UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Charles Baudelaire et la pensee litteraire d'Edgar Allan Poe Plant, John Frederick 1967

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
UBC_1967_A8 P5.pdf [ 4.27MB ]
Metadata
JSON: 1.0093649.json
JSON-LD: 1.0093649+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0093649.xml
RDF/JSON: 1.0093649+rdf.json
Turtle: 1.0093649+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0093649+rdf-ntriples.txt
Original Record: 1.0093649 +original-record.json
Full Text
1.0093649.txt
Citation
1.0093649.ris

Full Text

CHARLES BAUDELAIRE ET LA PENSEE LITTERAIRE D'EDGAR ALLAN POE by JOHN FREDERICK PLANT , B.A., University of British Columbia, 1965 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in the Department of FRENCH We accept this thesis as conforming t o the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA April, 1967 In presenting t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree that che L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r reference and study. I f u r t h e r agree that permission f o r extensive copying of t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by h i s representatives. I t i s understood that copying or p u b l i c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l gain s h a l l not be allowed without my w r i t t e n permission. Department of The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia Vancouver 8, Canada ABSTRACT The purpose of this thesis is to consider the extent to which Edgar Allan Poefs literary thought influenced Charles Baudelaire, Chapter one wi l l explain when and how Baudelaire became acquainted with the works of the American writer 0 It will be seen that from his f i r s t readings of Poe, the Frenchman was profoundly moved; he felt that he had discovered a nfrere spiritual." Baudelaire devoted almost seventeen years to the task of finding out a l l he could about Poe, writing articles about him and trans- lating many of his works, the latter resulting in what is often considered to be one of the finest translations in literature. In chapter two i t will be noted that there were many biographical affinities between the two writers, but that Baudelaire, in his articles on Poe, often emphasized the similarities and alluded only briefly to some of the basic i i . differences. This can be explained by the fact that the French poet was determined that he and Poe should resemble each other* However, i f the biographical similarities are often exaggerated by Baudelaire, the esthetic and artistic affinities offer a far more solid basis for comparison. Indeed, as chapter three will attempt to show, both poets shared many of the same precepts governing poetry, such as the ideal length of a poem, the role of music in verse, and the primordial importance of poetry in the l i f e of mano Early critics tended to attribute these similarities to Poefs influence on Baudelaire. Nowadays, however, scholars tend more to ascribe this somewhat unique literary phenomenon to common influences working indepen dently on the two poets. The general consensus is that Baudelaire's esthetic and artistic outlook was almost completely formed before he became acquainted with Poe's works. A chronological examination of some of the French man's poems would appear to corroborate this theory. On the other hand, there are a number of poems which Baudelaire dedicated to a certain Madame Sabatier, in which may be seen ideas, images and even complete phrases which resemble Poe to such a degree that one is a l l but forced to conclude that they must result from Baudelaire's familiarity with the American's works. Chapter four i i i . discuss5some of the more outstanding similarities which occur in this group, known as the "cycle de Madame Sabatier." In conclusion, i t may be said that, with the exception of the Sabatier poems, Poe did not transform Baudelaire's fundamental literary outlook and added nothing to his genius. On the other hand, and of the utmost importance in a man of Baudelaire's somewhat unstable make-up, the French man saw in his idol a kind of vindication of his own ideals and derived from him a certain faith in the value of his own genius* Approved as abstract: CONTEND" Abstract . . . . . . . . i . Introduction . . . . . l o Baudelaire "dicouvre" Poe: ses impressions, ses traductions 6* Les affinit6s biographiques entre Poe et Baudelaire . . . . . . . 14. Les affinity's esthltiques entre Poe et Baudelaire • • • • • • • 26. Le cycle de Madame Sabatier • • • 49• Bibliographie . 71. Appendice I . . . . . . . • . . . . . . . . • 76. Appendice II . . . . . . . . . . • £6. INTRODUCTION Dans les rapports entre Charles Baudelaire et Edgar Allan Poe, la question de la date de la premiere parution des ouvrages du poete ame'ricain demeure assez obscure0 De nombreuses dates ont et6 suggerSes allant de 1641 jusqu'a I646, l'ann&e ou parut la premiere traduction de Poe par Charles Baudelaire De nombreux journaux et revues ont 6te* citls comme ayant publi^ les premiers des traductions de Poe; parmi eux le Charivari en 1641, le Quotidien. egalement en I64I , la Quotidienne en 16*46 et d'autres. Vers 16*46 la Revue  Francaise aurait publie un article chantant l'lloge de l'e'crivain americain<>2 On a soutenu, en plus,^ que Madame ^ II s ?agit de la Revelation Magngtique qui parut dans la Liberte de Penser en .luillet. 184o« 2 Voir Cambiaire, C.P», The Influence of Edgar Allan  Poe in France. Macon, Protat Freres, 1927, p. 25* ^ Ibid., p. Id. Isabelle Meunier a publie a Paris en 16%6 un livre intitules Les Contes d'Edgar Poe. Apres avoir fait des recherches minutieuses sur ce probleme, CP. Cambiaire^ a pu prouver que la plupart de ces allegations n'^taient que de pur mythe. II declare, par exemple, que le Charivari n'avait jamais mentionne le nom d'Edgar Poe^ tandis que l a Revue Francaise n'etait meme pas publie*e entre les ann6ea 1839 - 1$55»^ en outre, on n'a jamais pu trouver de traces du livre qu'aurait publie Madame Meunier. A la suite de ses recherches, Cambiaire affirme que: Poe appeared for the f i r s t time in France in 1845. The November issue, 18/^ 5, of the Revue  Britannique contained the Scarabee d'Or signed A.B. (Poe's Tales). The translation was accom panied by this note from the Director: Les Contea de M. E. Poe, Americain, dont nous avons voulu donner une idee aux lecteurs de la Revue Britan  nique ont Ite imprimis en un volume apres avoir paru successivement dans un magazine des Etats- Unis. 7 Une autre indication qui nous f a i t douter que Poe a i t pu paraitre en France anteVieurement a 1845 nous vient de Cf. Cambiaire, op. c i t . , pp. 13-37. Ibid., p. 30. Ibid., p. 25. Ibid., pp. 30, 31© Baudelaire lui-m&me. Nous savons que le poete francais a connu les oeuvres de Poe vers 1846 ou 1847. Or, s i en realite Poe avait deja paru en France en I84I, i l est peu vraisemblable que l*auteur des Fleurs du Mal ait ignore* son oeuvre jusquTen I846 ou I847, soit pendant cinq ou six ans* II faut pourtant constater que jusqu'au milieu du 2IXe siecle 1*attitude de la France envers la litteVature americaine £tait une indifference presque totale. Comment les oeuvres litteraires dfun pays alors si eloign^ et si dissemblable, soit par ses traditions, soit par ses ideaux politiques et culture Is, pouvaient-elles peWtrer un domaine aussi solidement etabll? Edgar Allan Poe a, en grande partie, commence lui-meme a transformer cette attitude* Car d£s 1845, quand pour la premiere fois i l fut r4vele/ au public 0 10 franpais, i l f i t une impression favorable© Dire que la totalite de la critique de Poe en France a cette epoque etait favorable serait sans doute une exageration. D*une facon glneVale, cependant, la France litteraire s'enthousiasma pour l'ecrivain americain, sTenthousiasma en effet, a un tel point '• . qufa un moment donne Edgar Cf* infra., p. 5, Lettre a Armand Fraisse* Voir note 7* Cambiaire, op. c i t . , p. 33* Allan Poe devait s V e r i e r , "Que de fois mes Merits sont passes entierement inapercus jusqu'a ce qu'ils eussent it9 reimprimes a Londres ou a P a r i s . n ^ Charles Baudelaire doit sans aucun doute Stre consider^ comme le chef de f i l e de ceux qui ont propage* 12 13 cet enthousiasme• Car s i E. Forgues, B. d'Aurevilly, J M. C a r t i e r ^ et d'autres ont consacre des articles aux merites de l'auteur americain, Baudelaire, l u i , a employ^ tous les moyens a sa disposition pour faire de Poe, qui, i l faut le dire, n*est regarde que comme un ecrivain de second ordre dans les pays anglo-saxons, un grand homme de lettres en France. L'impression ainsi creee, pendant de nora- breuses annees l a France litt£raire acceptait aveuglement les affirmations de Baudelaire dans lesquelles Poe figu r a i t comme " l a plus puissante plume de l'epoque,""^ ou^'un des plus beaux genies qui aient jamais existe'."^ D'autre part, quand Baudelaire f a i s a i t des declarations t e l l e s que "De Maistre et Edgar Poe m'ont appris a 1 1 Ibid., p. 15. 12 Revue des Deux Mondes. 15 octobre, 1846. ^ Cambiaire, op. c i t . , p. 46. 1 4 Ibid*, p. 47. ^ Wetherill, P., Charles Baudelaire et l a poesie  d'Edgar Allan Poe. Paris, Nizet, 1962, p. 9. 1 6 Ibid., 5. 17 raisonner," les critiques francais y voyaient de claires indications d'une influence trfcs importante exercee par lfAm4ricain. Peu a peujcependantjdepuis la mort de Baudelaire en 1#67i la critique francaise — grace peut-$tre aux rapports plus etroits avec celle des pays anglo-saxons — est arrived a une appreciation plus juste de la valeur litteraire des ouvrages d'Edgar Allan Poe. devolution d'une grande partie de la critique au cours des vingt derni&res annees n fa pas cesse de suivre la meme direc tion: 1* importance du roMe de Poe s'amenuise a. me sure que le nom de Baudelaire s'affirme comme genie poetique. Nous t&cherons done de tracer cette evolution, de voir ou en est le probleme Baudelaire - Poe a l'heure actuelle et de distinguer quelle part du legs baudelairien est due a 1'influence du poete americain. ' Baudelaire, C, Journaux In time 8. Paris Ores et Cie, 1919, p. 104. 6. I BAUDELAIRE "DECOUVRE" POE: SES IMPRESSIONS. SES TRADUCTIONS La correspondance de Charles Baudelaire nous apprend que c Test vers I846 que l'auteur des Fleurs du Mal connut Edgar Allan Poe* En 1858 Baudelaire adresse une lettre a Armand Fraisse: Je puis vous marquer quelquechose de plus singulier et de presque incroyable. En I846 ou 1^47, j'eus connaissance de quelques fragments dfEdgar Poe: j'eprouvai une commotion singuliere* Ses oeuvres completes n'ayant eta" rassemble'es qu'apres sa mort en une edition unique, j'eus l a patience de me l i e r avec des Americains vivant a Paris pour leur emprunter des collections de journaux qui avaient 6te dirig4s par Edgar Poe* Et alors je trouvai, croyez-moi s i vous voulez, des poemes et des nouvelles dont j'avais eu l a pensee, mais vague et confuse, mal ordonne'e, et que Poe avait su combiner et mener a l a perfection.. • 1 Dans Ferran, A., L'Esthetiaue de Baudelaire. Paris, Hachette, 1933, P» 157* En plus de la date de la premiere connaissance, cette lettre nous montre que sa "d^couverte1* a provoque chez Baudelaire une reaction immediate, une "commotion singuliere•*» Charles Asselineau, decrivant cette reaction affirme que: Des les premieres lectures, Baudelaire sTenflamma d'admiration pour ce glnie inconnu qui affinait au sien par tant de rapports. J'ai vu peu de possessions aussi completes, aussi rapides, aussi absolueso A tout venant, ou qu'il se trouvait, dans la rue, au cafe*, dans une imprimerie, le matin, le soir, i l allait demandant: 'Connaissez- vous Edgar Poe?' Et selon la reponse, i l Ipanchait son enthousiasme ou pressait de questions son auditeur. 2 Baudelaire ne s'intlresse plus qu'a son idole, son "frere spirituel."^ II veut le posseder, cela devient une obsession. II passe ses journees & se renseigner sur 1'Americain et a tacher d'acquerir la totalite de ses ecrits. II fouille les journaux et les revues de langue anglaise et i l correspond avec des bibliotheques britan- niques pour essayer d'obtenir les oeuvres de Poe. Son enquete visait egalement les Americains de passage a Paris, et i l se mettait facilement en colere si ceux-ci ne ^ Ibid., p. 158. ^ Crepet, E., Charles Baudelaire. Paris, Vanier, 1906, p. 93* 8. connaissaient pas son auteur ou s ' i l s ne partageaient pas l'enthousiasme qu'eprouvait Baudelaire pour son Alter Ego des Etats-Unis. Crepet affirme que: "Baudelaire ne pouvait plus penser qu'a Poe, parler que de Poe; l a gloire du conteur americain le souciait plus que l a sienne propre."^ Asselineau pour sa part raconte une anecdote qui montre 1'intolerance de Baudelaire envers ceux qui prenaient son h&Yos a l a legere: Je l ,accompagnaiNun jour a un hStel du boulevard des Capucines, ou on l u i avait signal! l'arrive'e d'un homme de lettres ameYicain, qui devait avoir connu Poe. Nous le trouvaraes en calegon et en chemise, au milieu d'une f l o t t i l l e de chaussures de toutes sortes qu'il essayait avec 1'assistance d'un cordonnier. Mais Baudelaire ne l u i f i t pas grace: i l f a l l u t , bon gre mal gre*, qu'il subit l'interrogatoire, entre une paire de bottines et une paire d'escarpins. L'opinion de notre hote ne fut pas favorable a 1'auteur du Chat Noir. Je me rappelle notamment qu'il nous dit que M. Poe e*tait un esprit bizarre et dont l a conversation n'etait pas dutout "consequioutive." Sur l'escalier, Baudelaire me dit en enfoncant son chapeau avec violence: — "Ce n'est qu'un Yankee I " 5 Des l a "possession" i l est normal que Baudelaire a i t senti le desir de traduire les oeuvres d'Edgar Allan Ibid., p. 93• Ferran, op. c i t . , p. 1 5 0 . Le terme est d'Asselineau. 9. Poe. L'on a soutenu de temps en temps que l'auteur des Fleurs du Mal a appris 1'anglais avec l a seule intention de traduire Poe. Cependant cela est une erreur. En veritS l a mere de Charles Baudelaire etait en partie d'origine anglo-saxonne, et son f i l s avait une connais- sance de l a langue des sa premiere enfance. Mais pour traduire les oeuvres de Poe i l l u i f a l l a i t l'apprendre a fond avec toutes ses nuances et ses s u b t i l i t e s . Pour accomplir cette tache Baudelaire ne se contentait pas de consulter simplement des livres et des dictionnaires anglais; i l cherchait egaleraent des compagnons anglo- saxons a Paris et s'entretenait avec eux pendant de longues heures. Eugene Cr4pet affirme a ce sujet que Baudelaire "demanda a l a pratique quotidienne de l a conversation un supplement d'experience; mais ce n'est pas dans les hautes classes que se conserve, dans son pitto- resque et sa saveur originale, le genie d'une langue: II prit longtemps pour conseil un tavernier anglais de l a rue de Riv o l i , chez lequel i l a l l a i t boire le whiskey et l i r e le Punch en g compagnie de grooms du faubourg Saint-Honor!