Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Une analyse des quantificateurs flous divers, différents, plusieurs, certain(s) et quelque(s) dans l’idiolecte… Savvas, Sophia 2000

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-ubc_2000-0565.pdf [ 11.55MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0089787.json
JSON-LD: 831-1.0089787-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0089787-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0089787-rdf.json
Turtle: 831-1.0089787-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0089787-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0089787-source.json
Full Text
831-1.0089787-fulltext.txt
Citation
831-1.0089787.ris

Full Text

UNE ANALYSE DES QUANTIFICATEURS FLOUS DIVERS, DIFFERENTS, PLUSIEURS, CERTAIN(S) ET QUELQUE(S) DANS L'IDIOLECTE DE CLAUDE LEVI-STRAUSS by SOPHIA SAWAS B.A., The University of British Columbia, 1997 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES Department of French, Hispanic and Italian Studies We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA September 2000 © Sophia Sawas, 2000 UBC Special Collections - Thesis Authorisation Form Page 1 of 1 In presenting t h i s thesis i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements' for an advanced degree at the Univ e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree that the Library s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of t h i s thesis for sch o l a r l y purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. I t i s understood that copying or pu b l i c a t i o n of t h i s thesis for f i n a n c i a l gain s h a l l not be allowed without my written permission. The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia Vancouver, Canada http://www.library.ubc.ca/spcoll/thesauth.html 10/8/00 Sawas ii RESUME Cette etude a une envergure bipartite: outre qu'elle se consacre aux quantificateurs flous avec une forte concentration sur certain(s), diver(s), differents(s), plusieurs et quelque(s), elle compare leurs emplois avec ceux du Dictionnaire des frequences. Avant tout, elle se veut descriptive et synchronique. Dans cette optique, elle se base sur un corpus clos, celui de l'idiolecte de l'anthropologue francais Claude Levi-Strauss. Ce corpus numerise compte dix sous-corpus d'inegale longueur, couvrant cinq decennies de la deuxieme partie du X X s siecle et totalisant 1 251 792 mots. Par ailleurs, il englobe 3872 occurrences des cinq quantificateurs flous en question. Dans un premier temps, il s'agit d'une analyse distributionnelle a laquelle s'ajoute une analyse componentielle. Nous mettrons en evidence les contextes d'apparition de chacun des cinq quantificateurs flous dans le corpus en plus de leur appliquer une batterie de tests semantiques et syntaxiques pour deceler leur fonctionnement dans la langue francaise. Pour ce qui concerne le semantisme, nous presenterons ce que d'autres linguistes tels Arrive, Gadet & Galmiche, Chevalier, Curat, Damourette & Pichon, Gondret, Grevisse, Gross, Mitterand, Riegel, Pellat & Rioul et Wilmet ont a dire a propos1 de ces cinq quantificateurs flous. Ce chemin parcouru, nous pourrons tester l'hypothese que divers, differents et plusieurs forment un sous-systeme au sein de la classe de quantificateurs flous alors que certains(s) et quelque(s) en forment un autre. La seconde partie de cette etude consiste en une analyse statistique. II s'agit d'une comparaison des frequences relatives des cinq quantificateurs flous dans le corpus de Levi-Strauss avec celles du Dictionnaire des frequences qui livre l'equivalent d'une norme de la langue: il totalise 70 317 234 mots, dont 37 653 685 relevent du XX 6 siecle. Sawas iii TABLE DES MATIERES Page Resume ii Table des matieres iii Liste des tableaux iv Liste des symboles et abreviations utilises vii Remerciements xi CHAPITREI Vue d'ensemble 1 1.1 Introduction 1 1.2 Lesobjectifs 3 1.3 Le cadre thiorique 3 1.4 La methodologie 4 1.5 Les exemples rejetes 11 1.6 Les problemes dans le depouillement automatique. .12 1.7 Les tests 13 1.8 LeDictionnaire des frequences 18 1.9 La terminologie 19 CHAPITRE II Les quantificateurs flous chez Levi-Strauss 22 2.1 Les quantificateurs extensifs 22 2.1.1 Different* 22 2.1.2 Divers , 33 2.1.3 Plusieurs. 50 2.2 Les quantificateurs non-extensifs 83 2.2.1 Certain(s) 83 2.2.2 Quelque(s). 123 CHAPITRE III Comparaison avec le Dictionnaire des frequences 166 3.1 Les donnees du corpus et du DF 166 3.2 Comparaison du corpus avec le DF 171 CHAPITRE IV Conclusion 173 Bibliographie des travaux cites et des ouvrages de reference (*) 176 Bibliographic des exemples cites 179 Sawas iv LISTE DES TABLEAUX Page Tableau 1 Les determinants quantificateurs rares dans le corpus de Levi-Strauss 5 Tableau 2 Les donnees du corpus de Levi-Strauss .7 Tableau 3 Classement des donnees du corpus de Levi-Strauss. 7 Tableau 4 Repartition des emplois des quantificateurs flous dans le corpus de Levi- Strauss. 9 Tableau 5 Repartition des fonctions des SN a quantificateur flou dans le corpus de Levi-Strauss 9 Tableau 6 Les exemples rejetes du corpus de Levi-Strauss 12 Tableau 7 Les donnees du Dictionnaire des frequences suivant le siecle 18 Tableau 8 Les donnees du Dictionnaire des frequences suivant le genre litteraire.. 18 Tableau 9 Les donnees du Dictionnaire des frequences suivant la predominance du pronom personnel 19 Tableau 10 Differents comme determinant (en positions sujet et cod) 28 Tableau 11 Classement du substantif des 74 occurrences de differents + SS (en toutes positions) selon le rang, la frequence, l'effectif, les occurrences, la frequence absolue cumulee et la frequence relative cumulee 31 Tableau 12 Classification du substantif des 44 occurrences de differents + SS (de frequence >1) 32 Tableau 13 Divers comme determinant (en positions sujet et cod) 40 Tableau 14 Classement du substantif des 240 occurrences de divers + SS (en toutes positions) selon le rang, la frequence, Feffectif, les occurrences, la frequence absolue cumulee et la frequence relative cumulee 47 Tableau 15 Classification du substantif des 158 occurrences de divers + SS (de frequence > 1) 49 Sawas Tableau 16 Plusieurs comme determinant (en positions sujet et cod) 59 Tableau 17 Classement du substantif des 835 occurrences de plusieurs + SS (en toutes positions) selon le rang, la frequence, l'effectif, les occurrences, la frequence absolue cumulee et la frequence relative cumulee 77 Tableau 18 Classification du substantif des 667 occurrences de plusieurs + SS (de frequence > 1) 82 Tableau 19 Certain(s) comme determinant (en positions sujet et cod) 92 Tableau 20 Classement du substantif des 692 occurrences de certain(s) + SS (en toutes positions) selon le rang, la frequence, l'effectif, les occurrences, la frequence absolue cumulee et la frequence relative cumulee 117 Tableau 21 Classification du substantif des 530 occurrences de certain(s) + SS (de frequence > 1) M22 Tableau 22 Quelque + SS + que + subjonctif + suite de l'enonce 128 Tableau 23 Quelque(s) + numeral : . . 13 3 Tableau 24 Quelque(s) comme determinant (en positions sujet et cod) 144 Tableau 25 Classement du substantif des 741 occurrences de quelque(s) + SS (en toutes positions) selon le rang, la frequence, l'effectif, les occurrences, la frequence absolue cumulee et la frequence relative cumulee 161 Tableau 26 Classification du substantif des 501 occurrences de quelque(s) + SS (de frequence > 1) 165 Tableau 27 Repartition des emplois de certain(s) dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence absolue 167 Tableau 28 Repartition des emplois de certain(s) dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence relative 167 Tableau 29 Repartition des emplois de divers dans les 10 textes de Levi-Strauss ' selon la frequence absolue 167 Tableau 30 Repartition des emplois de divers dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence relative 168 Tableau 31 Repartition des emplois de differents dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence absolue 168 Sawas Tableau 32 Repartition des emplois de differents dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence relative 168 Tableau 33 Repartition des emplois de plusieurs dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence absolue.. 169 Tableau 34 Repartition des emplois de plusieurs dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence relative 169 Tableau 35 Repartition des emplois de quelque(s) dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence absolue 169 Tableau 36 Repartition des emplois de quelque(s) dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence relative 170 Tableau 37 Comparaison des donnees selon le nombre total des quantificateurs flous dans le corpus 171 Tableau 38 Les ecarts entre les frequences absolue et relative 171 Tableau 39 Comparaison des donnees selon le nombre total des mots dans le corpus 171 Tableau 40 Les ecarts entre les frequences absolue et relative 172 Sawas vii LISTE DES SYMBOLES ET ABREVIATIONS UTILISES 1. Abreviations ayant trait a Claude Levi-Strauss et a ses ouvrages (empruntees aux abreviations employees par lui-meme dans ses ouvrages): IAS Anthropologic structurale 2AS Anthropologic structurale deux CC Le Cru et le cuit HL Histoire de Lynx HN L 'Homme nu L.-S. Claude Levi-Strauss MC Du Miel aux cendres PJ La Potiere jalouse REL Regarder, ecouter, lire ITT Tristes Tropiques (premiere edition) 2TT Tristes Tropiques (nouvelle edition, revue et corrigee) VM La Voie des masques JVM La Voie des masques 1 2VM La Voie des masques 2 2. Abreviations des dictionnaires: DF Dictionnaire des frequences GR Grand Robert de la langue francaise PR Petit Robert (1993) RM Robert Methodique TLF Tresor de la langue frangaise 3. Symboles generaux: ! jugement d'asemantisme * jugement d'agrammaticalite ? jugement de marginalite ?? jugement de marginalite extreme # enchainement discursif inacceptable + suivi de « » citation italiques semiologie italiques mot mis en italiques par Levi-Strauss gras mot mis en gras par nous —» manipulation (substitution, commutation, etc.) { } paradigme, substituts [...] raccourcissement d'un exemple par nous = equivalence semantique, paraphrase • non equivalence semantique cf. confers (comparer) v. voir (reference) F frequence absolue N nombre d'occurrences R rang 2 somme, nombre total d'occurrences 2 (FV) frequence absolue cumulee 1 / N I (FV) frequence relative cumulee V nombre de mots differents § paragraphe 4. Abreviations et symboles grammaticaux: [] limites d'une suite syntaxique [x-y] [x] est la tete du syntagme [x y] [SNA] suite syntaxique classee SN A adjectif -abs abstrait Adv adverbe ca complement d'agent cc complement circonstanciel cd complement determinatif cod complement d'objet direct coi complement d'objet indirect -cont continu -cone concret -def defini D determinant -discont discontinu, discret f feminin m masculin Pi pluriel Sawas x Pro pronom -quant quantificateur (flou ou numerique) SA syntagme adjectival sc syntagme adverbial (circonstanciel) s substantif SD syntagme determinatif sg singulier SN syntagme nominal SS syntagme substantival suj sujet Sawas REMERCIEMENTS Je tiens a remercier chaleureusement les membres de mon comite, les professeurs Herve Curat, Chantal Phan et Christine Rouget, pour tous leurs conseils au cours de la redaction de ce memoire. Leurs remarques et suggestions m'ont ete precieux. Sawas 1 1.1 Introduction Ce travail se propose d'examiner le semantisme des quantificateurs flous tels que certain(s), divers, differents, plusieurs et quelque(s). Avant de proceder plus loin, arretons-nous sur l'etiquette de quantificateur flou qui connait de multiples variations.1 Nous nous appuyons sur le livre de Curat intitule Les determinants dans la reference nominate et les conditions de leur absence (1999), qui definit le quantificateur comme les items lexicaux pronominalisables par le pronom extracteur en; en d'autres termes la classe referentielle n'est pas saturee. Cette pronominalisation isole les numeraux cardinaux, qu'on peut symboliser par des nombres, en plus de ce que la grammaire traditionnelle appelle les determinants indefinis. Nous nous concentrerons uniquement sur ces derniers dont la charge semantique demeure imprecise, c'est-a-dire qu'il existe une indetermination quant a la qualite ou la quantite de la classe referentielle, ce qui justifie la qualification flou. Plus particulierement, nous cherchons a tester l'hypothese qu'a Pinterieur de la classe des quantificateurs flous, deux micro-systemes s'erigent et s'opposent: d'un cote, divers, differents et plusieurs, de 1' autre certain(s) et quelque(s). Regardons brievement ces deux micro-systemes. Divers ainsi que differents admettent les deux genres; ils sont toujours au pluriel lorsqu'ils s'emploient comme determinants; ils s'emploient comme determinants simples aussi bien que complexes; ils sont tous les deux issus d'adjectifs et s'emploient comme adjectifs; et ils connaissent theoriquement aussi des emplois pronominaux. Pour ce qui concerne plusieurs, il ne marque pas de facon formelle 1 Wilmet prefere quantifiant a quantificateur (1997); Chevalier emploie l'appellation quantifiant (1966); Junker l'appelle quantifieurflottant (1995); Gross l'appelle determinant adjectif, abr^ ge Dadj (1986) ; Damourette & Pichon l'appelle strument de quantite (1911-1930). Sawas 2 Paccord du genre;2 il n'accepte pas le singulier, il se trouve done toujours au pluriel; il s'emploie comme determinant simple, « exceptionnellement » comme determinant complexe (Wilmet 1997 § 205, 2° : 173);3 et il s'emploie comme pronom. Quant a certain(s), il accepte les deux genres; il se met au singulier aussi bien qu'au pluriel; il s'emploie comme determinant simple et complexe;4 il s'emploie comme adjectif et comme pronom. Quelque(s) n'indique pas semiologiquement l'accord du genre; il se trouve au singulier et au pluriel; il s'emploie comme determinant, accusant une forme simple ainsi qu'une forme complexe; et il s'emploie comme adverbe. A partir de la, deux grandes classes se dessinent nettement: les quantificateurs flous se trouvant uniquement au pluriel (divers, differents et plusieurs) et ceux qui se mettent au singulier aussi bien qu'au pluriel (certain(s) et quelque(s)). Dans un premier temps, nous allons regarder le fonctionnement, e'est-a-dire la distribution de chacun a partir des exemples concrets et reels. L'idiolecte de Panthropologue francais Claude Levi-Strauss nous servira en tant que corpus. Le corpus servira dans un deuxieme temps de tremplin pour nous permettre d'aborder le domaine de la norme: nous comparerons les resultats de ce corpus, e'est-a-dire la frequence relative de chaque quantificateur flou avec celle du Dictionnaire des frequences. Au terme de notre analyse, nous aurons la reponse a deux questions: Notre hypothese reste-t-elle valable a la lumiere des resultats de notre corpus ? et Levi-Strauss suit-il la norme ou s'en ecarte-t-il ? 2 Selon Curat, cela le rapproche des quantificateurs numeriques pluriels. 3 1 . « II etait temps, car tes plusieurs pigeons s'aiment d'amour tendre et s'ennuient au logis » (Wilmet 1986, 1° : 16). 4 2. « Cette attitude, apparemment tres crane, finit a la longue par engendrer le certain malaise qu'on peut e^rouveravoirl'hommeenjaune... » (Antoine Blondin in Wilmet 1986,6° : 18). Sawas 3 1.2 Les objectifs Les buts de cette etude, tels que nous nous les sommes fixes, sont bien precis. II s'agit d'abord d'identifier le signifie de chaque quantificateur flou dans le corpus. Puis, par le biais de tests syntaxiques et semantiques, nous essaierons de voir comment ce signifie fonctionne au sein du systeme des quantificateurs flous. A ceci s'ajoute le calcul de la frequence globale des quantificateurs flous en tant que determinants dans le corpus, ainsi que la comparaison de leur frequence individuelle. Ces deux etapes accomplies, il ne restera qu'a comparer ces frequences relatives avec celles du Dictionnaire des frequences. On pourra ainsi voir si les tendances de l'idiolecte etudie coincident avec celles de la langue generate ou s'en ecartent. 1.3 Le cadre theorique Sur l'echiquier theorique, nous nous situons dans un cadre structural qui considere la langue comme un systeme. Ce point de vue, avance par Saussure, est resume ainsi par Meillet, un de ses etudiants : « chaque langue est un systeme rigoureusement agence, ou tout se tient» (1936:158 in Benveniste 1966:93). Cet enonce veut dire qu'il existe une organisation interne de la langue ou ses elements occupent chacun une place dans le systeme et se difFerencient par rapport aux elements opposes. Comme nous nous sommes interesse au fonctionnement des quantificateurs flous, c'est-a-dire a leurs differences aussi bien que leurs ressemblances, il fallait faire intervenir plusieurs niveaux d'analyse: morphologique, syntaxique (distributionnelle) et semantique (semique). Pour aborder la semantique, nous nous sommes installe dans le cadre de la semantique logique dite veri-conditionnelle telle qu'exemplifee par les divers travaux de Curat, Kleiber, Martin et Wilmet, qui traitent de cette problematique. Voila la Sawas 4 raison pour laquelle des notions comme valeur de verite et les traits semiques de [ + restrictif ], [ ± extensif ], [ + homogene ] et [ ± continu ], entre autres, courenttout au long de notre etude.. 1.4 La methodologie II convient d'abord de se pencher sur notre choix de quantificateurs flous. Nous nous concentrerons sur cinq: certain(s), divers, differents, plusieurs et quelque(s) en tant que determinants. A premiere vue, il parait arbitraire d'ecarter des quantificateurs flous tels force, moult, pared et semblable, le choix demande done d'etre explique. Curat fait remarquer : « Certains determinants sont archaiques et partant exceptionnels dans la langue contemporaine » (1999: 35). II cite deux exemples de force et deux de moult employes, selon lui, soit« par affectation » (3-5), soit« en vue d'un effet de style » (6). 3. «[ . . . ] dans le pare du palais d'efe se concentraient forces blindes » (De Gaulle 1956: 107 in Curat 1999: 35) 4. « [„.] les bombardiers amencains etaient venus, de leur propre chef, jeter en une nuit forces bombes sur le terrain. » (De Gaulle 1959: 159 in Curat 1999: 35) 5. « Je relis maintenant du Boileau. ou plutot tout Boileau, et avec moult coups de crayon aux marges. » (Flaubert in ARTFL in Curat 1999: 35) 6. « II est exact que ce satane gosse a bien failli m'occire a moult _reprises. » (Provencher: 12 in Curat 1999: 35) La note six en bas de la page 35 (1999) confirme cet etat de choses: « ARTFL livre une douzaine de force determinant chez Gide, et une demi-douzaine chez De Gaulle, de meme que quatre moult determinant chez Flaubert». Ceci se corrobore dans notre corpus ou ces quantificateurs sont rares. A part dans un SN en emploi adverbial dans une citation des « Trois aveugles de Compiengne » (Levi-Strauss 1971: 345), moult ne figure nulle part en tant que determinant.5 5 Bien que ledit ne soit pas un determinant quantificateur flou, notons en passant qu'il figure une fois dans notre corpus dans un SN complement d'agent: L.-S. 1. « Pourquoi le « mot du reve », devine par ledit Meteore, d£signe-t-il tantot l'arbre qu'il faut abattre, tantot l'ordure ou l'excrement ? » (PJ: 177). S a w a s \0 W Z 06 W l l i , O Z C l H . O Z » 3 a » ) H < Z H M h 3 s CO •> u u S3 s 1» F2 |u x u S a. J w Z 3 S-w os O 3 1 c o a '3 T3 I U 3 T3 ID U g C a o o 03 3 I S — n 13" S 5 s S i 5 u g 8 * I So o" E .2 a '52 T! a. II ±3 « 3 " co .eg « £ w E g. 2 « 1 i I 2 5 u 3 S w t« to o c t/S m R o •3 ^ a " =8 I 8 J -si o E . Sawas 6 Force apparait deux fois, (dans un SN complement d'objet direct et dans une citation dans un SN complement circonctanciel). Pareil figure trois fois (L.-S. 4, 5 et 6 dans un SN complement circonstanciel). Et semblable quatre fois (L.