UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

L'aveuglement d'un Misanthrope : amour de l'autre ou amour de soi? 2001

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata


ubc_2001-0423.pdf [ 7.65MB ]
JSON: 1.0090026.json
JSON-LD: 1.0090026+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0090026.xml
RDF/JSON: 1.0090026+rdf.json
Turtle: 1.0090026+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0090026+rdf-ntriples.txt

Full Text

L ' A V E U G L E M E N T D ' U N MISANTHROPE : A M O U R DE L ' A U T R E O U A M O U R D E SOI ? By CAROLINE KHACHEHTOORI B.A. , The University of British Columbia, 1998 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF M A S T E R OF ARTS In THE F A C U L T Y OF G R A D U A T E STUDIES (Department of French, Hispanic and Italian Studies; The University of British Columbia; French Literature) We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH C O L U M B I A October 2001 © Caroline Khachehtoori, 2001 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. The University of British Columbia Vancouver, Canada D E - 6 (2/88) Abstract 11 Abstract This thesis explores the subject of love and self-love in the Misanthrope of Moliere. The central issue is whether or not the main character, Alceste, is blinded by his own self-love. If so, does this blindness lead him to madness? M y analysis shows that true love is not present in this play - and the reason for that is / 'amour de I 'autre. That is, both Alceste and Celimene are much too self-absorbed and preoccupied with self-love to be able to honour and cherish each other. In Alceste's case, the issue of blindness and illusion are also crucial elements that influence his ability to love. In the first chapter, I shall introduce these two elements and show how I'amour-propre causes Alceste to lose sight of reality. Then, in the second chapter, different aspects of love shall be examined, allowing me to illustrate how I'amour de I 'autre is not achieved. Finally, the third chapter introduces the idea of self-love and / 'amour-propre, distinguishes the two and shows how they lead the two characters of the Misanthrope to reject love. The theme of Amour-propre, as well as love mistreated or misunderstood, as subjects of literary works, are widespread during the seventeenth century. The play on illusion and reality, reason and madness, as well as the element of change and instability, as they appear in the Misanthrope, are familiar ground in Baroque theatre. Indeed, as Jean-Marie Apostolides notes in an article, the theatre is a space where new thoughts and ideologies are presented, where people, places and time are transformed and tested. This is undeniably what Moliere proposes to do in the Misanthrope and this project illustrates how this great playwright achieves that goal. In this thesis, I demonstrate how he brilliantly illustrates the social and philosophical influence of his time on individuals and its consequences. How does one react to such external forces? In Alceste's and Celimene's case, they each move in completely opposite directions in reaction to these external powers. The result of this, as well as of their forced union is what gives this play its strengths. For Moliere is able to show us the humour in such a marriage between a misanthrope and a coquette. Table des Matieres 1 , 1 TABLE DES MATIERES Resume 1 1 Table des Matieres •» Remerciements 1 V Introduction 1 Chapitre I L'Aveuglement 11 Chapitre II L'Amour de 1'Autre • 53 Chapitre III L'Amour de Soi 90 Conclusion 122 Bibliographie 129 Acknowledgments iv Acknowledgements I would like to thank all of those individuals who helped me complete this project. I am especially indebted to Dr. Richard Hodgson who has guided me through every step of this thesis. Without his knowledge and expertise I would not have been able to develop my initial ideas. I thank him for his time, his effort, and for providing constant enthusiastic encouragement and advice until the very end. I would also like to thank Dr. Alain-Michel Rocheleau for his hard work in getting my thesis into shape. His thoughts and expertise were also invaluable. Likewise, I am thankful for Dr. Daniela Boccassini's part in helping me complete this project. Thank you to my mom, whose support has been invaluable throughout my years at school. My friends who have encouraged and supported me always - Laura Boddington and David Richardson - thank you for your patience. And a special thank you for Hrant Isbeceryan, for his belief in me and for urging me to keep going. Thank you. Introduction Introduction L'Atrabilaire Amoureux ou Le Misanthrope ? What is our life? a play of passion; Our mirth the music of division; Our mothers' wombs the tiring-houses be Where we are dressed for this short comedy. Heaven the judicious sharp spectator is, That sits and mark still who doth act amiss; Our graves that hide us from the searching is done. Thus march we, playing, to our latest rest, Only we die in earnest - that's no jest. Sir Walter Raleigh L 'existence est une comedie, une piece de theatre, dans laquelle la vie et la mort, l'etre et le paraitre marquent les bornes dans la societe de Moliere. C'est ainsi que dans les pieces comme le Misanthrope, 1'incertitude, 1'illusion et la faussete gouvernent la vie des personnages et, notamment, les relations d'Alceste. Nous verrons que la liaison de celui-ci avec Celimene est l'exemple le plus evident qui inclut ces trois elements. Leur union revele la dualite de l'amour et de la cause de celui-ci - c'est-a-dire que l'amour n'existe pas seulement pour l'autre mais i l existe aussi pour Introduction soi. Nous verrons aussi qu'a travers son texte, notre dramaturge distingue les nombreux liens et les relations entre l'amour et 1'amour-propre1. Bref, Moliere etudie 1'influence que la societe et la philosophic du dix-septieme siecle ont sur la litterature. Parmi les elements influents de ce siecle, Moliere integre dans le Misanthrope la metamorphose et 1'instability comme etant fondamentaux. II acheve cette tache en introduisant sur scene son personnage principal qui veut fuir la societe. II represente l'art du reve et de l'illusion a travers le personnage d'Alceste. Ensuite, a travers l'autre personnage principal, Celimene, notre dramaturge introduit l'art du choix et de la liberie. Cette femme exemplifie les effets d'une societe figee. Tout ceci est illustre a travers un theme principal - l'amour - que nous examinons dans cette etude. Deux aspects de l'amour, en particulier, seront consideres : l'amour de l'autre et l'amour de soi. Mais d'abord, dans le premier chapitre, nous analyserons l'aveuglement qui est aussi un theme important dans le Misanthrope puisqu'il influence le sort de l'amour. En plus, nous verrons que dans ce texte, l'illusion et la folie jouent un role aussi important que l'aveuglement. Le deuxieme chapitre abordera la representation de l'amour en general et focalisera surtout sur l'amour de l'autre. Ensuite, le troisieme chapitre illustrera comment 1'amour-propre, a plusieurs reprises, est a l'origine de l'amour chez certains personnages. Nous decrirons ainsi comment l'illusion, le masque, aussi bien que l'etre et le paraTtre, jouent un role important dans l'amour. Chaque chapitre nous permettra de demontrer que l'amour que Ton retrouve dans cette piece est maladroit et hors de propos. C'est un amour qui expose les contradictions et les erreurs de l'imagination qui, elles-memes, transforment l'etre en objet. L'illusion et le masque, entre autres, illustrent non seulement des themes litteraires mais touchent aussi l'aspect social et philosophique de ce siecle. Ce projet nous permettra de montrer que malgre le contenu comique de cette piece de theatre, Moliere represente clairement, et de facon serieuse, le role de la societe comme spectateur, jugeant le merite de chaque individu, et ainsi acheve son ceuvre theatrale en degageant un ton reflechi. II reussit a illustrer l'autorite de la societe et le devoir des individus de se soumettre aux normes sociales. En fait, dans ce projet, nous nous proposons d'etudier 1 L'amour-propre est une forme plus severe de l'amour de soi. La difference entre les deux sera expliquee dans le troisieme chapitre. Introduction 1'influence que la societe et la philosophic du dix-septieme siecle ont sur l'individu, a travers le chef-d'oeuvre de Moliere - le Misanthrope. * Le premier chapitre aura pour principaux objectifs d'analyser l'aveuglement, de parler de 1'illusion et de la folie et de considerer comment elles influencent le deroulement du Misanthrope. De plus, nous examinerons l'origine et 1'importance de la vue2 dans ce texte et comment celle-ci entraine l'aveuglement a travers l'illusion et la tromperie. Ensuite, 1'importance de la societe dans le Misanthrope sera etudiee a travers une analyse de son role dans le developpement de l'amour de l'autre. La folie et le debat entre celle-ci et la raison seront aussi etudies, ainsi que le lien entre ceci et le Misanthrope. Finalement, afin de situer le texte en question, quelques aspects du dix- septieme siecle seront etudies. Le deuxieme chapitre sera consacre au theme de l'amour de l'autre. Le but qui s'y rattache sera d'etablir la presence, ou l'absence si Ton veut, de ce sentiment dans le texte de Moliere. Par ailleurs, l'aveuglement et l'illusion seront abordes dans ce chapitre afin d'etablir le rapport entre eux et l'amour de l'autre. Nous confirmerons aussi que ce dernier est problematique a cause de ces deux elements, ainsi que 1'amour-propre. C'est- a-dire que les personnages sont aveugles et illusionnes par leur amour-propre et n'arrivent pas a aimer l'autre - suggerant que ce sentiment empeche le developpement de l'amour de l'autre. L'amour n'arrive done pas a evoluer vers l'autre. Nous arriverons enfin au troisieme chapitre, qui commencera par une etude de la theorie de 1'amour-propre. Notre analyse contiendra, plus precisement, une comparaison entre celui-ci et l'amour de soi. Ensuite, nous examinerons comment 1'amour-propre influence les personnages et la societe du Misanthrope. Ainsi, nous arrivons a determiner comment cet amour-propre empeche la reussite de l'amour chez Alceste et Celimene. Chaque chapitre contiendra une analyse de l'etre et du paraitre, dans laquelle l'influence de l'illusion, de la faussete et du masque dans l'amour sera examinee. Les questions importantes qui seront posees sont, entre autres, les suivantes : comment le 2 La vue est importante dans cette piece car e'est elle qui percoit l'autre, e'est elle qui peut tromper la personne qui percoit. Nous verrons 1'importance de la vue dans le premier chapitre. Introduction theme de l'etre et du paraitre conditionne-t-il les personnages considered dans notre etude ? Comment 1'amour-propre, l'inconstance et l'illusion endommagent-ils l'amour des deux personnages principaux ? Bien qu'il existe differents themes dans le Misanthrope, il est a noter que mon interet se concentre sur 1'aspect social et philosophique de l'ceuvre de Moliere, et se rapporte plus particulierement a l'amour et a la nature de l'etre. En general, les ceuvres de ce dramaturge m'interessent car elles illustrent bien 1'influence de la societe sur l'individu. Plus precisement, l'auteur aborde des sujets qui sont courants, qui s'appliquent aux questions de son epoque et qui peuvent aussi s'appliquer a la notre, comme l'inconstance, le desordre et le doute. Le theatre est un art de convention et d'illusion, soulignant le masque et le jeu. Tandis que les situations que cree Moliere, les conflits entre les individus et la societe, refletent la realite. Ce dramaturge reussit dans son entreprise a unir le theatre et la realite, de sorte que les lecons a apprendre a travers ses ceuvres sont encore plus importantes car elles se rapportent a notre vie et a nos soucis. Par ailleurs, selon Apostolides, le « Misanthrope constitue [...] une dramatisation des plaies secretes de la couche dominante de la seconde moitie du X V I I e » (Apostolides 159). II faut ajouter a cette theorie que la piece de Moliere contient non seulement des elements classiques representes par Alceste, mais aussi des elements baroques representes par Celimene. En fait, ce personnage demontre des caracteristiques qui sont a la fois baroques et classiques3. Ses propos suggerent que l'amour peut retenir quelques aspects qui se rapprochent de la folie, d'un manque de raison - illustrant l'element baroque. Un passage en particulier, qui se trouve vers la fin de la piece, illustre ce manque lorsqu'Alceste admet a sa vis-a-vis que « [s]es sens par la raison ne sont plus gouvernes », et alors i l « cede aux mouvements d'une juste colere » (IV, 3, 1312-3). Nous pouvons aussi noter que le ton de ces paroles suggere que la situation de ce dernier se rapproche du desordre baroque. D'une perspective encore plus etroite, nous pouvons constater davantage qu'a travers les propos de ce personnage desespere, Moliere illustre 3 Ce lien sera explique dans le premier chapitre. Introduction que l'amour n'est pas si raisonnable ni si simple : «II est vrai : ma raison me le dit chaque jour ; / Mais la raison n'est pas ce qui regie l'amour », annonce Alceste dans la premiere scene du premier acte (I, 1, 247-248). Ceci est suivi par l'idee que la verite n'est pas toujours evidente. La question a se poser, en lisant ce passage, c'est si l'amour d'Alceste est bien vrai ou s'il correspond, au contraire, a un masque. Ensuite, est-ce que le comportement et la coquetterie de Celimene sont de l'ordre de l'illusion ? De plus, l'autre aspect important de la piece c'est que l'illusion et l'amour dirigent leurs victimes vers la folie. C'est-a-dire que le masque que portent les individus, qui est plutot leur aveuglement, cache la verite et entraine la folie. Eliante, en fait, explique que « l'amour dans les coeurs / N'est pas toujours produit par un rapport d'humeurs; / Et toutes ces raisons de douces sympathies / Dans cet exemple-ci se trouvent dementies » (IV, 1, 1175-1178). Elle annonce a Philinte que la raison, dans l'amour, est souvent dementie. L'etat d'esprit d'Alceste confirme cette allegation puisque son amour produit un effet d'entrainement qui commence avec la faussete et le masque, qui menent a l'illusion et se terminent avec la folie. Son amour ne devient qu'un desir de s'ameliorer et d'agrandir son amour-propre. Parmi les textes auxquels nous nous refererons tout au long de cette these figurent le Tristan et Iseut de Beroul, le Dom Juan de Moliere et La Nouvelle Helo'ise de Jean- Jacques Rousseau. Comme nous le verrons dans les chapitres suivants, ces textes nous aident a illustrer comment et pourquoi l'amour de l'autre chez Alceste et Celimene est problematique. En particulier, nous montrerons que Moliere trace le portrait d'un amour diametralement oppose de celui qu'illustrent Beroul et Rousseau. A partir de ces textes, i l sera determine que l'amour commence chez soi-meme, se tourne vers autrui et finalement retourne chez soi-meme. Nous explorerons cette evolution dans les deuxieme et troisieme chapitres, avec l'amour de l'autre et l'amour de soi. Ensuite, parmi les ouvrages critiques que nous nous servons dans notre etude se trouvent les Maximes de La Rochefoucauld et les Essais de Montaigne, L 'Eloge de la Folie d'Erasme et les dialogues de Platon. Leurs idees sont pertinentes lorsqu'elles sont utilisees dans le contexte de notre analyse4. 4 J'utilise les textes susmentionnes afin de comparer les differentes situations d'amour et pour mieux analyser l'expression de ce sentiment qui se trouve dans le Misanthrope. Introduction Dans les chapitres qui suivent, nous remarquerons que Moliere represente tres bien les mceurs de son siecle, comme nous l'avons mentionne plus haut. Pour mieux defendre cette hypothese, une courte etude de l'ceuvre de Moliere est requise. Ainsi, nous examinerons de plus pres deux autres textes molieresques. Nous illustrerons dans les passages suivants que le theatre de Moliere imite la realite sociale, la sonde et se moque d'elle. En contraste avec les autres textes inclus dans cette these, les deux pieces de Moliere que nous examinerons dans la section suivante illustrent le lien commun qui traverse l'ceuvre de ce dramaturge, en general. L'Ecole des Femmes et Dom Juan se rapprochent du Misanthrope et ce rapprochement nous sert comme outil dans notre analyse de l'univers molieresque. L'autre rapprochement entre ces trois pieces consiste dans le fait qu'elles ont ete ecrites durant la meme periode : L 'Ecole des Femmes a ete creee aux environs de 1662, Dom Juan en 1665 et enfin le Misanthrope, en 1666. D'abord, dans L'Ecole des Femmes, le personnage principal, Arnolphe, ressemble beaucoup a Alceste. La piece elle-meme tourne autour du sujet du mariage et de 1'education des jeunes filles et a comme themes principaux l'amour, le cocuage, l'innocence et le mariage. Dans cette piece, nous retrouvons un homme qui veut se marier et afin de ne pas devenir cocu, il entreprend l'education de la jeune fille qu'il veut epouser. C'est ainsi qu'il enonce sa philosophie : Chacun a sa methode, En femme, comme en tout, je veux suivre ma mode. Je me vois riche assez pour pouvoir, que je croi, Choisir une moitie qui tienne tout de moi Et de qui la soumise et plein dependance N'ait a me reprocher aucun bien ni naissance. Un air doux et pose, parmi d'autres enfants, M'inspira de l'amour pour elle des quatre ans : Sa mere se trouvant de pauvrete pressee, De la lui demander il me vint la pensee, Et la bonne paysanne, apprenant mon desir, A s'oter cette charge eut beaucoup de plaisir. Dans un petit couvent, loin de toute pratique, Je la fis elever selon ma politique (I, 1, 123-136). Introduction Pour faire d'Agnes une femme docile, Arnolphe l'eduque des l'enfance : « Pour la rendre idiote », dit-il, « autant qu'il se pourrait / [ . . . ] / Pour [s]e faire une femme au gre de [s]on souhait» (I, 1, 138, 142). Bien que cette methode semble etre deraisonnable, comme l'annonce Celimene dans le troisieme acte, chacun a sa methode, et celle d'Arnolphe est de controler sa femme. II retient une image de la femme ideale et en elevant Agnes depuis son enfance, il la rend conforme a son ideal. Son desir de s'assurer qu'il ait la femme parfaite l'illusionne et entraine son echec. Deja dans ce passage, i l existe un lien commun entre les exigences d'Arnolphe et celles d'Alceste du Misanthrope. Ces deux etres sont obsedes par un desir maladif de controler la femme - ce qui les distingue ce sont leurs strategies. Alceste retient l'espoir et la certitude qu'il peut changer Celimene. Et Arnolphe est conduit par la peur d'etre trompe. Neanmoins, les deux hommes entretiennent 1'image de la femme ideale et semblent nourrir l'espoir de se marier avec une personne soumise, qui a comme fonction d'ameliorer l'image ainsi que la vie de l'homme. lis refusent d'admettre qu'ils ne peuvent controler ni transformer une femme en fonction de leurs besoins. Alors l'illusion envers celle-ci et la realite est presente dans les deux pieces. En contraste, la preoccupation de Dom Juan est de conquerir le plus de femmes possible. Dans Dom Juan, l'auteur devoile que l'amour et la folie dominent toujours. Le theme de l'amour est represente sous plusieurs formes comme le desir, le plaisir, la seduction et le libertinage. II s'agit ici d'un homme qui est obsede par les femmes. La conquete, la possession et le controle de celles-ci caracterisent ses preoccupations principales. Cependant, ces obsessions l'invitent a mepriser le monde et ceux qui reconnaissent ses defauts. Par exemple, dans un passage du premier acte, Sganarelle introduit ainsi le heros libertin : [T]u vois en Dom Juan, mon maitre, le plus grand scelerat que la terre ait jamais porte, un enrage, un chien, un diable, un Turc, un heretique, qui ne croit ni Ciel, [ni saint, ni Dieu,] ni loup-garou, qui passe cette vie en veritable bete brute, en pourceau d'Epicure, en vrai Sardanapale, qui ferme l'oreille a toutes les remontrances [chretiennes] qu'on lui peut faire, [...] Un mariage ne lui cotite rien a contracter ; i l ne se sert point d'autres pieges pour attraper les belles, et e'est un epouseur a toutes mains. Dame, demoiselle, bourgeoise, paysanne, i l ne trouve rien de trop chaud ni de trop froid Introduction pour l u i ; et si je te disais le nom de toutes celles qu'il a epousees en divers lieux, ce serait un chapitre a durer jusques au soir (I, 1, 57-62, 66-71). Ce passage marque la ressemblance entre Dom Juan et Celimene, car ces deux personnages de Moliere demontrent que 1'amour-propre peut etre cache et, eventuellement, peut etouffer ou corrompre l'amour. Nous pouvons done associer le lien entre l'amour et 1'amour-propre en etudiant Celimene - qui aime ses nombreux amants trainant aupres d'elle, chantant ses louanges - et merae Alceste. Chez Dom Juan, tout comme chez notre heroine, c'est la conquete qui preoccupe. Ces deux etres aiment la chasse. Nous verrons plus tard que dans le Misanthrope, Moliere remplace Dom Juan par Celimene. Plus precisement, a travers celle-ci, l'auteur illustre les consequences lorsque le role de la femme est inverse. En outre, dans le Misanthrope, c'est l'ancien qui rencontre le moderne. Moliere presente Alceste - comme un homme qui, contrairement a Celimene, « demeure attache aux valeurs anciennes, celles de l'aristocratie traditionnelle » (Apostolides 159). Tandis que chez Celimene, c'est le contraire ; elle est attachee aux idees et a l'ideologie modernes et Alceste a l'archai'que. Mais quelles sont ces valeurs anciennes? Dans la litterature du dix-septieme siecle, comme l'explique Chauveau, la figure du heros s'efface peu a peu, au profit d'une autre : celle de l'«honnete homme», e'est-a-dire de celui qui, tout en preservant sa liberte interieure et son quant-a-soi, a su acquerir cette vertu de sociabilite qui le rend apte a partager, sans ostentation, les valeurs morales et culturelles du groupe, et a cultiver, non ce qui le distingue et l'eleve au-dessus des autres, mais au contraire ce qui lui permet mieux de s'integrer sans heurt. [...] Moliere saura se souvenir de tout cela dans Le Misanthrope (Chauveau 57). Mais il semble qu'en creant Alceste, Moliere offre quelques exceptions, puisque ce personnage n'est pas vraiment le heros qui s'integre dans son environnement. II est le personnage qui se distingue des autres. Est-il un misanthrope, un homme attache a un monde qu'il meprise par sa passion pour une femme qui represente ce meme monde ? II est clair que le Misanthrope illustre non pas l'integration d'un individu dans la societe mais plutot la disintegration de celui-ci. Tout au long de la piece, Alceste n'acquiert Introduction non pas la vertu de sociabilite mais devient de plus en plus egocentrique. Ses valeurs morales le poussent de plus en plus loin de son milieu social, detruisant tout espoir d'adaptation a celui-ci. En effet, i l existe une dualite dans son caractere : il est un homme qui fuit la societe et la desire en meme temps. II aime Celimene mais en meme temps ne l'aime pas. Qui est-il? Comme Moliere nous le demande dans le titre de sa piece, est-ce qu'Alceste est Le Misanthrope ou I'Atrabilaire Amoureux ? Dans son dictionnaire, Furetiere, celui-ci definit le misanthrope comme un individu « qui hait les hommes, la nature humaine en general a cause de sa sottise, ou de sa mechancete». C'est un avare qui ne veut voir personne. Refusant le jeu des apparences, la faussete et le masque, et convaincu qu'un tel monde est fonde sur l'hypocrisie, il devient aliene dans son propre environnement, tout en manifestant une incapacity a s'adapter a son milieu et aux exigences d'une societe qui se renforce dans un tel monde. Mais justement, en essayant d'eviter les illusions sociales, il devient encore plus vulnerable a ses propres illusions. En fait, comme l'enonce Pascal dans le proverbe suivant, « qui fait l'ange, fait la bete ». Ceux qui pensent etre nobles et honnetes ou bien qui pretendent avoir ces qualites sont en realite le contraire. Jusqu'ici, le titre predit bien le personnage principal de la piece, suggerant qu'Alceste est effectivement un misanthrope5. Mais alors s'il est un misanthrope, un homme qui fuit la societe, peut-il etre amoureux d'une femme qui cherche et represente les principes fondamentaux de celle-ci ? 5 Selon Rousseau, dans la Lettre a Md'Alembert, Alceste n'est pas un misanthrope. « VOUS ne sauriez me nier» dit-il, « qu'Alceste [...] est un homme droit, sincere, estimable, un veritable homme de bien » (Rousseau 48). A-t-il raison ? « QU'EST-CE done que le Misanthrope de Moliere ? » se demande-t-il (49). Rousseau definit Alceste non pas comme un misanthrope selon le dictionnaire, mais comme « [u]n homme de bien qui deteste les moeurs de son siecle et la mechancete de ses contemporains ; qui, precisement parce qu'il aime ses semblables, hait en eux les maux qu'ils se font reciproquement et les vices dont ces maux sont l'ouvrage » (49). Alors il maintient l'idee qu'Alceste n'est pas Pennemi des hommes mais de la mechancete qu'il trouve chez les autres. II le respecte et le defend dans sa lettre. Alceste, dit-il, « est determine par la nature de sa passion dominante. Cette passion est une violente haine du vice, nee d'un amour ardent pour la vertu » (52). II est d'accord avec l'idee qu'Alceste devient aliene a force de sa «contemplation continuelle des desordres de la Societe» (52). En fait selon Rousseau, l'obses"sion d'Alceste le mene au detachement de tui-meme. Mais sa these le mene a conclure qu'il s'aliene de tout afin de « fixer toute son attention sur le genre humain. Cette habitude eleve, agrandit ses idees, detruit en lui les inclinations basses qui nourrissent et concentrent l'amour-propre » (53). En effet, tout homme de bien est un misanthrope. « [J]e ne connois point de plus grand ennemi des hommes que l'ami de tout le monde », annonce-t-il (50). Cette declaration atteste la doctrine que la faussete se trouve partout dans le monde. Introduction Ensuite, l'autre partie du titre propose qu'Alceste est l'atrabilaire amoureux. Furetiere explique que ce dernier est un melancolique qui possede un temperament « ou la bile noire domine ». Cela semble bien decrire le caractere d'Alceste. II est un homme qui refuse le jeu des apparences, la faussete et le masque, et ce mecontentement contre le monde le rend bilieux. Jusqu'ici, les deux definitions sont exactes. Mais i l reste toujours la question de l'amour - est-il amoureux ? Plus precisement, est-il veritablement amoureux de Celimene ou de lui-meme ? Voila, en somme, les questions auxquelles nous tenterons de repondre dans cette these. Est-ce l'amour de l'autre ou l'amour de soi? Est-il le misanthrope ou est-il l'atrabilaire amoureux ? Est-il les deux ? Chapitre 1 L'Aveuglement "...men should love lies; where neither they make for pleasure, as with poets; nor for advantage, as with the merchant, but for the lie's sake. But I cannot tell: this same truth is a naked and open daylight, that doth not show the masks and mummeries and triumphs of the world half so stately and daintily as candle lights. Truth may perhaps come to the price of a pearl, that showeth best by day, but it will rise to the price of a diamond or carbuncle, that showeth best in varied lights" - Francis Bacon, Of Truth. Dans l'univers du Misanthrope, la verite et l'honnetete sont parfois difficiles a distinguer et meme a accepter. Les citoyens representee vivent done emprisonnes dans une faussete qui n'entraine ni plaisir ni avantage pour eux. Dans un monde semblable, le masque, pris dans son sens metaphorique, domine - de sorte que celui-ci et la faussete deviennent indissolubles. La realite ne peut penetrer cette barriere qui enferme l'univers majestueux des apparences que difficilement, car le deguisement est beaucoup trop attirant et le monde de l'etre et du paraitre se manifeste dans tant de formes variees qu'il devient difficile de distinguer les deux termes. Dans cette societe, qui cache la verite et la realite sous un masque, le protagoniste du Misanthrope cherche a Chapitre 1 redefinir la nature et le gouvernement de l'homme parfait. Mais cette quete le jette dans un etat de confusion, puisque l'honnete homme n'existe pas. Le lecteur se demande si Alceste est lui-meme cet homme vertueux, qu'il recherche et qu'il respecte. Nous constatons qu'il ne le sait pas et c'est bien cette ignorance qui le caracterise face aux autres personnages. C'est ainsi que l'illusion, l'aveuglement et la folie1 defmissent le monde et les personnages du Misanthrope. Les buts de ce chapitre sont d'abord d'analyser cet aveuglement et cette illusion chez Alceste ; et ensuite de montrer comment la folie et la raison sont inextricablement liees et pourquoi elles ne resultent que d'un monde de conflit. Plus precisement, notre objectif ici est de montrer qu'Alceste est gouverne par l'aveuglement et l'illusion. Bien qu'il veuille changer le monde et qu'il soit conscient de la faussete des gens qui l'entourent, i l ferme les yeux sur certains aspects de la realite. Entre autres, i l est ignorant de sa propre nature - son amour-propre. En somme, les points importants qui seront traites dans ce chapitre sont pourquoi et comment la raison et la societe sont et devraient etre constamment remises en question. L'amour de l'autre et l'amour de soi, les sujets des deux chapitres suivants, seront aussi introduits dans cette premiere section. Ceci nous permettra, d'une part, d'expliquer que 1'amour-propre est l'element principal qui empeche la reussite de l'amour de l'autre. Nous pourrons ainsi etablir qu'a cause de ce dernier, le personnage de Moliere devient aveugle et est mene a la folie, qui, a son tour, correspond au fait qu'il n'est pas conscient de son amour-propre. Il est aveugle. D'autre part, nous illustrerons que la folie de Celimene tient au fait qu'elle n'est pas aveugle. C'est-a-dire qu'elle est consciente de son attitude negative envers l'amour de l'autre. De plus, elle sait que sa conduite est anormale par rapport aux normes sociales. Par exemple, d'apres ses discours avec son amie, i l nous semble qu'Arsinoe, dont le comportement s'oppose a celui de Celimene, represente la norme. Elle est la femme qui s'assimile a son milieu. Celimene admet ce fait et, dans une 1 Le terme «folie», ici, ainsi qu'au long de cette these, se refere a ce qui est hors de la norme. L'illusion, chez Alceste, par exemple, est une folie. Chez Celimene, le fait qu'elle soit une coquette et se joue des hommes est une folie parce que ce n'est pas la norme sociale du Misanthrope. La folie c'est aussi l'exageration. Pour mieux expliquer le sens de ce mot, voici un passage de Shoshana Felman. Son explication de la folie est la suivante : « Madness [.. .^illusion as such, belief inasmuch as it is always credulous ; it is the loss of perspective, the relative mistaken for the absolute. Madness is not simply love, but the belief in love » (Felman 84). 2 Nous expliquerons dans le troisieme chapitre que l'amour-propre est derive de l'amour de soi. Chapitre 1 discussion avec son amie, elle annonce que peut-etre, un jour, elle suivra la norme : « Je ne dis pas qu'un jour je ne suive vos traces », dit-elle, « L'age amenera tout, et ce n'est pas le temps » (III, 4, 982-983). Alors d'un cote, son comportement, qui devie des normes sociales, est intentionnel et nous l'associons a la folie parce qu'il est irregulier. D'un autre cote, Celimene agit par expres parce qu'elle veut se distinguer des autres, et c'est la la raison pour laquelle nous suggerons qu'elle n'est pas aveugle. * * * Le Dictionnaire de I'Academie Francaise inclut dans sa definition de l'aveuglement que ce dernier est la « [pjrivation du sens de la vue ». Cette definition, prise de facon plus etroite, se refere a l'aveuglement metaphorique d'une personne, comme Alceste l'est envers Celimene, par exemple. Le dictionnaire ajoute a sa definition que l'aveuglement marque « le trouble, l'obscurcissement de la raison, cause par les passions ou par le peche ». II peut aussi etre defmi, au sens figure, comme un etat sans consideration et sans raisonnement. Aveugle se dit aussi de la passion raeme, comme le «desir aveugle» ou «1'amour aveugle» (DAF) 3 . La notion d'aveuglement, tel qu'il se manifeste dans le Misanthrope, se rapproche bien de ces definitions. La privation de la vue, au sens metaphorique, le manque de consideration et de raisonnement, et la passion excessive menent tous a la folie, a l'illusion. Ces causes impliquent le monde de l'etre et du paraitre qui, a son tour, regne sur le monde du Misanthrope. La confusion entre l'etre et le paraitre, l'illusion et l'aveuglement, facilite l'echec de l'amour de l'autre4 dans cette piece. D'ailleurs, ceci est illustre dans le troisieme acte lorsque Celimene, en conversation avec sa cousine, annonce qu' « [e]lle ne saurait voir qu'avec un ceil d'envie /[...] Et [que] son triste merite, abandonne de tous / Contre le siecle aveugle est toujours en courroux » (III, 4, 857-860). Celimene se refere a la jalousie de sa cousine, a son ceil jaloux - ce qui souligne encore l'importance de l'oeil5. Arsinoe lui envie sa liberie, son independance et sa popularite. Mais ce qui est encore plus important c'est que sa remarque peut aussi se referer a l'aveuglement de la societe. Les autres, c'est-a-dire les amis et les connaissances d'Arsinoe, ne discernent pas sa jalousie, qui prend son origine 3 Dictionnaire de I'Academie Francaise. 4 Dans le deuxieme chapitre, nous examinerons les raisons pour lesquelles l'amour de l'autre ne reussit pas. 5 Nous verrons plus tard que la vue est importante en ce qui concerne l'amour. Chapitre 1 dans 1'amour-propre et entralne aussi bien l'illusion que l'aveuglement. Les autres ne voient que ce qu'Arsinoe6 leur revele - sa pruderie. Mais celle-ci n'est pas consciente du masque qu'elle porte et ce fait la rapproche d'Alceste - tous deux sont aveugles envers eux-memes. Cette forme d'aveuglement marque le conflit entre l'etre et le paraitre. Par exemple, dans une discussion qu'elle a avec Celimene, Arsinoe annonce « qu'il faut acheter tous les soins qu'on nous rends » (III, 4, 1016). Comme nous l'avons suggere ci- haut, elle est jalouse et cette declaration le prouve. C'est-a-dire qu'elle sous-entend que e'est en fait ce personnage qui doit attirer la consideration des autres presque par force. Plus loin, elle continue son propos en disant que « Si nos yeux enviaient les conquetes des votres, / Je pense qu'on pourrait faire comme les autres, / Ne se point menager, et vous faire bien voir / Que l'on a des amants quand on en veut avoir » (III, 4, 1021-1024). Dans ce passage, il est encore plus evident qu'elle parle d'elle-meme. Elle souhaite denigrer Celimene en disant qu'elle aussi peut facilement acquerir la consideration des hommes mais elle ne la cherche pas parce que ce n'est pas convenable, e'est meme inacceptable selon les normes. Ceci justifie les temoignages de Celimene : Arsinoe et la societe portent des masques. En fait, le monde, caracterise par les apparences et l'aveuglement, assure leur ignorance ; car puisque les gens ne discernent pas la faussete, celle-ci devient une realite. Le paraitre devient l'etre et vice versa. En plus, comme on l'a deja mentionne, les propos de Celimene soulignent l'importance de l'oeil - qui est un outil, une porte d'entree et de sortie entre le monde exterieur, qui est represents par la societe, et le monde interieur, qui designe l'individu. Autrement dit, l'oeil est un lieu de passage entre une personne et son environnement. Mais parfois, ce passage est barre et entraine l'aveuglement. Par exemple, dans un extrait, Alceste annonce a ses voisins : « Par le sangbleu, messieurs, je ne croyais pas etre / Si plaisant que je suis » (II, 6, 772-773). Malgre le desir d'identifier son «moi» au monde, ce passage sous-entend l'ignorance et l'aveuglement d'Alceste envers lui-meme. Cependant, Celimene est consciente de cet aveuglement qui caracterise Arsinoe et Alceste, et le discours entre les deux femmes dans la quatrieme scene du troisieme acte prouve cette connaissance. Elle est aussi consciente du fait que le monde n'est pas ' Nous n'allons pas analyser le caractere d'Arsinoe mais il vaut la peine de mentionner que sa pruderie n'est qu'un masque. Elle veut appartenir a son entourage mais les attentes de la societe lui font souffrir. Chapitre 1 entierement aveugle. C'est-a-dire que les gens sont aveugles envers eux-memes mais pas envers les autres. Par exemple, Philinte n'est pas ignorant du fait que les apparences caracterisent la societe mais i l choisit de suivre son propre chemin, meconnaissant certains aspects sociaux. Comme il l'explique a Alceste : « Je prends tout doucement les hommes comme ils sont, / J'accoutume mon ame a souffrir ce qu'ils font» (I, 1, 163- 164). Celimene se comporte de la meme maniere. Elle reconnait les fausses apparences des gens mais ne leur reproche pas ce fait. Au contraire, elle s'accoutume a la faussete et en profite. L'exemple parfait de ce que nous venons de mentionner se trouve chez Arsinoe. Celle-ci est aveugle envers elle-meme mais elle arrive quand meme a identifier la coquetterie de Celimene. Elle sait qu'elle est jalouse de son amie et profite de chaque occasion pour la blesser. En somme, l'aveuglement des gens est determine par certaines circonstances et certaines personnes, ce qui denote que l'aveuglement de la societe est parfois volontaire. Le monde choisit de tourner le dos a des circonstances precises. Par exemple, Celimene annonce que les gens savent que la pruderie d'Arsinoe n'est qu'un masque. Elle nous avise du fait qu'il existe des traits de caractere ou des circonstances dans la societe qui ne peuvent pas etre caches et qui sont done evidents. Mais le fait qu'il existe un autre niveau d'aveuglement et une borne de tolerance face aux fausses apparences nous amene a interpreter que la societe neglige leur presence et transforme la vie sociale en un jeu entre l'etre et le paraitre. Comme l'explique Philinte : Oui, je vois ces defauts, dont votre ame murmure, Comme vices unis a l'humaine nature, Et mon esprit enfin n'est pas plus offense De voir un homme fourbe, injuste, interesse, Que de voir des vauttours affames de carnage, Des singes malfaisants et des loups pleins de rage (I, 1, 173-178). De ce discours, nous pouvons conclure que Philinte percoit l'illusion des citoyens de son pays et l'accepte. II suggere que les gens ressemblent aux singes, dans la mesure ou ils imitent tout, et aux loups enrages qui trompent les autres. Mais i l faut apprendre a accepter ces defauts. Malheureusement, Alceste, lui, n'est pas conscient de ce jeu dans la societe et c'est bien cette ignorance qui provoque sa ruine. II sait que les gens portent un masque mais ignore que la plupart sont conscients des fausses apparences chez les autres. Par exemple, convaincu que la superficiality regne sur le siecle et tout en se referant a Chapitre 1 Celimene, i l croit que celle-ci capte l'interet des hommes, et ainsi sa popularity, par sa coquetterie. « Eh ! madame », dit-il, « Ton loue aujourd'hui tout le monde, / Et le siecle par la n'a rien qu'on ne confonde » (III, 5, 1069-1070). Alceste estime que le monde, a travers ses louanges, confond et dupe toutes personnes. Les gens parmi lesquels i l vit se trompent et Alceste est resolu a suivre sa decision de se dissocier de ce groupe d'individus masques. Alors l'illusion, les fausses apparences, l'etre et le paraitre ont une grande influence sur la societe, les individus et leur comportement, tant dans le Misanthrope qu'au dix-septieme siecle. Et dans ce monde sature par les fausses apparences et debordant de gens superficiels et masques, Moliere presente Alceste qui cherche la verite. Malgre le fait que ce personnage soit percu par le lecteur, le spectateur et les autres personnages de la piece comme un bouffon qui n'arrive pas a vivre dans son environnement, i l possede toutefois une soif du monde ideal7 qui lui semble honnete. Malheureusement, ses voisins ne percoivent que son illusion et le ridiculisent. Par exemple, bien que Philinte reconnaisse la passion vive d'Alceste de trouver l'honnetete chez les autres, i l avise son ami que sa quete est excessive : « Je vous dirai tout franc », dit-il a Alceste, « que cette maladie, / Partout ou vous allez, donne la comedie, / Et qu'un si grand courrous contre les mceurs du temps / Vous tourne en ridicule aupres de bien des gens » (I, 1, 105-108). Dans son livre, Les Miroirs du Soleil, Christian Biet consacre une section au Misanthrope et illustre bien les idees que nous venons de mentionner dans ce paragraphe. Par exemple, dans le passage suivant, il presente Alceste avec sensibilite : Passion de la verite, ridicule et vanite de la recherche du vrai, traque obstinee de l'hypocrisie et du jeu des apparences, enfm representation