Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

La réception critique franĉaise de Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline Bruxelle, Thierry 1996

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-ubc_1996-0196.pdf [ 4.37MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0087099.json
JSON-LD: 831-1.0087099-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0087099-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0087099-rdf.json
Turtle: 831-1.0087099-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0087099-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0087099-source.json
Full Text
831-1.0087099-fulltext.txt
Citation
831-1.0087099.ris

Full Text

LA RECEPTION CRITIQUE FRANCAISE DE VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT DE LOUIS-FERDINAND CELINE by THIERRY BRUXELLE Licence de sociologie, Universite de Grenoble, 1993 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT O F THE REQUIREMENTS FOR THE D E G R E E O F MASTER OF ARTS in THE F A C U L T Y O F G R A D U A T E STUDIES (Department of French) We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA March 1996 © Thierry Bruxelle, 1996 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department of ^ . F r A C f t The University of British Columbia Vancouver, Canada Date US'- oi - 3i DE-6 (2/88) ii R e s u m e Cette etude jaussienne de I'immediate reception critique de Voyage au bout de la nuit de L.-F. Celine abordera deux aspects essentiels de la question: comment la lecture s'est-elle effectuee, c'est-a-dire quelles sont les structures qui la caracterisent, et ensuite, pourquoi cette lecture a-t-elle ete si politiquement polarisee? L'utilisation de la theorie jaussienne de la reception implique la reconstitution de I'horizon d'attente du lecteur des annees trente. Pour ce faire, nous avons suivi la composition de Voyage au bout de la nuit pour choisir quelques ouvrages caracteristiques de I'experience de lecture du critique. Cela nous a permis de mieux comprendre les codes litteraires de l'epoque. Les critiques de Voyage au bout de la nuit ont raisonne a partir d'une logique de genre. C'est la raison pour laquelle Ton peut retrouver d'une maniere trans-ideologique la meme structure d'approche critique de Voyage au bout de la nuit. Selon nous, trois dimensions caracterisent cette demarche critique: la classification, la comparaison et la prise de position. C'est ainsi que nous pouvons proposer a partir de cette structure une definition de la fonction sociale de la critique: la critique jauge l'oeuvre face aux criteres implicites et explicites qui torment la definition du roman, definition issue des valeurs inherentes a I'experience de socialisation du critique. Si la reception critique de Voyage au bout de la nuit s'est effectuee d'une maniere si poiemique, c'est en partie du aux nombreuses regies esthetiques du roman que Celine brise. Cette evolution du roman a ete vue par les critiques progressistes comme une avancee certaine dans la prise de conscience populaire de la realite sociale tandis que pour les critiques conservateurs ces pretendues innovations n'etaient en fait qu'une trangression cavalieres des regies esthetiques. Table des matieres Resume Table des matieres iii INTRODUCTION 1 Premiere Partie: L'horizon d'attente 5 1- Le roman de guerre 6 2- Le roman d'aventure 9 3- Le roman social 17 Deuxieme Partie: La reception critique de Voyage au bout de la nuit 23 1- La classification 25 2- La comparaison 39 3- La prise de position 49 Conclusion 70 Corpus 74 Bibliographie 77 1 Introduction Que Ton fasse I'experience et qu'on relise le Voyage: on aura I'impression un peu surprenante d'aborder un texte classique, ou rien ne nous surprend dans I'abord, ou tout est a la fois lisse, dur et tenebreux. C'est la fagon de vieillir qu'ont les grandes ceuvresL Que s'est-il done passe entre octobre 1932 et septembre 1943 pour que Robert Brasillach, peut-etre le premier, ose qualifier Vovaae au bout de la nuit 2 de texte classique? II n'etait peut-etre pas evident qu'un tel texte puisse, onze ans apres sa parution, meriter une telle appreciation. 3 En tout cas, e'etait inimaginable lors de la premiere reception de rceuvre. C'est Tune des raisons pour lesquelles nous avons choisi d'etudier ce roman, car il nous est apparu pertinent de comprendre les premiers lecteurs de VBN de Celine pour resoudre deux questions face a I'experience esthetique de cette epoque: comment la lecture s'est-elle effectuee, c'est-a-dire quelles sont les structures qui la caracterisent, et ensuite, pourquoi cette lecture s'est-elle concretisee d'une maniere si polarisee, si violemment polemique? Repondre a cette problematique, c'est, tout d'abord, poser notre paradigme interpretatif et preciser notre angle d'analyse, ce qui nous amene a exposer les points essentiels de Pour une esthetique de la reception de Jauss. Sans aucunement pretendre a la description detaillee de la theorie de la reception en si peu de pages,nous allons plutot opter pour une approche ponctuelle qui s'appliquera plus directement a notre recherche, c'est-a-dire a I'analyse de la premiere reception de VBN en France, entre octobre 1932 et avril 1933. Les trois concepts cles de la pensee jaussienne qui fondent notre recherche sont: la fonction sociale de la litterature, le concept d'horizon d'attente et celui de la tradition esthetique aristoteiicienne: I'aisthesis. Rappelons pour commencer la definition kantienne du terme esthetique qui 1 Robert Brasillach. "En relisant le Voyage" Revolution Nationale 25 septembre 1943: 5. 2 Pour faciliter la lecture, nous utiliserons I'abrege VBN pour designer Vovaae au bout de la nuit. 3 Nous verrons par la suite comment la situation historique peut favoriser les courants interpretatifs. 2 consiste en "un monde empirique ou transcendantal d'affection de I'esprit par une matiere."4 L'une des preoccupations centrales de la pensee theorique de Jauss est precisement de renouveler I'importance qu'il convient de donner a I'effet produit sur le lecteur par une ceuvre: C'est leur intervention qui fait entrer I'ceuvre dans la continuity mouvante de I'experience litteraire, ou I'horizon ne cesse de changer, ou s'opere en permanence le passage de la reception passive a la reception active, de la simple lecture a la comprehension critique, de la norme esthetique admise a son depassement par une production nouvelle 5. II s'agit d'une proposition primordiale dans le cadre de notre recherche, puisque le premier roman de Celine semble illustrer exemplairement cette interaction: Deja I'accueil fait a I'ceuvre par ses premiers lecteurs implique un jugement de valeur esthetique, porte par reference a d'autres ceuvres lues anterieurement 6. C'est un premier element de reponse a notre problematique. La concretisation 7 est I'etape originelle qui s'elabore a partir d'un va-et-vient entre I'experience personnelle de lecture du critique et la reactualisation de cette experience dans sa lecture du moment. C'est pour cela qu'il est fondamental de reconstituer I'horizon d'attente du premier public, c'est-a-dire le systeme de references objectivement formulable qui, pour chaque ceuvre au moment de l'histoire ou elle apparaTt, resulte de trois facteurs: I'experience prealable que le public a du genre dont elle releve, la forme et la thematique d'ceuvres anterieures dont elle presuppose la connaissance, et I'opposition entre langage poetique et langage pratique, monde imaginaire et realite quotidienne 8. Nous ne pourrons commencer notre etude sur le jugement esthetique de la critique de 1932 que lorsque nous aurons pose le probleme de la subjectivite du gout chez le lecteur: 4 Cite par Jean-Frangois Lyotard. L'lnhumain. causerie sur le temps. Paris: Galilee, 1988. 60. 5 H.R. Jauss. Pour une esthetique de la reception. Paris: Gallimard. 1978. 45. 6 Ibid. 7 Jauss definit la concretisation comme "la premiere interpretation qui resulte" (de la lecture de I'ceuvre). 106 8jbjjL51. 3 Le probleme de la subjectivity ou I'interpretation du gout chez le lecteur isole ou dans differentes categories de lecteurs ne peut etre pose de fagon pertinente que si Ton a d'abord reconstitue cet horizon d'une experience esthetique intersubjective prealable qui fonde toute comprehension individuelle d'un texte et I'effet qu'il produit 9. C'est ainsi que notre recherche se fonde sur la notion d' "ecart esthetique". Nous adopterons la definition jaussienne de ce phenomene: La distance entre I'horizon d'attente preexistant et I'ceuvre nouvelle dont la reception peut entramer un "changement d'horizon" en allant a I'encontre d'experiences familieres ou en faisant que d'autres experiences, exprimees pour la premiere fois, accedent a la conscience, cet ecart esthetique, mesure a I'echelle des reactions du public et des jugements de la critique (succes immediat, rejet ou scandale, approbation d'individus isoles, comprehension progressive ou retardee), peut devenir critere de I'analyse historique 10. Ce n'est que dans cette construction permanente de nouveaux horizons d'attente que le theoricien peut proposer une definition sociale de la litterature: La fonction sociale de la litterature ne se manifeste dans toute I'ampleur de ses possibilites authentiques que la ou I'experience litteraire du lecteur intervient dans I'horizon d'attente de sa vie quotidienne, oriente ou modifie sa vision du monde et par consequent reagit sur son comportement social 11. S'opposant au structuralisme et au marxisme, des annees soixante, Jauss affirme que la litterature est un facteur de production active de la societe. II situe done la conscience receptrice dans son milieu socio-discursif specifique qui est celui de la transmission: S'il est certain que la conscience receptrice est toujours situee dans un reseau de traditions qui conditionnent a priori sa comprehension des ceuvres, il n'est pas moins certainement illegitime d'imputer aux objets transmis les attributs d'une existence autonome ~ attributs qui ne sont pas concevables, en fait, sans la participation active de la conscience qui comprend 12. Si Ton reprend cette definition de la fonction sociale, on peut admettre que 9 Ibid. 10 Ibid. 53. 11 Ibid. 73. 12 Ibid. 106-107. 4 I'experience esthetique est "done toujours aussi bien liberatrice de quelque chose que liberation pour quelque chose." 13 Precisant cette pensee, Jauss va proposer un concept de la tradition esthetique: I'aisthesis. II la definit comme "la conscience en tant qu'activite receptrice saisissant la possibilite de renouveler sa perception du monde."14 C'est ce dernier concept que nous utiliserons le plus comme outil operatoire dans notre analyse. En suivant done le modele jaussien d'analyse, nous serons amene dans notre recherche a etudier la concretisation originelle de la lecture de V B N . Nous tenterons egalement d'observer de quelle maniere et pour quelles raisons I'ecart esthetique s'est creuse entre I'horizon d'attente preexistant et l'oeuvre de Celine? Est-ce que le concept de I'aisthesis peut s'appliquer a la totalite de nos differents groupes de lecteurs? Est-ce que notre angle d'analyse, a partir d'une classification ideologiqueis du corpus met plutot en evidence un refus; de la part d'une partie de la critique, de reconnaitre le renouvellement que le roman de Celine pouvait apporter a sa vision du monde? Ces questions seront au centre de la recherche par laquelle nous tacherons de mieux mettre en evidence la logique de la reception du celebre roman de Celine. Pour cela, nous diviserons notre travail en deux grandes parties: I'horizon d'attente du public des annees vingt, a partir des differents genres que V B N traverse, et, I'analyse de notre corpus qui mettra en evidence les differentes lectures ideologiques effectuees par les critiques de I'epoque. 13 ibid. 131. 14 ibid. 15 Nous definirons le terme ideologie comme une formation discursive qui situe et oriente I'acteur social dans la representation qu'il a du monde. Premiere partie: L 'hor izon d'attente 5 Quel est le role, selon Jauss, que joue I'horizon d'attente dans la concretisation d'une ceuvre litteraire? Meme au moment ou elle paraTt, une ceuvre litteraire ne se presente pas comme une nouveaute absolue surgissant dans un desert d'information; par tout un jeu d'annonces, de signaux -- manifestes ou latents --, de references implicites, de caracteristiques deja familieres, son public est predispose a un certain mode de reception. [...] Le texte nouveau evoque pour le lecteur (ou I'auditeur) tout un ensemble d'attente et de regies du jeu avec lesquelles les textes anterieurs I'ont familiarise et qui, au fil de la lecture, peuvent etre modulees, corrigees, modifiees ou simplement reproduitesie. Voila pourquoi la premiere etape de notre etude sera done de mettre en evidence ces "regies du jeu" precedant la parution du VBN. A quoi par exemple le mot voyage fait-il reference dans I'experience du lecteur? C'est la raison pour laquelle Jauss precise: La reception d'un texte presuppose toujours le contexte d'experience anterieure dans lequel s'inscrit la perception esthetique: le probleme de la subjectivity de I'interpretation et du gout chez le lecteur isole ou dans les differentes categories de lecteurs ne peut etre pose de fagon pertinente que si Ton a d'abord reconstitue cet horizon d'une experience esthetique intersubjective prealable qui fonde toute comprehension individuelle d'un texte et I'effet qu'il produit 1? C'est ce que nous allons tenter de reconstituer maintenant en exposant les horizons d'attentes qui ont pu jouer un role dans la premiere concretisation de V B N . L'une des nombreuses specificites du roman de Celine repose sur le fait qu'il peut etre divise nettement en trois parties, chacune correspondant a un horizon d'attente precis. Nous pouvons distinguer au moins trois sous-genres dans I'ouvrage de Celine: un roman de guerre, un roman d'aventure, un roman social. Nous choisirons (devant I'etendue de chaque champ) des exemples specifiques et caracteristiques du genre en question. Ainsi retiendrons-nous Le Feu de Barbusse comme 16 Jauss 50. 17 Ibid. 51. 6 representant "archetypal" des recits de guerre. La raison de ce choix tient au fait que ce livre reunit les elements constitutifs du sous-genre qui nous occupe. Nous procederons de la meme maniere dans les autres categories. 1- Le roman de guerre Le Feu de Barbusse joue un role particulier a la fois dans I'horizon d'attente du public des annees vingt et dans I'influence qu'il aura directement sur Celine. Barbusse recoit le Prix Goncourt pour son temoignage sur la grande guerre en 1916. II apparait deja se positionner d'une facon particuliere dans le recit de guerre: les romans temoignant de cette experience terrible suivent, comme le synthetise tres bien Damour, certaines scenes obligees qui a la fois popularisent le personnage du "poilu", et permettent a I'ecrivain, ancien combattant, de passer "a la confession a vocation cathartique." 1 8 Ainsi, I'engagement, le bapteme du feu, I'attaque, la garde de nuit, le combat singulier, la mort des copains, l'art et la maniere de se procurer du ravitaillement, les plaisirs pris lors des permissions, I'attitude des grades, etc... charpentent I'experience de lecture du public de I'epoque. On s'attend a rencontrer le "poilu" dans ces situations particulieres. Le roman de Barbusse peut illustrer une partie de ces situations caracteristiques du roman temoignant de la Premiere Guerre mondiale. Nous prendrons trois exemples: la garde de nuit, I'attaque et la mort des copains. Le chapitre eponyme intitule Le Feu nous fait vivre cette angoisse de la garde de nuit: Reveille brusquement, j'ouvre les yeux dans le noir. - Quoi? Qu'est-ce qu'il y a? - C'est ton tour de garde. II est deux heures du matin, me dit le caporal Bertrand que j'entends, sans le voir, a I'orifice du trou au fond duquel je suis etendu 19. 1 8 Jean-Pierre Damour. L-F. Celine: Voyage au bous de la nuit. Paris: Presses Universitaires de France, 1985. 27. 19 Henri Barbusse. Le Feu. Paris, Flammarion, 1916. 240. 7 Le narrateur va, tant bien que mal, se positionner sur la ligne de front. Impression terrible: Je leve les yeux , je regarde ici, la. Un deuil epouvantable ecrase tout. J'ai 1'impression d'etre tout seul, naufrage, au milieu d'un monde bouleverse par un catac!ysme 2o. Mais plus encore que de surveiller ce cataclysme, le fait d'y participer, lorsque I'attaque est declaree, accentue ce sentiment d'effroi: Chacun sait qu'il va apporter sa tete, sa poitrine, son ventre, son corps tout entier, tout nu, aux fusils braques d'avances, aux obus, aux grenades accumulees et pretes, et surtout a la methodique et presque infaillible mitrailleuse -- a tout ce qui attend et se tait effroyablement la-bas -- avant de trouver les autres soldats qu'il faudra tuer 21. La decouverte du corps d'un camarade tue sur le champ de bataille temoigne, s'il le fallait encore, de I'horreur de la guerre et du stress psychologique auquel le poilu est soumis: Quand on apprend ou qu'on voit la mort d'un de ceux qui faisaient la guerre a cote de vous et qui vivaient exactement de la meme vie, on recoit un choc direct dans la chair avant meme de comprendre. C'est vraiment presque un peu de son propre aneantissement qu'on apprend tout d'un coup. C e n'est qu'a pres qu'on se met a regretter 22. Le Feu obeit done a ces episodes de la vie du poilu qui composent I'horizon d'attente du roman de guerre. C'est par ces aspects particuliers qu'il peut bien representer le genre du roman de guerre. Mais I'ouvrage de Barbusse se positionne a la fois sur ce que j'appellerai "la ligne d'horizon" du public, c'est-a-dire, a la limite de ce qui est accepte. Le niveau de langue utilise par les poilus est reproduit fidelement par Barbusse. Dans le chapitre Les gros mots, le narrateur explique pourquoi il utilise un niveau de langue different lorsqu'il a fait parler les poilus: Barque [un poilu] me voit ecrire. [...] II bafouille [...] - Dis done, toi qui ecris, tu ecriras plus tard sur les soldats, tu parleras de nous, pas? 20 ibid. 241. 21 ibid. 263. 22 ibid. 290. 8 - Mais oui, fils, je parlerai de toi, et des copains, et de notre existence. [...] - Dis done, sans t'commander... Y a quequ'ehose que j'voudrais te d'mander. Voila la chose: si tu fais parler les troufions dans ton livre, est-ce que tu les f'ras parler comme ils parlent, ou bien est-ce que tu arrangerais ga, en lousdoc? C'est rapport aux gros mots qu'on dit.[...] - Je mettrai les gros mots a leur place, mon petit pere, parce que c'est la verite. - Mais, dis-moi, si tu I'mets, est-ce que des types de ton bord, sans s'occuper de la verite, ne diront pas que t'es un cochon? - C'est probable, mais je le ferai tout de meme sans m'occuper de ces types 23. Cette fidelite a la langue parlee aura bien sur une grande influence sur Celine. Bellosta parle de cette influence: Le Feu est effectivement admirable, car ce fut le premier roman qui ait brise le consensus pour donner du front I'image qu'en avait la troupe, et ce travail (observation du typique, decoupage diegetique, mise au point du ton, des metaphores reccurents, etc..) servit a I'elaboration de bien des recits de guerre ulterieurs. L'opinion communement admise est soutenue par Henri Godard: ce serait uniquement Le Feu qui aurait influence (Celine), et, dans ce roman, "surtout la place faite au langage parte des soldats", I'auteur de Voyage ayant "radicalise" la tentative au prix Goncourt de 1916 2 4 . Celine declara dans une lettre a Carrefour I'importance qu'il donnait aux ceuvres de Barbusse: Que lira-t-on en I'an 2000? Plus guere que Barbusse, Paul Morand, Ramuz et moi-meme, il me semble 25. Meme avant la parution de V B N , Celine peut etre identifie comme appartenant a ce milieu intellectuel de gauche. Car comme le met en evidence Bellosta, Celine collabore au journal que Barbusse lance en Juin 1928, Monde: L'enquete biographique n'est pas terminee concernant les rapports de Celine avec les personnalites de gauche. Nous savons qu'il etait abonne a Monde , et qu'il y publia un article, "La sante publique en France", le 8 mars 1930, au sein d'une campagne d'information menee par cet hebdomadaire sur la creation du ministere de la sante publique [...]. II signa I'appel qu'Henri Barbusse langa en septembre 1933 en faveur des accuses du proces de I'incendie du Reichstag, et 23 Ibid. 182-183. 24 Marie-Christine Bellosta. Celine ou l'art de la contradiction. Lecture de Voyage au bout de la nuit. Paris, Presses universitaires de France, 1990. 75. 25 Carrefour. 20 avril 1949, reprise dans Cahier Celine No 7: 389-390. 9 cette reponse fut publiee dans Monde le 10 fevrier 1934; un temoignage fait etat de sa presence a un dtner chez Barbusse vers la meme epoque (Voir Cahier Celine No 7, p. 21-25)26. Meme si cet engagement a gauche est mis en doute aujourd'hui 2 7 , Celine peut donner tres facilement I'apparence, pour le public qui n'entre pas dans toutes ces considerations, d'etre effectivement un ecrivain de gauche, en 1932. Grace au livre de Barbusse Le Feu , nous avons pu mettre en evidence certaines scenes constitutives a la fois du roman de guerre et de I'attente du public, face a la vie du poilu dans les tranchees. Le Feu se situe, en fait, sur la "ligne d'horizon" de cette attente car les effets narratifs (I'argot des poilus, les metaphores recurrentes, le decoupage diegetique, e t c . ) etaient innovateurs. Cette nouveaute influencera grandement Celine, meme si, a I'instar de Damour, nous pouvons constater que I'auteur de V B N jouera avec ces representations. 