Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

L’image de l’Asie Mineure et des Turcs dans les textes narratifs du Moyen Âge français (XIIe-milieu du.. Lushchenko, Marina 2011

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
ubc_2011_spring_lushchenko_marina.pdf [ 1.91MB ]
[if-you-see-this-DO-NOT-CLICK]
Metadata
JSON: 1.0071727.json
JSON-LD: 1.0071727+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0071727.xml
RDF/JSON: 1.0071727+rdf.json
Turtle: 1.0071727+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0071727+rdf-ntriples.txt
Original Record: 1.0071727 +original-record.json
Full Text
1.0071727.txt
Citation
1.0071727.ris

Full Text

L’IMAGE DE L’ASIE MINEURE ET DES TURCS DANS LES TEXTES NARRATIFS DU MOYEN ÂGE FRANÇAIS (XIIe – MILIEU DU XVe SIÈCLE)  by MARINA LUSHCHENKO B.A., Simon Fraser University, 2004 M.A., The University of British Columbia, 2006  A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY  in  THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (French)  THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA (Vancouver)  April 2011  © Marina Lushchenko, 2011  ABSTRACT This study explores the medieval French perceptions of Turkish Asia Minor and the Turks in the time period between 1096 and 1453. Unlike medieval representations of other Eastern nations, those of the Turks have received very little attention from scholars. Focusing on medieval French texts, this research argues that the collective perception of the Turks results from medieval authors’ subjective interpretations, based more on cultural values and ideologies of European feudal society, memories of classical Antiquity and Christian traditions than on factual reality. Using as a point of reference the cultural approach and the works of Edward S. Said, Jacques Le Goff and Georges Duby, it is shown that the Turkish ‘Other’ is pre-eminently a product of Western imagination. The first chapter centres on the ambivalence of medieval geographical descriptions of Asia Minor, in which its portrayal as a land of evil blends with reminiscences of the classical and Christian past. The second chapter investigates the medieval French conceptions of the Turks’ origins, identity and history through the prism of literary traditions, historiographical considerations and political factors. The third chapter concentrates on the formation and various uses of the enemy image of the Turk in the medieval West. The last chapter shows how conformity or non-conformity of Turkish cultural practices to the system of Western feudal values influenced the genesis of negative but also positive perceptions of the Turks in the medieval West.  ii  TABLE DES MATIÈRES Abstract ..................................................................................................................................... ii Table des matières ................................................................................................................... iii Liste des tables ...........................................................................................................................v Remerciements ........................................................................................................................ vi 1. Introduction............................................................................................................................1 1.1 Problématique de l’étude ................................................................................................8 1.2 Considérations méthodologiques ..................................................................................10 1.3 Le corpus .......................................................................................................................18 1.4 Le plan ...........................................................................................................................24 2. La géographie et le paysage de l’Asie Mineure ..................................................................26 2.1 L’Asie Mineure, terre de l’Antiquité gréco-romaine ....................................................28 2.1.1 L’Asie Mineure dans les œuvres des auteurs grecs et latins ..................................28 2.1.2 Auteurs médiévaux sur l’Asie Mineure en tant que terre antique ..........................36 2.2 L’Asie Mineure, berceau du christianisme ...................................................................44 2.2.1 Endroits bibliques de l’Asie Mineure ....................................................................48 2.2.2 Foyers monastiques de l’Asie Mineure ..................................................................52 2.2.3 Saints et villes saintes de l’Asie Mineure dans la tradition chrétienne occidentale du Moyen Âge .................................................................................................................55 2.3 L’Asie Mineure contemporaine sous le regard des auteurs médiévaux ........................62 2.3.1 Sources d’information sur l’Asie Mineure contemporaine ....................................62 2.3.2 Diverses appellations de l’Asie Mineure dans l’Occident médiéval ......................70 2.3.3 Fonction du paysage anatolien chez les auteurs médiévaux français .....................72 3. Le peuple turc entre histoire et mythe ................................................................................88 3.1 Modes de désignation des Turcs ...................................................................................89 3.1.1 Les Turcs comme peuple oriental: Parthes, Persans ..............................................89 3.1.2 Divers groupes ethniques turcs: Turcs, Turcomans, Turcoples .............................93 3.1.3 Les Turcs à travers le prisme du religieux: Sarrasin, Païen, Hérétique .................96 3.2 Hypothèses médiévales françaises sur l’origine des Turcs .........................................100 3.2.1 Les Turcs selon la mythologie chrétienne occidentale .........................................100 3.2.2 Turcs et Francs: cousins germains .......................................................................103 iii  3.2.3 Regard ethnographique: les Turcs et les steppes d’Asie Centrale .......................112 3.3 Les faces changeantes du Turc (XIIe-XVe siècles) comme reflet des perceptions médiévales de l’histoire turque .........................................................................................113 3.3.1 Premières conquêtes turques: XIe – XIIe siècles .................................................114 3.3.2 Déclin du sultanat de Roum; la Turquie sous les Mongols: XIIIe siècle .............124 3.3.3 Débuts de l’Empire ottoman: XIVe – milieu du XVe siècles ..............................131 4. La représentation de l’ennemi turc dans le discours militaire médiéval français .............143 4.1 Le Turc et l’ethnicisation de la conscience historique occidentale .............................146 4.2 La construction de la catégorie fonctionnelle d’ennemi .............................................151 4.2.1 Le Turc et le topos de l’invasion ..........................................................................151 4.2.2 Turc/Barbare vs Franc/Civilisé: couple antithétique ............................................163 4.2.3 La tradition épique et le modèle littéraire de l’ennemi ........................................175 4.3 Le Turc, prétexte pour un appel à une réforme morale et sociale ...............................190 4.3.1 Le Turc comme moyen indirect de condamner la décadence de l’Occident .......190 4.3.2 Le Turc dans le discours didactique à l’intention des nobles ...............................203 5. La culture turque sous le regard médiéval français et la naissance des stéréotypes .........220 5.1 Le discours sur l’art de la guerre chez les Turcs dans la France médiévale ...............221 5.1.1 L’infériorité des armements turcs selon l’idéologie de la supériorité culturelle occidentale .....................................................................................................................222 5.1.2 Les tactiques des Turcs comme reflet de leur lâcheté et de leur perfidie .............224 5.2 Le Français à la cour turque: ruptures et continuités culturelles .................................233 5.2.1 Les images traditionnelles du Turc et les débuts de l’orientalisme occidental ....236 5.2.2 Références culturelles partagées entre l’Occident et le monde turc .....................255 6. Conclusion ........................................................................................................................265 6.1 Principales conclusions ...............................................................................................267 6.2 Principales contributions et signification de la thèse ..................................................271 6.3 Aspects positifs et négatifs de la thèse ........................................................................274 6.4 Directions de recherche future ....................................................................................276 Bibliographie ........................................................................................................................280  iv  LISTE DES TABLES Table 1.1 : Les saints chrétiens nés en Asie Mineure ....................................................... 43-44  v  REMERCIEMENTS Je tiens tout d’abord à adresser ma plus sincère gratitude au professeur Chantal Phan pour avoir dirigé ma thèse avec une patience et une gentillesse infinies. Ses lectures attentives de mes écrits, sa disponibilité tout au long de mon programme doctoral et ses précieuses remarques et suggestions m’ont été inestimables. Mes vifs remerciements vont aussi aux professeurs Nancy Frelick et Maya Yazigi, autres membres de mon comité de thèse, pour leurs relectures méticuleuses et leurs conseils méthodologiques qui m’ont permis de mener à terme cette recherche. De plus, j’exprime ma reconnaissance à l’Université de ColombieBritannique pour ses excellentes infrastructures académiques et son aide financière qui ont largement contribué au bon déroulement de mes travaux. Mes pensées vont enfin à ma famille qui m’a toujours encouragée dans la poursuite de mes études, et tout particulièrement à ma mère pour son appui sans faille, sa compréhension et son inépuisable patience.  vi  1 INTRODUCTION Les rapports entre la France et l‟Orient ont une riche histoire pluriséculaire, tant sur le plan politique et économique que sur le plan socioculturel. La présence française en Orient est attestée surtout depuis la Première croisade, événement qui a marqué le début de la découverte du monde oriental par les Occidentaux. Les voyages se multiplient, les voyageurs Ŕ qu‟ils soient missionnaires, commerçants ou militaires Ŕ décrivent les pays visités, notent les particularités jugées dignes d‟attention. Ces récits donnent des perceptions souvent ambiguës, voire contradictoires sur les terres lointaines, inconnues et exotiques, ce qui contribue largement à former, en Occident, une image particulière de l‟Orient, terre de toutes les merveilles, effrayante et fascinante à la fois. Le public européen se renseigne avec avidité sur les Arabes, les Mongols, les Chinois, les Persans, les Indiens et sur d‟autres peuples plus exotiques encore. De nos jours, la pensée académique témoigne d‟un intérêt constant pour les aspects les plus divers des relations Occident/Orient, intérêt qui se traduit par la parution d‟innombrables études visant à préciser davantage les images qui correspondent à l‟idée que les Occidentaux se faisaient Ŕ au Moyen Âge, à la Renaissance et dans les époques plus récentes Ŕ de l‟Orient en général et de ses peuples en particulier. Et qu‟en est-il des Turcs ? Ou, pour être plus précis, qu‟en est-il de l‟image, de la représentation que l‟Occident se faisait des Turcs ? Ici, le mot-clé est l‟ambiguïté. En effet, rien de plus ambigu que le statut de ce peuple oriental qui ne l‟est qu‟à moitié, ne serait-ce que par son emplacement géographique: à l‟arrivée des premiers envahisseurs turcs en Asie Mineure au XIe siècle, ce territoire avait derrière lui une importante présence antique grécoromaine, suivie d‟un millénaire d‟histoire chrétienne. Cela fait que l‟Anatolie n‟a jamais été 1  perçue par les Occidentaux du Moyen Âge en tant que terre complètement inconnue et exotique, comme c‟était bien le cas avec d‟autres régions de l‟Orient (la Tartarie, la Chine, l‟Inde…). Il est même possible de constater que la découverte du territoire en question et celle des autres régions orientales suivaient deux cheminements différents, pour ne pas dire opposés: alors que l‟Orient dans son ensemble perdait peu à peu son auréole de terre exotique et fabuleuse, au fur et à mesure que les contacts se multipliaient, l‟Asie Mineure, originellement familière et presque “sienne” (du point de vue religieux et culturel), se transformait en “Turquie,” devenant de plus en plus exotique et étrangère de siècle en siècle, surtout depuis l‟apparition sur la scène politique de l‟Empire ottoman (début XIVe siècle). Cette ambiguïté de la part de l‟Occident vis-à-vis de la Turquie en tant qu‟entité géographique s‟étend également à sa perception du peuple turc. Bien sûr, les Turcs, c‟est l‟Autre, l‟ennemi, le musulman, mais ce peuple est aussi perçu, à certaines époques, comme ayant la même origine que les Français, les Anglais, les Italiens et presque toutes les