Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

(Pro)créer : maternité et créativité dans trois romans de Nancy Huston Chabot, Heidi 2002

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-ubc_2002-0035.pdf [ 3.79MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0090189.json
JSON-LD: 831-1.0090189-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0090189-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0090189-rdf.json
Turtle: 831-1.0090189-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0090189-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0090189-source.json
Full Text
831-1.0090189-fulltext.txt
Citation
831-1.0090189.ris

Full Text

(PRO)CREER  MATERNITE ET CREATIVITE DANS TROIS ROMANS DE N A N C Y HUSTON  par Heidi Chabot B.A. Hon., Simon Fraser University, 2000  A THESIS SUBMITTED IN P A R T I A L F U L F I L M E N T OF T H E REQUIREMENTS FOR THE D E G R E E OF M A S T E R OF ARTS in THE F A C U L T Y OF G R A D U A T E STUDIES (Department of French, Hispanic and Italian Studies)  We accept this thesis as conforming to the required standard  THE UNIVERSITY OF BRITISH C O L U M B I A April 2002 © Heidi Marie Chabot, 2002  In p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree t h a t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e and study. I f u r t h e r agree t h a t p e r m i s s i o n f o r e x t e n s i v e c o p y i n g of t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be g r a n t e d by the head of my department or by h i s or her r e p r e s e n t a t i v e s . I t i s u n d e r s t o o d t h a t c o p y i n g o r p u b l i c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l not be a l l o w e d without my w r i t t e n p e r m i s s i o n .  Department of  French ^ fife panic and -E-falian Studies  The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia Vancouver, Canada  Date  April 33,300a  ABSTRACT  Throughout history, women have suffered from the mind/ body dualism, a major component of Western patriarchal ideology, which has consigned the body to women and the brain to men. Women's role is relegated to procreating, a "natural" act of the body that produces offspring, while men create, a conscious undertaking of the mind that brings something new into being. Women artists frequently confront continuous challenges to their creativity having to choose between mothering and artistic creation. Theorists like de Beauvoir saw the two as incompatible, three novels by Nancy Huston: La Virevolte (1994), Instruments des tenebres (1996) and Prodige (1999), seem in some ways to confirm that dilemma. Yet elsewhere this bilingual author affirms not only the possibility of combining them, but the importance of doing so to produce works that are feminine.  Her work challenges the view of motherhood as metaphor in French feminist theory, as Huston relates that theory to practical concerns more often associated with anglophone feminist theory. A range of feminist works on maternity will be employed to examine the changing positions adopted in these novels, where the division between creation and maternity is primordial, but this split implies different results in each case. Instead of the traditional or feminist figure of motherhood, based on maternal love or instinct, the reader is confronted with specific types of conflict between mother and child.  TABLE DES MA TIERES  page Abstract  ii  Table des matieres  iii  Acknowledgements  iv  Introduction  ..1  1) La Virevolte  13  La famille  14  Le corps  24  La danse  28  2) Instruments des tenebres  34  La mere  36  Le corps  41  L'art  45  3) Prodige  .53  La musique  55  La maternite  59  La rivalite  64  Conclusion  68  Appendice  76  L'Oeuvre de Nancy Huston  Bibliographie  77  7^  iii  ACKNOWLEDGEMENTS  I would like to extend my warmest thanks to Dr. Valerie Raoul for introducing me to the writings of Nancy Huston. As well, her direction, valued input and much needed encouragement were of great assistance. I gratefully recognise Dr. Richard Hodgson for his contributions and Dr. Andre Lamontagne for his francophonic touch. Many thanks also go to Dr. Rosena Davison for her support and friendship. A big thank you to my husband who allowed me the time and the space necessary to bring this project to life.  iv  Introduction La creation est averiture, elle est jeunesse et liberte. Simone de Beauvoir  La procreation... ce n 'est pas un phenomene ni une experience fixes. Elle est complexe, riche de signification et d'histoire pour une societe et un individu, femme oti homme. L 'enfantement est un gestephysique mais aussi intangible et imaginaire: la grossesse peut etre une experience a la fois joyeuse et penible pour la femme.  L 'objectif de ce travail est d'examiner Vassociation compliquee entre la procreation et la creation artistique, en analysant les avatars de la relation entre les deux dans trois des romans d'une auteure contemporaine, Nancy Huston. Avant de justifier ce choix de textes il est utile d 'evoquer la representation du corps a trovers I 'histoire et la pensee occidentales, et de resumer les debats entourant le corps de la femme enceinte.  La supposee division entre le corps et le cerveau existe depuis des siecles dans la pensee occidentale, avec une nette valorisation de l'esprit. Selon Platon, le crane est la source du divin (l'ame) et de la raison chez rhomme, tandis que le reste du corps est compose de chair, source de confusion qui entraine l'ame vers le bas. Une hierarchie 1  Genevieve Lloyd. The Man of Reason : 'Male' and 'Female' in Western Philosophy. Minneapolis : U of Minneapolis P (1984): 6. 1  1  s'impose qui met la tete metaphoriquement aussi bien que physiquement en haut. Le corps est considere comme un obstacle a la connaissance de la verite a cause de ses envies et ses emotions qui empechent la raison d'agir sans interference et Tame de s'elever vers l'ideal. Dans Phedon, le philosophe explique sa pensee ainsi: We are in fact convinced that if we are ever to have pure knowledge of anything, we must get rid of the body and contemplate things by themselves with the soul by itself. It seems, to judge from the argument, that the wisdom which we desire and upon which we profess to have set our hearts will be attainable only when we are dead, and not in our lifetime. 2  L'idee de la suprematie du cerveau et de sa separation du corps a persiste dans la philosophic occidentale a travers les ecrits de nombreux penseurs (tous masculins), tels qu'Aristote, Descartes, Rousseau et Hume. Cette division influence la distribution des roles entre les deux sexes, puisque l'homme seulement est suppose etre capable de franchir les limites corporelles pour acceder a l'ideal, alors que la femme, a cause de sa fonction reproductrice, ne peut pas echapper au « realm of the body, with its everyday commitments [and] its pedestrian passions » . Kant developpe cette division binaire plus 3  specifiquement pour delimiter l'espace des deux sexes. D'apres lui, la logique ne peut se trouver que dans le public, le domaine de l'homme, ou il peut developper sa raison, par opposition au prive, habite par la femme et les enfants, reserve aux sentiments et aux sensations qui s'opposent a la logique, la raison, la pensee creatrice.  Platon. Collected Dialogues. Ed. Edith Hamilton et Huntington Cairns. Princeton : Princeton UP (1961) : 49 cite dans Linda Martin Alcoff. « Feminist Theory and Social Science : New Knowledges, New Epistemologies » dans Bodyspace: Destabilizing Geographies of Gender and Sexuality. Ed. par Nancy Duncan. New York : Routledge (1996): 15. Voir Linda Martin Alcoff. « Feminist Theory and Social Science : New Knowledges, New Epistemologies » dans Bodyspace: Destabilizing Geographies of Gender and Sexuality. Ed. par Nancy Duncan. New York : Routledge (1996): 15. 2  3  2  Cette hierarchisation entre le corps (a dominer) et le cerveau (qui doit dominer) permet la restriction de la raison au domaine masculin, bien que la pensee soit peinte ailleurs comme universelle et neutre puisqu'elle est sans corps. Seul l'esprit est capable de logique, de creation mentale et artistique, et de surmonter les distractions du corps. Uniquement rhomme peut atteindre ce stade, puisque la femme est apparemment « much more subject to bodily distractions, hormonal cycles, emotional disturbances and the like. ». Selon la definition patriarcale, la femme se trouve « victime » de son corps, 4  comme l'explique Simone de Beauvoir : la femme « a des ovaires, un uterus, voila des conditions qui l'enferment dans sa subjectivite; on dit volontiers qu'elle pense avec ses glandes. ». Ce type de « pensee » n'en est pas une. 5  La dichotomie corps/esprit s'etend evidemment au domaine de la creativite. Les representations culturelles, produites presque toutes par des hommes jusqu'a recemment (du moins celles qui ont ete conservees), confirment l'idee que rhomme cree avec son cerveau, c'est la creation, tandis que la femme produit avec son corps, c'est la procreation. D'apres Susan Stanford Friedman : Creation is the act of the mind that brings something new into existence. Procreation is the act of the body that reproduces the species. A man conceives an idea in his brain, while a woman conceives a baby in her womb, a difference highlighted by the post-industrial designation of the public sphere as the man's domain and the private sphere as woman's place. 6  Linda Martin Alcoff. op. cit. p. 16. Simone de Beauvoir. Le Deuxieme Sexe I: les faits et les mythes. Paris : Gallimard (1949): 14. Susan Stanford Friedman. « Creativity and the Childbirth Metaphor : Gender and Difference in Literary Discourse » Feminist Studies 13 (1987) : 52. Desormais les pages seront indiquees apres les citations. 4 5 6  L'association du travail de l'esprit ou de rimagination avec le phallus peut engendrer une sorte de gene chez la femme face aux activites scientifiques ou artistiques, ou une mefiance de la part des hommes envers une femme qui « cree », devenant une rivale. Le fait de prendre en main les instruments de la creativite (le stylo ou le pinceau) est, selon cette opposition binaire, un geste masculin qui virilise la femme, la mettant « at war with her body and her culture »(Stanford Friedman 49). Elle se trouve face a un dilemme : comment surmonter son corps et atteindre la raison? Les mots « surmonter » et « atteindre » impliquent une attitude qui accepte le cerebral comme separe du corporel et superieur. L a question de la maternite demeure fondamentale, car c'est elle qui lie la femme le plus a sa chair et qui, au cours des siecles, lui donne sa valeur en tant que femme. Comme l'explique Stanford Friedman, « The female, to a greater extent than the male, is the prey of the species [...] in maternity wom[an] [remains] closely bound to her body, like an animal. » (52). Pour de nombreuses femmes, ce dilemme se resume dans un choix categorique : l'ceuvre ou le bebe. Plusieurs, dont la plus celebre est probablement Simone de Beauvoir, choisissent de rejeter le maternel en faveur de la creation artistique et intellectuelle. De Beauvoir pretend ne pas avoir de regrets : « I have never regretted not having children insofar as what I wanted to do was write » (36). Selon son raisonnement, il n'etait pas possible d'avoir les deux a la fois, de remplir la « vocation » feminine et maternelle et celle d'artiste. Par la suite, de Beauvoir a constate  « Entrevue » Paris Review 34, 1965 cite dans Alice Jardine « Death Sentences : Writing Couples and Ideology » dans The Female Body in Western Culture : Contemporary Perspectives. Ed. Susan Rubin Suleiman Cambridge : Harvard UP (1986): 90. 7  4  que les fernmes de la generation qui a suivi la sienne n'auraient peut-etre pas, comme elle, a assumer ce choix qui limite la femme a un seul domaine.  Plus recemment cette logique a ete remise en question par plusieurs theoriciens qui cherchent a revaloriser la maternite en rintegrant comme theme et topos dans leurs ecrits. L'une des plus connues, Helene Cixous, a revendique la difference du corps feminin dans son article revolutionnaire « Le Rire de la Meduse », souvent lu comme un manifeste de Yecriture feminine. Dans cet ecrit elle denonce le fait que la femme a ete opprimee a travers les siecles par rintermediaire du corps qui la definit en tant que femme. Plutot que de repudier ou renoncer a sa chair, Cixous propose une autre optique : elle peut utiliser son corps comme moyen de communication, comme outil pour parler autrement. Cette option permet a la femme de transformer la source de son oppression en source de pouvoir. Par rintermediaire de son corps, elle peut raconter sa propre histoire et creer des formes et des contenus specifiquement feminins (meme s'ils peuvent etre copies par des hommes).  Dans « Le Rire de la Meduse » Cixous presente une opposition entre « the phallic/symbolic patterns embedded in Western thought » et 1'experience corporelle feminine (Jones 252). Cixous privilegie nettement la perception feminine car, selon elle, 8  cette experience est beaucoup plus vaste que celle de l'homme puisque  8  Ann Rosalind Jones. « Writing the Body : Toward an Understanding of L 'Ecriture feminine » Feminist  Studies 7 (1981): 252.  [...] la sexualite masculine gravite autour du penis, engendrant ce corps (anatomie politique) centralise, sous la dictature des parties. L a femme, elle, n'opere pas sur elle-meme cette regionalisation au profit du couple tete-sexe, qui ne s'inscrit qu'a l'interieur de frontieres. Sa libido est cosmique, comme son inconscient est mondial 9  Selon Cixous, la pensee feminine depasse la pensee etroite du phallus par sa capacite de transcender les bornes, de rejoindre le « tout » cosmique, a cause, precisement, de ses pouvoirs de reproduire et de nourrir, d'entretenir la vie, contre la mort qui vient souvent des hommes. L a femme doit celebrer ses fonctions maternelles et sa propre «jouissance », ainsi qu'une poetique reliee a son corps, comme s'exclame Cixous : « Ecris-toi: i l faut que ton corps [celui de la femme] se fasse entendre. » (43). Elle exalte les pulsions feminines : « [p]ulsion orale, pulsion anale, pulsion vocale », qui sont toutes des forces physiques qui peuvent alimenter la creation litteraire (52).  Cixous va encore plus loin pour chanter les louanges de la grossesse, « la pulsion de gestion » qui etait « dramatisee ou escamotee, ou maudite, dans les textes classiques», mais qu'elle considere comme une force vitale qui represente le pouvoir de la femme (52). Elle emploie la procreation comme metaphore de l'ecriture, puisque la grossesse e s t « t o u t comme l'envie d'ecrire : une envie de se vivre dedans, une envie du ventre, de la langue, du sang. » (52). L a femme doit ecrire en « encre blanche » comme le lait maternel et elle n'est jamais loin de la « mere »(44). L a metaphore de 1'enfantement,  9  Helene Cixous. « Le Rire de la Meduse » L 'Arc 61 (1987) : 50. (C'est moi qui souligne.)  « la procreativite », celebre les labeurs artistiques de la femme en reliant ses travaux mental et physique. II s'agit d'un renversement de l'image evoquee souvent dans des textes masculins, de la production de l'ceuvre d'art comme ressemblant a une grossesse, un accouchement que les hommes n'ont jamais connus.  Bien que les pensees revolutionnaires d'Helene Cixous aient inspire de nombreuses femmes a ecrire, elles demeurent polemiques et meme dangereuses pour certaines theoriciennes. Ces critiques accusent Cixous d'etre regressive et de friser le determinisme biologique dans sa pensee.  10  Plusieurs s'opposent a son emploi de la  metaphore procreation/ creation car « [b]iological analogies ultimately exclude one sex from the creative process, and in a patriarchal society it is women's creativity that is marginalized. » (Stanford Friedman 50). L'Americaine Erica Jong ajoute que la comparaison de « human gestation to human creativity » est « thoroughly inexact. » .  11  Si  Facte de creer est necessairement relie a la procreation vecue par les femmes, comment est-ce que l'homme peut generer des oeuvres de creation? La problematique d'une creativite specifiquement feminine est loin d'etre resolue, surtout quand Cixous donne comme exemples d'ecriture feminine des textes de Genet ou de Kleist, qui sont des hommes.  Voir entre autres Simone de Beauvoir, qui voit dans cette notion une forme de « contre-penis » et Elaine Showaiter et Nina Auerbach qui accusent la metaphore de la procreative d'etre « the development of a regressive paradigm » (citees dans Stanford Friedman, p.50). Erica Jong. « Creativity vs. Generativity : The Unexamined Lie » The New Republic 180 (13 Jan. 1979): p. 27. (cite dans Stanford Friedman, p.50). 10  11  7  D'apres Alice Jardine, comment penser les relations entre ecriture et maternite pour les femmes demeure un sujet predominant dans la pensee feministe francaise contemporaine.  12  Ce debat persiste entre les ecrivaines, les philosophes et les critiques  modernes. L'ceuvre litteraire d'une auteure peu etudiee, qui a participe a ces debats en France au cours des annees '70, peut eclaircir les rapports entre le texte romanesque feminin, l'histoire sociale et les positions feministes. II s'agit de l'ecrivaine contemporaine Nancy Huston. Cette auteure d'origine anglophone, nee en Alberta et Francaise d'adoption, ne m'interesse pas ici a cause de sa biographie fascinante, mais en raison de son ceuvre bilingue riche et variee, composee d'essais, de livres pour enfants et surtout de romans. Elle est devenue connue dans son pays natal pour la controverse entourant son livre Cantique des plaines (1993), version francaise du roman deja paru en anglais intitule Plainsong. Cantique des plaines a gagne le prix francais du Gouverneur 13  General en 1993, malgre les protestations de plusieurs critiques quebecois.  