Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

« À travers son oeuvre » : tendances typologiques dans les Capsules linguistiques de Guy Bertrand Moniuk, Deborah 2015

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
24-ubc_2015_september_moniuk_deborah.pdf [ 1.27MB ]
Metadata
JSON: 24-1.0166687.json
JSON-LD: 24-1.0166687-ld.json
RDF/XML (Pretty): 24-1.0166687-rdf.xml
RDF/JSON: 24-1.0166687-rdf.json
Turtle: 24-1.0166687-turtle.txt
N-Triples: 24-1.0166687-rdf-ntriples.txt
Original Record: 24-1.0166687-source.json
Full Text
24-1.0166687-fulltext.txt
Citation
24-1.0166687.ris

Full Text

  « À TRAVERS SON ŒUVRE » : TENDANCES TYPOLOGIQUES DANS LES CAPSULES LINGUISTIQUES DE GUY BERTRAND by  DEBORAH MONIUK  B.A. (Hon.), The University of British Columbia, 2010  A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF  MASTER OF ARTS in THE FACULTY OF GRADUATE AND POSTDOCTORAL STUDIES (French)  THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA (Vancouver)  August 2015  © Deborah Moniuk, 2015  ii  Résumé  Guy Bertrand's « Capsules linguistiques » are broadcast daily on Radio-Canada. Each « Capsule » contains a French word or expression Bertrand considers erroneous or incorrectly used. Reviewing the literature, I found that although Bertrand is a public figure, studies of his work remain scarce. Furthermore, the transcriptions of the Capsules in published form were neither organized by theme nor by type of judgment, and contain a general bibliography rather than systematic citations. In this study, I sought to address these problems by reorganizing the prescriptive and descriptive information contained in Bertrand's work. The corpus consisted of 19 expressions employing the preposition « à », in order to analyze both lexical « errors » and syntactic « errors ». Next, I compared this information to findings in dictionaries (notably, Le Petit Robert 2014 and Le Dictionnaire québécois-français by Lionel Meney) as well as to other linguistic publications in order to also include the following: origin, etymology, semantic changes over time, other related expressions and any judgments on acceptability or register. To synthesize my findings, I established categories to answer the question of what types of errors were recurrent in our corpus. My synthesis regrouped these categories into four themes: judgments on structure; vocabulary; prescriptive or descriptive approaches; language registers. While I had predicted the presence of judgments on the influence of English and archaic terms, I had not expected the rejection of specialized terms extended to general use. Furthermore, Bertrand accepts regionalisms but generally relegates them to the familiar or popular registers. I also observed that Bertrand rejected changes to idiomatic expressions. These trends reflect a censorship of figures of speech in the standard register.  iii  For future study, it would be interesting to see which categories remain prevalent in an extended corpus of Capsules. As a point of comparison, Dire, ne pas dire… from the Académie Française website would provide insight from France. Finally, an acceptability or grammaticality judgment study with native speakers of French would provide insight as to whether the proposed alternatives reflect popular norms.         iv  Préface All of the work presented henceforth is original, unpublished, independent work by the author, D. Moniuk.    v  Table des matières Résumé ........................................................................................................................................... ii Préface ........................................................................................................................................... iv Table des matières..........................................................................................................................v Liste des tableaux ....................................................................................................................... viii Glossaire........................................................................................................................................ ix Remerciements ........................................................................................................................... xiii Dédicace ...................................................................................................................................... xiv Chapitre 1: Introduction .................................................................................................................. 1 1.1 La question de la norme .............................................................................................. 1 1.1.1 La conception normative : faits de langage corrects et leurs déficits ..................... 1 1.1.2 La conception fonctionnelle .................................................................................... 2 1.2 La langue française au Canada ................................................................................... 3 1.3 Justification du corpus ................................................................................................ 5 1.4 Explication du sujet..................................................................................................... 7 1.5 Corpus choisi .............................................................................................................. 8 1.6 Questions de recherche ............................................................................................... 8 1.7 Méthodologie .............................................................................................................. 9 Chapitre 2: Les Capsules (les analyses) ........................................................................................ 11 2.1 Être basé à ................................................................................................................. 13 2.2 À cause de ................................................................................................................. 17 2.3 À ce stage-ci .............................................................................................................. 21 2.4 À contresens .............................................................................................................. 24  vi  2.5 À la mitaine ............................................................................................................... 26 2.6 À la vapeur ................................................................................................................ 30 2.7 À terre ....................................................................................................................... 34 2.8 À travers le pays ; au travers de/à travers ................................................................. 41 2.9 Àcculer quelqu'un au pied du mur ............................................................................ 47 2.10 Aider à quelqu'un, à quelque chose .......................................................................... 55 2.11 Aller à un train d'enfer .............................................................................................. 58 2.12 Au maximum, au minimum ...................................................................................... 62 2.13 Au meilleur de sa connaissance ................................................................................ 67 2.14 Au sud de .................................................................................................................. 72 2.15 Autoroute à payage ................................................................................................... 75 2.16 Avoir hâte à ............................................................................................................... 80 2.17 Balai à franges........................................................................................................... 84 2.18 Bar à salades ............................................................................................................. 88 2.19 Coude à coude ........................................................................................................... 90 Chapitre 3: Synthèse et conclusions ............................................................................................. 93 3.1 Phénomène a : La structure ....................................................................................... 94 3.1.1 Les fonctions des prépositions .............................................................................. 94 3.1.2 Les figures ............................................................................................................. 96 3.2 Phénomène b : les choix lexicaux (le vocabulaire en général, les régionalismes et l’influence de l’anglais) ........................................................................................................ 97 3.2.1 Vocabulaire général – (trois occurrences) ............................................................ 97 3.2.2 Exemples montrant l’influence de l’anglais (sept occurrences) ........................... 98  vii  3.2.2.1 Mot anglais ou anglicisme ? ......................................................................... 98 3.2.2.2 Allers-retours .............................................................................................. 100 3.2.2.3 Calques ........................................................................................................ 101 3.3 Phénomène c : les registres de langue ..................................................................... 103 3.4 Phénomène d : la prescription et la description (quatre occurrences) .................... 105 Chapitre 4: Conclusions .............................................................................................................. 109 4.1 Suites possibles ....................................................................................................... 110 Bibliographie ..............................................................................................................................113 Annexe A : Expressions, dérivés de nos mots étudiés (sans prépositions) ............................119     viii  Liste des tableaux Tableau 2.1 être basé à .................................................................................................................. 13 Tableau 2.2 à cause de .................................................................................................................. 17 Tableau 2.3 à ce stage-ci ............................................................................................................... 21 Tableau 2.4 à contresens ............................................................................................................... 24 Tableau 2.5 à la mitaine ................................................................................................................ 26 Tableau 2.6 à la vapeur ................................................................................................................. 30 Tableau 2.7 à terre......................................................................................................................... 34 Tableau 2.8 à travers le pays ; au travers de/à travers .................................................................. 41 Tableau 2.9 acculer quelqu'un au pied du mur ............................................................................. 47 Tableau 2.10 aider à quelqu'un, à quelque chose .......................................................................... 55 Tableau 2.11 aller à un train d'enfer ............................................................................................. 58 Tableau 2.12 au maximum, au minimum ..................................................................................... 62 Tableau 2.13 au meilleur de sa connaissance ............................................................................... 67 Tableau 2.14 au sud de.................................................................................................................. 72 Tableau 2.15 autoroute à payage .................................................................................................. 75 Tableau 2.16 avoir hâte à .............................................................................................................. 80 Tableau 2.17 balai à franges ......................................................................................................... 84 Tableau 2.18 bar à salades ............................................................................................................ 88 Tableau 2.19 coude à coude .......................................................................................................... 90     ix  Glossaire Dans ce glossaire, nous définissons les termes utilisés pour décrire les phénomènes linguistiques que nous avons observés dans les Capsules à l’étude. Ces termes, en majuscules dans le chapitre Analyses, seront repris dans la Synthèse.  A cet égard, le Dictionnaire didactique de la langue française de Michel Pougeoise nous a été précieux. Nous avons choisi de reprendre ses définitions car elles sont pour nous claires et concises et décrivent  mieux les phénomènes concernés.  aller-retour : un type d’emprunt réciproque, lorsque des mots « font l’aller et retour d’une langue à l’autre en changeant de sens ». Les mots peuvent changer de sens dans la langue réceptrice et être empruntés à nouveau avec le ou les nouveaux sens.  ambiguïté : « tout énoncé pouvant recevoir plusieurs interprétations est dit « ambigu » » .  archaïsme : « … des mots, des significations ou des constructions disparus ou en voie de disparition de l’usage général contemporain ».  Le contraire d’un néologisme.  calque : lorsque l’emprunt est un signifié et « sa forme est traduite littéralement ». Il s’agit d’un emprunt syntaxique. Voir emprunt.  censure de figure, confondre une figure avec une autre :  « En rhétorique la figure est l’opération qui consiste à exprimer un signifié par un terme différent du terme habituel. Ainsi, au style « figuré », on dira caresser un rêve, une illusion. La  x  figure est un fait de langue qui relève plus de l’expressivité que de la grammaire. La figure est en effet difficile à analyser parce qu’elle transgresse souvent les normes. Elle doit néanmoins satisfaire aux exigences de la compréhension de tout locuteur compétent et elle doit faire partie d’un énoncé cohérent ».   Effectivement, dans nos analyses, nous avons remarqué plusieurs Capsules dans lesquelles l’emploi d’un mot au sens figuré est critiqué mais l’expression en soi est acceptée dans un certain contexte. Cette catégorie comprend également les Capsules dans lesquelles on conseille de ne pas modifier une expression consacrée.  champ lexical : « …constitué par l’ensemble des mots (des syntagmes ou des lexèmes) se rapportant à une même notion ou une même expérience qu’ils définissent à la fois en compréhension et en extension. Le champ lexical est aussi un champ thématique ». Cette catégorie est pour les Capsules dans lesquelles on discute du langage technique ou spécialisé, ou alors d’un domaine particulier.  descriptif : lorsque l’on décrit l’état de la langue sans prescrire un usage particulier. On peut très bien décrire sans prescrire mais il est difficile de prescrire sans décrire ce que l’on juge fautif.  emprunt : « reprise d’éléments (essentiellement lexicaux mais aussi syntaxiques) à d’autres langues »  (dans ce cas, à l’anglais).   xi  étymologie : « … la science qui s’intéresse à la recherche du sens originel (on disait autrefois du « sens vrai » des mots ».  extension de sens (généralisation) et son contraire, limitation de sens (spécialisation), ancienne distinction, simplification : Ce sont des « procédés de changement de sens par ajout ou suppression d’un sème. […] La spécialisation est la modification du sens d’un terme par ajout d’un sème. […] L’extension ou généralisation est, au contraire, une modification de sens par suppression d’un sème, ce qui permet en effet au mot de prendre une acception plus large (d’étendre son aire sémantique) ».    fonctions des prépositions – nous avons choisi la préposition à (au) comme critère de sélection de notre corpus. Ainsi, cette catégorie est pour les Capsules qui traitent des emplois possibles de cette préposition.  hypercorrection : lorsque Bertrand nous suggère de ne plus suivre un conseil normatif, il se montre contre l’hypercorrection.  influence de l'anglais/anglicisme : « emprunts du français à la langue anglaise ».  manque de précision : lorsqu’un terme est rejeté parce que son sens ne convient pas au contexte, étant trop général. Ce terme est ironiquement général et pourrait éventuellement se dire de toutes les Capsules. Nous avons réservé cette catégorie aux Capsules dans lesquelles Bertrand explique en quoi les mots censurés présentent des problèmes de précision sémantique.   xii   néologisme : « création de mots nouveaux qui enrichissent en permanence une langue vivante ». Voir son contraire, l’archaïsme.  phonétique – qui considère les sons du langage. Parmi nos Capsules, il y a certains mots qui se sont modifiés par attraction de sonorité. Pougeoise appelle ce phénomène « l’attraction paronymique… où le sens d’un mot se modifie sous l’influence d’un paronyme, mot voisin (par sa forme, son orthographe, ses sonorités ».  redondance : « répétition qui, dans un message écrit ou parlé, a pour rôle de dissiper toute ambiguïté de compréhension de ce message ». Les redondances sont critiquées lorsque leurs répétitions sont jugées inutiles.  registres de langue : nous préférons le terme « registres de langue » à « niveaux de langue » pour éviter toute connotation ségrégative.  syntaxe : l’ordre et les combinaisons des mots, des syntagmes et des phrases.   xiii  Remerciements Je voudrais faire part de toute ma gratitude aux professeurs, au personnel ainsi qu’aux étudiants de UBC. Ils ont été une réelle motivation pour continuer mes études dans le domaine de la linguistique. Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance au Dr. Chantal Phan qui m’a appris à aller plus loin dans mon questionnement.  Je voudrais aussi remercier le Dr. Bill Winder pour avoir cultivé mon intérêt pour la sémantique, ainsi que le Dr. André Lamontagne pour ses questions toujours judicieuses et pour sa patience.  C’est avec émotion que je remercie mes parents et mon frère, qui m’ont soutenue tout au long de mes études, aussi bien moralement que financièrement.  Mes plus sincères remerciements à mes collègues de l’Alliance Française de Vancouver pour nos nombreux moments de réflexion, d’échanges et pour leur appui.  Tous mes remerciements au personnel du Research Commons à la bibliothèque Koerner pour leur aide avec les aspects techniques de ce travail.  Sans oublier mes chers amis qui m’ont accompagnée à maintes reprises à la bibliothèque, aux laboratoires et aux cafés. Ils ont toujours supporté de bonne grâce des discussions interminables sur des points de détails, ainsi que des séances de photocopillage acharnées.   xiv  Dédicace Ce mémoire est dédié au Dr. David F. Rogers qui fut mon premier professeur de Traduction et de Phonétique au Département des études françaises, hispaniques et italiennes de UBC. Peu de temps avant sa retraite, il m’a offert le Dictionnaire général de la langue française au Canada de Bélisle. Je n’oublierai jamais ses paroles d’encouragement.     1  Chapitre 1: Introduction  1.1 La question de la norme Comment définir une faute de langue ? Les fautes de français existent-elles ? Si oui, comment les identifier ? Pourquoi fait-on des fautes ? Les réponses aux questions ci-dessus varient selon notre conception de la langue. Il y a deux théories principales: la conception grammaticale normative (ou prescriptive) et la conception fonctionnelle (ou descriptive) (Frei 17).  1.1.1 La conception normative : faits de langage corrects et leurs déficits Selon la conception normative, « On entend par langage correct le langage tel qu’il est exigé par la collectivité, et par fautes de langage les écarts à partir de cette norme – abstraction faite de toute valeur interne des mots ou des formes » (Jespersen 140). Cette conception oppose ainsi le correct à l’incorrect en utilisant la grammaire normative comme outil qui « constate et codifie les règles du commun usage » (Frei 18). Considérée de ce point de vue, une faute est ce qui transgresse la norme. Cette conception fait difficulté : comment définir cette collectivité ? Est-ce le peuple ? Les chroniqueurs de langue ? Les formateurs ? Le gouvernement ? S'il s’agit vraiment d’une collectivité, cela implique que tout locuteur et destinataire de cette langue peut contribuer à la conception de ce qui est correct -- alors que dire des chroniques d’un « puriste » ? Que faire lorsque les institutions prescriptives s’affrontent au peuple ? Selon le point de vue normatif, la linguistique prescriptive dépend d’une abstraction, d’un modèle de langage correct : Le bon usage de Grevisse et Goosse est un manuel de grammaire normative qui représente la langue standard par excellence.  2  1.1.2 La conception fonctionnelle  Le second point de vue, la conception fonctionnelle de la langue, s’oppose à la conception normative : « la correction ou l’incorrection des faits de langage [dépend] de leur degré de conformité à une fonction donnée qu’ils ont à remplir » (Frei 18). Cela veut dire qu’une faute se produit chaque fois qu’une tournure n’est pas adaptée à sa fonction. Les fonctions de langue décrites par Frei sont : l’assimilation, la différenciation (ou le besoin de clarté), l’économie (la brièveté), l’invariabilité et l’expressivité.  Nous voyons ces deux points de vue, normatif et fonctionnel, comme complémentaires car tous deux soutiennent que la faute est un fait de langage possible, mais la voient différemment ; la conception normative par rapport aux règles de la collectivité et la conception fonctionnelle selon ce qui est « émis le plus aisément, est compris le plus aisément ». Les deux ont pour but la clarté. Il faut admettre que Le bon usage est utile dans certaines circonstances mais est peut-être moins pratique pour la langue de tous les jours ; de plus, il n’est utile que pour le français moderne. Comme le dit Frei (19), c’est le paradoxe :  Un fait de langage a beau être correct, il peut ne pas être adapté à sa fonction. C’est notamment le cas des nombreuses équivoques qui surgissent à tout propos dans la langue parlée. Une petite phrase comme « c’est lui quila fait venir » est susceptible de plusieurs interprétations entièrement différentes, entre lesquelles il serait bien difficile de choisir sans être renseigné par la situation : 1. c’est lui qui l’a fait venir ( = qui a fait venir lui) ; 2. Qui a fait venir elle ; 3. C’est lui qu’il a fait venir ; 4. C’est lui qui la fait venir. – Cet exemple montre que la formule quila, malgré sa parfaite correction, constitue un déficit pour la langue.    3  Si le langage peut ne pas être adapté à sa fonction, il faut réparer ou prévenir ses déficits (idem). Réussir à communiquer (à l’oral ou à l’écrit) correctement est ainsi un compromis entre le langage dit correct et le besoin de réparer ses déficits, ou, chez Saussure, entre langue et parole. Pour Saussure, la langue « n’est pas une fonction du sujet parlant, elle est le produit que l’individu enregistre passivement […] La parole est au contraire un acte individuel de volonté et d’intelligence »1. Un autre moyen de concevoir la langue est du côté historique. Comme nous avons vu ci-haut, la faiblesse principale de l’approche normative est qu’elle est statique ; l’avantage d’une approche historique est que, par définition,  elle voit la langue en diachronie ; elle n'est donc pas statique.  1.2 La langue française au Canada Il s’agit ici d’une étude linguistique, mais il nous sera difficile d’aborder le sujet du langage prescriptif au Canada sans tenir compte de la politique linguistique du pays. En effet, la définition de la notion du « bon usage » est en soi une démarche sociolinguistique2. Le français au Canada se situe par rapport aux français régionaux ailleurs dans la francophonie tout en se distançant de l'anglais d'Amérique du Nord. Protégé par La Charte de la langue française, le français est la seule langue officielle de la province du Québec3. Néanmoins, le pays étant officiellement bilingue, le français au Canada se trouve dans l'ensemble en situation minoritaire4. Par conséquent, une multitude de ressources, publiées et                                                  1  Cours de linguistique générale 30. 2  Référence à Grevisse et Goosse, « Le bon usage: grammaire française ». 3  La Charte de la langue française se trouve sur le site web des Publications du Québec : http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=/C_11/C11.html 4  Voir Langlois et Gilbert pour une étude sur la présence des communautés francophones minoritaires au Canada.  4  diffusées de façons diverses, existe pour propager et pour protéger cette langue qui est inextricablement liée à la culture canadienne. On notera la présence du français dans les organismes gouvernementaux et dans les médias. Entre autres institutions à cet égard, l’Office québécois de la langue française (l’OQLF, qui a cinquante ans) a pour but : « de définir et de conduire la politique québécoise en matière d'officialisation linguistique, de terminologie ainsi que de francisation de l'Administration et des entreprises »5. Pour ce faire, l’OQLF a publié une banque de terminologie technique6 qui est censée répondre aux besoins des personnes qui veulent faire du commerce en français au Canada. D’autres ouvrages qui portent sur la langue française au Canada ont pour but de décrire les « difficultés » de façon pédagogique7, ou bien de décrire les particularités de la langue française au Québec pour « mieux se comprendre entre francophones »8. Effectivement, le diffuseur Radio-Canada, en collaboration avec l’OQLF, souligne l’importance de la compréhensibilité des nouvelles présentées par respect pour leurs auditoires9. Mettant en pratique cette politique établie en partie par son conseiller linguistique Guy Bertrand, Radio-Canada diffuse elle-même de petits segments pédagogiques, appelés « Capsules ». Les Capsules linguistiques du chroniqueur Guy Bertrand, qui ont été publiées en deux volumes de 400                                                  5  Site officiel de l’Office québécois de la langue française : http://www.oqlf.gouv.qc.ca/office/mission.html.  6  Le Grand dictionnaire de terminologie se trouve en ligne: http://www.granddictionnaire.com/btml/fra/r_motclef/index800_1.asp  7  Voir Dagenais, “Dictionnaire des difficultés de la langue française au Canada”. 