du grotesque des passions devoyees pour Tor ou pour le savoir, les comedies de Moliere envisagent avec delice et malice ces situations risibles et fort serieuses. En quete de verite, 1'Alceste du Misanthrope ne peut que constater l'inanite de son desir : seul un 7II est important ici de bien definir ce terme qui sera utilise partout dans notre etude. Si Ton regarde dans le dictionnaire, ideal est ce qui est« concu et represents dans l'esprit sans etre ou pouvoir etre percu par les sens. [...] Qui atteint toute la perfection que Ton peut concevoir ou souhaiter. [...] Ce qu'on se represente ou se propose comme type parfait ou modele absolu dans l'ordre pratique, esthetique ou intellectuel » (Le Petit Robert). Chapitre 1 desert, hors de la scene, peut accueillir 1'obsession du vrai qui l'habite (Biet 69). Illustrant le phenomene de l'illusion dans le monde du Misanthrope et chez Alceste, en particulier, le point de vue de Biet s'accorde bien avec l'objet de cette partie du chapitre - qu' « Alceste est [...] ridicule, [...] parce qu'il s'accorde a une idee desuete du bien » (76). Le bien qu'il recherche n'existe que dans son imagination. II croit que celui-ci existe dans son desert car le monde dans lequel il vit presentement lui semble insupportable. Ceci prouve qu'il est illusionne. II n'accepte pas que son monde, en fait, soit partage entre l'etre et le paraitre, creant un univers de folie ou la distinction entre la realite et l'illusion, le vrai et le faux, entre ce qui s'approche de la raison et ce qui s'approche de la folie, n'est plus claire. Le doute se trouve partout, de sorte que la raison et la verite ne sont plus honorees. Voici le monde theatral dans lequel vivent Alceste et Celimene. Montaigne aborde ce sujet dans ses Essais, en montrant que 1'homme est incapable d'atteindre la verite. Les Essais, malgre le fait qu'ils ont ete ecrits au seizieme siecle, ont ete beaucoup apprecies au dix-septieme siecle et les extraits que nous emprunterons pour notre analyse renforcent nos idees et notre etude du Misanthrope. Par exemple, dans un monde a l'envers et instable, d'apres les pensees de Montaigne, il se forge un peuple en desequilibre, souvent tres peu sur de ce qu'il est ou parait etre. Cette incertitude et ce doute qui existent chez un peuple se rattachent a ceux qui existent chez Alceste. Dans cet univers instable, le visage se sequestre sous le masque et s'apprivoise a son role, si bien que Ton ne sait plus ou est le masque, ou est le visage. De sorte qu'il faut souvent revetir un role. Alceste rejette cette mascarade. Mais n'est-il pas lui-meme pris dans ce jeu ? A travers notre analyse, le role d'Alceste et de Celimene sera devoile. Nous illustrerons que dans la societe du Misanthrope, chacun est destine a faire de la metaphore une realite, fondant un centre d'aveuglement8 contre la realite, ou les frontieres du reve et de la realite deviennent incertaines. En fait, selon Richard Hodgson, « [fjinding the truth and ultimately revealing it to others, [...] always involves lifting the Le centre d'aveuglement refere a la societe. Autrement dit, la societe choisit de tourner le dos a certains aspects de la realite. Chapitre 1 mask of falsehood that has hitherto partially or entirely obscured it from view » (Hodgson 1). Done, pour trouver le visage, c'est-a-dire la vraie identite d'une personne, dans la societe du Misanthrope, i l faut enlever le masque. Bien que le deguisement soit un trait fundamental de l'etre, i l est important de pouvoir distinguer la verite de la faussete, de pouvoir demasquer cette verite. Sans cette distinction, un individu, comme Alceste, demeure dans un monde illusoire parce que son aveuglement 1'empeche de se liberer du masque. Cependant, l'etre ne peut tout connaitre avec certitude ni etre completement ignorant - ce qui s'applique a Alceste. Par exemple, dans le premier acte, ce dernier explique a Philinte qu' « [a]u travers de son masque on voit a plein le traitre » (I, 1, 125). Bien que dans ce passage, i l se refere au Franc scelerat avec qui il a proces, il pense aussi a Celimene et aux autres, car, d'apres lui, les gens portent le masque de la vertu alors qu'ils sont clairement des traitres. lis forment une societe prise par le vice qu'il condamne. II avoue que ces traitres le blessent: « [C]e me sont de mortelles blessures », dit-il, « De voir qu'avec le vice on garde des mesures, / Et parfois i l me prend des mouvements soudains / De fuir dans un desert l'approche des humains » (I, 1, 141-144). II est done conscient des masques que portent les gens et declare qu'il ne veut pas pratiquer une telle mascarade. Mais son malheur, e'est qu'il habite dans un monde ou les fausses apparences ne peuvent etre completement evitees. En fait, le probleme n'est pas qu'il detient des idees erronees mais qu'il veut convaincre les autres qu'il a raison, que les autres vivent dans un monde envahi par la faussete. Pourtant, i l est lui-meme emprisonne dans le monde du theatre ou il joue le role d'un homme amoureux. Hodgson, qui parle des fausses apparences dans son livre Falshood Disguised, explique ceci en disant que : « Since the search for truth is constantly frustrated by a predisposition for falsehood, human interaction inevitably becomes a long process of role-playing and illusion-making » (6). Alceste veut ainsi se persuader et convaincre le monde qu'il est un honnete homme qui n'aime que la verite et tout ce qui est ou devrait etre pur. Cet effort de paraitre honnete devient son role ainsi que sa realite. II commence a se convaincre qu'il ne veut que la verite. Par consequent, la relation entre lui et Celimene, ainsi qu'entre lui et la societe, devient desavantagee a cause de la faussete, de l'illusion et de l'aveuglement qui errent partout dans ses rapports Chapitre 1 avec autrui. Le resultat, c'est que ses relations ne deviennent qu'un jeu de roles. Le Misanthrope devient done une piece de theatre a deux niveaux. Au premier niveau, nous avons les acteurs dans la piece, qui jouent devant les spectateurs. Ensuite, au deuxieme niveau, nous avons Alceste qui joue sa propre comedie devant les autres personnages de la piece, ainsi que les autres personnages qui jouent la comedie entre eux et avec Alceste. * Richard Hodgson observe aussi que la necessite du deguisement fait partie de la norme. « Throughout Baroque literature », dit-il, « masks are a powerful symbol not just of the theatricality of life but, also, on a much deeper level, of the illusory nature of the face most people present, metaphorically speaking, to the world » (Hodgson 28). Dans le Misanthrope, ce n'est pas seulement le masque qui est un element essentiel mais aussi la vue, outil grace auquel l'individu discerne son environnement et le masque des autres, le moyen de communication entre deux mondes. Par exemple, si l'on envisage l'amour et la facon dont une personne tombe amoureuse d'une autre, l'ceil joue un role fondamental. Le passage suivant illustre comment l'amour penetre le corps d'un individu a travers les yeux. Au tout debut, [l]ove enters the Lover through the eye like a sweet venom or a poisonous dart at the first sight of the Lady. It then descends to the heart, the seat of all passions, where the image of the Lady impresses itself and is deified. The image of the Lady is transformed into an idol by the Lover, who bows down before it like a worshiper ready to sacrifice body and soul to his deity (Frelick 29)9. Alors, en premier, la personne amoureuse percoit son objet aime a travers les yeux. Une fois que l'amour envahit le corps, il se dirige vers le cceur et s'y etablit jusqu'a ce que quelque chose signale au cosur de le rejeter. Dans ce cas-ci, cela fait signe a la raison de convoquer l'amour hors du cosur et vers la raison. L'amour se manifeste done visuellement par ensorcellement ou contagion, pretant ainsi a la vue un symbolisme tres important. C'est-a-dire que la vue est le mecanisme qui evoque ou incite a l'amour. Chez Alceste, la vue suscite l'amour lorsqu'elle percoit son objet - Celimene. Tout ce qui suit, a partir de cette rencontre initiale entre lui et Chapitre 1 Celimene, le rapproche de plus en plus de la folie. II n'est plus maitre de lui-meme. II se laisse posseder par son illusion, qui est a son tour controlee par 1'amour-propre. II ne percoit que la beaute de Celimene, sa richesse et sa jeunesse. Et finalement, sa quete engendre son malheur : « Je cherchais le malheur qu'ont rencontre mes yeux », dit-il a Celimene (IV, 3, 1292). Son malheur, c'est clairement Celimene et i l avoue que ce sont ses yeux qui font percue. D'une part, i l discerne le malheur qu'entraine son amour pour Celimene mais, d'autre part, i l ferme les yeux sur cela parce qu'il est convaincu qu'il peut la transformer en femme parfaite. Cette possibility de changer Celimene jusqu'a ce qu'elle devienne la femme ideale, grace a son amour-propre, le pousse a poursuivre l'illusion. Et done le signal, qui fait appel a la raison de rejeter l'amour du cceur, n'est jamais transmis chez Alceste. Les yeux, tout en nous aidant a voir, sont aussi capables de nous jeter dans la noirceur. Et la raison pour laquelle nous sommes tant influences et meme trompes par les yeux, c'est qu'ils sont influences par des elements a la fois internes et externes. Par exemple, les yeux d'Alceste sont d'abord trompes par l'element externe, qui est la faussete de son entourage, et ensuite par l'element interne, qui est la facon dont i l percoit le monde et qui est aussi influence par son amour-propre. Par ailleurs, dans les Essais, Montaigne offre une analyse sur l'aveuglement qui se rapporte a notre etude. La vue, explique-t-il, joue un role important dans la folie car les mouvements a l'interieur du corps peuvent, en effet, causer l'aveuglement (Montaigne, II, 350). Par la suite, la perte de la vue entraine a son tour la folie. Chez Alceste, a mesure qu'il perd la vue, sa perspective de la realite est alteree et la folie prend la releve. Dans un passage similaire, Montaigne confirme notre hypothese, a savoir que c'est bien la passion qui pousse et agite l'ame jusqu'au point ou elle « la ravit aucunement hors de soy » (II, 366). C'est elle qui parle, qui gouverne, et non pas l'individu (II, 376). Sous le controle de la passion, ce dernier perd la maitrise de son propre corps et de sa raison, ce qui le mene a la folie. La passion d'Alceste, c'est l'illusion d'atteindre 1'ideal. Elle est tellement resolue qu'elle l'aveugle. Par exemple, comme nous l'avons deja examine, ce personnage, tout en se referant a son jugement, s'ecrie : « Oui, oui, je l'ai perdu lorsque Nancy Frelick, dans son etude de la Delie de Sceve, presente bien cette idee de l'amour courtois. Bien que notre objet ne soit pas l'amour courtois, l'analyse de Frelick sur la vue dans l'amour courtois s'approche de notre etude de l'amour du Misanthrope. Chapitre 1 dans votre vue / J'ai pris [...] le poison qui me tue, / Et que j ' a i cru trouver quelque sincerite / Dans les traitres appas dont je fus enchante» (IV, 3, 1317-1320). Celimene est d'ailleurs tout a fait d'accord avec son opinion puisqu'en parlant de lui et d'Oronte, elle conclut qu'ils temoignent «tous deux peu de raison » (V, 2, 1624). Sa passion de posseder la femme ideale agite son ame et ce mouvement violent a l'interieur du corps provoque l'aveuglement. En somme, son illusion de posseder la femme ideale le trompe - de sorte qu'il n'arrive pas a discerner qu'il ne peut pas changer Celimene. A la fin de la piece, la chose qui signale au cceur d'Alceste de rejeter l'amour, e'est le refus final de Celimene. A son tour, ce refus convoque, si l'on veut, la raison car, selon La Rochefoucauld, « [lj'aveuglement des hommes est le plus dangereux effet de leur orgueil: i l sert a le nourrir et a l'augmenter, et nous ote la connaissance des remedes qui pourraient soulager nos miseres et nous guerir de nos defauts » (Ms 19). Cette maxime illustre que le pouvoir de l'aveuglement est enorme - i l peut completement influencer le comportement de l'individu. Mais est-ce que la guerison des defauts et des miseres de l'individu suit la disparition complete de l'aveuglement ? Par exemple, dans le cas des amants, i l est possible que des que l'illusion de l'amour s'efface graduellement, ils se voient comme ils sont en realite et, ne trouvant pas dans la realite ce qu'ils desirent ardemment dans l'illusion, les amants commencent a se hair (Charvet 140). Cet exemple s'approche de la situation que nous trouvons dans le Misanthrope, ou le jugement d'Alceste est deforme par l'aveuglement et lorsque son monde imaginaire qui inclut la Celimene parfaite, commence a se desintegrer, i l refuse d'y rester. Mais, peut-etre serait- i l preferable de ne pas quitter ce monde imaginaire, tout en croyant etre amoureux et aime ? Parfois, i l est souhaitable de rester dans l'illusion de l'amour. Premierement, un monde illusoire est preferable a la realite parce qu'il est plus proche de l'ideal. Pour Alceste, i l serait plus facile de vivre dans un monde illusoire puisqu'alors, i l ne serait pas oblige de faire face a la realite, celle-ci, souvent, n'etant pas aussi satisfaisante que l'illusion. En plus, i l ne lui serait plus necessaire de faire un effort afin d'obtenir l'ideal. Les exemples qui suivent illustreront ce point - a savoir l'attraction d'un amant illusoire. Dans le premier exemple, nous avons 1'amant qui raconte a sa bien-aimee les merveilles de l'illusion, et a quel point l'ideal est desirable. Elle s'ecrie : « Oh ! que les illusions de Chapitre 1 l'amour sont aimables ! Ses flatteries sont en un sens des verites : le jugement se tait, mais le cceur parle. L'amant qui loue en nous des perfections que nous n'avons pas, les voit en effet telles qu'il les represente ; i l ne ment point en disant des mensonges ; i l flatte sans s'avilir, et Ton peut au moins l'estimer sans le croire » (NH, 1, X L V I ) 1 0 . Cette declaration nous aide a comprendre a quel point l'illusion est attirante si Ton confere l'image qu'elle suscite a notre analyse. Dans l'illusion, la raison n'est pas a sa place. C'est plutot la deraison et la folie qui pari ent. La flatterie et les fausses apparences, les mensonges et la duperie correspondent a la verite sociale - de sorte que la perfection desiree est transformee en perfection percue. Voici le cas d'Alceste. II veut etre aime et au debut de la piece i l est persuade qu'il aime Celimene et croit qu'elle l'aime aussi: « Vous croyez etre done aime d'elle ? », lui demande Philinte dans le premier acte. « Oui, parbleu ! », lance Alceste, « Je ne l'aimerais pas si je ne croyais l'etre » (I, 1, 237-238). Evidemment, i l vit dans une illusion et semble etre content dans sa situation actuelle. Cependant, comme l'annonce Celimene dans le deuxieme acte, « rien ne saurait plus vous tromper que vous-meme : » (II, 1, 513). Autrement dit, dans le cas d'Alceste, c'est son imagination qui est le plus grand traitre. Voila l'element influent chez cet homme - il demeure dans un monde illusoire ou i l est le perdant, puisqu'il n'arrivera pas a changer la societe tout seul. II se trompe lui-meme. En fait, le paradoxe de ce dernier « reside dans le divorce radical entre l'etre et le paraitre et aussi entre la facon dont i l percoit le monde et dont les autres le voient» (Kernen 72). Par exemple, dans un passage du premier acte, Alceste explique qu' : on devrait chatier sans pitie Ce commerce honteux de semblants d'amitie. Je veux que Ton soit homme, et qu'en toute rencontre Le fond de notre cceur dans nos discours se montre ; Que ce soit lui qui parle, et que nos sentiments Ne se masquent jamais sous de vains compliments (I, 1, 67-72). Ce passage revele l'opinion d'Alceste sur la societe et l'environnement dans lesquels il demeure. L'extrait le presente aussi comme un homme desespere, cherchant a fonder une societe dans laquelle l'etre et le paraitre n'existent pas et ou les honnetes 1 0 Dans ce passage, tire de La Nouvelle Heloise de Rousseau, nous avons une lettre ecrite par Julie a son amant, Saint-Preux. Chapitre 1 hommes seraient les seuls habitants. Par contre, 1'element sous-entendu du passage susmentionne, c'est la dualite de l'opinion d'Alceste. D'un cote, il ne veut plus temoigner de la faussete des gens et, d'un autre cote, i l porte le masque des accuses. Autrement dit, il cherche la vertu et la verite, ne voulant s'associer qu'avec des gens honnetes. Mais en meme temps, il n'est pas l'etre honnete qu'il desire frequenter car il se trompe lui-meme, son amour pour Celimene n'etant qu'un masque pour son amour-propre. C'est-a-dire que ce dernier le pousse a aimer Celimene car celle-ci lui accorde fair d'un homme enviable puisqu'il se tient avec une belle femme qui est jeune et riche. D'autre part, sa reponse, citee auparavant, « Je ne l'aimerais pas si je ne croyais l'etre », suggere aussi qu'il n'aimerait pas Celimene s'il n'etait pas convaincu qu'elle l'aime - un autre signe de la presence de 1'amour-propre. Est-ce qu'il aime Celimene seulement parce qu'il croit etre aime par elle ?" Par ailleurs, il existe 1'argument voulant que son aveuglement persiste a deux niveaux. D'abord, sa vue subjective, c'est-a-dire l'image qu'il a de lui-meme est trompee - denotant qu'il est aveugle envers lui-meme. Ensuite, sa vue objective de la realite est aveuglee, de sorte qu'il ne discerne pas ce qui se passe dans son milieu. Cependant, les autres personnages percoivent son illusion d'atteindre l'ideal et desirent l'aider. En particulier, son ami Philinte tente de le guerir de son aveuglement. Par exemple, dans une discussion entre les deux, celui-ci prend la parole et declare qu' : II est bien des endroits ou la pleine franchise Deviendrait ridicule et serait peu permise ; Et, parfois, n'en deplaise a votre austere honneur, II est bon de cacher ce qu'on a dans le cceur. Serait-il a propos et de la bienseance De dire a mille gens tout ce que d'eux l'on pense ? Et, quand on a quelqu'un qu'on hait ou qui deplait, Lui doit-on declarer la chose comme elle est ? (I, 1, 73-80). La reponse de Philinte revele que parfois le masque est necessaire afm de ne pas deplaire a l'homme. Ceci ne devrait pas servir, neanmoins, a deguiser nos sentiments. II explique que le masque n'entraine pas necessairement la faussete et la tromperie. Par " Nous repondrons a cette question au fur et a mesure que nous acheverons cette etude. Chapitre 1 exemple, il y a ceux, comme Celimene, qui ne sont pas aveugles par leur propre illusion et d'autres, comme Alceste, qui se laissent tromper. Alors, le discours de Philinte cherche a mettre Alceste en garde contre les dangers de la passion et du desir, de s'eloigner de la norme sociale, d'opposer le monde de la nuit a celui de la lumiere. II l'avise que son « esprit jaloux prend parfois des chimeres... » (IV, 2, 1233). Philinte suggere done qu'afin d'eviter le danger d'etre trompe, parfois par notre propre illusion, il faut apprendre a jouer un role comme, par exemple, le fait Celimene qui arrive a distinguer entre le monde des apparences et celui de la realite. * Ceci fait appel a Platon et au mythe de la caverne, qui illustre que lorsqu'une personne a vecu dans une caverne et n'a pas vu le soleil, elle croit que les ombres qu'elle a vues sont reelles. Cependant, une fois sortie de sa reclusion, et en decouvrant le soleil, elle se rend compte que son monde confine etait une illusion, une fausse apparence. Voici la facon dont Platon resume le mythe : Imagine human beings living in an underground, cavelike dwelling. [...] They've been there since childhood, [...] [and are] able to see only in front of them. [...] Behind them, [...] there is a path stretching between them and the fire. Imagine that along this path a low wall has been built [...] also imagine that there are people along the wall, carrying all kinds of artifacts that project above it [...]. Then the prisoners would in every way believe that the truth is nothing other than the shadows of those artifacts. [...] When one of them was freed and suddenly compelled to stand up, turn his head, walk, and look up toward the light, he'd be pained and dazzled and unable to see the things whose shadows he'd seen before. [...] i f we pointed to each of the things passing by, asked him what each of them is, [...] he'd be at a loss and [...] believe that the things he saw earlier were truer than the ones he was now being shown (VII, 514 - 515d). Alors si Ton considere ce prisonnier qui n'a jamais vu le monde exterieur et que, tout a coup, est detache de son monde, de sa realite, et lance dans un autre monde qui est la vraie realite, serait-il juste de s'attendre a ce qu'il s'ajuste immediatement a cette nouvelle realite ? Ce prisonnier ne serait-il pas plus heureux dans son monde illusoire ? Une hypothese, dans ce cas-ci, supposerait que le masque ne devrait pas etre enleve car Chapitre 1 l'illusion serait preferable a la realite12. Ce contraste que presente Platon entre l'univers illusoire et l'univers reel est comparable a la situation d'Alceste. Et la question a laquelle nous avons a repondre e'est si le monde illusoire ne conviendrait pas mieux a Alceste ? II semblerait que le monde d'illusion et de faussete dont i l se plaint est preferable a celui de l'honnete homme qu'il cherche, parce que sa quete l'emporterait dans un autre univers caracterise par la folie, la solitude et le ressentiment. Cet univers, le desert, au lieu de representer la realite, renforcerait l'alienation d'Alceste. Ce qui est plus important encore, e'est que l'environnement qu'il cherche, ou les gens sont honnetes, le forcerait a accepter qu'il est controle par son amour-propre et qu'il est lui-meme aveugle. Nous supposons que s'il se trouvait dans un tel monde, celui-ci le forcerait a faire face a ses propres defauts - son aveuglement, son illusion et son amour-propre, a questionner son amour pour Celimene. Dans un monde parfait, ses propres imperfections seraient trop patentes. Mais Alceste n'est pas pret a faire face a une telle «realite». II n'est pas pret a affronter ses defauts de caractere parce qu'il ne pourrait pas tolerer la verite. Son aveuglement e'est qu'il pense etre mieux que les autres, mais i l se trompe et, par consequent, i l devient arrogant et egocentrique. Par exemple, dans le deuxieme acte, ses observations des hommes de son entourage illustrent une attitude abaissante : « C'est que jamais, morbleu ! les hommes n'ont raison, / Que le chagrin contre eux est toujours de saison, / Et que je vois qu'ils sont, sur toutes affaires, / Loueurs impertinents ou cenceurs temeraires » (II, 4, 687-690). Selon Alceste, les hommes, Clitandre aussi bien que les autres, n'ont done pas raison, car ils agissent sottement et sans reflechir. Par contre, l'ironie c'est qu'il se decrit lui-meme sans le savoir. II annonce qu'il voit que les autres sont impertinents et aveugles. Cependant, ce ne sont pas les autres qui sont aveugles mais lui-meme. Ensuite, dans une autre scene, i l exprime son aversion et son ennui pour ce monde insupportable : « Point d'affaire ; / Ces conversations ne font que m'ennuyer, / Et c'est trop que vouloir me les faire essuyer » (II, 3, 554-556). Vu qu'il est un etre fort superieur, ces etres impertinents avec qui i l entre en conversation ne font que l'ennuyer. II croit qu'en faisant disparaitre ces etres, i l pourra trouver l'univers ideal. Mais son 12II faut noter ici que d'apres Platon, le nouveau monde que decouvre le prisonnier lorsqu'il est libere de la cave n'est pas la realite. En effet, la seule realite, selon Platon, c'est la vie apres la mort, la vie aupres de Dieu - celui-ci refere au Dieu «chretien». Cependant, le but ici est de noter qu'il existe differents niveaux Chapitre 1 propre caractere n'est jamais mis en question. De plus, son opinion negative est tellement passionnee et ferme qu'il ne pourrait jamais faire face a la possibility qu'il est lui-meme un sot aveugle. II ne pourrait jamais tolerer la verite, a savoir que lui aussi est comme tous les autres qu'il condamne. Cette realite le detruirait. Alors l'autre possibility, c'est qu'il se retire dans son desert. Une theorie, celle d'Erasme, est utile afin d'expliquer la raison pour laquelle cette illusion serait preferable a la realite. Par exemple, si des gens essaient de demasquer un acteur « pour montrer aux spectateurs [son] vrai visage au naturel, ne gachent-ils pas toute la piece ? » (Erasme 34). En depit du fait que le contexte de reference de L 'Eloge de la Folie est different, nous nous servons de son analyse de facon analogique pour notre propre etude. Or, effacer l'illusion, explique-t-il, c'est detruire la piece. Pourtant, cette illusion, le masque, le maquillage, en somme tout ce qui cache la verite, fascine le spectateur et meme 1'acteur. « Or toute la vie des mortels est-ce autre chose qu'une piece de theatre ou chacun s'avance masque et joue son role jusqu'a ce que le chorege l'invite a sortir de la scene ? » (34). Cela illustre la situation d'Alceste, l'acteur mystifie qui est invite a sortir de la scene a la fin de la piece car i l est trop aveugle et n'arrive pas a s'accoutumer a la realite. Par exemple, dans le premier acte, i l s'ecrie : Mes yeux sont trop blesses, et la cour et la ville / Ne m'offrent rien qu'objets a m'echauffer la bile : / J'entre en une humeur noire, en un chagrin profond / Quand je vois vivre entre eux les hommes comme ils font. / Je ne trouve partout que lache flatterie, / Qu'injustice, interet, trahison, fourberie / Je n'y puis plus tenir, j'enrage, et mon dessein / Est de rompre en visiere a tout le genre humain (I, 1, 89- 96). Alors, bien que le monde soit trompe par le masque et la faussete, l'univers dans lequel vit Alceste demeure toujours la realite. Celle-ci, cependant, le blesse tellement qu'il est degoute par ce qu'il voit. Ainsi, son isolement, ou le fait de se refugier dans le desert tout en conservant le ferme espoir de creer un peuple ideal, est peut-etre preferable au choix de demeurer dans l'univers reel. Au moins, son desert engloberait l'espoir d'un peuple honnete et vertueux. En fuyant le monde reel, son aveuglement deviendrait de realite et que notre attention ne porte que sur le fait que la realite se trouve a l'exterieur de la cave ; ce qui se trouve a l'interieur est l'univers illusoire. Chapitre 1 permanent a la fin. II s'abandonnerait dans un autre monde isole qui serait son aveuglement ultime, puisqu'il ne se contenterait que de ses propres opinions et ses propres idees. Puisque l'univers du Misanthrope est la realite, le desert ne serait qu'une chimere du monde qu'il desire fonder. Dans ce nouveau monde, Alceste ne verrait que l'ombre du monde qu'il souhaite acquerir, se plongeant de plus en plus dans un monde de l'illusion. II serait enferme dans son propre monde imaginaire, dirige par son esprit. Denue d'humanite, i l serait aliene davantage dans un tel univers sombre et vide puisque le monde honnete et vertueux n'existe pas. Alceste serait alors eternellement perdu. Par contre, s'il accepte la societe dans laquelle il vit avec ses fausses apparences et s'accommode de celles-ci, il ne sera pas oblige de continuer a mener une vie d'aveugle. Car, comme nous l'avons deja mentionne, bien que les gens partout portent des masques, ils ne peuvent pas tout cacher. Dans l'une de ses maximes, La Rochefoucauld exprime cette idee, en disant qu' « [i]l n'y a point de deguisement qui puisse longtemps cacher l'amour ou i l est, ni le feindre ou i l n'est pas » (M 70). Alors chez Alceste, a la fin de la piece, la pretention d'aimer Celimene est exposee des son rejet. Par consequent, il choisit de ne plus 1'aimer a son tour. Par contre, bien que son aveuglement envers Celimene commence a disparaitre, i l ne voit toujours pas qu'il ne l'a jamais vraiment aimee, que c'est a cause de son amour-propre qu'il l'aimait. Quant a Celimene, nous pouvons constater qu'elle n'arrive pas a seduire Alceste completement. C'est-a-dire qu'il souhaite la marier mais des qu'il se rend compte qu'elle n'est pas prete a enrichir sa liaison avec lui, ni a cacher son disaccord sur le mariage en general, i l rompt sa relation avec elle. Ceci suggere aussi qu'une personne comme Celimene est necessaire pour qu'Alceste arrive a voir le monde et son entourage de facon claire. Autrement dit, si elle pouvait lui faire voir qu'ils ne sont pas amoureux l'un de l'autre sans le chasser de la societe au desert, peut-etre qu'Alceste serait enfin gueri de son aveuglement. Ceci prouve qu'il doit rester dans le monde inonde de faussete afin d'etre gueri de son aveuglement, de son illusion. Chapitre 1 Nous pouvons supposer que cette forme d'illusion, dont souffre Alceste, ressemble au maquillage13 que Ton enleve ou qui disparait. Son aveuglement, sa chimere, commence a disparaitre et sitot qu'il est demaquille, le visage retourne a son etat naturel - i l est expose. Son aveuglement n'est pas completement disparu mais c'est assez pour voir que Celimene ne l'aime pas ; il percoit sa situation plus clairement, car son masque est elimine a moitie. Baudelaire aborde lui aussi le sujet du maquillage dans sa theorie. Ce qu'il dit a propos de la femme et la raison pour laquelle elle se maquille eclaircit notre analyse d'Alceste et de son aveuglement. « La femme », explique le theoricien14, est bien dans son droit, et meme elle accomplit une espece de devoir en s'appliquant a paraitre magique et surnaturelle. [...] Elle doit done emprunter a tous les arts les moyens de s'elever au-dessus de la nature pour mieux subjuguer les cceurs et frapper les esprits. [...] [Ainsi, le maquillage] a pour but et pour resultat de faire disparaitre du teint toutes les taches que la nature y a outrageusement semees, et de creer une unite abstraite dans le grain et la couleur de la peau (Baudelaire 1183-5). Si l'on utilise ce passage dans le contexte de notre analyse, une hypothese que Ton peut tirer de ce rapprochement c'est que le maquillage est un outil de protection contre l'autre. II protege le visage ou, si l'on veut, l'individu, de la societe. Alors Alceste, d'un cote, se deguise parce qu'il souhaite paraitre vertueux et honnete. Puisqu'il cherche ces traits de caractere chez l'autre, i l est done necessaire qu'il les possede lui-meme afin de ne pas etre accuse d'hypocrisie. D'un autre cote, son aveuglement l'empeche de se rendre compte de son masque - ce qui le rend vulnerable. Dans une discussion avec Arsinoe, Alceste se plaint qu'on « ne voit pas les coeurs » des gens. II lui dit aussi qu'il n'a pas les vertus necessaires pour reussir a participer « avec fair de la cour » (III, 5, 1084). D'ailleurs, i l ne comprend pas pourquoi les gens ne revelent pas leurs sentiments aux autres. Mais en meme temps, i l ne veut pas vraiment savoir ce que ces derniers pensent. II ne veut entendre que ce qui lui plait: « quoi que l'on nous expose, / Les doutes sont facheux plus que toute autre chose ; / Et je voudrais, pour moi, qu'on ne me fit savoir / Que ce qu'avec clarte l'on peut me faire 1 3 Ici, le maquillage est utilise dans le sens metaphorique referant au masque et au deguisement qui entrainent l'illusion et l'aveuglement chez l'autre ainsi que chez la personne maquillee. Chapitre 1 voir» (III, 5, 1121-1124), declare-t-il. II ne comprend pas que le maquillage cache les imperfections de la personne maquillee, que ce n'est pas toujours un trait nuisible. II est aussi probable que Ton se couvre le visage parce qu'on est vulnerable et qu'on souhaite se deguiser. Peut-etre Alceste porte-t-il un masque ou choisit-il meme de s'aveugler parce qu'il ne veut pas paraitre comme les hommes de son entourage. Par exemple, le fait qu'il repete a plusieurs reprises qu'il est un honnete homme et qu'il ne cache rien suggere qu'il veut se convaincre plus que les autres. Nous avons mentionne que partout dans le premier acte, i l se presente comme un homme vertueux et a la recherche d'un entourage qui lui soit semblable. Voici une autre circonstance ou Alceste profite de 1'occasion pour informer Arsinoe de son caractere impeccable : Le ciel ne m'a point fait, en me donnant le jour, Une ame compatible avec l'air de la cour ; Je ne me trouve point les vertus necessaires Pour y bien reussir et faire mes affaires. Etre franc et sincere est mon plus grand talent, Je ne sais point jouer les hommes en parlant; Et qui n'a pas le don de cacher ce qu'il pense Doit faire en ce pays fort peu de residence (III, 5, 1083-1090). Meme Alceste admet, indirectement, qu'il faut cacher nos imperfections. II explique qu'il est impossible d'etre sincere a la cour et que le maquillage est necessaire afin de masquer les defauts ou cacher ce que Ton pense vraiment. Ce passage signale aussi la possibility qu'Alceste est quand meme conscient de la necessity du masque, mais prefere ignorer ce fait. Neanmoins, le message principal du passage est que le deguisement est essentiel. II y a ceux qui savent qu'ils se maquillent et d'autres qui ne sont pas conscients de cela. Erasme aborde lui aussi ce sujet dans son ceuvre intitule I'Eloge de la Folie. La citation suivante se rapproche a notre evaluation du masque. Selon lui, cette forme de maquillage cache la verite car « on redouble son vice a le maquiller de vertu en depit de la nature, et a forcer son talent. [En fait,] [n]'est-ce pas le but de toutes ces toilettes, ces fards, ces bains, ces coiffures, ces cremes, ces parfums, de ces artifices pour arranger, peindre, refaire le visage, les yeux, la peau ? » (Erasme 24). Alors si Ton emploie cette 14II faut tenir compte ici que le passage de Baudelaire ne fait pas croire que sa theorie de l'esthetique est Chapitre 1 citation dans le contexte de notre analyse, elle semble encourager l'idee que le deguisement est souhaitable ou, au moins, inevitable. Nous voulons cacher nos defauts mais nous voulons aussi camoufler ce que nous desirons obtenir car si ce desir se devoile, les autres nous empecheront de 1'obtenir. En fait, a un certain niveau, tout le monde est masque, chacun se faisant passer pour un autre ; personne n'est ce qu'il parait etre car dans la societe, on n'affiche jamais son air naturel. Sauf, chez Alceste, bien que celui-ci soit masque, comme nous venons de voir, i l n'est pas encore conscient de ses defauts. Ses desirs ne sont certainement pas caches. En effet, i l annonce sans gene ce qu'il desire obtenir et posseder - revelant son cote egoiste qui sera analyse dans le dernier chapitre. Le passage mentionne dans le paragraphe precedent illustre tres bien ce point, tout en signalant que son aveuglement ne lui laisse pas voir son propre caractere. II est controle par l'egoisme, la vanite et l'interet sans en etre conscient. Un argument demande que s'il n'est pas conscient de son propre caractere, comment peut-il le reveler aux autres ? Neanmoins, comme nous l'avons vu, «II est bon de cacher ce qu'on a dans le cceur » (I, 1, 76). Pour Alceste, ceci signale que son aveuglement, en fait, le protege contre lui-meme et ses defauts. Mais le deguisement presente son secret, 1'objet qu'il cache a l'aide de celui-ci. Autrement dit, parfois le masque est la realite. Chez Celimene, par exemple, les gens croient qu'elle porte un masque de vertu. Or, celle-ci est une coquette. Par contre, son visage et sa vraie identite ne sont pas masques - elle est vraiment une coquette. Ceci suggere que la distinction entre la realite et la faussete n'est pas clairement tracee, et qu'il faut parfois passer par la faussete pour atteindre la verite. Comme nous l'avons deja mentionne dans ce chapitre, i l existe plusieurs niveaux de deguisement et d'aveuglement. La discussion sur le maquillage a montre que celui-ci est une forme de masque et qu'il est parfois souhaitable de l'utiliser afin de cacher ses imperfections. Alors l'oeil peut etre trompe par ces differents niveaux de deguisement, de maquillage. Cependant, l'oeil est aussi l'endroit ou raison et folie se rencontrent et se confondent. Ce qu'il faut trouver, surtout chez Alceste, c'est un moyen d'habiter dans un tel monde sans se faire beaucoup d'illusions a son propre sujet, car si l'aveuglement penetre le «moi» de la personne, cette derniere ne saura distinguer ses propres motivations, ses propres desirs et ceux des autres. directement liee a la realite. Chapitre 1 Alors le monde du deguisement, du masque et de l'aveuglement peut etre supportable. II ne faut qu'apprendre les regies d'un tel monde et comment s'y ajuster afin de bien s'y adapter - comme le fait Celimene. Or, selon La Rochefoucauld, « [i]l y a un air qui convient a la figure et aux talents de chaque personne » (De la Societe 166). Autrement dit, sous certains aspects, i l existe un masque pour chaque personne et pour chaque occasion. Ainsi, l'apparence physique, les gestes et le comportement (tant social que verbal) jouent un role important dans le devoilement du masque. Par exemple, chez Celimene, son apparence physique, ses gestes et son comportement devoilent aux autres qu'elle est coquette. Elle semble parfois superficielle, parfois intelligente et sincere. Elle porte un masque different selon l'occasion. Or, dans le Misanthrope, le masque est souvent necessaire - comme nous avons vu ci-haut dans les propos de Philinte. Bien sur la solution simple serait de suivre les conseils d'Alceste, mais la realite est que cela est difficile a realiser. «C 'es t une plaisante imagination», explique Montaigne, «de concevoir un esprit balance justement entre deux pareilles envyes » (Montaigne II, 275). Ce passage sous-entend, en fait, un ton ironique qui suggere qu'un esprit qui maintient l'equilibre entre raison et folie, entre realite et illusion, n'est pas possible. Alors la solution c'est qu'il ne faut pas etre trop honnete ni trop superficiel, car l'envie de tromper et celle de montrer la verite doivent s'equilibrer, ce qui est rarement le cas. Done, afin de survivre dans un monde inconstant, inonde de masques et de faussetes, i l faut reconnaitre le moment ou l'on doit se demasquer et celui ou l'on doit projeter une fausse image. Mais il ne faut surtout pas nous separer trop de notre environnement. Suivant ainsi toutes les explications pour et contre l'isolement, la conclusion logique que nous en tirons est que le refuge que cherche Alceste, en voulant s'enfuir dans le desert, n'est pas la solution ideale pour lui. Pour repondre a la question posee plus haut, Alceste devrait rester dans le monde illusoire et apprendre a s'ajuster aux fausses apparences. Ce serait le meilleur choix. Au lieu de s'enfuir, i l ferait mieux de rester et d'apprendre a mesurer les bornes entre la verite et la faussete de meme qu'entre la realite et l'illusion. Dans l'ceuvre de La Rochefoucauld, nous retrouvons des maximes qui reaffirment cette conclusion. Par exemple, celui-ci annonce a ses lecteurs : «Je ne pretends pas, par ce que je dis, nous renfermer tellement en nous-memes que nous n'ayons pas la liberie de suivre des exemples que la nature ne nous a pas donnees » (De Chapitre 1 VAir et des Manieres 167). II faut done faire attention, conseille-t-il. Voici le souci d'Alceste. II veut se separer de son environnement actuel : « Je vais sortir d'un gouffre ou triomphent les vices, / Et chercher sur la terre un endroit ecarte / Ou d'etre homme d'honneur on ait la liberte » (V, 4, 1804-1806). S'il se renferme en lui-meme, refuse de voir et d'accepter le monde exterieur, i l n'aura plus la liberte d'ameliorer le caractere des autres. S'il souhaite ameliorer ses semblables, afin de les rendre honnetes, i l n'arrivera pas a accomplir ce desir en s'eloignant de ces derniers. En somme, si Alceste n'accepte pas la norme et croit qu'il pourra se sauver dans un monde vide et isole, i l sera alors indefiniment aveugle. Christian Biet, dans son livre intitule Les Miroirs du Soleil, soutient aussi l'idee que le monde est sature de faussete. « On savait bien », annonce-t-il, « que la societe est mensonge, mais ou est la verite ? N'est-elle pas relative, peut-etre meme absente ? La passion d'Alceste, Christ de l'humanite, est la passion de cette verite enfouie sous les usages. La vaine obsession du vrai » (Biet 76). Cette passion correspond a la liberte et, plus precisement, a la verite. Alceste veut mener une existence entouree de gens et dans un environnement capable d'etancher sa soif pour un monde ideal. Son monde imaginaire est peuple de creatures parfaites par leur honnetete et leur fidelite - des etres celestes par leur beaute et leur vertu. Cependant, le fait de se jeter dans ce monde de chimeres ne lui apporterait ni liberte ni verite. Dans son isolement, Alceste ne verrait rien qui puisse etre digne de son delire puisqu'un tel monde enchante n'existe pas. Biet offre aussi un bon resume de cet aspect du Misanthrope en disant que « [p]lus loin que l'observation banale que la societe est mensonge absolu, Moliere offre le spectacle d'un homme qui ne peut admettre que la verite