UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Du Bellay : idealisme et sens pratique Cates, Mary Ellan 1968

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1968_A8 C38.pdf [ 3.9MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0093640.json
JSON-LD: 831-1.0093640-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0093640-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0093640-rdf.json
Turtle: 831-1.0093640-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0093640-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0093640-source.json
Full Text
831-1.0093640-fulltext.txt
Citation
831-1.0093640.ris

Full Text

DU BELLAT: IDEALISMS ET SENS PRATIQUE by Mary E l i a n Cates. B . A . . , University of Toronto, 19^9 A T H E S I S ; SUBMITTED;, I N P A R T I A L F U L F I L M E N T OT THE1 R E Q U I R E M E N T S . EOR. T H E DEGREE.. OE' M A S T E R O F ARTS: i n the, department of F R E N C H . We: accept this, thesis: as- conforming to the. required standard THE,UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA. A p r i l , 1968 In p resent ing t h i s t h e s i s in p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree that the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r reference and study . I f u r t h e r agree that permiss ion f o r ex tens i ve copying of t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by h i s represen -t a t i v e s . It i s understood that copying or p u b l i c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l ga in s h a l l not be a l lowed without my w r i t t e n p e r m i s s i o n . Department of f The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia Vancouver 8, Canada Date ABSTEM3T This, thesis i s a* study of two "basic qualities:- oft the poet Joachim du Bellay, which combined to produce a; satir -i s t of the f i r s t rank, as* well ass a poet of dazzling variety. These: two qualities", his idealism and his. practical common sense, existed throughout his; l i f e , and. served to counterbal-ance each other. Orphaned a* an early age:, with a guardian who took l i t t l e interest i n him, his childhood! was; a lonely one;. A love for the beautiful Loire valley where he was born remained with him a l l his, l i f e . He: read'widely and: gained a: thorough knowledge of French literature. His formal studies began at the University of Poitiers where he soon gave up his: interest i n the law, to pursue a literary career. He. then came, to Paris as ai student at the College de Coqueret, under the guidance of Jean Dorat. Here, he immersed himself i n the study of Greek, Latin, and. Italian^: and rejoiced i n the friendships and discussions of student l i f e . In 154-9 appeared- two major works. His Deffence  et Illustration de l a langue frangoyse is- probably the work of several hands. Nevertheless, we notice: the fortuitous com-bination of his idealism and his practicality. Only an ideal-i s t could hope to change the course of French language and l i t e r -i i ature by a- manifesto urging h i s colleagues: to write i n their-oism tongue, to study andi to learn from other sources, but a l -ways t'o-- strive* to enrich t h e i r ovm language and l i t e r a t u r e . He:> then gives; very p r a c t i c a l suggestions for achieving t h i s goal. L'Olive-^a' c o l l e c t i o n of sonnets, appeared i n 15^9 as: w e l l . Petrarch i s his model, and i t - i s : as work borrowed a l -most- completely from I t a l i a n l i t e r a t u r e s He.- portrays an i d e a l -ized! woman i n vaguea, ethereal terms, with no evidence of,'any l i v i n g counterpart.. Obviously he has not-experienced the lovei off which he? writes. In h i s poetry written i n Rome, where:- he? observes the* I t a l i a n courtisans, he takes a?, more p r a c t i c a l i n t e r e s t i n women. He f a l l s - i n love--with Faustine, only to lose her. His; love poetry becomes more; s a t i r i c and more sen-su a l . His youthful idealism fades as he describes-, the women encountered i n RomeV-Du Bellay believes; completely i n the Platonic view, of: the poet - that he i s a being set apart and- given a; s p e c i a l destiny i n the: world. His; mission i s - to sing the praises of the king and; of h i s family, God's, earthly representatives. Consequently we f i n d much court poetry celebrating events and people. Combined with t h i s i d e a l i s t i c ; viewpoint, wei see: again the p r a c t i c a l side*, of his nature. Du Bellay i s . aware of the; system of? royal patronage, and: covets^ as post at the- court. Just before he leaves; Rome: to return to Paris, we; notice an unusually large number of sonnets p r a i s i n g various inflnentiaai people? i n Paris-. In 1553, ke accompanied hi s relative-, Cardinal du i i i B ellay, to Rome: where, he. served as his secretary - a p o s i t i o n which involved" handling the finances for a household of more;-than one? hundred people, and much negotiation with I t a l i a n bankers? and money-lenders-. A measure of h i s p r a c t i c a l a b i l i t y , i s the success, with which he managed t h i s . Eome; had been the centre of c i v i l i z a t i o n and was? the; f o c a l point of his studies. His f i r s t impressions at seeing the ruins of" the great Roman empire, are described i n his A n t i -quit es- d"e~ Rome. The sense- of nostalgiai and:, dismay at the: f r a g i l -i t y of." what had seemed eternal, is- the work of. a- disappointed and: d i s i l l u s i o n e d i d e a l i s t . His, common sense soon establishes i t s i l f f as he observes the I t a l i a n s and t h e i r way of l i f e . He i s : interested i n the d e t a i l s and the mechanics of. Roman society and" p o l i t i c s , which he expresses v i v i d l y i n h i s Regrets. His; i d e a l -i s t i c : nature measures how far removed i s : the r e a l i t y from his; i d e a l of l i f e i n Rome. His p r a c t i c a l nature r e a l i z e s the f u t i l -i t y of lamentation, and turns r e a l i t y i n t o a matter for s a t i r e . The irony of the Regrets i s often cynical and b i t t e r . His natural wit andivivacity eventually produce a\more mellow and refined s a t i r e . He: suffers from deafness, and from an i l l n e s s : which incapacitates him, and: f i n a l l y k i l l s him at the age of 37 • He is-embroiled i n family law s u i t s concerning various estates. Yet he i s able to lead a. more or l e s s contented l i f e . Being a p r a c t i c a l man, he makes the most of what he has, often to the point of i d e a l i z i n g h i s consolations. His friends, e s p e c i a l l y Ronsard, play a dominant role i n his l i f e and i v i n his; poetry. His love of nature? i a . evident i n his; charming pastoral poetry and his national pride i s : i n t e n s i f i e d by his; v i s i t to Rome. The: writing of poetry i s h i s greatest pleasure; and' at; the same; time; acts-, as- a catharsis, for- the? tragedy and. disappointments he encounters* He returns* to P a r i s - i n 1558, and! a* survey of his; poetry at this: time, reveals a return to the influence of Petrarch and of neoplatonism, seen i n h i s Amours. He:, continues to: write; f o r the royal family. The Poete--Courtisan i s written, which satirizes-: the. advice he gave as aa youthful poet i n his; Deffence. After v i s i t i n g Geneva, he makes, fun of the preten-sions: of Calvinism. Then he- writes aa f i n a l manifesto which reveals;the b r i l l i a n c e and depth of his thought and observation. In 1*Ample discours au Roi. he analyses l u c i d l y the society and the? government o f France. We see his. idealism and: h i s hope; that the e v i l s of the country can be remedied. Again his p r a c t i c a l nature shows exactly where, the e v i l s l i e , and. what specific; steps must be> taken to better 1 the l o t of the- great mass of the people-. Tracing h i s poetry through youthful ideadlism, c y n i c a l d i s i l l u s i o n , and! f i n a l l y to a coming to terms; with life?, t h i s thesis i s concerned with the influence on du Bellay's poetry of two dominant t r a i t s of h i s character - his idealism and his p r a c t i c a l common sense. T A B L E D E S : H A T I E R E S : Chapitre; Page: INTRODUCTION L. I. SA" J E U N E S S E : E T S D N E D U C A T I O N 6 I I . LE" R O L E DU P O E T E . ET S D N A M B I T I O N I J III. . L A P O E S I E J M O U E E U S K 23 IV. . ROME: 31 v. S E S : CONSOLATIONS.. kk YI. L E RET.0UR A . P A R I S " 5^ BIBLIOGBfiEHIE 62-INTRODUCTION En proposant un examen des: oeuvres; de; Joachim du Bellay, notre: but estt dl'etudxer. deux: elements; qui- s'y trouvent: — I'idealisme; et un senss pratiquev Car. c:'eBt: un poete; qui nous; parle directement^": II ne: cache; pas;, ses; espoi;rs%, son am-bition, et,, plus: tard, sa deception et son amertumee, qui. four-nissent: Jb- son sens pratique: une: autre* dimension. II se Eevele; ai coeur ouvert- dans: ses; oeuvres:, ce: qui nous; p.ermet dl* etudier; saa pensee et son attitude; envers; la>. vie- dans tous. les; aspects-. Idealisme veut dire la» recherche di'un ideal. II faut postuler un absolu - un ideaSL, eloigne de las vie; et des; experi.— ences. dei tous les- jours. Pour la* personne intelligente?, comme; du Bellay, l'ideaslisme est un produit des; reves et des; espoirs: de. la; jeunesse. Elle; ne sait pas- encore assez; de; la. vie pour sj'exprimer d'aprIs sa; propre experience." Elle emprunte donc^, les, visions, et les- idees; aux. autres* Comme les. autres; jeunes: poltest ses contemporains., du Bellay revait de faire re^naitre: l a litterature frangaise.. II se tourne vers- l ' l t a l i e pour son inspiration. Danss l a mesure; oil i l approfondit sa connaissancei personnelle des exigences; de- l a vie, nous voyons developper unei philosophie: basee. sur les; faits connus., et une diminution de l a philosophie idealiste. Du Bellay devient plus cynique, plus? pratique:, et nous trouvons dans sa poesies de- nouvelles dimensions. 2 Pax." I*expression "sens, prastiquei' nous voulonss dire une: nature? qui aceaepte c»nsciemment la» vie-"telle; qu'ellec est„ sans: illusions.. Pour etre: un homme pratiques, i l faut etre instruit dans:, des- su j e t s divers et des; details precis*- II faut avoir une csuriosit£ des: chases: et des: personneset- 1'esprit lucide qui les: voi.t: exactement tedLles: qu1 elles sont. On se rendl compte. des vicissitudes: et; des: n£cess±tes; des l a vie quotidienne;. Mais: cat qtii est le plus? important., c'est la: capacite cU'agir d?apr.<ls: des: observations et des; jugements; instruits* Ebur du Bellay, i l ne: sj'agit pa.B5 d^une action physique, mais; d'une action intellectu-eHe?, qui se manifeste. dans, la-composition de la: poesie:, oil i l presente les verites. qu'il apprend.. Nous: proposons, d'abord, un examen de: sa. jeunesse, de? la% formation de son caractSre^ et de son education, pour voir-l'origine de- ces- deux, elements; — idealisms et sens: pratique5. Lesi premieres: oeuvres du poSte sont publieesi en 15^9V Elles. demontrent, dejlt, ces> deux: elements, et aussi latvari£te de. ses interets. L'Olive- est un recueil de sonnets-& la. maniere dei Petrarque, adresses: It une femme idealisee.. L*auteur emprunte beaucoup; des poemes:-£ l a litterature italienne.. Las philosophie neo-platonicienne exerce sur l u i une influence: importantev La> Deffence et Illustration de la* langue franchise., de las meme annee, revile aaxssi des: origines: italiennes* Du Bellay e± sess colllgues veulent rivaiLiser avec- l a litterature: indiglne. C'est un but idealiste, mais possible & l a fois., et le sens- pra-tique du poete est evident dansi ses preconisations- detaillees; i I' egarC desi mots, et des phrases. Le; Recueil de poesie apparaxt aussi en 15^9• II se com-3 pose en grander partie- d'eloges; des grands de la; cour et de l a famille royaiLes, Pour l e s poetesi du XlTle s i e c l e , ; l a poesie est un don de Dieu. II faut s' en s e r v i r d'une fagon honorable- Less evenements du pays; et. de; l a cour" offrent des sujets: digness die la? poesiew- GJn voit; i c i i l a nature pratique .de du Bellay se: reveler-d?une? autre maniere. C e s t un homme. ambitieux.. Au moyen ds l a . poesxe i l - veut; trouveir une p l a c e favorisee & la- cour, comme c e l l e qu'occupe M'ellin des Saint-GelaaLs* A part l e s traduc±ionsj et les. poemes de c±rconstance%, et quelques nouvelles e d i t i o n s augmentees; de ses oeuvres", i l n rest que neu£ ans plus;tar4, en 1558, que t r o i s oeuvres; imp or—• tantes sont publiees. Ce long silence* s'explique par son sejour 3s- Rome- ou i l remplit l e s fonctions de secretaire chez: son parent, le; Cardinal du Bellay. C'est une; experience; qui le? degoit; et le rend1, cynique*. Rome. & c e t t e epoque est; sk l a v e i l l e de la? Contre-" Reforme — une v i l l e ou abondent l e vice et la. corruption'^ Done; i l est un peu surprenant de v o i r para£tre une oeuvre de: 1558 i n t i t u l e e Divers; Jeux Rustiques.. Mais; l a plupart des; poemes* en etaient ecrits; avant son depart pour Rome. II y chante less plaisirs:. de; la, nature i d e a l i s e e et de; l a v i e champetre.. Dans; son mince r e c u e i l des. Antiquites de Rome* son cote i d e a l i s t e est autrement evident. Pour cet etudiant humaniste,; Rome; est l e symbole de- toute l a l i t t e r a t u r e et l a philosophie: des: anciens r - villes qu'il. se representait comme l'ideale. avant de l a . connaitre. Mais la; r e a l i t e de- las Rome actuelle. - d'une part l a corruption des moeurs, de 1*autre, l ' e t a t delabre de ses. monuments - est tout autre chose. La melancolie; et l a ; nostalgie du passe ses diegagent de ce; recueilV 4 On voit 1'aspect idealiste du polte: ceder devant-1* aspect observateur et pratique.