UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Separate stages : la traduction du theatre dans le contexte Canada/Quebec Ladouceur, Louise 1997

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-ubc_1997-250857.pdf [ 19.25MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0076938.json
JSON-LD: 831-1.0076938-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0076938-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0076938-rdf.json
Turtle: 831-1.0076938-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0076938-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0076938-source.json
Full Text
831-1.0076938-fulltext.txt
Citation
831-1.0076938.ris

Full Text

SEPARATE STAGES: LA TRADUCTION DU THEATRE DANS LE CONTEXTE CANADA/QUEBEC de LOUISE LADOUCEUR B.A. en traduction, Universite de Montreal, 1987 M.A. en traduction, Universite de Montreal, 1991 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY i n THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES Individual I n t e r d i s c i p l i n a r y Studies Graduate Program (English/French/Hispanic and I t a l i a n Studies/ Theatre, Film and Creative Writing) We accept t h i s thesis as conforming to the Required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA August 1997 (5) Louise Ladouceur, 1997 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study: I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department of -LAiTgRrjtSCcpU Ajarcj b T W Q f g s The University of British Columbia Vancouver, Canada Date DE-6 (2/88) i i S O M M A I R E L'etude suivante porte sur l a traduction du theatre dans l e contexte Canada/Quebec, de 1951 a 1994, et s u i t une methodologie empruntee a l'Ecole de Tel-Aviv et a l a «critique productive» d'Antoine Berman. Apres un survol des discours portant sur les l i t t e r a t u r e s et les dramaturgies canadienne et quebecoise en traduction, une analyse des douze pieces i n s c r i t e s au corpus permet d ' i d e n t i f i e r l a fonction attribuee au tr a d u i t dans l e contexte recepteur. De l a f i n des annees 60 jusqu'au milieu des annees 80, les dramaturgies franco-quebecoise et canadienne-anglaise sont marquees par l a question i d e n t i t a i r e . La traduction repond alors a un desir de creer un repertoire national, specifiquement quebecois d'une part et specifiquement canadien de 1'autre. Cette s p e c i f i c i t e repose sur l a mise en valeur de l a difference, ressentie comme e s s e n t i e l l e a 1'elaboration d'une id e n t i t e nationale d i s t i n c t e . Commune a chaque groupe l i n g u i s t i q u e , cette mise en valeur de l a difference f a i t toutefois appel a des procedes f o r t divergents. D'un cote, l a traduction franco-quebecoise met 1'accent sur sa propre difference, au moyen d'adaptations qui prennent l'apparence d'un produit l o c a l et masquent l ' o r i g i n e du texte canadien-anglais. De 1'autre, l a traduction canadienne-anglaise souligne l ' a l t e r i t e du texte quebecois en i n s i s t a n t sur son caractere non menacant et evite l a cr u c i a l e question de l a representation anglaise du joual, langue emblematique du nouveau theatre quebecois. I l l A l a f i n des annees 80, les deux groupes lingui s t i q u e s rorapent avec ce modele et affi c h e n t de nouvelles tendances. Au Quebec, ou l e theatre canadien-anglais connait une popularity grandissante depuis 1990, 1'obligation speculaire cede l e pas au spectaculaire oblige et a l a t h e a t r a l i t e provocante qui servent a legitimer l'emprunt anglo-canadien. De son cote, l a traduction anglaise du texte quebecois n'est plus confronted au joual mais au probleme que pose l'esthetique verbale hautement s t y l i s e e des pieces franco-quebecoises plus recentes. La traduction doi t alors attenuer une exuberance langagiere qui heurte les normes en vigueur dans l a dramaturgie canadienne-anglaise. La forte p o l a r i s a t i o n observee dans les strategies de traduction deployees de part et d'autre r e f l e t e 1'asymetrie des positions occupees par l e s dramaturgies produites dans les langues o f f i c i e l l e s du Canada, ou 1'anglais constitue l a langue de l a majorite et ou l e frangais demeure minoritaire. i v T A B L E D E S M A T I E R E S SOMMAIRE i i TABLE DES MATIERES i v LISTE DES TABLEAUX v i LISTE DES FIGURES v i i REMERCIEMENTS v i i i INTRODUCTION 1 CHAPITRE 1 LES LITTERATURES DU CANADA ET DU QUEBEC 8 Au f i l des m^taphores 8 La traduction l i t t e r a i r e : «A Bridge of Sorts» dont on se mefie 19 CHAPITRE 2 LA TRADUCTION DU THEATRE 48 Quand l e joual entre en p i s t e 51 La lente venue du theatre anglo-canadien au Quebec 62 L'alternative canadienne 72 «A Certain Window on Quebec» 81 Les oeuvres i n s c r i t e s au corpus 85 CHAPITRE 3 CADRE THEORIQUE 91 Le polysysteme l i t t e r a i r e 92 La traduction l i t t e r a i r e au sein du polysysteme 97 L'hypothese fonctionnaliste 99 L'equivalence fonctionnelle 100 Les normes 103 Esquisse d'une c r i t i q u e «productive» 108 L'horizon t r a d u c t i f 109 La position traductive du sujet 110 Le projet de traduction 112 Modele d'analyse descriptive 114 CHAPITRE 4 ANALYSE DESCRIPTIVE: TRADUCTION ANGLAISE DU REPERTOIRE FRANCO-QUEBECOIS 121 G^linas, B o u s i l l e et l ' a t t r a i t du pittoresque 121 Les belles-soeurs de Tremblay, plus qu^becoises que nature 131 Jovette, V i o l e t t e et l a traduction «dans l e ton» 163 Chaurette: «comme l e public s a i t pas q u ' i l ignore . . . » 178 Garneau ou quand l e verbe se f a i t chair 189 Bouchard et Les muses orphelines, version am61ior6e 198 V I d e n t i f i c a t i o n des normes a l'oeuvre dans le corpus 6tudie 214 Comparaison avec l e contexte systemique 221 CHAPITRE 5 ANALYSE DESCRIPTIVE: TRADUCTION QUEBECOISE DU REPERTOIRE ANGLO-CANADIEN 227 Herbert ou 1'adaptation «a l a quebecoise» 227 McDonough et l e «docudrame» a succes 238 Freeman et Le__b61ier, version revue et corrigee 251 Foster ou l a comedie a tout prix 261 Thompson et l e sujet en question 272 Fraser, 1'enfant t e r r i b l e du Canada anglais 289 I d e n t i f i c a t i o n des normes a l'oeuvre dans l e corpus etudie 299 Comparaison avec l e contexte systemique 311 CHAPITRE 6 LES PARAMETRES DE LA TRADUCTION THEATRALE DANS LE CONTEXTE CANADA/QUEBEC 316 La langue en trop: l e theatre franco-queb6cois en version anglaise 321 Du speculaire au spectaculaire: l e theatre anglo-canadien t r a d u i t au Quebec 331 CONCLUSION 344 BIBLIOGRAPHIE 350 ANNEXES 366 v i L I S T E D E S T A B L E A U X TABLEAU I Modele synth£tique pour 1'analyse descriptive de l a traduction 118 TABLEAU II Repertoire des pieces anglo-canadiennes en traduction franco-queb£coise, 1969-1994 366 TABLEAU III Repertoire des pieces franco-quebecoises en traduction anglo-canadienne, 1951-1994 370 TABLEAU IV Tableau synthetique de 1'analyse descriptive, traduction du repertoire franco-quebecois 383 TABLEAU V Tableau synthetique de 1'analyse descriptive, traduction du repertoire anglo-canadien 385 v i i L I S T E D E S F I G U R E S FIGURE 1 Modele de communication 93 FIGURE 2 Modele du systeme l i t t e r a i r e 95 FIGURE 3 Representation graphique des normes de traduction appliqu^es a l'oeuvre l i t t e r a i r e 388 v i i i R E M E R C I E H E N T S Je tiens a remercier M. Derek C. Carr d'avoir gracieusement accepts de d i r i g e r cette etude. L'ecoute attentive, les conseils judicieux et l e soutien constant q u ' i l a su m ' o f f r i r pendant cette recherche m'ont ete des plus precieux. Je veux aussi expriraer ma gratitude aux membres du comite de supervision de l a these, M™5 Margery Fee, M. Alain-Michel Rocheleau et M. Jerry Wasserman. Leurs connaissances et leur gen6rosite ont grandement contribue a cette etude. Je remercie en outre M. Ralph Sarkonak, qui a d i r i g e l e premier comite charge de superviser l e programme d'etudes doctorales, et M"e Eva-Marie K r o l l e r , qui fut membre de ce comite. II m'aurait 6te d i f f i c i l e d'avoir acces a certaines sources documentaires sans l'aimable concours des personnes suivantes: We Monique Forest de l a bibliotheque de l'Ecole nationale de theatre du Canada; M. Daniel Gauthier du Centre des auteurs dramatiques de Montreal; M"e Denise Paquette de l a Bibliotheque nationale du Quebec; M"e Lise Ann Johnson de Playwrights' Workshop Montreal et M™0 Lee Ramsay de l a Metropolitan Toronto Reference Library. Enfin, l e personnel de l a bibliotheque de 1'University of B r i t i s h Columbia m'a o f f e r t une assistance soutenue et courtoise dont je l u i suis reconnaissante. Cette etude a p r o f i t e de l'appui du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada sous l a forme d'une bourse doctorale d'une duree de quatre ans, pour laquelle je l e remercie vivement. En dernier l i e u , je remercie M. Richard Lebeau de m'avoir genereusement donne son appui tout au long de cette recherche, dont i l a patiemment l u et corrige les nombreuses versions. I N T R O D U C T I O N 1 Comparatists of Canadian subjects are themselves condemned to maintain a paradoxical d u a l i t y . Blinded by proximity to t h e i r subject, swayed by p o l i t i c s and history, hamstrung by an inevitable, natural, l i n g u i s t i c and c u l t u r a l a f f i l i a t i o n to one of the two camps, they must neither unify, nor divide. They must practice subtle and unspectacular a r t s . They must translate while knowing that f u l l t r a n s l a t i o n i s impossible. They must t r y to acquire the other culture while knowing f u l l well that i t w i l l never become t h e i r true heritage. They must encourage the d i f f i c u l t b i f o c a l view while knowing that i t w i l l never be understood by more than a small e l i t e and w i l l never represent the f u l l r e a l i t y . On pourrait surement adapter au gout du jour cette remarque empruntee a 1 ' a r t i c l e i n t i t u l e «Canada's Two Literat u r e s : A Search for Emblems» que P h i l i p Stratford s i g n a i t en 1979 (138). On pourrait, par exemple, l u i donner une ampleur m u l t i c u l t u r e l l e en p l u r a l i s a n t les expressions jugees trop binaires. I I s e r a i t alors question de «paradoxical plurality» et de «many camps» representant «other cultures», pour 1'etude desquelles nous proposerions des «plurifocal views». On pourrait aussi accompagner l ' e x t r a i t de sa traduction francaise. I I faudrait alors trouver une facon eiegante d'inclure l e feminin dans les nombreux pronoms auxquels l'enonce f a i t appel. En outre, i l s e r a i t preferable de prevenir l a controverse que pourrait engendrer l e q u a l i f i c a t i f «Canadian» pour designer des etudes incluant des sujets quebecois. Enfin, peu importe les strategies retenues pour parler d'echanges lingui s t i q u e s et c u l t u r e l s canado-quebecois, i l faudra se resigner a ce qu'aucune ne fasse l'unanimite. Au-dela done des objections m u l t i c u l t u r a l i s t e s , l i n g u i s -tiques ou po l i t i q u e s que pourrait susciter cet emprunt, on 2 pourrait aussi questionner l a pertinence d'un t e l l e injonction pour introduire une etude qui se veut resolument descriptive et non p r e s c r i p t i v e . Plus que par ce qu'elle propose de mettre en pratique, cette injonction m'apparait particulierement eloquente par ce qu'elle met a decouvert et permet de problematiser en ce qui touche a l a nature, aux circonstances et aux li m i t a t i o n s de 1'etude qui s u i t . Corroborant l e s resu l t a t s obtenus par Annie Brisset dans l'ouvrage Sociocritique de l a traduction: theatre et a l t e r i t 6 au Quebec (1968-1988) (1990), l e memoire de maitrise i n t i t u l e «Les parametres de 1'adaptation theatrale au Quebec de 1980 a 1990», que je deposais en 1991 a l'Universit6 de Montreal, exposait l a valeur ethnocentrique des traductions etudi^es. Loin d'etre e x c l u s i f au Quebec, 1'ethnocentrisme est reconnu par Antoine Berman comme un des principes dominants de l a traduction l i t t e r a i r e en Occident depuis l a Rome antique («La traduction et l a lettre» 50). Selon Berman, ce principe f a i t en sorte qu'on t r a d u i t en ramenant tout a s o i , «a sa propre culture, a ses normes et valeurs . . . pour a c c r o i t r e l a richesse de cette culture» (49). En ce sens, toute traduction defend certains i n t e r e t s i n d i v i d u e l s , c o l l e c t i f s ou nationaux. Toutefois, l e s modalit^s mises en oeuvre pour s a t i s f a i r e ce principe varient selon l e l i e u et l'epoque dans lesquels s ' i n s c r i t 1'oeuvre traduite. La recherche proposee i c i vise done a r e l a t i v i s e r l a valeur ethnocentrique du t r a d u i t en comparant les strategies a 1'oeuvre dans les textes dramatiques que les repertoires anglo-canadien et franco-quebecois ont empruntes l'un de 1'autre par l a traduction. 3 La m^thodologie adopted pour cette recherche s'inspire de l'hypothese fonctionnaliste 61abor6e par Itamar Even-Zohar et Gideon Toury, du Porter I n s t i t u t e f o r Poetics and Semiotics de Tel Aviv University, et emprunte a l a m^thode c r i t i q u e esquiss^e par Antoine Berman dans l'ouvrage i n t i t u l e Pour une c r i t i q u e des traductions: John Donne (1995). Fond6e sur 1'analyse descriptive des p r o c e s s de traduction appliques a un large corpus, et non plus a des textes i s o l e s , l'approche fonctionnaliste rend compte des ph^nomenes observes autant d'un point de vue q u a n t i t a t i f que q u a l i t a t i f . Selon l e modele mis de l'avant par Gideon Toury dans In Search of a Theory of Translation (1980), 1 l a formation de ce corpus procede d'un inventaire des repertoires en traduction pour une periode donnee. Couvrant les ann^es 1951 a 1994, l e recensement effectu6 pour les besoins de cette recherche debute avec l'ann^e ou s'amorce une a c t i v i t y de traduction soutenue qui donne l i e u a des ^changes importants entre les systemes dramaturgiques etudies. Cet inventaire permettra de tracer un p r o f i l s t a t i s t i q u e des traductions et d ' i d e n t i f i e r a i n s i l e s auteurs les plus t r a d u i t s , done les plus repr6sentatifs de chaque repertoire, et les traducteurs les plus a c t i f s selon les segments effectues sur l'axe diachronique. Parce qu'elle repose sur des c r i t e r e s strictement s t a t i s t i q u e s , l a se l e c t i o n des pieces formant l e corpus peut done pr6tendre a 1'impartiality. Dans l e meme e s p r i t , l a methode systematiquement appliqu6e a 1'analyse descriptive des pieces a i n s i retenues, laquelle s'inspire d'une g r i l l e 61abor6e par Jose Lambert et Hendrick van Gorp pour l a comparaison des textes originaux et t r a d u i t s , temoigne d'un souci d'6chapper aux jugements de valeur. Enfin, pour p a l l i e r 4 l'impuissance du modele fonctionnaliste a rendre compte de l a dimension i n d i v i d u e l l e du traduire, quelques notions empruntees a l a methode c r i t i q u e d'Antoine Berman permettront d'observer les traces laiss6es par un sujet traduisant des plus e l u s i f s . Ce d i s p o s i t i f methodologique a pour objet d'observer, dans une perspective s o c i o c r i t i q u e , l a fonction de l a l i t t e r a t u r e traduite au sein de son contexte adoptif. Assignee a l a traduction par 1'ensemble l i t t ^ r a i r e et s o c i o - d i s c u r s i f qui l a r e c o i t , cette fonction est soumise a des normes l i t t e r a i r e s , l i n g u i s t i q u e s , textuelles et discursives. C e l l e s - c i forment un ensemble propre a chaque communaute et agissent a toutes les etapes du processus t r a d u c t i f a i n s i qu'a tous les niveaux de production de l a traduction. L ' i d e n t i f i c a t i o n de ces normes se f a i t a p a r t i r de deux sources: t e x t u e l l e , s o i t les textes t r a d u i t s et leur inventaire analytique, et extratextuelle, s o i t les formulations c r i t i q u e s , l e s commentaires et les m£tatextes portant sur l a traduction. Les premieres permettent de reconstruire les normes actives dans les oeuvres etudiees, les secondes contiennent des normes deja formulees. Ce cadre theorique fera 1'objet d'une presentation plus d e t a i l l 6 e dans l e troisieme chapitre de cette etude. Puisque les normes se manifestent selon l e s deux modes d e f i n i s plus haut, l a recherche qui s u i t comprendra deux volets: d'une part, les premier et deuxieme chapitres proposent un survol des discours portant sur l e rapport entre les l i t t e r a t u r e s et les dramaturgies canadienne et queb^coise, l a traduction l i t t e r a i r e et l a traduction du theatre dans l e contexte canado-quebecois. Ces discours reveleront des normes deja formulees. D'autre part, 5 les quatrieme et cinquieme chapitres o f f r e n t une analyse descriptive des douze pieces formant un corpus b i p a r t i t e franco-queb^cois et anglo-canadien. Cette analyse permettra de reconstruire les normes actives au sein de chaque repertoire. II sera alors possible d'6valuer les normes propres a chaque systeme 6tudi6 et d ' i d e n t i f i e r , en f i n d'analyse, les concepts qui regissent l'emprunt transnational du texte de theatre et les fonctions qui l u i sont assignees au sein des dramaturgies canadienne et queb^coise. De nature i n t e r d i s c i p l i n a i r e , cette 6tude i n v e s t i t d i f f e r e n t s champs de recherche: l a th6orie de l a traduction, l a dramaturgie franco-qu6becoise et l a dramaturgie anglo-canadienne. Bien que, selon Annie Brisset, l e theatre s o i t depuis 1968 «le genre f a v o r i de l a traduction litteraire» au Quebec («Ceci n'est pas une trahison» 12) et que l a traduction constitue l e p r i n c i p a l agent m^diateur entre les dramaturgies canadienne et queb6coise, peu d'ouvrages sont consacres a l'^tude de ce ph^nomene dans une perspective comparatiste. D'entr^e de jeu, l a nature paradoxale de l a comparaison, a laquelle Stratford f a i t a l l u s i o n dans l ' e x t r a i t c i t 6 plus haut, est i c i rehauss6e par l a d i v e r s i t e des angles, des m^thodes et des interets p a r t i c u l i e r s a chaque d i s c i p l i n e . C'est une d i v e r s i t e que cette etude a tent6 de prendre en compte mais a laquelle e l l e ne saurait rendre tout a f a i t j u s t i c e . La recherche qui s u i t a 6galement et6 soumise a des contraintes spatiales et temporelles. S i l a proximity de certains 6v6nements comment6s i c i l i m i t e n^cessairement l a comprehension qu'on peut en avoir, les grandes distances separant 6 les centres de ressources documentaires canadiens et quebecois ont aussi impose des r e s t r i c t i o n s , plus particulierement dans 1'elaboration du compte rendu s t a t i s t i q u e , qui n'a retenu que les pieces anglo-canadiennes et franco-quebecoises pour adultes dont l a traduction a ete produite ou publiee. Dans l e contexte p o l i t i q u e actuel, i l va sans d i r e que 1'etude des approches de traduction adoptees par l e Canada anglais et l e Quebec francais dans l'echange des produits c u l t u r e l s que sont les textes de theatre ne se f a i t pas en toute quietude. Bien que j'aie aspire a l a plus grande n e u t r a l i t y dans 1'analyse, je ne saurais pretendre a une to t a l e o b j e c t i v i t e , n i a une connaissance egale des cultures dont i l est i c i question. C'est, comme l e f a i t remarquer P h i l i p Stratford, une contingence incontournable de l a dimension comparative, que je ne peux que regretter. Enfin, parce que l a traduction est une a c t i v i t e dont l e merite a longtemps consiste a passer inapercue, on a tendance, dans l e contexte d'une l i t t e r a t u r e nationale, a l a percevoir comme une a c t i v i t e secondaire. Pourtant, l a traduction occupe une position p r i v i l e g i e e au sein du champ l i t t e r a i r e en ce sens qu'elle est chargee de combler, au moyen d'emprunts, ce qui y est ressenti comme un vide. E l l e constitue, en outre, un o u t i l important d'echanges c u l t u r e l s et, en cela, e l l e est tres r e v e l a t r i c e des rapports qu'entretiennent l e s cultures qui y ont recours. A i n s i que l e f a i t observer F.R. Scott, traducteur de l'ouvrage i n t i t u l e Poems of French Canada f t r a n s l a t i o n i s not only an art i n i t s e l f , i t i s also an esse n t i a l ingredient i n Canada's p o l i t i c a l entity» ( v i ) . 7 Notes 1 Voir plus pr6cisement l e modele fourni dans l e chapitre i n t i t u l e "Norms of L i t e r a r y Translation into Hebrew, 1930-1945," 122-139. 8 Chapitre 1 LES LITTERATURES DU CANADA ET DU QUEBEC Quel rapport l e s l i t e r a t u r e s anglo-canadienne et franco-qutbecoise entretiennent-elles? Depuis l a mttaphore proposed en 1876 par le premier ministre qu6b6cois Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, les representations symboliques de ce rapport se sont succ6d6 au f i l des discours qui ont ponctut l e developpement des l i t t e r a t u r e s du Quebec et du Canada. Un bref survol de ce d^ploiement embl^matique permettra de prendre connaissance des principaux courahts de pens6e c r i t i q u e en ce qui a t r a i t aux positions et aux attitudes attributes de part et d'autre aux l i t t e r a t u r e s en question. Au f i l des metaphores Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, 6ducateur, homme de l e t t r e s et homme po l i t i q u e , d t p l o r a i t l e manque d'^change entre les l i t t e r a t u r e s des «deux races». II commenta cet 6tat s o c i a l dans L'inst r u c t i o n publique au Canada: precis historique et st a t i s t i q u e en l e comparant a l ' e s c a l i e r du chateau de Chambord, «construit de maniere que deux personnes puissent monter en meme temps sans se rencontrer, et en ne s'apercevant que par intervalles» (335). A i n s i , o b s e r v e - t - i l , Anglais et francais [ s i c ] , nous montons comme par une double rampe vers les destinies qui nous sont reservtes sur ce continent, sans nous connaitre, sans nous rencontrer, n i meme nous v o i r a i l l e u r s que sur l e p a l i e r de l a p o l i t i q u e . Socialement et litt6rairement parlant, nous sommes plus strangers les uns aux autres de beaucoup que ne l e sont les Anglais et les Francais d'Europe. (335) 9 Cette v i s i o n plutot pessimiste, typique du Quebec selon P h i l i p S t r a t f o r d , 1 e t a i t toutefois compensee par 1'enthousiasme d'un William Kirby qui, dans son roman The Chien d'Or: A Legend of Quebec public a Montreal en 1877, exprimait deja l e souhait de vo i r «the two glorious streams of modern thought and l i t e r a t u r e united i n New France, where they have run side by side to t h i s d a y — i n time to be united i n one grand flood stream of Canadian literature» (268). Plus d'un s i e c l e plus tard, qu'en e s t - i l de l a question? C'est a Toronto, en 1945, que parait un roman de Hugh MacLennan dont l e t i t r e s'imposera comme embleme consacre de l a r e l a t i o n entre les cultures anglaise et francaise du Canada: Two Solitudes. L'auteur commente l e t i t r e de l'ouvrage en l u i fai s a n t porter en 6pigraphe ces vers de Rainer Maria R i l k e : «Love consists i n t h i s , / that two solitudes protect, / and touch, and greet each other». 2 I c i , l a metaphore appelle un rapport s i m i l a i r e a c e l u i d'un couple d'amoureux, un couple dont l ' a t t a -chement sera toutefois mis a rude epreuve par l ' h i s t o i r e — e n t r e autres, l o r s des r^ferendums sur l a souverainete du Quebec en 1980 et 1995. Quoi q u ' i l en s o i t , ces voeux de rapprochement entre les deux l i t t e r a t u r e s majeures du Canada constituent deja un leitmotiv de l a c r i t i q u e canadienne-anglaise qui va dorenavant s'ingenier a d^montrer que «les deux l i t t e r a t u r e s nationales du Canada . . . ont s u i v i une evolution p a r a l l e l e et qu'elles ont plus de caracteres communs qu'on ne l e c r o i t habituellement» (v), comme l e soutiennent Guy Sylvestre, Brandon Conron et C a r l . F. Klinck dans l'ouvrage Ecrivains canadiens/Canadian Writers,, paru en 1964. 10 Du cote des francophones, l a double s p i r a l e cedera l e pas au separatisme s p a t i a l dessine par Jean-Charles Falardeau dans Notre societe et son roman, ouvrage paru a Montreal en 1967: La l i t t e r a t u r e canadienne-anglaise, selon ses c r i t i q u e s , est tendue selon un axe horizontal: l a r e l a t i o n homme-milieu ou homme-soci6te. Pour l e c r i t i q u e de langue francaise, l'axe de sa l i t t e r a t u r e est, a 1'inverse, v e r t i c a l : i l est donne par l a r e l a t i o n homme-destin ou homme-absolu. (58) Cette representation geometrique antagonique n'est sans doute pas etrangere a 1'esprit de l a Revolution t r a n q u i l l e , l e mouvement d'emancipation qui emporte l e Quebec des annees 60 vers l ' a f f i r m a t i o n d'une i d e n t i t e c u l t u r e l l e specifique. Selon Falardeau, l e roman canadien-anglais exploite des situations ou se manifeste «un decalage entre les normes c o l l e c t i v e s et les comportements individuels» dans des oeuvres qui sont «plus une description d'un etat s o c i a l qu'une exploration de l a v i e interieure» (59). De son cote, l e roman canadien-francais pr^sente des individus «p6tris par une societe compacte et fermee sur elle-meme . . . qui l e s encercle et l e s 6touffe» (60). Seul, p r i s au piege, dechire entre l e desir de f u i r et c e l u i d'abdiquer, l e heros quebecois «vit d'angoisses, de c u l p a b i l i t e s , de remords» (61). A i n s i s'esquisse l e p r o f i l des caract6-r i s t i q u e s de chaque l i t t e r a t u r e . A peu pres a l a meme epoque, un nouveau trope f a i t son apparition a Toronto, un symbole g6ographique qui marquera profondement l a c r i t i q u e l i t t e r a i r e canadienne-anglaise. Dans sa «Conclusion» de l'ouvrage L i t e r a r y History of Canada: Canadian Literature i n English publie en 1965 a Toronto, Northrop Frye 11 ytudie l a facon dont 1'imagination canadienne s'est exprimte dans ses romans. V o i c i comment i l conjugue les deux l i t t e r a t u r e s : Canada has two languages and two l i t e r a t u r e s , and every statement made i n a book l i k e t h i s about "Canadian l i t e r a t u r e " employs the figure of speech known as synecdoche, putting a part for the whole. Every such statement implies a p a r a l l e l or contrasting statement about French-Canadian l i t e r a t u r e . (823) C'est done une attitude commune aux deux l i t t e r a t u r e s que Frye d e c r i t dans ce q u ' i l appelle «a garrison mentality»: «a garrison i s a c l o s e l y k n i t and beleaguered society, and i t s moral and s o c i a l values are unquestionable» (830). Dans ce contexte, l a domination du groupe sur l ' i n d i v i d u est t e l l e que sa c r e a t i v i t y est repriraee et «nothing o r i g i n a l can grow» (831). Cette mentality engendre un sectarisme et une mefiance entre les d i f f t r e n t e s communautes, ce qui a pour r t s u l t a t «"two solitudes", the death of communication and dialogue» (831). I c i , Frye propose une genese du postulat exprime par l a formule de MacLennan et, quelques dtcennies plus tard, en confirme toujours l a v a l i d i t y . Fervent dyfenseur de 1'unity nationale, Frye poursuit sa ry f l e x i o n sur l a l i t t y r a t u r e canadienne, incluant c e l l e du Quybec, dans The Bush Garden: Essays on the Canadian Imagination. Apres avoir d y f i n i «identity» et «unite» canadiennes en opposant l a nature c u l t u r e l l e et rygionale de 1'identity aux impyratifs nationaux, internationaux et pol i t i q u e s de 1'unity, Frye evoque sa propre expyrience de Quybycois anglophone incapable de s ' i d e n t i f i e r au f a i t francais, «what was d i f f e r e n t being not so much language as c u l t u r a l memory» ( v i ) . II en conclura que «a 12 sense of unity i s the opposite of a sense of uniformity. . . . Real unity tolerates dissent and rejoices i n vari e t y of outlook and tradition» ( v i ) , a i n s i que l e veut l a metaphore consacree voulant que l e Canada s o i t une mosaique de cultures d i f f ^ r e n t e s et de regions variees, rassemblees dans un meme ordre p o l i t i q u e . En 1971, Ronald Sutherland, comparatiste a l'Universit6 de Sherbrooke, publie a Toronto une etude i n t i t u l e e Second Image: Comparative Studies i n Quebec and Canadian Literature dans laquelle une exploration des themes communs aux deux l i t e r a t u r e s en cause l u i permet d'affirmer que i f the notable p a r a l l e l s i n French-Canadian and English-Canadian l i t e r a t u r e have any sig n i f i c a n c e at a l l , then i t must be because there does e x i s t a single, common national mystique, a common set of conditioning forces, the mysterious apparatus of a single sense of i d e n t i t y . (26) L'embleme attribue a cette v i s i o n sera «the mainstream», que Sutherland presentera dans une seconde etude publiee en 1977 et i n t i t u l e e The New Hero: Essays i n Comparative Quebec/Canadian Lit e r a t u r e : the mainstream of Canadian l i t e r a t u r e . . . i s a matter of sphere of consciousness, an author's awareness of and s e n s i t i v i t y to fundamental aspects of both major language groups i n Canada and of the in t e r - r e l a t i o n s h i p s between these two groups. (94) I c i , l a metaphore f a i t echo au voeu exprime presque cent ans auparavant par William Kirby, une aspiration qu'on a dotee deja de quelques fondements thematiques. En e f f e t , l a recherche de themes un i f i a n t s et de mythes fondateurs communs aux deux l i t t e r a t u r e s a deja porte f r u i t . A i n s i , B u t t e r f l y