mais bah! que m'importe l a science, a moi, enfant perdu, qui n'ai jamais connu n i pere n i mere; .... Je n'ambitionne pas une origine glorieuse, je ne demande pas a quitter les rangs du peuple dont j ' a i l e s vertus, l a franchise, l e courage, l a force... Mais j ' a i souvent pense, marguerite, que j ' a i du sang noble dans les veines. D'abord je ne consultais que mon aversion pour 1'etude et mon gout pour l e p l a i s i r , i l n'y aurait pas a en douterj Mais parfois aussi je ine suis surpris a croire que cette a c t i v i t e fougueuse grandirait avec 1'occasion; que devant un p e r i l & fa i i e reculer les plus braves, devant une i n j u s t i c e a. reparer, un crime a punir, l ' e c o l i e r f r i v o l e et turbulent, l e chanteur de serenades d i s p a r a i t r a i t pour f a i r e place a. 1'homme." ^  1. Acte I I I , Sc.l^re 3. "L'Aohaye de Castro". 2. "Longue-Epee l e Normand". 4. "La Pgte des Fous", Acte I e r , S c . l e r e . 123. Candolas est aussi interessant parce q u ' i l est en proie a un double amourj i l aime Marguerite d'une a f f e c t i o n pure, mais i l brule d'une espece de f i l v r e pour une autre femme. Tandis que Candolas ne veut aucunement cacher sa parente avec le peuple, Abeilard, qui, a part son amour un peu trop passionne pour EeloSse, n'est pas un v r a i type romantique, se montre defenseur ..ardent du t i e r s etat. I I t r a v a i l l e a detruire cet esclavage qu'est l e systeme feddal, et a e c l a i r e r de ses doctrines 1'ignorance des manants; 1 de plus, i l est patriote et souhaite une France unie et grande. Abeilard n'est pas l e seul a echapper a l a contagion du romantisme sombre et byronien. Ludovic, amant de Marguerite de Quelus , quoique orphelin, n'a aucun t r a i t du genre. Mais malgre cela, les heros 2 romantiques sont bien monotones, comme d i t M. Souriau. Peut-on dire avec M. Souriau q u ' i l s sont f a i b l e s ? Qui, i l s l e sont jusqu'a un certain point. Tous donnent l i b r e - c a r r i e r e a leurs passions. I l s aiment ou i l s haSssent a outrance. Mais les jeunes premiers des drames secondaires ressemblent-ils a. leurs freres des chef-d'oeuvre romantiques au point de meriter encore une accusation que porte M. Souriau contre eeux-ci , a. savoir, q u ' i l s manquent de volontS? Nous ne l e croyons pas. II est v r a i que l'auteur introduit quelquefois un personnage pour v e i l l e r sur l e jeune premier et l e pousser vers son but, mais en general ces heros savent bien 1. Helolse et Abeilard, Acte I e r , Sc. 14. 2. De l a Convention, p.177. 1S4. vouloir et savent trop a g i r ; i l s sont presque toujours des etres surhumains, grace a 1'intervention de 1'auteur. La faiblesse des grands heros romantiques est due, selon M. Souriau, au f a i t que les dramaturges n'ont jamais su se dissocier de leurs personnages; Hugo et Yigny, en douant leurs caracteres de leurs propres sentiments, les ont rendus f a i b l e s . Comment done ce c r i t i q u e e x p l i q u e r a i t - i l que les per-,sonnages de Musset, personnages dans lesquels 1'auteur s'est mis tout e n t i e r , sont l e s plus f o r t s du drame romantique? La faiblesse des caracteres romantiques nalt de l a nature exageree de leurs passions, car c'est toujours dans des situations qu'eux-memes ont crees qu ' i l s parais-sent f a i b l e s ; i l s font un serment, et puis, obliges de l e t e n i r , i l s semblent remarquablement impuissants. Ces passions outrees, 1'auteur ne les a pas connues; i l l e s incarne dans ses personnages r i e n que pour s a t i s f a i r e une convention. Ainsi cette impuissance a. agir resulte non pas d'un trop-plein de lyrisme, mais d'un trop habile agencement de l a part de 1'auteur. Les jeunes premiers romantiques sont en general des egoistes incomparables; i l s ne consultent jamais l e bonheur d'autrui, pas meme des malheureuses jeunes f i l l e s qui l e s aiment; i l s veulent a tout p r i x perseverer dans l a vie de malheur qui s'ouvre devant eux; i l est v r a i q u ' i l s sont victimes des circonstances; mais i l s refusent ab-solument de l u t t e r avec les circonstances; ce sont tous des f a t a l i s t e s , meme dans les drames de second ordre. Et c'est par l a surtout qu'ils paraissent f a i b l e s . Mais c'est l a main, et non pas 1»ame de 1'auteur 