Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

L’utilité d’un vérificateur de grammaire comme outil pédagogique : l’exemple de LINGER (Language INdependent.. Hanson, Ruth Mary 2009-7-30

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
831-ubc_2001-0209.pdf [ 5.8MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0090047.json
JSON-LD: 831-1.0090047-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0090047-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0090047-rdf.json
Turtle: 831-1.0090047-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0090047-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0090047-source.json
Full Text
831-1.0090047-fulltext.txt
Citation
831-1.0090047.ris

Full Text

L'utilite d'un verificateur de grarnmaire comme outil pedagogique: l'exemple de LINGER (Language INdependent Grammar Reporter) by RUTH MARY HANSON B.A. (Hons), The University of British Columbia, 1997 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (Department of French, Hispanic & Italian Studies) We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA April 2001 © Ruth Mary Hanson, 2001 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department The University of British Columbia Vancouver, Canada DE-6 (2/88) Abrege Sachant que l'idee de se servir d'un verificateur de grammaire comme outil pedagogique dans le domaine de renseignement des langues secondes constitue un sujet de debat continu, nous abordons une etude d'un verificateur de grarnmaire, LINGER (Language Independent Grammatical Error Reporter), concu pour les apprenants de francais, d'espagnol et d'allemand et realise a l'Universite d'Exeter, les resultats de laquelle nous permettent de formuler des generalisations qui aident a comprendre si en theorie un verificateur de grammaire est un outil pedagogique utile ou pas. En plus, nous recommandons ce qu'il faudrait inclure dans le verificateur de grammaire ideal pour les apprenants. Afin de fournir une idee de ce dont la technologie actuelle est capable dans le domaine de la correction automatique/assistee des langues et d'etablir les merites et les problemes de l'usage d'un verificateur de grammaire comme outil pedagogique, nous presentons une etude faite sur les verificateurs de grarnmaire commerciaux, Antidote '98 et Le Correcteur 101 -Version 3.5 Professionnel. Ensuite, pour pouvoir evaluer LINGER et faire des suggestions au sujet de 1' architecture d'un systeme ideal, nous expliquons en detail les trois parties de LINGER (la grammaire, le dictionnaire et la coquille) et comment se fait l'analyse syntaxique. Avant de regarder de pres les corrections de LINGER, nous explorons une definition theorique de la correction ainsi que la facon dont Ton apprend des langues secondes. La production ecrite d'un groupe d'etudiants qui sont au niveau de la premiere annee en francais fournit les donnees avec lesquelles nous evaluons LINGER et nous nous servons d'un des verificateurs de grammaire commerciaux avec ces memes donnees afin d'evaluer les criteres de performance technique requis pour l'usage d'un tel logiciel par des apprenants. A la lumiere de tout ce que nous soulevons, nous concluons que LINGER n'est pas ni serait jamais un outil pedagogique dont des apprenants puissent se servir mais qu'en general un verificateur de grarnmaire seraient un outil pedagogique utile pourvu qu'il soit concu pour des apprenants de la meme langue maternelle; qu'il incluse des explications grarnmaticales pour chaque correction qui aident l'apprenant a mieux comprendre la regie de grammaire en question; que son analyse soit juste avec un niinimum de correction fautive, de manques d identification de fautes et d'identification fautive de la source des fautes et qu'il fournisse une correction assistee, plutot qu'une correction automatique. TABLE DES MATIERES Abrege .H Table des matieres V1 iv Liste des figures Remerciements v Introduction 1 Chapitre 1 : Un apercu de la technologie actuelle 4 Chapitre 2 : LINGER 12 LE DICTIONNAIRE 3 Les categories grarnmaticales 1Les mots 4 Les terminals ons 6 LACOQUILLE 19 La pre-analyseLA GRAMMAIRE 28 La syntaxe forteLa syntaxe faible 30 Chapitre 3: La correction theorique et appliquee 52 VERS UNE DEFINITION THEORIQUE DE LA CORRECTION 5La definition d'une faute 5Les criteres d'une faute 3 L'origine des fautes 5 La correction 8 EVALUATION DE LINGER 61 La description du corpusL'analyse des corrections de LINGER 63 ANTIDOTE 2000: EVALUATION DE LA TECHNOLOGIE ACTUELLE 67 Les conclusions et les recommandations 71 Appendice A 76 LE DICTIONNAIRE DE LINGERAppendice B 84 LA SYNTAXE FORTE DE LINGER 8Appendice C 8 LA SYNTAXE FABLE ORGANISEE PAR CATEGORDS GRAMMATICALE 8Appendice D 93 LA CATEGORISATION DES FAUTES DE L'ECHANTILLON DE PRODUCTION ECRITE DES APPRENANTSLes fautes stylistiques 9Les fautes semantiques 3 Les fautes morpho-syntaxiques 5 Appendice E 102 LE RENDEMENT DE LINGER 10Appendice F 129 LA PERFORMANCE D'ANTIDOTE 2000 12Bibliographic 133 iii Liste des figures Figure 1.1: La categorisation des fautes 5 Figure 1.2: La distribution de la correction effectuee par Le Correcteur 101 5 Figure 1.3: Comparaison entre Antidote et le Correcteur 8 Figure 1.4: Usage du vocabulaire 9 Figure 2.1 : L'interpretation de la structure generale des faits en info/4 14 Figure 2.2 : Un fait info/4 applique aux noms 1Figure 2.3: L'interpretation de la structure generale des faits en word/5 15 Figure 2.4: Deux exemples possibles du fait word/5 1Figure 2.5: Les deux structures generates du fait endingJype/3 16 Figure 2.6: Deux exemples du fait endingJype/3 7 Figure 2.7: La structure du fait actual_endings/2 et un exemple detaille 18 Figure 2.8: Le gpend 1Figure 2.9: Exemples de l'organisation des informations granimaticales de la DCG 28 Figure 2.10: Exemple d'une regie DCG et son interpretation 29 Figure 2.11: Exemple d'une verification de la syntaxe faible 30 Figure 2.12: Le modele des verifications 3iv Remerciements J'aimerais remercier Mary et John pour toujours s'interesser a tout ce que je fais et Graham pour avoir ecoute les mises a jovir quotidiennes de mon progres (meme si ses oreilles ne fonctionnaient qu'a 75%!). Je voudrais remercier aussi chacun des membres de mon comite: Chantal Phan pour avoir assure que mon francais etait au point; Trade Heift de Simon Fraser University pour avoir accepte d'etre examinatrice externe et surtout mon directeur de memoire, Bill Winder, pour avoir ete toujours disponible et pret a m'encourager. Introduction Le mariage de l'intelligence artificielle et de la linguistique a inspire, parmi d'autres applications, des verificateurs de grarnmaire qui sont censes analyser un texte ecrit, en montrer les fautes morpho-syntaxiques et suggerer des reponses qui sont « bien construites » grarnmaticalement. Depuis a peu pres dix ans, l'idee de se servir d'un verificateur de grammaire comme outil pedagogique dans le domaine de l'enseignement des langues secondes constitue un sujet de debat continu. Malgre les controverses, on a realise peu d'etudes qui evaluent la peiforfnance d'un verificateur de grammaire prototype dans un contexte pedagogique et la plupart de celles qui ont ete realisees « [...]semble remettre en question l'usage des verificateurs de grammaire[...] » (Bolt, 26) dans l'enseignement des langues secondes. Done, nous proposons une etude d'un verificateur de grammaire, LINGER (Language Independent Grammatical Error Reporter), concu pour les apprenants de francais, d'espagnol et d'allemand et realise a l'Universite d'Exeter. Puisque les verificateurs de grammaire fonctionnent tous selon les memes criteres de base (e'est-a-dire que chacun realise une analyse syntaxique des phrases a partir d'une grammaire et d'un dictionnaire) et qu'ils partagent des limites semblables (par exemple, la correction fautive ou bien le manque de correction), nous maintenons que les resultats de notre etude d'un seul verificateur de grammaire nous permettront de formuler des generalisations qui aideront a comprendre si en theorie un verificateur de grammaire est un outil pedagogique utile ou pas. En phis, nous pourrons recommander ce qu'il faudrait inclure dans le verificateur de grammaire ideal pour les apprenants. A cette fin, nous commencerons par presenter une etude faite sur les verificateurs de grammaire commerciaux, Antidote '98 et Le Correcteur 101 - Version 3.5 Professionnel, ce 1 qui fournira une idee de ce dont la technologie actuelle est capable dans le domaine de la correction automatique/assistee des langues et aidera a etablir les merites et les problemes de l'usage d'un verificateur de grammaire comme outil pedagogique. Ensuite, afin de pouvoir evaluer LINGER et faire des suggestions au sujet de 1'architecture d'un systeme ideal, nous expliquerons en detail les trois parties de LINGER (la grammaire, le dictionnaire et la coquille) et comment se fait 1'analyse syntaxique. Avant de regarder de pres les corrections de LINGER, nous explorerons une definition theorique de la correction ainsi que la facon dont Ton apprend des langues secondes. La production ecrite d'un groupe d'etudiants qui sont au niveau de la premiere annee en francais fournira les donnees avec lesquelles nous pourrons evaluer LINGER et nous nous servirons d'un des verificateurs de grammaire commerciaux avec ces memes donnees afin d'evaluer les criteres de performance technique requis pour l'usage d'un tel logiciel par des apprenants. Nous prdcisons des le depart que la correction ni semantique ni anaphorique ne sera traitee, car la technologie actuelle est limitee a 1'analyse morpho-syntaxique. Nous pouvons imaginer toutes sortes de questions liees aux imphcations de se servir d'un verificateur de grarnmaire comme outil pedagogique: Comment integrer le verificateur de grammaire dans le cours ? Est-ce qu'il ne devrait etre disponible que dans des conditions restreintes pour des devoirs precis ou est-ce que les apprenants devraient avoir le droit de mettre un exemplaire du logiciel sur leur ordinateur a la maison et s'en servir comme ils veulent ? Quand est-ce que les apprenants devraient commencer a se servir d'un verificateur de grammaire ? Est-ce que le verificateur de grammaire devrait servir comme outil qui enseigne la grammaire ou qui la renforce ? Aucune de ces questions ne sera traitee ici parce qu'elles presupposent une reponse affirmative a l'hypothese que nous essayons de confirmer ici. 2 Nous envisageons egalement des questions au sujet de Ja programmation optimum d'un verificateur de grammaire con$u pour des apprenants: Comment programmer le verificateur de grammaire selon les besoins des etudiants ? Est-ce qu'il y a un mo yen de tenir compte des niveaux des fautes, par exemple, une faute de genre comparee a une faute d'accord ? Est-ce qu'il est possible de suivre le progres de l'apprenant d'une seance a l'autre, modulant les explications grammaticales automatiquement au besoin ? Est-ce que le logiciel peut categoriser et faire l'addition des fautes d'une seance et puis nommer les structures grammaticales que l'apprenant a besoin de reviser ? Comment est-ce que le verificateur de grammaire devrait corriger la production ecrite de l'apprenant, en fournissant la bonne reponse avec une explication des fautes ou en referant l'apprenant au chapitre pertinent d'un livre de grammaire ? Alors qu'elles sont toutes des questions tres interessantes, il y en a trop a traiter ici. Done, nous limiterons nos commentaires a propos de la programmation du verificateur de grammaire ideal aux traits deja incorpores dans LINGER, Antidote et Le Correcteur 101. 3 Chapitre 1 : Un apercu de la technologie actuelle La premiere version du Correcteur 101 est apparue sur le marche en 1991 et Machina Sapiens continue a tirer profit des avancements technologiques pour perfectionner son verificateur de grarnmaire. Depuis sa conception, Le Correcteur 101 est devenue le standard auquel toute la competition a ete mesuree et aucun logiciel n'a rivalise avec lui jusqu'a l'arrivee & Antidote en 1996. Puisque la grammaire des apprenants de francais comme langue seconde exige beaucoup de correction et que Le Correcteur 101 et Antidote font exactement cela, est-ce qu'un apprenant pourrait se servir d'un verificateur de grammaire pour ameliorer son francais? Cette question a motive deux etudes, dont le but etait d'etablir si, en effet, les verificateurs de grammaire concus pour des francophones arrivaient a gerer des textes ecrits par des apprenants de francais. Dans les deux etudes critiques que nous allons aborder, Jack Burston a evalu6 Antidote '98 et Eugene Mogilevsky Le Correcteur 101 - Version 3.5 Professionnel. Prenons, d'abord, Le Correcteur 101. Au debut de F etude, Mogilevski nous rappelle que «[...] no grammar checker is capable of semantic analysis [...] »(Mogilveski, 3). Pour cette raison-ci, il a exclu toutes les fautes liees a l'usage du vocabulaire, des determinants, de "Ce/Il", des pronoms, des temps verbaux, des adverbes, des prepositions et des conjunctions. Les fautes qui restent sont resumees dans la Figure 1.1. 4 Error Categories & Examples Error Class Error Type JExamples Noun Grouo noun gender \un universite noun number JLes politiques m'interesse Adjectives: gender agreement |Une joli fille number agreement jLes gens presse form jUne histoire oublier Verbal group: conjugation Jj'ai deve j mood jll voulait que je venais subject agreement/ person |Nous connaissez subject agreement/ number pis arrive negation JJe veux jamais pas y aller ! Orthography: accent Jecrire character jraissonable j approximation Jparticulia/'re elision jquejl Figure 1.1: La categorisation des fautes (Mogilevski. 3) La Figure 1.2 resume la performance du Correcteur 1011 ou la premiere colonne indique le nombre total de fautes dans le corpus corrigees par Mogilevski selon la classification de la Figure 1.1. Une cinquantaine de compositions 6crites par des etudiants de deuxieme annee dans des conditions d'examen constitue le corpus. Corrected Errors N/Err Corrected Flagged9 Total Misidentified4 Undetected False^ 1262 74% 17% 91% 7% 2% 49 Figure 1.2: La distribution de la correction effectuee par Le Correcteur 101 1 L'etude de Mogilevski compare deux versions du Correcteur 101. Nous ne nous interessons qu'a la version 3.5, la plus recente, alors nous n'avons cite que les resultats des tests faits sur elle. (Mogilveski, 4) 2 "Corrected errors included mistakes that were either replaced by correct forms or identified in such a way to make correction stmghtforward (e.g. clicking on the dictionary to find an umecognizable word, making subject/verb agreement in accordance with the grammatical analysis given)." (Mogilveski, 4) 3 "Flagged errors were those which, though marked, required the user to independendy decide what corrective action to take." (Mogilveski, 4) 4 "Misidentified errors were those in which the source of the mistake was wrongly attributed. Since these were misleading, they were not counted as successful detections." (Mogilveski, 4) 5 Les statistiques sont impressionnantes; le logiciel est arrive a corriger 91% des fautes. En plus, quand on clique sur l'icone correspondante, Le Correcteur 101 fournit des explications grammaticales ainsi que de la verification lexicale, qui corrige les fautes orthographiques et typographiques, un dictionnaire, qui definit un mot selectionne et donne quelques-unes de ses caracteristiques grammaticales, et un dictionnaire synonymique, qui aiderait l'apprenant a elargir son vocabulaire. Malgre la correction efficace et les outils supplementaires, Mogilevski souligne qu'il ne serait pas prudent de se servir du Correcteur 101 comme outil pedagogique pour l'apprentissage du francais langue seconde. Un des problemes prioritaires est le manque de correction, ou au moins de detection, des structures qui sont grammaticalement possibles mais rarement appropriees, surtout dans le contexte de la production ecrite des apprenants. Mogilevsky donne comme exemple les expressions de quantite: [A]t present C3.5 does not detect deviations from the base forms "beaucoup de", "pas de", "peu de" and "combien de". Use of the definite article with these expressions, though grammatically possible [par exemple, J'aime beaucoup des sports joues au Canada.], is nearly always semantically inappropriate in student compositions [par exemple, *J'aime beaucoup des sports differents.] Because in some contexts "beaucoup des", etc. may be correct, it is of course important not to overcorrect by automatically treating these forms as errors. On the other hand, simply flagging them as possible problems would offer valuable information to students (7). II mentionne aussi l'usage des prepositions apres des verbes transitifs. En raison de l'interf6rence de 1'anglais, les apprenants ont tendance a ajouter des prepositions aux verbes comme regarder, payer et ecouter. Comme 1'exemple des expressions de quantite, le logiciel accepte ce genre de faute parce que dans certains contextes, la preposition est necessaire pour changer le sens du verbe; par exemple, // ne regarde pas a la depense. II a paye pour tout le 5 "False corrections were those which were wrongly diagnosed as errors." (Mogilveski, 4) 6 monde. J'aifait ecouter un disque a mon frere. Dans le cas de Fapprenant, il est probable qu'il ajoute la preposition ou elle est inappropriee semantiquement et, puisque le logiciel n'est pas sensible au sens des phrases, cette faute de base ne sera pas corrigee. La correction fautive pose un probleme serieux a l'usage du Correcteur 101 par des apprenants aussi. II est sur que pour eux la correction fautive remettrait en question la fiabilite du logiciel et causerait de la confiision et de la frustration. La deuxieme etude, faite par Jack Burston de Monash University, compare Le Correcteur au verificateur de grammaire concurrent: Antidote. Comme Le Correcteur 101, Antidote fournit des explications grammaticales et un dictionnaire ainsi qu'un conjugueur de 8000 verbes et un livre de grammaire qui traite plus de 250 themes, cree par Druide Informatique a la base du Bon Usage. En plus de verifier la grammaire, la publicite pretend qu'Antidote soit sensible aux homonymes, aux paronymes, aux anglicismes et aux regionalismes (Burston, 1). II suffit de cliquer sur l'icone appropriee afin de voir 1'explication d'une faute, d'accepter une correction et modifier le texte original, d'ajouter un mot inconnu au dictionnaire personnel, de voir 1'analyse syntaxique complete d'une phrase et de consulter le dictionnaire, le conjugueur de verbes ou le livre de grammaire. Burston s'est servi du meme corpus que celui de l'etude de Mogilevsky; c'est-a-dire la cinquantaine de compositions des etudiants en deuxieme annee. Nous combinons les resultats des deux etudes dans la Figure 1.3. 7 Student Compositions N/Err (Corrected jDetected fTotal False Corrected jMisidentified 1 Undetected 1 j 1 j Correcteur 1262 (74% |17% 191% 49 examples |7% 2% Antidote 1262 |77% |5% 82% 28 examples |ll% 7% 1 1 1 I Figure 1.3: Comparaison entre Antidote et le Correcteur (Burston. 9) Antidote ne reussit pas a detecter et a corriger autant de fautes que Le Correcteur (82% versus 91%) ni simplement a les detecter (5% chez Antidote versus 17%), mais il en corrige plus (77% compare a 74% chez Le Correcteur). II faut remarquer aussi qu''Antidote fait moins de corrections fautives (28 comparees a 49). Cependant, parmi les fautes qui n'etaient pas detectees du tout, Le Correcteur est plus performant (2% des fautes manquees versus 7% chez Antidote) ainsi que pour les cas ou le logiciel attribue la faute a la mauvaise source (7% versus 11% chez Antidote). Burston souligne que les fautes d'orthographe posent des problemes a Antidote, surtout: its misidentification of some fairly obvious spelling errors (e.g. premiere, videttes, emploies) and its failure to recognize spelling mistakes in sentence initial words, which in every case were incorrectly attributed to unknown proper nouns. II ajoute que: Also when operating in grammar correction mode, Antidote, unlike Le Correcteur, does not offer lexical alternatives to misspelled words. It either automatically makes a correction or informs the user that it doesn't recognize the word (9). II est clair que la mauvaise identification et le manque de reconnaissance des fautes d'orthographe et d'alternatives aux mots mal ecrits constituent des faiblesses serieuses qui, entraineraient chez l'apprenant de la frustration inutile et des ofthographes fautives. 8 Malgre ces problemes d'orthographe, Antidote se rachete a travers son avertissement de l'usage du vocabulaire. Dans cette etude, il a reconnu 236 fautes d'usage, dont les plus frequentes sont resumees dans la Figure I A: Vocabulary Usage actuellement/reellement tache/tache programme/emission anniversaire/fete peut-etre/peut etre immigrant/emigrant opportunite/occasion ces/ses original/originel nombre/chiffre anglais/Anglais apporter/amener/emmener francais/Francais Figure 1.4: Usage du vocabulaire fBurston, 10) Quand le logiciel nous avertit d'un probleme d'usage d'un mot, il fournit une courte definition du mot du texte et d'autres mots possibles. En lisant les definitions du mot qu'il a ecrit et les autres possibilites proposees par le logiciel, l'apprenant peut choisir le mot qui correspond au contexte. En plus, si la courte definition n'est pas suffisante, l'apprenant peut consulter le dictionnaire, en cliquant sur l'icone appropriee. Comme l'indique Burston, pour des apprenants le desavantage de cette fonction est qa'Antidote risque de proposer des alternatives qui ne sont pas tres interessantes a l'apprenant et qui pourraient troubler son orthographe, par exemple, anglais/anglet, jeune/jeune, matin/matin et ton/taon/thon (Burston, 10). Cependant, l'avantage est clair: ...used as a pedagogical device, lexical alerts can provide an interesting and contextually sensitive means of vocabulary acquisition (10). S'inspirant des conclusions de Eugene Mogilevski et de Jack Burston presentees ci-dessus, nous resumons les avantages et les desavantages de se servir d'un v6rificateur de grammaire comme outil pedagogique. La faiblesse fondamentale des veriflcateurs de grammaire, et de n'importe quelle application de traitement de langue automatique, est que la technologie actuelle n'est pas capable de faire 1'analyse semantique; c'est-a-dire que la correction est 9 limitee aux fautes morpho-syntaxiques. Pourtant, comme le signale Burston, «[n]otwitnstanding, as most French teachers are painfully aware, this [les fautes morpho-syntaxiques] is an area much in need of remediation in student essays. » (9). Etant donne la performance & Antidote et du Correcteur 101 au niveau de la detection et de la correction des fautes, il est clair qu'enfin il existe une technologie qui fonctionne extremement bien. En plus de corriger, nous avons vu que les verificateurs de grammaire fournissent d'autres outils, comme un dictionnaire, un dictionnaire synonymique, un conjugueur de verbes et un live de grammaire qui incluent toutes les informations dont un apprenant aurait jamais besoin et qui l'aiderait a perfectionner son orthographe et la conjugaison ainsi qu'a ameliorer le vocabulaire et la comprehension de la grammaire. Puisque tous ces outils se trouvent au prix d'un cUc et les informations qui apparaissent sont reliees directement a la phrase en question, l'apprenant peut resoudre ses difficultes tout de suite, sans passer de temps a feuilleter des hvres a la recherche d'une solution qui explique precisement sa faute particuliere, une recherche qu'il risque fort d'abandonner ou, dans certains cas, de ne meme pas entreprendre. Parmi les outils automatiques, les explications grammaticales aideraient l'apprenant a clarifier la grammaire, la verification lexicale ameliorerait son orthographe et lui ferait focaliser surtout sur les fautes d'orthographe repetees et les avertissements de l'usage du vocabulaire supprimeraient les anghcismes et raffineraient le sens et la justesse de l'usage des mots dans 1'esprit de l'apprenant. Les desavantages principaux des verificateurs de grarnmaire comme Antidote et Le Correcteur 101 sont triples: la correction fautive, le manque d'identification de fautes et 1'identification fautive de la source des fautes. Quoique ces trois faiblesses soient problematiques, elles se remarquent dans la correction de l'ecriture des apprenants 10 partiellement a cause du fait que Le Correcteur 101 et Antidote sont concus pour des francophones. Nous nous rappelons les exemples des expressions de quantite (beaucoup de(s), etc.) et des verbes transitifs (regarder (a), ecouter (a), payer (pour) ) soulignes par Mogilevsky qui montrent que les verificateurs de grammaire faits pour des francophones accepteront tout ce qui est grammaticalement possible et, done, ne reconnaitront pas les constructions inappropriees qui se voient dans les compositions des apprenants. Logiquement, ce genre de faute represents au moins une partie du pourcentage des fautes manquees, qui est deja tres bas, dont la correction pourrait etre amelioree, si le logiciel etait programme de facon a prevoir les fautes typiques des apprenants. Quant a 1'identification fautive de la source des fautes, Burston attribue cela aussi au fait que Le Correcteur 101 et Antidote sont concus pour des francophones: [TJn dealing with student compositions, grammar checkers are confronted with such a quantity of anomalies that it becomes difficult to determine the syntactic structure needed to correct even basic mistakes. Moreover, very often the nature of student errors defies all attempts at analysis. The following example illustrates the kind of sentences which are all too frequently encountered: II fallait que nous avons promis notre mere de ne pas se separer. Inevitably, such deviant forms produce incomplete analyses, and with only a partial result to go by, comprehensive and accurate error identification and remediation is simply not within the power of any native-speaker grammar checker to provide. (8) Etant donne leur precision et leurs materiaux de reference additionnels, les verificateurs de grammaire sont un outil pedagogique tres prometteur. Cependant, il faut les modifier pour qu'ils puissent corriger les fautes morpho-syntaxiques pertinentes aux apprenants de francais 11 Chapitre 2 : LINGER Reconnaissant la valeur et l'utilite potentielles d'un outil pedagogique automatique qui puisse analyser et corriger n'importe quelle phrase en langue naturelle et, en plus, expliquer ses corrections, les premieres recherches au sujet des verificateurs de grarnmaire ont commence a l'Universite d'Exeter en 1985. Les systemes initiaux etaient « French Robust Grammar Checker » suivi de « French Grammar Analyser ». Pensant qu'il serait plus efficace de creer un systeme qui puisse gerer des donnees en plusieurs langues, notamment en allemand, en italien, en espagnol et en francais, le « Language INdependent Error Reporter », ou LINGER, (Barchan) est ne. Depuis le debut des recherches, le but de tous les verificateurs de grammaire realises a Exeter est de traiter The analysis of the grammatical structure of a sentence and, where no correct structure can be found, to provide the learner with sufficient guidance to construct a grammatically acceptable sentence based largely on the learner's original input. (Bolt, 2) LINGER est passe par deux versions; la premiere de 1986 jusqu'a 1988, dont nous nous servons ici, et la deuxieme de 1988 jusqu'a 1992. Malgre son anciennete, nous avons choisi d'utiliser LINGER comme exemple d'un verificateur de grammaire correctif principalement parce que contrairement aux logiciels fabriques par des entreprises privees, comme Antidote et Le Correcteur 101, la premiere version de LINGER est dans le domaine public. Cela nous a permis d'avoir acces au code, dont 1'analyse est essentielle pour faire une etude comme la notre. De plus, au depart le fonctionnement de LINGER nous semblait prometteur, meme si l'idee d'inclure quatre langues dans le meme logiciel paraissait un peu ambitieuse. 