autres nations européennes. Il s‟agit de l‟origine troyenne. Ainsi, les Turcs devenaient, en quelque sorte, des cousins lointains des Européens, honneur refusé à tous les autres peuples orientaux. Les moralistes médiévaux avaient aussi parfois l‟audace d‟idéaliser l‟ennemi turc et de le présenter sous un jour favorable afin de mettre en avant la décadence des mœurs dans la société féodale. Comment expliquer cette image contradictoire du Turc en Occident sans remonter aux sources de celle-ci, autrement dit, à l‟époque où s‟est formée l‟image en question ? C‟est précisement le défi que nous nous proposons de relever dans le présent travail. Etant consciente que l‟étude des représentations occidentales des Turcs est un sujet trop vaste pour être traité dans le cadre d‟une thèse, nous nous voyons obligée de réduire notre investigation  2  à un champ géographique plus restreint. Il s‟agira d‟étudier la perception française des Turcs d‟Asie Mineure au Moyen Âge. Les deux aires géographiques retenant notre attention seront, par conséquent, la France et l‟Asie Mineure turque. Il nous semble important de préciser dès le début, pour éviter toute confusion, que nous utiliserons le terme “turc” dans son acception moderne, se référant à l‟ensemble des peuples de l‟Asie Centrale dont les conquêtes au Moyen Orient et en Asie Mineure (c‟est cette dernière qui nous intéresse) ont abouti à la fondation de l‟Empire des Seldjoukides (et, par la suite, au sultanat de Roum en Asie Mineure) et de l‟Empire ottoman. Nous nous rendons parfaitement compte que le terme “turc” n‟avait pas toujours à l‟époque médiévale la même signification qu‟aujourd‟hui (voir notre discussion sur les modes de désignation des Turcs dans le chapitre trois). En ce qui concerne la notion de “français,” elle est bien plus vague lorsqu‟il s‟agit de la période médiévale. Nous adopterons la définition courante du terme, celle qui se réfère aux langues, aux identités sociales et culturelles, aux gens des régions situées au nord de la Loire. Le terme “latin” sera utilisé de façon plus générale pour désigner l‟Occident chrétien par opposition à l‟Orient hérétique. Le champ géographique ainsi délimité, précisons aussi les bornes chronologiques retenues pour notre étude: 1096 et 1453. On peut affirmer, sans craindre d‟exagérer, que ces deux dates sont d‟une importance capitale non seulement pour les relations franco-turques médiévales, mais aussi pour l‟ensemble de l‟Europe ainsi que pour les rapports entre la chrétienté et l‟islam, sur le plan historique, politique, diplomatique et social. Chose intéressante, les Turcs sont à l‟origine des événements advenus en 1096 comme en 1453. 1096: le terminus a quo. Un événement historique majeur incite à choisir la fin du XIe siècle comme point de départ: la Première croisade. On sait l‟influence que cet  3  événement a eue sur les mentalités européennes. Pour la première fois l‟Occident et l‟Orient, la chrétienté et l‟islam se sont trouvés face à face. Ce sont les chroniques occidentales, rédigées souvent par les participants de la croisade, qui nous fournissent de précieux renseignements sur les premières perceptions des Orientaux par les Occidentaux. Pour ne pas trop nous éloigner de notre sujet, soulignons que c‟était aussi la première fois que les Occidentaux, en l‟occurrence les Français (qui, après tout, constituaient une partie nonnégligeable de l‟armée des croisés) sont entrés en contact direct avec les Turcs, la Première croisade s‟étant déroulée d‟abord sur le territoire de l‟Asie Mineure, dont une grande partie était occupée, depuis quelques décennies, par les Turcs seldjoukides. Le contact direct a eu lieu en 1096, mais les bruits ayant les Turcs pour protagonistes circulaient en Occident dépuis déjà un certain temps. La défaite des Byzantins à la bataille de Manzikert en 1071, l‟expansion fulgurante des Turcs mettant en danger l‟existence même de l‟Empire Byzantin, enfin, la prise de Jérusalem en 1078 par les Turcs qui refusèrent (contrairement aux Arabes) de laisser libre passage aux chrétiens vers Jérusalem, tous ces événements ont conditionné la Première croisade, menée, comme nous croyons pouvoir l‟affirmer, non tellement contre les musulmans en général que contre les Turcs, les Arabes ne devenant de nouveau dominants sur la scène politique que beaucoup plus tard. 1453: le terminus ad quem. La date de 1453 est parfois considérée comme la fin du Moyen Âge et le début de la Renaissance. On doit cela aux Turcs. Tout comme plus de trois siècles plus tôt, ce peuple fait encore parler de lui tout l‟Occident, à cette seule différence que les Turcs seldjoukides ont été remplacés par les Turcs ottomans. N‟importe, l‟Occident nomme cette menace grandissante “Turcs” tout court. La prise de Constantinople, suivie de  4  l‟expansion ottomane en Europe, a eu une résonance colossale partout en Occident, le peuple concerné devenant l‟objet d‟un nombre important de traités, de pamphlets et d‟autres écrits. Nous avons déjà eu l‟occasion de constater que la recherche moderne sur les rapports franco-turcs s‟est surtout concentrée sur les textes d‟après 1453. En témoignent quelques ouvrages majeurs présentés ci-dessus.1 L‟une des premières à écrire sur le thème turc dans l‟imaginaire français est Clarence Rouillard dont l‟ouvrage monumental The Turk in French History, Thought and Literature (1520-1660), paru à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale, ne semble pas vieilli.2 En 1987, Fatma Müge Göçek publie, en anglais aussi, une étude, intitulée East Encounters West: France and the Ottoman Empire in the Eighteenth Century, où l‟auteure explore l‟importance des ambassades françaises en Turquie et des ambassades turques en France au XVIIIe siècle et leur impact culturel sur les deux sociétés.3 Tout récemment paraît une étude de Serhat Ulağli, Image de l‟Orient turc dans la littérature française: les idées, les stéréotypes et les stratégies, dans laquelle l‟auteur se penche sur les représentations de la Turquie dans la littérature française de Chateaubriand à Gide. 4 Mentionnons encore le récent ouvrage d‟Alexandra Merle, Le Miroir ottoman: une image politique des hommes dans la littérature géographique espagnole et française (XVIe-XVIIe siècles), où l‟auteure analyse, à partir des récits de voyageurs et de pèlerins, des cosmographies, et des histoires universelles, comment se construit une représentation du 1  Nous ne retiendrons dans cette partie que les ouvrages consacrés à l‟étude des représentations franco-turques. Ont été exclues les études sur l‟histoire de la Turquie proprement dite et sur tous les textes appartenant aux domaines de la jurisprudence, de la comptabilité et de l‟administration. Nous avons aussi exclu ce qui avait été écrit sur l‟image des Turcs dans les pays autres que la France : il va de soi que l‟étude du thème turc en France, en Italie ou encore en Russie suscite des perspectives différentes, en raison des conjonctures politiques, économiques, diplomatiques différant selon le pays et l‟époque, même si l‟existence de certains points communs est indéniable. 2 Clarence Rouillard, The Turk in French History, Thought and Literature 1520-1600 (Paris: Boivin, 1938). 3 Fatma Müge Göçek, East Encounters West : France and the Ottoman Empire in the Eighteenth Century (New York: Oxford University Press, 1987). 4 Serhat Ulağli, Image de l‟Orient turc dans la littérature française : les idées, les stéréotypes et les strategies (Istanbul: Isis Press, 2007).  5  monde ottoman.5 Pour illustrer l‟intérêt toujours croissant porté à la figure du Turc dans les écrits français d‟avant 1800, n‟oublions pas de citer l‟ouvrage en cours de publication de Marcus Keller, The Allegorical Turk: Islam and the Ottoman Empire in French Renaissance Literature, centré sur le discours orientaliste français du XVIe siècle dans divers textes narratifs, dont les relations de voyage, les cosmographies, les traités politiques et, enfin, les œuvres littéraires. En plus de ces ouvrages majeurs, nombre de chercheurs ont Ŕ depuis le XIXe siècle jusqu'à nos jours Ŕ examiné dans leurs articles divers aspects des échanges franco-turcs, dont V.L. Bourilly, J. Delaville le Roulx, G.G. Guzman, G. Le Brusque, E. Kafé, A. Leclercq, A. Murrey, D.S. Juall, M. Keller, M. Meserve, pour n‟en citer que quelques-uns. Il faut enfin mentionner des références sur la perception française de la Turquie et des Turcs, dispersées dans des études plus générales, comme, par exemple, Les Voyageurs dans l‟Empire ottoman (XIVe-XVIe siècles) de S. Yerasimos6 ou bien The Shadow of the Crescent: the Renaissance Image of the Turk (1453-1517) de R. Schwoebel.7 Si l‟image du Turc en France à partir de la Renaissance a fait l‟objet de recherches relativement approfondies, on doit constater que la pensée académique n‟a accordé qu‟un intérêt minime aux représentations du Turc dans la production écrite française du Moyen Âge, les textes médiévaux sur le sujet en question devant se contenter de figurer en quelques pages dans les Introductions ou les Préfaces. Un tel manque d‟attention s‟explique aisément, d‟une part, par la profusion et la variété des textes parus depuis la Renaissance (rapports d‟ambassadeurs, traités sur les mœurs, carnets de voyage, etc.) qui séduisent les chercheurs  5  Alexandra Merle, Le Miroir ottoman : une image politique des hommes dans la littérature géographique espagnole et française. XVIIe-XVIIe siècles (Paris: Presses de l‟Université de Paris-Sorbonne, 2003). 6 Stéphane Yerasimos, Les Voyageurs dans l'Empire ottoman, XIVe-XVIe siècles (Ankara: Publications de la Société turque d'Histoire, 1991). 7 Robert Schwoebel, The Shadow of the Crescent: The Renaissance Image of the Turk 1453-1517 (Nieuwkoop: B. de Graaf, 1967).  6  et les font délaisser un peu les sources médiévales, et, de l‟autre, par une tendance toujours bien vivante à considérer les gens du Moyen Âge comme peu informés, emprisonnés dans leurs préjugés indéracinables contre cet Autre maléfique, uniforme et ennemi que sont les musulmans, les Turcs compris. Quelques rares études faites sur la connaissance des Turcs dans la France médiévale donnent cependant une image beaucoup plus nuancée de la façon dont ce peuple était perçu par les Français médiévaux. Mentionnons un article très intéressant, “Simon of Saint-Quentin as historian of the Mongols and Seljuk Turks” où l‟auteur, G. Guzman, analyse le regard porté par Simon de Saint-Quentin, voyageur et témoin oculaire, sur les Turcs seldjoukides du XIIIe siècle.8 Denis Lalande consacre un chapitre de son ouvrage, Jean II le Meingre, dit Bouciquaut (1366-1421): étude d‟une biographie héroïque, à l‟analyse du traitement historico-littéraire des expéditions de Bouciquaut dans la Turquie du XIVe siècle.9 Dans l‟article “William of Tyre and the Origin of the Turks,” Alan Murrey a entrepris de montrer que Guillaume de Tyr, auteur d‟origine française bien connu dans la France médiévale, avait établi sa généalogie des Turcs seldjoukides, se basant non sur les données ethnographiques relevant de la réalité historique, mais plutôt sur un topos occidental de l‟origo gentis.10 N‟oublions pas non plus la recente étude de Margaret Meserve, Empires of Islam in Renaissance Historical Thought;11 malgré sa focalisation sur la représentation humaniste des origines des Turcs, cet ouvrage, richement  8  Gregory G. Guzman, “Simon of Saint-Quentin as historian of the Mongols and Seljuk Turks,” Medievalia et Humanistica, New Series 3 (1972): 155-78. 9 Denis Lalande, Jean II le Meingre, dit Bouciquaut (1366-1421): étude d une biographie héroïque (Genève: Droz, 1988). 10 Alan V. Murray, “William of Tyre and the Origin of the Turks: On the Sources of the „Gesta Orientalium Principum,‟” Dei Gesta per Francos: Etudes sur les croisades dédiés à Jean Richard, Crusade Studies in Honour of Jean Richard, ed. M. Balard, B. Z. Kedar, et J. Riley-Smith (Aldershot: Ashgate, 2001) 217-229. 11 Margaret Meserve, Empires of Islam in Renaissance Historical Thought (Cambridge: Harvard University Press, 2008).  7  documenté et annoté, accorde une large part aux sources médiévales françaises, auxquelles les humanistes ont puisé, entre autres, leurs idées sur les Turcs. Tout importants que soient les travaux traitant les divers aspects des relations francoturques dans la période médiévale, ainsi que les études sur les auteurs particuliers, ils ne suffisent certainement pas pour bien comprendre la vision médiévale française des Turcs et de la “Turquie” (c‟est-à-dire, la partie de l‟Asie Mineure sous la domination de diverses tribus turques). La recherche médiévale moderne n‟ayant ainsi pas entrepris la tâche d‟examiner l‟image du Turc seldjoukide et ottoman à travers le regard des Français médiévaux, nous avons cru nécessaire de combler cette lacune. En cela consiste l‟actualité de l‟étude. Nous chercherons à revisiter le matériel déjà existant sur le sujet en question, mais dispersé dans divers revues et travaux, et à l‟organiser dans un ensemble uni, tout en le complétant par les résultats de nos propres recherches à partir des sources primaires moins connues ou moins étudiées.  