UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Espaces orientaux dans le temps retrouvé de Marcel Proust Benalil, Mounia 1996

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-ubc_1996-0191.pdf [ 4.28MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0087098.json
JSON-LD: 831-1.0087098-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0087098-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0087098-rdf.json
Turtle: 831-1.0087098-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0087098-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0087098-source.json
Full Text
831-1.0087098-fulltext.txt
Citation
831-1.0087098.ris

Full Text

ESPACES ORIENTAUX DANS LE TEMPS RETROUVE DE MARCEL PROUST by MOUNIA BENALIL B.A., University Hassan II, 1992 D.E.A., University Mohammed V, 1993 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (Department of French) We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA MARCH 1996 © M o u n i a B e n a l i l , 1996 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department o, fmJc i-f The University of British Columbia Vancouver, Canada Date A ^ A Q 1 £ \QQ^_ DE-6 (2/88) RESUME Dans l a presente etude, je me propose d'examiner l a representation de 1'Orient dans Le Temps retrouve de Marcel Proust. Je considere " l e Paris de l a Guerre", "1'hotel de Jupien" et l a "matinee Guermantes" comme t r o i s espaces textuels ou s ' a r t i c u l e l e besoin proustien d'exotisme. Ces t r o i s espaces forment l e sujet de cette these. La creation de ces espaces est sous-tendue par une profonde inversion: inversion du Paris de l a Guerre en un Bagdad des Contes arabes, inversion de 1'hotel de Jupien en un harem o r i e n t a l et inversion de 1'hotel des Guermantes en un s e r a i l de promesse l i t t e r a i r e . L'inversion parcourt toute l a Recherche aussi bien dans ses aspects esthetiques que thematiques. La presente etude a un double but: d'une part, degager l'enonce o r i e n t a l i s t e t e l q u ' i l se presente a t r a v e r s l e s procedes d e s c r i p t i f s de l a narration; d'autre part, devoiler l e danger de toute representation romanesque qui s'eloigne de son p r i n c i p e d ' h i s t o r i c i t e . En e f f e t , l a representation de l'O r i e n t , dans Le Temps retrouve, est mythifiee pour etre l ' A i l l e u r s pittoresque recherche par l ' e c r i v a i n et pour appuyer l a theorie proustienne de 1'inversion qui se veut l o i d'ecriture et optique de lecture. L'approche u t i l i s e e repose sur deux principaux appuis theoriques: Edward Said et Roland Barthes. L'apport de Said nous permettra de contextualiser l'oeuvre de Proust dans l'espace de 1'orientalisme, l'apport de Barthes, de demonter l e jeu de l a mythification qui traverse l'oeuvre. L'orientalisme proustien est paradoxal dans l a mesure ou i l i n s c r i t l'Orient dans 1'Occident. Le paradoxe de cette i n s c r i p t i o n est qu'elle reste "prisonniere" de l'espace psychique du narrateur et du sujet proustien en general. 111 TABLE DE MATIERES RESUME i i TABLE DE MATIERES i i i DEDICACE i v INTRODUCTION 1 CHAPITRE PREMIER: Exotisme dans le temps et dans 'le Paris de l a guerre' 6 CHAPITRE DEUX: Proust peintre du vice: 1'hotel de Jupien: microcosme du 'Paris du vice' 22 1- Le voyage de Marcel en Orient le Paris/Bagdad des Contes arabes 23 2- 1'hotel de Jupien ou le harem du morcellement corporel: au-dela de 1'homosexualite 30 3- Charlus et l a fragmentation sexuelle comme quete i d e n t i t a i r e : aneantissement i d e n t i t a i r e ou l e devenir d'une identite polylogique 33 CHAPITRE TROIS: Volonte de l ' e c r i t u r e et subjectivity de 1'experience romanesque: Marcel, Maitre de son ' s e r a i l l i t t e r a i r e ' 47 1- Le temps en tant que tapis volant 48 Temps de l a memoire: sesame de souvenirs 53 3- Marcel en Sheherazade ou l a seduction de l a mort ... 58 CONCLUSION 65 BIBLIOGRAPHIE D'OUVRAGES CITES 71 i v DEDIDACE Je dedie cette these avec amour A ma famille bien-aimee au Maroc, Mes parents, Madame Fatima Hachad et Monsieur Abderahman Benali l Mes soeurs, Asmaa et Amal Mon frere, E l Mootassim Bi-Lah Mon cher oncle Dr. Mohammed Laabid A mes meilleurs professeurs au Maroc, Dr. Mohammed Said Sefiani Dr. Mohammed Ezroura Dr. Abdelkebir Khatibi dont mes e c r i t s se sont inspires A mes chers amis, Dr. Hicham Sebaii Dr. Abdesslem Faraj Shane Byron Mes cheres amies, Valerie Narayana et Donia Mounsef Au corps professoral du departement de frangais de 1'Universite de l a Colombie Britannique, Dr. Valerie Raoul et Dr. Ralph Sarkonak dont 1'amitie m'est un honneur. INTRODUCTION 2 Dans cette these i n t i t u l e e "Espaces orientaux dans Le Temps retrouve de Marcel Proust", je me propose d'etudier les implications de l a representation de 1'Orient. Le choix du Temps retrouve comme volume d'etude se j u s t i f i e par l a recurrence d'un nombre important de t r a i t s o r i e n t a l i s t e s et de mots orientaux 1 qui fondent l'espace de ce qu'on peut appeler "1'Orient proustien". En e f f e t , l'univers de l a Recherche semble p e t r i du monde o r i e n t a l . Les references fugaces et ep a r p i l l e e s a 1'Orient des Mille et une Nuits, qui caracterisent les premiers volumes 2 de l a Recherche, sont fortement appuyees dans Le Temps retrouve. Ces references ne vi s e n t pas seulement a nuancer l a r e a l i t e decadente de l a societe du 19eme s i e c l e representee par les Guermantes. E l l e s sont des modeles de lecture et d'ecriture a p a r t i r desquelles Proust traduit ses propres conceptions et re s t i t u e son propre ordre spatio-temporel. Dans l a presente etude, nous essayerons done d'ouvrir quelques apergus sur une question jusqu'ici peu exploree: Le Temps retrouve en tant que r e c i t o r i e n t a l i s t e . Ce t r a v a i l de recherche vise a degager l'enonce o r i e n t a l i s t e dans t r o i s instances textuelles du Temps retrouve: l e Paris de l a Premiere Guerre mondiale, 1'hotel de Jupien et l a matinee chez l a princesse de Guermantes. Ces t r o i s instances forment l e corpus de cette these. I l importe done d'analyser respectivement comment et pourquoi l e Paris de l a guerre se metamorphose en un "Bagdad i n v e r t i " des Mille et une Nuits, 1'hotel de Jupien se transforme en un "harem i n v e r t i " des Contes arabes et l e narrateur e c r i v a i n devient une "Sheherazade i n v e r t i e " des memes Contes et maitre de son " s e r a i l l i t t e r a i r e " . Aucune de ces t r o i s instances n'echapppe a 1'inversion, theme majeur de toute l a Recherche. Dans l e premier chapitre, i n t i t u l e "Exotisme dans l e temps et dans 'le Paris de l a guerre' ", i l s'agit d'analyser comment Proust presente l'avenement de l a guerre, f a i t marquant de toute l a Recherche. Or s i l a guerre peut, dans une certaine mesure, etre consideree comme une "inversion h i s t o r i q u e " qui a touche toute 1 Panni ces mots, citons les suivants: Orient. Mille et une Nuits. Sheheraaafle, Bagdad. calife. harem, serail. sgsame et turban. 2 Voir notamment: Du cote de chez Swann, A 1'ombre des jeunes filles en fleurs, Sodome et Gomorrhe et La Prisonniere. 3 l'humanite au debut du 2 0eme s i e c l e , e l l e est paradoxalement a l'origine de toute l a creation a r t i s t i q u e proustienne. Dans Le Temps retrouve, l'avenement de l a guerre a permis a Proust de creer un espace exotique ou 1'inversion est non seulement "l'o r d r e des choses", mais l a marque du regard decale de l ' e c r i v a i n sur l a r e a l i t e de l a v i e et de s o i . C'est sous l e spectacle des bombardements aeriens et du couvre-feu que Paris se metamorphose en une c i t e exotique ou l e s differences, l e s singular i t e s et les hierarchies s o c i a l e s s'entremelent comme dans un seul et grand monde: Paris ou Bagdad des Contes arabes. L'inversion radicale de tout l'espace geographique de Paris est, pour Proust, une condition necessaire pour peindre l a f i n d'un monde, et surtout aussi pour f a i r e entendre l a voix marginale de l'etrange et du p e r v e r t i . C'est dans 1'orientalite p i c t u r a l e de Paris que s'actualisent toutes les mutations de l a societe aristocratico-bourgeoise du 19eme s i e c l e que Proust d e c r i t , et vis-a-vis de laquelle i l se positionne. Dans l e deuxieme chapitre, i n t i t u l e "Proust peintre du v i c e : 1'hotel de Jupien: microcosme du 'Paris du v i c e ' ", i l s'agit d'examiner de plus pres l e s procedes de l a representation de l'Or i e n t s u i t e au voyage de Marcel en t e r r e d'Orient. Proust i n v e r t i t 1'hotel de Jupien pour en f a i r e un harem o r i e n t a l . Le "voyage metaphorique" de Marcel en Orient, et plus precisement au coeur de l'Orient (le harem), l'amene a confronter l a " r e a l i t e " exotique de l a vie orientale qui se resume dans l a vie du s e r a i l . L'amour (heterosexuel et/ou homosexuel), qui e s t l e r e s s o r t p r i n c i p a l du harem, se trouve, dans Le Temps retrouve, l'objet d'un profond renversement. Le harem o r i e n t a l est l e l i e u d'anomalies internes et de sexualites insoutenables. En f a i t , ce qui caracterise le harem o r i e n t a l de Jupien (dont Charlus est l e veri t a b l e maitre) est l a pratique du sado-masochisme qui revet aux yeux de Marcel, 1'orientaliste deguise en c a l i f e , l'aspect d'un spectacle de f o l i e , de cruaute et necessairement d ' A l t e r i t e . Le discours de Marcel sur l'Orient est un enonce qui s'eloigne de son principe de materialite historique et se reduit a l a " r e a l i t e " de l a vie sexuelle en Orient dans l'univers romanesque de Proust. Dans le troisieme chapitre, i n t i t u l e "Volonte de l ' e c r i t u r e et s u b j e c t i v i t y de 1'experience romanesque: Marcel, Maitre de son 4 ' s e r a i l l i t t e r a i r e ' " , i l s'agit de montrer l a modernite de Proust par 1'etude de l a chronologie et de 1'intertextualite en tant que preoccupations majeures du roman moderne. La temporalite proustienne s ' a r t i c u l e par l e b i a i s de l a retrospection et du "temps sensible" de l a memoire qui se presente en tant que refuge de l a mondanite. Or l'espace de l a memoire est, selon Proust, une sorte de "tapis volant" qui assure le voyage intermittent du sujet dans l'aventure du signe et du sens. La memoire est un "sesame" de sensations atemporelles dont 1'occurence produit une plethore de v i s i o n s profondes. Ses sensations fonctionnent comme un r e l a i s de 1'imagination dans son rapport a l a r e a l i t e . Pour Proust, l ' e c r i t u r e est l e seul espace ou peuvent se recuperer 1'ensemble des sensations involontaires. C'est un " s e r a i l l i n g u i s t i q u e " propre, une memoire retrouvee dans l a r e a l i t e du temps s u b j e c t i f . L'analogie entre l a memoire, le tapis volant et l e sesame rappelle l e monde des Mille et une Nuits dont l'apport intertextuel (tout comme c e l u i des Memoires de Saint-Simon) fut tres important pour l a mise en oeuvre de l a Recherche. Les Mille et une Nuits ont ete o f f e r t au narrateur, Marcel, par sa mere aussi bien dans l a traduction de Galland que dans c e l l e de Mardrus. Or c'est dans l a traduction de Galland que Marcel, enfant, l i t les Contes arabes. La mere du narrateur fut scandalisee par les "obscenites erotiques" du texte de 'Mardrus. Pourtant, aucune indication n'est donnee quant a l a version dans laquelle Marcel f a i t ses relectures des Contes. Le but de l a presente etude est de devoiler l e danger de l a representation romanesque de l'Orient en Europe surtout lorsqu'elle prend l ' e l a n d'un p l a i s i r dans 1'inversion et se t r a v e s t i t en discours mythique broui l l a n t et deformant toute attache materielle a l ' h i s t o i r e de l'Orient. En e f f e t , l a representation de l'Orient dans Le Temps retrouve, est l o i n d'etre l a simple formulation d'un ide a l imaginaire ou 1'expression d'une f a n t a i s i e o nirique. I l est a souligner que toute production esthetique ou l i t t e r a i r e obeit a des exigences historiques et socio-politiques. L'ecriture de 1'Autre (de 1'oriental) est non seulement entamee dans une perspective de "naissance" ou de "renaissance" a de nouveaux modes d'expression, mais aussi a de nouveaux ordres de discours n a r r a t i f s . 5 Le present t r a v a i l repose sur deux pr i n c i p a u x appuis theoriques: Roland Barthes et Edward Said. L'orientalisme est d e f i n i par Said dans les termes suivants: As the corporate i n s t i t u t i o n for dealing with the O r i e n t — d e a l i n g with i t by making statements about i t , authorizing views of i t , describing i t , by teaching i t , s e t t l i n g i t , r u l i n g over i t : i n short, Orientalism as a Western st y l e for dominating, restructuring, and having a u t h o r i t y over the O r i e n t . (Orientalism 3) A p a r t i r d'une contextualisation i n i t i a l e de l'oeuvre de Proust dans l'espace archival de 1'orientalisme, nous essayerons de montrer comment l a complexity historique de l'oeuvre est metonymique d'un rapport complexe avec 1'Orient. En plus, 1'Orient presente dans Le Temps retrouve et dans l a Recherche en general est 1'Orient proustien, c'est-a-dire 1'Orient l u , reve, e c r i t et modele (sans etre v i s i t e par l'auteur) selon les exigences de l ' e c r i v a i n . En termes barthesiens, c'est 1'Orient mythifie et penurise de sa densite materielle puisque " l e mythe a pour charge de fonder une intention historique en nature, une contingence en e t e r n i t e " , et "est constitue par l a deperdition de l a q u a l i t e historique des choses" (Barthes, Mythologies 229-230). Dans quel l e mesure done l a representation d'un a i l l e u r s exotique peut-elle n e u t r a l i s e r l e regard et l e point de vue de l ' e c r i v a i n ? Ou est-ce que toute a c t i v i t e n a r r a t i v e e s t necessairement un c o n f l i t de perspectives contradictoires aussi bien a r t i s t i q u e s qu'ideologiques? Pourquoi "changer de dictionnaire pour l i r e " (TR3 29) au dela du degre zero de l'ecriture? La reponse a ces questions, par le t r a v a i l de "mythologue" que nous entamons, nous permettra de d e f i n i r "1'orientalisme proustien". 3 Nous utiliserons les abreviations suivantes pour faire reference aux volumes de la Recherche: Du cote de chez Swann (CS), A 1'ombre des jeunes filles en fleurs (JF), Le Cote de Guermantes I (CGI), Sodome et Gomorrhe (SG), La Prisonniere (P) et Le Temps retrouve (TR). 6 CHAPITRE PREMIER EXOTISME DANS LE TEMPS ET DANS LE 'PARIS DE LA GUERRE' 7 Ce premier chapitre de these portera sur l'avenement de l a Premiere Guerre mondiale dans le monde romanesque du Temps retrouve. La guerre se presente non seulement comme l e cadre historique de ce dernier volume de l a Recherche, mais aussi comme l e cadre d'une r e e c r i t u r e imaginaire. E l l e e st non seulement une "cassure intervenue aux origines memes de l'oeuvre" (Vanoncini, "La guerre dans Le Temps retrouve" 145), mais un moment favorable de creation a r t i s t i q u e . En e f f e t , Proust depeint l a guerre comme un moment de paradoxes: un temps de misere et de creation . I c i i l s'agit de mettre l e point sur l a facon dont Proust depeint sa v i s i o n de Paris a l'epoque de l a guerre. C'est dire que l o i n d'etre vecu comme un pur bou1eversement, l'avenement de l a guerre est ce qui a permis a Proust de restructurer Paris en une c i t e exotique, et ce a travers une inversion radicale de tout l'espace geographique a i n s i que de l'ordre e t a b l i des choses. Sur l e plan de l a diegese, les pages inaugurales du Temps retrouve portent sur l e deuxieme retour de Marcel a Paris en 1916 apres des soins subis dans une maison de sante l o i n de Paris. D'une part, ce retour au Paris de l a Premiere Guerre mondiale e v e i l l e Marcel a une seri e de bouleversements occasiones par l a guerre, notamment un premier bouleversement mondain, un deuxieme s o c i a l et un troisieme au niveau des moeurs. La societe parisienne traverse de fort e s mutations. Pour Marcel, l e s nouvelles habitudes et l e s nouveaux costumes rappellent le Directoire. D'autre part, ce retour a Paris revet un aspect mythique: c'est l e retour vers un espace deja f a m i l i e r , mais eri meme temps rendu etrange par l e s metamorphoses successives que l u i f a i t subir l a guerre. L'avenement de l a guerre permet a Proust de dater Le Temps retrouve, c'est-a-dire de l'ancrer dans l a r e a l i t e historique des evenements socio-politiques qui ont bouleverse l a carte du monde au debut du s i e c l e . Or cet avenement qui "s'impose" au monde romanesque1 du roman proustien (puisqu'il vient du dehors) n'est pas 1 La guerre produit un bouleversement au sein meme de la representation romanesque. A peine sorti de la tradition du realisme, le roman du 19eme siecle precede a une mise en question de son pouvoir repr^sentationnel (surtout au niveau des valeurs). La crise de la representation s'inscrit principalement dans le cadre des changements que le roman du 19eme siecle a connus. Le probleme du referent linguistique etait au centre des debats critiques et litteraires de la fin du siecle. Or s i la crise de la representation a diachronise 1'etude du langage et problematise la verite du Mot, chez Proust cette crise est au niveau de la recherche d'un ordre de representation dont la fonction serait de restructurer en inversant l'ordre et le devenir des choses. L'inversion est diffuse dans toute la Recherche. Elle se presente comme 8 reporte t e l quel. La guerre ponctue l a temporalite atemporelle du roman tout en etant representee autrement. I l est v r a i que Proust constate les miseres nees de l a guerre; cependant, 1'introduction de l a guerre est marquee par une profonde i n v e r s i o n : Proust se distancie par rapport a l a r e a l i t e douleureuse de l a guerre pour en f a i r e un espace . i n e p u i s a b l e d'explorations, v o i r e meme un laboratoire de t r a v a i l imaginaire. La guerre t e l l e qu'elle s'annonce dans les premieres pages du Temps retrouve est a l a f o i s l a guerre qui a eu l i e u a un certa i n moment de l ' h i s t o i r e de l'humanite et aussi l a guerre vecue et e c r i t e par Proust. Une note de Pascal I f r i explique que "cet interet pour l a mode t r a h i t un detachement et un aveuglement c e r t a i n devant les r e a l i t e s de l a guerre nullement dementis par les nouvelles que regoit Marcel du front ou par les diverses reflexions sur l e t r i s t e sort du soldat" ("Les deux cotes des 'rivages de l a mort' " 3 4 ) . Le bouleversement mondain s'annonce done par l a metamorphose vestimentaire de l a societe parisienne representee par les femmes a turbans et aux tuniques egyptiennes. Selon Proust "des jeunes femmes a l l a i e n t tout l e jour coiffees de hauts turbans cylindriques comme aurait pu l ' e t r e une contemporaine de Mme T a l l i e n , par civisme, ayant des tuniques egyptiennes 2 droites, sombres, tres "guerre" 3, sur des jupes tres courtes; [...] e l l e s se paraient encore, non seulement de t o i l e t t e s 'floues', mais encore de bijoux evoquant les armees" (TR 30). La mode feminine est dominee par 1'element le modele iteratif du Temps retrouve pour ne pas dire un plaisir du texte, "fiction d'un individu qui abolirait en l u i les barrieres, les classes, les exclusions [...] qui melangerait tous les langages, fussent-ils reputes incompatibles" (Barthes, Le PLaisir du texte 9). 2 L'evocation de l'Egypte est importante a souligner. Bien que la revolution des Romantiques en France (1830) soit anterieure a l'ecriture de la Recherche, elle s'inscrit dans le cadre general des revolutions litteraires qui ont eu lieu au 19eme siecle. Pour la generation des Romantiques, la passion esthetique pour un monde archaique (tel que l'ancienne Rome ou l'Egypte antique) temoigne d'un besoin de s'amenager un ailleurs exotique afin de depasser les limites normatives de l'art classique. L'evocation de l'Egypte dans Le Temps retrouve n'exemplifie pas un trait romantique, mais laisse voir une trace d'egyptomanie qui a marqu6 l'histoire de l'art, particulierement a l'ere romantique. Le mouvement exprime la fascination qu'a toujours exercee l'Egypte ancienne surtout, et dont les racines puisent dans l'epoque romaine. 