-S. 7, 9 et 10 dans un SN complement d'objet direct et 8 dans un SN complement circonstanciel). Comme il est rarissisime de rencontrer ces quantificateurs dans la langue de tous les jours et que dans la majorite des cas ils ne figurent pas dans les positions cles de la phrase, celles du sujet et du cod,6 ils s'averent inutiles a notre etude. Comment se justifie le choix de notre corpus ? II releve essentiellement de deux ordres. Premierement, le besoin de travailler sur des exemples reels plutot qu'inventes, car ces derniers ont souvent tendance a poser des problemes de validite en raison de leur caractere artificiel. En deuxieme lieu, le besoin d'un corpus clos pour nous permettre de calculer des frequences. Comme l'affirme Muller: « Chacun sait que la slatistique n'opere que sur des donnees numeriques. Aucune matiere ne peut lui etre soumise si elle n'est prealablement quantifies. Ce qui suppose que l'objet etudie comporte certains caracteres quantifiables. et que Ton juge bon d'isoler certains de ces caracteres pour les soumettre aux operations statistiques.» (1 %8a: 11) Impossible d'entreprendre une telle etude sur corpus ouvert parce que de nouveaux elements peuvent toujours s'ajouter a l'ensemble, le rendant done flou. Embrassant quarante annees, le corpus compte dix ouvrages anthropologiques de Claude Levi-Strauss figurant ici dans l'ordre chronologique et couvrant 4093 pages: Tristes Tropiques (premiere et nouvelle editions), Anthropologic structurale, Le Cru et le cuit, Du Miel aux cendres, L 'Homme nu, Anthropologic structurale deux, La Voie des masques, La Potiere jalouse, Histoire de Lynx et Regarder, ecouter, lire. 6 Les positions dites essentielles dans la granunaire traditionnelle. S a w a s 7 Tableau 2 - Les donnees du corpus de Levi-Strauss —~4onnees o u v r a g e ^ * ^ 1 2 3 4 5 6 7 8 TT 149 930 490 639 498 28 113 0 1955 IAS 127 280 454 652 393 42 215 2 1958 CC 151 514 402 345 225 21 98 1 1964 MC 175 346 450 427 305 23 99 0 1966 HN 285 747 688 679 453 39 186 1 1971 2AS 143 426 450 511 299 40 169 3 1973 VM 36 577 290 81 45 8 28 0 1975 PJ 66 623 314 183 131 12 40 0 1985 HL 76 305 364 225 151 11 63 0 1991 REL 39 044 191 130 82 10 34 4 1993 I 1 251 792 4 093 3 872 2 582 234 1 045 11 Legende: 1 - nombre total de mots 2 - nombre total de pages 3 - nombre total de quantificateurs flous 4 - nombre total de quantificateurs flous employes comme determinant 5 - nombre total de quantificateurs flous employes comme pronom 6 - nombre total de quantificateurs flous employes comme adjectif 7 - nombre total de quantificateurs flous employes comme adverbe 8 - tranche chronologique Tableau 3 - Classement des donnees du corpus de Levi-Strauss (pourcentage en italique) '—4°nnees 1 2 3 4 5 6 7 ouvrage TT 4 12% 2 12% 3 17% 1 19% 4 12% 4 11% 5 0% IAS 6 10% 3 11% 2 17% 3 15% 1 18% 1 21% 3 18% CC 3 12% 5 10% 6 9% 6 9% 6 9% 6 9% 4 9% MC 2 14% 4 11% 5 11% 4 12% 5 10% 5 9% 5 0% HN 1 23% 1 17% 1 18% 2 18% 3 17% 2 18% 4 9% 2AS 5 12% 4 11% 4 13% 5 12% 2 17% 3 16% 2 27% VM 10 3% 8 7% 10 2% 10 2% 10 3% 10 3% 5 0% PJ 8 5% 7 8% 8 5% 8 5% 7 5% 8 4% 5 0% HL 7 6% 6 9% 7 6% 7 6% 8 5% 7 6% 5 0% REL 9 3% 9 5% 9 3% 9 3% 9 4% 9 3% 1 36% Quelles raisons motivent le choix d'un tel corpus ? D'abord, s'offre la simple raison de disponibilite. Les textes choisis font partie d'un corpus informatise disponible a UBC. En deuxieme lieu, nous voulions travailler sur un idiolecte, il nous fallait done de textes d'un meme locuteur vu que l'objet de notre etude est d'etudier le fonctionnement d'un systeme. Faire porter l'etude sur un idiolecte est d'une supreme importance, comme l'explique Muller : « Les choses se compliquent quand on envisage le lexique de plusieurs individus.[...] » (1968a: 136) parce que «[. . . ] nous sentons que le lexique, beaucoup plus que le systeme phonologique ou la Sawas 8 syntaxe, varie d'un locuteur a l'autre, et chez le meme locuteur d'un moment a l'autre; et aussi d'un etat de langue a l'autre. Que Ton depouille deux numeros du meme journal, l'un de Janvier, l'autre d'aout: on trouvera en gros la meme frequence pour les unites phonologiques ou pour les types morphosyntaxiques ; mais la liste des vocables et leur frequence pnSsenteront des ecarts significatifs.» (1968a:134) II permet de mieux center ce mecanisme car il maintient un certain niveau de stabilite lexicale, stylistique et meme thematique (en raison du theme anthropologique). Claude Levi-Strauss aussi repond a notre besoin de decrire la langue dans son etat actuel. En outre, il demeure un des grands auteurs de la seconde moitie du X X 6 siecle, ayant apporte une contribution considerable au domaine anthropologique, voire philosophique. Une fois la question du corpus reglee, nous avons depouille le corpus numerise des quantificateurs flous en question, c'est-a-dire divers, differents, plusieurs, certain(s) et quelque(s). Nous avons repere les quantificateurs flous en question dans le programme de traitement de texte Wordperfect Suite 8 grace a l'outil qui s'appelle rechercher et remplacer (« search and replace »). En ce qui concerne le texte lui-meme, nous avons considere le texte entier, y compris les prefaces, les exergues, les notes en bas de page et ainsi de suite.7 Nous avons cree un fichier pour chaque quantificateur flou dans chaque livre, livrant 40 fichiers: il y figure dans son contexte phrastique. II faut merrtionner en passant que pour deux des livres, J AS et 2AS, ce travail a ete fait manuellement, faute d'acces a un scanner. En outre, nous avons trie les occurrences selon leur nature (adjectif, adverbe, determinant, pronom).8 Voici leur repartition dans notre corpus: 7 Dans le but de rassembler le plus d'exemples dans notre corpus, nous avons inclu des citations directes provenant d'autres auteurs (p.ex. Moliere, Balzac, Plutarque, etc.) qui ne devraient pas entrer dans cette etude car elles n'ont rien a faire avec l'idiolecte de Claude Levi-Strauss. 8 Ces categories seront definies formellement en § 1.9. Sawas 9 Tableau 4 - Repartition des emplois des quantificateurs flous dans le corpus de Levi-Strauss (pourcentage en italique) ' nature quantificateur flou determinant adjectif adverbe pronom £ certain(s) 692 i 1152 30% differents 74 i 725 19% divers 240 ii 355 9% plusieurs 835 888 23% quelque(s) 741 11 752 19% E 2582 67% ^ ^ ^ ^ 11 0% 234 6% 3872 100% Les cases hachees dans le tableau ci-dessus indiquent soit rabsence dans notre corpus {differents et divers connaissent en theorie des emplois pronominaux), soit l'impossibilite (certain(s), differents, divers et plusieurs ne connaissent pas d'emplois adverbiaux, plusieurs ne connait pas d'emploi adjectival et quelque(s) ne connait pas d'emploi adjectival ni pronominal). Dans ce premier tri, nous avons retenu 2582 occurrences, soit 67 %, ou les quantificateurs s'emploient comme determinants. Par consequent, 1290 occurrences ont ete ecartees, soit 33 %, ou les quantificateurs s'emploient comme adjectifs, adverbes, ou pronoms. Sans nous appesantir sur les details, notons qu'a cette etape nous avons rejete aussi des occurrences que nous verrons plus tard. Apres ce premier tri, nous en avons effectue un autre selon la fonction (sujet, cod, complements d'objet indirect, circonstanciel, d'agent, determinatif). Voici comment se repartissent les fonctions dans notre corpus: Tableau 5 - Repartition des fonctions des SN a quantificateur flou dans le corpus de Levi-Strauss (pourcentage en italique) ' — - — f o n c t i o n sujet cod coi cc ca cd • £ quantificateurlTSU certain(s) 192 147 14 236 6 97 692 2% differents 15 18 8 24 1 8 74 3% divers 38 54 18 92 10 28 240 9% plusieurs 108 182 19 451 7 68 835 32% quelque(s) 76 210 36 343 10 66 741 2% 429 77% 611 24% 95 4% 1146 44% 34 1% 267 10% 2582 100% Apres ce second tri, nous n'avons garde que 1107 occurrences, soit 43 %, ou les quantificateurs flous figurent en position sujet ou complement d'objet direct, c'est-a-dire la ou il n'existe aucun doute quant a leur classement dans la categorie des determinants. Sawas 10 Les 1475 occurrences occupant les autres positions syntaxiques ont ete ecartees de notre etude mais se trouvent repertoriees en annexe. Par ailleurs, nous avons cree des tableaux ou figurent uniquement les determinants. Cela a ete fait dans le traitement de texte Word 97. Nous avons choisi le format a Pitalienne pour l'orientation de la page et cree 7 colonnes: numerotation, exemple, source, substantif,fonction, genre et nombre. Dans la colonne exemple le determinant quantificateur est en gras pour le mettre en relief. Nous avons etabli aussi des tableaux de frequence decroissante pour chaque quantificateur flou ou figurent le rang, la frequence, l'effectif, le nombre d'occurrences, la frequence absolue cumulee ainsi que la frequence relative cumulee. Precisons que des frequences identiques sont classees ex-aequo. Ces tableaux nous permettent de voir quels substantifs suivent quels quantificateurs flous et avec quelle frequence. Ensuite, nous avons precede au calcul des frequences. Pour tout ce qui a trait au calcul statistique, nous avons suivi les methodes esquissees dans la deuxieme partie de VInitiation a la statistique linguistique de Charles Muller, intitulee la statistique lexicale. Nous avons compte le nombre de quantificateurs flous employes comme adjectifs, adverbes, determinants et pronoms dans chaque sous-corpus ainsi que dans le corpus entier pour nous donner des frequences absolues. Nous nous sommes base done sur les donnees reelles. Nous avons calcule les frequences relatives aussi en vue de les comparer avec le Dictionnaire des frequences. Deux frequences relatives ont ete calculees: O par rapport au nombre total d'occurrences des cinq quantificateurs flou dans le corpus et © par rapport au nombre total d'occurrences des mots dans le corpus. La premiere frequence relative est calculee sur 3872 occurrences des quantificateurs flous. Elle nous Sawas 11 permet de voir le(s)quel(s) des cinq quantificateurs flous Levi-Strauss utilise le plus. La seconde frequence relative est calculee sur le total de 1 251 792 mots. Elle sert a voir si l'un des cinq quantificateurs flous a un role privilegie chez Levi-Strauss. 1.5 Les exemples rejetes Au total, 266 exemples, tous avec quelque(s) ont ete rejetes de notre corpus (pour plus de details voir tableau 6). II s'agit des formes pronominales liees: quelqu 'un, quelques-uns et quelques-unes et des suites lexicalisees telles quelque chose, quelque part et en quelque sorte. Nous avons eu recours aux dictionnaires en cette matiere -notamment le TLF en sus du Petit Robert. Cela assure un certain degre de Constance des resultats parmi les chercheurs, comme l'affirme Muller. « Les defauts de la norme lexicographique sont largement compenses par sa commodite, sa relative stabilite, par le fait aussi qu'elle est fortement imprimee dans la memoire de la plupart des usagers » (1968a: 144). Bien qu'historiquement ce soient deux unites combinees ensemble [quelque + SS], c'est-a-dire deux syntagmes libres, il est evident de nos jours qu'il existe un certain niveau de localisation, comme le temoignent le TLF ainsi que le Petit Robert, c'est pourquoi ces deux dictionnaires les traitent dans l'article du substantif correspondant plutot que sous la rubrique quelque, ou il n'y a qu'un renvoi au substantif correspondant. r Sawas 12 Tableau 6 - Les exemples rejetes du corpus de Levi-Strauss (pourcentage en italique) ~-^_exemple ouvrage ^ ^ - ^ ^ quelque chose quelque part en quelque sorte quelqu' un quelques-uns quelques -unes V 77 23 4 5 2 6 2 42 16% IAS 8 2 3 1 1 15 6% CG 9 Q 1 20 1 ft 2 i 1 33 12% 28 11% M C HN y 22 7 18 36 1 1 67 25% 2AS 18 4 8 6 2 . 38 14% VM 1 1 5 2 1% PJ 10 15 6% HL 7 1 4 1 2 15 6% REL 5 1 4 1 11 4% Z 112 42% 21 8% 103 39% 13 5% 12 5% 5 2% 266 100% 1. 6 Les problemes dans le depouillement automatique II serait vain de le nier: aucun travail ne se passe sans erreurs, comme l'a fait remarquer Brunei. « Les erreurs sont inevitables lorsque rhomme est confront^  a un travail repetitif, ou l'attention et la Constance ne peuvent etre absolues. Et aucun depouillement manuel n'a jamais revendique Fexhaustivite ni 1'infaillibilite. Mais lorsque les traitements sont automatiques on s'attend gen&alement a plus de precision et de fiabilite\ [...].» (1981:11) Ce n'est le cas ni pour lui, ni pour nous. Lorsque nous cherchions les quantificateurs flous en question, il s'agissait en principe de nous servir de l'outil rechercher et remplacer (« search and replace ») dans le traitement de texte Wordperfect Suite 8. Tache simple, nous semblait-il. Mais pour quatre des quantificateurs, le programme n' a pas releve toutes les occurrences dans le texte (certains et differents dans PJ; divers et quelque(s) dans TT). Comme nous avons repete l'operation et que les chifltes correspondaient pour chaque texte et chaque quantificateur flou, il n'y avait pas de moyen de detecter les omissions a ce moment-la. Elles ne sont apparues qu'un peu plus tard, en verifiant les exemples imprimes sur le texte original (ponctuation, etc.). En ce qui conceme certains, nous avons ajoute 35 occurrences a celle que nous avions deja. Pour differents, il a fallu ajouter 30 occurrences de plus a Foccurrence que nous avions reperee automatiquement. Pour les deux autres quantificateurs, les omissions n'etaient Sawas 13 pas si graves: pour divers, il a fallu ajouter une occurrence alors que pour quelques il a fallu en aj outer 5. 1.7 Les tests Vu que notre hypothese de depart postule 1'existence de deux sous-systemes d'opposition a Pinterieur de la classe des quantificateurs flous : divers, differents et plusieurs d'un cote, certain(s) et quelque(s) de l'autre, il faut trouver a quel degre les parties de chaque systeme se ressemblent et en quoi elles different. Bien entendu, elles partagent au moins quelques proprietes communes. D'ou Putilite des tests. lis nous permettent de voir comment les quantificateurs flous en question se component, par le biais des resultats qu'ils fournissent. Une fois qu'un test est applique, il s'agit soit d'admettre, soit de refuser Penonce : en d'autres termes est-ce que le sens de Penonce demeure le meme ou est-ce qu'il change ? Picoche observe (1993: 31): « L'&ude de la construction seule est cependant insuffisante. [... ] Cela ne veut pas dire qu'il faille renoncer a l'analyse syntaxique du sens, mais qu'il faut chercher, au-dela des propri&6s externes, a l'interieur de chaque construction, des propri&es cachees. que les dictionnaires ne mentionnent jamais, et qui peuvent Stre rev&ees par divers tests syntaxiques, qui en sont les techniques de decouverte.» Nous nous sommes servi de divers tests syntaxiques aussi bien que semantiques pour deceler le fonctionnement des quantificateurs flous en question. Comme le constate Picoche (1993: 36): « Assez souvent, un seul test ne suffit pas a mettre en valeur un trait semantique En effet, il est generalement possible de trouver des contre-exemples, annulant la conclusion d'un test, surtout lorsqu'on imagine des contextes tout a fait particuliers faisant figure de scenarios. Dans ce genre de travail, il faut toujours s'en tenir a l'emploi le plus naturel et le plus acceptable par tous les locuteurs. Ce qui a une valeur demonstrative, c'est la convergence vers la meme conclusion de plusieurs tests, formant ce qu'on appelle une « batterie de tests ». » Du cote syntaxique, il s'agit de tests de transformation tels la commutation, la negation, la restriction, outre les tests d'addition. Pour ce qui concerne les tests semantiques, nous avons utilise la paraphrase. lis ont chacun leur atout que nous mentionnerons par la suite. Sawas 14 O La commutation d'un determinant quantificateur avec un autre permet de verifier deux choses: - L'enonce repond-il aux regies de la syntaxe ? - La charge semantique reste-t-elle la meme ? L.-S. 15. « [...] il essayait differents themes sans se fixer sur aucun. » (2TT: 416) L.-S. 15a. —•[...] il essayait divers themes sans se fixer sur aucun. L.-S. 15b. —»•[...] il essayait plusieurs themes sans se fixer sur aucun. L.-S. 15c. —• [...] il essayait certains themes sans se fixer sur aucun. L.-S. 15d. —•[.] il essayait quelques themes sans se fixer sur aucun. A l'egard de la syntaxe, 15a-d constituent tous des enonces acceptables. Toutefois, au niveau semantique, ils different considerablement: 15b efface la notion de variete vehiculee en 15 et 15a et traduite par le trait [- homogene], la remplacant par le trait [+ homogene]; il en va de meme pour 15c et 15d. © La transformation d'un enonce positif en negatif [nc.pas] cherche avant tout a deceler sur quoi la negation porte et en quoi elle affecte la valeur de verite de l'enonce. L.-S. 15. « [...] il essayait differents themes sans se fixer sur aucun. » [+V] (27T:416) L.-S. 15i. —»[...] il n 'essayait pas differents themes. [-V] L.-S. 15i. =[..] il essayait des themes semblables. [-V] L.-S. 15ia. =[..] il essayait un seul theme. [-V] L.-S. 15a. -+[...] il essayait divers themes sans se fixer sur aucun. [+V] L.-S. 15ai. —•[...] il n 'essayaitpas divers themes. [-V] L.-S. 15ai. =[...] il essayait des themes semblables. [-V] L. -S. 15aia. =[...] il essayait un seul theme. [-V] L.-S. 15b. —• [...] il essayait plusieurs themes sans se fixer sur aucun. [+V] L.-S. 15bi. —»[...] il n 'essayaitpas plusieurs themes. [-V] L.-S. 15bi. =[...] il essayait un theme. [-V] L.-S. 15c. —»[...] il essayait certains themes sans se fixer sur aucun. [+V] L.-S. 15ci. —• [...] il n 'essayait pas certains themes. [-V] L.-S. 15ci. =[...] il essayait tous les themes. [-V] L.-S. 15d. —»[...] il essayait quelques themes sans se fixer sur aucun. [+V] L.-S. 15di. —*[...] il n 'essayait pas quelques themes. [-V] L.-S. 15di. s [...] U essayait un theme. [-V] Dans ces sept exemples, la negation porte uniquement sur le determinant quantificateur flou, ce dont temoigne la paraphrase. Qui plus est, la negation renverse la valeur de Sawas 15 verite de l'enonce positif: [+ V] —* [- V]. Notons que la valeur de verite de la paraphrase est identique a celle de l'enonce negatif: ils se trouvent done dans un rapport logique d'equivalence. 15 et 15a portent sur la qualite de la classe referentielle, e'est-a-dire sur son caractere heterogene, lequel est nie par 75/ et 15ai. En revanche, 15,15a, 15b, 15c et 15d portent sur la quantite de la classe referentielle, laquelle est niee par 15ia, 15aia, 15bi, 15ci et 15dia. © La compatibility d'un enonce avec [ne...que] identifie quels quantificateurs ont le trait [+ restrictif], ce qui veut dire qu'ils permettent une restriction dans le champ d'extension de la classe referentielle. L.-S. 15ii. —•! [...] il n 'essayait que differents themes. L.-S. 15aii. —•![...] il n 'essayait que divers themes. L.-S. 15bii. —*![...] il n 'essayait que plusieurs themes. L.-S. 15cii. —• [...] il n 'essayaitque certains themes. L.-S. 15cii. = [... ] il essayait des themes qui possedent des caracteres qui les distinguent. L.-S. 15dii. —»[...] il n 'essayait que quelques themes. L.-S. 15dii. =[...] il n'essayait pas beaucoup de themes. Differents, divers et plusieurs interdisent la restriction, qui provoque un asemantisme: ils sont done [- restrictif]. Certain(s) et quelque(s), toutefois, acceptent la restriction. 0 L'addition d'un element tel [au moins] distingue les quantificateurs non-restrictifs des quantificateurs restrictifs. Les quantificateurs non-restrictifs acceptent au moins et refusent au plus. Puisqu'il n'est pas evident de soi comment au moins fonctionne au sein d'un enonce, nous le demontrerons par les 3 exemples suivants: 7. « Cela lui rapportera au moins un million. » (GR: moins) 9. « Lettres ! Envoie aussi des lettres, ma cherie... / Une par jour au moins, une au moins, je t'en prie. » (Apollinaire in GR: moins) 9. « Le Pere d'Exiles avait fait au moins trente kilometres vers l'Ouest quand [...]. » (Benoit in Le Bidois in GR: moins) Selon le GR, « au moins indique la limite inferieure d'une evaluation », paraphrasable par au minimum. En ne fixant que la borne inferieure de l'echelle, au moins debouche sur Sawas 16 une lecture non-restrictive parce qu'on peut depasser cette limite. L.-S. 15iii. —•[..] il essayait differents themes + au moins, mais saris se fixer sur aucun. L.-S. 15aiii. —• [...] il essayait divers themes + au moins, mais sans se fixer sur aucun. L.-S. 15biii. —•[...] il essayait plusieurs themes + au moins, mais sans se fixer sur aucun. L.-S. 15ciii. —•[...] il essayait certains themes + au moins, mais sans se fixer sur aucun. L.-S. 15diii. —•[...] il essayait quelques themes + au moins, mais sans se fixer sur aucun. Avant de commenter le test, notons l'addition de mais avant sans pour rendre l'enonce naturel. En ce qui concerne ce test, il nous amene a conclure que differents, divers, plusieurs, certain(s) et quelque(s) appartiennent au paradigme des quantificateurs non-restrictifs. © L'addition d'un element tel [au plus] distingue les quantificateurs restrictifs des quantificateurs non-restrictifs. Les quantificateurs restrictifs acceptent au plus et refusent au moins. A la difference d'aw moins, au plus debouche sur une lecture restrictive, paraphrasable par au maximum: 10. « Je ne saurais fournir au plus qu'une demi-bouchee. » (La Fontaine in GR: plus) 11. « La plus forte amitie n'est au plus que ti^ deur. » (Racine in GR. plus) 12. « I I me reste dix francs au plus. » (RM: plus) car il fixe la limite superieure de l'echelle (GR: plus), laquelle limite on ne peut pas depasser. L.-S. 15iv. —•![..] il essayait differents themes + au plus, mais sans se fixer sur aucun. L.-S. 15aiv. —<•! [...] il essayait divers themes + au plus, mais sans se fixer sur aucun. L.-S. 15biv. —»![...] il essayait plusieurs themes + au plus, mais sans se fixer sur aucun. L.-S. 15civ. —•![...] il essayait certains themes + au plus, mais sans se fixer sur aucun. L.-S. 15div. —•{...] il essayait quelques themes + au plus, mais sans se fixer sur aucun. Ce test lui aussi nous conduit a ranger differents, divers, plusieurs et certain(s) dans le paradigme des quantificateurs non-restrictifs. Quant a quelque(s), il appartient a la fois au paradigme des quantificateurs restrictifs et a celui des quantificateurs non-restrictifs. © L'addition tel [meme] permet d'opposer les quantificateurs extensifs aux non-extensifs. Les quantificateurs extensifs acceptent [meme] tandis que les Sawas 17 quantificateurs non-extensifs le refusent. L.-S. 15v. —•[...] il essayait differents themes, + meme celui-la, sans se fixer sur aucun. L.-S. 15av. —* [...] il essayait divers themes, + meme celui-la, sans se fixer sur aucun. L.-S. 15bv. —•[...] il essayait plusieurs themes, + meme celui-la, sans se fixer sur aucun. L.-S. 15cv. —•?[...] il essayait certains themes, + meme celui-la, sans se fixer sur aucun. L.