* ' Cambiaire, op. c i t . , p. 96. "It w i l l suffice to add that i t i s not true, as some c r i t i c s have claimed, that the Frenchman learned English for the sole purpose of trans lating Poe.", Cr6pet, op. c i t . , p. 94* o . 7 Crepet cite Asselineau. 10. Ce n'est point l'e'loge qui manque aux traductions de Baudelaire. Gomme le fait remarquer C P . Cambiaire: "It is needless to say that Baudelaire put his whole heart and soul in his translation of Poe, which the Encyclopedia  Britannica justly calls: 'One of the most accurate and bri l l iant translations in l i terature . 1 "^ Cette declara tion ne parait guere surprenante si l'on songe k 1'effort et a la devotion avec lesquels le poete francais poursui- vait sa tSche. Le soin qu' i l apportait a ses traductions est souligne* par 1'anecdote racontle par Crepet: Un jour, le voyant se creuser la tSte a propos d'un detail d'orientation, j'eus le malheur de le plaisanter sur sa rigueur d'exactitude. — Eh bienI d i t - i l en relevant la t § t e , et les gens qui lisent en suivant sur la carte I 11 De toute apparence, Baudelaire n'a jamais travai l l l d'une maniere plus acharnee que lorsqu'i l traduisait Edgar Allan Poe. En effet, Gonzague de Reynold soutient que: "Baude laire mit a ces traductions au moins autant de zele, de Cambiaire, op. c i t . , p. 97. Crepet, op. c i t . , p. 94« 11. scrupule artistique et d'amour qu'a ses propres oeuvres. La grande valeur de ces traductions est incontestable. La probit6 et 1'excellence intrinseques qui caracterisent la reproduction d'Edgar Poe en langue francaise sont des plus admirables. Certains critiques estiment la version franchise a un tel degre qu'ils preferent y voir une oeuvre presque originale. Reynold, notamment, Merits • II faut en effet considerer (les traductions) ou peu s'en faut comme un original, tant le traducteur s'est assimile a. Poe, tant i l l'a pour ainsi dire recr^l. En ce sens elles sont autant de chefs d'oeuvre. 13 Arthur Patterson affirme de meme: Baudelaire a p£nltre' d'une faeon si intime la pensile et le style d'Edgar Poe que ses traduc tions font sur nous 1'impression meme d'un original. 14 11 va sans dire que ce qui importe avant tout dans une traduction est la fidelite, dans le vocabulaire, bien sur, mais egalement, et plus important peut-etre, dans 1 2 Reynold, G., Charles Baudelaire. Paris, Ores, 1920, p. 274. 1 3 Ibid., p. 276. 1 4 Ibid. 12. 1'atmosphere et dans la pensee rendues. Selon Patterson, les traductions de Baudelaire atteignent admirablement ce but, et i l ajoute qu'elles satisfont un ideal ainsi exprime par Edgar Poe; Lfimpression que doit faire la version de 1'original sur le public a qui elle s'adresse, doit etre identique a celle que fait 1'original lui-meme sur ses propres lecteurs. 15 L'on comprend facilement les difficultes qui devaient confronter Baudelaire si l'on songe a la complex!te, a l'obscurite meme, qui caracterisent souvent les ecrits d'Edgar Allan Poe. CP. Cambiaire affirme que: "The merit of Baudelaire is so much the greater for the fact that Poe is not easily translated into French." Et, poursuit-il, "It did not take the French poet very long to find that out."^ Baudelaire lui-me'me souligne certains des problemes qu'il a rencontres: II faut bien surtout suivre le texte l i t t e r a l . Gertaines choses seraient devenues bien autrement obscures s i j'avais voulu paraphraser mon auteur, au lieu de me^tenir servilement a la lettre. J'ai prefeVe faire 1 5 Ibid. ^ Cambiaire, op. c i t . , p. 98. du francais penible et Parfois baroque et donner dans toute sa v e r i t l l a technique philosophique d'E. Poe. 17 Malgre ces difficulte's, et les quelques bevues qui en resultent, Baudelaire a f a i t un ouvrage de valeur. Ce qu'il faut faire avant tout, c'est considerer l a qualite de ce t r a v a i l dans son ensemble. Mors on constatera, comme l'affirme Gonzague de Reynold parmi tant d'autres: Jamais l a prose de Baudelaire, pourtant s i belle, n'a su rendre, en restant toujours simple et c l a i r e , des pensees aussi subtiles, des sentiments aussi profonds, des^sensations aussi rares, une s i mysterieuse poesie. Id ^ Ibid., p. 98, Cambiaire cite Seylaz. Reynold, op. c i t . , p. 276. 14. II LES AFFINITES BIOGRAPHIQUES ENTRE POE ET BAUDELAIRE L'enthousiasme qu'eprouvait Baudelaire pour Poe s'explique en grande partie par l e f a i t que le Francais s ' i d e n t i f i a i t avec 1 TAmericain a bien des egards. Baudelaire voyait en Poe une sorte d'alter ego qui avait raene une existence semblable a l a sienne, qui avait £te eleve dans le luxe, qui sentait que seule l a litterature pouvait satisfaire a ses ambitions, qui aimait avec devouement l a femme qu'il appelait sa mere, qui etait fidele a l a femme de son choix. Mais par-dessus tout i l voyait en l u i l'homme qui etait un paria de l a socie'te a cause des reves d'une beaute etheree grace auxquels i l esperait bannir l a realite sordide qui l^entourait. Bien que dans l a correspondence de Baudelaire nous ne trouvions guere d'allusions aux af f i n i t e s d'ordre purement biographique entre les deux ecrivains, P.M. Wetherill propose une explication de ce f a i t : 1 5 . ... Baudelaire etait un timide et un cachotier. Toute sa vie en tlmoigne. II craignait trop d'etre r i d i c u l i s ^ par ceux qui 1'entouraient, i l etait trop avare de sa vie intime pour entre- prendre d'etablir ouvertement un parallele biographique. Or c'est justement dans les ^ Notices qu'il pouvait le faire sans danger. En effet, en lisant les Notices qui servent de preface aux Histoires Extraordinaires et aux Nouvelles Histoires  Extraordinaires, le lecteur sent que Baudelaire tache constamment de rapprocher son existence et celle de Poe. Baudelaire nous apprend que l a famille de Poe etait "une des plus respectables de Baltimore,"^ qu'a un jeune age i l fut adopte par un homme d'affaires opulent, M. Allan, 4 qu*il fut eleve dans l'aisance et "dans l'esperance legitime d'une de ces fortunes qui donnent au caractere une superbe certitude,"^ et que malgre' une intelligence "quasi miraculeuse"^ des problemes de discipline causerent son expulsion du college* Baudelaire f a i t allusion aux ^ Wetherill, P.M., Charles Baudelaire et l a poesie  d'Edgar Poe. Paris, Nizet, 1962, p. 20. II s'agit des articles intitules Edgar Poe. sa vie  et ses oeuvres. et Notes nouvelles sur Edgar Poe. ^ Baudelaire, Histoires Extraordinaires. Paris, ^ Calmann-Llvy (S.D.). voir Notice, p."ITI 4 Cf. Baudelaire, op. c i t . , p. 9. 5 Ibid. 6 Ibid., p. 10« 16. voyages de Poe, a ses premiers essais litteraires et aux probleraes pecuniaires qui l'accablerent a cause de ses editeurs ingrats et au public peu susceptible dfaccepter les nouvelles tendances qu'il avangaito Pourtant ceux qui connaissent la vie de Baudelaire s'apercevront que certains des evenements racontes dans les Notices servent a dlcrire l fexistence mSme de l'auteur des Fleurs du Mal.*^  L'ecrivain francais semble meme souligner dans l a vie de Poe les incidents dont les contreparties influerent sur lui de la facon la plus marquee. Ainsi nous lisons que la raort de Madame Allan, belle-mere du po&te ameVicain, "pour laquelle Poe semble avoir eprouve une affection reellement f i l i a l e " et le remariage subsequent de son pere adoptif constituerent des Evenements qui "devaient avoir les consequences les plus graves sur toute sa vie." 9 Ce qui explique peut-8tre pourquoi Baudelaire insiste longuement sur le guignon de Poe — ce manque de chance qui fait du poete "un de ces illustres malheureux, trop riche de poSsie et de passion, qui est venu, apres tant dfautres, faire en ce bas monde le rude apprentissage du genie chez ' Cf. Stuart, E., Charles Baudelaire and Edgar Poe. A Literary Affinity. Nineteenth Century, vol. XXXIV (July, 1893), PP« 65-80. , 8 Ibid., p. 11 9 Ibid. les ames inflrieures,""'"0 — c'est le fait que le poete frangais se classait dans cette meme categories Baude laire considere les nombreuses difficultls de toutes sortes que Poe avait a surmonter, et i l affirme que pour lui "la persuasion s'est faite qu'Edgar Poe et sa patrie n'&taient pas de niveau."^ Si Baudelaire fa i t de telles declarations c'est qu'il sent dans son for interieur que la meme chose vaut pour l u i , et tout en insistant sur le guignon de l'Am&ricain, le Francais se plaint en meme temps de son propre guignon. Dans une lettre du 23 decembre, 1865, 1'auteur des Fleurs du Mai a ecrit: "relativement au guignon dont je me plains...Je connais mes vices...malgre tout cela je soutiens que Paris n'a jamais 4t6 juste envers moi — que jamais on ne m'a paye en estime, non plus qu'en argent, ce qui m'e'tait du." De tels aveux soulignent;certes, un certain paralle'lisme dans la vie des deux hommes; mais i l s nous permettent aussi de voir combien Baudelaire a du eprouver une fraternit! spirituelle avec le poete ameYicain« Ce rapprochement, ce parallelisme, entre les deux e"crivains se precise lorsque Baudelaire considere leurs pays respectifs. Dans les Notices, le poete francais ^ Ibid., p. 5. 1 1 Ibid., p. 7. 12 * Wetherill, op. c i t . , p. 24* 18. etablit un parallele assez etroit entre le milieu social americain que frlquentait Edgar Poe et 1'atmosphere sociale de l a France, II voit les Etats-Unis comme un vaste enchevetrement industriel qui n'a d'autre but que le succes materielc "Le temps et 1'argent ont la-bas une valeur s i grande I" a f f i r r a e - t - i l 9 "L'activite materielle, exageree jusqu'aux proportions d'une manie nationale, laisse dans les esprits bien peu de place pour les choses 13 qui ne sont pas de ce monde." J Et comme le f a i t remarquer justement Wetherill: "Lorsque Baudelaire d6crit les Etats- Unis: 'une grande barbarie eclairee au gaz,' i l ne f a i t que repeter ce qu'il avait ecrit sur Paris a maintes reprises dans les Tableaux Parisiens et les Petits Poemes  en Prose . ..."^ La "grande barbarie" dont i l est question est empire'e pour Baudelaire, comme i l l'implique lui-mfime, tout comme pour Poe, non seulement par les critiques, parmi lesquels "des pedants qui valent bien les ndtres pour rappeler sans cesse 1'artiste a. l a beaute antique, pour questionner un poete ou un romancier sur l a moralite* de son but et l a qualite de ses intentions, mais egalement par l a socie'te antipoe'tique qui 1'entoure. Baudelaire, op. c i t . , p. 7. ^ Wetherill, op. c i t . , p. 22. Baudelaire, Nouvelles Histoires Extraordinaires. Paris, Calmarin-Le'vy (S.D.J. Voir Notice, p. fl 19. Bien des fois on remarque dans les Notices que Baudelaire semble exagerer ou meme tourner certains evenements de l a vie de Poe dans le but de se convaincre lui-meme d'une a f f i n i t e s p i r i t u e l l e . Car lorsque Baude la i r e a commence a s'interesser a Poe, i l traversait l'une des nombreuses periodes d i f f i c i l e s de sa vie. On trouve ii cette epoque dans les l e t t r e s ^ adressees a sa mere de nombreuses allusions au materialisms bourgeois, a l a mechancete des editeurs ainsi que des demandes constantes d'argent, et c'est en relevant et en excusant des troubles semblables chez Poe que l'auteur des Fleurs du Mal peut se ju s t i f i e r lui-meme. "Quoi de plus naturel done," I c r i t Wetherill, "que 1'expose* par lequel Baudelaire montre que tout est contre Poe." Et i l ajoute: Si (Baudelaire) d i t que^Poe a ite soldat, i l attribue ce f a i t a y l a misere. D'autre part on apprend^que "rentre dans l a vie l i t t e r a i r e , le seul ^ element o\i puissent respirer certains etres declasses" (comparaison evidente) "Poe se mourait d'une misere extreme." On a 1'impres sion que Baudelaire ne peut done register a l a tention (sic) d'exagerer, le plus possible, l a derniere partie de cette phrase constituant un tres bon exemple de cette tendance. 17 Comme nous l'avons vu, Baudelaire a blfime les Etats- Cf. Baudelaire, Correspondance Generale. Paris, Conard, 1947, tomes 1 et 2. ^ Wetherill, op. c i t . , p. 24. 20. Unis pour les malheurs d'Edgar Poe. Cependant certains critiques comme Armand de Pontmartin, ont tout de suite releve les exces et les injustices d'une telle opinion: Vous accusez la jeune democratie americaine d'avoir 4te horriblement marStre envers Edgar Poe ••• Ne serait-ce pas, la-bas comme i c i l'eternelle lutte, l'eternel antagonisme du positif et de la chimere ...^Ni l'Amerique d'Edgar Poe, ni la France de Gerard de Nerval ne sont responsables de ce leger grain de folie qui, me'le' chez quelques- uns a des facultSs supeVieures, chez un grand nombre a des facultes mediocres, explique les desordres des uns, les pretentions des autres, le malheur de tous. 18 Baudelaire ne se contentait pas d'attribuer la raisere d'Edgar Poe a la "jeune d6mocratie ameYicaine;" i l prSte en plus a son idole sa propre haine de la doctrine politique des Etats-Unis: "... les Etats-Unis ne furent pour Poe qu'une vaste prison qu'il parcourait avec 1'agitation filvreuse d'un Stre fait pour respirer dans un monde plus aromal, ... et sa vie interieure, spirituelle de poete ou m8me d'ivrogne, n'etait qu'un effort perpetuel pour 6chapper a 1*influence de cette atmosphere antipa- 1Q thique." 7 Par de telles diatribes Baudelaire implique IS N Lemonnier, L., Edgar Poe et les poetes francais. Paris, Nouvelle Revue Critique, 1932, p. 48. ^ Cf. Mercure de France, tome 147, avril-mai 1921, p. 291, note i , lettre du 18 fevrier 1866 ou Baudelaire pour son propre compte 6crit: "Je m'ennuie en France, parce que tout le monde y ressemble a Voltaire 1'anti- poet e.n 21. que Poe haissait sa patrie. Cependant comme le f a i t remarquer Leon Lemonnier, c'est un peu hativement que Baudelaire conclut que Poe, qui "haissait l'hydre moderne," haissait 4galement sa patrie: Baudelaire ne s'est peut-Stre pas suffisamment rendu compte de l a complexity des liens qui unissent un homme a son pays ... Baudelaire le passionne' n'a point voulu voir que Poe, esprit lucide et fro i d , s'interessait avant tout aux idles, et que son oeuvre est muette sur un sentiment comme le patriotisms. 22 Outre ces exagerations et ces interpretations peu vraisem- blables, faites peut-§tre inconsciemment par l'auteur des Fleurs du Mal pour accentuer les similarites entre l u i et Edgar Allan Poe, nous trouvons des cas ou i l semble a dessein passer rapidement sur certaines differences fondamentales, et en rejeter d'autres qui risqueraient de trop diminuer l a ressemblance. Par exemple, Baudelaire nous parle del'aptitude remarquable qu'avait Poe pour les Baudelaire soutient dans le meme passage: "Impi- toyable dictature que celle de 1'opinion dans les societes democrat!ques; n'implorez d'elle ni charite^ ni indulgence, ni ^ l a s t i c i t e quelconque dans 1'application de ses l o i s aux cas multiples, et complexes de l a vie morale. On di r a i t que de 1'amour impie de la l i b e r t ! est n£e une tyrannic nouvelle, l a tyrannie des betes, ou zoocratie, 3ui par son insensibilite f£roce ressemble a l'idole de aggernaut.» 21 Lemmonier, op. c i t . , p. 48, 2 2 Ibid., p. 49. 