8  Sous-titre du “Dictionnaire québécois-français” de Lionel Meney. 9  Cette politique est expliquée en détail dans “La qualité du français à Radio-Canada. http://www.radio-canada.ca/television/politique_linguistique/politique-linguistique.pdf. La notion de promouvoir une langue de qualité dans la population existe ailleurs, comme Wim Remysen compare cette politique canadienne à la situation du néerlandais en Flandre.   5  Capsules chacun et sont censées relever des expressions fautives, sont l’objet principal de notre étude.  1.3 Justification du corpus L’étude de ces Capsules pose plusieurs problèmes. D’abord, nous nous demandons si les suggestions de Bertrand sont utiles pour ceux et celles qui apprennent le français. Si oui, dans quel contexte ? C’est-à-dire, si nous suivions toutes les règles de notre conseiller, comment est-ce que les locuteurs de naissance réagiraient ? Avant de mener une telle étude, nous avons besoin de relever les suggestions de Bertrand. Ensuite, la façon de laquelle les Capsules ont été publiées fait qu’elles ne sont pas très bien organisées. Elles apparaissent, il nous semble, dans un ordre choisi au hasard et ne sont classées ni par thème ni par type de faute. Cela fait qu’il est difficile de saisir l’essentiel de la philosophie de l’auteur. De plus, il n'y a aucun détail concernant la sélection des expressions et mots commentés. Cette omission fait que nous ne savons ni dans quel contexte les expressions et mots ont été employés, ni s'ils sont de langue orale ou de langue écrite. Il se peut que certains soient assez rares ou même idiosyncratiques. Selon Dumonceaux, Un mot rare dans les textes n’a, pour l’observateur, que très peu d’intérêt. Sa rareté fait qu’on ne lui voit pas de liens de sens ou d’emploi avec d’autres mots, ce qui donnerait des groupements de types variés. Etant rare, son apparition dans les textes est plus difficile à expliquer ou inexplicable. A l’inverse, un mot très usuel, quand il exprime un état affectif, tend à devenir un mot banal… (Dumonceaux 3). Suivant Dumonceaux, l'oubli se produit, et lorsqu'un mot est rarement employé, et lorsqu'il est très usuel. Cela pourrait expliquer pourquoi l'on fait des fautes. Pourtant, si les critiques de  6  Bertrand portent sur des fautes qui se produisent rarement, cela remettrait en question l'utilité des Capsules. Comme première étape, notre objectif sera d'identifier quels types de fautes se trouvent dans les Capsules. Bertrand présente une bibliographie d’ouvrages consultés à la fin de chacun des deux recueils, mais il y a très peu de citations et souvent les remarques sont assez vagues (ex. « ce terme apparaît dans plusieurs dictionnaires ») ou impersonnelles (ex. « on préfère le terme… ») Qui est représenté par ce « on » ? Dans ces cas, nous constatons que Bertrand, s’étant sûrement renseigné, se présente comme porte-parole des chroniqueurs de langue et donc de la norme. Il ne faut pas oublier que ces Capsules sont diffusées à la radio, média qui ne se prête pas forcément aux citations. Toutefois, un recueil de transcriptions aurait pu être divisé en chapitres, allongé par des citations ou informations supplémentaires, ou au moins accompagné d'une introduction méthodologique ou explicative. (Voir Explication du sujet, ci-dessous, description de la façon dont nous comptons contribuer à combler ces lacunes.) Jusqu’ici, nous n’avons trouvé qu’une seule étude qui traite des Capsules. Remysen, dans son analyse du rôle normatif joué par la Société Radio-Canada au Québec et la Vlaamse Radio- en Televisieomroep, en Flandre, discute brièvement des Capsules comme exemples de publications normatives. Son étude avait pour but « de vérifier, à partir de quelques exemples, si les choix normatifs des conseillers linguistiques reposent sur des principes univoques et clairs » (Remysen 138). Remysen a observé que « Guy Bertrand condamne généralement les anglicismes qui sont en usage au Québec et qui ne le sont pas en France… en revanche, il n’hésite pas à recommander des anglicismes qui sont courants en France, mais qui ne sont pas (ou peu) utilisés au Québec » (139). Nous pouvons nous servir de l’étude de Remysen comme point de départ pour examiner les Capsules.  7  D’autres ouvrages tels le Dictionnaire québécois-français de Meney et le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui ont été critiqués, par exemple, pour avoir identifié certains mots comme « régionalismes » ou « québécismes ». Pour parler de la question des registres de langue, le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui (1992) a été mal reçu à cause de son choix de registres pour désigner certains mots (voir Le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui : Enquête sur les registres, Marie-Cécile Guillot); une 2e édition a été publiée après une enquête qui a montré un grand écart entre les perceptions des francophones québécois et celles des auteurs du dictionnaire. Bien que notre étude n'inclue pas de sondage auprès des francophones de naissance, nous nous intéresserons toutefois aux jugements de Bertrand concernant le rôle des registres.  1.4 Explication du sujet Les Capsules linguistiques en deux volumes portent sur 800 mots ou expressions de langue française. Nous avons choisi d’en analyser une vingtaine ; ce corpus restreint permet d’analyser ces Capsules en détail. Il s’agit de relever les critères de Bertrand parmi ses commentaires et ainsi de regrouper les Capsules par thème (type de faute), comme il semble que les Capsules des recueils soient présentées de façon aléatoire. Même si certaines Capsules portent sur des régionalismes, sur des expressions « de chez nous », c’est-à-dire, sur des locutions québécoises, nous ne prétendons pas que notre corpus puisse représenter la totalité du français au Canada. Il ne s’agit pas d’en déduire des tendances globales du parler des Québécois mais plutôt celles de la méthode employée par Bertrand. Il faut donc situer Bertrand sur plusieurs échelles : il y a non seulement l’opposition « québécois-français » mais aussi « langue parlée-langue écrite », « langue standard-langue familière », « description et prescription ». Notre travail contribuera ainsi à une réorganisation  8  des informations présentées dans les Capsules (en tableaux), une analyse de l’écart entre les jugements de Bertrand et des dictionnaires et d'autres ouvrages linguistiques, un regroupement des Capsules par catégories de fautes et une discussion des visées de Bertrand, d'après les jugements identifiés dans notre corpus.  1.5 Corpus choisi Notre analyse porte sur dix-neuf Capsules, tirées du deuxième volume. Nous avons choisi le deuxième volume comme il a été publié plus récemment, en espérant que ce dernier de 2006 refléterait mieux la problématique de la réalité actuelle. Pour limiter le corpus, les Capsules choisies contiennent toutes la préposition « à », ou bien une forme contractée de celle-ci, soit « au, aux ». Comme le dit le dictionnaire Larousse, « à » peut établir une relation syntaxique, introduire des compléments de verbes ou des compléments de noms concrets ou abstraits10. De cette manière, tout en restreignant le corpus pour des raisons pratiques, comme « à » figure dans divers types de syntagmes, ce corpus se prête à une analyse des suggestions de Bertrand au niveau de la syntaxe ainsi que du lexique, qui ne sera pas limitée par thème.   1.6 Questions de recherche  Nos questions de recherche sont les suivantes :  Quels types de suggestions sont faits dans les Capsules linguistiques ?  Est-ce que les mots « à éviter » sont d’origine anglaise ? Des archaïsmes ? Quels types de structures sont « fautifs » ?                                                  10  http://www.larousse.com/en/dictionaries/french/%C3%A0#    9   Ces questions nous permettront de voir les tendances dans une publication de notre conseiller linguistique et, par extension, nous pourrions créer un portrait des emplois « problématiques » selon le porte-parole de la Société Radio-Canada. Nous examinerons d’abord les dix-neuf Capsules pour voir, dans l’ensemble, quelles suggestions sont faites par Bertrand et pour diviser celles-ci en catégories, selon le type de « faute » commise. Notre hypothèse est que les suggestions de Bertrand vont porter sur un certain nombre d’anglicismes (pour se situer par rapport à l’anglais d’Amérique du Nord) mais aussi des emplois vieillis, des archaïsmes (pour se situer par rapport à d’autres pays de la Francophonie).  Cette étude étant un point de départ, nous ne cherchons pas à trouver à quel point les expressions fautives ou proposées comme alternatives figurent dans le discours des Québécois. Nous allons plutôt retravailler les Capsules afin d'étendre les informations données et de mener un exercice de vérification auprès des dictionnaires français et des chroniques de langue française.  1.7 Méthodologie Afin de répondre à ces questions, nous présenterons dans le Chapitre 2 des analyses systématiques des Capsules individuelles. Chaque Capsule sera traitée avec un tableau montrant les jugements de Bertrand ainsi que les définitions du Petit Robert et du Dictionnaire québécois-français. Nous avons choisi le Petit Robert car il fournit des informations étymologiques et présente souvent également des sens archaïques (qui peuvent tous être comparés, bien sûr, aux informations dans d'autres dictionnaires spécialisés). Le Dictionnaire québécois-français, bien qu'il ait été critiqué, est toutefois assez récent et représente un grand corpus. Ces tableaux permettront de présenter clairement les expressions à éviter et les alternatives proposées. Ils  10  seront accompagnés par des catégories de fautes que nous aurons relevées. En parallèle, nous allons consulter des dictionnaires de langue française pour comparer les interprétations de Bertrand à celles des lexicologues. En paragraphes, nous allons continuer à commenter les Capsules en donnant, pour chaque mot ou expression : son origine, son étymologie, ses changements de sens ou sens spécialisés, des jugements portant sur son acceptabilité ou le registre auquel il appartient, d'autres expressions ou dérivés employant le même mot ou la même expression. Pour organiser nos données, comme une Capsule peut faire partie de plusieurs catégories, une synthèse (Chapitre 3) permettra de discuter les interprétations de Bertrand par catégorie. Cela montrera les tendances saillantes dans ses jugements.   11  Chapitre 2:  Les Capsules (les analyses)  La version imprimée des Capsules que nous étudions est composée de transcriptions des Capsules qui ont été diffusées à la radio. La lecture de ces tomes donne l’impression de revivre l’expérience d’entendre « le mot du jour », au hasard, sans forcément le lier à d’autres mots ou expressions commentées. Si elle se veut ludique, la nature de l’étude de Bertrand présente deux faiblesses : d’abord, bien que Bertrand présente une bibliographie à la fin de son ouvrage, il y a un manque de précision dans les Capsules car leur auteur porte jugement sans forcément citer ses sources ou retracer les origines de l’expression. Pour rectifier cela et aller plus loin dans l'analyse des mots eux-mêmes, cette section sera un recensement d’un échantillon des Capsules. Cet exercice de retravailler 19 Capsules de Bertrand (soit 5 % du deuxième recueil) a pour but d’identifier l’avis et les conseils de Bertrand ainsi que de faire une vérification en consultant des dictionnaires de langue française. L’objectif premier est de montrer, en tableaux, quelles sont les expressions « à éviter » selon Bertrand (colonne « Ne pas dire… »), les alternatives qu’il propose (colonne « Dire plutôt … ») et ses justifications pour ces sanctions, dans les cas où elles sont données. Les colonnes à la droite montrent les articles de dictionnaire qui portent sur les expressions critiquées. Dans certains cas, surtout là où l’origine est douteuse, nous avons noté les dates de première occurrence, car ces données serviront à mieux évaluer les critiques de type « calque » ou « emprunt ». Le symbole § fait référence au numéro de la Capsule dans le deuxième recueil et nos catégories montrent à quels groupes la Capsule appartient. La deuxième faiblesse des Capsules par leur nature tient à la relation établie entre les mots qui y sont étudiés. Les Capsules ne sont organisées ni par thème, ni en ordre alphabétique, ni par type de faute, mais nous organiserons notre échantillon par type de faute puis comparerons  12  les données des analyses dans les sections de synthèse ; les thèmes à y aborder seront notés en MAJUSCULES.  Certains de nos mots ont été très productifs. Il est intéressant de voir comment les mots de notre corpus sont employés dans d’autres locutions. Comme nous nous intéressons surtout à la préposition à, dans cette section, nous ne retenons que les locutions contenant une préposition. De cette manière, nous pouvons voir les différentes fonctions de la préposition à. Les autres expressions et dérivés se trouvent dans l’annexe 1. D’un côté, nous serions tentée de dire qu’un mot moins productif (et donc rare) prête plus à confusion qu’un mot employé fréquemment, car si on n’utilise pas un mot tous les jours, il est plus facile d’oublier ses origines ou de se tromper dans l’emploi d’une locution. D’un autre côté, une grande productivité peut entraîner de nouvelles combinaisons syntaxiques. Enfin, l’usage excessif aussi bien que l’usage inhabituel d’un mot contribuent à l’oubli du sens originel. Pour la préposition à, nous nous posons les questions suivantes : 1) Est-ce que le conseil de Bertrand pour cette Capsule porte sur la préposition ? 2) Quelle est la fonction de la préposition dans cette capsule ? 3) Quand la préposition à peut-elle remplacer d’autres prépositions ?  13  2.1 Être basé à  Tableau 2.1 être basé à Bertrand §53, 41-42      Nos catégories : CALQUE, CHAMP LEXICAL, NÉOLOGISME Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français (Ex. d’une entreprise) Être basé à (un endroit) (259 000 résultats). [Une entreprise] « est basée à Winnipeg ». Être basé à, en langue militaire. Établi, fixé, installé, avoir son bureau à tel endroit (résultats Google difficiles à trouver)  « Cette entreprise « a son siège social » à Winnipeg.  « Un néologisme peu utile ». Traduction littérale de l’anglais « based ». Être basé = de base militaire. 1ere occurrence : 1401, « avoir pour fondations ». 1787 : avoir tel endroit pour base militaire.  Basé à = situé à, installé à, qui se trouve à, dont le siège est à. Calque de l’anglais.  14  Tout d’abord, il faut dire que cette Capsule porte et sur la syntaxe et sur le lexique. Au niveau structurel, Bertrand propose que l’on évite d’utiliser le participe passé basé avec la préposition à car cela est un CALQUE de l’anglais « to be based at ». Bertrand n’est pas seul à critiquer baser (le DQF est du même avis).  Entre autres ouvrages, le LDP critique l'emploi de baser (sur) à l'écrit; il fait remarquer que : « Baser sur est devenu courant dans la langue de tous les jours : son analyse est basée sur une enquête minutieuse. … en particulier à l’écrit, préférer fonder sur : son analyse est fondée sur une enquête minutieuse. » (77) ; le RDODF de même : « l’emploi courant de baser sur au sens de faire reposer sur (une relation basée sur l’amitié) est critiqué par certains puristes qui préfèrent employer fonder sur : une relation fondée sur l’amitié. » (89)11. Essentiellement, ce n’est pas qu’il s’agit d’un anglicisme, mais nous remarquons plutôt que baser est critiqué car il est un « néologisme parfois inutile » et peut très bien être remplacé par fonder12. Ce mot a « des ennemis irréductibles »13, l’exemple le plus frappant étant l’opposition de Royer-Collard : Admis par le Dictionnaire de l’Académie en 1798, avec cette remarque qu’il « est employé depuis quelque temps, et plus au figuré qu’au propre », baser devait être banni de l’édition de 1835, à la suite de la campagne menée par Royer-Collard pour la suppression de ce néologisme. C’est de ce mot que l’académicien disait : « S’il entre, je sors ! » Il n’a pas été réintégré dans l’édition de 1932 (LDP 77).  Pourtant, certains sont prêts à accepter baser car ce mot n’est « ni récent ni rare, même dans la langue cultivée ou littéraire, et l’on doit le considérer comme correct » (Hanse). Quant au                                                  11 Le LDP, le Littré et le Larousse du XXe siècle partagent cet avis. 12 Ou par d’autres synonymes tels que prendre pour base, s’appuyer sur, compter sur, tabler sur. (LDP 77). 13 Hanse.  15  lexique, comme le substantif « base » (qui nous donne le participe passé basé) vient du latin basis (à l’origine grecque, basis), « action de marcher », puis « endroit sur lequel on marche, point d’appui14, nous comprenons ainsi pourquoi cela serait lié à la langue militaire15. Effectivement, nous avons trouvé que, d’après les dates du Petit Robert, le sens général de baser, « avoir pour fondations », est loin d’être un néologisme (ce sens date de 1401). Les articles actuels du Petit Robert précisent les deux sens de ce mot : « faire reposer sur (telle ou telle base) » et « avoir pour base (mil.) ». Le premier sens est plus figuré et le deuxième est plus concret, du domaine militaire. Le Petit Robert ne précise pas dans quel texte base, baser paraît pour la première fois; les dictionnaires de l’ancien français et du moyen français de Greimas ne contiennent aucune mention de ce mot.16 En outre, d’après le OED, le premier sens de l’anglais base, « avoir pour fondation »,  viendrait de l’anglo-normand basse au XIIe siècle; cependant, le sens tardif « avoir tel endroit pour base militaire » est attesté en anglais avant la première occurrence en français (ang. 1616, OED; fr. 1787, Petit Robert).   Le fait de critiquer « être basé à » hors du domaine militaire montre chez Bertrand une tendance à rejeter L’EXTENSION DE SENS de ce mot dans la langue de tous les jours. Il condamne basé « dans la langue des affaires et dans la langue générale ». On pourrait dire que cela montre une CENSURE DE FIGURE. Sa justification (qu’il y a d’autres mots qui peuvent exprimer la même idée) reflète les rapports entre normes et pratiques langagières identifiées par                                                  14 Bloch et Wartburg 60. 15 L’usage de ce mot en termes militaires n’est pas critiqué : « Baser se dit très correctement, en termes militaires, de navires, d’avions, ancrés ou garés à leur base d’attache : Ce cuirassé est basé à Toulon. Escadrille basée à Marignane. » (LDP 77). 16 Heureusement, le Tobler-Lommatzsch contient base en ancien français, dans son premier sens (allemand : « Grundlage, Fundament ») même s'il  ne contient pas la forme verbale. « Fundad la terre sur sa base (super basemsuam), Cambr. Ps 103, 5. S’en i pert on qor ors la trace De som sepulcre ou il jura, Proef de la basse ou il poia Les degrez al serment jurer (juxta pyrgibasim), VGreg. A 2906. La base (eines Bauwerks) kis ëeit desoz, En. 7551 ».  16  Berrendonner17. Tout bien pesé, il nous semble que les puristes ont tendance à préférer fonder parce qu’il est plus ancien que baser et parce que ce premier n’a pas été attaqué par l’Académie.   D’autres expressions avec « baser » : Hanse : sur base de pour sur la base de (un flandricisme) Dans cette Capsule, la préposition à marque le lieu, comme elle le fait avec les noms de villes. Lorsqu’elle se trouve dans l’expression être basé à, elle fait partie d’un calque, mais son emploi habituel avec d’autres adjectifs ou participes passés (situé, installé) n’est pas critiqué.                                                  17 Berrendonner montre le rapport « interactif et généralement conflictuel » entre normes et pratiques langagières. « Les normes ne sont légitimes que dans la mesure où elles s’inspirent de l’usage, usage qu’en retour elles ont pour mission de contrôler et d’orienter » (12). Dans le cas de « basé », la critique de Bertrand montre une interaction positive car elle est un « garde-fou contre une diversification excessive » (Ibid). Cela reflète ce que Bronckart appelle « la politique centralisatrice des états modernes… qui, combattant la diversité des pratiques au nom de l’impératif démocratique d’égalité devant la langue… [s’efforcent] de promouvoir une langue ‘standard’ » (12). Cependant, cela pourrait se voir comme interaction négative ; « le métadiscours institutionnel traite le plus souvent la variation par censure et par amputation, construisant de ‘la’ langue naturelle une image outrageusement réductrice… » (Berrendonner 51).  Étant donné que Bertrand propose plusieurs synonymes possibles, nous ne voyons pas son discours normatif comme « outrageusement [réducteur] ». Beaucoup d’autres Capsules reconnaissent les régionalismes tout en proposant d’autres expressions « standards ».  17  2.2 À cause de Tableau 2.2 à cause de Bertrand §300, 194 Nos catégories : FONCTION DE LA PRÉPOSITION, EXTENSION DE SENS Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français (Pour introduire une réalité dont les conséquences sont positives) : « obtenir une promotion à cause de son bon travail ». Il a eu une promotion grâce à son bon travail.  Son bon travail lui a valu une promotion.   Il est illogique d'utiliser à cause de pour parler d'une promotion, car  à cause de « n'est utilisée que pour introduire des réalités dont les conséquences sont négatives ». À cause de = 1ere occurrence : [début XIIe siècle], « procès »  « loc. prép. (milieu XIVe) à cause de: par l'action, l'influence de. Tout est arrivé à cause de lui, par sa faute. À cause de ça.   Par ext. En raison de. Je lui pardonne, à cause de son âge. Il pourrait créer des surprises à cause de sa vitesse: grâce à sa vélocité, à sa rapidité  18  D’après le Petit Robert, « à cause de » vient du latin causa, « raison, motif » et « affaire, procès », qui a également donné chose ; Bloch et Wartburg donnent également le dérivé causer, au XIIIe siècle. Dauzat, en accord avec le Petit Robert et Bloch et Wartburg sur l’étymologie de cause, donne la date de première occurrence à la fin du XIIe siècle, et ajoute qu’au XVIIe siècle ce mot adoptera un sens politique et religieux18. En ancien français, l’expression chose que signifiait à cause que19. Ce changement syntaxique de l’ancien français au français moderne montre l’emploi de la préposition à pour renforcer ; elle remplace alors la préposition par (ex. par sa faute). « Pour cause de » semble être synonyme de « à cause de » ici, mais n’introduit pas forcément une « réalité dont les conséquences sont négatives ».  Nous remarquons que la FONCTION DE LA PRÉPOSITION « à » prend le sens de « par », une fonction d’agent (cf. « par sa faute », mais aussi « en raison de »). Ici, ce qui est critiqué par Bertrand, ce n’est pas l’expression en soi, mais L’EXTENSION DE SENS aux conséquences négatives. Nous nous demandons si cette restriction pourrait être issue du domaine du droit, comme dans nos dictionnaires étymologiques la notion de « cause » est liée à la défense ou soutenance20. Prenant le Petit Robert comme exemple, les articles sur « cause » donnent « raison », « fait » « objet » comme synonymes et il n’y a rien qui impose que ce soit restreint aux conséquences négatives. Par contre, le Dictionnaire québécois-français indique qu’aujourd’hui, en français standard, «  la loc. à cause de introduit normalement une cause neutre ou négative;                                                  18 Dauzat 143. 19 Greimas 106. 20 D’ailleurs, Bloch et Wartburg constatent que le verbe causer, au XIIIe siècle, « s’entretenir familièrement », vient du latin causari, « faire un procès, plaider », d’où le sens de « bavarder ». Causer au sens de « reprocher » « est représenté par [l’ancien français] choser « gronder, blâmer », encore usuel dans quelques parlers septentrionaux » (Bloch et Wartburg 114).  Choser pour « disputer » se trouve en 1155 chez Wace, également du latin pop. *causare pour CAUSARI (Greimas 106).    19  lorsque la cause est positive, on emploie grâce à ». Il y a également, au Canada, les expressions « à cause » (« pourquoi »)21 et la locution conjonctive «  à cause que »22 (« parce que, vu que, pour la raison que »). Cette extension de sens est loin d’être une innovation ; chez Molière, au XVIIe siècle, on trouve « à cause que » au sens de « parce que » : « Vous ne lui voulez mal et ne le rebutez/Qu'à cause qu'il vous dit à tous vos vérités »; dans le DLF (XIXe s.): « marbre : dans plusieurs provinces, une bille avec laquelle jouent les enfants, à cause que les billes sont souvent en marbre ». Le LDP considère cette forme comme vieillie (115), le RDODF la considère comme vieillie mais correcte : « il a été éliminé à cause qu’il s’est trompé » (145), alors qu’au Canada, elle est considérée comme populaire.23 Selon Ambrogi, grâce à est synonyme d’ « à l’aide [de] (uniquement en évoquant un résultat heureux) » et à cause de (par la faute de, évoquant un acte malheureux)24. Donc, il partage l’avis de Bertrand mais ne justifie pas cette distinction. Capelovici, au contraire, accepte l’emploi de à cause de pour évoquer des résultats heureux, mais veille au respect de la syntaxe: «  [On ne dit pas…]: « Malgré ou à cause de son succès », mais : « en dépit ou à cause de son succès », car on trouve la préposition de dans « en dépit de » et « à cause de », alors qu’elle n’accompagne pas la préposition malgré » (59).                                                      