-S. 15dv. —» ? [...] il essayait quelques themes, + meme celui-la, sans se fixer sur aucun. Differents, divers et plusieurs s'accommodent bien de meme, les placant ainsi dans le paradigme des quantificateurs extensifs. Par contre, meme produit des cas limites avec certain(s) et quelque(s), laissant entendre qu'ils sont non-extensifs. © L'addition ou la presence d'unites de mesure tel les [kilos] isole les quantificateurs continus. L.-S. 151. « Pendant un an, j'ai promene a travers la brousse plusieurs kilos d'hamecons dont personne ne voulait, car ils etaient trop petits pour les poissons digne du pecheur amazonien. » (27T: 283) L.-S. 151a. —•! Pendant un an, j'ai promene a travers la brousse differents kilos d'hamecons dont personne ne voulait, car ils etaient trop petits pour les poissons digne du pecheur amazonien. L.-S. 151b. —»! Pendant un an, j'ai promen£ a travers la brousse divers kilos d'hamecons dont personne ne voulait, car ils elaient trop petits pour les poissons digne du pecheur amazonien. L.-S. 151c. —* ! Pendant un an, j'ai promene" a travers la brousse certains kilos d'hamecons dont personne ne voulait, car ils etaient trop petits pour les poissons digne du pecheur amazonien. L.-S. 151d. —• Pendant un an, j'ai promen£ a travers la brousse quelques kilos d'hamecons dont personne ne voulait, car ils etaient trop petits pour les poissons digne du pecheur amazonien. On voit une incompatibilite de certains determinants quantificateurs avec les unites de mesure du continu, notamment ceux figurant dans 151a, 151b et 151c. De la, deux paradigmes ressortent: celui des quantificateurs continus auquel appartiennent plusieurs et quelques et celui des quantificateurs discontinus auquel appartiennent differents, divers et certains. Curat note qu'« au mieux, les autres [differents, divers et certains ] obligent a une lecture qualitative de la quantite » (1999: 242). 13. « Divers francs [glose: Suisse, Beige, CFA] » (Curat 1999:242) © La paraphrase reformule l'enonce et s'emploie done pour verifier si deux quantificateurs finissent par traduire le meme sens: il faut rappeler cependant qu'« il n'y a pas de paraphrase absolue: la langue ne dit jamais la meme chose, et toute reformulation Sawas 18 fait intervenir une difference de sens, si minime soit-elle » (Arrive, Gadet & Galmiche 1986: 469). 1.8 he Dictionnaire des frequences Le Dictionnaire des frequences prepare par l'equipe du Tresor de la Langue franqaise (TLF) compte six volumes, et 71 415 vocables d'un corpus litteraire constitue de romans, d'essais, de recueils de poemes et d'oeuvres dramatiques d'environ 71 millions d'occurrences. Ces vocables se trouvent repertories d'abord par ordre alphabetique sur onze colonnes selon leur numero de classe pour les XTX6 et XX 6 siecles, leur frequence absolue pour les XTX6 et XX 6 siecles et leur frequence relative (rapportee a 100 millions d'occurrences) qui se trouve davantage divisee suivant le siecle (XDC ou XX 6), 1CT demi-siecle, 1? demi-siecle et suivant le genre litteraire, soit prose, vers ou poeme en prose et puis suivant la predominance du pronom personnel: par exemple, la 2e personne caracterise les dialogues, la l r e les soliloques et la 3e le reste. Ensuite, les vocables sont classes par frequences decroissantes, selon leur effectif, numero de classe, rang et nombre d'occurrences. Vu l'ampleur du corpus et sa diversite, ce dictionnaire livre 1'equivalent d'une norme de langue pour ce qui est de la frequence des entrees en francais moderne. Tableau 7- Les donnees da DF suivant le siecle —•——_ donnees siecle "——— nombre total de mots pour le I" demi-siecle nombre total de mots pour le 2° demi-siecle L XTXe (1789-1879) 20 066 761 (1789-1849) 12 596 788 (1850-1879) 32 663 549 XX e (1880-1964) 14 148 234 (1880-1918) 23 505 451 (1919-1964) 37 653 685 £ 34 214 995 36 102 239 70 317 234 Tableau 8 - Les donnees du DF suivant le genre litteraire ^~~~~~-^^_donnees siecle "——^_ prose vers poeme en prose XTXe (1789-1879) 30 503 002 1 906 722 253 825 32 663 549 XX e (1880-1964) 36 553 411 651 864 448 410 37 653 685 67 056 413 2 558 586 702 235 70317 234 Sawas 19 Tableau 9 - Les donnees du DF suivant la predominance du pronom personnel donnees siecle - — soliioque dialogue reste X XDC (1789-1879) 6 426 549 7 278 980 18 958 020 32 663 549 XX e (1880-1964) 6 761 651 5 518 025 25 374 009 37 653 685 I 13 188 200 12 797 005 44 332 029 70 317 234 1.9 La terminologie Avant de nous lancer dans le vif du sujet, il faut expliquer ce que nous entendons par certains termes qui figurent tout au long de notre travail. Ils relevent de deux ordres: statistique et syntaxique. Commencons par ceux qui ont trait a la statistique, empruntes en grande partie a Muller. Classe. C'est un regroupement de tous les individus qui partagent le meme caractere (Muller 1968a: 11-12). Effectif. C'est le nombre d'individus qui constituent une classe (Muller 1968a: 11-12). Frequence. Le nombre d'occurrences d'un element quelconque. II y a deux types de frequence: absolue et relative (Muller 1968a: 17). Frequence absolue. C'est le nombre total d'occurrences d'un element de lexique dans un texte donne (Muller 1968a: 17). La frequence absolue est utile lorsqu'on veut comparer des faits de langue a l'interieur d'un texte: dire que certain(s) a 86 occurrences en tant que determinant dans 7Ttandis que quelque(s) en a 283 permet de conclure que quelque(s) a une frequence (absolue) plus elevee que certain(s). Par contre, elle n'est pas vraiment utile a la comparaison de deux ou plusieurs textes ou differents facteurs entrent en jeu (en ce qui concerne leur composition). Dire que 7Ta 86 occurrences de certain(s) en tant que determinant alors que HNtn a 107 ne revele rien. Frequence relative. C'est la frequence absolue rapportee a la longueur du texte ou du Sawas 20 fragment considere (Muller 1968a: 17). Elle permet la comparaison de deux ou plusieurs textes. Dire que 7Ta 86 occurrences de certain(s) en tant que determinant, livrant une frequence relative de 57 360 occurrences sur 100 000 000 alors que HN en a 107, livrant une frequence relative de 37 446 occurrences sur 100 000 000 nous permet de conclure que le determinant certain(s) connait dans 7Tune frequence plus elevee que dans HN. Lexique. Le lexique, qui est virtuel, se situe au niveau de la langue (Muller 1968a: 136). Vocable. C'est « une unite de lexique » et s'oppose au mot qui est « une unite de texte ». Pour Muller, mot renvoie aux unites de seconde articulation, se situant au niveau graphique tandis que vocable designe plus particulierement les occurrences distinctes d'un mot et concerne les unites de premiere articulation (Muller 1968a: 133), c'est-a-dire un mot lemmatise. Vocabulaire. Le vocabulaire, qui est actuel, se situe au niveau du discours (Muller 1968a: 136). Quant a la syntaxe, voici quelques termes utiles a eclaircir : Determinant. Quand le quantificateur flou precede un SS (14, 15, 17, 19, 20, 22 et 23): sNtD-quant f i o u SS] ou est lui-meme precede d'un determinant defini (le, ce ou mori) (16, 18, 21), formant un determinant complexe: SN[ so[D-<ief + D-quamflou] SS], nous l'appellerons determinant. 14. « II y a certains silences qui vous attirent, vous fascinent, on a envie de jeter n'importe quoi dedans, des paroles [...]. » Q3ernanos in TLF: certain1, aine) 15. « Trois oiseaux de different plumage, Perruche, cardinal, serin. » (Florian in TLF: different, ente) 16. « Les nuances qui distinguent les moeurs, les usages, les habitudes, dans les differentes parties de la France, voila ce qu'il est important de connaitre et de comparer, quelquefois pour l'amusement, et plus souvent meme pour Pinstruction de la capitale. » (Jouy/n TLF: different, ente) 17. « Dans une eau vive divers fils de courant. » 0?esquidoux in TLF: divers, erse) 18. « Ces diverses prononciations francaises : accent marseillais, picard, lyonnais [...]. » (Valery in TLF: divers, erse) 19. « On recommande a vos prieres la reussite a des examens de plusieurs jeunes gens, le Sawas 21 manage de plusieurs jeunes filles [...].» (Mauriac in TLF: plusieurs) 20. « Le chroniqueur. evidemment inspire par quelque parent ou quelque ami des Jussat, fletrissait la philosophic moderne et ses doctrines [...].» (Bourget in TLF: quelque) 21. « Andre a convte les quelques voisins - une dizaine - auxquels la distance permet d'arriver vers neuf heures aux Braillons. » (Martin du G. in TLF: quelque) 22. « Cette belle dinde aux truffes, sortie de vos domaines, il y a quelque huit mois. » (M™ de Chateaubr. in TLF: quelque) 23. « A quelque cent metres, la nappe bleu-de-paon d'une riviere, entrainait avec paresse le mirage des aulnes. » (Jammes in TLF: quelque) Adjectif. Quand le quantificateur flou precede ou suit un S S , precede lui-meme d'un determinant quantificateur numerique ou d'un determinant defini: SNfD-quantnum S A [ A -quant flou S S ] ] OU SN[D{-quantnum,-def }SA[SS A -quant flou]], nOUS l'appellerons adjectif (en anteposition (24) ou en postposition (25-27)/ 24. « Elle avait pour lui un certain dedain : ce dedain que les femmes intimement confiantes dans leur mari ont a regard de ces amis dont il a parte trap minutieusement devant elles pour ne pas les deprecier a la longue. » (Drieu la Rochelle in TLF: certain, aine) 25. « Du mcins, en passant des annees a ddbrouiller le grimoire laisse par Vinteuil, en etablissant la lecture certaine de ces hieroglyphes inconnus, ramie de M l l e Vinteuil eut la consolation [...]. » (Proust in TLF: certain2, aine) 26. « Vous etes liee a don Pedro, et ce lien ne peut Stre bris6 que par la mort du pape, et des dispositions differentes de son successeur a mon egard. » (Montherlant in TLF: different, ente) 27. « Les conseils divers de mes difKrents amis. » (Larbaud in TLF: divers, erse) Pronom. Quand le quantificateur flou s'emploie tout seul (emploi suppletif) ou avec le pronom en, nous l'appellerons pronom (28-30). 28. « Pour certains, la Marne parut comme une sorte de miracle, pour d'autres comme un hasard , heureux et imprevu. » ~ (Joffre in TLF: certain', aine) 29. « Divers de vos amis m'ont parte de « Paludes ». » (Gide in TLF: divers, erse) 30. « Tous les brigands murmurent; plusieurs s'avancent. » (La Marteliere in TLF: plusieurs) Adverbe. Quand le quantificateur precede un adverbe, nous l'appellerons adverbe (31). 31. « L'empereur Julien dont j'ai naguere quelque peu pratique les ouvrages. » (France in TLF: quelque) Sawas 22 2.1 Les quantificateurs extensifs 2.1.1 Differents Commencons par differents. Sur les 725 occurrences totales dans le corpus, 74, c'est-a-dire 10 %, s'emploient comme determinants. Tout au plus, 33 se situent en position indiscutable de determinant, c'est-a-dire en position de sujet (15 occurrences) ou de complement d'objet direct (18 occurrences). Du point de vue de la semiologie graphique, la premiere chose qui saute aux yeux est que differents ne connait pas de variation de nombre: nous avons 74 occurrences, toutes au pluriel: sn[Different(e)s <— SS.pi]. On peut done dire que differents opere une selection syntaxique du cote de son apport, exigeant un syntagme substantival au pluriel. Qui plus est, il varie en genre: 36 occurrences, soit 49%, se trouvent au masculin (13, 15, 18, 22, 27,32, 34-37,39,41,42, 1118-1122, 1124, 1128, 1130-1134, 1138, 1140, 1141, 1144, 1147, 1149, 1151,1152-1158) contre 38, soit 51%, au feminin (L.-S. 11, 12, 14, 16, 17, 19-21,23-26,28-31, 33,38,40,43, 1123, 1125, 1126, 1127, 1129, 1135-1137, 1139, 1142, 1143, 1146, 1148, 1150, 1152, 1153, 1154). Passons maintenant au semantisme. Differents opere sur une classe referentielle heterogene ou les elements se concoivent individuellement. II comporte les traits semantiques suivants : [+ extensif], [- restrictif], [- continu] et [- homogene] (Curat 1999: 243). Damourette et Pichon affirment qu'il est numeratif(% 2675 : 648), en d'autres termes, apte a designer « des substances decomposables en individus », ce qui revient a dire qu'il est [- continu]. Le TLF dit qu'outre qu'il signale « une difference dans la pluralite » done [- homogene], ce terme s'applique aux « entites, etre ou choses, individuelles a l'interieur d'un ensemble »: ainsi est-il [- continu]. Selon Grevisse, Sawas 23 « differents, divers employes devcmt un nom pluriel, perdent leur valeur d'adjectifs et deviennent determinants, pour indiquer avec un sens voisin de « plusieurs » la pluralite de personnes, de choses qui ne sont pas les memes: [ . . . ]»(§ 612 : 938); il y voit done le trait £- homogene]. Pour Arrive, Gadet et Galmiche: « divers et differents ajoutent a la quantification la notion de variete des objets designes » (328): en d'autres mots, selon eux, il comporte le parametre [- homogene]. Enfin, Wilmet le classe dans le paradigme des quantifwnts caracterisants stricts synthetiques ou, selon lui « une information caracterisante » comme « varie » s'ajoute a la quantification (1997 § 263: 223). Ceci dit, qu'est-ce qui l'oppose intrinsequement a ses contreparties dans le systeme des quantificateurs flous ? Nous relevons ses proprietes distributionnelles en plus de faire appel aux tests pour nous aider dans cette tache. Proprietes distributionnelles: Les trois premiers points concernent les proprietes morphologiques. • Differents permet deux constructions en tant que determinant: simple et complexe ou il se combine avec le paradigme des determinants definis (le, ce ou mon): sNtD u^ant fl0u SS.pi] 20 occurrences - 27% L.-S. 39. « differents mythes » L.-S. 40. « differentes versions du meme mythe » SN[SD[ D . ^ + D^uant flou] SS.pi] 54 occurrences - 73% L.-S. 11. « les differentes manieres » 52 occurrences avec les L.-S. 16. « ses differentes voix » 1 occurrence avec ses L.-S. 43. « ces differents modes de Fopposition » 1 occurrence avec ces • II n'existe pas de variation de nombre: differents se trouve toujours au pluriel: sNlP-quant flou«- SS.pi] / SN[SD[ D^f + D ^ t flou]«- SS.pi] 74 occurrences - 100% • Cependant, il existe une variation de genre: SN[L\quantflou •— SS l^] / SN[SD[ D^Jtf + D^antflou] SS l^] Sawas 24 L.-S. 15. « differents themes » 36 occurrences au masculin - 49% L.-S. 21. « differentes facons » 38 occurrences au feminin - 51% Les quatre points suivants relevent des proprietes semantiques. • Differents s'avere compatible avec un SS discontinu: SN[D.quant flou SS-discont] L.-S. 14. « les differentes langues » L.-S. 15. « differents themes » • II accepte un SS concret: SN[D-quant flou SS-conc] L.-S. 13. « les differents blocs » L.-S. 1083. « les differents peuples » • aussi bien qu'un SS abstrait: SN[D -quant flou SS-abs] L.-S. 34. « differents degres de clarte » L.-S. 35. « les differents etats » • Tableau 12 (page 32) appelle quelques remarques. -40 occurrences, soit 91%, se localisent dans la classe « regroupements ». II s'agit ici d'elements concus comme heterogenes. II faut aussi attirer l'attention sur le fait que parmi les dix mots dans cette classe, les cinq de frequence trois ou superieure constituent des quasi-synonymes {types, especes, versions, aspects et formes), comme l'a note Curat dans une communication personnelle. - 4 occurrences, soit 9%, renvoient a des institutions (langues, peuples) qui offrent bel et bien un caractere heterogene etant donne qu'elles se composent d'elements discontinus. • L'examen des contextes syntaxiques ne revele aucune contrainte sur differents qui se trouve dans toutes les positions syntaxiques: Sawas 25 - sujet (15 occurrences, soit 20%): L.-S. 10. « II fallait done aller vite, et les contremaitres ne se souciaient guere que les differents blocs se raccordent exactement. » - complement d'objet direct (18 occurrences, soit 24%): L.-S. 15. « [...] il essayait differents themes sans se fixer sur aucun. » - complement determinatif (8 occurrences, soit 11%): L.-S. 1120. « Qu'on limite l'examen a une seule societe, ou qu'on l'etende a plusieurs, il faudra pousser l'analyse des differents aspects de la vie sociale [...].» - complement circonstanciel (24 occurrences, soit 32%): L.-S. 1125. « Apres differentes excuses, rejetees l'une apres l'autre, il fallut se transporter a la maison familiale de l'accuse\ » - complement d'objet indirect (8 occurrences, soit 11%): L.-S. 1138. « II semble que les chants se rapportaient aax differents types de gibier et aux techniques de chasse prescrites pour chacun. » - complement d'agent (1 occurrence, soit 1%): L.-S. 1153. « Nostalgie de la montagne dans un cas (bien qu'Asdiwal eut vecu marie deux fois pres du Skeena et sur la cote), nostalgie de la haute mer dans l'autre cas (bien qu'Asiwa eut vecu mari6 en amont du Nass, « dans les montagnes »(Boas 1895, p. 287), ces deux conclusions offrent entre elles la meme rigoureuse sym&rie que les parcours respectifs attribuds au heros par les differentes versions.» Tests: Nous avons fait passer les tests suivants a tout le corpus mais nous n'avons choisi qu'un exemple pour discuter les resultats. • negation par [ne...pas] L.-S. 15. « [...] il essayait differents themes sans se fixer sur aucun. »[+ V] L.-S. 15i. —*•[...] Un 'essayait pas differents themes. [- V] L.-S. 15i. =[...] il essayait des themes semblables. [- V] L.-S. 15ia. =[...] il essayait un seul theme. [- V) La negation porte sur le determinant quantificateur flou differents qui insiste sur Pheterogeneite de la classe referentielle dans 15i. Cette qualite s'oppose a semblable qui insiste sur l'homogeneite. En revanche, en 15ia differents insiste sur le nombre, ici le Sawas 26 pluriel, qui s'oppose a un seul, le singulier. • restriction par [ne...que] L. -S. 15. «[ . . . ] il essayait differents themes sans se fixer sur aucun. » L.-S. 15ii. -*![...] il n 'essayait que differents themes. II ressort de ce test que differents est opaque a la restriction, introduite par [ne.que], causant alors un asemantisme. Cela revient a dire qu'il est [- restrictif]. • insertion de [au moins] L.-S. 15. «[ . . . ] il essayait differents themes sans se fixer sur aucun. » L.-S. 15iii. —•[...] il essayait differents themes + au moins, mais sans se fixer sur aucun. Au moins indique l'absence d'une restriction dans la classe referentielle, de laquelle la limite inferieure est fixee. Differents s'accommode bien d'au moins, ce qui confirme qu'il appartient au paradigme des quantificateurs non-restrictifs. • insertion de [au plus] L.-S. 15. « [...] il essayait differents themes sans se fixer sur aucun. » L.-S. 15iv. —»![...] il essayait differents themes + au plus, mais sans se fixer sur aucun. Au plus signale une restriction dans la classe referentielle, de laquelle la limite superieure est fixee. Differents refuse une telle restriction, qui provoque un asemantisme. • insertion de [meme] L.-S. 15. « [...] il essayait differents themes sans se fixer sur aucun. » L>S. 15v. —•[...] il essayait differents themes, + meme celui-la, sans se fixer sur aucun. La compatibility avec meme montre que differents accepte de nouveaux elements dans la classe referentielle, qui n'est pas saturee, ce qui revient a dire que ce determinant quantificateur est [+ extensif]. • quantification continue (metre, kilo, litre, etc.) L.-S. 151. « Pendant un an, j'ai promene a travers la brousse plusieurs kilos d'hamecons dont personne ne voulait, car ils etaient trop petits pour les poissons dignes du pecheur amazonien. » (277: 283) L!-S. 151a. —•! Pendant un an, j'ai promeng a travers la brousse differents kilos d'hamecons dont personne ne voulait, car ils etaient trop petits pour les poissons dignes du pecheur amazonien. Sawas 27 Differents ne peut pas se mettre dans un contexte continu comme kilos. Cette incompatibility avec une unite de mesure met en evidence la presence du seme [- continu] dans differents. Sawas 28 •8 g Q i o 3 C3 U Sawas 29 Sawas 30 Sawas 31 Sawas 33 2.1.2 Divers Divers compte 355 occurrences dont 240 (68%) comme determinant; 92 sont soit en position de sujet (38), soit en position de complement d'objet direct (54). Au niveau semiologique, il connait le pluriel comme differents. II marque aussi les deux genres au pluriel comme sa contrepartie, differents: 119 occurrences, soit 50%, sont au masculin (L.-S. 44, 48, 49, 51, 52, 56, 57, 60, 62, 63, 67-70, 72, 82, 86, 87, 89, 91,93-97, 101,102, 111, 116, 118-120, 122, 124, 125, 127, 130, 132, 1159-1161, 1164, 1166, 1167, 1169, 1173-1176, 1180-1182, 1184-1188, 1191-1193, 1196, 1201, 1202, 1208, 1211, 1212, 1214, 1216, 1218, 1220, 1223, 1226, 1227, 1229, 1230, 1234, 1237, 1243, 1245, 1247, 1248, 1252-1257, 1259, 1260, 1262-1264, 1268-1273, 1275, 1277-1284, 1287, 1289, 1290, 1292, 1295, 1297-1305) contre 121, soit 50% encore, au feminin(L.