on Rock: A Study of Themes and Images i n Canadian Literature (1970) de D.G. 13 Jones explore l e passage d'une condition d ' e x i l et d'alienation de l a l i t t e r a t u r e canadienne, incluant c e l l e du Quebec, vers l a redecouverte et l' a f f i r m a t i o n d'un id e n t i t e propre. Dans l'ouvrage de Margaret Atwood Survival: A Thematic Guide to Canadian Literature (1972), «Canada i s a c o l l e c t i v e victim» (36) dont les f i c t i o n s dans les deux langues o f f i c i e l l e s ont pour preoccupation centrale l a survie de h6ros en pos i t i o n de victimes. Avec A r t i c u l a t i n g West: Essays on Purpose and Form i n Modern Canadian Literature (1972), W.H. New, de l'Un i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, explore l a tension entre l ' E s t et l'Ouest dans les l i t t e r a t u r e s canadienne et quebecoise non pas comme antipodes geographiques mais comme representations mentales de l'ordre et du desordre. Ces etudes degagent certains themes qu'auraient en commun les l i t t e r a t u r e s canadienne et quebecoise, s o i t l ' e x i l , l'isolement et les e f f e t s du colonialisme. En 1977, c'est un nouveau heros que propose Sutherland, un etre ouvert et confiant, dont 1'evolution a s u i v i t r o i s etapes: «The Land and Divine Order; The Breakup of the Old Order; The Search f o r V i t a l Truth» (Second Image 3). Le principe embiematique du paralieiisme des l i t t e r a t u r e s quebecoise et canadienne connaitra son apogee en 1979 avec P h i l i p Stratford, comparatiste a l'Universite de Montreal, dont 1 ' a r t i c l e «Canada's Two Literatures: A Search for Emblems» met 1'accent sur deux proprietes importantes de cette figure geometrique. En premier l i e u , des lignes p a r a l l e l e s ne se rencontrent jamais, s i ce n'est dans l ' i n f i n i : A basic geometrical c h a r a c t e r i s t i c of p a r a l l e l l i n e s [ i s ] that they never meet, or at lea s t only i n i n f i n i t y . Indeed, 14 together with the phenomenon of p a r a l l e l growth that we have just observed, we must also r e g i s t e r the f a c t that the two l i t e r a t u r e s have developed quite independently. There has been next-to-no sharing of experience on c r i t i c a l , c u l t u r a l or creative l e v e l s . (132) Ensuite, les p a r a l l e l e s ne peuvent ex i s t e r qu'en se definissant l'une par rapport a 1'autre: «Another property, however, just as important as the f i r s t , i s that one p a r a l l e l f i x e s and defines the other» (137). C'est a i n s i que Stratford interprete certaines c i t a t i o n s empruntees a Northrop Frye: «It i s that phenomenon that Frye refers to . . . when he says that questions of i d e n t i t y only have meaning as "a way of defining oneself against something else"» (137). II poursuit sa demonstration toujours en c i t a n t Frye, pour qui «the decisive c u l t u r a l event i n English Canada during the past f i f t e e n years has been the impact of French Canada and i t s new sense of identity» ( c i t e par Stratford 137). A i n s i , conclut Stratford, l e s p a r a l l e l e s geometriques ou l i t t e r a i r e s , bien qu'elles ne se rencontrent pas, ne peuvent s'erapecher d'etre d^terminees l'une par 1'autre. Dans une etude ult6 r i e u r e publiee en 1986, A l l the P o l a r i t i e s : Comparative Studies i n Contemporary Canadian Novels i n French and English, Stratford s'appliquera a mettre en r e l i e f les p o l a r i t ^ s que revele 1'analyse des corpus romanesques de chaque groupe l i n g u i s t i q u e , en i n s i s t a n t sur l a necessite de f a i r e v o i r aussi leurs divergences, ce que les etudes pr6c§dentes avaient eu tendance a negliger. II exposera alors les t r a i t s specifiques de chaque l i t t e r a t u r e apres avoir rappele que l'une et 1'autre ont en commun d'etre nees d'un regime c o l o n i a l dont e l l e s conservent encore l e s traces, d'avoir d'abord adopte une 15 approche documentaire inspired des modeles du vieux continent et d'avoir atteint une certaine autonomie apres la Deuxieme Guerre mondiale pour ensuite connaitre une croissance rapide. De la litterature canadienne-anglaise, i l retiendra le rtalisme spatial et temporel, le ton descriptif et moraliste de narrations ou s'affirme l'individualisme d'un h6ros jouissant d'une grande mobility physique qui l u i permet d'tchapper aux pressions du groupe social. Pour ce qui est du corpus franco-qu6bycois, i l mettra 1'accent sur 1'intensity lyrique d'un langage qui attribue une dimension mythique au heros prisonnier d'un t e r r i t o i r e mental et ymotif suffocant, symbole d'une col l e c t i v i t y minye par le fatalisme culturel. Poursuivant la ryflexion amorcye par Jean Falardeau, Stratford suit ainsi le trace des paralleles pour en revyier aussi les divergences. Ryfutant les modeles prycedents jugys insensibles a la fragile complexity du rapport entre les deux littyratures, E.D. Blodgett, comparatiste oeuvrant a l'University of Alberta, propose en 1982 de reprysenter ce rapport en empruntant le t i t r e d'un recueil de poemes de Paul Celan, Sprachgitter. Dans Configurations: Essays on the Canadian Literatures, i l explique ainsi son choix: «A Gitter is a lattice-work fence, a grid of interwoven strands whose common threads relate and distinguish, but do not unify. The grid divides according to language, distinguishes according to culture, history, and ideology» (33). Rysolument opposy aux symboles unificateurs, Blodgett insiste sur la nycessity de preserver un pluralisme qui est, a la fois, source de f r a g i l i t y et de v i t a l i t y pour le Canada. Un pluralisme dont, selon l u i , ne rendent pas compte les recherches en 16 l i t t e r a t u r e comparee canadienne, trop souvent re s t r e i n t e s a des etudes binaires Canada/Quebec et mal equipees au niveau methodologique pour effectuer l a comparaison avec d'autres l i t t e r a t u r e s . Commentant les positions d6ja formulees dans 1'etude des l i t t e r a t u r e s canadienne et quebecoise, Blodgett souleve l a question f o r t pertinente de l' i d e o l o g i e inherente a toute theorisation: What we have been reluctant to assert i s not only that l i t e r a r y theory i s i d e o l o g i c a l , but that any l i t e r a r y theory that t r i e s to resolve the problems of nation-states that are at least b i l i n g u a l i n an o f f i c i a l sense must be cle a r about i t s ideology. A b i c u l t u r a l p o l i c y , of course, always implies a central question, namely, whose culture, and t h i s question i s always answered by the dominant group. (32) Cette propension du groupe dominant a vouloir fournir l a response pourrait, d ' a i l l e u r s , expliquer l ' i n t ^ r e t plus marque de l a c r i t i q u e anglophone pour l a comparaison des l i t t e r a t u r e s canadienne et quebecoise. Plus recemment, c'est dans 1 ' a r t i c l e «Our Two Cultures», publie en 1984 par P a t r i c i a Smart de Carleton University a Ottawa, que sera mis de l'avant un nouvel embleme s'inspirant du dialogue amorce a l a f i n des annees 70 entre les ecrivaines feministes anglophones et francophones. Dans cet a r t i c l e , Smart deplore l'heg#monie des approches thematiques ou sociologiques de l a c r i t i q u e comparative canadienne et r e j e t t e les figures geometriques a i n s i que les images de dialogue avort6 retenues jusqu'a present comme emblemes des deux cultures. E l l e propose plutot un concept t i r e d'un texte de Nicole Brossard, La femme dos a dos. lequel est accompagne d'une photographie montrant deux femmes appuyees l'une sur 1'autre, dos a dos. 3 Cette image 17 temoigne de la v i t a l i t y des ^ changes entre ycrivaines et critiques, du dynamisme d'un dialogue «built not on the conscious desire to link the two cultures as such, but on the excitement of examining within the specificity of our separate cultural contexts what we have to say to each other as women» ( 1 7 ) . Smart commente ainsi la reprysentativity de cet embleme: Brossard's image is one of touching but not of fusion, of separate identities respected and shared as both partners look not at each other, but—supporting each other—out to the world. Transposed, i t becomes an image of two nations and two projects, an adjacent but not common space, a border shared in which both cultures find strength in difference. (17) Ce bref survol des mytaphores relevyes au cours de la recherche sur la rencontre des litteratures du Canada et du Quybec reVele que ce sont, en majority, des critiques anglophones oeuvrant le plus souvent au Quybec et en Ontario qui se sont penchys sur l'ytude de la littyrature comparye canadienne. On pourrait y deviner l'effet de la distance chez les critiques de l'Ouest canadien, pryoccupys par des questions plus immydiates, et de la myfiance chez les francophones, soucieux de protyger une langue et une littyrature menacees d'assimilation. Cette concentration gyographique pourrait d'ailleurs ne pas etre ytrangere au principe qui leur est sous-jacent. Commentant les mytaphores relevyes plus haut, Margery Fee, de l'University of British Columbia, met en lumifere le prysupposy sur lequel elles s'appuient. Qu'ont en commun les doubles escaliers en spirale de Chauveau et les paralleles de Stratford, qui jamais ne se rencontrent, le t r e i l l i s de Blodgett, dont les lattes se superposent sans s'unir, la femme dos a dos de Brossard, qui 18 regarde dans deux directions opposees?4 «What these images figure is equality and difference at the same time, sometimes with the addition of a kind of abstract interdependence. English and French in Canada are "equal partners" in these metaphors» (5). Selon Fee, ce presuppose serait non seulement peu representatif d'une realite ou «anglo-Canada has most of the territory, most of the population, and most of the votes in the House» (5), mais i l s i g n i f i e r a i t de facon implicite que «Quebec is already a nation, whether i t becomes an independent state or not» (5). 5 Si nous tentions maintenant d'echapper a 1'impasse, de quitter le t e r r i t o i r e des voeux pieux et de la comparaison binaire thematisante pour trouver un tertium comparationis, un agent mediateur entre ces deux litteratures paralleles, un lie u de rencontre des cultures qui permette aussi de garder ses distances, comment ne pas se porter vers la traduction? Bien qu'on a i t tente a plusieurs reprises de la prendre en compte dans la comparaison des phenomenes l i t t e r a i r e s se rapportant aux deux communaut^s linguistiques, la traduction demeure un objet d'etude neglige. Cet etat de choses peut etre attribue, d'une part, a l ' i n v i s i b i l i t e d'une pratique dont le m6rite a longtemps consiste a passer inapercue et, d'autre part, au f a i t qu'on a tendance, dans le contexte d'une litterature nationale, a percevoir la traduction comme une activity secondaire, voire ill^ g i t i m e . Quoi qu'on en pense, on ne peut nier la contribution essentielle de la traduction a 1'emergence et a 1'evolution de nombreux systemes li t t e r a i r e s tout au long de l'histoire. Comme le soutient Edmond Cary, «La traduction a, en regie g6nerale, precede la creation 19 l i t t e r a i r e autonome, e l l e a ete l a grande accoucheuse des litteratures» (cite par Horguelin, Anthologie 43) puisque «c'est par des traductions et des adaptations que l e s l i t t e r a t u r e s modernes ont commence» (Cary 70). En outre, l a position occupee par l a traduction au sein d'un systeme l i t t e r a i r e est tres r e v e i a t r i c e de l ' e t a t de ce systeme puisqu'elle est chargee bien souvent de combler ce qui y est percu comme un vide. Voyons plus precisement comment s ' a r t i c u l e l e discours sur l a traduction l i t t e r a i r e tenu jusqu'a maintenant dans l e cadre des ^changes entre l e Quebec et l e Canada anglais. La traduction l i t t e r a i r e : «A Bridge of Sorts»6 dont on se mefie Bien que l a traduction de textes administratifs, p o l i t i q u e s , juridiques et commerciaux a i t ete regulierement pratiquee au Quebec depuis l a Conquete et l a raise en place du regime britannique en 1760, ce n'est qu'un s i e c l e plus tard que l a traduction l i t t e r a i r e depassera l e stade du phenomene i s o l e pour suivre, encore trfes sporadiquement, l a trace de certains succes l i t t e r a i r e s de l'epoque. 7 A i n s i , Les anciens canadiens de Philippe Aubert de Gaspe sera t r a d u i t en anglais en 1864 par Georgianna Pennee, puis r e t r a d u i t en 1890 par Charles G.D. Roberts et revise par Thomas Guthrie pour une troisieme e d i t i o n en 1929. L'oeuvre de William Kirby, The Chien d'Or: A Legend of Quebec, connaitra e l l e aussi un c e r t a i n succes dans l a traduction francaise de Pamphile Le May dont l e premier episode p a r a i t r a en 1884.8 La traduction l i t t e r a i r e demeure toutefois une pratique rare au Canada jusqu'en 1920 puisque, selon l a Bibliographie de l i v r e s 20 canadiens traduits de 1'anglais au francais et du francais a l'ancrlais publiee par P h i l i p Stratford en 1977, on ne fera paraitre avant cette date que 10 t i t r e s t r a d u i t s en anglais et 2 t i t r e s en francais, emprunt^s aux domaines du roman et de l a poesie (x). La s i t u a t i o n evolue tres lentement pendant les quarante annees qui suivent, lesquelles ne produiront que 39 t i t r e s t r aduits en anglais et 9 t i t r e s en francais (x). En outre, l e choix, l a traduction et l a publication de ces t i t r e s sont bien souvent l a i s s e s a des gens de Paris, de Londres ou de New York. Bref, comme le soulignent Stratford et plusieurs autres, dont Jean D e l i s l e dans La traduction au Canada 1534-1984, «la traduction l i t t ^ r a i r e n'a jamais 6te une t r a d i t i o n au Canada» (22). 9 Toutefois, a p a r t i r de 1960, l e Conseil des arts du Canada encouragera de plus en plus l a traduction d'oeuvres l i t t e r a i r e s et inaugurera en 1972 son programme d'aide a l a publication de traductions dans les deux langues o f f i c i e l l e s , contribuant a i n s i au remarquable essor que connait cette a c t i v i t e a p a r t i r des annees 60. Selon Stratford, «depuis cette date [1960], plus de traductions ont ete publi^es que pendant toutes les annees precedentes et l e nombre de l i v r e s t r a d u i t s a double tous les cinq ans» ( x v i ) . A i n s i , dans sa bibliographie de 1977, seront recenses 268 t i t r e s en traduction anglaise et 190 t i t r e s en traduction francaise, comprenant des romans, de l a poesie, du theatre, des l e t t r e s , rapports ou r e l a t i o n s de voyage, des essais, des anthologies, des l i v r e s pour enfants, des ouvrages r e l i g i e u x et f o l k l o r i q u e s . Dans les genres traditionnellement q u a l i f i e s de «litteraires» figurent 178 t i t r e s en traduction 21 anglaise, dont 101 romans, 21 pieces de theatre, 21 r e c u e i l s de po6sie, 16 anthologies de po6sie, 12 anthologies de poesie et de prose et 7 anthologies de romans; 83 t i t r e s de meme nature sont i n s c r i t s en traduction francaise, dont 73 romans, 3 pieces de theatre, 3 r e c u e i l s de poesie, 2 anthologies de poesie et de prose, 1 anthologie de poesie et 1 anthologie de romans. Ce qui frappe dans ces c h i f f r e s , c'est l a d i s p a r i t y entre les deux systemes au niveau du nombre de traductions et de leur r e p a r t i t i o n : i l se f a i t presque deux f o i s plus de traductions vers 1'anglais et, pour les genres d i t s l i t t t r a i r e s , c'est dans les domaines de l a poesie et du theatre que l'6cart est l e plus prononct. En ce qui concerne l e theatre, l e contraste i r a en s'accentuant puisque nos recherches indiquent qu'a l a f i n de 1993, l e nombre de pieces qu6b6coises publites en version anglaise a t t e i n t 72 alors que seulement 10 pieces anglaises ont 6t6 publites en version quebecoise, comme 1'indiquent l e s tableaux II et III annexes a cette 6tude. Voyons maintenant comment l e regard qu'on porte au Canada et au Quebec sur l a traduction l i t t e r a i r e peut contribuer a expliquer cet 6cart. Dans l'effervescence contestataire des annees 60, «c'est l a potsie qui canalise les plus recents e f f o r t s d'emancipation de l a l i t t y r a t u r e canadienne» (30), observe Clement Moisan. Le poeme qu6b6cois, charge d ' a r t i c u l e r l e discours i d e n t i t a i r e d'une societe marquee par les e f f e t s du colonialisme, parle haut et f o r t . C'est d ' a i l l e u r s un symbole g6om6trique, c e l u i de l'hexagone, qui donnera son nom a l a maison d'edition fondle en 1953 dont les publications, essentiellement de poesie, ins t i t u e r o n t un mouvement l i t t e r a i r e important dans l a pr i s e de 22 conscience de la condition quebecoise et la promotion d'une litterature nationale. C'est Gaston Miron qui aurait propose ce nom pour la nouvelle maison d'edition, comme le relate i c i Jean-Louis Major: «Parce que, d i s a i t - i l , nous etions six le jour ou nous en avons decide la creation et nous ne nous entendions pas sur les noms proposes. L'Hexagone a r a l l i e tout le monde.» Miron lui-meme corrobore ce temoignage de Jean-Guy PiIon mais en ajoutant au nom toute une surcharge symbolique. Ce sera pr^cisement le destin de l'Hexagone de reunir, autour d'une designation aussi neutre, les valeurs et les aspirations de toute une generation l i t t e r a i r e . (177) II faut toutefois souligner i c i que l'hexagone est employe m6taphoriquement pour designer en outre «la France metropolitaine (a cause de la forme de la carte de la France, qu'on peut inscrire dans un hexagone)», comme l'indique le dictionnaire Le petit Robert. Cependant, cette parente metaphorique demeure obscure. En effet, les etudes consult^es passent sous silence cet aspect du symbole onomastique pour insister surtout sur sa quality g6om6trique, comme en temoigne cette presentation de David M. Hayne au colloque intit u l e «La Poesie de l'Hexagone: evolution, signification, rayonnement», tenu en 1979: L'Hexagone est une forme geometrique, un polygone ayant six angles et six cotes. Les six angles n'etant pas necessairement identiques, les six cotes peuvent etre d'inegale longueur. . . . L'hexagone dont i l s'agit i c i a toujours resiste a 1'encadrement, car i l n'est nullement regulier. Au contraire, i l s'est transforme presque imperceptiblement en quadrilatere au mois de j u i l l e t 1956, et s'est mu6 en pentagone cinq ans plus tard. Polygone prot^iforme, en effet, puisque sa forme actuelle est apparemment triangulaire. (9) Quoi qu'il en soit des multiples sens que peut revetir le symbole, ce dernier temoigne de la popularity quebecoise 23 — e t f r a n c a i s e — d e s representations g6om6triques, laquelle contribue sans doute a leur emploi comme emblemes c u l t u r e l s au Quebec. La ferveur c r e a t r i c e et les innovations formelles qu'engendre l e renouveau poetique des anntes 60 a t t i r e r o n t 1'attention des anglophones et meneront a l a fondation d'une revue consacrte a l a traduction des poesies quebecoise et canadienne par les poetes eux-memes. C'est a l'University de Sherbrooke que D. G. Jones fonde, en 1969, l a revue de traduction poetique au t i t r e evocateur: E l l i p s e . Cette figure courbe a deux centres, dont l a circonf6rence est d t f i n i e de facon a ce que l a somme de ses distances s o i t constante pour chaque foyer, propose deux l i t t e r a t u r e s d ifferentes mais jointes en un objet unique dans un rapport d ' e g a l i t t . E l l e propose done une representation de l a traduction qui s ' i n s c r i t dans l a lign6e des mytaphores relevyes auparavent dans l e discours portant sur l e rapport entre les l i t t e r a t u r e s canadienne et qu6b6coise. Pour Jones, l a traduction repond a une necessity inhtrente au probleme soulevt par Dennis Lee dans «Cadence, Country, Silence»: comment 6 c r i r e sa propre i d e n t i t y dans l'espace c o l o n i a l du Canada anglais, avec une langue faconnte par les experiences et les t r a d i t i o n s d'autres cultures, c e l l e s des colonisateurs britannique et amtricain? Pour l e poete et c r i t i q u e torontois, l a solution reside dans l e paradoxe: «voice can be authentic here only when i t speaks inauthenticity with art» (Lee 82). En cela, i l r e j o i n t les poetes qu6b6cois reunis autour de Gaston Miron, co-fondateur et directeur des Editions de l'Hexagone, qui affirme dans L'homme r a p a i l l e que «la langue est 24 le fondement meme de l'existence d'un peuple» (124) et revendique plus qu'une langue maternelle, «une langue qui soit aussi natale» (118). C'est done une problematique identitaire commune aux poetes anglophones et francophones que Jones propose de traduire «so that we may exist, so that our particular identity may be recognized and reinforced in each other's eyes» (77). 1 0 Selon Richard Giguere, de 1'Universite de Sherbrooke, ce climat d'echange createur fera en sorte que «la traduction l i t t 6 r a i r e se developpe vraiment au Canada a partir des annees 60 . . . surtout durant la periode 1965 a 1975, les evenements d'octobre 1970 jouant le role d'un catalyseur» (58). 1 1 L'intense travail de traduction poetique des annees 70 nourrira une importante reflexion sur la nature de cette activite. C'est ainsi que le poete quebecois Jacques Brault publie en 1975 un recueil de ses traductions de poetes canadiens-anglais Poemes des quatre cot6s. dans lequel i l expose son approche centred sur le concept de nontraduction, formule qui ne va pas sans rappeler les «Notes sur le non-poeme et le poeme» (122) du poete que Brault appelle «Miron le magnifique» . 1 2 Nontraduire, c'est f i d e l i t e qui aspire a l ' i n f i d ^ l i t e . Un texte nontraduit reste trouble (trouble/troublant), i l n'arrive pas a departager sa dependance et son independance. Son projet (oriente vers la lecture) se rattache a son trajet (d'ecriture), son origine oriente ses choix. Mais ceux-ci, a leur tour, l'eloignent de son commencement. Un sens-fils cherche a tuer le sens-pere pour enfin laisser etre la relation pere-fils comme tierce r6alit6, la seule d^sormais viable. (34) Le texte ainsi nontraduit «se trouve quelque part, dans le passage, dans 1'inter-texte» (95). La traduction, degagee de sa responsabilite d'imiter, se voit done accordee une certaine 25 autonomie c r t a t r i c e dont b t n e f i c i e r a i t l a langue d'arrived: «Langue suspendue entre deux certitudes maintenant problt-matiques, langue qui reconnait alors sa d i f f i c u l t ^ d'etre. Et sa raison d'etre. Une langue qui se refuse a p a r e i l l e 6preuve est d'ores et d6ja condamnee. Morte» (15). C'est a i n s i que se trouve renverst 1'argument habituel voulant que l a traduction porte prejudice a l a langue-cible expos6e aux influences de l a langue-source. Ce renversement aurait pour e f f e t de r e l i a b i l i t e r une a c t i v i t y jug£e douteuse, comme l e souligne Brault au dtbut de son ouvrage: «Nous n'aimons n i traduire n i etre t r a d u i t s . Et nous n'avons pas toujours et tout a f a i t t o r t . Les c l e f s de l a traduction appartiennent aux puissants. S ' i l n'y a pas de langue mondiale, i l y a des langues colonisatrices» (16). Brault ne f a i t qu'effleurer i c i un aspect fondamental de l a question, n6glig£ jusque-la dans l e discours dont l a traduction l i t t e r a i r e f a i t l'objet et sur lequel se penchera bientot un autre c r i t i q u e qutbtcois. En 1977, dans les pages de l a revue E l l i p s e , p a r a i t 1 ' a r t i c l e de Ben-Zion Shek i n t i t u l e «Quelques reflexions sur l a traduction dans l e contexte s o c i o - c u l t u r e l canado-queb6cois», dans lequel l'auteur, oeuvrant au University College de Toronto, attribue a l a traduction pratiqute en contexte canadien une valeur symbolique qui s e r a i t au coeur meme de l a problematique canado-qu6b6coise. Selon Shek, depuis l e tout d6but du regime britannique, les documents-cles de l ' h i s t o i r e du Canada, t e l s l a Proclamation royale de 1763, l'Acte de Quebec, l'Acte constitutionnel, l e rapport Durham, l'Acte de l'Union, l'Acte de l'Amtrique du Nord britannique, l e Statut de 26 Westminster, a i n s i que l e s textes des deux ref^rendums sur l a conscription, ont ete r6diges d'abord en anglais puis t r a d u i t s en francais. . . . L a traduction a sens unique a reproduit les rapports r e e l s dominants-domines de l a conjoncture m i l i t a i r e , en premier l i e u , puis et par consequent, p o l i t i q u e et economique. ( I l l ) Dans ce contexte «diglossique», ou 1'anglais j o u i t d'une super i o r i t y hierarchique par rapport au francais, on comprend que l a traduction l i t t e r a i r e s o i t pratiquee en plus grand nombre chez les anglophones, dont l a langue n'est pas menacee et qui peuvent emprunter sans risque d'acculturation. II en va tout autrement pour l e s francophones qui sont deja obliges de traduire quantite de textes p o l i t i q u e s , administratifs, techniques ou commerciaux et pour qui l'emprunt represente un danger et «une perte d'efforts dans une entreprise marginale, du point de vue de l a l u t t e pour l a survie d'une langue et d'une culture minoritaire» (112). D'autant plus que cette d i g l o s s i e e n t r a i n e r a i t une compensation par «inversion ideologique du rapport de force» (114), a savoir l e denigrement du Canada anglais et 1 ' i d e a l i -sation du Quebec francais par les Quebecois. Dans un t e l contexte, l a disproportion du nombre de traductions l i t t e r a i r e s au Quebec et au Canada n'a r i e n d'etonnant. De plus en plus de Quebecois francophones ne veulent plus «traduire» ce qu'a d i t «l'autre», a l ' i n t e r i e u r de structures p o l i t i q u e s et economiques d'i n e g a l i t e . l i s aimeraient que l a langue francaise devienne a l a f o i s langue de «depart» et langue d'«arrivee» pour sauvegarder leur existence nationale et c u l t u r e l l e . (116) D' a i l l e u r s , n'a-t-on pas deja reproche aux Quebecois d'etre «un peuple de traducteurs»? 1 3 Et ne les enjoindra-t-on pas bientot de renoncer a l a traduction? Comme l e d i r a un personnage 27 de l a piece de Jean-Claude Germain A Canadian Play/Une p l a i e canadienne: «Cessez de traduire. II faut se di r e soi-meme s i on ne veut pas etre d i t par les autres» (52). A i n s i va l'adage traduttore traditore,14 de plus d'une facon. II faut souligner i c i que l e ressentiment dont l a traduction f a i t l'objet semble v i s e r plus particulierement l e Canada anglais. En e f f e t , dans l e domaine du theatre, l a traduction quebecoise est une pratique f o r t active puisqu'elle reprtsente 156 des 256 pieces ttrangeres pr6sent6es entre 1968 et 1988, par les sept theatres qu6becois qu'Annie Br i s s e t a recenses dans Sociocritique de l a traduction: theatre et alt6rit£ au Quebec (1968-1988) (70-71). Les autres traductions venaient de France. De ces 256 pieces e c r i t e s en langues etrangeres, dont 177, s o i t 69 % en anglais, quatre t i t r e s seulement provenaient du Canada anglais, l a majorite des emprunts anglo-saxons etant r t p a r t i e entre les Etats-Unis et l a Grande-Bretagne (75-76). Alain-Michel Rocheleau releve un ph6nomene s i m i l a i r e au niveau des productions du theatre d'6t6, dont presque l a moitit du repertoire pr6sent6 entre 1976 et 1980 6 t a i t constitut de traductions, lesquelles p r i v i l t g i a i e n t les importations d'Angleterre et des Etats-Unis (803). Meme en tenant compte du f a i t que l e theatre est un genre moins pratique au Canada anglais, ces c h i f f r e s demeurent r6v61ateurs du peu d'interet qu'on porte au Quebec a l a dramaturgie canadienne. Reprenant 1'argument de Shek, E.D. Blodgett soutient dans Configurations: Essays on the Canadian Literatures que cette d i g l o s s i e du contexte canado-quebtcois doit aussi etre prise en compte par l a c r i t i q u e l i t t e r a i r e : «any l i t e r a r y framework that 28 assumes equality of status between these two c u l t u r a l groups mistakes the nature of the relationship» (32). II ajoute que l e souhait exprime par Jones de transcender l e dilemme canadien au moyen de l a traduction est voue a l'echec aussi longtemps que l e Quebec n'aura pas acquis un statut plus independant et done plus viable au niveau c u l t u r e l . Selon l u i , l a ve r i t a b l e tache c o n s i s t e r a i t non pas a vouloir reunir en gommant les differences, mais plutot a preserver l e pluralisme c u l t u r e l et les fro n t i e r e s l i n g u i s t i q u e s q u ' i l impose: «To preserve that border i s , paradox as i t may appear, the national Canadian task» (34). Commentant 1'observation d'Andr6 Brochu, selon lequel «Le grand probleme, toujours actuel, du peuple quebecois, c'est son absence de frontieres» (66), Blodgett empruntera l a formule l a p i d a i r e de Robert Frost: «Good fences, I believe, do indeed make good neighbours» (34). Et c'est peut-etre l a que l a traduction l i t t e r a i r e a t t e i n t sa plus grande pertinence dans l e contexte canado-quebecois puisqu'elle contribue a l a f o i s a preserver l a fro n t i e r e l i n g u i s t i q u e et a l a traverser, a l a condition to u t e f o i s , comme l e f a i t remarquer Blodgett, d'eviter 1'assimilation en evitant l a s i m i l a r i t y . Thus Gaston Miron would not, for example, be made to appear anglophone; nor would anglophone text be made to appear francophone and so i n f i l t r a t e under the cover of language the l i t e r a t u r e of Quebec. Difference would be preserved through d i a l e c t i c a l exchange, and so meet somewhere between the view of Jones and Shek. ("How Do You Say" 25) Comment, cependant, c o n c i l i e r cette intention avec l'imperatif de transparence voulant que l a traduction se l i s e comme un texte o r i g i n a l , congu d'abord dans l a langue d'arrivee? 