22. sciences physiques et naturelles, et l'emploi q u ' i l en f a i t dans son oeuvre> 2^ ce qui constitue un contraste indlniable avec Baudelaire qui cependant se hSte d'ajouter: Mais j ' a i des raisons de c r o i r e que ce n'est pas a ce genre de compositions q u ' i l attachait l e plus d'importance. 24 Baudelaire a raye dans des Notices subsequentes certains elements qui dans c e l l e des Histoires Extraordinaires font trop r e s s o r t i r l e s dissemblances entre l e s deux e c r i v a i n s . A i n s i , comme l'affirme Wetherill, 2'* Poe athlete n'est guere mentionne" dans l e s Notices de I856 et de 18571 a l o r s que dans l a premiere Notice l'auteur des Fleurs du Mal y consacre une vingtaine de l i g n e s . 2 ^ De mime 1'Edgar Poe 28 un peu negligent dans sa tenue devient une sorte de 2 3 Cf. Wetherill, op. c i t . , p. 29. 2 4 I b i d . 2 5 Ibid., p. 30. 26 II s'agit de c e l l e des His t o i r e s Extraordinaires. 2 ^ Cf. Baudelaire, op. c i t . , p. 20. "Jeune, i l avait montre une rare aptitude pour tous l e s exercices physiques ... i l £tait plus que robuste et capable de merveilleux t r a i t s de for c e . II a ... gagne un pa r i de nageur qui d&passe l a mesure ordinaire du possible," etc. 28 Cf. Wetherill, op. c i t . , p. 30. " ... grosse e heVisseV et q u ' i l o u b l i a i t de mettre moustach rissee t en ordre et l i s s e r proprement. II s ' h a b i l l a i t ... un peu n£gligem- ment." 23. dandy a l'instar de Baudelaire lui-m8me. Ce rapprochement que Baudelaire desire tant se precise lorsque le Francais considere l'ivrognerie de Poe, ou i l voit non une a f f l i c  tion indomptable,29 mais plutot un outil calculi: Si le lecteur m'a suivi sans repugnance, i l a deja devine" ma conclusion: je crois que, dans beaucoup de cas, non pas certalnement en tous, l'ivrognerie de Poe e'tait un moyen mnemonique, une m^thode de travail, methode Energique, et mortelle, mais approprief a sa nature passionnee. Le poete avait appris i boire comme un litterateur soigneux s'exerce a faire des cahiers de noteso 30 Or nous savons que Baudelaire recourait parfois aux excitants pour cr&er des reVes inspirateurs, et c'est ce mSme proclde qu'il attribue a Edgar Allan Poe. Nous pouvons done constater entre 1'existence de Poe et celle de Baudelaire certaines similaritls frappantes. Nous remarquons toutefois que par de llgers remaniements des faits, peut-etre inconscients, peut-Stre voulus, Baudelaire a exaglr! ces affinites et a diminul ces contrastes a un tel point que Poe est devenu la replique de ce qu'Itait le podte francais lui-me*me. Comme l'affirme y C'est en effet le delirium tremens qui a finalement enlev£ Poe. 3 0 Baudelaire, op. c i t . , pp. 27-28. 3 1 Cf. Wetherill, op. c i t . , p. 30. 24. Regis Michaud: C'est un a l i b i que Baudelaire se compose a travers Poe. II se sert de l u i pour construire son portrait personnel, ou, pour parler le langage freudien, i l delivre et "sublime" a travers Poe ses "refoulements." En peignant Poe, c'est lui-meW qu'il peint avec son subconscient morbide, ses hantises et ses plus pures aspirations. 32 Le f a i t que l a biographie de Poe d'apres 1'auteur des Fleurs du Mai contient tant d'erreurs, et l a conviction de Baudelaire que l'ecrivain americain l u i ressemblait comme un double provient en grande partie peut-etre de ce qu'a l'epoque ou Baudelaire entreprit ses Notices, i l n'avait que peu de renseignements vraiment detailles concernant le poete americain. 3 3 Sa connaissance imparfaite de Poe l u i permettait d'user parfois avec d^sinvolture de son imagination, ou de remplir les vides par un precede* de deduction bas4 sur ses propres reactions dans des circonstances semblables.3^" A propos de ceci, Michaud 3 Michaud, R., "Baudelaire et Poe: une mise au point," Revue de l i t e r a t u r e compared. tome 18, 193 p. 669. 3 3 Ibid., p. 32. 3 ^ Lettre de Baudelaire a Mme. Aupick, 26 mars 1853' "Comprends-tu maintenant pourquoi, au milieu de l'affreuse solitude qui m'environne, j ' a i s i bien compris le glnie d'Edgar Poe et pourquoi j'ai s i bien e"crit son abominable vie?" 25 d i t : Ce portrait de son double, Baudelaire l'a peint au petit bonheur et sans v e r i f i e r ses sources et i l est a moitie' fabuleux, mais, avec le tableau de l'Ame'rique qui l u i sert de fond, c'est l a vengeance de Baudelaire sur son siecle. 35 Cependant s i l a conviction de Baudelaire d'une affinite* biographique entre l u i et Poe repose souvent sur des suppositions, l'auteur des Fleurs du Mai devait voir dans un autre domaine, celui de leurs systernes esthetiques, une base d 'affinite* bien plus solide. Michaud, op. c i t . , p. 669* 26. I l l LES AFFINITES ESTHETIQUES ET ARTISTIQUE3  ENTRE POE ET BAUDELAIRE Dans les rapports entre Poe et Baudelaire l a question des a f f i n i t e s artistiques et celle des influences demeurent essentiellement inseparables. Qu'il existe des a f f i n i t l s entre les conceptions artistiques des deux ecrivains est indiscutable, mais quelle part de ces ressemblances est due a 1'influence de 1'auteur americain? De nombreux critiques* ont mis en parallele 1'oeuvre de 1'Americain et celle du Francais et ont conclu que ces similarites proviennent presque exclusivement de 1'influence poesque. Cependant, dans toutes ces considerations de 1'influence artistique et esthetique d'Edgar Poe sur Baudelaire, un Element capital, a savoir celui de l a chronologie, a 4te trop souvent n ^ g l i g l . II est tres d i f f i c i l e d ' l t a b l i r avec exactitude ce Cf. Lemonnier, op. c i t . , p. 19. 27. que Baudelaire a 6crit avant 1847 lorsqu fil f i t la connaissance des ouvrages dfEdgar Poe. On sait qu1avant cette ann6e-la Baudelaire n'avait publie' que deux nouvelles, trois poemes, quelques articles dans des revues litteraires et deux Salons. Ces deux derniers, le Salon de 1845 et le Salon de I846 sont des articles de critique artistique qui font partie des Curiosites  EsthStiques et qui nous permettent de voir ou en etait l'esth6tique baudelairienne avant la "possession." En feuilletant ces deux Salons le lecteur apercoit que Baudelaire a d&ja, avant de connaitre Poe, des idees esthltiques bien definies. Des les premieres pages i l est evident que le Baudelaire qui Icrit est un homme avide de l'etrange, du choquant, de l'inattendu, bref, de tout ce qui s'eloigne de la banalitl artistique. En parlant du peintre Delacroix l'auteur des Fleurs du Mal est surtout impressionne par ce "genie sans cesse en qu£te du neuf."4 Plus loin Baudelaire precise qu'a Paris i l n'y a que deux hommes qui dessinent aussi bien que Delacroix, d'abord Daumier et ensuite Ingres: Voir supra, p. 6« ^ L'Impenitent (Don Juan aux Enfers), A une Dame  cr4ole, A une Malabaralse 4 Baudelaire, C, Curiositls Esthetioues. Paris, Conard, 1923, p. 8. 2$. — Daumier dessine peut-etre mieux que Delacroix, si l'on veut pr&feVer les ?ualit£s saines, bien portantes aux acult^s 6tranges et etonnantes d'un grand genie malade de glnie.... 5 D'autre part Baudelaire exprime de 1'admiration pour Daphnis et Chlo£ de Corot, parce que ce tableau est "plein de charme (et) la composition a comme toutes les bonnes compositions — c'est une remarque que nous avons souvent 6 7 faite — le merite de l'inattendu." Quant a Decamps : "Approchons vite — car les Decamps allument la curiositl d'avance — on se promet toujours d'Stre surpris — on s'attend a du nouveau."® Cette recherche de l'originalite, ce gout de l'etrange est peut-Stre l'un des traits les plus caracteristiques de l'esthetique baudelairienne, et s ' i l admire deja ces ph£nomenes chez Delacroix en 1845, i l les admirera plus tard chez Edgar Allan Poe, et comme l'affirme Lemonnier, i l en fera l'eloge "avec des termes identiques."^ L'originalitl de l'oeuvre a toujours 5 Ibid., p. 11. 6 Ibid., p. 57. 7 Peintre frangais, 1803-1860. Baudelaire, op. c i t . , p. 18. ^ Lemonnier, op. c i t . , p. 16. 29. pr^occupe* Edgar Poe,^° soit par 1'impression qu'il desire crier, soit par les procedls qu'il emploie; i l soutient: "originality of theme, i f not absolutely f i r s t sought should be sought among the f i r s t . " ^ Et dans l a Philo sophy of Composition i l affirme egalement: "My f i r s t object (as usual) was ori g i n a l i t y . " De tell e s declarations ne pouvaient que surprendre l'auteur des Fleurs du Mal par l a similarity qu'elles montraient avec son propre point de vue, mais on ne peut pas d'une fac,on precise soutenir que c'est l%tuteur ameVicain qui a donne a Baudelaire son gofit pour ce qui est hors du commun puisqu'il le possedait deja. C'est en tant qu'affinite* prle'tablie qu'il faut comprendre cette ressemblance. Avant de connaltre Poe, Charles Baudelaire avait -formule une methode de t r a v a i l qui soulignait l a rigueur dans 1'execution d'une oeuvre artistique. En parlant d'Eugene Delacroix de nouveau, le poete francais amoindrit le role du hasard dans l a creation d'un chef d'oeuvre: Cf. Poe, E.A.-, Selected Writings, Boston, Houghton- M i f f l i n , 1956, p. 453. "I prefer...keeping originality always i n view — for he i s false to himself who ventures to dispense with so obvious and so easily attainable a source of interest." 1 1 Wetherill, op. c i t . , p. 35. 1 2 Poe, E.A., Works, New York, AMS Press, 1965, vol . xiv, p. 203. , 30. II n'y a pas de hasard dans l'art, d i t - i l , pas plus qu'en mecanique. Une chose heureuse- ment trouve*e est la simple consequence d'un bon raisonnement, dont on a quelquefois saute* les deductions interm^diaires, comme une faute est la consequence d'un faux principe. 13 Plus tard, en 1857, dans la Notice aux Nouvelles Histoires Extraordinaires. Baudelaire s'exprimera d'une facon presque identique*^ en traduisant le passage suivant Poe pris dans la Philosophy of Composition: It is my design to render i t manifest that no one point in (The Raven's) composition is referable either to accident or intuition — that the work proceeded, step by step, to its completion with the precision and rigid consequence of a mathematical problem. 15 Ainsi, les prlceptes exprimls par Baudelaire au sujet de la peinture valaient pour tous les domaines artistiques, y compris la literature. Bien avant de l i r e la Philosophy of Composition. 1'auteur des Fleurs du Mai avait ecrit dans ses Conseils aux .jeunes litterateurs, publies en I846: 1 3 Baudelaire, op. cit., p. 107o x^ Cf. Baudelaire, Nouvelles Histoires Extraordi  naires, p. 22. ^ Poe, Selected Writings. p. 454* 31. Couvrir une toile n'est pas la charger de couleurs, c'est 6baucher en frottis, c'est disposer des masses en tons legers et trans- parents* — La toile doit etre couverte — en esprit — au moment ou l'ecrivain prend la plume pour ecrire le t i t r e . 16 Avant de connaltre Edgar Allan Poe; le poete francais insistait done sur 1'importance capitale d'un plan bien concuo L'attitude de Poe et de Baudelaire envers le rSle de la poesie semble €tre sensiblement la meme. Selon l'Americain la polsie rlpond a un besoin natural et irresistible; 1'homme etant ce qu'il est, " i l n'y a pu avoir de temps ou la poesie n'etait pas."^ Baudelaire pour sa part declare qu'au point de vue moral: La polsie etablit une telle demarcation entre les esprits du premier ordre et ceux de second, que le public bourgeois n'lchappe pas a cette influence despotique.... Quoi d'eton- nant d'ailleurs puisque tout homme bien portant peut se passer de manger, pendant deux jours de poesie, jamais! L'art qui satisfait le besoin le plus imperieux sera toujours le plus honor!• 18 Baudelaire, L'Art Romantioue. Paris, Calmann-Levy, (SD), p. 284. ^ Cf. Lemonnier, op. c i t . , p. 18. 18 Baudelaire, op. c i t . , p. 286. 32. Poe e t B a u d e l a i r e partagent non seulement c e t t e i d l e du r6le p r i m o r d i a l de l a poesie dans l a v i e de l'homme, mais egalement l e but-meme de l a p o l s i e . Poe exprime son o p i n i o n a ce s u j e t dans un passage c e l e b r e du P o e t i c  P r i n c i p l e ou 11 condamnela did a c t i s m e en p o l s i e : I t has been assumed t a c i t l y and avowedly, d i r e c t l y and i n d i r e c t l y , t h a t the o b j e c t o f a l l poet r y i s t r u t h . Every poem, i t i s s a i d , s h o u l d i n c u l c a t e a moral; and by t h i s moral i s the p o e t i c a l m e r i t o f the work t o be adjudged ..• but the simple f a c t i s , t h a t , would we but permit o u r s e l v e s t o l o o k i n t o our own s o u l s , we should immediately t h e r e d i s c o v e r t h a t under the sun t h e r e n e i t h e r e x i s t s nor can e x i s t any work more t h o r o u g h l y d i g n i f i e d — more supremely noble than t h i s v e r y poem — t h i s poem per se — t h i s poem which i s a poem and n o t h i n g more — t h i s poem w r i t t e n s o l e l y f o r the poem's sake. . Ce passage, B a u d e l a i r e l e re p r e n d r a comme s i e n pour a i n s i d i r e , dans l a N o t i c e aux N o u v e l l e s H i s t o i r e s E x t r a o r d i n  a i r e s . Mais comme l e f a i t remarquer L a u v r i e r e , l ' a u t e u r des F l e u r s du Mal ne f a i t que r l i t l r e r des i d l e s preconcues, e t c ' e s t avec ravissement q u ' i l a trouve' "en son f r e r e a t n l d'Amlrique ce fameux p r i n c i p e de l ' a r t pour l ' a r t pour l e q u e l i l b a t a i l l a i t s i i n t r l p i d e m e n t avec son 2 0 c h e r Thlo ( G a u t i e r ) e t tous l e s P a r n a s s i e n s . " L'on a 1 9 Poe, op. c i t . , p. 4680 20 L a u v r i e r e , E., Edgar A l l a n Poe. P a r i s , A l c a n , 1904, P. 437. 33. soutenu que Baudelaire s'est approprie certains procedes poetiques et meme certains themes appartenant a Edgar Poe. C P . Cambiaire surtout semble corroborer ce point de vue. Tout comme Albert Cassagne, puisque dans son l i v r e int i tul6 V e r s i f i c a t i o n et Metrique de Charles Baudelaire c e l u i - c i 6cr i t : On s a i t quelle influence considerable exerpa sur (Baudelaire) 1'auteur amlricain des q u ' i l l e connut....Pour l a qualite et l e developpe- ment des sentiments, pour l a tournure d'esprit, pour l a methode, l a recherche a tout p r i x de l ' o r i g i n a l i t l et l ' e t r a n g e t e , i l l u i dut infiniment. II l u i dut beaucoup.•.aussi en ce qui concerne l e s effetsd'assonance et d T a l l i t e r a t i o n , , 22 Or, en ce qui concerne l a premiere pa r t i e de cette a f f i r m a t i o n , nous avons vu que cette "influence" peut Stre expliquee autrement. Quant a l a f i n de cette c i t a t i o n , nous avons a f f a i r e de nouveau a l a chronologie. Car s ' i l est v r a i qu'avant de connaltre Poe, Baudelaire n*avait publie que t r o i s poemes, nous avons des temoignages q u i indiquent qu'en v e r i t e i l en a v a i t compos! bien d'autres. Un des amis intimes de Baudelaire, Prarond, affirme avoir 2 1 Cf. Cambiaire, op. c i t . , pp. 1 0 5 - 1 1 0 . 2 2 Cassagne, A., V e r s i f i c a t i o n et Metrique de Charles  Baudelaire, Paris, Hachette, 1906, p. 59. : 3.4. vu seize poemes d£ja e c r i t s en 1843. 