-S. 45-47, 50, 53-55, 58, 59, 61, 64-66, 71, 73-81, 83-85, 88, 90, 92, 98-100, 103-110, 112-115, 117, 121, 123, 126, 128, 129, 131, 133-135, 1162, 1163, 1165, 1168, 1170-1172, 1177-1179, 1183, 1189, 1190, 1194, 1195, 1197-1200, 1203-1207, 1209, 1210, 1213, 1215, 1217, 1219, 1221, 1222, 1224, 1225, 1228, 1231-1233, 1235, 1236, 1238-1242, 1244, 1246, 1249-1251, 1258, 1261, 1265-1267, 1274, 1276, 1285, 1286, 1288, 1291, 1293, 1294, 1296 et 1306). Remarquable equilibre, qui fait echo a celui observe pour differents. Divers livre une classe referentielle heterogene et comporte les traits [+ extensif], [- restrictif], [- continu] et [- homogene]. Damourette et Pichon font la remarque qu'il est numeratif(§ 2675 : 648), c'est-a-dire [- continu]. En ce qui concerne le TLF, il observe qu'il existe « un rapport de pluralite », « avec une nuance de difference de nature »: en d'autres mots, il est [- homogene]. Grevisse dit que : « differents, divers Sawas 34 employes devant un nom pluriel, perdent leur valeur d'adjectifs et deviennent determinants, pour indiquer avec un sens voisin de « plusieurs » la pluralite de personnes, de choses qui ne sont pas les memes ; [ . . . ] » ( § 612 : 938) ce qui revient a dire qu'il est [- homogene]. A leur tour, Arrive, Gadet et Galmiche constatent que : « divers et differents ajoutent a la quantification la notion de variete des objets designes » (328); ils voient done aussi le trait [- homogene]. Wilmet ajoute que divers « se content[e] d'additionner a la quantification de base une information caracterisante vague » (1997 § 263 : 223), tel « varie »; en d'autres termes il est [- homogene]. Quant aux proprietes distributionnelles ainsi que les tests, il s'agit essentiellement des memes que pour differents. Proprietes distributionnelles: Les proprietes ayant trait a la morphologie seront abordees en premier lieu. • Comme differents, divers construit un determinant simple aussi bien que complexe: sN[D^uantfiou SS.pi] 175 occurrences-73% L.-S. 44. « divers ornements » L.-S. 45. « diverses croyances » SN[SD[ D^a- + D^Ua„t fiou] SS.pi] 65 occurrences - 27% L.-S. 49. « les divers types de structures » 58 occurrences avec les L.-S. 59. « ces diverses manifestations » 4 occurrences avec ces L.-S. 65. « ses diverses structures d'ordre » 3 occurrences avec ses Remarquons ici une symetrie etonnante avec differents: alors que celui-ci s'emploie dans 27% des cas comme determinant simple et dans 73% des cas comme determinant complexe, divers s'emploie dans 73% des cas comme determinant simple et dans 27% des cas comme determinant complexe. Curat a attire notre attention sur le fait Sawas 35 que divers se trouve toujours apres un determinant defini (* trois divers SS) alors que trois differents SS lui semble possible. • En ce qui concerne le nombre, ce determinant quantificateur se trouve toujours au pluriel: SN[D.quant flou «— SS.pl] / SN[SD[ D_def + D^uantflou] * - SS.pl] L.-S. 44. « divers ornements » L.-S. 133. « les diverses passions » • Quant au genre, il y a accord: SN[D-quant flou * ~ SS.pl] / SN[SD[ D-def + D^uantflou] «— SS.pl] L.-S. 44. « divers ornements » (119 occurrences aumasculin- 50%) L.-S. 45. « diverses croyances » (121 occurrences au femimn - 50%) L.-S. 49. «les divers types de structures » L.-S. 65. « ses diverses structures d'ordre » Viennent ensuite les proprietes semantiques. • Divers accepte un SS de nature discontinue: SN[D-quant flou SS-disoont] L.-S. 44. « divers ornements » L.-S. 48. « divers piments » • II admet aussi un SS de nature concrete: SN[D-quant flou SS-conc] L.-S. 79. « diverses plantes » L.-S. 82. « divers talismans » L.-S. 89. « divers animaux » L.-S. 94. « divers articles » • ainsi qu'un SS de nature abstraite: SN[D-quant flou SS.abs] L.-S. 45. « diverses croyances » L.-S. 108. « diverses raisons » L.-S. 133. « les diverses passions » Arretons-nous un instant sur le tableau 15 (p. 49). La caractenstique principale Sawas 36 ce tableau est que divers s'etale sur plus de classes semantiques que differents. - 77 occurrences, soit 49%, renvoient a des regroupements qui presentent un aspect bien heterogene (types, especes, aspects, parties, etc). Curat voit ici une difference flagrante entre differents et divers. II observe que les substantifs synonymes de type, forme et espece sont moins frequents avec divers car d'autres types de substantifs partagent les hautes frequences. - 25 occurrences, soit 16%, portent sur les experiences (aventures, epreuves, maladies, etc.) qu'on percoit facilement comme etant heterogenes. - 18 occurrences, soit 11%, parlent destitutions (tribus, societes, etc.) dont les elements s'envisagent facilement comme heterogenes. - 14 occurrences, soit 9%, relevent de categories tangibles (animaux, plantes, auteurs, personnes et sources) qui se distinguent par le biais de leurs caracteristiques. - 20 occurrences, soit 13%, relevent de categorie autres (indices, exemples, indications), comportant des elements heterogenes. - 4 occurrences, soit 3%, appartiennent au domaine du temps (moments, occasions). II s'agit toutefois ici d'unites qui permettent une interpretation heterogene. Divers figure dans toutes les positions syntaxiques: - sujet (38 occurrences, soit 16%): L.-S. 47. «Ils me faisaient admirer leurs jardins ou poussaient le mais, le manioc, la patate douce, l'arachide, le tabac, le calebassier et diverses especes de feves et de haricots. » Sawas 37 - complement d'objet direct (54 occurrences, soit 23%): L.-S. 48. « La visite des jardins permit de noter - autour de la grande cage de bois prec^demment occupee par l'aigle et encore jonchee d'ossements - des arachides. des haricots, divers piments, des petites ignames, des patates douces, du manioc et du mais. » [= diverses sortes de piments, valeur speciative: rouge, vert... ] - complement determinatif (28 occurrences, soit 12%): L.-S. 1266. « ( I ) ['...]. Et dans Faffirmative, a laquelle des diverses acceptions du structuralisme pensez-vous ? » - complement circonstanciel (92 occurrences, soit 38%): L.-S. 1263. « A partir de cette remarque en apparence futile, les deux epoux commenerent une longue enquete qui leur revela la nature effective des reactions, observables chez les divers peuples ou groupes culturels, vis-a-vis des champignons. » - complement d'objet indirect (18 occurrences, soit 8%): L.-S. 1265. « (I) [„.]. La revue avait adresse a diverses personnes le questionnaire suivant: [...].» - complement d'agent (10 occurrences, soit 4%): L.-S. 1264. « II ne semble done pas legitime d'invoquer, comme fait M. Wasson, les formes sib£riennes du delire provoque par Amanita muscaria, en general paisible et bienveillant, pour recuser la these avancee par divers savants scandinaves, et selon laquelle ce champignon serait la cause de la fureur berserk des anciens Vikings. » Tests: Nous avons fait passer les tests suivants a tout le corpus mais nous n'avons choisi qu'un exemple pour discuter les resultats. • negation par [ne.. pas] L.-S. 74. « Les Indiens racontent diverses legendes sur les Pleiades. » L.-S. 74a. —• Les Indiens ne racontent pas diverses legendes sur les Pl&ades L.-S. 74a. = Les Indiens racontent des legendes semblables sur les Pleiades. L.-S. 74ai. = Les Indiens racontent une seule legende sur les Pleiades. Ici, la negation porte sur divers. 74a isole la qualite de la classe referentielle, soit l'heterogeneite, laquelle se trouve niee et remplacee par semblables qui renforce l'homogeneite, tout en gardant la pluralite. 74ai isole la quantite de la classe referentielle, le pluriel, lequel se trouve nie et remplace par une seule qui renforce le [+VJ [-V] [-V1 [-V] Sawas 38 singulier. • restriction par [seul] L.-S. 124. « Divers mythes attribuent une amante ou un amant humains a un Paresseux [...]. » L.-S. 124a. —•! Seuls divers mythes attribuent une amante ou un amant humains a un [...]. L'incompatibilite de divers avec une restriction nous montre qu'il n'appartient pas au paradigme des quantificateurs restrictifs mais a celui des non-restrictifs. • insertion de [au moins] L.-S. 124. « Divers mythes attribuent une amante ou un amant humains a un Paresseux [...]. » L.-S. 124b. —»• Divers mythes + au moins, attribuent une amante ou un amant humains a un Paresseux sans se fixer sur aucun. Au moins traduit la non-restriction, dont divers s'accommode bien. Divers appartient done au paradigme des quantificateurs non-restrictifs. • insertion de [au plus] L.-S. 124. « Divers mythes attribuent une amante ou un amant humains a un Paresseux [...].» L.-S. 124c. — • ! Divers mythes + au plus, attribuent une amante ou un amant humains a un Paresseux [...]. Par contre, au plus introduit la restriction, representee par le trait [- restrictif]. Vu que cet ajout dans l'enonce entraine un asemantisme, nous pouvons dire que divers ne fait pas partie du paradigme des quantificateurs restrictifs. • insertion de [meme] L.-S. 124. « Divers mythes attribuent une amante ou un amant humains a un Paresseux [...]. » L.-S. 124d —• Divers mythes attribuent une amante ou un amant humains a un Paresseux [...], + meme celui-la. Ajouter meme dans l'enonce n'affecte pas son acceptabilite, ce qui signifie que la classe referentielle de divers accepte l'addition de nouveaux elements. D'ou son appartenance au paradigme des quantificateurs extensifs. • quantification continue {metre, kilo, litre, etc.) L.-S. 151. « Pendant un an, j'ai promene a travers la brousse plusieurs kilos d'hamecons dont personne ne voulait, car ils efaient trop petits pour les poissons dignes du pecheur amazonien. » Sawas 39 L.-S. 151b. —>! Pendant un an, j'ai promene a travers la brousse divers kilos d'hamecons dont personne ne voulait, car ils etaient trop petits pour les poissons dignes du pecheur amazonien. Divers n'admet pas les unites de mesure du continu devant lesquelles il produit un asemantisme. II s'avere done [- continu]. Les proprietes distributionnelles montrent qu'on peut substituer differents pour divers et vice versa sans aucune restriction syntaxique. II n'existe aucun contexte ou il soit impossible de substituer l'un a l'autre. D'apres ces criteres, differents et divers sont interchangeables au plan syntaxique. II faut done chercher a les opposer a un autre niveau .. .Les tests servent a verifier si l'emploi de differents traduit une qualification de portee identique a celle de divers. Bien que differents livre une reference aussi heterogene, extensive et continue que divers, elle differe en ce que le premier oppose l'identite des elements de la classe referentielle alors que le dernier en met plutot en relief les caracteristiques (Chevalier: 251; Curat 1999: 243; Gondret: 151). II decoule de ce contraste que semantiquement, differents ne peut pas remplacer divers sans deboucher sur une legere modification de sens. A titre d'exemple, comparons L.-S. 17 et 28 avec L.-S. 47et55: L.-S. 17. « Incapables a jamais d'echapper aux normes qui nous ont faconnes, nos efforts pour mettre en perspective les differentes societes, y compris la notre, seraient encore une facon honteuse de confesser sa superiority sur toutes les autres. » (2TT: 444) L.-S. 28. « La, il rencontre des peuples qui deviendront les differentes especes de vermine : poux, lentes, puces, etc. » (HN: 296) L.-S. 47. « Ils me faisaient admirer leurs jardins ou poussaient le mais, le manioc, la patate douce, l'arachide, le tabac, le calebassier et diverses especes de feves et de haricots. (2TT: 382) L.-S. 55. « Que les raisons pour lesquelles diverses societes choisissent [...] » (IAS: 109) Le fait que les societes et les especes s'opposent par leur identite importe en L.-S. 17 et 28 alors que le fait qu'elles s'opposent par leurs caracteristiques importe en L.-S. 47 et 55. Sawas 40 Sawas 41 Sawas 42 Sawas 43 Sawas 44 Sawas 45 Sawas 47 •a I 3 a" OS as {HUE #1 s 3 9 -3 5 C 2 w •9 I 3 91 2 s I N •8 1 3 Sawas 49 2.2 C u to TS »i S •3 .S 8. E S3 u . 3 E d OS -1 O « «S2 11 a 3 a* > , , * ^  / V j 3 s £ 5 '£ K & 3 Sb S 1 8 S " I l I 8 §i sit e-8 . 3 to w e3 u to (3 3 u P l a s 3 u I 3 E2 &.g -jL-a | e.11 •§« §8,iS1i n<S E 3 S o.! 01 cs .5 8 s to O co <N go £ 'I W (S| 3 to 8 I E 'a • Sawas 50 2.1.3 Plusieurs Plusieurs livre 888 occurrences dans le corpus informatise dont 835, c'est-a-dire 94% sont des determinants. Plusieurs a la frequence la plus elevee parmi les determinants quantificateurs flous. 290 sur 835 occurrences se trouvent soit en position de sujet (108), soit en position de complement d'objet direct (182). Au niveau semiologique, plusieurs ne connait pas de forme singuliere: il se trouve toujours au pluriel comme divers et differents. Qui plus est, bien qu'il accepte egalement les deux genres (masculin: plusieurs hommes (367 occurrences, soit 44%) et feminin: plusieurs femmes (468 occurrences, soit 56%)), il demeure glomeratif, pour emprunter le terme de Damourette et Pichon, c'est-a-dire « le nombre est une qualite de groupe non applicable individuellement aux membres du groupe » (§ 2124: 26) d'ou sans doute le fait que comme les quantificateurs numeriques pluriels, ce quantificateur est epicene et ne marque pas formellement la distinction de genre. A l'avis de Curat, plusieurs est le pluriel flou de 1 et 2, 3, 4, etc. sont les pluriels numeriques de 1. Pour ce qui concerne le semantisme, ce quantificateur traite d'une classe referentielle extensive, non-restrictive, homogene et continue (Curat: 243). Le T I F precise que plusieurs « sert a indiquer la pluralite de pers[onnes] ou de choses » referant a « un certain nombre, le plus souvent peu eleve, plus de deux (parfois plus d'un) » (612); en d'autre mots, [+ extensif]. A son tour, Grevisse dit: « plusieurs, toujours au pluriel, invariable en genre, indique un nombre indefini superieur, soit a un, soit a deux » (§ 613: 938); il s'accorde aussi sur le seme [+ extensif). Pour etayer sa position, il fournit les exemples suivants: 32. « Si tu as plusieurs cordes a ton arc, elles s'embrouilleront et tu ne pourras plus viser. » (Renard in Grevisse: 938) 33. « Sur un ou plusieurs registres. » (Code civil, art. 40 in Grevisse: 938) Sawas 51 34. « [...] confies a une ou plusieurs assemblies. » (AC. s.v. parlementarisme in Grevisse: 938) 35. «[ . . . ] pose sur un ou plusieurs pieds. » (Dictionnaire du frangais contemporain, s.v. table in Grevisse: 938) 36. « Elle [= la vente] peut aussi avoir pour objet deux ou plusieurs choses alternatives. » (Code civil, art. 1584 in Grevisse: 938) 37. « Espace resserre entre deux ou plusieurs montagnes. » (AC, s.v. vallee in Grevisse: 938) 38. « Se (fat de deux ou plusieurs mots [...]. » (Dictionnaire du frangais contemporain, s.v. synonyme in Grevisse: 938) Grevisse precise par ailleurs qu'en 33-35 plusieurs s'oppose explicitement a un, tandis qu'en 36-38 il s'oppose a deux. Dans notre corpus 39 cas s'opposent explicitement a un (L.-S. 222, 225, 230, 262, 295, 310, 344, 354, 372, 381, 390, 394, 1309, 1334, 1347, 1385, 1414, 1420, 1427, 1430, 1458, 1500, 1503, 1504, 1563, 1566, 1587, 1628, 1650, 1670, 1673, 1690, 1697, 1701, 1702, 1782, 1789, 1825 et 1835) et 5 a<fe«x(L.-S. 347, 1475, 1698, 1716 et 1758). D'apres Arrive, Gadet et Galmiche, «[q]uelques, certains et plusieurs [...] s'utilisent [...] pour une quantite presentee comme petite » (328). De surcroit, ils constatent que plusieurs, oppose a quelques, « vise une quantite plus importante ». Quant a Wilmet, il classe ce quantificateur flou dans le paradigme des quantifiants stricts synthetiques (1997 § 196:167) qui, selon lui, « annoncent une extensite variable (basse, moyenne ou elevee, limitee a une zone de l'eventail [...], non chiffrable [...]» (1997 § 194: 167). A cela, il ajoute que le quantificateur en question « declare une extensite egale ou superieure a 2 » (§ 203: 171), c'est-a-dire comportant le trait [+ extensif]. En outre, Wilmet signale, a l'encontre de Ducrot, Arrive, Gadet et Galmiche, que plusieurs est apte a commuter avec quelques si le contexte s'y prete. II donne l'exemple suivant comme preuve: , 39. « Pierre aura bu quelques/plusieurs verres avant de partir. » (1997 § 203: 171) II conclut que plusieurs « place en consequence le depart de l'exces au premier pluriel» (1997 §203: 172) : 40a. « La religion chr&ienne interdit d'avoir plusieurs femmes » Sawas 52 (Ducrot:1979 in Wilmet 1997 § 203: 172) 40b. s « plus d'une femme » (Wilmet 1997 § 203: 172) 41a. « ?? La religion chr&ienne interdit d'avoir quelques femmes » (Wilmet 1997 § 203: 172) 41b. s « 2,3,4... ?» (Wilmet 1997 §203: 172) Damourette et Pichon ont ceci a dire a propos de plusieurs. « Jusqu'a une epoque recente, la regie a ete de n'employer plusieurs que pour un nombre superieur a deux ; cette prescription se rattachait a la locution deux ou plusieurs, laquelle avait jadis accommensurativement signifie « deux ou plus de deux »;[...] » (§2671:644) lis citent l'exemple suivant: 42. « Des lors, rien d'impossible a ce que deux ou plusieurs de ces varietes vivent longtemps cote a cote. » (France in § 2671: 645) mais ils ajoutent qu'« a notre epoque, ou la ruine de la notion duelle est consommee, plusieurs, [...] s'applique a tout nombre superieur a 1 » (§ 2671: 645). Gondret est d'avis que plusieurs est « comparable a quelques » en ce qu'il est continu (146). Puis, il signale les differences entre eux. II cite en premier lieu Wagner et Pinchon: plusieurs « exprime la pluralite sans aucune precision » tandis que quelques « evoque un petit nombre d'unites » (§ 113 et 114 in Gondret: 146). Ensuite, il passe a la Grammaire Larousse du frangais contemporain qui observe: plusieurs « s'applique dans l'usage surveille a une quantite au moins egale a deux » et« au moins egale a trois » dans l'usage courant (§ 414, 1 in Gondret: 146), alors que « la quantite exprimee par quelques est toujours concue comme fort petite » et que, vis-a-vis de plusieurs, « quelques s'applique a une quantite plus petite » (§ 414, lb: in Gondret: 146). Ensuite, Gondret aborde un exemple genant releve de la Grammaire Larousse du frangais contemporain ou un pere de famille dit qu'il a plusieurs enfants. II se pose la question epineuse suivante: « [ . . . ] si quelques representait une quantite plus petite, ce pere de famille ne devrait-il pas pouvoir dire qu'il a « quelques enfants » quand il n'en a que deux? » (146). II est amene a proposer qu' « une difference de nombre plus petit a nombre plus grand » n'entre pas en jeu ici (146). Sawas 53 II souligne que quelques figure « difficilement » dans une phrase negative, au contraire de plusieurs, qui, dans ce cas, equivaut a un : 43a. « il n'en a pas plusieurs » (146) 43b. = « il n'en a qu'un » (146) 44a. « il ne l'a pas fait plusieurs fois » (146) 44b. = « il ne l'a fait qu'une fois » (146) il remarque que quelques entre dans les tournures restrictives, ce qui est impossible avec plusieurs: 45. « II ne possede que quelques livres. » (146) 46. « *I1 ne possede que plusieurs livres. » (146) 47. « II possede seulement quelques livres. » (146) 48. « *I1 possede seulement plusieurs livres. » (146) Gondret finit par conclure que quelques « implique que Ton considere une petite quantite par rapport a une quantite plus grande » alors que « plusieurs suppose que Ton considere une petite quantite (qui peut etre la meme) par rapport a l'unite [...]» (147). Ce a quoi il renvoie, c'est la notion de fond de tableau elaboree par Guillaume. En dernier lieu, Gondret note qu'avecplusieurs il s'agit« des choses qu'on possede generalement en assez petit nombre et meme assez souvent a un seul exemplaire » alors que quelques s'emploie « avec ce qui se presente habituellement en collections assez nombreuses » (147). 49. « Les arbres ont encore quelques feuilles. » (147) 50. « *Les arbres ont encore plusieurs feuilles. » (147) II termine la section sur plusieurs et quelques en disant que lorsque ces deux determinants quantificateurs flous commutent sans entrainer d'effets remarquables, le choix depend de la presentation de l'auteur, restrictive ou augmentative (148). Passons maintenant a notre corpus. Est-il vrai que quelques peut remplacer plusieurs ? Jetons un coup d'oeil sur les proprietes distributionnelles et les tests. o Sawas 54 Proprietes distributionnelles: Commencons par les proprietes morphologiques. • Dans le corpus, plusieurs accuse une forme simple1: SN[D ,^Uantflou SS.pl] L.-S. 136. « plusieurs batiments » L.-S. 137. « plusieurs manieres » • II se trouve toujours au pluriel: SNltD-quant flou * ~ SS.pl] 835 occurrences - 100% 835 occurrences - 100% Plusieurs ne varie pas selon le genre: il se montre done epicene: L.-S. 139. « plusieurs possibilites » L.-S. 199. « plusieurs nids » Passons aux proprietes semantiques. • Plusieurs precede un SS discontinu: SN[D.quant flou SS-disoont] L.-S. 140. « plusieurs blocs » L.-S. 163. « plusieurs pieces de flanelle rouge » • ainsi qu'un SS continu. SN[D-qUant flou SS-cont] les unitis de mesure L.-S. 151. « plusieurs kilos » L.-S. 226. « plusieurs litres » L.-S. 1310. « plusieurs metres » L.-S. 1314. « plusieurs kilometres » les nume>aux L.-S. 144. « plusieurs centaines » L.-S. 1378. « plusieurs dizaines » L.-S. 348. « plusieurs milliers » L.-S. 1482. « plusieurs milliards » L.-S. 1767. « plusieurs millions » 464 occurrences au feminin - 56% 371 occurrences au masculin - 44% 41 occurrences - 5% 10 occurrences 1 occurrence 1 occurrence 4 occurrences 4 occurrences 31 occurrences 15 occurrences 8 occurrences 5 occurrences 2 occurrences 1 occurrence 1 Arrive, Gadet & Galmiche signalent que « l'emploi de plusieurs comme determinant de type 2 [complexe] est tres fortement archaique et affect^  » (328). Comme preuve, ils fournissent cet exemple: 51. « les plusieurs maitres » (Jarry in Arrive, Gadet & Galmiche: 328) Sawas 55 II precede un SS concret: SN[D.quant flou SS-conc] L.-S. 169. « plusieurs tableaux » L.-S. 199. « plusieurs nids » L.-S. 212. « plusieurs fleches » L.-S. 234. « plusieurs betes » ainsi qu'un SS abstrait: SN[D-quant flou SS-abs] L.-S. 139. « phisieurs possibilites » L.