Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Etude philologique de deux chansons du trouvere Raoul de Soissons Hardy, Ineke 1996

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-ubc_1996-0223.pdf [ 10.62MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0087168.json
JSON-LD: 831-1.0087168-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0087168-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0087168-rdf.json
Turtle: 831-1.0087168-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0087168-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0087168-source.json
Full Text
831-1.0087168-fulltext.txt
Citation
831-1.0087168.ris

Full Text

ETUDE PHILOLOGIQUE DE DEUX CHANSONS DU TROUVERE RAOUL DE SOISSONS by INEKE HARDY B . A . , The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Co lumb ia , 1994 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (Department of French) We accept t h i s t h e s i s as conforming t o the r e q u i r e d s tandard THE UNIVERSITY OF A p r i l © Ineke E . BRITISH COLUMBIA 1996 Hardy, 1996 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department of The University of British Columbia Vancouver, Canada DE-6 (2/88) 1 1 SOMMAIRE Le trouvere picard Raoul de Soissons, ne vers 1215 et mort avant 12 76, nous a l a i s s e douze chansons d'amour et un j e u - p a r t i . La seule e d i t i o n de son oeuvre fut publiee par Emil Winkler en 1914. Cet ouvrage, malgre son apport indeniable surtout sur l e plan histo r i q u e , comporte certaines lacunes: 1'auteur ne t r a i t e n i de 1'aspect l i n g u i s t i q u e n i des melodies. Les ca r a c t e r i s t i q u e s paleographiques ne sont pas mentionnees, et 1'auteur ne se penche pas non plus sur l a v e r s i f i c a t i o n et l e s dimensions i n t e r t e x t u e l l e s . De plus, son approche, selon l a methode du choix d'un seul manuscrit de base, est peu systematique. Le memoire de maitrise d'A. Gauthier: "Trois chansons de Raoul de Soissons, trouvere du XHIe s i e c l e " , remis en 1989, ne comporte pas non plus d'analyses s t y l i s t i q u e s , et l e choix des chansons souleve des questions par rapport aux a t t r i b u t i o n s . Dans 1'etude qui s u i t , nous esp£rons combler quelques-unes de ces lacunes. La premiere p a r t i e fournira, outre quelques remarques au sujet de 1'attribution et des observations biographiques qui complementent c e l l e s donnees par M. Winkler, une analyse de l a v e r s i f i c a t i o n de 1'oeuvre entiere de Raoul, et une description des manuscrits qui renferment les deux chansons c h o i s i e s . Par a i l l e u r s , nous o f f r i r o n s quelques observations par rapport a 1'edition des textes lyriques du Moyen Age et au sujet du contrafactum medieval. La deuxieme par t i e comportera tout d'abord des editions diplomatiques de 1'ensemble des lecons manuscrites, a i n s i que 1'etablissement du texte des deux chansons. Ensuite, nous etudierons des aspects de l a s t y l i s t i q u e et de 1 ' i n t e r t e x t u a l i t e , tenant compte des rapports entre structure et sens, l e cas echeant. L'emploi du l o g i c i e l TACT nous permettra de reperer des l i e n s semantiques, importants au niveau i n t e r t e x t u e l . I l l Nos analyses nous aideront a mieux s i t u e r Raoul de Soissons, trouvere peu etudie dont les chansons font preuve d'un maniement savant des techniques formelles et s t y l i s t i q u e s peut-etre comparable a c e l u i que 1' on accorde au "Prince des poetes": Thibaut de Champagne, ami et confrere de Raoul. i v TABLE DES MATIERES Sommaire i i Table des matieres i v Remerciements v i I . Introduct ion 1 I I . CONSIDERATIONS HISTORIQUES ET PHILOLOGIQUES A . A t t r i b u t i o n 3 B. Biographie 1. Introduct ion 11 2 . Commentaire 12 3. Conclusion 28 4. Arbre genealogique, chronologie 29 C . V e r s i f i c a t i o n 1. Introduct ion 30 2. Analyse a . Rimes 30 b . Type de strophe 32 c . Charpente m#trique 32 d . Formules complexes d'enchainement 33 3. Conclusion 36 D. Descr ip t ion des manuscrits 39 E . L ' e d i t i o n des textes lyr iques du Moyen Age . . 50 F . Le contrafactum medieval 1. C r i t e r e s 56 2. Methode d'analyse 59 G. P o l i t i q u e e d i t o r i a l e 60 I I I . EDITION ET ANALYSE TEXTUELLE A . Chanson R1970: Amis Archier 1. Introduct ion 63 2. Ed i t i ons diplomatiques 65 3. V a r i a L e c t i o 70 4. Etablissement de texte a . Analyse des variantes 74 b. Stemma 82 c . Melodie 83 d . E d i t i o n c r i t i q u e 84 e. Traduct ion 86 5 . Graphie 88 6. Analyse l i t t e r a i r e 92 7. I n t e r t e x t u a l i t e / i n t e r s t r u c t u r a l i t e 101 V B. Chanson R2107: Quant vol la glale meiire 1. Introduction I l l 2. Editions diplomatiques 113 3. E d i t i o n d'A. Gauthier: commentaire 136 4. Melodie 140 5. E d i t i o n c r i t i q u e 141 6. Traduction 143 7. Analyse l i t t e r a i r e 145 8. I n t e r t e x t u a l i t e / i n t e r s t r u c t u r a l i t e 154 IV. Conclusion 163 V. Bibliographie 166 VI. Appendices A. Textes des chansons citees 1. R1296: Blaul Thierit 181 2. R 700: Molt chantasse volontiers 183 3. R 707: Par Deu, Rolant 185 4. R1104: Dex, j e n'os nonmer 187 5. R2 091: Mere, douce creature 189 6. R2096: Aussi com 1 'eschaufeiire 191 7. R2112: Virge des ciels clere 193 8. AH48,313: O constantia dignitas 195 9. Cirventes: Mayres de Dleu 196 B. Manuscrits 198 v i REMERCIEMENTS Je tiens a remercier en premier l i e u ma d i r e c t r i c e , Mme Chantal Phan: c'est e l l e qui m'a montre l e chemin, et c'est grace a son encouragement, ses c o n s e i l s , et son amitie que j ' a i pu v i s e r haut. Vous estes la mleudre des melllors... J'aimerais egalement exprimer ma sincere gratitude aux autres membres de mon comite, Mme Nancy F r e l i c k et M. Richard Holdaway. Je suis redevable a 1'University of B r i t i s h Columbia, qui a rendu possible ce t r a v a i l par une bourse de maitrise "UGF." Last but not l e a s t , I would l i k e to thank my three D's, the men i n my l i f e : Donald and Dan, f o r t h e i r support and forbearance, and most of a l l Doug, who got me started, and without whose endless patience and encouragement t h i s thesis would not have been written. 1 I. INTRODUCTION Le trouvere picard Raoul de Soissons (c.1215-c.1270) semble etre mieux connu des historiens que des s p e c i a l i s t e s de l a l i t t e r a t u r e . Peu etudie coirane poete, i l nous l a i s s a pourtant un jeu-parti et au moins douze chansons, dont plusieurs furent imitees par certains de ses confreres (notamment l a celebre chanson R 2107: Quant voi la glale meiire). Dans les chansonniers, ses oeuvres sont souvent placees a proximite de c e l l e s de trouveres i l l u s t r e s : Thibaut de Champagne, Gace Brule, l e Chastelain de Couci, Adam de l a Halle et a l . 1 La seule e d i t i o n de son oeuvre complete fut publi^e en 1914 par Emil Winkler: Die Lieder Raouls von Soissons 2. Malgr6 ses recherches minutieuses et sa t r a n s c r i p t i o n soignee, l'ouvrage recut un ac c u e i l mitige de l a part des s p e c i a l i s t e s du domaine (Suchier, Wallenskold, Jeanroy, Langfors, Lubinski, Guesnon). Ce sont d'abord l e manque d'appareil c r i t i q u e et 1'absence de commentaires au sujet de l a v e r s i f i c a t i o n et de l a langue du trouvere qui susciterent des reactions negatives. A cela s'ajouterent des questions a propos du choix des manuscrits de base, et des doutes quant aux rapports de parente entre les manuscrits. II convient de f a i r e remarquer, d ' a i l l e u r s , que pour l a chanson R 1267, Winkler omit l a legon du ms. M; s i aucun des c r i t i q u e s ne l e f i t remarquer, i l s furent sans doute induits en erreur, eux aussi, par l a bibliographie de Raynaud qui attribue l a chanson a Monies d'Arras. 1 C f . Anne M a r i e G a u t h i e r , " T r o i s c h a n s o n s de R a o u l de S o i s s o n s , t r o u v e r e du X l l l e s i e c l e " (Memoire de m a i t r i s e e n l i n g u i s t i q u e e t p h i l o l o g i e , U n i v . de M o n t r e a l , 1 9 8 9 ) : 1 7 - 1 9 . S e l o n H . S p a n k e , dans s o n c o m m e n t a i r e s u r l ' o r d r e des c h a n s o n s du m a n u s c r i t X : " V i e l l e i c h t i s t e s a u c h k e i n Z u f a l l , dafi d i e ganze Sammlung m i t j e e i n e m L i e d e R a o u l s v o n S o i s s o n s begonnen und b e s c h l o s s e n w i r d , was a u f e i n e b e s o n d e r e W e r t s c h a t z u n g d i e s e s D i c h t e r s . . . s c h l i e B e n l i e B e . " Hans S p a n k e , "Das o f t e r e A u f t r e t e n v o n S t r o p h e n f o r m e n und M e l o d i e n i n d e r a l t f r a n z o s i s c h e n L y r i k " dans Z e i t s c h r i f t f u r f r a n z o s i s c h e S p r a c h e und L i t t e r a t u r L I ( 1 9 2 8 ) : 8 7 . 2 E m i l W i n k l e r , D i e L i e d e r R a o u l s v o n S o i s s o n s ( H a l l e , Max N i e m e y e r V e r l a g , 1 9 1 4 ) . 2 En 1989, Anne-Marie Gauthier, dans son memoire de maitrise de 1'University de Montreal, f i t une e d i t i o n c r i t i q u e de t r o i s chansons de Raoul. Son t r a v a i l ne comporte cependant n i analyse s t y l i s t i q u e n i etude des contrafacta (imitations qui prennent comme base des elements pr&-existants dans d'autres chansons, comme l'agencement des rimes, l a melodie, et l a pos i t i o n des mots-cl£s). Ajoutons qu'a en c r o i r e Winkler et ses c r i t i q u e s , une des t r o i s chansons etudiees par Mme Gauthier d o i t etre attribuee a Jehan de Neuv i l l e . A 1'exception du memoire de Mme Gauthier et des mentions assez frequentes de Raoul dans l'ouvrage de R. Dragonetti et c e l u i de S. Ranawake, a i n s i que dans les recherches sur l e contrafactum medieval de F. Gennrich et H. Rakel, nous ne connaissons que 1 ' a r t i c l e de M.-N. Toury qui t r a i t e de ses chansons. Vu l e s nombreuses corrections proposees par l e s cr i t i q u e s de 1'ouvrage de Winkler et 1'apport de Mme Gauthier, i l nous semble u t i l e d'entreprendre un reexamen de l ' e d i t i o n de 1'oeuvre de Raoul de Soissons, et d'y ajouter une analyse du s t y l e et de l a langue du trouvere, a i n s i que quelques observations a propos des contrafacta. Quant a ces derniers, i l s'agira de l'examen non seulement des contrafacta connus mais egalement d'autres que nous croyons avoir nous-meme i d e n t i f i e s (y compris un en occ i t a n ) . Tenant compte des li m i t e s d'un memoire de maitrise, nous nous proposons de nous borner a l ' e d i t i o n et 1'analyse de deux chansons: R 2107 Quant voi la glaie meiire et R 1970 Amis Archier. 3 II.A. ATTRIBUTION Die Lieder Raouls von Soissons 1. seule E d i t i o n c r i t i q u e de 1'oeuvre du trouvere Raoul de Soissons, comprend dix-sept chansons, dont l'editeur admet t r e i z e (y compris un jeu-pa r t i ) comme attribuables a Raoul. Malgre l e temoignage de certains manuscrits, des considerations d'ordre paleographique, a i n s i que l'examen du contenu des chansons, ont amene l' e d i t e u r a r e j e t e r 1'authenticity des quatre dernieres pieces. Walther Suchier, dans sa c r i t i q u e f o r t d£taillee de l ' e d i t i o n de Winkler, en a r r i v e a l a meme conclusion apres avoir analyse l e reseau des rapports semantiques et s t y l i s t i q u e s : "Auch i c h bin iiberzeugt, daJ3 [die v i e r anderen Lieder] nicht von Raoul herriihren, denn s i e sind ... auch i n Ausdrucksweise und S t i l v o l l i g verschieden" 2 ("je suis convaincu, moi aussi, que l e s quatre dernieres chansons ne sont pas de Raoul, car leur langage et leur s t y l e sont tout a f a i t d i f f e r e n t s " ) . A en c r o i r e des publications recentes portant sur des questions d ' a t t r i b u t i o n , t o u t e f o i s , certains des arguments de M. Winkler ne semblent plus valables. A i n s i , E. Baumgartner et F. Ferrand ont affirme que "tout permet de c r o i r e que [ l a chanson R1204: Si j 'ai este lone tens en Romanie] est bien du trouvere Raoul de Soissons", chanson que M. Winkler considere, au contraire, comme faussement attribuee a Raoul 3. I l est regrettable que ces auteurs ne nous aient pas fourni de preuve, d'autant plus que 1'envoi de cette chanson s'adresse a Raoul de Soissons 4. E l l e s 1 E m i l W i n k l e r , D i e L i e d e r R a o u l s v o n S o i s s o n s ( H a l l e , Max N i e m e y e r V e r l a g , 1 9 1 4 ) . 2 W a l t h e r S u c h i e r , " D i e L i e d e r R a o u l s v o n S o i s s o n s , h e r a u s g e g e b e n v o n E m i l W i n k l e r " dans Z e i t s c h r i f t f i i r f r a n z o s i s c h e S p r a c h e und L i t t e r a t u r V L ( 1 9 1 9 ) : 2 3 5 - 2 6 1 ( 2 6 0 - 1 ) . ^ E m m a n u e l e B a u m g a r t n e r e t F r a n g o i s e F e r r a n d , Poemes d ' a m o u r des X l l e e t X H I e s i e c l e s ( P a r i s , U n i o n g e n e r a l e d ' e d i t i o n s , 1 9 8 3 ) : 1 1 7 . V o i r a u s s i l ' a r t i c l e de M a r i e - N o e l l e T o u r y , " R a o u l de S o i s s o n s : H i e r l a C r o i s a d e " , dans L e s Chanipenois e t l a C r o i s a d e ( P a r i s , A u x a m a t e u r s de l i v r e s , 1 9 8 9 ) : 9 7 - 1 0 7 ( 1 ) . 4 Changon va t'en a Archier qui vielle / Et a Raoul de Soissons qui m'agree ( v . 4 6 - 7 ) . I l e s t v r a i g u ' i l f a u t se m o n t r e r p r u d e n t p a r r a p p o r t a 1 ' a u t h e n t i c i t y des e n v o i s , comme l ' a s o u l i g n e D r a g o n e t t i : "Non 4 donnent une seule note, pour affirmer que "Romanie designe, dans l a langue medievale, l e royaume l a t i n de Jerusalem" 5 (sans reference). E. Winkler a souligne, par contre, que Romanie s i g n i f i e 1'empire byzantin 6. Nous citons La Conquete de Constantinople de Villehardouin: "Tot el premier chef, metre tot 1'empire de Romanie a 1'obedience de Rome"7. I l s'agit de l a quatrieme croisade de 1202, et s ' i l est v r a i que l e s croises ont voulu Jerusalem conquerre, i l s ne p r i r e n t jamais l a route de Jerusalem 8. D'apres l e s chartes, tous les sejours "outre mer" de Raoul ont eu l i e u au royaume de Jerusalem, et vraisemblablement, i l ne s'est jamais arrete a Constantinople ou en "Romanie". C'est precisement pourquoi Winkler repousse 1' a t t r i b u t i o n a Thierry de Soissons, t e l l e que donnee par un seul manuscrit. Par a i l l e u r s , l a chanson R1885: Des ore mais est raison, que M. Winkler a attribuee a Jean de Ne u v i l l e , constitue un des objets de 1'etude "Trois chansons de Raoul de Soissons" d'Anne Marie Gauthier 9. S. Ranawake s u i t les at t r i b u t i o n s de Winkler, par contre, mais y ajoute l e jeu-p a r t i R294 Baudoyn, i l sunt dui amant entre Thibault de s e u l e m e n t o n s u p p r i m a i t des e n v o i s , ou l ' o n y e f f a g a i t l e s m e n t i o n s i n u t i l e s , m a i s i l a r r i v a i t a u s s i q u ' o n y a j o u t a t u n e n v o i q u i n ' e t a i t pas de l ' a u t e u r " ( o p . c i t . : 3 0 6 ) . L e f a i t que l a c h a n s o n e s t d e d i e e a R a o u l donne a r e f l e c h i r , c e p e n d a n t . 5 O p . c i t . : 4 3 2 . "Romanie b e d e u t e t n a m l i c h immer das b y z a n t i s c h e K a i s e r r e i c h ( s i e h e Du Cange s . v . R o m a n i a ) " . O p . c i t . : 2 5 . 7 J e a n D u f o u r n e t , V i l l e h a r d o u i n . L a c o n q u e t e de C o n s t a n t i n o p l e ( P a r i s , G a r n i e r F l a m m a r i o n , 1 9 6 9 ) : 80 ( v o i r a u s s i p . 5 1 ) . L e D i c t i o n n a i r e h i s t o r i q u e de l ' a n c i e n l a n a a o e f r a n g a i s I X ( P a r i s , C h a m p i o n , 1881) donne sous l a r u b r i q u e de R o m a n i e : " E m p i r e de C o n s t a n t i n o p l e . " 8 I b i d . : 8 . 9 "Nous ne d i s c u t e r o n s pas dans l e memoire de l a q u e s t i o n des a t t r i b u t i o n s , m a i s nous avons c h o i s i p o u r n o t r e e d i t i o n d e s c h a n s o n s d o n t 1 ' a t t r i b u t i o n e s t i n c o n t e s t a b l e . " Anne M a r i e G a u t h i e r , " T r o i s c h a n s o n s de R a o u l de S o i s s o n s , t r o u v e r e du X H I e s i e c l e " (Memoire de m a i t r i s e e n l i n g u i s t i q u e e t p h i l o l o g i e , U n i v . de M o n t r e a l : 1 9 8 9 ) : 1. Sans v o u l o i r c r i t i q u e r 1 ' e t u d e de Mme G a u t h i e r , i l f a u t p o u r t a n t s o u l i g n e r que 1 ' a t t r i b u t i o n de c e t t e c h a n s o n a R a o u l e s t l o i n d ' e t r e i n c o n t e s t a b l e . V o i c i l e s p a r o l e s de M . W i n k l e r : " . . . das L i e d i s t demnach h o c h s t w a h r s c h e i n l i c h v o n J e a n de N e u v i l l e " ( o p . c i t . : 2 4 ) . 5 Champagne et "Baudoyn", personnage inconnu 1 0. Sans doute s ' a g i t - i l d'une erreur: Mme Ranawake l e c i t e comme l e "Jeu-p a r t i R294 von Raoul und Thibaut" (81) et a i l l e u r s , l ' a t t r i b u e a Thibaut (75). Ces quelques exemples, on l e v o i t , mettent en lumiere certaines d i f f i c u l t e s quant a l a question des a t t r i b u t i o n s . Comme c e l l e s - c i vont bien au-dela des termes de notre enquete, cependant, et faute d'une etude plus recente a ce sujet, nous nous contenterons de r e t e n i r les a t t r i b u t i o n s de M. Winkler. I l n'en reste pas moins q u ' i l s e r a i t u t i l e de dir e quelques mots au sujet de Thierry de Soissons, personnage inconnu auquel les manuscrits K et N attribuent certaines des chansons que les autres manuscrits donnent a Raoul: K N R211: _ Th. de S. R363: Th. de S. Th. de S. R767: Th. de S. Th. de S. R778: Th. de S. Th. de S. R1267 R. de S. Th. de S. R1970 Th. de S. Th. de S. R1978 R. de S. Th. de S. R2063 R. de S. Th. de S. R2106 Anon. Th. de S. R2107 R. de S. Th. de S. Winkler, et avant l u i , Paulin P a r i s 1 1 , ont affirme que Thierry et Raoul etaient l a meme personne. I l s'agit l a d'une opinion, d ' a i l l e u r s , que l'on retrouve des 1584, date de l a publication des ouvrages de Frangois La Croix du Maine 1 0 S i l v i a Ranawake , H o f i s c h e S t r o p h e n k u n s t (Mi inchen , C . H . B e c k ' s c h e V e r l a g s b u c h h a n d l u n g , 1 9 7 6 ) . V o i r l ' e d i t i o n de A . W a l l e n s k o l d , L e s c h a n s o n s de T h i b a u t de Champagne ( P a r i s , E d . C h a m p i o n , 1 9 2 5 ) : 1 2 3 . 1 1 " I l e s t v r a i q u ' u n de nos m a n u s c r i t s c o n f o n d l e s deux noms, ou p a r t a g e e n t r e R a o u l e t T h i e r r i l e s t r e i z e c h a n s o n s que t o u t e s l e s a u t r e s l e c o n s s ' a c c o r d e n t a d o n n e r au s e u l R a o u l . M a i s nous ne v o y o n s a l o r s a u c u n c h e v a l i e r de l a m a i s o n de N e s l e p o r t e r c e nom de T h i e r r i , e t l e t e m o i g n a g e des m e i l l e u r s t e x t e s , l e s e n v o i s de p l u s i e u r s c h a n s o n s du r o i de N a v a r r e , a u x q u e l s r e p o n d a i t « m o n s e i g n e u r R a o u l de S o i s s o n s » , t o u t s e r e u n i t p o u r d e m o n t r e r 1 ' e r r e u r du m a n u s c r i t . " P a u l i n P a r i s , H i s t o i r e l i t t e r a i r e de l a F r a n c e 1856 ( M e n d e l n , L i e c h t e n s t e i n , K r a u s R e p r i n t C o . , 1 9 7 1 ) : 700 (a 1 ' e v i d e n c e , M . P a r i s se r e f e r e s e u l e m e n t a n o t r e m a n u s c r i t K ) . 6 et Antoine Du V e r d i e r 1 2 . Sans v o u l o i r reprendre l e s arguments qui ont 6te avanc^s (du point de vue s t y l i s t i q u e aussi bien que paleographlque), les a t t r i b u t i o n s a Thierry sont effectivement f o r t douteuses. Tout en soulignant l e grand merite de l a bibliographie de Robert White L i n k e r 1 3 , l'on peut done se demander pourquoi cet auteur a c h o i s i de donner huit chansons sous l a rubrique de " T h i e r r i de Soissons": R363, R1970, R778, R211, R767, R429, R1204, R2106. Meme s i l a methode de M. White Linker est de suivre 1'attribution des manuscrits et de l a i s s e r hors de consideration les legons anonymes (p.e. dans l e cas de R363, anonyme dans quatre manuscrits mais attribuee a T h i e r r i par K et N), comment j u s t i f i e r 1'attribution a T h i e r r i dans l e cas de R429? Dans V, qui regroupe les chansons par auteur sans donner leurs noms, cette chanson ne f a i t pas p a r t i e du groupe de douze chansons de Raoul. II nous semble que devant l e choix de K, qui l a donne a T h i e r r i , et de N, qui l ' a t t r i b u e a Perrin d'Angicourt, M. White Linker a u r a i t pu adopter 1'attribution de Winkler et surtout de Steffens, editeur de l'oeuvre de P e r r i n 1 4 : tous deux estiment q u ' i l s'agit d'une chanson de Pe r r i n . L'un des auteurs qui a t r a i t e de l a question de Thierry est F. L u b i n s k i 1 5 . Signalant a juste t i t r e q u ' i l est question de pr^noms qui "palaographisch nicht zu verwechseln sind" ("que l'on ne peut pas confondre au niveau 1 2 " T h i e r r y de S o i s s o n s , & s e l o n d ' a u t r e s R a o u l de S o i s s o n s , comte d u d i t l i e u e n P i c a r d i e , P o e t e F r a n c o i s , v i v a n t e n l ' a n de s a l u t 1 2 5 0 . . . . Ce T h i e r r y ne p e u t e t r e a u t r e que R a o u l , Comte de S o i s s o n s . " L e s B i b l i o t h e a u e s f r a n c o i s e s de l a C r o i x du M a i n e e t Du V e r d i e r V o l . I I ( R e i m p r e s s i o n de l ' e d i t i o n de 1772-1773 q u i r e u n i t l e s o u v r a g e s de F r a n c o i s L a C r o i x du M a i n e and A n t o i n e Du V e r d i e r , p u b l i e s s e p a r e m e n t e n 1584 . G r a z , A k a d e m i s c h e D r u c k - und V e r l a g s a n s t a l t , 1 9 6 9 ) : 3 5 0 . 1 3 R o b e r t W h i t e L i n k e r , A B i b l i o g r a p h y o f O l d F r e n c h L y r i c s ( U n i v e r s i t y , M i s s i s s i p i , Romance Monographs I n c . , 1 9 7 9 ) . 1 4 G e o r g S t e f f e n s , D i e L i e d e r des T r o v e o r s P e r r i n v o n A n a i c o u r t ( H a l l e , Max N i e m e y e r V e r l a g , 1 9 0 5 ) : 8 3 - 4 . C f . W i n k l e r , o p . c i t . : 2 3 - 4 . 15 F r . L u b i n s k i , " D i e L i e d e r R a o u l s v o n S o i s s o n s , h e r a u s g e g e b e n v o n E m i l W i n k l e r " dans A r c h i v f u r das S t u d i u m d e r n e u e r e n S p r a c h e n und L i t e r a t u r e n C X X X I I I ( 1 9 1 5 ) : 4 7 2 - 7 4 . 7 paleographique"), M. Lubinski s'est pose l a question de savoir l ' o r i g i n e du nom "Thierry". II nous semble possible, tout d'abord, que Raoul a i t ete connu sous l e nom de "Thierry" (deuxieme prenom?), d'autant plus que son pere et apres l u i son neveu s'appelaient aussi Raoul. Selon Lubinski, cependant, i l est tout a f a i t raisonnable de supposer qu'un "Thierry" a du ex i s t e r . Citant l a presence d'un personnage nomme "Archier" dans les chansons R1970 et R1204, et 1'allusion de "Paris ('Paris') et T r i s t a n " dans R2106 et R1204, Lubinski conclut qu'un trouvere nomme "Thierry" a pu composer l e s chansons R1970, R2106 et R12 04 (que l e manuscrit N attribue toutes a Thi e r r y ) . Le Raoul de Soissons mentionne dans 1'envoi de R1204 s e r a i t alors l e vieux comte Raoul de Soissons, pere de notre trouvere. A cette supposition s'opposent des considerations d'ordre formel, surtout dans l e cas de R1970; cette chanson revele, par exemple, l'emploi des techniques d'enchainement strophique f o r t semblables a c e l l e s que l'on peut trouver dans d'autres chansons de Raoul, comme nous l e verrons dans l a section " V e r s i f i c a t i o n " . La theorie de 1'existence d'un Thierry, contemporain de Raoul, nous semble cependant defendable, d'autant plus que les deux noms figurent dans un jeu-pa r t i anonyme, R1296: Biaul Tierit, je vos veul proier16, entre Tierit et Raoult (voir 1'appendice). II est interessant de noter l a ressemblance de cette chanson octosyllabique isometrique de onze vers avec l e jeu - p a r t i R1393 entre Raoul et Thibault; notons egalement que toutes les rimes de R1296 se retrouvent dans R1393. V o i c i l e schema de rimes des deux chansons: R1296 a b a b b a a b b a b R1393 a b a b b c c d d e e Bien que R1296 ne contienne aucune i n d i c a t i o n biographique u t i l e , r i e n ne nous empeche de v o i r en notre trouvere un des 1 6 E d . A . L a n g f o r s , R e c u e i l g e n e r a l des i e u x - p a r t i s f r a n c a i s I I ( P a r i s , C h a m p i o n , 1 9 2 6 ) : 1 9 2 - 4 . 8 partenaires de ce j e u - p a r t i . Tout au moins, l a chanson fo u r n i t l a preuve de 1'existence d'un Thierry et d'un Raoul vivant a l a meme'epoque. Quant aux at t r i b u t i o n s a Thierry, i l n'est pas impossible q u ' i l s'agisse d'une confusion par rapport au nom de l i e u plutot qu'au prenom. Citons a ce t i t r e l e nom de "Jaikes de Soixons" t e l que donne par l e manuscrit C de Berne 1 7: i l s'agit de Jacques de Cysoing, contemporain de Raoul 1 8. Etant donne une graphie tres floue, l'on v o i t a quel point 1' i d e n t i f i c a t i o n des noms peut etre penible. Une deuxieme hypothese s e r a i t l'idee d'un Thierry ne a Soissons et done "de Soissons". Comme l e montrent ces exemples, tous ceux qui avaient "de Soissons" comme nom n'e^taient pas necessairement de l a famill e de Soissons. La derniere question sur laq u e l l e nous nous arreterons est c e l l e de l ' i d e n t i t e de Raoul: que penser des a t t r i b u t i o n s , de l a part de certains h i s t o r i e n s du XVII e, XVIII e et XIX e s i e c l e s , a Raoul l e Bon, pere de notre trouvere? L'un des premiers, a notre connaissance, a s'occuper de cette question fut Melchior Regnault qui, en 1633, affirma que "Ledit Raoul [pere] a este mis au nombre des poetes Frangois avec Thibaut Comte de Champagne"19. Trente ans plus tard, Claude Dormay s'exprima a i n s i : R a o u l [ p e r e ] quoy que v a i l l a n t e t p i e u x , ne l a i s s a p o i n t d ' a y m e r l e s s c i e n c e s , & p a r t i c u l i e r e m e n t l a P o e s i e , e n q u o i i l r e u s s i t a v e c t a n t de b o n h e u r , q u ' i l f u t m i s au nombre des P o e t e s F r a n g o i s a v e c T h i b a u t Comte de Champagne. . . . i l s f i r e n t u n D i a l o g u e ou l ' u n d e m a n d o i t e t 1 ' a u t r e r e s p o n d o i t : c e s o u v r a g e s e s t o i e n t t e l l e m e n t communis q u ' o n l e s c h a n t o i t , & que l e p e u p l e l e s a p p e l l o i t l e s Chansons de P r o v i n s . 2 0 1 7 C f . G . G r o b e r e t C . v o n L e b i n s k i , " C o l l a t i o n d e r B e r n e r L i e d e r h s . 389" dans Z e i t s c h r i f t f u r r o m a n i s c h e P h i l o l o a i e C X I ( 1 8 6 8 ) : 5 5 . 1 8 " . . . so w i r d man d i e d i c h t e r i s c h e W i r k s a m k e i t des J a c q u e s de C y s o i n g i n d e r M i t t e des 1 3 . J h . s a n s e t z e n d u r f e n . " R u d o l f Z i t m a n n , " D i e L i e d e r des J a c q u e s de C y s o i n g " dans Z e i t s c h r i f t f u r r o m a n i s c h e P h i l o l o a i e L X V ( 1 9 4 9 ) : 1 -27 . 1 9 M e l c h i o r R e g n a u l t , A b r e q e de l ' h i s t o i r e de l ' a n c i e n n e v i l l e de S o i s s o n s ( P a r i s , P i e r r e M e n a r d , 1 6 3 3 ) : 1 1 9 . 2 0 C l a u d e Dormay , H i s t o i r e de l a v i l l e de S o i s s o n s e t de s e s r o i s . d u e s , comtes e t a o u v e r n e u r s ( S o i s s o n s , N i c o l a s A s s e l i n e , 1 6 6 3 ) : 1 4 8 . 9 (le "Dialogue" dont i l est question est l e jeu - p a r t i R1393: Sire loez moi a choisir) . Apres Dormay, citons l e Pere Anselme qui signala, en 1726, que Raoul l e Bon "est mis au nombre des bons poetes Frangois de son temps" 2 1; de meme, L'art de v e r i f i e r les dates, publie en 1784, nous apprend que Raoul l e Bon e t a i t "l'un des meilleurs Poetes Frangois de son tems, avec Thibaut, Comte de Champagne"22. L'on peut enfin c i t e r l'ouvrage de l'abbe Pecheur, publie en 1875: "Raoul l e Bon, comte de Soissons, qui se f i t remarquer par son dialogue rime (sa 59 e chanson) avec Thibauld IV, comte de Champagne ... Raoul de Soissons, vicomte de Coeuvres, second f i l s de Raoul l e Bon, qui l a i s s a quelques p i e c e s " 2 3 . L'on peut s'interroger sur l e sort des 58 autres chansons que Raoul l e Bon nous aurait l a i s s e e s , a en c r o i r e l'abbe Pecheur. Quant aux at t r i b u t i o n s c i t e e s , cependant, 1' on d i r a i t que tous les auteurs reprennent 1'opinion de Dormay. II n'est pas impossible que Dormay, a son tour, a i t eu recours aux Recherches de l a France. ouvrage d'Etienne Pasquier (1529-1611) qui fut l'un des premiers a s' i n t t r e s s e r a l'ancienne l i t t e r a t u r e de l a France. Malheureusement, nous nous n'y avons pas eu acces. En e f f e t , Raoul l e Bon naquit quarante ans avant Thibaut de Champagne. Comme Thibaut regoit l e t i t r e de «roi» dans l e "dialogue rime" ( j e u - p a r t i ) , cette chanson d o i t etre posterieure a l'avenement de Thibaut, en 1234, au trone de Navarre 2 4. A cette epoque, Raoul l e Bon aur a i t ete age de pres de 74 ans; i l mourut peu apres. Par a i l l e u r s , au moins deux autres chansons (R1154 et R767) att r i b u t e s a Raoul 2 1 l e P . A n s e l m e , H i s t o i r e g e n e a l o g i a u e e t c h r o n o l o a i a u e de l a m a i s o n r o v a l e de F r a n c e I I , 1726 ( P a r i s , J o h n s o n R e p r i n t C o . , 1 9 6 7 ) : 5 0 1 . 2 2 L ' a r t de v e r i f i e r l e s d a t e s I I ( P a r i s , A l e x a n d r e J o m b e r t , 1 7 8 4 } : 7 2 9 . 2 3 L ' a b b e P e c h e u r , A n n a l e s du D i o c e s e de S o i s s o n s I I I ( S o i s s o n s , c h e z Demoncy, l i b r a i r e , 1 8 7 5 ) : 1 2 2 . 2 4 C f . A . W a l l e n s k o l d , L e s c h a n s o n s de T h i b a u t de Champagne ( P a r i s , C h a m p i o n , 1 9 2 5 ) : 1 5 0 . 10 s'adressent au comte d'Anjou, ne en 1226 2 5, qui au r a i t eu dix ans l o r s de l a mort de Raoul l e Bon. En somme, i l est f o r t improbable que Raoul l e Bon a i t compose les chansons dont i l est question. Bien q u ' i l ne s o i t pas impossible qu'un trouvere au nom de Thierry a i t reellement e x i s t e , 1'attribution a Thierry de Soissons dans les manuscrits K et N doit etre fautive. 2 5 C f . H . P e t e r s e n D y g g v e , " P e r s o n n a g e s h i s t o r i q u e s f i g u r a n t dans l a p o e s i e l y r i q u e f r a n c a i s e des X I I e e t X I I I e s i e c l e s " , dans N e u p h i l o l o a i s c h e M i t t e i l u n a e n L ( 1 9 4 9 ) : 1 4 4 . 11 II.B. BIOGRAPHIE I I . B . l . Introduction En cherchant a analyser des textes medievaux, i l faut tout d'abord reconnaitre q u ' i l s n'existent pas sans contexte et que leur etablissement ne devrait se f a i r e sans t e n i r compte de l a societe au sein de laq u e l l e i l s naquirent. Nous n'avons done pas voulu nous pencher sur les manuscrits sans avoir acquis quelques connaissances prealables du m i l i e u s o c i o - c u l t u r e l de l'epoque 1. Vu l e depouillement minutieux d'anciennes sources deja effectue par Emil Winkler, auteur de l a seule e d i t i o n c r i t i q u e de 1'oeuvre de Raoul de Soissons 2, i l nous a cependant paru peu u t i l e de reprendre tous les propos dont i l a ete question. A i n s i , tout en ajoutant quelques d e t a i l s omis par M. Winkler, nous ne nous arreterons que sur les notions qui nous paraissent discutables. Par a i l l e u r s , nous esp^rons combler une des lacunes de 1'ouvrage de M. Winkler, a savoir l e manque d'une bibliographie proprement d i t e . Dans l ' e s p o i r qu'un elargissement du fond bibliographique puisse etre u t i l e aux autres chercheurs, nous ajouterons a l a l i s t e des ouvrages c i t e s par M. Winkler d'autres plus recents, a i n s i que certains que M. Winkler a pu consulter sans les mentionner. Nous fournirons egalement un arbre genealogique de l a fam i l l e de Soissons, a i n s i qu'une chronologie de l a v i e de Raoul (p. 29). 1 S e l o n J e a n R y c h n e r ("Remarques s u r l e s i n t r o d u c t i o n s p h o n e t i q u e s aux e d i t i o n s de t e x t e s en a n c i e n f r a n c a i s " dans S t u d i a N e o p h i l o l o q i c a X X X I I I , 1 9 6 1 : 6 - 2 1 ) , " [ l e p h i l o l o g u e ] a u r a r e c o u r s dans [ son ] e f f o r t d ' i n t e r p r e t a t i o n a des d i s c i p l i n e s d i v e r s e s , p a r m i l e s q u e l l e s l a l i n g u i s t i q u e , s ans d o u t e , ou l ' h i s t o i r e de l a l a n g u e , m a i s a u s s i a l a p a l e o g r a p h i e , a l ' h i s t o i r e g e n e r a l e , a l ' h i s t o i r e du c o s t u m e , de 1 ' a r c h i t e c t u r e , des i d e e s , de l a r h e t o r i q u e , a l ' h i s t o i r e s o c i a l e e t c . " ( ? ) 2 ^ Op . c i t . 12 II .B .2. Commentaire Ego Radulphus de Suessione, miles, frater nobilis viri Ioaninis Comitis Suessionensis ...3 Dans l a mesure ou ces paroles, empruntees a une charte datee de 1261, nous apprennent non seulement l e rang s o c i a l et l e metier de Raoul de Soissons mais encore l a fagon dont se deroulera sa v i e , e l l e s constituent comme un resume biographique. En tant que f r e r e cadet, Raoul, chevalier noble et g u e r r i e r 4 , passa son temps a l a recherche de l'aventure comme les autres cadets de l'epoque 5. Lors de cette entreprise, i l fut sans doute i n s p i r e autant par l a poursuite de l a g l o i r e que par c e l l e du butin qui s'off r a i t au cours des conquetes: a en 3 M e l c h i o r R e g n a u l t , A b r e g e de l ' h i s t o i r e de l ' a n c i e n n e v i l l e de S o i s s o n s ( P a r i s , P i e r r e M e n a r d , 1 6 3 2 ) : p r e u v e s 1 6 v ° . N o t o n s que s i E m i l W i n k l e r , dans s o n e d i t i o n c r i t i q u e , f o u r n i t des r e n s e i g n e m e n t s b i o g r a p h i q u e s t r e s d ^ t a i l l e s e t b i e n r e c h e r c h e s , i l ne se p r o n o n c e p a s au s u j e t de s a p o l i t i q u e e d i t o r i a l e p a r r a p p o r t aux c h a r t e s c i t e e s . Nous s u i v r o n s l a g r a p h i e t e l l e q u ' e l l e se p r e s e n t e dans l e s o u v r a g e s h i s t o r i q u e s e t l e s documents c o n s u l t e s . 4 S e l o n G . D u b y , l e mot « m i l e s » au Xe s i e c l e i m p l i q u a i t une s u p e r i o r i t y e c o n o m i q u e : s e u l s c e u x d o t e s d ' u n e f o r t u n e e t a i e n t e n mesure de f a i r e l a g u e r r e e t d ' a s s i s t e r a l a c o u r du comte p l u t o t q u ' a c e l l e d u viguier. G e o r g e s Duby , "The N o b i l i t y i n E l e v e n t h - and T w e l f t h - C e n t u r y M a c o n n a i s " dans L o r d s h i p and Community i n M e d i e v a l E u r o p e . F . C h e y e t t e e d . (New Y o r k : H o l t , R i n e h a r t and W i n s t o n , 1 9 6 8 ) : 1 4 9 . Dans L a soc ie^ te m e d i e v a l e ( P a r i s , Armand C o l i n , 1 9 9 1 ) , R o b e r t F o s s i e r a f f i r m e q u ' e f f e c t i v e m e n t , "dans l a l u t t e e n t r e l e s deux p r i n c i p e s fondamen taux q u i s e r v e n t a c l a s s e r l e s hommes, l e p l u s a n c i e n , l e p l u s a d m i s s i b l e , c e l u i de l a l i b e r t e d ' e t r e , r e c u l e a g r a n d s pas d e v a n t 1'autre , c e l u i de l a r i c h e s s e " ( 2 6 0 ) . E n t r e 1050 e t 1075 , c e p e n d a n t , au c o u r s de 1' e v o l u t i o n de l a s t r a t i f i c a t i o n s o c i a l e , l e mot « m i l e s » a c q u i e r t l e s ens de t i t r e h e r e d i t a i r e : des l o r s , on l e t r o u v e dans l e s c h a r t e s e n t a n t que r a n g s o c i a l e l e v e (Duby, o p . c i t . : 1 5 1 - 2 ) . V o i r a u s s i M i c h e l B u r , L a f o r m a t i o n du comte de Champagne ( N a n c y , U n i v . de N a n c y , 1 9 7 7 ) : 3 9 6 - 8 . P a r a i l l e u r s , l a d e f i n i t i o n de « c h e v a l i e r » m e r i t e r e f l e x i o n ; P a u l du B r e u i l , dans L a c h e v a l e r i e & 1 ' O r i e n t ( P a r i s , E d i t i o n s de l a M a i s n i e , 1 9 9 0 ) , r e p o u s s e " l ' o p t i q u e q u i v o u l a i t que l a c h e v a l e r i e e u t e t £ c r e e e a v a n t l e s c r o i s a d e s , p o u r e t r e l a c h o s e e t 1' i n s t rumen t de l ' E g l i s e . . . l ' h i s t o i r e m o n t r e b i e n que c e que l e s s i e c l e s n ' o n t c e s s e de v a n t e r de l a c h e v a l e r i e r e s i d e b i e n dans J 'esprit courtois, q u i f l e u r i t a u Moyen Age e t , en t o u t c a s , d ' u n e m a n i e r e n o t a b l e , a p r e s l e s p r e m i e r e s c r o i s a d e s , e t l e s r e n c o n t r e s a v e c 1"Islam e t 1 ' O r i e n t . " (161) L ' o r i e n t m e d i e v a l a u r a i t " p o l i l e s moeurs o c c i d e n t a l e s p a r s o n e s p r i t c o u r t o i s e t s o n a l t r u i s m e p h i l o s o p h i q u e , q u i f r u c t i f i e r e n t dans l ' a m e a f f r a n c h i e des v a l e u r e u x d e s c a n d a n t s des C e l t e s e t des G o t h s " ( 1 6 2 ) . L e s a t t r i b u t s de l a c h e v a l e r i e s e r a i e n t done e n p r e m i e r l i e u c e u x de 1'e s p r i t p l u t o t que l e s a r m e s , n o t i o n q u i s ' a c c o r d e b i e n a v e c l e s v a l e u r s m o r a l e s que l ' o n p e u t d e c e l e r de l a l i t t e r a t u r e c o u r t o i s e . 5 G e o r g e s D u b y , o p . c i t . : 2 0 0 - 0 1 . 13 juger par les chartes qui nous sont parvenues 6, i l ne cessa d'etre tourmente' par les d i f f i c u l t y p^cunieres. S i les t r o i s croisades auxquelles Raoul p a r t i c i p a en tant que miles Christi l u i ont apporte de l a g l o i r e , les recompenses financieres l u i ont done echappe. Auteur d' au moins une douzaine de chansons courtoises, Raoul comptait parmi les rangs des trouveresz ceux qui repandaient 1'ideal courtois en mettant en valeur l a moderation comme l a j o i e , l e courage comme l' h u m i l i t e , que ce s o i t au service du r o i et de l ' E g l i s e ou de l a dame. L'on pourrait done soutenir qu'en quelque sorte, Raoul de Soissons represente 1'archetype du chevalier c o u r t o i s 7 . La premiere question que nous nous posons est r e l i v e a l a date de naissance de notre trouvere. I l est v r a i qu'aucun des h i s t o r i e n s des 17e, 18e et 19e s i e c l e s 8 ne remet en ^ M e l c h i o r R e g n a u l t , o p . c i t . : p r e u v e s 1 6 r ° a 2 1 v ° . 7 P o u r M . du B r e u i l , l e s t r a i t s q u i c a r a c t e r i s e n t l e c h e v a l i e r p a r e x c e l l e n c e s o n t 1 ' e s p r i t d ' a v e n t u r e ( p a r l e q u e l o n e n t e n d " l a v a i l l a n c e n a t u r e l l e d ' u n p e u p l e " p l u t o t que l e g o u t des c o n q u e t e s i n s p i r e p a r des i m p £ r a t i f s p r a t i q u e s ) , 1 ' e s p r i t romanesque ( l a n o s t a l g i e p h i l o s o p h i q u e ) , e t l a f o i g n o s t i q u e : " l a c o n n a i s s a n c e l u m i n e u s e , a l a f o i s s p i r i t u e l l e e t p h i l o s o p h i q u e . . . q u i donne une v i s i o n l i b r e e t s u p e r i e u r e du b i e n e t du m a l " ( o p . c i t . : 1 0 3 - 4 ) . 8 V o i r M e l c h i o r R e g n a u l t , o p . c i t . ; L e P . A n t o i n e M u l d r a c , Compendiosum A b b a t i a e L o n a i p o n t i s S u s s i o n e n s i s C h r o n i c o n ( P a r i s , 1 6 5 2 ) ; C l a u d e Dormay, H i s t o i r e de l a v i l l e de S o i s s o n s e t de s e s r o i s . d u e s , comtes e t q o u v e r n e u r s ( S o i s s o n s , N i c o l a s A s s e l i n e , 1 6 6 3 ) ; A n d r e du C h e s n e , H i s t o i r e a e n e a l o a i a u e de l a m a i s o n r o v a l e de D r e u x e t de q u e l q u e s a u t r e s f a m i l i e s i l l u s t r e s q u i en s o n t d e s c e n d i i e s p a r femmes e t H i s t o i r e q e n i a l o q i q u e des m a i s o n s de G u i n e s . d ' A r d r e s . de Gand e t de C o u c v . e t de q u e l q u e s a u t r e s f a m i l i e s i l l u s t r e s . q u i v s o n t e s t e a l l i e e s ( P a r i s , S e b a s t i e n C r a m o i s y , 1 6 3 1 ) ; l e P . A n s e l m e , H i s t o i r e q e n e a l o a i o u e e t c h r o n o l o a i q u e de l a m a i s o n r o y a l e de F r a n c e . 1726 ( P a r i s , J o h n s o n R e p r i n t C o . , 1 9 6 7 ) ; L ' a r t de v e r i f i e r l e s d a t e s I I ( P a r i s , A . J o m b e r t , 1 7 8 4 ) ; P a u l i n P a r i s , H i s t o i r e l i t t e r a i r e de F r a n c e X X I I I , V . L e C l e r c e d . , 1856 ( N e n d e l n , L i e c h t e n s t e i n , K r a u s R e p r i n t C o . , 1 9 7 1 ) ; H . M a r t i n e t P . J a c o b , H i s t o i r e de S o i s s o n s 2 , 1837 ( M a r s e i l l e , L a f i t t e R e p r i n t s , 1 9 7 6 ) ; l ' a b b e P e c h e u r , A n n a l e s du D i o c e s e de S o i s s o n s I I I ( S o i s s o n s , c h e z Demoncy, l i b r a i r e , 1 8 7 5 ) ; H . d ' A r b o i s de J u b a i n v i l l e , H i s t o i r e des dues e t des comtes de Champagne I V ( P a r i s , A . A u b r y , 1 8 6 4 ) ; E d o u a r d de B a r t h e l e m y , L e s comtes e t l e comte de S o i s s o n s ( P a r i s , H . M e n u , 1 8 7 7 ) . O u v r a g e s e t a r t i c l e s p l u s r e c e n t s : Abbe J u l e s S a i n c i r , L e D i o c e s e de S o i s s o n s ( E v r e u x , I m p r i m e r i e H e r i s s e y , 1 9 3 5 ) ; H . P e t e r s e n D y g g v e , " P e r s o n n a g e s h i s t o r i q u e s f i g u r a n t dans l a p o i s i e l y r i q u e f r a n c a i s e des X l l e e t X H I e s i e c l e s " dans N e u p h i l o l o a i s c h e M i t t e i l u n a e n L ( 1 9 4 9 ) : 1 4 4 -172 ; W i l l i a m M e n d e l Newman, L e s s e i g n e u r s de N e s l e e n P i c a r d i e ( P a r i s , E d i t i o n s A . & J . P i c a r d , 1 9 7 1 ) ; M a r i e - N o e l l e T o u r y , " R a o u l de S o i s s o n s : 14 question l e f a i t que Raoul est ne au debut du XHIe s i e c l e . Une certaine confusion regne pourtant par rapport a l a date approximative de sa naissance (et par l a s u i t e , a 1'identite de sa mere), confusion que l'on doit imputer au chroniqueur Baudouin d'Avesnes 9. Selon ce dernier, Raoul et son f r e r e Jean seraient nes tous deux du troisieme l i t du Comte Raoul I de Soissons 1 0, surnomme " l e Bon". Cette idee est re p r i s e par Ed. de Barthelemy, l e P. Anselme, L. de Mas L a t r i e , et les auteurs de L'art de v e r i f i e r l e s dates, et affirmee par M. Winkler 1 1. En e f f e t , l'idee proposee par Baudouin selon la q u e l l e Ade d'Avesnes (veuve et non pas f i l l e d'Henri IV, comte de Grantpre 1 2), s e r a i t l a mere de Jean n'est guere defendable: Jean, qui est deja marie en 1226 1 3, a du na i t r e H i e r l a C r o i s a d e " dans L e s Champenois e t l a C r o i s a d e ( P a r i s , A u x a m a t e u r s de l i v r e s , 1 9 8 9 ) : 9 7 - 1 0 7 ; K a r e n G o u l d , The P s a l t e r and H o u r s o f Y o l a n d e de S o i s s o n s ( D i s s . , The U n i v . o f Texas a t A u s t i n , 1 9 7 5 ) . V o i r a u s s i D i e M u s i k i n G e s c h i c h t e und G e a e n w a r t 10 ( 1 9 6 2 ) : 1 9 2 3 ; D i c t i o n n a i r e des l e t t r e s f r a n c a i s e s . L e Moven Age ( P a r i s , L i b r a i r i e A r t h e m e F a y a r d , 1 9 6 4 ) . 9 S e l o n l e s a u t e u r s du D i c t i o n n a i r e des l e t t r e s f r a n c a i s e s ( o p . c i t . ) , l a C h r o n i q u e de B a u d o u i n d ' A v e s n e s e s t une " c o m p i l a t i o n d ' h i s t o i r e u n i v e r s e l l e en f r a n g a i s , formee d ' e m p r u n t s d i v e r s , de Pharamond a 127 8 ( d a t e du s u p p l i c e de P i e r r e de l a B r o c e ) ou de 1 ' I n c a r n a t i o n a 1 2 8 1 , s u i v a n t l e s m a n u s c r i t s . B a u d o u i n d ' A v e s n e s n ' e n e s t pas 1 ' a u t e u r , m a i s i l en a u r a i t d i r i g e 1 ' e x e c u t i o n " . 1 0 " . . . l e conte de Grantpre . . . ot . . . une f i l l e qui fu dounee au conte Raoul de Soissons, qui ot de l i 2 fius et une f i l l e . . . Li aisnes fius ot non Jehans et l i autres Raous." (Monumenta G e r m a n i a e H i s t o r i c a t . X X V , 1 9 2 5 ) : 4 3 6 . 1 1 O p . c i t . : 5 . W i n k l e r p r e n d comme p o i n t de d e p a r t une r emarque de J o i n v i l l e dans L a v i e de S a i n t L o u i s . N o e l C o r b e t t e d . ( S h e r b r o o k e Que , E d i t i o n s Naaman, 1 9 7 7 ) : " J e vingt au conte de Soissons, cui cousine germainne j'avoie espousee . . . " ( 1 3 2 ) . W. Newman ( o p . c i t . : 66) a s o u l i g n e a j u s t e t i t r e que 1 ' a f f i r m a t i o n de Ducange ( G e n e a l o g i e de l a M a i s o n de J o i n v i l l e . P a r i s , 1637 : 10) s e l o n l a q u e l l e J e a n , s i r e de J o i n v i l l e , a p p e l a J e a n , comte de S o i s s o n s , s o n c o u s i n g e r m a i n , c o n s t i t u e une e r r e u r "que t o u s l e s h i s t o r i e n s o n t r e p e t e e J o i n v i l l e d i t e n e f f e t q u ' i l a epous6 l a c o u s i n e g e r m a i n e du c o m t e . S e l o n W. Newman, " L a femme de J e a n de J o i n v i l l e e s t une a r r i e r e - p e t i t e - f i l l e d ' A d e l e de D r e u x , q u i p a r s o n q u a t r i e m e m a r i , R a o u l I , comte de S o i s s o n s , a v a i t deux f i l l e s " (67) e t i l e n f o u r n i t l e s p r e u v e s . A i n s i , 1 ' a l l u s i o n de J o i n v i l l e se r a p p o r t e a s e s l i e n s a v e c l a f a m i l l e de S o i s s o n s n o n p a s p a r Y o l a n d e , deux ieme epouse de R a o u l I , m a i s p a r A l i x de D r e u x , s a p r e m i e r e femme. L ' o n i g n o r e a q u e l l e f a m i l l e a p p a r t e n a i t Y o l a n d e . 1 2 C f . Newman, o p . c i t . : 6 7 , e t de B a r t h e l e m y , o p . c i t . : 3 9 . 1 3 " J e a n e t s a femme M a r i e e x p e d i e r e n t une c h a r t e e n d e c . 1 2 2 6 . " (Newman, o p . c i t . : 6 7 ) . 15 avant 1210 au plus t a r d 1 4 , et l e nom de Yolande, deuxieme epouse de Raoul I, apparalt encore dans une charte datee d ' a v r i l 1212, tandis que c e l u i d'Ade d'Avesnes n'apparalt pas avant 1223 1 5. Par a i l l e u r s , nous l i s o n s dans un acte de Jean du 21 mars 1241: "Le comte Raol mon pere et la comtesse Yolant sa femme, ma mere"16. Comme notre trouvere p a r t i t en croisade en 1239 et epousa en 1241 A l i x , reine de Chypre (agee alor s d'au moins 46 ans), sa date de naissance doi t etre anterieure a 1222, annee de l a mort de Yolande 1 7. L'on en a r r i v e a l a conclusion q u ' i l naquit entre 1210 et 1218, f i l s de Yolande et non pas d'Ade. Comme l ' a f a i t remarquer K. Gould 1 8, i l est interessant de noter que Raoul donna l e nom de "Yolande" a sa f i l l e unique; ajoutons que son frer e Jean, l u i au s s i , avait une f i l l e nominee Yolande: l'on peut se demander s i c ' e t a i t a l a memoire de leur mere. Par a i l l e u r s , l ' o r i g i n e f a m i l i a l e de Yolande, deuxieme epouse de Raoul I, etant inconnue 1 9, i l n'est pas impossible que l a comtesse Yolande a i t pu appartenir, e l l e aussi, a l a fam i l l e de Grandpre. Ceci expliquerait l a presence du blason de l a maison de Grandpre dans l e psautier de Yolande de Soissons, f i l l e de notre trouvere 2 0 . 1 4 C f . G e o r g e s D u b y : " A t t h e end o f t h e t w e l f t h c e n t u r y t h e e l d e s t s o n n o r m a l l y came o f age and r e c e i v e d h i s arms when he was b e t w e e n s i x t e e n and t w e n t y - t w o " ( o p . c i t . : 2 0 1 ) . Comme l ' a s i g n a l e D a v i d H e r l i h y dans "The G e n e r a t i o n i n M e d i e v a l H i s t o r y " , V i a t o r V ( 1 9 7 4 ) : 3 4 7 - 3 6 4 , P h i l i p p e de N a v a r r e " e x t e n d e d c h i l d h o o d t o age 2 0 , a n d jovens o r y o u t h t o age 4 0 ; ' m i d d l e a g e ' l a s t e d u n t i l 60 y e a r s , and o l d age u n t i l 80 . . . Et a lui meisme sambla que chascuns des . i i i . tens d'aage deust estre de .xx. ans" ( 3 5 3 ) . P a r a i l l e u r s , P h i l i p p e d i t que l ' o n "ne devroit ja volantier marier anfant malle, tres qu'il ai .xx. anz accomplis, se ce n'est por haste d'avoir hoirs, se i l a aucun grant heritage ou por avoir aucun grant mariage . . . Mais les f i l l e s doit 1'an volentiers marier pui que eles sont passe . x i i i . anz" ( 3 5 6 ) . 