Depuis cet  evenement, des textes de Nancy Huston se trouvent regulierement en tete de la liste des best-sellers, autant du cote anglophone que du cote francophone, tant au Canada qu'en France ou elle habite depuis presque trente ans.  Alice Jardine. « Death Sentences : Writing Couples and Ideology » The Female Body in Western Ed. par Susan Rubin Suleiman. Cambridge : Harvard UP (1986) : p.89. Voir entre autres a ce sujet: Francus Farley-Chevrier, Helene LeBeau, Jean-Antonin Billiard, Rejean Bouge, Abla Farhoud, Michel Morin, Christiane Teasdale, Larry Tremblay, et Lise Vaillancourt, « Le Cantique des plaines. Une controverse revele une pietre image du monde litteraire quebecois ». Le Devoir. (10 decembre 1993): All. 12  Culture. 13  Chose etonnante, l'ceuvre de Nancy Huston a suscite jusqu'ici relativement peu d'interet au sein de la critique universitaire. A ma connaissance, i l existe seulement deux memoires de maitrise, une poignee d'articles critiques, et un petit livre compagnon qui 14  analyse le Cantique des plaines (2001).  15  Comme le constate Corinne Larochelle, ce  manque d'etudes pourrait s'expliquer par la difficulte de classer son ceuvre : « plus tout a fait canadienne, jamais vraiment francaise, un peu quebecoise, mais, avant tout, new yorkaise dans Fame, elle [l'ceuvre] echappe aux frontieres » (6). Curieusement, la purpart de nos renseignements sur l'ceuvre de Huston proviennent de l'auteure ellememe, qui est tres presente dans les medias francais et canadiens. A cause de cette absence d'etudes approfondies de ses textes, je propose d'en etudier trois en detail.  Dans les ecrits de Huston, le lecteur est frappe par les representations de la mere, qui figure souvent comme personnage principal. Nous n'avons plus affaire a une figure mythique (traditionnelle ou feministe) basee sur l'instinct ou l'amour maternel, mais plutot a un conflit reel aussi bien que symbolique entre mere et enfant. Le personnage maternel se trouve souvent pris entre son « devoir » maternel de procreation et ses capacites artistiques de creation qui exigent un autre type d'epanouissement personnel aussi bien qu'un soutien culturel. L a maternite parait done chez Huston comme  Chantal Ringuet. La construction textuelle du sujet diaristique dans le Journal de la creation?1990) de Nancy Huston : une epiphanie de la parole, (Universite du Quebec a Montreal, 2000). Genevieve Denis. La danse animant I'ecriture de Nancy Huston dans La Virevolte (1994) ou le conflit entre le corps et I'esprit createur transcende, (Universite du Quebec a Montreal, 1996). 15 Corinne Larochelle. Corinne Larochelle presente Cantique des plaines de Nancy Huston. Montreal : 14  Lemeac, 2001.  problematique. Ayant deja entrepris (dans le cadre d'un « Honors Essay » a l'universite de Simon Fraser) des recherches sur les rapports mere-fille dans l'ceuvre de Marie Cardinal, je propose d'examiner ici de pres les rapports qu'entretiennent la maternite et la creation (et surtout le rapport mere-fille) dans trois recits de Huston : La Virevolte (1994), Instruments des tenebres (1996), et Prodige (1999).  Huston, qui a participe au mouvement de la liberation de la femme a Paris au cours des annees '70 (et surtout a la revue Sorcieres) a un rapport different a la langue francaise que des ecrivains comme Cixous ou Kristeva. Celles-ci, tout en ayant parle une autre langue (l'arabe pour Cixous, au cours de son enfance en Algerie, le bulgare pour Kristeva) ont appris le francais comme langue maternelle ou presque (Kristeva a frequente une ecole francophone). Huston, par contre, a appris le francais sur le tard et reste tres consciente d'ecrire dans une langue non-maternelle. En meme temps, elle communique avec ses propres enfants dans une langue qui n'est pas le sienne [ainsi qu'elle l'explique dans Lettresparisiennes: Autopsie de I'exil (1986)]. La maternite comporte non seulement un aspect physique (la procreation) mais aussi une fonction culturelle (transmettre la langue maternelle) qui, dans son cas, ne va pas de soi. L a creation verbale, la langue comme experimentation, fait partie de son experience personnelle d'etre mere.  II n'est done pas surprenant que dans ses romans la relation maternite/ creation est primordiale et complexe. II s'agit non seulement d'une metaphore reliee a une eventuelle ecriture feminine, mais d'un conflit reel qui reflete des problemes pratiques. Les  10  personnages principaux des textes qui seront analyses se sentent tirailles entre leur passion creatrice et les responsabilites qu'exige la maternite. Comme de Simone de Beauvoir, elles croient souvent avoir besoin de choisir entre ces deux fonctions. Mais i l s'agit aussi pour la mere de transmettre a sa fille, ou a ses filles, un modele d'activite feminine qui depasse celle de la mere devouee a ses enfants. Le personnage principal de La Virevolte, Lin, decide d'abandonner ses deux petites filles pour poursuivre sa carriere de danseuse, decision qui leur legue un modele de « femme qui reussit », mais en les privant d'une mere. A l'autre extreme, la mere de Prodige, Lara, se trouve deplacee et supplantee par le talent musical de sa fille, Maya, a travers qui elle veut vivre ses propres reves. Instruments des tenebres, qui se situe chronologiquement entre les deux autfes romans, presente d'autres aspects de la problematique maternite/ creation a travers une double histoire : d'un cote d'une ecrivaine anglophone sans enfant, de l'autre son sujet de recherche, une servante francaise de la fin du XVIIe siecle enceinte suite a un viol. Infanticide et matricide se confondent entre les deux volets de l'histoire, qui se presente comme l'accouchement du roman, grace a l'instrument de l'autre langue (celle qui n'est pas maternelle). Le but de la presente etude sera d'elucider les rapports entre ces trois « solutions » au dilemme d'une succession/ rivalite entre mere et fille, par rapport a la maternite comme reproduction (de la mere/ fille) et comme contestation (a travers la langue/ la creation non-maternelles).  L'etude se divisera en trois parties basees sur une analyse detaillee des trois textes dans l'ordre chronologique : La Virevolte, Instruments des tenebres, et Prodige. L'analyse portera sur le role que joue le corps feminin, maternel et non-maternel, par  11  rapport a la creation artistique. II s'agit de revoir les liens et les tensions entre creation et procreation pour demeler leurs aspects metaphoriques et pragmatiques, en y ajoutant une dimension comparative par la juxtaposition des trois romans. U n texte non-fictif de Houston, Journal de la creation (1990), qui a deja fait l'objet d'une etude (Ringuet, 2000) servira a eclaircir certains aspects de cette problematique. Dans ce Journal, ecrit alors qu'elle etait enceinte, Huston parle de la force de la dichotomie auteure/ mere en tirant des exemples de sa propre vie et de celles d'autres ecrivaines telles que Virginia Woolf et Sylvia Plath. Tout en evitant de mettre l'accent sur le biographique, les ecrits personnels et les essais de Huston serviront d'encadrement a l'etude des trois romans, puisque 1'auteure, elle-meme, etablit un parallele entre son metier de romanciere et sa vie personnelle de mere. C'est dans ces textes non-fictifs qu'elle commente aussi sa position par rapport aux debats feministes.  Plusieurs ouvrages feministes sur la maternite apporteront des perspectives utiles a la discussion des positions changeantes adoptees dans les trois recits. II s'agit d'affirmer l'autonomie individuelle et artistique de la femme qui tient a s'exprimer en representant un conflit specifiquement feminin. L a question fondamentale reste la compatibility contestee entre la feminite, quand celle-ci reste reliee a la maternite, et le « succes » artistique per9u comme projet qui exige un engagement total de l'individu dans sa carriere. Chez Huston, ce dilemme s'exprime a travers des textes qui communiquent, paradoxalement, une certaine fidelite aux valeurs « maternelles », incarnee dans des textes litteraires qui les remettent en question.  12  La Virevolte Danser est le fin mot de vivre et c'est par danser aussi soi-meme qu'on peut seulement connaitre quoi que ce soit: il faut s'approcher en dansant. - Jean Dubuffet Prospectus et tous ecrits suivants 16  La metaphore de la creation artistique comme gestation/ accouchement est souvent reliee au « roman du roman », a l'ecriture comme decouverte d'une nouvelle identite (le moi qui renait). Mais le parallele maternite/ activite artistique s'elabore dans plusieurs romans Nancy Huston a travers la musique. L'activite creatrice de la mere, dans le cas de La Virevolte, est centrale a l'intrigue puisque le personnage central complexe, Lin, est a la fois danseuse choregraphe et mere de deux petites filles, Marina et Angela. Cette protagoniste a de la difficulte a accepter que son role soit restreint au domaine maternel et decide a la fin de quitter sa famille et ses responsabilites maternelles pour poursuivre sa carriere de danseuse professionnelle.  Par rintermediaire de ce personnage, Lin, Huston nous propose une reflexion approfondie sur la combinaison problematique de la maternite et de la creativite. Selon Marie Bei'que, La Virevolte est un « [r]oman des ages de la vie » qui represente, par  Jean Dubuffet (1901-1985) etait un artiste francais moderne qui faisait de la sculpture, du dessin et de la peinture. Notons que la propre mere de Huston, qui voulait poursuivre sa carriere scientifique, a fonde une nouvelle famille en abandonnant ses enfants existants a leur pere et sa deuxieme femme. 16  17  13  rapport aux ecrits precedents de 1'auteure « un roman plus intimiste, ou cette fois rheroine s'epanouit a travers son art qui est la danse » .  18  Dans ce chapitre, nous  explorerons le parcours de Lin en examinant son rapport avec sa famille (surtout avec ses filles), avec son corps et avec son art, afin de voir ce que La Virevolte peut nous reveler sur la (non) compatibilite eventuelle de la procreation et de l'activite artistique, pour la femme « liberee » qui croit avoir le droit de s'epanouir autrement qu'a travers ses enfants. Nous aurons recours a des textes theoriques surtout anglophones, tres differents des theories feministes francaises evoquees dans 1'Introduction, mais complementaires puisqu'ils nous aident a voir les aspects plus pragmatiques d'une situation psychosociale.  La famille Avec la naissance de son premier bebe, la maternite est vecue comme un veritable bonheur pour Lin. L a nouvelle mere eprouve de la joie face a son nouveau role maternel, elle adore les innombrables jeux de « cou-cou-beuh » avec le bebe et les promenades avec le landau. Avec cette naissance, tout semble etre decouverte et douceur pour Lin et 19  son mari, Derek, qui se delectent de leur nouvelle identite de parents. L'heroi'ne adore sa fille et prend un enorme plaisir a observer les moindres changements chez Angela, par exemple la premiere fois qu'elle se retourae toute seule dans son lit (21). Lin n'a pas encore reconnu le sacrifice associe a la maternite, elle ne sait pas encore, comme le suggere Adrienne Rich, que cette nouvelle identite exige un devouement total : « Mother-  Marie Bei'que. « Compte rendu de La Virevolte par Nancy Huston » Recherches feministes 9 (1996): 161. Nancy Huston. La Virevolte. Paris : Actes Sud (1994): 24. Les references a ce texte, desormais entre parentheses, renverront toutes a cette edition. 18  19  14  love is suppposed to be continuous, unconditional. Love and anger cannot coexist. Female anger threatens the institution of motherhoood. ».  Lin aborde la maternite  comme un jeu de poupee : elle est comme une enfant qui joue a etre la maman, et n'a pas encore compris la realite de sa nouvelle responsabilite. Elle compare les bebes qu'elle voit « dans leurs landaus, amorphes et passifs » a des « poupees en chiffon. » (47).  Bien que Fenfantement soit une experience qui change sa vie, la protagoniste ne ressent pas encore un conflit entre sa carriere de danseuse et sa nouvelle identite de mere. En effet, son double role est vecu comme « a healthy convergence of creation and procreation » (Proulx 295).  21  Lin se voit toujours la meme apres cet evenement insolite :  « Elle [Lin] est toujours la. Elle n'est pas morte et elle n'est pas devenue qiielqu'un d'autre. Non seulement elle est encore en vie mais elle est mere. » (15). Ce qui pourrait etre le « cataclysme de tout son etre », debute comme une nouvelle dimension ajoutee a sa vie normale. Lin ne ressent pas encore un conflit entre ses deux responsabilites, car elle est sous le charme de la nouveaute de la maternite. La narration du premier bain du « rejeton » montre au lecteur, d'une maniere humoristique, Fentrelacement de ces deux roles, mere et artiste : « Lin lave doucement le ventre rond, lave les pattes de grenouille ecartees en cinquieme position grand plie » (15). La protagoniste se sent completement epanouie dans sa nouvelle vie de mere, mais elle continue de prendre plaisir a son autre  Adrienne Rich. OfWoman Born : Motherhood as Experience and Institution. New York: W.W. Norton & Company (1976): 46. Patrice J. Proulx. « Giving Voice to the Body : (Pro)creation in the Texts of Nancy Huston » Doing Gender: Franco-Canadian Women Writers of the 1990s. Ed. Paula Ruth Gilbert et Roseanna L. Dufault. Madison : Farleigh Dickinson UP (2001) : 295. 20  21  15  raison de vivre : la danse, et d'interpreter tout ce qui arrive dans le langage associe a ce domaine.  Malgre ses nouvelles responsabilites, L i n passe des heures a creer et a pratiquer de nouvelles danses dans son studio. L a compatibilite de la procreation et la creation se montre dans une choregraphie imaginee par Lin qui trouve ses origines dans l'imaginaire maternel. Cette danse illustre les stades de la vie, en commencant par la naissance d'une fille « enroulee dans des metres et des metres de tulle d'un blanc tres pur ». Elle continue a presenter les etapes progressives dans la vie de l'enfant vers l'independance de sa mere, jusqu'a ce que cette derniere meure enveloppee du meme tissu dont elle avait entoure sa fille, lors de sa venue au monde (28). Cette danse evoque non seulement la relation qu'elle envisage avec sa fille mais aussi une inquietude troublante pour la nouvelle mere, comme l'explique le narrateur : « Bientot, Angela cessera de tourner instinctivement la tete vers le sein de sa mere quand elle le sent contre sa joue. » (28). L a crainte de L i n d'etre rejetee par sa fille reflete la tragedie permanente des meres, qui est, selon Helen Deutsch, le fait que les enfants grandissent et de plus « [e]very phase of the child's development ends with intensified tendencies to liberate himself [sic]. » .  22  Pour la  premiere fois, Lin se rend compte que sa fille ne restera pas touj ours une enfant dependante d'elle. L'existence d'Angela en tant que bebe, comme la creation artistique, n'est que fugitive : l'enfant vit dans un domaine spatio-temporel qui est limite et qui exige le changement. De plus, cette danse qu'elle imagine communique le fait que la vie  22  Helen Deutsch. The Psychology of Women. New York : Bantam (1973): 331.  16  de la nouvelle generation implique la mort de celle qui l'a precedee. Mais le fait que Lin continue a danser illustre de facon concrete son refus de la separation corps/ esprit (evoquee dans 1'Introduction) ainsi qu'une preuve que le corps feminin maternel peut encore servir a autre chose.  Lors de la naissance de sa deuxieme fille, Marina, le lecteur remarque un changement important chez Lin, qui a le vertige devant l'idee d'etre mere de nouveau. Pendant sa deuxieme grossesse, Lin a une perspective beaucoup plus realiste, basee sur ses experiences anterieures : la fraicheur et la nouveaute de la procreation ont disparu. L a jeune mere se trouve accablee et coincee par les nouvelles responsabilites qu'apporte une deuxieme enfant; elle ne ressent plus le meme plaisir a cause de la maternite que la premiere fois. Laissee seule avec Marina, Lin se sent deprimee quand le bebe n'arrete pas de pleurnicher: II est minuit passe mais Lin n'arrive pas a dormir done Marina n'arrive pas a dormir done Lin n'arrive pas a dormir done Marina n'arrive pas a dormir. Son petit cri sec et desole remue les tripes de sa mere comme une cuiller en bois, lui erafle la peau comme un couteau. Pourquoi pleure-t-elle ainsi, que sait-elle de moi / Plus tard, e'est L i n qui se reveille en proie a des tremblements, [...] laquelle de nous est en train de rendre l'autre malade ? se demande-telle. Qui a commence cette chose ? et comment va-t-on faire pour l'arreter ? (70) La jeune mere se culpabilise a cause de sa frustration, elle se voit comme une mauvaise mere et la cause premiere des sanglots de sa fille : « Marina pleure et pleure. Elle hurle a faire trepider tout son corps. Aucun regard, aucun sourire, aucune caresse de Lin n'y peut rien. C'est Lin qui la fait pleurer »(59). Lin se croit « folle » a cause de sa fatigue  17  et de sa difficulte de s'habituer aux « devoirs » maternels, mais en realite ce qu'elle eprouve n'est pas etrange. Yvonne Knibiehler observe : Or, justement, le lien repute entre la mere et 1'enfant ne s'etablit pas toujours, et la depression post-partum revele ce dysfonctionnement. L'enfantement devient une experience rare et tardive pour les femmes. Tres attendu, tres idealise, il est souvent decevant: on n'avertit pas assez la jeune femme de la violence du vecu. Et il n'existe toujours aucune preparation a l'apres-naissance. (273) 23  Lin se sent tiraillee entre ses taches artistiques et maternelles, car une deuxieme enfant apporte beaucoup plus de responsabilites. Sa fille ainee, Angela, ne ressemble plus a la « poupee en chiffon » d'autrefois, puisqu'elle « sait courir et sauter et faire de la balancoire » maintenant, et elle demande toujours plus de sa mere (80). II est impossible pour Lin de se refugier dans son monde de la danse, puisque ses responsabilites terre a terre exigent de plus en plus d'elle et une vision beaucoup plus realiste s'impose, eclipsant sa conception idealisee de la maternite. De plus, Lin est toujours obsedee par la realite que ses filles, comme la danse, n'existeront pas pour toujours : La danse deja si fragile, si dependante, qui meurt a chaque instant tout en naissant, la danse deja l'enfant mortelle de mon corps mortel mais maintenant ces deux filles aussi, ces fillettes remuantes et respirantes, qu'est-ce que j ' a i fait (64) Cette hantise de la vie qui mene necessairement a la mort preoccupe les pensees. Pour exprimer sa detresse et sa douleur, Lin choregraphie une danse qui s'appelle Pieta, dans laquelle elle laisse envahir son corps par l'indicible douleur des meres ; s'acharne a styliser ces gestes immemoriaux que sont l'arrachement des cheveux, la laceration de la poitrine ; Yvonne Kniebiehler. La Revolution maternelle : Femmes, maternite, citoyennete depuis 1945. Paris : Librairie Academique Perrin (1997) : 273.  