29 Car c'est cette conception de l a traduction qui est encore l a plus gentralement admise et, par consequent, l a plus repandue. II s ' a g i r a i t done i c i d'atteindre un eq u i l i b r e tres d e i i c a t dans un projet audacieux, certes, mais certainement possible, comme l e prouvent les traductions «familierement strange[s]» (16) des Poemes des quatre cotes de Jacques Brault. II faut d i r e que l a poesie se prete bien a ce type d'experimentation, contrairement aux autres genres l i t t e r a i r e s , plus particulierement au theatre ou les dialogues doivent souvent tendre au plus grand naturel dans l a langue pariee. Si 1'attitude quebecoise envers l a traduction l i t t e r a i r e en est surtout une de mefiance, c'est que l a traduction est une a c t i v i t y langagiere essentiellement p o l i t i q u e , comme l e souligne Larry Shouldice dans 1 ' a r t i c l e i n t i t u l e «0n the P o l i t i c s of Li t e r a r y Translation i n Canada». Paru en 1983, cet a r t i c l e t r a i t e du fonctionnement du programme d'aide a l a traduction l i t t e r a i r e mis sur pied par l e Conseil des arts du Canada en 1972. L i t e r a r y t r a n s l a t i o n i s p o l i t i c a l because language i s p o l i t i c a l , and i t i s p a r t i c u l a r l y p o l i t i c a l because the rela t i o n s h i p of English to French i n t h i s part of the world i s p a r t i c u l a r l y p o l i t i c a l . (77) On ne peut nier en e f f e t que tout ce qui touche a l a question des langues o f f i c i e l l e s en contexte canadien souleve invariablement l a controverse et implique des prises de position pol i t i q u e s et ideologiques. Parce que les rapports de force au Canada sont intimement l i e s a cette d u a l i t e l i n g u i s t i q u e , l a traduction l i t t e r a i r e se charge necessairement de fortes 30 connotations p o l i t i q u e s . Et s i e l l e represente une menace pour l a minorite francophone, c'est qu'elle y est percue comme un o u t i l p o l i t i q u e dangereux. Selon Larry Shouldice, cette perception s e r a i t fondee: Knowledge, they say, i s power; and i n a s i t u a t i o n involving two l i n g u i s t i c communities i t i s t r a n s l a t i o n that makes t h i s power widely accessible. . . . Translation provides a means of penetration and possession, a necessary step i n the process of becoming informed, of preparing responses, and of exerting con t r o l . (79) Shouldice n'est pas convaincu que l e succes r e l a t i f de l a traduction vers 1'anglais s'explique uniquement par les arguments habituels voulant que l e dynamisme de l a l i t t e r a t u r e queb6coise des annees 60 et 70 a t t i r e 1'attention, meme a l'etranger; que les Canadiens anglais achetent et l i s e n t plus de l i v r e s que les Franco-Quebecois; et, finalement, que ces derniers sachent l i r e 1'anglais. I would nevertheless argue that much of English Canada's int e r e s t i n Quebec l i t e r a t u r e stems from a p o l i t i c a l impulse, and that t h i s helps explain the r e l a t i v e p r o l i f e r a t i o n of translations from Quebec. As Hubert Aquin might have expressed i t , l i t e r a r y t r a n s l a t i o n i n our federal system i s a form of c u l t u r a l appropriation. (80) D'a i l l e u r s , toujours selon Shouldice, les motivations des traducteurs et traductrices ne peuvent echapper a une certaine determination p o l i t i q u e : I t i s not uncommon, I think, for English Canadians to view t r a n s l a t i o n as a means of fostering national unity; and while t h i s i s no doubt true of some French Canadians as well, one senses i n the l a t t e r a more pronounced impulse to in t e l l i g e n c e gathering for st r a t e g i c defence purposes: "love thy neighbour" on the one hand, and "know thy enemy" on the other. (75) 31 Dans l e contexte p o l i t i q u e canadien, i l ne faut done pas s'6tonner que l a fonction et les enjeux de l a traduction l i t t e r a i r e soient percus de facons f o r t divergentes par les communautes francophone et anglophone: alors qu'elle suscite l a m6fiance des Franco-Qu6b6cois, on l a d i t motived chez les Canadiens anglais par une c u r i o s i t e f r a t e r n e l l e . S ' i l f a l l a i t 61ire un symbole qui a su gagner l e s faveurs des c r i t i q u e s et traducteurs canadiens-anglais, ce s e r a i t c e l u i que propose John Glassco dans son introduction au r e c u e i l The Poetry of French Canada i n Translation public en 1970: The devoted t r a n s l a t o r of poetry w i l l not be balked: he i s possessed by the necessity of making a t r a n s l a t i o n . . . of communicating h i s experience to those of another tongue; and when he succeeds, as he sometimes does, the sense of achievement i s that of poetic creation i t s e l f . At worst he has made a bridge of sorts, (xxi-xiv) Comme l e f a i t remarquer Kathy Mezei, de Simon Fraser University, dans un a r t i c l e i n t i t u l e «Translation as Metonomy: Bridges and Bilingualism», «Since the 1950s, p a r t i c u l a r l y i n the context of the Quiet Revolution, the 1970 October C r i s i s , and the r i s e of the P a r t i quebtcois, English-Canadian translators have proclaimed a p o l i t i c a l mission to "bridge" the two solitudes» (88). En e f f e t , c'est a p a r t i r de 1967 que l a mttaphore canadienne-anglaise voulant que l a traduction s o i t «a possible bridge over the gap of language between English and French Canadian writing» (Dudek and Gnarowski, c i t 6 s par Mezei 89) est mise a l'honneur dans les Merits canadiens-anglais sur l a traduction l i t t e r a i r e . C'est aussi l a ptriode ou s'exprime un f o r t sentiment n a t i o n a l i s t e canadien-anglais, qui coincide avec l e centenaire de 32 l a Confederation et qui sera exacerbe par les manifestations, parfois violentes, du nationalisme quebecois. Employed, entre autres, par Louis Dudek et Michael Gnarowski en 1967 et par G.V. Downes en 1973 pour presenter l a poesie en traduction, l a metaphore du pont est reprise par Stratford pour l e t i t r e d'un a r t i c l e paru en 1983, «Literary Translation: A Bridge Between Two Solitudes», puis par Jean D e l i s l e dont l e l i v r e sur l ' h i s t o i r e du Bureau des traductions du gouvernement canadien porte un t i t r e bilingue f o r t representatif: Au coeur du trialogue canadien: Bureau des traductions 1934-1984/Bridginq the Language Solitudes: Translation Bureau 1934-84. Alors qu'on i n s i s t e en francais sur l e ro l e de l a traduction comme t i e r s agent necessaire au proces de communication, une communication plutot singuliere du reste puisqu'on doit l a designer par un neologisme, ce t i t r e i n v i t e les anglophones a une cordiale rencontre des solitudes l i n g u i s t i q u e s . Kathy Mezei empruntera a son tour l a metaphore de Glassco pour 1 ' a r t i c l e i n t i t u l e «A Bridge of Sorts: The Translation of Quebec Literature into English», paru en 1985, et dans lequel e l l e concoit l a traduction comme une des rares formes d'interaction entre les ecrivains canadiens et quebecois, lesquels demeurent l e plus souvent i s o l e s dans une indifference mutuelle. Dans un a r t i c l e paru en 1990 et i n t i t u l e «Rites of Passage: Translation and Its Intents», Sherry Simon questionnera toutefois l a representativite de cette v i s i o n de l a traduction comme agent de f r a t e r n i s a t i o n entre les communautes anglophone et francophone du Canada: Despite the sheer mass of tr a n s l a t i o n a c t i v i t y and i t s obvious incidence on i n t e r c u l t u r a l r e l a t i o n s , t r a n s l a t i o n 33 has not been a popular subject of investigation i n c u l t u r a l studies. Too c l o s e l y associated with humanistic ideals of transparence and tolerance, too obviously linked to the p o l i t i c a l sphere (the f i n a l r esting place of language issues i n Canada), the subject of t r a n s l a t i o n f o r a long time conjured up pious images of bridges and brotherhood, c l e a r l y out of sync with the r e a l i t i e s of Canadian c u l t u r a l p o l i t i c s . (96) Proctdant a une analyse c r i t i q u e de cet emploi metaphorique, Kathy Mezei commentera les perceptions f o r t divergentes dOnt cette figure de s t y l e f a i t l 'objet: De facon g6n6rale, les Canadiens anglais percoivent favorablement l e f a i t de jeter des ponts entre les differences, tandis que les 6crivains qu6b6cois y sont l e plus souvent d6favorables, l e pont 6tant instrument d'invasion et d'assimilation. («Translation as Metonomy» 85) E l l e verra toutefois 1'Emergence de nouvelles images dans l'echange entre l e s t c r i v a i n e s feministes qutbecoises et canadiennes, dont, entre autres, une figure a caractere 6rotique proposed par Nicole Brossard dans French Kiss: «Sa langue dans l a bouche de l'autre . . .» (Brossard, cit6e par Mezei 94). Que ce texte francais porte un t i t r e anglais dans lequel figure l e mot «francais» en anglais t6moigne, en outre, des jeux de miroir que le texte met en oeuvre et de 1'aspect ludique dont l'6change est i c i i n v e s t i . Comme Kathy Mezei l e f a i t aussi remarquer, «literary t r a n s l a t i o n t r i e s to bridge the gap between the two cultures but, s i m i l a r to i t s public counterpart, imposes an interpretation of one culture upon another» ("A Bridge" 206). C'est en e f f e t une consequence inevitable de 1'operation traduisante. Puisqu'on ne peut tout traduire, n i de toutes les faeons, i l faut n6cessai-rement optrer des choix, d'abord au niveau de l a s e l e c t i o n des 34 oeuvres, puis au niveau des procedes employes. Ces choix dependent de facteurs multiples et complexes ou interviennent des contraintes d'ordres p o l i t i q u e , s o c i o - c u l t u r e l , economique et i n d i v i d u e l . En outre, ces choix proposent une interpretation, favorisent certaines valeurs, certaines representations, pour en exclure d'autres. Par exemple, les rares traductions anglaises produites avant les annees 50 pr6sentaient une image du Quebecois qui repondait a deux stereotypes: «continental a r i s t o c r a t s dwelling i n manor houses resembling French chateaux, and quaint and rude peasants» (Mezei, "A Bridge" 206). Puis, au d6but des annees 70, «Michel Tremblay perpetue pour les anglophones un fantasme, c e l u i d'une certaine v i s i o n de l a societe quebecoise des annees prec^dant l a Revolution Tranquille [ s i c ] " (saint-Pierre 65). Selon Jane Koustas, de Brock University, cette v i s i o n pittoresque du Quebec dont les anglophones ont l a nostalgie a l a vie dure. Dans 1 ' a r t i c l e i n t i t u l e «From "Homespun" to "Awesome": Translated Quebec Theatre i n Toronto» publie en 1995, e l l e demontre que les pieces quebecoises presentees en traduction anglaise a Toronto de 1951 jusqu'au milieu des annees 80 souffraient de ce que Pierre Hebert appelle «le syndrome de Krieghoff» et q u ' i l d e f i n i t a i n s i : «cette perpetuation du mythe selon lequel l e Canadien francais est j o v i a l , anime certes mais aussi grossier, anarchique, irrespectueux des conventions, insubordonne» (Hebert, c i t e par Koustas 85). A i n s i , r e j e t a i t - o n le contenu n a t i o n a l i s t e et fermait-on les yeux sur les implications p o l i t i q u e s des pieces empruntees pour se concentrer 35 sur une representation du Quebec plus familiere au public torontois. Selon Richard Giguere, toutefois, l a «v6ritable "dtcouverte" par certains Canadiens de l a l i t t e r a t u r e et de l a culture qutbtcoises a l i e u dans les annees soixante, a 1'occasion de ce qu'on a appelt l a revolution [ s i c ] tranquille» (Giguere 58). D ' a i l l e u r s , toujours selon Giguere, cette nouvelle image du Quebec sera dtterminante puisque son etude s t a t i s t i q u e du corpus l i t t e r a i r e t r a d u i t avant 1982 l'amene a conclure que «les anntes soixante servent de base, de norme, de mesure, de point de reference pour traduire l a l i t t y r a t u r e qu6b6coise» (58). De l a meme maniere, les pieces emprunttes a 1'stranger par l e systeme l i t t e r a i r e qutbtcois a une tpoque d'affirmation n a t i o n a l i s t e p r i v i l e g i e n t l e spectacle d'un heros aliene par des forces exttrieures opprimantes dont i l doi t s'affranchir: l a f a m i l l e , l a r e l i g i o n , les classes social e s , des structures economiques et p o l i t i q u e s tcrasantes. Ces representations o f f r e n t en outre l'avantage de permettre l'emploi d'une langue d'arrived franco-qu6b6coise portant des marques d i a l e c t a l e s tres prononctes. Qui plus est, selon Annie B r i s s e t , «la q u t b t c i t t qui se projette sur l e texte stranger exige un abaissement s o c i a l des protagonistes pour j u s t i f i e r qu'on les fasse parler suivant un mode d'expression d i s t i n c t du franco-frangais» («Le public et son traducteur» 16). A i n s i , les images qu'emprunte l a traduction pour reveler une culture ttrangere sont-elles informers par les representations anttrieures, l e d6ja-su de cette culture, ou par l a fonction specifique a t t r i b u t e a l'oeuvre ttrangere au sein de l a l i t t e r a t u r e d'accueil. F a u t - i l aussi mentionner que ces choix 36 n'echappent pas aux modes, aux preferences personnelles des traducteurs, producteurs ou editeurs a i n s i qu'aux contraintes economiques auxquelles est soumise toute production l i t t e r a i r e ? Un autre point d'interet souleve par Kathy Mezei concerne l e type de textes que l e Canada anglais a emprunte au Quebec par l a traduction l i t t e r a i r e : from the emphasis i n Glassco's anthology on the "revolutionary" poets of the 1930s and 1940s (Garneau, Hebert, Grandbois) and of the 1950s and 1960s (Lalonde, Godin, Chamberland), and from the general trend since the 1960s to translate current and innovative novels, English Canada's i n t e r e s t i n and influence from Quebec, not su r p r i s i n g l y , has been the avant-garde. ("A Bridge" 217) A i n s i , selon Mezei, c'est l a nouveaute proposee, depuis les annees 30, par l a poesie quebecoise et, depuis les annees 60, par l e roman quebecois qui interesse l e Canada anglais. Dans l e meme es p r i t , l a traduction anglaise se tournera ensuite vers une nouvelle avant-garde quebecoise, mettant 1'accent cette f o i s sur le t r a v a i l du langage en tant que materiau a probiematiser et a depouiller de ses attaches phallocentriques. Nous verrons que ce t r a v a i l sur l a langue, s ' i l s'accommode du genre poetique et romanesque, fera toutefois probleme dans l a traduction anglaise du texte de theatre. Au debut des annees 80, avec l'essor que connait l ' e c r i t u r e feministe et l e dynamisme des echanges amorces entre ecrivaines anglophones et francophones l o r s de conferences pan-canadiennes, un dialogue s ' e t a b l i t par l'entremise de l a traduction. En 1984 parait l a revue Tessera, dont l e t i t r e est un anagramme de Tess et de Teresa, nom de l' e c r i v a i n e feministe Teresa de Lauretis et de l a mere symbolique, Sainte-Therese. 1 5 Le terme s i g n i f i e en 37 outre «a small square block used i n mosaic» et «a small square of bone etc. used as a token, t i c k e t , etc.», comme l'indique The Concise Oxford Dictionnary . On pourrait done y v o i r aussi une a l l u s i o n a l a mosaique canadienne. Les quatre fondatrices, Barbara Godard, Daphne Marlatt, Kathy Mezei et Ga i l Scott sont des auteures feministes de Toronto, Vancouver et Montreal qui partagent les o b j e c t i f s suivants: a) to publish feminist theory and language-centred writing focused on the feminine, to publish writing which transgressed genre boundaries and which challenged the innumerable thematic studies of images of women i n Canadian Literature with i t s shadowing of t r a d i t i o n a l Canadian l i t e r a r y c r i t i c i s m devoted to landscape, weather, s u r v i v a l b) and to intermingle—with a certa i n endearing i d e a l i s m — the writings of English-Canadian and Quebec feminists. (Godard, Collaboration 14,15) L'entreprise de traduction procede i c i non plus d'une reaction au des^quilibre entre cultures dominante et dominee, mais d'une volonte de transgresser les l i m i t e s imposees au sens par un langage phallocentrique. La ou 1'operation traduisante s ' e n o r g u e i l l a i t de reproduire un message equivalent dans l a plus grande d i s c r e t i o n , on i n s i s t e maintenant sur l a v i s i b i l i t e du sujet feminin traduisant dans un processus de «transformance». Alors qu'auparavant on misait avant tout sur l a ressemblance, «feminist t r a n s l a t i o n i s difference despite similarity» (Homel and Simon 51). A i n s i , a p a r t i r de textes deconstructionnistes f a r c i s de references c u l t u r e l l e s , de neologismes et de jeux de mots impossibles a reproduire, l a traduction feministe preconise une re-creation dans l a langue d'arrivee et s'affiche comme t r a v a i l d ' i n s c r i p t i o n du feminin dans l'ordre symbolique du langage. En 38 cela, l'acte de traduire sert remarquablement bien l a c r i t i q u e feministe p u i s q u ' i l permet de mettre a dtcouvert les mtcanismes de production du sens. Le tr a n s f e r t semantique d'un code a 1'autre ag i t , en e f f e t , comme optrateur de «differance», dans l e sens derridien, exprimant «le mouvement par lequel tout code li n g u i s t i q u e se constitue "historiquement" comme t i s s u de differences" (Angenot 61). Par exemple, traduisant Amantes de Nicole Brossard, Barbara Godard propose l e t i t r e Loyhers, ce qui permet de subvertir concretement l a prttendue n e u t r a l i t y du terme anglais et de mettre en r e l i e f les «genders of language» (Godard, "Language and Sexual Differences" 17) par une di s t o r s i o n du code l i n g u i s t i q u e . A i n s i , commentera-t-elle, «The feminist t r a n s l a t o r affirming her c r i t i c a l difference . . . flaunts the signs of her manipulation of the text» (Homel and Simon 51). Cette mise a jour des ressources de l a traduction comme l i e u de production et de manipulation du discours contribuera au renouveau thtorique que connaissent les etudes en traductologie dans les anntes 80. Une interrogation de plus en plus in s i s t a n t e dans l e champ c r i t i q u e , dont l a traduction l i t t e r a i r e est investie a cette epoque, est c e l l e de l a mtthodologie a adopter pour rendre compte d'un t e l l e a c t i v i t y avec l a plus grande pertinence. Au Canada, E.D. Blodgett explore assidument cette question et propose en 1982 d'appliquer a 1'etude de l a traduction l i t t e r a i r e l a g r i l l e th6orique d6fin i e par Itamar Even-Zohar de Tel Aviv University. V o i c i , dans les grandes lignes, en quoi consiste cette approche th6orique. E l l e se developpe a p a r t i r d'une notion de systeme dynamique en constante mutation, issue des travaux des Formalistes russes 39 et des St r u c t u r a l i s t e s tcheques (Even-Zohar, "Polysystem" 290). Concevant un systeme comme un ensemble dont «no p a r t i c u l a r part . . . can be analysed i n i s o l a t i o n " (Even-Zohar, "Polysystem" 292), Even-Zohar d e f i n i t a i n s i l e polysysteme l i t t e r a i r e : a heterogeneous open structure . . . a system of various systems which in t e r s e c t with each other and par t l y overlap, using concurrently d i f f e r e n t options, yet functioning as one structured whole, whose members are interdependent. (Even-Zohar, "Polysystem" 290) A i n s i , les ensembles constitues par chaque genre l i t t e r a i r e et par l a l i t t e r a t u r e en traduction s o n t - i l s autant de systemes en constante int e r a c t i o n au sein du vaste ensemble systemique qu'est le polysysteme l i t t e r a i r e . Chaque systeme est compose de plusieurs Elements distribues selon une structure hierarchique ou le centre et les couches peripheriques sont en constante transformation. Au centre, l a norme l i t t e r a i r e dominante, l e canon, «qui regroupe les formes les plus prestigieuses et les plus conservatrices» (Folkart 449), sert de modele aux couches peripheriques, un modele qu'on reproduit non sans l e questionner. Selon une necessite evolutive visant a ev i t e r l a p e t r i f i c a t i o n ou l'evincement par des elements qui echapperaient a son controle, l e centre du systeme doit , avec l'aide de l'a p p a r e i l i n s t i t u -t ionnel dont i l dispose, exploiter les ressources du plus recent modele adopte et, des que son e f f e t de nouveaute s'estompe, en proposer de nouveaux. «Change i s a function of the need f e l t i n the environment of a l i t e r a r y system for the system to be or remain functional» (Lefevere 23). [L]e polysysteme peut etre envisage comme un espace v e c t o r i e l a l ' i n t e r i e u r duquel les dif f e r e n t e s pratiques 40 textuelles sont caracteristes non settlement par leur position relativement au centre mais encore par leur orientation centripete ou centrifuge. (Folkart 449) Au sein du polysysteme, un produit textuel qui «n'a pas d'influence sur des processus majeurs et se modele sur des normes etab l i e s deja conventionnellement selon un type dominant» (Toury, c i t t par Berman 54) est considere comme secondaire. A 1'oppose, un element qui «contribue activement a modeler l e centre du polysysteme» (Toury, c i t e par Berman 54) occupe une p o s i t i o n primaire. Dans cette constante recherche d'innovation, i l a r r i v e qu'un systeme l i t t e r a i r e , q u ' i l s o i t dramaturgique, romanesque ou poetique, a i t a emprunter de nouveaux modeles a d'autres systemes. Ce sera souvent par l'intermediaire de l a traduction que se fera cet emprunt, dont l a fonction dependra des besoins qui l'ont motive. Par exemple, l e texte t r a d u i t aura une fonction secondaire au sein de l i t t e r a t u r e s jouissant d'une longue t r a d i t i o n ou dans un systeme l i t t e r a i r e en p l e i n essor, mais i l pourrait occuper une position primaire dans une jeune l i t t e r a t u r e , a l ' i n t e r i e u r d'un genre l i t t e r a i r e f a i b l e ou dans un systeme l i t t e r a i r e en etat de c r i s e . C'est a i n s i que l a fonction remplie par l a traduction au sein du systeme l i t t e r a i r e qui l a s o l l i c i t e peut etre r e v e i a t r i c e de l ' e t a t de ce systeme. Ce cadre theorique permettra a Blodgett d'attribuer 1'indifference du Quebec envers les e c r i t s du Canada anglais au caractere secondaire de ces derniers: The writing of English Canada had, u n t i l recently, only r a r e l y possessed, to use Even-Zohar's terms, a "primary a c t i v i t y " representing "the p r i n c i p l e of innovation", as opposed to a secondary a c t i v i t y whose r o l e i s to maintain "the established code". ("How Do You Say" 30) 41 Le modele theorique a i n s i predonise o f f r e aussi l'avantage de pouvoir etudier l a traduction pratiquee «under intra-national conditions" ("How do You Say" 33), contrairement aux modeles developpes pour 1'etude des l i t t e r a t u r e s dans l e contexte in t e r n a t i o n a l . En e f f e t , toujours selon Blodgett, les contraintes que subissent les systemes l i t t e r a i r e s dans un 6tat bilingue «are not the same as those that e x i s t between sovereign nations» ("Translation as a Key" 96) et les modeles internationaux ne peuvent rendre compte de l a d i g l o s s i e qui preside aux rapports entre les l i t t e r a t u r e s d'expressions anglaise et francaise du Canada. Non pas que l a dynamique des r e l a t i o n s entre les differentes l i t t e r a t u r e s nationales ne s o i t marquee par des rapports de force de tous ordres, dont l ' a c t u e l l e hegemonie li n g u i s t i q u e de 1'anglais au niveau mondial ou l e d i f f i c i l e affranchissement des l i t t e r a t u r e s post-coloniales, mais cette dynamique se constitue l e plus souvent a p a r t i r de positions d'autonomie nationale. Poursuivant sa r e f l e x i o n sur l e polysysteme et son application a 1'etude de l a traduction l i t t e r a i r e dans l e contexte des l i t t e r a t u r e s canadienne et quebecoise, Blodgett convient de l a pertinence du nouveau paradigme c r i t i q u e elabore par Gideon Toury dans In Search of a Theory of Translation, paru a Tel-Aviv en 1980. The t r a n s l a t i o n becomes the f i e l d that both relates the l i t e r a t u r e s of Canada and problematizes t h e i r r e l a t i o n s h i p . I t also makes i t impossible to speak, as most c r i t i c s do, of these l i t e r a t u r e s as i f there were only one. . . . Another consequence i s that i t permits l i t e r a r y a c t i v i t y to be defined with respect to the systems within which i t operates and with which i t i n t e r f e r e s . ("Towards a Model" 191) 42 A i n s i , puisque l'hypothese fonctionnaliste considere l a traduction comme par t i e integrante du polysysteme l i t t e r a i r e qui l a pratique et dont e l l e est s o l i d a i r e , 1'etude des textes t r a d u i t s permet d'observer l a dynamique propre aux systemes en inte r a c t i o n . En cela, cette approche traductologique presente l'avantage de depasser 1'analyse de textes i s o i e s pour les s i t u e r dans un champ c r i t i q u e incluant l ' a p p a r e i l l i t t e r a i r e qui les produit et, plus recemment, leur contexte s o c i o - c u l t u r e l . En e f f e t , dans son ouvrage Sociocritique de l a traduction: theatre et a l t e r i t e au Quebec (1968-1988) paru 1990, Annie Bri s s e t , de l'Universite d'Ottawa, e i a r g i t l e cadre theorique fonctionnaliste, r e s t r e i n t au polysysteme l i t t e r a i r e , pour y inclure l e contexte s o c i o - c u l t u r e l dans lequel s ' i n s c r i t ce polysysteme. La l i t t e r a t u r e etant percue comme une «formation discursive» a s s u j e t t i e au discours en vigueur dans l a societe d'accueil, l a traduction l i t t e r a i r e est faconnee non seulement par des contraintes d'ordres lingu i s t i q u e s et l i t t e r a i r e s mais aussi par «1'ensemble des codes qui regissent a des degres divers l e discours de l a societe-cible» (26). Chargee de transmettre les valeurs de cette societe a un moment donne de son h i s t o i r e , l a traduction soumet l'oeuvre etrangere aux conditions imposees par l e discours s o c i a l 1 6 qui l ' a c c u e i l l e . A i n s i , selon B r i s s e t , l a traduction du theatre au Quebec entre 1968 et 1988 a eu pour objet non pas de «presenter l'oeuvre etrangere dans ce qu'elle a de s i n g u l i e r ou d'inedit, mais de preter a cette oeuvre etrangere l e dessein de mettre en scene l e " f a i t quebecois"» (312). 43 Portee par cette preoccupation i d e n t i t a i r e , i a traduction remplit d'abord une fonction doxologique. E l l e n'a plus pour objet de transmettre l e discours de l'Etranger, mais d ' u t i l i s e r l'Etranger comme vecteur et caution de son propre discours, c e l u i de 1'emancipation nationale». (312) Le desir d'affirmer une i d e n t i t e nationale franco-quebecoise, des i r dont un des c o r o l l a i r e s d i s c u r s i f s est d'occulter l'autre, a donne naissance a 1'adaptation theatrale, un mode t r a n s l a t i f qui a connu une grande popularity au Quebec p u i s q u ' i l s'appliquait a effacer les marques d ' a l t e r i t 6 du texte etranger pour l u i donner une apparence plus f a m i l i e r e . Le memoire que j ' a i consacre a cette modalite t r a n s l a t i v e , «Les Parametres de l'adaptation theatrale au Quebec de 1980 a 1990», 1 7 t r a i t e des divers procedes d'appropriation par lesquels 1'oeuvre adaptee se constitue en solipsisme, reniant son origine i n t e r t e x t u e l l e pour ne plus renvoyer qu'a elle-meme. Toutefois, 1'ethnocentrisme a f f i c h e par l a traduction theatrale au Quebec ne l u i est certes pas ex c l u s i f puisque Antoine Berman i d e n t i f i e ce principe comme un des t r a i t s dominants de l a traduction t e l l e que nous l a connaissons. En e f f e t , dans l ' e s s a i paru en 1985 sous l e t i t r e «La traduction et l a l e t t r e , ou l'auberge du lointain», Berman soutient que l a traduction pratiquee en Occident est soumise depuis l a Rome antique a deux principes dominants, 1'ethnocentrisme et l'hypertextualite. Traduction ethnocentrique s i g n i f i e : qui ramene tout a sa propre culture, a ses normes et valeurs, et considere ce qui est situe en dehors de c e l l e - c i - l'Etranger - comme n^gatif ou tout juste bon a etre annexe, adapte, pour a c c r o i t r e l a richesse de cette culture. (48-49) 44 La traduction hypertextuelle renvoie a: «tout texte s'engendrant par imitation, parodie, pastiche, adaptation, plagiat, ou tout autre espece de transformation formelle, a p a r t i r d'un autre texte deja existant (49). L'un et l'autre principe sont indis s o c i a b l e s . Toutefois, les modalites mises en oeuvre pour s a t i s f a i r e ces principes varient selon l e l i e u et l'epoque dans lesquels s ' i n s c r i t l'oeuvre traduite. Dans son etude i n t i t u i e e Le t r a f i c des langues: traduction et culture dans l a l i t t e r a t u r e quebecoise, parue en 1994 a Montreal, Sherry Simon, de Concordia University, compare l a visee i d e n t i t a i r e de l a traduction theatrale franco-quebecoise et l a visee ethnographique des traductions romanesques anglo-canadiennes. Plutot que de chercher a occulter l ' o r i g i n e etrangere de l'oeuvre empruntee, l a visee ethnographique «s'applique a l a rendre ouverte et explicite» (52). Comme 1'ethnographe devoilant une culture distante, l e traducteur ou l a traductrice «s'engage a en rendre toute l a verite mysterieuse et fascinante . . . et a donner au texte t r a d u i t toute l a densite de sa s p e c i f i c i t e culturelle» (52). Mettant done l'accent sur l e s marques d'alterite c u l t u r e l l e , «la traduction [anglaise] des oeuvres canadiennes francaises et quebecoises f a i t souvent preuve . . . d'une surconscience de l a difference» (55). De cette traversee des discours sur l a traduction l i t t e r a i r e dans les contextes canadien et quebecois se degagent certains t r a i t s d i s t i n c t i f s quant a l a r e l a t i o n qu'elle i n s t a l l e entre les l i t t e r a t u r e s en cause. Bien que 1'etude des modalites t r a n s l a t i v e s propres aux textes gouvernementaux, commerciaux, techniques et juridiques provient en grande pa r t i e du Quebec et 45 de 1'Ontario, d'Ottawa surtout ou ces types de traduction sont pratiques intensivement, l a traduction l i t t e r a i r e se constitue en objet d'etude pan-canadien et transnational. Malgre l a nette asymetrie dans l e nombre de traductions attribue a chaque communaute li n g u i s t i q u e , ou l a preference va a l a traduction vers 1'anglais, les c r i t i q u e s francophones et anglophones contribuent activement a l a r e f l e x i o n sur les enjeux de l a traduction l i t t e r a i r e au Quebec et au Canada ang l a i s . 