1 5 Newman, o p . c i t . : 6 7 . 1 6 I b i d . 1 7 " . . . est ladite Iolend decedee en l'an mil deux cens vingt-deux" n a u l t , o p . c i t . : 1 1 4 ) . 8 K a r e n G o u l d , The P s a l t e r and Hour s o f Y o l a n d e de S o i s s o n s (The M e d i e v a l Academy o f A m e r i c a , 1 9 7 8 ) : 4 . 1 9 V o i r l a n o t e 1 1 . 2 0 O p . c i t . ( D i s s . ) : 1 5 . 16 Tout pousse a c r o i r e , d ' a i l l e u r s , que c'est sous 1'influence d'Ade que Raoul put prendre gout a l a poesie l y r i q u e . Gautier de Coinci l'appelle son amie: Mais pour ce un peu en sui engrans Que la contesse Ade m'en prie De Soissonz, qui mout est m'amie21 et Mes deus especiaus amies, Mes deus contesses, mes deux dames, Des queles daint metre les ames Em paradys li roys des roys. L'une est la contesse de Blois, Et I'autre est cele de Soissons.22 I l faut compter Raoul I, l u i aussi, parmi les associes de Gautier: Et li bons cuens Raous m'a dit De Soissons qu'assez li conta 2 3 Selon Ed. de Barthelemy, Ade fut " l a plus notable" des t r o i s femmes de Raoul I, consacrant une grande p a r t i e de sa fortune a de bonnes oeuvres; 1 ' i n s c r i p t i o n sur sa p i e r r e tombale l'appelle Mater egenorumz mere des i n d i g e n t s 2 4 . Quant aux observations de M. Winkler au sujet de Yolande, f i l l e de notre trouvere, une mise au point s e r a i t souhaitable. Bien que tous les historiens c i t e s l a donnent comme f i l l e a Raoul et a sa femme "Contesse" de Hangest (a 1 'exception des auteurs de L'art de v e r i f i e r les dates, qui l a donnent a son pere Raoul I, comte de Soissons, comme f i l l e de son quatrieme l i t , chose impossible puisqu'Ade, sa troisieme femme, v i v a i t encore l o r s de l a mort de Raoul en 1236) , M. Winkler conclut que Yolande d o i t etre l a f i l l e de J e a n , f r e r e de Raoul 2 5. Compte tenu du f a i t qu'a l'epoque, 2 1 V . F r e d e r i c K o e n i g , L e s m i r a c l e s de N o s t r e Dame 4 ( G e n e v e , L i b r a i r i e D r o z , 1 9 7 0 ) : 190 , v . 1 4 - 1 6 . (Sans v o u l o i r c r i t i q u e r K . G o u l d , q u i a e t e l a p r e m i e r e a c i t e r l e s v e r s q u i s u i v e n t , nous s i g n a l o n s q u e l q u e s f a u t e s dans s a t r a n s c r i p t i o n ) . 2 ^ i b i d . : 4 3 6 , v . 1 2 9 - 1 3 3 . 2 3 I b i d . : 2 4 2 , v . 6 6 2 / 3 . 2 4 O p . c i t . : 4 1 - 2 . 2 5 " D i e Angabe [daJ3 aus d e r Ehe R a o u l s e i n e T o c h t e r , Y o l a n d e , h e r v o r g i n g ] s c h e i n t m i r h o c h s t u n w a h r s c h e i n l i c h " ( o p . c i t . : 1 5 ) . 17 les gens avaient pour coutume de souligner dans les actes 1'accord non seulement de leur epouse ou de leur epoux mais egalement de leurs enfants, l'on remarquera qu'en e f f e t , seul l e nom de Contesse, femme de Raoul, figure dans l'acte date d ' a v r i l 12 70, par lequel Raoul vend l e bois de Sec-Aunoy 2 6. Toutefois, M. Newman c i t e un acte d'aout 1276 dans lequel Jean I I I , neveu de Raoul, appelle Yolande "nostre cousine" 2 7, acte que de toute evidence M. Winkler n'a pas pu consulter mais qui nous parait assez convaincant. M. Winkler de meme que tous les hist o r i e n s c i t e s (a 1'exception de M. Newman) s'accordent pour d i r e que Raoul I avait cree pour son f i l s cadet l a vicomte de Coeuvres, "relevant de l a Tour des Comtes, erection seigneuriale qui eut l i e u vers 1232 " 2 8 . I l est v r a i que dans les actes 2^ I'ay Raoul de Soissons frere a Noble homme lean Comte de Soissons, fais sgavoir a tous ceux qui ces presentes l e t t r e s verront & oiront, que ay vendus & vends par loyal vendage pour ma necessite & mon profit: c'est a sgavoir pour mon voyage d'outre-mer, ou i e desire aller prochainement au service de nostre Seigneur mon bois des Sequanois tout entierement, ainsi comme i l se porte a 1'Eglise sainct lean des Vignes, & a 1'Eglise nostre Dame aux Nonnains de Soissons, & a chacune d'icelles pour moitie. Et pour ce que ce soit chose ferme & stable a tousiours: Nous Raoul & Contesse ma femme, avons bailie a chacune des deux Eglises ces presentes Lettres sellees de nos propres Seaux. Ce fut faict en l'an de 1'Incarnation nostre Seigneur 1270 au mois d'Avril.(op. c i t . : p r e u v e s , f o l . 17 r ° ) . 2 7 O p . c i t . : 6 8 . 2 8 M a r t i n & J a c o b , o p . c i t . : 1 1 7 . Comme l e s o u v r a g e s r e l a t i v e m e n t r e c e n t s s e m b l e n t se f o n d e r p o u r l a p l u p a r t s u r c e u x des h i s t o r i e n s du X V I I e s i e c l e , nous ne c i t e r o n s que c e u x - c i : s e l o n R e g n a u l t ( o p . c i t . ) , " R a o u l f u t S e i g n e u r de C o e u v r e s " ( 1 2 1 ) . Dormay a f f i r m e que " P a r l e p a r t a g e q u ' i l f i t a v e c s o n f r e r e , [ R a o u l ] p o s s e d a l a T e r r e de C o e u v r e s , l a V i c o m t e & se s d e p e n d a n c e s , a v e c l e B o i s de S e c - A u n o y , q u e l q u e s V i g n e s h o r s des Murs e n t r e l a p o r t e de S . C h r i s t o p h e & de N . Dame, & q u e l q u e s a u t r e s d r o i t s s u r l a V i l l e de S o i s s o n s " ( 2 3 9 ) . L a v i c o m t e c o m p r e n d r a i t " . . . d i v e r s l i e u x & c h e m i n s , q u i s o n t marquez dans l e s a n c i e n s T i t r e s de c e t t e S e i g n e u r i e . On t i e n t q u ' e l l e f u t e r i g e e l ' a n 1232" ( 2 4 2 ) . Nous c i t o n s e n f i n M u l d r a c : "Ioannes quoque Radulphi Comitis Suess. primogenitus Dominus de Cimaco & de Turno hie ipso anno mense Octobri assensu Mariae uxoris suae omnia ab Ecclesia & Monachis Longipontis in feodis suis acquisita confirmat, laudantibus etiam hanc concessionem Radulpho eius Germano & Elisabetha sorore, quam & Radulphus pater approbat Carta sigillata i i s de anno & mense eiusque posteritatis ope, Domin ium de C o v a , v u l g o de Coouves ad progenitores & Germanus Illustrissimi Caesaris Estraei vulgo d'Estrees dicti Longipontis Abbatis Commendatarii de quo suo tempore & ordine, tandem devenerit, lubet hie obiter Compendiosam eius Genealogiam & posterorum seriem ex diversis monumentis collectam intertexere ( ( o p . c i t . : 2 4 0 - 1 ) . 18 fournis par Regnault et dans l e ms 58 des 500 de Colbert ( f o l . 81r° - 83V 0), Raoul se nomine chaque f o i s "frere du comte Jean" plutot que "vicomte de Coeuvres". De meme, l'on a beau chercher ce t i t r e de vicomte de Coeuvres dans les r e c i t s de J o i n v i l l e , dans les Assises de Jerusalem, dans It'estoire de Eracles Empereur, dans l e s Chroniques de Baudouin d'Avesnes. parmi d'autres: partout, Raoul n'est connu que sous son nom de famill e (c'est precisement ce qui a seme tant de confusion par rapport a l ' i d e n t i t e du trouvere Raoul de Soissons; comme nous l'avons vu, les editeurs ont hesite pendant longtemps entre Raoul pere et Raoul f i l s ) . W. Newman souligne, l u i aussi, q u ' i l ne connait aucun texte qui appelle Raoul "seigneur de Coeuvres" 2 9. Que f a u t - i l done penser de ce t i t r e fuyant, atteste par tous les historiens mais dont a notre connaisance aucun acte ne temoigne? L'on peut signaler qu'a 1'evidence, l e t i t r e fut obtenu par l a fam i l l e d'Estree au XVIIe s i e c l e . L'auteur des Archives historiques et ecclesiastiaues de 1'Artois rapporte que "Le marquisat de Coeuvres, en Soissonnais, fut erige en duche-pairie sous l e nom d'Estrees, par l e t t r e s royales de 1648, en faveur de Frangois-Annibal d'Estrees, marquis de Coeuvres" 3 0. Dormay ajoute que c'est Jean de V i l l e r s - 1 ' I s l e , septieme vicomte de Coeuvres par sa femme Marguerite de Soissons, qui vendit l e vicomte a l a famill e d'Estree 3 1. Marguerite s e r a i t une descendante de Yolande de Soissons et Bernard de Moreuil, qui "fut l e second Vicomte de Coeuvres" et, selon Dormay, approuva "en cette q u a l i t e de Vicomte" un contrat entre " l a Dame de S. Remy" et "l'Abbe & les Religieux de S. lean" en 1276 3 2. Le t i t r e ne figurant pas dans cet acte, i l s'agit a 2 9 Op. c i t . : 68. 3 0 P. Roger, Archives historiques et e c c l e s i a s t i a u e s de 1'Artois I (Amiens, 1842): 347-8. Cf. P. P a r i s , H i s t o i r e l i t t ^ r a i r e de l a France XXIII, 1856 (Nendeln, Liechstenstein, Kraus Reprint Co., 1971): 698. 3 1 Op. c i t . : 244. Cf. l e Dictionnaire de l a noblesse 7, 1868 (Nancy, Berger-Levrault, 1980), sous l a rubrique "Moreuil-Soissons" (555-9). 3 2 I b i d . : 242-3. Parmi les preuves de Regnault (op. c i t . ) se trouve effectivement un acte d a t i d'Aout 1276 (17v° - 18r°) de Bernard de 19 1'evidence d'une int e r p r e t a t i o n de Dormay. Toutefois, i l est indeniable que l e t i t r e est descendu jusqu'au marquis de Coeuvres par l a branche des Soissons-Moreuil, et que les terres que Raoul vendit au cours de sa v i e durent f a i r e p a r t i e de sa portion d'heritage. D'apres ce qui precede, i l semble done f o r t probable que Yolande a i t ete l a f i l l e de Raoul et que Raoul a i t en e f f e t porte l e t i t r e de vicomte de Coeuvres. S ' i l a prefere etre connu sous son nom de f a m i l l e , l'on peut se demander d'une part s i , prive des d r o i t s qu'avait herites son f r e r e aine, i l a voulu mettre en valeur ses l i e n s avec l ' i l l u s t r e et puissante f a m i l l e de Soissons, idee qui s'accorderait bien avec l e personnage f o r t ambitieux que l'on v o i t apparaitre l o r s de l a Croisade de 12 39. D'autre part, comme cela e x i g e r a i t des recherches beaucoup plus poussees dans l e domaine de 1'etude des c a r t u l a i r e s , nous n'avons pas pu e t a b l i r s i l e s vicomtes de l'epoque avaient l a coutume de signaler leur t i t r e dans les actes. L' un des evenements les plus importants de l a v i e de Raoul fut sans doute son mariage avec A l i x , reine de Chypre. Sans nous attarder sur les d e t a i l s , qui sont rapportes dans de nombreux ouvrages 3 3, i l nous semble u t i l e de signaler qu' i l est tout a f a i t possible que Raoul a i t f a i t l a connaissance de sa future epouse A l i x l o r s du c o n f l i t entre M o r e u i l : "I'ay Bernard de Moreuil fils de Monseigneur Bernard de Moreuil & i'ay Iolens de Soissons sa femme" au s u j e t de l a v e n t e d ' u n e t e r r e a p p a r t e n a n t a "Madame Mari de Sainct Remy". L e t i t r e de V i c o m t e de C o e u v r e s n ' y f i g u r e p a s , c e p e n d a n t . 3 3 V o i r A s s i s e s de J e r u s a l e m I I , p u b l i e p a r M . l e comte B e u g n o t ( P a r i s , I m p r i m e r i e R o y a l e , 1 8 4 3 ) ; " L ' e s t o i r e de E r a c l e s E m p e r e u r " dans R e c u e i l des h i s t o r i e n s des c r o i s a d e s I I ( P a r i s , I m p r i m e r i e R o y a l e , 1 8 5 9 ) ; M a r i n S a n u t o , L i b e r s e c r e t o r u m f i d e l i u m c r u c i s . G a s t o n R a y n a u d , G e s t e s des C h i p r o i s (Geneve , I m p r i m e r i e J u l e s - G u i l l a u m e F i c k , 1 8 8 7 ) ; E . - G . R e y , L e s f a m i l i e s d ' O u t r e - M e r de du C a n o e . 1869 (New Y o r k , B u r t F r a n k l i n , 1 9 7 1 ) ; L . de Mas L a t r i e , H i s t o i r e de l ' l l e de C h v p r e I ( P a r i s , I m p r i m e r i e R o y a l e , 1 8 4 1 ) ; M a r s i l i i G e o r g i i , " V e n c t o r u m i n S y r i a B a j u l i , a d Ducem r e l a t i o " dans F o n t e s Rerum A u s t r i a c a r u m 2 . A b t . X I I . B d , I I . T e i l , 1856 (Amste rdam, A d o l f H a k k e r t V e r l a g , 1 9 6 4 ) : 351 f f . ; R R o h r i c h t , " A n n a l e s de T e r r e S a i n t e " dans A r c h i v e s de 1 ' O r i e n t l a t i n I I ( 1 8 8 1 ) : 4 2 9 -4 4 2 , e t G e s c h i c h t e des K o n i a r e i c h s J e r u s a l e m . 1898 (Amste rdam, A d o l f H a k k e r t V e r l a g , 1 9 6 6 ) ; J o h n L a M o n t e , F e u d a l M o n a r c h y i n t h e L a t i n K i n g d o m o f J e r u s a l e m 1932 (Cambr idge M a s s . , K r a u s R e p r i n t C o . , 1 9 7 0 ) . 20 c e l l e - c i et son cousin Thibaut IV, comte de Champagne. A l i x e t a i t l a f i l l e de Henri, frere aine du pere de Thibaut q u i , avant de p a r t i r pour l a Terre Sainte, a v a i t f a i t j u rer a ses vassaux de reconnaitre pour successeur son fre r e T hibaut 3 4. P h i l i p p i n e , soeur d'Alix, avait renonce a ses d r o i t s au comte de Champagne, mais L. de Mas L a t r i e affirme q u ' i l n'en e t a i t pas a i n s i pour A l i x , qui, en tout cas, n'etait pas " ... de caractere a s'en t e n i r a une premiere determination, ou a r e s i s t e r a de nouvelles s o l l i c i t a t i o n s " 3 5 . I l est evident qu'Alix b r i g u a i t l e pouvoir: selon Du Cange, e l l e avait deja demande, en 1229 "l e royaume de Hierusalem, comme p e t i t e - f i l l e du Roy Amaury, de par sa f i l l e " 3 6 . Ayant q u i t t e , en 122 7, l e p a r t i des grands feodaux a l l i e s contre Blanche de C a s t i l l e 3 7 , Thibault avait ete des lo r s l'objet de leur haine. En 1231, l e c o n f l i t s'etant i n t e n s i f i e , les confederes deciderent de f a i r e venir A l i x ; selon l e s paroles de J o i n v i l l e , "... t u i t l i baron de France furent si troublez envers le conte Tybaut de Champaingne, que i l orent conseil de envoier querre lay royne de Cypre ... pour desheriter le conte Tybaut38. Raoul a u r a i t eu entre 15 et 23 ans quand A l i x a r r i v a sur l a scene, au debut de l'annee 1233. L'annee suivante, apres de nombreux pourparlers, A l i x renonga a tous ses d r o i t s et regut "une somme de 40.000 l i v r e s tournois [ s i c ] , payee comptant, et l a propriete d'une t e r r e de 2.000 l i v r e s de revenu ... [ e t ] . . . retourna en Syrie dans l e courant de l'annee 1235" 3 9. Selon L. de Mas L a t r i e , e l l e possedait "un hotel avec des b a i n s " 4 0 a Saint-Jean d'Acre; e l l e avait en outre "... les rentes dou reaume de Chipre a sa volente & son comandement, mais le 3 4 A . W a l l e n s k o l d , L e s c h a n s o n s de T h i b a u t de Champagne ( P a r i s , E d o u a r d C h a m p i o n , 1 9 2 5 ) : X I I . 3 5 H i s t o i r e de l ' l l e de C h v o r e : 3 0 5 . 3 6 L e s f a m i l i e s d ' O u t r e - m e r de du C a n a e . o p . c i t : 3 8 . 3 7 C l a u d e T a i t t i n g e r , " T h i b a u t I V , comte de Champagne, v i c t i m e de 1 'amour c o u r t o i s " dans T h i b a u t de Champagne. P r i n c e e t p o e t e au X H I e s i e c l e . Y . B e l l e n g e r e t D . Q u e r e l e d s . ( L y o n , L a M a n u f a c t u r e , 1 9 8 7 ) : 3 1 . 3~s~Op. c i t . : 9 9 . 3 9 H i s t o i r e de l ' l l e de C h v p r e : 3 0 7 - 8 . 4 0 I b i d . : 3 0 5 . 21 baillage dou dit royaume si fu done a messire Phelippe d'Eyblin ..." 4 1. On s'imagine que Raoul, cadet et jeune chevalier ambitieux ne possedant que des ressources modestes, aurait pu des lo r s se mettre a rever des richesses et du pouvoir qui 1'attendraient s' i l epousait cette dame bien placee dans l a s o c i t t e qui, de toute evidence, n'avait aucun scrupule a rechercher l a fortune. I l nous semble tout a f a i t possible que Raoul, voulant s a i s i r cette occasion de f a i r e fortune, s o i t p a r t i en croisade dans l e but meme d'epouser cette dame assez audacieuse. L'on se doute que Thibaut de Champagne, avec qui i l entretenait des rapports d'amitie (a en juger par les chartes et par l e f a i t q u ' i l s s'adresserent plusieurs chansons l'un a 1'autre), dut se r e j o u i r de cette a l l i a n c e 4 2 . A l a l i m i t e , i l aurait pu a l l e r jusqu'a financer Raoul dans l' e s p o i r de regagner, par 1'intermediaire de c e l u i - c i , les terres q u ' i l devait a A l i x . L'on peut noter en passant que l a preuve des l i e n s entre Raoul et Thibaut de Champagne n'est pas sans importance par rapport a l a c a r r i e r e poetique de Raoul. Comme l ' a signale H. d'Arbois de J u b a i n v i l l e , tout l e monde chantait autour de Thibault: "Thibault IV, l e prince des chansonniers de son temps, nous apparait entoure d'une sorte de pleiade de chansonniers barons, ses vassaux..." 4 3. Raoul, meme s ' i l ne fut pas l'ega l de Thibaut au niveau de l a prosodie, n i doue de 1'esprit innovateur de c e l u i - c i , dut pourtant j o u i r d'un renom considerable a en juger par l e nombre de manuscrits qui renferment ses chansons, par l e f a i t q u ' i l figure seul avec Thibaut parmi les troubadours 4 1 L e s q e s t e s des C h i p r o i s ; 2 4 . 4 2 S e l o n l ' A b b e P e c h e u r , " T h i b a u l d engagea R a o u l a a c c e p t e r s a m a i n " ( o p . c i t . : 534) . 4 3 " . . . t e l s s o n t : J e a n , comte de B r i e n n e ; T h i b a u l t I I , comte de B a r -l e - D u c ; J e a n l e S a g e , comte de C h a l o n ; J e a n I I , comte de R o u c y ; P h i l i p p e I I de N a n t e u i l ; R a o u l de S o i s s o n s ; B o u c h a r d de M o n t m o r e n c y - M a r l y ; G u i l l a u m e I e r de C h a m p l i t t e , p r i n c e de M o r e e ; l a d u c h e s s e de L o r r a i n e ; G e o f r o i I I de C h a t i l l o n . . . nous v o y o n s d ' a u t r e s c h a n s o n n i e r s [ d o n t l e r a n g n ' e s t pas a u s s i e l e v e ] . . . comme J e a n de L o u v o i s , G i l l e s de V i e u x -M a i s o n s . " ( o p . c i t . : 6 6 0 - 1 ) . 22 c i t e s par Matfre Ermengaud 4 4, et par l e nombre de contrafacta qu'on a pu i d e n t i f i e r a p a r t i r de ses chansons. Pour en revenir au sujet du mariage de Raoul, l'on peut noter en passant que c'est a t o r t que Marie-Noelle Toury appelle A l i x "jeune" veuve au moment de son mariage avec Raoul en 12 4 l 4 5 . En r e a l i t e , A l i x e t a i t sensiblement plus agee que son mari: son pere, Henri I I , comte de Champagne, mourut en 1197 4 6, et e l l e avait done au moins 46 ans a cette epoque. Selon Jacques Le Goff, i l e t a i t normal au Moyen Age que " l a femme se marie tres jeune a un homme qui approche de l a trentaine, et [qu']une dizaine d'annees separe l e couple" 4 7. Comme Raoul n'avait qu'environ 26 ans (quasiment l e meme age que l e f i l s aine de sa femme 4 8), i l est d' autant plus probable que l e mariage en fut un de convenance. A ce t i t r e , nous citons l a chanson de Conon de Bethune L 'autrier avint en eel autre pais (R1574) 4 9, discours entre un chevalier et une dame d'un c e r t a i n age: 4 4 P e t e r R i c k e t t s , L e B r e v i a r i d ' A m o r de M a t f r e Ermenaaud V ( L e i d e n , E . B r i l l , 1 9 7 6 ) : 1 1 1 - 2 . V o i r a u s s i R e i n h i l t R i c h t e r , D i e T r o u b a d o u r z i t a t e i m Breviari d'Amor (Modena, S . T . E . M . - M u c c h i , 1 9 7 6 ) : 4 3 9 , e t G u s t a v I n e i c h e n , " A u t o u r du g r a p h i s m e des c h a n s o n s f r a n g a i s e s a t r a d i t i o n p r o v e n g a l e " dans T r a v a u x de l i n q u i s t i o u e e t de l i t t e r a t u r e V I I , 1 ( 1 9 6 9 ) : 2 0 3 - 2 1 8 . 4 5 M a r i e - N o e l l e T o u r y , " R a o u l de S o i s s o n s : h i e r l a c r o i s a d e " dans L e s Champenois e t l a c r o i s a d e . Y . B e l l e n g e r e t D . Q u e r u e l e d s . ( P a r i s , A u x a m a t e u r s de l i v r e s , 1 9 8 7 ) : 9 9 . V o i r a u s s i L . de Mas L a t r i e , H i s t o i r e de l ' l l e de C h v p r e . 3 3 1 . 4 6 S e l o n Du Cange ( o p . c i t . ) , "la mort le surprit, s'estant laisse tomber du haut de la fenestre du chasteau d'Acre, ou i l prenoit l ' a i r , ou, selon d'autres, ou i l urinait dans les fossez de la v i l l e , s'estant 6crase la t e s t e ; c e g u i arriva en l'an 1197" ( 3 0 ) . 4 7 L'homme m e d i e v a l . J a c q u e s L e G o f f d i r . ( P a r i s , E d i t i o n s du S e u i l , 1 9 8 9 ) : 2 9 . S e l o n G e o r g e s Duby , " G e n e a l o g i c a l t a b l e s show t h a t heads o f h o u s e h o l d s wen t t h r o u g h s e v e r a l w i d o w e r h o o d s ; i n o r d e r t h a t t h e m a r r i a g e m i g h t b e a r f i n a n c i a l f r u i t , a young man m i g h t be g i v e n a w i d o w o l d e r t h a n h e , o r t h e s i c k l y o f f s p r i n g o f a l i n e a g e f a l l e n i n t o b i o l o g i c a l d e c r e p i t u d e " ( o p . c i t . : 2 0 3 ) . 4 8 A H i s t o r y o f t h e C r u s a d e s I I . R . W o l f f e t H . H a z a r d , e d s . ( M a d i s o n , M i l w a u k e e , U n i v . o f W i s c o n P r e s s , 1 9 6 9 ) : 6 0 5 . 4 9 J e a n D u f o u r n e t , A n t h o l o a i e de l a p o e s i e l v r i o u e f r a n g a i s e d e s X l l e e t X H I e s i e c l e s ( P a r i s , G a l l i m a r d , 1 9 8 9 ) : 1 2 0 - 3 . 2 3 Par Dieu, vassal, mout ave fol pense, Quant vous m'aves reprove mon eaige. Se j'avoie tot mon jovent use, Si sui riche et de si haut paraige Com m'ameroit a petit de beaute. (v.33-37) Reponse du vass a l : On n'aime pas dame por parente, Mais quant ele est belle et cortoise et saige. (v.46-49) T e l e t a i t l e code courtois. Dans l e vecu, cependant, l a f i n parfois j u s t i f i a i t les moyens, et Raoul savait ou e t a i t son i n t e r e t . L' on est done en d r o i t de supposer que les epoux furent inspires plutot par l a seule consideration du gain. Etant donne sa revendication du Royaume de Jerusalem, A l i x dut r e s s e n t i r l e besoin d'un mari pour des raisons nettement po l i t i q u e s tandis que Raoul, quant a l u i , se voyait sans doute deja gouverneur de Jerusalem et par l a meme, pourvu de tous les pouvoirs et des richesses qui l u i manquaient en tant que f i l s cadet. I l est u t i l e de nous rappeler, avec Jacques Le Goff, qu'au Moyen Age, l a femme fut "un objet fondamental des a l l i a n c e s au sein de 1 ' a r i s t o c r a t i e feodale", et qu'elle representait avant tout une occasion d'ascension s o c i a l e pour 1'epoux 5 0. L'ascension de Raoul fut vouee a 1'tehee, cependant. "Pauvre Raoul" se lamente M. Winkler et, effectivement, l e r e s u l t a t auquel l'amenerent ses ambitions fut decevant sinon amer. Selon l e narrateur des Assises de Jerusalem. "Ne ne soufrimes mie que ledit Raou de Saisson eust [les fortereces dou reiaume] en son poeir, por aucuns perill qui peussent avenir"51. L'auteur de "L'estoire de Eracles Empereur" ajoute que Raoul, ayant enfin compris "qu'il tint [la seignoriej asses foiblement; car ... l i parent de sa feme, y avoient plus de poeir et de comandement que i l n'avoit ... n'i fust que ausi come un ombre", q u i t t a sa femme: "Dont i l 5 0 O p . c i t . : 2 9 . 5 1 p . 4 0 1 24 avint que dou despit et de 1 'engueigne que i l en ot, guerpi tout et laissa sa feme et s'en ala en son pais"52. Raoul a r r i v a en France vers l a f i n de l'annee 1243, evidemment sans avoir beaucoup p r o f i t e des richesses de sa femme, car d'apres les actes "qui nous sont parvenus, i l se met a emprunter des sommes considerables et a vendre de ses possessions des 1245 5 3. L'on en ar r i v e a l a conclusion qu'en d£pit du budget modeste dont i l disposait, i l dut aimer mener grand t r a i n . Dormay nous signale bien que "1'argent qu'il eut [d'Alix] luy vint fort a propos pour estretenir son Train, pour paroistre a la Cour & dans les Armees & pour faire une belle despence suivant son humeur genereuse" 5 4. A ce t i t r e , nous penchons pour 1'hypothese que l a goutte dont i l d i t avoir souffert (je cuidai de ma goute morir - dans R1154 He! Cuens d'Anjou, v.26), 6 t a i t r e l i e e a son mode de vie plutot qu'a son sejour en Orient selon l a version proposed par M. Winkler 5 5. La generosite de l a reine A l i x e s t h o r s de doute, d ' a i l l e u r s : . . . la rayne faizoit des rentes tout a sa volente: car seste royne Aalis s i e s t o i t mout large & despendoit les rentes mout largement, & en faissoit dou tout a son gre & a sa volente".56 Laissant toute cette aisance pour revenir en France, Raoul semble temoigner d'une noblesse d'esprit peut-etre inattendue. Quoi q u ' i l en s o i t , apres l a mort d'Alix en 1246, i l epousa Contesse de Hangest dont l a dot, selon toute evidence, dut etre modeste. Mentionnons encore brievement l a v a i l l a n c e dont Raoul f i t preuve en tant que chevalier. Selon Baudouin d'Avesnes "... monseigneur Raoul [frere dou conte Jehan de Soissons] 5 2 p . 4 2 0 5 3 V o i r l e ms 58 des "500 de C o l b e r t " de l a B i b l i o t h e q u e N a t i o n a l e de P a r i s : f o l . 8 1 r ° - 8 3 r ° r e p r o d u i t s p a r E . W i n k l e r ( o p . c i t . : 1 2 - 3 ) . N o t o n s une f o i s de p l u s que M . W i n k l e r n ' a pas r e s p e c t e l a g r a p h i e e t l a p o n c t u a t i o n des documents c i t e s . 5 4 O p . c i t . : 2 4 0 . 5 5 " A b e r s e i n e K r a n k h e i t [ i n A k k o n ] h a t t e s c h l i m m e F o l g e n . I n d e r H e i m a t b e f i e l i h n d i e G i c h t . . . und v e r b i t t e r t e i h m m o n a t e l a n g das L e b e n " ( o p . c i t . : 1 5 ) . 5 6 L e s G e s t e s des C h i p r o i s : 2 4 . 25 ... fut vaillans chevaliers. Il ala outre mer et s'i maintint mout bien"51. Dans l a "Continuation de Guillaume de T i r e , d i t e du manuscrit de Rothelin", nous l i s o n s que Raoul "s'esprouva bien" l o r s de l a meme croisade, et 1'auteur ajoute que "Se i l [et ses genz] ne fussient adonc, l i quenz de Bretaigne eust este ou morz ou priz"58. De meme, nous apprenons d'un des auteurs des Gestes des Chiprois que pendant l a pr i s e de Tyr en 1242, "Sire Raoul de Saissons y monta par les murs mout estoutement"59. Dormay, ayant lout l a "grandeur de courage" et l a "merveilleuse generosite" de notre trouvere, ajoute que Raoul en donna preuve en "Affrique, ou i l suivait le Royf & se f i t connoistre pour un des plus adroits & des plus vaillans de l'Armee"60. La va i l l a n c e de Raoul, on l e v o i t , n'a pas echappe aux chroniqueurs et aux hi s t o r i e n s . Comme nous l e verrons par l a su i t e , l a plupart des chansons de Raoul semblent avoir t t e composees pendant l a douzaine d'annees apres son retour en France de l a Terre Sainte en 1243. Raoul r e p a r t i t en Terre Sainte en 1249, voyage dont i l ne revint qu'en 1253. I l est regrettable qu'Anne Marie Gauthier, dans son memoire de m a i t r i s e 6 1 , n'ait pas mentionne l a p a r t i c i p a t i o n de Raoul a l a croisade de 1249, a plus for t e raison parce que cet episode n'est surement pas sans importance par rapport a des questions de datation. Le dernier point sur lequel nous nous arretons est l a mort de Raoul, et plus precisement, l a question de savoir ou et quand i l mourut. L'on s a i t qu'en l'annee 1270, Raoul vendit son bois de Sec-Aunoy "a sgavoir pour mon voyage d'outre-mer, ou je desire aller prochainement au service de nostre Seigneur" (cf. note 22). I l aurait eu 55 ans a cette 5 7 O p . c i t . : 4 3 7 . 5 8 R e c u e i l des H i s t o r i e n s de l a C r o i s a d e ; 5 3 5 . 5 9 O p . c i t . : 1 3 0 . 6 0 O p . c i t . : 2 3 9 . L ' o n se demande une f o i s de p l u s q u e l l e s 6taient se s s o u r c e s ! 6 1 "On s a i t de l u i q u ' i l . . . p a r t i t deux f o i s e n c r o i s a d e , e n 1239 e t e n 1 2 7 0 . " Anne M a r i e G a u t h i e r , o p . c i t . : 1. 26 epoque, et son frere Jean, dont l e nom figure parmi ceux des Chevaliers de 1'hostel le roi croisies62, a u r a i t eu alors presque 65 ans - preuve du fanatisme qui possedait les soldats du C h r i s t . Dormay admet que les circonstances de l a mort de Raoul sont peu certaines: "... je croy qu 'il mourut au voyage d'Affrique, qu'il entreprit estant desja age, bien que je n'en aye point d'autres preuves, sinon que depuis on ne voit plus rien de lui, & qu'il est vray-semblable que son age ne put resister aux maladies du Camp & aux fatigues de cette Guerre"63. Effectivement, l a V i l l e croisade f u t une entreprise desastreuse dont l'armee francaise r e v i n t decimee par l a dysenterie et d'autres mesaventures 6 4. E. Winkler, comme P. P a r i s 6 5 , affirme que l e nom de "Me sires Raoul de Neele" qui figure sur l a l i s t e des Chevaliers de 1 'hostel le roi croisies, se rapporte bien a Raoul de Soissons - proposition incertaine a cause de 1'existence a 1'epoque d'un Raoul seigneur de Nesle, qu'un acte date de 1285 appelle "chambellant de France", mort a Courtrai en 1302 6 6. En tout cas, devant les noms "Ly s i r e de Neele", "Messire Jehan de Neele" et "Messire Raoul de Neele" 6 7, i l est d i f f i c i l e , sinon impossible, de savoir s ' i l s'agit des 6 2 R e c u e i l des H i s t o r i e n s des G a u l e s e t de l a F r a n c e t . X X I I I ( P a r i s , 1 8 9 4 ) : "Me sires Jehan de Soisi" ( 7 3 4 ) . 6 3 O p . c i t . : 2 4 1 . 6 4 "Soudainnement une mortel pestilence vint en 1 'ost crestien qui fist moult grant dommage, et celle mortalite prist double commencement de la corruption de 1'air et de 1'ordure de 1'yaue; et en partie 1'ost congut la cause de la mortalitS de mengier v i e i l l e s viandes et non pas fresches. Et celle mortalite fu si forsenee en 1'ost des crestiens, que elle estrangla et tua plusieurs milliers des hommes; et plusieurs de ceus qui eschaperent de ce peril de mort furent aprez aussi comme impotens" ( R e c u e i l des H i s t o r i e n s des G a u l e s e t de l a F r a n c e t . X X I I I : 7 9 ) . "Et mourut Johan Tristanz, [ f i l du r o i ] devant Thunes, apres lui morut le legat, puis morutle bon roi de France, puis le roi de Navare et tant d'autres contes, barons et chevaliers et tant d'autre pueple que ce fu merveille . . . En lor retor dedens le port [de T r a p e s ] meismes, furent brisies plus de .XL. naves, et fu perdu 1'avoir et la gent et l i cheval qui estoient dedens" IRecueil des h i s t o r i e n s des c r o i s a d e s : 4 5 9 ) . 6 5 E . W i n k l e r o p . c i t . : 17 , e t P . P a r i s , o p . c i t . : 7 0 0 . 6 6 W. Newman, o p . c i t . : 7 6 . 6 7 R e c u e i l des h i s t o r i e n s des G a u l e s e t de l a F r a n c e t . 2 0 ( P a r i s , I m p r i m e r i e R o y a l e , 1 8 4 0 ) : 5 0 5 - 5 0 8 . 27 membres de l a famil l e de Nesle ou de c e l l e de Soissons. Pour comble, les f i l s de Jean, frere de Raoul, s'appelaient Jean et Raoul! Le Pere Pecheur, quant a l u i , compte parmi l e s croises l e s i r e de Nesle et l e vicomte de Coeuvres 6 8 sans pr e c i s e r . En d e f i n i t i v e , l a l i s t e ne renfermant qu'une trentaine de noms et Raoul ayant annonce 1'intention de p a r t i r en croisade, i l est f o r t probable que son voyage a effectivement eu l i e u . Par rapport a l a date de sa mort, W. Newman c i t e un acte (sept. 1272 ) de Jean III de Soissons, neveu de Raoul, qui semble at t e s t e r que Raoul ne mourut pas a Tunis en 1270 puisque Jean f a i t a l l u s i o n a "nostre chier oncle monseigneur Raoul de Soissons"69. A l a rigueur, l'on pourrait soutenir que Raoul, ayant vecu au Moyen-Orient pendant plus de huit ans au cours de deux croisades, r e s i s t a i t mieux aux maladies infectieuses et t r o p i c a l e s que les autres c r o i s e s 7 0 . Martin & Jacob rapportent, par contre, que Raoul " ... succomba des premiers a la dissenterie"11 (toutefois, sans c i t e r leur source). A i n s i , bien que l a mort a Tunis de Jean, fr e r e de Raoul, s o i t hors de doute 7 2, i l nous est impossible de savoir ou et quand Raoul trouva l a mort; l a seule constatation qui s'impose d'apres les chartes (cf. note 32), c'est q u ' i l mourut avant 1276. I I .B . 3 . Conclusion Meme s i les voix lo i n t a i n e s des trouveres ne se l a i s s e n t pas entierement reduire a des je qui n'ont d'autre fonction que c e l l e d'un pronom 7 3, i l n'en reste pas moins 6 8 O p . c i t . : 5 3 3 . 6 9 W. Newman, o p . c i t . : 6 8 . 7 0 J o i n v i l l e r a p p o r t e que R a o u l f u t m a l a d e e n j u i n , 1 2 5 0 : "Monseigneur Raoul de Soissons, qui e s t o i t demore en Acre malade, fu avec le roy fermer Cesaire" ( o p . c i t . : 1 8 1 ) . R a o u l a u r a i t done p u a c q u e r i r une c e r t a i n e i m m u n i t e au c o u r s de c e t t e m a l a d i e , q u e l l e q u ' e l l e f u t ; i l e s t e g a l e m e n t p o s s i b l e q u ' i l s o u f f r a i t d e j a de l a g o u t t e . 7 1 O p . c i t . : 1 5 1 . 7 2 W. Newman, o p . c i t . : 6 8 . 7 3 P a u l Z u m t h o r , L a n a u e . t e x t e . en iqme ( P a r i s , E d i t i o n s du S e u i l , 1 9 7 5 ) : " L e g r a n d c h a n t c o u r t o i s e s t un mode de d i r e e n t i e r e m e n t r e f e r e a u n j e q u i , t o u t e n f i x a n t l e p l a n e t l e s m o d a l i t e s du d i s c o u r s , n ' a d ' a u t r e e x i s t e n c e p o u r nous que g r a m m a t i c a l e " ( 1 7 1 ) . C f S a r a h K a y , 28 que les donnees anecdotiques et autobiographiques contenues dans l e s chansons courtoises sont assez rares. Certes, Raoul f a i t ga et l a des a l l u s i o n s discretes a une r e a l i t e externe, s o i t dans les exordes (cf R1154, R1970, R2063) s o i t dans l e s envois (R767). Par a i l l e u r s , i l f a i t mention de ses aventures en Orient (R1154), mais comme l ' a f a i t remarquer Mme Toury, l'on peut s'etonner du f a i t que les croisades, qui ont pourtant joue un r o l e dominant dans sa v i e , aient l a i s s e s i peu de traces dans ses chansons 7 4. Effectivement, ce n'est qu'a travers les d e t a i l s banals que nous venons de presenter que l'on v o i t apparaitre 1'ombre d'un etre humain. A l a f o i s cupide et glouton, courtois et v a i l l a n t , Raoul f a i t montre d'une certaine elegance d'esprit que l'on v o i t s'exprimer tout aussi bien dans ses chansons que dans l a facon dont, en 1243, i l q u i t t a brusquement 1'Orient et l e luxe dont i l j o u i s s a i t aupres de sa femme, ayant e n f i n compris q u ' i l n'avait ete qu'un pion sur l' e c h i q u i e r . C'est precisement cette elegance a l a f o i s r a f f i n e e et simple, s u i t e d'une v i e turbulente, que nous a l l o n s retrouver dans ses chansons. " R h e t o r i c a n d S u b j e c t i v i t y i n T r o u b a d o u r P o e t r y " dans E s s a v s i n Memory o f W. M . H a c k e t t . L . P a t e r s o n i d . ( U n i v . o f W a r w i c k , S . G a u n t , 1 9 8 7 ) : "The i n d i v i d u a l song . . . i s a m e e t i n g - p l a c e be tween t h e t r o u b a d o u r as a f i g u r e and t h e p o e t i c c o r p u s w h i c h r e p r e s e n t s h i m t o t h e w o r l d . I n a s e n s e , t h e n , i t i s t h e v e h i c l e o f h i s s u b j e c t i v i t y " ( 1 2 9 ) . E n f a i t , l ' o n p e u t r a n g e r sous l a r u b r i q u e de s u b j e c t i v i t y l ' e m p l o i de l ' i r o n i e d o n t R a o u l f a i t p r e u v e - c f . n o t r e c o m m u n i c a t i o n " L e c h a n t c o u r t o i s : A n I n s i d e r ' s Game", M e d i e v a l t o E a r l y Modern S t u d e n t O r g a n i z a t i o n s o f t h e P a c i f i c (MEMSOP), S e a t t l e , 1 9 9 5 . 7 4 O p . c i t . 29 II.B.4. ARBRE GENEALOGIQUE ET CHRONOLOGIE Raoul I de Soissons ±1160-1235 + 1. Adele de Dreux ±1183; 2. Yolande (de Grandpre?) ±1206; 3. Ade d'Avesnes ±1223 t ±1205 t ±1220 t ±1250 I Jean II ±1207-1270 Raoul ±1215-±1275 + 1. A l i x de Chypre 1241 2. Comtesse de Hangest ±1254 ±1196-1246 | Yolande Chronologie (d'apres les chartes) 1226 Jean II deja marie 12 32 Raoul semble acquerir l e t i t r e de "Vicomte de Coeuvres" 1233 A l i x de Chypre a r r i v e en France pour reclamer l e comte de Champagne 1235 A l i x renonce a ses d r o i t s et qu i t t e l a France 1239 Raoul part en croisade avec Thibaut de Champagne 1241 Epouse A l i x de Chypre 1243 Retourne en France. Debut de ses a c t i v i t e s poetiques? 1245 Emprunte 300 l i v r e s a Thibaut de Navarre 1245 F a i t l e serment d'allegeance a Thibaut 1246 Recoit 300 l i v r e s de Thibaut 1249 Part en croisade avec Saint Louis 1251 Malade a Acre 1253 Revient de Terre Sainte. Mort de Thibaut de Navarre. 1254? Epouse Comtesse de Hangest. F i n de ses a c t i v i t e s poetiques? 1254 Vend plusieurs de ses possessions 1261 Vend une rente 1265 Idem 1270 Vend un bois pour ppuvoir p a r t i r en croisade 1270 Part en croisade en Tunisie 1276 Deja mort 30 II.C. VERSIFICATION I I . C l . Introduction I l nous semble evident que l'analyse des deux chansons qui constituent l'objet de notre etude ne peut se f a i r e sans avoir recours a 1'ensemble de 1'oeuvre poetique de Raoul de Soissons 1. S i chacune de ses chansons presente des t r a i t s i n d i v i d u e l s , les caracteristiques que l'on peut i d e n t i f i e r a p a r t i r de 1'analyse de 1'ensemble constituent comme une charpente qui s e r v i r a de reference et de guide au cours de notre analyse. C'est l a du reste un rapport tout a f a i t semblable a c e l u i qui existe entre les oeuvres i n d i v i d u e l l e s des trouveres et 1'ensemble de l a l i t t e r a t u r e courtoise. I l nous a done paru u t i l e de presenter les principaux t r a i t s de l a v e r s i f i c a t i o n des t r e i z e chansons que l u i attribue E. Winkler. Faute d'une £tude plus r^cente au sujet des a t t r i b u t i o n s , nous nous contenterons de r e t e n i r c e l l e s de M. Winkler. I l n'en reste pas moins q u ' i l faudrait f a i r e quelques reserves par rapport aux conclusions que l'on peut t i r e r de l'analyse de l a v e r s i f i c a t i o n . II.C.2. Analyse a. Rimes La rime en - i r est l a plus frequente ( e l l e se presente dans 10 chansons sur 13), s u i v i e par l a rime en -er (9), en - i s / i z (8), en - i e r et en -ent (7). Les verbes et les substantifs (43% et 40%) l'emportent sur l e s a d j e c t i f s et les adverbes (11% et 6%). Raoul emploie des rimes identiques. mais rarement a l ' i n t e r i e u r de l a meme strophe: amer (R211: v.11,12), des rimes derivees: 1 C f D o m i n i q u e B i l l y , dans L ' a r c h i t e c t u r e l v r i o u e m e d i e v a l e ( M o n t p e l l i e r , S e c t i o n F r a n g a i s e de 1 ' A . I . d ' E . O . , 1 9 8 9 ) : " [ l ' i t u d e du m e t r e roman en F r a n c e au moyen age] a . . . des i n c i d e n c e s non n e g l i g e a b l e s s u r l e s p r a t i q u e s p h i l o l o g i q u e s q u i f o n t d e s e d i t e u r s l e s d e r n i e r s des c o p i s t e s , a j o u t a n t a l e u r t o u r . . . l e u r e m p r e i n t e moderne q u i nous e l o i g n e p a r f o i s un peu p l u s des s o u r c e s , a u l i e u de nous e n r a p p r o c h e r " ( 2 1 ) . 31 grever/grevances R211: v.23,24 proie/proier R1267: v.9,12 atent/atendre R2107: v.53,65,70 guerirlgueredon R363: v.29,44 esprent/esprendre R767: v.40,42 et des rimes equivoques; fin ( a d j e c t i f ) et fin (nom) dans R363 (v.67,68). Au niveau de 1'unite de l a strophe, soulignons l'emploi des rimes quasi-homophones: R2106 -ure -ir -ie -ier -ee -is R2107 -ure - i r -ee - i -endre -ent Cette technique est parfois u t i l i s e e dans l e but de marquer l a d i v i s i o n de l a strophe; l'on remarquera l e contraste l e timbre des rimes homophones des pes e du caudal pes cauda R363 -ant -ent -age -er -ir -er -age -ors -ors -ir -age -on -on -ors -age -te R767 -er -ier -endre -ir -ir -er -endre -oir -oir -ir -endre -ente Vu l e schema capcaudada des deux chansons precedentes, l a nature r a f f i n e e de cette construction (meme s i e l l e ne se manifeste pas dans chaque strophe) nous semble frappante. Des cas d 1 enjambement2 entre les vers se rencontrent frequemment, et R. Dragonetti signale l e meme phenomene a l a pos i t i o n de l a cesure 3. 2 C ' e s t - a - d i r e l a n o n - c o i n c i d e n c e e n t r e pause m e t r i q u e e t p a u s e v e r b a l e ( g r a m m a t i c a l e ou s e m a n t i q u e ) . C f . O . D u c r o t e t T . T o d o r o v , D i c t i o n n a i r e e n c v c l o p e d i o u e des s c i e n c e s du l a n o a a e ( P a r i s , E d i t i o n s d u S e u i l , 1 9 7 2 ) : 2 4 2 . I l e s t i n t e r e s s a n t de n o t e r que s e l o n F r e d e r i c D e l o f f r e : L e v e r s f r a n c a i s ( P a r i s , S o c . d ' e d i t i o n d ' e n s e i g n e m e n t s u p e r i e u r , 1 9 6 9 ) , c ' e s t R o n s a r d q u i , dans l a s econde p r e f a c e de l a Franciade, a c r e e l ' e m p l o i du v e r b e enjamber au s ens de « p r o l o n g e r a u -d e l a du v e r s » d ' a p r e s 1 ' e x p r e s s i o n « e n j a m b e r deux inarches a l a f o i s » 32 b. Type de strophe i . Strophes isometriques a. Vers decasvllabiau.es t R211, R1154, R1267, R1970, R2 063. b. Vers octosvllabiaues; R929, R1393 c. Vers heptasyllabiaues; R778 i i . Strophes heterometriques a. Deux longueurs de vers: 1) Vers deicasyllabiques et heptasyllabiques: R363 2) Vers heptasyllabiaues et t r i s y l l a b i q u e s : R2107 b. Trois longueurs de vers: 1) Vers decasyllabiques, heptasyllabiques et hexasyllabiques: R767 2 ) Vers octosyllabiques. heptasyllabiques et tet r a s y l l a b i q u e s : R2106 c. Quatre longeurs de vers: 1) Vers heptasyllabiques. pentasyllabiaues. tetrasyllabiques et t r i s y l l a b i q u e s : R1978 c . Charpente metrique R1978: coblas doblas de seize vers a b a b a b a b c c d d e e e e 7 4 7 4 7 4 7 4 3 5 3 5 7 4 3 7 R2107: coblas doblas de t r e i z e vers a b a b b b a a b b a b b 7' 7 7' 7 3 7 7' 7' 7 7 7" 7 7 R778: coblas doblas de douze vers a a b a a b b c c b b c 7 7 7 7 7 7 7 7' 7' 7 7 7' R363: coblas redondas de onze vers a b a b b a a c c d d 10 10 10 10 10 10 10 7' 10' 10 10 R2106: coblas doblas de onze vers (six strophes) a b b a b a b b b a b 7 8 8 7 8 7 8 4 8 7 8 R1393: coblas doblas de onze vers (six strophes) a b a b b c c d d . e e 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 t a n d i s que l e nom enjambement a e t e c r e e s e u l e m e n t au X V I I e s i e c l e ( 1 2 0 ) . L a p r a t i q u e e t a i t p o u r t a n t b i e n connue des t r o u v e r e s . 3 " . . . l e s vers non ensures q u i f o r m e n t contraste avec les autres . . . L a s u p p r e s s i o n de l a coupe m e t r i q u e r e g u l i e r e a ev idemment une v a l e u r e x p r e s s i v e . . . " O p . c i t . : 497. I l s ' a g i t done de l a n o n -c o i n c i d e n c e e n t r e l a pause r y t h m i q u e / m e t r i q u e e t l a p a u s e p r o s o d i q u e . 3 3 R929: coblas doblas (2), coblas singulars (3) de dix vers (cinq strophes) a b b a a b b a a a 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 R767: coblas redondas de neuf vers (six strophes) a b a b b c c d d 7 7 7 7 7 6 10' 7 7 R1154: coblas redondas de neuf vers (six strophes et un envoi de deux vers) a b a b b a a c c 10 10 10 10 10 10 10 10 10 R1267: coblas doblas de neuf vers (six strophes) a b a b b a a b b 10 10' 10 10' 10' 10 10 10' 10' R1970: coblas redondas de neuf vers (six strophes et un envoi de cing vers) a b a b b c c d d 10 10 10 10 10 10' 10' 10 10 R2 063: coblas redondas de neuf vers (six strophes et un envoi de cinq vers) a b a b b c c d d 10 10' 10 10' 10' 10 10 10 10 R211: coblas unissonans de sept vers (cinq strophes) a b a b b a b 10' 10 10' 10 10 10' 10 d . Formules complexes d'enchainement i . Coblas capcaudadas avec une seule rime constante: .me I II III IV V VI R363 a -ant -er - i r -ors -on -te b -ent -ant -er - i r -ors -on c -age -age -age -age -age -age d -er - i r -ors -on -te -in R 7 6 7 a -er - i r -oir -ent -is -aint b -ier -er - i r -oir -ent -is c -endre -endre -endre -endre -endre -endre d - i r -oir -ent -is -aint -is 34 i i . Coblas capcaudadas avec deux rimes constantes: a b c d -or -ent -ie -on -on -ent -ie -er R929 -er -ez -iz -ent -ent -ent -ie -ie -ie -ez -is -i a b c d -or -ent -ie -on -on -ent -ie -er R1970 -er -ez -ent -ent -ie -ie -ez -is -iz -ent -ie - i —l -ent -ie -ains R2063 a -u -er -ier -i -our -ie b '• -ance -ance -ance -ance -ance -ance c -on -on -on -on -on -on d -er-ier -i -our -ie - i r i i i . Coblas subcapcaudadas4 avec une seule rime constante: a b c -ie -ui -on -ie -on -is R1154 -ie - i e -is - i r -ir -er -ie -er -or -ie -or -te i v . Coblas capfinidasi R1267 (II.8 Bien s a i de v o i r que l a mort s e n t i r o i e ) 5 I I I . l Et puis qu'ensi m'estuet l a mort s o u f f r i r I I I . 9 Ceus qui de cuer l'ont servie en t r i s t e c e IV. 1 J'aim mieuz ma dame en t r i s t e c e s e r v i r IV. 9 Qu'autre i o i e ne quier, n'autre leece V. l Joie a mes cuers, maiz e l e est s i tres granz V. 9 S'en doit p i t i e z f a i r e ma j o i e graindre VI. 1 Dame, et s'en vos est p i t i e s d e f a i l l a n s 4 C f . D . B i l l y , o p . c i t . : 1 1 1 - 1 4 . 5 I I n ' y a pas de l i a i s o n du t y p e capfinida e n t r e l e s deux p r e m i e r e s s t r o p h e s ; l e mot t h e m a t i q u e « m o r t » , r e p r i s au p r e m i e r v e r s de l a t r o i s i e m e s t r o p h e , a u r a i t du f i g u r e r a u d e r n i e r v e r s de l a s t r o p h e p r e c e d e n t e : i l p a r a i t a 1 ' a v a n t - d e r n i e r . U . M o l k e t F . W o l f z e t t e l , dans R e p e r t o i r e m e t r i a u e de l a p o e s i e l v r i a u e f r a n c a i s e des o r i q i n e s a 1350 (Mi inchen , W i l h e l m F i n k V e r l a g , 1972) a d m e t t e n t sous l a r u b r i q u e coblas capfinidas des c h a n s o n s "ou 1 ' a v a n t - d e r n i e r v e r s d ' u n e s t r o p h e e s t r e p r i s comme p r e m i e r v e r s de l a s t r o p h e s u i v a n t e " ( 1 9 ) , t o u t e n a f f i r m a n t que dans c e g e n r e de s t r o p h e s , "un o u p l u s i e u r s mots du d e r n i e r v e r s d ' u n e s t r o p h e e s t r e p e t e , s o u s s a fo rme e m p l o y e e o u l e g e r e m e n t m o d i f i e e , dans l e p r e m i e r v e r s de l a s t r o p h e s u i v a n t e " . L e s a u t e u r s d o n n e n t l e s s t r o p h e s I I I - I V - V - V I de R1267 comme des coblas capfinidas ( 3 9 0 ) . 3 5 Le meme genre de phenomeme se f a i t remarquer, de fagon moins systematique, dans plusieurs autres chansons: R211 I. 7 Qui loiaument veut vers Amors ouvrer. I I . 1 Qui loiaument sert Amors s i s'avance, (Le mot «Amors» parait ensuite au premier vers des strophes III and IV). R778 I. 12 A ma douce dame chiere. I I . 1 De ma douce dame amer R1154 I. 9 Ke je sanz l i sache f a i r e chanson. I I . 1 S i r e , sachiez et s i n'en doutez mie R1970 I. 9 De bien chanter et de fere changon. I I . l De bien amer a i mult bele acheson R2063 V. 9 Ne ses frans cuers ne sera sanz p i t i e . VI. 1 Mout t r u i s mon cuer de mon cors eslongie VI. 9 Sanz vostre amor ne de j o i e e n r i c h i r . VII. l Rois, a qui j ' a i amour et esperance R2107 I. 14 Pour fere l a mort s e n t i r . I I . l Mult f e t douce bleceiire I I I . 14 Puisqu'a s'amor a i f a i l l i . IV. 1 He, Deus1 je l ' a i tant amee Eventuellement, i l s e r a i t possible de reconnaitre dans plusieurs chansons un phenomene d'enchainement strophique qui se f a i t v a l o i r au niveau phonetique, tout en suivant l e principe du capfinida: R929 1.10 Des douz maus plesanz savourez. I I . l Mus n' est ne .sages ne senez R778 11.12 De f i n e beaute entiere. I I I . l Bien s e r o i t de jo i e plains III.12 Que par l i sante me viegne. IV. 1 Bele Dame, droiz cors sainz, IV. 12 A 1'empire d'Alemaigne. V . l Quant je v o i vostre c l e r v i s V.12 Sanz vostre douce manaie. VI. 1 Ma dame a, ce m'est av i s , 36 R 2 0 6 3 I. 9 I I . l I I . 