- Dans; less Regrets: de. 1558,, chef cPoeuvre? de la: litterature. fransaise:, i l decrit la? Rome > veritable, t e l l e qu'elle est. Les:. details exacts: abondent et nous voyons son genie pour Is, satire se? developper.- Seul l'id'ea-liste: devient vrai s a t i r i s t e . II faut eprouver le. contraste; entre une i l l u s i o n idealiste et une realite decevante. avant de, descendre dans l'abime de l a disillusion.- I I faut aussi une lucidite dl' observation est un soin des; detail's; pittoresqwes et-precis: - qualite &*une nature pratique*. Cet aspect; pratique-se voit d-'une; autre maniere, par- le- grand'- nombre de poemes de circonstance ecrits au moment des son depart- pour Pardsi. I I se rend compte de la: necessit© des gagner SEC vies et. de; trouver- des; amis. S l a cour fransaise* Nous: voyonss reparaitre un espoir. idealiste; et pratique: a l a f o i s . Les: sonnets* vers: lai f i n des; Regrets; reve&ent- sai curiosite ett son esprit observateur qui s'lnteressent tout pendant son voyage de: retour. Sa naiure pratique- est evidente; dans- less allusions: aux:methodesi dej gouvernement, aux coutumes^ etranges, aux moindres;. details: amusants; et interessants, decrits> s i vivement. Son retour 3k. Paris; est assea: t r i s t e . Cet espoir idealiste semble: si'evanouir en f acei des debrouillementsi legaux, de? la: surdity et de laimaladie dont i l est victime-. Mais i l l u i res±e des: consolations, que nous examinerons; — la. nature, 1'ami tie et toujours: la i composition poetique. Dana* ces trois consolations:, on trouve; des: elements; idealistes. e± idealise®. En meme temps:, i l . faut une nature pratique, pour savoir comment en profiter pour continuer 3k affronter l a vie, malgre toutes les; vicissitudes'. Done;, cette etude est un essai de suivre deux~ ele-ments centraux dans l a vie: et dans l f oeuvre de Joachim du Bellay;, G H A P I T E E i I.. Sas Jeunesse et son education flu Bellay est. un nom bien connu dans, l'histoire militaire et ecclesiastique de la; France du XYle siecle. Gitons.* les quatre freres de l a branche de Langey. Guillaume>, l'a-£ne, est soldat et diplomate sous: Francois; Martin est homme: de guerre et historien, Rene est l'administrateur. du diocese du Mansv et le plus: celebre, Jean du Bellay, cardinal et eveque de Bayonne, puis: de> Paris, personnage. de consequence dans la? p o l i -tique internationale, d'abord sous; Frangois-]TVt plus; tard sous; Henri 11. Ce s t une famille qui &• inter esse; 3i la^ litterature et aux: affaires du pays-. l i s ; sont protecteurs; d 'artistes; et de savants. La» conscience cL'appartenir & cette lignee renommee anime le cote idealiste de Joachim. Son desirr de se montrer digne d'une te l l e famille est evident dans ses; oeuvresi- En meme temps, un sens; pratique l e pousse 3 en prof i t e r . I I S B serf; de ses origines aristocrat!ques pour se faire connaitre 3J l a cour, et pour trouver un emploi chez: l e Cardinal.^ Joachim du Bellay appartient 3. une branche- de la. famille plus; ainee que celle de Langey. I I est ne au chateau dies las Turmelitre, press de Lire, en 1552-.- Mais; i l est orphelin dS;s:.l'age de six: ans, et place sous l a tut elle; nominale de son seul frere Rene. I I passe sa?, jeunesse presque: sans famillei et 7 sans; amis. Souvent pour 1'enfant solitaire, un mon&e ima> ginaire' remplaces la?, vie familiale q u r i l ne connaxt past* Four notre; po£te, deux: elements: importantjouent un roles fondamental dans; le: deveioppement de: son caractlre et, par~ consequent, de: ses oeuvres.- II ecrira plus tardi "j*ayej passe 1'aage: de: mon enfance et la: meilleur-part de: mon adolescence assez: inutilement•" ^ Mais i l ne tient pas; compte- de ses. plaisirs~ principaux, cettes epoque; - l a nature et l a lecture* Son l i e u de; naissance eat pres; d'Angers dans; la?. belle: vallee de la. Loire?, en pleine: campagne; - endroit qui l u i dcnne un goflt permanent de la- vie champetre:, et l u i servira: d? inspiration pendant toute; sa- vie.- Au milieu des- soucis; dei las v i l l e de. Paris; ou de: Rome?, i l se. souvient de; "ce pays: Ahges-2 via, le plus heureux." C*es± un pays; qui deviendrai un pays: idealise, qui le consolera: toujours* La; Loire est personnifiee* C'est son "f leuve paternale;"- ^  comme pluss tar dl la; France sera: sa= "mere." A Rome, entoure d?hypocrisie et de: deception, i l evoque; l a nostalgiei de son pays, natal:. ...le: plaisant sejour de. ma>- terre: Angevine.. Je: regrette les bois,et les- champs: blondissans, Les: vignes,, les jardins, et les prez. verdissans, Que;mon fleuve traverse. 4 Done l'idealisme occupe une place;- centrales dans; I'oeuvre de-du Bellay. La, vie. champetre represente la: beaute de la; vie simple et pure - vie de jeunesse dont i l se. souvient et si*idealise par le contraste avec la* vie actuelle* 1. Avis: au lecteur, second© edition de 1'Olive. 1550. 2. Les Louanges d'Anjou, Vers. Liriques. 15^9 3. Ibid* 4. Regrets:, XIX 8L les; livres; sont sa\ nourriturej intellectuellev- II-sec perd". dims: les; Cent: Nouvelles; Nouvelles: d.r Antoine de la? Sa&ey etfc i l si'inter-esse; & la; poesie,, par-ticulier-ement. aux: oeuvres; dess Klietori queues; et: surtoutt de Clement. Marot,. Cest; une education presque;* sans direction oil le; jeune eleve; suit'; son nature!,- II connaft:. <sk fond! l a litterature francaise, et i l apprend. aussi le latin,. Ce manque d?enseignement f ormel- favorise: le? developpement dl'un esprit original,. II avait besoin d1un sens; pratique: pour vivre^ independamment, presque sans: famille: pour le. soutenir,. En meme temps;, la: li t t e r a t u r e absorbe son attention en faarorisant une nature; idealist e^ pleine d'imagination. En 154-5, du Bellay se trouve. Sil'TIni ver site de Poitiers,, pour f a i r e des; etudes; en droit, peut-etre dans l e but de: se faire conna£tre au moyen de- la. politique et de l a diplomatie;, comme: ses; parents,. Mais: ces sont toujours; les; lettres- qui l ' i n -teressent, Poitiers- est un milieu actif de culture neo.--latine't dont les maxtre est Salmon Macrin, le plus; celebre: des: poetes neo>-latins de- l'epoque:,- Macrin pratique tous les metres; des: anciens: en renouvelant ces. formesi par. une poesie. vivante et imageer afin de ri v a l i s e r avec, les, Anciens euxi-memes* Par la;, du Bellay per— fectionne sa. connaissance; de l a langue et de las litterature latinetf A Poitiers aussi se trouvent beaucoup de poetes;, tels-Jean de l a Peruse, Antoine de Baif, et Scevole de Sainte.-Maxthe. Pour l a premiere fois, du Bellay peut faire dee:amis, parmi ceux: qui partagent ses propres interets* Pour l u i , l f ami tie sera; tou— * 5 jours son "plus riche; tresor," On ne trouve jamais, d 1 ami, plus fidele ou plus- magnanime que luiV C est probablement Se. Poitiers-5 , Begrets. XIX-9 qu'il- f a i t l a connaisEance;- de Jacques Peletier du Mans-, 3h las fois; humanistes et innovateuir en poesiev Pierre 2bnsard\, " de 6 mon caoeuxr la- seconde moi t i e " entree dans: sa vie vers; 15^ 8"^  parait-il.> Son penchant: litteraires I'emportcE sur- ses. etudes en &r.oit'; ett du Bellay suit ces deux: amis & Paris: pour- et'udier au Colleges de Coqueret^ C'est un colleges assez: obscur,, sous la. direction de Jean Dorati - savant helleniste* C'est; un professeur qui inspire chez; ses: eleves des etudes: passionnees de l a poesie grecques et; latine«> Sous; son influence:, du Bellay s'enthousiasme aussi pour l ' l t a l i e , Ses etudes latines; et italienness seront- toujours:; plus: importantes: pour l u i que- sesi etudes- grecques'. Ee cote idealiste du poltei sei revele> dans; tout son eclatt au College de Coqueret Sous: ses: rSves se. realisent 3s l a f b i s i La*- v i es en commun l'enchante, 1'ami tie l'entoure, les. etudes", le: stimulenti. II a la- chance: de faire par-tie., di'une: re-volution l i t t e r a i r e ^ unique; en France:, ou i l jioue- un role fondas* mentalV. Llhumanisme qui JELeurit. en France, dl'afcord. sous l'egide: de Francois: 1;^  l'influencej italienne qui f i l t r e i 2L travers: le pays: paar Lyon, et les chauvinisme, caracterisent l e s poetes de. l a B r i -gade^ c' est-sU-dire: ses; colllgues h. Paris, et surtout lui-memeV-La-Brigade deviendra;, sous-1'inspiration de- RonsardT, l a Pleiades -ensemble: de: sept poltes, dont 1'influence sur la, poesie; francaise est. enormey Elle se compose. 3. cette epoque, de Ronsard", Baif,. Pontus de: Tyard:, Jod'elle-, Guillaume des; Autels, Jean die l a Peruse, et-du Bellay,. Du Bellay devient le porte;-parole? d'une nouvelle ecole dont le manifeste paraat en 15-49 sous, un t i t r e & propos -l a Deffence et Illustration de; l a langue £rancoise» 6>. 1'Olive,. CV1. 10 Less oeuvres des. Anciens, l e u r philosophies leurs; c r i teres:, et leur echelle-de: valeurs, font appel a\ l'idealisme du poete:. Au moyen d'une etude approfondie de ces oeuvres, on peut a r r i v e r a l a juste mesure, a l a c l a r t e de st y l e du pur classicisme, selon l e s humaniates. ardents. Mais du Bellay est en meme temps homme pratique.-. I I vo i t 1'exemple de Dante et de Petrarque, et leur succls en remplagant l e l a t i n par l a langue; toscane pour creer une nouvelle l i t t e r a t u r e . Les neb-latins-l u i semblent trop enracines dans les; formes; t r a d i t i o n e l l e s , et trop entravesc par une langue morte. Sa; f i e r t e nationale et son enthousiasme chauviniste. l ' i n c i t e n t a essayer de suivre 1'exemple des poetes i t a l i e n s et de f a i r e pour la; langue frangaise; ce q u ' i l s ont f a i t pour l a l e u r . Certes, ce n'est pas l u i seul qui a i t e c r i t l a i Deffence. I I doit beaucoup & ses camarades de college, aux: discussions et aux etudes faites; ensemble, mais; c'est l ' A r t  poetique frangois; de. Thomas S e b i l l e t , publie en 15^8, eloge des Marot et des; Rhetoriqueurs, qui pousse l e s jeunes pontes JL- publier leursr, propres idees. Deff ence est une composition diffuse, et confuse. E l l e contient une; traduction presque mot JL mot du Dialogue des;  langues; de Sperone Speroni, e c r i t vers 1530. La theorie fonda-mentale de 1 'Imitation est empruntee. h. 1 ' I n s t i t u t i o n oratoire de: Q u i n t i l i e n . L'ouvrage represente un e f f o r t pour c o n c i l i e r 1'etude des Anciens avec l a creation d'une. l i t t e r a t u r e indigene. La premiere, partie de l a Deffence demontre; l'idealisme et 1'enthousiasme; de l'auteur qui preconise avec ferveur- l'emploi l i t t e r a i r e de; sa> langue- maternelle pour l a mettre sur - un pied 11 d'egalite avec l e s langues. latines. et grecques. "J.'ai toujours estime notre poesie frangaise etre capable dev quelque plus haut et meilleur s t y l e que c e l u i dont nous sommes- s i longuement con-tentes."" ^  Son cote pratique se r e v i l e dans l a deuxieme partie -I l l u s t r a t i o n de l a langue frangaise. Le- probleme de vocabulaire l ' i n t e r e s s e . I I i n s i s t e sur l e s d e t a i l s pratiques, tels. que l'emploi de l ' i n f i n i t i f pour l e nom, et i l en donne plusieurs: exemples. II recommande au nouveau poete de hanter "quelque f o i s , non seulement l e s savants, mais aussi toutes sortes; d'ouvriers et g gens mecaniques," pour e l a r g i r l e vocabulaire de l a langue. II cree consciemment une poesie nouvelle avec ses regies p a r t i -c u l i e r e s . "Ke crains- done, Poete futur, d'innover quelques; terms:, en un long poeme principalement, avec modestie toutefbisr, analogic et jugement de l ' o r e i l l e , et ne te soucie qui l e trouve 9 bon ou mauvais. " Le rajeunissement des mots anciens est aussi encou-rage. II se soucie de l*b.armonie 11 qui surmene l e s problemes de vocabulaire. 11 II examine de pres les. genres poetiques en louant l e s formes anciennes. "Lis- done et r e l i s premierement (0 poete futur) f u e i l l e t e de main nocturne et journelle l e s ex-emplaires Grecs et Latins: puis-me laisse. toutes ces v i e i l l e s 11 poesies francaises. t t Du Bellay donne ses; idees sur l a poesie en general, aussi bien que les d e t a i l s , et i l termine son l i v r e sur un ton belliqueux, u t i l i s a n t une abondance de metaphores-m i l i t a i r e s . Pendant son manifeste, tout en parlant au monde l i t t e r a i r e , on pourrait dire q u ' i l s'adresse a lui-meme, "poete1 futur." 7. - La Deffence, deuxieme l i v r e , Ch. 1 8. Ibid -. Ch. XI 9. Ibid". Ch. XI 10. IX 11. I b i d . H I Son enthousiasme et son idealisme se manifestent d'une maniere frappante danss cette oeuvre revolutionnaire. Mais i l faut tenir compte de sa; nature pratique et realiste, qui se montre par son souci des regies-detaillees, et surtout par l a poesie? de sa. propre plume qui devient une veritable i l l u s t r a t i o n de l a langue franchise. C H A P I T R E : 11 Lev> Role- du poete et son ambition Pour;1 appr.eci.er less oeuvres de Joachim du Bellay, i l faut comprendre? l e r o l e du poete et la: conception dfe la; poesie au XVle s i e c l e , Selon lai t r a d i t i o n frangaise l i t t e r a i r e aarant. la: Pleiade, i l y avait deux fonctions p r i n c i p a l e s du poete, D'une part, l ' a r t du poete remonte ct c e l u i du jongleur du Moyen Age, qui r e c i t a i t l e s chansons: de: geste; en s'accom— pagpant desquelque instrument, D'autre: part, l e poete joue l e r o l e 1 de r a i l l e u r et de comique, I I se. moque de. l a societe en faisant l e p l a i s a n t . On en trouve des exemples. dans l a poesiej. de V i l l o n et des Marot, Avec l a formation de l a Pleiade, l e poete prend conscience de sai destinee speciale, Examinons- brievement la. societe 0$ i l se trouve. Souss Frangois; I ^ e i sous Henri 11, le: developpement d'une monarchie absolue se manifeste. En I t a l i e , Frangois 1 s'interesse aux arts et a l a l i t t e r a t u r e . I I remarque? aussi l a puissance despotique des princes, t e l s que les; Medicis. Less chanceliers frangais , Antoine Cardinal Duprat et Guillaume; Doyet, et less j u r i s t es des universites meridionaux, soutiennent l a superiority de l a monarchie, en citant des; precedents romains comme aut o r i t e . Done, ea 15^9» 1'idee; des Ian d i v i n i t e du r o i , et de 1'importance de la* cour qui l'entoure, est un l i e u commun. 