2^ Un autre ami, l e romancier Jules Husson ( d i t Champfleury) affirme que, en 1845 n l e poete avait deja. un volume de vers tout pret pour 1'impression." 2 4 Charles Asselineau, biographe de l'auteur des Fleurs du Mal, et un des hommes qui a peut- etre l e mieux connu Baudelaire, e c r i t qu'en I844: La plupart des pieces imprimees dans l e volume des Fleurs du Mal etaient f a i t e s ; et douze ans plus tard, l e poete, en l e s publiant, n'eut r i e n a changer. II f u t prematurement maitre de son style et de son e s p r i t . 25 S ' i l est peu vraisemblable que Baudelaire n'avait " r i e n a y changer" apres 1844, l e f a i t demeure que sa production poetique 4 t a i t deja considerable, et dire que l'auteur des Fleurs du Mal a emprunt! 1 ' a l l i t e r a t i o n et 1'assonance a Poe constitue une faute anachronique, "une erreur flagrante." Preuve en est un poeme qu.e c i t e Lemonnier, et que Baudelaire a adresse a Sainte-Beuve des 1844• * Cf. Lemonnier, op. c i t . , p. 18. 2 4 I b i d . 2 5 Ibid. 2 6 Ibid., p. 19. 35. Soit dans les lourds loisirs d'un jour caniculaire, Ou dans l'oisivete frileuse de frimaire 27 Lemonnier signale tres justement que ces vers prouvent que Baudelaire faisait de 1'alliteration "un emploi etendu et manifestement syst&matique"2^ bien avant de connaitre son idole d'outre-Atlantique. Toutefois, on remarque un certain rapprochement entre Baudelaire et l'auteur du Poetic Principle en ce qui concerne la duree ou la longueur id6ale d'un po§me. On sait que Poe insists d'une fac,on catlgorique sur la brilvete de la forme• II soutient mime que le terrae"long poeme" est une contradiction, qu'un long poeme n'existe pas. Poe explique cette affirmation en disant que la valeur d'un polrae r4side dans la mesure ou i l 6leve l fesprit, et puisque 1'elevation del'esprit est par necessite passagere, elle ne peut pas §tre soutenue pendant une lecture prolonged . 2^ Par contre un exces de brilvete est a eViter 4galement puisqu'il donne naissance au simple Ipigrammatisrae: "a very short poem, while now and then producing a brilliant or vivid, never produces a 2 7 Ibid., p. 20. 2 8 Ibid. 2^ Cf. Poe, op. ci t . , p. 464. 36. profound or enduring effect. There must be a steady- pressing down of the stamp upon the wax."3<^ Or le sonnet est de loin l a forme prefeVe*e de Charles Baudelaire, Sur les cent soixante-sept pieces de Baudelaire cette forme breve apparalt a soixante-quinze reprises. 3* L'auteur des Fleurs du Mai declare qu'il se sert de preference de cet instrument: Parce que l a forme est contraignante, l'id£e j a i l l i t plus intense....Avez-vous observe qu'un morceau de c i e l apercu par un soupirail ou entre deux chemin£es, deux rochers ou par une arcade, donnait une id&e plus profonde de l ' i n f i n i que le grand panorama vu du haut d'une montagne. 32 Remarquons a. ce propos que l a piece l a plus longue de Baudelaire, le Voyagef ne compte que cent quarante-quatre alexandrins, et encore ce poeme est divis6 en huit parties. II est c l a i r done que le po&te francais se rendait pleine- ment compte de lui-m£me des avantages de l a brie'vete' dans l a forme poltique. Edgar Poo f a i t un usage frequent des re*pe*tends, et 3 0 Ibid., p. 466. 3 1 Cassagne, op. c i t . , p. 90. 3 2 Ibid. Cassagne cite une lettre de Baudelaire reproduite dans Jasinski, Histoire du Sonnet, p. 208. 37. certains critiques voient dans l'emploi de ce procede chez Baudelaire l a marque poesque.^ Mais Regis Michaud f a i t remarquer que les rlpltends des Fleurs du Mal ne sont pas s i saillants que ceux de Poe, Outre cela i l signale que ce procede etait cher a certains poetes latins et l i t u r - giques, et que Baudelaire, excellent l a t i n i s t e comme i l l ^ t a i t , l'aurait empruntl a ceux-la plut8t qu'a l'auteur amlricain. D failleurs le rlpe'tend pr4f6r6 de Baudelaire est l a strophe encadrle, ou le premier vers devient le dernier de l a strophe. Un exemple frappant de l'emploi de l a strophe encadrle se trouve dans Lesbos,-^4 dont nous citons i c i l a premiere et l a derniere strophes: Mere des jeux latins et des voluptls grecques, Lesbos, ou les baisers, languissants ou joyeux^ Chauds comme les s o l e i l s , f r a i s comme les pasteques, Font l'ornement des nuits et des jours glorieux, Mere des jeux romains et des voluptls grecques, Et c'est depuis ce temps que Lesbos se lamente, Et, malgrl les honneurs que l u i rend l'univers, S'enivre chaque nuit du c r i de l a tourmente, Que poussent vers les cieux ses rivages deserts. Et c'est depuis ce temps que Lesbos se lamente*. 33 Cf. Michaud, R,, Baudelaire et Edgar Poe: line m au point. Revue de litterature comparee, tome 18, 1938, P. Cf. Les Fleurs du Mal. p. 134. Ibid. 38. Or, notons que Lesbos f a i t p a r t i e des poemes composes a l'lpoque pre*poesque, et que l e s re'pe'tends se comptaient de"ja parmi l e s procedes b a u d e l a i r i e n s . Baudelaire et Poe f a i s a i e n t tous l e s deux un emploi etendu de l ' a l l e g o r i e . Chez Poe, " c e t t e tendance est p a r t i c u l i e r e m e n t marquee ... dans Haunted Palace et Conqueror Worm, ou chaque element du poeme n'a de v a l e u r que dan3 l a mesure ou i l r e f l e t e un d e t a i l de l ' a l l l g o r i e generale."^^ Baudelaire loue l ' a l l ^ g o r i e dans ses premiers Salons, et b i e n q u ' i l n ' a i t pas attendu sa decouverte de Poe pour l ' a p p l i q u e r a l a poesie, 1'usage qu'en f a i s a i t son i d o l e l ' a confirms dans sa propre v o i e . L'Albatros et une Charogne frappent s u r t o u t par l e procede' a l l l g o r i q u e q ui l e s c a r a c t e V i s e , et Prarond a f f i r m e categoriquement a v o i r vu ces poemes p l u s i e u r s annees avant 38 l a "possession."^ Bien que ses a f f i r m a t i o n s manquent p a r f o i s de preuves s o l i d e s , e l l e s nous donnent neanmoins, ^ Cf. Michaud, op. c i t . , p. 671. 3? W e t h e r i l l , op. c i t . , p. 103. * Cf. Cambiaire, op. c i t . , p. 103. Cambiaire c i t e Prarond: " V o i c i et sans n u l doute, l e s t i t r e s des pieces d i t e s par l u i ( B a u d e l a i r e ) , vers ce temps (1843) entendues par nous, par moi: 1'Albatros; Don Juan aux e n f e r s ; l a Geante; Je t'adore; une Charogne; A une Malabaralse; l a  Rebelle;' Les yeux de mon enfant; .je n ' a i pas''oublie'; l a  Servante au grand coeur; La DTane c h a n t a i t ; l'Ame du v i n ; Le Vin-du chiffonnierT""Le v i n d e 1'assassin ... Je s u i s c e r t a i n que toutes ces pieces ^ t a i e n t composees avant l a f i n de 1843." 39. une idee de ce que pouvait etre l1oeuvre de Baudelaire avant de d£couvrir les ouvrages dfEdgar Poe. Certains critiques 3^ ont Igalement prltendu que Baudelaire a pris a Edgar Poe la theorie des correspon dences qu'il a rendue calibre par le sonnet qui porte ce t i t r e . ^ Cependant Lemonnier attribue cette theorie commune aux deux poetes a des influences exterieures d'ou 1'Americain et le Francais, chacun de son cote, se l'est appropriee.^* Wetherill va beaucoup plus loin puisqu'il ecrit: "Baudelaire qui avait selon toute vraisemblance &crit son fameux sonnet en 1845 avait elabor! dSs ses premieres ann£es et dans toute sa complexity le systeme de l'universelle analogie."^2 Pour Baudelaire, 1'imagination joue un role primordial dans la creation d'une oeuvre litteYaire ou autre. Comme nous 1'avons constat^ au sujet des - Salons i l admire cette faculte chez Delacroix, et i l trouve cette m§me "reine des facultes — quasi divine, qui pergoit tout 3 ^ Ibid., p. 19; Cf. egalement Ferran, op. c i t . , pp. 182-186. ^° Cf. Baudelaire, Les Fleurs du Mai. Paris, Gamier, 1961, p. 13. ^ Cf. Lemonnier, op. cit . , p. 22. ^ Wetherill, op. c i t . , p. 37. 4 0 . d'abord, en dehors des methodes philosophiqu.es, l e s rapports intimes et secrets des choses, l e s correspondences et l e s a n a l o g i e s " 4 3 chez Edgar Allan Poe. Ce n'est done pas de 1'Americain que Baudelaire a appris l a valeur de 1'imagination en matiere esth£tique. La po6sie £tait ce q u ' i l y avait de plus sublime pour Baudelaire, ce qui permettait une vue du monde plus id4al . Mais pour atteindre cet id£al, i l f a l l a i t s'exprimer d'une fagon id£ale. Puisque ce monde 4ther4 d t a i t quelquechose de vague i l f a l l a i t que 1' a r t i s t e avangat de maniere a ce q u ' i l suggere plutSt q u ' i l ne decrive. Elevation. Hymne a  l a beaute et Correspondances parmi bien d'autres pieces rev&lent ce proc!d!. Si 1'auteur des Fleurs du Mai place Delacroix a un rang a r t i s t i q u e plus eleve que V i c t o r Hugo, c'est que c e l u i - c i employait un s t y l e trop r e a l i s t e qui ne l a i s s a i t r i e n a deviner, r i e n a 1'imagination. Par contre Delacroix, d'apris 1'auteur des Fleurs du Mai, presentait "de profondes avenues a 1*imagination l a plus voyageuse." 4 4 Bref, pour Baudelaire, " l e sublime doit f u i r l e s d£ t a i l s . " 4 ' * Ces declarations qui se trouvent dans l e Salon de 16%6, mbntrent qu'avant de connaitre Poe, qui l u i aussi ^ Baudelaire, Nouvelles H i s t o i r e s Extraordinaires, P. 13. 4 4 Baudelaire, Curiosites Esthetidues. p. 106. 4 5 I b i d . ~~ a . donne une importance primordiale a l ' e f f e t , ("I prefer commencing with the consideration of an e f f e c t " ^ , le poete francais f a i s a i t deja usage de ce pr!cepte« Chacun de ces deux ecrivains que le destin avait entoure" de tant de paralleles cherchait une beaut! i n f i n i e , "sempiter- nelle." Dans le Poetic Principle,, 1'auteur am!ricain affirme: • • a when by poetry...we find ourselves melted into tears — we weep them — not...through excess of pleasure, but through a certain petulant, impatient sorrow at our i n a b i l i t y to grasp now, wholly, here on earth, at once and for ever, those divine and rapturous joys of which through the poem...we attain to but brief and indetermined glimpses. 4 7 Nous voyons done que pour Poe l a beaute poetique ainsi que la melancolie agissent de concert, et meme que ce l l e - l a ne peut exister sous sa forme l a plus exquise sans un ton m61ancolique puisque le poete americain est d favis que "Beauty of whatever kind, in i t s supreme development, invariably excites the sensitive soul to tears. Melancholy i s thus the most legitimate of a l l the poetical tones."* 4 6 Poe, op. c i t . , p. 4 5 3 < 4 7 Ibid., p. 4 7 0 . *** Ibid., p. 4 5 6 . 42. Charles Baudelaire partage ces o p i n i o n s , mais ce n'est point en l i s a n t Poe q u ' e l l e s l u i ont ete r e v e l e e s . Des I846 l ' a u t e u r des F l e u r s du Mal d e c l a r e : "Qui d i t romantisme, d i t a r t moderne, c'est a d i r e i n t i m i t e , s p i r i t u a l i t e , c o uleur, a s p i r a t i o n s vers l ' i n f i n i . " 4 9 Ces q u a l i t l s , Baudelaire l e s remarque chez D e l a c r o i x , et l e s loue dans l e Salon de I846. Mais i l y note a u s s i une c e r t a i n e q u a l i t e " l a plus remarquable de tou t e s , et qui f a i t de (D e l a c r o i x ) l e v r a i p e i n t r e du XIX e s i e c l e — c'est c e t t e melancolie s i n g u l i e r e et o p i n i a t r e qui s'exhale de toutes ses oeuvres, et qui s'exprime par l e choix des s u j e t s et par 1 'expression des f i g u r e s et par l e geste et par l e s t y l e de l a c o u l e u r . " ^ La plupart des themes de l a poesie d'Edgar Poe, tou t comme ceux de ses contes d ' a i l l e u r s , g r a v i t e n t autour de l a n o t i o n d'angoisse. L'homme a s p i r e a des hauteurs etherees mais se v o i t constamment p l o n g l dans l e s re g r e t s et l e s remords qui l a i s s e n t sa v i e deVastee. Les s u j e t s macabres sont chers a Poe: Itangs lugubres h a b i t l s par l e s goules, tombes blantes et a f f r e u x s u p p l i c e s ; b r e f , comme l ' a f f i r m e Lemonnier: "chez Poe...se trouve l a l u t t e entre l e spleen et 1 ' i d e a l , l e balancement constant des W e t h e r i l l , op. c i t . , p. 38 . B a u d e l a i r e , op. c i t . , p. 119. 43. aspirations etheY£es et des chutes dans l a m£lancolie; chez l u i aussi se rencontrent cote a cote l e s v i s i o n s macabres et l e s louanges mystiques."''* Or en 1847 parut 52 l a Fanfarlo"^ de Charles Baudelaire. Les cr i t i q u e s sont d'accord pour dire que l e heYos de cette nouvelle, l e jeune poete Samuel Cramer n'est autre que Baudelaire l u i - meme. J Un passage de cette nouvelle nous donne un apercu precis de l'esthetique paradoxale de Baudelaire a cette £poque. II s'agit d'une conversation entre Samuel et une admiratrice, Madame de Cosmelly qui s'exprime a i n s i : "Vous adressez des galanteries f o r t elegantes sans doute et d'un choix f o r t exquis a des dames, que j'estime assez pour croire qu'elles doivent parfois s'en effaroucher. Vous chantez l a beaute des meres dans un sty l e qui doit nous priver du suffrage de leurs f i l l e s . . . . P a r un contraste des plus s i n g u l i e r s , et dont l a cause mysterieuse m'est encore inconnue, vous reservez votre encens l e plus mystique a des creatures bizarres qui l i s e n t encore moins que l e s dames, et vous vous pamez platoniquement des sultanes de bas lieu....De plus, j'ignore pourquoi vous cheris- sez tant l e s sujets funebres et les descriptions d'anatomie....Quand on est jeune, qu'on a comme vous un beau talent et toutesles conditions presumees du bonheur, i l me parait bien plus naturel de c6l!brer l a sante et les joies de p Lemonnier, op. c i t . , p. 21. ^ 2 Cf. Baudelaire, l a Fanfarlo. Monaco, Du Rocher, 1957, P. 7. •;. 5 3 Ibid., p. 8. 44. l'honnete homme, que de s'exercer a 1'anatheme...." 54 Le jeune poete l u i repond: "Madame, plaignez moi,...c Test l a haine de tous et de nous-memes qui nous a conduits vers ces mensonges. C'est par desespoir de ne pouvoir Stre nobles et beaux suivant l e s moyens n a t u r e l s que nous nous sommes s i bizarrement farde l e v i s a g e . Nous nous sommes tellement appliques a s o p h i s t i q u e r notre coeur, nous avons t a n t abuse du microscope pour e t u d i e r l e s hideuses excroissances et l e s honteuses verrues dont i l e s t couvert, et que nous grossissons a p l a i s i r , q u ' i l e st impossible que nous p a r l i o n s l e langage des autres hommes....55 — D ' a i l l e u r s l e s r l s u l t a t s du dlsilusionnement sont t e r r i b l e s . — Les enfants m a l a d i f s qui sor t e n t d'un amour mourant sont l a t r i s t e dlbauche et l a hideuse impuissance. 56 Ces passages r e v e l e n t deja l e s themes prldominants des Fl e u r s du Mal: l a haine de soi-meme, l a l u t t e entre l e spleen et 1 ' i d e a l , l e s vers exquis adresses a des beautes impures et l e gout des s u j e t s macabres. Or, s i nous pouvons f i x e r l a date de p u b l i c a t i o n de l a Fanf a r l o a 1847,^7 l'on ignore l'annee exacte de sa composition, 5 4 I b i d . , pp. 57-58. 55 I b i d . , pp. 58-59. 5 6 I b i d . , p. 62. 57 Cf. supra., p. 43. 