1 8 Nous verrons en d e t a i l dans l e troisieme chapitre en quoi consiste l'hypothese fonctionnaliste dans l a version 61argie dont i l a 6te brievement question ci-dessus, puisque c'est ce modele qui a insp i r e une partie de l a methodologie appliquee a cette etude. Mais, auparavant, je m'arreterai a tracer un p r o f i l de 1'ac t i v i t e de traduction au sein des dramaturgies quebecoise et canadienne, l e theatre etant l e genre l i t t e r a i r e qui nous interesse dans l e cadre de cette etude. 46 Notes 1 Voir P h i l i p Stratford, A l l The P o l a r i t i e s : Comparative Studies i n Contemporary Canadian Novels i n French and English (Toronto: ECW, 1986) 3. 2 C e t epigraphe est t i r e de l ' e d i t i o n publi6e en 1945 a Toronto par MacMillan of Canada. 3 Nicole Brossard, «La femme dos a dos,» La nouvelle barre du iour 136/137 (1984): 154. 4 On peut inclure a cette l i s t e l a figure de 1'e l l i p s e , proposed par D. G. Jones comme t i t r e a l a revue de traduction poetique q u ' i l fonde en 1969 et dont i l sera question plus l o i n . 5 Pour 1'etude des diverses positions adoptees dans l a comparaison des l i t t e r a t u r e s canadiennes, v o i r les a r t i c l e s suivants de Cynthia Sugars: "On the Rungs of the Double Helix: Theorizing the Canadian Li t e r a t u r e s , " Essays on Canadian Writing 50 (1993): 19-44; "Prochain Episode; or, Charting Canonical Time," Canadian Review of Comparative Literature 23.4 (1996): 1125-1143. Voir aussi un recent a r t i c l e de Frank Dayey, paru dans Canadian Poetry 40, qui rend compte des premiers debats portant sur l e rapport entre les l i t t e r a t u r e s canadiennes. Voir enfin les a r t i c l e s de Katalin Kurtosi, «Bilinguisme l i t t e r a i r e au Canada,» Cahiers francophones d'Europe Centre-Orientale 1 (1991): 67-72, et "Literary Frontiers within a Country: Canada," Space and Boundaries of Literature/Espace et fron t i e r e s de l a l i t t e r a t u r e . Proceedings of the X l l t h Congress of the International Comparative Literature Association/Actes du X l l e congres de 1'Association Internationale de L i t t e r a t u r e Comparee (Munich: Iudicium, 1990) 147-152, a i n s i que l ' a r t i c l e de Rainier Grutman, «Le bilinguisme l i t t e r a i r e comme r e l a t i o n intersystemique,» Revue Canadienne de l i t t e r a t u r e comparee 27.3/4 (1990): 67-72. 6 Cette expression est empruntee a John Glassco et t i r e e de son introduction a l a premiere anthologie de poemes quebecois tra d u i t s en anglais, i n t i t u i e e The Poetry of French Canada i n Translation (Toronto: Oxford UP, 1970) xiv. 7 Pour un apercu de l a si t u a t i o n de 1760 a 1860, v o i r 1'intro-duction de P h i l i p Stratford a son ouvrage Bibliographie de l i v r e s canadiens traduits de 1'anglais au francais et du francais a 1'anglais/Bibliography of Canadian Books i n Translation: French to English and English to French. 2e ed. (Ottawa: Conseil canadien de recherches sur les humanites, 1977). Voir aussi 1'ouvrage de Jean D e l i s l e La traduction au Canada/Translation i n Canada (Ottawa: Les Presses de l'Universite d'Ottawa, 1987). 8 Pour une analyse detainee, v o i r David M. Hayne, "Li t e r a r y Translation i n Nineteenth-Century Canada," Translation i n Canadian Lite r a t u r e : Symposium 1982, ed. Camille La Bossiere (Ottawa: U of Ottawa P, 1983) 35-47. 47 9 Jo-Anne Elder v o i t dans cette recurrence l ' e f f e t d'une t r a d i t i o n canadienne negativiste: «With t y p i c a l l y Canadian irony, a t r a d i t i o n has begun: i t i s a t r a d i t i o n of negating the ex i s t i n g tradition.» "The Non-Tradition of Translation and The Tradition of Non-Translation," E l l i p s e 51 (1994): 25. 1 0 Voir aussi 1'important a r t i c l e de D. J . Jones "Grounds fo r Translation," E l l i p s e 21 (1977): 58-91. 1 1 A l a suite de 1'enlevement du commissaire britannique James Cross et du ministre quebecois Pierre Laporte par l e Front de l i b e r a t i o n du Quebec en octobre 1970, l e gouvernement federal proclamait l a Loi des mesures de guerre et accordait a i n s i des pouvoirs exceptionnels a l'armee canadienne au Quebec. Bien que l a Loi a i t ete suspendue en decembre 1970, des mesures temporaires furent en vigueur jusqu'a l a f i n d ' a v r i l 1971. 1 2 T i t r e d'une presentation, puis d'un a r t i c l e de Brault paru dans L i t t e r a t u r e canadienne-francaise (Montreal: Les Presses de 1'Universite de Montreal, 1969) 143-80. 1 3 «Que nous l e voulions ou non, nous sommes un peuple de traducteurs» affirme L6on Lorrain, dont les propos sont rapportes par Pierre Daviault dans «Une culture d'emprunt,» Le choc des langues au Quebec (1760-1960), ed. Guy Bo u t h i l l e r et Jean Meynaud (Montreal: Les Presses de 1'Universite de Montreal, 1971) 716. 1 4 Cet adage i t a l i e n s i g n i f i e que l a traduction est une trahison. 1 5 Voir Collaboration i n the Feminine: Writings on Women and Culture from Tessera. Ed. Barbara Godard. (Toronto: Second Story, 1994) 12. 1 6 Marc Angenot d e f i n i t a i n s i l e discours s o c i a l : «tout ce qui se d i t et s ' e c r i t dans un etat de societe, dans l a mesure ou cet ensemble n'apparait pas comme compose d'enonces ai e a t o i r e s , mais au contraire, regie par des conventions et p r i s dans des configurations ideologiques.» Glossaire pratique de l a c r i t i q u e contemporaine (Montreal: Hurtubise, 1979) 63. 1 7 Memoire depose a 1'Universite de Montreal en 1991, dans l e cadre d'un programme de maitrise en traduction. 1 8 Pour un historique de l a traduction l i t t e r a i r e au Canada et un compte rendu d e t a i l i e des e c r i t s dont e l l e a f a i t 1'objet dans les deux langues o f f i c i e l l e s , de 1950 a 1986, v o i r l'ouvrage de Kathy Mezei Bibliography of C r i t i c i s m on English and French L i t e r a r y Translations i n Canada/Bibliographie de l a c r i t i q u e des traductions l i t t e r a i r e s anglaises et francaises au Canada. Cahiers de traductologie 7, Ottawa: Les Presses de 1'Universite d'Ottawa, 1988. 48 Chapitre 2 LA TRADUCTION DU THEATRE Comme nous avons pu l e remarquer dans l e chapitre precedent, l a r e f l e x i o n sur l a traduction l i t t e r a i r e dans les contextes canadien et quebecois s'inspire, presque en t o t a l i t e , de deux genres p r i v i l e g i e s : l e roman et l a poesie. Les etudes s t a t i s t i q u e s effectuees par P h i l i p Stratford en 1977 et par Richard Giguere en 1982 sont eloquentes a ce sujet. Revenons un instant aux r e s u l t a t s obtenus par Stratford: 178 t i t r e s d'oeuvres l i t t e r a i r e s et d'anthologies qu6becoises en traduction anglaise, dont 101 romans et 7 anthologies de romans, 21 r e c u e i l s de poesie, 16 anthologies de poesie et 12 anthologies de poesie et prose et, en dernier l i e u , 21 pieces de theatre. Du cote des t i t r e s canadiens en traduction francaise, Stratford recense 83 t i t r e s , dont 73 romans et 1 anthologie de romans, 3 r e c u e i l s de poesie, 1 anthologie de poesie et 2 anthologies de poesie et prose a i n s i que 3 pieces de theatre. S i l ' e c a r t entre l e theatre et l a poesie est s i mince, c'est qu'on n'a pas tenu compte de l a revue E l l i p s e , qui a f a i t p araitre 21 numeros entre 1969 et 1977, parmi lesquels figurent 16 numeros d'auteurs dont chacun est consacre a un poete francophone et un poete anglophone. C'est done une pratique tres active qui aurait pour e f f e t d ' i n s c r i r e l a poesie comme second genre l i t t e r a i r e p r i v i l e g i e par l a traduction, apres l e roman, pour chaque repertoire. Cinq ans plus tard, Richard Giguere effectue un autre recensement dans lequel l e roman compte 158 t i t r e s quebecois et 115 t i t r e s anglo-canadiens traduits avant 1981 («Traduction l i t t e r a i r e et "image"» 49 53). On v o i t i c i que l'£cart a 16gerement diminu6 dans l e nombre de traductions romanesques pour chaque communaut6. Meme chose pour l a poesie, toujours selon Giguere, puisque l e nombre de publications de r e c u e i l s canadiens en traduction est pass6 de 3 a 9 en 1981, alors q u ' i l est demeur6 a peu pres inchange pour les r e c u e i l s qu6b6cois t r a d u i t s , s o i t 21 plus quelques plaquettes contenant de s i x a neuf poemes (48). Le cas du theatre, cependant, demeure f o r t problematique. En e f f e t , l a profonde asymetrie relevee en 1977 dans l e nombre des traductions d'oeuvres dramatiques i r a en s'accentuant. V o i c i l e commentaire que f a i t Giguere a ce propos, en 1982: Je ne m'attarderai pas a l a traduction t h t a t r a l e de l'anglais au francais pour l a bonne raison qu'elle n'existe a peu pres pas. Ce qui a ete t r a d u i t jusqu'a present au Quebec l ' a 6te pour des raisons essentiellement egocentriques: ce sont des pieces qui comme Charbonneau et l e Chef portent sur l e Quebec ou sur un c e r t a i n milieu montr6alais, comme c'est l e cas de David Fennario. Ou alo r s , i l s'agit d'une piece qui a connu un succes international comme Fortune and Men's Eyes. (55) Du cot6 de l a traduction vers 1'anglais cependant, l a s i t u a t i o n est tout autre: Giguere recense 14 auteurs et une trentaine de pieces qu6b6coises en traduction anglaise avant 1981 (55). Pour l a meme epoque, l'6tude s t a t i s t i q u e qui va suivre indique q u ' i l y aurait eu 47 pieces franco-queb£coises en traduction produites ou publi6es au Canada et 10 pieces anglo-canadiennes produites ou publi^es en traduction au Quebec. Cet 6cart t i e n t , selon Giguere, de l a nature meme de l'oeuvre dramatique. «L'actualit6 du sujet et l e succes aupres du public sont les deux grandes l o i s quand i l s'agit de traduire du th6atre» (56). 50 En e f f e t , l'oeuvre dramatique est soumise a.des modalited de communication et de reception qui l u i sont p a r t i c u l i e r e s : tout en procedant de l ' e c r i t u r e , e l l e est transmise oralement a un public qui l a r e c o i t et l a juge imm^diatement. A l a difference des autres genres l i t t e r a i r e s , qui sont pergus a travers une demarche et un rythme personnels m u l t i p l i e s au long des annees et parfois des s i e c l e s , l e theatre s'adresse a une communaute donnee, a un moment precis de son h i s t o i r e . Art de l'ephemere par excellence, l e theatre d o i t aussi tout reveler «dans les l i m i t e s du temps et dans l'espace c i r c o n s c r i t de l a representation" (Spickler x i ) . Cette imm^diatete impose au produit theatral une certaine economie qui l e pousse a adherer de pres au contexte socio-c u l t u r e l de l a c o l l e c t i v i t e vised. Au Quebec, l e theatre j o u i t en outre d'un statut p r i v i l e g i e au sein des arts p u i s q u ' i l est, avec l a chanson, l e genre qui permet l e mieux d'affirmer l a s p e c i f i c i t e de l a langue franco-quebecoise, laquelle se distingue avant tout du franco-francais par ses caracteristiques orales. A i n s i , a une epoque de ferveur n a t i o n a l i s t e , l e theatre se pretera avantageusement a l ' a f f i r m a t i o n d'une i d e n t i t e quebecoise liberee de ses attaches francaises et d i s t i n c t e dans ses usages li n g u i s t i q u e s . Anim§ d'un remarquable dynamisme depuis 1968, annee marquee par l a creation des Belles-soeurs de Michel Tremblay et l e triomphe du «joual» sur les scenes qu6bedoises, l e theatre deviendra le genre f a v o r i de l a traduction l i t t e r a i r e , phenomene dont l a percee coincide avec 1'emergence d'une dramaturgie qui se q u a l i f i e de quebecoise et dont une p a r t i c u l a r i t e est de porter sur l a scene une langue propre, demarquee du franco-francais. (Brisset, «Ceci n'est pas une trahison» 12) 51 C'est ce dynamisme du theatre qu6b6cois qui aura a t t i r e 1'attention du Canada anglais, dont l a dramaturgie connait un d^veloppement plus lent, comme i l sera possible de l e constater dans l'historique qui s u i t , portant sur l ' a c t i v i t e de traduction au sein des dramaturgies franco-queb§coise et anglo-canadienne. Soulignons que cet enthousiasme du Quebec pour l a traduction de textes dramatiques met crument en r e l i e f son indifference pour l a dramaturgie canadienne-anglaise. Puisque c'est avec l'^mergence du «joual» et du «qu6b6cois» comme langues de scene que na i t veritablement l a traduction th^atrale au Quebec, c'est en reconstituant leur horizon d'attente1 que nous suivrons l e d6veloppement de cette a c t i v i t e au sein de l'a p p a r e i l t h ^ a t r a l qu6b6cois. Quand l e joual entre en p i s t e Vers 1960, l e terme «joual» commence a s'imposer grace, entre autres, a Andre Laurendeau, alors r6dacteur en chef du journal Le Devoir, et aux Merits du populaire frere Untel de Jean-Paul Desbiens. 2 Models sur l a prononciation d6form6e de «cheval», l e terme designe l a langue pauvre aux accents archaiques, f a r c i e d'anglicismes et grammaticalement boiteuse, parlee par les Canadiens francais des classes d6favoris6es en milieu urbain. D6ja, l e d6bat sur l a pertinence d ' u t i l i s e r l e «parler canayen» en l i t t e r a t u r e avait provoqu6 de vives controverses dans les milieux l i t t ^ r a i r e s et suscit6 1'indignation des li n g u i s t e s et 6ducateurs qui condamnaient l e recours au joual comme langue de culture en q u a l i f i a n t d'odieux et l e mot et l a chose. On menait a i n s i des campagnes acharn6es 52 en faveur du «bon francais» pendant que «la langue du peuple» resonnait sur les scenes du Quebec depuis l a vogue des spectacles burlesques en «canayen», qui ont f a i t fureur de 1920 jusqu'au debut des annees 50. F a i t a souligner, l a traduction f u t alors largement pratiquee puisque l e s spectacles etaient l e plus souvent t r a d u i t s de l'americain. l i s contenaient d'abord «cinquante pour cent de joual pour cinquante pour cent de si(ang) [sic]» (Deyglun, c i t 6 par Hubert 34) avant qu'on reussisse a 61iminer completement 1'anglais du spectacle vers l a f i n des annees 20. Le burlesque quebecois connut alors un essor qui «repose beaucoup sur 1 ' u t i l i s a t i o n de l a langue vernaculaire» (Hebert 44) et a t t e i g n i t son age d'or entre 1930 et 1950. C'est aussi dans une langue populaire que s'expriment les personnages d'Aurore, 1'enfant martyre de Petitjean et R o l l i n , l e melodrame qui «fit pleurer tout l e Quebec de 1920 a 1950» (Camerlin, Lavoie 513). C'est encore un franco-quebecois, cette f o i s - c i hautement pittoresque, que parlent F r i d o l i n de Gratien G61inas a i n s i que l e celebre Tit-Cog du meme auteur, presente en 1948 au Monument-National et considere par plusieurs comme l'oeuvre qui marque «la v e r i t a b l e naissance d'un theatre populaire queb6cois» (Godin, Mailhot 29). Puis, en 1953, Zone de Marcel Dube connait un succes retentissant au F e s t i v a l dramatique national tenu a V i c t o r i a et l a presentation d'Un simple soldat en 1958 l e consacre dramaturge canadien-francais de premier plan, malgre les reproches que l u i adressent certains milieux c u l t u r e l s d'avoir adapts l e langage de ses pieces au contexte populaire et d'avoir transpose sur scene «la langue que l'on parle tous les jours dans un quartier defavorise» (Godin, Mailhot 93). 53 A l a meme epoque, succ^dant aux rares troupes existantes, dont les c^lebres Compagnons de Saint-Laurent, animes par l e pere Legault de 1937 a 1952, plusieurs compagnies th6atrales voient l e jour: l e Theatre du Rideau-Vert en 1949, l e Theatre du Nouveau-Monde en 1951 et le Theatre de Quat'Sous en 1955. Bien que l e repertoire de ces troupes s'inspire en majority du boulevard et du theatre classique stranger, francais ou tr a d u i t en France, cette grande a c t i v i t y a pour e f f e t d'interesser de plus en plus le public qu^becois au genre t h ^ a t r a l . Quelques ann^es plus tard, t r o i s organismes gouvernementaux charges de financer les a c t i v i t ^ s c u l t u r e l l e s sont mis sur pied: l e Conseil des arts de l a region de Montreal en 1957, l'ann^e meme de l a creation du Conseil des arts du Canada, et l e ministere des A f f a i r e s c u l t u r e l l e s du Quebec en 1961. Parallelement, l a mode des theatres de poche contribue a f a i r e connaitre 1'avant-garde europ6enne pendant que sont fondes l e Conservatoire d'art dramatique en 1954 et l'Ecole nationale de theatre en 1962. Enfin, en 1965, l e Centre d'essai des auteurs dramatiques est cree a f i n d'assurer l a promotion de l ' e c r i t u r e dramatique qu6b6coise. A i n s i , au milieu des ann6es 60, l ' a p p a r e i l i n s t i t u t i o n n e l th6atral est en place et pret a imposer une norme que l e discours s o c i a l vehicule depuis peu avec une insistance toujours plus marquee. En e f f e t , depuis quelques annees d£ja, certains groupes ind^pendantistes t r a v a i l l e n t a donner au langage populaire un nouveau statut. De vulgaire q u ' i l 6 t a i t , ce parler est devenu l e fe r de lance de l ' i d ^ o l o g i e n a t i o n a l i s t e qui y v o i t l e symbole de l a d i f f i c u l t ^ de di r e , de 1'alienation l i n g u i s t i q u e engendr^e par 54 «l'alterite anglo-canadienne» (Miron 116) et par un colonialisme dont 1'effet est ressenti comme «une depossession de soi» (Miron, 124). Cet effritement l i n g u i s t i q u e s e r v i r a d'ancrage a l a denonciation de l a degradation p o l i t i q u e , economique et sociale du peuple quebecois, que les i n t e l l e c t u e l s de l a revue P a r t i p r i s pratiqueront avec l a plus grande vigueur. Le mouvement nat i o n a l i s t e prendra rapidement de l'ampleur au cours de l a d6cennie et menera a l a naissance du Mouvement souverainete-association en 1967 et, en 1968, du P a r t i quebecois qui, porte au pouvoir en 1976, fera adopter l a Charte de l a langue francaise en 1978 et consolidera l a position du francais comme langue o f f i c i e l l e du Quebec. A i n s i , bien que l a langue vernaculaire a i t et6 presente sur les scenes du Quebec avant 1968, e l l e n'avait pu p r o f i t e r de l'appui d'une i n s t i t u t i o n theatrale n'ayant pas encore l ' a p p a r e i l necessaire pour en assurer l a l e g i t i m i t e . La traduction theatrale quebecoise 6 t a i t alors pratiquement inexistante en dehors des scenes de varietes, puisque les pieces presentees au Quebec avant 1968 etaient francaises ou traduites en France, patrie du beau langage. C'est dans l e climat p o l i t i q u e d e c r i t plus haut et avec l'appui du Centre d'essai des auteurs dramatiques qu'est creee, en aout 1968 au Theatre du Rideau-Vert, l a piece de Michel Tremblay Les belles-soeurs f «la premiere piece qui s o i t e c r i t e en joual» selon Jean-Claude Germain (Preface 5), qui d i r a d ' a i l l e u r s en preliminaire a une premiere edition du texte que ce dernier «ouvre l a voie de l a r e a l i t e . Une voie dans laquelle l e jeune theatre quebecois . . . devra s'engager s ' i l ambitionne jamais de devenir un theatre de l i b e r a t i o n " (Preface 5). Malgre un succes 55 de s a l l e retentissant, l a piece est l o i n de f a i r e 1'unanimity de l a c r i t i q u e et certains milieux bien-pensants s'insurgent contre l a v u l g arite et l a grossierety du texte, a un point t e l que l e ministyre des A f f a i r e s c u l t u r e l l e s refuse de subventionner l a production de l a piece s o l l i c i t y e au F e s t i v a l des Nations de Paris en 1972. Qu'a cela ne tienne, l e signal du dypart est donny et l e joual va parcourir les b e l l e s - l e t t r e s quebecoises avec les dramaturges Michel Tremblay, Jean-Claude Germain, Jean Barbeau, Michel Garneau, Denise Boucher et Ryjean Ducharme, pour ne nommer que ceux-la. Depuis 1964, annye ou parait Le cassy de Jacques Renaud, i l a aussi pynytry l e roman avec, entre autres, V i c t o r -Lyvy Beaulieu, Jacques Benoit, Marie-Claire B l a i s , Andre Brochu, Jacques Godbout et G i l b e r t La Rocque. Le joual passera aussi par l a chanson et l a poesie avec les e c r i t s de Jacques Geoffroy, Claude Peloquin, Denis Vanier (Gauvin 86-88) et les textes de G i l l e s Vigneault, Yvon Deschamps et Robert Charlebois, pour devenir l e langage-vyrite de 1'identity quybycoise. 3 Chose etonnante, l a traduction avait quelque peu prycydy l e mouvement joualisant avec 1'adaptation de Pygmalion de G.B. Shaw par E l o i de Grandmont, version inydite prysentee en Janvier 1968 au Thyatre du Nouveau-Monde. Toutefois, l e joual n'y e t a i t u t i l i s y que de facon ypisodique comme niveau de langue equivalent au cockney londonien d'un des personnages. 4 Mais, des 1'annye suivante, Tremblay confirme l e statut du joual comme langue de traduction au theatre, avec l a presentation de L y s i s t r a t a d'apres Aristophane au Centre national des art s , s u i v i e en 1969 du succes remarquable de L'e f f e t des rayons gamma sur les vieux-qarcons. 56 adaptation de l a piece de Paul Zindel creee a New York l a meme annee. Done, comme l e souligne Jean-Luc Denis dans l e programme ou i l presente sa traduction du texte de Frank Wedekind L ' e v e i l du printemps: «Depuis l a presentation des Belles-Soeurs en 1968, les auteurs dramatiques du Quebec ont compris q u ' i l s devaient s'adresser au public dans sa langue». A i n s i , a l a f i n des annees 60, l a percee du theatre de l i b e r a t i o n , «dont l a pr i n c i p a l e tendance est d'interroger 1'identity qu6becoise» et de mettre en scene un «nous national» (Lefebvre, Programme 15), t i e n t en grande pa r t i e de l a langue q u ' i l donne a entendre. Comme l e souligne Michel B e l a i r , «le langage des Belles-Soeurs est finalement aussi important a l a comprehension de l'oeuvre que 1'action dramatique» (Michel Tremblay 55). Ce langage appartient toutefois a une r e a l i t e s o c iale specifique dans laquelle sont ancrees le s premieres pieces de Tremblay, c e l l e de l a classe populaire quebecoise et de son a l i e n a t i o n . 5 Car, dans ce renouveau theatral charge d'ausculter 1'identity quebecoise, c'est de l a classe sociale l a plus demunie que sera i s s u l e symbole l i n g u i s t i q u e d'une alie n a t i o n commune. On comprend l e mepris que les premieres productions des pieces de Tremblay a suscity de l a part des classes plus p r i v i l e g i e e s et des e l i t e s , qui auraient prefere ne pas etre confrontes a cette r e a l i t y . Pour Maximilien Laroche, L'incapacity meme des personnages des Belles-Soeurs a exprimer autre chose que l a nostalgie, que l e regret et l a rage est pour une bonne part 1'effet de l'impuissance de leur langage et une preuve de 1'incapacity du joual a traduire autre chose que l a misere qui l u i a donne l e jour, ( c i t y par B y i a i r , Le nouveau theatre 113) 57 Toutefois, malgre 1'impuissance et 1'incapacity i n s c r i t e s dans leur langage, ces personnages aneantis sont i n v e s t i s d'un pouvoir i d e n t i t a i r e ressenti comme ultime: c e l u i de parler une langue qui leur appartient en propre. M i r o i r f i d e l e du milieu populaire quebycois, i l [le joual] a l'avantage de reprysenter, du simple f a i t de son u t i l i s a t i o n , une position du probleme: l e thyatre quebycois pronant, avant tout, 1'affirmation d'une culture et d'une id e n t i t y quebycoise[s], l e langage par lequel se dyfinissent c e l l e culture et cette i d e n t i t y devient done, automati-quement, l e meilleur o u t i l de l'a f f i r m a t i o n a laquelle on tend. (Byiair, Le nouveau thyatre 112) Dans une mise en abyme spyculaire, ou l a langue de l a classe l a plus opprimye se f a i t l e r e f l e t d'une oppression subie par toute l a society quebycoise, on assiste a un formidable revirement par lequel l e symbole de l a d i f f i c u l t y de di r e devient o u t i l d'affirmation et ou 1'impuissance du verbe non seulement ryclame l a l i b y r a t i o n mais s'en f a i t l e gage. C'est en cela surtout que l a canonisation du joual sur les scenes quebycoises a l a f i n des annyes 60 instaure un changement d'horizon. Comme l e f a i t remarquer Annie Br i s s e t , «elle modifie . . . l e rapport des forces l i n g u i s t i q u e s sur l e plan i n s t i t u t i o n n e l et sur l e plan symbolique, en permettant que l e langage vernaculaire prenne l a place du langage ryfyrentiaire» (Sociocritique 264) visant a affirmer 1'existence d'une culture spycifiquement quybycoise. B r i s s e t emprunte cette terminologie aux categories d y f i n i e s par Henri Gobard, selon lequel toute «aire culturelle donnee [emprunte a] quatre types de langage, guelle gue soit la langue utilisee»: 58 I. Un langage vernaculaire, l o c a l , parl£ spontan^ment, moins f a i t pour communiquer que pour communier et qui seul peut etre consid6r6 comme langue maternelle (ou langue natale). I I . Un langage vehiculaire, national ou regional, appris par necessite, destine aux communications a l'6chelle des v i l l e s . I I I . Un langage referentiaire, l i e aux t r a d i t i o n s c u l t u r e l l e s , orales ou 6c r i t e s , assurant l a continuity des valeurs par une r£f6rence systematique aux oeuvres du passe perennisees . . . . IV. Un langage mythique, qui fonctionne comme ultime recours, magie verbale dont on comprend 1'incomprehensi-b i l i t y comme preuve i r r e f u t a b l e du sacr£ . . . . (Gobard 34) Ce glissement cat6goriel entraine une mutation de l a langue de l a honte en langue de l a l i b e r a t i o n et opere une «conversion» (Even-Zohar, "Polysystem" 295) au sein du polysysteme l i t t e r a i r e qu6b6cois ou l a langue populaire, auparavant confined aux couches peripheriques et non c a n o n i s t s du polysysteme, va occuper une position centrale et s'imposer des l o r s comme norme dominante. Desormais, s i e l l e veut etre authentique et reconnue comme t e l l e , l a l i t t e r a t u r e quebecoise devra s'exprimer dans l a langue du peuple: l e joual. Toutefois, vingt ans plus tard, l a langue qu'on entend sur scene a change. Ce n'est plus du joual, ce di a l e c t e qu'on n'a pu debarrasser de ses connotations genantes, et ce n'est pas du francais, car «le frangais est l a langue qu'on parle a Paris» (Basile 13). Ce sera done du qu6b£cois. Nous autres comme «francophones», nous parlons queb6cois. Cette iddse, toute l i t t e r a i r e , n'est pas nouvelle. E l l e s'est renforc6e dans les annees soixante . . . C'est l e theatre qui a ete l e plus touched Quoi de plus normal puisque l e theatre est l e genre limitrophe ou s'affrontent l ' 6 c r i t et l ' o r a l . (Basile 13) 59 Succ^dant au joual, dont l a canonisation n'a pu masquer l ' o r i g i n e alienante, l e «quebecois» o f f r e en outre un nouvel avantage, c e l u i de f a i r e appel a plusieurs niveaux de langue. Auparavant confine a un niveau populaire, archaisant et fortement a n g l i c i s e , l e francais parle au Quebec parcourt aujourd'hui tout l e r e g i s t r e des niveaux de langue et coincide souvent, a ses niveaux superieurs avec l e francais «standard». (Denis, «Traduire» 12) A i n s i , a p a r t i r de 1968, l a dramaturgie quebecoise se developpera rapidement grace a un appareil t h ^ a t r a l structure qui prendra en charge l a legitimation de l a langue du peuple comme langue de culture. Ce sera alors l e debut d'une intense a c t i v i t e de traduction puisque, selon l a nouvelle norme en vigueur dans 1 ' i n s t i t u t i o n theatrale, les pieces etrangeres devront dorenavant etre presentees en franco-queb6cois, une langue d'abord representee par l e joual, lequel fut evince dans les annees 80 par ce qu'on nomme a present «le qu6b6cois». Dans les vingt annees qui suivront, l a traduction quebecoise comptera pour plus de «61% des textes etrangers portes a l a scene» par sept theatres quebecois i n s t i t u t i o n n e l s (Brisset, Sociocritique 71). Cette pratique intensive sera en outre favorisee par l a creation, en 1972, du programme d'aide a l a traduction du Conseil des arts du Canada, i n i t i a t i v e qui fut precipitee par l a c r i s e d'Octobre survenue en 1970 au Quebec. Selon P h i l i p Stratford, l a creation de ce programme marquerait l e commencement de l ' h i s t o i r e de l a traduction l i t t e r a i r e au Canada (Bibliographie 99). 