18  traduit les flots de larmes en palpitation affolees des doigts, la melopee funebre en roulements geometriques sur le sol... (101) Cette danse communique la souffrance des meres par la stylisation des gestes associes au le deuil et a la souffrance (Proulx 296), faisant contraste avec la joie que L i n avait eprouvee apres son premier accouchement.  L i n a pourtant une situation sociale privilegiee en comparaison avec beaucoup d'autres meres, puisqu'elle a une femme de menage et un mari non-traditionnel qui l'aide avec les taches domestiques, en plus d'assumer un role de pere actif. II est interessant de noter que L i n decide de congedier sa femme de menage, car elle « prefere faire [elle]meme le menage. » (65). Ce desir de participer au nettoyage peut etre interprete comme un complexe maternel, le desir de tout faire et d'etre une mere parfaite. A part son mari, qui appuie ses decisions parentales et essaie de 1'aider autant que possible, Lin se trouve completement isolee par sa maternite et elle n'a aucun systeme de soutien dans son nouveau role de mere. Comme Vivien E. Nice l'atteste, « Even in the best of social circumstances, the exclusivity of the mother-infant relationship can bring isolation, exhaustion and a heavy burden of responsibility in the daily grind of catering for an infant's needs. » .  24  L a source primaire habituelle de secours pour la nouvelle mere, sa  mere a elle, n'est pas la pour Lin car elle est morte quand Lin « etait encore toute petite »  Vivien E. Nice. Mothers and Daughters : The Distortion of a Relationship. London : Macmillan (1992) : 33.  24  (24).  L i n ne peut aller chercher chez elle ni aide ni reconfort.  Demander de  l'assistance a sa belle-mere, Bess (la deuxieme femme de son pere), est hors question 27  pour la jeune mere, qui ressent surtout de la pitie ou du dedain pour cette femme. Quant a sa meilleure amie, Rachel, elle n'est pas dans un etat mental stable et elle a du mal a survivre elle-meme. A vrai dire, c'est L i n qui doit s'occuper de sa copine tout comme une mere. L a depression de Rachel est si severe que L i n doit aider son amie a se baigner et a surmonter son « envie de mourir » (96-7). La jeune femme recoit de l'aide non-sollicitee de deux autres personnages : sa belle-mere (la mere du mari), Violet, et un collegue de Derek, Sean Farrell. Violet critique vigoureusement l'ambition de sa bru, qu'elle voit comme le defaut principal des femmes de la generation de L i n (108). Elle ne comprend pas comment son fils peut gaspiller ses talents en aidant avec les corvees domestiques : « Pensez-vous qu'un homme aussi intelligent que Derek devrait perdre son temps a la cuisine ? insiste Violet. » (108). Selon elle, L i n devrait se contenter de vivre a travers la gloire de son mari et elle pourra toujours s'epanouir a travers l'accomplissement des taches de femme et de mere, comme elle l'a fait elle-meme.  Huston souligne l'importance de l'element autobiographique note plus haut. Rappellant que sa propre mere, qui voulait poursuivre sa carriere scientifique, a abandonne ses enfants, Huston admet que l'ecriture de ce roman etait une experience cathartique qui l'a aidee a comprendre le depart de sa mere (Societe Radio-Canada. « La Constance de la fugue ». Radio-Document : Montreal, 1996). Selon Nancy Chodorow, « Women are prepared psychologically for mothering through the developmental situation in which they grow up, and in which women have mothered them. » [Nancy Chodorow. The Reproduction ofMothering : Psychoanalysis and the Sociology of the Gender. Berkley : U of Califoria P (1978): 39 cite dans Susan Rubin Suleiman. « Motherhood and Writing » dans The 25  26  (M)other Tongue : Essays in Feminist Psychoanalytic Interpretation. Ed. Shirley Nelson Gamer, Claire  Kahane, Madelon Sprengnether. Ithica : Cornell UP (1985): 354. Meme si elle reconnait, admire et envie la loyaute de Bess envers son pere alcoolique. 27  20  Violet propose une solution qui comporte effectivement l'effacement de soi, tandis que Sean suggere une autre option extreme. Lin se trouve etrangement attiree par ce poete irlandais, « dont la speciality consiste a distiller la malaise » (43). II poursuit la jeune mere et lors de leur premiere rencontre dans un bar, il la gronde : « Comment pouvez-vous continuer a jouer l'epouse du professeur dans une petite ville universitaire ? Vous ne savez pas que votre don sera etouffe ici ? (50) ». Son opinion consiste a nier la possibilite pour L i n de tout faire, c'est-a-dire de combiner la danse et la maternite. Sean souligne les incompatibilites de la maternite avec une carriere de danseuse. Selon lui, si Lin continue de vivre ainsi elle gaspillera ses capacites artistiques ; comme il l'explique, si Lin veut conserver le statu quo, « [Elle ferait] mieux d'apprendre le crochet tout de suite et d'en avoir fini. » (50).  Ces deux personnages renforcent le choix categorique qui se pose souvent: la carriere ou le bebe. Susan Rubin Suleiman resume bien le dilemme de Lin: « writing [ou dans ce cas-ci la danse] or motherhood, work or child never the two at the same time » (359). L'opinion de la belle-mere et celle de Sean sont aussi destructrices l'une que l'autre pour la jeune mere, puisque non seulement elles n'affirment pas sa position presente precaire en tant que danseuse-mere, mais les deux essaient de lui interdire la combinaison de ces roles. Violet et Sean, chacun de sa maniere, tentent de forcer Lin a faire un choix penible entre la procreation et la creation artistique, sans considerer la possibilite de les reconcilier comme une option realiste. lis representent le contraire de 1'encouragement et l'appui dont elle aurait besoin pour reussir a relever le defi.  La tentative de raccommoder ses pulsions artistiques et sa maternite devient toujours plus difficile pour Lin. Elle se sent davantage frustree a cause de ses enfants qui demandent en grandissant une mere presente, tandis que son art exige du temps et une concentration dont elle ne dispose plus. Par exemple, avant la premiere de son spectacle a New York, elle recoit un coup de fil de sa famille, au cours duquel sa fille benj amine la supplie de rentrer a la maison. Cette conversation la tracasse au moment ou son art exige une attention totale de sa part, et ce coup de fil la deroute et la ramene sur terre : II faut que, dans le corps, elle ait enormement d'espace des etendues infinies - afin d'affronter l'espace exterieur, la scene / et maintenant il y a cette voix, telle une main / qui tirerait sur sa volumineuse jupe en velours / pour l'empecher de gravir les quatre marches jusqu'au plateau (87) La danse exige, litteralement, une liberte du corps, du mouvement, une disponibilite et une legerete qui sont opposees au poids du corps maternel, a la charge des enfants qui deviennent une entrave. C'est a ce moment-ci que Lin se trouve le plus clairement tiraillee entre ses responsabilites creatrices et procreatrices et elle s'affole. D'apres le narrateur : « Ce qui se passe en elle [Lin] ces jours-ci n'est pas dicible » (88). En entrant dans les pensees intimes de Lin, le narrateur montre le danger possible quand Lin doit supprimer son aspect createur : elle se sent au bord de la violence et son desir de se liberer de la responsabilite de la maternite se revele lorsqu'elle imagine que Marina est atteinte de la lepre (87). Ce reve reflete sur le plan de l'inconscient le conflit des roles que L i n commence a admettre consciemment. Elle sait, apres avoir refuse une tournee europeenne parce qu'elle doit prendre soin de ses enfants, qu'elle doit faire un choix entre son « devoir » maternel et sa carriere artistique, les deux ne pouvant pas coexister.  22  A cause de l'intensite de sa propre frustration, voyant sa vie comme perdue, si elle ne dans plus, reconnaissant que le manque d'epanouissement professionnel la rend aussi une mauvaise mere, L i n se sent obligee de quitter sa famille. (121). C'est la danse qui offre le seul epanouissement possible pour elle : « oui c'est pour cela que je [Lin] suis au monde / et rien - non rien -1 ne peut egaler cette jouissance de faire bouger les corps dans l'espace » (121). Loin de croire, comme Cixous, a une jouissance feminine ultime a travers la maternite, L i n est decue. Etre mere, c'est effectivement « faire bouger les corps dans l'espace » aussi, mais ce sont des corps qu'on ne peut pas controler, qui menent leur propre danse.  Quoique L i n devienne une artiste celebre et accomplie, a la tete de sa propre compagnie de danse, elle n'est pas entierement heureuse, car sa decision de quitter sa famille la poursuit toujours de diverses manieres. Lorsqu'elle travaille au Mexique, Lin fait tout pour eviter des bebes qui lui rappellent ses propres filles : Dans le metro de Mexico, et dans les rues - partout sauf la danse -, L i n est vulnerable : elle peut etre attaquee par des bebes. Des qu'elle entend un bebe qui pleure, c'est l'epouvante - elle voudrait arracher ces bebes aux bras de leur mere et les presser contre son sein [...](127) Elle se culpabilise constamment d'avoir abandonne sa famille : « elle change de wagon, change de trottoir, court, parfois, pour echapper aux miaulements accusateurs (des bebes) » (127). Pour pouvoir bannir Marina et Angela de sa conscience la nuit, L i n doit prendre des somniferes (127). L'exemple le plus frappant des vestiges de son role maternel a lieu lors d'une promenade a Paris, lorsqu'elle entend une jeune fille appeler sa mere. L i n fait volte-face : « C'est Angela - la voix d'Angela - L i n virevolte. Son corps  23  reagit avant son cerveau, elle n'y peut rien, ma fille - elle virevolte. » (133). Ce rappel du titre du roman evoque son role de danseuse, mais pour suggerer ses attaches familiales durables (Proulx 298). Comme la danseuse qui virevolte, elle change de direction subitement, mais sans toujours controler completement son mouvement. Avoir des enfants, c'est ne plus pouvoir controler tout a fait son propre corps.  L e corps  Lin, fille issue d'une famille instable, avait au cours de son enfance une totale indifference quant a la vie de famille. Elle et sa meilleure copine Rachel, ayant chacune perdu leur mere jeune, ont fait voeu de « vivre a l'extreme limite de la vie, aussi pres de 28  l'os que possible » parce qu'elles « n'avaient pas demande a vivre » (23)/° Elles imposent a leur corps « 1'attention jamais re9ue, refusant de manger, [...] revant de transparence, d'effacement ».  Lin s'est done plongee, corps et ame, dans son art de la  danse, « [en] remplissant [sa] journee a ras bord » alors que son amie se lance dans l'etude des Grecs (23). Rachel continue de respecter leur vceu masochiste tandis que sa copine rompt sa promesse au cours de la gestation de sa premiere fille, Angela. Son corps, autrefois un lieu de souffrance qui se trouvait perpetuellement au bord de la mort, est devenu une source de vie.  Notons que la mere de Lin est morte d'une hemorragie cerebrale, tandis que celle de Rachel s'est ecartee de son enfant en voyant son sexe, car elle voulait un tils (24). Corinne Larochelle. (2001) op. cit. : 48.  28  29  L'accouchement de son premier bebe represente un evenement joyeux pour Lin ou son corps est fortement engage. Elle est fiere de jouer un role actif dans la creation de son enfant: Penser que, tout en vaquant a ses affaires quotidiennes, son corps tricotait patiemment les chairs, entassait les cellules, organisait l'existence de tout un autre individu... jamais Lin n'avait connu pareil emerveillement. (56) Ce portrait de la gestation s'oppose a 1'image traditionnelle de la femme enceinte comme le recipient passif de la semence masculine. Selon Proulx, cette description est importante : « A domestic iconography traditionally associated with women is reconceptualized and legitimized in a powerful way here, through the image of the knitting together of new life. » (295). Comme Anne Cranny-Francis le constate : « A pregnant woman is often treated as a receptacle, a 'walking womb', and an object father than a subject with her own needs and desires. ».  30  Les neuf mois se deroulent dans une  sorte de reverie pour Lin, elle se souvient de sa grossesse en utilisant des expressions sensuelles et luxurieuses : « Avec Angela dans le ventre, faire 1'amour avait ete une fete insensee, pour Derek [son mari] comme pour elle. lis n'en revenaient pas, ils ne voulaient pas en revenir. » (58).  En plus d'etre un evenement sensuel et voluptueux, la grossesse est aussi en parfaite harmonie avec ses pulsions artistiques, car le corps de Lin est toujours lie a la danse : « Avec Angela la grossesse avait ete comme neuf mois d'orgasme : une stimulation brulante de la danse »(56). La protagoniste annonce que sa grossesse ri'a pas  30  Anne Cranny-Francis. The Body in the Text. Victoria : Melbourne UP (1995) : 39.  25  empeche ses repetitions et elle se compare avec fierte a une danseuse celebre, Twyla Tharp, qui a danse pendant son troisieme trimestre (57). Cependant, avec la gestation de sa deuxieme fille tout va changer, son corps autrefois sensuel et leger, maintenant « se transforme en bloc du ciment » et elle est obligee d'arreter de danser pendant sa grossesse (57).  Tout comme le corps de la femme enceinte, le corps de la danseuse offre la possibilite de creer la vie. L a chair de Lin est aussi « le materiau principal » pour son art (Larochelle 49). Elle abuse de son corps pour executer ses choregraphies intenses, et meme si elle ne ressent pas de la souffrance pendant la performance, << des qu'elle [Lin] quitte la scene, la douleur bondit sur elle, monte fulgurante du pied jusqu'au cerveau oui la douleur l'attendait dans les coulisses - » (53). A la difference de son mariage et son identite de mere qui n'offrent pas l'epanouissement total, elle peut oublier toutes ses difficultes sur scene. Cette danse qui exige tant de son corps agit comme un baume a ses maux d'enfance, c'est la creation artistique qui fait apparaitre la beaute dans sa vie : « Toujours le travail de L i n a consiste a prendre les themes les plus tenebreux de la vie et a les transformer en lumiere »(60).  A la fin du roman, la carriere de Lin prend une nouvelle tournure, son corps devient la source de sa chute professionnelle. Suite a une operation qui a mal tourne, elle ne pourra plus danser : « [son] os est endommage de facon irreversible. » (181). Sa derniere danse, Papillons de la Nuit, exige un effort extreme de la part de 1'artiste qui « en retranche son corps ». Cette choregraphie devient une metaphore pour 1'emprise de  26  la danse sur son sens d'identite (185). Sur scene, elle joue une dame qui est« specialiste de l'ephemere », tout comme L i n qui voit la danse comme « cette ephemere eternite » (191, 20). Son role demontre metaphoriquement, les grands frais que la danse a exige de sa chair, de sa personne : «jadis belle, maintenant fletrie et paralysee. Elle a tout vu. » (191). Lin reconnait que son travail ne represente plus autre chose que « cet art de la chair perissable » (20). Son corps est aussi une source d'inspiration, puisque Lin utilise son experience penible d'une hanche arthritique pour creer une nouvelle choregraphie qui communique la realite de son corps vieillissant : sa danse explore les secrets rouages lubrifies de la chair dans son intimite la plus extreme [...] dansant l'infection et le declin inevitables, sculptant l'arteriosclerose et les varices, les secousses et les spasmes du mal neurologique mais en beaute - oui, cela aussi - acceptez, acceptez cette musique-la aussi, cette trahison, la dissonance puissante de cette debacle. (200) Mais cette realite represente une majeure defaite pour la danseuse, puisqu'elle ne pourra plus incarner ses choregraphies, elle ne peut que les observer des coulisses. Le corps et 1'esprit sont de nouveau divises.  Sa decision de deserter sa famille entraine des consequences graves pour ses deux filles. Devant la trahison de leur mere, les deux enfants « manifestent une serie de symptomes physiques » (Larochelle 49). Angela, l'ainee, abandonne l'art prefere de sa mere pour poursuivre une carriere de comedienne. Elle cherche de 1'affection et de l'amour chez les hommes et tombe enceinte d'un homme marie. Chez la benjamine, Marina, les blessures se revelent d'une maniere particulierement troublante, car la jeune fille inflige des tortures graves a son corps. Marina se croit responsable du depart de sa  27  mere et elle s'impose des tourments de plus en plus cruels, puisque « la douleur qui en resulte [de ses tentatives precedentes] est decevante » (123). Elle est hantee par l'idee de la mort et a l'universite elle se plonge dans l'etude de la monstruosite : «l'objet de ses lectures et de ses reflexions et de ses ecritures incessantes, c'est l'horreur. » (173). Marina continue d'imposer des souffrances a son corps, elle 1'abuse en le privant de sommeil et de nourriture, supposement pour pouvoir mieux se concentrer sur ses etudes (188). La jeune femme a egalement du mal a forger des liens affectifs avec d'autres personnes et elle refuse tout contact physique. Sa seule attache solide est avec sa sceur et bien qu'elles aient des caracteres tres differents, « l'affection entre elles est une fortefesse qui les protege toutes les deux. » (164). Ses symptomes physiques revelent les maux interieurs de Marina, qui ressent la peine d'avoir perdu sa mere et se croit la raison de son depart. Dans cette perspective, le choix de Lin a des consequences nefastes, le recit semble confirmer l'idee que les femmes qui ont une carriere exigeante ne devraient pas avoir d'enfants.  