12 Le systeme comprend trois parties : le dictionnaire, la coquille et la grammaire. Le but de ce chapitre est d'expliquer la fonction de chaque composante du systeme, tout en fournissant des exemples de sorte qu'il soit clair comment LINGER analyse et corrige des donnees. De plus, nous saupoudrons le chapitre de critiques la ou cela nous semble pertinent. Le dictionnaire Le dictionnaire contient tous les mots que LINGER connait, ainsi que les informations qui precisent comment et dans quelles circonstances on peut modifier ces mots. Nous presentons la representation de ces informations chez LINGER en trois parties: les categories grammaticales, les mots et les terminaisons. Les categories grammaticales Avant les entrees des mots precis, LINGER inclut des faits qui generalisent les informations necessaires pour toutes les categories grammaticales. Chacun de ces faits a le predicat info avec quatre arguments. La Figure 2.1 montre 1'interpretation de leur structure generate (Uren, 19,3.3.1). info(<name>, [<individual information>], [<general information], [<global information],). ou: <name> est le <nom> soit de la categorie grammaticale (nom, verbe, etc.) soit de la categorie de terminaisons verbales (erend pour les verbes en -er, reend pour les verbes en -re, etc.); [<individual information^ est une liste de <contraintes precis es> qui representent tous les traits morphologiques possibles qu'une categorie grammaticale puisse avoir (c'est-a-dire le nombre, le cas, la presence d'une apostrophe, le genre masculin ou feminin et les personnes); [<general information] indique une liste des <contraintes generales> de la categorie grammaticale au niveau syntaxique (c'est-a-dire le genre, le nombre, la personne, le placement, la transitivite, le temps verbal, la presence d'une preposition apres le verbe principal, le choix du verbe auxiliaire et la presence d'un verbe reflechi) qui change selon le mot et l'usage; et 13 [<global information] est une liste de <traits> communs a tous les mots dans une categorie grammatical donnee. (Par exemple, tous les noms utilises comme sujets de la phrase ont le trait d'etre a la troisieme personne.) Figure 2.1 : L'interpretation de la structure generale des faits en info/4 Nous clarifions cette structure generale dans la Figure 2.2, en fournissant un exemple du dictionnaire qui s'applique a la categorie des noms (cf. Appendice A, 2.0): info(noun, [[plurahty(s)], [plurahty(p)]], [gender], [person(3)]). ou: <nom> est un nom; [<contrainte precise>] est le nombre, soit singulier, soit pluriel; [<contrainte generale>] est le genre du nom; et [<contrainte generalo] est la personne, qui sera toujours la troisieme quand un nom est le sujet de la phrase. Figure 2.2 : Un fait info/4 applique aux noms Les mots Pour representee les informations necessaires au sujet d'un mot en particulier, le meme principe que nous avons aborde en haut s'applique. Cette fois, le predicat est word et il a cinq arguments, comme nous l'indiquons dans la Figure 2.3 (Uren, 3.3.2,19-20): word(<reference name>, [<word root>], <grammatical type>, [<word ending>] ou <word ending type>, [<general attributed). <reference name> est le <lemme>. Cette forme n'est souvent pas requise parce que d'habitude elle est identique au [<word root>]. Si elle est necessaire, normalement elle prend la forme du masculin singuher dans le cas des noms et des adjectifs ou bien 1'infinitif dans le cas des verbes et elle est ecrite entre guillemets. [<word root>] est le <radical du mot>, un terme cree par les realisateurs de LINGER qu'on ne devrait pas confondre avec la definition 6tymologique. Dans notre contexte, il est defini phitot comme le fragment du mot auquel on peut systematiquement ajouter les terminaisons correspondantes. Elle est ecrite entre guillemets. <grammatical type> est la <categorie grammaticale> du mot. [<word ending>] est une <liste de terminaisons irregulieres> entre guillemets et <word ending type> est une etiquette pour une <liste de terminaisons regulieres> qui se situent ailleurs dans le dictionnaire. 14 [<general attribute>] est une liste de <traits generaux> qui sont significatifs pour le mot en question, comme le genre et le placement, par exemple. Figure 2.3: L'interpretation de la structure generate des faits mword/5 Nous foumissons, dans la Figure 2.4, deux exemples qui montrent les deux applications possibles du fait word/5. La premiere montre le fait, word(<reference name>, [<word root>], <grammatical type>, [<word ending>], [<general attribute>] ) dans le cas du mot « doux »(cf. Appendice A, 5.0) et la deuxieme pour le mot « grand »(cf. Appendice A, 5.0). word("doux",["dou"],adjective,["x","x","ce","ces"],[post]). <lemme> [<radical du mot>] <categorie grammaticale> [<liste de terminaisons irregulieres>] [<traits generaux>] "doux" Tdou"! adjective f"x","x","ce","ces"] fpostl ou: le <lemme > est "doux"; le [<radical du mot>] est "dou" auquel on peut ajouter une terminaison convenable ; la <categorie grammaticale> est adjectif; la [<liste de terminaisons irregulieres>] sont les terminaisons precises pour 1'adjectif "doux"; et les [<traits generaux>] est le placement de 1'adjectif par rapport au nom. word("",["grand"],adjective,gp_end,[pre]). <lemme> [<radical du mot>] <categorie grammaticale> <liste de terminaisons regulieres> [<traits generaux>] i* it ["grand"! adjective gp end fprel ou: 1'entree pour le <lemme > n'est pas precisee parce qu'on peut ajouter les terminaisons directement au [<radical du mot>] sans avoir besoin d'en « fabriquer » une. Le [<radical du mot>] est, done, "grand"; la <categorie grammaticale> est adjectif; la < liste de terminaisons regulieres > est "gpend" qui represente les terminaisons regulieres qui vont avec "grand" (cf. Figure 2.8); et [<traits generaux >] est le placement de 1'adjectif par rapport au nom. Figure 2.4: Deux exemples possibles du fait word/5 15 Les terminaisons II y a deux faits qui traitent les terminaisons des mots dans le dictionnaire: ending jype/3 et actualendings/2. Nous presentons, d'abord, les deux structures generales du fait endingjype/3 dans la Figure 2.5 (Uren, 3.3.3,20-21). La difference entre les deux structures est simplement qu'une traite les verbes irreguliers et 1'autre les verbes reguliers. ending _type(<word ending type>, [<actual ending>] ou <actual ending type>,[<general attribute>]). ou: <word ending type> est le nom du <type de terminaison du mot> en question (par exemple, les terminaisons pour les verbes en -er). [<actual ending>] s'applique aux verbes irreguliers et liste la <conjugaison complete> entre guillemets pour un temps donne, tandis que pour <actual ending type> Ton voit plutot une etiquette quirepresente les <terminaisons du verbe> pour un temps donne qui est detaillee ailleurs dans le logiciel. [<general attribute>], ou bien (<traits generaux>), indique, normalement, le temps auquel les terminaisons appartiennent. Figure 2.5: Les deux structures generales du fait ending type/3 Nous presentons deux exemples du fait endingjype/3 dans la Figure 2.6: 1. mdmgJype(a^er_end,[,Vais^"v^^ <type de terminaison dumot> [<conjugaison complete>] [<traits generaux>] aller end ["vais","vas","va",,,allons","allez","vont"] [present] ou: le < type de terminaison du mot > indique que la conjugaison qui va suivre est du verbe "aller"; la [<conjugaison complete>] est la conjugaison du verbe "aller"; et le [<trait general>] est le temps de la conjugaison du verbe "aller", detaillee en <conjugaison completo]. 2. ending_type(er_end,er_end_pres,[present]). 16 <type de terminaison du mot> <terminaisons du verbe > [<traits generaux>] er end er endjpres [present] ou: le <type de tenninaison du mpt> indique que les terminaisons qui vont suivre correspondent aux verbes en -er; les <terminaisons du verbe> sont 1'etiquette erend_pres qui represente les terminaisons pour les verbes en -er au present qui se trouvent dans le fait actual_endings/2 (cf. Figure 2.6). le [<trait general>] est le temps de la conjugaison des verbes reguliers qui correspond aux <terminaisons du verbe>. Figure 2.6: Deux exemples du fait ending type/3 Au depart il nous semblait superflu de repeter [present] dans 1'argument [<trait g6neral>] quand 1'etiquette erend_pres indiquait deja le temps. Pourtant, nous nous sommes rendu compte que selon la facon dont les realisateurs de LINGER ont organise le dictionnaire allemand de LINGER, ils avaient besoin de noter le temps verbal dans 1'argument [<trait general>]. Alors, il fallait remplir l'espace de cet argument en francais aussi afin que le processus d'unification reussisse. Une autre chose qui nous parait curieux est le choix de preciser la conjugaison d'un verbe comme « aller » a tous les temps verbaux puisque au conditionnel present et au futur simple, par exemple, la conjugaison est tout a fait systematique. Cela est encore plus etonnant quand on sait des <terminaisons du vefbe> comme erend_pres qu'il est possible de detailler une serie de terminaisons une fois, leur donner une etiquette et les appeler quand il est necessaire. Le fait actualendings/2 possede la meme terminologie que endingJype/i, done, nous citons et la structure (Uren, 3.3.3,21) et un exemple detaille dans la Figure 2.7: actual_endings(<actual ending type>, [<actual ending>]). 17 acmal_endmgs(er^ ou, dans le cas de notre exemple: <actual ending type>, (<terminaisons du verbe>), est 1'etiquette erend_pres que nous avons vue dans le fait ending type(erend,er_end_pres,[present]). qui guide le logiciel aux terminaisons. Figure 2.7: La structure du fait actual endings/2 et un exemple detaille L'usage du reste des etiquettes suit le meme schema que celui de erend_pres, sauf gpend qui est un peu plus complique. Le but de 1'etiquette gpend est d'eviter la duplication des terniinaisons d'accord regulieres. Elle ne represente rien au masculin singulier, "s" au masculin pluriel, "e" au feminin singulier, et "es" au feminin pluriel. Ces terminaisons s'apphquent aux adjectifs reguliers et aux participes passes. Nous presentons le format du gpend dans la Figure 2.8 (cf. Appendice A, 1.0): info(gp_end,[[gender(m),plurahty(s)],[gender(m),pluraUty(p)],[gender(f), plurality(s)], [gender(f), plurality(p)]],[],[]). ending_type(gp_end,["","s","e","es"],[]). Figure 2.8: Le gpend Selon le premier fait, les terminaisons d'accord regulieres (gp_end, ou "group endings") peuvent etre au masculin ou au feminin, au singulier ou au pluriel. Les terrninaisons precises, " " (masculin, singulier), "s" (masculin, pluriel), "e" (feminin, singulier), et "es" (feminin, pluriel) sont donnees dans le deuxieme argument du ending Jype/3. 18 La coquille La coquille contient toutes les routines qui font fonctionner le logiciel. Le travail de la coquille qui nous interesse est celui de 1'analyse syntaxique. Elle se divise en deux : la pre-analyse et 1'analyse, ce que nous traitons separement dans les pages qui suivent. La pre-analyse Barchan resume le but de la pre-analyse ainsi: The task of the pre-parse phase is to extract words from the input and attempt to match them against the entries in the dictionary. If this succeeds it will also return information about the word in general and about its acceptable endings together with the individual information they convey in particular, [c'est-a-dire tout ce qui est inclus dans 1'entree du mot dans le dictionnaire][...] Regardless of the relative success or failure of this stage, i.e. how many words actually correspond to dictionary entries, it always succeeds and conveys the items of information it managed to gather to the subsequent parse phase. (Barchan, 59) II ajoute plus loin que ce processus n'etablit pas les categories grammaticales des mots a cause des limites que cela implique. Etant donne que 1'analyse syntaxique de la phrase se fait a la base de l'ordre des mots de la phrase, il est possible que, dans des cas ou la fonction du mot puisse ne pas etre claire pour l'apprenant, certaines alternatives soient exclues. Par exemple, le nom « travail » se confond souvent avec le verbe « travailler » a la troisieme personne du singulier. Alors, si le logiciel n'identifie le mot « travail » que comme nom et un apprenant essayait la phrase *Il travail., l'analyse echouerait parce que la machine n'aurait pas pris en compte que «travail» soit une conjugaison fautive du verbe «travailler». Afin d'avoir un apercu complet de la pre-analyse, nous Fexpliquons en six parties, commencant par decrire comment LINGER etablit les arbres syntaxiques et ensuite comment il peut changer les donnees s'il est impossible de crier un arbre syntaxique a partir de ce que l'apprenant a ecrit. 19 Etablir des arbres syntaxiques Afin de construire la structure generale de la phrase, LINGER fait son analyse dans un sens descendant. C'est-a-dire qu'il commence avec la structure la plus generale, « sentence », et au fur et a mesure il fait le tour des regies de syntaxe forte jusqu'a ce qu'il ait constant un arbre qui corresponde a la structure de la phrase et qui montre la categorie grammaticale de chaque mot. Par exemple, la phrase : La fille heureuse aime son chat identifierait les regies de syntaxe forte suivantes prises de la grammaire de LINGER: phrase --> proposition principale. proposition principale — > syntagme nominal, syntagme verbal. syntagme nominal —> syntagme nominal/syntagme pronominal. syntagme nominal/syntagme pronominal --> syntagme nominal. syntagme nominal --> determinant, adjectif, nom, adjectif. syntagme verbal --> syntagme verbal affirmatif ou negatif, syntagme nominal. syntagme verbal positif ou negatif --> syntagme verbal affirmatif. syntagme verbal affirmatif --> liste de pronoms reflechis, verbe principal ou auxiliaire. Represente comme arbre, qui montre l'idee d'une analyse descendante un peu mieux, on aurait ce schema: phrase . proposition principale syntagme nominal syntagme verbal^ syntagme nominal/pronominal syntagme verbal affirmatif ou negatif syntagme nominal syntagme nominal syntagme verbal affirmatif deter: liste-de pronoms reflechis verbe^rincipal ou auxiliaire adjectif pronom reflechi verbe determinant adjectif/nom adjectif1 La [/] filie heireuse [ aime son chat 20 Ensuite, LINGER cherche mot par mot parmi la liste de radicaux possibles creee pendant la pre-analyse, afin de voir lequel entre eux correspond a la categorie grammaticale identifiee par la syntaxe forte. II commence avec le premier mot dans la liste de radicaux qui represente les possibilites pour le premier mot de la phrase originate. Si la categorie grammaticale du premier radical de la liste est pareille a celle identifiee par la syntaxe forte, LINGER enleve ce radical de la liste, la met dans l'arbre syntaxique et le processus se repete sur la liste suivante de radicaux de la phrase. Si le radical est de la mauvaise categorie grammaticale (comme «travail» de notre exemple *Il travail.), la routine echoue et LINGER cherchera une autre possibility en faisant marche arriere. Comme nous l'avons dit dans 1'explication de la grammaire de LINGER, le logiciel permet une faute de syntaxe forte par phrase. Afin d'assurer que l'analyse continue malgre cette faute, Barchan a cree ce qu'il appelle une routine de recuperation (« recovery routine », 75) qui modifie la phrase dans Fespoir que le systeme puisse corriger la structure fautive. II y a cinq types de modifications possibles: (1) deplacer un mot; (2) ajouter un mot; (3) substituer un mot; (4) supprimer un mot et (5) supprimer un mot et en ajouter un autre. Deplacer un mot Prenant une version fautive de notre phrase comme exemple, *Je ne jamais habite a Langley., LINGER reconnaitrait cette phrase comme fautive parce que la structure syntagme verbal — > particule negative, verbe auxiliaire, participe passe, particule negative n'existe pas dans la grammaire du logiciel. Cependant, puisque la construction d'un enonce au negatif requiert deux particules et elle ne correspond pas a 1'anglais, ni a d'autres langues europeennes, les apprenants se trompent parfois au placement du « ne » et « pas ». Afin de reperer une telle faute de placement, LINGER essaie de deplacer chaque radical de la phrase 21 a son tour, procedant de la gauche de la phrase a la droite. Dans le cas de notre exemple, cela veut dire que LINGER commence avec « Je », le mettant apres «ne », ensuite apres «jamais » etc., et puis il fait de meme avec « ne » et puis «jamais »jusqu'a ce qu'il arrive a l'ordre des mots correct: Je n'habite jamais a Langley. Satisfaisant a la regie syntagme verbal —> particule negative, verbe auxiliaire, particule negative, participe passe, 1'analyse de la syntaxe forte est acceptee. Si dans la phrase, il ne s'agit pas d'une faute de placement, cet algorithme echoue et LINGER passe au suivant: ajouter un mot. Ajouter un mot Parmi les exemples de notre corpus, nous remarquons que les apprenants ont tendance a ne pas inclure les articles (*J'aime la chaleur quand je suis a la plage mais quand je suis marche sur (le) terrain de rugby je suis malheureux.), les prepositions (*Et, si ton amie veux alter au Bresil, elle peux aller a Rio de Janeiro ou le (au) nord-ouest du pays, qu'il y a des plages merveilleuses.), le pronom relatif « que » (*Je pense (que) le quiz electronique est une idee fantastiquepour etudier.) et meme les verbes auxiliaires (*L'ete dernier, je (ai) visitee les Philippines.). Dans ces cas ou il y a un mot qui manque, LINGER essaie de reparer la phrase en inserant chaque categorie grammaticale a son tour dans les ecarts de la phrase jusqu'a ce qu'il trouve celle reliee a une structure decrite dans la grammaire. Par exemple, s'il analysait *L'ete dernier, je visitee les Philippines., ayant identifie «je » comme sujet du syntagme nominal et« visitee les Philippines » comme participe passe et complement d'objet direct du syntagme verbal, en theorie LINGER devrait commencer a essayer d'inserer des categories grammaticales entre le sujet et le participe passe jusqu'a ce qu'il trouve la categorie grammaticale « verbe auxiliaire » et que 1'analyse reussisse. 22 Substituer un mot Si, en deplacant ou en ajoutant des categories grammaticales, 1'analyse ne reussit toujours pas, LINGER essaie de substituer les categories grammaticales les unes pour les autres. En ce qui concerne nos exemples, cet algorithme nous semble utile pour corriger des fautes de conjugaison ou l'apprenant utilise un infinitif a la place d'un participe passe ou meme au lieu de conjuguer le verbe. Pour un exemple tel que "77 etudier beaucoup., LINGER supprimerait chaque mot de la phrase a son tour, commencant avec « II », et essayerait d'inserer chaque categorie grammaticale (verbe auxiliaire, pronom reflechi, etc.) jusqu'a ce qu'il en trouve une qui marche (verbe qui remplacerait infinitif)-Supprimer un mot Pour supprimer un mot, LINGER enleve le premier mot de la phrase et puis il essaie d'analyser la phrase sans ce mot. Pour une phrase comme *Je veux fait yoga quand je suis moins d'occupe., il enleverait le « Je » d'abord et essayerait de faire 1'analyse. Cela echouerait, bien sur, alors il repete ce processus a partir du prochain mot de la phrase et ainsi de suite, jusqu'a ce qu'il arrive a enlever le « d' » et 1'analyse reussit. Supprimer un mot et ajouter un autre Cet algorithme permet de gerer deux fautes differentes dans la meme phrase ou il y a un mot manquant ainsi qu'un mot supplementaire. Cela serait necessaire pour corriger une phrase comme *J'aime la chaleur quand je suis a la plage mais quand je suis marche sur terrain de rugby je suis malheureux. parce qu'afin de la rendre acceptable a la pre-analyse, il faudrait ajouter un article avant le mot « terrain » et supprimer le mot « suis ». Sans les deux operations a cette phrase, elle ne pourrait pas passer a 1'analyse parce que meme apres qu'on aurait corrige une des fautes, 1'autre empecherait la pre-analyse de la phrase d'avoir lieu. 23 Ayant recueilli dans le dictionnaire tous les radicaux des mots possibles de la phrase ainsi que leurs informations grammaticales, LINGER les place dans une base de donnees et passe a F analyse de la phrase. L'analyse L'analyse se divise en deux etapes : (1) raffiner les arbres syntaxiques selon les regies de syntaxe faible et (2) choisir la phrase correcte s'il y en a plus qu'une. Raffiner les arbres syntaxiques selon les regies de syntaxe faible Les regies de syntaxe faible sont representees sous la forme d'une serie de verifications qui etablit la morphologie de la phrase a partir des categories grammaticales et des radicaux des mots identifies dans la pre-analyse. Les informations recoltees de la pre-analyse permettent aussi au logiciel de ne selectionner que les verifications pertinentes a la phrase sous analyse. Les verifications comprennent sept types qui s'effectuent dans Fordre suivant: changeword, selectonfirst, shouldbe, concord, comment, reorder et spelling. Nous ne decrivons que brievement la fonction de chacun de ces types de verifications, comme leur application aux regies de syntaxe faible que nous traitons plus loin dans ce chapitre servira comme explication plus detaillee. Changeword Les v6rifications du type changeword sont concues pour enlever un mot et le remplacer par un autre de la meme categorie grammaticale. Elles s'appliquent aux constructions ou le 24 choix de categorie grammatical est fige, comme par exemple dans le cas du choix du verbe auxiliaire en conjuguant a un temps compose avec un verbe reflechi. Selectj>nJirst Les buts des verifications du type selectonJirst sont de reduire le nombre de radicaux possibles pour une categorie grammaticale precise selon le mot ecrit par l'apprenant et de choisir une valeur implicite si le mot ne soit reconnaissable. Ce type de verification est necessaire pour des categories grammaticales qui peuvent avoir plusieurs formes correctes avec lesquelles d'autres mots dans la phrase doivent s'accorder. Logiquement le systeme etablit cette forme (soit le singulier, soit le pluriel par exemple) avant de permettre des verifications du type concord de faire les accords. Should'be Dans cette verification, il s'agit d'identifier les traits de certains mots et de les modifier selon des conditions precises. Au contraire des verifications du type selectonJirst qui utilisent le mot de l'apprenant, sauf s'il n'est pas reconnaissable, shouldje fait son choix selon les conditions grammaticales de la structure ou le mot apparait. Une fois son choix fait, toutes les autres possibilit6s sont effacees de la base de donnees. Des verifications du type shouldnotbe existent aussi et, comme 1'indique leur nom, elles trouvent les mots qui ne devraient pas faire partie d'une structure particuliere et les effacent de la base de donnees. Concord Puisque la langue francaise exige plusieurs genres d'accord (sujet-verbe, nom-adjectif, etc.), il n'est pas etonnant que les verifications du type concord soient les plus nombreuses. Elles 25 traitent les accords en constatant la categorie grammaticale a modifier (ex. le participe passe), la structure ou la categorie grammaticale se trouve (ex. la proposition principale), des conditions auxquelles la phrase doit satisfaire (ex. conjuguer avec 1'auxiliaire etre), les accords qui sont applicables (ex. le genre et le nombre) et la categorie grammaticale avec laquelle les accords se font (ex. le sujet). Comment Au lieu de simplement presenter la phrase corrigee avec une liste cryptique des modifications effectuees, LINGER est programme afin d'inclure des commentaires. Les verifications du type comment incluent les commentaires qui s'interessent a certaines fautes ainsi qu'une serie de contraintes qui rassurent que le commentaire ne se fait que dans les circonstances appropriees. Reorder Etant donne que l'allemand est une des premieres langues que LINGER a su gerer, il fallait beaucoup de verifications qui traitaient l'ordre des mots. Tandis que cela ne pose pas trop de difficultes en francais, les verifications du type reorder sont quand meme n6cessaires pour 1'ordre des adjectifs et des pronoms en francais. Les mots a considerer sont arranges dans l'ordre selon lequel ils devraient apparaitre de gauche a droite dans la phrase (par exemple, priority (l,determiner,[]), priority (2, adjective, [position(pre)]), priority(3, noun, []), priority(4, adjective, [position(post)])].). 