3 Guer est le nom de l'etrangete et de l'alterite. En hebreu, 'guer' veut dire 'etranger'. Ce terme signifie "litteralement 'celui qui est venu habiter [avec vous]' ou 'resident', et recouvre l'idee de 'converti' " (Kristeva, Etrangers a nous memes 100). L'etrangete des femmes a turbans est choquante, mais 1'assimilation en attenue l'horreur. La cite exotique de Proust est necessairement faite de guer(re)s. 9 o r i e n t a l . Les t o i l e t t e s et ornements feminins sont des hieroglyph.es a dechi f f r e r . En e f f e t , l ' i n t e r e t porte a l a mode trad u i t l e besoin du pittoresque face a l a r e a l i t e l a i d e de l a guerre. Pour les Parisien (ne) s, l a mode est " l e fe t i c h e " des a r t i s t e s de 1916. La recherche d'un nouveau systeme de mode de l a part des couturiers est une preoccupation majeure a l'epoque de l a guerre: A i n s i f a i s a i e n t en 1916 l e s coutur i e r s qui d ' a i l l e u r s , avec une orgueilleuse conscience d' a r t i s t e s , avouaient que chercher du nouveau, s'ecarter de l a banalite [...] degager pour les generations d'apres l a guerre une formule nouvelle du beau, t e l l e e t a i t 1'ambition qui les tburmentait [...] [et] ou effacer par une note lumineuse et gaie les lourdes t r i s t e s s e s de l'heure, semble etre l e mot d'ordre, avec l a d i s c r e t i o n t o u t e f o i s qu'imposent l e s circonstances. (TR 30-31) L'ensemble de ces creations a r t i s t i q u e s au niveau de l a mode est concretise dans l'espace du Louvre ou "on pouvait etre sur q u ' i l s'agissait d'une exposition non de tableaux, mais de robes, de robes destinees d ' a i l l e u r s a 'ces d e l i c a t e s j o i e s d'art dont l e s Parisiennes etaient depuis trop longtemps sevrees' " (TR 30). Pour Proust et son narrateur Marcel, l a mode est un systeme li n g u i s t i q u e qui t r a d u i t les mutations de toute une societe. Les exemples c i t e s nous l a i s s e n t v o i r Proust comme un h i s t o r i e n de l a societe du 2 0eme s i e c l e , un jo u r n a l i s t e de mode qui emploie l e langage mondain pour decrire 1 ' i n s t a b i l i t y de l a societe. Or l a transformation du costume est analogue au changement des opinions sur des questions t e l l e s que l e dreyfusisme. Ces changements heurtent Marcel dont l a position est tres ambivalence: i l est a l a f o i s fascine par l a f r i v o l i t e (mondanite) de son temps et attache aux valeurs d'une recherche encore a venir ou qui peut naitre de l a reminiscence; i l est t i r a i l l e entre l e moi mondain et l e moi ecrivain. Claude Jacot explique que : Sans doute Proust a - t - i l eprouve plus qu'aucun autre e c r i v a i n et de fagon t r e s intime un sentiment de ravissement mele de desenchantement au spectacle des trahisons mondaines qui font penser aux trah i s o n s du costume. Langage apparemment plus f r i v o l e que 1'autre, le costume d'une societe et de ses personnages est une trahison de tous les instants s i l'on n'oublie pas cette double s i g n i f i c a t i o n du mot ' t r a h i r ' q u i e s t de denoncer en d i s s i m u l a n t et inversement. Images de l a v i e de l'homme en so c i e t e et de son e s p r i t v e r s a t i l e , l e s evolutions de l a mode avaient de qui reten i r un e c r i v a i n d'une s e n s i b i l i t e aigiie, capable de trouver dans les gestes de credulite de l'homme des germes de deception, mais avec une h a b i l i t e qui f a i t songer a l a vie du costume, i l savait trouver aussi dans ces deceptions l e s images d'un espoir superieur q u ' i l exprimait en creant son oeuvre. ("La s i g n i f i c a t i o n du costume dans 'A la Recherche du temps perdu' " 391) Proust d e t a i l l e l a description du charme et du mystere de ces femmes a turbans: "ces dames a nouveaux chapeaux etaient des jeunes femmes venues on ne savait trop d'ou et qui etaient l a f l e u r de 1'elegance" (TR 32). Ce sont aussi des femmes detentrices du pouvoir seducteur de l a parole: "ces personnes nouvelles [...] n'offraient pas seulement a l a societe les divertissements de l a conversation p o l i t i q u e et de musique dans 1'intimite qui l u i convenaient; i l f a l l a i t encore que ce fussent e l l e s qui les o f f r i s s e n t " (TR 32). En plus, leur "invasion a i l e e 4 et jacassante emplissait Paris" (TR 32-33). Ces nouvelles dames a turban qui possedent l e pouvoir de l a parole (ne) sont (autres que) des Sheherazades venues de l o i n a Pari s . Leur presence est necessaire pour l a creation de l a c i t e exotique ou Proust fera derouler l e theatre des multiples inversions que subiront les personnages, l e narrateur et tout l'espace qui les reunit. Dans son a r t i c l e "Une idee de, recherche 5", Barthes souligne que dans l a Recherche en general " i l y a une pandemie de 1'inversion, du 4 Dans 1'ensemble de la Recherche, la reference aux oiseaux est assez frequente. Or l'analogie entre la femme et l'oiseau dans la description des femmes a turbans se rattache a toute cette difficulty deja ressentie par Marcel & formuler une verite stable sur le signe gomorrheen, et a 1'aspect illusoire de toute tentative de possession de la femme en general. "Pour Albertine", reflete Marcel, "je sentais que je n'apprendrais jamais rien [...]. Et que ce serait toujours ainsi, a moins que de la mettre en prison (mais on s'evade) jusqu'a la fin " (SG II 131). Pour Marcel, la femme est un etre de fuite et de nature instable: "la stabilite de nature que nous lui pretons n'est que fictive" (P 57). 5 I,'idee de recherche est aussi une idee imperiale du 19eme siecle. Jean-Pierre Leduc explique que: "des la fin des guerres napoloeonniennes, l'Orient devient aux yeux des uns le symbole des richesses, du luxe et des libertes, aux yeux des autres un veritable continent de mystere et de passion et nombreux furent des artistes, ecrivains ou peintres a faire leur "voyage pittoresque" ("L'orientalisme et la critique d'art sous le Second Empire" 234). On ne peut pas nier 1'attraction que l'Orient a toujours exercee dans l'histoire de l'art occidental, et surtout pour la generation des ecrivains et poetes du milieu du 19eme siecle. Dans les ecrits de Gautier, de Nerval et de Flaubert et de bien d'autres se trouve une 11 renversement. Le renversement est une l o i . Tout t r a i t est appelle a. se renverser, par un mouvement de rotation implacable" (37-38). La strategie de 1'inversion chez Proust est de v o i r toute chose a travers une autre. On v o i t Paris a travers l e s superpositions d'impressions et d'evocations que produit l a guerre chez Marcel a i n s i que chez d'autres personnages t e l s que Saint-Loup et Charlus. C'est toujours a travers une optique mediatisee (par les lectures de l'enfance surtout) que Proust nous l i v r e sa vi s i o n de Paris. En ce qui a t r a i t au bouleversement s o c i a l , l a guerre occasionne les mutations des differences couches sociales. Le corps s o c i a l s'eloigne d'une c l a i r e d i s t i n c t i o n entre ses niveaux hierarchiques (melange de bourgeoisie et d ' a r i s t o c r a t i e ) et l'echelle des valeurs sociales est ebranlee. Proust note l e declin de 1'aristocratie et 1'ascension de l a bourgeoisie representee par le luxe du Salon Verdurin: Le "salon" Verdurin, s ' i l continuait en e s p r i t et en v e r i t e , s ' e t a i t transports momentanement dans un des plus grands hotels de Paris [. . . ] et presque tous les jours, tous les gens les plus interessants, les plus varies, les femmes l e s plus elegantes de Paris, ravis de p r o f i t e r du luxe des Verdurin, qui avec leur fortune a l l a i t croissant a une epoque ou les plus riches se restreignaient faute de toucher leurs revenus. (TR 39-40) Mme Verdurin devient l a reine du Faubourg Saint-Germain et epouse le prince de Guermantes de meme que Mademoiselle de Saint-Loup epousera un obscur homme de l e t t r e s et n'assurera plus l a continuity du nom ari s t o c r a t i q u e des Guermantes. La societe noble proustienne est ass u j e t t i e aux hasards du Temps. Le systeme d'exclusion mondaine (systeme binaire) qui f a i t toute l a s p e c i f i c i t e des Guermantes n'opere plus. consistance au niveau de l a representation de 1'Orient, qui est non seulememt emblematique d'une fascination pour l'Orient, ma i s aussi d'un desir, voire un " d e f i " d'incorporation textuelle de l'element o r i e n t a l . Representer l'Orient est quasiment "le t i c " de l ' ^ c r i t u r e romanesque du 19erne si e c l e qui coincide avec l a colonisation de l'Orient. 1 2 Certes, l a po s i t i o n de Marcel face a ces changements reste ambivalente puisque sa s e n s i b i l i t e d ' a r t i s t e est une s e n s i b i l i t e perverse. En e f f e t , Proust veut a l l e r au-dela d'une "syntaxe d'hierarchie sociale" qui e t a b l i t les normes et sert de modele. Pour Proust, l a c r i t i q u e de l a bourgeoisie passe par l a remise en question de tout 1 ' e d i f i c e a r i s t o c r a t i c o - b o u r g e o i s et par 1' i n t e g r a t i o n des guer(re)s separe(e)s. Dans une terminologie barthesienne, l'on d i r a i t que c'est contre l a Doxa bourgeoise du 19eme s i e c l e que Proust s'insurge a f i n de f a i r e entendre l a voix de tout ce qui en f a i t s a i l l i e , c'est-a-dire l a voix de l'etrange et du perverti. Serge Gaubert l'explique a i n s i : L ' a r t i s t e [...] habite par l e souci d'echapper aux manoeuvres r e d u c t r i c e s , entre dans l a categorie des etres pervers. I l n'est pas exactement de ces hommes qui, confondus dans l a masse du peuple, restent p r i s o n n i e r s de l a nature, plutot de ceux qui ont ete re p r i s par e l l e . A ussi coupable [...] que l a femme adultere qui a succombe a son corps, aussi meprisable que ces etres inclassables qui ont prefere a une profession reconnue une a c t i v i t e d e l i c t u e u s e . {Proust ou le roman de la difference 75) Or l e bouleversement ou le relachement des moeurs instaure par la guerre est plus marquant que tous les autres bouleversements. La guerre e t a b l i t les echanges entre les hommes. C'est un ordre de valeurs chevaleresques purement masculines. L'heroisme t r a d u i t l a recherche d'un ideal de v i r i l i t e : " l a guerre [...] est [..] l e roman passionne des homosexuels, s ' i l s sont assez i n t e l l i g e n t s pour se forger des chimeres, pas assez pour savoir les percer a jour, reconnaitre leur o r i g i n e , se juger" (TR 52). Proust u t i l i s e un reseau de descriptions metaphoriques pour inverser Paris en une c i t e exotique de nouveaux gouts et p l a i s i r s corporels. Proust note les nouveaux gouts de Saint-Loup et de Charlus a l a venue de l a guerre. Ce sont des gouts portes majoritairement vers les Noirs et l e s Levantins. Saint-Loup a des gouts pour l e s Senegalais: " i l trouvait, chastement sans doute, a vivre a l a be l l e e t o i l e avec des Senegalais qui faisaient a tout instant l e s a c r i f i c e de l e u r v i e " (TR 50). Concernant Charlus, Proust souligne 1'evolution de sa germanophilie (TR 72), sa f o l i e pour l e s 1 3 "Marocains, [et] surtout des Anglo-Saxons en qui i l voyait comme des statues vivantes de Phidias" (TR 84). I l note egalement l e gout de Charlus pour les athletes de l a Grece ou les jeunes gens de Platon (TR 114). Ces guerriers sont l e symbole de l a v i r i l i t e philosophique et i n t e l l e c t u e l l e . D ' a i l l e u r s , "M. de Charlus et Saint-Loup [...], etaient devenus, a une generation d ' i n t e r v a l l e , des i n t e l l e c t u e l s que toute idee nouvelle interesse et des causeurs de qui aucun interrupteur ne peut obtenir l e sil e n c e " (TR 68). Proust souligne enfin l e gout de Charlus pour les Senegalais qui est un gout pour les Orientaux en general et le gout d'etre lui-meme odalisque 6. Ce n'est pas l a premiere f o i s que Proust deer i t les gouts et les comportements de Charlus comme etant feminins. Dans Sodome et Gomorrhe I, par exemple, et plus specifiquement dans l a part i e ou Marcel elabore ses reflexions sur les p a r t i c u l a r i t e s du comportement amoureux de Charlus, 1'homosexuality de c e l u i - c i est decrite comme une tendance feminine, pour ne pas dire que Charlus lui-meme devient une femme aux yeux de Marcel pour qui l e signe homosexuel reste encore a dechiffrer: "de plus", e c r i t Marcel: Je comprenais maintenant pourquoi tout a l'heure, quand je l'avais vu s o r t i r de chez Mme de V i l l e p a r i s i s , j'avais pu trouver que M. de Charlus avait l ' a i r d'une femme: e'en e t a i t une! I l appartenait a l a race de ces etres moins c o n t r a d i c t o i r e s q u ' i l s n'en ont l ' a i r , dont 1'ideal est v i r i l , justement parce que leur temperament est feminin, et qui sont dans l a vie p a r e i l s , en apparence seulement aux autres hommes. (SG 16) Le desir de l a part d'un homme d'etre femme est l e degre l e plus r a d i c a l de 1'inversion que l e texte proustien a c t u a l i s e . Le gout d'etre odalisque exprime un desir d'ouvrir l e corps a un niveau encore plus intense et plus d i v e r s i f i e de recherche de p l a i s i r s et ce, puisque le harem —espace de sensualite c o r p o r e l l e — transforme reunit une p l u r a l i t y de femmes. C'est dans l e Paris i n v e r t i graduellement en un Paris du vice que Proust d e c r i t l e relachement des moeurs. Paris devient 1'espace du s c r i p t i b l e : l'on n'y l i t pas l a guerre tout simplement, mais l a 6 Voir la page 116 du Temps retrouve'. I l est a souligner que 1'image de 1'odalisque ou femme de harem est une image assez frequente dans l'art pictural en Occident. A titr e d'exemple, je cite "La Grande Odalisque" d'Ingres, "The Nude Haja" de Goya et "Olympia" de Manet. 1 4 guerre, le vice et l a beaute. Proust superpose plusieurs espaces au Paris de l a guerre pour creer un remuement kaleidoscopique et mouvemente de Pa r i s . Le lecteur se trouve devant un theatre de superpositions diverses. I l y a t r o i s exemples cles qui montrent ce jeu de superposition. Dans l e premier exemple, l e Paris de l a guerre est presente comme l e Par i s de l ' o b s c u r i t e et des souvenirs l o i n t a i n s de 1'enfance: Paris e t a i t au moins dans certains quartiers encore plus noir que n'etait l e Combray de mon enfance. Les v i s i t e s qu'on se f a i s a i t prenait un a i r de v i s i t e s de voisins de campagne [...]. D ' a i l l e u r s comme ces fragments de paysage que le temps q u ' i l f a i t f a i t voyager n'etaient plus contraires par un ordre devenu i n v i s i b l e , les soirs ou l e vent chassait un grain g l a c i a l , je me croyais bien plus au bord de l a mer furieuse dont j'avais. jadis tant reve que je m'y eta i s s e n t i a Balbec, et meme d'autres elements de nature qui n'existaient pas jusque-la a Paris f a i s a i e n t c r o i r e qu'on venait, descendant du t r a i n , d'arriver pour les vacances en pleine compagne: par exemple l e contraste de lumiere et d'ombre qu'on avait a cote de s o i , par terre les soirs au c l a i r de lune. (TR 41-42) Le rapprochement entre l e Paris de l a guerre et l e Combray de 1'enfance l a i s s e v o i r une certaine inversion de ce Combray meme, peut-etre pas au niveau des souvenirs que Marcel a de Combray mais du procede de l'analogie e t a b l i e : inversion du sacre (Combray) en profane (Paris). Dans l e deuxieme exemple, l e Paris de l a guerre est d e c r i t comme l e Paris de l a beaute o r i e n t a l e : "Je d i s avec humilite a Robert combien on sentait peu l a guerre a Paris. I l me d i t que meme a Paris c ' e t a i t quelquefois " 'assez inoui' " (TR 65); [et] [...] prenant un chemin pour un autre je me t r o u v a i sans m'en douter, en suivant machinalement un dedale de rues obscures, a r r i v e sur l e s boulevards. La 1'impression d'Orient que je venais d'avoir se renouvela et d'autre part a 1'evocation du P a r i s du Di r e c t o i r e succeda c e l l e du Paris de 1815. Comme en 1815 c ' e t a i t l e d e f i l e l e plus disparate des uniformes des troupes a l l i e e s ; et parmi e l l e s , des A f r i c a i n s en jupe-culotte 1 5 rouge, des Hindoux enturbannes de blanc s u f f i s a i e n t pour que de ce Paris ou je me promenais je f i s s e toute une imaginaire c i t e e x o t i q u e dans un O r i e n t a l a f o i s munitieusement exact en ce qui concernait les costumes e t l a c o u l e u r des v i s a g e s , arbitrairement chimerique en ce qui concernait l e decor, comme de l a v i l l e ou i l v i v a i t C a r p a c c i o f i t une Jer u s a l e m ou une Constantinople en y assemblant une foule dont l a merveilleuse bigarrure n ' e t a i t pas plus coloree que c e l l e - c i . (TR 70) Dans l e troisieme exemple, l e Paris de l a guerre devient l e Paris de l a c i t e maudite et du chatiment d i v i n : " l e s fetes remplissaient ce qui sera peut-etre, s i l e s Allemands avancent encore, les derniers jours de notre Pompei [...]. S i je pense que nous pouvons avoir demain l e sort des v i l l e s du Vesuve, c e l l e s - c i sentaient qu'elles etaient menacees du sort des v i l l e s maudites de la Bible" (TR 113-114). Proust continue: Le c i e l avait l ' a i r d'une immense mer7 nuance de turquoise qui se r e t i r e l a i s s a n t deja emerger toute une ligne legere de roches noirs, peut-etre meme de simples f i l e t s de pecheurs alignes les uns apres les autres, et qui etaient de pe t i t s nuages. Mer qui emporte avec e l l e [ . . . ] les hommes entraines dans 1'immense revolution de l a terre, de l a terre sur laquelle i l s sont assez fous pour continuer leurs revolutions a eux, et leurs vaines guerres comme c e l l e qui ensanglantaient en ce moment l a France. Au reste, a force de regarder le c i e l paresseux et trop beau qui ne trouvait pas digne de l u i de changer son horaire et au-dessus de l a v i l l e allumee prolongeait mollement, en ces tons b l e u a t r e s , sa journee qui s ' a t t a r d a i t , l e vertige prenait, ce n'etait plus une mer etendue mais une graduation v e r t i c a l e de bleus g l a c i e r s . (TR 69-70) Les exemples c i t e s sont l a t e x t u a l i s a t i o n d'une seule impression dominante, 1'impression d'Orient que Marcel eprouve dans l'obscurite de Paris et au spectacle des avions dans l e c i e l . Le 7 Ce dernier reseau de metaphores en p a r t i c u l i e r nous l a i s s e v o i r l a v i l l e en termes marins. En e f f e t , c'est a 1'acquarelle que Paris nous est finalement rendu. L'aspect maritime prime sur 1'aspect rustique de l a description et renvoie a l'idee du chatiment d i v i n que Paris va subir. 1 6 d e f i l e des troupes avec leurs costumes exotiques evoque l'Orient aussi et renforce l a reconceptualisation (chimerique) de P a r i s . Certes, t e l un tableau impressionniste, l e tableau de Paris est encore inacheve. En e f f e t , comme les Impressionnistes de l a f i n du 19eme s i e c l e , Proust a recours d'abord au "contraste de lumiere et d'ombre" pour peindre Paris en c i t e o r i e n t a l e et pour rendre l ' i m p r e s s i o n des s e n s a t i o n s v i s u e l l e s e t s e n s o r i e l l e s qu'occasionnent en l u i " l a v i s i o n d'Orient" sous l e spectacle de l a guerre. Ensuite, Proust ajoute une touche d'aquarelliste ( t e l Monet dans ses "Nenuphars") pour f a i r e de Paris un espace submerge non seulement par l'obscurite et les raids des ennemis, mais aussi par les feux de l a malediction divine. Paris devient graduellement l e Sodome maudit de l a Plaine, une terre de "fous" qui vivent leurs "vaines guerres" (dans l e sens hebraique du terme, c'est-a-dire leurs inversions et etrangetes) comme des revolutions. Et t e l Loth, Proust (en tant que peintre et non pas prophete) tourne son regard vers Paris et nous depeint l a v i l l e en voie de destruction. "Les roches noirs" et "les p e t i t s nuages 8" (nuages de fumee) ne sont que les decombres qui ensevelissent Paris. D'une part, 1'orientalite picturale qui sous-tend ces multiples d e s c r i p t i o n s de P a r i s dissimule une rhetorique de 1'image o r i e n t a l i s t e sous l'apparente evocation de l a guerre. Proust ne se contente pas de f a i r e une representation analogique de Paris pendant l a guerre (le Paris de l a misere, des t r i s t e s sorts des soldats, des invasions et de l a souffranee), mais veut e x p l o i t e r l a richesse s i g n i f i a n t e de 1'image kaleidoscopique de Paris pendant l a guerre. Les multiples superpositions des differents Paris sur le Paris de l a gue r r e 9 rendent 1'image de Paris un espace r e s i s t a n t au sens. L'evocation de l a guerre denote un evenement historique, l e temps d'un a r r e t brusque impose a l a temporalite proustienne. Or ces multiples images superposees au Paris de l a guerre connotent aussi un ensemble de t r a i t s discontinus et paradigmatiquement condenses qui modifient l a substance materielle de tout 1'espace de Paris a Voir la page 69 du Temps retrouve. 9 Voir respectivement les trois exemples cites: le Paris de l'obscurite, le Paris de la beaute orientale et le Paris de la cite maudite. 1 7 cette epoque de l a guerre en une substance imaginaire choisie selon un angle optique proustien. Evoquer l a problematique de l a connotation de 1'image revient a poser l a question du rapport q u ' e n t r e t i e n t l e tableau ( l a representation du tableau) avec l e langage (mode d'ecriture du tableau). Dans Le Temps retrouve, l e modele du tableau est assez frequent. Cette frequence est un aspect p l u r i e l de l a representation que Proust f a i t de P a r i s . Or s i l e tableau, comme l e souligne Barthes, "n'est jamais que sa propre description p l u r i e l l e [...] 1'image [e l l e ] est l a v a r i a t i o n d'un t r a v a i l de c o d i f i c a t i o n " ("La Peinture e s t - e l l e un langage?" 140). I l semble que l a rhetorique proustienne mette en code 1 ' o r i e n t a l i t e de Paris a travers l a succession des impressions subjectives de Marcel. D'ou l e danger de ce procede d ' o r i e n t a l i s a t i o n qui s'eloigne de 1'objectivite de l a representation. D'autre part, l a variete architecturale de Paris produit un e f f e t de polysemie. Le referent "Paris" est l e champ d'une richesse s i g n i f i a n t e dont l e lecteur j o u i t sans pour autant epuiser sa s i g n i f i c a t i o n . Dans l a mesure ou Marcel parvient a g l i s s e r d'autres substances (chimeriques) t i r e e s de ses impressions sous l a substance materielle/historique du Paris de l a guerre, c e c i indique que l a representation romanesque ac t u a l i s e un danger de rhetorique qui n'est autre qu'un danger de m y t h i f i c a t i o n en proces, v o i r e penurisation d'un contenu linguistique de sa densite materielle et non pas formelle. Selon Barthes, Les rhetoriques varient. fatalement par leur substance mais non forcement par leur forme [...]. A i n s i l a rhetorique de 1'image (c'est-a-dire l e classement de ses connotateurs 1 0) e s t specifique dans l a mesure ou e l l e est soumise aux contraintes physiques de l a v i s i o n , mais generale dans l a mesure ou les 'figures' ne sont jamais que des rapports formels d'elements. ("Rhetorique de 1'image" 49-50) Or l e paradoxe de 1'impression est qu'elle fascine par son contenu subjectif et par l e "naturel" du r e c i t qu'elle l a i s s e v o i r . Je remarque que dans les exemples c i t e s , c'est l e connotateur oriental qui domine. 