La danse Le choix de la danse comme thematique dans La Virevolte est tres significatif, car cet art est charge de sens quant a la dichotomie corps/ esprit. Depuis son commencement cette activite est consideree comme un art « secondaire » comme « la mere des autres arts », d'une generatrice plutot qu'un but en soi. Cette interpretation associe au sexe et au corps feminins.  31  31  A cause de sa proximite avec le mouvement  Elizabeth Dempster. « Women Writing the Body : Let's Watch a Little How She Dances » Grafts : Ed. par Susan Sheridan. New York : Verso (1988) : 38.  Feminist Cultural Criticism.  corporel naturel, la danse est consideree une pratique derivative et destinee a divertir, plutot qu'un art qui engendre son propre sens (Dempster 38). Nous prenons pour acquis que dans la danse, le corps perd toute sa capacite cerebrale, tandis que dans les arts « masculins », tels que le theatre et la musique, Taction est conduite par le cerveau et l'esprit. Selon ce jugement de la danse, le corps est dissocie de Taction cerebrale, « [d]ance is identified with a body which has been defined as a dependent, contingent object, lacking autonomy, lacking the capacity to speak of or otherwise represent itself and lacking a transcendent symbology and function. » (Dempster 34). Restreinte au physique et au sensuel, exprimant surtout des emotions, la danse est une activite reliee au « feminin » stereotypique et a la seduction.  La thematique de la danse dans a La Virevolte sert a contester cette perspective, puisque Lin est choregraphe : elle controle la danse, lui imposant une graphie qui en fait un art. II faut souligner que pour Lin « son corps est un cerveau qui comprend tout, embrasse tout, controle tout. » (53). L'ecriture du roman souligne Timportance de la conception de la danse comme creation, comme Timposition d'une forme a la chair. L'auteure percoit aussi la genese de son roman comme la creation d'une ceuvre artistique a partir de la matiere premiere de la vie : elle se voit comme un sculpteur qui taille son texte progressivement. Huston decrit cette experience dans « Festins fragiles », un essai ou elle parle de son rapport a son travail d'ecrivaine : La Virevolte, [...], est fait de fragments, d'echardes, d'eclats de verre. Style/stylo/stylex/stylet. Instruments coupants. Livre taille, taillade, dans la pierre, la chair. Scalpel, bistouri, ciseau. On commence avec un immense bloc de marbre, et on finit avec un enchainement hoquetant  29  de cailloux, osselets dansants. Style auquel je suis parvenue non par accumulation mais par coupes. 32  La methodologie de 1'auteure se montre dans certains passages qui illustrent le fragment et la superposition typographique.  Huston semble communiquer « the ephemeral  quality and the non-linear movement of this artistic form » (Proulx 294). De meme, l'utilisation de segments de narration qui sont souvent independants et presenters comme des vignettes maintient l'idee de discontinuity et de mouvement dans La Virevolte (Proulx 295). Le texte avance et s'arrete, se retourne et disparait, comme une danse. II s'agit d'un certain type d'ecriture « feminine », dans le sens que le langage, en imitant le mouvement du corps, conteste l'abstraction associee a l'ecriture « masculine ».  En faisant de sa protagoniste une mere danseuse, Huston peut explorer les connotations feminines de cette activite. A u premier regard, Tart prefere de L i n semble la positionner seulement en termes de sa corporalite. Mais l'auteure nous montre que la danse peut etre une action qui engage le cerveau, c'est-a-dire le mouvement d'un esprit qui s'incarne. Comme Proulx le constate, « Huston,[...] seeks to undermine conventional associations that locate the dancing body as voiceless and intimates through her protagonist how the dancer is a generator of meaning. » (Proulx 297).  L i n est constamment a la recherche de sources pour ses nouvelles choregraphies et pour elle tout peut etre potentiellement transforme en danse. Elle est particulierement  Nancy Huston. « Festin Fragiles » Liberte. (decembre 1994): 14 cite dans Proulx 295. Par exemple, lorsque le narrateur decrit la nouvelle de la mort du pere de Lin (104).  30  attentive aux experiences feminines et cherche a revaloriser l'experience materhelle a travers ses danses. Huston, qui fait la meme chose dans son texte, souligne l'importance d'une telle entreprise : « Je crois que c'est important de faire entrer la realite feminine dans l'universel. C'est une chose qui conceme toute l'humanite. » .  34  Bien que certaines  de ses danses incorporent des figures mythologiques (telle que Niobe), L i n se concentre surtout sur « domestic and child-rearing experiences » dans ses choregraphies (Proulx 297). Par exemple, lors d'une soiree passee avec sa fille benjamine la protagoniste s'interroge sur comment elle peut convertir cette experience fugitive en art : Les aurores hideuses, oui ces aubes tristes et transies de l'hiver : marchant de long en large avec Marina dans les bras [...] Etre la dans le fauteuil a bascule a sept heures du matin au mois de fevrier, a bercer ce bebe enveloppe d'un patchwork, en avant en arriere, et a fixer les dernieres braises cramoisies du feu d'hier. Comment recuperer tout 35  cela, comment s 'en servir ... (60) Ce passage souligne non seulement son desir de transformer une scene maternelle en art, mais aussi sa conception de la danse comme point d'intersection entre le corps et Tesprit. Le travail de Lin consiste a : « fige[r] leurs [les themes de la vie] formes fugaces pour qu'elles se cristallisent, les retraduisant ensuite en mouvement : rien ne doit exister qui ne puisse etre transfigure par le corps » ( 6 0 ) .  36  Cet art offre la possibilite de 37  deconstruire les divisions fondamentales de la philosophie occidentale.  Cooper  « La Constance de la fugue ». Radio-Document (Societe Radio-Canada): Montreal (1996). Cite dans Marie Bei'que op. cit. : 161. C'est moi qui souligne. II est interessant de constater que la fille cadette de Lin, Angela, deviendra comedienne plus tard et reprendra les memes themes explores par sa mere comme danseuse (Proulx 299). 34  35  36  31  Albright insiste sur cet aspect revolutionnaire de la danse : Because dance is at once social and personal, internal and external, a dancer can both embody and explode gendered images of the body - simultaneously registering, creating, and subverting cultural conventions (158) 38  L'ironie paradoxale du roman La Virevolte est evidemment que tout en voulant par ses choregraphies valoriser la maternite, Lin ne peut pas reconcilier ses deux roles de mere et d'artiste dans sa vie. Elle transforme la maternite en art/ en danse, a condition d'abandonner ses enfants et son role de mere.  L i n ne retrouve pas le bonheur espere dans la maternite et cherche de nouveau l'epanouissement dans son premier domaine, la danse, mais il est evident qu'elle est hantee par ce qu'elle a perdu. N i le narrateur ni les autres personnages ne jugent directement la decision de la protagoniste, cependant il est clair que 1'auteure souligrie un certain regret de la part de Lin, et la souffrance de ses filles. Bien qu'il y ait une reconciliation plus tard entre la mere et ses filles devenues plus agees, elles n'auront jamais le meme rapport qu'avant. A la fin du roman, Lin se trouve non seulement physiquement deterioree, mais aussi emotionnellement brisee, elle ne pourra plus incarner ses experiences dans sa creation artistique, et elle n'a personne au monde pour la soulager et la soutenir. Son choix de preferer son art, sa creation professionnelle, au role  Elizabeth Dempster ajoute que : « In moments of dancing the edges of things blur and terms such as mind/ body, flesh/spirit, carnal/divine, male/female become labile and unmoored, breaking free loose from the fixity of their pairings. » (52). Ann Cooper Albright. « Incalculable Choregraphies : The Dance Practice of Marie Chouinard » dans Bodies of the Text: Dance as Theory, Literature as Dance. Ed. par Ellen W. Goellner et Jacqueline Shea Murphy. New Jersey : Rutgers U P (1995) : 158. 37  38  32  maternel exclusif semble mener a un triomphe ephemere d'un cote, a un echec relativement durable de l'autre. Dans les romans de Huston qui ont suivi La Virevolte, le choix de la femme devient encore plus grave, entre sa propre vie et celle de son enfant : infanticides et matricides alternent et se confondent devant le dilemme central deja annonce : comment survivre en dormant la vie a autrui ? La maternite comme metaphore pour la creation artistique, ou pour une « ecriture feminine », n'est pas necessairemerit utile a la femme qui veut reconcilier deux roles qui restent souvent difficilement compatibles sur le plan pratique.  Instruments des tenebres  Her triumph, therefore must be her barrenness. -George Eliot Daniel Deronda  Comme nous avons deja vu, Nancy Huston a construit La Virevolte avec des « [instruments coupants », tout comme un sculpteur qui taille sa creation artistique.  39  L'auteure emploie encore cette metaphore dans son prochain roman, Instruments des tenebres (1996), dans lequel les « instruments »jouent un role considerable, comme le titre l'indique. Par l'intermediaire de ce texte, Huston attire notre attention sur les deux 40  sens du mot «instrument ». II s'agit d'une part du sens medical ouutilitaire : « outil, machine servant a executer quelque chose, a accomplir une operation quelconque » et d'autre part du sens musical : « objet brut ou fabrique utilise pour produire des sons ou des bruits ».  41  Dans son etude d''Instruments des tenebres, Valerie Raoul elabore ces  deux definitions du terme dans le contexte de ce roman ou le langage se revele aussi un instrument a multiples emplois. Selon elle, ce texte propose « d'un cote, la dissection par des instruments coupants (chirurgicaux ou linguistiques), qui reduisent un personnage  Nancy Huston. « Festin Fragiles » ibid: 14. Valerie Raoul, dans son article « L'autre langue fecondatrice : "l'etrangeite " en soi dans Instruments des tenebres de Nancy Huston et Possessions de Julia Kristeva » Femmes francophones sans frontieres. Ed. Lucie Lequin. Paris: L' Harmattan, 2002 (publication a paraitre) a analyse l'emploi des instruments dans ce roman. Bibliorom Larousse © 1996 Microsoft Corporation et Liris Interactive.  40  41  34  feminin et maternel en pieces detachees » e t « [d]e l'autre, une femme-auteure [qui] manie elle-meme son corps (divisible mais non-coup/ able) et plus d'une langue. » (3-4). Dans Instruments des tenebres, les corps de femme sont des appareils qui marchent comme des instruments musicaux plutot que medicaux, parce qu'ils « sont capables de creer un enfant, ou des paroles et des textes a partager. » (Raoul 4). Cette fois-ci, l'outil sert comme metaphore pour pouvoir comprendre la complexite du personnage principal, Nadia, ecrivaine americaine de quarante-neuf ans qui redige un texte en francais. Par rintermediaire du texte qu'elle genere, Nadia reussit a couver sa propre renaissance, elle accouchera d'elle-meme.  Dans ce roman, Nancy Huston presente une double intrigue, ou deux discours paralleles se refletent. D'un cote, « Le Camet Scordatura », journal intime de Nadia, nous permet de penetrer dans son existence cahotante et de partager ses souvenirs d'enfance. De l'autre, la « Sonate de la Resurrection », racontee par Nadia, evoque l'histoire (vraie, documentee) de Barbe Durand, paysanne francaise du dix-septieme siecle, qui se trouvera enceinte suite a un viol et represente « le souffre-douleur de tous » (39).  42  A u fur eta mesure les deux histoires s'entrecoupent et se greffent, lorsque les  deux heroines, Nadia et Barbe, commencent a se confondre. Nous constatons progressivement les liens entre la narratrice et l'histoire, qu'elle ecrit par rapport a la maternite. Comme le suggere Pascale Frey, les deux textes imbriques produisent une structure intertextuelle intrigante: « [Instruments des tenebres] nous permet de revivre ces  Nancy Huston. Instruments des tenebres. Paris : Actes Sud (1996) : 39. Les references a ce texte, desormais entre parentheses, renverront toutes a cette edition.  42  35  destinees qui se rejoignent par-dela les siecles. ».  Dans les deux volets, le persbnnage  feminin central doit resoudre un probleme d'identite et de destin relie specifiquement a sa capacite d'enfanter.  Tout comme dans son roman precedent, La Virevolte, Nancy Huston engage ses lecteurs dans une analyse approfondie d'un personnage complexe. Elle nous invite a participer a la reflexion d'une narratrice perspicace sur son passe et sur son propre corps. Comme dans le roman precedent, la relation entre la femme artiste et sa creation est exploree par rapport a ses fonctions reproductrices physiques. De nouveau, une femme doit affronter des questions concernant sa relation a sa mere et a la maternite, cherchant une harmonie qui n'est peut-etre pas possible entre la creation artistique et la procreation.  La mere Nous apprenons que Nadia a vecu une enfance et une jeunesse douloureuses, entre un pere alcoolique et une mere completement soumise a la volonte de son mari. Celle-ci avait ete une violoniste douee, pour qui la musique constituait son monde et sa raison d'etre : « Le plaisir qu'elle prenait a faire de la musique etait une chose aussi intime et sacree que sa croyance en Dieu ; d'une certaine facon c'etait la meme chose. » (30). A u debut de son mariage, Elisa croyait pouvoir trouver un equilibre entre son univers musical et sa vie d'epouse et de mere. Comme Nadia l'exprime dans son Carnet: je suis persuadee que dans son esprit [celui de sa mere] la famille etait concue a l'avance comme le simple Pascale Frey. « Les demons de Nadia » Lire, octobre 1996. <http://www.lire. fr/imprimer.asp?idC=31855>.  36  prolongement de l'Ensemble baroque. II y aurait differentes combinaisons d'instruments mais Ronald [son mari] jouerait le basso continuo et elle le premier violon, aidant les autres a s'accorder puis les dirigeant avec son archet(119) Sa conception de la famille, tout comme celle de la mere danseuse de La Virevolte, represente une idealisation qui sera vite annihilee par la realite de son mariage etouffant. Dans le cas d'Elisa, ce n'est pas sa propre volonte qui domine, mais la force de son mari qui l'oblige a quitter son milieu artistique pour toujours. Le fait que la mere de Nadia, la narratrice-protagoniste, soit videe de son identite (elle vit maintenant dans une maison de repos pour les victimes de la maladie d'Alzheimer) a eu un enorme impact sur sa fille.  Ronald, le pere, exige le controle absolu de sa femme et il reussit a la depouiller de tout ce qui la distinguait. Comme le suggere Valerie Raoul, le succes du dominateur implique «the abandonment of the characteristics that previously constituted the source of self-esteem [pour la victime] » .  44  Avec l'abandon de la musique, Elisa se plonge dans  les corvees domestiques et la vie maternelle, dans une sorte de noyade. Ses multiples grossesses et fausses couches ne represented pas un epanouissement pour la jeune femme, litteralement fragmentee, qui trouvait son bien-etre autrefois dans l'harmonie qui resultait de la musique.  Entouree d'un mari ivrogne et de plusieurs enfants egoi'stes, la relegation au foyer entraine pour Elisa une perte de son identite et de sa dignite. Suite a une scene de  Valerie Raoul. Distinctly Narcissistic : Diary Fiction in Quebec. Toronto : U of Toronto P (1993) : 29.  37  menage a propos d'une chemise « mal repassee » ou son epoux « lui lanca a la figure une de ses chemises », Elisa se rend compte de sa nouvelle situation : « Elle qui connaissait par coeur les dissonances insensees des Sonates sur les mysteres du Rosaire de Heinrich Ignaz Franz von Biber n'arrivait simplement pas a croire que sa realite etait desormais celle-la » (169). Le pere exige une emprise totale de sa femme, i l domine completement son etre, son esprit et sa volonte. En tant que possession de son mari Elisa subit des abus continuels qui la devalorisent et la ridiculisent. L a conscience de son manque de pouvoir rend sa situation d'autant plus horrifiante, qu'elle sait qu'elle n'a plus la capacite de changer ou controler son destin. Elle est absolument impuissante face a son mari tyrannique. Comme Adrienne Rich l'a constate : « Powerlessness can lead to lassitude, self-negation, guilt and depression »(65). Elisa renonce a sa liberie ; elle suit les regies conventionnelles de la societe en choisissant de ne plus vivre pour elle-meme, mais pour sa famille. Petit a petit, la mere de Nadia se transforme en somnambule, morte-vivante qui tombe « dans une sorte d'inattention » avec « le regard plonge dans le vide, les yetix vitreux. » (122).  45  Elle s'abandonne au role de mere et d'epouse, se laissant dieter ses  actions, au lieu de controler les gestes de son corps elle-meme ou de manier d'autres instruments. Son corps est devenu lui-meme un simple instrument de reproduction utilise par d'autres.  