1.1 PROBLÉMATIQUE DE L’ÉTUDE Aux yeux de l‟Occident, le Turc représente, avant tout, un grave danger sur le plan religieux: c‟est l‟ennemi qui menace d‟envahir les terres chrétiennes et d‟y propager la religion païenne, hérétique, odieuse aux yeux de l‟Église catholique. C‟est pourquoi l‟approche religieuse est généralement privilégiée lorsqu‟il s‟agit d‟étudier les rapports entre les Occidentaux et les Turcs. En fait, la recherche moderne a tendance, pour une raison ou une autre, à mettre le facteur religion au dessus du facteur nationalité Ŕ surtout en ce qui concerne la période médiévale Ŕ et à utiliser le mot “musulman” comme terme générique au détriment des termes “Turc,” “Arabe” ou autres. Sans vouloir nous étendre sur le sujet qui  8  dépasse le cadre de notre étude, constatons tout de même qu‟une pareille pratique nous semble contestable parce qu‟anachronique: les mots “islam” et “musulman” ne sont entrés dans les langues européennes qu‟à partir du XVIe siècle, alors que les Européens médiévaux considéraient les Orientaux professant la foi de Mahomet comme d‟anciens chrétiens, devenus hérétiques ou païens.12 En fait, l‟Occident chrétien regardait d‟un même œil l‟hérésie musulmane et l‟hérésie cathare, ariane ou autre: Apparu en Occident, terre d‟élection des hérésies, l‟Islam est d‟abord tout simplement classé parmi celles-ci. C‟est seulement ensuite qu‟il est perçu comme une confession à part entière, dès lors rivale du christianisme.13 Par conséquent, l‟analyse des représentations médiévales du Turc uniquement en sa qualité de musulman ne nous semble pas éclairante et ne fournit pas de réponse convaincante pour comprendre et expliquer l‟image contradictoire du Turc chez les Français médiévaux, évoquée plus haut. En tenant compte de ce fait, nous envisageons de traiter les représentations médiévales françaises des Turcs sous un angle plus culturel. Nous tenterons de cerner les facteurs culturels qui ont pu déterminer l‟image des Turcs chez les Français 12  Voir là-dessus P. Hoppenbrouwers, “Medieval Peoples Imagined,” Opleiding Europese Studies (Amsterdam: Universiteit van Amsterdam, 2005) 23-24 et J. V. Tolan, “Muslims as Pagan Idolaters in Chronicles of the First Crusade,” Western Views of Islam in Medieval and Early Modern Europe, ed. David R. Blanks and M. Frassetto (New York: St. Martin‟s Press, 1999) 98: “Almost all of [the Latin chroniclers of the First Crusade] describe Saracens as pagans, and most of them present the crusaders‟ victory as part of the age-old struggle with paganism, as part of the culminating events that will result in the eradication of paganism and Ŕ for some Ŕ the Second Coming of Christ... chroniclers of the first Crusade occasionally refer to their adversaries as “Mahummicolae”: “Muhammad-worshippers.” The terms “Muslim,” “Islam,” and their equivalents are never used.” 13 Armelle Leclercq, L‟Image des Francs et des Musulmans dans les textes sur la Première Croisade. Chroniques latines et arabes, chansons de geste françaises des XIIe et XIIIe siècles (Paris: Honoré Champion, 2010) 233. Voir aussi l‟attitude qu‟Adêmar de Chabannes, moine et chroniqueur du XIe siècle, prend à l‟égard des musulmans, attitude ainsi décrite par M. Frassetto: “Continuing his comparison of the Saracens with the ancient heretics, the monk of Aquitaine [Ademar] turns to the Arians. In this comparison of Arians and Saracens, he develops an argument similar to that of the annotator of Robert of Ketton, who observes that “in this man [Muhammad] the Arian heresy lived again” (88). Frassetto ajoute, plus loin, que “Ademar‟s characterization of the Saracens as corrupt and immoral can be understood as a means of associating the Saracens not only with the Jews but also with heretics appearing in Aquitaine and elsewhere in Europe at the time of the millennium” (90). Sur l‟association des Ariens, des Sabelliens et des musulmans à l‟époque médiévale, voir J. Kritzeck, Peter the Venerable and Islam (Princeton: Princeton University Press, 1964) 141145 et M. T. d‟Alverny, “Deux traductions latines du Coran au Moyen Âge,”Archives d‟histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge 16 (1948) 75.  9  médiévaux par une analyse attentive des mentalités collectives et des systèmes de valeurs de la société qui perçoit (c‟est-à-dire la société française). Il sera démontré que ceux-ci ont eu sur la formation de l‟image des Turcs en France un impact plus profond que ne veulent bien le faire croire les études basées uniquement sur l‟approche religieuse ou politique. Notons tout de suite que nous n‟entendons pas faire complètement abstraction des facteurs religieux et politiques, l‟imaginaire collectif en étant tout de même fortement marqué, mais ils ne seront pas au centre de notre analyse. Cela étant dit, nos principaux objectifs de recherche se formulent ainsi: 1) contester, en prenant l‟exemple de la France médiévale, l‟opinion qui a jusqu à maintenant prédominé dans la recherche académique, selon laquelle l‟Occident n‟a découvert le Turc qu‟à la Renaissance;14 2) réévaluer l‟image médiévale des Turcs, démontrant qu‟elle est, en grande partie, le produit de l‟imaginaire médiéval, nourri par les idéologies et les valeurs culturelles de la société féodale, les souvenirs de l‟Antiquité classique, les traditions chrétiennes; 3) dresser un tableau plus nuancé, ambivalent des perceptions médiévales françaises des Turcs, vacillant entre le mépris et l‟admiration, le dénigrement et l‟éloge.  1.2 CONSIDÉRATIONS MÉTHODOLOGIQUES Il convient maintenant d‟expliquer la démarche que nous comptons adopter pour atteindre les objectifs exposés ci-dessus et de présenter les outils méthodologiques qui nous aideront à mener à bien notre travail de recherche. En guise d‟avant-propos, faisons remarquer que la concentration sur le facteur culturel pour dégager mais aussi comprendre la formation de la figure du Turc dans l‟imaginaire médiéval français rend nécessaire l‟examen des mentalités, de la vision du 14  Voir notamment les ouvrages cités de C. Rouillard et de R. Schwoebel.  10  monde, des motivations des Français de cette période-là. Ainsi, seul le regard médiéval français nous intéressera dans le présent travail. Cela dit, notre démarche s‟inscrit essentiellement dans le cadre théorique de l‟histoire des mentalités, dont les définitions, les objectifs et les applications sont exposés dans les travaux de G. Duby,15 D.-H. Pageaux,16 J. Le Goff17, entre autres, 18 et en particulier dans le cadre de l‟orientalisme, explicité surtout par E. Said.19 L‟objectif principal de ces théories étant d‟examiner l‟imaginaire d‟une société  15  Dans ses nombreux travaux, dont Hommes et structures du Moyen Âge (Paris-La Haye: Mouton, 1974); Le Temps des cathédrales, l‟Art et la Société, 980-1420 (Paris: Gallimard, 1976); Les Trois ordres ou l‟imaginaire du féodalisme (Paris: Gallimard, 1978), Georges Duby a renouvelé la compréhension de l‟Histoire en recourant au concept de représentation mentale. Il a surtout examiné le rôle de la représentation dans la formation et la transformation des rapports sociaux, des ordres sociaux, des comportements collectifs, ainsi que l‟évolution des idées et des perceptions historiques sur longue période. 16 Daniel-Henri Pageaux, Littératures et cultures en dialogue (Paris: L‟Harmattan, 2007) et “Recherche sur l‟imagologie: de l‟Histoire culturelle à la Poétique,” Revista de Filologia Francesa 8 (1995): 135-160. Au centre de sa réflexion se trouve l‟imagerie culturelle (ou l‟imagologie), définie comme l‟étude d‟un ensemble d‟idées sur l‟étranger, dont l‟importance provient du fait que l‟image de l‟étranger est un important révélateur de la culture “regardante.” D.-H. Pageaux recherche également l‟interdisciplinarité entre la littérature et l‟histoire des mentalités, les apports de la sémiologie et de l‟antropologie à l‟étude de l‟Autre ainsi que divers domaines comparatistes (postcolonialisme, francophonie, multiculturalisme). 17 Jacques Le Goff, La Civilisation de l’Occident médiéval (Paris : Champs histoire, 2008). C‟est le dernier chapitre, centré sur l‟étude des mentalités médiévales, qui nous intéresse le plus. L‟auteur démontre que le sentiment d‟insécurité dominant le Moyen Âge fait les hommes de cette époque croire en intervention divine et recourir au passé et aux traditions. Le Goff souligne ensuite que la mentalité médiévale est aussi impregnée de symbolisme, tout en ce bas monde possédant un sens caché. Nous nous sommes aussi inspirée de l‟article de J. Le Goff, “Les Mentalités : une histoire ambiguë,” Faire de l'histoire, eds. J. Le Goff et P. Nora, vol. 3 (Paris: Gallimard, 1974) 76-94, dans lequel Le Goff explique, entre autres, la différence entre les représentations collectives (c‟est-à-dire, divers modes de pensée que chaque membre d‟une communauté absorbe de façon inconsciente) et les idées, qui sont le résultat d‟une création consciente et surtout individuelle. “Le niveau de l‟histoire des mentalités,” dit-il, “est celui du quotidien et de l‟automatique, c‟est ce qui échappe aux sujets individuels de l‟histoire parce que révélateur du contenu impersonnel de leur pensée, c‟est ce que César et le dernier soldat de ses légions, Saint Louis et le paysan de ses domaines, Christophe Colomb et le marin de ses caravelles ont en commun” (80). 18 Parmi d‟autres travaux méthodologiques importants pour notre étude mentionnons les suivants: Hélène Ahrweiler, “L‟Image de l‟Autre et les mécanismes de l‟altérité,” XVe Congrès international des sciences historiques: Rapport I (Stuttgart, 1985) 60-66; Alain Boureau, “La Croyance comme compétence. Une nouvelle histoire des mentalities,” Critique 529-30 (1991):512-526; Christian Delacampagne, L‟Invention du racisme. Antiquité et Moyen Âge (Paris: Fayard, 1983); Bernard Guenée, “Histoire et chronique. Nouvelles réflexions sur les genres historiques au Moyen Âge,” La Chronique et l‟Histoire au Moyen Âge, ed. D. Poirion (Paris: Presses universitaires de la Sorbonne, 1986) 3-12; Jean-François Sirinelli, éd. Pour une histoire culturelle (Paris: Seuil, 1997). 19 Edward S. Said, Orientalism (New York: Vintage Books, 1979). L‟auteur soutient que l‟Orientalisme est une vision occidentale, eurocentriste de l‟Orient, basée sur une série de mythes et de stéréotypes persistants qui ont servi à justifier, depuis une position de pouvoir, les ambitions coloniales européennes puis américaines au Proche et Moyen Orient. Saïd retrace les origines du discours orientaliste et analyse les perceptions occidentales de l‟Orient depuis divers points de vue (historique, culturel, politique, économique).  11  pour comprendre sa mentalité, sa conception du monde et de l‟étranger, nous voyons que ces approches correspondent tout à fait aux objectifs de notre étude. Vu le nombre considérable de critiques dirigées, dans ces dernières années, contre la théorie orientaliste de Saïd et la polémique qui continue à faire rage entre ses partisans et ses opposants, il s‟impose la nécessité d‟éclaircir notre position vis-à-vis de la théorie elle-même comme de ses critiques. A y regarder de plus près, les opposants Ŕ dont Ibn Warraq,20 R. Irwin,21 B. Lewis,22 W. M. Watt, A. Hourani, N. Keddie, N. Bisaha Ŕ reprochent souvent moins à la théorie orientaliste qu‟à la personnalité de son auteur, s‟acharnant contre son antisémitisme, sa mauvaise foi et ses opinions sur la situation politique contemporaine au Proche-Orient. Il n‟est pas rare non plus que tel ou tel spécialiste de l‟Orient (par exemple, B. Lewis) se prononce contre les propos de Saïd en raison, semble-t-il, des attaques personnelles que celui-ci dirige contre lui dans ses travaux; cela risque de poser des doutes sur le bien-fondé de la critique elle-même. Enfin, les adversaires de la théorie orientaliste affichent souvent une tendance fâcheuse à condamner les exemples et les arguments de Saïd hors-contexte, sans avoir grand‟chose à dire sur les principes de base de sa théorie, dont la dichotomie entre Orient et Occident et toutes les oppositions qui lui sont associées (progrès/tradition, civilisation/barbarie, supériorité/infériorité). Par ailleurs, les arguments fournis pour démontrer la fausseté de la théorie sont, à notre avis, loin d‟être solides et décisifs. A titre d‟exemple, mentionnons Ibn Warraq, cité plus haut, qui soutient, dans sa critique récente de Saïd, que l‟intérêt des Occidentaux dans l‟Orient n‟a Ŕ depuis l‟Antiquité jusqu‟à nos jours Ŕ été motivé que par la curiosité intellectuelle pure et simple et le désir tout  20  Ibn Warraq, Defending the West: A Critique of Edward Said‟s Orientalism (Amherst, N.Y: Prometheus Books, 2007). 21 Robert Irwin, For Lust of Knowing: The Orientalists and Their Enemies (London: Allen Lane, 2006). 22 Bernard Lewis, Islam and the West (Oxford: Oxford University Press, 1993).  