5 Un compte rendu de Ruth Martin indique que ce programme aurait accord^ de 1972 a 1992 plus de 1236 subventions, dont 710 furent allouees a l a publication d'oeuvres de f i c t i o n en traduction. 60 Attributes a 230 traducteurs, ces subventions sont a i n s i r t p a r t i e s : 350 romans et re c u e i l s de nouvelles, 178 l i v r e s pour enfants, 131 pieces de theatre et 51 re c u e i l s de poesie (63-66). Parmi les 33 traducteurs vedettes qui ont plus de cinq t i t r e s a leur c r e d i t , on compte deux f o i s plus d'anglophones que de francophones et l a tres grande majorite des quelque soixante traductions theatrales recensees plus en d e t a i l par Martin se compose d'oeuvres franco-qu6b6coises traduites en anglais (77-78). Tout comme dans l e recensement effectu6 par Stratford, on peut observer i c i une nette predominance de l a traduction vers 1'anglais dans les publications d'oeuvres dramatiques appuy6es par l e Conseil. Suite a l a creation de ce programme, plusieurs evenements contribuerent a populariser l a traduction l i t t e r a i r e . Entre autres, deux prix annuels de traduction furent i n s t i t u ^ s par l e Conseil des arts du Canada en 1974 et L'Association des traducteurs et traductrices l i t t ^ r a i r e s du Canada, fondle en 1975, c r ^ a i t a son tour l e prix de traduction John-Glassco en 1981. Appliqu6e intensivement depuis 1968, l a nouvelle norme franco-queb6coise sera portee a son paroxysme avec l a mode de 1'adaptation t h ^ a t r a l e , qui atteindra un point culminant au milieu des annees 80. L'adaptation ou «tradaptation», selon une terminologie emprunt^e a Michel Garneau, 6 represente en e f f e t 80 % des versions quebecoises presentees par les theatres Jean-Duceppe, du Rideau-Vert et du Nouveau-Monde pendant l a saison 1985-86 (Ladouceur 46). Cependant, plus que l e choix du franco-qu^becois comme langue d'arrivee, cette modalite t r a n s l a t i v e implique une transposition de 1'action en milieu queb^cois et une 61 appropriation t o t a l e de l a piece i n i t i a l e au contexte recepteur, avec modification des noms de lieux et de personnages, de leurs t i t r e s et fonctions a i n s i que des references s o c i o - c u l t u r e l l e s contenues dans l a piece. I c i , 1'operation traduisante se f a i t s o l i p s i s t e , reniant ses attaches i n t e r t e x t u e l l e s pour ne plus renvoyer qu'a elle-meme dans l e but de donner 1 ' i l l u s i o n d'une piece o r i g i n a l e . C'est a i n s i qu'on pourra l i r e dans l e programme de l a production de Chacun son tour, une adaptation quebecoise de One for the Pot de Ray Cooney produite par l a Compagnie Jean-Duceppe en Janvier 1991: «Ce s o i r , vous ne vous rendrez pas compte que vous entendrez une traduction. Vous a l l e z avoir 1 ' i l l u s i o n que l a piece a et6 6 c r i t e i c i a Montreal. Une bonne traduction, c'est ga». Cette modalite t r a n s l a t i v e , de moins en moins pratiquee au Quebec, a toutefois ete s6verement remise en cause par les traducteurs eux-memes: Pour donner acces a l'oeuvre d'un auteur etranger, doit-on traduire ou adapter? On doi t traduire. L'adaptation n'est pas en s o i quelque chose d ' i l l 6 g i t i m e ; c'est l o r s q u ' e l l e est erigee en systeme qu'elle f a i t probleme. . . . E l l e d o i t etre rel^guee l e plus v i t e possible au t e r r i t o i r e qu'elle n'aurait jamais du q u i t t e r : c e l u i du phenomene episodique. (Denis, «Traduire» 16-17) Le peu de c u r i o s i t e qu'on manifeste au Quebec envers les oeuvres dramatiques anglo-canadiennes et «la f o r c l u s i o n observee a leur egard dans l e champ de l'edition» (Brisset, Sociocritique 76) resultent de facteurs multiples, dont on a deja t r a i t e dans cette 6tude, et dessinent un p r o f i l de l a traduction quebecoise de pieces anglo-canadiennes qu'une etude s t a t i s t i q u e permet de mieux apprecier. 62 La lente venue du theatre anglo-canadien au Quebec7 C'est dans 1'exaltation nationale engendree par l a celebration du centenaire de l a Confederation en 1967 que l e theatre canadien-anglais connaitra un essor sans precedent, comme nous l e verrons plus l o i n . Plusieurs pieces canadiennes sont creees pour 1'occasion, dont The Ecstasy of Rita Joe de George Ryga au Vancouver Playhouse. La piece, qui t r a i t e du sort reserve aux Amerindiens dans l e contexte urbain moderne, f a i t beaucoup parler d ' e l l e et Gratien Geiinas decide d'en f a i r e une adaptation. Rita Joe sera produite a l a Comedie-Canadienne en novembre 1969 dans une version depouiliee des ses references geographiques et s o c i o - c u l t u r e l l e s i n i t i a l e s , de t e l l e sorte qu'elle puisse s'appliquer a l a r e a l i t e quebecoise. Cependant, cette adaptation ne fera pas l'objet d'une publication. En 1971, l e s Editions Lemeac publient dans l a c o l l e c t i o n «Traduction et adaptation" l a version quebecoise d'une piece canadienne qui a f a i t sensation a New York. II s'agit de Fortune and Men's Eyes du Torontois John Herbert, adaptee par Rene Dionne sous l e t i t r e Aux yeux des hommes et presentee au Theatre de Quat'Sous en a v r i l 1970. La piece sera reprise au Theatre du Vieux-Quebec en 1978 et au Trident en 1985. Vient ensuite Charbonneau et l e Chef, traduite et adaptee par Paul Hebert et Pierre Morency d'apres l a piece de John McDonough i n t i t u i e e Charbonneau and l e Chef. La piece, qui raconte l'affrontement entre Duplessis et Monseigneur Charbonneau l o r s de l a greve d'Asbestos en 1949, connait un succes retentissant au Quebec, ou e l l e est presentee au Trident en mars 1971 et en mai 1972 avant d'etre reprise a l a Compagnie Jean-63 Duceppe en novembre 1973 et en f e v r i e r 1986. E l l e est publiee en 1974 dans l a c o l l e c t i o n «Traduction et adaptation» des Editions Lemeac. La meme annee, The B e l l s of H e l l Ring Ting-a-Ling du celebre Quebecois anglophone Mordecai Richler f a i t 1'objet d'une dramatique t e l e v i s e d sous l e t i t r e Les cloches d'enfer, traduite et adaptee par G i l l e s Rochette et publiee chez Lemeac. En 1976, les Editions Heritage publient l a traduction de Robert Guy Scully A l'ouvrage, d'apres l a piece de David Fennario On the Job, qui avait ete produite au Centaur Theatre de Montreal en 1975. Ren6 Dionne t r a d u i t ensuite Une heure de v i e , d'apres One Crowded Hour de Charlotte Fielden, qui est presentee au Theatre de Quat'Sous en 1977. La piece avait ete creed a Montreal par l e groupe Melanie en 1975. En 1979, Albert M i l l a i r e et A r l e t t e Franciere signent l a traduction et 1'adaptation de Back to Beulah du Saskatchewannais William 0. M i t c h e l l , qui remporta l e Chalmers Canadian Play Award pour cette piece produite par Theatre Calgary en 1976. Aux hirondelles, l a version quebecoise de l a piece, est i n s c r i t e au repertoire de l a Compagnie Jean-Duceppe pour l a saison 1978-79. Les annees 80 sont beaucoup plus gen6reuses sur l e plan des productions mais les publications demeurent rares puisque deux seulement des 19 pieces recensees seront publieds. II s'agit de Tribute de Bernard Slade, dramaturge d'origine ontarienne residant aux Etats-Unis. La piece, traduite par Luis de C6spedes pour l a saison 1980-81 du Theatre du Rideau-Vert, est publiee aux Editions Lemeac en 1981 sous l e t i t r e Chapeaul. Une autre comedie de Slade, Special Occasion, traduite aussi par de 64 cespedes, est presentee pendant l a saison 1982-83 du Rideau-Vert sous l e t i t r e Deux a dos. Comme un vent chaud de Chine de Kent Stetson, t r a d u i t par Ronald Guevremont, est l a seconde piece parue dans les annees 80. II s'agit d'une Edi t i o n bilingue publiee a Montreal par Nu-Ages Editions en 1989 et qui sera mise en nomination pour l e Prix du Gouverneur general. La piece i n i t i a l e fut produite au Neptune Theatre d'Halifax en 1988 et l a traduction fut presentee au Theatre de l ' l l e l a meme annee. Plus de 16 autres pieces anglo-canadiennes font l'objet d'une production en traduction au Quebec entre 1980 et 1989. Aleola. du Montrealais Gaetan Charlebois, avait remporte l e C l i f f o r d E. Lee National Playwriting Award en 1978 avant d'etre produite professionnellement au Theatre 3 d'Edmonton en 1979. Traduite sous l e meme t i t r e par Jean Daigle, l a piece est produite au Theatre du Rideau-Vert en 1980. En 1981, l e Torontois David Freeman presente une premiere oeuvre en traduction a Montreal. II s'agit de Creeps, une piece qui a connu un grand succes a Toronto au Factory Theatre et au Theatre Passe Muraille avant d'etre produite off-Broadway, et pour laquelle Freeman a recu l e Chalmers Canadian Play Award en 1972 et l e New York Drama Desk Award for Outstanding New Playwright en 1973. L'adaptation quebecoise que signent Louison Danis et Pierre C o l l i n , Les tout-croches, est presentee a l a S a l l e Fred-Barry en a v r i l 1981. Freeman reviendra a Montreal t r o i s ans plus tard avec Battering Ram, t r a d u i t par Louison Danis sous l e t i t r e Le b e i i e r et mis a l ' a f f i c h e au Theatre d'Aujourd'hui en Janvier 1984. Entre-temps, l e Centaur Theatre de Montreal a produit Margaret et Pierre de l a Montrealaise Linda G r i f f i t h s dans une 65 traduction d'Elizabeth Bourget presentee en 1983. La piece, publiee par Talonbooks, avait remporte un Dora Mavor Moore Award for Outstanding New Play en 1980. La meme annee, l e Theatre de l a Dame de coeur d'Upton produit Hysterie bleu banane, une adaptation quebecoise de Chr i s t i a n Bedard d'apres Bland Hysteria du Torontois John Palmer, cree au St. Lawrence Centre en 1971. C'est a cette epoque que l e Centre d'essai des auteurs dramatiques met sur pied des programmes d'echanges d'oeuvres dramatiques en traduction, en collaboration avec des organismes anglophones dont l e Playwrights' Workshop Montreal, l e New Dramatist et l e Ubu Repertory Theatre de New York, l e Factory Theatre de Toronto, l e Toronto Free Theatre et l e P r a i r i e Theatre Exchange de Winnipeg. A i n s i , l e nombre de traductions de pieces anglo-canadiennes et anglo-queb^coises augmentera certes et c e l l e s - c i donneront l i e u a quelques lectures publiques, mais les productions sur scene de ces traductions seront rares et leur publication, inexistante. Une l i s t e des pieces anglo-quebecoises et anglo-canadiennes traduites au Quebec et ayant f a i t 1'objet d'une lecture publique est incluse dans les tableaux II et III presentes en annexe. Au chapitre des productions, l a decennie se poursuit avec La boite a surprise, d'apres The Tomorrow Box d'Ann C h i s l e t t , produit au Theatre des femmes a C o l l i n en 1984 dans une traduction de Paul L a t r e i l l e . La piece o r i g i n a l e avait recu une mention honorable au Theatre Ontario's Playwrighting Competition en 1980, apres avoir ete produite au Blyth Summer F e s t i v a l en 1977 et au Kawartha Summer F e s t i v a l en 1979. Puis, on presente Rock and R o l l de John Gray au Theatre de Quat'Sous en 1985. La 66 piece, qui avait remporte un Dora Mavor Moore en 1982, avait ete produite a Ottawa par l e Vancouver East Cultural Centre et l e Centre national des ar t s . E l l e f u t traduite par Rene Dionne, qui signe aussi l a traduction de Sprung Rhythm de Paul Gross, produit au Theatre de l a Bordee a Quebec en 1986 sous l e t i t r e Tension zero. Vient ensuite Blood Relations de Sharon Pollock, pour lequel on l u i avait decerne l e Prix du Gouverneur general apres sa production au Theatre 3 d'Edmonton en 1980. La piece est produite en 1986 par l e Theatre de l a Commune a Quebec dans une traduction de Francine Pominville i n t i t u i e e Liens de sang. Ce theatre produira deux autres pieces anglo-canadiennes traduites par Francine Pominville: Dreamgirls de Janis Rapoport en 1987 et Doc de Sharon Pollock en 1988. La premiere avait e t e produite au Theatre Passe Muraille de Toronto en 1979 et l a seconde au Theatre Calgary en 1984. En 1987, Le Cafe de l a place presente deux pieces canadiennes. Tete-a-tete de Ralph Burdman est cree en version francaise d'abord, puis reprise l'ann6e suivante en version i n i t i a l e anglaise sous l e t i t r e Eye to Eye au meme endroit et avec l a meme d i s t r i b u t i o n . Sarah et le c r i de l a lanqouste f t r a d u i t par Georges Wilson, est l a version frangaise de Memoir, une piece devenue ceiebre apres avoir e t e presentee au CentreStage de Toronto et au Centre national des arts a Ottawa en 1984. Enfin, I ' l l Be Back before Midnignt de Peter Colley, qui avait e t e presentee en Ontario au Blyth F e s t i v a l de 1979, est traduite par Jos6e Labossiere en 1988 et presentee l a meme annee au Theatre de l ' l l e de Hull sous l e t i t r e J'vais revenir avant minuit. Ce meme theatre produit en 1989 deux pieces de Norm Foster. La premiere, P6che mortel. est une traduction de Robert 67 Marinier d'apres l a piece i n t i t u i e e Sinners, qui fut pr6sent£e au Theatre New Brunswick de Fredericton en 1983. La seconde, Les freres M a i n v i l l e , traduite par Paul L a t r e i l l e et inspired de l a pi^ce The M e l v i l l e Boys, a aussi ete produite au Theatre New Brunswick en 1984, avant de remporter l e Los Angeles Drama-Logue Award for Writing en 1988. De 1990 a 1993, les choses s'acc61erent. Plus de 10 pieces canadiennes-anglaises sont produites en traduction et deux d'entre e l l e s font l'objet d'une publication. Pat Donnelly, du journal The Gazette, conclut: «Contemporary English-Canadian playwrights are f i n a l l y being recognized i n Quebec» (C3). Dans un a r t i c l e de Ray Conlogue du Globe and Mail, on explique a i n s i 1'indifference pass6e du Quebec envers l a dramaturgie canadienne-anglaise: «English Canada's love a f f a i r with a plodding American-s t y l e naturalism which bored Quebec to tears» (A12). II faut d i r e que l a ferveur n a t i o n a l i s t e des ann^es 70 et l'apathie post-r6f6rendaire de l a d^cennie qui s u i v i t n'auront pas aide l a cause, comme l e suggere un bref commentaire tire du meme a r t i c l e : «it was more p o l i t i c a l before» (A12). Selon Robert Wallace, de Glendon College, l e climat p o l i t i q u e f a i t en sorte que plusieurs directeurs de theatres qu6becois ne regardent pas vers l e Canada anglais dans leur quete de pieces interessantes a emprunter. «Many of these people see no reason to introduce Canadian Theatre to Quebec audiences; not considering themselves part of Canadian culture, they f e e l no o l i g a t i o n to p r i v i l e g e Canadian plays» (Producing Marginality 38). Toutefois, comme s'empresse d'ajouter Pierre Bernard, directeur a r t i s t i q u e du Theatre de Quat'Sous, ou furent produites 68 une piece de Judith Thompson et deux pieces de Brad Fraser, «the qu a l i t y of the writing i s now stronger than i t was before» (Conlogue A12). Cette evolution dans l ' 6 c r i t u r e dramatique se t r a d u i r a i t , selon Bernard, par un r e j e t des structures conventionnelles et par une subversion qui, selon l u i , constitue l a raison d'etre du discours a r t i s t i q u e : «Les a r t i s t e s sont l a [s i c ] pour l e desordre [sic]» (Conlogue A12). C'est I Am Yours de l a Torontoise Judith Thompson qui inaugure cette vague de popularity. Presentee a La Licorne en novembre 1990 sous l e t i t r e Je suis a t o i , l a traduction quebecoise de Robert Vezina n'est pas recue avec l'enthousiasme auquel on aurait pu s'attendre d'une piece qui a merits a son auteure l e Chalmers Canadian Play Award apres sa production au Tarragon Theatre en 1987 et qui fut publiee dans l e r e c u e i l The Other Side of the Dark, pour lequel on l u i a decern^ l e Prix du Gouverneur general en 1989. Puis, en mars 1991, l ' A l b e r t a i n Brad Fraser triomphe sur l a scene du Quat'Sous avec l a version quebecoise de sa piece Unidentified Human Remains and the True Nature of Love, pour laquelle i l a recu l e p r i x de l a meilleure piece en creation de 1'Alberta Culture Playwriting Competition de Calgary en 1989 et l e Chalmers Canadian Play Award en 1990. La traduction d'Andre Brassard sera publiee aux Editions du Boreal en 1993, sous l e t i t r e Des restes humains non i d e n t i f i e s et l a v e r i t a b l e nature de 1'amour. Quelques mois plus tard, Judith Thompson effectue un retour reussi avec Lion dans les rues, l a traduction qu6b6coise de Lion i n the Streets que signe Robert Vezina et qui est presentee en septembre 1991 au Theatre de Quat'Sous. C'est une piece qui vient de connaitre un v i f succes 69 au Tarragon Theatre et pour laquelle l'auteure remportait un second Chalmers Canadian Play Award en 1991. En 1991 toujours, V o i l a ce qui se passe a Orangeville est presente a l a S a l l e Fred-Barry dans une traduction de Paul Lefebvre et une mise en scene de Jean-Luc Denis. La piece This Is What Happens i n Orangeville avait ete produite en 1987 au F e s t i v a l de theatre des Am^riques par l e DNA Theatre de Toronto et son auteur, H i l l a r L i i t o j a , y avait remporte l e prix d'experimentation en e c r i t u r e dramatique. La version quebecoise est publiee en 1994 par Les Herbes Rouges. Puis, en 1992, l e Theatre de l ' l l e presente une troisieme piece de Norm Foster, L'amour compte double, traduite par Josee Labossiere. The Affections of May avait et6 presentee au Theatre New Brunswick en 1990. Toujours en 1992, l e theatre d'Aujourd'hui met a l ' a f f i c h e Crime du s i e c l e . une traduction de Guy Beausoleil d'apres Crime of the Century du Montredlais Peter Madden. C'est une premiere pour l a piece, dont l a version i n i t i a l e n'a pas encore ete produite. L'annee 1993 marque 1'arrived en force du theatre canadien sur les scenes qu^bedoises avec quatre textes et t r o i s nouveaux auteurs en traduction. En Janvier, Memories of You de Wendy Li11 est presented par l e Theatre populaire du Quebec dans une traduction de Guy Beausoleil i n t i t u l e e Les traverses du coeur. La piece avait ete mise en nomination pour un Chalmers Canadian Play Award apres avoir ete produite a Winnipeg par l e P r a i r i e Theatre Exchange en 1988. Deux mois plus tard, Brad Fraser est de retour au Quat'Sous avec L'homme l a i d , une traduction quebecoise signee Maryse Warda. Presentee a Calgary, au Alberta 70 Theatre Projects' playRites, The Ugly Man avait merite a son auteur l e prix de l a meilleure piece en creation de 1'Alberta Culture Playwriting Competition en 1990. Le mois suivant, c'est au tour de S a l l y Clark de se f a i r e entendre avec une traduction de Maryse P e l l e t i e r i n t i t u l e d La vie sans mode d'emploi et presentee a La Licorne. L i f e Without Instruction avait d'abord ete presented au St. Lawrence Centre de Toronto en 1991. En septembre, The Rez S i s t e r s de Tomson Highway est produite par l e Theatre populaire du Quebec dans une traduction de Jocelyne Beaulieu i n t i t u l e e Les reines de l a reserve. Creee au Native Canadian Theatre de Toronto en 1986, l a piece avait remporte un Dora Mavor Moore Award for Outstanding New Play en 1987, avant d'etre mise en nomination en 1988 pour l e Chalmers Canadian Play Award et l e Prix du Gouverneur general, En 1994, Norm Foster revient au Theatre de l ' l l e avec Une chance sur un m i l l i o n , traduction signed Josee Labossiere de l a piece Wrong For Each Other, qui avait ete creee au Theatre New Brunswick en 1993. Puis, l e Theatre Omnibus presente Le precepteur, une traduction de Jean Asselin d'apres Geometry i n Venice de Michael Mackenzie, qui s ' e t a i t m6rite l e Chalmers Canadian Play Award pour sa piece, produite au St. Lawrence Center de Toronto en 1990 et publiee par Playwrights Canada en 1992. Enfin, Brad Fraser reviendra au Quat'Sous en a v r i l 1995 avec Poor Super Man, dont l a version quebecoise conservera l e t i t r e o r i g i n a l . C'est une troisieme traduction de Robert Vezina, qui avait deja signe les versions quebedoises des deux pieces de Judith Thompson. 71 Comme nous avons pu l e remarquer dans l e releve qui precede, et i l en va de meme pour les emprunts en sens inverse, les pieces retenues pour etre traduites sont l e plus souvent c e l l e s qui ont remporte des prix ou des d i s t i n c t i o n s et sont a i n s i canonisees par l' a p p a r e i l l i t t e r a i r e du contexte-source. Ce sont done, en majority, les pieces qui ont represents l a norme au sein du repertoire-source qui sont s o l l i c i t e e s par les systemes recepteurs. 8 Ce releve permet aussi de prendre connaissance de l' o r i g i n e des pieces empruntees, selon l e l i e u ou e l l e s ont e t e creees: 12 d'entre e l l e s proviennent de Toronto; 4 pieces ont e t e creees a Calgary, 4 autres a Montreal et encore 4 a Fredericton; 3 autres pieces viennent de BIyth, en Ontario; 2 pieces ont e t e produites aux Etats-Unis; enfin, on a emprunte 1 piece de Vancouver, d'Edmonton, de Winnipeg et d'Ottawa. On peut remarquer i c i l a nette predominance de 1'Ontario, et plus precisement de Toronto, comme source d'emprunt et, paralieiement, l a r e p a r t i t i o n pan-canadienne des autres pieces s o l l i c i t e e s par l a traduction quebecoise. Toutefois, l a fonction premiere de cette compilation est d ' i d e n t i f i e r l e s auteurs les plus frequemment t r a d u i t s et les traducteurs l e s plus a c t i f s au sein de chaque systeme dramaturgique. II sera possible a i n s i de seiectionner l e s pieces les plus representatives au sein de chaque repertoire, lesquelles seront soumises a une analyse descriptive d e t a i n e e . D'apres ce releve, les traducteurs les plus a c t i f s jusqu'en 1994 sont Rene Dionne, avec 4 traductions, a i n s i que Josee Labossiere et Francine Pominville, qui signent 3 traductions chacune. Viennent ensuite Luis de cespedes, Louison Danis et Paul L a t r e i l l e , avec 2 72 traductions chacun. Les auteurs les plus tr a d u i t s sont Norm Foster, qui a 4 pieces en traduction, a i n s i que Brad Fraser, David Freeman, Sharon Pollock, Bernard Slade et Judith Thompson, qui ont chacun 2 pieces traduites. Au t o t a l , i l y aura eu 38 traductions quebecoises d'oeuvres dramatiques anglo-canadiennes produites ou publiees entre 1969 et 1994. Les oeuvres recensees plus haut ont ete rassemblees dans 1'annexe constitute par l e tableau I I . Les quelques pieces canadiennes-anglaises pour jeune public qui ont f a i t 1'objet d'une traduction quebecoise et les versions traduites de pieces qui n'ont pas ete produites ou publiees au Canada y sont aussi presentees. L'alternative canadienne Avec l a celebration du centieme anniversaire de l a Confederation en 1967, l a dramaturgie canadienne-anglaise connait un essor sans precedent. Animus d'une flamme na t i o n a l i s t e avivee pour 1'occasion, les gouvernements federal et provinciaux encouragent l a creation d'oeuvres a r t i s t i q u e s canadiennes et entreprennent l a construction d'edifices c u l t u r e l s prestigieux, dont les grandioses Citadel Theatre a Edmonton et Centre national des arts a Ottawa. Certains de ces e d i f i c e s hebergeront des troupes membres du reseau des «Regional Theatres» subventionnes depuis 1957 par l e Conseil des arts du Canada. Au nombre de ces theatres regionaux, mentionnons l e Manitoba Theatre Centre fondt a Winnipeg en 1958, auquel se joignent en 1963 l e Vancouver Playhouse et l e Neptune Theatre de Halifax. Puis viendront l e Citadel Theatre d'Edmonton en 1965, l e Saidye Bronfman Centre de 73 Montreal et l e Arts and Culture Centre de Saint-Jean en 1967, Theatre Calgary et Theatre New Brunswick en 1968, et l e St. Lawrence Centre de Toronto en 1970. Bien qu'on ne puisse entierement at t r i b u e r a l a r6cente creation du Conseil des arts du Canada l e bourgeonnement du theatre dans les annSes 60, i l est evident que cette nouvelle source de financement consacree au developpement des arts va profondement modifier l a scene th6atrale canadienne. D6ja, depuis 1935, l a radio avait permis a plusieurs dramaturges, acteurs et r e a l i s a t e u r s de f a i r e leurs premieres armes et 1'arrived de l a t e l e v i s i o n au d6but des annSes 50 leur avait o f f e r t de nouveaux d 6 f i s . La premiere Ed i t i o n du Dominion Drama F e s t i v a l avait eu l i e u a Ottawa en 1933 et, l a meme annee, l a Banff School of Fine Arts ouvrait ses portes. En 1945, l a premiere «Chair of Drama» 6 t a i t creee a l ' U n i v e r s i t y of Saskatchewan et, en 1947, l ' U n i v e r s i t y of Alberta et l a Queen's University inauguraient respectivement leur «Department of Drama». Quand l e Stratford F e s t i v a l f u t lanc6 en 1953, quelques compagnies professionnelles avaient deja vu l e jour, dont les John Holden Players de Bala en Ontario en 1934, l a Everyman Theatre Company de Vancouver en 1946, l a New Play Society de Toronto, aussi en 1946 et, enfin, l e Jupiter Theatre de Toronto en 1951. Le Crest Theatre de Toronto fut fonde en 1954 et cette jeune compagnie professionnelle parmi les plus vigoureuses ne fermera ses portes qu'en 1966.9 A i n s i , les fondations Staient jet6es pour l a mise en place de structures i n s t i t u t i o n n e l l e s que viendra consolider l a creation du Conseil des arts du Canada en 1957. Un r6seau de 74 theatres regionaux professionnels a i n s i que clivers f e s t i v a l s de theatre seront dorenavant subventionnes par l e Conseil, les gouvernements provinciaux et les organismes municipaux concernes. La premiere ecole de theatre bilingue au Canada, 1'Ecole nationale de theatre du Canada/The National Theatre School of Canada, sera inauguree en 1962, l e Shaw F e s t i v a l verra l e jour en 1962 et l e Charlottetown F e s t i v a l en 1964. Toutefois, l a majorite des pieces produites dans ces nouvelles i n s t i t u t i o n s canadiennes sont empruntees aux scenes americaines ou britanniques qui en ont f a i t des succes. La dramaturgie canadienne est encore f o r t timide. Puis, en 1967, on passe l a consigner a 1'occasion du centenaire de l a Confederation, l e contenu canadien est mis au menu. Les theatres regionaux s o l l i c i t e r o n t des pieces d'auteurs canadiens et l e Dominion Drama F e s t i v a l n'ouvrira son concours qu'aux oeuvres canadiennes. F a i t cocasse, Les belles-soeurs de Michel Tremblay, l a piece qui revolutionnera l e theatre quebecois l'annee suivante, sera rejetee par l e jury du Dominion Drama F e s t i v a l en 1967. Cette anned exceptionnelle donne l i e u a quelques productions f o r t remarqueds, dont c e l l e de l a celebre piece de George Ryga The Ecstasy of Rita Joe qui, selon Christopher Innes, «marked the b i r t h of modern Canadian Drama» ( c i t e par Benson and Conolly 81). Presented au Vancouver Playhouse, cette piece sera d ' a i l l e u r s l a premiere oeuvre dramatique canadienne-anglaise produite en traduction au Quebec (Forsyth, «Translations» 564). Cette puissante c r i t i q u e du sort reserve aux autochtones dans un centre urbain h o s t i l e donnera l e ton a l a dramaturgie de l a f i n des annees 60 et des annees 70, 75 qui s ' i n s c r i t d ' a i l l e u r s dans 1'esprit de l'epoque: contestation et conscientisation s o c i a l e s . Comme l e f a i t remarquer Jerry Wasserman, «Modern Canadian Drama was born out of an amalgam of the new consciousness of the a g e — s o c i a l , p o l i t i c a l and a e s t h e t i c — w i t h the new Canadian self-consciousness» (15). Toutefois, cet enthousiasme des theatres i n s t i t u t i o n n e l s pour l e contenu canadien sera bref. Aussitot l e Centenaire achev§, l'audace diminue et l a formule du succes eprouve sur des scenes reconnues revient en force. Devant cet etat de choses, certains a r t i s t e s se r6voltent et un mouvement contestataire Emerge. Ce mouvement a l t e r n a t i f se donne comme mot d'ordre de promouvoir l e theatre canadien a travers un examen de l ' h i s t o i r e , de l a culture et des i n s t i t u t i o n s canadiennes. Avec l'aide des programmes Perspectives Jeunesse et I n i t i a t i v e s Locales du Conseil des arts du Canada, les «alternative theatres» se multi p l i e n t : a Vancouver, l e New Play Centre v o i t l e jour en 1970 et l e Tamahnous Theatre en 1971; l e Alberta Theatre Projects est fond6 en 1972 a Calgary; les Theatre 3 et Theatre Network sont cr6es en 1970 et 1975 a Edmonton; l e 25th Street Theatre v o i t l e jour en 1971 a Saskatoon; l e Pier One ouvre ses portes en 1971 a Halifax; A Terre-Neuve, l a Mummers Troupe est fondle en 1972 et Codco en 1973; enfin, plusieurs theatres sont crees a Toronto, dont l e Theatre Passe Muraille en 1968, l e Factory Theatre Lab en 1970, l e Tarragon Theatre en 1971 et l e Toronto Free Theatre en 1972 (Benson and Conolly 85). Toutefois, a l a f i n des ann6es 70, les troupes alternatives encore actives auront acquis l e statut de theatres i n s t i t u -t ionnels. On y aura pratique intensivement l a creation 76 c o l l e c t i v e , tout comme dans les jeunes theatres du Quebec a l a meme epoque, pour debattre de sujets inspires de l a r e a l i t e l ocale et auxquels l e public peut directement s ' i d e n t i f i e r . Certaines productions resteront memorables, dont 1837: The Farmers' Revolt, une r e v i s i o n historique du Theatre Passe Murailie presented en 1975. On y encouragera aussi l ' e c r i t u r e dramatique et des auteurs canadiens y seront decouverts: David Freeman, George Walker, David French et, en