2 8 De plus, la collaboration effective au journal de Barbusse, Monde , peut avoir ete un indice pour les futurs lecteurs de V B N , d'un engagement de Celine ehvers les valeurs de gauche. II ne faut pas oublier que le premier article critique favorable a V B N est ecrit par Altmann, militant communiste, dans Monde. 2- Le roman d 'aventure Le deuxieme genre representatif de I'horizon d'attente de cette epoque est le roman d'aventure. Nous avons choisi trois textes representatifs de I'experience de 26 Marie-Christine Bellosta. Celine ou I'art de la contradiction. Lecture de "Voyage au bout de la nuit." Paris, Presses universitaires de. France, 1990. 93. 27 Yves Pages. Les fictions du politique chez L-F. Celine. Paris: Seuil,1994. 15. 28 Jean-Pierre Damour 28. "Le Voyage, en 1932, occupe une place assez tardive dans cette serie, aussi peut-on penser que Celine a tres largement reutilise des schemas narratifs preexistants, a cette reserve pres que I'attitude de Bardamu releve le plus souvent de la parodie. En effet, les ecrivains reaffirment souvent, a travers les reactions de leurs heros, la grandeur des valeurs human/stes (la vie, le courage, la fraternite), celles-la memes que le romancier tournera en derision." 10 lecture qu'a pu avoir le public des annees vingt: L'Atlantide de Pierre Benoit (1919); La Cavaliere Elsa de Pierre Mac Orlan (1921) et La Voie rovale de Malraux (1930). Le quatrieme texte est celui du journal de voyage de Gide, Vovaae au Congo (1927) . 2 9 Doit-on essayer d'expliquer le succes de ce genre par un desir d'evasion du public? La guerre, la revolution russe, les bouleversements qui les ont suivies en France, en Europe et dans le monde entier, offraient a de tels auteurs des sujets de choix: Au lendemain de la guerre nous avons assiste a une vogue, d'ailleurs tres passagere, du roman d'aventures, nee sans doute du besoin d'oublier les realites affreuses d'ou Ton sortait, et d'ailleurs encouragee par les versions du cinema auquel il s'adapte tout naturellement 30. Pierre Benoit est I'exemple parfait puisqu'il a vendu dans toute sa carriere d'ecrivain plus de douze millions d'exemplaires. 3 1 Son succes n'a pas ete moins ecrasant au cinema ou Ton voit une dizaine de ces romans portes a I'ecran, dont trois fois L'Atlantide a lui s e u l . 3 2 Prix de I'Academie frangaise pour ce dernier roman, Pierre Benoit est alors un romancier en vogue, ce qui entratne aujourd'hui un debat sur la qualite de son ecriture: Le succes ne signifie pas necessairement la mediocrite, mais il suffit a provoquer la jalousie, voire la haine, des snobs qui affectionnent I'ennui et la mevente et prechent la croisade contre la legerete, la grace et la vie. [...] Certains allerent meme jusqu'a lui nier tout talent! II est pourtant un grand ecrivain; il sait confer et renouveler constamment I'interet en retenant I'attention de ses lecteurs 33. Pour d'autres, comme Damour, L'Atlantide represente bien l'un des livres qui ont 29 Henri Mitterrand .Le Dictionnaire des granges oeuvres de la litterature frangaise. Paris: Le Robert, 1992. 678. L'ouvrage de reference cite ces ceuvres comme etant entrees dans l'histoire de la litterature frangaise des annees trente. 30 Marcel Braunschvio. La Litterature contemporaine de 1850 a nos jours. Paris: Colin, 1931.159. 31 Ce qui montre que ce genre n'est pas seulement lie a un effet de mode passager, comme le dit Braunschvig. 32 Pierre Benoit temoin de son temps. Actes du colloque de l'association des ecrivains de langue frangaise. Direction Edmond Jouve. Paris: Albin Michel, 1991. 22. 33 Ibid. 23. 11 fabrique les representations stereotypiques que Ton a propagees a propos de I'Afrique en 1920: Le gout du public aidant, certains editeurs (Flammarion et Grasset, en particulier) fondent des collections de livres a bon marche qui editent des romans d'aventures exotiques: ceux-ci n'evitent ni les poncifs ni la facilite ( a cet egard, on peut considerer L'Atlantide de Pierre Benoit, 1919, comme un modele) et contribuent a fabriquer une veritable mythologie de I'Afrique: cruautes, cannibales, tribus noires, fanatisme de I'lslam, blancs ronges d'alcoolisme et de malaria... 34 C e n'est peut-etre que de nos jours que Ton peut se rendre compte de ce processus de fabrication mythologique. Le roman de Pierre Benoit est facile a lire. II ne demande pas une grande concentration. II permet de partager un moment d'evasion et de mystere, de vivre pendant un instant une vie que Ton n'aura jamais. Qu'importe si cela n'est pas vrai, puisque est raconte de telle maniere que le recit devient plausible. On prendra du plaisir a devenir naif: Les historiens de I'Atlantide estiment a neuf mille ans avant I'ere chretienne la date du cataclysme qui aneantit tout ou portion de cette contree fameuse. Si Denys de Millet, qui ecrivait il n'y a guere plus de deux mille ans, juge qu'a son epoque la dynastie issue de Neptune donnait encore ses lois, vous concevrez que j'eus vite I'idee suivante; ce qui a subsiste neuf mille ans peut subsister onze mille ans 35. L'ecart esthetique est ici nul. II n'y a aucune chance pour que I'horizon d'attente evolue. Comme le dit Jauss: Lorsque cette distance diminue [l'ecart entre I'horizon d'attente et I'ceuvre] et que la conscience receptrice n'est plus contrainte a se reorienter vers I'horizon d'une experience encore inconnue, I'ceuvre se rapproche du domaine de I'art "culinaire", du simple divertissement.36 Le heros de L'Atlantide , Saint-Avit, non seulement decouvrira I'Atlantide au milieu du desert du Sahara francais de l'epoque, mais en plus fera l'amour avec la deesse Atlantis, ramenera des preuves de la presence greque dans le desert, preuves 34 Damour 29. 35 L'Atlantide 159. 36 Jauss 53. 12 de deux milles ans. De plus, il aura a souffrir de la soif dans le desert du Hoggar pour revenir dans le monde connu: C'est une etrange sensation que de mourir de soif. D'abord, les souffrances sont terribles. Puis, elle s'apaisent. L'insensibilite vous gagne. De ridicules petits details de votre vie surgissent, volent au tour de vous comme des moustiques. Je me mis a me rappeler ma composition d'histoire pour I'entree a Saint-Cyr, la campagne de Marengo: "j'ai dit que la batterie demasquee par Marmont au moment de la charge de Kellerman avait dix huit pieces... Or, je me souviens, maintenant, elle n'etait que de douze pieces. J'en suis sur, de douze pieces." 37 L'aventure exotique etait alors exclusivement reservee a une certaine classe sociale. Les eleves des grandes ecoles... Une autre grande figure du roman d'aventure des annees vingt est incarnee par Pierre Mac Orlan. Les colonies, terre d'aventure, ne sont pas toujours le sujet du recit d'evasion. La Cavaliere Elsa en est un bon exemple. La revolution russe, au lendemain de la guerre, portait une aura de mystere et d'angoisse. Les civilisations europeennes prenaient alors conscience de la possibility de leur extinction: Declin de I'occident, voue au destin des vaincus: La Cavaliere Elsa et La Venus internationale expriment un pronostic lugubre dans des fictions menagantes ou des invasions venues de I'Est aneantissent le vieux monde. Ainsi congu le roman d'aventure n'est rien de moins qu'un jeu. S a portee est celle d'une reflexion sur une grande crise et sur une grande peur de la couleur et de la realite de la vie.38 L'Europe est envahie par I'armee rouge. Un systeme de logique different s'installe implacablement: Des bourgeois furent Strangles en grand nombres, mais de preference on pendit les hommes d'un individualisme trop affiche: ceux qui n'opinaient ni pour Tun ni pour I'autre et dont la vie intime se dirigeait vers des buts echappant a la foule.39 La peur du bolchevisme melangee a la peur du "jaune" et du "boche" revele les 37 L'Atlantide 159. 38 Jacques Robichiez. Precis de litterature francaise du 20eme siecle. Paris: Presses Universitaires de France, 1985. 237. 39 La Cavaliere Elsa 32. 13 angoisses du moment: Des lignes de chemin de fer deversaient chaque jour sur le Rhin des milliers et des milliers de soldats russes et chinois. Les ingenieurs allemands se felicitaient de ce travail. Leur elite s'eparpillait dans les rangs de I'armee rouge. [...] La guerre de 1914-1918 apparaissait ainsi qu'une demi-finale a peine eliminatoire. 4" Mais le livre de Mac Orlan serait a situer a la limite de notre horizon d'attente concernant le roman d'aventure relie a V B N car Taction se deroule en Europe. La partie qui nous permet de parler de roman d'evasion est, dans I'ouvrage de Celine, la deuxieme, celle ou I'on voit Bardamu s'exiler en Afrique pour faire fortune. Un autre livre paru en 1930, La Voie rovale , relate la meme histoire: celle d'un jeune homme qui, voulant sortir de sa condition sociale, prend le bateau pour aller en Indochine decouvrir et vendre des ceuvres d'art, situees dans la jungle, sur la fameuse voie royale: La voie royale, la route qui reliait Angkor et les lacs au bassin de la Menam. Aussi importante jadis que la route du Rhone au Rhin au moyen a g e 4 1 Mais a la difference d'un "simple" roman d'aventure, une deuxieme aventure a lieu entre les deux personnages principaux du livre, Claude et Perken: une aventure interieure, neo-mystique: Et tout a coup, Claude decouvrit ce qui le liait a cet homme qui I'avait accepte sans qu'il comprit bien pourquoi: I'obsession de la mort.42 On pourrait voir le debut du roman camusien ici. Celui du debat interieur, du role de I'homme face a I'univers, face aux questions de la valeur de I'existence, de la morale: La soumission a l'ordre de I'homme sans enfants et sans dieu est la plus profonde des soumissions a la mort; done, chercher ses armes ou ne les cherchent pas les autres: ce que doit exiger d'abord de lui-meme celui qui se sait separe, c'est le courage.43 40 Ibid. 69. 4 1 La Voie rovale 30. 42 Ibjd. 36. 4 3 Ibid. 37. 14 Perken meurt tragiquement a la fin de l'aventure. Le narrateur s'interroge alors sur le sens de la vie: II savait [Perken] a la fois que , chez lui, il guerirait, et qu'il allait mourir, que sur la grappe d'espoirs qu'il etait, le monde se refermerait, boucle par ce chemin de fer comme par une corde de prisonnier; que hen dans I'univers jamais, ne compenserait plus ses souffrances passees ni ses souffrances presentes: etre un homme, plus absurde encore qu'etre un mourant... 44 Celine, comme Malraux, se pose egalement ce type de question, mais y repond d'une maniere differente: I'itineraire final de I'homme, c'est la mort, le bout de la nuit. On retrouve ici la meme obsession de la mort qui est en fait la symbolisation de la fin du voyage 4 5 . Devant ce spectacle qu'offre le monde, le temps de ('interrogation est fini. II faut conclure, semble suggerer Bardamu. La misere du monde et la lachete des etres humains nous poussent a avoir une vision nihiliste de I'existence. Nous reparlerons dans notre deuxieme partie du choc que ce pessimisme celinien a provoque chez les critiques. Reste a voir le dernier recit d'aventure qui se rapporte a notre champ d'etude; Vovaae au Congo de Gide. Au-dela des descriptions geographiques et ethnographiques que rapporte Gide de son voyage africain, il est possible d'etablir un parallele, un objectif commun entre ce recit et V B N : la mise en evidence des abus que le systeme colonial provoque dans la vie de la population autochtone. La difference apparaTtra bien sur au niveau du genre et de la forme adoptes dans ces deux recits. Commencons par Celine: Dans cette colonie de la Bambola- Bragamance, au-dessus de tout le monde, triomphait le gouverneur. Ses militaires et ses fonctionnaires osaient a peine respirer quand il daignait abaisser ses regards jusqu'a leurs personnes. Bien au-dessous encore de ces notables les commercants installes semblaient voler et prosperer plus facilement qu'en Europe. Plus une noix de coco, plus une cacahuete, sur tout le territoire, qui echappat a leurs rapines. Les fonctionnaires comprenaient, a mesure 44 Ibid. 178. 45 Damour 89. 15 qu'ils devenaient plus fatigues et plus malades, qu'on s'etait bien foutus d'eux en les faisant venir ici, pour ne leur donner en somme que des galons et des formulaires a remplir et presque pas de pognon avec. Aussi louchaient-ils sur les commercants -- I'element militaire encore plus abruti que les deux autres bouffait de la gloire coloniale et pour la faire passer beaucoup de quinine avec et des kilometres de Reglements .46 Les observations de Gide sur les injustices de la structure colonisatrice sont nombreuses, a la surprise de Gide lui-meme: Je ne pouvais prevoir que ces questions sociales angoissantes, que je ne faisais qu'entrevoir, de nos rapports avec les indigenes, m'occuperaient bientot jusqu'a devenir le principal interet de mon voyage, et que je trouverais dans leur etude ma raison d'etre dans ce pays . 4 7 Nous citerons quelques faits marquant du temoignage de Gide. Les conditions de la vie sanitaire, par exemple: II faudrait plus de medecins. II faudrait d'abord plus d'argent pour les payer. Et partout les medicaments manquent. Partout on se ressent d'une penurie lamentable qui laisse triompher et s'etendre meme les maladies dont on pourrait le plus aisement triompher.48 Plus loin Gide note le type de relation qui existe entre les blancs et les noirs; celui de dominant / domine: "Moins le blanc est intelligent, plus le noir lui paraTt bete" 4 9 . II se fait egalement le defenseur de I'environnement: Je doute si, dans quelques annees, ce deboisement continu, systematique et volontaire, ou accidentel, n'amenera pas de profonds changement dans le regime des pluies. so II remet en question ses actes de chasse. Voila ce qu'il declare apres avoir tue un vautour: J'aurais ete moins fier si j'avais su qu'il n'est pas d'usage, en A.E.F , de tirer sur les aigles, vautours, ou charognards, que Ton considere (ces derniers surtout) comme des animaux utiles, affectes au service 46 VBN . 125. 4 7 Voyage au Congo. 695. 48 ibid. 710. 49 lb|d. 692. 50 Ibid. 732. 16 d'hygiene du pays. 51 II est egalement tres avide de connaissances a propos de la mentalite des noirs qu'il rencontre. Peuvent-ils, par exemple, comprendre un systeme de causalite? Gide interroge un chef de village: "Pourquoi n'a-t-on pas recolte le manioc en temps voulu?". En general, le "pourquoi" n'est pas compris des indigenes; et meme je doute si quelque mot equivalent existe dans la plupart de leurs idiomes.52 Gide ajoute en note que Levy-Bruhl dans son livre sur La Mentalite primitive 5 3 confirme cette "incapacite" du noir face a son environnement social. Mais meme si I'autochtone africain apparaTt aux instances universitaires les plus distingues comme etant des etres primitifs, prelogiques, comme le soutient Levy-Bruhl, Gide arrive a les comprendre d'une maniere plus fine. II se met a leur place et peut ainsi deconstruire les habituels stereotypes que Ton pensait representatifs de TAfricain de I'epoque. A propos de la qualite du travail: Les equipes (africaines) ont montre que I'ingeniosite et I'industrie des noirs savent etre a la hauteur d'un travail dont ils comprennent le but et l'utilite.54 Le roman d'aventure des annees vingt construit et diffuse des representations stereotypees du monde. C'est l'un des traits caracteristiques de L'Atlantide ou de La Cavaliere Elsa . a propos de I'Afrique et des bolcheviques. Meme le roman de Malraux nous montre que les richesses culturels des pays colonises etaient percues comme etant une occasion a saisir par le colon pour changer d'echelon social. L a 51 Ibid. 730-731. 52 Ibid. 752. 53 "Philosophe et sociologue frangais, Levy-Bruhl (1857-1939) a exerce une grande influence sur I'orientation des etudes anthropologiques et ethnographiques en insistant sur les dangers qu'il y aurait a vouloir comprendre la vie collective des peuples sans ecriture, a partir de nos propres conceptions. II a cherche a definir ce qu'il a nomme la "mentalite primitive", en la distinguant de la mentalite civilisee. Pour distinguer la mentalite primitive de la notre, Levy-Bruhl la qualifie de mystique (c'est-a-dire fondee sur des croyances a des forces surnaturelles) et de prelogique, voulant signifier par la non point qu'elle est anterieure ou opposee a la logique, mais qu'elle n'obeit pas exclusivement aux lois de notre logique et notamment au principe d'identite." Encyclopedia Universalis. Paris, Vol 13, 1989: 668. 54 ibid. 856. 17 Voie royale represente egalement le roman du questionnement interieur du heros face aux problemes fondamentaux de I'humanite: la mort, le courage, la valeur de l a ' vie, etc... Gide, lui, se place a I'oppose de tout cela, en proposant un vrai temoignage, et non pas un roman, sur le phenomene colonial. II fait exploser les tabous, et nous fait prendre conscience de I'humanite des peuples colonises. Les premiers lecteurs de V B N ont certainement eu cette experience que nous venons de presenter. Mais le roman de Celine fait egalement reference a certains classiques comme Candide de Voltaire. C'est peut-etre a ce type d'ceuvre que Ton associe en premier lieu le roman d'aventure: voyager pour acquerir plus de connaissances, pour devenir plus sage. Nous verrons dans notre deuxieme partie (sur la comparaison) le choc qui se produit face a cet "anti-Candide" qu'est Bardamu: "un homme du soupcon, du cynisme qui interrogerait les choses et les etres tout en sachant que les reponses sont truquees" 5 5 . Celine souligne ce choc, en nommant le camarade de Bardamu Robinson, nom mythique du roman d'aventure, pour renforcer, selon nous, la reference au roman de Defoe, mais aussi, I'echec de la quete du savoir a travers le voyage. L'homme partout ou il se trouve possede les meme vices. 3- Le roman social La derniere partie de notre horizon d'attente sera consacree au roman social. L'experience de Bardamu, a la fois dans son voyage americain et dans sa vie en banlieue parisienne, met nettement en relief les conditions d'existence des classes les plus defavorisees. Ou en etait alors le roman realiste? Pour repondre a cette question, nous utiliserons I'ceuvre d'Eugene Dabit, L'Hotel du Nord , paru en 1929, prix Populiste, et, une etude realisee par Karl-Anders Ardvidsson, Henry Poulaille et la litterature proletarienne francaise des anneestrente , publie en 1988. 5 5 Damour 81. 18 "Pendant I'entre-deux-guerres, surtout entre 1928 et 1932, un vif debat sur la litterature proletarienne se deroula en France." 56 Deux camps se constituerent autour d'une esthetique et d'une ideologie differente: les communistes qui voyaient la litterature proletarienne comme une arme dans la lutte des classes, et, Henri Poulaille qui la considerait au contraire comme apolitique et authentique. Chacun crea sa propre classification: la litterature populiste refletant la position communiste, et la litterature proletarienne, celle du mouvement de Poulaille, sujette aux influences "anarcho-syndicaliste." 57 Avant de decrire brievement les differences esthetiques et ideologiques qui separent ces deux mouvements, insistons d'abord sur ce qui les unit: leur opposition a la litterature contemporaine bourgeoise. Que comprendre par le terme litterature bourgeoise? Le plus souvent, les definitions de cette litterature "bourgeoise" ne sont ni limpides ni concordantes. Parfois, c'est simplement la litterature en vogue pendant les annees folles qui est la cible des critiques -litterature d'esthetisme et de psychologisme ou domine la figure de Marcel Proust. [...] Selon la formule de Jean-Pierre Bernard, 'la litterature bourgeoise c'est la part de la production contemporaine qui est hostile ou indifferente au communisme et qui defend ou paratt defendre des vaieurs jugees depassees et malfaisantes par les communistes'." 58 C'est en 1929 que Lemonnier lance son manifeste populiste contre cet "embourgeoisement" de la litterature de I'entre-deux-guerres: La guerre nous avait valu, par ses repercussions psychologiques et de debilite, un style de jeunes bourgeois qui, rejetes dans la platitude apres une periode d'action brutale et de danger, cherchaient a se chatouiller Tame pour se faire frissonner. Cette litterature a dure dix ans. II est temps qu'elle finisse. Une reaction commence. Elle doit s'inaugurer par une modification du genre le plus populaire, le roman.59 56 Arvidsson 7. 57 ibid. 196. 58 ibid. 11-12. 59 Leon Lemonnier, Le Populisme, Paris, La Renaissance du livre, 1931. 9-10. Cite par Arvidsson 12-13. 19 Barbusse, que Ton retrouve au cceur de ce debat, nomme plus precisement "quelques-unes des tetes de I'hydre" 6 0 ; " C e fatras de livre se caracterise par [...] le papillotage mondain a la Marcel Proust, la culture du vice a la Andre Gide, celle de la superstition a la Paul Claudel [...]." si C e n'est qu'a partir de I'automne 1931 que les critiques de la gauche communiste vont attaquer tres vivement les theses populistes de Lemonnier (qui deviendront de fait "proletariennes" 62) publiees dans L'CEuvre, le 27 aout 1929. Quels sont-elles? Selon Arvidsson, Le populisme se veut apolitique. Observateur attentif, l'ecrivain populiste se contente de decrire ce qu'il a vu sans prendre position. II n'a aucun programme social ou culturel. [...] Le populisme est descriptif; il ne se soucie pas des problemes sociaux. C'est ce desengagement qui permet de mesurer combien il differe du naturalisme traditionnel. 