9 I I I . l Et l e povre de jo i e c a r o l e r . Amours me f a i t son pooir esprouver Paor de mort et ma sante quider. Deus, qu'en puis je, s'ele a mon cuer e n t i e r , VI. 9 VII. 1 Sanz vostre amor, ne de j o i e e n r i c h i r Rois, a qui j ' a i amour et esperance Dans certains cas, i l s'agit done d'une sorte d'enjambement a l l i t ^ r a t i f : a l l i t e r a t i o n qui continue au-dela du dernier vers d'une strophe au premier vers de l a strophe suivante. Dans d'autres cas, c'est l a re p r i s e , par l e premier mot d'une strophe, du son d'une des voyelles du dernier mot rime de l a strophe precedente, e f f e t q u ' i l convient de nommer "assonance capcaudee". II s e r a i t interessant de savoir s i ce phenomene p a r a i t , de fagon reguliere, a i l l e u r s dans l e corpus de l a l i t t e r a t u r e courtoise. II.C.3 . Conclusion L'oeuvre de Raoul, a 1'evidence, se car a c t e r i s e par une d i v e r s i t e de forme assez remarquable, tout en fai s a n t preuve d'une preference pour des strophes isom^triques decasyllabiques en neuf vers (4 sur 13 ) 6 . Le plus souvent, l a chanson comporte s i x strophes. Les envois sont assez rares: on n'en trouve que dans t r o i s chansons (ce qui ne veut pas d i r e , bien entendu, q u ' i l s n'ont pas pu e x i s t e r a 1'origine). Les rimes des pedes sont l e plus souvent croisees (abab), rarement embrassees (abba); l a plupart de c e l l e s des caudas, par contre, sont croisees. Par comparaison aux a d j e c t i f s et aux adverbes, l a frequence des verbes et des substantifs a l a rime et done leur mise en valeur, semblent r e f l e t e r l a formule thematique du genre: 6 R o g e r D r a g o n e t t i , dans L a • t echn ique p o e t i o u e des t r o u v e r e s dans l a c h a n s o n c o u r t o i s e ( B r u g e s , "De T e m p e l " , 1960) c i t e 56 des 574 c a s de s o n c o r p u s , ou 9.76% ( 3 8 7 ) . C ' e s t l a s t r o p h e d e c a s y l l a b i q u e de h u i t v e r s q u i domine l e champ, forme que l ' o n ne r e n c o n t r e pas c h e z R a o u l . S . Ranawake ( o p . c i t . ) a s o u l i g n e l a p o p u l a r i t e de l a s t r o p h e i s o m e t r i q u e d e c a s y l l a b i q u e p a r m i l e s t r o u v e r e s de l a g e n e r a t i o n p r e c e d e n t e : l e s t r o u v e r e s du X I I I e s i e c l e " s e t z e n m i t i h r e r V o r l i e b e f u r d i e g l e i c h v e r s i g e Z e h n s i l b e r k a n z o n e e i n e f o r m a l e T r a d i t i o n f o r t , a n d e r e n A n f a n g e n Gace a l s b e d e u t e n d s t e r V e r t r e t e r s t e n t " ( 5 3 - 4 ) . 3 7 "(je) chante ma chanson", les complements de circonstance ayant relativement peu d'importance 7. C'est l a technique de 1'enchainement strophique: l a cobla capcaudada, en combinaison avec des rimes constantes, et l a cobla capfinida, qui semble constituer l e t r a i t l e plus c a r a c t e r i s t i q u e de l'oeuvre de Raoul. S i frequentes chez les troubadours, ces formules d'entrelacement strophique constituent "des exploits tout a f a i t exceptionnels" dans les oeuvres des trouveres, selon R. Dragonetti 8. D. B i l l y , quant a l u i , affirme que ce genre d'ordonnancement savant de timbres constitue un t r a i t peu typique des trouveres, dont 1'approche esthetique v i s e plutot l a v a l o r i s a t i o n d'effets rhetoriques patents comme l e montre leur gout prononce pour les "enrichissements extra-metriques" 9. Les techniques u t i l i s e e s de Raoul sont effectivement c e l l e s preferees des troubadours, et l'on peut v o i r dans ce gout evident pour l e s t y l e troubadouresque l a confirmation d'une p r i s e de conscience de leurs oeuvres. S. Ranawake, dans son analyse comparee des formes strophiques, a signale que 1' oeuvre de Raoul f a i t preuve d'une tentative de reprendre des formes anciennes ("archaisierende Tendenzen"), tendance qu'elle decele egalement de l'oeuvre de Thibaut de Champagne10. En meme temps, de nouveaux t r a i t s formels se font remarquer (p.e. des caudas octosyllabiques avec rimes c r o i s e e s ) , qui pourraient indiquer un renouvellement des rapports avec les troubadours 1 1 (l'on pense aux e f f e t s s o c i o - c u l t u r e l s des croisades). D'apres les recherches de Mme Ranawake, l'on est en d r o i t de penser que Thibaut et sa 7 V o i r l a " t a b l e s t a t i s t i q u e du v o c a b u l a i r e des r i m e s " dans R . D r a g o n e t t i ( o p . c i t . ) : 4 0 5 . 8 O p . c i t . : 4 5 7 . M . D r a g o n e t t i s o u l i g n e que l e s coblas capfinidas s o n t e x c e p t i o n n e l l e m e n t r a r e s ; i l n ' e n c i t e que q u a t r e e x e m p l e s : R1800 de T h i b a u t de Champagne, R210 e t R488 d ' O e d e de l a C o u r o i e r i e , e t R450 de P h i l i p p e de Remi ( 4 5 3 ) . 9 O p . c i t . : 2 0 . 1 0 O p . c i t . : 52 e t s w . 1 1 O p . c i t . : " . . . e r n e u t e A n r e g u n g e n aus dem P r o v e n z a l i s c h e n " ( 7 9 ) . 38 "pleiade" avaient effectivement p r i s conscience de l ' h i s t o i r e l i t t ^ r a i r e de leur genre, et que l ' a r t de "trouver" t e l q u ' i l s l e pratiquaient e t a i t t r a v a i l d'erudit. Quant a notre trouvere, l a construction soigneuse et habile des strophes, l e jeu des constantes et des v a r i a b l e s , l a complexity des schemas de rimes et les rapports complexes entre schema metrique et agencement des rimes: tout permet de compter Raoul parmi les trouveres les plus doues de 1'epoque. En d e f i n i t i v e , les quelques t r a i t s de v e r s i f i c a t i o n que nous venons de presenter demandent une analyse beaucoup plus approfondie, t r a v a i l qui, malheureusement, depasse les l i m i t e s de notre etude. 39 II.D. DESCRIPTION DES MANUSCRITS La description de manuscrits, mettant en valeur des d e t a i l s de graphie, de dates, de l o c a l i s a t i o n et d'ordonnancement des textes, entre autres, est un t r a v a i l indispensable pr^alablement a tout etablissement de texte. Le depouillement des sources habituelles, les bibliographies de Raynaud, de Jeanroy, de Schwan, et de L i n k e r 1 , a pourtant fourni un r ^ s u l t a t inattendu, s o i t l a constatation d'un c e r t a i n nombre de divergences entre ces ouvrages. S i Mme Tyssens c r i t i q u e les editeurs des trouveres qui se bornent a repeter, sans nouvel examen, les donnees enoncees par Raynaud, Schwan et Jeanroy, ce n'est done pas seuls l e raidissement et l a s i m p l i f i c a t i o n des formulations q u ' i l f aut c r a i n d r e 2 , c'est egalement l a perpetuation des inexactitudes. A i n s i , ce que nous presentons i c i est une sorte d'analyse comparee des sources c i t e e s , a l a q u e l l e sont ajoutees des donnees t i r e e s d'ouvrages et d ' a r t i c l e s plus recents. Nous fournissons en outre quelques observations qui proviennent de notre propre examen de certains des manuscrits en question a l a Bibliotheque Nationale de P a r i s , au B r i t i s h Museum de Londres, et a l a B i b l i o t e c a Apostolica du Vatican. Chaque section comprend un apergu des quatre sources c i t e e s , dont nous ne fournissons l a reference qu'en cas de desaccord. 1 V o i r E d u a r d S c h w a n , D i e a l t f r a n z o s i s c h e n H a n d s c h r i f t e n ( B e r l i n , Weidmansche B u c h h a n d l u n g , 1 8 8 6 ) ; A . J e a n r o y , B i b l i o a r a p h i e sommaire d e s c h a n s o n n i e r s f r a n c a i s du Moven Aae ( P a r i s , Honore C h a m p i o n , 1 9 6 5 ) ; G a s t o n R a y n a u d , B i b l i o q r a p h i e des c h a n s o n n i e r s f r a n c a i s des X H I e e t X l V e s i e c l e s I , 1884 (New Y o r k , B . F r a n k l i n , 1 9 7 2 ) ; R o b e r t W h i t e L i n k e r , A B i b l i o g r a p h y o f O l d F r e n c h L v r i c s ( U n i v e r s i t y , M i s s i s s i p i , Romance Monographs I n c . , 1 9 7 9 ) ; J u l i u s B r a k e l m a n n , " D i e d r e i u n d z w a n z i g a l t f r a n z o s i s c h e n C h a n s o n n i e r s " dans A r c h i v f u r das S t u d i u m d e r n e u e r e n S o r a c h e n und L i t e r a t u r e n X L I I ( 1 8 6 8 ) : 4 3 - 7 2 ; F r i e d r i c h G e n n r i c h , " D i e b e i d e n n e u e s t e n B i b l i o g r a p h i e n a l t f r a n z o s i s c h e r u n d a l t p r o v e n z a l i s c h e r L i e d e r " dans Z e i t s c h r i f t f i i r r o m a n i s c h e P h i l o l o g i e X L I ( 1 9 2 1 ) : 2 8 9 - 3 4 6 . 2 M a d e l e i n e T y s s e n s , " L e s c o p i s t e s du c h a n s o n n i e r f r a n g a i s U" dans L v r i a u e romane m e d i e v a l e : l a t r a d i t i o n des c h a n s o n n i e r s . M . T y s s e n s 6d. ( L i e g e , B i b l . de l a F a c u l t e de P h i l o s o p h i e e t L e t t r e s de l ' U n i v e r s i t e de L i e g e , 1 9 9 1 ) : 3 8 1 . 40 Les chansons R2107 et R2109, objets de notre analyse, se trouvent dans les manuscrits suivants: R2107 At t r i b u t i o n c f° 197v° perrins dangicort F f° 101r°-v° Mesir Raouls K f° 141v° me sire raoul de soissons N f o 65v°-66r° mesire tierris de soissons P f° 85r°-86r° mesire raoul de soisons R f° 93v°-94r° Anon. S f° 231r° Anon. U f° 12 8r°-129r° Anon. V f° 118r°-v° Anon. X f° 97r° mesire raoul de soissons a f° 29r°-30r° me sire raouls de soison Maz. f° 194v° Anon. Metz f° 162v° Anon. K N V R1970 f o 291v° f° 60r°-61r° f° 86r°-v° me sire thieris de soissons mesire tierris de soissons Anon. C : Berne. B i b l . munic.. 389. In-4° (22.5 X 16.5 cm), parchemin, 249 f o l i o s . Graphie l o r r a i n e , probablement messine. Comme l e ms contient des chansons de plusieurs trouveres encore vivants vers l a f i n du X I I I e s i e c l e , i l doit remonter au plus t o t a l a derniere decennie du X I I I e ou vraisemblablement au dtbut du XIV e s i e c l e . Selon l a desc r i p t i o n minutieuse et f o r t d e t a i l l e e de ce chansonnier de G. Grober et C. von L e b i n s k i 3 , l'ancien t i t r e Chansons fort antiques avec lignes de Musique sans notes se l a i s s e a peine d e c h i f f r e r en-dessous du t i t r e plus recent marque sur l e dos du chansonnier. Les auteurs signalent que l'ancienne pagination comprenait "32 Quaternionen" done 256 pages (100 + 120 + 36 4). Selon Gaston Raynaud, cependant, i l s'agit de 3 G . G r o b e r e t C . v o n L e b i n s k i , " C o l l a t i o n d e r B e r n e r L i e d e r h s . 389" dans Z e i t s c h r i f t f u r r o m a n i s c h e P h i l o l o g i e I I I ( 1 8 6 8 ) : 3 9 - 6 0 ( 3 9 ) . V o i r a u s s i E d . S c h w a n , o p . c i t . : 1 7 3 - 4 . 4 O p . c i t . : 4 0 . 41 276 f o l i o s : "120 + 120 + 36" 5. Le ms se terminant brusquement au milieu de l a derniere chanson sous l a rubrique V, i l est evident qu'une p a r t i e manque. Les 519 chansons sont classees par ordre alphabetique; l a premiere piece sous chaque rubrique est une chanson r e l i g i e u s e . Le scribe s'est content^ de donner l e nom de 1'auteur pour douze chansons; tous les autres noms ont ete ajoutes d'une autre main (du XIV e s . ) . Le classement alphabetique est peu systematique: les mots qui commencent par l e son [k] apparaissent tantot sous l a rubrique C, tantot sous K, tantot sous Q. L'Edition diplomatique de ce manuscrit par J . Brakelmann 6 a ete f a i t e d'apres une copie de Mouchet (B.N. f. Moreau 1687-8) qui, selon Gennrich, contient de nombreuses e r r e u r s 7 . R2107 est situee entre une chanson de Gace Brule ("Messires qaises) et une de Blondel de Nesle ("blondels de noielle"). F : Londres. B r i t i s h Museum. Eaerton 274. Tres j o l i p e t i t volume (11 X 15 cm), parchemin, i n i t i a l e s ornees, 160 f e u i l l e s . Selon Gennrich, l e type de graphie est l a minuscule de l a f i n du X I I I e s i e c l e 8 . Le r e c u e i l est compose d'une p a r t i e en l a t i n (les 97 premiers f o l i o s ) et d'une autre en frangais ( f o s 98-117, 131-2), contenant 18 chansons dont l a plupart sont notees (portees vides au f° 107r°/v°, 113-117). Au f° 24r°, nous avons remarque une chanson de Philippe l e Chancelier: Quisquis cordis et oculi (AH21.168), 5 O p . c i t . : 5 . P u i s q u e Raynaud donne comme 249 l e nombre de pages a c t u e l s , e t G r o b e r e t v o n L e b i n s k i a f f i r m e n t que s e p t pages o n t du t o m b e r , on a r r i v e e f f e c t i v e m e n t a un nombre de 2 5 6 ; l ' o n p e u t done se demander s i l e c h i f f r e 276 c i t e p a r Raynaud e s t e n e r r e u r . R o b e r t W h i t e L i n k e r donne 249 p a g e s . 6 J u l i u s B r a k e l m a n n , " D i e a l t f r a n z o s i s c h e L i e d e r h a n d s c h r i f t N r o . 389 d e r S t a d t b i b l i o t h e k z u B e r n " dans A r c h i v f u r das S t u d i u m d e r n e u e r e n S p r a c h e n und L i t e r a t u r e n X L I ( 1 8 6 7 ) : 339 f f . 7 O p . c i t . : 3 0 1 . V o i r a u s s i 1 ' a r t i c l e de G r o b e r e t v o n L e b i n s k i . 8 F r i e d r i c h G e n n r i c h , " D i e a l t f r a n z o s i s c h e H a n d s c h r i f t L o n d o n , B r i t i s h Museum, E g e r t o n 274" dans Z e i t s c h r i f t f u r r o m a n i s c h e P h i l o l o q i e X L V ( 1 9 2 5 ) : 402-44 ( 4 0 4 ) . Quant a l a n o t a t i o n , G e n n r i c h s i g n a l e q u ' i l s ' a g i t de " Q u a d r a t n o t a t i o n , w i e s i e gegen Ende des X I I I . J a h r h u n d e r t s i n N o r d f r a n k r e i c h i i b l i c h w a r " ( 4 0 6 ) . 42 contrafactum de l a celebre chanson Quan vei la lauzeta mover du troubadour Bernart de Ventadorn 9. Se fondant sur l e format de poche de ce manuscrit a i n s i que l e caractere t r e s v a r i e du contenu, Gennrich a conclu que l'on pourrait c l a s s e r ce r e c u e i l comme "manuscrit de jo n g l e u r " 1 0 . Dans douze des chansons, l a premiere strophe ou p a r t i e de l a strophe a ete grattee et remplacee par un texte l i t u r g i q u e l a t i n , destine a etre chante sur l a m£lodie de l a chanson profane dans l a plupart des cas (1' on peut remarquer qu' i l s'agit l a de contrafacta). Par l a sui t e , l e texte des neuf premiers vers de R2107 est i l l i s i b l e (les mots lors soupir sont v i s i b l e s au vers 5). Dans l a version o r i g i n a l e , toutes les chansons etaient anonymes: les noms d'auteur ont ete ajoutes par une autre main (du XIV s s . ) . Quatre des pieces sont des unica. R2107, situee entre une chanson de Colart l e B o u t i l l i e r et une piece anonyme, est not£e. K: P a r i s . B i b l . de 1'Arsenal 5198 1 1. In-4° (31.5 x 22 cm), parchemin, 211 f o l i o s , musique, i n i t i a l e s ornees, 2 e m e moitie (fin) du X I I I e s i e c l e . Les pieces sont divisees en deux groupes: d'abord, c e l l e s dont les auteurs sont connus, et ensuite c e l l e s qui sont anonymes. Le r e c u e i l se termine sur une seconde se r i e de 21 pieces anonymes, disposees dans l'ordre alphabetique (p.401 f f ) , dont l a plupart sont des unica. Selon Brakelmann, l e chansonnier contient 481 chansons dont 139 anonymes, et renferme les noms de 81 auteurs. R2107 figure sous l a rubrique mesires raoul de soissons, l a troisieme de quatre chansons de notre trouvere. 9 F o l . 1-97 r e n f e r m e des "dicta magistri Philippi de Greve quondam Cancellarii Parisiensis". 1 0 " . . . d i e Hs [macht] i n d e r T a t i n f o l g e i h r e s h a n d l i c h e n T a s c h e n -f o r m a t s , i h r e r s c h l i c h t e n a u s s e r e n Aufmachung . . . und i n f o l g e d e r S p u r e n e i n e r g e w i s s e n A b n i i t z u n g w o h l den E i n d r u c k e i n e s t y p i s c h e n " m a n u s c r i t de j o n g l e u r " w i e s i e A u b r y b e n a n n t h a t . " ( o p . c i t . : 4 0 4 ) . G e n n r i c h a j o u t e que l e s o r i g i n e s des a u t e u r s s o n t e g a l e m e n t t r e s v a r i e e s : l a N o r m a n d i e , l a P i c a r d i e , F l a n d r e s , l a Champagne ( 4 0 9 ) . L a n o t i o n de m a n u s c r i t de j o n g l e u r e s t d i s c u t a b l e , c e p e n d a n t . 1 1 V o i r l a r e p r o d u c t i o n p h o t o t y p i q u e de P i e r r e A u b r y e t A l f r e d J e a n r o y , L e c h a n s o n n i e r de 1 ' A r s e n a l ( P a r i s , 1 9 0 9 ) . L e s 36 d e r n i e r s f o l i o s n ' o n t pas e t e r e p r o d u i t s . 43 R1970 est l a premiere de six chansons sous l a rubrique de Thierry de Soissons. Les deux chansons sont notees. N : P a r i s , B i b l . nat.. f . f r . 845. In-4° (30 X 20.5 cm), parchemin, 382 pages, chansons notees. Plusieurs f o l i o s manquent. Selon Schwan et Brakelmann, l e manuscrit remonte a l a f i n du X I I I e s i e c l e . Les deux chansons de Raoul sont premiere et dixieme parmi onze chansons a t t r i b u t e s a Thierry de Soissons. Brakelmann signale 399 chansons de 76 auteurs (y i n d u e s 29 de Thibaut de Champagne et 50 de Gace Brule), et 93 chansons anonymes, a i n s i que quinze motets et t r o i s l a i s . P: P a r i s . B i b l . nat.. f . f r . 847. In-8° (19.5 X 13 cm), parchemin, 22 8 f o l i o s , i n i t i a l e s ornees, musique. Selon Brakelmann, ce chansonnier contient 190 chansons de 60 auteurs, et 114 chansons anonymes. I l consiste effectivement de deux r e c u e i l s , s o i t un chansonnier, et ensuite l e Roman du Vergier et de 1'Arche s u i v i de chansons et de jeux-partis d'Adam de l a Halle. La chanson de Raoul est l a deuxieme de quatre chansons sous l a rubrique "Mesire Raoul de Soissons", situee entre une chanson de Perrin d'Angicourt et deux pieces de Hugue de B r e s i l . Quant aux d e t a i l s du manuscrit, i l faut constater de nouveau un c e r t a i n desaccord entre les bibliographies. Selon Schwan, une main de l a f i n du X I I I e s i e c l e a e c r i t les chansons de l a premiere p a r t i e ( f o s 1-199r°) 1 2. Viennent ensuite plusieurs pieces a t t r i b u t e s au Quens de Bretaigne, e c r i t e s par une seconde main (du XIV e s i e c l e ) ; cette section se terminerait au f° 203v°. Jeanroy, apres avoir affirme que les chansons anonymes commencent au f o s 129-198a, signale que les chansons du comte de Bretagne commencent au f° 178v° (la p a r t i e anonyme appartenant en r e a l i t e a un autre manuscrit). Raynaud ajoute encore une autre variante: "aux f o s 135 et 198 deux nouvelles series 1 2 Nous c i t o n s Schwan ( o p . c i t : 8 7 ) , J e a n r o y ( o p . c i t . : 8 ) , R a y n a u d ( o p . c i t . : 1 2 3 ) , e t L i n k e r ( o p . c i t . : 3 1 ) . 44 commencent". Linker, quant a l u i , ne se prononce pas a ce sujet et ne consacre de toute fagon que quelques mots a l a description de ce manuscrit. Sans v o u l o i r c r i t i q u e r l e t r a v a i l inestimable des auteurs c i t e s , nous sommes pourtant amenee a conclure que l a compilation d'une nouvelle bibliographie s e r a i t opportune, ouvrage englobant toutes les corrections et les additions proposees par les s p e c i a l i s t e s du domaine au cours de plus d'un s i e c l e . R: P a r i s . B i b l . nat.. f . f r . 1591 1 3. In-8° (24 X 16.5 cm), parchemin, 184 f o l i o s , i n i t i a l e s ornees, musique (excepte pour quelques jeux-partis). Le manuscrit contient 81 chansons at t r i b u t e s a 50 auteurs, et 172 pieces anonymes. E l l e s se presentent dans l'ordre suivant: d'abord une s e r i e de chansons at t r i b u t e s ( f o s l-16r°), puis une se r i e de jeux-p a r t i s precedes des noms des partenaires (f° 16), ensuite d'autres chansons attr i b u t e s (f° 27) et enf i n , les chansons anonymes (f° 62v°). Selon Schwan, i l s'agit effectivement de t r o i s r e c u e i l s reunis, tous e c r i t s au XIV0 s i e c l e . La chanson de Raoul se trouve dans l a pa r t i e anonyme, precedee d'une piece de Perrin d'Angicourt et s u i v i e d'une chanson de Martin l e Beguin. S : P a r i s . B i b l . nat.. f . f r . 12581. In-4° (30 X 21 .5 cm), parchemin, 429 f o l i o s , i n i t i a l e s ornees dans l e texte des chansons et jeux-partis (tous anonymes) qui, au nombre de 62, ne forment qu'une par t i e minime de ce manuscrit (Brakelmann compte 59 chansons). Selon Jeanroy et Linker, les pieces (sans musique) y sont eparpillees a cinq endroits (fos 87-8, 230-2, 312-20, 372, 375), tandis que Raynaud et Schwan n'en signalent que quatre (Schwan et Brakelmann omettent l e f° 372, Raynaud ne donne pas de numeros de f o l i o ) . Presque tous les jeux-partis sont de Thibaut de 1 3 V o i r J o h a n n S c h u b e r t , D i e H a n d s c h r i f t P a r i s . B i b l . N a t , f r . 1 5 9 1 . K r i t i s c h e U n t e r s u c h u n q d e r T r o u v e r e h a n d s c h r i f t R ( F r a n k f u r t - s u r - l e M a i n , t h e s e , 1 9 6 3 ) . 45 Champagne. Les pieces ne sont pas notees et ne portent pas de nom d'auteur. La chanson de Raoul est precedee d'une se r i e de pieces de Thibaut de Champagne et s u i v i e d'une chanson de Gautier d'Espinal. U: P a r i s . B i b l . nat., f . f r . 20050 1 4. In-8° selon Jeanroy, In-12° selon Schwan (18 X 12 cm), parchemin, 173 f o l i o s . Les chansons sont toutes anonymes. Ce manuscrit f o r t interessant sinon curieux avait 6te peu etudie avant l a pu b l i c a t i o n de l'analyse preliminaire de Madeleine Tyssens 1 5. Certes, Schwan, Raynaud et Jeanroy avaient bien remarque que l e volume est e c r i t de plusieurs mains, mais selon Mme Tyssens, i l faut r e j e t e r l a notion selon l a q u e l l e ces scribes remonteraient a "plusieurs epoques" 1 6. E l l e souligne que l e quatrieme scribe i n t e r v i e n t comme correcteur dans tout l e volume et meme dans l a table (incomplete) e c r i t e de mains diverses - preuve que plusieurs des copistes ont du t r a v a i l l e r en meme temps 1 7. Le r e c u e i l conserve un tres grand nombre d'unica, et Mme Tyssens signale en outre q u ' i l est souvent seul a avoir conserve les envois, ou l e deuxieme envoi d'une chanson. Une graphie l o r r a i n e se manifeste surtout dans l a seconde pa r t i e du chansonnier. Linker affirme que sur 306 chansons, 93 sont notees, tandis que Mme Tyssens c i t e 114 pieces notees sur 335 chansons, et Brakelmann signale que l e chansonnier contient 426 chansons 1 8. La chanson de Raoul est precedee de l a chanson R200, et su i v i e d'une piece de Gautier d'Espinal. 1 4 V o i r l a r e p r o d u c t i o n p h o t o t y p i q u e de P . M e y e r e t G . R a y n a u d , L e c h a n s o n n i e r f r a n c a i s de S a i n t - G e r m a i n - d e s - P r e s ( P a r i s , S A T F , 1 8 9 2 ) . 1 5 O p . c i t . 1 6 Schwan s i g n a l e que l e s deux p r e m i e r s s c r i b e s r e m o n t e n t a l a deux ieme m o i t i e du X I I I e s i e c l e , l e t r o i s i e m e a u d e b u t du X I V e . R a y n a u d propose l e commencement et l e milieu du X I I I e siecle, Linker indique s i m p l e m e n t l e X I I I e s i e c l e . 1 7 O p . c i t . : 3 8 8 , 3 9 0 . 1 8 I b i d . , 3 8 1 , e t B r a k e l m a n n , o p . c i t . : 4 8 . 4 6 V: P a r i s . B i b l . nat., f . f r . 24406. In-4° (28.3 X 18.5 cm), parchemin, 155 f o l i o s , i n i t i a l e s ornees, miniatures, musique. Le r e c u e i l est compose de deux manuscrits, dont l e premier renferme une s e r i e de chansons anonymes (notees), classees par auteur ( f o s 1 a 119), et e c r i t e s a l a f i n du X I I I e ou au debut du XIV e s i e c l e . Le deuxieme, d'une autre main, remonte au debut du XIV e s i e c l e et comprend deux ouvrages en prose (Traite des quaire necessaires, Bestiaire d'amour de Richart de Fournival) s u i v i de 29 chansons r e l i g i e u s e s ( f o s 14 8 - 155), dont les cinq dernieres sont des unica (Brakelmann c i t e 30 chansons, cependant). La musique dans cette p a r t i e a ete ajoutee apres coup. R1970 est l a cinquieme de sept chansons de Raoul, R2107 est situee entre deux chansons d'Adam de l a Halle. X: P a r i s . B i b l . nat.. f . f r . 1050. In-4° (24.5 X 17 cm), parchemin, musique, l e t t r e s ornees. De nombreux f o l i o s manquent. Le manuscrit (que Brakelmann a omis) contient d'abord une se r i e de pieces at t r i b u t e s ( f o s 8-192), puis de pieces anonymes ( f o s 192-257), et aux f o s 257-72, une s e r i e de 31 chansons r e l i g i e u s e s (de la mere dieu) dont plusieurs sont des unica. Les f o s 121,126, 136 a 154 sont remplaces par des f e u i l l e s de papier sur lesquelles ont ete t r a n s c r i t e s , au XVIII e s i e c l e , des chansons ou parties de chansons qui manquaient, d'apres l e ms. N. Gaston Raynaud a f a i t remarquer, d ' a i l l e u r s , que l e manuscrit X est presque identique au manuscrit K: " [ i l ] ne s'en separe que par quelques legeres differences dans l'ordre des chansons" 1 9. Selon Schwan, l e manuscrit appartient a l a f i n du X I I I e s i e c l e . La chanson de Raoul est l a troisieme de quatre chansons sous l a rubrique mesire raoul de soissons. 1 9 G a s t o n R a y n a u d , " L e c h a n s o n n i e r C l a i r a m b a u l t de l a B i b l i o t h e q u e N a t i o n a l e " dans B i b l i o t h e q u e de l ' E c o l e des C h a r t e s XL ( 1 8 7 9 ) : 4 8 - 6 7 ( 5 1 ) . 47 a: Rome. B i b l . Vat., f. Reg. 1490. In-4° (30.6 X 21 cm), parchemin, 181 f o l i o s , i n i t i a l e s ornees, musique (parfois des portees v i d e s ) . Le manuscrit a ete mutile; comme c'est souvent l a premiere page qui manque sous l e s rubriques des poetes, K e l l e r a suppose que ces pages ont du contenir des mini a t u r e s 2 0 . Selon Schwan, l e r e c u e i l remonte a l a f i n du X I I I e s i e c l e . Brakelmann signale que l e chansonnier contient 240 chansons de 32 poetes, onze pastourelles, vingt motets et rondeaux, seize chansons mariales, quatre poemes d'Adam l e Bossu, Nivelon d'Amiens et Guillaume d'Amiens, et 80 jeux-partis (79, selon Gennrich). La piece de Raoul est l a derniere des chansons attr i b u t e s et e l l e est precedee d'une chanson de Jakemon de Cison. Maz.: P a r i s . Bibl.Mazarine 54. 32.5 X 23 cm. Ce manuscrit en prose, qui remonte au X I I e / X I I I e s i e c l e , consiste de deux manuscrits frangais dans une meme r e l i u r e , dont l e premier renferme les quatre l i v r e s des Rois, et l e deuxieme l e l i v r e des Macchabees. Sur l a derniere page, une main d i f f e r e n t e a ajoute l a premiere strophe de R2107; l a graphie, t r e s peu soignee, est c e l l e de l a f i n du X I I I e s i e c l e . Les vers, dont les deux derniers sont pour l a plupart i l l i s i b l e s , sont e c r i t s a longues l i g n e s 2 1 . Metz: B i b l . munic. 535. In-4° (20 X 13 cm), parchemin. Malgre l a destruction de ce manuscrit en 1944, l a t r a n s c r i p t i o n de l a premiere strophe de R2107 effectuee par Paul Meyer 2 2 et les variantes donnees dans 1'edition 2 0 A d e l b e r t K e l l e r . Romvar t (Mannheim e t P a r i s , J . R e n o u a r d , 1 8 4 4 ) : 2 4 4 . 2 1 V o i r " N o t i c e du ms P A R I S , B i b l . M a z a r i n e 5 4 . 2 2 P a u l M e y e r , " N o t i c e du ms 535 de l a b i b l i o t h e q u e m u n i c i p a l e de M e t z , r e n f e r m a n t d i v e r s e s c o m p o s i t i o n s p i e u s e s ( p r o s e e t v e r s ) e n f r a n g a i s " dans l e B u l l e t i n de l a S o c i e t e des a n c i e n s t e x t e s f r a n g a i s X I I ( 1 8 8 6 ) : 4 1 - 7 6 . V o i r a u s s i A r t h u r L a n g f o r s , " N o t i c e s des m a n u s c r i t s 535 de l a B i b l i o t h e q u e m u n i c i p a l e de M e t z e t 10047 des n o u v e l l e s a c q u i s i t i o n s du f o n d s f r a n g a i s de l a B i b l i o t h e q u e N a t i o n a l e " dans N o t i c e s e t e x t r a i t s des m a n u s c r i t s de l a B i b l i o t h e q u e N a t i o n a l e e t A u t r e s B i b l i o t h e q u e s X L I I ( 1 9 3 3 ) : 1 3 9 f f . , e t l ' a p e r g u de P a u l M e y e r dans Romania X ( 1 8 8 6 ) : 4 7 4 . M a l g r e nos r e c h e r c h e s a l ' I R H T a P a r i s , nous 48 c r i t i q u e par E. Winkler nous permettront de reconstituer l e texte de l a chanson de Raoul. Contrairement a Mme Gauthier, nous avons done estime u t i l e de fournir une d e s c r i p t i o n de ce manuscrit. Le p e t i t volume, qui ne figure n i dans l a bibliographie de Jeanroy n i dans l'ouvrage de Schwan, contenait, outre diverses compositions pieuses en prose (comme l e t r a i t e des quatre temps d'age d'homme de Philippe de Navarre), une s t r i e de 22 chansons aux f o s 161-71, toutes anonymes. Selon Meyer, l ' e c r i t u r e p a r a i t etre c e l l e des dernieres annees du X I I I e s i e c l e ou des premieres du XIVe»* tandis que Gennrich propose l e deuxieme t i e r s du X I I I e s i e c l e . Les formes de l a langue attestent avec evidence une origine l o r r a i n e et plus particulierement messine. F. Ludwig signale que des neuf chansons frangaises notees, sept sont des contrafacta, composes sur des chansons profanes 2 3. La plupart des chansons etant de caractere r e l i g i e u x , Ludwig propose l a notion selon laquelle l a piece de Raoul ( l a quatrieme), qui apparalt "essentiellement" dans sa version o r i g i n e l l e 2 4 , aurait pu etre comprise de fagon mystique / r e l i g i e u s e . M. Ludwig a certainement raison, mais l'on peut se demander s ' i l a vait remarque l a su b s t i t u t i o n des quatre derniers vers par un texte quasi-religieux. Quant a Meyer, i l signale q u ' i l y a eu a Metz, au X I I I e s i e c l e , tout un mouvement de l i t t e r a t u r e mystique 2 5. A 1'evidence, l a description de chansonniers ne se f a i t pas sans problemes, surtout s i on est oblige de se f i e r aux bibliographies. On peut s'etonner du f a i t que j u s q u ' i c i , personne n'a tente de compiler une nouvelle b i b l i o g r a p h i e : n ' a v o n s t r o u v e aucune t r a c e de c o p i e s ou de t r a n s c r i p t i o n s d i p l o m a t i q u e s des c h a n s o n s c o n t e n u e s dans c e m a n u c r i t ; i l s emble que l e s s t r o p h e s donnees p a r M . Meye r s o i e n t l e s s e u l e s . 2 3 F . L u d w i g , R e p e r t o r i u m o r a a n o r u m r e c e n t i o r i s e t m o t e t o r u m v e t u s t i s s i m i s t i l i B d I , 1910 ( H i l d e s h e i m , G . Olms V e r l a g s b u c h h a n d l u n g , 1 9 6 4 ) : 3 3 9 - 4 0 . 2 4 "Me tz u b e r l i e f e r t h i e r das w e l t l i c h e O r i g i n a l i m w e s e n t l i c h e n u n v e r a n d e r t , n u r t e x t l i c h e n t s t e l l t , k e i n g e i s t l i c h e s C o n t r a f a c t u m " ( i b i d . , 3 3 9 ) . 2 5 " N o t i c e du ms 535 de M e t z " : 4 3 . 49 comme l ' a f a i t remarquer Mme Tyssens, "en 1955, presque tout l e materiel dont nous disposons aujourd'hui pour les r e c u e i l s d'une certaine etendue e t a i t deja disponible dans des formes plus ou moins elaborees" 2 6. Autrement d i t , i l reste beaucoup de t r a v a i l a f a i r e dans ce domaine. 2 6 O p . c i t . : 3 7 9 . 50 II.E. L'EDITION DES TEXTES LYRIQUES AU MOYEN AGE La t r a d i t i o n manuscrite de R2107: Quant voi la glaie meiire, l'une des deux chansons qui constituent l' o b j e t de notre etude, montre bien l e genre de problemes qui se posent au cours de l ' e d i t i o n c r i t i q u e des textes lyriques du Moyen Age. Comme l e montre l a varia lectio de Mme Gauthier 1, l e s t r e i z e legons manuscrites ne s'accordent que pour 25 vers sur 78 (sans t e n i r compte de l a graphie) et ne presentent n i l e meme ordre n i l e meme nombre de strophes. La tenta t i v e d ' e t a b l i r un groupement de manuscrits a p a r t i r des variantes q u ' i l s ont en commun est vouee a l'echec: leur r e p a r t i t i o n ne semble avoir, pour a i n s i d i r e , n i rime n i raisbn. Cette i n s t a b i l i t y du texte s'explique tant par l a nature orale de l a l i t t e r a t u r e medievale que par l a methode de transmission. Les chansons etaient copiees et recopiees, parfois de memoire, parfois a p a r t i r de plusieurs modeles, demarche qui engendre des textes que 1' on appelle "contamines". Les scribes, en tant qu'editeurs, apportaient a leurs textes tout changement qui leur semblait juste, et chacun f a i s a i t ses fautes de t r a n s c r i p t i o n , ensuite recopiees par l e scribe suivant*. La ou les chansonniers (recueils de chansons) qui nous sont parvenus donnent l e s memes chansons, i l s les presentent souvent dans un ordre d i f f e r e n t . Frequemment, une chanson est a t t r i b u t e a plusieurs auteurs, et bon nombre de chansons sont donnees comme anonymes. Etant donne que nous connaissons aujourd'hui plus de deux m i l l e chansons de trouveres et une trentaine de chansonniers, et puisque 1'on peut supposer un nombre inconnu de modeles, a i n s i que de textes sans cesse r e f a i t s et parfois contamines, i l devient effectivement impossible de deviner l a voie de transmission exacte et de juger l a valeur r e l a t i v e de t e l l e ou t e l l e legon. Toujours e s t - i l que des 1886, Edouard Schwan r e u s s i t , grace a l'analyse comparee O p . c i t . : 1 1 7 - 1 3 6 . 51 minutieuse de tous les chansonniers, a regrouper les manuscrits en t r o i s families globales et a e t a b l i r des l i e n s de parente entre les manuscrits et entre certains groupes de manuscrits 2. Meme aujourd'hui, l'examen du reseau de parentes entre les manuscrits constitue une demarche indispensable a tout t r a v a i l d'edition. Avant de se pencher sur l a question des r e l a t i o n s manuscrites et de s'interroger sur l a methode a suivre, l ' e d i t e u r se trouve devant l a tache de formuler un principe d'edition. Reconstitution du texte o r i g i n a l ? Reproduction d'une legon avec des corrections minimales? Ou f a u d r a i t - i l chercher a depasser ce que M. Delbouille a nomme " 1 ' a r t i f i c e de l a r e s t i t u t i o n et 1'asservissement de l a f i d e l i t e " 3 ? Pour les philologues du XIX e s i e c l e , l ' e s s e n t i e l e t a i t de reconstituer les textes i n i t i a u x perdus. Suivant l a methode d i t e de Lachmann (editeur allemand de textes l a t i n s et grecs), 1 ' i d e n t i f i c a t i o n des "fautes" communes a plusieurs manuscrits leur permettait de regrouper ' les manuscrits en fa m i l i e s , puis d'emprunter des morceaux de texte aux manuscrits qui leur semblaient etre l e s plus proches du texte i n i t i a l 4 . Nous tenons a souligner que l a methode lachmannienne comporte a i n s i deux aspects, d i s t i n c t i o n q ui, nous semble-t-il, n'est pas toujours mise en valeur. D'une part, l'approche p r e s c r i t une technique: 1'etablissement des stemmas a p a r t i r des fautes communes aux manuscrits. D'autre part, e l l e implique un but, s o i t l a r e s t i t u t i o n des oeuvres. I l convient de f a i r e remarquer, quant a cette derniere, qu'elle sous-entend 1'existence d'un seul texte o r i g i n a l qui est par d e f i n i t i o n sans defaut -2 E d o u a r d S c h w a n , D i e a l t f r a n z o s i s c h e n L i e d e r h a n d s c h r i f t e n . i h r V e r h a l t n i s s . i h r e E n t s t e h u n a und i h r e B e s t i m m u n g . E i n e l i t t e r a r -h i s t o r i s c h e U n t e r s u c h u n g ( B e r l i n : Weidmann, 1 8 8 6 ) . 3 M a u r i c e D e l b o u i l l e , " L a p h i l o l o g i e m e d i e v a l e e t l a c r i t i q u e t e x t u e l l e " dans A c t e s du H i e C o n g r e s i n t e r n a t i o n a l de l i n g u i s t i a u e e t p h i l o l o g i e romanes I (Quebec , L e s p r e s s e s de l ' u n i v e r s i t e L a v a l , 1 9 7 6 ) : 5 7 - 7 3 ( 7 2 ) . 4 V o i r M . D e l b o u i l l e , o p . c i t . , e t P a u l K r i s t e l l e r , "The Lachmann m e t h o d : M e r i t s and L i m i t a t i o n s " dans T e x t ( T r a n s a c t i o n s o f t h e S o c i e t y f o r T e x t u a l S c h o l a r s h i p ) I ( 1 9 8 1 ) : 1 1 - 2 0 . 5 2 hypothese qui nous semble discutable du moins pour ce qui est des chansonniers medievaux. Sans v o u l o i r nous attarder sur ce point, mentionnons l a p o s s i b i l i t y d'originaux multiples et c e l l e d'originaux chantes ou r e c i t e s . S i l'on a tendance, aujourd'hui, a c r i t i q u e r les notions et les methodes des philologues du XIX e s i e c l e , soulignons q u ' i l s etaient a 1'avant-garde de l a recherche dans ce domaine 5: leurs predecesseurs, l e s philologues editeurs du X V I I I e i n e s i e c l e , t r a v a i l l a i e n t sans aucun systeme, selon leur "gout personnel erige en criterium supreme"6 au mtpris de patientes recherches. Effectivement, i l n'est guere possible d'exagerer l e merite et 1'importance des travaux du XIX e s i e c l e , t e l s ceux de Gaston P a r i s , Hermann Suchier, Adolf Tobler, P. Meyer et a l . La methode lachmannienne a f i n i par donner l i e u a l a formulation du celebre "paradoxe de Bedier", s o i t l a constatation que cette methode conduisait a 1'etablissement d'arbres "genealogiques" dont l e tronc ne p o r t a i t jamais que deux branches. Ceci donnait aux editeurs une trop grande l i b e r t e de choix entre les legons concurrentes 7. Le ref us de J . Bedier de s 'en remettre au jeu d'un stemma q u ' i l considerait discutable l'amena a imprimer l e Lai de 1'ombre d'apres l e manuscrit q u ' i l jugeait l e m e i l l e u r 8 . V o i l a done un grand bouleversement dans l e domaine de l a p h i l o l o g i e : avec l a methode des "fautes 5 En f a i t , Bedier lui-meme se montra f o r t reconnaissant envers ses predecesseurs , et soul igna q u ' " i l en est de l ' a r t d ' e d i t e r l e s anciens textes comme de tous l es autres : i l a evolue au gre de modes qu i meurent et rena i s sent ." Rupert P ickens , "The Future of Old French Studies i n America" dans The Future of the Middle Ages. W. Paden e d . ( G a i n e s v i l l e F l . , U n i v e r s i t y Press of F l o r i d a , 1 9 9 4 ) . 6 M. D e l b o u i l l e , op. c i t . : 6 3 . 7 J . G r i e r a demontre que les phi lo logues du X I X E s i e c l e avaient mal compris et l e s p r i n c i p e s et l a nature du systeme de Lachmann. C 'e s t que pour dresser l eurs stemmas, i l s u t i l i s a i e n t comme c r i t e r e s non seulement l es fautes ev identes , mais egalement des legons assez r a i s o n n a b l e s . J . G r i e r , "Lachmann, Bedier and the B i p a r t i t e Stemma: Towards a Responsible A p p l i c a t i o n of the Common-Error Method" dans Revue d ' h i s t o i r e des textes X V I I ( 1 9 8 8 ) : 2 6 3 - 2 7 8 . 8 C f . Joseph Bed ier , La t r a d i t i o n manuscrite du Lai de 1'ombre. Reflexions sur l ' a r t d ' i d i t e r l es anciens textes ( P a r i s , Champion, 1 9 2 9 ) . 53 communes", Bedier abandonnait l a notion de r e c o n s t i t u t i o n du. texte " o r i g i n a l " en faveur d'un temoin historique legerement retouch^. Peu a peu, cette approche nous a conduit vers l a pr i s e de conscience de l a v a r i a b i l i t y du texte medieval, notion que Zumthor a nominee "mouvance"9. Aux yeux de Zumthor, ce n'est pas une question de chercher un texte parmi les variantes mais de reconnaitre que c'est 1'ensemble des variantes qui represente l e texte. Les editions modernes representent comme une r e c o n c i l i a t i o n des principes de Lachmann et de ceux de B e d i e r 1 0 . Comme l ' a f a i t remarquer E. Vinaver: "Le grand progres de l a r e f l e x i o n moderne a ete de substituer l a categorie du devenir a l a categorie de l ' e t r e , l a conception du r e l a t i f a l a conception de l'absolu, l e mouvement a 1'immobilite" 1 1. Pourvu qu'on suive l e c o n s e i l de Bedier selon lequel " i l convient qu'en chaque cas douteux, l'e d i t e u r s'applique a j u s t i f i e r son c a s " 1 2 , l a valeur d'une e d i t i o n derive, d'une part, de l a justesse de l a methode chois i e par rapport au genre de texte et a l a t r a d i t i o n manuscrite et, d'autre part, de l a f i d e l i t e de 1'application des c r i t e r e s . Cela nous conduit a proposer quelques commentaires par rapport a 1'edition de Winkler. Malgre son apport indeniable surtout sur l e plan historique, cet ouvrage semble comporter certaines lacunes: 1'auteur ne t r a i t e n i de 1'aspect l i n g u i s t i q u e n i des melodies. Les car a c t e r i s t i q u e s paleographiques ne sont pas mentionnees, et 1'auteur ne se 9 " . . • l e c a r a c t e r e de l ' o e u v r e q u i , comme t e l l e , a v a n t l ' a g e du l i v r e , r e s s o r t d ' u n e q u a s i - a b s t r a c t i o n , l e s t e x t e s c o n c r e t s q u i l a r e a l i s e n t r e p r e s e n t a n t , p a r l e j e u des v a r i a n t e s e t r e m a n i e m e n t s , comme une i n c e s s a n t e v i b r a t i o n e t une i n s t a b i l i t y f o n d a m e n t a l e . " P a u l Z u m t h o r , E s s a i de p o e t i o u e m e d i e v a l e ( P a r i s , E d i t i o n s du S e u i l , 1 9 7 2 ) : 5 7 . 1 0 C f . P h i l i p p e M e n a r d , " L ' e d i t i o n des t e x t e s l y r i q u e s du Moyen A g e , r e f l e x i o n s s u r l a t r a d i t i o n m a n u s c r i t e de G u i l l a u m e l e V i n i e r " dans A c t e s du H i e C o n g r e s i n t e r n a t i o n a l de l i n g u i s t i q u e e t p h i l o l o g i e romanes I I (Quebec , L e s p r e s s e s de l ' u n i v e r s i t e L a v a l , 1 9 7 6 ) : 7 6 3 - 7 7 5 . 1 1 E . V i n a v e r , A l a r e c h e r c h e d ' u n e p o e t i q u e m e d i e v a l e ( P a r i s , L i b r a i r i e N i z e t , 1 9 7 0 ) : 3 7 . 1 2 J o s e p h B e d i e r , Le lai de 1 'ombre p a r J e a n R e n a r t ( P a r i s , F i r m i n D i d o t , 1 9 1 3 ) : X L I V . 54 penche pas non plus sur l a v e r s i f i c a t i o n et les references i n t e r t e x t u e l l e s . De plus, son approche, selon l a methode du choix d'un seul manuscrit de base, est peu systematique, et ses corrections au niveau de l a graphie manquent d'uniformite. A cela s'ajoute l a constatation que dans plusieurs cas, l e choix du manuscrit de base se prete a l a c r i t i q u e . Dans l e cas des deux chansons dont i l sera question, par exemple, l a legon du manuscrit V nous semble superieure a c e l l e de K, choi s i e par M. Winkler. I l a u r a i t ete preferable que M. Winkler se s o i t penche sur l a question du meilleur manuscrit pour chaque chanson i n d i v i d u e l l e . Comme l ' a f a i t remarquer M. Wallenskold, l ' e d i t e u r "aurait du tacher de c h o i s i r des legons qui s'accordent avec l e groupement general des manuscrits ... et de ne negliger ces groupements que dans 1 ' i m p o s s i b i l i t e absolue de s'y conformer " i 3 . L'affirmation de Mme Gauthier que 1 ' e d i t i o n de Winkler se fonde sur les principes de l'ecole de Lachmann "... sur l a recherche, l a reconstruction de 1'archetype" 1 4 nous semble mal fondee. Effectivement, M. Winkler souligne des l e debut que sa methode sera de suivre, autant que possible, l a legon d'un seul manuscrit 1 5. C'est l a d e f i n i t i o n d'"autant que possible" qui souleve des problemes, nous semble-t-il: M. Winkler a tendance a preferer sans necessite des legons d'autres manuscrits 1 6. C'est done 1'application de ses c r i t e r e s qui l a i s s e a des i r e r . Meme l e f a i t d'avoir corrige l a graphie l o r r a i n e d'une seule chanson (R1154) n'indique pas automatiquement que l'editeur a i t voulu r e s t i t u e r l a langue du texte o r i g i n a l ou une pretendue Koivn: comme i l l ' a indique, l a raison pour laquelle i l a neutralise l a graphie l o r r a i n e e t a i t qu'elle l u i p a r a i s s a i t " a l l z u 1 3 A . W a l l e n s k o l d , " E m i l W i n k l e r , D i e L i e d e r R a o u l s v o n S o i s s o n s " ( o p . c i t . ) : 1 2 8 . C f . W. S u c h i e r , o p . c i t . : 2 3 8 - 2 4 2 . 1 4 O p . c i t . : 3 8 . 1 5 "So wurde a u c h i n d e r v o r l i e g e n d e n Ausgabe immer d i e j e w e i l s b e s t e H a n d s c h r i f t m o g l i c h s t u n v e r a n d e r t r e p r o d u z i e r t . " O p . c i t . : V I . 1 6 W a l l e n s k o l d , o p . c i t . : 1 2 8 - 1 3 0 . 5 5 storend" 1 7 ("trop genante"). En e f f e t , i l a su b s t i t u t une graphie francienne ( d ' a i l l e u r s peu correcte), tandis que l a langue de notre trouvere e t a i t l e picard. Pour nous, l e t r a v a i l d ' e t a b l i r notre texte a entraine en premier l i e u l'analyse d e t a i l l e e et, esperons-le, objective, des variantes, sans negliger l e s i n d i c a t i o n s fournies par 1'ensemble des chansons de Raoul. Nous avons egalement p r i s en consideration l e reseau des r e l a t i o n s manuscrites t e l qu'etabli par M. Schwan, les descriptions des manuscrits, a i n s i que l e soin et l a competence grammaticale du scribe t e l s q u ' i l s se revelent dans l e texte. La legon du manuscrit de base a i n s i c h o i s i e a ete legerement emendee, et nous y avons ajoute une strophe et 1'envoi contenus dans un autre manuscrit - demarche qui nous p a r a i s s a i t j u s t i f i a b l e du point de vue poetique. Notre approche n'est done n i c e l l e de Lachmann, n i c e l l e de Bedier mais comporte des elements des deux methodes. Nous croyons avoir fourni au lecteur tous les moyens necessaires, sous forme d'edition diplomatique de 1'ensemble des legons, pour evaluer l a justesse de notre e d i t i o n c r i t i q u e . O p . c i t . : V I . 56 II.F. LE CONTRAFACTUM MEDIEVAL I I . F . l . C r i t e r e s La notion de contraf actum a ete retrouvee par l e s chercheurs modernes i l y a maintenant longtemps: on l a rencontre des 1869 dans un ouvrage de Jacob Grimm1 et a en c r o i r e Gennrich, e l l e l'occupe des 19182. Cependant, c'est vraiment Die Kontrafaktur im Liedschaffen des M i t t e l a l t e r s 3 . ouvrage de Gennrich publie en 1965, qui a marque l e debut d'un nouveau champ de recherches, s o i t 1'etude de 1'imitation melodique dans l a lyrique medievale. Des l e s annees 1970, les chercheurs ont aborde 1'etude des emprunts de formes metriques. Marshall a souligne a juste t i t r e q u ' i l f a l l a i t a t t r i b u e r a ces recherches une importance p a r t i c u l i e r e du f a i t qu'une grande p a r t i e des textes conserves ne sont pas notes 4. L'etude des contrafacta permettrait l e retablissement des melodies (possibles) d'un corpus comprenant des textes frangais, occitans, allemands, l a t i n s , anglais, neerlandais, gallego-portugais, et i t a l i e n s . Malgre les recherches f a i t e s depuis les annees cinquante, l a d e f i n i t i o n de contrafactum d i f f e r e selon l e s chercheurs. Pour Gennrich, c'est "das Abfassen eines Liedtextes auf eine schon vorhandene Melodie" 5 ("la composition d'un texte lyrique sur une melodie preexistante"). E. Dobson et F. Harrison l e de f i n i s s e n t comme "a poem written to go to the music of a pre-existent 1 F r i e d r i c h G e n n r i c h , " L i e d k o n t r a f a k t u r i n mhd . und a h d . Z e i t " dans De r d e u t s c h e M i n n e s a n q H . Fromm, e d . (Bad Homburg v o r d e r H o h e : H . G e n t n e r V e r l a g , 1 9 6 1 ) : 3 3 2 . 2 I b i d . 3 F r i e d r i c h G e n n r i c h , D i e K o n t r a f a k t u r i m L i e d s c h a f f e n des M i t t e l a l t e r s (Langen b e i F r a n k f o r t , Summa M u s i c a e M e d i i A e v i X I I , 1 9 6 5 ) . 4 J . M a r s h a l l , " P o u r 1 ' e t u d e des contrafacta dans l a p o d s i e des t r o u b a d o u r s " dans Romania C I ( 1 9 8 0 ) : 289 -335 ( 2 8 9 ) . 5 De r d e u t s c h e M i n n e s a n q ( o p . c i t . ) : 3 3 4 . 57 song, and therefore to reproduce i t s metre and stanzaic form" 6. H. Rakel 7 c i t e des "Vorbilder" ("modeles") sans proposer de c r i t e r e s , U. Aarburg f a i t a l l u s i o n a "Die Kunst der Form-Melodie-Nachahmung"8 ("l'art de 1'imitation formelle et melodique"), et H. van der Werf propose l a notion d'un "new text ... for an ex i s t i n g melody" 9. C'est J . Marshall qui a ete l e premier a proposer des c r i t e r e s pratiques permettant 1 ' i d e n t i f i c a t i o n des contrafacta metriques: " L ' u t i l i s a t i o n du schema des rimes et en meme temps de l a charpente metrique, ou meme 1 ' u t i l i s a t i o n de l a charpente metrique toute seule, indique que 1'emprunt musical est possible"10. Le contrafactum metrique dans l a poesie l y r i q u e , t e l que nous l e comprenons, est un a r t r a f f i n e qui demande 1'analyse, 1 ' i d e n t i f i c a t i o n et l a reproduction de l a structure fondamentale de 1'ensemble texte-melodie d'une chanson preexistante. S' i l est v r a i que "strophe et melodie forment chez les trouveres un tout inseparable", comme l ' a signale Dragonetti 1 1, l a composition d'un texte d'apres une melodie preexistante exige done l a re i n t e r p r e t a t i o n de l a melodie de sorte qu'un nouvel ensemble "inseparable" puisse etre cree. A i n s i , l e modele et l e contrafactum f e r a i e n t preuve des memes echos musicaux de l a syntaxe (questions, exclamations), et de l a mise en valeur de mots-cles thematiques par les memes moments-cles melodiques (sauts, melismes). 1 2 D'ou l a creation, par C. Phan, du terme "phonostylistique", reunissant les notions d'emprunt 6 E . Dobson e t F . H a r r i s o n , M e d i e v a l E n g l i s h Songs ( L o n d o n : F a b e r & F a b e r , 1 9 7 9 ) : 1 7 . ' H a n s - H e r b e r t R a k e l , D i e m u s i k a l i s c h e E r s c h e i n u n g s f o r m d e r T r o u v e r e p o e s i e ( B e r n , P a u l Hapu t V e r l a g , 1 9 7 7 ) . 