1 8 Dans une ce r t a i n e mesure, 1 'impression eloigne l a substance m a t e r i e l l e du r e c i t . L'impression d'Orient que Proust d e c r i t n'exprime pas seulement l e p l a i s i r d'une inversion du cadre et du decor de Paris de l a guerre, mais aussi l e p l a i s i r d'une non-h i s t o r i c i s a t i o n du r e c i t (ou d'une mise en suspens de l'Histoi r e ) au p r o f i t d'une ecriture qui v i s e r a i t plutot a rendre les impressions de l a vie interieure, voire les chimeres de 1'imagination creatrice sans ancrage d e f i n i dans l a r e a l i t e historique du moment du r e c i t (moment de l a guerre t e l l e quelle). Proust e c r i t : Tout en bas, les purs sots, les purs gens de p l a i s i r , ne s'occupent pas q u ' i l y eflt l a guerre. Mais tout en haut, ceux qui se font une v i e i n t e r i e u r e ambiante ont peu egard a 1'importance des evenements. Ce qui modifie pour eux l'ordre des pensees c'est bien plutot quelque chose qui semble en s o i n'avoir aucune importance et qui renverse pour eux 1' ordre du temps en les faisant contemporains d'un autre temps de leur v i e . (TR 34) Marcel se place dans l a categorie de ceux qui ont une v i e interieure. Le prisme des reseaux metaphoriques que Proust u t i l i s e l a i s s e v o i r Paris assez differemment. L'impression qui en re s u l t e est fascinante. Certes, quoique le continuum d'images superposees puisse etre le propre d'une ecriture qui se veut contrapuntique (toutes les images superposees fournissent un contrepoint a 1'image de Paris au moment de l a guerre), 1 ' a r t i c u l a t i o n de cette impression est l o i n d'etre une simple idee de recherche. I l faut plutot l i r e dans cet ensemble d'impressions 1 'instant d'un enonce o r i e n t a l i s t e qui prend corps et se presente etroitement et paradoxalement imbrique dans l e discours historique sur l a guerre. I l est a souligner que ce n'est pas 1'exactitude de l a representation q u ' i l faut chercher dans l a demystification d'un enonce o r i e n t a l i s t e , mais les figures de style u t i l i s e e s pour rendre cette representation, a savoir les procedes de d e s c r i p t i o n , les superpositions d'images, l e s modes d ' i n v e r s i o n du discou r s historique, etc. Said explique a ce propos que: 1 9 Every one who writes about the Orient must locate himself vi s - a - v i s the Orient; translated into his text, t h i s location includes the kind of n a r r a t i v e voice he adopts, the type of structure he b u i l d s , the kinds of images, themes, motifs that c i r c u l a t e i n his t e x t — a l l of which add up to d e l i b e r a t e ways of addressing the reader, containing the Orient, and f i n a l l y , representing i t or speaking i n i t s behalf. {Orientalism 20) Ce sont ces modalites du discours qui structurent les impressions de Marcel sur l a guerre et qui encadrent l'enonce o r i e n t a l i s t e . L'etude de l a representation de ses impressions nous permettra de v o i r au fur et a mesure de cette presente etude comment Proust se positionne par rapport a l'Orient et comment 1'orientalisme proustien s ' e t a b l i t a travers une succession d'impressions primordialement r e l a t i v e s a Marcel et non pas a l a r e a l i t e historique de l'Orient au 19eme s i e c l e . Dans ce Paris en pleine metamorphose, Marcel va errer comme Haroun A l Rachid dans les Mille et une Nuits, deguise et en quete d'aventures dans les quartiers perdus de Bagdad. En e f f e t , l e s mult i p l e s references a l ' O r i e n t en font un l i e u de d e s i r . L ' o r i e n t a l i s a t i o n de l'espace geographique p a r i s i e n est une etape necessaire dans l a dialectique proustienne de l a reconstruction de l' o r d r e des choses. E l l e a c t u a l i s e 1'enchantement et l e desenchantement de l a guerre: enchantement/plaisir d'en f a i r e un objet de subversion r a d i c a l e et desenchantement/deplaisir dont temoigne les atrocites de l a guerre. Cette o r i e n t a l i s a t i o n exprime un ecart au niveau de l a perception et au niveau du rapport de Proust avec l e Temps. Tadie remarque a ce t i t r e que: " l e sens du temps proustien de l a 'forme' temporelle du roman [...] refuse '1'exteriorite i n f l i g e e par le Temps', et veut garder l a l i b e r t e des Mille et une Nuits" {Proust et le roman 297). Proust lui-meme e c r i t que " l e temps q u ' i l f a i t [c'est-a-dire c e l u i de l a guerre] f a i t voyager" (TR 42). Le temps de l a guerre est comme un tapis volant qui transporte Marcel dans l e temps passe de 1'enfance. Le temps de 20 l a guerre est un temps qui encastre un element exotique 1 1 p u i s q u ' i l se double du desir et de 1'image des Mille et une Nuits. L'espace de l a memoire, qui est le seul refuge contre l a vie mondaine, abrite done deux chronologies, et implique deux rapports avec le temps: l e temps reve et le temps historique. Le temps reve est l e temps de l'imaginaire de Marcel qui i n t e r i o r i s e cette double chronologie de sa s e n s i b i l i t e endolorie d ' a r t i s t e . Pour Kristeva, i l s'agit i c i d'un "temps psychique" qui reunit l e s espaces et les memoires disparates dans le Temps: Le temps proustien [ . . . ] est une metamorphose [...], sa mise en mots d'un temps sensible traverse l e s categories metaphysiques. E l l e conjoint des oppositions (idee, duree, espace d'une part, force, perception, emotion, de s i r d'autre part), et propose un univers psychique, complexifie au maximum, comme l i e u d'attraction — l i e u de communion, l i e u s a c r e — aux amateurs de lecture. (Le Temps sensible 209-210) L'ecriture proustienne s'annonce avant tout un aveu d'imaginaire et de (re)structuration d'espace. Des c r i t i q u e s c i t e s dans ce premier chapitre, c e r t a i n s se placent dans l a mouvance de l a t e x t u a l i t e et de ses p l a i s i r s (Barthes); d'autres dans l ' a n a l y s e psychanalytique de l a sub j e c t i v i t y a r t i s t i q u e (Kristeva et Gaubert); d'autres encore dans l a documentation sociologique et historique que peut apporter un texte l i t t e r a i r e (Jacot et Tadie). Certes, aucun de ces c r i t i q u e s ne f a i t a l l u s i o n a l a fagon dont Proust i n t e r i o r i s e l'Orient dans son imaginaire d'abord avant de l e textualiser par l a suite a travers de multiples reseaux metaphoriques et d e s c r i p t i f s . Aucun de ses c r i t i q u e s ne met l e point sur l e danger de l a representation subjective que Proust f a i t de l'Orient. I n v e r t i r est un p l a i s i r , certes, parce que le sujet qui i n y e r t i t l'ordre des choses se permet 1 1 Dans le troisieme chapitre, je mettrai le point sur l'idee de l'exotisme proustien dans le temps a travers 1'ecriture. Cette idee rejoint etroitement la conception gautieriste de l'exotisme. Theophile Gautier explique gu' " ' i l y a deux sens a l'exotisme: le premier nous donne le gout de l'exotisme dans l'espace, le gout de l'Amerigue, des femmes jaunes, vertes, etc. Le gout le plus raffine, une corruption plus supreme, e'est le gout de l'exotisme dans le temps' " (Cite par M . C. Schapira, in Le Regard de Narcisse: romans et nouvelles de Theophile Gautier 143). 21 toute l a l i b e r t e de recreer et de reconceptualiser. C'est une l i b e r t e d'evasion qui prend son essor au fur et a mesure que l ' e c r i t u r e s'eloigne de l a ma t e r i a l i t e historique du r e c i t . Mais cette i n v e r s i o n n'implique-t-elle pas une c e r t a i n e rature de l ' H i s t o i r e t e l l e qu'elle "doit etre" rapportee sans 1'interference p a r a s i t a i r e du mythe? L ' h i s t o i r e d'un Orient traverse par de multiples signatures coloniales et pour l e s a r t i s t e s de f i n de si e c l e rendu apte a une (re)ecriture imaginaire? 22 CHAPITRE DEUX PROUST PEINTRE DU VICE: L'Hotel de Jupien : "microcosme du 'Paris du v i c e ' 23 Parler d'un v e r i t a b l e voyage en Orient (plus precisement l e Moyen O r i e n t i s a l m i q u e ) s e r a i t i n t e n a b l e pour evoquer "1'orientalisme proustien". L'univers f i c t i f chez Proust ne repose pas seulement sur l e s astuces de l ' e c r i t u r e pour i n s c r i r e l a distance (de l'Orient) dans l a proximite (de 1'Occident/Paris), mais aussi et surtout sur un deplacement du sujet proustien en t e r r e d'Orient. En e f f e t , c'est l e "voyage metaphorique" de Marcel en Orient qui va permettre sa "confrontation directe" avec " l a r e a l i t e o r i e n t a l e " . Le r e c i t du voyage sera l a traduction du regard de Marcel porte sur cette r e a l i t e . I l importe done d'examiner les procedes de l a representation de l'Orient a l a suite du voyage de Marcel, et plus specialement a l a suite de sa v i s i t e au "harem o r i e n t a l " (le coeur de l'Orient) qu'est 1'hotel de Jupien. On verra que l e voyage de Marcel correspond a un niveau diegetique du Temps retrouve ou l ' e c r i t u r e proustienne revet presque 1'aspect d'un r e c i t qui i n s c r i t l a r e l a t i o n avec l'Orient non seulement sur le registre de l'imaginaire proustien, qui f a i t de l'espace et du temps une 'pandemie de 1'inversion', comme l ' a v a i t souligne Barthes, mais aussi sur le r e g i s t r e du mythe en tant que t e l , e'est-a-dire en tant que r e c i t qui pulverise l'ordre de toute l a materialite historique de son objet mythifie — l'Orient i c i . Le voyage de Marcel en Orient ou le Paris/Bagdad des Contes arabes Le voyage de Marcel en Orient est un voyage au bout de l'aventure et de l a quete exotique. Apres l e depart du baron de Charlus, Marcel eprouve de nouveau l a sensation d'Orient auparavant ressentie l o r s du spectacle des avions dans l e Paris de l a guerre. Or l'Orient que Marcel imagine et vers lequel i l c r o i t pouvoir se d i r i g e r n'est pas l'Orient de Decamps ou de Delacroix, mais plutot, selon Marcel, " l e v i e i l Orient de ces Mille et une Nuits^que j ' a i On ne saurait nier 1'influence des Mille et une Nuits sur Proust. Dans la Recherche en general, l'Orient des Mille et une Nuits est souvent sinon toujours l'Orient de l'enfance de Marcel, surtout s i on se rappelle que depuis Combray et les souvenirs des "assiettes des Mille et une Nuits" de tante Leonie, les Mille et une Nuits etait le livre de chevet favori de Marcel. Tous les voyages de Marcel etablissent une profonde analogie avec l'Orient, notamment a Balbec, a Venise et dans le Paris de la guerre: dans ce sens tous les voyages chez Proust ont pour direction l'Orient ou une partie de l'Orient. En f i n d'itineraire de Marcel, les Mille et une Nuits deviennent, avec les Memoires de Saint-Simon, les modeles de l'oeuvre d'art au niveau de la creation proustienne. Dans une certaine mesure, le Combray de 24 tant aimees, et me perdant peu a peu dans les l a c i s de ces rues noires, je pensais au c a l i f e Haroun A l Rachid en quete d'aventure dans les quartiers perdus de Bagdad 2" (TR 116). Or de quel Orient s ' a g i t - i l i c i ? Le Temps retrouve et 1'ensemble de l a Recherche ne semble pas donner de plus ample s p e c i f i c a t i o n sur l'O r i e n t . Pour Proust, tout l'Orient semble etre un meme et seul Bagdad, pour ne pas dire que Proust f a i t de Bagdad l e modele du monde o r i e n t a l . Ce qui veut dire que chez Proust, parler d'Orient depuis Bagdad c'est deja parler depuis une grande abstraction ou generalisation. C'est en tant qu'Occidental deguise en c a l i f e que Marcel se rend en terre d'Orient. En e f f e t , " l e travestissement, l a c i r c u l a t i o n incognito de c a l i f e s i l l u s t r e s se servant d'un deguisement modeste pour a l l e r dans une grande v i l l e a l a recherche du p l a i s i r , sont des motifs recurrents des Mille et une Nuits" (Miguet-Ollagnier, "Le Don des Mille et une Nuits dans Sodome et Gomorrhe" 917). Or Marcel ne se rend pas en Orient pour son propre p l a i s i r , mais pour une lecture et in t e r p r e t a t i o n de l a v i e du p l a i s i r t e l l e qu'elle est vecue en Orient et par les Orientaux. L'episode du harem/hotel de Jupien nous sert d'exemple. Le voyage de Marcel est rapporte de t e l l e maniere a l a i s s e r c r o i r e que l'Orient n'est qu' a "quelques pas" cadences de "chez s o i " . En e f f e t , Marcel marche vers l'Orient: " l a chaleur du temps et la marche m'avait [s i c ] donne s o i f [...] et a cause de l a penurie d'essence, les rares t a x i s que je rencontrais, conduits par des Levantins ou des negres ne prenaient meme pas l a peine de repondre a mes signes" (TR 116). Cette proximite de l'Orient renvoie a deux idees importantes: au double sens que revet Paris dans Le Temps retrouve et a l a s i g n i f i c a t i o n du voyage dans l'imaginaire proustien. l'enfance est le v i e i l Orient des Mille et une Suits (auquel Proust fait reference) qui sera pour Marcel la source de sa creation artistique et l'objet d'un retour continuel et souvent nostalgique qui 1'inspire. Dans Le Temps retrouve, le voyage vers le v i e i l Orient des Mille et une Nuits est a la fois le voyage dans 1'espace familier de l'enfance qui est present meme dans le temps inopportun de la guerre. Les Mille et une Nuits jalonne et la perception et la conception de Marcel. 2 Dans Le Temps retrouve, Paris revet une signification double: le Paris inverti en une cite exotique et 1'Orient ou Marcel se rend. Le voyage de Marcel a Bagdad peut etre lu comme un voyage en Orient (entity autonome) en tant que t e l ou en Orient (entite distincte et separee/ghettoisee) dans le Paris inverti en Orient (un voyage dans le voyage au sein de la cite exotique). 25 D'une part, Paris est a l a f o i s l a v i l l e de l a guerre i n v e r t i e en une c i t e exotique et aussi l ' a i l l e u r s geographique et d i s t i n c t ou Marcel se rend en quete de nouvelles aventures. Et puisque l e t r a j e t de Marcel aura comme "direction ultime" 1'hotel de Jupien, un espace microcosmique et i n v e r t i (en harem o r i e n t a l ) dans l'espace macrocosmique et i n v e r t i de Paris ( l a c i t e exotique), l a double o r i e n t a l i s a t i o n de Paris se presente comme un procede de meta-inversion: inversion de 1'hotel de Jupien dans l a c i t e orientale qui est en f a i t P a r i s . On peut traduire cette meta-inversion d'une partie de l'espace p a r i s i e n (1'hotel) dans 1'ensemble de l'espace p a r i s i e n "comme une mise en cause ou mise en scene d'une autre region et d'un autre regime d'existence des residus de 1'experience" (Bellemin-Noel, Vers 1' inconscient du texte 31), c'est-a-dire 1'experience de l a vie dans l e harem en tant que p a r t i c u l a r i t y o r i e n t a l e . D'autre part, l a proximite de l'Orient par rapport a 1'Occident devoile toute l a conception proustienne du voyage. Voyager pour Proust n'est pas necessairement franchir une distance, mais p l u t o t f a i r e v e nir vers s o i l'espace d e s i r e , v o i r e l e transplanter en soi — un acte par lequel s'accomplit l a conjonction de deux entites geographiques d i s t i n c t e s . A l a i n Buisine explique a ce t i t r e que: Voyager, vraiment voyager ne consiste pas a traverser un espace, parcourir une distance, mesurer e t eprouver, physiquement e t psychiquement dans l e s p l a i s i r s ou l e s desagrements du deplacement e t de ses servitudes, un ecart effectivement ressenti qui a u t h e n t i f i e r a i t l a separation de deux l i e u x [...]. Le comble du voyage ne sera pas tant de s'eloigner d'un l i e u pour en rejoindre un autre que d'instantanement, magiquement fonder une cbexistance de ces lieux en depit de tous ces kilometres qui s'obstinent a les separer. En consequence, un voyage r e u s s i imposera d'economiser completement tout t r a n s p o r t , d'elider et d'eluder tout t r a n s i t , autrement d i t dans l e me i l l e u r s des cas, i l s ' e f f e c t u r a carrement sur place [...]. L ' i m a g i n a i r e p r o u s t i e n du voyage nous impose de nous embarquer dans une paradoxale l o g i q u e 26 ambulatoire. ("Marcel Proust: l e Cote de l'Orient" 131) Marcel arrive done en Orient tres asso i f f e et cherche un hotel ou i l peut se desalterer et se reposer. I l eprouve un sentiment d'abandon et de peur dans le quartier des maisons delaissees ou i l est parvenu. Ces sensations renvoient a l a f o i s a l'epoque de l a guerre et a 1'image (occidentale) stereotypee de l'Orient en tant que l i e u ou s e v i t l a penurie et l a misere. L'exotisme de Marcel commence par l e voyage en Orient, un exotisme qui est aussi en quelque sorte "1'expression d'une s e n s i b i l i t e [...] qui cherche a s'evader vers de nouveaux climats" (Jourda, L'Exotisme dans la litterature frangaise 16-17). Marcel d e c r i t son arrivee en Orient a i n s i : "j'avais extremement s o i f . I l e t a i t probable que je pourrais trouver a boire i c i et j'en p r o f i t a i pour tacher d'assouvir malgre l'inquietude qui s'y melait, ma c u r i o s i t e " (TR 118). En f a i t , dans tout l e Paris delabre par l a guerre, seul 1'espace o r i e n t a l demeure l e l i e u d'une vie insoucieuse. Marcel remarque: "je n'en fus que plus surpris de v o i r qu'entre ces maisons delaissees, i l y en avait une ou l a v i e , au contraire, semblant avoir vaincu l ' e f f r o i , l a f a i l l i t e , entretenait l ' a c t i v i t e et l a richesse. Derriere les volets clos de chaque fenetre l a lumiere tamisee a cause des ordonnances de p o l i c e d e c e l a i t pourtant un in s o u c i complet de l'economie" (TR 117). Or de quelle economie s ' a g i t - i l i c i ? De l'economie monetaire de 1'hotel a l'epoque de l a guerre ou de l'economie l i b i d i n a l e (ou energie sexuelle) du harem oriental? C'est comme s i l'Orient assurait l a continuity de l a v i e , alors que 1'Occident languit dans l a guerre et l a mort. En d'autres termes, on peut dire que, alors que l ' h i s t o i r e de 1'Occident est marquee par l a guerre, l ' h i s t o i r e de l'Orient semble s'arreter ou stagner a un niveau non-historique puisque l a v i e y est toujours insoucieuse et e c l a t a n t e . L'Orient, t e l que l e narrateur l e represente, se place en marge de tous les c o n f l i t s historiques qui ont marque l'humanite depuis l e debut des temps. Litteralement, l'Orient demeure un espace de vie atemporelle, pour ne pas dire une sorte de terre toujours promise d'une vigueur et d'une puissance v i t a l e s . 27 Cette p a r t i c u l a r i t y de l'Orient ne peut qu'attiser l a c u r i o s i t e d'un voyageur intermittent comme Marcel qui debarque en Orient comme dans un pays de merveilles. Proust designe par 1'hotel ou Marcel se rend a l a f o i s 1'hotel de Jupien et l e harem o r i e n t a l . Selon les exigences de l ' e c r i t u r e , l a reference a 1'hotel se double de cette s i g n i f i c a t i o n au fur et a mesure que l'aventure de Marcel en Orient prend tout l'essor d'une decouverte et d'une interpretation du signe de 1'amour o r i e n t a l . Or 1'entree a "1'hotel o r i e n t a l " i n t r i g u e Marcel parce q u ' i l v o i t en s o r t i r un o f f i c i e r qui ressemble a Saint-Loup qui "avait ete injustement mele a une a f f a i r e d'espionage parce qu'on avait trouve son nom dans les l e t t r e s s a i s i e s d'un o f f i c i e r allemand" (TR 117). De plus, l'entree de plusieurs soldats et m i l i t a i r e s a 1'hotel inquiete Marcel qui se c r o i t p r i s dans un nid d'espions. L'entree a 1'hotel marque un nouveau commencement dans l a continuity de son aventure "des signes"-^ en general. En e f f e t , a p a r t i r d'une conception de 1'hotel en tant que l i e u d'espionnage, l a facette cachee du meme hotel va se reveler en tant que l i e u de comportements (sexuels) etranges. Marcel remarque: " j e pus apercevoir sans etre vu dans l'obscurite quelques m i l i t a i r e s et deux ouvriers q ui causaient tranquillement dans une p e t i t e piece etouffee, pretentieusement ornee de por t r a i t s en couleurs de femmes decoupes dans les magazines et des revues i l l u s t r e e s " (TR 118). L'espace ou ces m i l i t a i r e s exposent leurs idees patriotiques est l e meme espace ou Marcel va decouvrir les " l o i s " regissant 1'amour ori e n t a l (homosexuality et erotisme sado-masochiste). En e f f e t , l e passage d'une pre-conception de 1'hotel en tant que l i e u d'espionage a une perception du meme hotel en tant que l i e u de promesse sexuelle produit, dans l'espace du Temps retrouve, un quasi detournement (qui est aussi une poursuite) de sens dans toute 3 Le Cote de Guermantes I (scene de la premiere visite de Marcel chez la Princesse de Guermantes) introduit Marcel au signe mondain. On amour de Swann (scene de 1'amour lesbien de Mile de Vinteuil et de son amie) et Sodome et Gomorrhe (scene ou Charlus seduit Jupien) introduit Marcel au signe homosexuel. Avec Le Temps retrouve et le voyage au coeur du harem oriental (scene du sado-masochisme de Charlus et du harem de ses jeunes gens). Marcel decouvre le signe de 1'amour oriental ou de 1'amour "a 1'orientale", et plus tard i l retrouvera le signe des impressions atemporelles et des sensations involontaires (scene de la matinee chez la princesse de Guermantes) que Marcel essayera de saisir pour ecrire son "livre interieur". Deleuze remarque que " ' [la Recherche est 1'apprentissage des signes], 1'exploration des differents mondes de signes, qui s'organisent en cercle' " (Cite par Tadie, in Lectures de Proust 180). 