Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Poussiére sur la ville : l’influence de L’étranger de Camus sur le rôle des codes sociaux et littéraires Abell, Ourania Marthe 1998

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-ubc_1998-0337.pdf [ 3.39MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0088574.json
JSON-LD: 831-1.0088574-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0088574-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0088574-rdf.json
Turtle: 831-1.0088574-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0088574-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0088574-source.json
Full Text
831-1.0088574-fulltext.txt
Citation
831-1.0088574.ris

Full Text

POUSSIERE SUR LA VILLE : L 1 INFLUENCE DE L'ETRANGER DE CAMUS SUR LE ROLE DES CODES SOCIAUX ET LITTERAIRES by OURANIA MARTHE ABELL B.A. Western Washington University, 1989 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES DEPARTMENT OF FRENCH We accept t h i s thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA JULY 1998 OURANIA MARTHE ABELL, 1998 in presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department of FV&ricJh The University of British Columbia Vancouver, Canada Date f)un 31. mf> 6 DE-6 (2/88) RESUME Dans son l i v r e Surprendre les voix Andre Belleau f a i t remarquer, entre autres, que les codes soc i o - c u l t u r e l s et les codes l i t t e r a i r e s du Quebec et ceux de l a France s'amalgament dans l a l i t t e r a t u r e quebecoise. II affirme que l a l i t t e r a t u r e quebecoise a emprunte les codes de l a France et que cet acte a "doublement marginalise" cette l i t t e r a t u r e . Cette idee sert de base a ma these ou je considere deux romans: L'Etranqer d 1Albert Camus et Poussiere sur l a v i l l e d'Andre Langevin. Commencant par une etude des protagonistes pour elucider comment Langevin a pu bien manipuler les codes soc i o - c u l t u r e l s et les codes l i t t e r a i r e s des deux pays pour passer son message; je f e r a i s ensuite une discussion des femmes fatal e s des romans de Langevin et Camus dans le deuxieme chapitre. Au coeur de cette discussion sont l a couleur, l a sensualite et l a violence que les femmes fatal e s exhibent pour f a i r e ce qu'elles desirent. Dans le dernier chapitre j'analyse les elements qui ont une influence sur les protagonistes. Le temps, l a r e l i g i o n et l e regard de l a c o l l e c t i v i t e ont une puissance certaine a i n f l u e r sur les agissements des protagonistes. En faisant cette etude j'affirme que Langevin a pu emprunter les codes sociaux et l i t t e r a i r e s de Camus, comme Camus a pu les emprunter a d'autres. Les enonces et meme les mots qui nous I l l parviennent a i n s i ne sont pas inertes, neutres, sans attaches, comme le d i t Bakhtine. Au contraire, ces enonces sont deja des fragments de discours existants, i l s sont proprement des enonces de discours (Belleau 167). Dans cette these je demontrerai que justement, i l existe plusieurs s i n g u l a r i t e s entre Langevin et Camus et que c'est une chose qui s u i t l a nature des choses. TABLE DE MATIERES Chapitre PAGE RESUME i i TABLE DE MATIERES , i v INTRODUCTION 1 I LE DEDOUBLEMENT DES PROTAGONISTES 8 II LA FEMME FAT ALE 37 III LA RELIGION, LE TEMPS, ET LE REGARD DE LA COLLECTIVITE: LES ELEMENTS QUI INFLUENCENT LES PROTAGONISTES 55 La Religion .55 Le Temps ^ . 63 Le Regard 68 CONCLUSION 79 BIBLIOGRAPHIE 85 i v INTRODUCTION Plus on etudie le roman quebecois moderne, plus on acquiert l a conviction que c 1 est en termes de rapports tres nettement c o n f l i c t u e l s q u ' i l convient d'aborder le jeu reciproque des codes sociaux et des codes l i t t e r a i r e s , cette opposition pressentie dans les textes s 1averant un des t r a i t s fondamentaux qui d e f i n i r a i t le statut meme de notre roman. (Belleau 175) T e l l e est l a polemique qu'affirme Andre Belleau dans son oeuvre i n t i t u l e e Surprendre l e s voix. II nous f a i t remarquer egalement, plus l o i n dans son e c r i t , que l a l i t t e r a t u r e quebecoise n'avait pas l a p o s s i b i l i t y de se manifester dans un Quebec francophone subjugue par l a France et l'Amerique du Nord. Nous avons 11 intention d 1entreprendre une etude approfondie des codes sociaux et l i t t e r a i r e s dont Andre Langevin se sert, en faisant une comparaison entre deux oeuvres qui, en apparence, sembleraient assez eloignees, tant en distance c u l t u r e l l e et geographique que par le sujet: Poussiere sur l a v i l l e d'Andre Langevin et L'Stranger d 1Albert Camus. En les superposant on percoit que les trames 1 2 narratives, l 1 i n t r i g u e , a i n s i que les codes s'entremelent et, quelquefois, se developpent en p a r a l l e l e . Evidemment, dans l e premier chapitre, nous commencerons par analyser les protagonistes de chaque roman. Nous etudierons ensuite les codes l i t t e r a i r e s . Nous consacrerons egalement ce chapitre au theme p r i n c i p a l et nous decouvrirons ou les codes se rejoignent. Dans l e deuxieme chapitre, nous aborderons l a femme, fa t a l e dans les deux oeuvres romanesgues en question. Les codes soc i o - c u l t u r e l s jouent un role tres important dans ces deux l i v r e s et cette etude permettra d 1explorer les themes predominants. Pour f i n i r l a these, nous entamerons des elements qui ont exerce une influence sur les protagonistes, c 1 e s t - a - d i r e : l a r e l i g i o n , l e temps et l e regard de l a c o l l e c t i v i t e . Poussiere sur l a v i l l e et L'Etranger commencent par une vue introspective. Chez Langevin, Dubois contemple sa si t u a t i o n v i s - a - v i s d'une Madeleine volage pendant que l e regard c o l l e c t i f epie leur integration dans l a v i l l e de Macklin. Chez Camus on est temoin des evenements de l a vie de Meursault qui sont relates d'une maniere frpide et nonchalante. L 1ambiance des deux romans est lourde et angoissante. Langevin situe son r e c i t dans un miroir tenu par Dubois. Camus nous prend a temoin des agissements de Meursault. L ' a r t i c u l a t i o n y est lucide et froide, l e ton monotone et impersonnel. Par l e b i a i s de Meursault, Camus 3 narre son h i s t o i r e sans sentiments. Langevin situe son roman dans les parametres des codes so c i o - c u l t u r e l s quebecois, pour mieux f a i r e passer un message dont les codes l i t t e r a i r e s sont caiques sur Camus. Parmi les elements les plus evidents de ce calquage, on remarque les personnages principaux de ces deux oeuvres: Madeleine, l a femme fa t a l e sans raisonnement i n t e l l e c t u e l n i moeurs, et Meursault, l e jouisseur f r o i d sans scrupules h i sentiments. Bien que disparates et situes dans des milieux totalement opposes, les deux tiennent un discours semblable dans un meme re g i s t r e . l i s prennent, tous deux, un malin p l a i s i r a deplaire a leurs lecteurs, dans leurs pays re s p e c t i f s , pour mieux leur f a i r e prendre conscience du conformisme aveugle et c o l l e c t i f . l i s agissent en amont des courants sociaux et vont jusqu'a transgresser les plus grands tabous auxquels l a societe est farouchement attachee: l e sexe et l a mort. Sans remords n i regrets, les deux protagonistes payeront l e prix impose pour sauver l'honneur, s i l'on peut d i r e . Cependant, s i l'honneur reste sauf, l e discours s o c i a l quebecois et les codes l i t t e r a i r e s francais, au coeur d'un meme roman, Poussiere sur l a v i l l e , apportent des tensions a certains niveaux que nous scruterons de plus pres par l a suite. Cela etant, le seul moyen e f f i c a c e de f a i r e j a i l l i r une l i t t e r a t u r e canadienne-francophone a i n s i qu'une pri s e de conscience l i t t e r a i r e autonome en Amerique du Nord, pour Langevin, en p a r t i c u l i e r , et pour les Quebecois en general, s e r a i t , bel et bien l'amalgame des deux. 4 Certains c r i t i q u e s l i t t e r a i r e s t e l s que Andre Maurois, Ramzi Chaker et Ronald Sutherland disent que Langevin a une obsession v i s - a - v i s de 1'existentialisme. Dans son oeuvre nous temoignons " l a confrontation de 1'individu a l a communaute, l'absurde, l a fonction de l a p i t i e dans les relat i o n s humaines" (Sutherland III) et 1'usage des codes l i t t e r a i r e s francais. Cependant, l'amalgame de 1'existentialisme sur fond de codes c u l t u r e l s quebecois et regis par les codes l i t t e r a i r e s francais de Poussiere sur l a v i l l e l u i donne une qualite franco-canadienne indeniable qui i n c l u t , entre autres: 1 1 intervention ecclesiastique, l'element meteorologique, l a v i l l e miniere et tout le discours actuel qui 1'entoure a cette epoque au Quebec. Les memes c r i t i q u e s disent q u ' i l y a encore plus de p a r a l l e l e s entre Poussiere sur l a v i l l e et La Peste, a tous les niveaux. Toutefois, l e theme de l'absurdite d'une vie vecue uniquement en rapport au regard d'autrui demeure central dans Poussiere sur l a v i l l e comme dans L'Etranger. L'absurdite se revele au moyen des personnages de Meursault et de Madeleine qui sont les incarnations d'etres en c o n f l i t avec l a societe pour l a sauvegarde des l i b e r t e s i n d i v i d u e l l e s et l a j o i e de vivre qui en resulte. Pour ces deux protagonistes tout systeme qui s'evertue a detruire ces li b e r t e s les plus fondamentales est a combattre a n'importe quel prix. Madeleine et Meursault se vouent inconsciemment mais entierement a l a cause du chemin sans detours. Ni l'un 5 n i 1'autre ne veulent r e v e t i r 1 1hypocrisie c o l l e c t i v e , dictee arbitrairement par les codes sociaux, moraux et r e l i g i e u x du jour. Autrement d i t , l e mensonge communautaire est hai et expose par les protagonistes dans les deux romans; pas uniquement le mensonge mais egalement l e discours qui en d i t plus sur les emotions q u ' i l n 1 en est reellement. On pourrait v o i r ce conformisme comme une s i m p l i f i c a t i o n de l a v i e de tous les jours, mais n i Madeleine n i Meursault ne veulent cette v i e simpliste. l i s veulent v i v r e et dire ce qui est, n i plus n i moins, et l a communaute s 1offusque ouvertement de ce comportement. Les protagonistes r e s p e c t i f s refusent categoriquement de s'affubler du mensonge c u l t u r e l . l i s sont, tous deux, influences par l a lumiere eblouissante, le s o l e i l ardent d'Afrique du Nord pour Meursault: " J'avais tout le c i e l dans les yeux et i l e t a i t bleu et dore" (Camus 37), l e s o l e i l qui se r e f l e t e sur l a neige immaculee du Quebec. Pour Madeleine l a lumiere qui ne f a i t pas d'ombre--de contre-verite. Dans Poussiere sur l a v i l l e Andre Langevin balance entre les codes soci o - c u l t u r e l s quebecois et les codes l i t t e r a i r e s francais. Si "[t]out l e monde admet que l e materiau de l ' e c r i v a i n , c 1 est le langage de sa societe" (Belleau 167), nous constatons, paradoxalement, que Langevin emprunte des codes francais, l i t t e r a i r e s et s o c i o - c u l t u r e l s , pour presenter sa propre societe qui est d i s t i n c t e de toute autre societe, particulierement c e l l e de l a France. "Les codes l i t t e r a i r e s 6 francais tendent a determiner les q u a l i f i c a t i o n s des personnages tandis que l e discours s o c i a l quebecois commande leurs fonctions ou operations, c'est-a-dire ce q u ' i l s font textuellement en depit de ce q u ' i l s sont" (Belleau 181). Autrement d i t , i l y a un schisme entre ce que sont les personnages et ou i l s sont. Done, par "codes s o c i o - c u l t u r e l s " nous entendons 1'ensemble des dispositions materielles qui reglent l a societe en question, maintiennent ses adherents dans 1'enceinte des parametres de c e l l e - c i et l u i donnent sa pseudo-coherence. "Ca m'est egal que tu t'amuses comme tu 1'entends, mais nous sommes dans une p e t i t e v i l l e ou ton attitude peut me nuire considerablement. II s u f f i t de peu pour scandaliser ces..." (Langevin 65). Le message est c l a i r : une femme mariee ne se comporte pas a i n s i a Macklin. Par "codes l i t t e r a i r e s " nous entendons 1'ensemble des messages codes, images mentales et generalites qui nous parviennent "a n'importe quel moment de notre existence et qui constituent de ce f a i t notre environnement de langage" (Belleau 167). Les stereotypes, generalites ou clich e s partages par une culture sont aux ecrivains ce que les decors de fond sont aux metteurs en scene. I l s servent a creer 1'atmosphere a i n s i que l e "non-dit" evocateur d'images et d'emotions selon les besoins de l a trame narrative: Le Quebecois stereotype est "lourd... lent... un garcon f a i t pour couper des arbres dans l a foret, avoir une fam i l i e de quinze enfants... l a force physique... et l a nature primitive, son 7 caractere de bon sauvage assez pres de l'enfance" (Langevin 175). Pour continuer l a c i t a t i o n de Belleau plus haut, en parlant de 1"influence des codes sur l a l i t t e r a t u r e quebecoise, i l d i t que l a l i t t e r a t u r e quebecoise a ete beaucoup ou, oserais-je d i r e , trop influencee et marginalisee par, non seulement, l a France mais aussi par l'Amerique du Nord anglophone. Inversement, dans L'Stranger de Camus l a question ne se pose pas car les codes soci o - c u l t u r e l s et les codes l i t t e r a i r e s sont en accord. 8 CHAPITRE 1 LE DEDOUBLEMENT DES PROTAGONISTES Af i n de mener son roman en p a r a l l e l e a c e l u i de Camus et de f a i r e passer son message de l'absurde, Langevin est contraint de d i v i s e r Meursault en deux (Dubois/Madeleine) pour a r r i v e r a recreer 1'enigmatique protagoniste de L'Etranqer sans brimer son auditoire de lecteurs. En e f f e t , le Quebecois type des annees cinquante n'a pas grand chose en commun avec 11 insouciant Meursault et l ' a u r a i t rejete. Done, Dubois, l'homologue de Meursault, f a i t face a ses d i f f i c u l t e s , se questionne et se c u l p a b i l i s e face a l a societe omnipotente qui l'entoure et i l s'evertue, en proie a 11 incertitude, a se racheter par tous les moyens. Selon Ronald Sutherland, dans l a preface de l a traduction de Poussiere sur l a v i l l e : The determination of A l a i n Dubois. . .to blame himself and to suffe r q u i e t l y and i n s i s t e n t l y rather than to s t r i k e at the cause of his miseries i s a recurrent t r a i t of Canadian protagonists. I c a l l i t the "pretre manque" syndrome, a legacy of the C a l v i n i s t -Jansenist conditioning of people across Canada. . .The same syndrome, however, can be seen i n any 9 character, regardless of whether or not he has anything to do with the priesthood, who cannot adapt to the system or to a p a r t i c u l a r set of circumstances around him and who blames himself rather than the system. ( I l l ) Contrairement au code l i t t e r a i r e quebecois l e code frangais temoigne l 1oppose. Les lecteurs francais et les personnages de Meursault/Madeleine sont persuades de leurs sentiments intimes. Non seulement i l s ne se c u l p a b i l i s e n t pas, i l s ne se remettent nullement en question un seul moment. I l s se contentent davantage de se retourner contre leur societe qui sont evidemment coupables a leurs yeux et s 1evertuent a l a def i e r sans se soucier des repercussions. French protagonists...will confidently defy the system, whatever the consequences. It does not occur to them that they may be wrong, or i f i t does they do not worry about i t . The t y p i c a l Canadian character, by contrast, engages i n a struggle with what he supposes to be his own d e f i c i e n c i e s . . . . (Sutherland III) Le protagoniste quebecois a i n s i d i v i s e en un combat s p i r i t u e l entre l e bien et l e mal peut racheter aux yeux de ses lecteurs ses transgressions contre les bonnes moeurs. Dubois lui-meme est conscient de cette dichotomie. II se d i t : "Je defends une part de moi qui est en e l l e , dont je ne peux me l a i s s e r amputer parce que c'est l a part l a meilleure, l a 10 plus vivante, c e l l e qui f a i t que je suis A l a i n Dubois. En me quittant Madeleine emporterait mon id e n t i t e " (Langevin 1 0 0 ) . For A l a i n Dubois, Madeleine i s an a l t e r ego. She represents a l l that he has suppressed i n himself by ra t i o n a l argument, as he so e f f e c t i v e l y does when confronted by the l o c a l p r i e s t . But Madeleine does not have to hold herself apart, observe or j u s t i f y . Her