8 U r s u l a A a r b u r g , " M e l o d i e n zum f r u h e n d e u t s c h e n M i n n e s a n g " dans D e r d e u t s c h e M i n n e s a n g ( o p . c i t . ) : 3 8 4 . " H e n d r i k v a n d e r W e r f , The E x t a n t T r o u b a d o u r M e l o d i e s : T r a n s c r i p t i o n s and E s s a y s f o r P e r f o r m e r s and S c h o l a r s ( R o c h e s t e r , N . Y . , V a n d e r W e r f , 1 9 8 4 ) : 7 2 . 1 0 I b i d . : 2 9 0 . 1 1 O p . c i t . : 5 6 1 . 1 2 C f . C h a n t a l P h a n , S t r u c t u r e s t e x t u e l l e s e t m e l o d i o u e s des c h a n s o n s des t r o u b a d o u r s , t h e s e de d o c t o r a t , U n i v . de M o n t r e a l , 1 9 9 0 : c h . 3 . 58 poetique, d'approximation phonique, d'adaption l e x i c a l e et syntaxique, et de rein t e r p r e t a t i o n melodique 1 3. Mais comment distinguer entre 1'emprunt de rapports fondamentaux et 1'emprunt, ou "das Aufheben" 1 4 ("la sublimation"), de quelques t r a i t s seulement? Citons a ce t i t r e les paroles de J . Marshall: " i l est souvent d i f f i c i l e de distinguer entre des contrafacta et de simples i m i t a t i o n s " 1 5 ( d i s t i n c t i o n qui, d ' a i l l e u r s , reste assez mal d e f i n i e ) . Dtsireux de nettement separer ces deux categories, M. Marshall ajoute un deuxieme c r i t e r e a c e l u i c i t e plus haut: " i l faut que l a charpente metrique s o i t rare ou p a r t i c u l i e r e , ou qu'elle s o i t jointe a un schema des rimes i n e d i t ..." 1 6. C. Phan et L. Taylor ont signale, cependant, que ces c r i t e r e s sont a l a f o i s trop rigoureux et trop i m p r e c i s 1 7 . Devant cette problematique, i l est assez d i f f i c i l e , on le v o i t , de preciser les c r i t e r e s . Notre approche sera de r e c u e i l l i r des chansons qui presentent une charpente metrique comparable, de soumettre a une analyse d e t a i l l e e tous les aspects de l a structure pottique du modele et ensuite, de chercher a retrouver dans l a deuxieme chanson les t r a i t s caracteristiques a i n s i i d e n t i f i e s du modele. Nous adopterons comme d e f i n i t i o n du contrafactum metrique c e l l e proposee par C. Phan et R. Adl: une technique poetico-musicale qui implique l a r e u t i l i s a t i o n du cadre metrique et du schema rimique, ce qui permet 1'emprunt de l a mtlodie du 1 - i C h a n t a l P h a n , " P h o n o s t y l i s t i q u e du c o n t r a f a c t u m m e d i e v a l " . P r o j e t de r e c h e r c h e , 1 9 9 3 - 1 9 9 6 . 1 4 N o t i o n p r o p o s e e p a r J o r n G r u b e r , dans D i e D i a l e k t i k des T r o b a r ( T u b i n g e n , Max N i e m e y e r V e r l a g , 1 9 8 3 ) . 1 5 O p . c i t . : 3 1 9 . 1 6 I b i d . : 2 9 1 . 1 7 " . . . t o o s t r i c t b e c a u s e s t r u c t u r a l i m i t a t i o n c a n be f o u n d t h a n k s t o d e t a i l e d a n a l y s i s o f p o e t i c and m e l o d i c e l e m e n t s e v e n when t h e rhyme s t r u c t u r e i s n o t t h e mos t u n u s u a l ; n o t p r e c i s e enough b e c a u s e i t does n o t t a k e i n t o a c c o u n t e x a m p l e s where m e l o d i c i m i t a t i o n i s t h e m a i n c o n n e c t i o n be tween t h e m o d e l and i t s c o n t r a f a c t u m . " C h a n t a l P h a n e t L e s l i e T a y l o r , dans l e u r c o m m u n i c a t i o n " A P o e t i c o - M u s i c a l A n a l y s i s o f M e d i e v a l C o n t r a f a c t a w i t h E x t a n t M e l o d i e s " , N o r t h w e s t C h a p t e r M e e t i n g o f t h e A m e r i c a n M u s i c o l o g i c a l S o c i e t y , L e w i s and C l a r k C o l l e g e , 1 9 9 5 . 5 9 modele 1 8. Ce fa i s a n t , nous excluons de notre etude 1'autre grande categorie de contrafacta, les contrafacta melodiques t e l s ceux basts tres librement sur les courbes melodiques de l'Ave maris s t e l l a sans aucune contrainte metrique 1 9. II.F.2 Methode d'analyse Nous chercherons a i d e n t i f i e r et a decrire l e s t r a i t s suivants: charpente metrique, schema des rimes, enchainement strophique, structure strophique, organisation des strophes, sonorite des rimes, placement d'assonances et d ' a l l i t e r a t i o n s , syntaxe, themes et motifs, comparaisons et metaphores, placement de mots importants au point de vue thematique, anagrammes, d i r e c t i o n melodique et ornementation. Nous nous servirons du l o g i c i e l TACT, systeme de recherche t e x t u e l l e . 1 8 " A n i m i t a t i v e p o e t i c o - m u s i c a l t e c h n i q u e i n v o l v i n g t h e r e - u s e o f t h e m e t r i c s and rhyme scheme o f an e x i s t i n g poem, t h u s a l l o w i n g a l s o a b o r r o w i n g o f t h e m e l o d y o f t h e m o d e l " , d e f i n i t i o n du c o n t r a f a c t u m m e t r i q u e a d a p t e e de c e l l e de M a r s h a l l , p r o p o s e e p a r C . P h a n e t R . A d l dans l e u r c o m m u n i c a t i o n " P o e t i c and M u s i c a l I m i t a t i o n i n T h r e e C o n t r a f a c t a o f A r n a u t de M a r u e l h ' s La grans beutatz e.l fis ensenbamens", K a l a m a z o o I n t e r n a t i o n a l M e d i e v a l S t u d i e s C o n f e r e n c e , 1995. 1 9 C h a n t a l Phan a e t e l a p r e m i e r e a e t a b l i r l a d i s t i n c t i o n e n t r e l e c o n t r a f a c t u m m e t r i q u e e t l e c o n t r a f a c t u m m e l o d i q u e , dans S t r u c t u r e s t e x t u e l l e s e t m e l o d i q u e s des c h a n s o n s des t r o u b a d o u r s . o p . c i t . : c h . 7 . ( v o i r " A P o e t i c o - M u s i c a l A n a l y s i s o f M e d i e v a l C o n t r a f a c t a w i t h E x t a n t M e l o d i e s " , o p . c i t . : 15 , n . 4 . ) . 60 II.6. POLITIQUE EDITORIALE Tout en reconnaissant l e grand nitrite des "regies pratiques pour l ' e d i t i o n des anciens textes frangais et provengaux" eta b l i e s par Mario Roques des 19261 et qui s'appliquent encore aujourd'hui, nous avons juge bon de nous en ecarter en ce qui concerne l a numerotation des vers et l a presentation de l'apparat c r i t i q u e . Par rapport a cette derniere, c'est plus precisement au souhait que l a fagon d'indiquer les variantes rende "completement i n u t i l e l e recours au moins a un manuscrit" 2 que nous nous opposons. En e f f e t , i l nous semble regrettable que l e lecteur s o i t oblige de considerer des fragments de phrase hors contexte: chaque version manuscrite est une u n i t t , ayant sa propre valeur, son s t y l e i n d i v i d u e l , son "ambiance" p a r t i c u l i e r e et son sens specifique. Zumthor, quant a l u i , considere 1'ensemble des legons manuscrites comme des recreations par des "«auteurs» s u c c e s s i f s " 3 (chanteurs, r e c i t a n t s , c o p i s t e s ) . Contrairement a M. Roques, i l nous semble done plutot souhaitable que l a presentation des variantes rende 1 M a r i o R o q u e s , " E t a b l i s s e m e n t de r e g i e s p r a t i q u e s p o u r l ' e d i t i o n des a n c i e n s t e x t e s f r a n g a i s e t p r o v a n g a u x " dans Roman ia L I I ( 1 9 2 6 ) : 2 4 3 - 9 . Nous a v o n s e g a l e m e n t c o n s u l t e l e s o u v r a g e s s u i v a n t s : A l f r e d F o u l e t e t M . S p e e r , On E d i t i n g O l d T e x t s ( L a w r e n c e , R e g e n t s P r e s s o f K a n s a s , 1 9 7 9 ) ; Edward Ham, " T e x t u a l C r i t i c i s m and Common S e n s e " dans Romance P h i l o l o g y X I I ( 1 9 5 8 - 9 ) : 2 6 3 - 2 7 8 ; F . M a s a i , " P r i n c i p e s e t c o n v e n t i o n s de l ' e d i t i o n d i p l o m a t i q u e " dans S c r i p t o r i u m I V ( 1 9 5 0 ) : 1 7 7 -193 ; J . R y c h n e r , "Remarques s u r l e s i n t r o d u c t i o n s p h o n e t i q u e s aux e d i t i o n s de t e x t e s en a n c i e n f r a n g a i s " dans S t u d i a N e o p h i l o l o g i c a X X X I I I ( 1 9 6 1 ) : 6 - 2 1 ; M a r y S p e e r , " E d i t i n g O l d F r e n c h T e x t s i n t h e E i g h t i e s : T h e o r y and P r a c t i c e " dans Romance P h i l o l o g y X I V ( 1 9 9 1 ) : 7 - 4 3 , e t " T e x t u a l C r i t i c i s m R e d i v i v u s " dans L ' e s p r i t c r e a t e u r X X I I I - 1 ( 1 9 8 3 ) : 3 8 - 4 8 ; P h i l i p p e M e n a r d , " L ' e d i t i o n des t e x t e s l y r i q u e s " dans A c t e s du X I I I e C o n g r e s i n t e r n a t i o n a l de l i n g u i s t i q u e e t p h i l o l o q i e romanes I I , M . B o u d r e a u l t e t F . M o h r e n , e d s . (Quebec , P r e s s e s de l ' U n i v . de L a v a l , 1 9 7 6 ) : 7 6 3 - 7 7 5 , e t " P r o b l e m e s de p a l e o g r a p h i e e t de p h i l o l o g i e dans l ' e d i t i o n des t e x t e s f r a n g a i s du moyen age" dans The E d i t o r and t h e T e x t . P . B e n n e t e t G . R u n n a l l s , e d s . ( E d i n b u r g h , E d i n b u r g h U n i v e r s i t y P r e s s , 1 9 9 0 ) : 1 -10 . 2 I b i d . : 2 4 7 . 3 P a u l Z u m t h o r , E s s a i de p o e t i q u e m e d i i v a l e ( P a r i s , E d . du S e u i l , 1 9 7 2 ) : 7 2 . Dans " E d i t i n g O l d F r e n c h T e x t s i n t h e E i g h t i e s : T h e o r y and P r a c t i c e " , Romance P h i l o l o g y X I V ( 1 9 9 1 ) : 7 - 4 3 , M a r y S p e e r s o u l i g n e que " T r a n s m i t t e r s a l s o became, t h e r e f o r e , a u t h o r s i n t h e i r own r i g h t . " ( 9 ) . 61 necessaire l e recours a tous les manuscrits impliques 4. Cela d i t , i l faut admettre que dans l e cas des grands r e c u e i l s , des raisons d'economie interdisent souvent l a presentation de 1'ensemble des transcriptions et des autres travaux prealables a 1'edition c r i t i q u e . Notre approche comportera les phases suivantes: 1. Transcription de 1'ensemble des versions manuscrites. Nous considerons cette demarche comme un rearrangement s p a t i a l : coupure de l a scriptura continua, separation des vers et des strophes, et alignement v e r t i c a l des vers. Nous avons beaucoup hesite au sujet de 1'application des signes d i a c r i t i q u e s , d e t a i l dont M. Roques ne d i t mot. L'on peut noter que M. Suchier, dans sa c r i t i q u e de 1'edition de Winkler, regrette l a presence des signes d i a c r i t i q u e s dans les variantes: "Dafi W. die di a k r i t i s c h e n Zeichen ... auch i n den Varianten durch-fi i h r t , erscheint mir nicht zweckmeLBig, zuweilen sogar storend" 5 ("1'application des signes d i a c r i t i q u e s aux variantes me semble peu u t i l e , parfois meme genante"). Suchier c i t e comme exemple l a variante donnee par M. Winkler comme ( l i rois) d'Aneguie, mot inconnu 6. F a u d r a i t - i l comprendre "le r o i Daneguie"? Le placement des signes d i a c r i t i q u e s , on l e v o i t , est parfois tres a r b i t r a i r e . Comme nous avons voulu l i m i t e r autant que possible nos interventions dans l e texte, i l nous a paru raisonnable de rester f i d e l e a l a notion de rearrangement s p a t i a l . A i n s i , nous avons indique par des espaces les 4 S e l o n F . M a s a i , " L a l i s i b i l i t e d ' u n t e l a p p a r a t ne f e r a p l u s de l a c r i t i q u e s c i e n t i f i q u e d ' u n t e x t e l e monopo le s o u v e n t e x c l u s i f de s o n e d i t e u r , c h a c u n p o u r r a l ' u t i l i s e r h a r d i m e n t e t s ans p e i n e . . . 1 ' e d i t i o n d i p l o m a t i q u e e s t 1 ' i n s t r u m e n t r e v e p o u r l e t r a v a i l i n d i v i d u e l comme p o u r l e l a b e u r c o l l e c t i f q u ' e x i g e n t l e s p r o g r e s a c t u e l s de l a s c i e n c e " . O p . c i t . : 1 8 7 . 5 W a l t h e r S u c h i e r , " D i e L i e d e r R a o u l s v o n S o i s s o n s " ( c r i t i q u e de 1 ' e d i t i o n de W i n k l e r ) , dans Z e i t s c h r i f t fv i r f r a n z o s i s c h e S p r a c h e und L i t e r a t u r X L V ( 1 9 1 9 ) : 2 3 8 - 9 . "77. man wi iB te z u r E m e n d a t i o n d i e s e r E n t s t e l l u n g g e r n d i e genaue S c h r e i b u n g d e r H s s . " O p . c i t . : 239 n . 1 0 . 62 l i e u x probables des signes d i a c r i t i q u e s . I l nous semble que du point de vue v i s u e l , cette demarche est moins "genante" et peut rendre plus f a c i l e 1'interpretation du texte. La seule modification que nous apporterons au texte sera l a resolution des abreviations (y compris les cas de -x pour -us); les l e t t r e s ajoutees seront soulignees. La f i n des f o l i o s sera indique par une oblique (/), et l e numero du f o l i o suivant marque dans l a marge de d r o i t e . La numerotation sera par strophe et aux cinq vers, donnee dans l a marge de gauche; pour des raisons pratiques, nous donnerons aussi l a numerotation continue dans l a marge de d r o i t e . 2. Analyse des variantes aboutissant a l a s e l e c t i o n du manuscrit de base. 3. Stemma. dresse a p a r t i r des variantes i d e n t i f i e r s dans l a section 2., des observations de Suchier 7 et des c r i t e r e s de Schwan8. 4. E d i t i o n c r i t i q u e . Pour l e traitement de texte, nous suivrons les conseils de M. Roques: emploi e x c l u s i f de 1'accent aigu (servant seulement a marquer l a place de 1'accent tonique quand c e l l e - c i peut rester douteuse pour l e l e c t e u r ) , emploi du trema pour marquer l a dierese. La ponctuation sera employee de fagon r e s t r e i n t e , pour reridre l e texte plus c l a i r plutot que pour 1'embellir. L ' i n i t i a l e de chaque vers sera une majuscule; les majuscules serviront egalement dans l e cas du mot «amour» et pour les concepts personnifies. Au l i e u de c i t e r mot a mot les variantes, nous n'indiquerons que les s i g l e s des manuscrits qui les contiennent. 5. Traduction l i t t e r a l e . Les cas ambivalents ou i n c e r t a i n s seront indiques. 6. Graphie: notes sur l a grammaire, l a syntaxe, l a morphologie, et les t r a i t s dialectaux. op . c i t . Op . c i t . 63 I I I . EDITION ET ANALYSE TEXTUELLE A. R1970: Amis Archier III.A.I. INTRODUCTION La chanson R1970 Amis Archier de Raoul de Soissons nous est parvenue dans t r o i s manuscrits: K: Pa r i s , B i b l . de 1'Arsenal, ms. 5198 N: Pa r i s , B.N. f . f r . 845 V: Paris, B.N. f . f r . 24406 La chanson est notee dans les t r o i s manuscrits. Les manuscrits K et N donnent l a chanson R1970 sous l e nom de "Thierry de Soissons"; e l l e est anonyme dans l e manuscrit V qui, du reste, ne fournit aucun nom d'auteur. La di s p o s i t i o n par auteur, dans ce dernier chansonnier, semble pourtant indiquer que 1'identite des poetes e t a i t connue: l a chanson R1970 f a i t p a r t i e d'un groupe de sept chansons (R1267, R2063, R1978, R363, R1970, R778 et R211, dans cet ordre), que d'autres manuscrits attribuent a Raoul de Soissons. L'une des sept (R2063: Rois de Navare), que l e s manuscrits M, T, K, P, et X attribuent a Raoul, est une reponse a R1811: Empereror ne roi, chanson de Thibaut de Champagne envoyee a Raoul 1. C'est surtout l a presence de cette chanson qui permet de penser qu'aux yeux du scribe de V, 1'ensemble des sept chansons representait 1'oeuvre de Raoul 2. La chanson est composee de strophes isometriques decasyllabiques de neuf vers, selon l e schema a b a b b c c d d 10 10 10 10 10' 10' 10 10 10 f o l . 291r° f o l . 60r°-61r° f o l . 86r-v° 1 Raoul, cil qui sert et prie I Avroit bien mestier d'a'ie ( v . 3 8 - 9 ) . 2 S i nous a p p e l o n s R1970 "anonyme", c e l a n ' i n d i q u e done pas n e c e s s a i r e m e n t 1 ' i g n o r a n c e , de l a p a r t du s c r i b e , du nom de 1 ' a u t e u r , m a i s p l u t o t c e que Zumthor a a p p e l e une " c o n s c i e n c e a i g u e de l ' a u t o n o m i e du t e x t e " ( E s s a i de p o e t i q u e m e d i e v a l e . 2 4 ) . 64 La structure strophique est c e l l e de coblas redondas capcaudadas avec deux rimes constantes: I II III IV V VI a -or -on -er -ez -iz - i b -ent -ent -ent -ent -ent -ent c -ie -ie -ie -ie -ie -ie d -on -er -ez -is -i -ains Les t r o i s manuscrits donnent les strophes I-V dans l e meme ordre; seul N donne une sixieme strophe et un envoi. 65 III.A.2. EDITIONS DIPLOMATIQUES Paris Arsenal 5198 f o l . 291r° (K) R 1970 me s i r e t h i e r r i s de soissons I. 1 Amis harchier c i l autre chanteor chantent en mai uolentiers et souuent mes i e ne chant pour f u e i l l e ne pour f l o r se f i n e amor ne m en done t a l e n t . 5 car i e ne s a i par autre ensaignement fere chancon ne chose que i e die mes quant amors et uolente m aie sachiez de uoir que i a i assez reson de bien chanter et de fere chancon. I I . 1 De bien amer a i mult bele acheson 10 et de chanter trop biau commencement car a u t r e s i com l a rose e l bouton c r o i s t de biaute et en amendement 5 f e t l a bele qui a chanter m aprent car sa biaute,uoi ades enbelie 15 et amender de f i n e c o r t o i s i e s i l a m estuet plus loiaument amer et pour s amor plus uolentiers chanter I I I . 1 Qant i e regart son douz u i a i r e c l e r et son gent cors de bei acesmement 20 mes euz n en puis p a r t i r n amesurer car en l i uoi de biautez plus de cent 5 dont bone amor m o c i t s i plesanment que pour l i muir et s i ne m en plaing mie mes c est l a mort qui me soustient en uie 25 quant l a dolor m est d e l i z et santez et richece ma plus grant pouretez IV. 1 Douce dame quant uous me regardez plus s u i riches que d or ne que d argent mes richece puis que uous ne m amez 30 ne me p l e s t riens car sanz uous n a i noient 5 et neporquant d un regart seulement s u i plus riches que l i r o i s d aneguie car l i solaz de uostre conpaignie m est s i plesanz que toz i o r z m est auis 35 qu en cest s i e c l e n a i t autre paradis. Bone et sage cortoise et de biaus diz merci uos pr o i plus debonerement que ne f e t deus champion l o e i z qui toz naurez sanz baston se deffent car uostre amour m assaut s i mortieument qu enuers ses cous ne s a i riens d escremie et uous auez du champ l a seignorie s i uous reqier bele dame merci que uous aiez p i t i e de uostre ami 67 Paris B.N.f.fr. 845 f o l . 60r°-61r° (N) R 1970 me s i r e t i e r r i s de soissons I. 1 Amis harchier c i l autre chanteur chantent en mai uolentiers / et souuent (60v°) mes i e ne chant por f u e i l l e ne por f l o r se f i n e amor ne m en done tal e n t 5 car i e ne s a i par autre ensaignement fere chancon ne chose que i e die mes quant amors et uolente m aie sachiez de uoir que i a i assez reson de bien chanter et de fere chancon. I I . 1 De bien amer a i mult bele acheson 10 et de chanter trop biau conmencement car a u t r e s i com l a rose e l bouton c r o i s t de biaute et en amendement 5 f e t l a bele qui a chanter m aprent car sa biaute uoi ades enbelie 15 et amender de f i n e c o r t o i s i e s i l a m estuet plus loiaument amer et por s amor plus uolentiers chanter. I I I . 1 Quant i e regart son douz u i a i r e c l e r et son gent cors de bel acesmement 20 mes euz n en puis p a r t i r n amesurer car en l i uoi de biaute plus q en cent 5 dont bone amor m o c i t s i plaisantment que por l i muir et s i ne m en p l a i n mie mes c est 1 amor qui me soustient en uie 25 quant l a dolor m est d e l i z et santez et richece ma plus grant pouuretez. IV. 1 Douce dame quant uos me regardeiz plus s u i riche que d or ne que d argent mes richesce puis que uos ne m amez 30 ne me p l e s t riens car sanz uos n a i noient 5 et neporquant d un regart seulement s u i plus riches que l e r o i d enneguie car l i solaz de uostre conpaignie m est s i plesant que toz i o r z m est auis 35 q en cest s i e c l e n a i t autre paradis. 68 Bone et sage cortoise et de biauz diz merci uos p r o i plus debonerement que ne f e t deus champion l o e i z qui sanz baston et naurez se deffent 40 car uostre amor m assaut s i mortelment q enuers ses cous ne s a i riens d escremie et vos auez du champ l a seignorie s i uos requier bele dame merci que uos aiez p i t i e de uostre ami 45 VI. 1 Chancon d arraz les moreteles d i bele / mahaut et marot ensement (61r°) qu ami i a l o s sont mortel anemi ne i a nul d aus n amera loiaument 5 qu amors seueust s e r u i r cortoisement 50 et biau pa r l e r sanz d i r e v i l a n i e mes nus ne uoit cortoise i a l o s i e car forssenez en deuient l i plus sains et l i c o r t o i s enuieus* et v i l a i n s VII. 1 ( 55 ) s i proieras m amie qu ele te chant car se tu es oie par sa bouche qui ne set se bien non 5 plus uolentiers 1 en escoutera on ... * Winkler nous donne l e choix: "envieus oder enuieus", mais prefere l a premiere version, sans d i r e pourguoi. L'on peut noter que Jeanroy, dans sa c r i t i q u e de 1'edition de Winkler ("Emil Winkler, Die Lieder Raouls von Soissons", Romania XLIV, 1915-1917: 160), pretend que " l e sens exige enuieus, non envieus". Tous deux mots peuvent pourtant se t r a d u i r e par "haxssable", et s i nous sommes portee a l i r e envieus, c'est pour des raisons s t y l i s t i q u e s ( r e p e t i t i o n de l a s y l l a b e vi) dans l a s u i t e envieus et vilain (voir p. 99). 69 Paris B.N.f.fr. 24406 f o l . 86r-v° (V) R 1970 I. 1 Amis archier c i l autre chanteour chantent en mai uolentiers et souuent mes i e ne chant por f u e i l l e ne pour f l o u r se f i n e amour ne m en done t a l e n t 5 car i e ne s a i par autre enseignement 5 fere chancon ne chose que i e die mes quant amours et uolentez m aie sachiez de uoir que i a i assez reson de bien chanter et de fere chancon. I I . 1 De bien amer a i trop bele achoison 10 et de chanter trop biau conmencement car a u t r e s i con l a rose e l bouton c r o i s t de biaute et en amendement 5 f e t l a bele qui a chanter m aprent car sa biaute v o i touz dis enbelie 15 et amender de f i n e c o r t o i s i e s i l a m esteut plus loiaument amer et pour s amour / plus volentiers chanter ( 8 6 v ° ) I I I . 1 Quant i e regart son douz v i a i r e c l e r et son gent cors de bel assenement 20 mes ieus n en puis p a r t i r n amesurer car en l i v o i de biautez plus de cent 5 dont bonne amor m o c i t s i plesaument que pour l i muir et s i ne m en plaing mie mes c est l a mort qui me sostient en uie 25 car l a dolors m est d e l i z et santez richece m est ma plus granz pouretez IV. 1 Douce dame quant vous me regardez plus s u i riches que d or ne que d argent mes richece puis que vous ne m amez 30 ne me p l e s t rienz car sanz vous n a i noient 5 et neporquant d un regart seulement s u i plus riches que l i r o i s de hongrie car l i solaz de vostre conpagnie m est s i plesanz qu a touz i o r z m est auiz 35 qu en cest s i e c l e n a i t autre paradis. V. 1 Bonne et sage cortoise et de biaus dis merci vous p r o i plus debonnerement que ne f e t v o i r champions loueiz qui sanz baston et naurez se deffent 40 5 car vostre amour m asaut s i mortelment que vers ses cos ne s o i rienz d escremie et vous auez du champ l a seignorie s i vous requier bele dame merci que vous aiez p i t i e de vostre ami. 45 70 III.A.3. VARIA LECTIO de l a chanson R1970 dans ses t r o i s versions manuscrites (K,N,V) I. 1. Amis harchier c i l autre chanteor K Amis harchier c i l autre chanteur N Amis archier c i l autre chanteour V 2 chantent en mai uolentiers et souuent chantent en mai uolentiers et souuent chantent en mai uolentiers et souuent 3 mes i e ne chant pour f u e i l l e ne pour f l o r mes.ie ne chant por f u e i l l e ne por f l o r mes i e ne chant por f u e i l l e ne pour f l o u r 4 se f i n e amor ne m en done tale n t se f i n e amor ne m en done tale n t se f i n e amour ne m en done ta l e n t 5. car i e ne s a i par autre ensaignement car i e ne s a i par autre ensaignement car i e ne s a i par autre enseignement 6 fere chancon ne chose que i e die fere chancon ne chose que i e die fere chancon ne chose que i e die 7 mes quant amors et uolente m aie mes quant amors et uolente m aie mes quant amours et uolentez m aie 8 sachiez de uoir que i a i assez reson . sachiez de uoir que i a i assez reson sachiez de uoir que i a i assez reson 9 de bien chanter et de fere chancon de bien chanter et de fere chancon de bien chanter et de fere chancon I I . 10 De bien amer a i mult bele acheson De bien amer a i mult bele acheson De bien amer a i trop bele achoison 11 et de chanter trop biau commencement et de chanter trop biau conmencement et de chanter trop biau conmencement 12 car a u t r e s i com l a rose e l bouton car a u t r e s i com l a rose e l bouton car a u t r e s i con l a rose e l bouton 71 13 c r o i s t de biaute et en amendement c r o i s t de biaute et en amendement c r o i s t de biaute et en amendement 14 f e t l a bele qui a chanter m aprent f e t l a bele qui a chanter m aprent f e t l a bele qui a chanter m aprent 15. car sa biaute uoi ades enbelie car sa biaute uoi ades enbelie car sa biaute v o i touz dis enbelie 16 et amender de fin e c o r t o i s i e et amender de fin e c o r t o i s i e et amender de fin e c o r t o i s i e 17 s i l a m estuet plus loiaument amer s i l a m estuet plus loiaument amer s i l a m esteut plus loiaument amer 18 et pour s amor plus uolentiers chanter et por s amor plus uolentiers chanter et pour s amour plus volentiers chanter I I I . 19 Qant i e regart son douz u i a i r e c l e r Quant i e regart son douz u i a i r e c l e r Quant i e regart son douz v i a i r e c l e r 20. et son gent cors de bel acesmement et son gent cors de bel acesmement et son gent cors de bel assenement 21 mes euz n en puis p a r t i r n amesurer mes euz n en puis p a r t i r n amesurer mes ieus n en puis p a r t i r n amesurer 22 car en l i uoi de biautez plus de cent car en l i uoi de biaute plus q en cent car en l i v o i de biautez plus de cent 2 3 dont bone amor m o c i t s i plesanment dont bone amor m o c i t s i plaisantment dont bonne amor m o c i t s i plesaument 24 que pour l i muir et s i ne m en plaing mie que por l i muir et s i ne m en p l a i n mie que pour l i muir et s i ne m en plaing mie 25. mes c est l a mort qui me soustient en uie mes c est 1 amor qui me soustient en uie mes c est l a mort qui me sostient en uie 72 26 quant l a dolor m est d e l i z et santez quant l a dolor m est d e l i z et santez car l a dolors m est d e l i z et santez 27 et richece ma plus grant pouretez et richece ma plus grant pouretez richece m est ma plus granz pouretez IV. 28 Douce dame quant uous me regardez Douce dame quant uos me regardeiz Douce dame quant vous me regardez 29 plus s u i riches que d or ne que d argent plus s u i riche que d or ne que d argent plus s u i riches que d or ne que d argent 30. mes richece puis, que uous ne m amez mes richesce puis que uos ne m amez mes richece puis que vous ne m amez 31 ne me ple s t riens car sanz uous n a i noient ne me pl e s t riens car sanz uos n a i noient ne me pl e s t rienz car sanz vous n a i noient 32 et neporquant d un regart seulement et neporquant d un regart seulement et neporquant d un regart seulement 33 s u i plus riches que l e r o i d aneguie s u i plus riches que l e r o i d enneguie sui plus riches que l i r o i s de hongrie 34 car l i solaz de uostre conpaignie car l i solaz de uostre conpaignie car l i solaz de vostre conpagnie 35. m est s i plesanz que toz i o r z m est auis m est s i plesant que toz i o r z m est auis m est s i plesanz qu a touz i o r z m est auiz 36 qu en cest s i e c l e n a i t autre paradis q en cest s i e c l e n a i t autre paradis qu en cest s i e c l e n a i t autre paradis V. 37 Bone et sage cortoise et de biaus d iz Bone et sage cortoise et de biauz diz Bonne et sage cortoise et de biaus d i s 38 merci uos p r o i plus debonerement merci uos p r o i plus debonerement merci vous p r o i plus debonnerement 73 39 que ne f e t deus champion l o e i z que ne f e t deus champion l o e i z que ne f e t v o i r champions loueiz 40. qui toz navrez sanz baston se deffent qui sanz baston et naurez se deffent qui sanz baston et naurez se deffent 41 car uostre amour m assaut s i mortieument car uostre amor m assaut s i mortelment car vostre amour m asaut s i mortelment 42 qu enuers ses cous ne s a i riens d escremie q enuers ses cous ne s a i riens d escremie que vers ses cos ne s o i rienz d escremie 43 et uous auez du champ l a seignorie et vos auez du champ l a seignorie et vous auez du champ l a seignorie 44 s i uous reqier bele dame merci s i uos requier bele dame merci s i vous requier bele dame merci 45. que uous aiez p i t i e de uostre ami que uos aiez p i t i e de uostre ami que vous aiez p i t i e de vostre ami 74 III.A.4. R1970: ETABLISSEHENT DU TEXTE Une comparaison des t r o i s manuscrits (K, N et V) nous apprend que l ' e t a t du texte de l a chanson Amis Archier est assez stable, c'est-a-dire que les variantes sont tres peu nombreuses. Aux vers 10, 15, 26, 27, 33, 35, 39, et 42, les mss. K et N s'opposent a V; aux vers 22 et 25, K et V s'opposent a N, et au vers 40, N et V s'opposent a K: KNOV 8 cas KVON 2 cas NV<>K 1 cas III.A.4.a. Analyse des variantes: v.10: mult (KN) et trop (V). Les deux mots ont l e meme sens, et i l ne s'agit certainement pas d'une erreur; 1'on peut done supposer que l e scribe de V n'a pas s u i v i l e meme modele que les scribes de K et de N. v.15: ades (KN) et touz dis (V). Le meme cas. v .'22:''plus de cent (KV) et plus qu'en cent dans N. Variante peu importante. v.25: la mort (KV) et l'amor (N). Variante tres importante au niveau du sens et de l a thematique, qui donne l i e u a deux hypotheses: 1) l e scribe de N, rejetant 1'oxymoron "la mort me soustient en vie", a substitue "l'amor", 2) i l a copie un autre modele que les scribes de K et de V. Nous preferons l a legon de KV la mort en tant que lectio d i f f i c i l i o r 1 , principe d'edition dont l'emploi, vu l e contexte et 1'usus auctoris, nous semble tout a f a i t j u s t i f i a b l e dans ce c a s - c i . v.26: quant (KN) et car (V): les deux mots ont l e meme sens causal, introduisant un vers qui explique 1'oxymoron au vers precedent. II ne s'agit done pas 1 "The e d i t o r w i l l t e n d , i n c a s e o f d o u b t , t o p r e f e r t h e more u n u s u a l r e a d i n g (lectio difficilior)": P a u l K r i s t e l l e r dans "The Lachmann M e t h o d : M e r i t s and L i m i t a t i o n s " , T e x t . T r a n s a c t i o n s o f t h e S o c i e t y f o r T e x t u a l S c h o l a r s h i p I ( 1 9 8 1 ) : 1 4 . 75 d' une erreur mais plutot d'une variante au niveau i d i o l e c t i q u e . Comme l a lecon de V s'oppose a c e l l e s de K et de N, l'on peut conclure que V derive d'un autre modele que K et N. v.27: La version de V conserve l a structure «(sujet) m'est (predicat)» du vers precedant, tandis que KN presentent une structure e l l i p t i q u e (sans verbe) que l'on retrouve a i l l e u r s dans l a chanson (au vers 10/11) et qui nous semble plus elegante. De nouveau, nous sommes portee a c r o i r e que V derive d'un autre modele que K et N. v.33 enneguie/aneguie (KN) et hongrie (V). Nous n'avons trouve aucune reference qui pourrait expliquer l e s legons de KN. La personne du r o i de Hongrie, par contre, n'est pas inconnue dans l a l i t t e r a t u r e de 1'epoque: R. C o l l i o t f a i t a l l u s i o n a "environ une cinquantaine d'epopees ou sont mentionnes l e nom du pays ou c e l u i du peuple" et affirme que "La Hongrie se trouve un des pays les plus frequemment c i t t s " 2 . Pour c i t e r un exemple, l e r o i de Hongrie est mentionne dans une des aventures de Gauvain: Et le quint estoit Sagremor de Desree qui estoit f i l z du roy dongrie3. Selon M. Sommer, i l s'agit du r o i Nabur l i Derres4 (le manuscrit ne fo u r n i t pas d'autres d e t a i l s ) . Citons ensuite l ' h i s t o i r e de Berte aus grans pies: Berte e t a i t F i l l e au roi de Hongrie5. Bien que l a version d'Adenet a i t ete composee apres 12746, Adenet d i t lui-meme qu'un moine a Saint Denis l u i avait montre livre as estoires ... et g'i vi I 2 R . C o l l i o t , A d e n e t l e R o i . " B e r t e aus g r a n s p i e s " ( P a r i s , E d i t i o n s P i c a r d , 1 9 7 0 ) : 2 2 2 - 3 . 3 H . O s k a r Sommer, " D i e A b e n t e u e r G a w a i n s , Y w a i n s und l e M o r h o l t s m i t den d r e i J u n g f r a u e n . Aus d e r T r i l o g i e (Demanda) des P s e u d o - R o b e r t de B o r r o n " dans B e i h e f t e z u r Z e i t s c h r i f t f i i r r o m a n i s c h e P h i l o l o g i e X L V I I ( 1 9 1 3 ) : 1 3 1 . 4 O p . c i t . : 139 n o t e 2 . 5 A l b e r t H e n r y , A d e n e t l e R o i . B e r t e as arans pies ( G e n e v e , L i b r a i r i e D r o z , 1 9 8 2 ) : v . 1 0 8 . 6 R . C o l l i o t , o p . c i t . : 2 8 . 76 L'estoire de Bertain et de Pepin aussi1. Par a i l l e u r s , en 1186, Bela I I I , r o i de Hongrie de 1173 a 1196, avait epouse en secondes noces Marguerite Capet 8, f i l l e du r o i de France Louis VII et veuve du f i l s aine d'Henri Plantagenet, r o i d'Angleterre. Selon C o l l i o t , [ P h i l i p p e - A u g u s t e , f r e r e de M a r g u e r i t e ] . . . e x i g e a l e compte e x a c t des r e v e n u s du p r e t e n d a n t h o n g r o i s . L e u r c h i f f r e s ' e l e v a i t a « h u i t m i l l i o n s de f l o r i n s d ' o r » , c ' e s t - a - d i r e l e mon tan t des r e v e n u s des r o i s de F r a n c e e t d ' A n g l e t e r r e . L ' o r de H o n g r i e e b l o u i t t o u t e 1 ' E u r o p e , e t f o u r n i t d e s o r m a i s un p o i n t de c o m p a r a i s o n e x t r e m e dans l e s t y l e e p i q u e . 9 L'expression "riche comme l e r o i de Hongrie" nous semble done bien fondee. Notons ensuite l a p o s s i b i l i t y de l ' i r o n i e dans 1'image evoquee: pour les Allemands, "Hongrois" e t a i t un terme tres p e j o r a t i f , synonyme de "voleur" et de "pauvre" 1 0, et bien que nous n'ayons pas pu determiner s i l a meme connotation e x i s t a i t en frangais, 1'idee ne nous para i t pas impossible. Signalons aussi l e l i e n semantique avec "hongre" (1'usage de chatrer les chevaux e t a i t venu de Hongrie). En d e f i n i t i v e , l a legon de V nous semble tout a f a i t defendable, et preferable a c e l l e s de KN. Vraisemblablement, l e scribe d'un des modeles avait mal compris ou mal l u / entendu son modele, comme l e l a i s s e n t supposer les li e n s evidents dans l a suite dongrie daneguie denneguie L'on constate une f o i s de plus que KN s'opposent a V de fagon tres evidente. 7 H e n r y , o p . c i t . : v . 1 0 - 1 1 . 8 Andrew U r b a n s k y , B y z a n t i u m and t h e Danube F r o n t i e r (New Y o r k , Twayne P u b l i s h e r s , 1 9 6 8 ) : 1 2 3 . 9 Op . c i t . : 2 2 5 . 1 0 M i t t e l h o c h d e u t s c h e s H a n d w o r t e r b u c h Bd I I ( L e i p z i g , S . H i r z e l V e r l a g , 1 8 7 6 ) . 77 v.35: toz jorz (KN) et a touz jorz (V): variante sans importance semantique. v.39: Vers ambigu: selon l a legon de K et de N, Deus (CS) a l a forme du sujet et champion (CRS) c e l l e de l'objet d i r e c t . Toutefois, l a phrase n'a de sens que s i Deus est compris comme une exclamation, et que champion represente une at t e i n t e a l a dec l i n a i s o n : Que ne fet, Deus, champions loeiz. La legon de V, grammaticalement correcte, se comprend facilement. V o i l a l a preuve absolue, nous semble-t-il, que V derive d'une autre source que K et N. v.40: K presente une variante au niveau de l'ordre des mots qui n'a aucun e f f e t sur l e sens. I l se peut q u ' i l s'agisse d'une erreur de memoire de l a part du scribe d'un des modeles. v.42: soi (V) vs sai (KN). Les deux legons sont a peu pres equivalentes par rapport au sens global de l a phrase. I l peut s'agir d'une faute de l a part du scribe de V ou du scribe de son modele, ou bien de l a part du scribe du modele de K et de N. L'envoi ne figurant que dans un seul manuscrit (N), i l faut se demander d'emblee s i cette derniere p a r t i e de l a chanson remonte a une date plus tar d i v e . I l s'agit l a d'une question a laquelle i l est souvent impossible de repondre, mais dans notre cas, 1' oeuvre de Raoul nous f ournit des indications u t i l e s . En coblas redondas capcaudadas, l a chanson R2 063 Rois de Navare presente une charpente metrique qui, a une seule exception pres (la premiere rime constante est feminine) est identique a c e l l e de Amis Archier (voir p.33). Une comparaison des envois des deux chansons nous permet de constater que leur structure est egalement (presque) identique: 78 R1970 R2 063 -ent ( P ) 1 1 -ance - i e -on ^ i e -on -on -us -on -us Dans les deux cas, les t r o i s premiers vers reprennent l e s rimes constantes (dans l e meme ordre). La rime -us a l a meme qual i t e sonore que l a rime du premier vers de l a premiere strophe (-u), l a rime -on est c e l l e du dernier vers de l a premiere strophe. Ajoutons que ce schema de rimes est peu commun: normalement, les envois reprennent les rimes des derniers vers de l a strophe precedente. S i 1'envoi de R1970 n'est pas authentique ( p o s s i b i l i t y q u ' i l faut admettre), i l est Evident que c e l u i qui l e composa connaissait bien l'oeuvre et l e st y l e de Raoul. I l nous semble pourtant defendable de supposer que cet envoi est attribu a b l e a Raoul. Selon Schwan, NK forment groupe contre V qui est plus proche de l a source que l e groupe KNXP12. Comme l ' a f a i t remarquer Suchier, l a variante commune a K et a V, ou a N et a V 1 3 f a i t plus d' a u t o r i t e . Avant de nous decider pour l e choix du manuscrit de base, i l nous semble u t i l e de resumer les r e s u l t a t s de notre analyse des variantes: 1 1 v e r s o m i s . 1 2 so s e h e n w i r , d a s s V dem O r i g i n a l v i e l n a h e r s t e n t , a l s d i e a n d e r e n M s s . [ K N P X ] , i n d e m es k e i n e i h r e r A b w e i c h u n g e n v o n d e r gemeinsamen V o r l a g e t e i l t , s o w o h l i n B e z u g a u f den B e s t a n d , w i e a u c h i n d e r A n o r d n u n g d e r L i e d e r " . E d u a r d S c h w a n , o p . c i t . : 1 1 4 . 1 3 " . . . so wi i rde man e i n e g l e i c h z e i t i g v o n K und V o d e r v o n N und V g e b o t e n e L e s a r t i n den T e x t aufzunehmen h a b e n " . W a l t e r S u c h i e r , " D i e L i e d e r R a o u l s de S o i s s o n s " dans Z e i t s c h r i f t f u r f r a n z o s i s c h e S p r a c h e u n d L i t e r a t u r X L V ( 1 9 1 9 ) : 2 3 5 - 2 6 1 ( 2 4 6 ) . 79 vers legon p r e f e r e e 1 4 10 - - -15 22 K — V 25 K - V 26 - - V 35 -39 - - V 40 - N V 42 - - -I l ressort de cette analyse qu'alors que M. Winkler a c h o i s i K comme manuscrit de base, des raisons semantiques et s t y l i s t i q u e s nous portent a preferer l a legon du manuscrit V, a la q u e l l e nous ajoutons l a sixieme strophe et 1'envoi t e l s que donnes par N. A notre a v i s , l a decision d ' o f f r i r un texte essentiellement composite se j u s t i f i e par des considerations d'ordre esthetique, l e schema sonore suggerant 1'existence d'une sixieme strophe dans l a version o r i g i n a l e 1 5 . L 1 occurrence d'une rime a en -or et -on dans les deux premieres strophes, et en -er et -ez dans les deux strophes suivantes, l a i s s e supposer une construction strophique de nature binaire r a f f i n e e . La rime en - i de l a sixieme strophe s'ajoute, on l e v o i t , a c e l l e en -iz de l a cinquieme selon ce schema b i n a i r e : I. -or I I . -on I I I . -er IV. -ez V. -iz VI. - i A i n s i , notre decision d'ajouter a l a legon de V l a sixieme strophe donnee par N seul est dictee par l e d e s i r de representer 1'ensemble du dessin s t r u c t u r e l , et non pas par une poursuite lachmannienne de 1'archetype. La graphie de N etant assez semblable a c e l l e de V, les deux versions 1 4 B i e n que c e t e rme p u i s s e i m p l i q u e r une c e r t a i n e s u b j e c t i v i t e , s o u l i g n o n s que l e s c r i t e r e s emp loyes ( a p p o r t du s e n s , t r a i t s s t y l i s t i q u e s , t h e m a t i q u e ) a s s u r e n t , t a n t que p o s s i b l e , des c o n c l u s i o n s o b j e c t i v e s . 1 5 Nous devons c e t t e c o n s t a t a t i o n a n o t r e d i r e c t r i c e de t h e s e , Mme C h a n t a l P h a n . 80 peuvent se combiner sans que l a coherence l i n g u i s t i q u e s o i t brisee. I l est interessant de noter que l e meme cas se presente avec t r o i s autres chansons de Raoul: R778 et R2106 en coblas doblas, et R767 en coblas redondas capcaudadas. Chacune de ces chansons est donnee uniquement par les manuscrits K, N et V; dans deux des t r o i s cas, N est l e seul manuscrit a donner s i x strophes (la sixieme strophe n'apparalt jamais dans K, et V ne l a donne que pour R767). K N V R767 I-V I-VI I-VI R778 I-V I-VI I-V R197 I-V I-VI+Env. I-V R2106 I-V I-VI I-V R778 et R2106 ont une structure strophique b i n a i r e qui semble incomplete sans l a sixieme strophe, tandis que l a strophe f i n a l e de R767 t e l l e qu'elle se presente dans K et N, respecte s i bien l a structure tres complexe des coblas redondas capcaudadas q u ' i l ne semble guere possible qu'elle a i t ete ajoutte apres coup. La constatation que K ne donne que cinq strophes dans quatre cas sur quatre semble remettre en question, en tout cas, l'idee que les strophes donnees par N representent des additions posterieures. A 1'evidence, Winkler a voulu e v i t e r l e s legons de V, ayant c h o i s i K comme manuscrit de base pour les quatre chansons ci t e e s (choix parfois discutable, nous semble-t-i l ) , et empruntant les sixiemes strophes a N. Aux yeux de Mme Gauthier, l a demarche d'ajouter a l a version du manuscrit qui sert de base une strophe empruntee a un autre manuscrit represente 1' application des principes et des methodes de l'ecole de Lachmann: e l l e y oppose sa methode, d i t e de B e d i e r 1 6 . Sans vo u l o i r commenter l e merite du choix de K de l a part de Winkler, nous nous demandons s i Mme Gauthier s'est apergue des c r i t e r e s esthetiques qui entrent Anne M a r i e G a u t h i e r , o p . c i t . : 3 8 - 9 . 81 en jeu, et s i e l l e a mal l u 1'introduction de l ' e d i t i o n de Winkler. En f a i t , Winkler i n s i s t e sur l e f a i t d'avoir c h o i s i l a methode qui consiste a reproduire aussi fidelement que possible un seul manuscrit de base, dont i l ne s'ecarte que lorsqu'une legon est impossible: "So wurde . . . immer die jeweils beste Handschrift moglichst unverandert reproduziert"11. I l est v r a i que dans plusieurs cas, son choix de manuscrit de base se prete a l a c r i t i q u e 1 8 , mais c ' est a t o r t qu'on 1'accuserait d'avoir ete a l a recherche de 1 'archetype. La question se pose, en e f f e t , de savoir quel est l e merite d'une e d i t i o n c r i t i q u e qui suive aveuglement l e manuscrit de base: autant se contenter de fournir une t r a n s c r i p t i o n diplomatique commentee. A i n s i , nous constatons une f o i s de plus a quel point i l est impossible de formuler des regies d'edition globales dans l e domaine de l a l i t t e r a t u r e courtoise: l e texte l e plus coherent, respectant soigneusement l e dessin s t r u c t u r e l , ne se rencontre pas necessairement dans l a version l a plus complete ou dans c e l l e ou l a musique est fournie (des c r i t e r e s c i t e s par Mme Ga u t h i e r ) 1 9 ou meme dans l a version l a plus ancienne. A notre a v i s , c'est avant tout l'analyse soigneuse et objective des variantes, examinees dans l e cadre du groupement general des manuscrits et du plan s t r u c t u r e l , qui devrait d i r i g e r nos e f f o r t s . Comme nous 1'avons signale, i l n'est pas impossible que 1 'envoi de R 1 9 7 0 , donne par N seul, a i t f a i t p a r t i e , l u i aussi, de l a version o r i g i n a l e (ou du moins, d'une des versions o r i g i n a l e s ) . Etant donne l a decision d'ajouter a notre e d i t i o n c r i t i q u e l a sixieme strophe d'apres N , i l n'y a pas de raison pour supprimer 1'envoi. 1 7 Op. c i t . : VI. 1 8 V o i r A. Wallenskold, "Emil Winkler, Die Lieder Raouls von Soissons" dans Neuphiloloqische Mitteilunaen XVII (1915): 125-33, et Suchier, op. c i t . 1 9 Op. c i t . : 39. 82 III.A.4.b. Stemma Q I I a / \ / \ / \ P Y / \ / \ / \ V 6 N K R1970: Amis Harchier Melodie de base e"tablie par Chantal Phan 83 A - mis Ar chier! Cil au - tre chan - te - our Chan - tent en mai vo - len - tiers et sou - vent. Mes je ne chant por fueil - le ne pour flour # » Se fin' mour ne m'en do - ne ta - lent. Car je ne sai par au - tr'en - seign - e - ment m O * : * * — £ ~ ^N-~ m • m Fe - re chan - con ne cho se que je die Mes quant A - mours et vo - len tez m'a - ie. <9 Sa - chiez de voir que j'ai as - sez re - son De bien chan - ter et de fe - re chan con. 84 III.A.4.d. R1970; E d i t i o n c r i t i q u e Editions existantes: J . De l a Borde, Essai sur l a musique ancienne et moderne II (Paris, 1780). Pierre Auguis, Les poetes frangois depuis depuis l e X l l e s i e c l e II (Paris, 1824). I. 1 Amis Archier1 C i l autre chanteour Chantent en mai volentiers et souvent, Mes je ne chant por f u e i l l e ne pour f l o u r Se f i n e Amour ne m'en done t a l e n t , 5 Car je ne s a i par autre enseignement 5 Fere changon ne chose que je d i e . Mes quant Amours et volentez m'aie, Sachiez de v o i r que j ' a i assez reson De bien chanter et de fere changon. I I . 1 De bien amer a i trop bele achoison, 10 Et de chanter trop biau conmencement. Car a u t r e s i con l a rose e l bouton C r o i s t de biaute et en amendement, 5 Fet l a bele qui a chanter m'aprent. Car sa biaute v o i touz dis enbelie 15 Et amender de f i n e c o r t o i s i e . S i l a m'esteut plus loiaument amer, Et pour s'amour plus volentiers chanter. I I I . 1 Quant je regart son douz v i a i r e c l e r , Et son gent cors de bel assenement, 20 Mes ieus n'en puis p a r t i r n'amesurer. Car en l i v o i de biautez plus de cent 5 Dont bonne Amor m'ocit s i plesaument. Que pour l i muir et s i ne m'en plaing mie, Mes c'est l a mort qui me sostient en v i e ; 25 Car l a dolors m'est d e l i z et santez, Et richece ma plus granz povretez. v . 1 0 : KN v . 1 5 : KN v . 2 2 : N v . 2 5 : N v . 2 6 : KN v . 2 7 : l e g o n de KN 85 IV. 1 Douce dame, quant vous me regardez. Plus s u i riches que d'or ne que d'argent. Mes richece, puis que vous ne m'amez, 30 Ne me p l e s t r i e n z , car sanz vous n'ai noient. 5 Et neporquant d'un regart seulement, Sui plus riches que l i r o i s de Hongrie. Car l i solaz de vostre conpagnie M'est s i plesanz qu'a touz jorz m'est a v i z , 35 Qu'en cest s i e c l e n'ait autre paradis. V. 1 Bonne et sage, cort o i s e , et de biaus d i s , Merci vous p r o i plus debonnerement Que ne f e t , v o i r , champions loueiz 40 Qui sanz baston et navrez se deffent. 5 Car vostre amour m'asaut s i mortelment Que vers ses cos ne s o i rienz d'escremie, Et vous avez du champ l a seignorie. S i vous requier, bele dame, merci, Que vous aiez p i t i e de vostre ami. 45 VI. 1 Changon, d'Arraz les Moreteles d i , Bele Mahaut, et Marot ensement, Qu'ami jalos sont mortel anemi, Ne ja nul d'aus n'amera loiaument 5 Qu'Amors seueust s e r v i r cortoisement, 50 Et biau parIer sanz d i r e v i l a n i e . Mes nus ne v o i t cortoise j a l o s i e , Car forssenez en.devient l i plus sains, Et l i c o r t o i s envieus et v i l a i n s . VII. 1 ( 55 ) s i proieras m'amie Qu'ele te chant, car se tu es oie Par sa bouche, qui ne set se bien non, 5 Plus volentiers t'en escoutera on. v . 3 3 : KN v . 3 5 : KN v . 3 9 : KN v . 4 0 : K v . 4 2 : KN V I e t V I I d ' a p r e s N . 86 III.A.4 .e. Traduction (Jitt6raleV I. 1 Amis A r c h i e r ! 1 Ces autres chanteurs Chantent en mai volontiers et souvent, Mais je ne chante pour f e u i l l e n i pour f l e u r S i "fin'Amor" ne m'en donne envie. 5 Car c'est l a seule fagon que je connaisse 5 De f a i r e une chanson ou de m'exprimer. Mais quand Amour et l a volonte m'aident, Sachez vraiment que j ' a i assez de j u s t i f i c a t i o n De bien chanter et de,faire une chanson. I I . 