14 Ou est l a place du poete dans cette societe fr a n -caise? Francois:1 et sa soeur Marguerite sont des. patrons des a r t i s t e s et des poetes de l'epoque, ie i a maniere i t a l i e n n e . La; cour est l e centre l e plus; important des art s , ou se rendent des a r t i s t e s et poetes pour f a i r e hommage au r o i , representant de Dieu. Le poete joue un role, central, car c'est l u i qui a l e s talents qui l u i permettent de f a i r e 1'eloge du r o i , de l a part de tout l e monde. Ces talent® ne s'acquierent pas a force d'etudes: ce sont un don des dieux. Le Dialogue de Platon i n t i t u l e Io. fut traduit en 15^6, par Richard l e Blanc, comme t r a i t e " de l a fureur poetique. et des louanges de poesie. " Get ouvrage exprime l a doctrine selon laquelle l a poesie est un don de Dieu. D'apres: Platon, 1*inspiration du poete n'arrive jamais d'une maniere raisonnable. 12 Du Bellay constate; sa: conception de l a poesie dans l a Deffence, i u i l parle de l a 11 d i v i n i t e " des poetes. Plus que d'autres; auteurs, selon l u i , l e poete possjlde un st y l e eleve, une variete et une, audace a manier mots et figures, et m i l l e autres " lumi-eres de poesie." I I conclut que l e mot l a t i n " genius" exprime cet e s p r i t mysterieux - 1'inspiration qui descend du c i e l vers l e poete:. Mais du Bellay ne c r o i t jamais que 1'inspiration a r r i v e sans t r a v a i l et sans, etude; de l a part du poete. Dans l e Chapitre 111 de. l a Deffences i l s'agit de l a doctrine que " Nul n'est poete sans; Art " - c'est - a r-dire comme i l 1'explique, que l e naturel ne s u f f i t pas au poete qui v e u i l l e . f a i r e une oeuvre digne de l'immortalite. I I faut l a culture - etude attentive 12:. La Def fence. Livre premier, chapitre VI 15 des modeles des Anciens pour nourrir cette i n s p i r a t i o n . Comme' Platon, i l conseille; au poete de chercher l e silence:- et l a : s o l i -tude ou peut a r r i v e r "cette fureur div i n e , " sans laquelle: nul auteur n'est v r a i poete. Apres avoir regu c e t t e * i n s p i r a t i o n , i l faut que l e poete corrige, ajoute et perfectionne s a poesie, c'est " la;- partie l a plus u t i l e de nos etudes." I I presente la' comparaison des ours, qui forment leurs enfants>- a- force de l e s lecher, d'apres l e s idees de l'epoque* Nous voyons. comment l a conception platonicienne du ro l e de poete f a i t appel au cote i d e a l i s t e de du Bellay. Comme: d i t Socrate, au sujet des poetes, c'est dieu lui-meme qui parle en u t i l i s a n t l a poesie pour s'exprimer a nous. Selon Platon, l e poete n'est jamais jongleur. I I est doue, par un destin bienfaisant, de son genie poetique. I I se sert de son art pour perfectionner de son mieux. son genie. Son role est de f a i r e l'eloge de l a monarchie divine, car Les Eois monstrent aux human' ns. De Dieu 1'exemple et 1'image. v. 20 14 Le poete se demande comment louer l e r o i , en l u i faisant hommage, d'une poisie- digne de sa majeste. La Pleia&e s u i t les, conseils: de l a Deffence- en prenant comme modeles l i t t e -r a i r e s l e s Anciens^ I I est naturel qu'on remonte a Pindare -poete qui se sert de l a mythologie pour louer des hommes; excep-tionnels, vainqueurs des jeux olympiques et autres* Ronsard\ i n t r o d u i t ce genre en France en 1550, en empruntant a l'od'e pindarique la. forme et l e contenu. C'est a l a meme. source que 13» La Def fence, Deuxieme l i v r e , chapitre XI i/f. A Ladicte Same. Diane de P o i t i e r s , 1559* 16 es'inspire- du Bellay dans l'emploi de? l a mythologie pour mon— trer.- l a puissance du r o i et de sa f a m i l l e . Car 1*eloge du representant de Dieu exige l'analogie des, etres superieurs. Examinons; en d e t a i l l e poeme du Tombeau du Tres- chres.tien Boy Henrg 11. de: 1559, a f i n d'apprecier cette equi-valence: mythologique-. Du Bellay commence par l a comparaison du feu r o i avec Hercule, l u i aussi h e r i t i e r legitime des: vertus: de s a f a m i l l e . Puis- i l se sert de Jupiter comme point de depart pour son eloge dl* Henri :t Jeune: et seul i l parvint (ce qu'a Juppiter mesme.-Le destin n'octroye;) au Royal diaidesme. v. 5-6 II d e c r i t l a puissance m i l i t a i r e du r o i , et sa reussite comme reformateur des l o i s - e t patron des a r t s . Son visage est " t e l qu'on peint Juppiter, quand i l n'est i r r i t e . " II surpasse-"I'heur de Juppiter mesme;" par une vie dediee 3 sa. famille et son pays. Du Bellay f a i t hommage a Francois: son successeur, qui continuerasle s i e c l e d'or r e f a i t par son p l r e . Le poete pretend: meme que les=dieux ont envie de cet i n d i v i d u nonpareil. II expliquen Juppiter par l a mort Le mit hors. du danger de 1*envie et du so r t . v;,125-b Souvent dans sa poesie, du Bellay remonte a l ' h i s t o i r e ; pour; depeindre l e r o i d'une facon digne du representant d'e Dieu. II f a i t la; comparaison du r o i avec Jules Cesar.-, en demontrant l a s n p e r i o r i t e du r o i . Par exemple, l a prise de Calais est s i vite-terminee qu'on peut d i r e : Je suis: venu, j'ay veu, j'ay vaincu,tout-ensemble. 15 15 »' Sur- la: Fringe de C a l l a i s , 1558, v.. 98 17 I I empleie 1*images du r o i des betes, pour i l l u s t r e r la? puissance royaler Vostre? mageste, Sire:, ...comme l a Lyonne, en sa fureur desire De cronserver less siens,. non l e s l a i s s e r perxr. luisque le; r o i est. 1'image: de. Dieu lui-meme, du Bellay reprend: ce? theme? part out dans; ses oeuvres, car nulle; autre- analogie n'est exacte-: L'exemple? dee Dieu, duquel en vous; 1'image on contemple.... v.154; Apres: l a mort d.'Henri 11. du Bellay s'adresse 1 au r o i Frangois. 11, dans: un Discourse ou les double theme de; Dieu et die la^ d i v i n i t e du r o i se? v o i t encore- une f o i s : Que- doit done f a i r e un Roy, qui se: doit monstrer digne' De l a race; des: Dieux^ d'ou vient son origine?. La?, famille. du r o i partage? cette d i v i n i t e . Du Bellay f a i t hommage a; l a reine: dans une In s c r i p t i o n a l a Royne Treschres-t i i n n e ou i l emploie encore la; mythologie des; dieux. pour repre-senter s a nature d i v i n e : " E l l e s e s t en tout une Juno seconder" Ges: allusions, mythologiques. se manifestent partout dans; las poesie* de circonstance, car la, royaute cree une ambiance des* plus: elevees* Le dauphin devient un jeune Alexandre, et sa femme une seconde Venus;.19 Sa conscience de l a haute importance de la- fonction du poete se. revjlle dans une. l e t t r e 31 son ami Jean de Morel, e c r i t e en 1552*. l5T Discours; au Roy sur l a Trefve de l'An M.D.. LV. 1558 17. Sur la^ Prinse de Callaiss. 1558. v.154 18. Discours: sur l e sacre du Treschrestien Roy Francoys; ll.v.5?9-80 19. Entreprise du Roy-Daulphin pour l e Tournoy. 1559 Je diray d'avantaige, que ce. n'est une des moindres felicitezv, - dont l e s hommes se puissent vanter, que d'avoir peu en quelque l i b e r a l exercice f a i r e chose agreable aux Princes. (Edition Richelieu) En 1553, avec l e Cardinal du Bellay, notre poete commence l e pelerinage d'un humaniste-, au veri t a b l e centre de,l'etude des Anciens-. En quaiLite de; secretaire de son parent, i l va passer quatre ansr. a Rome, et r e a l i s e r enfin ses reves. Mais l a v i l l e r e e l l e se revele tout autre que c e l l e de ses reves. La decadence morale et physique de Rome, l a vanite, 1 ' i n t r i g u e et l e s p e t i -tesses se montrent a l u i au cours. de son emploi chez l e Cardinal. D'abord, du Bellay souffre d rune melancolie aigue, qui s'exprime peu £ peu au moyen de son genie s a t i r i q u e et r a i l l e u r . . L'accroissement d'un degout approfondi de la>. vie romaine se mani-feste dans l e s Regrets, oeuvre publiee en 1558, apres son retour en France* Pourtant, malgre sav d i s i l l u s i o n , i l conserve son ideaiisme 1'egardl de son role.de poete, comme on l e v o i t d'apres un long poeme dedie 3;. Monsieur d'Avanson e o n s e i l l i e r du Roy en son Prive Conseil. qui ouvre les; Regrets; Et qui ne prend p l a i s i r qu'un Prince luy commande? L.'honneur nourrit l e s a r t s , et l a Muse demande Le theatre du peuple et l a faveur des Roys. 20 II revient en France: en 1558. Le mariage: de; Marguerite: de France, soeur d'Henri 11, avec l e due de Savoie, Emmanuel-Phili-bert, i n s p i r e son genie poetique* Pour 1 'occasion i l composesun "Epithalame"'ou chant n u p t i a l , " chante par trois, vierges; n a t i f v e s de P a r i s * " C e s t une oeuvre complexe, qui ne fut jamais: executee avec l a mise en scene que du Bellay avait prevue. 20. Regrets-, V H 19 Mads lei 11 j u i l l e t , 1559* marque l e jour de l a mort d'Henri 11, blesse au tournoi. Pour prendre note de cette tra» gedier, du Bellay e c r i t l e poeme deja. c i t e , l e Tombeau de Henry 11, en vers; l a t i n s et francais* I I explique nettement son gout de? la- poesie et du classicisme., dans une l e t t r e a Jean Morel en parlant du poeme* Sa conception du r o i d i v i n , et. sa mission de? l e chanter, exige l e meilleur ouvrage: possible, comme i l 1'explique: I I i ' a : semble que pour la; dignite du sub j e t , et pour rendre l'oeuvre de plus grande majeste et duree, un ouvrage Dorique, c'est a dir e , p l e i n et s o l i d e , e s t o i t beaucoup plus convenable qu'un Corinthien, ou autre de moindre estoffe, mais>plus elaboure d ' a r t i f i c e r e t invention d'architecture. (Edition Richelieu) Le; cote i d e a l i s t e de du Bellay ne change pas a l'egard*. de l a poesie, Malgre sa'melancolie, malgre l e cynisme que nous voyons developper 3L Rome, et l a s a t i r e q u ' i l emploie pour se^ moquer du monde decadent, i l garde une loyaute au r o i , repre-sentant de Dieu lui-meme, I I garde aussi l a conception du poete qui re$oit son i n s p i r a t i o n directement d'en haut, et i l se c r o i t p r i v i l e g i e de-1*employer pour f a i r e I'eloge de son r o i , Cet idealisme qui se rend", compte de sa- profession sublime et de sa fonction unique, se revele dans ces vers adresses au r o i : J'emploierai mon e s p r i t , ma plume et ma laheur, Et tout ce que du c i e l j ' a i regu de faveur, . En l ' a r t que l e s neuf soeurs m*ont apprise de jeunesse, Pour-chanter l a bonte, l a vertug l a prouesse, Be vous, de votre Pere, et de tous vos; aieux, Dont l e nom immortel est e c r i t dans l e s Cieux. 21 En meme temps, cependant, sa,nature pratique t i e n t compte de; ce q u ' i l faut au poete ambitieux du XYle s i e c l e , pour 21.Ample discours au Roi. 1559 " ~ 20 r e u s s i r . II est p r o f i t a b l e de s ' a l l i e r avec quelque notable de l a cour - pour l e poete, au moyen de l a poesie, Ronsardl d'eviendra l e poete f a v o r i de Charles IX, qui l u i dbnnera- un appartement dans; son p a l a i s , aussi bien que plusieursi abbayes; et prieures, Du Bellay depend surtout de son parent, l e Car-d i n a l du Bellay. Exanrinons l'Ode v l l . de> ses Vers Liriques; de1-15^9$ "L7 Avant r e t our en France de-Monseigneur Reverendiss. Cardinal du Bellay, " pour apprecier l a fusion des. aspects i d e a l i s t e s et pratiques du poete:. C e s t un appel fervent qui combine un eloge poetique du Cardinal avec son desir de l'accom-pagner a Rome: Moy jeune: et encores peu f i e r Laissant l a maison paternelle, Au c i e l je m'oseray f i e r Dessoubs: l a faveur de-. ton a i l e : A i l e dont ta: plume doree: De tout l e monde adoree. 0 l a grand'ardeur que j'avois. D'appaiser ma s o i f en cest'onde, Qui veid So. son bord quelque f o i s Les depouilles: de tout l e mondeJ Et l a grand'cite, qui encore A i n s i qu'un- demy-dieu t'adore. v.. 85-96 Bien que- sa mission de poete l'anime, son e s p r i t pra-tique est evident dans 1' "Avis, au lecteur, " de la. deuxieme e d i -t i o n de 1'Olive de 1550: J'ayme l a poesie...mais. je n'y suis, tant affecte, que facilement je ne m'en retire, s i l a fortune me veult presenter quelque. chose, ou avecques plus grand fruict je puisse occuper mon esprit. Comme tous. les pontes de l'epoque, i l nourrit l'espoir de- se faire, remarquer par Marguerite d'Angouleme, protectrice des arts et des lettres, auteur elle-meme. Les dedicaces de ses oeuvres 21 de; 15^ -9, 1'Olive: et l e Recueil de Poesie, sont identiques: -" A T r e s i l l u s t r e Princesse Madame Marguerite, seur unique? du Roy. " I I s'adresse directement it l a Princesse dans la* Preface de stm Recueil de Poesie: Apres- avoir p r i s l a hardiesse de me:, presenter devant- vostre- excellence, i l vous pleut de vostre benigne. grace me. recevoir avecques: t e l visaige, que. je congneu mes petitzs labeurs vous avoir e s t e agreables, Comme nous avons vu, see. v i s i t e a Rome l e choque et l e degoute. Son ambition de trouver une places a Ia> cour' frangaise, en quaS.it e de poete semble disparautre. Sa nature pratique s'occupe des a f f a i r e s du Cardinal, et die: l a satire?ou son genie; se manifeste. Mais; vers l a f i n des; Regrets^ nous voyons combien de poemes s'adressent; a ceux; qui possedent, de 1'influence a lar= cour. Son sens pratique- t i e n t compte de son retour pro-chain et de.