21 DQF : Pis le grand slack en tabarnac/A calé la caisse de vingt-quatre/J'me suis r'tourné, j'étais tout blème/J'ai dit : « Grand slack! À cause tu fais simpe de même ? » (A. Fortin/Les Colocs). 22 DQF : Les lampadaires/y sont d'ins airs/ à cause qu'à terre/ y a pus rien à voir (Richard Desjardins). 23  DQF. 24 127.  20  D’autres expressions avec « cause » :  Du Petit Robert :  pour cause de25 Le magasin est fermé pour cause d'inventaire.   et pour cause: pour une raison évidente (qu'il est donc inutile de donner). Il n'a pas osé venir, et pour cause !  en cause (sens II : affaire, intérêts à défendre) Être en cause : être l'objet du débat, de l'affaire. Les intérêts en cause, en jeu. Tu n'es pas en cause, concerné.  Mettre en cause : appeler, citer au débat une personne qui est amenée à se défendre ou à témoigner. (début XIXe) En désespoir de cause : comme dernière ressource, tout autre moyen étant impossible.  1740 : En connaissance de cause : en connaissant les faits.  prendre fait et cause pour qqn, prendre son parti, le défendre, le soutenir.   faire cause commune avec qqn : mettre en commun ses intérêts.  Dans cette Capsule, la préposition à en soi n'est pas critiquée, mais il est intéressant de noter qu'elle prend la place de par. Si la préposition par est sortie d'usage, les autres expressions avec cause montrent que pour peut montrer la cause aussi.                                                 25 Selon Ambrogi, cette expression est à éviter. (127).  21  2.3 À ce stage-ci Tableau 2.3 à ce stage-ci §150, 102 Nos catégories : MANQUE DE PRÉCISION, CONFUSION PHONÉTIQUE, INFLUENCE DE L’ANGLAIS Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français à ce stage-ci  à ce stade-ci  stade: « étape dans un processus quelconque »  « les premiers stades d'une maladie »; « différents stades d'un développement »  stage: période d'essai préliminaire à l'exercice d'une profession »    N'explique pas pourquoi c'est fautif 1530 stade ; 1265 estade; n.f. jusqu'au XVIIe latin stadium, grec stadion  à ce stage de : à ce point; à ce stade ; [empr. dir. à l'angl.] (autrefois.) : diligence (n. fém.) [empr. dir. à. l'angl.]    22  Un stade est un « édifice à gradins, destiné aux courses à pied »,26 alors qu’un stage « est une période d’études pratiques ou de formation dans un service d’une entreprise »27. Si au départ un stade était uniquement une mesure de longueur28, puis par extension, un terrain pour la pratique des sports29, en 1669, « stade » est paru pour parler des « périodes distinctes d’une maladie »30 et de nouveau, par extension en 1878, « chacune des étapes distinctes d'une évolution, d'un phénomène ; chaque forme que prend une réalité en devenir ». En anglais pour parler de phases ou de points, on utilise « stage », mot qui, chez les francophones, signifie «  période de formation ou de perfectionnement dans un service d'une entreprise »31. Les stages, au début du XVIIe siècle, étaient suivis par des chanoines ou des avocats ; depuis le début du XIXe siècle on voit le mot au sens plus élargi.32 La version non-relatinisée de stadium est étage, « niveau » au sens concret33. Étage se disait en moyen français pour « domaines superposés », « stature, taille »34 et s’étend au figuré en français classique, chez Molière : «  […] Mon Dieu, que votre esprit est d’un étage bas ! » 35 Ce mot au figuré est un archaïsme pour « situation, rang social » mais s’utilise toujours dans quelques expressions comme de bas étage pour « de                                                  26 Ambrogi 236. 27 Laurin 206. 28 Bloch et Wartburg, d’abord estade, pour désigner une mesure grecque, 1265, du lat. médiéval stagium (fait sur l’ancien français estage) (607). 29 Petit Robert. 30 Petit Robert. Bloch et Wartburg donnent 1810 comme sa première date comme terme médical. 31 Petit Robert. 32 Dauzat 710. 33 Baumgartner et Ménard 752 : Estage « résidence » a été fait sur ester « demeurer », du latin STARE. 34 Greimas et Keane 264. 35 F. sav., 26. Dubois, Lagane et Lerond 231.  23  condition médiocre »36. Bertrand nous invite à prêter attention à l’opposition « stage-stade » mais n’explique pas pourquoi cela pose des difficultés. Toutefois, il n’est pas difficile de voir le lien sémantique entre la « période de formation » de « stage » et l’« étape, processus » de « stade ». Il s’agit ici d’un manque de précision en raison de la confusion de « stage » et « stade ». Il y a plusieurs éléments qui pourraient contribuer à cette confusion. D’abord, ce sont des paires minimales, donc, une telle substitution par similarité phonétique ne serait pas hors question.  Une autre explication possible serait que cette confusion soit le résultat de l’influence de l’anglais dans le domaine de la médecine. Laurin partage cet avis : « Un stade est un lieu aménagé pour des compétitions sportives, mais ce mot désigne aussi une période, une étape, un degré de développement. En anglais, stage a aussi ce dernier sens, ce qui cause la confusion avec stade en français » (206).   Dans cette Capsule, la préposition à a une fonction temporelle. Elle est acceptée dans la locution à ce stade-ci mais elle est rejetée lorsqu'elle fait partie d'un calque dans à ce stage-ci par proximité phonétique.                                                 36 Petit Robert 938.  24  2.4 À contresens Tableau 2.4 à contresens Bertrand §168, 112 Nos catégories : MANQUE DE PRÉCISION Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français Ne pas confondre «  en sens inverse » et « à contresens » En sens inverse = « dans l'autre sens » ; « dans la direction opposée »  ex. « sur une route, si vous allez vers le sud, les gens qui se dirigent vers le nord, dans l'autre voie, circulent en sens inverse, c'est-à-dire qu'ils roulent dans le bon sens, mais dans la direction opposée à la vôtre »  à contresens signifie dans le sens contraire au sens normal »  = «  dans le mauvais sens »   ex. « si vous prenez à rebours la bretelle d'une autoroute et que vous faites face à tous les autres automobilistes, vous roulez à contresens »   « [les deux] ont des sens dangereusement différents »  loc. adv. À CONTRESENS : dans un sens contraire au sens naturel, normal (cf. à l'envers). – Dans le mauvais sens, en sens interdit. Prendre l'autoroute à contresens.  Fig. (cf à rebours, de travers.) Interpréter qqch. à contresens. Pas dans le DQF    25  Contresens date de 1560, de contre et sens. Le sens principal est «  interprétation contraire à la signification véritable »37. Ce mot est donc lié à la notion de l’erreur ; on voit au figuré : «  son personnage de Hamlet est un contresens ». Lorsque l’on interprète quelque chose à contresens, on l'interprète « à rebours, de travers »38; c'est-à-dire, à l'envers. Au figuré, « contresens » est alors le contraire d' « exactitude »39 car si on interprète quelque chose à contresens, on se trompe. Ce dernier sens est complémentaire à l’interprétation de Bertrand ; par contre, il y a également une troisième définition : « sens inverse ». Prendre le contresens d'une étoffe.  Bertrand ne critique pas les expressions « à contresens » et « en sens inverse » en soi, mais il est d'avis que l'on devrait prêter attention aux contextes dans lesquels on les emploie. Substituer l'une pour l'autre constituerait ainsi un MANQUE DE PRÉCISION. Dans cette Capsule, à indique la manière, comme elle le fait dans d’autres expressions telles que à rebours. Ainsi, elle peut parfois remplir la même fonction que la préposition de, comme dans « de travers ».  Pour ce qui est de l’orthographe, le DHOF de Catach note qu’on utilise un trait d’union entre 1694 et 1835 et que ce dernier disparaît vers 1878, phénomène qu’on peut observer dans plusieurs mots-composés40.                                                   37 Petit Robert. 38 Ibid. 39 Ibid. 40 278.  26  2.5 À la mitaine Tableau 2.5 à la mitaine §56, 43  Nos catégories : REGISTRES DE LANGUE, CENSURE DE FIGURE, EXTENSION DE SENS Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français à la mitaine (dans la langue soutenue) Dans la langue soutenue : manuellement (adv.) ; à la main, de façon artisanale, avec les moyens du bord  ou encore : négligemment, à la va comme je te pousse, avec amateurisme, grossièrement  « expression sympathique qu'on peut utiliser dans les conversations familières » (à la mitaine) Région. (Canada) loc. adv. 1932 – fam. À la mitaine : à la main, sans moyens techniques. Écrire, calculer à la mitaine.  Moufle : n.f. cour. Pièce de l’habillement qui couvre entièrement la main, sans séparation pour les doigts, sauf pour le pouce. gant qui couvre tous les doigts ensemble, sauf le pouce] : moufle (n. fém.)  à la mitaine [à la main ; manuellement ; d'une manière artisanale ; d'une manière pas sérieuse ; avec les moyens du bord]    27  Mitaine date de 1180, de l'ancien français mite, du même sens. Ce serait un « emploi métaphorique » de ce dernier, qui signifiait « chatte » à l’époque41.  Au XVIe siècle on voit la forme mitoufle42. Dans certaines régions, (Centre-Ouest, Ardèche, Doubs, Haut-Jura, Ain; Suisse, Canada), c’est un régionalisme pour « moufle » ; ailleurs, cela signifie « gant qui laisse à nu les deux dernières phalanges des doigts »43. Au baseball, la mitaine est également le gant du receveur ; au hockey sur glace, elle est celui du gardien de but44. Moufle, par contre, est une « sorte de gros gant », depuis le XVIIe siècle, mais attesté dès 817 « par la forme latinisée muffula, d’origine incertaine.45 Nos dictionnaires d’orthographe remarquent que « contrairement à souffler et soufflet, ce mot ne prend qu’un seul « f ». »46 Comme les mitaines sont destinées aux mains, faire quelque chose à la mitaine, c’est faire cela avec ses mains et par extension, peut-être sans moyens techniques. Par exemple, « Pour l'instant, la priorité est d'établir une liste [électorale] informatisée qui éliminera les traditionnels recensements « à la mitaine » [le recensement des électeurs qui se fait en passant de porte en porte] (LJQ) : le recensement manuel ». Ici le recensement traditionnel, « à la mitaine » s’oppose au recensement informatisé. Un deuxième exemple : « les techniciens du ministère des Transports […] ont été en mesure d'intervenir rapidement pour diriger la circulation « à la                                                  41 Bloch et Wartburg 412 : Comparer avec d’autres langues, dont all. mieze, it. micio et le verbe franc. Miauler, tous « nés d’une imitation de la voix du chat; de là aussi miton, XVe s., de même sens; de miton a été tiré emmitonné, 1580 (Montaigne) ». 42 « Celui-ci disparaît en laissant le dér. s’emmitoufler, 1611. » (Hanse 5). 43 Petit Robert. 44 Petit Robert. 45 Bloch et Wartburg 420. Dauzat (469, 479) est en accord avec Bloch et Wartburg que ce dernier serait un composé du radical germ. Muffe « museau rebondi » et vel « peau d’animal ».  46 Capelovici153. Voir aussi RDODF554.  28  mitaine » comme dans le bon vieux temps. Ici, il s’agit littéralement « de diriger la circulation à la main ». » Il s’agit d’une EXTENSION DE SENS du concret au figuré. Ici, l’usage de cette expression est critiqué en langue soutenue. Ceci est donc une question de REGISTRES DE LANGUE. Certaines alternatives proposées (manuellement, de façon artisanale) conservent l’image de la main imprécise, gênée par la mitaine, alors que d’autres (négligemment, avec amateurisme, grossièrement) ne gardent que l'idée de l'imprécision. Curieusement, « à la va comme je te pousse »47 est une expression dite familière, comme les autres alternatives qui ne gardent pas l’image de la main, qui ajoute une implication négative. L’idée partagée serait alors que la main apporte des imperfections dans la fabrication. Mais nous trouvons qu'il est illogique de la part de Bertrand de critiquer l'expression « à la mitaine » parce qu'elle vient de la langue familière et de proposer cette expression familière comme alternative. Bertrand chercherait peut-être à éliminer le régionalisme en langue standard plus que le registre familier. La dernière alternative, « avec les moyens du bord » (se débrouiller avec ce qui est disponible), ne contient plus du tout l’image de la main, de faire quelque chose « sans moyens techniques »48. Le fait de proposer que l’on évite cette expression est une CENSURE DE FIGURE.                                                     47 Larousse. Hanse : Va-comme-je-te-pousse (à la) loc. adj. Ou adv. Une éducation à la va-comme-je-te-pousse. De même : Travailler à la va-vite. 48 Petit Robert.  29  D’autres expressions/locutions avec « mitaine » :  Du DQF :  mitaine à four, mitaine de four : gant de four, gant de cuisine; manique (n. fém., = gant ou carré de tissu servant à prendre les plats chauds)   Dans cette Capsule, à est critiqué au figuré dans le régionalisme « à la mitaine »; il indique la manière. Dans mitaine à four, il remplace la préposition de et sert à indiquer le but.  30  2.6 À la vapeur Tableau 2.6 à la vapeur §327, 210  Nos catégories : CENSURE DE FIGURE, MANQUE DE PRÉCISION, FONCTIONS DES PRÉPOSITIONS Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français à la vapeur (au sens figuré) de « prendre une décision... se rendre chez quelqu'un à la vapeur » à la vapeur = pour « cuire les légumes, nettoyer les carreaux, stériliser des contenants, repasser les vêtements »  à toute vapeur = « à toute vitesse »  ou bien pour « mettre l'accent sur... l'immédiateté de l'action » : immédiatement, aussitôt, le plus tôt possible, dès que possible, dans les plus brefs délais.    « Quand on fait quelque chose à la vapeur, on fait littéralement quelque chose en ayant recours à la vapeur. » 1825 – À LA VAPEUR. : mode de cuisson à l'étouffée d'aliments disposés au-dessus d'eau en ébullition. Pommes de terre cuites à la vapeur ; ELLIPT pommes vapeur. Légumes à la vapeur. (cuit-vapeur).  Raviolis (vietnamiens) à la vapeur.  à la vapeur [à toute vitesse] : à toute vapeur (fam.); au pas de charge (fig.) Le gouvernement a organisé des consultations à la vapeur pour sonder le pouls des Canadiens   31  « Vapeur » date du XIIIe siècle, vapour, du latin VAPOR. Le sens primordial de vapeur est « amas visible, en masses ou traînées blanchâtres, de très fines et légères gouttelettes d'eau de condensation » ou éventuellement un brouillard, un nuage49. Au XVIe siècle, la « vapeur » ou « vapeur d’eau » devient une force industrielle : « eau à l'état gazeux, état normal de l'eau au-dessus de son point d'ébullition ». Par contre, l’expression « à vapeur » pour parler de la manière de propulsion viendra plus tard ; en 1794 on voit « machine à vapeur », « locomotive, bateau à vapeur », « fer à vapeur »50. Nous observons ici que la FONCTION DE LA PRÉPOSITION « à » est celle de manière. Suivant Bertrand, l’expression « à (la) vapeur » de nos jours ne reflète que le sens de 1825 : « mode de cuisson à l'étouffée d'aliments disposés au-dessus d'eau en ébullition ». Par exemple, on peut parler de « Pommes de terre cuites à la vapeur » ou par ellipses, tout simplement de pommes vapeur ; c’est-à-dire cuit-vapeur. Bertrand suggère ainsi de ne pas CONFONDRE UNE FIGURE AVEC UNE AUTRE, mais ceci reflète une CENSURE DE FIGURE, car il y a d’autres expressions qui se servent de l’image de la vapeur industrielle pour parler de vitesse (par exemple, à toute vapeur, du Petit Robert). Adopter une loi « à toute vapeur » est donc synonyme de voter cette loi à toute vitesse ; en utilisant toute la vapeur possible. Cela est logique, comme la vapeur est (ou était) synonyme de puissance industrielle51.                                                  49 Petit Robert: Les vapeurs retombées sur l'horizon […] en amoncellement de goutes grises LOTI. Cette vapeur menue, qui, […] glissait sur les maisons et les rues à la façon d'un fleuve qui coule… Maupassant. 50 Petit Robert : fer à repasser électrique pouvant projeter de la vapeur sur le linge. 51  Fréchette parle d’études à la vapeur : « – Ça ne fait rien, ça ; vous savez pas qu’ils font faire les études à la vapeur maintenant ? – Tout de bon ? – Eh ! oui... par la steam... C’est une nouvelle invention américaine. Il n’y a rien de plus drôle. On vous déniaise un petit habitant de Beauport en quelques tours de roues. » (34-35). Il s’agit du sens figuré (vitesse), mais le sens littéral apporte un effet comique.  32   Cette expression se trouve dans le RDODF pour rappeler aux lecteurs que vapeur est au singulier « dans les locutions à vapeur (machines à vapeur ; fers à vapeur), à toute vapeur et bain de vapeur », tandis que « dans le domaine culinaire, ce mot s’emploie dans l’expression à la vapeur ou en apposition ; il est  invariable dans tous ces exemples (881).    33  D’autres expressions ou locutions avec « vapeur » : Du Petit Robert :  FAM. Être à voile* et à vapeur. – Renverser la vapeur, la faire agir sur l'autre face du piston, afin d'inverser le sens de la marche de la machine (ce qui a pour premier effet de freiner le mouvement).   FIG. Arrêter net une action qui se développait dans un sens dangereux et la mener dans un sens opposé.   À toute vapeur: en utilisant toute la vapeur possible; à toute vitesse. Locomotive lancée à toute vapeur. Loi votée à toute vapeur.  Du DQF :  adopter une loi à la vapeur  négocier un bail à la vapeur [Selon le DEL (XXe s.), l'expr. « à la vapeur » n'est plus guère employée] Dans cette Capsule, à la vapeur est critiquée au sens figuré ; au sens concret ainsi qu’au figuré, elle indique la manière (« en ayant recours à la vapeur », « rapidement »).  34  2.7 À terre Tableau 2.7 à terre §139, 95 Nos catégories : CONTRE L’HYPERCORRECTION, ANCIENNE DISTINCTION, SIMPLIFICATION, FONCTIONS DES PRÉPOSITIONS Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français Par terre pour mieux parler Par terre et à terre « sont parfaitement synonymes »  « Il n'y a pas si longtemps, on attribuait aux locutions à terre et par terre des sens légèrement différents. On disait qu'une personne ou une chose tombait par terre lorsque cette personne ou cette chose touchait déjà le sol au moment de sa chute. »  Ex. « Il a trébuché et il est tombé par terre. »  « En revanche, lorsque la personne ou la chose ne touchait pas déjà le sol au moment de sa chute, on utilisait plutôt la locution à terre. »  Ex. « Le laveur de vitre est tombé de son échafaudage et s'est retrouvé à terre. » Fin XIIe PAR TERRE : sur le sol. Tomber par terre. S'asseoir, se coucher, se rouler par terre. Dormir par terre (cf. Sur la dure*). Par terre, c'est de la pierre, du parquet. Ne jetez pas vos papiers par terre. Prendre ce qui est par terre. (→ ramasser) Mettez-le, posez-le par terre. Laver par terre, le sol. POP. SUBST. Laver le par terre à terre :  a) (pr.) [sur le sol] : par terre  b) (fig.) [usé, fatigué] : à plat (fam.)   35  Terre au Xe s., vient du latin TERRA; par terre est attesté au XIIe siècle52. Les dictionnaires d’orthographe rappellent de ne pas oublier la majuscule lorsqu’il s’agit de la planète.53. Dans cette Capsule, Bertrand se montre CONTRE L’HYPERCORRECTION car il propose une SIMPLIFICATION d’une ANCIENNE DISTINCTION. Selon l’ancienne distinction, défendue par Littré, dans « tomber à terre », « à » avait pour fonction d’indiquer un point de départ autre que la terre et donc un mouvement A->B (A n’étant pas la terre) alors que « par » signifiait que l’on partait du sol. Prenons quelques exemples pour voir si cette ancienne FONCTION DE PRÉPOSITION a été préservée.  D’autres expressions ou locutions avec « à terre » :  Du Petit Robert  Tomber à terre  Sauter à terre. Mettre pied à terre: descendre de cheval, d'un véhicule à deux roues.54  Loc. mettre (un adversaire) à terre, le vaincre.  Loc. Courir ventre à terre (d'abord en parlant d'un cheval), très vite.                                                    52 Dauzat 741; voir aussi it. terra, esp. tierra (Bloch et Wartburg 631). 53 LDP 595 ; « Il s’écrit sans majuscule quand il désigne la surface, l’étendue ou la matière : poser qqch. par terre ; un tremblement de terre ; parcourir la terre ; une terre inculte ; être couvert de terre. » RDODF840. 54 Le LDP rappelle pour l’orthographe que l’on écrit « mettre pied à terre, sans trait d’union, mais un pied-à-terre (= un logement que l’on occupe occasionnellement), avec deux traits d’union » (595). D’ailleurs, chez Hanse, on voit le pluriel du composé : Un ou des pied-à-terre (7). Dauzat donne 1360 comme la date de première occurrence de cette expression, chez Villehardouin (741).  36  Du DQF :  à terre : (pr.) [sur le sol] : par terre (fig.) [usé, fatigué] : à plat (fam.)  batterie à terre : batterie/pile à plat (fam.); batterie/pile usée, batterie déchargée Faut que tu fermes ton poste pour pas mettre la batterie à terre. Il a été ouvert toute la nuit (Jacques Poulin) : pour ne pas user la pile Mon cœur a la batt'rie à terre (Clémence Desrochers) : la batterie à plat (voir aussi « batterie » )  avoir la langue à terre [être épuisé; être à bout de ressources] : Si l'entrepreneur a la langue à terre, il est normal qu'il essaie de se rattraper  avoir le moral à terre [avoir le moral au plus bas] : avoir le moral à zéro (fam.); être démoli (fam.) Ça ne faisait pas du tout mon affaire de m'absenter aussi longtemps et j'avais le moral pas mal à terre [...] (LJQ)  être à terre : [être épuisé] : être à plat (fam.); être sur les genoux (fam.); être sur les rotules (fam.) Au restaurant, la journée a été crevante, c'est de même chaque vendredi, ben rare qu'est pas à terre rendue au soir, à pine (Jean-Marie Poupart) [démoralisé] : être à plat (fam.); être déprimé; être démoli (fam.) Depuis que je suis jeune, ça toujours été les femmes. Y a des gars qui boivent et sont à terre. Moi, je suis top shape. Grâce aux femmes (LJQ)  jeter à terre : mettre par terre  37  À mesure que les conditions de la médecine se détériorent, les francophones contribuent à leur tour au « brain drain » [vers les États-Unis] qui risque de jeter à terre la médecine de pointe québécoise (LP)  lancer qqch. à terre : lancer qqch. par terre Il a lancé quelque chose à terre, une affaire noire, et il a couru (LJQ)  mettre à terre [épuiser] : mettre à plat (v. trans.,fam.); fiche en l'air (v. trans., fam.); démolir (v. trans., fam.) Ça ne sera pas ce genre d'entraînement qui va mettre l'équipe à terre (LS) : va mettre l'équipe à plat (fam.) La chicane va mettre à terre la profession (LQ) : Les querelles intestines vont fiche en l'air la profession (fam.)  se rouler à terre : se rouler par terre Comme dans la vie, quand  on vit un drame, on ne passe pas la journée à en parler à tout le monde et à se rouler à terre (LS)  sacrer à terre : ficher par terre (fam.)  D’autres expressions ou locutions avec « par terre » :  Du Petit Robert :  fin XIIe PAR TERRE : sur le sol. Tomber par terre. S'asseoir, se coucher, se rouler par terre. Dormir par terre (cf. Sur la dure*). Par terre, c'est de la pierre, du parquet. Ne jetez pas vos papiers par terre. Prendre ce qui est par terre.(→ ramasser) Mettez-le, posez-le par terre. Laver par terre, le sol. POP. SUBST. Laver le par terre.  38   face contre terre, se coucher sur la terre, mettre un genou en terre. Toucher terre, la terre. Soulever de terre. Sous terre, sous le niveau du sol (→ souterrain).  Loc. Vouloir rentrer sous terre (de honte). Il aurait voulu être à cent pieds sous terre. Avoir les pieds sur terre: être réaliste. Ne plus toucher terre: perdre contact avec la réalité, être transporté (cf. La tête dans les étoiles, être sur un petit nuage). Revenir sur terre, sur le plan des réalités concrètes et non de l'imagination. (→ terre à terre).   Parterre n.m. 1546 de par « sur » et terre « sol ».  VX. Sol. Faire un parterre, une chute. Mod. : pop. Ou région. (Afrique du Nord) Carrelage, plancher. Laver le parterre. Chiffon de parterre. « Mes pieds imprimaient des taches humides sur le parterre » Y. Khadra. Partie d’un parc, d’un jardin d’agrément où l’on a aménagé des compartiments de fleurs, de gazon. Parterre de tulipes. Région. (Canada) Terrain aménagé, pelouse autour d’une maison. XVIIe VX Rez-de-chaussée d’une salle de théâtre, derrière les fauteuils d’orchestre. Places de parterre. Être au parterre. Loc. Fam. Prendre un billet de parterre : tomber (jeu sur le sens 1er). Public du parterre, généralement populaire. (p. 1814).  1690 – EN PLEINE TERRE: dans une terre qui n'est pas dans un contenant. Planter un arbuste en pleine terre. Culture de pleine terre. (cf. De plein champ).  Dans Tomber à terre, sauter à terre, mettre pied à terre, mettre un adversaire à terre, la préposition « à » indique « jusqu’à »; c’est-à-dire que l’ancienne distinction a été préservée. Par contre, pour courir ventre à terre, une expression imagée, le sens paraît différent; quand un cheval court très vite, cela donne l’impression que le ventre reste par terre, ou qu’il se frotte  39  contre la terre, plutôt que de tomber de plus haut.55 En général, les expressions avec à terre dans le Petit Robert, dictionnaire français, ont tendance à garder le sens de mouvement (A->B). Dans le Dictionnaire québécois-français, à terre est synonyme de par terre ou à plat; comme le soutient Bertrand. On peut alors dire par au lieu de à dans ces cas-ci. Les expressions qui évoquent « le plus bas » sont souvent du type avoir le [substantif] à terre : avoir la batterie, la langue, le moral à terre; ou bien on peut dire tout simplement qu’on est à terre, ou que l’on se roule à terre. Toutefois, il y a des expressions du type mouvement, par exemple jeter, lancer à terre. Si Bertrand insiste qu’il y eut une distinction entre à terre et par terre mais qu’elle ne se manifeste plus, il se rapproche du Petit Robert et d’autres critiques, car l’ambigu « sur le sol » est la définition de par terre : y a-t-il eu du mouvement? Dans tomber par terre, poser quelque chose par terre, c’est sûr et certain; dans dormir par terre, c’est moins évident. Hanse (p. 7) est en accord avec Bertrand: « Quoi qu’ait dit Littré, on a le choix entre tomber à terre ou par terre : Votre livre est tombé à terre (Ac.) Il a jeté ce papier à terre (Ac.). Se jeter à terre, par terre. (Ac.) De même avec regarder, lancer, mettre. Ces expressions se disent très bien s’il s’agit d’un tapis, d’un parquet ». Selon le RDODF, les deux expressions sont équivalentes, mais par terre est plus courant.56 Le LDP partage cet avis et ajoute que la « distinction [de Littré] n’a plus cours »57. Finalement, il faut traiter les cas de concaténation : le substantif le parterre est à rapprocher de par terre et n’indique aucun mouvement; atterrer et atterrir contiennent le sens de                                                  55 «  Il ne s’agit évidemment pas du ventre du coureur, c’est une métaphore liée à l’allure des quadrupèdes (chevaux par exemple) quand ils courent (galopent) très vite, cela donne l’impression que leur ventre va toucher le sol. »  http://alorthographe.unblog.fr/2011/12/15/courir-ventre-a-terre/ 56 840. 