1 De bien aimer j ' a i une tres b e l l e raison, 10 Et de chanter de tres beaux debuts. Car tout comme l a rose en bouton C r o i t en beaute et en j u s t i c e , 5 F a i t l a b e l l e qui a chanter m'apprend. Car sa beaute je vois embellir chaque jour, 15 Et reparer des t o r t s avec grande c o u r t o i s i e . A i n s i , je dois 1'aimer encore plus loyalement, Et a cause de son amour, chanter plus v o l e n t i e r s . I I I . l Quand je regarde son doux visage c l a i r , Et son j o l i corps gracieux, 20 Je ne puis en detourner mes yeux n i cesser de l a regarder. Car en e l l e je vois plus de cent beautes 5 Dont l e bon Amour me tue de fagon s i agreable. Car je meurs pour e l l e et pourtant je ne m'en plains pas, Mais c'est l a mort qui me maintient en v i e ; 25 Car l a douleur m'est p l a i s i r et sante, Et l a richesse ma plus grande pauvrete. IV. 1 Douce dame, quand vous me regardez, Cela me donne plus de richesse que l ' o r ou 1'argent. Mais l a richesse, puis que vous ne m'aimez pas, 30 Ne me p l a i t point, car sans vous je n'ai r i e n . Et pourtant un seul regard, 5 Me rend plus riche que l e r o i de Hongrie. Car l a jo i e de votre compagnie M'est s i agreable q u ' i l me semble toujours, 35 Q u ' i l n'y a i t au monde d'autre paradis. 1 Dans 1 ' e n v o i de R 12 04 Se j ' a i este lone tens en Romanie, l e p o e t e s ' a d r e s s e a R a o u l e t a "Archier qui vielle". B i e n que M . W i n k l e r n ' a i t pas s u r e p o n d r e a l a q u e s t i o n de l ' i d e n t i t e d ' A r c h i e r ( " L e i d e r v e r s a g e n d i e s b e z u g l i c h a l l e u n s e r e n Q u e l l e n und i m b e s t e n F a l l e l i e s s e s i c h A r c h i e r m i t jenem Raymont A r g i e r i d e n t i f i z i e r e n " , o p . c i t . 2 4 - 5 ) , i l nous semble t r e s p r o b a b l e q u ' i l s ' a g i t de l a p e r s o n n e q u i accompagne R a o u l , j o u a n t de l a v i e l l e a a r c h e t . A c e sens se m e l e 1 ' i m a g e de C u p i d o n , t i r a n t des f l e c h e s de s o n a r c . 87 V. 1 Bonne et sage, courtoise, eloquente, Je vous c r i e merci plus courtoisement Que ne l e f e r a i t , vraiment, un champion celebre 2 Qui sans baton et blesse se defend. 40 ' 5 Car votre amour m ' a s s a i l l i t s i mortellement Qu'envers ses coups i l n'y a pas de defense, Et vous etes maitre du champ de b a t a i l l e . A i n s i je vous demande, b e l l e dame, merci, Ayez p i t i e de votre ami. 45 VI. 1 Chanson, dis aux Moreteles d'Arraz 3 , A b e l l e Mahaut a i n s i qu'a Marot, Que les amants jaloux sont de mortels ennemis, Et que jamais aucun d'eux n'aimera loyalement 5 De sorte q u ' i l sache s e r v i r Amour de fagon 50 courtoise, Et bien parIer sans d i r e de v u l g a r i t e s . Mais personne ne defend l a jalo u s i e courtoise, Car l'homme l e plus sain d'esprit en devient fou, Et l'homme courtois, haissable et moralement l a i d . VII. 1 ( 55 ) tu demanderas a mon aimee, Qu'elle te chante, car s i tu te f a i s entendre Par sa bouche, qui ne connait que l e bien, 5 On l'ecoutera plus v o l o n t i e r s 3 . ^ M . W i n k l e r t r a d u i t "ein gemieteter Zweikampfer" ( " d u e l l i s t e l o u e " ) . 3 M . W i n k l e r p r o p o s e de v o i r dans "moreteles" u n d o u b l e d i m i n u t i f : " d o p p e l t e s D i m i n u t i v u m v o n Maure, a l s o b r i i n e t t " ( o p . c i t . 8 9 ) . A . Guesnon s o u l i g n e , c e p e n d a n t , q u ' i l s ' a g i t "du nom d ' u n e f a m i l l e d o n t p l u s i e u r s membres f i g u r e n t s u r l e r e g i s t r e de l a c o n f r e r i e des j o n g l e u r s e t b o u r g e o i s d ' A r r a s " . A . G u e s n o n , N o t e s e t c o r r e c t i o n s aux c h a n s o n s de R a o u l s i s d e ( s i c ) S o i s s o n s " dans Romania X L I V ( 2 6 0 - 2 ) : 2 6 1 . 3 M . W i n k l e r t r a d u i t l e d e r n i e r v e r s p a r "man ( i . e . l a dame) wird die durch dich (i.e. la chanson) ausgesprochene Bitte umso lieber erfullen". I l nous semble que l e pronom se r e f e r e a l a dame: o n e c o u t e r a l a dame p l u s v o l o n t i e r s quand c ' e s t e l l e q u i c h a n t e l a c h a n s o n . L ' e m p l o i de en i c i e s t p l u t o t e x p l e t i f ou e m p h a t i q u e . 8 8 III.A.5 . GRAPHIE Comme l a provenance du manuscrit V ne nous est pas connue, nous nous attendions a retrouver dans l a graphie de l a chanson R1970 quelques traces au moins de l ' o r i g i n e picarde de Raoul de Soissons. A 1'evidence, ce n'est pourtant qu'accidentellement qu'elle o f f r e l e . traitement picard: aucun des t r a i t s caracteristiques (gu>k, Ok a i n s i que tous ceux que signale Charles Gossen 1) n'apparait dans l e texte. V o i c i ce que nous apprend l'examen des phehomenes phonetiques, morphologiques et syntaxiques que nous avons releves: 1. Atteintes a l a declinaison i . cas regime pour cas sujet 1.4 Amour: nom fem., 2 e m e d e c l . CRS forme attendue: «Amours» (CSS). III.5 Amor: idem. III.7 la mortz nom fern., 2 e m e d e c l . CRS forme correcte: «mortsr> ou «morz (CSS). i i . cas sujet pour cas regime VI.5 Amors. Forme attendue:«Amor» (CRS). Comme l ' a f a i t remarquer N. Andrieux-Reix, cependant, les occurrences des noms feminins dont l a base se termine par une consonne devoilent une tendance a 1'indiscrimination des deux cas, a i n s i riens et amors2. Par rapport aux cas c i t e s , l'on peut done se demander s ' i l est j u s t i f i a b l e de les ranger sous l a rubrique des atteintes a l a declinaison. 2. Traitement du o tonique + yod l a t i n > o + 1 mouille, en picard et en f r a n c i e n 3 : FOLIA > fueille 1 C h a r l e s G o s s e n , Grammai re de 1 ' a n c i e n p i c a r d ( P a r i s , E d i t i o n s K l i n c k s i e c k , 1 9 7 0 ) . T o u t en a f f i r m a n t que l e s p i c a r d i s m e s p u r s s o n t r e l a t i v e m e n t peu nombreux , 1 ' a u t e u r nous s i g n a l e 18 t r a i t s c o n s i d e r e s t y p i q u e m e n t p i c a r d s ( 1 5 3 ) . 2 N e l l y A n d r i e u x - R e i x , A n c i e n f r a n g a i s . E x e r c i c e s de m o r p h o l o q i e ( P a r i s , P r e s s e s u n i v e r s i t a i r e s de F r a n c e , 1 9 9 0 ) : 1 6 . 3 O p . c i t . : 7 6 - 7 . 89 3. Traitement du o tonique: o tonique a abouti partout dans l e domaine d ' o i l a une diphtongue -ou > o. En picard, l a diphtongue est passee a -eu. Les graphies -ou (1.3 flour) et -o (III.8 dolors) de R1970 se rencontrent dans "presque tous l e s textes l i t t e r a i r e s " 4 . 4. Traitement du o tonique + nasale: Tandis qu'en picard, doner se rencontre frequemment sous l a forme douner5, notre scribe e c r i t done (1.4). 5. Pronom personnel aus, troisieme personne, masc. p l u r . Selon Guy Raynaud de Lage, l a forme -aus est c e l l e du Nord, de l ' E s t et du Centre 6. 6. Le pronom je En picard, les formes jo et jou sont plus frequentes que je ( I I I . l Quant je regart). 7. La forme ieus Selon Guy Raynaud de Lage, -us provenait de 1'evolution de 1 + s" 7. Le 1 consonne f i n a l e s'est efface avant l e s de f l e x i o n , mais en picard, - e l s a tendance a aboutir a -iaus8. 8. La forme biaus Le groupe e l , apres l a v o c a l i s a t i o n du 1, a abouti a l a diphtongue ew, puis a l a triphtongue Saw. Du premier element de l a triphtongue, 1'accent est passe au second pour donner eaw qui, apres l a p a l a t a l i s a t i o n du e en yod, est devenu yaw: BELLUS>Jbiau9. Selon Mme Gauthier, -iau pour -eau represente un t r a i t typiquement p i c a r d 1 0 , mais M. Gossen a souligne que ce phenomene est l o i n d'etre exclusivement picard. Meme a Paris, - i a u [yo] concurrencait encore -eau [o] dans l a prononciation populaire au XVI e s i e c l e 1 1 . 4 O p . c i t . : 8 0 . 5 O p . c i t . : 8 3 . 6 Guy Raynaud de L a g e , I n t r o d u c t i o n a l ' a n c i e n f r a n g a i s . G e n e v i e v e H a s e n o h r e d . ( P a r i s , S E D E S , 1 9 9 0 ) : 7 2 . 7 I b i d . : 2 6 . 8 I b i d . : 2 5 - 6 . C f . G . Z i n k , o p . c i t . : 140 , 1 4 6 . 9 G o s s e n , o p . c i t . : 61 1 0 O p . c i t . : 2 1 . 1 1 O p . c i t . : 6 1 . C f . G a s t o n Z i n k , P h o n e t i q u e h i s t o r i q u e du f r a n g a i s ( P a r i s , P r e s s e s u n i v e r s i t a i r e s de F r a n c e , 1 9 8 9 ) : 1 4 1 - 2 . 90 9. La forme seueust Imparfait du subjonctif, 3 i e i n e personne du s i n g u l i e r du verbe savoir, type en -usse dont l a f l e x i o n est analogique de c e l l e du verbe estre12. La forme l a plus frequente s e r a i t sexist', l'on d i r a i t que l a diphtongue -eu s'est divisee en deux diphtongues qui, dans l e vers desyllabique de Raoul, ne comptent que pour deux syllabes, cependant. I l est possible que l a graphie -eu se s o i t changee en -eueu par analogie; par exemple, en picard - i u a tendance a passer a - i e u 1 3 . En d e f i n i t i v e , les t r a i t s franciens a distinguer dans l a legon du manuscrit V a i n s i que dans c e l l e de N sont bien plus frequents que les picardismes. Dans l a mesure ou l e frangais e c r i t du Moyen Age est une langue composite o f f r a n t a l a vue des melanges de formes d'origines diverses et des systemes d i f f e r e n t s , i l est en tout cas rarement possible d'assurer les provenances r e e l l e s des documents a p a r t i r de leur graphie, comme l ' a souligne M. Gossen. "Rien de tout c e c i n'est tres grave, s i on ne leur demande que ce qu'au fond [ i l s ] peuvent donner: une geographie, tracee a grands t r a i t s , d'habitudes d ' e c r i r e . " 1 4 II faut done de preference avoir recours a des sources autres que les temoignages l i n g u i s t i q u e s , et 1'on devrait se montrer prudent devant des tendances picardes ga et l a dans l e texte, surtout dans l e cas d'un texte aussi court que l e notre. A c e l a s'ajoute l e f a i t que l a s c r i p t a des textes l i t t e r a i r e s "est en general sensiblement moins homogene et encore plus composite que c e l l e des textes non l i t t e r a i r e s . " 1 5 N'oublions pas q u ' i l s'agit d'un scribe dont nous ne connaissons pas les origines l i n g u i s t i q u e s , qui a copie un modele qui nous est inconnu qui, l u i aussi, e t a i t une copie. Les combinaisons li n g u i s t i q u e s qui pourraient r e s u l t e r de cette chaine de transmission s'elevent surement a un nombre astronomique. l z Raynaud de L a g e : 1 3 4 . 1 3 G o s s e n , o p . c i t . : 7 1 . 1 4 I b i d . : 3 0 . 1 5 I b i d . : 3 1 . 9 1 Rien ne nous empeche, cependant, de constater que l e s atteintes a l a declinaison sont assez peu nombreuses. Ce t r a i t signale d'une part l a tendance, de l a part des scribes, a respecter l e systeme de l a declinaison du substantif dont l a marque casuelle contribue a indiquer l a fonction grammaticale dans l a phrase, et d'autre part 1'attention d'un scribe ( i n s t r u i t ) a bien e c r i r e . Cela nous amene a conclure que l'on est en d r o i t de se f i e r a leurs legons. 92 III.A.6 ANALYSE LITTERAIRE Un premier examen de l a chanson Amis Archier ayant revele une imbrication remarquable du sens et de l a v e r s i f i c a t i o n , nous aborderons notre analyse selon l'ordre suivaht: i d e n t i f i c a t i o n et examen des themes et des mo t i f s 1 , s u i v i s d'un examen de l'apport des aspects de l a v e r s i f i c a t i o n qui sont en in t e r a c t i o n avec l e sens. Cette methode nous permettra d'entamer l a question de 1'organisation du sens. Le theme p r i n c i p a l de l a chanson Ami Archier se presente des les premiers vers: "je ne chant por fueille ne pour flour I Se fine Amour ne m'en done talent" (3/4). I l s'agit, bien sur, d'une v a r i a t i o n sur l e motif du Natureingang, convention l i t t e r a i r e qui selon Curtius remonte a 1'antiquite 2. Raoul 1'emploie lui-meme dans plusieurs de ses chansons (R929, R1978, R2107), et l'on aurait t o r t de v o i r dans les vers c i t e s l e re j e t du motif; ce q u ' i l souligne, c'est plutot l e refus de f a i r e du c l i c h e v i r g i l i e n son argument poetique p r i n c i p a l . Selon l e poete, 1'amour devrait etre l a seule source d ' i n s p i r a t i o n du trouvere, les facteurs c i r c o n s t a n t i e l s qui predisposent a chanter ne jouant qu'un ro l e secondaire. S i «chanter» peut etre compris comme «aimer» et v i c e -versa comme l ' a propose Paul Zumthor 3, Raoul nous d i t en 1 P a r r a p p o r t a l a d i s t i n c t i o n e n t r e c e s n o t i o n s , nous s u i v o n s l e s i n d i c a t i o n s d ' O s w a l d D u c r o t e t T z v e t a n T o d o r o v , dans D i c t i o n n a i r e e n c v c l o p e d i o u e des s c i e n c e s du l a n a a a e ( P a r i s , E d i t i o n s du S e u i l , 1 9 7 2 ) : " [ L a n o t i o n de theme] d e s i g n e une c a t e g o r i e s e m a n t i q u e q u i p e u t e t r e p r e s e n t e t o u t au l o n g du t e x t e , ou meme dans 1 ' e n s e m b l e de l a l i t t e f a t u r e " ( 2 8 3 ) . 2 "Dans l e s p r i e r e s e t l e s s e r m e n t s de 1'Iliade, o n i n v o q u e . . . l a t e r r e , l e c i e l , l e s f l e u v e s . " C u r t i u s commente l ' e m p l o i de "ce t o p o s [de 1 ' i n v o c a t i o n a l a n a t u r e ] h e r i t e de 1 ' A n t i q u i t e . " E r n s t C u r t i u s , L a l i t t e r a t u r e eu ropeenne e t l e Moven Age l a t i n I ( P a r i s , P r e s s e s u n i v e r s i t a i r e s de F r a n c e , 1 9 8 6 ) : 1 1 6 - 7 . 3 "Chanter, q u i e s t aimer ( e t v i c e - v e r s a ) , a c t i o n s ans o b j e t , e n se d e p l o y a n t , c ' e s t - a - d i r e en p e r p e t u a n t s o n p r o c e s p e n d a n t l a d u r e e d ' u n c e r t a i n nombre de s t r o p h e s , e n g e n d r e s a p r o p r e s u b s t a n t i f i c a t i o n , l a chanson, q u i e s t 1 ' amour ( e t v i c e - v e r s a ) . " P a u l Z u m t h o r , "De l a c i r c u l a r i t e du c h a n t " dans P o e t i q u e I , 1970 : 129-140 ( 1 3 6 ) . 9 3 e f f e t que c'est l e desi r de chanter qui l'amene a chanter (sans avoir besoin du printemps comme source d ' i n s p i r a t i o n ) : "...je ne chant . . . se fine Amour ne m'en done talent." La chanson, on l e v o i t , devient son propre sujet. Tout en soulignant 1'importance fondamentale du concept zumthorien de l a c i r c u l a r i t e du chant, nous tenons a 1' opposer a une notion l i n e a i r e . A l a lumiere de l a suprematie de l a forme dans l a l i t t e r a t u r e courtoise, i l nous semble possible de compter parmi les valeurs symboliques attribuables a l a persona de l a dame c e l l e de l a «forme parfaite» ou de l a «perfection realisee». D'ou l ' i d t e que l e mot «amor» peut etre compris comme l a recherche de l a perfection formelle, but qui est par d e f i n i t i o n inaccessible; les soupirs et les larmes du poete seraient a i n s i des signes de l'angoisse devant l a constatation que meme s ' i l peut toucher a l a perfection, i l ne reussira jamais a l a r e a l i s e r . L'on s'imagine 1'agon 4 du poete comme une l u t t e sisyphienne dont i l ne se lasse jamais et qui, de fagon perverse, l e rend heureux. Cette hypothese nous permet d'opposer l a notion c i r c u l a i r e de l a chanson qui est son propre sujet a l'idee l i n e a i r e de l a poursuite de l a perfection, contraste creant une tension qui infuse a l a chanson un dynamisme profond. A notre a v i s , c'est l e drame de cette d u a l i t e thematique qui forme l e fond meme, l'ossature du grand chant co u r t o i s . S i les mots «amer» («amor», «ami») et «chanter» («chanteour», «chanson») representent des themes dominants, i l est interessant de noter l'abondance des echos phoniques et semantiques de ces mots-cles dans l e texte. Constatons, par exemple, qu'au premier vers, l e mot «amour» apparalt sous forme paragrammatique: Amis Archier, c i l autre chanteour, jeu phonique v a l o r i s e par 1'assonance en a. I l s'agit effectivement d'un phenomene tout a f a i t saussurien: 4 Terme employe p a r H a r o l d B l o o m , c i t e p a r P e t e r de B o l l a , H a r o l d B l o o m . Towards H i s t o r i c a l R h e t o r i c s ( R o u t l e d g e , L o n d o n e t New Y o r k , 1988) : 6 5 . 94 L a forme l a p l u s p a r f a i t e que p e u t r e v e t i r l e Locus princeps [ s u i t e de mots s e r r e e e t delimitable que l ' o n p e u t d e s i g n e r comme l ' e n d r o i t s p ^ c i a l e m e n t c o n s a c r e a u n nom q u i d e f r a i e 1 'hypogramme ] e s t c e l l e du mannequ in u n i au s y l l a b o g r a m m e , c ' e s t - a - d i r e du mannequ in r e n f e r m a n t dans ses propres limites, n e t t e m e n t donnees p a r l ' i n i t i a l e e t l a f i n a l e , l e s y l l a b o g r a m m e c o m p l e t . 5 II est v r a i que l a theorie des anagrammes, paragrammes et hypogrammes (la terminologie de Saussure est f l o t t a n t e ) , c e l l e , e n f i n , des mots sous les mots, se prete a l a c r i t i q u e : "dans quelle mesure l e decrypteur ne t r o u v e - t - i l pas dans ses objects d'etude ce q u ' i l veut bien y trouver?" 6. Par a i l l e u r s , Zumthor a signale a juste t i t r e que dans l e cadre de l ' o r a l i t e , "remplacer l e couple ... ec r i t u r e / l e c t u r e par l e couple chant/audition ne constitue pas une simple substitution de termes" 7; du reste, i l se montre prudent par rapport a l'idee de 1'existence des hypophones (sons dominants dans un texte, dont 1'ensemble constitue un mot thematique) dans les oeuvres des troubadours: "La d i f f i c u l t y est de fourni r l a preuve" 8. J u l i a Kristeva, a qui les principes de Saussure ont s e r v i de point de depart, a remarque que l e reseau paragrammatique dans sa " t o t a l i t e multivoque" reduit l a d i s t i n c t i o n s i g n i f i a n t - s i g n i f i e 9 . Pour Meylakh, l a rep r i s e des structures phonologiques des mots-cles dans l a phonetique du texte represente "une des manifestations de l a tendance du texte pottique a atteindre une t o t a l e semantisation" 1 0 Saussure lui-meme a postule que l a pratique de "cacher" des 3 J e a n S t a r o b i n s k i , L e s mots sous l e s m o t s . L e s anaaramines de F e r d i n a n d de S a u s s u r e ( P a r i s , G a l l i m a r d , 1 9 7 1 ) : 5 0 - 1 . ° L o u i s - J e a n C a l v e t , P o u r e t c o n t r e S a u s s u r e ( P a r i s , P e t i t e B i b l i o t h e q u e P a y o t , 1 9 7 5 ) : 4 2 . 7 P a u l Z u m t h o r , L a n a u e . t e x t e . enicrme ( P a r i s , E d i t i o n s du S e u i l , 1975) : 5 5 - 6 . 8 O p . c i t . : 6 6 . 9 J u l i a K r i s t e v a , S e m e i o t i k e . R e c h e r c h e s p o u r une s e m a n a l v s e ( P a r i s , E d i t i o n s du S e u i l , 1 9 6 9 ) : 1 8 7 . " A i n s i l e s i g n e l i n g u i s t i q u e a p p a r a i t comme dynamisme q u i p r o c e d e p a r c h a r g e q u a n t i q u e . " 1 0 M i c h e l M e y l a k h , " T r o u b a d o u r s e t anagrammes" dans M e l a n g e s de p h i l o l o g i e romane o f f e r t s a C h a r l e s Camproux I ( M o n t p e l l i e r , C . E . O . , 1 9 7 8 ) : 149-155 ( 1 5 5 ) . 95 mots (sacres) sous l e texte par l a reproduction de syllabes et des harmonies phoniques remonte aux temps indo-europeens les plus recules; i l s'agit d'une technique qui a u r a i t eu pour but de "confectionner un carmen, en tenant compte des formes du nom d i v i n " 1 1 . I l nous semble qu'en principe, tous les aspects, des chansons de trouveres ont leur fonction et que l e hasard n'y entre pas en jeu; dans cette poesie formelle dediee a 1'image semi-religieuse sinon mystique de l a beaute incarnee, l'idee d'un reseau paragrammatique qui a i t pour but l a creation d'une sorte de carmen nous p a r a i t tout a f a i t p l a u s i b l e 1 2 . A notre a v i s , l a chanson de Raoul parsemee d'echos phoniques represente done l e r e s u l t a t d'un e f f o r t conscient de l a part de 1'auteur. Notons, par a i l l e u r s , que l e choix du vers decasyllabique permet l'emploi de l a cesure et done l a mise en valeur des mots situes juste avant cette pause metrique. A i n s i , l e mot «Amor» («amer», «amez») se rencontre si x f o i s a l a cesure (aux vers 4, 7, 10, 18, 23, et 41), et comme mot-rime aux vers 17 et 30; nous sommes predisposee a in c l u r e dans cette s e r i e les mots-rimes «ami»: v.45 et «amie», v.56. Notons en outre qu'au vers 4, l e mot «Amour», a l a cesure, reprend l e son du mot-rime precedent («flour») 1 3, echo phonique valoris a n t l a mise en r e l i e f de ce mot-cle. Ce genre de phenomene se rencontre egalement au vers 18, ou «amour» f a i t l'echo du mot-rime «amer». Le meme e f f e t de mise en valeur resulte de 1'assonance en a au vers 10, 1'assonance en o au vers 23, et 1 ' a l l i t e r a t i o n en in au vers 41. L'on peut noter qu'avec 1 1 S t a r o b i n s k i , o p . c i t . : 3 6 - 8 . 1 2 C f . l ' a n a l y s e de l a c h a n s o n Can v e i l a lauzeta de B e r n a r t de V e n t a d o r n p a r P a u l Z u m t h o r , E s s a i de P o i t i a u e m e d i e v a l e 1 9 2 f f . V o i r a u s s i S e r g i o C a p p e l l o , L e r e s e a u p h o n i q u e e t l e s e n s : 1 ' i n t e r a c t i o n p h o n o - s e m a n t i q u e en p o i s i e ( B o l o g n e , C L U B B , 1 9 9 0 ) : 1 3 6 - 1 4 5 . 1 3 " R i m e b a t e l e e : l a f i n du v e r s r i m e a v e c l a c e s u r e du v e r s s u i v a n t . " J e a n M o l i n o e t J o e l l e T a m i n e , I n t r o d u c t i o n a l ' a n a l y s e l i n g u i s t i a u e de l a p o e s i e ( P a r i s , P r e s s e s u n i v e r s i t a i r e s de F r a n c e , 1 9 8 2 ) : 7 5 . 96 1' abondance des mots en r dans l a quatrieme strophe, on en ar r i v e a un paragramme du mot amor. Quant a «chanter», l'on peut se demander s i ce mot-cle est mis en valeur par l'emploi de l a rime constante en -ent. I l s'agit, bien sur, de savoir s i l e poete d i s t i n g u a i t entre -ent et -ant. Nous v o i c i devant des donnees c o n t r a d i c t o i r e s : pour Wallenskold, -en et -an peuvent rimer "meme dans l e dia l e c t e p i c a r d " 1 4 , et C. Gossen f o u r n i t bon nombre d'exemples de l a graphie -an pour -en etymologique et v i c e -v e r s a 1 5 , tandis que l'emploi des rimes a et b en -ant et -ent dans l a premiere strophe de l a chanson R363 de Raoul semble a t t e s t e r l e contrair e . Meme s i l a voyelle dans -ent est plus fermee que dans -ant, l e moins qu'on puisse d i r e est que l a qu a l i t e phonique des deux syllabes est semblable. Par consequent, l a rime constante en -ent rappelle l e mot-cl e «chanter» dans chaque strophe. Des formes du mot «chanter» se trouvent en outre a l a cesure aux vers 3 («chant»), 6 («changon»), 9, 11, et 57 («chant»), a l a rime aux vers 1 («chanteour») et 18, et au debut de l a phrase au vers 2 («chantent») et 46 («chan5on»). L'on peut noter que les vers 1-4 (les pes) forment toute une chaine sonore et semantique: «chantent» au debut du vers 2 f a i t l'echo du mot-rime precedent «chanteour» 1 6, et l e son de l a syllabe accentuee -ant est (quasiment) r e p r i s par «volentiers« et «souvent» au meme vers. Ensuite, nous trouvons «chant» a l a cesure du vers 3, avec ses echos phoniques dans «m'en» et «talent» au vers 4. Notons egalement 1 ' a l l i t e r a t i o n en 111 au vers 2, qui semble annoncer l ' a r r i v e e du motif important «fueille« et «flor» et qui se termine en «f.ine Amour»: trope-cle de l a l i t t e r a t u r e 1 4 A . W a l l e n s k o l d , L e s c h a n s o n s de T h i b a u t de Champagne ( P a r i s , E d o u a r d C h a m p i o n , 1 9 2 5 ) : L V n o t e 1. 1 5 C h a r l e s G o s s e n , Grammai re de 1 ' a n c i e n p i c a r d ( P a r i s , E d i t i o n s K l i n c k s i e c k , 1 9 7 0 ) : 6 5 - 6 . 1 6 A p r o p r e m e n t p a r l e r , i l ne s ' a g i t pas d ' u n e " r i m e e n c h a i n e e " s e l o n l a d e f i n i t i o n de J . M o l i n o e t J . Tamine ( r e p r i s e de l a d e r n i e r e s y l l a b e de l a r i m e au d e b u t du v e r s s u i v a n t , o p . c i t . : 7 4 ) . L ' o n p o u r r a i t p r o p o s e r l ' i d e e d ' u n e " a s s o n a n c e e n c h a i n e e " . 97 courtoise. Nous avons deja commente les echos phoniques et semantiques du mot «amour» au cours de ces memes vers, et l a constatation s' impose que presque tous les mots de ces quatre vers ont une fonction double au niveau de 1'organisation du sens. Chacune des s i x strophes de l a chanson est organisee autour d'un motif d i s t i n c t qui, l u i aussi, est mis en r e l i e f par des echos phoniques et semantiques et par l'emploi de l a cesure. A i n s i , l e motif de l a deuxieme strophe etant l a beaute, nous trouvons a l a cesure les mots «biaute» aux vers 13 et 15, et «bele» au vers 14. Notons egalement 1 ' a l l i t e r a t i o n «bien» et «bele» au vers 10, et l e mot-rime «bouton» (qui f a i t p a r t i e de 1'image centrale de cette strophe) au vers 12. Par a i l l e u r s , l e son au est repete dans «autresi» (v.12) et «loiaument» (v.17). Le f a i t que dix des mots dans cette strophe commencent par a nous rappelle une fo i s de plus l e theme p r i n c i p a l «amour». Les motifs de l a troisieme strophe sont l e regard et ses e f f e t s c o n t r a d i c t o i r e s . Dans les pes, nous trouvons a l a cesure les mots «regart» au v. 19 et «voi» au v.22. Le mot «ieus» au v.21 n'est place n i a l a cesure n i a l a rime, contrairement a ce a quoi on pourrait s'attendre, mais i l faut souligner l a mise en valeur de ce vers par une rupture du rythme syntagmatique: l ' a u x i l i a i r e puis et l e verbe partir sont separes par l a pause metrique de l a cesure. Suit une s t r i e d'oxymorons: "m'ocit s i plesaument", "c'est l a mort qui me sostient en v i e " , " l a dolors m'est d e l i z et santez" et "richece [est] ma plus granz povretez". Notons, enfin, l e traitement phonique et semantique des mots a l a cesure dans les cinq derniers vers de cette strophe, s o i t l a seri e «Amor», «li muir», «la mort», «dolors» et «richece». Les quatre premiers mots sont r e l i e s d'une part par leur q u a l i t e phonique et d'autre part par l e contraste, au niveau du sens, entre l e premier mot et l e s t r o i s mots apparentes qui l e suivent. A 1'evidence, l e s oxymorons se manifestent de facon v e r t i c a l e aussi bien 98 qu'horizontale. Avec «richece», mot qui i n t r o d u i t l e motif de l a strophe suivante, i l se produit une rupture assez soudaine au niveau phonique a i n s i que sur les plans semantique et rythmique ( la terminaison feminine du mot pl u r i s y l l a b i q u e «richece» f a i t contraste avec l a terminaison masculine des quatre premiers mots de l a s e r i e ) . L ' e f f e t est de surprendre, de ranimer un texte devenu peut-etre p r e v i s i b l e , et vraisemblablement, de marquer l e mili e u de l a chanson, creant une structure equivalente a 1'organisation strophique avec pedes et cauda. Le motif de l a valeur dans l a quatrieme strophe est mis en r e l i e f au niveau semantique par 1'occurrence de «riches» (v.29), «richece» (v.30) et «riches» (v.33) a l a cesure, et au niveau phonique par l a presence de sept mots commengant par r a i n s i que par les occurrences abondantes de l a voyelle i (notons, par exemple, l e vers 33: Sui plus riches que l i rois de Honorie) . Par a i l l e u r s , cette strophe se presente comme une image inversee de l a strophe precedente: Quant je regart (v.19) par comparaison a quant vous me regardez (v.28). Ce retour en a r r i e r e renforce l'idee que l e poete a voulu marquer l e milieu de sa chanson: e l l e semble se p l i e r en deux. La notion d'une image inversee se prolonge jusqu'au debut de l a cinquieme strophe, qui presente une a l l i t e r a t i o n en b tout comme l e premiers vers de l a deuxieme strophe; nous y retrouvons en outre l e mot-cle de l a deuxieme strophe: De bien amer ai trop bele achoison (v.10), Bonne et sage, cortoise, et de biaus diz (v.37). En e f f e t , l'image qui sous-tend cette strophe est l e champ de b a t a i l l e : «champions» (v.39), «baston» et «deffent» (v.40), «asaut» (v.41), «cos» (v.42), «champ» et «seignorie» (v.43). Dans l a derniere strophe, l e de s i r du poete de chanter a p r i s forme, est devenu chose vivante a la q u e l l e on peut s'adresser et confier des messages: chanson, d i t a t e l l e personne que ... Le motif, cette f o i s , est l a "vilanie" des 99 "jalos", trope qui f a i t contraste avec c e l u i de l a co u r t o i s i e . L'exorde est rempli des echos du mot «amor»: Changon, d'Arraz les Moreteles d i , Bele Mahaut et Marot ensement, Qu'ami jalos sont mortel anemi Ne ja nul d'aus n'amera loiaument La q u a l i t e sonore de l a cauda met en valeur l a notion de v i l e n i e : Qu'Amors seueust s e r v i r cortoisement Et biau parler, sanz d i r e v i l a n i e ; Mes nus ne v o i t cortoise j a l o s i e Car forssenez en devient l i plus sains Et l i c o r t o i s envieus et v i l a i n s L' idee exprimee dans les derniers vers de 1' envoi est interessante: l e poete d i t a sa chanson de p r i e r l a dame de bien v o u l o i r l a chanter, ce qui rendrait l a chanson plus agreable a ecouter. La chanson, incarnation du de s i r de chanter, devient a i n s i a l a f o i s messager et message tout en cherchant a se v a l o r i s e r en tant que composition, a r t i s t i q u e . L'on d i r a i t que cette image symbolise l a d u a l i t e thematique dont i l a ete question: l a c i r c u l a r i t e de l a notion messageromessage s'oppose a l'i d e e l i n e a i r e implicit© dans l e geste de soumettre l a chanson au jugement de l a perfection personnifiee (la dame) dont l e poete espere recevoir l e soutien. La dimension l i n e a i r e se v a l o r i s e sur l'axe temporel par l'emploi du futur, par opposition aux autres strophes qui sont toutes au present. Comme nous 1'avons vu, chaque strophe d'Amis Archier constitue une unite construite de fagon deliberee et savante autour d'un ou de plusieurs motifs. Qu'en e s t - i l de 1'unite de l a chanson comme t e l l e ? L'emploi des rimes constantes qui reapparaissent au meme endroit dans chaque strophe, a i n s i que c e l u i des coblas capcaudadas, sert a creer des entrelacs strophiques. Nous remarquons en outre que l e premier vers de l a deuxieme strophe reprend les deux premiers mots du derniers vers de l a premiere strophe: De bien chanter...., De bien amer Le premier mot de l a troisieme strophe \ 100 reprend l a sonorite du dernier mot rime (mot thematique) de l a strophe precedente (chanter. I Quant). II s'agit l a d'une sorte d'assonance capcaudee qui, e l l e a u ssi, sert a v a l o r i s e r l e rapport des strophes entre e l l e s . Comme nous 1'avons signale, les premiers vers des t r o i s dernieres strophes reprennent des mots-cles et des e f f e t s sonores des t r o i s premieres dans un ordre inverse: «quant vous me regardez» (IV) et «Quant je regart [ l a dame]» ( I I I ) , 1 ' a l l i t e r a t i o n en b et l e mot «biau» (V et I I ) , «Changon» (VI) et «chanteour» ( I ) , et 1 ' a l l i t e r a t i o n en v dans l e s derniers vers de VI et les premiers vers de l a l ^ r e strophe. D'apres notre analyse, i l semble evident que l a chanson Amis Archier est une composition extremement soigneuse et savante, r e s u l t a t d'un e f f o r t delibere pour atteindre l a perfection, au niveau de l a structure aussi bien que sur l e plan phonique. C'est surtout l e reseau paragrammatique qui se f a i t v a l o i r et qui nous rappelle l a pratique ancienne de v a l o r i s e r et d'evoquer les noms divins ( a i n s i que l a bienveillance divine?) en les cachant dans l e texte par l'emploi des echos phoniques et des syllabogrammes. Comme l ' a f a i t remarquer J . Lotman, "C'est a i n s i que l a structure phonologique «devient en potsie une structure du contenu ...»" 1 7. La c i r c u l a r i t e de l a chanson constituant sa propre i n s p i r a t i o n et son propre message, a i n s i que l a nature c i r c u l a i r e de motifs constituant un continuum (richesse< >pauvrete, vieomort, j o i e o d o u l e u r ) s'opposent a l a nature l i n e a i r e de l a recherche de l a perfection. II s'agit d'un contraste quasi-mathematique des plus r a f f i n t s , qui semble operer une tension bien au-dela des contraintes semantiques. Enfin, i l nous semble qu'une abondance de donntes autobiographiques ne feraient que banaliser l a tragi-comedie qui se deroule dans l e grand chant courtois, dont l e manque de s u b j e c t i v i t y ne devrait r i e n avoir pour nous surprendre. Sergio Cappe l lo , op. c i t . : 107. 101 III.A.7. INTERTEXTUALITE / INTERSTRUCTURALITE La structure savante en coblas redondas capcaudadas de l a chanson Amis Archier nous rappelle d'emblee l a celebre chanson (heterometrique) R700 du Chatelain de Couci: Molt chantasse volentiers1 (voir l'appendice) qui, t o u t e f o i s , n'est pas un contraf actum de l a chanson de Raoul. Une comparaison de l a v e r s i f i c a t i o n et des aspects textuels des deux chansons revele pourtant une s e r i e impressionnante de s i m i l a r i t e s a tous les niveaux: a. schema et sonorite des rimes (rimes identiques soulignees): rimes R1970 a -our -on -er -ez -iz - i . b -ent -ent -ent -ent -ent -ent c -ie -ie -ie -ie -ie -ie d -on -er -ez -is -i -ains R700 a -ent -oir -is -i - i r b -on -ent -oir -is -i c -aigne -aigne -aigne -aigne -aigne d -oir -is -i - i r -on Les deux derniers vers de 1'envoi des deux chansons riment en -on. Bien que non identique, l a sonorite des rimes -ains et -aigne est semblable. A noter: l a presence de deux rimes constantes dans R1970 par comparaison a une seule rime constante dans R700. b. Schema metrique: R1970: a 10 b 10 a 10 b 10 b 10 c 10 ' c 1 0 ' d 10 d 10 R700: a 10 b 10 a 10 b 10 b 10 c 7' c 10 ' d 10 d 10 A noter: l a presence d'un vers heptasyllabique dans R700 qui, on l e v o i t , remet en question l a p o s s i b i l i t y de contrafactum melodique exact. 1 E d i t i o n J . B r a k e l m a n n , L e s p l u s a n c i e n s c h a n s o n n i e r s f r a n g a i s (Geneve , S l a t k i n e R e p r i n t s , 1 9 7 4 ) : 1 2 1 - 2 . 102 c. Mots-rimes: R1970 E. 4 se bien non R 700 I. 4 se mal non R1970 IV. 8 a touz iorz m'est avis R 700 I I . 8 ce m'est v i s R1970 V. 8 bele dame merci R 700 I l l 9 nascmistes senz merci R1970 I. 9 fere chancon R 700 I. 5 f a i r e l i e chancon R1970 I I . 1 a i mult bele achoison R 700 I. 2 en mon cuer 1'ochoison 2 d. Ressemblances d'ordre l e x i c a l : -dans 1'exorde R1970 1.2 Chantent ... volentiers R 700 1.1 ... chantasse volentiers - a i l l e u r s R1970 I I I . 1 Quant je regart son douz v i a i r e c l e r R 700 I I I . 1 Quant je regart son debonaire v i s . . . e. Motif: R1970 I I . 1 bele 2 biau 3 biaute 5 bele 6 biaute R 700 I I . 3 b i a l t e z 5 bel 6 b i a l t e f. Syntaxe: R1970 V. 3 Que ne f e t , v o i r ! champion l o e i z R 700 IV. 3 Nenil v o i r , l a s ! ains m'estuet estre ensi g. S t y l i s t i q u e : - a l l i t e r a t i o n 3 au meme endroit strophique R1970 VI. 2 Bele Mahaut et Marot ensement R 700 I I . 2 S'a l a m i l l o r del monde mon cuer rent 2 V a r i a n t e o r t h o g r a p h i q u e 3 Nous t i e n d r o n s compte du f a i t que l a d e f i n i t i o n de l a n o t i o n d ' a l l i t e r a t i o n e n f r a n g a i s se d i s t i n g u e de c e l l e en a n g l a i s e n c e q u i c o n c e r n e l a r i p i t i t i o n de v o y e l l e s a l ' i n i t i a l e , phenomene nomme " a s s o n a n c e " e n f r a n g a i s . P a r " a l l i t e r a t i o n " , nous e n t e n d o n s a i n s i l a r e p e t i t i o n de l a c o n s o n n e a l ' i n i t i a l e des mots ou des s y l l a b e s a c c e n t u e e s dans une s u i t e de mots r a p p r o c h e s . 103 Le motif de l a strophe qui precede 1'envoi de R1970 est l a «vilanie»; dans R700, c'est l a notion de «felonie» qui domine l a derniere strophe avant 1'envoi. Dans les deux chansons, 1'on trouve les echos phoniques evoquant ces motifs, c'est-a-dire les f r i c a t i v e s If./ et /v/, a i n s i que l e son vocalique / i / a l ' i n i t i a l e des mots ou des syllabes accentuees: R1970 VI. 5 s e r v i r 6 v i l a n i e 7 v o i t 8 forssenez, devient 9 envieus, v i l a i n s R 700 V. 1 vuet revenir 2 vos 4 revient, f a i l l i 5 vostre, vos 6 vos 7 a f i e r t , vos 9 felon - Non-coxncidence de. pause metrique (cesure) et de pause syntagmatique: R1970 III.. 3 Mes ieus n'en puis / p a r t i r n'amesurer R 700 I. 3 Mais je ne s a i / d i r e , se je ne ment (Dans les deux cas, i l s'agit d'une rupture du syntagme «verbe conjugue + infinitif»). - Enchainement strophique (phenomene q u ' i l convient de nommer "assonance capcaudee"): ... chanter Quant je ... • •• i o i e avoir Je ne doi pas ... Mes quant Amors .. Mes c'est l a mort Se ceste amors Et pour s'amour .. Quant por ma mort Merci vous p r o i .. Et je l a p r o i ... R1970 I I . 9 I I I . 1 R 700 I. 9 I I . 1 h. Positi o n R1970 I. 7 I I I . 7 R 700 IV. 7 R1970 I I . 9 R 700 I I I . 9 R1970 V. 2 R 700 I l l 2 104 Prises dans leur ensemble, les occurrences de tous les phenomenes releves ne peuvent guere s'expliquer comme des coincidences, et i l nous semble hors de doute qu'en composant R1970, Raoul s'est i n s p i r e de l a chanson du Chatelain. La d i f f i c u l t y , cependant, est de categoriser l e s r e l a t i o n s qui existent entre R700 et R1970: l a chanson de Raoul n'est n i un contrafactum mttrique (isometrie vs heterometrie) n i un contrafactum melodique (les melodies des deux chansons d i f f e r e n t ) . I l s'agit, en e f f e t , d'un phenomene qui se rencontre dans d'autres chansons de Raoul, a savoir R2 063: Roi de Navare, chanson qui presente l a meme structure et l e meme genre de rapports avec R700 que l a chanson R1970, et R1154: He! cuens d'Anjou, on dist par felonnie, qui entretient des rapports semantiques et rimiques avec l a chanson R1152 Au tens plein de felonnie de Thibaut de Champagne4. Comme dans l e cas de R1970, les differences aux niveaux metrique et melodique nous empechent de regrouper ces chansons sous l a rubrique de contrafactum, malgre des l i e n s qui nous semblent indeniables. Ces exemples mettent en lumiere l a complexity du reseau i n t e r t e x t u e l et i n t e r s t r u c t u r e l qui caracterise l a lyrique courtoise, reseau qui est encore l o i n d'avoir ete analyse a fond. II est v r a i que l e genre de rapports dont i l a ete question pourrait se ranger sous l e t i t r e d' " i n t e r t e x t u e l l e Aufhebung" ("sublimation i n t e r t e x t u e l l e " ) , notion proposee par Jorn Gruber 5 et qui nous semble etre etroitement l i e e au celebre concept de "the anxiety of influence" ("l'angoisse de 1'influence") que l'on doi t a Harold Bloom 6. I l s'agit d'un paradoxe: l e trouvere, tout en cherchant a surpasser 4 E d i t i o n A . W a l l e n s k o l d , L e s c h a n s o n s de T h i b a u t de Champagne ( P a r i s , E d o u a r d C h a m p i o n , 1 9 2 5 ) : 1 8 9 - 1 9 4 . Nous a v o n s commente l e s r e s s e m b l a n c e s e n t r e R1154 e t R1152 dans n o t r e c o m m u n i c a t i o n " L e c h a n t c o u r t o i s : a n I n s i d e r ' s Game", 1995 C o n f e r e n c e o f t h e M e d i e v a l t o E a r l y Modern S t u d e n t s ' A s s o c i a t i o n o f t h e P a c i f i c (MEMSOP) a S e a t t l e . 5 J o r n G r u b e r , D i e D i a l e k t i k des T r o b a r ( T u b i n g e n Max N i e m e y e r V e r l a g , 1 9 8 3 ) . 6 " I do n o t b e l i e v e t h a t mean ing i s p r o d u c e d in a n d by poems, b u t o n l y between poems" , dans P e t e r de B o l l a , H a r o l d B l o o m . Towards H i s t o r i c a l R h e t o r i c s (London e t New Y o r k , R o u t l e d g e , 1 9 8 6 ) : 2 6 . 105 ses confreres par l e remaniement de leurs chansons, f i n i t par v a l o r i s e r et conserver les oeuvres memes q u ' i l cherche a depasser 7. Le meme principe, bien entendu, s'applique a l a notion de contraf actum qui, aux termes de 1'analyse de M. Gruber, constitue comme une sous-categorie de 1''intertextuelle Aufhebung. I l est interessant de noter que M. Gruber a d i v i s e sa matiere en t r o i s p a r t i e s , c'est-a-dire Aufhebung des mots, Aufhebung des melodies, et Aufhebung des themes et des motifs, tandis que les mentions de 1'Aufhebung de l a structure et de l a v e r s i f i c a t i o n s ' eparpillent dans les t r o i s sections. Cette approche donne l i e u a des speculations d'ordre epistemologique: e s t - i l possible de considerer l a structure du texte, en tant que t e l l e , independamment du sens qu'elle actualise? Peut-on v o i r dans l e mode de presentation, dans 1'arrangement des s i g n i f i a n t s , un s i g n i f i e ? Dans l a mesure ou l a lyrique courtoise est une l i t t e r a t u r e de c l i c h e s qui s'eloigne deliberement de l a s u b j e c t i v i t e et de 1'individualisme, i l nous semble en e f f e t possible de postuler pour l a structure du texte une fonction quasi-autonome, emettrice de messages au niveau de 1'esthetique. 8 En quelque sorte, c'est 1'infra-structure ' " D a b e i kommt es d a r a u f a n , s p r a c h l i c h - m e t r i s c h - m u s i k a l i s c h e E l e m e n t e b e s t i m m t e r L i e d e r v o n V o r g a n g e r n u n d / o d e r Z e i t g e n o s s e n d e r g e s t a l t i n das neue L i e d e i n z u f i i g e n , daJ3 d i e s e L i e d e r z u g l e i c h a u f b e w a h r t , w i d e r l e g t und ube rwunden , d . h . i m d r e i f a c h e n W o r t s i n n « a u f g e h o b e n » w e r d e n . " G r u b e r , o p . c i t . : 2 5 6 . 8 Nous t o u c h o n s i c i , e t dans l e s s e c t i o n s s u i v a n t e s , a des q u e s t i o n s d ' o n t o l o g i e de l ' a r t , de p h e m e n o l o g i e , d ' e s t h e t i q u e de l a r e c e p t i o n e t d ' e p i s t e m o l o g i e du t e x t e , d o n t 1 ' e t u d e d e p a s s e de l o i n l ' e n v e r g u r e de n o t r e memoire de m a i t r i s e . T o u t e f o i s , i l nous e s t a r r i v e de c o n s u l t e r c e r t a i n s o u v r a g e s dans c e s d o m a i n e s , q u ' i l c o n v i e n t de c i t e r : Roman I n g a r d e n , The L i t e r a r y Work o f A r t , t r a d . G . G r a b o w i c z ( E v a n s t o n , N o r t h w e s t e r n U n i v e r s i t y P r e s s , 1973) - t r a d , de Das l i t e r a r i s c h e K u n s t w e r k ( H a l l e : N i e m e y e r , 1 9 3 1 ) ; B . D z i e m i d o k e t P . M c C o r m i c k , On t h e A e s t h e t i c s o f Roman I n g a r d e n ( D o r d r e c h t , KLuwer A c a d e m i c P u b l i s h e r s , 1 9 8 9 ) ; H . R . J a u s s , P o u r une e s t h e t i q u e de l a r e c e p t i o n , t r a d . C . M a i l l a r d ( P a r i s , G a l l i m a r d , 1978) e t P o u r une h e r m e n e u t i q u e l i t t e r a i r e . t r a d . M . J a c o b ( P a r i s , E d i t i o n s G a l l i m a r d , 1 9 8 8 ) ; Umber to E c o , L ' o e u v r e o u v e r t e ( P a r i s , E d i t i o n s du S e u i l , 1965) e t L a s t r u c t u r e a b s e n t e ( P a r i s , M e r c u r e de F r a n c e , 1972 ; P a u l Z u m t h o r , o p . c i t . , e t P e r f o r m a n c e . r e c e p t i o n , l e c t u r e (Quebec , L e s E d i t i o n s du P r e a m b u l e , 1 9 9 0 ) , H e n r i M e s c h o n n i c , L a r i m e e t l a v i e ( D i j o n - Q u e t i g n y , E d i t i o n s V e r d i e r , 1 9 9 0 ) ; B . Baas e t A . Z a l o s z y c , " S o c r a t e . " P e r s p e c t i v e s p h i l o s o p h i q u e s -106 devenue superstructure, regissant l'enonce, absorbant 1'insuffisance des mots et servant de refuge contre l e langage re s s e n t i comme prison. Pour i n s i s t e r sur l e rol e de l a structure du texte t e l que nous venons de l e presenter, et pour e v i t e r des maleritendus par rapport a l a d e f i n i t i o n de l a notion de "texte" (qui ne nous parait pas evidente) et par consequent, de l a notion d ' i n t e r t e x t u a l i t e , nous proposons l e terme «interstructuralite» a cote d'«intertextualite». Malgre l'apport indeniable de 1'ouvrage de M. Gruber, nous nous posons done certaines questions par rapport a son concept des valeurs et done a 1' in t e r p r e t a t i o n de ce qui represente un systeme de poetique. Par l a nous ne voulons pas d i r e , bien entendu, q u ' i l ne faut pas chercher, a l ' i n t e r i e u r de 1'unite «chanson», des niveaux de sens et meme de s u b j e c t i v i t e 9 . Tout enonce est, au fond, s u b j e c t i f , et les fragments autobiographiques que l e poete g l i s s e dans son texte servent de signature, signe d'assertation de s o i . Toujours e s t - i l que 1'ouvrage de M. Gruber nous permet de cl a s s e r certains phenomenes, parmi lesquels 1'emprunt de mots-cles d'un exorde: element que M. Gruber estime important au niveau de l a r e c e p t i o n 1 0 . Comme nous avons vu, les mots «chantasse volentiers» du premier vers de R700 reapparaissent, ou presque, dans l e deuxieme vers de R1970: «Chantent ... vo l e n t i e r s " , et 1'on peut v o i r dans cet p e r s p e c t i v e s p s v c h a n a l v t i o u e s ( S t r a s b o u r g : P r e s s e s u n i v e r s i t a i r e s de S t r a s b o u r g , 1 9 8 7 ) ; R a i n e r W a r n i n g , R e z e p t i o n s a e s t h e t i k (Mi inchen , W. F i n k V e r l a g , 1 9 7 5 ) ; M a r i a L u i s a M e n e g h e t t i , I l p u b b l i c o d e i t r o v a t o r i ( T o r i n o , G i u l i o E i n a u d i , 1 9 9 2 ) . 9 V o i r S a r a h K a y , S u b j e c t i v i t y i n T r o u b a d o u r P o e t r y ( C a m b r i d g e , C a m b r i d g e U n i v e r s i t y P r e s s , 1 9 9 0 ) . 1 0 "Geht man davon a u s , daJ3 d i e T r o b a d o r s den K e n n e r n u n t e r i h r e n H o r e r n d u r c h b e s t i m m t e f o r m a l e u n d / o d e r s e m a n t i s c h e S i g n a l e z u v e r s t e h e n g e b e n , a u f w e l c h e s L i e d . . . s i e r e p l i z i e r e n , so mi i s sen d i e S i g n a l e b e r e i t s i n d e r E x o r d i a l c o b l a , s p a t e s t e n s a b e r i n d e r z w e i t e n C o b l a e r k e n n b a r s e i n , da e i n e angemessene R e z e p t i o n des L i e d e s a n d e r s n i c h t g e w a h r l e i s t e t i s t " . O p . c i t . : 9 8 . 107 emprunt un exemple de ce que M . Gruber appelle "Zitatmontage" 1 1 ("montage de c i t a t i o n s " ) . La chanson Amis Archier, a son tour, a sans doute s e r v i de modele a d'autres poetes, parmi lesquels nous comptons les auteurs anonymes du jeu-parti R707 Par Deu, Rolant12 (voir 1'appendice). Selon H. Spanke, i l est probable que l a composition d'un jeu-parti demandait l a cooperation de deux trou v e r e s 1 3 , et que des considerations pratiques auraient predispose c e l u i qui proposait l a chanson a c h o i s i r l a melodie d'une chanson preexistante 1 4. L'auteur anonyme de l a "Doctrina de compondre d i c t a t s " 1 5 nous d i t effectivement que "Si vols far tenso, deus 1 'apondre en algun so qui haia bella nota, e potz seguir les rimes del cantar o no." ("Si l'on veut f a i r e une tenso, i l faut l a joindre a une chanson qui a une b e l l e melodie, et l'on peut suivre ou non les rimes de cette chanson"). S i , dans l e cas des jeux-partis, l e choix d'une melodie preexistante e t a i t done d'ordre pratique et rendait quasiment indispensable 1'adoption du schema metrique, 1'emprunt du schema rimique a i n s i que des t r a i t s semantiques et s t y l i s t i q u e s ne 1'etait pas. Sans doute les poetes t e n a i e n t - i l s a creer des contraintes techniques qui leur permettaient de mieux St a l e r leurs talents de 'trouver'. La chanson R707, bien qu'en coblas unissonans, presente les memes schemas metrique et rimique que R1970, tout en reprenant les rimes constantes de cette chanson: a. schema et sonorite des rimes (rimes identiques 1 1 " U b e r s i c h t i i b e r d i e g r u n d l e g e n d e n Formen d e r T e x t t r a n s f o r m a t i o n " n o . ( 1 2 ) , o p . c i t . : 2 6 8 . 1 2 E d i t i o n A . L a n g f o r s , R e c u e i l g e n e r a l des i e u x - p a r t i s f r a n g a i s ( P a r i s , S A T F , 1 9 2 6 ) : 2 6 2 - 4 . 1 3 " A l l e s s p r i c h t d a f i i r , dafi d i e g e t e i l t e n S p i e l e n i c h t a u f e i n e r F i k t i o n b e r u h e n , d . h . d a £ s i e w i r k l i c h v o n j e z w e i D i c h t e r n v e r f a B t s i n d . " Hans S p a n k e , " Z u r g e s c h i c h t e des a l t f r a n z o s i s c h e n J e u - p a r t i " dans Z e i t s c h r i f t f u r f r a n z o s i s c h e S p r a c h e und L i t e r a t u r L I I : 3 9 - 6 3 ( 4 0 ) . 