Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

De la prise de conscience au passage à l’acte ou de la nature politique des études sur les femmes en… Poux, Chantal 2003

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-ubc_2004-0107.pdf [ 4.22MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0078408.json
JSON-LD: 831-1.0078408-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0078408-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0078408-rdf.json
Turtle: 831-1.0078408-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0078408-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0078408-source.json
Full Text
831-1.0078408-fulltext.txt
Citation
831-1.0078408.ris

Full Text

DE LA PRISE DE CONSCIENCE AU PASSAGE A L'ACTE OU DE LA NATURE POLITIQUE DES ETUDES SUR LES FEMMES EN CHINE CONTEMPORAINE by CHANT AL POUX A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS ASIA PACIFIC POLICY STUDIES in THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES INSTITUTE OF ASIAN RESEARCH We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA DECEMBER 2003 © CHANT AL POUX, 2003 U B C Rare Books and Special Collections - Thesis Authorisation Form Page 1 sur 1 In presenting t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements for an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I ag.ree that the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r reference and study. I further agree that permission f o r extensive copying of t h i s t h e s i s for s c h o l a r l y purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It i s understood that copying or p u b l i c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l gain s h a l l not be allowed without my w r i t t e n permission.. The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia Vancouver, Canada Date file://C:\WINDOWS\Bureau\lJBC%20Rare%20Books%20and%20Specialo/o20Collections. 17/12/03 ABSTRACT Does the field of Women's Studies in China provide a space/time for a dissident political point of view, way of thinking/being/living? To answer this question we have looked at the nature of the discourse, its authors, its public, its goals and means. The A l l China Women's Federation and Women's Studies within the academic circle have provided the ground for our investigation. A critical analysis has been done through a qualitative review of documents in English, written mainly by Chinese authors. The findings of our research have shown us that, indeed, Women's Studies in China provide a space/time for a dissident political point of view that we can term "feminism". However, the existence of this feminist space and voice is curtailed by the non-democratic political regime of China, making it, so far, a difficult but very promising balancing act. In fact, Women's Studies are at the root of the democratisation of China. i i R E S U M E Les Etudes sur les Femrnes en Chine (EFC) peuvent-elles constituer un espace/temps pour une dissidence politique, en tant que mode de vie, de penser et d'etre? Pour repondre a cette question, nous avons etudie la nature du discours des EFC, sa signification, ses auteures, public, et buts. La Federation des Femmes Chinoises ainsi que les EFC au niveau academique ont ete les deux cas etudies. Une analyse critique qualitative de documents ecrits en anglais par des Chinoises est la base de notre methodologie. Les resultats de cette recherche nous ont bien montre, en fait, que les EFC sont un espace/temps plausible pour une dissidence politique, dissidence politique qui peut etre qualifiee de « feminisme ». Toutefois, l'existence meme de cette voix/voie feministe est menacee par le regime politique chinois non-democratique, qui l'oblige a un difficile mais prometteur equilibre de survie. Quoiqu'il en soit, les EFC sont les racines meme de Tactuelle democratisation en Chine. 111 ACKNOWLEDGEMENTS Many thanks to Doctor Timothy Cheek my supervisor, a gentleman who, from the very beginning, has respectfully fostered the dream and ambition of this research. To my readers Doctors Diana Lary and Jennifer Chan-Tiberghien, for their encouragements and constructive feedback. To the professors and students of the Institute of Asian Research at U B C , who have provided me with a very challenging and supportive intellectual environment. M y deepest gratitude goes to the Chinese women, feminist scholars and activists, whose indomitable courage has inspired this research. M y love goes to Antoinette Fouque and Terri Chen Yu, my favourite analysts. iv T A B L E DES MATIERES A B S T R A C T ii R E S U M E iii A C K N O W L E D G E M E N T S iv T A B L E DES MATIERES v CHAPITRE I: INTRODUCTION 1 1.1 E T A T D E S L I E U X 1 1.2 H Y P O T H E S E E T QUESTIONS D E R E C H E R C H E : C A R T O G R A P H I E R L E T E R R A I N 3 1.3 M E T H O D O L O G I E : A N A L Y S E C R I T I Q U E 4 CHAPITRE II: L E S ACTRICES : PORTRAIT D'UNE PIONNIERE 5 L i XlAOJIANG : D E VISIONNAIRE SOLITAIRE A PIONNIERE R E S P E C T E E : G E N E S E DES E T U D E S SUR L E S F E M M E S O U L ' C E U V R E D ' U N E V I E . 5 CHAPITRE III: L E S DISCOURS : LEURS DIFFERENTES RACINES E T PERSPECTIVES HISTORIQUES 9 3.1 B R E F HISTORIQUE D E L ' E M E R G E N C E DES E F C : C O N T E X T E P O L I T I Q U E E T S O C I A L : DE « G E N D E R E Q U A L I T Y » A « G E N D E R D I F F E R E N C E » 10 3.2 L E S E F C A L ' I N T E R T E U R D E L A F F C 12 3.3 L E S E F C A U N I V E A U A C A D E M I Q U E 14 CHAPITRE IV: LES BUTS MENTIONNES 15 CHAPITRE V: L E S REALISATIONS: QUELQUES E X E M P L E S 15 CHAPITRE V I : LES STRATEGIES 16 6.1 A L L I A N C E C H E R C H E U R E S UNTVERSITAIRES/ACTIVISTES 16 6.2 C R E A T I O N D E N O U V E A U X L I E U X D E R E C H E R C H E , D E N O U V E A U X COURS E T P A R U T I O N D E N O U V E L L E S P U B L I C A T I O N S 17 6.3 D I F F E R E N T E S R E C H E R C H E S E T S T R A T E G I E S D E R E C H E R C H E 18 CHAPITRE VII: L E S DEFIS 19 7.1 L E S Q U A T R E L I M I T A T I O N S 19 7.2 LE DEFI D E L A D E M O C R A T I S A T I O N A L ' L N T E R N E DES E F C 20 7.3 D E P E N D A N C E P O L I T I Q U E VIS A VIS D E L ' E T A T / P A R T I 21 7.4 L E S L I M I T E S D E L A R E C H E R C H E A P P L I Q U E E 24 v C H A P I T R E V I I I : D E S E N J E U X D E D E B A T S A U X Z O N E S D E C O N F L I T 2 6 8.1 A L ' I N T E R N E 2 6 8.2 A V E C L ' E X T E R I E T J R 2 8 8.3 A L L I A N C E A V E C L ' O U E S T 2 9 8.3.1 POINTS DE CONVERGENCE 29 8.3.2 POINTS DE DIVERGENCE 3 0 8.3.3 CONTRE-POINT 3 3 C H A P I T R E I X : L A N A T U R E D E S R A P P O R T S E T A T / P A R T I - O R G A N I S A T I O N S S O C I A L E S E N C H I N E : S Y M B I O S E ? 3 8 C H A P I T R E X : U N M O U V E M E N T D E F E M M E S E N C H I N E D A N S U N C O N T E X T E N O N - D E M O C R A T I Q U E : Q U E L L E S S T R A T E G I E S D ' E X I S T E N C E ? 43 C H A P I T R E X I : W H E N W O M E N A S K T H E Q U E S T I O N S : C R E A T I N G W O M E N ' S S T U D I E S I N C H I N A : UNESPACE-PAROLEDE DISSIDENCEPOLITIQUE? 4 8 C H A P I T R E X I I : C O N C L U S I O N 5 3 12.1 R E S U L T ATS D E R E C H E R C H E - R E P O N S E S OBTENTJES 5 3 12.2 U N E Q U E S T I O N E T SA R E P O N S E 5 6 12.3 R E C O M M A N D A T I O N S P O U R D E F U T U R E S PISTES D E T R A V A I L 5 8 A B R E V I A T I O N S 60 B I B L I O G R A P H I E 61 vi CHAPITRE I : INTRODUCTION 1.1 ETA T DES LIEUX Les Etudes sur les Femrnes en Chine (EFC), en tant que discipline scientifique, ont connu un essor sans precedent depuis les vingt dernieres annees. Cela est du, entre autres, aux politiques d'ouverture economique des annees quatre-vingt, politiques economiques qui ont assez rapidement engendre pour les Chinoises de severes desequilibres sociaux, notamment en matiere d'acces a l'emploi, aux etudes, aux soins de sante ou au systeme de pensions (Jacka, 1997; Solinger, 1995; Wang Zheng, 2000). Du slogan maoi'ste : «Les femmes sont les egales des hommes», la societe chinoise contemporaine est passe a une conception des femmes et de leurs droits qui les rapprochent bien plus du statut occidental de « femme-objet» ou « citoyenne de seconde zone ». Qu'i l suffise pour cela de se referer, par exemple, aux problemes suivants : • femicide : avortement force des foetus de sexe feminin ou meurtre a la naissance des fillettes, dormant a ce jour un ratio de 117 garcons pour 100 filles (UNDP, 2002); • augmentation du taux d'analphabetisme chez les femmes (Ibid); • taux inferieur de participation politique des femmes compare a celui des hommes (Ibid); • harcelement sexuel au travail prenant des proportions de plus en plus epidemiques (Wang Zheng, 2000); • acces des nouvelles diplomees a des emplois inferieurs a competence egale avec les garcons (Ibid); • reapparition du trafic des femmes et des enfants, surtout dans le cas des mariages forces et tres forte augmentation de la prostitution (Ibid). Pour repondre a ces derapages d'un systeme economique et politique en transition, le gouvernement chinois a charge la Federation des Femmes Chinoises (FFC) de prendre en main les questions feminines et d'elaborer une strategic de reponse pour contrebalancer les effets inegalitaires de ces nouvelles politiques sur les femmes. Pour s'acquitter adequatement de cette responsabilite, la FFC a juge que des recherches approfondies sur la nouvelle realite des femmes etaient immediatement necessaires et prioritaires avant meme que de tenter de suggerer au gouvernement chinois de possibles pistes de solution pour d'eventuels reajustements de politiques. C'est done de ce besoin direct et 1 urgent d"informations a des fins de resolutions concretes de problemes que sont nees les etudes sur les femmes en Chine au sein de la FFC. D'aucun pourrait croire done, d'apres un tel historique, que les EFC ne sont rien de plus qu'un plan d'action issu d'une officine gouvernementale comme les autres, la FFC, en charge de veiller a la stricte gestion et application des politiques etatiques et ce sans egard aux consequences de ces politiques sur la condition des femmes. Mais en y regardant de plus pres, i l apparait tres vite que ce tableau ou portrait de cette realite est en fait un puzzle autrement plus complexe, riche en nuances, demi-tons et clairs-obscurs en tout genre, puzzle qui merite done une attention toute particuliere. Attention qui est le propos meme de cette recherche. C'est en effet en etudiant le discours, la philosophie, les methodes qui ont sous-tendu la creation et le developpement des EFC que nous nous sommes apercu que les initiatrices de ce nouveau champ de recherche theorique et pratique sont bien loin de se considerer seulement comme des fonctionnaires gouvernementales. II est vrai, comme nous le verrons ulterieurement, que certaines le sont ou Font ete. Mais i l est non moins vrai aussi que d'autres pensent et agissent en dehors des instances gouvernementales, faisant ainsi partie d'une « societe semi-civile » en emergence qui a vu, dans les dix dernieres annees, une explosion d'organisation non-gouvernementales (fei zhengfu zuzhi) ou organisations populaires (minjian zuzhi) avec des mandats forts differents les uns des autres, comme cela est demontre dans l'ouvrage collectif Chinese Women Organizing: Cadres, Feminists, Muslims, Queers (Hsiung, Jaschok, and Milwertz, 2001). Et que penser de ces autres initiatrices-pionnieres qui mettent, comme nous le verrons aussi, leurs experiences et savoir-faire meme de fonctionnaires au service d'ONG, dans un esprit de collaboration defiant tout dogmatisme politique? II y a aussi, autre volet de notre analyse, des EFC qui ont vu le jour au niveau academique, issues elles d'un besoin different de savoir theorique, de nouvelles methodologies de recherche et de nouveaux champs d'investigation afin de mieux comprendre le sujet femme dans son rapport a l'histoire de la Chine ainsi que dans son articulation avec le reste du monde. 2 1.2 HYPOTHESE ET QUESTIONS DE RECHERCHE : CARTOGRAPHIER LE TERRAIN Les EFC sont un tres nouveau champ de recherche, moins de 20 ans. Certaines chercheuses, telle Wang Zheng, parlent de recherches et buts « feministes ». D'autres, comme L i Xiaojiang, fondatrice du premier centre d'etudes et de recherche sur les femmes en Chine, n'utiliseront jamais ce terme, a cause de sa connotation stigmatisante avec la notion maoi'ste de « feminisme bourgeois ». Pourtant les faits demeurent: des centres d'etudes et de recherche sur les femmes (CRF) operent en Chine, rattaches a des universites et finances par le gouvernement. II y a de plus des syllabus et cours sur les EFC ainsi que de nombreux curriculums. En parallele, une recherche sur les femmes existe au sein meme de la FFC, recherche se deroulant selon des orientations et des moyens quelques peu differents du milieu academique mais avec des buts, dans une certaine mesure, tres similaires. C'est cette raison d'etre que nous nous proposons d'explorer ici en detail, a partir d'une hypothese maitresse et de certaines questions directrices qui s'enoncent comme suivent: ces EFC, a l'interieur de la FFC et de l'academie, sont-elles, peuvent-elles etre autre chose que le simple resultat de fonctionnaires et de leurs departements produisant des rapports statistiques pour le Parti communiste central, ou bien ces fonctionnaires font-elles seulement du «travail social » avec les femmes, travail que le gouvernement chinois ne semble plus vouloir ou pouvoir assumer, hypothese que semble suggerer Wesoki dans son ouvrage remarquable Chinese Feminism face Globalization?. Mais s'il existe quelque chose d'autre, qu'est-ce done exactement? Et quelles sont les vraie nature et fonction de ces EFC? Pourraient-elles etre, d'une facon ou d'une autre par exemple, lie a une quelconque affirmation et pratique politique qui envisagerait la creation d'un espace plus equitable et egalitaire entre femmes et hommes, ici et maintenant en Chine? Dans le cadre de la plausibilite de cette hypothese, qui seraient alors les intellectuelles ou/et activistes dirigeants ces centres de recherche, conduisant ces etudes ou enseignant? Plus important, que pensent-elles, qu'envisagent-elles, que creent-elles, que veulent-elles et pourquoi? 3 Si nous parlons d'un savoir specifique fait de theories feministes, qu'est-ce exactement? De meme, quels sont la nature des recherches menees au sein de la FFC, ainsi que leurs buts? En resume, de quel genre de feminisme, si « feminisme » i l y a bien, parlons-nous en Chine aujourd'hui? Et comment travaille t-il et s'articule t-il au sein du milieu academique et des EFC? 1.3 METHODOLOGIE : ANALYSE CRITIQUE Nous allons tenter de repondre a ces questions et de verifier ou d'infirmer notre hypothese, qui peut se resumer ainsi: Est-ce que les EFC en Chine sont un espace-temps pour un point de vue politique dissident, une autre facon de penser-vivre-etre? Et si oui, comment, pourquoi et jusque dans qu'elle mesure? Les questions directrices soutenant cette hypothese sont: qui fait quoi, comment et pourquoi au niveau academique et a partir de la FFC? A u niveau methodologique, c'est a I'analyse de la nature du discours que nous nous interesserons principal em ent, ainsi qu'a ses auteures, son public, ses buts, moyens. et significations. Une analyse critique sera egalement faite quant a sa portee et ses eventuelles limites. De meme, nous questionnerons les theories supportant et informant un tel projet, essayant de verifier si les EFC ont ou non une dimension politique, possiblement similaire aux buts affirmes par 1'ensemble des feministes occidentales quant aux Women's Studies par exemple, buts qui peuvent se resumer en trois points majeurs: - travail au niveau de la creation de politiques plus egalitaires, done « policy making work »; creation d'un changement au niveau de la culture sexiste-misogyne; - creation d'un cadre scientifique-fheorique pour les etudes sur les femmes. Notre outil methodologique sera la revue de litterature, revue non exhaustive mais bien plutot qualitative, de textes en anglais, avec un accent volontairement mis sur le choix de textes ecrits par des Chinoises, dans le but expres de leur (RE)donner la parole et d'eviter ainsi et autant que faire se peut, les interpretations de re-interpretations, tant au niveau ideologique que purement linguistique. De cette revue, nous ferons une synthese que nous souhaitons le portrait fidele de l'etat des etudes sur les femmes en Chine contemporaine. Une analyse critique sera appliquee a cette synthese afin de verifier si notre hypothese de depart est confirmee ou infirmee. 4 Cette description analytique de la situation sera conclue par un point de vue critique dans lequel nous exposerons les limites de notre recherche, ce qui reste a faire et pourquoi. Dans quelle mesure notre hypothese aura eventuellement besoin d'etre plus avant exploree et comment cela pourrait se faire. Notre recherche se deroulera en onze etapes principales, decoupees en autant de chapitres : introduction, -portrait d'une pionniere, -differentes racines et perspectives historiques des discours, -buts mentionnes des EFC, -quelques exemples de realisations des EFC, -les differentes strategies au sein des EFC, -les defis rencontres, -les enjeux de debats et zones de conflit au sein des EFC, -l'hypothese Wesoki de la symbiose, -des EFC dans un contexte non-democratique, -EFC comme espace-parole de dissidence politique? Enfin notre conclusion resumera nos decouvertes et resultats et posera les bases d'un futur travail necessaire a la poursuite plus approfondie de notre hypothese avec des suggestions quant a un complement au niveau methodologique (cf. interviews avec des leaderes des EFC). CHAPITRE II: LES ACTRICES : PORTRAIT D'UNE PIONNIERE Li XIAOJIANG : DE VISIONNAIRE SOLITAIRE A PIONNIERE RESPECTEE : GENESE DES ETUDES SUR LES FEMMES OUL'(EUVRED'UNE VIE. I accidentally discovered the shortcomings of social science, which showed that there were very few women written about in history or in philosophical thought, and this persuaded me to turn to Women's Studies (Li Xiaojiang, 1995: 6). ' L i Xiaojiang est aujourd'hui unanimement reconnue en Chine meme et a l'etranger par les specialistes du domaine des etudes sur les femmes, comme la creatrice des premiers centres d'etudes et de recherche sur les femmes en Chine. Consequemment i l n'est pas possible d'arriver a une quelconque comprehension des discours sous-tendant cette initiative sans savoir qui est L i , sans avoir lu tres attentivement ses nombreux ecrits, suivi en parallele son evolution personnelle et politique. C'est dans 1'article autobiographique My Path to Womanhood, publie en 1994, que nous trouvons les informations necessaires a la comprehension de la personnalite et du discours de L i 5 Xiaojiang, ainsi que les explications necessaires a ses actions et realisations si peu orthodoxes selon les creneaux maoi'stes. L i Xiaojiang est nee au debut des annees 1950, dans la province du Jiangxi et etudie la litterature europeenne a l'Universite d'Henan. Elle est a ce jour Assistante Professeure au departement de Langue Chinoise et Litterature de l'Universite de Zhengzhou et Directrice du Centre des Etudes sur les Femmes. L i raconte comment, du a la politique maoi'ste d'egalite femmes-hommes et la lutte contre le feodalisme, entendu alors comme « epithet for a person who holds a conservative stance on gender relationships », elle pourrait se definir retrospectivement comme etant enfant « opposante aux etudes sur les femmes ». Living in a social community marked by a sense of equality makes it rather difficult to identify one's own 'gender status'. (...) I was quite ignorant about what distinguishes a woman from a 'human being' or from a man. Indeed, in my younger years, I might have even turned out to be an opponent of women's studies (Li Xiaojiang, 1994: 110). Cette affirmation, quelque peu surprenante lorsqu'on connait l'extreme implication/devouement de L i dans la creation des premiers centres d'etudes et de recherche sur les femmes, nous rappelle l'importante necessite de nous replonger dans le discours maoi'ste d'egalite femmes-hommes et de mesurer ce dit discours avec les implacables realites de terrain. De fait, L i se rappelle encore aujourd'hui la declaration d'une de ses camarades de classe a la veille de leur graduation au primaire, camarades affirmant qu'elles etaient determinees a aller travailler dans une usine textile plutot que de poursuivre leurs etudes secondaires : I've been bored to death by life at school. It isn't a girl's fate to become a scholar. She is bound to be married in due course and give birth to children. And as for struggling with men for a career, she's up against more than her match there! La reaction de L i Xiaojiang fut foudroyante : Inwardly I took an oath: I swear that I shall surpass all my male classmates in the pursuit of a brilliant career; I am going to convince you of the falsehood of your blind trust in fate (Ibid.: 111). Plus tard, en tard que post-graduee, L i explique qu'elle a passe tout son temps et energie a etudier sur les femmes, femmes qui etaient, en tant que branche du savoir, completement ignorees des cercles academiques en Chine : « I plunged into it quite alone and have been pushing ahead energetically in this field of study ever since » (Ibid. : 114). Une fois mariee, de sa triple tache d'epouse, mere et professionnelle, L i affirme : « I realized I had been lured in another trap. I was forced to play two roles at the same time, to carry a load which would be twice as much as that usually carried by a man » (Ibid: 114). Elle poursuit: 6 In the long run I came to realize that the dual role women are obliged to play in everyday life entails dual philosophies of life. Such a duality splits a woman as a social entity and deprives her of the capacity to present herself as the perfect 'ego' in either family or social life. But the question baffles me: Why are women alone made to. suffer in this manner? In an age that boasts equality between the sexes, why do women lead a painfully laborious and depressive life? (Ibid : 115). A ces angoissantes questions, L i , tres pragmatique et realiste, replique : I feel that women are ignorant, devoid of answers (...) My conclusion troubles me, but in ways which have roused me to become enterprising and single-minded in the pursuit of women's studies. Women are a complete enigma to me. The role they have played in history, society and the cultural development of humanity is an enigma, one which has oppressed us, fooled us, degraded our status and made our lot more unbearable (Ibid: 115). C'est de cette oppression et degradation que L i decide de sortir les femmes, individuellement et collectivement: (...) I harbor the hope that my academic studies may contribute to the rediscovery of the status and value of women. And only by making such an appraisal can I become fully independent, confident and competent as a scholar and exert myself to dive into a study of humanity (Ibid. : 115). L i Xiaojiang decrit son parcours d'etudiante sur les femmes et leur histoire comme un parcours de combattante, tout au moins a ses debuts. Par exemple, c'est avec une desagreable surprise qu'elle decouvre reticence la ou elle pensait decouvrir des alliees pour sa demarche. Demandant des informations a l'incontournable FFC, elle ne recoit aucune reponse : « I have not received a single response to these appeals » (Ibid. : 116). Meme chose du cote de leaderes reconnues qui en fait furent si ulcerees qu'elles noyerent sa premiere publication sous un deluge de commentaires desapprobateurs. L i resume la situation : « I never anticipated that these very groups would deliberately block and hinder my pursuit » (Ibid.: 116). Elle explique une telle situation part le fait que d'une part la FFC n'etait deja plus qu'une facade politique decriee de tous cotes et que d'autre part, cote academie, le silence s'explique par : [A] contemptious defiance of women and women's studies. Scholars, in their twenties, thirties and forties, especially those who had taken the lead in developing reforms in their disciplines, responded to women's issues as 'little whines' uttered be the weak, who were still mentally enslaved by feudal tradition. This was because they were obsessed with complications existing in the macrocosm, major fields of knowledge, the world community and man (Ibid. : 116). 7 Pour ce qu'il en est, de fait, du non-appui des hommes a son projet, L i constate que les quelques leaders reformistes choisirent d'ignorer les etudes sur les femmes et que ce n'est pas avant 1986 que des journaux ou institutions concernant les femmes virent enfin le jour en Chine. Le raisonnement derriere une telle logique ? The pretext used to camouflage this lack of attention was simple: as long as women are part of humanity, any study related to them ought to be placed within the category of human studies. It was deemed redundant, therefore, to establish an independent branch of knowledge or specialty (Ibid. : 116). Donnons la parole a un de ces hommes que L i a rencontres a ses debuts. Un celebre professeur de philosophie lui objecta : I've hardly ever heard of this so-called 'women's studies'. As far as I know, in Chinese history there has scarcely been any woman philosopher. And a great many philosophers in our history remained single all their lives. It seems that no woman in Chinese history has ever played a significant role in the field of philosophy (Ibid.:Ul). L i precise qu'a cette epoque, milieu 1980, sa seule chance a ete dans un changement de leadership au niveau de la FFC. Des intellectuelles plus jeunes furent en effet promues au rang de leaders officiels pour les postes d'editeure ou reporteure. Et dit l'auteure, ces femmes etaient determinees a etre utile a la cause des femmes. Plus tard elles devinrent ses vraies amies et la soutinrent moralement et financierement. Aujourd'hui, selon L i , la situation a quelque peu change, pour le meilleur semble-t-il, au niveau de la resistance psychologique aux etudes sur les femmes. L'auteur mentionne que si elle continue a faire face a l'opposition de certaines des leaders de la FFC et a devoir subir la suffisance de la majorite des universitaires, dans l'ensemble, le developpement des etudes sur les femmes n'est plus freine. De plus, les personnes qui ont devoue leurs vies a ce projet, se sont organise et ont finalement construit une veritable forteresse capable d'efficace resistance mentale. Sur le terrain academique, les EFC sont integrees aux curriculum du collegial et rencontrent un accueil positif chez une majorite d'intellectuelles ainsi que chez les hommes les plus progressistes. L i conclue : No matter what the political situation in China may become, a number of persevering researchers have now vowed lifelong devotion to the cause of women's studies in China. They are working extremely hard to trace the history and the current condition of China's women (Ibid.:\\%). Ou dit autrement : « Chinese women are bound to set off an awakening of female subjectivity and this is an unavoidable stage on the road of their liberation ». 8 CHAPITRE HI: LES DISCOURS : LEURS DIFFERENTES RACINES ET PERSPECTIVES HISTORIQUES Au cours de leur naissance ainsi que tout au long de leur developpement, les ECF ont ete porte a bouts de bras par differentes fortes personnalites, avec des visions bien arretees, des perspectives parfois semblables et souvent divergentes, personnalites ancrees dans des periodes historiques aussi dissemblables que peuvent l'etre les annees 70, l'apres-Mao periode d'ouverture economique ou le milieu des annees 80 avec l'emergence de serieux problemes sociaux et economiques conduisant a un resserrement du controle politique sur une societe civile en emergence. Comme nous allons le voir ulterieurement plus en detail grace a l'analyse des discours sous-tendant la creation des EFC, le champ des etudes sociales en Chine est en train de s'enrichir d'une nouvelle composante que nous nomrnerons: recherches historiques sur l'histoire de EFC. En effet, la Chine beneficie actuellement d'un developpement spectaculaire des recherches concernant l'histoire des Chinoises et de leurs vies, recherches qui ont le merite de vouloir se situer en dehors de tout controle politique ou manipulation ideologique et qui offrent en meme temps l'opportunite d'un regard critique sur la maniere dont les femmes ont ete inscrites par les hommes et l'Etat dans l'Histoire. En somme i l s'agit d'un double mouvement critique : mouvement de ^appropriation par les femmes de l'Histoire, en anglais le terme propre refere a « HERstory », et mouvement de reinvestissement sur le terrain de la vie des femmes contemporaines avec d'innombrables etudes et recherches visant a comprendre en direct ce qui se passe reellement, comment et pourquoi cela se passe, et comment changer cette dynamique pour de meilleures conditions de vie,, non seulement pour les femmes mais pour l'ensemble de la population. Cette prise de position est resumee comme suit dans l'introduction du livre Some of Us: Chinese Women Growing Up in the Mao Era, publie en 2001 : Feminist historiography began to challenge the traditional historiographical paradigms and put women's experiences and the concept of gender into the politics of history, encountering resistance and generating active debates among feminist historians themselves. The question, indeed a perennial conundrum, has continued to be 'What is history?' What is at issue is not so much as experience vs. history, which is in essence a false dichotomy. What is at issue is who -that is, which social and political group-defines history, represents history, and above all, decides whose experiences and whose memories count as history, whose do not, and for what reasons (Xueping Zhong and al, 2001: xxvi) 9 Des nombreux textes lus, celui qui nous semble le mieux cemer les differentes periodes et discours qui caracterisent chaque phase du developpement des EFC est le texte de Min Dongchao intitule The Development of Women's Studies : From the 1980s to the Present, texte publie en 1999 dans l'ouvrage Women of China : Economic and Social Transformation. Min Dongchao choisit de faire une distinction entre les EFC a l'interieur de FFC et les EFC dans le milieu academique. Cette distinction a son merite comme nous le verrons, specialement en terme de ressources humaines et materielles, de divergences politiques, de champs et moyens d'action ainsi que de portee des discours. Aussi l'etude de Min est remarquable de precision analytique critique et de perspective historique, ouvrant eventuellement sur la «portee politique » des EFC. Mais tout d'abord nous devons nous pencher sur l'origine historique et politique de la naissance des EFC. 3.1 BREF HISTORIQUE DE L 'EMERGENCE DES EFC: CONTEXTE POLITIQUE ET SOCIAL : DE « GENDER EQUALITY » A « GENDER DIFFERENCE » Afin de comprendre toute l'importance des EFC en Chine en ce debut de 2 1 i e m e siecle, et tenter de verifier notre hypothese de travail, i l nous faut d'abord nous referer a leur contexte historico-politique d'emergence. C'est ce contexte que nous allons ici decrire brievement. A partir des annees 50 jusqu'a la fin des annees 70, la Chine est plongee dans l'atmosphere du slogan maoi'ste de l'egalite hommes-femmes : « Ce que les hommes peuvent faire, les femmes le peuvent aussi». Ce qui signifie pratiquement que les differences de sexe furent, dans une certaine mesure, eliminees des discours ideologiques et des institutions publiques, menant ainsi a une uniformite sexuelle ou meme une certaine « asexualite » dans les attitudes mentales, les representations que les citoyens chinois se faisaient d'eux-memes, de leur roles sociaux et de leur vie en general. Mais en fait la realite etait bien plus complexe et autrement differente comme le dit Min Dongchao dans son texte From Asexuality to Gender Difference in Modern China: « This equality took men's behaviour as standard and did nothing to improve self-awareness among Chinese women » (Min, 1997). A u niveau intellectuel, cela eut pour consequence majeure qu'aucune recherche n'etait desormais possible a partir des universites et en dehors d'un certain travail mene par la FFC. De plus, i l est important de se rappeler l'isolement dans lequel la Chine s'etait cloitree, rendant presque impossible toute communication avec la communaute internationale et plus impossible encore tout acces aux informations' relatives au feminisme, etudes sur les femmes, 10 questions de genre, bref tous les debats en cours a l'Ouest milieu des annees 70. Bien sur, i l n'y avait pas non plus de mouvement de masse ou rassemblement de femmes avec une perspective ideologique precise de liberation semblable aux mouvements de femmes en emergence en Europe et aux Etats Unis debut 70. Done comment se fait-il qu'a partir d'un tel temps-espace de silence, uniformisation et controle des idees et des personnes, la question des EFC commenca a etre posee et devint l'objet d'importants debats vers le milieu des annees 80 ? C'est en fait un certain impact catastrophique sur les femmes de certaines reformes economiques de la periode d'« open door policy » des annees 80 qui est a l'origine des EFC, double paradoxalement et en parallele d'un effet positif de ces memes reformes sur ces memes femmes. Plusieurs universitaires chinoises comme L i Xiaojiang, L i Dun, ou Tan Shen dans des travaux publies en 1993 proposent plusieurs explications a ce double effet des reformes comme origine des EFC. Leurs arguments et perspectives quant a l'emergence des EFC sont resumes par Min dans The Development of Women's Studies (1999 : 212-213). Trois points majeurs sont ici a distinguer pour clarifier la situation : - Les reformes economiques post-Mao creent ropportunite pour les EFC d'emerger comme sujet de recherche. En effet le passage du socialisme d'Etat a l'economie de marche engendre une destruction du vieil ordre social et introduit chez les individus un certain sens de la competition. Ces transformations sociaux-economiques ont un impact tres different sur les femmes et les hommes et c'est precisement. dans cette difference d'impact selon les sexes que reside la creation des EFC dans le but d'analyser, comprendre et resoudre les nouvelles inegalites. - Les reformes economiques s'accompagnent aussi d'un certain mouvement de liberation de pensee, qui apres les restrictions de la Revolution Culturelle, eveille la conscience des femmes. Cet eveil ou prise de conscience se retrouve d'abord chez des ecrivaines des annees 70. Leurs ecrits refletent la crise des couples pieges entre mariage, carriere et famille et re-decouvrent la toujours presente existence de concepts sexuels traditionnels. Done, c'est a la lecture de cette prise de conscience venant de certaines ecrivaines que les universitaires encouragees firent le choix de transplanter les questions de genre dans les differents champs d'apprentissage academique et de questionner, pour la premiere fois, l'ideologie etatique de la pseudo egalite des sexes. 11 - Dernier point important: la politique d'ouverture des annees 80 s'accompagne d'une nouvelle circulation des personnes et des idees. Ainsi des informations sur les etudes sur les femmes et le feminisme international arrivent en Chine en meme temps que des universitaires de l'Ouest. Les consequences de ce changement sont immediates: les ceuvres majeures de Beauvoir, Le Second Sexe et de Friedan La Femme Mystique sont traduites avec d'autres. Ces travaux aident ainsi les Chinoises a promouvoir les EFC a travers des experiences etrangeres. II est important de retenir de ce rapide historique de l'emergence des EFC qu'il semble etabli et reconnu par 1'ensemble des historiennes de l'histoire des femmes en Chine que comme le dit Min « The social background of women's studies in China differs from that in Western countries ». Essentiellement le passage s'est fait de l'egalite des sexes a la difference des sexes et non l'inverse, qui est le schema traditionnellement reconnu comme suivi a l'Ouest. Ce mouvement est du a l'impact des reformes economiques de 80 sur les femmes et l'emphase soudain renouvelee sur les differents roles sexuels joues a l'interieur et a l'exterieur des families. Min conclue : Without this renewed emphasis on the difference between men and women, Chinese women would not have a chance to realise their self-awareness, Women's studies could not have expanded and the belief that men and women are equal would still persist (Ibid.: 213). 3.2 LES EFC A L 'INTERIEUR DE LA FFC Comme nous le rappelle Min, la FFC apres 1949 etait la seule organisation officielle de femmes pouvant agir, de part ses structures, comme organisation de masse sous le leadership du parti communiste pour developper le travail des femmes, a une epoque ou le maitre slogan etait: « Ce que les hommes peuvent faire, les femmes aussi peuvent le faire. » Mais Min judicieusement mentionne que « However this equality took men's behaviour as standard and did nothing to improve self-awareness among Chinese women » ! (Ibid.: 212). Aussi, quant au milieu des annees 80 apparurent les premieres consequences negatives des reformes economiques sur les femmes, la FFC commenca a enqueter tres serieusement sur 1 De plus, i l nous faut nous souvenir ici du fait que beaucoup des leaderes de la FFC, a tous les paliers, sont femmes d'hommes importants, peut-etre plus interesse a maintenir leurs privileges personnels plutot que de soutenir la cause des femmes dans son ensemble. Aussi, la FFC a pour responsabilite essentielle l'application de la politique de l'enfant unique, politique tres controversee pour ce qu'il en est des droits des femmes versus les imperatifs etatiques. 12 la situation et a proposer de nouvelles politiques plus adaptees a la realite des femmes, tentant ainsi de corriger les effets adverses de la politique d'ouverture economique. C'est done apres la Cinquieme Conference sur les Femmes en 1984 que la FFC inclue les etudes theoriques sur les femmes dans sa liste de priorites (Tan, 1993). La meme annee fut tenu la Premiere Conference Nationale sur les Etudes Theoriques des Questions Feminines, conference qui fut le coup d'envoi a l'etablissement d'association des etudes sur les femmes dans chaque province mais aussi au niveau des villes et villages. Ainsi en 1995, 497 associations etaient sous le controle de la FFC (Ding, 1995 : 18). Une des consequences indirecte de la prise en charge des EFC par la FFC fut la reforme interne de la FFC dont les fonctions ont graduellement change a cette periode charniere intense de reflexion et de fortes remises en question. Ceci est, entre autres, explique par Tani Barlow dans son texte Politics and Protocols ofFunu : (Un) Making National Women. L'auteure retrace revolution de la FFC apres 1978 et durant la periode d'ouverture politique et economique, periode qui voit la Federation forcee de s' adapter malgre elle a un contexte exterieur changeant rapidement mais aussi a une dynamique interne nouvelle, sous peine de ne pas survivre : suivre la ligne du Parti, certes toujours necessaire, n'etait plus suffisant puisqu'il fallait desormais expliquer et resoudre de nouveaux problemes concernant les femmes (problemes que la meme ligne de Parti ne semblait pas apte a resoudre) et representer leurs interets tout autant que ceux du dit Parti. Comme le cite Barlow, de son propre aveu, la FFC reconnut tres vite que, dans ce nouveau contexte social, historique et politique « either it was going to have to rework its mandate or it was going to have to admit that it was ineffectual » (Barlow, 1994: 346). Consequemment, plutot que de se saborder, la FFC a fait le choix strategique d'une « prudente independance», notamment au niveau local, choix lui permettant de mieux repondre aux besoins des femmes et ainsi de garder son influence dans une societe en rapide transition, sans se couper de ni s'aliener le pouvoir central. Ce tournant dans revolution du role de la FFC est aussi confirme par L i Xiaojiang dans la lecture historique qu'elle fait du mouvement des femmes en Chine. Dans son texte Where Have We Got to in the Last Fifty Years?, elle souligne que la FFC a su faire a temps des ajustements de perspectives, passant de la mobilisation generale des femmes pour la participation sociale a l'attention sociale tournee vers ces memes femmes : In this way, the A C W F make clear that it is standing by the side of women (not just taking the Party's stand). They are beginning to search for practical approaches for the solution of women's problems (not just conveying to women the Party's message (Li Xiaojiang, 1999 : 56). 