UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Surprendre les voix de la critique aquinienne pour éviter les trous de mémoire. La réception critique… Stevens, Marie Nancy 1999

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-ubc_2000-0155.pdf [ 4.13MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0089422.json
JSON-LD: 831-1.0089422-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0089422-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0089422-rdf.json
Turtle: 831-1.0089422-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0089422-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0089422-source.json
Full Text
831-1.0089422-fulltext.txt
Citation
831-1.0089422.ris

Full Text

Surprendre les voix de la critique aquinienne pour eviter les trous de memoire. La reception critique de Trou de memoire au Quebec et au Canada de 1968 a 1993: developpement et confinement des communautes interpretatives by Marie Nancy Stevens B.A., Universite de Moncton, 1996 A thesis submitted in partial fulfillment of the requirements for the degree of Master , of Arts in T H E F A C U L T Y O F G R A D U A T E S T U D I E S Department of French, Hispanic and Italian Studies We accept this thesis as conforming to the required standard University of British Columbia December 1999 © Marie Nancy Stevens, 1999 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department The University of British Columbia Vancouver, Canada Date D e c e ^ W 1<I, 1999 DE-6 (2/88) Presentation La critique n'est que l'art de jouir des livres. J. L E M A I T R E Nous sommes des Aquiniens. Ce que cela veut dire d'abord et avant tout, c'est que nous formons un maillon fort de la litterature quebecoise. Et si l'une d'entre nous, il y a une quinzaine d'annees, s'est mise a jouer un tantinet de l'uterus en annoncant la <canadianisation de la litterature quebecoise>, par le biais de la reception d'Aquin, c'est qu'apres la mort de l'ecrivain maudit, i l reste encore le texte (et les fantomes qui s'y degagent), que nous, aquiniens, concretisons d'apres nos lectures. Sur le lecteur et 1'acte de lecture, Aquin en avait long a dire. En 1973, lors du colloque «Litterature quebecoise. Ecriture-lecture» tenu a l'Universite du Quebec a Montreal, Hubert Aquin prononce une conference ou l'ecriture et la lecture ne sont pas vues comme dissociees et comparees, mais plutot comme des actions successives et essentiellement interdependantes compte tenu de la fonction communicative de l'ecriture. Ainsi, depuis «Litterature et alienation», ou il reconnaissait « l a liberie d'ecrire pour ecrire» (150), jusqu'a « L a disparition elocutoire du poete», la conception de la litterature d'Aquin suivra le ton de l'epoque qui annoncait <la naissance du lecteur>: Quand l'ecriture a rempli son role elle s'est transmuee en lecture. La litterature jaillit, pour ainsi dire, de cette union entre un ecrivain et un lecteur. Au mieux, cette rencontre ressemble au coup de foudre, a un accouplement fulgurant qui dure le temps de la lecture. Cette conjonction revet un caractere sacre. C'est l'evenement originaire de la litterature, le choc instaurateur de joie, d'exaltation, de pensee. (315) En 1981, dans son etude L 'Imaginaire captif. Hubert Aquin, Rene Lapierre ecrit a propos de l'oeuvre d'Aquin: Elle exerce indiscutablement sur ses lecteurs - la fascination dont temoignent la plupart des etudes qui lui ont ete consacrees a ce jour l'atteste - un tres fort pouvoir de seduction; il existe de toute evidence un <mythe> d'Aquin dont la portee reelle semble echapper au simple merite d'avoir ecrit de bons livres pour toucher plutot, en chacun, quelque chose de plus vulnerable et de plus secret. (11) Ce <quelque chose> de plus <vulnerable> et de plus <secret>, qui faconne la critique aquinienne depuis plus de trente ans, rend un vibrant hommage a l'oeuvre de l'auteur quebecois en revetant le meme pouvoir de seduction et en creant peut-etre ainsi une veritable critique <mythique>. En effet, l'ecrivain le plus institutionnalise au Quebec1 et l'un des auteurs quebecois les plus recus au Canada continue a susciter un interet soutenu qui pousse la critique vers un desir constant de depassement comme en temoignent le projet de l'edition critique de l'oeuvre d'Aquin et quelques articles metacritiques. Malgre l'encre qu'il a fait couler, Hubert Aquin demeure encore un des auteurs les moins democratises, un secret bien garde. Meme si un des mandats de l'edition critique d'Aquin visait a initier un nouveau public (plus large?) a son oeuvre, dans 1'ensemble, l'oeuvre de l'auteur publiee chez BQ ne ressemble guere aux petites editions scolaires. Aquin est-il toujours promis a un lecteur elu? Auteur charismatique, critique elue... ; TABLE DES MATIERES Presentation ii Remerciements !.v CHAPITRE 1: Pour une lecture de la reception de Trou de memoire 1 1.1 Problematique, objectifs et parametres 1 1.2. Hans Robert Jauss: la sociologie de la litterature 5 1.3 Wolfgang Iser: la poetique de la lecture 8 1.4 Stanley Fish: l'autorite des communautes interpretatives ..11 1.5 Bertrand Gervais: les regies de l'acte de lecture 14 1.6 Survol du contexte socio-historique de Trou de memoire .18 CHAPITRE 2: La reception au Quebec 26 2.1 Les premieres lectures: la poetique de la forme 26 2.2 La deuxieme generation de lecteurs: des lectrices 32 2.3 La troisieme generation: l'edition critique 40 2.4 Recapitulons 44 CHAPITRE 3: La reception au Canada 47 3.1 Le premier horizon d'attente: l'art et le pays 49 3.2 Les lectrices de la deuxieme generation 53 3.3 La troisieme generation: contexte et reference 57 3.4 Recapitulons 61 CHAPITRE 4: Nous sommes des Aquiniens 64 4.1 Presentation 64 4.2 Debat metacritique et enjeux 66 4.3 Comparaisons synchroniques: les mandats de lecture 72 4.4 Pratiques de la critique: la presence de 1'Autre 76 4.5 Perspectives de recherche 85 Bibliographie 89 Remerciements Je tiens a remercier les gens qui ont contribue a la realisation de ce memoire. A mon directeur Andre Lamontagne pour m'avoir initie a l'oeuvre de Hubert Aquin, guide pendant de longs mois tout en imposant sa rigueur et sa delicatesse et pour m'avoir fait confiance dans les recherches du projet CALQ, projet qui a largement contribue a ma formation de chercheur. A Rejean Beaudoin et a Alain-Michel Rocheleau pour leurs precieux commentaires et leur souci de precision. Enfln, a mes collegues, Darcy Cullen et Jerome Loisel, pour leur grand partage d'idees, leurs encouragments et surtout leur amitie. Le livre d'un grand homme est un compromis entre le lecteur et lui. [...] la litterature existe pleinement non pas quand l'oeuvre est ecrite, mais quand un lecteur remonte le cours des phrases et des mots pour devenir, par ce moyen, cocreateur de l'oeuvre. Comment lire la critique? Un seul moyen: puisque je suis ici lecteur au second degre, il me faut deplacer ma position: ce plaisir critique, au lieu d'accepter d'en etre le confident -moyen sur pour le manquer je puis m'en faire le voyeur: j'observe clandestinement le plaisir de l'autre, j'entre dans la perversion; le commentaire devient alors a mes yeux un texte, une fiction, une enveloppe fissuree. Perversite de l'ecrivain (son plaisir d'ecrire est sans fonction), double et triple perversite du critique et de son lecteur, a 1'infmi. E . D E L A C R O I X H U B E R T A Q U I N R O L A N D B A R T H E S 1 Pour une lecture de la reception critique de Trou de memoire 1.1 Problematique, objectifs et parametres Dans l'ensemble de la production romanesque quebecoise, et ce depuis les origines, il semble bien que l'oeuvre d'Aquin soit celle qui ait retenu jusqu'ici l'attention la plus soutenue des critiques et specialistes en tous genres de la discipline.2 Vouloir ecrire l'histoire de l'oeuvre complete de Hubert Aquin en etudiant la reception critique serait un projet fort ambitieux et sans doute demesure pour un memoire de maitrise. Nous avons done choisi d'etudier la reception savante de Trou de memoire -celle qui commande une lecture en comprehension - parue entre 1968 et 1993 dans les revues litteraires specialisees ainsi que les monographies consacrees a l'oeuvre de Hubert Aquin. Cette periode marque les vingt-cinq annees de critiques parues avant l'edition critique du roman. De plus, nous proposons une etude dans une optique comparatiste entre les communautes interpretatives en provenance du Canada et du Quebec, element de dichotomie qui ne peut se limiter a une frontiere geographique. A la lumiere du discours metacritique aquinien, la reception critique des deux communautes interpretatives comprend des divergences comportant divers enjeux que nous jugeons interessant d'elucider afin de contribuer a la reception critique de l'oeuvre d'Aquin. Pour distinguer la critique canadienne de la critique quebecoise, le premier critere repose sur l'editeur ou le lieu de .publication. Cependant, il arrive que certaines publications quebecoises sont signees par la critique canadienne, phenomene comprehensible puisque l'auteur etudie attire principalement l'attention de l'institution litteraire quebecoise. L'instance d'enonciation de la critique nous a permis de classer certains cas et en situation de doute, nous nous sommes fie aux donnees du projet CALQ 3 (critique anglo-canadienne de la litterature quebecoise). Depuis 1983, la reception critique d'Aquin a fait l'objet de nombreux commentaires et etudes. A la lumiere de la metacritique sur Aquin4, on s'apercoit que la reception de l'auteur ne fait pas l'unanimite. Pour certains, la critique de l'oeuvre d'Aquin serait trop <nationaliste> ou ferait raeme l'objet d'une <canadianisation>5. Le fait que l'auteur de Trou de memoire attire autant l'attention de la critique canadienne n'est pas banal. D'apres les premieres donnees du projet CALQ, Aquin arrive cinquieme6 - devant Roch Carrier- au chapitre des auteurs quebecois les plus recus au Canada anglais. Au sein de notre corpus, la proportion de monographies et d'articles savants consacres a Trou de memoire est de deux etudes <canadiennes> pour trois <quebecoises>, proportion jugee suffisante dans le cadre d'une etude comparative. En isolant les deux groupes, nous esperons trouver un element de reponse aux problemes souleves par la metacritique.7 D'un point de vue diachronique, la reception critique d'Aquin de 1968 a 1993' se divise generalement en trois coupes synchroniques qui correspondent plus ou moins aux changement de decennie. Comme le souligne Jacques Pelletier, la critique aquinienne des annees 1970 s'appuie principalement sur deux grands axes d'analyse: l'esthetique formelle du texte et la «lecture nationaliste». Voila done les traits dominants de 1'horizon d'attente de la premiere generation de la critique d'Aquin. Pendant les annees 1980, suite au suicide de l'auteur, les interpretations se diversifient et tombent surtout dans l'ordre du philosophique, du mysticisme et du biographique. Le projet d'une edition critique de l'oeuvre d'Aquin, completee au debut des annees 1990 apres dix ans de travail,' allait multiplier les analyses, alors principalement concentrees sur les quatre oeuvres romanesques.8 Mais, selon Jacques Pelletier, meme si l'oeuvre «n'echappe [...] a aucun courant important parmi les discours tenus aujourd'hui sur la litterature», 9 il est permis de douter qu'elle soit porteuse d'un ecart esthetique marquant depuis le premier horizon d'attente. Nous croyons que la reception de Trou de memoire est relativement representative de l'ensemble de la reception d'Aquin, qui semble encore largement impregnee du premier horizon d'attente. Les responsables de l'edition critique de Trou de memoire, Janet M . Paterson et Marilyn Randall, croient que: Nulle part ailleurs on ne decouvre autant de reflets des ecrits theoriques de l'auteur, en particulier sur les questions de la decolonisation, de la revolution, de l'originalite, du plagiat et du role du lecteur. Cette edition critique nous a revele que lire Trou de memoire, c'est toucher de facon significative la pensee revolutionnaire et esthetique d'Aquin. (XLII) Avant de publier Neige noire, Aquin lui-meme croyait que Trou de memoire etait son meilleur roman. Or si Trou de memoire n'a pas connu le meme nombre de lectures que Prochain episode JO il est clair que la qualite des interpretations et de la critique ne fait pas defaut. Cette etude cherche a decrire, analyser et comprendre 1'experience des trois generations de lecteurs aquiniens divises en deux groupes distincts, ce qui nous permettra de determiner l'apport des principaux groupes linguistiques du Canada dans l'ensemble de la reception critique de Trou de memoire. Nous tenterons de distinguer et d'analyser les principales communautes interpretatives et les regies de lecture a la lumiere de notre division, division qui pourra s'averer significative ou arbitraire. 1.2 Hans Robert Jauss: la sociologie de la litterature La societe existe avant l'oeuvre, parce que l'ecrivain est conditionne par elle, la reflete, 1'exprime, cherche a la transformer; elle existe dans l'oeuvre, ou Ton retrouve sa trace, et sa description; elle existe apres l'oeuvre, parce qu'il y a une sociologie de la lecture, du public [...]. J E A N - Y V E S T A D I E Dans la foulee des etudes structuralistes des annees soixante qui bnt largement 0 contribue au developpement des methodes d'analyse textuelle, Hans Robert Jauss annonce un changement de paradigme qui deplace 1'attention du critique litteraire du tandem auteur-texte vers celui du texte-lecteur. Le premier instigateur de ce mouvement ne aux alentours de 1970 en Allemagne cherchait a renouveler les etudes en histoire litteraire qu'il jugeait alors trop inspiree de l'histoire generate. La coupure entre la litterature et l'histoire, la connaissance esthetique et la connaissance historique peut etre abolie si l'histoire de la litterature ne se bome plus a repeter le deroulement de l'<histoire generale> tel qu'il se reflete dans les oeuvres litteraires, mais si elle manifeste, a travers la marche de l'<evolution litteraire>, cette fonction specifique de creation sociale que la litterature a assumee, concourant avec les autres arts et les autres puissances sociales, a emanciper rhomme des liens que lui imposaient la nature, la religion et la societe. (80) Selon Jauss, l'histoire de la litterature depend, dans un premier temps, de «1'analyse de 1'experience litteraire», et de «l'effet produit» par les oeuvres, soit la reception des oeuvres par les lecteurs qui a son tour depend de la reconstitution de: [...] l'horizon d'attente de son premier public, c'est-a-dire le systeme de references objectivement formulable qui, pour chaque oeuvre au moment de l'histoire ou elle apparait, resulte de trois facteurs principaux: 1'experience prealable que le public a du genre dont elle releve, la forme et la thematique d'oeuvres anterieures dont elle presuppose la connaissance, et l'opposition entre le langage poetique et langage pratique, monde imaginaire et realite quotidienne. (49) L'horizon d'attente de Trou de memoire est grandement marque par la reception de Prochain episode, qui avait prealablement bouleverse le paysage litteraire quebecois que la doxa de l'epoque nommait encore canadien-francais. La litterature quebecoise des annees soixante allait developper une panoplie de strategies esthetiques visant a la sortir de 1'horizon d'attente resolu, celui du roman realiste. Le premier public de l'oeuvre, tel que reflete par la critique journalistique, <<reconnait en general la presence des memes elements thematiques et formels qui ont piu dans Prochain episode»,u provoquant, par contre, une critique mitigee, car pour certains, Trou de memoire n'etait qu'une reprise du premier roman. <L'experience prealable du genre> avait cree des attentes qui n'ont pas entierement repondu aux exigences ou aux <questions> de la critique. Du cote de la critique savante, les premieres etudes suivent egalement le reflet des analyses du premier roman d'Aquin. Bref, il existe tres peu d'<ecart esthetique>, ce que Jauss nornme « l a distance entre l'horizon d'attente preexistant et l'oeuvre nouvelle», (53) entre les deux premiers romans d'Aquin. Mais, en serait-il toujours ainsi? Avant de pouvoir determiner si la reception de Trou de memoire est vouee a demeurer dans l'ombre de Prochain episode - quoiqu'il ne s'agisse pas reellement de l'objet de notre etude-, il est essentiel de voir comment s'opere ou qu'est-ce qui entraine un <changement d'horizon>, phenomene qui, selon Jauss: remet [ainsi] en question [...] la fausse evidence d'une essence poetique intemporelle, toujours actuelle, revelee par le texte litteraire, et d'un sens objectif, une fois pour toutes arrete, immediatement accessible en tout temps a l'interprete. (58) Un changement d'horizon entraine une nouvelle <concretisation>, soit « l e sens a chaque fois nouveau que toute la structure de l'oeuvre en tant qu'objet esthetique peut prendre quand les conditions historiques et sociales de sa reception se modifient.» (213). Dans le cas de l'oeuvre d'Aquin, par exemple, le suicide de l'auteur a sans doute contribue aux orientations de la reception des annees 1980. Nous y reviendrons. Nous avons dit que les interets de Jauss pour la reception critique etaient principalement a vocation historique et sociologique - c'est ce que les specialistes de la reception critique retiennent surtout de ses recherches. Pour le theoricien allemand, «l 'historici te» de la litterature se realise aux «intersections de la diachronie et de la synchronie» ou, en d'autres mots, lorsqu'on fait le pont entre deux horizons d'attente. Ainsi, dit-il, « o n fait apparaitre clairement la difference hermeneutique entre le present et le passe dans l'intelligence de l'oeuvre». (58) Enfm, au fur et a mesure que l'horizon d'attente se modifie, la lecture de l'oeuvre «developpe et justifie d'autres facons de l'interpreter, de la remanier, de la poursuivre». (106) En retracant l'histoire de la reception, on expose la dialectique d'une oeuvre et de ses lectures, ce qui determine son importance au sein de l'histoire litteraire et contribue au classement hierarchique qu'elle occupe au niveau de l'esthetique. Les theories de la reception de Hans Robert Jauss allaient grandement interesser plusieurs theoriciens surtout interpeles par l'idee d'un changement de paradigme. C'est le cas notamment de son collegue de l'ecole de Constance, Wolfgang Iser. 1.3 Wolfgang Iser: la poetique de la lecture C'est avec Wolfgang Iser que la poetique de la lecture va commencer a se developper. II s'interesse surtout a la realite de la fiction et a la phenomenologie de la lecture, au microcosme de la reception. Le theoricien cherche a savoir comment et sous quelles conditions un texte litteraire a du sens pour le lecteur. Suite a la publication d'un ouvrage regroupant une serie d'analyses, The Implied Reader: Patterns of Communication in Prose Fiction from Bunyan to Beckett,^ Iser propose l'essentiel de sa theorie dans L 'Acte de lecture. Theorie de I'effet esthetique J 3 Pour Iser, la production de sens d'une oeuvre depend d'un <lecteur implicite>, concept qui sous-entend a la fois « l a prestructuration textuelle du sens potentiel et l'actualisation du lecteur de ce potentiel par le biais de facte de lecture». 1 4 Puisque le discours fictionnel est prive de sa situation referentielle, soit celle du langage naturel, il est d'abord decontextualise. Ainsi, l'oeuvre litteraire ne peut etre qu'une simple reproduction des valeurs socio-historiques dans lesquelles elle s'inscrit. Au contraire, comme le demontre Iser, les normes incorporees a l'oeuvre - incorporation qui resulte d'un processus de selection - vont plus souvent qu'autrement s'opposer ou partiellement nier les valeurs sociales et historiques issues du cadre de son inscription. Recontextualisees, les normes de l'oeuvre changent de fonction: «El les ne sont plus un acte de regulation sociale, mais plutot le sujet d'une discussion qui, la plupart du temps, remet en question leur validite au lieu de les confirmer.» 