63 C'est cette demarche esthetique et politique que soutiendra par la suite Poulaille, contre les communistes. Ce positionnement est insoutenable pour le camp communiste, particulierement apres le congres international de la litterature revolutionnaire tenu a Kharkov du 6 au 15 decembre 1930. La se fixe le programme d'une litterature commune aux partis communistes du monde entier, pour lutter contre la montee du fascisme et de rimperialisme.64 Barbusse, qui avait deja fonde Monde . se trouve alors fortement critique pour ne pas s'engager dans ce projet. Car Barbusse, bien que membre du P.C.F. et directeur litteraire de L'Humanite , "prend beaucoup de soins a garantir que Monde reste ouvert a toutes les tendances de gauche. L'eclectisme de ses collaborateurs sera plus tard durement reprouve par les 60 Arvidsson 14. 61 Henri Barbusse, "Notre enquete sur la litterature proletarienne", Monde , 20 octobre 1928:13. Cite par Arvidsson 14. 62 Poulaille se demarquera egalement de Lemonnier qu'il juge assez peu qualifie pour parler de populisme de par ses origines sociales (seuls les proletariens peuvent parler de la litterature proletarienne). Lemonnier est angliciste, professeur a la Sorbonne. 63 Arvidsson 17et 18. 64 Ibid. 26. 20 communistes orthodoxes." 65 C e qui fait que Ton retrouve trois tendances au sein du roman social de l'epoque : le courant "officiel" provenant du congres de Kharkov, Barbusse avec Monde . plus ouvert aux influences de la gauche non communiste, et Poulaille (fondateur de Nouvel Age litteraire en 1930), non communiste a tendance anarchiste. Au-dela de ce debat ideologique et esthetique, le populisme eu un retentissement considerable dans I'opinion publique. "Des enquetes lui furent consacrees par La Revue mondiale en novembre 1929, par Savoir et Beaute (Bruxelles) de mars a mai 1930, par Les Nouvelles litteraires en aout-septembre 1930 et par La Grande Revue d'octobre 1930 a fevrier 1931. A plusieurs reprises, Lemonnier exposa ses theses dans des emissions de radio. Ainsi, le 17 fevrier 1930, il fut interviewe par Frederic Lefevre a Radio-Paris." 66 En mai 1931, Eugene Dabit recoit les 5 000 francs du premier prix du roman Populiste.67 Comment L'Hotel du Nord repond-t-il a cette esthetique? L'Hotel du Nord conte l'histoire ordinaire de gens ordinaires. Un couple, les Lecouvreur, achete un petit hotel delabre quai de Jemmapes a Paris. Le roman temoignera de la vie de ses modestes occupants: leurs petites joies, leurs peines, leurs echecs. Mais surtout le rythme machinal de leur vie: La plupart [des clients], pour se degourdir, corsent le jus d'un petit rhum ou d'un cognac, lis ont quitte leur chambre a la hate et c'est devant le comptoir qu'ils achevent de se vetir. Mal rases, a peine laves,leur visage transi a la couleur du petit jour. Le sommeil altere leurs voix et fait battre leurs paupieres. C'est avec des maledictions, des "salete de metier" qu'ils sortent de leurs reves. Parfois ils tombent assis sur une chaise, ils s'etirent; un destin monotone les accable. - Vivement ce soir, qu'on se couche! Existences machinates irrevocablement rivees a des taches sans grandeur. 68 65 ibid. 22. 66 Ibid. 18. 67 Lemonnier est co-fondateur du prix Populiste. Poullaille offrira 5000 francs, I'equivalent du montant du prix, a Dabit, pour que celui-ci refuse le prix. Arvidsson 16. 68 Eugene Dabit, Hotel du Nord , Paris: Fayard, 1932. 29. 21 Les Lecouvreur ont des clients ouvriers toujours a la limite de la marginalisation. Renee, qui est employee par les Lecouvreur, est un bon exemple de cette precarite. Celibataire, jeune, sans famille, elle est la bonne de I'hotel. De caractere faible, elle fait I'amour avec des locataires peu scrupuleux. Elle ne tardera pas a tomber enceinte. Place en nourrisse, I'enfant mourra encore bebe: Une depeche a la main, Lecouvreur entra dans la chambre ou Renee faisait le menage. -Tenez, dit-il, voila pour vous. Renee posa son balai. -Pour moi? - Levesque. Hotel du Nord, fit Lecouvreur qui etait presse. Renee resta seule, le telegramme entre les doigts: "c'est peut-etre bien la nourrice", pensa-t-elle. Depuis quinze jours, elle etait sans nouvelles de son gosse. Elle ouvrit febrilement le telegramme. Le texte dansa sous ses yeux: E. . .N. . .F . . .A . . .N. . .T . Brusquement le sens de la depeche I'ecrasa. A mi-voix, les levres tremblantes, elle lut a deux reprises: "Enfant mort", et s'effrondra sur le lit. 69 Le style est simple par souci d'authenticite. Le narrateur reste neutre meme devant revocation de toutes ces miseres. Les descriptions sont realistes, donnees comme des faits. Assommee par le chagrin, Renee deviendra prostituee: Une nuit, elle etait en plein sommeil quand Bernard [un locataire] vint la retrouver a I'improviste. Au matin, en s'en allant, il lui mit un billet de cent sous dans la main. [...] A partir de ce jour, les locataires qui avaient envie d'elle venaient dans sa chambre. On lui donnait un "pourboire" en echange de sa complaisance. Bientot, elle I'exigea.7" Elle sera renvoyee certainement vers d'autres miseres. Les Lecouvreur seront expropries pour cause de developpement industriel et I'hotel du Nord rase. A la rue, ils retrouvent une situation sociale precaire, la meme que celle de leurs ex-clients. II peut paraTtre comprehensible que V B N ait ete confondu avec le roman populiste lors de sa parution. Comme le dit Damour: De la tradition populiste, Celine conserve par moments le heros compatissant, penche sur le malheur des humbles: traits qui composent 69 ibid. 70. 70 ibid. 72. 22 le personnage de Bardamu quand il ecoute, dans une cour a Rancy, les cris d'une petite fille objet du sadisme parental, ou ne peut admettre la mort de Bebert: le medecin qu'est Ferdinand aurait alors pour tache non pas la simple pratique d'une technique medicale, mais la comprehension du malheur, et serait mu par une forme d'altruisme sans espoir. 71 Mais V B N donnera I'impression, comme nous le verrons plus loin, de depasser la realite, d'etre hyperrealiste, voire meme, pour certains, surrealiste. D'ou I'expression d'un doute de la critique sur le temoignage de Bardamu. Le roman social etait divise au moins en trois courants ideologiques en France a la fin des annees vingt. C e debat autour d'un nouveau realisme fit grand bruit a cause des tensions ideologiques qu'il a provoquees. Les caracteristiques de cette nouvelle esthetique (I'authenticite par exemple) ont pu influencer grandement la lecture de V B N dans sa vision realiste de la banlieue. L'actualite litteraire immediate jouera done un role important dans la premiere reception de I'ceuvre de Cel ine. A travers ces trois sous-genres, le roman de guerre, le roman d'aventure et le roman social, nous avons pu reconstituer I'horizon d'attentes du lecteur de V B N . Ceci nous permet d' "evoquer pour le lecteur tout un ensemble d'attentes et de regies du jeu avec lesquelles les textes anterieurs I'ont familiarise." 7 2 Ayant dresse Tetat des lieux" litteraire de l'epoque, il devient beaucoup plus facile de comprendre pourquoi V B N a pu paraitre, aux yeux de la critique de l'epoque, un roman difficilement identifiable. Nombre de regies se voient brisees ou caricaturees par la narration. La reaction des critiques fut a la hauteur de ce renouvellement du code narratif. C'est la raison pour laquelle nous allons surprendre la critique en pleine tentative d'identification et de classification de V B N . C'est autour de cette elaboration 7 1 Damour 56-57. 7 2 Jauss 50. "identificatrice" que s'articule la reception critique du roman de Celine. 23 Deuxieme partie: La reception critique de Voyage au bout de la nuit Voulant decrire V B N , la critique va tenter de le classer, pour "imposer" a tous, son point de vue face a l'oeuvre. Nous assistons a la construction sociale d'une experience esthetique. Nous avons divise cette partie de I'analyse en trois: la classification, la comparaison et la prise de position. Puisque nous posons comme hypothese que V B N rompt I'horizon d'attente de la critique des annees trente, nous pourrons faire apparaTtre ces trois dimensions qui represented la structure de tout notre corpus. Nous allons done identifier les courants ideologiques qui divisent la critique, tout en montrant qu'en fait chaque "camp" passe par les trois temps que Ton vient d'indiquer. II nous reste a expliquer maintenant comment nous avons partage notre corpus selon une grille ideologique. Nous avons cree quatre categories: deux pour la critique emettant un jugement defavorable et deux pour celle qui exprime un avis favorable. Nous avons scrute chaque article pour noter I'orientation generale du c r i t ique 7 3 : est-il globalement pour ou contre l'oeuvre de Celine? Elaborer les deux categories extremes est une tache aisee, puisqu'elles recoupent des articles ou n'apparaissent a aucun moment soit une remarque favorable soit un avis defavorable sur V B N 7 4 . II a ete necessaire d'ajouter fabriquer deux autres categories 73 || nous est paru plus pertinent pour determiner les raisons fondamentales sur lesquelles repose le jugement normatif du critique de partir du texte lui-meme pour deduire et classifier sa position ideologique. Une autre methode aurait ete de mettre en evidence la position ideologique du journal ou de la revue en question, pour etablir par deduction la coloration ideologique des critiques. 7 4 Ces deux categories peuvent etre vues comme la construction d'un "ideal-type" selon la definition de Max Weber. 24 qui prennent en consideration des nuances par rapport a I'opinion globalement exprimee. Nous parlerons ainsi de droite, de centre-droit (pour les critiques globalement negatives mais avec des points positifs), et, en opposition, de centre-gauche (pour les critiques positives mais ayant quelques reserves), et de gauche 7 5 . II importe de remarquer que ces categories se lisent uniquement par rapport a V B N . II peut en effet sembler etonnant d'appliquer une grille ideologique a des textes critiques portant sur des questions esthetiques. A la lecture des premieres prises de position critiques sur V B N , il est evident que le roman de Celine derange et qu'il contrarie beaucoup d'attentes plus ou moins explicitement declarees dans les articles de notre corpus. Nous y voyons I'indice certain de ce que V B N rompt avec les conventions et les codes qui regissent le genre romanesque et la langue litteraire. L'hypothese qui sous-tend notre analyse et jusqu'a la construction de notre grille de classification ideologique des lecteurs critiques, c'est que V B N constitue une sorte d' "effraction" dans I'horizon d'attente de I'entre-deux-guerres. Deux arguments justifient notre demarche: d'une part, le fondement meme du jugement esthetique est a relier, comme nous le montre Boudon 76, au concept de valeur. Chaque jugement esthetique est base sur un ensemble de valeurs qui permettront au critique d'evaluer I'ceuvre. Or ces valeurs refletent des contenus ideologiques, d'ou la necessite de notre grille; d'autre part, le deuxieme argument repose sur un concept plus jaussien: les differents types d'horizons d'attente auxquels les critiques vont faire reference pour se positionner face a I'ceuvre. Le 75 Voici la classification des critiques de notre corpus, suivant ces categories. A droite: Henry Bidou; Paul Bourniquel; Andre Rousseaux; Gabriel de Larochefoucauld; Henri de Regnier. Au centre-droit: Pierre Audiat; Gilles Anthelme; Robert Bourget-Pailleron; Emile Henriot; Edmond Jaloux; Marcel Lapierre. Au centre-gauche: Georges Bernanos; Leon Daudet; Pierre Descaves; Ramon Fernandez; Jean Freville; Paul Nizan; Andre Therive; Maurice Bourdet; Claude Levi-Strauss; Albert Thibaudet; un article anomyne dans L'Humanite. A Gauche: Georges Altman; Charles Plisnier; Rene Trintzius; Pierre Audiat; Georges Bataille. Les interviews ne sont pas traitees dans cette categorie. Elles sont utilisees plutot comme la participation de Celine a sa propre reception. II est a noter que Pierre Audiat change de categorie entre le 16 decembre 1932 et le 15 Janvier 1933. Ceci est certainement du a la nature de I'article: son deuxieme article etant une revue de tous les prix litteraires de I'annee, il ne pouvait certainement pas developper pleinement sa position comme lors du premier article. 76 Raymond Boudon. Le Juste et le vrai. Paris: Fayard, 1995. 25 critique de droite se rapporte a un horizon d'attente constitue depuis longtemps et compose par les codes litteraires etablis, tandis que le critique de gauche se montrera plus sensible a un horizon d'attente en voie de transformation dans I'actualite litteraire immediate. Ces deux facteurs de l'histoire litteraire permettent de situer le critique dans une position soit conservatrice, soit progressiste6dtr-monde, Le lecteur critique manifeste ainsi son engagement face a I'orientation de la production litteraire qu'il lit. On notera que le jeu de nos categories n'est pas sans mettre a jour certains paradoxes. Nous retrouvons, par exemple dans la categorie du centre-gauche, communistes revolutionnaires aussi bien que reactionnaires d'extreme droite! Les deux partagent un point de vue globalement positif sur V B N mais emettent egalement des reserves, d'ou la possibility de les reunir dans un meme groupe. 1- La classification De quel genre V B N peut-il relever? Quel type d'oeuvre represente-t-il? Est-ce un roman? Une ceuvre d'art? De la litterature? Nous sommes ici en plein cceur du probleme que pose la rupture de I'horizon d'attente: comment arriver a classifier un type d'oeuvre qui ne repond pas aux regies implicites partagees et etablies socialement? Cette rupture, que Con range generalement sous I'etiquette de la nouveaute, va etre traitee de differentes manieres selon les criteres devaluation que le critique et le groupe auquel il appartient ont etablis. Ainsi chaque groupe interpretatif aura-t-il une attitude differente pour repondre aux questions que pose V B N . Doit-on decider de ne rien changer a la vision que Ton a de la litterature? Doit-on utiliser une classification deja existante? Ou faut-il innover et faire evoluer la grille interpretative en place? Peut-etre vaudrait-il mieux s'abstenir et attendre le prochain roman. Chaque lecteur est confronte a ce type de 26 questionnement, mais une chose est certaine et surprenante jusqu'a un certain point: ce type d'interrogation persiste tout au long de notre classification ideologique. De la critique conservatrice a la critique revolutionnaire, les questions sont identiques, meme si les reponses avancees sont differentes. Si Ton prend en consideration, grace aux interviews qu'il donne dans la presse, le point de vue de Celine, la situation se complique encore davantage. II prend part lui-meme a ce jeu d'identification pour venir "brouiller" un peu plus les cartes et proposer ses propres reponses aux questions soulevees par son ceuvre. Avant done d'analyser les differentes visions de I'ceuvre et les positions prises face a celle-ci, attachons-nous a mettre en evidence les premieres constatations sur I'aspect materiel du livre. Lapierre (au centre-droit, selon notre classification) constate: Le Voyage est un tres gros bouquin: plus de six cents pages de texte serre. On n'a plus I'habitude de cette abondance, et un tel volume semble d'abord un peu inquietant 7 7 Si V B N provoque une rupture (essentiellement dans la critique de droite) au niveau du contenu, il rompt I'habitude egalement au niveau de la quantite. Les romans parus apres le premier conflit mondial, et surtout ceux qui traitent de la guerre, ne depassaient pas deux cents p a g e s . 7 8 Descaves fait la meme observation: "Voyage au bout de la nuit est un massif roman de 623 pages." 7 9 Fernandez, le laureat du prix Femina de I'annee 1932, fait la meme remarque: "Encore un pave!" 8 0 Par le "encore", Fernandez fait certainement reference au prix Goncourt de I'annee, le roman de Guy Mazeline, Les Loups, qui est aussi de six cents pages. 77 Marcel Lapierre. "Ce que disent les livres. Voyage au bout de la nuit" Le Progres de Bordeaux et du Sud-Ouest 26 novembre 1932: 1. 78 Voir Philippe Roussin. "The logic of the Reception of Celine's Work in the Thirties" Critical essavs on world literature 1 (1989): 111-121. 79 Pierre Descaves. "Voyage au bout de la nuit" L'Avenir de Paris 15 novembre 1932: 2. Pierre Descaves (1896-1966) "II ecrivit, dans la ligne de son pere, des romans de caractere realiste. Outre un certain nombre de pieces destinees a la radio, on lui doit un interessant volume de souvenirs intitule Mes Goncourt". Henri, Lemattre. Dictionnaire Bordas de litterature francaise. Paris. Bordas, 1994: 258. 80 Ramon Fernandez. "Voyage au bout de la nuit. par L.-F. Celine." Marianne 16 novembre 1932: 4. 27 Plus repandue est I'image du fleuve, du torrent. Faut-il voir dans cette reference a I'eiement liquide une metaphore de la difficulty de maitriser I'eau qui s'infiltre partout, c'est-a-dire une metaphore du caractere insaisissable de V B N ? En tout cas cette comparaison semble etablir un consensus: Seulement, rarement la douleur et le desespoir se sont exprimes avec une pareille puissance, en un torrent aussi rapide et aussi large. On croirait voir passer le flot d'une riviere qui a brusquement grossi et qui charrie avec fureur les epaves et la boue qu'elle a arrachees 8 1 Bourget-Pailleron fait deux fois allusion a ce torrent d'ecriture: Engageons-nous au bord du torrent que deverse M. L.-F. Celine. Car c'est bien un torrent que ce Voyage au bout de la nuit. tant par le debit que par la virulence et Tirregularite. 8 2 Un peu plus bas, a nouveau: "Le torrent qui devale le long de ces six cents pages est bien visqueux. II charrie des immondices a pleins flots." 8 3 Altman, un fervent supporter de Celine, utilise la meme image: "Je sais que son livre desespere est un lourd fleuve noir qui charrie des cadavres d'illusions et d'espoirs morts." 8 4 Apres cette constatation presque anecdotique, arrivons-en a I'interrogation centrale de la critique: sous quel genre faut-il classifier V B N . Certains critiques se demandent si Ton peut appeler V B N de l'art. Ainsi, Andre Rousseaux, dans Le Figaro, declare-t-il: Je ne crois pas que Voyage ait pu s'imposer a personne, si ce n'est a quelques naturalistes inveteres, en tant qu'ceuvre d'art .85 Si ce n'est pas de l'art, cela reste de la litterature (mais la litterature n'est-elle pas de l'art?): > 81 Pierre Audiat. "Le prix Theophraste Renaudot. Vovaae au bout de la nuit." L'Europeen16 decern bre 1932: 8. 82 Robert Bourget-Pailleron. "Les Prix litteraires." L'opinion 17 decembre 1932: 12. 83 ibid. 12. 8 4 Georges Altman. "Le gout de la vie. Un livre neuf et fort: Voyage au bout de la nuit." Monde 29 octobre 1932: 7. 85 Andre Rousseaux. "Le cas Celine." Le Figaro 10 decembre 1932: 5. 28 C e qu'il y a de magnifique (selon les "Celinophiles" 86 ) dans cette ceuvre, c'est que ce n'est pas de la litterature. Pardon. Un livre est un livre. Un homme qui ecrit un livre fait forcement de la litterature.87 C e refus par "certains celinophiles" de I'etiquette de "litterature" repose sur le fait que ce mot implique une vision bourgeoise du monde selon la critique de gauche. Malheureusement, nous n'avons pas dans notre corpus un tel exemple . 8 8 La question la plus souvent soulevee par la critique tourne autour de la notion de roman. Est-ce que V B N repond aux canons qui definissent le roman?: Si vous considerez Voyage au bout de la nuit comme un roman, c'est-a-dire comme un dosage harmonieux d'imagination et d'observation, tout est perdu.89 Edmond Jaloux partage ce point de vue: "A vrai dire, Voyage au bout de la nuit. que M. Celine appelle roman, n'en est guere un." 9 0 Jaloux fait reference ici a la definition que donne Celine dans la preface du V B N , ou il se refere a Littre qui affirme que le roman peut etre un "voyage imaginaire". C e qui est frappant, c'est que meme a gauche, et je cite Levi-Strauss, on se demande si c'est bel et bien un roman: On peut hesiter sur le nom a donner a cet enorme ouvrage de six cents pages, d'une narration si serree et continue qu'on se le figurerait sans peine ecrit en un seul paragraphe: roman? autobiographie? recit? feuilleton?...9i ' 86 Rousseaux parle ainsi des "Celinophiles" comme les fervents supporters de VBN. Le ton est tres certainement sarcastique et pejoratif. II veut montrer la position radicale a la fois des admirateurs de Celine et de Celine lui-meme. 87 ibid. 5. 88 || nous aurait fallu un critique de gauche qui denonce la representation que le mot implique vis-a-vis des regies necessaires et obligatoires a suivre pour que l'oeuvre puisse etre admise dans la litterature. 89 Pierre Audiat. "Le pris Theophraste Renaudot. Vovaae au bout de la nuit." L'Europeen 16 decembre 1932: 8. 90 Edmond Jaloux. Voyage au bout de la nuit." Les Nouvelles litteraires 10 decembre 1932: 3. Edmond Jaloux (1878-1949). "On a plus vite oublie son ceuvre de romancier que sa production de critique, dont le merite fut d'attirer I'attention sur les litteratures etrangeres modernes et contemporaines (Rilke, Goethe) Academie Frangaise en 1936." Henri, LemaTtre. Dictionnaire Bordas de litterature francaise. Paris: Bordas, 1994. 436. 