185. qui se revele dans ce fatalisme et qui est responsable de cette faiblesse. L'egoJsme, cependant, f a i t place a une abnegation presque 1 divine chez un personnage de Lafont: H o l l a , jeune sculpteur f l o r e n t i n . Plutot que de dishonorer l e nom de Lednor, comme Da Vinci avait deshonore eel u i de "La Joconde" en publiant leur amour, i l refuse de mettre sa statue au concours. Ses amis, dont l e grand Michel-Inge, veulent ab-solument l ' y forcer, cependant; Ho l l a , dans une espece de c r i s e , detruit son chef-d'oeuvre, et puis meurt: " B i l e est revenue... son front rayonnait... e l l e a leve sur moi son regard celeste et m'a d i t : Viens. viens. ... et moi, comme i l f a l l a i t l a cacher a tous les yeux, j ' a i p r i s mon marteau et je l ' a i tuee." 2 Les heroines, c'est-a-dire les"jeunes premieres" invent eds de 1'oeuvre des p e t i t s auteurs sont presque aussi pales et raides que ce l l e s d'un Hugo ou d'un Vigny. E l l e s ne font que rep6ter en echo les sentiments de leurs amants; e l l e s savent aimer d'une faqon conventionnelle et e'est tout. Dans un cas assez interessant, toutefois, c'est l a femme qui est l a revolted. J u l i a , f i l l e d'une famille noble, s'ennuie du creux de son existence: "Partager l a vie d'un a r t i s t e , oh.' ce fut l a toujours mon reve.' Dans ce pays degener£, deux choses sont resteds grandes et b e l l e s : l a nature et ceux qui comme vous l a reproduisent sur leurs t o i l e s vivantes et inspireds.'" 3 La pe t i t e noblesse et l a bourgeoisie paraissent forcement 1. Le Chef d'oeuvre inconnu. 2. Ibid., Sc. 16. 3. La Madone, Acte I , Sc.5 126. assez souvent dans les drames qui nous occupent, mais, en general, sans que les auteurs montrent leur attitude envers oes classes, iff. et Mme de l a Beynie et M. de Sartines, les uns dans "La Voisin", 1'autre dans "Franqpis J a f f i e r " e t tous tee- membres de l a petite noblesse, ne se revelent certes pas sous un aspect tres i l l u s t r e . Dans l a premiere piece, 1'auteur a sans doute fausse l ' h i s t o i r e pour en t i r e r l a matiere d'un drame; quant au lieutenant-general de police de Louis XV, son v r a i caractere n'etait guere plus admirable que c e l u i de l a piece. Gairard, eonseiller honorable au parlement de Dijon, veut s'arracher l e masque d'honnetete: "Oh, maudite s o i t cette dignit6 qui m'enchaine a l'apparence 1 des vertus, quand l a pensee du crime me ronge au dedans." Bien souvent c qui appartiennent aux deux classes en question ne jouent que le role du pere ou du tuteur colereux et t e t u , gardien zele de 1'honneur de sa f i l l e ou de sa p u p i l l e . II est interessant de v o i r sous quel jour les dramaturges secondaires nous representent les gens d'eglise. Les pretres paraissent assez souvent dans 1'oeuvre de ces ecrivains; en general, pourtant, c'est pour a s s i s t e r quelque malheureux dans son agonie,{le pere Bel, par exemple, dans l a "Christine" de Soulie); alors ces personnages n'ont aucune nuance de caractere, Dans "Fleurette", au contraire, le pere 2 Molina r e v i l e nettement son hypocrisie. II est evident que les auteurs n'ont pas l e moindre desir de nous f a i r e applaudir ce pretre. D'autre part, Dolfos, ange gardien de Gonzalo, est evidemment destine a obtenir 1. Acte I I , Sc. 9. 2. Acte I , Sc.9. 127. l e s applaudissements du public de 1'epoque romantique: "Le citoyen 1 avant l e pretre; l a pat r i e avant l ' a u t e l , " d i t - i l ; c'est tout a f a i t un pretre republicain, II a r r i v e assez souvent que 1'action d'une piece se passe en partie dans un convent, et, a en juger par les tableaux qu'on nous peint, ces i n s t i t u t i o n s n'ont pas 1'approbation des auteurs romantiques. ,La severite des voeux, l a cruaute des punitions - tout cela parait a 2 mainte reprises sous une lumiere qui n'est guere favorable. Ou bien l e couvent est un a s i l e tres commode pour les criminels, Apres tout, i l n'y a pas l i e u de s'etonner qu'une i n s t i t u t i o n t e l l e que l ' E g l i s e , s i etroitement li<§e sous l'ancien regime a l a royaute et & l a noblesse, devienne l e but de l a c r i t i q u e des auteurs romantiques, Eeste, eneore, a. parler du peuple. Yu que l e drame historique est un genre essentiellement populaire, l a plebe y joue un role extremement r e s t r e i n t . Nul auteur dramatique ne s'est avise de nous f a i r e une peinture complete de l a vie du bas peuple a. une certaine epoque. Hulle part, dans l e s pieces que nous avons lues, les auteurs ne s'apitoient d'une faqon vraiment sincere sur l e sort des humbles. La populace, t e l l e que les romantiques l a representent, est une hydre a m i l l e tetes, et prete a tout detruire sans p i t i e ; lorsqu'on met en 1. Les Sept Infans de Lara, Acte I I I , Sc. 8, 2. HeloSse et Abeilard, L'Abbaye de Castro, l e Chateau de St. Germain. 