1 5 Selon Iser, ce changement de fonction est souvent entraine par : Les degres variables de negation selon lesquels les normes sont disposees dans un contexte fictionnel. Cette negation commande au lecteur la recherche d'un equilibre positif ailleurs que dans le monde qui lui est familier. Le defi implicite de la negation s'adresse d'abord et surtout a ceux dont le monde familier est fait des normes niees. Les lecteurs de l'oeuvre sont alors forces de prendre une part active dans la composition du sens qui diverge du familier. (xii) Afin de relever « l e defi de la negation», le lecteur doit d'abord reconnaitre ce que Iser nomme le «reper toi re» de l'oeuvre. Le repertoire est cree a partir d'une selection d'elements au sein des normes sociales et de la tradition litteraire, inscrivant ainsi l'oeuvre dans un contexte referentiel dans lequel le systeme d'equivalences du texte doit etre actualise. C'est a partir des trois conditions essentielles au succes de l'acte illocutoire, telles que proposees par J. L. Austin, que Iser developpe son concept de repertoire. Or, le repertoire de l'oeuvre se degage d'apres les conventions communes a l'auteur et au lecteur, les procedures acceptees des deux et de la volonte commune de communiquer. Selon le theoricien, le repertoire consiste du territoire familier dans les limites du texte. Le repertoire peut prendre la forme de presences intertextuelles, de normes sociales et historiques ou du contexte socioculturel d'ou le texte est issu -bref, de ce que les structuralistes de Prague nommaient la realite <extratextuelle>. (The Act of Reading. 69) Dans le cadre de notre etude, nous nous interrogeons a savoir quels sont les elements du repertoire de l'oeuvre qui interessent les communautes interpretatives (section: 1.4). En ce qui conceme l'actualisation du systeme d'equivalences dans l'oeuvre, ce role appartient aux strategies. Les strategies gerent les liens entre les differents elements du repertoire, contribuent a la production du systeme d'equivalences - ou a la defamiliarisation du monde familier - en orientant le lecteur vers des combinaisons possibles sur lesquelles va s'appuyer son acte de lecture. Bref, selon Iser: Les strategies organisent a la fois le tissu du texte et les conditions sous lesquelles le tissu doit etre communique. Elles ne peuvent pas etre associees exclusivement a la <representation> ou a l'<effet> puisqu'elles operent avant meme qu'un de ces termes soit pertinent. Elles comprennent la structure immanente du texte et les actes de comprehension declenches chez le lecteur. (86) La structure des strategies repond au principe de perspective puisque la decouverte du texte, c'est-a-dire la lecture, se fait a la lumiere de la tension qui existe entre «l 'avant-plan» et « l e fond», «tension qui provoque une seried'actions et d'interactions differentes et qui se resoud par l'emergence de l'objet esthetique.» (95) En decouvrant le texte dans sa dimension lineaire et non dans sa totalite, le lecteur cerne les elements du repertoire en deplacant son point de vue du « t h e m e » a l ' «hor izon» . De facon assez generate, on peut dire que le theme correspond au segment du texte qui est <lu> et que l'horizon correspond a celui qui a deja ete lu, mais qui continue a agir sur la conscience de lecture. Dans Trou de memoire, le recit non-lineaire ne semble pas pouvoir permettre ce deplacement de point de vue du theme a l'horizon. L'acte de lecture de ce roman a fait l'objet de plusieurs etudes chez la deuxieme generation de lecteurs. Pour Iser, la liberte interpretative du lecteur depend de <la structure immanente du texte>, principe qui ne sera pas partage par tous les theoriciens de la reception critique, notamment Stanley Fish. 1.4 Stanley Fish: l'autorite des communautes interpretatives Une nouvelle strategic interpretative est acceptable non parce que tout le monde l'accepte, mais plutot parce que ceux qui ne sont pas d'accord se retrouvent dans l'obligation de la refuter. S T A N L E Y F I S H Le nouveau paradigme texte-lecteur tel qu'annonce par Hans Robert Jauss allait definitivement favoriser le lecteur avec le theoricien etasunien, Stanley Fish. En developpant ce qui sera le concept clef de sa theorie, soit les communautes interpretatives, Fish s'est impose comme l'un des plus grands opposants a l'oeuvre theorique de Wolfgang Iser et Tun des theoriciens les plus illustres de la reception critique aux Etats-Unis. Selon Fish, ce sont les communautes interpretatives, plutot que le texte ou le lecteur, qui creent le sens et qui sont responsables de V emergence des traits formels. Les communautes interpretatives sont composees de membres qui partagent les memes strategies interpretatives, non de lecture, mais de constitution des proprietes textuelles. Or ces strategies existent avant Facte de lecture, ce qui determine la facon de lire. Pour Fish, l'emergence des communautes interpretatives explique les nombreuses interpretations possibles d'un texte. L'accord existe chez les membres d'une meme communaute puisque leur lecture est regie par les buts preetablis par la communaute a laquelle ils appartiennent. Par contre, les membres de communautes differentes sont en disaccord puisque l'autre, d'apres les positions respectives de chacun, ne peut voir ce qui est evident et immanquablement present. L'appartenance a une communaute interpretative precise explique, selon Fish, la stabilite des interpretations chez des lecteurs differents. Elle explique egalement pourquoi i l y a des disaccords et pourquoi les lectures peuvent etre confrontees: il ne s'agit pas d'une stabilite dans les textes, mais d'une stabilite au sein des criteres d'une communaute interpretative et de l'opposition des positions qu'elles rendent possibles. La rhetorique de l'argument critique depend d'une distinction entre 1' interpretation et les faits textuels et contextuels qui seront paralleles ou opposes [...] (340) Au sein des <faits contextuels>, Fish souligne 1'importance de 1'institution litteraire. Elle determine les modalites d'interpretation en autorisant, a un moment donne, un certain nombre de strategies interpretatives. Dans son recueil d'essais sur la reception critique, Is There a Text in This Class? The Authority of Interpretive Communities, Fish tente de mettre sa theorie en pratique lorsqu'il cherche a imposer son modele de lecture. Deviendra-t-il l'instigateur d'une nouvelle communaute interpretative au sein des chercheurs en reception critique? Les deux dernieres decennies ont sans doute demontre que le theoricien etasunien a fait ecole. La montee de Fish sur la scene de la theorie litteraire survient dans les annees 1970 alors que la pensee structurale occupait encore une grande partie de <l'horizon d'attente> de la critique litteraire. En s'opposant au modele de demonstration inspire de la logique et de 1'esprit scientifique ou les interpretations sont confirmees ou infirmees par des faits specifies independamment, Fish defend un modele de persuasion ou les faits cites sont disponibles seulement parce qu'une interpretation (du moins, ses grandes lignes) est deja presupposee. Le modele de persuasion de Fish contribue a l'eclatement du modele theorique pur que pronaient les structuralistes. C'est par la reconnaissance des autres notamment qu'une interpretation devient legitime et non seulement par un systeme d'interpretation preetabli. Pour contribuer a l'avancement des etudes litteraires, Fish croit que le lecteur doit montrer de l'audace tout en respectant quelques consignes qui lui permettront de susciter un plus grand accueil au sein de ses pairs. In general, people resist what you have to say when it seems to them to have undesirable or even disastrous consequences. With respect to what I have been saying, those consequences include the absence of any standards by which one could determine error, the inability to explain the mechanisms by which interpretations are accepted or rejected, or the source of the feeling we all have of progressing, and so on. (369) Enfin, Fish rappelle que le mecanisme de la persuasion se manifeste toujours dans un contexte specifique. Or, tout argument de persuasion depend des ententes preexistantes entre les membres d'une communaute. Des elements d'interpretation presupposes doivent etre partages afin de determiner ce qui est important, necessaire et indesirable. Autrement, une communaute interpretative ne saurait s'imposer aupres des autres. Dans le cadre de notre travail, la «reconnaissance de l 'autre» sera examinee a la lumiere des citations, un indice important qui permet aux lecteurs de reconnaitre - et meme de s'associer a - une communaute interpretative. 1.5 Bertrand Gervais: les regies de 1'acte de lecture L'objet de cet essai n'est pas une theorie de la lecture pour le texte, comme avec les poetiques de la lecture, mais une theorie pour la lecture. B E R T R A N D G E R V A I S Stanley Fish n'est pas le seul a eprouver des reserves face au modele de Wolfgang Iser. Le theoricien quebecois, Bertrand Gervais, veut aussi se degager de l'emprise du texte en developpant une theorie <pour la lecture>. Selon Gervais, L'acte de lecture varie selon les besoins, les moments, les buts qui sont fixes; et toute theorie du lire doit tenir compte de la diversite de ces regies. II n'y a pas un seul acte de lecture dont on pourrait faire une theorie unifiee et globale, il y a une multiplicite d'actes dont il faut reconnaitre et, par suite, definir les variables. (10) Dans une telle optique, le lecteur implicite de Iser ne peut avoir tout le merite que lui attribue le penseur allemand. D'apres la theorie de Gervais, la notion de lecteur implicite aide a la comprehension, au depouillement de plusieurs facteurs qui participent a la lecture d'un texte. La notion de Iser est «d'abord une construction qui permet de concevoir la forme generate de l'interaction etablie par la lecture.» (24) Pour Gervais, les facteurs ou les regies qui participent a la lecture d'un texte decoulent des contextes de lecture, des competences et des mandats du lecteur. Ces regies determineront l'acte de lecture qui se manifeste dans un va-et-vient entre deux actions, soit progresser et comprendre. C'est par opposition que les notions de <progression> et de <comprehension> nous sont expliquees dans l'ouvrage A I'ecoute de la lecture, publie en 1993. Ainsi, nous pouvons comprendre que la progression se decrit dans « d e s termes surtout negatifs, [...] de l'ordre du divertissement, du superficiel et du repos; tandis que la comprehension est un travail, un tres grand investissement du texte, une activite avant tout positive.» (42) II est clair que la critique savante, soit celle qui cherche a expliquer le texte dans un travail intensif de profondeur, favorise la lecture-en-comprehension meme si le theoricien insiste pour dire qu ' « i l ne faut pas opposer progression et comprehension, mais les decrire comme des economies complementaires constitutives de l'acte de lecture.» (43) Une fois la distinction entre progression et comprehension etablie, le theoricien oppose deux types de lecture-en-comprehension: la lecture transitive et la lecture reflexive. « L e s lectures transitives correspondent a l'attitude habituelle d'analyse des textes. [...] Leur objet est le texte, litteraire ou autre, et la lecture simplement un mode d'acces.» (54) Cependant, l'acte de lecture se trouve au centre des lectures reflexives. « C e sont done des lectures de lectures, ou encore des archilectures, des metalectures.» (54) Ainsi, nous pouvons dire que notre etude est, dans un premier temps, une lecture reflexive des lectures transitives de Trou de memoire et dans un deuxieme temps, une lecture reflexive des lectures reflexives de l'oeuvre d'Aquin. L'elaboration des categories de lecture-en-comprehension entraine de nouvelles sub-divisions. Les lectures transitives, par exemple, sont determinees par deux attitudes: l'une critique, l'autre theorique. Pour les differencier, on peut dire que 1'attitude critique percoit le texte avant tout comme une oeuvre litteraire, tandis que l'attitude theorique le percoit comme un discours, un reseau de systemes de signes. (55) Une lecture transitive critique est de l'ordre du commentaire sur le texte, commentaire qui permettra d'evaluer, d'interpreter, de classer ou meme de comparer le texte en question selon les criteres ou l'horizon d'attente de 1'institution litteraire ou des communautes interpretatives, garantes des significations et des valeurs du texte. Ce type de lecture «identifie son objet comme un intervenant dans une pratique culturelle donnee, dont il sert entre autres choses de revelateur.» (55) Une lecture transitive theorique cherche l'acquisition d'une connaissance exacte sur le texte. Pouvant etre confirme ou refute apres verification, ce savoir s'acquiert a partir de methodologies et d'instruments d'analyse qui ont deja fait leurs preuves. Cette lecture identifie son objet «comme l'actualisation d'un type dont les proprietes sont l'objet de la recherche.» (55) En ce qui concerne les lectures reflexives qui ont comme objet d'analyse l'acte de lecture, elles se definissent principalement en fonction de deux principes: progression, comprehension. Les lectures reflexives en progression vont surtout interesser les psychologues puisqu'elles portent sur les mecanismes qui regissent des informations comme les competences lecturales, les mouvements occulaires ou encore la vitesse de lecture. La lecture reflexive en comprehension nous interesse davantage car elle privilegie le texte. Elle etudie: [...] les codes a l'oeuvre dans les textes, les figures du lecteur qui y sont inscrites, les protocoles de lecture, les bases de la cooperation interpretative, les formes et les limites de 1'interpretation, etc. (57) A premiere vue, ces deux types de lecture reflexive semblent se developper dans deux directions opposees, ce que le theoricien en poetique de la lecture tentera de refuter en cherchant a mettre en lumiere leur complementarite, leur interaction. Pour les besoins de notre etude, nous nous limitons aux grandes lignes descriptives des lectures reflexives en progression et en comprehension. 1.6 Survol du contexte socio-historique et litteraire de Trou de memoire Tout bon livre est un attentat. JOUHANDEAU C'est dans le contexte de la Revolution tranquille - tel que fut ndmme par la presse anglophone l'ensemble des changements divers des annees soixante au Quebec, une epoque de profondes transformations sociales, politiques et ideologiques - que paraitront les premiers romans de Hubert Aquin. Parmi les evenements paralitteraires les plus importants, il faut souligner d'abord la metamorphose politique du paysage canadien, ou les differences entre Ottawa et Quebec se feront le plus vivement sentir depuis le debut de la Confederation. De la fondation du Regroupement national a la creation du ministere de l'Education a Quebec en 1964, de la victoire des liberaux de Pearson a Ottawa l'annee suivante a celle de Daniel Johnson de l'Union nationale a Quebec en 1966, de la fondation du Ralliement national a la formation du Mouvement souverainete-association de Rene Levesque en 1967 en passant par la visite du general de Gaulle et l'arrivee de Pierre Elliott Trudeau a Ottawa, sans oublier tous les actes terroristes des membres du Front de liberation du Quebec qui culmineront lors de la crise d'octobre en 1970, l'importance de la scene politique dans l'oeuvre et la vie de Hubert Aquin, membre actif du Rassemblement pour l'independance nationale, ne fait pas de doute aupres de ses lecteurs qui le voient avant tout comme un ecrivain engage. Sur le plan litteraire, l'institution est en plein essor. Des revues litteraires comme la Barre du jour et Etudes frangaises apparaissent a Montreal en 1965, annee ou seront publies Une saison dans la vie d Emmanuel de Marie-Claire Blais et Prochain episode de Hubert Aquin. L'Avalee des avales, premier roman de Rejean Ducharme, suivra l'annee suivante. 1967 sera particulierement effervescente avec l'ouverture des premiers CEGEPS, la creation du Syndicat des ecrivains du Quebec, la fondation de la revue Voix et images du pays et la sortie du roman Salut Galarneau! de Jacques Godbout. En 1968, outre la parution de Trou de memoire, notons la fondation de la revue Etudes litteraires, la creation de la Bibliotheque nationale du Quebec, la publication de Negres blancs d'Amerique de Pierre Vallieres et la premiere presentation des Belles-soeurs de Michel Tremblay. Quelques evenements surviendront cette annee-la pour deja annoncer, en quelque sorte, la fin d'une epoque, notamment la fin de la revue d'idees Parti pris et la mort du Premier ministre du Quebec, Daniel Johnson. Enfin, soulignons l'ouverture officielle du reseau de l'Universite du Quebec en 1969. C'est dans la montee du lai'cisme et de la question nationale que la prise de conscience du besoin d'une litterature nationale voit le jour. En 1962, Andre Brochu publie une enquete sur les conditions necessaires au developpement de la litterature nationale qu'il avait menee aupres de romanciers et de critiques. Les nouvelles tendances montantes de la pensee critique etaient marquees, entre autres, par les auteurs existentialistes, comme le rapporte Jacques Allard, avec un brin de ce qui semble etre de la nostalgie, dans Traverses: Comment oublier Teilhard de Chardin et Sartre, que nous dressions confusement contre Thomas d'Aquin, avant d'assimiler un peu trop vite Marx, Memmi et Berque? Et la desesperance sensuelle empruntee a Camus? (54) Avec la fin de Parti pris, il etait temps de mettre en pratique les idees que la nouvelle generation d'intellectuels avait deyeloppees et valorisees. Les revendicateurs s'integrent, pour la plupart, au nouvel organe collegial et universitaire, mouvement que certains definissent comme etant l'etablissement de la critique en systeme. La nouvelle critique francaise au ton de la pensee structurale ne tardera pas a se developper au sein des nouveaux universitaires quebecois. Retrecissons notre canevas contextuel de la reception de Trou de memoire a l'evenement que nous jugeons le plus determinant, le succes et <l'echec> de Prochain episode, trois ans plus tot. Lance d'abord a Montreal puis au Salon du livre de Quebec les 2 et 5 novembre 1965, Prochain episode connait un succes immediat. Gilles Marcotte de La Presse ecrit que « l e premier roman de la saison litteraire est une bombe». Pour Jean-Ethier Blais du Devoir, « n o u s n'avons plus a chercher. Nous le tenons, notre grand ecrivain». Raymond Barbeau parle de «notre premier prix Nobel» dans le Quartier latin}6 La premiere edition, tiree a trois milles copies, sera epuisee a la mi-janvier 1966. L'engouement autour du roman trouve un echo au Canada anglais ou deux editeurs torontois se disputent les droits d'edition. La maison d'edition McClelland and Stewart publiera une traduction de Prochain episode faite par Penny Williams en 1967. Des compagnies de cinema y voient un projet d'adaptation interessant pour le grand ecran, mais aucune offre ne sera jugee suffisante par Aquin et son editeur, Pierre Tisseyre. En France, l'editeur Laffont se montre interesse, mais demande que quelques modifications soient apportees au roman avant la publication. Certains passages sont juges trop longs ou d'un style «embarrasse». Aquin apporte volontiers les changements desires. Toutefois, le lancement du roman a Paris, le 5 septembre 1966, soit dix mois apres sa sortie au Quebec, ne connaitra pas la meme reception. Alain Bosquet, dans Le Monde du 15 octobre, reproche au romancier des negligences d'ecriture, apres avoir toutefois cite le roman comme un exemple de la vitalite des lettres quebecoises dans l'univers litteraire francophone.17 L'un des principaux defauts de l'auteur - en tout cas le plus irritant - est le recours frequent, pour exprimer des notions elementaires ou des images banales, a un galimatias qui semble parfois une parodie de la recherche mallarmeenne du « m o t ra re» . 