26 Spelling Puisque LINGER fonctionne selon un systeme de radicaux et de terminaisons, il n'y a pas d'algorithme qui traite 1'orthographe. Cependant il faut un moyen de controler les elisions, alors LINGER contient les verifications du type spelling qui ajoutent ou enlevent une apostrophe selon la premiere lettre du mot qui suit. Choisir la phrase correcte Etant donne que LINGER ne fournit qu'une phrase correcte a l'apprenant, si, a la fin de 1'analyse il ne reste plus qu'un arbre syntaxique qui est considere comme correct, LINGER doit choisir la phrase qu'il va presenter a l'apprenant. S'inspirant de l'idee que LINGER devrait fournir une correction la plus proche possible de la phrase originale, il fait son choix en comparant les possibilites a la phrase originale. D'abord, il selectionne les mots qui sont pareils entre la phrase originale et les possibilites, et ensuite, parmi les mots qui restent, il calcule le nombre de differences et choisit la phrase qui a le moindre nombre de differences comparee a 1'originale. Nous comprenons que pour avoir un systeme qui corrige des phrases en plusieurs langues, ce processus de selection doit etre suffisamment general pour qu'il puisse marcher independamment de la langue en laquelle l'apprenant ecrit. Pourtant, a notre avis, une meilleure alternative serait de programmer le logiciel pour qu'il choisisse la phrase correcte selon le niveau de l'apprenant. Une telle approche requerrait une hierarchie des fautes selon laquelle le logiciel choisirait la phrase qui correspond le mieux au niveau de l'utilisateur. 27 La grammaire La grammaire de LINGER se divise en deux parties, nominees par les realisateurs, syntaxe forte (« strong syntax ») et syntaxe faible (« weak syntax ») (Barchan). Nous traitons les deux sortes de syntaxe separement dans les sections suivantes. La syntaxe forte Le terme « syntaxe forte » chez LINGER refere a la syntaxe d'une langue donnee ; il s'agit d'etablir uh systeme de regies qui definisse les constructions syntaxiques possibles en francais. La notation qui exprime ce systeme de regies en Prolog s'appelle grammaire a clauses definies (Pereira). Les DCGs (de l'anglais, « Definite Clause Grammar») appartiennent a la grammaire syntagmatique non contextuelle, une classe de formalismes grammaticaux bases sur l'idee que la syntaxe d'une langue peut etre exprimee selon des regies syntagmatiques qui sont valables dans n'importe quel contexte. Les informations grammaticales des DCGs sont organisees selon un symbole predicat, suivi de termes entre parentheses. Voici trois exemples dans la Figure 2.9: sentence(formed(sentence,[MC,SC])) main_clause(MC) subclause(SC) Figure 2.9: Exemples de rorganisation des informations grammaticales de la DCG Lies ensemble, ces trois termes forment la regie syntagmatique suivante de la Figure 2.10: sentence(formed(sentence,[MC,SC])) --> mainclause(MC), subclause(SC). 28 Autrement dit, une phrase complete peut contenir une proposition principale et une proposition subordonnee. Figure 2.10: Exemple d'une reele DCG etson, interpretation A partir des structures les plus generates, sentence(formed(sentence,[MC])) --> main_clause(MC). (cf Appendice B, 1.1) et sentence(formed(sentence,[MC,SC])) --> main_clause(MC) , subclause(SC). (cf Appendice B, 1.2), les regies de la syntaxe forte definissent les arbres syntaxiques de la langue francaise. II s'agit d'identifier les syntagmes (par exemple main_clause(formed(main_clause,[N,V])) —> subj_phr(N) , verb_phr(V). (Appendice B, 2.1)), et d'etablir les contenus des syntagmes (par exemple subj_phr(formed(subj_phr,[S])) --> noun_pron_phr(S). (Appendice B, 4.1)) jusqu'a ce que les regies arrivent a detailler les categories grammaticales. Le but de la syntaxe forte de l'analyse est d'etablir le schema syntaxique de la phrase ecrite par l'apprenant; c'est-a-dire d'identifier la categorie grammaticale a laquelle chaque mot de la phrase appartient et d'etablir les radicaux des mots de la phrase. Pourvu que cela reussisse, l'analyse continue et la phrase partiellement analysee fait l'objet des contraintes syntaxiques faibles. Pour gerer des phrases qui ont une faute de syntaxe forte, les realisateurs de LINGER ont cherche une facon de continuer l'analyse : The approach adopted has the distinct advantage of allowing a complete parse tree (rather than unconnected partial parses) to be generated in spite of the error as well as reporting the error. It involves a simple but effective priority-based recovery algorithm which makes a 'best-guess' as to the most appropriate sufficient correction. (Barchan, 5,2.1.2.1) Si la phrase a plus d'une faute de syntaxe forte, alors, l'analyse echouera. Barchan et Wusteman defendent comme suit leur choix de limiter les fautes de syntaxe forte a une seule: In accordance with Imlah and du Boulay's observation that there is a point beyond which a set of words becomes too garbled to make a 29 reasonable guess as to the intended structure and the students are urilikely to produce utterances which are garbled to such a degree, it was felt to be reasonable to limit the number of strong syntactic errors in a single sentence to one. (Barchah, 5,2.1.2.1) La syntaxe faible La syntaxe faible refere a la morphologie de la phrase. Afin d'engendrer les formes correctes des mots, a partir des radicaux identifies par les contraintes de syntaxe forte, LINGER fait une serie de verifications. Chacune verifie certains traits morphologiques d'une categorie grarnmaticale selon son placement a l'interieur de la phrase. Nous presentons un exemple dans la Figure 2.11: check([determiner,adjective], noun_phr, Q,concord([gender,plurahty]^ioun,[])). Autrement dit, dans le syntagme nominal compose d'un determinant, d'un adjectif et d'un nom, verifiez que le determinant et 1'adjectif s'accordent en genre et en nombre avec le nom. Figure 2.11: Exemple d'une verification de la syntaxe faible Uren et Yazdani fournissent le modele, que nous reproduisons dans la Figure 2.12, selon lequel toutes les verifications sont concues. check([<structure>], <scope>, [<precondition>], <requirement>). ou [<structure>] sont les categories grammaticales a verifier (de notre exemple, le determinant et le nom); <scope> est la structure dans laquelle la verification se fait (de notre exemple, le syntagme nominal); [<precondition>] est une liste de conditions auxquelles la phrase doit satisfaire avant que la verification ait lieu ; et <requirement> est Taction que la verification s'effectue sur la [<structure>] afin de changer sa morphologie. (3.2,16) Figure 2.12: Le modele des verifications Puisque les verifications s'occupent de beaucoup des corrections, il serait utile de les analyser dans le detail afin de mieux comprendre comment LINGER corrige. A cette fin, nous avons 30 organise les verifications selon leur categorie grarnrnaticale dans 1'appendice C. Bien qu'il soit parfois difficile de reconnaitre le modele des verifications que nous avons illustre dans la Figure 2.12, a cause des nombreuses conditions et des predicats varies, il reste quand meme coherent. Les pronoms Nous traitons tout d'abord les verifications des pronoms. Leur fonction est, premierement, de verifier le choix de pronom dans plusieurs constructions par elimination de ceux dans la base de donnees qui ne sont pas possibles selon la structure de la phrase et, deuxiemement, d'etablir l'ordre selon lequel les pronoms devraient apparaitre dans la phrase. Le predicat selecton Jxrst([case(acc)]) de la verification 1.3 indique que la verification des pronoms commence a partir des pronoms objet direct dans une phrase ou il n'y a pas d'objet direct ni indirect. Cela exclut les pronoms nominatifs de la verification, ce qui est juste parce qu'elle traite le contenu du syntagme verbal. La verification 1.1 precise que les pronoms qui font partie du syntagme nominal devraient etre au nominatif selon la regie shouldJ)e([case(nom)]), ce qui assure que s'il y a des pronoms d'un autre cas dans le syntagme nominal, ils seront exclus de la phrase. Inversement, la verification 1.2, qui s'occupe des cas ou le pronom fait partie du syntagme verbal, precise que les pronoms ne devraient pas etre au nominatif selon la regie should_not_be([case(nom)]), ce qui assure que s'il y a des pronoms nominatifs dans le syntagme, ils seront exclus de la phrase. Dans le dictionnaire, chaque pronom est marque nominatif, accusatif ou datif pour correspondre a ces verifications. Le predicat should not Joe prevoit des fautes dans l'usage des pronoms d'objet direct et indirect aussi. Elles interdisent de mettre un pronom d'objet direct dans une phrase ou il y a deja un 31 complement d'objet direct (cf Appendice C, 1.5). La meme contrainte est maintenue pour les complements d'objet indirect (cf Appendice C, 1.6). Pour etablir qu'il y a deja un complement d'objet direct dans le syntagme verbal, la verification 1.5 utilise la condition exists (dirobj_phr). V action de la verification est d'assurer qu'aucun pronom dans la phrase ecrite par l'apprenant n'est a l'accusatif. LINGER exprime cela par should_not_be([case(acc)]). La verification 1.6 suit ce meme schema pour les pronoms d'objet indirect, sauf qu'elle substitue dir_obj_phr et case(acc) pour indir_obj_phr et case(dat). La verification 1.7, qui s'effectue une fois que le systeme a etabli le cas des pronoms de la phrase, utilise le predicat reorder et chacun de ses arguments represente un groupe de pronoms, mis en priorite selon l'ordre que les pronoms objet doivent suivre. La verification 1.7 commence au deuxieme groupe qui inclut les pronoms me, te, se, nous, vous, le, la, les. Le troisieme groupe comprend les pronoms lui, leur, le quatrieme, y et le cinquieme, en. Cet ordre nous semble problematique parce que les pronoms me, te, se, nous et vous ne sont pas separes de le, la et les. Alors nous avons essaye la phrase *// le me donne. ou l'ordre des pronoms est renverse. Cette experience a produit la reponse suivante de LINGER: Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: [iLl] verb_phr posornegverbcons pos_verb_cons rp_pron_list pronlist pron_hst2 pronoun: [le,2] 32 pron_list2 pronoun: [me,3] pron_list2 governingverb verborauxverb verb : [donne,4] dir_obj_phr indir_obj_phr Your sentence was: — il le me donne . — I think the correct version of your sentence should read: »> il le me donne . «< Nous n'etions pas etonnee de voir que LINGER n'avait pas corrige la phrase. Cependant la presence d'un tel defaut dans le dictionnaire etait assez surprenante et devrait etre rectifiee, surtout parce que les apprenants ont tendance de melanger l'ordre des pronoms. L'autre verification qui a le predicat reorder controle l'ordre des mots dans un syntagme nominal; c'est-a-dire determinant, adjectif, nom, adjectif. Elle inclut aussi les traits position(pre) and position(post) pour distinguer les adjectifs qui viennent avant le nom de ceux qui viennent apres. Voici le schema de cette verification : reorder(beginnmg,noun__phr,[priority( 1 ,determmer,[]),priority(2,adjective,[position(pre)]),pri ority(3,noun,[]),priority(4,adjective,tposition(post)])]). (cf. 1.8) Le dictionnaire contient les informations de placement pour chaque adjectif. Le verbe principal, le verbe auxiliaire et les pronoms reflechis En general, LINGER traite le verbe principal, le verbe auxiliaire et les pronoms reflechis dans la meme verification parce qu'ils s'accordent tous avec le sujet de la phrase. Ce 33 manque de correction semble etre une omission assez grave mais relativement facile a modifier. L'action des verifications, exprimee par la regie concord([person,plurality],...) suivie d'un type de sujet, est de faire 1'accord en nombre et en personne du verbe principal, du verbe auxiliaire et des pronoms reflechis avec le sujet. Les differents types de sujets, precises comme arguments du predicat concord, et le placement de chacun a l'interieur de la phrase, identifie par la structure ou les verbes ou les pronoms apparaissent, incluent six cas differents: la ou dans une proposition principale le sujet est un nom; check([verb,aux_verb,reflexive_pronoun], main clause, [], concord([person,plurahty],subj_phr(noun),[])). dans une proposition subordonnee le sujet est un nom; check([verb,aux_verb,reflexive_pronoun], sub_clause, [], concord([person,plurahty],subj_phr(noun),[])). dans une proposition principale le sujet est un pronom; check([verb,aux_verb,reflexive_prbnoun], main_clause, \\, concord([person,plurality],subj_phr(pronoun),[])). dans une proposition subordonnee le sujet est un pronom; check([verb,aux_verb,reflexive_pronoun], sub_clause, [], concord([person,pluraUty],subjjphr(pronoun),[])). (cf2.1) (cf 2.2) (cf2.3) (cf2.4) dans une proposition relative introduite par qui le sujet est le complement d'objet direct de la proposition principale; check([sub_clause(verb),sub_clause(aux_verb),sub_clause(reflexive_pronoun)], sentence, [exists(relativesubject)], concord(|person,plurahty],main_clause(dir_obj_phr(noun)),[])). (cf2.5) et dans une proposition relative introduite par qui le sujet est le pronom d'objet direct de la proposition principale. 34 check([sub_clause(verb),sub_clause(aux_verb),su^ sentence, [exists(relative_subject)], concord([person,pluraUty],main_cIause(pron_list(pronoun)),[attribute(case(acc))])). (cf2.6) Nous ajoutons que ce n'est que les verifications 2.5 et 2.6 qui ont besoin de conditions. Logiquement, la phrase doit satisfaire a la condition [exists(relative_subject)J pour exiger un accord entre le complement d'objet direct de la proposition principale et le verbe principal, 1'auxiliaire ou les pronoms reflechis de la proposition relative. Nous pouvons facilement imaginer des phrases qui correspondraient a 1'accord que la verification 2.5 est cense faire (par exemple 1'accord entre I'homme et va dans la phrase suivante: Je vois I'homme qui va au marche). Pourtant nous avons du mal a identifier des cas qui s'appliqueraient a la verification 2.6 ou 1'accord se fait entre un pronom d'objet direct et le verbe de la proposition relative, sauf Je le vois qui va au marche. Ces verifications ne tiennent pas compte des phrases ou 1'antecedent est le sujet de la proposition principale, comme dans la phrase « Le chat qui voit le chien court. » Nous avons essaye cette phrase et LINGER l'a corrigee de la facon suivante : Trying for a legal parse Trying recovery level 1 (word in wrong place -- move) Trying a deletion Recovery level 1 succeeded Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr 35 noun_phr deteraiiner: [le,l] adjlist noun: [chat,2] adjlist verb_phr posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verb_or_aux_verb verb: [voit,3] dir_obj_phr noun_phr determiner: [le,4] adjlist noun: [chien,5] adjlist indir_obj_phr subclause relativesubject: [qui,6] verb_phr pos_dr_neg_verb_cons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verb_or_aux_verb verb: [court,7] dir_obj_phr indir_obj_phr Your sentence was: — le chat qui voit le chien court. — I think the correct version of your sentence should read: »> le chat voit le chien qui court. <«' **** Comments **** relative_subject "qui" was in the wrong place and has been moved **** End Comments **** 36 Cette analyse est logique parce que la grammaire n'inclut pas de regies de syntaxe forte qui traite des propositions principales qui inchient des propositions relatives. Voila une des nombreuses lirnites de LINGER par rapport a la complexite des phrases qu'il est capable de gerer. En plus de verifier 1'accord des verbes et des pronoms reflechis avec le sujet approprie, LINGER doit avoir un moyen de verifier la conjugaison soit du verbe principal, soit du verbe auxiliaire. Cela est la tachede la verification 3.1 : check([verb,aux_verb], sentence, [], select_on_first([tense(present)])). Nous retrouvons dans cette verification le predicat selectonJirst qui remplit deux fonctions. D'abord, il essaie de her la forme du verbe dans la phrase avec une forme loisible selon le contehu du dictionnaire et, deuxiemement, s'il n'arrive pas a reconnaitre le temps du verbe, il fixe le present comme valeur implicite. Malheureusement, puisque LINGER cherche la plus proche alternative a ce qui est ecrit par l'apprenant, il ne reconnait pas dans un exemple comme *Je parte, que l'apprenant a simplement oublie le verbe auxiliaire. Alors, au lieu de rajouter un auxiliaire, il fournit une version vue comme la plus proche possible a 1'originale selon sa programmation et corrige la phrase ainsi : Parse tree selected: sentence mainclause subjjphr noun_pron_phr pronoun: [je,l] verb_phr pos_or_neg_verb_cons pos_verb_cons rp_pron_list 37 pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb verb: [parlel,2] dir_obj_phr indir_obj_phr Your sentence was: — je parlel .6 — I think the correct version of your sentence should read: »> je parle . «< **** Comments **** verb "parlel" changed to "parle" : [transitivity(i),follow_prepos(Q),can_be_reflex(y),person(l),pluraUty(s),tense(present) **** End Comments **** Cela est vrai pour tous les verbes, sauf « voir » et « aller » parce que le participe passe de ces verbes ne ressemble pas du tout a la premiere personne du singuUer du present. La transitivite d'avoir et d'etre Etant donne que les verbes avoir et etre peuvent constituer soit le verbe principal soit le verbe auxiliaire d'une phrase, il faut preciser a l'ordinateur de quel usage il s'agit dans la phrase donnee. Comme regie generate, LINGER attribue le trait transitivite a avoir et a etre, (cf Appendice A, Section /* Auxiliary Verbs */) puisqu'ils sont transitifs quand Ton les utilise comme des verbes principaux (ex. J'ai un livre. Je suis etudiant). Sachant que LINGER se positionne par defaut sur avoir et etre comme verbes principaux, quand on les utilise dans une phrase comme auxiliaire, il faut que l'ordinateur en tienne compte parce que sinon il s'attendra a un complement d'objet direct apres avoir ou etre et l'analyse et la correction 6 Les numeros inclus dans les phrases trait6es par LINGER indiquent les accents. 1 represente l'accent aigu, 2 l'accent grave, 3 la cedille et 4 l'accent circonflexe. 38 echoueront. Done, le but de toutes les verifications qui traitent les verbes auxiliaires est de rendre l'usage d'etre ou $ avoir intransitif dans le calcul du logiciel. Puisque la transitivite est le trait syntaxique qui distingue l'usage & avoir et d'etre, LINGER se sert de la regie change_word("avoir",aux_verb,ignore([transitivity]) (cf 4.1) ou bien change_word(''e4tre'',aux_verb,ignore([transitivity])) (cf 4.2, 4.3, 4.4, 4.5) pour dire a l'ordinateur que dans ce cas l'usage d'avoir ou d'etre n'est pas la valeur rmplicite. Nous interpretons ces regies de la facon suivante : « Changez le mot du verbe 'avoir' (ou bien 'etre') en verbe auxiliaire, sans tenir compte de sa transitivite. » Chacune s'applique a une phrase affirmative ou negative et precise les conditions auxquelles la phrase doit satisfaire pour activer le changement d'usage. Au lieu d'avoir une serie de verifications dont le but est de changer avoir et etre a des verbes intransitifs, a notre avis, il vaut mieux inclure deux entrees dans le dictionnaire pour chaque verbe, l'une qui indique qu'ils sont transitifs et 1'autre qu'ils sont intransitifs. De cette maniere, 1'analyse des temps composes reussira sans la complication de ces verifications supplementaires. La verification 4.1 comprend les conditions [attribute(conjug_with(avoir),past_participle),empty (reflexive_pronoun)]; e'est-a-dire que la phrase doit contenir une forme conjuguee d'avoir et un participe passe et, en plus, afin d'assurer que l'auxiliaire est bien avoir, qu'il doit etre sans pronom reflechi. La verification 4.2 est pareille sauf qu'elle traite l'auxihaire etre. La presence d'un verbe reflechi, et done l'auxiliaire etre aussi, est indiquee par exists (reflexive_pronoun) dans la verification 4.3. Les verifications 4.4 et 4.5 s'occupent de rauxiliaire etre dans le contexte d'un attribut (ex. Je suis belle.), la premiere dans le contexte d'une proposition principale et la seconde dans la proposition subordonnee. Selon la grammaire traditionnelle, on ne considere pas le verbe 39 etre dans un syntagme adjectival comme verbe auxiliaire. Cependant, puisque la transitivite exige un complement d'objet direct, LINGER interprete le verbe etre comme verbe auxiliaire dans le contexte d'un syntagme adjectival de sorte que l'analyse reussisse. Puisque autrement LINGER traite le verbe etre comme transitu0, il ne peut pas gerer des propositions prepositionnelles. Par exemple, il repondra a une phrase comme Je suis a la maison. en disant que le verbe etre est transitif et que par consequent il s'attend a avoir un complement d'objet direct. Les syntagmes adjectivaux Nous rencontrons les syntagmes adjectivaux plus loin dans les verifications 5.1-5.4 dans 1'appendice C, ou LINGER doit verifier 1'accord en genre et en nombre entre le complement, qui est un adjectif a chaque fois, et le sujet. Les quatre verifications comprennent deux categories de structures : celle ou le sujet avec lequel le syntagme adjectival doit s'accorder fait partie de la proposition principale et celle ou le sujet est le complement d'objet direct de la proposition principale et le syntagme adjectival avec lequel il doit s'accorder fait partie de la proposition relative. L'action d'accorder le syntagme adjectival avec le sujet suit un schema qui est tres semblable a celui que nous avons deja vu pour les verbes principaux, les verbes auxiliaires et les pronoms reflechis ; c'est-a-dire que chacune des quatre verifications contient la regie concord([gender,plurality],...), indiquant que 1'accord se fait en genre et en nombre, suivie d'un type de sujet. Les seules conditions qui existent dans cette categorie se trouvent dans les verifications 5.3 et 5.4 et elles traitent la presence d'une proposition relative introduite par qui de la meme facon que pour les verifications 2.5 et 2.6. 40 Nous retxouvons le troisieme argument, [attribute(case(acc))], de la regie concord dans la verification 5.4 qui precise que le pronom qui s'accorde avec 1'adjectif est au cas accusatif. Nous n'arrivons pas a imaginer beaucoup de phrases qui aient un pronom objet direct comme sujet d'un syntagme adjectival introduite par qui. L 'accord du participe passe Les 21 verifications des participes passes traitent 1'accord. Les douze premieres ont a voir avec l'usage d'etre comme auxiliaire, les trois qui suivent s'interessent a l'auxiliaire avoir precede par un complement d'objet direct et les six dernieres s'appliquent aux cas ou 1'auxiliaire est avoir tout simplement. Nous divisons les douze verifications d'accord du participe passe avec 1'auxiliaire etre en deux groupes : celles qui se referent aux verbes transitifs et celles qui portent sur les verbes reflechis. Le but de toutes est de verifier l'accord en genre et en nombre du participe passe, ce qui est denote par concord([gender,plurality],...). Parmi les verifications 6.1-6.6, chacune a les conditions (conjug_with(e4tre),partjparticiple) (cf. 6.1, 6.2, 6.5, 6.6), ou bien (conjug_with(e4tre),sub_clause(past_participle) (cf 6.3, 6.4) pour assurer qu'il y ait une raison de faire un accord. Les varietes de structures dans lesquelles l'accord peut s'effectuer sont les suivantes: la ou le participe passe est dans la proposition principale: check([past_participle], main clause, [atoibute(conjug_wim(e4tre),past_participle)], concord([gender,plurahty],subj_phr(noun),[])). (cf6.1) ou bien dans la proposition subordonnee: 41 check([past_participle], sub clause, [attribute(conjug_with(e4tre),past_participle)], concord([gender,plurality],subj_phr(noun),[])). (cf6.2) et le sujet accompagnant est un nom dans les deux cas: 1) ou le participe passe est dans la proposition principale; check([past_participle], mainclause, [atMbute(conjug_with(e4tre),past_participle)], concord([gender,plurality],subj_phr(pronoun),[])). (cf6.5) 2) ou bien dans la proposition subordonnee; check([past_participle], sub_clause, [atoibute(conjug_with(e4tre),past_participle)], concord([gender,plurality],subjjphr(pronoun),[])). (cf6.6) et le sujet accompagnant est un pronom dans les deux cas et 1) ou le participe passe est dans la proposition relative introduite par qui et le sujet accompagnant est un nom; check([sub_clause(past_participle)], sentence, [exists(relative_subject),attribute(co^ concord([gender,plurality],main_clause(dir_obj_phr(noun)),n)). (cf6.3) 2) ou bien un pronom; check([sub_clause(past_participle)], sentence, [exists(relative_subject),attribute(conjug_wim(e4tre),sub_clause(^ concord([gender,plurahty],main_c!ause (cf6.4) qui est le complement d'objet direct de la proposition principale. Puisque les verifications 6.6-6.12 sont paralleles a celles que nous venons d'expliquer dans le sens qu'elles s'appliquent aux memes structures et elles utilisent 1'auxiliaire etre, nous ne soulignons que les particularites qui nous semblent importantes. Pour commencer, chacune contient la condition exists(reflexivejtronoun) ou bien exists(sub_clause(reflexive_pronoun)). Puisque souvent un enonce reflechi n'a pas de complement d'objet direct, les verifications 6.7-6.12 contiennent la condition empty(dir_obj_phr). Finalement, pour assurer que la phrase n'ait pas de pronom d'objet direct, ces verifications incluent la condition not_attribute(case(acc), pron_list(pronoun)). 