traduction, Michel Tremblay. La production de Forever Yours, Marie-Lou en 1972 fut un succes de s a l l e , malgre les reserves de certains c r i t i q u e s , et e l l e marqua l e commencement d'une tres fructueuse collaboration entre l e Tarragon Theatre et Michel Tremblay. E l l e eut aussi pour e f f e t de rassurer l e public torontois. En e f f e t , avec l a Revolution t r a n q u i l l e , l'Expo 67 et l a Loi sur l e s langues o f f i c i e l l e s en 1969, «to English-speaking Canadians the culture of Quebec always seemed somehow more exotic and s e l f - s u f f i c i e n t than t h e i r own» (Johnston 155). Avec l a c r i s e d'Octobre, survenue en 1970, cette difference se fera des plus menacantes et suscitera l a mefiance. D6ja, les presen-tations de pieces traduites evoquant un Quebec en mutation n'avaient r i e n eu de rassurant: l a f a m i l l e divisee par l e c o n f l i t p o l i t i q u e de Yesterday the Children Were Dancing de Gratien Gelinas, produit a Charlottetown en 1967, puis a Toronto en 1968; l ' a l l t g o r i e p o l i t i q u e a saveur s t p a r a t i s t e de Robert Gurik, Hamlet. Prince of Quebec, produit a London, Ontario, en 1968; et l'abus sexuel dans l'ancien regime avec The Drummer Boy de Jean Basile, produit au Royal Alexandra en 1968. Plus recemment, l a premiere traduction d'un nouveau genre de theatre e c r i t en joual, 77 Notes from Quebec de Jean-Claude Germain produit au Theatre Passe Muraille en 1970, avait ete tres mal recue. Comme l e f a i t remarquer Jane Koustas dans 1 ' a r t i c l e «From Geiinas to Car r i e r : C r i t i c a l Response to Translated Theatre i n Toronto», on avait alors q u a l i f i e d d'absurde, de soporifique et d'amateure cette piece qui «was judged to have l o s t "some pertinence i n tr a n s l a t i o n " " (Whittaker, cite par Koustas 114). Toujours selon Koustas, «The negative reaction e l i c i t e d by a play's queb6citude as well as by the use of "joual" was even more evident i n Jean Barbeau's Toronto experience" (114). On reprocha a Manon L a s t c a l l et a The Way of Lacross de Barbeau, pr6sent6s a Toronto a peine quelques mois avant l a premiere piece de Tremblay, de s'adresser specifiquement au public qu6b6cois, done de proposer une c r i t i q u e s ociale non pertinente dans son contexte d'accueil. Qui plus est, l e public fut «particularly unsympathetic or ins e n s i t i v e to the play's p o l i t i c a l message» (115). Koustas attribue cette indifference au f a i t que certains c r i t i q u e s «failed to acknowledge or explain the importance of the p o l i t i c a l background, namely the October Crisis» (115). D'apres Urjo Kareda, l a traduction aurait en outre souffert du f a i t qu'on y a efface toute trace de ceremonial r e l i g i e u x , sans doute parce qu'on avait juge l a chose trop eloigned de l a r ^ a l i t e torontoise. Sensible aux d i f f i c u l t y inherentes a l a transposition du joual en langue anglaise, Kareda soulevera en outre l a question de l a t r a d u i s i b i l i t e des textes de Barbeau (cite par Koustas 115). Mais v o i l a qu'au grand soulagement d'un public curieux de vo i r ce qui venait de bouleverser l e Quebec, «As we appreciated the s k i l l with which Tremblay led us over old, rocky grounds, we had to suppress an urge to pop up and say "I knew that! Teacher, I knew that. Everybody knows that!"» (Whittaker, c i t e par Johnston 155). A i n s i , avec les personnages des annees 60 chers a Tremblay, l e s Torontois pouvaient renouer avec une image du Quebec qui leur e t a i t familiere sans avoir a t e n i r compte d'un element revolutionnaire de l ' e c r i t u r e tremblayenne, puisque l a traduction avait pour consequence de l'annuler: l'emploi du joual. C'est done une tout autre representation de «1'effet Tremblay» et du mouvement a i n s i lance que s'est f a i t e un public anglophone unilingue, incapable de percevoir les enjeux lin g u i s t i q u e s et c u l t u r e l s de cette nouvelle dramaturgie. D ' a i l l e u r s , selon Koustas, les c r i t i q u e s torontoises consacrees a Tremblay «indicate that he triumphed as a Canadian, not Quebec, playwright due primarily to the u n i v e r s a l i t y , not gueJbecitude of h i s plays» ("From 'Homespun'" 93). D ' a i l l e u r s , apres bien des tentatives plus ou moins convaincantes, l a question de l a t r a d u i s i b i l i t t du joual en langue anglaise, surtout au dtbut des annees 70, demeure entiere. Quel equivalent l i n g u i s t i q u e aurait pu contenir pour l e public canadien-anglais l e s connotations s o c i o - c u l t u r e l l e s associees a l'emploi et a l a canonisation du joual sur les scenes du Quebec a cette epoque? Le fabuleux succes des traductions ecossaises des pieces de Tremblay est eloquent a cet 6gard. S i The Guid S i s t e r s , traduction ecossaise de B i l l Findley effectuee en 1989, est devenue l a piece l a plus jouee en Ecosse, c'est que l e s communautes socio-linguistiques ecossaise et quebecoise ont en commun plusieurs t r a i t s contextuels: 79 Both cultures have been, i f not oppressed, then circumscribed. . . . Both cultures have grappled with "English" contempt; t h e i r churches have l i o n i z e d s e l f - d e n i a l and g u i l t ; nostalgia for the r u r a l past runs deep; even the populations have roughly the same s i z e . (Honore C5) De plus, chaque langue est segmentee en niveaux qui presentent de fortes correspondances: s i m i l a i r e au rapport qu'entretient l e franco-quebtcois avec l e francais, l'ecossais derive du v i e i l anglais et s u i t une courbe qui va du vernaculaire, aux accents ruraux, vers une langue urbaine plus soutenue, dans laquelle 1' anglais standard sert de langue veLiiculaire. Enfin, dans chaque societe, l a langue vernaculaire, malgre qu'elle s o i t stigmatisee, occupe une fonction symbolique. «Quebec and Scotland are s t i l l plagued by the same unresolved ambivalence: the vernacular i s loudly touted as a p i l l a r of nationhood and qu i e t l y r e v i l e d f or i t s proletarian associations» (Honore C5). Bien que le joual n'ait plus en 1990 l a valeur emblematiqued'autrefois, i l demeure que son apparition sur les scenes du Quebec a l a f i n de l a Revolution t r a n q u i l l e f ut un evenement c u l t u r e l de premiere importance. A i n s i , l a fort e parente des contextes et des valeurs symboliques att r i b u t e s aux Vernaculaires ecossais et quebecois rend possible une e t r o i t e adequation, laquelle demeure d i f f i c i l e a atteindre pour l'anglo-canadien ne disposant pas de ressources socio-linguistiques comparables. S i l e Quebec f a i t preuve d'un grand erithousiasme pour l a traduction quebecoise de textes dramatiques etrangers depuis 1968, on peut parallelement y observer au dtbut des annees 80 un in t e r e t grandissant pour l a traduction anglaise d'oeuvres quebtcoises. Les structures de soutien a l a traduction mises sur 80 pied au Centre d'essai des auteurs dramatiques favoriseront d'abord l'Schange entre Montreal et New York avant de se pencher sur l a dramaturgie anglo-queb6coise et anglo-canadienne avec l a creation du programme «Transmission» en 1984-85 par l e CEAD et l e Playwrights' Workshop Montreal, auxquels se joindra l e Toronto Free Theatre. En 1989, l e projet «Passage» est inaugurS par l e CEAD et l e P r a i r i e Theatre Exchange et l e projet «Interact» r6unit en 1996 l e CEAD et l e Factory Theatre de Toronto. Sous forme d ' a t e l i e r s consacrSs a l a traduction et de lectures publiques des oeuvres a i n s i traduites, ces organismes auront contribue de 1984 a 1994 a l a promotion de quelque 32 pieces franco-quebecoises et 9 pieces anglo-quebecoises ou anglo-canadiennes en traduction. On peut observer i c i l'6mergence, depuis 1984, d'un ph^nomene f o r t intSressant en ce qui a t r a i t au marchS de l a traduction d'oeuvres dramatiques au Canada: non seulement pratique-t-on activement l a traduction franco-qu6b6coise d'oeuvres etrangeres au Quebec, mais on y exporte aussi, massivement, l a traduction anglaise d'oeuvres loca l e s . Le Centre d'essai des auteurs dramatiques, rebaptisS Centre des auteurs dramatiques en 1990, consacre d ' a i l l e u r s une publication aux oeuvres quebScoises traduites en anglais dont i l f a i t l a promotion. Quebec Plays i n Translation: A Catalogue of Quebec Playwrights and Plays i n English Translation fut public en 1990 sous l a d i r e c t i o n de Maureen LaBontS et de Linda Gaboriau, laquelle est responsable de l a promotion de pieces qu6b6coises en version anglaise au sein du CEAD depuis 1986. Ce catalogue a i n s i que l e supplement paru en 1994 regroupent 168 pieces pour 81 adultes et pour enfants, e c r i t e s par 54 auteurs entre 1951 et 1994. Au nombre des traducteurs, on retrouve en tete l a MontrSalaise Linda Gaboriau avec 31 traductions a son a c t i f , dont 13 avant et 18 depuis 1990. Vient en second l i e u l e Torontois John Van Burek avec 23 traductions, dont 7 en collaboration avec B i l l Glassco. De ce nombre, 14 ont ete effectuees dans les annees 70, 5 dans les annSes 80 et 4 dans les annees 90. Viennent ensuite les MontrSalaises Maureen LaBont6, qui signe 15 traductions dont 10 avant et 5 apres 1990, et enfin Shelley Tepperman qui en signe 7 apres 1990. Cette c e n t r a l i s a t i o n quebecoise du marche de l a traduction theatrale anglaise s i g n i f i e qu'a p a r t i r du milieu des ann6es 80 une tendance i r a en s'accentuant: l a s e l e c t i o n des oeuvres charg^es de repr6senter l e Quebec francophone se fera au Quebec meme. En outre, non seulement choisira-t-on sur place l'oeuvre a exporter, on y decidera aussi des strategies de traduction a l u i appliquer. Contrairement a l a mediation habituelle voulant qu'une oeuvre en traduction migre d'un contexte c u l t u r e l a un autre, les pieces qu6b6coises des dix dernieres annees seront traduites selon les normes en vigueur dans leur contexte d'origine. II s e r a i t int^ressant, dans une recherche u l t ^ r i e u r e , de proc^der a une etude d ^ t a i l l e e des consequences de ce phenomene sur 1'image et l a reception de l a dramaturgie franco-qu6b6coise au Canada anglais pendant l a p^riode visee. «A Certain Window on Quebec» II s e r a i t trop long de passer en revue les nombreuses traductions anglaises de pieces quebScoises recens^es pour cette 82 etude et presenters dans l e tableau III annexe a cet ouvrage. Nous en retiendrons toutefois certains elements observables d'un point de vue s t a t i s t i q u e . Mais, auparavant, quelques precisions s'imposent quant a l a nature des traductions retenues pour ce b i l a n : n'y sont i n s c r i t e s que les traductions pour public adulte qui ont f a i t 1'objet d'une publication ou d'une production au Canada. La traduction de l a piece du Frangais Marc Lescarbot, The Theatre of Neptune i n New France, dont l a creation avait eu l i e u en 1606 a Port-Royal, n'a pas ete retenue. Toutefois, les traductions des pieces de Joseph Quesnel, Antoine Gerin-Lajoie, Louis-Honore Frechette et Elzear Paquin parues dans l e quatrieme volume de 1'anthologie Canada's Lost Plays, Colonial Quebec: French-Canadian Drama, 1606 to 1966, publiee en 1982 sous l a di r e c t i o n d'Anton Wagner, ont ete i n s c r i t e s au corpus a i n s i que les oeuvres de l'Acadienne Antonine M a i l l e t , lesquelles furent traduites, publiees et produites au Quebec. Enfin, les pieces bilingues, comme Bal c o n v i l l e de David Fennario, du multilingues, comme c e l l e s de Robert Lepage, qui sont tres rarement publiees et donnent l i e u a de substantielles reecritures, n'ont pas e t t retenues. La piece Polygraph. par exemple, fut d'abord presentee en frangais a Quebec en 1988 avant d'etre modifiee l'annee suivante pour l a production montrealaise. Cette version donna l i e u a une traduction anglaise de G y l l i a n Raby qui fut presentee a Londres en 1989, publiee dans Canadian Theatre Review en 1990 et reprise en 1993 par Jerry Wasserman dans l e deuxieme volume de 1'anthologie Modern Canadian Plays (Wasserman 294). Toutefois, de 1990 a 1992, l e texte frangais continua de se transformer selon l a nature meme du «work i n 83 progress» pratique par l'equipe de Lepage. A i n s i , 1'extreme mutability de pieces qui, de toute facon, ne sont publi6es que tres rarement rend d i f f i c i l e leur i n s e r t i o n dans l e cadre de cette 6tude s t a t i s t i q u e . De l a meme maniere, ont ete exclues les multiples traductions anglaises du m6gasucces quSbecois Broue qui, depuis 1979, a f a i t l a tournee des scenes mondiales dans des versions l e plus souvent adapters au contexte immediat par les comediens-auteurs eux-memes. Enfin, les traductions qui ont ete pr6sent6es en lecture seulement et les pieces pour jeune public n'ont pas ete retenues pour cette 6tude. E l l e s figurent toutefois dans l e Tableau I I I . Parmi les pieces recens6es entre 1951 et 1994, 2 pieces furent produites ou publiees en traduction dans les annees 50 et 9 dans les annees 60. De ces pieces, Gratien GSlinas et Robert Gurik en signent chacun 3, pendant que Marcel Dub6 et Jacques Languirand ont chacun 2 pieces traduites. Chez les traducteurs, Kenneth Johnson signe 3 versions anglaises, parmi lesquelles figurent deux pieces de Gratien G61inas, et Marc F. GSlinas signe les traductions des 3 pieces de Gurik. Enfin, Albert Bermel t r a d u i t les deux pieces de Jacques Languirand. Les annees 70 sont dominies par Michel Tremblay, dont 11 pieces seront traduites entre 1973 et 1979. John Van Burek signe 10 de ces traductions, dont 3 en collaboration avec B i l l Glassco. Van Burek traduira aussi 3 pieces de Jean Barbeau, l e deuxieme auteur l e plus t r a d u i t pendant les ann6es 70 avec 5 pieces en traduction. Le traducteur A l l a n Van Meer signe 6 traductions de pieces de Tremblay, Robert Gurik, Serge Mercier, Claude Roussin 84 et Reynald Tremblay. II y aura en tout 35 traductions produites ou publiees pendant les annees 70. Parmi les 35 pieces en traduction produites ou publiees pendant les anntes 80 figurent 4 pieces de Tremblay et 2 pieces de chacun des auteurs suivants: Jovette Marchessault, Rene-Daniel Dubois, Marco Micone et Antonine M a i l l e t . La traductrice Linda Gaboriau signe 5 traductions, Van Burek en signe 3 a i n s i que Maureen LaBonte. Luis de Ctspedes, qui avait signe deux versions franchises de pieces canadiennes, signe i c i les versions anglaises de deux pieces franco-quebecoises. II y aura aussi 4 pieces mises en lecture. De 1990 a 1994, plus de 20 traductions de pieces quebecoises seront produites ou publites au Canada et 17 autres pieces seront mises en lecture. Michel Marc Bouchard signe 3 pieces produites et publiees en traduction. Michel Garneau est l'auteur d'une piece produite et publiee et de 2 pieces mises en lecture. Ces s i x traductions sont l'oeuvre de Linda Gaboriau, qui signera d ' a i l l e u r s 10 des 20 traductions i n s c r i t e s au tableau des annees 1990 a 1994. Normand Chaurette et Michel Tremblay ont chacun 2 pieces en traduction pendant cette periode. Avec un t o t a l de 101 pieces produites ou publiees en version anglaise, les auteurs quebecois les plus t r a d u i t s sont Michel Tremblay avec 18 pieces, Jean Barbeau et Robert Gurik avec 6 pieces chacun. Jovette Marchessault en a 5 et Gratien Gelinas, 4. Michel-Marc Bouchard, Normand Chaurette, Marcel Dube, Rene-Daniel Dubois, Michel Garneau et Marie Laberge comptent chacun 3 pieces produites ou publiees en traduction. Chez les traducteurs, l a scene est dominee par Linda Gaboriau, avec 16 85 traductions produites ou publiees, et John Van Burek, avec 12 traductions. Le tandem Glassco-Van Burek en a signe 7 et John Van Meer, 6. Enfin, Henry Bei s s e l , Marc F. Gelinas, Kenneth Johnson, Maureen LaBonte et P h i l i p W. London en ont chacun 3 a leur a c t i f . Les oeuvres i n s c r i t e s au corpus Pour s^lectionner les oeuvres qui feront l'objet d'une analyse descriptive plus d 6 t a i l l e e , des coupes synchroniques sont effectues sur l'axe diachronique aux niveaux presentant l a plus grande correspondance dans 1'act i v i t y traduisante franco-queb^coise et anglo-canadienne. Dans les segments a i n s i obtenus, l e choix s'est orients vers les auteurs et les traducteurs les plus frSquemment c i t 6 s dans les tableaux presented en annexe. Enfin, les textes dont les traductions ont f a i t l'objet d'une ou plusieurs productions et d'au moins une publication ont ete p r i v i l S g i S s . C'est Tit-Cog de Gratien Gelinas, dans une version anglaise de Kenneth Johnson produite en 1951, qui inaugure l'ere des echanges dramatiques par l a traduction entre l e Quebec et l e Canada anglais. Toutefois, ce n'est que 18 ans plus tard qu'apparait l a premiere traduction quebecoise d'une piece canadienne, The Ecstasy of Rita Joe de George Ryga, dans une adaptation quebecoise de Gratien G61inas. II faut done proceder a une premiere segmentation assez large pour rendre compte des debuts de l a traduction de part et d'autre sans toutefois couvrir des 6poques trop Sloignees. Comme 1'adaptation de l a piece de George Ryga signee par Gratien Gelinas en 1969 n'a pas ete 86 publiee et que l a version f i n a l e de cette traduction est d i f f i c i l e m e n t i d e n t i f i a b l e parmi les nombreuses versions manuscrites conservees aux archives de l a Bibliotheque nationale du Quebec, ce sera l a piece de John Herbert, Aux yeux des hommes, traduite en 1970 par Rene Dionne et publite l a meme annee, qui sera retenue pour ce premier segment. Couvrant une periode de neuf ans, ce premier segment comprend en outre l a traduction de l a deuxieme piece de Gratien Gelinas, B o u s i l l e and the J u s t f publiee en 1961 par Kenneth Johnson. Une deuxieme coupe, effectuee au dtbut des annees 70, impose un c e r t a i n choix. En e f f e t , Charbonneau et l e Chef de John McDonough a connu un tres grand succes au Quebec ou l a piece a ete publiee en 1974, apres avoir connu de multiples productions en 1971, 1972 et 1973. C'est aussi en 1973 qu'est acclamee a Toronto l a celebre piece de Michel Tremblay Les Belles Soeurs, dans une traduction de B i l l Glassco et John Van Burek. Les annees 70 sont d ' a i l l e u r s dominees par Michel Tremblay avec onze pieces traduites entre 1973 et 1979, dont t r o i s traductions du tandem Glassco-Van Burek et sept de John Van Burek. Les deux pieces a i n s i retenues ont t t e publiees en 1974. Pendant les annees 80, quinze auteurs anglo-canadiens font leur apparition sur les scenes qutbecoises. Parmi ceux-ci, Norm Foster a deux pieces produites en traduction en 1989 et une autre en 1994, ce qui en f a i t l'auteur canadien l e plus t r a d u i t avant 1995. Comme on l e souligne dans l e catalogue de Playwrights Union of Canada, sa piece The M e l v i l l e Boys «has made Foster one of Canada's most produced playwrights» (Humphries 42). En outre, e l l e fut presentee en 1989 au Theatre de l ' l l e , un important l i e u 87 de production du theatre canadien-anglais puisque s i x traductions de pieces canadiennes y ont ete produites entre 1988 et 1994. Enfin, e l l e est traduite par Paul L a t r e i l l e , qui signe deux traductions dans les annees 80. Les freres Mainville de Norm Foster a done et6 retenue pour 1'analyse desc r i p t i v e . Pendant l a premiere moitie de l a d6cennie, deux pieces de David Freeman ont ete traduites par Louison Danis et produites au Quebec. Ces traductions, disponibles en version manuscrite a l a bibliotheque de l'Ecole nationale de theatre du Canada, sont parfois d i f f i c i l e s a d e c h i f f r e r . Le texte qui contient l e moins de ratures, ce qui l e rend par consequent plus l i s i b l e et plus f i a b l e , est Le b e l i e r , presente au Theatre d'Aujourd'hui en 1984. Dans un souci de repr6sentativit6 du theatre canadien-anglais de l'6poque, ce texte sera aussi soumis a 1'analyse d e s c r i p t i v e . Du cote des pieces qu6b6coises, ce segment r e t i e n t The Edge of Earth i s Too Near P V i o l e t t e Leduc. une piece de Jovette Marchessault traduite par Suzanne de Lotbiniere-Harwood et produite a Toronto en 1986, mais non publiee. C'est un souci de variety qui a d i c t e ce choix puisque les autres pieces de Marchessault traduites a cette epoque sont l'oeuvre de Linda Gaboriau, dont deux traductions seront retenues pour l e prochain segment. La seconde traduction anglaise d'une piece qu6b6coise incluse dans ce segment est Provincetown Playhouse, July 1919, I was 19 de Normand Chaurette, dont l a traduction de William Boulet fut produite a Toronto en 1986 et publiee en anthologie l a meme annee. Bien que les quatre premieres annees de l ' a c t u e l l e d6cennie off r e n t un grand nombre de t i t r e s en traduction de part et 88 d'autre, l e choix des pieces a r e t e n i r est toutefois sounds a une contrainte p a r t i c u l i e r e : l a predominance de certains traducteurs, dont Linda Gaboriau qui signe dix des vingt traductions produites et cinq des huit traductions publiees. Puisque les normes tr a n s l a t i v e s p r i v i l e g i e e s par cette traductrice, parce qu'elles sont appliqutes a un s i large corpus, doivent profondement modeler l a perception anglo-canadienne du theatre qutbtcois, deux de ses traductions sont retenues. La premiere fut produite et publiee en 1990. II s'agit de Warriors de Michel Garneau, un des auteurs quebecois les plus traduits avec t r o i s pieces produites, dont deux furent publiees, et deux autres mises eh lecture entre 1974 et 1994. La seconde est The Orphan Muses de Michel Marc Bouchard, publiee en 1993 et produite au debut de 1995. Du cote anglophone, Judith Thompson est incontournable bien qu'aucune de ses pieces en traduction n'ait ete publite. La premiere piece de Thompson traduite par Robert Vezina et produite en 1990, Je suis a t o i . sera ttudiee dans l a version manuscrite deposee a l'Ecole nationale de theatre. Enfin, i l est impossible de ne pas inclure Brad Fraser dans cette etude p u i s q u ' i l est l e second dramaturge anglo-canadien l e plus t r a d u i t au Quebec. Sa piece, L'homme l a i d , fut produite et publiee en 1993 dans une version quebecoise de Maryse Warda. C'est l e cadre methodologique developpe dans l e prochain chapitre qui s e r v i r a a l'ttude des pieces selectionnees. Une f o i s cet aspect theorique mis au point, i l sera possible de proceder a 1'analyse descriptive des oeuvres qui viennent d'etre i n s c r i t e s au corpus. 89 Notes 1 Selon Hans Robert Jauss, l a perception d'une oeuvre est soumise a un ensemble de regies fondles sur les experiences anterieures du lecteur et determinant ce q u ' i l appelle 1'horizon d'attente de cette oeuvre, c'est-a-dire «le systeme de references objectivement formulable qui, pour chaque oeuvre, au moment ou e l l e apparait, resulte de t r o i s facteurs principaux: 1'experience prealable que l e public a du genre dont e l l e reieve, l a forme et l a thematique d'oeuvres anterieures dont e l l e presuppose l a connaissance et 1'opposition entre langage poetique et langage pratique, monde imaginaire et realite quotidienne». Pour une esthetique de l a reception (Paris: Gallimard, 1978) 49. 2 Voir Desbiens, J.-P., Les insolences du frere Untel (Montreal: Les Editions de l'Homme, 1960). 3 A ce sujet, v o i r 1 ' a r t i c l e de Lise Gauvin «Litterature et langue pariee au Quebec,» Etudes francaises 10.1 (1974): 80-119. Voir aussi les ouvrages suivants: Andre Brochu, La grande langue (Montreal: XYZ, 1993); Rainier Grutman, Des langues qui resonnent (Montreal: Fides, 1997). 4 Pour une analyse plus detainee, v o i r 1 ' a r t i c l e de Paul Lefebvre et Pierre Ostiguy «L'adaptation theatrale au Quebec,» Jeu 9 (1984): 36-37. 5 Voir l'ouvrage de G i l b e r t David et Pierre Lavoie, eds. Le monde de Michel Tremblay (Montreal: Jeu/Lansman, 1993). 6 Pour un compte rendu des a c t i v i t e s du programme d'aide a l a traduction du Conseil des Arts du Canada, v o i r 1 ' a r t i c l e de Ruth Martin "Translated Canadian Literature and Canada Council Translation Grants 1972-1992: The E f f e c t on Authors, Translators and Publishers, 1 1 E l l i p s e 51 (1994): 54-84. 7 Voir l ' a r t i c l e de Jean D e l i s l e «Dans les coulisses de l'adaptation theatrale,» C i r c u i t 12 (1984): 3-8. 8 L ' i n v e n t a i r e des repertoires en traduction effectue dans l e cadre de cette etude puise aux l i s t e s et catalogues du Centre des auteurs dramatiques, du Playwrights' Workshop Montreal, de l a bibliotheque de l'Ecole nationale de theatre du Canada a i n s i qu'aux sources suivantes: Maureen LaBonte et Linda Gaboriau, ed., Quebec Plays i n Translation: A Catalogue of Quebec Playwrights and Plays i n English Translation, (Montreal: CEAD, 1990, and 1994 supplement). Louise Forsyth, "Translations, English to French," The Oxford Companion to Canadian Theatre, ed. Eugene Benson and L.W. Conolly (Toronto: Oxford UP, 1989) 564-566. 90 John J . O'Connor, "Translations, French to English," The Oxford Companion to Canadian Theatre, ed. Eugene Benson and L.W. Conolly (Toronto: Oxford UP, 1989) 566-567. Richard Giguere, «Traduction l i t t e r a i r e et "image" de l a l i t t e r a t u r e au Canada et au Quebec.» Translation i n Canadian Li t e r a t u r e : Symposium 1982. ed. Camille La Bossiere (Ottawa: U of Ottawa P, 1983) 47-60. Denis W. Johnston, Up the Mainstream: The Rise of Toronto's Alternative Theatres. 1968-1975 (Toronto: U of Toronto P, 1991). Jane Koustas, "From Gelinas to C a r r i e r : C r i t i c a l Response to Translated Quebec Theatre i n Toronto," Studies i n Canadian Literature 17.2 (1992): 109-128. Glen Nichols, "Uneven Solitudes: Theatre Translations i n Canada," Association for Canadian Theatre Research Conference, Learned Societies Congress, Brock University, 25 May 1996. Mariel O'Neil-Karch et Pierre Paul Karch, «Le Theatre quebecois a Toronto,» Revue d ' h i s t o i r e l i t t e r a i r e du Quebec et dU Canada franpais: l e theatre 5 (1983): 99-105. P h i l i p Stratford, Bibliographie de l i v r e s canadiens tr a d u i t s de 1'anglais au francais et du francais a 1'anglais/Bibliography of Canadian Books i n Translation: French to English and English to French, 2e ed. (Ottawa: Conseil canadien de recherches sur les humanites, 1977). Je suis particulierement reconnaissante a Glen Nichols, qui m'a f a i t parvenir une l i s t e des traductions recensees dans l e cadre de sa recherche, a i n s i qu'a Rene Dionne, Paul L a t r e i l l e et Maryse Warda pour leur aimable contribution. 9 Pour une analyse de l'ideologie dont releve 1'attribution de divers prix canadiens et qutbtcois, v o i r Canadian Theatre Review 51 (1987) a i n s i que l'ouvrage de Robert Yergeau A tout p r i x . (Montreal: Triptyque, 1994). 1 0 Pour un compte rendu plus d t t a i l l e , v o i r , entre autres, l'ouvrage d'Eugene Benson et L. W. Conolly, English-Canadian Theatre (Toronto: Oxford UP, 1987). 