1 8 Si la poetique de la lecture considere les regies, les conditions de lecture, la poetique de l'ecriture doit en faire autant. Avant de devenir ecrivain, Hubert Aquin pratiquait la profession de «revolutionnaire». C'est du moins ce qu'il affirme lors de son arrestation pour «possession d'arme offensive dans un dessein dangereux pour la paix publique» apres qu'on l'eut trouve au volant d'une voiture volee le 5 juillet 1964. C'est a l'lnstitut psychiatrique Prevost qu'Aquin devient ecrivain. En effet, lors de son internement dans ce qu'on nommait communement a l'epoque, avec un certain souci d'euphemisme, I'asUe, Hubert Aquin ecrit Prochain episode, manuscrit qu'il aurait commence aux alentours du 27 juillet pour l'achever le 22 septembre, soit moins de deux mois plus tard. Si l'ecriture de Prochain episode fut relativement rapide et s'exerca sous des conditions qui demeurent intrigantes, celle de Trou de memoire connaitra une genese beaucoup plus longue et detaillee.19 On a parfois dit dans le passe que Trou de memoire fut une <reprise>, une <copie> de Prochain episode. Cependant, il est interessant de constater que le roman qui exploite le theme du plagiat, soit Trou de memoire, a passe pres de six ans en etat de gestation et que les premieres esquisses du roman surviennent le 29 octobre 1962, quatre jours apres qu'Aquin ait lu Pale Fire de Nabokov. Cette periode de sa vie fut egalement riche en lecture de romans etrangers, de livres traitant de la colonisation et de traites de style contemporains. C'est principalement dans le contexte de la reception de Prochain episode que va s'elaborer l'ecriture de Trou de memoire. Pendant l'hiver qui suivra la sortie du premier roman, Hubert Aquin prepare Trou de memoire qu'il croit pouvoir terminer pour le ler juillet et voir paraitre des septembre. En septembre 1966, i l accorde une entrevue au Magazine Maclean ou il annonce la sortie imminente de Trou de memoire tout en exposant ses peurs devant la publication: [...] je ne suis pas sur que je puisse m'amuser encore lontemps a raconter des histoires fictives. Par exemple, i l me reste vingt pages a ecrire pour terminer Trou de memoire, mais je me demande si je vais pouvoir les ecrire. [...] Qa. me fait peur de terminer une chose, d'etre identifie a un role social, tel celui d'ecrivain.20 Du roman en deux mois aux vingt pages en deux ans! Peu de temps apres cette entrevue, l'auteur met son projet de roman en veilleuse. On croit que le «demi-echec» de Prochain episode a Paris a contribue a son accablement, a sa demotivation. Quand sort enfm Trou de memoire au printemps 1968, Hubert Aquin ecrit dans une lettre adressee a Pierre Grenier: Ce roman me semblait irrecevable ou bien trop charge d'abomination, trop nouveau sur le plan formel. Somme toute, je n'ai pas ressenti cette bienfaisante securite qu'il m'avait ete donne d'eprouver apres avoir ecrit Prochain episode et avant qu'il ne soit publie. Trou de memoire, au contraire, a continue de m'inquieter, de me troubler et de me faire douter de moi.21 Temoignage d'un auteur qui pressent ce qui l'attend ou scrupule d'un ecrivain exigeant envers lui-meme et son lecteur? Critique mondaine mise a part, Trou de memoire ne connaitra pas le succes espere en librairie. Qu'a cela ne tienne! En 1969, grace a ce deuxieme roman, Hubert Aquin remporte le Prix du Gouvemeur general du Canada, prix qu'il refuse sur le champ pour des raisons politiques. Malgre les remous mediatiques que ce geste a provoque au Quebec et au Canada, la publication de Trou de memoire en traduction anglaise ne surviendra qu'a l'automne 1974. 1 Voir Robert Dion et Nicole Fortin, « L a critique (1968-1996)» in Panorama de la litterature quebecoise contemporaine, sous la direction de Reginald Hamel, Montreal: Guerin, 1997, p. 557. 2 Jacques Pelletier, «Variations de la critique aquinienne: de la pragmatique a la psychanalyse lacanienne en passant par Bakhtine», Voix et images, 18:3 (54), printemps 1993, p. 597. 3 Le projet CALQ, subventionne par le CRSH, a pour but d'etudier systematiquement la reception au Canada Anglais de la Litterature Quebecoise de 1867 a 1989. Ce projet regroupe Rejean Beaudoin et Andre Lamontagne de l'Universite de Colombie-Britannique et Annette Hayward de l'Universite Queen's. 4 Voir les articles de Chantal de Grandpre, Anthony Purdy et Jacques Pelletier. 5 Voir chapitre 4: Nous sommes des Aquiniens: comparaison et metacritique. 6 Voir Hayward, Annette et Andre Lamontagne, « L e Canada anglais: une invention quebecoise?», Voix et images, 24:3 (72), printemps 1999, p. 460-479. La derniere partie de cet article est consacree a la reception critique d'Aquin et au debat opposant Chantal de Grandpre et Anthony Purdy. -2.1+ 7 Nous reconnaissons les lacunes de notre methode qui se limite a l'etude de la reception d'un seul roman et a la critique savante. En revanche, elle permet une recherche plus detaillee menant peut-etre a quelques precisions au niveau du discours metacritique sur Aquin. 8 L'invention de la mort, ecrit a la fin des annees cinquante, est demeure inedit jusqu'en 1991. 9 Jacques Pelletier, Op. cit, p. 597. 1 0 D'apres la bibliographic analytique de Jacynthe Martel, parue en 1985, on compte 66 articles consacres a Trou de memoire alors que Prochain episode a suscite 243 comptes rendus et critiques. 1 1 Janet Paterson et Marilyn Randall, «Presentation» in Trou de memoire, Montreal: BQ, p. xxvii. 1 2 1972 pour la version originate allemande, 1974 pour la version anglaise. Ce recueil d'essais n'a pas ete traduit en francais. 1 3 1976 en allemand, 1978 en anglais et 1985 en francais. Nous avons travaille avec la version anglaise. 1 4 Wolfgang Iser, The Implied Reader, Baltimore and London: The Johns Hopkins University Press, p. xii. 15 Ibid., p. xii. 1 6 Ces citations ont ete recueillies dans I'edition critique de Prochain episode, p. LXVI-LXVII. 1 7 Tel que rapporte par Guylaine Massoutre dans Itineraires d'Hubert Aquin, Montreal: BQ, pp. 173-174. 1 8 Tel que cite par Chantal de Grandpre dans « L e s Romanciers quebecois devant la critique francaise», Oeuvres et critiques. 24:1,1989, p. 129. 1 9 Dans une entrevue, Aquin declare avoir perdu un des plans de Trou de memoire et qu'il existe des variantes de la fin du roman. Tel que rapporte par Guylaine Massoutre dans Itineraires d'Hubert Aquin, Montreal: BQ, p. 174. Ibid.,-p. 172. 21 Ibid., p. 189. Le 3 octobre 1973, alors qu'il ecrivait Neige noire, Aquin signe une dedicace de Trou de memoire a Gaetan Dostie ou le doute ne semble plus se faire sentir: « a Gaetan, mon meilleur livre et toute mon amit ie» . La reception au Quebec Une fois liberee' de la dialectique de l'art et du pays, l'oeuvre se ferait valoir en tant qu'entreprise esthetique [...]' A N T H O N Y P U R D Y 2.1 Les premieres lectures: la poetique de la forme II faudra attendre cinq ans apres la sortie de Trou de memoire avant de voir la premiere publication d'une monographic consacree aux deux premiers romans de Hubert Aquin.2 Mais, grace aux revues savantes, les premieres esquisses de lecture sont publiees la meme annee. Un article comme celui de Jean-Charles Falardeau, initialement intitule «Trou de memoire», puis repris sous le titre de «Hubert Aquin» dans la revue Liberie en 1968, trace quelques grandes lignes des enjeux de 1'analyse critique du deuxieme roman d'Aquin. II souligne que l'oeuvre « s e veut transparente a sa propre genese» (88), et que le baroque - dont l'oeuvre se declare issue - signifie plutot une epoque qu'un style. Enfm, Falardeau voit en Trou de memoire une oeuvre qui illustre la mort du roman. Rene Dionne, dans son compte rendu critique, souligne «l'impuissance radicale de l'ecrivain» (446) et la mort comme figure cachee. Quant a Michel Tetu, dans «Trou de memoire d'Hubert Aquin», apres avoir parle du role du roman policier, il dit que l'oeuvre « n o u s amene surtout a ne plus considerer le roman comme un recit». (34) Ces remarques demontrent bien comment Trou de memoire s'incrit au coeur du discours litteraire de l'epoque. De la mort du roman a la mort du recit, peut-on parler des consequences de la <mort de l'auteur>? C'est ce qui interesse Leo-Paul Desaulniers dans «Ducharme, Aquin: consequences de la "mort de l 'auteur"» ou il examine, dans le cas d'Aquin, «l'autodenonciation du je» (398), un jeu qui ravit le lecteur dans Trou de memoire. En 1974, puis en 1976, un jeune lecteur de Trou de memoire, Jean-Pierre Martel, publie deux articles tires de son memoire de maitrise: «Trou de memoire: oeuvre baroque. Essai sur le dedoublement et le decor» et «Trou de memoire. Un jeu formel mortel» paru dans l'ouvrage collectif Le Quebec litteraire 2, numero consacre a l'oeuvre de Hubert Aquin, dans lequel Prochain episode retient encore davantage F attention.3 Les lectures de Martel - inspirees des travaux de Jean Rousset, un des membres de l'Ecole de Geneve qui, apres les formalistes russes et les philologues allemands, font un retour a la conscience de l'auteur - se font a la lumiere de l'esthetique baroque. Selon lui, Trou de memoire est une oeuvre dont l'esthetique baroque transpire dans le dedoublement des personnages et la «domination du decor». Par ailleurs, en considerant la forme du recit qui renvoie au roman policier, le roman est construit a partir d'un paradoxe: [...] l'inachevement delibere de Trou de memoire cree de toutes pieces ce que Jean Rousset appelle <le paradoxe baroque>. Hostile a l'oeuvre achevee et a toute forme stable, Hubert Aquin est aux prises avec un monde formel qui exige cependant fermete et arret. Son recit devra ou 22 bien se nier comme baroque pour s'accomplir en une oeuvre, ou bien resister a l'oeuvre pour demeurer fidele a lui-meme. (1974: 57) Si Trou de memoire est a la fois <oeuvre> et <baroque>, c'est que le roman opere une mystification seduisante aupres du lecteur qui decouvre simultanement la presentation et la creation de la meme oeuvre. Ainsi, conclut-il, le crime de f ecrivain -notamment par le truchement du dedoublement des personnages - est parfait et lui permet de vivre dans la clandestinite, «engendrant terreur et violence revolutionnaires» (1974: 64), conclusion qui rejoint implicitement les propos d'Aquin.4 Pour Lucie Brind'Amour5, le paradoxe ne se limite pas aux prouesses de la forme. En s'inspirant de Logique du sens de Gilles Deleuze, elle croit que le roman d'Aquin deploie « u n e tentative de penser le paradoxe» a travers le langage. Le mot, depourvu de son rapport avec des concepts universels, trouve son sens selon la volonte du locuteur, ce que le dedoublement des personnages rend fuyant. Qui parle? Le texte, conclut Brind'Amour. Les lecteurs les plus illustres de la premiere generation de lecteurs aquiniens au Quebec sont probablement Francoise Maccabee Iqbal et Rene Lapierre. C'est qu'ils ont ete parmi les premiers a porter un regard global sur l'oeuvre romanesque d'Aquin alors que d'autres ont prefere se concentrer sur un roman. Quatre ans apres la sortie de Trou de memoire, la premiere these de doctorat sur l'oeuvre d'Aquin, qui se limitait alors aux trois premiers romans, sera soutenue par Francoise Iqbal. Cette these, revue et augmentee d'une analyse de Neige noire, devient en 1978 la premiere monographie savante, publiee au Quebec, sur ce que l'on reconnaissait a l'epoque comme etant l'oeuvre romanesque d'Aquin, soit quatre romans: Prochain episode, Trou de memoire, L 'Antiphonaire et Neige noire.6 Dans Hubert Aquin romancier? de Francoise Iqbal, Trou de memoire trouve une place de choix. «Cet te analyse [de Trou de memoire'] sera du reste la plus approfondie [...]. Elle devient ce faisant le modele detaille du fonctionnement du discours aquinien.» (6) Iqbal, a «l 'ecoute du langage» ou convergent le theme de la mort et les variations sur le plan formel, commente principalement l'esthetique baroque tout en evoquant l'image de l'alchimiste. Un regard sur la plupart des techniques de l'ecriture d'Aquin y est pose, de sa forme en spirale a la figure de Joan en passant par la fonction de l'erudition ou la valeur mythique des personnages pour se terminer par une analyse du style langagier mettant ainsi en lumiere la fibre meme du mot revolution, mot perpetuellement au centre de l'ecriture aquinienne. La vraie revolution de Trou de memoire se situe ainsi sur le plan scriptuaire, aussi dans le recit conscient de se fabriquer hors des sentiers battus du roman, ou de la litterature fictive en general, s'opere une jonction qui debouche sur l'ecriture revolutionnaire. (164) Dans L 'imaginaire captif. Hubert Aquin, Rene Lapierre s'interesse egalement a la poetique de la forme. Cependant, comme son titre le suggere, le romancier est secondaire pour le critique qui cherche a cerner la portee, les consequences et <l'originalite> de l'ecriture d'Aquin. Pour Lapierre, l'auteur de Trou de memoire pratique une ecriture du risque et de l'audace rappelant celle du conte Les milles et une nuits, une sorte de metarecit qui sera repris a travers les siecles, par diverses litteratures de Don Quichotte de Cervantes a La Prise de Constantinople de Jean Ricardou en passant par Alice de Lewis Carroll et meme par d'autres formes d'art comme la musique, par exemple, les fugues de Bach. Ces rapprochements ne sont pas sans rappeler les approches intertextuelle et multidisciplinaire qui connaitront un essor important en analyse litteraire au cours des annees quatre-vingts. En ce qui concerne le procede du miroir, technique par laquelle les oeuvres inscrivent les elements de leur propre esthetique, Lapierre croit que les romans d'Aquin «semblent ignorer totalement le cote ludique de la mise en abyme.» (56) A la difference des oeuvres qui exploitent le cote ludique de certains procedes d'ecriture: [...] dont l'usage definit maintenant une part importante des poetiques de la modernite, l'univers romanesque d'Aquin ne se distancie pas de ses propres reflets, il n' arrive pas a concevoir comme jeu la suite de duplications au sein de laquelle il se trouve, presque d'emblee, saisi. (56) Selon Lapierre, cette technique d'ecriture « v a jusqu'a effacer au fond de son langage la presence de son ultime referent: l'existence meme du roman.» (57) [...] l'ecriture romanesque d'Aquin s'efforce de contenir ses propres designations, d'assumer sans cesse toutes les sources de sa propre genese. Elle vise a devenir, au sens strict, parfaitement autoreferentielle et entreprend pour y arriver d'epuiser, de parcourir en tous sens son espace de representation. (60) Cette derniere citation fait echo bien sur aux propos de Michel Foucault sur la toile de Velasquez, propos a partir desquels se developpe l'analyse de Lapierre. Toutefois, dans Trou de memoire, le rapport entre le fondement et la ressemblance ne peut disparaitre arm de liberer la representation pour qu'elle puisse etre «pure representations Cette dimension tragique du miroir s'avere done en correlation avec l'elaboration de Trou de memoire qui s'appuie sur l'echec du a «l'absence historique qui empeche l'ecrivain d'acceder a la parole.» (57) Pour expliquer l'echec qui se manifeste dans le roman par le biais de la depossession, Lapierre ne peut se limiter a l'analyse de l'ecriture. II evoque l'anamorphose du tableau d'Holbein - qui permet de voir le texte en examinant Tangle de la relation a l'Autre -, ce qui entraine le critique vers quelques referents historiques reels, la defaite de 1760 et la Revolution tranquille. La mort - telle que la symbolise textuellement la presence du tableau d'Holbein -ou le meurtre de l'Autre devrait, en principe, etre liberateur. Mais, on s'en doute, ce n'est pas le cas. C'est la ou le caractere subversif de l'ecriture aquinienne se manifeste le plus clairement. Mais en realite, le meurtre est une transfiguration de l'impuissance, une imprecation sans espoir contre le pouvoir, la souverainete de l'Autre. Si bien que [...] la violence meme de l'ecriture, le meurtre, le blaspheme et le viol sacralisent les <victimes> et se retournent contre les narrateurs, c'est-a-dire les detenteurs du pouvoir narratif. (72-73) La fonction esthetique et l'ouverture baroque preoccupent egalement Gilles de la Fontaine dans sa monographic, Hubert Aquin et le Quebec. Toutefois, la lecture de la Fontaine se concretise a partir de la philosophie litteraire de George Lukacs principal em ent axee sur la recherche de reciprocite entre le social et l'oeuvre qui en derive. Selon de la Fontaine : II ne saurait etre question pour lui [Aquin], en tant qu'artiste ecrivain, dans la conjoncture historique presente du Canada ffancais, de concevoir une oeuvre litteraire qui se dissocie de cette conjoncture [...]. (40) En cherchant a retracer la «texture quebecoise» (107) dans l'oeuvre d'Aquin, de la Fontaine s'assure d'une place en marge de la premiere generation de lecteurs (au Quebec). Citant, ici et la, le travail de Patricia Smart, on retrouverait mieux ce critique au sein de la communaute interpretative de cette derniere. 2.2 La deuxieme generation de lecteurs: des lectrices A force d'aimer un livre, on finit par se dire qu'il vous aime. V E R D R E S r Le suicide de l'auteur, 1'elaboration du projet de l'edition critique de l'oeuvre d'Aquin ainsi que le roman lui-meme ont contribue a dormer massivement la parole aux femmes dans le champ de la critique de Trou de memoire pendant les annees quatre-vingt. La mort d'Aquin en mars 1977 entraine un changement d'horizon d'attente au sein de la reception critique, alors que le developpement continu de ce qui fut engage dans les annees soixante-dix par la liberation de la femme mene a la systematisation des etudes feministes et de la critique des femmes. Les etudes globales de l'oeuvre d'Aquin connaissent alors ce qui semble etre un point mort. C'est du moins ce que laisse croire le nombre de publications consacrees a l'ensemble de l'oeuvre d'Aquin.8 Devant la mort volontaire d'un des plus grands ecrivains de la litterature quebecoise, la jeune institution litteraire est en deuil. Les analyses de fond laissent place a l'hommage et a la sympathie. C'est aussi peu de temps apres, au debut des annees quatre-vingts, que nait le projet d'une edition critique de l'oeuvre complete de Hubert Aquin, l'EDAQ, un projet collectif ambitieux qui occupera un bon nombre de specialistes d'Aquin ainsi que de nouveaux chercheurs pendant une dizaine d'annees. Si le projet est ne de l'initiative de deux femmes, Suzanne Lamy et Andree Yanacopoulo, les comites directeur et editorial de l'EDAQ ainsi que l'equipe de chercheurs sont tres largement composes d'hommes. Les responsables de l'edition critique de Trou de memoire, Janet Paterson et Marilyn Randall, semblent etre l'exception, exception qui confirme partiellement nos donnees sur Trou de memoire: pendant les annees quatre-vingts, les aquiniens cherchent et les aquiniennes publient. Enfin, le recit lui-meme invite sans doute les femmes a reagir. La violence faite aux personnages feminins fera l'objet d'etudes de Francoise Maccabee Iqbal et de Lori Saint-Martin. Inspiree de la these de Michel Fain sur le modele parental d'un don Juan, l'etude psychanalytique de Francoise Maccabee Iqbal - «Violence et viol chez Aquin. Don Juan ensorcele», qui, soulignons-le, est parue dans une revue litteraire publiee au Canada anglais - explique la fonction du viol et de la violence envers la femme dans l'oeuvre d'Aquin. Parmi les heros aquiniens, emules de don Juan, Pierre X. Magnant est le plus exhibitionniste. Selon Iqbal, la deesse-mere toute-puissante se tfouve a la croisee des chemins de plusieurs perspectives d'analyse comme <le redempteur>, <l'etre narcissique> ou <la symbolique de l'eau>. Quant a Lori Saint-Martin, elle applique le modele structural eroto-pornographique d'Anne-Marie Dardigna a trois romans quebecois dont Trou de memoire dans « M i s e a mort de la femme et <liberation> de rhorhme: Godbout, Aquin, Beaulieu». Elle y cerne, de maniere integrate, les quatre composantes de la structure erotique: l'experience des limites, l'aveu, la prostitution et la jouissance inegalitaire. L'analyse de Saint-Martin est ponctuee d'une denonciation des communautes interpretatives precedentes qu'elle trouve passives devant le role d'objet reserve a la femme dans le roman. Le principe de ranamorphose retient egalement l'attention des critiques de la deuxieme generation. Le phenomene serait porteur de referentialite chez Soderlind, de perception camavalisante et de modalites polyphoniques chez Malcuzynski. Dans «Hubert Aquin et le mystere de Panamorphose», Sylvia Soderlind analyse la fonction et 1'interaction des discours editorial et autobiographique pris comme genres. Sur le plan de la forme, «Trou de memoire serait [done] le produit d'une rencontre de deux discours d'orientation referentielle opposee» (104). Le discours editorial, le hors-texte, servirait de mediateur entre le texte et le lecteur au sein duquel un cadre referentiel se deploie. Pour Soderlind, le rapport entre les deux discours du roman opere une «anamorphose generique». Dans la lignee d'Andre Belleau, M.