-S. 206. « plusieurs interpretations » Plusieurs points ressortent du tableau 18 (page 82). - 216 occurrences, soit 32%, concernent l'expression du temps. La moitie des occurrences rassemble les synonymes fois et reprises, qui occupent la frequence la plus elevee (54), et l'autre moitie, les unites de mesure (millenaires, siecles, annees, mois, semaines, jours, heures et secondes) qui, s'inscrivant dans le cadre du continu, sont considerees comme homogenes. - 176 occurrences, soit 26%, relevent du domaine de regroupement (versions, especes, fagons, types, variantes, etc.). Notons ici que le regroupement se base sur l'heterogeneite des elements appartenant au meme systeme. - 53 substantifs, soit 8%, nomment des institutions (langues, tribus, families, etc.) qui comprend des elements discontinus, done heterogenes. - 130 substantifs, soit 19%, relevent d'autres categories (remarques, litres, plans, raisons, etc.). Precisons que cette classe sert a ranger les SS qui ne conviennent pas ailleurs. D'ou son caractere heterogene. - 42 substantifs, soit 6%, nomment des objets tangibles (femmes, animaux, oiseaux, auteurs, etc.). Comme il s'agit d'elements discontinus dans le temps et Sawas 56 Pespace, cette categorie est marquee par Pheterogeneite. - 30 occurrences, soit 5%, nomment un numeral (centaines, dizaines, milkers et milliards), relevant du continu et signifiant alors une homogeneite dans la classe referentielle. - 12 occurrences, soit 2%, renvoient a Pexperience (tentatives, transformations, etc.). Vu que Pexperience est discontinue, elle, s'avere heterogene. - 8 occurrences, soit 1%, nomment une unite de mesure (kilometres et metres) qui est percue comme homogene car elle est continue. Nous avons rencontre plusieurs dans toutes les positions syntaxiques: - sujet (108 occurrences, soit 13%): L.-S. 159. « En consequence, plusieurs bandes ont du se trouver r&luites a si peu de chose qu'il leur devenait impossible de poursuiyre une existence independante. » - complement d'objet direct (182 occurrences, soit 22%): L.-S. 160. « Sauf de rares exceptions, le chef et le sorcier seuls (et encore, quand ces fonctions se partagent entre deux individus) peuvent avoir plusieurs femmes. » - complement determinatif (68 occurrences, soit 8%): L.-S. 1584. « Dans ce nouveau cas, les mythes precedent pourtant de la meme facon, c'est-a-dire par la mise en correspondance simultanee de plusieurs codes. - complement circonstanciel (451 occurrences, soit 54%): L.-S. 1440. « Ainsi, nous constations que nos analyses se situaient sur plusieurs axes. » - complement d'objet indirect (19 occurrences, soit 2%): L.-S. 1441. « De la liberte que nous prenions ainsi de recourir a plusieurs dimensions pour y disposer nos themes, il resultait qu'une coupe en chapitres isometriques devait c&ier le pas a une division en parties moins nombreuses, mais aussi plus volumineuses et complexes, inegales par la longueur, et dont chacune formerait un tout en vertu de son organisation interne a laquelle presiderait une certaine unite d'inspiration. » - complement d'agent (7 occurrences, soit 1%): L.-S. 1437. « Un commentateur naif, venu d'une autre planete, pourrait s'etonner a meilleur droit (puisqu'il s'agirait alors d'histoire et non de mythe) que, dans la masse d'ouvrages consacres a la Sawas 57 Revolution francaise, les memes incidents ne soient pas toujours retenus ou rejetes, et que ceux relates par plusieurs auteurs apparaissent sous des eclairages differents. » Tests : Nous avons fait passer les tests suivants a tout le corpus mais nous n'avons choisi qu'un exemple pour discuter les resultats. • commutation de [plusieurs —* quelques] L.-S. 347. [...] qui permettent de distinguer par leur forme, [...] deux ou plusieurs sortes de feuilles, de fleurs, de coquilles ou d'os, ou meme des animaux entiers pourvu que les etres compares appartiennent a la meme classe botanique ou zoologique (fig. 39). (HN: 604-605) L.-S. 347a. - * ! [...] qui permettent de distinguer par leur forme, [...] deux ou quelques sortes de feuilles, de fleurs, de coquilles ou d'os, ou meme des animaux entiers pourvu que les etres compares appartiennent a la meme classe botanique ou zoologique (fig. 39). Ce test nous enseigne que plusieurs admet une addition de referents dans sa classe referentielle, ce qui revient a dire qu'il est [+ extensif] alors que quelques l'interdit dans cet exemple, ce qui revient a dire qu'il est [- extensif]. • negation par [ne.. pas] L.-S. 139. « [...] il offre plusieurs possibilites [...]. [+ V] (2TT: 123) L.-S. 139a. —• il n 'offrepas plusieurs possibilites [- V] L.-S. 139a. = il offre une possibility [- V] Ce test identifie des sens differents pour ces deux determinants quantificateurs flous. Bien que les deux concernent la quantite de la classe referentielle, plusieurs s'oppose a un tandis que quelques offre deux possibilites : il s'oppose soit a un, soit a beaucoup de. • restriction par [ne... que] et [ne.. pas seulement... mais... ] L.-S. 139c. —»! il n 'offre que plusieurs possibilites L.-S. 139d. —• il n 'offre que quelques possibilites L.-S. 139d = il n'offre pas beaucoup de possibilites L.-S. 139e. —•! il n 'offre pas seulement plusieurs possibilites L.-S. 139f. —• il n 'offre pas seulement quelques possibilites L.-S. 139f. = il offre beaucoup de possibility Sawas 58 Ce second test sert a montrer que plusieurs s'accommode mal d'une restriction; il Comporte done le trait semantique inherent [- restrictif]. En revanche, quelques accepte la restriction quantitative, d'ou le trait [+ restrictif]. • insertion de [au moins] et [au plus] L.-S. 264. Or, plusieurs mythes guyanais et quelques mythes ge rattachent [...]. (MC: 370) L.-S. 264a. —* Or, plusieurs mythes guyanais + au moins et quelques mythes ge + au plus rattachent [...]. L.-S. 264. —• Or, plusieurs mythes guyanais ! au plus et quelques mythes ge + au moins rattachent [...]. Ce test revele que plusieurs est [- restrictif] puisqu'il n'accepte pas une limitation de sa classe referentielle, signalee par l'insertion d'aw plus dans l'enonce. En revanche, quelques se montre [± restrictif] suivant le contexte de l'enonce puisqu'il accepte au plus aussi bien qu'aw moins. • insertion de [meme] L.-S. 169. Plusieurs tableaux mettent en evidence les facons contradictoires de concevoir le passage de l'humanite a la divinite ;[...]. (2TT: 437) L.-S. 169a. —• Plusieurs tableaux mettent en evidence les facons contradictoires de concevoir le passage de l'humanite a la divinity + meme celui-la. L.-S. 169b. —• ? Quelques tableaux mettent en evidence les facons contradictoires de concevoir le passage de l'humanite a la divinite, + meme celui-la. L'insertion lexicale de meme montre que plusieurs livre une quantification extensive au contraire de quelques qui se montre [- extensif]. • quantification continue (metre, kilo, litre, etc.) L.-S. 151. Pendant un an, j'ai promene" a travers la brousse plusieurs fa/os d'hamecons [...]. (2TT: 283) L.-S. 151d. —» Pendant un an, j'ai promene a travers la brousse quelques fa/os d'hamecons [...]. Ce dernier test de commutation dans une phrase comportant une unite de mesure permet de classer ces deux quantificateurs en tant que [+ continu]. En bref, plusieurs peut commuter avec quelques mais pas dans tous les contextes. Lorsque la commutation est possible, elle livre des effets de sens differents. Sawas 59 Sawas 60 Sawas 61 Sawas 62 Sawas 63 Sawas 64 "8 I A, rs •8 I u a & ' H i •am r e a P c T 3 2 a £ T3 « b 1-2 I A, ¥ 1 S .a o > to I 8* UK 1 2 E I I o •O _ i f t w « in 8/S£ I3" .5 <s a «•> ? < N I i 11 s % .3 3 ^ s is a 1 0 H 1-8 II 0- 3 I 1 1. -2 « -s -« I-co a u "2 •Si 5 I CM 5; -« s wo •8 U 3 JS s1 i t ? * " •15 £ 3 Sawas 65 Sawas 66 Sawas 67 Sawas 68 Sawas 69 Sawas 70 Sawas 71 Sawas 72 Sawas 73 Sawas 74 S-81 "8 3 §s kj 5 1 I •a I 8. 5 s i l s "5 a 1-8 I l?» 3 § S •S <£. "« .S i r* s 2 -a «5 B) C * | " f K <o 8 ^ I is •8 3* a. « 8 Q •8 5* 1 I u > re si i i e a 3 J o. £ & i i l : 1 5 I ON CM 6 J3 "53 4 I " 15. J :1 £4 L2 -a .! la J o . 3 SI 8 Ml a ,1 o si . 2 5 S a w a s 75 Sawas 76 9 "a. J u 1 1 «> 13 Sawas 77 r~ c i r- vo vo m •q- r- ^ —< 2 *<f © " "">" ^ <N rs* \o m ^ ^ ? Q 2 <N vo" vo r s Os 2 o — vO — <N 2 2 CS 0 0 vo © M O W M «-> vo f» t-~ Tf ON oo vo oo r~ \o <s </i vo t— t— O oo m v-i u-i <n r s © . i i i i_ ~ __; ro U d rri " rf 0 0 oo"2 2 2 oo" t-' ^ rr> r--oo os TJ- in ao m >o \ 0 \ 0 I s vi >0 <t t ^ m oo in M ,^ n, v> vo vo r~ 8" Os rf 0 0 0 0 m r-»n \o vo ft r- VO rs" rr> m r- s 0 0 m m VO n •<r ft— rS r s VO I—< r - m oo o • n r S W) >/•> vo VO 0 0 • r-" oC ft „ VO O r s VO r - o r- >/"i vo VO 0 0 m <—< „ „ , „ 0 0 0 0 0 0 CS vo O r s •/-> Vi VO VO 0 0 m „ ft „ ft VO o r- rn r-Ov VO vo o\ r s v i vo VO VO 0 0 m ft „ o" „ o VO r s <N p~ v i VO OV r s rr, ^ - vO VO VO 0 0 m f—* ft „ „ ft ft Ov r s o 0 0 o oo VI VI v i 0 0 r s -—i •<»• VO VO vo 0 0 m o" „ ft Os" vo" Os •—' _— o V) v i 0 0 3 0 0 OS ' o • t v i t o VO « »—' «—• * — ft Os „ oo o" ft <n r- — ro - H 0 0 ft o VO — r o — vo ft ov — VO vo —' ^ Os „ 0 0 ,o >^ 1$ " I ft IS 2 k~"2 ^ VO ' m rs" r s , oo ^ O ft © (-"£ o „ rri <— 0 0 o r s Tf 0 0 sO ^ o oo" p;~ ^ 2 m go ft t--O —' m ft Ov r- vo o — r o - rr> vo t n O vo m — r s r -ft 0 0 ! P S r s „ » vo >/"! VO O ^ fa <r\ ° 2 0 0 vo" rri •q-ft r s ft VO f i «/1 oo m •V i m Ov r s o 0 0 • V u-1 0 0 rrj \Q oo" 1 r s os m oo „ >n r s " c i r n r s £ m * 2 ov Ov r s oo" ^ ov r-r s <*i r-" 2 Os ft r s r -* 2 <N , r s " «> r-" — r s M vo r s Ov r s r s 0 0 ' f t 1 / 1 S o l 2 ^ r s ~ S'P r s 2 2 g Ui — U ft E 2 r s r s rs" o r s , _ . ON 0 0 Ov — vo rs" " o <o r", vo ~— vo s 0 0 Os .—• vo , r-r-oo , m >o " ? vo — 0 0 ft m ov cw »—« ci r-1 2 > m oo ^-VO (~ 3 ov B E : 0 0 VO ro" Os VO oo" w> •- -oC — oo" r-r>^  m 0 0 u .s vo" •a S 2 & 2 vo «o rs" vo V 0 rs" •3-r s r o o — rs" © r s 0 0 f , t« u a r s P oo § r-—> Sawas 78 IP IS l o o •a oo CO — i 0 0 os o S O •9 f~ I? o i--o so so S O oo Os o a. , I? oo o r»1 a" •a* OS 11 Os t oT S O ft ho as o so ,os t-ST S O c-i e. a o 3 £ u r-OH OS 2 5 . I S Os rsl oo 2 o so 0 0 oo 3 o <s o oo o <S r-S O r S •st ON O rs o cs -a-oo S O a 8JS 1 old -5T SO •st 2 8 f S so <N S O S O 3 S O r-3 o O s <N Os Os o O I S O so" Os <s Os \m Os (S <S oo 4 4 o oo Os T f S o 3 S a w a s 79 © Os 3 as o f S m o •a Vi r-so =3 SO 3 2 Os © © I a & i 2 1) 3 3 © o © 0 0 so 0 0 SO I— SO o o Sawas 80 Sawas 81 m 9 m oo II vo C M II > Sawas 82 6 -a a & s 0 0 P Js •j3 8 a. cx 5. 2 -Su 2 3 8 a 3 -a <u <H 2 <N a * « B o s.-a o a. 2 8,-81 w i/i xj- m t!l 0) i 2 2 3 e * ^  — W « § S| . § | | | i r § - | & | s g 3 C ;a 00 CO + .•8 VO •8 c o fid 2 * OS W O S « 5 * '2 ^  ' oo C M •l j j i t— c i _ - t - - © e = CM a •8 ^  ^ a M11 •i u » 2 »i s s § P S M S - C S K O O S Sawas 83 2.2 Les quantificateurs non-extensifs Apres avoir regarde le sous-systeme des quantificateurs extensifs, considerons maintenant celui des quantificateurs non-extensifs. 2.2.1 Certain(s) Nous avons au total 1152 occurrences de certain(s) dont 692, soit 60 %, comme determinants. De plus, nous avons repere 339 sur 692 occurrences qui se trouvent en position de sujet (192) et de complement d'objet direct (147). Quant a la semiologie, certain(s) varie en genre et en nombre. 408 occurrences, soit 59%, se trouvent au masculin contre 284, soit 41%, au feminin. La variation en nombre signale deux degres d'indetermination. Curat fait remarquer que « les oppositions certain!certains et quelquelquelques livrent des effets de sens paralleles: alors que quelque I certain SS livrent une indetermination qualitative, quelques!certains SS produisent une indetermination quantitative » (240). II observe aussi, comme nous le verrons plus en profondeur par la suite (cf. 2.2.2), que quelque permet redetermination quantitative (23% des cas) dans les cas ou la nature du SS est continue: a titre d'exemple quelque temps. II en va de meme pour certain, exemplifie par 55-56. Notons toutefois que cet emploi reste rare et archaique pour certain, comme le maintiennent Riegel, Pellat et Rioul (160) et comme temoigne justement notre corpus ou il n'apparait que 4 fois, soit 1%, et jamais en position de sujet ni de complement d'objet direct: L.-S. 1852. « Aussi suffisamment experimentee [...] j'avais a certain moment la crainte de leur mise en pieces sur les quais, pendant que le bateau leverait l'ancre) [...].» (ITT: 19) [la pertinence de la question auquel? montre que certain porte sur l'identitel L.-S. 1952. « Quesalid ne se fit pas prier, et son recti decrit, dans le detail, quelles furent ses premieres lecons :[...] et surtout Vars magna de certaine ecole shamanistique de la cote nord-ouest du Pacifique [...]. » (IAS: 192-193) [la pertinence de la question de laquelle? montre que certaine porte sur l'identite] L.-S. 2016. « I. [...] La permutation du tatou et du sarigue est egalement attestee, chez les Kayapo, par le transfert, au tatou 0'imbre\ de certaine maladresse du beau-pere Sarigue dans le cycle de « Sarigue et ses gendres ». » (CC: 184) Sawas 84 [la pertinence de la question de laquelle? montre que certaine porte sur 1'identite] L.-S. 2115. « Le gene de la sicklemie, qu'on avait longtemps tenu pour l'un d'eux, aura definitivement perdu ce caractere si, comme on l'admet gineralement aujourd'hui, il confere une immunite relative a certaine forme pernicieuse de malaria. » (MS: 73) [la pertinence de la question a laquelle? montre que certaine porte sur 1'idendte] Du cote semantique, certain(s) livre une classe referentielle [- restrictif], [- extensif], [- continu] et [+ homogene] (Curat: 243). Le TLF rapporte que le determinant quantificateur flou en question « exprime 1'indetermination, qui porte sur l'identite, la quantite ou la qualite », ce qu'il illustre avec les exemples suivants: 52. « Nous avons certain dossier, avec sept lettres originales du sieur Crochard. » (Stendhal in TLF: certain1\aine) [la pertinence de la question lequel? montre que certain porte sur 1'identite] 53. «[ . . . ] il suivait par moment certaine ligne du parquet, et puis une autre parallele, se dormant la tache de ne pas mettre le pied a cote . . .» (Ramuz in TLF: certain',aine) [la pertinence de la question laquelle? montre que certaine porte sur l'identite] 54. « [•...] l'article du Miroir universel, je peux vous affirmer qu'il a ete inspire a certain petit monsieur que je prefere ne pas nommer par une grande firme anglaise de munitions et d'armements. (Duhamel in TLF: certain'\aine) [la pertinence de la question auquel? montre que certain porte sur 1'identite] 55. « Les medecins ont encore certaine influence. » (Barres in TLF: certain'xane) [Vimpertinence de la question laquelle? montre que certaine ne peut pas porter sur l'identite^ par contre, la pertinence de combien? montre que certaine porte sur la quantite] 56. «[ . . . ] il [Henry James] moderait parfois son « humour », ironie qui trahissait certaine condescendance, mais cachait une tendresse reelle, comme d'un grand homme pour sa nourrice. » (Blanche in TLF: certain1 ,aine) [rimpertinence de la question laquelle? montre que certaine ne peut pas porter sur 1'identite; la pertinence de combien? montre que certaine porte sur la quantity] 14. « I I y a certains silences qui vous attirent, vous fascinent, on a envie de jeter n'importe quoi dedans, des paroles...» .(Bernanos in TLF: certain1 jaine) [la pertinence de la question lesquels? montre que certains porte sur fidentite] 57. « II serait temeraire de repondre par raffirmative, mais j'ai surpris des faits et recu certaines confidences qui autorisent du moins a penser que, dans quelques cas exceptionnels et chez les plus evoluees, ces preoccupations n'itaient pas absentes. » (Ambriere in TLF: certain',aine) [la pertinence de la question lesquelles? montre que certaines porte sur l'identite] Selon Grevisse, certains « indique une pluralite imprecise » et« envisage un nombre limite d'objets ou de personnes ayant des caracteristiques particulieres » (§ 609: 934): il voit done present au sememe de certains le trait [- extensif} en plus de [+ homogene]: 58. « II est certains animaux chez qui la transparence des tissus laisse voir a l'oeil nu les veines courantes. » (Sainte-Beuve in Grevisse § 609: 934) [la pertinence de la question lesquels? montre que certains porte sur l'identite] Selon Arrive, Gadet et Galmiche « certain et un certain laissent entendre qu'on pourrait Sawas 85 preciser, mais qu'on ne le fait pas » (327). lis observent par ailleurs qu'au pluriel, « quelques, certains, plusieurs et leurs substituts pronominaux s'utilisent done normalement pour une quantite presentee comme petite » (328); en d'autres termes il est [- extensif]. Riegel, Pellat et Rioul remarquent que « les variantes un quelconque et, plus rares et un peu archaiques, quelque, certain insistent sur le caractere aleatoire du prelevement opere par l'indefini, avec cette particularite pour certain que l'enonciateur laisse volontiers entendre qu'il pourrait preciser Pidentite du referent [...]» (160). Quant a Wilmet, certain(s) appartient pour lui au paradigme des quantifiants-caracterisants stricts synthetiques ou il ajoute « a la quantification de base une information caracterisante vague » (1997 § 260: 222). II fournit l'exemple suivant: 59a. « Certain renard gascon, d'autres disent normand. » (La Fontaine in 1997 § 260: 222) 59b. = « un renard gascon » [quantification de base: le singulier] et p.ex. « que je sais » [information caracterisante vague] Les exemples 55-56 montrent toutefois que ce n'est pas la caracterisation qui est vague, mais la quantification, et la «quantification de base » (i.e. le singulier) n'a qu'une valeur massive (cf. du bois)1 H semble que Wilmet se trompe sur ce point. Wilmet ensuite cite Loneux: « certain sert a marquer [...] un individu precis dans l'idee de celui qui parle, mais laisse vague pour celui a qui s'adresse la parole » (1997 § 260: 222). D'apres Damourette et Pichon: « certain fait couple semantique avec quelque [...]. II implique que le locuteur pourrait preciser et donner tous les caracteres de l'individu montre transitoirement » (§ 2824: 41). Gondret note que certains et quelques « semblent commuter facilement»(143): 60. « J'ai vu quelques/certains etudiants. » (143) 61. « Quelques/certains dtudiants etaient la. » (143) 1 Curat a attire notre attention sur ce fait. Sawas 86 Cependant, il attire notre attention sur des contextes ou l'un de ces quantificateurs flous est exclu ou apparait avec un effet de sens different. Le premier cas qu'il recense est celui des verbes ou locutions qui portent un jugement de valeur, tel aimer, detester, apprecier, etc (143); de par leur sens, ils appellent une discrimination de qualite ou d'identite et c'est ainsi que certains est prefere a quelques (143): 62. « II aime bien certains fruits. » (143) 63. « I I deteste certaines facons d'agir. » (143) 64. « Je n'apprecie guere certains precedes. » (143) 65. « *Je n'apprecie guere quelques precedes. » (143) Gondret remarque cependant que quelques pourrait etre utilise dans les phrases negatives si le substantif etait qualifie: 66. « Je n'apprecie guere quelques precedes qui sont courants de nos jours. » (143) II note par ailleurs que certains ne peut pas commuter avec quelques dans un contexte de mesure du continu: il attribue done a certain(s) le trait [- continu]: 67. « I I habite a quelques kilometres. » (144) 68. « *n habite a certains kilometres. » (144) De plus, Gondret souligne que la valeur de certains et quelques devient claire lorsqu'on les place dans une phrase negative ou restrictive : 69. « Dans cette piece, je n'ai vu que quelques livres (= pas beaucoup)» (144) 70. « Dans cette piece, je n'ai vu que certains livres (= qui possedent des caracteres qui les distinguent) » [+ d'autres 6taient absents] (144) 71. « Ce ne sont pas seulement quelques eftidiants que j'ai vus (= mais beaucoup) » (144) 72. « Ce ne sont pas seulement certains etudiants que j'ai vus (= mais tous) » [+ mais les autres aussi] (144) Existe-t-il des contextes dans notre corpus ou quelques peut commuter facilement avec certains ? II suffit de regarder les proprietes distributionnelles en plus des tests. Proprietes distributionnelles: Regardons d'abord les proprietes morphologiques. Sawas 87 • Certain(s) connait une forme simple comme determinant: sNtD-ouant flou SS.sg] / SN[D^uant flou SS.pi] 692 occurrences - 100% L.-S. 427. « certaines cordes » L.-S. 1852. « certain moment» • II accuse une forme singuliere: 4 occurrences-1% SN[D-quant flou *— SS-sg] L.-S. 1852. « certain moment» L.-S. 1952. « certaine ecole shamanistique de la cote nord-ouest du Pacifique » L.-S. 2016. « certaine maladresse » L.-S. 2115. « certaine forme pernicieuse de malaria » • aussi bien que plurielle 688 occurrences - 99% SN[D-quant flou *~ SS-pl] L.-S. 426. « certains elements » L.-S. 427. « certaines cordes » • Certain(s) montre une variation de genre: SNT[D.quantflou *— SS-sg] / SN[D-quantflou *~ SS-p|] L.-S. 429. « certains souvenirs » 408 occurrences au masculin - 59% L.-S. 454. « certaines plumes » 284 occurrences au ftminin - 41% Considerons maintenant les proprietes semantiques. • Certain(s) admet un SS discontinu: SNT[D-quant flou SS-discont] L.-S. 426. « certains dements » L.-S. 433. « certains caracteres » • II admet aussi un SS concret: SN[D-quant flou SS-conc] L.