1 4 I b i d . : Une des p o s s i b i l i t e s e t a i t d ' a d o p t e r un mode le c o n n u a u x deux p a r t e n a i r e s . " [ D i e s e ] M o g l i c h k e i t , d i e i h r e b e s o n d e r e n p r a k t i s c h e n V o r z i i g e h a t , wurde a n s c h e i n e n d i n d e r a l t e r e n P e r i o d e des J e u - p a r t i b e v o r z u g t . " ( 4 1 ) . 1 5 J . M a r s h a l l , The Razos de trobar o f R a i m o n V i d a l a n d A s s o c i a t e d T e x t s ( L o n d o n , O x f o r d U n i v e r s i t y P r e s s , 1 9 7 2 ) : 9 7 . 108 soulignees): rimes a ' b c d -our -ent - i e -on -on -ent -le -er R1970 -er -ent -ie -ez -ez -ent -le -is -1Z -ent -ie -i - l -ent -ie -ains a -ent (-ant) b -ie c -oi d -let (ie") R707 La rime - l e t / - i e est, pour l a plupart, equivalente a c e l l e en -ez de Raoul: santez, povretez <> amistie, moitiet. b. Schema metrique: R1970: a 10 b 10 a 10 b 10 b 10 c 10' c 10' d 10 d 10 R707: a b a b b c c d d 10 10 ' 10 10' 10' 10 10 10 10 Signalons les rimes b feminines et les rimes c masculines de R707, 1'inverse de c e l l e s de R1970. c. Mots-rimes: R1970 I I I . 6 R 707 I. 5 I I . 4 R1970 I I I . 7 R 707 I I I . 4 R1970 E. 2 R 707 I I I . 2 vie v i e v i e mie mie amie amie d. S t y l i s t i q u e L ' a l l i t e r a t i o n au deuxieme vers des strophes I-III de R707 («jone et iolie». «Ke, puis ke cuers d'ami et cuers d'amie») et eventuellement «chose et jugie» 1 6, evoque 1 ' a l l i t e r a t i o n ( s i g n i f i c a t i v e au niveau de l a mise en valeur du theme) au deuxieme vers de l a premiere strophe de R1970, jeu phonique qui annonce l e motif «pour fueille ne pour flor» au troisieme vers, et qui se termine par l e mot-cle «fine Amor» au vers suivant (voir p. 96). A l l i t e r a t i o n au sens l a r g e , e n t r e s o u r d e e t s o n o r e . 109 e. motifs Le motif de l a b a t a i l l e dans l a quatrieme strophe de R707 (champion, bataille, boxerie) est c e l l e de l a cinquieme strophe de R1970 (champion, baston, assaut, cous, champ). Signalons aussi l e placement du mot-cle «amor» a l a cesure du quatrieme vers des strophes II et III de R707, comme au quatrieme vers de l a premiere strophe de R1970. C'est surtout l a reprise du motif, dans l e contexte des autres l i e n s que nous avons releves, qui nous porte a c r o i r e que R707 pourrait etre un contraf actum de R1970. Vu l e s differences au niveaux metrique et rimique, cependant, l'on ne peut nier que cette conclusion est discutable. Selon J . Marshall, pour que l'oeuvre s o i t consideree comme un contrafactum c e r t a i n , " I l faut que l a charpente metrique s o i t rare ou p a r t i c u l i e r e ... ou que les timbres a l a rime soient entierement ou partiellement identiques, ou que d'autres p a r t i c u l a r i t y metriques soient r e p r o d u i t e s " 1 7 . Or l e schema ababbccdd n'est pas rare. Le nombre de chansons decasyllabiques isometriques de neuf vers au schema metrique ababbccdd s'eleve a dix-huit: neuf cansos (y i n d u e s les chansons R1970 et R2063 de Raoul), s i x jeux-partis, deux sottes chansons, et une chanson r e l i g i e u s e . Le reseau des l i e n s i d e n t i f i e s a p a r t i r de ce groupe est considerable. Selon H.-H. Rakel, les cansos R1731 et R1743 sont des contraf acta de l a canso R1692 de Per r i n d'Angicourt (schema de rimes i d e n t i q u e ) 1 8 , l e jeu-parti R332 est un contraf actum de R700 du Chatelain de C o u c i 1 9 , et l a canso R321 a i n s i que, vraisemblablement, l e s jeux-partis R1666 et R1804, sont des contrafacta de R2063 de Raoul 2 0. S i on l a i s s e de cote les deux sottes chansons qui, de toute 1 1 J . M a r s h a l l , " P o u r 1 ' e t u d e des c o n t r a f a c t a dans l a p o e s i e des t r o u b a d o u r s " dans Romania C I ( 1 9 8 0 ) : 288 -335 ( 2 9 1 ) . 1 8 H a n s - H e r b e r t R a k e l , D i e m u s i k a l i s c h e E r s c h e i n u n a s f o r m d e r T r o u v e r e p o e s i e ( B e r n e t S t u t t g a r t , S c h w e i z e r i s c h e M u s i k f o r s c h e n d e r G e s e l l s c h a f t , 1 9 7 7 ) : 2 0 4 - 5 . 1 9 O p . c i t . : 5 9 . 2 0 O p . c i t . : 2 1 9 , 2 2 0 , 2 5 . 110 fagon, ne ressemblent a aucune des autres pieces, v o i l a done des l i e n s probables entre 11 sur 16 chansons: R1692 > R1731, R1743 R 7 0 0 > R 3 3 2 , R 1 9 7 0 R 2 0 6 3 > R 3 2 1 , R 1 6 6 6 ? , R 1 8 0 4 ? R1970 > R707? Cette constatation, a i n s i que 1'examen de nos exemples, mettent a 1'evidence d'une part l a portte du reseau i n t e r t e x t u e l et i n t e r s t r u c t u r e l , et d'autre part l e s d i f f i c u l t e s qui se presentent au niveau de 1'interpretation des donnees. I l nous semble hors de doute, cependant, qu'aux yeux des trouveres, l a structure du texte c o n s t i t u a i t comme un element semi-autonome capable d'emettre un message poetique. L'etude du remaniement des chansons preexistantes, a tous les niveaux, s e r a i t done un pre-requis e s s e n t i e l a toute tentative pour trouver "1'ouverture" de l a l i t t e r a t u r e courtoise, au sens qu'Umberto Eco prete a ce terme 2 1. 2 1 "Au f o n d , une forme e s t e s t h e t i q u e m e n t v a l a b l e j u s t e m e n t dans l a mesure ou e l l e p e u t e t r e e n v i s a g e e e t c o m p r i s e s e l o n des p e r s p e c t i v e s m u l t i p l e s . . . t o u t e o e u v r e d ' a r t . . . e s t « o u v e r t e » au m o i n s e n c e q u ' e l l e p e u t e t r e i n t e r p r e t e d de d i f f e r e n t e s f a e o n s s ans que s o n i r r e d u c t i b l e s i n g u l a r i t y e n s o i t a l t e r e e . " O p . c i t . : 1 7 . I l l III.B. R2107: Quant vox la glaie meiire III.B.1. INTRODUCTION La chanson R2107 Quant voi la glaie meiire de Raoul de Soissons nous est parvenue dans les manuscrits suivants: C : Berne, B i b l . Mun. 389 f o l . 197v°-198r° F : Londres, B r i t i s h Mus. Egerton 2 74 f o l . 101r-v° K : Paris, B i b l . de 1'Arsenal 5198 f o l . 141r-v° N : Paris, B.N. f . f r . 845 f o l . 65v°-66r° P : Paris, B.N. f . f r . 84 7 f o l . 86r-v° R : Pa r i s , B.N. f . f r . 1591 f o l . 93v°-94r° S : Paris, B.N. f . f r . 12581 f o l . 231r° U : Pa r i s , B.N. f . f r . 20050 f o l . 128r-v°, 129r° V : Pa r i s , B.N. f . f r . 24406 f o l . 118r-v° X : Pa r i s , B.N. n.a. 1050 f o l . 97r-v°, 98r° a : Rome, B i b l . Vat., Reg. C h r i s t , f o l . 29r-v° Metz : Pa r i s , B i b l . Maz. 54 f o l . u l t . v° Maz. : Metz, B i b l . Mun. 535 f o l . 162v°-163r° A t t r i b u t i o n s : C : Perrin d'Angicourt F : Raoul K : Raoul de Soissons N : T. de Soissons P : Raoul de Soissons R : Anon. S : Anon. U : Anon. V : Anon. X : Raoul de Soissons a : Raoul de Soissons Metz : Anon. Maz. : Anon. La chanson est notee dans les manuscrits K,N,P,R,V,a 112 Ordre des strophes, l e manuscrit U servant de base 1: U : : I II III IV V K : : I II III IV V N ' : : I II III IV V P : : I II III IV V R : I II III IV V X : I II III IV V a : I II III IV V F : I II III Metz : I II III S : I II III IV VI C : I II IV III VI V : I II IV III VI Maz. : I La chanson est composee de strophes heterometriques de douze vers heptasyllabiques et d'un vers t r i s y l l a b i q u e , selon l e schema a b a b b b a a b b a b b 7 ' 7 7 ' 7 3 7 7 ' 7 ' 7 7 7 ' 7 7 La structure strophique est c e l l e de coblas doblas: I II III IV V VI a -ure -ure -ee -ee -endre -endre b - i r - i r -i -i -ent -ent 1 U e t V s o n t l e s s e u l s m a n u s c r i t s a o f f r i r s i x s t r o p h e s ; nous a v o n s c h o i s i U p u i s q u ' i l e s t con fo rme au g r a n d g r o u p e K N P X R a . 113 III.B.2 EDITIONS DIPLOMATIQUES: R 2107 Berne/ B i b l . Mun. 389 f o l . 197v°-198 r° ( C ) 1 perins d angicort I. 1 Qant uoi l a g l a i e meure et lou r o s i e r espanir et per desus l a uerdure l a rousee resplandir 5 l o r s sospir 5 por c e l i c u i tant d e s i r e l a i s i ain outre mesure tout ausi comme 1 airsure f a i t kan k e l l e a t a i n t b r u i r 10 f a i t mon uis taindre et p a i l i r 10 sa simple regardeure ke me uint a cuer f e r i r por f a i r e l a mort s o f f r i r I I . 1 Moult f a i t douce blesseure f i n e amor en son uenir 15 maix muels uauroit l a poenture d un escorpion s e n t i r 5 et morir ke de ma dolor languir. e l a i s ma dame est s i dure 20 ke de ma dolor n a i t cure ne de mes mais amerir 10 ains me f a i t uiure et languir l a i s c est tous i o r s m auenture c ains dame ne pou s e r u i r 25 k i l e me doignaist merir III 1 E l a i s i e 1 a i tant amee despues ke premiers l a u i ke onkes pues de r i e n nee de mon cuer i e ne i o i 30 5 ains seux s i destrois por l i ke a i l l o r s n a i ma pensee maix se ma dame honoree s e i t k e l l e a i t l o i a l amin 35 10 bien en d o i t auoir merci se l o i a u l t e i s l i agree maix souent auient ensi ke se sont l i plux hai 1 T r a n s c r i p t i o n d i p l o m a t i q u e de J . B r a k e l m a n n , dans A r c h i v f u r das S t u d i u m d e r n e u e r e n S p r a c h e n und L i t e r a t u r e n X L I I I ( 1 8 6 9 ) : 3 1 6 - 7 , a v e c c o r r e c t i o n s de G . G r o b e r e t C . v o n L e b i n s k i , " C o l l a t i o n d e r B e r n e r L i e d e r h s . 389" dans Z e i t s c h r i f t f u r r o m a n i s c h e P h i l o l o g i e I I I ( 1 8 6 8 ) : 39 -60 ( 3 9 ) . 114 IV. 1 5 10 V. 1 5 B e l l e blonde desirree 40 k onkes dame ne fu s i se uos m aueis refusee l a i o i e dont i e uos p r i e n r i c h i sont mi morteil anemi 45 et l o r i o i e auront doublee et a moi l a mort donee s i ne 1 a i pais deserui l a i s onkes hom ne t r a n s i t de mort s i desesperee 50 maix bien ueul estre p e r i pues ke i a i a uos f a i l l i Dame i e ne m os deffendre de l a mort ke por uos sent nes ke c i l k on moinne pandre 55 encontre son iugement ains atent vostre douls comandement et se uos ueul f a i r e entandre se uos m o c i e i s sens prendre 60 blaime i aureis de l a gent et s i l ke ne se deffent et a merci se ueult randre d o i t auoir ligierement merci k i s espeie rant 115 Londres, B r i t i s h Museum, Egerton 274 f o l . 101r-v° 0 ( F ) R 2107 Mesir Raouls I. 1 Qu et ...ro 5 l o r s souspir / 101v° 10 f a i t mon v i s tandre et p a l i r 10 sa tres douche esgardeure et me uient au cuer f e r i r por f a i r e l e mort s e n t i r I I . 1 Molt f a i t douche blecheure bon amors en son uenir 15 mais mius uenroit l e pointeure d un escorpion s e n t i r 5 et morir que de ma dolor languir e las ma dame est s i dure 20 que de ma i o i e n a cure ne de ma dolor g a r i r 10 ains me f a i t uiure a martyr mais adies est m auenture c aine dame ne pot se r u i r 25 qu ele me daignast merir I I I . 1 Douche dame desiree onques dame ne fu s i se uos m aues devee l a i o i e dont i e uos p r i 30 5 e n r i c h i sont mi mortel anemi s aves l o r i o i e doublee et a moi l a mort donnee qui ne 1 a i pas deserui 35 10 car aine mais hons ne t r a n s i de mort s i desesperee i aine mius ces maus a s o u f r i r c a t e l i o i e auoir f a l l i 116 5 1 0 I I . 1 5 10 I I I . 1 5 Paris, Arsenal 5198 f o l . 141r-v° ( K ) R 2107 me s i r e raoul de soissons Quant uoi l a g l a i e meure et l e r o s i e r espanir et seur l a bele uerdure l a rousee resplendir l o r s souspir 5 pour cele que tant de s i r he las i aim outre mesure aut r e s i conme 1 arsure f e t quan qu ele a t i n t brouir f e t mon v i s taindre et p a l i r 10 sa simple regardeure+ qui me uint au cuer f e r i r pour fere l a mort s e n t i r Mult f e t douce bleceure bone amour en son uenir 15 et melz uaudroit l a pointure d un escorpion s e n t i r et morir que de ma dolor languir. he las ma dame est s i dure 20 que de ma j o i e n a cure ne de ma dolor guerir ainz me f e t uiure martir et c est ades m auenture c onques dame ne serui 25 qui l e me daignast merir He tres douce desirree onques dame ne fu s i se uous m auiez vee l a i o i e dont i e / uous p r i 141v° 30 e n r i c h i sont mi mortel anemi s avrez leur i o i e doublee et a moi l a mort donee s i ne 1 a i pas deserui 35 c onques houme ne t r a n s s i de mort s i desesperee et bien u u e i l estre p e r i puis qu a s amor a i f a i l l i 117 IV. 1 He deus i e 1 a i tant amee 40 des primes que i e l a u i c onques puis d autre riens nee ne de mon cuer ne i o i 5 ainz m a s i l e s s i e pour 1 amor de l i 45 que i e n aim autre riens nee mes se ma dame honoree set qu ele a i t l o i a l ami 10 bien deuroit auoir merci se loiaute l i agree 50 mes souuent auient ensi que ce sont l i plus hai V. 1 Chancon va t en sanz atendre a ma dame droitement p r i e l i que sanz mesprendre 55 te die tout son tale n t 5 car souuent u i f plus dolereusement que c i l que mort f e t estendre mes sa douce face tendre 60 en qui grant biaute resplent 10 m a r t s i l e cors et esprent que l i charbons soz l a cendre n a r t pas s i couvertement com f e t l i las qui atent 65 118 Pari s , B.N. f . f r . 845 f o l . 65v°-66r° ( N ) R 2107 mes s i r e s T. de soissons I. 1 Quant uoi l a glage meure et l e r o s i e r espanir et sus l a bele uerdure l a rousee resplendir. 5 l o r s souspir 5 por cele que tant d e s i r he las i aim outre mesure aut r e s i conme 1 arsure f e t quan qu ele at a i n t b r o i r 10 f e t mon uis taindre et p a l i r 10 sa simple / regardeure 66r° qui me uint au cuer f e r i r por fere l a mort s e n t i r I I . 1 Mult f e t douce bleceure bone amor en son uenir 15 et meuz vaudroit l a pointure d un escorpion s e n t i r 5 et morir que de ma dolor languir. he las ma dame est s i dure 20 que de ma i o i e n a cure ne de ma dolor g a r i r 10 ainz me f e t uiure martir et c est ades m auenture onques dame ne serui 25 qui l e mi daignast merir I I I . 1 He tres douce desirree onques dame ne fu s i se uos m auez devee l a i o i e dont i e uos p r i 30 5 e n r i c h i sont mi mortel anemi et l o r i o i e avez doublee et a moi l a mort donee s i ne 1 a i pas deserui 35 10 onques honme ne t r a n s s i de mort s i desesperee et bien u u e i l estre p e r i puis qu a s amor a i f a i l l i 119 IV. 1 He deus i e 1 a i tant amee 40 des l o r s que primes l a u i c onques puis d autre riens nee ne de mon cuer he i o i 5 ainz m a s i l e s s i e pour 1 amor de l i 45 que i e n aim autre riens nee mes se ma dame honoree set qu ele a i t l o i a l ami 10 bien deuroit auoir merci se loiaute l i agree 50 mes souuent auient ensi que ce sont l i plus hai V. 1 Chancon va t en sanz atendre a ma dame droitement p r i e l i que sanz mesprendre 55 te die tout son tale n t 5 car souuent u i f plus dolereusement que c i l qui mort f e t estendre mes sa douce face tendre 60 ou fi n e biaute resplent 10 mon cors alume et esprent l i charbons desoz l a cendre n a r t pas s i couvertement con f e t l i las qui atent 65 120 Paris, B.N. f . f r . 847 f o l . 85v°, 86r-v° (P) R 2107 me s i r e raoul de soisons I. 1 Quant uoi l a glage meure et l e r o s i e r espanir et seur l a bele uerdure l a rosee resplendir / 86r° 5 l o r s souspir 5 por cele que tant de s i r he las i aim outre mesure au t r e s i conme 1 arsure f e t quan qu ele ataint b r o i r 10 f e t mon v i s taindre et p a l i r 10 sa simple regardeure qui me uint au cuer f e r i r por fere l a mort s e n t i r I I . 1 Mult f e t douce bleceure bone amor en son venir 15 et melz uaudroit l a pointure d un escorpion s e n t i r 5 et morir que de ma doleur languir. he las ma dame est s i dure 20 que de ma i o i e n a cure ne de ma doleur guerir 10 ainz me fe t viure martir et c est ades m auenture qu ainz dame ne poi se r u i r 25 qui l e me daignast merir I I I . 1 He tres douce desirree onques dame ne fu s i se uos m auiez vee l a i o i e dont i e uos p r i 30 5 e n r i c h i sont mi mortel anemi s avrez leur i o i e doublee et a moi l a mort donee s i ne 1 a i pas deserui 35 10 c onques honme ne t r a n s i de mort s i desesperee et bien u u e i l estre p e r i puis qu a s amor a i f a i l l i 121 IV. 1 E deus i e 1 a i tant / amee 86v° 40 des primes que i e l a u i c onques puis d autre riens nee ne de mon cuer ne i o i 5 ainz m a s i l e s s i e por 1 amor de l i 45 que i e n aim autre riens nee mes se ma dame honoree set qu ele a i t l o i a l ami 10 bien deuroit auoir merci se loiaute l i agree 50 mes souuent auient ensi que ce sont l i plus hai V. 1 Chancon va t en sanz atendre a ma dame droitement p r i e l i que sanz mesprendre 55 te die t o t son tale n t 5 car souuent v i f plus dolereusement que c i l que mort f e t estendre mes sa douce face tendre 60 en qui grant biaute resplent 10 m a r t s i l e cors et esprent que l i charbons soz l a cendre n a r t pas s i couvertement con f e t l e las qui atent 65 122 Paris, B.N. f . f r . 1591 f o l . 93v°-94r° ( R ) R 2107 I. 1 Quant uoi l a g l a i e meure et l e dous r o s i e r f l o u r i r Et sur l a b e l l e uerdure l a rousee resplendir 5 l o r s soupisr [sic] 5 pour cele que tant d e s i r las et i ain outre mesure car aussi conme 1 arsure fe t quan qu ele ataint b r u i r 10 f e t mon uis taindre et p a l i r 10 sa simple regardeure qui au cuer me vient f e r i r pour fere l a mort s e n t i r I I . 1 Moult f a i t douce bleceure f i n e amour en son venir / 94r° 15 mais mious vaudroit l a pointure d un escorpion s e n t i r 5 et mourir que de ma dolour languir las et ma dame est s i dure 20 que de ma i o i e n a cure ne de ma doulour guerir 10 ains mi f a i t uiure martir Et c est ades m auenture qu ains ma dame ne poi s e r u i r 25 qu e l l e mi daignast merir I I I . 1 Douce dame desiree c onques dame ne fu s i se vous m aues refusee l a i o i e dont i e vous p r i 30 5 e n r i c i sont mi mortel anemi s aves l a i o i e doublee et a moi l a mort donnee s i ne 1 a i pas deserui 35 10 c onques mais hons ne t r a n s i de mort s i dezesperee bien en veul estre p e r i puis qu a s amour a i f a i l l i 123 IV. 1 He las i e 1 a i tant amee 40 dez l o r que primez l a u i c onques puis d autre riens nee nes de mon cuer ne i o i 5 ains m a s i bl e c i e pour 1 amour de l u i 45 Et se ma dame honneree qui est s i franee et senee set qu e l l e a i t l o i a l ami 10 bien deusse auoir merci se loiautes l i agree 50 mes souuent auient a i n s i que ce sont l i plus hay V. 1 Chancon va t ent sans atendre a m amie droitement S i l i d i que sans atendre mesprendre 55 te die tout son tale n t 5 car souuent v i f plus dolereusement que c i l que mort f a i t estendre Car sa b e l l e facon tendre 60 ou f i n e biaute resplent 10 mon cuer alume et esprent l i charbons dedens l a cendre n a r t pas plus couvertement que i e fas quant a l a pens 65 124 Paris, B.N. f . f r . 12581 f o l . 231r° ( S ) R 2107 I. 1 Quant uoi l a g l a i e meure et l e r o s i e r espanir et par l a douce uerdure l a rousee resplendir 5 l o r s sopir 5 por cele c u i tant de s i r he las i aig outre mesure tout ausis copie 1 arsure f a i t quan qu ele atai n t b r u i r 10 f a i t mon uis taindre et p a l i r 10 sa simple regardeure qui me uient au cuer f e r i r por f a i r e l a mort s e n t i r I I . 1 Mult f a i t douce bleceure bone amor an souenir 15 meus me uaudroit l a pointure d un escorpion s e n t i r 5 et morir que de ma dolour languir. he las ma dame est s i dure 20 que de ma i o i e n a cure ne de mes maus a l e g i r 10 ainz me f a i t uiure amartire t e l e est ades m auenture c ainz dame ne poi se r u i r 25 qui l e me daignast merir I I I . 1 Douce dame desiree onques dame ne fu s i se uos m aues refusee l a i o i e dou i e vos p r i 30 5 e n r i c h i sont mi mortel ennemi s aves l o r i o i e doublee et a moi l a mort donee s i ne 1 a i pas desserui 35 10 car onques hons ne t r a n s i de mort s i tres esperee et bien u u e i l estre periz puis qu a s amor a i f a i l l i 125 IV. 1 5 V. 1 5 He las i e 1 a i tant amee 40 des l o r s que premiers l a u i onques puis autre riens nee et se ma dame honoree set qu ele a i t l o i a l ami bien en doit auoir merci 45 se loiautez l i agree mais souant auient e i n s i que ce sont l i plus hai Dame i e ne m os deffendre de l a mort que por uos sent 50 ne que c i l c on mainne pendre encontre son iugement ainz atant vostre dous conmandement et s i uos f a i s bien entendre 55 se vos m ociez sanz faindre blasme en auroiz de l a gent car c i l qui ne se defent et a merci se uiaut rendre d o i t auoir legierement 60 merci merci quant s epee rent 126 Paris, B.N.f.fr.20050, f o l . 128 r-v°, 129 r° (U) R 2107 I. 1 Cant uoi l a g l a i e meure et lou r o s i e r espanir / 12 8v° desour l a b e l l e uerdure l a rousee respandir 5 l o r s sospir 5 por c e l i c u i tant desir l a i s c u i i ains outre mesure tot a s i copie 1 arsure f a i t cant k e l l e atent b r u i r 10 f a i t mon uiz tindre et p a i l l i r 10 sa simple regardeure ke me vient a cuer f e r i r por fare l a mort s a n t i r I I . 1 Mult f a i t douce bleseure bone amor et souenir 15 mais miez uadroit l a pointure d un escorpion s a n t i r 5 et morir ke de ma dolour languir. e l a i s ma dame est s i dure 20 ke de ma dolour n a i t cure ne de mes griez mais s a n t i r 10 ans me f a i t uiure et morir et c est ades m auanture c a dame ne poi s e r u i r 25 ke lou me dignaist merir I I I . 1 Douce dame desiree c onke dame ne fut s i se uos m aueis danee 1 amor dont i e uos p r i s i 30 5 a n r i c h i sont mi morteil anemin s auez l o r i o i e doublee et a moi l a mort donnee se ne 1 a pais deseruit 35 10 c onkes home ne t r a n s i t de mort s i desesperee et bien u o i l estre peris puis k a s amor a i f a i l l i t 127 IV. 1 E deus i e 1 a i tant amee 40 de l o r s ke premiers l a u i c onke puis d atre r i e n nee nes de mon / cuer ne i o i t 12 9r° 5 ains m a i s i l a i s i e t por 1 amor de l i 45 ke i e ne ains atre nee mais se ma dame honoree s e i t k e l l e a i t l o i a l amin 10 bien douroit auoir mersit se l o a l t e i t l i agree 50 mais souant auient ensi ke se sont l i plus h a i t V. 1 Chanson ua t an sans atandre a m amie droitemant p r i e l i ke sans mesprandre 55 me di e t tout son talant 5 car souant u i f plus malerousemant ke c i l c u i mors f a i t atandre mais sa b e l l e f a i c e tandre 60 ou f i n e b i a t e i t resplant 10 mon cors alume et esprant l i charbons desoz l a cendre n a i r t pas s i couertemant con i e fas cant a l i pans 65 VI. 1 E l a i s i e ne m ois defandre de l a mort ke por l i sant nes ke c i l c on moinent pandre ancontre son iugemant 5 ans atant 70 mersit debonaremant et c i uos fas a i antandre se uos m osiez puis prandre blame i aureis de l a gent 10 car c i l k i ne se defant 75 et a mersit se veult randre d o i t auoir ligieremant mersit cant s espee rant 128 5 10 I I . 1 5 10 I I I . 1 5 P a r i s , B.N. f . f r . 24406 f o l . 118r-v° (V) R 2107 Quant uoi l a g l a i e meure et l e douz r o s i e r f l e u r i r et par desus l a uerdure l a rousee resplendir l o r s soupir 5 pour cele que tant d e s i r que j aing las outre mesure tout aussi conme 1 arsure f e t quan qu ele a t a i n t b r u i r f e t mon v i s taindre et p a l i r 10 sa simple regardeure qui me uint au cuer f e r i r pour fere l a mort s e n t i r Mout f e t douce bleceure bonne amour en son uenir 15 mes mieus uendroit l a pointure d un escorpion s e n t i r et morir que de ma dolour languir e las ma dame est s i dure 20 que de ma j o i e na cure ne de ma dolour languir ainz me f e t viure martir t e l e est ades m auenture c onques dame ne serui 25 qui l e mi deignast merir E las i e 1 a i tant amee tres dont que primes l a v i c onques puis d autre rienz nee nes de mon cuer ne i o i 30 ainz s u i s i soupriz de 1 amour de l i car a i l l e u r s n est ma pensee mes se ma dame honoree set qu ele a i t l o i a l ami 35 bien deuroit auoir merci se loiautez l i agree mes souuent auient a i n s i que ce sont l i plus hai 129 IV. 1 Bele et bonne et desirree 40 onques dame ne fu s i se vous m auiez refusee l a i o i e dont i e uous p r i 5 e n r i c h i sont mi mortel anemi 45 et leur i o i e avez doublee et a moi l a mort donnee qui ne 1 a i pas deserui 10 c onques amans ne t r a n s i de mort s i desesperee 50 mes bien u o e i l estre p e r i s a uostre amour a i f a i l l i V. 1 Dame ne me puis deffendre de l a mort que pour vous sent ne que c i l c on mainne pendre 55 encontre son iugement 5 ainz atent vostre douz conmandement s i vous fas bien a entendre se vous m ociez sanz prendre 65 blame en arez de l a gent 10 car c i l qui toz i o r z atent et qui ne se veut deffendre d o i t auoir legierement merci quant s espee rent 65 VI. 1 Chancon va t en sanz atendre a ma dame droitement et l i d i que sanz rependre de moi face son tale n t 5 car souuent 70 u i f plus dolereusement que c i l que mort f e t estendre mes sa douce face tendre ou toute biaute resplent 10 m a r t s i mon cuer et esprent 75 que l i charbons sous l a cendre n a r t pas plus / couuertement 118v° que c i l qui merci atent 130 5 10 I I . 1 5 10 I I I . 1 5 Paris, B.N. n.a. 1050 f o l . 97r-v°,98r° (X) 1 R 2107 me s i r e raoul de soissons Quant uoi l a glage meure et l e r o s i e r espanir et seur l a bele uerdure l a rousee resplendir por cele qui tant de s i r he las ue 1 aim outre mesure aut r e s i come 1 arsure f a i t quan qu ele atent b r o i r f e t mon v i s taindre et p a l i r sa simple regardeure qui me uint au cuer f e r i r por f a i r e l a mort s e n t i r Molt f a i t douce bleceure bone amor en son uenir 15 et melz uaudroit l a pointure d un escorpion s e n t i r et morir que de ma dolor languir he las ma dame est s i dure 20 que de ma jo i e n a cure ne de ma dolor guerir ains me f a i t uiure martir et c est ades m auenture c onques dame ne serui 25 qui l e me daignast merir 5 10 Le tres douce desirree onques dame ne fu s i se vos m auies uee l a i o i e dont i e uos p r i 30 e n r i c h i sont mi mortel ennemi s avres l o r i o i e avez doublee et a moi l a mort donee qui ne 1 a i pas deserui 35 c onques home ne t r a n s s i de mort s i desesperee et bien u u e i l l estre p e r i puis qu a s amor a i f a i l l i T r a n s c r i p t i o n d ' A . G a u t h i e r , o p . c i t . : 1 1 7 - 1 3 6 . He deus i e 1 a i tant amee des primes que i e l a v i c onques puis d autre r i e n nee ne de mon cuer ne i o i ainz m a s i l a i s s i e por 1 amor de l i que i e n aim autre riens nee mes se ma dame honoree set qu ele a i t l o i a l ami bien deuroit auoir merci se loiaute l i agree mes souuent auient a i n s i que ce sont l i plus hai Chancon va t en sans atendre a ma dame droitement p r i e l i que sans mesprendre te die tout son tale n t car souuent u i f plus dolorousement que c i l que mort f e t estendre mes sa douce face tendre en qui grant biaute resplent m a r t s i l e cors et esprent que l i charbons souz l a cendre n a r t pas s i couvertement con f a i t l i las qui atent 132 Rome, B i b l . Vat., Reg. C h r i s t , f o l . 29r-v° (a) R 2107 Mesire raous de soisons I. 1 Qant uoi l a g i a l e meure et l e r o s i e r espanir et sor l a bele uerdure l a rdusee resplendir 5 l o r s souspir 5 pour c e l i qui tant desier et aim las outre mesure tout aus coume larsure f a i t kan qu ele atain t b r u i r 10 f a i t mon cors taindre et p a l i r 10 sa douce regardeure qui e l cors me uint f e r i r pour f a i r e l a mors s o u s f r i r I I . 1 Molt f a i t douce bleceure boine amours en son uenir 15 mais mieus uenroit l a pointure d un escorpion s e n t i r 5 et morir que de ma dolor languir e las ma dame est s i dure 20 que de ma jo i e na cure n a s o i ne me veut t e n i r 10 s i m o c i s t a son p l a i s i r mais c est ades m auenture k ains dame ne poi se r u i r 25 k i l e me vausist merir I I I . 1 A tres boine et desiree onques dame ne fu s i se uous m aues refusee l a i o i e dont i e uous p r i 30 5 e n r i c i sont mi mortel anemi et l o r i o i e aues doublee et a moi l a mort dounee s i ne 1 a i pas deserui 35 10 c onques nus horn ne t r a n s i de mort s i desesperee mais bien u e i l l estre p e r i puis que i a i a uous f a l i 133 IV. 1 He dieus iou 1 a i tant amee 40 des ce que premiers l a u i c onques puis d autre riens nee nis de mon cuer ne goi 5 ains m a s i l a i s s i e pour amour de l i 45 que iou n aim autre riens nee mais quant ma dame houneree set qu ele a l o i a l ami 10 bien deuroit auoir merci se loiautes l i agree 50 mais souuent auient ensi que ce sont l i plus hai V. 1 Ma cancounete je t enuoi a ma dame droitement se l i p r i e de par moi 55 c or face tout son tale n t 5 car souuent u i f plus dolereusement que c i l qui mors f a i t estendre mais sa douce face tendre 60 u toutes biautes resplent 10 m a r t s i l e cors et esprent que l i carbons seur l a cendre n a i t pas s i contenement con f a i t l i las qui atent 65 1 3 4 P a r i s , B i b l . Maz. 54 f o l . u l t . R 2107 Qan ubi l a l a g l a i e meure et l e r o s i e r espanir et par l a b e l l e uerdure l a rosee resplendir l o r s sospir pur c e l i que tan des i r e aym las utre mesure tout ensi cume larsure f a i t quan qu ele ataint b r u i r f a i t mun v i s taindre et p a l i r sa simple regardeure qui a coer 135 Metz, B i b l . Mun. 535 f o l . 162v°-163r° (ms perdu) 1 R2107 I. 1 Qant uoi l a glaige meure et l e / r o s i e r espanir 163r° et je uoi sor l'erbe drue l a rousee resplendir 5 l o r s souspir 5 pour c e l i c u i tant d e s i r dieus je 1 aing outre mesure tout ensi com 1 arseure f a i t quant qu e l l e a t a i n t b r u i r 10 f a i t mon v i s taindre et p a i l l i r 10 sa douce regardeure qui au cuer me uient f e r i r pour f a i r e l a mort s e n t i r I I . 1 Mout f a i t douce bleceure bone amour a son uenir 15 mes mielz uaudroit l a pointure d un escorpion s e n t i r 5 et morir que de t e i l dolour languir las ma dame est s i tres dure 20 que de ma i o i e n a cure ne de mes maus a l e g i r 10 ainz me f a i t uiure a martir mais c est tous iours auenture c onques dame ne serui 25 qui me uousist riens merir I I I . 1 Douce dame desiree onques non dame ne fu s i se uous m auez refusee l a riens que je plus d e s i r 30 5 arechi sont mi mortel anemi s auez l o r i o i e doublee et a moi l a mort donee ce ne 1 a i pas deserui 35 10 mais pour dieu uous c r i merci ce vostre amors est l i moie c u i i e s i forment des i r de tous maus s e r a i garis 1 P r e m i e r e s t r o p h e d ' a p r e s l a t r a n s c r i p t i o n de P a u l M e y e r , dans " N o t i c e du ms 535 de l a B i b l i o t h e q u e M u n i c i p a l e de M e t z " , B u l l e t i n de l a S o c i e t e des a n c i e n s t e x t e s f r a n g a i s I ( 1 8 8 6 ) : 41 -76 ( 6 6 ) . S t r o p h e s I I e t I I I r e c o n s t i t u e e s d ' a p r e s l e s v a r i a n t e s donnees p a r E . W i n k l e r , o p . c i t . 136 III.B . 3 EDITION CRITIQUE D'A. GAUTHIER: COMMENTAIRE Nous avons juge peu u t i l e de ref a i r e l e t r a v a i l tres consciencieux d'Anne Marie Gauthier par rapport a 1'etablissement du texte de l a chanson R21071. Tqutefois, conformement a notre principe d ' i n s i s t e r sur 1'importance des editions diplomatiques et pour nous permettre d'evaluer l ' e d i t i o n de Mme Gauthier, nous joignons a notre analyse l a tr a n s c r i p t i o n des t r e i z e versions manuscrites (d'autant plus que Mme Gauthier a omis de sa varia lectio les legons du manuscrit de Metz et de c e l u i de l a B i b l . Maz.). Ceci nous permettra egalement de commenter l a question epineuse du choix du manuscrit de base, et de co r r i g e r quelques fautes de t r a n s c r i p t i o n dans l e memoire de Mme Gauthier. Comme l e montre l a table de l a d i s p o s i t i o n des strophes, l e groupe KNPXURa s'oppose a CV. Le ms F et c e l u i de Metz ne donnent que t r o i s strophes mais suivent l a di s p o s i t i o n du groupe KNPXURa. S est egalement conforme au grand groupe, a 1'exception de l a strophe V, qui est l a meme que c e l l e donnee dans les mss. C et V. Le ms. Maz. ne presente que l a premiere strophe. Au niveau l e x i c a l , l es rel a t i o n s entre les manuscrits ne se devoilent pas de fagon plus c l a i r e , comme l e montre l a varia lectio aux pp.117-136 du memoire de Mme Gauthier. L'on v o i t bien ce qui a amene M. Steffens a af firmer que " die Faden der hdsl. Beziehungen sind hier ganz besonders verwickelt" 2 ("le t i s s u des r e l a t i o n s entre les manuscrits est particulierement i n e x t r i c a b l e " ) . Suchier ajoute que meme dans l a t r a d i t i o n des chansons lyriques, i l est vraiment rare de rencontrer une t e l l e confusion de rel a t i o n s manuscrites 3. 1 Op. c i t . : 106-152. 2 Georg Steffens, Die Lieder des Troveors P e r r i n von Anqicourt (Halle, Max Niemeyer Verlag, 1905): 285. Notons, d ' a i l l e u r s , que M. Steffens n'a pas signale les legons des mss. de Metz e t de l a b i b l . Maz. (282). 3 "Das Verhaltnis dieser HSS. i s t sehr v e r w i r r t und offenbar durch Nebeneinfliisse stark gestort, i n einem Mafi wie dies s e l b s t b e i l y r i s c h e n Stiicken nur s e l t e n vorkommen dufte." Op. c i t . : 257. 137 Parmi les arguments en faveur de V comme manuscrit de base t e l s que presentes par Mme Gauthier, citons c e l u i de l'ordre des strophes. Comme e l l e l ' a f a i t remarquer a juste t i t r e , l a strophe VI dans V est "une strophe f i n a l e et do i t done etre placee en cloture du poeme"4. E l l e souligne en outre que V contient peu d'erreurs, et donne souvent "des legons plus ' s a t i s f a i s a n t e s ' " 5 , t r a i t s que nous avons deja remarques au cours de 1'etablissement du texte de l a chanson R1970. Mme Gauthier emet l'hypothese selon l a q u e l l e V, presentant des variantes et des legons uniques en quelques endroits, peut etre plus eloigne de l a version o r i g i n a l e en raison des corrections au manuscrit-source que l e scribe a du y apporter. Cela remettrait en question l e choix de V comme manuscrit de base 6. I l est v r a i que les copistes ne se fa i s a i e n t pas scrupule d'apporter des corrections a leurs modeles; Schwan c i t e l a remarque dans l e manuscrit occitan a: a i apres tant en l ' a r t de trobar g u ' e u sau cognoisset et devezir en rimas . . . lo dreiz trobar del fals . . . e s i ai mout emendat d'aqo qu 'ieu trobei en 1 'issemple1 ("j'ai tant appris de l ' a r t de trouver que je peux juger et decider des rimes ... [et distinguer] l a bonne fagon de trouver de l a mauvaise ... et j ' a i done apporte bon nombre de modifications par rapport a ce que j ' a i trouve dans l e modele"). Toutefois, i l aurait ete u t i l e de s i t u e r cette question par rapport au groupement des manuscrits: a 1'hypothese de Mme Gauthier s' oppose l a constatation de Schwan que V est plus proche de l a source que l e groupe KNXP. En e f f e t , i l nous semble evident que plusieurs modeles ont existe pour donner une t e l l e d i v e r s i t e de legons, et que certains des scribes ont du rediger l a chanson de memoire: c e c i 4 O p . c i t . : 1 3 7 . 5 p . 1 3 8 . 6 p . 1 3 8 - 9 . 7 S c h w a n , o p . c i t . : 2 6 8 . 138 expliquerait 1'absence de certaines strophes dans plusieurs manuscrits, et surtout l'ordre f a u t i f des strophes. Schwan souligne en outre que 1'interet de "l ' e d i t e u r " de V e t a i t d'ordre esthetique: "Der Verfasser von V i s t also e k l e k t i s c h verfahren ...[und] hatte nur ein asthetisches Interesse, so dass er aus <|> s i c h nur die Lieder herausschrieb, die ihm am besten g e f i e l e n " 8 ("ainsi, l ' e diteur de V s'y p r i t de fagon eclectique ... et son i n t e r e t fut d'ordre nettement esthetique; i l ne copia done que les chansons qui l u i p l a i s a i e n t " ) . A en juger selon l'exemple des chansons R1970 et R2107, i l est indeniable que ce manuscrit semble o f f r i r des legons soigneuses du point de vue de l a grammaire, du lexique, et de l a v e r s i f i c a t i o n . Ajoutons que l a constatation de Mme Gauthier que "V est f o r t independant ... [mais] s'associe a R en plusieurs endroits" 9 corrobore c e l l e de Schwan: "Im ganzen s t e l l t a l l e r d i n g s R einen ungeordneteren (ursprtinglicheren) Zustand der Gruppe [NKXP] dar und ahnelt darin V" 1 0 ("en d e f i n i t i v e , R, comme V, represente un etat moins bien ordonne que l e groupe KNXP et plus proche de 1 ' o r i g i n a l " ) . Tout en applaudissant l e choix de V comme manuscrit de base, nous nous permettons une derniere remarque, par rapport a un des c r i t e r e s de r e j e t du manuscrit C c i t e s par Mme Gauthier: " l a langue du manuscrit C (comme U) est un manuscrit l o r r a i n " 1 1 [ s i c ] . En e f f e t , cet argument nous parait peu convaincant. L'on peut facilement s'imaginer un texte soigneusement copie d'apres un modele superieur par un scribe l o r r a i n . V o i c i , e n f i n , les quelques petites corrections que nous proposons par rapport aux tra n s c r i p t i o n s t e l l e s que presentees dans l a varia l e c t i o de Mme Gauthier: 8 I b i d . : 2 4 6 . 9 O p . c i t . : 142 . 1 0 O p . c i t . : 1 6 3 . 1 1 I b i d . : 139 . 139 ms vers transcr. d'A Gauthier correction F 14 blechure blecheure 15 amor amors}2 N 12 vine vint 14 blaceure bleceure 27 et dex he dex 73 mez mes £ 14 fet la douce fet douce 15 bone en son venir bone amor en son v. 26 qui me la qui le me 33 rien riens. 5 soupir soupisr 39 hai hay. 50 desesperee dezesperee S 3 par la douce et par la douce 8 come conme (con=9) 10 pallir palir 14 bleseure bleceure 23 ains ainz 26 qu'ele qui le (?) 37 loiautes loiautez 48 deservi desservi 57 ains ainz. u 1 qant cant 71 dolorousement malerousement 57 aus ans 77 n ' art n'airt V 16 mex mi ex 53 desfendre deffendre 63 desfendre deffendre 68 reprendre rependre a 13 vaucist vausist 44 enrich enrici 1 2 Le manuscrit donne une forme abreviee: "am". Gennrich, l u i a u s s i , a t r a n s c r i t amor ("die a l t f r a n z o s i s c h e Liederhandschrift London, B r i t i s h Museum, Egerton 274" dans Z e i t s c h r i f t f i i r romanische P h i l o l o q i e XLV, 418). Bien que l a forme «amor» s o i t possible au CSS, l'on peut se demander s ' i l vaut mieux remplacer 1'abreviation par l a forme «amors» qui, du moins en theorie, est plus cor r e c t e . R2107: Quant v o i l a g l a i e meiire Melodie de base e t a b l i e par Chantal Phan 140 5uant v o i l a g l a i u re E t l e doux s i e r f l e u r - i r . E t par de sus l a ver du re La ijors rou se res - p l en - d i r , T o u r sou p i r ce l e que tant de s i r Que ] a i n g , l a s ! ou t r e su r e . Tout aus s i con me l ' a r - su re Fet quan q u ' e l ' a - t a i n t brou i r , (—o — • m v w * ~ f o 0 — w • —: 10 : Fet mon v i s t a i n d r ' et pa - l i r rJTN tS v • VV.U t ) Sa sim - p ie re gar de - u re 10 11 12 4 w Qui Pour me fe v i n t re au l a cuer mort fe sen n r t i r . 141 I I I . B . 5 . EDITON CRITIQUE d'apres Anne Marie Gauthier 1 I. 1 Quant v o i l a g l a i e meiire Et l e douz r o s i e r f l e u r i r , Et par desus l a verdure La rousee resplendir, 5 Lors soupir 5 Pour cele que tant d e s i r , Que j'aing, l a s ! outre mesure. Tout aussi conme l'arsure Fet quan qu'ele atai n t b r u i r , 10 Fet mon v i s taindre et p a l i r 10 Sa simple regardeiire, Qui me v i n t au cuer f e r i r Pour fere l a mort s e n t i r . I I . 1 Mout f e t douce bleceiire Bonne Amour en son venir, 15 Mes mieus vendroit l a pointure D'un escorpion s e n t i r 5 Et morir, Que de ma dolour languir. E l a s ! ma dame est s i dure 20 Que de ma j o i e n'a cure Ne de ma dolour guerir; 10 Ainz me f e t v i v r e martir. Tele est ades m'aventure, C'ainz dame ne poi s e r v i r 25 Qui l e mi deignast merir. I I I . 1 E l a s ! je l ' a i tant amee Tres dont que primes l a v i , C'onques puis d'autre rienz nee Nes de mon cuer, ne j o i . 30 5 Ainz s u i s i Soupriz de 1'amour de l i Car a i l l e u r s n'est ma pensee. Mes se ma dame honoree Set qu'ele a i t l o i a l ami, 35 10 Bien devroit avoir merci Se loiautez l i agree; Mes souvent avient a i n s i Que ce sont l i plus h a i . v . 1 6 : Nous l i s o n s "miex" au l i e u de "jnex"; conformement a u x r e g i e s p o u r 1 ' e d i t i o n des a n c i e n s t e x t e s e t a b l i e s p a r M . R o g u e s , nous a v o n s r e m p l a c e " - x " p a r " - u s " ( o p . c i t . : 2 4 6 ) . O p . c i t . : 1 0 7 - 1 1 0 . 142 IV. 1 Bele et bonne et desirree, 40 Onques dame ne fu s i . Se yous m'aves refusee La j o i e dont je vous p r i , 5 E n r i c h i Sont mi mortel anemi; 45 Et leur j o i e avez doublee, Et a moi l a mort donnee, Qui ne 1'ai pas deservi; 10 Conques amans ne t r a n s i De mort s i desesperee. 50 Mes bien v o e i l estre p e r i S'a vostre amour a i f a i l l i . V. 1 Dame, ne me puis deffendre De l a mort que pour vous sent, Ne que c i l c'on mainne pendre 55 Encontre son jugement; 5 Ainz atent Vostre douz conmandement. S i vous fas bien a entendre: Se vous m'ociez sanz prendre, 60 Blame en arez de l a gent. 10 Car c i l qui toz jorz atent Et qui ne se veut deffendre, Doit avoir legierement Merci quant s'espee rent. 65 VI. 1 Changon, va t'en sanz atendre A ma dame droitement, Et l i d i que sanz rependre De moi face son t a l e n t . 5 Car souvent 70 V i f plus dolereusement Que c i l que mort f e t estendre. Mes sa douce face tendre, Ou toute biaute resplent, 10 M'art s i mon cuer et esprent, 75 Que l i charbons sous l a cendre N'art pas plus couvertement Que c i l qui merci atent. v . 4 2 : Nous p r e f e r o n s i c i "aves", l e g o n de C , F , N , R , S , U , a , M e t z . L e p l u s -q u e - p a r f a i t i n d i q u e r a i t que l a dame n ' a pas " r e f u s e l a j o i e " , c e q u i n ' a pas de s e n s . C f . S u c h i e r , 2 5 9 . v . 5 3 : Nous l i s o n s "deffendre" au l i e u de "desfendre". v . 6 3 : Idem. v . 6 8 : Nous l i s o n s "rependre" au l i e u de "reprendre". N o t e : Changement de p o n c t u a t i o n aux v e r s 1 8 , 2 2 , 2 8 , 2 9 , 3 0 , 4 5 , 5 0 , 5 9 , 6 1 , 6 3 , 6 7 , e t 7 5 . 143 I I I . B . 6 . TRADUCTION LITTERALE I. 1 Quand je vois l e g l a i e u l mur Et l e doux r o s i e r f l e u r i r , Et quand, par dessus l a verdure Je vois l a rosee b r i l l e r , 5 Alors je soupire 5 Pour e e l l e que tant je desire, Que j'aime, helas! outre mesure. Tout comme 1'incendie Quand i l commence a flamber, 1 10 Mon visage change de couleur et p a l i t 10 A sa seule vue, Qui est venue me frapper au coeur Pour me f a i r e eprouver l a mort. I I . l Le bon Amour, en venant, I n f l i g e une tres douce blessure 15 Mais i l vaudrait mieux s e n t i r La piqiire d'un scorpion 5 Et mourir, Que languir de ma douleur. Helas! ma dame est s i dure 20 Qu'elle ne s'interesse n i a ma jo i e Ni a me guerir de ma douleur; 10 E l l e prefere que je mene l a v i e d'un martyr. Et c'est maintenant mon sort De ne pouvoir s e r v i r une dame 25 Qui m'en juge digne. I I I . 1 Helas! je l ' a i tant aimee Des l a premiere f o i s que je 1'ai vue, Que jamais depuis je n'ai jo u i d'aucune creature, Ni de mon coeur. 30 5 Plutot, je suis Entraine par 1'amour d ' e l l e Car mes pensees sont a i l l e u r s . Mais s i ma dame honoree S a i t qu'elle a un l o y a l ami, 35 10 E l l e devrait bien avoir p i t i e , S i l a loyaute l u i p l a i t ; Mais i l advient souvent a i n s i , Que ce sont ceux qui sont les plus haxs. A u t r e t r a d u c t i o n p o s s i b l e : T o u t comme le feu Quand i l chauffe jusqu'au point d'ebullition 144 IV. 1 B e l l e et bonne et desiree, 40 Jamais nulle dame ne l e fut a i n s i . S i vous m'avez refuse La j o i e que je vous demande, 5 Enri c h i s Sont mes ennemis mortels; 45 Et vous avez redouble leur j o i e , Et donne l a mort A moi, qui ne l ' a i pas meritee. 10 Car jamais nul amant ne mourut De fagon s i dtsesperee. 50 Mais je veux bien p e r i r S i je n'ai pas reu s s i a obtenir votre amour. V. 1 Dame, je ne peux pas plus me defendre Contre l a mort que je ressens pour vous, Que c e l u i qu'on amene a l a potence 55 Ne peut se defendre contre sa sentence; 5 Je prefere attendre Votre doux commandement. J'aimerais que vous entendiez bien c e c i : S i vous me tuez sans accepter mon amour, 60 Vous en serez blamee par les gens. 10 Car c e l u i qui attend toujours Et qui ne veut pas se defendre, Doit facilement obtenir P i t i e quand i l l i v r e son epee. 65 VI. 1 Chanson, va-t-en sans attendre Tout d r o i t a ma dame, Et d i s - l u i de f a i r e de moi Ce qu'elle voudrait, sans avoir de regrets. 5 Car souvent 70 Je mene une v i e plus douloureuse Que c e l u i que l a mort abat. Mais son doux visage tendre, Ou b r i l l e l a pleine beaute, 10 Me brule et m'incendie tant l e coeur, 75 Que l e charbon sous l a cendre Ne brule pas plus a couvert Que c e l u i qui attend l a p i t i t 145 III.B. 7 . ANALYSE LITTERAIRE I l est interessant de noter l a presence de l a chanson Quant vol la glaie meiire de Raoul de Soissons dans l e manuscrit de Metz 535, r e c u e i l malheureusement d e t r u i t au cours de l a Deuxieme Guerre Mondiale, qui renfermait un ce r t a i n nombre de chansons pieuses, de t r a i t e s pieux et de sermons. Parmi les neuf chansons frangaises nottes, F. Ludwig compte sept contrafacta dont deux q u ' i l considere comme cer t a i n s , et cinq comme probables, tous composes sur des chansons profanes 1. Meme en tenant compte de l a subst i t u t i o n d'un texte quasi-religieux aux quatre derniers vers de l a chanson de Raoul, l a version de Metz n'est cependant pas un contrafactum 2. Selon Ludwig, l a piece de Raoul aurait pu etre comprise de fagon mystique ou r e l i g i e u s e 3 , notion qui nous semble d'autant plus probable que l a chanson renferme toute une s e r i e d'allusions b i b l i q u e s . Nous croyons pourtant pouvoir deceler un contre-texte erotique qui s'oppose et s'ajoute a 1'interpretation r e l i g i e u s e et mystique: c'est cet aspect pluridimensionnel de l a chanson qui, outre 1'etude de l a structure poetique, fera l'objet d'une analyse de notre part. La structure strophique de Quant voi la glaie meiire est c e l l e de coblas doblas a deux rimes, l a ressemblance interne de l a sonorite des rimes (-iire et - i r , -ee et - i , et -endre et -ent) mettant en valeur 1'unite des paires de strophes. Les strophes sont composees de deux pedes de deux vers chacun, s u i v i s d'un vers t r i s y l l a b i q u e qui i n t r o d u i t l a cauda4 de deux f o i s quatre vers: 1 F . L u d w i g , R e p e r t o r i u m o rqano rum r e c e n t i o r i s e t m o t e t o r u m v e t u s t i s s i m i s t i l i Bd I , 1910 ( H i l d e s h e i m , G . 01ms V e r l a g s b u c h h a n d l u n g , 1 9 6 4 ) : 3 3 9 - 4 0 . 2 "Me tz i i b e r l i e f e r t h i e r das w e l t l i c h e O r i g i n a l i m w e s e n t l i c h e n u n v e r a n d e r t , n u r t e x t l i c h e n t s t e l l t , k e i n g e i s t l i c h e s C o n t r a f a c t u m . " O p . c i t : 3 3 9 . 3 " . . . d i e T e x t e [ s o l l e n ] i n d i e s e m Zusammenhang w o h l e b e n f a l l s m y s t i s c h - g e i s t l i c h a u f g e f a s s t w e r d e n . " O p . c i t . : 3 4 0 . 4 Dans l a l y r i q u e i t a l i e n n e du X I I I e s i e c l e , c e v e r s e n t r e pedes e t cauda, non i d e n t i f i e dans l a v e r s i f i c a t i o n c o u r t o i s e de l a n g u e d ' o c e t 146 ab ab /b/ baab babb Ce schema rendu asymetrique par l a presence d'une rime b au douzieme vers presente une p a r t i c u l a r i t y inttressante dans l a mesure ou i l se heurte au schema symetrique de l a melodie qui se deroule de fagon p a r a l l e l e a c e l u i du texte: A B A B C D E F G D E F G 5 a b a b b b a a b b a b b 7'7 7'7 3 7 7'7'7 7 7'7 7 I l ressort de cette construction qu'a l ' i n t e r i e u r de l a meme strophe, l a phrase melodique F doit accompagner deux vers dont 1' un se termine par une rime feminine et 1' autre par une rime masculine. Notons que s i l'emploi d'un vers t r i s y l l a b i q u e au sein d'une strophe heptasyllabique sert a b r i s e r " l a monotonie que l a longueur de l a strophe r i s q u a i t de provoquer" 6, l e placement dans 1'avant-dernier vers d'une rime masculine l a ou on s'attendrait a une rime feminine pourrait s e r v i r a annoncer l a f i n de l a strophe. Quant voi la glaie meiire se distingue clairement de l a chanson Amis Archier que nous avons etudiee, et tout d'abord par l'abondance des images et des comparaisons: l e g l a i e u l , l e r o s i e r , et l e feu ( I ) , l e scorpion et l e martyr ( I I ) , l e condamne qui va etre pendu et l e guerrier qui l i v r e son epee (V), et l e charbon ardent sous les cendres (VI). Plusieurs de ces images (le feu, l e scorpion, l e martyr, l a cendre) sont empruntees a l a Bible, et ce ne sont pas l e s seules a l l u s i o n s b i b l i q u e s : citons encore jugement (V.4), commandemant (V.6), merci (V.13, VI.13), et rependre (VI.3). I l est interessant de noter 1'absence assez frappante d'images et d'allusions bibliques dans l a deuxieme paire de d ' o i l , s ' a p p e l l e la chiave ( l a c l € ) . C f . M a r c e l l o S e n s i n i , I l s i s t e r n a d e l l a l i n g u a ( M i l a n , A . M o n d a d o r i S c u o l a , 1 9 9 2 ) : 4 9 9 . 