28 l a metaphore proustienne de l a representation de 1'hotel. "Les portraits en couleur de femmes decoupes" forment un fragment apporte a l a configuration de 1'hotel en tant que futur harem o r i e n t a l , un fragment qui renvoie a cette analogie stereotypee, s t a t u a i r e et inst i t u t i o n n a l i s e e dans presque toute l a l i t t e r a t u r e du 19eme s i e c l e entre l'Orient et l a sexualite, voire a une image de l'Orient comme berceau de l a sexualite. Said constate a ce propos que: "why the Orient seems s t i l l to suggest not only fecundity but sexual promise (and threat), untiring sensuality, unlimited desire, deep generative energies, i s something on which one could speculate" (Orientalism 188). Par 1'evocation de l ' a t t r a i t erotique de cette piece de 1'hotel, Proust prepare l a structure du s e r a i l o r i e n t a l qui sera l'objet du regard et du discours de Marcel. La perception de Marcel se double de cu r i o s i t e l o r s q u ' i l entend des phrases etranges: Je fus t i r e de mon indifference en entendant ces phrases qui me f i r e n t fremir: 'c'est epatant, l e patron qui ne revient pas, dame, a cette heure-c i je ne sais pas trop ou i l trouvera des chaines. --Mais puisque 1'autre e s t deja a t t a c h e — [•••]/ moi je serais attache comme ca que je pourrais me detacher'. (TR 119) Marcel eprouve un sentiment de peur et c r o i t qu'un crime se prepare dans cet hotel qui est comme une Pandore de situations surprenantes et insoutenables: "un crime atroce a l l a i t y etre consomme s i on n ' a r r i v a i t pas a temps pour l e decouvrir et f a i r e a r r e t e r l e s coupables" (TR 119). Or tout l e spectacle du crime qui semble se preparer garde, paradoxalement, pour Marcel "une apparence de reve [et] de conte" (TR 119). Cette impression, que Marcel a auparavant eprouve dans l e Paris de l a guerre et l o r s du passage des avions dans l e c i e l , se renouvelle lors de son voyage 4 en Orient, et plus 4 Proust etait fascine par un grand nombre d'ecrivains orientalistes du 19eme siecle et meme avant. Sur 1'influence de certains ecrits orientaux dans la conception de la Recherche, Alain Buisine souligne que Proust etait "grand admirateur de Pierre Loti dont toute l'oeuvre, depuis Aziyade jusqu'aux Ultimes visions d'Orient ne cesse de reecrire et d'embaumer sa fascination pour la Turquie, spectateur passionne de Racine dont les tragedies orientales, Bajazet et Esther, n'arretent pas de faire retour dans 1'ensemble d'A la Recherche du temps perdu. Proust connait egalement fort bien les Lettres persanes de Montesquieu dont i l propose un pastiche dans Lettres de Perse et d'ailleurs. Enfin n'oublions pas non plus, parmi ses 2 9 precisement a 1'entree de 1'hotel o r i e n t a l . "Et c'est a l a f o i s avec une f i e r t e de j u s t i c i e r et une volupte de poete que [Marcel entre] deliberement dans l'hotel [de Jupien]" (TR 119). En Orient, Marcel se positionne en tant qu'homme de ju s t i c e et ensuite en tant que poete a l a recherche de nouvelles images ou de nouvelles lectures dans l ' a i l l e u r s exotique de 1'espace o r i e n t a l . Marcel est un homme de justice parce q u ' i l est d'abord un c a l i f e , ou plutot deguise en c a l i f e . Or on peut nier l e deguisement de Marcel en terre d'Orient et l e suivre simplement dans l e p l a i s i r de ses multiples decouvertes en tant que sultan, c'est-a-dire nier l e f a i t que d e r r i e r e ce deguisement se trouve l e simple voyageur a l a recherche d'une (ou de sa) v e r i t e . Mais on ne peut nier que ce meme voyageur est un Occidental f i e r de son statut de j u s t i c i e r (et f i e r de son heritage c u l t u r e l ) en terr e d'Orient ou i l se rend pour introduire ou instaurer un ordre de justice qui y manque ou que cet Orient en general semble avoir perdu. Marcel n'est done pas un simple individu desireux de s a t i s f a i r e sa c u r i o s i t e sur l'Orient, mais plutot et avant tout desireux de mettre de 1'ordre dans cet Orient tout en se sentant en d r o i t de l e f a i r e . Avec son regard de j u s t i c i e r , Marcel e t a b l i t deja un rapport de force avec l'Orient. Marcel est un o r i e n t a l i s t e dans l a mesure ou i l p o l a r i s e implicitement l a d i s t i n c t i o n entre un Occident "de ju s t i c e " et un Orient " d ' i n j u s t i c e " . En e f f e t , de tous les t r a i t s o r i e n t a l i s t e s et les mots orientaux qui fondent 1'espace de ce qu'on peut appeler "l'O r i e n t proustien", c'est ce fragment de phrase, "avec une f i e r t e de j u s t i c i e r " , qui demontre l e plus 1'enonce o r i e n t a l i s t e t e l q u ' i l s'annonce dans Le Temps retrouve. Ce fragment touche au f i n fond de l a " r e a l i t e " c o l o n i a l e de cet Orient imaginaire et t r a h i t l a r e a l i t e h i s t o r i q u e d'une mainmise sur l'Orient, appropriation mythifiee du point de vue de 1'Occident comme un d e s i r de "rendre j u s t i c e " a l ' O r i e n t ou un devoir d'accomplir une "mission c i v i l i s a t r i c e " en Orient. lectures preferees, L'ltineraire de Paris a Jerusalem de Chateaubriand, Les Orientales de Victor Hugo, et surtout Le Voyage en Orient de Gerard de Nerval" ("Marcel Proust: le Cote de l'Orient" 135). 30 L'hotel de Jupien ou le harem du morcellement corporel: au-dela de 1'homosexualite Au coeur de l'Orient, Marcel penetre dans le s e r a i l de Charlus (dirige par Jupien) a f i n de s a t i s f a i r e sa c u r i o s i t e d ' o r i e n t a l i s t e . Quoique son sejour en Orient s o i t paradoxalement de "quelques heures seulement" (TR 121), Marcel se s e r v i r a principalement de l ' h o t e l o r i e n t a l comme etalon de sa quete epistemologique sur toute l a r e a l i t e orientale: le s e r a i l de Charlus sera 1'unique objet de son regard et de son discours. Or de toutes les associations d'images qui entourent l e mot harem dans l e texte de Proust, a savoir l i e u de p l a i s i r (TR 129), l i e u de langage (TR 132), maison de vic e et d'argent (TR 137), ecole de philosophie (TR 138), l i e u mysterieux a "sesame magique" (TR 139), maison de fous (TR 139) et l i e u pompeien (TR 140), l e harem en tant qu'espace d'inversion et de p l a i s i r s sexuels demeure 1'image matrice au niveau de toutes ces descriptions; c'est-a-dire " l a matrice d'objets qui sont comme les differentes 'stations' de l a metaphore o c u l a i r e " (Barthes, Essais critiques 239) du Temps retrouve. I l s'agit toujours de " l ' o e i l de Marcel" qui e x p l o i t e de nouveaux espaces et c e l e b r e ses rejouissances a toute nouvelle decouverte semiotique. Le s e r a i l o r i e n t a l est un mysterieux l i e u de p l a i s i r s sexuels. La structure de ce s e r a i l est assez complexe dont l a mesure ou Marcel a du parcourir les meandres des couloirs et des chambres du s e r a i l avant d ' a r r i v e r a l a chambre i s o l e e ou Charlus se f a i t f l a g e l l e r : "je m'apergus q u ' i l y avait dans cette chambre un o e i l -de-boeuf l a t e r a l dont on avait oublie de t i r e r l e rideau [...], je me g l i s s a i s jusqu'a cet oeil-de-boeuf, et l a [...], je v i s devant moi M. de Charlus" (TR 122). Jointe a cette atmosphere de mystere, Marcel souligne l'obscurite dans laquelle s'est deroule 1'ensemble de ses decouvertes. En e f f e t , Jupien ( v i z i r du sultan Charlus) conseille l a prudence a Marcel: Jupien ne put se retenir de me dire que c ' e t a i t l e baron qui descendait, q u ' i l ne f a l l a i t a aucun prix q u ' i l me v i t , mais que s i je voulais entrer dans l a chambre contigue au vestibule ou etaient les jeunes gens, i l a l l a i t o u v r i r l e 31 vasistas, true q u ' i l avait invente pour que l e baron put v o i r et entendre sans etre vu, et q u ' i l a l l a i t , me d i s a i t - i l retourner en ma faveur contre l u i . (TR 130) Ce qui c a r a c t e r i s e 1'hotel de Jupien est done son caractere impenetrable. Marcel est comme un intrus qui transgresse, dans une certaine mesure, l a l o i fondamentale du serail-* . La vie d'un s e r a i l est "cernefe] par l ' i n t e r d i t , ou regnent 1'intensity des emotions, le pouvoir de l' e t r e unique qui est l e Sultan, et l a menace de l a mort" (Eells-Ogee, "Proust et le s e r a i l " 134). Le s e r a i l homosexuel de Charlus a t t i r e plusieurs c l i e n t s et be n e f i c i e d'une grande p o p u l a r i t y . Les uns, remarque Marcel, "venaient l a [ou] on avait du leur indiquer l ' e n d r o i t et [...] semblaient partages entre l e desi r , l a tentation et une extreme frousse" (TR 129); les autres "demandaient au patron s ' i l ne pouvait pas leur f a i r e connaitre un valet de pied, un enfant de choeur, un chauffeur negre" (TR 130); d'autres, comme l e vicomte de Courvoisier, viennent juste pour "se delasser une heure a Paris avant [de rentrer chez eux]" (TR 131); alors que d'autres, comme l e pretre "en jupe noire" (TR 135), font "1'exceptionnalite en France" (TR 135) en se rendant au harem. I l est c l a i r que le texte de Proust reproduit l a metaphore de l'O r i e n t en tant que "berceau" sexuel. Dans presque tous l e s exemples de La Recherche ou l a description d'un l i e u est analogue a l a d e s c r i p t i o n de l a vie d'un s e r a i l , i l y a une l i m i t a t i o n ou r e s t r i c t i o n du champ d e s c r i p t i f de l a vie sexuelle a 1'espace de l a geographie orientale, voire une surimposition de 1'espace o r i e n t a l sur toute l a geographie du desir corporel^• L'Orient " s ' o r i e n t a l i s e " en une entite geographique de pur p l a i s i r . La mise en valeur de l a sexualite dans son rapport a l'Orient chez les ecrivains du 19eme 5 Dans une autre perspective, cette remarque peut etre contestee s i on compare le serail de Marcel dans La Prisonniere et le serail de Charlus dans Le Temps retrouve. Celui de Marcel est un vrai espace clos, alors que celui de Charlus est ouvert au public. Emily Eells-Ogee souligne a ce propos que "le serail de Charlus differe de celui du narrateur en ce que le serail homosexuel a pour but de se montrer publiquement tandis que le serail heterosexuel se cachait, aux relations secretes et voilees s'opposent les relations «ostentatoires»" ("Proust et le serail" 171-172). 6 Voir par exemple le passage discute dans la note 15, plus loin. 32 s i e c l e a permis l a creation, l a dissemination et l a consistance du discours o r i e n t a l i s t e qui f a i t que l'Orient est toujours represents comme l ' A i l l e u r s de l a sexualite^. Said d e c r i t 1'aspect dangereux de cette sexualite: The e c c e n t r i c i t i e s of Oriental l i f e , with i t s o l d c a l e n d a r s , i t s e x o t i c s p a t i a l c o n f i g u r a t i o n s , i t s h o p e l e s s l y strange languages, i t s seemingly perverse morality [...], might have r u f f l e d the European s e n s i b i l i t y . In most cases, the Orient seemed to have offended sexual propriety; everything about the Orient exuded dangerous sex, threatened hygiene and domestic seemliness with an excessive "freedom of intercourse". (Orientalism 166-167) L'image de l'Orient en tant que l i e u d'une sexualite debordante et excessive est maintenue dans Le Temps retrouve par l a mise en acte du sado-masochisme comme " l o i " du s e r a i l . Marcel est stupefait par l e spectacle des jeunes gens que Charlus recrute pour q u ' i l s l e fouettent^. Charlus, qui semble vouloir transformer tout l e s e r a i l en un espace de pratiques sado-masochistes, exige 1'extreme perversite de l a part de ces jeunes gens: Et M. de Charlus e t a i t a l a f o i s desespere et exaspere par cet e f f o r t f a c t i c e vers l a perversite qui n'aboutissait qu'a reveler tant de s o t t i s e et tant d'innocence [...]. [ I l ] fut seulement frappe combien ces sal o p e r i e s se bornaient a peu de chose [...]. Rien n'est plus limite que le p l a i s i r et le vice. (TR 134) ' Voir surtout Salammbd de Flaubert. 8 Le processus de recrutement pour le serail homosexuel est souligne depuis Le cote de Guermantes I quand le baron de Charlus propose au narrateur une education privilegiee et veut faire de lui son "catechumene" dans la vie mondaine. Charlus est decrit comme un calife en possession du sesame magique du monde Guermantes: "alors je n'ai pas besoin de vous dire de quelle u t i l i t e je pourrais etre. Le 'Sesame' de 1'hotel Guermantes et de tous ceux qui valent la peine que la porte s'ouvre grande devant.vous, c'est moi qui le detiens. Je serais juge et entends rester maitre de l'heure. Actuellement vous etes un catechumene" (CG I 283). Ce qui nous permet de dire aussi que le Cote de Guermantes (contrairement au Cote de Meseglise) a toujours ete associe par Marcel a l'Orient, et ce depuis Combray: "Guermantes l u i " , 6crit Marcel, "ne m'est apparu que comme le terme plutot ideal que reel de son propre «cote», une sorte d'expression geographique abstraite comme la ligne de l'equateur, comme le pole, comme l'Orient" (CS 242-243). 33 On peut v o i r dans l a volonte de Charlus de transformer l e s e r a i l en un l i e u de pratique sado-masochiste une procedure de diss o l u t i o n ou de quasi p r o ( u ) s t i t u t i o n ^ de 1'amour (heterosexuel et/ou homosexuel) en tant que ressort p r i n c i p a l du s e r a i l . Le harem o r i e n t a l n'est "done [pas uniquement] une prison ou les femmes [ou les jeunes gens] sont captives [ou c a p t i f s ] [et] detenu[e]s comme esclaves dans le seul but du p l a i s i r du maitre" (Eells-Ogee, "Proust et le s e r a i l " 136-137), mais aussi le l i e u d'inversions internes et d'anomalies plus profondes qui vont jusqu'au bout de l a fragmentation c o r p o r e l l e . Le gout du sado-masochisme n'est autre qu'un "gout du neuf" fortement i d e n t i f i e au gout d'un exotisme recherche par Charlus dans ses pratiques sexuelles. La recherche du neuf en matiere de sexualite a pour Charlus necessairement une valeur plurielle-'-^. L'evocation du sadisme en tant que l o i ou "philosophie" du s e r a i l o r i e n t a l selon Proust nous mene a examiner le rapport du sultan, Charlus, avec les jeunes gens de son harem. Ce rapport nous permettra de formuler une "hermeneutique" de 1'amour proustien. Charlus et la fragmentation sexuelle comme quete identitaire: aneantissement identitaire ou le devenir d'une identite polylogique La r e l a t i o n de Charlus avec les gens de son harem est assez ambigue dans l a mesure ou e l l e n'est pas uniquement une r e l a t i o n de pouvoir, mais aussi de tendresse et de generosite. Marcel souligne le pouvoir du sultan dans son langage, et plus particulierement dans sa revendication de l a b r u t a l i t e au niveau des fustigations que l u i i n f l i g e n t les gens du harem: "tous semblaient l e connaitre et M. de Charlus s ' a r r e t a i t longuement a chacun, leur parlant ce q u ' i l c royait leur langage, a l a f o i s par une a f f e c t i o n pretentieuse de 9 Le nom de P r o u s t e s t p o r t e u r de t r a c e s d ' i n v e r s i o n s . A l a r a c i n e de ce nom s ' a f f i r m e l ' e t r e de l a p l u r a l i t e e t de l a v i e du c o r p s . La p r o ( u ) s t i t u t i o n s e monumenta l ise dans l ' o e u v r e de P r o u s t en t a n t que r e g i e du j e u de l ' e c r i t u r e , e t s e l o n l a q u e l l e s ' a r t i c u l e l ' 6 t h i q u e p r o u s t i e n n e de 1 ' i n v e r s i o n sous des formes e s t h e t i q u e s e t t h e m a t i q u e s . 1 0 Comme l ' e x p l i q u e V i c t o r S e g a l a n : " ' E x o t i s m e : q u ' i l s o i t b i e n entendu que j e n ' e n t e n d s par l a q u ' u n e c h o s e , mais immense: l e s e n t i m e n t que nous avons du D i v e r s [ 1911 ] . J e c o n v i e n s de nommer ' D i v e r s ' t o u t ce q u i a u j o u r d ' h u i f f l t a p p e l e e t r a n g e r , i n s o l i t e , i n a t t e n d u , s u r p r e n a n t , m y s t e r i e u x [ . . . ] , t o u t ce q u i e s t A u t r e ' " ( C i t y par B e r c o t , i n " B a u d e l a i r e : 1 ' e x o t i q u e e t 1 ' i n s o l i t e " 5 3 0 ) . 3 4 couleur locale et aussi par un p l a i s i r sadique de se meler a une vie crapuleuse" (TR 132). Cette c i t a t i o n est importante: e l l e nous l a i s s e v o i r en M. de Charlus lui-meme un voyageur o r i e n t a l i s t e . La c i t a t i o n met 1'accent sur l a difference l i n g u i s t i q u e qui separe Charlus et les jeunes Orientaux, a i n s i que sur " l a couleur l o c a l e " ou t r a i t s d ' a l t e r i t e qui caracter i s e n t les jeunes Levantins ou negres d'Orient. Charlus est done lui-meme un Haroun A l Rachid deguise en quete d'aventure en Orient. D ' a i l l e u r s dans Sodome et Gomorrhe I, Charlus d i t a Jupien: "«il m'arrive en e f f e t , comme l e c a l i f e qui parcourait Bagdad p r i s pour un simple marchand, de condescendre a suivre quelque curieuse p e t i t e personne dont l a silhouette m'aura amuse.»" (12). Les personnages proustiens sont souvent p l u r i e l s , et un e f f e t de kaleidoscope se produit lorsqu'on essaie de discuter le statut exact d'un personnage. Parfois, l e baron "s'abaisse" au niveau des jeunes gens q u ' i l recrute a f i n d'ecouter et de jouir des hi s t o i r e s de debauches qu'ils sont supposes l u i raconter. Certes, Charlus est souvent degu par " l a penurie" de leur savoir en l a matiere. La deception du baron se dissout dans son attitude affectueuse et son amour envers les jeunes gens du harem en qui i l v o i t des variantes de son modele recherche et perdu, Morel: " [ l e baron] d i r i g e a i t en cercle sur tous ces jeunes reunis un regard tendre et curieux et comptait bien avoir avec chacun l e p l a i s i r d'un bonjour tout platonique mais amoureusement prolonge" (TR 131). Or meme s i les jeunes gens du harem abusent de l a prodigalite du baron, voire l'exploitent sans pour autant s a t i s f a i r e son desir masochiste, l e baron reste dans l e jugement de Jupien "un grand enfant [...], [qui] va [...] a l'aventure f a i r e l e v i l a i n " (TR 137). Du point de vue de Marcel, le narrateur (non deguise), l e baron est un " h e r i t i e r de tant de grands seigneurs, princes du sang ou dues, dont Saint-Simon nous raconte q u ' i l s ne frequentaient personne « q u i se put nommer» et passaient leur temps a jouer aux cartes avec les valets auxquels i l s donnaient des sommes enormes" (TR 139). I l est c l a i r que l e texte de Proust i n v e r t i t l'idee du s e r a i l o r i e n t a l en tant que l i e u despotique. Le s e r a i l proustien n'est pas ce "«Capitole de l a Servitude» [...] [ou] regne l e pouvoir absolu du despote qui t i e n t prisonniere toute une foule d'esclaves: v i z i r s , 35 pachas, odalisques, eunuques" (Eells-Ogee, "Proust et l e s e r a i l " 136), mais aussi un l i e u d'echanges affectueux. Proust i n v e r t i t l a structure du s e r a i l o r i e n t a l en y faisant regner un sultan genereux et bon, mais les references a ce s e r a i l et aux rapports du sultan avec l e s jeunes gens du harem ne manquent point de si g n a l e r indirectement les facteurs climatiques (chaleur/couleur locale) et geographiques (Orient) qui f a v o r i s e n t en quelque sorte l e s "maladies" de l'exces ou de l a "perversion". Le regard de Marcel, l e narrateur qui nous raconte son experience en Orient, demeure un regard o r i e n t a l i s t e dans l a mesure ou a son sens geographiue du l i e u (Orient) se greffe sa formulation epistemologique sur " l e d e s i r o r i e n t a l " . Le rapport entre l a geographie et l a con s t i t u t i o n d'un savoir sur cette geographie fut un ressort important dans tout l e projet de colonisation de l'Orient. Said explique que: Imperialism and the culture associated with i t a f f i r m both the primacy of geography and an ideology about c o n t r o l of t e r r i t o r y . The g e o g r a p h i c a l sense makes p r o j e c t i o n s — imaginative, cartographic, m i l i t a r y , economic, h i s t o r i c a l , or i n a general sens c u l t u r a l . I t also makes possible the construction of various kinds of knowledge, a l l of them i n one way or another dependent upon the perceived character and destiny of a part i c u l a r geography. (Culture and Imperialism 78) Du s e r a i l traditionnellement represents et congu comme l i e u de pouvoir, on aboutit avec Proust a 1'image d'un s e r a i l ou l e sultan se f a i t paradoxalement exploiter par les gens de son harem sans que son desir s o i t s a t i s f a i t * 1 . Or, pour Proust 1'inversion du pouvoir structurant l a v i e du s e r a i l a une f i n autre que c e l l e d'une Meme dans La Prisonniere, la representation du serail est tres ambigue. Marcel cree un s6 r a i l pour empecher Albertine.de reprendre ses relations lesbiennes; i l veut la posseder et 1'Eloigner du regard mondain. Or 1'inversion que Proust fa i t subir au serail de Marcel consiste en ce que c'est Albertine (la captive) qui fuit le serail de Marcel le sultan. Je dirai meme que la Recherche est une oeuvre qui se retourne sur elle-meme par exces d'inversion des elements ou des endroits auxquels Proust fait reference. 36 representation du rapport sultan-harem. Le motif du s e r a i l est u t i l i s e pour poursuivre, derriere les scenes de sado-masochisme, l a recherche de l a verite de 1'amour et du desir du corps humain. Les scenes sado-masochistes du Temps retrouve representent un v r a i "theatre de cruaute"' par lequel Charlus veut acceder a l a verite de son desir. Ces scenes sont litteralement 1'expression d'un jusqu'au-boutisme du desir corporel. Marcel d e c r i t l e sadisme de Charlus comme "un nouveau stade de [sa] maladie [...] [qui], avait poursuivi son evolution avec une vitesse croissante" (TR 145). Dans Sodome et Gomorrhe I, Marcel decouvre l e signe homosexuel a travers le r i t u e l de seduction entre Charlus et Jupien. I l v o i t l e "vice" de Charlus, un nouveau signe dont l a difference n o u r r i t sa carence v i s u e l l e : "c'est l a raison qui ouvre les yeux, une erreur dissipee nous donne un sens de plus" (SG 15). La decouverte du signe sado-masochiste forme une suite discontinue dans l a revolution optique de Marcel et se l i t comme l'eclatement corporel de "tout etre [qui] su i t son p l a i s i r " (SG 23). Le gout pour le mal peut etre interprets dans Le Temps retrouve comme une recherche de l a verite du corps et un desir d'expiation du "vice contre n a t u r e ^ . Le sadisme de Charlus est 1'exemple d'une sexualite qui non seulement se r e f l e c h i t en abime, mais devient continuellement un acte deconstructionniste par lequel l e sens (du p l a i s i r ) se retrouve pour se perdre et/ou se perd pour se retrouver. D'une part, on peut bien argumenter que l e gout du sadisme est pour Charlus un succedane a 1'absence de Morel, lequel a toujours f u i l e baron: "l'amoureux", remarque Marcel, "tout le temps anxieux [...], a cesse de penser a l a possession physique dont l e desi r 1'avait tourmente d'abord mais qui s'est use dans l'attente et a f a i t place a des besoins d'un autre ordre, plus douloureux s ' i l s ne sont pas 1 2 Dans Sodome et Gomorrhe I, Proust prepare d6ja le sadisme de Charlus. I l souligne "la violence des sons" dans la scene de seduction entre Charlus et Jupien, et note que ce plaisir est "une chose aussi bruyante que la souffranee" (SG 11). Dans la scene ou Morel exprime son desir de violer la f i l l e de Jupien (SG 396), le baron s'excite et note 1'importance du cote mSdiumnique dans tout le plaisir sadique: "on remarquera qu'apres une interpolation du langage vulgaire, celui de M. de Charlus etait brusquement redevenu aussi precieux et hautain qu'il etait d'habitude. C'est que l'idee que Morel «plaquerait» sans remords une jeune f i l l e violee l u i avait fait brusquement gouter un plaisir complet. Des lors ses sens etaient apaises pour quelque temps et le sadique (lui, vraiment mediumnimique rsic 1) qui s'6tait substitue pendant guelques instants a M. de Charlus avait fui et rendu la parole au vrai M. de Charlus, plein de raffinement artistique, de sensibilite, de bonte" (SG 398). 