45. toutefois nous possedons 1'assurance que l'oeuvre £tait dans 1'esprit avant 1844* Si contraireraent a ce qu'affirme Asselineau, l a plupart des pieces des Fleurs du  Mai etaient Sorites des 1844,-^ c e s passages de l a Fanfarlo. avec l e s dates citees sembleraient indiquer qu'elles 6taient tout au moins & l ' e t a t rudimentaire dans 1'esprit de Baudelaire. Ce qui demeure plus c e r t a i n , comme nous venons de l e v o i r , c'est que l'esthetique baudelairienne 4 t a i t a peu pres d!finitivement formle avant que l e poete francais a i t f a i t l a connaissance de l'oeuvre poesque; et l'on ne s'etonne point de ce qu'en se f a m i l i a r i s a n t avec l e s e c r i t s du poete arae'ricain, Baude l a i r e f u t vivement frappe par l e s a f f i n i t e s £troites entre sa conception esthetique de l ' a r t po^tique et c e l l e de Poe. Quels phenomenes peuvent expliquer ces a f f i n i t e s pre^tablies entre Poe et Baudelaire et cette impression de "deja-vu" qu'avait l e poete francais au contact de l'oeuvre de 1'Americain? II faut d'abord consideYer l e s circon«- tances l i t t e r a i r e s communes dans lesquelles vivaient l e s ' Cf. Baudelaire, op. c i t . , p. 10, l a l e t t r e de Baudelaire a sa mere, 16 novembre 1843 : " J ' a i eu, i l y a deux jours, une longue entrevue avec l e directeur du B u l l e t i n de l'Ami des Arts — ma nouvelle passera dans l e premier mois du mois de Janvier." — Et l e 10 j u i n 1844* "Je suis toujours sur mon interminable nouvelle." 59 Of. supra, p. 46. deux ec r i v a i n s . l i s ont tous l e s deux s u i v i l'epoque de l a grande production l i t t e r a i r e romantique de leurs langues respectives. L'apogee de l a gl o i r e des William Wordsworth (1777-1850)des Lord Byron (1788-1824), et des Shelley (1792-1822) touche a sa f i n lorsque Poe apparait sur l a scene. De meme Charles Baudelaire vient lorsque l e declin du roraantisme francais commence a s'effectuer avec le passage des Chateaubriand, des Lamartine et des Vigny: Baudelaire appartenait a cette arri^re-garde romantique des annees I84O, l a s s i e sur l e s grands sentiments et l e s effusions, lassee jusqu'a l a nausee du lyrisme i d l a l i s t e et sentimentale. Rapins, bohemes, mystificateurs, haschischins, ces declasses du romantisme, parmi lesquels i l est d'authentiques "voyants", se consolent en marge du s i e c l e , par l a recherche du mysterieux du fantastique, et de I'Itrange et par l e culte de l ' a r t pour l ' a r t . 60 II se produit a l o r s en France comme dans les pays anglo- saxons une reaction contre l e courant 4 t a b l i qui se manifeste chez Poe, comme plus tard chez Baudelaire, par le recherche de l'etrange et du mystique. Que cette reaction se s o i t manifestle d'une maniere semblable chez l e s deux auteurs s'explique en grande partie par l e f a i t q u ' i l e x i s t a i t en France vers I84O des Michaud, R., Baudelaire et E. Poe: une mise au  point, Revue de l i t t e r a t u r e compare'e, tome XVIII, 1938, p. 668. 47. tendances i n t e l l e c t u e l l e s et mystiques comparables a c e l l e s qui jouissaient de l a popularity aux Etats-Unis. Dans les deux pays l a science est en p l e i n essor, engendrant d'une part un mouvement vers l e realisme et d'autre part un desir de l a c l a r t ! et de l a l u c i d i t ! dans 1'execution l i t t e r a i r e . Mais l a pseudo-science jouait egalement son r 6 l e : d'abord en AmeYique et plus tard en France se manifesto une s e n s i b i l i t e a 1' oc c u l t i sine. Les theories i l l u m i n i s t e s de Swedenborg ont renforc! et renouvele* l e s interSts s p i r i t u a l i s t e s d£ja existants. Lavater et l a phrlnologie I t a i e n t aussi en vogue, a i n s i que l e mesmlrisime et 1'hypnotisme. En Amlrique, par exemple, Franc on nous presente l e Docteur Quimby et Mrs. Eddy qui imaginaient leurs theories sur l a guerison par l a f o i : Andrew Jackson Davis s'occupait du s p i r i - tualisme s u b j e c t i f et les soeurs Fox expeYimentaient avec le spiritualisme o b j e c t i f . De meme, en France, dans l e s annles 1830, l e s e c r i t s de Swedenborg et les id£es de Lavater jouissaient d'une grande popularity, et cela surtout parmi l e s hommes de l e t t r e s . Lemonnier precise qu'en plus de ces phenomenes sociaux qui ont pu i n f l u e r 61 cf. Francon, M., Poe et Baudelaire. P.M.L.A., v o l . 60 (1945), F>. 847. Cf. B i l l y , A., Vie de Balzac. Paris, Flammarion, 1944, PP. 2 1 3 - 2 2 2 . 48. sur Baudelaire et Poe i l f a u t s i g n a l e r une autre i n f l u e n c e plus d i r e c t e : " l i s ont en, en o u t r e , l e s memes m a l t r e s . Le gout de 1'h o r r i b l e et du macabre, Poe l e s devaient a Anne R a d c l i f f et a Lewis, que Baudelaire a v a i t l u s avant de l i r e Poe." 6 3 T o u t e f o i s , s i l'on peut a f f i r m e r que l ' e s t h e t i q u e baudelairienne a v a i t a t t e i n t sa forme plus ou moins d e f i n i t i v e avant l a "possession" et que 1 ' e x p l i c a t i o n en est due en grande p a r t i e aux i n f l u e n c e s e x t e r i e u r e s subies par 1'AmeVicain et l e Francais indlpendamment l ' u n de 1'autre, i l r e s t e un po i n t de contact entre l e s deux poetes q ui est t r o p apparent pour que l' o n puisse n i e r l a part de Poe. I I s' a g i t de ce que l e s c r i t i q u e s ont appele l e "c y c l e de Madame S a b a t i e r , " s u j e t que nous t r a i t o n s dans l e c h a p i t r e s u i v a n t . Lemonnier, op. c i t . , p. 22. IV LE CYCLE DE MADAME SABATIER Un des aspects dominants de l a t h l o r i e poe'tique d'Edgar A l l a n Poe est sa conception e'leve'e de I'araour: No more noble theme ever engaged the pen of poet...(than) the s o u l - e l e v a t i n g i d e a t h a t no man can consider himself e n t i t l e d to complain of f a t e w h i l e i n h i s a d v e r s i t y he s t i l l r e t a i n s the unwavering love of woman.1 Ceci explique en grande p a r t i e l'absence presque t o t a l e de passion dans ses poemes» On remarque que p a r f o i s l ' A m e r i c a i n s'adresse a une bien-aime'e qui e s t morte, comme dans Annabel Lee: The angels, not h a l f so happy i n Heaven, Went envying her and me: — Yes I that was the reason (as a l l men know, In t h i s kingdom by the sea) That the wind came out of the c l o u d , c h i l l i n g And k i l l i n g my Annabel Lee. ^ Poe, Works, v o l . v, p. 121. 50o Meme l o r s q u ' i l s ' a g i t de c e l l e q u ' i l aime, e l l e ne semble jouer que l e r o l e d'une p r o t e c t r i c e : Only t h i n e eyes remained. They would not l e t me go — they never yet have gone, L i g h t i n g my l o n e l y path at n i g h t , They have not l e f t me (as my hopes have) s i n c e . They f o l l o w me — they lead me through the years. (To Helen) Ce r8le protecteur de l a femme adore'e est a l a f o i s l e complement et l e r e f l e t de sa conception de l a poe'sie en general, et i l evoque b i e n des idees du poete sur 1 'eleVation de 1 ' e s p r i t que nous avons deja mentionnees. Vers l a f i n du Poetic P r i n c i p l e 1 'auteur r e v i e n t a ce su j e t pour denigrer l a passion et p r e c i s e r l a nature meme de 1'amour v e r i t a b l e : " . . . i n ^ r e g a r d to passion, a l a s I i t s tendency i s to degrade, r a t h e r than t o elevat e the s o u l * Love, on the co n t r a r y — love — the t r u e , the d i v i n e Eros — the Uranian as d i s t i n g u i s h e d ,froin the Dionaean Venus — i s unquestionably the purest and t r u e s t of a l l p o e t i c a l themes." 3 Poe place cet amour pur au-dessus de tous l e s autres elements qui l u i f o n t reconnaitre l'ambroisie qui n q u r r i t son ame de poete et qui se degage de l a beaute V o i r supra, p. 3Z. Poe, Selected W r i t i n g s , p. 51. de l a femme de diverses facons: ...In the grace of her step — i n the l u s t r e of her eye — i n the melody of her voice — i n her s o f t laughter — i n her s i g h — i n the harmony of the r u s t l i n g of her robes. He deeply f e e l s i t i n her winning endearments — i n her burning enthusiasm — i n her gentle c h a r i t i e s — i n her meek and de v o t i o n a l endurances — but above a l l — ah, f a r above a l l — he kneels to i t — he worships i t i n the f a i t h , i n the p u r i t y , i n the st r e n g t h , i n the a l t o g e t h e r d i v i n e majesty — of her l o v e . 4 On v o i t combien c e t t e conception poesque de l 1amour d i f f e r e de c e l l e de Baudelaire t e l l e q u ' e l l e se manifeste dans l a plus grande p a r t i e des F l e u r s du Mai. Francois Porch!, dans son l i v r e B a u d e l a i r e , h i s t o i r e d'une ame, suggdre que s i Poe a v a i t s u i v i Baudelaire et 1'avait "decouvert," au l i e u d'avoir ! t ! "decouvert" lui-meme par l e F r a n c a i s , i l e s t peu probable que Poe eut reconnu un "fr£re" en 1'auteur des Fl e u r s du Mai. D ' a i l l e u r s Porche est p l u t o t p o r t ! a c r o i r e que Poe eut !te scan d a l i s e par l'erotisme de Baudelaire et q u ' i l l ' e u t blame" severement. Porche base c e t t e o p i n i o n sur l a 4 I b i d . , p. 484* (C'est Poe qui souligne "love.") ^ Porche, F., Baudela i r e , h i s t o i r e d'une ame, P a r i s , Flammarion, 1944, p. 185. 52. c o n s t a t a t i o n que Baudelaire est un charnel q u i est enfonce dans l a matiere: " i l s'y d l b a t , l e s yeux au c i e l sans doute, mais, en meme temps, i l l a couvre de b a i s e r s , i l en r e s p i r e avec i v r e s s e 'l'aimable p e s t i l e n c e . ' " 6 Baudelaire a b i e n d e c r i t 1'amour poesque dans l a Notice des H i s t o i r e s E x t r a o r d i n a i r e s . t o u t en sou l i g n a n t l'absence de cet Element dans ses n o u v e l l e s : Dans l e s nouvelles de Poe, i l n'y a jamais d'amour...ses poesies en revanche en sont fortement saturees. La d i v i n e passion, y app a r a i t magnifique, e t o i l e e et toujours v o i l e e d'une irreme d i a b l e melancolie...Ses p o r t r a i t s de femmes sont, pour a i n s i d i r e , a u r l o l e s ; i l s b r i l l e n t au s e i n d'une vapeur s u r n a t u r e l l e et sont p e i n t s a l a maniere emphatique d'un adorateur. 7 Ces remarques re v e l e n t a quel d e g r l Poe a applique diligemment l e s preceptes q u ' i l a v a i t exposes dans l e Poetic P r i n c i p l e , et l'on p o u r r a i t s'Etonner de 1 ' a t t i t u d e de Baudelaire envers ces p o r t r a i t s aureole's. Porche affi r m e m§me que l'on n ' o s e r a i t pas rapprocher ces f i g u r e s impalpables de Jeanne Duval : "Autant v o u l o i r g l i s s e r ° I b i d . , p. 186. 7 ' Baudelaire, H i s t o i r e s E x t r a o r d i n a i r e s , pp. 23-24. 8 A c t r i c e mulatresse, longtemps ma£tresse de Baude l a i r e . Le poete f r a n c a i s l u i adressa de nombreux poemes dont Le serpent qui danse; Les Bijo u x ; Sed non S a t i a t a . 53. dans l e l i t d'un archange une be*te au f o r t par'fum."9 Wetherill remarque egalement que l e ton dlogieux de Baudelaire en parlant de l a "divine passion" poesque paralt surprenant de l a part d'un poete qui ne cesse jamais de chanter son horreur de l a "Circe aux dangereux parfuras."*^ Mais 1'auteur des Fleurs du Mai s'explique lui-meme a ce sujet; pour l u i c'est surtout l a facon dont Poe cherche a reveler son amour du beau qui f a i t de l u i un grand poete: "Quand a sa femme i d ^ a l e , a sa Titanide, e l l e se r e v i l e sous differents p o r t r a i t s eparpilles dans ses poesies trop peu nombreuses, por t r a i t s ou plut8t manieres de s e n t i r l a beaute que l e temperament de l'auteur rapproche et confond dans une unite vague mais sensible, et ou v i t plus delicatement peut-etre qu'ailleurs, cet amour i n s a t i a b l e du Beau est son grand t i t r e , c'est-a-dire l e resume' de ses t i t r e s a 1'affection et au respect des poetes." 11 Cette admiration eprouve'e par Baudelaire pour Poe, dont les "manieres de s e n t i r l a beaute" l e fascinaient s'explique peut-etre en partie par l e f a i t que l'auteur des Fleurs du Mai trouvait extraordinaire qu'un homme Porche, op. c i t . , p. 186. Cf. W e t h e r i l l , op. c i t . , p. 132. Ibid. 54. comme Edgar Poe avec ses dons remarquables dans l e domaine de l ' l t r a n g e et du grotesque a i t pu r e a l i s e r un t e l t o u r de f o r c e en chantant 1'amour pur et 4there. On sent que c'est avec un c e r t a i n etonnement que Baudelaire d e c l a r e : "malgr! son prodigieux t a l e n t pour l e grotesque et 1 ' h o r r i b l e , i l n'y a pas dans toute son oeuvre un s e u l passage q u i a i t t r a i t de l u b r i c i t e . " ^ " 2 Quelle que s o i t l a r a i s o n de c e t t e admiration, l a grande a t t e n t i o n que Baudelaire prete a l a conception poesque de 1'amour, et l a p r e c i s i o n avec l a q u e l l e i l l e d e c r i t t e l q u ' i l a p p a r a lt dans l e s vers du poete ameVicain semble mettre hors de doute l e f a i t que l'auteur des Fl e u r s du Mal en a 4t4 profondlment f r a p p ! . D'apres W e t h e r i l l : " . . . i l s ' a g i t t l a d'un aspect de l a poesie poesque que Baudelaire a etu d i e de pres et admir! sans r e s e r v e , et peut-etre meme plus que t o u t autre aspect des poemes."^ Quant aux poemes i n s p i r e s par Madame S a b a t i e r , par exemple, i l e s t permis de supposer q u ' i l s sont dus a l'heureuse rencontre de deux evlnements que l a c r i t i q u e ne manque pas de s o u l i g n e r : d'une p a r t , l a dlcouverte de 1'amour aureole' de Poe, e t , d'autre p a r t , l a connaissance 12 Baudelaire, op. c i t . , p. 23. ^ W e t h e r i l l , op, c i t . , p. 133« 55. qu fa f a i t Baudelaire de cette be l l e et charmante dame. Ce groupe de poemes, connu sous l e t i t r e du "cycle de Madame Sabatier,"' 1' 4 ne semble pas du tout compatible avec l a majeure partie des pieces des Fleurs du Mal, et est l o i n de reveler le Baudelaire, personnage quasi monstrueux, qu'a d ! c r i t Porche: Baudelaire est brulant — de toutes l e s flammes de l'Enfer, peut-etre. Les theologiens l e designeraient d'un mot: fornicateur; non seulement sensuel dans l a passion, mais debauch!, deprave, l i b e r t i n et, en pensee du moins, sadique. 15 Si ce jugement d ! c r i t au pied de l a l e t t r e l e Baudelaire represent! par Samuel Cramer dans l a Fanfarlo, r i e n ne semble plus d i f f e r e n t de l'auteur des poemes a. Madame J Sabatier. Car l e s poemes du cycle de Madame Sabatier revelent une grande puret! et une absence de sensualite; l a bien-aim!e ne semble pas exister physiquement. La plus grande partie des baudelairiens ,attribuent cette transfor mation apparente a 1'influence d'Edgar Poe. MSme L6on Lemonnier, qui semble toujours m!fiant en matiere 4 C'est a i n s i qu'un bon nombre de cr i t i q u e s appellent cette s ! r i e de poesies; parmi eux Wetherill, Lemonnier et Porch!. Porche', op. c i t . , p. 187. 