42 Les verifications 6.13-6.15 decrivent trois structures ou le participe passe s'accorde en genre et nombre avec le complement d'objet direct. Elles incluent les cas ou le participe passe est dans la proposition principale, la proposition subordonnee et la proposition relative introduite par que. La premiere condition de chacune est attribute(conjug_with(avoir),past_participle) (cf 6.13 et 6.14), ou bien attribute(conjug_with(avoir), subclausefpastparticiple)) (cf 6.15). En plus, les trois incluent empty(reflexive_pronoun), ou bien, empty(sub_clause(reflexive_pronoun) pour indiquer que si la phrase contient me, te, nous ou vous, ils sont plutot des pronoms d'objet indirects (ex. 77 me les a donnes) ou bien d'objet direct (ex. II nous a abandonnes). Le reste des conditions dans la verification 6.15 sont assez faciles a suivre. Elle precise que la phrase doit contenir le pronom relatif que (cf exists(relativeobjectque)) et qu'il y a un complement d'objet direct dans la proposition principale (cf exists(main_clause(dir_obj_phr))). L'action de la verification 6.15 est de faire l'accord du participe passe en genre et en nombre avec ce complement d'objet direct qui est un nom (cf concord([gender,plurality], main_clause(dir_obj_phr(noun)),[])). Les verifications 6.13 et 6.14 sont tres semblables entre elles, sauf que pour la 6.13 le participe passe se trouve dans la proposition principale et pour la 6.14 le participe passe se trouve dans la proposition subordonnee. Ainsi que les conditions attribute(conjug_with(avoir),pastj>articiple), empty (reflexive_pronoun)..., ces deux verifications ajoutent que le syntagme verbal doit contenir un pronom et que le participe passe doit porter un accord (cf 6.13/6.14 attribute(pp_agree(y),pos_or_neg_yerb_cons(pron_list(pronoun))). 43 L'action de la 6.13 et la 6.14 est de verifier que 1'accord du participe passe, qui etait deja present dans la phrase ecrite par l'apprenant, correspond en genre et en nombre avec le pronom dans le syntagme verbal (cf 6.13/6.14 concord([gender, plurality], pos_or_neg_yerb_cons(pron_list(pronoun)), [attribute(pp_agree(y))])). Etant donne qu'il est tout a fait possible qu'il y ait un pronom d'objet indirect ainsi qu'un pronom d'objet direct dans la phrase, il est impossible d'imposer que les pronoms de la phrase aient l'attribut «accusatif» (attribute([case(acc)])) parce que cela exclurait la possibilite d'avoir des pronoms d'objet indirect. En disant plutot pos_or_neg_yerb_cons(pron_list(pronoun)) cette verification inclut les pronoms me, te, le, la, les, nous, vous, lui, leur, y et en (cf. Appendice A, /* Pronouns */). Le desavantage de cette methode est qu'elle ne fournit pas un moyen selon lequel LINGER peut distinguer entre les sens des pronoms me, te, nous et vous. Done, quand on essaie un exemple tel que */7 nous I'a donnes., LINGER l'accepte comme correcte, parce qu'il ne reconnait pas que le nous est un pronom d'objet indirect et ne devrait pas s'accorder avec le participe passe. Par contre, dans des phrases ou il n'y a qu'un pronom, LINGER la corrige sans probleme parce que la transitivite est incluse comme trait du verbe principal dans le dictionnaire. La derniere condition a souligner dans les verifications 6.13 et 6.14 est empty(infinitive_phr). Elle a a voir avec le placement des pronoms par rapport a 1'accord. Si la phrase contient un infinitif, le pronom objet le precede (ex. J'avais espere la voir) ; ce n'est que dans le cas ou il n'y a pas d'infinitif que le pronom se place avant le verbe conjugue. Done, pour avoir un accord entre un pronom objet direct et un participe passe, la phrase ne peut pas contenir d'mfinitif. 44 La fonction des verifications 6.16 et 6.17 semble etre de verifier que dans des cas ou le verbe est reflechi et il y a un complement d'objet direct, le participe passS n'a pas d'accord (ex. Elle s'est lave les mains.). LINGER est capable de corriger les fautes d'accord de ce type mais nous ne voyons pas comment, puisqu'une des conditions de ces verifications est que le verbe auxiliaire soit « avoir ». Cela est encore plus enigmatique quand on sait que la verification 4.3 rendra 1'auxiliaire etre avant que les verifications 6.16 et 6.17 aient lieu. Les verifications 6.18-6.21 assure que le participe passe n'a pas d'accord selon quatre cas a travers la regie should_be([gender(m),plurality(s)]). Par consequent, 6.18 et 6.19 ont les conditions [attribute(conjug_with(avoir), past_participle), empty(reflexive_pronoun), not_attribute(pp_agree(y), pos_or_neg_yerbcons(pron_list(pronoun)))] pour preciser que le verbe doit etre conjugue avec avoir suivi d'un participe passe et qu'elle n'aura pas de pronom reflechi ni de pronom objet direct qui affecterait l'accord du participe passe. Puisque la verification 6.19 traite les constructions ou le participe passe est dans la proposition subordonnee, elle a un trait supplementaire qui est empty(relative_object_que). Cela enleve les instances d'accord entre 1'antecedent du pronom relatif et le participe passe. Comparant la structure que les verifications 6.20 et 6.21 representent a celle des 6.18 et 6.19, la seule difference est que les premieres ont le trait additionnel d'un infinitif. Elles sont un exemple du phenomene que nous avons explore aux verifications 6.13 et 6.14 a 1'inverse. En incluant la regie exists (infinitive_phr), on evite toute complication d'accord entre le participe passe et un pronom et, done, malgre l'absence de reference a des pronoms, ces verifications devraient etre capables de les gerer, si la phrase en contenait un. 45 Les commentaires A la difference des verifications que nous avons regardees jusqu'ici, celles qui se referent au verbe principal sont plutot des corrections. Chacune s'applique a une construction grarnmaticalement impossible et fournit un commentaire qui explique la faute. Pourtant, ces corrections suivent le meme schema que les verifications, sauf la quatrieme etape ou, au lieu de preciser le trait morphologique a etre verifie, il y a un commentaire particulier. Pour commencer, nous prenons comme exemples les quatre premieres qui traitent des fautes de transitivite. 7.1 et 7.2 traitent des constructions ou le verbe principal est intransitif (cf 7.1/7.2 attribute(transitivity(i),governing_yerb)) mais la phrase contient un complement d'objet direct dans la forme soit d'un nom (cf 7.1), soit d'un pronom (cf 7.2). Base sur la presence de la condition exists(dir obj_phr) (cf 7.1) ou bien, attribute(case(acc), pos_or_neg_verb cons(pronoun)) (cf 7.2) dans une phrase ou le verbe principal est intransitif, LINGER engendre le commentaire "Verb is intransitive so does not expect an object". Nous ajoutons ici qu'il n'y a pas de prevision dans LINGER pour les verbes comme « sortir » ou « descendre » qui peuvent etre soit transitifs, soit intransitifs selon l'usage. Les corrections 7.3 et 7.4, par contre, s'occupent des verbes transitifs dans des phrases ou le complement est absent. Puisque le commentaire de cette correction "Verb is transitive so does expect an object" (cf 7.3/7.4) indique a l'apprenant qu'il aurait du mettre un complement, les conditions doivent comprendre tous les complements possibles qui n'etaient pas dans la phrase originale pour que le commentaire soit approprie. Parmi les verbes dans le dictionnaire qui sont marques transitifs, il y en a trois (decider, finir et manger) qui ne sont pas obliges d'avoir un complement d'objet direct. Cela est une autre chose dont LINGER ne tient pas compte. Nous avons essaye la phrase Je mange, et tandis qu'il n'a rien ajoute a la 46 phrase, il a fait le commentaire "manger": Verb is transitive so does expect an object, ce qui n'est pas forcement vrai selon l'usage du verbe. Afin de resoudre ce probleme, nous suggerons que les verbes comme decider, finir et manger aient deux entrees lexicale, l'une qui indique qu'ils sont transitifs et 1'autre qu'ils sont intransitifs. Une telle addition rectifierait des corrections fautives potentielles. La correction 7.5 est concue pour repondre a une phrase ou l'apprenant a ajout6 un pronom reflechi a un verbe qui ne peut jamais avoir cet usage. Pour verifier que le verbe que l'apprenant a utilise ne peut pas etre reflechi, la correction inclut la condition can_be_reflex(n). Cet attribut fait partie des traits qui decrivent chaque verbe dans le dictionnaire, alors pour savoir si le verbe en question peut etre reflechi ou pas, il faut que can_be_reflex(n) relie les informations sur le verbe dans le dictionnaire, sinon la correction echouera. La correction 7.6 s'occupe des verbes qui ne peuvent pas etre suivis d'un infinitif. Elle montre une condition que nous n'avons pas vue jusqu'ici: follow_prepos([J),governing verb. Pour savoir ce que cela veut dire, il faut reveriir au dictionnaire ou nous decouvrons que les informations entre parentheses comprennent trois types. Prenant le verbe decider comme exemple du premier type, nous voyons que les informations qui correspondent a follow_prepos/l sont la preposition de (cf Appendice A, /* Verbs */) qui doit preceder l'hrfinitif, si la phrase en contient un. Les parentheses peuvent inclure des guillemets aussi, comme dans le cas du verbe aller (cf Appendice A, /* Verbs */) qui indiquent qu'un infinitif peut suivre le verbe principal, mais sans preposition. Finalement, nous arrivons au type de la correction 7.6, illustre dans le dictionnaire par le verbe manger (cf Appendice A, /* Verbs *7): les parentheses vides. Elles veulent dire que ni un infinitif ni une preposition ne puissent 47 suivre ce verbe particulier. Nous avons remarque que les informations pour quelques-uns des verbes sont incompletes. Par exemple, selon le dictionnaire, arriver et faire ne peuvent etre suivis ni d'un infinitif ni d'une preposition. Cependant cela ne tient pas compte des constructions arriver + a + infinitif (ex. J'arrive a comprendre le francais.) ni faire + infinitif + complement d'objet direct (ex. Je fais construire une maison). La correction 7.7, qui corrige les fautes de preposition avant un infinitif, utilise (follow_prepos([]),governing_verb) aussi mais dans ce cas il est introduit par le predicat not attribute pour exprimer qu'il est possible que le verbe principal soit suivi d'un infinitif ou d'une preposition. Nous rencontrons aussi la regie notone of (follow_prepos,verb_preposition,governing_verb) qui explique que la preposition qui suit le verbe principal dans un syntagme verbal de la forme pos_or_neg_verbcons(V) , verb_preposition(P) , infinitive_phr(I) (cf Appendice B, 5.1) dans la phrase ecrite par l'apprenant ne correspond pas a la preposition attribute a ce verbe dans le dictionnaire. Cela assure que la correction ne s'effectue que sur cette construction, ce qui enleve la possibilite de la correction fautive d'une preposition qui n'existe pas avant un infinitif mais qui est obligatoire avant un complement de lieu et vice versa ex. Je vais manger, (aller sans preposition + infinitif) mais Je vais a la discotheque, (aller avec la preposition a + complement de lieu). Nous notons ici que Barchan admet que LINGER ne peut pas traiter les contractions comme « du », « au » etc. parce qu'il suppose que chaque mot appartienne a une seule categorie grammaticale. II suggere d'ajouter une fonction qui divise la contraction avant l'analyse syntaxique et de la recontracter avant de presenter les resultats de la seance. Cependant il admet que cette idee pourrait poser des problemes pour la contraction « du » parce qu'elle risquerait de compliquer l'analyse non-contextuelle par confusion avec « du »(123). 48 Les corrections 7.8-7.10 traitent des phrases hypothetiques et potentielles en si. La premiere exphque des fautes de temps dans la proposition relative. Utilisant les contraintes, [exists(relative_object_si), not_attribute(tense(present), sub_clause(governing_verb)), notattribute(tense(imperfect), sub_clause(governing_yerb))] la correction assure que la phrase ecrite par l'apprenant se construit avec si, et que le temps du verbe dans la proposition relative n'est ni le present, ni l'imparfait, ce qui constitue la faute. Ayant satisfait a ces conditions, LINGER engendre le commentaire "'si' can only be followed by either the present or imperfect tenses". Ce commentaire n'est pas tout a fait vrai parce que le plus-que-parfait est possible aussi ainsi que plusieurs autres temps (par exemple, Je ne sais pas s'il viendra (le futur), Je ne savais pas s'il serait la (le conditionnel)). Les corrections 7.9 et 7.10 s'orientent plutot vers la proposition principale. La 7.9 s'applique a la faute de ne pas mettre le verbe dans la proposition principale au futur simple quand la proposition relative s'ecrit au present. Pour etablir les contraintes de la proposition relative, la correction inclut les informations suivantes: exbts(relativej)bjectjsi),atlribute(teme(present),su^ pour indiquer que la proposition relative commence avec si et le verbe s'ecrit au present. Elle precise aussi 1'argument not_attribute(tense(fuaire),main_clause(governing_verb)) afin de dire que le verbe principal ne s'ecrit pas au futur simple. Le resultat de tout cela est le commentaire "If "si" is followed by the present tense, the main clause should be in the 49 future". La correction 7.10 est exactement pareille sauf qu'elle s'applique aux phrases ou le verbe de la proposition relative est a rimparfait et le verbe principal devrait etre au conditionnel present. Les noms II n'y a qu'une verification qui traite les noms (cf Appendice C, 8.1). Comme les autres verifications de ce type que nous avons vues, selectonJirst identifie si chaque nom dans la phrase est pluriel ou singulier et puis elle ehrnine les autres possibilites dans la base de donnees qui ne correspondent pas a ce nombre. Par exemple, si le nom etait « chiens » la forme singuliere « chien »serait enlevee de la base de donnees comme possibilite. La valeur implicite du selectonJirst pour les noms est la forme plurielle et elle est reservee aux phrases ou LINGER ne trouve pas le mot qui correspond a ce que l'apprenant a ecrit. Barchan justifie le choix du pluriel ainsi: ...[I]f a noun has an incorrect ending it is more likely that this is an incorrect plural form than a singular one - in which case a version such as « bateaus » will be corrected to « bateaux », as would presumably have been intended. (1987,104) L 'orthographe Quant a 1'orthographe, les verifications 9.1-9.3 ne traitent que l'usage des apostrophes. Introduit par le predicat changespelling, la 9.1 indique que si la premiere lettre du mot suivant commence avec une voyelle, il faut une apostrophe, tandis que la 9.2 decrit le cas oppose de ne pas mettre une apostrophe ou le mot suivant commence avec une consonne. En ce qui concerne d'autres aspects de 1'orthographe, il n'y a pas d'algorithme qui traite ce genre de faute parce que les realisateurs pretendent que: 50 ...[TJhere would be.a strong 4anger of treating a perfectly correct but unknown word as a misspelling of one or more words which do exist in the dictionary. (Barchan, 5, 2.1.3) Afin de gerer des fautes d'orthographe LINGER profile des radicaux des mots (<word roots>) que nous avons vus. Pourvu que le radical du mot soit dans le dictionnaire, le logiciel traite la faute d'orthographe comme si le mot avait la terminaison fautive. Si le radical du mot n'est pas dans le dictionnaire, LINGER devine qu'il appartient a une classe grammaticale « ouverte »; c'est-a-dire les noms, les verbes, les adjectifs, mais non pas les prepositions, les determinants ni les conjonctions. Grace a cet apercu de son architecture, nous voyons deja que LINGER est assez limite. Les regies de syntaxe forte et faible ne semblent tenir compte que d'un petit morceau de grammaire de base, la fagon de faire les analyses, surtout la pr6-analyse, parait inefficace et les commentaires sont la seule prevision pedagogique du systeme. Pourtant, pourvu que la structure et le vocabulaire des phrases soient indues dans la grammaire et dans le dictionnaire, LINGER devrait etre capable de les corriger. Nous consacrerons done le chapitre qui suit a des tests qui reveleront a quel point LINGER pourrait corriger des phrases fautives. 51 Chapitre 3: La correction theorique et appliquee Vers une definition theorique de la correction Dans son article « Idiosyncratic Dialects and Error Analysis », Stephen Corder delink la correction comme une reconstruction. A reconstructed sentence is, roughly speaking, what a native-speaker of the target language would have said to .express that meaning'in that context, i. e. it is a translation equivalent. (Corder, 155) II est implicite dans cette definition que la necessite de reconstruire une phrase provient du fait qu'elle est fautive (ou bien « idiosyncratic» selon la terminologie de Corder) mais, qu'est-ce que cela veut dire ? Quels sont les criteres d'une faute ? Est-ce qu'on peut toujours identifier les fautes ? Pourquoi est-ce que les fautes se font et comment est-ce qu'elles nous aident a etendre la definition de la correction de Corder ? Quel est le rapport entre les theories de Fapprentissage des langues secondes, de l'analyse des fautes et de la correction presentees dans ce chapitre et celles que les realisateurs de LINGER soutiennent ? Le but de la premiere partie de ce chapitre sera de proposer des reponses a ces questions. La definition d'une faute Dans son etude d'un corpus parle de quatre apprenants d'anglais, Paul Lennon cite deux notions d'une faute avant d'etablir sa propre definition : ... [Apparently clear-cut definitions of L2 error in spoken English such as, 'the use of a linguistic item in a way which, according to fluent users of the language, indicates faulty or incomplete learning' (Chun et al. 1982:538) or: 'An error occurs where the speaker fails-to follow the pattern or manner of speech of educated people in English speaking countries today' (Liski and Puntanen 1983:227) are by no means unambiguous. A more cautious definition will be employed in this study, namely: 52 a linguistic form or combination of forms which, in the same context and under similar conditions of production, would in all likelihood, not be produced by the speakers' native speaker counterparts. (Lennon, 182) Les trois definitions suggerent que les francophones reconnaissent la justesse d'un enonce selon une serie de normes linguistiques. Grace a leur formation et a leur familiarite avec la langue, ils savent, jusqu'a un certain point au moins, ce qui se dit et ce qui ne se dit pas en general. II est clair que parmi la gamme de fautes possibles qui pourraient briser les normes linguistiques d'une langue, il y a deux niveaux: les phrases qui ne rentrent pas dans le cadre des regies morpho-syntaxiques de la langue (appelees des phrases « overtly idiosyncratic)) par S.P. Corder (1971) 155) et celles qui, malgre leur justesse grammaticale, ne se disent pas et, done, ne sont pas acceptables (appelees des phrases « covertly idiosyncratic)) par S.P. Corder (1971) 155). Les criteres d'une faute James Carl identifie la grammaticahte et l'acceptabilite comme les deux criteres auxquels la phrase doit satisfaire pour etre correcte. II decrit la grammaticahte en detail dans les remarques suivantes : It is the grammar (not you or I) who decides whether something said by a learneT is grammatical. The grammar bases decisions about the grammaticality of contentious cases on principles extracted from observing clear cases. Appeal to grammaticality is an attempt to be objective, to take decisions such as whether some bit of language is erroneous or not out of the orbit of human whim. So, if we can point to a bit of language and say that there are no circumstances where tnis could ever be said in this way, we are dealing with ungrammaticaUty. The reason for this is that ungrammatically is context-free. Thus a judgment of the grammaticality of a sentence does not appeal to context. As we have seen, there is no context where an ungrammatical bit of language could be right. If, on the other hand, we can agree that it might be said in some context, it is well-formed." (James, 65) 53 James definit l'acceptabilite de la facon suivante : 'An acceptable utterance is one that has been, or might be, produced by a native speaker in some appropriate context and is, or would be, accepted by other native speakers as belonging to the language in question.' (Lyons, 1968: 137) [...] To decide on the acceptability of a piece of language we refer not to rules, but to contexts, trying to contextualize the utterance in question. (James, 67) Afin d'illustrer cet argument, James propose 1'exemple suivant: Pele (the Brazilian footballer) wore a green dress. Yes, if he were taking part in the Rio carnival celebrations. But the learner who said this was referring to the context where Pele was playing football, and by 'dress' meant 'shirt' or 'strip'. So this is an error of acceptability. (James, 67) Comme nous le voyons dans cet exemple, une phrase qui satisfait au critere de grammaticahte n'est pas forcement acceptable. Au contraire des definitions precises de James qui semblent suggerer qu'il est facile d'etablir la grammaticahte et l'acceptabilite d'une phrase, Lyons affirme que: Since the sentences of the language being described are so numerous [...], one cannot hope to decide for every sentence generated by the grammar that it is definitely acceptable or unacceptable. In fact, one does not have to go very far with the grammatical description of any language before one finds disagreement among native speakers about the acceptability of sentences generated by rules tentatively established by the grammarian. (Lyons, 153) Rejetant partiellement la generalisation que les personnes de langue maternelle savent intuitivement la structure grammatical de leur langue, Lyons maintient que: It is with respect to the less general principles that alternative grammars might differ in their characterization of sentences as grammatical and ungrammatical. And the 'intuitions' of linguists and speakers of the language tend to be unreliable and inconsistent at this point anyway. (154) 54 A notre avis, il existe des cas extremes ou on ne peut plus se servir des intuitions des personnes de langue maternelle pour savoir si une phrase est acceptable ou pas parce qu'elles n'arrivent pas toujours a un consensus. Pourtant, puisqu'on ne sait pas, dans ces circonstances, si la phrase est acceptable ou pas, il n'y a aucun moyen de la corriger, alors il nous suffit de reconnaitre qu'une faute, et par extension une correction, n'est pas toujours possible. L'origine des fautes Maintenant que nous savons qu'une faute est 1'element dans un enonce qui brise les normes linguistiques d'une langue et que, dans la plupart des cas, la grammaticahte et l'acceptabilite sont les deux criteres qui deterrninent les normes linguistiques, explorons les theories qui expliquent pourquoi les fautes se font. On peut classer les fautes en deux categories : les fautes d'interference qui proviennent de l'« interlanguage » (Selinker, 71), ou bien du «transitional dialect » (Corder, 151), et des « intralingual and developmental errors » (Richards, 173) qui ont leur origine dans tout ce qui n'est pas lie a l'interlangue.7 L 'interlangue Corder definit ce qu'il appelle «transitional dialect» de la facon suivante : It has a grammar, and is, in principle, describable in terms of a set of rules, some sub-set of which is a sub-set of rules of the target social dialect. His dialect [celui de l'apprenant] is unstable [...] and is not, so far as we know a 'langue' in that its conventions are not shared by a social group, [...] and lastly, many of its sentences present problems of interpretation to any native speaker of the target dialect. Selinker (1969) has proposed the name interlanguage for this class of idiosyncratic dialects, implying thereby that it is a dialect whose rules share characteristics of two social dialects or languages, whether the 7 Nous reconnaissons que les fautes rmprevisibles dues a la fatigue, k la typographic etc. constituent egalement une categorie. Pourtant, nous n'allons pas la trailer ici. 55 languages themselves share rules or not. [...] An alternative name might be transitional dialect, emphasising the unstable nature of such dialects. (Corder, 151) Par definition, alors, la presence de l'interlangue signifie que: a large number, but by no means all, of his errors [celles de l'apprenant], are related to the systems of his mother-tongue. These are ascribed to interference from the habits of the mother-tongue, as it is sometimes expressed. (Corder, 168) En plus, it is certainly the case that teachers work on the assumption that a group of learners having the same mother tongue and having had the same experience of learning the second language speak more or less the same interlanguage at any point in their learning career, and that what differences there are can be ascribed to individual variation in intelligence, motivation and perhaps attitude. This belief is inherent in the notion of 'teaching a class' as opposed to an 'individual', and indeed, it is difficult to see how one could proceed otherwise. (Corder, 154) Ces remarques expliquent pourquoi, dans une classe de francais composee d'anglophones qui ont passe par le meme systeme d'education, les apprenants font beaucoup de fautes identiques. II est clair a partir d'exemples frequents comme *Je suis vingt ans. et *Le temps est beau, que l'interlangue des apprenants les mene a appliquer l'orthographe, la syntaxe et la morphologie de 1'anglais a leurs enonces en francais. Les fautes intralingues et developpementales Dans cette derniere citation, Corder attribue les fautes qui ne sont pas justifiees par l'interlangue aux variations d'intelligence, de motivation et d'attitude. Ces variations expliquent la presence des fautes que Richards identifie comme « intralingual and 56 developmental errors» dans son article « A Non-Contrastive Approach to Error Analysis». II definit ces genres de fautes ainsi: [I]ntjalingual errors are those which reflect the general characteristics of rule learning, such as faulty generalization, incomplete application of rules, and failure to learn conditions under which rules apply. Developmental errors illustrate the learner attempting to build up hypotheses about the English language from his limited experience of it in the classroom or textbook. (174) Afin de clarifier ces types de fautes, nous fournirons une definition et un exemple de chacun. Citant Jakobovits, Richards constate que le mot generalisation veut dire « the use of previously available strategies in new situations....In second language learning...some of these strategies will prove helpful in organising the facts about the second language, but others, perhaps due to superficial similarities, will be misleading and inapplicable » (174). Prenons comme exemple la conjugaison. A cause de la similarite entre infinitifs, les apprenants essaient souvent d'appliquer les regies de conjugaisons d'un verbe regulier a un verbe irregulier. Par exemple, en vue de la ressemblance entre « rendre » (regulier) et <mrendre »(irregulier), les apprenants generalisent les regies de conjugaison, inventant *nous prendons. Le terme « incomplete application of the rules » s'applique aux fautes ou les apprenants se trompent parce qu'ils ne comprennent pas completement les regies. Quand ils apprennent comment former rimperatif avec des pronoms d'objet direct/indirect puis etudient rimperatif avec les verbes pronominaux, les apprenants ont tendance a rajouter un pronom reflechi a 1'imperatif ou aucun pronom n'est requis. Ils ecriraient, par exemple, *Mangez-vous ! ou ils veulent dire Mangez ! Cela indique qu'ils n'arrivent pas a distinguer entre les pronoms d'objet direct/indirect et les pronoms reflechis. 