57 595.  40  « mettre à terre » (et indiquent le mouvement). Le substantif parterre et les verbes atterrer, atterrir reflètent l’ancienne distinction entre par et à. D’autres expressions avec terre : De Bernet et Rézeau (345) : Reviens sur terre ! « Reviens à la réalité ! » Image comparable à être sur son petit nuage*58. - […] Comment tu t’appelles ? - T’en as un culot ! Non seulement on marne à l’œil à cause de vous, mais en plus faudrait vous dire comment on s’appelle ? Reviens sur terre ! (J.-A. Varoux, Un Globule dans la Tamise 27.) De Lagane (178) :  Tant que terre nous pourra porter, aussi loin que nous pourrons aller : Nous partirons de bon matin et nous irons tant que terre nous pourra porter.  Tant que terre pour dire Extrêmement, excessivement : Quand vous me viendrez voir, nous rirons tant que terre, nous boirons tant que terre.  Une terre sent la poudre à canon, pour dire qu’elle est frontière et exposée aux courses des ennemis.  Faire de la terre le fossé, se servir de ce que l’on trouve à propos.  Faire de la terre,  défricher 59  Telle terre, telle cruche, tel père, tels enfants, telle personne, telles actions (O).                                                 58 Pour utiliser une préposition différente, on peut dire être dans les nuages ou être dans la lune. 59  « Attends quelques mois seulement… Quand les garçons seront revenus du bois, nous allons nous mettre au travail, eux deux, Tit’Bé et moi, et nous allons faire de la terre. A quatre hommes bons sur la hache et qui n’ont pas peur de l’ouvrage, ça marche vite, même dans le bois dur » (Hémon, Maria Chapdelaine 30).  41  2.8 À travers le pays ; au travers de/à travers  Tableau 2.8 à travers le pays ; au travers de/à travers  §169, 113 Nos catégories :  FONCTIONS DES PRÉPOSITIONS, ANCIENNE DISTINCTION Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français À travers « pour exprimer la présence de choses ou de personnes dans une multitude d'endroits »  « [Une entreprise] a des bureaux  à travers le pays » « On marche à travers un champ. … on aperçoit un navire à travers la brume. »  On peut dire qu' « on se fraie péniblement un passage au travers des buissons. »  « [Cette entreprise] a des bureaux dans tout le pays. » « En principe, la locution au travers de devrait comporter une certaine notion de difficulté. »  À travers « sert à marquer le passage réel ou virtuel d'un bout à l'autre d'une surface. » travers n.m. v. 1150 – en traver « directement » 1080 latin tra(ns)versus « transversal, oblique » XVe, de travers, XIIe À TRAVERS: par un mouvement transversal d'un bout à l'autre d'une surface ou d'un milieu qui constitue un obstacle. À travers qqch. → entre, milieu (au milieu de)., par, parmi. Passer à travers champs, à travers bois: couper, traverser. La troupe « escalade le talus de la berge à travers les broussailles épineuses » LE CLÉZIO.  V. 1210  AU TRAVERS: en passant d'un bout à l'autre; de part en part.  DQF À travers (loc. prép.) : dans tout le; dans le... entier; sur tout le; à travers (moins fréq.) -[...] l'album écrit par Jean-Jacques Goldman [parolier] dont les ventes ont jusqu'à maintenant atteint plus de 6 millions de copies à travers le monde (LS) : dans le monde entier -Emballée sous deux formats, cette briquette est disponible dans plus de 850 points de vente […] à travers la province (LS) : dans toute la province   -au travers de (loc. prép.) : parmi   42  D’après le Petit Robert, travers  vient du latin tra(ns)versus, « transversal, oblique », sens toujours présent dans l’expression à travers en français60. Travers est apparu au XIIe siècle; vers 1150 on voit en traver pour « directement » et au XVe « travers ». En 1210 on voit au travers (de) pour « en passant d’un bout à l’autre ; de part en part »61. Au figuré, passer au travers signifie « échapper à un danger ». Pour Bertrand, à travers indique un passage ou mouvement « d’un bout à l’autre d’une surface » et il est faux de dire à travers pour exprimer une présence « de choses ou de personnes dans une multitude d’endroits ».  La distinction correspond à la distribution de l’anglais « through » (passage ou mouvement) et « throughout » (dans une multitude d’endroits). Cette critique implique que le sens de mouvement est contenu dans la préposition « à » ou bien dans « trans ». L’erreur viendrait alors des FONCTIONS DES PRÉPOSITIONS et porte sur les contraintes sémantiques de l’expression. Par contre, l’idée de « passage » est déjà exprimée dans les verbes utilisés dans les exemples cités par Bertrand ; marcher, frayer impliquent déjà un mouvement. Donc, il est difficile de savoir si à travers, isolé, contient forcément la notion de mouvement, ou bien si cela vient des verbes dans la phrase. Le DQF reconnaît le sens critiqué comme étant fréquent en québécois. Cela « se dit en français standard, mais [s’emploie] plus fréquemment en québécois, peut-être sous l'influence de l'anglais across ». Chez Ambrogi, dans                                                  60 Selon Bloch et Wartburg, travers « formait déjà des locutions adverbiales in transversum, de transverso, comme en roman, cf. it. di, a traverso, esp. de travieso. L’it. traverso, l’esp. travieso » 61 Petit Robert. « Lunettes noires ou mélancolie éteignent les couleurs du monde; mais, au travers, le soleil et la mort se peuvent regarder fixement » COCTEAU. « Elle regardait au travers de la grille blonde de ses cils » HUYSMANS. Passer à travers champs, à travers bois: couper, traverser. La troupe « escalade le talus de la berge à travers les broussailles épineuses » LE CLÉZIO. Se frayer un chemin à travers la foule. Passer à travers les mailles* du filet. « De tes traîtres yeux, Brillant à travers leurs larmes » BAUDELAIRE. Voir, distinguer à travers une vitre, à travers le prisme* de... « Quels cheveux sans couleur […] On dirait que le jour passe à travers » STENDHAL.  43  à travers, il n’y a pas de résistance; dans au travers de, il y a une résistance. Ambrogi est donc en accord avec Bertrand62.  Selon le LDP, la critique dans cette Capsule porte sur une ANCIENNE DISTINCTION : « On considérait naguère que au travers de comportait une idée de difficulté, d’obstacle à vaincre que n’impliquait pas à travers. Ainsi disait-on : ils progressaient au travers d’une jungle épaisse mais marcher à travers champs. Cette nuance est de moins en moins sentie de nos jours » (608). On serait peut-être tenté de dire que le sens critiqué par Bertrand, à travers pour « dans une multitude d’endroits » vient du substantif vieilli travers (nom masculin, 1545)63. Le travers d’une chose est sa largeur et donc au travers de pourrait venir de la contraction (à + le). Par contre, comme l’expression (1210) précède le substantif (1545), si c’est le cas, c’est une innovation. Il y a un deuxième sens de à travers (qqch) dans le Petit Robert : « entre, milieu, par, et parmi ». Au figuré, à travers les âges contient l’idée du passage de temps. L’expression s’utilise aussi pour « par l’intermédiaire » de quelque chose; par exemple, on peut découvrir un auteur au travers de son œuvre. Nous remarquons que l’expression à travers son œuvre s’emploie également au Canada64.                                                  62 238. Ambrogi nous rappelle qu’il n’y a pas de tiret dans au travers de (p. 35) et qu’il ne faut pas confondre les deux expressions ; c’est-à-dire, il ne faut pas dire ou écrire à travers de qqch, au travers qqch. Le RDODF (860) partage cet avis : « Contrairement à au travers, à travers ne peut être suivi de la préposition de : se frayer un chemin à travers la foule (et non *à travers de la foule). » On trouve une opinion complémentaire dans le LDP : « Ne pas employer à travers avec de (*couper à travers de la forêt), sauf s’il s’agit de l’article indéfini ou partitif : « Le chemin contournait le village à travers des prairies » (Fr. Mauriac) » (608). 63 Petit Robert. 64 Radio Canada: « Découvrir Ionesco à travers son œuvre »: http://www.radio-canada.ca/util/postier/suggerer-go.asp?nID=1236247.  44   D’autres expressions ou locutions avec « travers » :  Du Petit Robert :  EN TRAVERS -: dans une position transversale par rapport à un axe de position ou de direction habituel. → transversalement. Sur le lit « il vit l'habillement qu'on lui avait vu la veille, posé en travers en façon de couvre-pied » BALZAC. En travers de... Véhicule en travers de la route.   Fig. Et littér. Se mettre, se jeter en travers de: s'opposer, faire obstacle à.  « Il ne faut pas, pour nos goûts personnels, […] nous mettre en travers de ce que fait notre temps » RENAN.65  MAR. EN TRAVERS, PAR LE TRAVERS: perpendiculairement à l'axe longitudinal du navire. Apercevoir un phare par le travers. Vent de travers, perpendiculaire à la route suivie. Bâtiment en travers, que le vent, le courant frappe sur le côté. « Les deux bâtiments s'approchent […] se mettent en traver » CHATEAUBRIAND. – Être travers à la lame: présenter le côté du navire à la lame.  LOC. Adv. (v. 1150) DE TRAVERS: dans une direction, une position oblique par rapport à la normale; qui n'est pas droit, qui est placé ou dirigé autrement qu'il ne faut. Avoir le nez, les dents de travers. → dévié, tordu; RÉGION. Croche. Mettre sa casquette de travers, sur l'œil (cf. De guingois, FAM. De traviole). Un peu, tout de travers. Avaler* de travers. Les maisons “s'éparpillent joyeusement dans la plaine, sans                                                  65 Selon Ambrogi, on dit en travers de la route et non *de travers (238). Voir également RDODF 860.  45  ordre et tout de travers.” HUGO. → En désordre. Les paysans “tous ivres, vont de travers, de gauche à droite, de droite à gauche”. JOUHANDEAU.   FIG. Regarder qqn de travers, avec animosité, suspicion.66 – Raisonner, comprendre, entendre de travers, tout de travers, à contresens. Aller, marcher de travers. -mal. Tout va de travers: rien ne se passe comme il faut. – “Encore un qui fait de travers ce qu'il pourrait faire comme il faut” SUPERVIELLE. – Prendre qqch de travers, avec susceptibilité, irritation. – LOC. FAM. Avoir un pet* de travers.   Du DQF :  -passer à travers : voir « passer » → endurer; subir; supporter; venir à bout de; surmonter; se sortir de (fam.); se tirer d'affaire (fam.); aller jusqu'au bout de Mais j'me plains pas! J'me dis que le bon Dieu est bon, pis qu'y va m'aider à passer à travers (Michel Tremblay) : à m'en sortir L'hiver s'en va, c'est dur à croire/mais on a passé à travers (Richard Desjardins) : mais on s'en est sortis J'ai vraiment mal quand la tournée s'arrête. La gang qui « splitte ». À ce moment, je me demande vraiment où je suis rendu. Il faut absolument que je casse le rythme d'une manière drastique, c'est la seule façon de passer à travers                                                   66 Cette expression se trouve également chez Hage (343): à travers champs, ang. across the fields, across country, regarder de travers, ang. give a dirty/**nasty look, look daggers at, frown/scowl at, give the eye, il m’a regardé de travers, ang. he scowled at me.   46    Dans cette Capsule, à travers signifie un passage sans résistance d'un bout à l'autre d'une surface ; au figuré, passer à travers signifie « s'en sortir » et alors en québécois représente un passage avec résistance, se rapprochant à au travers de en français standard. Les autres prépositions fonctionnent avec travers pour indiquer la manière ou la position. Par exemple, de travers et en travers seraient à rapprocher d'à contresens car dans tous ces cas, la préposition indique une position inhabituelle. Quant au verbe entraver, il comporte la notion de résistance.  47  2.9 Acculer quelqu'un au pied du mur Tableau 2.9 acculer quelqu'un au pied du mur §274, 175  Nos catégories : SYNTAXE, CENSURE DE FIGURE, REDONDANCE Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français « qu'on a été 'acculé au pied du mur' ou … qu'on 'a été accumulé au pied du mur' » mettre quelqu'un au pied du mur  acculer quelqu'un contre un mur (ou à un mur) « Ces locutions sont bien françaises et elles sont parfaitement synonymes. Cependant, il s'agit de formules consacrées et il faut toujours éviter de modifier ou de combiner les formules consacrées ». Acculer, 1200 Pousser dans un endroit où tout recul est impossible. Acculer l'ennemi à la mer, au fleuve. “Le taureau avait acculé Félicité contre une claire-voie” FLAUBERT.  Accumuler 1327 latin accumulare mettre ensemble en grand nombre.  ---  48  Cette Capsule traite d’une REDONDANCE créée par la combinaison de deux expressions figées : mettre quelqu’un au pied du mur et acculer quelqu’un contre un mur (ou à un mur). Acculer67, qui date de 1200, signifie « pousser dans un endroit où tout recul est impossible », concrètement ainsi qu’au figuré (XIIIe siècle)68. Ce mot se trouve dans le Roman de Renart et signifie « poser sur le derrière » jusqu’au XVIe siècle. Au XVIe siècle acculer signifie « buter contre »69. Le mur comme obstacle, au figuré, remonte au moins à 171870. Selon le Petit Robert, être au pied du mur veut dire « se trouver acculé, sans échappatoire ». Il est alors redondant de dire qu’on a acculé quelqu’un au pied du mur. La deuxième expression critiquée, être accumulé au pied du mur, est encore plus grave parce qu’il y a une confusion entre acculer et accumuler. Accumuler, du latin accumulare, 1327, veut dire « mettre ensemble en grand nombre »71. Ce choix de verbe nous semble illogique et nous expliquons cette confusion par ressemblance phonétique. Les deux exemples cités par Bertrand  ne sont pas seulement critiqués parce qu’ils sont redondants; il s’agit également d’une CENSURE DE FIGURE car Bertrand nous conseille de ne « pas modifier [ou combiner] les formules consacrées ».                                                  67 Le LDP nous rappelle que ce mot s’écrit avec deux c (11). 68 Du Petit Robert, sens concret : Acculer l'ennemi à la mer, au fleuve. « Le taureau avait acculé Félicité contre une claire-voie » FLAUBERT; sens figuré : Acculer qqn à qqch. → contraindre, forcer. Acculer les opposants à l'exil. Être acculé à la faillite.  69 Cité par Dauzat (216). 70 Ibid, « Le mur de la vie privée. Un mur d'incompréhension, de silence. Se heurter à un mur. » 71 Bloch et Wartburg, p. 6. : Voir également les dérivés suivants: accumulateur, 1564 ; au sens techn. 1860, abrégé familièrement en accu, vers 1930 ; accumulation, 1336. On verra cumuler en 1354 chez Bersuire ; aujourd’hui accumuler est surtout employé dans les domaines juridique et administratif mais jusqu’au XVIe siècle ce mot signifiait « entasser (en général) » (Ibid,  171).  49  D’ailleurs, mur et pied sont productifs et il existe de nombreuses expressions avec ces deux mots; nous ne retenons que celles contenant également des prépositions :  Avec mur : Du Petit Robert :  -Loc. Entre quatre murs: en restant enfermé dans une maison (volontairement ou non).72 Dans ses murs: chez soi.  Être le dos au mur: ne plus pouvoir fuir, reculer.  Voir acculé. Aller (droit) dans le mur, vers un échec certain.73 Du DQF :  foncer dans/vers un mur [aller vers un échec certain] : aller dans le mur (fig.) ; aller droit dans le mur ; aller à la catastrophe ; aller à l’échec ; courir à l’échec ; conduire dans le mur ; mener droit au mur Les actionnaires minoritaires de F… Canada [constructeur automobile] foncent cette semaine tout droit vers un mur sans avoir aucune chance de freiner [l’actionnaire majoritaire veut les évincer] (LDr) [l’angl. dit « to go to the wall »]  passer à travers un mur de brique : se défoncer (fam.) « C’est le temps de verser notre contribution », dit Lyle O… Nous devons l’emporter à Los Angeles et les joueurs sont prêts à passer à travers un mur de briques s’il le faut (LS) : sont prêts à se défoncer [calque de l’angl.]                                                  72 « Si parfaitement seuls qu'ils pourraient ne jamais ressortir de leurs quatre murs » ARAGON. 73 « On va droit dans le mur... l'entreprise n'a pas les moyens de payer ce que vous voulez… » J.P. DUBOIS  50   Mur-à-mur – (adj., adv. Et n.) : a) [(en parlant d’un tapis) qui couvre toute la surface de la pièce] :  tapis mur-à-mur (n. masc.) [tapis collé sur toute la surface de la pièce] : moquette (n. fém.)  Appartement 31/2, ; laveuse, sécheuse, tapis mur-à-mur   Il veut transformer le tapis mur-à-mur en carpette : remplacer la moquette par un tapis [calque de l’angl. « wall-to-wall carpet »]  (par. ext.) [totalement] : de toute part ; d’un bout à l’autre ; de fond en comble  Québec est français mur-à-mur (LS) : est 100% français  Grande Coulée [station de ski en difficulté] a déjà fait le ménage, mur-à-mur, avec ses anciens créanciers ordinaires (OB) : de fond en comble  garantie mur-à-mur : garantie absolue  protection mur-à-mur : protection absolue (par ext.) [pareil partout] Alors que M. G… [Ministère de l’éducation] entreprend une série de consultations sur le sujet, le milieu scolaire rappelle que le mur-à-mur est impensable (LS) : qu’une solution uniforme est impensable mettre fin aux règles nationales uniformes, le mur-à-mur : aux règles nationales qui s’appliquent indistinctement dans tout le pays  mur de brique     51  Avec pied :  Du Petit Robert :  fin XVe – passer une rivière à pied sec, sans se mouiller les pieds.  Loc. Trouver chaussure* à son pied. Avoir, rester les deux pieds dans le même sabot   Avec sur, à, en:  SUR LES PIEDS, SUR UN PIED → debout. Retomber sur ses pieds: se recevoir adroitement; FIG. (1685) se tirer à son avantage d'une situation difficile, par adresse ou par chance. Ne pas savoir sur quel pied danser*.  SUR PIED. Dès cinq heures il est sur pied, debout, levé. Le malade sera sur pied dans quelques jours. → guéri, rétabli. Que la population “fût tenue toujours sur pied, toujours en émoi” MICHELET. (cf. En éveil). – Mettre sur pied une affaire, une entreprise, la monter, la mettre en état de commencer son activité. → constituer, organiser. – fin Xe.74  À PIED: en marchant. pédestrement, FAM. Pedibus (cf. À pattes, à pinces). Faire la route à pied. Allons-y à pied. Faire de la marche à pied75. Promenade, randonnée à pied. ->pédestre.  « Un voyage à pied a toujours été un de mes rêves. » TH. MONOD. Pêche à pied. Une auberge où on logeait à pied et à cheval, les voyageurs à pied et à cheval. LOC. POP. Je t'emmerde, à pied, à cheval et en voiture, de toutes les façons (cf. En long,                                                  74 Se trouve également chez Ambrogi (p(188) et dans le LDP (467). 75 Selon le LDP : « les expressions marche à pied, marcher à pied ont souvent été critiquées comme faisant pléonasme. Elles sont aujourd’hui passées dans l’usage courant. Recomm. Dans l’expression soignée, en particulier à l’écrit, préférer : marche ; marcher, aller à pied. Rem. Marche à pied a probablement été formé par analogie avec course à pied, opposé à course automobile, course cycliste, course hippique, course au large, etc. » (467).  52  en large* et en travers). – SPORT Course à pied (opposé à course cycliste, automobile). – 1898: Il a été mis à pied, suspendu dans ses fonctions. Mise à pied disciplinaire   À PIEDS JOINTS: en gardant les pieds rapprochés (pour sauter). LOC. Sauter à pieds joints sur une occasion, sans hésiter. –  DE PIED. (milieu XIIe) VX  Les gens de pied: les fantassins. Valet* de pied -- 1777   EN PIED: représenté debout, des pieds à la tête. Un portrait en pied. – VIEILLI En titre. “Je suis l'amant en pied de la dame rose” GAUTIER. –   AUX PIEDS DE qqn, devant lui (en étant baissé, prosterné). Se jeter aux pieds de qqn, pour le supplier. “le chien s'étendait sur un pouf aux pieds de sa maîtresse.” GREEN. Madame, je dépose mes hommages à vos pieds. Hercule aux pieds d'Omphale. – Au pied! Ordre donné à un chien de venir près de son maître.76  LOC. Fin Xve: Souhaiter être (à) cent pieds sous terre: avoir envie de se cacher (de honte).  FIG 1609 VX Mesure (en loc.) “Est-ce au pied du savoir qu'on mesure les hommes?” BOILEAU. 1585 – MOD.   AU PETIT PIED: en petit, en raccourci. “Cette espèce de famille royale au petit pied” BALZAC. – AU PIED DE LA LETTRE*. – 1753, Voltaire)  PIED À COULISSE – instrument de précision pour mesurer les épaisseurs et les diamètres.                                                  76 Le RDODF nous rappelle : « Ne pas confondre au pied de qqch., qui signifie « à la base de qqch. » (au pied du mur), avec aux pieds de qqn (se jeter aux pieds de qqn » (641). Cette distinction est commentée dans le LDP (467). Voir Capsule 1, baser à.  53   PIED-À-TERRE – n.m. Inv. - 1732; “sonnerie de trompette” 1636. Logement qu'on occupe en passant, occasionnellement. Avoir un pied-à-terre à Paris (→ garconnière).  Du DQF :   remettre, revenir les (deux) pieds sur terre : revenir sur terre ; revenir à la réalité ; descendre de son nuage (fam.) Il est grand temps qu’on revienne les deux pieds sur terre Mon fils m’a appris à remettre les pieds sur terre et à sortir de la lune. J’ai appris à travailler et à éviter le temps perdu  se tirer dans le(s) pied(s) [agir contre son propre intérêt ; se faire du tort à soi-même ] : se faire tort à soi-même ; mal juger son coup ; scier la branche sur laquelle on est assis (fam.) ; creuser sa propre tombe (fam.) ; marquer contre son camp (fam.) ; ça lui est retombé sur le nez (fam.) Cela dit, M.B… [dirigeant de l’équipe] se tire dans le pied en déclarant que le Stade n’est pas bon pour le baseball et en se plaignant ensuite que les gens n’y viennent pas (LP) : se fait du tort à lui-même  Le gouvernement du Québec publie des études pour démontrer qu’à cause des réalités économiques, le Canada se tirerait dans le pied s’il refusait de maintenir des liens avec un Québec souverain : se ferait du tort à lui-même  […] plus le Québec effectue des manœuvres dilatoires pour gagner du temps […] et plus il refait parler de tout ce scandale [le sang contaminé] et de lui-même ; le  54  gouvernement du Québec se tire alors lui-même dans les pieds ! (LP) : et plus ça lui retombe sur le nez ; plus il se fait de tort ; plus il marque contre son camp  [calque de l’angl. « to shoot oneself in the foot”; en français standard, l’expr. « tirer dans les pattes de qqn » (fam.) signifie « faire (sournoisement) des difficultés à qqn »] Chez Lagane (148):  Chercher quelqu’un à pied et à cheval signifie « le chercher partout ».  Gagner au pied, se sauver par la fuite.  D'abord, le mur comme obstacle est présent dans de nombreuses expressions. Même si la préposition à n'est pas critiquée dans cette Capsule, les prépositions présentes dans les expressions avec pied et mur comportent des distinctions de sens intéressantes. À pied signifie un moyen de transport alors qu'au pied de quelque chose signifie « devant quelque chose » ; il en est de même pour aux pieds de quelqu'un. Mur à mur signifie d'un bout d'une surface à l'autre ; cette expression serait à rapprocher de à travers. De plus, il ne faut pas ignorer la présence de la Capsule à travers (Capsule no. 8) parmi nos expressions : passer à travers un mur de brique contient un exemple du mur comme obstacle, au figuré ; à travers dans ce cas signifie « surmonter ». 55  2.10 Aider à quelqu'un, à quelque chose Tableau 2.10 aider à quelqu'un, à quelque chose  §202, 131Nos catégories :  FONCTIONS DES PRÉPOSITIONS, SYNTAXE, ARCHAÏSME Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français Aider « à quelqu'un » Aider « à quelque chose » (aider à = contribuer à) « La campagne de promotion a aidé au succès du film »;  toucher quelque chose / toucher à quelque chose. « ... lorsqu'il signifie aborder, s'en prendre à, atteindre ou être adjacent à, le verbe toucher est toujours suivi de la préposition à. Bertrand ne dit pas pourquoi on ne peut pas employer « aider à quelqu’un » V. tr. dir. Appuyer (qqn) en apportant son aide. Assister, épauler, 1 patronner, protéger, seconder, secourir, soulager, soutenir (cf. Donner un coup de main). 77  Sujet chose. Servir, être utile.  Cela m’a beaucoup aidé. Fam. Un diplôme, ça aide! – L’alcool aidant, les langues se délient : l’alcool y concourant aussi.  FAM. Le pauvre, il n’est pas aidé. (cf. Il n’est pas gâté* par la nature).78 -Puis-je vous aider ? Bonjour, bienvenue chez Canadian Tire. Puis-je vous aider ? (IC) [calque de l’angl. « Can I help you » ?]  -aider à qqn : aider qqn T’as promis à David Desmarais de lui aider à entailler (Germaine Guèvremont) : de l’aider à saigner (les érables)79                                                  77 Son fils l’a aidé dans ses travaux. Aidé de ses collaborateurs. Aide-moi à comprendre. Que Dieu vous aide! – 78 V tr. Ind. 1 VX ou Région. (compl. Personne) Aider (I). « pendant que le chirurgien lui aidait à se rhabiller » Marivaux.78 79 -Il faut leur aider à réorienter leurs activités : Il faut les aider à réorienter-On a fait notre possible pour leur aider : pour les aider ; pour leur venir en aide -aider à l’économie du Québec.  56  D’après le Petit Robert, aider vient du latin ADJUTARE; au Xe siècle on voit la forme aiud et vers 1050 aider, 1080, la 2e personne du singulier à l’impératif, aïe. Selon Bertrand, on ne peut pas aider à quelqu’un : le verbe aider ne peut être un verbe transitif indirect lorsqu’il s’agit d’une personne. De nos jours, le verbe aider est transitif direct quand il s’agit d’une personne. Lorsqu’il s’agit d’une chose, comme le dit le LDP, les deux constructions sont indifféremment employées80.  Cette restriction porte sur la FONCTION DE LA PRÉPOSITION À et sur la SYNTAXE. Toutefois, Bertrand dit que l’on peut toucher à quelqu’un ou à quelque chose, donc cette restriction semble unique au verbe aider.  Aider à quelque chose est dans ce cas une modulation, synonyme de « contribuer à » quelque chose.81Aider à qqch. dans le sens de « contribuer à qqch. » se trouve chez Hanse (10), dans le RDODF (21), dans le LDP (24).  