actions are spontaneous, based on i n s t i n c t , l i k e those of a creature of the wild. (Sutherland IV) Langevin est assez perspicace pour savoir ce que l e public quebecois pouvait accepter. II mene bien son h i s t o i r e t a i l l e e sur mesure a son auditoire. Le code l i t t e r a i r e francais qui questionne sa propre societe plutot que de trouver une faute dans l ' i n d i v i d u , transpose au Quebecois a l a date de l a parution du l i v r e , n'aurait guere convaincu sans un "Dubois" pour r e t a b l i r l ' e q u i l i b r e des normes s o c i o - c u l t u r e l l e s quebecoises. Dubois e t a b l i t et maintient une sorte de contre-poids sain dans l a trame narrative ou Madeleine seme l a zizanie en faisant comme bon l u i semble, tout comme Meursault, sans aucun egard pour les bonnes moeurs n i les bonnes gens. Le role de Dubois se deroule conformement au syndrome du "pretre manqu6" qui se veut etre un code l i t t e r a i r e canadien. II reste quasiment i n a c t i f face aux outrages de sa femme et neglige de r e t a b l i r l ' e q u i l i b r e de son couple. Dubois essaye plutot de regarder a i l l e u r s en escomptant que les choses iront 11 mieux toutes seules. Autant Dubois respecte et mene une existence soumise aux codes l i t t e r a i r e s du Quebec autant Madeleine f a i t de son mieux pour se revolter et montrer son aritagonisme contre cette soumission. C'est-a-dire que Dubois v i t sa vie selon les normes requise par sa classe et l a societe. Non seulement, Langevin e s t - i l coupable de transgresser les codes l i t t e r a i r e s du Quebec mais i l f a i t transgresser les codes soci o - c u l t u r e l s a Madeleine. Parfois, Dubois manifeste une d e m i - i n i t i a t i v e pour r e t a b l i r 1'ordre dans sa vie conjugale. Mais i l se retrouve en c o n f l i t avec lui-meme. Ses pensees morales et ses moeurs ne concordent pas avec les actes d'un homme fr u s t r e . II se veut etre evolue mais i l succombe de temps a autre a l a pression de l a communaute qui l u i di c t e de f a i r e face a ses problemes conjugaux. II veut l a i s s e r Madeleine l i b r e mais par moments i l ne peut s'empecher de reagir a ses agissements. Dubois devient fr u s t r e et f i n i t par f a i r e une tentative pour s 1imposer qui se termine futilement. II donne un bracelet dispendieux en cadeau a Madeleine pour l'apaiser et pour qu'elle retrouve un peu de sa j o i e de viv r e . E l l e sort en douce l e lendemain et l a i s s e le bracelet t r a i n e r dans l a cuisine. Son mari s'enrage a 1'idee qu'elle ne vpulait pas porter ce bij o u couteux q u ' i l vient de l u i donner. II commence a serieusement douter de sa femme et de sa conduite. II se d i t : " [ j j e vais cesser de couper les cheveux en quatre et l u i parler en mari" (Langevin 86). Jim, 12 le chauffeur de t a x i qui est au courant de toutes les intrigues de l a v i l l e , replahte l a graine du doute. II f a i t subtilement remarquer a Dubois que Richard Hetu, un jeune camionneur, s e r a i t son r i v a l . Therese, l'amie et l a bonne de Madeleine, s ' a f f a i r e pour que le couple ne se trouve jamais seul; Dubois exploite cette s i t u a t i o n qui l u i permet de ne ri e n d i r e n i f a i r e pour regler ses problemes conjugaux. II noie, de temps a autre, ses ennuis dans sa baignoire, pour le moment, car l e nouveau marie ne pense pas encore a l ' a l c o o l . Ce sera pour plus tard quand les ver i t a b l e s ennuis commenceront, et ceux-ci n'hesiteront pas a f a i r e leur apparition. En f a i t les evenements vont de mal en p i s . Madeleine i n s i s t e pour passer son temps l i b r e seule chez Kouri, le restaurateur, et pour a l l e r au cinema souvent sans son mari. E l l e ne veut pas dependre de l u i pour son bonheur. Dubois semble ignorant du comportement de sa femme ou peut-etre e s p e r e - t - i l que tout s'arrangera avec l e temps. Kouri a v e r t i t Dubois subtilement en respectant l e standing s o c i a l que son etat de medecin assure. Kouri, qui se veut le porte-parole de l a v i l l e , communique l e message que les Macklinois ne sont plus capables d'ignorer 1 1outrecuidance evidente de Madeleine. Enfin, Dubois se r e v e i l l e et prete l ' o r e i l l e a ce qui se passe autour de l u i et de toute l a v i l l e de Macklin. Sa premiere reaction pour remettre Madeleine sur l a bonne voie est puerile et inef f i c a c e ^ D ' a i l l e u r s toutes les autres interventions auront l e meme re s u l t a t . La premiere reprimande est absolument f u t i l e et l a suite est inattendue. Dubois repete deux f o i s : "Je ne veux plus que tu a i l l e s seule chez Kouri" (Langevin 25). Madeleine f a i t semblant de ne pas 1'entendre, mais les jours qui suivent e l l e f a i t tout 1'oppose, e l l e veut declarer sa l i b e r t e inconditionnelle. Justement e l l e va chez Kouri quelques jours plus tard et Dubois vient l a chercher sous pretexte d'acheter des cigarettes. Pourtant, e l l e refuse categoriquement de p a r t i r avec l u i . Dubois constate: "Oh! non, je ne l u i passerai pas l e l i c o l c'est en l i b e r t e q u ' i l me faut l a posseder" (Langevin 64) . Pendant toute l a trame narrative nous percevons un seul p o r t r a i t physique de Dubois; i l se devisage dans l a glace pour se rassurer sur sa masculinite et son pbuvoir potentiel de garder sa femme plutot que de l a perdre. Juxtaposee a cette image est c e l l e de Madeleine qui s'etale devant nos yeux a maintes reprises. Par contre, au point de vue de 1'aspect moral, Dubois est bien mis a nu pour que 1'on puisse penetrer ses moindres sentiments. Inversement, i l existe une insuffisance de p a r t i c u l a r i t e s sur les pensees et les sentiments de Madeleine. L'element qui manque a un personnage est possede par 1'autre, creant a i n s i une personne romanesque a part entiere. Dubois est conscient de ce vide q u ' i l tache de remplir par des moyens a r t i f i c i e l s . En s'accaparant d'une femme q u ' i l pense as s u j e t t i e , i l cree une dependance d ' e l l e pour vivre sa vie par procuration. II engendre une causalite 14 confectionnee qui repose de plus en plus sur 1 1 admiration de sa femme. Dubois u t i l i s e sa femme pour combler ce neant q u ' i l trbuve dans sa personnalite. L'estime vertigineuse q u ' i l a pour e l l e nous tourne l a tete. Nous voyons et nous lisons 1'admiration que Dubois a pour sa femme audacieuse et pleine de f i e r t e (son cote animal a l u i ) dans l a maniere dont i l l a met sur un piedestal: "A vingt-quatre ans, Madeleine ne pensait r i e n , e l l e sentait tout, plus prompte a desirer qu'a soupeser ce qu'elle recevait" (Langevin 35). "Si A l a i n est un analyste lucide, un homme r e f l e c h i qui cherche a percevoir tous les aspects d'un probleme, Madeleine se veut, a 1'oppose, un etre d ' i n s t i n c t et de vi e , un personnage spontane qui, a premiere vue, ne parait penser qu'au moment present" ( T e l l i e r 577). Dubois est incapable d'etre l'emule de sa femme tandis que c'est ce q u ' i l souhaite: "Je d e s i r a i moi aussi me perdre dans une s a l l e de cinema, ev i t e r le tete-a-tete ou nous pourrions cesser de jouer avec des t r a v e s t i s et nous decouvrir" (Langevin 35). Dubois est tres f i e r de cette jeune femme q u ' i l deerit a plusieurs reprises comme "un animal sauvage" ou "jeune fauve". "Si Madeleine est un animal sauvage en l i b e r t e , i l ne faut pas s 1etonner alors que les tentations du chasseur et du dompteur traversent parfois 1'esprit du docteur qui s'exprime sans ambiguite a ce sujet" (Amprimoz 157). Dubois nous d i t dans sa fr u s t r a t i o n que: "Madeleine ne signe pas de pacte, ne se donne 15 pas en contrat. Cela seul peut-eitre me l a rend precieuse. E l l e n'est pas un miroir ou me r e f l e c h i r , n i un echo de ma voix, mais uhe proie" (Langevin 64). Dubois est contraint de vouloir posseder, dominer, triompher et dompter un autre etre humain qui est suppose etre l i b r e , selon l a Charte des Droits. Son obsession de posseder est maladive. II l u i faut a tout prix posseder cette femme, et i l revendique ce choix jusqu'au bout, du moins jusqu'a ce qu'elle l u i fut arrachee. Meme quand Madeleine est morte, couchee par terre, Langevin nous d i t q u'"[e]lle est morte en animal indompte" (Langevin 193). La l i b e r t e est synonyme de 1'animalite; l e narrateur l a veut "animal" mais ne l u i donne jamais l a l i b e r t e necessaire pour l ' e t r e . II c h o i s i t done de l u i inculquer les a t t r i b u t s du chien, qui est "animal" certes mais sans trop de l i b e r t e et surtout obeissant a son maitre: l'homme. E l l e est comparee plus souvent a un chien qu'aux autres animaux. Cet animal est vu par notre societe comme l 1animal d1accompagnement le mieux ass o r t i a l'homme. C'est une autre espece de dualite entre les deux protagonistes qui les r e l i e sous un autre aspect. Dubois incarne le maitre et Madeleine l e chien enrage qui a besoin de dressage. La f i d e l i t e entre homme et chien est rarement rompue, sauf quand i l n'y a plus d'espoir de correction et l e chien a besoin d'etre pique pour l'endormir. Quand Madeleine et Dubois sont s o r t i s pour decouvrir Macklin, l a v i l l e de leur nouvelle demeure, pour l a premiere f o i s on v o i t que Madeleine repond a Dubois "par des grognements" et un peu plus l o i n i l 16 d i t que: "La masse des cheveux roux de Madeleine s 1 alldngeait dans son dos sans plus aucune boucle" (Langevin 28). Nous pouvons facilement imaginer les cheveux amples de Madeleine qui forment une sorte de c r i n i e r e . Finalement, i l l a compare carrement a un chien, en disant qu'elle a "[1]'impatience du p e t i t chien agace" et qu'" [ e ] l l e avait a peine desserre les dents" (Langevin 29-30). De plus, i l d i t qu'elle "sauta ... comme un chien sur un os" (Langevin 31). Langevin f i n i t l a scene en donnant a Dubois 1'idee de remettre cet animal sur le bon chemin en le battant: "Je pouvais l a battre" (Langevin 31). La metaphore du chien, plutot sauvage, avec dents serrees et qui pousse des c r i s bestiaux joue bien dans 1' image que Langevin nous donne de Madeleine. Qu'y a u r a i t - i l de pi r e que le meilleur ami de 1' homme qui se retourne contre son maitre? Pour les memes raisons et contrairement aux apparences, Madeleine ne peut pas representer l a l i b e r a t i o n des moeurs, et encore moins c e l l e des femmes aux lecteurs quebecois, comme e l l e aurait pu le f a i r e pour les lecteurs dans l a France de Camus. Le Quebec de l'epoque est a m i l l e lieues de ces demarches; i l est encore dans un marasme po l i t i q u e et economique, sous l a botte anglophone et c e l l e , non moins r e s t r i c t i v e , de 1'Eglise qui gere l a communaute et l a vie de chaque individu d'une main de f e r . II est encore dans une torpeur i n t e l l e c t u e l l e et sociale qui ne permet pas au lecteur cette interpretation. Dans l a France de Camus, au contraire, 17 le mouvement est bien amorce et Meursault peut se permettre l e luxe d'une sensualite debridee. Non, l e lecteur a v e r t i ne peut que voi r Madeleine representant le cote manquant a Dubois, c e l u i q u ' i l ne saura pas apprivoiser, qui l u i echappera. E l l e represente l a force de l a nature qui, plus e l l e est brimee, plus e l l e se manifeste de facon inattendue et inopportune. E l l e joue l e mauvais role de l a conscience i n d i v i d u e l l e insoumise au bien de l a communaute, et qui, de ce f a i t , doit etre mise a mort pour epargner les s e n s i b i l i t e s o f f i c i e l l e s . En e f f e t meme l a l o i n'a d 1 emprise sur e l l e : "L'appareil de l a l o i n'est pas pour l'intimider. De dr o i t s sur e l l e , je n'ai que ceux qu'elle accepte" (Langevin 64). Ce qui prend a Madeleine/Dubois tout un roman a developper prend seulement une page a Meursault qui, l u i , est en accord p a r f a i t avec lui-meme. Puisque Camus de s t i n a i t son oeuvre a un public notoirement voue a une philosophie des dro i t s individuels indeniablemerit superieurs aux dr o i t s de l a societe, son protagoniste est done l i b r e de vivre selon ses convictions personnelles et meme au dela de cell e - r c i . II v i t sa vie au jour l e jour savourant chacun des simples p l a i s i r s quotidiens. II va a 1' enterrement de sa mere sans pleurer; seduit une jeune femme l e lendemain; et donne l i b r e cours a toute sa sensualite comme s i l a mort de sa mere e t a i t un evenement banal et passager. II est incapable de 'fa i r e semblant', et est i n d i f f e r e n t aux obligations a f f e c t i v e s et sociales. II refuse completement les imperatifs sociaux et 18 c u l t u r e l s , i l deambule dans l a vie en toute l i b e r t e , sans simuler ni feindre quoi que ce s o i t . II prend conscience de l a vie en explosant de cdlere avec des soupcons de j o i e que l o r s q u ' i l est mis en face des i n t e r d i t s de l a societe par l e b i a i s de l a personne du cure qui l u i rend v i s i t e en prison apres q u ' i l (Meursault) fut condamne a mort pour avoir tue un Arabe: Alors, je ne sais pourquoi, i l y a quelque chose qui a creve en moi. Je me suis mis a c r i e r a p l e i n gosier et je 1'ai insulte et je l u i a i d i t de ne pas prier.. Je 11 avals p r i s par le c o l l e t de sa soutane. Je deversais sur l u i tout le fond de mon coeur avec des bondissements meles de j o i e et de colere...C'etait comme s i j'avais attendu pendant tout le temps cette minute et cette p e t i t e aube ou je serais j u s t i f i e . Rien, r i e n n'avait d'importance et je savais bien pourquoi. Lui aussi savait pourquoi. Du fond de mon avenir, pendant toute cette v ie absurde que j'avais menee, un souffle obscur remontait vers moi a travers des annees qui n'etaient pas encore venues et ce s o u f f l e e g a l i s a i t sur son passage tout ce qu'on me proposait alors dans les annees pas plus r e e l l e s que je v i v a i s . . .Lui aussi, on le condamnerait. Qu'importait s i , accuse de meurtre, i l e t a i t execute pour n'avoir pas pleure a 1'enterrement de sa mere?...Comprenait-il 19 done, ce condamne, et que du fond de mon avenir . . . j ' e t o u f f a i s en cria n t tout c e c i . Mais deja on m'arrachait 1 1aumonier des mains et les gardiens me menacaient". (Camus 155) Dubois l u t t e contre son role de petit-bourgeois qui le t i e n t , l u i , par ce l i c o l q u ' i l ne veut en aucun cas mettre a Madeleine, son a l t e r ego. Enviaht cette femme q u ' i l pretend posseder, i l voudrait vivre une existence plus semblable a c e l l e de Madeleine. Langevin essaye de convaincre le lecteur au debut du r e g i t que Dubois gardera sa femme toute sa vie, mais on sent q u ' i l perd son etreinte. II lance le c r i desespere de quelqu'un qui s a i t q u ' i l va perdre ce q u ' i l veut a tout prix garder. " E l l e est a moi. Et pour l a v i e ! Vous entendez" (Langevin 24). On ressent 1'enthousiasme q u ' i l a pour cette femme qui v i t uniquement pour l e present, avec un e s p r i t l i b e r t i n et qui exerce son l i b r e a r b i t r e . En l'epousant i l espere beneficier de son non-conformisme et de sa teme'rite. II entend imiter et suivre cette enigme veneree dans son independance mais i l est trop engonce dans les r e s t r i c t i o n s des codes so c i o - c u l t u r e l s . II ne transgresse les limi t e s que jusqu'a un certain point. Par contre, i l ne peut pas franchir l e s e u i l au meme degre que Madeleine, malgre ses aspirations, par manque d'aplomb et de naturel. Inversement, e l l e refuse a tout prix de se p l i e r aux exigences du discours s o c i a l . E l l e prend tous les risques, r i e n ne l' a r r e t e . 