- l a ; necessity de trouver quelque. place- ou quelque patron a: Paris, Ces; sonnets; d'hommage commencent. k p a r t i r du Sonnet CL1X. qui f a i t 1 1eloge. de. Diane de P o i t i e r s . Men-tionnons aussi ceux adresses a Jean Bertrand, premier, president au Parlement de Paris (CLX). $L Jean Duthier, c o n s e i l l e r du r o i et. secretaire d'Etat, (CLX111) a Paulin, general des galeres. du r o i Henri 11, (CLXVl) et aux. cardinaux; de; Guise et de Ch a t i l l o n , ( c L x y m . G L X i x . ) P u i s c'est h l a famille; royale q u ' i l s'adresse:, L e Sonnet CLXX f a i t hommage. £. Marie; Stuart, qui epouse le; dauphin Frangois; en 1558, I I loue; Catherine de Medicis (CLXX1) le; dauphin (CLXX11) Jeanne d'Albret (C L X X l l l ) , le. secretaire de Marguerite de-France (CLXXXV), et surtout, par une abondance de sonnets f l a t t e u r s , la.Princesse Marguerite elle-meme: 22 C'est grace et doulce.ur,et ce. je ne sgay quoy, Que- quand vous ne seriez f i l l e ny soeur de Roy, S i vous jugerait-on estre. ce que vouss estes* (CEXXF) Nous n*insistons pas sur un manque de s i n c e r i t e dans ces sonnets. Comme nous voyons, son cote idealiste:, mani-feste dans sa conception du role du poete;, ne l e quitte jamais. Gependant, son e s p r i t pratique t i e n t compte du systeme de patronage; de l'epoque, et l a plupart des; poemes dedies aux grands; de l a cour. datent de 1557» moment de son depart pour Paris* La dualite de: s a i nature - l'idealisme et l e sens; pratique - se. montre dans, une l e t t r e a Jean Morel, datee; des 1559» au lendemain de l a mort d'Henri 11 . Nous voyons. l a profondeur de? s a - t r i s t e s s e en face de l a mort du r o i i d e a l i s e , et de la-, decep-t i o n , car i l semble v o i r l a . f i n de son ambition pour trouver une place a l a cour: s i est-ce. que pour perte. de biens, d'amis. et de sante, et s i quelque autre chose nous est plus chere en ce_monde, je n'ay jamais esprouve s i grand; ennuy, que celuy que j'ay dernierement receu de l a mort du feu Roy,-et du prochain departement de Madi. Dame, qui e s t o i t le^ seul appuy et colonne de toute mon esperance. (Edition Richelieu) CHAPITRE. I l l Las Poesie amoureusej En general, l a poesie amoureuse remonte. ax l a poesie des; troubadours du Moyen Age, ou l e poete provencal chante l a beaute de1 sa dame, et oil l'ideevde. chevalerie se? developpe. En I t a l i e * i l y avait une abondance. de poorness de:. ce genre. Mais; i l faut signaler l 1 i n f l u e n c e enorme des deux, geants de? l a l i t t e r a -ture i t a l i e n n e avant l a Renaissance, et leur influence sur l a poesie d*amour - Dante et Petrarque* La? v i t a nuova de Dante., oeuvre de 1292, est un r e c i t en prose, oil des; polmes lyriques sont inseres. Le sujet est 1'amour i d e a l i s e du poj&te pour sa dame. I I ne. s'agit pas de. 1'amour terrestre et mortel. Le pojlte regarde l e s cieux en chantant s a i bien-aimee. D'autres pontes, contemporains de?Dante, s'expriment d'une facon elegante, et propre a leur sujet - 1'amour, sources de leur i n s p i r a t i o n . Dante appellee ce s t y l e gracieux le; "dolce s t i l nuovo." Ce theme d'un amour i d e a l i s e qui i n s p i r e une poesie lyrique^ se montre encore dans l e s oeuvres- de? Petrarque, spe-cifiquement less Canzonieri. op. i l chante. aon amour de Laurev Encore une f o i s , l a femme est une abstraction et l e poete loue sa beauti physique en termes generaux. Sa cruaute envers. 1'amour 24 du poete^ Jie. p l a i s i r . de l a dame dans sa- souffranee, l e "carp© diem," emprunti a: Horace,, l e poete prisonnier de 1'amour -tels-sont l e s themes petrarquistes dont 1 'influence se xrepand en Itarlie et plus tard, en France. La-' poesie amoureuse est pratiquee par du Bellay et des- poetes contemporains en France, et l'i n f l u e n c e i t a l i e n n e est. marquee. Nous voyons l'appel ii- son cote idealiste? des: themes de Petrarque, qui se revele dans- 1 'Olive* En meme temps, nous voyons. l'influence neo-platonicienne dans exes; paemes, que nous examinons plus. tard. L'Olives est une suite de sonnets que du Bellay at f a i t , p ublier en 15491 I'annee meme de l a parution de l a Deffence. I I en donne une edition augmentee en 1550. C'eat une oeuvre de jeunesse, qui est en grande pa r t i e une imi t a t i o n des canzonieri des Petrarque?. D'abord, considerons. l'idealisme del'amour qui se montre dans; 1' Olive« et qui remonte 3c l a poesie amoureuse? de Petrarque. Les? sonnets: de? Petrarque s'inspirent d'une emotion personnelle et sincere. Mais l e s poetes. qui 1'Amitent, ecrivent une poesie s t y l i s e e . Less themes, venant du coeur de Petrarque de-viennent dessconventions seulement. Certes, on ne connalt pas; d'or i g i n a l pour 1'Olive. 3c- qui du Bellay s'adresse. On n'a- jamais; 1*impression que 1 'Olive, est une femme vivante. L'amour q u ' i l d e c r i t , est un amour trop i d e a l i s e , trop l o i n de l a r e a l i t e . II s'agit de I'Apotheose. de? l a femme et d'un emploi des? themes con-ventionnels petrarquistes. On remarque l e manque des? d e t a i l s r e a l i s t e s qu'on trouve dans ses autres oeuvres. Pour apprecier cet aspect de l a poesie amoureuse de 25 du Bellay, examinons en d e t a i l un sonnet ou son id'ealisme et 1'influence de Petrarque se revelent lucidement: Ces cheveux d'oir sont l e s l i e n s , Madame, Dont fut premier ma l i b e r t e surprise?, Amour l a flamme autour du coeur eprise, Ces yeux: le: t r a i c t qui me transperse: 1' ame, For© sont l e s neudz:, apre et vive l a flamme, Le coup de main a tyrer bien apprise, Et toutefois "j'ayme, j'adore et prise Ce qui m'etraint, qui me brusle et entame:. Pour b r i s e r doncq, pour eteindre et guerir Ce dur l i e n , ceste ardeur, ceste playe, Je ne quiers f e r , liqueur, ny medicine:. L'neur et p l a i s i r que ce m'est de p e r i r De t e l l e main, ne permet que j'essays: Glayve tranchant, n i froydeur,-ny racine. Sonnet X. 1'Olive Le coup de foudre vient de Petrarque - "dont fut premier, ma l i b e r t e s u r p r i s e . " Le poete, prisonnier de 1*amour, se sert de t r o i s metaphores pour demontrer son emprisonnement -l e l i e n des "cheveux d'or," "amour l a flamme", et l e glaive , "ces yeux l e t r a i c t qui me transperse l'ame." Ces t r o i s themes sont developpes parallelement, a l a fagon i t a l i e n n e . Mais, du Bellay prend p l a i s i r a s o u f f r i r : Et toutefois, j'ayme-, j 1 adore et p r i s e Ce qui m'etraint, qui me brusle et entame:. II conclut que son p l a i s i r sera "de p e r i r de t e l l e main," q u ' i l ne veut pas: l a deliverance. C e s t l e theme d'une pr e c i o s i t e petrarquiste ou l e v r a i sentiment du poete ne se r e v i l e pas. Done l e s sonnets amoureux de 1'Olive, nous; montrent l'idealisme de du Bellay et sa faculte imitative de jeunesse, qui se sert des themes conventionnels et petrarquistes. Maintenant, examinons: 1'aspect neo-platonicien de s a 26 poesie amoureuse. II faut remonter a M a r s i l i o F i c i n o (1^33-1^99) traducteur de Platon 3 Florence, et auteur de la- Theo-l o g i a Platonica-i en 1^7^ et de. l a . Christiana Religione. I I e t a b l i t l'Academie platonicienne a Florence ou i l enseigne sa; doctrine neo-platonicienne. F i c i n est. toujours humani&te, etudiant rev.eren— c i e l des Anciens:, mais i l reste en meme temps Chretien, L 1 essen-t i a ! de sa doctrine est l ' i d e n t i t e de. la- r e l i g i o n et de l a . philosophie, car l a philosophie s'interesse a l a v e r i t e e.t as l a sagesse, qui est Dieu, F i c i n ne s u i t pas toute l a pensee? de- Platon. I I n ' i n s i s t e pas sur- l a necessity de; l a d i s c i p l i n e .mentale pour atteindre la. conception abstraite; et; absolue de. Dieu. I I c r o i t qu'on peut comprendre l'idee. de Dieu au moyen de 1'amour - doctrine que F i c i n trouve. dans, l e Banquet de Platon, Nous voyons une synthese de l a philosophie de Platon et du christianisme, car l e Christ est l e f i l s de Dieu, centre de toute v e r i t e et de toute sagesse, l e dieu de; Platon, selon Ficin,' C e s t l a dbctrine des; Idees-, inspiree de; Platon, qui se. manifeste dans l e neo-platonisme de la. Renaissance en I t a l i e et en France, et dans l e s oeuvres de du Bellay,. Selon cette theorie, ce monde n'est qu'un r e f l e t de la . vraie r e a l i t e , L'ame; emprisonnee dans, l e corps, se souvient vaguement de son origine celeste, en voyant un objet de beaute. La beaute physique d'une: dame r e f l e t e scm ame, qui n'est qu'une image de l a beaute supreme. C e s t une philosophie t r e s seduisante qui se trouve dans dear oeuvres i t a l i e n n e s . Mentionnons.Pie.tro Bembo (1470-154-7), auteur de: G l i Asolani. 1505, discours sur l'amour, qui s'inspire de Platon ert qui essaie de r e c o n c i l i e r l'amour avec l a philosophie 27 des Idees. I I est evident que 1'esprit i d e a l i s t e dec du Bellay s'lnteresse:a cette philosophie neo-platonicienne. La; premiere a l l u s i o n dans 1 1 Olive se trouve dans l e Sonnet LV111: De mon e s p r i t les- aesles sont guideesr, Jusques au seing des plus haultes Idees Idbla-trant tai celeste beaute. L'essentiel de l a philosophie neo—platonicienne se trouve dans; l e sonnet renomme - Sonnet 0X111: S i nostre vie.* est moins qu'une journee En 1'eternel, s i l*an qui f a i c t l e tour Chasse: noz jours sans; espoir- de; retour, S i perissable est; toute chose nee, Que songes-tu, mon ame emprisonee? Pourquoy te p l a i s t l'obscur de nostre jour, S i pour voler en un plus c l e r aejourr, Tu as au dos 1'aele bien empannee? Latest l e bien que tout e s p r i t desire, La?, l e repos: ou tout l e monde aspire, La est 1'amour, l a , l e p l a i s i r encore. La, o mon ame, au plus haut c i e l guidee, Tu y.pourras; recognoistre l'Idee De l a beaute, qu'en ce monde j'adore. Son vocabulaire enonce l e neo-platonisme. D.(abord 11 evoque 1'eternity, " l ' e t e r n e l , " qui f a i t contraste avec l a i v i e . "perissable." Du Bellay s'adresse a? son "ame emprisonee.", p r i — sonnier du corps* I I met en contraste "l'obscur" de la. vie mor-t e l l e , et l e "plu&i c l e r sejour," dans l e monde des Idees;, d'ou vient l'ame pour passer quelques ans. dans ce monde; t e r r e s t r e . 1'image des: a i l e s . de l'ame vient de Platon - image qui renforce l'idee. de mouvement vers Ie: sublime et l ' e l a n de-1'esprit qui retoume- au monde3 celeste. Lea mot "empannee:" sugglre las. fldche, munie: de plumes;, qui cherche son c i b l e . Puis- du Bellay met en .20 r e l i e f cet endroit ideal par la. repetition du mot, "lab." "L'amour" et le " p l a i s i r " dont i l paries swat des allusions spirituelles, non pas physiques. II s'agit de l'ame: qui retourne? " au plus haut c i e l " oji i l revoit l a beaute absolue, "l'Idee de l a beaute." L'emploi du verbe "recognoistre," evoque- l a doctrine de metem-psycose, de l'origine de l'ame en haut, de sa descente" sur la> terre, et de son retour au c i e l . La fusion de 1'amour et de lav religion neo-platonicienne? se revile dans l a pointe: du sonnet, 1'evocation de la? beatte de la, dame, reflet de la? beaute ideale, "qu'en ce monde j'adbre." Nous, voyons l'apogee du cote idealiste de du Bellay. L'Olive? n'est pas? un recueil de. poesie personnelle. II f a i t des emprunts; aux conventions petrarquistes et a l a doctrine neo-platonicienne• Cette doctrine idealiste se manifeste surtout dans 1'Olive:. Mais l'influence neo-platonicienne se revile encore? dans Les: Treize Sonnets de l'honnete amour de 1552, qui demontrent l'influence de Pontuss de Tyard', de ses Erreurs amoureuses. de 15^9, et de la- Continuation de 1551. Le style alambique et obscur de du Bellay, l a metaphysique neo-platonicienne remontent a- 1'idea?-lisme de l a -jeunesse avant que son experience a Rome'- 1'ait mene vers?un realisme base sur sa propre?vie. Dans le Sonnet 11. i l ne s'interesse pas aux caracteristiques physiques de l a dame, mais "c'est cet esprit, rare present des Dieux" qui 1'attire. CSest encore l e vocabulaire qui enonce le neo-platonisme dans le Sonnet VTLs Le seul dezir des beautez- immortelles Guynde- mon vol sur des divines, ailes Au plus parfaict de l a perfection. 