12  à fait louable d‟approfondir leurs connaissances sur le monde. Qu‟il nous soit permis de ne pas partager ce jugement et de nous ranger plutôt du côté de Saïd quand il affirme que l‟Occident s‟est octroyé une suprématie culturelle sur l‟Orient et a souvent caché Ŕ même dans ses représentations de l‟Autre oriental Ŕ des arrière-pensées politiques et économiques, comme nous aurons l‟occasion de le constater plus d‟une fois au cours de notre travail. Ce qui précède ne veut aucunement dire que nous sommes d‟accord avec Saïd sur tous les points. Bien au contraire. Ainsi, Saïd réduit la vision médiévale de l‟Orient à une représentation imprécise, monolithique, la mise au point des aspects principaux de l‟Orientalisme ne remontant, d‟après lui, qu‟au XVIIIe siècle. Nous comptons faire voir que, contrairement à cette opinion, l‟Occident médiéval avait des connaissances bien plus vastes sur l‟Orient, - dans notre cas les Turcs, - et que les auteurs occidentaux savaient les manier de façon à créer de l‟Orient l‟image qui répondait le mieux à des objectifs précis (dénigrement, dérision, etc.) Aussi la discussion des relations de pouvoir qui existent entre l‟Occident et l‟Orient mène-t-elle Saïd à la conclusion que la faiblesse de l‟Orient a rendu possible son orientalisation par l‟Occident. Il se peut que cette affirmation soit vraie dans le contexte du XIXe siècle, mais, dès qu‟il s‟agit du Moyen Âge, il faut trouver d‟autres facteurs qui puissent expliquer les tendances orientalistes en Occident à l‟époque où les états orientaux sont souvent plus puissants que les états occidentaux. L‟opposition binaire chrétienté/islam et la synonymie entre, d‟une part, l‟Occident et la chrétienté et, de l‟autre, l‟Orient et Islam, sur lesquelles insiste Saïd ne nous semblent pas convaincantes non plus, quand il est question de la période médiévale où la notion d‟“islam” en tant que religion à part n‟existait même pas.23 Enfin, il nous est difficile de partager l‟avis de Saïd, selon lequel le discours orientaliste en 23  Voir notre discussion dans le chapitre trois.  13  Occident se caractérise par l‟auto-félicitation et par l‟agression et l‟hostilité vis-à-vis de tout ce qui a trait à l‟Orient. Comme nous le verrons dans les chapitres quatre et cinq, la figure de l‟Oriental (en l‟occurrence, le Turc) a aussi servi aux auteurs occidentaux de moyen pour critiquer leur propre société. Il n‟empêche que, malgré ces quelques divergences d‟opinion, les propos de Saïd sur la construction occidentale de l‟Orient ont été indispensables pour notre étude et en ont jalonné les étapes. Notre travail recourt également aux méthodes imagologiques. L‟imagologie, telle que définie par Yves Chevrel, étudie aussi la formation des stéréotypes et les perceptions de l‟étranger dans la société de celui qui perçoit, ce qui répond aux besoins de notre travail. 24 Il faut remarquer, néanmoins, que cette approche théorique Ŕ littéraire Ŕ ne prend en compte que des “documents primaires que sont des récits de voyage” (Pageaux, Recherches 35) et “des ouvrages de fiction qui soit mettent en scène directement des étrangers, soit se réfèrent à une vision d‟ensemble, plus ou moins stéréotypée d‟un pays étranger” (Pageaux, Recherches 35). Pourtant, notre approche essaiera de refléter les derniers développements méthodologiques de l‟imagologie et, plus largement, de l‟histoire des représentations, qui se traduisent en un syncrétisme entre anthropologie, histoire, littérature, sociologie et autres  24  En fait, plusieurs théories étudient les perceptions de l‟Autre dans une société donnée. En plus de l‟histoire des mentalités et de l‟imagologie, mentionnons aussi une approche similaire encore, la “Geistesgeschichte.” Elaborée par Urs Bitterli, elle est ainsi résumée par David R. Blanks, “Western Views of Islam in the Premodern Period: A Brief History of Past Approaches,” Western Views of Islam in Medieval and Early Modern Europe 39: “Urs Bitterli... in his studies of encounters between Europeans and Africans in the seventeenth and eighteenth centuries, brings into play what he calls Geistesgeschichte, which is something of a mix between the history of ideas and the histoire des mentalities. Bitterli is interested not so much in the events themselves, but in the ways in which those involved perceived their experiences and reported them through travel narratives, scientific treatises, and other sources. Source texts are significant to the extent that they are produced by the confluence of the author‟s individuality and the uniqueness of the events he describes. To put it in another way, Urs Bitterli divides three types of encounters Ŕ contacts, collisions, relationships Ŕ into two aspects: the phenomenology of the encounter, which is the experience reconstructed within the context of political, economic and social history, and the intellectual reflection on the encounter, which produces the source-text.”  14  sciences humaines, syncrétisme souhaité, assez curieusement, par l‟un des théoriciens de l‟imagologie, Daniel-Henri Pageaux. C‟est lui qui souligne la nécessité “de réorienter les études d‟imagerie littéraire et de les installer au centre d‟une problématique à la fois sociale et culturelle qu‟elles n‟auraient jamais dû déserter” (138). C‟est aussi D.-H. Pageaux qui constate avec amertume qu‟alors que “les littéraires entendaient se cantonner dans les seules transpositions littéraires des images de l‟étranger” (Recherche 137), les historiens n‟avaient pas hésité à élargir “inlassablement leur territoire en multipliant, sans exclusive, les champs de leurs recherches, leurs sources d‟informations et leur méthodes d‟analyse” ainsi que “l‟outillage conceptuel grâce auquel se construit une image de l‟Autre” (Recherche 137). Le présent travail prendra en compte le souhait du critique français et analysera les images du Turc dans tout un éventail de textes français médiévaux, dépassant le cadre rigide de l‟imagologie traditionnelle (ou littéraire). Après tout, c‟est dans l‟ensemble de ces textes, très variés, Ŕ plutôt que dans les récits de voyage et les œuvres de fiction à eux seuls Ŕ que la perception de l‟étranger dans l‟imaginaire collectif peut apparaître de la façon la plus complète. Pour ne pas perdre le fil de nos idées, compte tenu de la diversité des théories ayant à peu près les mêmes objectifs, nous préférons qualifier notre approche de “culturelle,” à la suite de Marc Carrier qui a étudié les représentations des Byzantins dans l‟imaginaire des croisés dans la Première croisade,25 sujet proche du nôtre au plan méthodologique. Précisons encore que nous entendons déterminer les représentations des Turcs selon les considérations socioculturelles du monde occidental du Moyen Âge et non de la société et de la culture turque elles-mêmes. En d‟autres termes, il n‟entre pas dans nos intentions de savoir à quel  25  Marc Carrier, “L‟Image des Byzantins et les systèmes de représentation selon les chroniqueurs occidentaux des croisades 1096-1261,” thèse, Université de Paris I, 2006.  15  point les informations contenues dans les sources médiévales françaises sur les Turcs reflètent la réalité historique. Où est le vrai, le faux? Un tel auteur tombe-t-il dans l‟exagération? Quelles réalités préfère-t-il taire? Autant de questions que nous passerons sous silence, comme étant en dehors de notre champ de recherche. Il ne serait même pas exagéré d‟affirmer que le Turc n‟est jamais vu dans les textes médiévaux européens qu‟à travers des prismes de l‟imaginaire occidental qui déforment l‟image réelle, authentique de l‟Autre turc, ce qui correspond parfaitement aux idées d‟E. Saïd concernant la représentation de l‟Orient par l‟Occident: “The Orient is an idea that has a history and a tradition of thought, imagery, and vocabulary that have given it reality and presence in and for the West” (Orientalism 5). Pour terminer ce bref aperçu méthodologique, il faut dire quelques mots sur les concepts de base de notre étude: “représentation” et “altérité.” Puisque notre travail s‟inscrit dans la continuité des travaux de recherche consacrés à l‟étude des représentations de l‟Autre, nous nous croyons autorisée à reprendre les définitions proposées par d‟autres chercheurs, dont E. W. Saïd, D.-H. Pageaux et M. Carrier. Ces trois chercheurs définissent les notions d‟“image” et de “représentation” de la façon suivante: E. W. Saïd: Representations have purposes... Representations are formations or as Roland Barthes has said of all the operations of language, they are deformations. The Orient as a representation in Europe is formed Ŕ or deformed Ŕ out of a more and more specific sensitivity towards a geographical region called “the East.” (273) D.-H. Pageaux: L‟image est la représentation d‟une réalité culturelle au travers de laquelle l‟individu ou le groupe qui l‟ont élaborée (ou qui la partagent ou qui la propagent) révèlent et traduisent l‟espace culturel, social, idéologique dans lequel ils se situent. (Recherches 140)  16  M. Carrier: Nous définissons une représentation comme étant une image mentale et collective d‟une réalité concrète ou abstraite qui, lorsque appropriée ou intériorisée, subit une transformation qui engage à des degrés divers la subjectivité et l‟imaginaire. La représentation constitue dans cette optique un prisme déformé de la réalité, définie par les considérations culturelles et collectives qui déterminent les mentalités pour celui qui perçoit. Toutefois, la représentation constitue ce qu‟il entend être la réalité, inconsciemment de toute subjectivité.” (19) Les trois définitions partagent, malgré les formulations différentes, beaucoup en commun. L‟idée que les représentations de l‟étranger révèlent plus sur celui qui regarde que sur le regardé est présent chez les trois auteurs. La notion de déformation ou de transformation l‟est aussi. Pageaux et Carrier mettent l‟accent sur le facteur culturel dans l‟élaboration de représentations de l‟étranger dans un groupe de gens. D‟autre part, Saïd, Pageaux et Carrier se font une conception personnelle de ce qu‟il faut entendre par “représentation.” Ainsi, Saïd ne tient compte que de l‟aspect linguistique de cette notion, passant sous silence les images visuelles de l‟étranger, telles que présentes dans les arts visuels (la peinture, la sculpture, la gravure, le cinéma, entre autres). Pageaux fait ressortir l‟importance des considérations idéologiques dans la formation des représentations. Enfin, Carrier évoque le caractère inconscient des représentations chez l‟individu ou un ensemble d‟individus. Notre conception de l‟imagologie s‟appuie sur les trois définitions citées plus haut et en reflète les points communs comme les différences. Notre deuxième notion principale, l‟altérité, définie, au premier niveau, comme le caractère de ce qui est autre, est associée, à un niveau plus profond, à des questions d‟identité, de diversité, d‟ethnocentrisme et d‟adversité reflétant la peur de l‟homme de l‟étranger et de l‟inconnu et, d‟autre part, sa tendance à percevoir son propre monde, son propre milieu comme supérieurs à ceux d‟un autre. Ainsi, étudier les représentations 17  médiévales françaises de l‟Autre turc, c‟est essentiellement étudier les relations interculturelles, inter-ethniques, rêvées et imaginées par la société qui regarde (française), avec ses institutions et ses systèmes de valeurs, et la société regardée (turque).26 Pour mener à bien notre projet, nous garderons en tête les questions que s‟était posé E. Saïd dans son œuvre, en les appliquant cette fois à la matière turque, et nous essayerons, dans la mesure du possible, d‟y apporter des réponses: My project has been to describe a particular system of ideas... I have attempted to raise a whole set of questions that are relevant in discussing the problems of human experience: How does one represent other cultures? What is another culture? Is the notion of a distinct culture (or race, or religion, or civilization) a useful one, or does it always get involved either in selfcongratulation (when one discusses one‟s own) or hostility and aggression (when one discusses the “other”)? Do cultural, religious, and racial differences matter more than socio-economic categories, or politicohistorical ones? How do ideas acquire authority, “normality,” and even the status of “natural” truth? (325-326)  1.3 LE CORPUS Demeurent enfin les questions relatives aux textes médiévaux de notre corpus. Premier point à retenir: c‟est le cadre de l‟histoire des représentations qui a, en grande partie, déterminé notre choix de textes. Comme nous avons déjà eu l‟occasion de le souligner, l‟imaginaire collectif trouve son reflet dans divers types de textes et, pour en avoir une idée aussi complète que possible, il faut interroger des textes appartenant à des domaines différents.27 C‟est surtout vrai pour l‟époque médiévale, où les frontières entre les genres  26  Voir la discussion de Denise Jodelet, “Formes et figures de l‟altérité,” L‟Autre: Regard psychosociaux, sous la direction de Margarita Sanchez-Mazas et Laurent Licata (Grenoble: Les Pressses de l‟Université de Grenoble, 2005) 23-47. 27  Sans parler expressément de l‟époque médiévale, E. Saïd exprimait aussi la certitude que l‟analyse des représentations occidentales de l‟Orient devait s‟appuyer sur une grande variété de textes: “My analysis of the Orientalist text therefore placed emphasis on the evidence... This evidence is found just as prominently in the so-called truthful text (histories, philological analyses, political treatises) as in the avowedly artistic (i.e., openly imaginative) text. The things to look at are style, figures of speech, setting, narrative devices, historical and  18  étaient floues, pour ne pas dire inexistantes, comme le constate, par exemple, Frédéric Duval dans un ouvrage récent, Lectures françaises de la fin du Moyen Âge. Ainsi, Duval préfère substituer à la notion équivoque de “littérature” celle, plus neutre, de “lecture,” sans prendre en considération les critères génériques ou stylistiques qui, appliqués aux textes médiévaux, ne lui semblent assez “opératoires.” F. Duval divise en plusieurs groupes l‟ensemble de textes auxquels les Français médiévaux avaient accès: lectures religieuses et morales, lectures scientifiques, lectures historiques et, enfin, lectures de fiction. Chacun de ces groupes est subdivisé en plusieurs catégories. Ainsi, les lectures religieuses comprennent, entre autres, la Bible et les écrits hagiographiques; parmi les lectures scientifiques figurent les écrits géographiques (dont les récits de voyage) et la littérature encyclopédique; les lectures historiques comprennent les chroniques, les anecdotes historiques et les textes sur l‟histoire de l‟Antiquité; enfin, parmi les lectures de fiction sont rangés le roman, l‟épopée et la nouvelle. Une telle délimitation du champ littéraire nous semblant très juste et convaincante, nous avons établi notre propre corpus en nous inspirant de la “grille” proposée par F. Duval. Y figurent, par conséquent, des lectures religieuses, comme La Légende dorée de Voragine; des lectures scientifiques, dont Le Speculum historiale de Vincent de Beauvais ou encore Le Devisement dou monde de Marco Polo; des lectures historiques, comme Li Fet des Romains et, pour conclure, des lectures de fiction, telle Les Chétifs, chanson de geste du XIIIe siècle. En résumé, notre étude portera sur un corpus représentatif de textes de fiction, de récits de voyage, de chroniques, de traductions, bref, sur toute forme d‟expression littéraire du regard français sur l‟Autre turc. Ce qui suit est la liste des ouvrages, présentés d‟après  social circumstances, not the correctness of the representation or its fidelity to some great original” (Orientalism 21).  