91 Claude Levi-Strauss. "Voyage au bout de la nuit." L'Etudiant socialiste. No 4, Janvier 1933:13. Levi-Strauss (1908). "Fils de peintre, agrege de philpsophie, il se specialise en sociologie et enseigne de 1935 a 1938 cette discipline au Bresil. Fondateur de "I'anthropologie structurale", son style s'apparente a la poesie de I'exploration et du voyage. Academie Francaise en 1973". Henri Lemaitre. (Op. cit.) 507. 29 Meme Pisnier dans Le Rouge et le Noir , tout en soutenant fermement V B N , pose la question: On se demande: qu'est-ce que c'est? Je ne sais pas. Rien. Une histoire. Des histoires. Non. Pas meme. La vie d'un homme.92 Cette "chose" est bel et bien ressentie comme nouvelle. C e qualificatif, s'il est exprime par beaucoup de critiques, a travers tout le spectrum ideologique, n'est pas valorise de la meme maniere selon chacun. Ainsi, a droite, Rousseaux minimise I'evenement: C'est une formule d'art nouveau, apres bien d'autres. Pour moi, je crois cette formule caduque autant que miserable. Et j'ajoute que c'est surement pas elle -car I'experience du naturalisme aura servi a cela-qui donne sa valeur au livre de M. Celine, aux yeux de nos contemporains.93 Jaloux, qui ne soutient pas le livre de Celine dans sa globalite, reconnatt tout de meme son originalite: "L'ensemble fait quelque chose de violent, de bariole, de neuf, de brutal qui atteint souvent a une veritable grandeur." 9 4 Lapierre, toujours dans cette categorie de centre-droit, remarque la nouveaute de l'oeuvre: "Le premier livre fait cependant constater qu'on se trouve en presence d'un talent neuf, original, bien personnel." 9 5 Lorsque Ton change de camp ideologique, on sent bien la difference de ton: "Cet homme a ecrit un ouvrage libre, susceptible d'ailleurs de provoquer dans les lettres une veritable revolution par ses hardiesses et par sa nouveaute." 9 6 Immediatement cette nouveaute prend des allures de tremblement de terre qui 9 2 Charles Plisnier. "Les idees et les livres. Vovaae au bout de la nuit. par L-F. Celine." Le Rouge et le Noir 23 novembre 1932: 4. Charles, Plisnier (1896-1952). "Ecrivain beige d'expression frangaise. Avocat au barreau de Bruxelles, il s'inscrivit au parti communiste par admiration pour la Revolution russe de 1917; mais, ayant dit trop haut sa deception apres un voyage en U.R.S.S., il fut exclu du Parti (1928). La generosite du message (dans ses romans) va malheureusement de pair avec des lourdeurs de style ou de composition". Henri Lemaitre. (Op. ciU 660. 9 3 Andre Rousseaux. "Le cas Celine." Le Figaro 10 decembre 1932: 5. 9 4 Edmond Jaloux. "Voyage au bout de la nuit." Les Nouvelles litteraires 10 decembre 1932: 3. 95 Marcel Lapierre. "Ce que disent les livres. Voyage au bout de la nuit." Le Proores de Bordeaux etdu Sud-Ouest 26 novembre 1932: 1. 96 Pierre Descaves. "Voyage au bout de la nuit." L'Avenir de Paris 15 novembre 1932: 2. 30 redessine 1'horizon, justement. Chez Altman, on parle d'un livre "sauvage": C'est rare, un livre qui ne ressemble pas aux autres livres... Un livre qui ne vienne pas d'une ecole et qui ne fasse pas ecole, un livre s e u l , "sauvage". Un livre qui donne au lecteur cette sensation qu'une production en serie lui a fait perdre: la surprise.97 La surprise et la nouveaute, c'est bien ce qui est a la base de ce changement de la representation de l'epoque sur ce que devrait etre un roman. Cette difficulty de classifier I'ceuvre est refletee dans le vaste repertoire "d'etiquettes" que la critique va utiliser pour tenter de cerner cet "hybride romanesque". La critique la plus a droite parle, dans les deux types d'etiquettes qu'elle propose, d'une reviviscence ou d'un rajeunissement d'une sorte de naturalisme. C'est I'avis de Bourniquel et Regnier: Ce romantisme realiste de I'excrement et de I'odeur d'evier n'est pas d'hier. Sans doute dans la pieuse intention de le rajeunir, le laureat de Renaudot l'a-t-il corse d'un style nouveau. 98 [La valeur litteraire de VBN. l Elle est un sous-produit ou un sur-produit, comme Ton voudra, du naturalisme d'antan, sa reviviscence informe et son prolongement difforme. Certes, I'art naturaliste peut preter a bien des critiques , mais il a cependant sa facon d'utiliser les documents humains qui lui servent de base. II a ses regies de composition, sa technique, son style, ses trues.99 Je crois que Regnier met bien le doigt sur ce qui derange la critique conservatrice. Celine ne respecte pas les codes, les us et coutumes, si Ton peut dire, du genre auquel on croit que le livre appartient. En mettant I'accent sur le genre, la critique de l'epoque aura beaucoup de mal a trouver une classification adequate pour V B N . Le caractere "extreme" de la description provoque dans la critique de centre-droit 97 Georges Altman. "Le gout de la vie. Un livre neuf et fort: Vovaae au bout de la nuit." Monde 29 octobre 1932: 7. 98 Paul Bourniquel. "Rabelais hypoconde" La Depeche de Toulouse 29 decembre 1932. 1. 99 Henri de Regnier. "Voyage au bout de la nuit. par L.-F. Celine" Le Figaro 3 Janvier 1933: 5." Apres des debuts parnassiens, il entre dans la mouvance du symbolisme avec les Poemes anciens et romanesques. Partant d' intercesseurs fort divers (Leconte de Lisle, Mallarme, Sully Prudhomme, Verlaine), il elabore un art poetique tres personnel dans son syncretisme meme et que caracterisent un ton delicat et fuyant, une preciosite longuement decantee et des themes ou passe le charme nostalgique du 18eme siecle." Jacques Demougin. Dictionnaire de la litterature francaise et francophone . Paris: Larousse, 1987. 1178. 31 presque une convergence au niveau de la classification: cela sera le pamphlet. On ne peut pas ne pas prendre ce choix pour ce qu'il est, c'est-a-dire proposer une "sous-classification", un "sous-genre" pour V B N . Henriot le dit dans Le Temps du 19 decembre 1932: Une telle vision [pessimiste] de la vie, par son caractere unilateral, releve forcement bien plus du pamphlet que de la photographie: ce qui limite la valeur, et nous trouvons que c'est dommage.100 Audiat dans L 'Europeen partage cet avis: "Ou i , si Voyage au bout de la nuit etait un roman, on aurait peur. Mais ce n'est pas un roman, c'est un pamph le t . " 1 0 1 Pour Jaloux, le pamphlet ne suffit pas a expliquer le genre du livre. II faut recourir a d'autres types de textes: C'est une confession melee de pamphlet, un melange de recit picaresque et de reportage lyrique et, si Ton veut, un Diable boiteux ecrit par un Valles ou par un Mirbeau de 1932.102 A I'interieur de ce groupe qui condamne globalement le livre de Celine tout en lui trouvant certaines qualites, on mentionne egalement d'autres genres, la satire en particulier: Car, disons le bien haut, M. L.-F. Celine, ce revolte, cet anarchiste en lutte avec toutes les formes sociales et toutes les formes humaines, continue avec une apre vigueur la lignee d'une des traditions les plus cheres a notre pays, celle des grands satiriques, dont je crois bien me souvenir d'avoir ici meme recemment, deplore la disparition.103 100 Henri Henriot. "Sur un ecrivain pessimiste" Le Temps 19 decembre 1932:1. Emile, Henriot (1889-1961)." D'abord poete, il fait figure de disciple d'Henri de Regnier. On peut trouver aujourd'hui encore un charme certain a ses Jardins a la frangaise ou a ses Ealogues imitees de Virqile. II s'essaie au roman apres la premiere guerre, ou, malgre la finesse de I'analyse psychologique, il ne saurait faire concurrence aux grands romanciers de sa generation. Devenu en 1919 le critique du Temps, il pratique une critique litteraire de gout et de comprehension plutot que de doctrine et exerce, au long des annees, sur le public cultive une influence non negligeable. Academie Frangaise 1945". Henri Lemaitre. (Op. ciU 407. 101 Pierre Audiat. "Le prix Teophraste Renaudot. Voyage au bout de la nuit" L'Europeen 16 decembre 1932: 8. 102 Edmond Jaloux. "Vovaae au bout de la nuit" Les Nouvelles litteraires 10 decembre 1932: 3. 103 ibid. 3. 32 Audiat, comme Bournique, parle "d'un romantisme tres par t icu l ier . " 1 0 4 II est le seu l , , a proposer une nouvelle classification, initiative interessante, ayant rapport avec le freudisme et les "regions souterraines ou I'amour et la mort se m e l e n t . " 1 0 5 Si nous osions risquer une formule peut-etre inedite, nous dirions que le livre de Celine cree le romantisme pathologique, qui, en depit des apparences, est extremement loin du naturalisme et de rhypernaturalisme.106 Si Audiat admet que V B N releve d'une nouvelle esthetique, d'autres au contraire ne font qu'avouer, sans plus, leur impuissance a prendre position, lis preferent attendre le prochain livre: II y a incontestablement quelque chose au fond de tout cela et nous attendons avec interet et sympathie le prochain livre de F. Celine. Souhaitons-le moins copieux et plus significatif.107 Anthelme dans La Presse reste quelque peu perplexe face a "cette epopee de la b a s s e s s e . " 1 0 8 "Que penser, que dire au sortir de cet enter?" II concede tout de meme "un benefice du d o u t e " 1 0 9 . Nous nous bornerons a deux constatations: le roman de L.-F. Celine nous a profondement revolte: toutefois nous I'avons devore d'une traite. Le jugement, nous voulons le reserver jusqu'a la prochaine ceuvre de I'auteur. 110 II n'y a pas de grandes differences au sein de la critique de gauche entre les "favorables" et les "tres favorables". II est important de noter que Ton se positionne deja souvent par rapport a la realite referentielle. On mentionne a plusieurs reprises la dimension autobiographique de V B N meme si a cette epoque on ne connaissait la 104 Pierre Audiat. "Le prix Theophraste Renaudot. Voyage au bout de la nuit" L'Europeen 16 decembre 1932: 8. 105 ibid. 106 ibid. 107 Marcel Lapierre. "Ce que disent les livres. Voyage au bout de la nuit" Le Progres de Bordeaux et du Sud-Ouest 26 novembre 1932: 1. 108 Gilles Anthelme. "Ce voyage" La Presse 18 novembre 1932: 5. 109 Ibid. 110 Ibid. 33 vie de Celine qu'a travers les interviews qu'il accordait a la presse. II n'est pas moins important de souligner les notions de roman picaresque et d'epopee, qui reviennent souvent, dans la mesure ou, et on le verra dans la partie suivante, on le compare au roman russe, entre autres, et a Dostoi'evski, en particulier. C e parallele, bien sur, connote I'espoir prophetique d'une future revolution proletarienne. Mais Descaves, des le 15 novembre, voulant peut-etre faire pression sur les jury des prix litteraires de la fin de I'annee, n'hesite pas a couper court aux doutes de la presse de droite quant a la qualite du V B N : Voyage au bout de la nuit. livre apre, dur, violent et concentre, ou I'ecriture meme concourt a I'effort de surprise provoque par la franchise d'expression de la pensee.m "C'est cette maniere de sang-froid observee par le romancier devant les evenements relates", declare-t-il, qui fait considerer V B N a "toute la critique" "comme une ceuvre d ' a r t . " 1 1 2 Bien plus qu'une simple ceuvre d'art, il faut parler "d'un chef-d'ceuvre d'audace et de non-conformisme." 1 1 3 Ce jugement, qui doit etre mis en relation avec les prix de la fin de I'annee, ne cache pas pour autant la volonte de rapprocher la classification de V B N de I'actualite de la France en 1932. Pour Therive, il faut "imaginer une espece d'autobiographie frenetique." 1 1 4 Boudet ne croit pas au voyage "imaginaire" annonce par Celine au debut du livre, qui lui "apparaTt, au contraire, comme une somme d'impressions intensement ressenties aux diverses etapes de la vie de I 'auteur." 1 1 5 Levi-Strauss soutient la meme idee en parlant du 111 Pierre Descaves. "Voyage au bout de la nuit" L'Avenir de Paris 15 novembre 1932: 2. 112 ibjd. 113 ibjd. 114 Andre Therive. "Le cas Celine" Le Figaro 10 decembre 1932: 5." Critique litteraire au Temps , puis aux Nouvelles litteraires et a la Revue des deux mondes, il publia des essais sur la correction du style, des travaux critiques et des romans de tonalite populiste. II fonda d'ailleurs, avec Leon Lemonnier, en 1930, le prix Populiste". Jacques Demougin. Dictionnaire de la litterature franpaise et francophone. Paris: Larousse, 1987. 1417. 115 Maurice Bourdet. "Voyage au bout de la nuit. par L.-F. Celine" LeMiroirdu monde 21 Janvier 1933:3. 34 "caractere sans doute largement autobiographique du V o y a g e . " 1 1 6 C'est certainement a relier au fait qu'apres la guerre, de nombreux "temoignages" de combattants etaient autobiographiques, comme nous I'avons vu avec Le Feu de Barbusse. Le genre du recit de guerre, sous lequel V B N est d'abord classe, peut s'expliquer, en plus des raisons politiques, par le lien qui est etabli entre V B N et I'autobiographie. II n'y a pas encore de recit qui fictionalise cette experience terrible de la guerre. II ne faudrait pas croire que toute la critique favorable a V B N n'utilise que le genre autobiographique pour classifier l'oeuvre de Celine. L'une des autres classifications preferees reste le roman picaresque. C'est I'opinion de Fernandez: "Comme un heros de roman picaresque, il [Bardamu] est jete a la derive a travers les evenements du m o n d e . " 1 1 7 II ajoute a propos des deux parties du livre: "La premiere partie ressemble d'une maniere frappante a un roman picaresque." 1 1 8 La seconde egalement: "La seconde partie serait plutot du genre Diable boiteux etroitement apparentee d'ailleurs, au genre p i ca resque . " 1 1 9 Bref, son opinion ne varie pas. Paul Nizan etablit deja une difference entre le roman revolutionnaire et ne pense pas que Ton ait affaire a une revolution du roman. II opte pour le genre picaresque: Voyage au bout de la nuit est un roman picaresque, ce n'est pas un roman revolutionnaire, mais un roman des "gueux", comme le fameux Lazaille de Tormesi2o dont il rappelle parfois la bassesse et 1 1 6 Claude Levi-Strauss. "Voyage au bout de la nuit" L'Etudiant socialiste. No 4, Janvier 1933: 13. 1 1 7 Ramon Fernandez. "Voyage au bout de la nuit. par L-F. Celine." Marianne 16 novembre 1932: 4. 118 Ibid. 119 Ibjd. 120 "La vie de Lazarillo de Tormes -un tout petit volume anonyme- est grande par son originalite et par son role dans la naissance du roman (le "picaresque" espagnol et le roman moderne en general). En 1554 sont publiees a Burgos, Al cala et Anvers trois editions de ce petit livre. Le livre a ete'mis a I' Index en 1559 pour son anticlericalisme et son influence erasmienne. Quand l'oeuvre fut redecouverte au 19eme siecle apres un assez long oubli, on a voulu en faire une critique de la vie sociale et religieuse de T'Espagne du 16eme siecle. La forme autobiographique du recit paraissait une "ficelle" banale reliant les aventures successives du "valet aux nombreux maitres". Aujourd'hui, on considere son auteur comme un pionnier et un illusionniste qui revele les ressources de la forme autobiographique, cadre que le roman picaresque espagnol legue au Gil Bias de Lesage, au Moll Flanders de Daniel Defoe et a tout le roman moderne". Encyclopoedia universalis. Paris: Vol. 13, 1989. 548. 35 I'accent. 121 Freville, dans L'Humanite, utilise trois etiquettes dans sa tentative de definir V B N : Voyage au bout de la nuit est une epopee du desespoir, une confession ou le recit lyrique se mele a la satire, avec une sincerite dans la pensee, une erudite dans I'expression, une virulence dans le trait qui donnent a cet ouvrage son accent apre et original. 122 Altman utilise aussi le terme d'epopee: "Voyage au bout de la nuit. comme epopee du cafard, de la rage, de la misere et de la colere d'un homme contre la v i e . " 1 2 3 S i Levi-Strauss propose "le roman des m c e u r s " 1 2 4 pour definir V B N , Daudet et Audiat parlent eux de " su r rea l i sme" 1 2 5 et de " fantas t ique" 1 2 6 en le comparant au cinema allemand. Un autre aspect qui peut venir influencer la reception critique du livre repose essentiellement sur deux facteurs: la publicite que Steel, I'editeur, a utilisee, et les interviews que Celine a accordees a la presse des le debut de novembre 1932. La presentation au public de I'ceuvre de Celine possede la meme caracteristique que celle que nous venons de voir au niveau des critiques. Elle rassemble des publics extremement divers. Cette particularity est mise en avant comme un atout de vente: 121 Paul Nizan. "L.-F. Celine : Voyage au bout de la nuit" L'Humanite 9 decembre 1932: 4. Paul, Nizan (1905-1940). "CEuvres d'un talent indiscutable, fortement marquees par les idees marxistes exprimant a chaque page son esperance dans la force transformatrice des idees revolutionnaires, il sera amene a rompre avec le P.C. lors de la conclusion du Pacte germano-sovietique en 1939. La memoire de Nizan a ete defendue notamment par son camarade de I'Ecole Normale Superieure J.P. Sartre, qui presentera plusieurs reeditions de ses oeuvres." Henri LemaTtre. (Op. cit.) 616. 122 Jean Freville. "Voyage au bout de la nuit" L'Humanite 19 decembre 1932: 5. 123 Georges Altman. "Le gout de la vie. Un livre neuf et fort: Voyage au bout de la nuit" Monde 29 octobre 1932: 7. 124 Claude Levi-Strauss. "Voyage au bout de la nuit" L'Etudiant socialiste. No 4. Janvier 1933: 13. 125 Leon Daudet. "L.-F. Celine:Vovaoe au bout de la nuit" Candide 22 decembre 1932: 6. Leon, Daudet (1867-1942). "Apres des etudes medicates qui lui inspirerent ses premiers essais, en particulier. Les Morticoles. il fonda avec Charles Morras le quotidien L'Action francaise (1907). ou ses articles violents et tendancieux revelerent un styliste et un polemiste que representaient moins bien ses romans de moeurs. Son influence litteraire et politique (il fut depute) a ete considerable. Academie frangaise en 1897". Henri LemaTtre. (Op. cit.). 245. 126 Pierre Audiat. "L'actualite litteraire. Apres la moisson" La Revue de France 15 Janvier 1933: 327. 36 Une ceuvre taillee dans le vivant. Une ceuvre enorme par la masse et par la renaissance, delirante et objective, invraisemblable mais impregnee de verite. Une ceuvre truculente, cruelle, ou I'abject et le plus tendre se suivent, atroce dans I'amertume, exquise dans la douceur "villonesque". Une ceuvre que Ton pourrait dire musicale, dont les themes vivent, se succedent, se developpent, s'effacent pour se repandre, sans que jamais soit rompue I'harmonie haletante de l'ensemble.127 Que dire de plus? C'est tout et hen a la fois, I'irreel et le reel, le vrai et le faux etc... Mieux encore, une des bandes - annonce annonce que Ton appose sur le roman repond deja a la critique de droite concernant I'aspect pamphletaire du livre. Observer cette reaction, c'est done se rappeler que le pamphlet n'est effectivement pas un genre qui a acquis ses lettres de noblesse, mais bel et bien un sous-genre, une sous-ecriture, un genre mineur qui ne merite par consequent pas la reconnaissance du monde litteraire et I'attribution, par exemple, du prix Goncourt. Au recto, on lit: C'est un voyage qui va plus loin... Au verso: II ne faudrait pas se meprendre au ton de cet extraordinaire roman, a la violence du sarcasme, aux traits de satire particulierement feroces qui y abondent et tenir Voyage au bout de la nuit, pour un pamphlet. L'auteur tend a creer une image tres fidele de I'homme des villes avec tout ce que ce terme suggere de complexe, d'abondant, de contradictoire. Dans ce livre d'une variete et d'un pittoresque prodigieux, il n'a d'autre ambition que d'approcher la vie: les esprits non prevenus devront s'incliner devant la probite de son temoignage. 128 Plus realiste, en quelque sorte, naturaliste et meme au-dela. Nous avons deja vu un tel point de vue. C'est done une ceuvre qui "s'imposera en depit des revo l tes " 1 2 9 -1 2 7 Publicite parue dans La Nouvelle Revue frangaise. No 230,1er novembre 1932 : 32. 1 2 8 Bandes - annonce reproduces dans: Jean-Pierre Dauphin. Biblioqraphie des ecrits de Louis-Ferdinand Celine. Paris, Bibliotheque de litterature frangaise contemporaine de I'universite Paris Vll, 1965. 129 Publicite parue dans LesNouvelles litteraires. No 523, 22 octobre 1932: 2. 37 car c'est "une ceuvre cruelle mais v r a i e . " 1 3 0 Almeras a retrouve la fiche du lecteur chez Gallimard qui a decrit le manuscrit. C'est en quelque sorte le premier temoignage ecrit de la premiere reception critique du roman: Roman communiste contenant des episodes de guerre bien racontes. Ecrit par moment en francais argotique un peu exasperant, mais en general avec beaucoup de verve. Serait a elaguer.i3i Bien que I'etiquette de roman communiste puisse ne pas sembler tres descriptive, il est interessant de noter qu'immediatement, sans rien connattre de la vie de Celine qui etait un parfait inconnu, V B N apparait comme un roman de gauche. II sera piquant de constater que seuls les communistes ne considereront pas ce livre comme etant de la litterature communiste. C'est ce que nous verrons plus loin. Celine, lui, donne des interviews, bien qu'il ne cesse de preciser a chaque fois que ce sera la derniere. L'idee qui sous-tend chaque interview repose sur I'etablissement d'un parallele entre le livre et I'auteur. En raccourci: Celine, c'est Bardamu, ou I'inverse. Le romancier soutient ainsi la critique "de gauche favorable", qui voyait dans V B N une dimension autobiographique. Mais il s'amuse a brouiller les pistes et a ne pas endosser I'opinion commune qui semble se construire autour de lui: - Une autobiographie mon livre? Allons done! Ma vie est bien plus simple et bien plus compliquee que cela.132 Descaves dans Paris-Midi essaie une autre classification: - Vous reclamez-vous de la nouvelle ecole, le populisme? - Ah! non, je vous en prie, pas de bobards! J'ai les ecoles en horreur et je ne veux etre chef ni soldat de quoi que ce soit. 1 3 3 Si Ton fait un peu de "logique celinienne", on comprendra que le mot ecole peut ici 130 ibid. 131 Philippe Almeras. Entre haines et passion. Paris: Robert Laffont,1994. 