13 3.3 LES EFC AU NIVEAU ACADEMIQUE Min Dongchao, toujours dans son texte The Development of Women's Studies, demontre clairement que les racines et les buts des EFC dans le milieu academique sont differents de ceux des EFC au niveau de la FFC : Women's studies in academia have also developed since the mid 1980's, but its institutionalization and research subjects differ from those of the A C W F . (...) If women's studies, as developed by the A C W F , originated out of need to solve the problems encountered by women, in academic circles it resulted from a hunger for theory (1999 : 217). Ainsi, les questions posees au niveau academique ont pour origine une prise de conscience personnelle des universitaires questionnant les dynamiques sociales et les roles sexuels dans une societe en mutation : « Qu'est-ce cela signifie d'etre une femme ? » ou « Pourquoi cela arrive seulement aux femmes ? ». Comme nous l'avons illustre amplement au debut de ce travail, la vie de L i Xiaojiang est le parfait exemple de cette evolution personnelle qui suscite une vocation academique et une creation pionniere, tant sur le front intellectuel que politique. C'est done du desir de reponse ne des prises de conscience et evolution personnelle des intellectuelles-universitaires que sont nees les EFC dans le milieu academique, creant ainsi un nouvel espace d'investigation en dehors des desormais inutiles et depassees reponses provenant de la theorie maoi'ste, de ses cadres et methodes d'investigations, theorie elle-meme remise en question par les nouvelles politiques economiques des annees 1980. Ce mouvement de questionnement a l'interne coi'neida avec un mouvement d'ouverture a l'exterieur. qui voit les universitaires chinoises et etrangeres collaborer de plus en plus : voyages d'etude a l'etranger, echanges inter-universitaire, par exemple, ont ete grandement facilite par la politique d'ouverture debut 80 et alimenterent la culture chinoise d'un influx nouveau d'informations. Consequemment, les universites commencerent a etendre leurs zones de recherche, creerent de nouveaux champs de recherche avec de nouveaux sujets et comme le precise Min les centres de recherches sur les femmes (CRF) « focuserent sur l'etude de la responsabilite sociale de la recherche academique » (Ibid. : 218). Tout cela aida a la creation d'un climat favorable a l'organisation de ces centres de recherche en Chine. Le meilleur exemple de cette dynamique de creation est le CRF de l'universite d'Hangzhou qui vit le jour apres que plus de 30 visiteuses universitaires etrangeres et universites eurent 14 demande si un tel centre existait. Leurs requetes repetees encouragerent l'universite a fmalement creer un CRF en 1989 (Tong, 1993 : 13-14). Les CRF travaillent a trois niveaux : -creation et enseignement de cours sur les femmes, -recherche theorique, -activites pratiques. Ces trois niveaux seront developpes plus en detail dans le chapitre suivant: Les buts mentionnes, specialement paragraphes 6.2 et 6.3. CHAPITRE IV: LES BUTS MENTIONNES During the reforms, the A C W F began to recognise the seriousness of the new problems facing women as a result of reports gathered by its branches nationwide. In order to solve these new difficulties, the Women's Federation began to carry out research and develop policy responses (Min, 1999 : 214). Les intellectuelles, pour mieux comprendre la nouvelle realite des femmes, prirent la decision d'aller voir par elles-memes ce qui se passait sur le terrain. Cela a eu un double impact: d'une part elles ont participe a et pousse plus avant le developpement personnel des femmes ainsi que favorise une meilleure prise de conscience de leur nouvelle et difficile realite et, d'autre part, elles ont affirme, envers et contre tous, leur position dans la sphere academique en creant les EFC. L i Xiaojiang conclue : « thus conveying to society women's rational and self-enlightened voice » (Li Xiaojiang, 1999 : 56). Due to the fact that not long ago in Chinese history women disappeared in Chinese social life, consequently, not only it is necessary for women's studies to raise high its own banner, it must be especially on its guard against getting buried again in a gender studies that resembles the myth of 'men and women are the same (Li Xiaojiang, 1995: 274). CHAPITRE V: LES REALISATIONS: QUELQUES EXEMPLES En terme de recommandations politiques {policy making): En 1988, la FFC conduit une importante recherche sur la securite sociale chez les femmes, dans le cadre du projet national d'Etudes sur la Securite Sociale en Chine. La conclusion de ce travail se lit comme suit: « In order to solve the problems of women's employment, the compensation for women during pregnancy and childbirth should come from a system of Social Security » 15 (Min, 1999: 215). Cette recherche aida a reduire l'exclusion des femmes des politiques d'emploi. En 1990, la FFC organise la Conference de Zhengzhou sur le Developpement et la Participation des Femmes Chinoises, conference qui reunit les chercheures de l'Ecole des cadres et celles des bureaux locaux et provinciaux de la FFC pour discuter des recherches sur la situation des femmes au niveau rural. Les resultats de cette consultation prouvent que les reformes ont cree des changements au niveau du statut, du style de vie et des valeurs des femmes des campagnes et que ces dernieres, consequemment au transfert de main-d'oeuvre au secteur non-agricole, ont desormais moins d'opportunites d'emploi parce que non qualifiees. Un projet de formation et d'alphabetisation (voir ci-dessous) s'ensuivra. En terme de creation et financement de projets : Entre 1988 et 1990, suite a leurs recommandations pour un systeme de securite sociale pour les femmes, la FFC prit l'initiative de ramasser des fonds pour mettre sur pied le Women's Childbirth Allowances Fund (funushengyu jijiri). Plus de 500 villes et comtes etablirent de tels fonds (Tan, in Min, 1999 : 215). Suite a la Conference de Zhengzhou (mentionnee plus haut), la FFC en collaboration avec 12 autres agences gouvernementales met sur pied un programme d'alphabetisation et de formation technique pour les femmes des communautes rurales (shuang xue shuang bi). A u debut de 1995, apres six ans de travail, une formation a ete donne a 50,000,000 femmes et 4,000,000 autres femmes sont diplomees des classes d'alphabetisation. Ce programme aura done, selon Min, «improved rural women's conditions, and their contribution to the development of the local economy was obvious » (Ding/in Ding, 1995 : 216). C H A P I T R E V I : L E S S T R A T E G I E S 6.1 ALLIANCE CHERCHEURES UNIVERSITAIRES/ACTIVISTES La creation des associations des etudes sur les femmes par la FFC, reparties sur tout le territoire, fut un atout tres important pour le developpement des EFC. Comme le dit Ming : The members of the research associations come from the A C W F and academic circles. This enabled women researchers and women activists to join forces and provide themselves with a platform for exchanging ideas and information, organizing workshops and publishing papers (Min, 1999 : 214). 16 Une autre forme d'alliance a ete developpee par l'engagement sur le terrain, i.e. en dehors des universites, des centres de recherche sur les femmes qui ont choisi de dormer des services directement a la communaute cf « Applied Research Programs ». Min Dongchao cite l'exemple du Women's Research Institute of the Managerial Science Academy, dirige par Wang Xingjuan et base a Beijing, institut qui est une organisation non-officielle impliquee dans la recherche et offrant en meme temps des ressources-services pratiques aux femmes. Ainsi, en plus de mener des sondages et publier, lTnstitut a organise un club de rencontres pour celibataires et a cree la premiere, tres importante et tres en demande ligne d'appel pour les femmes en Chine (Ibid.: 219). 6.2 CREATION DE NOUVEAUX LIEUX DE RECHERCHE, DE NOUVEAUX COURS ETPARUTIONDE NOUVELLES PUBLICATIONS Comme mentionne ci-dessus, i l y a eu d'abord la creation des associations de recherche par la FFC, au niveau territorial. Ensuite « The expansion of the field led to the establishment of the Institute of Women's Studies by the A C W F in 1990. The Institute funded publications such as the journal Collection of Women's Studies, which until recently was the only journal of theoretical women's studies in China »(Ibid.: 214). En 1990, la FFC section Beijing, publie les actes de la conference intitulee : Echanger I'Information sur les Etudes Theoriques sur les Femmes en Chine, de 1981 a 1990 (Xiong et al., 1992). Selon Min « Both the conference and the book have had a significant influence on women's studies in China » (Ibid.: 216). La creation du premier CRF en 1987, par L i Xiaojiang, a l'universite Zhengzhou, est suivi de celui de l'universite d'Hangzhou en 1989 et de quatre autres en 1993 (Tan, 1995 : 68). Aussi des groupes d'etudes sur les femmes et des salons ont ete etablis dans diverses universites et instituts de sciences sociales. Cote creation de nouveaux cours pour les EFC : offerts au niveau du premier cycle et, pour les universites de Beijing et Zhengzhou, au second cycle. A cela i l faut ajouter des formations, ateliers et classes d'ete pour les femmes cadres et chercheures en EFC. 17 6.3 DIFFERENTES RECHERCHES ET STRA TEGIES DE RECHERCHE La FFC a du adopter differentes strategies de recherche adaptees aux differents problemes, selon que les femmes vivent en regions urbaines ou regions rurales : « The lives and problems of women living in rural and urban areas are very different, and as a consequence the research undertaken by the Women's Federation had to develop along different lines » (Min, 1999:215). Cote academique des EFC, du a la necessite de creer de nouveaux cours pour etudier de nouvelles problematiques et du a l'expansion meme des EFC, celles-ci prirent debut 1990, un tournant plus theorique : ainsi 1993 voit l'introduction du concept de gender2 par des Chinoises revenant des USA, lors de l'atelier Femmes et Developpement a l'universite de Tianjing. (Le dit concept apparut en fait en Chine dans les annees 80 mais ne fut guere note.) Ce concept semble aujourd'hui relativement bien accepte par l'ensemble des chercheuses et la theorie des genres a ete utilisee pour developper de nouveaux sujets de recherche tels que : femmes et sante, femmes et population, femmes des regions rurales et developpement. Plus important, i l nous faut nous rappeler ici qu'un des buts initiaux et majeurs des EFC etait de creer une nouvelle theorie differente des theories orthodoxes marxistes sur les femmes reposant sur la lutte des classes. Done, encore ici, en matiere de travail pionnier, i l nous faut nous reporter a L i Xiaojiang, qui la premiere proposa le concept d'« identite de sexe » separe du concept de classe parce que dit L i « Women as group must be defined. Because women and class are different categories: the former is human-ontological and the latter is social-historical, the separation of women and class is necessary » (Li Xiaojiang,. 1989 : 34). Min Dongchao dit de ce processus de separation qu'il represente « a n early theoretical perspective. It is understandable that the over emphasis on class struggle in gender issues has 2 Comme le note Wang Zheng, en 1999, le terme « gender » n'a pas encore d'equivalent fixe en chinois, parmi les chercheures des EFC. Par exemple, pour traduire « gender consciousness », deux termes sont utilises : -xingbie yishi pour « consciousness of sex difference », -nuxing yishi pour « female consciousness ». Wang explique: « Because nuxing yishi signifies the whole discourse of feminity, using it to mean gender consciousness means grafting a Western feminist concept onto a Chinese discourse without recognizing or admitting their incompatibilities. It is time for women scholars in China to start a theoretical and linguistic separation of gender from feminity. This separation will constitute a challenge to the discourse of feminity » (p.37). Wang note aussi que shehui xingbie a ete utilise pour gender en 1995 par des auteures feministes de la FWCW, telles que Bao Xiaolan, Sharon K . Horn et X in Chunying (1999 : 37, note 52). 18 become less important. However, further discussion on this theory continues » (Min Dongchao, 1999:219). Fin des annees 80, un autre accomplissement majeur de L i fut la creation des Women's Studies. Series qui aujourd'hui consistent en un ensemble de 20-30 ouvrages de recherche incluant des sujets des sciences sociales et humaines. Le but de ce gigantesque travail « was to establish women's studies as a new academic discipline, as well as to construct a gender theory within historical materialism ». Un autre des volets des EFC cote academie fut l'etablissement de nouveaux champs theoriques specialises tels que : « Culture chinoise traditionnelle et Femmes » (Universite de Beijing) ou « Histoire Orale des Femmes au 20 i e m e siecle » (Universite de Zhengzhou). Aussi, pour ce qu'il en est du point de vue methodologie, les methodes issues du domaine de 1'anthropologic et de l'histoire orale furent introduites au domaine des EFC, faisant en sorte que les experiences et histoires des femmes soient prises en compte et refletees dans les livres d'Histoire, Histoire jusque la essentiellement ecrite par et pour des hommes. C H A P I T R E V I I : L E S D E F I S 7.1 LES QUATRE LIMITATIONS A u niveau des EFC au sein de l'academie les defis, en terme materiel, ressemblent de tres pres a ce qui peut se passer cote Ouest. Du Fangquin les resume en parlant des « four shortages »(siwu): no regular staff, no funding, no facilities and no time. Elle va plus loin en affirmant que la moitie des centres d'etudes sur les femmes n'existe que sur le papier parce qu'ils n'ont ni « projet » (keti), ni ressource monetaire. Ces precaires conditions d'existence sont confirmees par plusieurs autres historiennes des EFC telles que L i Xiaojiang, M i n Dongchao ou Wang Zheng. En terme financier, l'auteure Gao Xiaoxian va plus loin et souleve la tres interessante question du support venant de l'etranger et la lie directement au processus de democratisation en Chine. Son argument massue est tres simple et on ne peut plus clair: « Pas de democratisation? Pas d'argent! » S'adressant aux donneurs de l'Ouest, Gao previent: Money is power. I hope donors, when you support women's groups, you should consider how the group will use the money. You should require that all taking part to promote China's NGOs become more democratic. Don't reproduce the patriarchal 19 hierarchy and elitism. I think this is a matter to be careful about (Gao Xiaoxian, 2001: 253). Malheureusement, ce point de vue tres courageux nous ne l'avons pas retrouve dans nos autres lectures, certes non-exhaustives... Cote FFC, la situation semble un peu moins precaire. En 1990, par exemple, du a l'expansion du champ de recherche des EFC, la FFC fonde lTnstitut des Etudes sur les Femmes: Les chercheures a temps-plein sont remunerees par lTnstitut qui prend aussi en charge les couts de production des publications (Min, 1999 : 214). Cet exemple, d'apres nos lectures, semble illustrer la situation de l'ensemble des EFC au sein de la FFC, avec certainement des differences dans l'inegalite des ressources dependant de la richesse ou pauvrete des differentes provinces. 7.2 LE DEFI DE LA DEMOCRA TISA TIONA L 'INTERNE DES EFC Ici encore le point de vue de Du Fangqin nous semble tres original. C'est elle qui apres avoir mentionne les quatre limites, enchaine immediatement avec cette remarque tres judicieusement combative : « But does the availability of funding guarantee the realization of feminist (nuxing zhuyi) principles' of equal participation and collective action in establishing feminist research and curriculum? » (Du, 2001 : 243). Ici est directement pose la question de la democratisation a I'interne des EFC universitaires. Du repond a sa question : If core members of the centre are not conscious of democracy and equality, then even i f the centre has research funds, there will not be solidarity... There will not be communal support, dynamic stimulation, or mutual growth in the realms of academic advancement and self-empowerment. If a women's research centre does not adhere to those principles, it is not only a failure in conducting feminist studies. The more alarming consequence will be the alienation or even disintegration and fragmentation of the organization. Since women's research centres are marginal and vulnerable enough, i f they give up the feminist spirit and principles, traditional hegemonic values and concepts that resemble elitism will surely set in to bolster the hierarchy of patriarchy (Ibid.: 244). 20 Autrement dit la lecon est simple : la democratisation commence chez soi, au sein meme des CRF. Et par soi, i.e. leaderes et participantes. Democratisation tout comme feminisme est plus qu'une theorie c'est une pratique quotidienne dont chacune est individuellement responsable. Cela rejoint le point de vue de Xiaolan Bao et Wu X u comme nous le verrons dans 1' article Feminist Collaboration between Diaspora and China etudie plus loin en Chapitre VIII, Section : Contre-point. 7.3 DEPENDANCE POLITIQUE VIS A VIS DE L 'ETA T/PARTI Cette question est tout specialement etudiee par Du Fangqin dans son texte « Manoeuvring Fate » and « Following the Call»: Development and Prospects of Women's Studies, publie en 2001. L'auteure, historienne majeure des EFC, a la fois « sujet » et « objet » de leur quete, elle-meme fondatrice et organisatrice du Centre de recherche sur les femmes de l'Universite de Tianjin, nous ramene a une dure realite : les EFC ne sont pas independantes de l'Etat mais bien au contraire leur survie depend a part entiere de ces liens etroits avec l'Etat/Parti chinois. Et, d'affirmer Du Fanquin, c'est ce lien et sa nature meme qui font des EFC leur unicite et originalite, compare au fonctionnement des WS, (plus independantes?), dans d'autres pays. Pour etayer son point de vue, l'auteure nous rappelle un certain nombre de faits incontournables. La legitimite des EFC repose sur leurs relations externes avec des leaders-cle du Parti: It is obvious that i f a women's research centre is headed by a woman cadre who holds a leadership position in the administrative system (most likely being the Deputy Secretary of the local Party), then the centre is legitimized by its formal link with the authority and therefore enjoys greater political security (Du, 2001: 242). Avec cette « securite politique », vient une plus facile incorporation des WS comme etablissement academique, i.e. support pour le fonctionnement quotidien du centre, accord pour les activites de recherche et les nouveaux cours, facilitation de la co-ordination inter-departements. Mais ce genre de « parrainage » a sa contre-partie : en cas de changement de leadership «the center becomes an army without its general» et tout est a refaire en terme de « protection ». Dans le cas de figure ou la responsable de CRF n'est pas un cadre du Parti: the establisment and continuation of the centre rely on achieving equilibrium with the authority through informal relationship. For example, founders of some centres haye 21 good personal relationships (as friends or trustworthy colleagues) with key leaders, especially the president, of the universities and colleges. Support from the leader is extremely vital to the establishment of WS, and to its initial stage of development (Ibid.: 242). Pour Du, la situation ideale d'existence des CRF residerait dans l'etablissement de liens formels et informels avec les gens au pouvoir puisque le support institutionnel est une des conditions d'existence des CRF, tout particulierement dans le cas des centres diriges par des intellectuelles qui n'ont pas de titre administratif officiel. L'autre question majeure pour Du Fangqin est: comment trouver et preserver une independance de la recherche academique au sein meme de l'Universite, source de support institutionnel et financier : « the question is of whether a centre should stay under, or out of, the 'control, of power, given the fact that degree of control is always relative » 3 (Ibid.: 243). La reponse de l'auteure est surprenante d'un pragmatisme tres « ligne du Parti » : As China's reforms continue, society gives an increasingly greater space to individuals and institutions. The key is to expand existing space. Experience shows that individuals or organizations that completely refuse to be 'controlled' tend to act alone and according to their own ideas regardless of other's opinions. Even i f they are doing good deeds, others are easily annoyed, which can lead to a crisis of distrust. This kind of 'drifting away from control' is not beneficial for the institutionalization of women's studies centres (Ibid.: 243). En fait, pour tout dire, nous avons lu et relu cette affirmation de Du et nous ne savons toujours pas ni a qui ou a quoi elle pretend referer de facon si elusive, le reste du texte par ailleurs n'offrons aucune espece de secours. Cette affirmation de la part d'une intellectuelle a la demarche jusque la si rigoureuse a de quoi surprendre, suffisamment pour que nous la questionnions plus en profondeur. Est-ce la simplement une opinion, une emotion toute personnelle, mais meme dans ce cas pourquoi n'est-elle pas suivi d'exemple concret comme dans les affirmations precedentes rigoureusement appuyees par des faits? Est-ce pour ne pas mettre dans l'embarras des collegues, des institutions? Ou pour eviter de se retrouver elle-meme au banc des accusees? 