n'existe pas, ou qu'elle soit relative. Alceste subit la passion de la verite, verite impossible qu'il ne cesse de chercher et qu'il croit posseder jusqu'a ce qu'elle lui echappe ou qu'elle le crucifie » (179). Alors la solution est de se tenir pres de la norme - puisque plus nous nous rapprochons de la norme, plus nous sommes pres de la verite et plus nous nous en eloignons, plus nous nous eloignons de la verite. Ceci fait egalement appel a 1'argument qui veut que tout soit relatif a 1'environnement. Dans le Misanthrope, ce qui est ironique, c'est qu'Alceste et Celimene se trouvent aux deux extremes - l'un cherche la vie vertueuse et l'autre s'en eloigne. Mais tous deux sont hors de la norme sociale, qui consiste par exemple, a Chapitre 1 accepter que le deguisement soit inevitable, ou bien a accepter qu'il ne faut pas que la femme soit une coquette. La difference entre les deux personnages, c'est que Celimene admet la faussete de son environnement, et done la rarete de la verite, alors qu'Alceste croit toujours trouver la verite dans son monde ideal. L'une accepte les fausses apparences et s'y adapte de son mieux, de sa propre maniere, l'autre s'enfuit. Qui a raison, qui a tort ? Dans ce cas, la personne qui admet 1'absence de verite, entrevue comme une realite ultime et incontestable, s'approche le plus de la raison et de la realite, que celle qui insiste pour trouver un monde honnete ou la verite regne. En effet, rien n'a une verite absolue. Elle est relative a la norme sociale. La realite du Misanthrope, c'est-a- dire la norme, correspond aux fausses apparences que reprouve Alceste. En fait, il n'accepte pas la chose qui semble etre evidente aux autres. *** La discussion precedents signale 1'importance du role de la societe dans le developpement ou la destruction d'Alceste et de Celimene15. Cette societe, qui maintient tant d'influence sur la vie de ces deux personnages, est fondee sur une structure hierarchique de la population qui commence, a la base, par le peuple et se termine, au sommet, avec un seul homme - le roi. La societe se trouve entre ces deux extremites de l'echelle sociale, qui elle-meme est divisee en plusieurs classes. Dans son livre, Public et Litterature en France au XVIf Siecle, Helene Merlin parle de la societe et presente une analyse de celle-ci qui nous aide a comprendre la structure et la fondation sociale du Misanthrope. Elle explique d'ailleurs que : [la] societe dessine la figure de l'autre : de l'humanite en l'homme. [...] La societe evoque un espace de relations mobiles, maintenues entre deux frontieres : vers le bas, celle de l'animalite ; vers le haut, 1 5 Meme dans un cas oil l'amour est ideal, la societe le detruit avec son influence. Par exemple, dans La Nouvelle Helo'ise, ce qui est parfait c'est la purete de l'amour de Julie et Saint-Preux. II est parfait et pur parce qu'il prend son origine dans la passion naturelle et spontanee des deux amants (Grimsley 121). Ils s'aiment avec leur ame. Leur amour est innocent et naif. « I f this perfect love is not consummated in marriage, it is because 'nature' is frustrated by 'society' - identified here with the irrational tyranny of an 'inflexible father' who is prepared to sacrifice his daughter's happiness to his own 'absurd prejudices' » (123). A la fin, l'amour est sacrifie parce que « natural ties of blood prove ultimately stronger than those of erotic inclination » (131). Le fait que Saint-Preux ne soit qu'un tuteur, sans naissance et sans fortune, et que Julie, la fille d'un aristocrate, l'aime quand meme, demontre que leur amour depasse les prejuges sociaux. Tandis que dans le Misanthrope, il est illustre que ces prejuges et les contraintes sociales reussissent a detruire l'amour entre Alceste et Celimene. Chapitre 1 celle de Termite du desert. [...] [P]our La Rochefoucauld, la societe commence des que commence un lien nommable entre deux individus. Elle definit l'ensemble, non homogene, non necessaire, des relations entre particuliers (Merlin 91-2). Dans cette citation, Merlin saisit l'attitude d'Alceste, pour qui la societe represente l'autre, englobant tout ce qui est faux - y compris Celimene, Philinte et les autres personnages du Misanthrope. Malgre le fait qu'il appartient lui-meme a cette societe, Alceste maintient l'opinion qu'il en est exclu et, en plus, qu'il n'a pas besoin de celle-ci. Cependant, la societe lui est necessaire. Et, le compromis, c'est qu'il faut prendre garde a elle. Dans un passage des maximes de La Rochefoucauld, nous retrouvons cette idee citee tres clairement: « Comme on doit garder des distances pour voir les objets », annonce La Rochefoucauld, « il en faut garder aussi pour la societe : chacun a son point de vue, d'ou il veut etre regarde ; on a raison, le plus souvent, de ne vouloir pas etre eclaire de trop pres, et il n'y a presque point d'homme qui veuille, en toutes choses, se laisser voir tel qu'il es t» (De La Societe 166). Voila la limite du pouvoir que tient la societe sur les individus. Chacun a droit a ses opinions tant qu'elles ne s'eloignent pas trop de la norme. Si non, la structure et le pouvoir de la societe perdraient leur autorite sur l'individu. Cependant, pour les femmes, le pouvoir que detenait la societe sur elles etait bien plus influent. C'est-a-dire qu'a cette epoque, la repression gouvernait les lois sociales. Et c'est dans cet age de repression que Moliere introduit Celimene, qui represente un bouleversement des lois sociales concernant le discours feminin. En somme, la societe designe un ordre collectif, qui comprend des droits et des pouvoirs que les citoyens doivent suivre (Merlin 93). * La societe pousse les deux personnages molieresques dans deux directions opposees. Celimene gagne son pouvoir en desobeissant aux normes sociales, tandis qu'Alceste perd son controle et s'enfuit dans le desert afin de se sauver de celle-ci. D'une part, malgre son pouvoir et son influence, la societe n'arrive pas a dieter le comportement et la pensee ni de l'un, ni de l'autre, parce qu'ils ne cedent pas a la norme. D'autre part, elle arrive quand meme a influencer ces deux personnages parce qu'elle les pousse a se revolter contre elle. Chez Celimene, nous observons que son comportement est non- conformiste. Son refus de repondre aux attentes des autres est incontestable. Alceste, Chapitre 1 comme nous l'avons illustre jusqu'ici, refuse de s'accoutumer aux regies sociales sur l'honnetete et sur ce qu'est un honnete homme. II refuse de s'adapter aux fausses apparences necessaires dans le monde. Pire encore, i l ne percoit plus la distinction entre la realite et les chimeres. Or, son attitude non-conformiste l'aliene des autres. Philinte, en observant la deterioration de celui-ci, lui explique qu'il faut bien « flechir au temps sans obstination ». C'est une folie, dit-il, « a nulle autre seconde / De vouloir se meler de corriger le monde. / J'observe, comme vous, cent choses tous les jours » (I, 1, 155-159). Alors i l l'avise qu'il faut s'habituer a la societe, si non le desir de corriger tous les defauts du monde le menera a la folie - de sorte que ce ne sera plus la societe fausse qu'il faudra craindre, mais l'alienation. Et c'est bien ce qui se passe chez Alceste lorsque la folie commence a le diriger. Mais, en quoi consiste cette folie ? Au dix-septieme siecle, celle-ci a plusieurs connotations. Shoshana Felman, dans Writing and Madness, nous offre d'ailleurs une definition de ce phenomene qui eclaire la direction de cette recherche sur ce sujet. What characterises madness is thus not simply blindness, but a blindness blind to itself, to the point of necessarily entailing an illusion of reason. But i f this is the case, how can we know where reason stops and madness begins, since both involve the pursuit of some form of reason? If madness as such is defined as an act of faith in reason, no reasonable conviction can indeed be exempt from the suspicion of madness. Reason and madness are thereby inextricably linked, madness is essentially a phenomenon of thought, of thought which claims to denounce, in another's thought, the Other of thought: that which thought is not. Madness can only occur within a world in conflict, within a conflict of thoughts. [...] [T]he question of madness [...] is that which turns the essence of thought, precisely, into question (Felman 36). Des que la folie s'etablit dans l'ame de la personne, i l devient difficile de distinguer l'illusion de la realite. Elle devient si ordinaire qu'elle se transforme en ou remplace plutot la sagesse. Ainsi, la personne atteinte souffre souvent de dereglement, d'extravagance et d'alienation. En examinant la nature d'Alceste, nous pouvons constater qu'il est indeniablement frappe par cette maladie. L'expression Blind to itself, que mentionne Shashana Felman, designe tres bien le caractere de cet homme et son aveuglement envers lui-meme, car i l ne se rend pas compte de son alienation, de son Chapitre 1 amour-propre. Par exemple, i l ne sait pas qu'il aime Celimene seulement parce qu'il desire la femme parfaite. II est aveugle envers ses propres envies et ses propres desirs. Quant a Celimene, elle n'est aveuglee ni par ses desirs ni par les fausses apparences et l'illusion repandue des autres. Voila une distinction frappante qui l'oppose a Alceste. Celimene est consciente de la realite et l'accepte, tout en connaissant les regies de la societe et en profitant de celles-ci. En tant que veuve, elle jouit d'une liberte insurmontable par d'autres jeunes filles. Entre ses mains, les hommes se transforment en marionnettes dont elle n'a qu'a tirer les ficelles. En ce qui concerne la norme, elle ne tient pas a faire partie de la foule mais plutot a diriger celle-ci. Elle represente un nouveau type de femme, agressive et independante, qui revendique des droits et des liberies qui, par ailleurs, font prosperer les hommes. Cherchant le plaisir dans un nombre infini d'hommes, comme ces derniers le font aussi avec les femmes, Celimene traite ses vis-a- vis comme des objets qu'elle utilise et, par la suite, laisse tomber. Moliere a clairement renverse les stereotypes qui conditionnent le role de la femme et de l'homme dans sa vision de la societe, aussi bien que l'interaction entre les sexes. En ce qui concerne Alceste, bien qu'a premiere vue, i l semble raisonnable et honnete, la realite est qu'il est illusionne parce qu'il remplace la femme ideale (qu'il cherche) par «une» femme avec qui il desire se marier. Son amour pour Celimene n'est qu'une illusion parce qu'il aime l'image qu'il a creee d'une Celimene parfaite. Cette idealisation de la femme remonte non seulement a l'epoque de l'amour courtois, mais se rapproche aussi du mythe de Pygmalion - un sculpteur de Chypre qui hait les femmes, « [djetesting the faults beyond measure which nature has given to women » (Hamilton 112). N'en trouvant aucune qui lui plaise, i l sculpta la statue d'une femme en ivoire. Cette statue fut l'image de sa dame ideale. Or, parce qu'elle fut parfaite et belle, parce qu'aucune personne mortelle ne l'egala, et ainsi ne fut digne de son amour, Pygmalion tomba amoureux d'elle. Elle devint l'etre non seulement ideal mais acquis un role surhumain. Elle devint divine dans sa perfection. Toutefois, Pygmalion fut le plus malheureux des hommes puisque son amour ne lui fut pas retourne. La statue fut tellement reelle qu'il devint illusionne par sa propre ceuvre. C'est-a-dire, « [t]he supreme achievement of art was his, the art of concealing art» (114). II se trompa lui-meme. Chapitre 1 Le lien entre Pygmalion et Alceste est le suivant: tous deux tombent amoureux d'une image, d'un objet ideal et irreel. En plus, ni l'un ni l'autre n'arrivent a etablir une distinction entre l'illusion et la realite puisqu'ils sont attires par la creation de leur imagination. Ainsi, Alceste refuse d'accepter que Celimene est une coquette. Elle, ou plutot l'idee de la Celimene parfaite, est l'objet qu'il a cree et i l n'accepte pas la possibility qu'elle puisse avoir sa propre voix, car cela signalerait son echec - c'est-a-dire son incapacity de la transformer. Lorsqu'elle n'adhere pas a ses aspirations, elle blesse son amour-propre, son orgueil, car a cause d'elle, il n'a pas reussi a realiser son plan de posseder la femme ideale. Mais l'aveuglement l'empeche de reconnaitre ce defaut; de percevoir l'autre ainsi que lui-meme comme ils le sont en realite. Retournant a la dualite de l'aveuglement d'Alceste, i l est toutefois evident que ce dernier existe a deux niveaux. D'abord, bien qu'il soit conscient des mensonges et des fausses apparences de la societe, et qu'il maintienne l'opinion que la norme est erronee, il est toujours aveugle parce qu'il ne voit pas le jeu des autres. II ne voit pas que cette faussete est intentionnelle et que les gens controlent la limite de cette deception sociale. A un autre niveau, Alceste est aveugle parce qu'il ne voit pas son propre orgueil. II ne se rend pas compte de la raison pour laquelle il pense aimer Celimene, ni que c'est son amour-propre qui intervient directement dans ce phenomene. En fait, i l est non seulement aveugle mais aussi ignorant de son environnement ainsi que de ses propres motivations. Or, sa folie est assuree par la certitude qu'il n'est pas fou, qu'il a raison, qu'il est l'honnete homme. Done, son desir de vouloir changer Celimene ainsi que la societe est justifie, selon lui. Le pouvoir de cette conviction entraine l'illusion. Autrement dit, la croyance se transforme en illusion lorsque la personne perd la perspective jusqu'au point ou la certitude de son amour devient son amour. Dans un passage de son deuxieme livre, Montaigne formule une definition de la folie qui nous aide a mieux comprendre celle-ci. II explique que « aucune ame excellente n'est exempte de meslange de folie. Et a raison d'appeler folie tout eslancement, tant louable soit-il, qui surpasse nostre propre jugement et discours. D'autant que la sagesse, c'est un maniment regie de nostre ame, et qu'elle conduit avec mesure et proportion, et s'en respond » (Montaigne, II, 20). Alors, des que l'equilibre entre la raison et la folie Chapitre 1 devient «desequilibree», l'ame s'agite. De sorte que la poursuite excessive de la raison nous mene a la folie. Ceci s'appelle «l'illusion de posseder la raison». Comme le note Felman dans le passage susmentionne, illusion of reason s'applique a Alceste qui pense etre justifie dans ces opinions. Mais la verite, c'est qu'il est gouverne par la deraison. Alors l'aveuglement est defini comme etant « where reason stops and madness begins » (Felman 36). En fait, Felman suggere que l'on ne sait pas le moment ou la raison devient la folie, puisque les deux sont liees : « both involve the pursuit of some form of reason » (36). Chez Alceste, une bonne confirmation de son aveuglement est le fait qu'il n'est pas conscient du moment ou i l a perdu la raison et s'est approche de la folie. Mais i l croit toujours etre l'honnete homme. Ce rapprochement entre la raison et la folie est un sujet traite par plusieurs theoriciens, parmi lesquels se trouve La Rochefoucauld. Celui-ci affirme, dans ses Maximes, le principe suivant: « [l]a Constance des sages n'est que l'art de renfermer leur agitation dans le cceur » (M 20). Considered dans le contexte de ce travail, 1'attestation de cet auteur illustre que le sage n'est en realite qu'un fou deguise. Et chez Alceste, sa folie, c'est qu'il se fait passer pour un sage parce qu'il croit etre sage, en depit du fait que parfois i l temoigne de son absence de raison : «II est vrai: ma raison me le dit chaque jour ; / Mais la raison n'est pas ce qui regie l'amour » (I, 1, 247-248), i l n'accepte pas sa folie. Et selon La Rochefoucauld, « [q]ui vit sans folie n'est pas si sage qu'il croit» (M 209). En examinant les deux personnages du Misanthrope, ce point ressort bien. Alceste pense avoir raison, mais i l est conduit par la folie et Celimene semble etre controlee par la folie avec sa coquetterie, mais, en realite, elle est menee par la raison. Par ailleurs, le passage suivant, tire de l'ceuvre de Michel Foucault, soutient notre discussion precedente qu'en effet, la folie « devient une forme relative a la raison, ou plutot folie et raison entrent dans une relation perpetuellement reversible qui fait que toute folie a sa raison qui la juge et la maitrise, toute raison a sa folie en laquelle elle trouve sa verite derisoire » (Foucault 49). Ceci fait partie de la nature humaine et ne peut pas etre nie. En somme, la societe ou vivent Alceste et Celimene entremele la folie et la raison. Les fausses apparences, l'etre, le paraitre et la folie sont une forme de realite, de raison. Par exemple, dans le passage du premier acte susmentionne, Philinte admet que les apparences existent et sont meme necessaires. Celles-ci sont une forme de realite. Ainsi, Chapitre 1 «the question of madness [...] is that which turns the essence of thought [...] into question » (Felman 36). Autrement dit, la folie interroge la raison. Mais la societe ne questionne Facte que si celui-ci depasse la norme et non pas necessairement parce qu'il s'approche de ce temperament. Voila la societe du Misanthrope que rejette Alceste. Et voici la folie des deux protagonistes : tous deux, interrogent la norme de la societe. *** La norme de cette societe molieresque est a son tour influencee par le siecle auquel elle appartient. Les deux personnages principaux semblent ainsi emprunter les caracteristiques qui se rapportent a cette epoque. Rappelons que le dix-septieme siecle est partage entre deux epoques tres differentes : la premiere moitie est marquee par l'age baroque et la deuxieme moitie par l'age classique. Bien que cette division ne soit pas un fait concret, elle existe afin de marquer une distinction visible qui s'etablit a cette epoque, et qui se manifeste dans le Misanthrope. La partie baroque16 est designee comme l'ere du desordre, de l'outrance, de la fantaisie et de la liberte. Elle est liee au chaos - surtout dans l'amour ou le desordre regne. Par exemple, chez Alceste et Celimene, l'amour retient les caracteristiques fondamentales du mouvement baroque comme l'inconstance, 1'incertitude et le paraitre. Ensuite, le chaos du baroque est corrige par 1'arrivee de l'epoque classique17 du dix-septieme siecle qui introduit l'ordre, la mesure et la regie qui continuent dans le siecle des Lumieres. Le Misanthrope represente un point de rencontre entre le baroque et le classique. Par exemple, Alceste illustre l'ordre externe mais le Le mouvement baroque : a done le gout de la liberte, le dedain des regies, de la mesure, des bienseances. II est l ' i rrat ionnel , contradictoire. II ne sait pas ce q u ' i l veut, mais veut en meme temps le pour et le contre. II renferme en lu i des oppositions. II a une mult ipl ici ty d'intentions. [...] L e baroque a le gout du mystere et du surnaturel, de l ' emot i f et du passionnel des charmes de la nature et de ceux du folklore. [...] II est mouvemente, tumultueux, contourne, emphatique et, en meme temps, debordant, luxuriant, proliferant. II sacrifie l 'ordre a la sensation, l 'eternite a l 'intensite. Sa puissance, i l la laisse eparpiller (Mousnier 197). 1 7 Mousnier explique que dans cette moitie du siecle, [l]a confusion est aisee. [...] L a raison doit controler l'art, justifier les regies, refrener les ecarts de l ' imaginat ion, faculte inferieure, commune aux hommes et aux betes. [...] L a raison dicte des regies propres a permettre de creer la beaute et d 'evei l ler les emotions et les sentiments souhaites. Regie d'uti l isation de la nature, mais i l faut imiter une nature ideale, choisir dans la nature brute les traits a conserver, les accuser, les ordonner, i l faut imiter surtout la nature humaine, la plus belle de toutes. [...]Le classicisme est d 'abord une force interieure, un elan vi ta l , un bouillonnement de passions, un besoin de prodiguer la puissance, de produire, de creer (236-7). Chapitre 1 desordre interne de l'ordre classique, tandis que Celimene symbolise l'inconstance et l'expression externe de l'ordre baroque. Autrement dit, a l'exterieur, Alceste semble maintenir la raison et l'ordre mais a l'interieur, i l est marque par le desordre. Chez Celimene, c'est le contraire. En outre, le deuxieme mouvement du dix-huitieme siecle, qui est represente par le romantisme18, est aussi important pour notre analyse. Ce qui est important de retenir de ce mouvement, c'est son contraste avec le baroque. Alors que ce dernier cherche sa verite, sa realite, dans le deguisement, le romantique, lui, lutte contre les masques. Le point de contact entre les deux est qu'ils sont egalement port.es a accuser les forces externes. Dans le Misanthrope, ce point de rencontre apparait chez Celimene et Alceste. Comme nous venons de le voir ci-haut, cette derniere s'approche de l'age baroque parce qu'elle est caracterisee par l'inconstance, la quete du plaisir et de la liberte. Et Alceste possede quelques elements romantiques comme la quete de la vertu, de 1'innocence et la sensibilite moralisante. Comme on l'a mentionne dans la quinzieme note de ce chapitre, un des romans notables du mouvement romantique est La Nouvelle Helo'ise de Jean-Jacques Rousseau19. Selon Jean Starobinski, Rousseau construit dans cette ceuvre une histoire d'amour qui « apparait comme un reve eveille, oil [... il] cede a l'appel imaginaire de la limpidite qu'il ne trouve plus dans le monde reel et dans la societe des hommes » (Starobinski '° Cette reaction contre l'age de la raison, dirigee par le fondateur Jean-Jacques Rousseau, a comme ame l'humanisme (Van Tieghem 76). Elle represente la « sensibilite souvent moralisante, parfois passionnee, qui se complait en elle-meme» (55). S'opposant au gout traditionnel du dix-huitieme siecle, de l'ordre, Rousseau crea son premier roman romantique, La Nouvelle Helo'ise (Cranston 1). Son message c'est que l'imagination n'est plus l'esclave de la raison. Les sentiments ne doivent plus etre reprimes. A travers ce mouvement, Rousseau tient la position que si l'on pouvait demonter la faussete et le masque par lesquels la societe est dominee, la bonte du cceur et de la nature humaine serait decouverte (Cranston 11). Rousseau demo'ntra a la societe rigide et traditionnelle que la raison n'est pas ce qui gouverne les etres humains mais c'est plutot la passion. Dans le Misanthrope, cette reaction contre la societe est bien illustree par Alceste. Par contre, il denude la passion de facon differente. Pour lui, c'est surtout la passion pour le changement et pour le «moi». Neanmoins, il existe toujours un lien entre le romantisme et Alceste. 19 Dans son roman, Rousseau illustre que l'origine de nos passions, qui est l'origine de toute autre passion et de la nature humaine, est l'amour de soi. La nature devient done l'objet desire. Rousseau retourne la nature a la societe. Sa quete de 1'individuality, la sensibilite et la passion pour la nature et Son ideal se trouvent dans la vie simple et la bonte humaine (37). II definit l'amour comme un etat d'esprit integrant la passion, la sexualite, l'innocence et l'ideal. L'amour de Rousseau c'est l'union de deux ames. En fait, son ideal est tellement romance qu'il touche au reve et a l'illusion. Chez Moliere, la quete de l'individu et de la passion pour la nature est illustree de facon differente. II illustre ce qui arrive si l'amour se tourne vers soi sans evoluer completement vers l'autre. Tandis que Rousseau montre revolution vers l'autre - de sorte qu'il continue ce que Moliere commenca au siecle precedent. Chapitre 1 105). C'est cette sorte d'affection que cherche Alceste. L'amour de Julie et de Saint- Preux est comme un fantasme inacheve. L'element illusoire conduit Julie a rompre ses relations avec son amant. « The illusory nature of love is even given by Julie as a reason for her having married Wolmar rather than Saint-Preux » (Charvet 140). L'amour est une illusion ; et la realite c'est qu'elle ne peut pas choisir cet amour. Les contraintes sociales l'obligent meme a se marier avec Wolmar. Cette illusion est aussi illustree dans le Misanthrope, ou l'amour d'Alceste et de Celimene n'est pas seulement une illusion mais aussi une comedie - i l est tout simplement inacheve. Cependant, le desir passionne d'Alceste, de transformer Celimene en une femme vertueuse et ainsi reussir a l'aimer, persiste. Alors une hypothese possible, c'est que cette passion qui est la source de la motivation d'Alceste se rapproche beaucoup des caracteristiques associees au romantisme. *** Chez Alceste, ses idees romantiques le poussent a chercher la beaute dans l'amour. Or en principe, ce sentiment, d'apres Platon2 0 recherche la beaute et la bonte. Notre personnage molieresque desire bien posseder ce qui est bon ainsi que ce qui est beau. Les apparences physiques et le gout materiel predominent chez celui-ci, qui reve d'epouser la femme ideale - riche, belle et vertueuse. Dans le Banquet, par exemple, Platon demontre que cette quete d'ideal, de beaute, represente l'objet de l'amour. « Love is what leads from appearances to reality, love is what connects the immediate to the ultimate » (Wagoner 14). L'amour concretise les apparences, l'illusion. II est le desir puissant pour ce que nous n'avons pas. II ameliore notre apparence en nous forcant a vouloir paraitre beau et noble devant l'objet desire (15). II est une source de pouvoir dans l'experience humaine qui, par sa force, se rattache au divin. Le Misanthrope, par contre, ne jouit pas d'un tel amour divin. Bien que pour Platon l'amour soit l'ideal et la beaute, chez Alceste, c'est l'amour qui est l'objet de ces deux realites. Ce personnage desire atteindre l'amour en cherchant l'ideal, alors que Platon stipule que l'homme peut atteindre l'ideal a travers l'amour. Bien que dans cette analyse nous ne presenterons qu'une version simplifiee des pensees de Platon, notre but est de montrer comment ces pensees s'appliquent a notre etude et, plus precisement, au Misanthrope. C'est-a-dire qu'avec l'aide de quelques-unes des pensees de Platon, nous arrivons a mieux examiner le comportement et les motivations d'Alceste et de Celimene. Chapitre 1 Enfin, dans le Banquet, un des personnages, Pausanias, ajoute qu'il existe aussi une dualite dans le pouvoir de l'amour. D'abord, i l y a l'amour commun ou physique, puis l'amour divin ou l'amour pour 1'intelligence et l'excellence (15). Malgre ces differentes formes d'amour, « Love as a whole », dit-il, « has great and mighty power, or rather, in a word, omnipotence; but the one concerned with good things, being accomplished with temperance and justice, both here and in heaven, has the greatest power, and provides all happiness for us, and makes us able to have society together, and to be friends with gods also, who are higher than we are » (187c-189d). Cette forme de sentiment, qui est associee avec la beaute, est necessaire. II reste toutefois un amour de soi qui cherche a satisfaire le «moi». Visiblement, Platon defend la these que l'amour prend ses sources chez l'individu. En desirant quelqu'un, nous desirons l'autre moitie de nous-memes. Mais cette autre moitie se trouve chez l'autre. Par consequent, « Love leads us out of ourselves, disengages us from where we are, and takes us to what is new. [...] Ultimately this means that what we love is our self, our own unfulfilled self. What we desire in all our striving is our own eternal reality. Because of our contingency, this is what we lack. This is what we desire. This is what it "belongs" to us » (Wagoner 22). Alors, l'amour commence en soi et se deplace vers l'autre. Pourtant, les deux formes sont necessaires mais de facon proportionnelle afin de creer l'ideal, car l'exces ou le manque entraineraient la destruction de l'amour et de son ideal - ce qui est le cas chez Alceste et Celimene. Le manque d'amour chez Celimene et l'exces d'amour-propre chez Alceste detruisent l'amour de l'autre. Lorsque le transfert de l'amour de soi vers l'amour de l'autre ne reussit pas, l'amour se fixe en soi. Et finalement, comme nous le verrons dans le troisieme chapitre, l'orgueil, la vanite et l'interet sont les caracteristiques principales de 1'amour-propre, qui prennent la releve de la personne qui n'arrive pas a aimer son prochain. *** Par ailleurs, lorsqu'une emotion excede la norme, elle s'approche de la folie. Dans le cas du Misanthrope, ce sont des consequences negatives que cree l'amour illusionne d'Alceste. Parmi les maux qu'entraine l'amour figurent l'aveuglement et la tromperie. La passion de l'amour cache la tromperie qui pourrait provenir de cet amour et ne permet pas a l'individu atteint de cette maladie, qu'est la passion, de percevoir la folie Chapitre 1 et la misere auxquelles elle le mene (Hodgson 59). C'est-a-dire que, selon La Rochefoucauld, le « pouvoir que les personnes que nous aimons ont sur nous est presque toujours plus grand que celui que nous y avons nous-memes » (Me 22). Par exemple, dans le Misanthrope, l'amour d'Alceste et, par consequent, Celimene elle-meme, le trompent et le menent a la folie sans qu'il s'en apercoive. C'est bien son entourage qui pousse Alceste et son amour-propre a chercher la perfection. Lorsqu'il ne la trouve pas chez les autres, i l est motive a se distinguer de ceux-ci. Le resultat est qu'il devient ennuye et la compagnie des autres ne l'interesse nullement: « Ces conversations », dit-il, « ne font que m'ennuyer, / Et c'est trop que de vouloir me les faire essuyer » (II, 3, 555- 556). II pense a son desert, son monde parfait, que ses passions l'amenent a desirer ardemment. Selon La Rochefoucauld, « i l s'en faut bien que nous connaissons tout ce que nos passions nous font faire » (M 460). Car lorsque l'amour s'approche de l'exces, il devient le plus grand obstacle dans le chemin de la verite et de la vertu. Chez Alceste, ce sentiment l'empeche de voir qu'il ne peut pas changer Celimene. Dans un passage important, Pascal explique que dans l'amour on oubli[e] sa fortune, ses parents et ses amis [...]. Ce qui fait que l'on va si loin dans l'amour, c'est qu'on ne songe pas qu'on aura besoin d'autre chose que de ce que l'on aime : l'esprit est plein ; i l n'y a plus de place pour le soin ni pour 1'inquietude. La passion ne peut pas etre belle sans cet exces ; de la vient qu'on ne se soucie pas de ce que dit le monde que l'on sait deja ne devoir pas condamner notre conduite, puisqu'elle vient de la raison. (Pascal 21). Prise dans le contexte de notre travail, cette citation explique comment la folie prend la releve de la raison, de sorte que la distinction entre le plaisir et le chagrin devient embrouillee. Chez Alceste, le plaisir qui surgit de la certitude d'etre aime par Celimene entraine le malheur, qui est caracterise par l'aveuglement. De sorte que la peine et le plaisir s'entremelent lorsqu'ils se rapprochent de l'exces. Par consequent, tous les deux entrainent la folie car l'amant, a ce point, est aveugle et ne voit que l'objet desire. Cette illusion devient une faiblesse chez Alceste lorsqu'il se rend compte que Celimene ne l'aime pas. Autrement dit, i l associe son amour avec la faiblesse et devient enrage lorsqu'elle se joue de cette faiblesse: « Perfide », lui lance-t-il, « vous servir de ma Chapitre 1 faiblesse extreme, / Et menager pour vous l'exces prodigieux / De ce fatal amour ne de vos traitres yeux ! » (IV, 4, 1382-1384). En admettant cette faiblesse, il se refere indirectement a son aveuglement, n'etant pas conscient des vrais sentiments de sa partenaire. Par ailleurs, un autre point important que l'on peut tirer de ce passage c'est qu'en disant «vos traitres yeux», Alceste ne se rend pas compte qu'il parle aussi de ses propres yeux qui font trahi. Cette presomption renforce notre hypothese qu'il est aveugle envers lui-meme. II ne peut entre autres discerner le manque d'amour entre Celimene et lui-meme. II ne realise pas au depart que celle-ci exploite les hommes et la societe. Mais elle est consciente de la lutte d'Alceste entre la raison interne, qui est sa propre realite, et la raison externe, qui est celle de la societe. Elle sait que d'apres son interlocuteur, elle lui appartient et les affections des autres soupirants le rendent jaloux. Pour cette raison, elle le qualifie de fou : « Allez, vous etes fou dans vos transports jaloux, / Et ne meritez pas l'amour qu'on a pour vous » (IV, 3, 1391-1392). Philinte percoit aussi cette lutte interne et, pour aider Alceste, l'avertit de la possibility de la folie : A force de sagesse on peut etre blamable ; La parfaite raison fuit toute extremite Et veut que l'on soit sage avec sobriete. Cette grande raideur des vertus des vieux ages Heurte trop notre siecle et les communs usages ; Elle veut aux mortels trop de perfection : II faut flechir au temps sans obstination, Et c'est une folie a nulle autre seconde De vouloir se meler de corriger le monde. J'observe, comme vous, cent choses tous les jours [...] J'accoutume mon ame a souffrir ce qu'ils font (I, 1, 150-164). Cette remarque s'applique non seulement au desir de modifier le monde mais aussi a celui de changer Celimene. Philinte explique a Alceste qu'il faut accepter quelques defauts et ne pas se preoccuper d'atteindre la perfection. Cette preoccupation de la vertu et de la sincerite est demodee, lui dit-il. Le siecle dans lequel i l vit, note-t-il, est envahi par le vice et i l faut s'y accoutumer afin de ne pas devenir aliene. Mais selon Alceste, la perfection et l'ideal sont necessaires. II ne voit que le bonheur qu'un univers ideal entrainerait. Desormais, ceci 1'aveugle envers la realite. Chapitre 1 Montaigne aussi affirme que « [njostre facon ordinaire, c'est d'aller apres les inclinations de nostre apetit, a gauche, a dextre, contre-mont, contre-bas, selon que le vent des occasions nous emporte. Nous ne pensons ce que nous voulons, qu'a l'instant que nous le voulons, et changeons comme cet animal qui prend la couleur du lieu ou on le couche » (Montaigne, II, 6). Alors tout est inconstant, car les opinions et les ideaux changent rapidement. Ce philosophe suggere dans son premier livre, qu'« i l semble que l'ame esbranlee et esmeue se perde en soy-mesme, si on ne luy donne prinse ; i l faut tousjours luy fournir d'object ou elle s'abutte et agisse » (I, 55). C'est-a-dire que sans objet, l'ame devient oisive et, par consequent, folie et se perd. Done l'ame a besoin de divertissement, et 1'amour-propre qui veut conserver le bonheur et la sante de son ame, cherche un objet - l'amour d'un autre. Cependant, le plaisir ou plutot l'amour de l'autre menent parfois a la folie. C'est bien le cas d'Alceste, puisque son ame se perd en lui. Son objet desire n'est pas assez fort, ou plutot Celimene est trop forte pour lui - i l n'arrive pas a la changer. C'est pour cela qu'il doit maintenir l'equilibre entre la raison et la folie, qu'il doit accepter la folie des autres ainsi que la sienne. En acceptant 1'imperfection de l'univers, de son environnement, i l pourra garder son objet, la femme imparfaite, et satisfaire son orgueil. * Christian Biet explique qu'« Alceste a la folie de ceux qui sont epris de verite dans un univers ou elle n'a pas cours, ce que son ami Philinte lui fait d'ailleurs remarquer » (Biet 219) . E n fait, sa renonciation au monde, sa fuite au desert prouvent la folie qui est la sienne. Sa retraite en soi, le refus de maintenir un rapport avec le monde exterieur, sont egalement des signes d'instabilite et d'anomalie. Du moins, c'est le moyen le plus sur d'en etre atteint (Willard 33). Alors, ce qui le mene a sa derniere folie, c'est le fait que son reve de changer Celimene, selon son gout, et de s'enfuir avec elle au desert, loin d'un monde qui l'injure, est detruit par le refus de cette derniere - ce qui prouve qu'elle symbolise a la fois la reverie d'Alceste et, tout ce qu'il rejette. L'opposition marquee entre ces deux personnages est evidente pour tous, sauf pour Alceste. Or, ce dernier, 1 Biet. « La Veuve et l'ideal du Mari Absolu : Celimene et Alceste ». Cahier du Dix-septieme. Chapitre 1 se mine par une attitude deflationniste excessive, par refus d'alleger le poids des mots. A 1'oppose, Celimene, s'oppose au code des bienseances par defaut. Elle pratique 1'inflation verbale, souffle le chaud et le froid, assure tout un chacun de son amour, dans une societe ou i l n'existe pas d'economie monetaire et libidinale uniquement soumise a la loi de l'offre et de la demande. Elle met en circulation des billets (ses lettres d'amour) qui equivalent a des reconnaissances de dette qu'elle devra honorer (Apostolides 165). En somme, tous deux souffrent d'une forme d'exces. C'est-a-dire qu'« Alceste et Celimene indiquent chacun les limites superieures et inferieures de la libre circulation des sentiments » (164). Lorsque cet exces est atteint, la personne perd le controle et devie de la norme acceptable. La tolerance et la norme dependent de la societe et de ses attentes. Dans le cas du Misanthrope, la societe est assez rigide et severe. Vertueuse et soumise, la femme, occupe par exemple une place specifique dans son milieu, suivant les regies qu'a creees cette societe. Elle est innocente, honnete et elle n'est surtout pas coquette. L'homme, au contraire, jouit d'une liberie presque infinie mais toujours selon certaines limites. II ne s'oppose pas a la societe et i l ne conteste pas ses regies. Et, l'element clef dans cette societe c'est l'aveuglement. Autrement dit, la plupart des individus ne veulent pas voir les evenements qui les entourent. * Selon La Rochefoucauld, l'aveuglement d'un individu est dangereux parce qu'il nourrit et augmente l'orgueil qui existe deja chez celui-ci. Ceci reflete les sentiments d'Alceste. Cependant, de telles inclinations ne touchent pas Celimene. Elle ne les ressent pas puisqu'elle cherche a assurer son propre plaisir - ce qu'elle reussit a faire sans eprouver ni melancolie ni colere. Ce succes enrage Alceste. Et dans le quatrieme acte, sa rage se manifeste clairement, lorsqu'il dit: « J'ai pris, mon malheur, le poison qui me tue / Et que j ' a i cru trouver quelque sincerite / Dans les traitres appas dont je fus enchante. / [...] Ah ! que ce coeur est double et sait bien l'art de feindre » (IV, 3, 1318-1320, 1322). II est enfin convaincu que Celimene l'a trahi, qu'elle l'a trompe et son desespoir et sa melancolie entrainent la colere : Je souffre le depit de me voir outrage. Je sais que sur les vceux on n'a point de puissance, Que l'amour veut partout naitre sans dependance, Chapitre 1 Que jamais par la force on n'entra dans un cceur, Et que toute ame est libre a nommer son vainqueur. [•••] Je ne suis plus a moi, je suis tout a la rage : Perce du coup mortel dont vous m'assassinez, Mes sens par la raison ne sont plus gouvernes ; Je cede aux mouvements d'une juste colere, Et je ne reponds pas de ce que je puis faire (IV, 3, 1296-1300, 1310-1314). Plus loin, nous remarquons une autre occasion de sa rage lorsqu'il s'adresse a Celimene : « Non, mon cceur a present vous deteste, / Et ce refus lui seul fait plus que tout le reste. / Puisque vous n'etes point en des liens si doux, / Pour trouver tout en moi, comme moi tout en vous, / Allez, je vous refuse, et ce sensible outrage / De vos indignes fers pour jamais me degage » (V, 4, 1779-1784). Ces nombreuses attestations de vouloir rompre avec Celimene, de jurer qu'il ne la desire plus, affirment en fait son incertitude. II est tellement perdu qu'il n'arrive plus a rester fidele a ses propres decisions. C'est pour cela que ces refus, le doute et 1'incertitude qui entrainent cette rage, le menent a la deraison. Lorsque Celimene, par exemple, lui demande s'il a le jugement brouille, Alceste admet lui-meme, a plusieurs reprises, avoir perdu la raison : « Oui, oui, je l'ai perdu» (IV, 3, 1317). II est le personnage irresolu qui n'arrive pas a saisir le controle de sa vie. Mise a part cette malheureuse maladie, il existe un autre danger qui est 1'amour- propre invisible. D'apres Rene Jasinski, c'est que celui-ci « se double de vanite. Il exige des egards particuliers. II veut etre «distingue». Plein de lui-meme, il se considere comme un etre d'exception et entend qu'on le traite comme tel » (Jasinski 135). Les changements qu'il demande au monde et a Celimene parviennent de son mecontentement envers ceux- ci. Nous pouvons deduire que selon Alceste, Celimene et le monde ne sont pas dignes de sa consideration : « Morbleu ! vous n'etes pas pour etre de mes gens ; / Je refuse d'un cceur la vaste complaisance / Qui ne fait de merite aucune difference ; / Je veux qu'on me distingue ; et, pour le trancher net, / L'ami du genre humain n'est point du tout mon fait » (I, 1, 60-64). Alors Alceste se croit parfait, n'etant pas conscient de l'abondance de ses defauts, et, par consequent, il n'accepte pas qu'on lui reproche ses actes. II veut corriger le monde et non lui-meme. Et a la fm, decu, lorsqu'il echoue son projet, « [rjenoncant Chapitre 1 [...] a lutter, i l s'abandonne a sa passion » (Jasinski 145). II fuit au desert. En fait, la folie d'Alceste ne se manifeste pas a travers son echec, mais a travers la soif de changer son objet desire et son monde. Son illusion le mene vers la misanthropic II est melancolique parce qu'il ne veut etre trompe ni par Celimene ni par la societe. A ce sujet, Christian Biet ecrit qu'« Alceste n'est pas un honnete homme, comme Philinte, i l veut l'absolu et perd, par consequent, toute aptitude a composer, a exercer et maitriser une volonte mondaine et honnete » (Biet 219). Ce qu'il veut, c'est un tout (219). L'amour-propre le conduit a ce desir, a s'opposer au monde de la jouissance, preferant la solitude et la misanthropie (220). « Son exigence de verite, devenue obsession, l'empeche de composer avec le monde et son ennui [...] ne pourra le detourner de sa conduite suicidaire » (Biet Ml)22. Sa relation avec Celimene ressemble beaucoup a celle qu'il entretient avec le monde et la societe - i l les critique, voulant changer leurs imperfections. C'est ainsi que l'amour de l'autre chez Alceste et Celimene est plutot ironique car i l n'est pas fonde sur la passion pour l'autre. Des forces externes, comme la societe, ainsi que des forces internes, comme 1'amour-propre, le detruisent. Par exemple, dans un passage, Eliante observe que : L'amour, pour l'ordinaire, est peu fait a ces lois, Et l'on voit les amants vanter toujours leurs choix ; Jamais leur passion n'y voit rien de blamable, Et dans l'objet aime tout leur devient aimable ; Ils comptent les defauts pour des perfections, Et savent y donner des favorables noms. [...] C'est ainsi qu'un amant dont l'ardeur est extreme Aime jusqu'aux defauts des personnes qu'il aime (II, 4, 711-730). D'abord, les lois auxquelles se refere Eliante sont celles d'Alceste a propos de l'amour. Ce sont ses conditions de sincerite, de tendresse et de fidelite. Ces exigences, explique Eliante, ne sont pas faites pour tout le monde puisque la passion et l'amour sont aveugles et n'arrivent pas a obeir aux lois d'Alceste. C'est-a-dire que lorsqu'une personne est amoureuse, elle ne voit rien de blamable chez son bien-aime car les defauts de celui-ci se transforment en vertus. C'est pour cela qu'il faut aimer jusqu'aux defauts. Cependant, dans cette forme d'amour, il existe un danger qui s'appelle l'illusion. « La Biet. Les Miroirs du Soleil. Chapitre 1 vue juste distingue et juge » (Rougemont 265). Comme nous l'avons mentionne au tout debut de ce chapitre, la vue est la premiere a discerner, a distinguer, a connaitre et a aimer l'objet. Mais la vue de la personne amoureuse n'est pas toujours claire et raisonnee. La Rochefoucauld commente ce fait, en disant: « Les amants ne voient les defauts de leurs mattresses que lorsque leur enchantement est fini » (Me 45) 2 3 . Avant cela, ils percoivent les qualites y compris celles qui sont potentielles dans le cas d'Alceste. C'est-a-dire qu'il voit la possibilite d'ameliorer le caractere de Celimene. Par contre, cette derniere ne veut pas alterer son comportement. Et malgre son interet, son amour-propre n'est pas si developpe que celui d'Alceste. Sa folie se trouve dans le plaisir excessif - elle aime se jouer des hommes. Elle ne veut pas aimer mais sa vanite aime recevoir l'amour des autres. Celimene fait ce qu'elle veut, sans avoir a penser aux autres24. * * * En somme, la verite est un privilege que la societe, telle que Moliere la represente dans le Misanthrope, pratique avec prudence - ce qu'Alceste n'arrive pas a concevoir. A sa place, la tradition populaire de ce milieu est l'aveuglement ou la faussete. Ces elements jouent d'ailleurs un role tres important car le jeu entre l'etre et le paraitre est un element clef a cette periode ainsi que dans la piece de Moliere, de sorte que les personnages sont regies ou deregles par l'aveuglement, par l'etre et le paraitre, aussi bien que par l'illusion. Plus precisement, quelques-uns, comme Alceste, sont gouvernes par ces trois elements, et d'autres, comme Celimene, en prennent avantage, les controlent. Les passions, la colere, la melancolie et l'amour meprise sont des elements presents chez cet homme et ce sont les causes et les consequences qui entrainent sa folie. En fait, selon Foucault: 2 3 Maximes ecartees 24 En contraste, Julie, dans La Nouvelle Helo'ise, est « incomodee depuis quelques jours », ecrit-elle. « [L]a tete et le cceur me font mal... je me sens defaillir... le Ciel auroit-il pitie de mes peines ?... Je ne puis me soutenir... je suis forcee a me mettre au lit, et me console dans l'espoir de n'en point relever. Adieu, mes uniques amours. [...] Ah ! si je ne dois plus vivre pour toi, n'ai-je pas deja cesse de vivre ? » (NH, 3, XII). Julie aime avec son ame. La devotion a son amour la rend malade. Elle souffre. Tandis chez Alceste et Celimene, c'est plutot le partage d'un amour de soi. Les deux couples represented les deux extremes de l'amour - l'un aimant trop et l'autre, pas assez. L'un est domine par la passion pour l'autre et l'autre est domine par la passion pour soi. Le fait incontestable, c'est que Celimene n'est pas une marionnette controlee ni par Alceste ni par ses autres soupirants. Elle « se fait d'un amour fortement enracine dans la Chapitre 1 le monde exterieur dans ses variations ou ses exces, dans ses violences ou dans ses artifices peut aisement provoquer la folie [...]