II est tentant de voir d'Elisa comme celle que serait devenue Lin dans La Virevolte si elle ne s'etait pas donnee a la danse (Proulx 300).  45  Nadia a du mal a voir sa mere autrement qu'en femme soumise qui a renonce au controle de sa propre vie et se soumet entierement a la volonte de son mari. Luce Irigaray decrit le dilemme de la mere, celui d'Elisa : Done une mere, c'est quoi ? Quelqu'une qui fait des gestes commandes, stereotypes, qui n'a pas de langage personnel et qui n'a pas d'identite. Mais comment, pour nous les filles, avoir un rapport personnel et se constituer une identite par rapport a quelqu'une qui n'est qu'une fonction ? »(86) 46  En consequence, Nadia s'eloigne de sa mere, ne voulant y surtout pas s'identifier a elle, devenir comme elle. Nadia eprouve une sorte de « matriphobie », commune aux femmes « modernes » qui ont vu leurs meres se sacrifier a la volonte de leurs maris autoritaires. Yvonne Kniebiehler observe la distance a la mere etablie par des femmes comme Nadia: A mesure que les filles se sont lancees dans les etudes, un fosse, puis un abime, s'est creuse [...] Les filles [...] se percoivent comme plus cultivees, et meme plus intelligentes que leurs meres [...] ; evoluant dans le monde de l'esprit, de la pensee, elles regardent avec mepris [...], ou du moins avec condescendance [...], la menagere ensevelie dans sa routine quotidienne. (218). Dans le cas d'Elisa, sa chute est plus prononcee en comparaison avec une de ses amies qui a reussi a poursuivre sa carriere. Nadia observe la maternite ainsi que vecue par sa mere et par consequent, elle y renonce, la voyant non pas comme l'enrichissement et l'embellissement d'une identite feminine, mais comme une perte de soi et de toute creativite.  Luce Irigaray. Le Corps-a-corps avec la mere. Ottawa : Les Editions de la Pleine Lune, 1981.  39  Pour echapper aux difficultes de son enfance, Nadia tente de se separer de sa mere et des autres et elle construit une barriere psychologique entre elle et le monde. Le journal qu'elle ecrit represente son isolement, l'absence d'autres interlocuteurs. Elle quitte la maison paternelle le plus tot possible sans jamais vouloir retourner, elle tente d'oublier et de faire disparaitre tous ses souvenirs de famille en coupant les ponts avec tout son clan. Comme elle l'explique, l'oubli est necessaire pour son travail de creation : « J'avais besoin de silence, de solitude, de difficulte : il me semblait que je devais etre coupee de ma famille pour ecrire »(311). La protagoniste se refugie dans le monde de la fiction dans son art.  Pour proteger son independance, Nadia vit une existence solitaire, ne laissant rien la toucher ou l'emouvoir. Son «je-m'en-foutisme » et son reniement de toute identite imposee par la famille se montrent dans le choix du nouveau prenom dont elle se rebaptise par derision, Nada, ou « rien » en espagnol : « Je me suis moi-meme nommee, ou plutot renommee. Mes parents m'avaient appele Nadia et quand il m'est devenu clair que /, le je, n'existait pas, je l'ai elimine [...] Nada. » (12). Parfait prenom pour une femme qui se considere comme « le neant » et dont la formule preferee est : « "Ca m'est egal." » (14). II faut noter cependant que ce choix de prenom signale un manque de confiance en soi et une difficulte de reconnaitre sa valeur intrinseque en tant que personne qui prolonge l'obliteration du moi chez la mere. Elle insiste sur la negation d'elle-meme : « Nada l'espace blanc, l'etre sans etre » (147), exprimant son alienation d'elle-meme. C'est seulement par 1'intermediate de son ecriture qu'elle va pouvoir retrouver son « j e » [ou le « I » manquant de Nad(i)a]. Paradoxalement, cette anglophone  40  ne pourra s'exprimer que dans une autre langue, la langue de l'autre, le francais. Craignant les emotions, puisque des lecons de son enfance lui ont appris que les sentiments sont dangereux, Nadia souligne la necessite d'une certaine impassibilite dans sa vie, d'un recul: Je dois etre indifferente, i l n'y a pas moyen de faire autrement, i l faut que je dise rien ne compte - car si je permets a une seule petite chose de compter, elle trainera avec elle l'infinie litanie des souffrances humaines, corps tortures, dechiquetes, violes [...] et l'incredulite sur le visage de ma mere devant mon pere ecumant de rage... (171-2)  Elle craint d'etre ecrasee comme sa mere l'etait aux mains de son pere, mais en abordant l'histoire d'une autre femme, dans un passe et un pays eloignes, en l'ecrivant dans une autre langue, Nadia arrivera a regarder en face sa propre fragmentation psychologique et physique, qui est reliee a son refus du maternel, de la maternite.  Le corps Elisa n'a pas eu un bon rapport avec son corps. Prisonniere d'un menage catholique traditionnel, elle a eu plusieurs enfants et encore plus de fausses couches. A cause de ses nombreuses grossesses, son corps devient une sorte de « machine a enfanter ». Les grossesses successives depouillent Elisa du sentiment de posseder son propre corps, qui devient le lieu de souffrances reliees a la maternite. Les fausses couches la font souffrir physiquement et psychologiquement, puisqu'elle ne veut pas d'autres enfants mais ne veut pas non plus les perdre. Comme sa fille en temoigne : C'est lui [le corps] qui l'acculait, encore et encore, a la defaite. C'est lui qui la faisait ramper, se vautrer, trembler,  41  chialer, vomir, fremir a la vue des "ames humaines en train de patiner, patauger, se noyer dans le sang" (ses mots a elle)... (198) Alyssa N. Zucker affirme les effets nefastes des fausses couches pour une femme comme Elisa: [...] because of the unexpected loss and physical trauma associated with miscarriage, [...] women who had miscarriages will have higher levels of depression and emotional distress or trauma than women who experienced other types of reproductive difficulties 47  A cause de son absence de controle sur sa capacite reproductrice (que ce soit pour empecher ou assurer ses grossesses), Elisa eprouve un rapport tourmente avec sa chair et a la maternite, qu'elle transmet a sa fille amee, Nadia. C'est elle qui a du aider sa mere a eliminer les traces de chaque fausse couche avant que son pere ne rentre : Etant l'ainee et, par-dessus le marche si j'ose dire, une fille, c'est moi qui dus assister au carnage dans la chambre parentale, fausse couche apres fausse couche car mon pere ne cessait de la mettre catholiquement en cloque [...] (32) Plusieurs de ces fausses couches ont failli tuer Elisa. Dans Instruments des tenebres, la maternite est symptome de destruction, ce qui aurait pu etre un evenement joyeux et bienvenu devient source de detresse et de mort.  Le pere a demoli et detruit son epouse et son corps en controlant sa capacite genitrice et en l'empechant de continuer a creer de la musique. Le corps feminin est percu par la mere et par sa fille comme « le [...] traitre » de la femme (198). Par  Alyssa N. Zucker. « The Psychological Impact of Reproductive Difficulties on Women's Lives » Sex Roles 40(1991): 771.  42  consequent, Nadia ne voit son corps que comme une source de malheur possible et un champ de bataille entre des forces opposees : procreation ou survie personnelle. Nadia ne veut surtout pas devenir mere, a vrai dire, elle rejette tout ce qui est signe de vie. Elle souligne, d'ailleurs : « qu'on se trouve au printemps ou en automne ou en hiver m'est parfaitement egal, le miracle de la vie ne me touche pas » (11). En reponse a ce qu'elle a vu comme jeune fille, la maternite hante Nadia comme un cauchemar, une salete, un danger associe a la mort. Dans son cas, la conception est effectivement associee a la mort, puisqu'elle a subi des avortements. Alyssa N. Zucker temoigne que : « [The "experience of] [ajbortion, miscarriage or infertility may lead an individual to question her previous assumptions about herself and the world. » (771). Nadia n'a vu la grossesse que comme un sacrifice qui a detruit sa mere et confirme le controle detenu par son pere sur sa femme. Par consequent, elle a pris la capacite reproductrice de son propre corps en horreur.  Ayant vu sa mere sacrifier sa carriere de musicienne pour se consacrer a ses enfants, Nadia voit le corps feminin fecond comme en conflit avec la creation artistique. En tant que romanciere, elle voit la creation litteraire comme excluant la maternite, justifiant cette incompatibilite par une logique qui perpetue la division corps/ esprit. Comme Huston l'observe, a propos de sa protagoniste : « Nada a digere les theories d'un certain feminisme a la de Beauvoir qui separent le corps et l'esprit, qui proclament que l'art est superieur a la vie ».  48  Nadia croit que c'est la chair de sa mere qui l'a ruinee :  Monique Roy. « Celle par qui le scandale arrive »(Compte rendu de Instruments des tenebres) Chatelaine (septembre 1996): 21.  4 8  43'  « C'est son corps [de la mere] qui lui brisa la raison. » (198). Pour elle, c'est le corps feminin maternel qui empeche la possibilite du developpement intellectuel et artistique pour la femme.  Nadia vit principalement dans le monde des idees, malgre sa promiscuite sexuelle. Les plaisirs qu'elle a pris dans sa vie avec de nombreux amants ne sont que fugaces. D'apres ce qu'elle a connu de l'union parentale, les rapports amoureux sont destructeurs pour la femme. L'amour a pour resultat une perte de controle et une perte d'identite pour la femme. Nadia ne peut ressentir du bonheur dans ses rencontres amoureuses que lorsqu'elle est certaine que cet acte ne va pas aboutir a quelque chose, c'est-a-dire a un enfant: « j 'ai eu besoin de savoir que mon plaisir etait sterile. Sans quoi, pas de plaisir. » (14). Elle compare ses fetus avortes a « [des] scarabee[s] » (14). Nadia poursuit sur ce ton moqueur en comparant ses avortements avec les fausses couches de sa mere : « A h ! n'est-ce pas que mes scarabees sont plus propres, plus sees, plus discrets ? A u moins leur meurtre ne laisse-t-il pas de taches. »(32). Pourtant une inversion des roles entre mere et fille se produit lorsque Elisa va aider sa fille a se procurer son premier avortement, « mais au prix de sa propre sante mentale » (Raoul 5).  49  Bien que la mere soit une catholique  fervente, il est evident qu'elle ne veut pas que sa fille repete sa propre experience de grossesses non-voulues. Mais son sentiment de culpabilite a peut-etre provoque la perte de sa raison. Quand sa fille lui rend visite a la clinique, Elisa lui demande des nouvelles du petit-fils qu'elle n'a pas eu.  Alyssa N. Zucker affirme que « the proces of deciding and making the arrangements to have an abortion [have] a profound effect on [women]. »(784).  49  44  L e pere de Nadia ayant controle sa femme par rintermediaire de son corps q u ' i l engrossait regulierement, pour la fille le lieu du pouvoir est son corps q u ' i l faut nettoyer de tout intrus. L'ecrivaine voit sa « sterilite militante » comme necessaire pour sa creation artistique (13). Elle vit principalement dans le monde de l'imaginaire, ou elle s'evade de son corps, qui peut la trahir. Puisque son corps est synonyme de feminite, de sentiments qu'elle ne veut pas avouer et d'une procreation qu'elle rejette, elle semble vouloir atteindre une creativite associee au masculin. Selon Anne Cranny-Francis, ce genre de fecondite est« dependant on the repression of the body » (36). N a d i a a besoin de s'assurer qu'elle maitrise sa chair et en consequence elle doit nier les pulsions physiques de son corps pour se sentir en charge de sa propre vie. E l l e confirme done la convention selon laquelle le corps represente l'ennemi de la femme qui veut etre un sujet a part entiere. Comme le suggere Helene Cixous, beaucoup de femmes ont adopte cette attitude : « Nous [les femmes] nous sommes detournees de nos corps, qu'on nous a honteusement appris a ignorer ». Nadia considere la procreation incompatible avec la 50  creation et elle tente d'exister en depit de son corps. Pourtant, l'ecriture v a l'amener a revoir cette opposition binaire, a travers l'experience d'une autre femme.  L'art II reste a Nadia, dont la sterilite est militante, cette autre facon de mettre au monde : l'ecriture. A u cours de la redaction de son « Carnet Scordatura », la romanciere  Helene Cixous. op. cit.: 48.  45  s'engage dans des dialogues imaginaires avec sa muse masculine, celui qu'elle appelle daimon, son demon-inspiration.  51  Ce personnage represente une inversion des  paradigmes traditionnels concernant les muses, car ce n'est pas une femme qui inspire un poete male. Selon Delys Bird, la muse traditionnelle etait celle qui : provide[s] the encouragement and inspiration, the ground from which male creativity springs and to which it refers. [...] She [la muse feminine] is passive, characterized by selfless devotion, by masochism, and by her signification as other to the masculine creator. 52  Ce personnage imaginaire represente pour Nadia le seul etre en qui elle ait « completement confiance », d'autant plus qu'elle ne se croit pas capable d'ecrire sans l'appui qu'elle lui demande regulierement (15). Mais loin de communiquer un devouement altruiste feminin, il prend un ton sarcastique et autoritaire : i l la commande.  Ce manque de confiance en soi chez Nadia trouve ses origines dans son enfarice. Etant jeune, elle a essaye de jouer du violon, croyant creer « labeaute des notes qui en sortaient» ; fiere de son accomplissement, elle esperait gagner 1'approbation de sa mere (61). Nadia etait decue de decouvrir de sa mere que ce n'etait pas elle-meme qui jouait, mais le proprietaire (masculin) du violon qui maniait l'instrument derriere elle. A partir de ce jour elle ne sera « plus jamais [...] insouciante » et elle ne se croira pas a la hauteur d'agir de facon autonome. Valerie Raoul ajoute que : « Le sentiment lui est reste de ne pas pouvoir creer toute seule quelque chose d'harmonieux - une sonate plutot qu'un  A l'origine, l'auteure a ecrit ce roman moitie en francais (l'histoire de Barbe), moitie en anglais (le journal de Nadia). Le daimon lui dicte son texte en francais et il represente aussi une muse francophone qui rend possible l'acces a la langue francaise (Raoul 10). Delys Bird. « Women-as-Artist/ Woman-as-Mother : Traversing the Dichotomies » Australian and New Zealand Studies in Canada. (June 7, 1992): 10. 51  52  morceau "scordatura ". » (11). Comme le earner « scordatura » qui ressemble a des fragments, Nadia vit comme un etre completement divise, toute sa personne est en morceaux epars plutot que d'etre integree. En reaction au drame majeur de son enfance (celui de sa mere), elle ne peut « composer »les morceaux fragmentes, harmoniser ses instruments dissonants, qu'a travers une ceuvre de fiction « inspiree » par une force creatrice qui la « feconde », lui permettant de manier un instrument « viril », la plume.  L'ecrivaine supplie sa muse de lui fournir les qualites necessaires, selon elle, pour pouvoir creer, pour enfanter son livre : « Oh, daimon ... Donnez-moi seulement le courage, la vision, la cruaute necessaires pour conduire cette chose au bout, lui permettre de se deployer sans la brusquer ni l'abimer. »(138).  53  La protagoniste considere le  controle de l'ecriture non pas comme venant de soi, mais comme quelque chose qui existe en dehors de soi-meme, dont on n'est pas responsable. Plus tard, cette crainte de ne pas pouvoir generer des textes toute seule se reflete sur le plan de l'inconscient. Nadia reve a des foetus en voie de developpement qui representent son texte et ses personnages, imaginant que sa mere veut detruire son histoire qui n'est pas encore totalement formee : Reve abominable. [...] Des images atroces, insoutenables. Pourquoi Elisa voulait-elle que j'assassine mes jumeaux [Barbe et Barnabe] ? Ce livre encore embryonnaire, si absolument vulnerable, flottant entre 1'existence et l'inexistence... (192) Ce passage montre bien la facon dont Nadia mele maternite et creativite artistique, tout en voulant les separer. Elle se vide sur les pages de ses experiences malheureuses  53  Cite aussi dans le travail de Valerie Raoul (11).  47  d'enfance et de ses amours mal tournes, dans la confession oblique de ses sentiments de culpabilite, de deception, de ne pas etre (comme sa) mere, qu'elle a voulu nier. Pour justifier son choix, i l faut que son livre soit reussi.  Par rintermediaire de son ecriture, Nadia peut tenter de comprendre son etat present malheureux en faisant resurgir des souvenirs refoules. Elle cree aussi de nouvelles possibilites pour elle-meme a travers son personnage, Barbe (Proulx 301). Barbe Durand, orpheline de naissance, se trouve enceinte suite a un viol. La jeune paysanne fut condamnee a mort pour avoir cache sa grossesse et tue son enfant (qui est, dans la version de Nadia, probablement mort-ne). Nadia change la vraie histoire de Barbe, la sauvant pour s'offrir de nouvelles interpretations compatibles avec sa propre realite. En s'identifiant a Barbe, Nadia doit souvent, comme le suggere Proulx, braver les attaques de son daimon (Proulx 300). Elle est enfin obligee de reaffirmer sa propre creativite et elle finit par se debarrasser de ce demon-temoin dont elle n'a plus besoin. En faconnant finalement un fabuleux destin (libre) a son double historique, Barbe, elle rejoint la triomphe des deux femmes, celui de Barbe sur ses accusateurs et celui de Nadia sur son Daimon. Barbe est sauvee par un frere jumeau, Barnabe, qui consent a se sacrifier a sa place.  