19  l‟ordre chronologique, auxquels nous comptons puiser le plus abondamment, la liste complète des sources primaires consultées se trouvant dans la bibliographie.  Textes du XIIe siècle:   Gesta Francorum et aliorum Hierosolimitanorum (L‟Histoire anonyme de la première croisade) est un récit de la première croisade, écrit au tout début du XIIe siècle par un chevalier resté anonyme qui a participé aux faits racontés, ce qui donne une grande valeur historique à l‟œuvre. Il est possible que certains passages abondant en détails romanesques et merveilleux soient l‟œuvre d‟un interpolateur postérieur, la narration de l‟Anonyme étant dépouillée, précise et réaliste.    Gesta Dei per Francos, issue de la plume de Guibert de Nogent (1055-1125), abbé à Nogent-sous-Coucy, est l‟une des principales sources sur la Première croisade. Tout en laissant une place notable au surnaturel, l‟auteur fait un travail d‟historien méticuleux, choisissant parmi ses sources celles qui sont les plus fiables. Lui-même issu de la petite noblesse, Guibert, souvent méprisant envers le menu peuple, se fait porte-parole de la classe aristocratique, promouvant ses idéals et ses valeurs.    Albert d‟Aix, chroniqueur français et chancelier de l‟église d‟Aix-la-Chapelle, a rédigé, dans le deuxième quart du XIIe siècle, une importante chronique sur la Première croisade, connue sous le nom d‟Historia Hierosolimitanae. Sans avoir pris part à la croisade. Albert s‟est renseigné auprès des témoins oculaires revenant de l‟expédition. D‟un style limpide, truffé de petites anecdotes savoureuses, son ouvrage a connu une grande popularité, contribuant à la naissance de légendes ayant trait à la croisade.  20    Le plus grand ouvrage de Guillaume, archevêque de Tyr (1130-1184), Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, a connu une très grande diffusion en Occident et a été traduit en plusieurs langues européennes. Dans la présente étude, nous citerons la traduction française de la chronique, L’Histoire d’Outremer. L‟objectif du traducteur étant de répandre en France la connaissance des événements survenus en Orient, son projet a été couronné de succès: la traduction, très fidèle au texte, est devenue, en France, plus célèbre que l‟original latin. Le traducteur a continué la chronique jusqu‟à 1231, la narration de Guillaume s‟arrêtant en l‟an 1189.    L‟échec de la Seconde croisade explique le nombre limité de textes racontant cette campagne, d‟où l‟importance particulière de la chronique intitulée De l’expédition de Louis VII en Orient, œuvre d‟Odon (Eudes) de Deuil (1110-1162), secrétaire et chapelain de Louis VII et témoin oculaire de la Seconde croisade, où il a accompagné le roi de France.  Textes du XIIIe siècle:   Composée en Ile-de-France au début du XIIIe siècle, Li Fet des Romains (Les Faits des Romains) est une compilation en prose racontant la vie de César, réalisée par un auteur anonyme d‟après des sources latines. Ce texte est copié dans plus de cinquante manuscrits, ce qui témoigne de son grand succès auprès du public médiéval.    Les Chétifs, troisième branche du Chevalier au Cygne, est conservé dans trois manuscrits du XIIIe siècle. C‟est le récit des aventures d‟un groupe de chevaliers français qui tombent prisonniers entre les mains d‟un émir turc, Corboran, lors de la bataille de Nicée. Suite à de nombreuses péripéties qui leur permettent de gagner le  21  respect et l‟amitié de leur geôlier, les Français recouvrent la liberté et rejoignent les croisés à Jérusalem.   Simon de Saint-Quentin, moine dominicain qui a accompagné la délégation avec Ascelin à sa tête, envoyée par le pape Innocent IV chez les Mongols en 1245, est surtout connu pour avoir composé un récit de l‟expédition, L’Historia Tartarorum. Le texte original est perdu, mais une grande partie en est préservée dans les trois derniers livres du Speculum Historiale (Miroir de l‟Histoire) du grand encyclopédiste français du XIIIe siècle, Vincent de Beauvais. Simon de Saint-Quentin consacre quatorze chapitres à la description du Sultanat de Roum. Il offre un tableau précis et détaillé de l‟histoire, des richesses et de la situation politique de l‟Asie Mineure turque, jusque-là peu connues en Occident.    Hayton, ou Héthoum de Korikos (mort en 1308), prince arménien et, pendant un certain temps, prieur de l‟ordre des Prémontrés à Poitiers, est l‟auteur de La Flor des estoires d’Orient, dans laquelle il fait une présentation détaillée de quatorze pays d‟Orient, expose l‟histoire de l‟hégémonie musulmane en Terre-Sainte ainsi que les origines des Tartares et leurs conquêtes et, enfin, décrit l‟Egypte, ajoutant des conseils concernant l‟organisation d‟une nouvelle croisade. Chose intéressante, la version française, originale, précède la version latine, Hayton ayant dicté le texte français à Niccolo Falconi, qui l‟a, par la suite, traduit en latin. L‟œuvre a joui d‟une immense popularité auprès du lecteur médiéval.  22  Textes des XIVe et XVe siècles:   Homme de guerre, grand connaisseur de l‟Orient et écrivain prolifique, Philippe de Mézières a rédigé sa dernière œuvre, L’Epistre lamentable et consolatoire (retenue pour notre analyse), influencée par l‟issue de la bataille de Nicopolis le 25 septembre 1396, où le sultan ottoman Bayezid I avait écrasé l‟armée des croisés français, hongrois et allemands, et autres. L‟auteur propose la création d‟un nouvel ordre de chevalerie, destiné à entraver la progression de la menace musulmane.    Les Chroniques de Jean Froissart (1337-1404), l‟un des grands chroniqueurs médiévaux, couvrent les années 1322 à 1400 et décrivent la première moitié de la guerre de Cent Ans ainsi que d‟autres événements marquants de l‟époque, dont la bataille de Nicopolis et les négociations avec les Turcs pour le rachat des prisonniers français, d‟un intérêt immédiat pour notre étude.   Oeuvre d‟un auteur anonyme, Le Livre des faicts du bon messire Jean le Maingre, dit Bouciquaut est une biographie héroïsée de Jean II le Meingre, surnommé Bouciquaut (1364-1421). La narration suit l‟ordre chronologique et mêle fiction et réalité historique. Notre attention se portera sur la partie consacrée à la description des “hauts faits” du personnage principal lors de la bataille de Nicopolis et, plus tard, en Turquie.  Issue de la plume de Michel Pintoin (1349-1421), chantre de l‟Abbaye de SaintDenis, La Chronique du religieux de Saint-Denis est une source inépuisable pour l‟histoire du règne de Charles VI, écrite d‟un style naturel et vif. Nous ne retiendrons que les chapitres centrés sur les événements impliquant les Turcs ottomans.  23   Envoyé rassembler des renseignements nécessaires à une éventuelle croisade contre les Turcs, Bertrandon de la Brocquière, espion de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, livre un récit vivant et haut en couleur de son voyage au Proche-Orient, Le Voyage d’outremer, offrant de précieuses informations sur la situation politique, sociale et culturelle du grandissant empire ottoman qu‟il traverse d‟un bout à l‟autre dans une caravane de marchands, déguisé en Turc. C‟est une des principales sources médiévales françaises sur les premiers siècles de la Turquie ottomane.  1.4 LE PLAN Il est maintenant temps de passer au plan de notre étude, selon la méthodologie retenue. Apres l‟Introduction (chapitre un), le chapitre deux explorera l‟image de l‟Asie Mineure dans la France médiévale, avec un accent particulier sur les attitudes contradictoires vis-à-vis de cette terre, du fait de son triple statut de terre de l‟Antiquité gréco-romaine, de berceau du christianisme et, enfin, de “Turquie,” espace familier devenu exotique et étranger, un espace à découvrir. Après un bref commentaire sur l‟influence des souvenirs antiques et chrétiens autour de l‟Asie Mineure sur l‟imaginaire français, nous détaillerons la perspective médiévale française sur la topographie de la Turquie contemporaine. À quels aspects du paysage les auteurs prêtent-ils le plus d‟attention? Quelle image de ce pays cherchent-ils à créer à travers la description de ses déserts, de ses montagnes et de ses fleuves? Dans le chapitre trois, il sera question de revisiter, après une section sur les modes de désignation des Turcs au Moyen Âge, les diverses théories circulant dans la France d‟avant 1453 sur l‟identité des Turcs en tant que peuple. D‟où viennent-ils? Est-ce un peuple d‟Orient? Ou un peuple du Nord? Ou encore celui de l‟Apocalypse? Qu‟en disent les Saintes  24  Ecritures? Ou bien les Turcs seraient-ils les descendants des Troyens, comme nombre de nations européennes? Nous aborderons ces questions d‟un point de vue culturel, expliquant cette diversité d‟hypothèses selon un modèle de référence spécifique basé sur les valeurs féodales ou religieuses. Enfin, il s‟agira de montrer l‟influence que la perception de l‟histoire turque par les Français médiévaux a exercée sur l‟évolution de l‟image du Turc dans l‟imaginaire français. Le chapitre quatre analysera la représentation de l‟ennemi turc dans le discours militaire du Moyen Âge français. En examinant la formation des trois facettes principales de la figure de l‟ennemi turc (envahisseur, barbare, Sarrasin épique), nous démontrerons que les auteurs français poursuivaient l‟objectif précis de justifier la politique extérieure occidentale et de mettre en avant la supériorité du monde occidental, chrétien. Nous essaierons d‟illustrer, par des exemples précis, qu‟à cette fin, ils imposaient consciemment l‟image dévalorisante, dénigrante du Turc, en recourant aux figures familières au public ciblé, empruntées à l‟histoire antique et à la littérature épique contemporaine. Nous nous pencherons également sur une utilisation très intéressante du Turc sous une lumière positive dans le but de condamner la décadence morale de la société occidentale. Le chapitre cinq traitera de certains aspects de la culture turque à travers le prisme français. L‟enjeu sera d‟établir le lien de causalité entre les traits largement attribués aux Turcs au Moyen Âge et les réalités culturelles turques, perçues et surtout interprétées Ŕ tantôt favorablement, tantôt défavorablement Ŕ selon le système de valeurs de l‟Occident féodal. Ce sera un argument supplémentaire pour notre hypothèse d‟une coexistence des représentations négatives des Turcs et du discours positif sur cette nation pendant le Moyen Âge.  25  2 LA GÉOGRAPHIE ET LE PAYSAGE DE L’ASIE MINEURE Asia Minor, Romania, Anatolia, Turquie… Chacune de ces appellations rappelle la longue histoire du territoire, qui correspond à une grande partie de la Turquie actuelle. Le nom latin Ŕ Asia Minor Ŕ nous ramène à l‟antiquité gréco-romaine. “Romania” nous fait penser à l‟Empire byzantin et aux premiers chrétiens. Le terme “Anatolia” Ŕ provenant du mot grec signifiant “oriental” Ŕ met l‟accent sur le fait que cette terre appartient au monde oriental, à l‟Autre par rapport au monde occidental. Enfin, le mot “Turquie” se propage dans les sources occidentales à partir du XIIIe siècle, marquant ainsi la rupture totale de ce territoire avec son patrimoine antique et chrétien: en effet, la suprématie des Turcs, peuple oriental et non-chrétien, en Asie Mineure, devient incontestable, d‟abord avec la création de l‟Empire seldjoukide, ensuite avec l‟essor spectaculaire de l‟Empire ottoman et la prise de Constantinople en 1453. Telles sont quelques-unes des grandes cultures qui ont le plus marqué cette péninsule, et c‟est ce triple patrimoine Ŕ antique, chrétien/byzantin et musulman/turc Ŕ qui va en conditionner la vision par les Occidentaux. L‟ambiguïté ressentie par les Européens même à l‟heure actuelle vis-à-vis de la Turquie et des Turcs provient de cet étrange statut qui inscrit cette terre à la fois dans le monde occidental et oriental, chrétien et musulman. Cela fait que même maintenant il demeure chez les Occidentaux une certaine hésitation à l‟égard de la Turquie et des Turcs, un flou qui empêche de donner une définition claire et précise à ce pays et à ce peuple se trouvant au carrefour des époques, des cultures, des religions.  