5 L e s m a j u s c u l e s d e s i g n e n t l a s t r u c t u r e m e l o d i q u e , e t l a s t r u c t u r e m e t r i q u e e s t r e p r e s e n t e e p a r l e s m i n u s c u l e s (methode u t i l i s e e p a r G e n n r i c h ) . 6 R o g e r D r a g o n e t t i , L a t e c h n i q u e p o e t i q u e des t r o u v e r e s dans l a c h a n s o n c o u r t o i s e ( B r u g e s , "De T e m p e l " , 1 9 6 0 ) : 3 9 0 . 147 strophes, c e l l e s qui sont au centre de l a chanson. Nous reviendrons a ce sujet. S. Rosenberg a signale a juste t i t r e que l a reapparition du feu a l a f i n de l a chanson permet de rapprocher l a derniere strophe de l a premiere 7, e f f e t qui s'accorde avec l a structure poetique essentiellement c i r c u l a i r e de l a chanson courtoise (cf. p.92/3). Quant voi la glaie, d ' a i l l e u r s , n'est pas l a seule chanson de Raoul a o f f r i r 1'image du feu comme moyen d'exprimer l'ardeur de 1'amour c o u r t o i s 8 : on l a trouve egalement dans R767 Destrece de trop amer Qu'a riens fors qu'a paradis Dame, ne pens si souvent Comme a vostre pies ant vis, Qui ma volente esprent D'une amour si ardanment Que plus me sent esprendre Q'ardant charbon, qui art souz chaude cendre Ne de 1'ardoir ne se faint, Se de mes lermes n'estaint.9 (A noter: les mots-rimes identiques souvent, esprent, cendre). La chanson R1267 Changon m'estuet contient l a meme image et des tournures semblables: Si me convient souvent palir et taindre Or m'i devroit ma douce dame estaindre La grant doleur qui m'est ou cuer ardans D'un feu qui m'est si douz et si plaisanz Et, que pluz m'art, mainz me puet la mort rendre;10 Ces quelques exemples releves dans 1'oeuvre d' un seul poete mettent a jour l a nature limitee et conventionnelie du reseau l e x i c a l et de 1'ensemble des champs semantiques ouverts aux trouveres. En e f f e t , ce n'et a i t pas 1 ' o r i g i n a l i t e l e x i c a l e q u ' i l s recherchaient mais au contraire, l a creation de nouveaux s i g n i f i e s a p a r t i r de ' S . R o s e n b e r g , C h a n t e r m ' e s t u e t . Songs o f t h e t r o u v e r e s ( B l o o m i n g t o n , I n d i a n a U n i v e r s i t y P r e s s , 1 9 8 1 ) : 3 8 5 . 8 A u s u j e t de l ' e m p l o i de c e t t e t o p i q u e , v o i r D r a g o n e t t i , o p . c i t . : 2 1 9 - 2 2 2 . 9 E d . W i n k l e r , o p . c i t . : 3 8 - 9 . 1 0 I b i d . : 4 9 - 5 1 . 148 s i g n i f i a n t s cbnventionnels, remanies de fagon deliberee et i n v e n t i v e 1 1 . Comme l ' a f a i t remarquer Georges Lavis, " . . . l ' a r t du p o e t e o p e r e l a f u s i o n h a r m o n i e u s e e t mesuree de deux t e n d a n c e s : c o n s i s t a n c e ou c o n t i n u i t y d ' u n e t r a d i t i o n d ' u n e p a r t , r e v i v i f i c a t i o n de c e t t e t r a d i t i o n , d ' a u t r e p a r t , p a r l e changement c o n t i n u e l des agencements e t des l i a i s o n s " . 1 2 Nous allons v o i r comment cette "dynamique de 1'usage" 1 3 peut operer 1'actualisation de dimensions multiples dans un meme texte. La chanson s'ouvre sur l a contemplation de l a nature (Natureingang), ce qui semble indiquer que, contrairement aux sentiments exprimes dans sa chanson Amis Archier, i l p l a i t a Raoul de se joindre a l a foule de cil autre chanteour tant c r i t i q u e s qui chantent por fueille et pour flour. Dans l e systeme des valeurs courtoises, t o u t e f o i s , l a seule r e s t r i c t i o n imposee a l'emploi de l'exorde p r i n t a n i e r est que l e trouvere mette a 1'evidence l a haute raison qui 1'inspire, s o i t 1'amour, comme nous 1'avons signale (p.92) 1*. La f l e u r que Raoul of f re a l a vue est d'abord l e g l a i e u l , qui figure assez rarement dans l e corpus de l a lyrique c o u r t o i s e 1 5 et que l'on rencontre sous les formes v.glai)i, «gla», «gle» et «gloi» 1 6. Toutefois, i l faut constater que quatre des manuscrits (N,P,X,Metz) donnent l a legon de "glage" ou «glaive», mot qui derive de l a meme source etymologique que «glai», s o i t GLADIUS: «epee». L'on se retrouve a i n s i avec l e sens possible de "glaive mur" dont l a connotation sexuelle comme symbole phallique nous pa r a i t indeniable. 1 1 C f . R o b e r t G u i e t t e , " D ' u n e p o e s i e f o r m e l l e e n F r a n c e a u Moyen A g e " dans Forme e t s e n e f i a n c e (Geneve , L i b r a i r i e D r o z , 1 9 7 8 ) : 1 -24 . 1 2 G e o r g e s L a v i s , L ' e x p r e s s i o n de 1 ' a f f e c t i v i t e dans l a p o e s i e l v r i a u e f r a n c a i s e du Moven Age ( P a r i s , S o c i e t e d ' E d i t i o n « L e s B e l l e s L e t t r e s » , 1 9 7 2 ) : 5 7 9 . 1 3 I b i d . 1 4 V o i r D r a g o n e t t i , o p . c i t . : 1 8 3 - 6 . 1 5 I b i d . : 1 7 3 . 1 6 A . G r e i m a s , D i c t i o n n a i r e de 1 ' a n c i e n f r a n c a i s ( L a r o u s s e , 1 9 9 2 ) . 149 La question qui se pose est de savoir s i les occurrences de «glaive» constituent une faute ou l a preuve d'une re i n t e r p r e t a t i o n de l a part d'un ou de plusieurs des scri b e s . I l est v r a i q u ' i l faut r e s i s t e r a l a tendance a chercher l ' i r o n i e l a ou i l n'y en a point, comme nous a v e r t i t Gaunt 1 7. Mais comment reconnaitre 1'ironiste? Un des signes les plus evidents est surement 1'ensemble des gestes et des expressions du chanteur ou du r e c i t a n t . L'execution musicale, e l l e a u ssi, aurait pu jouer un r o l e , surtout etant donne l a "mouvance"18 des melodies. Prive de cet apport, cependant, nous sommes obligee de chercher a i l l e u r s , et c'est precisement dans les "fautes" des scribes que nous trouvons nos signaux. Nous tenons a i n s i s t e r sur ce f a i t : outre les fautes de t r a n s c r i p t i o n (les sauts du meme au meme, les mots b r o u i l l e s , dont nous rencontrons un bel exemple dans l e manuscrit R: soupisr, et les r e p e t i t i o n s : l a l a au premier vers du manuscrit Maz.), les variantes, en tant que tembins d'un c e r t a i n mode de reception du texte, devraient etre prises au serieux. A i n s i , nous voyons dans 1'ensemble des legons manuscrites des chansons etudiees i c i ce que Laura Kendrick appelle "the po t e n t i a l ambiguity or i n s t a b i l i t y of meaning" 1 9: 1'ambigui.te ou i n s t a b i l i t y p o t e n t i e l l e du sens. Dans ce contexte, i l s e r a i t u t i l e d'evoquer l'un des contrafacta ( j u s q u ' i c i non i d e n t i f i e s ) de l a chanson Quant 1 / "If the s p i r i t of the texts to be studied i s to be respected, any i n t e r p r e t a t i o n i n v o l v i n g irony must l i m i t i t s e l f t o 'the irony of an i r o n i s t being i r o n i c a l ' " dans S. Gaunt, Troubadours and Irony (Cambridge, Cambridge U n i v e r s i t y Press, 1989): 25. 1 8 Terme bien connu de P. Zumthor (Essai de poetioue medievale. P a r i s : E d i t i o n s du S e u i l , 1972), r e p r i s dans l e contexte musicologique par Gerard l e Vot, " I n t e r t e x t u a l i t e , metrique et composition melodique dans l e s «cansos» du troubadour Folquet de M a r s e i l l e " dans Contacts de Lanques. de c i v i l i s a t i o n s et i n t e r t e x t u a l i t e t . I I (Actes du I I I e m e Congres International de l'AIEO, G. Gouiran ed., Montpellier, 1992): 642 . 1 9 I b i d . 43. "Although modern edit o r s have generally assumed that o p a c i t i e s i n t h i r t e e n t h - and fourteenth-century Provengal l y r i c texts of the chansonniers are degenerate versions of the c l e a r and s t r a i g h t -forward "authentic" text, these ambiguous clumps of l e t t e r s may represent the multiple senses and the p l a y f u l metamorphosis of meaning of the d e l i b e r a t e l y ambiguous troubadour text." (42). 150 vol la glaie de Raoul: «Mayres de Dieu, verges pura» d'Arnaut V i d a l de Castelnaudary (voir l'appendice et l a section suivante) qui, l u i aussi, permet une seconde lecture, erotique, a l'aide de jeux de mots t e l s que c e l u i sur "arma" («ame« ou «arme»), «cambra» («chambre» ou «cavite» au sens sexuel) et "verge" («vierge» ou «membre yiril») 2 0, comme l ' a demontre Mme Kendrick 2 1. Le meme champ de p o s s i b i l i t e s s'ouvre aux trouveres avec l e mot «cors{cor)» qui peut s i g n i f i e r «coeur», «corps», «corne», «cor», «force, puissance», «course, galop». Prenons comme exemple l a legon du manuscrit a pour l e dernier vers de l a premiere strophe: gui el cors me vint ferir, phrase qui permet plusieurs traductions selon 1'interpretation du contexte. I l en va de meme pour l e vers 75, ou tous l e s manuscrits donnent l a legon de «cors»: m'art si le cors. F a u t - i l comprendre «coeur» ou «corps» ou autre chose? Etant donne q u ' i l s'agit d'un cas regime, c'est l e sens de «corps» qui s'impose i c i ; 1'interpretation qui se suggere est que l a beaute du visage de l a dame art (rechauffe) le cors (le corps entier) de l'amant. Dans l e contexte d'un contre-texte erotique, les mots-rimes desir, ferir, sentir [et a l a rigueur, fleurir et bruir) acquierent, eux aussi, une ambivalence imprevue. Eventuellement, l'on peut discerner au premier vers de l a deuxieme strophe un paragramme et done l a mise en valeur du mot "meiire" (=enfle?): Mout fet douce bleceiire En d e f i n i t i v e , l'hypothese qu'en choisissant 1'image du g l a i e u l , Raoul a voulu d'emblee introduire dans son texte une ambivalence d'ordre erotique nous p a r a i t done bien fondee. 2 0 L'on peut evoquer i c i la celebre sextine d'Arnaut Daniel, Lo term voler, q u i j o u e s u r l e s memes m o t s : ongla, arma, e t cambra. 2 1 L a u r a K e n d r i c k , The Game o f L o v e . T r o u b a d o u r W o r d p l a y ( L o n d o n , U n . o f C a l i f o r n i a P r e s s , 1 9 8 8 ) : 9 7 - 8 . 151 Apres l e glaxeul, c'est l a rose et l a rosee qui s'offrent a l a vue. La Vocabula Amatoria 2 2 qui, i l est v r a i , ne recouvre pas specifiquement l e Moyen Age mais qui peut pourtant nous fournir des indications u t i l e s , nous donne sous l a rubrique "rose" (v.2) l e sens de " v i r g i n i t e " ou "organes genitaux de l a femme" tandis que l a "rosee" (v.4) representerait l e sperme. Ensuite, c'est 1'image du feu qui entre en jeu: symbole pourvu de connotations non seulement bibliques et d i v i n e s 2 3 mais encore erotiques: "La s i g n i f i c a t i o n sexuelle du feu est universellement l i t e a l a premiere technique d'obtention du feu par frottement, en va et vient, image de l'acte s e x u e l " 2 4 . A i n s i , i l semble que l a premiere strophe de Quant vox la glaie meiire se prete a l a s t r a t i f i c a t i o n h a b i t u e l l e de l a lyrique courtoise et se l i t selon plusieurs i n t e r p r e t a t i o n s : courtoise conventionelle, r e l i g i e u s e ou semi-mystique, feodale (1'amant au service de l a dame), et franchement e r o t i q u e 2 5 . La deuxieme strophe s'ouvre sur 1'image du scorpion qui, bien qu ' empruntee a l a Bible, n ' est pas denuee d' une certaine ambiguxte, a en juger par cette d e s c r i p t i o n : "... par sa queue terminee en une tumeur gorgee de venin . *. i l incarne 1'esprit belliqueux ..." 2 6. Selon l a Vocabula Amatoria. l a queue representerait l e membre v i r i l , et l e mot «martir» l ' e t r e i n t e sexuelle. L'ambiguxte de l'idee que l a dame devrait "guerir" 1'amant de sa "douleur" est evidente. L'appbrt de l a melodie se f a i t egalement s e n t i r , par l a presence de grands melismes a l a f i n des vers 1,3,6,8,10 et 2 2 J . F a r m e r , V o c a b u l a A m a t o r i a ( D i c t i o n a r y o f S l a n g V o l . V I I I . U n i v e r s i t y B o o k s , 1 9 6 6 ) . 2 3 " . . . l e s s a i n t s t h e o l o g i e n s d e c r i v e n t s o u v e n t sous forme i n c a n d e s c e n t e c e t t e E s s e n c e s u r e s s e n t i e l l e q u i echappe a t o u t e f i g u r a t i o n , e t c ' e s t c e t t e forme q u i f o u r n i t p l u s d ' u n e image v i s i b l e de c e q u ' o n o s e a p e i n e a p p e l e r l a p r o p r i e t e t h e a r g i q u e . " D i c t i o n n a i r e des s y m b o l e s ( P a r i s , E d i t i o n s R o b e r t , 1969) 2 4 I b i d . : 3 5 1 - 2 . 2 5 " . . . i r o n y i s an i d e a l v e h i c l e f o r s e x u a l i n n u e n d o . " S . G a u n t , o p . c i t . : 2 2 . 2 6 D i c t i o n n a i r e des s v m b o l e s . 6 8 3 . 152 12, mettant en valeur certains des mots-cles, comme «meiire», «desir», «arsure», «ferir». Les deux strophes qui suivent s'opposent, de par leur caractere conventionnel et non equivoque, aux deux premieres avec leur abondance d'images et de tournures qui se pretent a l a double i n t e r p r e t a t i o n . C'est comme s i l e poete s ' e f f o r g a i t de nier les impressions q u ' i l a pu donner; cette strategie qui consiste a confondre et a dissimuler s'accorde, d'une part, avec les regies de l ' i r o n i e , d'autre part, avec c e l l e s du genre et avec les convenances. Comme l ' a souligne Simon Gaunt, c'est l a p o s s i b i l i t e que l ' i r o n i e echappe a certains des recepteurs qui en constitue 1'effet dominant: "the e f f e c t of an i r o n i c statement depends upon the p o s s i b i l i t y that someone w i l l misunderstand" 2 7. L ' i r o n i e est d'autant plus d e l i c i e u s e p u i s q u ' i l f a l l a i t que l'erotique et 1'obscene soient bien deguises 2 8. A l a f i n de l a quatrieme strophe, au moment ou les auditeurs ( i n i t i e s ) auraient pu se demander s ' i l s avaient vraiment compris les al l u s i o n s contenues dans l e s deux premieres strophes, l e poete i n t r o d u i t de nouvelles ambiguites: l'idee que l a dame peut "tuer" l'amant sans l e "prendre", 1'image de l'epee qui rappelle c e l l e du gla i v e mur. Au vers 76, 1'element des cendres vient se joindre a 1'image dU feu, notion qui, e l l e a ussi, a un contexte non seulement biblique (p.e. l e mercredi des Cendres) mais egalement erotique: " [ e l l e ] indique aussi l e retour et l a combustion interne de l'energie seminale" 2 9. A ce l a s'ajoute l a p o s s i b i l i t e de discerner, au premier vers de l a derniere strophe, un paragramme de ce mot: Changon, va t'en sanz atendre Z l O p . c i t . : 2 2 . 2 8 " — [ s e x u a l ] a l l u s i o n must r e t a i n i t s a m b i g u i t y i f i t i s t o be • s o c i a l l y a c c e p t a b l e . . . " I b i d . 2 9 D i c t i o n n a i r e des s v m b o l e s 1 5 5 . 153 Par rapport a l'emploi du mot «charbons», l'on peut invoquer l a chanson de Guillaume d'Aquitaine franchement erotique En Alvernhe, part Lemoziz e.l foe fo.m bo et ieu calfei me voluntiers al gros carbo30 ("et l e feu m'etait agreable, et je me rechauffais volontiers aux gros charbons"). Notons que l e mot «atendre» («atent») apparalt quatre f o i s en p o s i t i o n f i n a l e dans les deux dernieres strophes (V.5,10, VI.1,13). I l s'agit l a d'une figure t r a d i t i o n e l l e de rhetorique appelee permissio31 et d'un concept tres c a r a c t e r i s t i q u e du systeme des valeurs courtoises, s o i t l a p a s s i v i t e de l'amant et l'epreuve de sa soumission. Le contre-texte erotique, on l e v o i t , s'oppose a cette convention: c'est en e f f e t l a dame qui devrait se soumettre au d e s i r sexuel de l'amant. En somme, i l nous semble hors de doute que l a chanson Quant voi la glaie meiire s' o f f re aux recepteurs de fagon multidimensionelle, q u ' i l s l a comprennent comme i l s veulent. La combinaison de l a s i g n i f i c a t i o n r e l i g i e u s e , que suggere sa presence dans un r e c u e i l de textes r e l i g i e u x , et d'une possible i n t e r p r e t a t i o n d'ordre erotique que donnent a entendre certaines legons manuscrites, temoigne de l a s u b t i l i t e de l'agencement des d i f f t r e n t s niveaux de sens. I l s'agit d'un raffinement d'ordre esthetique aussi bien que poetique et ludique, ce dernier etant un aspect quasi e s s e n t i e l de toutes les l i t t e r a t u r e s 3 2 . A i n s i , l a chanson devoile ce que Guiette a nomme Jtoirrtov: l a j o i e de 1'action p r o d u c t r i c e 3 3 . 3 0 K e n d r i c k o p . c i t . : 1 3 0 . 3 1 D r a g o n e t t i , o p . c i t . : 1 5 7 . 3 2 " L ' e n s e m b l e des fo rmes l i t t e r a i r e s m e d i e v a l e s r e n t r e dans une e t u d e du c o m i q u e , c a r c e t e l e m e n t a p p a r a i t dans t o u t e s l e s t r a d i t i o n s a un moment ou a u t r e . . . L a p a r o d i e s ' i n t r o d u i t a u s s i b i e n dans 1 ' epopee que dans l e c o r p u s c o u r t o i s . . . " D a n i e l P o i r i o n , P r e c i s de l i t t e r a t u r e f r a n c a i s e du Moven Age ( P a r i s , P r e s s e s U n i v e r s i t a i r e s de F r a n c e , 1 9 8 3 ) : 2 0 3 . 3 3 O p . c i t . : 12 . 154 III.B . 8 . INTERTEXTUALITE / INTERSTRUCTURALITE S i l a riche t r a d i t i o n manuscrite temoigne de l a grande popularity dont a du j o u i r l a chanson Quant voi la glaie meiire de Raoul de Soissons, les contraf acta qu'elle a i n s p i r e s , au nombre de s i x , l'affirment. A en c r o i r e Jeanroy, i l a ete l e premier, en 1897, a signaler deux de ces "imitations" (R1104 et R2112); i l affirme qu'une trdisieme (R2091) e t a i t connue "depuis longtemps" 1. En 1926, Langfors 2 c i t e les cinq contrafacta suivants (voir 1 'appendice): R1104: Dex je n'os nonmer (anon.). Canso en coblas doblas; cinq strophes. R2091: Mere, douce creature (Jacques de Cambrai). Chanson pieuse en coblas doblas avec un rim unissonans et un rim doble3; cinq strophes. R2 096 : Aussi com 1 'eschaufeiire (Philippe de Remi ) . Canso en coblas unissons, cinq strophes. R2112: Virge des ciels clere (anon.). Chanson pieuse en coblas doblas; cinq strophes. 48.313: O constantia dignitas d'Adam de l a Bassee. Cantilene d'une strophe. Nous avons ajoute a cette l i s t e l a chanson Mayres de Dieu d'Arnaut V i d a l 4 (voir 1'appendice): Cirventes: Mayres de Dieu. Chanson pieuse en coblas singulars; cinq strophes et un envoi de huit vers. Philippe de Remi, s i r e de Beaumanoir, vecut d'environ 1246 a 12965, Adam de l a Bassee, ne avant 1250, mourut en .12866. Tout ce qu'on s a i t de Jacques de Cambrai est q u ' i l a imite une chanson de Colart l e B o u t e i l l i e r qui vecut pendant 1 A . J e a n r o y , " L e s c h a n s o n s de P h i l i p p e de B e a u m a n o i r " dans Roman ia X X V I ( 1 8 9 7 ) : 517-536 ( 5 2 1 ) . 2 A . L a n g f o r s , " J a c q u e s de C a m b r a i " dans Romania L I I ( 1 9 2 6 ) : 4 1 9 . 3 C f . D o m i n i q u e B i l l y , L ' a r c h i t e c t u r e l v r i o u e m e d i e v a l e ( M o n t p e l l i e r , S F A I E O , 1 9 8 9 ) : 1 4 6 . 4 V o i r n o t r e c o m m u n i c a t i o n "Mayres de D i e u : c o n t r a f a c t u m o c c i t a n d ' u n e c h a n s o n de R a o u l de S o i s s o n s " , s o u m i s e au X X I e C o n g r e s I n t e r n a t i o n a l e de L i n g u i s t i q u e e t P h i l o l o g i e Romanes, P a l e r m e , 1 9 9 5 , p o u r e t r e p u b l i e e dans l e s A c t e s . 5 C f . H e n r y - L e o n a r d B o r d i e r . P h i l i p p e de R e m i . 1869 ( G e n e v e , S l a t k i n e R e p r i n t s , 1 9 8 0 ) . 6 A n a l e c t a H v m n i c a I I L : 2 0 8 . 155 l e deuxieme t i e r s du X I I I e s i e c l e 7 . A 1'evidence, les t r o i s trouveres ont du composer leur chanson pendant l a periode de 1270-1290, done peu apres l a mort de Raoul. La chanson d'Arnaut V i d a l , qui est datee, fut composee en 1324. Toutes les chansons ont l e meme schema metrique; bien qu'Analecta Hymnica 48,313 suive un schema rimique legerement d i f f e r e n t (deux nouvelles rimes dans l a cauda), e l l e comporte l a meme p a r t i c u l a r i t y au douzieme vers, s o i t une rime masculine: AH 48,313 a b / a b / b / b c c b / d c b d / R2107, autres contrafacta a b / a b / b / b a a b / b a b b / 7' 7 / 7 ' 7 / 3 / 7 7' 7' 7 / 7 7' 7 7 / Deux des auteurs (Jacques de Cambrai et Adam de l a Bassee) ont indique eux-memes que leur chanson devait etre chantee sur l a melodie de R2107 de Raoul. A 1'exception de l a chanson d'Arnaut, toutes les chansons sont notees. Vu l a ressemblance entre les melodies et l e caractere unique de l a charpente metrique (les cinq chansons frangaises occupent une categorie a part dans l'ouvrage de Molk et W o l f z e t t e l 8 ) , i l est hors de doute que les cinq chansons constituent des contrafacta metriques et melodiques de Quant voi la glaie meiire de Raoul. Notre analyse de l a chanson d'Arnaut (qui presente une charpente metrique unique dans l e corpus des troubadours) ayant mis au jour une s e r i e de l i e n s semantiques et s t y l i s t i q u e s avec l a chanson de Raoul, nous avons cru pouvoir affirmer sans beaucoup de doute que Mayres de Dieu est, e l l e aussi, un contraf actum de Quant voi la glaie meiire. Le but de cette analyse n'est done pas de chercher a i d e n t i f i e r des contrafacta, mais plutot d'etudier, l e cas D r a g o n e t t i , o p . c i t . : 6 7 5 . O p . c i t . : 445-6 . 156 tcheant, les t r a i t s caracteristiqu.es de cet a r t tres r a f f i n e de 'contrefaire' t e l s q u ' i l s se devoilent dans notre p e t i t corpus. I l est u t i l e d'examiner tout d'abord les schemas de rimes (rimes identiques soulignees): rime a b a b a b a b a b a b a b c d -ure -ir -ie -is -ure - i r -ure -ir •ure •ir -ura -ur •as -tiae -tas -ie II -ure - i r -ie -is -ure -ieus -ure - i r -ure - i r -ens a -ens III IV R2107 -ee -ee - i - i R1104 -ance -ance - i r - i r R2091 -ee -ee - i -ier R2096 -ure -ure - i r - i r R2112 -ee -ee - i - i Cirventes -ansa -orta -ans -ort V -endre -ent -ee -i -me -eus ure - i r -endre -ent -ada -atz VI -endre -ent -atz -ada 48,313 equivalent frangais: -e -te A 1'evidence, l a rime en -ure de l a chanson de Raoul est reprise par tous les poetes sauf Adam de l a Bassee et 1'auteur de R1104. L'on pourrait a l l e r jusqu'a d i r e q u ' i l s'agit l a d'une rime-cle, evoquant l e mot «meiire« qui, comme nous 1'avons montre, fournit l a c l e pour une double in t e r p r e t a t i o n de l a chanson et qui se rencontre en paragramme au debut de l a deuxieme strophe. Regardons maintenant l a d i s t r i b u t i o n de certains des mots-rimes empruntes: 157 R2107 R2 091 R2096 R2112 C i r v . pointure X X aventure X X mesure X X X X airs ure X X regardeiire X X X cure X X X verdure X X bleceure X X dure X X nature X X asseiire X X oscure X X X X droiture X X pure X X X creature X X A 1'evidence, l e mot emprunte l e plus souvent (4X) est «mesure», l'une des qualites centrales de l a fin'amor, empruntees a l a lyrique des troubadours. Selon F. Hamlin, e l l e implique avant tout l a moderation et l ' e q u i l i b r e de l a raison. " Si l a [cortoisie] regie l a v i e en commun, l a [mesure] se trouve etre l a d i s c i p l i n e i n t t r i e u r e de l'amant" 9. Le mot "oscure» se retrouve egalement dans quatre des contrafacta, mais pas dans l a chanson de Raoul. S e r a i t -ce un commentaire s t y l i s t i q u e ? L'on peut evoquer i c i l a notion de trobar clus (c'est-a-dire fermt, d i f f i c i l e ) , s t y l e de chanson que seulement les i n i t i e s peuvent comprendre et apprecier et que l'on associe surtout au troubadour Marcabru. Le trobar clus s'oppose au trobar leu ( c l a i r , comprehensible) et au trobar ric, avec sa richesse formelle et sonore. L'on peut se demander s i l e mot «oscure», p r i s dans l e sens d'«enigmatique», represente une reference au sens "cache" dans l a chanson de Raoul. Notons, par a i l l e u r s , l e nombre de mots-rimes empruntes par 1'auteur de l a chanson R1104: dans l a troisieme strophe, sept sur huit des mots-rimes en - i r sont ceux de Raoul, dont deux («morir» et «ferir») sont places a l a meme po s i t i o n strophique, au vers 5 et 12. Le huitieme mot-rime en - i r , 9 F r a n k H a m l i n , I n t r o d u c t i o n a 1 ' a n c i e n P r o v e n c a l ( G e n e v e , L i b r a i r i e D r o z , 1 9 6 7 ) : 3 8 - 9 . 158 «perir», se rencontre chez Raoul sous l a forme «peri» (II I . 12). La quatrieme strophe en o f f r e t r o i s («servir», «martir» et «desir»), et l a derniere strophe quatre: «pri», «ami», «merci», «ci» (au sens de «si»). La premiere strophe n'en a aucun, par contre, et cela souleve une question interessante par rapport a une des theories de J . Gruber, selon l a q u e l l e l e poete e t a i t oblige de signaler l a sublimation i n t e r t e x t u e l l e avant l a troisieme strophe au plus t a r d 1 0 , pour permettre aux auditeurs de se rendre compte de l a nature de son i n s p i r a t i o n . Or, l e s deux premieres strophes de l a chanson R1104 ne contiennent n i mots-rimes n i images empruntes. La tentative d ' e t a b l i r des regies permettant 1 ' i d e n t i f i c a t i o n "certaine" de contrafacta, pour u t i l e qu'elle s o i t , peut aboutir, on l e v o i t , a 1'imposition de contraintes trop s t r i c t e s et reductrices (cf. les c r i t e r e s de J . Marshall, p. 58). I l est v r a i que l'on peut interpreter l a ressemblance de l a sonorite des rimes a et b des deux premieres strophes de R1104 (-ie et - i s ) comme un renvoi au meme phenomene chez Raoul. De plus, l a deuxieme strophe presente quelques mots-rimes derives des memes racines: «pris» (R1104:II.2) et «prendre» (R2107:V.8), «esprisn (II.5) et «esprent» (V.10), «Ianguis» (11.12) et «languir» (II.6). Faute d'une melodie connue et d'une structure facilement reconnaissable, cependant, ces signaux auraient ete trop f a i b l e s pour a v e r t i r les recepteurs. L'on touche i c i , de nouveau, a l a problematique de l a reception du texte, et une constatation s'impose: l a forme et l a melodie, e l l e s a u ssi, servaient de signaux. Dans l a mesure ou l'on comprend l a notion de texte comme renfermant les dimensions de structure et de son, 1'absence de signaux lexicaux au debut de l a chanson ne mene done pas necessairement a l a conclusion q u ' i l n'est pas question de sublimation i n t e r t e x t u e l l e . 1 0 J o r n G r u b e r , D i e D i a l e k t i k des T r o b a r ( T u b i n g e n , Max N i e m e y e r V e r l a g , 1983) : 2 5 6 . 159 Quant aux emprunts d' images et de tournures, nous en avons releve les suivants: R2107: V.13 espee R1104: III.11 la lance R2107: 11.10 vivre martir R1104: IV. 10 vivre martir R2107: 1.3/4 Et par desus la verdure La rousee resplendir R2 091: II.1/2 Aussi com sour la verdure Descent rousee des ciex III.3/4 U la tres douce rousee De paradys descendi R2107: I I I . l E las I R2 091 IV. 1 Hal R2107: IV.8 Et a moi la mort donnee R2091: IV.8 Vostre amours l i est dounee R2107: II.5 Et morir R2112: II.5 Car morir R2107: 1.8/9 Tout aussi conme 1'arsure Fet quan qu 'ele ataint hru'ir R2096: 1.1/2 Aussi com 1 ' eschaufeiire Du fu fet 1'iaue boulir I I . l Douz est l i chaus de 1'arsure R2107: II.1/2 Mout fet douce bleceure Bonne Amour en son venir R2096: 1.3/4 Me fet la douce pointure De fine Amour resjolr R2107: 1.11 Sa simple regardeiire R2 096: I I I . l Sa simple regardeiire R2107: III .4 joi R2 096: 1.4 resjolr R2107: IV. 13 f a i l l i R2096: 11.13 f a i l l i r R2107: . IV.9 deservi R2096' : III.13 deservir R2107. : II.3 pointure R2096 : 1.3 pointure R2107 : 11.13 merir R2096 : 1.13 merir R2107 : IV.7 Et leur joie avez doublee R2112 : III.7 Que penitance doublee R2107 : IV. 9 Qui ne 1'ai pas deservi R2112 : III.9 Tant que j 'aie deservi R2107 : VI. 1 Changon, va t'en sanz atendre R2112 : V . l Changon, va moi sanz atendre R2107 : VI.3/4 Et l i di que sanz reprendre De moi face son talent R2112: V.3/4 Qui puet et doner et prendre Toute joie a son talent 160 Tout comme rious avons r e l e v t , dans notre communication sur l a chanson Mayres de Dieu, une seri e de l i e n s entre l a chanson de Raoul et c e l l e d'Arnaut V i d a l , l'on peut en e t a b l i r d'autres entre cette derniere et l a chanson R2 091 de Jacques de Cambrai: I I . 3 Vint en vo cors, virge pure I.2 Vas vos me vir de cor pur I I I . 8 K'Adans IV. 8 Quar Adams III.11 De vous, pucele V. 11 De vos, Verges R2 091 C i r v . R2 091 C i r v . R2 091 C i r v . Mots-rimes: R2091 Ci r v . R2091 C i r v . R2091 Ci r v . R2091 Ci r v . II.3 virge pure I.1 verges pura I. 8 obscure I I . 2 escura I I I . 10 nasqui V.10 natz IV. 1 honouree V. l ondrada Les deux chansons citees (Mayres de Dieu et Mere, douce creature) partagent aussi les images de l a fontaine, du f r u i t et des f l e u r s . Toutefois, l a piece d'Arnaut partage l a rime -ance (-ensa, -ens, -ansa, -ans) avec R1104: «sanz dotancen ( I I I . l ) et «ses doptansa» (III.2). En d e f i n i t i v e , i l est impossible de savoir quelle est l a chanson dont Arnaut s'est i n s p i r e . II est evident qu'une des regies du jeu e t a i t de placer les emprunts au meme endroit de l a strophe, strategie qui d'une part reconnaissait l e l i e n entre texte et musique, et d'autre part compliquait l a tache. C'est bien cette demarche de se creer des d e f i s au cours du jeu qui constitue 1'element de "tension" propose par Huizinga: "Car, dans cette tension, l a force du joueur est mise a l'epreuve: ... son ingeniosite, son courage ... et en meme temps sa force s p i r i t u e l l e , pour autant q u ' i l doive se t e n i r ... dans l e s li m i t e s autorisees p r e s c r i t e s par l e j e u . " 1 1 1 1 J . H u i z i n g a , Homo l u d e n s . C . S e r s i a , t r a d . ( P a r i s : G a l l i m a r d , 1 9 7 7 ) : 3 1 . T r a d , de l ' e d . n e e r l a n d a i s e de 1938 ( P a r i s , G a l l i m a r d , 1951) 161 Dans l e contexte du jeu, i l est interessant de noter une autre p a r t i c u l a r i t y , s o i t l e placement des mots empruntes dans l a chanson R2 096 de Ph i l i p p e . A plusieurs repri s e s , nous retrouvons un des mots-cles de Raoul s i t u e sept vers plus haut ou plus bas par rapport a l a p o s i t i o n q u ' i l occupe dans l a chanson de Raoul: R2107: 1.5 soupir R2 096: . 11.12 soupir R2107: ! II.5 morir R2096: : III.12 morir R2107: : 1.9 bruir R2096: : 1.2 boulir R2107: : 1.2 fleurir R2096 : II.9 f l o r i r R2107 : 1.8 arsure R2096 : I I . l arsure A cela s'ajoute l a constatation qu'a 1'exception de l a quatrieme strophe, Philippe a place un mot-rime emprunte a Raoul tous les douze vers (7=4+3 et 4x3=12), occurrences qui rappellent l e caractere asymetrique du douzieme vers par rapport au schema rimique (voir p. 146). I l nous semble que ce n'est pas par hasard que l'on rencontre ce phenomene, surtout s i l'on t i e n t compte de 1'influence et du succes du symbolisme numerique au Moyen Age 1 2. Pour en revenir au sujet de l a reception, i l s e r a i t interessant d'etudier 1'effet d'interference qui se produit par suite des rapports intertextuels et i n t e r s t r u c t u r e l s . Citons Margaret Switten, qui signale que l e s references i n t e r t e x t u e l l e s "ouvrent l'espace semantique, augmentent l a puissance et l a densite de 1'expression" 1 3. Les chansons ne se ressemblent pas, cependant: chacune a sa propre i d e n t i t e et une i h d i v i d u a l i t e toute p a r t i c u l i e r e , en depit des 1 2 V o i r V i n c e n t H o p p e r , M e d i e v a l Number S y m b o l i s m (New Y o r k , C o l u m b i a U n i v e r s i t y P r e s s , 1 9 3 8 ) : 8 9 - 1 3 5 , e t J o h n S t e v e n s , Words and M u s i c i n t h e M i d d l e A a e s ( C a m b r i d g e , C a m b r i d g e U n i v e r s i t y P r e s s , 1 9 8 6 ) : 1 3 - 4 7 . 1 3 M a r g a r e t S w i t t e n , " M o d e l e s e t v a r i a t i o n s : S a i n t - M a r t i a l de L i m o g e s e t l e s t r o u b a d o u r s " dans C o n t a c t s de l a n g u e s . de c i v i l i s a t i o n s e t i n t e r t e x t u a l i t e I I ( M o n t p e l l i e r , S e c t i o n f r a n g a i s e de l ' A I E O , 1 9 8 2 ) : 6 9 1 . 162 ingredients empruntes et de leur placement tres delibere. C'est l a , du reste, l ' e s s e n t i e l de l ' a r t de "contrefaire". C'est precisement l a conclusion qui s'impose a l a suite de notre analyse: malgre 1'emprunt des schemas metrique et rimique, de l a sonority des rimes, des mots-rimes et des tournures, des images, du placement des mots-cles thematiques, et de l a mise en valeur d'une asymetrie rimique, chacun des auteurs des contrafacta analyses a r e u s s i a creer une oeuvre unique. Les echos du modele sont evidents a tous les niveaux, et temoignent d'une analyse approfondie et savante de l a structure poetico-musicale de c e l u i - c i . Les p o s s i b i l i t e s c r e a t r i c e s sont i l l i m i t e e s , semble-t-il. En d e f i n i t i v e , l'on s'imagine sans peine que dans cette demarche du "contrefaire", un element ludique entre en jeu, pour a i n s i d i r e . Selon les paroles de Huizinga: " d e f i n i r l a potsie comme un jeu .. n'est point metaphore, mais i n t e l l i g e n c e du sens l e plus profond du mot de poesie meme."14 1 4 O p . c i t . : 2 1 7 . 163 IV. CONCLUSION Nous avions c h o i s i les deux chansons qui constituent notre p e t i t corpus surtout dans l e but de demontrer les d i s t i n c t i o n s qui peuvent se manifester, dans l a l y r i q u e courtoise, tant sur l e plan s t r u c t u r e l que sur c e l u i de l a paleographie. Par a i l l e u r s , l a chanson Amis Archier est peu connue: e l l e n'a pas ete reprise depuis l ' e d i t i o n c r i t i q u e publiee en 1914 par E. Winkler; selon H. van der Werf, l a melodie n'a jamais ete e t a b l i e , et nous ne connaissons aucun a r t i c l e qui t r a i t e de cette chanson. La deuxieme chanson est bien connue, par contre: meme s i aucun chercheur ne s'est penche sur les aspects l i t t e r a i r e s de Quant voi la glaie, e l l e a pourtant donne l i e u a plusieurs editions c r i t i q u e s depuis c e l l e de Winkler. En outre, l e grand nombre et l a d i v e r s i t e des manuscrits qui l a renferment s'opposent de fagon assez frappante a l a t r a d i t i o n manuscrite peu nombreuse et tres stable de l a chanson Amis Archier. Une premiere conclusion, plutot inattendue, qui se degage de nos analyses est que les differences entre les deux chansons s'etendent bien au-dela de ce que nous avions cru pouvoir deceler au premier abord. Amis Archier se distingue surtout par son traitement phonique, a savoir l a mise en valeur des themes et des motifs par l a presence d'echos phoniques tout au long du texte. I l s'agit d'une technique deja i d e n t i f i e e et commentee par Saussure, puis par beaucoup d'autres mais qui, bien qu'etudiee par rapport a l a poesie des troubadours, n'a donne l i e u qu'a peu de travaux touchant a l a production des trouveres. Dans Quant voi la glaie, ce qui se f a i t remarquer est avant tout 1'emploi apparemment delibere des images ambigues permettant une lecture a l a f o i s courtoise conventionnelle, r e l i g i e u s e , feodale et erotique. A i n s i , ce texte se distingue surtout par l a m u l t i p l i c i t y des interpretations possibles. Les deux chansons temoignent d'un maniement savant des 164 techniques formelles et s t y l i s t i q u e s , constatation qui, a hos yeux, accorde a Raoul de Soissons une place parmi les poetes les plus importants de l'epoque. A notre a v i s , c'est a ce chapitre que les ouvrages de M. Winkler et Mme Gauthier, pour u t i l e s et savants q u ' i l s soient, font defaut: leur manque d'analyses s t y l i s t i q u e s et l i t t e r a i r e s nous empeche de s i t u e r l'oeuvre de Raoul par rapport a c e l l e s de ses confreres. Par a i l l e u r s , nous avons vu que l a chanson Quant voi la glaie semble pccuper une place importante dans l e reseau i n t e r t e x t u e l . L'existence de toute une s e r i e de contrafacta, a l a q u e l l e nous avons ajoute un autre en occitan, nous permet d'etudier l a demarche, s i c a r a c t e r i s t i q u e de l a l i t t e r a t u r e courtoise, de 'contrefaire', dont nous avons etudie surtout 1'aspect de 1'imitation s t y l i s t i q u e . Le * manque de ressemblance au niveau de l a thematique, des motifs et des images u t i l i s e s parmi ce groupe de chansons que r e l i e n t des rapports s t r u c t u r e l s nous permet de mieux apprecier les talents a r t i s t i q u e s des trouveres, tout en ouvrant de nouvelles pistes de recherche. En f a i t , au cours de nos analyses, i l nous est a r r i v e de plus en plus de nous poser des questions par rapport a 1'esthetique de l a reception et a 1'epistemologie du texte, domaines dont l'apport nous semble particulierement pertinent pour 1'etude de l a lyrique courtoise en tant que l i t t e r a t u r e dominee par l a forme et caracterisee par des t r a i t s quasi mathematiques. La derniere constatation qui s'impose est qu'en tant que moyen de communication f i g e , 1'edition c r i t i q u e imprimee, pour savante qu'elle s o i t , ne peut transmettre que d i f f i c i l e m e n t l a mouvance du texte medieval, 1'ensemble du cadre i n t e r t e x t u e l ou l e contexte historique et socio-c u l t u r e l . E l l e ne permet pas non plus au chercheur de t r a v a i l l e r sur son texte de fagon i n t e r a c t i v e . I l nous semble effectivement que de plus en plus, l'avenir de 1'edition c r i t i q u e des textes medievaux se situe dans l e domaine electronique par l a voie de 1'hypertexte. Nous 165 croyons que ce genre d'edition, publiee sur l e World Wide Web, deviendra indispensable aux chercheurs. A i n s i , cette etude semble nous d i r i g e r vers de nouvelles pistes de recherche. Nous croyons avoir contribue, de fagon tres modeste, a l a reconnaisance des merites du trouvere Raoul de Soissons, tout en esperant que nos recherches puissent etre u t i l e s a d'autres chercheurs. 166 V. BIBLIOGRAPHIE M A N U S C R I T S C : Bern, Stadtbibliothek, ms. 389 Brakelmann, J . "Die altfranzosische Liederhandschrift Nro 389 der Stadtbibliothek zu Bern." Archiv fur das Studium der neueren Sprachen und Literaturen XLII (1868): 339-376. G. Grober et C. von Lebinski. " C o l l a t i o n der Berner Liedhands. 389. Z e i t s c h r i f t ftir romanische P h i l o l o g i e CXI (1868): 39-60. Wackernagel, W. Altfranzosische Lieder und Leiche. Bale: 1846. F : London, B r i t i s h Mus., Egerton ms. 274 Gennrich, F. "Die altfranzosische Liederhandschrift London, B r i t i s h Museum, Egerton 2 74." Z e i t s c h r i f t fur romanische P h i l o l o g i e XLV (1925): 402-44. K: Par i s , B i b l . de 1'Arsenal, ms. 5198 Aubry, P. et Jeanroy, A. Le Chansonnier de 1'Arsenal. P a r i s : P. Genthner, 1909. Spanke, H. Eine altfranzosische Liedersammlung. Der anonyme T e i l der Liederhandschrift K N P X. Halle: Max Niemeyer Verlag, 1925. N: P a r i s , B i b l . Nationale, f. f r . 845 Spanke, H. Eine Altfr. Liedersammlung. P: P a r i s , B i b l . Nationale, ms. f r . 847 Spanke, H. Eine Altfr. Liedersammlung. R: P a r i s , B i b l . Nationale, ms. f r . 1591 Jeanroy, A. et Langfors, A. "Chansons inedites t i r e e s du ms. f r . 1591 de l a B i b l . Nat." Romania XLIV (1915-17): 454-510. Schubert, J . Die Handschrift P a r i s . B i b l . Nat. Fr. 1591. K r i t i s c h e Untersuchung der Trouvere-handschrift R. These, Francfort-sur-le-Main: 1963. S: P a r i s , B i b l . Nationale, ms. f r . 12581 U: P a r i s , B i b l . Nationale, ms. f r . 20050 Meyer, P. et Raynaud, G., eds. Le Chansonnier frangais de Saint-Germain-des-Pres. Vo l . I. P a r i s : Firmin Didot et C i e , 1892. Tyssens, M. "Les copistes du chansonnier frangais 17." Lyrique romane medievale: l a t r a d i t i o n des chansonniers. Actes du Colloque de Liege, 1989. Ed. M. Tyssens. Liege: B i b l . de l a Faculte de P h i l o . et Lettres de l'Univ. de Liege - Fascicule CCLVIII, 1991. 167 V : P a r i s , B i b l . Nationale, ms. f r . 24406 Jeanroy, A. et Langfors, A. "Chansons inedites t i r e e s du ms. f r . 24406 de l a B i b l . Nat." Romania XLV (1918-19) : 351-96 . X: Paris, B i b l . Nationale, ms. f r . 1591 Raynaud, A. "Le chansonnier Clairambault" Bibliotheque de l'Ecole des Chartes XL (1879) : 4 8 - 6 7 . Spanke, H. Eine Altfr. Liedersammlung. a: Rome, B i b l . Apostolica Vaticana, Regina 1522 K e l l e r , A. Romvart. Notices et e x t r a i t s de mss i n t d i t s des bibliotheques de Venise. de Florence et de Rome. Pa r i s : Renouard, 1843. Metz: Stadtbibliothek 535 (detruit en 1944) Ludwig, F. Repertorium Orqanorum Recentioris et Motetorum Vetustissimi S t i l i . Bd I. Abt. I. (1910) . Hildesheim: Georg Olms Verlagsbuchhandlung, 1964. Paul Meyer. "Notice du ms 535 de l a bibliotheque municipale de Metz, renfermant diverses compositions pieuses (prose et vers) en frangais." B u l l e t i n de l a SATF XII (1886): 4 1 - 7 6 . Arthur Langfors. "Notices des manuscrits 535 de l a Bibliotheque municipale de Metz et 1004 7 des nouvelles acquisitions du fonds frangais de l a Bibliotheque Nationale." Notices et e x t r a i t s des manuscrits de l a Bibliotheque Nationale et autres Bibliotheques XLII (1933): 139-154. Maz: P a r i s , B i b l . Mazarine 753 "Notice du ms. Paris, B i b l . Mazarine 54" . Le Manuscrit de Raimon Cornet, Montpellier Noulet, J.-B. "Las Joyas del gay saber I. Sobre l a v i o l e t a . " Monumens de l a l i t t e r a t u r e romane depuis l e IVe s i e c l e . 2 e publ. M. Gatien-Arnoult, ed. Toulouse: Edouard P r i v a t , 1849. Jeanroy, A. Les io i e s du qai savoir. P a r i s : Edouard Pr i v a t , 1914. Le ms 58 des "500 de Colbert" de l a Bibliotheque Nationale de P a r i s . B I B L I O G R A P H I E S D E S C H A N S O N N I E R S F R A N Q A I S Brakelmann, J . "Die dreiundzwanzig altfranzosischen Chansonniers." Archiv fur das Studium der neueren Sprachen und Literaturen XLII (1868) . Gennrich, F. "Die beiden neuesten Bibliographien a l t -franzosischer und altprovenzalischer Lieder." Z e i t -s c h r i f t fur romanische P h i l o l o q i e XLI (1921) : 289 -346 . 168 A. Jeanroy. Bibliographie sommaire des chansonniers frangais du Moven Age. P a r i s : Honore Champion, 1965. Linker, Robert White. A Bibliography of Old French L y r i c s . University (Miss.): Romance Monographs Inc., 1979. Raynaud, G. Bibliographie des chansonniers frangais des XIIIe et XIVe s i e c l e s I (1884). New York: Burt Franklin, 1972. Schwan, E. Die altfranzosischen Liederhandschriften. i h r Verhaltniss. ihre Entstehung und ihre Bestimmung. Eine l i t t e r a r h i s t o r i s c h e Untersuchung. B e r l i n : Weidmann, 1886. P A L E O G R A P H I E Bischoff, B. L a t i n Palaeography. Cambridge: University Press, 1990. Brown, M. A Guide to Western H i s t o r i c a l S c r i p t s from Antiquity to 1600. The B r i t i s h Library: 1990. G i l i s s e n , L. Prolegomenes a l a codicologie. Gand: Story-Scientia, 1977. Prou, M. Manuel de paleographie l a t i n e et frangaise. P a r i s : Auguste Picard, 1924. C R I T I Q U E T E X T U E L L E / P R I N C I P E S D ' E D I T I O N Bedier, J . Introduction. Le L a i de 1'ombre par Jean Renart. P a r i s : Firmin-Didot et C i e , 1913. . La t r a d i t i o n manuscrite du L a i de 1'ombre. Reflexions sur l ' a r t d'editer les anciens textes. P a r i s : Champion, 1929. C a r r o l l , C. "Medieval Romance Paleography: A B r i e f Introduction." Kleinhenz 39-82. Dees, A. "Considerations theoriques sur l a t r a d i t i o n manuscrite du L a i de 1'ombre". Neophilologus LX (1976): 481-504. Delb o u i l l e , M. "La p h i l o l o g i e medievale et l a c r i t i q u e t e x t u e l l e . " Actes du XIIIe Congres i n t e r n a t i o n a l de l i n g u i s t i q u e et p h i l o l o g i e romanes I. Quebec: Les Presses de l'Univ. Laval, 1976 (57-73). 169 Foulet, A. et Speer, M. On E d i t i n g Old French Texts. Lawrence: Regents Press of Kansas, 1979. Frank, I. "The Art of E d i t i n g L y r i c Texts." Kleinhenz 123-38. Grafstrom, A. Etude sur l a graphie des plus anciennes chartes languedociennes avec un essai d'interpretation phonetique. Uppsala: Almquist & Wiksells, 1958. Grier, J . "Lachmann, Bedier and the B i p a r t i t e Stemma: Towards a Responsible Application of the Common-Error Method." Revue d' h i s t o i r e des textes XVIII (1988): 263-78. Ham, E. "Textual C r i t i c i s m and Common Sense." Romance Philology XII (1958-1959): 198-215. Kleinhenz, ed. Medieval Manuscripts and Textual C r i t i c i s m . Chapel H i l l : North Carolina Studies i n the Romance Languages and L i t e r a t u r e s , U. of N.C. Dept. of Romance Languages, 1976. K r i s t e l l e r , P. "The Lachmann method: Merits and Limitations." Text (Transactions of the Society f o r Textual Scholarship) I (1981): 11-20. Marichal, R. "La c r i t i q u e des textes". L ' h i s t o i r e et ses methodes. Encyclopedie de l a Pleiade XI. P a r i s : Editions Gallimard, 1961. 1247-1366. Masai, F. "Principes et conventions de l ' e d i t i o n diplomatique." Scriptorium IV (1950): 177-193. Menard, P. "L'edition des textes lyriques du Moyen Age, reflexions sur l a t r a d i t i o n manuscrite de Guillaume l e V i n i e r " dans Actes du I l i e Congres i n t e r n a t i o n a l de l i n g u i s t i q u e et p h i l o l o q i e romanes I I . Quebec: Les Presses de l ' u n i v e r s i t e Laval, 1976. "Problemes de paleographie et de p h i l o l o g i e dans l ' e d i t i o n des textes frangais du Moyen Age." The Editor and the Text. P. Bennett et G. Runnals, eds. Edinburgh: Edinburgh University Press, 1990. 1-10. W. Paden ed. The Future of the Middle Ages. G a i n e s v i l l e F l . : University Press of F l o r i d a , 1994. R. Pickens. "The future of Old French Studies i n America." The Future of the Middle Ages 53-86. Roques, M. "Etablissement de regies pratiques pour l ' e d i t i o n des anciens textes frangais et provengaux." Romania LII (1926): 243-49. 170 Rychner, J . "Remarques sur les introductions phonetiques aux editions de textes en ancien frangais." Studia Neophiloloqica XXXIII (1961): 6-21. Speer, M. "Editing Old French Texts i n the E i g h t i e s : Theory and Practice." Romance Philology XIV (1991): 7-43. . "Textual C r i t i c i s m Redivivus." L ' e s p r i t createur XXIII-1 (1983): 38-48. Tanselle, G. A Rationale of Textual C r i t i c i s m . Philadelphia: U. of Pennsylvania Press, 1989. Vinaver, E. A l a recherche d'une poetique medievale. P a r i s : L i b r a i r i e Nizet, 1970. Whitehead, F. et Pickford, C. "The Introduction to the L a i de L'ombrei Sixty Years Later." Romania XCIV (1973): 147-56. E D I T I O N S DE P O E S I E L Y R I Q U E D E S T R O U V E R E S Baumgartner, E. et Ferrand, F. Poemes d'amour des XIIe et XIIIe s i e c l e s . P a r i s : Union generale d'editions, 1983. Les Bibliotheques francoises de l a Croix du Maine et Du Verdier II (Reimpr. de l'ed. de 1772-1773 qui reunit l e s ouvrages de Frangois La Croix du Maine and Antoine Du Verdier, publies separement en 1584). Graz: Akademische Druck- und Verlagsanstalt, 1969. Bordier, H.-L. Philippe de Remi. S i r e de Beaumanoir (1869). Geneve: Slatkine Reprints, 1980. Brakelmann, J . Les plus anciens chansonniers frangais. Geneve: Slatkine Reprints, 1974. Dufournet, J . Anthologie de l a poesie lyrique frangaise des X l l e et XIIIe s i e c l e s . P a r i s : Gallimard, 1989. Jarnstrom, E. et Langfors, A. Recueil des chansons pieuses du XIIIe s i e c l e . H e l s i n k i : Suomalaisen Tiedeakatemian Toimituksia, 1927. Langfors, A. Recueil general des ieux-partis frangais I I . P a r i s : Societe des anciens textes frangais, 1926. "Jacques de Cambrai." Romania LII (1926): 419-422. Steffens, G. Die Lieder des Troveors P e r r i n von Angicourt. Halle: Max Niemeyer Verlag, 1905. 