20 A cause de cela, Dubois admire sa l i b e r t e : " E l l e e t a i t pour moi tout 1'exotisme.... Sa l i b e r t e me seduisait comme qualite physique plutot que morale. Son egoisme, aussi sain chez e l l e que chez le jeune enfant, m'apparaissait comme c o r r e l a t i f de cette l i b e r t e " (Langevin 63). II desire ardemment l a f a i r e sienne: "Je ne l u i passerai pas le l i c o l ! C 1 est en l i b e r t e q u ' i l me faut l a posseder" (Langevin 64). II sent que sa femme ( l a l i b e r t e ) l u i echappe, mais i l est bien decide a porter sa croix en bon citoyen soumis aux l o i s et aux moeurs de son groupe s o c i a l . Tout comme Meursault qui n' est pas trop interesse par une promotion qui le f e r a i t s o r t i r du p r o l e t a r i a t et de sa zone de confort, Madeleine se refugie, e l l e aussi, ou e l l e est a l' a i s e , ou e l l e se reconnait et s ' i d e n t i f i e dans un t e r r i t o i r e qu'elle considere le sien: Madeleine v i t plus intensement dans un restaurant comme c e l u i de Kouri, ou dans l a rue, parmi les mineurs, qu'a l a maison. E l l e a conserve de son milieu ouvrier un etonnant i n s t i n c t d' imprudence, l a l i b e r t e de jouer son va-tout a 1'instant, parce que possedant peu ou ri e n . C'est un t e r r a i n ou je ne peux l a suivre avec naturel. D'une famille de p e t i t s bourgeois, je n'ai pas d ' i n c l i n a t i o n pour les departs subits, les mains vides et sans but...Je l ' a i aimee a cause de tout cela surtout, dangereusement peut-etre. (Langevin 62) 21 Issue d'un milieu p r o l e t a i r e , Madeleine, contrairement a Dubois, se sent plus chez e l l e que Dubois dans l a v i l l e miniere de Macklin. Les Macklinois accordent le benefice du doute a Madeleine a son arrivee car meme le peuple qui impose les entraves les plus e t r o i t e s alloue un certain temps comme periode d'ajustement. Madeleine ne se r e s t r e i n t point de former une a l l i a n c e amicale avec Therese. Apres quoi, e l l e 1'embauche comme bonne pour l a garder pres d ' e l l e plus souvent. E l l e frequente continue!lement, sans songer aux repercussions, le restaurant qui est reserve uniquement aux ouvriers. Dubois reproche, plusieurs f o i s , a Madeleine son milieu s o c i a l et son incapacite d'agir comme i l 1'aspire et l e desire. II souhaite mollement que Madeleine respecte les codes sociaux de sa nouvelle classe bourgeoise. II s'attend a ce qu'elle cuisine de bons p e t i t s plats et qu'elle fasse l e menage comme les femmes le devaient a cette epoque. E l l e se reveie incapable de f a i r e une seule tache necessaire pour remplir son role; e l l e est trop occupee a contempler son futur bonheur. C'est le cote cache et honteux d'un Dubois p o l i ! Au fur et a mesure que l a trame dramatique du roman se deroule Madeleine devient quasi-animale: e l l e s'enrage quand Dubois l a remet en question. E l l e ne rate pas d'occasion de revendiquer les d r o i t s de 1'individu face a l a communaute; e l l e en devient presque butee. E l l e veut a tout prix exercer sa l i b e r t e i n d i v i d u e l l e malgre les i n t e r d i t s et prend une attitude de combattante seule contre tous. C'est le combat 22 classique entre les forces du bien et du mal! E l l e commence par se refugier dans le cinema melodramatique americain, l a musique, les revues legeres, ou e l l e peut donner l i b r e cours a ses fantasmes. La polemique du bon et du mauvais, de Dubois et de Madeleine, s e v i t d'un bout a 1'autre du roman a f i n que l e premier puisse racheter--a defaut de posseder--les i n s t i n c t s de l i b e r t e de Madeleine et les imperatifs de l a nature qui font surface de facon l a plus inopportune a force d'etre brimees. "Ca m'est egal que tu t'amuses comme tu l'entends, mais nous sommes dans une p e t i t e v i l l e ou ton attitude peut me nuire considerablement. II s u f f i t de peu pour scandaliser ces..." (Langevin 65). Madeleine ne le l a i s s e pas f i n i r . Dubois tache de remettre Madeleine sur l a bonne route de l a conduite convenable a Macklin une f o i s encore. E l l e r e s i s t e au controle de son mari qui use d'une autorite flasque. E l l e ne veut pas savoir les repercussions que ses a c t i v i t e s pourraient engendrer. E l l e ne peut pas imaginer que dans un avenir proche les c l i e n t s de son mari pourraient boycotter son cabinet. E l l e pense que les gens ne peuvent s'empecher d'§tre malades, done aucun danger. Nous constatons i e contraire, au denouement de l a trame, quand Dubois est sans c l i e n t s et que ceux qui sont obliges de venir l e v o i r ne le payent pas. La communaute a plus de pouvoir qu'elle l u i attribue. Maintenant, Dubois aussi est sujet a l'ostracisme par l a c o l l e c t i v i t e qui 1'esquive. 23 Ala i n Dubois, homme du monde marie a son a l t e r ego, est en danger immediat et constant de se v o i r devoiler a ces propres yeux et a ceux de son entourage: Le Docteur Dubois, homme i n t e l l e c t u e l et l i b r e , porte a 1'introspection, se trouve lance dans une aventure qui 1'emporte en l u i faisant subir chaque jour les consequences de l a maniere d'agir d'une femme sensuelle, primesautiere et instable. En e f f e t , c 1 est a 1 1 instant meme q u ' i l importe a Madeleine d'etre s a t i s f a i t e et non pas dans un avenir problematique. Cette incompatibilite des caracteres rend l a communication entre epoux impossible, d'ou l'echec t o t a l de leur mariage qui ne dure que depuis t r o i s mois. (Chaker 94) Pourtant Dubois echoue sa quete car i l arr i v e a v i o l e r sa femme brutalement, dans 1'enceinte meme de leur foyer. En essayant de remettre de 1 1ordre dans son menage Dubois essaye d'avoir des pensees l i b e r a l e s v i s - a - v i s des femmes. II est, en essence, l'antithese de l a bonte et de l a p r e t r i s e que nous l u i accordons. II n'agit pas comme un pretre. II enfreint l e code moral et se l a i s s e entrainer dans le fantasme de "posseder" sa femme. On pourrait d i r e q u ' i l souffre de "mauvaise f o i " . En somme, Dubois succombe au poids des contraintes que l a communaute l u i impose. II a une reaction extreme a c e l l e - c i et trouve l a punition l a plus mesquine et v i l e possible q u ' i l peut i n f l i g e r a sa femme. II va trop l o i n 24 et a t t e i n t un point de corruption qui depasse c e l u i de Madeleine. Pour f a i r e un pas en avant i l effectue dix pas en ar r i e r e . Apres avoir v i o l e sa femme i l se perd dans 11 introspection et dans 1'analyse pour s'efforcer de comprendre ses actions. II en ressent une profonde repugnance qui le pousse a commencer a boire excessivement pour echapper a tout. II d i t : "1'alcool est un poison mais moins nocif encore que l a violence ou 1'emotion" (Langevin 112). Au l i e u de ressentir de l a douleur profonde Dubois prefere se souler. Dubois ne v o i t pas une autre solution a son prbbleme. Alors i l resout de l a i s s e r sa femme f a i r e ce qu'elle veut pour trouver son bonheur car i l est autant ou plus coupable qu'elle. Celui qui semble incarner l e bon n'est plus l e boh; i i se transforme en quelqu'un de haissable. Pendant q u ' i l v i p i e sa femme i l triomphe temporairement et i l est beat de sa conduits malgre q u ' i l s o i t medecin (une autre raison d'avoir une conduite appropriee a sa profession). Dubois est tres candide avec son auditoire, i l veut nous montrer que finalement i l est capable de reagir en tant qu'homme v i r i l et q u ' i l l u t t e pour reprendre sa place de maitre digne. II d i t : Je n'ai aucune honte de l a vaincre et de l a t e n i r sous moi, tordue par l a colere et 1' humiliation. C'est son horrib l e f i e r t e que je broie. De son orgueil qui m'a trop f a i t s o u f f r i r , devant lequel je me suis senti trop souvent demuni, je me venge, avec 25 delectation, sans pudeur. (Langevin 104) Mais cette ostentation et sa resolution de prendre p l a i s i r dans sa vengeance sont ephemeres et fugaces. Peu apres l a vexation et les remords font surface. Dubois essaie de se soustraire au code l i t t e r a i r e quebecois du "pretre manque" que Sutherland nous a souligne au prealable. Mais, i l est incapable de suivre son i n s t i n c t et transgresse les codes so c i o - c u l t u r e l s . II regresse temporairement et ensuite reprend ses v i e i l l e s habitudes d 1autocritique mais avec encore plus de resolution a les respecter qu'auparavant. Dubois, ehonte, se rend compte q u ' i l est devenu victime de son propre comportement abominable parce q u ' i l possede l e bagage du raisonnement logique tandis que sa femme dispose d'une logique etrangere a l u i . La seule solution q u ' i l projette pour soulager son avilissement est de l a i s s e r Madeleine completement l i b r e et de 1 1encourager a le punir. II f a i t quelques e f f o r t s pour remedier a l a si t u a t i o n , mais le degat est finalement irreparable. II a reussi a totalement brimer Madeleine mais pas comme i l l ' a u r a i t souhaite. II a completement bris e les l i e n s qui tenaient un peu encore cette femme a ses cotes. L'engrenage se met en branle et personne n'est apte a 1'arreter surtbut pas Dubois. Madeleine en p r o f i t e au maximum pour se venger a son tour des injures que Dubois l u i a i n f l i g e e s . E l l e ne peut plus accepter de subir des v i o l a t i o n s aux mains de son mari. Neanmoins, Dubois ne quitte pas sa femme car i l se sent 26 responsable de son ame qui est denuee de toute logique et d'instruction classique superieure. II a p i t i e d ' e l l e , i l ressent un grand besoin d'etre son protecteur. En plus, s i Dubois desertait Madeleine i l ne s e r a i t pas un etre entier; i l y aurait un grand vide au trefonds de son etre. Personne dans l a v i l l e de Macklin ne comprend son comportement, mais i l s'evertue a perseverer dans sa resolution. "Si Dubois ne peut plus renouer avec son epouse sur l e plan conjugal, i l deviendra son a l l i e contre 1'absurde cruaute du destin" (Chaker 96). La p i t i e que Dubois ressent pour sa femme devient tres profonde lorsque Madeleine l u i revele, l e jour meme de Noel, qu'elle en aime un autre, Richard Hetu. Ce jour, qui se trouve etre le jour f a m i l i a l l e plus sacre de notre societe chretienne, est bien c h o i s i pour endommager leur foyer. Hetu, 1'amant qu'elle a c h o i s i , est p r o l e t a i r e comme e l l e ; e l l e trompe son mari avec quelqu'un de l a classe infe r i e u r e , ce qui constitue un double t o r t . Malgre l a confession de Madeleine, 1'apitoiement que Dubois eprouye est plus f o r t que jamais. II d i t : E l l e l i b e r e eh moi un torrent de p i t i e dont je desire l'abreuver. Comme s i e l l e me passait sa souffranee tout entiere et que j 1acceptasse de m'en charger. L'emotion me f a i t trembler. Cette femme pantelante n'est plus l a mienne, je ne me reconnais plus aucun d r o i t sur e l l e . Je ne veux que l a consoler, l a soustraire a 1'injustice divine, a i n s i que d i s a i t le docteur Lafleur ... Que m'importe alors d'avoir ete t r a h i ; je ne l a revendiquerai plus pour femme. On ne peut avoir des d r o i t s sur un etre qu'on ne peut empecher de mourir. On me l ' a volee depiiis toujours et ce ne sont pas les hommes qui m'ont depossede. Je me suis assez battu contre e l l e ; j ' a i recu trop de coups qui ne venaient pas d ' e l l e . II ne me s e r v i r a i t de r i e n d'entrer mes ongles dans sa peau pour l a rejoindre. Je ne l a r e j o i n d r a i jamais, jamais. Nous ne pouvons nous acharner a rapprdcher nos deux lignes p a r a l l e l e s . . . E l l e cherche a i l l e u r s . Moi, je quitte l e champ clos des maintenant. La p i t i e monte en moi comme une eau chaude et i r r e s i s t i b l e , nee peut-etre de v o i r ma propre souffranee en Madeleine. (Langevin 152-3) Dubois c h o i s i t volontairement de f a i r e p a r t i e de cette sprte de pensee car i l en a besoin pour soulager sa conscience. Nous pouvons ressentir l a souffranee de Dubois. II essaye une derniere tentative de posseder sa femme, i l s a i t q u ' i l l ' a perdue peut-etre pour toujours. L'absurde, qui fut un code l i t t e r a i r e francais une decennie avant l a publication de cette oeuvre romanesque, est central dans les emotions qui j a i l l i s s e n t dans l e passage ci-dessus. II e x i s t a i t un decalage de presque dix ans de 1'evolution de l a l i t t e r a t u r e entre l a France et l e Quebec. Langevin l i s a i t les e c r i t s de Camus quand i l avait redige son propre r e c i t . II affirme 28 egalement q u ' i l a l u Dostoievski quand i l e t a i t plus jeune. II y a plusieurs rapprochements a f a i r e entre l e st y l e de Langevin et Camus, par exemple: le "style sobre et au monologue in t e r i e u r ... [le] role important des pretres et des medecins, aux univers clos et aux symboles t e l s les prisons et les chaines" (Roberts-Van Oordt 501). L'eclosion du roman quebecois au cours des annees cinquante semble coincider avec l ' a r r i v e e dans ce pays des idees e x i s t e n t i a l i s t e s . C'est Andre Langevin qui, l'un des premiers, les a introduites dans notre l i t t e r a t u r e et Jean-Louis Major a souligne en 1964 ... les a f f i n i t e s entre l e romancier quebecois et des ecrivains comme Dostoievski, Sartre et Camus. (Roberts-Van Oordt 501) Non seulement Dubois t r a i t e sa femme avec b r u t a l i t e au moment ou i l l a v i o l e ; i l exhibe de l a cruaute avec une autre femme egalement. Dans un etat d'ebriete avancee, i l est appele pour 1'accouchement d'une femme qui va mettre au monde un bebe hydrocephale. II doit prendre l a decision de s a c r i f i e r l'un pour sauver 1'autre. II opte pour l a mere. Quand l a mere de l a jeune femme intervient, car e l l e a des inquietudes legitimes, le docteur perd patience et c r i e apres e l l e . II agit bizarrement avec l a famille en ne leur montrant aucune emotion quand i l leur tend le cadavre du bebe. II admet que cette femme a surement plus d'experience dans l e 29 domaine de 1 1 accouchement mais i l ne peut pas s' empecher d'hurler et de montrer une force i l l u s o i r e . II est d i f f i c i l e pour Dubois de garder son sang-froid. Le docteur Lafleur rend v i s i t e a l a famil l e l e lendemain et Dubois est sur q u ' i l s ont tout raconte de son comportement. II a honte. Lafleur n'en souf f l e mot. II d i t simplement q u ' i l ne savait pas q u ' i l y aurait un probleme, q u ' i l aurait du etre l a . II s a i t que l a rumeur va s'emballer dans tous les sens, que l a v i l l e n'aura pas de p i t i e pour un metropolitain recemment venu. A son tour, l e vieux medecin se sent coupable d'avoir mis Dubois dans une t e l l e p o sition vulnerable. Dubois a de plus en plus d'estime pour le docteur Lafleur. II d i t a qui veut 1'entendre que c'est l a seule personne qui puisse le juger, mais q u ' i l ne l e f a i t pas. En discutant avec Lafleur, apres que c e l u i - c i a i t demande un compte rendu des f a i t s , Dubois entre dans une discussion philosophique. Cette scene ne va pas sans evoquer un passage dans La Peste, c'est une reprise i n t e r t e x t u e l l e de l a discussion entre le medecin Rieux et Tarrou. Langevin se sert de cette sorte de dialogue pour effectuer le meme questionnement sur l a r e l i g i o n . L'intention de Lafleur n'est pas de donner un sermon a Dubois mais quand son opinion est s o l l i c i t e e , le vieux medecin l u i d i t ce q u ' i l pense. Dubois: Est-ce que vous croyez a l a j u s t i c e de Dieu? Lafleur: Pourquoi me demandez-vous cela? 30 Dubois: Parce ce que je n'y croi s pas. Je ne croi s pas a une i n j u s t i c e qui assene elle-meme les coups, quitte a se reprendre a i l l e u r s plus tard. Une in j u s t i c e qui brise 11 innocent avant de le reconnaitre. Et l e Docteur Lafleur l u i d i t : Au chevet du malade, je n'accepte jamais. Je l u t t e . Je l u t t e aussi dans l a vie chaque f o i s q u ' i l m'est possible. Je suis toujours battu. Et i l continue: Mais je continuerai jusqu'a l a mort. Ma f o i ne m'empeche pas d'aimer assez les hommes pour les soustraire quand je peux a ce que vous considerez comme 1'injustice de Dieu. Vous voyez, nous sommes deux a l u t t e r contre Lui. II n'y a pas d'autres solutions que de f a i r e notre metier d'homme. (Langevin 127-8) Cette experience bouleversante i n t e n s i f i e l e doute de Dubois sur l a bonte, l a j u s t i c e , 1'existence meme de Dieu. La pensee de l a souffrahce des innocents l u i est intolerable (Chaker 98). L'opiriion du Docteur Lafleur perturbe et influence l e reste des actions de Dubois au f i l du roman. II est derange par 1'idee qu'un etre innocent puisse s o u f f r i r dans ses mains. II se sent deja responsable des souffranees de Madeleine. En posant des questions a son collegue q u ' i l 31 estime sage et erudit dans les questions theoriques de l a v i e ; i l tente d'organiser et de comprendre 1'absurde q u ' i l percoit. Dubois nous l a i s s e entrer dans ses pensees une derniere f o i s dans ce passage et i l nous d i t : "Lui aussi doit tout ramener sur le plan de l'homme. II ne me convainc qu'a demi. Mais e s t - i l plus f a c i l e d'aimer l'homme" (Langevin 128)? Macklin convoite d'expier cette heresie ou d'obliger 1' intrus a se conformer aux l o i s et exigences de