-Pierrette Malcuzynski, d'origine polonaise, propose une approche bakhtinienne a son analyse socio-textuelle de Trou de memoire, «Anamorphose, perception camavalisante et modalites polyphoniques dans Trou de memoire». Dans un premier temps, elle cherche a decrire l'apport de ranamorphose comme pratique esthetique, pratique qui renvoie a une ideologic et a des <formations> socio-historiques qu'elle tente de cemer dans un second temps. Une precision interessante de Malcuzynski veut que le trompe-l'oeil entraine le redoublement et non le dedoublement, precision qui demontre, selon elle, une erreur methodologique courante de la recherche narratologique sur Trou de memoire. De la denonciation de Saint-Martin aux precisions de Malcuzynski, on sent que la critique des annees quatre-vingts cherche a se dissocier consciemment de la premiere generation de lecteurs et/ou du poids de l'heritage structuraliste. Cette distanciation est encore plus flagrante avec l'etude d'Amaryll Chanady, «Entre la quete et la metalitterature - Aquin et Cortazar comme representants du postmodernisme excentrique». Pour Chanady, un examen des «themes relies a l'identite nationale et personnelle demontre que les oeuvres de Cortazar et d'Aquin manifestent des preoccupations qui vont bien au-dela de la recherche esthetique» (49), recherche qui avait, jusqu'a ce jour, retenu la plus grande attention de la critique. Publiee en 1986, l'etude de Chanady marque une nouvelle tendance au sein de la reception de Trou de memoire, qui s'ouvre dorenavant a la perspective postrhoderae.9 Cette breve analyse trace des pistes de comparaison entre l'oeuvre de l'auteur argentin Julio Cortazar et celle de Hubert Aquin. L'etude soutient que les oeuvres des deux auteurs peuvent se rapprocher sous un angle metalitteraire, caracteristique textuelle qui les demarque de la production litteraire de leur epoque et de leur aire culturelle respective, ainsi que par la presence de nombreux themes, tous relies a la problematique identitaire. Au niveau thematique, il est question de la fascination pour l'Europe, d'un manque d'identite nationale et de la dissolution de l'identite individuelle qui amene les personnages a poursuivre une quete. L'aspect metalitteraire de l'oeuvre aquinienne se signale par l'autoconscience du narrateur qui «oblige le lecteur a reflechir a la forme et a la signification du roman, et empeche toute identification naive aux personnages» (51). En nous limitant a l'oeuvre d'Aquin, nous remarquons que l'etude de Chanady tire principalement ses exemples de Prochain episode pour illustrer les themes relies a la problematique identitaire et de Trou de memoire quand 1'analyse s'attarde a l'aspect metalitteraire: 36 Cette insistance sur la participation active du lecteur qui caracterise grand nombre d'oeuvres post-modemes [...] est admirablement actualisee dans Trou de memoire. (50) Enfin, soulignons que 1'analyse de Chanady ne se limite pas a une approche textuelle. L'interpretation s'appuie egalement sur le contexte litteraire des deux aires culturelles (argentine et quebecoise) et de l'ideologie des auteurs. Dans un autre article paru en 1987 dans le numero special de la Revue de l'Universite d'Ottawa consacre a l'oeuvre de Hubert Aquin, Amaryll Chanady approfondit sa perspective postmoderne en discemant dans Trou de memoire ce qu'elle nomme les deux grandes tendances de la litterature postmoderne: la lucidite litteraire et l'opacite poetique. La lucidite litteraire ou la «conscience du statut litteraire d'un texte» (55) se manifeste tres clairement dans le roman par des strategies d'autorepresentation: Par la mise en scene du sujet ecrivant, la discussion du statut du texte, 1'explication de la motivation de l'ecrivain, et la mention des outils concrets de travail, TM s'insere pleinement dans la <tradition> autorepresentative de la postmodernite. (57) Une autre manifestation de la lucidite litteraire se trouve au niveau de l'autoreference illustree par la presence du lecteur dans le roman, le role du lecteur etant thematise. L'autoreference attire l'attention du lecteur reel sur «l 'aspect fictif du texte, sur sa structure et sur son style, pour detruire l'illusion du reel .» (59) Par ailleurs, l'autoreference chez Aquin met en lumiere le statut du texte par rapport a son intertexte et son style, ce qui cree, selon Chanady, une distanciation constante entre le texte et le lecteur reel. Ainsi, le lecteur de Trou de memoire est a la fois attire et distancie par le texte, ce qui provoque une reaction paradoxale.10 La derniere partie de l'etude traite de l'opacite poetique, soit la specularite, caracteristique importante de Trou de memoire qui a fait l'objet de nombreuses critiques comme le souligne Chanady. La conclusion de Chanady veut que Trou de memoire se situe entre le roman realiste et le Nouveau roman, ce qui constitue une richesse permettant deux lectures totalement differentes: celle du lecteur traditionnel qui tente de demeler 1'intrigue, et celle du cocreateur de l'oeuvre qui cree la signifiance par la combinaison et la permutation d'elements textuels. (67) Hubert Aquin ou la quite interrompue, monographic de l'oeuvre romanesque d'Aquin'signee Pierre-Yves Mocquais11, d'origine ffancaise, se trouve aussi quelque peu desaxee par rapport aux recherches de la premiere generation de lecteurs. Pour Mocquais, une «quete de l 'absolu» se degage de l'oeuvre d'Aquin. Cette quete religieuse et sacree se caracterise par une rupture initiale qui, dans Trou de memoire, est marquee par l'eclatement de la figure narrative. Afm de resoudre cette rupture, l'ecriture doit faire face a plusieurs tentations d'ordres culturel et catharsique,. mettant ainsi en lumiefe l'analogie du processus alchimique et du processus scriptural. A 1'inverse de Hubert Aquin romancier de Francoise Iqbal, c'est le dernier roman d'Aquin, Neige noire, qui retient la plus grande attention du critique alors que la plus breve analyse est consacree a Trou de memoire. Voyant Neige noire comme la synthese des oeuvres precedentes, Mocquais croit que le dernier roman d'Aquin contient « l a seule ouverture vers une communion possible de l'homme avec Dieu» . Cette etude reprend la these de doctorat que Mocquais a preparee de 1976 a 1983. Non seulement est-elle desaxee par rapport a la premiere generation de lecteurs, mais elle semble l'etre par rapport a l'ensemble de la reception d'Aquin. Claude Sabourin croit que la comprehension de l'oeuvre est peut-etre due a une lecture a rebours qui serait contraire a la lecture chronologique, phenomene methodologique discutable, mais qui demontre tout de meme que 1'interpretation de l'oeuvre d'Aquin, chez les lecteurs des generations ulterieures a la premiere, attache moins d'importance au premier roman, Prochain episode. Dans la lignee de Mocquais, nous pouvons inserer 1'etude moins importante de Josiane Leralu, «Hubert Aquin: entre le litteraire et le theologal», publiee en 1986. Leralu voit dans l'oeuvre romanesque d'Aquin12 une entreprise theologale dans laquelle elle degage deux champs referentiels: le theatre et le religieux. Selon elle, l'ecriture d'Aquin pratique « l e culte de sa propre mort, met en scene et assiste au spectacle de sa propre neantisation» (504) et tente de relever un double defi ontologique et epistemologique, entreprise qui releve du mythe, d'un mythe necessaire. Notre recensement de la critique de la deuxieme generation de lecteurs se termine par la breve etude de Julie LeBlanc, « L a Representation du littoral africain dans <Trou de memoire> d'Hubert Aquin>>. Publie en 1989 dans Studies in Canadian Literature, ce petit texte, qui n'a l'air de rien, s'avere peut-etre le microcosme de la reception critique savante de Trou de memoire, et a certains egards, de la reception complete d'Aquin. Tout en etant une representation litteraire d'un espace reel, le littoral africain presente dans Trou de memoire n'a pas uniquement une fonction topographique: i l est une unite descriptive d'ordre affectif et ideologique. (147) 31 Pour demontrer son propos, l'analyse combine l'approche greimassienne au contexte referentiel, soit les conditions sociopolitiques dans lesquelles s'insere la production de Trou de memoire. Dans les quelques passages descriptifs evoques, LeBlanc ceme des metaphores anthropomorphiques dont la fonction affective passe du sensoriel a l'erotisme, ce qui rend l'espace africain imperceptible. De plus, la metaphore anthropomorphique transcrit une symbolique qui connote une ideologie, celle de l'ecrivain, celle d'Aquin: Par la mise en scene d'une metaphore anthropomorphique, le littoral africain est evoque comme le noeud d'intersection de deux entites symboliques: le corps de Joan, symbole du conquerant anglo-saxon, et l'Afrique, symbole de l'espace conquis. (149) A l'image de l'ensemble de la critique d'Aquin, cette etude de semiotique greimassienne appliquee au langage, a la fibre du texte, n'echappe pas au <desir> d'evoquer ce qui semble interdit, le referent reel. Pour permettre <l'interdit>, LeBlanc s'appuie sur des citations de quelques semioticiens structuralistes afin de «depasser [...] le cadre du roman» (152). La conclusion semble meme degager l'objet cache de l'etude, soit la <coexistence> de deux approches traditionnellement distinctes sinon opposees: [...] en evoquant le contexte sociopolitique [...] c'est d'une part attribuer une valeur operative aux processus discursifs qui organisent les representations du littoral africain. D'autre part, c'est admettre que <rien n'est neutre dans le roman> et que <tout releve de raffrontement d'idees qui caracterise le paysage intellectuel d'une epoque>. (152) 2.3 La troisieme generation: dans le contexte de l'edition critique Les annees quatre-vingt-dix marquent l'aboutissement du projet d'edition critique de l'oeuvre <complete> de Hubert Aquin, un projet qui, selon Bernard Beugnot, temoigne d'une «volonte commune de servir a la fois la memoire d'Hubert Aquin et la recherche universitaire quebecoise». En plus de publier des commentaires critiques sur les textes connus, l'EDAQ a permis de devoiler des textes inedits comme le premier roman acheve de l'auteur, L'Invention de la mort, le journal intime d'Aquin, Journal 1948-1971, ainsi que divers brouillons et esquisses de projets dans Melanges litteraires. En publiant Itineraires d'Hubert Aquin, l 'EDAQ reconnait l'importance de la vie de l'auteur au sein de son oeuvre, dimension inspirant des etudes qui n'ont jamais completement fait l'unanimite parmi la critique aquinienne. Selon l'EDAQ, la publication de ces textes permettra de «decent re r» le regard critique tout en democratisant13 la reception d'Aquin afin de faciliter l'acces <universel> a une oeuvre dite difficile. Etonnamment, ce ne sont pas les resultats de l'EDAQ qui semblent avoir stimule le plus grand nombre d'etudes aquiniennes chez la troisieme generation de lecteurs, mais plutot la progression, 1'elaboration du projet. En effet, tant par la critique quebecoise que canadienne, une effervescence de la critique d'Aquin, un nombre impressionnant de monographies, survient parallelement a l'aboutissement du projet de l'EDAQ. Les deux palliers de recherche s'averent quelque peu interactifs, au plus grand benefice de chacun. Les chercheurs <independants> peuvent pro titer de la reception du projet pour publier leur these alors que l'EDAQ <s'autolegitimise> davantage grace aux notes bibliographiques qui incluent les travaux du groupe independant.14 Bref, la proliferation des etudes consacrees a l'oeuvre d'Aquin - les dernieres avant la publication de l'edition critique! - demontre l'engouement qu'a su suciter l'elaboration du projet de l 'EDAQ. 1 5 Ce que nous remarquons dans cette generation de lecteurs, c'est avant tout une recherche ancree dans des approches jusqu'a ce jour tres peu developpees: la poetique intertextuelle et la psychanalyse. Voyant le texte a la maniere de Kristeva, comme une «mosai'que de citations», Andre Lamontagne cherche a definir la poetique intertextuelle d'Aquin dans Les mots des autres. La poetique intertextuelle des oeuvres romanesques de Hubert Aquin. Dans la lignee des travaux de Laurent Jenny et de Gerard Genette sur la question, il distingue cinq pratiques intertextuelles dans l'oeuvre d'Aquin: au niveau microtextuel, la citation, la mediation et le plagiat et au niveau macrotextuel, l'hypertextualite et l'interdiscursivite. Pour Lamontagne, l'originalite et l'impuissance litteraires, problematiques au coeur de Trou de memoire, sont dues au vide culturel qui hante le narrateur aquinien. Ce dernier cherchera a le combler par 1'erudition telle qu'elle se presente dans le roman par sa poetique intertextuelle. La proliferation de 1'erudition ne permet pas au narrateur de «depasser le stade d'identification aux modeles qu'il convoque». (115) L'intertextualite, chez ce narrateur narcissique, ne fait qu'evoquer les rapports similaires au moyen de son ecriture. Une telle pratique, menacee par la mort, pousse l'ecriture a l'autorepresentation: Elle se retranche derriere une autoreferentialite qu'elle appuie en produisant un commentaire sur elle-meme et en elevant la metaphorisation au niveau du processus createur, en operant la representation de l'espace litteraire. (115) Jacinthe Martel, connue pour son analyse bibliographique des travaux sur Aquin, ecrivait en 1985 que les etudes psychanalytiques portant sur l'oeuvre de l'auteur etaient alors peu nombreuses. La troisieme generation de lecteurs comblera amplement cette lacune. Trois monographies - signees Robert Richard, Anne Elaine Cliche et Jacques Cardinal - empruntant a la psychanalyse leur grille d'analyse seront publiees. On dit souvent, et peut-etre a tort, que la psychanalyse litteraire voit le texte comme un pre-texte. Pour Robert Richard, l'oeuvre d'Aquin est une veritable «science des limites» (13) dont le code romanesque - que Richard tente de center dans Le corps logique de la fiction - serait « l a scene originaire du texte» (17), scene dans laquelle on retrouve un programme de contresens: verite/savoir, code/texte, marge/texte, etc. Une grande partie du travail de Richard est reservee au theme de l'inceste, theme qui ne fait l'objet que de trois mentions explicites dans les romans d'Aquin. Le livre de Robert Richard - a la «theorisation baroque» (9) - n'est pas sans puiser une part de son interpretation chez les grands penseurs comme Nietzsche et Kant. Ainsi, le lecteur aquinien peut conclure- que l'oeuvre d'Aquin se voit «comme une allegorie du sujet kantien de Taction morale». (102) L'etude de Jacques Cardinal, Le roman de l'histoire: politique et transmission du nom dans Prochain episode et Trou de memoire, s'avere le resultat d'un protocole de lecture fort complexe dans lequel Cardinal cerne le desir de nomination a travers la construction imaginaire. S'appuyant sur les travaux de Jacques Derrida et Rene Major, cette etude philosophique, psychanalytique et deconstmctionniste veut montrer comrnent l'impasse narrative des deux premiers romans d'Aquin se presente comme le reflet d'un imaginaire qui «regle une certaine representation de l'histoire du Quebec» (13) et 1'indiscernabilite du nom qui «insiste la ou le montage symbolique de la signature politique est ambigu.» (171) Vu comme le roman de l'histoire, le romanesque d'Aquin est celui d'un deuil interminable. L'etude d'Anne Elaine Cliche, Le desir du roman. Hubert Aquin, Rejean Ducharme, s'interesse aussi au desir de nommer en examinant l'oeuvre romanesque des deux auteurs les plus recus au Quebec. Elle voit a la source de l'oeuvre une negation extreme qui se manifeste meme par un refus d'ecrire, refus qui determine initialement l'ecriture comme «lettre de son impossibilite» (15). Cliche cerne le desir du roman, emis par un sujet en souffrance, dans «l'amenagement de cette place disparate du lecteur, la figure inventee de 1'Autre...» (15) Enfin, tout comme pour la deuxieme generation de lecteurs, nous terminons par un article de Julie LeBlanc. Dans son second article publie en 1993, «Autorepresentation et contestation dans quelques recits autobiographiques fictifs», LeBlanc examine la fonction du recit de Pierre X. Magnant dont l'authenticite est vite mise en cause notamment par la subversion de l'autorite du narrateur et la pluralite des voix narratives. Vu comme un «processus de deconstruction» (103), le recit autobiographique fictif de Trou de memoire aurait deux fonctions: au niveau intratextuel, ce processus conteste les intentions des personnages-ecrivains en semant le doute en ce qui concerne la verite de leur recit; au niveau transtextuel, il vehicule certaines attitudes sur le processus de la creation litteraire, sur les problemes de la mimesis formelle, sur le piege de l'illusion realiste, sur l'instabilite de la demarcation entre la fiction et la non-fiction, sur l'impossibilite de definir ce qu'est la realite, la verite, la fictionnalite. (107) 2.4 recapitulons La premiere reception critique de Trou de memoire (Falardeau, Dionne, Tetu, Desaulniers ainsi que la critique journalistique) annonce l'importance de l'oeuvre au sein de la jeune litterature quebecoise en pleine mutation et repere les grands themes «li t teraires» du roman qui seront vite developpes par la critique de la premiere generation de lecteurs: l'esthetique baroque, les consequences de la mort de l'auteur, l'impuissance de l'ecrivain, et la forme. Des lors, la critique aquinienne au Quebec s'engage surtout dans des recherches esthetiques (i.e. precedes du miroir chez Rene Lapierre) tout en mobilisant les grands themes recurrents dans le cadre des mouvements de decolonisation survenus dans les annees soixante: revolution, depossession, dedoublement, decor, subversion et le Quebec. La deuxieme generation de critiques aquiniennes permet principalement aux femmes de prendre une place vivante au sein de 1'institution litteraire en developpant non seulement les themes de predilection pour une certaine critique feministe - en plein essor dans les annees soixante-dix et quatre-vingts - comme le role de la femme, le viol, la violence ou la pornographie, mais egalement des themes propres a ce roman: l'anamorphose et l'identite. Outre les approches semiotique, thematique et feministe, on assiste a la naissance d'un discours epistemologique sur le caractere postmoderne de l'oeuvre (Chanady) et de la recherche axee sur la quete religieuse et le theologal. Soulignons qu'a l'inverse des autres critiques, les etudes de Mocquais et de Leralu reposent sur un corpus romanesque qui depasse la seule lecture de Trou de memoire. Dans le contexte du developpement et de l'aboutissement de l'edition critique de l'oeuvre d'Aquin, les critiques et les chercheurs veulent renouveler les etudes aquiniennes en empruntant de nouvelles avenues de recherche (i.e. edition critique) qui permetteront la relance de la diffusion de l'oeuvre et peut-etre meme l'espoir d'un renouveau interpretatif. Par contre, la tendance aux interpretations non-totalisantes, postmodemisme oblige, cede plutot la place au developpement de la theorisation, de protocoles de lecture inspires par des approches parfois eclatees, parfois hybrides: intertextuelle, psychanalytique, deconstructionniste et philosophique. Les grands themes deviennent resolument litteraires, psychanalytiques ou touchent le domaine du savoir et de la connaissance (en crise). ' Voix « U n ecrivain parrni n o u s » , Voix et images, 20:1 (58), automne 1995, 205-210. Cette citation cherche a paraphraser le discours de ceux qui trouvent la critique aquinienne trop attachee a la lecture <nationaliste>. Remarquons le renvoi direct aux travaux de Patricia Smart: « l a dialectique de l'art et du p a y s » . 