. Bref rien n'echappe, ou presque, au cercle toujours agrandi des causes lointaines ; le monde de Tame, celui du corps, celui de la nature et de la societe constituent une immense reserve de causes, ou il semble que les auteurs du XVIIIe siecle aiment a puiser largement (Foucault 284). Bien que Foucault se refere au dix-huitieme siecle, son explication s'applique aussi au dix-septieme siecle car dans sa piece, Moliere developpe cette idee que l'ame d'une personne comprend la folie. D'un certain point de vue, la folie peut etre consideree comme une voie a travers laquelle l'esprit est libere. Bien entendu, l'exces peut entrainer une folie demesuree, comme dans le cas d'Alceste, en ce sens que ses actions et ses pensees depassent les temperaments normaux et acceptables dans son environnement. Sa vision du monde, dans lequel i l souhaite vivre, est dereglee pour son temps. Malheureusement, i l n'est pas conscient de ce fait puisqu'il est aveugle par son amour- propre. Alors, cet aveuglement, ainsi que le desequilibre, font « de lui un impulsif et parfois un furieux qui risque de commettre d'irreparables sottises, et pour commencer manque aux bienseances les plus elementaires, se rend ridicule. Si hautes que s'affirment par ailleurs ses qualites, i l sied de le rappeler a la raison » (Jasinski 129). Effectivement, Alceste reagit mal aux vices de son entourage. Par exemple, lorsqu'il est blesse, i l renonce au monde et se replie sur lui-meme. II impose son ideal au monde, tout en voulant le corriger. Mais des que ses projets et ses desirs ne sont pas satisfaits, i l tend vers la melancolie. Il est bien facilement desespere et cette condition le rapproche du delire et de la folie. « A la limite on aboutit aux constructions aberrantes de la schizophrenic, au comique de la folie », explique Jasinski (130). Cependant, celui-ci insiste qu' Alceste «n 'es t pas fou: i l se laisse seulement entrainer sur une voie dangereuse. II offre des symptomes qui doivent le mettre en garde. [...] Bien plus, une melancolie «temperee», selon la physiologie du X V I I e siecle, peut favoriser la reflexion contemplative, enrichir la vie interieure, tourner le defaut en feconde qualite » (124). vie de societe » (Grimm 56). Celimene est un individu social qui prospere dans la societe et a la cour. Pour cette derniere, l'amour n'est possible qu'a Paris (56). Chapitre 1 Neanmoins, i l faut admettre que son attitude et sa reaction aux evenements sont plus que de simples symptomes. En effet, sa reprobation assure la presence de la folie, puisqu'il affirme qu'il veut fuir la societe. Ce personnage prefere l'alienation et la solitude et ceci est illustre dans le passage suivant: Trop de perversite regne au siecle ou nous sommes. Et je veux me tirer du commerce des hommes. [...] [J]e me vois trompe par le succes : J'ai pour moi la justice, et je perds mon proces ! Un traitre, dont on sait la scandaleuse histoire, Est sorti triomphant d'une faussete noire ! Toute la bonne foi cede a sa trahison ! II trouve, en m'engorgeant, moyen d'avoir raison ! [...] Renverse le bon droit, et tourne la justice ! (V, 1, 1485-1486, 1491-1496, 1498). A la fin de la piece, Alceste perd meme le controle de lui-meme et c'est bien cette perte qui le caracterise comme une personne folie. En fait, selon Montaigne, « [l]e pire estat de l'homme, c'est quand i l perd la connoissance et gouvernement de soy» (Montaigne, II, 13). C'est bien ce qui arrive lorsque la folie, l'amour ou 1'amour-propre a l'exces dominent nos facultes mentales et emotionnelles. C'est bien ce qui arrive a Alceste. En ce qui concerne Celimene, a travers la piece, elle maintient la maitrise de soi. Contrairement a Alceste, elle represente bien la personne qui atteint la liberie necessaire a travers la folie. En fait, l'aveuglement de la societe et des autres l'aide a atteindre cette maitrise de soi, car elle discerne tout et se joue de cet avantage qu'elle a sur les autres. Cependant, sa serenite et sa raison donnent l'impression qu'elle est une personne superficielle et a sang-froid, mais en realite, c'est que sa determination a maintenir sa liberie et a se venger contre la societe et 1'injustice ne lui permettent pas de ceder a la melancolie et a la deraison. En ce sens, elle est plus forte qu'Alceste. De sorte qu'ici, elle semble etre la personne qui a le plus de controle sur ses pensees de meme que sur son comportement. Elle choisit son destin, tandis qu'Alceste se laisse controler. Ceci laisse supposer qu'il existe une opposition entre Alceste et Celimene. L'amour est un aspect Chapitre 1 important dans cette opposition : Alceste veut aimer et etre aime mais Celimene ne se preoccupe pas d'un tel sentiment. Pour celle-ci, l'amour est un jeu. Dans le chapitre suivant, nous illustrerons cette opposition dans l'amour, et plus precisement, dans l'amour de l'autre. Nous analyserons l'origine de l'amour de l'autre, ainsi que les causes et les consequences du manque de cette forme de sentiment. Pourquoi est-ce que Celimene et Alceste n'arrivent pas a s' aimer ? Comment est-ce que Famour-propre empeche l'amour de l'autre de reussir ? Chapitre 2 2 L'Amour de 1'Autre « That which men desire they are also said to LOVE, and to HATE those things for which they have aversion. So that desire and love are the same thing, save that desire we always signify the absence of the object, by love most commonly the presence of the same » - Thomas Hobbes, Leviathan • hez Moliere, et plus precisement dans le Misanthrope, i l se trouve un ^ melange de diverses formes d'amour et de desirs. II y a, entre autres, l'amour d'une autre personne, de soi-meme et de l'amour. Le premier chapitre nous a amene a etablir que la faussete, l'illusion et l'aveuglement empechent la reussite de l'amour de l'autre. Ces elements dereglent et compliquent ce sentiment. En lisant cette piece de theatre, i l est clair que le type d'amour reperable chez Alceste et Celimene souffre de difiicultes. Ce chapitre, tout en traitant de pres de l'amour de l'autre, nous permettra d'examiner les ennuis que ressentent ces deux individus avec cette emotion. En fait, nous illustrerons que l'amour que l'on trouve dans le Misanthrope n'est pas typique ou semblable a celui que l'on retrouve, par exemple, dans d'autres histoires comme La Nouvelle Heloise et Tristan et Iseut. Ceci est parce que l'amour de ces deux personnages Chapitre 2 molieresques n'est ni romantique, ni sensible, ni passionne. II est plutot ironique, car il semble qu'a travers Alceste et Celimene, Moliere se moque de ce sentiment. Alors il est superflu d'associer la relation entre ces derniers a l'amour, puisque le Misanthrope est plutot une « histoire d'amour desopilante », annonce Jesse Dickson dans son article L 'Ideologie du Rire ou, Comment Interpreter Le Misanthrope ? {French Review 600). D'ailleurs, dans un passage du quatrieme acte, Eliante resume tres bien l'idee de cet amour problematique : « C'est un point qu'il n'est pas fort aise de savoir », dit-elle, « Comment pouvoir juger s'il est vrai qu'elle l'aime ? / Son cceur de ce qu'il sent n'est pas bien sur lui-meme ; / II aime quelquefois sans qu'il le sache bien, / Et croit aimer aussi parfois qu'il n'en est rien » (IV, 1, 1180-1184). Malgre le fait qu'elle se refere a Celimene dans cette conversation avec Philinte, l'idee centrale de ce passage s'applique a la fois a sa vis-a-vis et a Alceste. Autrement dit, Moliere introduit sur scene un « severe moraliste fascine par une coquette medisante » (French Review 506). L'amour de l'autre, dans de telles circonstances, ne reussit que rarement. Mais pourquoi ne reussit-il pas ? Qu'est-ce qui cause cet echec ? Ici, le but est de montrer les causes et les consequences de cet amour manque en examinant le caractere d'Alceste et de Celimene et en approfondissant notre analyse du theme de l'amour de l'autre. Afin d'accomplir cette tache, nous comparerons le Misanthrope avec d'autres histoires d'amour. Dans ce chapitre, nous nous servirons, entre autres, des doctrines de quelques theoriciens qui critiquent soit la piece de Moliere, soit le sujet en question, ou qui offrent des theories pertinentes qui se rapprochent du sujet de notre analyse. Parmi les theoriciens historiques figureront Platon et La Rochefoucauld. Nous verrons que chacun de ces penseurs apportent, soit directement ou indirectement, une explication ou une clarification a notre analyse. Par exemple, de la doctrine de Platon, nous retirons les anciennes idees de l'amour et de l'amour-propre qui sont encore utiles comme points de reference. Ensuite, chez La Rochefoucauld, nous avons un critique ainsi qu'un philosophe exceptionnel qui nous aide a definir l'origine, la nature et les consequences de l'amour-propre. Finalement, nous inclurons dans notre etude les pensees d'un commentateur contemporain, Denis de Rougemont. Celui-ci presente ses idees de Chapitre 2 l'amour, auxquelles nous nous refererons afin d'expliquer l'amour chez Alceste et Celimene. II se sert de la legende de Tristan et de Dom Juan comme des exemples de deux formes extremes d'amour. La premiere signale un amour pur et eternel, la deuxieme, un sentiment inconstant et faux. Dom Juan, qui desire toutes les femmes, n'arrive pas a en choisir une seule, et Tristan fait « d'une seule, elue, la Femme unique » (Rougemont 278). Chez Dom Juan, l'existence de l'amour est mise en question. Par contre, l'amour de Tristan est estime. Le premier, contrairement a Tristan, est le celibataire libre de mener sa vie comme il lui plait (130). Riche, jeune et charmant, il aime les femmes et le plaisir qu'il en tire. Toujours aime et se fiant a cet amour, i l aime souvent, et plusieurs elues a la fois. Quant a Tristan, il ne desire qu'une seule femme et ne possede que celle-ci, n'ayant pas le desir d'obtenir d'autres plaisirs a cause de cet amour pour la femme. En somme, en tenant compte du resume de ces deux legendes, celles-ci deviennent, pour ce travail, les points de reference en ce qui concerne l'existence ou l'authenticite de l'amour. L'analyse de Rougemont met, plus precisement, a l'epreuve 1'absence de l'amour de l'autre chez Alceste et Celimene. Par exemple, i l y a une grande valeur attachee a l'amour de Tristan, qui est absent chez Alceste. II existe aussi une passion et une sensualite entre Tristan et Iseut. Ils partagent non seulement un amour intense mais aussi une amitie. Les obstacles auxquels le couple legendaire fait face ne diminuent pas leur affection mutuelle. Tandis que chez les membres du couple molieresque, l'obstacle qu'ils rencontrent et n'arrivent pas a surmonter se trouve en eux-memes. Le passage qui suit fait ressortir l'amour et la passion de Tristan a travers l'intensite de sa parole. II se fait passer pour un personnage qui souffre apres avoir ete decouvert avec Iseut par le roi Marc. Noble reine, c'est dans le mal que nous passons notre jeunesse. Ma belle amie, si je pouvais, apres en avoir pris conseil, me reconcilier avec le roi Marc, afin qu'il apaisat sa colere et qu'il acceptat de nous laisser nous justifier devant la justice sur ce point: que jamais, ni en fait ni en paroles, je n'ai eu avec vous de relations coupables qui aient pu etre pour lui une cause de honte [...] Noble reine, ou que je sois, je me proclamerai toujours votre. [...] Noble Iseut au beau visage, donne-moi conseil sur ce que nous devons faire (Beroul 78). Chapitre 2 De cette citation, nous pouvons deduire que l'amour entre Tristan et Iseut, bien qu'il soit adultere, n'est pas «coupable» mais pur dans le sens qu'il n'a pas de restriction ni de corruption. Meme en face des obstacles, il fleurit. II est fidele et passionne car Tristan confie son ame a Iseut, en lui annoncant: «je me proclamerai toujours votre » (Beroul 78). Ce dernier la respecte et lui demande conseil, acceptant et comptant sur son jugement. Tandis que chez notre personnage molieresque, l'amour pur et passionne est toujours absent. Alceste n'arrive pas a accepter Celimene telle qu'elle est - comme, par exemple, sa coquetterie. Or, la comparaison de ces deux couples souligne le contraste marque de l'amour problematique du couple que presente Moliere. Par contre, ce qui rapproche les deux textes, c'est qu'il existe un obstacle compromettant l'amour de l'autre chez les deux couples. L'obstacle chez Tristan, c'est le roi Marc. Mais chez Alceste, celui-ci se multiplie a travers, notamment, les hommes de la cour qui aiment flatter Celimene. II refuse d'accepter la consideration qu'elle recoit de ces gentilshommes. En plus, sous certains aspects, il est son propre obstacle parce qu'il empeche le developpement de l'amour entre lui et Celimene, en refusant d'admettre qu'il ne l'aime pas. Et cette ignorance suscite le doute. Dans une de ses maximes, La Rochefoucauld annonce qu'« [o]n pardonne tant qu'on aime » (M 330). Mais puisqu'Alceste n'aime pas Celimene1, le pardon n'existe pas. Son insistance d'etre assure de l'amour de cette derniere confirme cette assertion. Par exemple, au debut du troisieme acte, Alceste, 1'amant jaloux, demande a Celimene : « Qu'ai-je de plus qu'eux tous, madame, je vous prie ? [...]/ Et quel lieu de le croire a mon coeur enflamme ? / [ . . . ] / Mais qui m'assurera que dans le meme instant / Vous n'en disiez peut-etre aux autres tout autant ? » (II, 1, 502, 504, 507-508). De plus, ce doute est augmente par le fait que Celimene ne l'aime pas de la maniere dont il le souhaiterait, ce qui le pousse a s'offenser de celle-ci. Dans un passage deja cite dans le premier chapitre, il annonce a Celimene : « De vos facons d'agir je suis mal satisfait ; / Contre elles dans mon cceur trop de bile s'assemble, / Et je sens qu'il faudra que nous rompions ensemble » (II, 1, 448-450). II est toujours insatisfait du comportement de cette femme et du progres de son amour. Ainsi, i l semble etre pret a rompre son amour a cause de 1'indifference et 1 Nous verrons plus tard qu'en fait, Alceste n'aime pas Celimene car il n'aime que lui-meme. Et c'est son amour de soi qui le pousse a vouloir aimer Celimene. Chapitre 2 de la coquetterie de Celimene. Alors, une fois qu'il est conscient des defauts de sa vis-a- vis, Alceste refuse de la flatter, choisissant plutot de la grander pour ses defauts. C'est bien son avis que « [p]lus on aime quelqu'un, moins i l faut qu'on le flatte : / A ne rien pardonner le pur amour eclate » (II, 4, 701-702). Alors, ironiquement, i l admet ce que La Rochefoucauld exprime dans une maxime - que l'amour, afin de se developper et fleurir, demande le pardon. Mais i l n'arrive toujours pas a atteindre ce niveau, a enrichir et ainsi a conserver son amour. II admet meme son aversion et sa frustration, dans le passage suivant. Non, l'amour que je sens pour cette jeune veuve Ne ferme point mes yeux aux defauts qu'on lui treuve, Et je suis, quelque ardeur qu'elle m'ait pu donner, Le premier a les voir, comme a les condamner. Mais, avec tout cela, quoi que je puisse faire, Je confesse mon faible : elle a l'art de me plaire ; J'ai beau voir ses defauts et j ' a i beau Ten blamer, En depit qu'on en ait, elle se fait aimer : Sa grace est la plus forte, et sans doute ma flamme De ces vices du temps pourra purger son ame (I, 1, 225-234). Cette citation illustre un autre aspect de l'amour d'Alceste : i l est frele et vulnerable. II se depeint comme la victime de son environnement, mais ce n'est que sa faiblesse qui devient apparente. Par exemple, i l annonce qu'il voit les defauts de Celimene et les condamne, mais il n'arrive pas a rompre sa relation avec elle a cause de sa faiblesse causee par son amour. Mais est-ce vraiment de la faiblesse ou est-ce l'espoir d'ameliorer le caractere de son interlocutrice, de la transformer a son gout, qui l'oblige a rester avec elle ? II est evident qu'il veut ameliorer le caractere de l'etre qu'il aime parce qu'elle n'est pas tout a fait son ideal. II reste avec elle parce qu'il l'a choisie et ne veut pas admettre son jugement errone, ou encore que son choix a eu des consequences funestes. II se contente de demeurer avec son choix infortune et de changer les imperfections de sa bien aimee. Alors, c'est en fait la faiblesse de son amour-propre qui le pousse a rester avec Celimene et non pas seulement l'espoir de la changer. II existe aussi la possibility qu'Alceste est captive par l'image de Celimene. Le fait qu'il arrive a faire devier ses affections si facilement vers Eliante suggere que la femme est, selon lui, interchangeable et accentue notre hypothese. Done, il est Chapitre 2 raisonnable de deduire que ce n'est pas necessairement Celimene qu'aime Alceste, mais l'image qu'il se fait d'elle. II aime le fantasme et non pas la personne. Nous avons d'ailleurs aborde ce sujet dans le premier chapitre, en introduisant le mythe de Pygmalion. Cette theorie s'applique toujours a Alceste. II est tres probable que celui-ci soit amoureux de l'image qu'il a creee de la parfaite Celimene - jeune, belle, riche, et partageant les memes ideaux et desirs que lui. Tout comme Pygmalion, Alceste est illusionne par son propre ideal. Par consequent, bien qu'il croie avoir les yeux bien ouverts, Alceste mene une existence aveuglee jusqu'a la fin de la piece, ne discernant pas sa propre illusion. Et contrairement a Pygmalion, qui arrive a posseder sa creation, ce personnage de Moliere ne parvient pas a transformer son illusion en realite. « Trahi de toutes parts, accable d'injustices », Alceste quitte la scene avec ressentiment: « Je vais sortir d'un gouffre ou triomphent les vices, / Et chercher sur la terre un endroit ecarte / Ou d'etre homme d'honneur on ait la liberie » (V, 4, 1803-1806). Meme s'il n'arrive pas a changer Celimene, i l maintient l'espoir qu'il pourra trouver, au loin, un environnement honnete et juste. Dans cet univers, nous pouvons supposer qu'il espere trouver non seulement des hommes honorables mais aussi une autre femme parfaite qu'il pourra aimer. La discussion precedente fait appel au passage de Pascal dans lequel il annonce qu'« [a] force de parler d'amour, on devient amoureux [...]. [CJ'est la passion la plus naturelle a l'homme » (Pascal 14). Autrement dit, plus nous parlons d'un objet ou d'une idee, plus ces deux nous plaisent. Chez Alceste, 1'objet de son desir, ce qui le preoccupe avant tout, est Celimene. Cependant, d'apres les premiers actes de la piece, i l est difficile de se convaincre qu'Alceste n'aime que l'idee de l'amour puisqu'il semble sincere et vulnerable, nous forcant a avoir pitie de lui. Mais l'idee d'etre aime est bien plaisante et i l est clair qu'Alceste desire posseder la femme ideale, obtenir son amour et se marier avec elle. Cette attraction est tres forte et, finalement, le derange et le rend vulnerable. De sorte que dans sa quete d'un monde ideal, i l est aussi tres probable qu'il soit attache a l'idee de l'amour ideal, qu'il veut aimer et etre aime et que cet echange soit parafait ; car, dans son monde ideal, l'amour et le mariage sont necessaires. Alors, a force de vouloir se marier et de communiquer ce desir, i l aime davantage Celimene. D'une part, i l veut une femme afin de satisfaire son desir de Chapitre 2 se marier. D'autre part, Alceste est attache a l'idee de la femme ideale. Puisque son amour-propre cherche toujours la perfection, et parce qu'il juge que Celimene est la femme ideale, en raison de sa jeunesse, de sa beaute et de sa richesse, il la desire. Pour l'homme parfait, il n'y a que la femme parfaite. Quant a Celimene, i l est evident que son amour pour les hommes est diversifie et repandu. C'est-a-dire que l'homme pour elle est tout a fait interchangeable. Parmi ses nombreux amants figurent Cleonte, Damon, Adraste et, bien sur, Alceste. Neanmoins, il ne faut pas conclure Mtivement qu'elle n'aime pas autrui. II existe toujours la possibility que, tout comme Alceste, elle aime l'idee de l'amour. Mais aime-t-elle seulement pour etre aimee ? Dans un sens, la reponse est positive, car il est clair qu'elle veut etre admiree et aimee. Cependant, elle est une personne tres complexe et il existe plusieurs possibilites en ce qui concerne l'amour de l'autre chez cette femme. Par exemple, i l se peut qu'elle veuille aimer l'autre mais n'arrive pas a ceder aux attentes de la societe qui veut qu'elle cesse sa coquetterie et devienne une prude, si l'on veut. Une autre possibility, c'est qu'elle ne peut pas aimer l'autre puisqu'elle est trop egoi'ste. Pour commencer, il est evident qu'elle n'est pas une femme qui aime sincerement, passionnement ou genereusement comme, par exemple, Tristan et Iseut. En fait, sa maniere d'aimer ressemble beaucoup a celle de Dom Juan puisque tous deux desirent le plaisir, l'admiration ainsi que l'amour des autres. Cependant, elle ne cherche pas l'amour passionne, mais la consideration d'autrui. Mais est-ce tout ce que Celimene desire atteindre par l'amour ? Contrairement a Alceste, elle n'est obsedee ni par l'idee de l'amour ideal, ni par l'idee de l'homme parfait. Elle n'est pas le Pygmalion feminin. Celimene est independante. Puisqu'elle ne s'absorbe pas dans l'illusion de l'amour, comme le fait Alceste, elle est tres consciente de la preoccupation des autres. De plus, l'aveuglement de son entourage ne la touche pas, car sa lucidite a propos de son environnement est sans egale. Son intelligence est etablie dans le troisieme acte lorsque son amie vient l'avertir des «bruits» que la cour «publie». Sa replique confirme une absence d'aveuglement envers son entourage: «Madame», s'exclame-t-elle, «j 'a i beaucoup de graces a vous rendre» (III, 4, 913). Son sarcasme sous-entend une connaissance etendue des lois et des manieres de la societe. La faussete et les apparences de celle-ci ne lui echappent pas et elle est a la fois prete a et capable d'accorder son Chapitre 2 propre comportement a celui de la cour. Par exemple, dans le passage suivant, elle annonce : « Et comme je vous vois vous montrer mon amie / En m'apprenant les bruits que de moi l'on publie, / Je veux suivre, a mon tour, un exemple si doux / En vous avertissant de ce qu'on dit de vous » (III, 4, 917-920). Celimene connait les fausses mines d'Arsinoe, qui se fait passer pour une amie. Elle accepte ses apparences et, offrant de l'informer des bruits que l'on publie sur elle, joue sa part dans le jeu d'illusions et d'apparences qu'a cree la societe. Elle presente Arsinoe comme une fausse devote et une fausse prude, tout en alleguant que c'est la societe qui tient cette opinion et non pas elle. Autrement dit, elle revele aux lecteurs le vrai caractere de son interlocutrice en enumerant ses defauts : « Cette affectation d'un grave exterieur, / Vos discours eternels de sagesse et d'honneur, / Vos mines et vos cris aux ombres d'indecence / Que d'un mot ambigu peut avoir l'innocence » (III, 4, 927-930). Ainsi, Celimene affirme que les gens, aussi bien qu'elle-meme, sont conscients de l'exterieur que projette Arsinoe. Ceci prouve que Celimene n'est pas aveuglee par la faussete de la societe. Par contre, le cote negatif de son independance c'est qu'elle est reprouvee par les autres, par la societe. Son comportement est mal vu. Dans un passage de L 'Eloge de la Folie, Erasme2 offre une opinion qui clarifie cette reaction de la societe : « si par hasard », dit-il, « une femme veut passer pour sage, tout le resultat c'est qu'elle devient deux fois plus folie » (Erasme 24). II est vrai qu'Erasme attribue la folie aux femmes. Elles sont celles qui deviennent folles parce qu'elles cherchent leur independance. Mais dans l'univers molieresque, cette maladie s'etend jusqu'a l'homme, car bien que la folie de Celimene soit le desir d'atteindre 1'independance, celle d'Alceste est d'atteindre la perfection - chose impossible. * Rougemont, dans son analyse de Dom Juan et de Tristan, touche un point qui se veut jusqu'ici conforme a l'analyse d'Alceste et de Celimene. II explique que l'amour n'existe pas selon Dom Juan, mais uniquement le desir. Voila un point de rencontre entre les deux principaux personnages du Misanthrope. Tous deux traitent l'autre comme un objet. Pour Celimene, les hommes ne sont que des divertissements. Pour Alceste, cette derniere n'est que l'objet qui adhere a l'image ideale de la femme parfaite. Selon 2II est a noter que bien qu'Erasme n'a pas vecu au dix-septieme siecle, ses ecrites etaient beaucoup lues. Chapitre 2 Rougemont, meme Tristan a «contracte» ce defaut. « Mais pour Tristan », precise-t-il, « si le dernier obstacle qui nourrit sa passion dans le moi distinct, et si ce moi doit s'abimer dans l'inconscient tout-englobant, i l n'y a plus d'objet, ni de prochain. II n'y a plus que l'amour de l'amour dans un sujet qui, lui aussi, doit s'evanouir» (Rougemont 174-5). Alors, selon lui, ni Dom Juan ni Tristan n'aiment l'autre. Chez le premier, l'amour de l'autre est, en fait, remplace par le desir de celui-ci. Et l'autre, la femme, ne devient qu'un objet. Chez le second, l'amour est tellement glorifie qu'il se transforme en une illusion dans laquelle i l n'y a rien d'autre a aimer que l'idee de l'amour. Par consequent, sa dame ne devient qu'une illusion. Voila le cas d'Alceste. Celimene n'est qu'une illusion qu'il admire et veut aimer et non pas un etre qu'il puisse aimer et accepter comme tel. Enfin, Dom Juan et Tristan ne sont plus vus comme des personnes mais plutot comme des symboles de l'ame. Ils peuvent etre percus comme deux manieres d'aimer, que l'on qualifie encore aujourd'hui de donjuanesque et de tristanien. En effet, dit Rougemont: [d]ans la purete de leur expression mythique, l'extraversion de Dom Juan et 1'introversion de Tristan aneantissent, chacun a sa maniere, la realite du prochain. Dom Juan et Tristan, [...] ne sont en fait que deux manieres d'aimer sans aimer le prochain. N'etant pas des personnes, mais des puissances, ils ne sauraient s'aimer eux-memes, ce qui est la condition de l'amour d'un autre, et done de tout amour reel : car sans prochain, l'amour ne sait plus ou se prendre (175). L'extraversion de Celimene et 1'introversion d'Alceste aneantissent l'amour de l'autre. Ils n'aiment pas leurs prochains mais eux-memes - dans le sens qu'ils aiment leur propre plaisir et bonheur. Bien que l'amour de l'autre prenne son origine dans l'amour de soi, l'amour-propre d'Alceste, par exemple, aneantit l'amour de l'autre completement. Chez Celimene, l'amour de l'autre est refuse car elle ne veut pas se deposseder de son plaisir et de sa liberte. Aussitot que la discussion sur l'amour est introduite, elle veut quitter la scene. « Brisons la ce discours », dit-elle, « Et dans la galerie allons faire deux tours » (II, 4, 732-733). L'ironie, c'est que malgre l'opinion generale que l'amour est associe surtout aux femmes et non pas aux hommes - autrement dit, « [1]'AMOUR est le regne des femmes », explique Rousseau dans la Lettre A Mr. D Alembert - dans le Misanthrope, il ne Test pas car celui-ci presente l'amour d'un point de vue feministe. La Chapitre 2 femme se moque de l'amour et de l'homme, et celui-ci, au debut, semble etre controle par la femme ainsi que par l'amour. Par ailleurs, nous avons vu qu'Alceste a tendance a aimer de facon possessive et dominatrice - de sorte que l'amour se transforme en desir de posseder : « II faut qu'elle consente au dessein qui m'amene », dit-il a Philinte (V, 1, 1578). En desirant avec insistance, il veut que Celimene lui appartienne et exige que celle-ci cesse d'etre coquette car la persistance d'un tel comportement le contrarie. « [M]ais votre humeur, madame », dit-il dans le deuxieme acte, « Ouvre au premier venu trop d'acces dans votre ame ; / Vous avez trop d'amants, qu'on voit vous obseder, / Et mon cceur de cela ne peut s'accommoder » (II, 1, 458-460). Melancolique et excessif, i l devient de plus en plus trouble. II est clair que le monde ideal qu'il veut fonder et la femme ideale qu'il desire marier ne s'accordent pas avec la realite3 dans laquelle il vit. Ceci le mene ainsi a preferer le desert, refusant de s'adapter aux regies sociales. Sa demande de posseder Celimene marque son alienation en assurant en meme temps son echec. En fait, i l est important de noter que son integrite et son honneur sont clairement exhibes dans le premier acte de la piece, qui est consacre a 1'introduction des contraintes de la societe. Dans cet acte, Alceste, en compagnie de Philinte, converse au sujet des conventions et des contraintes sociales. Le premier exprime alors son mecontentement envers une societe qu'il considere fausse. Par contre, nous remarquons que son discours frise l'hypocrisie, puisqu'en imposant sur Celimene et le monde ses propres desirs, ce personnage est tout aussi tyrannique que la societe. Mais cet aspect de son caractere n'est pas percu puisqu'en se «demasquant» au tout debut de la piece, Alceste donne l'impression de ne pas porter de masque et, dans ses propos, fait allusion a l'honnetete. Ce fait cree meme une illusion pour l'autre, le lecteur par exemple, qui croit connaitre Alceste d'apres ses declarations et ses opinions etablies dans le premier acte. Des le debut, cet homme insiste pour vivre dans un monde ou les gens sont honnetes : « Je veux », affirme-t-il, « qu'on soit sincere, et qu'en homme d'honneur / On ne lache aucun mot qui ne parte du cceur » (I, 1, 35-36). On decouvre aussi, dans cette citation, la premisse d'une passion ou d'un amour tournes vers la creation d'un monde 3 Comme nous l'avons vu dans le premier chapitre, ideal se refere a la perfection que cherche Alceste chez l'autre. Chapitre 2 meilleur. « Quel avantage a-t-on », dit-il a Philinte, « qu'un homme vous caresse, / Vous jure amitie, foi, zele, estime, tendresse, / Et vous fasse de vous un eloge eclatant, / Lorsqu'au premier faquin i l court en faire autant ? » (I, 1, 49-52). Ici, Alceste presage la fin de la piece puisque c'est bien ce que fait Celimene. II croit qu'elle lui jure son amitie, en lui faisant des eloges eclatants, mais des qu'un autre homme se presente, elle tourne son attention vers ce nouvel «objet» et lui fait des eloges eclatants, meconnaissant le premier ou l'ancien «objet». En soulignant cet aspect negatif du caractere de Celimene, Alceste se fait passer pour la victime de celle-ci. Nous acceptons cette donnee comme telle parce que nous nous fions a ce qu'il nous revele au debut et nous le jugeons honnete. Cependant, ses nombreuses assertions suggerent qu'il n'est pas vraiment ce qu'il parait etre. Le devoilement signale aussi sa resistance a s'installer dans les conventions sociales des apparences et de la faussete. Et ceci, des le commencement, annonce sa malediction, en revelant qu'Alceste n'est pas recuperable selon les normes de la societe. C'est-a-dire que s'il maintient ses idees d'un monde ideal, i l sera toujours aliene face a une societe qu'il considere imparfaite. Dans cette societe qu'Alceste desire ameliorer se trouve Celimene. Selon lui, elle represente la societe. II l'identifie a cette derniere parce qu'elle n'est pas honnete. Elle n'est pas sincere ; elle n'a pas d'honneur et ses paroles ne viennent pas du cceur. Par exemple, elle l'assure qu'elle l'aime mais il trouve une lettre d'amour qu'elle a ecrite a un autre homme. II cherche l'honnetete et la vertu chez l'autre - voila la raison pour laquelle il veut changer Celimene. « Je veux que l'on soit homme », lance-t-il, « et qu'en toute rencontre / Le fond de notre cceur dans nos discours se montre ; / Que ce soit lui qui parle, et que nos sentiments / Ne se masquent jamais sous de vains compliments » (I, 1, 69-72). II se refere ici a Celimene, en disant que la realite se manifeste a travers ses doutes ; et elle est envahie par l'aveuglement et l'illusion. Les vaines flatteries qu'elle recoit des hommes qui lui font la cour attirent son attention et, d'apres Alceste, Celimene se cache derriere ces compliments, ne faisant pas parler ses vrais sentiments. Par consequent, sa mefiance envers elle et ses souhaits le forcent a lui demander, a plusieurs reprises, ses envies : «je veux, madame, / Ou pour eux, ou pour moi, faire expliquer votre ame » (II, 4, 563-564). Plus tard dans la piece, il repete sa demande : « Je veux voir Chapitre 2 jusqu'au bout quel sera votre cceur » (IV, 3, 1419). Ainsi, avec chaque demande, i l se moque indirectement de la flatterie et des coquettes. Autrement dit, nous pouvons facilement deduire que ce mode de vie, qu'adopte Celimene, entraine une absence d'amour ou une incapacite d'aimer l'autre qu'Alceste n'accepte pas. Or, en se moquant de la flatterie, i l fait de meme avec Celimene puisque les sentiments de cette derniere changent chaque fois qu'un homme la flatte. Par exemple, lorsqu'il s'adresse a elle avec tendresse et lui proclame son amour, elle l'aime. Mais finalement, elle ne cede pas aux vains compliments des autres soupirants, ni aux declarations d'amour d'Alceste. Ceci souligne, une fois de plus, son intelligence parce qu'elle sait que les flatteries ne lui sont offertes que pour la posseder. Elle sait qu'une fois qu'elle les accepte et se donne a un seul homme, elles cesseront. Alors, Celimene maintient son controle, preferant son jeu d'amour avec ses amants. En somme, elle est consciente que les compliments qu'elle recoit sont illusoires et superficiels car la faussete des gens et de la societe lui apparait avec clarte. Ce dernier point renvoie a une autre explication dans 1'analyse du caractere de Celimene. Etant au courant de la faussete des gens, de ses amis et de la societe en general, qu'est-ce qui l'empeche d'etre consciente du veritable caractere d'Alceste ? II est done possible qu'elle percoive bien 1'amour-propre de ce dernier et le fait qu'il ne l'aime pas vraiment. Elle traiterait ainsi son amour comme un jeu parce qu'elle est consciente de la superficiality de celui-ci. En assurant Alceste qu'elle l'aime, elle se joue de lui parce qu'elle sait qu'il a des doutes. Par exemple, dans le deuxieme acte, elle lui dit qu'elle l'aime et lorsqu'il doute, elle lui repond : « [j]e pense qu'ayant pris le soin de vous le dire, / Un aveu de la sorte a de quoi vous suffire » (II, 1, 505-506). Alors elle se moque de lui. Plus tard, comme nous l'avons illustre dans le premier chapitre, elle lui dit que «rien ne saurait plus [le] tromper que [lui]-meme » (II, 1, 512). Cette citation est importante parce qu'elle revele la signification cachee de la parole de Celimene. Elle reaffirme que cette derniere est consciente qu'Alceste est aveugle et qu'il ne voit pas son propre orgueil. Alors elle ne s'inquiete pas de la possibility de le blesser avec son comportement, convaincu de pouvoir continuer ses relations avec les autres tout en assurant Alceste qu'elle l'aime. Chapitre 2 Mais a la fin Alceste, ne voulant pas temoigner de telles fausset.es, cede a son echec. II prefere « fuir dans un desert l'approche des humains », comme il le declare d'ailleurs au debut de la piece (I, 1, 144). Philinte, a son tour, l'avise que le monde qu'il souhaite creer ne changera pas dans ce qu'il est. « Tout marche par cabale et par pur interet » (V, 1, 1556), lui dit-il. Puis, i l ajoute : Ce n'est plus que la ruse aujourd'hui qui l'emporte, Et les hommes devraient etre faits d'autre sorte ; Mais est-ce une raison que leur peu d'equite Pour vouloir se tirer de leur societe ? Tous ces defauts humains nous donnent, dans la vie, Des moyens d'exercer notre philosophic ; C'est le plus bel emploi que trouve la vertu ; Et, si de probite tout etait revetu, Si tous les coeurs etaient francs, justes et dociles, La plupart des vertus nous seraient inutiles (V, 