54  L a creation du jumeau, double masculin qui accepte de disparaitre,  permet a Nadia de se reconcilier avec l'idee que sa propre existence fut au prix de la mort  Nancy Huston admet avoir eprouve une certaine satisfaction a modifier l'histoire de Barbe : « Ce qui me plaisait bien, c'etait d'intervertir le vrai et le faux, et done de presenter le faits divers reel, l'histoire de Barbe Durand, comme si c'etait un roman, et de presenter le journal de l'ecrivain, qui est totalement invente, fictif, comme si c'etait la verite. » Propos recueillis par Alain Girard-Daudon et Stephane Bernard. « Ce que dit Nancy [entrevue avec Nancy Huston] » Initiates, <http://www.initiales.org/cgibin/carte.pl?CHAP=004&RUBR=010/> 4  48  :  d'un frere jumeau. Nadia aurait souhaite avoir un frere pour «jouer le role du Temoin... C'est justement le role que joue Barnabe pour Barbe, le role dont j ' a i reve toute ma vie pour Nathan, ou Nothin' mon jumeau mort »(141). Proulx atteste que cet episode est « emblematic of the way in which the narrator uses her composition of the sonata as a springboard for the reevaluation of her own life. » (301). Mais les deux scenarios indiquent aussi le besoin pour la femme qui veut etre libre (ou ecrire) d'avoir la permission ou l'aide d'un double masculin. Ce n'est pourtant que debarrassee de ce double qu'elle pourra devenir autonome et « enfanter », si elle veut, selon ses propres termes.  L'ecriture offre la possibilite de redemption pour la creatrice. Bien que l'autre definition de « scordatura » soit « oublie », le journal personnel de Nadia sert d'evocation du passe (Raoul 5).  55  Ce journal « sert d'outil pour ressusciter des souvenirs qu'elle  [Nadia] a cherche autant que sa mere a oublier, concernant ses propres rapports a la maternite. » (Raoul 5). En relatant l'histoire de Barbe et de son enfant mort, Nadia est enfin capable de songer a son propre enfant avorte tard dans sa grossesse, « Tom Pouce » .  56  A u debut de son carnet, elle le traite avec un mepris et un apparente  indifference, qu'elle souligne trop : Me debarrasser de mes enfants m'a affectee exactement autant que de jeter aux toilettes un scarabee trouve sur le dos, remuant les pattes dans l'air. Une minuscule detresse ; termine. (14)  Elle compare cette experience cathartique a une session de psychanalyse, mais « moins cher » (28). II est interessant de noter que cet avortement a eu lieu avant Roe versus Wade, c'est a dire avant que l'avortement soit legal aux Etats-Unis (261).  55 56  49  La creation litteraire lui offre des possibilites (que la societe ne lui donne pas) pour se souvenir de sa « creation » morte en admettant sa peine. Comme le suggere Kathryn Allen Rabuzzi: The woman who, [...] feels compelled to choose abortion, seldom experiences it lightly. Despite frequent rhetoric to the contrary, few women see abortion as easy birth control. Rather, it is a kind of amputation. Abortion removes something whose existence simultaneously threatens yet forms a new part of a woman's very selfhood [...] Such pain over the baby who might have been receives no ritual recognition in our culture. 57  Nadia arrive enfin a pleurer son enfant et a realiser son importance dans son existence : « Tu as enormement compte dans ma vie, mon ange. Et je m'excuse de t'avoir traite de scarabee, dans les premieres pages de ce carnet. » (291). Elle peut enfin ressentir la souffrance de cet evenement: « quel soulagement de ressentir enfin de la douleur! - et etre moi-meme. »(342).  Dans un deuxieme temps, elle reussit a rehabiliter, par ses ecrits, le nom de sa propre mere. L a romanciere semble etre desaccordee, tant qu'elle essaie de dissocier sa vie de l'histoire de la femme qui lui a donne le jour. Nan Bauer Maglin explique qu'un des plus grands obstacles en voulant comprendre sa mere consiste en : « the importance of trying to really see one's mother in spite of or beyond the blindness and skewed vision that growing up together causes ».  58  Nadia reussit a voir sa mere autrement que la femme  Kathryn Allen Rabuzzi. Motherself: A Mythic Analysis ofMotherhood. Indianapolis : Indiana UP, (1988): 117. Nan Bauer Maglin. « Don't never forget the bridge that you crossed over on : The Literature of Matrilineage » dans The Lost Tradition; Mothers and Daughters in Literature. Ed. par Cathy N. Davidson and E.M. Broner. New York : Ungar. (1980) : 358. Cite dans Vivien E. Nice. Mothers and Daughters : The Distortion of a Relationship. London : Macmillan (1992) : 185. 57  58  50  qu'elle a connue comme enfant : « Elisa, elle s'appelait avant de s'appeler mere » (169). En fouillant dans le passe de sa mere et faisant revivre l'histoire d'Elisa, elle parvient a creer un matrilignage.  59  A une premiere lecture, il semblerait que la protagoniste n'ait pas reusssi a reconcilier ces deux types de creation : la maternite et la fecondite artistique. Cependant, Nadia les raccommode en remplissant les creux de sa creation par des images de la maternite. Le travail de la protagoniste nous revele la puissance des tenebres uterines, les forces interieures qui peuvent etre destructrices ou creatrices. Le livre celebre enfin le pouvoir liberateur de toute oeuvre artistique, accomplie a partir de la comprehension difficile de soi-meme et de l'autre (femme d'une autre epoque, frere jumeau) qui nous habite.  A u lieu d'etre un instrument desaccorde, Nadia parvient a transmettre une melodie toute personnelle et unique, composee de son imaginaire et de ses souvenirs : « [elle est] un violon se jouant tout seul! Tirant de ses propres profondeurs de fabuleux accords de memoire et d'imagination » (342). La romanciere finit par decouvrir qu'elle peut engendrer sans l'aide de son daimon qui « lui appartient plutot que l'inverse » (Raoul 11). En creant un texte qui resulte en une « resurrection » pour Nadia et ses lecteurs, la protagoniste defie la definition traditionnelle de 1'accouchement pour les femmes:  Cette activite accomplira le prqjet annonce ailleurs par Huston, de « faire parler les meres du passe qui n'ontpas eu droit a la parole » (Raoul 5). Nancy Huston. Entretiens. Radio Canada (1995/6) : 5 :27. 59  51  Confinement of men suggests imprisonment -indignities to, not the fufillment of manhood. Delivery from confinement suggests the restoration of men's autonomy, not its death. Confinement of women, in contrast, alludes to the final stages of pregnancy before delivery into the bonds of maternity, the very joy of which has suppressed their individuality in patriarchy. 60  Son « accouchement » litteraire ne represente guere remprisonnement de son etre, mais plutot un epanouissement et une nouvelle liberie pour la protagoniste. En rememorant sa propre histoire, elle peut enfin engendrer un nouveau « moi » et ne plus se sentir vide. Elle s'ouvre a la vie, sans pour autant s'aneantir.  Susan Stanford Friedman, op. cit.: 55.  52  Prodige  La musique est peut-etre l'exemple unique de ce qu'aurait pu etre - s'il n'y avait pas eu l'invention du langage, la formation des mots, l'analyse des idees - la communication des ames. -Marcel Proust  Les arts sont presents partout dans l'ceuvre de Nancy Huston, et nous avons deja explore la presence de la danse dans La Virevolte et la metaphore musicale dans Instruments des tenebres. L a peinture figure dans Cantique des plaines et l'ecriture dans Instruments des tenebres, mais c'est la musique qui revient le plus souvent comme sujet privilegie, dans plusieurs de ses textes, des Variations Goldberg (1981) kDolceAgonia (2001), en passant par L 'Empreinte de I 'ange (1998). Alain Girard-Daumon precise 60  l'importance de cet art dans l'ceuvre de Huston : « Des le premier roman en quatre-vingt un, la musique est la, pas seulement dans les mots, mais dans la structure meme de l'ceuvre. Sonates, arias, solos, polyphonies...dans les tables des matieres. » .  61  Dans  Prodige (1999), roman polyphonique, la musique est au centre d'une relation mere-fille difficile. Chose etonnante, ce recit semble etre le roman le moins populaire de Huston : a ma connaissance, i l n'a jamais ete le sujet d'une etude approfondie.  Cette predilection pour la musique peut s'expliquer par le fait que Huston connait bien la musique et elle joue du clavecin. Alain Girard-Daumon. « Pas de biographie » Lire. Octobre 1996. <http://www.initiales.org/chap004/>. 60  61  53  L'auteure de Prodige a insiste sur 1'importance qui relie procreation et creation artistique, des la genese de ce roman. Dans sa dedicace Huston explique que cette ceuvre a d'abord ete construite comme scenario d'un film, en collaboration avec un homme ; le texte est en quelque sorte le fruit de cette rencontre : Elle [l'ceuvre] est un peu comme une enfant humaine, un peu comme Maya son heroine. C'est drole, c'est bete si on veut, mais elle a reellement ete creee par deux personnes, une femme et un homme, moi-meme et le realisateur de cinema Yves Angelo. 62  Le projet de film fut abandonne, suite a des difficultes de financement et l'impossibilite de trouver une actrice capable d'interpreter le role complexe de l'enfant prodige. Le 63  scenario a ete remis a Huston et tout comme une mere, la romanciere a ressenti la responsabilite de mettre ce travail, « premature »jusque-la, au monde et de lui insuffler la vie. Rappelant les images de la fin de Instruments des tenebres, elle souligne l'aspect maternel de la production de toute ceuvre artistique.  Prodige evoque un univers feminin compose de trois generations de femmes qui sont liees de mere en fille par le cordon ombilical d'une passion commune pour la musique. C'est a travers huit voix narratives que nous entendons l'histoire de ces trois femmes : Lara (la mere), Maya (sa fille) et Sofia (la grand-mere). Lara, professeure de piano, attend un enfant et elle accouche prematurement d'une fille, Maya, dont la survie  Nancy Huston. « La Dedicace de l'auteure (Prodige) » Alapage. le 30 juin 1999. <http://alapage.com/mx/?id=219661016010442&donnee_appel=ALAPAGE&tp=F&type=l&l_isbn=27427 22688&devise=&fulltext=huston%2C+nancy&sv=X_L>. Pourtant Prodige fut recemment transforme en piece de theatre et la piece est actuellement en tournage au Quebec. 62  63  54  meme est precaire. Pour essayer de la sauver lorsqu'elle va lui rendre visite daris son incubateur, Lara lui parle sans cesse, lui racontant ce que sera son avenir, celui d'une pianiste prodige.  L'intrigue, composee de « trois femmes et [de] trois pianos » tous sous le meme toit, provoque une autre reflexion touchante et derangeante sur la relation entre la maternite et la creation artistique (35). Ici Huston souligne les delices profondes et les 64  responsabilites accablantes reliees au « miracle » de l'enfantement. Dans ce chapitre, nous examinerons de pres le traitement dans Prodige les intersections entre maternite et musique et surtout, la rivalite entre mere et fille. Dans l'univers de ce roman existe-t-il une harmonie possible entre la procreation et la creation artistique, du point de vue de la mere qui cede sa place a sa fille ou de celui de la fille, qui doit accomplir 1'ambition de la mere a la place de celle-ci ?  L a musique  L'ecriture du roman souligne des le depart l'importance de la musique comme polyvocale. Dans un passage qui enonce la texture polyphonique du roman -, Maya decrit le progres d'une fugue musicale : Je reprends la Fantaisie. L a fugue qui commence si tranquillement, commence si tranquillement, comme on marche, un pas devant l'autre, et puis les differentes voix qui debarquent les unes apres les autres et se mettent a danser entre elles, a faire des trilles et des accords, ga  Nancy Huston. Prodige. Paris : Actes Sud (1999) : 35. Les references a ce texte, desormais entre parentheses, renverront toutes a cette edition.  55  devient plus fort, elles insistent, chacune veut avoir son mot a dire, oh c'est genial... (132) 65  La fugue est une forme musicale caracterisee par le contrepoint de melodies differentes, dont chacune pourrait marcher seule, mais c'est en s'assemblant et rivalisant entre elles qu'elles forment un ensemble accorde. Cette forme deja evoquee dans Les Variations Goldberg (et dans Les Faux-Monnayeurs de Gide) represente un excellente modele pour la construction d'un roman complexe comme Prodige, dont la structure depend de l'alternance de plusieurs voix narratives qui maintiennent leurs identites respectives, tout en apportant chacune un ton different au concert.  66  Toutes les voix du roman se  complementent, les personnages jouent ensemble et creent une composition harmonieuse. Mais en meme temps une concurrence se fait aussi entendre, l'equilibre est precaire et une des participantes risque d'etre eclipsee.  La musique agit ici comme lien entre les personnages feminins de l'histoire, qui en plus d'etre apparentes sont tous musiciennes. La matriarche de la famille, Sofia, est identifiee comme emigree de la Russie, mais sa vraie patrie est la musique. C'est une femme solide, mais resignee parce que profondement croyante au Destin et en Dieu. Comme son rapport au Createur, sa relation a la musique demeure un rapport d'identification tres etroite. Lorsque Sofia tente d'entrer dans les pensees intimes de sa dotchenka, elle communique sa propre opinion sur le but de la musique : « Le piano, se  C'est moi qui souligne. Pourtant Nancy Huston trace l'origine de ce texte dans une autre forme musicale : « ce qui a ete le declencheur dans ce cas, c'est l'idee de la musique de chambre, ou chaque voix peut venir a la surface ponctuellement, puis redescendre. » Propos recueillis par Alain Girard-Daudon et Stephane Bernard. « Ce que dit Nancy [entrevue avec Nancy Huston] » Initiates, <http://www.fnitiales.org/cgibfn/carte.pl?CHAP=004&RUBR=010/>. 65  66  56  dit-elle [Lara], est a la fois ce qui me permet et ce qui m 'empeche de m 'exprimer. A h ! Si seulement elle songeait a exprimer Beethoven au lieu d'elle-meme ! (13) ». Dans la perspective de Sofia, jouer represente une identification au compositeur a atteindre pour le musicien, qui doit s'eclipser. II ne s'agit pas d'un moyen d'expression personnelle. Le pianiste est un medium ou vehicule plutot qu'un createur. C'est elle qui a initie sa fille au piano, comme a une discipline : pour elle ce n'est pas un projet amusant mais plutot un art a maitriser qui exige beaucoup de travail et de repetition. Lara decrit sa propre formation de la maniere suivante : « tant d'annees d'efforts, repeter repeter repeter repeter, inscrire les doigtes et rerepeter, tenter d'enchainer, meticuleuse, appliquee eperdue, essayant de "bien faire" » (106).  67  Pour Lara, ce type de connaissance  approfondie de la musique, sans que ce soit l'expression de quelque chose venant de soi, la limite et etouffe son talent individuel en tant que pianiste. Cette attitude elimine la possibilite de decouvrir le sens complet de la musique, qui invite une contribution a la creation de la part du pianiste. Pour Sofia, la musique demeure une epreuve technique, non pas une creation artistique personnelle comme pour Lara.  Le personnage principal du roman, Lara, est une femme fragile, reservee, et inquiete qui entretient un rapport mysterieux a la musique qui est explore tout le long du texte. Cette jeune mere revele qu'elle se sent inadequate face a son art, elle se demande tout le temps si elle est a la hauteur de la musique. Jamais elle ne sent qu'elle fait honneur au morceau de musique qu'elle joue, eprouvant plutot de la honte devarit des  6 7  C'est moi qui souligne.  57  morceaux de musique qu'elle n'arrive pas a faire valoir comme elle le voudrait par sa propre performance. Sa propre creation artistique, pour Lara, est un symptome de la mediocrite et de la frustration qui caracterisent sa vie. Comme le resume son mari : « la musique ne [...] rendait pas [Lara] heureuse »(22). Le piano lui rappelle constamment son incapacity a atteindre le niveau d'expression qu'elle desire. Bien qu'elle possede beaucoup de talent, elle se sent frustree puisque l'essence de la musique l'elude toujours : en tant que musicienne, sa reflexion sur son art se resume au refrain : « Ou est la musique ? Ou est la musique ? Ou est la musique ? Tout ce que je sais c'est que moi je suis ailleurs, jamais au meme endroit qu'elle, pas dans la musique mais dans 1'effort » (106). Sa capacite de jouer de la musique ne represente pour elle qu'une aptitude technique (celle qui etait valorisee par sa propre mere), mais le vrai sens de la musique refuse de se transmettre sous ses doigts. Lara ne ressent pas la joie de la musique lorsqu'elle joue, mais plutot la panique et le trac, car pour Lara la musique a perdu son ame. Elle realise les aspects mecaniques de l'activite creatrice, mais elle ne peut rien accomplir qui devoile l'essence emotive ou passionnelle de la musique, l'effet qu'elle ressent en elle-meme sans feussir a le communiquer a ses auditeurs.  C'est a travers sa fille, Maya, que Lara va pouvoir temoigner des effets de la vraie musique. Maya a appris le piano avec sa mere et pour sa mere. Pour Lara, l'enfant represente la musique incarnee, un vrai prodige qui joue du piano, d'apres Sofia, « comme on ne sait plus marcher, les pieds a la terre et les yeux perdus a la voute. » (41). A la difference de sa propre formation exigeante, Lara entraine sa fille vers cette activity artistique comme une sorte de recreation, quelque chose d'amusant. Lara elabore son  58  plan de formation pour Maya : « C'est moi qui te formerai dans un premier temps - mais gentiment, gentiment, ce n'est qu'un jeu, ce n'est que le bonheur » (31). Elle refuse de leguer a Maya ses propres nevroses et problemes face a la musique. Son approche differe radicalement de sa propre instruction aux mains de sa mere, qui soulignait pratique et discipline, mettant l'accent sur les aspects mecaniques du jeu d'un instrument. Sofia, la babouchka, adopte aussi une approche pedagogique differente avec sa petite-fille; elle etablit un systeme d'echange qui amuse Maya : une histoire contre un morceau de musique. Cet echange perturbe et rend jalouse sa propre fille, Lara, qui n'a connu que la rigidite et les reglements aupres de sa mere : « Ou est-elle allee chercher ce rituel, ma mere? Elle ne l'a jamais fait avec moi. »(68).  