3 7 s a t i s f a i t s " (TR 126). D'autre part, pour preserver "son reve de v i r i l i t e " (TR 147), l e baron "doit se creer de nouvelles et d ' a r t i f i c i e l l e s dualites, des c o n f l i t s , des desirs et des terreurs" ( K r i s t e v a , Le Temps sensible 118). Le gout du mal, d'ordre dionysien, prend tout l'elan de sa recherche de l a v e r i t e du desir, et est oppose en cela a un gout d'ordre a p o l l i n i e n , c'est-a-dire d'ordre plus structure. Le sado-masochisme du baron dramatise l ' e t a t d'un sujet parlant qui se decouvre sujet d'un corps, c'est-a-dire, un sujet qui jouit de sa p l u r a l i t e sexuelle: Le point ou se trouve un Charlus par rapport au d e s i r f a i t n a i t r e autour de l u i l e s scandales, l e fo r c e a prendre l a v i e serieusement, a mettre des emotions dans l e p l a i s i r , l'empeche de s ' a r r e t e r , de s' immobiliser dans une vue iro n i q u e et exterieure des choses, rouvre sans cesse en l u i un courant douloureux. (TR 138) L'orgie sexuelle du baron tr a d u i t "1'aspect p o l y l o g i q u e " ^ de son corps, et ce en vertu des pulsions sexuelles contradictoires qui l e traversent et scandent son corps. Pour Marcel, l e sadisme de Charlus devoile a l a f o i s l e cote pur de son ame et l e cote poetique de sa personnalite: "un sadique a beau se c r o i r e avec un assassin, son ame a l u i sadique, n'est pas changee pour cela" (TR 131). La "purete" soulignee i c i est, dans une certaine mesure, au niveau de l a noblesse qui c a r a c t e r i s e l a recherche d'une v e r i t e p a r t i c u l i e r e . Car quoique l e " t e l o s " du sadisme s o i t l a recherche du p l a i s i r ou d'une v e r i t e sur l e desir corporel, l e corps se desintegre au long de l a recherche dans l a f i c t i v i t e (ou le p l a i s i r f i c t i f ) d'atteindre le but de l a recherche. En e f f e t , toutes " l e s aberrations sexuelles" de Charlus sont expressives d'un besoin d'acces a l a ver i t e de son p l a i s i r , de son desir et de son amour corporel: "meme dans ses aberrations", e c r i t Marcel, " l a nature humaine (comme e l l e f a i t dans nos amours, dans 1 3 Kristeva designe par "corps polylogique": "un territoire de strates heterogenes [...] chacune entrant en processus de fission, infinie a partir de leur heurt" {Polylogue 200). Je lui emprunte ce tenne pour souligner la pluralite de la langue du corps de Charlus qui jouit en deconstruisant 1'illusion grammaticale ou morale d'un code sexuel particulier. 3 8 nos voyages) traduit encore le besoin de croyance par des exigences de v e r i t e " (TR 145). Dans Le Temps retrouve, l a recherche de l a v e r i t e du de s i r corporel exige l'erranee de l a f o l i e et l a mise en question de l'Ordre Moral de l a conduite sexuelle, d'autant plus que " 'le caractere propre [de l'espace de cette errance, e'est-a-dire les] Mille et une Nuits est de n'avoir aucun but moral et, par suite, de ne pas ramener l'homme sur lui-meme, mais de le transporter par-dela le cercle du moi dans l e domaine de l a l i b e r t e absolue' " (Piroue, "La France et les Mille et une Nuits 104). La Recherche complexifie 1'articulation e x p l i c i t e d'un ordre moral en matiere d'amour c e l u i -c i restant aux yeux de Proust une maladie, et par rapport a l ' e c r i t u r e , une perte de temps. Pierre-Henri Simon a bien raison de remarquer que Proust "se rattache aux grands romanciers classiques, qui ont etudie l a passion dans ses causes et dans ses consequences morales, plutot que par son cote de c r i s e sensuelle et d'aventure physiologique" ("Psychologie proustienne de 1'amour" 384). Le narrateur pretend que " l a valeur morale ou i n t e l l e c t u e l l e peut se developper independamment dans un sens tout d i f f e r e n t " (TR 143). Les nouvelles conduites sexuelles de Charlus n'obeissent a aucun ordre moral bien d e f i n i . Au contraire, ses conduites ebranlent 1'edifice r e f e r e n t i e l de ce que peut etre l a conduite morale en matiere de sexualite. Le f a i t aussi que les jeunes gens du harem sont "des hommes en dernier ordre et de l a p i r e espece" (TR 139) implique que l e choix des partenaires de p l a i s i r s'eloigne de 1'ideal homosexuel represents par les "athletes de l a Grece [...] [ou] jeunes gens de Platon" (TR 114). Ces athletes furent, depuis l'epoque de l a guerre, l e modele de v i r i l i t e pour Charlus avant 1'experience de son sadisme. On se demande s i l e texte de Proust ne problematise pas 1'usage des p l a i s i r s developpe par l e s Grecs. En e f f e t , comme l'explique Foucault, l e souci du corps chez les Grecs les a amenes a formuler un art de gerer l a vie du corps qui consiste en un regime moral ou "1'accent est mis sur l e rapport a s o i qui permet de ne pas se l a i s s e r emporter par l e s appetits et les p l a i s i r s , de garder vis-a-vis d'eux maitrise et superiority [...] et d'atteindre a un mode d'etre d e f i n i par l a pleine jouissance de s o i -meme ou l a p a r f a i t e souverainete de s o i sur s o i " (Histoire de la 39 sexualite II 38). S i le comportement sexuel chez l e s Grecs comme enjeu moral s'est elabore d'apres une extreme s t y l i s a t i o n de l'amour des gargons comme une ve r i t e de l'amour du Beau, l a b r u t a l i t e des scenes sado-masochistes, dans Le Temps retrouve, t r a h i t un manque d'esthetique et une laideur du comportement ou l a ve r i t e du Beau et de l'amour se trouvent pulverises. Pour Charlus, embarquer sur une odyssee du sadisme, c'est embarquer sur une "Nef de f o l i e " qui l e mene vers un nouveau savoir: "ce fou", e c r i t Marcel en reference au baron, "savait bien, malgre tout, q u ' i l e t a i t l a proie d'une f o l i e et jouait tout de meme [...]. La proie d'une f o l i e ou e n t r a i t tout de meme un peu de l a personnalite de M. de Charlus" (TR 145). Le gout du mal est non seulement une transgression, mais aussi et surtout une volonte d'avoir acces au "feu defendu" du savoir sur le ( s ) d e s i r ( s ) du corps. La pratique du sado-masochisme se trouve done a 1'intersection de toute une tentative prometheene par laquelle l e sujet (proustien en mal d'amour ou de desir) s'aventure sur les t e r r i t o i r e s i n t e r d i t s (ou t e r r i t o i r e s divins d'apres l e mythe de Promethee) a f i n d'acceder au savoir ultime sur les desirs du corps qui sont, selon Proust, "des especes de gouts p a r t i c u l i e r s ou d ' e f f r o i s p a r t i c u l i e r s contractus par nos organes, nos ar t i c u l a t i o n s , [et], qui se trouvent a i n s i a v o i r p r i s pour c e r t a i n s c l i m a t s une horreur [...] inexplicable et [...] tetue (TR 146)* 4. La reference a Promethee est a s i g n i f i c a t i o n double. Sur l e plan l i t t e r a l du texte, cette reference e t a b l i t une analogie entre Charlus et Promethee pour l a i s s e r v o i r l e sadisme du baron en tant que desir d'expiation du vice homosexuel: "et l a , enchaine sur un l i t comme Promethee sur son rocher, recevant les coups d'un martinet en e f f e t plante de clous [...], et couvert d'ecchymoses qui prouvaient que l e supplice n'avait pas l i e u pour l a premiere f o i s " (TR 122). En evoquant l a question de l a moralite, l e narrateur ajoute que: "chez [le baron] comme chez Jupien, 1'habitude de separer l a moralite de tout un ordre d'actions [...] devait etre p r i s e depuis s i longtemps que 1'habitude [...] e t a i t a l l e e en s'aggravant de jour en jour, jusqu'a Est-ce une autre indication du climat chaud de l'Orient qui favorise l'exces des p l a i s i r s ? 40 c e l u i ou ce Promethee consentant s'etait f a i t couler par l a force au rocher de l a pure matiere" (TR 145). Sur l e plan f i g u r a t i f du texte, l a reference a Promethee signale le d e f i releve de Promethee a Zeus, et dans Le Temps retrouve l e d e f i de Charlus a l'ordre des conduites morales en matiere de sexualite egalement etablies par les Grecs. Or l'errance de Charlus n'est autre que poetique dans l a mesure ou, dans l'aventure sadique, l'errance s'oppose a l a tentative de toute j u s t i f i c a t i o n morale: "en somme", e c r i t Marcel au sujet du baron, "son desir d'etre enchaine, d'etre frappe, t r a h i s s a i t dans sa laideur, un reve aussi poetique que chez d'autres, l e desir d ' a l l e r a Venise ou d'entretenir des danseuses" (TR 147). Toutes les scenes du sado-masochisme peuvent etre lues comme un long chant lyrique ou l a b r u t a l i t e n'est autre qu'une sorte de recherche de l a ve r i t e sur le d e s i r . Kristeva souligne que "Charlus ne semble pas se punir d'etre porteur d'un vice honteux, et ce n'est pas une conscience coupable qui l u i i n f l i g e l e martyre [...]. La jouissance de Charlus releve d'une 'genealogie paienne', plus proche de l a v i l l a des Mysteres de Pompei que du Jugement dernier" (Le Temps sensible 121). C'est dans ce sens que l'on peut d i r e que l e cote poetique de l'aventure l'emporte sur l a pratique expiatoire du sado-masochisme, quoique l'analogie entre 1'hotel de Jupien, Sodome (TR 147) et Pompei (TR 144) rappelle l e chatiment d i v i n sur l e s c i t e s de l a Plaine ou l a destruction de Pompei. On peut meme dire que, derriere les scenes de f l a g e l l a t i o n dans 1'hotel de Jupien, Proust "reduit l a peinture d'une societe en guerre a sa quintessence d'abjection" (Ricoeur, La Configuration du Temps dans le recit de fiction II 211) . La sexualite e(s)t la realite orientale Or comment interpreter l e sadisme de Charlus dans l e contexte de 1'orientalisme? Est-ce 1'expression d'un exces de p l a i s i r i d e n t i f i a b l e a tout sultan oriental? Comment situer l a recherche de l a v e r i t e de 1'amour et du d e s i r dans l'espace du discours o r i e n t a l i s t e de Marcel surtout? Pour Marcel, 1'orientaliste, ce genre de scene sado-masochiste forme un spectacle de f o l i e : "cette maison est tout autre chose, 41 plus qu'une maison de fous, puisque l a f o l i e des alienes qui y habitent est mise en scene, reconstitute, v i s i b l e " (TR 139). Se prenant pour un v r a i Haroun A l Rachid en terre d'Orient, Marcel est degu de ne pas pouvoir " a r r i v e r a point au secours [de Charlus] qu'on frappait"-^ (TR 139). A l a f i n de son voyage, Marcel attribue le comportement des jeunes gens du s e r a i l a un vice d'education. I l constate: C ' e t a i t evidemment un v i c e d'education ou 1'absence de toute education, j o i n t s a un penchant a gagner de 1'argent de l a fagon sinon l a moins penible [...], du moins l a moins labourieuse p o s s i b l e , qui a v a i t amene ces «jeunes gens» a f a i r e pour a i n s i d i r e [...], des choses qui ne leur causaient aucun p l a i s i r . (TR 143) L'emboitement du discours de l a sexualite dans l e discours de l a f o l i e est fortement appuye i c i . La representation de ces deux formes de discours obeit a des principes d'ordre i n s t i t u t i o n n e l parce que ces deux discours sont differemment e x i l e s dans l e langage de 1'ordre ou de l a Raison que Marcel, 1 ' o r i e n t a l i s t e , represente en quelque sorte. L'inversion sexuelle avec l a f o l i e forment deux "economies du negatif" qui se dessiminent a travers les i n t e r d i t s sociaux et l e code binaire du systeme l i n g u i s t i q u e . C'est ce que Foucault designe par l e principe d'exclusion ou " l e partage de l a raison et de l a f o l i e " . Said souligne que: 1 5 Proust r e e c r i t " l ' h i s t o i r e de Zobeide", un celebre conte des Mille et une Nuits. I l deforme ce conte dans l a mesure ou Charlus devient Zobeide. Ceci n'est pas surprenant surtout s i on se rappelle que tres souvent Charlus est decrit comme une femme ou une odalisque (SG I 6 STR 116/131). Marie Miguet-Ollagnier observe que: "sans que l'on puisse distinguer s i l a reference est f a i t e a Galland ou a Mardrus, et meme avec une i n f i d e l i t e s£rieuse aux deux versions, est u t i l i s e e dans Le Temps retrouve l ' h i s t o i r e de Zobeide pour donner une image a l a f o i s tragique et repoussante de l a f l a g e l l a t i o n masochiste a laquelle se soumet Charlus. Selon l e conte arabe, Zobeide est obligee de fouetter ses deux soeurs metamorphosees en chiennes pour ne pas subir leur sort. Est-ce l a memoire i n f i d e l e de Proust ou une profanation volontaire du conte ancien qui 1'amene a presenter l a version suivante: Zobeide [...] est transformed en chienne et se f a i t fouetter pour retrouver forme humaine? Cette version personnelle faisant de Charlus une chienne, avec les connotations injurieuses attachees a ce vocable, doit etre une de celles qu'entrevoit l a mere, inefficace gardienne du s e u i l . Proust e s t - i l un autre Ossian s'autorisant une supercherie pour t i r e r les Mille et une Nuits vers les bas-fonds du p l a i s i r ? " ("Le Don des Mille et une Nuits dans Sodome et Gomorrhe 915). 42 We may as well recognize that for nineteenth-c e n t u r y Europe, w i t h i t s i n c r e a s i n g embourgoisement, sex had been i n s t i t u t i o n a l i z e d to a very considerable degree. On the one hand, there was no such thing as "free" sex, and on the other hand, sex i n society e n t a i l e d a web of l e g a l , moral, even p o l i t i c a l and economic o b l i g a t i o n s of a d e t a i l e d and c e r t a i n l y encumbering sort. Just as the various c o l o n i a l p o s s e s s i o n s — q u i t e apart from the economic benefit to metropolitan Europe—were useful as places to send wayward sons, superfluous populations of delinquents, poor people, and other undesirables, so the Orient was a place where one could look f o r sexual experience unobtainable i n Europe. (Orientalism 190) L'Orient v i s i t e par Marcel et e c r i t par Proust se li m i t e dans Le Temps retrouve a 1'exclusivite du s e r a i l , l i e u de depravation sexuelle, de f o l i e et de degenerescence morale. Le texte de Proust ne f a i t aucune a l l u s i o n a l ' h i s t o i r e de l ' O r i e n t en dehors de l'espace l i m i t e du s e r a i l . Les referents historiques, notamment l e colonialisme et l a Premiere Guerre mondiale, sont d i f f e r e s ou pulverises au p r o f i t d'une prolongation du p l a i s i r de mythification de toute l a metaphore sexuelle de l'Orient. La mise a l'ecart de ces referents historiques hors du discours proustien sur l'Orient "ne manque pas de produire un nouveau sens, tant i l est v r a i , une f o i s de plus", comme l e souligne Barthes, "que dans un systeme toute carence d'element est elle-meme s i g n i f i a n t e " (Le Bruissement de la langue 165) . En e f f e t , c'est l a carence de l a substance historique au niveau du discours proustien sur l'Orient q u ' i l faut mettre en lumiere. L'Orient represents par Proust est un Orient l i m i t e a l'espace d'un s e r a i l qui l e d e f i n i t . C'est l'Orient t e l q u ' i l est pergu par l e narrateur, et ce a travers l a "lanterne" des lectures anterieures a son voyage en Orient, et notamment l a lecture des Mille et une Nuits qui "sont une etape necessaire du parcours d i a l e c t i q u e de 4 3 1'apprehension du monde" ( J u l l i e n , "Les Mille et une Nuits dans l a Recherche" 470)^^, et concu par l ' e c r i v a i n a travers l ' i n t e r t e x t e des e c r i t s o r i e n t a l i s t e s dont i l e t a i t un grand admirateur^^ • L'Orient pour Proust " d o i t " etre concu a i n s i ( c ' e s t - a - d i r e dematerialise et mythifie selon une metaphore sexuelle) pour appuyer l a formulation et l a s o l i d i t e de toute sa theorie de 1'inversion. U t i l i s e r une metaphore sexuelle pour vehiculer une v e r i t e sur l'Or i e n t est un t r a i t o r i e n t a l i s t e qui parcourt non seulement l'oeuvre de Proust, mais presque tous l e s e c r i t s l i t t e r a i r e s frangais du 19eme si e c l e qui abordent ce theme. Ce t r a i t , qui semble etre une quasi nevrose de ce s i e c l e , met en lumiere l e danger de l a 1 ft . (re) presentation- 1 0 l i t t e r a i r e surtout lorsque cette derniere se t r a v e s t i t ou cherche a se t r a v e s t i r en discours de v e r i t e . Le pre f i x e re implique une a c t i v i t e seconde et r e f l e c h i e , et non immediate ou spontanee au niveau de l a presentation ou l ' e c r i t u r e de l'Orient. Comme l'explique Behdad: "the o r i e n t a l i s t representation i s always re-presentation of the Orient: the narrative of the voyage i s not and cannot be a d i r e c t t r a nscription of the r e a l i t y seen by the enunciating subject, but a re-writing of the Father's text [ i n t e r t e x t ] from which he derives his authority" ( " O r i e n t a l i s t Desire, Desire of the Orient" 43). En e f f e t , quand l a r e a l i t e d'un discours (historique sur l'Orient au 19eme s i e c l e par exemple) se confond avec l a diegese ( t e l l e que l a representation de l'Orient dans Le Temps retrouve) dans un e c r i t l i t t e r a i r e ou autre, on peut deja prevoir l e deuil de "1'effet du r e e l " pour revendiquer 1'effet d'une certaine f i c t i o n n a l i t e de cet e c r i t . Peut-on p a r l e r d'un II semble que chaque fois que Marcel se cpnfronte a des scenes qui ebranlent sa vision, la reference aux Mille et une Nuits soit immediatement soulignee en tant que " g r i l l e " ou "promesse" de lecture du monde. Ainsi dans la scene de seduction entre Charlus et Jupien, Marcel remarque: "depuis que pour suivre — e t voir se dementir— les principes militaires de Saint-Loup, j'avais suivi avec grand detail la guerre de Boers, j'avais ete conduit a relire d'anciens recits d'explorations, de voyages. Ces recits m'avaient passionne et j'en faisais 1'application dans la vie courante pour me donner plus de courage" (SG I 10). 1 7 Voir la note 4. 1 8 Sur la question de la representation, voir la note 1 du premier chapitre. Quand Marcel dit dans La Prisonniere: "j'en serais reduit pour toujours, comme un juge, a t i r e r des conclusions incertaines d'imprudences de langage qui n'etaient peut-etre pas inexplicables sans avoir recours a la culpabilite" (50), tout l'edifice referentiel devient l'enjeu d'une verite de mensonges, ou la culpabilite devient metaphore de la transgression du sujet narrateur (ou du sujet ecrivain), qui enfreint la l o i de "la sincerite linguistique". 44 modernisme fascinant mais inquietant par sa carence en matiere historique typique de Proust? Le regard de Marcel sur l'Orient reste un regard mediatise par ses l e c t u r e s anterieures qui s'interposent entre l u i et l a lecture/representation du monde. En exagerant un peu l e poids de ces lectures d'avant l e voyage en Orient, je d i r a i q u ' i l s'agit bien i c i d'un donquixottisme-^ pur et consistant qui traverse et sous-tend l a r e a l i t e romanesque du r e c i t p r o u s t i e n sur l ' O r i e n t . Le donquixottisme en tant que dialectique de rapport avec l e monde handicappe l a r e l a t i o n du sujet avec l'exterieur et problematise l e statut du referent textuel (qui est i c i l'Orient). Behdad explique a ce propos: The subject's encounter with the " r e a l " i s mediated by the symbolic f i e l d of o r i e n t a l i s t texts that have given him the i l l u s i o n of a phantasmagoric c i t y . In t h i s case, i t i s the fantastic tales of the Thousand and One Nights that come between the subject and the immediate r e a l i t y , thus defining his relationship to the Other [...]. It i s not that the subject's desire fo r the Orient i s the desire of the Other. Rather, i t i s the O r i e n t a l i s t i n t e r t e x t that defines his desire for him. In other words, the desire for the Orient i s necessarily mediated through the O r i e n t a l i s t D e s i r e i t s e l f . ("Orientalist Desire, Desire of the Orient" 42-Outre ce regard mediatise, Marcel reste tres detache en tant que voyageur o r i e n t a l i s t e , v o i r e un f l a n e u r desoeuvre qui s'abandonne au spectacle et aux impressions de son sejour et s'en alimente pour e c r i r e . Toutes ses observations et constatations ont l i e u dans l'obscurite de l a piece de 1'hotel (que Jupien a c o n s e i l l e a Marcel d'occuper pour ne pas etre vu du baron), dans l e silence et l o i n de toute i n t e r a c t i o n (directe) avec l e s occupants (les Orientaux) de 1'hotel. Le but du voyage de Marcel en Orient n'est pas l a recherche du p l a i s i r sexuel. Or f a u t - i l v o i r dans son Le drame de D o n Q u i x o t t e n ' e t a i t - i l pas de v o i r t o u t e c h o s e a t r a v e r s l a g r i l l e de s e s l e c t u r e s romanesques ? 