Par contre, on trouve au XVIIIe siècle chez Marivaux aider à avec un complément personne : « pendant que le chirurgien lui aidait à se rhabiller »82… D’après ces chroniqueurs de langue, aider à quelqu’un, expression fréquente à l’époque classique, est maintenant considérée comme un ARCHAÏSME ou RÉGIONALISME. « Si aider à quelqu’un, lui aider (leur aider) est correct, aider quelqu’un, l’aider (les aider) se rencontre plus couramment »83. L’emploi du verbe aider comme transitif indirect au Canada reflète des traces du français classique en franco-québécois. La censure de cela serait un rejet des origines du franco-québécois. Si Bertrand rejette                                                  80 (24) La vapeur et l’électricité aident les relations commerciales (Lar. du XXe s.). Un peu de vin pur après le repas aide à la digestion. (Ibid.). 81 Nous avons touché à un sujet délicat. Ne touche pas à ma sœur. Nous touchons au but. Les steppes de Russie touchent à l'Asie. 82 Petit Robert. Voir aussi DQF: La Fontaine, XVIIe siècle, « Aucun n’aidait aux chevaux à se tirer d’affaire ». 83 Puis-je vous aider ? Bonjour, bienvenue chez Canadian Tire. Puis-je vous aider ? (LDP 24).   57  cet emploi, il se montre contre le régionalisme et se rapproche du français standard. Pour une discussion des régionalismes, voir la catégorie Registres de langue dans la synthèse.  58  2.11 Aller à un train d'enfer Tableau 2.11 aller à un train d'enfer §71, 52  Nos catégories : SENS OUBLIÉ, DESCRIPTIVE, ALLER-RETOUR Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français Sens à éviter : train pour « chemin de fer » Sens moderne : train est synonyme de « vitesse » « ... [Ce] train-là n'a rien à voir avec l'expression aller à un train d'enfer. Dans cette expression, le mot train n'est pas synonyme de chemin de fer, mais bien d'allure! Autrement dit, quand on va à un train d'enfer, on va à une allure folle ou, si on préfère, à une vitesse diabolique! » Train 2) « allure du cheval, d’une monture, d’un véhicule ou d’un coureur, d’un marcheur »  « aller à un train d’enfer » : à toute vitesse 1 [travaux domestiques ; ménage de la maison]  2 [soins donnés aux animaux de la ferme (nettoyage, nourriture, etc.)] Le diable est aux vaches/j’ai fini mon train/j’ai fait un effort/j’ai serré ma hache/ et pis j’ai pris mon bain (Stephen Faulkner)  3 Vieillie ou régionalisme (Canada) : tumulte ; vacarme, tapage, bruit.84                                                  84 Petit Robert : « Le train qu’ils faisaient avec les autres enfants, c’était à devenir fou ». (G. Roy). DQF : Ben y a cassé un cendrier, en té cas, y a faite du train… »(Yvon Deschamps). -Albertine venait tout juste de se réveiller quand ses enfants passèrent la porte en coup de vent […]. Que c’est ça, tout c’te train-là, à matin ! Le p’tit est pas encore habillé ? Y’a-tu mangé ? Y’a-tu encore pissé au litte ?  (Michel Tremblay).  59  Ici, il n’est pas question d’éviter l’expression, mais plutôt de ne pas oublier son PREMIER SENS. Il s’agit d’une Capsule DESCRIPTIVE. Le mot train vient de « traîner » d’abord traïner, jusqu’au XIVe s, du latin populaire *traginare « traîner » de *tragere.85. Le Petit Robert donne une date de première occurrence au début du XIIIe siècle86; Dauzat donne l’an 119087, comme Bloch et Wartburg donnent le XIIe siècle. Le sens vieilli de train est « file de bêtes de somme qui suivent quelqu’un »88. C’est en 1829 que l’on voit train pour le transport ferroviaire : « la locomotive et l’ensemble des voitures qu’elle traîne ». D’après Bloch et Wartburg, train est probablement issu du mot anglais, qui doit son  origine au français89. Ce serait donc un ALLER-RETOUR. Ainsi se produisent train à vapeur, train électrique, train à grande vitesse (T.G.V.). Le deuxième sens de train, vieilli, c’est la « manière d’aller, d’évoluer, marche (des choses) »90.   D’autres locutions ou expressions avec « train »91  : Du Petit Robert : Expressions qui relèvent de la manière, de la progression :  mener grand train : vivre dans un luxe ostentatoire (cf. vivre sur un grand pied.)  du train où vont les choses : si les choses continuent comme cela.                                                  85 Bloch et Wartburg,  643 : voir A. pr. traginar, traïnar 86 Petit Robert. 87 757. 88 Ibid: Train de mulets. Par modulation, « file de choses trainées ou entraînées. » Un train de péniches derrière un remorqueur. (Vercel). Train de bois de flottage : troncs d’arbres réunis et remorqués. 89 643, en accord avec Dauzat 757. 90 Ibid: « Leur existence avait pris le train actif et monotone des campagnes| » Zola. 91 Le RDODF (856) nous rappelle que train est toujours au singulier dans les expressions suivantes : aller à fond de train, aller bon train, aller son train, être en train de, mener grand train et se mettre en train.  60   continuer sa marche, sa progression de la même manière.  train de vie : vieilli : genre de vie, manière de vivre. En train : 1636 – en mouvement, en action, ou en humeur d’agir  En train de : 1666 – en train de (en tour négatif) disposé à; 1735 : marque l’action en cours, l’aspect duratif du verbe.92    aller vite. Fig. Les rumeurs vont bon train.93  Le train est rapide, soutenu.  allure qui donne l’illusion d’être rapide, mais laisse au concurrent de tête assez de ressources pour accélérer.    avec un air passif, abruti.   s’associer à une action déjà en cours; assumer la continuité d’une entreprise.  Avoir un train de retard    -Petit train va loin : qui veut voyager loin ménage sa monture ; qui va doucement va sûrement ; chi va piano va sano (à quoi on ajoute parfois : chi va sano, va lontano = qui va sûrement va loin) (fam.)  Pour symboliser la passivité bête et béate de quelqu’un.  « À la va-vite ; en vitesse. » Comme quelqu’un qui a peur de manquer son train. Comparer avec avoir quelque chose sur le feu*.  « Se joindre sur le tard à une action collective déjà en cours. » (Le Monde, 11 octobre 1988,3, col. 2)  « Suivre les propos de quelqu’un. » Même image que dans raccrocher les wagons* ; à comparer aussi avec les antonymes décrocher ou avoir un train de retard*. (Agrippine, 26.)  Pour signifier qu’il faut éviter de s’en tenir à l’aspect premier, immédiat, des faits et des choses. Texte d’un écriteau implanté par la SNCF là où l’on doit traverser les voies de plain-pied (passages à niveau, accès aux quais de certaines gares). L’expression est attestée en 1889 dans R. Darzens, Nuits à Paris (cité par M. Herbert, La Chanson à Montmartre, 1967, 73). « Attention une femme peut en cacher une autre » est le titre-clin d’œil d’un film de G. Lautner (1983) et « Un train peut en cacher un autre » est le titre de                                                  92 Cette locution s’écrit en deux mots, selon le RDODF (856). 93 Voir également Hage 341 : « les spéculations allaient bon train, [ang.] speculations grew rampant »  61  l’ouvrage d’A. Voisard (1985). On relève, sur ce modèle, de nombreuses variantes journalistiques.  L’Homme qui a vu Durand, 43.) Au XXe siècle on remarque l’EXTENSION DU SENS de ce mot dans plusieurs domaines : technique94, physique95, abstrait96, militaire97. L’emploi des prépositions avec ce moyen de transport est disputé: Hanse nous rappelle qu’on « voyage en train comme en avion, en bus, en bateau ou par le train, mais non par train ni au train ni sur le train… »98. Les structures en train et par le train sont acceptées par le LDP aussi99. Pour plusieurs moyens de transport à est utilisé pour indiquer le moyen de locomotion (voir à pied, Capsule 9) et serait ainsi un remplaçant des prépositions en et par. Pour ce qui est d’aller à un train d’enfer, le Petit Robert note la locution sous l’article sur le sens de « allure du cheval, d’une monture, d’un véhicule ou d’un coureur, d’un marcheur ». Si aller à un train d’enfer signifie « aller à toute vitesse », la préposition indique la manière (rapidement). Par exemple, chez Flaubert, « Quatre chevaux qu’il ne pouvait retenir accéléraient leur train ».                                                 94 Ibid: vers 1960: Train de pneus, train de roulement, train de forage. 95 Ibid: Train d’ondes. 96 Ibid : Série d’actes de caractère administratif, social, politique, émanant du gouvernement. Train de mesures, de décisions, de réformes. Train d’ordonnances : ensemble de décrets faisant partie d’une législation nouvelle dans un domaine déterminé. 97 Train des équipages. Train de combat. Unités, soldats du train. 98 11. 99 606 : « Dans l’expression soignée, en particulier à l’écrit, dire arriver par le train de 22h10 plutôt que arriver au train de 22h10, qui appartient à l’usage oral relâché. »  62  2.12 Au maximum, au minimum Tableau 2.12 au maximum, au minimum §164, 110  Nos catégories : MANQUE DE PRÉCISION, AMBIGUITÉ SÉMANTIQUE, EXTENSION DE SENS Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français Au maximum pour mettre l’accent sur le résultat  Au minimum pour mettre l’accent sur l’action Au maximum « si on veut mettre l'accent sur l'action de réduire »  Au minimum « si on veut mettre l'accent sur le résultat »  ou bien : « le plus possible » Bertrand n’explique pas pourquoi au maximum et au minimum mettent l’accent sur l’action et sur le résultat. Au maximum : Au plus, tout au plus Trois cents euros au maximum. Au grand maximum.100  AU MINIMUM: au plus bas degré, à presque rien.  Maximum : MATH. Valeur d'une fonction supérieure à celles qui la précèdent ou la suivent immédiatement. Premier, second maximum d'une fonction, d'une courbe, d'un graphique.  1751 – COUR. Valeur la plus grande atteinte par une quantité variable ; limite supérieure.101 Il n’y a pas d’articles pour maximum et minimum dans ce dictionnaire                                                  100 Limite supérieure. Maximum de vitesse; de capacité, de force. Les maximums ou les maxima. Thermomètre à maxima, qui indique la température la plus élevée atteinte dans un temps donné. – Le maximum de chances, le plus grand nombre. Atteindre un maximum, son maximum. Apogée*, culminer. 101 En math.: Minimum : n.m. 1 MATH. Valeur d'une fonction inférieure à celles qui la précèdent ou la suivent immédiatement (opposé à maximum).  63  Maximum est le mot latin pour « le plus grand », attesté en français en 1718102. Son contraire, minimum, est aussi du début XVIIIe siècle, attesté en 1705, du mot latin « le plus petit »103.Ici, il n’est pas question d’éviter de dire au maximum ou au minimum  mais il s’agit plutôt d’un MANQUE DE PRÉCISION causé par une tentative d'EXTENSION DU SENS. Pour Bertrand, au maximum  est lié à l’action et au minimum est lié au résultat. Par contre, son alternative, « le plus possible » évoque et l’action et le résultat104. Même si « le plus possible » est censé résoudre l’AMBIGUITÉ SÉMANTIQUE de maximum et de minimum, il est difficile de voir la distinction entre ces deux expressions, comme l’alternative proposée pourrait remplacer l’une aussi bien que l’autre. Nous nous demandons pourquoi au maximum serait la seule à évoquer le sens de l’action, car si l’on employait le contraire, « le moins possible » plutôt que « le plus possible », on pourrait voir au minimum comme étant lié à l’action. De plus, les premiers sens de minimum et de maximum en mathématiques relèvent des valeurs et non des changements; si au maximum  reste synonyme de « au plus », « tout au plus », au minimum est synonyme d’ « au plus bas degré, à presque rien ». Toutefois, au maximum est également synonyme de « jusqu’au plus haut degré »105, donc, cette expression reste plus flexible qu’au minimum. Ici il y a un conflit entre l’analyse de Bertrand et les articles du Petit Robert, ces derniers n’ayant pas la nuance que constate Bertrand. Toutefois, d’autres chroniqueurs de langue partagent l’avis de Bertrand; plus précisément, selon Ambrogi, il faut dire « limiter au minimum                                                  102 Bloch et Wartburg (398). De MAXIMUS, superlatif de MAGNUS « grand ». 103 Bloch et Wartburg (410). De MINIME, emprunt de MINIMUS, le superlatif de PARVUS. Le dérivé minimiser (ou minimer) date de 1842. 104 Bertrand: «  Par exemple, au lieu de dire que le maire demande aux citoyens de réduire au minimum ou au maximum leur consommation d'eau, on peut simplement dire que le maire demande aux citoyens de réduire le plus possible leur consommation d'eau »  (110). 105 LDP 381.  64  et non limiter au maximum »106. D’ailleurs, le LDP recommande, « dans l’expression soignée, [d’éviter]… au maximum avec un adjectif ou un verbe exprimant une idée de diminution, de degré moins élevé : *réduire au maximum (préférer réduire au minimum ou réduire le plus possible) »107 ; le RDODF est du même avis. Un autre phénomène noté par les chroniqueurs de langue est celui des pluriels : « On peut employer le pluriel latin maxima ou le pluriel francisé maximums.»108. Bloch et Wartburg expliquent que comme minimum et maximum sont toutes les deux des formes purement latines, on a conservé leurs pluriels latins : minima, maxima en concurrence avec leurs pluriels français109. Aussi, d’autres ouvrages relèvent des pléonasmes à éviter: « au grand maximum »110 et « grand maximal »111, ainsi que l’emploi de maximum en adjectif « *le parquet a requis la peine maximum »112.  D’autres expressions liées à maximum et minimum :  Du Petit Robert :  MAXI. Mille euros maxi. – FAM. Un maximum, ou TRÈS FAM. 1969 – un max: beaucoup, une grande quantité. « Je lui ai pompé un max de blé » MANCHETTE. Ça va coûter un maximum, un max113.                                                  106 161. 107 381. 108 RDODF 525. Si les deux formes du pluriel sont admises, le LDP 381 préfère le pluriel français, des maximums.  109 410. 110 Ambrogi 161) LDP 381. 111 RDODF 525. 112 LDP 381. 113 Bernet et Rézeau 221. Cette modification phonétique s’appelle une apocope.  65   Maximum de la peine. ABSOLT Il a été condamné au maximum, il a eu le maximum.   Être condamné au minimum. PAR EXT. La plus petite quantité déterminée nécessaire.  La ration alimentaire doit contenir un minimum de graisses. Minimum (de points) exigible à un examen. FAM. S'il avait un minimum de savoir-vivre. (cf. Le moindre). En faire le minimum, le moins possible. FIG. Faire le minimum syndical, juste le nécessaire, pas plus que l'on a à faire.  MÉTÉOROL. Maximum barométrique: anticyclone.  ABSOLT Au moins, pour le moins. Disons au minimum... (cf. Au bas* mot).  De Hage :  salaire minimum vital : MINIMUM VITAL: somme permettant de satisfaire le minimum des besoins correspondant au niveau de vie dans une société donnée. BIOL., SOCIOL. Minimum nécessaire pour maintenir l'organisme en vie (ration alimentaire dite « métabolisme de base »).   Minima sociaux: ensemble des allocations (R.M.I., allocation de solidarité...) versées en France aux personnes les plus démunies.   (adv.) : au minimum (loc. adv.) ; au mieux (loc. adv.) ; pour le moins (loc. adv.)  (LD) : dans le meilleur des cas  maximum, il a pris le maximum (la peine maximum), ang. get the greatest penalty, *he got the book, *they threw the book at him; 60 c’est le maximum, ang. 60 is as high as we’ll go/you can go; au maximum, ang. at most, at a maximum, *at the outside   (215) Minimum, au minimum, at a minimum, at least   66  Si nous suivons les conseils de Bertrand dans cette Capsule, « réduire au maximum » met l’accent sur une grande réduction et se rapproche de l’expression « réduire le plus possible », « d’un maximum » de changement du point A au point B (on souhaite un très grand écart entre le point de départ et le point final). Au contraire,  « réduire au minimum » met l’accent sur le résultat ; il s’agit d’une réduction « jusqu’au minimum » ; c’est-à-dire, jusqu’au point B, un point absolu très bas, peu importe le point de départ A (l’écart entre le point de départ et le point final n’est pas important, c’est la valeur absolue du point final qui compte). Toutefois, nous tenons à souligner que dans les deux cas, la réduction est importante et que l’on pourrait très bien remplacer les deux par « le plus possible ».  67  2.13 Au meilleur de sa connaissance Tableau 2.13 au meilleur de sa connaissance §372, 238 Nos catégories : CALQUE, SYNTAXE  Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français « au meilleur de ma connaissance » À ma connaissance  pour autant que je sache  de bonne foi (dans certains contextes) Calque de l'anglais « to the best of my knowledge » À ma connaissance: autant que je sache -au meilleur de ma connaissance : à ma connaissance ; autant que je sache ; autant que je me souvienne114                                                   114 Nous voulons aider, au meilleur de notre connaissance, les victimes des accidents : Nous voulons aider de notre mieux les victimes Je continuerai de les représenter au meilleur de ma connaissance : Je continuerai à faire de mon mieux pour les représenter  68  Le mot meilleur, du début XIIIe siècle, vient de meillor (1080), du latin melior, le comparatif de bonus « bon ».115 Le superlatif (le) meilleur  est critiqué ailleurs dans les Capsules lorsqu’il se trouve dans l’expression être à son meilleur, un autre CALQUE de l’anglais « to be at one’s best ». Hanse appelle ceci une « traduction de l’anglais » et comme Bertrand il conseille de dire « autant que je sache », ajoutant « si suis bien renseigné » à la liste d’alternatives116. On voit également l’influence de l’anglais dans  l’anglicisme  « prendre le meilleur sur » (il a pris le meilleur sur son concurrent)117. Hanse suggère que l’on emploie « prendre l’avantage sur » ou « l’emporter sur » : il a pris l’avantage sur son concurrent ; il l’a emporté sur son concurrent.118 ; Ambrogi suggère de préférence « l’emporter sur »119.   D’autres expressions avec « connaissance » : De Hage (73)  en connaissance de cause, knowingly, with full understanding (of the consequences),   choisir en connaissance de cause, make a conscious choice, quand on prend une décision il faut la prendre en connaissance de cause, when a decision is made, it must be an informed decision;                                                   115 Petit Robert ; Bloch et Wartburg (400) : voir it. migliore, esp. mejor. « [L’ancien français] avait en outre mieldre(s), anc. cas sujet. » 116 Hanse 12. 117 RDODF 528. 118 Hanse 12. D’ailleurs, nous retrouvons de l’ironie par rapport à l’emploi de l’anglais : « On accuse d’américanisme l’expression dans les meilleurs délais. Employée pour éviter de dire de façon plus catégorique le plus tôt possible ou dans les plus brefs délais. L’expression appartient au style commercial ou administratif courant. Pourquoi la rejeter? Ne peut-on, à la lettre, apprécier la qualité d’un délai? » 119 162.  69   à ma connaissance, to the best of my knowledge;   pas à ma connaissance, not that I know of;    D’autres expressions avec « meilleur » :   Du Petit Robert :  Avoir meilleur temps de.  le temps est meilleur.  Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Les meilleures choses ont une fin. « La raison du plus fort est toujours la meilleure ». La Fontaine.  Iron. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.  Donner le meilleur de soi-même. Le meilleur de son talent. Être unis pour le meilleur et pour le pire, pour les circonstances les plus heureuses comme pour les plus difficiles de la vie.120 1910. Anglic. Sport Prendre, avoir le meilleur sur : prendre le dessus, l’emporter sur. Du DQF :  à son meilleur – le meilleur (de qqch.) ; ce qu’il y a de mieux ; ce qu’il y a de mieux en fait de ; ce qui se fait le mieux en matière de ; la crème (fam.) ; la crème de la crème (fam.) ; le fin du fin (fam.) ; le gratin (fam.) ; le dessus du panier (fam.) ; le summum ; la perfection L’hôtellerie à son meilleur : Ce qui se fait de mieux en matière d’hôtellerie ; Le meilleur de l’hôtellerie [calque de l’angl. « at his best »]  être au mieux (de sa forme, etc.) ; être au sommet de (sa forme, son art, etc) ; être dans sa meilleure forme physique ; être en pleine forme ; être en train : o Mais dans le fond, c’est quand ça compte le plus que je suis à mon meilleur (LS) : que je joue le mieux                                                   120 Cf. anglais “for better or for worse”. En français on emploie des superlatifs dans cette expression alors qu’en anglais on utilise des comparatifs.  70   Exceller (v. intrans.) :  o Le chef du Oui est à son meilleur devant ce genre d’auditoire : C’est devant ce genre d’auditoire que le chef du Oui est le meilleur ; Le chef du Oui excelle devant ce genre d’auditoire  Expression fataliste, élogieuse pour le défunt, lors d’un décès ; elle a pour pendant Les plus malheureux sont ceux qui restent. Paulette, t. I., 89.) Surtout dans tu connais/sais (pas) la meilleure ? et dans (ça) c’est la meilleure ! Par ellipse de blague, histoire, nouvelle, plaisanterie, mais on remarquera que l’expression s’emploie parfois par antiphrase, comme dans l’exemple 2. La dernière. (Le matin, 10.)  La meilleure de l’année. Heureux !, 185.)  Pour exprimer, de façon parfois désabusée, le peu d’estime dans lequel on tient telle ou telle catégorie de personnes ou de choses. Félicité de la Croix-Rousse, 73.)  D’autres emplois de ce superlatif de l’adjectif sont discutés dans le RDODF et dans le LDP, surtout avec des restrictions SYNTAXIQUES. On sanctionne l’emploi de meilleur par un ordinal121 ; en morphologie on nous rappelle du choix de mode (indicatif ou subjonctif) dans les constructions comme « La meilleure solution que je connaisse ou que je connais »122. De plus, chez Ambrogi, il faut dire « Meilleur il sera et non plus il sera meilleur… Bien meilleur et non beaucoup meilleur».123 Beaucoup ne peut pas qualifier un adjectif, mais on l’utilise fréquemment avec un autre adverbe : « on dit bien meilleur, autrement meilleur, infiniment meilleur, etc… »124. Selon Bertrand, il faut éviter de dire au meilleur de ma connaissance parce que c’est un CALQUE de l’anglais « to the best of my knowledge ». Le calque est souvent censuré car il                                                  121 RDODF 528. « Il ne faut pas dire le deuxième meilleur temps mais le deuxième temps. » 122 LDP 383. « La proposition subordonnée relative qui suit le meilleur se met le plus souvent au subjonctif, mais l’indicatif est possible ». 123 162.  124 LDP 383. Le RDODF, souligne que  le renforcement de meilleur par beaucoup devrait être considéré comme grammaticalement correct, car il s’agit d’un comparatif. Toutefois, on dit bien meilleur.  71  s’agit d’une traduction littérale ou d’un emprunt mot à mot bien qu'il existe d’autres expressions pour transmettre la même idée. À sert donc à remplacer l’anglais « to ». 72  2.14 Au sud de Tableau 2.14 au sud de §309, 199 Nos catégories : FONCTIONS DES PRÉPOSITIONS Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français Ne pas confondre: au sud de et dans le sud de « Lorsqu'on parle des arrondissements qui se trouvent dans le sud de Montréal, on veut parler des arrondissements comme Verdun et La Salle, qui font partie de Montréal et qui se trouvent dans la partie sud de l'île.   En revanche, lorsqu'on parle des arrondissements qui sont au sud de Montréal, on veut généralement parler des arrondissements de la ville de Longueuil, qui sont à proximité du Saint-Laurent. » « Cette règle vaut également... pour tous les autres points cardinaux. » Au sud de...: dans une région située du côté du sud par rapport à la latitude d'un lieu. Au sud de la Loire.  Adj. Inv. Qui se trouve au sud. Pôle Sud. Aller dans le Sud [aller en voyage, en vacances dans des pays méridionaux (Floride, Caraïbes, Mexique)], en part. pour échapper aux rigueurs de l’hiver [En français standard, on dit « aller dans le Midi » (= dans le sud de la France)    73  Cette Capsule porte sur les FONCTIONS DES PRÉPOSITIONS dans et au (à + le pour indiquer le lieu). Lorsqu’on est  « dans le sud » d’une région, on est toujours à l’intérieur de cette région, alors que quand on est « au sud de » la région, on a dépassé sa frontière sud. Au départ, à marquait des rapports de position (fin IXe). Les fonctions principales de la préposition à, toutes du XIe siècle, sont les suivantes : a) introduisant un objet indirect; b) marquant des rapports de direction; c) marquant des rapports de position; d) marquant la manière d’être ou d’agir.125 Dans le cas de « au sud de » (ou bien, n’importe quel autre point cardinal),  il s’agit plutôt d’une marque de rapports de direction que des rapports de position. D’autres auteurs sont en accord sur ce sujet : de semblables explications se trouvent chez Harper : « With the points of the compass, à is used for orientation and dans designates the interior of a region »126 et chez Ambrogi : « Pour indiquer une direction : sans majuscule (aller vers le sud). … Pour désigner un territoire, une entité : avec majuscule (vivre dans le Sud) ».127 La règle de capitalisation est que lorsqu’un point cardinal est suivi d’un complément, il s’écrit avec une minuscule : « le sud de la France »128. Le RDODF explique en détail : Employé comme adjectif, ce mot ne s’écrit avec une majuscule que dans les dénominations géographiques suivantes : l’hémisphère Sud ; le pôle Sud. Il s’écrit sans majuscule dans les autres cas : le Pacifique sud ; la banlieue sud ; l’aile sud d’un bâtiment. Le nom s’écrit avec une minuscule quand il désigne une orientation, une direction ou une exposition : une pièce exposée au sud ; un vent du sud ; aller vers le sud. Il s’écrit avec une majuscule quand il désigne une entité géographique : les relations entre le Nord et le Sud ; les                                                  125 Petit Robert. 126 310, J. 127 104. 128 Ambrogi 104.  