La maternite Pour Lara, la musique est reliee a l'amour maternel, puisque c'est seulement par rintermediaire de cet art qu'elle a recu de l'affection et de l'approbation de la part de sa propre mere. II fallait meriter l'amour maternel, ainsi que le demontre un souvenir d'enfance evoque par Lara. Lorsque, toute petite, elle apprenait les notes de musique de sa mere, elle devait se mettre « a l'autre bout de la maison » loin de Sofia qui jouait les notes sur le piano (30). Si Lara identifiait les notes correctement, elle avait le droit de s'approcher d'un pas vers sa mere, et si elle se trompait, elle devait reculer. Par consequent, la pianiste ressent qu'elle a besoin de « bien faire » en musique, si elle veut s'approcher de Sofia (106). En devenant mere elle-meme, Lara sent la necessite  68  Cette idee de «jalousie » sera reprise dans la section sur la rivalite.  59  d'examiner son rapport a sa propre mere. C'est a travers sa fille, Maya, que la jeune mere veut reconcilier la creation artistique et 1'amour maternel. Ayant le sentiment d'avoir decu sa propre mere, elle veut se racheter par rintermediaire de sa fille qui realisera les reves de Sofia la ou elle a elle-meme echoue : « Babouchka te vouera un culte, ma petite Maya. Tu seras tout ce qu'elle avait voulu que je sois, ce que je n'ai pas reussi a etre. Sa fille l'a decue [...] (67).  L'instinct maternel de Sofia, tout comme son instinct musical, est base sur le concept d'imposer l'ordre, elle encourage la soumission aux reglements chez sa fille, par consequent, elle n'incite pas Lara a la creativite. Cependant, il existe un lien fort entre fille et mere, cette derniere continuant d'habiter chez sa fille pour des raisons de sante. Sofia, mere monoparentale, croit connaitre a fond sa fille : « Oui je les connais par coeur, les tourments de Larissa. » (7). Elle surveille constamment Lara et c'est par rintermediaire de ce personnage que le lecteur a acces aux pensees intimes de Lara.  Pour Lara, la maternite represente une urgence puisque la survie de sa fille est incertaine : elle est nee trop tot de trois mois et pesait seulement 720 grammes. A u debut, Maya represente un prodige de la science, un miracle de la medecine moderne, mais aussi un miracle de 1'amour maternel. Entre la vie et la mort, dans sa petite bulle, la minuscule enfant, soutenue par sa mere, penetree de seringues, tubes et aiguilles, va lutter. L a survie de Maya reste dans les mains de sa mere, comme le docteur l'annonce : « "Vous [Lara] pouvez nous aider, c'est important. Donnez-lui la force et le desir de rester, de ne pas s'abandonner." » (26). La jeune femme n'a pas le temps de penser si elle a les  60  capacites necessaires pour etre une bonne mere, i l faut qu'elle agisse. L a maternite represente un epanouissement pour Lara, qui sent pour la premiere fois qu'elle est capable de mener quelque chose jusqu'au bout. L a maternite devient pour elle une source de rajeunissement, phenomene partage par d'autres meres : « " [la maternite represente] the lovely wonder that you are so special to the child and that you actually have something to offer." » (Parker).  69  A la difference de ses experiences frustrantes  avec le piano, Lara sent pour la premiere fois qu'elle a quelque chose a offrir au monde : elever sa fille, pour elle, est une mission a accomplir, un veritable defi. C'est parce qu'elle se voit comme responsable de la survie de sa fille que Lara va pouvoir reconcilier sa vie de musicienne et de mere, en deleguant la tache de faire vivre la musique a sa fille.  Les gestes de Lara representent le comble de raltruisme, elle se devoue et se sacrifie pour garantir la survie de Maya. Cependant, ses actions representent une identification narcissique, elle renonce a la gloire pour elle-meme et essaie de vivre a travers sa fille. En determinant l'avenir de Maya comme pianiste prodige, Lara semble confirmer l'idee d'Eugenie Lemoine-Luccioni qu'un enfant peut representer une osuvre a creer pour ses parents. Lemoine-Luccioni elabore ce concept: Si Ton veut qu'il [l'enfant] soit un chef-d'oeuvre, c'est pire encore. C'en est fait de lui: il ne sera jamais chair ni poisson, hornrne ni femme. C'est le sort des parents narcissiques. [...] II est oblitere au depart comme image et 70  aliene dans sa fonction de miroir par rapport aux parents.  « Nancy » est le pseudonyme de la femme citee, interviewee par Rozsika Parker pour son livre sur Pambivalence maternelle. Rozsika Parker. Torn in Two : The Experience ofMaternal Ambivalence. London : Virago P (1995): 107. Eugenie Lemoine-Luccioni. Partage des femmes. Editions du Seuil: Paris (1976): 63. 70  61  Lara fait preuve d'egoisme parce que son enfant doit vivre le reve de sa mere. Maya ne doit pas reussir pour elle-meme, mais pour Lara.  Dans ce roman la musique, comme la vie, est transmise de mere a fille : je t'apprendrai tout ce que je sais et tout ce que je ne sais pas au sujet de la musique [...] tu seras une vraie muscienne Maya parce que voila, je te donnerai cela, j ' a i le pouvoir de te dormer, vie, musique, rire, joie, soleil, pluie... (31) L'encouragement de Lara mele la creation artistique et la fierte maternelle; la mere incite sa fille a vivre en parlant de sa vie future, en tant que pianiste virtuose : « Tu vivras dans la musique, ce sera ton aire naturelle, tu joueras comme tu respires - respire, ma petite! Respire, je t 'en supplie!» (55). Proulx explique que ce passage annonce la double destinee de Maya, prodige de la vie et prodige de la musique : « Lara's voice at times shows the traces of this double existence, as her creation of Maya's future intersects with the reality of her present. ».  71  Le raccordement vie/ musique/ mere se communique dans  une scene touchante, ou Lara temoigne de l'entrelacement de ces elements au moment ou elle regarde son bebe dans l'espace clos de la couveuse : Une machine suit les battements de ton cceur, une autre le rythme de ta respiration, [...] les machines battent la mesure et nous dansons avec elles, un deux trois, c'est une valse ma petite Maya... (96) Cette exhortation a la vie de la part de Lara transmet l'idee que la musique et la vie he sont qu'une dans son esprit qu'elle donne a sa fille la force de vivre par le don de la musique, cette passion pour la musique les reliera comme avant 1'accouchement, quand  71  Patrice J. Proulx. Compte rendu de Prodige. French Review, (decembre 2000): 400.  62  « Tune ne bougeait pas sans l'autre » (selon 1'expression de Luce Irigaray). C'est la premiere fois que Lara voit le lien entre la maternite et la creation artistique, le rythme musical. La musique devient source de vie et d'esperance pour la mere et sa fille et les reunira, malgre la separation de la naissance.  Ce triomphe va amener des consequences inquietantes pour Lara. Son mari, Robert, qui l'observe attentivement, a l'impression que sa femme se noie dans sa mission « de porter la responsabilite de cette survie »; elle ne cesse pas de parler a sa fille tout le temps, ce qui frole la folie : « Lara lui parlait sans discontinuer maintenant, du matin au soir.... Et je sentais qu'elle commencait a se perdre dans cette parole, ce flot de mots qui coulaient d'elle sans cesse. C'est devenu comme un delire. » (29, 34). Elle va dormer une chance de survivre a sa fille, mais en se vidant de sa propre substance et de sa propre identite pour la nourrir.  Lara n'arrive pas a voir ou elle se termine et sa fille commence, la mere et la fille entrent dans une sorte de fusion troublante. Selon Nina Herman, cette symbiose est assez commune et la dyade mere-fille reflete « the range and extent, content and velocity of projective identification which is found to operate in the relationship, in the connectedness between replica and replica »(245). Cette confusion d'identite de la part de Lara se montre dans certaines de ses enoncees, telles que : « Tu sais, Maya, quand tu etais petite, Maya, Maya, quand tu etais petite, enfin je veux dire, quand j'etais petite n'est-ce pas » (36). Lara se perd dans une fusion avec sa fille ou « infant and mother [are] undifferentiated from each other » (Parker 36). Lara doit reconnaitre que ce qui  63  faisait partie d'elle-meme, l'enfant, doit devenir autre, separe et autonome. Cette etape est souvent vecue difficilement par la mere et Lemoine-Luccioni decrit la separation mere-enfant d'une maniere douloureuse: « L'enfant est par excellence cet objet qui n'est plus ni dedans ni dehors et qui fait de la mere un dehors, un objet pour elle-meme. » (35). Cet eloignement est rendu d'autant plus difficile par le fait que l'enfant est une fille. Pour Lara, Maya represente sa replique et un prolongement d'elle-meme.  Cette symbiose est si intense que le pere se sent exclu de sa famille et ressent le besoin de partir. Cet homme scientifique admet que cette fusion mere-fille, « Lara-etMaya en un seul m o t » , continue de l'eluder (52). Cette symbiose mere-fille sur le plan de l'imaginaire prolonge la periode de gestation. Pendant ce temps, la mere et l'enfaht ne font qu'une personne et le pere se sent souvent eloigne par ce rapport intense et fusionnel. Une identification narcissique au « meme », comme replique et extension du moi maternel, peut empecher la fille de naitre en tant qu'autre, independante. L a « survie » comme prolongement de la vie de la mere, par sa volonte, peut paradoxalemeht empecher la fille de vivre a part entiere.  La rivalite Son amour possessif va trouver son aboutissement dans le refus de la part de Lara de laisser sa fille se separer d'elle. Selon Nancy Chodorow, une mere possessive vient souvent d'une famille sans pere et a connu une seule influence feminine pendant son enfance, celle de sa mere. Lara illustre cette situation lorsque son mari part et qu'elle souligne : « Ainsi toi [Maya], pas plus que moi, tu n'auras de pere. [...] Nous infligeons a  64  nos enfants ce qu'on a nous-memes subi » (35). Huston semble confirmer cette observation de Chodorow: Girls who grow up in family settings which include neither other women beside their mother nor an actively present father tend to have problems establishing a sufficiently individuated and autonomous sense of self. They in turn have difficulties in experiencing themselves as separate from their own children (212). 7  Lara veut que Maya reste toujours liee a elle, qu'il existe entre elles une sorte de dependance mutuelle. C'est a travers son enfant que Lara va connaitre le succes maternel et artistique : Mais en meme temps, cherie, tu es moi, n'est-ce pas? puisque c'est moi qui t'ai faite, moi qui t'ai fait vivre en t'aimant, te parlant, te caressant chaque jour [...] Quand tu inspires, mes poumons se gonflent d'air et quand tu ris mon cceur est a la fete. (67) II s'agit chez Lara d'une confusion entre la realite et le fantasme. C'est a l'hopital que Lara a le plus ressenti cette symbiose avec Maya, c'est la que l'avenir de sa fille dependait entierement d'elle et c'est dans cette « chambre blanche » que Lara veut rester. Son refus de quitter ce lieu de symbiose magique se montre par une serie de retours en arriere tout au long de l'histoire ou l'imaginaire de Lara retourne dans ce lieu. Par exemple, lorsque Lara amene Maya a sa premiere rencontre avec son futur professeur de piano, Dianescu (la premiere etape de l'independance progressive de Maya), la mere retourne dans son tete a ce lieu de paix et de partage parfaits.  Nancy Chodorow. The Reproduction ofMothering: Psychoanalysis and the Sociology of Gender. Berkley : U of California P (1978): 212 cite dans Vivien E. Nice. (1992) op. cit. : 158.  65  L'existence de Maya en tant qu'enfant, tout comme celle de la musique comme performance, n'est que fugitive : la vie de la fille exige le changement. L a separation graduelle et inevitable de Maya provoque des sentiments de detresse chez sa mere. Sa fille represente pour elle une source de pouvoir et un lien avec le monde auxquels elle sera obligee de renoncer avec l'independance de Maya. Cette femme, qui voyait autrefois le don musical de sa fille comme sa responsabilite et son cadeau a Maya, le voit maintenant comme une source de conflit. Ce talent musical va obliger sa fille a s'ecarter d'avantage de sa mere pour chercher des lecons avec « le grand Dianescu » (67). Comme le signale Sofia, qui comprend ce qui se passe chez sa fille, la journee de 1'audition represente une enorme epreuve pour Lara : « Elle [Lara] sourit. Je connais ce sourire. Ca veut dire qu'elle souffre. Ne vois-tu pas que cette journee est un tournant tragique ? [...] Maya s'eloignera de nous dorenavant... Elle aura unegrande carriere... » (66). En voyant sa fille s'ecarter d'elle, Lara voit la musique disparaitre de sa vie aussi.  C'est egalement a travers le genie de sa fille que la mere voit ses propres limites artistiques. Son desir de s'accomplir en tant que pianiste entre en collision avec sa passion pour son enfant « miracle », qui joue avec une virtuosite au-dela de son propre talent. L a situation de Lara est typique de certaines meres lorsque leur enfant commence a s'eloigner d'elles, comme Parker en temoigne : One moment when an experience of maternal hate causes the self-esteem engendered by mother love to change into anguished self-doubt often occurs when a child reaches adolesecence, then conflicts provoked by ambivalence, intensified by the complexities of the separation process,  66  can produce a peculiarly painful type of hatred for the child and a resultant self-denigration. » (27) Le piano represente la base de 1'affection profonde mere-fille, mais c'est aussi ce qui oppose Maya a Lara : euphorie pour la fille, la musique est ascese pour la mere. Elles rivalisent dans le domaine artistique et c'est toujours Maya qui le remporte. De plus, le talent de sa fille rend la finalite de la vie evidente pour Lara. Elle sait qu'a la difference de Maya, elle mourra « avant d'atteindre la musique. » (107).  L'histoire de Prodige montre la joie de la maternite, source de plenitude pour une nouvelle mere, mais aussi a la fois la responsabilite etourdissante de la procreation. Le recit polyphonique, communiquant differents points de vu, revele l'echeveau complique de la filiation. L a filiation, ou le fil est un cordon ombilical qui permet la vie et qui peut etrangler, qui doit etre coupe. Lara est une musicienne talentueuse qui n'arrive pas a penetrer dans l'ame de son art, croit trouver la solution a sa « faillite » dans la reussite de sa fille, Maya. Comme Sofia 1'exprime : Le probleme, se dit-elle, c 'est que la musique avance, et que moije ne veux pas avancer. Je la joue mais je ne veux pas aller avec elle : j 'ai envie de la retenir, la garder pour moi, la serrer contre moi, la transformer en boule dure et me cramponner autour, me bdillonner avec. (103) Mais sa fille, tout comme la musique, va continuer d'exister et de s'exprimer sans elle.  67  Conclusion as a woman & a poet / i've decided to wear my ovaries on my sleeve / raise my poems on milk / & count my days by the flow of my mensis / the men who were poets were aghast / they fled the scene in fear of becoming unclean... and she waz left with an arena of her own... where music & mensis/ are considered very personal/ & language a tool for exploring space. -Ntozake Shange  72  A la fois romanciere et essayiste, Nancy Huston est une femme fort engagee dans les problemes contemporains. En tant qu'ecrivaine avec deux enfants, elle a integre dans ses textes les tiraillements relies a sa propre lutte pour se definir en tant que mere et artiste, simultanement plutot que separement ou de facon alternee. C'est dans son Journal de la creation (1990) que Huston demontre le plus clairement que la femme est capable de creer en procreant. Dans ce journal, tenu pendant sa propre grossesse jusqu'a la naissance de son enfant, des aspects de sa propre experience sont intercales avec l'etude de plusieurs couples d'ecrivains (Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, F. Scott et Zelda Fitzgerald, Virginia et Leonard Woolf entre autres) et leurs tentatives « to come to terms with the physical and metaphysical intersections between creation and procreation in their lives and in their work » .  73  Dans ce travail (auto)biographique,  Huston se donne pour but de reflechir aux liens possibles et impossibles entre la creation  Ntozake Shange est une poete, dramaturge et romanciere americaine. Patrice J. Proulx. (2001) op. cit.: 289.  68  et la procreation, entre 1'esprit et le corps, par rapport a la parente (etre parent, etre parents) et a la genea/ logie (la genese et la parole).  U n des plus grands problemes pour Huston, c'est la conception traditiorinelle et arbitraire evoquee au debut de cette etude, qui accorde aux hommes 1'esprit et aux femmes le corps. Le Journal de la creation illustre son desir de trouver un modele autre, ou il n'existe ni separation ni barriere entre l'esprit et le corps. Tout comme la theoricienne feministe Linda Alcoff, Huston cherche a reconfigurer « the role of bodily experience in the development of knowledge » (17).  74  Pour cette auteure l'enjeu est  considerable, car suite a une maladie neurologique qui l'a aneantie pendant plusieurs mois et a une paralysie physique (dont elle parle dans Lettres parisiennes), elle cherche a comprendre « the conflicted nature of her own relation to her physical and spiritual selves » (Proulx 291).  En observant la vie de ces plusieurs couples d'ecrivains qui trouvaient impossible de reconcilier esprit et corps, Huston a constate que beaucoup de femmes ecrivains ont ainsi manifeste une revulsion vigoureuse devant leur corps. Bien avant la constation de Beauvoir, qui croyait qu'il fallait choisir : « le livre ou l'enfant », Virginia Woolf ou Elizabeth Barrett ont exprime a travers divers symptomes - anorexie, frigidite - une peur panique du corps. Huston explique ainsi leur dilemme : « Virginia et Elizabeth renoncent au corps. [...] Le corps est terrifiant. II meurt. Les mots ne meurentpas. » (107). Ces  74  Cite dans Patrice J. Proulx. (2001) op. cit.: 290.  