4 5 i n d i c a t i o n de " p o r t r a i t s en couleurs de femmes decoupes dans les magazines et des revues i l l u s t r e e s (TR 118), qui font l a promiscuite de l a piece de 1'hotel, un t r a i t de son "erotisme" non s a t i s f a i t ? L'erotisme qui "est 1'usage non procreateur, non fonctionnel de l a sexualite [...], une perversion, le detournement d'un i n s t i n c t [...] au p r o f i t d'un p l a i s i r i n d i v i d u e l et s t e r i l e " ? (Rougement, "L'Amour" 203). Ce detachement qui t r a d u i t l a s u p e r i o r i t y ( i n t e l l e c t u e l l e , c u l t u r e l l e et l i n g u i s t i q u e ) de Marcel en tant qu'Occidental est fonde sur un rapport de force i n a r t i c u l e entre Marcel et les Orientaux. Marcel parle de " l a peripheric" orientale (le harem) en prenant comme l i e u de discours l e "centre" Occidental (Paris), et ce faisant son detachement se renforce par son pouvoir de narration sur l ' O r i e n t . Proust, a travers l a voix de son narrateur Marcel, se trouve en p o s i t i o n c e n t r i p e t e , et c'est pourquoi son discours sur l'Orient assume une fonction centrifuge, s i on accepte, a i n s i que je l ' a i propose, que dans Le Temps retrouve Paris est transforme en Orient. Marcel parle et e c r i t sur l'Orient sans l e v i s i t e r reellement et tout en gardant comme point geographique de discours le Paris ou i l est. Son discours est a l a fo i s e x c l u s i f et i n c l u s i f de Ta substance materielle: e x c l u s i f du chapitre c o l o n i a l dans toute l ' h i s t o i r e de l'Orient, et i n c l u s i f d'un fragment de l ' h i s t o i r e du court sejour de Marcel en "Orient". I l y a clairement une profonde tension dans l e r e c i t de Marcel sur l'Orient, une tension entre ce q u ' i l e c r i t et ce q u ' i l neglige, suspend ou s'empeche d'ecrire. D'ou l e rapport de co l l a b o r a t i o n , dont parle Said, entre l a production a r t i s t i q u e qui n'a (ou qui est entamee de sorte qu'elle n'en a i t ) pas d'attaches historiques au pouvoir c o l o n i a l . Said remarque que: "the power to narrate, or to block other narratives from forming and emerging, i s very important to c u l t u r e and imperialism, and co n s t i t u t e s one of the main connections between them" (Culture and Imperialism x i i i ) . Le Temps retrouve et 1'ensemble de l a Recherche ouvrent un grand debat sur l a sexualite au 19eme s i e c l e (et notamment sur les "sexualites peripheriques" ou perverses par rapport a 1'alliance legitime), qui "depuis l a f i n du XVIIIeme s i e c l e [...], [et] l o i n de subir un processus de r e s t r i c t i o n , a au contraire ete soumise a un mecanisme d ' i n c i t a t i o n c r o i s s a n t e " (Foucault, Histoire de la 4 6 sexualite I 21). Cette p r o l i f e r a t i o n du discours sur l a sexualite est maintenue par une appropriation profonde de (et au depens de c e l u i - c i ) l'Orient. La geographie orientale est une condition sine qua non de l a mise en discours de l ' e t a t et du statut du sexe (pervers surtout) au 19eme s i e c l e , ce sexe que l a Doxa bourgeoise a exclu et que Proust i n c l u t . Le danger de cette mise en discours est qu'elle se presente, dans l'oeuvre de Proust, subtilement imbriquee dans l e discours o r i e n t a l i s t e . D'autres aspects de l a vie et de l ' h i s t o i r e de l'Orient sont mis a l'ecart au p r o f i t du seul discours c o n s i s t a n t sur l a se x u a l i t e en Orient. D'ou 1'importance de contextualiser Le Temps retrouve et 1'ensemble de l a Recherche dans 1'archive discursive de 1'orientalisme et d'ebranler respectivement l'episteme occidental sur l'Orient au 19eme s i e c l e (surtout lorsque c e l u i - c i nous est presente dans des r e c i t s de f i c t i o n ou dans des poemes), et de souligner en p a r t i c u l i e r les conditions de formation de ces enonces epistemiques 47 CHAPITRE TROIS VOLONTE DE L'ECRITURE ET SUBJECTIVITE DE L'EXPERIENCE ROMANESQUE Marcel, Maitre de son ' s e r a i l l i t t e r a i r e ' 48 La representation du temps, de l a memoire et de 1'ecriture constitue l'epine dorsale de toute l a Recherche. L'etude de cette question nous amene a examiner les experiences de Marcel t e l l e s qu'elles s'articulent dans sa vocation l i t t e r a i r e , un don recherche et trouve au s e u i l de sa mort. La poursuite de ce don est entamee avec ivresse et urgence parce que l a guerre, en premier l i e u , accentue pour Marcel une p r i s e de conscience l a t e n t e de sa mortalite. Joint a cela, l e spectacle de l a v i e i l l e s s e l o r s de sa derniere experience mondaine (la matinee chez l a Princesse de Guermantes) devoile pour Marcel l e pouvoir destructeur du temps, ce qui f a i t de l ' e c r i t u r e , l'ultime forme d'immortality. Le propos de ce troisieme chapitre est d'ouvrir t r o i s eventails sur l'exotisme de Marcel dans l e temps de l a memoire et de l ' e c r i t u r e . En e f f e t , s i le Paris de l a Premiere Guerre mondiale et 1'hotel de Jupien representent aux yeux de Marcel des espaces geographiques pour une experience de l a diff e r e n c e , 1'hotel des Guermantes est aussi un l i e u geographique (oriental) ou se greffe l ' a i l l e u r s temporel de 1'experience subjective du narrateur. A t i t r e metaphorique, l a matinee Guermantes se presente comme un "court voyage" r e t r o s p e c t i f vers 1'enfance combraysienne qui encastre indelebilement l'Orient l u et reve des Contes arabes. Dans Le Temps retrouve, 1'evocation du temps, de l a memoire et de l ' e c r i t u r e est tiss e e de 1'element o r i e n t a l qui se veut source d'inspiration pour le narrateur proustien. Le temps en tant que tapis volant Lors de son troisieme- retour a Paris apres des soins subis dans une maison de sante, Marcel est convaincu de son manque de dons l i t t e r a i r e s et de son incapacity d ' e c r i r e . L'arret du t r a i n au milieu de son voyage vers Paris devoile une ligne d'arbres qui, rappelant l e s arbres d'Hudimesnil 1, ne l u i font aucun signe de l La Recherche est jalonnee de moments p r i v i l e g i e s qui devoilent l a communion de Marcel avec les elements de l a nature ou du paysage t e l s que l e vent, les arbres, les aubepines et les clochers des eglises. Dans «Combray I » , quand les parents de Marcel ont voulu rentrer a Paris, Marcel e c r i t que: "ma mere me trouva en larmes dans l e p e t i t r a i d i l l o n , contigu a Tansonville, en t r a i n de dire adieu aux aubepines, entourant de mes bras les branches piquantes [...]. l i s Staient perpetuellement parcourues, comme par un chemineau i n v i s i b l e , par l e vent qui e t a i t pour moi le genie p a r t i c u l i e r de Combray" (CS 254-55). De meme, 1'adieu au clochers est d e c r i t par Marcel avec douleur et mystere: "je ne savais pas l a raison du p l a i s i r que 49 promesse l i t t e r a i r e s : "arbres, pensai-je, vous n'avez plus r i e n a me d i r e " (TR 161). A l a recherche d'une consolation qui s'avere f a c t i c e , Marcel decide de reprendre l a vie mondaine dans l'espoir d'y trouver i n s p i r a t i o n : Peut-etre dans l a nouvelle partie de ma v i e , s i dessechee, qui s'ouvre, l e s hommes po u r r a i e n t - i l s m'inspirer ce que ne me d i t plus l a nature [...]. Ce n'est vraiment pas l a peine de me p r i v e r de mener l a v i e de l'homme du monde, m'etais-je d i t , puisque l e fameux «travail» auquel depuis s i longtemps j'espere chaque jour me mettre le lendemain, je ne suis pas, ou plus, f a i t pour l u i , et que peut-etre meme i l ne correspond a aucune r e a l i t e . (TR 161-63) L'hotel p a r i s i e n de l a princesse de Guermantes r e t i e n t , aux yeux de Marcel, sa magie de seduction exotique. Les Guermantes2 ont toujours ete associes, dans l'imaginaire de Marcel, a un l i e u i d e a l et inaccessible a t e l point, e c r i t - i l , que "penetrer dans l e palais du sorcier ou de l a fee, f a i r e s'ouvrir devant moi les portes qui ne cedent pas tant qu'on n'a pas prononce l a formule magique, me semblait aussi malaise que d'obtenir un entretien du sorcier ou de l a fee eux-memes" (TR 164). L ' i n v i t a t i o n a l ' h o t e l des Guermantes j'avais eu a les apercevoir a 1'horizon et 1'obligation de chercher a decouvrir cette raison me semblait bien penible, j'avais envie de garder en reserve dans ma tete ces lignes remuantes au s o l e i l et de n'y plus penser maintenant" (CS 294). L'impression des t r o i s arbres d'Hudimesnil reste enigmatique: "comes des ombres i l s semblaient me demander de les emmener avec moi, de les rendre a l a v i e [...]. Je v i s les arbres s'eloigner en agitant leurs bras desesperes, semblant me dire : « c e que tu n'apprends pas de nous aujourd'hui, tu ne l e sauras jamais. S i tu nous lai s s e s retomber au fond de ce chemin d'ou nous cherchions a nous hisser jusqu'a t o i , toute une partie de toi-meme que nous t'apportions tombera pour jamais au neant.»" (JF 286-87). Tous ces signes avant-coureurs de l a creation artistique restent profondement myst6rieux. o De tous les noms de l a Recherche, Guermantes est l e nom qui abonde l e plus en s i g n i f i c a t i o n s . Proust a evoque presque tous les themes de son oeuvre par l a simple composition de ce nom. Le projet de l a recherche de l a " v e r i t e " semble etre jalonne par 1'effort de Marcel de "dechiffrer" l e contenu de ce nom qui a "tous les moments de sa duree [est] considere comme un ensemble de tous les noms qu'ils admettait en l u i [et] autour de l u i " (TR 276). Le cote de Guermantes est l e cote de l a societe aristocratique, alors que l e cote de chez Swann est le cot6 de l a bourgeoisie. Guermantes est l e nom de l ' a l t e r i t e : l e morpheme guer (qui s i g n i f i e "etranger" en hebreu, voir l a note 2 du premier chapitre) designe a l a fois l a communaute juive et l a communaute homosexuelle, c'est-a-dire les marginaux de l a societe bourgeoise a l'epoque de Proust. Guer est egalement homonyme de guerre. qui est un evenement important dans toute l a Recherche. Quant au morpheme mante. i l recouvre, d'une part, l e sens de l'insecte qui rappelle, dans Sodome et Gomorrhe, le r i t u e l de seduction entre Charlus et Jupien comme une scene de fecondation d'une fleur par un insecte. D'autre part, mante revet l e sens d'une femme cruell e , et evoque, a i n s i , les souffranees infligees par Albertine a Marcel. 50 est l a derniere destination exotique de Marcel, qui t e l "un tapis volant, ebranle l'apparente s t a b i l i t e du [lieu] en l u i conferant une superbe parure o r i e n t a l e " (Buisine, "Marcel Proust: l e Cote de l'Orient" 130). En e f f e t , toute l a description du "court voyage" de Marcel vers 1'hotel des Guermantes s'orientalise et s'elabore a travers une profonde analogie avec l e monde des Mille et une Nuits. I l s'agit particulierement de portes qui s'ouvrent comme par l e b i a i s de formules magiques, de tapis volants qui transportent Marcel dans l e temps l o i n t a i n de 1'enfance, et de sensations de f e l i c i t e que provoque "l'anneau i n v i s i b l e " d'une extra-temporalite du moment. L'hotel i n t r o d u i t l ' e c a r t de l a perception chez Marcel dans l a mesure ou i l marque un glissement temporel r e t r o s p e c t i f : "je ne traversais pas les memes rues que les promeneurs qui etaient dehors ce jour l a " , e c r i t Marcel, "mais un passe gl i s s a n t , t r i s t e et doux" (TR 165). Le passe vers lequel Marcel semble remonter en a l l a n t a 1'hotel des Guermantes est essentiellement c e l u i de l'enfance: "j'avais eu envie d ' a l l e r chez l e s Guermantes comme s i c e l a a v a i t du me rapprocher de mon enf ance et des profondeurs de ma memoire ou je 1'apercevais" (TR 163). Pour l e narrateur, l'enfance est l a source d'une f e l i c i t e perdue et recherchee dans l e temps. Sa d i r e c t i o n retrograde est une d i r e c t i o n vers l ' o r i g i n e des premieres impressions q u ' i l veut recuperer. L'enfance du narrateur est importante non seulement en vertu de cette charge a f f e c t i v e (du rapport symbiotique avec l a mere) qu'elle e v e i l l e en l u i , mais aussi en vertu de sa "temporalite orientale". Le Combray de l'enfance est un pardis perdu, une v i l l e d'Orient qui "acquiert a i n s i l e statut [...] d'une epoque mythologique. L'enfance n'est pas exactement l e point de depart d'une chronologie personnelle: e l l e f a i t figure d'origine absolue, partant, de sphere situee, comme l'univers des Mille et une Nuits, en dehors du temps, qui l i b e r e par consequent 1' e s p r i t de l a servitude temporelle par l e miracle de l a reminiscence" ( J u l l i e n , "Proust et ses modeles" 46). A i n s i , tout ce que Marcel eprouve des son entree dans l a cour de 1'hotel est r e l i e a l'enfance, c'est-a-dire a un temps autre que le temps du present. Ces sensations discontinues fonctionnent en quelque sorte comme un tapis volant a l'aide duquel Marcel voyage 51 dans l e temps des souvenirs l o i n t a i n s . E l l e s sont un coup du hasard egalement r e g i par l e temps: "mais c'est quelquefois au moment ou tout nous semble perdu que 1'avertissement a r r i v e qui peut nous sauver, on a frappe a toutes les portes qui ne donnent sur ri e n , et l a seule par ou on peut entrer et qu'on aurait cherchee en vain pendant cent ans, on y heurte sans le savoir, et e l l e s'ouvre" (TR 173). La sensation des d a l l e s inegales inaugure l a s e r i e de sensations atemporelles a venir. Marcel rapproche cette sensation a un moment d'illumination: "un azur profond enivrant mes yeux, des impressions de fraicheur, d'eblouissante lumiere tournoyaient pres de moi" (TR 173). La sensation des d a l l e s est une variante de 1'experience de l a madeleine. E l l e a pour e f f e t de t i r e r Marcel de son decouragement et de 1'inciter a chercher les causes profondes de l'extase ressentie. Le narrateur e c r i t : Tout mon decouragement s'evanouit devant l a meme f e l i c i t e qu'a diverses epoques de ma vie m'avaient donne l a vue d'arbres que j'avais cru connaitre dans une promenade en voiture autour de Balbec, l a vue des clochers de M a r t i n v i l l e , l a saveur d'une madeleine trompee dans une i n f u s i o n , tant d'autres sensations dont j ' a i p a r l e et que l e s dernieres oeuvres de V i n t e u i l m'avait paru synthetiser. (TR 173) Le b r u i t d'une c u i l l e r frappee contre l ' a s s i e t t e provoque l e meme e f f e t de f e l i c i t e que l a sensation des paves inegaux: " l e meme genre de f e l i c i t e que m'avaient donnee les dalles inegales m'envahit [...]; et je reconnus que ce qui me parai s s a i t s i agreable e t a i t l a meme rangee d'arbres" (TR 174). Quant a l a sensation de l a serviette contre l a bouche, e l l e a pour e f f e t p a r t i c u l i e r de metamorphoser Marcel en un Aladdin, ce "personnage des Mille et une Nuits qui sans le savoir accomplissait precisement le r i t e qui f a i s a i t apparaitre, v i s i b l e pour l u i seul, un docile genie pret a l e transporter au l o i n " (TR 175). Ce qui car a c t e r i s e ces sensations est l e f a i t qu'elles arrivent non seulement dans un l i e u magique (1'hotel des Guermantes), mais aussi dans un cadre champetre qui est l e cadre combraysien de 1'enfance: ces "sensations etaient de grande chaleur encore mais toutes differentes: melee d'une odeur de fumee, apaisee 52 par l a fraiche odeur d'un cadre f o r e s t i e r " (TR 174). Les sensations involontaires reactualisent l'univers de Combray associe a l'Orient par l e s references aux Contes arabes. En e f f e t , a 1'hotel des Guermantes, Marcel f a i t 1'experience des sensations involontaires en attendant l a f i n d'un morceau de musique et en degustant "un choix de p e t i t s fours [et] un verre d'orangeade" (TR 175), de meme que, dans l e paradis enfantin de Combray, l e narrateur et sa fa m i l l e s'asseyaient "devant l e s a s s i e t t e s des M i l l e et une Nuits, appesantis par l a chaleur et surtout par l e repas. Car au fond permanent d'oeufs, de cotelettes, de pommes de terre, de confitures, de b i s c u i t s [...] [le] menu [...], r e f l e t a i t un peu le rythme des saisons et les episodes de l a v i e " (CS 171). J u l l i e n explique a ce propos que: " l a reverie alimentaire u t i l i s e l a reference aux Mille et une Nuits comme langage du des i r : mais les Mille et une Nuits traduisent en r e a l i t e le desir d'une maniere plus profonde, dans l a mesure ou e l l e s sont l'embleme d'un discours nostalgique, qui in s t i t u e une origine a p o s t e r i o r i " (Proust et ses modeles 47). La reverie gastronomique a t t i r e 1'attention sur l e reseau a s s o c i a t i f qui r e l i e l a lecture, l a nourriture et 1'ecriture (le l i v r e de Marcel est compare a un plat de Frangoise, TR 340). Les sensations des da l l e s , de l a c u i l l e r et de l a serviette sont decrites t e l un coup de fee qui a l'aide de sa baguette magique metamorphose pour Marcel tout 1'aspect de son entourage et de son etat d'ame. I l n'est pas etonnant de parler de conte de fee puisque 1'hotel des Guermantes represente un univers enchante. Les sensations que l e narrateur y eprouve sont elles-memes des mysteres a d e c h i f f r e r : " l a v i s i o n eblouissante et i n d i s t i n c t e me f r o l a i t comme s i e l l e m'avait d i t : «Saisis-moi au passage s i tu en as l a force, et tache a resoudre l'enigme de bonheur que je te propose.»" (TR 174). On peut rapprocher le bonheur eprouve par Marcel a une sorte de force i n c a n t a t o i r e retrouvee dans l e temps pur des sensations, c'est-a-dire le temps en tant qu'association discontinue d'impressions dont l'enfance est l e noyau o r i g i n a i r e . En e f f e t , l a sensation des d a l l e s rappelle Balbec qui ra p p e l l e Venise qui rappelle Combray. La mise en forme de ces associations est fondee sur une temporalite desordonnee qui val o r i s e 1'espace psychique de l a memoire involontaire et non pas du vide a f f e c t i f associe a l a memoire volontaire: "ce que l a sensation des da l l e s inegales, l a 53 raideur de l a serviette, l e gout de l a madeleine avaient r e v e i l l e en moi n'avait aucun rapport avec ce que je cherchais souvent a me rappeler de Venise, de Balbec, de Combray, a l'aide d'une memoire uniforme" (TR 176). Temps de la memoire: sesame de souvenirs Dans sa recherche d'un don d'ecriture et d'un temps perdu, Marcel prend conscience de toute puissance du souvenir a 1'eloigner de l'uniformite de l a v i e . Les t r o i s sensations vecues a l'entree de I'hotel des Guermantes sont comme " l a celeste nourriture" (TR 179) longtemps attendue pour avoir l a vocation a r t i s t i q u e . Marcel e c r i t : " i l y avait en moi un personnage qui savait plus au moins bien regarder, mais c' e t a i t un personnage intermittent, ne reprenant vie que quand se manifestait quelque essence generale, commune a plusieurs choses, qui f a i s a i t sa nourriture et sa j o i e " (TR 24). L'intermittence du moi a r t i s t i q u e de Marcel est t r i b u t a i r e de visions elles-memes t r i b u t a i r e s d'un hasard indetermine. Le f a i t de retrouver l a f e l i c i t e des souvenirs lointains (de l'enfance surtout) s i g n i f i e , pour le narrateur, que le secret du bonheur est d'un autre ordre spatio-temporel. C'est-a-dire que " s i 1'impression primitive est done digne de f o i , c'est qu'elle implique un moment et un lieu, et non pas [...], un moment qui peut etre n'importe quel moment, un l i e u qui peut etre n'importe quel l i e u " (Poulet, Etudes sur le temps humain I 377-78). Le moment de l a sensation appartient a une temporalite fragmentaire 3. Pour Proust, vivre des sensations involontaires de f e l i c i t e c'est etre a s s u j e t t i a un ordre temporel qui i n v e r t i t l a chronologie du present et du passe. Le su j e t proustien est "affranchi de l'ordre du temps" ou v i t "un peu de temps a l ' e t a t pur" (TR 179) lorsqu'une sensation l e transporte vers l ' A i l l e u r s temporel d'une impression primitive — archeologie d'impressions 3 J e d i s t i n g u e e n t r e 1 ' a s p e c t f r a g m e n t a i r e e t 1 ' a s p e c t f r a g m e n t e . Une t e m p o r a l i t e f r a g m e n t a i r e t end v e r s l a f r a g m e n t a t i o n , a l o r s q u ' u n e t e m p o r a l i t e f ragmentee s e p r e s e n t e d e j a en t a n t que t e l l e . La Recherche nous p r e s e n t e deux formes de c h r o n o l o g i e : e x t e r n e e t i n t e r n e . Nous r e t r o u v o n s une s u i t e c h r o n o l o g i q u e au n i v e a u de l a r e p r e s e n t a t i o n des evenements mondains e t de l a v i e des p e r s o n n a g e s , c ' e s t - a - d i r e des evenements e x t e r n e s a l a v i e i n t e r i e u r e de M a r c e l . L ' a s p e c t f r a g m e n t a i r e l ' e m p o r t e s u r 1 ' a s p e c t f ragmente de l a n a r r a t i o n l o r s q u e l e r a p p o r t au temps d e v i e n t t r e s s u b j e c t i f v e r s l a f i n de l ' o e u v r e , e t p l u s c e n t r e s u r l e moi du n a r r a t e u r que s u r l e monde. 