2 Voir Patricia Smart. Hubert Aquin. Agent double, 1973. (chapitre 3, p. 55.) 3 Soulignons 1'article de Jean-Guy Rens, « U n double echec litteraire...et polit ique» qui voit, dans Trou de memoire et L 'Antiphdnaire, un style impregne de « m a n i e r i s m e » et de « p r e c i o s i t e » . 4 Voir l'entrevue realisee avec Anne Gagnon, «Hubert Aquin et le jeu de l'ecriture» dans Point de fuite. C'est nous qui soulignons. 5 « S u r Trou de memoire: Le revolutionnaire pris au p i e g e » , Voix et images, 5,1980. 6 Rappelons que l'etude de Patricia Smart se limite aux deux premiers romans. Voir chapitre 3. 7 Le titre de la monograhie d'lqbal n'est pas sans faire echo a celui de Patricia Smart (voir chapitre 3, p.52) qui intitule son etude du nom de l'auteur et du role qu'elle lui attribue, celui d'agent double. 8 Pierre-Yves Mocquais en 1985, la biographie de Francoise Maccabee-Iqbal en 1987. 9 Le postmodernisme dans le roman quebecois a fait l'objet de norribreuses etudes menees par Janet Paterson depuis 1985. 1 0 A ce propos, l'article de Chanady renvoie aux travaux de Linda Hutcheon. 1 1 Voir note 12 de ce chapitre. i 1 2 Leralu inclut Les Redempteurs et le roman inacheve Obombre dans son corpus, en plus des quatre romans plus connus. 1 3 « [ . . . ] la decision de publier les resultats de ces travaux dans une collection de poche, la Bibliotheque quebecoise [...] donne acces aux etudiants des colleges et des universites, tant au Canada que dans les pays qui ouvrent des centres d'etudes quebecoises, a une edition <autorisee> sans en reserver l'acces a quelques professeurs et aux bibliotheques.» Bernard Beugnot. « A v a n t - p r o p o s » dans Prochain episode, p.viii. 1 4 Cette derniere affirmation ne s'applique pas entierement a 1'edition critique de Trou de memoire. Les etudes de Robert Richard (1990), d'Anne Elaine Cliche (1992) et de Jacques Cardinal (1993) ne figurent pas sous la rubrique des Ouvrages critiques consacres a Hubert Aquin et a <Trou de memoire> dans la note bibliographique de 1'edition critique de Trou de memoire. 1 5 Vu un certain nombre d'allusions au projet de l'EDAQ, nous aurions pu inserer l'ouvrage de Pierre-Yves Mocquais dans ce groupe de lecteurs. Cependant, la lecture de Mocquais a principalement ete realisee avant les debuts de la mise en oeuvre du projet. Nous avons prefere l'ajouter au groupe de lectrices, ce qui demontre, une fois de plus, l'exception qu'il represente. k-1 3 La reception au Canada Je crois que nous touchons la la difference fondamentale qui separe les idealistes des pragmatistes. P I E R R E T I S S E Y R E Avant de plonger dans le vif du sujet, dans la description de la reception critique de Trou de memoire au Canada, il est essentiel de voir comment se distingue la reception d'Aquin dans l'ensemble de la reception critique de la litterature quebecoise au Canada. Les premieres analyses du projet CALQ, parues dans le dossier de la revue Voix et images du printemps 1999, nous permettent d'avancer que l'horizon d'attente de la critique anglo-canadienne face a la litterature quebecoise serait largement compose du filtre de sa propre perception de la societe quebecoise traditionnelle ou plutot, devrions-nous dire, canadienne-francaise. C'est ainsi que Pierre Hebert1 comprend la reception de l'oeuvre de Roch Carrier au Canada anglais. Loin du canon de la litterature quebecoise au Quebec, Carrier - qui vehicule « d e s valeurs traditionnelles comme la langue et la religion [ou l'image d'une] population exuberante et ignorante» 2 - se retrouve sixieme au chapitre des auteurs quebecois les plus recus au Canada anglais alors que Rejean Ducharme, un des deux auteurs les plus intitutionnalises au Quebec3, ne s'inscrit pas parmi les quinze premiers au Canada anglais. Dans cette optique, il n'est pas etonnant de voir Gabrielle Roy en tete de peloton et Michel Tremblay, quatrieme. Ce qui etonne, par contre, c'est de voir Hubert Aquin se hisser en cinquieme position. C'est done dire que l'horizon d'attente des lecteurs canadiens ne saurait se limiter aux valeurs traditionnelles ou a la representation d'une certaine classe sociale defavorisee. Pour expliquer la reception d'Aquin au Canada, Anthony Purdy croit que les «critiques [anglo-canadiens] sont le plus souvent fascines par le nationalisme de cette oeuvre, et surtout [...] de Prochain episode»4, ce qui semble contredire les propos de Chantal de Grandpre pour qui « l a production critique anglo-saxonne qui entoure [1'] oeuvre [d'Aquin] [...] neglige son enracinement politique.» 5 Quant a Patricia Smart, dans sa relecture d'Aquin, elle dit: [...] j'arriverai peut-etre a entamer un dialogue avec cette oeuvre ambigue et violente, qui ne cesse de me deranger depuis le jour ou j 'ai ouvert Prochain episode (1965), il y a plus de vingt-cinq ans.6 Elle derange, elle fascine, elle viole, elle mystifie. Telle est l'oeuvre de Hubert Aquin. Serait-ce surtout le resultat de la lecture de Prochain episode comme le precisent Purdy et Smart? Allons voir ce que nous reserve la lecture de Trou de memoire... 3.1 Le premier horizon d'attente: l'art et le pays « O n n'ecrit pas librement tant qu'on pense a ceux qui nous liront.» J . G R E N I E R La presence de Patricia Smart demeure une enigme pour la litterature quebecoise. Comment comprendre qu'une Canadienne anglaise soit la premiere a signer une monographic - en 1973 - sur l'oeuvre de 1'ecrivain quebecois le plus institutionnalise au Quebec - du moins jusqu'en 1990? Ce detail aigu de l'histoire litteraire contribue a rendre la comprehension du parcours et des croisements litteraires entre les <deux solitudes> fort complexe. Hubert Aquin, agent double, publie par les Presses de l'Universite de Montreal, s'avere l'etude aquinienne la plus populaire en termes de reconnaissance des membres des communautes interpretatives en provenance du Canada et du Quebec (voir: tableau 1, chapitre 4). Ecartant volontairement L'Antiphonaire (1969) de son corpus, Patricia Smart, pour qui Trou de memoire est le meilleur roman d'Aquin, croit que « la problematique fondamentale des deux premiers romans est justement celle de la place de l'art dans un pays qui n'a pas encore pris en main sa destinee dans l'histoire.» (9) L'analyse des nombreuses strategies d'ecriture, comme la pluralite narrative, n'echappe pas a la lecture nationaliste de Smart dont l'analyse temoigne de la souverainete de l'auteur. Dans cette oeuvre qui detruit tour a tour chaque point de vue qu'adopte le lecteur, la seule perspective qui ne soit pas trompeuse est celle de l'auteur en train d'ecrire. Une fois dechiffree, l'oeuvre nous revele en dernier lieu la presence souveraine de l'auteur, en lutte avec le reel par le moyen de l'ecriture. (23) A l'instar d'autres lecteurs qui suivront - cornrne Rene Lapierre qui parle d'autoreferentialite -, elle voit en Trou de memoire « u n e <mise en abyme> de sa propre genese, une metaphore soutenue du processus de creation litteraire.» (77) Cependant, l'oeuvre d'Aquin n'est pas percue comme un systeme clos chez Smart qui Tintegre dans le contexte social quebecois. Trou de memoire est avant tout un roman national: A la difference de la plupart des ouvrages litteraires, qui <refletent> plus ou moins inconsciemment leur milieu d'origine, Trou de memoire est un chiffre de la realite sociale et historique du Quebec contemporain. (99) Enfin, pour nous, meme si la valeur esthetique de Trou de memoire est largement esquissee dans l'ouvrage de Smart, i l semble que la poetique du roman se degage trop exclusivement d'apres un discours nationaliste contextuel: La totalite formelle de Trou de memoire represente done une synthese des <ffagments> de la realite historique et culturelle dans laquelle le roman s'insere. Cette entreprise de totalisation vise a combler le vide cree par la colonisation et a foumir un contexte pour l'art et pour Taction au Quebec. (125) Certains passages de l'ouvrage de Patricia Smart touchent, de facon plutot allusive, au role du lecteur. Toutefois, Textrait suivant demontre que Smart s'interrogeait sur la lecture possible du Canadien anglais. La violence de l'oeuvre permettrait de mieux comprendre celle qui a marque la societe quebecoise pendant la Revolution tranquille: [...] il [le lecteur] a ete amene a comprendre de Tinterieur la frustration et l'impuissance qui eclatent dans l'acte violent, et a situer dans son contexte historique la violence qui a marque les annees 1960 au Quebec. II est peut-etre significatif que le seul critique a relever cette dimension politique dans le trompe-Toeil du roman soit un Canadien anglais, Gordon Sheppard, qui ecrivait dans le Telegram de Toronto: [...] (122) Cet extrait s'avere d'autant plus significatif quand on sait que Facte de lecture retiendra une grande partie de l'attention du lectorat de la deuxieme generation au Canada. Comme on peut le comprendre, le phenomene relativement nouveau de la reception critique de la litterature quebecoise au Canada, en voie de systematisation, donne lieu a plusieurs articles generaux qui offrent une vue d'ensemble de la production litteraire contemporaine au Quebec. Ben Shek fait un tour d'horizon de la production romanesque quebecoise de 1967 a 1972 dans le cadre d'un colloque sur la litterature canadienne a Toronto en 1974, dont les actes sont reunis sous le titre Creative Literature in Canada Symposium. Sa presentation rapide de Trou de memoire est reprise plus longuement sous le theme de la recherche identitaire dans son essai Social Realism in the French-Canadian Novel en 1977. Sur le plan formel, il evoque la structure en miroir, le rapport au tiers-monde et le <labyrinthe> des voix narratives et de l'erudition pharmacologique-ethnographique dans lequel se dessine un exercice baroque. II souligne egalement la diminution des themes politiques quebecois par rapport a leur importance dans Prochain episode, exprimant ainsi quelques reserves sur l'ouvrage de Patricia Smart. Suite a la publication de Trou de memoire en anglais (Blackout), Gary Werden en fait un compte-rendu dans Canadian Literature. Pour Werden, les motifs socio-politiques du recit - tels qu'ils sont evoques des le depart avec la lettre de Ghezzo-Quenum - sont lentement delaisses par les narrateurs qui desirent desesperement la plenitude de 1'amour. Dans «Hubert Aquin: Proteus In Despair», Leonard W. Sugden examine quelques themes de l'oeuvre d'Aquin: la problematique identitaire, la sexualite et le chaos, l'impasse des oppositions, l'ecrivain maudit, la revoke et le silence. Enfin, soulignons quelques etudes generates -puisqu' elles relevent de la problematique soulevee par le discours metacritique, nous les nous rapporterons plus en detail dans le quatrieme chapitre - dans lesquelles Trou de memoire se trouve au sein du corpus romanesque analyse. Dans « I n Search of Lost Causes: The Canadian Novelist as Mystery Writer», Russell M . Brown s'interesse au genre mysterieux, categorie qui se rapproche le plus du roman policier. Selon Brown, la popularity de ce genre de roman repond aux remords et a la responsabilite qu'eprouvent les ecrivains canadiens devant leur heritage calviniste. S'appuyant sur la structure du genre proposee par Donna A. Bennett et qui est principalement axee sur la rupture narrative, Brown croit que l'auteur de Trou de memoire va plus loin que les autres romanciers en poussant la forme et les conventions du genre a leurs limites. Dans « T h e Time is Now or Not Yet: Attitudes towards Exploration in the French and English Canadian Novel», J.C. Stockdale inscrit Trou de memoire dans un corpus romanesque representatif de la recherche de la liberie d'expression chez deux groupes sociaux: les fernmes et les nationalistes quebecois. 3.2 Les lectrices de la deuxieme generation: acte de lecture, postmodeme et feminisme Si le role du lecteur dans l'oeuvre de Hubert Aquin - principalement dans Trou de memoire - a souvent fait l'objet d'allusions de la part de la critique, tant au Quebec qu'au Canada, cette perspective de recherche devient systematique pour les lectrices de la deuxieme generation.7 A partir de 19808, une communaute interpretative se developpe autour des travaux de Linda Hutcheon. Pour Hutcheon, le role.du lecteur aquinien est directement lie a l'appel a l'activite revolutionnaire de l'auteur9. Cet appel vient de la forme complexe du roman qui, apres avoir seduit le lecteur, agresse - voire <viole> - a cause de la sur-determination referentielle, fonction qui opere sur quatre niveaux simultanement. Lire Trou de memoire, c'est etre confronts a la referentialite intra et extradiegetique, intertextuelle, en plus d'un systeme auto-referentiel. Prive d'une intrigue lineaire, le lecteur ne peut pas avoir recours aux notions conventionnelles du temps narratif. Ces strategies d'ecriture frustrent et decouragent le lecteur dans ses tentatives d'interpretation. Le lecteur doit done s'engager a une lecture active car « t o succumb to passivity is to become a victim, to allow oneself to be colonized» 1 0. (16) L'etude de Patricia Merivale, «Hubert Aquin and Highbrow Pornography: The Aesthetics of Perversion», examine les references intertextuelles portant sur les themes et les conventions litteraires de la pornographie ainsi que la forme auto-reflexive qui transforme le texte en une sequence de pornogrammes. Le lecteur d'Aquin -ce que Iser nomme le lecteur implicite -, comprimes dans les scenes erotiques, devient un voyeur complice qui, a son tour observe, peut choisir le role de la victime ou celui du criminel. L'acte de lecture retient egalement l'attention de Rosmarin Heidenreich dans son recueil de textes, The Postwar Novel in Canada. Narrative Patterns and Reader Response11, dont la quatrieme de couverture est signee par Linda Hutcheon. La lecture de Heidenreich, plus explicitement iserienne, cherche la reponse aux aspects indetermines, les <blancs> laisses dans le texte, qui se manifestent au niveau de la segmentation de l'intrigue, de la perspective narrative et de la surperposition de realites heteroclites. La reponse se trouverait dans le tableau d'Holbein, la cle du roman: The central perspective [...] is precisely what Trou de memoire seems to withhold from the reader, blurring and even cancelling the distinction between the experience and the representation of life so dramatically expressed by manipulation of the central perspective in Holbein's painting.12 (1989: 100) Les recherches epistemologiques de Janet M . Paterson en poetique postmoderne, entamees au milieu des annees quatre-vingts, reservent une place de choix au deuxieme roman d'Aquin: « D a n s le domaine du roman quebecois, Trou de memoire d'Hubert Aquin est incontestablement le roman qui s'inscrit le plus fidelement dans la poetique postmoderne.» (1990: 43) Dans une telle optique, c'est dire qu'un roman comme Trou de memoire «resiste a tout effort de synthese et de totalisation». (1990: 44) La pluralite des narrateurs et 1'heterogeneite du lecteur au niveau de l'enonciation, ainsi que les themes de l'ecriture, de la rupture, de l'inachevement, de la fragmentation et la multiplicite et les nombreuses strategies de l'autorepresentation au niveau de Penonce font que la lecture n'est plus «soumise au principe de rassemblement du sens dans une unite signifiante, mais sensible, au contraire, a la pluralite irreductible du sens». (1990:44) Pour Paterson, la figure de ranamorphose ne represente pas une synthese de ses «contradictions», mais plutot la «figure emblematique de la rupture». (1990:46) La remise en question des principes d'unite se manifeste egalement par la strategie textuelle de l'annotation fictive. Introduisant les principes «d 'espacement» - au sens derridien -et «d ' a l t e r i t e» dans le texte, l'annotation s'avere porteuse de discontinuite et de rupture aux niveaux du discours et de l'acte de lecture. Par consequent, le texte entraine un conflit au coeur des discours delirants de Pierre X. Magnant et de Pediteur: [...] cette programmation est forte de sens car c'est ainsi qu'au discours du delire s'oppose celui de la raison [etant donne l'ideologie inherente au discours editorial] et qu'a celui du desordre s'oppose celui de l'ordre. Autrement dit, c'est ainsi que, des le debut, le texte met en place une structure conflictuelle. (1990:49) En somme, la lecture de Paterson, «greffee sur un principe anamorphotique» (1990:51), suggere que toutes les structures textuelles, qu'elles soient narratives, actantielles, semantiques ou spatio-temporelles, sont soumises a la deconstruction. «Tou t se passe en realite comme si ranamorphose etait dotee d'un pouvoir de contamination>>. (1990: 51) Si lire sous 1'angle de la poetique postmoderne, c'est situer le roman au «se in d'une production artistique intemationale» (1990: 5), il est juste de dire que cette lecture pourrait etre celle d'un lecteur universel. Pour Patricia Smart - qui propose une seconde lecture des romans d'Aquin, quinze ans apres Hubert Aquin, agent double - le lecteur universel est avant tout un homme, alors que la relecture de Smart se veut d'abord celle d'une femme. Dans Ecrire dans la maison du pere (1988), puis dans « L e s romans d'Hubert Aquin: une lecture au feminin» (1992), Patricia Smart s'interroge sur la violence et plus precisement sur celle faite aux femmes dans les romans de Hubert Aquin. Dans ses essais d'orientation psychanalytique, Smart croit que pour se defaire du triangle oedipien et sortir de la maison du pere, « i l faudra l'existence de femmes-sujets et d'hommes prets a ecouter la parole d'une femme». (1988: 250). Ainsi, par un projet d'ecriture feministe, «Pedifice paternel du langage et de l'ordre symbolique» (1988: 250) pourra etre deconstruit. Pour en arriver a la proposition de nouvelles valeurs, la solution de Hubert Aquin, selon Smart, se trouve dans la conscience: conscience des origines culturelles du mal et des pieges de la representation qui le perpetuent, conscience du role de la participation active du lecteur dans la creation de rapports nouveaux entre sujets. (1988: 250) Cette conscience presente ainsi la violence et le sado-masochisme - dont l'auteur ne peut se defaire - tout en posant un diagnostic, ce qui est «de ja un pas considerable en avant». (1988:251) si 3.3 La troisieme generation: contexte et reference Ecrire, c'est se souvenir. Mais lire, c'est aussi se souvenir. F R A N Q O I S M A U R I A C Situer ou cemer le Quebec - politique et litteraire - a l'interieur de l'oeuvre romanesque de Hubert Aquin est une preoccupation qui mobilise les travaux de plusieurs critiques. Les etudes d'Anthony Wall et de Marilyn Randall, les lecteurs les plus imminents de la troisieme generation d'aquiniens au Canada, s'ajoutent a la liste. Chez Wall, i l est question de referentialite par le biais de la juxtaposition metaphorique alors que la lecture pragmatique de Randall est axee sur le contexte litteraire de l'oeuvre. A ce stade-ci, nous voulons souligner un phenomene de publication qui se rencontre chez certains lecteurs aquiniens du Canada: la double publication d'une meme etude (Heidenreich, Paterson, Wall) legerement modifiee. Dans le cas de Wall, en comparant les deux textes a la lumiere des changements apportes a la version finale (le troisieme chapitre de sa monographic: Hubert Aquin, entre reference et metaphore), nous pouvons constater que la <dimension quebecoise> de Trou de memoire, a titre de source referentielle anterieure, est purement arbitraire. Dans «Prisonnier dans ce trou, ce Trou de memoire», publie en 1989 dans Voix et images, nous remarquons que l'insistance sur la referentialite quebecoise est pratiquement absente du texte. Notons quelques exemples d'ajouts significatifs apportes au texte final: premier texte: premier exemple La nature des liens reunissant le texte et cette referentialite est pourtant tres complexe. II y est toujours question de cette revolution tant revee. (1989: 301) deuxieme texte: premier exemple La nature des liens reunissant le texte et cette referentialite est pourtant bien plus compliquee que celle que nous avons apercue a I 'oeuvre dans le tissu romanesque de Prochain Episode. La referentialite anterieure est nettement quebecoise: on parle encore de cette revolution tant revee [...]