26  S‟il est toujours ardu de définir en termes clairs la perception que les Occidentaux se font des Turcs à l‟heure actuelle, qu‟en est-il des Occidentaux médiévaux? En d‟autres mots, comment les Occidentaux percevaient-ils les Turcs entre le XIIe siècle, où commencent à grande échelle les relations entre l‟Orient et l‟Occident, et le milieu du XVe siècle, c‟est-àdire, durant le Bas Moyen Âge? Il nous semble important d‟examiner, dans ce chapitre introductoire, l‟identité de l‟espace anatolien à travers les regards portés de l‟extérieur sur la peninsule à l‟époque médiévale. L‟Asie Mineure fait partie de l‟Orient. Et l‟Orient, d‟après E. W. Saïd, “is less a place than a topos, a set of references, a congeries of characteristics, that seems to have its origin in a quotation, or a fragment of a text, or a citation from someone‟s work on the Orient, or some bit of previous imagining, or an amalgam of all these” (177). Analyser la vision occidentale de l‟Asie Mineure en tant qu‟entité géographique devrait ainsi nous fournir des éléments de base pour notre examen de la représentation des Turcs par les auteurs médiévaux dans les chapitres suivants, tout peuple étant à l‟image de la terre qu‟il habite, comme on le croyait au Moyen Âge.28 Pourtant, au regard de l‟Occident médiéval, l‟Asie Mineure, située à cheval entre l‟Europe et l‟Asie, appartenait non seulement au monde oriental, étranger et dangereux et fascinant, mais aussi au monde occidental, familier, d‟où son caractère ambivalent. Dans les pages qui suivent, nous nous proposons d‟adopter la perspective médiévale et de dresser un portrait sommaire de l‟Asie Mineure en sa qualité d‟héritière des trois grandes civilisations (antique, chrétienne, musulmane). Nous mettrons davantage en lumière le sentiment d‟ambivalence vis-à-vis de l‟Asie Mineure de la part des Occidentaux, où se mêlent les souvenirs de l‟Antiquité, les allusions aux premiers siècles du christianisme et, enfin, 28  Voir notre discussion de la “milieutheorie” aux pages 118-119.  27  l‟animosité pour l‟islam, apporté par les envahisseurs turcs au XIe siècle. Une attention particulière sera accordée au rôle des mentalités médiévales dans la construction de l‟image de l‟Asie Mineure turque. Observons que l‟analyse des associations classiques et bibliques avec l‟Asie Mineure, en sa qualité de terre d‟Orient, sera tout aussi importante que celle des associations musulmanes, la perception occidentale de l‟Orient présentant, depuis des siècles, une identité “corporative et cumulative.”29  2.1 L’ASIE MINEURE, TERRE DE L’ANTIQUITÉ GRÉCO-ROMAINE 2.1.1 L’Asie Mineure dans les œuvres des auteurs grecs et latins La fin du XIIe siècle marque la renaissance des études géographiques en Occident, conséquence logique de l‟intérêt pour l‟Autre, éveillé par les premières croisades et la redécouverte des auteurs classiques. C‟est ainsi, par exemple, que Vincent de Beauvais, grand encyclopédiste du XIIIe siècle, reproduit des œuvres de géographes anciens dans son œuvre. C‟est aussi de cette époque que datent les premières cartes et les mappemondes, basées sur celles des anciens géographes.30 Le but poursuivi dans le présent chapitre n‟étant pas d‟entreprende une étude étendue sur le destin des géographes gréco-latins au Moyen Âge,31 il nous semble néanmoins utile de faire un survol des géographes classiques, dont les œuvres portant, ne serait-ce qu‟en partie, sur l‟Asie Mineure étaient connues des Occidentaux au Moyen Âge. Strabon, Pomponius 29  Saïd, Orientalism 202: “A field like Orientalism has a cumulative and corporate identity, one that is particularly strong given its associations with traditional learning (the classics, the Bible, philology), public institutions (governments, trading companies, geographical societies, universities) and generically determined writing (travel books, books of explorations, fantasy, exotic description.” 30 J.B. Harley, D. Woodward, The History of Cartography (Chicago: University of Chicago Press, 1987); R. A. Talbert, R. W. Unger, Cartography in Antiquity and the Middle Ages: Fresh Perspectives, New Methods (Leiden: Brill, 2008); E. Edson, Mapping time and Space: How Medieval Mapmakers Viewed Their World (London: British Library, 1999). 31 Pour plus d‟information voir J. A. Cramer, A Geographical and Historical Description of Asia Minor (Amsterdam: Adolf M. Hakkert, 1971).  28  Méla, Pline l‟Ancien, Ératosphène, tels sont les grands noms de l‟Antiquité qui se présentent immédiatement à l‟esprit. N‟oublions pas non plus Caius Julius Solinus, compilateur latin du IIIe siècle dont l‟œuvre, Collectanea rerum memorabilium (Collection des curiosités),32 connue aussi sous le nom de De mirabilibus mundi (Des curiosités du monde) et de Polyhistor, a joui d‟une énorme popularité tout au long de la période médiévale, comme l‟indique Jacques le Goff: C‟est moins à Pline et à Strabon, inférieurs pourtant déjà à Ptolémée, qu‟ils [les clercs médiévaux] demanderont leur savoir géographique qu‟à un médiocre compilateur du IIIe siècle Ŕ début de la décadence Ŕ Julianus Solinus, qui léguera au Moyen Âge un monde de prodiges et de monstres: les Merveilles de l‟Orient. (Civilisation 149-150) Étant donné le prestige des auteurs anciens auprès des Médiévaux, il n‟y a rien de surprenant au fait que leur vision de l‟Asie Mineure a laissé une forte empreinte sur les esprits médiévaux. Cela se perçoit, d‟abord, dans le maintien des noms géographiques grecs et latins dans les œuvres des auteurs médiévaux, dans l‟emprunt de techniques narratives et descriptives, ainsi que dans le contenu même de leurs œuvres, comme il deviendra évident plus loin. Mais, afin de mieux comprendre jusqu‟à quel point les auteurs médiévaux sont redevables aux Anciens de leurs connaissances sur la péninsule anatolienne, analysons brièvement les chapitres consacrés à l‟Asie Mineure dans les ouvrages géographiques de Pline l‟Ancien, de Méla et de Solin, géographes antiques parmi les plus influents au Moyen Âge.33 Avant tout, il faut souligner que chez les géographes antiques, l‟Asie Mineure ne se perçoit jamais comme un ensemble unifié, homogène. Les auteurs décrivent, en règle  32  C. J. Solin, Polyhistor, trad. M. A. Agnant (Paris: C. L. F. Panckoucke, 1847), 15 Mar. 2009 <http://remacle.org/bloodwolf/erudits/solin/index.htm>. 33 Nous avons préféré mettre l‟œuvre de Strabon de côté, puisque son influence sur la géographie médiévale fut limitée, les premiers manuscrits de sa monumentale Géographie ne remontant qu‟au XVe siècle.  29  générale, une province par chapitre ou par paragraphe. Les noms des provinces mentionnés sont les mêmes chez Pline l‟Ancien, comme chez Méla et Solin: la Cilicie, la Pamphilie, la Lycaonie, la Galatie, la Lycie, la Carie, la Lydie, l‟Ionie, la Bithynie, la Paphlagonie, la Cappadoce, etc. Pline tend à ne faire qu‟énumérer les villes, les fleuves, les montagnes, les peuples se trouvant dans telle ou telle province, alors que les deux autres auteurs cherchent à séduire l‟imagination des lecteurs et entrent dans bien plus de détails, en décrivant une province ou une ville, ce qui explique leur succès auprès du public médiéval, friand de rêve et de merveilleux. La perception de l‟Asie Mineure en tant que mosaïque de terres, de paysages et de peuples permet de comprendre, chez les trois auteurs en question, l‟absence d‟un terme qui s‟applique à l‟ensemble de la péninsule. Les appellations “Romanie” (c‟est-à-dire, terre des Romains ou Byzantins) ou “Turquie” (terre des Turcs), n‟existent pas encore en ce temps-là. Le terme “Asie Mineure” ne se rencontre pas non plus chez les géographes antiques mentionnés et, pourtant, l‟appartenance de cette terre à l‟Asie Ŕ dans le système tripartite du monde (Europe, Asie, Afrique), adopté par les Anciens Ŕ ne fait pas de doute. Premièrement, les provinces situées sur ce territoire sont toujours discutées dans la partie où il s‟agit de la géographie de l‟Asie et, deuxièmement, les auteurs comme Pline et Solin donnent bien à une partie de la péninsule le nom d‟“Asie.” Ainsi, en parlant de la Lycaonie, Pline l‟Ancien précise: “Lycaonie, qui appartient à la juridiction d‟Asie.” (Liv. V, xxv).34 Solin, plus éloquent, donne davantage de détails: … vient ensuite l‟Asie, non pas celle qui, dans le partage du monde, a pour limites des fleuves, le Nil du côté de l‟Egypte, le Tanaïs du côté du lac Méotide; mais celle qui commence à Telmesse en Lycie… Cette Asie est  34  Pline l‟Ancien, Histoire naturelle (Paris: Duboucket, 1848-50), 20 Mar. 2009 <http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/index.htm>.  30  bornée à l‟est par la Lycie et la Phrygie, à l‟ouest par la mer Égée; au midi par la mer d‟Egypte, au nord par la Paphlagonie.” (XLI) De cette description, il s‟ensuit que là aussi le terme “Asie” ne signifie qu‟une partie de la péninsule, puisque le nom se référant à l‟ensemble du territoire qu‟on a plus tard appelé “Asie Mineure” n‟existait pas. Malgré le fait que l‟appartenance de l‟Asie Mineure à l‟Asie du point de vue géographique est certaine, il faut mentionner que, depuis longtemps, elle maintenait des liens très profonds avec l‟Europe, historiquement et culturellement parlant. En fait, on peut même affirmer que, de toutes les contrées d‟Orient, c‟est l‟Asie Mineure qui s‟avère être la mieux connue et la plus familière aux Européens. Les géographes antiques le confirment, et les auteurs médiévaux reprendront cette perspective, émettant parfois des hypothèses hasardeuses.35 En quoi consistent plus exactement les liens entre l‟Asie Mineure et l‟Europe, à en croire les géographes classiques? Avant tout, il s‟agit de liens de sang entre les Européens et les peuples habitant les différentes provinces de l‟Asie Mineure. Ainsi, d‟après Pline, une partie de l‟Asie Mineure est habitée par les peuples venus jadis d‟Europe: “Des auteurs disent que d‟Europe sont venus les Mysiens, les Bryges et les Thyniens qui ont donné leurs noms à la Mysie, à la Phrygie et à la Bithynie” (Liv. V, xli). Alors que certaines terres de l‟Asie Mineure auraient été choisies par les Européens, il est tout aussi vrai que certains Européens ont pour ancêtres des peuples qui ont autrefois quitté les côtes de l‟Asie Mineure en direction de l‟Europe. Bien que le mythe des origines troyennes des grands peuples européens ne se répande largement qu‟au Moyen Âge, Ŕ les géographes classiques ne disant curieusement pas grand‟chose là-dessus, Ŕ les anciens traités de géographie font quand même 35  Voir le chapitre trois de la présente étude.  31  mention des origines asiatiques de tel ou tel peuple d‟Europe. Ne citons que Solin qui, d‟ailleurs, s‟appuie, lui aussi, sur le témoignage de quelqu‟un d‟autre (dans ce cas-ci, le grand historien romain Cornélius Népos): “Là [en Paphlagonie] est le pays des Hénètes, d‟où, selon Cornélius Népos, se sont rendus en Italie les Paphlagons, qui bientôt après prirent le nom de Vénètes” (XLV). L‟Asie Mineure est également liée à l‟Europe du point de vue historique. Pays présentant de nombreux vestiges de la colonisation grecque (surtout sur les côtes ouest et sud), l‟Asie Mineure a aussi connu une longue présence romaine et a été le lieu d‟affrontement entre l‟Empire romain et les nations d‟Orient. Les péripéties de ces luttes sont exposées en détails dans les ouvrages des historiens anciens36 et étaient sans doute connus des Médiévaux, mais les géographes antiques, eux aussi, mentionnent maintes fois les grands événements historiques survenus sur le territoire de la péninsule, ainsi que les noms des grandes personnalités qui ont marqué l‟histoire antique. La guerre de Troie, les guerres gréco-persanes et les guerres d‟Alexandre se comptent parmi les événements de l‟histoire grecque les plus mentionnés dans les traités géographiques de Pline, de Méla et de Solin. Ainsi, les noms d‟Ajax, d‟Achille et d‟autres héros de la guerre de Troie marquent plus d‟un endroit en Asie Mineure. Cela se voit, par exemple, dans l‟extrait suivant tiré de Solin: “Sur la côte de Rhétée, les Athéniens et les Mityléniens bâtirent auprès du tombeau d‟Achille, la ville d‟Achillion, aujourd‟hui en ruines; puis à quarante stades, sur la pointe opposée, les Rhodiens bâtirent en l‟honneur d‟Ajax de Salamine, une ville qui reçut le nom d‟Eantium” (XLI). L‟écho des grandes guerres entre Grecs et Persans se retrouve chez Méla dans sa description du fleuve Eurymédon, “près de l‟embouchure duquel Cimon, commandant de la  36  Tite-Live, Salluste, Suétone pour n‟en citer que quelques-uns.  32  flotte athénienne, remporta une victoire navale sur les Phéniciens et les Perses” (I, xiv),37 et chez Solin, où l‟auteur raconte une anecdote selon laquelle le grand temple de Diane à Ephèse, brûlé plus tard par Hérostrate désirant se rendre célèbre, fut épargné par Xerxès, le roi des Perses, qui ne voulut pas détruire une construction aussi majestueuse et importante que celle-là. Mais le nom qui revient le plus souvent est celui d‟Alexandre le Grand: bien des endroits en Asie Mineure gardent le souvenir de son activité, selon les vieilles sources. Pline se concentre plutôt sur les travaux de construction entrepris par le roi macédonien en Asie Mineure: c‟est lui qui aurait ordonné de couper une plaine pour unir deux golfes et créer ainsi les îles d‟Erythrée et du Momas (V, xxxi); c‟est toujours lui qui aurait rétabli la ville de Smyrne (V, xxxi). Méla fournit des détails sur les exploits guerriers d‟Alexandre sur le territoire de l‟Asie Mineure. L‟auteur antique mentionne notamment le fleuve Granique “sur les bords duquel se livra la première bataille entre les Perses et Alexandre” (I, xix), et, en décrivant la Cilicie, la bataille d‟Issus (“… il y a un lieu qui fut autrefois le théâtre d‟une grande bataille, et le témoin de la défaite des Perses par Alexandre et de la fuite de Darius; c‟est là que florissait Issus, qui aujourd‟hui n‟est plus rien…”, I, xiii). Solin, avec son penchant pour le merveilleux, se borne à remarquer qu‟Alexandre le Grand naquit le même jour où Hérostrate brûla le temple d‟Ephèse (XLI). La présence romaine en Asie Mineure ne retient que peu l‟attention des géographes antiques. Seuls les noms de Pompée et d‟Annibal, deux grands personnages de l‟histoire romaine, apparaissent par endroits dans les traités géographiques examinés. Ainsi Pline indique que la ville de Pruse fut fondée par Annibal au pied de l‟Olympe (V, xliii). Solin 37  Pomponius Méla, Géographie, trad. par Louis Baudet (Paris: C. L. F. Panckoucke, 1843), 22 Mar. 2009 <http://remacle.org/bloodwolf/erudits/mela/table.htm>.  