74  mers du Sud ; l’Amérique du Sud. Quand  il désigne une région, sud s’écrit avec une minuscule lorsqu’il a un complément et avec une majuscule quand il n’en a pas : le sud de la France ; ils habitent dans le Sud (812). Ce qui peut poser problème, c’est que les prépositions « dans », « en » et « à » peuvent toutes marquer des rapports de position. Par exemple, on utilise « à »  et  « dans » pour les villes, « en » pour les pays aux noms féminins. Pour compliquer le sujet, « dans » vient de l’adverbe denz, au XIIe siècle, qui a remplacé « en » comme préposition. Le Petit Robert indique que cela vient du latin populaire de intus, renforcement de intus « dedans ». Dans peut être synonyme de « sur, à, parmi, chez, en, selon, avec, lors, pendant et environ », entre autres129. Ces prépositions peuvent alors remplir plusieurs fonctions, mais dans le cas des points cardinaux, il faut prêter attention aux restrictions. Le mot sud, pour sa part, a subi des changements d’orthographe130.  Pour conclure, ce qui est censuré dans cette Capsule, c’est l’emploi de la préposition à pour indiquer la position à l’intérieur d’une région, bien que l’on puisse l’utiliser avec les noms de villes.                                                 129 Petit Robert. 130 D’abord sud et entre 1549 et 1606 en concurrence avec zud, puis de nouveau sud à partir de 1694.130 D’après le FEW, sud remonte au XIIe s., su, suth, sud ; au XIVe s. on voit la forme sut, de l’ancien anglais suth (sudh), d’origine germanique FEW (17, 267b).  75  2.15 Autoroute à payage Tableau 2.15 autoroute à payage §335, 215  Nos catégories : PHONÉTIQUE/HOMOPHONES, ÉTYMOLOGIE Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français « autoroute à payage »  « ponts à payage » Autoroutes à péage; ponts à péage   « On appelle paiement et non 'payage' le fait de payer une somme. Quant au terme péage, il vient du mot pied et il est synonyme de droit de passage » Le mot payage n’apparaît pas dans le Petit Robert  Péage :  1. droit que l'on paye pour emprunter une voie de communication (d'abord droit féodal). Autoroute, pont à péage. – Par ext. Chaîne de télévision à péage, où certains programmes ne sont accessibles qu'aux abonnés (cf. Chaîne cryptée).  2. L'endroit où se perçoit le péage. S'arrêter au péage de l'autoroute. – Péage autoroutier automatique. → télépéage.  Payage et péage n’ont pas d’articles dans ce dictionnaire, mais il y a de nombreuses expressions avec « payer » (voir la section Expressions ci-dessous)  76  D’après le Petit Robert, le mot péage est paru vers 1150, du latin populaire pedaticum, « droit de mettre le pied (pes, pedis), de passer »131.  Selon Bloch et Wartburg, péage est un très ancien dérivé de pied132. Payer, par contre, vient du latin PACARE, « pacifier », de PAX ; au IVe siècle ce mot a pris le sens d’ « apaiser ».133 Péage se trouve sans accent aigu jusqu'à la Renaissance134. Autoroute, qui aurait remplacé autostrade, est apparue pour la première fois en 1927135. Dans cette Capsule, il s’agit de la confusion entre péage [peaʒ] et payage [pejaʒ]. Ce sont des quasi HOMOPHONES. Par contre, selon Bertrand, le mot payage n’est pas correct pour parler du fait de payer une somme. De plus, il s’agit ici d’une confusion d’ÉTYMOLOGIE car lorsque l’on dit péage, en fait, on met l’accent sur le fait de passer, le droit de mettre ses pieds dans la région. Le RDODF nous rappelle que péage reste au singulier dans les expressions « des autoroutes à péage ; des chaînes à péage »136. Cette Capsule traite plus de phonétique que de la préposition à. Ici, le rapprochement sémantique et l’oubli de sens ont contribué à la confusion. La préposition à sert à lier le mot péage (ou payage, critiqué) pour indiquer de quelle type d’autoroute il s’agit (une autoroute avec péage). Cela relève de l’accompagnement.137                                                 131 Petit Robert : Le péagiste, « la personne percevant le péage d'une autoroute », est noté en1969,  péager au XIIIe siècle, de péage. « Le véhicule stoppe devant le guichet du péagiste. Pierre lui tend sa carte » TOURNIER. 132 471. 133 Bloch et Wartburg 470 : « Les sens d’ « apaiser, satisfaire » sont encore fréquents en a. fr., qui dit d’abord soudre pour « payer » (lat. solvere). Le sens de « payer » paraît s’être développé d’abord dans les pays méridionaux et n’apparaît en fr. que vers 1170 ». 134 Catach DHOF 771. 135 Petit Robert : Large route protégée, réservée aux véhicules automobiles, comportant deux chaussées séparées destinée chacune à un sens de circulation, sans croisements ni passages à niveau. Une autoroute à quatre voies. L'autoroute de l'Ouest, du Nord, du Sud (de Paris). Bretelle d'autoroute. Les échangeurs d'une autoroute. Une autoroute à péage. 136 622. 137  Ici, à a le même sens que avec, comme en ancien français : « a, ab […] avec : Entrer vuel en sa terre a mon barnage fier. (Greimas.)  77  D’autres expressions avec payer/paiement :  Du Petit Robert :  Je suis payé pour savoir que : j’ai appris à mes dépens que  personne ne peut m’obliger à faire ça.  reconnaître ses procédés, ses sentiments par des procédés et des sentiments semblables. -> récompenser.  payer avec. payer de ses deniers, de sa poche, avec son propre argent. Par extension : 1635 : Payer de sa personne : faire un effort, se dépenser ou subir qqch. « L’oncle et le médecin, n’ayant plus à payer de leur poche, payaient de leurs personnes » Cocteau.  Loc. fam. Se payer sur la bête : tirer profit d’un mauvais payeur.  se payer des mots : se contenter de vaines paroles.  se payer la tête de qqn : se moquer de lui.  Effectuer,-> débourser « La banqueroute d’un associé l’a forcé à suspendre ses paiements. » Musset. Paiement d’un service, de droits, d’une amende  Recevoir un paiement, son paiement. –ECON Balance des paiements.   récompense, salaire. « Voilà donc le paiement de l’hospitalité ! » Hugo.   Du DQF :   payer la traite à une personne : Offrir un verre, offrir la/une tournée, régaler  78  Quand on allait au restaurant ou au café/Tu payais la traite à ceux qui s’aimaient (Pauline Julien) … [En français standard, l’expr. « payer une traite » signifie payer un effet de commerce; l’angl. Dit : « to treat somebody » (= offrir/payer qqch. À qqn.); « this is my treat » (= c’est moi qui offre)]  Fig. : Disputer; enguirlander (fam.); engueuler (fam.); passer un savon (fam.) :  Gaston T… a été expulsé de la rencontre à mi-chemin dans le match. Il s’est payé la traite contre l’officiel Réjean L… (LJQ)  se payer la traite : S’offrir un petit plaisir ; se faire plaisir ; se faire un cadeau… [calque de l’angl. « to treat oneself »] S’enivrer  payer une visite (v.) : rendre visite (v.) Le gaucher Jean D… est venu payer une visite à ses anciens coéquipiers[calque de l’angl. « to pay a visit »   Chez Lagane 144:   Payer ric à ric, payer comme un saunier, payer jusqu’au dernier sou.  Payer en chats et en rats, payer en nippes et en mauvaises denrées.  On dit d’un homme qui fait une dépense dont un autre tire tout l’avantage qu’il paye les violons et que les autres dansent.   Payer les violons, entretenir une femme que d’autres personnes voient (O).  Payer d’une paire de souliers, s’en aller sans payer ; vulg. (O).    79  Chez Hage 248:  payer, payer (un repas, une boisson) à qq’un, treat/**blow sb to sth ;   payer rubis sur l’ongle, pay spot cash, pay cash down, *pay cash on the barrel(head)/line,**pay down on the nail, **put one’s money on the line, c’est un très bon client. Il paie toujours rubis sur l’ongle, he is a very good customer. He always pays down on the nail;   payer qq chose à prix d’or, buy sth for a fortune, *pay big money for sth, **pay top dollar for sth;   payer sa dette à la société, pay one’s debt (to society), après avoir fait de la prison, on peut dire qu’il a payé sa dette à la société, once he has done time he can be said to have paid his debt to society.  80  2.16 Avoir hâte à Tableau 2.16 avoir hâte à §186, 123 Nos catégories : RÉGIONALISME, NIVEAUX DE LANGUE, SYNTAXE Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français « Avoir hâte à »  « J'ai hâte aux vacances. » J'ai hâte que les vacances arrivent.   J'attends les vacances avec impatience.  Vivement les vacances! (Un peu vieillie).  Il me tarde que... (littéraire). Régionalisme, locution populaire Avoir hâte, n'avoir qu'une hâte: être pressé, impatient. Il avait hâte de sortir, d'arriver. « Je n'ai eu qu'une hâte, c'est qu'on en finisse » CAMUS. Avoir hâte à : avoir hâte de ; être pressé de ; être impatient de ; tarder de (il me tarde de)  Avoir b(i)en hâte de : avoir vraiment hâte de ; n’avoir qu’une hâte     81  D’après le FEW, hâte vient de haste (XIIe siècle), du francique *haist « violence, vivacité »138. De nos jours, hâte signifie « grande promptitude » ou bien « impatience » et c’est un synonyme de « célérité, empressement, précipitation »139. Plutôt que de condamner l’expression, Bertrand note qu’avoir hâte à est une locution populaire et un RÉGIONALISME. Il faut alors être conscient des NIVEAUX DE LANGUE si on veut utiliser cette expression. Les constructions à utiliser, selon les critiques, sont : Avoir hâte de (+ infinitif) : j’ai hâte de la voir. ; mettre de la hâte à (+ infinitif) : il a mis trop de hâte à terminer.140 ; en hâte, en toute hâte, à la hâte, sans hâte ; on reproche à qqn sa hâte à (ou de) partir. Du côté de la SYNTAXE, la construction « avoir hâte + à/aux + nom » en québécois fonctionne en parallèle avec « avoir hâte que »  en français standard.  D’autres expressions avec « hâte » :  Du Petit Robert :  Sans hâte: calmement, en prenant tout son temps.  Loc. Adv. EN HÂTE. Promptement, rapidement, vite. On l'envoya en hâte. Venez en toute hâte! (cf. D'urgence, sans tarder).                                                   138 FEW 16, 123b; Catach compare ce mot à l’allemand moderne die Hast « hâte », anglais haste (551). Dauzat donne la même origine, cf. gotique haifsts « lutte » et ils remarquent tous que l’allemand Hast vient du français (366, citant Bloch et Wartburg 317). 139 Petit Robert : Mettre de la hâte, peu de hâte à faire qqch. La hâte d'en avoir terminé. 140 LDP 300 ; Hanse, 16.  82   Loc. Adv. À LA HÂTE.: avec précipitation, au plus vite (cf. FAM. À la va * -vite, vite fait). Travail fait à la hâte. → bâclé, hâtif (cf. FAM à la six-quatre-deux). « Tout le monde signe […] à la hâte, la plupart sans lire » MICHELET.  DQF :  Avoir hâte à : avoir hâte de ; être pressé de ; être pressé de ; être impatient de ; tarder de (il me tarde de)  Les gars avaient hâte au dimanche (Yvon Deschamps) : avaient hâte que dimanche arrive ; que dimanche soit là  J’ai hâte aux vacances : J’ai hâte d’être en vacances ; Vivement les vacances !; Vivement que les vacances arrivents !; Il me tarde d’être en vacances !  Il a hâte à juillet : il s’installera dans son chalet du lac Memphrémagog : Il a hâte d’être en juillet ; Il attend juillet avec impatience  On avait presque hâte à la fin de ses chansons pour entendre la suivante : On était presque impatients d’arriver à la fin de ses chansons  Avoir b(i)en hâte de : avoir vraiment hâte de ; n’avoir qu’une hâte La championne a bien hâte de se retrouver sur la glace au côté des Ice Capades : n’a qu’une hâte, c’est de… [En français standard, on dit « avoir hâte de », « avoir hâte que » au sens d’ « être impatient », d’ « être pressé »     83  Chez Hage (168):  hâte, j’ai hâte de…, I just can’t wait to…, j’ai hâte qu’on arrive au mois de juin, I wish it would hurry and be June ;   j’ai hâte de revoir mes amis, I look forward to meeting my friends, j’ai hâte de voir la tête qu’elle fera, I just can’t wait to see her face;   dans leur hâte de…, in their haste to…;   à la hâte, hastily, on the fly, il a fait son devoir à la hâte pour regarder la télévision, he did his homework hastily/he expedited/made short work of his homework/**tossed his homework off to watch TV Chez Lagane (48) :  On l’a bien hâté d’aller, on lui a fait une rude réprimande.  Dans le cas de « avoir hâte à », la FONCTION DE LA PRÉPOSITION « à » ici est de marquer des rapports de position (dans le temps). Dans d’autres expressions comme « à la hâte », elle remplace « en » et indique la manière (elle remplace en et signifie « rapidement »). 84  2.17 Balai à franges Tableau 2.17 balai à franges §222, 143 Nos catégories : RÉGIONALISME, JARGON, FONCTIONS DES PRÉPOSITIONS Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français Ne pas confondre:  vadrouille balai à franges vadrouille-éponge mop La vadrouille est un accessoire de nettoyage formé d'un manche et de gros cordages que les marins utilisent pour nettoyer les ponts des navires.  En Europe, cependant, on appelle balai à franges l'équivalent domestique de la vadrouille.141 Chez nous, le terme balai à franges désigne un accessoire ménager légèrement différent. Il s'agit d'une sorte de vadrouille plate qui sert à dépoussiérer les planchers.142 « Mop » est toujours considéré comme un anglicisme. »  Vadrouille :  1. MAR. Instrument de nettoyage formé d'un tampon de cordages et d'un manche. → balai, faubert.  RÉGION. (Normandie; Canada) Balai à franges pour laver les sols. 2. FIG 1867 – FAM., VX Femme de mauvaise vie, prostituée. “Tu vas y retourner, sale vadrouille, avec les cloches de ton genre!” CÉLINE.143 Balai :  Pièce qu’on adapte à l’extrémité du tuyau de l’aspirateur: suceur (n. masc.)                                                   141 On dit aussi serpillière. 142 Bertrand 143. 143 Par extension, du Petit Robert : vadrouiller – v. intr. 1879 – Fam. 1 VX Traîner dans les rues. 2. Se promener sans but précis, sans raison.   85  Cette Capsule discute de nombreux outils qui servent à nettoyer le plancher et des différences RÉGIONALES. D’après le Petit Robert, vadrouille est un mot normand, datant de 1678, « de patrouille « faubert », d'un radical onomatopéique patt- (patouiller), sous l'influence de varouille et vaudrée de même sens et de régions voisines ». Une vadrouille a désigné une « femme de mauvaise vie et se dit d’une personne peu sérieuse, homme ou femme … aimant la vadrouille, promenade sans but précis »144Par contre, balai du XIIe siècle, viendrait du mot breton balazn(genêt), ou du gaulois *banalto, *balatno, *banallo145.  Selon Bertrand, « en principe, le mot vadrouille appartient à la langue de la marine. En effet, la vadrouille est un accessoire de nettoyage formé d'un manche et de gros cordages que les marins utilisent pour nettoyer les ponts des navires. » Cette définition de la vadrouille est notée dans le Petit Robert, mais vadrouille pour « balai à franges » y est également comme RÉGIONALISME. Nous serions tentée de dire que le mot vadrouille fait partie du JARGON marine, puisque Bertrand insiste sur son origine. Cependant, Bertrand est de l’avis que « pour désigner l'accessoire qu'on utilise pour laver les planchers, vadrouille est un RÉGIONALISME parfaitement acceptable. » L’autre distinction à faire est pour « balai à franges » : au Canada, un balai à franges est pour nettoyer le plancher à sec et en Europe, on le trempe dans l’eau.146 Cette Capsule traite des FONCTIONS DES PRÉPOSITIONS, bien qu’elles n’y soient pas censurées. Un balai à                                                  144 Hanse 17. 145 Bloch et Wartburg 53 : « cf. toutefois l’a. fr. balain (s), XIIe, et des formes analogues balan, balain, de la région lyonnaise ; s’emploie encore au sens de « genêt » dans de nombreux parlers septentrionaux, et notamment autour de Lyon. Au sens de « balai », qui vient de l’emploi du genêt à cet usage, balai a supplanté de bonne heure le représentant du lat. scopa, dont il existe de faibles traces en a. fr., v. écouvillon (mais it. scopa, esp. escoba). » Le français standard moderne « serpillère » vient de l'ancien français serpilliere (jonc). L'écouvillon est une petite brosse pour nettoyer et assécher le tuyau d'un instrument à vent. 146 Bertrand dit ensuite que : « [Le balai à franges est] une sorte de vadrouille plate qui sert à dépoussiérer les planchers. Autrement dit, on trempe la vadrouille dans l'eau avant de l'utiliser et on passe le balai à franges à sec. Enfin, la vadrouille-éponge, comme son nom l'indique, est une vadrouille munie d'une éponge au lieu de franges.  86  franges est un balai avec des franges. C’est la préposition à d’appartenance ou d’accompagnement (voir aussi Capsule 15, autoroute à payage).  D’autres expressions avec balai/vadrouille:  Le LDP a déjà relevé des difficultés avec balai dans les noms composés : « des balais-brosses, des voitures-balais. On écrit des coups de balai, des manches à balai »147.  Du Petit Robert :  EN VADROUILLE. Motards en vadrouille. Être en vadrouille: ne pas être chez soi, être sorti.  Petit balai. Balayette, écouvillon. Balai de bruyère, de crin, de soies, de nylon. Balai de plafond. ->tête-de-loup. FAM. Balai de chiottes: balayette employée pour nettoyer la cuvette des W.-C. Balai de marine. ->faubert, goret 1 vadrouille. Placard à balais. -Passer le balai. ->balayer. Donner un coup de balai à une pièce. –   LOC. FIG. COUP DE BALAI : licenciement du personnel (d'une entreprise, d'une administration). ->nettoyage. “Dans la crainte des coups de balai, il étaient toujours du côté du manche” ZOLA. --   FAM. Du balai! Allez-vous-en! Dehors!     MANCHE À BALAI: le bâton par lequel on tient le balai; FIG. Personne maigre.  C'est un vrai manche à balai. -(Par anal. De forme) AVIAT. Commande du gouvernail de                                                  147 LDP 74.  87  profondeur et de direction. INFORM. Recomm. Offic. Pour joystick-- Le manche à balai des sorcières, leur servant de monture pour se rendre au sabbat.148  Du DQF :  fou comme un balai  aller au balai [se dit pour «  envoyer promener qqn » ]  va donc au balai! Va voir ailleurs si j’y suis!; Fiche le camp!; Fiche-moi la paix!; Fiche-moi le camp! (fam.)  [Au XIXe s., l’expression “donner du balai” signifiait “renvoyer, éconduire qqn.”]  avoir le balai bas [être démoralisé, triste]  couper les cheveux en balai [couper les cheveux bien droit]: couper à la Jeanne d’Arc  loc. –envoyer au balai: envoyer promener (fam.); envoyer balader (fam.); envoyer paître (fam.); envoyer sur les roses (fam.); envoyer chier (vulg.) On me sollicite de toutes parts et j’envoie tout le monde au balai; je ne peux pas rester sur la clôture éternellement (Andrée Maillet)                                                  148 Le terme balai désignait, au départ, le manche (branche de genêt); manche à balai est alors un pléonasme prépositionnel.  88  2.18 Bar à salades Tableau 2.18 bar à salades §192,126 Nos catégories : CALQUE, FONCTIONS DES PRÉPOSITIONS, ALLER-RETOUR Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français Bar à salades « En français, un bar est un débit de boissons alcoolisées [ou] le comptoir devant lequel on prend une consommation »  « Le comptoir dans les restaurants où les clients vont composer eux-mêmes leur salade s'appelle table à salades, buffet à salades ou comptoir à salades. Chez nous, le terme comptoir à salades tend à supplanter l'anglicisme « bar à salades ». Anglicisme BAR n.m. 1857; bar-room 1833: mot anglais « barre de comptoir », puis « comptoir »  Bar à salade – n. masc. Buffet de crudités (n. m.) ; saladerie (n. fem. = restaurant où l’on sert des crudités) [calque de l’ang. « salad bar »]  89  Bertrand est de l’avis qu’il faut éviter de dire « bar à salades » parce que le mot « bar » implique « boissons alcoolisées » ou bien « comptoir devant lequel on prend une consommation » et aussi parce que c’est un ANGLICISME de « salad bar ». Laurin est d’accord : « Bar à salades, pour comptoir à salades ou buffet de salades, est un anglicisme. Bar laitier est la traduction admise de milk bar. L’avantage des comptoirs à salades (et non des bars à salades), c’est qu’on peut se servir à volonté. Qu’il est agréable de déguster une glace dans un bar laitier quand la canicule se prolonge »149. Le mot bar date de 1857, de bar-room, 1833. En fait, bar vient de l’anglais pour « barre de comptoir », puis « comptoir »150. Si ce pars pro toto est un ANGLICISME, il est français d’origine : il a fait ALLER-RETOUR car ang. bar vient de barre français. Le latin médiéval barra avait donné en ancien français bare, baire (ligne. Frontière).  Si nous retournons au sens de bar (barre), il n’y a rien qui empêche l’extension de son sens à d’autres types de lieux, comme on le constate dans le Petit Robert : bar à vins, bar à bières, bar à tapas, à soupes… Le à ici est synonyme de « avec » (voir FONCTIONS DES PRÉPOSITIONS). Par contre, d’autres noms d’établissements tel que bar-tabac ainsi que les noms de personnel (des barmaids, des barmans) sont des calques sans préposition. Nous constatons que de nos jours, le mot bar ne signifie plus « comptoir » car la clientèle peut très bien prendre un verre ailleurs dans l’établissement et ne consomme pas forcément devant le comptoir. C’est un autre cas de LIMITATION DE SENS, car le mot bar (la barre pour le comptoir) passe à bar-comptoir (comptoir pour l’établissement).                                                 149 Laurin 36. 150 Petit Robert. Bloch et Wartburg attestent le mot en 1861 pour « sorte de café ».  90  2.19 Coude à coude Tableau 2.19 coude à coude §89, 63  Nos catégories : MANQUE DE PRÉCISION, JARGON Ne pas dire… (Bertrand) Dire plutôt… (Bertrand) Justification (Bertrand) Petit Robert Dictionnaire québécois français Coude à coude pour « marquer la concurrence »  être nez à nez pour « lutte serrée » « deux personnes travaillent coude à coude, c'est-à-dire très près l'une de l'autre ».  De deux politiciens: « ces deux candidats sont à égalité ou [ils] sont égaux dans les sondages »  Sports: sens élargi : « vive opposition entre deux athlètes dans une épreuve »  coude à coude = lutte serrée. 1) Proximité, non concurrence ;  2) Ne pas utiliser le langage des sports dans un sens plus large.  Loc. Adv. COUDE À COUDE  très proche l'un de l'autre. Travailler coude à coude, côte à côte.  Littré : nez à nez est synonyme de face à face, l'un vis-à-vis de l'autre ; côte à côte pour proximité. DQA : côte à côte pour proximité.  91  Selon Bertrand, il faut éviter de dire « coude à coude » pour marquer la concurrence151. Le Petit Robert donne « très proche l'un de l'autre » comme synonyme de coude à coude. Par exemple, on peut « travailler coude à coude ». Nous constatons cependant qu’il y a des cas dans des compétitions où un rapprochement peut également signifier une concurrence. Par exemple, dans une course de chevaux, si deux participants se trouvent « coude à coude », ils sont près l’un de l’autre et donc il s’agit d’une lutte serrée.  Ce sens de coude à coude ne s’applique pas à tous les sports, mais lorsqu’il s’agit d’une course nous voyons comment le sens élargi peut se produire. Pour aborder LES FONCTIONS DE PRÉPOSITIONS, dans coude à coude le « à » prend le sens de position (proximité). Le RDODF et le LDP nous rappellent d’utiliser des traits d’union lorsque le sens l’exige : coude-à-coude est un nom ; coude à coude est une locution adverbiale : «des coude-à-coude fraternels mais travailler coude à coude »152.  D’autres expressions avec « coude » :  Du Petit Robert  LOC. Coudes au corps: les coudes serrés contre les flancs. Courir coudes au corps. Donner un coup de coude à qqn, pousser qqn du coude pour l'avertir. -- Plonger les mains dans l'eau jusqu'au coude.   LOC. FAM. Se fourrer le doigt* dans l'œil jusqu'au coude.   boire beaucoup.  -SOUS LE COUDE en attente. Garder un dossier sous le coude.                                                   151 Larousse: la concurrence est une « compétition, rivalité d'intérêts entre plusieurs personnes qui poursuivent un même but : Être en concurrence avec quelqu'un pour obtenir un poste. » 152 RDODF 200 ; LDP 154.  92   s'entraider, être solidaire. « Un prêté pour un rendu. On se tient les coudes dans la famille. » R. DEBRAY.   pour se frayer un passage à travers la foule. FIG. Manœuvrer aux dépens des autres. « une société où, pour s'avancer, il faillait jouer des coudes » FRANCE.   De Hage (80) : Coude, lever le coude, bend/lift the/one’s elbow;   se serrer, se tenir les coudes, close ranks, stick together;  dans cette situation difficile dans laquelle nous nous trouvons, nous devons nous serrer les coudes, in this bind we’re in, we must close ranks ;   au coude à coude (dans une course, une compétition, etc.), nip and tuck, in a dead heat   93  Chapitre 3: Synthèse et conclusions L’objectif de cette section est d’énumérer les catégories de phénomènes (fautes ou critiques) que nous avons identifiées dans les Capsules étudiées. Comme la plupart des Capsules font partie de plusieurs catégories, nous avons choisi d’organiser cette section par type de phénomène, c’est-à-dire que pour chacune des catégories générales, nous tirerons de notre corpus les exemples les plus pertinents des phénomènes suivants : a) la structure (les fonctions des prépositions, les restrictions syntaxiques sur les locutions, les censures de figures, les redondances) b) les choix lexicaux (le vocabulaire en général, les régionalismes et l’influence de l’anglais) c) les registres d) la prescription et la description  Alors que Bertrand présente ses critiques dans son recueil sans aucun ordre thématique, cette présentation nous permettra de discuter des points saillants dans les critiques de Bertrand d’une manière plus systématique et surtout de faire des comparaisons entre les Capsules. Nous avons choisi de présenter nos remarques sur la structure et sur les choix lexicaux en premier car ces thèmes sont les plus saillants dans notre corpus. Ces observations confirment nos hypothèses : nous nous attendions à ce qu’il y ait un certain nombre de commentaires sur la syntaxe (entraînés par la présence de la préposition à) et sur les choix lexicaux (entraînés par l’influence de l’anglais et s’agissant souvent de régionalismes).    94  3.1 Phénomène a : La structure Le type de conseil le plus fréquent dans notre corpus est celui qui porte sur la structure. Cela n’est pas étonnant car nous avons choisi de traiter des Capsules contenant la préposition à afin de pouvoir y repérer les commentaires syntaxiques. Toutefois, la préposition à n’a pas toujours été le point central des critiques de Bertrand.  3.1.1 Les fonctions des prépositions D’abord, nous allons résumer les Capsules qui traitent des fonctions des prépositions. Ces fonctions sont indiquées en caractères gras. Agent (trois occurrences) : Dans à cause de, la préposition à prend le sens de « par » (fonction d’agent); « pour » peut également montrer la cause. À cause de est critiqué au sens neutre ou positif.  