3. La Chambre Ardente. 128. scene des individus t i r e s du peuple, c'est le plus souvent pour leur f a i r e prendre les roles de personnages comiques, (Martial et Dominique dans "Mile de l a F a i l l e " et meme Desgrais dans "La Chambre Ardente"). Les basses classes ne sont done pas tres nettement dessinees dans l e drame historique; malgre c e l a , dans ce genre, l e hut est sans aucun doute de f l a t t e r cette "superbe attendrie du peuple" qui s'avise que l ' h i s t o i r e , c'est l u i . Sous avons attendu jus q u ' i c i pour dire un mot a. propos de l a v e r i t e historique des personnages. E s t - i l besoin de signaler par des exemples precis que le s p e t i t s auteurs ont f a i t fort peu de cas des caracteres historiques de leurs personnages? Cela se voit clairement, crojons-nous, dans les pages precedentes. Meme lorsque l a ve r i t e . h i s - ' torique n'est pas completement t r a h i e , on ajoute au caractere quelque element f i c t i f qui ne cadre point avec les autres t r a i t s . Et puis, l e drame historique doit se horner forcement a. ne nous montrer que deux ou t r o i s cotes du caractere de ses personnages. La scene, d ' a i l l e u r s , ne comporte guere toutes les nuances que l'on peut mettre dans un r e c i t historique. C'est l a precisement une des plus grandes faiblesses du drame historique. •oo 129. Conclusion. Y a - t - i l ou n'y a - t - i l pas eu un drame historique a l'epoque romantique? Ayant complete" notre etude de 1'oeuvre des p e t i t s auteurs, nous ne voyons qu'une reponse a f a i r e : dans toute l a production theatrale de l a periode qui va de 1829 a 1843, on ne trouve pas un seul veritable drame historique. Et cela t i e n t a des causes profondes, d'ordre l i t t e r a i r e et sociologique, en meme temps. Lorsque l a Revolution de J u i l l e t eclata en 1830, on re-clamait depais longtemps l a l i b e r t e theatrale; "apres cette Revolution, d i t M. Kettement, (le theatre) eut l a licence II y avait dans 1'es-p r i t des auteurs une ivresse qui l e s entralnait a. tout oser, et les passions enflammees du public repondant a ces dispositions des poetes, le 1 parterre et l a scene se surexcitaient mutuellement." A cote de &&-bordements d'imagination effrenee,on trouve que l a politique des plus mauvais temps de l a Revolution devient, a cette epoque, l a poetique, non 2 seulement de M. Victor Hugo, comme d i t M. Kettement, mais de tout auteur dramatique. On j e t t e les yeux sur l ' h i s t o i r e ; on y c h o i s i t une grande renomm£e a immoler, une g l o i r e a. i n s u l t e r ; " l a r e l i g i o n et 1'autorite temporelle sont l i v r e e s au mepris sur toutes les scenes; l e clerge est 3 presente sous les t r a i t s l es plus odieux." Ainsi l e drame historique, 1. Histoire de l a l i t t e r a t u r e . T,II, p.177. 2. Op. c i t . p. 192. 3. Op. c i t . p. 178. 130. genre qui exige une i m p a r t i a l i t y totale de l a part de 1*auteur, a ete, pour a i n s i d i r e , noye sous un veritable deluge de p a r t i - p r i s . En outre, i l est incontestable que pour les p e t i t s ecrivains l a l i t t e r a t u r e devint un commerce dans lequel tout fut s a c r i f i e a l'ecoulement des produits; i l f a i l a i t a tout p r i x passionner l e public; a i n s i chez eux 1'interet historique se trouve toujours subordonne a 1'interet dramatique; de l a '-le manque de v e r i t e historique dans leur oeuvre. Mais i l s ne se sont pas contentes de v i o l e r l a verite historique; l a v e r i t e universelle est meme plus souvent s a c r i f i c e , ve-r i t e qui est, comme 1'avait bien d i t l e c r i t i q u e Gustave Planche, l a base de toute oeuvre dramatique. Car,a supposer que les romantiques aient