33  croit important de citer la ville de Lybyssa dans sa description de la Bithynie parce que c‟est là que se trouve le tombeau d‟Annibal (XLIII). Enfin, dans le chapitre sur la Cilicie, Méla raconte l‟histoire de la ville de Soles dont le nom fut transformé en Pompéiopolis après que Pompée y relégua des pirates qui l‟habitèrent depuis (I, xiii). Plus encore qu‟aux événements historiques ayant eu lieu en Asie Mineure, les Anciens et, plus tard, les médiévaux s‟intéressent au patrimoine culturel gréco-romain omniprésent en Asie Mineure, surtout, là encore, dans les provinces côtières de la péninsule. Cet intérêt se traduit par exemple par la minutie avec laquelle les auteurs indiquent les fondateurs mythiques de villes: ainsi Solin nous apprend que “la ville principale de cette contrée [la Cilicie] est Tarse, que bâtit l‟illustre enfant de Danaë, Persée” (XXXIX). Les auteurs ne manquent pas non plus de mentionner l‟endroit où s‟est passé telle ou telle histoire célèbre tirée de la mythologie antique. Méla nous fait savoir que c‟est sur le mont Latmus en Ionie que la Lune devint éperdument amoureuse d‟Endymion (I, xvii), que le mont Ida est célèbre “pour l‟ancienne dispute des trois déesses et le jugement de Paris” (I, xviii), et que, près d‟Héraclée, se trouve la caverne Achérusia qui conduit aux enfers et par où Cerbère fut arraché (I, xix). Solin parle de la caverne de Typhon et du mont Chimère, lançant des flammes et de la fumée, ce qui donna naissance au mythe de Chimère, monstre à trois corps (XL). Enfin, les Anciens percevaient l‟Asie Mineure en tant que terre qui donna naissance à un grand nombre de gens célèbres dans tous les domaines des arts et des sciences. La plus grande gloire de Smyrne vient, d‟après Solin, d‟être la patrie d‟Homère (XLI). Dans le chapitre sur la province d‟Asie, le même auteur donne toute une liste de personnalités à qui elle doit sa renommée:  34  L‟Asie a produit de beaux génies: parmi les poètes, Anacréon, Mimnerme, Antimaque, Hipponax, Alcée et Sapho, cette femme si célèbre; parmi les historiens, Xanthus, Hécatée, Hérodote, puis Ephore et Théopompe; Bias, Thalès, Pittacus, qui sont comptés au nombre des sept sages; Cléanthe, si éminent parmi les stoïciens; Anaxagore, ce scrutateur de la nature; Héraclite, qui pénétra dans les secrets d‟une science plus profonde encore. (XLI) D‟autres auteurs antiques procèdent de la même façon, en énumérant ceux qui ont rendu célèbre une ville ou une province. Avant de terminer ce rapide survol de la représentation de l‟Asie Mineure auprès des Anciens, il est important de dire quelques mots sur l‟absence presque totale de l‟exotisme, caractéristique typique de l‟Orient dans la description médiévale de l‟Asie Mineure. En effet, l‟Asie Mineure semble, aux yeux des auteurs classiques, faire partie du monde familier, connu, dépourvu d‟exotisme. Il n‟en est pas moins vrai que, par endroits, les détails sur cette terre relèvent du surnaturel, du merveilleux. Ainsi Méla en mentionnant le tombeau du poète Aratus (en Cilicie) remarque qu‟il a cela de remarquable que les pierres qu‟on y jette se brisent en éclats, sans qu‟on ait pu découvrir la cause de ce phénomène” (I, xiii). Solin Ŕ dont l‟œuvre présage les bestiaires médiévaux Ŕ donne une description imagée d‟un animal appelé “bonnaque”: Dans cette contrée [en Lydie] naît un animal que l‟on nomme bonnaque, qui a du taureau la tête et le reste du corps, mais dont la crinière est celle du cheval. Ses cornes sont tellement contournées sur elles-mêmes, que leur choc ne peut produire aucune blessure. Mais le secours que lui refuse sa tête, son ventre le lui fournit: en fuyant, il jette et lance derrière lui, jusqu‟à trois jugères de distance, des excréments brûlant tout ce qu‟ils touchent. C‟est au moyen de ces excréments dangereux qu‟il tient à l‟écart ceux qui le poursuivent. (XLI)  Les quelques ouvrages géographiques que nous avons soumis à analyse devront suffire pour donner un aperçu de ce que l‟Asie Mineure représentait aux yeux des Anciens. En détaillant divers renseignements sur la péninsule dans les traités antiques, nous avons eu  35  pour but de préparer le terrain pour une analyse comparative. L‟objectif poursuivi dans la section suivante consiste à démontrer que les auteurs médiévaux ont repris la plupart des représentations antiques de l‟Asie Mineure, tout en y apportant des modifications dignes d‟attention.  2.1.2 Auteurs médiévaux sur l’Asie Mineure en tant que terre antique38 Ouvrons la célèbre cosmographie de Pierre d‟Ailly, Ymago Mundi,39 écrite au tout début du XVe siècle et connue surtout pour avoir été un ouvrage de référence majeur pour Christophe Colomb. Consulter Ymago Mundi peut donner une idée du prestige toujours indisputable des auteurs anciens en ce qui concerne, entre autres, les connaissances géographiques. Analysons le chapitre où il s‟agit de l‟Asie Mineure afin de démontrer que les renseignements géographiques sur cette partie du monde n‟ont pas changé considérablement depuis l‟Antiquité et que, bien souvent, l‟Asie Mineure était perçue, même à la fin du Moyen Âge, comme une terre d‟histoire et de culture gréco-romaine. La persistence d‟une telle vision est également attestée dans bien d‟autres œuvres, telles les chroniques, la littérature de fiction, les ouvrages historiques et géographiques. Le premier point important à noter, c‟est que la péninsule est toujours divisée en diverses provinces qui gardent leurs noms antiques. À en croire E. Buron, cette liste de provinces n‟est d‟ailleurs autre chose qu‟un résumé d‟Isidore.40 Pierre d‟Ailly reprend, en  38  Jeanne et Louis Robert, “La Persistance de la toponymie antique dans l‟Anatolie,” La toponymie antique, Actes du Colloque de Strasbourg, 12-14 juin 1975 (Strasbourg : Publications du Centre de Recherche sur le Proche Orient et la Grèce antiques, 1977) 11-63. 39 Pierre d‟Ailly, Ymago Mundi, ed. E. Buron (Paris: Maisonneuvre Frères, 1930). 40 Isidore of Seville, Isidori Hispalensis Episcopi Etimologiarum sive Originum Libri XX, ed. W. M. Lindsay (Oxford: Oxford University Press, 1911), 13 October 2010 <http://penelope.uchicago.edu/Thayer/L/Roman/Texts/Isidore/14*.html>.  36  plus, l‟ancienne tradition de décrire une province après l‟autre, en notant les frontières géographiques et tout ce qu‟il juge digne de mention. Hayton, historien arménien du XIVe siècle et auteur de l‟œuvre d‟où le public médiéval puisait beaucoup de renseignements sur la géographie et l‟histoire contemporaines de l‟Asie Mineure, La Flor des estoires de la terre d‟orient,41 procède de la même façon dans sa description de la péninsule: En la primere province, que est nomme Liconie, est la noble cite d‟Elconie; en la secunde province, que est appellee Capadoce, est la cite de Cesare de Grece. La tierce province est dite Saurie, e la est la cite de Salemice; la quarte est appelee Briquie, e la est la cite de la Liche de Grece; la quinte a non Quisitun, e la est la cite d‟Epheson; la sextet est dite Pictania; e la est la cite de Niquie; la setime est apellee Paflagonie, e la est la cite de Germanopolim; la utave province est appelee Geneth. E la est la cite de Trapesonde. (132-133) Cette énumeration de provinces a cela d‟intéressant qu‟elle mêle les anciennes provinces gréco-latines (Liconie, Capadoce...) avec les nouvelles provinces turques (Quisitun, Géneth), en quoi il est possible d‟entrevoir le changement de regard progressif sur l‟Asie Mineure, les auteurs médiévaux commençant à prendre en compte les transformations dues aux nouveaux maîtres de la péninsule, les Turcs. Pourtant, cette prise de conscience ne se rencontre qu‟à partir du XIVe siècle. Même Simon de Saint-Quentin, en décrivant les dernières années de l‟Empire seldjoukide, continue à employer les anciens noms de provinces (p. ex. Cappadocia) et de villes (p.ex. Cesarea, c‟est-à-dire, Césarée de Cappadoce). La plupart des chroniqueurs et des écrivains de fiction font de même. Guillaume de Tyr, auteur de la célèbre Historia ou Histoire d‟Outremer,42 note, par exemple, que les croisés “passèrent toute Pisside et puis entrèrent en une terre qui a non Licaone…” (Tyr 1:138) ou qu‟il y a “une cité qui a non Nicomede, qui est la plus ancienne ville de Bithine” (Tyr 1:105). D‟autres historiens des 41  Hayton de Corycos, “La Flor des estoires de la terre d'Orient,” RHC, Doc. Arm., vol. 2 (Paris : Imprimerie nationale, 1906) 111-253. 42 Guillaume de Tyr, “Historia,” RHC Occ, vol. 1-2 (Paris: Imprimerie royale, 1844-1859).  37  croisades se bornent le plus souvent à mentionner les noms des provinces et des villes traversées par l‟armée des croisés. De même, dans les œuvres comme Le Roman de Troie43 ou Le Roman d‟Alexandre,44 les auteurs suivent le plus fidèlement la tradition classique, sans prendre en compte les réalités historiques contemporaines. Il faut pourtant dire que les auteurs médiévaux prennent bien souvent quelques libertés avec l‟orthographe des noms géographiques, surtout s‟ils écrivent en français. C‟est bien le cas des œuvres fictives, comme Le Roman de Troie, où il n‟est pas rare de rencontrer des formes des noms de lieux parfois difficiles à identifier. Dans un manuscript du Roman de Troie (manuscript D 55 de la Bibl. Ambrosienne de Milan) se rencontre l‟appellation “Aigue-Frete,” derrière laquelle on a du mal à reconnaître le fleuve Euphrate. Les noms de “Pafagloine” et de “Laucoine” laissent deviner les provinces de Paphlagonie et de Lycaonie respectivement. “Trasce,” citée dans Le Roman d‟Alexandre, se réfère non à la province de Thrace, mais à une ville d‟Asie Mineure, Tarse. La très célèbre ville de Konya apparaît sous la forme “Elconie” chez Pierre d‟Ailly; “Yconium” chez Simon de Saint-Quentin;45 “Licoines” chez Guillaume de Tyr; “Quhongne” chez Bertrandon de la Brocquière. 46 Pourtant, le plus souvent, il n‟y a pas de difficultés à reconnaître le nom d‟une ville ou d‟une province, que son orthographe soit latine ou française. Revenons maintenant à l‟Asie Mineure telle que décrite par Pierre d‟Ailly. Quels autres éléments l‟auteur médiéval a-t-il emprunté aux Anciens en matière de la description géographique de l‟Asie Mineure? Tout comme la Grèce, l‟Asie Mineure se présente à ses 43  Benoît de Sainte-Maure, Le Roman de Troie, ed. Léopold Constans, 6 vols. (Paris: Firmin Didot/Société des anciens textes français, 1904-1912). 44 Alexandre de Paris, Le Roman d‟Alexandre, ed. L. Harf-Lancner et E.C. Armstrong (Paris: Livre de Poche, 1994). 45 Simon de Saint-Quentin, Histoire des Tartares, ed. Jean Richard (Paris: P. Geuthner, 1965). 46 Bertrandon de la Brocquière, Le Voyage d‟Outremer de Bertrandon de la Brocquière, ed. Ch. Schefer (Paris: Ernest Leroux, 1892).  38  yeux comme la terre où, à chaque pas, résonne l‟écho des mythes antiques: ainsi, la Phrygie doit son nom à une fille d‟Europe; le père de Ganimède, Tros, aurait donné son nom à la province de Troade, etc. C‟est surtout le roman antique français qui s‟est servi de ce patrimoine culturel. Cela se voit dans les œuvres comme Le Roman de Troie et celui d‟Alexandre déjà mentionnés plus haut. Il faut quand même préciser que, premièrement, à part les légendes autour de la guerre de Troie, les mythes liés à l‟Asie Mineure n‟ont pas beaucoup retenu l‟attention des auteurs français avant la Renaissance; deuxièmement, dans les genres autres que le roman antique se perçoit tout au long de la période historique examinée (XIIe-XVe siècles) l‟effacement de la composante mythologique dans la représentation de l‟Asie Mineure. Ni les historiens (Guillaume de Tyr, Guibert de Nogent, Hayton etc), ni les auteurs de récits de voyage (Simon de Saint-Quentin, Bertrandon de la Brocquière) ne mentionnent les mythes et les légendes ayant marqué le territoire de l‟Asie Mineure. Côté histoire, Pierre d‟Ailly ne fait référence qu‟à Pompée le Grand (“Nichomedie urbs in ea est ubi Hanibal fugiens veneni haustu animam expiravit,” 308).47 Pompée est, pour les auteurs antiques, l‟un des deux grands personnages de l‟histoire classique qui ont trait à l‟Asie Mineure, l‟autre étant Alexandre le Grand. La fascination que la figure d‟Alexandre exerçait sur les esprits médiévaux n‟a quand même pas éclipsé tout à fait l‟intérêt pour Pompée de la part des auteurs médiévaux. Pour s‟en rendre compte, on n‟a qu‟à examiner Li Fet des Romains,48 compilation historico-littéraire du début du XIIIe siècle (1213-1214), conservée dans une cinquantaine de manuscrits, ce qui témoigne de la vogue remarquable  47  “Dans cette province [Phrygie Majeure] se trouve la ville de Nicomédie où Annibal en fuite s‟empoisonna et mourut.” 