112. 132 Merry Bromberger. "Le prix Theophraste Renaudot. Le docteur X... alias M. Celine. Une interview dans une clinique" L'lntransigeant 8 decembre 1932: 1. 133 Max Descaves. "Le Dr Georges Duhamel, Goncourt sous un pseudonyme en 1918, aurait-il un emule tout a I'heure?" L'Action quotidienne 7 decembre 1932: 2. 38 representer a la fois le mouvement artistique et la maison d'instruction. Aucun des deux sens du mot ne colle tres bien a Celine. II refuse d'etre identifie a un camp en particulier, mais il refuse egalement I'ecole au sens d'instruction ou d'un code linguistique a respecter." C'est", comme le dit Nelly Wolf dans son chapitre sur la langue celienne paru en 1990, "desormais le frangais oral populaire qui apparaTt comme la base legitime du style litteraire et le francais academique comme I'element etrange, etranger, qu'il faut reduire, citer, car ica turer . " 1 3 4 Nous reviendrons sur la reception critique du langage adopte par Celine. Alors qu'il explique dans la preface que son livre est de la litterature, il s'empresse de dire I'oppose dans interview qu'il donne a Launey dans Paris-Soir: - Qu'importe mon livre? Ce n'est pas de la litterature. Alors? C'est de la vie, la vie telle qu'elle se presente. 135 II y a a nouveau insistance sur le realisme du livre. Un reflet de l'epoque, un cri temoignant de la vie: - Notre epoque, est une epoque de misere sans art, c'est pitoyable. L'homme est nu, depouille de tout, meme de sa foi en lui. C'est ga, mon livre.136 II se dit du "peuple, du v r a i . . . " 1 3 7 , " ana rch i s te " 1 3 8 et ayant ecrit "un roman, mais pas une histoire", avec "de vrais p e r s o n n a g e s . " 1 3 9 Bref, le reflet de son livre, de la bande annonce, des critiques, tout et le contraire. Nous avons vu dans cette partie que selon le positionnement ideologique de la critique, on n'identifie pas V B N de la meme maniere. Les criteres adoptes par toute la critique sont differents selon que Ton se trouve a droite ou a gauche. La 134 Nelly Wolf. Le peuple dans le roman francais de Zola a Celine. 205. 135 Pierre-Jean Launey. "L.-F. Celine le revolte" Paris-Soir 10 novembre 1932: 8. 136 Ibjd. 137 ibid. 138 Ibjd. 139 Ibjd. 39 critique conservatrice associe le livre de Celine, apres des interrogations du reste partagees par les deux camps, a un neo-naturalisme qui correspond au sous-genre du pamphlet. La gauche y voit plutot une dimension autobiographique, temoignant de la condition du proletariat en 1932, meme si elle admet bien volontiers les qualificatifs de satire, d'epopee ou de lyrisme pour completer cette classification. C e qui est sur, malgre les interviews de Celine, c'est que celui-ci apparaft deja comme un ecrivain de gauche. II nous restera a nuancer cette etiquette en analysant le discours des critiques de gauche eux-memes. L'une des deux autres dimensions que nous avons relevees pour parcourir notre corpus et I'analyser est la comparaison. Le critique, toujours en quete d'un processus d'indentification pertinent, va operer une comparaison entre les livres appartenant a son horizon d'attente et V B N . Ce rapprochement va, bien sur, etre ideologiquement colore selon le positionnement social du critique. C'est ce que nous allons etudier maintenant plus en detail. 2- L a c o m p a r a i s o n La comparaison est notre deuxieme dimension d'analyse de notre corpus. Selon nous, I'utilisation d'un autre element articulant une comparaison permet au critique d'affiner son raisonnement en se basant sur le genre. En utilisant une reference comparative avec V B N , le critique fait appel a la connaissance implicite et supposee commune dans ce que Ton a appele auparavant "le monde de la litterature." Ces comparaisons appartiennent deja a I'experience passee du lecteur et du critique et torment I'horizon d'attente de 1932. II est interessant de constater, et c'est ce que nous aimerions mettre en evidence grace a cette recherche, que, quelle que soit la position ideologique du critique, quelle que soit le sous-groupe auquel il appartient, la formulation d'une comparaison est inevitable. II en va de meme pour la 40 classification, comme nous venons de le voir; il en sera de meme pour la prise de position dans notre troisieme partie. Ceci nous amenera a tenter de formuler, dans la situation precise que nous etudions, c'est-a-dire la premiere reception du V B N dans son contexte historique et ideologique, une definition de la fonction sociale de la critique. Car si Jauss apporte une definition du role du public et de la fonction de la litterature, il ne dit hen a propos du role de la critique dans sa fonction d'etiqueter une ceuvre par la "definition" qu'elle diffuse du roman, exercice plus facilement observable lors d'une rupture de I'horizon d'attente, comme nous le voyons avec V B N . De plus, la seule lecture de I'epoque qui soit accessible est celle dont temoignent les ecrits, non pas du grand public (son role n'est pas d'ecrire) mais de la critique. D'ou la necessite de mieux connaTtre la fonction de celle-ci. A part les exceptions d'Audiat dans L'Europeen et de Daudet dans Candide. la critique se distribue selon une dichotomie parfaite entre la droite et la gauche. Que cela soit dans le groupe "tres favorable" ou "defavorable", toutes les comparaisons effectuees seront en defaveur de Celine. Ce qui peut se comprendre aisement lorsque Ton pense aux transgressions nombreuses du V B N vis-a-vis des regies implicites partagees par le critique de droite, en ce qui concerne la definition du genre romanesque. A gauche, les comparaisons seront de deux formes: egale ou inferieure a V B N . Le langage qu'utilise Celine se prete egalement a beaucoup de comparaisons. II sera interessant de noter aussi les dernieres ceuvres qui represented dans la memoire collective le meme type de reactions que celui provoque par V B N . Les comparaisons effectuees par la critique de droite vont bien sur etre en relation avec le genre qui, selon elle, caracterise le mieux V B N . Ainsi pourrons-nous distinguer trois grands types: la comparaison avec Rabelais pour ce qui est de la satire, avec Zola pour le naturalisme et, enfin, avec les auteurs temoins de la guerre. Bien sur, il faudra ensuite nuancer ces categories. 41 Rabelais est un bon exemple pour montrer comment un auteur dont la connaissance, bien que partagee par tous, n'est pas unanimement interpretee de la meme maniere. Rabelais, integre dans le canon francais, ne peut pas servir a Celine pour sa reconnaissance, parce que la comparaison ne saurait etre que defavorable a ce dernier: On sait que Rabelais est volontiers intestinal. Mais il Test joyeusement, avec une grande et forte et naturelle simplicite. M. Celine I'est tristement et avec une premeditation de mauvais aloi que I'interet de la chose... ne justifie manifestement point. Rabelais evoquait des sujets et d'une facon qui ne surprenait personne en son epoque. Et cette joviale candeur de sa paillardise et de sa truculence n'a rien du tout de provoquant. 1 4" Nous croyons que, pour notre analyse, une telle citation equivaut a un lapsus revelateur au sens freudien. De quoi parle Bourniquel? De surprise et de provocation. Est-ce que ce ne sont pas les deux mots qui definiraient le mieux ce qui se passe dans toutes les ruptures d'horizon d'attente? Provocation par rupture des codes definissant la realite litteraire et surprise provenant de cette transgression elle-meme inherente en I'occurrence a la maniere (autant dans le fond que dans la forme) de ce renouvellement. II faudrait verifier si Rabelais en son temps n'a pas lui-meme participe a une certaine rupture de I'horizon d 'at tente 1 4 1 . Le jugement de Bourniquel a ce sujet ne nous parait partial. Bourget-Pailleron partage le meme point de vue a propos de Rabelais: Cette scatologie renforcee fait qu'on a evoque le nom de Rabelais. Comparaison peu flatteuse en verite (pour Rabelais). Trouve-t-on trace chez M. Celine de cette invention verbale, de ce perpetuel et joyeux eux triomphe du langage ou exultait le cure de Meudon? Helas, non.142 1 4 0 Paul Bourniquel. "Rabelais hypoconde" La Depeche de Toulouse 29 decembre 1932: 1. 1 4 1 Pantaqruel etGarqantuaont ete tous les deux censures par la Sorbonne, des 1533 pour le premier et en 1543 pour le second (cf. Pantaqruel. Paris: Larousse, 1966, 14-15). Ce qu'affirme Bourniquel est done faux mais revelateur de la succession des differents horizons d'attente se modifiant a la fois par I'experience de lecture et par le contexte de reception, ce qui confirme ainsi la theorie de Jauss en tout point. (Voir Jauss 51.) 1 4 2 Robert Bouget-Pailleron. "Les prix litteraires" L'Opinion 17 decembre 1932: 1. 42 Regnier le dit egalement a la defaveur de Celine: "Nous le constatons [I'esprit de satire] chez Rabelais [...]. Mais M.Celine n'a ni la verve ironique d'un Voltaire ni la tragique eloquence d'un Agrippa d'Aubigne. S a satire est deplorablement depourvue d'esprit et de l y r i s m e . " 1 4 3 Celine n'obtient pas plus d'accreditation avec Zola. V B N , c'est du faux realisme. Deja, pour la critique de droite, il est difficile d'accepter le style de Zola; on comprend alors que Celine n'a que tres peu de chance avec ce voisinage: Zola, certes, ne fut pas en style un puriste. II ecrit gros, comme il voit, mais il ecrit une langue en somme correcte en sa lourdeur et en sa erudite. Or, cette langue de Zola, je la trouve chez M. Celine, mais tournee en jargon, devenue parfois presque inintelligible et transformee par un bas rapport argotigue en une sorte d'affreux langage "populo", dont la vulgarite fabriquee sonne I'ailleurs faux et dont la platitude ne se releve que par les scatologies ordurieres sur lesquelles on marche a chaque p a s . i 4 4 Cette citation de Regnier est interessante dans la mesure ou I'on peut toujours apercevoir le tremblement qu'avait apporte Zola dans I'horizon de l'epoque. II a fallu plus de cinquante ans et une guerre mondiale avant que ce romancier s'inscrive dans le paysage des lettres pour la critique conservatrice. Celine ne peut beneficier de ce rapprochement, car, pour cette partie de la critique, I'auteur de V B N est un faussaire de la langue: Quatre romans dont chacun pris a part eut peut-etre ete supportable et ou meme on aurait pu discerner d'excellentes parties quoique perdues dans du faux Mirbeau, du faux Zola, voire du faux Goncourt. 145 Celine bas imitateur, Celine reproducteur. Mais peut-etre que la chose importante ici est la notion de "quatre romans". Bourniquel reprend cette idee dans son article par deux fois: II y a en fait dans ce volume quatre romans: un roman de guerre, un 143 Henri de Regnier. "Voyage au bout de la nuit. par L.-F. Celine" Le Figaro 3 Janvier 1933: 5. 144 ibjd. 145 Paul Bourniquel. "Rabelais Hypoconde" La Depeche de Toulouse 29 decembre 1932: 1. 43 roman colonial, un roman americain et un medical.146 II finit par en conclure: Servis en un seul livre, ces quatre romans composent un plat ecceurant qui provoque rapidement une satiete nauseeuse.147 II est clair que V B N ne correspond pas a I'idee d'une ethique du roman. Effectivement, comment accoler ensemble des parties si differentes, qui d'habitude pouvaient s'appeler document plutot que roman. Celine franchit encore une fois la frontiere entre ce qu'on appelle de Tart et ce qui n'en est pas. C'est pour cela que, tres logiquement, Jaloux ecrit: Cela ressemble ni a M.Roland Dorgeles, ni a N. Henri Barbusse, ni a Erich-Maria Remarque. C'est a la fois plus atroce et moins pathetiqueJ 48 Ces trois auteurs sont consideres comme appartenant au genre "temoignages de guerre". C'est le seul rapprochement susceptible d'etre effectue puisque I'horizon d'attente n'en permet pas d'autre. On ne peut pas s'imaginer fictionaliser la guerre de cette facon. Temoignant de cette surprise face a cette experience esthetique, la diversite de la comparaison avec V B N est grande. En effet, chacun ira prendre son exemple la ou il pense que le livre de Celine doit etre classe le plus aisement. Andre Rousseaux, fervent anti-celinien, tente d'expliquer pourquoi V B N a tant de succes, et il le rapproche ainsi du dadai'sme et du surrealisme: M. Celine, lui, eprouve ce sentiment [de desespoir] plus violemment que personne et il I'exprime comme personne n'a ose le faire -a I'exception cependant des dadai'stes et des surrealistes. C'est ce qui fait qu'il est accueilli avec une sorte d'extase par tant d'hommes qui voient justement dans son livre I'expression la plus terrible et la plus cynique du desarroi dans lequel la societe humaine est tombee. 1 4 9 En marquant sa distance vis-a-vis de I'explication qu'il donne de cet engouement 146 ibid. 1 4 ? Jbjd. 1 48 Edmond Jaloux. "Voyage au bout de la nuit" Les Nouvelles litteraires 10 decembre 1932: 3. 1 4 9 Andre Rousseaux. "L'homme du jour: M. L.-F. Celine" Candide 8 decembre 1932: 5. 44 pour V B N , Rousseaux se demarque egalement de I'experience surrealiste des annees vingt. On va citer Dostoi'evski, en parlant de saga ou d'epopee, mais toujours pour devaloriser Celine. Les personnages de I'auteur russe possedaient, eux, "quelque souffle plus grand [qui] les condamne a s ' e x p o s e r " 1 5 0 , a la difference de Bardamu qui "se jette sous le marteau quand les evenements ne I'y poussent pas." 1 5 1 Du cote de la critique de "gauche", la symetrie est presque parfaite dans les exemples et dans I'interpretation, contrairement a la critique de droite. C'est frappant pour Rabelais et Zola. Le representant de cette tendance peut etre incarne parfaitement par Daudet: II y a , chez Rabelais, un personnage de cette sorte de voyage, ou de traversee: C'est Panurge, le couard, le vautour, le crapuleux, le truffeur, qui va de I'un a I'autre, creve de peur pendant la tempete, devient insolent a I'eclaircie, que tous bousculent, mais qui fait rire tout le monde par ses saillies ordurieres et son cynisme. Le Bardamu du Voyage au bout de la nuit est incontestablement un fils de Panurge. 152 Celine rappelle Rabelais: il est comparable a des "textes classiques" de la litterature franchise. Trintzius partage cet avis: Je crois bien qu'a quatre siecles de distance, c'est une sorte de Rabelais qui vient de pousser la, sous nos yeux ebahis, dans le jardin des lettres francaise "si bien entretenu".i53 Pour Trintzius, la forme de V B N . avec ses quatre "romans", souligne le lien avec la structure des livres de Rabelais: Je ne sache pas de livre ou la forme soit plus inseparable du fond. Elle est essentielle ici comme dans Rabelais. Elle explose.154 La nature des ceuvres de Rabelais, comme d'autres, c'est d'etre outranciere: "C'est le sort des ceuvres outrancieres comme Rabelais, Mirbeau ou Leon Bloy, que de 150 Gilles Antheime. "Ce voyage" La Presse 18 novembre 1932: 5. 151 ibjd. 152 Leon Daudet. "L.-F. Celine: Voyage au bout de la nuit" Candide 22 decembre 1932: 6. 153 Rene Trintizius. "L.-F. Celine. Voyage au bout de la nuit" Europe 15 decembre 1932: 615. 154 Ibjd. 45 heurter les delicats." 1 5 5 Car la transgression du code litteraire est ici vue comme une valeur certaine: Mais il y a le livre lui-meme, incomparablement mal ecrit, si Ton entend ainsi I'infraction aux regies, superieurement conte, si on I'apparente a la renaissance dont il sort, car il est de la lignee de Rabelais, de Montaigne et de Brantome.156 V B N est une renaissance. On retrouve la le theme du depassement du naturalisme, cinquante ans plus tard. Pourquoi ce renouveau? II etait necessaire a cause de la guerre. Pierre Descaves cite, des le 15 novembre, le fameux passage de Gide (trois semaines apres la sortie du livre): "Ce ne serait vraiment pas la peine d'avoir combattu durant cinq ans, d'avoir tant de fois supporte la mort des autres et vu remettre tout en question, pour se rasseoir ensuite devant sa table a ecrire et renouer le fil du vieux discours interrompu."i57 II n'est done pas possible de refaire du Zola un demi-siecle apres lui. La situation, le contexte historique appellent une transformation. Bataille, lui aussi, fait echo a cette pensee: II n'est plus temps de jouer le jeu derisoire de Zola empruntant sa grandeur au malheur des hommes et demeurant lui-meme etranger aux miserables.158 ( Les ecrivains reconnus du debut des annees trente ne peuvent pas proposer un tel changement, coinces qu'ils sont dans leur academisme: Pourtant, ils ont tous du talent Giraudoux, Morand, Maurois, Montherland, et tous les autres. Trap de talent pour avoir du cceur et 155 Pierre Audiat. "L'actualite litteraire. Apres la moisson" La Revue de France 15 Janvier 1933:327. 1 5 6 Maurice Bourdet. "Voyage au bout de la nuit. par L.-F. Celine" Le Miroir du monde 21 Janvier 1933 3. 157 pjerre Descaves. "Voyage au bout de la nuit" L'avenir de Paris 15 novembre 1932: 2. 158 Georges Bataille. "L.-F. Celine: Vovaae au bout de la nuit" La Critique sociale. No 7, Janvier 1933: 47. Georges Bataille (1897:1962) "Itineraire toujours a I'extreme de soi, l'oeuvre de Bataille pose l'ecriture selon 'la crainte de devenir fou'. Ce caractere de I'experience absolue d'un langage passe par les figurations de I'erotisme, qui devient ici un art detourne de ses signifiants et verse, en une activite seconde, aux modes du dire. Bataille aboutit au theme qui hante toute son ceuvre la 'transgression' forme moderne de I'impulsion prometheenne, que Bataille examine dans la litterature et le mal". Henri Lemaitre (Op. cit.) 75. 46 de la colere.159 Reste, bien sur, le monstre sacre de la litterature frangaise, Proust, a qui on a deja commence a opposer Celine. II faut dire que c'est Leon Daudet qui propose cette comparaison, et meme s'il se targue d'avoir ete un des premiers a le soutenir, il ne faut pas oublier que Daudet a ete anti-dreyfusard, nationaliste et ouvertement d'extreme droite: A vrai dire, il y avait fort longtemps qu'on avait entendu retentir pareils accents, nos lettres sinon nos auteurs etant, depuis quelque trente ans, pas mal edulcores et feminises. La vogue inoui'e de Marcel Proust avait incline vers I'introspection et I'autoanalyse -derivation du "culte du moi" barresien-, un tres grand nombre de ceux qui tiennent une plume en France, Angleterre, Italie et Allemagne. Or, cette fagon de se placer devant un miroir et de s'observer longuement est plus "femme" que male. Proust, avec toute sa puissance, que j'ai celebre un des premiers, c'est aussi un recueil de toutes les medisances salonnieres dans une societe en decomposition. II est le Balzac du patronage. De la une certaine fatigue dont M. Celine va liberer sa generation. 160 Celine possede deja une valeur "anti-proustienne" des la premiere reception de V B N . Proust est le seul romancier qui soit mentionne dans le roman, avec un commentaire critique des plus acerbes: "Proust, mi-revenant lui-meme, s'est perdu avec une extraordinaire tenacite dans I'infinie, la diluante futilite des rites et demarches qui s'entortillent autour des gens du monde, gens vides, fantomes de desirs, partouzards indecis..." 161 Un peu avant cette phrase, Celine pastiche Proust Grand nombre de rencontres etrangeres et nationales eurent lieu a I'ombre rosee de ces brise-bise parmi les phrases incessantes de la patronne dont toute la personne substantielle, bavarde et parfumee jusqu'a I'evanouissement aurait pu rendre grivois le plus ranci des hepatiques. 162 Cette insistance revele la volonte de Celine de se positionner contre Proust et done 159 Georges Altman. "Le gout de la vie. Un livre neuf et fort: Vovaae au bout de la nuit" Monde 29 octobre 1932: 7. 160 Leon Daudet. "L.-F. Celine: "Vovaae au bout de la nuit" Candide 22 decembre.1932: 6. 161 VBN. 74. 162 ibid. 47 de se comparer a ce qui semble apparaitre deja comme un classique de la litterature frangaise. L'une des dernieres choses interessantes a noter concerne revocation des romans recents qui ont eu des succes de scandale. Albert Thibaudet ecrit dans Le Reveil de la Marne: Nous avons connu deux D.O.P. [Dont On Parle] La Garconne et L'Amant de Lady Chaterly qui ont conquis ce grade en raison de certaines audaces sexuelles. 163 Mais il attenue son propos en precisant I'origine du scandale: Au contraire de La Garconne et de L'Amant de ladv Chaterlv. le Voyage ne contient a peu pres rien de sensuel ni de sexuel. L'obscenite n'est que dans le vocabulaire. Des actes naturels ou sexuels sont designes par le mot propre etymologique, venu du latin, celui qu'employaient deja les soldats de Cesar.164 Pourquoi parler d'obscenite puisque Celine utilise, selon lui, le mot propre pour decrire des actes naturels? Y a-t-il un snobisme qui chercherait a cacher, malgre tout, un certain choc? Descaves, comme Rousseaux, evoque V B N comme etant "I'aboutissement d'un mouvement litteraire qui part de Dada et passe par le su r rea l i sme" 1 6 5 ; Levi-Strauss parle de Conrad, de Pierre Mac Orlan et de Chaplin, en relation avec les usines Ford traversees un moment par Bardamu; Fernandez evoque Mendoza, Des Quevedo, Des Smolette; Lapierre parle de Poulaille et de son langage comme etant "authentique" face a celui de "Celine [qui] est plus compose, arbitraire p a r f o i s . " 1 6 6 Poulaille avec Le Pain quotidien continue le realisme a la maniere du Zola des 163 Albert Thibaudet. "De Magny a Drouant" Le Reveil de la Marne 27 Janvier 1933: 1. Albert Thibaudet (1874-1936)" II fut I'eleve de Bergson, mais sa formation fut celle d'un historien et d'un geographe. II enseigna en Angleterre, en Suede puis a Geneve: Collaborateur de la N.R.F.. il estime que le critique doit saisir I'elan createur et eviter tout dogmatisme". Jacques Demougin. Dictionnaire de la litterature franpaise et francophone. Paris: Larousse, 1987. 