pu douer leurs drames de passions et de sentiments "historiques" , auraient-i l s reussi a creer a i n s i une oeuvre dramatique qui nous interesse. Non, car une t e l l e piece s e r a i t aussi rebarbative, croyons-nous, qu'une piece e c r i t e entierement en l'ancienne langue franchise. II faut que ces sen-timents et ces passions "historiques" se joignent a des sentiments et des passions u n i v e r s e l l e s , avant que nous puissions les comprendre. Une chose est assez evidente, c'est que dans cette etude nous avons trace l'agonie plutot que l a vie d'un genre ( s i ce genre a vraiment e x i s t e ) , Ne de l a tragi-comedie du 16e s i e c l e , avec l e "Francois I I " du president Henault, c'est dans l a tragi-comedie que l e drame historique est rentre pendant l a periode romantique. Est-ce que les pieces i n t i t u l e e s drames historiques, qui ont devance l e "Henri I I I et sa Cour" de Dumas ont plus de valeur que c e l l e s qui 1'ont s u i v i ? Est-ce que 131. l'eeole du bon sens, par qui, selon Vinet, " l a couleur locale est bien 1 mieux comprise que par les romantiques" , a i n f l u e sur les drames h i s -toriques que continuera a. e c r i r e , par exemple, un Paul Foucher? Ce sont des questions q u ' i l s e r a i t interessant de resoudre. 1. Cite par M. Souriau: Histoire du Romantisme, T.II, p. 228. Bibliographie 133. Bibliographie. La bibliographie qui suit se divise en t r o i s parties: T 0 -L : Instruments bibliographiques. 2° : L i s t e de drames historiques parus entre 1829 et 1843. 3° : Ouvrages consulted. Nous avons commence notre l i s t e de pieces avec "Henri I I I et sa Cour" et l'avons porte jusqu'a l a premiere des "Burgraves", de sorte que l e nombre de drames historiques parus en 1829 et en 1843 n'est pas au complet, Nous indiquons d'un x les pieces que nous avons lues; c e l l e s qui se trouvent dans l e "Magasin Theatral" (Marchant; P a r i s , 1846) sont marqueds du numtiro du volume. Le Catalogue de l a B i b l . Nat. nous a souvent aides a trouver les dates de l a plupart des premieres represen-tations. Instruments bibliographiques: 1. Jacob (P.L.) B i b l i o p h i l e : Bibliothlque dramatique de Monsieur de Soleinne, Paris 1843. 2. Lanson, G.: Manuel bibliographique de l a l i t t e r a t u r e franchise moderne, Paris 1921. 3. Thieme, Hugo P.: Guide bibliographique de l a l i t t e r a t u r e franoaise de 1800 a 1906. P a r i s , 1907. LISTE DES PIECES. 1828 t T A n m ! r>Arrr T - r - . r x v . i . a . . x reju au second Th.-Pr.et 1. JACOB, PAUL L., La Marechale d'Ancre . . d r . h i s t . , 5 a., V.C23J arrete par l a censure. 134. 1829 1. DUMAS, A., Henri I I I et sa Cour dr. h i s t . 5 a. pr. Th.-Fr. 2. SOUL IE", FREDERIC, Christine a Fontainebleau 5a. vers.(21) Odeon 11 fev. 13 oct. 1830 x 1. HUGO, V., Hernani 5 a . , vers. Th.-Fr. 2. DUMAS, A., Christine ou Stockholm Odeon Fontainebleau et Borne, 5 a.,vers. 25 f§v. 30 mars 3. BOURGEOIS ET CORNU, Napoleon 3 parties. Ambigu-Comique 14 oct. 4. DUPEUTY ET REGNIER, Napoleon, ou Schoenbrunn Porte- 20 oct. et Sainte-Helene, dr. h i s t . , Saint-Martin 2 par t i e s , 9 tab. 5. DESNOTERS ET MALL IAN, L»Abbesse des Ursulines ou Odeon 6 nov. Le Proces et l a Mort d'Urbain Grandier, 3 a . , pr. 6. FOUCHER, Tseult Bimbaud dr. h i s t . 4 a*, vers. Odeon 17 nov. 7. CLAIRYILLE AINE, Quatorze ans de l a vie de Luxembourg 23 nov. Napoleon, ou B e r l i n , Potsdam, P a r i s , Waterloo et Sainte-Helene, dr. h i s t . 3 a., 7 tab. 1831 1. DUMAS, A., Napoleon Bonaparte ou Trente Ans Odeon de l ' H i s t o i r e de France, 6 a . , 23 tab. pr. 10 Jan. 2. BLANCHARD ET MAILLAN, Camille Desmoulins ou Th.-Fr. 18 mai. Les P a r t i s en 1794, dr.his t . 5 a., pr. 135. 1831 3. BENJAMIN (AFTIER) ET Mile de l a V a l l i l r e et Mme Ambigu- 21 mai AUGUSTIN LAGRANGE. de Montespan, dr. h i s t . , 3 a. Comique pr. 4. VIGNY, A. de La Marechale d'Ancre Th.-Fr. 25 j u i n . 5 a., pr. 5. AEKOULD ET F0URNI1R, L'homme au masque de f e r , Odeon 3 aout 5 a., pr. 6. HUGO, V., Marion Belorme Porte-Saint-Martin 11 aout 5 a., vers. x 7. DUMAS, A., Charles VII chez ses grands vassaux Porte- 20 oct. 5 a., vers. (2) Saint-Martin x 8. FONTAN ET DUPEUTY, Le Proees du marechal Ney, non represents au dr. h i s t . , 4 tab.(7) Theatre des Nouveautes l e samedi,22 octohre,1831,par defense de l ' a u t o r i t e supe-rieure. 