171 Tarbe, P. Les chansonniers de Champagne aux X l l e et XIIIe s i e c l e s (1850). Geneve: Slatkine Reprints, 1980. Wallenskold, A. Les chansons de Thibaut de Champagne. Par i s : Champion, 1925. Winkler, E. Die Lieder Raouls von Soissons. Halle: Max Niemeyer Verlag, 1914. Zitmann, R. "Die Lieder des Jaques de Cysoing." Z e i t s c h r i f t fur romanische P h i l o l o g i e LXV (1949): 1-27. C R I T I Q U E S DE L ' E D I T I O N DE W I N K L E R Jeanroy, A. "Emil Winkler, Die Lieder Raouls von Soissons." Romania XLIV (1915-1917): 159-160. Gauthier, A. "Trois chansons de Raoul de Soissons, trouvere du XIIIe s i e c l e . " Memoire de maitrise en l i n g u i s t i q u e et p h i l o l o g i e , Univ. de Montreal: 1989. Guesnon, A. "Notes et corrections aux chansons de Raoul sisde Soons (sic) [de Soissons]." Romania XLIV (1915-1917): 260-62. Langfors, A. "Notes et corrections aux chansons de Raoul sisde Soons (sic) [de Soissons]." Romania XLIV (1915-1917): 262. Lubinski, F. "Die Lieder Raouls von Soissons, heraus-gegeben von Emil Winkler." Archiv fur das Studium der neueren Sprachen und Literaturen CXXXIII (1915): 472-74. Suchier, W. "Die Lieder Raouls von Soissons, hrsg. von Emil Winkler." Z e i t s c h r i f t fiir franzosische Sprache und L i t e r a t u r XLV (1919): 235-61. Wallenskold, A. "Emil Winkler, Die Lieder Raouls von Soissons." Neuphilologische Mitteilungen XVII (1915): 125-33. A U T R E S E T U D E S P H I L O L O G I Q U E S Bellenger, Y. et Queruel, D. eds. Thibaut de Champagne, prince et poete au XIIIe s i e c l e . Lyon: La Manufacture, 1987. . Les Champenois et l a croisade. P a r i s : Centre de Recherche sur l a l i t t e r a t u r e du Moyen Age et de l a Renaissance de l'Univ. de Reims, 1989. B i l l y , D. L'architecture lyrique medievale. Montpellier: Section frangaise de l'AIEO, 1989. 172 Blume, C. et Dreves, G. Analecta Hymnica Medii Aevi XLVIII (1905). New York: Johnson Reprint Corp., 1961. Brahney, K. The L y r i c s of Thibaut de Champagne. New York: Garland, 1989. C o l l i o t , R. Adenet l e Roi. "Berte aus grans p i e s " . P a r i s : Editions Picard, 1970. Curtius, E. La l i t t e r a t u r e europeenne et l e Moven Age l a t i n I. J . Brejoux, trad. P a r i s : Presses u n i v e r s i t a i r e s de France, 1956. Trad, de Europaische L i t e r a t u r und lat e i n i s c h e s M i t t e l a l t e r . Berne: Francke, 1948. Dictionnaire des symboles. Pa r i s : Editions Robert, 1969. Dragonetti, R. La technique poetique des trouveres dans l a chanson courtoise. Bruges: R i j k s u n i v e r s i t e i t Gent, 1960. Dyggve, H. "Onomastique des trouveres." Annales Academiae Scientiarum Fennicae se r i e B. v o l . XXX. H e l s i n k i : Suomalainen Tiedeakatemia, 1934. "Personnages historiques figurant dans l a poesie lyrique frangaise des X I I e et X I I I e s i e c l e s . " Neuphilologische Mitteilungen L (1949): 144-174. — - . "Chansons frangaises du X I I I e s i e c l e . " Neuphilologische Mitteilungen XXX (1929): 177-214 et XXXI (1930): 1-62. Farmer, J . Vocabula Amatoria (Dictionary of Slang V I I I ) . University Books, 1966. Frank, Istvan. Repertoire metrique de l a poesie des troubadours. 2 v o l s . P a r i s : Champion, 1953. H. Fromm, ed. Der deutsche Minnesang. Bad Homburg vor der Hohe, H. Gentner Verlag, 1961. Gaunt, S. Troubadours and Irony. Cambridge: Cambridge University Press, 1989. Grente, Cardinal G., Dir. Dictionnaire des l e t t r e s frangaises. Le moyen age. P a r i s : Artheme Fayard, 1964. Gruber, J . Die D i a l e k t i k des Trobar. Tubingen: Max Niemeyer Verlag, 1983. Guiette, R. "D'une poesie formelle en France au Moyen Age." Forme et senefiance. J . Dufournet et a l . eds. Geneve: L i b r a i r i e Droz, 1978. 1-24. 173 Henry, H. Adenet l e Roi. Berte as grans pies. Geneve: L i b r a i r i e Droz, 1982. Hopper, V. Medieval Number Symbolism. New York: Columbia University Press, 1938. Huizinga, J . Homo ludens. C. Sersia, t r a d . P a r i s : Gallimard, 1977. Trad, de l ' e d i t i o n neerlandaise de 1938. Ineichen, G. "Autour du graphisme des chansons frangaises a t r a d i t i o n provencale" dans Travaux de l i n g u i s t i q u e et de l i t t e r a t u r e VII.1 (1969): 203-218. Jeanroy, A. Les origines de l a poesie lyrique en France au moyen age. P a r i s : Champion, 1904. Kay, S. Su b j e c t i v i t y i n Troubadour Poetry. Cambridge: Cambridge University Press, 1990). "Rhetoric and Su b j e c t i v i t y i n Troubadour Poetry." Essays i n Memory of W. M. Hackett. L. Paterson ed. U. of Warwick, S. Gaunt, 1987. Kendrick, L. The Game of Love. Troubadour Word Play. Berkeley: U. of C a l i f o r n i a Press, 1988. Koenig, V. Les miracles de Nostre Dame IV. Geneve: L i b r a i r i e Droz, 1970. Langfors, A i "Melanges de poesie lyrique francaise." Romania LII (1926): 419-20. . "Les chansons de Philippe de Beaumanoir." Romania XXVI (1897): 517-36. Lavis, G. L'expression de 1 ' a f f e c t i v i t e dans l a poesie lyr i q u e francaise du Moyen Age. P a r i s : S o c i t t e d'Edition «Les Belles Lettres», 1972. Marshall, J . "Pour 1'etude des contrafacta dans l a poesie des troubadours." Romania CI (1980): 289-335. . The Razos de trobar of Raimon V i d a l and Associated Texts. London: Oxford University Press, 1972. Meylakh, M. "Troubadours et anagrammes." Melanges de ph i l o l o g i e romane o f f e r t s a Charles Camproux I Montpellier: C.E.O., 1978. 149-155 Molino, J . et Tamine, J . Introduction a l'analyse l i n g u i s t i q u e de l a poesie. P a r i s : Presses u n i v e r s i t a i r e s de France, 1982. 174 Molk, U. et Wolfzettel, F. Repertoire metrique de l a poesie lyrique francaise des oriqines a 1350. Miinchen: Wilhelm Fink Verlag, 1972. Paulin, P. H i s t o i r e l i t t e r a i r e de France XXIII (1856). Liechtenstein: Kraus Reprint Co., 1971. Poir i o n , D. Precis de l i t t e r a t u r e francaise du Moyen Age P a r i s : Presses Un i v e r s i t a i r e s de France, 1983. Ranawake, S. Hofische Strophenkunst. Miinchen: C.H. Beck'sche Verlagsbuchhandlung, 1976. Richter, R. Die Troubadourzitate im Breviari d'Amor. Modena: S.T.E.M.-Mucchi, 1976. Peter Ricketts, P. Le B r e v i a r i d'Amor de Matfre Ermengaud. Leiden: E. B r i l l , 1976. Sommer, H. "Die Abenteuer Gawains, Ywains und l e Morholts mit den d r e i Jungfrauen. Aus der T r i l o g i e (Demanda) des Pseudo-Robert de Borron." Beihefte zur Z e i t s c h r i f t fur romanische P h i l o l o g i e XLVII (1913). Spanke, H. "Zur Geschichte des altfranzosischen Jeu-parti." Z e i t s c h r i f t fur franzosische Sprache und L i t e r a t u r LII (1929): 39-63. Stevens, J . Words and Music i n the Middle Ages. Cambridge: Cambridge University Press, 1986. Switten,M. "Modeles et v a r i a t i o n s : Saint-Martial de Limoges et les troubadours." Contacts de langues. de c i v i l i s a t i o n s et i n t e r t e x t u a l i t e I I . Actes du meme Congres International de l a Section Frangaise de l'AIEO. Montpellier: 1982. T a i t t i n g e r , C. "Thibaut IV, comte de Champagne, victime de 1'amour courtois" dans Thibaut de Champagne. Prince et poete au XIIIe s i e c l e (Bellenger et Queruel): 29-34. Toury, M.-N. "Raoul de Soissons: hier l a croisade." Bellenger et Queruel, Les Champenois 97-107. M. Zink, M. La s u b i e c t i v i t e l i t t e r a i r e . P a r i s : Presses u n i v e r s i t a i r e s de France, 1985. Zumthor, Paul. Essai de poetique medievale. P a r i s : Editions du S e u i l , 1972. Langue, texte, enigme. P a r i s : Ed. du S e u i l , 1975. . Performance. reception. le c t u r e . Quebec: Les Editions du Preambule, 1990. 175 . "De l a c i r c u l a r i t e du chant." Poetique I (1970): 129-140. T H E O R I E L I T T E R A I R E Baas, B. et Zaloszyc, A. "Socrate." Perspectives philosophiques - perspectives psychanalvtiques. Strasbourg: Presses u n i v e r s i t a i r e s de Strasbourg, 1987. de B o l l a , P. Harold Bloom. Towards H i s t o r i c a l Rhetorics. London et New York: Routledge, 1988. Calvet, L.-J. Pour et contre Saussure. P a r i s : P e t i t e Bibliotheque Payot, 1975. Cappello, S. Le reseau phonique et l e sens: 1'interaction phono-semantique en poesie. Bologne: CLUBB, 1990. Eco, U. L'oeuvre ouverte. C. Roux de Btzieux, t r a d . P a r i s : Editions du S e u i l , 1965. Trad, de Opera aperta. Milan: Bompiani, 1962. . La structure absente. U. E s p o s i t o - T o r r i g i a n i , t r a d . P a r i s : Mercure de France, 1984. Trad, de La s t r u t t u r a assente. Milan, Bompiani, 1968. Dziemidok, B. et McCormick, P. On the Aesthetics of Roman Ingarden. Dordrecht: Kluwer Academic Publishers, 1989. Ingarden, R. The L i t e r a r y Work of A r t . G. Grabowicz, t r a d . Evanston: Northwestern University Press, 1973. Trad, de Das l i t e r a r i s c h e Kunstwerk. Halle: Niemeyer, 1931. Jauss, H. Pour une esthetique de l a reception. C. M a i l l a r d , trad. P a r i s : Gallimard, 1978. . Pour une hermeneutique l i t t e r a i r e . M. Jacob, trad. P a r i s : Editions Gallimard, 1988. Kristeva, J . Semeiotike. Recherches pour une semanalyse. Pa r i s : Editions du S e u i l , 1969. Meneghetti, M. I l pubblico dei t r o v a t o r i . Torino: G i u l i o Einaudi, 1992. Starobinski, J . Les mots sous les mots. Les anaqrammes de Ferdinand de Saussure. Pa r i s : Gallimard, 1971. Meschonnic, H. La rime et l a v i e . Dijon-Quetigny: Editions Verdier, 1990. Warning, R. Rezeptionsaesthetik. Munchen: W. Fink Verlag, 1975. 176 L A N G U E Andrieux-Reix, N. Ancien et moyen frangais. Exercices de phonetique. P a r i s : Presses u n i v e r s i t a i r e s de France, 1993. . Ancien frangais. Fiches de vocabulaire. P a r i s : Presses u n i v e r s i t a i r e s de France, 1991. Andrieux-Reix, N. et Baumgartner, E. Ancien frangais. Exercices de morpholoaie. Pa r i s : Presses u n i v e r s i t a i r e s de France, 1990. Deloffre, F. Le vers frangais. P a r i s : Soc. d'edition d'enseignement superieur, 1969. Dictionnaire historique de 1 'ancien lanqaae frangais IX. P a r i s : Champion, 1881. Ducrot, 0 . et Todorov, T. Dictionnaire encyclopedique des sciences du lanqaae. Pa r i s : Editions du S e u i l , 1972. Faure, L., ed. Dictionnaire historique de 1'ancien lanqaqe frangois. 10 v o l s . P a r i s : Champion 1875-1882. ; Godefroi, F. Dictionnaire de l'ancienne lanque frangaise et de tous ses dialectes du IXe au XVe s i e c l e . 10 v o l s . P a r i s : Vieweg, 1881-1902. Gossen, C. Grammaire de 1 'ancien picard. P a r i s : Editions Klincksieck, 1976. Greimas, A. J . Dictionnaire de 1'ancien frangais. Reimpr. P a r i s : L i b r a i r i e Larousse, 1992. Hamlin, F., Ricketts, P. et Hathaway, J . Introduction a 1'ancien provengal. Geneve: L i b r a i r i e Droz, 1967. Levy, E. P e t i t d i c t i o n n a i r e provengal-frangais (1909) . Raphele-les-Arles: C.P.M., 1991. Lommatzsch, E. ed. Tobler-Lommatzsch. Altfranzosisches Worterbuch. 11 v o l s . B e r l i n : Weidmannsche Buch-handlung, 1925-36 (seuls les v o l s . I/II) et Wiesbaden: Frank Steiner Verlag, 1952-1973. Mittelhochdeutsches Handworterbuch Bd I I . L e i p z i g : S. H i r z e l Verlag, 1876. Raynaud de Lage, G. Introduction a 1'ancien frangais. Genevieve Hasenohr, ed. P a r i s : SEDES, 1990. Zink, G. Phonetique historique du frangais. P a r i s : Presses u n i v e r s i t a i r e s de France, 1989. 177 H I S T O I R E Le P. Anselme. H i s t o i r e genealoqique et chronoloaique de l a maison royale de France II (1726). P a r i s : Johnson Reprint Co., 1967. L'Art de v e r i f i e r les dates (par un r e l i g i e u x benedictin de l a congregation de S. Maur). 3 e m e ed., tome I I . P a r i s : A. Jombert jeune, 1784. Arbois de J u b a i n v i l l e , M. de. H i s t o i r e des dues et des comtes de Champagne. Vol. IV, l e r e p a r t i e . P a r i s : L i b r a i r i e Aubry, 1864. Assises de Jerusalem t . I I , publie par M. l e comte Beugnot. P a r i s : Imprimerie Royale, 1843. Barthelemy, E. de. Les comtes et l e comte de Soissons. P a r i s : H. Menu, 1877. du B r e u i l , P. La chevalerie & 1'Orient. P a r i s : Editions de l a Maisnie, 1990. Bur, M. La formation du Comte de Champagne V.950-V.1150. Nancy: Publ. de l'Univ. de Nancy I I , 1977. du Chesne, A. H i s t o i r e genealogique de l a maison royale de Dreux et de quelques autres families i l l u s t r e s qui en sont descendiies par f emmes. Pa r i s : S. Cramoisy, 1631. . H i s t o i r e gtntalogique des maisons de Guines. d'Ardres. de Gand et de Coucy. et de quelques autres families i l l u s t r e s . qui y sont este a l l i e e s . P a r i s : S. Cramoisy, 1631. Dictionnaire de l a noblesse VII (1868). Nancy: Berger-Levrault, 1980. Dormay, C. H i s t o i r e de l a v i l l e de Soissons. et de ses r o i s . dues. comtes. et gouverneurs. Soissons: Nicholas Asseline, 1664. Duby, G. "The N o b i l i t y i n Eleventh- and Twelfth-Century Maconnais." Lordship and Community i n Medieval Europe. F. Cheyette, ed. New York: Holt, Rinehart & Winston, 1968. Ducange, C. Genealogie de l a Maison de J o i n v i l l e . P a r i s : 1637. Dufournet, J . , ed. Villehardouin. La conquete de Constantinople. P a r i s : Garnier-Flammarion, 1969. Fossier, R. La societe Medievale. P a r i s : Armand C o l i n , 1991. 178 Gould, K. The Psalter and Hours of Yolande of Soissons. Cambridge, Mass.: The Mediaeval Academy of America, 1978. . The Psalter and Hours of Yolande of Soissons. Diss., The Univ. of Texas at Austin, 1975. Herlihy, D. "The Generation i n Medieval History." Viator V (1974): 347-364. J o i n v i l l e , Jehan de. La vi e de Saint Louis. N. Corbett, ed. Sherbrooke: Editions Naaman, 1977. La Monte, John. Feudal Monarchy i n the La t i n Kingdom of Jerusalem. 1100 to 1291. New York: Kraus Reprint Co., 1970. Le Goff, J . , d i r . L'homme medieval. P a r i s : Editions du S e u i l , 1989. M a r s i l i i Georgii, "Venctorum i n Syria B a j u l i , ad Ducem r e l a t i o . " Fontes Rerum Austriacarum 2. Abt. XII. Bd, I I . T e i l (1856). Amsterdam: Adolf Hakkert Verlag, 1964. Martin, H. et Jacob, P. H i s t o i r e de Soissons II (1837). M a r s e i l l e : L a f i t t e Reprints, 1976. Mas L a t r i e , M. de. Tresor de chronologie d ' h i s t o i r e et de geographie pour 1'etude et l'emploi des documents du moyen age. P a r i s : L i b r a i r i e V i c t o r Palme, 1889. . H i s t o i r e de 1 ' l i e de Chypre sous l e regne des princes de l a maison de Lusignan I (1861). Famagouste: Les editions l'oiseau, 1970. Monumenta Germaniae H i s t o r i c a XXV. G. Pertz, ed. L e i p z i g : K. Hiersemann Verlag, 1925. Le Pere Muldrac, A. Compendiosum Abbatiae Longipontis Sussionensis Chronicon. Pa r i s : 1652. Newman, William. Les Seigneurs de Nesle en Picardie fXIIe-XHIe s i e c l e ) I. Pari s : Editions Picard, 1971. L'abbe Pecheur, Annales du Diocese de Soissons I I I . Soissons: chez Demoncy, l i b r a i r e , 1875. Raynaud, G. Les gestes des Chiprois. Recueil de chroniques frangaises. Geneve: Jules-Guillaume Fick, 1887. Recueil des historiens des croisades. Historiens occidentaux, I I . P a r i s : Imprimerie imperiale, 1869. 179 Recueil des historiens des Gaules et de l a France XX (Paris: Imprimerie Royale, 1840) et XXIII (Paris: H. Welter, 1894). Regnault, Melchior. Abreqe de l ' h i s t o i r e de l'ancienne v i l l e de Soisson. P a r i s : Pierre Menard, 1633. Rey, E.-G., ed. Les families d'outre-mer de Du Canqe (1869). New York: Burt Franklin, 1971. Rohricht, Reinhold. Geschichte des Koniqreichs Jerusalem (1100-12911 (1898). Amsterdam: A. Hakkert Verlag, 1966. . "Actes de soumission des barons du royaume de Jerusalem a Frederic I I . " Archives de 1'Orient l a t i n I (1881): 402-03. . "Annales de Terre Sainte." Archives de 1'Orient l a t i n II (1884): 427-42. Roger, P. Archives historiques et ecclesiastiques de 1'Artois I. Amiens: 1842. S a i n c i r , Abbe Jules. Le Diocese de Soissons I. Evreux: Imprimerie Herissey, 1935. Sanuto, Marino dictus T o r s e l l u s . "Liber Secretorum Fidelium Crucis super Terrae Sanctae". O r i e n t a l i s Historiae I I . T i p i s Wechellanis, 164 0. T a f e l , G. et Thomas, G., eds. " M a r s i l i i Georgii, Venetorum i n Syria B a j u l i , ad Duceum r e l a t i o . " Urkunden zur alteren Handels- und Staatsqeschichte der Republik Venediq. Fontes Rerum Austriacarum, 2. Abt., Bd XIII. 1856. Amsterdam: Adolf Hakkert Verlag, 1964. Urbansky, A. Byzantium and the Danube F r o n t i e r . New York: Twayne Publishers, 1968. Wailly, N. et a l , eds. Recueil des hi s t o r i e n s des Gaules et de l a France XXIII (1894). Farnborough: Gregg International Publishers Ltd, 1968. Wolff, R. et Hazard, H., eds. A History of the Crusades I I . Madison, Milwaukee: Univ. of Wisconsin Press, 1969. M U S I Q U E et R A P P O R T S T E X T E - M U S I Q U E Aarburg, U. "Muster fur die E d i t i o n m i t t e l a l t e r l i c h e r Liedmelodien." Die Musikforschunq X (1957): 209-217. "Melodien zum friihen deutschen Minnesang." Der deutsche Minnesanq: 378-421. 180 Aubry, P. "L'oeuvre melodique des troubadours et des trouveres." La Revue musicale VII (1907): 317-60. Gennrich, F. Die Kontrafaktur im Liedschaffen des M i t t e l a l t e r s . Summa Musicae Medii Aevi XII. Langen bei Frankfurt: 1965. . iibertraqunqsmaterial zur Rhythmik der Ars Antigua. Darmstadt: 1954. . Cantilenae Piae. Musikwissenschaftliche Studien-bibliothek 24. Langen bei Frankfurt: Gennrich, 1966. Hughes, A. «The Lucius super Anticlaudianum of Adam de l a Bassee», Journal of the American Musicological Society XXIII, No. 1 (Spring 1970): 9-25. Die Musik i n Geschichte und Geaenwart X (1962). Phan, C. Structures textuelles et melodiques des chansons des troubadours. These de doctorat, Univ. de Montreal, 1990. Phan, C. et Taylor, L. "A Poetico-Musical Analysis of Medieval Contrafacta with Extant Melodies." Communication non-publiee. Northwest Chapter Meeting of the American Musicological Society, Lewis and Clark College, 1995. Phan, C. et Adl, R. "Poetic and Musical Imitation i n Three Contrafacta of Arnaut de Maruelh's La grans beutatz e.l fis ensenhamens." Communication non-publiee. Kalamazoo International Medieval Studies Conference, 1995. Rakel, H. Die musikalische Erscheinunqsform der Trouverepoesie. Berne: Paul Haupt Verlag, 1977. Rosenberg, S. et T i s c h l e r , H. Chanter m'estuet: Songs of the Trouveres. Bloomington: Indiana Univ. Press, 1981. Spanke, H. "Das oftere Auftreten von Strophenformen und Melodien i n der altfranzosischen L y r i k . " Z e i t s c h r i f t fur franzosische Sprache und L i t e r a t u r LI (1928): 73-117. Le Vot, G. "I n t e r t e x t u a l i t e , metrique et composition melodique dans les «cansos» du troubadour Folquet de M a r s e i l l e " dans Contacts de langues t de c i v i l i s a t i o n s et i n t e r t e x t u a l i t e I I . Actes du i i i e m e Congres International de l'AIEO. Montpellier: 1992. 637-649. van der Werf, H. The Extant Troubadour Melodies: Transcriptions and Essays for Performers and Scholars. Rochester, N.Y.: publie par 1'auteur, 1984. 181 VI.A.l. R1296: Biaul T i e r i t (anonyme) Ed. A. Langfors 1 1 Biaul T i e r i t , je vos veul proier Ke vos f a i t e s un jugement D'un tres l o i a u l amin en t i e r , D'une bone dame ausiment, 5 Ke mult tres debonairement 5 Lou s o s p r i s t per un douls b a i x i e r Et promist c'a son amin chier Lou r e t a n r o i t certainement; Et ce c e l l e n'en f a i t noient, 10 L'en doit i l ensi e s l o i g n i e r 10 Ou perfunir son covenant? I I . 1 Raoult, je veul d i r e et jugier, Se l a dame aimme loiaulment, K'elle a i t boen tal e n t de paier Ceu c'a son mestier a i t covent; 15 5 Maix Amors, se c r o i , l i deffent Por autre amin k ' e l l e a i t plux c h i e r , Ou e l l e t i e n t son d e s i r i e r , Por ceauls k i proient faucement, Se c r o i bien ke l a dame atant, 20 10 Por son douls amin essaier, De savoir c ' i l d i s t v o i r ou ment. I I I . l T h i e r i t , je me veul apoier A l o i a u l t e i t entierement. Maix c ' e l l e amaist de cuer e n t i e r 25 L u i ne autr u i veraiement, 5 J a i ne l ' a l a i s t s i fausoiant N'atrui n'en f e i s t persenier; Car ceu c'om bien aimme et t i e n t chier Ne puet on s o u f f r i r longuemant 30 Vivre et s i dolorous torment; 10 Et por ceu ne p r i s un denier Vos ne votre deffendement. 1 A r t h u r L a n g f o r s . R e c u e i l G e n e r a l des i e u x - p a r t i s f r a n c a i s I I ( P a r i s , C h a m p i o n , 1 9 2 6 ) : 1 9 2 - 1 9 4 . 182 IV. 1 Raioult, trop vos vo i descordeir De l a raixon ke je vos d i ; 35 Car bien doi t l a dame esproveir, Ains k ' e l l e f a i c e e n t i e r ami, 5 S'uns autres l'aimme et proie ausi, Ki ensi saiche bel p a r l e i r , A k e i l se porait acordeir; 40 Se chascuns ploure davant l i , Certes, je l i l o bien et p r i 10 Ke del faus se saiche g a i r d e i r Et del plux l o i a u l a i t mercit. 1 T h i e r i t , bien m'i veul acordeir 45 Ke dame se g a i r t d'ainemi, Maix en c o i se porait f i e i r C i l k ' e l l e a i t en baixant s a i x i t ? 5 Certes, trop vos vo i esbaihit De c e l u i boen consoil doneir; 50 Et quant en vos nel puis t r o v e i r , As dames plainnes de mercit, Ki sont b e l l e s et bones c i , 10 Weul cest jugement demandeir. S ' i l vos p l a i s t , acordeis vos i . 55 VI. 1 Raioult, bien l e vos os l o e i r Ke l o r cuer sont de bien garni, Ke per dro i t e p i t i e l o r p r i T e i l c o n s o i l vos veullent doneir Dont l i v r a i s a i t son cuer j o l i t . 60 183 VI.A.2. R700: Molt chantasse vo l e n t i e r s L i Chastelains de Couci Ed. J . Brakelmann1 Molt chantasse volentiers liement, Se j'en trovasse en mon cuer l'ochoison; Mais je ne s a i d i r e , se je ne ment, Qu'aie d'amor nule r i e n se mal non. Por ce n'en puis f a i r e l i e changon Qu'amors l e me desensaigne, Qui vuet que j'aim et ne vuet que j'ataigne1 Ensi me t i e n t amors en desespoir, Que ne m'ocist ne ne l a i t j o i e a voir. I I . 1 Je ne doi pas amor trop mal v o l o i r 10 S'a l a m i l l o r del monde mon cuer rent; Qu'onques b i a l t e z ne f i s t s i son pooir D'estre en nului s i amerosement, 5 Com ele a f a i t en son tres bel cors gent, N'a riens qui a b i a l t e ne taigne. 15 Ne c i i i t qu'en l i nule fagon soffraigne Fors qu'un p e t i t l i messiet, ce m'est v i s , Ce qu'envers moi t i e n t ses eus trops eschis. I I I . 1 Quant je regart son debonaire v i s , Et je l a p r o i por bel respons avoir, 20 N'est merveille s'en l'esgart m'esbahis, Car je conois ma mort et s a i de v o i r . 5 Puisque mercis ne m'i puet r i e n v a l o i r , Ne s a i ou boen confort preigne, Car ses orguels m'ocist et l i mahaigne 25 He! franche riens cruels, tant mar vos v i , Quant por ma mort nasquistes senz merci! IV. 1 Deus! que f e r a i , p a r t i r a i moi de l i , Ains que s'amors me par a i t t o t ocis? Nenil v o i r , l a s ! ains m'estuet estre e n s i , 30 Qu'amors me t i e n t a sa volente p r i s , 5 Qui a mon cuer en l i por morir mis. Ne jamais tant ne l i taigne. Se ceste amors m'ocist, bien l'en covaigne, Mielz ain morir ensi en boen consir, 35 Que viv r e i r i e z et a ma mort h a i r . 1 J . B r a k e l m a n n , L e s p l u s a n c i e n s c h a n s o n n i e r s f r a n g a i s . 1870-1891 (Geneve , S l a t k i n e R e p r i n t s , 1 9 7 4 ) : 1 2 1 - 2 . 184 V. 1 Puisque mes cuers ne s'en vuet revenir De vos, dame, por c u i i l m'a guerpi, Almosne aurez, s e l doigniez r e t e n i r , Car s ' i l revient, a moi a i l f a i l l i . 40 5 Por vostre honor et por Deu vos en p r i , Que de l i p i t i e z vos praigne! Qu' i l n ' a f i e r t pas a vos que nuls s'en plaigne, Qu'el monde n'a s i cru e l t r a i s o n Com bel samblant et corage felon! 45 E. 1 Amors, quoi q u ' i l m'en avaigne, Ma dame merci, de ce qu'ele me daigne Tenir a sien: ne ja de sa prison Ne quier i s s i r , se mors ou amez non. 185 VI.A.3 . R707: Par Deu, Roiant (anonyme) Ed. A. Langfors 1 1. 1 Par Deu, Rolant, j ' a i ameit longement Et j ' a i n ancor dame jone et j o l i e , Et e l l e moi, ansi ke nulement Nou sot nuns hons fors c'uns ou je me f i e 5 5 Et a i f i e i t plus c'an home de v i e . Or m'ait f a i l l i t , et s i ne s a l por c o i : Par son consoil ma dame autre ke moi A i t anameit et m'ait dou t o t l a i s i e t . L i k e i l z des . i j . a i t plus mai e s p l o i t i e t ? I I . 1 Certes, s i r e , j'en d i r a i mon samblant, 10 Mais nou d i pas come chose jugie. Moult c r o i t bien l'om c u i i l v a i t descovrant Son cuer, s'amor, son pancer et sa v i e . 5 II est Judas, se i l l i f a i t f a i l l i e , Ke Deu vandit, cant an l u i s a i t t e i l f o i 15 Con de d i r e t o t son panser a s o i . Compaignie vient de droite amistie. C i l z ke l a faut a i t lou monde engigniet. I I I . 1 Rolan, je c r o i ke vos saveis bien tant Ke, puis ke cuers d'ami et cuers d'amie 20 Se sont andui anjoint antierement An bone amor, n'an doient p a r t i r mie: 5 C i l z ke s'an part f a i t trop grant doblerie. Se ma dame, a c u i toz je m'otroi, Me faut san ceu ke ver l i ne f o l o i , 25 Je d i k ' e l l e mesfait plus l a moitiet, Cant e l l e c r o i t langue de r e n o i e i t . IV. 1 S i r e , se j ' a i demain besoigne grant De champion por b a t a i l l e furnie, Je lou retaing: i l me f a i t sairement 30 Q u ' i l me s e r a i t l o i a l z sans boxerie. 5 Anver l u i f a i t tant l i autre p a r t i e Ke i l se f a i n t et me torne a anoi, K ' i l me covient f a i r e pas magrei moi. II m'ait honit, t r a i i t et damagiet; 35 N'an doi for l u i demander mon meschief. 1 A . L a n g f o r s , R e c u e i l g e n e r a l des i e u x - p a r t i s f r a n g a i s ( P a r i s ; S o c i e t e des a n c i e n s t e x t e s f r a n g a i s , 1 9 2 6 ) : 2 6 2 - 4 . 186 V. 1 Par Deu, Rolan> vos a l e i s deffaridant Trop lou p i o r an l a vostre p a r t i e . Amors se vue.lt mener s i justement Dui cuer font un cant amors s ' i a l i e . 40 5 Nuns l o i a l z cuers rie fleche ne ne p l i e . Cant feme faut bone Amor a s a i l o i , Chascuns l a doi t trop bien mostrer au doi Come feme qui a i t lou cuer veudiet De l o i a u l t e i , d'amor et de p i t i e t . 45 VI 1 Certes, s i r e , c i s meffait doublement Qui autrui f a i t pechier par sa boidie. I l a i t tant f a i t par son enortement K ' i l a i t t d l u t son conpaignon s e l i e 5 Cui i l aimoit plus ke l u i l a mditie. 50 Qui son pechie f a i t par l u i en r e c o i , I l mesfait mbins ke c i l ke . i j . ou i i j . Met par son f a i t an voie de pechie. Par jugement lou taing por f o r j u g i e t . 187 VI.A.4. R1104: Dex, j e n'os nonmer amie (Anonyme) Ed. Hans Spanke 1 1 Dex, je n'os nonmer amie Cele a qui je s u i amis, S'el m'amoit, i l n ' i pert mie, Car en grant dolor m'a mis 5 Son douz r i s , 5 Son biau regart, son c l e r v i s , Sa douce bouche garnie D'un besier dont j ' a i envie Plus que d'estre en paradis, 10 Son nts t r e t i z bien a s s i s , 10 Col grosset, gorge p o l i e , lex v a i r s rians et j o l i s , Qui sovent mi f a i t pensis. I I . 1 Dex, g ' i pens, s i faz f o l i e ; Qu'en trop haut l i e u me s u i p r i s . 15 Mes s i me destraint et l i e S'amor dont je s u i sorpris 5 Et es p r i s , Qu'a l i penserai touz d i s , Et s'en l i a c o r t o i s i e , 20 J'avrai secors et aie Tel com je l i a i requis. 10 E l d i t que trop s u i has t i s , Mes non s u i que qu'ele die, Car a maus dont je languis 25 Sont trop l i secors t a r d i s . I I I . 1 Dex, t a r d i s sont sanz dotance As maus qu'el me f e t s e n t i r , Car se p i t i e z ne m'avance, Longuement por r a i languir 30 5 Ou morir. Mes s'ensi me l e t p e r i r , Di tant f e r a i ma vantance: Plains fu de fausse acointance Ses dars dont me v i n t f e r i r , 35 10 L i fers fu d'un faus souspir, D'un faus regart fu l a lance, Mes s i f o r t me v i n t f e r i r , Que du coup ne puis guerir. 1 Hans S p a n k e , E i n e a l t f r a n z o s i s c h e L i e d e r s a m m l u n q ( H a l l e , Max N i e m e y e r V e r l a g , 1 9 2 5 ) : 1 1 9 - 1 2 1 . 188 IV. 1 Dex, sa longue demorance 40 Me f e r o i t d'amors o i s s i r , Se n'ert ma bone esperance Qui toz jors me f e t s o u f f r i r 5 Et s e r v i r Tant q u ' i l l i viengne a p l e s i r 45 Qu'ele me doint alejance Du coup qui au cuer me lance, S i que pres s u i de f e n i r . 10 S'el me f e t v i v r e martir Et t r e r e g r i e f penitance, 50 Tant doi je melz avenir As granz biens que je d e s i r . V. 1 Changon, va sanz demoree A ma dame, je t'en p r i ; Quant tu 1'avras saluee, 55 S i l i requier et l i d i 5 Qu'a ami V u e i l l e r e t e n i r c e l u i Qui pour l i t'a controuvee Et qu'ele s o i t l o i a l prouvee, 60 S i qu'ele a i t de l u i merci. 10 Va t'en, je demorrai c i En doleur et en pensee Et d i r a i : "aimi, aimi! S'el ne m'aime, e l m'a t r a i " . 65 V I . A . 5 . R2091: Mere, douce creature Jacques de Cambrai Ed. E. Jarnstrom 1 I. 1 Mere, douce creature, Ou l i f i l s Dieu v o l t venir Et prendre humainne nature Por sa de i t e t couvrir 5 Et morir Por l'anemi r e t o l i r La proie de sa pasture, K'en hidouse fosse obscure Les menoit painne s e n t i r . 10 Plus ne l e vaut consentir Vostres f i e x plains de droiture, Ains v i n t l e sien cors o f f r i r Pour nous et l a mort s o u f f r i r . I I . 1 Aussi com sour l a verdure Descent rousee des cieux Vint en vo cors, virge pure, De paradys vos doux f i e x , 5 Vo cors piex, Ki plus est dous ke n'est miex Ainc n'en senti bleceiire, Mais ce nonce l' e s c r i p t u r e K ' i l en devint plus gentiex; 10 Est avoec or en jointure, Je d i bien, se m'ait Diex, Ke l i argens en vaut miex. I I I . 1 Dame vos estes l a pree, Veritaulement l e d i , U l a tres douce rousee De paradys descendi, 5 Dont i s s i L i dous f r u i s k i nous rendi Vie, sante aduree, K'Adans nous avoit reubee Par l e los de 1'anemi 10 Mais l i s i r e s k i nasqui De vous, pucele honouree, Paia par un venredi Kanck'Adans i despendi. 1 Edw. Jarnstrom, Recue i l de chanson pieuses du XIIIe s i e c l e ( H e l s i n k i , 1910): 88-91. 190 IV. 1 Ha! loiaus virge honouree, 40 Fontaine sour douc gravier, Sourgons de miel et de ree Pour les durs cuers restancier 5 De pechier, K i se veut en vous ploncier 45 Par repentance enbrasee, Vostre amours l i est dounee, Ki bien l e puet avancier 10 Et en paradys l a n c i e r Et l a j o i e desiree 50 U Diex nous vaut tous hucier, Quant se f i s t en c r o i s drechier. V. 1 Tres douce loiaus roine, Deseur toutes es l i f l e u r s , De tous maus es medecine 55 Et de pechie crimineus. 5 L i hideus, K i tant est f e l et morteus Et plains de male querine, Dame, ne fera saisine 60 K i vous ser t , cors prescieus; 10 Mais l a sus ert ses osteus U j o i e est k i ne define; S ' i l vous p l a i s t , f a i t e s nous teus Ke ce s o i t vostre cateus. 65 191 VI.A.6. 2096: Aussi com 1' eschaufeiire Philippe de Remi Ed. S. Rosenberg 1 1 Aussi com 1'eschaufeiire Du fu f e t l'iaue b o u l i r , Me f e t l a douce pointure De f i n e Amour resjoxr 5 Et fremir. 5 Remenbrance, sanz mentir, A i touz jorz de l'aventure Qui navra sanz perceiire Ma car; par l ' u e i l a s s a i l l i r 10 Me v i n t et mon cuer s e s i r 10 Amours, qui outre mesure Me f e t ses assaus s e n t i r Et atendre sanz merir. I I . 1 Douz est l i chaus de 1'arsure Dont je me sent s i benir. 15 Bontez et bele estature, Granz senz et biau maintenir 5 Font emplir Mon corage et e n r i c h i r D'une couvoitise pure, 20 Qu'ausement com l a nature Du douz tenz f e t f r u i t f l o r i r 10 Fet ma penssee espanir Bon espoirs, qui m'asseure; Mes, encontre ce, soupir 25 Por doutance de f a i l l i r . I I I . 1 He I simple regardeiire Qui s i me fetes gemir, N'os d i r e que mespresure Fexssiez de moi t r a x r , 30 5 Se s e r v i r Me fetes et obexr A l a plus bele figure Qui ainz v e s t i s t de vesture. Je ne m'en doi repentir, 35 10 Que tieus biens et puet venir Que c i l qui plus maus endure Ne p o r r o i t mes por morir Le guerredon deservir. 1 S. Rosenberg, Chanter m'estuet. Songs of the Trouveres (Bloomington, Indiana U n i v e r s i t y Press, 1981): 532-535. L i s souz vermeille tainture, Ieus va i r s en front d'ecremir Portanz en desconfiture Mon orgueil sanz r e v e r t i r , Qu'esbahir Me font ma dame d'oir Sa tres doce palleiire Mout m'est g r i e f l a teneure De tout ensemble s o s f r i r , Quant sanz plus me f e t languir De sa bouche une ouverture Que j'en r i a n t v i ouvrir, Dont l'odor me v i n t s e s i r . Changon, a cele ou ma cure A i mise, va t o s t j e h i r Que, s ' i l l i p l e s t , mort oscure A b r i e f tenz m'estelt s o u s f r i r ; Son p l e s i r En face, que departir N'en v u e i l por nule ledure. Tant me s o i t douce ne sure S'amour, ja n'en quier i s s i r ; Car, se l o i a u t e venir Puet james a sa droiture, Ne me dout pas que guerir Ne me face et resjoxr. 193 VI.A.7. R2112: Virge des ciels clere et pure (Anonyme) Ed. F. Gennrich 1 1 Virge des c i e l s c l e r e et pure Dont Deus se vout espanir Et nestre selonc nature Sanz v i r g i n i t e maumir 5 Mout desi r 5 Vostre amor a deservir Car d'autre amie n'ai cure Que grant j o i e m'asseure De vos amer et s e r v i r ; 10 Por ce me convient guerpir 10 La mauvaise voie oscure Et touz les pechies h a i r Qui font a jo i e f a i l l i r . I I . 1 Roine de grant mesure, Por Dieu, doint vos souvenir 15 De ma lasse creature, Qui sanz vos ne puet g a r i r , 5 Car morir, Doi et en terr e p o r i r , Las, et ma mort ert s i dure, 20 Se de pechie et d'ordure Ne puis m'ame r e s c l a r s i r . 10 Mes qui sert sans repentir Par raison et par ... dure Le f a i t p i t i e s e s j o i r 25 Et a bone f i n venir. I I I . 1 Dame des c i e l s coronee, Dolens et plorans vos d i Qu'en v i e desordenee A i mon las cors e n v i e l l i , 30 5 S i vos p r i , Se trop t a r t vos c r i merci, Que penitanc doublee Me s o i t enjointe et donee, Tant que j'aie deservi 35 10 Que c i l qui de vos nasqui L ' a i t en p i t i e regardee, S i que l i angre esbaudi Soient de m'ame s e s i . 1 F. Gennrich, Cantilenae Piae. Musikwissenschaftliche Studien-b i b l i o t h e k 24 (Langen bei Frankfurt, Gennrich, 1966): 1-2. 194 IV. 1 Virge de g l o i r e honoree, 40 Ou tant bien sont aconpli, Fontaine s i savoree Que t u i t en sont r e p l e n i 5 Vostre ami, Et pecheor a u t r e s i , 45 Qui Dex a grace donee, Que leur ame en a lavee En lermes plaines de c r i , 10 Ne metez, dame, en o u b l i , Ma volente esploree, 50 S i qu'a m'ame aient f a i l l i , Et par vos, 11 anemi. V. 1 Changon, va moi sanz atendre A l a rose de jovent Qui puet et doner et prendre 55 Toute j o i e a son t a l e n t , 5 Di briement [ent] Qu'ailleurs ne puis mes entendre, Ainz me f a i t s'amor desfendre 60 Touz maus et les biens m'aprent. 10 Por ce l i p r o i doucement Qu'ele s o i t a m'ame rendre, Car mes cuers grant doleur sent, Tant redout mon jugement. 65 195 VI.A.8. AH48,313: O constantia dignitas Adam de l a Bassee Ed. Analecta Hymnica 1 Super cantilenum, quae i n c i p i t : Quand voi la glaie meure et le rosier espanir 1 0 constantiae d i g n i t a s , Fundamentum gratiae, Te i l l u m i n a t c l a r i t a s Divinae i u s t i t i a e , 5 Gloriae, Pacis et l a e t i t i a e . Sic i l l o s Dei l a r g i t a s Praemiat, quos f e r i t a s Non v i c i t nequitiae, 10 Sed de b e l l i acie Fervens r e t u l i t c a r i t a s Tropaeum v i c t o r i a e , Dignum c a e l i requie. 1 C . Blume e t G . D r e v e s , A n a l e c t a H v m n i c a M e d i i A e v i X L V I I I (New Y o r k e t L o n d r e s , J o h n s o n R e p r i n t C o . , 1 9 6 1 ) : 3 0 3 . 196 V I . A . 9 . ArnautVidal -Cirventes Edition et traduction: A. Jeanroy] I. 1. Mayres de Dieu, verges pura, Vas vos me vir de cor pur, Ab speransa segura, Tal qu'ab merse m'assegur 5. Que m'escur Say, tan qu'a la fi s'atur M'arma lay on gaugz s'atura; Verges, ab dreyta mezura, Prec preguetz Dieu no.m mezur, 10. Car per dreg, en loc escur, M'arm'auria cambr'escura, E car de vos no m rancur, Dels gaugz dels sels non endur. Mere de Dieu, Vierge pure, Vers vous je me tourne de coeur pur, Avec esperance sure, Telle que, avec merci, je m'assure Que je me purifie 5 Ici, tant qu'a la fin se fixe Mon ame la ou joie est fixee; Vierge, avec juste mesure, Je vous prie que vous priiez Dieu qu'il ne me [mesure pas Car par droit, en lieu obscur, 10 Mon ame aurait chambre obscure; Et pour que de vous je ne me plaigne pas, Que des joies du Ciel je ne sois pas prive! II. 1. Verges, ses par de plazensa, Per nostr'amor, fos plazens A Dieu tan que'n pres nayshensa, Dont pueys per nos fo nayshens. 5. Humilmens Vos prec que.m siatz guirens, E que.m portetz tal guirensa, Qu'ieu an lay, ses defalensa, On gaugz non es defalhens: 10. Car yeu, de cor, soy crezens Que qui'n vos ha sa crezensa, No mor perdurablemens, Ans er ab gaugz revivens. III. 1 Regina dels sels, d'ondransa, Car totz oms que'us es ondrans, Ondratz sera, ses doptansa, Sol sia terms, no doptans, 5. .M. aytans Per vos, qu'etz tons aondans, On Dieus trobec aondansa De totz bes, vostr'amparansa Requier, que.m si 'amparans 10. Vostre filhs e perdonans Mos pecatz, car perdonansa Fay als sieus fizels damans, Tant es dous e merseyans. Vierge, sans pareille de plaisance, Par amour pour nous, vous futes plaisante 15 A Dieu, si bien qu'il en prit naissance, D'ou ensuite, pour nous, il fut naissant. Humblement Je vous prie que vous me soyez garant, Et que vous me portiez telle garantie 20 Que j'aille la, sans defaillance, Ou joie n'est point defaillante, Car, de coeur, je suis croyant Que celui qui en vous a sa croyance Ne meurt point eternellement, 25 Mais qu'avec joie il sera revivant. Reine des cieux, d'honneur, Parce que tout homme, qui vous est honorant, Honere sera, sans aucun doute, Pourvu qu'il soit ferme, non doutante 30 Mille fois autant A cause de vous, qui etes la fontaine abondante, Ou Dieu trouva abondance De tous biens, votre protection Je requiers, pour que me soit protecteur 35 Votre fils et qu'il me pardonne Mes peches, car pardon II accorde a ses fideles qui I'implorent, Tant il est doux et misericordieux. 1 A l f r e d J e a n r o y , L e s i o i e s du a a i s a v o i r ( T o u l o u s e , E d . P r i v a t , 1 9 1 4 ) : 3 - 6 . 197 IV. 1. Verges, us gaugz me coforta Tot jorn d'amoros cofort: Car, per la virginal porta, Intret Dieus dins vostre port, 5. Don estort Em tug a durable mort: Que nostra vid'era morta, Quar Adams tenc via torta, Manjan del frug a gran tort; 10. Mas yeu en vos ay conort, Ab tal esper que.m conorta Que vostra bontatz me port Mest manh glorios deport. V. 1 Flors de paradis, ondrada Per los Arcangels ondratz, Flors sus els tros aut montada, Flors que vostr'amic montatz, 5. Flors de patz, Flors on gaugz s'es encastratz, Flors en purtat encastrada, Flors que ne fo desflorada Pel frug, ans rem as floratz 10. Vostre cors, quan Dieus fo natz De vos, Verges ses par nada, Prec vos que merse m'aiatz, Tan que.m n'an ab los salvatz. VI. 1. Si cum soy lay autreyatz On vertutz es autreyada, En vostra cam bra ondrada D'Uzesta, car lay ondratz 5. Mans desfagz, si que.ls refatz, Prec vos que de la re fada, Verges, per qu'om es damnatz, Si.us plats, guirens nos siatz. Amen Vlerge, une joie me conforte 40 Toujours d'amoureux contort: C'est que, par la virginale porte, Dieu entra dans votre port, Grace a quoi arraches Nous sommes tous a la durable mort: 45 Car notre vie etait morte, Parce que Adam suivit une voie tortueuse En mangeant du fruit a grand tort; Mais en vous je mets mon reconfort Avec cet espoir qui me reconforte 50 Que votre bonte me portera Au milieu de maintes glorieuses joies. Fleur de paradis, honoree Par les Archanges honores, Fleur aux cieux haut montee, 55 Fleur qui votre ami elevez, Fleur de paix, Fleur ou joie s'est enchassee, Fleur en purete enchassee, Fleur qui ne fut point defloree 60 Par le fruit, mais resta fleuri Votre corps, quand Dieu fut ne De vous, Vierge sans pareille nee, Je vous prie que merci m'ayez, Si bien que je m'en aille avec les sauves. 65 Aussi vrai que je suis octroye la Ou vertu est octroyee, En votre chambre honoree D'Uzeste, parce que la vous honorez Maints defaits, de telle sorte que vous les refaites, Je vous prie que de la chose folle, Vierge, par laquelle on est damne, S'il vous plaft, garant nous soyez. 'Xnermt-xttwa m a cucHlich he aiv p a n voz*t>*rn c c f i c i i ; f i n e a n w t i n a ftciie e n f e u f c e i q c n f n c f o n r . - t - A -0i3l$gnv*>ttne: 4> 1c - — tl : 1 v c a m c i * W n c m t n n , q t t c m e n * t TV fctmc mdfe i ^ n r 4 | u c f e m&-N: • 19,8 u e c - t i » p » c n t c f m c t t c . f a y a r i ? TIC f e V t o - u i B i r t ^ t t ^ t c f m a u t c -a m & s t f(j(^»c i n a f c c f t m e e : c t f a a I v ^ a p U ^ - , t > w c t VrnwC tyc^f WMrtng f a u r ( t o a m u j ^ c u $ r c ' A a r n a m e lj<m<*2C£ v a t i m ^ ^ i J , a i r f t f fenf fopf^ fctttiC i n t f c i ^ r M i M t t C t n a y e n \ iW (U"C tuV-. - • \ ' trnf -^ arc^ iCf _? _ 4*. 1 ± ~^ • • ~. 3: • -n c ihcmunfc a k u r . c a r t t n c f a $ j r s u a * ^ f o i ^ a n c r i r ; fcttf fie to—-— - - : ' — 1 —m .V--- I k ^ f J s f ^ i ^ — A *&*ro«nr. fee ut*U <wi J^mceti T C OCT ^ ^ J r ^ / > ^ ; M $ t t t plaf qxi c a t c •torn \xmCtfxi&T& tamo* ^ p ^ i h i h i r c t m ^ ^ ^ ^ JO w & t c twfi»|T^ -msnr a^ptitfTicfjcf <TUC ton •war t n « f t - a m C <m teflrffcw rnabaur tvaxcr- cnfcmciir qua in nutfttuf namcm itmimcnr-<iiimn<»r fcuciiiV 5crtttV annnfir limit tncfttnf TiCtwtr ajiwifca fofte. car fi»fl*nc? cribcuicti"tt|?F fttuf.** U«^vm( enfttcuf %NnUnsr< car fe ni'cf^pavfotvit^ am \ic fee fclroTumptaf iwicnncrf -9ft-• 5 te'Tna^mC. <Tm0£ >imc firrnc i a_.._ ^ .. — — —z: 0? Utsu^g: Umi feter endw — ' "' —^ S. i^A L- ' 4uclc cit- vmeifkft.iimt,t*;. te :£3 4 f •1 #**HTr. •a m m t m -{?»ticeta^'.qiic^tt>liti2t«lmottc'. conftmcm<26t!oloivt9 < ^ S i n u : o u M^r tmlb pavbonne cn t t o u i i c t ^ i U o u t ^ * piivccAxntfl m c m c n t n a 4 y i n a ) n - 4 t i e > x n i 0 & f t t a tt^ttt'netic^toti^Vttvtenoti'tantr l i f e t to n r . d u n t m t t ? c n m a t i i o i m o c l s ctibttu t—-—q « - - = - — — ; — . . . : 9 -83- 9 6 3 ' T 5 ^ m < 0 q u a n t & m o u i ^ . $ r \ © t m 0 $ tniUC- l^dbm &UGt*r« q n £ l O t / 202 te$ p l u s ^cc t tT ' tmt t fottnedmqa • . •• a; n i ' : „ . — — & si • - - 1 - O-s ffV'S »ft ,•['£. iit;:**t* jw t i e m e ffi-vai"iti-fwffw«i':i*i*» .frVV.i^fVif-.A^.. - J?-*. i ^ | ^ ! & i m e ^ ^ r ••'tne-i $3 ^ duKier. tmt^ .itn N 203 cucr t Li iTt^-itf-itfyfoiCerf yo year tncftfinr bCtungtO:^^ fcf? uc^r cu/"^crtwi ciUnijnieiT >ctu>U" 4M€ Imwiar fain Tien ^ ne^^r^taf ^nftW rocr tenner fdWii^bcii^W • T J I K E C ptrtm tcacf ftainJlctr. T I C fa *ttirccfcc.'7ic *nc cm?" fcaf k f imM§|^^i-*nc i r kc«* oa f <TIU ^ 6 i i ^ j S -""IFmw Vii itntrtrne cnmftr^ nnc fccfa wttCcC'ftfh^tmcnr i2mr mm nntfitf kefir. ? 4& ttixf Ttief etc civa crtr fiwittcnr $atrr 'w^rritec cn.; a i a - ^ o c t t ^ * ? jfea'^m w n ^ j TTflrinf f i t c r lama* i w n f i ^ e . f ? t&nr tun to.j^J-mCtutJV^ pif fcuffnr n ^ l c q u c own 253 r m i • I t m ' ^ v ^ ^ ^ ^ c ^ M \$UfTM*to(mc « t r f i > m ^ { n t c > e TTOIMC *nre< "ne. ^cnwioi^iPi rii*. : m i f m c fcr imire m n w . a k f m m c n r u r c . «mqttcn& Tnr^ n r . ° T | C t v c f fcfruce;&e% rce ^nqnenwrnie TiCfW.feudfiift TTWW tsmcc. fine tai ?af ^ f t m n <n*nicf fySme TIC rnwfli-'l>CTtW2r cffcvce.^ W imcifgflrtgfr. *$r wrtSa n m r airieeWfrf ipr fairnjf hut . amcntt f jwf "rtct^ :nce i ic^cmm^f n e w nrnrrm frleftie Irmoi $cfo* »tiictc u t i r n 'lucre n e n f n c c i w r fcma^Tmc l ? * i ) ( » e c f e r j j i j c l e a r r 204 . . . . ' ; . ; * ' :. r)i fctowiirc fe^rCC'Tticf tnuietir "tec rtmfemic M^tmncnr . | w t i iiw€ ^ fotf^ricftw^ W n m r frn xaumr« M r frimcnr: 5?hif t»tciwfCTnCT»r•^ptC'. cit q i n i T i d X f C r c f t t n ^ r n C * >iC p r r ^ ft ^ w e v t r m c n r . confer hfef <7iiraitnr. triAr-itmitSu y e n qum .I'd £il t^ fbn IVwtr.cri-t o n ftteu i«F^twi*ror •iiAichrcavcft'c^ri.fm. -lAiiAistfti p4rli <^ Sw:.v feetnftn tftrnnv t x r ^ ^ ' It <?i* A i dycnSik- & *pitft*r -n? ^ ttCw0TT\*ton% ^ner cptit^ t nntirti 4 2 0 6 >4n q u i t ? -»—Hr -L b^nemmM Cm.-wtnr. t i n t tnm £(te2pt0n f<»n t e f i r t f e o n q u f g t > A t w r -/mctni* .Own^ rtcttnoir :w* conquer -^ OTiTncnC •^^.'piuCcjUACimor mCnr'conticcXeUC i\u\ Uiti'tQrnqtmfml &m jji -Xtentr*W fire i\i .ZaCttbtt'totribti ti&fc en c|*u .grant? inmuir 4wf itoit&ati * 'FpM-•4-• " : — ~ V im^miCGihmuc que 208 mon -manraur amimc am • — -x warn tagkie man? Mccmi^  roCi&* &mw if-tut- * nWw que tenia fetou--teati* Imigiur-la* ^ ittaaw^ftdurC'^uc.itma.ib^ tiacuie.: lie & m&dnilotir- guatr^ni^ tmfot^ wm^m pn'-tow** flu^te m'taignafc rtw^i-^yoncc m mc &Cut£ -ama^&mc ue fctfi- Ce nm* ma nt$ vetii&e laimc amt ie xo\\$ - «itwi: fctir mi nuntcl-tnttim * fanes taunt .ttuMcc - *rmu>i la m$c &nn&* ft nelai".jag aftmi- cvmjucs witi^  nc tmiiti- &\wi£ ti^efl^- in? antaii dbv mm &I& p c f ninCvlain- am4uc£?u& ante nenft'tice-. &wpivmcr'wioi-aiu^ man bkcic purtamwir ttliu« Jr &ma&mcl>iMicittf «)iur£fr ftfeatw ^ tfcttcc-Xcc <^0lcmc total mm-nenr aui^ nr aiiififa ; am vbtaiv. fetid attti^ ant^ui ^tttiuciir« ^ t£f&;4tte fl^ atcn42e ti&tf^i&c tadie tunc ton ialafc ^ ' 4iteol-4uc moic faff cftcaidtf--<&rtofclte fiiam itn&C ? i^ t he Inaiitt: teljptoit:' cuer dhrmc *• emmcmnmt' 4itetcfti$ iiiiaur'HlRfcii^^: 1 ' Wtcrcr -Mute*- • tattTc.^wu-otr" rrc.ft-e? :is>:>- • " «• .cn ftnanr-Jj.^ntitnnr fr it pucr "e Ln-cb--"£ f nti4ur Aiiiosf 'mcnr-Jptiif*.' ni«n Luutc,-. f- «vS:f tc ftH'rcrt-mirucdle 'ri^jgT^htir^.'• gj^fr dt tcitwi- <i nuv Ttrtmc - d»wic trtmr r f & r - 3. .un~ « 0 - 4 w : mot;nszrcaet^:?- tc 1atg~ g|p j&iTq ni i tc 'v icurt i^ jSR'' Net - <bt» <rcnr-r<©^;V\niiiirtaci-- -'-iirtcft-Uncnf quc^tuc'atmnc ^icr;.>-Ct.utuJ net- ttnif 4tiatir'>'^^,4K>u&rer^lur,l7dur. .u$- Trttir- etc Shru, U ma. tucur- Atwj-urtucr ; nwi v>4 ^uf ttc(cur nc ^>trt«rroc-. «twc K uot-fl> modOc te(Vrtimcv-< cuc*<" vnc fruibrmr-«l«t w c ; t c t » r t n r - 4 i 5 i c r - t i c ^ wAc murrui nc uattr- « 9 t a i t r r ^ ^ t ; c fr ; v.ii tc nVb'tlftct xv%a\' AsumtprTu « 4 i u r , mict ou .pivlci-c oil 1<J-£\c*rf-<|c ttci oi'M ipic m»C 4t»\c- f b \ t . » v u m t - V ylurfor fufmr- nunr-i prtftxar t <ft4uC 4mui V<t meiher- Con4\tt--pUirq M A fcnCttcVVM-fc rc ^ tai5icj--tc lncrV'V»»ncv vie -pace™; ' j \u»f .\i1Cu3u1cw- -fo/f q U cucrf <V»i "^ oac ^ ( v L i n f 'u •>! \«l g-(iti i niciti-C' la vo ^ ^ ^ C ^ j C m i - • r - t ? tATouia'iicr"-tli votioac.?tdyfot iau-.- VMT OjpHrf^ • \ •*fcW 0,1 rxivur i^f«v''.ba Vtf ctm^,;1 j mcftttv -tour- A t t a r . <*rae'l4K<ltrc4mfy! : ' ••nu^ucie a r m n r ; t » m r < f m r tno 'UiT . i ; ; i r aiiqict- fcrtf'• fttut t4 fatr-tourc ttcixnim T <-r» tf A5tj\^ \ M > iirnc ftUr murf* 4 'ti»u n r » t-cl«_ at- 4^cf tn4uctu-iiro MK ^tms nc t^n fcrutv c;lc mc fn i j - iu iv mc * Trj f^cniccrmnc lofti-cc oncyrxntnene ft« fi <c tu>T w4tt<-4 rcfufiic I4 lotctmt w -•oof >^a cundn ftmr^ittu m o i « l cnticmt J Cuici totcrot'bloc.- *-»\ mm 14 n u « c - * ^ncc ftT'.c t*u jpif rriTcrtu -enr onqrtvr nc tmttft "Cc tttflic-Ci TtvCWpercc -then -mint cP-rc fctn- ^iwf^vt Gtrn^r 44 foilli-UT u3l Tant- 4 n i « tcf W - q »^;c mtcvf Uui cxuiC ^ tnr 4utrc tvcnTncc r fc -ituw-amc Vojw>*i« (fer-tjlc Aurtoutf ARW '.ncu cat tott 4u©u- mcm-feWu Ta> U<mrcr voa»f (bu4tu~ 4utcn«4onJ\ font- 1t Mt t r V^liPftTnc i t ttc mof ^ ttir: Uwt Arnntr urc, tuttr ow»A«*«nV.! ^« '\ T ft woff«*if Incn cnrcnftrcaftuoCTum S; axvol tw iT .c Cfc^ltftnvrr t A ma«!.iu4ur?,C.:'rf. vcnit*-'Wir7itttotYrAtca>CT»^:-wc^^ kc'q^uar'loneiMilbW t^iW'Iuof: mtt i^?.^ -r^^  "Ct >Ui»t;4tu-c(^C3<f yi^.ytat4?r.n4Ut): .v, fatoty - w i t e t i o i l U i t f f r L t i o n f i u c f ^ R , . ^ ^ r ^ 4 ^ . ; n . nwtc. i o \ t c 3 . c ^ t v r ^ \ u ^ | ^ ; n c ^ V 211 -a _ _ J | IJI—..a_ ^ # l ) M ? 1 t ^ ^ ^ n t « qui tr >z watotowriaw t^irTdAffttiniin. •me etVfttmi* '3?ctnai0tCTiaaiteiic ' - . > ' " . • Vic «•'-'(! 2 1 2 I awotircHitfcnetfitceit^ Li lL lk fctwicr-cthtt ftr frlte< tant fofcfg} tcfemt v*<rotimcFitt awifceti <nMi fl vim attttrme-vemfo fltdteutet*» DJ^i^cWe^ctic fAttne»<Mitwner;: <rn tfyyxv ^tiwTnewv^1>tvwett - 4 A -— — B O . ^ " ,—4',, ccm ttxmn c r ^ ^ ^ t t t t e cut t fldur VST' Ttcten erfotete contenim.re qinvh Tueu tot (c^^i^S'^te^tft iet* ' , ton &tg^mtete^^-. ^mhnth t « ( j ^ ^ e T ^ ^ n c : ^ « l A ^ t i m t t e w i C e r M t t r v - 1 ^ ^<4r ] o v u * r w % t b i ^ m h t • 8 i f t i i n i ' # - f c i 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0087168/manifest

Comment

Related Items