57 Le dernier type de faute mtralingue, « failure to learn conditions under which rules apply », refere a « the application of rules to contexts where they do not apply » (175). Un exemple de cela est 1'accord du participe passe des verbes pronominaux. En generalisant que le participe passe s'accorde avec le pronom reflechi, souvent les apprenants font l'accord meme si le pronom reflechi represente un complement d'objet indirect, par exemple *Elles se sont parlies. Les fautes developpementales se produisent quand les apprenants formulent des hypotheses linguistiques fautives au sujet de la langue cible selon des regies qu'ils ont deja apprises. Par exemple, ayant appris que les verbes intransitifs qui, normalement, expriment une action de mouvement, se conjuguent aux temps composes avec l'auxiliaire etre, ils font Fhypothese que cela est vrai pour tous les verbes qui ont ces traits. Done, quand ils conjuguent un verbe comme marcher, qui ne correspond pas a cette regie, ils se trompent, ecrivant quelque chose du genre *il est marche. La correction A la lumiere des remarques que nous avons soulignees concernant la definition et l'origine des fautes, revenons a la definition de la correction. Nous reconnaissons que la notion de la correction comprend deux elements lies : un processus et un resultat. Dans la definition que nous avons citee au debut du chapitre, il s'agit d'un resultat; la correction est le changement qu'on fait a un enonce pour qu'il se confonne aux normes linguistiques de grammaticahte et d'acceptabilite etablies par des locuteurs dont e'est la langue maternelle. Par contre, le processus de corriger exige, d'abord, qu'on identifie la faute et ensuite qu'on la transforme. 58 La facon de faire cela peut varier selon le but de la correction. James identifie trois types de correction ainsi que le but de chacun: 1. Informing the learners that there is an error, and leaving them to discover it and repair it themselves. I would call this sort of intervention feedback, commonly defined as giving knowledge of 'results'.... 2. Providing treatment or information that leads to the revision and correction of the specific instance of error (the error token) without aiming to prevent the same error from recurring later. In addition to indicating that the present attempt is wrong, the corrector can specify how and where, suggest an alternative, give a hint...It is aimed at product enhancement. This I would call correction proper. 3. Providing learners with information that allows them to revise or reject the wrong rule they were operating with when they produced the error token. The result will be to induce learners to revise their mental representation of the rule, so that this error type does not recur....Since its purpose is primarily to improve the processes for all future productions rather than merely 'cosmetically' to improve the present product, I would call this remediation. (236-7). Nous sommes d'accord avec les deux derniers types de correction mais nous rejetons le premier parce qu'il ne satisfait qu'a la premiere etape du processus. Le deuxieme type correspond a notre definition de la correction et il est utile a l'apprenant parce qu'il montre ce que l'apprenant doit changer pour avoir un enonce correct, mais le troisieme type represente, a notre avis, la facon la phis efficace de corriger. Derriere l'analyse des fautes existe une theorie de Fapprentissage des langues secondes que Corder explique ainsi: [L]anguage learning is some sort of data-processing and hypothesis-forming activity of a cognitive sort. According to this view his idiosyncratic sentences are signs of false hypotheses, which, when more data is available and processed, either by direct observation or by statements by the teacher, i. e. corrections and examples, enable the learner to formulate a hypothesis more in accordance with the facts of the target language.[...] The 'correction' of error provides precisely the sort of negative evidence which is necessary to discovery of the correct concept or rule. (Corder, 159) Done, que ce soit des fautes qui proviennent de 1'interference de la langue maternelle, des generalisations fautives, d'une comprehension soit incomplete soit trop vague ou d'une 59 supposition inapplicable, « remediation », comme l'appelle James, est la meilleure forme de correction parce qu'elle essaie de guerir l'hypothese fautive concernant la representation de la grarnmaire de la langue cible dans 1'esprit de l'apprenant, ce qui avancera son apprentissage de la langue. Les details disponibles concernant les theories sur lesquelles LINGER est basee sont tres lirnites. Nous savons du but d'un verificateur de grammaire cite dans le chapitre deux que LINGER est cense « to provide the learner with sufficient guidance to construct a grammatically acceptable sentence based largely on the learner's original input. » et que LINGER fait cela en fournissant une version correcte de la phrase originale de l'apprenant ainsi que des remarques pertinentes qui expliquent les modifications qu'il a faites. En plus, s'accordant avec l'objectif que « the system should be easily configured for a particular natural language by an expert in that language but not in computer science » (Barchan, 4), un des traits desires du systeme original etait que «the grammar writer may include comments to be issued if certain expected mistakes are found in the input. » (6). A en juger par ces commentaires, on dirait que certains aspects de LINGER ont leurs racines dans la theorie que nous avons exploree. D'abord, le fait que LINGER explique les corrections qu'il fait semble indiquer que les realisateurs du logiciel recbnnaissent 1'importance de la reparation dans la correction. En plus, l'usage des phrases ecrites par des apprenants aborde les fautes intralingues et developpementales, puisque le message qui explique les modifications faites a la phrase originale traite directement une faute particuliere a cet apprenant. Enfin, l'id6e de formuler le systeme de sorte qu'un professeur puisse rajouter des commentaires concernant les fautes attendues semble tenir compte du fait qu'il existe des fautes d'interference ainsi que de quelques fautes mfralingues et developpementales qui sont communes a tous les apprenants de meme langue maternelle. Alors, a partir des buts de LINGER, nous voyons 60 quelques applications des theories autour de la correction, de l'interlangue et de l'analyse des fautes. En vue de cela, l'utilite de LINGER comme outil pedagogique parait etre relativement prometteuse, mais afin de justifier cette affirmation, nous consacrerons la suite du chapitre a une etude de sa performance. Evaluation de LINGER La description du corpus Pour savoir ce que LINGER est capable d'analyser, nous nous servons d'un corpus d'exemples ecrits par quinze etudiants de francais au niveau du 110 a l'Universite de Colombie-Britannique. lis sont pris d'un babillard electronique par lequel les 6tudiants se sont ecrit six fois par semaine pendant une periode de quatre semaines entre la mi-septembre et fin octobre 2000. Parmi les deux mille quatre cents phrases au total, nous voulions etudier un echantillon de cent, alors nous avons numerate toutes les phrases et fait la selection avec une fonction dans Excel qui choisit des numeros automatiquement au hasard. Ensuite, nous avons identifie celles qui contiennent des fautes morpho-syntaxiques, semantiques ou stylistiques (cf. Appendice D), afin d'en savoir la distribution. Cependant, il fallait limiter les tests aux fautes morpho-syntaxiques. Nous avons trouve que parmi les cent exemples, il y en avait 77 qui contenaient au moins une faute. Nous avons calcule un total de 159 fautes, 43 semantiques (27%), 3 stylistiques (2%) et 113 morpho-syntaxiques (71%). Nous avons identifie les seize categories de fautes morpho-syntaxiques suivantes: l'accord (nom-adjectif), la conjugaison, les prepositions, le genre, les accents, les articles, 61 rorthographe, les majuscules, les elisions, l'ordre des mots, la negation, le comparatif, les expressions de quantite, les noms adjectifs et l'absence du « que » dans une proposition subordonnee. La moitie de ces fautes sont celles de la conjugaison (20%), du choix de preposition (19%) et de l'accord (11%). Les fautes d'accents (9%), d'orthographe (9%), de majuscules (5%), de genre (5%) et d'elisions (5%) se font avec a peu pres la meme frequence et ensemble elles constituent 33% du total. La suite des categories des fautes comprend tres peu de fautes et ensemble elles font les 13% qui manquent du total. Nous avons dit dans le chapitre 2 que la grammaire et le dictionnaire de LINGER etaient limites aux constructions et aux categories grammaticales suivantes: - les accords (sujet-verbe, sujet-pronom reflechi, sujet-adjectif, determinant-nom-adjectif, pronoms-participes passes) - les propositions relatives en « que » et en « qui» - le placement et l'ordre des pronoms objet direct et indirect - l'usage des prepositions avant un infinitif - deux types de phrases hypothetiques en « si» - les elisions - l'orthographe - les pronoms sujets, objet direct et indirect et reflechis - les determinants - une dizaine d'adjectifs - une vingtaine de noms - quatre adverbes - une vingtaine de verbes et - cinq prepositions 62 Face a notre corpus, nous nous sommes rendu compte que la grammaire LINGER serait capable de gerer seulement 21 des 77 exemples fautifs. Cependant, une analyse des corrections de LINGER de ces 21 exemples valait toujours la peine parce qu'elle montrerait les faiblesses du systeme, ce qui nous permettrait de generaliser quelques-unes des difficultes de construire un verificateur de grammaire con<;u pour des apprenants. Puisqu'il aurait fallu ajouter la plupart des mots de ces 21 exemples au dictionnaire simplement pour faire l'analyse, nous avons decide de substituer au mot inconnu un mot de la meme categorie grammaticale deja inclus dans le dictionnaire. L'analyse des corrections de LINGER LINGER a reussi a corriger 9 des 21 phrases que nous avons testees. Les fautes corrigees incluent presque toutes celles d'accord entre le nom et le determinant/l'adjectif, celles de genre et d'elision, quelques-unes de conjugaison et de l'ordre des particules dans une negation. Examinons de pres dix des cas problematiques qui nous semblent les plus pertinents. Le genre et les elisions n'ont pas poses de problemes a LINGER et les accords a 1'interieur du syntagme nominal ont reussi dans presque tous les cas. Cela n'est pas surprenant, puisque les regies sont faciles a formaliser. Comme nous 1'avons vu au chapitre 2, LINGER etablit le nombre du nom avant de traiter l'accord. Cela semble logique et marche pour la plupart des phrases, sauf celles comme notre exemple *La maison sont petites. ou, etant donne que le verbe ainsi que 1'adjectif sont au pluriel, il est plus probable que le nom devrait etre au pluriel aussi. Bien que ce genre de faute soit plutot rare, il existe, alors un verificateur de grammaire 63 devrait pouvoir la corriger d'une facon appropriee. Done, a notre avis, afin de gerer les fautes de ce type, il vaut mieux avoir une fonction soit qui demande a l'apprenant le nombre du nom soit qui presume le nombre du nom sur la base des mots qui l'entourent. Quoique LINGER arrive a corriger des fautes de conjugaison tres simples au present comme *Je voit, *Il parler, *Je me laver et *La fille finir, il a du mal a trouver une correction juste quand la faute est plus grave. Nous presentons ci-dessous des exemples ou la conjugaison est plus problematique qu'une simple faute de terminaison ainsi que les corrections proposees par LINGER: *Je mangee lapomme.--> Je mange lapomme. *Je alle a la maison. --> Je <alle> a la maison. *J'aifaire le tour. —> J'ai <adverb> le tour. *J'ai parler a la fille. — > J'ai <relative_subject> par lent a la fille. En cherchant une explication pour ces corrections, nous nous sommes rendu compte que la structure du dictionnaire et les restrictions des regies de syntaxe forte constituaient les raisons fondamentales pour lesquelles LINGER n'arrive pas a gerer tres bien la conjugaison. Dans le premier exemple, LINGER reconnait mangee comme verbe principal, non pas comme participe passe. Apres avoir reconnu que « Je » constitue le syntagme nominal, LINGER passe au mot suivant et, puisque ce n'est pas un verbe auxiliaire, il le traite comme verbe principal, satisfaisant a la regie de syntaxe forte: verb_phr --> pos_pr_neg_verb_cons(V), dir_obj_phr(DO). Ensuite, puisqu'il ne reconnait pas le « ee » comme terminaison possible, il applique la valeur implicite: le present. Bien que LINGER n'ait pas corrige *Je mangee la pomme. comme il fallait, au moins il a reconnu le verbe et a fourni une reponse possible. Dans notre deuxieme exemple, malgre le fait que aller apparait dans le dictionnaire, LINGER ne reconnait pas ce que l'apprenant a 64 ecrit a cause de la representation des verbes irreguliers dans le dictionnaire. Tandis que pour le verbe manger le dictionnaire inclut le radical « mang » a laquelle il ajoute des terminaisons, il n'y a pas de radical pour le verbe aller parce qu'au present la conjugaison est tres irreguliere. Done, LINGER est oblige de decrire la conjugaison complete, au lieu d'avoir un radical et des terminaisons. C'est-a-dire que la conjugaison faite par l'apprenant dans ces cas doit etre tres proche de la forme correcte, sinon, comme dans le cas de notre exemple, LINGER ne la reconnaitra pas. II nous semble etonnant de presumer que les apprenants ne feront que des fautes mineures en conjuguant des verbes irreguliers. Concernant la faute de mettre un infinitif a la place d'un participe passe, nous voyons a partir de nos deux derniers exemples que LINGER ne sait pas corriger ce genre de faute. Nous identifions les restrictions des regies de syntaxe forte comme explication. Supposant que «ai» soit le verbe principal et "le tour" le complement d'objet direct du syntagme verbal de la phrase *J'ai faire le tour., LINGER substitue "faire", le seul mot de la phrase qui ne satisfait pas a la regie de syntaxe forte qui correspond le mieux aux donnees, (c'est-a-dire syntagme verbal --> pos_or_neg_verb_cons(V), adverb(A), dir_obj_phr(DO), indir_obj__phr(IO)), par un adverbe. En plus, alors que la structure pos_or_neg_verb_cons(V) inclut un verbe auxiliaire plus un participe passe comme possibility, puisque le verbe « faire » n'a pas de radical dans le dictionnaire, LINGER ne le reconnait pas comme verbe et, done, il rejette les constructions qui contiennent un participe passe dans la pre-analyse. Par contre, dans 1'autre exemple, LINGER reconnait parler comme verbe parce qu'il a un radical dans le dictionnaire, mais puisqu'il n'est pas un participe passe, LINGER 1'interprets comme verbe principal de la proposition subordonnee et rajoute le pronom relatif « qui » a la phrase comme correction. L'addition du « qui » nous semblait tres problematique, puisque 65 1'exemple ne contenait pas d'antecedent. Cela souligne un autre defaut dans la syntaxe forte de LINGER, ce que nous aborderons ici a l'aide des deux exemples suivants: *Je vais a la maison. — > Je vais <relative_subject> a la maison. *Je suis marche. —> Je suis <relative_subject> marche. Dans ces deux exemples, LINGER reconnait deux verbes principaux, l'un de la proposition principale et l'autre de la proposition relative. Pourtant, il n'y a pas d'antecedent dans ces phrases. Le probleme est que la syntaxe forte n'exige pas qu'il y ait un antecedent avant les pronoms relatifs. Elle precise simplement que la proposition relative doit etre precedee d'une proposition principale. Cependant, etant donne qu'une proposition principale peut exister sans complement d'objet direct, LINGER accepte Je vais et interprete a la maison comme proposition relative qui manque le pronom relatif. Une telle omission nous semble tres problematique parce qu'elle mene a des corrections fautives. Curieusement, dans des cas ou le verbe de la proposition principale est transitif, comme etre dans notre exemple *Je suis marche., LINGER inclut la remarque « Verb is transitive so does expect an object. » et, pourtant, il n'ajoute pas de complement dans 1'analyse. Etant donne que la transitivite des verbes est un trait indiscutable dans la plupart des cas, a notre avis, il serait beaucoup plus utile d'inserer ou d'enlever les complements selon le verbe avant d'etablir la structure complete de la phrase parce que la presence d'un complement pourrait changer la suite de 1'analyse. En plus, les apprenants anglophones ne se trompent pas en general au niveau de la transitivite parce que normalement elle est pareille en anglais et en francais, par consequent, ce genre de commentaire nous semble inutile. Le dernier exemple que nous voulons traiter est le suivant: *L 'homme heureux — > /' homme heureux <verb>. 66 Tandis que la correction que LINGER a fournie est tout a fait possible, elle n'est pas la seule reponse. Comme nous 1'avons vu au chapitre 2, LINGER possede une fonction qui choisit un seul arbre syntaxique quand il y'en a plusieurs qui sont possibles. Cette approche nous semble trop serree. S'il y a plus qu'une analyse possible, il devrait etre la responsabilite de l'apprenant de choisir celle qui correspond le mieux a ses propres intentions. Vu que LINGER est un prototype realise il y a quinze ans, il n'est pas etonnant que sa performance soit tres limitee. Cependant, depuis cette epoque, on s'attendrait a ce que la technologie dans le domaine du traitement des langues naturelles se soit beaucoup developpee et amelioree. Done, afin de decouvrir ce que la technologie actuelle est capable de gerer, nous avons teste Antidote 2000, la version la plus recente de ce verificateur de grammaire mentionne dans le chapitre 1, avec les 77 phrases fautives prises de notre echantillon. Antidote 2000: Evaluation de la technologie actuelle Des 77 phrases, Antidote n'a pu construire que 52 arbres syntaxiques (68%) parce que 25 des phrases contenaient des fautes syntaxiques qui les ont rendues inanalysables. Parmi les 52 phrases analysees, il y avait 66 fautes morpho-syntaxiques, 42 desquelles (64%) Antidote a reussi a corriger. Ces statistiques semblaient assez basses, surtout quand nous les avons comparees aux resultats des etudes que nous avons vus au chapitre 1. Par consequent, nous avons regarde de pres les phrases problematiques afin de voir s'il y avait un moyen d'expliquer pourquoi Antidote 2000 n'avait pas reussi a analyser plus des phrases. 67 Nous avons trouve deux phrases ou Antidote n'a pas detecte de fautes et cinq phrases qu'il a mal corrigees. Nous avons marque toutes les fautes qu'Antidote aurait du corriger en caracteres gras et souligne toutes les fautes qu'il a reussi a corriger. Voici les phrases: Phrases originales II est tres difficile quand Je vais a l'urhversite et je vais a travail dans un jour. Mais je suis prejuge parce-que mes parents son roumain et ma mere a fait les gymnastiques beaucoup quand elle ete etudiante. II etudier beaucoup. Calgary est une petite universite et le recrutement est plus bon que lUniversite de colombie-britanique. Cette annee, je habite a Totem Park, mais ma famille habits dans Surrey. J'ai essaye au jouer le guitare mais c'est difficile. Ils sont a la meme ecole mais ils ne recontrent pas pendant le jour parce que ma mere commence a sept heures et elle est fini amidiou 13 heures. Versions "corrigees" par Antidote II est tres difficile quand je vais a l'universite et je vais a travail dans un jour. Mais je suis prejuge parce-que mes parents son roumain et ma mere a fait les gymnastiques beaucoup quand elle ete etudiante. Ils etudient beaucoup. Calgary est une petite universite et le recrutement est meilleur que l'universite de Colombie britannique. Cette annee, j'habite a Totem Park, mais ma famille habitee dans Surrey. J'ai essaye a la jouee la guitare mais c'est difficile. Ils sont a la meme ecole mais ils ne remontrent pas pendant le jour parce que ma mere commence a sept heures et elle est frniea midi oil a 13 heurte. Les raisons pour lesquelles Antidote n'a pas pu corriger ces phrases ne nous sont pas evidentes. Nous supposons que tous les logiciels ont des petits problemes techniques et qu'en vue de la variete de fautes potentielles qu'un verificateur de grammaire est cense pouvoir gerer, aucun logiciel ne sera capable de les reconnaitre et corriger toutes. Concernant le reste des phrases, nous avons remarque certaines tendances. D'abord, il nous semble qu'Antidote ne reconnait pas les fautes de prepositions dans le contexte des mois et 68 des saisons. II y avait quatre occurrences de ce genre de faute et Antidote n'en a corrige aucune. Les phrases etaient Je n'aime pas la pluie quand c'est froid dans I'automne ou I'hiver., Dans decembre quand il pleut j'irai snowboarding a Whistler et J'habite en Californie dans I'ete. Deuxiemement, Antidote n'a pas fait de hen entre la preposition pour et le temps verbal de la phrase. II n'a pas corrige J'aijoue au baseball pour 10 ans. ni J'ai habite dans la meme maison pour toute ma vie. ni Je suis bien, mais je suis fatigue parce qu'hier apres I'ecole j'ai travaillepour huit heures. Troisiemement, a partir des corrections fautives des phrases suivantes, nous avons deduit qu'Antidote etablit l'analyse du syntagme nominal a partir des determinants, ce qui a pose des problemes dans la correction des trois phrases suivantes: Phrases originales Versions "corrigees" par Antidote Ma mere est chretien et ma pere et juif! Ma mere est chretienne et ma pairs et juifs! Mon sports favori sont le baseball, le Mon sport favori est le baseball, le football football et lhockey. et le hockey. Je ne peux pas marcher dans un avion parce Je ne peux pas marcher dans un avion parce que 1'allee sont tres petites. que 1'allee est tres petite. Dernierement, nous avons remarque qu'Antidote n'ajoute pas de deuxieme preposition ou il faut, comme nous le voyons des exemples suivants: J'ai vecu en Tulameen et Vancouver. Et, si ton amie veut aller au Bresil, elle peut aller d Rio de Janeiro ou le nord-ouest du pays, qu'ily a des plages merveilleuses. Nous resumons ici les fautes syntaxiques qui ont empeche l'analyse de 25 phrases. Elles incluent: - le choix de prepositions dans le contexte des mois et des saisons - l'usage de la preposition pour avec le temps verbal convenable 69 - le choix de determinant et - la repetition des prepositions avant nn deuxieme complement Ces fautes tiennent compte de presque toutes les structures qu'Antidote a mal corrigees ou bien n'a pas corrigees du tout. Nous avons remarque que c'etaient toutes des structures qu'un francophone formulerait sans doute correctement et, done, le logiciel ne les prevoit pas. Par contre, nous savons qu'Antidote est capable de prevoir ou d'avertir des fautes pertinentes aux francophones. Par exemple, il signalera une alerte qui corrige et explique la confusion entre 1'infinitif et le participe passe, ce qui est une faute typique chez les francophones. En plus, comme nous l'avons vu au chapitre 1, Antidote signale des problemes lexicaux aussi. Parmi nos exemples, il a corrige un caique (prendre un cours d'anglais), deux anglicismes (quiz, originer), un paronyme (roumain/roman), une confusion (bibliographie/bibliographiques) un faux ami (date/sortie), et des homophones (son/sont, a/a), ce qui est tres utile pour l'apprenant. Les alertes sont aussi utiles pour des mots dont la majuscule change selon le contexte. Par exemple, il nous a averti que le mot universite peut etre soit avec majuscule, soit au avec minuscule dependamment de son usage comme nom d'un etablissement precis. Toutes ces alertes apparaissent chaque fois que le mot est utilise et elles incluent des explications a partir desquelles Futilisateur decide ce qui devrait etre corrige. A cause des hrnites semantiques du logiciel, cette flexibilite nous semble essentielle. Au niveau technique, nous concluons d'apres cet apercu d'Antidote que les verificateurs de grarnmaire actuels sont tres performants et que les problemes de correction poses par nos exemples sont dus au fait qu'Antidote est concu pour des francophones et non pas pour des apprenants de francais comme langue seconde. En plus, Antidote fait la preuve qu'il est possible de prevoir des fautes morpho-syntaxiques et lexicales ainsi que des explications. 