54 l o i n t a i n e s , c'est-a-dire impressions d'enfance ou de l ' O r i e n t combraysien. Selon Proust, l a duree temporelle reunit l a proximite du present et du passe dans l e temps meme de l a sensation involontaire qui n'est n i le passe n i l e present, mais une fusion innommable des deux "auxquels e l l e r e t i r e encore de leur r e a l i t e en ne conservant d'eux que ce qui convient a l a f i n u t i l i t a i r e , [ 1 ' e c r i t u r e ] " (TR 179). L'univers des sensations proustiennes se rattache au monde enchante des Contes arabes dans l a mesure [ou] tout s ' a b o l i t devant [1'] a p p a r i t i o n miraculeuse [de l a sensation]. Comme dans les Mille et une Nuits, l a r e a l i t e qui enveloppe l e heros — m a i s non pas l e s autr e s p e r s o n n a g e s — c o n t i e n t des r i c h e s s e s i n v i s i b l e s , l e plus souvent inconnus et i n s a i s i s s a b l e s , mais qu'un h a s a r d b i e n v e i l l a n t peut f a i r e brusquement s u r g i r . Ce hasard, ce sont les graces de memoire dont Proust a suffisamment souligne le caractere magique. (Rousset, Formes et significations 160-61) En e f f e t , ce que le sujet proustien v i t dans 1'espace atemporel d'une sensation est une decouverte des tresors de l a memoire. La jouissance que procure une sensation involontaire n'est pas d'ordre materiel puisqu'elle repose sur "les resurrections de l a memoire" (TR 184) involontaire. Cette f e l i c i t e est due a l a "renaissance" des espaces et des temps l o i n t a i n s : "toujours, dans ces resurrections-l a , le l i e u l o i n t a i n engendre autour de l a sensation commune s'et a i t accouple un instant, comme un lutteur, au l i e u actuel" (TR 181). Le propre de l a sensation est qu'elle fonctionne t e l l e une formule incantatoire ouvrant l e sesame de l a memoire. Tadie souligne que "les reminiscences proustiennes, qui arrachent l e heros a sa condition presente et le deplacent dans 1'espace et l e temps, sont 1'equivalent des genies ou du tapis volant, auxquels les princes de Sheherazade doivent d'analogues miracles" (Lectures de Proust 277). Le temps des sensations est l'Orient des Contes arabes ou le Combray de l'enfance. Pour Proust, l a force de l a memoire reside dans sa capacite a incorporer les impressions passees de l a v i e . La memoire possede " l e meme role de talisman et le meme pouvoir magique qu'un anneau d'Aladdin" (Eells-Ogee "Proust et l e s e r a i l " 178). I l s u f f i t 55 d'un hasard et d'une "a b o l i t i o n du temps4" pour revivre 1'essence des impressions, c'est-a-dire 1'essence d'un temps retrouve parmi les i n t e r s t i c e s du temps perdu. L'essence de l ' e t r e repose sur l a reconnaissance et l a t r a n s c r i p t i o n des signes des impressions involontaires. La suspension de l a mort est un t r a v a i l de conversion de ces signes en art . De plus, l a proximite temporelle de l a sensation se double d'une proximite s p a t i a l e puisque l a sensation vecue cherche a "recreer autour d'elle le l i e u ancien, cependant que l e l i e u actuel qui en [tient] l a place s'opposfe] de toute l a resistance de sa masse a cette immigration dans un hotel de Par i s d'une plage normande ou d'un talus d'une voie de chemin de f e r " (TR 181). L'espace des sensations est egalement l ' O r i e n t l u et r e l u a plusieurs epoques de l a vie du narrateur. L'hotel des Guermantes se metamorphose a l a f o i s en un espace combraysien, balbecien et venisien parce que les impressions atemporelles que Marcel y v i t , l'emeuvent au gre d'une lanterne (ou optique) magique5- C'est a "* J'emprunte ce fragment de Maurice Blanchot qui, reflechissant sur la realite du temps dans la creation artistique, ecrit que: "vivre 1'abolition du temps, vivre ce mouvement, rapide comme 1' '6clair', par lequel deux instants, infiniment separes, viennent (peu a peu quoique aussitdt) a la rencontre l'un de 1'autre, s'unissant comme deux presences qui, par la metamorphose du desir, s'identifieraient, c'est parcourir toute la realite du temps, la parcourant Sprouver le temps comme espace et lieu vide, c'est-a-dire libre des evenements qui toujours ordinairement le remplissent. Temps pur, sans evenements, vacance mouvante, distance agitee, espace interieur en devenir ou les extases du temps se disposent a une simultaneity fascinante, qu'est-ce done tout cela? Mais le temps meme du recit, le temps qui n'est pas hors du temps, mais qui s'eprouve comme dehors, sous la forme d'un espace, cet espace imaginaire ou l'art trouve et dispose ses ressources" (Le Livre a venir 23). La conception de Blanchot s 'applique a la theorie proustienne du temps dans la mesure ou le temps se vit chez Proust comme un hors-temps — espace interieur, subjectif et sensible. Toute la vie intellectuelle de Marcel s'est epanouie sur le sol des Guermantes. Depuis «Combray I » , le cote de Guermantes se distingue du cote de Meseglise. C'est du cot6 de Guermantes que Marcel d^couvre les premiers signes et les premieres impressions de sa vocation litteraire. I l ecrit: "c'est du cote de Guermantes que j'ai appris a distinguer ces etats qui se succedent en moi, pendant certaines periodes, et vont jusqu'a se partager chaque journee, l'un revenant chasser 1'autre, avec la ponctualite de la fievre; contigus, mais s i exterieurs l'un a 1'autre, s i depourvus de moyens de communication entre eux, que je ne pus plus comprendre, plus meme me representer dans l'un, ce que j'ai desire, ou redoute, ou accompli dans 1'autre [...]. Mais c'est surtout comme a des gisements profonds de mon sol mental, comme aux terrains resistants sur lesquels je m'appuie encore, que je dois penser au cote de Meseglise et au cote de Guermantes" (CS 297-98). Dans Le Temps retrouve, c'est aussi sur le sol Guermantes que Marcel recoit la felicite des sensations involontaires qui forment la matiere premiere de son ecriture. 5 6 travers le prisme de cette lanterne que Marcel percoit 1'hotel des Guermantes. Les lieux et les pays sont toujours autres pour Marcel parce que toute perception est l e f r u i t d'une impression. Marcel est conscient du pouvoir des impressions quant a sa conception des lieux. I l e c r i t : "non seulement je savais que les pays n'etaient pas t e l s que leurs noms me les peignaient, et i l n' y avait plus guere que dans mes reves, en dormant, qu'un l i e u s'etendait devant moi f a i t de l a pure matiere entierement d i s t i n c t e des choses communes qu'on v o i t , qu'on touche, et qui avait ete l a leur quand je me les representais" (TR 183). Marcel est comme un "dormeur r e v e i l l e " qui cherche l a verite dans les visions embryonnaires de ses impressions. Or, comment aborder l a question de l a representation l i t t e r a i r e quand, chez Proust, "seule 1'impression est criterium de v e r i t e " (TR 186)? Comment (re)definir l e rapport du narrateur avec 1'Autre quand 1'impression du moment b r o u i l l e l a representation a un degre s i troublant? Comment Proust c o n g o i t - i l l a l i t t e r a t u r e et sa fonction? Dans sa quete de " l a v e r i t e dans l ' a r t " , Proust denonce un nombre de genres l i t t e r a i r e s . L'ecriture du " l i v r e i n t e r i e u r " des sensations atemporelles necessite, d'une part, un renoncement a l a vie mondaine et, d'autre part, une remise en question de certaines theories l i t t e r a i r e s . Pour Proust, l ' a r t veritable est le f r u i t d'un labeur silencieux. C'est une recuperation du temps perdu qui est un temps sans memoire, alors que l ' e c r i t u r e est basee sur une memoire d'impressions retrouvees. Ce sont ses impressions qui jalonnent l e passage de l'e t r e dans l e Temps et qui forment 1'essence "en partie subjective et incommunicable" (TR 192) de toute l a ver i t e recherchee dans l ' a r t . De ce f a i t , n i " l ' a r t cinematographique" (TR 189), n i " l a l i t t e r a t u r e r e a l i s t e " (TR 191), n i " l ' a r t populaire" (TR 194) n i " l ' a r t patriotique" (TR 194), n i " l a c r i t i q u e l i t t e r a i r e " (TR 199) ni " l a l i t t e r a t u r e de notations" (TR 201) ne sauraient rendre 1'essence de ces impressions qui sont au coeur de " l a v e r i t e dans l ' a r t " . En e f f e t , on aboutit avec Proust, au debut du 20eme s i e c l e , non seulement a une forme narrative a chronologie disloquee, mais aussi a un po r t r a i t de 1'artiste moderne qui t i s s e l e f i l de sa continuity dans sa propre "potiniere poetique", f u t - e l l e psychique, sensorielle ou linguistique (et l o i n de toute attache avec l e monde r e e l et avec l ' H i s t o i r e ) . La Recherche en general et Le Temps retrouve en p a r t i c u l i e r nous lai s s e n t avec un "malaise" en ce qui concerne l e rapport de l ' i n d i v i d u au l e monde et a 1'Autre. Ce malaise se traduit dans une perception subjective du monde. Le roman proustien actualise les themes de l'esthetique moderne dans l a mise en oeuvre d'une nouvelle temporalite. Cette esthetique est troublante dans l a mesure ou, dans l e contexte de 1'orientalisme, e l l e b r o u i l l e l e rapport avec 1'Autre qui devient, par l a representation l i t t e r a i r e , un objet d'inversion imaginaire ou conceptuelle. Proust e c r i t que: Le l i v r e peut-etre trop savant, trop obscur pour l e lecteur n a i f , et ne l u i presenter a i n s i qu'un verre trouble avec lequel i l ne pourra pas l i r e . Mais d'autres p a r t i c u l a r i t e s (comme 1 ' i n v e r s i o n 6 \ peuvent f a i r e que l e lecteur a besoin de l i r e d'une certaine fagon pour bien l i r e ; l'auteur n'a pas a s'en offenser mais au contraire a l a i s s e r l a plus grande l i b e r t e au lecteur en l u i disant: «regardez vous-meme s i vous voyez mieux avec ce v e r r e - c i , avec c e l u i - l a , avec cet autre.». (TR 218) I l en r e s u l t e que 1'inversion est a l a base meme de l'esthetique proustienne. Entre l a representation du monde et 1'ecriture, 1'inversion s'erige en l o i . C'est un "verre de lecture" (et un s t y l e d'ecriture) parmi d'autres "verres", mais c'est l e "verre" l e plus inquietant dans l a mesure ou i l c r i s t a l l i s e les exigences subjectives de l ' e c r i v a i n en nous o f f r a n t 1'objet de lecture sous une forme mythifiee, dematerialisee ou orientalisee (le Paris de l a guerre et 1'hotel de Jupien, par exemple). Pour Proust, l a fonction de 1'ecriture e s t d ' e t a b l i r l a rel a t i o n entre les sensations et les souvenirs dans l e temps du moi i n t e r i e u r . Le narrateur d i t que: " l a v r a i e v i e , l a v i e enf i n decouverte et e c l a i r c i e , l a seule vie par consequent pleinement vecue, c'est l a l i t t e r a t u r e . Cette vie qui, en un sens, habite a chaque instant chez tous les hommes aussi bien que chez 1'art i s t e " (TR 202). La l i t t e r a t u r e est un temps retrouve dans l e neant abyssal du temps perdu et du Temps en general en tant que puissance destructrice. Le role de l a l i t t e r a t u r e est de transformer l e vecu C ' e s t moi q u i s o u l i g n e . 5 8 de l a douleur et des obscurites des signes inconnus. L'ecr i t u r e l i t t e r a i r e est un voyage dans l e passe de l a memoire vers l'avenir d'une metaphore recherchee. Chez Proust, le voyage vers l e passe ou vers l'avenir a pour destination un seul et meme l i e u : l'Orient des Contes arabes. S i l a l i t t e r a t u r e se veut un carrefour atemporel d'impressions, " l e rapport metaphorique, porte par 1'elucidation des moments bienheureux, devient l a matrice de tous les rapports ou deux objets d i s t i n c t s sont, en depit de leur difference, eleves a 1'essence et soustraits aux contingences du temps" (Ricoeur, Temps et recit II 219). On peut dire que, chez Proust, l a recherche de l a vocation l i t t e r a i r e est une recherche de l a metaphore de vie et d'une v i s i o n d'immortalite. Marcel e c r i t : "je dis que l a l o i c r u e l l e de l ' a r t est que les etres meurent et que nous-memes mourions en epuisant toutes les souffranees, pour que pousse l'herbe non de l ' o u b l i mais de l a vie eternelle, l'herbe drue des oeuvres fecondes, sur laquelle les generations viendront f a i r e gaiement [...], leur «dejeuner sur l'herbe»" (TR 343). L'ecriture proustienne est un voyage vers une immortalite (par une ecriture l i t t e r a i r e ) qui se veut metaphore de vie. Marcel en Sheherazade ou la seduction de la mort A son entree dans le salon de 1'hotel, Marcel est ahuri par l e spectacle de l a v i e i l l e s s e . Les Guermantes et leurs i n v i t e s l u i semblent metamorphoses par l e - temps en "des poupees baignant dans les couleurs immaterielles des annees, des poupees exteriorisant l e Temps, l e Temps qui d'habitude n'est pas v i s i b l e , pour le devenir cherche des corps et, partout ou i l les rencontre, s'en empare pour montrer sur eux sa lanterne magique" (TR 231). La v i e i l l e s s e est decrite comme un travestissement i n v o l o n t a i r e . Presque aucun des personnages i n v i t e s a l a matinee Guermantes n'est epargne par l a trace du temps. Or, pour Marcel, chez qui l e s signes de l a v i e a r t i s t i q u e se font l i s i b l e s , l e spectacle de l a v i e i l l e s s e est l' i n d i c e de l a f i n d'un monde et de l'approche de sa propre mort. D'une part, l a v i e i l l e s s e d e s t a b i l i s e l a hierarchie du corps s o c i a l : les d i s t i n c t i o n s mondaines sont i n s i g n i f i a n t e s devant l a 5 9 puissance du temps. Le Faubourg Saint-Germain o f f r e un tableau de l a societe du 19eme si e c l e en pleine mutation. Marcel remarque: Le temps avait aussi, dans ce salon, exerce sa chimie sur l a societe [...]. Le Faubourg Saint-Germain, comme une douairiere gateuse, ne repondait que par des sourires timides a des domestiques insolents qui envahissaient ses salons, buvaient son orangeade et l u i presentaient leurs maitresses [...]. A i n s i , a tous l e s moments de sa duree, l e nom de Guermantes [...] subissait des deperditions. (TR 263-276) D'autre part, l a v i e i l l e s s e fonctionne comme un rappel cruel de l a v i e i l l e s s e inevitable du narrateur: "et i n d i f f e r e n t e en e l l e -meme", selon Marcel, "leur v i e i l l e s s e me desolait en m'avertissant des approches de l a mienne" (TR 233). La pr i s e de conscience de cette approche met en r e l i e f l'urgence de 1'ecriture: Je decouvrais cette action d e s t r u c t r i c e du Temps au moment meme ou je v o u l a i s e n t r e p r e n d r e de r e n d r e c l a i r e s , d ' i n t e l l e c t u a l i s e r dans une oeuvre d'art, des r e a l i t e s extra-temporelles [...]. Sans doute l a c r u e l l e decouverte que je venais de f a i r e ne p o u r r a i t que me s e r v i r en ce q u i concernait l a matiere meme de mon l i v r e . (TR 236-38) De ce f a i t , l a mise en oeuvre du " l i v r e i n t e r i e u r " de l a vie de so i est une recherche egaree dans le Temps. Chercher a e c r i r e dans l e Temps et a (re)ecrire l e temps (perdu), c'est chercher un point de repere f i x e face a 1 ' i n s t a b i l i t y troublante du monde et des etres. A i n s i l a matinee Guermantes revet aux yeux de Marcel une valeur p a r t i c u l i e r e . Cette matinee e v e i l l e l e reve de l a r e a l i s a t i o n personnelle du narrateur par 1'e c r i t u r e . Le spectacle de l a v i e i l l e s s e fonctionne comme " l a trompette" d'un jugement dernier. Entre l e present de l a matinee et l e futur de l a mort, Marcel trouve sa place sur l'axe d'une chronologie interne. En e f f e t , s i 1'experience de l a Premiere Guerre 7 mondiale a rendu concret, pour Marcel, l e concept de l a mort, l a matinee 6 0 Guermantes prend l e r e l a i s pour amplifier sa mortalite. Aussi bien l a guerre que l a matinee Guermantes i n t e n s i f i e n t l'urgence de 1'ecriture — arret momentane du temps dans l e Temps. Marcel e c r i t : "oui, a cette oeuvre, cette idee du Temps que je venais de former d i s a i t q u ' i l e t a i t temps de me mettre. I l e t a i t grand temps; mais, et c e la j u s t i f i a i t l'anxiete qui s ' e t a i t emparee de moi des mon entree dans l e salon quand les visages grimes m'avaient donne l a notion du temps perdu" (TR 340). L'ecriture s'annonce comme l e d e f i releve par Marcel face a l a mort. Vaincre l e pouvoir mortel du Temps c'est f a i r e de 1'ecriture une parole prisonniere d'un desir d'immortalite, voire d'un s e r a i l de p o s s i b i l i t e s creatives. Le motif du s e r a i l (un motif propre au monde des Mille et une Nuits) est frequent dans l a Recherche. Dans Les jeunes f i l l e s en fleurs, l a structure du Grand-hotel de Balbec est comparee a l a structure complexe d'un s e r a i l (pp. 233-234). Dans Le Cote de Guermantes I, 1'hotel des Guermantes est compare a un s e r a i l homosexuel donnant acces au Faubourg Saint-Germain (p. 2 83), et dans La Prisonniere, l a maison du narrateur a Paris est comparee a un s e r a i l clos ou Marcel veut emprisonner Albertine (pp. 3-4). Dans Le Temps retrouve, non seulement 1'hotel de Jupien est d e c r i t comme un s e r a i l , mais 1'ecriture en tant que t e l l e devient pour Marcel 1'espace d'un " s e r a i l l i t t e r a i r e " ou se t r a d u i t son l i v r e i n t e r i e u r . En e f f e t , partout dans l e s d i v e r s espaces de l a Recherche, un s e r a i l r e t i e n t notre attention. C'est comme s i toute l a Recherche e t a i t un s e r a i l imaginaire de Proust, l a Sheherazade inv e r t i e , qui avoue, dans les termes de son narrateur, que toute son oeuvre est un " l i v r e ou i l n'y a pas un seul f a i t qui ne s o i t f i c t i f , ou i l n'y a pas un seul personnage « a clefs», ou tout a ete invente par moi selon les besoins de ma demonstration" (TR 152). La Recherche est le s e r a i l ou seront actualises tous l e s desirs ' Comme i'explique Colin Nettlbeck, " 'dans Le Temps retrouve [...] [la guerre] joue le role structural et symbolique de tout premier ordre. C'est elle qui, dans l'itineraire artistique du protagoniste, constitue le lien entre l'aveu de 1'impuissance litteraire (Tansonville) et la redecouverte de la vocation creatrice (la matinee Guermantes). La guerre est, done, sous cet angle, liberatrice du pouvoir createur. [...] Plus que le vieillissement des mondains a la matinee de Guermantes, c'est la guerre qui donne a la notion de la puissance destructrice du Temps son envergure, son ampleur' " (Cit6 par Pascal I f r i , "Les deux cotes des «Rivages de la mort»" 39) . 61 proustiens de l ' e c r i t u r e , f u s s e n t - i l s i n v e r t i s , p e r v e r t i s ou "normaux". A i n s i , Marcel se t r a v e s t i t , en f i n de course, en une Sheherazade des Mille et une Nuits qui, pour retarder sa mort, seduit le r o i Sheriar par l e r e c i t interrompu de ses contes. Marcel souligne: "et je v i v r a i s dans l'anxiete de ne pas savoir s i l e Maitre de ma destinee, moins indulgent que l e sultan Sheriar, l e matin quand j ' interrompais mon r e c i t , voudrait bien surseoir a mon arret et me permettrait de reprendre l a suite l e prochain s o i r " (TR 348). Marcel f a i t du. r o i Sheriar l e symbole de l a mort. C'est a travers l ' e c r i t u r e que Marcel maintient son rapport de seduction avec l a mort a jamais d i f f e r e e . Dominique J u l l i e n explique a ce t i t r e que: Le Narrateur devient Sheherazade, l u t t a n t contre l a mort: i n v e r s i o n des sexes qui s ' e t a i t deja produite dans 1'amour, mais aussi renversement fondateur de l'oeuvre, ou l a preparation a l a parole [ . . . ] prend l a place de l a parole, ou l a genese du r e c i t s'inverse en r e c i t , le r e c i t en genese, ou le renoncement et l ' o u b l i sont condition du souvenir — ou, a l a lumiere de 1'intention i n i t i a l e , devoilee a l a f i n , les references o r i e n t a l e s e n c a s t r e e s dans l e t e x t e "indexent" c e l u i - c i a posteriori, pour recreer les Mille et une Nuits. ("Les M i l l e et une Nuits dans l a Recherche" 475) Cette note met en lumiere 1'importance des Mille et une Nuits dans l a conception de l a Recherche. Le l i v r e des Contes arabes est un des l i v r e s de chevet de Marcel. Le narrateur nous signale a plusieurs epoques de sa vie q u ' i l r e l i t les Contes arabes qui sont a 1'arriere-plan de presque tous les volumes de l a Recherche. Or, ce que les Contes arabes offrent de p a r t i c u l i e r au narrateur est une source d'inspiration et d'apprentissage dans sa quete de l a v e r i t e a r t i s t i q u e . Les Contes arabes, c'est l'Orient combraysien perdu; les Contes arabes, c'est aussi l a "lanterne magique" pour une lecture du monde; enfin, c'est surtout l e modele d'une (re)ecriture l i t t e r a i r e . Marcel explique: Moi, c ' e t a i t autre chose que j' a v a i s a e c r i r e , de plus long, et pour plus d'une 6 2 personne. Long a e c r i r e . Le jour, tout au plus pourrais-je essayer de dorinir. S i je t r a v a i l l a i s , ce ne s e r a i t que l a nuit. Mais i l me faudrait beaucoup de nuits, peut-etre cent, peut-etre m i l l e [...]