l a v i l l e . Comment e s t - i l possible qu'une femme etrangere ose provoquer tant de deshonneur dans une v i l l e qui v i t dans une t r a n q u i l l i t e p a i s i b l e ? Depuis leur arrivee ce jeune couple a reussi a chambouler un ordre flegmatique. Alors que Dubois se considere le redempteur du couple, sa femme est consideree abjecte par tous les Macklinois et surtout par l e pretre. Malgre l e f a i t qu'Alain porte sa croix, i l est persuade que tout cela est en vain: A l a i n est convaincu d'avance q u ' i l f a i t un t r a v a i l i n u t i l e et sans espoir. C'est 1'absurde, mais 1'absurde n'est pas dans l'homme, n i dans l e monde. II est dans leur coexistence. L'insucces du couple Dubois n'est pas l a consequence d'une faute commise par l'un ou par 1'autre. II provient d'une i r r e c o n c i l i a b i l i t e fondamentale des etres. (Chaker 98) I c i , l e theme p r i n c i p a l des deux romans se rejoigne: 1'absurdite d 1une v i e vecue par rapport au regard de 1'autre 32 plutot que par rapport aux besoins ind i v i d u e l s . Le mobile est p a r a l l e l e : Tant de questions que Camus a posees et que Langevin reprend par 1'intermediaire de Dubois. Tout le roman de Poussiere sur l a v i l l e se resume dans les e f f o r t s du heros pour accomplir cet exercice... ou i l s 1 est engage de facon consciente. (Chaker 98) Meursault trouve un vieux morceau de journal sur lequel i l l i t une h i s t o i r e pitoyable. II l i t et r e l i t cette h i s t o i r e a f i n de tromper l e temps dans sa c e l l u l e de prison. L'absurde joue un role integral dans l a narration de cette anecdote. C'est "1'histoire d'un Tchecoslovaque". Un homme quitte son pays pour a l l e r f a i r e fortune. II devient riche et revient dans son pays pour se vanter de sa bonne fortune. Sa mere et sa soeur avaient, entre-temps, ouvert un hotel. II decide de leur f a i r e une farce; i l l a i s s e sa femme et son enfant dans une v i l l e voisine et loue une chambre dans 1'hotel de sa mere en exhibant exagerement son argent. Sa famille, ne 1'ayant pas reconnu, l e tue pendant l a nuit et l e depouille. Le lendemain sa femme arri v e et revele son i d e n t i t e . La mere et l a soeur se suicident, toutes deux. Ce r e c i t est une sorte de mise en abyme de 1'histoire de Meursault. Le lecteur est contraint de r e f l e c h i r sur l'absurdite des f a i t s et de transferer ses impressions sur L'Etranger. Meursault, l u i , trouve l a f i n de 1'histoire tres logique. II constate: "D'un 33 cote, e l l e e t a i t invraisemblable. D'un autre, e l l e e t a i t naturelle. De toute facon, je trouvais que le voyageur l ' a v a i t un peu merite et q u ' i l ne faut jamais jouer" (Camus 124). On constate que Meursault ressent l a meme chose a son propre egard. L'absurde est autant present dans cette mise en abyme que dans les deux oeuvres etudiees: L' Etranger et Poussiere sur l a v i l l e . The very essence of "1'absurde" i n his case i s that out of indifference he linked forces with violence and death, not with love and l i f e . . . In L'Etranger Camus thus suggests that i n the face of the absurd no man can afford passively just to e x i s t . To f a i l to question the meaning of the spectacle of l i f e i s to condemn both ourselves, as individuals, and the whole world to nothingness. (Bree 114) La, on retrouve l a s a t i s f a c t i o n immediate et inconsciente des desirs charnels de Meursault a f a i r e comme i l l u i p l a i t . Meursault l a i s s e l a vie suivre son bonhomme de chemin. II 1'accepte t e l l e qu'elle est et i l se contente de son sort; i l n'eprouve pas le besoin d'y changer quoi que ce s o i t . II f a i t son t r a v a i l mais ne desire pas d'avancement s i cela doit l e f a i r e q u i t t e r son pays et a l l e r a Paris. II rencontre Marie et i l est heureux de l a regarder, de 1' embrasser et de l a serrer dans ses bras comme i l aime le s o l e i l et l a mer. II f a i t de son mieux pour mettre les deux p l a i s i r s ensemble l e plus souvent. On trouve un peu ironique q u ' i l tue l'Arabe au 34 beau milieu des deux choses qui l u i donnent tout ce p l a i s i r . Raymond, le souteneur, qui habite dans le meme immeuble que l u i , veut se l i e r d'amitie avec Meursault qui ne f a i t aucun e f f o r t dans ce sens mais ne r e s i s t e pas non plus. II est simplement un peu surpris que Raymond l e tutoie. I l s deviennent amis par defaut, car Meursault, n'emettant aucune objection, se l a i s s e f a i r e . Sa reponse de choix a toutes les questions est "Ca m'est egal". II y a des exemples nombreux tout au long du roman de cette attitude nonchalante. Le lecteur est i n v i t e a decouvrir que Meursault est heureux a i n s i et q u ' i l poursuivra cette philosophie jusqu'au bout. II la i s s e l a vie se derouler comme bon l u i semble et ne reagit en aucun cas contre les evenements. II l a i s s e r a meme l a vie l u i prendre l a sienne plutot que changer sa philosophie. II aura plusieurs occasions de revenir dans " l e d r o i t chemin" o f f e r t par le pretre, le juge d'instruction ou le procureur, mais i l les refusera. II sera f i d e l e a ses convictions. Mentir s e r a i t , pour l u i , p i r e que mourir. II ne mentira n i aux autres n i a lui-meme. Nous reparlerons de cette notion plus tard. Sur ce plan, Madeleine est l'egale de Meursault. E l l e f a i t ce qu'elle doit pour etre vraie enyers elle-meme et les autres. Quand e l l e trouve l e bonheur, e l l e ne l e cache pas, e l l e l e v i t ouvertement, fierement devant tout l e monde. Rien ni personne ne l a fera rentrer dans l e rang des hypocrites. Mais comme Meursault i l y aura un evenement qui mettra f i n a 35 cette heresie. La, l e pretre et Arthur Prevost realiseront un plan pour r e c t i f i e r l a s i t u a t i o n aberrante. Financierement Prevost est l'homme l e plus important de l a v i l l e . II peut meme se payer le luxe d ' a l l e r a l a banque et d'obtenir des renseignements sur les finances de Dubois. Dubois, qui s'est endette pour ouvrir son cabinet, est etonne quand Prevost l u i propose un pret plus interessant que c e l u i suggere par l a banque. Prevost entre chez Dubois sans i n v i t a t i o n et commence a l u i o f f r i r ses conditions. II l u i d i t aussi q u ' i l va l u i envoyer des c l i e n t s pour demarrer son cabinet car i l a enormement d'influence sur une grande pa r t i e de l a population. Une f o i s que Dubois accepte d'emprunter son argent, ne pouvant f a i r e autrement, Prevost s'arroge le d r o i t de l u i donner des conseils sur sa vie privee, ou plutot sur les problemes qui entourent sa femme. Quand Prevost apprend que Madeleine continue sa l i a i s o n avec Hetu, i l exige qu'elle y mette f i n et va jusqu'a menacer Dubois de l e ruiner. Prevost se proclame homme d'action qui fera l a sale besogne a l a place de Dubois s i c e l u i - c i est inapte a controler sa propre femme. Ce qui fut f a i t . Prevost, avec l'aide du cure, arrange un mariage entre sa niece et l'amant de Madeleine. La sit u a t i o n financiere de Prevost est decisive car s i Dubois est incapable de repayer son pr§t, i l perdra tout. La question de l a morale ne le preoccupe pas plus que cela. Une f o i s que 1'intervention dramatique a eu l i e u , Madeleine est terriblement decue qu'Hetu se l a i s s e manipuler 36 aussi facilement. E l l e pensait que 1'amour q u ' i l avait pour e l l e l u i donnerait une resistance plus audacieuse et perseverante. II cede sans meme provoquer un affrontement ou o f f r i r une resistance a qui que ce s o i t . E l l e ne peut supporter cette lachete qu'elle semble retrouver dans tous les hommes qui l'entourent. E l l e prefere tuer et mourir que de vivre un mensonge et une pusi l l a n i m i t e qu'elle a toujours hai avec vehemence. C'est l a femme evoluee par excellence qui devient l a femme f a t a l e . Dans l e chapitre suivant nous verrons ce que ce role implique. 37 CHAPITRE 2 LA FEMME FATALE Pour f a i r e j a i l l i r l a femme fa t a l e les auteurs usent de l a couleur, de l a sensualite, de l a violence et des moeurs a contre-courants. Madeleine incarne deux roles importants dans l'oeuvre romanesque de Langevin: e l l e est a l a f o i s 1'alter ego de son mari, le docteur Dubois, et l a femme fa t a l e en ce qui concerne les personnages masculins du roman. L'impression que Madeleine transmet a ceux et a c e l l e s qui 1'entourent est c e l l e d'une violence p o t e n t i e l l e prete a eclater a tout moment. La b r i l l a n t e couleur de ses cheveux n'est autre que l a symbolisation v i s i b l e de l a flamme qui l a consume de l ' i n t e r i e u r . E l l e rappelle aussi l a couleur du sang qui, en so i , entraine des pensees orientees vers l a violence. Madeleine agit toujours a sa guise et ne se l a i s s e jamais maitriser n i par son mari n i par les codes sociaux et/ou r e l i g i e u x de Macklin. Impulsive, sensuelle, au temperament v i f , e l l e fonctionne plutot que v i t dans cette p e t i t e region du Quebec hivernal, poussiereuse et sans couleur. De par sa beaute et 1'eclat de sa chevelure, e l l e perturbe l a moderation qui predomine dans cette p e t i t e v i l l e miniere. Pour ne pas 38 s'etouffer dans 1'atmosphere morne de Macklin, e l l e e t a b l i t une routine a sa guise; une routine qui l u i convient pendant un certain temps, vu le p e t i t t r a i n - t r a i n des Macklinois. Les s o r t i e s , les revues, les soins personnels, les films, les conversations avec sa bonne font tous p a r t i e de ses e f f o r t s pour ne pas succomber a 1'ordinaire de cette v i l l e p r ovinciale. Ses p e t i t s deplacements et a c t i v i t e s journalieres semblent cacher l a frenesie. E l l e a une qualite de fauve qui f a i t en sorte que Dubois l a trouve exquise, qu'elle s o i t en mouvement ou au repos: Madeleine dort sur le dos, les bras r e l i e s en equerre, l a pointe des seins dressee sous l a chemise de nylon. La peau de ses bras, l a peau etonnamment blanche des rousses, est pacifiante...Je l a regarde et mon sang bouillonne. (Langevin 24) Madeleine n'est sereine que quand e l l e dort. Nous remarquons l a blancheur de sa peau qui contraste avec sa chevelure rousse; l a purete blanche tranche sur l a v i t a l i t e quasi-violente du rouge. "En e f f e t , meme 'sale et decoiffee', Madeleine conservait une beaute qui l u i e t a i t propre, due non pas tant aux lignes qu'au mouvement de tout son corps, a une souplesse de jeune animal" (Pascal 32). Cette q u a l i t e de fauve qu'Alain Dubois trouve s i attrayante chez sa femme h o r r i f i e les autres, y compris sa mere a l u i . C e l l e - c i provient d'une classe superieure a c e l l e de Madeleine mais eprouve une t e l l e gene en sa presence 39 qu'elle c h o i s i t plutot de se c l o i t r e r dans sa chambre. "Madeleine ne s o u f f r a i t d'aucune contrainte devant e l l e [ s a belle-mere]; e l l e accentuait meme le mouvement de ses hanches. Un p e t i t d e f i bien f u t i l e " (Langevin 31). Mais pas s i f u t i l e que cela, comme cela devient evident au cours du r e c i t . Ce qu'elle manifeste, par le mouvement de ses hanches devant sa belle-mere, est l a puissance de manipuler son mari avec un pouvoir sexuel qu'elle s a i t u t i l i s e r pour a s s u j e t t i r ce dernier. Madame Dubois, v i e i l l i s s a n t e et delaissee par son f i l s au p r o f i t de cette creature irreverencieuse se rend compte qu'elle ne se debarrassera jamais de cette intruse d'une classe i n f e r i e u r e qui l u i a de s u r c r o i t vole son enfant dans le but de se f a i r e une place dans l a classe p r i v i l e g i e e . Par consequent, l o r s de l a v i s i t e d'Alain et de sa femme, Madame Dubois ne sort de son l i e u de refuge que pour leur s e r v i r a manger. Le f a i t que Madeleine intimide cette matrone bourgeoise suscite 1'admiration de son mari; mais cela est une raison supplementaire pour que l a mere retrouve le sanctuaire de sa chambre. Scandalise par l'etalage de l a sexualite flagrante de sa bru et abattue par le manque de soutient de l a part de son f i l s , Madame Dubois mere se sent depouillee de tout moyen pour regagner son enfant. Dubois demeurera dorenavant c a p t i f des moeurs de sa jeune femme qui ne sont n i "du peuple [ni] d'une autre classe. E l l e s l u i appartiennent en propre, entierement l i b r e s , l u i seyant comme sa chevelure, et ses 40 vetements" (Langevin 31). Madame Dubois, e l l e , semble se resigner a 1 1 idee qu'elle est releguee au statut de non-etre, asexue aux yeux de son f i l s et de sa femme. Michele Sarde affirme au sujet des femmes qui v i e i l l i s s e n t que: II s u f f i t que sa cuisse dans sa j a r r e t i e r e aguichante se f r i p e et jaunisse avec l e temps, ou que son adorable minois ebauche des symptomes de fatigue, ou que l a menopause fasse son apparition et l a femme se transforme en non-etre, odieuse dans tous les sens du terme. (Strand 55) Dubois, son f i l s unique, est, en e f f e t , c a p t i f de l a sexualite d'une jeune femme suspecte aux yeux de l a mere de Dubois. Madeleine a le courage de defier sa belle-mere qui represente toute l a societe dont i l est issu et ou e l l e ne sera jamais vraiment acceptee. La mere n'aura jamais l a p o s s i b i l i t y d'eliminer cette intruse, qui s'est f a i t une place dans une haute societe condescendante, orgueilleuse et peu encline a a c c u e i l l i r cette sorte d'individu. Madeleine v i t sa vie a contre-courant. E l l e est encouragee par son mari a f a i r e ce qu'elle veut pour trouver son bonheur: e l l e va done au cinema et au restaurant pour se d i v e r t i r et finalement e l l e prend un amant de sa elasse sociale, un p r o l e t a i r e . Bien sur, n i Dubois, n i les citoyens de Macklin ne s'attendent a ce qu'elle a i l l e s i l o i n dans sa quete. N'importe quelle p e t i t e deviation de l a norme f a i t e dans une p e t i t e v i l l e se f a i t remarquer et corriger hativement. D'apres Mariam Chapin, dans son l i y r e Quebec Now publie en 1955: "A small town at i t s worst s t i f l e s a l l i n i t i a t i v e , forces conformity to accepted canons by making l i f e unbearable for the rebel u n t i l he submits or leaves" (112) . Madeleine est decrite comme une femme qui possede les pouvoirs de l a seduction. Dubois d e c r i t Madeleine en tant que personne qui "seduit toujours les hommes a premiere vue" mais e l l e h' est pas capable de tomber en amour et d'avoir 11 l e coup de foudre. Non. E l l e e v e i l l e plutot 1'instinct de domination. E l l e agace comme l e cheval sauvage en l i b e r t e . E l l e ne seduit pas tant qu'elle he donne l e desi r de l u i passer [sic] l e l i c o l " (Langevin 18). Dubois enchaine en nous disant qu'elle est une allumeuse qui est capable d'eteindre l a lumiere sans craindre les repercussions. Quand l u i et sa femme sont en route pour 1 1 i n s t a l l a t i o n f i n a l e a Macklin, Madeleine prend l e controle de l a voiture pour depasser l e t r a i n a une interse c t i o n en bas de l a c o l l i n e . Apres ce grand d e f i " l e visage de Madeleine r e f l e t a i t l'extase. ... Puis e l l e m'embrassa frenetiquement, a genoux sur l a banquette, m'aveuglant de ses cheveux. ... Une immense tendresse se declencha subitement en moi pour cet etre dure qui v i b r a i t . . . " (Langevin 22). Les deux jeunes maries se sont cajoles et embrasses, jusqu'a ce que Madeleine le repousse pour continuer le chemin. Dubois acquiesce car i l pense et espere q u ' i l s vont se retrbuver plus tard et 42 reprendre l a ou i l s se sont arretes. Mais une f o i s a l a nouvelle demeure Madeleine se couche sans f i n i r ce qu'elle avait commence. Dubois est extremement decu et i l l e l u i reproche, i l songe: "L'incendie qu'elle avait allume en moi devenait demesure devant son ardeur eteinte. Le jour s'achevait sur une deception. Toujours, e l l e se reprendrait avec une f a c i l i t e deconcertante" (Langevin 23). Curieusement, l a banquette, ou Madeleine passe l a majorite de son temps l i b r e dans leur appartement, est un divan rose; ce coin devient l e "refuge habituel de Madeleine" (Langevin 86). Jamais l e divan est mentionne sans l a couleur symbolique du rose. Meme quand Dubois empiete sur l'endroit e x c l u s i f de Madeleine, c'est-a-dire, quand Dubois f a i t usage de l a banquette, Langevin mentionne toujours cette couleur feminine s i proche du rouge. " E l l e ne s'etonne pas de mes vetements f r o i s s e s , de mon t e i n t cireux, de mes yeux enfles et sanglants, n i de ce qu'elle m'ait vu couche tout h a b i l l e sur le divan rose" (Langevin 123). Si m i l a i r e au paysage, leur demeure est terne, hormis l e seul coin ou l a banquette rayonne. Le f a u t e u i l de Dubois, au contraire, est aussi g r i s et aussi bleme que l a region. Le fa u t e u i l est semblable a son prop r i e t a i r e "Je m'assieds de nouveau dans le f a u t e u i l g r i s . E l l e reparait bientot en pyjama et s'assoit sur l e divan rose, les jambes repliees sous e l l e " (Langevin 74). Le divan rose, qui represente l'endroit ou Madeleine se refugie, "est jonch6 de revues et de journaux" 43 (Langevin 24), e l l e y trouve l e moyen d'echapper a sa vie navrante. A 11 i n t e r i e u r de cette r e l a t i o n a deux termes, Madeleine est clairement i d e n t i f i e e au rose, couleur de l a passion, et A l a i n au g r i s , couleur de l a quotidiennete ennuyeuse et accablante. Alain, de par sa pos i t i o n de mari (sinon de petit-bourgeois) c'est l'homme au f a u t e u i l g r i s , devant sa femme au divan rose. ( T e l l i e r 578) I c i encore les couleurs dominent les emotions. Parmi l'aveuglante c l a r t e du s o l e i l et de l a rieige--dans l e sens propre comme dans l e sens f i g u r e — l e rouge contraste avec une touche de couleur ambivalente. Les taches sont les couleurs rouges fata l e s sur fond de blanc immacule. "un signe d'obsession surtout nargue Dubois; l'enseigne clignotante du restaurant syrien, etape des fugues de Madeleine; "Kouri rouge, Kouri blanc, Kouri rouge, Kouri blanc" (Langevin 87). II y v o i t une premonition qui l e poursuit j usque dans sa maison. "L'enseigne de Kouri s ' e c l a i r e et s'eteint dans l a fenetre, projetant une lueur sanglante dans l a chambre toutes les t r o i s secondes...