. (1991: 98) premier texte: deuxieme exemple Ce roman est avant tout une enquete sur les notions difficiles de verite et de realite, telles qu'elles sont vecues par un etre qui ne peut plus se satisfaire d'une vie egale, maitrisee, calculable. (1989: 301) deuxieme texte: deuxieme exemple Ce roman est avant tout une enquete sur la nature profonde de la verite et de la realite telle qu'elles sont vecues a la quebecoise par un etre qui ne peut plus se satisfaire d'une vie egale, maitrisee, calculable. (1991: 98-99) Nous ne voulons pas jouer au <detective> dans notre lecture de la critique aquinienne, mais a la lumiere de la problematique soulevee par la metacritique (lecture nationaliste versus nouvelle lecture), il nous semble que ces quelques exemples s'averent importants. Les deux variantes nous demontrent l'insistance sur la referentialite quebecoise dans le deuxieme texte: / La referentialite anterieure est nettement quebecoise / et / a la quebecoise /. Le premier exemple specifie explicitement ce qui pourrait bien etre la raison de telles modifications entre les deux textes. Dans le premier texte de Wall, l'union entre « l e texte et cette referentialite» est jugee tres complexe alors que dans la version finale de l'etude, le rapport entre texte et referentialite est compare a celui retrouve dans Prochain episode. La lecture de Prochain episode contaminerait-elle celle de Trou de memoire1? La quebecite, se reduit-elle a la «revolution tant revee» (comme le suggere le premier exemple)? Ce qui s'avere encore plus problematique dans la version finale - revue et augmentee - de l'etude de Wall, est une certaine incapacity de reellement demontrer de facon convaincante la quebecite ou le «voltage politique» (1991: 17) de la reference directe ou indirecte de Trou de memoire. En revanche, le travail de Wall qui cherche a «situer les quatre romans quelque part sur un axe reliant deux extremes: celui de la reference directe [...] et celui de la metaphore ou la reference indirecte» (1991: 16) s'avere d'un interet methodologique indeniable. Dans un autre article publie en 1996, Wall estime que Trou de memoire est probablement le roman le plus innovateur d'Aquin. La lecture de Marilyn Randall13, dans Le contexte litteraire: lecture pragmatique de Hubert Aquin et de Rejean Ducharme, repose sur « l a reconciliation de la pratique du langage et sa caracterisation formelle» (14) dans la mesure ou la semiotique repond au caractere formel et la reception-canonisation a la pratique du langage. Selon Randall, le texte, dont le critere litteraire est assure par l'organe institutionnel, doit manifester les conventions dans lesquelles 1'institution litteraire s'inscrit. La fonction contextuelle, c'est-a-dire celle du discours institutionnel, s'effectue a trois niveaux textuels: le niveau macro-textuel (par exemple, les conventions du genre ou des structures narratives), le niveau micro-textuel (par exemple, les conventions co-textuelles et referentielles), et un dernier niveau qui determine la place du texte par rapport a son contexte intertextuel. En s'interrogeant sur les conditions sociales et culturelles dans lesquelles les oeuvres de Hubert Aquin et de Rejean Ducharme ont ete canonisees, Randall voit un «ecart apparent entre les conventions litteraires qu'elles [Prochain episode et Trou de memoire dans le cas d'Aquin] affichent et celles qui dominaient a l'epoque de leur production» (14), ce qui constitue « l e paradoxe de la litterarite» (237). Au niveau textuel, la prise de conscience des notions d'originalite et de coherence, valeurs presupposees de la litterarite, permet de reevaluer ces valeurs acquises ou meme de les rejeter. Avec Aquin (et Ducharme), le renversement de ces valeurs permet l'instauration de deux nouveaux presupposes: la repetition - et, par extension, le plagiat - ainsi que l'incoherence. Enfin, Anthony Purdy publie un article a la croisee entre la lecture transitive et la lecture reflexive de l'oeuvre d'Aquin: «Hubert Aquin, romancier», parue dans Le roman contemporain au Quebec (1960-1985) en 1992. II compare le style d'Aquin a celui de Joyce. Cet article s'avere une synthese des grands themes de l'oeuvre vus sous l'esthetique baroque. 3.4 recapitulons La qualite de la reception de Trou de memoire par la critique canadienne de la premiere generation s'avere tres inegale. D'un cote, nous retrouvons l'oeuvre majeure de Patricia Smart et de l'autre, des critiques souvent de surface dans un esprit de comparatisme douteux et grandement critique14 qui dilue la possibility des interpretations solides et legitimes du roman. Le repertoire aquinien etudie est largement inspire par le contexte social quebecois des annees soixante et soixante-dix: la quete identitaire, la revolte, la liberie d'expression, la sexualite et le chaos. Le succes de Patricia Smart se comprend par l'approche nationaliste marquee par le developpement des themes comme l'art et le pays. En effet, son etude, publiee en 1973, repond parfaitement a l'horizon d'attente de la jeune institution litteraire quebecoise dont le pays tut le theme dominant jusqu'en 1975, annee ou la revue litteraire quebecoise Voix et images du pays fut rebaptisee tout simplement, Voix et images. Le feminisme de la deuxieme generation de lecteurs aquiniens au Canada s'interesse a la violence, a la pornographie et au role de la femme dans Trou de memoire tout en s'appropriant une approche avant-gardiste: la poetique de la lecture. Cette nouvelle critique se developpe initialement chez Linda Hutcheon qui, dans son etude, compare la violence et l'acte de lecture chez Aquin et l'auteur anglophone de Montreal, Leonard Cohen. Suivent, dans la meme veine, Patricia Merivale et Rosmarin Heidenreich qui adopte l'approche iserienne. Enfin, le role du lecteur se manifeste dans un contexte elargi, soit dans celui des lectures epistemologiques. La poetique de la lecture et le feminisme (voir Patricia Smart: 1992) finissent meme par inspirer une nouvelle pratique critique se voulant plus intimiste avec le souci d'etre homogene a son objet d'etude. Le pragmatisme litteraire (et la semantico-pragmatique) s'avere l'approche dominante pour les lecteurs de la troisieme generation au Canada. II est principalement question de contexte litteraire et de reference. Le lecteur est de plus en plus present au niveau meme de la pratique critique. La reception critique est omnipresente, une composante meme de l'approche. Chez Randall et encore plus souvent chez Wall, l'interpretation se concretise a partir des autres lectures souvent remises en question. ' Les propos de Pierre Hebert sont rapportes par Annette Hayward et Andre Lamontagne dans « L e Canada anglais: une invention quebecoise?», Voix et images. 24:3 (72), printemps 1999, p. 476. 2 Ibid., ^ Al6. 3 3 3 Selon Nicole Fortin, specialiste en critique litteraire quebecoise, Hubert Aquin et Rejean Ducharme sont les auteurs les plus etudies par les chercheurs et les etudiants aux etudes superieures entre 1970 et 1990. Pour la reference, voir chapitre 1, note 1. 4 Anthony Purdy. « L i r e Aquin. Les enjeux de la critique.», in Critique et litterature quebecoise, Annette Hayward et Agnes Whitfield, dir., Montreal: Tryptique, 1992, p. 280. 5 Chantal de Grandpre. « L a canadianisation de la litterature quebecoise: le cas A q u i n » , Liberte, 27:3, juin 1985, p. 54. 6 Patricia Smart, « L e s Romans d'Hubert Aquin: une lecture au feminin», in Le Roman quebecois depuis I960. Methodes et analyses, Louise Milot et Jaap Lintvelt, dir., Quebec: Presses de l'Universite Laval, 1992, p. 216. 7 Cette perspective n'est pas exclusive au Canada. Inspiree des travaux de la Canadienne Linda Hutcheon et des theoriciens de la reception comme Iser, Amaryll Chanady s'est interessee a l'acte de lecture chez Aquin. 8 Voir Linda Hutcheon, «Conclusion and Speculations», Narcissistic Narrative: The Metafictionnal Paradox, Waterloo: Wilfrid Laurier University Press, 1980, 153-162. Voir egalement une etude comparative plus developpee entre Trou de memoire et Beautiful Losers de Leonard Cohen. Hutcheon, Linda, «Formalistic Aggression and the Act of Reading», in Violence in the Canadian Novel Since I960 / Violence dans le roman canadien depuis 1960, sous la direction de Virginia Harger-Grinling et Terry Goldie, St John's Memorial University, 1981, 9-23. 9 Dans son deuxieme article, le role reserve au lecteur est celui de <cocreateur de l'oeuvre>, tel que le decrit Aquin lui-meme dans <<La disparition elocutoire du poete (Mallarme)», in Blocs erratiques, Montreal: Typo, 1998, p. 316. 1 0 Notre traduction: succomber a la passivite, c'est devenir une victime, c'est se permettre d'etre colonise. " Publie en 1989, le chapitre reserve a Trou de memoire est une reprise augmentee de son texte, «Aspects of Indeterminacy in Hubert Aquin's Trou de memoire», publie dans un collectif en 1985. 1 2 Notre traduction: La perspective centrale est precisement ce que Trou de memoire cache au lecteur en brouillant et meme en annulant la distinction entre 1'experience et la representation de la vie exprimee de facon dramatique par la manipulation de la perspective centrale du tableau d'Holbein. 1 3 Voir egalement l'article de Randall publie dans Voix et images, (44, hiver 1990), « L e presuppose d'originalite et l'art du plagiat: lecture pragmatique», 196-208. 1 4 L'approche comparative entre les corpus litteraires canadiens et quebecois a vivement ete critiquee notamment par le theoricien quebecois Clement Moisan qui y voyait une facon de rassembler les deux litteratures par le biais de ressemblances arbitraires. Cette meme idee sera aussi developpee par la metacritique de Chantal de Grandpre 4 Nous sommes des Aquiniens: comparaison et metacritique' Contre qui Hubert Aquin jouait-il done? Contre quoi? II reste bien difficile de repondre. Nous, lecteurs, occupons en le lisant a peu pres la meme place que l'auteur; et devant nous comme devant lui, l'adversaire refuse d'apparaitre. R E N E L A P I E R R E 4.1 presentation Nous avons distingue trois generations de lecteurs de Trou de memoire entre 1968 et 1993. Certains n'en reconnaitront qu'une seule: celle qui precede l'edition critique. Le temps leur donnera peut-etre raison. Mais, meme si la premiere interpretation de Patricia Smart semble encore de nos jours hanter la critique aquinienne comme le spectre de Joan hante Pierre X. Magnant, i l est essentiel de resserrer notre grille interpretative afin de mettre en lumiere les repercussions causees par les bouleversements sociaux et institutionnels qui, eux, s'inscrivent incontestablement sous le signe du changement. En plus de distinguer trois generations de lecteurs, nous avons souligne deux grandes receptions de Trou de memoire: celle du Quebec et celle du Canada. Car si Trou de memoire est «essentiellement quebecois» - comme le disait Hubert Aquin -, l'histoire de sa reception, ce qui determine - comme le soutient Jauss - l'importance de l'oeuvre au sein de l'histoire litteraire (quebecoise), n'est pas essentiellement quebecoise comme le demontre l'apport remarquable de la critique canadienne. Nous nous posons done la question suivante: dans le cas de la reception canadienne de Trou de memoire, peut-on parler d'une reception etrangere? Chose certaine, les critiques canadiennes sont souvent, au moment de leur publication, porteuses de strategies interpretatives etrangeres aux modalites d'interpretation determinees par 1'institution litteraire quebecoise. Une fois le trace du discours metacritique de l'oeuvre d'Aquin etabli, nous nous arreterons sur les comparaisons synchroniques (mandats de lecture) des deux grandes communautes interpretatives. Nous verrons que le discours metacritique prend naissance dans deux branches distinctes: le confinement des communautes interpretatives et la conscience de l'Autre. Nous tenterons de cerner comment ces deux branches du discours metacritique se manifestent au sein de la pratique critique. Enfin, nous jetterons un coup d'oeil sur les perspectives de recherche developpees depuis la parution de l'edition critique de Trou de memoire. Nous nous permettrons aussi de proposer une orientation de recherche. 4.2 debar metacritique et enjeux Les vrais livres doivent etre les enfants non du grand jour, mais de l'obscurite et du silence. P R O U S T Depuis 1983, l'espace metacritique aquinien a donne lieu a des debats parfois virulents entre les lecteurs de Hubert Aquin. Ces lectures reflexives (Gervais) ont permis de remettre en question les communautes interpretatives existantes. De nos jours, tous les aquiniens reconnaissent la division de ce que nous appelons parfois trop rapidement les modernes et les postmodernes. Si la rupture epistemologique au sein de la critique aquinienne semble resolument se faire a partir des travaux de Janet Paterson en 1987, une lecture attentive de la metacritique aquinienne permet de trouver des sources implicites anterieures. Le tres court article de Rene Lapierre, «Hubert Aquin: Le Silence du dedans», paru en 1983 dans la revue etasunienne L 'Esprit createur, qui consacrait un numero a la litterature quebecoise, s'avere le premier texte du notre corpus metacritique a soulever le confinement des communautes interpretatives. On devrait il me semble commencer de s'etonner qu'au cours de la derniere decennie se soit etendue devant l'oeuvre d'Hubert Aquin une sorte de perspective critique coutumiere, une espece d'habitude du regard qui a rapidement transforme les mots 'dedoublement', 'revolution' et 'modernite', entre autres, en vocables-cles du lexique aquinien. (73) Pour Lapierre, ce qui pouvait ressembler a un jeu se demasque completement avec la publication de Neige noire, roman qui expose la « d e t r e s s e » et le «desarroi devant 1'imminence [...] de sa fin» (74), sentiments pourtant omnipresents dans l'oeuvre d'Aquin. Pour decrire l'oeuvre d'Aquin, Lapierre emploie des expressions comme «espece de flottement» (74), «neutralite de la signification» (74), « l e jeu [...] a perte de vue, jusqu'au fond de l'horizon» (74), « u n e zone d 'ombre» (74), «l ' infmi de la dispersion» (75), « l e noir lointain du silence interieur» (75), «cet te errance infmie de l'etre vers le dedans» (75), « c e t infini du dehors» (75). Sans qu'il se prononce explicitement du cote des postmodernes1, nous pouvons cerner dans les expressions de Lapierre un lien semantique constant qui rejoint les propos de Janet Paterson qui, rappelons-le, voit en Trou de memoire un roman qui «resiste a tout effort de synthese et de totalisations (1990:44) Si la remise en question des lectures aquiniennes existantes par Rene Lapierre souligne le confinement des communautes interpretatives; la reflexion du critique est d'abord marquee par une prise de conscience de l'autre. Ici, l'autre, ce sont les lecteurs attaches a certaines (nouvelles) traditions litteraires qui, selon Lapierre, sont ancrees dans un horizon d'attente resolu. Cependant, chez d'autres critiques comme Chantal de Grandpre, l'autre se definit plutot par le contexte socio-politique des communautes interpretatives. La conscience de l'autre va s'exprimer par une charge foudroyante de Chantal de Grandpre en 1985. Dans « L a canadianisation de la litterature quebecoise: le cas Aquin», publie dans la revue Liberte, de Grandpre accuse ni plus ni moins la critique canadienne de s'approprier la litterature quebecoise dans le but d'assurer l'unite (et meme l'existence) canadienne: Si, pour que le Canada existe, il faut que cessent les pretentions du Quebec a devenir un pays, on peut dire qu'il en va de meme pour la litterature canadienne. Celle-ci exige implicitement et pratique explicitement la recuperation de la litterature quebecoise, qu'elle s'annexe d'autant plus allegrement qu'elle la traduit beaucoup. (53) Selon Chantal de Grandpre, la canadianisation de l'oeuvre d'Aquin se concretise par «l'occultation du politique» (55), « l a comparaison sterile» (55) avec des ecrivains du Canada anglais, l'universalite et les traductions anglaises qui permettraient d'angliciser l'oeuvre aquinienne. A titre d'exemple, elle signale la traduction de Neige noire qui devient Hamlet's Twin, ce qui n'est pas sans rappeler l'intertextualite shakespearienne, done anglaise, du roman. De Grandpre insiste principalement sur le Jeracinement critique de l'aspect politique de l'oeuvre d'Aquin, strategie qui donne «l'illusion qu'on fait monter Aquin d'un cran, qu'on le place dans la constellation prestigieuse de l'universalite». (55) La tentation de retorquer aux propos de Chantal de Grandpre, peu importe de quel cote de la frontiere (!) on se trouve, est forte. On lui repondra. Ironiquement, quatorze ans apres sa publication, c'est cette metacritique de Grandpre qui semble quelque peu marquer un trait d'union entre les institutions litteraires quebecoise et canadienne. Une reinterpretation de la critique canadienne d'Aquin et du discours metacritique - discours etabli dans le contexte du projet de l'edition critique de l'oeuvre - par un lecteur canadien, Anthony Purdy, relance en 1992 le debat lance par Chantal de Grandpre. Dans «L i r e Aquin. Les enjeux de la critique», paru dans le collectif Critique et litterature quebecoise, Purdy, en plus de mettre en doute les arguments et la methode de de Grandpre, superpose adroitement un grand nombre de commentaires metacritiques et met ainsi en lumiere les failles de l'interpretation de de Grandpre, clairement en marge des propos de 1'institution quebecoise. Les topos sur le politique et l'universalite de l'oeuvre nous interessent particulierement. A la lumiere de notre etude ainsi que des recherches menees par le projet CALQ, l'interpretation de la critique canadienne de l'oeuvre d'Aquin donne plutot raison a Anthony Purdy lorsqu'il dit: «Lo in de negliger son enracinement politique, ces critiques [canadiens] sont le plus souvent fascines par le nationalisme de cette oeuvre, et surtout, comme on doit s'y attendre, de Prochain episode.» (280) Cette fascination se retrouve aussi au sein de la critique de Trou de memoire, pouvons-nous aj outer. Cependant, nous croyons que Purdy insiste peut-etre un peu trop sur cette fascination lorsqu'il ajoute: D'ailleurs, au fur et a mesure que l'oeuvre d'Aquin se detache de ce texte national pour entrer dans la litterature - et je parle ici de la reception plutot que de la production litteraire - la critique canadianisante s'en desinteresse. (283) Dans la mesure ou la critique canadienne est