3 A propos de cette « relativite » du controle exerce par le Parti sur les EFC, une autre historienne semble plus critique que Du Fanquin. Min Dongchao ecrit crument: « The establishment of WS groups by the A C W F was tolerated by the state, which might have been due to the communist tradition of favouring women's liberation. However the independent women's studies groups that emerged in academic circles did not receive the same support (our emphasis), as indicated by the fact that in 1995 there were 1075 universities in China but only 17 women's studies centres, and only 10 courses were being taught ». Aussi de conclure l'auteure: « T h e institutionalization of women's studies in academia is still in its infancy » (Min Dongchao, 1999 : 222). 22 De quels individus ou organisations, qui sans tenir compte des opinions d'autrui mais certes tout en faisant du bien, en ont ennuye d'autres, cela causant une crise de confiance1? Le texte de Du Fangqin, dans notre version anglaise, a ete publie en 2001, dans un ouvrage collectif paru en Angleterre. Done pas grand risque de s'exposer aux foudres de l'Etat ou meme de personnes ou d'organisations chinoises. Alors pourquoi une telle enigme? Nous pensons que cette affirmation pourrait tres bien s'appliquer, par exemple, aux manifestations etudiantes de mai-juin 1989 sur la place Tiananmen, mais cela n'est qu'une hypothese parmi tant d'autres! Quoiqu'il en soit, Du Fangqin affirme tres clairement: « This kind of "drifting away from control" is not beneficial for the institutionalization of women's studies centres ». Meme si « le degre de controle est toujours relatif ».. . Et au cas ou nous n'aurions pas saisi le message et son importance strategique, l'auteure rajoute : « i f women's research centers are to survive and develop in China, they should avoid slogans and appeals that are too radical, neither should they be too ambitious to achieve success too soon » (Ibid.: 245). Ce genre de remarque nous rappelle le travail d'analyse de Wesoki (Voir Chap. X) parlant de possible « symbiose » Etat/Parti-organisations sociales dans un contexte non-democratique : surtout pas de confrontation frontale mais bien plutot un apprentissage, un apprivoisement mutuels, une reconnaissance lente et tranquille autant que faire ce peut avec une acceptation des necessaires et incontournables differences. Puisant dans son heritage culturel millenaire, notre stratege militaire Du Fangqin predit: With a balance between the Taoist principles of resilience, flexibility, non-confrontation (roudao) and the Confucian proactive ethos of still pressing ahead even when the goal, seems impossible, and in conjunction with a spirit of equality advocated by feminism, real success can be accomplished (Ibid.: 246). Dans cette phrase surprenante, cette. idee completement originale en tout cas pour nous Occidentale, nous avons la l'explosive union de trois concepts,, philosophies et pratiques qui, de prime abord, sembleraient s'exclure: Feminisme, Confucianisme et Taoi'sme. Mais la demonstration de Du articule savamment principes de resilience, flexibilite, non-confrontation avec l'ethique pro-active d'aller toujours de l'avant meme quand le but semble impossible et aussi avec le principe d'egalite revendique par le feminisme. Avec cette combinaison rare de vaieurs orientales et occidentales, le succes peut etre atteint. Mais en pratique, comment cette « formule magique » peut-elle s'appliquer et fonctionne t-elle vraiment? 23 La profonde assurance de notre universitaire-activiste ne se laisse pas ebranler si aisement. A notre soupconneuse question, Du Fangqin repond posement que les femmes depuis plusieurs annees ont appris a s'organiser et que de l'apprentissage de ce processus d'organisation, elles ont tire d'importantes le9ons, qui a leur tour ont donne vie a une reelle strategic d'existence et de travail qui peut se resumer par les points suivants : > Exploiter, autant que faire ce peut, les politiques de l'Etat telle que l'egalite femmes-hommes. > Etendre l'espace pour le developpement organisationnel, ainsi que les domaines de recherche. > S'appuyer sur le pouvoir en s'attirant le soutien des autorites et de la base. > Ramasser de Pargent de partout afin d'etablir une securite materielle; elargir notre reseau de contacts afin de ne pas nous creer d'ennemis et garder de bonnes relations « with all walks of life, including gender relationships ». > Reaffirmer notre choix de travailler pour les femmes et d'ouvrir de nouveaux espaces pour les EFC. > Remain vague in identification by abandoning binary, oppositional thinking and be all-embracing and equal in the organizing (Ibid.: 246). 7.4 LESLIMITES DE LA RECHERCHE APPLIQUEE Un des aspects qui semble poser probleme pour une analyste des EFC comme Du Fangqin, est celui de la recherche appliquee comme orientation majeure pour les EFC. L'auteure explique que cette tendance est apparue des l'emergence des EFC milieu annees 80, mais s'est renforcee avant et apres Beijing 95. Pour nous aider a mieux comprendre la situation, Du classe les EFC en deux groupes (rejoignant ainsi le decoupage analytique de M i n Dongchao vu dans Chap. I l l : 3.2 et 3.3): 1. groupes de recherche, associations et centres institutionnalises et existant a l'interieur du reseau FFC-academies des sciences sociales et ecoles du Parti. Leur tache est specifiquement de servir de source d'informations et de reference pour les policy-makers du gouvernement. 2. les centres de recherche au niveau des universites et colleges, « currently on the periphery », operant souvent a mi-temps et ayant pour mission d'etendre le champ de recherche academique des EFC, les instituer en discipline et former leur futur personnel de recherche (Du, 2001 : 246). 24 Pour Du, ce sont ces centres de recherche qui semblent faire probleme aujourd'hui puisque «they tend to emphasize the applied aspects, therefore neglecting or even abandonning their mission and duty of subverting traditional academic research and reconstructing feminism » (Ibid.: 247). Probablement, ajoute t-elle, cela est du a la necessite pour les centres d'etudes et de recherche de survivre economiquement, ce qui explique pourquoi i l est si difficile pour eux de refuser des projets a application immediate. Quoiqu'il en soit, cela a pour consequence qu'actuellement [T]he situation is still that instead of opening, expending and constructing academic, disciplinary and programme-oriented studies, research carried out at women's studies centres in tertiary educational institutions is mostly for problem-solving, decision-making or applied purposes. This situation needs to change (Ibid.: 247). Cette analyse de Du Fangqin est d'autant plus interessante qu'elle constitue en soit une prise de position quasi unique et originale : quasi unique parce qu'en effet nous ne l'avons pas rencontree ailleurs au cours de nos nombreuses lectures (tout au moins exprime en termes si directs et non ambigus)4 et originale parce que nous sentons la, de facon tres intuitive, que Du essaie en ses mots, de facon tres diplomatique et Taoiste, de rappeler a toute une chacune en Chine I'originale mission-vocation feministe des WS, vocation-mission qui va bien au-dela de leur survivance quotidienne materielle et politique, et bien au-dela de leurs fonctions de travail social aupres de la population et de conseillere des fonctionnaires gouvernementaux. Du Fangqin, de facon tres poetique, illustre ainsi, selon nous, une intime conviction a consonance politique et a vocation ethique : I believe that each of the two types of WS organizations should have its respective positioning, just like two lotus flowers on one stalk, or like trees whose branches interlock - a result of the unique characters of China. The two groups should have division of labour and different positions, and yet they should work together closely (Ibid.: 247). Elle poursuit en indiquant la marche a suivre pour arriver a une telle balance-completude: les EFC cote FFC continuent de faire ce qu'elles font tres bien « applied research to serve the purpose of decision-making». Par contraste-complementarite, la recherche universitaire doit etre capable de continuer a creer de nouveaux concepts analytiques (gainian), des hypotheses et methodologies qui doivent permettre a la recherche appliquee des EFC d'etre 4 Fang Lian du Centre ,d'Etude et de Recherche sur les Femmes de l'Universite de Tianjin exprime le meme sentiment: « More importantly, we think we should not just focus on improving radical aspects of the life of those women, we think more on the possibilities for changing their gender awareness. So, we use the money we had for development projects, and that was to do some gender-training work » (Fang Lian, 2001: 253). 25 plus incisive, appropriee et scientifique. Ainsi devrait fonctionner ce partenariat aux « caracteristiques chinoises ». De plus, tout en continuant de se preoccuper du sort de la societe dans son ensemble, preoccupation «based on the traditional, intellectual conscience», les centres de recherche universitaire sur les femmes doivent poursuivre leur mission de subvertir la recherche academique traditionnelle et de reconstruire le feminisme. C'est ce que fait le centre de recherche dirige par Du Fangqin, Centre for Women's Studies, Tianjin Normal University, qui en 2000 a commence « i n collaboration with the U.S. based Chinese Society for Women Studies, a 5 years project entitled "Develop Women and Gender Studies in China" that leads the way in democratizing and systematizing research centers for women's studies as part of the Chinese tertiary educational institutions » (Ibid.: 247-49). CHAPITRE VIII: DES ENJEUX DE DEBATS AUX ZONES DE CONFLIT 8.1 A L'INTERNE Le debat sur l'utilisation des mots a employer continu, d'autant plus qu'il s'inscrit a la fois dans un renouveau nationaliste chinois et dans 1'effort constant de « deconstructivisme a caractere feministe ». Le meilleur exemple de ce debat concerne l'usage du mot feminisme; L i resume ainsi la situation : "[Fjeminism" has two Chinese translations: "Nu Quan Zhu Y i " or "Nu Xing Zhu Y i " . The differences in translation indicates the degree to which Chinese women accept and identify with feminism. Today, many Chinese women still prefer "Nu Quan Zhu Y i " . to "Nu Xing Zhu Y i " while communicating with the international society or identifying their own identities (Li Xiaojiang, 1999 : 67, note 10). « Women's studies in China » versus « Chinese women's studies-Indigenous WS » est une autre quoique plus recente zone potentielle de conflits. Ici les avis divergent et les parti-pris sont nombreux parce que semble etre au coeur meme du debat la nature des WS, done possiblement leur role au sein de la societe chinoise ainsi que la question de leur independance vis a vis de l'Ouest. En resume, deux courants semblent s'opposer ou plus exactement se completer dans leurs differences: 26 1) le « courant L i Xiaojiang » qui se positionne comme suit: Intellectuals have to maintain their 'indigenous' identity and subjectivity while making 'cultural exchanges'. This is mainly shown in the 'rights of discourse' - with what discourse de we think and make judgements? For whom and for what do we speak? Who is our audience? - when you are explaining your situation with other's values, or the 'exchange' may possibly turn into a one-way course of 'post-colonization'. The loss of subjectivity is completed together with the loss of 'indigenity' (Li Xiaojiang, 1999 : 63). Par « indigenity » L i precise qu'elle entend « localness » i.e. « the emphasis on the uniqueness of the history, culture, humanities and society originated on the land, and warns that we should take every effort to avoid «total Westernization» in the inevitable process of «modernization)) (Ibid.: 63). Cette position de L i se voyait deja vocalisee en 1984 par la rapporteure Shen Zhi, resumant comme suit les actes du symposium Jianliyou Zhongguo tesede funuxue, tenu par l'Academie des Sciences Sociales de Shanghai: China should establish its own studies on women on the basis of understanding, comparing and critically assimilating the theories of other countries. Chinese studies on women should start out from Chinese realities and have distinctive Chinese characteristics (Shen Zhi, 1987 : 25). 2) le « courant Wang Zheng » plus modere, peut-etre moins « paranoiaque )> ou moins « nationaliste » ? quant a son jugement sur l'influence de l'Ouest: At the beginning of the 1990's, research on women in China experienced significant changes. New concepts from Western and global feminisms first trickled and then gushed into China with the United Nations Fourth World Conference on Women and the, Nongovernmental Organizations (NGO) Forum of 1995. The flow of contemporary feminist theories and practices into China has become a major source of new analytical tools that Chinese researchers on women are eager to grasp. As a result, research on women is not only expanding in scope but also changing in quality with new interrogations of dominant discourses (1999: 25). Wang mentionne aussi la tres importante conference de Harvard en 1992: Engendering China qui selon Du Fangqin fut: « the first formal dialogue between Chinese and Western scholars on research on women in China » (Ibid.: 24). Aussi en 1993, la CSWS et le CRF de l'Universite de Tianjin organiserent un seminaire intitule : « Chinese Women and Development: Status, Health, Employment )>. Wang raconte comment une cadre superieure de la FFC l'aborda avec la question suivante : Marxism is not enough to analyze women's problems in today's China. We need new theories and we should learn anything that can help explain Chinese women's problems. Now, tell me, what do you think is the most useful thing for Chinese women in your study of Western theories? (Ibid. : 25). 27 En fait Wang Zheng, dans tous ses ecrits, ne cesse d'en appeler a plus de collaboration Est-Ouest, semblant ainsi se faire la porte-parole d'une tendance emergeant apres Beijing 95, tendance qu'elle resume ainsi: In post-FWCW China, many involved in the movement for research on women express a strong desire to learn about Western feminism and to merge with global women's movements. Their interaction with feminist from outside China has taught them that Chinese women will not lose their own cultural identity by learning from others, but will be empowered politically and intellectually in their pursuit of gender justice. This new level of openness, facilitated by a state-sanctioned campaign to merge with global feminism, promises a continued growth of a women's movement with a feminist gender consciousness and a feminist agenda in the PRC at the end of the twentieth century (Ibid.: 40). 8.2 AVEC L'EXTERIEUR A simple transplantation of a concept into a very different context may cause confusion, and even tremendous harm (Li Xiaojiang). Dans son texte With What Discourse Do We Reflect on Chinese Women? Thoughts on Transnational Feminism in China, texte ecrit apres la 4ieme Conference de l ' O N U sur les femmes en 1995, L i Xiaojiang rappelle fort a propos qu'un des dangers principaux pour les mouvements de femmes reside dans le vocabulaire employe, que Ton veut commun, pour referer a des realties fort differentes. La terminologie de l'Ouest par exemple, quant elle est importee en Chine, penetre de fait un contexte linguistique et historique completement different. De plus, cette premiere transformation se complexifie d'une seconde: le vocabulaire est toujours porteur d'ideblogie. C'est precisement cette difficulte linguistique qui pousse L i a affirmer sans ambigu'ite que certains aspects du discours feministe de l'Ouest sont irrelevants mais aussi qu'ils peuvent causer confusion et dommage au mouvement feministe naissant en Chine. Aussi L i tient a dormer sa propre definition de ce qu'elle appelle les Etudes sur les Femmes-funuyanjiu. Elle explique que c'est un nouveau concept qui a emerge dans la « nouvelle ere post-Mao », emergence qui a coincide a la periode de creation des gender studies a l'Ouest. Mais ici cesse le parallele. En effet si les gender studies (GS), cote Ouest, se sont developpees a partir des EFC, sur leur fondation en fait, L i affirme quand Chine EFC et GS « cannot be made interchangeable or allowed to collapse into each other ». Elle poursuit en expliquant que le fait 28 que EFC et GS aient emerge en meme temps ne signifie pas que la derniere soit le produit du developpement de la premiere, ni que la premiere doive se developper en derniere ou etre une phase de transition vers la derniere. Pour expliquer cela, i l y a trois raisons. Primo, les EFC ont une nature politique {political nature) tandis que les GS sont purement academiques. Secondo, les EFC sont avant tout une question de subjectivite et d'action tandis que les GS sont essentiellement une question de methodologie. Tertio, les EFC sont un champ de recherche specialise avec un objet de recherche precis.tandis que les GS ne sont que Pelargissement de questions academiques preexistantes. Pour L i Xiaojiang ces differences sont majeures et doivent etre prises en compte pour bien comprendre ce qui est nomme lorsque quiconque parle d'EFC. Elle va plus loin et conclue avec P affirmation suivante : Due to the fact that not long ago in Chinese history women disappeared in Chinese social life, consequently, not only it is necessary for women's studies to raise high its own banner, it must be especially on its guard against getting buried again in a gender studies that resembles the myth of 'men and women are the same (Li Xiaojiang, 1995: 274). 8.3 ALLIANCE A VEC L 'OUEST 8.3.1 POINTS DE CONVERGENCE Thanks to the direct effect of the 4 t h United Nations Conference on Women5, held in Beijing in 1995, the forces from within and without were granted a chance to cooperate and exchange ideas for one seemingly common target each, however, with its own purpose (Li Xiaojiang, 1999 : 59). C'est par cette evaluation plutot ambigue que L i Xiaojiang resume la « periode Beijing 1995 », periode durant laquelle le gouvernement chinois, dans un adroit effort diplomatique pour se racheter aux yeux de POccident apres le massacre de Tiananmen en 1989 et pour charmer ce meme Occident afin d'obtenir Paccession a POrganisation Mondiale du Commerce, 5 La 4 ' e m e Conference de l'ONTJ sur les femmes fut la derniere d'une decennie axee sur les droits de la personne, avec la Conference de Vienne comme culmination en 1993. Dans l'espoir de se racheter apres le massacre de 1989 sur la Place Tiananmen, le gouvernement chinois posa sa candidature des 1991. Un nombre record de gouvernements et d 'ONG y participerent. Pour de pseudo questions de securite, mais en fait pour controler et ses propres participantes et les milliers de participantes etrangeres (voir plus loin l'analyse de Wang Zheng), le gouvernement chinois decida a la derniere minute de deplacer le forum des O N G en dehors de Beijing, dans la ville de Huairou, a 2 heures minimum de Beijing. Plusieurs laissez-passer furent refuses, notamment aux Tibetaines et aux femmes lesbiennes. Wang Zheng ecrit: « The decision to isolate the N G O forum expressed not only the leader's determination not to let this event disturb China's political status quo, but also the state's suspicion and hostility toward women's spontaneous activities » (Wang Zheng, 1999, p.31). 29 choisi le slogan « Let the world understand China» et usa les femmes chinoises comme symbole national. Cette analyse se retrouve aussi chez Wesoki qui affirme sans ambigu'ite : One way that the Chinese state has sought to confront its legitimacy crisis is by using its opening to the outside to promote a favourable international image. Women's issues are one means by which this has been attempted, both through passing a law on 'women's rights' in 1992 as well by hosting the Fourth World Conference on Women in 1995 (Wesoki, 2002: 11). Cette periode tres intense de manipulation-tractation-controle du mouvement des femmes par le gouvernement chinois a fait depuis l'objet d'analyses tres poussees, entre autres, sur le plan strategico-politique, le compte rendu amer de Wang Zheng dans son article Research on Women in Contemporary China est percutant de realisme et difficile a croire (tout specialement pour nous «candide Westener» abreuvee de disinformation par nos propres medias!). Quelques-unes unes de ses remarques suffiront a nous eclairer : The paranoia expressed by the government at the time of the conference puzzled many people (...) The government wasted no time in tightening control over the women's conference. The forty-seven panels to be presented by Chinese women were closely screened through 'rehearsals' Talks were geared more to displaying Chinese women's achievements than to discussing problems. A l l the delegates to the NGO forum had to go through official training sessions that warned them against the purported international hostility toward China. Nationalism was fanned so that each delegate would consciously defend China's honor in front of foreigners even without the presence of security personnel. Disparaging rumors (like: many foreign prostitutes would come to the conference and that foreign women were planning to parade naked in Tiananmen Square) were spread through official channels to taint the image of the NGO forum, to create a psychological gap between Chinese and foreign women, and to justify the tight security measures (Wang Zheng, 1999 : 32-33). 