(Langevin 105). "Le rouge du sang et l e blanc de l a neige, meles au noir de l a poussiere exaspere Dubois" (Farlardeau 167). Dubois n'est meme pas t r a n q u i l l e dans sa propre maison, l a lumiere rouge vient l ' y envahir et l e hanter jusque dans l a piece ou, justement, i l a des ennuis avec sa femme: sa chambre 44 a coucher. L'enseigne joue l e role de signal d'alarme. Tout ce qui est rouge l e perturbe. Et, bizarrement, les cheveux de Madeleine sont roux. "Le roux de ses cheveux v i t prodigieusement dans l a demi-obscurite" (Langevin 44). Et encore, a l a f i n du r e c i t , l a couleur rouge f a i t une derniere apparition pour f a i r e une fusion de Madeleine et l a neige. Tombee apres son meurtre/suicide, ses cheveux ep a r p i l l e s sont entremeles de sang qui coule de sa tete et se repand sur l a neige blanche. "II y a du sang gele dans ses cheveux qui vivent encore dans l e scintillement de l a neige" (Langevin 191). Cette action est equivalents a un message vigoureux qui nous i n c i t e a preter attention au serieux du sujet. Nous questionnons cette f i n violente, l'emploi d'une arme a feu, pour laquelle Madeleine opte. Car d'apres les st a t i s t i q u e s , surtout a cette epoque, les femmes mettent rarement f i n a leur v i e de facon violente. E l l e s tiennent a conserver leur beaute et a garder leur apparence physique pour vi v r e leurs dernieres minutes sur un ton romantique. E l l e s preferent les p i l u l e s ou le gaz. En u t i l i s a n t ces methodes e l l e s ne se defigurent pas. Par contre, l'homme trouve necessaire de prouver sa v i r i l i t e en s'imposant de l a souffranee et en prenant le monde a temoin de sa douleur. Ce concept de l a femme f a t a l e que Langevin d e c r i t semble hors contexte par rapport a 1'image de l a femme quebecoise des annees cinquante. Madeleine, femme audacieuse qui se f a i t 45 remarquer litteralement et moralemerit dans cette p e t i t e v i l l e de mineurs, n'est pas comme les femmes que l'on a 1'habitude de rencontrer dans les romans quebecois de cette epoque. Michele Jean, dans son l i v r e i n t i t u l e Quebecoise du 20e s i e c l e , declare, a propos de ses compatriotes: "Jusqu'a l a f i n des annees cinquante, tout ce qu 1 on voulut des femmes d ' i c i , c'est qu'elles sbient epouses et meres.... Reine et ange gardien du foyer, l a femme devait demeurer dans les limi t e s imposees par l a Providence" (13). L'image de l a femme quebecoise est plutot c e l l e qui est depeinte dans Trente Arpents de Ringuet. Mere de nombreux enfants, t r a v a i l l e u s e ardente qui se p l a i n t rarement, e l l e f a i t tout l e necessaire pour le bien-etre de sa famill e et ne pense a nulle autre chose. Ce personnage, comme on peut le constater, est l a copie conforme de l a d e f i n i t i o n d'une femme pa r f a i t e , selbn les valeurs de 1'epoque, comme 1'atteste Michele Jean. Issue d'une famille ouvriere, Madeleine ne possede pas l a conduite d'une femme de sa classe. E l l e reagit en enfant gatee, e l l e est capricieuse a l a facon d'une bourgeoise. E l l e ne remplit pas son role de femme domestiquee dans le mariage. E l l e prend une bonne malgre qu'elle n'ayait n i enfants n i grande demeure a entretenir. Un nouveau medecin avec tous les f r a i s d 1 i n s t a l l a t i o n et tres peu de c l i e n t e l e n'aurait pas eu les moyens de se permettre une servante meme s ' i l pouvait 1'avoir a prix modique. Madeleine ne remplit pas son role domestique n i son role 46 de "femme11. L 1 image de cette femme nous est inhabituelle, Langevin nous l a depeint comme une excentrique transgressant toutes les normes sexuelles et autres de l a societe. Madeleine ne f a i t r i e n de ce qui est attendu d ' e l l e ; e l l e ne reagit pas selon les codes de sa classe, n i de l a classe qu'elle a reussi a penetrer. Camus f a i t aussi usage de l a femme f a t a l e qui dispose d'une configuration divisee et separee, une sorte de bif u r c a t i o n d'un role feminin. II y a Marie et l a pe t i t e amie de Raymond. Suivant les c r i t e r e s et stereotypes francais l a premiere se trouve etre l a pe t i t e amie de Meursault, au nom Chretien etroitement l i e a l a Sainte Vierge. La deuxieme, qui incarne l a vampe, est l a pet i t e amie de Raymond qui devieridra l a cause des ennuis de Meursault. L ' i n t e r t e x t u a l i t e biblique est preserite dans les deux romans de facon e x p l i c i t s : avec Madeleine, Langevin exploite 1'imaginaire du lecteur en u t i l i s a n t l e prenom de l a grande pecheresse. Camus t i r e p r o f i t du prenom de l a Vierge Marie qui suscite immediatement l a purete et l a bonte divine. II y a une opposition etourdissante entre ces deux femmes. Deja par l a race des deux femmes, nous voyons l a premiere contradiction, le bien et l e mal, l e blanc et l e noir: Marie, une blanche, est vertueuse malgre sa l i a i s o n amoureuse avec Meursault, car son but est d'epouser son homme et d'etre une femme f i d e l e aux normes de l a societe. De 1'autre cote, i l y a l a maitresse de Raymond, qui n'a pas de 47 nom. E l l e est de race "mauresque", e l l e est une prostituee et entierement sous 1'emprise de Raymond. Selon les stereotypes de l a culture francaise "the Arab woman i s suspected of being a p r o s t i t u t e " (Makari 371). Le code l i t t e r a i r e francais emploie l a metaphore de l a personne de "couleur" pour denoter le negatif a f i n d'aggraver son image. "Franz Fanon (1968) noted that the c o l o n i a l Algerian school of psychiatry r e f l e c t e d the general 'pied-noir' culture when i t adopted the following norms" (Makari 371); i l nous d i t au sujet des A f r i c a i n s du Nord q u ' i l s ont: "complete or almost complete lack of emotivity" et que: "the use of animal imagery to describe the Algerian Arab, and the portrayal of 'native' women as l i c e n t i o u s " (Makari 371). Ensuite, nous remarquons une penurie de d e t a i l s d e s c r i p t i f s au sujet de cette deuxieme femme. Tout d'abord, i l y a 1'omission evidente de son nom: une personne sans nom n'a pas vraiment d'identite, done i l nous est plus f a c i l e de nous distancier d ' e l l e . On ne s a i t meme pas s i e l l e est b e l l e , comme de coutume pour cette sorte de femme. E l l e est rendue a l ' e t a t d'objet, d'une possession de Raymond pour en f a i r e ce q u ' i l veut. II l a "punit" severement car e l l e l ' a trompe. "Quelques b r u i t s sourds et l a femme a hurle, mais de s i t e r r i b l e facon qu'immediatement le p a l i e r s'est empli de monde.... La femme c r i a i t toujours et Raymond frappait toujours" (Camus 90). Raymond se donne l e d r o i t de battre sa femme en bon misogyne. 48 A 1 1 autre extremite on v o i t un etalage de d e t a i l s au sujet de Marie. Deja son nom evoque une image preconcue de l a bonte, de l a vertu et de l a bienvei 1 lance. A maintes reprises, Meursault demontre son admiration pour son physique. II nous d i t : " J ' a i eu tres envie d ' e l l e parce qu'elle avait une b e l l e robe a raies rouges et blanches et des sandales de cu i r . On devinait ses seins dures et l e brun du s o l e i l l u i f a i s a i t un visage de f l e u r " (Camus 89). I c i , nous voyons les deux couleurs qui luttent pour l a vie et l a mort, l e bien et le mal, une sorte de jalon qui nous a v e r t i t d'un desaccord. Ensuite, remarquons l a peau de son visage qui est brune et qui l a rapproche de son adversaire et son opposee. Le jour ou l e crime a l i e u , Marie y figure en ange pur et innocent. " E l l e avait mis une robe de t o i l e blanche et lache ses cheveux. Je l u i a i d i t qu'elle e t a i t b e l l e , e l l e a r i de p l a i s i r " (Camus 99). E l l e p o r t a i t une robe couleur de l a purete, f a i t e en t i s s u simple avec ses cheveux qui volaient au vent. Masson, l'ami de Raymond qui h a b i t a i t un cabanon sur l a plage pas l o i n du s i t e du crime, a remarque qu': " [ e ] l l e est epatante, et je d i r a i plus, charmante" (Camus 101). Les codes l i t t e r a i r e s et socio-culturels francais dictent que l a femme legitime doit etre pure, vertueuse, mere de plusieurs enfahts et doit rapporter un s a l a i r e de s u r c r o i t . E l l e doit aussi etre b e l l e , sensuelle et at t i r a n t e avec certaines des "qualites" admissibles de l a prostituee. Le bien et l e mal font surface encore une f o i s . La femme est condamnee a remplir ce role 49 ambivalent: etre pure et angelique et agir en prostituee sur commande. Par contre, dans ce Quebec des annees cinquante, l a femme est veneree en tant qu'animal reproducteur, comme l a source de vie, pure et chaste. Madeleine ne remplit nullement ce role, car e l l e est l a reincarnation d'une emulsion desequilibree des deux femmes camusiennes. Par consequent l e roman de Langevin a f a i t un scandale considerable a sa parution en p a r t i e parce que le cote vertueux du role feminin fut supprime et l a femme devient non seulement immorale et depravee, mais e l l e va jusqu'a transgresser l a norme e t a b l i e et dictee par l a societe d'une maniere outrageante. Camus u t i l i s e le rouge egalement, du debut a l a f i n de son roman en sus des descriptions de l a robe de Marie. Tot dans le r e c i t on distingue que les couleurs rouge/rose a t t i r e n t 1'attention de Meursault. Quand i l observe l a scene de l a rue depuis sa fenetre, son regard de c h i f f r e "un gros noeud rose" d'une p e t i t e f i l l e . Un peu plus l o i n dans l e meme paragraphe, i l remarque "les jeunes gens du faubourg, cheveux laques et cravate rouge" (Camus 79). Ces deux taches de couleurs vives sont les seules que l ' a u d i t o i r e congoit dans sa description de l a rue en bas de sa fenetre. V o i c i une autre c i t a t i o n t i r e e du l i v r e : "Au dessus des c o l l i n e s qui separent Marengo de l a mer, le c i e l e t a i t p l e i n de rougeurs" (Camus 72). La couleur rouge joue un role central dans l a scene du meurtre egalement. Des que Meursault est au courant d'une p o s s i b i l i t y de confrontation, a l a plage avec les Arabes, l a 50 couleur rouge f a i t surface. "Le sable surchauffe me semblait rouge maintenant" (Camus 104). Le s o l e i l joue un role integral de cette couleur. E l l e nous previent de l a violence a suivre, l'ecoulement du sang. Deux participants du combat sont couverts de sang, un au visage et 1'autre avait l e bras qui degoulinait. Une f o i s que Meursault et ses amis sont retournes dans le cabanon, Meursault decide de retourner sur l a plage. Juste avant de retrouver l'Arabe q u ' i l a tue, Meursault est affecte par l e rouge projete par l e s o l e i l . "C e t a i t l e meme eclatement rouge. Sur le sable, l a mer ha l e t a i t de toute l a res p i r a t i o n raide et etouffee de ses petites vagues" (Camus 106). I c i nous ressentons 1'agitation monter. A chaque f o i s que l e r e c i t progresse vers l'animation> bien sur, avec l'aide du s o l e i l , l a trame narrative se developpe rapidement et meme jusqu'au denouement. Meursault assassine l a victime et t i r e quatre coups sur l e corps inerte. "Allusions to the sun constantly evoke a to n a l i t y of violence. Camus i s assaulted and dazed by the sun, 'abruti de s o l e i l ' . . . he i s permeated by i t , a porous vessel receptive to i t s heat" (John 135). Meme quand Meursault raconte les evenements qui entourent le meurtre au juge d'instruction l a couleur rouge vient en evidence; Meursault d i t q u ' i l a "revu l a plage rouge et que j ' a i senti sur mon front l a brulure du s o l e i l " (Camus 114). La description des couleurs dans L'Etranger semble en harmonie avec son environnement. 51 L 1 autre element qui paraIt hors contexte chez Langevin est un Dubois e x i s t e n t i a l i s t e qui n'est pas a sa place dans cet endroit r u r a l , au sein d'une francophonie ouvriere. Les "vrais" hommes du Quebec de l'epoque portent des chemises a carreaux et ont l a hache a l a main plutot que l a verve a l a bouche. D ' a i l l e u r s , Madeleine "tombe" pour son oppose, Richard Hetu qui, l u i , est l'exemple p a r f a i t du bougre l o c a l . II est, selon Dubois, Trop lourd pour 1'aimer vraiment et trop lent...qu'est-ce qui a seduit ma femme en ce garcon f a i t pour couper des arbres en foret et avoir une famille de quinze enfants? Je ne s a i s . La force physique sans doute...et sa nature primitive, son caractere de bon sauvage assez pres de l'enfance. (Langevin 84) II est encore deerit comme: "un grand niais...assez b e l l a t r e " (Langevin 84). Comme Dubois, Jim ajoute ses commentaires au sujet de Hetu, q u ' i l regarde avec une sorte d'admiration v i s -a-vis de son aisance avec les femmes. II d i t : "Un brave gars. Toutes les f i l l e s l u i courent apres...les femmes aussi" (Langevin 81). I c i , ce code s o c i o - c u l t u r e l de trouver l e bel homme brute n'a h i bornes n i fro n t i e r e s . Contrairement a cela, Dubois est plutot du genre s o c i o - i n t e l l o francais. Issu d'une famill e bourgeoise, i l a f a i t des etudes b r i l l a n t e s et a obtenu l a profession l i b e r a l e de medecin. II est coquet, s'admire dans une glace pour v e r i f i e r son physique, et pour 52 v o i r s ' i l est toujours plaisant a regarder. Pourtant, i l doute de son charme plastique malgre ses dir e s . Je me deshabille en me regardant vaguement dans l a glace Pas pour me rassurer. C'est machinal chez moi, tous les s o i r s . Je ne suis pas un monstre. T a i l l e moyenne. Cheveux et yeux bruns. Un gars de l a v i l l e , bien sur. A cote des mineurs, je dois paraitre malingre. (Langevin 24) De son autoportrait on constate q u ' i l est l e contre-poids de tout ce qui est exotique en Madeleine. II est l'antithese du rustre! Lui, un homme moyen dans tous les sens du terme, comment a v a i t - i l pu interesser sa femme de classe ouvriere eduquee par l e b i a i s des films americains, de l a musique sentimentale, des revues legeres, et issue d'une mere qui pensait uniquement a l a future s i t u a t i o n financiere? Langevin respecte les codes l i t t e r a i r e s dans le f a i t que l a femme tombe pour 1'homme, l e v r a i selon les normes quebecoises. C'est-a-dire que Madeleine aime 1'homme qui est grand, f o r t , v i r i l e et beau, mais c e l u i - c i se trouve etre Hetu et pas son mari. Mais au dernier moment Langevin f a i t une sorte de di s t o r s i o n du code l i t t e r a i r e quand Hetu epouse line autre au denouement de l a trame narrative. Selon le code l i t t e r a i r e francais Madeleine aurait du tomber amoureuse de Dubois car i l beneficie de toutes les qualites francaises requises. II est