1, 1557-1566). Or, le deguisement est necessaire afin de distinguer les gens veritablement vertueux des autres. Si la vertu etait partagee par tous, elle ne serait plus l'ideal que nous aspirons atteindre. II l'avertit aussi que s'il n'abandonne pas son souhait de changer le monde, i l s'alienera de la societe, car un tel vceu, dit-il, s'approche d'une maladie qui le rend ridicule. Par exemple, comme nous l'avons deja vu dans le premier chapitre, il lui explique que « cette maladie, / Partout ou [il va], donne la comedie, / Et qu'un si grand courroux contre les moeurs du temps / [Le] tourne en ridicule aupres de bien des gens » (I, 1, 105-108). Cette maladie est une folie qui, chez Alceste, prend son origine dans l'amour. Autrement dit, ses opinions et ses souhaits sont associes a la folie car ceux-ci sont hors de la norme sociale. Cette norme est un melange de realite et d'illusion. D'une part, Alceste n'appartient pas a celle-ci parce qu'il ne veut pas etre associe avec des gens superficiels. D'autre part, lui aussi fait partie de cette norme puisqu'il n'est pas tout a fait honnete. Par contre, ce manque de vertu lui echappe puisqu'il n'est pas conscient de son amour-propre ni de son orgueil, mais les autres parviennent, chez lui, a les distinguer. Voila pourquoi i l est ego'iste. « Mon amour ne peut se concevoir », dit-il a Celimene, « Personne n'a [...] aime comme je fais » (II, 1, 523-524). Est-ce que cet egoisme se rapproche de celui de Dom Juan ? C h a p i t r e 2 Dans une critique notable de Dom Juan, Otto Rank ecrit que les interpretations de celui-ci denotent qu'il y a plusieurs forces qui, potentiellement, peuvent influencer le comportement de ce personnage. II y a la puissance cosmique, c'est-a-dire le grand desir pour l'ideal, puis la pure substance sensuelle, ou encore, l'idee que Dom Juan est un «narcisse ennuye» et incapable d'etablir des relations avec les autres, ou bien, simplement, qu'il est completement indifferent a son comportement (Rank 18). Quelle que soit la raison qui le pousse vers un comportement immoral, lorsqu'il est question de Dom Juan, le mot defmissant son comportement est libertinage4. Ce terme se refere d'ailleurs a une personne qui a une conduite et des principes tres libres, et qui s'adonne sans reserve aux plaisirs de la chair. C'est quelqu'un qui refuse les contraintes et les ordres, qui manifeste un grand esprit d'independance et fait preuve de non-conformisme. Mousnier, a son tour, definit le libertin comme un homme qui tend a « suivre la nature, [a] chercher la volupte », un libertin dont le caractere est facilement « interprets chez beaucoup par la sensibilite baroque en dechainement des instincts, en passion d'une liberte sans controle, en rejet de toutes les bornes» (Mousnier 224). La base du libertinage est liee a la nature et au desir d'agir simultanement avec les sens. Le libertin suit ses desirs et ses sens (Sandier 25). Alors, Dom Juan est plutot lie a la pensee baroque et a tout ce qui est entremele avec l'idee de la nature et de 1'instinct animal. Or, l'amour que l'on retrouve chez celui-ci est d'abord baroque, c'est-a-dire contradictoire - parfois fou, parfois deguise - en desordre, mais jamais pur et raisonnable. C'est un amour utilitaire. Le plaisir est l'element le plus important. Jusqu'ici, les caracteristiques pretees a Dom Juan revelent quelques paralleles entre ce personnage et Alceste. Tous deux refusent les contraintes sociales. Non- conformistes, ils preferent etablir leurs propres normes. L'idee d'un narcisse ennuye et incapable d'etablir des relations est aussi applicable a Alceste. La sensualite du premier, par contre, est a l'oppose de l'amour desespere du second. La quete de l'amour charnel chez Dom Juan est remplacee par celle d'un amour moral chez Alceste. Par ailleurs, il existe un autre rapprochement qui est tres bien explique par Julia Kristeva. Dans son analyse, cette derniere parle de l'amour cartesien. Elle reformule le proverbe cartesien, 4 Le Petit Robert de f in i t le l i b e r t i n c o m m e u n i n d i v i d u q u i « ne sui t pas les l o i s de l a r e l i g i o n , so i t p o u r l a c r o y a n c e , soi t p o u r l a p ra t ique . [...] Q u i s ' adonne sans retenue a u x p l a i s i r s cha rne l s , avec u n ce r t a in r a f f i n e m e n t » . Chapitre 2 cogito ergo sum, en expliquant comment ceci peut etre utile dans l'analyse de l'amour. « Je suis en tant qu'aime, done j'aime pour etre » est la nouvelle expression creee par Kristeva (Kristeva 167-8). L'idee c'est que nous aimons et voulons etre aimes parce que ceci marque notre existence. C'est bien le cas chez Alceste qui veut aimer et etre aime pour exister. II y a deux aspects de sa vie qui lui sont importants : la femme ideale et l'univers qu'il reve atteindre. Mais comme Dom Juan, Alceste cherche l'ideal sans jamais l'atteindre. Par ailleurs, « [l]e paradoxe de Dom Juan est [...] de ne pas etre humaniste. Sa polytopie, son plaisir combinatoire, son manque d'attachement, son rire avec et contre l'interdit, font de lui cet etre sans interiorite avec lequel la morale humaniste ne peut s'identifier » (Kristeva 192). Tandis que chez Alceste, la morale humaniste est apparente. II veut changer le monde, l'ameliorer. Cherchant l'ideal absolu, i l pense l'avoir trouve en Celimene, et selon lui, avec quelques modifications, elle sera la partenaire parfaite. Mais l'amour n'est pas son seul objet. Avant tout, il veut sauver l'humanite, surtout lui-meme, d'un monde corrompu. Contrairement a celui-ci, Dom Juan est un homme qui n'a aucune autre authenticity que son libertinage et sa predisposition au changement, son inconstance, son habilete a se mettre des masques pour aucune autre raison que l'amusement, le jeu (194). En fait, dans le passage suivant, nous pouvons constater l'attitude de Dom Juan envers l'amour. Lorsque son valet, Sganarelle, reprouve son comportement au debut de la piece, Dom Juan s'ecrie : Quoi ! tu veux qu'on se lie a demeurer au premier objet qui nous prend, qu'on renonce au monde pour lui, et qu'on n'ait plus d'yeux pour personne ? La belle chose de vouloir se piquer d'un faux honneur d'etre fidele, de s'ensevelir pour toujours dans une passion, et d'etre mort des sa jeunesse a toutes les autres beautes qui nous peuvent frapper les yeux ! Non, non : la Constance n'est bonne que pour des ridicules [...] Pour moi, la beaute me ravit partout ou je la trouve, et je cede facilement a cette douce violence dont elle nous entraine. J'ai beau etre engage, l'amour que j ' a i pour une belle n'engage point mon ame a faire injustice aux autres [...] Quoi qu'il en soit, je ne puis refuser mon cceur a tout ce que je vois d'aimable ; et des qu'un beau visage me le demande, si j 'en avais dix mille, je les donnerais tous. Les inclinations naissantes, apres tout, ont des charmes inexplicables, et tout le plaisir de l'amour est dans le changement. [...] Enfm il n'est rien de si doux que de triompher de Chapitre 2 la resistance d'une belle personne, et j ' a i sur ce sujet l'ambition des conquerants, qui volent perpetuellement de victoire en victoire [...] : je me sens un cceur a aimer toute la terre ; et comme Alexandre, je souhaiterais qu'il y eut d'autres mondes, pour y pouvoir etendre mes conquetes amoureuses (I, 2, 39-78). A la lumiere de cette citation, il est evident que l'amour, tel qu'il est defini dans le dictionnaire, n'existe pas chez Dom Juan. En fait, l'amour donjuanesque se definit, au contraire, comme etant la conquete, le plaisir et le desir ultime. Ce libertin est le « heros [qui] ne se caracterise plus que par la jouissance d'un seducteur qui s'epuise a collectionner les femmes et dresse un catalogue de ses conquetes. Dom Juan ne veut que «jouir du temps terrestre» » (Sandier 10). Pour sa quete de plaisir, i l se revolte contre les lois. II s'en moque, comme le font d'ailleurs Alceste et Celimene. En effet, sur ce plan, son opinion est plus comparable au point de vue de la seconde qu'a celui du premier. Bien que l'egoi'sme et la quete d'ideal d'Alceste ressemblent a ceux de Dom Juan, le caractere de ce dernier ressemble plutot a celui de Celimene et a sa facon d'aimer. Clairement, cette femme est la grande coquette. Mais elle affiche aussi tres bien son independance - en depit du fait qu'elle doit la defendre. Mais malgre les efforts de la societe de la deconsiderer, elle reussit a destabiliser cet ordre social qui dicte que l'homme est le porte-parole. Elle se fait entendre a travers sa coquetterie et met fin a la tradition qui percoit la femme comme un objet. Elle assure sa position dans la societe comme sujet en reussisant a controler son propre avenir, sans renoncer aux demandes ni d'Alceste ni d'autrui. Malgre le souhait et le desir de ce personnage, elle parvient a bouleverser la situation. Elle refuse de renoncer au monde, surtout a l'homme. Ainsi, plutot que de se laisser effacer devant la presence de l'homme, Celimene tente d'exploiter les sentiments de son vis-a-vis et des autres amants. Elle mene son propre proces et sort de celui-ci gagneuse - une divergence de la norme sociale en ce qui concerne le role de la femme. Au sujet de l'amour, Celimene ne le voit pas comme une inclination sentimentale mais plutot comme un moyen d'atteindre son plaisir, ce qui est une autre divergence de la norme5. Possedant l'art de jouer avec ce sentiment, elle prefere les hommes galants pour la detourner de l'ennui. Par consequent, a premiere vue, elle semble etre une femme La femme etait vue comme celle qui etait amoureuse. Chapitre 2 superficielle, a tete legere, qui n'aime que tromper les hommes. Comme Dom Juan, elle est incapable de demeurer avec le premier «objet» de son desir car, pour elle, se lier a un seul homme serait faire injustice aux autres qui lui font la cour. Elle n'a que vingt ans. Elle veut s'amuser avec ses nombreux soupirants. Voici l'impression que nous avons de cette femme au debut de la piece. Elle parait etre mechante et frivole. Cependant, ses qualit.es nuisibles, comme la coquetterie, se raffinent avec son charme, son intelligence et sa maitrise de l'ironie - des qualites qui sont ignorees par la plupart des personnages du Misanthrope. Ils reprouvent Celimene parce qu'elle n'est pas une femme ideale. Par exemple, si l'on compare celle-ci a Iseut, ou bien a Julie, nous pouvons clairement distinguer les differences6. Autrement dit, en comparant ces femmes, nous illustrons ce a quoi ressemble la femme ideale qu'Alceste souhaite marier et dans quel sens Celimene differe de cette image parfaite. Elle n'est pas delicate ni adoucie comme le sont Iseut et Julie. Par exemple, Julie aime avec son ame. L'idee qu'elle ne pourra pas marier Saint-Preux, son amant, la desespere : « nous serons separes a jamais », s'ecrit-elle, « et, pour comble d'horreur, je vais passer dans les... Helas ! j ' a i pti vivre dans les tiens ! O devoir, a quoi sers-tu ? O Providence !... i l faut gemir et se taire » (NH, 3, XII). Elle n'est pas conduite par la raison seule mais aussi par son cceur. La raison l'a poussee a marier un homme autre que son amant mais son cceur fidele 1'invite a preserver son amour pour Saint-Preux et a l'admettre a Wolmar - son mari: « Oui, [...] j ' a i un amant aime ; il est maitre de mon cceur et de ma personne ; la mort seule pourra briser un nceud si doux » (NH, 1, LVIII) 7. Or, dans La Nouvelle Helo'ise, seule « [l]a mort permet a Julie de demasquer ses propres illusions, et la pousse a avouer de ne s'etre jamais «guerie» de son amour pour Saint- Preux » (Pulcini 195). En effet, a la fin, Julie admet que depuis longtemps elle s'est fait 0 Ici, il faut tenir compte du fait que ces deux femmes sont bien differentes, mais le but est de montrer que Celimene ne ressemble pas a l'image de la femme ideale qui prevaut dans le Misanthrope ainsi qu'ailleurs dans le temps. Et Julie represente la femme ideale. 7 Pendant les annees durant lesquelles les deux amants sont separes, Julie et Saint-Preux maintiennent l'illusion ou l'image de leur amour (Grimsley 130). « Je m'imagine que tu tiens mon portrait, et suis si folie que je crois sentir l'impression des caresses que tu lui fais et des baisers que tu lui donnes : ma bouche croit les recevoir, mon tendre cceur croit les gouter. O douces illusions ! 6 chimeres, dernieres ressources des malheureux ! Ah, s'il se peut, tenez-nous lieu de realite ! » (NH, 2, XXIV). Les apparences et les illusions sont done tres vraisemblables, surtout lorsque l'on est desespere. L'illusion est essentielle dans le Misanthrope, chez Alceste, qui maintient l'illusion de la femme ideale et l'amour ideal jusqu'a ce que la realite le force a ouvrir les yeux. Chapitre 2 des illusions. Elle continue sa lettre en s'adressant a son amant: « Cette illusion me fut salutaire ; elle se detruit au moment que je n'en ai plus besoin. Vous m'avez cru guerie, et j ' a i cru l'etre. Rendons grace a celui qui fit durer cette erreur » explique-t-elle (NH, 6, XII). Comme on l'a mentionne dans la note precedente, l'illusion, a laquelle se refere Julie, joue un role important dans le Misanthrope. Surtout chez Alceste, puisque celui-ci s'accroche a son illusion de vivre dans le desert avec la femme ideale. Comme Julie, il est tres probable qu'il ne sera jamais completement gueri de son illusion. Elle ne le quittera pas parce qu'il ignore son existence. II croit honnetement pouvoir fonder un monde vertueux et trouver la femme parfaite dans son desert : « Oui, je veux bien, perfide, oublier vos forfaits », dit-il a Celimene dans le cinquieme acte : J'en saurai dans mon ame excuser tous les traits, Et me les convrirai du nom d'une faiblesse Ou le vice du temps porte votre jeunesse, Pourvu que votre cceur veuille donner les mains Au dessein que je fais de fuir tous les humains, Et que dans mon desert, ou j ' a i fait vceu de vivre, Vous soyez, sans tarder, resolue a me suivre (V, 5, 1758-1764). II est tellement fidele a son illusion qu'il annonce a Celimene qu'il lui pardonnera ses «forfaits» si elle accepte de se refugier dans le desert avec lui. Bien que cette illusion s'evanouisse lorsque Celimene le rejette a la toute fin de la piece, il maintient quand meme son illusion du monde parfait. Julie, de la meme facon, ne se rend compte de sa dependance par rapport a son illusion que lors de sa mort. Dans sa derniere lettre, que nous venons de voir, elle explique que son illusion se detruit au moment ou elle n'en a plus besoin. Serait-ce le cas d'Alceste ? La conclusion de Moliere n'est pas definitive, mais il semble qu'il chasse Alceste hors du cercle social sans une guerison complete de son aveuglement. II nous semble que, tout comme Julie, seule la mort le guerira de son illusion. II est vrai que dans sa derniere lettre, Julie admet que seule la mort peut la separer de Saint-Preux. Meme la, son ame lui sera devouee pour l'eternite. Par exemple, elle ecrit: « [v]ous ne perdez de Julie que ce que vous en avez perdu depuis longtems. Tout ce qu'elle eut de meilleur vous reste » (NH, 6, XII). Ses paroles, ses affirmations de son amour pour Saint-Preux, sont douces et sinceres. Tandis que Celimene, comme on l'a Chapitre 2 deja mentionne, ne possede ni la douceur ni la patience de Julie. Par exemple, quand Alceste lui demande de lui expliquer ses vrais sentiments, elle lui repond : « [v]ous perdez le sens» (II, 4, 563). Sa devotion a un seul homme n'est pas bien impressionnante. Celimene n'est done pas malleable et accommodante. Par consequent, et jusqu'a un certain point, elle est alienee parce que son comportement n'est pas accepte par les autres. Consciente cependant de sa propre alienation, elle veut la combattre et plaire a tout prix. Par exemple, lorsqu'Alceste questionne son amour, elle se precipite pour le defendre. Mais son independance, son besoin de se plaire a elle-meme ainsi que sa certitude de la jouissance et du plaisir, l'empechent de desavouer sa tendance a chercher l'amour ailleurs. Bien sur, ceci ne s'accorde pas avec les exigences d'Alceste ni avec celles de la societe. Alors, sa liberte, estimee et meritee, est utilisee comme une arme contre une societe rigide et traditionnelle. Par ailleurs, bien qu'elle fasse partie d'un monde debordant d'illusions et d'apparences, elle n'est pas une femme superficielle. Le paraitre ou les apparences chez Celimene, s'ils existent, s'approchent plus de la realite parce qu'elle n'est pas illusionnee par son entourage. Par consequent, ses pensees et son comportement ne sont pas troubles, car elle est consciente de son influence et ne cache pas ses motivations. De plus, si des illusions existent chez Celimene, la faute se trouve dans la societe qui n'accorde pas a la femme la liberte de gouter aux plaisirs de la galanterie, aux delices des conversations honnetes et a l'expression de l'individualite. Ainsi, a un certain niveau, sa coquetterie parait etre une defense contre les contraintes sociales. Le fait qu'elle reussisse a rivaliser avec les hommes dans ces aventures amoureuses lui permet de se venger des attentes de la societe. Ce dernier point invite la presupposition qu'il existe un autre aspect du caractere de Celimene - une vraie Celimene. Ceci sera illustre dans le chapitre suivant. Mais pour 1'instant, montrons que l'amour de ce personnage est un signe de son caractere qui semble eprouver des ressentiments et de la froideur a l'endroit de la societe, ou devenir inconstant et variable, tout comme Test Dom Juan. * * Chapitre 2 Jusqu'ici, il n'est pas encore possible d'associer l'amour de Celimene et celui d'Alceste a un nom comme, par exemple, l'amour courtois ou romantique. Celui que l'on retrouve dans le Misanthrope est plutot, comme nous l'avons mentionne, ironique ou meme satirique. Moliere se moque de l'amour conventionnel en representant ce dernier comme etant maladroit et n'ayant pas encore atteint un ideal. L'amant, chez Moliere, n'est pas devoue a sa dame. II ne se soumet pas aux demandes de celle-ci. II ne l'assiste pas humblement du mieux qu'il pourrait. L'amour qui se trouve dans le Misanthrope n'est pas comme celui de Tristan et Iseut, unissant l'ame des amants, les aidant a atteindre l'ideal et a surmonter les obstacles. II n'est pas non plus romantique. Les sentiments de l'un envers l'autre ne jouent pas un grand role dans la vie d'Alceste et de Celimene , comme c'est le cas dans l'amour courtois et romantique. * Dans les sections suivantes, nous allons nous referer a quelques aspects de l'amour courtois et romantique. Nous remarquerons qu'il existe des comparaisons entre ceux-ci et celui que l'on retrouve dans le Misanthrope. Du moins, nous pouvons nous referer a ces deux premieres formes pour illustrer et enfin expliquer l'amour de l'autre chez nos deux personnages. Par contre, avant de commencer notre analyse, resumons la philosophic de l'amour courtois et romantique. Comme le premier, le deuxieme laisse presumer que l'amour de l'autre correspond au desir d'union d'un etre a un autre (Singer 288)9. Ce sentiment envers l'autre est represente par un amour pur et reciproque : « [t]o love for the sake of love, to love in order to have the inherent goodness of love itself, to seek and to aspire but without a unique or determinate object in mind, is well expressed by the idea of pursuing an unknown » (292). Cette citation introduit la theorie alternative de l'amour romantique, qui est en effet une idee ancienne. Celle-ci laisse entrevoir 8 Leur preoccupation correspond plutot au desir de recevoir l'amour de l'autre. Ce n'est pas leur propre sentiment qui les tourmente. 9 Singer admet que le concept de l'amour courtois ne peut pas etre defini par de termes fixes, des attributs invariables ou des conditions necessaires ou suffisantes, car ce fait impliquerait que l'amour, dit courtois, devrait necessairement satisfaire toutes les conditions et vice versa. II serait plus raisonnable de chercher un groupe d'idees qui ne s'impliquent pas dans tous les cas mais fonctionnent souvent d'une maniere particulierement reconnaissable a l'epoque dont il est question (Singer 22). Cette idee s'applique bien a l'analyse de l'amour dans le Misanthrope car il n'existe pas de termes fixes ni de conditions auxquels l'amour doit satisfaire. Par contre, il existe des elements qui, pris individuellement, expliquent ou illustrent l'amour d'Alceste et de Celimene. Chapitre 2 l'amour comme etant aveugle et ne voyant pas l'objet de son desir10. Rougemont introduit aussi des conditions ou des elements qu'il associe a celui-ci. II intitule ces elements les quatre couleurs de l'amour - l'element physique, la vision intuitive, 1'emotion et le divin. Ce sont quatre formes principales d'amour se referant aux differentes phases de celui-ci. Dans les paragraphes qui suivent, nous analyserons l'amour d'Alceste et de Celimene en tenant compte des caracteristiques mentionnees par Rougemont et Singer. Premierement, l'amour physique ou sexuel n'est pas en lui-meme idealise dans le Misanthrope. Selon Platon, cette inclination est non seulement le meilleur des ideals mais il est aussi indispensable dans la conception de la nature de la realite (23). En plus, la piece de Moliere se joue de la realite en illustrant les apparences et la faussete des gens. Par consequent, la tendresse et la passion ne sont pas bien representees. L'amour physique, le plaisir sexuel et l'instinct animal ne dominent pas l'amour d'Alceste et Celimene puisqu'il n'existe aucune preuve d'un tel sentiment. Bien sur, chez cette derniere, il se trouve des allusions a la sexualite et a l'amour sexuel dans ses nombreuses liaisons avec les hommes. Ceci n'est pas mentionne de facon explicite, mais le dialogue qui l'oppose a Arsinoe au sujet de la pruderie, dans le troisieme acte, fait aussi allusion a sa promiscuite. C'est-a-dire que Celimene, a travers les reproches qu'elle adresse a sa vis-a-vis, defend son propre comportement qui se trouve du cote oppose de cette derniere. Une fois de plus, le jeu de l'etre et du paraitre est bien illustre par Moliere. Celimene, sans avoir a admettre directement sa coquetterie et sa promiscuite, poursuit son attaque contre la pruderie et fait allusion au caractere physique de son amour. Par ailleurs, dans le premier acte, Philinte declare a Alceste que Celimene, au plan de l'amour physique, n'est pas aussi innocente qu'il l'aurait cru et qu'il devrait changer ou d'avis, ou de dame : « La sincere Eliante a du penchant pour vous », annonce-t-il, « La prude Arsinoe vous voit d'un ceil fort doux : / Cependant a leurs vceux votre ame se refuse, / Tandis qu'en ses liens Celimene l'amuse / De qui l'humeur coquette et l'esprit medisant / Semblent si fort donner dans les mceurs d'a present» (I, 1, 215-220). Ce 1 0 Cette idee de l'inconnu est reprouvee, entre autres, par Rougemont, qui maintient l'idee que la quete de l'amour est pour un objet connu et cet objet connu renferme la perfection qui attire l'amour vers lui (Singer 295). Selon Rougemont l'amour cherche un objet connu et selon Singer l'amour cherche un objet inconnu. Chapitre 2 passage illustre bien la difference et meme l'opposition entre Celimene et les autres femmes, ainsi que ses activites avec les hommes, et de la, i l peut etre deduit que la sexualite et l'aspect physique sont presents dans l'amour de ce personnage. Deuxiemement, l'impulsion libidineuse n'est pas presente chez Alceste et Celimene. En fait, la vision intuitive - l'instinct - ne s'applique pas a ce couple. Rougemont explique que cet instinct est un acte de l'esprit. « Le desir du regard intuitif est appel », dit-il « done attente agissante d'une reponse, et, par suite, de l'echange qui est Taction de l'amour » (Rougemont 272). C'est a ce niveau que se forment l'amour de soi et celui de l'autre. Afin d'atteindre l'amour ideal, il faut arriver a un equilibre entre l'amour de soi et l'amour de l'autre (273). Dans le Misanthrope, l'instinct, sexuel ou non, n'est pas tres fort et Tharmonie entre l'amour de soi et l'amour de l'autre n'est pas equilibree. L'instinct d'Alceste, par exemple, ne fonctionne que pour lui-meme, tout en etant caracterise par le desir de changer l'autre ou d'objet, afin que celui-ci lui plaise. L'inclination de Celimene n'est pas de s'harmoniser avec l'autre non plus, mais plutot de s'en servir pour ses propres plaisirs. Des lors, l'instinct, aussi bien chez Alceste que chez Celimene, est domine par l'amour de soi au lieu d'etre devoue a plaire a l'autre. Troisiemement, l'amour dans le Misanthrope n'anoblit pas Tamant et sa bien- aimee. C'est-a-dire que Tunion entre les deux amants n'est pas idealisee car afin d'accomplir cette tache, la presence de l'amour de l'autre est necessaire. Chez nos deux personnages molieresques, i l existe un desordre en raison du manque d'amour et non pas a cause d'un amour brise ou blesse a ce niveau. L'autre possibilite serait que meme si l'amour a ete couronne de succes, i l est probable que plus tard, les amants souffrent d'une maladie, comme la folie, qui est causee par l'amour - ou bien le «mal d'amour». Mais, une fois de plus, ce n'est pas le cas dans le Misanthrope. Chez Alceste, la maladie d'amour ce sont son aveuglement et son amour- propre. Son amour et celui de Celimene ne leur conferent pas un titre de noblesse, car ils ne sont pas devoues a cherir de meme qu'a se defendre. L'emotion ou Eros n'arrivent pas a etre developpes dans cette piece. L'amour pur n'est done pas present dans cette piece de theatre. Singer explique que cette forme d'amour pur entrame de plus grands risques d'erreur, dans le sens ou l'objet aime peut etre indigne de l'amour. La cause principale Chapitre 2 d'erreur, c'est 1'aveuglement de l'amour qui ne peut pas choisir l'objet parfait - peu importe si l'amour ou l'objet est justifie. A ce niveau, si la personne s'est trompee, si l'objet aime a ete mal estime, « 1'emotion trouve en elle-meme [...] sa preuve et son accomplissement » (Rougemont 274). Elle se guide elle-meme, sans le besoin de produire une justification pour ses actes. Elle trouve en elle-meme tout ce qui est necessaire pour guider l'amour vers l'autre". Bref, l'emotion se qualifie par tout ce qui est bon et sublime. Elle est l'union, l'aspiration et le desir de l'amour guidant la personne amoureuse au paradis. Cette derniere arrive ainsi a eprouver toutes les emotions avec la personne aimee. Dans le Misanthrope, il est evident que cette forme d'amour ne s'applique ni a Alceste ni a Celimene. II n'existe pas encore chez ces deux amants un signe d'emotion brulant et eternel. N i l'un ni l'autre ne reconfortent leur prochain. Au contraire, leur amour est destructif dans le sens qu'il ne les satisfait pas, mais les blesse. Bien qu'il soit assure que l'objet d'amour n'est pas necessairement aime et que la justification de ceci et de l'amour n'est pas necessaire, cette derniere est pourtant indispensable parce que ces deux personnages ne sont pas convaincus de l'amour de l'autre. Par exemple, il est evident que Celimene n'est pas satisfaite de l'amour de son vis-a-vis, lorsqu'elle lui dit: « Non, vous ne m'aimez point comme il faut que l'on aime » (IV, 3, 1421). Alceste, a son tour, doute des sentiments de son interlocutrice, bien qu'elle lui assure son amour. II lui demande alors : « Et quel lieu de le croire a mon cceur enflamme ? » (II, 1, 504). Bref, ils ne s'anoblissent aucunement parce qu'ils ne s'aiment pas. Par exemple, Celimene n'est pas prete a renoncer a ses amants pour Alceste et celui-ci est incapable de renoncer a ses attentes, de se contenter de Celimene et de ses imperfections. Par ailleurs, l'amour qui se trouve dans le Misanthrope ne se rapporte ni a la politesse ni a la cour, et il n'est pas necessairement lie au mariage12. Chez Celimene, " En fait, Rougemont affirme que « Eros is complete Desire, luminous Aspiration, the primitive religious soaring carried to its loftiest pitch, to the extreme exigency of purity which is also the extreme exigency of Unity »(Rougemont 61). 1 2 Cette idee est bien developpee dans La Nouvelle Helo'ise de Rousseau. Julie annonce a Saint-Preux qu'un mariage ne devrait pas etre base sur l'amour. Lorsque l'illusion de l'amour disparait, les amants se voient comme ils sont en realite et ne trouvant pas dans la realite ce qu'ils desirent ardemment dans l'illusion, ils commencent a se hair (140): « O que les illusions de l'amour sont aimables ! Ses flateries sont en un sens des verites: le jugement se tait, mais le cceur parle. L'amant qui loue en nous des perfections que nous n'avons pas, les voit en effet telles qu'il les represente ; il ne ment point en disant des mensonges; il flate Chapitre 2 l'amour est clairement irreconciliable avec le mariage. Une hypothese possible est qu'elle a ete blessee par la societe en se mariant a un jeune age. Elle s'est mariee afin de satisfaire les attentes sociales et, par consequent, son mariage a souffert d'une absence d'amour et de jouissance. Par contre, selon la tradition courtoise13 qui est en vigueur a 1'epoque ou le Misanthrope fut ecrit, l'amour ne fait pas partie du mariage car il est reserve aux amants. Neanmoins, prise dans un mariage ou l'amour n'existe pas, Celimene est envahie par le pessimisme. N'ayant pas joui de l'amour d'un mari, elle reclame desormais cette jouissance de ses amants. Comme une forme de revanche, Celimene se moque de la societe et des hommes qui l'ont forcee a se marier jeune, sans le privilege de l'amour et du choix. Or, ayant deja ete mariee une fois, elle ne cherche pas a se fixer a un autre homme. Son amour est strictement reserve aux relations extra-conjugales. Chez Alceste, c'est tout a fait le contraire puisque son amour n'existe que pour etre suivi du mariage. En ce sens, i l suit la norme qui dicte que le mariage est necessaire. Finalement, l'amour d'Alceste et de Celimene n'est pas une relation intense ou passionnee qui etablirait une union sacree entre eux. Elle n'est pas divine. Cette relation sacree est expliquee par Aristophane dans le Banquet de Platon, ou il raconte que le mythe de l'amour correspond a la quete de l'autre. II definit la theorie voulant que c'est non seulement cette autre personne qui nous complete, mais que sans elle nous ne pouvons achever le sentiment de totalite, d'union. Le passage suivant resume la relation sacree : Formerly the natural state of man was not what it is now, but quite different. For at first there were three sexes, not two as at present, male and female, but also a third having both together; the name remains with us, but the thing is gone. There was then a male-female sex and a name to match, sharing both male and female, but now nothing is left [...] And why there were three sexes, [...] was because the male was at first born of the sun, and the female of the earth, and the common sex had something of the moon, which combines both male and female; [...] They had terrible strength and force, and great were their ambitions; they attacked the gods [...] After a deal of worry Zeus had a happy thought. [...] T will slice sans s'avilir, et Ton peut au moins l'estimer sans le croire » (NH, 1, XLVI). Done, l'amour n'entraine pas necessairement l'amour et vice versa. 1 3 Ici, il faut souligner le fait bien que l'element courtois n'existe plus dans le dix-septieme siecle, son influence est toujours presente. Chapitre 2 each of them down through the middle! Two improvements at once! They will be weaker, and they will be more useful to us because there will be more of them. [...] So when the original body was cut through, each half wanted the other, and hugged it (189e-191e). Ces etres mutiles par Zeus representent les premiers etres humains. Depuis ce trauma, les deux etres, l'homme et la femme, n'aspirent qu'a retrouver l'autre moitie qui leur manque. C'est bien ce desir d'etre reuni avec l'autre moitie que l'on appelle «amour». Cette hypothese coincide avec la doctrine de Rougemont, car comme Platon, ce dernier parle d'une relation sacree entre l'homme et la femme qu'il appelle I'energie cosmique et qui est atteinte a travers la pensee. Ceci implique « 1'equation plus generate encore qui embrasserait a la fois le phenomene humain, les lois cosmiques, et l'amour createur » (Rougemont 279). C'est la forme extreme de l'amour intuitif- la vue mystique (280). Elle unit toutes les autres formes d'amour : l'amour physique (referant au plaisir sexuel), intellectuel (qui englobe la vision intuitive et l'emotion), et enfin, divin (qui est lie a I'energie cosmique). En somme, l'amour a ce niveau c'est l'union de deux etres, qui s'unissent par une force cosmique. Cependant, cette force n'existe ni chez Alceste ni chez Celimene. Et la raison pour laquelle leur amour n'arrive pas a ce niveau s'explique par le fait qu'il ne contient pas les autres formes dans leur totalite. Autrement dit, l'instinct, l'aspect physique et l'aspect emotionnel n'existent qu'a un niveau initial et n'ont pas assez de structure ni d'intensite pour atteindre l'union inestimable et divine. L'amour, identifie dans le Misanthrope, est done pris a un niveau initial dans tous les aspects qui viennent d'etre mentionnes precedemment. Ce niveau initial, dans lequel Alceste et Celimene sont pris, se refere a la maturite de l'amour. C'est-a-dire que celui-ci est jeune - capricieux et orgueilleux - et controle par l'amour-propre qui le conduit a la ruine, a l'aveuglement. L'amour de l'autre, dans ce couple, n'a pas l'experience necessaire puisqu'il est encore au stade initial dans lequel les amants s'analysent l'un l'autre. Metaphoriquement, leur amour peut etre caracterise comme etant pris dans la phase ou les amants se font la cour. II n'est pas assez developpe. II n'a toujours pas atteint l'adolescence. Ainsi, ni Alceste ni Celimene ne sont prets a s'engager dans une relation mure comme, par exemple, celle de Tristan et d'Iseut, ou de Julie et de Saint-Preux. Chapitre 2 Le Petit Robert definit la maturite comme l'etat « de ce qui a atteint son plein developpement». Dans ce cas, c'est le developpement complet des personnages et de leur amour pour l'autre. Afin d'atteindre cette maturite, i l faut remplir des conditions. Par exemple, il faut d'abord s'aimer soi-meme afin de pouvoir aimer l'autre. Selon plusieurs theoriciens, deja identifies, l'amour de l'autre est precede par celui que l'on eprouve envers soi. « Dans une vue chretienne de l'homme », note Rougemont, « l'amour de soi est le rapport positif entre l'individu et le vrai moi. Le second commandement qui resume toute la Loi et les Prophetes : «Tu aimeras ton prochain comme toi-meme», suppose evidemment un moi duel, au sein duquel l'amour s'instaure d'une maniere telle que s'aimer et aimer le prochain soit un meme acte » (246). L'amour de l'autre prend done son origine en soi, car avant de pouvoir aimer l'autre, la personne doit apprendre a aimer et ceci commence en soi. Elle doit connaitre le veritable «moi», dit Rougemont. « Ce vrai moi seul peut aimer le prochain, parce que seul i l discerne en l'autre le meme amour » (246). En plus, « [lj'amour-passion oriente le moi vers un objet qu'il veut unique, infiniment differencie de tous les autres » (275). Le «moi» choisit son objet desire et le differencie de tous les autres parce que cette personne est unique au «moi» du sujet14. En fait, Rougemont suppose qu'« [ajimer mieux, c'est apprendre a discerner la raison d'etre - d'etre unique - de l'autre aime, comme de soi-meme » (265). Bref, une fois que l'amant connait l'amour en s'aimant lui-meme, son origine et ses effets, il peut aimer l'autre puisque «l 'amour dans sa realite totale, integrant l'animique au spirituel, va toujours de personne a personne » (246). Dans ce cas, i l faut d'abord s'aimer afin de pouvoir aimer l'autre, car le «moi» est toujours l'objet principal a satisfaire. Alors c'est du «moi» a l'autre. Chez Alceste et Celimene, cette premiere phase est reussie puisque chacun est plutot preoccupe par son propre interet que par celui de l'autre. Le «moi» de chacun cherche l'autre parce qu'il veut etre aime. Cela etant dit, precisons aussi que Wallace Fowlie partage 1'opinion de Rougemont en ce qui concerne l'amour et son origine. Son portrait de l'amour philosophique met en valeur, comme le font les autres theoriciens, qu'il faut d'abord 1 4 Cette doctrine, definie anterieurement, contraste avec celle de Singer qui suppose que le «moi» est aveugle et ne peut pas choisir l'objet parfait a aimer. Chapitre 2 s'aimer et se connaitre soi-meme avant de pouvoir aimer l'autre. Son analyse le mene a poser une question qui parait en meme temps trop simple et bien ingenieuse. « Do we love », se demande-t-il. II repond, ensuite, que si nous pouvons aimer, nous devons aussi posseder la capacite et le desir de changer, de se laisser de cote et de se perdre pour une autre personne. Le desir d'aimer contient non seulement tous les autres desirs mais aussi les augmente a un niveau d'intensite divine (Fowlie 18). L'amour divin c'est d'aimer non seulement ce qui est physique ou intellectuel mais aussi ce qui est spirituel. II faut aimer Fame de l'autre. Pour atteindre cet amour, il faut chercher l'objet aime puisque « [l]ove is always search, aspiration, impulse » (26). Ensuite, Fowlie explique que l'amour cherche mais sa quete est aveugle. Ceci ressemble a une impulsion vers un objet qui aspire a la grandeur mais qui n'arrive pas a l'atteindre. C'est la dominance par le desir supreme de l'union. Aimer mieux veut dire savoir pourquoi l'amour existe. En fait, le veritable amour c'est Facte de se perdre dans l'autre (126). A ce niveau, c'est Femotion qui procede de Fame. C'est aussi Facte de se voir dans l'autre, de se voir a travers les yeux de l'autre et vice versa (Rougemont 263). Voila le vrai amour - l'amour mur et mutuel. Chez Alceste, malgre le fait qu'il semble perdu dans son amour, ce n'est pas un amour veritable. En somme, explique Rougemont, « [fjout amour veritable est relation reciproque. Cette derniere s'etablit tout d'abord a Finterieur de chaque personne, entre Findividu, qui est l'objet naturel, et la vocation qu'il recoit, sujet nouveau, - et tel est l'amour de soi- meme. Elle s'etablit ensuite a Finterieur du couple, entre les deux sujets - objets que constituent les deux personnes mariees » (175). Cet amour, qui est raisonnable, consiste a faire des sacrifices pour l'autre. « Personne n'a un plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'il aime » (247). Ensuite, explique-t-il, afin d'aimer l'autre, i l faut Faider a se situer. C'est-a-dire qu'il faut lui montrer comment s'aimer soi-meme, se connaitre, et ensuite l'amour de l'autre suivra. Voici l'element de reciprocity qui definit l'amour mur. A premiere vue, cet element n'est pas apparent chez Alceste et Celimene. Par contre, d'un certain point de vue, le «moi» de celle-ci - son ame ou son inconscient - aime Alceste parce qu'il fait un effort en lui faisant la cour. Ceci plait a Forgueil de cette femme15 parce qu'elle «aime aimer» et elle aime surtout etre aimee. Quant a Alceste, son «moi» desire Celimene parce qu'elle Fattire mais aussi parce qu'elle le distrait. Elle peut 1 5 Cet aspect sera analyse dans le prochain chapitre. Chapitre 2 aussi potentiellement devenir ce qu'il veut chez la femme ideale, comme partenaire ideale. Alors la seule reciprocity qui existe chez les deux c'est qu'ils veulent etre aimes. Par ailleurs, 1'immaturity de leur comportement et de leurs reactions fait tort a celle de leur amour. C'est-a-dire qu'a travers les reactions des personnages, il est clair que l'amour est enfantin. Ce n'est pas seulement que leur amour n'a pas atteint le niveau de maturite, mais c'est qu'au sens litteraire du mot, leur amour parait enfantin. La Rochefoucauld exprime cette idee, en affirmant que : « [l]a jeunesse est une ivresse continuelle : c'est la fievre de la raison » (M 271). Chez Alceste et Celimene, l'amour est brouille par l'ivresse et done la raison ne fonctionne pas proprement - de sorte que cette derniere est dominee par la folie. Done, ces deux personnages poursuivent un amour a moitie developpe. Par exemple, Alceste croit qu'il est puni parce que son amour n'est pas reciproque. II se plaint que « c'est pour [ses] peches [qu'il l'aime] ainsi » (II, 1, 520). Alors, dans les deux sens, la maturite dans l'amour c'est la capacite de vouloir le bien de l'autre plutot que le sien - et dans le Misanthrope, cette capacite n'existe pas. Un autre exemple se trouve dans le quatrieme acte, lorsqu'Alceste decouvre une lettre ecrite par Celimene a un de ses soupirants. II declare alors : « Ah ! tout est ruine, / Je suis, je suis trahi, je suis assassine ! Celimene... / Eut-on pu croire cette nouvelle ? / Celimene me trompe et n'est qu'une infidele » (IV, 2, 1227-1230). Ici, l'exageration d'Alceste est une indication d'immaturite, qui se voit confirmee par le passage suivant, exprime par Celimene : « Vous etes, sans mentir, un grand extravagant », lui dit-elle alors (IV, 3, 1335). Une fois qu'il est blesse, sa reaction instinctive et puerile est de se venger de l'auteur de son malheur. II veut retourner le malheur a l'autre. En effet, ce qui est blesse c'est surtout son orgueil, son amour-propre. Par exemple, une fois qu'il se rend compte qu'il s'est trompe et que Celimene l'a trahi, i l s'ecrie : « Ah ! que ce cceur est double et sait bien l'art de feindre » (IV, 3, 1322). II n'admet aucune faute de sa part mais accuse Celimene, en disant: «Vengez-moi d'une ingrate et perfide parente / Qui trahit lachement une ardeur si constante ; / Vengez-moi de ce trait qui doit vous faire horreur » (IV, 2, 1249-1251). Selon lui, son amour est constant et n'est pas a blamer. C'est Celimene qui a 1'impertinence de le trahir. Enrage, il se retire de la scene. Elle est une Chapitre 2 traitresse qui l'a blesse. Une femme vertueuse n'aurait pas agi d'une telle maniere. En somme, l'immaturite de son comportement et de ses reactions reflete l'amour infantin. Or, dans le Misanthrope, le quatrieme acte est important car il englobe Pimportance et la signification de l'element de maturite dans l'amour. Cet acte illustre qu'une fois que le doute s'est implante dans sa tete quant a la trahison probable de Celimene, Alceste detourne son amour dans l'autre direction, qui est Eliante. Dans la deuxieme scene, i l s'offre alors a elle. Bien que la lettre trouvee n'offre aucune preuve reelle de la duplicite ou de la trahison de Celimene, elle implante pourtant des doutes chez lui. De plus, bien que le charme de cette derniere reussisse de nouveau a le seduire et a lui faire changer d'avis, la quatrieme scene met fin a cette reconciliation provisoire car Alceste est finalement convaincu de la trahison de Celimene. Alors l'immaturite caracterise son amour et lui permet de changer d'avis bien rapidement. Quant a Celimene, son amour est enfantin car elle s'en sert comme un jeu, le but etant d'abord de voir combien de fois elle reussira a tromper les hommes et combien d'hommes elle pourra tromper. De plus, son amour semble etre enfantin lorsqu'elle reprimande Alceste, des qu'il lui reproche ses nombreux amants. Aussitot qu'elle croit que celui-ci ne s'interesse plus a elle, elle 1'accuse de ne pas 1'aimer comme il faut. Quand il l'accuse de trahison, elle le traite de fou. En somme, la forme d'amour que l'on trouve chez ce couple est, dans 1'ensemble, capricieuse. Un autre aspect a examiner, c'est le respect. Afin d'expliquer cet element, nous nous tournons vers les idees de Pascal qui resument l'importance du respect. Celui-ci et l'amour, decrit-il, « doivent etre si bien proportionnes qu'ils se soutiennent sans que ce respect etouffe l'amour » (Pascal 23). Si le respect depasse l'amour, ce dernier sera remplace par l'amitie, tandis que si l'amour depasse le respect, ceci engendrera une relation superficielle demunie d'un amour veritable. En fait, le premier effet de l'amour, explique le philosophe, « c'est d'inspirer un grand respect» (20). Ce respect mutuel permet aux amants d'endurer les sacrifices, les deceptions et les difficultes qu'entraine leur amour. Malheureusement, ce n'est pas le cas chez Alceste et Celimene. Une analyse du comportement et des interactions entre ces deux personnages revele un manque de respect. Par exemple, chez Alceste, l'amour n'est pas devoue a Chapitre 2 l'objet aime mais, au contraire, i l est meprise : « On pousse ma douleur et mes soupcons a bout », dit-il, « On me laisse tout croire, on fait gloire de tout; / Et cependant mon cceur est encore assez lache / Pour ne pouvoir briser la chaine qui l'attache / [...]