Dans à la vapeur, littéralement en ayant recours à la vapeur, la préposition à est acceptée, tandis que dans à la mitaine, signifiant « à la main » (de façon artisanale), elle est critiquée car elle est au figuré (régionalisme). Ici Bertrand critique les deux extensions de sens des expressions à cause de (extension du négatif au sens neutre ou positif) et à la mitaine (extension de l’image de la main au figuré). Quoique Bertrand accepte les régionalismes, le fait qu’il propose des alternatives à ces expressions montre une volonté d’éliminer le régionalisme. Voir le phénomène b : les choix lexicaux. Appartenance ou accompagnement (deux occurrences): balai à franges (avec des franges, régionalisme). Bar à salades (avec des salades, critiqué comme calque). Dans les deux Capsules, il y a des exemples de noms-composés sans prépositions qui ont des sens proches, tels que «  95  balai-brosse, voiture-balai »; « bar laitier » ainsi que manche à balai, accepté pour « manche de direction », en aviation. Il est intéressant de voir que bar à salades est critiqué comme calque mais que d’autres composés tels que balai-brosses (balai avec des brosses), voiture-balai (aujourd’hui une voiture qui balaie, aussi décorée de balais) sont acceptés, même s’ils évoquent aussi le sens d’appartenance ou d’accompagnement. Manière (deux occurrences): Dans à la vapeur au figuré, le sens est « rapidement » (critiqué car c’est une extension de sens). En hâte ou à la hâte signifient également « rapidement » mais ne sont pas critiqués. Position/mouvement (cinq occurrences): dans à terre/par terre : à terre indiquait un point de départ autre que la terre alors que « par » signifiait que l’on partait du sol. Cette distinction n’a plus cours. Cette Capsule est un exemple isolé de simplification de la part de Bertrand; bien qu’il se montre contre les extensions de sens au figuré ou au général, dans la Capsule 7 il propose d’abandonner une ancienne distinction et se montre contre l’hypercorrection. Contrairement à la simplification des prépositions observées dans la Capsule 7, à terre/par terre, les prépositions dans la Capsule 8 - à travers le pays; au travers de/ à travers ont des connotations distinctes. Au travers comporte un obstacle, une difficulté, qu’elle soit abstraite ou concrète. La notion de résistance est également présente dans entraver. En revanche, à travers indique un mouvement sans obstacle, mais au figuré, en québécois, « passer à travers » signifie « s’en sortir ». Le régionalisme « passer à travers », au contraire de l’expression littérale, a le sens du mouvement figuré qui comporte un obstacle. Nous avons remarqué que à est parfois à rapprocher d’autres prépositions : de travers et en travers indiquent une position inhabituelle tout comme à contresens. L’expression au sud de est  96  critiquée lorsqu’elle indique la position à l’intérieur d’une région; pour l’intérieur d’une région on utilise « dans le Sud » (par ex.). Au sud de signifie « à l’extérieur de » cette région. Dans coude à coude, au sens accepté par Bertrand, le à indique la position (proximité). Temps (une occurrence): la présence de la préposition à est critiquée dans « avoir hâte à » (au lieu d’ « avoir hâte de + infinitif, avoir hâte que »). Verbe transitif direct/indirect (une occurrence): Dans aider à quelqu’un, la préposition est critiquée et est considérée comme un archaïsme tandis que dans aider à quelque chose, elle est acceptée. Cet usage critiqué est également régional. La préposition à peut donc remplir plusieurs fonctions ; dans notre corpus nous avons identifié des exemples d’agent, d’appartenance ou d’accompagnement, de manière, de temps, de verbe indirect et surtout de position ou de mouvement. Les cinq occurrences traitant de position ou de mouvement représentent 25% de notre corpus.   3.1.2 Les figures En plus de traiter les prépositions elles-mêmes, il y a certaines Capsules dans lesquelles Bertrand recommande de ne pas modifier une figure (phénomène que nous appelons une censure de figure). Les modifications critiquées peuvent être structurelles : les locutions sont considérées comme des unités lexicales figées et ne sont pas à modifier; elles peuvent aussi être sémantiques : il ne faut pas utiliser le langage d’un tel domaine dans un sens plus général (pour ce dernier, voir le phénomène b - choix lexicaux - vocabulaire général).   Un exemple de censure syntaxique est la modification des formules consacrées telles que au pied du mur. Dans acculer au pied du mur, au pied du mur signifie « contre le mur » . Une redondance est présente car acculer signifie déjà « pousser dans un endroit où tout recul est  97  impossible ». En outre, la censure de modification syntaxique peut se produire face aux nouveautés : au meilleur de ma connaissance est critiqué parce que c’est un calque de l’anglais « to the best of my knowledge ». De plus, ce calque est considéré inutile car il y a d’autres expressions semblables, comme « à ma connaissance », à ne pas modifier.  3.2 Phénomène b : les choix lexicaux (le vocabulaire en général, les régionalismes et l’influence de l’anglais)  3.2.1 Vocabulaire général – (trois occurrences) Il y a plusieurs Capsules qui contiennent des mots venant de domaines spécialisés (militaire, marin, sportif ou politique). Ces mots sont intéressants : ils sont particulièrement susceptibles de poser problème puisqu’un domaine spécialisé est par définition moins connu du grand public. Le premier problème se produit lorsqu’une expression d’un domaine spécialisé subit une extension de sens et s’emploie dans un champ plus général. Par exemple, être basé à est critiqué au sens figuré. Cela est ce que Frei appelle une « transposition sémantique », et pour cela, « il faut l’oubli du sens premier… [ces extensions sémantiques facilitent] l’effort de mémoire » et la figure existe pour satisfaire le besoin d’expressivité153. Dans la même voie, une censure de figure est une censure d’expressivité et limite le locuteur.                                                   153  Frei 141.  98  Deuxièmement, du domaine marin, le balai à franges est un exemple de régionalisme sémantique ; au Canada il désigne une vadrouille plate pour dépoussiérer les planchers alors qu’en Europe le balai à franges est l’équivalent domestique de la vadrouille à gros cordages. Bertrand nous conseille de ne pas confondre ces accessoires ; pour ce faire, il faut savoir qu’il s’agit d’un régionalisme (balai à franges). Le troisième et dernier exemple de vocabulaire traité principalement comme venant d’un domaine particulier, coude à coude, est critiqué. Nous remarquons qu’il s’agit d’un glissement sémantique.  3.2.2 Exemples montrant l’influence de l’anglais (sept occurrences) 3.2.2.1 Mot anglais ou anglicisme ? L’influence de l’anglais est bel et bien présente dans notre corpus et figure comme thème dans la majorité des ouvrages normatifs présents dans notre bibliographie. D’abord, il faut distinguer un mot anglais d’un anglicisme. Nous reprenons l’explication de D’Apollonia, qui constate qu’un mot anglais tel quel « est un fait lexical, avec l’anglicisme, qui est un fait sémantique. L’emploi d’un mot anglais n’est pas un anglicisme, c’est un emprunt direct à l’anglais »154. De plus, un anglicisme n’est pas un mot anglais, c’est un emprunt sémantique : « c’est-à-dire [un mot] dont la forme semblable dans les deux langues peut induire une fausse synonymie »155.                                                    154  D’Apollonia 9. 155  D’Apollonia 9.  99  Par contre, un anglicisme n’est pas toujours à rejeter : «  …toute langue vivante… doit importer et inventer ; elle emprunte et elle crée. […un] mot anglais à l’origine peut devenir un mot parfaitement acceptable, comme stop, week-end et toast »156.  Le fait que ces mots soient acceptés en France, mais ont été remis en question au Québec et remplacés par les mots arrêt, fin de semaine, pain grillé est révélateur. Quelle est la place du mot anglais, de l’anglicisme en français ? Marie-Éva de Villers a remis en question leur utilité « contestable, soit parce que le premier entre en concurrence avec un ou des mots bien français, soit parce que le second rompt avec la sémantique française »(9). « …la connaissance et la proximité de la langue anglaise créent avec la langue française des interférences qui peuvent compromettre l’efficacité de la communication » (Marie-Éva de Villers 9). Que faire ? À notre avis, le contraire est vrai : l’emprunt peut être utilisé « volontairement pour créer un effet stylistique » (Vinay et Darbelnet 47.)  Selon Vinay et Darbelnet, l'emprunt est utile soit lorsque la langue d’arrivée n’a aucun moyen d’exprimer l’idée, soit pour rajouter un peu de couleur locale (Idem). Il s'agit donc d'un rejet d'un calque, d'une extension de sens ou d'un mot déguisé utilisé pour satisfaire au besoin d'expressivité ou par oubli. Suivant cela, nous allons regrouper nos Capsules liées à l'influence de l'anglais sous les trois catégories d’anglicisme selon D’Apollonia, qui sont les suivantes :  Type a) « mot anglais déguisé » comme ajustable  Phénomène absent de notre corpus                                                  156  Laurin 8.  100  Type b) « l’extension de sens d’un mot anglais comme buy (acheter), qui peut aussi signifier « adopter, approuver, se rallier à » ou « avaler, croire, gober »  Anglicismes: à ce stage-ci Type c) « l’utilisation d’une locution calquée sur l’anglais, comme « à date » (D’Apollonia 9).  Calques : être basé à, au meilleur de sa connaissance, bar à salades 3.2.2.2 Allers-retours Nous avons analysé également deux Capsules qui contiennent ce que nous appelons des allers-retours. Il s’agit de mots de l’ancien français qui sont passés en anglais et qui, par la suite, ont été réintégrés en français : aller à un train d’enfer et bar à salades. D’Appollonia a observé le même phénomène : Il est intéressant de savoir que pas moins de 64 anglicismes sont en fait de vieux mots français (comme « canceller » et « cédule ») ou de vieilles acceptions de mots français (comme « audience » pour « auditoire » et « breuvage » pour « toute boisson, alcoolique ou non »). Soit que ces archaïsmes aient survécu dans l’isolement de la Nouvelle-France, soit que l’influence de l’anglais ait favorisé leur survivance ou leur réapparition dans l’usage québécois avec les modifications sémantiques qu’ils ont subies dans la langue anglaise (13).  Les allers-retours font partie de la catégorie des anglicismes, car il y a une « convergence, où archaïsme et anglicisme se renforcent et s’influencent réciproquement au point de se confondre… [et sont] en quelque sorte assimilables à des anglicismes » (Idem 13). Toutefois,  101  nous trouvons illogique le fait de critiquer un mot issu d’abord du français. En faisant cela on critiquerait les origines du français. Par ailleurs, cela ne nous surprend pas de voir des allers-retours dans notre corpus, étant donné que le français et l'anglais sont en contact depuis des siècles. De plus, nous nous attendions à ce qu’il y ait un certain nombre d’archaïsmes dans le corpus car ce phénomène est un trait du français québécois. Cela dit, notre objectif principal est de relever les phénomènes présents dans les Capsules choisies; nous ne prétendons pas avoir un corpus représentatif de la totalité du français québécois. 3.2.2.3 Calques Dans cette section, nous aborderons la question des calques; c'est-à-dire des emprunts syntaxiques à l'anglais. À ce stage-ci pourrait être considéré comme un calque, mais la critique de Bertrand porte plutôt sur l’emprunt du lexème « stage », car en anglais, « stage » est synonyme de « point ». Cela montre une confusion par proximité de l’expression consacrée « à ce stade-ci ». Chez Frei, cela refléterait une faute par assimilation. Bar à salades serait un autre anglicisme d’après Bertrand, car la définition d’un « bar » en français exige un comptoir avec boissons alcoolisées. Nous remarquons que pour ces deux emprunts, il y a une extension de sens, c’est-à-dire que les mots « stage » et « bar » existaient déjà en français, mais dans ces expressions, ils s’écartent de leur sens premier. La critique de cette extension sémantique est un thème récurrent chez Bertrand. Que partagent ces trois mots? Bar, stage/stade et le participe passé basé avaient tous au départ des sens plus spécialisés. D’abord, bar est un emprunt de l’anglais (Petit Robert, date : 1860) « barre de comptoir », puis « comptoir ». Bertrand remarque que « chez nous, le terme  102  comptoir à salades tend à supplanter l’anglicisme bar à salades »; cependant, « bar à salades » pour « buffet de crudités » se trouve dans le DQF comme exemple de calque. Pour ce qui est des calques, être basé à est critiqué pour son emploi du participe passé basé avec la préposition à; c’est un calque de l’anglais « to be based at »; il en est de même pour au meilleur de sa connaissance, « to the best of one’s knowledge ». Ces deux exemples montrent que le calque (l’emprunt syntaxique à l’anglais) n’est pas le bienvenu chez Bertrand. Bien que le calque soit à rejeter selon Bertrand, nous nous demandons si la critique de Bertrand n’est pas l’extension de sens au plus général (un comptoir de nourriture plutôt que de boissons) plus que le calque de structure. Pour ce qui est de stade, il est apparu en médecine vers 1669 pour « chacune des périodes distinctes d’une maladie » et par extension de sens au plus général (par réduction?), en 1878, comme synonyme de « degré, période, phase ». 103  3.3 Phénomène c : les registres de langue  Un phénomène proéminent dans notre corpus est celui des registres de langue. Nous avons choisi d'utiliser le terme « registres » plutôt que de dire « niveaux » car ce dernier implique une hiérarchie. Cette hiérarchie est-elle présente chez Bertrand? Il est difficile de dire si Bertrand rejette le registre familier, mais pour nous il est clair qu'il voudrait que nous en tenions compte.   La raison pour laquelle il est difficile d'identifier ce qui est à rejeter par rapport aux registres est que Bertrand mélange la notion du régionalisme et celle de la langue familière. Par exemple, lorsqu'il parle « d'expressions sympathiques »157, « parfaitement acceptables »158 qui sont, d'après Bertrand et nos dictionnaires, des régionalismes québécois, il les accepte « dans la langue de tous les jours » (c'est-à-dire en langue familière) tout en les censurant en langue standard. À titre d'illustration, à la mitaine est considérée comme une « expression sympathique qu'on peut utiliser dans les conversations familières » (Bertrand 43). Cela fait que les régionalismes sont confinés au registre familier. Il est à noter qu'en aucun cas Bertrand ne rejette la langue soutenue, la langue soignée, quoiqu'il propose de ne plus observer une ancienne distinction (voir à terre/par terre).  Où se situe Bertrand par rapport aux registres ? Les exemples qui relèvent des registres dans notre corpus sont surtout des expressions régionales qui sont acceptées mais toutefois reléguées au registre familier. Nous constatons que comme elles ne sont pas jugées fautives, l'intention semble être de veiller à éliminer le régionalisme en langue                                                  157 (à la mitaine) (Bertrand 43)  158 « pour désigner l'accessoire qu'on utilise pour laver les planchers, vadrouille est un RÉGIONALISME parfaitement acceptable. (Bertrand 143) »   104  standard et de laisser les locuteurs s'en servir en langue familière. Cette attitude serait à rapprocher de celle de D'Apollonia : Il importe de faire la distinction entre les termes familiers qui font l’objet d’un choix de la part de l’usager dans une situation donnée et les termes qui appartiennent à des usages socialement marqués. Les premiers relèvent d’un acte de parole dans une communication familière; quant aux seconds, ils relèvent plutôt d’un vocabulaire actif limité (9).  Cela veut dire que ces expressions ne sont pas à censurer tant qu'elles correspondent à un choix dans une communication familière et non pas à une limitation de vocabulaire. Bertrand nous apporte des options équivalentes, quoique moins figurées (ex. manuellement pour à la mitaine). Pour revenir à la notion que les registres n'ont pas de rapport hiérarchique mais qu'ils existent au service des contextes différents, nous remarquons que Bertrand confine ces expressions imagées à la langue familière. Il ne dit pas qu'elles sont inacceptables et leur attribue donc une légitimité ; nous constatons qu'il se rapproche de la pensée de D'Apollonia : Toute légitime qu’elle soit, la langue familière n’est pas toute la langue; elle ne saurait répondre à tous les besoins d’une intercommunication étendue. Elle se superpose à la langue commune, propose ses effets, mais ne devrait jamais s’imposer ni entre deux locuteurs ni dans une aire géographique ou sociale donnée. La langue familière doit rester ce qu’elle est : une coloration, une nuance, un choix de style. (D'Apollonia 10)   Comme nous l'avons souligné ci-dessus, il s'agit bien de registres, pas de niveaux ; il suffit de choisir le registre approprié selon le contexte. Comme le dit Hanse, « le français familier, celui de la conversation, surtout entre intimes, n’est pas fautif parce qu’il est détendu, mais qu’il se distingue du français soigné, surveillé, imposé souvent par les circonstances dans le langage écrit ou même parfois dans le langage oral » (8). Et on relève là un autre problème : peut-on censurer la langue familière ? Est-il acceptable de  105  faire une faute en langue familière ? Hanse est de l'avis que cette liberté est effectivement la particularité de la langue populaire : « Quant au français populaire, il a lui aussi ses degrés, mais il faut savoir que dans l’ensemble il se caractérise par la spontanéité, par l’invention et la liberté, par l’absence de tout souci de norme ou de distinction, sans aller d’ailleurs pour cela jusqu’à la vulgarité » (Idem 8).  Nous ne sommes pas d'accord que la langue familière n'ait pas de norme. Quand nous pensons aux « degrés » de la langue familière,  il faut quand même respecter la distinction entre les mots péjoratifs, familiers, très familiers, vulgaires et très vulgaires. La « Polémique autour du dictionnaire québécois-français » montre les commentaires qu'avait reçus Lionel Meney par rapport à ses jugements sur certaines expressions et leurs registres de langue. Un mot qui est très vulgaire pour un tel peut très bien être un peu familier pour un autre : c'est l'usage qui fait la norme. Cette terminologie est donc problématique et mérite d’être étudiée de plus près. 3.4 Phénomène d : la prescription et la description (quatre occurrences) La grande majorité de nos Capsules sont normatives et correctives; elles censurent l’usage de certaines expressions ou de certains mots. Certaines Capsules semblent avoir, comme objectif principal, une prise de conscience diachronique des mots pour que les locuteurs puissent connaître leurs origines. Un tel exemple d’une Capsule purement descriptive est le no. 11 : aller à un train d’enfer. Dans cette Capsule, Bertrand nous rappelle le sens ancien de cette expression : il ne s’agit pas d’un train – «  chemin de fer », mais d’ «  un troupeau de bêtes ». La Capsule est descriptive car elle parle de l’usage et du sens de l’expression mais ne critique pas l’expression en soi. Bertrand semble avoir choisi cette expression parce  106  qu’elle traite d’un sens oublié (peut-être parce que l’on utilise plus souvent le mot train dans le sens de chemin de fer et non pour «  troupeau de bêtes ». Comme le train – moyen de transport – est souvent associé à l’allure, sens toujours courant, nous comprenons qu’un locuteur puisse confondre les deux sens du mot.  L’oubli du sens premier est un thème que nous constatons dans la Capsule no. 15, autoroute à payage. Au départ, il y avait autoroute à péage; péage et payage ont deux origines différentes. Il y a donc un glissement de sens qui représente l’oubli de l’origine « droit de mettre le pied » et qui met l’accent sur de fait de devoir payer pour ce privilège. Le deux cas de train et payage sont des exemples de ce que Frei appelle « analogie sémantique, un changement d’interprétation d’un syntagme archaïque ».159 Cela fait partie de la catégorie de l’assimilation, causée par « l’impossibilité, l’ignorance ou l’oubli de l’interprétation correcte… [elle] s’attaque de préférence aux termes savants et techniques, aux éléments peu connus ». Le contraire de ce phénomène est présent dans la Capsule à terre : si dans train et payage, l’oubli est critiqué, Bertrand se montre contre l’hypercorrection et pour l’oubli de la distinction entre les prépositions à et par. Il s’agit d’une simplification pour répondre au besoin d’invariabilité160. Car la préposition à « sert de ‘locatif’ générique et remplace plusieurs autres prépositions […] les signes qui marquent le lieu[…] [sont] étendus aux directifs qui marquent le mouvement »161. Cette perte de nuance est également présente dans la Capsule à travers, au travers de : le sens de difficulté (voir Capsule #8) n’est plus                                                  159  Frei ? 160  Frei 138. 161  Frei 149.  107  ressenti dans la préposition avec article au. Bertrand montre, dans son acceptation de ces simplifications sémantiques, une volonté d’évoluer. Voyons maintenant des thèmes qui montrent l’approche descriptive. Dans ces Capsules, Bertrand se rapproche des dictionnaires – ils nous servent de chroniques, descripteurs de l’état de la langue. Parfois il est utile de faire ce type d’observation sans intervenir dans l’usage, car une langue a besoin de changer pour rester vivante : Une langue qui ne bouge plus est comme nous serons quand nous ferons pareil : elle est morte. À titre d’être vivant, elle a droit à ses errements; elle peut violer les règles, en inventer de nouvelles, s’approcher des locutions anglaises et leur faire des enfants : elle peut jouer dehors et revenir salie, elle a le droit de sortir non peignée et de sauter sur les tables. Ce qui la corrompt, comme le fer et l’homme, c’est de ne plus bouger.162 Cela n’est pas pour dire qu’il est inutile de rester conscient de l’histoire de la langue, mais plutôt qu’il faut respecter nos besoins communicatifs. L’avis de Mansion est à rapprocher de celui de Christiane Marchello-Nizia, dans son essai de linguistique historique Dire le vrai : l’adverbe « si » en français médiéval. Selon Marchello-Nizia, lorsque nous prenons en compte le changement en linguistique, c’est-à-dire quand nous adaptons une approche diachronique, nous repensons la langue comme système « ouvert » :                                                   162  Mansion 13.  108  Les changements, au même titre d’ailleurs que les ambiguïtés, les lapsus, les synonymies, etc., ne sont pas à considérer comme un ‘raté’, un obstacle au fonctionnement optimal de la langue – même s’ils en sont un, certain, au fonctionnement de la linguistique. On pourrait au contraire les considérer comme la condition même de la possibilité de l’activité langagière. (5)  Nous remarquons que Marchello-Nizia établit ici une distinction entre le fonctionnement de la langue et celui de la linguistique. Ce qu'elle appelle la langue ici est la parole de Saussure; la linguistique représente sa langue -- la norme, une abstraction. L'activité langagière est la parole, qui ne serait pas possible sans obstacles. Mansion et Marchello-Nizia, prêts à décrire les changements, représentent l’approche fonctionnelle, qui s’oppose à l’approche normative : « la linguistique fonctionnelle a pour unique et véritable objet le langage, envisagé comme un système de procédés qui est organisé en vue des besoins qu’il doit satisfaire »163. Les Capsules linguistiques sont grosso modo un ouvrage normatif, mais Bertrand fait également de la description lorsqu'il nous rappelle le sens premier d'un mot ou son étymologie.                                                 163  Frei 36.  109  Chapitre 4: Conclusions  Dans ce travail, nous avons effectué une réorganisation d'un échantillon de Capsules linguistiques tirées d'un ouvrage contemporain qui a été le sujet de peu d'études jusqu'ici, malgré sa diffusion à la radio et en version transcrite. Afin d'identifier clairement les jugements de Bertrand, nous avons présenté ses commentaires sous forme de tableaux et relevé des catégories de fautes.  En plus d'avoir identifié quatre phénomènes saillants (la structure; le vocabulaire; les registres; la prescription et la description), nous nous sommes munie de dictionnaires de langue française et d'autres chroniques de langue afin de continuer le travail de Bertrand sur ces mots. Nous avons apporté des citations pour chaque mot concernant son origine, son étymologie, ses changements de sens ou sens spécialisés, des jugements portant sur son acceptabilité ou le registre auquel il appartient, d'autres expressions ou dérivés employant le même mot ou la même expression.  De cette manière, nous avons un nouvel aperçu d'où se situe Bertrand.  Par rapport au vocabulaire, nous nous attendions à ce qu'il y ait des exemples de l'influence de l'anglais sur le français, comme les langues sont en contact au Canada, mais aussi parce que Guy Bertrand a déjà été critiqué pour avoir accepté des anglicismes courants en France tout en rejetant ceux provenant du Québec. Nous avons relevé 4 calques, 2 anglicismes et 2 aller-retours. Pourtant, les anglicismes « originaires de France » sont un phénomène absent de notre corpus.  Le plus surprenant, c’est que nous avons constaté chez Bertrand le rejet de la figure en langue standard. Quoiqu'il accepte l'usage des régionalismes, lorsqu'il s'agit d'une expression imagée, Bertrand les confine à la langue familière. De cette manière,  110  Bertrand n'est pas puriste mais est plutôt normatif par rapport aux fonctions des registres. Cette censure de figure se voit chez Bertrand ailleurs: d'autres mots (3) provenant d'un domaine spécialisé sont censurés lorsqu'ils sont utilisés dans un sens plus général, chose qu'il justifie par une volonté de précision.     