sensible, doux, comprehensif et porte a 1'introspection. Cette derniere caracteristique s e r a i t sa 53 propre defaite. Tout se passe comme s i l a representation f i c t i o n n e l l e de l ' e c r i v a i n , de 1 1 i n t e l l e c t u e l , de 1' a r t i s t e requerait non pas un seul personnage, mais deux personnages aux t r a i t s opposes; l'un auquel sont attribues les signes de l a culture, du raffinement, de l a maitrise du langage, 1'autre qui se v o i t dote de l a force i n s t i n c t i v e et du sens de l a r e a l i t e . D'un cote l e langage sans l e r e e l , de 11 autre l e reel sans l e langage. (Belleau 184) Belleau p a r l a i t de l'oeuvre de Roger Lemelin, i n t i t u l e e Au pied de l a pente douce mais ceci s 1applique parfaitement a Poussiere sur l a v i l l e : l e c o n f l i t entre Dubois et Hetu. Encore une f o i s les lecteurs sont surpris par une nouvelle tournure dans un roman d'un nouveau s t y l e . Ce discours existentialo-absurde qui annonce l e serieux, l a hauteur et l a noblesse du ton dans bien des romans francais de l'epoque s'avere non seulement fortement indexe mais quasi mis hors d'aplomb par son in s e r t i o n dans une v i l l e miniere du Quebec des annees cinquante. (Belleau 178) Cette idee de l a femme fa t a l e qui represente, paradoxalement, le bonheur et l e malheur est typiquement metropolitaine. Dans Poussiere sur l a v i l l e une femme tache l a lumiere de l a couleur du sang: rouge/rose. On concoit ce cl i c h e de l a femme egoiste sans raisonnement, n i moeurs au 54 coeur de l a metropole en pleine decadence, mais on imagine mal l a matrone provinciale du Quebec dans ce r o l e . Encore un code l i t t e r a i r e francais qui teinte et est teinte, lui-meme, par l a palette s o c i o - c u l t u r e l l e quebecoise. La norme l i t t e r a i r e ou le pacte de lecture i m p l i c i t e entre le lecteur et 1 1auteur est une horme importee. Non seulement l a femme quebecoise est mal placee dans le r e c i t de Langevin v i s - a - v i s de ses agissements mais aussi dans l a facon dont e l l e neglige outrageusement l e code moral de Macklin. Madeleine ne v i t pas sa vie a l a maniere des annees cinquante dans une p e t i t e v i l l e miriiere du Quebec. E l l e transgresse tous les codes c u l t u r e l s de c e l u i - c i et 1'absurde existentialisme qu'elle incarne est l o i n de l a s i t u a t i o n precaire de l a v i l l e de Macklin. Cette demarche, s i e l l e e x i s t a i t en 1950 au Quebec, e t a i t certainement reservee a une e l i t e i n t e l l e c t u e l l e tres r e s t r e i n t e et totalement etrangere a l a masse. 55 CHAPITRE 3 LA RELIGION, LE TEMPS, ET LE REGARD DE LA COLLECTIVITE: LES ELEMENTS QUI INFLUENCENT LES PROTAGONISTES Ces elements externes ont une influence plus ou moins ale a t o i r e . Chacun r i v a l i s e avec 1 1 autre pour etre l e plus operant, mais seul le temps re u s s i t a exercer une vraie pesanteur dans l a trame narrative d 1Andre Langevin. Dans ce chapitre, nous examinerons les delimitations de chacun de ses elements pour mieux comprendre les e f f e t s q u ' i l s exercent sur les personnages de Poussiere sur l a v i l l e et L'Etranger. LA RELIGION L'Eglise et ses dogmes sont remis en question par Dubois et Meursault. Les representants de l ' E g l i s e sont presents dans les deux romans a des niveaux d i f f e r e n t s , mais pour les memes raisons d'ordre et de conformite. C'est-a-dire que dans Poussiere sur l a v i l l e l a r e l i g i o n intervient pour r e c t i f i e r une transgression des normes rel i g i e u s e s et sociales de l a part de Madeleine, adultere. Dans L'Etranger l a r e l i g i o n maintient son role primaire de sauver les ames. Dans les deux cas c'est seulement vers l a f i n des r e c i t s que l a r e l i g i o s i t e representee par l ' e g l i s e se manifeste veritablement. La presence des pretres est fortement evident; i l s essayent de 56 convaincre les protagonistes mais leurs e f f o r t s n'aboutis a ri e n . II ne faut pas oublier que l e juge d 1 i n s t r u c t i o n de Camus se penche vers l a r e l i g i o n aussi; i l rudoie Meursault en l u i montrant un c r u c i f i x q u ' i l a brandi vers l u i . Le juge d'instruction croyait fermement a ses convictions r e l i g i e u s e s et i l v o u l a i t que Meursault les partage. Le cure de Langevin est odieux dans sa certitude divine, tandis que c e l u i de Camus est plus humble et doux, mais non moins convaincu de ses dr o i t s d i v i n s . Madeleine, l a protagoniste langevinienne, ne se preoccupe guere de l a f o i en Dieu et e l l e c h o i s i t de refuter completement l ' f i g l i s e , une heresie peu pratiquee a l'epoque. L ' i n s t i t u t i o n de l a r e l i g i o n a de fortes raisons d'assurer l a bonne conduite de tout rebel l e pour garantir l e bon fonctionnement de l a communaute. L'Eglise s'efforce de remettre Madeleine sur l e bon chemin sans r e s u l t a t apparent. E l l e refuse de se l a i s s e r manipuler par qui que ce s o i t , sa l i b e r t e etant bien trop precieuse pour cela. Le cure sermonne Dubois en rapport avec sa femme car i l a hate de regler l a s i t u a t i o n pernicieuse entre Madeleine et son amant Hetu. II rompt l e silence et d i t a Dubois que sa femme est une orgueilleuse, que l e scandale l a f l a t t e , qu'elle ne cherche que son in t e r e t . Ce a quoi Dubois riposte immediatement: " Vous ne pouvez t o l e r e r un etre l i b r e autour de vous" (Langevin 161). Dubois, a son tour, trouve les motifs du pretre suspects et questionne tout ce que l ' E g l i s e represente. II i n s i s t e sur l e f a i t que Madeleine a le d r o i t de chercher son bonheur a n'importe quel prix. "Pour moi l a l i b e r t e c'est de pouvoir se rendre au bout de son bonheur" (Langevin 162). II veut qu'elle fasse ce qu'elle juge necessaire pour combler l e vide qu'elle percoit dans sa v i e . Si les autres ne comprennent pas ses agissements, peu l u i importe car e l l e doit etre loyale et f i d e l e a ses desirs. Les exigences des codes so c i o - c u l t u r e l s , r e l i g i e u x ou autres de cette epoque ne s'averent que des entraves importantes pour e l l e . Madeleine, thus, symbolizes what regimented man has l o s t — s p o n t a n e i t y , naturalness, in t o x i c a t i o n with l i f e , and delight i n novelty, the capacity to treat l i f e as a game. She represents what A l a i n has l o s t or perhaps never had. (Sutherland 53) Pour epargner et proteger Madeleine de contacts d i r e c t s avec l e pretre et des autres qui voudraient empecher ses agissements, Dubois s ' i n s t a l l e comme tampon entre e l l e et eux. II envisage l a reaction de Madeleine v i s - a - v i s de 1'intervention du pretre: "Je n'ai pas de peine a imaginer l e jeu de Madeleine. Tete haute, l ' a i r absent. Puis: 'J'ai rendez-vous dans cinq minutes.' Ou: 'Je dois prendre un bain avant diner'" (Langevin 161). E l l e ne donne pas 1'impression 58 de se p l i e r au pretre; e l l e refuse de ceder a l a personne qui a l e plus de pouvoir socio-moral dans l a v i l l e . Or, le pretre n'a pas reussi a convaincre Madeleine de modifier sa conduite. E l l e continue a f a i r e ce qui l u i p l a i t . Par contre, Langevin gere l a trame narrative pour s 1 assurer que nous soyons temoins oculaires du debat entre Dubois et le pretre. Dubois essaye de distancer sa vie conjugale le plus possible des dogmes Chretiens et du pouvoir du clerge. II desapprouve totalement les reflexions du cure et i l l u i d i t : "Le bonheur d'un etre est plus precieux que votre indignation" (Langevin 162). Le cure est pique. Nous avons trouve une remarque pertinente v i s - a - v i s de 1'attitude du clerge dans A Reader's Guide to the Canadian Novel: "Le pretre, un homme pratique, meprise l e bonheur, surtout pour les autres" (Moss 316). Ceci demontre, explicitement, 1'attitude de ceux qui dominaient et goiivernaient l e peuple a cette epoque au Quebec. Le pretre et Dubois continuent d'entretenir une discussion sur l a morale fondamentale. Le pretre l u i d i t que personne n'est l i b r e d'agir scandaleusement et que l a l i b e r t e ne consiste pas a ignorer les l o i s divines et naturelles sur lesquelles l e clerge regne en maitre. Dubois joue l e provocateur et conteste que Dieu ne condamne pas l a personne mais les actes de l a personne. Le cure, ne p e u t - i l pas en f a i r e autant a l'egard de Madeleine? Dubois songe: "Que s a i t -i l de Madeleine ce gros homme qui l a juge a i n s i , qui, de par 59 son etat, ne peut connaitre l a femme?" (Langevin 161). Le cure reste ebahi par cette outrecuidance. II est scandalise, a son tour, que son discours n'ait pas l ' e f f e t escompte. Mais, i l f a i t bien comprendre a Dubois q u ' i l prendra l a s i t u a t i o n en main s i c e l u i - c i ne l e f a i t pas. Le cure l u i d i t : Je ne sais pas s i vous le comprenez mieux maintenant, mais mon devoir est de mettre f i n au scandale cause par votre femme. Je vous avertis loyalement que j'emploierai tous les moyens honnetes meme s i je dois vous forcer a q u i t t e r l a v i l l e . Tout l e monde est au courant des agissements de Madame Dubois et en parle. Et personne ne comprend votre attitude. (Langevin 164) Le cure affirme au medecin que l a v i l l e n'est pas s a t i s f a i t e de son comportement n i de c e l u i de sa femme. Belleau, dans son etude, a etiquete 1'histoire en l a q u a l i f i a n t de: "pathetisme ex i s t e n t i a l o - c h r e t i e n (en depit de l'atheisme du docteur Dubois) signal du serieux, de l a hauteur et de l a noblesse du ton dans bien des romans francais de 1'epoque (par exemple ceux de Luc Estang)" (171). Dubois retorque une derniere f o i s : " J ' a i p i t i e , monsieur le Cure. Je pardonne l'adultere, moi aussi" (Langevin 164). Dubois assume un role tragique par lequel " [ i ] l sera 'un saint sans Dieu', terme s i cher a Camus. Ce role ne sera jamais 60 compris par les gens de Macklin, car i l va agir d'une facon etrange. II va accepter 1'inacceptable, et des lor s i l sera "1'etranger" (Chaker 96). Globalement les hommes de l ' E g l i s e catholique sont des sher i f s de l a morale, omnipresents dans l a vie des Quebecois de 1'epoque ou le roman de Langevin fut publie. La v e r i t e de cette affirmation se trouve dans l e l i v r e Les Francophones quebecois ou i l est constate que: "Depuis les premieres heures de l a Nouvelle-France, mais plus particulierement du milieu du 19e s i e c l e au milieu du 20e s i e c l e , l e clerge catholique a joue un role central au sein de l a societe quebecoise" (44). Le manque d'intervention ecclesiastique precoce dans son intrigue signale que Langevin d e r a i l l e d'un code a 1'autre. A 1'epoque l e clerge ne se genait absolument pas pour a l l e r remettre de l'ordre dans un foyer; ou demander pourquoi i l n'y avait pas eu de nouveau ne. En contrepartie, a l a meme periode les Frangais fuyaient l ' E g l i s e et ses dogmes, comme l e f e r a i t ensuite l e Quebec pendant l a Revolution t r a n q u i l l e . L'optique de Dubois contre l ' E g l i s e , venant de Camus, passe sans trop de probleme. L'aumonier de Camus est plus cajoleur et plus c o n c i l i a n t , car le clerge a deja perdu beaucoup de son lus t r e en France. Autrement d i t , i l n'aborde pas Meursault avec l a meme fermete que f a i t l e cure envers Dubois. Pourtant, i l n'obtient pas plus de succes aupres de Meursault qui ne veut meme pas perdre ses dernieres heures a 61 parler r e l i g i o n . Meursault d i t : i l v o u l a i t encore me parler de Dieu, mais je me suis avance vers l u i et j ' a i tente de l u i expliquer, une derniere f o i s , q u ' i l me r e s t a i t peu de temps. Je ne voulais pas le perdre avec Dieu. . .Quant a moi, je ne voulais pas qu'on m'aidat et justement l e temps me manquait pour m'interesser a ce qui ne m'iriteresse pas. (Camus 154) Camus se permet meme une attaque physique par son protagoniste sur le pretre en question dans L'Etranger. Un pas ouvertement plus ose et un sacrilege que Langevin ne se s e r a i t hasarde a f a i r e a ce moment precis de 1'histoire du Quebec. Mais meme avant 1' attaque physique les lecteurs remarquent que Meursault demontre son manque de respect pour l e pretre, et par extension l a r e l i g i o n que ce dernier represente en s 1adressant a l u i par "monsieur" et non pas "mon pere". Le pretre questionne Meursault avec vehemence et intensite pour le convaincre de son point de vue. Meursault perd controle: "Alors, je ne sais pas pourquoi, i l y a quelque chose qui a creve en moi. Je me suis mis a c r i e r a p l e i n gosier et je l ' a i insulte et je l u i a i d i t de ne pas p r i e r . Je l'avais p r i s par le c o l l e t de sa soutane" (Camus 155). Meursault exprime ses fru s t r a t i o n s par sa violence envers l e pretre qui l e juge sans avoir jamais subi les memes sevices que l u i . Meursault est bien content que les gardiens l u i 62 aient finalement "arrach[e] 1'aumonier des mains". Nous ressentons l a detente que Meursault eprouve, a l a derniere page du r e c i t II revasse: "Lui p a r t i , j ' a i retrouve le calme" (Camus 156). Toutefois l e pretre quitte l a c e l l u l e car 1' a l t e r c a t i o n l u i a permis de comprendre un peu les pensees de Meursault. The chaplain appears to have understood Meursault 1s point. His tears r e c a l l those of other sympathetic figures, l i k e Celeste at the t r i a l . Tears are the sign of someone's f e e l i n g that words have proven inadequate to the expression of human truth. (Showalter 98) En somme les deux protagonistes, Dubois et Meursault, representent l e cote athee v i s - a - v i s des croyants, vu que tous deux sont des non-croyants. Curieusement 1'audace du cure envers Dubois ne provoque pas l a reaction attendue de l a part des lecteurs; l a violence. C'est ironiquement 1'approche plus sympathique du cure dans L'Etranger qui l a provoque, cette violence. Meursault agit selon son temperament tandis que Dubois se voue plutot au role de martyre, de "saint", a cause des agissements de l a femme q u ' i l aime et q u ' i l ne veut pas perdre. Meursault n'a pas de femme, toutefois i l s ' e t a i t f a i t a 1 1 idee d'epouser Marie mais bien sur cela e t a i t trop tard. Meursault v i t ses dernieres heures i c i - b a s sans rechercher d'affirmation r e l i g i e u s e qui l u i assurerait un meilleur monde 63 a venir auquel i l ne c r o i t guere. Une f o i s de plus l e c o n f l i t des codes f a i t surface. La r e a l i t e a c t u elle de l a vie quebecoise n'est pas exactement representee dans l'oeuvre de Langevin. Mais, ce meme message venant de Camus passe sans trop de probleme en France. Non seulement, ce discours aurait ete un sacrilege employe par Langevin, mais le Quebec a cette epoque n'etait pas pret a dialoguer a i n s i . Le peuple attendait l a Revolution t r a n q u i l l e pour c r i t i q u e r l ' E g l i s e de cette maniere. La replique de Dubois est beaucoup plus s u b t i l e et sauvegarde les apparences du clerge. Et Langevin est conscient de ne pas bafouer les croyances de son auditoire quebecois. LE TEMPS Les elements meteorologiques sont centraux aux deux textes et influencent les personnages de maniere assez surprenante. En e f f e t , les protagonistes sont fortement affectes par des elements meteorologiques s i s dans les perimetres de leurs codes so c i o - c u l t u r e l s r e s p e c t i f s mais qui ont des e f f e t s psychologiques decales dans 1'enceinte du roman quebecois et non dans l e roman de Camus. Langevin evoque l a blaricheur de l a neige et Camus c e l l e du s o l e i l . Les deux sont egalement aveuglantes litteralement et moralement et sont presque responsables des mefaits perpetres par les personnages. La meteo hivernale de Macklin et l a poussiere 64 perpetuelle, tout cela couple d'une i s o l a t i o n toppgraphique, rendent l a vie de ses habitants insupportable. De l a meme facon, on peut imaginer sans trop de d i f f i c u l t y que l'eclatante lueur accompagnee de l a chaleur t o r r i d e d'Afrique du Nord s o i t , en partie, responsable d'une soudaine f o l i e meurtriere de l a part de Meursault dans L'Etranger. Le s o l e i l dans le roman de Camus est tout d'abord l'une des premieres images qui sont mises en evidence pour souligner son importance. Des le premier chapitre de cette narration, i l y a une longue enumeration pour demontrer 1'importance de cet astre du jour. Ceci domine comme leitmotiv d'un bout a 