8.3.2 POINTS DE DIVERGENCE « Post-colonisation » versus « indigeneous women's studies » : Pour notre historienne de l'histoire des femmes qu'est L i Xiaojiang, cette recente rencontre avec l'Ouest que fut Beijing 1995 est autrement significative : 1) elle revele des signes alarmants de disengagement de l'Etat vis a vis des femmes mais aussi de l'ensemble de la population et possiblement les favorise dans une certaine mesure; 30 2) elle est porteuse des marqueurs clairs de la re-colonisation; 3) elle entraine une perte d'independance et d'originalite intellectuelle pour ce qu'il en est des EFC, de leurs creatrices comme de leurs beneficiaires. La demonstration de L i va comme suit: tout a son effort de seduire l'Ouest en 1995, le gouvernement chinois adopta certes un certain nombre de mesures au niveau legal et social pour ameliorer la situation des femmes, plus specialement dans les campagnes : projet Hope favorisant, par ex., le retour des fillettes a l'ecole (Li Xiaojiang, 1999 : 59) mais aussi dans les centres urbains ou Ton peut trouver, entre autres, des bureaux reunissant avocates, professeures et conseilleres sociales dormant gratuitement des conseils legaux en matiere de divorce, harcelement sexuel au travail ou congediements abusifs (Jiaxiang Wang, 1996; 75-76). Ces efforts indeniables du gouvernement chinois s'accompagnerent par ailleurs, selon L i , d'une restriction des activites prosperes des femmes au niveau local: Under direct State interference, the 'pluralized' local women's organizations and activities were 'seriously frustrated' at the time. Though it caused a suspension of regular development within the 'Women's Studies Movement' (which featured 'localness' and began in the 'New Period'), it has unintentionally smoothed the way for later women's studies groups and for the 'post-colonization' of NGO activities. (...) While assisting women who are 'troubled with problems' so as to ease social problems, the State has ignored the already developed intellectual-professional women's groups; leaving the theoretical research domain, which may produce long term influence on the development of the women's groups, to take care of itself. A lack of 'domestic resources for self development' has turned it into the mainland for 'post-colonization'. This shows us the inevitable 'short-sightedness' and short-term behaviour generally conducted by developing countries in their efforts to get 'developed'. (...) In developing countries, the entrance of 'post-colonization' may be turned into mighty arms for 'full westernization (Li Xiaojiang, 1999: 61). Les consequences de ce desistement et de la vue a court terme du gouvernement dans la vie de E F C ? Pour L i , elles sont multiples et dramatiques mais peuvent se resumer par un seul mot: « post-colonization » due a un (trop?) grand desir de «post-modernization». Tres concretement l'auteure affirme sans detour: « We may conclude without any exaggerations that the present women's studies field has shown an obvious trend toward 'post-colonization » (Ibid.: 62). Pour elle, les causes sont a chercher, premierement, dans le fait que l'Etat a peu investi dans ce domaine, ce qui fait que les universitaires, frustrees d'un manque criant de ressources et enfermees dans un espace interne trop etroit, se sont tourne vers des ressources exterieures. 31 Deuxiemement, et la encore nous preferons citer directement L i plutot que de la traduire car ses mots sont tres forts : The domination of traditional ideology as the mainstream of social discourse constrains the, normal description of indigenous studies and the legal space necessary for its growth. Female scholars would naturally turn to the 'West' for 'funds' and 'discourse' when getting on track with the world (mainly feminism in the West). As such, they have become the main carriers of 'post-colonization' (Ibid.: 62). Nous devons nous demander a ce stade du discours de L i , sur quels faits elle base son-analyse; Une chose est certaine, elle est toujours tres bien renseignee, critique et fiable. Son analyse repose done sur une evaluation du « mouvement des EFC » (c'est son terme) conduite depuis les annees 1980. Les faits done sont: L'Etat a regagne controle sur les formes d'organisations sociales et les groupes locaux. Les forums academiques et les discours sont essentiellement domines par l'Ouest. Chaque femme, y compris les intellectuelles, est si occupee par sa survie quotidienne dans une realite rapidement changeante, qu'elle n'a plus le temps de suivre les autres developpements. - Voyant que les ressources internes (fonds de recherche et espaces academiques) sont epuisees, les chercheuses a l'origine des EFC et les nouvelles venues issues de la conference de Beijing se sont tourne vers la cooperation avec l'etranger, ce qui signifie « faire des projets », projets associes aux programmes de developpement geres par la communaute internationale. Et L i rappelle sans ambigu'fte que se joindre a des programmes internationaux de developpement signifie souvent se retrouver deconnecter des necessit.es du developpement local! Pour les EFC, les consequences d'un tel choix sont tres reelles, pratiques et inquietantes : par ex. de leur commencement (titres des projets et leur financement) a leur fin, aucun projet concernant les EFC fondes par des etrangers ne requiert ni l'approbation du milieu academique ni celle de la societe chinoise. Qui plus est, ces projets peuvent rester completement inconnus de la societe ou des femmes chinoises elles-memes pourtant censees en etre les principales beneficiaires, ainsi simplement selon L i « completing a self-cycling within a foreign funded project». 32 L'auteure va encore plus loin dans sa critique : « Thus, those who conduct such projects have gradually numbed their instinct to carry out dialogues with the academic world and the majority of women masses ». Les resultants de leurs recherches sont generalement destines a l'exterieur, i.e. les conferences ou publications etrangeres et n'ont consequemment qu'un impact mineur sur revolution individuelle des Chinoises et leur developpement social. Pour finir cette enumeration des ecueils et dangers non resolus a ce jour de la collaboration avec l'Ouest, L i conclue en affirmant que dans ce bruit cree par les dits « projets de developpement », [T]he original 'marginalized' trend of women's studies in the academic world is further enhanced. This has not only drawn a demarcation between the 'women's studies movement' automatically initiated by Chinese women in the 1980's, but also cut off the source of the original 'local' women's studies in the sense of 'indigenity' {Ibid. :63). Cet etat de fait, 1'alienation des EFC par le phenomene de cooperation avec l'Ouest, est aussi souligne dans 1'etude de Min Dongchao The Development of Women's Studies, plus specialement dans le chapitre Women's Studies Research in China Today, chapitre que Min conclue sans aucune ambigu'ite par la question suivante : Attracting outside funding for research is the only way to solve the problem for most women's studies centres. But unless research projects are oriented towards social policies it is very difficult to get financial support from international or private funds. The question therefore is, who control the direction of women's studies research in China? (Min Dongchao, 1999: 222). 8.3.3 CONTRE-POINT Deux exemples de collaboration avec l'Ouest sont ici a etudier : Beijing 95 et la Chinese Society for Women's Studies : 1. Beijing 95 : Toutes les Chinoises ne partagent pas necessairement ou completement les points de vue de leur collegue L i . Une des decouvertes remarquables de notre recherche est d'ailleurs celle de la diversite des voix-voies au sein meme du mouvement des femmes chinoises. Meme si nous doutons encore que toutes et chacune, notamment les minorites ethniques et sexuelles, y soit toujours egalement represente, surtout au niveau tres elitiste des universites, nous n'avons aucun doute quant a son aspect critique theorique, bien vivant. Plus nous avancons dans nos lectures et 33 plus nous mettons a jour une richesse incroyable de positions, chacune essayant de refleter la complexity d'une vaste Chine en mutation si rapide. Ecoutons, pour illustrer ce point la position critique de Wang Jiaxiang, une universitaire feministe qui a ete regulierement impliquee au niveau international dans les differents comites preparatories pour Beijing 95, notamment les conferences de Copenhague et Vienne sur les droits humains. Revenant de Beijing, ou elle a rencontre cet Ouest pourvoyeur de fonds, qui semble tant inquieter notre pionniere, Wang en 1996, dans Chinese Women After Beijing: The Impact of the Conference, detaille l'impact de la conference des Nations Unies sur les Chinoises, qu'elles soient universitaires, activistes, officielles du gouvernement, travailleuses d'usines, femmes dans les campagnes, jeunes ou agees. Son argument central repose sur l'impact majeur et direct de cette conference sur la vie quotidienne des Chinoises : Preparing for the Conference allowed us to communicate a lot with the outside world and many of the taboo issues such as violence against women, women's human rights, sexual harassment and the environment are now researched and talked about (Wang, Jiaxiang, 1996 : 73). Cela, en retour, a rendu possible de prendre la mesure reelle des nouveaux problemes, souvent lies a de plus anciens pas encore resolus : la place des femmes au travail (que ce soit au sein des vieilles entreprises d'Etat ou des nouvelles joint ventures etrangeres), les femmes en zones rurales (70% a 80% du travail rural etant maintenant effectue par les femmes), le trafic des femmes (plus specialement les jeunes emigrantes des grandes villes) ou la participation des femmes en politique. Also because of the international exchanges developed in the last four or five years, Chinese women have been able to liaise with networks of the outside world. We share the same kind of interests with women outside of China and we are able to look globally and in comparison look at our own country to see what women in China need (in term of development). Because of the U N Conference, women's issues in China have become more visible (Ibid.: 74). Wang Jiaxiang decrit aussi 1'effet de prise de conscience et de parole resultant de Beijing 95 au sein des officielles mais aussi des citoyennes ordinaries : « women are talking more to each other and reaching out to the world outside its borders ». Cela a eu pour resultat direct une soudaine explosion des ONG en Chine, les centres de recherche sur les femmes passant par exemple de 6 a 497 (Ibid. : 73). Resultats? Par exemple: 1) le Spring Back Project qui sort les fillettes des champs et les renvoie a l'ecole; 2) les etudiantes des colleges medicaux envoyees 34 dans les zones rurales pour assister les docteurs et former; 3) de nouvelles techniques agricoles enseignees par des etudiantes aux paysannes, ainsi que des conseils gratuits sur la nouvelle Loi sur le divorce. Pour Wang, rien de cela n'aurait ete possible, a grande echelle, sans l'aide des ONG : « These things are very, very helpful and it has largely been possible for NGO's to engage in such activities because of the U N Conference » (Ibid.: 75). L'auteure conclue que bien sur Beijing 95 ne resoudra pas les problemes des Chinoises en une nuit. Mais grace a cela, une des principales solutions devient: « to change all of the stereotypes of women. Otherwise, no matter what happens at the international level, it won't affect our lives. I believe in thinking globally but acting locally. This is where real changes begin »(Ibid.: 75). Cet article nous prouve done a quel point certaines Chinoises sont bien loin d'etre concerne par la question d'une eventuelle recolonisation de la Chine par les hordes de barbares venus de l'Ouest! Bien au contraire, c'est cet echange qui rend desormais possible et vital de penser internationalement pour agir localement: « This is where real changes begin » (Ibid.: 75). 2. Chinese Society for Women's Studies : Notre second exemple de collaboration positive et creatrice avec l'Ouest sera illustre ici au niveau strictement universitaire par la collaboration Diaspora-China. Dans 1'article Feminist Collaboration between Diaspora and China, publie en 2001, Xiaolan Bao et Wu X u s'interrogent plus specifiquement sur la nature de la collaboration entre Chinoises de la diaspora universitaire et intellectuelles vivant en territoire chinois. En decrivant et expliquant leur travail et engagement au sein de la Chinese Society for Women's Studies (CSWS), elles nomment aussi certains defis specifiques a Porganisation feministe en Chine et soulignent Pimportance de ce nouveau mode d'organisation parmi les universitaires et activistes feministes provenant de differents horizons. La CSWS est une organisation feministe americaine fondee en 1989, comptant une centaine de membres en Europe, Ameriques et Asie. Son but est tres clair : « How to collaborate with our colleagues in China to deepen the influence of women's studies and feminism in China and bring up the democratic values of feminism became our major concern » (Ibid.: 85). 35 Pour ce faire, la Societe a organise trois projets entre la Chine et les USA : - 1993: First Chinese Women and Development conference a Tianjin Normal University. - 1997: Second Chinese Women and Development Conference a Nanjing. - 1998: Chengdu Workshop: « Gender, Poverty and Rural Development Participatory Workshop ». Le principe directeur pour toutes ces rencontres, erige en regie de travail, pourrait se resumer en un mot: « democratic participative », puisque c'est la la base de la theorie et pratique feministe entendue comme : « an effort to transform society as well as feminists themselves. » Cette nouvelle forme organisationnelle, en plus de promouvoir les WS comme nouveau champ de recherche non seulement en Chine mais aussi avec et pour les Chinoises, prend aussi en compte toutes les differences, principal ement resituant les femmes dans leur complexite sociale, ethnique et leur diversite geographique, par exemple. Ce point est tres important a souligner puisque comme le mentionne Wiaolan Bao et Wu X u dans leur bilan de l'atelier de Chengdu : There is no denying that today there are still many social groups whose voices are constinuously silenced in feminist discourses at almost every location (Ibid.: 91). Elles precisent en note de leur texte: For example, in late twentieth-century China, women in many minority groups still had no opportunity to have their voices heard in scholarship on Chinese women by feminist scholars in and outside China (Ibid.: 99, note 16). Ainsi, les ateliers ont ete marques par le questionnement du pouvoir : qui parle pour qui et au non de quoi?, les questions sur la victimisation, les pratiques oppressives de l'Etat, les minorites, la democratic et le developpement. II est evident que de tels ateliers avec un tel continu si explosif en sol chinois ne peuvent se tenir qu'avec l'accord des autorites locales, une autre forme d'apprentissage democratique du partage des pouvoirs.: « Our later experience shows that for a grass-roots-oriented feminist project, a supportive local Women's Federation, with its influence branching down to the village level and its members impressive organizing ability, can be particularly helpful» (Ibid. : 86). Les participantes en vinrent meme, lors de l'analyse des causes de la feminisation de la pauvrete par exemple, a questionner l'Etat ou meme Fulian et sa rhetorique blamant les femmes pour leur incapacity a faire face aux defis economiques, a cause de leur fragilite personnelle et un manque de qualifications mais jamais soulevant la question des inegalites structurelles par exemple ou celle des choix de politiques gouvernementales... Les femmes presentes ne se generent pas pour retourner la problematique, demandant haut et fort si la societe avait reellement promu des opportunites egales pour toutes ses membres! Une femme resume ainsi la lecon democratique apprise durant l'atelier de la CSWF : 36 This is the first meeting that led me to understand the true meaning of 'grassroots participation'. I have worked in the Women's Federation for more than ten years and have attended numerous meetings. A l l that I have learned is how to listen to the leaders when they talk, and how to not talk unless my superiors assign me to talk. This workshop is indeed an eye-opening experience for me. Now I see what equal rights for everyone in a society can mean (Ibid.: 89). Pour les organisatrices de ces ateliers, les lecons sont d'un autre ordre : Neither group of Chinese feminist scholars and activists on either side of the Pacific has been a monolithic entity. Different opinions occurred not only between the two groups but also within each of them. It was the constant interaction of difference positions within and between groups that led to a better understanding of each other and the situation of both sides (Ibid.: 92). Autrement dit, non seulement i l est utile et possible d'etablir une collaboration Est-Ouest mais i l est important de travailler avec les differences et divergences au sein meme des divers groupes en presence. Si la democratic peut advenir un jour en Chine, la preuve est faite qu'elle est deja en oeuvre au sein meme des groupes de travail feministes que sont les EFC. Xiaolan Bao et Wu X u font plus loin encore dans leur engagement democratique : To obtain the goal of feminism and create a democratic future, revolution should start with feminists themselves. It requires feminist scholars to properly situate themselves in relation to social groups other than their own, learn from them, and recognize the inputs of women from different social groups and the important contributions made by feminists of all parts of the world (Ibid.: 94). De meme pour la Chinese Society for Women's Studies dans son ensemble « engaging in boundary-crossing feminist practice in the transnational context of China and the US will allow us to constantly re-examine our subject positions, better understand ourselves and the world around us » (Ibid.: 95). L'article Feminist Collaboration between Diaspora and China se termine par une tres interessante mise en garde de la part de Xiaolan Bao et Wu X u : Like their counterparts in other parts of the world, feminist scholars and activists in China are not immune from cultural constraints either. Without an emphasis on democratic values embedded in feminism and a conscious effort to initiate innovative change in organizational principles to sustain these values, the old form of hierarchical relationships risks being replaced by new hierarchies. We therefore would like to propose a counter-discourse in this stage of feminist organizing in China, which stresses the importance of fostering democratic values in feminist organizing, rather than simple institutional change (Ibid.: 97). 