56. d'influences l i t t e r a i r e s est p o r t ! a a f f i r m e r : " i l f a u t done bien penser que c'est l ' i n f l u e n c e de Poe qui a amene Baudelaire a e c r i r e l e s poemes a B e a t r i c e . * ^ C'est l a d ' a i l l e u r s que dans l e d e t a i l , i l s'est l e plus rapproche de Poe."* 7 Henri Peyre e c r i t a ce propos: " l e s poemes du cy c l e de Madame Sa b a t i e r doivent sans doute a Poe quelque- 18 chose de l e u r ton d'admiration s p i r i t u a l i s t e . " Plus l o i n ce meme c r i t i q u e a j o u t e : " l e s poemes composes pour Madame Sab a t i e r doivent quelquechose a l a mysticite' amoureuse de 19 Poe." W e t h e r i l l partage ce p o i n t de vue a u s s i p u i s q u ' i l s o u t i e n t qu'on ne s a u r a i t n i e r que par l e ton et par l e d e t a i l " l e c y c l e S a b a t i e r semble i m i t e de Poe." Comme nous*^rerrons, une comparaison entre c e r t a i n s poemes des deux e c r i v a i n s semblerait corroborer ces a f f i r m a t i o n s . Cependant, avant d'aborder c e t t e comparaison, i l s e r a i t u t i l e de considerer l e s c i r c o n s t a n c e s qui entourent l e u r composition. Vers l e m i l i e u de l'annee 1851, Baudelaire a q u i t t ! Jeanne Duval, son a c t r i c e mulatresse, et quelques neuf mois plus t a r d , vers mars 1852, i l a commence a songer a *^ C'est l e t i t r e d'un des poemes. 17 ' Lemonnier, op. c i t . , p. 32. Id Peyre, H., Connaissance de Baudelaire, P a r i s , C o r t i , 1951, P. 111. 1 9 I b i d . , p. 206. 2 0 W e t h e r i l l , op. c i t . , p. 133. 57. Madame S a b a t i e r avec des sentiments plus profonds que ceux de l ' a m i t i e . Madame Sabatier e t a i t une femme d'une beaute 21 e x c e p t i o n n e l l e . Ses amis auraient d i t que l a nature 1'avait creee pour s e r v i r de modele pour un s c u l p t e u r ou pour un p e i n t r e ; e l l e a remp l i son d e s t i n puisque l a p l u p a r t des a r t i s t e s de l'epoque ont l a i s s e des tableaux ou des statues d ' e l l e . On l a c e l l b r a i t non seulement a cause de sa beaute physique, mais egalement pour 1'elegance de sa t o i l e t t e et l a bonte de son coeur. Dans son appartement, rue Frochot, e l l e r e c e v a i t tous l e s dimanches l e s personnages l e s plus i l l u s t r e s du monde l i t t e r a i r e et a r t i s t i q u e ; a cote de Charles Baudelaire se t r o u v a i e n t Dumas, F l a u b e r t , Theophile G a u t i e r , Barbey d ' A u r e v i l l y , Du Camp, C l e s i n g e r et Me i s s o n i e r . Chez Madame S a b a t i e r , Baudelaire t r o u v a i t de temps en temps l a p a i x qui l u i a v a i t echappe pendant l a plus grande p a r t i e de sa v i e tourmentee; comme l ' a t t e s t e Miss Enid S t a r k i e : As he sat on. Sundays i n Madame Sa b a t i e r ' s room, he thought 'that a t l a s t he had found i n t e l l i g e n c e , beauty and kindness a l l i n one person, and her apartment, v / i t h i t s snowy t a b l e - l i n e n , i t s s i l v e r and i t s f l o w e r s , became f o r him a haven of peace, a centre of d e l i g h t , a c o n t r a s t t o the sordidness o f h i s own l o d g i n g s , w i t h c r e d i t o r s w a i t i n g f o r him on the doorstep, to catch him as he came i n or out....He was never absent from her p a r t i e s and he could not Cf. S t a r k i e , E., B a u d e l a i r e , London, Faber and Faber, 1957, P. 254» 5a h e l p being touched by the kindness which she showered on a l l her guests....She s i n g l e d out no one f o r s p e c i a l a t t e n t i o n , but Ba u d e l a i r e , i n h i s l o n e l i n e s s and depression, used to compare her kindness toward him w i t h what he considered h i s mother's n e g l e c t , and could not help reading i n t o i t more than she perhaps intended t o express. 22 I I importe peu s i Madame Sabati e r n ' e t a i t pas tout ce que Baudelaire s ' i m a g i n a i t , car ce qui nous inte'resse avant tout c'est 1 ' a t t i t u d e q u ' e l l e l u i i n s p i r a i t . Dans c e t t e a t t i t u d e se reVele une s e n s i t i v i t e et une tendresse de caractere que l'on ne trouve que rarement dans ses oeuvres. La v i e sordide de l'a u t e u r a v a i t f a i t n a i t r e en l u i l e beso i n d'un etre en qui l a bonte regne et en qui i l puisse a v o i r c o n f i a n c e . D'apres Miss Enid S t a r k i e : A l l he asked of Madame Sab a t i e r was to be a b l e , though her, to preserve t h i s f a i t h , and he asked f o r nothing f o r h i m s e l f , no a t t e n t i o n or r e t u r n , nothing except t h a t she should continue t o be gracious and good, and not dis a p p o i n t him i n h i s ideal....To b e l i e v e i n Madame S a b a t i e r , as he b e l i e v e d i n her, mere naivete was not s u f f i c i e n t , i t needed a l s o s p i r i t u a l q u a l i t i e s , a depth of nature and a d e l i c a c y of heart which few men possess. 23 Etant donne cet ! t a t d'Sme de Charles Baudelaire en I b i d . , p. 257. I b i d . , pp. 257-a. 59. 1852 — et rappelons que c'est a cette epoque que l'auteur des Fleurs du Mal commence a s'enthousiasmer pour l a polsie d'Edgar Poe, comme i l 1'avait f a i t pour sa prose quelques cinq annees auparavant — l'on ne s'etonne guere qu'il a i t subi une transformation. Son attitude envers Madame Sabatier et sa connaissance de 1'amour pur pourraient done expliquer l'origine de ce cycle de poemes qui semble etranger au reste des Fleurs du Mal; Madame Sabatier l u i a fourni le sujet, Poe l u i a revele l a maniere de l'exprimer. Car non seulement 1'attitude de Baudelaire envers sa bien-aimee est poesque, mais encore i l y a dans les poemes des images et des symboles dont l'origine ne s'explique guere autrement que par les ecrits du poete americain. D'ailleurs Baudelaire admet lui-meme l'emprunt pui*qu'il avoue deux plagiats de Poe, 2 4 et l a critique moderne est d'accord pour dire qu'il aurait pu en 25 avouer plusieurs autres. J D'apres Wetherill, par exemple: Les deux emprunts qu'il avait 1'intention de denoncer lui-meme sont evidemment ceux du Flam- J beau Vivant et du Heautontimoroume'nos. Ce sont la les deux emprunts qu'il aurait eu le plus de d i f f i c u l t l s a cacher. Mais qu'il ne s'agisse nullement de tous les emprunts, pour s'en rendre Cf. Michaud, R., op. c i t . , p. 670. Ibid. 60 compte, i l n'est que de se rap p e l e r ( l e s nombreux autres.) 26 Baudelaire a compose l e s pieces a Madame Sabatier , on entre l e s annees 1852-1854' Non content de l e s garder chez l u i jusqu'a. ce q u ' i l a i t l e s moyens de l e s f a i r e p u b l i e r , l ' a u t e u r des Fle u r s du Mai a envoye sept des neuf 2^ pieces que comprend l e c y c l e a Madame S a b a t i e r , l a * 29 s Presidente, accompagnes presque chaque f o i s d'une l e t t r e anonyme a l ' e c r i t u r e c o n t r e f a i t e ^ Baudelaire a envoye l a premiere l e t t r e l e 9 decembre 1852, et l'o n y trouve deja l e s sentiments epures du correspondant: La personne pour qui ces vers sont f a i t s . . . est bien humblement supplie'e de ne l e s montrer a. personne. Les sentiments profonds ont une pudeur qui ne veut pas e t r e v i o l l e . . . . C e l u i qui a f a i t 2 ^ W e t h e r i l l , op. c i t . , p. 212. 2 7 I b i d . , p. 258. 2 ^ Baudelaire a envoye a l a Presidente A une femme  (A c e l l e qui est) t r o p g a i e ; R e v e r s i b i l i t e ; Confession; Le Flambeau Vivant; Aube s p i r i t u e l l e ; Que d i r a s - t u ce s o i r et 1'Hymne. E l l e ne devait v o i r Harmonie du s o i r et l e  Flacon qu'apres l e u r p u b l i c a t i o n . 29 C'est a i n s i que l ' a p p e l a i e n t l e s f a m i l i e r s qui se r e u n i s s a i e n t dans son salon de l a rue Frochot, 30 J Pour l a reproduction de ces l e t t r e s i n extenso, v o i r appendice 1. 61. ces vers dans un de ces Etats de r§verie ou le jette souvent 1'image de celle qui en est l 'objet l ' a bien vivement aimee, sans jamais le l u i dire, et conservera toujours pour elle la plus tendre sympathie. 31 Cette premiere lettre etait accompagnee de la piece A une femme (A celle qui est) t r o p gaie. Ce poeme fut condamne lors du proces des F l e u r s du Mal, les magistrats estimant que les deux dernieres strophes 3 2 contenaient des Elements sanguinaires et obscenes. Mais Baudelaire a defendu la purete de ses intentions en ecrivant: T ?la gravite du recueil excluait de pareilles plaisanteries. Mais "venim" signifiant spleen ou mElancolie Etait une idEe trop simple 33 pour des cr iminal istes . n J J S i A celle qui est trop gaie chante, quoi qu'en aient dit les magistrats, 1'amour pur t e l que l e c o n c e v a i t Edgar Poe, d'autres pieces du cycle, tout en conservant ce-'ton, rlvelent encore des images et des procEd^s extremement poesques. S i nous considErons le Flambeau Vi v a n t , adresse a Madame Sa b a t i e r le 7 fEvrier 1854 — et qui est peut-etre l a piece la plus caractEris- tique du cycle, soit par les images, soit par l ' inacces- s i b i l i t E de la bien-aimee et son role de protectrice — ^ Correspondance gEndrale, pp. 180-181, 3 2 Les F l e u r s du Mal, p. 165. 3 3 I b i d . , p. 434. 62. nous reraarquons tout de s u i t e l'empreinte du poete ameri c a i n , et meme l a s i m i l a r i t ! entre c e t t e piece de Baudelaire et un poeme de Poe en p a r t i c u l i e r , To Helen ( I saw thee once...). Les rapprochements entre ces deux poemes sont des plus apparents. Tout d'abord l e poete f r a n c a i s trouve chez Poe 1*image fondamentale des yeux et l e u r donne toutes l e s q u a l i t e s que 1'Americain l e u r a t t r i b u e . Poe appelle l e s yeux de l a bien-aimee "those c r i s t a l l i n e spheres," et Baudelaire se souvenant de c e t t e image p a r l e des "feux diamantes." 3^ Cependant l e p a r a l l & l e devient b i e n plus p r e c i s lorsqu'on compare "they are my m i n i s t e r s — yet I t h e i r s l a v e e t " l i s sont mes 37 s e r v i t e u r s et je s u i s l e u r esclave"^ qui c o n s t i t u e evidemment une t r a d u c t i o n d i r e c t e . D ' a i l l e u r s l e s quatre vers qui precedent c e t t e t r a d u c t i o n l i t t e r a l e : l i s marchent, ces d i v i n s f r e r e s qui sont mes f r e r e s , Secouant dans mes yeux l e u r s feux diamant^s. Me sauvant de toute piege et de tout peche grave, l i s conduisent mes pas dans l a route du beau, 38 3 4 Cf. Poe, Poems, C h a r l o t t e s v i l l e , U n i v e r s i t y Press of V i r g i n i a , 19o5, p. 115« 3 ^ Cf. Les F l e u r s du Mai, P a r i s , Garnier, 1961, p. 48, 3 ^ P o e , op. c i t . , p. 116. 3 7 Baudelaire, op. c i t . , p. 48. 3 8 I b i d . 63. expriment exactement l a raerae i d l e que ces vers de Poe: They f o l l o w me — they l e a d me through the years. They are my m i n i s t e r s — yet I t h e i r s l a v e . Their o f f i c e i s to i l l u m i n a t e and enkindle — My duty to be saved by t h e i r b r i g h t l i g h t And p u r i f i e d by t h e i r e l e c t r i c f i r e And s a n c t i f i e d i n t h e i r e l y s i a n f i r e . ~o They f i l l my s o u l w i t h Beauty (which i s Hope).^ y De meme l ' l c l a t implacable des yeux exprime par While even i n the meridian glow of day I see them s t i l l — two sweetly s c i n t i l l a n t Venuses, unextinguished by the sun! 40 r a p p e l l e Charmants yeux, vous b r i l l e z de l a c l a r t e mystique Qu'ont l e s c i e r g e s b r u l a n t en p l e i n j o u r ; l e s o l e i l Rougit, mais' n ' i t e i n t pas l e u r flamme f a n t a s t i q u e . 41 Nous voyons done qu'avec ce poeme Baudelaire se rapproche t r o p de Poe pour que l'on puisse douter de l a dette q u ' i l a envers l ' A m e r i c a i n . D'autres pieces r e v d l e n t Egalement des emprunts, moins s a i l l a n t s peut-Etre, mais tout a u s s i 3 9 Poe, op. c i t . , p. l l6o 4 0 I b i d . ^ Baudelaire, op. c i t . , p. 48. 6 4 . concluants. Par exemple l e ton general des quatre premieres strophes de Confession, envoye a Madame S a b a t i e r l e 9 mai.1853: Une f o i s , une s e u l e , — aimable et bonne femme, A mon bras votre bras p o l i S'appuya; sur l e fond tenebreux de mon ame Ce souvenir n'est point p a l i ; — I I e t a i t t a r d ; — a i n s i qu'une medaille neuve La p l e i n e ^ l u n e s ' l t a l a i t , Et l a s o l e n n i t e de l a n u i t , comme un fl e u v e Sur P a r i s dormant r u i s s e l a i t . Et l e long des maisons, sous l e s portes cocheres Des chats passaient f u r t i v e m e n t , L ' o r e i l l e au guet, ou bien comme des ombres cheres, Nous accompagnaient lentement. Tout a coup, au m i l i e u de 1 ' i n t i m i t E l i b r e Eclose par l a pale c l a r t E , De vous, b e i et sonore instrument ou ne v i b r e Que l a radieuse g a i t e . . . , 2 (une note) ^ r a p p e l l e l e ton du poeme To Helen: I saw thee once — once only — years ago: I must not say how many — but not many. I t was a J u l y midnight; and from out A f u l l - o r b e d moon, t h a t , l i k e t h i n e own s o u l , soaring Sought a p r e c i p i t a t e path up through heaven, . There f e l l a s i l v e r y - s i l k e n v e i l of l i g h t , With quietude and s u l t r i n e s s and slumber. Upon the upturned faces of a thousand 4 B a u d e l a i r e , Correspondance Generale, tome 1, p. 210. 65. Roses that grew i n an enchanted garden, Where no wind dared to s t i r , unless on t i p t o e — . 4 3 On remarque dans ces deux e x t r a i t s l a meme atmosphere vague et -suggeYee, l e meme souvenir d'un Ivdnement unique, l a meme quietude dans " s u l t r i n e s s and slumber" que dans " P a r i s dormant" et un e f f e t v i s u e l semblable exprim! d'un c6t4 par "a s i l v e r y - s i l k e n v e i l of l i g h t " et de 1'autre par " l ' i n t i m i t e l i b r e " de " l a p&le c l a r t e . " A i l l e u r s , dans Harmonie du S o i r 4 4 qui f a i t p a r t i e du meme c y c l e , 4 ^ Baudelaire emploie 1 'image de l' e n c e n s o i r qui se retrouve dans The Raven de Poe: "Then methought, the a i r grew denser, perfumed from an unseen censer..." 4^. Quant a Tout e n t i e r e , on remarque que 1'harmonie de Madame Saba t i e r evoqueechez l ' a u t e u r des Fle u r s du Mai: Lorsque tout me r a v i t , j ' i g n o r e S i quelque chose me s e d u i t . E l l e e b l o u i t comme l'Aurore Et console comme l a N u i t ; 4 3 Poe, op. c i t . , p. 114« 44 \ Cf. F l e u r s du Mai, p. 52. 4 ^ Nous savons que ce poeme f a i t p a r t i e du c ^ c l e de Madame Sabati e r puisque l' a u t e u r a indique que c ' e t a i t pour e l l e l o r s q u ' i l l u i a envoy! une e d i t i o n de ses vers, Cf. S t a r k i e , op. c i t . , p. 258. 4 ^ Poe, op. c i t . , p. 98. 6 6 . . Et l'harmonie est t r o p exquise, Qui gouverne tout son beau corps, Pour que 1'impuissante analyse En note l e s nombreux accords. 47 r a p p e l l e d'assez pres l e s sentiments poesques exprimes dans A l Aaraaf: .