9. LATOUCHE, H. DE La Heine d'Espagne Th.-Fr. 5 nov. 5 a . , vers.• 10. ESCOUSSE, V., Pierre I I I Th.-Fr. 28 nov. 5 a., vers. 11. ANGLEMONT ET MURET, Paul I e r Ambigu-Comique 27 dec. dr. h i s t . 3 a., pr. 12. BOHNIAS, HENRI, Le 9 Thermidor, ou non represent^ dec. La Mort de Robespierre, dr. h i s t . , 3 a . , pr. 13. REGNIEH-DESTOURBET Charlotte Corday, Th.-Fr. 5 a., pr., 14. PELISSIER, Medic i s et Machiavel, Odeon 3 a*, vers. 15. BENJAMIN (ANTIER), Joachim Murat, Ambigu-Comique THEODORE(EE1ZEL) ET 4 a. , pr. ALEXIS {DE eOMBBROUSSl) 16. BAHTHE'LEMY(THOUIN), Madame Lavalette, Varietes BEUNSWICK(LHERIE ATNE) dr.hiSt., 2 a., pr. ET LHiRIE. 136. 1832 1. LOCEROY ET BADOI, Dh duel sous l e cardinal de Richelieu, 3 a., pr. x 2. DUMAS ET GAILLARDET, La Tour de Nesle Vaudeville 9 a v r i l . 5 a., 9 tab.,pr. Porte-Saint-Martin. 3. PONTAN, DUPEUTY, ET ADER, Le Barbier du r o i d' Varietes Aragon, 3 a . , (8) 4. BOURGEOIS ET LOCKROY Perinet Leclerc, ou Porte-Saint-Paris en 1418, 5 a . , pr. Martin. x 5. LOCKROY ET 2RN0ULD, Les jours gras sous Vaudeville Charles IX , dr. h i s t . , 3 a., pr.(9) 6. LESGUILLON, J . , 7. HUGO, V., 8. D'ORMOY, 9. DUBOIS, Aoust, 1572, ou Charles IX Pantheon 2 Orleans, dr. h i s t . , 4 a.,vers. Le r o i s'amuse Th.-Fr. 5 a., vers. La Mort du Roi de Rome Pantheon pr. Notre-Dame de Pa r i s , Delaissements-3 a., 7 tab., pr. Comiques. 29 mai 21 j u i l l , 2 nov. 8 nov. 20 nov. 22 nov. 1833 1.DESN0YER ET RAIMBAUT, Diane de P o i t i e r s ou Pantheon Deux Fous et un r o i , 3 a.,pr. 2. HUGO, VICTOR, 3. BERAUD, 4. MELESVILLE ET BAYARD. 5. HUGO, ¥., Lucrece Borgia, 3 a., pr. Porte-Saint-ffiartin. •Th.-Fr. Guido Seni, 5 a . , vers. x 1. La Chambre Ardente Porte-Saint-5 a., 9 tab.,pr.(8) Martin Marie Tudor 3 journees, pr. Porte-Saint-Martin 3 jan. 2 fev. 6 fev. 4 aout 7 nov. 1. J u l i e t t e Drouet a p r i s l e role de Mile de Montalais dans Q_e_ drame, ce qui n'est pas signale dans l e l i v r e de M.Barbier, n i dans ceux de Barthou et de Fleisehmann. 137. 6. MARNOTTE, Ph. Louis XVT dr. h i s t . 5 a., 6 tab. pr. 1834 1. BOURGEOIS 2. DUMAS, A. 3. LOCKROY ET BOURGEOIS 4. LAFONT, C. 5. ROSIER 6. MUSSET, A.de 7. MAILLAN 8. HARRIOT,JOHN 9. LEBLANC 10. BRUGUE, J . 11. J. B, La Yenitienne 5 a., 8 tab, pr. x Catherine Howard 5 a., 8 tab., pr. ( 5 ) L'Imperatrice et l a Juive 5 a., pr. La Famille Moronval 5 a., pr, Charles IX 5 a., pr, Lorenzaccio 5 a., pr. Les dernieres scenes de l a Fronde, 3 a., pr. Napoleon dr. p o l i t . et h i s t , 5 a. Jane Grey 3 a., 5 tab., pr. Urbain Grandier dr. h i s t . g a. (Dijon) Pierre l e Grand Porte-Saint-Martin Th.-Fr. 18 mars 2 j u i n 22 j u i l l e t 6 oct. pr. Bexaissements-Comiques 1835 1. BOURGEOIS ET MAILLAN 2. FOUCHER ET BS LAVERGNE L.a Nonne Sanglante 5 a., pr. (4) x Le Transfuge 3 a., pr. (7) Porte-Saint- 17 fev. Martin " 28 fev. 138. Fleurette ou Le premier amour de Henri IV, x 3 a pr.(4) Angelo, tyran de Padoue t r o i s journees,pr., x Jeanne de Flandre 4 a. pr. (5) e Cromwell et Charles I 5 a., pr.(5) Ango 5 a., 6 tat)., pr, Jacques I I 5 a., pr. La Berline de 1'Emigre 5 a., pr. (5) Ambigu-Comique 11 mars Th.-Fr. 28 a v r i l Ambigu-Comique 9 mai x Porte-Saint- 21 mai Martin Ambigu-Comique 29 j u i n Th.-Fr. 13 j u i l l . Porte-Saint- 27 j u i l l . Martin 3. ALBEBT ET LABBOUSSE 4. HUGO, ¥. 5. FONTAN ET HEBBUT 6. DELMOUE, C. >7, PTAT, F., 8. TAWDEBBUBCK 9. MELESVILLE ET HESTIENM (ET BAUD0UI1 D'AUBIGIY) 10. DESKOYEB, FOUCHEB ET IE LAVEBGffi 1836 1. MALLEFILLE, F. 2. BOULE ET COBMON 3. BOUEGEOIS ET COBMJ 4. AICELOT 5. LEMOINE-MONTIGNY ET H. MEYSS Marguerite de Quelus (24 aout,1572) 3 a., pr. (7) Ambigu-Comique 24 aout x Les Sept Infans de Lara Porte-Saint- 2 mars 5 a., pr.(11) Martin x Le Prevot de Paris(1369) Galte 17 mars 3 a., pr. (7) x Helolse et Abeilard Ambigu-Comique 26 mars 5 a . , pr. (8) Le Comte de Horn ou Gatte 4 j u i n L'Agiotage en 1720, 3 a., pr. (8) Amazampo, ou l a Decouverte Ambigu- 21 j u i n du quinquina. 4 a., pr.(9) Comique 139. 6. BE BOUGEMONT La duchesse de l a Yaubaliere Porte-Saint-7. DESNOYER ET GEBAU(AUGER) 8. FOUCBEH ET AL30IZE 9. LAFONT, C. 5 a., pr. (9) Pierre l e Grand 5 a., pr. Christiemde Banemarck 3 a., pr. (9) x Francois J a f f i e r 5 a., pr. (10) Martin Ambigu-Comique Gat to" Porte-Saint-Martin 25 j u i n 23 j u i l l 25 aout 27 oct. 1837 1. BOURGEOIS ET DEOTERY Le P o r t e f e u i l l e 5 a . , pr. (13) 2. MALLEFILLE, F. Le Paysan des Alpes' 5 a., pr. (12) Porte-Saint-Martin Galte" 3. LOCKROY ET ARNOULD La V i e i l l e s s e d'un grand Th.