37 Connaissant bien leur pays de naissance, nos deux universitaires-activistes n'hesitent pas ici a rappeler la necessite incontournable en Chine d'appeler un chat un chat et non plus de se reassurer en pensant que peut importe la couleur du dit chat i l fera toujours bien son travail. Xiaolan et Wu savent bien que cette periode des ecrans de fumee est revolue et que si la Chine veut reellement et honnetement achever sa « reforme democratique », elle doit porter attention a demonter ses intimes patterns plutot que de les repeter sans en avoir meme conscience, dixit les «cultural constraints »! . Remplacer une « old form de hiearchical relationship » par de « new hierarchies » certes ne pourra jamais s'appeler une avancee democratique. Cet exemple de contre-discours possible au sein meme des groupes d'universitaires et d'activistes en dialogue est pour nous la meilleure preuve d'une nature politique feministe democratique a Poeuvre en Chine aujourd'hui au niveau des EFC, verifiant ainsi par P affirmative notre hypothese de depart. C H A P I T R E I X : L A N A T U R E DES RAPPORTS ETAT/PARTI-ORGANISATIONS SOCIALES E N CHINE : SYMBIOSE? Pour tenter de mieux comprendre le contexte d'existence des EFC ainsi que cerner leur possible nature politique, i l est important d'essayer de clarifier tout d'abord la nature de la relation entre les EFC et PEtat chinois. C'est dans une certaine mesure ce qu'essaie de faire Sharon Wesoki dans son fascinant ouvrage intitule Chinese Feminism Faces Globalization, publie en 2002. Le chapitre Un : State Legitimacy, Social Organization, and Concepts of Symbiosis traite tout particulierement des rapports mouvement des femmes et Etat dans un contexte de non-democratie, dynamique que Wesoki qualifie de s y m b i o t i q u e . C'est cette approche que nous allons analyser ici en detail, pour tenter d'en degager tout a la fois la pertinence et les limites et voir dans quelle mesure les EFC, en tant qu'organisation sociale, peuvent s'inscrire dans ce schema. Le point de depart de Wesoki est P affirmation non surprenante parce que maintes fois prouvee que 1 'opening up policy a accelere Pautonomic sociale en Chine. L'auteure parle de « forme sociale d'autonomie », de « mouvement social » ou « societe civile » accompagnee d'une « evolution of rights consciousness » (Wesoki, 2002 : 6). Par mouvement social en Chine l'auteure entend « discursive communities » dans lesquelles les individus s'engagent « more through symbolic politics and personal behavior than through explicit confrontation with the 38 state ». Elle cite aussi la definition de Castells qui definie les « nouveaux mouvements sociaux » comme « purposive collective actions whose outcome, in victory as in defeat, transforms the values and institutions of society » (Ibid. : 6). Puis Wesoki nous rappelle que les mouvements de femmes, par excellence, illustrent cette definition du mouvement social. Elle reprend, pour preuve, la reponse de Jane Mansbridge a la question : « Qu'est-ce-que le Mouvement Feministe? » : « a set of changing, contested aspirations and understandings that provide conscious goals, cognitive backing, and emotional support for each individual's evolving feminist identity, with personal accountability to the movement through identity » (Mansbridge, in Wesoki, Ibid.: 6). A partir d'une vision du mouvement des femmes en Chine en tant que « discursive community » Wesoki introduit la notion de symbiose pour qualifier 1'ensemble de la relation Etat/Parti-societe. Six traits peuvent illustrer cette dynamique symbiotique : 1) les deux partis sont engages dans une relation qui a pour but d'assurer leur survie respective; 2) les deux partis ont quelque chose a gagner de cette relation, que ce soit perte ou gain, ou bien ni l'un ni l'autre, ou encore tantot l'un tantot l'autre; 3) les deux partis sont engages dans une sorte de processus evolutif d'apprentissage, qui permet que la relation devienne un engagement mutuel, une recherche d'information ainsi qu'une adaptation aux changements de circonstances; 4) l'emphase doit etre mise sur le constant processus de negotiation entre Etat et groupes sociaux, sans qu'il y ait obligatoifement un perdant ou un gagnant mais bien plutot une avancee mutuelle meme s'il y a des conflits; 5) i l y a des limites de part et d'autre, pour chacun des partis, mais elles sont poreuses, fluides, adaptatives plutot que fixes et rigides; 6) chaque parti fait differemment face a son environnement exterieur, specialement en matiere de globalisation et ses paradoxes. (Ibid.: 23). Considerons maintenant l'existence des EFC sous cette nouvelle lumiere que Wesoki appelle symbiose, symbiose qui selon sa demonstration caracterise la nature de la relation Etat-organisations sociales en Chine et plus particulierement Etat-mouvements de femmes chinoises. Demandons-nous si les six caracteristiques enumerees plus haut correspondent a la nature des relations Etat/EFC, relations amplement decrites dans les chapitres precedents. 39 Reprenons les six points un par un et verifions leur pertinence. 1) «les deux partis sont engages dans une relation qui a pour but d'assurer leur survie respective » : est-ce vrai pour les EFC et PEtat/Parti chinois? Et 2) les deux partis ont quelque chose a gagner de cette relation, que ce soit perte ou gain, ou bien ni Pun ni Pautre, ou encore tantot Pun tantot Pautre. Rappelons-nous, que pour ce qu'il en est des EFC a Pinterieur de la FFC, c'est bien le gouvernement chinois qui a donne le mandat a la FFC de trouver des reponses et d'apporter des solutions concretes a la nouvelle situation des femmes faisant face aux consequences negatives de la politique d'ouverture des annees 80. La FFC a du se doter, a travers la creation des centres d'etudes et de recherche sur les femmes, d'outils et d'une politique de recherche pour faire face aux evenements. Done i l y a la une tres claire dependance entre les deux partis, d'autant plus que chaque projet de la FFC doit etre approuve par le Parti puisque la FFC est par sa veritable nature une emanation du PCC et ne puise sa legitimite (politique et economique) qu'a travers lui. Pour ce qu'il en est des EFC dans le milieu academique, comment peut-on dire que l'Etat a, d'une facon ou d'une autre, besoin des EFC? II nous semble clair que de facon tres directe l'Etat chinois n'a pas besoin des EFC pour sa survie : la preuve en est qu'il tolere seulement leur existence, ne les finance que tres peu et tres sporadiquement et a ete bien plutot force de les reconnaitre mais ne les a pas choisi ou initie de son plein gre. Leur reconnaissance est probablement due a la fidelite de l'Etat chinois a la politique maoi'ste d'egalite hommes-fernmes, aussi a des considerations de capital politique et par opportunisme, notamment vis a vis la communaute intellectuelle, celle de Pinterieur mais aussi celle de l'exterieur. Plus pratiquement, pourquoi prendre la peine d'interdire ou de reprimer, censurer ce qui ne represente aucun danger pour la securite de l'Etat? De plus, rappelons-nous que beaucoup des intellectuelles, professeures, chercheuses sont aussi des fonctionnaires de la FFC et conduisent ensemble des recherches ou programmes appliques dont l'Etat se sert pour ses besoins en donnees et pour resoudre des problemes sociaux tres urgents. Aussi et non des moindres, les associations des etudes sur les femmes offfent des services sociaux aux femmes, services que l'Etat ne semble plus pouvoir ou vouloir assurer. Par contre si l'Etat chinois n'a pas besoin des EFC au niveau universitaire pour assurer sa survie, i l n'en est pas de meme pour les EFC qui ont besoin de Paccord de l'Etat pour exister au niveau universitaire comme programme, discipline. L'accord est administratif done aussi 40 politique et doit s'accompagner de moyens economiques et c'est la que la relation de pouvoir s'avere completement inegalitaire, a tel point que beaucoup de ces centres universitaires de recherche et d'etude sur les femmes ne survivent qu'au jour le jour grace a la generosite de donneurs etrangers, d'ou le danger mentionne par les feministes chinoises de «re-colonisation ». 3) les deux partis sont engages dans une sorte de processus evolutif d'apprentissage, qui permet que la relation devienne un engagement mutuel, une recherche d'information ainsi qu'une adaptation aux changements de circonstances. 4) l'emphase doit etre mise sur le constant processus de negotiation entre Etat et groupes sociaux, sans qu'il y ait obligatoirement un perdant ou un gagnant mais bien plutot une avancee mutuelle meme s'il y a des conflits. Tant sur le plan universitaire que celui de la FFC et tant du cote EFC qu'Etat, i l semble bien_que chacun se soit vu force de s'adapter a un changement de circonstances, un besoin de nouvelles informations. Tout cela a bien ete un processus graduel d'apprentissage et de reconnaissance des uns et des autres comme partenaires d'un engagement mutuel. Bien sur revolution n'est pas sans difficulte et l'engagement mutuel de cooperation n'est pas a toute epreuve et nul ne peut predire ni sa duree ni sa nature evolutive : plus de conflits, notamment en matiere d'argent? Une possible tendance-desir de plus d'independance cote EFC universitaire? Comment et a quel prix dans un Etat non-democratique? Une chose est certaine : Etat et EFC apprennent' chaque jour a travailler ensemble dans le but d'ameliorer la situation des Chinoises et consequemment la situation de l'ensemble du peuple chinois. Done « avancee mutuelle meme s'il y a des conflits ». 5) i l y a des limites de part et d'autre, pour chacun des partis, mais elles sont poreuses, Guides, adaptatives plutot que fixes et rigides. Ici, pour les EFC et l'Etat la situation est tres differente, tres inegalitaire. Les limites respectives ne sont pas du tout les memes. L'Etat, par exemple, peut toujours et aussi longtemps qu'il le desire se permettre d'etre fixe et rigide : en fait c'est la par excellence la definition du regime autoritaire qu'est la Chine. II y a de toute evidence abus de pouvoir constant de la part de l'Etat. Les EFC sont dans une situation de survie, forcees au niveau universitaire de mendier des ressources economiques, de se battre chaque jour pour un espace de reconnaissance intellectuelle. Au niveau FFC, la relation est moins inegalitaire en ce sens que la les EFC sont 41 reconnues comme partenaire de l'Etat, mais qu'est un partenaire qui doit obeir, demander l'autorisation, 1'approbation, agir dans tel but plutot que dans tel autre sans avoir vraiment les moyens financiers et humains de cette tache ecrasante imposee par l'Etat? Partenariat ou fonctionnariat? Adaptability pour l'un, survivance pour les autres? Fluidite qui est porteuse peut-etre de sa propre mort et certainement de ses propres limites et la question devient alors : jusqu'a quand ces limites pourront-elles etre etire, sans conduire a une rupture, une cassure qui destabilisera le tres fragile equilibre de cette complexe relation EFC/Etat autoritaire? 6) chaque parti fait differemment face a son environnement exterieur, specialement en matiere de globalisation et ses paradoxes. Globalisation pour un Etat et globalisation pour une organisation sociale ne signifie pas du tout la meme chose. C'est un peu comparer 1'incomparable ou mettre en parallele le macro et le micro en oubliant la difference de faille, de ressources, de consequences. L ' environnement exterieur des EFC universitaires en est un de survie quotidienne, comme nous l'avons illustre precedemment. Celui des EFC au niveau FFC en est un de balance strategique avec un Etat qui ordonne, exige, controle et une base populaire qui revendique de l'aide pour des besoins urgents : c'est un peu comme etre pris entre l'arbre et l'ecorce. L'Etat/Parti demeure lui souverain, en terme de legitimite politique, de contrainte policiere, de moyens economiques. Du colosse aux pieds d'argile aux pionnieres feministes, qui va survivre? Qui va s'adapter le plus rapidement a un environnement a la fois si changeant et si desesperement statique? Qui est le plus positivement affecte par l'influence du monde exterieur, son heterogeneite, sa difference? Menace ou alliance possible? Comme nous l'avons mentionne, l'Etat chinois a choisi de nouvelles politiques economiques et sociales, qui Font conduit aussi loin que l'adhesion a l ' O M C ou la ratification de nombreux traites internationaux sur les droits de la personne, par exemple. Les EFC, elles, se nourrissent de la force du feminisme international, de son experience notamment en terme de strategic et d'analyse politique, de meme qu'elles tentent desesperement un retour a leur racines indigenes, efffaye semble t-il par un danger, reel et fictif, de colonialisme.. Mais n'est-ce pas, 1'argent n'a pas d'odeur et qui plus est s'avere toujours le nerf de la guerre, qu'elle soit externe ou interne... 42 Alors, qu'elle est la reponse a notre question sur la nature de la relation Etat/EFC en Chine? S'agit-il bien d'une symbiose, telle que qualifiee par Wesoki qui reprend a son compte la definition biologique de symbiose et 1'applique a Pespece humaine: « a permanent or long-lasting association between two or more different species of organisms. The partners of a symbiosis are called symbionts and they may benefit from, be harmed by, or not be affected by the association » (Wesoki, Ibid.: 21). Si Pon tient compte de Pensemble des mots-cle : permanente ou long terme relation, entre deux ou plusieurs especes ou partenaires qui peuvent beneficier de la relation, ou bien en etre blesse ou meme pas du tout affecte par elle, i l semble bien que oui symbiose i l y a entre Etat et cette organisation sociale que sont les EFC. Mais cela est une lecture de premier niveau et lorsque nous entrons dans Panalyse des concepts ainsi que celle de leur inter-relations, le niveau de lecture se complexifie singulierement. Wesoki est certainement la premiere a relever Pambiguite d'une definition par trop simpliste et se fait done un point d'honneur de multiplier les questions a vocation contradictoire, en commencant par: «How did a quasi-autonomous women's movement emerge in the China of the 1990s? », et en allant a « What about situations of social movements, that exist in stable non-democratic contexts, and which are not seeking to challenge the overall political order? » (Wesoki, Ibid.: 8). Ces questions sont tres importantes, nous ne pouvons pas les ignorer et allons done tenter d'y repondre car elles permettent d'aller au-dela des apparences: celles des simplifications theoriques et des zones de contort intellectuel d'abord et celle de la seule epreuve des faits sans analyse critique ensuite, specialement analyse critique historique et socio-politique. CHAPITRE X : UN MOUVEMENT DE FEMMES EN CHINE DANS UN CONTEXTE NON-DEMOCRATIQUE : QUELLES STRATEGIES D'EXISTENCE? "How did a quasi-autonomous women's movement emerge in the China of the 1990s?" Les principaux facteurs permettant P emergence d'un mouvement de femmes quasi-autonome en Chine dans les annees 90 peuvent se resumer ainsi: - ouverture economique et politique des annees 80, orientation vers une economie de marche. - consequences negatives de cette orientation sur la vie des femmes. 43 - retrait du gouvernement de certains aspects de Pintervention sociale en matiere de questions feminines, role moins actif de l'Etat quant a ces memes questions ayant pour consequence Pemergence d'un mouvement de femmes en dehors de la FFC, avec de nouvelles formes d'organisations, pour combler ce manque d'Etat et essayer de palier aux besoins des femmes. - intensification des echanges intellectuels et culturels avec les feministes de l'Ouest: impact d'un evenement international comme la Conference des Nations Unies sur les femmes, tenue a Beijing en 95 et jeunes universitaires allant etudier et travailler pour un temps a Petranger et revenant avec des « idees bourgeoises ». - multiplication en Chine des ONG locales (fei zhengfu zuzhi) a vocation educative et de travail social, ONG soutenues par un reseau international oeuvrant en matiere de developpement durable et de cooperation. - relachement, partiel, du controle politique et policier sur la vie personnelle des Chinois. - adoption de nouvelles lois, notamment sur le mariage, ayant un impact immediat sur la societe et son evolution des moeurs. - role leader joue par les intellectuelles et activistes travaillant ensemble a la creation des EFC, instaurant ainsi un espace critique de parole et de reflexion qui se veut independant des theories maoi'stes orthodoxes sur les femmes et leur role dans l'Histoire, espace que Wesoki qualifie de « discursive autonomy ». - travail de conscientisation personnelle et individuelle, alimente par Pemergence d'une societe de consommation avec une plus libre circulation des idees, expression des modes et des fantaisies, jusque la reprimees. Bien sur a ce tableau il faut ajouter et expliquer le bemol mentionne par Wesoki: « un mouvement de femmes quasi-autonome » et cela rejoint notre deuxierne question : « What about situations of social movements that exist in stable non-democratic contexts, and which are not seeking to challenge the overall political order? » - Stricto census, il est impossible de parler « d'autonomie » des organisations sociales en Chine, puisque a la suite du Massacre de Tiananmen en 1989, le gouvernement chinois a pris soin de faire voter une loi tres restrictive : The Regulations on the Registration and Management of Social Organizations, qui ordonne a tout groupe, toute association, qu'elle qu'en soit la nature et - A les buts, de s'enregistrer d'abord aupres des autorites locales et d'obtenir ensuite un permis legal et valide d'existence. Sans ce permis et cet enregistrement, toute organisation ou tout individu membre d'une organisation non reconnue, s'expose au harcelement quotidien de la police 44 jusqu'a compliance, a des peines d'emprisonnement et des amendes qui peuvent etre tres importantes, ruinant ainsi les associations deja tres pauvres et la credibilite et qualite de vie des individus qui oseraient defier une telle loi repressive dont le seul but est de controler ce que font les gens ainsi que ce qu'ils pensent. Ce qui explique, entre autres, pourquoi Wesoki parle de « non-democratic context», comme d'autres parleront de « regime autoritaire » ou « neo-autoritaire » ou encore de societe « semi-civile » avec de potentielles ramifications positives pour la democratisation de la Chine et ce meme si une telle evaluation s'accompagne de bemol: « So far Chinese civil society is very weak, while the state is still much stronger, albeit increasingly less so » (He Baogang, 1997: 162). II faut aussi ajouter a ce «permis d'existence », mentionne plus haut, le fait que chaque groupe social doit etre rattache a une « supervisory work unit» ou guakao danwei, qui a toute fin pratique joue un autre role de surveillance et de controle, limitant done l'autonomie des groupes. - De plus, comme nous l'avons vu pour les EFC qui sont une emanation directe du mouvement des femmes chinoises, un « mouvement de femmes quasi-autonome » porte en son sein des elements de dependance par rapport a l'Etat chinois, ne serait-ce que parce que celui-ci lui permet d'exister et ne le reprime pas comme il le fait par exemple, quotidiennement et tres violemment, pour les autre formes d'organisations civiles que sont le mouvement ouvrier et ses syndicats non-officiels, ou bien le regroupement Falun Gong qui, a toute fin pratique, apres avoir ete autorise par le gouvernement chinois, se voit aujourd'hui interdit et dont les disciplines sont regulierement emprisonnes, tortures et executes. (Voir en bibliographie : articles BBC et Revue Compassion de Falun Gong). En fait, il serait plus exact de parler pour le mouvement des femmes en Chine et plus exactement les EFC, d'une « forme institutionnalisee d'autonomie sociale », qui semble incarner Pemergence d'une societe civile dans ses tout premiers pas. Pour ce qu'il en est de l'existence d'un tel mouvement dans un contexte repressif. Wesoki prend soin de mentionner et de demontrer que cela n'est possible que si un tel mouvement « is not seeking to challenge the overall political order » (Wesoki, 2002 : 8) mais en meme temps « does seek to engage the state in its actions » : The Chinese women's movement sometimes features 'collective challenges' to 'elites, opponents, and authorities". While such 'challenges' are more in the form of polite policy recommendations than confrontational demonstrations or contentious politics vis-a-vis the Chinese state or the Communist Party, the movement nonetheless does seek to engage the state in its actions (Ibid.: 7). 