-^  L i g e i a , L i g e i a l My b e a u t i f u l one I Whose harshest i d e a W i l l t o melody run. 48 Les ressemblances entre Baudelaire et Poe ne**reduisent pas uniquement a ces emprunts d'images, d'impressions, de sen s a t i o n s . Une f o r t e ressemblance se f a i t v o i r jusque dans l e t o n dominant, dans 1'atmosphere meme de ce cyc l e de poemes. L'anonymat de Baudelaire dans l e s pieces a Madame Sa b a t i e r a i n s i que l e s d e s c r i p t i o n s vagues que l'on y trouve r a p p e l l e n t des procldEs semblables employes par Edgar Poe dans un c e r t a i n nombre de ses poemes intitules To J*^ De mime Poe compare spuvent l a bien-aimee a un ange ou a une Madone, comme dans A l Aaraaf ^ o u To , ^  e t Baudelaire se s e r t de ces 4-7 B a u d e l a i r e , op. c i t . , p. 4 6 . 4 s Poe, op. c i t . , p. 34* 49 'cf. To — : Not long ago the w r i t e r of these l i n e s , Maintained "the power of words." And now, as i n i n mockery of t h a t boast. Two words — two f o r e i g n s o f t d i s s y l l a b l e s , I t a l i a n tones, made only to be murmured... 5 0 I b i d . , , p. 142. 5 1 I b i d . , p. 3 6 . 67. memes images a t r a v e r s tout l e c y c l e de Madame Sa b a t i e r ; comme exemple l'on p o u r r a i t c i t e r "Ange p l e i n de g a i t e , 52 connaissez-vous 1'angoisse..." ou "Je s u i s l'Ange gardien, l a Muse et l a Madone." J Nous voyons done que dans l e cy c l e de Madame Sabati e r Baudelaire r e v i l e une f o i s de plus son admiration pour Edgar Poe. Mais c e t t e f o i s - c i , comme nous venons de l e co n s t a t e r , c e t t e admiration se manifeste d'une maniere t r e s concrete, puisque dans ce groupe de pieces l'auteur des F l e u r s du Mai d i r i g e son t a l e n t dans une voie q u i - l u i est nouvelle et assez eloignee du Baudelaire que nous avons connu. I I est d i f f i c i l e , en comparant l e s poemes adresses a Madame Sa b a t i e r avec ceux qui datent d'avant sa connais- sance de Poe, de n i e r l a dette de Baudelaire envers 1'Americain dans ce c y c l e . Les s i m i l a r i t e s sont t r o p e t r o i t e s et l e s images souvent t r o p frappantes par l e u r ressemblance pour que l'on puisse l e s f a i r e passer pour de simples coincidences. Baudelaire, op. c i t . , p. 48* I b i d . , p. 47o 68. CONCLUSION • Les cent ans qui se sont !coul!s depuis l a mort de l ' a u t e u r des F l e u r s du Mai en 1867 ont vu l a p a r u t i o n de nombreux ouvrages concernant l a question Poe-Baudelaire. A mesure que l e s annees se succedent l e norabre de ceux qui v o i e n t en Edgar Poe l e malt re du poete f r a n p a i s d i r a i - nue graduellement. S i Cambiaire pouvait a f f i r m e r en 1927 que l e s c r i t i q u e s e t a i e n t d'accord pour d i r e que Poe a v a i t i n f l u e n c e Baudelaire d'une facon t r e s marquee, c'est q u ' i l a v a i t c o n s u l t ! des c r i t i q u e s comme Ransome, Seylaz et C. Alphonse Smith,* qui a l e u r t o u r avaient accept! des p o i n t s de vue t e l s que: " V i r g i l e a ete l ' a u t e u r du Dante. Edgar Poe a ete l ' a u t e u r de B a u d e l a i r e . " De nos j o u r s , cependant, l e s c r i t i q u e s avancent avec bien plus de 1 Cambiaire, op. c i t . , p. 105. 2 Gautier, T., H i s t o i r e du Romantisme. P a r i s , Charpentier, 1877, p. 347. 69. mefiance, doutant meme du jugement d'un Paul V a l 6 r y . 3 L'assentiment general de Lemonnier, de Reynold, de Ruff et de W e t h e r i l l parmi b i e n d'autres e s t que lorsque Baudelaire f i t l a connaissance des ouvrages de l ' e c r i v a i n americain sa formation a r t i s t i q u e e t a i t a peu pres d e f i n i t i v e . Cependant nous avens vu combien Baudelaire aimait s ' i d e n t i f i e r avec Poe, et nous avons c o n s t a t ! qu'a b i e n des egards l e rapprochement que f a i t l ' a u t e u r des Fleurs  du Mai est souvent j u s t i f i e . T o u t e f o i s , comme nous 1'avons remarque, Baudelaire a souvent eprouv! l a neces- s i t e de f o r c e r ce rapprochement biographique. C'est dans c e t t e obsession de Baudelaire de v o u l o i r a tout p r i x e t r e p a r e i l a son i d o l e que se r e v e l e ce qui e s t peut-etre un des elements l e s plus importants dans l e s rapports entre l e s deux e c r i v a i n s . I I s u f f i t d'examiner l a v i e du poete f r a n c a i s pour se rendre compte que c ' e t a i t un homme in s t a b l e , qui manquait de confiance en lui-meme. Or, quand i l a eu "decouvert" l e s ouvrages d'Edgar A l l a n Poe,. c ' e t a i t comme s ' i l a v a i t devant l u i l a c o n f i r m a t i o n de tout ce q u ' i l a v a i t accompli j u s q u ' a l o r s . Poe l ' a pour a i n s i d i r e j u s t i f i e et l u i a f o u r n i 1'assurance q u ' i l e t a i t sur l a bonne v o l e . C'est en c e l a qu'Edgar Poe a peut-etre l e plus i n f l u e n c e Baudelaire. Car s i de * Cf. V a l e r y , P., " S i t u a t i o n de Ba u d e l a i r e , " V a r i e t e I I , P a r i s , G a l l i n a r d , 1930, pp. 141-174. 70. nombreuses a f f i n i t l s e x i s t e n t entre l e u r s points de vue a r t i s t i q u e s et esth e t i q u e s , e l l e s sont en grande p a r t i e dues aux i n f l u e n c e s e x t e r i e u r e s , et s i par i n f l u e n c e nous voulons d i r e l a r e v e l a t i o n d'idees nouvelles ou d'une esthetique n o u v e l l e , ou meme une tran s f o r m a t i o n a r t i s t i q u e e f f ectuee par 1'action de Poe sur 1 ' e s p r i t et l a volonte* de B a u d e l a i r e , c'est seulement dans l e c y c l e de Madame Sa b a t i e r , qui ne compte que pour une f r a c t i o n de 1'oeuvre poetique de Baudelaire, que nous l a trouvons. Par contre, s i nous considerons 1'influence comme !tant de l ' e n t h o u s i - asme et une 'admiration qui a t t e i n t presque l e niveau d'un c u l t e , grace aux a f f i n i t e s p r e ! t a b l i e s , a l o r s l a dette de Baudelaire envers Poe e s t c o n s i d e r a b l e . Meme s i l'on admet que Poe n'a presque r i e n a j o u t ! de t a n g i b l e au genie du podte f r a n c a i s et q u ' i l n'a r i e n transform! de fonda- mental, i l a neanmoins confirm!, j u s t i f i ! et renforce" l a miss i o n po!tique de l ' a u t e u r des F l e u r s du Mal. Baudelaire t r o u v a i t en son i d o l e d'outre-Atlantique l e sout i e n s p i r i t u e l de ses propres id!aux, et c'est chez Poe q u ' i l a p u i s ! une c e r t a i n e f o i dans l a valeur de son propre g!nie« 71. BIBLIOGRAPHIE I . Ouvrages de Charles Baudelaire: Oeuvres Completes P a r i s , La P l e i a d e , 1961 L'art romantique P a r i s , Calmann-Levy, (S.D.) C u r i o s i t ^ s e s t h e t i q u e s , P a r i s , Louis Conard, 1923 La F a n f a r l o Monaco, Du Rocher, 1957 Correspondence gene'rale P a r i s , Conard, 1947 (6 tomes) H i s t o i r e s E x t r a o r d i n a i r e s P a r i s , Calmann-Levy, (S.D.) Nouvelles H i s t o i r e s E x t r a o r d i n a i r e s P a r i s , Calmann-Levy, (S.D.) .Journaux intimes P a r i s , C o r t i , 1949 Les F l e u r s du Mai P a r i s , Garnier, 1961 P e t i t s Poemes en Prose P a r i s , Garnier, 1928 Oeuvres Posthumes P a r i s , Conard, 1939 I I . Ouvrages d 1Edgar A l l a n Poe: The Complete Works New York, .AMS Press, 1965, v o l s . 1-17 . The Complete P o e t i c a l Works London, Oxford U n i v e r s i t y Press, 1909 72. Selected W r i t i n g s E d i t e d by E.H. Davidson Boston, H o u g h t o n - M i f f l i n , 1956 The Poems of Edgar A l l a n Poe Ed i t e d by Floyd S t o v a l l C h a r l o t t e s v i l l e , U n i v e r s i t y of V i r g i n i a Press, 1965 III. Ouvrages C r i t i q u e s : A l t e r t o n , M, B i l l y , A. Cambiaire, C, Campbell, K. Cassagne, Ac C o l l i n g , Ao CrEpet, E 0 Crepet, J . Dufay, J • Ferra n , A. O r i g i n s of Poe's C r i t i c a l Theory New York, R u s s e l l and R u s s e l l , 1965 Vie de Balzac P a r i s , Flammarion, 1944 The Influence of Edgar A l l a n Poe  i n France Macon, Protat F r e r e s , 1927 The Mind of Poe and Other Studies Cambridge, U.S.A., Harvard U n i v e r s i t y Press, 1933 V e r s i f i c a t i o n et M l t r i q u e de Charles Baudelaire P a r i s , L i b r a i r i e Hachette et C i e , 1906 Edgar Poe P a r i s , A l i n - M i c h e l , 1952 Charles Baudelaire . P a r i s , Vanier, 1906 Propos sur Baudelaire P a r i s , Mercure de France, 1957 Autour de Baudelaire P a r i s , Au Cabinet du Livr'e, 1931 EsthEtique de Baudelaire P a r i s , Hachette, 1933 F l o t t e s , P. Fumet, S. Gautier, T. G i l l , W. Gourmont, R. de H a r r i s o n , J . L a u v r i e r e , E„ Lemonnier, L. Massin,.J. Michaud, G. Noulet, E. Peyre, H. Pommier, J . Porche, F. Reynold, G. de 73. B a u d e l a i r e : l'homme et l e poete P a r i s , P e r r i n , 1922 Notre Baudelaire • P a r i s , F l o n , 1926 H i s t o i r e du Romantisme P a r i s , Charpentier, 1877 The L i f e of Edgar A l l a n Poe New York, D i l l i n g h a m , 1877 Promenades l i t t e r a i r e s P a r i s , Mercure de France, 1913 Edgar A l l a n Poe New York, C r o w e l l , 1903 Edgar Poe: s a . v i e et son oeuvre P a r i s , Alcan, 1904 Edgar Poe et l e s Poetes Francais P a r i s , E d i t i o n s de l a Nouvelle Revue C r i t i q u e , 1932 Baudelaire devant l a douleur P a r i s , Sequana, (S.D.j Message poetique du Symbolisme P a r i s , N i z e t , 1961 L ' i n f l u e n c e d'Edgar Poe dans l a  poesie f r a n p a i s e Mexique T a l l e r e s g r a f i c o s de l a e d i t o r i a l C u l t u r a , 1958 Connaissances de Baudelaire P a r i s , C o r t i , 1951 Dans l e s chemins de Baudelaire P a r i s , C o r t i , 1945 Baudelaire, h i s t o i r e d'une a*me P a r i s , Flammarion, 1944 Charles Baudelaire P a r i s , Cres et C i e , 1920 74. Prevost, J . Seen!, Ao S t a r k i e , £• Symons, A. Turquet-Milnes V a l e r y , P. V i v i e r , R. Vouga, D. W e t h e r i l l , P. Whitman, S. Baudelaire P a r i s , Mercure de France, 1953 Charles Baudelaire P a r i s , Louis Michaud, (S.D.) Baudelaire London, Faber and Faber, 1957 L e t t e r s of Charles Baudelaire to h i s Mother (1833-6o7 Bungay, Clay and Sons, (S.D.) The Influence of Baudelaire i n  France and England London, Constable, 1913 VariEte* I I P a r i s , G a l l i m a r d , 1930 . L ' o r i g i n a l i t ! de Baudelaire B r u x e l l e s , Duculot, 1952 Baudelaire et Joseph de M a i s t r e P a r i s , C o r t i , 1957 Charles Baudelaire et l a Poesie  d 1Edgar Poe P a r i s , N i z e t , 1962 Edgar Poe and h i s C r i t i c s New York, Rudd and C a r l e t o n , 1859 IV. A r t i c l e s c o n s u l t e s : Bandy, W„T, Bernard, E. B i r d , E.A. "New L i g h t on Poe and B a u d e l a i r e " Yale French Studies . 1953, no. 10, Autumn "Charles Baudelaire c r i t i q u e d'art et e s t h e t i c i e n " Mercure de France, 16 octobre, 1919 "La pensee poEtique f r a r i c a i s e .et Poe: une Evaluation" Proceedings of the APFUC, June, 1966, p. 23 75 Francon, M. Lemonnier, L. Michaud, R. Rhodes, S. Stuart, E» "Poe et Baudelaire" .P.M.L.A.. v o l . 60, 1945 "L finfluence d'E. Poe sur V i l l i e r s de 1'Isle-Adam" Mercure de France, tome 246, 1933 "Baudelaire et Edgar Poe: Une raise au point" Revue de l a litteVature compar^e, tome 18, 1938 "The Influence of Poe on Baudelaire" Romantic Review, v o l . 18, 1918 "A L i t e r a r y A f f i n i t y " Nineteenth Century, v o l . XXXIV, 76. APPENDICE I Les l e t t r e s de Charles Baudelaire a Madame S a b a t i e r * Jeudi 9 d£cembre 1852o La personne pour qui ces vers ont e t ! f a i t s , q u ' i l s l u i p l a i s e n t ou q u ' i l s l u i d ^ p l a i s e n t , quand m§me i l s l u i p a r a i t r a i e n t tout a f a i t r i d i c u l e s , est b i e n humblement supplied de ne l e s montrer a personne. Les sentiments profonds ont une pudeur qui ne veut pas Stre viole'e. L'absence de signature n ' e s t - e l l e pas un symptome de c e t t e i n v i n c i b l e pudeur? C e l u i qui a f a i t ces vers dans un de ces e t a t s de r e v e r i e ou l e j e t t e souvent 1'image de c e l l e qui en est l ' o b j e t l ' a bien vivement aimie, sans jamais l e l u i d i r e , et conservera toujours pour e l l e l a plus tendre sympathie. A UNE FEMME TROP GATE Ta t e t e , ton geste et ton a i r Sont beaux comme un beau paysage, Le r i r e joue en ton visage Comme un vent f r a i s dans un c i e l c l a i r . Le passant c h a g r i n que t u f r o l e s Est e c l a i r e par l a sant^, Qui j a i l l i t comme une c l a r t l De t e s bras et de tes epaules. Ces l e t t r e s sont reproduites d'apres Correspondence  General de Bau d e l a i r e , P a r i s , Conard, 1947* E l l e s conservent l e s p e c u l i a r i t ^ s orthographiques t e l l e s q u ' e l l e s apparaissent dans l e s manuscrits. 77 Les r e t e n t i s s a n t e s couleurs Dont t u parsemes tes t o i l e t t e s J e t t e n t dans l'ame des poetes L'image d'un b a l l e t de f l e u r s * Ces robes f o l l e s sont l'embleme De ton e s p r i t b a r i o l e ; Fol'le dont je s u i s a f f o l e , Je te bais autant que je t'aime. Quelquefois dans un beau j a r d i n Ou je t r a l n a i s mon agonie, J ' a i s e n t i comme une i r o n i e Le s o l e i l dechirer" mon sein« Et l e printemps et l a verdure Ont t a n t h u m i l i ! mon coeur Que j ' a i puni sur une f l e u r L'insolence de l a Nature. A i n s i je voudrais une n u i t , Quand l'heure des volupt6s sonne, Vers l e s splendeurs de t a personne Comme un l k c h e , ramper sans b r u i t , Pour ch&tier t a c h a i r joyeuse, Pour m e u r t r i r ton s e i n pardonne", Et f a i r e a ton f l a n e etonne Une blessure large et creuse, E t , d e l i c i e u s e douceur, A t r a v e r s ces l e v r e s nouvelles P l u s ' e c l a t a n t e s et plus b e l l e s T ' i n f u s e r mon sang, 6 ma Soeur. "A P a r i s , rue Frochot. Madame S a b a t i e r . V e r s a i l l e s , 3 m a i 1853 Ange p l e i n de g a i t e , connaissez-vous l ' a n g o i s s e , La honte, l e s remords, l e s s a n g l o t s , l e s ennuis, Et l e s vagues t e r r e u r s de ces a f f r e u s e s n u i t s Qui compriment l e coeur comme un papier qu'on f r o i s s e ? Ange p l e i n de g a i t e , connaissez-vous l'angoisse? 