-S. 453. « certaines graines » 2 Wilmet observe que certain peut se combiner avec le « en cas de caracterisation supplementaire »: 2. « Cette attitude [...] finit a la longue par engendrer le certain malaise qu'on peut eprouver a voir l'homme enjaune [...]» (Antoine Blondin, Le Tour de France en quatre etvingt jours, 109 in Wilmet 1997 § 260: 222) [= « un certain malaise » et« celui {le malaise} qu'on peut eprouver [...].] Sawas 88 L.-S. 454. « certaines plumes » L.-S. 491. « certains objets » L.-S. 492. « certains produits » et un SS abstrait: SN[D-quant flou SS.abs] L.-S. 429. « certains souvenirs » L.-S. 563. « certaines reflexions » Quelques remarques emergent du tableau 21 (page 122). - 186 occurrences, soit 35%, renvoient a des regroupements (aspects, versions, elements, formefs), traits, types, especes, niveaux, etc.). Le regroupement embrasse en realite les elements heterogenes faisant partie du meme systeme. - 80 occurrences, soit 15%, sont des institutions (groupes, societes, tribus, peuples, ceremonies, institutions, etc.). Notons que les institutions comprennent des elements discontinus, done heterogenes. - 162 substantifs, soit 31%, relevent d'autres categories (cas, details, proprietes, analogies, themes, fonctions, passages, combinaisons, termes, etc.) qui incluent des elements heterogenes qu'on a eu du mal a ranger ailleurs. - 56 occurrences, soit 11%, nomment des categories tangibles (individus, animaux, indigenes, Athapaskan, auteurs, Indiens, etc.), percues comme heterogenes. - 31 occurrences, soit 6%, nomment des experiences (transformations, conditions, attitudes, exigences,problemes, etc.) qui sont envisagees du point de vue heterogene aussi. - 15 occurrences, soit 3%, relevent du temps (periodes, jours et moment(s)). Certain(s) ne rencontre pas de restrictions syntaxiques: il occupe toutes les Sawas 89 positions: - sujet (192 occurrences, soit 28%): L.-S. 434. « Certaines cites d'Europe s'endorment doucement dans la mort;[ . . . ] .» - complement d'objet direct (147 occurrences, soit 21%): L.-S. 529. « En se conformant a des regies, une society favorise certains types d'unions et en exclut d'autres. » - complement determinatif (97 occurrences, soit 14%): L.-S. 1885. « Je ne pouvais songer a un recensement syswhnatique en raison de l'hostilite permanente de certains groupes et de la mobilite de toutes les bandes pendant la periode nomade. » - complement circonstanciel (236 occurrences, soit 34%): L.-S. 1858. « Dans certains cas, au contraire, les planteurs decidaient, pour des raisons religieuses, de faire abandon de terres a une paroisse. » - complement d'objet indirect (14 occurrences, soit 2%): L.-S. 1908. « II se ramene a certaines relations de correlation et d'opposition, inconscientes sans doute, meme des peuples a organisation dualiste, mais qui, parce qu'inconscientes, doivent etre £galement presentes chez ceux qui n'ont jamais connu cette institution. » - complement d'agent (6 occurrences, soit 1%): L.-S. 2020. « Mais sa validite semble indirectement confirmee, pour 1'Amerique tropicale, par certaines remarques de Tastevin. » Tests: Nous avons fait passer les tests suivants a tout le corpus mais nous n'avons choisi qu'un exemple pour discuter les resultats. • commutation de [certains —+ quelques] L.-S. 434. « Certaines cites d'Europe s'endorment doucement dans la mort; [...].» (2TT: 107) L.-S. 434a. - • Quelques cites d'Europe s'endorment doucement dans la mort; [...]. La commutation revele la grammaticalite des deux enonces. Bien que les deux quantificateurs flous ne donnent aucune precision sur la quantite de la classe referentielle, ils different en ce que certain(s) offre la possibility d'une precision du referent Sawas 90 (Damourette et Pichon, § 2824: 41; Arrive, Gadet et Galmiche: 327; Riegel, Pellat et Rioul: 160) alors que quelque(s) exclut cette possibility. Voila pourquoi, selon Curat, quelque(s) livre la genericite, suivi souvent de que ce soit, alors que certain(s) la bloque (241). • negation par [ne.. .pas] L.-S. 434.,« Certaines cites d'Europe s'endorment doucement dans la mort; [...]. » (2TT: 107) [+V] L.-S. 434i. -^lln'ya pas que certaines cites d'Europe qui s'endorment doucement [...].[- V] L.-S. 434i. = toutes les cites d'Europe s'endorment doucement dans la mort; [...]. [- V] L.-S. 434ia. = certaines cit£s d'Asie s'endorment doucement dans la mort; [...]. [- V] L.-S. 434a. —» Quelques cites d'Europe s'endorment doucement dans la mort; [...]. [+ V] L.-S. 434ai. —*Iln'ya pas que quelques cites d'Europe qui s'endorment [...]. [- V] L.-S. 434ai. = beaucoup de cites d'Europe s'endorment doucement dans la mort; [...]. [- V] L.-S. 434aia. = beaucoup de cites d'Asie s'endorment doucement dans la mort; [...]. [- V] Avant d'expliquer les resultats de ce test, il faut signaler une legere modification a l'enonce source: il est necessaire d'ajouter que apres la negation pour que l'enonce soit naturel. En ce qui concerne le test lui-meme, il montre que l'effet de sens differe enormement lorsque ces deux determinants quantificateurs flous entrent dans des phrases negatives. Certains s'oppose soit a la totalite de la classe referentielle (434i), soit a une partie de la classe referentielle (434ia) tandis que quelques s'oppose a une partie de la classe referentielle. • restriction par [seul] L.-S. 434ii. —• Seules certaines cites d'Europe s'endorment [...]. L.-S. 434ii. = celles qui possedent des caracteres qui les distinguent L.-S. 434aii. —• Seules quelques cites d'Europe s'endorment [...]. L.-S. 434aii. = pas beaucoup de cit^ s s'endorment D'apres les reponses donnees, ce test montre que quelques livre une lecture quantitative alors que certains debouche sur une lecture qualitative. • insertion de [au moins] Sawas 91 L.-S. 434iii. —• Certaines cites d'Europe + au moins s'endorment doucement dans la mort; [...}. L.-S. 434aiii. —» Quelques cites d'Europe + au moins s'endorment doucement dans la mort; I...]. Au moins marche avec certain(s) aussi bien qu'avec quelque(s), ils s'averent done tous les deux [- restrictif]. • insertion de [au plus] L.-S. 434iv. —»! Certaines cites d'Europe + au plus s'endorment doucement dans la mort; [...]. L.-S. 434aiv. —• Quelques cites d'Europe + au plus s'endorment doucement dans la mort; [...]. Ajouter au plus dans l'enonce avec certain(s) cree un asemantisme, nous montrant que ce determinant quantificateur flou ne permet pas une lecture restrictive. Par contre, avec quelque(s), l'enonce semble acceptable. • insertion de [meme] L.-S. 823. « Quelques details se mettaient en place. » (2TT: 245) L.-S. 823i. —• ? Quelques details se mettaient en place, + meme celui-la. L.-S. 823a. -* Certains details se mettaient en place. L.-S. 823ai. —• ? Certains details se mettaient en place, + meme celui-la. L'ajout de 1'element meme sert a marquer l'abondance, c'est-a-dire la quantification extensive. Ce test nous aide a determiner que ces deux determinants quantificateurs flous sont non-extensifs car ils comportent le parametre [- extensif]. • quantification continue (metre, kilo, litre, etc.) L.-S. 791. [...] quelques metres de denivellation correspondent a des differences climatiques sensibles: [...]. (277:135) L.-S. 791a. —•! [...] certains metres de denivellation correspondent a des differences climatiques sensibles: [...]. Ce test montre que quelques s'accommode bien avec une unite de mesure du continu d'ou le trait semantique [+ continu] tandis qu'il n'en va pas de meme pour certains qui se revele [- continu]. En consequence, certain(s) et quelque(s) ne peuvent pas commuter indifferemment. II existe des contextes ou l'un d'entre eux est exclu et, la ou ils peuvent commuter, chacun livre un effet de sens different. Sawas 92 "8 o "53 '5 1 o •a a l i 3 Sawas 93 Sawas 94 Sawas 95 Sawas 96 Sawas 97 Sawas 98 Q. E .> s P u o £ ts <§" 8 H i 111 1.9 3 -co w i ^ l IH" & » I s «*y 5 §.2 a M III Is I ™ 3 03 a I 1 8 s *» ^ x 6 9 •« ai e « u E "S3 a S. I •J3 F 8 •a " 3 Sr3 3 § « 2 » 5. 8 8 8 « J 8 « 8 8 i -j « S S*^  S S g ! 9 S ST 1 , o 8 8 ; 3 5 •8 » < O I m - « S o o h — JS S J3 TTj ^ rt» !-3 • g - 3 1 M . 3 V ] * J " , •8 ass-a 8.8-« 8 § : 8-3 8 111 a-s 8. 3 5 ; i l l : 5J •8 i-S ST a 3 i -<u * 00' xfi 3 II "8 1 •II "8 •9S "8 CO « u y •8 1 1' i u u 2 3 3 Sawas 99 « w x> :s .8 8 "3 a - 8.1 •" S ••3 I'M* B S u U •a N §-§ g o g I ">"'- M € i .a •« a 3 J •3 m S " S " § s a-to a to ; ^ -§ « ! § i * *» 8 "8 K.S Sawas 100 Sawas 101 Sawas 102 Sawas 103 Sawas 104 Sawas 105 Sawas 106 f s 35 <N £ 5 » s i a co « cd 2s g p h) _o CA CO 13 M ••8 « - f its S 3 S ,S c » 3 5 5 J g t in a J& H II I) w s 1II •e "3 0 2. u SB 3 a | S tu u « S .§ 1 S B. J H I 5 6 u '1 'a .2 I a „ en " O 3 « tU •a-S as ai a s l a g ' s 1 o C N I CA 3 o 8 1 u a CN SO Sawas 107 Sawas 108 Sawas 109 Sawas 110 Sawas 111 Sawas 112 8.' <N 5 al V, u u 3 CP s s «" §8" '1 § S 3 3.« CO •s ^ w if; S -0) . <o OOl .8 "3 CS a 5 '.CP ° < I t : H c II I— o '§ -a - g ICQ <•§ IC M U 3 s 0 g _u "& Si "5 § s Hi cr w g as, u s w •—• «-a. B 3 o o o u u •a, -<u 3 a" cr I* si 93 • t: 3 •a •8 § §••8 a . S 3 E « 8 co 3 .H g ° 3 ha a -a g a'i • § l i t 1) *o U -1) i l S a g 3 = s#s e.8 a ^ § a tv3 "ce « S.-8 CO V .5 (2 § u* -a If * i .5" 3 o U Vi a "3 0) x. .3 « 3 g a c2 a co •a a 1 % K u 11 —: 8 43 u § O Vi % 3 "5 3 .a- § • c S a a a -P •P-8 •8 & u -S I-8 "I 1-a a « to -cfl §3* j 8 2% a s 9 3 .2 w _w *• •> tfl -u u B.JJ a 1 3 .1-3 •8 g. 1^ has . 3 * 8 <i ^  a 0 g -8 a i£ J a. 8 ' S i -. 2 a o a.. <u a a 2 => 3 u c2 5 — e a : a--X 3 3 I I 3 CP o o a & a 3 3 .ts « a <u 2 3 c a S o ' 0 .-a a "° c eo = J 3 • 3 ^ « B SI K 52 Sawas 113 Sawas 114 Sawas 115 Sawas 117 5 C 2 w s m vo VO r s r~ T VO o " s VO rS o " CO <N VO s CM o •n" <N <N r s VO VO o " r-T m vo" r s ON VO o rS i n •tr «n" o Os VO r s o »n in" rS rs" . — 0 0 ON oo i n r- »n 0 0 0 0 ,—1 ON oo" r s 0 0 0 0 m vo rS r-" oo m" VO r- ON 0 0 r s vn m „ o i n 0 0 •*r" 0 0 m m r - »—1 m ON m r s m r - vo m vo vo r~ m m «n o vo" Os r s vo rS VO co" m m m o >s~, ON r s r s r S vo m „ m ON r-" <N vo" VO o i n Os i n i n r s 504, 899, rs" m m 2014 489, 60, 1 l ~ » n rs" o 0 0 0 0 vo" r s 0 0 m o " rs' 0 0 0 0 t-~ m m rS r s o r s ON" T VO r - ON O r -2, m r-rrj r s r s en >n r - O VO 8. ON 0 0 co Os Vi CS VO VO r s s 3 tn oo hr"<^  E 0 0 w r-. •g S i o> o > r s o _ 2: m r s ON 0 0 ON oo co" 0 0 vo „ ON m 0 0 V 0 r s oo m VO VO „ r s „ m r s VO r -o •n" r s vo T r -Os *—v ON CO as r s w o J2 ON 13 ,SJ vo r - . co * r ON m ON VO —• o - r s o . 0 0 o oo vo — o « r s VO -m i n oo m — o - r s ? P w O N Id I S r- 5 - r s co r s ^ #. m — m ON —i vo r s - co r s oo •<r ON <2 o " • a r s £ 2 8 O r s r s s r s VO r s •>»•" i/i •8 vol ^ . o r s E m |vo o " m vo oo" r s vo oo Os m VO ON o r s 0 0 o r s vo VO 0 0 3 2 T r -vo rs" 3 o " "5 .00 ? m S.rs IS VO • Sawas 118 caracteres (433, 549, 551,2052) | | clans (446,499,1942, 1943) | | differences (531, 684, 720,1965) | | institutions (518, 1853,1938, 1993) | | motifs (455, 577, 1963,2173) | | rites (561,2056, 2094,2117) | [ variantes (594,624, 638, 754) | | auteurs (493, 737, 1968) | | branches (2000,2145, 2163) | | correlations (485,486,698) | | exigences (538, 1953, 2176) | | Indiens (1881,2036,2084) | | jours (1888,2062,2078) | [ personnages (692, 743,2128) | | plumes (454,1867,2045) | t-co I -41 l O- | rapprochements (550,655, 738) | | resultats (472,537, 716) | | choix (712,1975) | -— r-ON © " T *—• to 1 "3 > | exemplaires (612,732) | | incidents (750, 757) | | lignes(522,1857) | | methodes(1985, 1986) | | modes (671, 1907) | | mots (456, 613) | | oppositions (1964,2032) | | philosophes (670, 677) | | rapports (665,2008) | | recits (2050, 2081) | | Salish (704,2093) | | secteurs (1865,2106) | | temoignages (2030, 2054) | ! travaux(1869, 1905) | [ villages (471,1909) | aliments (623) 1 analyses (542) | anthropologues (1989) | attitudes (474, 760, 1982,2116) | ceremonies (448, 1947,2047,2074) | | combinaisons (443,484, 700, 713) | [ indigenes (686,1945,1950, 1957) | langues (481,650,1913,1995) | niveaux (699,1923,1926,2109) | termes (586,1911,2031,2192) | Athapaskan (632, 641, 2144) | avantages (459,463, 524) | | contes (689,690,2125) | | etapes (428, 1917, 1930) | [ indications (582, 593,2189) | | infonnateurs (2044,2185,2190) | | lois (536, 758, 2129) | | personnes (648, 658, 739) | | poissons (646,762,2171) | produits (492,497,2197) | | regies (746, 753,1981) | | champignons (2141,2142) | cultures (478,2166) | | evenements (503,1960) | | femmes (545, 745) | indices (500, 523) | | linguistes (565,673) | miels (572,2034) j | moments) (1852,2107) | | objets (491,2179) | | operations (510,2095) | | positions (1978, 2121) | | recherches(715,1918) | | relations (1908,1919) | sciences (2146,2147) | situations (569, 570) | | tentatives (1916,2101) | usages (464,2037) | | affluents (1872) | •—-NO 00 OO CO •-S anomalies (752) VC1 oo NO NO NO NO f-o o p © o o - -• NO ON m NO •<r o C O <rs cs ON NO NO NO NO CO NO cs NO C S C S C S NO C I cs 33-46 47-68 69-102 103-264 Sawas 119 021SBAABS Sawas 121 loo "•S "" p ON NO U 3 II > 0 Sawas 122 3 rs rs •— a g —'Ci C <N ^  to s - s p . § | | a l S S 8 . 8~J •a <N JC • -2 B 1> -O D< u u k _ to to S b « O 3 u ' S u p .5 "3 .2 a "J -J to to I S cd CX J o « u s « 5 y t-n s r ci C to _ - § C i ^ _ ~ . e ' S 2 w .g> M B fs Ci §" *T S ' & g r S S E ^ s g l ' S g ' I ' l ^ ' s g g i1|gg!g8.S.-a8.fe.-8l-.§ §•§ >n 3 ^ a o r«i £T 3 >? <u i» w w -a s S w 2 to • n a S c a t o c o S S S t o S - ^ -l l S f p i l l l l l ^ -a -a 5 3 •« <S h hl'S S •S.S C/5 H 00 <N _ . , „ . to to a o o X- 3 C r- 3 o5 >^ .22 00-r= °? t/5 U w a ^ .2 « a to a o 8 I « , S Ci a S a £ ts -5 -8 8 -S 8 J .S>-3 S § 2 -a 8 g e I 8 is o a o c s to w .s H Z Ed o o . s o-. ^ N ON 8. b | I ob— 'T' to r\ <u ^ a s s c/a cici Sawas 123 2.2.2 Quelque(s) Quelque(s) totalise 752 occurrences dans le corpus dont 741 (99%) en tant que determinant. Sur ces 741 occurrences, 286 sont en position de sujet (76) ou de complement d'objet direct (210). Par ailleurs, pour ces deux positions syntaxiques, 227 occurrences sont au pluriel contre 59 au singulier. Comme nous l'avons deja mentionne ci-dessus (2.2.1), ce determinant quantificateur flou distingue le nombre au niveau semiologique: quelque SS (168 occurrences, soit 23%) et quelques SS (573 occurrences, soit 77%). Comme on l'a vu avec certain(s), cette variation traduit au singulier une indetermination qualitative, ou parfois quantitative sur certains noms (temps), et une indetermination quantitative au pluriel. Pour ce qui concerne le genre, il est glomeratif, acceptant aussi bien le masculin: quelques hommes (367 occurrences, soit 50%) que le feminin: quelques femmes (374 occurrences) mais demeurant formellement epicene. Riegel, Pellat et Rioul constatent qu'au singulier quelque est« rar[e] et un peu archaiqu[e] » (160). Cela ne semble pas etre le cas dans notre corpus. En ce qui concerne son semantisme, quelque(s) traite d'une classe referentielle homogene, continue et non extensive, s'accommodant aussi bien du trait semantique [+ restrictif] que du [- restrictif], suivant le contexte de l'enonce. Selon Wilmet, quelques appartient a la classe des quantiflants stricts synthetiques, comportant« une extensite egale ou superieure a 2 » (1997, § 203: 171), alors que quelque est classe dans le paradigme des quantifiants-caracterisants stricts synthetiques (1997, §266: 225). Arretons-nous-y un instant. A notre avis, il a eu tort de les placer dans deux classes differentes etant donne leur forte ressemblance semiologique, outre leur ressemblance Sawas 124 semantique. Se pose done la question de savoir ce qui amene Wilmet a les mettre dans des classes differentes. II admet que « la grosse difficulte nait du singulier quelque » (1997, §266: 225). En d'autres termes, il observe qu'au singulier ce determinant quantificateur flou introduit une caracterisation: 73a. « On sonne a la porte, ce sera quelque mendiant » (1997, §267: 225) 73b. = un quelconque mendiant (1997, §267: 225) 74a. « Le facteur m'apportera tantot quelque nouvelle lettre » (1997, §267: 225) 74b. = une quelconque nouvelle lettre (1997, §267: 225) Mais il faut faire attention.. .ce n'est pas toujours le cas. Comme Wilmet le signale lui-meme, quelque peut introduire aussi une quantification, pourvu que le SS suivant soit continu: 75a. « Pierre a montre quelque courage en la circonstance » (1997, §267: 225) 75b. = du courage, un certain courage, une dose ind^finie de courage (1997, §267: 225) Par ailleurs, lorsqu'il s'agit du pluriel dans une phrase concessive, il reconnait la possibility de deux paraphrases, l'une quantitative (76c), l'autre quantitative-qualitative (76b): 76a. « Quelques raisons que vous donniez, vous ne me convaincrez pas » (1997, §268: 225) 76b. = que vous donniez des (quantification) raisons x, y ou z (caracterisation) (1997, §268: 225) 76c. = que vous donniez des raisons en grand ou en petit nombre (1997, §268: 225) II conclut en fin de compte que quelque(s) est « part out et toujours un quantifiant» (1997, §268: 225). Revenons maintenant a notre etude des autres linguistes. D'apres Grevisse, la forme singuliere indique « une identification imprecise » pour les substantifs discontinus et signale « une petite quantite imprecise » pour les substantifs continus (§610: 935). Au pluriel, quelques livre « un nombre imprecis mais peu eleve » (§ 610: 935) ce qui revient a dire que ce determinant quantificateur flou est [- extensif]. Arrive, Gadet et Galmiche notent que « [qjuelque [...] accentu[e] redetermination du syntagme. [...]» (327). Quant a quelques, ils observent qu'il s'emploie « pour une quantite presentee comme petite » (328): ils y voient done le trait [- extensif]. Voyons ce Sawas 125 qu'en dit le TLF a ce propos. D'abord, pour le singulier, il precise que ce determinant quantificateur flou « marque Fignorance reelle ou feinte sur l'identite de la personne ou de la chose designee par le substantif; » en outre, il« sert a indiquer une indetermination plus grande que un, une »: 20. « Le chroniqueur, evidemment inspire par quelque parent ou quelque ami des Jussat, fl&rissait la philosophic moderne et ses doctrines...» (Bourget in TLF: quelque) 77. « Ils avaient bien quelque bout de champ, une maigre vigne. » (Moselly in TLF: quelque) 78. « Comme elle se remettait en marche, il lui laissa quelque avance, et la suivit de loin . » (Zola in TLF: quelque) [= quelque degre d'avance; quelque porte sur la quantity 79. « Le roi [...] suppose, avec quelque raison, que les meurtriers se reunissent a la tour de Nesle. » (Dumas pere in TLF: quelque) [= quelque degre de raison; quelque porte sur la quantite] 80. « Ce n'est pas sans quelque dessein que j'appelle du nom de science ce que d'ordinaire on appelle philosophie. » (Renan in TLF: quelque) [= quelque degre de dessein; quelque porte sur la quantite] Au pluriel, il « sert a marquer redetermination de l'objet» qui est « plus grande qu'avec des »: 81. « On aurait du inviter quelques voisins. » (Renard in TLF: quelque) 82. « Mon oncle se flattait justement de quelques accointances au ministere. » (FrapieWw TLF: quelque) 83. « Sylvain Kohn l'avait introduit dans quelques salons isra&ites, ou il avait ete recu avec 1'intelligence habituelle de cette race. » (Rolland in TLF: quelque) A leur tour, Damourette et Pichon soulignent qu'« au singulier, quelque apporte une nuance speciale qui constitue une ressource precieuse pour la langue litteraire, car il exprime le substantif transitoire [c'est-a-dire indefini], soit depourvu de toute autre qualite que la specificite substantielle elle-meme (transitoire abstrait), soit muni de qualites que Ton considere, au moment de l'expression, comme negligeables » (§ 2808: 28-29). Ils recensent ensuite ses deux emplois, en tant que numeratif continu, substitut de un, et massif, substitut de du (§ 2808: 29-30). A l'egard du pluriel, ils declarent: « il designe en somme un nombre assez petit qui n'a pas ete compte » (§ 2809: 30). Ils voient le point commun entre ces deux quantificateurs ainsi: «[ . . . ] . II semble que le point commun a ces deux notions de la raison raisonnante ordinaire Sawas 126 soit une indetermination qui. quand elle porte sur l'individu, exprime tres naturellement son caractere quelconque, et qui. quand elle porte sur un groupe, exprime le non-d£nombrement, mais avec cette nuance affective que le denombrement a non pas impossible, mais neglige" parce que la quantite etait de peu d'importance vu sa petitesse. Dans « Si quelque jaguar se montre ». et dans « quelques spectateurs ont proteste ». l'attitude de l'esprit a ceci de commun qu'il s'agit d'une apercevance dont on neglige d'approfondir le detail. [...]