. Perfide, vous servir de ma faiblesse extreme, / Et menager pour vous l'exces prodigieux / De ce fatal amour ne de vos traitres yeux ! » (IV, 3, 1375-1384). Lorsque Celimene ne retourne pas l'amour auquel Alceste s'attend, il la rejette. II croit son cceur lache et s'estime faible d'avoir aime son interlocutrice. Alors i l ne respecte plus son amour puisque s'il avait du respect pour ce sentiment, i l aurait aime Celimene en depit de son rejet. Mais il ne cherit pas son amour comme le fait Saint-Preux chez Rousseau, par exemple16. Quant a Celimene, son amour demeure intentionnellement evasif et ambigu, meme apres qu'elle a choisi de rompre avec Alceste. L'aimait-elle ? C'est bien la question que tout le monde se pose dans cette piece. En particulier, Philinte se demande si elle l'aime dans le quatrieme acte : « croyez-vous qu'on l'aime, aux choses qu'on peut voir ? » (IV, 1, 1179). II suggere que Celimene ne voit pas vraiment les hommes qui lui font la cour, qui l'aiment ; il laisse entendre qu'elle est superficielle. Eliante, a son tour, , u Par exemple, lorsque Julie lui demande de la laisser, Saint-Preux repond : « Non, source delicieuse de mon etre, je n'aurais plus d'ame que ton ame, je ne serai plus rien qu'une partie de toi-meme, et tu trouveras au fond de mon cceur une si douce existence que tu ne sentiras point ce que la tienne aura perdu de ses charmes. [...] 6 Julie ! [...] Tu ne peux echaper a mon cceur : n'a-t-il pas epouse le tien ? » (NH, 3, XVI). Saint-Preux, dans ce passage, illustre qu'il respecte son amour pour Julie. Malgre le fait qu'elle lui demande de la quitter, il atteste son amour eternel et sans exigences - ce qui contraste avec les reactions d'Alceste. Le rejet et la contestation de son amour chez Alceste sont remplaces par Paffirmation de l'amour chez Saint-Preux. Julie, a son tour, convaincue que son amour pour Saint-Preux ne peut etre comparable a Wolmar, respecte et cherit cet amour. II demeure toujours fidele a Saint-Preux. N'esperez pas pouvoir etre heureux si j'etois deshonoree, ni pouvoir, d'un oeil satisfait contempler mon ignominie et mes larmes. Croyez-moi, mon ami, je connois votre coeur bien mieux que vous ne le connoissez. Un amour si tendre et si vrai doit savoir commander aux desire; vous en avez trop fait pour achever sans vous perdre, et ne pouvez plus combler mon malheur sans faire le votre (NH, 1, XI). Meme si elle ne peut pas demontrer son amour a Saint-Preux, elle maintient toujours le respect et la valeur de cet amour. Par contre, Celimene choisit d'etre infidele. N'ayant pas de respect pour son amour, elle rejette son amour pour Alceste dans le cinquieme acte. Par consequent, l'amour d'Alceste s'annihile. II demande une explication a Celimene une derniere fois et insiste qu'elle choisisse entre lui et sa coquetterie, son souhait etant toujours la renonciation au monde et la retraite finale. Mais Celimene, respectant sa liberte plus que son amour pour l'autre et, par consequent, ayant besoin de maintenir le contact avec la societe et ses amants, le refuse et quitte la scene, laissant Alceste avec Philinte et Eliante. Chapitre 2 repond que « [c]'est un point qu'il n'est pas fort aise de savoir. / Comment pouvoir juger s'il est vrai qu'elle l'aime ? / Son cceur de ce qu'il sent n'est pas bien sur lui-meme ; / II aime quelquefois sans qu'il le sache bien, / Et croit aimer aussi parfois qu'il n'en est rien » (IV, 1, 1180-1184). Selon elle, il est difficile de comprendre Celimene. Son cceur et ses sentiments sont caches et i l semble que parfois elle aime et parfois elle se moque de l'amour. Et parfois, elle n'est pas certaine elle-meme des ses propres sentiments. Certes, l'amour de cette femme est inconstant. Si Celimene respectait l'amour de l'autre, elle n'aurait pas attendu jusqu'a la fin pour rompre avec Alceste. En fait, lorsqu'il est question de son amour, Alceste lui demande ce qui le distingue des autres hommes qui lui font la cour, et elle lui repond : « Le bonheur de savoir que vous etes aime » (II, 1, 503). Devrait-il la croire ? D'apres elle, c'est deja beaucoup de lui avoir avoue qu'elle l'aime : « Je pense qu'ayant pris le soin de vous le dire », annonce-t-elle, « Un aveu de la sorte a de quoi vous souffrir », l'assure Celimene (II, 1, 505-506). Ces repliques entrainent deux implications. La premiere est qu'elle plaisante avec l'amour de son vis-a-vis, en verifiant la qualite de son sentiment, de sa patience et de sa devotion. Elle est consciente que l'amour d'Alceste excede celui de ses autres amants puisque sa perseverance et son ton severe, a chaque declaration et a chaque elocution d'amour, l'assurent de son serieux. Alors, sa curiosite de voir jusqu'ou elle peut le tourmenter l'amene a jouer avec ses sentiments et a prolonger son rejet. La deuxieme implication est qu'elle aime Alceste mais qu'elle n'est pas disposee a renoncer a sa liberte et, par consequent, retarde le refus de celui-ci, geste inevitable. Cette deuxieme implication parait s'appliquer beaucoup mieux a Celimene que la premiere. II faut admettre qu'elle respecte son amour pour Alceste plus qu'elle respecte son amour pour les autres. Comme le chapitre suivant l'illustrera, elle se moque, par exemple, de tous ses amants, sauf d'Alceste. Ensuite, dans le troisieme acte, elle se rit aussi d'Arsinoe. Ainsi, en tenant compte du fait qu'elle se moque de tous, i l est possible de conclure qu'elle aime Alceste relativement plus qu'elle aime n'importe quel autre personnage dans la piece, mais qu'elle aime sa liberte encore plus. En ce qui concerne Alceste, il respecte son amour pour elle seulement parce qu'il l 'a choisie lui-meme. En somme, dans les deux cas, leur respect pour l'autre n'est pas fort. Chapitre 2 Le manque de respect entre Alceste et Celimene entraine l'absence d'un autre element important de l'amour de l'autre - le pardon. Comme nous l'avons vu au debut du chapitre, Alceste ne pardonne pas Celimene pour sa trahison. De plus, tout au long de la piece, il mentionne les aspects qu'il desapprouve chez cette femme : « Vous avez des regards », dit-il, « qui ne sauraient me plaire » (II, 2, 538). Ensuite, vers la fin de la piece, il est clair qu'il ne lui pardonne pas ses imperfections, bien qu'il soit « le premier a les voir, comme a les condamner » (I, 1, 228). Cette declaration demontre qu'Alceste est conscient des imperfections de Celimene. Neanmoins, le fait qu'il est aveugle par son amour 1'empeche de les affronter. II croit, naivement, pouvoir changer Celimene et puisqu'il est convaincu de ce fait, i l estime 1'aimer. II faut done lui oter le bandeau et le laisser voir la realite. Dans un sens, Celimene arrive a le faire puisqu'a la fin, c'est a cause de son refus qu'il percoit la realite. II admet que sa vis-a-vis est une coquette qui ne l'aime pas. * Une question importante a se poser au sujet d'Alceste est si c'est Celimene qui a mis le bandeau et l'a aveugle, ou bien, s'il s'est aveugle lui-meme. II ne parait pas bien probable que ce soit son interlocutrice - bien que ce soit elle qui lui ote le bandeau. Nous pouvons dire avec certitude qu'il s'aveugle lui-meme. Comme nous le verrons dans le chapitre suivant, c'est son amour-propre qui 1'aveugle. Et malgre le fait qu'il moralise ceux qui l'entourent et leur conseille d'etre honnetes, i l cache lui-meme son identite veritable, son amour-propre. Done, vivre dans une societe ou l'etre et le paraitre regnent peut etre frustrant, comme le decouvre Alceste surtout lorsque les gens, comme le cite Hodgson, « are by nature false and deceitful » (Hodgson 92). Comme nous le verrons, il est lui-meme faux. Ce n'est pas Celimene qui est fausse et astucieuse, mais son opposant qui refuse d'abord de reconnaitre les defauts de sa vis-a-vis et, par la suite, de les accepter. Progressivement, le bandeau est leve et ses yeux s'ajustent aux apparences aussi bien qu'aux deceptions de son environnement. Une fois qu'il identifie la trahison de son objet aime, la colere l'envahit. Mais son inquietude, lorsqu'il percoit la verite, est-elle vraie ou n'est-elle qu'une apparence ? Car dans un monde instable et masque, il est difficile de dechiffrer la verite du mensonge. Chapitre 2 La reaction est veritable mais la question importante a considerer c'est si Alceste est chagrine parce qu'il a perdu Celimene ou parce qu'il a echoue et, par consequent, blesse son orgueil. Au debut, en ne voyant pas les vraies intentions de Celimene, Alceste ignore qu'elle ne veut pas se marier. II ne le voit pas parce qu'elle lui assure qu'elle l'aime et il prend cette assurance pour un consentement pour le mariage. Mais en fait, les apparences peuvent nous decevoir, explique Robert E. Wagoner, dans The Meanings of Love. « As lovers », dit-il, « we have to learn to distinguish between what appears to be good and what is really in our self-interest. That is, we learn not be rational » (Wagoner 21). L'ironie, c'est qu'au debut Alceste est au courant des traitres, mais il n'associe pas Celimene a ceux-ci. Est-ce parce qu'il est consomme par l'amour et ne discerne pas la verite ? La refuse-t-il ? Est-ce la folie qui lui permet de voir le masque et non pas le vrai visage de l'objet admire ? Alceste admet que la raison n'est pas facilement accessible au sujet de l'amour, en affirmant: «II est vrai : ma raison me le dit chaque jour ; / Mais la raison n'est pas ce qui regie l'amour » (I, 1, 247-248). La raison lui conseillerait de s'eloigner de Celimene, mais la folie lui assure qu'il peut la changer a son gout. Sa folie l'aveugle. Cependant, peu a peu, avec chaque confrontation, son amour se deteriore et perd son innocence, sa naivete. Enfin, le rejet final le pousse au desespoir et ce dernier le mene a faire sa demande a Eliante : Madame, cent vertus ornent votre beaute, Et je n'ai vu qu'en vous de la sincerite ; De vous, depuis longtemps, je fais un cas extreme ; Mais laissez-moi toujours vous estimer de meme, Et souffrez que mon cceur, dans ses troubles divers, Ne se presente point a l'honneur de vos fers ; Je m'en sens trop indigne et commence a connaitre Que le ciel pour ce nceud ne m'avait point fait naitre ; Que ce serait pour vous un hommage trop bas Que le rebut d'un cceur qui ne vous valait pas (V, 4, 1785-1794). Cette derniere tentative illustre 1'absence d'amour entre Alceste et Celimene. Son amour est veritable au debut, dans le sens qu'il pense vraiment aimer Celimene. Mais suite aux nombreuses trahisons de Celimene, i l perd sa confiance et cherche la solitude, Chapitre 2 renoncant aux femmes et au monde. Ceci survient dans le cinquieme acte. En fait, tout ce qu'Alceste exprime dans le premier acte se realise le dernier. Par ailleurs, sa demande de mariage a Eliante semble aussi sincere que lorsqu'il fait la cour a Celimene, ce qui remet en question 1'innocence de son amour. Ainsi, celui- ci est-il vraiment pur ou Alceste joue-t-il avec l'amour ? II ne faut pas conclure, a priori, que sa demande correspond a une incapacite d'aimer. Son orgueil etant blesse, au lieu d'accepter son erreur et de se pardonner pour avoir aime quelqu'un qui ne retourne pas son affection, il le rejette. Quant a Celimene, elle ne se preoccupe pas d'un tel amour puisque ses objets aimes ne la blessent pas. II serait toutefois important de noter que si elle etait blessee par un amant, il lui serait facile, en fonction de son caractere, de rompre avec l'homme et de poursuivre sa prochaine victime, en vue d'un nouveau divertissement. Le dernier aspect a examiner, c'est l'innocence ou son manque. D'abord, Le Petit Robert accorde l'innocence a tout ce qui « n'est pas souille par le mal », tout ce qui est pur. La simplicity et la vertu qualifient l'objet innocent. C'est un objet naif et sans malice. Par exemple, Celimene n'aime, si l'on veut, que pour etre aimee, que lorsqu'il lui plait d'aimer, lorsqu'il lui est avantageux de le faire. Done, son amour n'est pas innocent parce qu'il n'est ni simple ni naif. Celui-ci preserve des intentions autres que celles qui sont visees par l'innocence et la purete. Son amour desire la flatterie et les louanges de plusieurs hommes. Une des remarques d'Alceste illustre bien ce point: « C'est que tout l'univers est bien recu de vous », dit-il a Celimene (II, 1, 496). II est bien clair qu'il la reprouve parce qu'elle et son amour ne sont ni innocents ni vertueux. Au contraire, elle fait etalage de ses amants. Voila une autre raison pour laquelle Alceste n'admire pas le caractere de Celimene. Cette derniere, par contre, reconnait l'ardeur qu'il a pour elle, qui est «sans seconde» (II, 1, 521). Alors elle l'aime aussi parce qu'il semble l'admirer- ce qui flatte sa vanite. En ce qui concerne l'amour d'Alceste, i l n'est pas malicieux. Au premier abord i l parait simple, innocent et naif. Par exemple, au debut du deuxieme acte, celui-ci annonce a Celimene qu'il est decu de son comportement et pense qu'il devrait rompre avec elle, mais admet aussi qu'il ne sera « pas en pouvoir de le faire » (II, 1, 454). II n'est pas Chapitre 2 conscient que son amour possede une dualite - il l'aime et ne peut pas la laisser mais, en meme temps, lui dit-il, « Vous avez trop d'amants, qu'on voit vous obseder, / Et mon coeur de cela ne peut s'accommoder » (II, 1, 459-460). Ceci demontre que son amour ne veut aimer qu'une femme, qu'il souhaite la posseder et non la partager avec d'autres hommes. II cherche non seulement un amour pur et innocent mais surtout ideal. Par contre, son amour a un but autre que d'admirer Celimene. C'est 1'amour-propre derriere l'amour qui le pousse vers cette femme parce qu'il veut etre admire lui-meme. Mais Alceste n'est pas conscient de ce but. En fait, il condamne les autres de faussete et insiste sur le fait qu'il n'est pas capable de feindre. II affirme ceci au debut de la piece en disant: « c'est qu'ils [les autres] ont l'art de feindre ; et moi, je ne l'ai pas » (I, 2, 422). Cette ignorance lui accorde un certain niveau d'innocence. Mais en meme temps, son amour devient complexe, si l'on considere sa cause ou son origine qui est 1'amour-propre. Alors comme l'amour donjuanesque, l'amour d'Alceste et de Celimene est inconstant et incertain. Contraire a celui de Tristan et Iseut, ou de Saint-Preux et Julie, l'amour de ces deux personnages molieresques n'est caracterise ni renforce par le sacrifice de soi, la passion ou la devotion eternelle. L'amour, dans cette piece, n'est ni courtois ni romantique, mais maladroit et materialiste. * * En resume, cette analyse nous a permis d'illustrer que l'amour d'Alceste et de Celimene n'a pas tres bien evolue du «moi» a l'autre, mais qu'il est handicape, deforme et incomplet. Chez Alceste, l'amour est dangereux, d'abord parce qu'il est illusionne. Son aveuglement expose un amour-propre dominant et enchanteur. Ce personnage, par consequent, se trouve trahi et vaincu. Mais pour lui, ce qui encourage sa vigilance, c'est le doute qu'implante sa vis-a-vis avec sa coquetterie. A plusieurs reprises, comme nous l'avons vu, il lui demande d'expliquer son amour. «[M]adame, il faut choisir» commence-t-il, « Mon amour veut du votre une marque certaine » (V, 2, 1603, 1606). Cependant, des que son choix ne lui plait pas, sa reaction est de renoncer au monde - puisque chacun reagit de facon differente17. L'ironie c'est qu'Alceste est amoureux d'une 1 7 La reaction de Saint-Preux, par exemple, en sachant qu'il ne se mariera jamais avec Julie, est de conserver son amour et de reconforter sa dame : « L'amour ne m'aveugloit point sur vos defauts, mais il me les rendoit chers, et telle etoit son illusion que je vous aurois moins aime si vous aviez ete plus parfait» Chapitre 2 femme qui parait representer tout ce qu'il rejette. Par contre, ce qui est encore plus ironique, c'est qu'en realite, il n'aime pas Celimene parce que son amour n'est qu'une illusion. Mais son aveuglement ne lui permet pas de voir cela. II existe ainsi un desequilibre marque entre l'amour de l'autre et l'amour de soi, de sorte que jusqu'ici, l'amour de l'autre est faible et inacheve. Alors, la raison pour laquelle l'amour de l'autre n'aboutit pas, c'est parce qu'il est controle par une autre force interne - l'amour-propre. En fait, l'amour de l'autre est detruit par ce dernier, ce que nous analyserons dans le chapitre suivant. Une autre raison pour laquelle l'amour de l'autre ne reussit pas chez ces deux «amants», c'est qu'ils ne le connaissent pas. Ceci n'est pas surprenant puisqu'il est difficile de definir l'amour de l'autre selon La Rochefoucauld. Ce qu'il arrive a dechiffrer de cette emotion, c'est que « dans l'ame c'est une passion de regner, [...] et dans le corps ce n'est qu'une envie cachee et delicate de posseder ce que l'on aime apres beaucoup de mysteres » (M 68). Cela se traduit en amour-propre. Nous voulons posseder ce que nous aimons pour avoir un sentiment de victoire et, en meme temps, nous envions ceux que nous aimons. Cette envie devient une passion deguisee (M 27) qui, a son tour, evolue en une force parallele a l'amour-propre parce qu'elle controle le comportement de la personne. L'amour de l'autre est facilement perdu dans l'amour-propre si l'on n'est pas prudent, car « [l]e plaisir de l'amour est d'aimer ; et l'on est plus heureux par la passion que l'on a que par celle que l'on donne » (M 259). Notre amour-propre prend le controle et nous signale sa preference de recevoir l'amour plutot que de le donner. Le parfait exemple de ceci se trouve chez Celimene, car il est indiscutable qu'elle prefere l'amour des autres mais choisit de ne pas retourner leur affection. (NH, 3, XVIII). Done, pour Saint-Preux, l'image de sa dame est parfaite malgre ses defauts - le fait qu'elle soit mariee a Wolmar, par exemple. II se soumet a elle. Tandis que chez Alceste, il la rejette : « Morbleu ! faut-il que je vous aime ! / Ah ! que si de vos mains je rattrape mon coeur, / Je benirai le ciel de ce rare bonheur ! / Je ne cele pas, je fais tout mon possible / A rompre de ce cceur l'attachement terrible ; / Mais mes plus grands efforts n'ont rien fait jusqu'ici, / Et c'est pour mes peches que je vous aime ainsi » (II, 1, 514-520). Son attachement terrible a Celimene est considere comme une punition parce qu'elle le blesse a plusieurs reprises avec sa coquetterie. Le refus de Celimene lui devient inacceptable lorsque sa nature possessive rencontre le rejet. II ne l'accepte pas parce qu'il veut gagner a tout prix et lorsqu'il sort perdant, il succombe a la misanthropic Ainsi, bien qu'il demontre son amour pour l'autre, il le rejette a la fin. Le chagrin et le desespoir sont un signe de son amour desespere pour Celimene, mais les causes de ce rejet de l'amour de l'autre sont l'amour-propre et la folie. Alceste est blesse par 1'indifference de Celimene. Chapitre 2 Ainsi, « [s]ur le pauvre navire ou l'homme est embarque, il n'y a qu'un commandant, l'amour-propre » (Rosso 194). En des termes moins symboliques, cette citation equivaut a dire que l'amour-propre est present chez tous et tient le controle. Alors, puisqu'ils sont preoccupes par leur propre interet, peu de gens voient l'amour veritable, et ne peuvent qu'en parler (M 76). De plus, ceux qui ont ete amoureux l'ont ete parce qu'ils ont entendu parler de ce sentiment (M 136). Ne voulant pas etre les seuls a ne pas connaitre ce sentiment, ils l'ont developpe envers une autre personne. Done, ils ont aime a cause de leur jalousie et puisque celle-ci est controlee par l'amour-propre c'est bien ce dernier qui les a pousses a vouloir aimer. En fait, « [l]a jalousie nait toujours avec l'amour » mais puisque cet amour existe a travers l'amour-propre, « elle ne meurt pas toujours avec lui » ( M 361). Ainsi, La Rochefoucauld explique que la jalousie se trouve plus dans l'amour-propre que dans l'amour (M 324). Par ailleurs, il revele que meme apres qu'un amant meurt, l'autre ne pleure pas tant la mort de son amant pour l'avoir aime, mais plutot pour paraitre digne d'etre aime (M 362). Done les cris d'Alceste, ses declarations qui l'ammenent a affirmer qu'il est detruit, ne sont que des cris de son amour-propre outrage. Bref, les gens font tout pour se montrer meilleurs qu'ils ne le sont en realite. Ils se laissent dominer par l'amour-propre et non pas par le cceur, l'amour de l'autre. Chapitre 3 L'Amour De Soi « To act in absolute conformity with virtue is nothing else in us but to act, to live, to preserve one's own being (these three mean the same) under the guidance of reason, on the basis of seeking one's own advantage » - Spinoza, Ethics: Treatise on the Emendation of the Intellect P • armi les qualites que possedent les gens, la vertu peut etre percue, en ^ realite, comme de l'amour-propre deguise. Nous verrons dans ce chapitre que ce dernier se trouve partout et souvent, i l passe inapercu puisque ceux qui souffrent de cette condition l'ignorent ou bien la cachent. Voici la forme d'amour-propre qui domine dans le Misanthrope. Nous constaterons que lorsqu'une personne souffre d'amour-propre, rien ne peut lui paraitre bon a moins qu'il lui soit lie ou meme avantageux. De sorte que tout ce qui lui plait et renforce son bonheur est bon, selon elle, et elle le desire. Done, ce chapitre a pour but de montrer comment et a quel point l'amour-propre influence la vie aussi bien que l'amour d'Alceste et de Celimene. Ceci Chapitre 3 fera l'objet d'une etude approfondie sur 1'amour-propre. Les idees de La Rochefoucauld portant sur ce sentiment seront utilisees afin de nous permettre d'examiner sa representation et sa fonction dans le Misanthrope et chez les deux principaux personnages de cette piece. Dans le chapitre precedent, nous avons favorise 1'analyse de la representation et de la fonction de l'amour, en illustrant les differentes formes d'amour de l'autre, presentes ou non, chez Alceste et Celimene. Le deuxieme chapitre a egalement donne lieu a 1'identification d'une autre forme d'amour dans le texte de Moliere - l'amour de soi - qui se transforme en amour-propre, sujet longuement traite par La Rochefoucauld. Ici, nous examinerons les idees de celui-ci afin de mieux analyser notre propre sujet d'etude - le Misanthrope. II est evident que l'une des preoccupations essentielles et fondatrices de cet auteur est 1'amour-propre. C'est bien lui qui a mis en relief la doctrine de 1'amour-propre par le succes des Maximes et Reflexions Diverses (Baker 55). II a montre qu'a travers 1'amour-propre, nous devoilons une motivation unique et universelle. Et en affirmant que cette derniere est l'egale des instincts egoistes de l'homme, l'amour- propre se presente comme l'origine de plusieurs motivations sociales et individuelles (83). * * Dans le chapitre precedent, nous avons mentionne 1'amour-propre a plusieurs reprises et avons indique que l'amour commence chez soi et ensuite se dirige vers l'autre. II a ete question en particulier, d'amour de soi et d'amour-propre. Mais i l ne faut pas les confondre parce qu'il existe une difference importante entre les deux. Alors, l'element important a examiner d'entree est cette dissemblance. Ensuite, avec l'aide des doctrines de quelques theoriciens, nous analyserons l'element de 1'amour-propre chez Alceste et Celimene. Tout en tenant compte des maximes de La Rochefoucauld, nous allons d'abord considerer les idees de Rousseau, qui seront aussi indues puisqu'elles fournissent une explication de l'inegalite entre 1'amour-propre et l'amour de soi - ce que 1'auteur des Maximes n'offre pas. Afin de bien presenter les idees de Rousseau, un point de vue critique de Van Tieghem est aussi inclu dans ce qui suit. Celui-ci annonce que pour Rousseau, « [n]o Chapitre 3 question is more important for humanity than the question of self-love » (Van Tieghem 57)'. Ce qui l'interesse et lui semble important est la nature de l'etre et le fait que celui-ci soit ne avec l'amour de soi. II explique que lorsque l'amour de soi, qui est naturel, se transforme en sentiment patriotique, i l devient un amour-propre artificiel (52). Par contre, l'amour-propre n'est pas completement mauvais ni artificiel, affirme Rousseau dans Emile : La seule passion naturelle a l'homme est l'amour de soi-meme ou l'amour-propre pris dans un sens etendu. Cet amour-propre en soi ou relativement a nous est bon et utile, et comme il n'a point de raport necessaire a autrui, il est a cet egard naturellement indifferent ; i l ne devient bon ou mauvais que par l'application qu'on en fait et les relations qu'on lui donne (Rousseau 322)2. Jusqu'a ce que la raison, guide de l'amour-propre, parvienne a le controler, ce dernier, dans certains cas, se manifestera en neutralite ou en bonte (322). Sans la presence de la raison, l'etre social devient corrompu. Et cette corruption n'est motivee principalement que par un amour-propre malsain (Van Tieghem 55). Des que celui-ci detient le controle, les effets negatifs apparaissent. L'etre devient domine par l'amour- propre. Ensuite, la domination de ce dernier entraine la privation de deux libert.es : la personne devient esclave « to both opinion and to excessive inherently unfulfilled desire » (58). La doctrine rousseauiste percoit ainsi une dualite dans l'amour-propre, dans le sens que d'un cote, celui-ci est neutre lorsqu'il est controle par la raison et, d'un autre cote, il devient mauvais des que la raison est affaibli. La difference entre l'amour-propre et l'amour de soi est tres bien illustree dans le passage suivant. « [T]he opposition between amour de soi and amour-propre is comparable to the reason-versus-appetite and soul-versus-body polarities found in classical and Christian moral philosophies. Rousseau's scheme is as dualistic as those » (118). Alors, malgre le fait que ce sont deux proprietes opposees, l'une derive toujours de l'autre ; l'une est bonne, l'autre est mauvaise. La raison pour laquelle l'amour-propre, qui a son origine dans l'amour de soi, est mauvais, est que, des le debut, il adopte le role de rival plutot que de serviteur (132). Dans Emile, l'auteur ecrit que « [IJ'amour de soi [...] 1 Sa definition de « self-love » englobe a la fois l'amour de soi et l'amour-propre. 2 Rousseau, Jean-Jacques. Emile ou de l'Education. 1969. Chapitre 3 est content quand nos vrais besoins sont satisfaits ; mais 1'amour-propre, qui se compare, n'est jamais content et ne sauroit l'etre, parce que ce sentiment, en nous preferant aux autres, exige aussi que les autres nous preferent a eux, ce qui est impossible » (Rousseau 493). C'est pour cela que l'amour de soi, contrairement a l'amour-propre qui mene l'etre a la mechancete, rend la bonte a l'etre en ayant peu de besoms et en ne se comparant pas a l'autre (493). Bref, la tendance a se comparer avec les autres et a tenir la premiere place entre eux est le point ou « l'amour de soi se change en amour-propre » (523). Souvent, en fait, l'amour-propre est la forme dominante de l'amour de soi. II est aussi le plus nuisible des deux. « As amour-propre is the general cause of unnaturalness among the corrupt, amour de soi is the general guardian of naturalness among the natural » (Van Tieghem 58). En somme, « [l]ike amour de soi, amour-propre is the desire for one's own good. The great difference between it and amour de soi is simply that in amour-propre, the desire for one's own good necessarily includes the desire to esteem oneself » (137). Autrement dit, l'amour-propre « is a relative or comparative self-love. It is the successor to amour de soi, it is transformed amour de soi » (137). II est l'amour de toutes choses associees a soi et, plus precisement, c'est l'amour de soi-meme. L'individu qui en est atteint se melera dans toutes choses pour en tirer ce qui le concerne. II le fera pour s'ameliorer et paraitre superieur aux yeux des autres, et cela parce qu'en fait, l'autre est percu comme l'ennemi de la personne qui est gouvernee par l'amour-propre. Selon La Rochefoucauld, « [i]l voit, i l sent, il entend, i l imagine, i l soupconne, il penetre, i l devine tout» (Ms l ) 3 . Rien ne peut fuir l'autorite de l'amour-propre. Inconstant, i l s'accommode aisement a une situation quelconque. De sorte que les changements lui viennent facilement et sont d'un nombre infini (Ms 1). L'ironie c'est que malgre sa quete de depassement de l'autre, d'etre le meilleur, l'amour-propre nous empeche toujours de nous ameliorer parce que « le desir de paraitre habile empeche souvent de le devenir » (M 199)4. Autrement dit, l'amour-propre contient la passion pour le perfectionnement de soi, mais i l renferme a la fois la peur de l'echec et, des lors, le refus de percevoir nos propres imperfections. C'est un vice qui entraine l'orgueil et 1'ego'isme. 3 Maximes supprimees 4 Maximes Chapitre 3 Par contre, pour la personne qui souffre de l'amour-propre, ce sentiment n'est pas un vice puisqu'il « est le plus grand de tous les flatteurs » (M 2). Or, nous sommes tentes d'agir sur les flatteries de l'amour-propre5. En fait, tout le monde est habite par la meme fievre de l'amour-propre, un attribut incontrolable puisqu'il est « plus habile que le plus habile homme » ( M 4). Quoi que nous fassions, nous ne pouvons pas decouvrir toutes ses «terres inconnues» tellement il est complexe (M 3). Pour La Rochefoucauld, ce dernier est une force agitee qui est toujours active, jamais rassasiee (Moor 98-101). L'auteur denote que celui-ci implique une personne qui realise tout dans le but de se gratifier, mais qui n'est jamais satisfaite de sa soif. La presence de l'amour-propre suppose une tendance a se regarder en dedans de soi et a s'adorer soi-meme. Parmi les traits de caractere qu'on lui associe figurent l'interet, l'orgueil et la vanite. Alors que ces traits sont visibles aux autres, l'amour-propre, quant a lui, ne Test pas toujours. En fait, ni les traits de caractere ni l'amour-propre ne sont evidents, surtout a soi-meme - ce qui est le cas chez Alceste. * A premiere vue, les idees de Pascal semblent, quant a elles, remettre en question cette preference envers soi-meme. II dit que « [lj'homme n'aime pas demeurer avec soi ; cependant i l aime : i l faut done qu'il cherche ailleurs de quoi aimer. II ne le peut trouver que dans la beaute ; mais comme il est lui-meme la plus belle creature que Dieu ait jamais formee, il faut qu'il trouve dans soi-meme le modele de cette beaute qu'il cherche au dehors » (Pascal 12). Alors cet individu doit remplir le manque qu'il a cree en s'eloignant de soi-meme, a la poursuite de l'objet qui puisse lui ressembler le plus. Par contre, cette quete pour l'etre parfait se complique parce que ce dernier est l'homme lui- meme. Voila la complexite de l'amour-propre - il rend l'amour de l'autre pratiquement impossible et inachevable. Alors la raison pour laquelle l'homme qui s'aime lui-meme prefere ne pas demeurer seul, est que l'orgueil ou la vanite de son amour-propre exigent qu'il y ait une autre personne que lui qui puisse le flatter et l'admirer. Ainsi, le passage de Pascal ne nie pas la facon dont La Rochefoucauld concoit l'amour-propre, mais le definit et le developpe. Chacun, dit-il, « a l'original de sa beaute, dont il cherche la copie dans le Les flatteries de l'amour-propre peuvent etre caracterisees par le sentiment d'etre le meilleur, le plus beau, le plus intelligent, le plus genereux et ainsi de suite. Chapitre 3 grand monde » (13). Autrement dit, la personne possede la beaute originale et desire etre admiree. Puisqu'elle ne peut pas se flatter elle-meme, elle cherche done une autre personne, sa copie, qui puisse admirer sa beaute et satisfaire son amour-propre. Ceci fait appel au narcissisme. Ralph Ellis, dans son livre Eros in a Narcissistic Culture, explore cette hypothese et explique que le narcissisme est souvent un amour faux dont l'euphorie provisoire provient plutot d'un sentiment narcissique qui se trompe et encourage 1'orgueil (Ellis 12). Le narcissisme correspond aussi au fait de porter un masque qui nous fait paraitre superieur. Par consequent, apres un certain temps, il est difficile de distinguer entre le masque et la personne authentique qui est cachee sous celui-ci. Ceci est bien le cas d'Alceste puisque nous ne pouvons plus distinguer le veritable Alceste de l'Alceste masque. Ce personnage n'arrive plus egalement a s'identifier a lui-meme - ce qui renforce son aveuglement. Par exemple, il croit etre amoureux de Celimene mais ce n'est que son cote narcissique qui aime celle-ci. L'idee d'une jeune, belle et riche femme comme partenaire est un desir irresistible pour un etre qui s'aime et s'admire comme Narcisse. L'amour narcissique est done associe a l'amour de l'ideal. En fait, « [fjhe pull of love », resume Ellis, is thus the pull of the other's ideal potential, as yet unactualized or struggling to maintain its actual existence under hostile or unsupportive circumstances [...] The involuntary and predetermined aspect of falling in love therefore results from the fact that, as soon as lover's mind puts together this creative synthesis, resulting in a holistic vision of a possible situation which would be valuable, it is impossible not to value it (53). C'est-a-dire qu'une fois que l'amant, disons Alceste, percoit l'image de son objet ideal, la valeur de cette vision est inouie. L'image d'une telle perfection ne peut pas etre ignoree. Ainsi, le narcissisme d'Alceste le pousse a croire que Celimene pourra atteindre cet ideal. Ce cote narcissique, c'est-a-dire son amour-propre, le pousse a tomber amoureux de l'image de la femme ideale - comme l'a fait Pygmalion. C'est cet amour- propre qui, tout en cherchant a s'ameliorer, trouve un partenaire qui peut l'embellir encore plus. En meme temps, il se passe aussi une autre reaction : Yego passe par un processus ou i l s'evalue et etant de temperament narcissique, il desire atteindre le «moi» Chapitre 3 ideal. Dans cette periode d'auto-evaluation, l'amour-propre est modere. De sorte que, comme l'explique Ellis : [i]n this period of weakened self-image or failure to measure up to a grand self concept, we essentially get tired of being who we are. [•••] [W]e then see another person whom we would rather be. Initially, we are envious of the other person's qualities which we lack - primarily the perceived fact that she is self-confident in her approximation to her ego ideal, by contrast to our own weakened condition (55). Si nous acceptons cette definition, nous pouvons constater qu'en desirant l'amour de Celimene, Alceste cherche ainsi a ameliorer ou a satisfaire son propre orgueil, son amour-propre, car ceux-ci sont affaiblis. Dans cette periode d'auto-evaluation, sa propre valeur diminue parce qu'il commence a avoir des doutes. Par consequent, une autre raison pour laquelle Alceste n'abandonne pas sa poursuite de Celimene, c'est que le doute le fait paraitre faible, son jugement imparfait, et ainsi, son amour-propre cherche a s'agrandir, a se liberer d'un etat d'insuffisance. «I t is the narcissistically disturbed person who is so obsessed with self- aggrandizement that he equates being loved with collecting evidence to prove his superiority, and reduces loving in turn to a mere desire to be "loved" in this sense » (57). Or, puisque l'amour n'est qu'une flatterie, l'orgueil de la personne amoureuse encourage celle-ci, l'egalant avec le desir d'etre aime. II aime autrui parce qu'il a trouve une copie de lui-meme et peut etablir l'amour de soi sans gene. Autrement dit, la personne et son orgueil peuvent admirer leur beaute a travers l'autre. L'amour-propre se definit done par le besoin de se satisfaire et, dans ce contexte, le role de l'amour semble etre la satisfaction du besoin d'etre flatte. C'est comme une source d'energie renforcant l'amour-propre. * En somme, l'amour-propre chez La Rochefoucauld donne l'impression de manifester une force extremement puissante qui fonctionne comme la motivation principale de chaque individu. C'est la source ultime des sentiments, des idees et des passions. Quelques-uns en sont conscients, mais d'autres ne le sont pas. Quelques-uns le meprisent, le jugeant mal, alors que d'autres apprecient sa valeur. Quelle que soit Chapitre 3 l'opinion des individus, il est clair qu'un des effets negatifs de l'amour-propre c'est son pouvoir incontrolable d'entraver et de renverser le desir pour la verite (Hodgson 39). « Not only does self-love make human beings worship themselves more than all other living creatures », explique Hodgson, « but it also directly and profoundly influences the individual's emotional and intellectual responses and reactions to fellow human beings. Above all, it possesses, almost as if it were a totally autonomous force, an insatiable lust for power» (40). Ceci confirme que l'orgueil dans l'amour-propre influence le comportement, l'opinion et la pensee de l'etre. II l'altere. C'est une force qui est plus puissante que l'etre meme. Une de ses plus graves consequences c'est qu'il nuit aux principes de l'etre jusqu'a ce que, par exemple, l'amour de soi aneantisse l'amour de l'autre et que, consequemment, le «moi» devienne isole, faisant echouer l'intention principale de l'amour-propre - qui est de se plaire lui-meme et d'etre admire parmi ses semblables. *## Jusqu'ici, il ne serait pas faux de conclure que l'amour-propre est un aspect negatif et nuisible. Ce qui est frappant, surtout dans les maximes de La Rochefoucauld, par exemple, c'est « le pessimisme ironique [...] devant la faiblesse humaine, un