2.9 I I semble que du B e l l a y n ' a i t connu p o i n t de femmes avant son voyage 3b Rome. Son a t t i t u d e i d e a l i s t e : SB: m a n i f e s t e dans 11 Olive;, p o r t r a i t de l a femme i d e a l i a e e , e t dans; l a t h e o r i e s des: Idees q u i n'a pas de; c o n t a c t avec sa? propre ex-p e r i e n c e . En I t a l i e , nous, voyons son i d e a l i s m e se d i s s i p e r en face des; r e a l i t e s ? q u ' i l r e n c o n t r e . Les moeurs des I t a l i e n s le? choquent e t let degoutent. C e s t une s o c i e t e depravee e t l i c e n -t i e u s e a c e t t e epoque, l o i n de: l a . Rome du passe de: son imagina-t i o n - c e n t r e de noblesse e t de c u l t u r e . Nous remarquons; l ' a c c r o i s s e m e n t d ' o b s e r v a t i o n p r e c i s e ^ de d e t a i l s , v i f s ; e t p i t t o r e s q u e s : dans sa: poesie: -evidence de sa; nature p r a t i q u e q u i prend note de t o u t ce: q u i s e p a s s e . Examinons l a p e r t e de son i d e a l i s m e en ce q u i con-c e r n e d l e s femmes, q u i se montre; dans l a V i e i l l e C o n r t i s a n e . publiee: en 1558 dans l e s : D i v e r s Jeux Rustiquesr. Du B e l l a y n'est p l u s . l e poete i d e a l i s t e , a d o r a t e u r de l a femme. I c i , son s u j e t e s t une femme tr e s ; d i f f e r e n t e de l 1 O l i v e i d e a l i s e e . C e s t un poeme q u i s ' i n s p i r e a u s s i d'un poete i t a l i e n . Maintenant son modele n'est p l u s Petrarque e t sa Laure:-, mais 1'Aretin, e c r i v a i n l i c e n c i e u x e t impudique. Ses Ragionamenti sont pmblies en 153^ -h i s t o i r e ou l a ; v i e i l l e Nanna enseigne: k- s a f i l l e Pippa; a- se p r o s t i t u e r . Le cynisme de du B e l l a y f a i t c o n t r a s t e avec l'adorai-t e a r de l a . femme dans 1'Olive. La Contre-Repentie. poeme de l a meme annee, f a i t v o i r l ' a u t e u r comme observateur q u i donne des d e t a i l s ; p r i s . s u r l e v i f , sans i l l u s i o n . Maintenant sa nature p r a t i q u e s ' i n t e r e s s e ; aux methodes; de s o u t e n i r ces i l l u s i o n s : 3D Car quant au soing ou chacune se fonde, De se far der, de se f a i r e l a blonde-, De se f r i s e r , de corriger l'odeur, Serrer l a peau, rechauffer l a froideur, Je n*en dy r i e n , pour estre t e l l e peine Commune encor it la- dame Romaine. v. 289-94. A Rome, du Bellay f a i t l a connaissance.», p a r a i t - i l , d'une jeune dame, Faustine, a qui i l adresse l e s Poemata, r e c u e i l de vers l a t i n s . Les details; de cat episode sont vagues. Certes, on remarque l e developpement d'une sensualite dans, sa poesie e c r i t e a* Rome au sujet de l'amour, qui n'existe pas dans 1'Olive. Faustine s'appelle Columbelle dans deux Baisers qui se trouvent dans l e s Divers Jeux Rnstiques. L'origine du genre "Baiser" -genre c u l t i v e surtout par Jean Second, poete neo-latin, remonte: m l'Anthologie grecque. Dans sa^poesie d'amour, 1 ' i n s p i r a t i o n de du Bellay ne vient plus de Platon. Nous voyons son cote i d e a l i s t e en ce qui concerne les; femmes;, f a i r e place a. son e s p r i t pratique. I I r e j e t t e l'amour neo-platonicien et i d e a l i s t e de 1'Olives, des q u * i l f a i t l a . connaissance des femmes i t a l i e n n e s - s o i t l e s courtisanes, s o i t Faustine, sa bien-aimee. CHAPITRE: IV Rome Nouveau venu, qui cb.ercb.es Rome en Rome, Et r i e n de Rome en Rome n'appercois, Ces. vieux palais-, ces vieux: arczr. que tu vois, Et ces vieux murs, c'est ce que. Rome on nomme,. Voy quel orgueil, quelle ruine: et comme C e l l e qui mist l e monde sous, l e s loiz;, Pour donter tout, s e donta quelquefois, Et devint proye au temps, qui tout consomme, 111, Antiquites de Rome, Du Bellay d e c r i t a i n s i ses impressions nostalgiques; et pleines de d i s i l l u s i o n , apres son arrivee a Rome, Jetons un coup d ' o e i l sur cette v i l l e - les; aspects, physiques et politiq u e s -comme; el l e ; se presente au mil i e u du XVle* s i e c l e . On juge. que- l a population n'est pas plus- de 50,000 personnes. En grande p a r t i e les; ruines; dont i l parle, sont les; ruineS3 de nos jours; - l e Forum, l e Gblisee, l e Pantheon. Le pape Jules. 11, avait developpe un plan pour moderniser et etendre l e s l i m i t e s de l a v i l l e , mais: l e p i l l a g e de Rome en 1527, pari'armee de: 1'Empereur Charles V, mit f i n 3; tout espoir de r e a l i s e r c e plan. C e s t une v i l l e - demoralisee, vie time de guerres c i v i l e s , de l a peste et de tremblements de terre sporadiques, C e s t un paradoxe que sous l a papaute, pendant laa Renaissance i t a l i e n n e , on v o i t developper k. l a f o i s , la; decadence 32-morale du clerge catholique et 1 1embellissement de l a v i l l e par.' des architectes t e l s que Bramante et par des a r t i s t e s t e l s que Raphael, En 1 5 4 6 , Michelange devient l ' a r c h i t e c t e p r i n c i p a l de 1'eglise Saint*4gierre i l t r a v a i l l e pendant l e sejour de du Bellay a Rome. Du Bellay passe quatre ans a Rome; et i l v o i t 1 ' e l e c -t i o n de; t r o i s papas:. Sous Jules. 1 1 1 . C 1 5 5 0 - 5 ) pape f a i b l e , l a puissance papale se revele de plus, en plus chimerique. Marcel 1 1 meurt: subitement en 1 5 5 5 , vingt et un jours apres son e l e c t i o n . Son successeur,, Paul IV ( 1 5 5 5 - 5 9 ) sBinteresse surtout a la. p o l i -tique. Nous voyons une v i l l e en desarroi, ou arrivent en 1 5 5 3 » l e Cardinal du Bellay et son secretaire, l e poete Joachim du B e l l a y . Quel est l e role du Cardinal? Avec Lansac:, i l est representant du r o i de France. I I vient sb Rome pour renouveler une treve avec l e pape Jules 1 1 1 . Apres la; mort de c e l u i - c i , l e Cardinal du Bellay devient doyen du Sacre-College, role, important aousi l e pape Paul IV. Mais: 1 'influence, du cardinal de Lorraine aupres de Henri 1 1 devient preponderante, et c e l l e du Cardinal du Bellay f i n i t par etre presque n u l l e . Le poete vo i t l a ; fortune de son parent tantot grandir, tantot decliner. C'est le? voyage £t Borne, qui sera l ' a i g u i l l o n du genie sat i r i q u e de du Bellay. La;, r e a l i t e des; ruines romaines et l e choc- q u ' i l eprouve quand i l se rend compte: des l o i s . immuables de l a nature, qui ecrase; tout ce qui semble durable, produisent di'abord la; t r i s t e s s e et l a melancolie s i bien exprimees; dans l e s Antiquites de: Ranne. oeuvre publiee en 1 5 5 8 . On y trouve des lamentations en face des ruines, et l a nostalgie qu'evoquent l e s ,33 monuments-maintenant poudreux. Les Antiquitesr. (ie Eomea depeignent sa d i s i l l u s i o n en face de l a r e a l i t e , mais c'est surtout l a d i s i l l u s i o n d'un i d e a l i s t e qui ne se montre pas de nature pratique a ce moment. La nostalgie des ruines presage l e romantisme de t r o i s cents ans plus; tard. C'est une emotion personnelle oil se revele un tempera*-ment s o l i t a i r e •-Mais l e sens pratique du poete ne se cache pas longtemps. Son don d'observation, sas c u r i o s i t e envers l a v i e , son penchant pour l e s d e t a i l s precis et vifs;, tournent sa decep-t i o n vers une reaction pratique devant l a corruption a Some. II sr'intiresse a l a societe, aux citoyens romains, a l a po l i t i q u e et sb l a papaute. C'est au moyen de l a s a t i r e , que s'expriment sa nature i d i a l i s t e et son sens pratique. Car le. genre satirique presuppose un point de vue lucide et r e a l i s t e , un element de. cynisme,' et un e s p r i t reformateur et i d e a l i s t e . Sa nature pra*-tique analyse l a s a t i r e et i l nous, donne sa d e f i n i t i o n dans l e Sonnet LX11 des- Regrets.: La Satyre ( D i l l i e r s ) est un publiq. exemple, Ou, comme en un miroir, l'homme sage, contemple: Tout ce qui est en luy ou de l a i d ou de beau. Nul ne me l i s e done, ou qui me vouldre l i r e Ne se faschej s / i l void, par maniere de r i r e , Quelque chose du sien p r o t r a i t en ce tableau. LX11. Regrets Laa s a t i r e est un genre qui l u i convient admirable-ment. II connaxt, de ses etudes, l e s s a t i r e s d'Horace et de Juvenal. II s'interesse aussi 3. l a s a t i r e bernesque, genre a i n s i nomme d'apres l e s oeuvres de Francesco Berni, poete i t a l i e n (1^97-3 4 . 1 5 3 5 ) • Dans un sonnet bernesque., i l faut comprendre l e con-t r a i r e de ce qui est d i t - methode u t i l i s e e par du Bellay dans: quelques: poemes des Regrets, comme nous l e verrons. Son esp r i t reformateur, deja- evident dans l a Deffence, son cynisme en face de: l a vie romaine, et son genie r a i l l e u r , se manifestent tous dans sa poesie s a t i r i q u e . C'est l e premier poete frangais qui a i t employe le: sonnet dans un but s a t i r i q u e . Nous voyons l a : fusion de son tem-perament i d e a l i s t e et de sa nature pratique dans l a s a t i r e ou i l reagit en face de sa deception et de. sa d i s i l l u s i o n d'une maniere: pratique. Dans l a dedicace des Regrets, adressee ct Monsieur d*Avanson, i l explique l e s raisons qui contribuent a l e tourner vers l a s a t i r e : De: quelque mal un chascun se lamente, Mais l e s moyens de plaindre sont divers. J'ay, quant a moy, c h o i s i celuy des vers Pour desaigrir l'ennuy qui me tormente. Et c'est pourquoy d'une doulce satyre Entremeslant les: espines aux f l e u r s , Pour ne fascher l e monde de mes pleurs., J'appreste i c y l e plus souvent a r i r e . v. 78-84 Plus tard, dans l e Sonnet LXXV11 des Regrets, i l continue son analyse des sonnets s a t i r i q u e s , et on v o i t son cynisme et son es p r i t r a i l l e u r se reveler a l a f o i s : Mais tu diras que mal nomme ces Regretz, Veu que l e plus souvent j'use de mots pour.rire: S i je r y t c'est a i n s i qu'on se r i d .p. l a table, Car je ry, comme on d i t , d'un r i z : Sardonien. Dans, l a Deffence, du Bellay condamne l a s a t i r e per-sonnelle au p r o f i t de l a s a t i r e generale - recommandation q u ' i l .-.••95 s u i t fidelement. D'abord, i l s a t i r i s e la? corruption des moeurs en I t a l i e 1 , sur.tout a Rome, et i l deplore X'absence des vertusj d'autrefois. On remarque l'aecroissement d'amertume et d'obser-vations precises au fur et a mesure q u ' i l p a r t i c i p e aux: a c t i -v i t e s de l a v i l l e . Quelques c i t a t i o n s demontrent sa d i s i l l u s i o n en face de l a corruption et l a decadence generale a Rome a cette epoque.t Donques, s i tu es sage, embrasse laa feintises 1'ignorance, l'envie, avec l a couvoitise; Par ces art z jusqu'au c i e l on monte bien souvent. Regrets. CXLV L ' a r t i f i c e cache, c'est l e vray a r t i f i c e . Regrets:. CXL11 L'homme trop vertueux desplait au populaire. Regrets-', CXLV II attaque plus; specifiquement certains- aspects? de l a v i l l e , en visant les-courtisanes, la& papaute et l e s citoyens, bien q u ' i l ne donne pas de noms; propres* Nous? pouvons? comparer sa description d'une courtisane romaine avec l a description vague eit etheree de l a dame de 1'Olive. A Rome, son sens pratique prend: note? de tous l e s details; de laideur, et pour l e s f a i r e ressortilP, i l se sert dans l e Sonnet XC1, des Regrets, de l a satire: bernesque: 0 be l l e s dentz d'ebenej o precieux tresors, Qui faites? d'un seul r i z toute ame enamoureel A gorge damasquine en cent p l i z figuree! Le? contraste avec l a femme id e a l i s e e de I'Olive est marque. Maintenant i l analyse la; beaute de l a dame pour la? s a t i r i s e r * 3 6 Son emploi chez l e Cardinal l u i montre l a sordidite est l e s petitesses; derriere l a fagade de; pompe et de grandeur d'un prince de l'Eglise:. I I l u i incombe toujours de chercher de? 1'argent pour soutenir un grand menage, de plus de cent personnes, par des negociations- avec des crediteurs et avec des: banquiers i t a l i e n s . Le Sonnet XV des Regrets, nous, enumere toutes: ces tacb.es d'intendant. Sa reussite dans un t e l emploi demontre l a nature pratique du poete qui f a i t tous l e s comptes et qui remplit consciencieusement des taches ennuyantes et mesquines;. Le; Cardinal a tout© confiance en l u i , et i l n'a pas de plaintes a cet egard. Le poete i d e a l i s t e . se montre maitre des details; f i n a n c i e r s , mais. i l reste toujours poete?. S a i d i s i l l u s i o n en face: de l a papaute a. Rome et des; sycophantes qui l'entourent, le-rend amer. I I s'exprime au moyen de la: s a t i r e , et les; Sonnets CV et CX11 sont des cr i t i q u e s s i violentes q u ' i l s ne sont imprimes que dans une seule edition.