-Fr. r o i . 3 a. pr. (12) 4. DELAHAYE, G. 5. LAFONT, 0. 6. FOUCHER, P. 7. BERAUD, A. 8. MAILLAN ET LEGOYT 9. FOUCHER IT ALBOIZE San P i e t r o , d i t Bastelica Delaissements-ou La Nuit Infernale. dr. h i s t . Comique8 3 a., 4 tab. x Le Chef d'oeuvre inconnu Ea.-Fr. 1 a., pr.(13) Jeanne de Naples 5 a., pr. (13) Le Gars 5 a., pr. (13) x Thomas Maurevert 5 a., pr.(14) L ' O f f i c i e r bleu 3 a., 2 epoques, pr.(l4) Porte-Saint-Mart i n Ambigu-Gomique 10. DESNOYER, BQULE* l i t a l'Espagnole ET BE BOUIN 4 a., pr. (14) Porte-Saint -Martin 7 mars 25 mars 28 mars 10 mai 17 j u i n 17 j u i n 23 j u i n 4 oct. 1 4 oct. 17 oct. 1. Remarquer que cette piece et c e l l e qui l a precede ont 6te presentees l e meme jour et sur l a meme scene. 140. 11. BOUCHARDY, J. 12. ROSIER 13. FOUCHER, P. 14. LESGUILLON ET LABROUSSE Longue-Epee l e lormand 5 a., pr.(l4) Maria P a d i l l a , chronique espagnole, 3 a., (18) Ambigu-Comique Vaudeville Guillaume Colmann, ou Porte-Saint-Les Deux Guides, 5 a., pr. Martin Le General Marceau dr. h i s t . , 3 a., pr. Porte-Saint-Ant oine er 1 dec 9 dec. 23 dec. 1838 1. ROUGEMOKT, B. DE Charles-Quint et Francois i e r Porte-Saint- 22 Jan. Martin 2. COBNU ET HYACINTHS L'Sieve de St.-Cyr (DE LATOUCHE) 5 a., pr. (15) 3. SOUVESTRE, E. 4. FILLION ET JOUSSERANBOT 5. ROMAND 6. BOUCHARDY, J . 7. DUMAS, A. 8. HUGO, Y. 9. FOUCHER, P. L'Interdiction 2 a., pr. (15) x Lord Surrey 5 a., pr,(16) Ambigu-Comique 30 jan. Gymnase 10 mars Galte Le Bourgeois de Gand, ou Le Secretaire du due d'Albe, Odeon 5 a., pr. Le Sonneur de Saint-Paul 4 a., pr. (18) Paul Jones 5 a., pr. Buy Bias 5 a . , v. Le Jour de Paques (1018) 3 a., pr. Gaite Pantheon Renaissance 17 mars mai 2 oct. 12 oct. 8 nov. Ambigu-Comique 13 dec. 10. DURAND DE YALLEY, Jouvenel des Ursins, ou Dela/ssements-E.(GAUTROT, d i t ) La Prevote de Paris en 1338, Cbmiques dr. h i s t . , 3 a . , pr. 141 1839 x 1. BOURGEOIS ET DKNNEBY Jeanne Hachette, ou Le Siege de Beauvais, 5 a., 6 parties,pr.(18) x 2. FOURNIER ET ARNOULD Claude Stocq Porte-Saint-4 a., pr. (18) Martin Ambigu-Comique 7 jan. 3. ROSIER 4. MALLEFILLE, F. 5. DUMAS, A. 6. DUMAS, A. 7. DESNOYERS ET x Le Manoir de Montlouvier " 5 a., pr. (19) Tiegault l e Loup 5 a., pr. L'Alchimiste 5 a . , v. Mile de B e l l e - I s l e 5 a., pr.(19) Th.-Fr. 8. HALEVY (LE'ON I f BUY) La Madone 4 a., pr. (22) Porte-Saint-Martin 9. FOUCHER ET BERT RET Le Pacte de Famine w dr. h i s t . , 5 a., pr. 10. FOUCHER ET ALBOIZB Les Chevaux du Carrousel, Gatte ou Le dernier jour de Venise , 5 a . , pr.(21) 11. BOUCHARD?, J . 12. SOULli ET DEHAY 13. HALEYY, L., ET CORMJ Le P r o s c r i t 5 a., pr. (21) Renaissance 14. DUMERSAI ET BERAUD Napoleon, dr. h i s t . , 4 par t i e s , 5 tab. 11 Jan. 11 fev. Ambigu-Comique 25 mars Renaissance 10 a v r i l 12 a v r i l Le Naufrage de l a Meduse Ambigu-Comiaue 27 a v r i l 5 a., pr. (20) 14 mai 17 j u i n 14 sept. Christophe l e Suedois Ambigu-Comique 29 oct. 5 a., pr. (21) 7 nov. Le Chateau de Saint- Ambigu-Comique 6 dec. Germain, 5 a., pr.(22) 14S. 1840 1. LEMOINE, G, Les Prussiens en Lorraine, ou Galt6 14 mars L'honneur d'une mere, 4 a . , pr.(22) x 2. DINAUX ET LEMOINE L'Abbaye de Castro Ambigu-Comique 4 a v r i l 5 a., pr.(22) x 3. POUJOL Le Chateau de Verneuil Gaft<§ 30 j u i l l . 5 a., pr.(23) 4, BOUIN, CHABOT DE Paula ET BOULE 5 a., pr.(24) 5. BERAUD ET BROT 6. BOUCHARDY, J. 7. FOUCHER ET Dl LAVERGNE Edith, ou La Veuve de Southampton, 4 a . , pr.(24) Lazare l e Patre 4 a., pr.(24) Le Comte de Mansfeld 4 a., pr. Ambigu-Comique 10 oct. Gaite 31 oct. Ambigu-Comique 7 nov. Porte-Saint- 3Q nov. Martin 1841 1. LALOUE ET LSBROUSSE 2. ARNOULD ET FOURNIER 3. DAUTHEVAUX 4. DUPEUTY ET MAILLAN 5. EOSIEH 6. BOURGEOIS ET ALBOIZE 7. LAFONT ET PARFAIT Le Dernier Voeu de l'Empereur Cirque- 9 jan. 5 tableaux. Olympique x La Fete des Fous Renaissance 6 fev. 5 a., pr. (25) La Peste de J a f f a , ou Dela/ssements- 22 fev. ^ Les Frangais en Egjpte, 3 a., Comicfues pr. x Le Perruquier de l'Empereur Porte-Saint- 20 mars 5 a., pr. (25) Martin Zacharie 5 a., pr. (25) x Jacques Coeur 4 a., pr. (25) Fabio l e Novice 5 a., 6 tab., pr.