45 Mais comment engager l'Etat dans un contexte non-democratique sans risquer de se faire purement et simplement reprimer? Wesoki repond que dans un contexte non-democratique, les mouvements feministes adoptent des formes specifiques de «low level mobilization, where relatively routine collective action and activism may be acceptable for the State » et offfe le concept de « Symbiose » analyse plus haut pour caracteriser cette nouvelle relation Etat-mouvement des femmes en Chine. Concretement, comment cette symbiose fonctionne-t-elle, de quelles formes de «low level mobilization», «d'action collective quotidienne» et «d'activisme acceptable pour l 'Etat» parle Wesoki? «Personal consciousness-raising, social assistance, education and research » sont les formes discursives utilisees par le mouvement des femmes en Chine pour rendre l'Etat et son gouvernement responsable devant les constituantes. Ceci ajoute au fait qu'une « association with a particular movement may be more through symbolic politics and personal behavior than through explicit confrontation with the state » (Ibid.: 7-8). II semble que cette tactique ou strategic feministe de «low level mobilization» fonctionne tres bien a ce jour en Chine puisqu'il n'y a pas eu de repression sanglante comme dans le cas des etudiants en 1989. Cela illustre bien les points 3 et 4 de la theorie symbiotique de Wesoki, notamment en terme de « processus evolutif d'apprentissage », « engagement mutuel », « adaptation aux changements de circonstances », « constant processus de negociation Etat-groupes sociaux », « avancee muruelle meme s'il y a des conflits » (Voir chapitre precedent). Un autre point utile a mentionner en matiere de strategic feministe en Chine et toujours pour illustrer les points 3 et 4 precedents, est celui du debat sur les droits de la personne. En fait si Ton se refere, comme Wesoki le fait, au Meeting de 1998 de l'Association pour les Etudes Asiatiques, un panel intitule : « Social Movements and the Evolution of Rights Consciousness in Contemporary China », illustre bien la strategic adoptee par differentes organisations sociales en Chine. Le panel affirme «that even after the repression of the 1989 protests, 'new protests forms have continued to evolve'. These forms admittedly do not overtly (our emphasis) have the purpose of 'protecting human rights' -indeed, its controversial nature assures that the term is consciously avoided- but their character is a significant indicator of rights awareness and claims » (Ibid.: 5). Nul doute que cette strategic refere bien a la position de « silence » adoptee par les EFC quant a cette epineuse question, tout comme elle illustre tout aussi bien ce « constant processus de negociation » entre Etat-groupes de femmes. 46 Abondant dans le meme sens, celui d'un discours strategiquementpolitiquement correct, Wang Zheng rapporte que, plus specialement lors de la tenue de la Conference de Beijing en 1995, les intellectuelles chinoises furent obliger de s'auto-censurer : To many Chinese women scholars and activists, the drastically changed political situation threatened to close up the social space for women's spontaneous activism that they had created in the previous decade..To serve the best interest of their cause, they had to keep a low profile so they would not attract unwanted attention from the security system. Their strategy was to further 'depoliticize' research on women. This depoliticization included (1) consciously keeping research on women away from politically sensitive issues, such as human rights, and (2) engaging in some seemingly 'nonpolitical' projects for the time being6. The strategy had its cost, as it meant that women researchers could not expect to have an open exchange with foreign women at the NGO forum on all the issues. Instead, in this historic event they had to perform within the political boundary drawn by the government. In other words, they had to treat the NGO forum like a showcase, as the government stipulated (Wang Zheng, 1999: 33). Pour resumer la these « symbiotique » de Wesoki, nous avons done: 1) un mouvement de femmes qui est Pexpression reelle d'un « mouvement social »; 2) mais «that it is not oppositional to the established political order, including one-party rule »; 3) « that is not overtly challenging the state, the Party, or the political system »; .4) « and it indeed is limited by the state (rather than being « self-limiting ») and has largely arisen within, rather than as an alternative to, communist institutions)) (Wesoki, 2002: 8). Pour l'auteure, i l est tres clair que le mouvement des femmes en Chine, et consequemment les EFC en son sein, sont a distinguer des mouvements qui cherchent a etablir une nouvelle formation sociale (comme le mouvement Solidarite en Pologne) et sont plutot a rapprocher des mouvements qui agissent a Pinterieur d'une formation deja existante. Pourtant avec toutes ces reserves, Wesoki prend bien soin d'aj outer : [T]he women's movement in China today does have a significant critical component, one that has been relatively successful in adding new issues and new organizational forms to a movement that up until the 1980's was thoroughly dominated by the state. While the party-state to some extent does rely on the 'self-censorship' of social organizations vis-a-vis their discourses and activities, organizations are also able to create new avenues for social participation and even, in some cases, social critique (Ibid.: 20). 6 Wang Zheng precise en note : « When global feminists demanded that women's rights be treated as human rights, Chinese women researchers were very cautious. They preferred to deploy the officially approved phrases such as 'improving women status' and 'protect women's rights and interests' rather than use the language of human rights. With the tremendous political tension around the human rights issue before the conference, an open identification with human rights could put one in the official category of antigovernment political dissent». 47 C'est sur cet aspect de critique sociale que nous voudrions revenir plus en detail maintenant, en Pappliquant non plus au mouvement des femmes chinoises dans son ensemble mais bien a sa composante EFC, au sein de la FFC et au niveau academique. Pour ce faire, nous allons nous appuyer sur l'ouvrage de Boxer, Marylin : When Women Ask the Questions: Creating Women's Studies in America, publie en 1998. CHAPITRE X I : WHEN WOMEN ASK THE QUESTIONS: CREATING WOMEN'S STUDIES IN CHINA : UNESPACE-PAROLE DE DISSIDENCE POLITIQUE? Avant d'aller plus avant, i l serait utile de rappeler ce que sont les Etudes sur les femmes, d'un point de vue strictement scientifique et non plus seulement pratique comme nous l'avons amplement illustre precedemment. De multiples definitions sont possibles mais celle que nous avons trouve dans The Dictionnary of Feminist Theory de Maggie Humm (1990) nous semble parfaitement recevable en ce qu'elle resume clairement les differentes composantes des Etudes sur les femmes, leur nature et buts et ce au-dela des differences culturelles ou specificites nationales. Women's Studies is the study of power and gender relationships and it uses educational techniques of cooperation and consciousness raising to enable women to learn together as women. Adrienne Rich suggests that there are two kinds of WS: those in the academic community and those grounded in the feminist community. Both share a strong relatedness to politics and both make a dialogic exploration of subjectivity. They relates to political and social movements outside the walls of the university and criticizes traditional disciplines for ignoring women's history and experience by questioning the supposed objectivity of academic knowledge and deconstructing its assumptions. WS has also been defined as an 'educational strategy' for change, with a double purpose: to expose and to redress the oppression of women. They are the intellectual and research arm of the women's movement, (...) they prepare women to change society and argues that a systematic consideration of gender is a fundamental condition of any adequate analysis or knowledge of contemporary society. WS has the potential to alter fundamentally the nature of all knowledge by shifting the focus from androcentricity to a frame of reference in which women's different ideas, experiences, needs and interests are valid in their own right and form the basis of our teaching and learning. However it is defined, WS can change the androcentricity of existing knowledge and look at human experience from a woman's point of view to enable women to gain full self-determination (Humm : 244). 48 Avec cette definition, nous rejoignons l'etude de Boxer When Women Ask the Questions: Creating Women's Studies in America qui vise a retracer pas a pas 1'emergence des Etudes sur les femmes aux USA. Nous tenons a mentionner que nous nous garderons bien ici de vouloir expliquer le « modele chinois » par un parallele avec le « modele americain » : ce serait d'une part faire offense a nos consoeurs chinoises qui ne cessent de nous mettre en garde, nous Occidental es, contre notre tendance a l'imperialisme intellectuel et une pseudo superiorite culturelle; ce serait d'autre part aussi enlever la parole aux actrices meme du feminisme chinois en etablissant de plus un rapport biaise du style : nous-vous les autres, ethnocentrisme raciste, « orientalisme », denonce par exemple par Lisa Rofel dans son texte Liberation Nostalgia and a Yearning for Modernity publie en 1994. Rofel explique dans cette piece maitresse la tendance euro-americaine a « objectifier » les Chinoises, autre forme de cette re-colonisation denoncee si vigoureusement par L i Xiaojiang comme vu precedemment, et affirme qu'il est necessaire de considerer les Chinoises « not only as informants for researchers but as analysts and producers of feminist discourse ». De plus, l'auteure ajoute : « The choice is not between one stance of authoritative feminism and complete silence. The point is rather to have multiple conversations in which Western feminists are not the only analysts in the room » (Rofel: 248). Notre but done avec un parallele avec le modele americain est simplement d'avoir des voix multiples dans la salle et de mettre a jour certaines caracteristiques communes entre les etudes sur les femmes en Chine et celles aux'USA, tout comme precedemment (Chap. 3.1) nous avons fait ressortir les points de difference majeure. Cette balance nous semble pertinente, special emerit dans le cas d'une internatipnalisation, globalisation accrues du feminisme et de son bras intellectuel, les etudes sur les femmes et dans le cas de ractuelle revendication pour des « indigenous women's studies ». La question fondamentale qui traverse la recherche de Boxer peut se resumer en une phrase : « Knowledge for what? » Dans ces simples mots, apparemment neutres, reside toute la force subversive des Etudes sur les femmes, par dela les divergences et querelles internes qui traversent tout mouvement feministe et par dela les specificites historiques et geographiques des Women's Studies. 49 A cette question : « un savoir dans quel but? », Boxer aligne un ensemble de reponses, qui tres etrangement font echo aux buts meme des EFC, meme si ceux-ci sont enonces dans un langage « moins radical» compte tenu des limites imposees par le contexte politique non-democratique chinois, comme analyse precedemment avec la these de Wesoki. Boxer etablit que dans le cas des WS aux USA : - « W S grew out of women's movement bringing together political commitment and scholarship » (p. 10) - « feminist advocacy is the foundation for Women's Studies and the writings of feminist activists provided the basic questions that spurred the development of WS; it also intended to further women's access to equality in society as well as academia » (p. 12) « WS is a discipline in pursuit of a new integrity of the life of the mind and the whole of life » (p. 24) « WS is the academic arm of the women's liberation movement (p. 162) << WS teach feminist education that develops women's capacity for systematic analysis to prepare them for the practice of freedom » (p. 175) « WS constitute a politically relevant scholarship » (p. 179) « WS is one of the major intellectual currents of the 20 century » (p. 189) - « Empowering women with knowledge is to change the world by putting scholarship and teaching into the service of politics » (p. 190) « WS is helping to redesign democracy and the mind » (p.220) « Feminism is a world historical movement, and WS, as its academic expression, faces a vast and vital task that will absorb generations of scholars in research and produce scholarship beyond our imagining today » (p.221) Maintenant, a la lumiere de cet enonce, reportons nous au discours des L i Xiaojiang, Wang Zheng, Min Dongchao, Wang Qi, Chen Yiyun, Du Fangqin, Xiaolan Bao et Wu Xu , pour ne citer que les Chinoises principalement conviees ici a notre debat-recherche. Bien stir et sans surprise, les mots employes ne sont pas les memes, cela etant du principalement aux differences culturelles et au controle etatique chinois qui n'autorise pas une pleine et totale liberie de parole et de conscience. Toutefois les ressemblances sont evidentes quant aux buts poursuivis si non pas toujours clairement enonces : 50 Xiaolan Bao/Wu X u : « To obtain the goal of feminism and create a democratic future, revolution should start with feminists themselves... Therefore feminist practice is an effort to transform society as well as feminists themselves » (p. 94). « Have we adequately emphasized the democratic value embedded in feminism, which is important in the Chinese as well as in any other context in the world? » (p. 95). Wang Zheng: « One of the most significant social phenomena in contemporary China, often overlooked by Chinese specialists, is the continuous development of research on women since the mid-1980's » (p.l). « If we want to understand today situation, we need to be able to rely on new academic researches ». « So many Chinese scholars, in the changed political and social milieu of the 1990's, began to be keenly aware of the need for new conceptual framework to create counter-discourses to the discourse of feminity and to move beyond the limits of the Marxist theory of women » (p. 24). Min Dongchao: «Women's studies groups have succeeded in crating a space for Chinese women to make their thoughts known and to influence public thinking through their own effort» (p.223). L i Xiaojiang: « Chinese women are bound to set off an awakening of female subjectivity and this is an unavoidable stage on the road of their liberation ». « No matter what the political situation in China may become, a number of persevering researchers have now vowed lifelong devotion to the cause of women's studies in China. They are working extremely hard to trace the history and the current condition of China's women » (p. 118). Du Fangqin parle de: «the realization of feminist (nuxing zhuyi) principles of equal participation and collective action in establishing feminist research and curriculum » (p. 243). « The Centre for Women's Studies at Tianjin Normal University has worked hard to dissolve patriarchal and hierarchical system in the intellectual arena » (p. 244). Chinese Society for Women's Studies : « How to collaborate with our colleagues in China to deepen the influence of women's studies and feminism in China and bring up the democratic values of feminism became our major concern » (p. 85). Chen Yiyun parle de « Chinese scholars who have the responsibility of introducing foreign colleagues to the true state of Chinese women's studies: a kind of 'revolution' against traditional scholasticism » (p. 78). 51 Nous voyons bien la, a travers ces quelques affirmations exemplaires, que le but des dirigeantes-activistes des EFC n'est pas exactement de maintenir le status-quo quant aux relations gouvernement chinois/EFC, EFC/mouvement des femmes et EFC/societe en general. Au moins a plusieurs niveaux un changement est en cours : education, recherches (fheoriques et appliquees), policy recommendations, consciousness raising et social assistance sont en effet les champs majeurs d'action des EFC, (comme pour le cas des WS cote U.S). Que Ton qualifie ces changements simplement de « sociaux » comme le fait Wesoki nous semble quelque peu reducteur. Parce qu'il nous apparait, comme vu plus haut avec la definition des WS en tant que branche intellectuelle des mouvements de femmes, que les EFC sont bel et bien un champ d'action theorique et pratique d'ordre politique puisqu'il vise a changer et non simplement perpetuer un ordre etabli qui est celui d'une androcentrie misogyne, pour etablir a sa place une societe, un ordre politique different, reellement democratique au sens de «Vacceptation de I'autre»' (Fouque, 1995) qui prendrait en consideration la pleine difference d'une realite incontournable en ce monde : i l y a deux sexes. A partir de ce respect des differences fondamentales d'identite, le but devient alors d'etablir une societe reellement representative de sa population, de proclamer une egalite des etres humains entre eux, non seulement une egalite de droit mais aussi une egalite de fait. Puisque les inegalites de fait et de droit sont structurellement etablies par les hommes traditionnellement en charge des pouvoirs politiques, economiques et legislatifs, tout changement ne peut done s'effectuer qu'au niveau politique et non simplement social. Dit autrement, existe t-il un social qui ne soit pas du domaine du politique, si Ton entend par politique (politikos), le politique bien plus que la politique : « ce qui releve de la cite (polis) et de 1'administration de ses affaires »? En terminant, i l semble bien que l'Etat/Parti chinois et son gouvernement ainsi que la population chinoise dans son ensemble aient, d'une facon ou d'une autre, et chacun a leur niveau et pour des raisons differentes, « saisi », « compris » et « accepte » quelque chose de ce nouvel ordre politique feministe en cours venant des EFC/mouvement des femmes puisqu'une observatrice-actrice aussi attentivement critique que Wang Zheng peut ecrire en 2000 dans l'ouvrage collectif Chinese Society: Change, Conflict and Resistance, rien de moins que l'affirmation suivante : « . . . a l'oppose de beaucoup d'autres voix critiques dans la Chine contemporaine, cette voix feministe a, elle, gagne quelque legitimite dans le discours politique dominant » (Wang Zheng, 2000 : 71). 52 CHAPITRE XII: CONCLUSION Nous allons resumer ici en deux points nos resultats de recherche et la reponse obtenue a notre hypothese de depart quant a la possible nature politique des EFC. Finalement nous suggererons quelques importantes pistes de recherche pour un travail plus en profondeur qui eventuellement pourrait conduire a d'autres reponses. 12.1 RESULTATS DE RECHERCHE-REPONSES OBTENUES Contexte historico-politique de Pemergence des EFC En resume, le contexte historico-politique de 1'emergence des EFC peut se caracteriser par les traits suivants : egalite des sexes comme base de depart versus difference des sexes comme pole d'attraction + changements historiques de politiques gouvernementales + prise de conscience individuelle et politique des femmes quant a leurs nouvelles formes d'oppression + ouverture sur l'Ouest et importation des notions-pratiques de feminisme et etudes sur les femmes. A noter, que comme demontre, certaines de ces caracteristiques, dans leur mode d'existence, ont une tres forte connotation indigene ou restrictivement chinoise. Collaboration entre les differentes actrices et strategies de travail 1. II n'y a pas en Chine de separation tranchee, ni (dans l'ensemble) d'opposition entre les EFC existant au sein de la FFC et les EFC menees au niveau academique. Les multiples exemples ont montre : que les fonctionnaires de la FFC et certaines chercheures academiques tres connues sont les seules et memes personnes, qui ont souvent ete forme ensemble et ont souvent anterieurement travaille ensemble avant d'occuper plus tard des fonctions qui les ont separe. cette experience commune de travail a cree une tres forte solidarity qui se retrouve sur le terrain par le partage de maigres ressources materielles et par une collaboration intellectuelle ofiicielle mais aussi non-officielle, i.e. en dehors ou/et depassant le cadre des taches et missions assignees a chacune par le gouvernement. 5 3 2. Les EFC en Chine, qu'elles soient menees dans le cadre de la FFC ou en milieu academique sont intimement liee au mouvement des femmes dans son ensemble. La preuve en est, et a ete illustree ici par de multiples exemples, la collaboration chercheures academiques-activistes qui creent et gerent ensemble depuis bientot deux decennies, sur le terrain, divers services reserves aux femmes dans le besoin ou ces « activistes communautaires » qui se retrouvent a dormer des formations ou cours au niveau universitaire. Les gains obtenus 3. Cette collaboration est grandement facilitee par le lien que forme les nouvelles et tres nombreuses organisations d'etudes sur les femmes, associations qui fonctionnent comme relais ou courroie de transmission entre milieu academique et non academique. Ces associations ont aussi le merite d'avoir change l'approche academique au niveau institutionnel, instaurant par leur existence meme un autre type de dialogue au sein de l'academie mais aussi entre academie, associations des EFC et mouvement des femmes dans son ensemble. De plus, par leur recherche theorique, notamment dans le domaine des « gender issues », elles ont donne un nouveau souffle au mouvement des femmes. 