-Son cynism© ses revele d rune i r o n i e mordante dans le? Sonnet L X x v i l l des Regretsr Je te raconteray du siege de l ' E g l i s e , Qui f a i t d'oysivete. son plus riche tresor, Et qui dessous 1'orgueil de t r o i s ; couronnes d'or Couve 1*ambition, l a haine et l a feintise?. La Rome q u ' i l decr.it dans l e Sonnet LXXX est une v i l l e tout k. f a i t differente de l a Rome des Antiquites. Main-tenant i l s'interesse au present plutot qu'au passe, aux citoyens i t a l i e n s plutot qu'aux ruines d'autrefois. Le poete i d e a l i s t e e* l a v i l l e de son imagination sont remplaces; en grande? p a r t i e , par le: poete pratique et la. v i l l e pleine de couleur, d.'activite, et 37 de personnes vivantes. Le contraste entre:- ces. deux, cotes: de du Bellay - son idealisme: et sa: nature pratique: - se: revele dans: l e Sonnet LXXX. D'abord:, i l depeint par des observations: prises' sur l e v i f , l a v i l l e q u ' i l connait d7e sa> propre: experi-ence! nous voyons son degout et sa deception. II f i n i t par une v i s i t e l a Rome des> Antiquites. Maintenant i l n'evoque: plus: l a nostalgie du passe. II ne: donne que des f a i t s , ses; propres observations:, sans; lamentation et sans, i l l u s i o n . Son sens; pra-tique se; rend compte de l a r e a l i t e des choses, et nous voyonss d i s s i p e r beaucoup de? 1'idealism ei-de saa jeunesse:; S i je montes au Palais, je n'y trouve- qu'orgueil, Que vice deguise, qu'une cerimonie, Qu'un br u i t de tabourins, qu'une estrange harmonie, Et de rouges; habits un superbe appareil: S i je descens: en banque, un amas et r e c e u i l De nouvelles je treuve, une usure i n f i n i e , De: riches Florentins une troppe banie, Et de pauvres: Sienois un lamentable d u e i l : S i je vais plus avant, quelque part ou j'arrives, Je treuve de Venus l a grand'bande l a s c i v e Dressant de; tous costes m i l appas amoureux: S i je passe plus oultre, et de lai Rome neufve? Entre en l a v i e i l l e Rome, adbnques je ne treuve Que de vieux; monuments un grand monceau pierreux.. Les; Divers Jenx- Rustiques. r e e u e i l publie aussi en I558, revelent un autre cote, de son genie satirique:. Qn a 1*im-pression de detachement et d'objectivity dans; son a t t i t u d e envers; l a r e a l i t e q u ' i l connait. L'amertume n'est pas aussi violente qu'autrefois. Son regard! r e t i e n t sa l u c i d i t e , mais i l est; plus impersonnel. Citons l a s a t i r e contre lui-meme, Contre les. Petrar- quistes. forme, developpee et i n t e n s i f i e d de son ouvrage de jeu-nesse, A sa; Dame.qui datait de 1553* H demontre lui-meme l a perte 38 de son idealisme et son acceptation de l a vie t e l l e qu 1elle; est, I I se depouille des influences etrangeres et e x t e r i e u r e s - son imita t i o n des Italiens. et des. Anciens. Son esp r i t pratique? et honnete? s'exprime franchement: J'ay oublie l ' a r t de Petrarquizer, Je veulx d*Amour franchement deviser', Sans vous f l a t t e r , et sans me deguiser. v. 1 - 3 I I tourne; en r i d i c u l e des. themes petrarquistes s i evidents dans 1 1 Oliver, II ne. r e t i e n t plus l e s i l l u s i o n s idea^-l i s t e s au sujet de l a femme, apres son voyage a Rome, I l s a t i -r i s e 11 un Petrarque. ardent " (v. 125) et 11 son s t y l e fardant." (v. 126) Son attit u d e r e a l i s t e , apres tant de zele ideali s t e ^ s*exprime nettement, C'est 1'homme pratique qui parle: Mais quant a moy, sans feindre ny pleurer, Touchant ce. poinct, je. vous. puis asseurer, Que je veulx. sain et dispos demeurer, Pour vous f a i r e service, v, l8£-192: Pour f i n i r l a parodie de ses; propres; oeuvres, i l s a t i r i s e - l a philosophie des; neo-platoniciens - son sonnet re-— nomme de 1'Olive, l e Sonnet CXL11: S i toutefois Petrarque vous. p l a i s t mieux, Je. reprendray mon chant melodieux, Et voleray jusqu'au sejour des Dieux-D'une aele mieux guidee: La dans l e sein, de leurs d i v i n i t e z Je choisiray cent m i l l e nouveautez, Dont je peindray voz.plus grandes beautez; Sur la? plus- b e l l e Idee. v. 201-208 Le_ jeune- poete. i d e a l i s t e devient l e s a t i r i s t e pratique. On ac vu plus haut les- attaques violentes contre l a Papaute JL Rome dans l e s Regrets;. Nous, voyons. que cette. amertume 39 s'adoucit, dans l'Epitaphe. de l'abbe Bonnet, dans, les: Divers.  Jeux: Rustiques. I c i , i l vise l e s moines: en general, par l a creation d'un abbe grotesque et r i d i c u l e . I I se moque d'eux-, mais- i l s' amuse en meme temps.: Gar i l eut s i s u b t i l e s p r i t Qu'onq.'il n'en peut un seul e s c r i p t . v. k - 5 Bref de Bonnet fut un Bonnet Qui jamais; ne porte Bonnet. v. 85-86 Nous, avons deja- examine plus haut l a s a t i r e amere au sujet d'une courtisane dans l a . Contre-Repentie. Un detache;-ment nouveau l u i permet de parodier meme 1'emotion melancolique s i forte dans: l e s Antiquites; de Rome. C'est une courtisane qui parle: Des monuments, par l e temps devorez Nous sommes seuls- ornemens demeurez, Seuls; ornemens: de 1'antique memoira, Et de. ce l i e u l a renaissante g l o i r e . v. 69-73 Nous pouvons- suivre. aussi l e developpement d'une object!vite en face de ces; malheurs personnels, dans l a mesure; ou i l cesse de le s combattre et q u ' i l l e s accepte. En 1552, i l subit des- attaques de l a surdite dont i l souffre toujours. Sa maladie s'empire apres son retour 3L Paris en 1558. Meme a cet egard, nous voyons ses i l l u s i o n s i d e a l i s t e s : se diss i p e r en face de l'accroissement de sa nature pratique. Comparons deux poemes sur ce meme sujet. La Complainte du Desespere est une oeuvre de 1552', e c r i t e peu apres; sa maladie. C'est une lamentation touchante et sincere: ho ...tout cela:, que l'on nomme--Lers bienheuretez del'homme1, Ne me sgauroit esjouyr, Prive de l ' a i s e , qu'aporte A la* vie demy-morte-Le doulx p l a i s i r de l'ouyr. v. 283-288 Pden ne peut l e consoler, tant i l est victime de l a p i t i e de; soi-meme: V/ous, 3b qui ces durs allarmes Arracheront quelques larmes, Soyez. joyeux: en tout temps, Ayez l e c i e l favorable, Et .pkus: que moy, miserable, Vivez heureux, et contens. v. 505-510 Dans son Hymne de l a Surdite de 1556, i l t r a i t e l e meme theme. Mais quel changement de ton! Haintenant i l accepte son incapacite d'une maniere pratique. II se rend compte que r i e n ne changera, sauf l u i . II emploie l ' i r o n i e d e l i c a t e , et i l se sert de l a s a t i r e bernesque: Je ne suis pas de ceux, qui d'un vers triomphant Deguisent une mouche:: en forme-d'Elephant, Et. qui de leurs, cerveaux; couchent a toute; reater, Pour louer las f o l i e ou pour louer l a peate. Mais sans changer l a blanche, a l a noire couleur, Et soubs. nom de p l a i s i r deguiser l a douleur, Je diray, qu'estre sourd. (a qui la; difference-Sgait du bien, et du mai), n'est mai qu'en apparence. v. 29-36. En contraste avec l a t r i s t e s s e d'autrefois, i l peut e c r i r e : Demy-sourd,o quel heurl pleust aux bons; Dieux. que j'eusse Ce bon heur e n t i e r . - v. 27 II ae moque des larmes. du passe: D.'ou vient ce. fascheux-mai, qu'on nomme Surdite: Fascheux a 1'ignorant, qui ne se f o r t i f i e Des divines raisons de l a philsophie. v. 59-61 II utilise: des details; vifs: et amusants. II parle des bruits: qu'il ne~ regrette pas, par exemple: ...celuy d'un bassin, quand celuy qui l'escoute S'endbrt au bruit de. l'eau, qui tombe. goutte. a gputte. V. 171-2 II u t i l i s e meme: 1*apostrophe, qui est de; regie a la. f i n de l a plupart des hymnes de- Ronsard;, mais pour un effet comique: Jfe te saiue, o sainte, et alme Surdite v. 225 DonqS 6 grand'Surdite, nourrice- de sagesse-, Nourrice de: raison, je te. supply, Deesse. v. 2^3-4 C'est un poeme important, qui fait contraste avec sa lamentation anterieure. II accepte l a realite de: l a surdite, comme i l accepte Rome et les Romains, au moyen de son genie; satirique* Le poeme est tout empreint de son amitie fxdele pour son cher ami Ronsard, qu'il veut consoler. II revile, un ton leger et detache en face; d'une tragedie personnelle, et i l d'e-montre; en meme: temps, son habilete S. parodier divers genres. En general, son poeme du Polte-Courtisan est con-sidere comme son chef d'oeuvre- satirique. C'est une oeuvre de 1559, datee de Poitiers, et dont on ne connait qu'un seul exem— plaire?. Le poeme a paru sous le nom de: I. Quintil de Troussay, 22 mais3il n'y a aucun doute que le vrai auteur soit du Bellay. On peut l'interpreter comme le manifeste; d'idees exactement le contraire^ de celles de sa Deffence. C'est encore une exhortation remplie de conseils, mais maintenant ses; conseils sont satiriques -1'oeuvre d'un homme pratique qui fait contraste avec l a Deffence et 22i Chamard:, Edition critique, des oeuvres poetiques de du Bellay. VI, p. X l l l 42 ses conseils;idealistes. C'est un point de vue assagi par contraste- avec le point de vue revolutionnaire de la: Def fence: Car i l s u f f i t icy que tu soyes guide Par le; seul naturel, sans, art et sans doctrine, Fors cet art qui apprend a faire bonne mine. v.48-50 Laisse moy donques; la\ ces Latins et Gregeoys, Qui ne servent de rien au poete Frangois. v. 56-57 Ses conseils sur l a poesie de circonstance sont cyniques: mais: pratiques: Or s i les grand seigneurs tu veulx gratifier, Arguments; a propos i l te fault espier: Comme quelque victoire, ou quelque v i l l e prise, Quelque nopce ou festin, ou bien quelque entreprise De masque ou de tournoy: avoir force desseingss, Desquels a* ceste f i n tes; coffres seront pleins. v. 65-69 Son avis au poete-courtisan est tout a f a i t prar-tique, grS.ce a sa propre experience* Sa conclusion demontre las superficiality et l'hypocrisie. qu'il trouve a Romej et dans quelle mesure son esprit pratique remplace son idealism©: Bref, pour estre en cest art des premiers, de ton age Si tu veulx: finement jouer ton personnage, Entre les Courtisans. du sgavant tu feras, Et entre les, sgavants; courtisan tu seras. v.109-112 AiRome, nous voyons le sens pratique du poete se developper de plus en plus. Les; devoirs financiers chez le: Car-dinal exigent une exactitudeset un soin de details, ou 1'aspect pratique de du Bellay se montre bien dans sa reussite comme. secre-taire. II f a i t l a connaissance des citoyens remains; - l a courti-sane, le banquier, le prelat. D'apres sa propre experience et son observation lucide, i l en vient a sa propre conclusion sur l a vie, 43-qui remplace l'idealisme emprunte en grande partie aux autres. Les Antiquites de Home- est 1'oeuvre d'un i d e a l i s t e decu. Les Regrets, par contraste, est 1'oeuvre d'un poete pra-tique. D'abord i l devient cynique et amer en face de l a corrup-t i o n et l a decadence a Rome, mais son sens pratique l e soutient, et i l exprime sa d i s i l l u s i o n au moyen de l a s a t i r e - genre oil i l demontre son genie. Nous remarquons 1'acceptation de l a vie et de ses imperfections. Sa nature pratique l e mene vers une s a t i r e moins mordante: que c e l l e des Regrets, qui se revele dans quelques poemes des Divers Jeux Rustiques et dans l e Poete-Courtisan. La surdite devient sujet de parodie au l i e u de l a tragedie d'autrefois. L 1 e s p r i t reformateur de l'auteur de l a Def fence', se moque des conseils aux futurs poetes. Maintenant i l s'interesse plus: au probable qu'au possible.- Mais i l r e t i e n t son cote i d e a l i s t e , comme nous l e verrons. surtout dans les consolations q u ' i l trouve. CHAPITRE;. V. Ses- Consolations-La vie. personnelle de du Bellay est assez tragique. Enfant, neglige et toujours s o l i t a i r e , i l trouve au College de Coqueret 1'ami tie. et l a vie i n t e l l e c t u e l l e qui l u i manquaient". Au commencement de sa^ carriere l i t t e r a i r e . , p l e i n d'espoir et d?ambition, i l est ecrase par l a maladie* Puis; i l a 1'occasion de f a i r e p artie de: 1*entourage., d'un Cardinal charge des; affaires-: p o l i t i q u e s du Roi. II va a Rome, l a Mecque des; humanistes, l a capitale dev1'empire, romain et de l a c i v i l i s a t i o n l a t i n e q u ' i l admirait, v i l l e q u ' i l avait grand'envie de. v i s i t e r par-dessus toutes. I]|n'y trouve. que deception. Le poete i d e a l i s t e eprouve un choc ecrasant en face de l a r e a l i t e . La Rome d'autrefois iiiiexiste plus:. II n'y a que des: ruines poudreuses:: Vieux; monuments, qui encor soustenez L.'honneur poudreux; de tant d'ames divines. V l l , Antiquites de Rome La; societe elevee. et i n t e l l e c t u e l l e q u ' i l e s p i r e y trouver, descendance des nobles citoyens de 1*Empire romain, s e r e v i l e corrompue et depravee. II n'y trouve- que: d i s i l l u s i o n et deseapoir. De l o i n , Paris devient son paradis. Mais une fois. 45 retourne l i t , less process familiaux et les, soucis de s a i saute" et de sa?. carriere? l'accablent. Avant d'avoir resrolu tous ces: problemes, i l est mort a l'age: de 37 ans. Nous avons vu que son experience 3b Rome a detruit en grande partie son idealisme, et qu'elle a; i n c i t e en meme tempsrle developpement de son genie s a t i r i q u e . La, nature p r a -tique du poete l e soutient toujours. Malgre tous l e s malheurs de sas-vie, son amertume, son cynisme ne sont que passagersr. I I ne- succrombe jamais au fardeau de ses infortunes. Son sens; pra?-tlque l e dirig e vers une existence sinon heuneuse, du moins? interessante et s a t i s f aisant e.. Maintenant, examinons? l e s con-solations qui l e reconfortent, et qui se manifestent dans sa poesie. I I faut i n s i s t e r surtout sur 1'importance pour l u i de ses amis. A cause de la? perte de sa famill e , i l a toujours besoin de? l'amitie, de l a camaraderie - element e s s e n t i e l de sai v i e , q u r i l . i d e a l i s e d'un bout? a 1*autre de son oeuvre. Du Bellay lui-meme, m du avoir l e don de l'amit i e . Ses collegues et ses professeurs a Poitiers; et sb Paris, restent toujours ses amis. En tete du r e c u e i l de 1'Olive, i l y a deux poemes?latines composes par Jean Dorat et Salmon Macrin. A Rome.il f a i t l a connaissance d'Olivier de Magny, qui sera? ami f i d e l e et qui joue un role analogue-au sien: c'est l e secretaire, de M. d'Avanson, ambassadeur du r o i , a Rome?. Du Bellay s ' i n t e -resse?: aussi au cercle l i t t e r a i r e 3t; Rome, oil i l trouve des amis i t a l i e n s parmi l e s poetes neo-latins. I I f a i t partie d'une. societe d'humanistes., oil i l a de bonnes; relations, avec tous, l e s membres1. On trouve des allusions; 3b plusieurs de. ces nouveaux. 46 amis; dans: sa poesie, surtout a. Antoine- Caracciol, prince, de Melphe?, eveque de Troyes, Les: temoignages d'amitie et d'affection sinceres; et inepuisables?, le; soutiennent tout l e long de sa: v i e , et se manifestent dans sa; poesie aussi bien que dans sa; v i e , Les rapports; sociaux: passagers ne sont pas; pour l u i , C'est un ami par-excellence - toujours- f i d l l e , qui s'interesse as tout ce qui interesse ses; amis, genereux sans bornes, amusant et s p i r i t u e l , possesseur d'un coeur magnanime et clement, Dans; 1' Olive, i l s' adresse^ a; ses: amis en les; louant dans ses sonnets, au "Divin Ronsard...fameux harpeur et prince de noz Odes," par exemple?, (S, LX) Dans l e s Vers  L i r i q u e s , on trouve: des odes dediees k Jean Proust,, angevin, a Rene Urvoy, eleve de Coqueret, 3. Ronsard, a. Bergier, poete; de P o i t i e r s , a Jean Dorat, son maltre, et a\Bouju, poete et ami, aussi bien que des; dedicaces aux grands, Les poetes q u ' i l avait attaques dans l a Deffence, regoivent des eloges dans s a poesie. I I s'est moqu4 de Marot, mais i l s'ad'oucit ensuite son jugement severet L'Ame est au l i e u , d'ou e l l e e t o i t s o r t i e , Et de ses vers:-, qui ont dbmte l a Mort, Les Seurs luy ont Sepulture batie. Jusques au c i e l , A i n s i , LA MORT N'Y MORD, 23 Dans l a Deffence. Antoine Heroet, "merite: plus l e nom de philosophe que de poete." Plus, tard, dans une ode du Recueil de Poesie. du Bellay l u i rend hommage. La Musagnoeomachie, de 1550, contient des vers qui louent tous; 23i Epitaphe de Clement Marot. 