(25) Renaissance 3 a v r i l . Ambigu-Comique 4 mai. n " 5 Juin 143. 8. BERAUD ET BROT La Lescombat 5 a., pr.(26) 9. DELANOUE, C. MatMeu Luc* 5 a., v. (26) Ambigu-Comique 18 sept. Odeon 28 oct. 10. LALOUE ET LABROUSSE Murat 3 a . , 14 tab., pr.(26) Cirque-Olympique 30 oct. 11. BOURGEOIS, E. Jeannic l e Breton x 12- FOUCHER ET ALB0I2E La Voisin 5 a., pr.(26) J.D., 15. BERTRAHD, L 16. CSESSOT, E. Les Premiers P u r i t a i n s , 3 a . , v. O l i v i e r Cromwell dr. h i s t . , 5 a . , v. Jeanne d'Arc 5 a., pr. Porte-Saint- 27 nov. Martin Gafte 13. VERNET, ALPH0N3F, La Comtesse de Leicester Luxembourg 4 a., pr. 14. GIMET IB JOULAN, Marie en Ecosse, ou Dijon 28 dec. 1842 1, DUMAS, A* 2. DESNOYERS ET LEHOUX, H. 4. MAILLAN ET DUTEUTRE 5. ROlvIAND, H. Lorenzino 5 a., pr.(27) Th.-Fr. 24 fev. La Plaine de Grenelle,1812, Ambigu-Comique 2 mars, 5 a., pr. (27) 3. BOUCHARDY, J . p£ris le Bohemien 5 a . , pr. (27) Les Brigands de l a Loire 5 a., pr.(27) Le Dernier Marquis 5 a . , pr. Porte-Saint-Martin 18 a v r i l Ambigu-Comique 29 a v r i l Th.-Fr. aout 144. 6. HOSTED? ET TAYERNET 7. LALOUE ET LABBOUSSE L'Auberge de l a Madone 5 a., pr. (28) Ambigu-Comique Le Prince Eugene et 1'Imperatrice Cirque-Josephine, 3 a., 14 tab., pr.(28) Olympique 18 oct. 17 dec. 1843 1. BOURGEOIS ET ALBERT 2. BOURGEOIS ET LEMOINE Madeleine 5 a., pr. (28) Mademoiselle de l a F a i l l e 5 a., 7 tab., pr. (28) Ambigu-Comique Gatte 7 Jan. 14 jan. 3. HUGO, Y. Les Burgraves Th.-Fr. 7 mars, 145. OUTRAGES CONSULTSS. LITRES. BERRET, PAULj Victor Hugo. P a r i s , 1927, B3UNETLEHE, FERDINAND: Les epoques du theatre frangais, (1636-1850). P a r i s , 1909 ( 7 e e d i t i o n ) . DBS GRANGES, CH.-M.: La Presse l i t t e r a i r e sous l a 'Restauration, (1815-1880). P a r i s , 1907, . An i l l u s t r a t e d history of French l i t e r a t u r e . Translated by Louise Morgan S i l l . P a r i s , 1921, DONNAY, MAURICE: Alfred de Musset. P a r i s , 1914. EVANS, JOAN et 3TUD33, PAUL: Saint Joan of Orleans. Scenes from the f i f t e e n t h century My s t i r e du Silge d'Orleans. Oxford, 1926, EVANS, DAVID-OWEN: Le drame moderne a, 1'epoque romantique. P a r i s , 1923, FAGUET, SMILE: Propos de Theatre. Paris(1903-1910), 5 vols. GAIFES, F.: Le Drame en France au XVI I I e s i e c l e . P a r i s , 1910, GAUTIER, THEOPHILE: Histoire de 1 'art dramatique en France depuis 25 ans. P a r i s , 1858. GUEX, JULES: Le Theatre et l a Societe franchise de 1815 a 1848. P a r i s , 1900, LANSON, GUSTAVE: His t o i r e de l a l i t t e r a t u r e franqaise. Paris,1898. Esquisse d'une h i s t o i r e de l a tragedie franqaise. ~ H e w York, 1920. LARRQUMET, GUSTAVE: Nouvelles etudes d'histoire et de c r i t i q u e dramatiques. P a r i s , 1899. Etudes de Critique dramatiqite. P a r i s , 1906. 146. LATREILLE, c.: La f i n du Tnettre romantique et Francois Ponsard, d'apres des documents i n e d i t s . P a r i s , 1899. LAUVRIERE, EKILE: Alfred de Vi*mv • q n vi a Q+ V 1 & l l y > s a V l e e t son oeuvre. Paris,1909. LI BRETON, ANDRE: Le Theatre romantique. P a r i s , 1923. MAIGRON, LOUIS: MARTINENCHE, ERNEST: Le Roman historique a l'epoque romantique. Essai sur 1'influence de Walter Scott. P a r i s , 1898. 1922. L'Espagne et le Romantisme francais, P a r i s , MATTHEWS, J. BRANDER:. French dramatists of the 19th century. Londres, 1882. MARSAN, JULES: MURET, THEODORE: NEBOUT, PIERRE: NETTEMENT, A. La B a t a i l l e romantique, P a r i s , 1912. 2 vols. L ' h i s t o i r e par le^theajre, 1789-1851. P a r i s , 1865. Trois volumes ( l e r ? 2 e m e et 3 e m e s e r i e ) . Le drame romantique, P a r i s , 1895. Histoire de l a l i t t e r a t u r e francaise sous l a Restauration. P a r i s , 1858, (Edition de 1876). PARI GOT, H. L. Le drame d'Alexandre Dumas. Pa r i s , 1898. JULLSVILLE, L. PETIT DE: Le Theatre en France. Histoire de l a l i t t e r a t u r e dramatique depuis ses origines jusqu'a nos jours. 7 e e d i t i o n . P a r i s , 1908, SCELEGEL, AUGUST WILHELM YON: Leatures on dramatic art and l i t e r a t u r e . Translated by John Black, 2nd. ed. revised "by Rev. A.J, W. Morrison, London, 1914, SOURIAU, MAURICE: De l a Convention dans l a tragedie classique et dans l e drame romantique. P a r i s , 1885, La Preface de Cromwell, P a r i s , 1897. Histoire du Romantisme en France, P a r i s , 1927. 