1'autre du roman. II ceindre le protagoniste et influence tout ce q u ' i l f a i t . Le c i e l e t a i t deja p l e i n de s o l e i l . II commencait a peser sur l a terre et l a chaleur augmentait rapidement.... J'avais chaud sous mes vetements sombres.... J'etais surpris de l a rap i d i t e avec laquelle l e s o l e i l montait dans l e c i e l . . . . La sueur c o u l a i t sur mes joues.... Ca tape.... Autour de moi c ' e t a i t toujours l a meme campagne lumineuse gorgee de s o l e i l . L'eclat du c i e l e t a i t insoutenable,. ... Le s o l e i l avait f a i t e c later le goudron. Les pieds s'y enfoncaient et la i s s a i e n t ouverte sa pulpe b r i l l a n t e . . . . J'etais un peu perdu entre l e c i e l bleu et blanc et l a 65 monotonie de ces couleurs, noir gluant du goudron ouvert, noir terne des habits,noir laque de l a voiture. Tout cela, le s o l e i l , l'ddeur de cuir et de c r o t t i n de l a voiture, c e l l e du vernis et c e l l e de l'encens, l a fatigue d'une nuit d'insomnie, me tr o u b l a i t le regard et les idees.... (Camus 74-5) Tous les chapitres du roman sont jonches de references meteorologiques. Commencant par l e jour de 1'enterrement de l a mere de Meursault, Camus f a i t ressentir a ses lecteurs combien l e s o l e i l i n f l i g e sa chaleur pesante sur Meursault et son entourage. "The sun i s mentioned some twenty times and almost without exception i s associated with malevolence" (Jones 22). "Le s o l e i l tombait presque d'aplomb ... et son ecl a t ... e t a i t insoutenable" (Camus 103). L'apogee des references meteorologiques se trouve dans l e chapitre ou figure le meurtre de l'Arabe. "[L]e jour, deja tout p l e i n de s o l e i l , m'a frappe comme une g i f l e " (Camus 99). Ces derniers mots constituent une r e i t e r a t i o n du temps q u ' i l f a i s a i t l o r s de 1'enterrement de l a mere de Meursault. Meursault en d i t autant a l'egard de ce parallelisme, i l d i t : "C'etait l e meme s o l e i l que l e jour ou j'avais enterre maman et, comme alors, l e front surtout me f a i s a i t mal et toutes ses veines battaient ensemble sous l a peau" (Camus 108). A i n s i , 1'eclat du s o l e i l forme, selon nous, un l i e n entre l a mort de sa mere et le meurtre de l'Arabe. En meme temps i l nous 66 fourhit une explication possible de son manque d 1emotions envers sa mere morte et devant l e meurtre q u ' i l a commis. L'explication de cette derniere proposition se resume par les quelques mots de Meursault qui avoue avoir tue l'Arabe a cause du s o l e i l . II semblerait, alors, que Meursault fut pousse a ce geste, qui enfreint toutes les normes sociales en rigueurs, par une force majeure de l a nature. II agit dans l a vie non seulement par convictions personnelles, mais surtout a cause des e f f e t s du s o l e i l sur sa personne. Chaker nous d i t que " l e roman [est] le miroir d'une societe donnee a un moment donne" (91). En f a i t sa condamnation se fonde sur son comportement plus que sur l e crime q u ' i l a commis. Selon l e jugement d'autrui, i l f a i t etalage de son i n s e n s i b i l i t e . Un exemple de ceci se f a i t remarquer l o r s des obseques: Meursault's indifference i s a re j e c t i o n of a b s t r a c t i o n , g e n e r a l i z a t i o n , e v a l u a t i o n , speculation: a l l processed which, l i k e convention interpose a screen between what i s experienced and what i s expressed. Meursault prefers to l i v e as far as possible without the screen. His strangeness to the reader stems p a r t l y from t h i s r e j e c t i o n of pre c i s e l y those processes of thought to which the reader i s accustomed and upon which, as a r e f l e c t i v e human being, he probably prides himself. (Jones 25) 67 Par contre, on a beaucoup de mal a preter une influence s i m i l a i r e quelconque a l a neige du Quebec qui, e l l e , est accompagnee des plus grands f r o i d s du Nord. Langevin u t i l i s e l a neige et sa blancheur, leur attribuant les vertus des couleurs locales, pour en a r r i v e r aux memes f i n s que Camus: "L'hiver et l a neige immobilisent l e temps et 1 1alourdissent d'un poids de hantise" (Falardeau 162). Contrairement au s o l e i l qui redonne de l a v i t a l i t e et qui stimule et provoque les etres a reagir, l a froideur de l a neige entraine les gens a fonctionner au r a l e n t i . Meursault avoue q u ' i l a tue l'Arabe a cause du s o l e i l , l e s o l e i l a declenche cette action hideuse. Non seulement, Macklin est toujours sous l a neige mais i l y a une etern e l l e brume de poussiere d'amiante qui v i r e v o l t e . "La poussiere exhalee par l a mine et les excavations qui 1'entourent t i s s e n t un persistant v o i l e de t r i s t e s s e sur l a v i l l e , les maisons, les habitants et leurs cbmportements" (Falardeau 166). La poussiere, qui se rapproche de l a couleur de l a neige, cree un rideau g r i s et morne qui se souleve sur l a v i l l e de Macklin. S i nous ne percevons pas de neige l a poussiere est l a pour prendre sa place austere. La plupart des scenes du l i v r e s'ouvrent sur une image du temps orageux ou mentionnent les conditions poussiereuses. La neige predomine tout l e roman. La neige constituant l e leitmotiv du roman de Langevin comme le s o l e i l 1 1 est pour Camus. Les influences sont comparables, l a pesanteur de meme. 68 La neige, apres avoir encercle les protagonistes du drame, devient une tombe. Progressivement associee a des lumieres rouges et aux l i n c e u l s de l a poussiere, e l l e est, au bout du compte, melee au rouge du sang, (comme l e s o l e i l de Camus). Blanc, noir et rouge composent les couleurs de 1'enigmatique decors de l a vie et l a mort. (Falardeau 168) L'amalgame de l a neige et de l a poussiere a pour e f f e t de rendre d i f f i c i l e l e discernement des actes envers autrui. Tout comme l e s o l e i l chez Camus. La neige froide et l a poussiere rendent l a "vue" obscur de par leur opacite tandis que le s o l e i l en f a i t autant de par sa c l a r t e , son ec l a t et sa chaleur. Langevin a franchement emprunte a Camus et substitue l a neige au s o l e i l pour s a t i s f a i r e aux exigences topographiques et atmospheriques quebecoises. Cela donne un exemple du tour de force r e a l i s e par Langevin pour transpose*: les codes l i t t e r a i r e s francais sur un fond de codes socio-culturels quebecois. En e f f e t , dans les deux oeuvres romanesques nous ressentons 1'opacite de l a conscience des protagonistes. LE REGARD Le regard de l a c o l l e c t i v i t e (1'ensemble des personnages secondaires) agit en juge et jury des deux protagonistes de 69 Langevin. Ce regard emane des personnages secondaires qui ne sont que des ombres, mais des ombres c a s t r a t r i c e s de l i b e r t e i n d i v i d u e l l e . I l s paraissent neutres et sans influence mais representent subrepticement l a l o i , l'ordre, le d r o i t chemin et l a marche a suivre. Nous pretendons que l a c o l l e c t i v i t e qui entbure ce couple incongru se concretise; c'est e l l e qui de par son regard reprobateur constitue l a force motrice qui pousse Al a i n et Madeleine a (re)agir. C'est par ce regard que s'ouvre Poussiere sur l a v i l l e : Une grosse femme (sans nom) l ' o e i l mi-clos dans l a neige, me devisage froidement. Je l a regarde moi aussi, sans l a v o i r vraiment, comme s i mon regard l a transpercait et p o r t a i t plus l o i n , tres l o i n derriere e l l e . Je l a reconnais vaguement. Une mere de plusieurs enfants qui habite dans l e voisinage. Cela dure une demi-minute au moins, j'en j u r e r a i s . Puis e l l e s'en va d'un pas lent et lourd qui troue silencieusement l a neige. J'ecrase ma cigarette sur le mur contre lequel je suis adosse et je cpmprends tout a coup. La bonne femme a du me cr o i r e fou ou ivr e . II est presque minuit. Uh vent v i o l e n t f a i t tournoyer une neige f i n e dans l a rue deserte. Et, tete nue, sans pardessus, je contemple ma maison. (Langevin 11) Des le commencement du r e c i t nous remarquons l a pesanteur du 70 regard d'autrui sur les personnages majeurs. I c i , le seul acte de demeurer sans chapeau et sans manteau par un temps tempetueux suscite le regard reprobateur et penetrant d'une femme qui passe dans l a rue. De cette facon Langevin e t a b l i t un ton dramatique en meme temps q u ' i l nous l a i s s e entrevoir, voire s e n t i r , l ' e x i g u i t e de l'espace. Dans cette premiere narration, qui est une sorte de mise en abyme du roman, i l nous est o f f e r t toute une gamme de notions e s s e n t i e l l e s a une meilleure comprehension des evenements qui seront amplifies, voire mis en r e l i e f au fur et a mesure que ce drame "existentialo-chretien", pour c i t e r Andre Belleau, se deroule. Cette idee d'etre regarde, observe, scrute par autrui tandis que l a pensee de c e l u i ou de c e l l e regarde(e) est a i l l e u r s figure principalement dans l a thematisation de ce texte. En somme, nous avons, des l e debut de cette narration, un personnage mineur qui s'arroge l e d r o i t de porter jugement, a travers l e regard, sur un personnage majeur. "C'est en tant que c o l l e c t i v i t e que les personnages secondaires sont surtout importants i c i . Leur seule presence rend active une v i l l e entiere dont l e regard est f i x e sur l e couple Dubois" (Robidoux et Renaud 130). Ce premier paragraphe du roman revele, ou tout au moins, sous-entend un emoi interne de l a part de Dubois qui semble trouver sa symbolisation externe dans l a meteo orageuse. Le f a i t qu'Alain Dubois se trouve dans une contemplation profonde 71 de sa maison au point d'ignorer les ravages du temps tempetueux sur sa personne signale aux lecteurs q u ' i l y a quelque chose qui ne va pas. Pour c i t e r un exemple plus specifique, nous retrouvons cette meme contemplation intense quand Dubois, i n s t a l l e dans sa voiture qui subit des rafales de poudrerie, guette sa femme qui i n s i s t e pour diner dans l a buvette de Kouri, f r i v o l i t e i n t e r d i t e aux notables de l a v i l l e de Macklin. "Cela tourne comme un f i l m et je n'ai meme pas l a p o s s i b i l i t y de fermer les yeux pour y echapper. Comme une pl a i e que le malade interroge sans cesse du doigt" (Langevin 68). Pour soutenir davantage nos dires a cet egard, Rejean Robidoux et Andre Renaud nous disent dans leur e c r i t Le Roman canadien-francais du vinqtieme s i e c l e que: "De nombreuses scenes du roman se deroulent dans un decor de poussiere hivernale, de plu i e glacee ou de neige en ra f a l e s . La correspondance est alors directe entre l ' e t a t d'ame du heros et l e spectacle d'une nature desolee" (103-1). Certes, cet etat d'ame est determine par ce que les protagonistes eux aussi observent et regardent. I l s sont, de plus, soumis aux supplices mentaux i n f l i g e s par l e regard d'autrui. La perception du non-dit se joue a ce niveau-la. Therese, l a bonne et amie de Madeleine, prend sa place habituelle dans l a cuisine des Dubois pour regarder A l a i n : "Comme tous les matins, Therese s'assoit en face de moi et me regarde manger en silence" (Langevin 42). De son cote Dubois 72 cherche a f u i r le contact des yeux: "Je s i r o t e mon cafe en fuyant son regard" (Langevin 43). Therese represente, alors, le regard de Macklin transpose jusque dans l e foyer des Dubois. E l l e est l a personnification du regard de par son silence et de par sa d i s c r e t i o n . E l l e semble ne pas avoir de p a r t i p r i s , pourtant sa presence f a i t d 1 A l a i n et de Madeleine le couple-pour-autrui. "Therese", se d i t Dubois, "c'est notre Asomodee. E l l e n'a pas eu a enlever l e t o i t de l a maison. Nous l u i avons l a i s s e une place de choix dans notre foyer entre Madeleine et moi" (Langevin 98). Ce couple deja plonge dans sa solitude i n d i v i d u e l l e est compose de deux etres d'autant plus i s o l e s l'un de 1'autre par l a presence superflue de Therese. E l l e forme a i n s i un t r a i t d'union entre A l a i n et Madeleine, mais un t r a i t d'union qui s e r a i t une i l l u s i o n car, en r e a l i t e , i l separe plutot que r e l i e A l a i n et Madeleine. Alain, lui-meme, constate: En f a i t , nous avons ete joyeux sur l e dos de Therese. C e t a i t e l l e qui nous e x c i t a i t , nous appatait avec des fa c e t i e s , nous prenait en croupe sur son bonheur. Sans Therese cohabiterons-nous encore? La grosse f i l l e soutient l a facade a e l l e seule. (Langevin 143) Therese est l a compagne de l'un ou de 1'autre, mais peu souvent en l a presence des deux simultanement. Souvent quand e l l e est avec Alain, le regard prime sur l a parole. 73 L'intensite de ce dernier pousse Al a i n a parler et non pas Therese. Lorsqu'Alain essaie d'interroger Therese sur les mouvements de sa femme, sous pretexte de s 1 assurer qu'elle prend de l ' a i r a cause de son a l l u r e pale, i l se bute aux reponses vagues que l u i o f f r e l a bonne. Contrairement, quand Therese cherche a savoir, e l l e n'a qu'a regarder A l a i n avec persistance et i l cede. Or, i l y a un gouffre infranchissable qui separe A l a i n et Madeleine que l a presence de Therese comble par un rapprochement suppose. Pourtant, son role de regard exterieur l'empeche de f a i r e autre chose que de devenir 1 1intermediaire-obstacle dans ce rapport conjugal qui c r i e deja l a desunion. Kouri, l u i , represente l e regard de 1'etranger qui s' est adapte au mode de vie Macklinois. On d i t de Kouri: "II s 1 est perce un chemin a l u i seul a travers l a foret" (210) en construisant sa maison de campagne. Cette foret est figuree egalement car Kouri s 1 est cree un chemin a travers l a foret qui se nomme Macklin. Quoiqu'il y a i t reprobation dans l e regard de Kouri, selon nous, i l s'y trouve aussi, sous-jacerit l a notion de "suivre mon exemple s i vous voulez e v i t e r des ennuis." Au debut de l ' a r r i v e e des Dubois, Kouri scrute leurs comportements, et surtout c e l u i de Madeleine. Ce couple etant un v e r i t a b l e enigme pour l u i . Nous l i s o n s : "Je me d i r i g e vers ma voiture en luttant inconsciemment pour me derober au regard de Kouri que j'imagine m'epiant derriere sa v i t r i n e couverte 74 de frimas" (Langevin 44). Cependant a l a f i n du roman Kouri sera le seul a o f f r i r une amitie a Dubois. II o f f r e a Dubois de venir passer un moment dans sa residence d'ete pour se remettre de ses angoisses. Jim, l e chauffeur de t a x i , est le vehicule oculaire des annonces et des ragots qui se propagent dans l a p e t i t e v i l l e de Macklin. II est, sans aucun doute, l e porte-parole de l a v i l l e . On peut le mettre sur l e meme plan que l a standardiste d'autrefois qui p r e t a i t discretement l ' o r e i l l e aux conversations privees. E l l e n'est pas acrimonieuse de nature, mais quand e l l e peut a f f l i g e r une victime avec ses commerages, e l l e n'hesite pas. Jim est l e champion de 1' insinuation. II ne pretend pas avoir de 1'esprit mais c'est justement pour cela que quand i l pique, les victimes ne s'y attendent pas. II prend un malin p l a i s i r a ce double t o r t . Pourtant, i l depasse les li m i t e s du regard reprobateur pour jouer un role de participant a c t i f , de catalyseur destructeur dans l e drame des Dubois. II semble etre omnipresent, au courant de tout. Son apparence seule l a i s s e sous-entendre 1'aspect huileux de son personnages Comme un serpent, i l s'insinue subrepticement partout et surtout dans l a vie de ce couple incongru et tragique. C'est l u i qui previent le docteur Dubois de son r i v a l Richard Hetu et c'est encore l u i qui conduit Madeleine jusqu'a son destin a l a cloture du roman. Le regard du docteur Lafleur, un vieux medecin e t a b l i a 75 Macklin depuis quarante ans et le mentor de Dubois, joue un role important dans le roman. Lafleur est irreprochable et s u i t les codes soci o - c u l t u r e l s a l a l e t t r e ; i l ne f a i t absolument r i e n qui puisse l u i etre reproche. C'est un exemple impeccable pour Dubois qui, en f a i t , le respecte beaucoup. Pourtant, 1'image du docteur, s i bien representee i c i , est le modele que Dubois ne peut esperer atteindre. II est voue d'avance a l'echec par sa conduite et par c e l l e de sa femme. Aux yeux des Macklinois i l ne parviendra jamais au niveau d'estime dont j o u i t l e docteur Lafleur. En t r a v a i l l a n t avec le docteur Lafleur i l pense: "Sous son regard je ne suis pas entierement l i b r