canadianisante, la reception canadienne de la deuxieme generation de lecteurs ne prouve-t-elle pas le contraire lorsqu'elle s'attarde systematiquement aux strategies qui mettent a l'avant-scene le role du lecteur dans Trou de memoire? En ce qui concerne les propos sur l'universalite, Purdy demontre que la valeur negative attribute a ce topo'i par de Grandpre n'est pas partagee par les acteurs de l'EDAQ. En cernant la volonte universalisante - volonte qui cherche a faire passer Aquin du corpus de la litterature nationale a celui de la LITTERATURE - qui entoure le projet de l'edition critique de l'oeuvre d'Aquin, Purdy demontre que la critique universalisante (ce que tentait d'etre la critique canadienne, selon de Grandpre) cherche a se detacher du sociotexte, a occulter le politique de l'oeuvre d'Aquin. Suite a la lecture des propos de Purdy, on a l'impression que celle qui cherchait a defendre l'institution litteraire quebecoise contre de <grands vilains lecteurs canadiens> serait finalement mieux servie par la critique canadienne. Quel coup de theatre! On pourrait peut-etre vouloir defendre Chantal de Grandpre en soulignant le fait que la <reponse> de Anthony Purdy a mis sept ans a se faire entendre et qu'en sept ans, il est normal de voir des changements au niveau du discours critique. On pourrait vouloir ajouter qu'en 1985, le corpus critique de la reception canadienne de l'oeuvre d'Aquin demeure encore assez vague si Ton place toute reception (commentaires, articles generaux, articles de fond et monographies) au meme niveau. Mais, i l semble que l'envie de justifier Chantal de Grandpre en reste au conditionnel. Suite au deuxieme article metacritique de de Grandpre intitule « L e s Romanciers quebecois devant la critique francaise» et paru dans Oeuvres et critiques en 1989, c'est au tour du tres Quebecois (ce n'est pas un secret) Jacques Pelletier de lui rendre la monnaie de sa piece. Voici un extrait de ce que Pelletier nomme « u n reglement de comptes avec Hubert Aquin, particulierement vicieux, ecrit par une plume chargee de f iel»: (1990: 447) Ce que la reception critique francaise montre, c'est a quel point Hubert Aquin demeure en fait un ecrivain tout ce qu'il y a de plus local par ses pretentions memes a se vouloir ce qu'il n'est pas et par sa fascination pour la gloire des plus grands (celle surtout de James Joyce ou de Vladimir Nabokov a qui il n'hesite pas a se comparer), gloire qu'il revendique sans y mettre le prix. (1989: 129) Vlan! L'universalite! Pour expliquer l'echec d'Aquin en France, de Grandpre donne raison aux instances critiques francaises sans s'interesser a decrire l'horizon d'attente francais de l'epoque. Dans cette optique, c'est donner tout le pouvoir de consecration d'une oeuvre a une institution litteraire certes aux grandes influences, mais qui demeure quand meme etrangere. Sachant que 1'institution litteraire quebecoise a longtemps cherche sa propre voix - detachee de la mere patrie - et par consequent, son propre pouvoir de legitimation, la reaction de Pelletier n'a rien d'etonnant. Le developpement du discours metacritique (ou meta-metacrique) qui etait jusqu'a ce jour grandement motive par son propre discours s'inspirera dorenavant, comme il se doit, de la reception critique de l'oeuvre d'Aquin, de l'abondante publication de nouvelles monographies. Jacques Pelletier revient en 1993 avec «Variations de la critique aquinienne: de la pragmatique a la psychanalyse lacanienne en passant par Bakhtine» et Anthony Purdy presente « U n ecrivain parmi n o u s » en 1995. Les reglements de comptes sont toujours a l'honneur, bien que cette fois, ils ne soient pas aux depens des communautes interpretatives, mais plutot en faveur des lectures ou approches particulieres. Le lecteur s'individualise. Dans le grand debat etemel qui oppose les estheticiens aux sociocritiques contextualisants, il est interessant de voir comment Pelletier et Purdy s'entendent mutuellement a juger l'ouvrage de Anthony Wall comme etant la plus innovatrice des etudes recentes consacrees a Aquin. La premiere partie du texte de Purdy reprend ce qu'il avait peut-etre oublie de dire dans sa metacritique precedente a propos du <politique> de l'oeuvre d'Aquin, strategic de lecture qui reprend le dessus avec Anthony Wall notamment. Les propos de Rene Lapierre paraissent maintenant hors de saison. 4.3 comparaisons synchroniques: les mandats de lecture Outre les differentes influences venues des milieux litteraires anglo-saxons ou francais, un regard sur les mandats de lecture des aquiniens permet de comprendre les ecarts de lectures - du moins des approches - entre la critique du Quebec et celle du Canada. Rappelons que dans le contexte des annees soixante et soixante-dix, la jeune institution litteraire quebecoise cherchait constamment a definir sa propre voix. Compte tenu de la reception (immediate) tres positive de l'oeuvre aquinienne au Quebec, lire Aquin voulait done dire participer de facon significative a la definition des instances critiques de l'institution litteraire quebecoise. Certes, ce mandat de lecture est toujours actuel au Quebec alors que les lectures aquiniennes permettent de developper de nouvelles avenues de recherche (i.e. edition critique) au sein de l'institution. Les mandats de lecture de la critique aquinienne au Canada sont plus diversifies et plus personnels, plus propres au lecteur individuel. L'interet des lecteurs canadiens pour la litterature quebecoise et plus precisement pour l'oeuvre d'Aquin prend souvent racine dans leur rapport identitaire et leur position ideologique a l'endroit du Quebec. Si Anthony Purdy insiste sur « l a participation dialectique (ou pseudo-dialectique) du dominateur» (1992: 281) quand l'oeuvre est vue en fonction de « l a condition de l'ecrivain dans une situation coloniale» (1992: 281), d'autres indices nous laissent croire que l'interet n'est pas seulement issu du texte lui-meme. Le contexte historique du Quebec des annees soixante, marque par les revendications a saveur socialiste, interesse les Canadiens qui partagent la grande ideologic de gauche. Dans une critique plus intimiste, Patricia Smart souligne clairement son allegeance a l'ideologie de gauche et la stimulation que l'oeuvre d'Aquin lui inspirait dans cette adhesion ideologique. Ce courant ideologique a egalement beaucoup motive la liberation de la femme, mouvement de liberation qui depasse le contexte national et qui stimulera, dans les annees quatre-vingt, plusieurs lectures au sein de la critique aquinienne. Ceci dit, il n'est pas etonnant de voir une certaine preponderance de lectures contextuelles et sociocritiques dans la critique canadienne. Dans un autre ordre d'idees, meme si l'ensemble des propos metacritiques de Chantal de Grandpre s'avere discutable, il n'en reste pas moins que certaines traces dans la critique canadienne peuvent suggerer la volonte d'integrer l'oeuvre d'Aquin a <LA> grande litterature canadienne. La critique comparative de Linda Hutcheon, «Formalistic Aggression and the Act of Reading», en est un bon exemple tire d'une des auteures les plus en vue de notre corpus. Outre les reserves associees a l'approche choisie, on peut mettre en question le choix des auteurs compares, tout comme le fait Anthony Wall devant l'ouvrage d'Anne Elaine Cliche, Le desir du roman (Hubert Aquin, Rejean Ducharme). «Nous nous demandons pourquoi i l faut etudier le desir de ces deux ecrivains et non pas celui de deux autres.» 2 Or, pourquoi faut-il etudier l'agression et l'acte de lecture chez Hubert Aquin et Leonard Cohen et non pas chez deux autres? La conclusion de Hutcheon, peu inspiree de son etude en soi, donne un element de reponse a cette question, ce qui permet de souligner la pertinence du questionnement. Le discours remettant en question la comparaison des litteratures quebecoise et canadienne-anglaise y est implicite: Quebecois and English-Canadian literature can at least be discussed together and I do not think - pace John Moss - that it is possible only <through wishful thinking and tremendous cultural naivete>. (1981: 21)3 Par ailleurs, la conclusion de Hutcheon met en lumiere l'importance des structures etablies par l'institution litteraire dans l'actualisation des lectures critiques. Dans ces actes de colloque ou s'exprime Hutcheon, c'est la structure institutionnelle, le colloque en soi4, qui motive la conclusion. L'importance des influences se remarque notamment au niveau des strategies interpretatives. Par exemple, l'annonce du nouveau paradigme texte ^ lecteur s'insere dans l'horizon d'attente de la critique canadienne anglaise tres rapidement. Le role du lecteur de Trou de memoire a surtout interesse, de facon systematique, la critique canadienne. Rappelons que l'annonce du nouveau paradigme provient de l'Allemagne (Jauss et Iser) et quelque peu en reaction aux approches structurales - triomphantes en France - trop axees sur des etudes synchroniques. D'origine germanique, les institutions de langue anglaise s'approprieront des textes fondamentaux de l'ecole de Constance presque instantanement. La traduction de Iser en francais demeure toujours partielle et elle est survenue plusieurs annees apres la traduction anglaise. Au fait, la traduction francaise de l'oeuvre de Iser, L'acte de lecture, a ete publiee la meme annee ou Rosmarin Heidenreich publiait son etude iserienne dans une maison d'edition d'Edmonton («Aspects of Indeterminacy in Hubert Aquin's Trou de memoire»), soit en 1985. Les grands courants litteraires issus de la de France ont toujours influence l'institution quebecoise. Les lectures inspirees de disciplines des sciences sociales comme la sociologie et la psychanalyse repondent aux attentes d'une institution de plus en plus lai'que. Les recherches "objectivantes" de la nouvelle critique francaise des annees 1970 (Barthes, Todorov) connaissent leur part de succes au Quebec. C'est aussi a cette periode que le modele critique du Quebecois Andre Brochu tente de s'imposer. II s'agit d'un melange d'analyse formelle et thematique faisant echo aux pratiques et aux theories de Jean-Pierre Richard, Georges Poulet, Jean Rousset et Jean-Paul Sartre. De nos jours, le flou ideologique et la crise du savoir favorisent la pluralite et meme l'hybridite des approches textuelles. Cette derniere affirmation est aussi vraie pour la critique canadienne. Enfin, une analyse de la pratique critique demontre que la critique canadienne semble attacher une plus grande importance aux communautes interpretatives' d'Aquin que la critique quebecoise. Nous y reviendrons en ajoutant les nuances qu'une telle affirmation necessite dans la prochaine section. 4.4 pratiques de la critique: la presence de 1' Autre Nul ne saurait faire une lecture de Trou de memoire sans admettre des presupposes. Nous nous interessons ici a ceux emis des membres des communautes interpretatives. Des la premiere generation de lecteurs, les aquiniens reconnaissent le travail de 1'autre en y faisant souvent directement allusion. Par exemple, dans son ouvrage Hubert Aquin et le Quebec (1977), Gilles de la Fontaine cite a huit reprises l'ouvrage de Patricia Smart (1973). Nous avons considere d'une facon particuliere cette pratique de la critique qui permet au lecteur, la plupart du temps, de s'associer aux communautes interpretatives existantes, ou du moins, de les reconnaitre. 4.4.1 methode Nous avons repertorie 40 critiques de Trou de memoire, dont 24 au Quebec et 16 au Canada. Le rapport des textes est done de 3:2. En d'autres mots, sur 5 critiques, 3 sont du Quebec et 2 du Canada. Dans le cas ou les commentaires critiques se repetaient, nous avons retenu la version la plus longue5. Dans le cas des monographies, nous avons retenu les allusions et / ou les citations directes dans les chapitres ou sections reserves a 1'analyse de Trou de memoire. Ainsi, par exemple, la presence de Pierre-Yves Mocquais chez Andre Lamontagne n'a pas ete relevee car sa lecture de Mocquais n'a ete retenue que pour l'etude de Prochain episode, L 'antiphonaire et Neige noire. Par allusion directe, nous entendons tout renvoi explicite au lecteur aquinien -sans necessairement le citer - qui merite une note infrapaginale. La presence d'un premier lecteur chez un deuxieme ne compte qu'une seule fois, peu importe le nombre de citations ou d'allusions au premier chez le deuxieme. Ainsi, le premier des textes publies que nous avons repertories, - en l'occurence, celui de Jean-Charles Falardeau, - pourrait hypothetiquement avoir retenu 1'attention - par allusion ou citation directes - de 39 autres textes critiques. Nos analyses tiennent compte du potentiel de recuperation des textes qui resulte directement de leur annee de publication. Dans cette optique, le potentiel de Patricia Smart (1973) est plus eleve que celui de Robert Richard (1990) ou de Marilyn Randall (1990). 4.4.2 tableau: la presence de l'Autre Quebec (24) Canada (16) total (40) Smart 8 in 17 Hutcheon ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ Randall Paterson i 2 sous-total 15 15 30 Brind'Amour 2 1 3 Chanady 1 1 2. Cliche 1. 1 de la Fontaine 1 1 2 Desaulniers 2 1 3 Falardeau 1 1 Iqbal (Maccabee) 4 9 Lapierre 4 1 5 Malcuzynski 2 1 2 Martel 1 4 4 Mocquais 1 1 Richard 2 2 Soderlind 3 3 6 sous-total 24 20 44 Total 39 35 74 4.4.3.1 analyses des donnees: generalites En moyenne, chaque texte critique signale la presence de 1'Autre 1,85 fois (74/40): 1,6 (39/24) par la critique quebecoise et de 2,2 (35/16) par la critique canadienne. Cette pratique est done plus forte au sein de la critique canadienne. Les aquiniens reconnaissent la presence de la critique quebecoise 59% du temps (44/74) et de la canadienne 41% du temps (30/74), ce qui, par le jeu d'un heureux hasard, correspond a la proportion de notre corpus (3:2). La critique quebecoise souligne la presence de son homologue canadienne 38% du temps (15/39) alors que la critique canadienne reconnait ses pairs 43% du temps (15/35). La critique canadienne souligne la presence de son homologue quebecoise 57% du temps (20/35) alors que la critique quebecoise reconnait ses pairs 62% du temps (24/39). En tenant compte de la proportion des origines interpretatives de la reception de Trou de memoire (3:2), nous pouvons done affirmer qu'en general les deux grandes communautes interpretatives, celle du Quebec et celle du Canada, reconnaissent autant les membres de leur communaute interpretative que ceux de 1'autre. 4.4.3.2 analyses des donnees: particularites II n'y a pas de doute, les aquiniens reconnaissent l'importance de l'ouvrage fondateur de la critique aquinienne. Pres d'une critique sur deux (17/35)6 renvoie a l'etude de Patricia Smart. Ce qu'il y a de vraiment particulier dans cette pratique, c'est l'ecart significatif entre la reconnaissance au Canada et au Quebec de Hubert Aquin, agent double. En effet, 40% (8/20) des critiques en provenance du Quebec mentionnent l'etude de Smart alors que le pourcentage se chiffre a 60 (9/15) au Canada7. Cette grande consideration a l'egard de Smart laisse suggerer que la lecture de l'oeuvre d'Aquin est relativement peu immanente, qu'elle s'appuie sur un guide prealable de lecture. Malgre l'accueil parfois mitige des la premiere generation de lecteurs, l'oeuvre de Smart semble incontournable chez les aquiniens. Plusieurs lecteurs cherchent a se situer par rapport a Hubert Aquin, agent double, le lecteur le plus explicite des dernieres annees etant Anthony Wall qui se dit de la « l i g n e e » de Patricia Smart. Du cote de la critique au Quebec, il n'est pas etonnant de voir l'ouvrage de Francoise Iqbal - la premiere monographie qui s'interesse aux quatre premiers romans d'Aquin (qui formaient alors l'oeuvre romanesque complete de l'auteur) et qui consacre son chapitre le plus important a l'etude de Trou de memoire^ - en tete du poleton de la reconnaissance des autres. Publiee en 1978, la monographie d'lqbal recupere 32% (9/28) de son potentiel dans 1'ensemble de la critique aquinienne. Nettement plus populaire au Canada, elle ne recupere que 25% (4/16) de son potentiel au Quebec, comparativement a 42% (5/12) au Canada. La reconnaissance de l'etude de Rene Lapierre demontre l'ecart le plus important entre les deux grandes communautes interpretatives. Seul Anthony Wall fait allusion a l'etude esthetique de Lapierre, et ce, dans le but de s'en degager, de situer son approche a l'oppose de celle de l'auteur de L'imaginaire captif. Hubert Aquin. Cette remarque ajoute de l'eau au moulin a raffirmation voulant que la critique quebecoise d'Aquin soit plus axee sur des etudes esthetiques alors que la critique canadienne privilegie des etudes contextuelles. Le peu d'attention portee a l'etude de Pierre-Yves Mocquais est une autre manifestation notable. Encore une fois, ne fut-ce sans Anthony Wall, Mocquais n'aurait connu aucune recuperation de la part des aquiniens toutes communautes interpretatives confondues. De plus, l'allusion a Pierre-Yves Mocquais est supprimee dans la version abregee du travail de Wall. Certes, on peut souligner l'absence de Jacques Cardinal, d'Andre Lamontagne et d'Anthony Wall (au Canada) - parmi ceux qui ont publie une monographie - dans nos donnees, mais le potentiel de recuperation de ces derniers, qui ont publie leur etude plus tard, parmi les derniers de notre corpus, s'avere moins eleve que celui de Mocquais, membre de la deuxieme generation de lecteurs. La pratique critique des aquiniens a l'egard de Mocquais confirme la marginalite de son etude du sacre-religieux. L'interet porte a l'etude de Sylvia Soderlind qui recupere 27% (3/11) de son potentiel au Quebec et 50% (4/8) au Canada demontre l'importance attribuee au phenomene de l'anamorphose dans Trou de memoire. «Hubert Aquin et le mystere de l'anamorphose» est l'article consacre exclusivement a Trou de memoire le plus souvent cite. Tableau 4.4.4: citations de Hubert Aquin par generation entrevues Blocs Point de autres total erratiques fuite GI-Quebec 6 16 22 4 51 GI-Canada 6 2 13'" G2-Quebec ^ ^ ^ ^ ^ 16 G2-Canada 3 10 4 2 19 G3-Quebec 4 18 25 G3-Canada 2 22 21 8 37 total 30 76 56 16 178 L'oeuvre de Hubert Aquin ne se limite pas a des textes de fiction. L'ecrivain engage a egalement beaucoup ecrit sur la condition sociale et politique du Quebec et sur la litterature. Les essais d'Aquin, principalement regroupes dans Blocs erratiques et Point de fuite, ainsi que les entrevues avec l'auteur, ont souvent inspire les aquiniens dans leur interpretation de son oeuvre. Meme s'il etait de l'avis qu'une oeuvre n'appartient plus a l'auteur une fois publiee, le regard d'Aquin sur lui-meme a souvent oriente les lectures de son oeuvre dite complexe. L'importance que les aquiniens accordent a l'auteur dans 1'interpretation de son oeuvre trouve son point culminant dans l'ouvrage de Gilles de la Fontaine, Hubert Aquin et le Quebec, qui s'ouvre sur un commentaire critique d'Aquin sur la monographie de la Fontaine. La pensee d'Aquin est parfois si imbriquee dans la critique que certaines expressions aquiniennes consacrees semblent meme perdre leur source: quand Patricia Merivale cite le mot «cocreateur de l'oeuvre», elle attribue cette citation a Linda Hutcheon sans reconnaitre qu'il s'agit la d'un terme emprunte a Hubert Aquin. Enfin, plus tard, le lecteur aquinien, de plus en plus conscient de l'emprise d'Aquin sur 1'interpretation de son oeuvre, tente de s'en echapper volontairement. Anthony Wall insiste pour trouver la reference au Quebec sans emprunter le lexique de l'essayiste Aquin. Nous n'etudierons pas les idees politiques d'Aquin pour elles-memes, ni comment les textes romanesques se reduiraient a un certain nombre d'articles, cites un peu partout, qu'il a publies par ailleurs. Car cela, la critique l'a deja souvent fait. (1991: 15) Au sein de la metacritique, l'apport d'Aquin est aussi fortement considere. Dans la <reponse> d'Anthony Purdy a Chantal de Grandpre, le critique canadien s'appuie