70 Les conclusions et les recommandations Ayant disseque LINGER, nous avons une image assez claire des faiblesses et des forces du logiciel. Parmi les fautes morpho-syntaxiques que LINGER arrive a corriger sans trop de difficulte, nous identifions les elisions, le genre, les accords a l'interieur du syntagme nominal, l'ordre des mots dans des constructions negatives et les conjugaisons simples. Les limites linguistiques de LINGER incluent une grammaire qui n'est pas suffisamment complexe pour gerer des propositions subordonnees, des propositions relatives a l'interieur d'une proposition principale, des antecedents, des phrases hypothetiques en « si» au plus-que-parfait, ni l'euphonie des adjectifs possessifs et un dictionnaire qui est incomplet dans son traitement des prepositions. Cependant, a notre avis, on pourrait rectifier tous ces problemes en etendant la quantite de regies de syntaxe forte, en ajoutant des verifications et en raffinant les informations contenues dans le dictionnaire. Par contre, a la base des critiques de LINGER, nous trouvons que malgre les efforts qui ont ete faits pour resoudre cette liste de limites qui ont leur origine dans la simplicite du logiciel, il reste des problemes fondamentaux. Comme nous 1'avons vu de l'analyse de LINGER, la structure du dictionnaire empeche la correction des verbes irreguliers dans des cas ou la conjugaison de l'apprenant ne ressemble pas suffisamment a la forme correcte. Le degre de ressemblance requis est difficile a dechiffrer. Ayant fait quelques experiences, tout ce que nous pouvons dire est que pour le verbe aller, il faut qu'au moins les deux premieres lettres du verbe correspondent a la forme correcte. Par exemple, *je va sera corrige je vais. Pour le verbe faire, au moins les trois premieres lettres de la conjugaison au singulier sont necessaires et quatre au pluriel. C'est-a-dire que *je fai, ainsi que *nous fais, seront corrige. A notre avis, l'idee de construire le dictionnaire selon un systeme de radicaux et de terminaisons est le fond du probleme. Tandis que cela ne pose pas trop de problemes pour les noms et les 71 adjectifs, comme nous 1'avons explique au chapitre 3, pour les verbes irreguhers il n'y a pas d'autre moyen que de fournir une conjugaison complete du verbe, ce qui veut dire que la conjugaison de l'apprenant doit etre tres proche a la forme correcte. Cependant, meme dans notre petit echantillon, les fautes de conjugaison des verbes irreguhers tiennent compte de la moitie (11 sur 22) des fautes totales de conjugaison, done, il nous semble clair qu'il faudrait changer la structure totale du dictionnaire de sorte qu'il puisse gerer des fautes de conjugaison des verbes irreguhers. Malheureusement, a partir de ce que nous avons decouvert a propos de la syntaxe forte, reviser le dictionnaire ne suffirait pas a guerir les problemes de conjugaison. Comme nous 1'avons vu dans 1'exemple * J'ai faire le tour, au chapitre 3, LINGER essaie de cadrer la phrase de l'apprenant dans la regie de syntaxe forte qui semble convenir le mieux. Le probleme avec cette approche, au niveau de la conjugaison des temps composes au moins, est qu'elle exige que pour avoir une analyse juste, la conjugaison du verbe soit plus ou moins correcte; e'est-a-dire qu'il faut avoir quelque chose qui ressemble a un verbe auxiliaire et un participe passe bien construit. A la lumiere de notre corpus, une telle presomption nous semble assez naive. Comme nous avons appris grace a 1'exemple *Je mangee la pomme., ce que LINGER a corrige comme Je mange la pomme., les regies de syntaxe forte ne sont pas sensibles a la possibilite que l'apprenant ait oublie le verbe auxiliaire, malgre le fait qu'il a inclus un participe passe dans sa phrase. En ce qui concerne 1'aspect pedagogique de LINGER, l'idee des realisateurs de LINGER de produire un outil pedagogique qui puisse corriger des phrases ecrites par des apprenants ainsi 72 que de presenter ce qu'il a modifie et pourquoi nous semble extremement utile. Pourtant, a notre avis, LINGER n'atteint ces buts ni dans ses corrections ni dans ses commentaires. II est clair, d'apres les difficultes qu'il a a corriger les fautes de conjugaison, que Ton n'a pas du tout tenu compte de la facon dont les apprenants se trompent en conjuguant. Quant a la liste de modifications effectuees a la phrase et les explications des fautes, telles que "voir": Verb is transitive so does expect an object et verb "parlel" changed to "parle" : [transitivity(i),follow_prepos(fj),can_be_reflex(y),person(3),plurality>(s), tense(present), elles sont soit trop evidentes, soit trop cryptiques pour etre utiles. Malgre le fait qu'il n'est pas ni serait jamais un outil pedagogique dont des apprenants puissent se servir, d'apres ce que nous avons observe de 1'architecture et de la performance de LINGER, nous pouvons apprecier les complexites de construire un verificateur de grammaire et proposer une serie de recommandations pour un verificateur de grammaire correctif ideal. Commencant avec la facon dont l'analyse se fait, au lieu de cadrer la phrase ecrite par l'apprenant selon la regie de syntaxe forte qui semble convenir le mieux aux donnees, il vaut mieux etablir la structure de la phrase a partir d'une serie de routines mises en priorite selon les fautes typiques des apprenants. Par exemple, a la base des nombreuses fautes de conjugaison dans notre echantillon, on dirait que la reparation des mauvaises conjugaisons devrait etre une des premieres choses a traiter dans l'analyse. Nous ne sommes pas d'accord avec l'idee de concevoir un verificateur de grammaire qui ne fournisse qu'une analyse, surtout quand il y en a plusieurs possibles, parce que le logiciel risque de choisir celle qui ne correspond pas a 1'intention de l'apprenant. En plus, des cas 73 ambigus qui pourraient etre resolus en consultant l'apprenant sont ignores par un logiciel comme LINGER qui engendre une seule version corrigee selon ses propres criteres. II serait preferable d'avoir des alertes qui detectent des fautes possibles, tout en expliquant pourquoi il y a peut-etre une faute et qui corrigent des fautes indiscutables, tout en rappelant a l'apprenant la regie de grammaire qu'il n'a pas respectee. En evaluant Antidote 2000, nous avons decouvert qu'il existe une technologie tres performante et qui, selon un systeme d'alertes, ne fait pas de presomptions dans ses corrections et qui fournit des explications ciblees a l'utihsateur. En plus, nous avons remarque qu'il est possible de prevoir des fautes, comme Antidote le fait pour certaines fautes typiques des francophones, notamment la confusion entre le participe passe et 1'infinitif des verbes en -er. Sachant que les apprenants formulent une «interlangue » ou bien un «transitional dialect» qui est une serie de regies qui decrivent la langue cible a partir de ce qu'ils savent deja de leur langue maternelle et que la competence linguistique s'ameliore en perfectionnant la comprehension des regies de la langue chez l'apprenant, a notre avis, les explications des alertes serviraient comme un moyen de clarifier les regies mal comprises de la part de l'apprenant. Malheureusement, sans une programmation concue pour prevoir les fautes des apprenants dans la creation de 1'arbre syntaxique, un verificateur de grammaire comme Antidote ne traite pas les fautes d'interference et dans plusieurs cas il n'arrive meme pas a analyser la phrase, done il n'est que moyennement utile a un apprenant du francais. Quant aux explications des alertes, il faudrait les rendre appropriees a des apprenants, comme elles ne sont que des messages qui rappellent un utilisateur francophone d'une regie de grammaire oubliee. II serait necessaire d'inclure des explications ecrites d'une maniere que l'apprenant comprenne pourquoi il s'est trompe. En plus, il reste le probleme de la correction fautive, le manque d'identification de fautes et 1'identification fautive de la 74 source des fautes. Alors qu'en theorie un verificateur de grammaire concu pour des apprenants devrait reduire ces problemes, on ne pourra jamais prevoir tout ce qu'il faut pour eviter ce genre de probleme dans un logiciel qui est cense gerer n'importe quelle phrase qu'un apprenant veut verifier. Alors, peut-etre que la seule facon de minimiser la correction fautive, le manque d'identification de fautes et 1'identification fautive de la source des fautes serait de limiter la grammaire et les themes que le logiciel doit traiter. D'apres tout ce que nous avons souleve, nous tenons encore a notre hypothese qu'un verificateur de grammaire serait un outil pedagogique utile. Pourtant, avant d'en fournir un aux apprenants, il faudrait qu'il satisfasse aux conditions suivantes: il doit etre concu pour des apprenants de la meme langue maternelle, ce qui veut dire que l'analyse des phrases procederait a la base des types de fautes que font les apprenants; il doit inclure des explications grammaticales pour chaque correction qui aident l'apprenant a mieux comprendre la regie de grammaire en question; son analyse doit etre juste avec un minimum de correction fautive, de manques d'identification de fautes et d'identification fautive de la source des fautes et il doit fournir une correction assistee, plutot qu'une correction automatique dans le sens ou il laisserait a l'apprenant la responsabilite d'accepter ou de rejeter une correction. 75 Appendice A Le dictionnaire de LINGER 1.0/* STANDARD ENDINGS */ irnco(gp_end,[[gender(m),pluratity^ (f),plurality(p)]],[],[]). ending_type(gp_end,[m,,"s","e","es"],[]). 2.0/* NOUNS */ info(noun, [[plur ality(s)], [plurality(p)]] .[gender], [person(3)]). word("",["bateau"]^oun,["","x"],[m]). word("",["banque"]^ioun,["","s"],[fl). word("",["chat"],noun,[m,,"s"],[m]). word("",["chien"],noun,[,m,"s"],[m]). word(m,,["elgnse"],noun,["","s"],[f]). word(m',["fernme"]^ioun,[m',"s"],[f|). word("",["fille"],noun,["","s"],[f]). word("",["garc5on"],noun,["","s"],[m]). wordr",[,Tiornrne,,],noun,["","s"],[m]). word("",["Uvre"],noun,["","s"],[m]). word(,m,["main"],noun,["","s"],[f]). word(m,,["maison"],noun,["","s"],[fl). word("",["me2re"],noun,["","s"],[fl). word(,m,["mat"],noun,[,m,,,s"],[m]). word(m',["mensonge"],noun,["","s"],[f]). word("",["pe2re"],noun,["","s"],[m]). word(m,,["plume"]^oun,[m,,"s"],[f]). word("",["pomme"],noun,["","s"],[f]). word(m,,["tante"],noun,["","s"])[f]). word(,m,["tour"],noun,["","s"],[m]). word("",["vaisselle"],noun,[m,,,,s"],[f]). 3.0/* PRONOUNS */ info(pronoun,[ [case(nom),apostrophe(n),order( 1 )],[case(nom),apostrophe(y),order( 1)], [case(acc),apostrophe(n),pp_agree(y),order(2)],[case(acc),apostrophe(y),pp_agree(y),order(2) ], [case(dat),apostrophe(n),order(3)],[case(dat),apostrophe(y),order(3)], [case(dat),order(4)], [case(acc),order(5)] ],[person,plurality,gender],[]). 76 wo^d("je^[""],p^onoun,["je^"j"^"me^"m,^"me^"m"^"^""],[l,s,any]). wo^d("U^[""],p^onoun,["U^"il^"le^"l"^"lui^"lui^m',m,],[3,s,m]). wo^d("elle^[""],p^onoun,["elle^"eUe^"la^"l"^"lui^"lui^"",,m],[3,s,fl). worxK'toous^[H.rff^^ wo^d("vous^[""],p^onoun,["vous^"^"vous^"","vous,,,",',",^m,],[2,p,any]). word("ik^[""],p^onolm,["ils^"^"les^"^"leur^"^"^""],[3,p,m]). wo^d("elles^[""],pronolm,["eUes^"^"les^"^"leu^^"^m',m,],[3,p,fl). word(>^[""],p^onoun,[M^"^"^"","","^Y^,m],[3,any,any]). wo^d("en",[""],pronoun,["^"^"^"^"^"^"^"en"],[3,any,aTIy]). 4.0/* REFLEXIVE PRONOUNS */ im°o(reflexivejronoim,[[apostrophe(n)],[apostrophe word("me",[""] .reflexive^_pronoun,["me","mm],[l,s]). word("te",[""],reflexive_pronoun,["te","t",],[2,s]). word("se",[""],reflexive_pronoun,["se","s'"],[3,s]). word("nous",[""],reflexive_pronoixn,["nous",""],[l,p]). word("vous",[""],reflexive_pronoun,["vous",""],[2,p]). word("se",[m,],reflexive_pronoun,["se","s"*],[3,p]). 5.0/* ADJECTIVES */ Mo(adjective,[[gender(m),plurato^ er(f),pluraUty(p)]],[position],[]). word("",["grand"],adjective,gp_end,[pre]). word("",["joli"],adjective,gp_end,[pre]). word(,m,["nouv"],adjective,["eau","eaux","elle","elles"],[pre]). word("",["petit"],adjective,gp_end,[pre]). word("^[,^lanc"],adjective,[m,,"s",,'he",',hes"],[post]). word("doux",["dou"],adjective,["x","x","ce","ces"],[post]). word("",[,*heureu"],adjective,["x","x","se","ses"],[post]). word("",["intelligent"],adjective,gp_end,[post]). word("",["laid"],adjective,gp_end,[post]). wprd("",["lent"],adjective,gp_end,[post]). /y|prd("",["rapide,,],adjective,["","","s","s"],[post]). |vord(m,,["stupide"],adjective,['m,m',"s","s"],[post]). ?word("",["vert"],adjective,gp_end,[post]). 6.0/* ADVERBS */ info(adverb,[],[],[]). word("",["corjstamment"],adverb,[],[]). word(,m,["lentement"],adverb,[],[]). 77 word("",["rapidement"],adverb,[],[]). word("",["doucement"],adverb,[],[]). 7.0/* DETERMINERS */ Mo(4etermmer,[[gender(m),pluraUty(s),aposfr^ Mgeridet(m),pluraUty(p)], [gender(T),plurahty(s),aposfr^^ word("ce",[""],determmer,["ce"^ word("le^[""]4eterrnmer,["le^"^^"les^"la^"lm,"les"],[]). word("un",[""],determmer,[W^ word("mon",[""],determmer,["^^ word("ton",[""]4etenr^ wo^d("son^[""]4ete^nmer,["son^"^"ses^"sa^"^"ses"],^J). wordfnotre",[""],determmer,["no^ word("votre^[""]4ete^mmer,["votJe^"^"vos^"votJ:e^"^"vos"],[]). word("leur",[""],determmer,["W^ 8.0/* VERBS */ info(verb,[type], [tjansitivity,follow_prepos,can_be_reflex], []). wo^d("aime^^["aim',],ve^b,e^_end,[t,[,,a2,,,",,],y]). word("aller",[""],verb,aUer_end,[i,[""],n]). word("arriver",["arriv"],verb,eT_end,[i,[],n]). word("chanter",["chant"],verb,er_end,[i,[],n]). word("commencer",["commenc"],verb^ word("del cider",["del cid"],verb,er_end,[t,["de"],n]). word("donner",["donn"],veTb,er_end,[t,[],y]). word("faire",[""],verb,faire_end,[t,[],n]). word("laver",["lav"],verb,er_end,[t,[],y]). word( "manger", ["mang"], verb,g_er_end, [t, [] ,n]). word( "marcher ",["march"] ,verb,er_end, [i, [],n]). word("parler",["parl"],verb,er_end,[i,[],y]). word("voir",[""],verb,voir_end,[t,[""],y]). word("voyager",["voyag"],verb,g_er_end,[i,[],n]). word("courir",["cour"],verb,ir_end_l 1 ,[i,[],n]). word("fink",["fm"],verb,ir_end,[t,["de"],n]). word("sortir",["sor"],verb,ir_end_16,[i,[],n]). word("entendre",["entend"],verb,re_end,[t,[""],n]). 9.0/* VERB ENDINGS */ info(er_end,[[person( 1 ),plura&^^ 78 frerson( 1 ),plurakty^ acmal_endmgs(er_e^^^ acmal_endirrg3(pr_end_imp,["ais"/,ais"^ acmal_ehdmgs(er_end_mt,["erai"/'eras"/'era"/'erom actual_endmgs(er_end_cond,["erais"/'erais^"erafr^ endmg_type(er_end,er_endjres,lpresent]). endmg_type(er_end,er_end_imp,[imperfe^ ending_type(er_end,er_end_fut,[future]). endmg_type(er_end,er_end_cond,[conditional]). irrfo(g_er_end,[[^ frerson(l),pluraHty(p)],[pere^ acwal_endmgs(g_e^_endJres,["e^"es";'e^"eons^"ez^"ent"]). acmal_endmgs(g_er_end_imp,["eais"/,eais"/'eait"/4ons","iez"^ ending_type(g_er_end,g_er_end_pres, [present]). endmg_type(g_er_end,g_er_end_imp, [imperfect]). endmg_type(g_er_end,er_end_M,[future]). ending_type(g_er_end,er_end_cond,[conditional]). Mo(c_er_end,[|J3erson(l),pluraUt^ frerson(l),plura&y(p)],|jperso actual_endings(c_er_end_pres,["e","es,V'e","3ons'V'ez","ent"]). acmal_endmgs(c_er_end_imp,["3ais"/3ais"/3ait","iom"/lez",l'3aient"]). ending_type(c_er_end, c_er_end_pres, [present]). endmg_type(c_er_end,c_er_end_imp,[imperfect]). endmg_type(c_er_end,er_end_fut,[mture]). ending_type(c_er_end,er_end_cond,[conditional]). info(k_end,[|person(l),plurality(s)],|person(2),^ [person(l),pluraUty(p)],[person(2),pte acmal_endmgs(k_end^res,["is","is"/'it"/'issom","issez","issent"]). acmal_endmgs(k_end_imp,["issa^^^ acmal_endmgs(k_end_nat,["kai"/'kas"/'ka"/'TO acmal_endmgs(ir_end_cond,["kais"/'irais"/'irait"/'M endmg_tvpe(ir_end,ir_end_pres,[present]). mdmg_type(ir_end,ir_end_imp,[imperfect]). ending_type(ir_end,ir_end_fut, [future]). ending_type(ir_end,ir_end_cond, [c onditional]). info(k_end_l 1 ,[[person(l),pluraUty(s)],|person(2),p |jperson( 1 ),plurality(p)], [p^^ 79 actual_endings^ actual_endmgs(k_end_l l_M,["rf actual_endings(ir_end_ 11 cond, [ "rrais", "rrais", "rrait", "rrions", "rriez", "rraient"]). ending_type(ir_end_l l,ir_end_l l_pres,[present]). ending_type(ir_end_l 1 ,er_end_imp, [imperfect]). ending_type(ir_end_l l,ir_end_l l_fut,[future]). ending_type(ir_end_l 1 ,ir_end_l l_cond,[conditionaf]). info(ir_end_l 6,[[person( 1 ),pliu-ality(s)],[person(2),plura^^ |person(l),pluraUty(p)],(person(2),pluraU^ actual_endmgs(ir_end_16jjres,[,,s'\,,s acmal_endmgs(k_end_16_imp,["tais actaal_endmgs(k_end_16_mt,["tkai"/'tk^ acmal_endmgs(k_end_16_cond,["tirais"/'tkab ending_type(ir_end_ 16,ir_end_ 16_pres .[present]). ending_type(ir_end_ 16, ir_end_ 16_imp, [imperfect]). ending_type(ir_end_ 16,ir_end_ 16_fut, [future]). ending_type(ir_end_l 6,ir_end_l 6_cond,[conditional]). info(re_end,[|jperson(l),pluTality(s)],|person(2),plurality(s)],^ |>erson( 1 ),pluraUty(p)],|j)erson(2),plurality(p)],Ijperson( actual_endings(re_end_pres,["s,,,"s","","ons","ez","ent'']). acmal_endmgs(re_end_ftit,["rai^"ras","ra","rons","rez","ront"]). actual_endings(re_end_cond, ["rais", "r ais", "rait", "rions", "riez", "raient"]). ending_type(re_end,re_end_pres,[present]). endmg_type(re_end,er_end_imp, [imperfect]). endmg_type(re_end,re_end_fut,[fiiture]). ending_type(re_end,re_end_cond,[conditional]). Mo(aUer_end,[|person(l),pluraUty(s)],|person(2),plurality(s)],[p |person(l),plurakty(p)],[person^ endmg_type(aUer_end,["vais","^ endmg_tvpe(aUer_end,["aUais"/'a^ endmg_type(aUerjjndi"kai"/'^^ ending_type(aller_end,["irais", "irais", "kait","Mom","kiez","iraient"],[conditional]). Mo(fake_end,[[person(l),pluraUty(s)],|jperson(2),pluraUty(s)],^ |jperson(l),pluraUty(p)],[>erson^ endmgJype(faire_end,["fais","fai5","fait";faisons";Taites" endmg_type(faire_end,["faisais","f^ )• 80 endmgjype(faire_en^ endmg_type(fake_e^ Mo(vok_end,[|person(l),plur^^^ frerson(l),plura&y(p)],|i>ere^ endmg_type(voir_end,["vois"/Vo endmg_type(vok_end,["voyais"/Voya D. ending_type(voir_end,["verrai"/Ven,as"^^ endmg_type(voir_end,["veirais"/Verra^ nal]). 10.0/* AUXILIARY VERBS */ info(aux_verb,[ [person(l),pluratty(s)],[perso ],|person(2),pliu-aUty(p)],[person(3),pliirality(p)] ] ,[tense,transitivity], []). word("avok^[""],aux_verb,["ai^Mas^"a^"avom^"avez^"ont"],|p^esent,t])^ word("avoir",[""],aux_verb,["av^ word("avok",[""],aux_verb,["aira^^ word("avok",[""],aux_verb,["aura^ nal,t]). word("e4tre",[""],auxjverb,["s^ word(S4tre"i""],aux_verbi"elta^ t,t]). word("e4txe",[""],aux_verb,["serai"/'seras",^^^ word("e4tre",[""],aux_verb,["sCT^ alt]). 11.0/* PAST PARTICIPLES */ info(pastjarticiple,[[gender(m),plurality(s)],[gendCT^ [gender(f),plurality(p)]],[conjug_ word("^["aimel"],pastJa^ticiple,gp_end,[avok,t^ wo^d("^["aUel"],past_participle,gp_end,[e4tre,i,[""]^l]). word("", ["arrive 1"] ,past_participle,gp_end, [e4tre,i, [],n]). word("",["chmtel"],pastjarticiple,gp_end,[avoir,i,[],n]). word("",["commencel"],pastjarticiple,gp_end,[avok,t,["a^ word("",["coimi"],pastjartieiple,gp_end,[avoir,i,[]^i]). word("",["fait"],pastjarticiple,gp_end,[avoir,t,[],n]). word("",["fmi"],pastjparticiple,gp_end,[avoir,t,["de"],n]). word("",["delcidel"],pastjparticiple,gp_end,[avoir,t,["de"],n]). word("",["dormel"],pastjparticiple,gp_end,[avoir,t,[],y]). word("",["entendu"],pastjarticiple,gp_end,[avoir,t,[""],n]). word("",["lavel"],past_participle,gp_end,[avoir,t,[],y]). 81 word("M,["mangel"],pastjarticiple,gp_end,[avoir,t,[],n]). word("",["marchel"],pastj)articiple,gp_end,[avoir,i,[],n]). word("",["parlel "],past_participle,gp_end,[avoir,i,[],y]). /*word("",["parti"],pastjarticiple,gp_end,[e4tre,i,[]^1])- */ word("",["sorti"],pastjarticiple,gp_end,[e4tre,i,[],n]). word("",["voyager'],past_participle,gp_end,[avoir,i,[],n]). word("",["vu"],pastjarticiple,gp_end,[avoir,t,[""],n]). 12.0/* INFINITIVES */ Mo(iiifmitive,[[gender(m),pluraUty(s)],[gen^ er(f),pluraUty(p)]],[tramitivity,follow_prepos],[]). wo^d("^["aime^"],infmitive,[],[t,["a2^""],y]). wo^d("^["alle^"],inflnitive,[],[i,[""],n]). word("^["a^river"],infulitive,[],[i,[],n]). word("^["chanteT"],irJflnitive,[],[i,[]^]). word("",["coiu"k"],infinitive,n,[i,[]^i])-wo^d("^["delcider"],iBflnitive,[],[t,["de"]^]). wo^d("^["dorJner"],inflnitive,[],[t,[],y]). wo^d("^["entendre"],infrJutive,[],[t,[m,],n]). word("^["fake"],infrnitive,[],[t,[],n]). word("^[Tmk"],irifrnitive,[],[t,["de"],n]). wo^d("^["laver"],infmitive,[],[t,[],y]). wo^d("^^'manger"],inflnitive,[],[t,[],n]). word("",["marcher"],infmitive,[],[i,[]>n])-wo^d("^["pa^le^"],im^nitive,[],[i,[],y]). word("^["sortk"],irlfmitive,[],[i,[],n]). word("",["voyager"],infinitive,[],[i,[],n]). word("^["vok"],irJflnitive,[],[t,[m,],y]). 13.0/* NEGATIVE CONSTRUCTS */ irrfo(neg_begm,[[apostrophe(n)],[apostrophe(y)]],[] word("ne",[m'],neg_begin,["ne","n,"],[]). info(neg_end,[[]],[],[]). word("pas",[""],neg_end,["pas"],[]). word("jamais",[""],neg_end,["jamais "],[]). word("rien",[""],neg_end,["rien"],[]). 14.0/* PREPOSITIONS */ info(preposition,[[]],[],[]). 82 word("a2",[""],preposition,["a2"],[]). word("dans",[""],preposition,["dans"],[]). word("de",[""],preposition,["de"],[]). word("sur",[""],preposition,["sur"],[]). word("vers",[""],preposition,["vers "],[]). 15.0/* RELATIVES */ info(relative_subject,[[]],[],[]). word("qui",[""],relative_subject,["qui"],[]). info(relative_object_que,[[apostrophe(n)],[apostjophe(y word("que",[""],relative_object_que,["que","qu'"],[]). Mo(relative_object_si,[[apostjophe(n)],[apostrophe(y)]],[],[]). word("si",[""],relative_object_si,["si","s'"],[]). 16.0 /* GUESS CLASS */ openl(noun). openl (adjective), openl (adverb). openl(verb). openl (past_participle). openl (irn%itive). insert_type(noun). insert_type(adj ective). rnserttype(verb). inserttype(adverb). insert_type(past_participle). insert_type(infinitive). inserttype(deterrniner). insert_type(pronoun). insert_type(reflexive_pronoun). insert_type(relative_subject). insert_type(relative_object_que). insert_type(relative_object_si). insert_type(aux_verb). insert_type(preposition). insert_type(neg_begin). insert_type(neg_end). vowels("aeiouhy"). 83 Appendice B La syntaxe forte de Linger 1.0 1.1 sentence(foiTned(sentence,[MC])) --> mainclause(MC). 1.2 sentence(formed(sentence,[MC,SC])) --> mainclause(MC) , subclause(SC). 2.0 2.1 mam_clause(fomed(ma ~> subj_phr(N) , verb_phr(V). 3.0 3.1 sub_clause(formed(sub_clause,[RS,V])) ~> relativesubject(RS), verb_phr(V). 3.2 sub_clause(formed(sub_clause,[RO,S,V])) —> relativeobject(RO), subj_phr(S) , verbjphr(V). 4.0 4.1 subj^bj(formed(subj_phr,[S])) ~> noun_pron_phr(S). 5.0 5.1 verbjhr(fonned(verbjrir,[V,P,I])) ~> pos_or_neg_verb_cons(V), verb_preposition(P) , irifinitive_phr(I). 5.2 verb^hr(formed(verbjlrr,[V,A,DO,IO])) ~> posor neg_verb_cons(V), adverb(A), dir_obj_phr(DO), mdir_obj_phr(IO). 5.3 verbjhr(fomed(veTbjrfX,[V,DO,IO])) --> pos_or_neg_verb_cons(V), dir_obj_phr(DO) , indir_obj_phr(IO). 5.4 verb^bj(formed(verb_phr,[AV,C])) ~> pos_or_neg_aux_verb_cons(AV), complimentjphr(C). 6.0 6.1 nounjronjhr(formed(nounjron^hr,[N])) ~> noun_phr(N). 6.2 nounjronjhr(formed(noun_pron_phr,[P])) ~> pronoun(P). 7;0 7.1 pos_or_neg_verb_com(formed(pos_or_neg_verb_com,rV])) ~> posverbcons(V). 7.2 pos_or_neg_verbcons(formed(pos_or_neg_verb_cons,[V])) —> negverbconsfV). 8.0 8.1 verb_preposition(formed(verb_preposition,[P])) --> preposition(P). 8.2 verb_preposition(formed(verb_preposition,[])) —> []. 9.0 9.1 infmitivejhr(formed(infmitive^hr,[RP,I])) -> rp_pron_list(RP), infinitive(I). 9.2 infinitivej3hr(formed(infmitivejhr,[NB,NE,RP,1])) —> negbeginfNB), negendfNE), rp_pron_list(RP), infinitive(I). 10.0 84 10.1 dk_obj^m-(formed(dk_objjhr,[DO])) --> noun_phr(DO). 10.2 dk_objjlw(formed(dir_obj_phr,[])) --> []. 11.0 11.1 mdk_objjlir(formed(mdk_obj_phr,[P,IO])) --> preposition(P), noun_phr(IO). 11.2 mdir_objjhr(formed(mdk_objjlrr,[])) ~> []. •12,0 12.1 pos_or_neg_aux_verb_cons(formed(pos_or_neg_aux_verb_cons, [formed(goveming_verb,[V])])) ~> aux_verb(V). 12.2 pos_or_neg_aux_verb_com(formed(pos_or_neg_aux_verb_cons, |KB,formed(govemmg_verb,[V]),NE])) -> neg_begin(NB), aux_verb(V), neg_end(NE). 13.0 13.1 complimentsjlir(formed(complimentjhr,[C])) --> adjective(C). 14.0 14.1 noimjplir(formed(iiovin_phr,[D,Al;^,A2])) --> determiner(D), adjlist(Al), noun(N), adj_list(A2). 15.0 15.1 pos_verb_cons(formed(pos_verb_com,[PL,A,fomed(governing_verb,[PP])])) -> rpjronlist(PL), auxverb(A), past_participle(PP). 15.2 pos_verb_cons(formed(pos_verb_com,[PL,formed(governmg_verb,|y])])) ~> rp_pron_list(PL), verb_or_aux_verb(V). 16.0 16.1 neg_verb_cons(formed(neg_verb_cons, |NB,PR^JNE,formed(governing_verb,[PP])])) --> neg_begin(NB), rp_pron_list(PR), auxverb(A), neg_end(NE), past_participle(PP). 16.2 neg_verb_cons(formed(neg_verb_com,|^ -> neg_begin(NB), rp_pron_list(PR), verb_or_aux_verb(V), neg_end(NE). 17.0 17.1 adj_list(formed(adj_list,[Al,A2])) --> adjective(Al), adj_list(A2). 17.2 adj_list(formed(adj_list,[])) -> []. 18.0 18.1 rpjron_Ust(fomed(rojron_list,[RP,PL])) -> reflexivejronoun(RP), pronlist(PL). 18.2 ro_pron_list(formed(rp_pron_list,[PL])) --> pronlist(PL). 19.0 19.1 pron_list(formed(pron_list,[PL])) --> pron_list2(PL). 19.2 pron_list2(formed(pron_list2,[P,PL])) -> pronoun(P), pron_list2(PL). 19.3 pron_list2(formed(pron_list2,[])) -> []. 20.0 20.1 verb_or_aux_verb(formed(verb_or_aux_verb,[V])) ~> verb(V). 20.2 verb_or_aux_verb(fonned(verb_or_aux_vefb,[AV])) --> auxverb(AV). 85 21.0 21.1 relative_object(formed(relative_object,[R])) --> relativeobjectque(R). 21.2 relative_object(formed(relative_object,[R])) ~> relative_object_si(R). 22.0 22.1 adjective(formed(adjective,[A,Pos])) ~> it_is(adjective,A,Pos). 23.0 23.1 adverb(formed(adverb,[A,Pos])) ~> it_is(adverb,A,Pos). 24.0 24.1 aux_verb(formed(aux_verb,[AV,Pos])) —> it_is(aux_verb,AV,Pos). 25.0 25.1 determmer(formed(determmer,|P,Pos])) ~> it_is(determiner,D,Pos). 26.0 26.1 irifMtive(formed( ~> it_is(iiifinitive,I,Pos). 27.0 27.1 neg_begm(formed(neg_begin,[NB,Pos])) ~> it_is(neg_begin,NB,Pos). 28.0 28.1 neg_end(formed(neg_end,[NE,Pos])) ~> it_is(neg_end,NE,Pos). 29.0 29.1 noun(formed(noun,[N,Pos])) —> it_is(noun,N,Pos). 30.0 30.1 pastjarticiple(formed(past_participle,[PP,Pos])) ~> it_is(past_participle,PP,Pos). 31.0 31.1 preposition(formed(preposition,[P,Pos])) ~> it_is(preposition,P,Pos). 