pessimisme brillant, acide et comique» (Biet 194). Le philosophe presente le cote pessimiste des individus et de la societe, en offrant des apercus de l'amour-propre qui est un attribut a la fois inevitable et necessaire, puisqu'il fait partie de la nature humaine. Cependant, i l est a noter que l'amour-propre n'est pas necessairement negatif. L'individu controle l'accueil et le maniement de ce sentiment, de sorte que celui-ci peut etre cultive pour le bien. Si cet individu arrive a controler, entre autres, son interet, sa vanite et son orgueil, il pourra convertir ces desavantages en avantages. Alors, en appliquant ceci au Misanthrope, on peut se poser la question suivante : Alceste et Celimene peuvent-ils controler leur amour-propre ? Peuvent-ils convertir les desavantages de l'amour-propre en avantages ? En d'autres termes, comment l'amour-propre est-il presente dans le Misanthrope ? Dans ce qui suit, nous examinerons la facon dont les differentes manifestations de l'amour-propre sont figurees dans ce texte de Moliere. Chapitre 3 II est clair que l'amour-propre est une caracteristique qui est presente chez les deux personnages molieresques. Le chapitre precedent nous a amene a determiner le manque, ou plutot, le cote genant de l'amour chez ces deux individus. Par exemple, dans plusieurs cas, il est evident que l'amour d'Alceste est motive ou influence par l'amour- propre. Chez Celimene, cet amour se revele etre aussi fortement influence par ce meme sentiment. C'est-a-dire que ses nombreux amours n'existent que pour satisfaire son besoin de plaisir et de se divertir. Alors cet amour-propre determine la facon d'aimer et le niveau d'amour que peut demontrer un individu. Les deux actes pertinents du Misanthrope, vises par ce chapitre, sont les deuxieme et troisieme actes puisqu'ils etablissent le caractere d'Alceste et celui de Celimene. C'est bien dans ces deux actes que l'amour-propre est expose le plus. D'abord, le troisieme acte de la piece presente les elements de l'amour-propre qui seront examines dans cette section. II illustre aussi les relations entre les femmes. Cet acte rend le caractere de Celimene plus clair. La premiere scene introduit deux hommes, Acaste et Clitandre, qui argumentent a propos des sentiments de Celimene. Chacun croit etre aime par cette derniere, ce qui met en evidence 1'influence et le pouvoir de cette femme sur les hommes. Ensuite, les scenes finales de facte exposent la discussion entre Celimene et Arsinoe. Ces scenes accoutument le lecteur a Celimene en la comparant a Arsinoe. C'est le combat entre la prude et la coquette, chacune affirmant les avantages et les desavantages de l'autre en ce qui concerne leur caractere et leur comportement respectifs. La scene la plus importante de cet acte est la quatrieme, lorsqu' Arsinoe, un peu jalouse de Celimene, vient l'avertir que les gens se moquent d'elle et desapprouvent son comportement. Cette scene, en particulier, est importante non seulement parce qu'elle revele le cote donjuanesque de Celimene mais aussi parce qu'elle annonce l'ecart, au plan normatif, entre celle-ci et la societe. Elle illustre aussi la problematique des apparences, de l'etre, du paraitre et du masque, dans le monde baroque. Elle souligne d'abord 1'importance du paraitre dans le «moi» - c'est-a-dire 1'importance de differencier entre la faussete et la realite de la personne a l'interieur, et non pas l'image qu'elle diffuse aux autres de l'exterieur. Elle souligne aussi a quel point les personnages veulent pretendre que l'image qu'ils presentent aux autres leur correspond bien. Ils veulent que ceux-ci Chapitre 3 acceptent cette image comme etant reelle. Par exemple, dans le cas d'Arsinoe, elle porte un masque afin de cacher sa jalousie et son malheur. Son amour-propre l'exige afin de donner l'impression d'etre equilibree, de paraitre raisonnable. C'est-a-dire qu'elle parait etre sure d'elle-meme et sincere dans son desir d'aider Celimene. Mais en realite, elle n'est ni confiante ni sincere. De sorte que si le «moi» veritable d'Arsinoe se manifestait dans son comportement, elle ne serait pas bien recue par la societe. Ainsi, le masque est necessaire pour la protection de l'amour-propre. Celui-ci l'exige. Et selon La Rochefoucauld, c'est bien l'amour-propre qui a tendance a entrainer des illusions et deguisements semblables - ce qui est courant dans le monde baroque. Cependant, le fait que le deguisement erre partout n'est pas necessairement un mal. Par exemple, dans le cinquieme acte, Philinte admet que « [fjous ces defauts humains nous donnent, dans la vie, / Des moyens d'exercer notre philosophic ; / C'est le plus bel emploi que trouve la vertu ; / Et si de probite tout etait revetu, / Si tous les cceurs etaient francs, justes et dociles, / La plupart des vertus nous seraient inutiles » (V, 1, 1561-1566). II renforce l'opinion qu'au dix-septieme siecle, le theatre, et l'acte de se deguiser en une autre personne, d'assumer un role, de porter un masque, accentuent la nature illusoire de la societe. La nature humaine demande done qu'on se deguise car, comme le denonce La Rochefoucauld, « [o]n aime a imiter » (De I'aire et des manieres 167). En fait, « les uns veulent paraitre ce qu'ils ne sont pas, les autres sont ce qu'ils paraissent» (168). Le deguisement n'est done que la norme. Mais il est difficile de distinguer ceux qui portent un masque de ceux qui n'en portent pas, de remarquer en somme que c'est Alceste qui porte le masque au lieu de Celimene6. C'est aussi pour cela que le monde baroque s'identifie avec le chaos. Les apparences ne sont souvent que de la faussete puisque la plupart des gens cachent la verite, leur identite et leurs intentions. Done, il ne faut pas « s'offenser que les autres nous cachent la verite puisque nous nous la cachons si souvent nous-memes » (Me 9). Par exemple, Arsinoe se cache derriere un masque parce qu'elle ne veut pas devoiler sa crainte et sa jalousie. Elle veut s'assimiler a la societe et ainsi suivre son modele - elle porte un masque afin de cacher ses sentiments et faire semblant d'etre la femme ideale qui n'approuve pas le comportement de Celimene. Elle cache ses vraies intentions surtout Ceci sera explique au long de ce chapitre. Chapitre 3 p. 100 a Celimene. Est-ce le cas chez Celimene et Alceste ? Cachent-ils leur vraie identite ? Est- il possible que le misanthrope et la coquette puissent se marier ? La Rochefoucauld croit que « [d]ans toutes les professions chacun affecte une mine et un exterieur pour paraitre ce qu'il veut qu'on le croie. Ainsi on peut dire que le monde n'est compose que de mines » (M 256). Dans le Misanthrope, Alceste affirme bien que le monde n'est compose que de mines. En fait, i l en est degoute : « je ne puis souffrir cette lache methode », dit-il a Philinte dans le premier acte, « Qu'affectent la plupart de vos gens a la mode » (I, 1, 41-42). La declaration suggere aussi que les apparences et les masques apparaissent et, plus tard, disparaissent avec la mode. Celimene, pour sa part, discute longuement avec Arsinoe sur ce sujet, dans le troisieme acte : « Cette affectation d'un grave exterieur », dit-elle, en se referant a Arsinoe, « Vos mines et vos cris aux ombres d'indecence / Que d'un mot ambigu peut avoir l'innocence / [...] A quoi bon, [...] cette mine modeste / Et ce sage dehors que dement tout le reste ? » (III, 4, 927-938). Ce passage est significatif aussi parce qu'il souligne l'intelligence de Celimene. Cette derniere explique a sa vis-a-vis que ce sont les autres qui font ces commentaires. Elle lui jure aussi d'avoir pris sa defense : « Et leur assurai fort que c'etait medisant», promet-t-elle a son amie (III, 4, 946). Mais en realite, Celimene sait qu'Arsinoe porte un masque et le ton sarcastique de son discours en fait foi. Par contre, Celimene ne porte pas de masque elle-meme, puisque ce dernier est principalement porte par ceux qui veulent paraitre bons et veulent s'assimiler aux normes. Cette femme, au contraire, se distingue tres clairement de celles-ci. Ses charmes et sa coquetterie sont visibles a ceux qui ne sont pas aveugles par l'amour qu'ils ont pour elle. Les femmes, en particulier, sont au courant de la promiscuite de Celimene. Elles discernent sa coquetterie alors que les hommes l'ignorent. Par exemple, au troisieme acte, quatrieme scene, Clitandre avoue qu'il a « cru jusqu'ici madame sans defauts » (II, 4, 696). Cela annonce la problematique de l'etre et du paraitre en ce qui concerne le vrai caractere de Celimene. Elle ne porte pas de masque de vertu mais les hommes la croient vertueuse. Dans un autre exemple, nous retrouvons Alceste qui, en se referant a celle-ci, annonce : « De graces et d'attraits je vois qu'elle est pourvue ; / Mais les defauts qu'elle a ne frappent point ma vue», explique Acaste (II, 4, 697-698). Que se passe-t-il ? Chapitre 3 p. 101 Celimene ne porterait-elle un masque que devant les hommes ? II existe deux reponses possibles : ou bien les hommes percoivent ses defauts et choisissent de les meconnaitre, ou bien ils sont vraiment ignorants. Les hommes sont-ils aveugles ou bien pretendent-ils ne pas voir ses vraies intentions ? Par exemple, dans le troisieme acte, lorsqu'il est question des sentiments de Celimene, Clitandre avise Acaste qu'il n'est pas aime par elle : « [c]rois-moi, detache-toi de cette erreur extreme : / Tu te flattes, mon cher, et t'aveugle toi-meme » (III, 1, 825-826). Alors y a-t-il ceux qui ne sont pas aveugles et d'autres qui le sont ? Ou se trouve la faute ? Si Celimene ne pretend pas etre vertueuse et ne fait pas semblant d'etre sincere face aux autres, on pourrait conclure qu'elle ne porte pas de masque. En effet, son comportement est tout a fait vrai et fidele a sa personnalite. Autrement dit, elle parait etre coquette simplement parce qu'elle en est une. Par contre, si elle est une coquette et qu'elle trompe les hommes en paraissant vertueuse parce qu'elle veut cacher cet aspect de son caractere, on serait en mesure de conclure qu'elle parait honnete mais, qu'en realite, elle est malhonnete et fausse - done elle porte un masque. Avant d'examiner ces deux possibilites, il faut voir si le fait meme d'etre une coquette la condamne au deguisement et a la faussete. Selon La Rochefoucauld, ce comportement est une extension de l'amour-propre, qui est vu par la societe comme un vice. De plus, son bannissement est ardemment desire par ceux qui le condamnent. Or, la solution logique serait bien de chercher l'objet a aimer afin de mettre fin a l'amour-propre. En fait, « [l]e plus grand miracle de l'amour, c'est de guerir de la coquetterie » (M 349). Alors, afin d'en guerir, il faut aimer quelqu'un. Et pour se faire aimer, i l faut tacher de ne pas se preoccuper de soi-meme et de ne pas s'aimer soi-meme. C'est-a-dire, comme nous l'avons explique au deuxieme chapitre, qu'il faut apprendre a transformer l'amour de soi en amour de l'autre. Par ailleurs, d'apres Stewart, « [l]a coquetterie c'est l'art de l'utile dans l'amour, et comme tout art il ne peut etre perfectionne sans effort. La vraie coquette est ainsi une actrice consommee » (Stewart 92). En effet, des connotations du mot signalent son inconstance et sa superficialite. Cette femme vit pour le jeu (92). La coquetterie, pour elle, peut etre consideree comme une carriere. Et afin de la maintenir, un peu d'amour- propre est requis. Rappelons aussi que l'amour-propre de l'etre humain, comme tout Chapitre 3 p. 102 comportement, est motive par l'amour de soi. C'est pour cela que l'amour de l'autre prend son origine dans l'amour de soi. Cependant, chez certaines personnes, l'amour de soi n'evolue pas ou, si Ton veut, ne progresse pas dans l'amour de l'autre. II a ete determine que ceci est bien le cas chez Celimene et chez Alceste. Mais est-ce que cela signifie qu'il s'agit de faussete et de tromperie de la part de Celimene et sa coquetterie ? Dans le chapitre precedent, une autre question importante a ete soulevee : qui est Celimene ? Alors, considerons a nouveau les deux possibilites que nous avons mentionnees a la page precedente. Si Celimene est fausse, les hommes sont exoneres de leur ignorance. En cela, elle ressemblerait a Dom Juan puisque celui-ci aime seduire les femmes et jouer le jeu de l'amour. Neanmoins, il est aussi vrai que ni Celimene ni Dom Juan ne pretendent posseder la vertu. C'est plutot le cas que ceux qui sont amoureux d'eux, les victimes, ne voient pas leur vrai caractere. Cependant, i l est bien plus probable que les hommes ne soient pas completement aveugles, qu'il en existe quelques-uns qui ne soient pas aveugles. II en existe encore d'autres qui ne le sont pas mais qui veulent croire quand meme que Celimene les aime parce que cela flatte leur image. Done, ils ferment les yeux sur ses defauts. Ils veulent pretendre qu'elle est vertueuse et sans faute parce qu'ils desirent justifier leur bonne opinion d'elle. Par exemple, on constate que par flatterie, Acaste choisit de fermer les yeux sur les defauts de Celimene. « II est vrai, je me flatte et m'aveugle en effet», dit-il a Clitandre (III, 1, 827). Ainsi, ces hommes, comme Acaste, choisissent leur aveuglement - ce qui justifie les propos de Shoshana Felman, cites au premier chapitre : les hommes sont aveugles de leur propre aveuglement - blind to itself. Celimene semble soutenir cette conclusion, quand elle annonce que : « si l'on etait sage, / [..] / On detruirait par la, traitant de bonne foi, / Ce grand aveuglement ou chacun est pour soi » (III, 4, 965-968). Cette citation montre qu'elle est consciente de l'aveuglement des hommes, de ceux qui ne percoivent pas son caractere. Bien sur, elle ne se preoccupe pas de remedier a ces circonstances, mais elle ne ment pas a ses soupirants non plus. Par exemple, lorsqu'Alceste l'affronte avec le billet ecrit a Oronte, elle lui repond : « [pjourquoi desavouer un billet de ma main ? » (IV, 3, 1332). Plus loin, elle ajoute : «i l est pour Oronte, et je veux qu'on le croie ; / Je recois tous ses soins avec beaucoup de joie, / Chapitre 3 p. 103 J'admire ce qu'il dit, j'estime ce qu'il est, / [...] Faites, prenez parti, que rien ne vous arrete, / Et ne me rompez pas davantage la tete » (IV, 3, 1365-1370). Elle exagere un peu mais son message et ses intentions sont clairs - elle aime sa liberte et ne veut pas la perdre et se defendre davantage. Chez elle, la seule apparence possible c'est l'incertitude qu'elle inspire quant a ses sentiments envers Alceste qui, de temps en temps, semblent ambigus. *#* Toute notre analyse de la notion d'amour-propre fait ressortir la presence d'un element qui est directement lie a celui-ci - l'interet. Ce dernier joue un role important dans l'amour-propre, car c'est lui qui conserve la coquetterie et le besoin d'etre flatte. II est l'ame de l'amour-propre. C'est pour cela que nous ne pouvons pas nous eloigner de notre preoccupation avec nous-memes lorsque les autres nous flattent. Souvent, nous sommes d'accord que les gens n'ont guere de bon sens. Neanmoins, ceux-ci deviennent nos meilleurs compagnons lorsqu'ils nous complimentent ou sont de notre avis, car leur flatterie satisfait notre vanite (M 158). On leur prete alors du bon sens (M 347), malgre le fait que « [q]uelque bien qu'on nous dise de nous, on ne nous apprend rien de nouveau » (M303). Selon cette logique, l'amour ne devient qu'une autre forme d'amour-propre. C'est-a-dire que l'acte d'aimer quelqu'un est une flatterie. Pour l'autre, cet acte demontre sa valeur, son importance, et pour la personne qui aime, cela lui demontre qu'elle est genereuse en rendant service a autrui. Suivant la meme logique, cette bonte7 que nous font les gens n'est qu'un autre deguisement de leur amour-propre, puisque la reconnaissance des autres «n 'es t qu'une secrete envie de recevoir de plus grands bienfaits » (M 298). Autrement dit, les gens ne sont sinceres envers les autres que pour attirer leur confiance (M 62), car l'interet de soi occupe une grande place dans le jugement et le comportement des gens. Le Petit Robert definit l'interet comme « [c]e qui importe, [ou] ce qui convient a quelqu'un ». C'est la recherche de l'avantage personnel. Souvent, cette recherche pousse la personne a ignorer le profit des autres. De sorte que rien ne lui importe que l'interet et la satisfaction personnelle. Done, toutes les bonnes qualit.es se perdent dans l'interet; nos vertus sont eclipsees par l'amour-propre et ses vices. Nous ne devoilons nos vertus que 7 Je refere ici a l'amour que nous recevons des autres. Chapitre 3 p. 104 pour cacher notre amour-propre. Autrement dit, la vertu n'est qu'un deguisement de la vanite. Chez Celimene, son comportement et ses sentiments denotent son interet. C'est ainsi qu'elle s'amuse a seduire les hommes afin de satisfaire son interet, qui est d'etre aimee et admiree par les autres. Elle a besoin de l'amour de l'autre comme source d'energie. « [C]omme le corps, prive de son ame, est sans vue, sans oui'e, sans connaissance, sans sentiment et sans mouvement, de meme l'amour-propre separe, s'il le faut dire ainsi, de son interet, ne voit, n'entend, ne sent et ne se remue plus » (Me 24). Sans son interet, Celimene souffrirait, elle serait paralysee. C'est une personne qui a besoin d'etre flattee mais la question a poser c'est pourquoi elle a besoin de cet amour. Une reponse possible, que nous avons mentionnee dans le deuxieme chapitre, c'est la revanche contre la societe et la norme qui font forcee a se marier tot. Par consequent, elle devint pessimiste. Maintenant, son but est d'assurer son plaisir et de prouver dans une societe patriarcale qu'elle detient le pouvoir. Son interet la pousse a realiser ce but. Voici la raison pour laquelle Celimene ne porte pas de masque. Elle veut transmettre le message qu'elle ne se soumettra jamais aux normes sociales. La vraie Celimene n'est pas une coquette. C'est-a-dire qu'elle en est devenue une par revanche contre la societe. Lorsqu'elle est devenue veuve, elle s'est liberee, empruntant les caracteristiques d'une coquette. A travers la piece, il devient de plus en plus evident que ses gestes, ses paroles ainsi que son comportement ne sont pas faux parce qu'elle ne cache pas ses intentions. Elle ne veut pas se marier ni devenir prude a vingt ans, ce qu'elle affirme d'ailleurs a Arsinoe. Elle n'admire pas ses soupirants et parle franchement de ce fait dans le deuxieme acte. Certes, la vraie Celimene est visible a tous ceux qui veulent la voir. C'est une jeune femme fragile qui a ete maltraitee par les attentes de la societe et qui veut maintenant se venger en s'amusant, en jouissant du plaisir qui lui a ete refuse auparavant. C'est une coquette, mais elle n'est pas superficielle. C'est une femme intelligente et vive qui ne veut que gouter le plaisir de sa jeunesse et sa liberte. Par exemple, lorsqu'Alceste lui demande une derniere fois de s'enfuir dans le desert avec lui, elle lui repond : « Moi, renoncer au monde avant que de vieillir, / Et dans votre desert aller m'enservelir ! [...] La solitude effraye une ame de vingt ans ; / Je ne sens point la mienne assez grande, assez Chapitre 3 p. 105 forte, / Pour me resoudre a prendre un dessein de la sorte » (V, 4, 1769-1770, 1774- 1776). Quant a Alceste, est-ce que celui-ci porte un masque ? Est-il lui-meme illusionne par ce fait ? Comme Arsinoe, n'est-il pas conscient du masque qu'il porte ? Jusqu'ici, nous avons determine qu'il n'est pas conscient de son amour-propre. II se voit comme une victime de la societe, de Celimene. Mais l'est-il vraiment ? Lorsqu'il annonce qu'il veut se distinguer des autres, qu'il veut etre un honnete homme, qu'il veut etre le seul soupirant de Celimene, i l ne se rend pas compte que c'est bien son amour-propre qui est a la base de ces desirs. Par exemple, dans le troisieme acte, il dresse la liste de ses qualites a Arsinoe parce qu'il veut lui assurer qu'il est honnete et ne trompe personne : « Etre franc et sincere est mon plus grand talent, / Je ne sais point jouer les hommes en parlant » (III, 5, 1087-1088). Mais cette insistance et cette passion se retournent contre lui-meme. II touche a l'orgueil et a l'egoi'sme. II veut aimer une femme qui, selon lui, lui doit tout. II veut l'aimer parce qu'il est convaincu qu'elle l'aime. Ainsi, lorsqu'il est questionne par Philinte au sujet de son amour pour Celimene, Alceste repond : « Oui, parbleu ! / Je ne l'aimerais pas si je ne croyais l'etre » (I, 1, 237-238). L'ironie ici est que, comme l'annonce Erasme dans un passage qui s'applique tres bien a Alceste, « moins il est aime, plus il aime eperdument» (Erasme 56). Plus Celimene l'ignore, plus il l'aime. II se fait passer pour la victime, malgre le fait que ses actes et ses opinions, en general, refletent son propre interet. II aime parce qu'il croit et veut etre aime. II cherche un monde honnete et ideal parce qu'il se croit honnete, et souhaite ne pas etre trompe. Bref, i l veut tout parce qu'il compte sur l'illusion des profits qu'il desire recolter. Les doutes d'Alceste a propos des sentiments de Celimene reapparaissent des le debut du deuxieme acte. Comme nous l'avons deja mentionne, ce dernier confronte la femme en disant: « De vos facons d'agir je suis mal satisfait » (II, 1, 448). II lui demande de cesser sa coquetterie et d'avouer ses sentiments envers lui. Comme replique, Celimene enumere ses nombreux amants. Dans un sens, cette enumeration signale le fait qu'elle se moque de son interlocuteur. En faisant etalage de ses soupirants, son message est d'assurer Alceste qu'elle ne veut pas se marier et elle essaie de le lui faire comprendre de facon a la fois subtile et claire. Malheureusement, il ne comprend pas le message et se fait Chapitre 3 p. 106 passer pour la victime d'une enchanteresse. Parce qu'il se meprend sur le caractere et sur les motivations de Celimene, son amour-propre et sa fierte, par consequent, se laissent asservir par elle. Par contre, il est aussi, et surtout, la victime de ses propres illusions. II n'arrive pas a poursuivre ce qu'il a annonce au debut de l'acte, en admettant sa complaisance « Ah ! que si de vos mains je rattrape mon cceur, / [...] rompre de ce coeur l'attachement terrible » (II, 1, 515-518). Son coeur, ou plutot sa fierte, se brise sous le pouvoir de Celimene et de son propre aveuglement, ce qui le mene a la misanthropie. Dans un autre exemple, Celimene dit qu'« [e]nfin, s'il faut qu'a vous s'en rapportent les cceurs, / On doit, pour bien aimer, renoncer aux douceurs, / Et du parfait amour mettre l'honneur supreme / A bien injurier les personnes qu'on aime » (II, 4, 707- 710). La vigueur marque bien ses propos. Elle se moque des exigences et des preferences d'Alceste. D'ailleurs, selon Celimene, celui-ci injurie ceux qu'il aime avec ses strictes attentes. Voila pourquoi, elle denonce les attentes et les propositions d'Alceste puis refuse de « renoncer aux douceurs » de la vie, car ses soupirants et leurs flatteries reconfortent son amour-propre. N'etant pas prete a promouvoir la chastete, l'amour parfait, elle n'est pas encore digne, d'apres elle, de l'honneur supreme. Mais est-ce qu'elle sait ce que c'est que l'amour parfait ? Ce n'est pas clair, puisqu'elle ne semble connaitre que le desir et le plaisir. Et que pense Alceste de l'amour parfait ? En determinant qui est le veritable Alceste, il est clair que chez lui, c'est bien l'amour-propre qui produit l'amour comme dans le cas du narcissisme. II ne connait pas l'amour parfait lui-meme. L'amour de l'autre lui est essentiel pour qu'il ne soit pas isole et incomplet. Chez Celimene, Alceste cherche une autre personne qui pourrait 1'aimer du dehors comme il s'aime en lui-meme. Son besoin de se marier surgit de son voeu de ne pas etre seul. Son interet est done responsable de son desir. En effet, selon La Rochefoucauld, « [1]'interet parle toutes sortes de langues, et joue toutes sortes de personnages, meme celui de desinteresse » (M 39). Dans ce cas-ci, l'interet joue le role de l'amant passionne, et Alceste agit afin de ne pas etre seul. Son ultime besoin est que l'objet de son desir tourne son attention et sa coquetterie vers lui seul. Ce qu'il appelle l'amour « n'est enfin qu'un commerce ou l'amour-propre se propose toujours quelque chose a gagner » (M 83), a savoir, de la compagnie et de la flatterie eternelles. II ne se donne pas a Celimene pour le bien qu'il pourrait faire, de la guerir de sa coquetterie, mais C h a p i t r e 3 p . 107 plutot pour le bien qu'il recevra d'elle (M 85). En fait, « [l]e nom de la vertu sert a l'interet aussi utilement que les vices » (M 187). De sorte que les vertus que semble posseder Alceste se perdent lorsque la vraie cause de celles-ci fait surface. Les vertus, comme la sincerite, l'amour de l'autre et la courtoisie, se perdent dans l'interet. En somme, les allegations d'Alceste ne sont que l'interet deguise (M 232). Or, il est clair qu'Alceste s'aveugle lui-meme sur la verite de ses affections. II se flatte d'aimer Celimene. En realite, ce sentiment est bien le produit de l'amour-propre. Autrement dit, le «moi» desire les compliments, la flatterie, et souhaite que l'autre les lui accorde. Quoi qu'il en soit, il est incontestable que sa vanite et son propre interet controlent son comportement. Par exemple, i l est convaincu que son amour est le meilleur qui puisse etre : « [m]on amour ne se peut concevoir et jamais / Personne n'a, madame, aime comme je fais », dit-il (II, 1, 523-524). II croit meme par vanite etre le seul a aimer cette derniere et a la desirer. En plus, ne voulant pas etre trompe, i l s'enrage contre la societe. « Je veux qu'on soit sincere, et qu'en homme d'honneur / On ne lache aucun mot qui ne parte du cceur », lance-t-il (I, 1, 35-36). Son ultime desir est done de s'associer avec des gens honnetes et sinceres, car leurs paroles et leurs comportements ne peuvent, selon lui, etre faux. Ils doivent provenir du coeur. Ainsi, i l ne sera pas trompe et ridiculise. Ceci n'etant pas le cas, son interet n'est toujours pas satisfait. Par contre, ses propres motifs sont decevants car la realite, c'est qu'Alceste n'aime pas Celimene mais desire la posseder. En realite, ce n'est pas seulement l'interet qui oblige Alceste a masquer ses vraies pensees et ses motivations, mais aussi son orgueil. Son chagrin et son desespoir causes par l'amour le font paraitre magnanime. Mais finalement, son orgueil, afin de paraitre vertueux, se fait passer pour de la magnanimite. Selon La Rochefoucauld, celle-ci est« le bon sens de l'orgueil, et la voie la plus noble pour recevoir des louanges » (M 285). A un certain niveau, Alceste parait etre magnanime dans sa quete d'un monde meilleur. Mais ce n'est que son orgueil qui veut paraitre bon. II semble veritablement chagrine parce que son amour pour Celimene est reprouve. Mais au fond, ceci n'est que le deguisement ultime parce que cet orgueil masque le fait passer pour un noble ou un galant. Ce travestissement est tellement cache qu'Alceste lui-meme ne s'en rend pas compte. Cela le Chapitre 3 p. 108 rend dangereux. Selon La Rochefoucauld, « [1]'aveuglement des hommes est le plus dangereux effet de leur orgueil : il sert a le nourrir et a l'augmenter, et nous ote la connaissance des remedes qui pourraient soulager nos miseres et nous guerir de nos defauts » (Ms 19). Dans Le Petit Robert, l'orgueil se caracterise par une opinion « tres avantageuse, le plus souvent exageree, qu'une personne a de sa valeur personnelle aux depens de la consideration due a autrui ». C'est un « Sentiment eleve de dignite ». De plus, selon La Rochefoucauld, ce sentiment « a plus de part que la bonte aux remontrances que nous faisons a ceux qui commettent des fautes ; et nous ne les reprenons pas tant pour les en corriger que pour leur persuader que nous en sommes exempts » (M 37). Personne ne veut admettre son orgueil, chacun preferant l'illusion exempte. Ce fait meme d'en etre touche l'orgueil car il correspond a la croyance que nous sommes superieurs aux autres et sans fautes. Neanmoins, « [s]i nous n'avions point de defauts, nous ne prendrions pas tant de plaisir a en remarquer dans les autres » (M 31). Autrement dit, chacun est conscient de ses propres defauts, de son orgueil, puisque celui-ci nous pousse a reprouver celui des autres (M 34). La raison pour laquelle nous nous plaignons des imperfections des autres est pour donner l'impression que nous sommes superieurs aux autres. Autrement dit, le fait de signaler les vices des autres nous aide a oublier les notres et, par consequent, nous eprouvons des sentiments de grandeur. L'amour-propre nous conduit de la sorte a deguiser nos propres defauts en denoncant ceux des autres. Habituellement, prudents de ne pas admettre nos propres imperfections, nous ne prenons la parole que si nous avons du bien a dire de nous-memes, et si nous disons du mal de nous-memes, c'est pour ne pas paraitre vains (M 138). Autrement dit, « nous n'avouons jamais nos defauts que par vanite » (Ms 35). II semble done « que la nature, qui a si sagement dispose les organes de notre corps pour nous rendre heureux, nous ait aussi donne l'orgueil pour nous epargner la douleur de connaitre nos imperfections » (M 36). N'hesitant pas a noter et a souligner les defauts des autres, ou de la societe, Alceste n'arrive toutefois pas a admettre les siens. Or, ce qui rapproche son amour de l'amour-propre, c'est qu'il « souffre d'un besoin indomptable de se distinguer, i l veut se mettre a l'ecart de cette societe qu'il deteste » (Kernen 70). Cet homme desire que la societe se conforme a sa volonte puisque son opinion est la plus estimable, d'apres lui. Chapitre 3 p. 109 De nouveau, comme le signale La Rochefoucauld, « [l]a magnanimite est un noble effort de 1'orgueil par lequel i l rend l'homme maitre de lui-meme pour le rendre maitre de toutes chose » dans ce cas, le monde (Ms 51). II veut aussi etre maitre, le fondateur d'un peuple vertueux. II veut etre satisfait du monde : Non, je ne puis souffrir cette lache methode Qu'affectent la plupart de vos gens a la mode ; [...] Puisque vous y donnez, dans ces vices du temps, Morbleu ! vous n'etes pas pour etre de mes gens ; Je refuse d'un cceur la vaste complaisance Qui ne fait de merite aucune difference ; Je veux qu'on me distingue ; et, pour le trancher net, L'ami du genre humain n'est point du tout mon fait (I, 1, 41-42, 59-64). Alceste s'offense de la maniere dont la societe agit, du masque qu'elle porte et, par consequent, lie tout le genre humain aux vices, a la faussete, et ne veut pas etre associe a eux. Et parce que Celimene fait partie de la societe corrompue dont il se plaint, il souhaite la changer. II veut qu'elle devienne la personne qu'il puisse aimer - c'est-a- dire un etre digne de son amour. « Je veux voir », dit-il, « jusqu'au bout quel sera votre coeur, / Et si de me trahir i l aura la noirceur» (IV, 3, 1419-1420). II interroge aussi sa sincerite, en tentant de determiner si elle serait chagrinee par sa trahison. Pourtant, meme si Alceste lui demande de changer et de se transformer afin de satisfaire a ses exigences, il ne peut pas 1'aimer veritablement. Neanmoins, une derniere tentative est faite a la fin de la piece pour convaincre Celimene de renoncer a ses aventures et de se joindre a Alceste : « Pourvu que », lui dit- i l , « votre cceur veuille donner les mains / Au dessein que je fais de fuir tous les humains, / Et que dans mon desert, ou j ' a i fait voeu de vivre, / Vous soyez, sans tarder, resolue a me suivre » (V, 4, 1761-1764). Si elle l'aime, elle quittera la societe, sa vie, pour s'enfuir avec lui. Ce voeu correspond a la folie d'Alceste, car bien que celui-ci considere Celimene corrompue, i l prefere l'emmener avec lui dans son monde parfait et vertueux, etant resolu a la changer, ne voulant pas admettre son erreur et, par consequent, l'imperfection de son jugement. D'apres tout, Alceste l'aime. Mais pourquoi cesse-t-il sa poursuite de Celimene a la fin ? La reponse, c'est que son orgueil ne lui permet plus d'etre rejete. L'amour de soi depasse l'amour de l'autre, se tourne contre l'objet aime Chapitre 3 p. 110 lorsqu'il est blesse. Ainsi l'orgueil contrarie, qui croyait une fois posseder le meilleur amour, cherche a son tour a blesser 1'agent de son amour. Done, dans le quatrieme acte, i l se plaint ainsi de Celimene, en lui disant: Ah ! rien n'est comparable a mon amour extreme, Et, dans l'ardeur qu'il a de se montrer a tous, II va jusqu'a former des souhaits contre vous. Oui, je voudrais qu'aucun ne vous trouvat aimable, Que vous fussiez reduite en un sort miserable, Que le ciel, en naissant, ne vous eut donne rien, Que vous n'eussiez ni rang, ni naissance, ni bien, Afin que de mon cceur l'eclatant sacrifice Vous put d'un pareil sort reparer l'injustice ; Et que j'eusse la joie et la gloire, en ce jour, De vous voir tenir tout des mains de mon amour (IV, 4, 1422-1432). Ce passage demontre l'amour-propre d'Alceste, qui est cache. Des qu'il s'apercoit qu'il est rejete, ce sentiment remonte a la surface et les defauts de Celimene lui deviennent apparents. II veut alors qu'elle soit reduite a un sort miserable comme le sien. II cherche sa ruine afin de jouir de sa victoire, car a ce moment, il est le perdant et son orgueil ne peut tolerer un tel echec. Son amour est un privilege et Celimene ne le merite pas. En d'autres termes, l'injustice commise contre son amour-propre doit etre vengee. Ce qui rejoint l'une des maximes de La Rochefoucauld, qui enonce que l'« orgueil est egal dans tous les hommes, et i l n'y a de difference qu'aux moyens et a la maniere de le mettre au jour » ( M 35). Dans le Misanthrope, la difference entre l'orgueil d'Alceste et celui de Celimene est une question de niveau et de maniere. Celui de Celimene est controle tandis que celui d'Alceste semble aliene. D'apres lui, sa vis-a-vis ne merite pas son amour parce qu'elle est une coquette, qu'elle ne semble pas etre honnete et qu'elle se joue des hommes. Voici un autre element qui remplit un role fundamental dans la conduite de cette femme. Par exemple, son orgueil lui permet de remarquer les defauts d'Arsinoe beaucoup plus facilement que les siens. C'est-a-dire que « [l]e meme orgueil qui nous fait blamer les defauts dont nous nous croyons exempts, nous porte a mepriser les bonnes qualites que nous n'avons pas » (M 462). Elle reconnait plus difficilement l'absence de bonnes qualites dans son caractere qu'elle ne le fait pour Arsinoe, parce qu'elle se croit la Chapitre 3 p. I l l meilleure des deux. Pour elle, du moins en apparence, la pruderie semble tout a fait acceptable, car « chacun a raison, suivant Page ou le gout » (III, 4, 976). Mais en realite, elle considere ce defaut comme un peche mortel. Son intention n'est que de manifester des marques de compassion a Arsinoe (M 463). Par exemple, en s'adressant a son amie, Celimene enonce son opinion dans les termes suivants : Cette affection d'un grave exterieur, Vos discours eternels de sagesse et d'honneur, Vos mines et vos cris aux ombres d'indecence [...] Vos frequentes lecons et vos aigres censures Sur des choses qui sont innocentes et pures, Tout cela, si je puis vous parler franchement, Madame, fut blame d'un commun sentiment. « A quoi bon, disaient-ils, cette mine modeste Et ce sage dehors que dement tout le reste ? [...] Mais elle met du blanc et veut paraitre belle ; Elle fait des tableaux couvrir les nudites, Mais elle a de l'amour pour les realites. » Pour moi, contre chacun je pris votre defense, Et leur assurai fort que c'etait medisance ; [...] Qu'on doit se regarder soi-meme un fort long temps Avant que de songer a condamner les gens ; (III, 4, 927-929, 933-938, 942-946, 951-952). Celimene l'accuse ainsi de pruderie et d'orgueil. Selon elle, Arsinoe porte un masque et trompe les gens afin d'etre aimee par eux. Mais en verite, elle les blame, notamment Celimene, lorsqu'ils font la meme chose qu'elle. Son amour-propre la pousse a vouloir etre la seule femme coquette, qu'elle se distingue parmi la foule. Quand elle observe autrui, Celimene est tres attentive et precise. C'est pour cela qu'elle percoit la realite a travers le masque et n'est pas illusionnee par les apparences des autres. Car d'apres Christian Biet, « Celimene, une jolie coquette qui voit clairement les caracteres de ses contemporains et fait profession de s'en moquer », met ceux-ci a ses genoux (Biet 177). Cependant, malgre ses defauts, Celimene ne porte pas de masque. C'est une coquette mais elle, au moins, ne cache pas son orgueil. La meilleure preuve de l'amour- Chapitre 3 p. 112 propre chez Celimene est revelee, en fait, dans sa facon d'etre avec les autres personnages de la piece. Par exemple, selon Arsinoe, Celimene est tres orgueilleuse et fausse. Sa coquetterie est un vice. « Helas ! et croyez-vous que l'on se mette en peine », lui lance-t-elle : Pensez-vous faire croire, a voir comme tout roule, Que votre seul merite attire cette foule ? Qu'ils ne brulent pour vous que d'un honnete amour, Et que pour vos vertus ils vous font tous la cour ? On ne s'aveugle point par de vaines defaites, [...] Et de la nous pouvons tirer des consequences, Qu'on n'acquiert point leurs cceurs sans de grandes avances, [...] Et qu'il faut acheter tous les soins qu'on nous rend. Ne vous enflez done point d'une si grande gloire Pour les petits brillants d'une faible victoire, Et corrigez un peu l'orgueil de vos appas De traiter pour cela les gens de haut en bas (III, 4, 1005-1009, 1013- 1014, 1016-1020). Ainsi, selon Arsinoe, Celimene illusionne et trompe les hommes. Elle est une enchanteresse orgueilleuse, mais le monde n'est pas dupe de ses intrigues. Par ailleurs, elle ne pense pas que son interlocutrice soit intelligent^ et declare qu'en general, « l'on a des amants quand on en veut avoir » (III, 4, 1024), suggerant des lors que Celimene n'est pas la seule a s'attirer les hommes. Dans une tentative flagrante de denigrer sa vis-a-vis, Arsinoe, par amour-propre, ne peut admettre que Celimene lui soit superieure. Alors, un signe notable d'amour- propre et d'orgueil chez cette derniere apparait dans le fait qu'elle veut etre courtisee. Elle ne pourrait pas se contenter d'un seul homme. Par consequent, elle n'arrive pas a choisir Alceste parce qu'elle les veut tous (Jasinski 167). En ce sens, son intention ainsi que son comportement, diriges par l'amour-propre, peuvent etre considered de facon negative. Voila le defaut de Celimene. Comme nous l'avons souligne anterieurement, elle souffre de donjuanisme8. La flatterie et le jeu d'amour sont les activites essentielles dans Ceci est defini dans le deuxieme chapitre comme une maladie d'orgueil et de desir excessif pour la liberte et Ie libertinage. Sur ce point, le chapitre precedent nous a amene a illustrer cette importante comparaison entre Celimene et Dom Juan, a savoir que contrairement a ce dernier, la jeune femme n'est pas Chapitre 3 p. 113 sa vie. En effet, explique La Rochefoucauld, « [l]a flatterie est une fausse monnaie qui n'a de cours que par notre vanite » (M 158). C'est tin faux deguisement qui n'existe que pour accroitre la vanite. Chez Celimene, amour-propre et flatterie vont de pair. Elle joue avec l'amour en se servant de sa coquetterie. « II lui plait, presque par sport, d'eveiller la passion et de la pousser a son paroxysme en se derobant elle-meme » (Jasinski 169). Quant a Alceste, la flatterie n'est pour lui qu'un autre instrument qu'utilise la societe pour tromper les gens, puisqu'elle ne surgit pas du cceur. Son orgueil l'amene surtout a reaffirmer que la societe a tort. Ce qu'il ne comprend pas c'est qu'il est attire par cette flatterie. Son amour pour Celimene flatte son orgueil car i l se croit aime par la plus belle femme de la cour. Le besoin d'etre l'homme qui possede la jeune et belle Celimene l'aveugle. Or, le fait de vouloir changer cette derniere ne communique-t-il pas une connaissance eclairee du caractere de celle-ci ? Le soupcon est palpable mais la volonte d'agir sur celui-ci est absente. Philinte affirme cette suspicion, en disant que par « ses liens Celimene l'amuse, / De qui l'humeur coquette et l'esprit medisant / Semblent si fort donner dans les mceurs d'a present» (I, 1, 218-220). Alors comme les autres, Alceste choisit de fermer les yeux sur les defauts de son objet d'amour, parce que son orgueil cherche a posseder la femme ideale. En resume, l'aspect positif de l'orgueil est done le fait qu'il nous epargne de la douleur que nous pourrions ressentir si nous nous rendions compte de nos imperfections. Dans de tels cas, notre orgueil n'accepterait pas le defaut et ainsi nous sauverait de la douleur, en nous jetant dans l'ignorance ou encore pire dans la denegation. Ce trait de caractere peut etre considere comme etant une verite positive. C'est-a-dire que plus on s'aime soi-meme, plus cela nous donnera un modele valable et reel a imiter (Rosso 115). Notre amour de soi nous menera a aimer l'autre9. C'est ainsi, l'amour de