1418. "164 ibid. 165 Pierre Descaves. "Vovaae au bout de la nuit" L'Avenir de Paris 15 novembre 1932: 2. "•66 Marcel Lapierre. "Ce que disent les livres. Voyage au bout de la nuit" Le Proores de Bordeaux et du Sud-Ouest 26 novembre 1932: 1. 48 temps passes; Audiat fait des comparaisons de peinture avec Albert Durer; Jaloux parle de Goya et de Courteline, et enfin Rousseaux mentionne Madame Bovary et les noces normandes pour parler de I'arrivee a New York de Bardamu. Mais que pense Celine lui-meme? Grace a une interview de Molitor, il cite ses propres references: "- Qui vous a inspire? - Eh! bien, c'est Balzac, Freud et B reuge l . " 1 6 7 Pour mesurer I'etendue de la manipulation de la presse a laquelle Celine se livre, il est interessant de noter ce que Philippe Almeras a decouvert a ce propos: Celine fait ses classes freudiennes en quelque jours, reprenant un motif qu'il va exploiter copieusement, et si Ton en croit les lettres a Garcin, cyniquement."... suivre la mode comme les midinettes [...] ainsi ces deballages psychanalytiques depuis Freud [...], j'embrasse ma maman et mets du caca partout, si cela amuse le public. [...] Evidemment dans les interviews j'amuse la galerie pitre autant que je peux".i68 Almeras publie par la suite ce que Freud lui-meme pensait de V B N .grace a une lettre de celui-ci a Marie Bonaparte: II [Freud] n'a pas le gout, [...], "pour la description de I'absurdite et du vide de notre vie actuelle qui ne s'appuierait pas sur un arriere-plan artistique et philosophique". Preuve que comme la plupart des lecteurs il n'a pas decouvert cet arriere-plan. 169 Je laisse a Almeras la responsabilite de ses propos. Mais tout cela confirme une fois encore les precautions avec lesquelles il faut manier le discours celinien. Nous avons vu qu'au niveau de la comparaison, la division ideologique etait nettement polarisee a propos des auteurs discutes. Ainsi voit-on que les deux grands ensembles comparatifs se situent autour de Rabelais et de Zola. Pour la critique de droite, Rabelais etait, lui au moins, joyeux, paillard et aimant la vie, a la difference de 167 victor Molitor. "Chez Celine le sombre flagelleur de I'humanite" Les Cahiers du luxembourgeois. No 3, 1933: 336. 168 Almeras 131. 169 jbjd. 49 Bardamu; a gauche, par contre, on observe la verve du langage, la structure eclatee du roman et le comique cynique des deux auteurs. En ce qui concerne Zola et le naturalisme, Celine n'est pour les critiques de droite qu'une pale imitation qui reproduit tres mal ce qui a deja ete fait. A gauche, par contre, on releve I'interet et la valeur de la transgression du code naturaliste comme on I'entendait il y a cinquante ans. On y voit une regenerescence du style qui se rapproche beaucoup plus des preoccupations de I'epoque. La litterature comme reflet, en quelque sorte, de la conjoncture contemporaine. <, La troisieme dimension de notre approche analytique repose sur la prise de position du lecteur critique, basee sur un jugement de valeur: revaluation finale, sanction du jugement critique. 3- L a pr ise de pos i t ion Ou se situe la critique face a V B N ? Comment se positionne-t-elle? Pour ou contre? Quels sont ses arguments pour prendre parti? Quelle est son evaluation generate de l'oeuvre? Et comment ce jugement se forme-t-il? En nous referant a Raymond Boudon, l'oeuvre d'art dans son evaluation ne genere que des jugements de valeur de la part du critique ou, plus generalement, du public, mais ceux-ci sont vecus comme une realite objective, d'ou la force des prises de pos i t ion . 1 7 0 Ces jugements reposent sur une comparaison entre les valeurs du critique et celles qu'il voit dans l'oeuvre. Notre corpus peut etre considere globalement comme une 1 7 0 Raymond Boudon. Le juste et le vrai. Paris: Fayard, 1995, demontre que les croyances normatives et les croyances collectives scientifiques se torment de la meme facon car le sujet social a I'impression qu'elles sont fondees sur des raisons solides. (p.51) II soutient done une approche cognitiviste de la question et se demarque ainsi du mouvement neo-paretien et du courant neo-durkheimien. Au premier il fait remarquer que les croyances normatives ne sont pas d'origine affectives et au second il oppose le postulat d'une contrainte sociale comme source de tout jugement de valeur. (p.42) C'est pour cela qu'il nous paraTt important d'insister sur les raisons que le critique a d'exprimer un jugement de valeur, raisons qu'il pense etre partagees par son groupe interpretatif (done transsubjective). C'est dans cette demarche que nous aimerions nous placer, celle-ci paraissant comme une continuity logique a la theorie de Jauss. 50 reaction qui resulte de cette comparaison. C e phenomene se produit quelle que soit I'allegeance ideologique du lecteur. II y a done une logique a la prise de position, une logique basee sur le jugement de valeur dans le processus devaluation esthetique. Boudon explique cette logique a partir de ce qu'il appelle les effets de positions et les effets de dispositions. Ces deux dimensions forment une plus grande categorie qu'il nommera les effets de situation. Ainsi constate-t-il que chaque acteur possede une position particuliere dans la societe. Personne n'a le meme niveau social, et c'est a partir de cette situation sociale que chacun possedera un savoir particulier sur son environnement. C'est pour cela que Boudon peut affirmer: Les acteurs sont socialement situes c'est-a-dire qu'ils tiennent des roles sociaux, qu'ils appartiennent a certains milieux sociaux et a certaines societes, qu'ils disposent de certaines ressources et qu'en raison du processus de socialisation auquel ils ont ete exposes ils ont interiorise un certain nombre de savoirs et de representations. Pour ces raisons ils sont sujets a ce que j'ai appele des effets de situation.171 Void ce qui nous permet de comprendre pourquoi la critique de droite et celle de gauche ont une representation differente de VBN. Nous pouvons done maintenant exposer les raisons pour lesquelles la critique a condamne ou loue le roman de Celine. II s'agit essentiellement de sanctions qui trouvent leur source dans la configuration ideologique. Nous avons regroupe ces evaluations selon trois grandes categories que nous presenterons en respectant notre division ideologique. La premiere categorie met en evidence le choc de la lecture que V B N provoque. Nous allons decliner les positions de chacun a propos du langage qu'utilise Celine. L'expression critique est-elle digne d'etre considered comme appartenant a I'institution litteraire? Victoire ideologique pour les uns, decadence inqualifiable pour les autres, chaque groupe se dechire pour imposer son opinion et sa propre lecture. La deuxieme categorie se 171 Raymond, Boudon. L'ldeoloqie. Paris: Fayard, 1986. 241. 51 rapporte a ce que Ton va appeler la vision du monde de Bardamu. Celle-ci est source de grandes discorde dans I'appreciation qui en est faite. On va parler d'un manque de spirituality, d'un manque d'amour, d'un nihilisme injustifie, d'un pessimisme excessif et gratuit pour la critique de droite. De I'autre cote du spectrum ideologique, on va souligner au contraire que cette vision du monde est une consequence directe de la societe capitaliste et de sa folie guerriere. Ce debat nous entraine logiquement vers la troisieme categorie: la litterature comme reflet de la realite. Est-ce que V B N traduit une quelconque realite de la societe frangaise de 1932? La critique est divisee sur ce point. L'une des composantes majeures du choc de la lecture du V B N tient au langage du roman, style qui n'a jamais ete utilise par aucun narrateur dans l'histoire de la litterature narrative. Le "je" du narrateur celinien utilise une langue jusqu'alors etrangere aux regies implicites de la composition litteraire. Le choc est puissant et profond. C e traumatisme est tenement important qu'il va depasser le clivage habituel gauche/droite pour etre ressenti jusque par les critiques les plus fideles a Celine, qui s'emeuvent du niveau de langue du romancier. La critique peut-etre la plus courante de la droite conservatrice s'articule autour du fait que cette langue n'est pas ce qu'on appelle du frangais. Bourniquel dans La Depeche de Toulouse parle meme de pataques: II [Celine] brutalise la syntaxe et le dictionnaire pour truffer ces six cents pages de pataques, de cuirs et des fagons gracieuses de s'exprimer qu'ont les pipelets.172 Andre Rousseaux, dans la revue d'extreme droite Cand ide , exprime egalement son refus d'une telle langue : "La langue est volontairement incorrecte. C'est "a la maniere" du langage populaire, rebutant et fastidieux quand il se prolonge pendant six cents p a g e s . " 1 7 3 Henry Bidou note, et cette remarque sera partagee par 1 7 2 Paul Bourniquel. "Rabelais Hypoconde" La Depeche de Toulouse 29 decembre 1932: 1. 1 7 3 Andre Rousseaux. "L'homme du jour: M. L-F. Celine" Candide 8 decembre 1932: 5. 52 beaucoup d'autres critiques, qu'en plus du choc de cette langue populaire, il y a une double destabilisation due au melange des niveaux de langue assumes par le personnage principal: On ne sait dans quel langage le roman est ecrit. Bardamu emploie tantdt un langage populaire que personne n'a jamais parle et tantot un langage purement litteraire. 1 7 4 Edmond Jaloux, dans Les Nouvelles litteraires. note egalement ce niveau de langue qui lui semble illogique: Le style est tres inegal. Pourquoi M. Celine au debut s'exprime-t-il comme un ouvrier qui monologue et dans un langage presque uniquement populaire, traverse d'argot, alors que, quelques pages plus loin, il reprend le langage d'un bon narrateur bourgeois, mais qui truffe son recit d'expressions outrancieres.i75 Cette contradiction, selon la critique, s'apparente plus a un parti pris et se renforce lorsqu'on souligne, comme Marcel Lapierre, dans Le Progres de Bordeaux, qu'un medecin (par definition) ne peut pas parler comme un ouvrier parce que c'est denier la valeur de la formation qu'il a regue: On se demande pourquoi tout le livre est ecrit en "langage populaire" puisqu'il s'agit du recit fait par un medecin. Ensuite, est-ce bien un langage populaire? Je ne le crois pas. C'est un parti pris litteraire, comme une formule adoptee pour son pittoresque et, si Ton veut, son incongruite.i 76 A "gauche", cette difference de niveaux de langue est egalement notee. Mais de ce point de vue, ce n'est pas le langage populaire qui est hors contexte, mais bien I'introduction d'une langue "cultivee" au milieu de celui-ci: [II y a] un flottement dans le style. II [le style argotique] se marie difficilement avec des formules et une ecriture indices d'une pensee cultivee, bien eloignee de celle qui s'inscrit naturellement dans la langue des faubourgs. 1 7 7 1 7 4 Henry Bidou. "Autour des prix" Journal des debats politigues et litteraires 9 decembre 1932: 3. 175 Edmond Jaloux. "Voyage au bout de la nuit" Les Nouvelles litteraires 10 decembre 1932: 3. 176 Marcel La pierre. "Ce que disent les livres. Vovage au bout de la nuit" Le Progres de Bordeaux et du Sud-Ouest 26 novembre 1932: 1. 1 7 7 Claude Levi-Strauss. "Vovaoe au bout de la nuit" L'Etudiant socialiste. No 4, Janvier 1933:13. 53 Et Levi-Strauss ajoute: "on se demande parfois, lisant un paragraphe, si c'est bien la le meme h o m m e . " 1 7 8 On peut done deduire que, dans une certaine mesure, la critique de gauche base ses criteres et ses valeurs d'evaluation sur un systeme largement accepte par la "droite". Meme si cet "anarchisme" du langage est plus facilement accepte par Levi-Strauss que par Edmond Jaloux ou par Marcel Lapierre, ce style composite est en tout cas percu comme le signe d'un "flottement" par le futur maitre du structuralisme. Tous les jugements critiques s'accordent ici a refuser ou a interroger la langue de V B N en ce qu'elle represente une rupture du code litteraire. La deuxieme reaction face au langage se situe vis-a-vis de la "trop grande richesse" du vocabulaire de Celine. II utilise des mots grossiers qui n'ont jamais ete employes dans un texte litteraire. Nous assistons la a un exemple particulierement frappant de jugement de valeur base sur des criteres moraux. Pierre Audiat en fournit un bon exemple: Vous ne manquerez pas d'etre choque par une erudite d'expression qui depasse la moyenne de I'obscenite toleree en litterature, par un style qui est tout le contraire du style-gentleman, par le caractere monstrueux, apocalyptique du l iv re. 1 7 9 Le "style-gentleman", de toute evidence, n'admet pas le meme type de vocabulaire que celui de Celine. II y a rupture du code stylistique definissant la nature de I'objet litteraire. Gabriel de La Rochefoucauld suggere une explication de ce bouleversement qu'il condamne: La mode des gros mots goutes date de la guerre, d'un bouleversement moral des classes qui a fait triompher le nombre. Les manieres populaires progressent chaque jour un peu plus. 1 so Le monde n'est plus ce qu'il etait! Bidou dans le Journal des debats ne peut pas accepter ce relachement de la morale: "Je n'ai rien a dire de cet ouvrage, infecte 1 7 8 jbjd. 1 7 9 Pierre Audiat. "Le prix Theophraste Renaudot. Voyage au bout de la nuit" L'Europeen 16 decembre 1932: 8. "ISO Gabriel de la Rochefoucauld. "Vulgarite" Journal des debats politiques et litteraires 2 avril 1933: 1. 54 d'immondices, et ou, chez I'amateur, j'ai peine a trouver un e c r i v a i n . " 1 8 1 En voulant condamner le style de Celine, il en revele un aspect essentiel: "L'ecriture de M. Celine est tenement mauvaise qu'elle devient une contre-ecriture, laquelle est encore un s t y l e . " 1 8 2 Le theme le plus constant de la critique de droite face a V B N et a sa langue est veritablement la grossierete du propos. Cela revient tres souvent. C e qui est refuse, c'est que le roman puisse s'evader des bonnes manieres: Toute cette histoire est contee en un style etrange, penible a I'oeil comme a I'oreille. Ces mots s'y agglutinent sans ordre ni raison. C e n'est ni le style parle, ni le style ecrit; mais un langage applique et encombre de grossieretes assez pesantes.183 Edmond Jaloux ajoute: "II faut bien admettre que les obscenites, les scatologies abondent par trop et viennent a exceder le l e c t e u r . " 1 8 4 C e qui implique une certaine definition (bourgeoise?) du lecteur. Pour la critique de gauche, bien sur, le cas est tout a fait different. Les grossieretes se transforment en qualite qui caracterisent le cri de Celine. Descaves, dans L'Avenir , explique que le style "achieve de donner a ce roman son caractere d'authentique ceuvre d ' a r t . " 1 8 5 II parle d'un langage " a p a c h e " 1 8 6 qui "n'est jamais monotone, et sa grossierete finit parprendre une sorte de grandeur epique, d'emouvant l y r i s m e . " 1 8 7 Le meme critique precise un peu plus bas, montrant bien, la position de la presse de gauche a propos de la grossierete du langage de Celine: On sent rapidement que M. Celine n'entend pas epater son lecteur ni le choquer; ses crudites, la bassesse meme de son heros precedent d'une veine trop naturelle pour qu'on puisse dresser une protestation au nom de la morale outragee.188 181 Henry Bidou. "Autour des prix" Journal des debats politiques et litteraire 15 decembre 1932: 3. 182 ibjd. 953. 183 Robert Bourget-Pailleron. "Les Prix litteraire" L'Opinion 17 decembre 1932: 12. 184 Edmond Jaloux. "Voyage au bout de la nuit" Les Nouvelles litteraires 10 decembre 1932: 3. 185 Pierre Descaves. "Voyage au bout de la nuit" L'Avenir de Paris 15 novembre 1932: 2. 186 ibjd. 187 Ibjd. 188 Ibjd. 55 C e langage particulier releve, pour la critique, d'une connaissance, d'un savoir ancestral. C'est ce que souligne Leon Daudet dans Candide: Ce livre n'est pas ecrit en argot, comme Ceux du trimard. le chef-d'oeuvre de Marc Stephane. II est ecrit en bagout parisien, langue a part, savante en ses profondeurs, dont les origines se perdent au-dela de Villon et du parler de la coquille. C'est un dialecte qui a roule, au cours des ages, dans "les plis sinueux" de la vieille capitale, enrichi, ici, par les apports lyonnais, ou gascons, ou flamands, la, par les cocasseries des prisons, bagnes, compagnies de disciplines et autres. Les inversions latines y abondent. On y retrouve du compose de formes grecques, des salmigondis demeures syntaxiques, du rire franc et de la pest i lence. 1 ^ L'autre grande qualite, a part "la force que donne la langue a ce livre n e u f " 1 9 0 , peut se trouver dans la necessite du recours a un tel langage face aux conditions sociales dans lesquelles se trouve I'homme contemporain. Nous aborderons cette question plus loin, lorsque nous traiterons de la litterature comme reflet de la realite. Ce qu'il est interessant de noter immediatement, par contre, c'est I'auto-censure que le critique exerce sur lui-meme par rapport a la citation. Le critique fera souvent appel a des extraits pour appuyer un point particulier du livre qu'il analyse. Mais le langage de Celine etant ce qu'il est, il devient impossible de publier une citation non expurgee de son contenu scabreux. De la meme maniere que nous I'avions note auparavant a propos de la critique de droite et de gauche partageant les meme "valeurs" (pour formuler une evaluation sur les differents niveaux de langue utilises par Celine), la difficulty de citer ce roman peut entrer dans cette categorie. Andre Rousseaux, farouche adversaire de Celine, ecrit, a propos d'une citation: "Nous n'en retiendrons qu'un seul [passage] et encore nous faudra-t-il expurger la c i ta t i on . " 1 9 1 Descaves, que nous avons classe dans le courant de la "gauche critique", eprouve le meme besoin d'epargner certains 189 Leon Daudet. "L.-F. Celine: Voyage au bout de la nuit" Candide 22 decembre 1932: 6. 190 Georges Altman. "Le gout de la vie. Un livre neuf et fort: Voyage au bout de la nuit" Monde 29 octobre 1932: 7. 191 Andre Rousseaux. "Le cas Celine" Le Figaro 10 decembre 1932: 5. 56 episodes a ses lecteurs: II en est [des aventures de Bardamu] que la decence empeche non seulement de reproduire mais d'y faire meme la moindre allusion. Elles peuvent choquer; elles ne revoltent pas. Tout comme dans l'homme cohabitent le bon et le mauvais, le meilleur et I'execrable. 192 Descaves comprend et explique ce qui a pousse Celine a effectuer ce choix. Son attitude revele peut-etre ce qui separe les deux attitudes face au langage. Pour les uns, la langue de Celine va tout simplement contre le code etabli et elle ne saurait done etre reconnue comme appartenant a la litterature; pour les autres, la demarche du romancier Celine est valorisee grace a la rupture qu'elle provoque a regard de la norme. Notre deuxieme grand regroupement face a la prise de position de la critique s'etablit autour de la vision du monde que Bardamu confere a son voyage. Dans cette partie nous allons traiter des raisons pour lesquelles la critique "conservatrice" rejette V B N . C'est dans la partie suivante que Ton trouvera, de la part de la critique de gauche, une reponse a ces attaques. La critique de droite pense globalement que V B N , a cause de son pessimisme excessif, ne correspond a aucune realite, alors qu'a gauche on pense le contraire. Dans les deux cas, le debat tourne autour de deux idees centrales: la litterature est une representation realiste qui doit etre reliee a la theorie des genres (realiste ou pamphletaire); la litterature reconduit une vision de la nature de l'homme, vieux debat rousseauiste qui tente en vain de demontrer que la societe est une source de perversion de la nature humaine. La critique de "droite" et de "centre-droit" se situe autour du desespoir et du nihilisme du livre. Rousseaux en est un bon exemple. II explique pourquoi, selon lui, les "celinophiles" 1 9 3 trouvent de la valeur a V B N : Cette valeur tient a ce que ce livre affreux a de plus affreux, a son nihilisme total, a une anarchie qui ne laisse rien subsister de I'espoir 192 Pierre Descaves. "Voyage au bout de la nuit" L'Avenir de Paris 15 novembre 1932: 2. 193 Andre Rousseaux. "Le cas Celine" Le Figaro 10 decembre 1932: 5. 57 d'ordre qui est le but de toute vie d'homme, au-dedans de lui encore qu'en dehors.194 A cette dimension nihiliste se rattache celle de I'anarchisme: Ce qui doit les emouvoir [les "celinophiles"] le plus -plus que les invectives a I'armee, aux riches, a la societe capitaliste, invectives qui relevent en somme de I'anarchie banale- c'est la peinture faite par M. Celine de I'anarchie interieure.195 On voit le debat se cristalliser autour d'un probleme de valeur. C'est toujours Andre Rousseaux, mais dans Candide cette fois, qui I'exprime: A quoi peut-on encore croire? Lui, dit tranquillement: a bas tous! L'homme n'est plus alors qu'un §tre qui mange, qui boit, qui dort et qui fait le reste -car le reste tient une grande place dans le Voyage au bout de la nuit. 196 La description de Celine.est bien trop sommaire, Bardamu, trop revolte, ne possede pas de qualites auxquelles le lecteur peut s'identifier. C'est caracteristique chez Anthelme: On voit bien aussi que c'est une ceuvre extremement desobligeante et aussi on apercoit la maigreur des personnages et encore I'indignite de I'auteur, peut-etre.197 Bardamu n'est decidement pas recommandable: Nous ne sentons aucune sympathie pour ce personnage volontiers grassier, toujours cynique, pret a tout et poltron, honteusement poltron.198 C'est "le desespoir qu'il montre" qui "le jette dans des travers qui a beaucoup paraTtront impardonnables." 