. » (§ 2810: 31) D'apres Gondret, il existe des cas ou quelques peut commuter soit avec plusieurs (cf. 2.1.3), soit avec certains (cf. 2.2.1), selon le contexte de l'enonce. Cependant, cette commutation, lorsqu'elle s'avere grammaticalement possible, n'est pas gratuite, s'accompagnant, semantiquement parlant, d'une modification de 1'efFet de sens. Rappelons brievement le comportement de quelque(s). II differe considerablement des quatre autres determinants quantificateurs flous etudies jusqu'ici: il s'agit en effet de la classe la plus heteroclite en ce que quelque(s) demeure le seul a s'inserer dans des phrases dites concessives par la grammaire traditionnelle et appelant le subjonctif: 84. « Quelques efforts que je fasse pour parler, pour ecrire avec calme, tout ce que j'ai de sang me remonte au coeur, quand je ressens en un moment raffreuse annee qui vient de s'ecouler. » (Staei in TLF: quelque) 85. « Tous les quinze jours, le vendredi, quelque temps qu'il fit, il partait d'Angouleme vers trois heures. » (Mauriac in TLF: quelque) et a se combiner avec un numeral: 86. « Cette legerete" qui permettait a quelques centaines de milliers d'etres humains de ne rien prendre au tragique. » (Fargue in TLF: quelque) 87. «[ . . . ] . A sa majority, on lui versa quelques mille francs. » (Flaubert in TLF: quelque) [= 1 000 et quelques] 88. « La propria, 1'Ermitage, se trouvait a quelques cents pas. » (Zola in TLF: quelque) 22. « Cette belle dinde aux truffes, sortie de vos domaines, il y a quelque huit mois. » (Nf™ de Chateaubr. in TLF: quelque) 23. « A quelque cent metres, la nappe bleu-de-paon d'une riviere, entrainait avec paresse le mirage des aulnes. » (Jammes in TLF: quelque) Dans les emplois concessifs (84-85), quelque(s) commute avec tout. Dans les emplois numeriques, la paraphrase « de l'ordre de » permet de faire le passage du qualitatif au quantitatif selon Curat (communication personnelle), d'ou 86 • 87, 88, 22 et 23. Or, pour la commodite, nous presenterons le corpus en trois volets que nous Sawas 127 examinerons plus en detail par la suite: tableau 22 - quelque + SS + subjonctif l'enonce, tableau 23 - quelque(s) + numeral et tableau 24 - quelque(s) comme determinant (en positions sujet et cod). Jetons un coup d'oeil sur la construction syntaxique quelque + SS + que + subjonctif. Les SS s'y trouvent tous au singulier. 25 des 30 exemples recenses dans notre corpus, soit 83%, appellent une lecture qualitative: L.-S. 765. « Dans quelque direction que je me tourne, le rossignol chantait, accompagne de milliers d'oiseaux d'especes differentes. » [= que je me tourne dans la direction nord, sud, est, ouest...] L.-S. 783. « Aux fruits de ce pillage, la sociologie se contentait d'ajouter ses recettes : quelque probleme qu'on lui posat, on pouvait etre assure de recevoir une solution « sociologique » prtifabriquee. » [= qu'on lui posat le probleme w, x, y ou z ... ] Notons que quelque(s) alterne ici avec tout. En revanche, 5, soit 17%, imposent une lecture quantitative: L.-S. 771. « Quelque repugnance qu'il en £prouve, meme le missionnaire est conscient que ces peintures offrent aux indigenes une importance primordiale et qu'elles sont, en un sens, leur propre fin. » [= quelque degre de repugnance qu'il en eprouve... ] Les substantifs nomment des sentiments (scrupule, honte, repugnance, desif). Considerons maintenant le tableau 23 traitant la construction syntaxique quelque(s) + numeral. Ce tableau se trouve divise en deux : O les +quelque(s) + numeral + SS et © quelque(s) + numeral + SS. Le premier repose sur 9 occurrences, le second sur 45. Deux tendances surgissent: avec les numeraux tels cent (L.-S. 796, 831), deux cents (L.-S. 800, 803, 830), huit cents (L.-S. 832), mille (L.-S. 797, 798, 799, 841, 847), trois mille (L.-S. 809), cinq mille (L.-S. 815), deux mille cinq cents (L.-S. 836), deux mille trois cents (L.-S. 845), vingt (L.-S. 801), vingt-cinq (L.-S. 802), cinquante (L.-S. 838, 848) et sept millions (L.-S. 846) il n'y a pas d'accord en nombre (20 occurrences): L.-S. 796. « On y trouvera reunis dix-sept des quelque cent textes ecrits depuis bientot trente ans.» Sawas 128 .5 a CO Vi + I* 3 O) i <N CM 3 Sawas 129 Sawas s s 5 1 I a Sawas 131 Par contre, avec dizaines (L.-S. 795, 805, 806, 810, 811, 812, 816, 820, 826, 829, 833, 834, 837, 840), centaims (L.-S. 804, 808, 813, 817, 818, 819, 828, 835), milliers (L.-S. 807, 814, 821, 823, 825, 827, 842, 843, 844), douzaines (L.-S. 822), milliards (L.-S. 824) et centiemes (L.-S. 839) il y a un accord de nombre avec le SS suivant (34 occurrences): L.-S. 795. « Les titulaires de passeports francais etaient parfois autorises a descendre a terre, les autres restaient parques dans les quelques dizaines de centimetres carres a la disposition de chacun, sur un pont que la chaleur - croissante a mesure qu'on se rapprochait des tropiques et qui rendait intolerable le sejour dans les cales - transformait progressivement en une combinaison de salle a manger, chambre a coucher, pouponniere, buanderie et solarium. » Recourons a la grammaire traditionnelle pour voir comment ces deux tendances s'expliquent. Dans le premier cas, la ou il n'y a pas d'accord, il s'agit des exemples ou quelque est traite comme un adverbe par la grammaire traditionnelle. En tant qu'adverbe, il vehicule l'idee d'approximation paraphrasee par « environ » ou « a peu pres » et exige done l'invariabilite (Arrive, Gadet & Galmiche, indefinis: 327; Damourette & Pichon, § 2812: 32; Imbs, quelque. 139; Grevisse, § 959. 1425 et Rey & Rey-Debove, quelque. 1837): 89a. « quelque cent metres » (Grevisse, § 610: 936) 89b. = environ cent metres (Grevisse, § 610: 936) Grevisse nous enseigne en effet que Vaugelas « a prescrit cette invariabilite » (§ 959: 1425) dans un ouvrage qui remonte a 1647. En ce qui concerne le second cas, il existe un accord avec quelque(s) parce que la grammaire traditionnelle le considere determinant, ce qui le fait variable: 90a. « Je fis quelques cents metres. » ( Alain-Fournier in Grevisse, § 610: 936) 90b. = quelques centaines de metres (Grevisse, § 610: 936) Regardons ce qui se passe effectivement dans notre corpus quand nous faisons Sawas 132 subir a quelque(s) les memes tests qu'on a utilises avec certains et plusieurs. Proprietes distributionnelles: Les trois premiers points touchent a la morphologic • Quelque(s) apparait comme determinant simple et complexe: sNtD-quantflou SS.sg] / s^D-quantflou SS.pi] 716 occurrences - 97% L.-S. 849. « quelques pommes » L.-S. 871. « quelque respect» S N [ S D [ D-dtf + D-quantflou] SS.pl] L.-S. 852. « ces quelques gouttes » L.-S. 884. « les quelques braises » II montre une variation de nombre: SN[D-quant flou *— SS.Sg] L.-S. 880. « quelque antique talisman » L.-S. 882. « quelque initiative » 25 occurrences - 3% 10 occurrences avec ces 15 occurrences avec les 168 occurrences - 23% sN[D^uant flou « - SS.pi] / S N [ S D [ D^f + flou] <- SS.pi] 573 occurrences - 77% L.-S. 851. « quelques parcelles » L.-S. 889. « les quelques arbres » II ne marque pas formellement une variation de genre, restant epicene: L.-S. 849. « quelques pommes » L.-S. 850. « quelques sous » L.-S. 920. « quelque combinaison politique » L.-S. 924. « quelque autre virus » 374 occurrences au feminin - 50% 367 occurrences au masculin- 50% Les cinq points prochains concernent les proprietes semantiques. • Quelque(s) se combine avec un SS continu: SN[D-quant flou SS-oont] les numgraux L.-S. 795. « quelques dizaines » L.-S. 804. « quelques centaines » L.-S. 807. « quelques milliers » L.-S. 839. « quelques centiemes » L.-S. 822. « quelques douzaines » L.-S. 846. « quelques millions » 35 occurrences 14 occurrences 11 occurrences 6 occurrences 1 occurrence 1 occurrence 1 occurrence Sawas 133 2 + B •S" ca 3 Sawas 134 Sawas 135 Sawas 136 Sawas p- c ex a. 6 E S E u o •o u o u u u ¥ centaines ans millions d'annees kilometres CA I £11-fd PJ: 266 HL: 12 HL: 60 i A quelques centaines de kilometres au nord-ouest des Mohave, les Mono de la Owens Valley content les aventures de deux h6ros culturels nommes Loup et Coyote, dans des mythes relevant du meme cycle que celui consacre a Canne chez les Mohave, au heros Chaup ou Guiomar chez les Indiens des missions. A ce parallele entre une tragedie sublime et un divertissement bouffon separes par le laps de quelque deux mille trois cents ans, on opposera peut-etre une fin de non-recevoir. Que des milliers d'6v6nements, chacun hautement improbable, aient, en quelque sept millions d'annies, assuri le passage d'un monde d'oii toute vie itait absente a un monde d'ARN d'abord, puis a un monde d'ADN, cela semble si difficile a admettre que des savants pourtant illustres en sont riduits a forger des mythes. Pourtant, on ne pourrait imaginer de meilleure glose aux mythes thompson que ce temoignage concemant les Yurok de la Califomie, a quelque mille kilometres au sud:[...]. C'est un grand sujet d'&onnement que, dans ces textes qui tiennent constamment sous le charme, quelque cinquante operas fassent I'objet de commentaires pleins de poesie et de finesse sans que jamais ou presque il y soit question de musique. •*r 3 3 3 r -T OO oo 3 Sawas 138 L.-S. 824. « quelques milliards » 1 occurrence les unites de mesure L.-S. 797. « quelques kilometres » L.-S. 875. « quelques metres » L.-S. 853. « quelques litres » 28 occurrences 17 occurrences 10 occurrences 1 occurrence 1' argent L.-S. 850. « quelques sous » L.-S. 2283. « quelques milreis » 3 occurrences 2 occurrences 1 occurrence ainsi qu'un SS discontinu L.-S. 861. « quelques mots » L.-S. 867. « quelques ruelles » L.-S. 994. « quelques mythes » L.-S. 1060. « quelques objets » II precede un SS concret . SN[D-quantflou SS-conc] L.-S. 851. « quelques parcelles » L.-S. 859. « quelques grains » L.-S. 862. « quelques cabanes de paille » L.-S. 867. « quelques ruelles » ainsi qu'un SS abstrait SNtD^juant flou SS.abs] L.-S. 946. « quelques reflexions » L.-S. 973. « quelques remarques » L.-S. 982. « quelques raisons » L.-S. 1009. « quelque connaissance » L.-S. 1018. « quelque idee » Penchons-nous maintenant sur le tableau 26 (page 165). - 166 occurrences, soit 33%, se situent dans le domaine temporel; il s'agit des unites de temps (siecles, annees, ans, mois, semaims, jours, heures, minutes, secondes, instants, temps) percues comme homogenes en raison de leur caractere continu. Notons aussi que cette categorie renferme les substantifs occupant les plus hautes frequences: 36 occurrences pour jours et annees et 22 Sawas 139 pour semaines et mois. - 100 substantifs, soit 20%, relevent d'autres categories (exemples, distance, raisons, remarques, indications, differences, exceptions, informations, resultats, etc.). Precisons qu'il est question ici d'une classe fourre-tout regroupant tous les substantifs qui n'entrent pas dans les 7 autres categories semantiques (temps, numeraux, unites de mesure, institutions, regroupements, experiences, categories tangibles). Nous avons affaire en effet a des elements heterogenes. - 72 occurrences, soit 14%, concernent la categorie du tangible (pages, betes, hommes, indigenes, provisions, femmes, Indiens, objet(s), gouttes, etc.). II s'agit encore d'elements heterogenes percus discrets dans le temps et l'espace. - 53 occurrences, soit 11%, traitent de regroupement ifaqon, versions, aspects, domaine, elements, types, variantes, etc.). Le regroupement reunit des elements heterogenes appartenant au meme systeme. - 27 occurrences, soit 5%, renvoient a des institutions {families, lignees, groupefs), peuples, etc.). Rappelons que les institutions consistent en elements discrets, elles s'avernte done heterogenes. - 31 occurrences, soit 6%, nomment un numeral (dizaines, centaines, milliers). Vu que les numeraux relevent du continu, ils sont percus comme homogenes. - 27 occurrences, soit 5%, represented une unite de mesure (kilometres, metres). Les unites relevent elles aussi du continu et sont done percues comme homogenes. - 25 occurrences, soit 5%, nomment des experiences (reflexions, incidents, connaissance, considerations, etc.). Vu que les experiences ont eu lieu dans Sawas 140 l'espace et le temps, elles s'averent heterogenes. • Ouelque(s) ne connait pas de contraintes syntaxiques: - sujet (76 occurrences, soit 10%): L.-S. 876. « Par cette debauche electrique, quelque maharadjah s'etait reserve la delectation d'un feu d'artifice intime et quotidien. » - complement d'objet direct (210 occurrences, soit 28%): L.-S. 851. « Ou m'a-t-il laisse quelques parcelles brillantes ? » - complement determinatif (66 occurrences, soit 9%): L.-S. 2237. « Un temoignage de quelques annees posterieur ajoute le point final a ce requisitoire: «Ils mangent de la chaire humaine, ils n'ont pas de justice, ils vont tout nus, mangent des puces, des araignees et des vers cms... » - complement circonstanciel (343 occurrences, soit 46%): L.-S. 2218. « II n'y a plus rien a faire: la civilisation n'est plus cette fleur fragile qu'on preservait, qu'on developpait a grand-peine dans quelques coins abrites d'un terroir riche en especes rustiques, [...].» - complement d'objet indirect (36 occurrences, soit 5%): L.-S. 2344. « Celle-ci contribuait, avec les traits faiblement mongoliques, a donner a quelques indigenes une apparence caucasienne. » - complement d'agent (10 occurrences, soit 1%): L.-S. 2245. « Ils etaient tous ronges par un esprit boulevardier et destructeur, en partie inspire par une tradition francaise d^ suete dans un style de «vie parisienne» du siecle passe, introduit par quelques Brdsiliens cousins du personnage de [...]. » Tests: • commutation de [quelque ] —• [certain(e)] dans les cas ou le SS est au singulier (L.-S. 765- 794, 871, 876, 880, 881, 882, 906, 920, 924, 935, 944, 953, 963, 965, 966, 967, 971, 972, 979, 987, 988, 992, 993, 996, 1007, 1009, 1018, 1025, 1027, 1031, 1032, 1033, 1034, 1035, 1036, 1037, 1053, 1054, 1056, 1058, 1059, 1062, 1076, 1081, 1085, 1089, 1100, 1101, 1105, 1106, 1113) L.-S. 771. « Quelque repugnance qu'il en eprouve, meme le missionnaire est conscient que ces peintures offrent aux indigenes une importance primordiale et qu'elles sont, en un Sawas 141 sens, leur propre fin. » (27T: 214) L.-S. 771a. —•! Certaine repugnance qu'il en eprouve. meme le missionnaire est conscient [...]. L.-S. 871. « C'etait une reproduction en bronze, grandeur naturelle, d'un marbre antique, en verite mediocre, mais qui meritait cependant quelque respect dans une ville ou rien d'autre n'evoquait l'histoire en dela du siecle dernier. » (2TT: 115) [= quelque degre de respect] L. -S. 87 la. —»[...] mais qui meritait cependant un certain respect dans une ville ou rien [...]. [= une certaine dose de respect] Plusieurs est exclu devant un SS singulier en raison de Pincompatibilite syntaxique de nombre. En revanche, certain(e) est tout a fait viable dans un contexte syntaxique singulier, hormis dans les tournures concessives (L.-S. 771a.). • commutation de [quelques ] —* {[plusieurs], [certains]} dans les cas ou le SS est au pluriel L.-S. 1064. « De tout ce qui precede, quelques conclusions provisoires se ddgagent. » ( W : 74) [=[..] des conclusions se d^gagent] L.-S. 1064a. —»De tout ce qui precede, certaines conclusions provisoires se degagent. [=[... ]des conclusions partageant le caractere x se degagent] L.-S. 1064b. —»• De tout ce qui precede, plusieurs conclusions provisoires se degagent. [=[...] plus d'une conclusion se degage] La commutation est tout a fait possible, grammaticalement parlant, avec certain(s) ainsi qu'avec plusieurs. Toutefois, l'effet de sens produit par chacun differe profondement comme exemplifie par les paraphrases correspondantes. • negation par [ne...pas] L.-S. 1064. « [...] quelques conclusions provisoires se degagent. » [+ V] (1VM: 74) L.-S. 1064i. -» [ . . . ] quelques conclusions provisoires ne se degagent pas. [- V] L.-S. 1064ia. = beaucoup de conclusions se degagent [- V] L.-S. 1064ib. = une conclusion se ddgage [- V] Ce test identifie que les determinants quantificateurs flous en question presentent des sens differents suivant les enonces negatifs et paraphrases correspondantes fournis. Par exemple, en 1064ia et 1064ib, quelque(s) s'oppose soit a beaucoup, soit a une. • restrictions par [seulement], [sinori], [seuls], [au moins], [ne.que], [a peine] L.-S. 857. « Par la suite, j'ai connu d'autres departs et tous se confondent dans mon souvenir ou quelques images seulement sont pr6serv£es :[...].» (2TT: 66) L.-S. 857a. —• [...] dans mon souvenir ou certaines images seulement sont pr6servees : [...]. Sawas 142 L.-S. 857b. —* ! [...] dans mon souvenir ou plusieurs images seulement sont preservees : [...]. L.-S. 1102. « Plus exactement, les inversions, d'importance mineure, n 'affectent que quelques details. » (HL: 236) L.-S. 1102a. —• [...] les inversions, d'importance mineure, n 'affectent que certains details. L.-S. 1102b. —•![...] les inversions, d'importance mineure, n 'affectent que plusieurs details. Plusieurs n'accepte pas de restriction, comme illustre par 857b et 1102b, etant donne qu'il comporte le parametre [- restrictif]. Par contre, certains s'accommode bien d'une restriction (857a et 1102a), comme quelque(s) (857 et 1102). • insertion de [au moins] L.-S. 1064ii. - • [...], quelques conclusions provisoires + au moins se degagent. L.-S. 1064aii. —* [...], certaines conclusions provisoires + au moins se degagent. L.-S. 1064bii. —• [...], plusieurs conclusions provisoires + au moins se degagent. Introduire au moins dans les enonces ci-dessus n'affectent pas leur acceptabilite. Quelque(s), certain(s) et plusieurs sont [- restrictif] et appartiennent au paradigme des quantificateurs non-restrictifs. • insertion de [au plus] L.-S. 1064iii. —* [...], quelques conclusions provisoires + au plus se degagent. L.-S. 1064aiii—•! [...], certaines conclusions provisoires + au plus se ddgagent. L.-S. 1064biii. —*! [...], plusieurs conclusions provisoires + au plus se degagent. Introduire au plus dans les enonces ci-dessus a pour but de tester le degre de restriction inherent aux determinants quantificateurs flous en question. Quelque(s) se montre egalement restrictif alors qu'il n'en va pas de meme pour cerlain(s) et plusieurs. • insertion de [meme] L.-S. 1064iv. —•?[...] quelques conclusions provisoires se degagent, + meme celle-la. L.-S. 1064aiv. —•?[...] certaines conclusions provisoires se degagent, + meme celle-la. L.-S. 1064biv. —•[...] plusieurs conclusions provisoires se degagent, + meme celle-la. L'acceptabilite de meme dans l'enonce permet de reconnaitre les determinants quantificateurs extensifs. Plusieurs se revele ainsi [+ extensif] contrairement a quelque(s) et certain(s) qui component le seme [- extensif]. Sawas 143 • unites de mesure (metre, kilo, litre, etc.) L.-S. 900. « Comment nous avons passe, je ne sais; le voyage reste dans mon souvenir comme un cauchemar confus : campements interminables pour vaincre quelques metres d'obstacle, [...]. » (277:242) L.-S. 900a. —•! [...] campements interminables pour vaincre certains metres d'obstacle [...]. L.-S. 900b. —»[...} campements interminables pour vaincre plusieurs metres d'obstacle [...]. Ce test montre que plusieurs est [+ continu], vu qu'il supporte les unites de mesure du continu, a l'oppose de certains qui n'accepte pas la quantification continue et est [- continu]. Sawas 144 "8 a a ?> s O) I 3 Sawas 145 Sawas 146 Sawas 147 Sawas 148 Sawas 149 Sawas 150 Sawas 151 Sawas 152 Sawas 153 Sawas 154 Sawas 155 "8 "8 •8 S | g as la i ' CO , <U ; .2" co 1 EA •8 ! I SJO -6 Sawas 156 Sawas 157 Sawas 158 Sawas 159 a. 6 I s 8 8 o rr> 5i I-g O CA *S 'B . £ cn r i g al T 3 CO l<a o II 1| 3 8 S '3 1 5 8 III Ov Ov o i.s Si is R MS 18 1 •8 I ! ta o\ a; <N « > 3 .! « H 8 a .2 cr.2 5 E S §-2 S •I J3 ^ H 2 a „« u s 1 ^ •§ '3 * § § 2*3-fi g 1"8|L§ <s if g - 1 -1 I l ls ! a"« Jr e » 3^ a § S's * £ "13 S >n 8.8 -i § ir ° R 8 | | 5 i 11 ft,-S 3 CL * cu § S "a i ^ 8 i l i § * •§ •2 § s § i a 1 u 5 *> J i l l 11 S<3 &3 • Cu l-3> ^ I* 2 '5 ~-u g cv.. ~z .s *> S 3^ -C ° -2 3 £ > =3 "•fitSs 3 & 5 CJ) CA PJ O. •8 s J 3 •8 x u V -3 53 I I: "3 £ s 1 8.J 3 8 8 ft-" > | u ' C H - l H 3-a OJ OJ OJ Sawas 160 re •8 2 11 1^  IT « E l - I Sawas 161 •a £ I f ca « Of) IE I* i i -oo S to 3 + u ®-5 cu ea J-'S ="8 ^ g-CO -flj 8.3 CO w •8-8 ha 3 I 8 S I •a xi g 8 1 g a! 3 I 3 =5 w «N .. .. Os Os N m <N m * r 00 „ „ m NO cN — r r N f i T J -<S <N * ». «> i—1 00 N o i m N (S t f O N „ „ Ci 00 rn " M t ! . n ^ r - <s " M t § 3 8 r- O N Cvl <S e»? o" r- as <N <N <N O N " <S <N o" r»* NO r-rf </") <N <N <N NO •/I so "3- fs O O N O N " © S <N <N ^ o T u-T r~ O N <N «N •> — r -r-i m ^ o" oo" ^ >n" o * r-T o NO C : m m O <S «N ffl u-i O N 53 <S « n 55 <s <S 5 _o oo 2 r5 © " £ 8.a eo l i s £3 <s oo t-o" oo r--oo" r -oo"-NO r -r-" NO ¥° « <N Sawas 162 Sawas 163 '—' o OS I braises (884) | bruit (1089) | caisses (883) | carrieres (856) | categories (960) | chamans (2563) | chef(2510) | chromolithographies (936) | clartes (943) | combinaison (920) | compositeur (1033) | 00 o 3 correspondances (2553) | coups(986) | croyance (2430) | desk (787) | dinosaure (2265) | <N cs 00 CO u •8 -—-o o 1 emplois (869) | rr m rsi u CO I g r-m CO % u ethnographe (1035) | >o Os 1 i expedition (2363) | o s u fantomes(1039) | fruits (918) | © o m Csl ¥ o s 1 oo guerriers (2564) | hesitations (2321) | incertitudes (958) | institutions (2520) | litres (853) | © .1 u "5 r-a 3 masures (2249) | blancs (922) bouteilles (885) | bribes (933) | cabanes(862) | Canada (2314) | cataclysme (2326) | OS OS <s u 1 u chants (2333) | Chicago (906) | civilisations (2514) | coins (2218) | complements (2386) | consistance (963) | contours (2298) | couche(2483) | croquis(1017) | demons (2458) | dessins (969) | OS <N O CO u 3 o T3 efforts (2592) | emplacements (1082) | ensembles (2525) | esclaves (892) | etapes (2306) | m Os CO j exemplakes (919) | exposition (2215) fagots (2546) | fonctions (948) j garimpekos (899) grains (859) | hasard(935) | images (857) initiative (882) | lambeaux (2351) ? Os CO i manie(2461) | marmites (925) batiments (895) Os n"> <N <N §• 3 «/-> •q-<s <N co 1 "53 -a m | Bulletins ( 800) | | caissettes (923) | | cases(1080) | Os" m 00 CO 1 8 | chambres (896) | | chevaux (908) | | citations (2247) | | codes(1083) | | commodity (1105) | | conferences (904) | | conteur (2470) | | corvees (2572) | | creature (1027) | | definitions (937) | I (fi ! -Ii •v | disques (999) | | duperie (2235) | 00 Os 00 CO <D CO ~ot -V | enqueteurs (991) '— o\ o u M "a 1 | esquilles (931) | O o CO JJ 1 •tu | excursions (2427) | explications (1019) | facades (864) j | faveur(1085) | | galettes (977) J | gibier(987) j | haras (2223) | | honte (770) j Csl •<r rs 1 1 > I .3 | irruption (2491) | rs 3 1 | maharadjah (876) | | Mannerbttnd (2296) Sawas 164 s 8 o o 00 oo ON 1! u i-a 3 1 •3 o <s <N a 1 1 V3 SJOJ :s 8 J 8 ON ; ON .a o > 1 NO O N O N •C J III N O f-OS I O N | C N ) I 1 *•* a E 1 S o E 3 gjgj s § 1 a NO 00 00 I 3 NO i CI Sawas 165 u OS H -a-' 00 CO -—' ,—* , — . CO CO vo vo £ « 4) v ^ • — • O " o • 2 o r ^ c o c o i 3 « - ^ 3 m CN •s 3 .