e de mes mouvements. Je me sens pataud et je vois bien que mes mains n'ont pas l a merveilleuse aisance des siennes" (Langevin 47). Dubois se sent i n f e r i e u r v i s - a -v i s de ce grand medecin dont le regard l e rend maladroit. Lafleur ne juge guere les actions de Dubois n i de sa femme. II r e s i s t e a l a tentation des commentaires et parle uniquement quand Dubois l u i demande son avis. Son opinion touche rarement l a question de facon directe. II f a i t uniquement des constatations froides et neutres. A i n s i c'est a Dubois de les appliquer comme i l les entend. Les "discussions entre le docteur Dubois et son confrere de 1'hopital ne sont pas sans evoquer les debats dans La Peste de Camus" (Belleau 179). Arthur Prevost est l e regard commercial et financier, qui 76 gere l'avenir de Macklin en ce qui concerne les soins medicaux, entre autres. Certes, i l n'est pas philanthrope; i l veut p r o f i t e r de l a s i t u a t i o n du jeune medecin. II est pratique et pragmatique. Le jeune docteur Dubois represente un investissement dont i l peut t i r e r p r o f i t a longue echeance tout en s'assurant des soins medicaux portes aux Macklinois. Supposition, certes, mais Prevost, vu son role de grand financier et entrepreneur, a int e r e t a v e i l l e r a ce que Dubois agisse correctemerit selon les normes ou les codes sociaux de Macklin. Apres tout, les agissements de Dubois et sa femme re f l e t e n t indirectement sur l u i p u i s q u ' i l les subventionne. Prevost vient v o i r Dubois pour l u i o f f r i r un pret plus avantageux que c e l u i de l a banque, sous pretexte d'un examen des yeux, alors que de coutume i l est c l i e n t du docteur Lafleur. En f a i t Prevost t i s s e une t o i l e hypocrite a f i n de mieux exercer son controle sur Dubois et sa femme. II est indeniable que Monsieur l e cure incarne l a r e l i g i o n et represente l e regard rigoureux de c e l l e - c i . C'est l u i qui f a i t en sorte que les citoyens de Macklin passent a 1'action pour enrayer le scandale provoque par le comportement de Madeleine. En f a i t , l a tentative d'existence de Madeleine est aneantie par les agissements du cure et ceci a l a derniere minute. II est a noter que 1'intervention du Cure vient tard dans le roman. En f a i t , l a r e l i g i o n b r i l l e par son absence dans cette oeuvre, soulignant d'autant plus sa puissance. En 77 un mot, e l l e plane sur l a v i l l e de Macklin t e l l e l a poussiere/la neige, faisant p a r t i e integrante de I 1ambiance qui sert a cerner, a serrer c e l l e - c i et tous ceux qui y habitent. Meursault, qui n'a pas tout a f a i t l a meme personnalite Dubois/Madeleine, est tres peu conscient du regard d'autrui. Son attitude i n d i f f e r e n t e s u r g i t quand Marie l u i demande s ' i l veut l'epouser et i l repond par 1'affirmative car ce n'est pas dans son caractere de contrarier. "Cela m'etait egal et que nous pourrions l e f a i r e s i e l l e l e vo u l a i t " (Camus 95). Ai n s i , Meursault repond d'une facon neutre a cette question d'une s i g n i f i c a t i o n primordiale pour les societes occidentales et Marie trouve sa reaction curieuse. Meursault ne nous l a i s s e pas v o i r q u ' i l pourrait succomber sous l'etonnement de Marie. Une personne consciente du regard des autres aurait essaye de se reprendre. Face a cette indifference Marie se contente de l a repohse que l u i donne Meursault. E l l e d i t meme qu'elle 1 1aime a cause de cela et Meursault pense que: "peut-etre un jour je l a degouterais pour les memes raisons" (Camus 95). Nous constatons que Meursault est conscient du regard desapprobateur de Marie mais i l reste neutre v i s - a - v i s de ses demandes tout de meme. Camus peut se permettre cet ecart pour son auditoire cosmopolite. De par l a narration a l a premiere personne du si n g u l i e r les deux ecrivains se servent deliberement du lecteur comme 78 regard s o c i o - c r i t i q u e . Ce s t y l e d'ecriture nous permet de viyre et de vo i r les memes choses que les protagonistes. C'est ce que Roland Barthes appelle " l e degre zero de l ' e c r i t u r e " . En l i s a n t les deux oeuvres romanesques on est i n c i t e a porter un jugement sur les actes des protagonistes r e c a l c i t r a n t s et sur le role nefaste de l a societe v i s - a - v i s des l i b e r t e s i n d i v i d u e l l e s . 79 Conclusion Hormis leurs oeuvres, les deux auteurs partagent d 1autres points communs. La solitude, le desespoir et une recherche d'identite sont des themes que l'on retrouve chez Langevin comme chez Camus. Ceux-ci sont en rapport e t r o i t avec l a vie privee de chaque auteur. Comme Camus qui perd son pere tres jeune, Langevin est orphelin a un jeune age, passe sept ans dans un orphelinat q u ' i l d e c r i t comme "un melange de prison et d' a s i l e " , f a i t ses etudes dans un college classique de Quebec et les f i n i t au College de Montreal. Par contre Camus perd son pere en 1914 l o r s q u ' i l a un an. II grandit dans un grand denuement materiel; i l d i t au sujet de son passe que " [ l ] a pauvrete m'a ete fastueuse". II f a i t ses etudes classiques au Lycee d'Alger (rebaptisee plus tard: Lycee Albert Camus). II obtient un diplome en mai 1936 avec une these i n t i t u l e e "Metaphysique chretienne et neoplatonisme". Comme Camus aussi, Langevin f a i t 1'experience de l a misere et f a i t plusieurs p e t i t s travaux avant de devenir jou r n a l i s t e au Devoir, pour lequel i l e c r i t 97 a r t i c l e s en deux ans. Ensuite i l e c r i t des a r t i c l e s p o l i t i q u e s et sociaux pour Liberte, Le Nouveau Journal et l e magazine Macleans. 80 Parallelement, Camus est associe avec l a fondation d'Alger-Republicain, un journal de gauche independant ou i l publie Caligula, Noces et La Mort heureuse. II complete onze a r t i c l e s denoncant l a pauvrete et 1'injustice du gouvernement. Tous deux c r i t i q u e n t l a societe et son role oppressif dans l a vie privee de 1 1 i n d i v i d u et revendiquent les d r o i t s individuels face aux dr o i t s de l a communaute. "Le t r a v a i l d'un e c r i v a i n devrait etre envisage comme une reponse de quelque facon negociee, accoramodee, empechee aussi par rapport aux contraintes qu'exerce sur l u i sa societe" (Belleau 177) . Malgre tout, les auteurs doivent f a i r e des concessions l i t t e r a i r e s a l a bonne morale pour p a c i f i e r les bons es p r i t s et ramener les choses dans l'ordre. Les protagohistes de chaque roman sont done mis a mort pour s a t i s f a i r e aux exigences de d i f f u s i o n . Madeleine, comme Meursault, a f a i t une bonne demarche. Tous deux pnt remis l a societe et l a l i b e r t e i n d i v i d u e l l e en question. I l s ont o f f e r t un choix d'action aux plus temeraires. II faut a present s a t i s f a i r e a l a bonne morale c o l l e c t i v e en mourant, s a c r i f i e s sur l' a u t e l des marginaux, des "etrangers" non-conformes. Pour Camus, Meursault, apres avoir subi un long proces j u d i c i a i r e ou tous ses agissements anterieurs sont scrutes, analyses et disseques, est juge coupable du meurtre d'un p a r f a i t etranger. II est decapite dans une execution publique. Lui, par contre, 81 estime q u ' i l a vecu une vie heureuse malgre les consequences. Chez Langevin, l a trame f i n i t dans le s t y l e du roman noir americain. Madeleine, encore une f o i s , trompe son mari en l u i disant qu'elle se refugiera quelque temps chez sa mere. Dubois, apparemment dupe et nai f , a de nouvel espoir de regagner 1'amour qu'elle ne l u i a, peut-etre, jamais donne. Madeleine devient voleuse, meurtriere et s u i c i d a i r e aux derniers moments de sa v i e . E l l e essaye de tuer son amant lache avec un revolver vole a Kouri. E l l e r e u s s i t enfin quelque chose en se tuant d'un coup de revolver. Tout un attroupement est present comme temoin oculaire. Dubois decide de rester a Macklin, malgre tout. II substituera Macklin a Madeleine; i l domptera cette v i l l e "sauvage" a defaut de n'avoir pas su dompter sa femme. Chacun subit un chatiment proportionnel a son crime contre l a societe et aux bonnes moeurs de c e l l e - c i . Ces demarches donnent une idee de l a d i f f i c u l t y que represente 1'expression e c r i t e novatrice dans une francophonie precaire Nord-americaine, et de l a c r e a t i v i t y de l'auteur quebecois qui doit se p l i e r a une t e l l e gymnastique: jongler avec les codes l i t t e r a i r e s francais et les codes sociaux-c u l t u r e l s quebecois pour innover. En 1'absence d'equivalents, et a f i n de s'exprimer avec coherence, Langevin doit superposer les codes l i t t e r a i r e s francais aux codes soci o - c u l t u r e l s locaux: "Au Quebec, l'Appareil et l a Norme n'ont pas 82 necessairement l a meme origine, l a societe n'ayant pu produire les deux ... l'Appareil est quebecois, l a Norme demeure francaise" (Belleau 170). Par exemple, pour donner forme a l'anxiete et l'angoisse de 1 1absurde/existentialisme de L'Etranger. Poussiere sur l a v i l l e , substitue 1'apres-guerre europeenne a l a tragique greve de l'amiante de 1949. La substitution symbolique est quelque peu approximative mais devrait f a i r e 1'affaire en 1'absence de guerre sur l e t e r r i t o i r e . En sus, par 1'usage d'un re g i s t r e francais presque classique Langevin pretend b r i s e r les chaines de vieux stereotypes qui representaient les Quebecois denudes d'aptitude i n t e l l e c t u e l l e . Image qui leur fut largement attribuee par leurs "grands cousins" qui leur c o n s e i l l a i e n t , du meme so u f f l e , de les imiter a 1'exclusion de tout autre. Ce nouveau discours pourrait etre c e l u i de f a i r e v a l o i r deux r e a l i t e s totalement differehtes unies par les lie n s a r t i f i c i e l s d'un seul langage. Le Quebec venait de se r e v e i l l e r d'un long sommeil linguistique dans lequel i l fut plonge --non sans resistance--par l e conquerant anglophone. II e t a i t encore en proie a une economie precaire, a l a contrainte de l ' E g l i s e catholique toute puissante done bien l o i n du "luxe" de 1'existentialisme. II est v r a i que l e regain de l a langue francaise e t a i t l e souci premier des Quebecois de 1'epoque, alors i l s n'avaient guere l e l o i s i r de developper des codes l i t t e r a i r e s 83 appropries. Peut-etre deva i e n t ^ i l s les "emprunter" aux "grands cousins frangais" quelque temps, juste assez longtemps pour leur permettre d'inventer les leurs. Les Quebecois decouvriront des codes nouveaux pour un peuple neuf et unique dans une francophonie qui s e r a i t comme une i l e au milieu d'un ocean anglophone. Yves Martin et a l . confirment nos dires dans 1 ' a r t i c l e "Une enquete: Le statut de l ' e c r i v a i n et l a d i f f u s i o n de l a l i t t e r a t u r e " , quand i l s stipulent que: La plupart (des editeurs) sont plutot optimistes quant a l'avenir de notre l i t t e r a t u r e . Cette prevision optimiste s'appuie sur l e relevement du degre de culture chez les jeunes generations, mais e l l e se r e a l i s e r a , souligne-t-on dans l a mesure ou 1'on atteindra a l a maitrise de l a langue. (97) La juxtaposition des codes l i t t e r a i r e s frangais sur uh fond s o c i o - c u l t u r e l quebecois pourrait bien f a i r e passer un message jusque-la absent de l a l i t t e r a t u r e quebecoise. Et cela fut, peut-etre, le seul mbyen pour une l i t t e r a t u r e naissante de se frayer un chemin dans l a b r o u s s a i l l e d'une francophonie englobee par un continent anglophone et separee de l a mere p a t r i e par le temps, 1' espace et une culture divergente. Dans cette perspective on peut dire que Langevin a su mener sa barque a bon port en ouvrant une nouvelle forme d'expression pour une l i t t e r a t u r e quebecoise unique. "Et on admettra aussi que 1'operation de 1 ' i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e 84 francaise dans un texte quebecois ne le rend de toute facon n i plus francais n i moins quebecois" (Belleau 180). 85 BIBLIOGRAPHIE Amprimoz, Alexandre. "Poussiere sur l a v i l l e : L'animalite d'un personnage." Studies i n Canadian Literature 10 (1985): 154-161. Arguin, Maurice. Le Roman quebecois de 1944 a 1965: Svmptomes du colonialisme et siqnes de l i b e r a t i o n . Quebec: CRELIQ, 1985. Beaudoin, Rejean. Le Roman quebecois. Montreal: Editions du Boreal, 1991. Belleau, Andre. Surprendre les voix. Montreal: Ed i t i o n du Boreal, 1986. Bouchard, Gerard, Francois Rocher et Guy Rocher. Les Francophones quebecois. Quebec: Conseil s c o l a i r e de l ' i l e de Montreal, 1991. Bree, Germaine. Camus. New York: Columbia University Press, 1964. . Camus. New Jersey: Rutgers University Press, 1959. Camus: A C o l l e c t i o n of C r i t i a l Essays. New Jersey: Prentice-Hall, 1962. Bryson, Dorothy. "Plot and Counter-plot i n L'Etranger." Forum for Modern Language Studies. 24 (1988): 272-279. Cagnon, Maurice. The French Novel of Quebec. Boston: Twayne Publishers, 1986. Camus, Albert. L'Etranger. Ed. Ray Davison. London: Routledge, 1988. Chaker, Ramzi. "Devant l a soiiff ranee Andre Langevin s'interrbge." E c r i t s du Canada francais 63 (1988): 89-107. Chapin, Mariam. Quebec Now. Toronto: Ryerson Press, 1955. Elder, Jo-Anne. "Colours of Man & God." Canadian Literature 101 (1984): 121-124. Falardeau, Jean-Charles. "Les Symbolismes de l a neige dans l'oeuvre d'Andre Langevin." E c r i t du Canada francais 56 (1985): 161-172. 86 Hebert, Pierre. "Philosophie et structure de 1'histoire: Le My the de Sisyphe et deux commencements romanesques, La Peste et Poussiere sur l a v i l l e . " Canadian Review of Comparative Literature 11 (1984): 193-204. Imbert, Patrick. Roman quebecois contemporain et c l i c h e s . Ottawa: Editions de Universite d'Ottawa, 1983. Jean, Michele. Quebecoises du 20e s i e c l e . Quebec: Editions du jour, 1974. John, S. Beynon. "Image and Symbol i n the Work of Albert Camus." Camus. Ed. Germaine Bree. New Jersey: Prentice-^ H a l l , 1962. 132-144. Jones, Rosemarie. Camus; L'Etranger and La Chute. London: Grant & Cutler Ltd., 1980. Langevin, Andre. Poussiere sur l a v i l l e . Montreal: Pierre Tisseyre, 1953. - — . Dust Over the Ci t y . Trans. John Latrobe and Robert Gottlieb. Toronto: The Canadian Publishers, 1974. Leov, Nola. "L'Etranger: The Case f o r the Defence." Essays i n French Literature 15 (1978): 82-115. Makari, George. "The Last Four Shots: Problems of intention and Camus's The Stranger." American Imago 45 (1989): 359-374. Martin, Yves, et a l . "Une enquete: Le statut de l ' e c r i v a i n et l a d i f f u s i o n de l a l i t t e r a t u r e . " L i t t e r a t u r e et societe canadiennes-francaises. Ed. Fernand Dumont. Quebec: Les presses de 1'Universite Laval, 1964. 75-98. Moss, John. Sex and Violence i n the Canadian Novel: The Ancestral Present. Canada: McClelland and Stewart, 1977. A Readers Guide to the Canadian Novel. Canada: McClelland & Steward, 1981. Ohayon, Stephen. "Camus' The Stranger: The Sun-metaphor and P a t r i c i d a l C o n f l i c t . " American Imago 40 (1983): 189-205. O'Leary, Dostaler. Le Roman canadiah-francais. France: Le Cercle du l i v r e de France, 1954. Roberts-Van Oordt, C h r i s t i n a . "Dostoievski, Camus et 87 Langevin: A f f i n i t e s . " Proceedings of the 7th Congress of the International Comparative Literature Association. Ed. Dimic, Milan. Stuttgart: Kunst und Wissen, 1979. Robidoux, Rejean et Andre Renaud. Le Roman canadian-francais du vinqtieme s i e c l e . Ottawa: Editions de l'Universite d'Ottawa, 1966. Shek, Ben-Z. French-Canadian & Quebecois Novels. Toronto: Oxford University Press, 1991. Social Realism i n the French-Canadian Novel. Montreal: Harvest House, 1977. Showalter, English. The Stranger: Humanity and the Absurd. Boston: Twayne Publishers, 1989. Solomon, Robert. "L'Etranger and the Truth." Philosophy and Literature 2 (1978): 141-i59. Strand, Dana. Colette: A Study of Short F i c t i o n . New York: Twayne Publishers, 1995. Socken, Paul. "Alain Dubois's Commitment: A Reading of Poussiere sur l a v i l l e . " The International F i c t i o n Review 4 (177): 174-177. Sutherland, Ronald. Essays i n Comparative Quebec/Canadian Literature: The New Hero. Canada: Macmillan, 1977. T e l l i e r , C h r i s t i n e . "Les C o n f l i t s ideologiques dans Poussiere sur l a v i l l e . " Voix et images 66 (1997): 569-581. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0088574/manifest

Comment

Related Items