32.0 32.1 pronoun(formed(pronoun,[P,Pos])) ~> it_is(pronoun,P,Pos). 33.0 3.1 reflexivejronoim(formed(reflexive_pronoun,[RP,Pos])) --> it_is(reflexive_pronoun,RP,Pos). 34.0 34.1 relative_object_que(formed(relative_object_que,[RJ>os])) ~> it_is(relative_object_que,R,Pos). 35.0 35.  relative_object_si(formed(relative_object_si,[R,Pos])) —> it_is(relative_object_si,R,Pos). 86 36.0 36.1 relative_subject(formed(relative_subject,[R,Pos])) --> it_is(relative_subject,R,Pos). 37.0 37.1 verb(fonned(verb,[NV,Pos])) -> it_is(verb,NV,Pos). 87 Appendice C La syntaxe faible organisee par categorie grammatical 1.0 Pronoms 1.1 check([pronoun], subj_phr, [], should be([case(nom)])). 1.2 check([pronoun], verb_phr, [], should not be([case(nom)])). 1.3 check([pronoun], verb_phr, [empty(dir_obj_phr),empty(indir_obj_phr)], select on first([case(acc)])). 1.4 check([pronoun], pron list, [], select on first([plurality(s),gender(m)])). 1.5 check([pronoun], verb_phr, [exists(dir obj_phr)], should not be([case(acc)])). 1.6 check([pronoun], verb_phr, [exists(indir obj_phr)], should not be([case(dat)])). 1.7 reorder(end,pron_list,[priority(2,pronoun,[order(2)]),priority(3,pronoun,[order(3)]), priority(4?pronoun,[order(4)]),priority(5,pronoun,[order(5)])]). 1.8 reorder(beginning,nounjhr,[priority(l,determiner,[]),priority(2,adjective,[position(pre )]),priority(3,noun,[]),priority(4,adjective,[position(post)])]). 2.0 Verbe principal, verbe auxiliaire et pronom reflechi 2.1 check([verb,aux_verb,reflexive_pronoun], mainclause, [], concord([person,plurality] ,subj_phr(noun), [])). 2.2 check([verb,aux_verb,reflexive_pronoun], subclause, [], concord([person,plurality],subj_phr(noun),[])). 2.3 check([verb,aux_verb,reflexive_pronoun], mainclause, [], concord([person,plurality],subj_phr(pronoun),[])). 2.4 check([verb,aux_verb,reflexive_pronoun], subclause, [], concord([person,plurality],subj_phr(pronoun),[])). 2.5 check([sub_clause(verb),sub_clause(aux_verb),sub_clause(reflexive_pronoun)], sentence, [exists(relative_subject)], concord([person,plurality],main clause(dir obj_phr(noun)),[])). 2.6 check([sub_clause(verb),sub_clause(aux_verb),sub_clause(reflexive_pronoun)], sentence, [exists(relative_subject)], concord([person,plurality],main clause(pron list(pronoun)),[attribute(case(acc))])). 3.0 Verbe principal, verbe auxiliaire 3.1 check([verb,aux verb], sentence, [], select on first([tense(present)])). 4.0 Verbe auxiliaire 88 4.1 check([aux_verb], pos_or_neg_verb_cons, [attribute(conjug_wi&^ change word("avoir",aux_verb,ignore([transitivity]))). 4.2 check([aux_verb], pos_or_neg_verb_cons, [altribute(conjug_with(e4tre),past_participle)], change word("e4tre",aux verb,ignore([transitivity]))). 4.3 check([aux_verb], posornegverbcons, [exists(reflexive_pronoun)], change word("e4tre",aux verb,ignore([transitivity]))). 4.4 check([aux_verb], mainclause, [exists(compliment_phr)], change word("e4tre",aux verb,ignore([transitivity]))). 4.5 check([aux_verb], subclause, [exists(compliment_phr)], change word("e4tre",aux verb,ignore([transitivity]))). 5.0 Complement d'adjectif 5.1 check([compliment_phr(adjective)], mainclause, [], concord([gender,plurality],subj_phr(noun),[])). 5.2 check([compliment_phr(adjective)], mainclause, [], concord([gender,plurality],subj_phr(pronoun),[])). 5.3 check([sub_clause(compliment_phr(adjective))], sentence,[exists(relative_subject)], concord([gender,plurality],main_clause(dir_obj_phr(noun)),[])). 5.4 check([sub_clause(compliment_phr(adjective))], sentence, exists(relativesubject)], concord([gender,plurality],main_clause(pron_list(pronoun)),[attribute(case(acc))])). 6.0 Le participe passe 6.1 check([past_participle], mainclause, [attribute(conjug_with(e4tre),pastjparticiple)], concord([gender,plurality],subj_phr(noun),[])). 6.2 check([past_participle], subclause, [attribute(conjug with(e4tre),past_participle)], concord([gender,plurality],subj_phr(noun),[])). 6.3 check([sub_clause(past_participle)], sentence, [exists(relative_subject),attribute(c^^ concord([gender,plurality],main clause(dir obj_phr(noun)),[])). 6.4 check([sub_clause(past_participle)], sentence, [exists(relative_subject),atttibute(co^ concord([gender,plurality],main_clause(pron_list(pronoun)),[attribute(case(acc))])). 6.5 check([past_participle], mainclause, [attribute(conjug_with(e4tre),past_participle)], concord([gender,plurality],subj_phr(pronoun),[])). 6.6 check([past_participle], subclause, [attribute(conjug_with(e4tre),past_participle)], concord([gender,plurality],subj_phr(pronoun),[])). 6.7 check([past_participle], mainclause, [exists(reflexive^ronoun),empty(dir_objjhr),not_attribute(case(acc), pron_list(pronoun))], concord([gender,plurality],subj_phr(noun),[])). 6.8 check([past_participle], subclause, 89 [exists(reflexivej)ronoun)^ pron_list(pr onoun))], concord([gender,plurality],subj_phr(noun),[])). 6.9 check([past_participle], mainclause, [exists(reflexivej3ronoun),empty(dk^ pron_list(pronoun))], concord([gender,plurality],subj_phr(pronoun),[])). 6.1 0 check([sub_clause(past_participle)], sentence, [exists(relative_subject),exists(sub_clause(reflexive_pronoun)), empty(sub_clause(dk_obj^bj)),not_attribute(case(acc), sub_clause(pron_list(pronoun)))], concord([gender,plurality],main clause(dir obj_phr(noun)),[])). 6.1 1 check([past_participle], sub_clause, [exists(reflexivejronoun),empty(dk_objjhr),not_attribute(case(acc), pron_list(pronoun))], concord([gender,plurality] ,subj_phr(pronoun), [])). 6.1 2 check([sub_clause(past_participle)], sentence, [exists(relative_subject),exists(sub_clause(reflexive_pronoun)), empty(sub_clause(dir_objjhr)),not_attribute(case(acc), sub_clause(pron_list(pronoun)))], concord([gender,plurality] ,main clause(pron_list(pronoun)), [attribute(case(acc))])). 6.1 3 check([past_participle], mainclause, [attribute(conjug_with(aw attribute(pp_agree(y),pos_or_neg_verb_cons(pron_list(pronoun))), empty(infinitive_phr)], concord([gender,pluralityi,pos_or_neg_verb_cons(pron_list(pronoun)), fattribute(pp agree(y))])). 6.1 4 check([past_participle], subclause, [atttibute(conjug_wim(avok),p^ attribute(pp_agree(y),pos_or_neg_verb_cons(pron_list(pronoun))), empty(mfinitive_phr)], concord([gender,plurality],pos_or_neg_verb_cons(pron_list(pronoun)), [attribute(pp agree(y))])). 6.1 5 check([sub_clause(past_participle)], sentence, [exists(relative_object_que),attribute(conjug_with(avoir), sub_clause(past_participle)),empty(sub_clause(reflexive_pronoun)), exists(main_clause(dir_obj_phr))], concord([gender,plurality],main clause(dir_obj_phr(noun)),[])). 6.1 6 check([pastjparticiple], main_clause, [attribute(conjug_wim(avok),pastjparticiple),exists(refl^ exists(dir obj_phr)], should be([gender(m),plurality(s)])). 6.1 7 check([past_participle], subclause, [attribute(conjug_wim(avok^^ exists(dir obj_phr)], should be([gender(m),plurality(s)])). 6.1 8 check([past_participle], mainclause, [attribute(conjug_wim(avoh),pastj)articiple),empty(refl^ not_attribute(pp_agree(y),pos_or_neg_verb_cons(pron_hst(pronoun)))], should be([gender(m),plurality(s)])). 6.1 9 check([past_participle], sub_clause, [empty(relative_object_que),atMbute(co^ empty(reflexive_pronoun)^iot_attribute(pp_agree(y), pos or neg verb cons(pron list(pronoun)))], should be([gender(m),plurality(s)])). 6.2 0 check([past_participle], mainclause, [attribute(conjug_with(avok),pas^ exists(infinitive_phr)], should be([gender(m),plurality(s)])). 6.2 1 check([past_participle], subclause, [attribute(conjug_with(avok),^ exists(infinitive_phr)], should be([gender(m),plurality(s)])). 7.0 Verbe principal 7.1 check([governing_verb], verb_phr, [attribute(tramitivity(i),gover^ comment([verb_phr,[]],'Verb is intransitive so does not expect an object')). 7.2 check([governing_verb], verb_phr, [attribute(tjarjsitivity(i),governing_verb)], comment([verbjhr,[attribute(transitivity(i),govemm pos or neg verb cons(pronoun))]],'Verb is intransitive so does not expect an object')). 7.3 check([governing_verb], mainclause, [attribute(transitivity^ ,empty(infMtivejlu-),empty(comphment_phr)], comment([verbjhr,[attribute(tramitivity(t),govemmg_verb) y(reflexivejronoun),not_attribute(case(acc),pos_or_neg_verb_cons(pronoun)),empty( infinitive_phr),empty(compliment_phr)]],'Verb is transitive so does expect an object')). 7.4 check([governing_verb], sentence, [attribute(tramitivity(t),sub_clause(governmg_verb)),empty(sub_cla mpty(sub_clause(reflexivej3ronoun)),empty(su^^ ause(compliment_phr)),empty(relative_object)], convment([verbjbj,[attribute(tramitivity(t),sub_clause lause(dk_obj^bj)),empty(sub_clause(refl _clause(pos_or_neg_verb_cons(pronoun))),empty(sub_c^^ ub_clause(complimentjhr)),empty(relative_object)]],Verb is transitive so does expect an object')). 7.5 check([governing_verb], verb_phr, [exists(reflexivejronoim),attribute(^ comment([verb_phr,[]],'This verb cannot be used reflexively')). 7.6 check([governing_verb], verb_phr, [exists(infMtivej±r),at1^ comment([verb_phr,[]],'This verb cannot be followed by an infinitive phrase')). 7.7 check([governing_verb], verbjphr, [exists(infMtivej3ln-),not_a^ owj3repos,verbj3reposition,governmg_verb)], comment([verb_phr,[]],'Wrong preposition used after this verb')). 7.8 check([sub_clause(governing_verb)], sentence, [exists(relative object si)], 91 comment([sentence,[exists(relative_object_si),not_attribute(tense(pre goverrmg_verb)),not_attribute(ter^ can only be followed by either the present or imperfect tenses')). 7.9 check([main_clause(governing_verb)], sentence, [exists(relative_object_si)], comment([sentence,[exists(relative_object_si),attribute(tense(present),sub_claus mmg_verb)),not_attribute(tense(fii^ ifollowed by the present tense, the main clause should be in the future')). 7.1 0 check([main_clause(governing_verb)], sentence, [exists(relative_object_si)], coinment([sentence,[exists(relative_objec^ vernmg_verb))^ot_attribute(tense(conditional),mam_clause(govemm is followed by the imperfect tense, the main clause should be in the conditional')). 8.0 Le nom 8.1 check([noun], noun_phr, [], select on first([plurality(p)])). 9.0 L'orthographe 9.1 change spelling([letter(vowel,first letter,following word)],[apostrophe(y)]). 9.2 change spelling([letter(consonant,first letter,following_word)],[apostrophe(n)]). 9.3 spelling change attribute(apostrophe). 92 Appendice D La categorisation des fautes de I'echantillon de production ecrite des apprenants (Le symbole « + » signifie qu'il y a une faute par phrase, « ++ » qu'il y en a deux par phrase et ainsi de suite. Le type de faute en question est celle qui est marquee dans la colonne directement a gauche.) Les fautes stylistiques Style + Count of Style No. Total Exemples 81 1 J'ai note que vous avez un accent. 2440 1 J'ai aussi un examen jeudi en anglais et j'espere que je vais faire bien! 2745 1 Je pense que le fdm c'est interessant, mais 1'intrigue n'est pas tres compliquer. Grand Total 3 Les fautes semantiques NB: Nous avons inclus la categorie « expressions figees »ici. Semantique -H- TOTAL: 33 Count of Semantique No. Total Exemples 1078 1 Je ne sais pas une personne qui resemble J-Y Cousteau, je ne sais pas un homme qui est cela vieux. 1378 1 lis sont a la meme ecole mais ils ne recontrent pas pendant le jour parce que ma mere commence a sept heures et elle est fini a midi ou 13 heures. Grand Total 2 Semantique ++ Count of 93 Semantique No. Total 2957 1 Je deteste les mid-terms, parce que ils sont tres difficiles, et chaque question vaut beaucoup des marques. 3064 1 11 cache quand il les ecoute. Grand Total 2 Semantique + Count of Semantique No. Total 8 Tout de suite je ne connais pas qoui je ferai. 116 Le chaleur finir ma energie et je devenir tres fatigue. 261 Pendant ma premiere annee, je pris un cours dans l'anthropologie aussi. 408 Je ne joue pas la guitare, mais j'aimerai apprendre. 894 Je suis bien, mais je suis fatigue parce que hier apres l'ecole j'ai travaille pour huit heures. 1222 Je suis tres desole, il est tres dernier! 1231 Je pense que j'ai faire le test tres bien. 1234 Mais, le question deux dans les communications etait tres difficile. 1277 Je suis toujours heureux quand je trouve quelqu'un qui a origine de Roumanie. 1299 Je n'aime pas aussi le rap, mais, j'aime presque toutes les genres de la musique. 1390 Je ne connais pas que je veux devenir. 1468 Je pense les romans biographies sont moins interessants que les romans d'aventure. 1499 Quand il pleut, je me deeourager. 1525 Dans decembre quand il pleut j'irai snowboarding a Whistler. 1614 Je suis paye 15$-25$ par le jeu. 1634 Je suis tres bien aussi. 1654 Je suis aller regarder le piece pour moi classe de l'anglais. 1843 Je ne suis pas ne a Prince George, mais je suis ne a Langley, mais je ne jamais habite a Langley. 1898 C'est un bon ordinateur, mais, il est un ordinateur par son nature. 2157 Oui, c'est le temps pour le pleut, c'est l'octobre. 2184 Ma mere est chretien et ma pere et juif! 2404 Je alle au cinema fois dans moment. 2460 Le vendredi demain je vais aller a une fete d'hallowe'en avec mes amis. Grand Total 23 94 Les fautes morpho-syntaxiques Conjugaison + TOTAL 22 Count of Conjugaison No. Total 41 1 115 1 263 1 497 1 644 1 909 1 1135 1 1271 1 1423 1 1499 1 1560 1 1654 1 2134 1 2404 1 2585 1 2978 1 Grand Total 16 Et, si ton amie veux aller au Bresil, elle peux aller a Rio de Janeiro ou le nord-ouest du pays, qu'il y a des plages merveilleuses. J'aime la chaleur quand je suis a la plage mais quand je suis marche sur terrain de rugby je suis malheureux. L'ete dernier, je visitee les Philippines. Cette annee, je habite a Totem Park, mais ma famille habite dans Surrey. Je veut parler un peu de stationnement a UBC. J'ai etudier a l'universite de Colombie-Britannique aussi. II etudier beaucoup. Mes parents son roumaine et je parle la langue aussi (avec un accent fort)! Je dormis beaucoup. Quand il pleut, je me decourager. La nourriture ete incroyable (tres bien:) et j'ai mange beaucoup. Je suis aller regarder le piece pour moi classe de l'anglais. Je vas etre une sorcieree. Je alle au cinema fois dans moment. J'ai ete Chretien depuis 15 ans. J'ai toujours detester les maths parce que je pense c'est difficile aussi. Conjugaison ++ Count of Conjugaison No. Total 116 1 Le chaleur finir ma energie et je devenir tres fatigue. 588 1 Mais je suis prejuge parce-que mes parents son roumain et ma mere a fait les gymnastiques beaucoup quand elle ete etudiante. 1122 1 Je veux fait yoga quand je suis moins d'occupe. Grand Total 3 Preposition + Count of Preposition No. Total TOTAL: 21 95 38 1 Je viens de Belo Horizonte, une ville qui est en l'interieur du pays. 41 1 Et, si ton amie veux aller au Bresil, elle peux aller a Rio de Janeiro ou le nord-ouest du pays, qu'il y a des plages merveilleuses. 47 1 J'ai habite dans la meme maison pour toute ma vie. 60 1 Je voudrais voyager a france. 261 1 Pendant ma premiere annee, je pris un cours dans l'anthropologie aussi. 298 1 J'habite en Californie dans l'ete. 400 1 J'ai essaye au jouer le guitare mais c'est difficile. 497 1 Cette annee, je habite a Totem Park, mais ma famille habite dans Surrey. 551 1 Calgary est une petite universite et le recrutement est plus bon que l'universite de colombie-britanique. 894 1 Je suis bien, mais je suis fatigue parce que hier apres l'ecole j'ai travaille pour huit heures. 1078 1 Je ne sais pas une personne qui resemble J-Y Cousteau, je ne sais pas un homme qui est cela vieux. 1378 1 lis sont a la meme ecole mais ils ne recontrent pas pendant le jour parce que ma mere commence a sept heures et elle est fini a midi ou 13 heures. 1507 1 Je n'aime pas la pluie quand c'est froid dans l'automne ou l'hiver. 1525 1 Dans decembre quand il pleut j'irai snowboarding a Whistler. 1796 1 J'ai joue au baseball pour 10 ans! 1857 1 J'ai vecu en Tulameen et Vancouver. 2547 1 Oui, j'ai regarde les Canucks sur la television. 3026 1 Dans Prince George, il y a beaucoup de neige. Grand Total 18 Preposition Count of Preposition No. Total 2801 1 Je suis alle a le Disneyland dans le California et le Euro-Disney dans le France aussi. Grand Total 1 Accord TOTAL: 12 Count of Accord No. Total 3016 1 Mon sports favori sont le baseball, le football et l'hockey. 96 2184 1 Ma mere est chretien et ma pere et juif! 1 Grand Total 2 Accord + Count of Accord No. Total 263 1 L'ete dernier, je visitee les Philippines. 636 1 Je suis dans mon premier annee de Universite a l'Universite de Colombie-Britanique. 706 1 lis sont irlandais et allemand. 1271 1 Mes parents son roumaine et je parle la langue aussi (avec un accent fort)! 1854 1 Moi favorit province est Colombie-Britannique. 2745 1 Je pense que le film c'est interessant, mais l'intrigue n'est pas tres compliquer. 588 1 Mais je suis prejuge parce-que mes parents son roumain et ma mere a fait les gymnastiques beaucoup quand elle ete etudiante. Grand Total 8 Accent + TOTAL: 10 Count of Accent No. Tota 1 497 1 Cette annee, je habite a Totem Park, mais ma famille habite dans Surrey. 636 1 Je suis dans mon premier annee de Universite a l'Universite de Colombie-Britanique. 894 1 Je suis bien, mais je suis fatigue parce que hier apres l'ecole j'ai travaille pour huit heures. 1222 1 Je suis tres desole, il est tres dernier! 1231 1 Je pense que j'ai faire le test tres bien. 1249 1 Je pense le quiz electronique est une idee fantastique pour etudier. 1525 1 Dans decembre quand il pleut j'irai snowboarding a Whistler. 1644 1 11 est tres difficile quand Je vais a l'universite et je vais a travail dans un jour. Grand Total 8 Accent Count of Accent No. Tota 97 1 116 1 Le chaleur finir ma energie et je devenir tres fatigue. Grand Total 1 Orthographe + TOTAL: 10 Count of Orthographe No. Tota 1 8 1 Tout de suite je ne connais pas qoui je ferai. 60 1 Je voudrais voyager a france. 239 1 J'ami regarder le sports. 551 1 Calgary est une petite universite et le recrutement est plus bon que l'universite de colombie-britanique. 636 1 Je suis dans mon premier annee de Universite a l'Universite de Colombie-Britanique. 1078 1 Je ne sais pas une personne qui resemble J-Y Cousteau, je ne sais pas un homme qui est cela vieux. 1854 1 Moi favorit province est Colombie-Britannique. 1903 1 Mais, si je vais en classe, je vais dormir en class et le professeur n'aime pas quand je dors en classe. 2134 1 Je vas etre une sorcieree. 2801 1 Je suis alle a le Disneyland dans le California et le Euro-Disney dans le France aussi. Grand Total 10 [Majuscule + TOTAL: 6 Count of Majuscule No. Tota 1 116 1 Le chaleur finir ma energie et je devenir tres fatigue. 551 1 Calgary est une petite universite et le recrutement est plus bon que l'universite de colombie-britanique. 809 1 J'adore tokyo. 909 1 J'ai etudier a l'universite de Colombie-Britannique aussi. 1644 1 11 est tres difficile quand Je vais a l'universite et je vais a travail dans unjour. 2585 1 J'ai ete Chretien depuis 15 ans. Grand Total 6 98 Genre + TOTAL: 5 Count of Genre No. Tota 1 1234 1 Mais, le question deux dans les communications etait tres difficile. 1654 1 Je suis aller regarder le piece pour moi classe de l'anglais. 1854 1 Moi favorit province est Colombie-Britannique. 1898 1 C'est un bon ordinateur, mais, il est un ordinateur par son nature. 2157 1 Oui, c'est le temps pour le pleut, c'est l'octobre. Grand Total 5 Elision, trait-d'unions et contractions + TOTAL: 6 Count of Elision, trait-d'unions et contractions No. Tota 1 497 1 Cette annee, je habite a Totem Park, mais ma famille habite dans Surrey. 588 1 Mais je suis prejuge parce-que mes parents son roumain et ma mere a fait les gymnastiques beaucoup quand elle ete etudiante. 894 1 Je suis bien, mais je suis fatigue parce que hier apres l'ecole j'ai travaille pour huit heures. 1092 1 Je pense que ma professeure de francais ressemble au Florence! 2957 1 Je deteste les mid-terms, parce que ils sont tres difficiles, et chaque question vaut beaucoup des marques. 3016 1 Mon sports favori sont le baseball, le football et l'hockey. Grand Total 6 Ordre des mots + TOTAL: 3 Count of Ordre des mots No. Tota 1 147 1 On seulement a besoin d'un pull-over pendant les jours de l'hiver. 1843 1 Je ne suis pas ne a Prince George, mais je suis ne a 99 Langley, mais je ne jamais habite a Langley. 1854 1 Moi favorit province est Colombie-Britannique. Grand Total 3 Negation + TOTAL: 3 Count of Negation No. Tota 1 408 1 Je ne joue pas la guitare, mais j'aimerai apprendre. 1299 1 Je n'aime pas aussi le rap, mais, j'aime presque toutes les genres de la musique. 1688 1 Je n'aime pas la date de l'examen francais aussi. Grand Total 3 Expressions de quantite + TOTAL: 2 Count of Expressions de quantite No. Tota 1 644 1 Je veut parler un peu de stationnement a UBC. 2957 1 Je deteste les mid-terms, parce que ils sont tres difficiles, et chaque question vaut beaucoup des marques. Grand Total 2 Comparatif + TOTAL: 1 Count of Comparatif No. Tota 1 551 1 Calgary est une petite universite et le recrutement est plus bon que l'universite de colombie-britanique. Grand Total 1 Noms adjectifs + Count of Noms adjectifs TOTAL: 2 100 No. Tota 1 1654 1 Je suis aller regarder le piece pour moi classe de l'anglais. 1688 1 Je n'aime pas la date de l'examen francais aussi. Grand Total 2 absence du + «que» Count of absence du «que» No. Tota 1 1249 1 Je pense le quiz electronique est une idee fantastique pour etudier. 1468 1 Je pense les romans biographies sont moins interessants que les romans d'aventure. 2978 1 J'ai toujours detester les maths parce que je pense c'est difficile aussi. Grand Total 3 101 Appendice £ Le rendement de LINGER Voici les phrases originates que la grammaire de LINGER devrait etre capable de gerer. (Dans quelques cas, il fallait ne prendre qu'un morceau de la phrase originale.) Les phrases testees montrent les modifications faites aux phrases pour les adapter a LINGER. Les fautes qu'on chercher a corriger sont expliquees au troisieme colonne. No. Phrases originates Phrases testees Fautes 1468 Je pense les romans biographies sont moins interessants que les romans d'aventure. Je vois les livres sont verts. absence du que 2153 Aujourd'hui, le temps pluvieux. L'homme heureux. absence du verbe 3016 Mon sports favori sont le baseball, le football et l'hockey. Mon chats intelligent sont heureux. accord des adjectifs 3043 Je ne peux pas marcher dans un avion parce que l'allee sont tres petites. La maison sont petites. accord des noms 636 Je suis dans mon premier annee de Universite a l'Universite de Colombie-Britanique. Je vais a la maison. confusion entre a (verbe et preposition) 644 Je veut parler un peu de stationnement a UBC. Je voit chanter la femme. conjugaison 909 J'ai etudier a l'universite de Colombie-Britannique aussi. J'ai parler a la fille. conjugaison 1135 11 etudier beaucoup. 11 parler constamment. conjugaison 1231 Je pense que j'ai faire le test tres bien. J'ai faire le tour. conjugaison 1499 Quand il pleut, je me decourager. Je me laver. conjugaison 2404 Je alle au cinema fois dans moment. Je alle a la maison. conjugaison 115 J'aime la chaleur quand je suis a la plage mais quand je suis marche sur terrain de rugby je suis malheureux. Je suis marche. conjugaison 263 L'ete dernier, je visitee les Philippines. Je mangee la pomme. conjugaison 588 Mais je suis prejuge parce-que mes parents son roumain Mes filles son jolie. conjugaison 102 et ma mere a fait les gymnastiques beaucoup quand elle ete etudiante. 497 Cette annee, je habite a Totem Park, mais ma famille habite dans Surrey. Ma femme parle a sa tante. conjugaison et elision 116 Le chaleur finir ma energie et je devenir tres fatigue. Le fille finir sa eglise. conjugaison et genre 2105 Je suis une fanatique du chocolat. Je suis tante. etre sans article 2134 Je vas etre une sorcieree. Je vas etre tante. etre sans article et conjugaison 408 Je ne joue pas la guitare, mais j'aimerai apprendre. Je ne vois pas de pommes. 1'article partitif dans une negation 1843 Je ne suis pas ne a Prince George, mais je suis ne a Langley, mais je ne jamais habite a Langley. Je ne jamais vais a sa maison. l'ordre des mots dans une negation 2184 Ma mere est chretien et ma pere et juif! Ma pere et laid! les adjectifs possessifs et la conjugaison NO. 1468 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Trying recovery level 1 (word in wrong place -- move) Trying a deletion Trying recovery level 2 (word missing ~ insertion) Trying an insertion Recovery level 2 succeeded. Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: [je,l] verb_phr posornegverbcons 103 posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb verb : [vois,2] dir_obj_phr noun_phr detenniner: [les,3] adjlist noun: [livres,4] adjlist indir_obj_phr sub_clause relativesubject: [relative_subject,5] verb_phr pos_or_neg_aux_verb_cons governingverb auxverb : [sont,6] compliment_phr adjective : [verts,7] Your sentence was: — je vois les livres sont verts . — I think the correct version of your sentence should read: »> je vois les livres <reiative_subject> sont verts . «< **** Comments **** A word of type <relative_subject> was missing and has been inserted **** End Comments **** NO. 2153 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Trying recovery level 1 (word in wrong place ~ move) Trying a deletion 104 Trying recovery level 2 (word missing ~ insertion) Trying an insertion Recovery level 2 succeeded Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr noun_phr determiner: [l',l] adj list noun: [homme,2] adjlist adjective : [heureux,3] adjlist verb_phr pos_or_neg_verb_cons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb verb: [verb,4] dir_obj_phr indir_obj_pnr Your sentence was: — /' homme heureux. — I think the correct version of your sentence should read: »> 1' homme heureux <verb> . «< **** Comments **** A word of type <verb> was missing and has been inserted **** End Comments **** NO. 3016 Pre-parsing sentence 105 Trying for a legal parse Legal parse found Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr noun_phr determiner: [mon,l] adjlist noun: [chats,2] adjlist adjective : [intelligent,3] adjlist verb_phr posornegauxverbcons governingverb auxverb : [sont,4] compliment_phr adjective: [heureux,5] Your sentence was: — mon chats intelligent sont heureux. — I think the correct version of your sentence should read: »> mes chats intelhgents sont heureux . «< **** Comments **** determiner "mon" changed to "mes" : [gender(m),plurality(p)] adjective "intelhgent" changed to "intelhgents" : [position(post),gender(m),plurahty(p)] **** Encl Comments **** NO. 3043 Pre-parsing sentence 106 Trying for a legal parse Legal parse found Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr noun_phr determiner : [la, 1 ] adjlist noun: [maison,2] adjlist verb_phr pos_or_neg_aux_verb_c ons governingverb auxverb : [sont,3] compliment_phr adjective : [petites,4] Your sentence was: — la maison sont petites. — I think the correct version of your sentence should read: »> la maison est petite . «< **** Comments **** auxverb "sont" changed to "est": [tense(present),transitivity(t),person(3),plurahty(s)] adjective "petites" changed to "petite" : [position(pre),gender(f),plurahty(s)] **** End Comments **** NO. 636 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse 107 Trying recovery level 1 (word in wrong place ~ move) Trying a deletion Trying recovery level 2 (word missing — insertion) Trying an insertion Recovery level 2 succeeded Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: [je,l] verb_phr posornegverbcons posverbcons rpjpronlist pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb verb : [vais,2] dirobjjphr indir_obj_phr subclause relativesubject: [relative_subject,3] verb_phr posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb auxverb: [a,4] dir_obj_phr noun_phr determiner: [la,5] adjlist noun: [maison,6] adjlist indir_obj_phr Your sentence was: 108 — je vais a la maison. — I think the correct version of your sentence should read: »> je vais <relative_subject> a la maison. «< **** Comments **** A word of type <relative_subject> was missing and has been inserted **** End Comments **** NO. 644 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Trying recovery level 1 (word in wrong place — move) Trying a deletion Trying recovery level 2 (word missing ~ insertion) Trying an insertion Recovery level 2 succeeded Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: [je,l] verb_phr posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb verb : [voit,2] dir_obj_phr indir_obj_phr subclause relativesubject: [relative_subject,3] verbjphr 109 posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verb_or_aux_verb verb: [chanter,4] dir_obj_phr noun_phr detenniner: [la,5] adjlist noun: [femme,6] adjlist indir_obj_phr Your sentence was: — ie voit chanter la femme . — I think the correct version of your sentence should read: »> je vois <relative_subject> chantent la femme . «< **** Comments **** verb "voit" changed to "vois" : [ttamitivity(t),foUowjrepos(0 A word of type <relative_subject> was missing and has been inserted verb "chanter" changed to "chantent": [transitivity(i),foUowjrepos([]),can_be_reflex(n),person(3),plurality(p),teme(pres nt)] "chanter": Verb is intransitive so does not expect an object "voir" : Verb is transitive so does expect an object **** End Comments **** NO. 909 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse 110 Trying recovery level 1 (word in wrong place -- move) Trying a deletion Trying recovery level 2 (word missing — insertion) Trying an insertion Recovery level 2 succeeded Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: fj',1] verb_phr posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb auxverb : [ai,2] dir_obj_phr indir_obj_phr subclause relativesubject: [relative_subject,3] verb_phr posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb verb: [parler,4] dirobjjhr indir_obj_phr preposition: [a2,5] noun_phr determiner: [la,6] adjlist noun: [fille,7] adjlist Your sentence was: 111 — /' ai parler a2 la fille . — I think the correct version of your sentence should read: »> j' ai <relative_subject> parlent a2 la fille . «< **** Comments **** A word of type <relative_subject> was missing and has been inserted verb "parler" changed to "parlent" : [1ransitivity(i),foUowjrep )] "avoir" : Verb is transitive so does expect an object **** End Comments **** NO. 1135 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Legal parse found Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: [il,l] verb_phr posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_lisf2 governingverb verborauxverb verb: [parler,2] adverb : [constamment,3] dir_obj_phr indir_obj_phr Your sentence was: 112 - il parler constamment. — I think the correct version of your sentence should read: »> il parte constamment. «< **** Comments **** verb "parler" changed to "parle": [ttansitivity(i),fohow **** End Comments **** NO. 1231 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Trying recovery level 1 (word in wrong place ~ move) Trying a deletion Trying recovery level 2 (word missing ~ insertion) Trying an insertion Trying recovery level 3 (word is of wrong type ~ substitution) Trying a substitution Recovery level 3 succeeded Parse tree selected: sentence mainclause subj_pbr noun_pron_phr pronoun: fj',1] verb_phr pos_or_neg_verb_cons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb auxverb: [ai,2] adverb: [adverb,3] 113 dir_obj_phr nounjphr deterrniner: [le,4] adjlist noun: [tour,5] adjlist indir_obj_phr Your sentence was: — /' ai faire le tour. — I think the correct version of your sentence should read: »> j' ai <adverb> le tour. «< **** Comments **** The word "faire" should not have been present and has been deleted A word of type <adverb> was missing and has been inserted **** £n(j Comments **** NO. 1499 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Legal parse found Legal parse found Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: [je,l] verb_phr pos_or_neg_verb_cons posverbcons rpjpronhst pronlist pron_list2 114 pronoun: [me,2] pron_list2 governingverb verborauxverb verb: [laver,3] dir_obj_phr indir_obj_phr Your sentence was: — ye me layer. — I think the correct version of your sentence should read: »> je me lave . «< **** Comments **** verb "laver" changed to "lave" : [tramitivity(t),foUowjrepos(Q),can_be_reflex(y),person(l),plurahty(s),tense(pre^ **** End Comments **** NO. 2404 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Legal parse found Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: [je,l] verb_phr posornegverbcons posverbcons rp_pron_hst pronlist pron_hst2 governingverb 115 verborauxverb verb: [alle,2] dir_obj_phr indir_obj_phr preposition: [a2,3] noun_phr determiner: [la,4] adjlist noun: [maison,5] adjlist Your sentence was: — fe alle a2 la maison . — I tiiink the correct version of your sentence should read: »> je <alle> a2 la maison. «< **** Comments **** "alle" is unknown and has been guessed to be of type verb **** End Comments **** NO. 115 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Trying recovery level 1 (word in wrong place — move) Trying a deletion Trying recovery level 2 (word missing — insertion) Trying an insertion Recovery level 2 succeeded Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: [je,l] verb_phr 116 posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb auxverb: [suis,2] dir_obj_phr indirobjjphr subclause relativesubject: [relative_subject,3] verb_phr posornegverbcons posverbcons rpjpronlist pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb verb: [marche,4] dir_obj_phr indir_obj_phr Your sentence was: — ie suis marche. — I think the correct version of your sentence should read: »> je suis <relative_subject> marche . «< **** Comments **** A word of type <relative_subject> was missing and has been inserted "e4tre": Verb is transitive so does expect an object **** End Comments **** NO. 263 Parse tree selected: sentence mainclause subjjphr nounj>ron_phr 117 pronoun: [je,l] verb_phr posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verb_or_aux_verb verb : [mange le,2] dir_obj_phr noun_phr determiner: [la,3] adjlist noun: [pomme,4] adjlist indir_obj_phr Your sentence was: — ie manse le la pomme . — I think the correct version of your sentence should read: »> je mange la pomme . «< **** Comments **** verb "mangele" changed to "mange" : [txansitivity(t),fohow ] **** End Comments **** NO. 588 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Trying recovery level 1 (word in wrong place — move) Trying a deletion Trying recovery level 2 (word missing ~ insertion) Trying an insertion 118 Trying recovery level 3 (word is of wrong type — substitution) Trying a substitution Recovery level 3 succeeded Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr noun_phr determiner: [mes,l] adjlist noun: [filles,2] adjlist verb_phr pos_or_neg_aux_verb_cons governingverb auxverb: [aux_verb,3] compliment_phr adjective : [jolie,4] Your sentence was: — mes filles son jolie . — I tnink the correct version of your sentence should read: »> mes filles sont jolies . «< **** Comments **** The word "son" should not have been present and has been deleted auxverb "auxverb" changed to "sont": [tense(present),transitivity(t),person(3),plurahty(p)] adjective "jolie" changed to "jolies" : [position(pre),gender(f),plurahty(p)] **** End Comments **** NO. 1654 ==>Je suis aller voir moi chat. Pre-parsing sentence 119 Trying for a legal parse Trying recovery level 1 (word in wrong place ~ move) Trying a deletion Trying recovery level 2 (word missing — insertion) Trying an insertion Trying recovery level 3 (word is of wrong type — substitution) Trying a substitution Trying recovery level 4 (word should not be present ~ deletion) Trying a deletion Trying recovery level 5 (remove one word & insert another ~ deletion & insertion) Trying a deletion Trying an insertion Trying an insertion Trying an insertion Trying an insertion Trying an insertion Trying an insertion SORRY : Program unable to parse this sentence NO. 497 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Legal parse found Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr noun_phr determiner: [ma,l] adjlist noun: [femme,2] adjhst verb_phr 120 pos_or_neg_verb_cons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb verb: [parlel,3] dir_obj_phr indir_obj_phr preposition: [a2,4] noun_phr determiner: [sa,5] adjlist noun: [tante,6] adjlist Your sentence was: — ma femme parlel a2 sa tante . — I think the correct version of your sentence should read: »> ma femme parle a2 sa tante . «< **** Comments **** verb "parlel" changed to "parle" : [ttansitivity(i),foUow **** End Comments **** NO. 116 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Legal parse found Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr 121 noun_pron_phr nounjphr detenniner: [le,l] adjlist noun: [fille,2] adjlist verb_phr posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb verb: [finir,3] dir_obj_phr noun_phr determiner: [sa,4] adjlist noun: [elglise,5] adjlist indir_obj_phr Your sentence was: — le fille finir sa elzlise . — I think the correct version of your sentence should read: »> la fille finit sa elglise . «< **** Comments **** determiner "le" changed to "la": [gender(f),plurahty(s),apostrophe(n)] verb "finir" changed to "finit": [transitivity(t),follow_prepos([[ 100,101 ]]),can_be_reflex(n),person(3),plurahty(s),tense( resent)] **** End Comments **** NO. 2105 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse 122 Trying recovery level 1 (word in wrong place ~ move) Trying a deletion Trying recovery level 2 (word missing — insertion) Trying an insertion Recovery level 2 succeeded Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: [je,l] verb_phr posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb auxverb : [suis,2] dir_obj_phr noun_phr determiner: [determiner,3] adjlist noun: [tante,4] adjlist indir_obj_phr Your sentence was: — ie suis tante. — I mink the correct version of your sentence should read: »> je suis <determiner> tante . «< **** Comments **** A word of type <determiner> was missing and has been inserted **** End Comments **** 123 NO. 2134 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Trying recovery level 1 (word in wrong place ~ move) Trying a deletion Trying recovery level 2 (word missing ~ insertion) Trying an insertion Recovery level 2 succeeded Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: [je,l] verb_phr posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb verb: [vas,2] dir_obj_phr noun_phr determiner : [determiner,3] adjlist adjective : [e4tre,4] adjlist noun: [tante,5] adjlist indir_obj_phr Your sentence was: — ie vas e4tre tante. — I think the correct version of your sentence should read: 124 »> je vais <determiner> <e4tre> tante . «< **** Comments **** verb "vas" changed to "vais" : [teansitivity(i),foUowjrepos( A word of type <determiner> was missing and has been inserted "e4tre" is unknown and has been guessed to be of type adjective "aller" : Verb is intransitive so does not expect an object **** End Comments **** NO. 408 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Trying recovery level 1 (word in wrong place — move) Trying a deletion Trying recovery level 2 (word missing ~ insertion) Trying an insertion Recovery level 2 succeeded Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: [je,l] verb_phr posornegverbcons negverbcons negbegin: [ne,2] rp_pron_list pronlist pron_list2 governing_verb verb or aux verb 125 verb: [vois,3] negend: [pas,4] dir_obj_phr indir_obj_phr preposition: [de,5] noun_phr determiner: [determiner,6] adjlist noun: [pommes,7] adjlist Your sentence was: — ie ne vois pas de vommes. — I think the correct version of your sentence should read: »> je ne vois pas de <determiner> pommes . «< **** Comments **** A word of type <deterrniner> was missing and has been inserted "voir" : Verb is transitive so does expect an object **** End Comments **** NO. 1843 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Trying recovery level 1 (word in wrong place ~ move) Trying a deletion Recovery level 1 succeeded Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr pronoun: fje,l] 126 verb_phr posornegverbcons negverbcons negbegin: [ne,2] rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb verb: [vais,3] negend: fjamais,4] dir_obj_phr indir_obj_phr preposition: [a2,5] noun_phr determiner: [sa,6] adjlist noun: [maison,7] adjlist Your sentence was: — je ne jamais vais a2 sa maison . — I think the correct version of your sentence should read: »> je ne vais jamais a2 sa maison. «< **** Comments **** neg_end "jamais" was in the wrong place and has been moved **** End Comments **** NO. 2184 Pre-parsing sentence Trying for a legal parse Trying recovery level 1 (word in wrong place — move) Trying a deletion Recovery level 1 succeeded 127 Parse tree selected: sentence mainclause subj_phr noun_pron_phr noun_phr determiner: [ma,l] adjlist noun: [pe2re,2] adjlist adjective : [laid,3] adjlist verb_phr posornegverbcons posverbcons rp_pron_list pronlist pron_list2 governingverb verborauxverb verb : [et,4] dir_obj_phr indir_obj_phr Your sentence was: — ma ye2re et laid. — I think the correct version of your sentence should read: >» monpe2re laid <et> . «< **** Comments **** determiner "ma" changed to "mon": [gender(m),pluraUty(s),apostrophe(n)] "et" is unknown and has been guessed to be of type verb verb "et" was in the wrong place and has been moved **** End Comments **** 128 Appendice F La performance d'Antidote 2000 Nous n'avons compte que les fautes morpho-syntaxiques dans les totaux ci-dessous. Etant donne qu'Antidote acceptera n'importe quelle construction grammaticalement correcte meme si la phrase n'a pas de sens, nous avons choisi d'enlever du total toutes les constructions qui n'etaient pas appropriees selon le sens de la phrase mais qui pourraient se dire dans un contexte different. Par exemple, la phrase « Je n'aime pas aussi le rap, mais, j'aime presque toutes les genres de la musique. » ne comptera qu'une faute, la faute d'accord entre «toutes » et « genres ». Pour les autres fautes (« aussi» avec une negation, determinant avec « genres de »), il est possible de trouver un contexte (bien sur tres rare), oil cette construction est possible (« aussi» comme adverbe de phrase equivalent a « done »; « genres de la musique dont tu paries... »). Phrases analysees par Antidote Phrases corrigees par Antidote Nombre de fautes corrigees Nombre total de fautes Notes explicatives Moi, je joue seulement le piano. Moi, je joue seulement le piano. — — expression figee Padore tokyo. J'adore Tokyo. 1 1 J'ai etudier a l'universite de Colombie-Britannique aussi. J'ai etudie a l'Universite de Colombie-Britannique aussi. 2 2 Je suis tres desole, il est tres dernier! Je suis tres desole, il est tres dernier! 1 1 Mais, le question deux dans les communications etait tres difficile. Mais, la question deux dans les communications etait tres difficile. 1 1 Je n'aime pas aussi le rap, mais, j'aime presque toutes les genres de la musique. Je n'aime pas aussi le rap, mais, j'aime presque tous les genres de la musique. 1 1 Je dormis beaucoup. Je dormis beaucoup. ~ ~ semantique Je n'aime pas la pluie quand c'est froid dans l'automne ou l'hiver. Je n'aime pas la pluie quand c'est froid dans l'automne ou l'hiver. 0 1 preposition de lieu Dans decembre quand il pleut j'irai snowboarding a Whistler. Dans decembre quand il pleut j'irai snowboarding a Whistler. 1 2 preposition de temps avant un mois Je suis tres bien aussi. Je suis tres bien aussi. ~ ~ semantique 11 est tres difficile 11 est tres difficile quand 2 3 contraction 129 quand Je vais a l'universite et je vais a travail dans un jour. e vais a l'universite et je vais a travail dans un jour. J'ai joue au baseball pour 10 ans! J'ai joue au baseball pour 10 ans! 0 1 preposition Je suis alle jouer le hockey. Je suis alle jouer le lockey. — — expression figee J'ai vecu en Tulameen et Vancouver. J'ai vecu en Tulameen et Vancouver. 1 2 Tulameen ne pas reconnu comme ville mais il aurait ete corrige si le logiciel contenait ce mot dans son dictionnaire. Possible de le rajouter C'est un bon ordinateur, mais, il est un ordinateur par son nature. C'est un bon ordinateur, mais, il est un ordinateur par sa nature. 1 1 Je suis une fanatique du chocolat. Je suis une fanatique du chocolat. expression figee Aujourd'hui, le temps pluvieux. Aujourd'hui, le temps pluvieux. — — incomprehensible Ma mere est chretien et ma pere et juif! Ma mere est chretienne et ma pairs et juifs ! 1 2 correction fautive J'ai aussi un examen jeudi en anglais et j'espere que je vais faire bien! J'ai aussi un examen jeudi en anglais et j'espere que je vais faire bien! ~ ~ stylistique Oui, j'ai regarde les Canucks sur la television. Oui, j'ai regarde les Canucks sur la television. ~ ~ semantique J'ai ete Chretien depuis 15 ans. J'ai ete chretien depuis 15 ans. 1 2 temps verbal Je pense que le film c'est interessant, mais rintrigue n'est pas tres compliquer. Je pense que le film c'est interessant, mais rintrigue n'est pas tres compliquee. 1 1 Je suis alle a le Disneyland dans le California et le Euro-Disney dans le France aussi. Je suis alle au Disneyland dans le California et le Euro-Disney en France aussi. 5 5 Disneyland, California et Euro-Disney n'etaient pas recohnus. Je deteste les mid terms, parce que ils sont tres difficiles, et chaque question vaut beaucoup Je deteste les mid-terms, parce qu'ils sont tres difficiles, et chaque question vaut beaucoup 1 1 130 des marques. des marques. Mon sports favori sont le baseball, le football et l'hockey. Mon sport favori est le baseball, le football et le lockey. 1 3 correction fautive Je ne peux pas marcher dans un avion parce que l'allee sont tres petites. Je ne peux pas marcher dans un avion parce que 'allee est tres petite. 0 2 correction fautive 11 cache quand il les ecoute. 11 cache quand il les ecoute. — — semantique Je viens de Belo Horizonte, une ville qui est en l'interieur du pays. Je viens de Belo Horizonte, une ville qui est en l'interieur du pays. 0 1 manque de correction Cette annee, je habite a Totem Park, mais ma famille habite dans Surrey. Cette annee, j'habite a Totem Park, mais ma famille habitee dans Surrey. 3 4 correction fautive, Surrey pas reconnu J'habite en Californie dans l'ete. J'habite en Californie dans l'ete. 0 1 manque de correction J'ai habite dans la meme maison pour toute ma vie. J'ai habite dans la meme maison pour toute ma vie. 0 1 manque de correction J'ai note que vous avez un accent. J'ai note que vous avez un accent. ~ — stylistique Mais je suis prejuge parce-que mes parents son roumain et ma mere a fait les gymnastiques beaucoup quand elle ete etudiante. Mais je suis prejuge parce-que mes parents son roumain et ma mere a fait les gymnastiques beaucoup quand elle ete etudiante. 0 4 manque de correction J'ai essaye au jouer le guitare mais c'est difficile. , J'ai essaye a la jouee la guitare mais c'est difficile. 1 2 correction fautive Ils sont a la meme ecole mais ils ne recontrent pas pendant le jour parce que ma mere commence a sept heures et elle est fini a midi ou 13 heures. Ils sont a la meme ecole mais ils ne remontrent pas pendant le jour parce que ma mere commence a sept heures et elle est fini a midi ou 13 heurte. 1 1 correction fautive 11 etudier beaucoup. Ils etudient beaucoup. 1 1 correction fautive Je voudrais voyager a france. Je voudrais voyager en France. 2 2 Pendant ma premiere annee, je pris un cours dans l'anthropologie aussi. Pendant ma premiere annee, je pris un cours dans l'anthropologie aussi. semantique Mes parents son roumaine et j e parle la langue aussi (avec un Mes parents sont roumains et je parle la langue aussi (avec un 2 2 131 accent fort)! accent fort)! Je suis bien, mais je suis fatigue parce que hier apres l'ecole j'ai travaille pour huit heures. Je suis bien, mais je suis fatigue parce qu'hier apres l'ecole j'ai travaille pour huit heures. 2 3 manque de correction Je pense que ma professeure de francais ressemble au Florence! Je pense que ma professeure de francais ressemble a la Florence! semantique Je veut parler un peu de stationnement a UBC. Je veux parler un peu de stationnement a UBC. 1 1 Je suis dans mon premier annee de Universite a l'Universite de Colombie-Britanique. Je suis dans ma premiere annee d'Universite a l'Universite de Colombie-Britanique. 3 3 Je n'aime pas la date de l'examen francais aussi. Je n'aime pas la date de l'examen francais aussi. — — semantique Le vendredi demain je vais aller a une fete d'hallowe'en avec mes amis. Le vendredi demain je vais aller a une fete d'hallowe'en avec mes amis. ~ ~ semantique Calgary est une petite universite et le recrutement est plus bon que l'universite de colombie-britanique. Calgary est une petite universite et le recrutement est meilleur que l'Universite de Colombie britannique. 2 4 1 manque de correction, 1 correction fautive Tout de suite je ne connais pas qoui je ferai. Tout de suite je ne connais pas quoi je ferai. 1 1 Je ne joue pas la guitare, mais j'aimerai apprendre. Je ne joue pas la guitare, mais j'aimerai apprendre. — ~ lis sont irlandais et allemand. lis sont irlandais et allemands. 1 1 Et, si ton amie veux aller au Bresil, elle peux aller a Rio de Janeiro ou le nord-ouest du pays, qu'il y a des plages merveilleuses. Et, si ton amie veut aller au Bresil, elle peut aller a Rio de Janeiro ou le nord-ouest du pays, qu'il y a des plages merveilleuses. 1 2 repetition de la preposition de lieu Total 42 66 64% 132 Bibliographic Sources primaires Linger (Language INdependent Grammatical Error Reporter). Logiciel. Exeter: Jonathan Barchan, 1988. IBM, Windows. Antidote Version 5.1. Logiciel. Montreal: Druide Informatique, 2000. IBM, Windows. Sources secondares Barchan, J. « Language INdependent Grammatical Error Reporter. » M.Phil. Thesis. University of Exeter, 1987. Barchan, J. & Wusteman, J. « A Prolog-Based Tool for Grammar Analysis of Western European Languages. »(1988): Digital Media Research Centre, University of the West of England, Bristol. <http:www.media.uwe.ac.uk/media/masoud/author> Bolt, P. & Yazdani, M. « The Evolution of a Grammar-Checking Program: LINGER to ISCA.» (1997): Digital Media Research Centre, University of the West of England, Bristol. <http: www. media, uwe. ac. uk/media/masoud/author> Burston, Jack. « Antidote '98. » CALICO Software Review (1999): 1-13. http://astro.temple.edu/~jburston/CALICO/review/antidote00.htm. Corder, S.P. "Idiosyncratic Dialects and Error Analysis." International Review of Applied Linguistics in Language Teaching 9.2 (1971): 147-159. "The Significance of Learner's Errors." International Review of Applied Linguistics in Language Teaching 5.4 (1967): 161-170. James, Carl. Errors in Language Learning and Use: Exploring Error Analysis. Applied Linguistics and Language Study. Ed. C.N. Candlin. London: Addison Wesley Longman Limited, 1998. Lennon, Paul. "Error: Some Problems of Definition, Identification, and Distinction." Applied Linguistics 12.2 (1991): 180-196. Lyons, J. Introduction to Theoretical Linguistics. London: Cambridge UP, 1968. 133 Mogilveski, Eugene. "Le Correcteur 101: A Comparative Evaluation of 2.2 versus 3.5 Pro." 1-8. CALICO Software Review (1998): http://astro.temple.edu7~jburston/CALICO/review/cl0135.htm. Pereira, F. & Warren, D. « Definite Clause Grammar for Language Analysis - A Survey of the Formalism and a Comparison with Augmented Transition Networks. » Artificial Intelligence 13 (1980): 231-278. Selinker, L. « Language Transfer ». General Linguistics 9.1 (1969): 67-92 Richards, Jack C. « A Non-Contrastive Approach to Error Analysis. » Error Analysis: Perspective on Second Language Acquisition. Ed. Jack C. Richards. London: Longman Group Limited, 1974. 172-188. Uren, Jo & Yazdani, Masoud. « Spanish LINGER. »(1998): Digital Media Research Centre, University of the West of England, Bristol. <http: www. media, uwe. ac. uk/media/masoud/author> 134 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0090047/manifest

Comment

Related Items