sur les propos d'Aquin pour remettre en question l'interpretation de de Grandpre. [...] Aquin lui-meme qui, dans une entrevue avec Yvon Boucher, a repondu a la suggestion que Patricia Smart aurait essaye de <faire un Aquin nationaliste malgre lui> [...] La lecture que j'ai faite moi-meme de la critique aquinienne confirmerait la remarque d'Aquin plutot que les assertions de de Grandpre. (1992: 280) Les donnees recueillies dans le tableau 4.4.4 demontrent surtout l'ecart qui existe au sein des generations quand vient le temps de citer Aquin. Les lecteurs de la deuxieme generation, nettement moins interesses au discours socio-politique de l'oeuvre aquinienne, ne recuperent pas les propos de l'auteur de Trou de memoire autant que ceux des autres generations. Par ailleurs, chez ce groupe de lecteurs, nous remarquons que ce sont principalement les essais litteraires d'Aquin qui retiennent l'attention. Enfin, le nombre eleve de citations tirees des essais d'Aquin (et des entrevues qu'il a accordees) par la critique de la premiere generation au Quebec et celle de la troisieme au Canada s'explique surtout par l'apport de lecteurs particuliers: Gilles de la Fontaine et Marilyn Randall contribuent largement a faire augmenter les chiffres. C'est a croire que les etudes de contexte favorisent l'integration des propos d'Aquin. S3 Tableau 4.4.5: textes (et entrevues) d'Aquin les plus cites textes et entrevues frequence « L a disparities elocutoire du poete» Hubert Aquin et le jeu de l'ecriture La fatiguefculturelle du Canada francais s Profession: ecrivain Aquin par Aquin Ecrivain faute d'etre banquier 8 9 17 30 10 10 85 « U n roman comme Prochain episode, comme les essais de la meme periode, se doit d'etre lu en premier lieu comme allegorie et deeonstruction de la condition de l'ecrivain dans une situation coloniale [ . . . ]» 9 L'affirmation d'Anthony Purdy, a la lumiere du tableau 4.4.5, semble egalement s'appliquer au roman qui nous interesse, Trou de memoire. Publie dans Point de fuite en 1971, «Profession: eerivain» s'avere l'essai d'Aquin le plus cite parmi les aquiniens. La these voulant qu'il s'agisse d'un <ecrivain dans une situation coloniale> se renforce quand on constate que l'essai a saveur socio-politique, « L a fatigue culturelle du Canada francais», arrive deuxieme dans le peloton. Sur le plan theorique, il est difficile de faire des affirmations tres concluantes. Par exemple, le theoricien le plus cite, Roland Barthes, se retrouve au sein du discours theorique des deux communautes interpretatives. Au Quebec, le theoricien de la nouvelle critique francaise, imposant parmi les deux premieres generations de lecteurs, cede tranquillement sa popularity a Mikhail Bakhtine dans les annees 1980. Les theoriciens de la decolonisation, Albert Memmi et Franz Fanon, traversent egalement les decennies de facon sans doute plus remarquable au Canada, comme en temoignent les etudes de Patricia Smart et de Marilyn Randall. Chez les aquiniens epistemologues, il est interessant de constater que la Canadienne Janet Paterson s'appuie sur les theses du penseur francais Jean-Francois Lyotard, alors que la Neo-Quebecoise Amaryll Chanady cite plutot des penseurs d'origine etasunienne. 4.5 perspectives de recherche Suite a la parution de l'edition critique de Trou de memoire en 1993, la critique ne tarde pas a relancer l'interpretation du roman. L'esprit est resolument a la deconstruction. Deconstruction de la nouvelle structure critique - de l'appendice critique du roman - par le biais de la subversion et de la deconstruction du discours postmoderne par la voie de la t banalisation. L'etude de Nicolas Chalifour, «Postmodernisme et autorite editoriale : la contamination subversive dans l'edition critique de Trou de memoire d'Hubert Aquin», parue en 1995, pourrait fort bien s'inscrire dans une autre generation de lecteurs puisque l'objet meme de l'etude prend en compte l'edition critique de l'oeuvre. Inspire par la poetique postmoderniste de Brian McHale et de Janet Paterson, Chalifour demontre comment les traces du protocole de lecture instaurees par le roman, qui remet constamment - et formellement par l'annotation fictive - en question l'autorite editoriale, containment l'edition critique de Trou de memoire, soit le travail de Janet Paterson et Marilyn Randall. L'annotation fictive de Trou de memoire renvoie parfois faussement, parfois veritablement a un contexte referentiel reel. L'authenticite de l'annotation fictive, brouillee par les personnages-editeurs qui refutent la veracite des propos d'un premier editeur en pretendant connaitre la veritable reference, incite le lecteur a la mefiance. Ce n'est parfois qu'a un quatrieme niveau de lecture, niveau de l'annotation de l'edition critique, que le lecteur peut compter sur l'exactitude des notes. Selon Chalifour, «cet te succession d'annotations demontre avec clarte comment les indications referentielles du discours critique peuvent en venir, par une lecture qui progresse confusement a travers un emboitement complexe de references et de contre-references, a etre per9ues comme fictionnelles.» (16) Cette contamination du reel par le fictif est d'autant plus mystifiante que Chalifour se sert des travaux de Paterson sur le postmodemisme pour appuyer ses propos sur l'edition critique de Trou de memoire, edition etablie entre autres par la meme Janet Paterson. « J e commence a avoir mon voyage de la litterature qui parle d'elle-meme,» nous confiait, il y a quelques mois, un collegue qui retrouve dorenavant un certain plaisir a lire de la science-fiction. Cet enonce exprime bien le ton du jour et les enjeux des aquiniens devant le sentiment reserve a la poetique speculaire postmoderne. Dans cette optique, la seconde lecture de Anthony Wall, «Trou de memoire: pour une poetique du recommencement», parue en 1996, relance la facon de lire le discours metalitteraire du roman. Jusqu'a present, la critique avait toujours atteste positivement l'importance de l'aspect metalitteraire de Trou de memoire. Pour Wall, «Trou de memoire d'Hubert Aquin peut profitablement se lire comme un exemple provocateur de bavardage litteraire». (452) Certes, meme si l'etude de Wall s'avere tres riche et developpe une rhetorique particuliere et philosophique du bavardage par le biais des mecanismes du langage, i l n'en demeure pas moins une certaine volonte de banaliser, de desacraliser un trait important de la poetique postmoderne, le bavardage n'ayant jamais ete une pratique tres noble. Que reste-il des perspectives de recherche a developper pour l'etude de Trou de memoire? Janet Paterson et Marilyn Randall orientent le lecteur de l'edition critique vers le developpement des recherches intertextuelles. En effet, outre le travail d'Andre Lamontagne, cette perspective s'avere peu developpee et merite une plus grande attention. De plus, cette approche semble tout indiquee pour faire de Hubert Aquin « u n ecrivain parmi nous» 1 0 : une approche ouverte pour ouvrir le texte - en l'occurrence celui de Hubert Aquin - sur la litterature, sur le monde. 1 Rene Lapierre remet en question la notion de modernite des annees soixante-dix, intervenue, selon lui, « p o u r redonner un profil strategique acceptable aux repliques compliquees d'Hamlet ou des Ambassadeurs [ . . . ] » ( 7 4 ) 2 Anthony Wall, « Q u e desirent Aquin et Ducharme - un roman?», Voix et images, 19:1 (55), automne 1994, 183. 3 Notre traduction: On peut du moins discuter des lifteratures quebecoise et canadienne-anglaise ensemble et je ne crois pas - n'en deplaise a John Moss - que cela soit possible seulement en prenant ses desirs pour des realties et au prix d'une grande naivete culturelle. 4 Ce colloque bilingue, Violence in the Canadian Novel / La violence dans le roman canadien, a eu lieu a St-John's, Terre-Neuve en 1980. Publiee dans les actes du colloque, la communication de Linda Hutcheon n'a toutefois pas ete presentee au colloque. 5 Dans le cas ou la version la plus courte d'un texte - parfois publiee plus tot - etait recuperee par un autre lecteur, nous avons considere cette presence. 6 II y a une critique (du Canada) qui renvoie aux lectures feministes de Smart. Hubert Aquin, agent double est cite dans 17 critiques. D'apres son potentiel de recuperation, 35 critiques peuvent renvoyer a l'ouvrage fondateur de Smart. Falardeau, Hetu, Dionne, Desaulniers et Smart (1973) sont exclus du corpus integral. 7 Ce nombre augmente a 67% (10/15) si Ton considere toutes les references a Patricia Smart. 8 Tous les renvois a Francoise Iqbal ont pour objet sa monographie, Hubert Aquin, romancier. 9 Anthony Purdy, « L i r e Aquin: Les enjeux de la critique», Critique et litterature quebecoise (Annette Hayward et Agnes Whitfield, dir.), Montreal: Les Editions Tryptique, 1992, 280-281. 1 0 Nicole Bedard, «L'apport d'un inedit: L'Invention de la mort», Revue d'histoire litteraire du Quebec et du Canada francais, 10, ete-automne 1985, 55. Tel que cite par Anthony Purdy dans « L i r e Aquin: Les enjeux de la critique». Bibliographic • Oeuvre romanesque etudiee: A Q U I N , Hubert. Trou de memoire. 1968. Edition critique etablie par Janet M . Paterson et Marilyn Randall. Montreal: Bibliotheque quebecoise, 1993. • Autres oeuvres consul tees de Hubert Aquin: A Q U I N , Hubert. Blocs erratiques. Montreal: Typo Essais, 1998. . Point defuite. Montreal: Bibliotheque quebecoise, 1991. . Journal 1948-1971. Montreal: Bibliotheque quebecoise, 1992. • Ouvrages theoriques sur la reception critique: F l S H , Stanley. Zs There a Text in This Class? The Authority of Interpretative Communities. Cambridge et London: Harvard University Press, 1980. G E R V A I S , Bertrand. A Tecoute de la lecture. Montreal: VLB editeur, 1993. ISER, Wolfgang. The Act of Reading: A Theory of Aesthetic Response. Baltimore: The Johns Hopkins University Press, 1978. . The Implied Reader. Baltimore et London: The Johns Hopkins University Press, 1974. JAUSS, Hans Robert. Pour une esthetique de la reception. Paris: Editions Gallimard, 1978. • Monographies critiques sur Trou de memoire et Hubert Aquin: C A R D I N A L , Jacques. Le roman de l'histoire: politique et transmission du nom dans Prochain episode et Trou de memoire de Hubert Aquin. Montreal: Les Editions Balzac, 1993. C L I C H E , Anne Elaine. Le desir du roman (Hubert Aquin, Rejean Ducharme). Montreal: X Y Z Theorie et litterature, 1992. L A F O N T A I N E , Gilles de. Hubert Aquin et le Quebec. Montreal: Les Editions du Parti pris, 1977. L A M O N T A G N E , Andre. Les mots des autres: la poetique intertextuelle des oeuvres romanesques de Hubert Aquin. Ste-Foy, Quebec: Les Presses de l'Universite Laval, 1992. L A P I E R R E , Rene. L'imaginaire captif. Hubert Aquin. Montreal: Les Quinze, editeur, 1981. M A C C A B E E I Q B A L , Francoise. Hubert Aquin Romancier. Quebec: Les Presses de l'Universite Laval, 1978. MOCQUAIS, Pierre-Yves. Hubert Aquin ou la quite interrompue. Montreal: Pierre Tisseyre, 1985. R A N D A L L , Marilyn. Le contexte litteraire: lecture pragmatique de Hubert Aquin et de Rejean Ducharme. Longueuil: Les Editions du Preambule, 1990. S M A R T , Patricia. Hubert Aquin, agent double. Montreal: Les Presses de l'Universite de Montreal, 1973. W A L L , Anthony. Hubert Aquin, entre reference et metaphore. Candiac, Quebec: Les Editions Balzac, 1991. • Articles critiques sur Trou de memoire: B R I N D ' A M O U R , Lucie. « S u r Trou de memoire: Le revolutionnaire pris au piege», Voix et images, 5:3, 1980, 557-567. B R O W N , Russell M . <<In Search of Lost Causes: The Canadian Novelist as Mystery Writer», Mosaic. 11:3, printemps 1978, 1-15. C H A L I F O U R , Nicolas. «Postmodernisme et autorite editoriale: La contamination subversive dans 1'edition critique de Trou de memoire», in Authorship, Authority / Auteur, autorite. (Sous la direction de Vincent Desroches et de Geoffrey Turnovsky), New York: CUP, 1995, 7-17. C H A N A D Y , Amaryll. «Autorepresentation, autoreference et specularite: Le narcissisme liberateur de Trou de memoire», Revue de l'Universite d'Ottawa / University of Ottawa Quaterly, 57:2, printemps 1987, 55-67. ...... «Entre la quete et la metalitterature - Aquin et Cortazar comme representants du postmoderne excentrique», Voix et images, 12:1, automne 1986, 42-53. D E S A U L N I E R S , Leo-Paul. «Ducharme, Aquin: consequences de la "mort de l'auteur"», Etudes francaises. 7:4, novembre 1971, 398-409. DiONNE, Rene. «Hubert Aquin, Trou de memoire», Etudes francaises, 4:4, novembre 1968,444-447. F A L A R D E A U , Jean-Charles. «Trou de memoire», Liberte, 10:3 (57), mai-juin 1968, 194-196. H E I D E N R E I C H , Rosmarin. «Aspects of Indeterminacy in Hubert Aquin's Trou de memoire», in Gaining Ground. European Critics on Canadian Literature. (R. Kroetsch et R.M. Nischik, editeurs), Edmonton: Newest Editions, 1985, 40-52. . «Perspectival Segmentation, Anamorphosis and Isomorphism as Indeterminate Aspects in Hubert Aquin's Trou de memoire», in The Postwar Novel in Canada-Narrative Patterns and Reader Response. Waterloo: Wilfrid Laurier University Press, 1989, 99-120. H U T C H E O N , Linda. «Conclusion and Speculations», in Narcissistic Narrative: The Metafictional Paradox, Waterloo: Wilfrid Laurier University Press, 1980, 153-162. . «Formalistic Aggression and the Act of Reading», in Violence in the Canadian Novel Since 1960 (Sous la direction de Virginia Harger-Grinling et de Terry Goldie), OUIHOIHIO, 1981, 9-23. L E A H Y , David. «Re-reading Linda Hutcheon on Beautiful Losers, Prochain episode and Trou de memoire», Studies in Canadian Literature / Etudes en litterature canadienne, 18:2, 1993, 27-42. L E B L A N C , Julie. «Autorepresentation et contestation dans quelques recits autobiographiques fictifs», Quebec Studies. 15, fall-winter 1992-1993, 99-110. . « L a representation du littoral africain dans Trou de memoire d'Hubert Aquin», Studies in Canadian Literature / Etudes en litterature canadienne. 14:1, 1989, 147-152. M A L C U Z Y N S K I , Pierrette M . «Anamorphose, perception camavalisante et modalites polyphoniques dans Trou de memoire», Voix et images. 11:3, printemps 1986, 475-494. M A R T E L , Jean-Pierre. «Trou de memoire, un jeu formel mortel», Le Quebec litteraire, 2, 1976, 55-65. . «Trou de memoire: oeuvre baroque», Voix et images du pays, 8, 1974, 67-104. M E R I V A L E , Patricia. «Hubert Aquin dans Highbrow Pornography: The Aesthetics of Perversion», Essays on Canadian Writing. 26, summer 1983, 1-12. P A T E R S O N , Janet M . «Ecriture postmoderne, ecriture subversive: Trou de memoire d'Hubert Aquin», Quebec-Acadie, Modernite / Postmodernite du roman contemporain (Jacques Allard et Madeleine Frederic, dir.), Montreal: Universite du Quebec a Montreal, «Cahiers du departement d'etudes litteraires» no 3, 1987, 87-99. . « L e discours en question: Trou de memoire», in Moments postmodemes dans le roman quebecois. Ottawa: Presses de l'Universite d'Ottawa, 1990, 43-52. P U R D Y , Anthony. «Hubert Aquin, romancier», Le roman contemporain au Quebec 1960-1985. (F. Gallays, S. Simard, R. Vigneault, dir.), Montreal: Fides, 1992, 53-73. R A N D A L L , Marilyn. « L e presuppose d'originalite et l'art du plagiat: Lecture pragmatique», Voix et images. 15:2, hiver 1990, 196-208. S A I N T - M A R T I N , Lori. «Mise a mort^ de la femme et liberation de l'homme: Godbout, Aquin, Beaulieu», Voix et images, 10:1, automne 1984, 107-117. S H E K , Ben. « T h e French-Canadian Novel, 1967-1972: an Overview», in Creative Literature in Canada Symposium, collectif, Ontario: Ministry of Colleges and Universities, 1974, 18-26. S H E K , Ben-Zion. « T h e Search for Identity», in Social Realism in the French-Canadian Novel. Montreal: Harvest House, 1977, 272-296. S M A R T , Patricia. Ecrire dans la maison du pere: Temergence du feminin dans la tradition litteraire du Quebec. Montreal: Quebec-Amerique, 1988. S M A R T , Patricia. « L e s romans d'Hubert Aquin: une lecture au feminin», in Le Roman quebecois depuis I960. Methodes et analyses. Louise Milot et Jaap Lintvelt, dir., Quebec: Presses de l'Universite Laval, 1992, 215-227. S O D E R L I N D , Sylvia. «Hubert Aquin et le mystere de l'anamorphose», Voix et images, 9:3, printemps 1984, 103-111. S T O C K D A L E , J.C. « T h e Time Is Now or Not Yet: Attitudes Towards Exploration in the French and English Canadian Novel», Studies in Canadian Literature, 4:2, ete 1979, 62-73. T E T U , Michel. «Trou de memoire d'Hubert Aquin», Livres et auteurs quebecois 1968, 1969, 33-34. W A L L , Anthony. «Prisonnier dans ce trou, ce Trou de memoire», Voix et images, 14:2, hiver 1989, 301-320. . «Trou de memoire: pour une poetique du recommencement», Voix et images, 21:3, printemps 1996, 452-477. W E R D E N , Gary. «Realism, Picaresque Pseudo-confession», Canadian Literature, 67, hiver 1976, 109-112. • Articles et comptes rendus metacritiques sur Hubert Aquin et son oeuvre (selection): C L I C H E , Anne Elaine. «D'Hubert Aquin», Lettres quebecoises, 48, hiver 1987-88, 60-61. G R A N P R E , Chantal de. « L a canadianisation de la litterature quebecoise: le cas Aquin», Liberte. 27:3. iuin 1985, 50-59. , « L e s Romanciers quebecois devant la critique francaise», Oeuvres et critiques, 24:1,1989, 123-133. L A P I E R R E , Rene. «Hubert Aquin: le silence du dedans», L'Esprit createur, 23:3, automne 1983, 73-76. M A J O R , Robert. « L a passion biographique», Voix et images. 39, printemps 1988, 474-477. P E L L E T I E R , Jacques. «Critique et roman: des rapports dialogiques», Voix et images, 45, printemps 1990, 443-448. . «Variations de la critique aquinienne: de la pragmatique a la psychanalyse lacanienne en passant par Bakhtine», Voix et images, 18:3 (54), printemps 1993, 597-605. P U R D Y , Anthony. «L i r e Aquin: Les enjeux de la critique», Critique et litterature quebecoise (Annette Hayward et Agnes Whitfield, dir.), Montreal: Les Editions . Tryptique, 1992, 275-287. . «TJn ecrivain parmi nous» , Voix et images, 20:1 (58), automne 1995, 205-210. S A B O U R I N , Claude. «Hubert Aquin ou la Quite interrompue: un bel essai!», Lettres quebecoises, 43, automne 1986, 64-65. W A L L , Anthony. « Q u e desirent Aquin et Ducharme - un roman?», Voix et images, 19:1 (55), automne 1994, 183-188. • Autres ouvrages sur Hubert Aquin: M A R T E L , Jacinthe. «Bibliographie analytique d'Hubert Aquin, 1947-1982», Revue d'histoire litteraire du Quebec et du Canada frangais, vol. 7, 1984, 79-229. . «Bibliographie analytique d'Hubert Aquin (mise a jour, 1983-1984)», Revue d'histoire litteraire du Quebec et du Canada frangais, vol. 10, 1985, 75-112. M A S S O U T R E , Guylaine. Itineraires d'Hubert Aquin. Montreal: Bibliotheque quebecoise, 1992. • Autres ouvrages et articles metacritiques: A L L A R D , Jacques. Traverses (de la critique au Quebec). Montreal: Boreal, 1991. B E A U D O I N , Rejean. «Axes de comparaison entre deux litteratures», Voix et images. 24:3 (72), printemps 1999, 480-494. B R O C H U , Andre. L 'instance critique (1961-1973). Montreal: Lemeac, 1974. F O R T I N , Nicole. « L a critique (1968-1996)», in Panorama de la litterature quebecoise contemporaine, sous la direction de Reginald Hamel, Montreal: Guerin, 1997, 519-566. . Une litterature inventee. Litterature quebecoise et critique universitaire (1965-1975). Quebec: Presses de l'Universite Laval, 1994. H A Y W A R D , Annette et Andre Lamontagne. « L e Canada anglais: une invention quebecoise?», Voix et images. 24:3 (72), printemps 1999, 460-479. • Ouvrages de reference divers: B A R T H E S , Roland. Leplaisir du texte. Paris: Seuil, 1973. B R U N E I - , Pierre et Yves Chevrel (sous la direction de). Precis de litterature comparee. Paris: Presses Universitaires de France, 1989. MoiSAN, Clement. Le phenomene de la litterature. Montreal: Essais litteraires, l'Hexagone, 1996. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0089422/manifest

Comment

Related Items