. Non pas que je pretendisse r e f a i r e , en quoi que ce fut, les Mille et une Nuits, pas plus que les Memoires de Saint-Simon, e c r i t s eux aussi l a nuit, pas plus qu'aucun des l i v r e s que j'avais aimes dans ma naivete d'enfant, superstitieusement attache a eux comme a mes amours, ne pouvant sans horreur imaginer une oeuvre qui s e r a i t differente d'eux. Mais, comme E l s t i r Chardin, on ne peut r e f a i r e ce qu'on aime qu'en l e [sic] renoncant. (TR 348) En faisant des Mille et une Nuits l e modele de son l i v r e a venir. Marcel s'approprie l a parole de Sheherazade dans sa v i c t o i r e sur l a mort. Et en f a i s a n t des Memoires a u s s i 1'objet d'une r e e c r i t u r e , Marcel ressuscite l e monde dechu de 1 ' a r i s t o c r a t i e saint-simonienne. Le choix des Contes arabes en tant qu'espace d'expression et d'immortalite est un choix d'exotisme. "Pour l e Narrateur —mais pour l u i seulement— l e Monde sera sauve dans l'oeuvre d'art, car les images des Mille et une Nuits, operant l a superposition magique de l'enfance a l a 'mondanite', permettent l a tra n s i t i o n vers une autre magie, c e l l e des genealogies qui substitue a 1'individu trop r e e l le prestige immateriel, intemporel, du Nom" ( J u l l i e n , "Les 'Mille et une Nuits' dans l a Recherche" 469-70). Cependant, l e choix des Memoires vise a i r o n i s e r l a f r i v o l i t e mondaine, qui, dans l'univers saint-simonien, se superpose au monde des Guermantes. "Les Memoires de Saint-Simon apparaissent dans l a Recherche comme un symbole de l a v i e des societes. Or Proust t i e n t l a societe pour l e theatre des changements, des revirements, des revolutions imprevisibles; e l l e est l e monde soumis a 1'action du temps" (Tadie, Lectures de Proust 221). Par 1'ecriture des " « Contes arabes» ou [des] «Memoires de Saint-Simon» d'une autre epoque" (TR 349), le narrateur cherche a transcender 1'experience du temps et de l a societe. Son " l i v r e i n t e r i e u r " sera une incorporation des "graces de l a memoire" involontaire ou l e choix meme de l a nuit comme temps d'ecriture et espace de solitude est revelateur. J u l l i e n souligne que: 6 3 La p a r t i e nocturne de 1'existence, domaine [du silence] et du recueillement, prend l e pas sur 1'existence diurne, s o c i a l e et dispersee, domaine du temps perdu dont r i e n ne subsiste, s i 1'esprit neglige d'en degager 1'essence dans une oeuvre. La nuit, image de l a mort au monde, est done comme l a nuit obscure des mystiques, c o n d i t i o n de 1'immortalite. De sorte que 1'elaboration nocturne de l a Recherche est inseparable de la conception de l'oeuvre comme v i c t o i r e sur l a mort. (Proust et ses modeles 14-15) L'oeuvre de l a Recherche actualise l a rencontre des Mille et une Nuits et des Memoires de Saint-Simon. Mais l a Recherche apparait moins comme un produit i n t e r t e x t u e l 8 que comme l a rencontre de deux mondes et de deux cotes: l e monde de Sheherazade auquel correspond le cote de Guermantes (cote de l ' a r t ) et l e monde saint-simonien, auquel correspond l e cote de Swann (cote de l a v i e mondaine). L'ecriture proustienne se veut un espace de l a fusion des deux cotes symbolisee, a l a f i n du Temps retrouve, par l a f i l l e de Saint-Loup en qui s'effectue l a confluence des deux cotes de l a Recherche. L'univers proustien actualise l e "voyage a l l e r - r e t o u r " d'un monde a un autre ou d'un cote a un autre a travers une ecr i t u r e qui n'est f i n a l e m e n t a u t r e qu'un d e s i r 9 de s t r u c t u r e r l e Temps, 1'intermittence et les f i l s de l a douleur en un r e c i t de vie. ° On ne peut pas nier l ' a c t i v i t e intertextuelle qui sous-tend l a Recherche. " ' Le t r a v a i l intertextuel reactive l e t i s s u des l i v r e s , f a i t se couper les l i v r e s les uns par les autres et les amene a s ' i n s c r i r e au-dela de leurs limites dans un texte generalise' " (Cite par Rossum-Guyon, i n "De Claude Simon a Proust: un exemple d'i n t e r t e x t u a l i t y " 108). On retrouve dans l'oeuvre de Proust une p l u r a l i t y de traces d'autres textes qui ont influence l'auteur (voir l a note 7 du deuxieme chapitre) auxquels i l f a i t reference et selon lequels i l a modele l a Recherche. L'oeuvre de Proust est une ryecriture d'autres textes et, notamment des Mille et une Nuits et des Memoires de Saint-Simon. Or 1'intertextuality dans l a Recherche est soumise a l a l o i de 1'inversion proustienne, on peut meme dire que toute i n t e r t e x t u a l i t y est "par essence" une inversion ou une incorporation inv e r t i e d'autres textes. En d'autres termes, 1'inversion est a mi-chemin entre l'ecriture de l a Recherche et l a reecriture d'autres textes de sorte que toute reference a un texte est une reference i n v e r t i e . En e f f e t , Proust ne f a i t pas de l a Recherche les Mille et une Nuits de Galland ou de Mardrus n i les Memoires de Saint-Simon, mais plutot les Contes arabes et les Memoires de "son epoque" et surtout de ses impressions. La Recherche pose comme question importante l ' o r i g i n e meme de l ' e c r i t u r e s i , dans l e champs intertextuel, toute ecriture est congue comme une reecriture. q Dans une certame mesure, on peut dire que l a composition de l a Recherche est, pour Marcel, 1'articulation continuelle du desir de l a mere. La separation d'avec l a mere a ete vecue par 6 4 Marcel avec beaucoup de douleur. L'ecriture est 1'effort de raconter retrospectivement ce traumatisme de la separation surtout d'avec le corps de la mere. Marcel ecrit: "tout s'6tait d£cid6, au moment ou, ne pouvant plus supporter d'attendre au lendemain, pour poser mes levres sur le visage de ma mere, j'avais pris ma resolution, j'avais saute du l i t et etais alle, en chemise de nuit, m'installer a la fenetre par ou entrait le clai r de lune jusqu'a ce que j'eusse entendu partir M. Swann" (TR 349). La citation nous donne 1'impression que le moment d'ecrire s'etait decide pour Marcel deja depuis l'enfance au moment ou sa mere 1'avait quitted D'ailleurs, la premiere fois que Marcel ecrit dans le roman date du premier diner de Swann chez les parents du narrateur quand, empeche (par son pere) d'embrasser sa mere. Marcel l u i ecrit une lettre "la suppliant de monter pour une raison grave" (CS 123) dans sa chambre. En termes lacaniens, l'on dirait que 1'entree de Marcel dans le monde des lettres et de 1'ecriture est 1'entree dans le monde Symbolique (monde de la l o i et du Pere) qui marque sa sortie du monde Imaginaire ou predominait sa relation symbiotique avec sa mere. Le monde Imaginaire est imbu du monde oriental. On pourrait en ce sens dire que la presence de l'Orient represente un certain feminin perdu et recherche par le narrateur. 6 5 CONCLUSION 66 C'est soutenable de d i r e que l a v e r i t e a une structure de f i c t i o n . C'est ce qu'on a p p e l l e normalement l e mythe, beaucoup de v e r i t e s ont une existence mythique. C'est b i e n en c e l a qu 'on ne peut l a d i r e t o u t e . (Lacan, S c i l i c e t 43) Je ne regarde pas amoureusement vers une essence o r i e n t a l e , l ' O r i e n t m'est i n d i f f e r e n t , i l me f o u r n i t simplement une r e s e r v e de t r a i t s dont l a mise en b a t t e r i e , l e jeu invente, me permettent de « f l a t t e r » l ' i d e e d'un systeme symbolique i n o u l , entierement depris du notre. Ce qui peut etre v i s e , dans l a consideration de l ' O r i e n t , ce ne sont pas d'autres symboles, une autre metaphysique, une a u t r e sagesse [...] ; c ' e s t l a p o s s i b i l i t y d'une d i f f e r e n c e , d'une mutation, d'une r e v o l u t i o n dans l a p r o p r i e t e des systemes symboliques. (Barthes, L'Empire des signes 7-8) L' etude de l a representation de l ' O r i e n t dans Le Temps retrouve nous permet de deduire q u ' i l y a t r o i s metaphores principales qui sous-tendent 1'orientalisme proustien: l a metaphore de l'Orient en tant que c i t e exotique, l a metaphore de l'Orient en tant que foyer de l a sexualite et l a metaphore de l'Orient en tant que s e r a i l de l a creation l i t t e r a i r e . Les t r o i s chapitres de cette these reconstituent respectivement ces t r o i s metaphores qui sont e p a r p i l l e e s et enfouies dans l'espace n a r r a t i f du texte. Les metaphores proustiennes de l'Orient sont l i e e s et maintenues par 1'image du voyage. En e f f e t , l e Paris de l a guerre, 1'hotel de Jupien et l a matinee Guermantes sont les t r o i s espaces orientaux ou s'actualisent l ' A i l l e u r s pittoresque de Marcel et ou s ' i n s c r i t son "savoir" sur toute " r e a l i t e " o r ientale eventuelle. Le monde des Mille et une Nuits est a 1'arriere-plan de toutes ces metaphores en rai s o n de l e u r valeur poetique et imaginaire. "Leur texte", explique Bencheick, "constitue un evenement dans l a mesure ou i l d e t r u i t l e s l i m i t e s . I l y a entre l e monde r e e l — c ' e s t - a - d i r e reellement v e c u — et l'espace du desir — c ' e s t - a - d i r e l e monde a vivre un j o u r — une distance i n f i n i t e s i m a l e et i n f i n i e , mince et infranchissable, que seules les Mille et une Nuits franchissent" (Les "Mille et une Nuits" ou la parole prisonniere 14). Le monde a vivre un jour. Telle est 1'image matrice qui resume le besoin d'exotisme proustien. Ce monde a vivre est un monde ou l'inversion est l a l o i . L'univers proustien est p e t r i de references orientales pour bien fonder l e sens de l'inversion qui se veut une recherche de l a difference dans et par l ' e c r i t u r e . Par l'inversion 6 7 de 1'espace et du temps, Proust a r t i c u l e l e malaise d'un a r t i s t e dont l e regard reste foncierement decale par rapport a l a societe f i n de s i e c l e . S i tous les espaces se metamorphosent en un Bagdad des Contes arabes, et s i tous les temps s'abolissent par une impression i n v o l o n t a i r e , c'est pour assurer l e voyage du sujet proustien en terre d'Orient qui reste l a terre promise. Le monde a vivre un jour est l'Orient, un autre terme pour designer l'Utopie proustienne ou se permettent l e s s a i l l i e s de 1'imagination polymorphe. "La polymorphicite de Proust [...] decouvre l a jouissance non pas soudee a l a l o i , mais dans l e suspens de l a l o i , sous l a l o i , sur l a l o i , hors l a l o i , dans les i n t e r s t i c e s du Symbolique, l a ou l a l o i n'a plus de sens et 1'essence plus de l o i " (Lotringer, "Proust polymorphe" 176). S i 1'inversion est l a l o i chez Proust, son etablissement reste hors l a l o i de 1'edifice bourgeois. Ce romancier ne cree pas des espaces orientaux par un simple gout du neuf face a l a decadence sociale du 19eme s i e c l e frangais. La creation de ces espaces repond au besoin d ' a l l e r au-dela de l a Doxa bourgeoise qui b i n a r i s e 1'acceptation ou l e refus de l'etrange et du p e r v e r t i . En e f f e t , Proust " j o u i [ t ] de l a culture bourgeoise (deformee), comme d'un exotisme" (Barthes, Roland Barthes 64). Les espaces orientaux sont des espaces i n t e r s t i t i e l s dans 1'espace bourgeois qui, par l e procede de 1'inversion, devient l ' A i l l e u r s exotique/utopique ou Proust integre l a communaute juive et l a communaute homosexuelle — objets d'exclusion. L'orientalisme proustien est attrayant par 1'integration de ces communautes ghettoisees au sein meme de l a culture bourgeoise. Proust trace les t r a j e t s d'un exotisme qui se veut un depassement de l ' i d e o l o g i e et de 1'ordre bourgeois. I l deconstruit 1'espace bourgeois de l ' i n t e r i e u r en le transformant en un A i l l e u r s o r i e n t a l ou se lezardent l e sens et l e mythe des l i m i t e s normatives. L'inversion est une subversion par 1'ecriture qui est, pour Proust, 1'expression d'une cassure d'ordre et d'une "apologie" de l a difference. Or 1'orientalisme proustien est paradoxal pour deux raisons. D'une part, l a representation de l'Orient demeure t r i b u t a i r e de 1'espace psychique du narrateur ou s'effectue l e voyage a l l e r -6 8 retour en Orient. Seul l'espace psychique d e t r u i t les l i m i t e s et i n s c r i t l a distance de l'Orient dans l a proximite de 1'Occident. Marcel ne voyage pas reellement en O r i e n t , mais p l u t o t metaphoriquement par l e b i a i s de l a memoire qui est un tresor magique de souvenirs et de sensations r e c u e i l l i s dans l e Temps. Chez Proust, l a metaphore est le transport du voyage. D'autre part, 1'orientalisme proustien prend corps sur l e "sol bourgeois" ou se c o n s t r u i t 1'image de l ' O r i e n t en tant que "berceau" sexuel. Proust ebranle l'ordre bourgeois pour creer sa " c i t e des guers"; certes, i l l e garde comme paradigme de l a representation de l'Orient. La metaphore de l'Orient comme A i l l e u r s de l a sexualite debridee est un mythe occid e n t a l e t e r n i s e et i n s t i t u t i o n n a l i s e dans presque toute l a l i t t e r a t u r e europeenne du 19eme s i e c l e sur l'Orient. La production et l a perpetuation d'un mythe necessite un ordre qui le transforme en nature et le prive de l ' h i s t o i r e . Le mythe est un produit ideologique de l a bourgeoisie dont l e pouvoir et l e danger resident dans "ce mouvement par lequel [elle] transforme l a r e a l i t e du monde en image du monde, l' H i s t o i r e en nature. Et cette image a c e c i de remarquable qu'elle est une image renversee" (Barthes, Mythologies 229). On est done en mesure de conclure que Proust reste prisonnier de son propre orientalisme ou exotisme paradoxal. Proust ne sort pas du labyrinthe bourgeois. La Recherche en general et Le Temps retrouve en p a r t i c u l i e r effectuent, s i on peut d i r e , ce voyage a l l e r - r e t o u r d'un desembourgeoisement de l'espace ( l a v i l l e de Paris i n v e r t i e en une c i t e exotique) vers un reembourgeoisement de l'image (l'Orient en tant qu'Ailleurs de l a sexualite). On pourrait q u a l i f i e r 1'orientalisme proustien comme un passage du cl o s (bourgeois) a l'ouvert (peripherique) et de l'ouvert au c l o s . D'ou 1'insoutenabilite de 1'orientalisme proustien qui se fonde en contradictions et inversions. Proust est seul a jo u i r des multiples instances d'inversions q u ' i l cree et recree au f i l de l ' e c r i t u r e . Figurativement, 1'exotisme proustien temoigne de profondes maladies. II est, a mon avis, une forme d'onanisme de 1'imagination ou se permet l a l i b e r t e de l a creation, et une forme de narcissisme de l a pensee (occidentale) dans l a mesure ou Proust se ser t du monde des Mille et une Nuits comme d'un miro i r pour se v o i r (a 6 9 l'envers) et se t r a v e s t i r t a n t o t en c a l i f e et t a n t o t en Sheherazade. Entre l a r e a l i t e d'un Orient non v i s i t s pour etre represents par l ' e c r i v a i n et l a perception d'un Orient l u et reve pour etre r S S c r i t , se g l i s s e le mythe proustien d'un Orient sans ancrage re e l et materiel. "Et cette i n s e r t i o n , ce prisme, est l e l i e u de l a d i s t o r t i o n ideologique, l e l i e u de mensonge" (Calvet, Roland Barthes 44). Ce mythe n'est pas un "langage-objet, qui parle les choses [...] [mais plutot un] meta-langage, qui parle des choses (Barthes, Mythologies 231), c'est-a-dire des choses orien t a l e s . Le mythe proustien est un meta-langage qui obSit aux exigences d'un sty l e d'inversion devenue " l a mythologie personnelle et secrete" (Barthes, Le Degre zero de 1'ecriture 12) de Proust. Ce mythe est, finalement, une tournure de sty l e qui maintient le " f l i r t " avec 1'image de l'Orient en tant qu'objet de de s i r recherche a travers une continuelle evacuation de l ' h i s t o i r e . De pl u s , l a repr e s e n t a t i o n de l ' O r i e n t nous v i e n t en bribes fragmentees. L'Orient est vu sous 1'angle d'un s e r a i l ou d'un harem ou d'un espace de contes. Cette s e l e c t i o n au niveau des rapprochements analogiques t r a d u i t une c a t e g o r i s a t i o n de l a perception meme de l'Orient que l e detachement du narrateur met en r e l i e f . On ne peut pas parler d'un Schec de 1'orientalisme proustien comme tentative de representer l a r e a l i t e orientale puisqu'avec et depuis Proust nous devons f a i r e l e d e u i l de l a f o i en l a representation comme i n s c r i p t i o n d'une r e a l i t e . Mais, ou dans ce chassS-croise entre le mythe et l a r e a l i t e non-vecue se dissemine l a trace d'une "verite" proustienne sur l a " r e a l i t e orientale"? En f a i t , l e t r a v a i l d'un mythologue est de creuser, sous les apparences de 1'innocence de toute representation, ce qui produit des "e f f e t s du r e e l " . Pour l e mythologue, l e mythe est "un signe p a r a s i t a i r e " qui b r o u i l l e l'acces a l a " r e a l i t e " de 1'objet de l a representation. La demystification de ce mythe est, en quelque sorte, une "recherche de l a v e r i t e perdue" de l'objet represents. E l l e est "un abord possible du d e c h i f f r a g e des c a c h e - v e r i t e s de l a l i t t e r a t u r e face a ses intentions, a son ideologie, sinon affichee, du moins i n s c r i t e dans l e s f i c t i o n s l i t t S r a i r e s avec ou sans l e 70 consentement de leurs auteurs" (Lipschitz, "Ce que l e texte cache" 24). La representation de l'Orient dans Le Temps retrouve reproduit l'enonce o r i e n t a l i s t e i n s t i t u t i o n n a l i s e dans l a l i t t e r a t u r e avant Proust. Les metaphores o r i e n t a l e s qui sous-tendent l e texte proustien sont des reecritUres d'autres metaphores orientales avec des fluctuations au niveau du s t y l e . Toutes les metaphores nous ramenent a un meme i n v a r i a n t e n o n c i a t i f qui s t r u c t u r e l a representation de l'Orient en tant qu'espace d ' A l t e r i t e . Et puisque chaque enonce obeit aux conditions d'une c e r t a i n e formation discursive, on peut dire que ces conditions se melent au pouvoir imperial de 1'Occident au 19eme s i e c l e et l e renforcent. La representation de l'Orient a l'epoque coloniale est une forme de mainmise i n d i r e c t e et s u b t i l e sur l ' O r i e n t . L'etude de 1'orientalisme repose sur une contextualisation de tout enonce sur l'Orient, et ce dans l a mesure ou cette contextualisation devient "apte a del i v r e r l a p o s s i b i l i t y meme du sens [...] [et] se situe au croisement d'un domaine de structure et d'unite «possibles», pour les rendre socialement « r e e l s » dans une ap p a r i t i o n spatio-temporelle, ou enfin i l s deviennent «concrets» (Kremer-Marietti, "De l a materiality du discours s a i s i dans 1 ' i n s t i t u t i o n " 246). La Recherche revet presque 1'aspect d'une f i c t i o n a l i s a t i o n des travaux de Foucault sur l a sexualite; une f i c t i o n a l i s a t i o n qui se sert de l'Orient pour construire une theorie de l' i n v e r s i o n dans ses a f f i n i t e s connotatives avec l a perversion; une f i c t i o n a l i s a t i o n ou se rejoignent l e cote de 1'Occident et l e cote de l'Orient sans qu'ils se rencontrent reellement pour autant. BIBLIOGRAPHIE D'OUVRAGES CITES 7 2 I- VOLUMES D'A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU (par ordre chronologique de l'ecriture) Du cote de chez Swann. Paris: Garnier-Flammarion, 1987. A 1'ombre des jeunes f i l l e s en fleurs. Paris: Gallimard, 1987-88. Le Cote de Guermantes I. Paris: Gallimard, 1988. Sodome et Gomorrhe. Paris: Gallimard, 1988-89. La Prisonniere. Paris: Gallimard, 1988-89. Le Temps retrouve. Paris: Gallimard, 1989-90. II- AUTRES OEUVRES LITTERAIRES Les Mille et une Nuits, trad. Antoine Galland. 3 vols. Paris: Garnier-Flammarion, 1965. Flaubert, Gustave. Salammbo. Paris: Booking International/Classiques Frangais, 199.3. I l l - OUVRAGES CRITIQUES Barthes, Roland. "Une idee de recherche" i n Recherche de Proust. Eds. Gerard Genette et Tzvetan Todorov. Paris: S e u i l , 1980. 34-39. . "La Peinture e s t - e l l e un langage?" i n L'Obvie et l'obtus: Essais critiques III. Paris: Seuil, 1982. 139-41. Behdad, A l i . " O r i e n t a l i s t Desire, Desire of the Orient." French Forum 15 (1990): 37-51. Bercot, Martine. "Baudelaire: 1'exotique et l ' i n s o l i t e . " French Literature Series: Exoticism in French Literature XIII (1986): 51-64. Buisine, A l a i n . "Marcel Proust: le Cote de l'Orient." jRevue des Sciences Humaines 214 (1989): 123-44. Eells-Ogee, Emily. "Proust et le s e r a i l . " Cahiers Marcel Proust: Etudes proustiennes 12 (1984): 127-81. Gaubert, Serge. Proust ou le roman de la difference: l'individu et le monde social de "Jean Santeuil" a "la Recherche". Lyon: Presses Universitaires de Lyon, 1980. I f r i , Pascal A. "Les deux cotes des «rivages de l a mort»: l a guerre vue par Celine et Proust." Bulletin de la societe des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray 37 (1987): 33-40. 7 3 Jacot, Claude. "La s i g n i f i c a t i o n du costume dans A la Recherche du temps perdu." Le Bayou XXI 70 (1988): 377-91. J u l l i e n , Dominique. Proust et ses modeless les "Mille et une Nuits" et les "Memoires" de Saint-Simon. Paris: Jose C o r t i , 1989. • . "A i l l e u r s i c i : les Mille et une Nuits dans A la Recherche du temps perdu." Romanic Review 79 (1988): 466-75. Kremer-Marietti, Angele. "De l a materialite du discours s a i s i dans 1'inst i t u t i o n . " .Revue Internationale de la philosophie 214 (1990): 241-62. Kristeva, J u l i a . Le Temps sensible: Proust et 1'experience litteraire. Paris: Gallimard, 1994. Leduc-Adine, Jean-Pierre. "L'orientalisme et l a c r i t i q u e d'art sous le Second Empire" i n Exotisme et creation: Actes du Colloque International. Lyon: l'Hermes, 1989. 233-43. Lipsc h i t z , Tatiana, "Ce que le texte cache." Litterature 30 (1978): 18-24 . Lotringer, Sylvere. "Proust polymorphe." Poetique 11 (1980): 170-176. Miguet-Ollagnier, Marie. "Le Don des Mille et une Nuits dans Sodome et Gomorrhe." Revue de l'histoire litteraire de la France 93 (1993): 903-18. Piroue, Georges. "La France et les Mille et une nuits." La Table Ronde 127-128 (1958): 104-12. Rougement, Denis De. "L'Amour" i n Univers de la Psychologie. v o l . 2. Encyc. i n 5 vols. Paris: L i d i s , 1977-78. 203-13. Schapira, M. C. "L'amenagement d'un a i l l e u r s " i n Le Regard de Narcisse: romans et nouvelles de Theophile Gautier. Lyon: Presses Universitaires de Lyon, 1984. 143-66. Simon, Pierre-Henri. "Psychologie proustienne de l'amour." Hommes et mondes XI 44 (1950): 382-95. Tadie, Jean-Yves. Lectures de Proust. Paris: Armand C o l l i n , 1971. . Proust et le roman: essais sur les formes et techniques du roman dans "A la Recherche du temps perdu". P a r i s : Gallimard, 1971. Van Rossum-Guyon, Francoise. "De Claude Simon a Proust: un exemple d ' i n t e r t e x t u a l i t e . " Les Lettres Nouvelles. 4 Sept-Oct. 1972: 107- 37. Vanoncini, Von Andre. "La guerre dans « l e temps retrouve» et les origines de l a creation proustiennes." Zeitschrift fur franzosische Sprache und Literatur 103 (1993): 144-52. IV- OUVRAGES THEORIQUES 74 Barthes, Roland. Mythologies. Paris: S e u i l , 1957. . L'Empire des signes. Geneve: Skira, 1970. . Le Degre zero de l'ecriture. Paris: S e u i l , 1972. . Le Plaisir du texte. Paris: S e u i l , 1973. . Roland Barthes par Roland Barthes. Paris: Seuil/Ecrivains de toujours, 1975. . Le Bruissement de la langue. Paris: S e u i l , 1984. Bellemin-Noel, Jean. Vers 1'inconscient du texte. P a r i s : Presses Universitaires de France, 1979. Bencheick, Jamel Eddine. Les "Mille et une Nuits" ou la parole prisonniere. Paris: Gallimard, 1988. Blanchot, Maurice. Le Livre a venir. Paris: Gallimard/Collection Idees, 1959. Calvet, Louis-Jean. Roland Barthes: un regard politique sur le signe. Paris: Payot, 1973. Foucault, Michel. Histoire de la sexualite: la volonte de savoir. v o l . 1. Paris: Gallimard, 1976. . Histoire de la sexualite: 1'usage des plaisirs. v o l . 2. Paris Gallimard, 1984. Jourda, Pierre. L'exotisme dans la litterature frangaise depuis Chateaubriand: le romantisme. Vol. 1. Paris: Bovin, 1938. Kristeva, J u l i a . Polylogue. Paris: S e u i l , 1977. . Etrangers a nous-memes. Paris: Gallimard, 1988. Lacan, Jacques. Scilicet 6/7. Paris: S e u i l , 1976. Poulet, Georges. Etudes sur le temps humain I. Paris: Pion, 1949. Ricoeur, Paul. Temps et recit II: la configuration du temps dans 1 recit de fiction. Paris: Seuil, 1984. Rousset, Jean. Forme et signification. Paris: Jose C o r t i , 1963. Said, Edward William. Orientalism. New York: Vintage Books, 1978. . Culture and Imperialism. New York: Vintage Books, 1993. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0087098/manifest

Comment

Related Items