« x g 3 | » <N w c ~—' /-^  ^  co O (!« <N <N O ^ v ^ s _ — ^ 3 75 co co c g 3 c n 3 c o s E S - 3 O CO 03 JS O O 58 X> U U U O U CN CN - § CO •2 o < N . l = § Csl CO w o co CO CO 3^ -8 2 i l E c CO £. o CO - r -n a « •u .5 S» w U 3 C . D . 1 ^ oo j- " CjJ la o « « = <2 csl v m >/-> a.x>'js.s ae>a o OOJ= .3 x: co x u S • CA (id u z lid 2 « a. X fid =. o c i» ' U 5 5 If* l ' S 3 . s l S a o a s c is flj 4 J C O O O • ••s e 1 a co t/2 v £ ca 3 fid OS fid u S fid OS 2 « - ^  S Ci- • 3 « S 3 S - 3 w C i c2 > CO TJ -4) > T3 - U ' •a I S CA Z o H CA 5 c> m co C2.JN -3 ^ » ci 3 T3 3 O O I VO Csl 3 0 S t 3 E -fid 2 T —1 ,—, C - w v O co •—-co CJ „ » C L s i s •3 S CN S-Ci m — v o r~ vv 3 S •i -_ 3 Sawas 166 3.1 Donnees du corpus et du DF Les frequences relatives fournies par le DF ne distinguent pas entre les differentes categories grammaticales d'un mot-vedette qui se trouvent done rassemblees. En d'autres termes, elle ne sont pas lemmatisees. Pour que la comparaison puisse etre rendue aussi juste que possible, il est necessaire que les objets a comparer soient de meme type: « [...J si Ton dit qu'il y a plus d'accidents d'autodans le pays A que lepaysB, cela suppose d'abordque Ton a accepte une definition de l'unite « accident» [...]; ensuite que Ton a choisi une base, car il ne s'agit evidemment point de comparer le nombre absolu des accidents en A et B, mais de rapporter ces nombres a une mesure de 1' importance respective des deux pays. Prendra-t-on leur superficie, leur population, l'effectif de leur pare automobile, la longueur (et la quality?) de leur r£seau routier, la circulation appreciee d'apres la consommation d'essence? ou bien une combinaison ponderee de ces diverses donnees? » (Muller 1968b: 253) En vue de comparer les donnees de notre corpus avec celles du DF il faut done inclure les occurrences de tous les autres emplois des quantificateurs flous y compris comme adjectifs, adverbes et pronoms. Comme nous ne nous interessons qu'aux quantificateurs flous et plus particulierement a 5 d'entre eux (differents, divers, plusieurs, certain(s) et quelque(s)), nous envisageons le corpus comme une « population » de ces 5 quantificateurs flous. Nous rapportons alors la frequence relative au nombre d'occurrences de ces 5 quantificateurs flous. Nous avons releve au total 3 872 occurrences de ces 5 quantificateurs flous dans le corpus de Levi-Strauss. Leur repartition se trouve dans le tableau 1 (cf. 1.4). Qui plus est, dans un deuxieme temps, nous rapportons la frequence relative au nombre total des mots dans notre corpus, soit 1 251 792 mots, pour voir si l'un de ces quantificateurs est privilegie dans l'idiolecte de Levi-Strauss. Le DF compte 97 671 quantificateurs flous ; il se revele plus de 25 fois plus grand. Par ailleurs, il compte 37 653 685 mots, done c'est plus de 30 fois plus grand. A Sawas 167 partir de cette base, nous avons calcule les frequences relatives suivantes. Voici une repartition plus detaillee de chaque quantificateur flou: Tableau 27 - Repartition des emplois de certain(s) dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence absolue - — — e m p l o i ouvrage — • determinant pronom adjectif Z TT 86 26 26 138 IAS 175 32 57 264 CC 59 20 27 106 MC 80 18 29 127 HN 107 24 50 181 2AS 111 36 51 198 VM 11 3 8 22 PJ 22 9 5 36 HL 26 7 12 45 REL 15 6 14 35 Z 692 181 279 1 152 Tableau 28 - Repartition des emplois de certain(s) dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence relative ~~" emploi ouvrage ——-determinant (sur 100 000 000 mots) pronom (sur 100 000 000 mots) adjectif (sur 100 000 000 mots) . Z (sur 100 000 000 mots) TT 149 930 57 360 17 341 17 341 92 043 IAS 127 280 137 492 25 141 44 783 207 417 CC 151 514 38 940 13 200 17 820 69 961 MC 175 346 45 624 10 265 16 539 72 428 HN 285 747 37 446 8 399 17 498 63 343 2AS 143 426 77 392 25 100 35 558 138 050 VM 36 577 30 074 8 202 21 872 60 147 PJ 66 623 33 022 13 509 7 505 54 035 HL 76 305 34 074 9 174 15 726 58 974 REL 39 044 38 418 15 367 35 857 89 642 Z 1 251 792 55 281 14 459 22 288 92 028 Tableau 29 - Repartition des emplois de divers dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence absolue ' — — — e m p l o i ouvrage " "———_____ determinant adjectif Z TT 16 17 33 IAS 47 15 62 CC 22 7 29 MC 26 14 40 HN 50 28 78 2AS 26 9 35 VM 5 4 9 PJ 23 5 28 HL 13 14 27 REL 12 2 14 Z 240 115 355 Sawas 168 Tableau 30 - Repartition des emplois de divers dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence relative emploi determinant adjectif Z ouvrage (sur 100 000 000 mots) (sur 100 000 000 mots) (sur 100 000 000 mots) TT 149 930 10 672 11 339 22 010 IAS 127 280 36 926 11 785 48 712 CC 151 514 14 520 4 620 19 140 MC 175 346 14 828 7 984 22 812 HN 285 747 17 498 9 799 27 297 2AS 143 426 18 128 6 275 24 403 VM 36 577 13 670 10 936 24 606 PJ 66 623 34 523 7 505 42 028 HL 76 305 17 037 18 347 35 384 REL 39 044 30 735 5 122 35 857 Z 1 251 792 19 173 9 187 28 359 Tableau 31 - Repartition des emplois de differents dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence absolue emploi determinant adjectif Z ouvrage TT 9 70 79 IAS 20 143 163 CC 4 64 68 MC 3 56 59 HN 17 108 125 2AS 12 109 121 VM 0 16 16 PJ 1 30 31 HL 4 37 41 REL 4 18 22 Z 74 651 725 Tableau 32 - Repartition des emplois de dfferents dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence relative emploi determinant adjectif Z ouvrage (sur 100 000 000 mots) (sur 100 000 000 mots) (sur 100 000 000 mots) TT 149 930 6 003 46 688 52 691 IAS 127 280 15 713 112 351 128 064 CC 151 514 2 640 42 240 44 880 MC 175 346 1 711 31 937 33 648 HN- 285 747 5 949 37 796 43 745 2AS 143 426 8 367 75 997 84 364 VM 36 577 0 43 743 43 743 PJ 66 623 1 501 45 029 46 530 HL 76 305 5 242 48 490 53 732 REL 39 044 10 245 46 102 56 347 Z 1 251 792 5 912 52 005 57 917 Sawas 169 Tableau 33 - Repartition des emplois de plusieurs dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence absolue ouvrage eraploi determinant pronom E TT 104 2 106 IAS 76 10 86 CC 99 1 100 MC 135 5 140 HN 204 15 219 2AS 88 4 92 VM 10 5 15 PJ 39 3 42 HL 54" 4 58 REL 26 4 30 E 835 53 888 Tableau 34 - Repartition des emplois de plusieurs dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence relative i ouvrage _ emploi determinant (sur 100 000 000 mots) pronom (sur 100 000 000 mots) E (sur 100 000 000 mots) TT 149 930 69 366 1 334 70 700 IAS 127 280 59 711 7 857 67 568 CC 151 514 65 340 660 66 001 MC 175 346 76 991 2 852 79 842 HN 285 747 71 392 5 249 76 641 2AS 143 426 61 356 2 789 64 145 VM 36 577 27 340 13 670 41 009 PJ 66 623 58 538 4 503 63 041 HL 76 305 70 769 5 242 76 011 REL 39 044 66 592 10 245 76 836 E 1 251 792 66 704 4 234 70 938 Tableau 35 - Repartition des emplois de quelque(s) dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence absolue ouvrage ________ emploi determinant adverbe E TT 283 0 283 IAS 75 2 77 CC 41 1 42 MC 61 0 61 HN 75 1 76 2AS 62 3 65 VM 19 0 19 PJ 46 0 46 HL 54 0 54 REL 25 4 29 £ 741 11 752 Sawas 170 Tableau 36 - Repartition des emplois de quelque(s) dans les 10 textes de Levi-Strauss selon la frequence relative emploi determinant adverbe Z ouvrage (sur 100 000 000 mots) (sur 100 000 000 mots) (sur 100 000 000 mots) TT 149 930 188 755 0 188 755 IAS 127 280 58 925 1 571 60 497 CC 151 514 27 060 660 27 720 MC 175 346 34 788 0 34 788 HN 285 747 26 247 350 26 597 2AS 143 426 43 228 2 092 45 320 I'M 36 577 51 945 0 51 945 PJ 66 623 69 045 0 69 045 HL 76 305 70 769 0 70 769 REL 39 044 64 030 10 245 74 275 Z 1 251 792 59 195 879 60 074 Au niveau de la repartition des emplois des quantificateurs flous, quelques faits interessants ressortent du corpus de Levi-Strauss. Certain(s) s'emploie plus comme determinant (692 occurrences - 60 %) que comme pronom (181 occurrences - 16 %) ou adjectif (279 occurrences - 24 %). Divers s'emploie plus comme determinant (240 occurrences - 68 %) que comme adjectif (115 occurrences - 32 %). Par contre, differents s'emploie plus comme adjectif (651 occurrences - 90 %) que comme determinant (74 occurrences - 10 %). II est remarquable que divers s'emploie plus de 3 fois plus que differents en tant que determinant alors que globalement differents s'emploie plus de 2 fois plus que divers. Plusieurs s'emploie plus comme determinant (835 occurrences -94 %) que comme pronom (53 occurrences - 6 %). Quelque(s) s'emploie plus comme determinant (741 occurrences - 99 %) que comme adverbe (11 occurrences - 1%). II ressort de ces resultats que quelque(s) jouit d'un role privilegie dans le corpus de Levi-Strauss. il demeure le quantificateur flou determinant par excellence. II aurait ete interessant de comparer cet usage avec celui du^DF mais ce dictionnaire ne distingue pas entre les categories grarnmaticales d'un mot-vedette. Sawas 171 3.2 Comparaison du corpus avec le DF Revenons maintenant a la question posee au debut de notre etude, a savoir dans quelle mesure l'emploi des quantificateurs flous chez Levi-Strauss differe de l'usage general, tel qu'il est represents dans le DF. La reponse, comme le laisse deviner les frequences relatives citees ci-dessus et resumees en tableau recapitulatif ci-dessous, est en rien mais demande d'etre eclaircie davantage. Tableau 37 - Comparaison des donnees selon le nombre total des quantificateurs flous dans le corpus (rang entre parentheses) "~~ donnees quantificateur flou "—~_____ corpus de L.-S. DF frequence absolue frequence relative frequence , absolue frequence relative certain(s) 1 152 29 752 066 (1) 21 013 21 514 063 (2) divers 355 9 168 388 (5) 3 997 4 092 310 (5) differents 725 18 724 174 (4) 5 861 6 000 758 (4) plusieurs 888 22 933 884 (2) 6 793 6 954 982 (3) quelque(s) 752 19 421 488 (3) 60 007 61 437 888 (1) V 3 872 100 000 000 97 671 100 000 000 Tableau 38 - Les ecarts entre les frequences absolue et relative donnees ecarts entre — corpus de L.-S. DF frequence absolue frequence relative frequence absolue frequence relative 1-2 264 6 818 182 38 994 39 923 825 2-3 136 3 512 396 14 220 14 559 081 3-4 27 697 314 932 954 224 4-5 370 9 555 786 1864 1 908 448 I 797 20 583 678 56 010 57 345 578 Tableau 39 - Comparaison des donnees selon le nombre total des mots dans le corpus (rang entre parentheses) -_____^ donnees corpus de L.-S. DF frequence frequence frequence frequence quantificateur flou " _____ absolue relative absolue relative certain(s) 1152 92 028 (1) 21 013 55 805 (2) divers 355 28359 (5) 3 997 10615 (5) differents 725 57917 (4) 5 861 15 565 (4) plusieurs 888 70938 (2) 6 793 18 040 (3) quelque(s) 752 60074 (3) 60 007 159 364 (1) S 1 251 792 100 000 000 37 653 685 100 000 000 Sawas 172 Tableau 40 - Les ecarts entre les frequences absolue et relative —~^____ donnees ecarts entre ~~" corpus de L.-S. DF frequence absolue frequence relative frequence absolue frequence relative 1-2 264 21 090 38 994 103 559 2-3 136 10 864 14 220 37 765 3-4 27 2 157 932 2 475 4-5 370 29 558 1864 4 950 jr 797 63 669 56 010 148 749 En premier lieu, bien que l'ordre de leur rang soit different, ainsi que la frequence relative elle-meme, il existe un rapprochement a faire entre, d'une part, certain(s), plusieurs et quelque(s), et de l'autre, divers et differents. Les premiers occupent les trois premieres places. Alors que le quantificateur flou vedette dans le DF est d'abord quelque(s) (suivi par certain(s) puis plusieurs), c'est certain(s) qui occupe la l e position chez L.-S., suivi de plusieurs et quelque(s) ne figure qu'en 3e position. Ce fort ecart signale que ces trois quantificateurs flous sont sujets a des effets stylistiques et/ou thematiques. Quant a divers et differents, la repartition de Levi-Strauss ressemble a celle du DF en ce qu'ils occupent respectivement les quatrieme et cinquieme places et s'averent ainsi stables. Sawas 173 4.1 Conclusion Nous avons fourni une definition syntactico-semantique des quantificateurs flous en nous basant sur le livre de Curat (1999). Nous avons reussi en outre a tester notre hypothese de deux micro-systemes de quantificateurs flous en etudiant leur fonctionnement au moyen de tests et analyses morphologiques, syntaxiques et semantiques. Nous avons effectue en dernier lieu une comparaison des frequences relatives de notre corpus avec celles du DF. En reponse a la premiere question, notre hypothese de deux micro-systemes a 1'interieur de la classe de quantificateurs flous semble fondle. Par le biais de proprietes distributionnelles (morphologie, nature semantique du substantif, position syntaxique, etc.) en plus de tests syntaxiques et semantiques, Ton peut bien verifier que le comportement de divers, differents e\ plusieurs est semblable au point qu'on peut les classer dans le meme paradigme, celui des quantificateurs extensifs, tandis que certain(s) et quelque(s) appartiennent a celui des quantificateurs non-extensifs: Rappelons encore une fois que les premiers permettent une addition de nouveaux elements dans leur classe referentielle, ce qui est interdit pour les derniers, d'ou le nom de non-extensif. Notons par ailleurs qu'a 1'interieur des deux micro-systemes, chaque quantificateur flou occupe une place nettement definie: par exemple, dans le systeme de quantificateurs extensifs, divers et differents soulignent le caractere heterogene et discontinu de la classe referentielle a l'oppose de plusieurs qui en souligne le caractere homogene et continu. II n'est pas hors propos de comparer les classes semantiques des substantifs avec lesquels ils se combinent. Bornons-nous a des remarques sommaires. Encore que peu representee avec plusieurs, les numeraux et les unites de mesure manquent completement apres Sawas 174 differents et divers. Qui plus est, les unites de temps ne se rencontrent pas apres differents et sont rares apres divers (3% des cas) alors que pour plusieurs, elles occupent presque un tiers des cas (32%). Ceci s'explique, semantiquement parlant, par l'incompatibilite entre le seme [- continu] present dans le sememe de differents et divers et le seme [+ continu] present dans les numeraux et unites de mesure. Un dernier commentaire: la classe regroupement constitue presque la totalite des occurrences de differents (91%) et presque la moitie des occurrences de divers (49%) mais seulement un peu plus d'un quart des occurrences de plusieurs (29%). En ce qui conceme le systeme des quantificateurs non-extensifs, certain(s) souligne le caractere discontinu de la classe referentielle alors que quelque(s) en souligne le caractere continu. II est interessant de noter ici que tous deux connaissent des lectures quantitatives au singulier aussi. Tel est le cas des phrases concessives ou les sentiments livrent une lecture quantitative. Or, certain(s) ne partage pas les memes classes semantiques que quelque(s). Comme plusieurs, quelque(s) recouvre les numeraux et les unites de mesure qui manquent a certain(s). De surcroit, les unites de temps prevalent apres quelque(s) (32%) alors que le regroupement occupe cette position pour certainfs) (34%). II reste encore du travail a faire dans ce domaine. En reponse a la seconde question, il ressort des frequences relatives que la repartition de l'emploi des quantificateurs flous dans 1'idiolecte de Claude Levi-Strauss s'ecarte de la langue generate telle que le DF la presente surtout en ce qui concerne certain(s), quelque(s) et plusieurs. Nous n'approfondirons pas: cela sortirait du cadre de notre etude. Cependant, notre analyse merite d'etre suivie d'une analyse stylistique. II serait interessant par exemple d'entreprendre un depouillement lexical et etablir des Sawas 175 concordances de chaque ouvrage de Levi-Strauss pour regarder des faits de langue tels la repartition des categories grammaticales ainsi que des categories grammaticales telles le verbe, le pronom, le determinant, etc. Sawas 176 BIBLIOGRAPHIE DES TRAVAUX CITES ET DES OUVRAGES DE REFERENCE (*) ARRIVE Michel, GADET Francoise & GALMICHE Michel. 1986. La grammaire d'aujourd'hui. Guide alphabetique de linguistique frangaise. Paris: Librairie Flarnmarion. BENVENISTE Emile. 1966. « Structure en linguistique ». Dans Problemes de linguistique generate 1, Emile BENVENISTE, 91-98. Paris: Gallimard, Bibliotheque des sciences humaines. BRUNET Etienne. 1981. Le vocabulaire frangais de 1789 a nos jours: d 'apres les donnees du Tresor de la langue franchise. Vol. I. Geneve/Paris: Slatkine/Champion, Travaux de Linguistique quantitative 17. CHEVALIER Jean-Claude. 1966. « Elements pour une description du groupe nominal. Les predeterminants du substantif ». Le Frangais moderne 34. 241-253. CURAT Herve. 1999. Les determinants dans la reference nominate et les conditions de leur absence. Essai de semantique grammaticale II. Geneve. Librairie Droz, Langue et cultures n° 32. * CURAT Herve & ROUGET Christine. Septembre 1995. Introduction a la linguistique frangaise. Notes de cours de francais 370. Vancouver: Universite de Colombie-Britannique. DAMOURETTE Jacques & PICHON Edouard. 1911 -1930. Des mots a lapensee. Essai de grammaire de la langue frangaise. Paris: D'Artrey. [reimpression, 1983. Geneve/Paris: Slatkine Reprints]. * DUCROT Oswald & TODOROV Tzvetan. 1972. Dictionnaire encyclopedique des sciences du langage. Paris: Editions du Seuil, Points Essais n° 110. Sawas 177 GONDRET Pierre. 1976. « « Quelques », « plusieurs », « certains », « divers »: Etude semantique ». Le Frangais moderne 44: 143-152. GREVISSE Maurice. 1993. Le bon usage, 13e edition revue et refondue par Andre GOOSSE. Paris/Louvain-la-Neuve: Duculot. GROSS Maurice. 1977. Grammaire transformationnelle du frangais, vol. 2 - Syntaxe dunom. Paris: Larousse, Langue et langage. [2e edition, 1986. Malakoff: Cantilene, Systematique de la langue frangaise]. * IMBS Paul, ed. 1971-1997. Tresor de la langue frangaise. Dictionnaire de la langue du XIXs et du XXs siecle (1789-1960). Paris: Editions du Centre National de la Recherche Scientifique/Gallimard. * - ed. 1973. Dictionnaire des frequences. Vocabulaire litteraire des XIXs et XXs siecles. Paris: Didier. MARTIN Robert. 1983. Pour une logique du sens. Paris: Presses Universitaires de France, Linguistique nouvelle. MITTERAND Henri. 1963. « Grammaire francaise. Observations sur les predeterminants du nom ». Etudes de linguistique appliquee 2: 126-134. * MULLER Charles. 1964. Essai de statistique lexicale: L Illusion Comique de Pierre Corneille. Paris: Librairie Klincksieck, Bibliotheque frangais et romane, Serie A : Manuels et Etudes linguistiques 7. * - 1967. Etude de statistique lexicale: Le vocabulaire du theatre de Pierre Corneille. Paris: Larousse, Lexicologie. - 1968a. Initiation a la statistique linguistique. Paris. Larousse, Langue et langage. - 1968b. « Comment mesurer Petendue d'un texte ? ». Revue de linguistique romane 32: Sawas 178 245-253. PICOCHE Jacqueline. 1977. Precis de lexicologie frangaise. L 'etude et Venseignement du vocabulaire. Paris: Nathan^c. linguistique. [2e edition revue et mise a jour, 1992. Paris: Nathan, fac. linguistique]. - 1993. Didactique du vocabulaire frangais. Paris: Nathan,yorc. linguistique. * REY Alain & REY-DEBOVE Josette, eds. Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabetique et analogique de la langue frangaise. Paris: Dictionnaires Le Robert. RffiGEL Martin, PELLAT Jean-Christophe & RIOUL Rene. 1994. Grammaire methodique du frangais. Paris: Presses Universitaires de France, Linguistique nouvelle. WILMET Marc. 1986b. La determination nominate. Quantification et caracterisation. Paris: Presses Universitaires de France, Linguistique nouvelle. - 1997. Grammaire critique du frangais. Gembloux/Paris: Duculot/Hachette, Hachette universite. -* WISEMAN Boris & GROVES Judy. 1997. Levi-Strauss for Beginners. Duxford: Icon. Sawas 179 BIBLIOGRAPHIE DES EXEMPLES CITES LEVI-STRAUSS Claude. 1955. Tristes Tropiques. Paris : Plon, Terre Humaine. [Nouvelle edition revue et corrigee, 1973]. [corpus numerise]. - 1958. Anthropologic structurale. Paris . Plon. [corpus numerise]. - 1964. Le Cru et le cuit. Paris : Plon, Mythologiques 1. [corpus numerise]. - 1966. DuMiel aux cendres. Paris : Plon, Mythologiques 2. [corpus numerise]. -1971. L 'Homme nu. Paris : Plon, Mythologiques 4. [corpus numerise]. - 1973. Anthropologic structurale deux. Paris : Plon. [corpus numerise]. - 1975. La Voie des masques, 2 vols. Geneve : Skira, Les Sentiers de la creation. [corpus numerise]. - 1985. La Potiere jalouse. Paris : Plon. [corpus numerise]. -1991. Histoire de Lynx. Paris : Plon. [corpus numerise]. - 1993. Regarder, ecouter, lire. Paris : Plon. [corpus numerise]. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0089787/manifest

Comment

Related Items