1 9 9 Car il faut nuancer notre propos avec des critiques de "centre-droit" qui trouvent des qualites a l'oeuvre. C'est le cas de Lapierre, dans Le Progres de Bordeaux , evoquant le mythe de la guerre que Bardamu aneantit: Toute la premiere partie, qui a trait a la guerre, est, quant au fond et a 194 Ibid, 195 Ibjd. 196 Andre Rousseaux. "L'homme du jour: M. L.-F. Celine" Candide 8 decembre 1932: 5. 197 Gilles Anthelme. "Ce voyage" La Presse 18 novembre 1932: 5. 198 ibid. 199 ib jd. 58 la discussion, d'une puissance qui n'avait jamais ete atteinte: c'est veritablement l'homme qui parle contre la guerre, l'homme qui defend sa peau contre le mythe de la guerre liberatrice.200 II faut bien reconnattre que I'une des critiques a regard de Bardamu, c'est sa volonte permanente de vouloir rejeter et repousser tout sentiment qui le ferait ressembler a un heros identifiable dans I'experience de lecture du critique, a un narrateur "romantique" souffrant "simplement" d'un spleen passager. Audiat, dans L'Europeen. parle de poesie, de romantisme et de ce manque d'amour: Le fond du livre n'est pas I'amertume, c'est la douleur. Et quelle douleur est sans amour? 201 II continue ainsi: Car dans ce livre atroce, la divine poesie, compagne du romantisme, n'est pas absente. C'est avec un instinct de poete que Celine exprime I'angoisse etemelle qui pese sur les hommes! 202 S'il doit y avoir des sentiments quelque part, ceux-ci ne sont pas exprimes par Bardamu. II y a une sensibilite, comme le note Gabriel de La Rochefoucauld, mais une sensibilite que Ton refuse: II y a de la sensibilite a revendre dans ce gros volume, mais une sensibilite qui est repoussee officiellement comme vaine, dangereuse, une sensibilite que Ton "rentre" chez elle a coup de pied.203 Bourget-Pailleron est d'accord avec cette facon de voir qui suppose qu'une critique sur la societe se doit d'etre complete si Ton veut etre credible. Sans personnage emouvant, Ton rate cet objectif: . S i I'auteur a voulu faire entendre une grande protestation contre la societe, je la trouve singulierement incomplete. Car il manque un element essentiel qui est la pitie. Jamais un personnage emouvant, rien que des monstres, des etres anormaux, aux passions bizarres. Un 200 Marcel Lapierre. "Ce que disent les livres. Voyage au bout de la nuit" Le Progres de Bordeaux et du Sud-Ouest 26 novembre 1932: 1. 201 Pierre Audiat. "Le prix Theophraste Renaudot. Voyage au bout de la nuit" L'Europeen 16 decembre 1932: 8. 202 Jbjd. 203 Gabriel de la Rochefoucauld. "Vulgarite" Journal des debats politiques et litteraires 2 avril 1933: 13. 59 musee des horreurs.204 Est-ce que la nature de l'homme peut etre ainsi decrite? Andre Rousseaux en doute: On deforme aussi bien l'homme a le simplifier arbitralrement par en bas qu'a I'embellir de fagon factice. La vraie beaute de l'homme, c'est sa complexity, toujours troublante, jamais resolue, mais consciente de son mystere. 2 0 5 Le livre de Celine n'est done pas realiste dans le sens de I'objectivite. Et s'il n'est pas objectif, c'est pour poursuivre un but revolutionnaire, en detruisant toute la beaute de l'homme. Mais I'erreur, selon Rousseaux, que commettent les revolutionnaires, c'est de vouloir changer l'homme pour fabriquer un monde nouveau. Cela les conduira a I'echec, car la vraie nature de l'homme, c'est I'egoi'sme, valeur qui fonde, peut-etre, le systeme capitaliste. La revolution est vouee a sa perte: La revolution se targue de changer l'homme. Mais elle arrive, quand les illusions dont elle I'a orne [l'homme] s'en sont allees, a le voir beaucoup plus miserable que les esprits qui ont place plus justement, du cote de la conscience, les possibtlites de la noblesse humaine.206 "C'est au contraire", selon Rousseaux, Tegoi'sme qui est naturel a l'homme comme a tout animal, chose que les revolutionnaires ignorent ou oublient." 2 0 7 C'est bien parce que Ton prete des intentions revolutionnaires au livre de Celine que la presse de droite se positionne sur le terrain ideologique politique et I'interprete de ce point de vue. Celine est fondamentalement pergu comme un ecrivain de gauche. Le debat va des lors logiquement porter sur la perception de la realite sociale ou historique. Bourget-Pailleron parle "d'une entreprise de deformation purement artificielle." 2 0 8 II ajoute qu' "a pousser le tableau trop au noir, Celine le rend irreel." 2 0 9 La guerre a 204 Robert Bourget-Pailleron. "Les Prix litteraires" L'Opinion 17 decembre 1932: 1. 205 Andre Rousseaux. "L'homme du jour: M. L-F. Celine" Candide 8 decembre 1932: 5. 206 ibjd. 207 jbjd. 208 Robert Bourget-Pailleron. "Les Prix litteraires" L'Opinion 17 decembre 1932: 12. 209 ibid. 60 toujours ete racontee par des temoignages d'anciens combattants. II y a une fictionalisation de la guerre dans V B N . mais la critique ne prend pas la distance necessaire, et elle lit prosai'quement la premiere partie du livre de Celine comme si elle pouvait avoir une valeur de verite historique. Bourget-Pailleron tombe dans ce piege: C'est a se demander comment la guerre a pu durer quatre ans dans de telles conditions. Le tableau qu'en fait I'auteur serait peut-etre valable, sauf retouches, pour 1917 ou 1918. II ne Test pas pour 1914.210 II y a, selon nous, confusion entre realisme et objectivite. La position sociale et la socialisation du critique lui font voir une autre realite, d'ou des declarations comme celle-ci: C'est un probleme de morale que pose a nos yeux ce livre excessif. II voit les choses tenement en noir qu'il est permis de se demander s'il n'y a pas chez lui un peu de systeme et de parti pris.211 C e probleme ethique, il faut le comprendre comme celui d'un journaliste a qui on reprocherait d'avoir manque a ses valeurs en ne faisant pas apparaftre dans son article les deux cotes du sujet traite. C'est pour cela que Henriot ecrit: "Quand on se pique d'etre realiste, il faut I'etre objectivement et tout dire, en bien comme en mal."212 On pense encore aux realistes de la fin du 19eme siecle qui allaient sur le terrain pour mener leur enquete sociale et la faire partager ensuite a un lecteur souvent etranger a la condition decrite. La critique conservatrice ne comprend pas, et n'accepte pas que Celine vienne enfreindre l'esthetique qui fonde le temoignage realiste du roman. Dans le camp de la critique favorable a V B N , c'est-a-dire celle qui est a gauche, I'existence meme du livre de Celine apparait comme une victoire sur la 210 Ibid. 211 Emile Henriot. "Sur un ecrivain pessimiste" Le Temps 19 decembre 1932: 1. 212 ibjd. 61 bourgeoisie, sur l'ordre etabli. C e n'est plus un livre mais un manifeste, ce n'est plus un recit mais un appel a la revolte et un signe de I'insurrection proletarienne qui ne saurait tarder a se produire. Bernanos est parmi ceux qui font cette lecture. Chretien pourtant fort eloigne des communistes, il partage avec ceux-ci la meme conclusion: la defaite de Celine au prix Goncourt est I'occasion d'un coup de semonce a rinstitution litteraire: M. Celine a rate le prix Goncourt. Tant mieux pour Celine. On ne verra done jamais -Dieu soit loue!- M. Celine couronne par M. Gaston Cherau, Maupassant de sous-prefecture, ni meme notre cher Dorgeles que nous croyons decidement passe a I'ennemi, c'est-a-dire aux dames du monde que Partir avait bouleversees.213 L'importance de la personnalite de Bernanos nous ferra nous arreter quelques instants sur I'ideologie qu'il represents dans notre corpus. Le courant Chretien avec Paul Claudel , Leon Bloy, Bourget ou Mauriac place l'homme au centre de ses valeurs. 214 n est important de mentionner egalement les debuts du mouvement existentialiste Chretien avec la piece de Gabriel Marcel, Homme de Dieu (1925), et, I'essai d'Henri Gheon, Compaanon Notre-Dame . paru en 1930. De plus, on redecouvre l'oeuvre de S. Kierkegaard dont on a traduit dix-sept titres entre 1929 et 1937. Le recit d'introspection philosophique prend naissance a cette epoque dans toutes ces sources et influences. 215 n est important de le noter car, comme il arrive souvent dans la reception critique de V B N , le soutien des Chretiens, ne s'explique pas de la meme fagon que celui des marxistes. Ce n'est pas le soulevement populaire des masses ouvrieres qui fait I'adhesion de Bernanos au livre de Celine, 213 Georges Bernanos. "Au bout de la nuit" Le Figaro 13 decembre 1932: 1. Georges Bernanos (1888-1948)" D'ascendance espagnole et lorraine du cote paternel, berrichonne du cote maternel, Bernanos regoit a sa naissance un heritage fait de fierte, de foi catholique, de gout des voyages. Des ses premieres correspondances avec I'abbe Lagrange les themes de l'enfance et de la mort y sont deja dominantes, et Bernanos s'y declare conscient d'une vocation de temoin lai'que de la foi. C'est egalement a 17 ans qu'il prend parti pour L'Action frangaise et devient monarchiste. En 1913, il dirige le journal nationaliste de Rouen L'avant-qarde de Normandie et y polemique contre Alain. La guerre le trouve dans les tranchees." Henri Lemaitre (Op.cit.) 96. 214 P.H. Simon. Histoire de la litterature frangaise du vinatieme siecle. Paris: Collin, 1965. 193. 215 Jean-Pierre Damour. L-F. Celine: Voyage au bout de la nuit. Paris: Presses Universitaires de France, 1985. 31. 62 mais un imperatif evangelique: M. Celine scandalise. A ceci, rien a dire, puisque Dieu I'a visiblement fait pour ga. Car il y a scandale et scandale. Le plus redoutable de tous, celui qui coute encore le plus de sang et de larmes a notre espece, c'est celui de masquer sa misere2i6. Le livre de Celine pose alors la seule question qui compte: Car enfin, meme sous la banniere de I'Ordre, il s'agit de s'entendre! Veut-on sauver les Miserables, ou veut-on seulement les reduire? 217 C'est cette prise de conscience gue le camp de I'ordre doit saisir avec le roman de Celine. Sinon, il devra faire face aux consequences.Trintizius, dans Europe , parle egalement de ce camp de I'ordre (celui du monde litteraire) qui n'est que conformisme et recettes etablies: Qu'on le veuille ou non, nous sommes arrives a une periode qu'on pourrait appeler d'academisme du roman. Les recettes sont connues, etiquetees, classees. Si ('intelligence se joint a I'ingeniosite, nous avons alors ce que les critiques jugent "une ceuvre remarquable" et qu'ils ont tort de tant remarquer.218 Le deuxieme type de victoire se trouve accompli lorsqu'on I'attribue non plus a I'institution mais a la classe bourgeoise qui empechait autrefois I'expression des travailleurs. Un court article anonyme de L'Humanite represente bien cet etat d'esprit: Tel quel, c'est un livre puissant et le jury Renaudot ne pouvait guere trouver mieux, en cette societe capitaliste qui etouffe tous les talents.219 Freville est un autre bon exemple, toujours dans L'Humanite: II y a des livres qui par leur son, leur puissance et leur couleur s'imposent a la critique bourgeoise, meme quand ils recelent des dangers pour I'ordre etabli. Le chef-d'oeuvre de Celine: Voyage au bout de la nuit est un de ces livres la.220 216 Georges Bernanos. "Au bout de la nuit" Le Figaro 13 decembre 1932:1. 217 ibid. 218 Rene Trintizius. "L.-F. Celine. Voyage au bout de la nuit" Europe 15 decembre 1932: 615. 219 "Le Prix Theophraste Renaudot revient a L-F. Celine" L'Humanite 9 decembre 1932: 4. 220 Jean Freville. "Voyage au bout de la nuit" L'Humanite 19 decembre 1932: 5. 63 II finit son article en faisant tres clairement allusion a la Revolution d'octobre 1917; la reference a Germinal de Zola n'est pas moins evidente: Si I'ignominie et la fange du capitalisme nous etouffent, de toutes parts monte deja la germination puissante des forces proletariennes. le Vovaae au bout de la nuit nous mene a I'aube d'octobre.221 Pour Levi-Strauss, V B N est un manifeste. II y voit une declaration publique exposant une doctrine, un programme d'action vers la liberation: Le Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Celine est sans doute l'oeuvre la plus considerable publiee depuis dix ans, a la fois par sa valeur profonde, et par la formule volontairement outranciere et agressive qui lui donne une allure de manifeste, et de manifeste liberateur.222 Si , comme nous I'avons deja vu dans I'appreciation de la critique de droite, le nihilisme mele de grossieretes scatologiques enleve toute valeur litteraire a V B N , dans le camp oppose, on y voit au contraire une source de verite, de generosite qui represents fidelement la realite de 1932. Descaves I'ecrit: "La generosite de L.-F. Celine se traduit sur le ton triste d'un homme qui a desespere de son temps." 2 2 3 Cette generosite, opposee a I'egoi'sme de Rousseaux, permet a la critique de faire le lien avec la realite. Descaves continue en ces termes: II y a dans Voyage au bout de la nuit un ruissellement continu d'images d'une audace, d'une vie et, ayons le courage de I'ecrire, d'une verite surprenante. 2 2 4 Dans cette surprise revelatrice d'une autre realite, nous reconnaissons le concept jaussien de I'aisthesis "comme conscience saisissant la possibility de renouveler sa perception du monde" 2 2 5 Bien sur, cette ouverture n'est pas actualisee par la critique de droite, qui ne voit dans V B N qu'un anti-style a mepriser. Nous pensons que, dans le cas de Celine, "les groupes interpretatifs" formant, a I'epoque, "le 221 ibid. 2 2 2 Claude Levi-Strauss. "Voyage au bout de la nuit" L'Etudiant socialists. No 4. Janvier 1933: 1. 2 2 3 Pierre Descaves. "Voyage au bout de la nuit" L'Avenirde Paris 15 novembre 1932: 2. 224 jbid. 225 jauss 130. 64 monde de la litterature" en France n'ont jamais reussi, c'est le moins que Ton puisse dire, a trouver un consensus suffisamment large pour qu'un jugement de portee generale sur I'ceuvre de Celine soit diffuse.C'est peut-etre encore le cas aujourd'hui. C e consensus, s'il etait etabli, permettrait de construire ce que nous appelons la portee classique de I'ceuvre. La critique va utiliser le langage de Celine comme etant a la fois la preuve de la vraie vie, de la revolte contre I'institution, et de la montee du role historique du peuple. Cette citation provient de I'article de Trintzius dans Europe: Quand on a des choses si importantes a reveler, "la langue de Voltaire" ne suffit plus. Le Dr Celine cherche la langue du Dr. Celine ou plutot non, il ne la cherche pas. Du fond du peuple un torrent boueux monte a son secours. Tous les mots plus vrais que la vie, laisses pour compte par les stylistes -qui n'ont jamais su ce qu'etait le style- et qu'on avait respectueusement enterres, toutes les tournures ou le peuple a jete sa joie ou son agonie, le tout mele de grammaire et de correction et de lettres quand il le faut, car en definitive, pourquoi ces grandes dames ne rendraient-elles pas quelques humbles services? 2 2 6 Bernanos n'en doute pas. V B N ,c'est la verite: Pour nous la question n'est pas de savoir si la peinture de M. Celine est atroce, nous demandons si elle est vraie. Elle Test. Et plus vraie encore que la peinture, ce langage inou'i fait pour exprimer ce que les miserables ne sauront jamais exprimer.227 V B N est done le reflet de la realite. II devoile une condition sociale. Bataille trouve ici la fonction de la litterature: La misere n'est pas seulement souffrance: elle est a la base d'un grand nombre de formes humaines dont la litterature a pour fonction de signifier la valeur .228 II voit done V B N comme la voix des exclus: Ce qui isole Vovaae au bout de la nuit et lui donne sa signification humaine, c'est I'echange de vie pratique avec ceux que la misere 226 Rene Trintzius. "L.-F. Celine. Voyage au bout de la nuit" Europe 15 decembre 1932: 615. 227 Georges Bernanos. "Au bout de la nuit" Le Figaro 13 decembre 1932: 1. 228 Georges Bataille. "L.-F. Celine: Voyage au bout de la nuit" La Critique sociale. No 7, Janvier 1933: 47. 65 rejette hors de rhumanite.229 A I'interieur de ce que nous avons appele le "centre-gauche", qui porte un jugement globalement favorable mais avec I'expression de quelques reserves, nous avons regroupe deux positions qui pourraient paraTtre d'une extreme curiosite aux yeux d'un specialiste en sciences politiques. Effectivement, selon la grille que nous avons choisie pour classifier ideologiquement la critique, nous avons reuni a la fois les pro-revolutionnaires communistes et Leon Daudet qui, a lui seul dans notre echantillon, represents I'extreme droite. Bien que les extremes se rejoignent souvent, nous allons presenter ici ce qui les separe dans leur jugement face a V B N . L'un des paradoxes que nous apercevons dans la reception du livre de Celine repose sur le fait que la critique de droite le percoit comme un livre qui, par le fond et la forme, s'apparenterait plutot a une ideologie de gauche, voire revolutionnaire. Nous avons indique, dans les paragraphes precedents, I'essentiel des raisons qui ont pousse ces critiques a un tel jugement. Nous pourrions ici les resumer generalement en disant qu'un ecrivain qui brise avec une telle intensite les codes du roman ne peut que tres difficilement etre classifie parmi les tenants de I'institution litteraire. Mais, lorsque Ton se positionne du cote de la critique de gauche, celle qui devrait normalement accueillir a bras ouverts une telle rupture du code, on s'apercoit qu'apres une premiere vague de critiques positives, Celine n'est pas mieux accepte. C'est apparent chez Nizan, Freville et Levi-Strauss, qui sont unanimes. Levi-Strauss declare "qu'il serait sans doute abusif de pretendre faire de L.-F. Celine un des notres." 2 3 0 Pourquoi? Parce que, comme le dit Freville: "II ne voit pas le proletariat, force neuve, classe revolutionnaire saisissant des mains defaillantes de la bourgeoisie le flambeau de la civilisation." 2 3 1 Freville ajoute: Tout ce que nous , les revolutionnaires, nous venerons et recherchons, tout ce qui fait battre nos coeurs a coups precipites, 2 2 9 ibid. 230 Claude Levi-Strauss. "Vovaae au bout de la nuit" L'etudiant socialiste. No 4. Janvier 1933: 13. 231 Jean Freville. "Voyage au bout de la nuit" L'Humanite 19 decembre 1932: 5. 66 ramour de la classe ouvriere, la fievre de la lutte, la fraternite des camarades, les combats fulgurants menes par le proletariat pour la liberation des hommes, Celine y demeure etranger .232 Alors ce non-engagement ideologique de Celine peut I'emmener n'importe ou selon les communistes. C'est ce qu'affirme Paul Nizan dans L'Humanite: Cette revolte pure peut le mener n'importe ou: parmi nous, contre nous, ou nulle part. II lui manque la revolution, I'explication vraie des miseres qu'il denonce .233 Lorsqu'on est un tant soit peu renseigne sur la vie de Celine, particulierement sa vie pendant la Deuxieme Guerre mondiale et I'Occupation en France, on ne peut s'empecher d'avoir une lecture differente et attentive a la conclusion qu'apporte Leon Daudet a sa critique du V B N : Nous vivons, comme au 16eme siecle, et plus peut-etre que sous la revolution, en un temps de trouble general, ou tout est remis en question. Mais, pour que les choses reviennent en ordre, il faut qu'elles soient allees au bout du desordre -plus exactement "de la nuit"- afin que le jour et la hierarchie les recuperent, fremissantes encore de leur emancipation. Ce qui est fade et moyen ou mediocre, est stagnant. C e qui est fort, meme s'il est purulent, tend vers I'emancipation et l'air libre. Je ne crains que les zones intermediaires.234 Ne peut-on pas voir germer le message extremiste et conservateur dans de tels propos? Ce qui est fort et purulent va apparaitre bientot sur la scene politique francaise avec, par exemple, la montee de la droite antiparlementaire et I'avenement de Petain. Victor Molitor, dans Les Cahiers luxembourgeois , a realise une interview de Celine a I'occasion de la sortie de V B N . La encore, a la lumiere des evenements historiques que nous connaissons, nous pouvons interpreter les propos de Celine comme etant lucides sur la nature de l'homme: - La guerre semble vous hanter encore, M.Celine, vous en avez donne une description d'une lugubre magnificence; il y a comme une atmosphere a la Barbusse. - Les foules sont dangereuses et les folies collectives im menses. 232 Ibid. 233 Paul Nizan. "L.-F. Celine : Voyage au bout de la nuit" L'Humanite 9 decembre 1932: 4. 234 Leon Daudet. "L.-F. Celine: Voyage au bout de la nuit" Candide 22 decembre: 6. 67 L'homme est un singe avec un instinct destructeur formidable.235 Le 31 janvier 1933, Hitler arrive democratiquement au pouvoir, c'est-a-dire trois mois apres la parution de V B N . Un autre paradoxe de l'histoire veut qu'Hitler, des son arrivee au pouvoir, ait interdit V B N en Allemagne 2 3 6 , preuve supplementaire que l'oeuvre de Celine est vue, percue comme decadente. Mais l'article de Daudet et les evenements de la Deuxieme Guerre mondiale auraient plutot tendance a montrer qu'il y a eu une erreur historique sur la premiere lecture de V B N . En novembre 1933, Aragon est l'un des premiers a trouver un ton antisemite dans V B N . 