73 Ange p l e i n de bonte, connaissez-vous l a haine, Les poings rcrispe"s dans l Tombre et l e s larmes de f i e l , Quand l a Vengeance bat son i n f e r n a l r a p pel Et de nos facult£s se f a i t l e c a p i t a i n e ? Ange p l e i n de bonte*, connaissez-vous l a haine? Ange p l e i n de sant!, connaissez-vous l e s F i e v r e s , Qui l e long des grands murs de l' h o s p i c e b l a f a r d , Comme des p r i s o n n i e r s , s'en vont d'un pas t r a l n a r d , Cherchant l e s o l e i l rare et remuant l e s l e v r e s ? Ange p l e i n de santE, connaissez-vous l e s F i e v r e s ? Ange p l e i n de beaut!, connaissez-vous l e s r i d e s , Et l a peur de v i e i l l i r , et l e honteux tourment De l i r e l a secrete horreur du D!vouement Dans des yeux ou longtemps burent nos yeux avides? Ange p l e i n de beautE, connaissez-vous l e s r i d e s ? Ange p l e i n de bonheur, de j o i e et de lumie r e s , David mourant a u r a i t demande l a sant!, Aux Emanations de ton corps enchant!; Mais de t o i je n'implore, Ange, que tes p r i e r e s , Ange p l e i n de bonheur, de j o i e et de lumi e r e s . Lundi 9 mai 1853. Vraiment, Madame, je vous demande m i l l e pardons de cet t e i m b E c i l e r i m a i l l e r i e anonyme, qui sent horriblement 1 ' e n f a n t i l l a g e ; mais qu fy f a i r e ? Je s u i s Egoiste comme l e s enfants et l e s malades. Je pense aux personnes aimees quand je s o u f f r e . GenEralement, je pense a vous en ve r s , et quand l e s vers sont f a i t s , j e ne s a i s pas r e s i s t e r a l' e n v i e de l e s f a i r e v o i r a l a personne qui en est l ' o b j e t . — En meme temps, je me cache, comme quelqu'un qui a une peur extreme du r i d i c u l e . — N'y a - t - i l pas quelquechose d'essentiellement comique dans 1'amour? — p a r t i c u l i e r e m e n t pour ceux qui n'en sont pas a t t e i n t s . 79. Mais j e vous j u r e que c'est bien l a derniere f o i s que je m'expose; et s i mon ardente amitie pour vous dure a u s s i longtemps encore q u ' e l l e a deja dure*, avant que je vous en a i e d i t un mot, nous serons vieux tous l e s deux. Quelque absurde que tout c e l a vous p a r a i s s e , f i g u r e z - vous q u ' i l y a un coeur dont vous ne pourriez vous moquer sans c r u a u t l , et ou votre image v i t t o u j o u r s . Une f o i s , une seule , — aimable et bonne femme, A mon bras v o t r e bras p o l i S'appuya; sur l e fond tdnebreux de mon ame Ce souvenir n'est point p 3 l i ; — I I e t a i t t a r d ; — a i n s i qu'une medaille neuve La p l e i n e lune s ' e t a l a i t , Et l a s o l e n n i t ! de l a - n u i t , comme un fl e u v e Sur P a r i s dormant r u i s s e l a i t o Et l e long des maisons, sous l e s portes coche'res Des chats passaient furtivement, L ' o r e i l l e au guet, ou bien comme des ombres cheres, Nous accompagnaient lentemento Tout a coup, au m i l i e u de 1 T i n t i m i t y l i b r e Eclose a l a pale c l a r t ! , De vous, b e i et sonore instrument ou ne v i b r e Que l a radieuse g a i t e , De vous, c l a i r e et joyeuse a i n s i qu'une f a n f a r e Dans l e matin e t i n c e l a n t , — Une note p l a i n t i v e , une note b i z a r r e S'e'chappa, tout en chancelant Comme une enfant che*tive, h o r r i b l e , sombre, immonde, . Dont sa f a m i l i e r o u g i r a i t , Et q u ' e l l e a u r a i t longtemps, pour l a cacher au monde, Dans un caveau raise au s e c r e t . Pauvre Ange, e l l e c h a n t a i t , v otre note c r i a r d e , "Que r i e n i c i - b a s n'est c e r t a i n , Et que t o u j o u r s , avec quelque s o i n q u ' i l se f a r d e , Se t r a h i t l'egoisme humain; 80 — Que c'est un dur metier que d'etre b e l l e femme, — Q u ' i l ressemble au t r a v a i l banal De l a danseuse f o l l e et f r o i d e qui se pame Dans un s o u r i r e machinal; — Que b a t i r sur l e s coeurs est une chose s o t t e , — Que tout craque, — amour et beaut!, Jusqu'd ce que l ' O u b l i l e s j e t t e dans sa botte Pour l e s rendre a 1' e'ternite' 1 J ' a i souvent invoque c e t t e lune enchantee Ce s i l e n c e et c e t t e langueur, Et c e t t e confidence !trange chuchot!e Au c o n f e s s i o n n a l du coeur. P a r i s , rue Frochot. Mardi 7 f ! v r i e r 1854. Je ne c r o i s pas, madame, que l e s femm.es en g! n ! r a l connaissent toute l'!tendue de^leur pouvoir, s o i t pour l e b i e n , s o i t pour l e mal. Sans doute, i l ne s e r a i t pas prudent de l e s en i n s t r u i r e toutes egalement. Mais avec vous on he r i s q u e r i e n ; v o tre ame est t r o p r i c h e en bont! pour donner place a l a fa t u i t e " et a l a cruaut!. D'aiHeurs vous avez e t ! sans aucun doute tellement abreuvee, satur!e de f l a t t e r i e s qu'une seule chose peut vous f l a t t e r desormais, c'est d'apprendre que vous f a i t e s l e b i e n , — meme sans l e s a v o i r , — me*me en dormant, — simplement en v i v a n t . Quant a c e t t e l a c h e t ! de 1'anonyme, que vous d i r a i - j e , q u e l l e excuse a l l e g u e r a i - j e , . s i ce n'est que ma premiere 81. faute commande toutes l e s a u t r e s , et que l e p l i est p r i s . — Supposez, s i vous v o u l e z , que quelquefois sous l a p r e s s i o n d'un o p i n i a t r e chagrin je ne puisse t r o u v e r de soulagement que dans l e p l a i s i r de i'aire des vers pour vous, et qu'ensuite j e s o i s o b l i g e d'accorder l e de'sir innocent de vous l e s montrer avec l a peur h o r r i b l e de vous d ! p l a i r e . — V o i l a qui explique l a l&che'te. l i s marchent devant moi^ ces Yeux e x t r a o r d i n a i r e s Qu'un Ange t r e s savant a sans doute aimantds; l i s marchent, ces d i v i n s f r e r e s qui sont mes f r e r e s , Suspendant mon regard a l e u r s feux diamante's. Me sauvant de tout piege et de tout p!che grave, l i s conduisent mes pas dans l a route du Beau; l i s sont mes s e r v i t e u r s et je s u i s l e u r e s c l a v e ; Tout mon Etre o b 4 i t a ce v i v a n t Flambeau» Charmants Ysux, vous b r i l l e z de l a c l a r t e mystique Qu'ont l e s c i e r g e s b r u l a n t en p l e i n j o u r ; — . l e S o l e i l Rougit mais n ' e t e i n t pas l e u r flamrae f a n t a s t i q u e ; l i s c e l l b r e n t l a Mort, vous chantez l e R e V e i l ; — Vous marchez en chantant l e R e v e i l de mon Ame, Astres dont l e S o l e i l ne peut f l e t r i r l a flammeJ N ' e s t - i l pas v r a i que vous pensez comme moi, — que l a p l u s d e l i c i e u s e beaute, l a plus e x c e l l e n t e et l a plus adorable c r e a t u r e , — vous-meme par e x e m p l e , — ne peut pas d ^ s i r e r de m e i l l e u r compliment que 1'expression de l a g r a t i t u d e pour l e bien q u ' e l l e a f a i t ? 82. (S.d.) A f t e r a n i g h t of pleasure and d e s o l a t i o n , a l l my s o u l belongs to you. Quand chez l e s debauches l'Aube blanche et v e r m e i l l e Entre en s o c i e t E de 1'Ideal rongeur, Par 1'operation d'un mystere vengeur Dans l a b§te assoupie un Ange se r e v e i l l e ; Des Cieux S p i r i t u e l s 1 ' i n a c c e s s i b l e azur Pour 1'homme t e r r a s s e qui reve encore et s o u f f r e S'ouvre, et s'enfonce avec l ' a t t i r a n c e du g o u f f r e . — A i n s i , Forme d i v i n e , Etre l u c i d e et pur, Sur l e s ddbris fumeux des stupides o r g i e s Ton souvenir plus c l a i r , plus rose, et plus charmant, Pour mes yeux agrandis v o l t i g e incessamment« — Le S o l e i l a n o i r c i l a flamme des bougies; — A i n s i , t o u j o u r s vainqueur, ton Fantome est p a r e i l , — Ame r e s p l e n d i s s a n t e , — a l ' e t e r n e l S o l e i l . Jeudi 16 f l v r i e r 1854» J'ignore ce que l e s femmes pensent des adorations dont e l l e s sont quelquefois 1'objet. Certaines gens pretendent q u ' e l l e s doivent l e s tr o u v e r tout a f a i t n a t u r e l l e s , et d'autres q u ' e l l e s en doivent r i r e . l i s ne l e s supposent done que vaniteuses ou cyniques. Pour moi, i l me semble que l e s ames b i e n f a i t e s ne peuvent Etre que f i e r e s et heureuses de l e u r a c t i o n b i e n f a i t r i c e . Je ne s a i s s i jamais c e t t e douceur supreme me sera accordee de vous e n t r e t e n i r moi-mEme de la.puissance que vous avez acquise sur moi, et de 1 ' i r r a d i a t i o n p e r p e t u e l l e que votre 6*3. image cr!e dans mon cerveau. Je s u i s simplement heureux, pour l e moment present, de vous j u r e r de nouveau que jamais amour ne f u t plus d^sinte'resse', plus i d e a l , plus pen!tr£ de respect que c e l u i que je n o u r r i s secretement pour vous, et que je cacherai toujours avec l e soin.que ce tendre respect me commande. Que d i r a s - t u ce s o i r , pauvre Ame s o l i t a i r e , — Que d i r a s - t u , mon Coeur, Coeur a u t r e f o i s f l e t r i , — A l a t r e s - B e l l e , a l a tres-Bonne, a l a tres-Chere, Dont l e regard d i v i n t T a soudaln r e f l e u r i ? ~ "Nous mettrons notre o r g u e i l a chanter ses louanges, Rien ne vaut l a douceur de son a u t o r i t ! . Sa c h a i r S p i r i t u e l l e a l e parfum des Anges, Et son O e i l nous revet d'un h a b i t de Clarte'." "Que ce s p i t dans l a n u i t et dans l a s o l i t u d e , Que ce s o i t dans l a rue et dans l a m u l t i t u d e , Son Fantorae en dansant marche comme un Flambeau." " P a r f o i s i l p a r l e , et d i t : Je s u i s B e l l e et j'ordonne Que pour 1'Amour de MOI vous n'aimiez que l e Beau. Je s u i s l'Ange Gardien, l a Muse, et l a Madone." Lundi 8 mai 1854. I I y a b i e n longtemps, Madame, bien longtemps que ces vers sont e c r i t s . — Toujours l a meme deplorable habitude, l a r e v e r i e et l'anonyme. — Est-ce l a honte de ce r i d i c u l e anonyme, est-ce l a c r a i n t e que l e s vers ne soient mauvais, et que l ' h a b i l e t e n ' a i t pas r£pondu a l a hauteur des sentiments, qui m'ont rendu c e t t e f o i s s i h e s i t a n t et s i tiraide? — Je n'en s a i s r i e n du t o u t . — j ' a i s i peur de 8 4 o vous, que je vous a i toujours each! mon nom, pensant qu'une ad o r a t i o n anonyme, — r i d i c u l e evidemment pour toutes l e s brutes m a t ! r i e l l e s mondaines que nous pourrions c o n s u l t e r a ce s u j e t , — e t a i t , apres t o u t , a peu pres innocente, — ne pouvait r i e n t r o u b l e r , r i e n dlranger, et ! t a i t i n f i n i - ment s u p l r i e u r e en m o r a l i t ! a une poursuite n i a i s e , vaniteuse, a une attaque d i r e c t e contre une femme qui a ses a f f e c t i o n s placees, — et peut-etre ses d e v o i r s . N'etes-vous pas — et je l e d i s avec un peu d ' o r g u e i l , non seulement une des plus aim!es, — mais a u s s i l a plus profondement respectee.de toutes l e s creatures? — Je veux vous en donner une preuve. — Riez-en, — beaucoup, s i c e l a vous amuse, — mais n'en p a r l e z pas. — Ne trouverez-vous pas n a t u r e l , simple, humain, que l1homme bien e p r i s haisse l'amant heureux, l e possesseur? — Q u ' i l l e trouve i n f e r i e u r , choquant? — Eh bien, i l y a quelque temps, l e hazard m'a f a i t rencontrer c e l u i - l a . ; —- comment vous e x p r i m e r a i - j e , — sans comique, sans f a i r e r i r e v o t r e mechante f i g u r e toujours p l e i n e de g a l t e , — combien j ' a i ete heureux de tro u v e r un homme aimable, un homme qui put vous p l a i r e . — Mon D i e u l t a n t de s u b t i l i t e s n ' a c c u s e n t - i l s ( s i c ) pas l a deraison? — Pour en f i n i r , pour vous'expliquer mes s i l e n c e s , et mes ardeurs, ardeurs presque r e l i g i e u s e s , je vous d i r a i que quand mon etre est roule' dans l e n o i r de sa mechancete et de sa s o t t i s e . $5. n a t u r e l l e s , i l reve profondement de vous. De cette r e V e r i e e x c i t a n t e et p u r i f i a n t e n a i t gene'ralement un accide n t heureux. — Vous €tes pour moi non seulement l a plus a t t r a y a n t e des femmes; — de toutes l e s femmes, raais encore l a plus chere et l a plus pr^cieuse des s u p e r s t i t i o n s . — Je s u i s un e g o l s t e , je me sers de vous. — V o i c i mon malheureux t o r c h e - c u l . — Combien j e s e r a i s heureux s i je pouvais e t r e c e r t a i n que ces hautes conceptions de 1 Tamour ont quelque chance d'etre b i e n a c c u e i l l i e s dans un c o i n s e c r e t de votre adorable penseel — J e ne l e s a u r a i jamais. A l a tres-Chere, a l a t r e s - B e l l e Qui r e m p l i t mon coeur de clarte*, A l'Ange, a l ' I d o l e immortelle, Sa l u t en 1'Immortalit4l E l l e se repand dans ma v i e Comme un a i r impregn! de s e l , Et dans mon a"me inassouvie Vers l e gout de l ' E t e r n e l . Sachet to u j o u r s f r a i s qui parfume L'atmosphere d'un cher r£duit, Encensoir toujours p l e i n qui fume En secret a t r a v e r s l a n u i t , Comment, amour i n c o r r u p t i b l e , T'exprimer avec v ! r i t e ? — Grain de muse qui g£t i n v i s i b l e , Au fond de mon E t e r n i t e i A l a tres-Bonne, a l a t r e s - B e l l e , Qui m'a verse j o i e et sante, Salut en l a Vie E t e r n e l l e , En 1 ' E t e r n e l l e Volupte'j Pardonnez-moi, je ne vous en demande pas p l u s . 86.; APPENDICE I I Enumeration des ouvrages de Poe t r a d u i t s par Bau d e l a i r e * 1856 H i s t o i r e s E x t r a o r d i n a i r e s . p u b l i ^ e s a P a r i s par Mi c h e l Levy. To My Mother; The Murders i n the Rue Morgue; The  Pur l o i n e d L e t t e r ; The Gold Bug; The Balloon Hoax; The U n p a r a l l e l e d Adventure of One Hans Pfaal . 1 ; MS. Found i n a B o t t l e ; A Descent Into the Maelstrom; The Facts i n the Case of M. Valdemar; Mesmeric  Re v e l a t i o n ; A Tale of the Ragged Mountains; M o r e l l a ; L i g e i a ; Metzengerstein 1857 Nouvelles H i s t o i r e s E x t r a o r d i n a i r e s , publiees a P a r i s par M i c h e l Levy. The Imp of the Perverse; The Black Cat; W i l l i a m  Wilson; The Man of the Crowd; The T e l l - T a l e Heart; Berenice; The F a l l of the House of Usher; The P i t and  the Pendulum; Hop-Frog; The Cask of Amontillado; The  Masque of the Red Death; King Pest; The D e v i l i n the  B e l f r y ; L i o n i z i n g ; Four Beasts i n One; Some Words  wi t h a Mummy; The Power of Words; The Colloquy of  Monos and Una; The Conversation of E i r o s and Charmion; Shadow - A Parable; S i l e n c e - A Fable; The I s l a n d of the Fay; The Oval P o r t r a i t I856 Aventures d T A r t h u r Gordon Pym, publiees a P a r i s par Mi c h e l Levy. Cf. Baudelaire on Poe, t r a n s l a t e d and e d i t e d by Lo i s and Francis Hyslop, Pa., Bald Eagle Press, 1952, pp. 167-168. • 8 7 . I863 Eureka, publie* a P a r i s par M i c h e l Levy. I865 H i s t o i r e s Grotesques Et Serieuses, publiees a P a r i s par Michel LeVy. The Mystery of Marie Roget; Maelzel's Chess P l a y e r ; Eleanora; A Tale of Jerusalem; The Angel of the Odd; The System of Doctor Tarr and Professor Fether; The Domain of Arnheim; Landor's Cottage; The  Philosophy of F u r n i t u r e ; The Raven; The Philosophy  of Composition 

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
Canada 36 5
United States 34 2
France 16 0
United Kingdom 8 0
China 7 15
Turkey 6 0
Germany 6 24
Italy 5 27
Poland 4 0
Serbia 3 0
Japan 2 1
Romania 2 1
Ivory Coast 2 0
City Views Downloads
Unknown 69 27
San Mateo 9 0
Montreal 8 0
Ashburn 5 0
Bonnyrigg 4 0
Shenzhen 4 15
Oxford 3 0
Menlo Park 3 0
Paris 2 0
Southfield 2 0
Tokyo 2 1
Mountain View 2 1
Beijing 2 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}
Download Stats

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0093649/manifest

Comment

Related Items