1549 h7. les auteurs contemporains: Carle', Heroet., Saint Gelaisr, Les trois; favoriz des. Graces:, L'!utiledoux Rabelais-, Et...Bouju, v... 217-20. On y trouve le nom de Sceve, d© SaleX, de "Peietier laboreux^" de; Baif, de Dorat:, des allusions a Macrin, a Paschal, etch Pontus de Tyard, parmi beaucoup d'autres. Sa traduction, de I'Eheide et plusieurs lettres qui nous restent, s'adressent a Jean Morel, "a l'heureuse memoire de notre immortelle amitieV A. Sebillet, son ennemi dans la: Deffence. i l dedie un sonnet des; Regrets. II loue son contemporain Jodelle, dans un sonnet ou i l l'appelle le maitre du "vers; tragic, le comic, le harpeur." II y as. une abondance de tels sonnets; et de tels poemes- dans: le? recueil des? Divers Poemes, publie en 1568, recueil posthume. II s'amuse; I tjouer sur le nom de ses amis; - technique empruntee? aux Rhetoriqueurs* Citons? le vers- "Heroet, aux vers: heroiques," et une ode & Mellin de Saint Gelais.: Mellin, tes.vers emmielez Qui aussi doulx que ton nom coulent, Au nectar des Muses meslez: ~\k L'honneur de tous les. autres foulent. v.53~56 Dans une Ode- au Seigneur des Sssars; sur le Discours  des smn Amadis, i l revele un genie modeste et spirituel, tout en louant les autres; Si j'avoy l'archet divin De l a harpe - Ronsardine;, Le bas fredon Angevin Diroit l a gloire Essardine. v. 291-29^ 48 Mais:: c'est Ronsard, ami de son coeur, qui domine toute sa' poesie. Du Bellay demontre une vraie humilite envers; l u i . II suit sa; carriere avec un interet intelligent. On ne trouven jamais un mot d'envie ni de chagrin bien que Ronsard; recoive: tous; les eloges comme son du. Dans- le Recueil de Poesie der 154-9, du Bellay f a i t allusion aux odes; pindariques: Ronsard. premier osa bien attenter De faire Horace en France rechanter, Et le Thebain (6 gloire souhaitable!) Qu1 a grand labour i l a fa i t imitable. v.# 157-60 Chant Triumphal Dans le sonnet XIX.des Regrets, i l f a i t hommage lb ses. Amours?, a ses Odes:. 3. ses Hymnes et a. sas Franciade. qui ne sera- jamais terminee. Dans son long poeme. Jt Pierre; de Ronsard!, qui parait dans: les Divers. Poemes, i l parle 3 coeur ouvert: Doncques, Ronsard, un vulgaire l i e n N'enchaine pas ton coeur avec le mien: Des graces fut t e l l e amour commence®. II est, typique de Joachim du Bellay q u ' i l attribue as son r i v a l et cfe son ami, toutes les qualites. qui l u i appartiennent, et- qu ' i l . les; mentionne dans, un poeme pour consoler Ronsard d'une tragedie qu'il part age:: Tout ce que d'ay de bon, tout ce qu'en moy je prise, C'est d'estre, comme toy, sans, fraude et sans-feintise, D'estre bon compaignon, d'estre a la; bonne foy. v.. 23-25 25 Mais c'est pendant son sejour-3 Rome que ses amis; franqais; l u i manquent surtout. Dans, les Regrets, i l s'adresse 25. Hymne de l a surdite. Divers; Jeux Rustiques 4.9 directement a ses amis, en leur d'ediant des sonnets. Le sonnet CTRHX. des Regrets; est tres touchanfc, i l y reve? de son retour en France et i e s amis qui l'attendent: Ja? l e vent favorable? a mon amour s'appreste?, J a vers:: l e front du port je commence, a ramer, Et-voy ja? tant d'amis., que? ne- les- puis? nommer-, Tendant les. bras?-vers moy, sur l e bord f a i r e feste. Je; voy mon grand. Ronsard., je le. cognois- d ' i c i , Je voy mon cher Morel, et mon Dorat aussi, Je? voy mon Delahaie, et mon Paschal encore Et voy un peu plus?loing ( s i je ne suis deceu) Mon d i v i n Mauleon, duquel, sans l ' a v o i r veu, La grace, le? scavoir et l a vertu j'adore. CSest l a v i s i o n d'un i d e a l i s t e . Une fois? retourne 3: Paris?, i l semble que. la? plupart de ses, amis 1'oublient, Nean-moins, i l reste toujours?idealiste au sujet de l'amitie. Pour ce? poete: s o l i t a i r e , l'amitie devient une? i d e a l i s a t i o n de l a famille q u ' i l n'a. jamais,; connue. Son cynisme envers la? societe i t a l i e n n e n' entre pas; dans ses, rapports amicaux* Ses amiss restent des;etres cheris? et i d e a l i s e s * Peut-etre son e s p r i t pratique se r e n d - i l compte de cette necessite pour l u i du besoin d'une securite familiale. dans? un monde ou i l ne trouve que deception. L'idee que seule l a poesie dure, que l e s monuments, physiques sont sujets au temps., est un l i e u commun de?l'epoque. C'est aussi une grande consolation pour du Bellay. Nous-avons vu la? fusion des? deux elements- fondamentaux de? son caractere dans, un examen de la, Muse, qui nourrit son cote i d e a l i s t e , et qui l u i dbnne l'immortalite, ce? qu'apprecie sa? nature pratique* Dans? la- Deffence, cette dualite de: son temperament 26 se? revele. II parle de l a posterite non-envieuse et i n c o r r u p t i b l e . 26. Deffence, deuxieme l i v r e . ch. v 50 C'est la? recompense du t r a v a i l du poete - point de vue pratique. En meme temps, i l compare l a gloire. de l'immortaiite avec une echelle qui mene au c i e l , et par l a q u e l l e ; l e s poetes montent pour SB f a i r e compagnons des dieux - point de vue i d e a l i s t e . Pendant l e s annees de souffranee, en proie i. l a maladie et & l a surdite, i l est console par l a Muse, e'est-a-dire par son genie poetique. Un e s p r i t a l a f o i s courageux et pratique?, se revele dans l a preface du quatrieme l i v r e de 1'Enaide q u ' i l s'amuse a, traduire (comme i l traduit Buchanan aussi, son contemporain): Je ne diray par' quelle d i v e r s i t e de; malheurs: s'est jouee de moy ceste. c r u e l l e a r b i t r e des cxhoses: humaines. Je diray seulement que par-my tant de malheurs (contre lesquelzt je ne sens ma raizon s i forte, qu'elle m'eust peu srmer de suffisante patience) l e non moins honneste que plaisant exercice poetique m*a donne tant de consolation, que je ne puis-encores me repentir- d'y avoir perdu une p a r t i e de mes jeunes- ans. A Rome, i l a surtout besoin de consolation. Loin de ses;: amis francais, entoure, de decadence et de corruption, esclave des a f f a i r e s financieres et mesquines du menage du Cardinal, i l trouve cette consolation dans la. composition de laa poesie. I I e c r i t l a poesie nostalgique des. Antiquites de Rome, l a s a t i r e des Regrets. cLes poemes. de circonstance, et l a poesie pastorale des Divers- Jeux: Rustiques, Nous trouvons des images; idealisees?et des d e t a i l s p r a t i q u e s - toute une variete, selon l e sujet et selon son humeur. La Muse l e soutient en face des. malheurs et des deceptions: de l a ; v i e . E l l e l u i sert de confesseur. Du Bellay peut s'exprimer franchement dans; ses poemes - therapie 51 pratique de l a f r u s t r a t i o n et l a d i s i l l u s i o n de sa; vie?: "Les: vers chantent pour moy ce que dire je n'ose." XIV,Regrets Dans la- dedicace des; Regrets, l 1importance pour l u i de lev composition poetique se r e v i l e . La poesie est sa. consola?* t i o n , son i n s p i r a t i o n , en e f f e t , s a i raison d'etre* Sans e l l e , i l s e r a i t ecrase par ses; malheurs et ses: deceptions. I I s 'exprime nettementr La Muse seule au mil i e u des; alarmes Est asseuree:et ne p a l l i s t de peur: La Muse; seule au mil i e u du labeur F l a t t e l a : peine et desseiche l e s larmes. D'elle je tiens. l e repos et la; v i e , D'elle. j'apprens. a n'estre ambitieux, D'elle je tiens; les. saincts presens. des; Dieux. Et l e mespris de Fortune et d'envie. v.29-36 Nous voyons son es p r i t pratique qui se rend, compte de son besoin de creation poetique pour soutenir l e s infortunes de-sa? v i e . Nous voyons aussi l'idealisme manifeste; dans sa; con-ception de l a Muse., i n s p i r a t i o n d'en haut. COELO MUSA BEAT est l a : devise que du Bellay place volontiers a l a f i n d'un poeme ou d'un r e c u e i l . E l l e est empruntee & Horace., et e l l e peut se trat-duire par:: "La Muse; donne l e bonheur celeste" - i d e a l important pour du Bellay, i d e a l dont i l a tant besoin. Plutot une i n s p i r a t i o n qu'une consolation, est son chauvinisme, s a x f i e r t e nationale. Deja dans l a Deffence i l en 27 parle . I I deplore l'apathie des Franqais qui se contentent d'une poesie inferieure?& c e l l e dont i l s sont bien capables. L'esp r i t de r i v a l i t e de l a part de l a Pleiade e n v e r s ? l ' l t a l i e , se? trouve partout dans? l a Deffence. oil l a . s uperiority morale et pol i t i q u e de l a France est acceptee comme un l i e u commun, mais 2 7 . Deffence, deuxieme l i v r e , ch. 1 52 oil son i n f e r i o r i t y l i t t e r a i r e est rejetee. L'orgueil. national de- du Bellay 1'incite a demontrer au monde une nouvelle poesie? qui sera: un v r a i r e f l e t de l a superiority frangaise. Nous: voyons? son i d e a l i s a t i o n de son payss ""France, mere des art s , des» armes, 28 des l o i x . " En meme temps, son sens pratique chercbe l e moyen di'exprimer et de demontrer cette f i e r t e nationale. La Def fence demande aux Francais pourquoi i l s sont "admirateurs d'autrui" et- e l l e suggere en meme temps un remede pratique pour- l a l i t t e r a ^ ture. Du Bellay explique l e role de sa f i e r t e nationale dans l ' a v i s au lecteur, de l a deuxieme edition de 1*Olive: Certes j'ay grand'honte quand je voy 1 l e peu d'estime-que font l e s I t a l i e n s de nostre poesie en comparaison de l a le n r . Son nationalisme se manifeste surtout a Rome. I I ide a l i s e : 1*amitie et aussi sa p a t r i e . I I faut t e n i r compte de-l a solitudei du poete. Des ses premieres oeuvres, la- p e r s o n n i f i -cation de l a nature remplace l a f a m i l l e . A Rome: la- nostalgie du pays; s ' i n t e n s i f i e . Citons " La France, et mon Anjou, dont l e desir me poingt." (Regrets, XXV) et le: sonnet celebre, "Heureux. qui comme Ulysse..." (Regrets. XXXI) Nous: voyons son emotion poignante l o i n de sa; terre natale. La; poesie pastorale: l e console aussi, par 1*evocation d'une vie simple et pure, qui f a i t contraste: avec l a sor d i d i t e et l a : d i s i l l u s i o n du monde. ac t u e l . Dans ses- Divers. Jeux Rustiques. nous, trouvons des polmes. d e l i c a t s et charmants, eloges de l a vie champetre, tel s . que Voeu d'un Sanneur de Ble. aux Vents. 28. Regretsv IX 53 La nature et l a France: - voici deux consolations" con— stantes? pour du Bellay, II les idealise, i l se montre chau-vinist©', mais s o n esprit pratique: profite* de' son chauvinism© pours? inciter/ la- revolution l i t t e r a i r e d© Ian Deffence, et pour? i l l u s t r e r sa? fierte nationale au moyen de sa poesie* II faut insister sur l a stabilite de? caractere de?- du Bellay. Accable par l a maladie, par la? surdite, par l a pert© dee sa? famille - inquiet 3?, cause de 1'incertitude de sa carrier©, i l rest© neanmoins un poete qui peut se contenter de ses; amis, d© l a composition poetique, de l'amour d© las natur© et de l a patrx©. Certes, ces consolations sont idealisees* Mais sa nature- pratique, qui prend p l a i s i r dans ces? illusions idea?-listes-, le soutient jusqu'a s a i mort* C H A P I T R E : V I . Le Re-tour a Paris: i i L.'importance du voyage a Rome pour l e poete du Bellay est incontestable, Chamard d i v i s e sa; biographie: du poete; en deux parties; - avant et apres. son sejour a Rome. Nous? avons va son idealisme? de? jeunesse remplace parr l e cynisme? en face de l a corruption et la; decadence de? Rome. Sa- poesie amoureuse, em-prunt.ee en grande p a r t i e aux: autres, cede? a la: s a t i r e qui vient de sa; propre experience. Au mois d'aouti, 1557, du Bellay q u i t t e Rome pour- P a r i s . Dans- ce. chapitre nous examinerons- las poesie q u r i l e c r i t . des son ret our en France, du point de vue des deux; cotess de sa nature - 1'idealisme et l e sens; pratique. Les sonnets; CXXX11 a CXXXV111 des Regrets sont l e journal de son voyage de retour. Encore une f o i s , nous voyons: l e poete: observateur, interesse, qui prend p l a i s i r a: noter tous l e s d e t a i l s v i f s : et pittoresques. Son es p r i t pratique se; revelei dans les: descriptions: de Venise, de l a Suisse, et enfin de France. En Suisse, i l s'interesse surtout au Calvinisme. Du Bellay reste un catholique pratiquant pendant toute sa- v i e . Nous, voyons; sa f o i s ' i n t e n s i f i e r aprIs sa. v i s i t e a Geneve. Le sonnet CXXXV1 des Regrets, est une attaque violente contre cette v i l l e protestante. Les- jurons, et l e s blasphemes sont i n t e r d i t s par Calvin, et du Bellay s'en moque: 55, Au demeurant (Bizet) 1 'avarice et 1'envie, Et, tout cela qui plus tormente nostre v i e , Domin© en ce l i e u l a plus- qu'en tout autre l i e u , Je ne: v e i s oncques tant l'un-l'autre contre-dire, Je ne veis oncques tant l'un de 1 'autre mesdire: Vray est que, comme i c y , Ion n'y jure?point Dieu. Un protestant y repond par un sonnet, qui i n s p i r e chez: du Bellay une nouvelle- at toque, composee? de cinq sonnets, trouves parmi ses papiers aprls sa mort. Certains: vers, defendant un point de vue? bien plus, l i b e r a l que; c e l u i qu'expriment l e s edits? bornes' et rigides. des? C a l v i n i s t e s . On v o i t son cote i d e a l i s t e qui reste toujours, mais qui t i e n t compte de sa propre experience:; Ami, l e v r a i Chretien est Chretien en tout l i e u . I I parle de Dieu: Qui l e s e r t , bien ou mai, je n'en f a i s point d'enquetes, Un chacun de? soimeme est temoin assure. Sa; propre experience sert de base aussi a son Hymne?  