soi regne sur la nature humaine - cette fois-ci a travers l'orgueil. * Enfin, la derniere forme d'amour-propre que nous analyserons est la vanite. Comme l'interet et l'orgueil, elle aussi entraine la faussete des personnages. La vanite, superficielle. Bien que, sous certains aspects, elle soit le Dom Juan feminin (celui-ci aimant, par exemple, flatter les femmes afin de pouvoir les seduire) Celimene attire l'attention des hommes avec sa coquetterie afin d'etre flattee par eux. Chapitre 3 p. 114 c'est le desir ou le besoin de rencontrer ceux a qui nous rendons service, afin de paraitre bons. Autrement dit, nous aimons voir les gens que nous avons aides parce que cela nous fait rappeler notre bonne volonte. Le Petit Robert definit la vanite comme le defaut d'une personne qui est « satisfaite d'elle-meme et etalant cette satisfaction ». L'orgueil, la pretention et l'ostentation qualifient ce trait de caractere. La personne vaine aime etre complimentee parce qu'elle estime que son merite est indiscutable. Sa bonte et sa generosite se revelent seulement si elles vont etre reconnues et recompensees. Par contre, il n'est pas desirable de voir ceux qui nous font du bien parce que nous devons leur etre reconnaissants (Me 54). La personne vaine est a ce point satisfaite d'elle-meme et s'occupe tellement de se faire complimenter qu'elle n'est pas portee a offrir des compliments a d'autres personnes. En plus, la vanite des autres nous semble insupportable parce qu'elle blesse la notre (M 389). Nous preferons croire que nous sommes superieurs aux autres. S'i l arrive qu'une autre personne tente d'exposer sa superiorite, nous devenons jaloux instantanement. Cette forme de jalousie se manifeste du fait que d'autres personnes possedent ce que nous possedons et ceci nous parait intolerable, ce qui est clairement un defaut de l'amour-propre. Selon Richard Hodgson, « [o]ne of the reasons our passions are so likely to lead us into error and seduce us with falsehood of many kinds is that not only do they resemble self-love in their power to deceive us but also that they are very often the direct result of the machinations of that tyrannical illusion-maker » (Hodgson 61). Autrement dit, la passion n'est en realite qu'une illusion que notre amour-propre nous pousse a creer afin de satisfaire notre vanite. Une des maximes de La Rochefoucauld confirme d'ailleurs ce point en disant que les « passions ne sont que les gouts divers de l'amour-propre » (Me 28). Ce dernier devient encore plus evident dans l'amour puisqu'il n'est qu'une autre passion de l'amour-propre. Lorsque nous sommes amoureux, notre comportement n'est motive que par l'instinct de survie et le besoin de promouvoir notre interet (Hodgson 61). L'affection de l'autre amplifie notre interet: « il n'y a point de passion ou l'amour de soi- meme regne si puissamment que dans l'amour ; et on est toujours plus dispose a sacrifier 1 Je me refere ici aux theories de Rougemont et de Platon, a savoir, que l'amour de l'autre commence dans l'amour de soi. Chapitre 3 p. 115 le repos de ce qu'on aime qu'a perdre le sien » (M 262). Or, que se passe-t-il si l'amour est faux ? Dans le cas d'Alceste, c'est l'amour-propre et l'illusion qui s'endommagent. Selon Jasinski, « [l]a illusion s'accompagne pour lui d'une blessure ulcerante pour son amour-propre » (Jasinski 162). Cette illusion decoule de son impression d'avoir ete aime par Celimene et de l'avoir aimee. Alors, il demande a cette derniere s'il ne lui est valable ni comme amant ni comme mari, en disant: « Eh ! s'il faut qu'a mes yeux votre flamme reponde, / Que doit vous importer tout le reste du monde ? / Vos desirs avec moi ne sont- ils pas contents ? » (V, 4, 1771-1773). S'inquiete-t-il de la perte de Celimene ou de la bonne opinion qu'elle a de lui ? II nous semble qu'Alceste se lamente plutot du fait qu'il n'est plus aime par cette derniere - ce qui touche a l'hypocrisie, puisqu'il ne pleure que pour la perte de la flatterie que sa consideration lui accordait et non pas pour la personne. Chez La Rochefoucauld, nous decouvrons une excellente interpretation de ce comportement: [I]l y a dans les afflictions diverses sortes d'hypocrisie. Dans l'une, sous pretexte de pleurer la perte d'une personne qui nous est chere, nous nous pleurons nous-memes ; nous regrettons la bonne opinion qu'il avait de nous ; nous pleurons la diminution de notre bien, de notre plaisir, de notre consideration. [...] [0]n se trompe soi-meme. [...] II y a encore une autre espece de larmes [...] : on pleure pour avoir la reputation d'etre tendre, on pleure pour etre plaint, on pleure pour etre pleure ; enfin on pleure pour eviter la honte de ne pleurer pas (M233). Si l'on applique les idees de ce passage a Alceste, dans un sens, sans son partenaire virtuel, i l ne lui reste personne qui puisse satisfaire sa vanite. Son alienation est soulignee par le refus d'Eliante lorsqu'il se tourne vers elle, ne voulant aucunement admettre son premier echec. Cette reaction est un signe que son amour-propre le dirige parce que dans le passage suivant, La Rochefoucauld enonce un autre element qui s'applique a la situation d'Alceste. « Lorsque les grands hommes se laissent abattre par la longueur de leurs infortunes », dit-il, « ils font voir qu'ils ne les soutenaient que par la force de leur ambition, et non par celle de leur ame, et qu'a une grande vanite pres les heros sont faits comme les autres hommes » (M 24). Alors chez Alceste, le lecteur se rend compte a la fin que ce n'etait que l'orgueil qui le poussait a chercher l'amour de Chapitre 3 p. 116 Celimene puisque sa vanite refait surface lorsqu'il est severement repousse dans cette derniere scene. En demandant la main d'Eliante, Alceste veut demontrer qu'il n'est pas vraiment blesse. II veut aussi informer Celimene que ce n'est pas son ame qu'il aimait mais plutot l'ambition d'avoir une jeune, belle et riche femme a ses cotes, comme epouse. Mais en meme temps, il veut etre percu comme la victime vertueuse. Par exemple, le debut du cinquieme acte illustre ce point: « Sur la foi de mon droit mon ame se repose », dit-il a Philinte, « Cependant je me vois trompe par le succes : / J'ai pour moi la justice, et je perds mon proces ! / Un traitre dont on sait la scandaleuse histoire, / Est sorti triomphant d'une faussete noire ! » (V, 1, 1490-1494). Selon lui, i l vit dans un univers injuste qui protege l'auteur des crimes et punit la victime. Et, bien sur, il est la victime vertueuse qui est offensee. Mais nous, en tant qu'observateurs, nous sommes conscients du fait que c'est la vanite qui dirige la vertu d'Alceste. Celui-ci, afiirme La Rochefoucauld, « n'irait pas si loin si la vanite ne lui tenait compagnie » (M 200). Alceste parait etre plus vertueux que Celimene sur ce point, precisement parce que sa vanite surpasse celle de cette derniere. C'est-a-dire que sa vanite est tellement cachee qu'il semble ne pas la posseder. Tandis que chez Celimene, la vanite est exposee. Elle est consciente du fait qu'elle blesse les hommes mais elle ne s'en inquiete pas ; et les autres percoivent cette indifference. Sa passion violente pour la revanche, pour son amour-propre et pour sa vanite, l'agite (M 443). Au troisieme acte, dans un dialogue avec Arsinoe evoque plus haut, Celimene semble se moquer de sa vis-a-vis, l'accusant specif!quement d'orgueil et de vanite. Cette reaction a pour origine la vanite d'Arsinoe, qui devient insupportable car elle blesse celle de Celimene (M 389). Dans les faits, cette derniere ne tolere pas d'etre surpassee par les autres, comme en fait foi l'extrait suivant: Madame, on peut, je crois, louer et blamer tout, Et chacun a raison, suivant l'age ou le gout. II est une saison pour la galanterie, II en est une aussi propre a la pruderie ; [...] Je ne dis pas qu'un jour je ne suive vos traces, L'age amenera tout, et ce n'est pas le temps, Madame, comme on sait, d'etre prude a vingt ans (III, 4, 975-978, 982-984). Chapitre 3 p. 117 Chacun fait ce qu'il veut, puisque selon elle, personne ne peut etre blame pour ses actes car chacun a raison. Il est aussi a noter que dans ce passage et ailleurs, Celimene associe la jeunesse avec la jouissance, la coquetterie et la galanterie. En fait, son unique desir « est celui de s'amuser et de jouir de cette unique liberte que lui donne l'etat civil de 'veuve' » (Kernen 76). Comme on l'a deja mentionne, la societe joue un role fondamental dans la formation de Celimene. Bien que celle-ci souffre d'une vanite excessive, elle n'est pas la seule a demontrer ce trait de caractere. II est vrai que la vanite qui la brule est « un poison qui tout pur eteint l'amitie et excite la haine » (Me 27). Cependant, celui-ci lui a ete administre lorsque, d'un jeune age, elle s'est conformee aux attentes de la societe en se mariant. Maintenant qu'elle est veuve, elle profite des regies sociales et seduit les hommes. Sa position dans la societe, comme veuve, lui donne une liberte dont aucune femme celibataire ne peut jouir. C'est ainsi qu'en amour, Celimene fait preuve «d'inconstance» : elle prefere sauter d'un homme a l'autre parce qu'elle a la liberte de le faire. Sa situation le lui permet. Tout comme Dom Juan, ses amants, coneys comme des «divertissements», sont nombreux. Elle ne les aime pas et annonce ce fait dans ses nombreuses plaintes contre chacun. II y a d'abord Cleonte, qui, d'apres Celimene, « se barbouille fort ; / Partout i l porte un air qui saute aux yeux d'abord ; / Et, lorsqu'on le revoit apres un peu d'absence, / On le retrouve encor plus plein d'extravagance » (II, 4, 571-574). Ensuite, il y a Damon qui est « un parleur etrange, et qui trouve toujours / L'art de ne vous rien dire avec de grands discours ; / [ . . . ] Et ce n'est que du bruit que tout ce qu'on ecoute » (II, 4, 579- 582). Timante, « un homme tout mystere, [...] est toujours affaire. [...] A force de facons, il assomme le monde » (II, 4, 586-588, 590). Geralde, « l'ennuyeux conteur ! / Jamais on ne le voit sortir du grand seigneur ; / Dans le brillant commerce il se mele sans cesse / Et ne cite jamais que due, prince ou princesse :/[. . .] II tutaye en parlant ceux de plus haut etage, / Et le nom de monsieur est chez lui hors d'usage » (II, 4, 596-598, 601- 602). Belise, « Le pauvre esprit de femme, et le sec entretien !/[.. .] Et la sterilite de son expression / Fait mourir a tous coups la conversation » (II, 4, 604, 607-608). Adraste, « quel orgueil extreme ! / C'est un homme gonfie de l'amour de soi-meme » (II, 4, 617- 618). Finalement, Cleon, Damis, et Oronte sont tous des amants qu'elle met de cote une Chapitre 3 p. 118 fois qu'elle devient ennuyee. La seule personne qu'elle puisse aimer est Alceste qui est lui aussi laisse de cote, comme les autres. Done, tout comme Dom Juan qui ne s'interesse ni a l'ame ni a l'esprit d'une femme, Celimene ne connait ses amants que superficiellement. A l'instar de ce dernier, elle ne s'interesse qu'au jeu de la conquete. Mais dans son cas, la revanche est a l'origine de ce jeu. Dans un sens, son caractere ressemble a celui d'Alceste, mais d'un autre, elle est exactement son oppose. Elle «tient le role de l'entremetteuse, puisque ses amants la lacheront pour aller vers d'autres amours. Comme le roi dans l'univers du pouvoir, elle accorde a chacun une certaine valeur en le retenant plus ou moins longtemps aupres d'elle » (Apostolides 164). Cette valeur qu'elle attache a chaque homme est souvent negative a cause de son aversion pour les hommes qui predominent dans la societe. En cela, i l existe un certain degre de ressentiment. Ne portant pas de masque pour cacher ses intentions, et consciente du fait que ses soupirants aimeraient se marier avec elle, Celimene gagne sa revanche en sachant qu'elle les blesse tous. Elle est aussi consciente du fait que ses amants la quitteront aussitot qu'ils se rendront compte qu'elle ne veut que s'amuser avec eux. Ainsi, comme nous venons de le voir dans le paragraphe precedent, elle accorde une valeur a chacun et tout en mesurant celle-ci, decide qui elle veut garder et qui sera laisse de cote. Ceci lui accorde un pouvoir que les hommes n'ont pas sur elle. Celimene «voit toute chose avec un incontestable esprit de denigrement» (Jasinski 175). Selon Jasinski, elle manque de fond. Sa superficialite envers les hommes et la societe l'a depouillee de substance. Selon Jasinski, elle fuit le tourment de son inconsistance (180). Mais est-ce vrai ? II est vrai qu'elle aime sa liberte, mais cela n'implique pas necessairement un caractere faible. Elle n'est pas lache ; au contraire, elle est tres forte. Ce fait est clair surtout lorsque l'on tient compte de la periode et de la situation des femmes en ce temps-la. En effet, Christian Biet avoue que cette epoque correspond a « un temps ou les femmes sont a considerer comme des sous-personnes et subissent la capitis deminitio si elles ne sont ni veuves ni «filles majeures» celibataires de plus de vingt-cinq ans » (Biet 216). La societe a done formule des regies strictes que les femmes doivent suivre. L'absence de choix, c'est-a-dire leur obligation d'obeir aux regies sociales, occasionne la revolte et entraine des comportements qui sont considered indociles. Cependant, ce comportement, en realite, n'est qu'une reaction contre les Chapitre 3 p. 119 contraintes sociales. Celimene illustre le pouvoir de la femme lorsqu'elle se revoke contre les normes de la societe, en se servant des regies qu'a creees cette meme societe. Ce personnage, comme le justifie le passage suivant, veut etre libre afin de poursuivre ses nombreux amants : « Si ma personne aux gens inspire de l'amour, / Et si l'on continue a m'offrir chaque jour /[...] ce n'est pas ma faute » (III, 4, 995-998). Son amour-propre la gouverne, son impulsion contre la societe aussi. Aime-t-elle Alceste ? Le chapitre precedent nous a permis de determiner qu'elle l'aime mais de facon maladroite et incomplete. D'ailleurs, selon Kernen, il est difficile de repondre a cette question. L'auteur avoue qu'il « est probable qu'elle [Celimene] l'aime parce qu'il [Alceste] est different des petits marquis ridicules et d'Oronte » (Kernen 76). Mais elle ne l'aime pas d'un amour pur, ce que nous avons montre anterieurement. En ce sens, elle n'aime personne, car ses soupirants ne sont que des divertissements pour elle. Leurs echecs affirment sa liberte. Alors la plus grande force de Celimene est sa coquetterie. Sa beaute, sa jeunesse, et son air distingue l'aident facilement a seduire les hommes. Est-ce qu'elle les seduit parce qu'elle desire les controler ? En fait, son but n'est pas necessairement de dominer les hommes. Elle vise plutot a montrer qu'elle peut vivre sans mari en manipulant les regies sociales pour mieux en profiter. Cependant, les hommes, comme Alceste, sont convaincus qu'elle veut les dominer et, par consequent, le lui reprochent. Par exemple, voici un passage dans lequel Celimene se dispute avec Alceste a ce propos : « Des amants que je fais me rendez-vous coupable ? », demande-t-elle a Alceste, « Puis-je empecher les gens de me trouver aimable ? / Et, lorsque pour me voir ils font de doux efforts, / Dois-je prendre un baton et les mettre dehors ? » (II, 1, 462-464). Elle affirme ici ne pas pourchasser les hommes mais etre poursuivie par eux. Elle donne meme 1'impression de ne pas avoir le pouvoir de controler les flatteries et le comportement de ses soupirants. Elle se dit, en somme, innocente et incapable d'empecher l'engouement qu'ont les hommes pour elle. D'ailleurs, lorsqu'elle est reprouvee pour son indifference et sa coquetterie, elle devient defensive, en disant: « Allez, vous etes fou dans vos transports jaloux, / Et ne meritez pas l'amour qu'on a pour vous. / [...] / Allez, de tels soupcons meritent ma colere » (IV, 4, 1391-1392, 1409). Elle est blessee lorsque ses intentions et ses gestes sont remis en question. Mais sa reaction devoile un sentiment autre que la Chapitre 3 p. 120 blessure emotionnelle. Elle semble etre agressive. Or ceci n'est qu'une autre forme de revanche - car Celimene sait jouer avec les apparences. La faussete et les apparences de la societe deviennent un avantage, dont elle se sert pour se venger de cette meme societe. Ainsi, dans ce cas, Moliere represente la femme comme etant plus dominatrice que l'homme. En realite, Celimene semble etre plus forte qu'Alceste parce qu'elle est plus sure d'elle-meme et de ce qu'elle veut. « Je le veux, je le veux », lance-t-elle avec volonte ( II, 3, 557). Lorsque son desir n'est pas reussi, elle l'ignore : « He bien ! », dit-elle a Alceste, « allez, sortez, i l vous est tout loisible » (II, 3, 559). Or, bien qu'elle n'agisse pas de facon dominante, indirectement, elle controle les hommes. * * * Alors, qu'est-ce que nous apprend l'amour-propre ? Dans une maxime tres pertinente, La Rochefoucauld explique que « [n]ous aimons toujours ceux qui nous admirent ; et nous n'aimons pas toujours ceux que nous admirons » (M 294). La raison pour laquelle nous aimons ceux qui nous admirent est parce qu'ils flattent notre vanite. Par contre, nous n'aimons pas ceux que nous admirons parce car cela indique qu'ils sont meilleurs que nous, que nous souffrons d'un manque. Chez Alceste, la situation est inversee. II aime Celimene mais elle ne l'aime pas en retour, et il deteste la societe qui Padmire. La maxime de La Rochefoucauld illustre bien, en fait, la situation de Celimene qui aime la flatterie des hommes mais qui n'aime pas ceux-ci parce qu'ils sont libres de faire ce qu'ils veulent, sans avoir a se marier. Elle admire cette liberte qu'exercent les hommes et les trompe, d'une part, parce qu'elle est jalouse. Mais, d'autre part, elle se joue d'eux. Ainsi, la maxime de La Rochefoucauld, tout en affirmant que la coquetterie est detruite par le veritable amour (M 376), se rapproche bien de la verite puisque la raison pour laquelle la coquetterie de Celimene persevere est que l'amour d'Alceste n'est pas aussi veritable que son amour-propre. Une autre maxime offre une pensee tout aussi interessante sur l'amour, a savoir que de n'aimer « guere en amour est un moyen assure pour etre aime » (Ms 56). Dans le cas de Celimene, l'absence d'amour pour autrui assure bien l'amour des autres. Tandis que chez Alceste, cette formule produit 1'effet oppose : celui-ci demontre son amour aux autres, surtout a Celimene, mais son affection est recompensee par le refus. Chapitre 3 p. 121 Ainsi, chez ces deux personnages, les obstacles qui empechent l'amour pour l'autre de se developper, et qu'ils creent eux-memes, sont insurmontables. Leur amour- propre est trop fort. Chez Celimene, l'interet, l'orgueil et la vanite sont nes chez elle du ressentiment contre la societe. Or, elle ne cache pas son amour-propre parce qu'elle veut que les gens soient conscients d'elle, ce qui lui accorde plus de respect et la rend plus sincere. Tandis que chez Alceste l'amour-propre surgit de 1'ignorance et ceci le fait paraitre ridicule. * En somme, dans le Misanthrope, Moliere represente bien son epoque, illustrant le desordre, l'inconstance et l'illusion. En montrant l'aveuglement et ses consequences, il transmet le message que l'amour-propre retient toujours un cote positif et negatif. Par exemple, parfois l'amour-propre est deguise en amour de l'autre, auquel cas il n'est pas clair si la personne aime l'autre en tant que telle ou bien si elle l'aime afin de satisfaire son propre interet. Dans de telles circonstances, i l est difficile de determiner si l'amour- propre est negatif ou positif. Dans un sens, i l pourrait etre estime comme un avantage puisque la personne qui aime, ainsi que la personne aimee, sont satisfaites - l'une parce qu'elle aime, et done arrive a satisfaire son amour-propre en recevant cet amour en retour; l'autre parce qu'elle est aimee, malgre sa faussete, done son amour-propre est aussi satisfait. Par contre, une critique possible serait que puisque tout le monde se retrouve dans un monde de faussete, ou chacun agit de facon a se plaire, la vie n'est qu'une illusion. Chez Celimene, l'amour-propre est montre comme etant positif. C'est-a-dire que Moliere illustre que la femme n'est pas necessairement dominee par l'homme. Elle n'est plus l'objet mais se transforme dans le Misanthrope en sujet - de sorte qu'elle n'est plus gouvernee par l'autre. Elle reussit a diriger ses propres pensees et son propre comportement. Chez Alceste, par contre, Moliere represente les effets negatifs de l'amour-propre. II illustre ce qui resulte d'un etre aveugle et illusionne, qui n'arrive pas a separer l'etre du paraitre et se laisse controler par l'amour-propre. Neanmoins, il est clair que les deux personnages perdent un aspect important de leur vie. Ce sacrifice, dans les deux cas, c'est evidemment l'amour de l'autre. Conclusion p. 122 Conclusion Amour ou Illusion ? Farewell, false love, the oracle of lies, A mortal foe and enemy to rest; An envious boy, from whom all cares arise, A bastard vile, a beast with rage possessed; A way of error, a temple full of treason, In all error contrary into reason. [...] A fortress foiled which reason did defend, A siren song, a fever of the mind, A maze wherein affection finds no end, A raging cloud that runs before the wind, A substance like the shadow of the sun, A goal of grief for which the wisest run -Sir Walter Ralegh I Mans notre analyse, nous avons determine que la societe du " Misanthrope oppose la sincerite a la faussete, l'honnetete au mensonge, l'etre au paraitre. Moliere met en scene les conflits et les circonstances qui proviennent de telles oppositions. Son oeuvre peint un univers intolerable, dans lequel les etres sont prives de liberte et soumis au commandement autoritaire de l'amour-propre. II forge une lutte qui se centre sur le «moi», sur sa preservation et sa satisfaction. II introduit un personnage depossede et aliene, qui a pour but ultime de fonder, de facon Conclusion p. 123 auto destructrice, une societe honnete et sincere. Plus la societe devient severe, plus Alceste, cet autocrate, se desespere. La societe molieresque est tellement opprimante que les individus ne realisent que difficilement un equilibre contre elle. Bref, notre dramaturge cree une piece qui met en scene la coexistence inconciliable de deux entites - la societe et l'homme qui la fuit. Notre analyse nous a aussi permis de conclure que le Misanthrope est un masque, un symbole tres puissant dans la litterature baroque. II represente, de facon metaphorique, le faux visage que donnent a voir les personnages et la societe aux autres (Hodgson 28). En fait, derriere chaque texte, i l existe un message ou une intention sous-entendue. Ce travail avait justement pour but de chercher et d'extraire ce message, cette intention, dans la piece de Moliere. Notre lecture de celle-ci nous a appris que l'aventure amoureuse d'Alceste n'est pas realisee. En effet, en examinant le discours de ce dernier, nous remarquons dans le deuxieme acte qu'il envisage la fin de la piece, lorsqu'il dit: « Tot ou tard nous romprons indubitablement» (II, 1, 452). Cette conclusion parait done inevitable. Alors, nous pouvons constater que Moliere raconte l'histoire d'un homme qui prevoit son propre destin mais refuse de l'accepter. Or, sachant que l'echec est assure, le lecteur traverse le texte en cherchant a determiner comment et pourquoi l'amour d'Alceste echoue. Voila l'element masque du Misanthrope. En fait, i l faut souligner que sous le masque de la societe se cache un combat magnifique entre le «heros» et ses ennemis. Dans ce projet, nous, en tant que lecteurs, avons accompli notre tache, en devoilant la barriere derriere laquelle les personnages se cachent. Nous avons pu separer les individus masques des autres, puis etablir la theorie voulant que dans le Misanthrope, comme le dit Hodgson, la raison est un masque pour la deraison, la vertu, un masque pour le vice, et la passion, un masque pour 1'indifference (29). Dans le cas d'Alceste, nous avons constate que la vertu et l'honnetete de sa parole, ainsi que son amour pour Celimene, ne sont qu'une mine1 pour son amour-propre cache. En fait, ni lui ni Celimene ne permettent a l'amour de l'autre de s'accomplir. Ainsi, l'amour-propre est illustre comme etant un element puissant dans l'amour et chez l'individu, en general. Malgre le 1 Mine dans le sens de masque, de deguisement. autrement dit, la vertu et l'honnetete ne sont qu'une ruse pour son amour-propre. Conclusion p. 124 fait que l'amour est habituellement considere comme etant tres influent chez ces deux personnages de Moliere, c'est l'amour-propre qui reprend ce role. C'est la force qui fait agir les protagonistes et les ecarte l'un de l'autre. Mais ces derniers ne se soucient pas d'autrui car tous deux ne cherchent qu'a renforcer leur amour-propre, tirant I'energie de l'autre en meme temps. Or, comme l'enonce Platon dans le Banquet: « [l]ove as a whole has great and mighty power, or rather, in a word, omnipotence; but the one concerned with good things, being accomplished with temperance and justice, both here and in heaven, has the greatest power, and provides all happiness for us, and makes us able to have society together, and to be friends with gods also, who are higher than we are » (187c-189d). L'amour possede le pouvoir d'accorder le bonheur et la jouissance lorsqu'il est pratique pour le bien. Cependant, dans le Misanthrope, cet amour, malgre sa puissance, entraine le malheur, puisque ce sentiment totalitaire est stimule par l'amour-propre. C'est la raison pour laquelle Alceste se tourne en antagoniste absolu. Son amour, dirige par l'amour-propre, entraine le desespoir car i l est inepte en ce qui concerne l'amour de l'autre. Pres d'echouer dans son entreprise, i l est pousse a se retirer de son milieu et done repart a zero au cinquieme acte. Ce suicide symbolique lui fournit l'espoir de conserver son illusion. Or, contrairement aux autres auteurs qui presentent le cote romantique ou tragique de l'amour, Moliere, avec perspicacite, nous montre ainsi le cote ironique de celui-ci. Pendant des siecles, remontant jusqu'a l'antiquite, les poetes, les philosophes et les theoriciens ont ete inspires par l'amour et ont exhorte ses qualites et ses effets positifs aux lecteurs. Mais cet auteur choisit d'illustrer le cote a la fois negatif et realiste d'un sentiment fort trop idealise par Alceste. * Par ailleurs, le lien que nous avons etabli a travers la voix de La Rochefoucauld, est tres important pour notre analyse, car i l contient l'ingredient qui aide Moliere a introduire aux lecteurs le cote sinistre de l'amour. La doctrine de ce philosophe montre qu'en ce qui concerne l'amour, nous sommes surtout trompes car, en verite, c'est que ce sentiment est surtout controle par l'amour-propre. Dans l'une de ses maximes, il explique que : « [1]'amour, tout agreable qu'il est, plait encore plus par les manieres dont il se montre que par lui-meme » (M 501). Cet auteur croit meme que l'amour est Conclusion p. 125 glorifie. A son avis, la plupart des gens sont amoureux de l'idee meme de l'amour : « [I]l y a des gens », dit-il, « qui n'auraient jamais ete amoureux s'il n'avaient jamais entendu parler de l'amour » (M 136). Alors, dans un sens, ce sentiment ne fait que suivre la norme. Son lien avec l'amour-propre se manifeste du fait que les gens veulent aimer parce qu'ils ont entendu parler d'un tel sentiment et, ne voulant pas en etre depourvus, ils le cherchent. En ce sens, ce sentiment peut etre imprudent et parfois precipite - ce qui est le cas chez Alceste. En fait, « [l]a prudence et l'amour », continue La Rochefoucauld, « ne sont pas faits l'un pour l'autre : a mesure que l'amour croit, la prudence diminue » (Me 46). Suivant ce modele, Moliere demontre dans son theatre ce melange de cynisme et d'espoir vis-a-vis de l'amour. Ses personnages desirent l'amour mais, la plupart du temps, ils sont illusionnes et trompes (Singer 279). Chez Alceste, cette these est tres pertinente car il est aveugle et illusionne par ce sentiment, surtout par l'amour-propre. Comme nous l'avons vu dans notre analyse, l'image de la femme ideale et du monde ideal le trompe et le chasse de la scene a la fin, tout en le poussant a chercher le desert. En effet, La Rochefoucauld ajoute un autre aspect qui s'applique a ce portrait de l'amour : celui-ci est « une image de notre vie » (De I'Amour et de la Vie 176). Dans le Misanthrope, nous observons ceci chez les deux protagonistes de la piece. Par exemple, l'amour d'Alceste reflete sa vie puisque dans les deux cas, i l est aveugle par son amour- propre. Son cceur est controle par ce dernier qui le pousse a trouver une partenaire qui puisse le flatter et l'amuser dans le nouveau monde qu'il souhaite fonder. Tandis que Celimene est menee par la logique et sa vie reflete ce genre d'amour. Elle n'est certainement pas aveuglee. Sa logique est poussee par son ressentiment contre la societe et ses «amours» nombreux sont lies a son desir de se venger contre celle-ci. En outre, il vaut la peine de mentionner que si Alceste, le sujet aimant, et Celimene, son objet aime, etaient de la meme nature, la piece de Moliere n'aurait aucun interet theatral. Le charme et la popularity de cette piece se trouvent, en effet, dans l'opposition et la problematique qui existent entre les deux protagonistes. C'est-a-dire que c'est l'effet contradictoire, produisant le conflit d'intensite maximale entre homme et femme, homme et societe, qui motive la consideration des lecteurs. Ceci suit la regie connue, qui exige que nous aimons ceux qui ne nous conviennent pas. Voila ce qui accorde a cette piece molieresque son ingeniosite - l'amour defectueux. Conclusion p. 126 *** Alors l'amour qui se trouve dans le Misanthrope n'est ni passionne ni visible. II est cache parce qu'il n'a pas encore evolue vers l'autre. Par exemple, bien que la passion d'Alceste pour l'honnetete et la vertu persiste jusqu'a la fin de la piece, son amour se dissimule. On pourrait meme dire que sa quete pour l'honnetete et son amour-propre endommagent la possibility du developpement de l'amour de l'autre, l'amour passionne. Ceci est encore plus evident lorsqu'il est compare a d'autres textes. Entre autres, l'ceuvre de Moliere a ete comparee, a quelques reprises, a La Nouvelle Heloise dans laquelle Rousseau illustre l'aspect ideal de l'amour. S'opposant a Moliere, l'auteur examine alors la purete de l'amour de Julie et de Saint-Preux. II explique que leur sentiment mutuel est parfait et pur parce qu'il provient de la passion naturelle et spontanee des deux amants (Grimsley 121). Ils s'aiment avec leur ame. Leur amour depasse les prejuges sociaux puisqu'ils continuent a s'aimer en depit des regies sociales. Les personnages de Moliere, quant a eux, n'arrivent pas a franchir ces prejuges sociaux. Au contraire, de telles restrictions les frustrent. Celimene, par exemple, ne parvient pas a delaisser sa revanche contre la societe et Alceste ne reussit pas a effacer la meprise de celle-ci. Des qu'il n'arrive pas a faire aboutir a son plan de changer le monde selon son vceu et d'assurer sa maitrise en possedant Celimene pour lui seul, son suicide symbolique est assure. Alors la comparaison entre ces derniers, Saint-Preux et Julie, illustre l'amour problematique qui se trouve dans le Misanthrope. Ce parallele prouve que l'amour-propre et 1'influence sociale sont plus forts que l'amour de l'autre, chez Alceste et Celimene. La societe, son influence, de meme que l'amour-propre sont des sujets courants dans la litterature. Dans le Misanthrope, Moliere illustre la consequence ou l'effet negatif du systeme social sur ses deux personnages principaux. Par exemple, la societe a d'abord force Celimene a se marier a un jeune age. Ensuite, lorsqu'elle est devenue veuve, cette societe a limite son comportement - de sorte qu'elle ne peut pas jouir de sa liberte. Ainsi, malgre son independance, Celimene se doit de respecter les ordres et les normes sociales. Elle decide pourtant de se revolter contre celles-ci. Chez Alceste, par contre, 1'influence de la societe sur les autres produit d'autres effets : cet individu meprise tout le monde, voulant convaincre autrui qu'il est honnete homme, tout en cherchant la vertu et la bonte chez ses semblables. Cependant, la realite etant qu'il n'est Conclusion p. 127 pas honnete, son ignorance envers lui-meme et, par consequent, son hypocrisie, l'empechent de s'integrer dans la societe et de recruter des complices qui partageraient sa vision du monde. Le Misanthrope represente, en ce sens, la disintegration d'Alceste. Par ailleurs, repondons a la question posee dans 1'introduction : Alceste est-il un misanthrope ou un atrabilaire amoureux ? D'abord, si l'on retourne a la definition du misanthrope, selon Furetiere, ce personnage en est bien un dans son caractere excessif qui le mene a multiplier l'effet du desordre social. C'est un personnage deplace qui se moque de la sociabilite. II deteste les hommes de son entourage et fait preuve de cela des le debut de la piece : « je hais les hommes », dit-il, « Les uns parce qu'ils sont mechants et malfaisants, / Et les autres pour etre mechants complaisants » (I, 1, 118-120). Mais en meme temps, il cherche a fonder un monde honnete. Alors il fuit plutot la mechancete et la duperie de celle-ci, et non pas la societe comme telle. II n'aime pas les fausses apparences des gens et de son environnement. Pour cette raison, il devient melancolique et bilieux car la frustration de son echec le mene a la folie et a l'aveuglement, ce qui le rapproche de la definition de 1'atrabilaire. Mais est-il amoureux ? Avec lui-meme, mais certes pas avec Celimene. C'est-a-dire que son amour-propre ne lui permet pas d'aimer l'autre, mais l'amene a croire qu'il aime Celimene et a vouloir transformer celle-ci en une femme ideale. Mais en realite, ce n'est pas elle qu'il aime mais l'image qu'il s'en fait. II souhaite, a tout prix imposer son image d'elle. II aime l'idee et non pas la femme elle-meme. Bref, c'est un homme asocial et bilieux qui se croit amoureux, mais ne Test qu'avec lui-meme. Sa logique le conduit a renier Celimene, ses amis et la societe. Sa misanthropie ne fait qu'accelerer son alienation de la societe, envers laquelle il refuse de s'adapter, et ne manque jamais une occasion pour affirmer ses hautes qualites, tout en voulant exhiber son integrite. Sa relation amoureuse, ou plutot la consequence de celle- ci, afiiche sa dechirure. II devient done l'etre incorrigible, selon les normes sociales. Quant a Celimene, celle-ci n'est pas amoureuse mais elle n'est pas misanthrope non plus. Elle est plutot la feministe du dix-septieme siecle. Elle possede l'art de jouer avec l'amour, est un peu snob et capricieuse. Mais en meme temps, elle possede le charme, la lucidite et la maitrise de l'ironie - tout ce qui la distingue de ses semblables. Elle prend charge de sa liberte en utilisant au mieux ses armes contre la societe. II est Conclusion p j2 done clair que ses pensees et son comportement ne refletent pas la norme de son temps. Mais c'est bien cette anomalie qui singularise le texte de Moliere. Bibliographic p. 129 Ouvrages Consultes Texte a l'etude Moliere. Le Misanthrope. Ed. Gerard Gengembre. Paris : Larousse, 1990. Textes Baudelaire. (Euvres Completes. II. Ed. Claude Pichois. Paris : Gallimard, 1976. Beroul. Les Poemes de Tristan et Iseut. Ed. Gabriel Bianciotto. Paris: Librairie Larousse, 1992. Erasme. Blum, Claude, ed. Eloge de la Folie. N.d., n.p., n.p. La Rochefoucauld. Maximes et Relexions Diverses. Ed. Jean Lafond. Paris : Gallimard, 1976. Moliere. Dom Juan. Ed. Marie-Helene Prat. Paris : Classiques Bordas, 1997. Moliere. L'Ecole des Femmes. Ed. Jacqueline Benazeraf. France : Classiques Larousse 1996. Montaigne. Essais : Livre I-III. Ed. Alexandre Micha. Paris : Flammarion, 3 vol. 1969-79. Pascal. Discours Sur les Passions de l'Amour. Ed. Jerome Verain. Paris : Editions Mille et UneNuits, 1995. Plato. Symposium. Ed. Eric H. Warmington and Philip G. Rouse. New York : Mentor Classic, 1956. Plato. Republic. Trans. G.M.A. Grube. Indianapolis : Hackett Publishing Company Inc., 1992. Rousseau, Jean-Jacques. CEuvres Completes. II. La Nouvelle Heloise Theatre - Poesies Essais Litteraires. Paris : Gallimard, 1964. Rousseau, Jean-Jacques. Lettres A Mr. D'Alembert : Sur les Spectacles. Paris : Textes Litteraires Francais, 1948. Rousseau, Jean-Jacques. (Euvres Completes. IV. Emile ou de l'Education. Paris : Gallimard, 1969. Bibliographie p ] 3Q Etudes Critiques Fowlie, Wallace. Love in Literature. Studies in Symbolic Expression. New York : Books for Libraries Press, 1965. Rougemont Denis. Les Mythes de 1'Amour. Paris : Gallimard, 1961. Rougemont, Denis. Love in the Western World. New York : Pantheon, 1956. Ouvrages Cites Apostolides, Jean-Marie. « Celimene et Alceste : l'Echange des Mots ». Le Misanthrope au Theatre : Moliere, Griboedov, Mugron. 1990. ARTFL Project. Dictionnaire de L ' Academie Francaise. l e ed. Paris : Coignard, 1694. Online. Baker, Susan Read. Collaboratio et Originalite Chez La Rochefoucauld. UP of Florida : Gainsville,1980. Biet, Christian. « La Veuve et l'ideal du Mari Absolu : Celimene et Alceste ». Cahier du Dix-Septieme. 7 :1 (1997) : 215-26. Biet, Christian. Les Miroirs du Soleil. Paris : Gallimard, 1989. Charvet, John. "The Idea of Love in La Nouvelle Heloise". Rousseau after Two Hundred Years: Proceedings of the Cambridge Bicentennial Colloquium. Cambridge : Cambridge UP, 1982. Chauveau, Jean-Pierre. Lire le Baroque. Paris : Dunod, 1997. Cranston, Maurice. The Romantic Movement. Oxford : Blackwell Publishers, 1994. Dickson, Jesse. « LTdeologie du Rire ou, Comment Interpreter Le Misanthrope ? ». The French Review. 68.4 (1995): 594-601. Ellis, Ralph D. Eros in a Narcissistic Culture. Dordrecht: Kluwer Academic Publishers, 1996. Felman, Shoshanan. Writing and Madness. Ithaca : Cornell UP, 1985. Foucault, Michel. Histoire de la Folie a l'Age Classique. Paris : Gallimard, 1972. Frelick, Nancy M . Delie as Other : Toward a Poetics of Desire in Sceve's Delie. Lexington : French Forum, 1994. Bibliographic Garnot, Benoit. Societe, Cultures et Genres de Vie dans la France Moderne XVIe -XVIHe Sciecle. Paris : Hachette, 1991. Grimm, Jurgen. « Le Misanthrope Portrait du Siecle ». Litteratures Classiques. 38 (2000): 51-61. Grimsley, Ronald. Jean-Jacques Rousseau : a Study Self-Awareness. Jean-Jacques Rousseau : A Study in Self-Awareness. Wales : U of Wales P, 1969. Hammond, Nicholas. Creative Tensions : An Introduction to Seventeenth-Century French Literature. London : Duckworth, 1997. Hamilton, Edith. Mythology. New York : Warner Books, 1999. Hodgson Richard G. Falsehood Disguised : Unmasking the Truth in La Rochefoucauld. Indiana : Purdue UP, 1995. Jasinski, Rene. Moliere et le Misanthrope. Paris : A .G . Nizet, 1963. Kernen, Madeleine. « Le Role des Oppositions dans le Misanthrope ». Chimeres. Spring 1984 17:2, 68-81. Kristeva, Julia. Histoires d'Amour. Paris : Denoel, 1983. Merlin, Helene. Public et Litterature en France au X V H e Siecle. Paris : Les Belles Lettres, 1994. Moor, W.G. La Rochefoucauld : His Mind and Art. Oxford UP : London, 1969. Mousnier, Roland. Les X V I e et X V I I e Siecles. Paris : Presses Universitaires de France, 1993. Pulcini, Elena. Amour-passion et Amour Conjugal: Rousseau et l'Origine d'un Conflit Moderne. Paris : Honore Champion Editeurs, 1998. Rank, Otto. The Don Juan Legend. New Jersey : Princeton UP, 1975 Rey, Alain, ed. Le Dictionnaire Universel D'Antoine Furetiere. Paris : Le Robert Paris, 1978. Rey, Josette, Debove et Alain Rey, ed. Le Nouveau Petit Robert. Paris : Dicorobert, 1993. Rosso, Corrado. Proces a La Rochefoucauld et a la Maxime. Libreria Goliardica : Pisa, 1986. Bibliographie p. 132 Sandier, Gilles. Don Juan : Comedie en V Actes de Moliere. Paris : Larousse Classiques, 1976. Singer, Irving. The Nature of Love : 2 Courtly and Romantic. Chicago : U of Chicago P, 1984. Starobinski, Jean. Jean-Jacques Rousseau. La Transparence et l'Obstacle. Paris : Gallimard, 1971. Stewart, Philip. Le Masque et La Parole : le Langage de 1'Amour au XVIII e Siecle. Paris : Librairie Jose Corti, 1973. Van Tieghen, Paul. Le Romantisme dans la Litterature Europeenne. Paris : Editions Albin Michel, 1948. Watts, Derek. La Rochefoucauld : Maximes. Universityof Glasgow Publication : Glasgow, 1993. Wagoner, Robert, E. The Meanings of Love : an Introduction to the Philosophy of Love. Westport: Preager, 1997. Willard, Nedd. Le Genie et la Folie au Dix-huitieme Siecle. Paris : Presses Universitaires de France, 1963.


Citation Scheme:


Usage Statistics

Country Views Downloads
France 8 0
Canada 7 0
United States 5 0
Republic of Lithuania 5 0
Japan 3 0
China 3 0
Tunisia 1 0
City Views Downloads
Unknown 7 0
Kaunas 5 0
Château-Thierry 5 0
Stoney Creek 4 0
Tokyo 3 0
Palo Alto 3 0
Beijing 3 0
Gatineau 2 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}


Share to:


Related Items