4.1 Suites possibles Nous reconnaissons que notre corpus ne représente que 5% d’un recueil de 400 Capsules et que pour certaines catégories il y a donc peu d’exemples. Un avantage d'une telle sélection est que cela nous a permis de mener une analyse détaillée afin de relever les phénomènes les plus intéressants, plutôt que de partir d'une base de catégories préétablies. Il s’agit d’un point de départ qui pourrait être utilisé comme modèle; il serait intéressant de voir si nos catégories restent saillantes dans un corpus plus étendu. Cela permettrait de voir les tendances les plus fortes parmi les conseils de Bertrand. La norme et l’usage restent liés. Nous désirons rappeler à nos lecteurs le fait que notre corpus ne représente qu’un échantillon d’énoncés jugés fautifs. Nous ne prétendons pas que les mots choisis représentent le français au Canada.  Comme suite possible, il serait intéressant de faire une étude de comparaison qui prendrait comme corpus des « Capsules » de la rubrique Dire, ne pas dire…,164  créée par l’Académie Française, pour voir à quel point les mêmes types de jugements sont exprimés quant aux mots et expressions qui se trouvent chez Bertrand. Dire, ne pas dire… se trouve en ligne et se divise en plusieurs sections, dont : « emplois fautifs », « abus de sens », « néologismes & anglicismes », « bonheurs & surprises », « courrier des                                                  164  http://www.academie-francaise.fr/dire-ne-pas-dire   111  internautes » (le blog des académiciens). Comme il est dit sur son site web, l’Académie française est « une des plus anciennes institutions de la France »165 et son rôle principal est de « veiller sur la langue française »166. Le désavantage de consulter un recueil en ligne est en même temps son avantage : il est en constante mutation, mais permet de voir les réactions récentes des académiciens aux phénomènes socioculturels. Une deuxième suite possible serait de faire une étude d’usage, qui pourrait se diviser en deux parties. Premièrement, il serait intéressant d’effectuer un sondage auprès d’un groupe de locuteurs, qui porteraient jugement sur quelques expressions jugées fautives vis-à-vis des expressions alternatives suggérées par Bertrand. Ainsi, les participants pourraient estimer la fréquence ainsi que l’exactitude de chaque expression, pour donner leurs impressions de façon qualitative. Deuxièmement, pour complémenter les données du sondage avec un outil quantitatif, l’on pourrait se servir du moteur de recherche WebCorp pour recueillir des statistiques d’usage pour chacun des termes du corpus. WebCorp permet d’effectuer une recherche sur Internet d’un terme ou expression en contexte; plutôt que de visiter soi-même chaque page manuellement, l’outil crée une concordance, réunissant de façon automatisée le processus de mettre ensemble toutes les occurrences réelles du terme en question selon les critères de recherche. Cela permet aux chercheurs de voir des emplois qui sont des innovations ou sans doute, rares, qui ne se trouvent pas dans un dictionnaire. Une limitation serait qu’il faudrait examiner les données afin de déterminer quelles sont les occurrences métalinguistiques et, d’autre part, les occurrences de langue « spontanée » ou « naturelle ».                                                   165  http://www.academie-francaise.fr/  166  http://www.academie-francaise.fr/role/index.html   112  Il y aurait aussi d’autres applications de ces recherches. Les études de comparaison et d’emplois réels révéleraient les réactions de locuteurs et pourraient être utiles aux professeurs et aux étudiants de français langue seconde ainsi qu’aux francophones venus d’ailleurs qui cherchent à s’exprimer en français au Canada. Le fait de reconnaître les régionalismes est également un moyen de célébrer la diversité dialectale au Canada.     113  Bibliographie Ambrogi, Pascal-Raphaël. Particularités et finesses de la langue française. Paris : Chiflet:, 2005.  Apollonia, François d'. Le petit dictionnaire des québécismes: anglicismes, archaïsmes, dialectalismes et néologismes : suivi d'un index thématique. Montréal: Éditions de l'Homme, 2010. Collection Le Bon Mot.  Baumgartner, Emmanuèle et Philippe Ménard. Dictionnaire étymologique et historique de la langue française. Paris: Le Livre de poche : Librairie générale fran ̡caise, 1996. Berthier, P. V., J. P. Colignon et Jacques Thomas. Ce français qu'on malmène. 22 Vol. Paris: Belin, 1991. Français retrouvé. Bertrand, G. 400 capsules linguistiques II. Radio-Canada, Les éditions Michel Brûlé, 2010. Montréal. Bloch, Oscar et Walther von Wartburg. Dictionnaire étymologique de la langue française. 5e éd. Paris: Presses universitaires de France, 1968. Blum, Geneviève et Nestor Salas. Les idiomatics: français-anglais. 70 Vol. Paris: Édition du Seuil, 1989. Points. Série point-virgule.  Camus, Renaud. Répertoire des délicatesses du français contemporain. Paris: Pol, 2000. Capelovici, Jacques. Le français sans fautes: répertoire des erreurs les plus fréquentes de la langue écrite et parlée. Paris: Acropole, 1990.   114  Catach, Nina. Dictionnaire historique de l'orthographe française. Paris: Larousse, 1995. Trésors du français.  ---. Dictionnaire historique de l'orthographe française. Paris: Larousse, 1995. Trésors du français.  Combettes, Bernard et Christiane Marchello-Nizia. Études sur le changement linguistique en français. Nancy: Presses universitaires de Nancy, 2007. Cortez, Yves. Le français que l'on parle: son vocabulaire, sa grammaire, ses origines. Paris: Harmattan, 2002. Dauzat, Albert, Jean Dubois et Henri Mitterand. Nouveau dictionnaire étymologique et historique. Paris: Librairie Larousse, 1964.  de Villiers, Philippe. Dictionnaire du politiquement correct à la française. Paris: A. Michel, 1996. Dubois, Jean, René Lagane et Alain Lerond. Dictionnaire du français classique. Paris: Larousse, 1971. Dubois, Jean, Henri Mitterand et Albert Dauzat. Grand dictionnaire étymologique & historique du français. Paris: Larousse, 2005. Duchesne, Alain et Thierry Leguay. Surpris ou étonné: nuances et subtilités des mots de la langue française. Paris: Larousse, 2005. Le Souffle Des Mots.   115  Fréchette, Louis. Originaux et détraqués. http://beq.ebooksgratuits.com/pdf/Frechette-originaux.pdf Frei, Henri. La grammaire des fautes. [Introduction à la linguistique fonctionnelle, assimilation et différenciation, brièveté et invariabilité, expressivité]. Paris: Geuthner, 1929. Godiveau, Roland. 1000 difficultés courantes du français parlé: en syntaxe, vocabulaire et prononciation. Paris: Duculot, 1978. Votre boîte à outils de la langue française.  Grammaire Larousse du XX Siecle avec la collaboration de: Felix Gaiffe ... Ernest Maille ... Ernest Breuil ... Simone Jahan ... Leon Wagner ... Madeleine Marijon.. Paris: Larousse, 1916. Grand dictionnaire des difficultés & pièges du français. Paris: Larousse, 2004. Greimas, Algirdas Julien et Teresa Mary Keane. Moyen Français. Paris: Larousse, 2007. Grand Dictionnaire.  Greimas, Algirdas Julien. Ancien Français. Paris: Larousse, 2007. Grand Dictionnaire.  Grevisse, Maurice et André Goosse. Le bon usage: grammaire française : 75 ans. 15e édition. 2011.  Hage, Armand. Dictionnaire d'idiomatismes français-anglais. Paris: Ellipses, 2006. Optimum.  Hanse, Joseph. Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne. 2e éd, mise à jour et enrichie. Paris: Duculot, 1987.  116  Harvey, Réginald. "Larousse ou Robert - Deux « petits » livres devenus des monuments de la culture française." 1 octobre 2005. Web. <http://www.ledevoir.com/culture/livres/91412/larousse-ou-robert-deux-petits-livres-devenus-des-monuments-de-la-culture-francaise>.  Hémon, Louis. Maria Chapdelaine. Montréal : Editions Fides, 1980. « Ionesco : Découvrir l'homme à travers son œuvre ». Radio-Canada Première. 21 Jan. 2015. <http://www.radio-canada.ca/util/postier/suggerer-go.asp?nID=1236247.>. Lagane, René. Locutions et proverbes d'autrefois. Paris: Belin, 1983. Français Retrouvé.  Laurin, Jacques. Le bon mot: déjouer les pièges du français. Montréal: Éditions de l'Homme, 2001. Print.  Le Fur, Dominique, Edouard Trouillez et Géraldine Moinard. Dictionnaire d'orthographe et de difficultés du français. Paris: Le Robert, 2010. Collection Les Usules.  ---. Dictionnaire d'orthographe et de difficultés du français. Paris: Le Robert, 2010. Collection Les Usules.  Littré, Emile et Claude Blum. Le Nouveau Littré. Éd augm. et mise à jour. Paris: Éditions Garnier, 2005. Mansion, Hubert. 101 mots à sauver du français d'Amérique. Montréal, QC: Michel Brûlé, 2008.   117  Marchello-Nizia, Christiane. Dire le vrai : L'adverbe "si" en français médiéval: essai de linguistique historique. Genève: Librairie Droz, 1985. Publications Romanes Et Françaises.  ---. L'évolution du français: ordre des mots, démonstratifs, accent tonique. Paris: A. Colin, 1995. Linguistique.  ---. Le français en diachronie: douze siècles d'évolution. Gap: Ophrys, 1999. Collection l'Essentiel Français.  ---. Grammaticalisation et changement linguistique. 1re éd. Bruxelles: De Boeck & Larcier, 2006. Champs Linguistiques.  "Match comparatif: Larousse versus Robert!". Le professeur masqué. 30 août 2008. Web. <http://leprofesseurmasque.blogspot.ca/2008/08/match-comparatif-larousse-versus-robert.html>.  Meney, Lionel. Dictionnaire québécois-français. Montréal: Guérin, 1999. ---. Polémique à propos du dictionnaire québécois-français. Montréal: Guérin, 2002. Péchoin, Daniel et Bernard Dauphin. Dictionnaire des difficultés du français. Paris: Larousse, 2001. Expression.  Pougeoise, Michel. Dictionnaire didactique de la langue française: grammaire, linguistique, rhétorique, narratologie, expression & stylistique, avec la conjugaison des principaux verbes. Paris: A. Colin, 1996.  118  Robert, Paul, Rey-Debove, Josette et Alain Rey. Le petit Robert: dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française. Nouvelle édition du Petit Robert de Paul Robert. 2013.  Saussure, Ferdinand de et Charles Bally. Cours de linguistique générale. Paris: Payot, 1995. Schoeni, Gilbert, Jean-Paul Bronckart et Philippe Perrenoud. La langue française, est-elle gouvernable?: normes et activités langagières. Neuchâtel: Delachaux & Niestlé, 1988. Actualités pédagogiques et psychologiques.  Tobler, Adolf, et al. Tobler-Lommatzsch altfranzösisches Wörterbuch: Adolf Toblers nachgelassene Materialien. Berlin: Weidmann, 1925; 1976. Trudeau, Danielle. Les inventeurs du bon usage: 1529-1647. Paris: Éditions de Minuit, 1992. Arguments.  von Wartburg, Walther et Jean-Pierre Chambon. Französisches etymologisches Wörterbuch: Eine Darstellung des galloromanischen Sprachschatzes. Bonn: F. Klopp, 1928; 2002.    119  Annexe A : Expressions, dérivés de nos mots étudiés (sans prépositions)  Cette annexe présente quelques exemples d’expressions et de dérivés des mots étudiés. Ayant traité les prépositions dans nos analyses, nous présentons d’autres occurrences de ces mots dans des expressions ou syntagmes ne contenant aucune préposition. Cette annexe n’a pas pour but d’être un glossaire ou un dictionnaire exhaustif, mais représente plutôt l’ensemble des informations complémentaires que nous avons trouvées lors de cette étude. Ces données pourraient constituer un point de départ pour des recherches relatives à la productivité des mots étudiés dans le corpus et à la fréquence des termes de l’annexe.   Ex 1 : « être basé à » -- Ex 2 : « à cause de » Du Greimas (Dictionnaire de l'ancien français) : • faire la chosette, faire l’amour • chosement, (1130, Job.) Remontrance, blâme.  Dérivés de cause, de Bloch et Wartburg (114) : • causerie, 1555 ; causette, 1790 ; causeur, 1534 (Rab.) ; causeuse, 1832  causer Hage (49):  • causer, causer des ennuis à qq’un, get sb in trouble ;  120  • *cause toujours, tu m’intéresse (iron.), anglais : keep talking/going, I’m all ears, go on, I’m not interested  Ici Hage nous montre deux sens différents de causer; le deuxième est l'emploi de causer pour « parler ».  Ex 3 : « à ce stage-ci »  • (dérivé) stagiaire, 1823 : Stage étant un « terme de droit féodal signifiant  ‘devoir du vassal à l’égard de son seigneur, qui consistait à venir demeurer pendant un temps indéterminé dans le château de celui-ci, notamment en temps de guerre, pour contribuer à la défense’; ce vassal s’appelait estagier. Sens plus étendu depuis 1782’ (Bloch et Wartburg 607).  Ex 4 : « à contresens » –  Ex 5 : « à la mitaine » • Du DQF : être une vraie mitaine [ne pas avoir d'échine] : une vraie lavette (fam., dépréc.)  De Hanse (5): • -Gant de toilette, main de toilette « Au Canada on utilise un carré de tissu-éponge appelé joliment débarbouillette.    121  • -Se donner les gants de qqch a deux sens :  1) s’attribuer le mérite de ce qu’on n’est pas, de ce qu’on n’a pas : Les femmes sont des femmes, même quand elles se donnent les gants d’être des anges (Anouilh, cité par Lexis);  2) se donner l’avantage facile de, avoir l’effronterie de : Je ne me donnerai pas les gants de vous presser sur ce point, ni de vous mettre le nez dans l’absurdité essentielle de tels propos, car il apparaît bien que vous n’y attachez vous-même aucune importance. (Fr. Mauriac, le Figaro, 12 septembre 1950). • Miton mitaine, « 1640, ‘qui ne fait ni bien ni mal ‘, est issu d’un refrain de chanson (ou fait sur un modèle de ce genre, cf. tonton tontaine, etc.) comme ribon ribaine ‘ bon gré mal gré ‘, 1438 ».  Ex 6 : « à la vapeur » –  Ex 7 : « à terre » Du Petit Robert • Loc: Politique de la terre brûlée, de destruction des récoltes et des villages dans une retraite militaire. • PROV. Qui a terre a guerre. • Math. Ligne de terre, intersection des plans de projection horizontal et vertical, en géométrie descriptive. • (électricité) Le sol  122  • Réseau de conducteurs enterré, à potentiel constant. Mettre à la terre: relier à la terre par un conducteur.  • Matière extraite du sol milieu XIIe: Matière pulvérulente dans la composition de laquelle entre généralement l'argile, et qui sert à fabriquer des objets. Terre à porcelaine(→ kaolin), à briques. Terre à potier, utilisée en céramique, en poterie. Terre anglaise: mélange d'argile plastique et de quartz (pour la faïence).   • Terre à terre loc. adj. 1623 – « près du sol »  1611 de terre Matériel et peu poétique. Un esprit terre à terre. “La bourgeoisie des habitudes, la vie terre à terre.” HUGO. Matériel, positif. Les préoccupations terre à terre du ménage. → prosaïques. Cette expression se trouve également chez Ambrogi (235), avec le même sens; dans le LDP (595), qui rappelle que la locution s’écrit sans trait d’union.  Du DQF:  • faire de la terre : défricher de la terre • [dans une terre défrichée] : faire le premier labour • pauvre comme la terre [très pauvre] : pauvre comme Job  123  • vieux comme la terre [très vieux] : vieux comme Mathusalem  De Hage (333) :  • terre, mettre qq’un plus bas que terre, (ang.) treat sb like dirt/ as if he were nothing:  De Lagane (178) : • Tant que terre nous pourra porter, aussi loin que nous pourrons aller : Nous partirons de bon matin et nous irons tant que terre nous pourra porter. • On dit aussi populairement et adverb. Tant que terre pour dire Extrêmement, excessivement : Quand vous me viendrez voir, nous rirons tant que terre, nous boirons tant que terre. • On dit qu’une terre sent la poudre à canon, pour dire qu’elle est frontière et exposée aux courses des ennemis. • Faire de la terre le fossé, se servir de ce que l’on trouve à propos. • Telle terre, telle cruche, tel père, tels enfants, telle personne, telles actions (O).  Ex 8 : « à travers le pays; au travers de/ à travers » –  Ex 9 : « acculer quelqu'un au pied du mur » –  Ex 10 : « aider à quelqu'un, à quelque chose »  124   D’autres expressions avec aider :  Du DQF : • Puis-je vous aider ? Bonjour, bienvenue chez Canadian Tire. Puis-je vous aider ? [calque de l’angl. « Can I help you » ?]  Ex 11 : « aller à un train d'enfer »  Expressions qui relèvent de la manière, de la progression :  • Loc. mener grand train : vivre dans un luxe ostentatoire (cf. vivre sur un grand pied.) • Modulation : du train où vont les choses : si les choses continuent comme cela. • Aller son train : continuer sa marche, sa progression de la même manière. • 1553 : Modulation –train de vie : vieillie : genre de vie, manière de vivre.  Expressions qui relèvent de la vitesse :   • Aller bon train : aller vite. Fig. Les rumeurs vont bon train.  • Allure du peloton de tête, dans une course. Le train est rapide, soutenu. • Faux train : allure qui donne l’illusion d’être rapide, mais laisse au concurrent de tête assez de ressources pour accélérer.   125  D’autres expressions avec train :   • Train de neige : train de voyageurs qui vont aux sports d’hiver. • Comme une vache regarde passer un train : avec un air passif, abruti. • Prendre le train en marche : s’associer à une action déjà en cours; assumer la continuité d’une entreprise. • FAM. Avoir un train de retard   Du DQF :  • Faire, mener du train : faire du bruit ; faire du boucan (fam.) • Petit train va loin : qui veut voyager loin ménage sa monture ; qui va doucement va sûrement ; Chi va piano va sano (à quoi on ajoute parfois : chi va sano, va lontano= qui va sûrement va loin) (fam.)  De Bernet et Rézeau (357) :  • Comme une vache qui regarde passer le train. Pour symboliser la passivité bête et béate de quelqu’un. • […] Tu es nul, aussi nul et inutile que Chazelles. Vous ne comprenez rien. Vous regardez toujours comme des vaches tarées passer les trains de la Révolution. (S. Moati, La Saison des palais 51)  126  • J’ai un train à prendre. « À la va-vite ; en vitesse. » Comme quelqu’un qui a peur de manquer son train. Comparer avec avoir quelque chose sur le feu*. • Par politesse, Chanfier se décida pour une des filles bottées. Il la prit dans une chambre du premier étage – une seule fois, et au rythme j’ai-un-train-à-prendre puis rentra chez la veuve Palpinblé où il se coucha et s’endormit d’une traite sans avoir avalé de somnifère. (P. Siniac, Femmes blafardes 42) • Prendre le train en marche. « Se joindre sur le tard à une action collective déjà en cours. » • À Alger, les intégristes ont saisi l’occasion de la grande prière du vendredi pour essayer de prendre en marche le train des revendications. (Le Monde, 11 octobre 1988, 3, col. 2) • Voir aussi cheval, exemple 4.  • Suivre le train. « Suivre les propos de quelqu’un. » Même image que dans raccrocher les wagons* ; à comparer aussi avec les antonymes décrocher ou avoir un train de retard*. • «  Écoute-moi bien : l’Art c’est la religion les artistes sont les saints les tableaux sont les reliques tu suis le train ? » (C. Brétecher, Agrippine 26.) • Un train peut en cacher un autre. Pour signifier qu’il faut éviter de s’en tenir à l’aspect premier, immédiat, des faits et des choses. Texte d’un écriteau implanté par la SNCF là où l’on doit traverser les voies de plain-pied (passages à niveau, accès aux quais de certaines gares). L’expression est attestée en 1889 dans R. Darzens, Nuits à Paris (cité par M. Herbert, La Chanson à Montmartre, 1967, 73). « Attention une femme peut en cacher une autre » est le titre-clin d’œil d’un film de G. Lautner (1983) et « Un train peut en cacher un autre » est le titre d’ouvrage d’A. Voisard (1985). On relève, sur ce modèle, de nombreuses variantes journalistiques.  127  • On ne doit jamais négliger une affaire, surtout si elle paraît de faible importance, car un train peut en cacher un autre. (P. Canal, L’Homme qui a vu Durand 43)  Chez Hage, pour train (341):  • à ce train, at this rate;  • au train où vont les choses,… at the rate at which things are moving…;  • le train-train, jog trot;  • mettre qq chose en train, get sth under way;  • être en train de faire qq chose, be doing sth, be in the midst of doing sth;  • mener un grand train de vie/mener grand train, live high off the hog, live it up, mener la grande vie*;  • réduire son train de vie, trim one’s sails, cut down expenses, cut corners, pull/draw in one’s horns, du fait de la crise économique il a fallut réduire notre train de vie, we had to cut corners on account of the economic crisis  Chez Hage, pour allure (15): • avoir de l’allure, ang. have style, manners;  • à toute allure, ang. at full/top speed, at full tilt,  • la voiture allait à toute allure vers le mur, ang. the car was bearing down on the wall     128  Ex 12 : « au maximum, au minimum »  Du Petit Robert:  • Abrév. Fam. MAXI. Mille euros maxi. – FAM. Un maximum, ou TRÈS FAM. 1969 – un max: beaucoup, une grande quantité. « Je lui ai pompé un max de blé » MANCHETTE. Ça va coûter un maximum, un max .  • DR. PÉN. Maximum de la peine. ABSOLT Il a été condamné au maximum, il a eu le maximum.  • Minimum de la peine. Être condamné au minimum. PAR EXT. La plus petite quantité déterminée nécessaire.  La ration alimentaire doit contenir un minimum de graisses. Minimum (de points) exigible à un examen. FAM. S'il avait un minimum de savoir-vivre. (cf. Le moindre). En faire le minimum, le moins possible. FIG. Faire le minimum syndical, juste le nécessaire, pas plus que l'on a à faire. •  MÉTÉOROL. Maximum barométrique: anticyclone. • LOC. (abrév. De salaire minimum vital) MINIMUM VITAL: somme permettant de satisfaire le minimum des besoins correspondant au niveau de vie dans une société donnée. BIOL., SOCIOL. Minimum nécessaire pour maintenir l'organisme en vie (ration alimentaire dite “métabolisme de base”).  • ADMIN. Minima sociaux: ensemble des allocations (R.M.I., allocation de solidarité...) versées en France aux personnes les plus démunies.     129  Du DQF : • Minimalement : (adv.) : au minimum (loc. adv.) ; au mieux (loc. adv.) ; pour le moins (loc. adv.) Il est évident que minimalement on s’en va dans des sables mouvants au lendemain d’un Oui (LD) : dans le meilleur des cas [calque de l’angl. minimally] De Hage (207):  • maximum, il a pris le maximum (la peine maximum), ang. get the greatest penalty, *he got the book, *they threw the book at him; 60 c’est le maximum, ang. 60 is as high as we’ll go/you can go;  Ex 13 : « au meilleur de sa connaissance »  De Hage (73)  • Connaissance, avoir des connaissances (du savoir), be educated, be a person of (some learning,  • connaître des personnes importantes, be [well-connected];  • perdre connaissance, lose consciousness, faint, pass out;  • sans connaissance, unconscious, dead to the world,  • reprendre connaissance, regain consciousness, come to, come to life, come to oneself;  • faire/lier connaissance, make/strike up an acquaintance.   130  Du Petit Robert :  • Région. (loc.) Avoir meilleur temps de. • Il fait meilleur aujourd’hui qu’hier, le temps est meilleur. • Loc. prov. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Les meilleures choses ont une fin. « La raison du plus fort est toujours la meilleure ». La Fontaine. • Fort. ELLIPT. J’en passe, et des meilleures. • Le meilleur de : ce qu’il y a de plus valable en qqn, dans qqch. Donner le meilleur de soi-même. Le meilleur de son talent.   Du DQF : • Dans ce qu’il est/fait de meilleur ; du meilleur [calque de l’angl. « to be at one’s best »]  De Hage (208) :   • *c’est la meilleure!, ang. * it’s the limit!, **that takes the cake!;  • essayer de se présenter sous son meilleur jour, ang. put one’s best foot forward  De Bernet et Rézeau (223) : • C’est toujours les meilleurs qui s’en vont ! Expression fataliste, élogieuse pour le défunt, lors d’un décès ; elle a pour pendant Les plus malheureux sont ceux qui restent.  131  … nous ne pourrons jamais oublier… nos condoléances les plus émues… éternel et fidèle dévouement… c’est toujours les meilleurs qui s’en vont… on est vraiment peu de chose*… la roue tourne… (Pichard/Wolinski, Paulette, t. I. 89.) • La meilleure, surtout dans tu connais/sais (pas) la meilleure ? et dans (ça) c’est la meilleure ! Par ellipse de blague, histoire, nouvelle, plaisanterie, mais on remarquera que l’expression s’emploie parfois par antiphrase, comme dans l’exemple 2. La dernière. – Et tu sais pas la meilleure, elle a fait, c’est que j’ai même plus un coin pour dormir. (P. Dijan, 37o2 le matin 10.) • --Variante développée. La meilleure de l’année. Elle dit : « Je suis comique. » Dis donc ! C’est la meilleure de l’année ! Eh bien alors on est fait pour s’entendre entres comiques ! (F. Raynaud, « I am comic » dans Heureux ! 185.) • Le meilleur (la meilleure) vaut pas grand-chose. Pour exprimer, de façon parfois désabusée, le peu d’estime dans lequel on tient telle ou telle catégorie de personnes ou de choses. La bonne femme haussa les épaules. –[…] les hommes, sauf votre respect, le meilleur il vaut pas grand-chose. (Exbrayat, Félicité de la Croix-Rousse 73.)  Ex 14 : « au sud de » --  Ex 15 : « autoroute à payage » Du Petit Robert : • loc. fig. Je suis payé pour savoir que : j’ai appris à mes dépens que (ou : « Je suis bien payé pour le savoir »..  132  • Je ne suis pas payé pour ça : personne ne peut m’obliger à faire ça. • Payer qqn de retour : reconnaître ses procédés, ses sentiments par des procédés et des sentiments semblables. • Payer qqn de ses services, de sa peine. -> récompenser. • Payer de : payer avec. payer de ses deniers, de sa poche, avec son propre argent. Par extension : 1635 : Payer de sa personne : faire un effort, se dépenser ou subir qqch. « L’oncle et le médecin, n’ayant plus à payer de leur poche, payaient de leurs personnes » Cocteau. • Fig. se payer des mots : se contenter de vaines paroles. • Fam. se payer la tête de qqn : se moquer de lui.  Du DQF :   • payeur de taxes (n. masc.) : contribuable (n.)Les payeurs de taxes rechignent devant ces nouvelles dépenses Coalition de payeurs de taxes [association de contribuables : mécontents du taux d’imposition et/ou de l’utilisation de l’argent public] équival. : Association des contribuables en colère [calque de l’angl. « taxpayer »] • payez et emportez : libre-service de demi-gros (n. masc.); magasin de demi-gros (n. masc.); cash and carry (n. masc., anglic.) Payer, emporter, économiser! Plywood 1/2 16,79$, Aspenite 7/16, 11.99$ [calque de l’angl. « cash and carry » • payroll : (n. masc.) : registre du personnel (n. masc.); registre des salaires (n. masc.); livre de paie (n. masc.)  133  sur le payroll : sur les registres des salaires; sur les registres Pour réduire les coûts, un sous-ministre déjà sur le payroll […] : qui émarge déjà au budget [empr. dir. à l’angl.]  

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.24.1-0166687/manifest

Comment

Related Items