Chrestien de 1559* bien plus serre. et moins- rempli d'allusions; historiques; et bibliques que c e l u i de 1 5 5 2 » Nous avons deja vu dans? les? sonnets places vers l a f i n de 1' Olive que sa r e l i g i o n s'accommode sans d i f f i c u l t y des elements neoplatoniciens?. Rappe-lons- le? numero CX11: Dedans, l e clos des, occultes Idees, Au grand troupeau des ames. immortelles Lee Prevoyant a c h o i s i les plus b e l l e s , Pour estre a luy par luymesme guidees. Lors peu a peu devers l e c i e l guindees Dessus 1'engin de leurs divines aeles ¥ollent au seing des- beautez- eternelles, Ou e l l e * sont de tout vice emondees. On ne voit: plus de t e l s elements dans sa poesie r e l i g i e u s e . 56 Desormais, ces: elements; neo-platoniciens se Mmi tent as l a poesie amoureuse! oji i l s se combinent avec; des elements p e t r a r — quistes", C'est l e cas-du r e c u e i l de vingt-neuf sonnets, les: Amours, de: 1559• Le courant i d e a l i s t e du poete: se manifeste surtout dans l e Sonnet XXV,courant qui remonte. aux. sonnets de 1'Olive, des 15^9: Comme: Ion diet que l a f e l i c i t e De ces. e s p r i t s qui au c i e l ont leur place-Gist seulement a vo i r de; Dieu la. face; Et se mirer en son eternite: A i n s i l'Amant, qui l a d i v i n i t e De son object tant seulement embrasse:, Comme; esclave; des ceste terre basse, Ne pense plus.en autre deite, Bien q u ' i l se montre. maitre de l a s a t i r e et q u ' i l ses s o i t moque de 1' Olive dans le- poeme Contre l e s Petrarquistes; des 1558, du Bellay a besoin d'un idealisme - courant fondamental de s a nature et i l nous 1'indique: par ce r e c u e i l des1- Amours, e c r i t peu avant sa mort, Du Bellay l e premier a compose dess sonnets; s a t i r i q u e s . Son lyrisme et son e s p r i t r a i l l e u r se combinent d'une facon remar— quable, pour f a i r e de l u i un s a t i r i s t e de premier rang dans, l a l i t t e r a t u r e frangaise. Nous; avons deja examine l e chef d 1oeuvre du Poete-Courtisan, oeuvre: de 1559. (page 4 l ) . C e s t l e chant de cygne du genie satirique de du Bellay, I I cesse de: parodier ce qui l e degoit et l e desillusionne, Accable de l a surdite la? plus f o r t e , de proces familiaux^ d'un malentendu avec l e Cardinal, i l perd son es p r i t r a i l l e u r et badin, I I devient melancolique. Sa surdite le, separe du monde et de: l a camaraderie q u ' i l aimait, Comme toujours, sa nature pratique l e soutient en face de: toutes ces v i c i s s i t u d e s , I I f a i t de son mieux: pour se; con-57 tenter et pour creer sa poesie. L'idealisme des Amours, deja c i t e , l e reconforte. I I compose aussi des polmes pour f a i r e hommage au r o i , et pour prendre note des evenements importants? dii pays". L'Entreprise, du roy-daulphin pour l e tournoy. et 1'Epithalame sur l e mariage du due de; Savoye et de Marguerite?  de France, datent de 1 5 5 9 . Surtout f a u t - i l remarquer l e Tum-beau de Henry 1 1 de l a meme annee. Examinons., maintenant, une oeuvre negligee, mais une oeuvre importante et hardie. Nous, voyons l e s deux: cotes; du poete se co a l i s e r dans un polme qui demontre d'une: facon l u c i d e et b r i l l a n t e , l e s experiences et l e s souffranees de 1 'auteur. Observateur de las vie et de l a p o l i t i q u e en France et en I t a l i e , du Bellay se r e v i l e savant analyste: et reforma-teur de la; societe. L'idealisme de l a Deffence est encore e v i -dent, en combinaison avec son souci pratique de d e t a i l s . Nous avons nomme 1'Ample discours au Eoi sur le. F a i t des Quatre Etatg  de France, publie en 1 5 6 7 * apres sa mort. Chamard considlre que "par l a hardiesse des idees et l a . chaleur des sentiments, 1'Ample Discours au Roy. trop souvent meconnu,..paraxt etre, en depit de sa? formes im-» 29 p a r f a i t e , un des meilleurs poemes de Joachim du Bellay." I I est evident dans; cette oeuvre, que du Bellay est observateur i n t e l l i g e n t et perspicace, qui possede une logique penetrantes. De son milieu p l e i n d'hypocrisie et de vanite, i l . peut. f a i r e une analyse b r i l l a n t e et objective;. 1 1 commence par un examen raisonne des trois? Z9. Ghamard, Ed i t i o n c r i t i q u e des oeuvres poetiquess de du Bellay, VI, p. XXXI. 58 sortesrde gouvernement - l a democratie, 1'aristocratie et l a monarchie qui est l a plus p a r f a i t e , '* comme venant de: Dieu." II compare l e r o i a l a tete humaine oil l e corps: est sain et "bien tempere des nombres et accords." Comme le s quatre cordes" d'un l u t h , le. royaume de France se divise en quatre parties -le Peuple;, l a Noblesse, l a Just i c e , et 1'Eglise. II encourage l e Roi a conserver et a entretenir avec prudence, ses; Etats. Du Bellay annonce l e moraliste La Bruyere. II est assez rare qu'on trouve de l a compassion pour l e peuple dans-l a poesie du XVle s i e c l e : S i r e , vous aurez donq' du pauvre peuple soing, Qui d'estre soulage a l e plus de besoing: Du peuple n o u r r i c i e r , qui f a i t l e mesme o f f i c e Que l e s pieds et l e s mains... v 59-62 II parle encore du peuple: Sans luy r i e n ne s e r o i t de plaisant et d'aimable, Sans luy des Roy se r o i t l a vie miserable,, Sans luy l a terre mere i n f e r t i l e s e r o i t . ^ 65-67 Du Bellay, pratique, demontre sas propre experience et son jugement net: Par l a paix vous avez moien de soulager Le povre peuple.-, S i r e , et de l e descharger Du fais. que sur l e doz. s i long temps i l supporte, S ' i l vous p l a i s t de. r e i g l e r voz finances en sorte Que l e s glueuses: mains ne puissent r e t e n i r Les. deniers qui devroient en voz coffres venir. v. 151-6 II attaque l e s o f f i c i e r s , malhonnetes, l e s impots inventus, l e s banquiers et l'usure, et l e s "pri v i l e g e s antiques" des marchands.. II deplore 1'influence i t a l i e n n e dans l e progres 59 du luxe, et preconise 1' exemple des Anciens:. Malgre son origine? aris t o c r a t i q u e , i l attaque l a noblesse: Le moindre des; quatre, et l a tourbe c i v i l e : De: noble: l ' a rendu souffreteux et s e r v i l e , v.233-4 Loin de 1'idealisme, i l ecrit, sur un ton pessimiste et l'ucide::: Nous= voyons aujourhuy t r o i s : sortes de noblesse: L'une auxcarmes: s'adonne, e t 1'autre sa paresse Caignarde, en sa; maison:. 1'autre: han te l a court,, Et apres; l a faveur ambitieuse court. w. 285-8 Puis: i l considere; l a j u s t i c e et son r o l e fondamental: Pour.ce doit, i l sur tout maintenir l a j u s t i c e , Comme c e l l e qui t i e n t chacun en son o f f i c e , Qui f a i t : regner - less Roys, qui leurs Sceptres sousr-t i e n t , Et. qui rendl a chacun ce qui luy appartient. v". 3A5-6 II. s e soucie. de d e t a i l s pratiques t e l s que 1' i n s t i t u t i o n de> gages annuels, pour l e s magistrats, " a f i n qu'honnetement leur? estat i l s maintiennent." Iii importance de 1'Eglise est soulignee. I I recommande au Roi.: En son antique honneur 1'Eglise i l maintiendra Et comme treschrestien, tousjours se souviendra Qu'il a receu de Dieu son sceptre et sa couronne. v. 455-7 Mais meme 1'Eglise: n'echappe pas. h sa. c r i t i q u e . I I f a i t une comparaison entre 1'Eglise du passe et c e l l e de; son temps;: Jadis l e s bons Prelatss, qui du troupeau de Dieu Estoient les. vrays pasteurs, residoient sur l e l i e u . v. 529-530 60 t a n d i s q u © Maintenant l e u r demeure e s t a l a - c o u r t des Roys^ Ou i l s ont p l u s de: t r a i n , de chevaux: et charroysr, Que l e s p l u s grand Seigneurs, v.- 533-535 II i n s i s t e s u r 1'importance des a r t s et des. l e t t r e s , e t i l f a i t a p p e l au bon n a t u r e ! de F r a n g o i s 11 et 1' exhorts? ap. suivre- 1' exemple de son per©, de Frangois. T e t de Charlemagne,. Du B e l l a y e s t l 1 auteur de dleux ouvrages r e v o l u t i o n ^ -n a i r e s , Le premier, l a Deffence, e s t 1'oeuvre de 1'enthousiasme de l a jeunesse, e t du z e l e de l ' i n n o v a t e u r , Sa source e s t l ' i d e a -l i s m e d'une f i e r t e n a t i o n a l e , comme 1*indique l e t i t r e , Deffence?  de l a langue frangoise?. Son penchant p r a t i q u e i n s i s t e s u r les? d e t a i l s ? de: cette? langue, L'Ample? D i s c o u r s au R o i e s t une analyse? a p p r o f o n d i e e t raisonnee; d'un system© de s o c i e t e e t de gouverne-ment, que 1'auteur observe de pres- avec une p e r s p i c a c i t e o b j e c -t i v e * De s a propre e x p e r i e n c e , i l discute. raisonnablement less problemes? du pays e t de? l a monarch!©, e t i l s u g g l r e des moyens pour a m e l i o r e r l a * s i t u a t i o n en Frances, Nous voyons dans. ces. deux, m a n i f e s t e s , l a Deffence e t 1'Ample Discours., comment i l se s e r t des deux: elements de sa nature. - son idealisme? q u i veut changer l e "status- quo" e t son sens p r a t i q u e q u i indique. des remedes; spe-c i f i q u e s , C i t o n s l e sonnet CLV des? Regrets oil du B e l l a y i n d i q u e lui-meme l e s deux aspects? de son c a r a c t e r e * D'abord son cote i d e a l i s t e , s'exprime: Qui n'admir© du c i e l l a b e l l e , a r c h i t e c t u r e , Et de- t o u t ce qu'on v o i d l e s causes e t 1 ' e f f e c t , Celuy vrayement d o i t estre. un homme c o n t r e f a i t , L e q u e l n'a r i e n d'humain, que l a s e u l e f i g u r e * 61 Puis; i l t i e n t compte de? son sens pratique: Mais ne tenons l e s y e u x s i attachez en hault, Que: pour ne l e s baisser quelque f o i s vers l a terre, Nous; soyons, en danger par l e hurt d'une pierre? De. nous blesser l e pied ou de prendre?le s a u l t . Malgre sa maladie et son malheur--personnel, tous l e s aspects; divers de; du Bellay se montreut dans la;i poesie e c r i t e apres son retour & P a r i s . Le neoplatonisme et l'influence petrarquiste; se manifestent dans; l e s Amours. Sa. f o i catholique?- est evidente dans l e s sonnets au sujet du Calvinisme. L'apogee? de son genie sa t i r i q u e est", l e Pogtei-Courtisan de 1559» ou i l se moque des ideauxrd'autre.— f o i s . II t i e n t compte? de tout ce qui. concerne las famille royale? et i l leur f a i t hommage? dans sa?. poesie de. circonstance. Surtout, i l revele une i n t e l l i g e n c e l u c i d e , et un e s p r i t reformateur et pratique? a l a f o i s , dans son Ample? Discours au Roy. Nous voyons l'idealisme et l e sens pratique se. manifester dans toutes ces oeuvres - deux elements qui se combinent pour creer une poesie d,'une variete et d'une b r i l l a n c e unique en France. B I B L I O G B A P H I E : Ambrilre:, Francis, Joachim du Bellay. Didbt, 1930 Andrdeux, Maurice. Borne. L l b r a i r i e Artheme Fayard, I960. Cercle du Livre de France. Tome 11. Bishop, Morris. Petrarch and his. Worlds Indiana University Press, Bloomington, 1963. Castor, Grahame. Pleiade. poetics;. A Study i n l 6 t h Century Thought and Terminology. Cambridge. University Press;, 1964 Chamard, Henri. Joachim du Bellay. 1522KL560. L i l l e , 1900 Chamard, Henri. H i s t o i r e de la; Pleiade. Didier,1939-40,4 v o l s . Clements, Kobert J . C r i t i c a l Theory and Practice of the Pleiade:. Harvard^ University Press, 1942: Cleugh, James. The Divine: Aretino. Stein and Day, New. York,1966. Dickinson, G. DuBellay i n Rome. Leiden, E. J . B r i l l , i960. Faguet, Emile. Etudes l i t t e r a i r e s au XVle s i e c l e . Paris; 1902f. Francois., A l e x i s . Les: sonnets; suisses: de Joachim du Bel l a y. Lausanne, L i b r a i r i e de 1'university, 1946. Hay, Denys. The I t a l i a n Renaissance i n i t s H i s t o r i c a l Back-ground. Cambridge University Press. 196l. M e r r i l l , R.T&. Platonism i n French Renaissance Poetry. New York University Press, 1957. Mor gay, Baoul et Muller, Armand. La Renaissance. Paris:, i960 R o s s e t t i n i , Olga. Les; Influences anciennes et i t a l i e n n e s sur  l a s a t i r e en France au XVle s i e c l e . I n s t i t u t francais. de: Florence. 1958. Sainte-Beuva, Tableau historique et c r i t i q u e de l a poesie frangaise au XVle s i e c l e . Paris.. T B 4 2 62 63 Saulnier:, V/. L. Du Bellay. 1'homme et- 1'oeuvre. Boivin, 1951 T i l l e y , A. The Literature of the French Renaissance?* Cambridge, — — 1 9 o 2 f T i l l e y , A. Studies: i n the French Renaissance, Cambridge, 1922 Vianey, Joseph. Les; Regrets de Joachim du Bellay. Paris, 1930 V/ier, Jacques.- H i s t o i r e de l a L i t t e r a t u r e frangaise?. XVle- XVlle: s i e c l e s . Armand C o l i n . 1959 Editions des oeuvres de. Joachim du Bellay Du Bellay, Joachim, Oeuvres frangoises; de Joachim du  Bellay, gentilhomme; angevin. Ed i t i o n critique, par Ch, Marty-Laveaux. Lemerre, 1866-67,2 v o l s , Du Bellay, Joachim, Poesies, texte? e t a b l i et annote par Marcel Hervier," 195^, 5 vols. Editionsr. Richelieu Du Bellay, Joachim. Oeuvres p.oetiques, e d i t i o n c r i t i q u e par 1 Henri Chamard, Comely, 1908-31. 7 vol s . du Bellay, Joachim. La Deffence et I l l u s t r a t i o n de la . langues frangoyse.. Edition c r i t i q u e par Henri ChamardF. Didier, 196l 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0093640/manifest

Comment

Related Items