4. L'espace de discussion ainsi cree entre femmes, le reseautage ainsi noue entre activistes et academiques peut etre qualifie, sans exces, de nouvel espace public, composante integrate d'une societe civile en emergence en Chine depuis les deux dernieres decennies. Les limites atteintes, les risques encourus, les questions non-resolues, les possibles ecueils 5. Certaines reserves sont exprime quant a la collaboration Est-Ouest: notamment en matiere de recolonisation a travers le langage mais aussi et plus dangereusement a travers 1'injection de fonds etrangers, qui dans certains cas, deviennent le seul moyen d'existence des EFC et de leurs actions sur le terrain du developpement. La menace est si reelle que certaines Chinoises se demandent qui diligent aujourd'hui les EFC en Chine et consequemment orientent leurs debats sur une souhaitable « sinisisation » (bentuhua) des etudes et recherches sur les femmes. 54 6. II y a un « conflit d ' interet» en terme de relations leaders politiques/EFC au niveau academique : le patronage politique du Parti/Etat, qui legitimise 1'existence meme des EFC et rend possible leur survie en terme economique et scientifique, est de toute evidence ce qui limite leur independance intellectuelle et politique. C'est la quadrature du cercle par excellence, le noeud gorgien, l'epee de Damocles. 7. Done, cela pose la question, toujours non resolue a ce jour, de l'(im)possible independance des intellectuel-les en Chine. 8. Du Fangqin mentionne le danger encouru par des EFC qui se limiteraient a leurs fonctions de recherches appliquees et negligeraient leur mission feministe de transformer le milieu academique et le systeme educatif plus vite et plus profondement et ce dans le but ultime d'ameliorer le statut des femmes ainsi que leurs conditions de vie. 9. Remplacer une vieille forme de hierarchie par une nouvelle au niveau organisationnel des EFC serait selon Xiaolan Bao et Wu Xu une trahison des principes democratiques promus par un feminisme deja a l'oeuvre au sein de certaines EFC. 1 0 . La question de la diversite a l'interieur meme des E F C semble constituer une serieuse pierre d'achoppement: l'intersectionalite gender, classe, location, sexualite, religion, status social, ne nous a pas semble faire l'objet d'une attention toute particuliere de la part des chercheures en Chine meme, fait qui a ete confirme par Xiaolan Bao et Wu Xu de la CSWS. Compte tenu de l'extreme diversite des situations des femmes chinoises, ce manque d'attention est tres certainement a explorer. Surtout sous Tangle egalite democratique dans le respect des differences. Les opportunites actuelles de changement et les possibles options-orientations pour le futur 1 1 . Le fait que ce soit les femmes elles-memes qui aient ete a l'origine des EFC et qu'elles soient a la fois sujets et objets des recherches menees, dans un desir de retablir la verite historique et de combler un manque criant au niveau de la collecte des faits et de leur interpretation, a pour consequence pratique que le debat entourant les femmes et leur situation (women's issues) s'eloigne lentement de l'influence ideologique de l'Etat. 55 12.2 UNE QUESTION ET SA REPONSE Nature et buts politiques : QUI mais des EFC sous haute-surveillance ou la quadrature du cercle Tout au long de cette recherche, nous nous sommes interroge sur 1'existence eventuelle d'une nature politique des Etudes sur les Femmes en Chine. Nous avons, dans un tout premier temps, illustre a travers la vie exemplaire de la pionniere L i Xiaojiang, le contexte socioculturel d'emergence des EFC. Cette exploration s'est poursuivie plus en detail avec 1'etude approfondie des differents discours s'articulant au sein meme des EFC, cote Federation des Femmes Chinoises et au sein du milieu universitaire. Nous avons vu que les modes pratiques de fonctionnement, les strategies, les realisations et buts a atteindre etaient considerablement differents dependant de ces deux lieux d'ancrage. Consequemment, les debats, enjeux et defis propres resultants de ces deux lieux d'ancrage differents ont ete analyse. Dans un second temps, nous nous sommes penche, plus specifiquement avec la theorie de la symbiose par Wesoki et le parallele avec l'historique des Women's Studies aux Etats-Unis, sur la nature meme des EFC, d'un point de vue non plus pratique mais plutot theorique, revisitant pour ce faire 1'articulation mouvement des femmes, feminisme, etudes sur les femmes. A cela ce sont ajoute des analyses sur le rapport Etat/Parti-organisations sociales en Chine ainsi que 1'etude des concepts de societe civile en emergence et de democratisation. Nous avons decouvert qu'il y a bien une nature feministe des EFC, done une nature politique dans leurs discours et au sein meme de leurs pratiques. Nature feministe qui a bien ete reconnue a la fois par l'Etat/Parti et la population. Mais aussi a la lueur de cette investigation et de nos resultats, certes partiels, et sans vouloir caricaturer la situation, il.nous semble juste d'admettre que la situation est assez compliquee : entre d'une part une apparente depolitisation des EFC, ou leur tres prudente silencieuse conscience politique, et d'autre part (et comme tout au contraire) leur unique souci de sur- scientification a tout prix! Alors que penser de ces apparentes contradictions? Notre seule explication possible a ce double discours est que celui-ci est, a tout le moins, partie d'une strategic feministe d'existence d'une revendication feministe de changement dans un contexte non-democratique. C'est pour cela qu'a une observatrice etrangere comme nous le sommes, les Etudes sur les Femmes en Chine semblent parfois executer un pas de danse, d'avant en arriere, a la fois prises entre le passe historique de la Chine, 56 notamment celui du derapage mao'i'ste et de ses exces meurtriers, (ou la peur d'une overpolitisation de tout et toutes), et un possible futur depolitise sous pretexte de legitimite scientifique a tout prix et de travail social urgent a accomplir. L'ecueil serait peut etre done d'en arriver, a cause d' un contexte autoritaire et non-democratique d'absence de libre expression et personnelle realisation et transformation, de faire des femmes seulement et essentiellement des objets de recherche et des assistees sociales plutot que des sujets citoyennes a part entiere et activistes d'une societe en mutation. Cela permettrait, oui, aux EFC de continuer d'exister en paix mais leurs buts feministes-politiques seraient ainsi a jamais museler. Aussi, une balance a ce niveau pour les EFC, entre travail academique, mission sociale et buts feministes de liberation (plus ou moins affiches et tres strategiquement mis en action), nous apparait alors comme peut etre le seul devenir viable des EFC comme branche intellectuelle du mouvement des femmes en Chine, plus specialement de sa composante feministe-politique. II y a presque trente ans Margery Wolf dans Revolution Posponed (1985), ecrivait: .. .But i f that revolution is ever to happen, they must (women) be allowed to do as Mao did, to gather together like-minded people who see the shortcomings of the present social order and want to change it. Everything I read and hear suggests that those people are out there, but thus far they are isolated souls only partially aware of their shared oppression. Until they join together, they are not a movement, let alone a revolution, (p. 273) Trente ans apres nous sommes et i l semble bien qu'a cette revolution les Chinoises aient enfin souscrit. Elle est plutot a ce jour silencieuse, n'affichant pas sur nos ecrans de television, en ce debut de 2 1 i e m e siecle, le visage de femmes defilant par millions dans les rues des villes et campagnes de Chine. Mais nous ne devons pas nous y tromper, nous qui avons tres attentivement etudie certains des textes ecrits par les intellectuelles-activistes des EFC et explore tres en detail certaines de leurs actions sur le terrain. Non seulement un nouveau mouvement social est en marche en Chine contemporaine mais sa nature, philosophie, strategies et buts sont politiques, tres exactement feministes, si Ton entend par la « a call for action »: 57 Feminism offers the only politics which can transform our world into humane place and deal with global issues like equality, development and peace, because it asks the rights questions: about power, about the link between the personal and the political; and because it cuts through race and class, gender, homophobia, and its resists them all. Feminism is a call for action (Bunch and Carillo, 1990). C'est a Wang Zheng, cette remarquable intellectuelle chinoise dont nous avons tres souvent cite les recherches, que nous voulons humblement ici ceder le mot de la fin, retournant ainsi a notre engagement de depart, celui de laisser le plus souvent la parole aux femmes chinoises elles-memes. En signe et d'alliance, de respect et de gratitude. Wang Zheng dans son article Call me qingnian but not Funu resume le pourquoi du feminisme dans sa vie personnelle et son engagement intellectuel. Elle nous semble etre le miroir de ces nombreuses intellectuelles feministes oeuvrant en Chine au sein des Etudes sur les Femmes, en fait preuve vivante de notre hypothese de recherche. M y interest in feminism is generated by its critical power, and it is also conditioned by my qingnian ideal of gender equality. I am delighted to have found in feminism a cause of my own, for the demise of Maoist revolution did not extinguish my youthful dream of a society of equality and justice, a dream shared by numerous feminists worldwide. Feminism also provides me with a critical position and feasible means to carry on a revolution on my own terms. No longer a qingnian, I still want to be a revolutionary nonetheless. I am stuck with the identity of 'agents of social change' endowed by the Maoist state (Wang Zheng, 2001:52). 12.3 RECOMMANDA TIONS POUR DE FUTURES PISTES DE TRA VAIL II serait utile, en complement de ce travail, d'analyser le lien centres.d'etude et de recherche sur les femmes en Chine (EFC)/communaute outre-mer ou diaspora d'intellectuelles feministes. Nous pensons plus particulierement au groupebase aux Etats Unis: The Chinese Society for Women's Studies (CSWS). Exemples de questions a poser : quel est l'impact reel de ce genre de collaboration en terme d'« importation » de concepts feministes, d'idees ou de pratiques de l'Ouest, notamment pour des notions telles que : « democratisation » ou « droits des femmes sont des droits humains »? Comment et jusqu'a quel point une pratique democratique a Pinterieur meme de la CSWS peut-elle influencer l'organisation des EFC et, consequemment, leurs projets de developpement par exemple? Y a t-il un possible, reel danger de « trop de westernisation » a l'interieur meme des EFC? Et qui, quand, comment, au nom de qui et de quoi, decidera peut-etre un jour de tracer une ligne limite? 58 Le processus de democratisation actuellement en cours au sein meme des EFC, que Ton pourrait qualifier de « democratic participative » ou « par le bas », merite d'etre etudie tres en detail. Nos lectures nous ont en effet prouve qu'il y a deja un effort conscient de la part de certaines leaders des EFC, de creer une culture democratique i.e. entre autres, une culture de la responsabilite individuelle, des comptes a rendre ou devoirs par rapport au groupe, ainsi qu'une evaluation professionnelle en fonction du merite personnel et non plus des connexions politiques. Si la democratisation commence chez soi, i.e. dans la maison meme des EFC, cela nous semble un excellent possible exemple a suivre pour le reste de la population chinoise. Aussi, etre capable de pouvoir erudier et evaluer en detail le fonctionnement quotidien des EFC, nous donnera certainement de tres precieux renseignements sur l'etat actuel de la democratisation en Chine, et ce de la part de celles-la meme qui la revendique. Verifiant ainsi le fait que le feminisme dans son essence est tout autant une pratique qu'une theorie. Le role des femmes intellectuelles chinoises, plus particulierement la «branche feministe », reste toujours mal connu a ce jour, surtout de ce cote-ci du Pacifique. II semblerait qu'il y ait un desinteret, peut-etre meme un certain dedain (?), pour ce genre de question de la part des chercheurs de l'Ouest. De notre point de vue, cela nous semble etre une grave erreur de jugement et ce d'autant plus que tout au long de nos nombreuses lectures, nous avons rencontre et decouvert des femmes remarquablement charismatiques, articulees, intellectuellement puissantes et courageuses. Des femmes qui n'ont rien a cacher ou meme a envier. Nous pensons done qu'il pourrait etre, tant a notre avantage qu'a notre honneur, d'inviter ces femmes dans nos universites par exemple et ce sur une base reguliere. Ce serait certainement, a tout le moins, une facon tres sure et on ne peut plus directe de pouvoir ainsi mesurer en detail le role et le progres des Chinoises dans le processus de democratisation actuel de la Chine! Aussi, nous pensons qu'« Engendering China» est aussi de notre responsabilite d'intellectuelle feministe et citoyenne a part entiere de ce monde. Finalement, des entretiens approfondis avec des participantes-cle du mouvement des EFC nous semblent necessaires pour completer notre revue de litterature. 59 ABREVIATTONS A C W F : A l l China Women's Federation CRF: Centres d'Etudes et de Recherche sur les Femmes CSWF: Chinese Society for Women's Studies EFC: Etudes sur les Femmes en Chine FFC: Federation des Femmes Chinoises O M C : Organisation Mondiale du Commerce PCC: Parti Communiste Chinois 60 BIBLIOGRAPHIE Barlow, Tani E., (1994) "Politics and Protocols of Funu : (Un) Making National Women", in Christina K . Gilmartin, Gail Hershatter, Lisa Rofel and Tyrene White (ed), Engendering China: Women, Culture and the State, (Cambridge, Harvard University Press). B B C : "Legal aid for China's workers", by Mary Hennock, http://news.bbc.co.uky2/hi/asia-pacific (consulte le 15 octobre 2003). Boxer, Marylin, J., (1998) When Women Ask the Questions: Creating Women's Studies in America, (Hopkins Press). Bunch, Charlotte and Carillo, Roxanna, (1990) "Feminist Perspectives on Women in Development", in Irene Tinker. Ed, Persistent Inequalities: Women and World Development,(New York, Oxford University Press). Chen, Yiyun, (1994) "Out of the Traditional Halls of Academe: Exploring New Avenues for Research on Women" in Christina K . Gilmartin, Gail Hershatter, Lisa Rofel and Tyrene White -(ed), Engendering China: Women, Culture and the State, (Cambridge, Harvard University Press). Compassion, (2001) A Journal of Falun Dafa Around the World, Issue 2: First Quarter, Falun Dafa Information Center (ed.), (New York). "Women of Conscience: A Report on the Persecution of Female Practitioners of Falun Gong in the People's Republic of China", (July 2001) Falun Gong Human Rights Special Report, in Falun Dafa Information Center (ed.), (New York). Ding, Jun, (1995) "The Development of Women's Studies and their Impact on Policy Making in China", in Women's Studies Institute of China (ed.), A Collection of Theses on 'Women's Studies in China, (Beijing). Du, Fangqin, (2001) "Manoeuvring Fate" and "Following the Call": Development and Prospects of Women's Studies" in Hsiung Ping-Chun, Jaschok Maria and Milwertz Cecilia with Red Chan, Chinese Women Organizing: Cadres, Feminists, Muslims, Queers, (Oxford, Berg Ed.). Fang, Lian, (2001) "Other Voices-Other Conversations", in Hsiung Ping-Chun, Jaschok Maria and Milwertz Cecilia with Red Chan, Chinese Women Organizing: Cadres, Feminists, Muslims, Queers, (Oxford, Berg Ed.). Fouque, Antoinette, (1995), IIy a deux sexes, (Paris, Gallimard). 61 Gao, Xiaoxian, (2001) "Other Voices-Other Conversations", in Hsiung Ping-Chun, Jaschok Maria and Milwertz Cecilia with Red Chan, Chinese Women Organizing: Cadres, Feminists, Muslims, Queers, (Oxford, Berg Ed.). He, Baogang, (1997) The Democratic Implications of Civil Society in China, (UK, Macmillan Press). Hsiung, Ping-Chun, Jaschok, Maria and Milwertz, Cecilia with Red Chan, (2001) Chinese Women Organizing: Cadres, Feminists, Muslims, Queers, (Oxford, Berg Ed.). Humm, Maggie, (1990) The Dictionnary of Feminist Theory, (Ohio Sate University Press). Jacka, Tamara, (1997) Women's Work in Rural China: Change and Continuity in an Era of Reform, (Cambridge, U K , Cambridge University Press). Jiaxiang, Wang, (1996) "Chinese Women After Beijing: The Impact of the Conference", Canadian Women Studies/Post-Beijmg, vol. 16, no. 3, pp. 73-77. ' L i , Dun, (1993) "The Social Background of Women's Studies in Contemporary China", in Centre of Women's Studies at Tianjin Normal University (ed.), Chinese Women and Development: Status, Health and Employment, (Zhengzhou: Henan People's Press). L i , Xiaojiang, (1989) The Gender Gap, (Beijing, Sanlian Press). L i , Xiaojiang, (1993) "The Development of Women's Studies in China: a Comparison of Perspectives on the Women's Movement in China and the West", in Centre for East and Southeast Asian Studies (ed), Copenhagen Discussion Papers, no. 20 (University of Copenhagen). L i , Xiaojiang, (1994) "Economic Reform and the Awakening of Chinese Women's Collective Consciousness", in Christina K. Gilmartin, Gail Hershatter, Lisa Rofel and Tyrene White (ed), Engendering China: Women, Culture and the State, (Cambridge, Harvard University Press). L i , Xiaojiang, (1994) "My Path to Womanhood", in Committee on Women's Studies (ed.), Changing Lives: Life and Stories of Asian Pioneers in Women's Studies, (New York, Feminist Press). L i , Xiaojiang, (1995) Toward Women : a Record of Actual Events of Women's Studies in the New Era, (Zhengzhou : Henan People's Press). 62 L i , Xiaojiang, (1999) "Where Have We Got to in the Last Fifty Years?: A Review of the Process of Chinese Women's Liberation and Growth", Asian Women, vol. 9, December, pp. 45-68. L i , Xiaojiang, (1999) "With What Discourse Do We Reflect on Chinese Women: Thoughts on Transnational Feminism in China", in Mayfair, Mei-hui Yang, Spaces of Their Own: Women's Public Sphere in Transnational China, (Minnesota Press). Min, Dongchao, (1997) "From Asexuality to Gender Difference in Modern China", in Eileen Jones Yeo (ed.), Mary Wollstonecraft and 200 Years of Feminism, (London: River Oram Press). Min, Dongchao, (1999) "The Development of Women's Studies: From 1980's to the Present", in West Jackie, Zhao Minghua, Chang Xiangqun, Cheng Yuan (ed), Women of China: Economic and Social Transformation, (New York: MacMillan Press). Rofel, Lisa, (1994) "Liberation Nostalgia and a Yearning for Modernity", in Christina K. Gilmartin, Gail Hershatter, Lisa Rofel and Tyrene White. Ed, Engendering China: Women, Culture and the State, (Cambridge, Harvard University Press). Solinger, Dorothy, (1995) "The Chinese work unit and transient labor in the transition from socialism", Modern China, vol. 21, no. 2, pp. 155-183. Tan Shen, (1993) "Women's Studies in China: a General Survey', West", in Centre for East and Southeast Asian Studies (ed), Copenhagen Discussion Papers, no. 19 (University of Copenhagen). Tan, Shen, (1995) "The New Development of Women's Studies", Sociological Studies, no. 5. Tong, Shaosu, (1993) " A Speech at the Workshop on Chinese Women and Development Held at Tianjin Normal University", in Chinese Women and Development: Status, Health and Employment, (Zhengzhou: Henan People's Press). United Nations Development Program, Human Development Report, 2002. Wang, Qi, (1999) "State-Society Relations and Women's Political Participation", in West Jackie, Zhao Minghua, Chang Xiangqun, Cheng Yuan (ed), Women of China: Economic and Social Transformation, (New York: MacMillan Press). Wesoki, Sharon, (2002) Chinese feminism face globalization, (New York: Routledge). Wolf, Margery, (1985) Revolution Postponed: Women in Contemporary China,(Stanford: Stanford University Press). 63 Xiaolan, Bao with Wu, Xu, (2001) "Feminist Collaboration between Diaspora and China", in Hsiung Ping-Chun, Jaschok Maria and Milwertz Cecilia with Red Chan, Chinese Women Organizing: Cadres, Feminists, Muslims, Queers, (Oxford, Berg Ed.). Xueping, Zhong, Wang, Zheng and Bai, Di , (2001) Some of Us; Chinese Women Growing Up in the Mao Era, (London, Rutgers Press). Zheng, Wang, (1999) "Research on Women in Contemporary China", in Gail Hershatter, Emily Honig, Susan Mann, and Lisa Rofel, Guide to Women's Studies in China, (Berkeley, University of California Press). Zheng, Wang, (2000) "Gender, Employment and Women's Resistance", in Elisabeth J. Perry and Mark Selden Chinese Society: Change, Conflict and Resistance, (London: Routledge). Zheng, Wang, (2000) Chinese Society for Women's Studies, Inc, Newsletter, Number 1, May 15, 2000, www.csws.org-newsletter-spring2000.html. (Consulte le 2 Juin 2003) Zheng, Wang, (2001) "Call me qingnian but not funu", in Xueping Zhong, Wang Zheng and Bai Di, Some of Us: Chinese Women Growing Up in the Mao Era, (London, Rutgers Press). Zhi, Shen, (1987) "Development of Women's Studies: The Chinese Way", Chinese Sociology and Anthropology, Fall, vol. 20, no. 1. 64 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0078408/manifest

Comment

Related Items