91 Chapitre 3 CADRE THEORIQUE Inspired des travaux d'ltamar Even-Zohar sur l e polysysteme l i t t e r a i r e , qui furent rassembles dans un numSro special de l a revue Poetics Today paru en 1990, l'hypothese fonctionnaliste exprimee par Gideon Toury dans In Search of a Theory of Translation (1980) et Descriptive Translation Studies and Beyond (1995) fournira a 1'analyse du corpus son cadre thSorique et mSthodologique. Ce dernier sera en outre augmente d'Elements empruntSs a l a methode c r i t i q u e esquissSe par Antoine Berman dans Pour une c r i t i q u e des traductions: John Donne (1995). Parce qu'elle propose une Stude descriptive et systemique du phenomene t r a n s l a t i f , l'approche fonctionnaliste developpee pendant les annSes 70 inaugure un nouveau paradigme en traductologie. FondSe sur 1'observation des textes t r a d u i t s , ou textes-cibles, pour y etudier l e processus qui r e g i t leur i n s e r t i o n au sein de l a l i t t e r a t u r e d'accueil, l'approche fonctionnaliste tranche nettement avec les mSthodes prescriptives t r a d i t i o n n e l l e s reposant sur l'Stude du texte-source, pour lequel on propose un produit i s s u d'hypothStiques formules censSes reprSsenter une facon idSale de traduire. II ne s'agit plus i c i de dire comment on doit traduire, mais de v o i r plutot comment on tr a d u i t , comment l a traduction faconne l e texte etranger de t e l l e sorte q u ' i l puisse fonctionner au sein du contexte rScepteur. En outre, contrairement aux approches t r a d i t i o n n e l l e s qui dSbordent rarement l e cadre du texte, voire de l a phrase ou de 1'unit6 l e x i c a l e , l a mSthodologie fonctionnaliste prend en compte l e plus grand nombre de textes possibles au sein d'un contexte c u l t u r e l donne. Puisque l a l i t t e r a t u r e est concue comme un ensemble systemique, l a valeur normative d'une strategie t r a n s l a t i v e reposera sur l a frequence de son emploi dans les textes l i t t e r a i r e s formant systeme. A i n s i , les phenomenes observes ne relevent plus de cas i s o l e s mais d'une dynamique propre au systeme etudie. Fondle done sur 1'etude descriptive des strategies t r a n s l a t i v e s appliquees aux textes-cibles, l'approche fonction-n a l i s t e a pour objet d'ojbserver la fonction de l a l i t t e r a t u r e traduite dans son contexte adoptif et l a pos i t i o n qui l u i est assignee au sein du polysysteme rtcepteur. Strategies, fonction et position sont done indissociables. De nature semiotique, l e terme «fonction» est a i n s i d e f i n i par Gideon Toury: «the "value" assigned to an item belonging i n a ce r t a i n system by vi r t u e of the network of re l a t i o n s i t enters into» (Descriptive Translation 12). La notion de systeme dont i l est i c i question est empruntee a l a theorie du polysysteme proposee par Itamar Even-Zohar, lequel s'inspire du modele de communication mis au point par Roman Jakobson et du concept de systeme l i t t e r a i r e developpe par Boris Ejxenbaum et J u r i j Tynjanov. Le polysysteme l i t t e r a i r e Mis au point en 1958 par l e l i n g u i s t e et semioticien russe Roman Jakobson, l e modele de communication propose dans Essais de lin g u i s t i q u e generale (214) comprend s i x facteurs representant s i x fonctions, dont 1'importance varie selon l a visee a t t r i b u t e a l'acte de communication. Ces facteurs et les fonctions qui leur 93 correspondent peuvent etre schematiquement reprtsentes comme s u i t : FIGURE 1 Modele de communication contexte ( r e f e r e n t i e l l e ) destinateur (emotive) . .message, (poetique) destinataire (conative) contact (phatique) code (metalinguistique) Selon ce modele, l'acte de communication met en scene un destinateur qui adresse un message a un destin a t a i r e . Pour etre operant, ce message requiert un contexte auquel i l renvoit, un contact entre l e destinataire et l e destinateur et un code qui leur s o i t commun. Lorsque l a communication met 1'accent sur l e contexte, c'est-a-dire sur l a visee cognitive du message, comme l e font l a majorite des messages, sa fonction premiere est r e f e r e n t i e l l e . Lorsque l'accent est mis sur l e destinateur, l a communication remplit une fonction emotive puisque 1'attitude du sujet envers ce dont i l parle est de tendre «a donner 1'impression d'une certaine emotion, vraie ou feinte» (Jakobson 214). L'acte de communication est avant tout conatif l o r s q u ' i l a pour fonction premiere de f a i r e en sorte que l e destinataire prenne connaissance du message. Lorsque 1'accent est mis sur l e code u t i l i s e , comme dans les travaux c r i t i q u e s ou theoriques, i l remplit une fonction metalinguistique. Quand 1'accent est mis sur l e contact, comme lorsqu'on parle a un nouveau-ne, l a fonction premiere est alors phatique, ce qui s i g n i f i e qu'elle a pour seul o b j e c t i f d ' S t a b l i r un contact. Dans l e contexte d'une oeuvre l i t t e r a i r e , Jakobson soutient que l a fonction primordiale de l'acte de communication est poetique puisque l e message l i t t e r a i r e met 1'accent «sur l e message pour son propre compte» (Jakobson 218), c'est-a-dire sur l a poetique du message plutot que sur l e contenu c o g n i t i f , l e code u t i l i s S ou l e contact e t a b l i . Itamar Even-Zohar reprend ce modele pour l'appliquer non plus a un acte ou a un texte i s o l 6 s mais a 1'ensemble des phenomenes qui composent un systeme l i t t e r a i r e concu comme Stant «[t]he complex of a c t i v i t i e s , or any section thereof, for which systemic r e l a t i o n s can be hypothesized to support the option of considering them literary» ("The 'Literary' System" 28). Cette d e f i n i t i o n plutot c i r c u l a i r e emprunte a l a v i s i o n exprimSe par l e formaliste russe Boris Ejxenbaum, qu'Even-Zohar presente a i n s i : l i t e r a t u r e as an aggregate of a c t i v i t i e s , which i n terms of systemic r e l a t i o n s behaves as a whole, although each separate a c t i v i t y among these (or any part thereof) may at the same time p a r t i c i p a t e i n some other whole, yet be governed there by different rules and correlated with d i f f e r e n t factors. ("The 'Lite r a r y ' System" 30, 31) Cet ensemble d' a c t i v i t S s r e l i e e s a l a chose l i t t e r a i r e obSit a certaines l o i s qui sont inhSrentes au systeme et gouvernent l a production l i t t e r a i r e . Ces a c t i v i t S s , de natures diverses, sont regroupSes en six facteurs, issus des facteurs i d e n t i f i e s par Jakobson, et prSsentSs dans l e modele systemique suivant proposS par Even-Zohar ("The 'Literary' System" 31): 95 FIGURE 2 Modele du systeme l i t t e r a i r e i n s t i t u t i o n repertoire producteur consommateur marche produit Les s i x facteurs internes regroupes i c i representent les d i f f 6 r e n t s secteurs d ' a c t i v i t 6 s du systeme l i t t e r a i r e , lesquels sont interdependants les uns des autres. Le producteur represente les groupes ou communautes sociales de gens organises et engages dans l a production l i t t e r a i r e . Ces groupes forment aussi une partie de 1 ' i n s t i t u t i o n puisqu'ils contribuent activement, de pair avec les agences gouvernementales, l' a p p a r e i l s c o l a i r e , l a c r i t i q u e et l e s medias, a 1'elaboration des normes appliquees par 1 ' i n s t i t u t i o n a f i n de maintenir et poursuivre cette a c t i v i t e s o c i o - c u l t u r e l l e qu'est l a l i t t e r a t u r e . Le consommateur est une en t i t e sociale representant l e public en general. Le marche est 1'ensemble des elements r e l i e s a l a vente et a 1'achat des produits l i t t e r a i r e s , a leur promotion et a leur consommation. Le repertoire designe 1'ensemble des codes et des l o i s qui regissent l a production l i t t e r a i r e et 1'usage assigne aux produits obtenus. Basee sur une connaissance et une acceptation de ces l o i s , l a notion de repertoire s'apparente au concept d'haJbitus mis au point par Pierre Bourdieu et qu' Even-Zohar d e f i n i t a i n s i : «a repertoire of models acquired and adopted (as well as adapted) by individuals and groups i n a given milieu, 96 and under the constraints of the p r e v a i l i n g system r e l a t i o n s dominating t h i s milieu» ("The 'Li t e r a r y ' System" 42). Enfin, l e produit correspond a tout ensemble de signes ou de comportements resultant d'une a c t i v i t y au sein du systeme. Bien que les textes soient les produits l i t t e r a i r e s les plus evidents, i l s peuvent aussi s e r v i r de support a d'autres produits. Par exemple, lorsqu'on etudie l a l i t t e r a t u r e sous un angle culturologique, ce sont l e s representations c u l t u r e l l e s vehiculees par les textes qui constituent l e produit l i t t e r a i r e . Ayant a i n s i d e f i n i l a nature d'un systeme l i t t e r a i r e , Even-Zohar souligne que ce systeme n'est pas homogene. En e f f e t , chaque genre l i t t e r a i r e compose un systeme en s o i , possedant ses propres l o i s tout en etant dependant des autres systemes avec lesquels i l est en r e l a t i o n . II en va de meme pour l a l i t t e r a t u r e en traduction, qui obeit a un ensemble de l o i s dont certaines l u i sont p a r t i c u l i e r e s . En outre, l a dimension historique du systeme, voulant que ce dernier s o i t en constante evolution puisque q u ' i l d o i t constamment se renouveler, s i g n i f i e que plusieurs options y coexistent simultanement a des degres d'intensite varies selon qu'elles appartiennent a l a t r a d i t i o n ou qu'elles constituent 1'avant-garde. Dans ce modele polysystemique, chaque systeme possede une structure hierarchique ou l e centre, constitue par l a norme dominante, sert de modeie a des elements des couches peripheriques. Selon une necessite evolutive, l e centre du systeme doit exploiter l e modele l e plus recent jusqu'a ce que son e f f e t de nouyeaute s'estompe et, par l a su i t e , en proposer de nouveaux. C'est a i n s i que 1 ' i n s t i t u t i o n l i t t e r a i r e impose une 97 norme et l a maintient jusqu'a ce qu'elle s o i t repoussee en peripherie par un nouvel element qui vient a son tour occuper l e centre du systeme et constituer l a nouvelle regie. Une t e l l e conversion a ete operee au sein du polysysteme quebecois en 1968 avec l a canonisation du joual comme langue de scene. Auparavant confinee aux couches peripheriques et non canonisees du polysysteme, cette langue populaire est alors venue occuper une position centrale et s'est imposee comme norme dominante. Vingt ans plus tard, toutefois, e l l e avait ete evincee au p r o f i t d'une langue quebecoise aux ressources beaucoup plus variees. Pour resumer, revenons a l a formule donnee au premier chapitre de cette etude et empruntee a Itamar Even-Zohar: l e polysysteme l i t t e r a i r e se presente comme un vaste ensemble dont «no p a r t i c u l a r part . . . can be analysed i n isolation» ("Polysystem Theory" 292) et qui est a i n s i d e f i n i : a heterogeneous open structure . . . a system of various systems which in t e r s e c t with each other and par t l y overlap, using concurrently d i f f e r e n t options, yet functioning as one structured whole, whose members are interdependent. ("Polysystem Theory" 290) La traduction l i t t e r a i r e au sein du polysysteme C'est ce modele polysystemique mis au point par Even-Zohar que Gideon Toury propose d'appliquer a 1'etude de l a traduction. Dans l'optique fonctionnaliste, l a l i t t e r a t u r e en traduction constitue done un des systemes qui composent l e polysysteme l i t t e r a i r e r6cepteur. Bien qu'elle s o i t soumise a certaines l o i s generales au sein du polysysteme d'accueil, l a l i t t e r a t u r e traduite posstde aussi sa propre dynamique et occupe une fonction 98 spScifique au sein de ce polysysteme. Pour determiner l a fonction occupee par l a traduction, i l importe de bien s a i s i r l a nature du ph^nomene que constitue l a traduction l i t t e r a i r e . Dans l'optique fonctionnaliste, l a traduction l i t t e r a i r e est d'abord un produit langagier appartenant au systeme m a t r i c i e l de l a langue-cible, ce qui s i g n i f i e qu'elle est t r i b u t a i r e des ressources dont dispose l a langue d'arrivee. E l l e est ensuite un produit textuel faconne par l e systeme l i t t e r a i r e recepteur, l e «secondary modeling system» (In Search 37) qui l u i s e r t de modele. Ce concept est emprunte au semioticien s t r u c t u r a l i s t e Iouri Lotman, pour qui «[l]'art est un systeme modeiisant secon-daire" en ce q u ' i l constitue une des «structures de communication qui se superposent au niveau l i n g u i s t i q u e naturel»(36), comme l e font, par exemple, le s mythes ou l a r e l i g i o n . «Ainsi l ' a r t peut etre d e e r i t comme un langage secondaire et l'oeuvre d'art, comme un texte dans ce langage» (37). Au theatre, l e texte est soumis a un ensemble de codes dialogiques, scenographiques et specta-c u l a i r e s composant une structure semiotique secondaire propre au genre dramatique dans un systeme l i t t e r a i r e donne. L'etude de l a traduction d o i t done prendre en compte non settlement l a contrainte l i n g u i s t i q u e imposee au texte t r a d u i t , mais aussi l e polysysteme l i t t e r a i r e qui l e fagonne et dont i l est l e produit. Elargie par Annie B r i s s e t dans Sociocritique de l a traduction: theatre et alterite au Quebec (1968-1988), l a perspective fonctionnaliste a par l a suite depasse l e cadre du polysysteme l i t t e r a i r e pour s'etendre au contexte s o c i o - c u l t u r e l qui l'englobe. De ce point de vue, l a traduction du texte l i t t e r a i r e , tout comme l a l i t t e r a t u r e qui l a r e c o i t , n'echappent 99 pas au discours s o c i a l , lequel est «forme de tous les enonces qui surgissent dans une soci6t6» (30) dans l a mesure ou i l s sont p r i s dans des «configurations ideologiques» (Angenot, c i t e par Brisset 30). A i n s i soumise au discours en vigueur dans l a societe qui l ' a c c u e i l l e , l a traduction l i t t e r a i r e est faconnee non seulement par des contraintes l i n g u i s t i q u e s et l i t t e r a i r e s mais aussi par des codes d i s c u r s i f s . Toutefois, meme e l a r g i , ce cadre theorique ne t i e n t pas compte d'un element es s e n t i e l a 1'etude du t r a v a i l accompli par l a traduction: 1 7action du sujet traduisant sur l e produit textuel dont i l est l'auteur. Bien que r e v e l a t r i c e de valeurs, d'idees, de tensions et de dispositions partageds par une c o l l e c t i v i t e donnee et agissant sur l a fagon de traduire, 1'etude des normes li n g u i s t i q u e s , l i t t e r a i r e s et discursives ne peut rendre compte de tous les deplacements observed au sein des textes t r a d u i t s . Comme l e souligne Antoine Berman, une traduction est necessairement i n d i v i d u e l l e puisqu'en derniere instance, e l l e «procede d'une i n d i v i d u a l i t e , meme soumise a des "normes,,» (Pour une c r i t i q u e 60). Plus l o i n dans ce chapitre, l a ref l e x i o n c r i t i q u e d'Antoine Berman sera mise a contribution pour tenter de cerner l'apport i n d i v i d u e l du traducteur au fonctionnement de l a l i t t e r a t u r e en traduction. L'hypothese fonctionnaliste La methodologie fonctionnaliste developpee par Gideon Toury propose de multiples categories dont les prochaines rubriques rendront compte. Bien que chaque categorie opere des di s t i n c t i o n s qui o f f r e n t d'interessantes perspectives de 100 classement des divers phenomenes observes en cours d'analyse, i l s e r a i t impossible de les prendre tous en compte systematiquement dans l e cadre de cette recherche. II est nScessaire toutefois, dans un souci de comprehension et de reprSsentativite, d'en fournir i c i une breve de s c r i p t i o n . 1 Nous verrons par l a suite quelles categories seront p r i v i l e g i S e s dans cette etude. L'equivalence fonctionnelle On appelle equivalence «l'identite de s i g n i f i c a t i o n " (Horguelin, Pratique 111) que propose l a traduction par rapport a une s i g n i f i c a t i o n o r i g i n a l e . Developpee d'abord dans un cadre li n g u i s t i q u e et p r e s c r i p t i f , 1'equivalence s'est imposee en tant que notion absolue, contenue dans un modeie unique et ideal. Rejetant cette conception non representative de l a realite, l'approche fonctionnaliste congoit 1'equivalence comme un phenomene empirique et observable par lequel un enonce en langue-c i b l e represente un enonce en langue-source au sein du contexte recepteur. Bien que les deux textes s'apparentent aux memes t r a i t s pertinents, l a hierarchie de ces t r a i t s d i f f e r e selon l e point de vue du texte- c i b l e et c e l u i du texte-source, respectivement soumis a des contraintes systemiques d i s t i n c t e s . Fagonnee par cette polarite, 1'equivalence d'une traduction l i t t e r a i r e se definit par l a position qu'elle occupe entre l e pole de 1'adequation (In Search 55), qui represente l a f i d e i i t e au texte de depart et a ses normes, et l e pole de 1'accepta-bility (In Search 55), qui r e g i t 1'insertion du t r a d u i t et sa reception dans les systemes lingui s t i q u e s et l i t t e r a i r e s d'arrivee. Cette position qu'assume l a traduction entre 101 1'adequation au texte-source et 1'acceptability dans l e contexte recepteur est determinee par l e s normes qui gouvernent l a s e l e c t i o n des enonces qui composeront l e t e x t e - c i b l e . A i n s i , l e concept d'equivalence est soumis aux normes qui regissent l a traduction de maniere a ce qu'elle s o i t une oeuvre valable dans l a langue-cible et qu'elle occupe une p o s i t i o n appropriee dans l e polysysteme l i t t e r a i r e v i s e , tout en representant un texte d'une autre langue occupant lui-meme une position dans un autre polysysteme l i t t e r a i r e . Ces deux principes sont souvent incompatibles. Dans 1 ' a r t i c l e i n t i t u l e «Translated Literature Within the L i t e r a r y System», Even-Zohar soutient que l a position occupee par l a traduction au sein du polysysteme d'arrived depend de 1'etat du systeme recepteur et du besoin auquel l a traduction repond au sein de ce systeme. A i n s i , les jeunes l i t t e r a t u r e s et l e s systemes l i t t e r a i r e s f a i b l e s ou en etat de c r i s e auront recours a l a traduction pour combler ce qui y est ressenti comme un vide. Dans de t e l l e s circonstances, l a traduction aura tendance a occuper une p o s i t i o n centrale au sein du contexte recepteur. S'ecartant alors des conventions existantes pour creer un nouveau modele, l e traducteur pourra tendre vers 1'adequation au texte o r i g i n a l et a ses normes. A 1'oppose, lorsque l a traduction est inseree dans un systeme stable, jouissant d'une longue t r a d i t i o n ou en p l e i n essor, e l l e aura tendance a reproduire l e modele dominant deja e t a b l i et a rechercher l a plus grande a c c e p t a b i l i t y au sein du polysysteme recepteur. Comme le souligne Even-Zohar, «not only i s the s o c i o - l i t e r a r y status of t r a n s l a t i o n dependent upon i t s position within the system, but the very practice of 102 t r a n s l a t i o n i s also strongly subordinated to that position» ("Translated L i t e r a t u r e " 51). L'emprunt, qui peut avoir l i e u entre des systemes appartenant au meme polysysteme ou entre polysystemes d i f f e r e n t s , se f a i t par l'entremise d'interferences, qu'Even-Zohar d e f i n i t de l a maniere suivante: a relation(ship) between l i t e r a t u r e s , whereby a ce r t a i n l i t e r a t u r e A (a source l i t e r a t u r e ) may become a source of di r e c t or i n d i r e c t loans for another l i t e r a t u r e B (a target l i t e r a t u r e ) . ("Literary Interference" 54) Ces interferences sont directes lorsque l'emprunt conserve sa forme i n i t i a l e . E l l e s sont indirectes lorsque l'emprunt d o i t passer par l a traduction. Even-Zohar considere l a traduction comme un element i n t e g r a l du systeme et soutient que cette a c t i v i t e «must therefore be recognized as a constraint of systemic nature, an in t e g r a l factor of transfer» ("Translation and Transfer" 77). Dans cette optique, i l propose «a tentative comprehensive law of t r a n s l a t i o n " ("Translation and Transfer" 77) q u ' i l d e f i n i t comme s u i t : In a target system B, either within the same polysystem or in a d i f f e r e n t polysystem—depending on whether i t i s stable or i n c r i s i s , and whether i t i s strong or weak, v i s - a - v i s a source system A—a target text b w i l l be produced according to transfer procedures plus the constraints imposed upon them by the intra-target-polysystem r e l a t i o n s , both governing and governed by the target-polysystem repertoire of e x i s t i n g and non-existing functions. ("Translation and Transfer" 78) Les fonctions q u a l i f i e e s i c i de «non existantes» sont c e l l e s que le polysysteme-cible n'a pas encore developp6es, mais qui peuvent exi s t e r a i l l e u r s et q u ' i l pourrait vouloir emprunter. 103 Des l o r s , selon l ' y t a t du polysysteme rtcepteur, l a traduction p r i v i l e g i e r a 1'adequation au texte-source ou 1'acceptability dans l e systeme-cible. Ces modeles en p o l a r i t y sont fagonnes par des normes, parfois c o n c i l i a b l e s , souvent incompatibles, avec lesquelles l a traduction d o i t negocier son ins e r t i o n au sein du contexte recepteur. Les normes Dans une society donnee, l a maniere de traduire est soumise a des contraintes modelant a des degres divers l e comporteraent des individus qui appartiennent a cette sociyty et en partagent les valeurs et les idyes. Ces regies e x p l i c i t e s ou i m p l i c i t e s , apprises au cours du processus de s o c i a l i s a t i o n , constituent ce qu'en termes sociologiques on appelle des «normes». De nature intersubjective, les normes forment un continuum a l l a n t d'un extreme absolu, reprysenty par des l o i s formuiyes, a un extreme su b j e c t i f , qui se manifeste en idiosyncrasies. Pour etre reconnue comme t e l l e , une norme doit se manifester avec une certaine r y g u l a r i t y , malgry qu'elle s o i t fondamentalement instable et marquye d'une s p y c i f i c i t e s o c i o - c u l t u r e l l e , puisque chacune ne s'applique pas au meme degry a tous les secteurs de 1'ac t i v i t y c u l t u r e l l e . Formant un ensemble propre a chaque communauty li n g u i s t i q u e , l i t t y r a i r e et s o c i o - c u l t u r e l l e , les normes agissent a toutes les etapes du processus t r a n s l a t i f et a tous les niveaux de production de l a traduction. Bien qu'elles soient de nature et d'intensity variyes, les normes appliquees a l a traduction p a r t i c i p e n t toutes d'une norme initiale (In Search 54). Cette «norme des normes» dytermine l a 104 valeur de l a traduction, c'est-a-dire l e type d'equivalence recherchS et selon lequel on p r i v i l e g i e r a l a recherche d'adequation—1'adherence au texte de depart et a ses normes—ou l a recherche d'acceptabilite—1'adherence aux normes actives dans les systemes langagier, l i t t e r a i r e et d i s c u r s i f du contexte recepteur. Dans l a pratique, l'approche globale adoptee par un individu pour l a traduction d'un texte en p a r t i c u l i e r prendra l a forme d'un compromis, a l a f o i s rencontre et confrontation entre les deux systemes en p o l a r i t e . Les normes traductionnelles se div i s e n t en deux groupes respectivement issus des deux questions centrales posees par l'hypothese fo n c t i o n n a l i s t e : quelles oeuvres choisit-on de traduire et comment les traduit-on? Ou, plus precisement, comment l e polysysteme r6cepteur r e g i t - i l l e choix du texte a traduire et l a facon de l e traduire? Presidant a l a sel e c t i o n des textes a traduire, les normes preliminaires (In Search 53) concernent l a p o l i t i q u e de traduction adoptee, l e s facteurs systematiques r e l i e s au choix des oeuvres, des auteurs, des traducteurs et des genres p r i v i i e g i e s ou rejetes par l a traduction, a i n s i que 1 ' u t i l i s a t i o n de versions intermediaires dans l e processus de traduction. Ces choix peuvent relever de plusieurs facteurs de nature commerciale, esthetique ou socio-c u l t u r e l l e . A un autre niveau, les normes operationnelles (In Search 54) orientent les decisions f a i t e s au moment de l a traduction. C e l l e s - c i appartiennent a deux genres. De nature matricielle (Descriptive Translation 58), e l l e s reievent du systeme modeiisant primaire et se rapportent a 1'existence meme du materiau de l a langue-cible pouvant s e r v i r de substitut au 105 materiau de l a langue-source, a sa d i s t r i b u t i o n et a sa segmentation dans l e texte. De nature linguistique ou textuelle, (Descriptive Translation 59), e l l e s relevent du «secondary modeling system» d e c r i t plus haut et se rapportent au choix exerce sur ce materiau en remplacement du texte o r i g i n a l . Ce choix est l i n g u i s t i q u e l o r s q u ' i l est r e l i e aux normes l e x i c a l e s , grammaticales, syntaxiques ou s t y l i s t i q u e s propres a une l i t t e r a t u r e donned; i l est textuel l o r s q u ' i l obeit a ce qui est percu comme approprit pour une oeuvre l i t t e r a i r e en traduction selon l e l i e u , l a periode, l e genre ou l a technique u t i l i s e d . Dans les deux cas, on est i c i en presence de normes i d e n t i f i e e s plus specifiquement au domaine du l i t t e r a i r e . A f i n de rendre compte de l a dimension s o c i o - c u l t u r e l l e de 1'analyse normative, un autre q u a l i f i c a t i f sera employe pour designer les normes relevant du discours s o c i a l dans l e contexte recepteur. Pour les besoins de cette etude, les normes discursives comprendront les codes c u l t u r e l s , ideologiques et doxiques faconnant tout produit a r t i s t i q u e au sein du contexte d'accueil. E l l e s agiront autant au niveau preTiminaire, concernant l e choix de l'oeuvre a traduire, qu'au niveau operationnel, se rapportant au choix des strategies appliquees a l a traduction de l'oeuvre de theatre. Bien qu'elles puissent s'apparenter a certaines normes l i t t e r a i r e s , puisque ces dernieres sont ass u j e t t i e s au discours s o c i a l environnant, les normes discursives debordent l e champ de l a l i t t e r a t u r e et s'etendent a tout l e contexte s o c i o - c u l t u r e l recepteur. Par exemple, l a «forclusion» dont l e theatre anglo-canadien en traduction a f a i t 1'objet dans 1'edition quebecoise entre 1968 et 106 1988 (Brisset, Sociocritique 76) releve d'une norme discursive voulant que l e Canada anglais s o i t exclu du champ des manifes-tations c u l t u r e l l e s franco-queb6coises. Une representation graphique des differentes categories de normes t r a n s l a t i v e s est presentee en annexe. Au niveau de 1'intensity des normes, Toury s'inspire du modele de Jay Jackson (303) pour concevoir un schema d i s t r i b u -t i o n n e l t r i p a r t i t e (Descriptive Translation 68). Les normes sont primaires lorsqu'elles representent un phSnomene plus ou moins ob l i g a t o i r e et offrent un minimum de l a t i t u d e au traducteur; e l l e s sont secondaires lorsqu'elles expriment des tendances acceptables, gSnSralement admises par l e groupe etudiS; enfin, e l l e s deviennent idiosyncratiques lorsqu'elles relevent d'un choix i n d i v i d u e l et o f f r e n t l e maximum de l a t i t u d e au traducteur. 2 Cependant, i l ne faut pas confondre les normes avec les universaux de l a traduction, comme l a tendance a c l a r i f i e r indument, c'est-a-dire a rendre e x p l i c i t e dans l e texte t r a d u i t ce qui est i m p l i c i t e dans 1'original, ou encore a «idiomatiser» l e texte, en accentuant l'emploi de structures propres a l a langue d'arrivee au detriment d'elements de sens contenus dans l e texte de depart. Enfin, l a nature instable des normes f a i t en sorte qu'elles peuvent etre contradictoires, done en concurrence les unes avec les autres, et agir simultanSment. Leur valeur sera dominante lorsqu'elles seront «a l a mode» et occuperont l e centre du systeme; e l l e sera peripherique l o r s q u ' i l s'agira des vestiges de normes passSes appartenant a l a t r a d i t i o n ou des rudiments de nouvelles normes constituant 1'avant-garde. Cette r e p a r t i t i o n 107 souligne 1'aspect dynamique des systemes normatifs et permet leur etude dans une perspective diachronique. L ' i d e n t i f i c a t i o n des normes de traduction se f a i t a p a r t i r de deux sources: t e x t u e l l e , s o i t les textes t r a d u i t s et leur inventaire analytique, et extratextuelle, s o i t les formulations c r i t i q u e s , les commentaires, les analyses et les exposes a i n s i que les metatextes, presentations et prefaces portant sur l a traduction. Les premieres permettent de reconstruire les normes actives dans les textes etudies, l e s secondes contiennent des normes deja formulees. Toutefois, selon Toury, l a formulation ayant souvent pour o b j e c t i f , intentionnel ou non, de promouvoir plutot que de reveler une facon de traduire, i l n'est pas rare d'observer un ecart entre les normes puistes aux sources extratextuelles et c e l l e s que met au jour 1'analyse des textes t r a d u i t s . Cette d i s p a r i t e entre l e discours portant sur l a traduction et les procedds qui l a faconnent expose un aspect du processus de traduction qui demeure encore obscur: l e sujet traduisant et son e f f e t , conscient ou inconscient, sur l e s choix operts dans 1'elaboration du t e x t e - c i b l e . En quoi ces choix s o n t - i l s guides par l'appartenance a une race, a une ethnie, a un sexe, a une classe, par 1'orientation sexuelle, les alltgeances p o l i t i q u e s , les convictions morales ou r e l i g i e u s e s du sujet traduisant? En quoi ce sujet e s t - i l a son tour influence par d'autres s u b j e c t i v i t e s intervenant dans l a traduction a differentes etapes de sa r e a l i s a t i o n , s o i t au niveau du jeu, de l a mise en scene, de l a production ou de l a publication? A i n s i se pose l a double question des contraintes exerctes sur les choix t r a n s l a t i f s non 108 seulement par l e contexte s o c i o - c u l t u r e l recepteur, son appareil l i t t t r a i r e et ses ressources l i n g u i s t i q u e s , mais aussi par l e sujet traduisant sounds aux e f f e t s de sa propre s u b j e c t i v i t y et de c e l l e s de ses collaborateurs. Aux normes plus ou moins c o l l e c t i v e s decrites auparavant se superposent done des codes de nature i n d i v i d u e l l e . C'est en incorporant au cadre fonctionnaliste des Elements empruntes a l a methode c r i t i q u e esquissee par Antoine Berman que 1'analyse tentera de degager, parmi les strategies observees, les codes qui pourraient etre de nature subjective. II va de s o i que cette contribution se manifestera moins au niveau des normes primaires et secondaires, plus ou moins ob l i g a t o i r e s , qu'a c e l u i des comportements idiosyncratiques. Esquisse d'une c r i t i q u e «productive» Se reclamant d'une hermeneutique post-heideggerienne 3 et du concept de c r i t i q u e l i t t e r a i r e developpe par Walter Benjamin, Antoine Berman congoit une methode d'analyse c r i t i q u e de l a traduction q u ' i l q u a l i f i e de «productive», puisqu'elle se veut illumination, accomplissement et perpetuation de l'oeuvre, et dont i l expose les t r a i t s fondamentaux dans un ouvrage posthume i n t i t u l e Pour une c r i t i q u e des traductions: John Donne. Visant a degager «la v e r i t t d'une traduction» (14), l a c r i t i q u e productive bermanienne propose une analyse rigoureuse des versions traduite et o r i g i n a l e et une prise en compte, non seulement du contexte h i s t o r i c o - c u l t u r e l de l'oeuvre en traduction, mais aussi de l a s u b j e c t i v i t y dont e l l e procede. Berman i n s i s t e d ' a i l l e u r s sur l a responsabilite du traducteur, puisqu'une traduction est