2 3 7 Rappelons toutefois que des avril 1933,. Goebbels avait deja impose un boycottage des magasins is rae l i tes . 2 3 8 La question juive est evidemment au centre du contexte historique, et c'est peut-etre avec cette nouvelle perspective que se produit une deuxieme lecture de VBN. II n'en faut pas plus pour mettre en evidence le role fondamental de revolution historique dans les nouvelles pistes de lecture de la litterature, ce qui expliquerait le silence quasi complet autour d'un antisemitisme eventuel de Celine dans le debat de la premiere reception de l'oeuvre. Nous avons vu dans ce chapitre qu'a partir de ce que Boudon appelle les effets de situation, on peut comprendre pourquoi l'oeuvre a ete soumise a des lectures diametralement opposees. Trois grandes questions ont divise la critique dans sa prise de position: la question du langage, erreur lamentable pour la droite, victoire ideologique pour la gauche; la vision du monde qu'offre V B N , irrealite et manque d'objectivite pour les conservateurs, denonciation enfin faite de la condition de I'homme proletarien des annees trente pour les progressistes; et finalement le debat autour du reflet de la realite dans la litterature a souleve la question de la veritable nature de l'homme: egoi'ste ou altruiste. Reste que la droite classifie par ces 235 Victor Molitor. "Chez Celine le sombre flagelleur de I'humanite" Les Cahiers du luxembourqeois. No 3, 1933: 36. 236 Almeras 133. 237 Ibjd. 139. 238 Journal des debats 2 avril 1933: 2. 68 jugements esthetiques l'oeuvre plutot a gauche, alors que la gauche revolutionnaire prend tres clairement ses distances. C'est ce qui nous a permis, a la lumiere d'un contexte historique elargi (celui de la Deuxieme Guerre mondiale), de montrer que la premiere lecture du V B N n'accorde aucune consideration a la question juive et peut etre aisement rattachee, a la lumiere de l'article de Daudet, a une extreme droite frangaise qui, "pareille au ver luisant sur I'engrais de la ferme" 2 3 9 > profite de la conjoncture historique pour se developper dans les annees suivantes. Nous nous rapprocherions ainsi de I'hypothese d'Yves Pages qui, dans son ouvrage Les Fictions du politique chez L.-F. Celine , montre le role joue par la Premiere Guerre mondiale dans la modification de la "labelisation" de l'espace politique, ce qui explique les raisons qui ont conduit a une erreur historique de classification i deo log ique . 2 4 0 II ne reste pas moins vrai qu'en considerant les ceuvres futures de Celine, par exemple ses pamphlets, la lecture de Daudet se revele tres certainement la plus judicieuse. Les Levi-Strauss ou les Nizan ont cru reconnattre l'un des leurs, alors qu'il apparaTt tres rapidement, avec par exemple le discours que prononce Celine en hommage a Zola24i, qu'il n'appartient politiquement, ni a la droite, ni aux mouvements de gauche. Mais la representation que se font les lecteurs de Celine, a I'exeption done de I'extreme droite, a ete de le classifier globalement a gauche jusqu'a son temoignage sur I'U.R.S.S. avec Mea culpa (1936). C'est a ce moment precis que Celine devient dans I'opinion publique un homme qui a percu I'echec du communisme grandeur nature. Cette idee est d'autant plus renforcee qu'il ecrit tout de suite apres son temoignage sur I'U.R.S.S. , son premier pamphlet antisemite qui ne peut plus etre confondu avec un texte de gauche. Mais pour un lecteur averti, 239 Leon Daudet. "L.-F. Celine: Voyage au bout de la nuit" Candide 22 decembre 1932: 6. 240 Yves Pages. Les Fictions du politique chez L.-F. Celine. Paris: Seuil, 1994. 127. 241 En 1933 Celine prononce un discourt en hommage a Zola ou il declare: "Or les gouvernements ont pris la longue habitude de leurs peuples sinistres, ils leur sont bien adaptes. lis redoutent dans leur psychologie tout changement. lis ne veulent connaTtre que le pantin, I'assassin sur commande, la victime sur mesure. Liberaux, Marxistes, Fascistes, ne sont d'accord que sur un seul point: des soldats! Et rien de plus et hen de moins." Lucien Combelle. Louis-Ferdinand Celine, le style contre les idees. Rabelais. Zola. Sartre et les autres. Paris: Editions Complexe. 1980. 112. 69 comme I'etait Daudet a l'epoque de la parution de V B N , il aparait evident que Celine appartient a cette meme tradition de pensee que Francois Richard, cinquante six ans plus tard, appellera I'anarchisme de droite. 2 4 2 Pour conclure cette deuxieme partie, mettons tout de suite en evidence un point important de notre recherche: comme nous I'avons vu, c'est a partir d'une tentative de raisonner selon une theorie des genres, que la critique confirme les trois dimensions que nous avons associees a tout jugement critique: la classification, la comparaison et la prise de position. Cette structure est totalement trans-ideologique. Quelles que soient les positions politiques des critiques qui s'opposent entre elles, le schema structurel sur lequel ils fondent leurs observations et leurs jugements ne varie pas. C'est pour cela que nous avons pense judicieux, dans le cas de la premiere reception du V B N , de parler d'une definition sociale de la critique, celle-ci tentant de situer I'ceuvre a partir du positionnement essentiellement socio-politique du lecteur. Cet effort se base toujours sur les memes mecanismes, a savoir les trois dimensions de notre analyse. Nous esperons avoir montre que malgre les antagonismes politiques et ideologiques, la nature meme du role du critique ne varie pas selon son influence et sa coloration politique. S a fonction reste en derniere instance une faoon de jauger I'ceuvre face aux criteres implicites et explicites qui forment la definition du roman, definition issue des valeurs inherentes a son experience de socialisation. Ce phenomeme est d'ailleurs conforme a ce que nous apprend Jauss: Cette precomprehension du lecteur inclut les attentes concretes correspondant a I'horizon de ses interets, desirs, besoins et experiences tels qu'ils sont determines par la societe et la classe a 2 4 2 Francois Richard. L'Anarchisme de droite dans la litterature contemporaine. Paris: Presses Universitaires de France, 1988. II est a noter que des la parution de L'Eglisequi a ete ecrit en 1925 mais publie seulement en 1936,1'antisemitisme de Celine ressort nettement. Celine n'est pas devenu antisemite apres la parution de Mea culpa, mais il I'etait depuis le debut de sa carriere d'ecrivain. II est important de le souligner car cela renforce la position de Richard qui montre que Celine a toujours ete un anarchiste de droite comme Daudet. Cela confirme I'opportunisme de Celine qui, possedant des relations dans le milieu intellectuel de gauche, en a profite pour se faire connaTtre. 70 laquelle il appartient aussi bien que par son histoire individuelle.243 S'il est vrai que I'ideologie reste une source d'antagonismes et d'oppositions, il n'en demeure pas moins vrai que les mecanismes de fonctionnement du role du critique generent, a I'inverse, des poles de rassemblement et de convergence. C'est bien cette double dynamique, jouant dans sa coherence paradoxale, qui aboutit aux lectures etonnantes de VBN. Conclusion La premiere des conclusions que Ton peut tirer de cette recherche est incontestablement la justesse du propos de Jauss, lorsqu'il nous fait remarquer que la litterature n'est pas seulement le produit ou le reflet d'une epoque, mais que "la fonction sociale par excellence de la litterature, [est] sa fonction de creation sociale." 244 c e processus est particulierement evident dans le cas d'une rupture de I'horizon d'attente, comme nous le constatons avec V B N . Les vives polemiques ou les appuis passionnes qu'a suscites V B N prouvent ce caractere eminemment social de la litterature. Ce qui decoule logiquement de ce phenomene d'interaction sociale, c'est la derniere partie de la definition de la fonction sociale de la litterature selon Jauss: [La litterature] reagit sur [le] comportement social.245 Elle agit, comme nous I'avons vu, d'une maniere differente selon le type de socialisation que le lecteur possede. C'est la raison pour laquelle chacun a sa propre lecture tout en presumant qu'il pourra la faire partager a tous. C'est dans ce processus de reaction que le concept de I'aisthesis peut se reconnattre. 243 j auss 259. 244 Jauss 73. 245 jbjd 71 Effectivement, lorsqu'il s'agit, comme c'est le cas avec V B N . d'une rupture de I'horizon d'attente, le lecteur peut percevoir la possibility d'un renouvellement de sa vision du monde. Jauss cite le fameux exemple du proces de Madame Bovary dans les consequences morales qu'il presente. 246 Nous pourrions faire de meme avec V B N a propos, par exemple, du sentiment d'absurdite que fait naTtre chez le lecteur le recit de Bardamu, face a la guerre et a la boucherie qu'a ete le premier conflit mondial. En cela, on se trouve reellement en face du concept de I'aisthesis que decrit Jauss, puisque I'ethique et I'esthetique sont deux aspects inextricablement lies dans le processus de production creatrice des valeurs sociales. Mais est-ce que ce changement de la perception du monde que nous offre la litterature, est perceptible par tous immediatement? C'est ici que notre etude aura pu contribuer a formuler quelques questions precises en ce qui concerne le proces esthetique d'un texte aussi crucial que V B N dont I'audace novatrice a ete trop importante pour que ses premiers lecteurs puissent en accepter les enjeux inedits. Seul le temps a pu rehabiliter ce qui paraissait en premier lieu heretique et malhonnete. Voila ce qui attire notre attention sur I'importance de la situation historique dans son influence determinante des courants interpretatifs. Peut-on supposer que ceux qui ont refuse V B N lors de sa parution se sont amendes avec le temps, tout comme les critiques d'art n'ont pas su reconnaitre Van Gogh de son vivant? Ceci nous ramene encore a Jauss et a ce qui fait la veritable histoire de la litterature: la succession des differentes lectures que les publics ont faites d'une oeuvre au cours des ages. L'oeuvre en est modifiee par I'interpretation dont elle fait I'objet en rapport avec sa situation historique. C'est certainement le point essentiel qu'il faut retenir dans la definition de la nouveaute que nous donne Jauss: La nouveaute n'est done pas seulement une categorie esthetique. Elle n'est pas epuisee par des facteurs comme I'innovation, la surprise, la surenchere, le regroupement des elements, la distanciation, auxquels I'ecole formaliste accordait une importance exclusive. La nouveaute devient aussi une categorie historique lorsque I'analyse 246 Jauss 76-77. 72 diachronique de la litterature, poussee plus en avant, en vient a se demander quels sont les facteurs historiques qui font vraiment que la nouveaute d'un phenomene litteraire est reconnue comme neuve, dans quelle mesure cette nouveaute est deja perceptible au moment de l'histoire ou elle apparait, quelle prise de recul, quel cheminement, quel detour de I'intelligence a requis 1'assimilation de son contenu, et si dans le moment de sa pleine actualisation elle a exerce un effet assez puissant pour modifier les vues que Ton avait jusqu'alors sur les ceuvres anterieures, et par la les valeurs consacrees du passe litteraire .247 Ce n'est que par une etude diachronique que nous pourrions repondre a la question de savoir comment les premiers opposants de VBN I'ont finalement integre dans leur horizon d'attente. Pour ceux qui ont immediatement reconnu la valeur esthetique de VBN comme marquante pour la relecture des ceuvres precedentes, il semble qu'ils I'aient fait certainement pour de mauvaises raisons: ils ont vu dans Celine une valeur politique a teneur revolutionnaire. II ne reste pas moins vrai que la premiere reception de VBN nous a revele quelques paradoxes: tout d'abord le refus, aux deux extremes de notre echiquier politique, du caractere litteraire de VBN. Le meme phenomene a lieu a propos du terme roman: Levi-Strauss ou Edmond Jaloux sont d'accord, ce n'en est pas un! Face au langage, la encore nous observons un consensus pour le moins surprenant: les critiques de gauche (Descaves) ou de droite (Rousseaux) se refusent a citer textuellement VBN a cause du langage grossier qu'utilise Celine. Un autre point curieux de cette reception nous fait retrouver dans une meme categorie, celle du centre-gauche, a la fois Leon Daudet (nationaliste royaliste) et Levi-Strauss ou Nizan (communistes). Tous ces paradoxes s'expliquent. La litterature, selon la position ideologique que Ton adopte, peut representer aussi bien une qualite, vers laquelle tout auteur devrait tendre, qu'un defaut, de par le conservatisme du terme. Non, ce n'est pas un roman, profere la critique de droite, car VBN brise de trop nombreuses regies explicites ou implicites definissant le 247 j a Uss 67-68. 73 genre. Bien sur que V B N n'est pas un roman, pour la gauche, puisqu'il est un manifeste, un reflet des conditions de vie du proletariat. Parfois la langue de Voltaire n'est pas suffisante pour decrire cette realite cruelle. C'est dans cette adequation avec la realite que la critique de gauche voit la valeur du langage celinien. Mais ironiquement, comme la droite, elle n'ose pas donner des exemples non-censures de cette richesse de vocabulaire. Le dernier paradoxe est peut-etre le plus revelateur de la realite que met en ceuvre I'experience esthetique. Comment deux ideologies aussi eloignees peuvent-elles se retrouver si proches dans revaluation esthetique de V B N ? Car, si Ton pose I'hypothese selon laquelle la rupture du code diegetique est une caracteristique ideologiquement progressiste, alors Daudet possede a la fois une vision politique conservatrice et une vision esthetique progressiste. Comment cela est-il possible? Daudet voit dans le texte de Celine, la possibility d'une prise de conscience de I'etat reel de la societe republicaine. Devant ce constat, il faut done changer de regime. En effet, il effectue la meme operation mentale que les communistes avec une finality de systeme politique different. Comme nous pouvons le constater, V B N a plonge au cceur des contradictions ideologiques des le moment de sa parution. II reste encore pour les lecteurs actuels le signe lisible de ces conflits dates. Les lectures paradoxa ls que nous avons retracees devoilent leur caractere a la fois incontournable et etonnant. C'est ainsi qu'elles rejoignent sans doute la nature de l'oeuvre et qu'elles nous permettent aujourd'hui, quelque soixante-cinq ans apres le fait, de mieux nous rendre compte de I'importance de ce roman et de sa portee historique. Le recit de Bardamu n'est-il pas, en effet, I'une des ruptures essentielles d'ou devait sortir le roman du XXeme siecle tel que nous le lisons? Les paradoxes celiniens sont aussi devenus la source obscurcie de I'anti-litterature narrative si caracteristique de la modernite epanouie entre I'absurde et I'angoisse, entre la revolte et la subjectivity. 74 CORPUS 1932. Altman, Georges. "Le gout de la vie. Un livre neuf et fort: Voyage au bout de la nuit." Monde 29 octobre 1932: 7. Altman, Georges. "Les 'Goncourt' avaient un grand livre, ils ne I'ont pas choisi... Rencontre avec L.-F. Celine medecin et auteur de Voyage au bout de la nuit" Monde 10 decembre 1932: 8-9. Anthelme, Gilles. "Ce voyage." La Presse 18 Novembre 1932: 5. Audiat, Pierre. "Le prix Theophrastre Renaudot. Voyage au bout de la nuit." L 'Europeen 16 decembre 1932: 8. Bernanos, Georges. "Au bout de la nuit." Le Figaro 13 Decembre 1932: 1. Bidou, Henry. "Autour des prix." Journal des debats politiques et litteraires 9 decembre 1932: 3. Bidou, Henry. "Le mouvement litteraire." Revue de Paris 15 decembre 1932: 3. Bourget-Pailleron, Robert. "Les prix litteraires." L'Opinion 17 decembre 1932: 12. Bourniquel, Paul. "Rabelais hypoconde." La Depeche de Toulouse 29 decembre 1932: 1. Bromberger, Merry. "Le prix Theophraste Renaudot. Le docteur X... alias M. Celine. Une interview dans une clinique." L'lntransigeant 8 decembre 1932: 1. Daudet, Leon. "L.-F. Celine: Vovaae au bout de la nuit." Candide 22 decembre 1932: 6. Descaves, Max. "Le Dr. Georges Duhamel, Goncourt sous un pseudonyme en 1918 ; aurait-il un emule tout a I'heure?" L'Action quotidienne 7 decembre 1932: 2. Descaves, Pierre. "Vovaae au bout de la nuit." L'Avenir de Paris 15 novembre 1932 2. Fernandez, Ramon. "Vovaae au bout de la nuit. p a r L - F . Celine." Marianne 16 novembre 1932: 4. Freville, Jean "Vovaae au bout de la nuit." L'Humanite 19 decembre 1932: 5. Henriot, Emile. "Sur un ecrivain pessimiste." Le Temps 19 decembre 1932:1. 75 Jaloux, Edmond. "Voyage au bout de la nuit." Les Nouvelles litteraires 10 decembre 1932: 3. Lapierre, Marcel. "Ce que disent les livres. Vovaae au bout de la nuit." Le Progres deBordeaux et du Sud-Quest 26 Novembre 1932: 1. Launey, Pierre-Jean. "L.-F. Celine le revolte." Paris-soir 10 Novembre 1932: 8. "Le prix Theophraste Renaudot revient a L.-F. Celine." L'Humanite 9 decembre 1932: 4. Nizan, Paul. "L.-F. Celine: Voyage au bout de la nuit" L'Humanite 9 decembre 1932: 4. Plisnier, Charles. "Les idees et les livres. Vovage au bout de la nuit. par L.-F. Celine." Le Rouge et le noir 23 novembre 1932: 4. Rousseaux, Andre. "L'homme du jour: M. L.-F. Celine." Candide 8 decembre 1932: 5. Rousseaux, Andre. "Le cas Celine." Le Figaro 10 decembre 1932: 5. Therive, Andre. "Les livres." Le Temps 24 novembre 1932: 3. Trintizius, Rene. "L.-F. Celine. Voyage au bout de la nuit." Europe 15 decembre 1932: 15. Vialar, Paul. "L'histoire extraordinaire de L.-F. Celine." Les Annates politiques et litteraires 9 decembre 1932: 5. 1933 . Audiat, Pierre. "L'actualite litteraire. Apres la moisson." La Revue de France 15 janvier 1933: 27. Bataille, Georges. "L.-F. Celine: Vovage au bout de la nuit." La Critique sociale. No 7, janvier 1933: 47. Bourdet, Maurice. "Vovage au bout de la nuit. par L.-F. Celine." Le Miroir du monde 21 janvier 1933: 3. Levi-Strauss, Claude. "Vovage au bout de la nuit." L'Etudiant socialiste. No 4, janvier 1933: 13. La Rochefoucauld Gabriel de. "Vulgarite." Journal des debats politiques et litteraires 2avri l 1933: 1. Molitor, Victor. "Chez Celine le sombre flagelleur de I'humanite." Les Cahiers du 76 luxembouraeois , No 3, 1933: 336. Regnier, Henri de. "Vovaae au bout de la nuit. par L - F . Celine." Le Figaro 3 Janvier 1933: 5. Thibaudet, Albert. "De Magny a Drouant." Le Reveil de la Marne 27 Janvier 1933: 1. 77 BIBLIOGRAPHIE Almeras, Philippe. Celine. Entre haine et passion. Paris: Robert Laffont, 1994. Ardvisson, Karl-Anders. Henry Poulaille et la litterature proletarienne frangaise des annees trente. Paris: Jean Touzot, 1988. Barbusse, Henri. Le Feu. Paris: Flammarion, 1916. Bellosta, Marie-Christine. Celine ou l'art de la contradiction. Paris: Presses Universitaires de France, 1990. Benoit, Pierre. L'Atlantide. Paris: Albin Michel, 1919. Pierre Benoit temoin de son temps. Actes du colloques de l'association des ecrivains de langue frangaise. Directeur Edmond Jouve, Paris: Albin Michel, 1991. Boudon, Raymond. L'ldeologie. Paris: Fayard, 1986. Boudon, Raymond. Le Juste et le Vrai. Paris: Fayard, 1995. Braunschvig, Marcel. La litterature contemporaine de 1850 a nos jours. Paris: Colin, 1931. Combelle, Lucien. Louis-Ferdinand Celine. Le style contre les idees. Rabealis. Zola. Sartre et les autres. Paris: edition Complexe, 1980. Dabit, Eugene. L'Hotel du Nord. Paris: Fayard, 1929. Damour, Jean-Pierre. L - F . Celine: Vovaae au bout de la nuit. Paris: Presses Universitaires de France, 1985. Dauphin, Jean-Pierre. Bibliographie des ecrits de Louis-Ferdinand Celine. Paris: Bibliotheque de litterature frangaise contemporaine de I'universite Paris Vl l , 1965. Demougin, Jacques. Dictionnaire de la litterature frangaise et francophone. Paris: Larousse, 1987. Gide, Andre. Voyage au Congo. Paris: Gallimard, 1927. Jauss, H.R. Pour une esthetique de la reception. Paris: Gallimard, 1978. 78 Latin, Daniel. Le Voyage: roman de la subversion et subversion du roman. Bruxelles: Presses Universitaires, 1988. LemaTtre, Henry. Dictionnaire Bordas de la litterature frangaise. Paris: Bordas, 1994. Lyotard, Jean-Francois. L'lnhumain. causerie sur le temps. Paris: Collection Galile, 1988. Mac Orlan, Pierre. La Cavaliere Elsa. Paris: La nouvelle revue frangaise, 1921. Malraux, Andre. La Voie royale. Paris: Grasset, 1930. Mitterrand, Henri. Le Dictionnaire des grandes osuvres de la litterature frangaise. Paris: Le Robert, 1992. Pages, Yves. Les Fictions du politique chez L - F . Celine. Paris: Seuil, 1994. Richard, Frangois. L'anarchisme de droite dans la litterature contemporaine. Paris: Presses Universitaires de France, 1988. Robichiez.Jacques.Precis de litteratrure francaise du XXeme siecle. Paris: Presses Universitaires frangaise, 1985. Roussin, Philippe. "The logic of the reception of Celine's works in the thirties" Critical Essays on World Literature 1 (1989): 111-121. Simon, P.H. Histoire de la litterature frangaise et francophone. Paris: Larousse, 1987. Simon, P.H. Histoire de la litterature francaise du vintieme siecle. Paris: Collin, 1965. Wolf, Nelly. Le Peuple dans le roman francais de Zola a Celine. Paris: Presses Universitaires de France, 1990. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0087099/manifest

Comment

Related Items