2 vols. SOUBIES, A. STAEL, MADAME IB: Une premiere par jour. P a r i s , 189-Nouvelle edition. Oeuvres completes. P a r i s , 1820. Tome IY: De l a l i t t e r a t u r e . Tome X: De l'Allemagne. 147. TROTAIN, MARTHE: M I S S , J . - J . Les Scenes h i s t o r i q u e s . Etude du theatre l i v r e s a u a a l a v e i l l e du drame romantique. P a r i s IS Bryn^Mawr College Monographs. Monograph s e r i e s ^ Le drame h i s t o r i q u e et l e drame p a s s i o n e l 1894. ^ u i e i l P a r i s , PERIODIQUES. AlfONYME: Le Bourgois de Gand. B.D.M. Beprise de " l a Marechale d'Ancre". j u i l l e t , 1840. , er 1 j u i n , 1838, B.D.M. i er .ASSE, EUGtNE. Les P e t i t s B 0 f f i a n t i q u e s . B u l l e t i n du B i b l i o p h i l e , l B 9 9 , BBAlfDES, GEOBGE: Main Currents, v o l . 5 , p P.339-356. DSLCOUBT, JOSEPH: DESSALLES-REGIS: DOUMIC, BENS': DES sssxjrrs , E. GLAESENER, HENRI: GLOVER, HALCO'TT: LABITTg, CH,: "Shakespeare & the French mind". Nineteenth century. Vol.79 (June,1916), pp.1259-79. Casimir Delavigne. L'oeuvre.du Romantisme au t h e a t r e , p. 923. 15 aout, 1840. R.D.M., 1902, Les Romantiques o u b l i e s : A. Soumet. R.3,, 1901. T. XVI, p. 305-310. La m a l e d i c t i o n p a t e r n e l l e dans l e the a t r e romantique et l e drame f a t a l i s t e allemand. Revue de l i t t e r a t u r e compared. Vol'.10( janvier-mars, 1930) p.41-73. On H i s t o r i c a l p l a y s . The E n g l i s h Review, Vol.33-p. 488-90, Dec. 1921. , er LARBOUMET : LE BOY, ALBEBT: Raynouard. B.D.M, l r f e v r i e r , 1837, Lemercier. R.D.M. 15 f e v r i e r , 1840, Casimir Delavigne. R.C.C., j u i l l e t , 1893. Le Theatre et l e s moeurs au temps du Romantisrae (Henri I I I et sa Cour). B.B. Tome X I X (4 e s e r i e ) , l e r a v r i l , 1903, p. 435. 148. HIGHEST, CHARLES: MAIGRON, LOUIS: MAJOR, CHARLES: OLIVER, KATHLEEN: Les Burgraves. R.D.M. 15 mars, 184-3, D l ^ a o u t i e i r 9 0 3 U R0ma"L i SR ie' K.B, T.XX{4e serie) x aout, 1903, pp. 168 et 207, ''nX ^ ) h i ^ ° r ^ ^os^erf 3crloner's magazine IA. Y. J V o l , 2 7:pp.753-61{June,1900). Theatre of the French R e v o l u t i o n , Vol.30 (1919, D e c. ) p p . 6 0 8 _ 1 3 . Poet Lore, BLANCHE, G. Angelo M a l i p i e r i . R.D.M. La V i e i l l e s s e d'un grand r o i . l e r mai, 1835, R.D.M. (avril-,1837). Du Theatre moderne en France. R.D.M. (15 mai,1837). S.D.M.; t,16, Buy B i a s ; drame de V i c t o r Hugo. (15 nov.1838) p. 532-548, Prosper Merimee. R.D.M. (15 sept, 1854). RIGAL, E. ROSIERES, BAOTJLi SAINTE-BEUVE: La Mise en scene dans l e s tr a g e d i e s du XVI e s i e c l e , R.H.L. Tome XII(1905) pp.1-50 et 203-226. Le Romantisme au thea t r e avant l e s Romantiques. A r t i c l e dans l a R. d'H. L. 1915, pp. 1-31. R.B. T. 54,p.716 Shakespeare sur nos t h e a t r e s . (30 nov. 1889.) M m e de 3TA§L. R.D.M. (l«r e t 1 5 ^ 1 8 3 5 ) < R.D.M, • 15 a v r i l , 1839. m 1 1 6 de B e l l e - I s l e . P i e r r e Lebrun. R.D.M. 15 Jan. 1841, SEE, HENRI: TEXTS, J . : TSEVELYAN, G.M.: UHL, LEON: Le "Cromwell" de V i c t o r Hugo et l e Cromwell de l ' h i s t o i r e . Mercure de France. Vol.200, pp.5-17 (15 dec.1927) L'Influence allemande dans l e romantisme f r a n c a i s . R.D.M. l e r dec. 1897 (t.144). p. 606. H i s t o r y & L i t e r a t u r e . 125 (October,1924). Yale Review. Vol.14,pp.109-Un Thettre n a t i o n a l en France. Paul Fort et l e s Chroniques de France. Mercure de France. Vol.198,OD.532-51. (15 sept., 1927). 149. VIGUTE, PIERRE: La couleur locale au theatre. Mercure de France Vol.199, pp. 606-618 (15 nov. 192 7). •00 Table des Matieres. Avant Propos PP. l - i i , Premiere Partie Chap, I e r Chap. I I Chap. I l l Chap. IY Deuxieme P a r t i e er Chap. I Chap. I I Chap. I l l Chap, nr Qu*est-ce que c'est qu'un drame historique? Les sujets historiques au theatre avant I'epoque romantique. La theorie du drame historique a 1'epoque romantique, et l a conception qu'ont eue de ce genre les grands romantiques. L"'historique" du drame historique; etude generale du genre. La v e r i t e historique Les epoques Les personnages et les i n s t i t u t i o n s Conclusion 3. 42. 56, Bibliographie 70. 88. 103. 129. 133. 00' 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0093679/manifest

Comment

Related Items