toujours 109 i n d i v i d u e l l e , toujours signee par un auteur-traducteur qui «a tous les droits des l o r s q u ' i l joue franc jeu» (93). Cette consideration ethique, a laquelle nous ne pouvons que souscrire, l a i s s e toutefois perplexe. S i «l'ethicite» du traducteur «r6side dans un ce r t a i n respect de l'original» (92), qu'en e s t - i l des facteurs inconscients ou subconscients a l'oeuvre dans l'acte de traduire? Loin de pretendre o f f r i r une reponse a cette question dans l e cadre de cette etude, je propose plutot d'en explorer les possibles manifestations a travers quelques notions c r i t i q u e s que Berman suggere d'appliquer a 1'etude du sujet traduisant, s o i t sa position traductive et son projet de traduction au sein de 1'horizon traductif qui les comprend. L'horizon t r a d u c t i f Pour s i t u e r cet horizon t r a d u c t i f , Berman a recours a l a notion d'horizon d'attente, developpee par Hans Robert Jauss dans son esthetique de l a reception l i t t e r a i r e et dont i l a ete question dans l e chapitre precedent. V o i c i l a d e f i n i t i o n qui en avait alors ete donnee: selon Hans Robert Jauss, l a perception d'une oeuvre est soumise a un ensemble de regies fondles sur les experiences anterieures du lecteur et determinant ce q u ' i l appelle l'horizon d'attente de cette oeuvre, c'est-a-dire l e systeme de references objectivement formulable qui, pour chaque oeuvre, au moment ou e l l e apparait, resulte de t r o i s facteurs principaux: 1'experience prealable que l e public a du genre dont e l l e releve, l a forme et l a thematique d'oeuvres anterieures dont e l l e presuppose l a connaissance et 1'opposition entre langage poetique et langage pratique, monde imaginaire et realite quotidienne. (Jauss 49) 110 Reprise par Berman pour etre appliquee a une hermeneutique de l a traduction, l a notion d'horizon t r a d u c t i f est percue comme «1'ensemble des parametres langagiers, l i t t e r a i r e s , c u l t u r e l s et historiques qui "determinent" l e s e n t i r , l ' a g i r et l e penser d'un traducteur» (79). Dotee d'une double nature, D'une part, designant ce-a-partir-de-quoi l'agir du traducteur a sens et peut se deployer, elle pointe l/espace ouvert de cet agir. Mais, d'autre part, elle designe ce qui clot, ce qui enferme le traducteur dans un cercle de possibilites limitees. (Berman 80) Dans l e cadre methodologique elabore pour cette ttude, 1'horizon t r a d u c t i f correspond aux normes li n g u i s t i q u e s , textuelles et discursives en vigueur dans l e contexte r t c e p t i f et orientant les choix de traduction operts par l e sujet traduisant. La p o s i t i o n traductive du sujet P r i s dans cet horizon, l e sujet traduisant effectue un compromis entre sa conception de l a traduction, sa «pulsion de traduire» (Berman 74), et l a maniere dont i l a assimile l e discours ambiant sur l e traduire represents par les normes. Selon Berman, cette pulsion qui pousse a t r a d u i r e — e t dont i l estime qu'elle «est au principe de tous les destins de traduction» ( 7 5 ) — , demeure a d e f i n i r p u i s q u ' i l n'existe pas encore de t h t o r i e du sujet traduisant. La p o s i t i o n traductive «est l e se-poser du traducteur vis-a-vis de la traduction, se-poser qui, une f o i s c h o i s i (car i l s'agit bien d'un choix) lie l e traducteur, au sens ou A l a i n d i s a i t qu'un "caractere est un serment"» (Berman 75). Tout traducteur elabore une position traductive qui l u i est propre et par laquelle i l se constitue en I l l tant que s u b j e c t i v i t y . La position d'un traducteur peut etre reconstitute a p a r t i r des traductions elles-memes, qui les expriment implicitement, et a p a r t i r des commentaires que l e traducteur a f a i t s sur ses traductions ou sur d'autres themes connexes. Toutefois, selon Berman, ces representations n'expriment pas toujours l a v e r i t e de l a position traductive, notamment lorsqu'elles apparaissent dans des textes fortement codes comme les prefaces, ou des prises de parole conventionnelles comme les entretiens. Le traducteur, i c i , a tendance a l a i s s e r parler en l u i l a doxa ambiante et les topoi impersonnels sur l a traduction. (75) Cette mefiance envers l a representativite des propos que t i e n t l e traducteur sur sa position traductive n'est pas sans rappeler l a mise en garde exprimee par Toury au sujet de l a valeur r e e l l e des normes puisees aux sources extratextuelles. Cette reserve commune met en r e l i e f 1'aspect t l u s i f d'un sujet traduisant dont les representations auraient tendance a v o i l e r plus qu'a r t v e l e r l ' a c t i o n . Serait-ce q u ' i l ne s a i t plus comment echapper a l'anonymat auquel i l a t t t s i longtemps confine? L ' i n v i s i b i l i t y du t r a v a i l accompli par l a traduction, dont l e merite a longtemps consists a passer inapercu, est d ' a i l l e u r s vivement questionnte par l a c r i t i q u e traductologique a c t u e l l e . Dans l e cadre de l a re f l e x i o n feministe, par exemple, on i n s i s t e sur l a manifestation du sujet feminin faisant oeuvre de traduction, comme en font f o i les traductrices feministes c i t e e s dans l e premier chapitre. Quoiqu'il en s o i t , l a confrontation des normes extratextuelles et textuelles effectuee en cours d'analyse permettra de mettre en evidence les disparitSs entre l a position du traducteur et l e discours auquel e l l e a donnS l i e u . 112 Enfin, toujours selon Berman, l a position traductive est en outre liee a l a position langagiere (75) du traducteur, s o i t son rapport aux langues Etrangeres et a l a langue maternelle, et a sa position scripturaire (75), s o i t son rapport a l ' e c r i t u r e et aux oeuvres. Berman ajoute: «Quand nous saurons prendre en vue en meme temps position traductive, position langagiere et position s c r i p t u r a i r e chez l e traducteur, une «theorie du sujet traduisant» sera possible" (75). Le projet de traduction Le projet ou l a visEe de l a traduction est determine par l a position traductive adoptee par l e traducteur et le s exigences specifiques de l'oeuvre a traduire. Le projet d E f i n i t , d'une part, l e mode de passage t r a n s c u l t u r e l , c'est-a-dire les formes p r i v i l E g i E e s par l e traducteur pour reveler l'oeuvre Etrangere a l a culture receptrice—morceaux c h o i s i s ou t o t a l i t y de l'oeuvre, traduction p a r t i e l l e ou complete, adaptation, retraduction, Edition bilingue ou monolingue, e t c . — c e que Berman appelle l a translation (57). D'autre part, i l reside dans l a maniere meme dont est effectuee l a traduction. Position et projet sont done inseparables et font apparaitre pour l e c r i t i q u e «un cercle absolu mais non vicieux» (77). V o i c i 1'explication qu'en donne Berman: [le c r i t i q u e ] d o i t l i r e l a traduction a p a r t i r de son projet, mais l a v e r i t e de ce projet ne nous est finalement accessible qu'a p a r t i r de l a traduction elle-meme et du type de translation l i t t e r a i r e qu'elle accomplit. Car tout ce qu'un traducteur peut d i r e et 6cri r e a propos de son projet n'a r E a l i t E que dans l a traduction. Et cependant l a traduction n'est jamais que l a r e a l i s a t i o n du projet: e l l e va ou l a mene l e projet, et jusqu'ou l a mene l e projet. 113 E l l e ne nous d i t l a v e r i t y du projet qu'en nous revelant comment i l a et<§ r E a l i s E (et non, finalement, s / i l a ete r e a l i s e ) et quelles ont ete les cojiseguences du projet par rapport a 1'original. (77) Autrement d i t , projet et r e s u l t a t s sont ind i s s o c i a b l e s . La c r i t i q u e ne peut avoir pour objet que l e projet en s o i , puisque l e mode de traduction c h o i s i est l a manifestation meme de ce projet. Le succes ou l'Echec de l a traduction ne sont imputables qu'au seul projet, ou a t e l aspect de c e l u i - c i . La confrontation entre l a traduction et son projet mettra a dEcouvert les moyens p r i v i l E g i E s par l e traducteur pour r E a l i s e r ce projet, lesquels sont lies a sa s u b j e c t i v i t y et a ses choix intimes. II se peut que 1'incoherence du projet s o i t l a cause de contradictions dans l a facon de traduire, mais i l ne faut v o i r i c i qu'une resultante du projet. II n'est pas rare, en outre, q u ' i l y a i t interference de l a doxa dans certains choix de traduction qui «violent l e projet parce q u ' i l s obEissent a des l o i s diff£rentes» (Berman 87). Toutefois, ce qui peut creer une r E e l l e discordance entre l e projet et sa r e a l i s a t i o n , c'est «la d e f e c t i v i t e inhErente a l'acte traductif» (86), qui ne peut etre rapportee au projet, mais bien a l a s u b j e c t i v i t y du traducteur. «C'est l a finitude du traducteur qui "explique" les discordances par rapport au projet. Mais i l ne peut s'agir que de discordances ponctuelles qui peuvent d ' a i l l e u r s etre assez nombreuses» (87). A i n s i , selon Berman, l e projet de traduction est d e f i n i par l a facon dont l e traducteur nEgocie sa position t r a d u c t i v e — s a conception de l a traduction par rapport a l a doxa ambiante—vis-a-vis des contraintes spEcifiques d'une oeuvre. Autrement d i t , 114 l e projet de traduction represente l e compromis qu'effectue l e traducteur entre sa position traductive et l e s exigences de l'oeuvre a traduire. La s u b j e c t i v i t y du sujet traduisant pourra se manifester ouvertement dans des propos ou commentaires sur l a p o s i t i o n traductive. Toutefois, l a prudence est alors de mise, car l e sujet pourrait se tromper sur lui-meme. E l l e peut aussi se dissimuler dans les d i s p a r i t e s entre l a position t r a n s l a t i v e affichee et les representations gu'en donne l e texte t r a d u i t , a i n s i que dans les discordances observees dans l e projet de traduction. Cette breve incursion c r i t i q u e dans l e t e r r i t o i r e du sujet traduisant l a i s s e prtsager de l a d i f f i c u l t ^ avec laquelle s'apprthende cet element enigmatique du processus de traduction, element dont on ne peut f a i r e l'economie, meme s ' i l echappe l e plus souvent a 1'observation. Modele d'analyse de s c r i p t i v e Depuis 1975, des chercheurs de d i f f e r e n t s pays t r a v a i l l e n t en t t r o i t e collaboration a 1'elaboration d'un nouveau paradigme d'ttude de l a traduction l i t t e r a i r e ou l a theorie s e r a i t conjuguee a des recherches de type d e s c r i p t i f . Parmi ces chercheurs, Jose Lambert et Hendrick van Gorp, de 1'University de Louvain, se sont inspires des phenomenes releves par Toury et Even-Zohar pour elaborer un modele global de communication de l a traduction. l i s ont a i n s i propose un cadre de reference, c'est-a-dire un t i e r s element servant a l a comparaison des textes o r i g i n a l et t r a d u i t car, selon Toury, «two d i f f e r e n t objets can never be compared to each other d i r e c t l y . Their comparison can 115 be c a r r i e d out only by means of some "intermediary concept" (or constructs), the famous tertium comparationis» (In Search 112). Applicable indifferemment a toutes les paires de textes etudies, ce modele permet d ' i d e n t i f i e r les strategies specifiques a chaque traduction, leur ordre de p r i o r i t e et l a nature des normes dont e l l e s relevent. Dans un second temps, i l favorise une confrontation des rEsultats a i n s i obtenus avec l e contexte systemique qui les englobe. Fonde sur un principe de correspondance entre les mEcanismes oeuvrant a d i f f e r e n t s niveaux de structure t e x t u e l l e , ce modele prEconise une Etude teiescopique des strategies de traduction a l l a n t de l a presentation gEnErale du texte, ou se devine deja une strategie d'ensemble, a sa macrostructure et, enfin, aux strategies microstructurelles. Un t e l modele permet une c l a s s i f i c a t i o n des phenomenes observes selon des parametres specifiques et f a c i l i t e leur recensement. Essentiellement systemique, puisqu'elle n'etudie l e phenomene de traduction qu'en rapport avec l e systeme qui 1'englobe, a savoir l e plus grand nombre de textes t r a d u i t s ou e c r i t s p a r ticipant a l a formation d'une l i t t e r a t u r e , cette approche permet en outre d'evaluer l e caractere i n d i v i d u e l ou c o l l e c t i f d'une norme selon l a frequence des phenomenes qui l u i sont attribuables. Inspire du modele eiabore par Lambert et van Gorp (52) pour l a description de l a traduction, modele r e d e f i n i en fonction des p a r t i c u l a r i t e s de l'oeuvre dramatique, l e plan d'analyse descriptive propose comporte quatre etapes qui se definissent comme s u i t : 116 1. La s a i s i e des donnees preliminaires nous renseigne sur l a strategie d'ensemble de l a traduction, t e l l e que revelee dans sa presentation, et sur l e genre de passage t r a n s c u l t u r e l auquel e l l e a donne l i e u . Les metatextes peuvent aussi f o u r n i r des indications sur l a position traductive du sujet, les proceded p r i v i l e g i e s par l e projet de traduction, les normes prellminaires p a r t i c u l i e r e s au texte t t u d i t et, enfin, l a norme i n i t i a l e , s o i t l a preference accorded a l'adequation au texte de depart ou a 1'acceptability dans l e contexte r e c e p t i f . 2. L'analyse macrostructurelle se penche sur l a traduction du texte en s o i au niveau de ses structures l e s plus larges. I c i encore, on pourra observer les proctdes p r i v i l e g i e s par l e projet de traduction. L'etude de ces elements macrostructurels pourrait mettre a jour certaines normes preliminaires ou operationnelles, et annoncer l e type de strategies actives au niveau des microstructures. 3. L'analyse microstructurelle porte sur l e s procedes de traduction agissant au niveau des plus p e t i t e s unites c o n s t i -t u t i v e s du texte. En mettant a decouvert les procedes de traduction reellement appliques au texte etudie, 1'analyse des microstructures textuelles permet de mettre en rapport les phenomenes observes a chaque niveau d'analyse et d ' i d e n t i f i e r a i n s i les normes operationnelles presidant a l a traduction du texte en question. E l l e peut fournir en outre des elements revelateurs de l a position traductive du sujet traduisant, de l a maniere dont i l a negocie l e projet de traduction et du degrt de coherence de ce projet. En dernier l i e u , ces rEsultats textuels sont confrontes avec l e contexte systemique dans lequel s ' i n s c r i t l e texte. 4. La confrontation avec l e contexte systemique propose de comparer les normes observEes dans l e texte etudie avec c e l l e s qu'a reveiees 1'analyse d'autres traductions appartenant au meme systeme l i t t e r a i r e . Ces normes textuelles peuvent ensuite etre comparees aux normes extratextuelles propres au contexte systemique dans lequel s'inscrivent les textes t r a d u i t s . En situant a i n s i l e s textes dans leur horizon de traduction, i l est possible de mesurer l ' i n t e n s i t e c o l l e c t i v e ou i n d i v i d u e l l e (primaire, secondaire ou idiosyncratique) des normes, leur valeur centrale ou peripherique a i n s i que leur degre de conformite au discours ambiant et a sa doxa. La c o l l a t i o n des r e s u l t a t s obtenus permet de determiner l a norme i n i t i a l e presidant a l a traduction des textes etudies, leur position au sein du polysysteme recepteur et l a fonction qui leur est a i n s i attribuee. Au niveau du sujet traduisant, l a comparaison avec d'autres oeuvres du meme traducteur et ses reflexions sur des sujets touchant a l a traduction pourront f a i r e apparaitre certains facteurs s u b j e c t i f s a l'oeuvre dans l e repertoire etudie. V o i c i un tableau synthetique du modele qui s e r v i r a de cadre de reference pour 1'analyse descriptive du corpus. 118 TABLEAU I Modele synthetique pour 1'analyse descriptive de l a traduction 1. Donnees preiiminaires a) Presentation du texte b) Metatextes c) Indications de s t r a -tegie t r a n s l a t i v e t i t r e de l a traduction traducteur t i t r e o r i g i n a l de l a piece auteur indications de genre date, l i e u , production pages liminaires preface, postface, glossaire notes incluses ou separees complete, p a r t i e l l e , amplifiee adaptation 2. Analyse de l a macrostructure a) Encadrement du texte b) Divisions du texte c) Indications sceniques - prologue, epilogue - actes, scenes - t i t r e s - personnages - lieux - epoque - decors et accessoires - costumes - description de 1 'action - didascalies 3. Analyse des microstructures a) Niveaux de langue b) Modeles grammaticaux et procedes s t y l i s -tiques p a r t i c u l i e r s l i t t e r a i r e , soutenu, courant, fami1ier populaire, argotique dialectes e l i s i o n s , r e p e t i t i o n s , inversions, omissions, etc, c) Vocabulaire - ecarts graphiques - ecarts lexico-semantiques 119 e) Ecarts semantiques - ajouts - suppressions - substitutions - autres modifications 4. Confrontation avec l e contexte systemique a) Comparaison des r t s u l t a t s obtenus pour chaque texte et etude des r e l a t i o n s i n t e r t e x t u e l l e s b) Comparaison avec les normes extratextuelles propres au systeme etudit et au polysysteme qui l'englobe b) I d e n t i f i c a t i o n de l a position et de l a fonction du t r a d u i t au sein du polysysteme recepteur c) S i possible, i d e n t i f i c a t i o n de facteurs s u b j e c t i f s a l'oeuvre dans les traductions C'est en suivant ce modele que 1'analyse descriptive tentera de mettre a dtcouvert les normes qui interessent plus particulierement cette ttude. Les normes preliminaires se rapportant au choix des oeuvres, des auteurs, des traducteurs et des p o l i t i q u e s qui precedent l a traduction en s o i pourront f a i r e 1'objet de commentaires, mais ce sont surtout aux normes operationnelles l i n g u i s t i q u e s , textuelles et discursives gouvernant l e choix exerce en remplacement du texte o r i g i n a l que nous porterons l a plus grande attention. La r e g u l a r i t y avec lesquelles ces normes apparaitront temoignera de leur intensite et fournira des indications sur l a norme initiale qui a preside a l a traduction. En f i n d'analyse, c'est l a fonction que ces normes assignent au texte t r a d u i t dans l e contexte recepteur q u ' i l importera de mettre au jour. 120 Notes 1 Cette description est inspired du cadre thEorique adopts pour 1'Elaboration d'un mEmoire de irtaitrise dEposE a 1'UniversitE de MontrEal en 1991. Ce cadre thEorique a aussi f a i t l'objet de 1 ' a r t i c l e «Normes, fonctions et traduction thEatrale,» Meta 40.1 (1995): 31-37. 2 Pour une reprEsentation graphique de 1'intensitE des normes de traduction, v o i r mon a r t i c l e i n t i t u l E «Normes, fonctions et traduction thEatrale,» Meta 40.1 (1995): 33. 3 I I s'agit i c i de «l'hermEneutique t e l l e que l'ont dEveloppEe Paul Ricoeur et Hans Robert Jauss a p a r t i r de L'Etre et l e Temps de Heidegger». Antoine Berman, Pour une c r i t i q u e des traductions: John Donne (Paris: Gallimard, 1995) 15. 121 Chapitre 4 ANALYSE DESCRIPTIVE: TRADUCTION ANGLAISE DU REPERTOIRE FRANCO-QUEBECOIS Le chapitre qui s u i t est consacre a 1'analyse descriptive des pieces franco-quebecoises traduites en anglais, qui ont ete selectionnees dans l e deuxieme chapitre. Selon l e modele propose, cette analyse presentera d'abord l'oeuvre en traduction et les circonstances dans lesquelles s'est effectue l e passage t r a n s c u l t u r e l , avant de se pencher sur l e s donnees preliminaires et les metatextes entourant l'oeuvre. L'etape suivante comprendra 1'analyse des elements macro-struc t u r e l s qui encadrent l e texte et en constitue l a structure l a plus large. Suivra 1'analyse des microstructures, qui permettra de mettre a jour les strategies actives au niveau des plus petites unites de l a traduction. II sera alors possible d ' i d e n t i f i e r les normes gouvernant l a traduction de chaque texte et de mesurer l e type d'equivalence dont e l l e s procedent. Toutefois, ce n'est qu'apres avoir procede a l'analyse de tous les textes issus du meme repertoire, et representant divers moments dans 1'evolution de ce repertoire, que nous pourrons evaluer 1'importance des normes observees et l a fonction a t t r i b u t e aux textes t r a d u i t s dans l e contexte recepteur. GeTinas, B o u s i l l e et l ' a t t r a i t du pittoresque C'est en 1958 que Gratien Gelinas fonde l a Comedie-Canadienne, une i n s t i t u t i o n theatrale montrealaise chargee de f a i r e connaitre les oeuvres canadiennes. L'annee suivante, i l y 122 met a l ' a f f i c h e sa deuxieme piece, B o u s i l l e et les justes, qui connaitra l e plus grand succes de l ' h i s t o i r e de ce theatre, avec plus de 300 representations en francais et en anglais. Gratien Gelinas avait auparavent connu un v e r i t a b l e triomphe au Monument-National avec l a creation de sa premiere piece, Tit-Cog, en 1948. II e t a i t alors d6ja celebre grace a F r i d o l i n , personnage espiegle q u ' i l avait cree en 1938 et dont les commentaires droles et pathetiques, ancrEs dans une r e a l i t E populaire quebecoise, ont f a i t l'objet de revues annuelles qui furent presentees jusqu'en 1956. D ' a i l l e u r s , selon Jean-Cleo Godin et Laurent Mailhot, «Fridolin et Tit-Cog . . . apparaissent comme les contributions les plus s i g n i f i c a t i v e s du dramaturge. E l l e s reprEsentent un moment p r i v i l e g i e : l a v e r i t a b l e naissance d'un theatre populaire queb6cois» (29). Acclamee a travers l e monde, Bou s i l l e et les justes connait une longue c a r r i e r e et bat en 1976 l e nombre record de representations, que Tit-Cog detenait pour tout l e pays, avec un t o t a l de 567 representations o f f i c i e l l e s (Gelinas et Beaulieu 181). La piece o r i g i n a l e est publiee a Quebec en 1960 aux Editions de l ' I n s t i t u t l i t t e r a i r e du Quebec, puis a Montreal aux Editions de 1'Homme en 1967 et chez Quinze Editeur en 1981. La traduction de Kenneth Johnson, B o u s i l l e and the Just, parait en 1961 chez Clarke, Irwin and Company a Toronto. Cr6e au tout debut de l a Revolution t r a n q u i l l e , B o u s ille et les justes temoigne de 1'esprit contestataire qui commence a s o u f f l e r sur l e Quebec de cette epoque. E c r i t e sur l e mode de l a s a t i r e tragico-comique, l a piece est une feroce c r i t i q u e de l'hypocrisie r e l i g i e u s e et morale mise au service d'une r e s p e c t a b i l i t e d'apparence. L'intrigue peut se resumer a i n s i : 123 apres l ' a r r e s t a t i o n du cadet, accuse de meurtre involontaire, les Grenon entreprennent de sauver leur honneur a tout p r i x . B o u s i l l e , un simple d'esprit au service de l a f a m i l l e , est 1'unique temoin du crime. Profondement croyant et incapable de comprendre les enjeux du proces, B o u s i l l e est t e r r i f i e a l'idee de se parjurer, meme involontairement. Malgre l e troc r e l i g i e u x auquel se l i v r e l a mere, pour qui l e s faveurs du c i e l s'echangent contre des promesses de pelerinages et de neuvaines, i l est evident que le meurtrier sera condamne a l a suite des revelations de B o u s i l l e . C'est alors que l e frere aine, aide de son beau-fr e r e , aura recours au chantage d'abord, puis a 1'intimidation et a l a violence physique, pour convaincre B o u s i l l e de se parjurer. Au moment ou l a famil l e se r e j o u i t de 1'issue du proces, on apprend que Bousille s'est suicide et qu'une enquete est ouverte. Le nom du personnage prend i c i une valeur p a r t i c u l i e r e en ce sens que l ' i n t e g r i t e de Bou s i l l e a pour e f f e t de «bousiller», c'est-a-dire de ruiner les desseins malhonnetes de l a f a m i l l e . On retrouve dans l a piece l e s t y l e p a r t i c u l i e r de Gelinas. Les metaphores sont colorees et abondantes, l e ton est empreint d'une s i n c e r i t e troublante qui donne aux dialogues une grande e f f i c a c i t e , malgre l a lourdeur de certaines descriptions ou l e pittoresque est a 1'honneur. L'humour y est cinglant et l a s a t i r e impitoyable, meme s i e l l e touche parfois a l a caricature. La langue est de niveau courant, c'est-a-dire qu'elle n'est n i familiere n i soutenue, avec de rares insertions d i a l e c t a l e s t e l l e s que «guidoune» (putain), «cenne» (cent), «queteux» (mendiant) ou «comprenure» (comprehension). La graphie respecte gtneralement l e modele frangais standard, sauf pour quelques 124 marques d ' o r a l i t e comme wmam'zelle" pour mademoiselle ou «v'la» pour v o i l a . De facture n a t u r a l i s t e , ce drame psychologique respecte 1'unite de temps et de l i e u de l a t r a d i t i o n classique. Comme on 1'indique dans les pages liminaires de l a version publiee en I960, l a piece est divisee en quatre actes qui ont tous l i e u dans l a chambre d'hotel louee par l a f a m i l l e , venue de Saint-Tite a Montreal pour a s s i s t e r au proces. Les personnages sont i d e n t i f i e s par ordre d'entree en scene: l e garcon, P h i l Vezeau, Henri Grenon, Aurore Vezeau, Blaise B e l z i l e d i t B o u s i l l e , l a mere, Noella Grenon, l'avocat, l e frere Nolasque et Colette Marcoux. On y d e c r i t ensuite l e decor, dans lequel on mentionne que 1'action est situee a Montreal, et on renvoit l e lecteur au glossaire dans lequel sont expliques les neuf «mots et expressions propres au Canada francais [qui] sont imprimes en i t a l i q u e s dans l e texte» (Gelinas 10). II n'est donne aucune ind i c a t i o n de 1'epoque a laquelle se deroule 1'action, mais on suppose que l a piece se situe au debut des annees 50. Les didascalies sont nombreuses et servent surtout a decrire les deplacements ou a i n s i s t e r sur des intentions. La version anglaise parait l'annee suivant l a publication de l a piece o r i g i n a l e . E l l e ne contient qu'une page lim i n a i r e dans laquelle on indique que l a traduction f u t produite a l a Comedie-Canadienne en f e v r i e r 1961, avec une d i s t r i b u t i o n ou on retrouve plusieurs comediens de l a production o r i g i n a l e . On y indique aussi que l a piece se deroule au temps present et qu'elle se d i v i s e en deux actes comprenant chacun deux scenes. II y a done eu modification de l a structure, v i s i b l e dans l e texte e c r i t mais imperceptible au niveau de l a representation. Pour ce qui est 125 des personnages, on remarque que tous les pr6noms ont ete conserves alors que les noms de famill e ont ete remplac^s par d'autres noms francais. A i n s i , Vezeau, Grenon et Marcoux deviennent respectivement Vezina, Gravel et Richard, pendant que le frere Nolasque est rebaptise Brother Th6ophile. Dans l e texte, d'autres personnages changeront aussi de nom ou de pr6nom: Jean-Paul sera remplacE par Pierre, l e frere Th6ophane par Brother Stanislas, Madame Laberge par Mrs. Larose et Maitre Lacroix par Mr. Fontaine. Meme chose pour les noms de lieux ou Saint-Lambert sera pref6r6 a Pont-Viau et Saint-Hubert Street a l a rue Saint-Andr6. Seul Saint-Tite sera conserve. Quelle autre fonction de t e l s r^amenagements onomastiques et toponymiques peuvent-ils remplir sinon c e l l e d'approprier l a r e a l i t y franco-qu6b6coise a ce qu'en connait un public anglophone? Ce n'est pas assez que l e nom s o i t de toute Evidence francais, i l doi t en outre correspondre a l a representation que s'en f a i t l'imaginaire anglophone. Dans l a version anglaise, aucune i n d i c a t i o n n'est donn^e sur le s t y l e p a r t i c u l i e r de l'auteur et l'emploi de certaines tournures locales dans l a version o r i g i n a l e . On accompagne l e t i t r e anglais du nom de l'auteur et de c e l u i du traducteur, mais r i e n ne nous renseigne sur l e traducteur, l a s t r a t ^ g i e t r a n s l a t i v e q u ' i l a mise en oeuvre, l e t i t r e o r i g i n a l de l a piece et l a version o r i g i n a l e dont on s'est inspired En general, l a version anglaise est d'un ton plus neutre, moins colors que 1'original. Pour reprendre les termes de Renate Usmiani, the English dialogue as a whole seems somewhat anemic compared to the French. . . . Gelinas' dialogue captures 126 the s p i r i t of his characters from Saint-Tite so r e a l i s t i c a l l y that a f u l l transposition into another c u l t u r a l background i s simply not possible. (62) On a en e f f e t supprime plusieurs tournures locales et quelques figures de s t y l e un peu embarrassEes, ou bien on leur a substituE un Equivalent moins pittoresque comme «I am just as upset» (6) pour «ca me chiffonne l a t r a n q u i l l i t y , a moi aussi» (18). Certains d e t a i l s r e l i g i e u x , jugEs superflus ou non s i g n i f i a n t s pour un public anglophone, ont ete supprimEs ou EvacuEs au p r o f i t d'un Equivalent plus acceptable. A i n s i , «Je mettrais ma main au feu qu'elle n'a pas f a i t ses Paques depuis au moins deux ans» (121) devient «I'd swear she hasn't received holy communion for at lea s t two years» (60). I c i , on a prefer^ evoquer une coutume r e l i g i e u s e mieux connue d'un public qui n'est pas nEcessairement au f a i t de tous les r i t e s catholiques. On fera de meme pour l e «saint Vincent de Paul» (156) auquel on compare Henri et qui deviendra «a philanthropist" (78) dans l a version traduite. La traduction rearrange aussi l e dialogue en retranchant certaines remarques ou explications jugEes i n u t i l e s , comme dans l a replique suivante: L'AVOCAT. Jusqu'ici, je comptais j u s t i f i e