69  femmes ont desavoue leur chair feminine et potentiellement maternelle de toutes leurs forces, comme si c'etait le seul moyen de pouvoir s'appliquer aux travail artistique « viril », tel que l'ecriture. Pour Huston, la mission des ecrivaines est moins d'inciter les femmes a « creer/ ecrire avec leurs corps » que de leur apprendre a estimer, a valoriser et a celebrer la plenitude du corps feminin/ maternel ecrivant.  Elle observe ce qu'elle appelle « le refus de l'enfantement » chez plusieurs femmes-artistes et ecrivaines, a la suite de de Beauvoir. Celles-ci ont decide de nier leur capacite procreatrice pour pouvoir mieux se concentrer sur leur cote intellectuel puisqu'a leur avis il n'etait pas possible de reconcilier le devoir maternel et l'engagement artistique. Huston propose que tel est le cas de Virginia Woolf : II n'y a probablement jamais eu de tentative de couple aussi pure, aussi extreme que celle des Woolf [...] pour effectuer la reconversion du corps vers 1'esprit. U n homme et une femme, deux ecrivains doues et cultives, qui ont vecu ensemble dans la chastete totale pendant pres de trente ans. (108). 75  Dans son Journal, Huston renverse d'une maniere subversive le dilemme beauvoirien, « le livre ou l'enfant » : « L'editeur dit que mon roman est viable ; il accepte de le mettre au monde, tout en me felicitant 'en premier lieu pour l'autre... ceuvre en gestation' - l a aussi, les vieilles metaphores sortent toutes seules de la plume. »(327). Elle reconnait la resonance metaphorique de cette logique, en meme temps qu'elle sape les implications de  On peut evidemment proposer d'autres raisons: une orientation homosexuelle, l'experience d'un abus sexuel au cours de son enfance, etc.  75  70  ce choix categorique. A la difference de cette pensee binaire rigide, selon laquelle il n'est  pas possible d'etre mere et artiste, Huston propose une autre perspective : Mais quel soulagement! c'est toi [son enfant pas encore ne], ce sont les pas que tu m'as aidee a faire dans ces pages-ci, jour apres jour, mois apres mois, qui m'ont donne la force de retourner a ce manuscrit (328) En examinant sa propre experience, elle explique que l'enfantement peut etre une source d'inspiration qui offre de nouvelles optiques sur son entreprise artistique.  L'auteure « moderne » qui a des enfants a quand meme des difficultes a surmonter, comme Huston l'avoue dans son essai « Le dilemrne de la romanciere » (1995). Si l'ecriture est reconnue comme difficilement compatible avec la procreation, ce n'est pas seulement une question de logique, mais aussi pour des raisons ethiques. L'ecrivaine se demande : « l'ecriture des romans n'est-elle pas incompatible avec la maternite, dans la mesure ou ces deux activites requierent des attitudes ethiques pour 76  ainsi dire opposees ? ».  L a vision de l'ecrivain est beaucoup plus sinistre que celle  d'une mere, car il « doit pouvoir aller jusqu'au bout de sa folie. II ne doit surtout pas etre 77  "moral". ».  La mere, par contre, a une conception plus « morale » : « Les meres ont  tendance a vouloir que tout soit beau pour leurs enfants. Elles s'efforcent, plus ou moins Nancy Huston. « Le dilemrne de la romanciere » Desirs et Realties : Textes choisis 1978-1994. Paris : Lemeac (1995): 114. Nancy Huston. « Une aventure imprevisible et passionnante » L 'avenir des femmes : Du « Deuxieme Sexe » de Simone de Beauvoir a la parite (Le Monde supplement). (Jeudi 22 avril 1999) : 5. 76  77  71  d'adopter une vision optimiste afm de les proteger, les reconforter, leur insuffler de l'espoir. » .  78  La mere doit etre attentive a autrui en etablissant et entretenant des liens  affectifs, tandis que la romanciere doit etre individualiste puisque son metier demande un certain detachement. Comment reconcilier ces deux ethiques differentes ? Pour Huston, la solution au dilemme se trouve dans la (post)modernite qui demolit les roles traditionnels maternel et paternel, brouillant l'opposition sexuelle : Inventer et ficeler des histoires, vivre et imaginer des aventures; assumer et courir des risques; bafouer et tourner en derision les moralites orthodoxes: toutes ces specialites traditionnellement masculines deviennent accessibles aux femmes, a mesure qu'elles insistent pour regarder en face la vie et la mort; a mesure, aussi, que les peres apprennent a "materner" et que les meres n'ont plus a incarner, seules, l'ethique pour leurs enfants. 79  Cependant, il n'est pas stir que cela soit assez pour permettre a la femme d'atteindre un statut de creatrice. N i Lin ni Nadia, dans les textes etudies, ne reussit a combiner les deux roles.  C'est plutot dans ses ecrits personnels et autobiographiques que Huston proclame sa conviction que les femmes doivent composer un rapport entre le corps maternel et art, pour pouvoir vivre une existence epanouie et pour creer des ceuvres d'inspiration feminine. Elle refuse carrement la division entre corps et esprit : « Toujours est-il que je me sens apaisee, guerie a force d'avoir pleinement eprouve le caractere humain d'une grossesse humaine : elle m'a restitue mon corps, qui est un corps humain, c 'est-a-dire  Nancy Huston. « Le dilemme de la romanciere » ibid. : 115. Nancy Huston. « Le dilemme de la romanciere » ibid. : 132.  72  pensant. ».  Selon Huston, l'enfantement a fait d'elle « unmeilleur ecrivain », en lui 8  apprenant une nouvelle facon de reagir au monde.  1  *  Elle explique :  mes enfants me donnent des forces inoui'es. Avec eux, je ne perds pas mon temps, j 'en gagne! lis m'apprennent l'emerveillement face au reel, a la mortalite, m'inscrivent dans un cycle, dans une relation aux autres, ascendants et descendants. L'auteure souligne que pour elle, dans sa vie personnelle, la maternite est compatible avec la creation artistique. Elle illustre la these de Susan Friedman, selon qui la (pro)creativite «tend[s] to defy those divisions [corps/ esprit] and reconstitute woman's fragmented self into a (pro)creative whole while uniting work and flesh, body and mind » .  83  Son engagement dans le mouvement feministe, aussi bien que de ses experiences personnelles, ont encourage Nancy Huston a explorer la figure maternelle dans plusieurs de ses romans. Notre lecture des trois romans abordes ici montre 1'importance accordee au personnage de la mere et a son rapport a la creation artistique, ce qui distingue cette auteure de ses contemporain(e)s. Dans ses textes, fictifs et autres, Huston invite ses lecteurs, et surtout ses lectrices, a un dialogue provocateur sur les rapports complexes entre corps et esprit, entre la femme-artiste et sa creation. L a femme qui veut  Nancy Huston. Le Journal de la creation. Ibid. : 323. C'est moi qui souligne. Nancy Huston. « Une aventure imprevisible et passionnante » ibid. : 6. L'emploi du masculin reflete probablement le fait qu'elle vit en France plutot qu'au Quebec, plutot qu'une reaffirmation de toute ecriture comme masculine. Nancy Huston. « Une aventure imprevisible et passionnante »ibid. : 6. Susan Stanford Friedman, op. cit. : 75 (cite dans Proulx 293). 81  82 83  73  vivre la creation et la procreation, non seulement comme metaphore mais comme double vocation feminine, releve un defi de taille. Dans ces romans en particulier, 1'artiste qui choisit la maternite se trouve dans une situation interessante et problematique, puisqu'elle vise l'immortalite (le prolongement au-dela de sa propre vie) par la chair/ la matiere et par l'esprit/ l'imagination, dans les deux domaines : l'enfant et l'art.  Les theoriciennes de l'ecriture feminine, comme Cixous, ont souvent ete accusees d'un essentialisme dangereux en evoquant des images reliees a la maternite comme caracteristiques d'une ecriture feminine. L'originalite de Huston est d'exploiter ces 84  images en tant que metaphores, tout en abordant la realite qu'elles represented dans la vie de la femme-artiste, qu'elle choisisse d'etre mere ou refuse cet aspect de sa feminite.  A la difference de Nadia (Instruments des tenebres) qui refuse 1'aspect procreateur de son corps, les personnages principaux de Prodige et de La Virevolte, Lara et Lin, sont meres de leur propre desir. Toutes ces femmes vivent un rapport difficile avec la maternite : l'engendrement represente souvent une epreuve a surmonter. II est a la fois ce qui permet aux personnages de se voir autrement, mais aussi ce qui empeche un epanouissement total de leur etre en tant qu'artiste. Pour Lin, la procreation est source d'inspiration pour ses danses qui empruntent regulierement a son experience maternelle. Pour Lara pourtant, la maternite ne fait qu'etouffer son talent, car c'est par l'aptitude de sa fille qu'elle decouvre ses limites musicales. Quant a Nadia, c'est en fouillant dans les  84  Voir a ce sujet: Domna C. Stanton. « Defence on Trial: A Critique of the Maternal Metaphor in Cixous,  Irigaray, and Kristeva » The Thinking Muse: Feminism and Modern French Philosphy. Ed. Jeffher Allen  et Iris Marion Young. Bloomington: Indiana UP (1989): 156-179.  74  tenebres du ventre maternel -celui de sa mere, de Barbe, le sien- qu'elle va pouvoir se delivrer de sa propre histoire douloureuse et renaitre a la lumiere, en tant que Nadia, ayant retrouve son « je / I » . L a femme qui devient mere, comme celle qui refuse de l'etre, se culpabilise a cause de son choix. Mais i l faut depasser ce stade, selon Huston comme elle l'a fait dans sa vie.  II semble pourtant exister un conflit entre les opinions exprimees dans ses ecrits personnels/ ses essais, qui valorisent et expriment la possibilite de la (pro)creativite, et le message implicite de ces trois romans. Cette incoherence, est-elle due au fait que Huston vacille entre les roles de mere et d'ecrivaine? Elle nous signale que : « Pour ecrire, i l me faut oublier que je suis mere. [...] Meme si je tire des images, des emotions de mes experiences maternelles, je n'ecris pas en tant que mere. Sinon, dans mes romans, le monde serait raisonnable, i l ferait bon y vivre. ».  85  Pour elle, l'ecrivaine doit deranger,  tandis que la mere doit rassurer. Apparemment, l'ecriture de ces romans qui annoncent l'impossibilite de combiner les deux roles lui a permis, en realite, d'accomplir cette tache difficile.  Nancy Huston. « Une aventure imprevisible et passionnante » ibid. : 6.  75  Appendice  76  Vozuvre de Nancy Huston Romans Les Variations Goldberg - Seuil, 1981. Histoire d'Omaya - Seuil, 1985. Trois fois septembre - Seuil, 1989. Cantique des plaines - Actes Sud Lemeac, 1993. La Virevolte - Actes Sud Lemeac, 1994. Instruments des tenebres - Actes Sud, 1996. L 'Empreinte de I'ange - Actes Sud, 1998. Prodige: polyphonie - Actes Sud, 1999. Dolce agonia - Actes Sud, 2001.  Essais Jouer au papa et d I'amant - Ramsay, 1979. Dire et interdire: elements de jurologie - Payot, 1980. Mosdique de la pornographie - Denoel, 1982. Journal de la creation - Seuil, 1990. Tombeau de Romain Gary - Actes Sud, 1995. Pour un patriotisme de I'ambiguite - Fides, 1995. Desirs et realites : textes choisis, 1978-1994 - Actes Sud Lemeac, 1997. Nord Perdu, suivi de Douze France - Actes Sud Lemeac, 1999. Limbes, - Actes Sud, 2000.  Correspondance A l'amour comme d la guerre - Seuil, 1984. Lettresparisiennes - Barrault, 1986 (avec Leila Sebbar).  Pour la jeunesse Vera veut la verite - Ecole des Loisirs, 1992. Dora demande des details - Ecole des Loisirs, 1993. Les Souliers d'or - Gallimard-Jeunesse, 1998.  Disques Peregrinations Goldberg - C D Actes Sud/Nai've, 2000.  Participations diverses Une enfance d'ailleurs - Belfond, 1993. Preface a I'Evangile selon Saint Matthieu - Le Serpent a Plumes / Mille et une nuits, 2000. Visages de Vaube - Actes Sud, 2001.  Traductions Goran Tunstrom : Un prosateur a Newyork - Actes Sud, 2000. Jane Lazarre: Splendeur (et miseres) de la maternite - l'Aube, 2001.  BIBLIOGRAPHIE  Sources primaires Huston, Nancy. Journal de la Creation. Paris : Seuil, 1990. —. La Virevolte. Paris : Actes Sud, 1994. —.. « Le dilemme de la romanciere » Desirs et Realites : Textes choisis 1978-1994.  Paris : Lemeac, 1995. —. Instruments des tenebres. Paris : Actes Sud, 1996. —. Prodige. Paris : Actes Sud, 1999.  Sources secondaires Travaux sur Huston  Bei'que, Marie. « Compte rendu de La Virevolte par Nancy Huston » Recherches feministes 9, (1996): 161-162. Frey, Pascale. « Les demons de Nadia » Lire. Octobre 1996. <http://www.lire.fr/imprimer.asp?idC=31855>. Girard-Daudon, Alain et Stephane Bernard. « Ce que dit Nancy [entrevue avec Nancy Huston] » Initiales. <htrp://ww.initiales.org/cgi-bin/carte.pl?CHAP=004&RUBR=010/>. Girard-Daumon, Alain. « Pas de biographie » Lire. Octobre 1996. <http://www.initiales.org/chap004/>. Huston, Nancy. « L a Dedicace de l'auteure (Prodige) » Alapage. le 30 juin 1999. <http ://alapage.com/mx/?id=219661016010442&donnee_appel=AL A P AGE&tp= F&type=l&Msbn=2742722688&devise=&fulltext=huston%2C+nancy&sv=X_L >. —. Entretiens. Radio Canada, 1995/6. —. « Festin Fragiles » Liberie, (decembre 1994): 7-15.  79  Larochelle, Corinne. Corinne Larochelle presente Cantique des plaines de Nancy Huston. Montreal: Lemeac, 2001. Proulx, Patrice J. « Compte rendu de Prodige » French Review. 74 (decembre 2000): 399-400. —. « Giving Voice to the Body : (Pro)creation in the Texts of Nancy Huston » Doing Gender : Franco-Canadian Women Writers of the 1990s. Ed. Paula Ruth Gilbert et Roseanna L. Dufault. Madison : Farleigh Dickinson U P (2001) : 288-305. Raoul, Valerie. « L'autre langue fecondatrice : "l'etrangeite " en soi dans Instruments des tenebres de Nancy Huston et Possessions de Julia Kristeva » Femmes francophones sans frontieres. Ed. Lucie Lequin. Paris: L ' Harmattan, 2002 (publication a paraitre). Roy, Monique. « Celle par qui le scandale arrive » (Compte rendu de Instruments des tenebres) Chatelaine septembre (1996): 20-21. Societe Radio-Canada « La Constance de la fugue ». Radio-Document : Montreal, 1996  Theorie feministe Albright, Ann Cooper. « Incalculable Choregraphies : The Dance Practice of Marie Chouinard » dans Bodies of the Text: Dance as Theory, Literature as Dance. Ed. Ellen W. Goellner et Jacqueline Shea Murphy. New Jersey : Rutgers U P(1995): 157-181. Alcoff, Linda Martin. « Feminist Theory and Social Science : New Knowledges, New Epistomologies » dans Bodyspace : Destabilizing Geographies of Gender and Sexuality. Ed. Nancy Duncan. New York : Routledge (1996): 13-27. Beauvoir, Simone de. Le Deuxieme Sexe I: les faits et les mythes. Paris : Gallimard, 1949. Cixous, Helene. « Le Rire de la Meduse » L 'Arc 6 (1987): 39-54. Cranny-Francis, Anne. The Body in the Text. Victoria : Melbourne UP, 1995. Dempster, Elizabeth. « Women Writing the Body : Let's Watch a Little How She Dances » Grafts : Feminist Cultural Criticism. Ed. Susan Sheridan. New York : Verso (1988): 5-54. Deutsch, Helen. The Psychology of Women. New York : Bantam, 1973.  80  Jones, Ann Rosalind. « Writing the Body : Toward an Understanding of L 'Ecriture feminine » Feminist Studies 7 (1981) : 247-263. Lloyd, Genevieve. The Man of Reason : 'Male' and Female' in Western Philosophy. Minneapolis : U of Minneapolis P, 1984.  La maternite Bird, Delys. « Women-as-Artist/ Woman-as-Mother : Traversing the Dichotomies » Australian and New Zealand Studies in Canada. (June 7, 1992): 10-19. Chodorow, Nancy. The Reproduction of Mothering : Psychoanalysis and the Sociology of the Gender. Berkley : U of Califoria P, 1978. Friedman, Susan Stanford. « Creativity and the Childbirth Metaphor : Gender and Difference in Literary Discourse » Feminist Studies 13 (1987): 49-82. Herman, Nina. Too Long a Child : The Mother-Daughter Dyad. London : Free Association Books, 1989. Irigaray, Luce. Le Corps-a-corps avec la mere. Ottawa : Les Editions de la Pleine Lune (1981). Jardine, Alice. « Death Sentences : Writing Couples and Ideology » dans The Female Body in Western Culture : Contemporary Perspectives. Ed. Susan Rubin Suleiman. Cambridge : Harvard UP (1986): 84-96. Jong, Erica. « Creativity vs. Generativity : The Unexamined Lie » The New Republic 180(13 Jan. 1979): 27-30. Kniebiehler, Yvonne. La Revolution maternelle : Femmes, maternite, citoyennete depuis 1945. Paris: LibrairieAcademiquePerrin, 1997. Lemoine-Luccioni, Eugenie. Partage des femmes. Paris: Editions du Seuil, 1976. Maglin, Nan Bauer. « Don't never forget the bridge that you crossed over on : The Literature of Matrilineage » dans The Lost Tradition; Mothers and Daughters in Literature. Ed. Cathy N . Davidson and E . M . Broner. New York : Ungar (1980): 257-267. Nice, Vivien E.. Mothers and Daughters : The Distortion of a Relationship. London : Macmillan, 1992.  81  Parker, Rozsika. Torn in Two : The Experience of Maternal Ambivalence. London Virago P, 1995.  Rabuzzi, Kathryn Allen. Motherself: A Mythic Analysis of Motherhood. Indianapolis Indiana UP, 1988.  Raoul, Valerie. Distinctly Narcissistic : Diary Fiction in Quebec. Toronto : U of Toronto P, 1993. Rich, Adrienne. Of Woman Born : Motherhood as Experience and Institution. New York : W.W. Norton & Company, 1976. Suleiman, Susan Rubin. « Motherhood and Writing » dans The (M)other Tongue : Essays in Feminist Psychoanalytic Interpretation. Ed. Shirley Nelson Garner, Claire Kahane, Madelon Sprengnether. Ithica : Cornell U P (1985): 352-77. Zucker, Alyssa N . . « The Psychological Impact of Reproductive Difficulties on Women's Lives » Sex Roles 40(1991): 767-786.  General Platon. Collected Dialogues. Ed. Edith Hamilton and Huntington Cairns. Princeton : Princeton UP, 1961.  

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0090189/manifest

Comment

Related Items