48 Li Fet des Romains, compilé ensemble de Saluste et de Suetoine et de Lucan, ed. L.-F. Flutre (Paris: E. Droz, 1935).  39  qu‟elle a connue pendant trois cent ans avant d‟être imprimée en 1490, puis en 1500. Le huitième chapitre de la troisième partie raconte la fuite de Pompée en Asie Mineure après sa défaite à la bataille de Pharsale et donne des détails très intéressants non seulement sur l‟Asie Mineure mais aussi sur les Turcs. Les auteurs médiévaux trouvaient tout à fait naturel de faire opposer les anciens Romains aux Turcs, ce genre de bourdes chronologiques n‟étant pas du tout exceptionnel au Moyen Âge. Nous aurons l‟occasion de revenir plus d‟une fois à ce passage du plus haut intérêt pour notre étude, mais à présent bornons-nous à en citer quelques mots sur la présence de Pompée en Asie Mineure. Étant arrivé sur ses bords dans le but de se trouver des alliés parmi les peuples orientaux (dont les Turcs) contre Jules César, Pompée fait une navigation le long des côtes de la péninsule. En suivant le trajet fait par Pompée, l‟auteur médiéval donne aussi des détails sur les endroits par où il est passé. Ainsi Pompée “prist terre a meïsme de Pamphile, une noble cité d‟Aise” (554); ensuite, il aborde “les rivages de Cylice, un païs que il avoit enciennement netoié des larrons galioz qui soloient les nes trespassanz rober” (554). Cette information se trouve également chez les géographes antiques cités plus haut. Les noms d‟Éphèse, de Mitilène, de Tigre et d‟Euphrate figurent aussi dans le texte. Nous pouvons donc conclure que le nom de Pompée était associé à l‟Asie Mineure à l‟époque médiévale tout comme c‟était le cas dans l‟Antiquité. Passons maintenant à l‟autre grande figure historique, souvent associée à l‟Asie Mineure dans les textes antiques et médiévaux: Alexandre le Grand. Les exploits de celui-ci en Asie Mineure sont longuement racontés dans l‟œuvre mi-historique mi-littéraire qu‟est Le Roman d‟Alexandre. Plus d‟un millier de vers sont consacrés à la guerre du jeune Alexandre avec Nicolas, roi de Césarée (I, vv. 583-1657). La bataille d‟Issos, où Alexandre combattit Darius III, roi des Perses, est racontée avec autant de détails (II, vv. 2561-3100), bien qu‟il  40  soit parfois difficile de comprendre les indications géographiques données dans le roman. Ainsi, le nom “pres de Paile” désigne le site de la bataille entre Alexandre et Darius, à savoir Issos, situé dans le sud-est de l‟Asie Mineure. On se demande pourquoi alors, la veille de la bataille, Alexandre fait dresser son camp sur la rive du Gange, fleuve de l‟Inde: “Par mi les pres de Paile s‟est Dayres ostelés, / Et Alixandres ot devant tendu ses tres / Sor l‟eaue de Gangis, dont parfons est li gues” (II, vv. 2571-73). De même, juste après ladite bataille, Alexandre prend la ville de Sis, située sur les bords du Gange (“En icele contrée sor l‟eau de Gangis, / La ou fu la bataille des Persans et des Gris, / Avoit une cité que on apeloit Sis,” II, vv. 3037-39). La ville de Sis fut la capitale de la Petite Arménie, autrement appelée Cilicie, située dans la partie sud de l‟Asie Mineure, donc cette indication géographique correspond tout à fait à la vérité historique, mais son emplacement près du Gange témoigne des connaissances géographiques superficielles de l‟auteur, pas très versé en géographie. Remarquons que les auteurs médiévaux se penchant sur l‟histoire de l‟Asie Mineure, ne montraient d‟intérêt, en règle générale, que pour l‟histoire relativement récente qui commence avec l‟arrivée des tribus turques en Asie Mineure et les croisades. Rien de surprenant, d‟ailleurs, à ce que les récits de croisades, les chansons de geste, telles Les Chétifs,49 les descriptions pittoresques des luttes avec les Infidèles aient laissé une forte empreinte sur la société médiévale qui, par conséquent, a quelque peu délaissé l‟histoire antique, l‟Asie Mineure étant devenue surtout le terrain de bataille entre chrétiens et musulmans. Ce souvenir devait être encore présent dans les esprits à la toute fin du Moyen Âge, puisque Bertrandon de la Brocquière, de passage à Tarse, occupée depuis des siècles  49  Les Chétifs, ed. J. A. Nelson (Tuscaloosa: University of Alabama Press, 1977).  41  par les Turcs, fait remarquer que: “C‟est celle Tarse, ou Baudoins, frere de Godefroy de Buillion, mist jadis le siege” (Voyage 99). Le dernier point commun dans la description de l‟Asie Mineure chez les Anciens et les médiévaux qu‟il nous semble important de mentionner est l‟insistance sur la mutabilité des noms de provinces et de villes. Cette insistance est liée à l‟importance donnée à la notion de l‟Ancien et du Moderne chez les auteurs classiques et médiévaux. Si le “Moderne” ne pose pas de problèmes de compréhension, il est bien plus ardu de saisir ce que les auteurs entendent par le terme “Ancien” qui peut se référer aussi bien au passé très récent qu‟au passé lointain. Quoi qu‟il en soit, les auteurs ne manquent jamais d‟indiquer les vieilles et les nouvelles frontières des provinces, des villes et des terres. C‟est bien le cas de Pierre d‟Ailly qui nous apprend, par exemple, que la Bithynie “multis antea nominibus appellate. Nam prius Bericia vel Berica dicta. Deinde Migdonia. Mox a Bithinio rego Bithinia numcupata est” (308).50 Il suit ici comme partout ailleurs la tradition classique. Pour ne citer que quelques exemples, Pline l‟Ancien dit qu‟Ephèse a “porté beaucoup de noms, celui d‟Alopes lors de la guerre de Troie, puis ceux d‟Ortygie, de Morges…” (V, xxxi). Méla nous apprend que l‟Eolide était auparavant la Mysie et la Troade (I, xviii). Enfin, Solin nous rappelle que “si nous indiquons ses anciennes limites [de la Cilicie], nous serons en désaccord avec ce qui existe de nos jours” (XXXIX). Le problème de noms géographiques anciens et nouveaux a bien été abordé par les auteurs médiévaux. Un passage des plus intéressants à ce sujet se trouve dans l‟introduction à Gesta Dei per Francos, chronique de la croisade écrite au XIIe siècle par Guibert de Nogent  50  “a été appellé autrefois de plusieurs noms: d‟abord la Béricie ou province Bérique, puis Migdonie et enfin Bithynie du nom d‟un roi Bithynus.”  42  (1055-1124).51 Sa discussion sur les noms des terres et des peuples ne peut être appelée que révélatrice et mérite d‟étre citée en entier: Porro de nominibus hominum, provinciarum et urbium, multa mihi est difficultas ingenitas: dum enim quaedam quorum attigerim notionem male ab illo auctore expressa cognosco, remota quaelibet, eoque magis incognita, eadem pravitate enuntiata non dubito. Verbi gratia, Turcos quotidiano increpitamus strepitu; Corozaniam, quiddam novi nominis vocitamus: ubi vocabulorum vetustas quoniam pene prorsus obliterate delituit, antiuitate omni, etiam si ad integrum patuisset, amota, nihil nisi quod publice cantitatur dicere libuit. Si enim Parthos, ut aliqui sentient, non Turcos, Caucasun, non Corozaniam ponerem, quasi sectando autentica, obscurus fierem, meque illis qui de propriis regionum nominibus certant carpendum exponerem. Et maxime illud attend, quis sicut in his provinciis terras novis constat vocabulis insignitas, itidem immutari non dubitamus et exteras. Namque si ea quae olim Neustria modo Northmannia appellatur, et quae Austria nunc Lotharingia pro aliquibus accidentiis nuncupatur, idem apud Orientales quomodo fieri non credatur? Ut asserunt plane quidam, ipsa quondam Memphis Aegiptis, Babilonia nunc dicitur. Vulgari itaque modo malui enuntiare aliqua, quam obscurari aut contendere ponendo diversos.52 (Nogent 121) Il va de soi qu‟il est impossible d‟accepter toutes les assertions du chroniqueur français (p.ex. le fait que les provinces d‟Orient doivent avoir changé de nom pour la simple raison que cette transformation a eu lieu en Occident). Pourtant, il est maintenant aisé de comprendre pourquoi, tout au long du Moyen Âge, l‟Asie Mineure a très souvent été décrite dans les mêmes termes que dans les ouvrages antiques. Il n‟en est pas moins vrai que l‟image  51  Guibert de Nogent, “Gesta Dei per Francos,” RHC Occ, vol. 4 (Paris: Imprimerie nationale, 1879) 119-263. “En plus, les noms de personnes, de provinces et de villes m‟occasionnèrent des difficultés considérables; je sais que quelques-uns des noms familiers furent mal écrits par cet auteur, et je ne doute pas qu‟en notant les noms étrangers et, par conséquent, moins connus, les erreurs furent commises aussi. Par exemple, nous invectivons tous les jours les Turcs, et nous appelons le Khorasan par son nouveau nom. Une fois le nom ancien oublié et presque disparu, on ne se servit d‟aucune source ancienne même si elle était disponible: je décidai de n‟utiliser que les mots qui sont communément utilisés. Si j‟avais dit “Parthes” au lieu de “Turcs,” comme certains le suggérèrent, “Caucase” et non pas “Khorasan,” au nom de l‟authenticité, je me serais fait mal comprendre et me serais exposé aux attaques de ceux qui discutent les nouveaux noms des provinces. En particulier, puisque je fis observer que l‟on donna de nouveaux noms aux provinces dans nos pays, on devrait supposer que les mêmes transformations ont lieu dans les terres étrangères. Car, si ce qui fut autrefois appelé Neustrie s‟appelle aujourd‟hui Normandie et que ce qui fut jadis appelé Austrasie s‟appelle maintenant, par un concours de circonstances, Lorraine, pourquoi ne croirait-on pas que la même chose ne se produisit en Orient? Il y en a qui disent que, de nos jours, le Memphis égyptien porte le nom de Babylone. Au lieu d‟employer des noms différents, devenant ainsi obscurs, ou de participer à la polémique, je choisis de me servir du nom commun.” (notre traduction) 52  43  de ce territoire chez les Occidentaux différait à bien des égards de celle chez les Anciens. D‟une part, l‟Asie Mineure était perçue comme une terre fortement marquée par les premiers chrétiens, terre seconde en sainteté après la Palestine, pour ainsi dire. D‟autre part, on s‟est mis de plus en plus souvent à appeler ce territoire “Turquie,” surtout dans les textes en langue vulgaire, mais aussi en latin.53 Au fur et à mesure que passait le temps, la présence turque en Asie Mineure se faisait sentir de plus en plus en Occident, ce qui a influencé non seulement la manière de nommer cette terre, mais aussi l‟image même de l‟Asie Mineure devenant peu à peu “Turquie.” C‟est à ces deux visions de l‟Asie Mineure Ŕ terre des premiers chrétiens et celle des envahisseurs turcs Ŕ que seront consacrées les deux sections suivantes.  2.2 L’ASIE MINEURE, BERCEAU DU CHRISTIANISME Dans la section précédente nous avons examiné la composante antique dans la perception de l‟Asie Mineure par l‟Occident médiéval, surtout la France. Toute importante qu‟elle soit, il convient de rappeler que le Moyen Âge chrétien voyait tout à travers le prisme de la religion et de la Sainte Écriture: rien d‟étonnant, par conséquent, que l‟aspect religieux l‟ait emporté bien souvent sur tous les autres aspects. Il en est de même pour la représentation de l‟Asie Mineure. L‟Occident médiéval n‟a pas oublié que c‟est par cette péninsule que le christianisme était venu de la Terre Sainte en Europe, et que cette terre-là ne le cédait en rien à la Palestine ou à Rome quant au nombre de saints qui en avaient parcouru les chemins, de martyrs qui y avaient souffert les supplices pour la gloire de la croix, et de miracles qui s‟y étaient produits.  53  Voir L‟Historia Tartarorum de Simon de Saint-Quentin.  44  Qu‟est-ce que l‟Asie Mineure chrétienne? On ne saurait en sous-estimer l‟importance pour le monde chrétien. Avant tout, c‟est la terre des Apôtres. Quatre des treize apôtres Ŕ André, Jean, Thomas et Philippe Ŕ y ont laissé les traces de leur activité. André, frère de Pierre, a, entre autres, prophétisé en Asie Mineure, avant d‟être crucifié en Grèce. Jean, auteur de l‟un des Evangiles, a évangelisé la péninsule et, selon les sources, est mort à Ephèse. Les reliques de Thomas, connu surtout pour avoir douté de l‟identité du Christ ressuscité, reposent à Edesse, ville dans le sud de l‟Asie Mineure. Enfin, Philippe aurait été missionnaire en Phrygie. Saint Paul, l‟une des grandes figures du christianisme, a contribué énormément à l‟expansion de la nouvelle religion, en fondant des églises partout en Asie Mineure. Le culte de saint Georges, vénéré dans le monde chrétien depuis la Russie jusqu‟en Irlande vient également de l‟Asie Mineure. L‟Asie Mineure a encore donné naissance à la grande majorité des Pères de l‟Église, dont les œuvres ont joui d‟une autorité incontestée tout au long du Moyen Âge. Sans entrer trop en détails, bornons-nous à donner, par ordre chronologique, la liste de quelques-uns des grands Pères de l‟Église avec leur lieu de naissance et d‟autres informations pertinentes dans le but de donner une idée plus claire de l‟importance de l‟Asie Mineure pour l‟histoire chrétienne.  Table 1.1 Les Saints chrétiens nés en Asie Mineure Nom / Date de naissance Saint Polycarpe de Smyrne (69-156) Saint Irénée de Lyon (140-202)  Aire géographique Né en Asie Mineure. Evêque de Smyrne (auj. Izmir, en Turquie) Né à Smyrne, en Asie Mineure. Evêque de Lyon.  Autres renseignements Disciple de saint Jean  Premier théologien de l‟Église. 45  Les Saints chrétiens nés en Asie Mineure (cont.) Nom / Date de naissance Saint Eusèbe de Césarée (263-338) Saint Basile de Césarée (le Grand) (329-379)  Saint Grégoire de Nysse (335-395) Saint Grégoire de Nazianze (329-390) Evagre le Pontique (346-399) Saint Jean Chrysostome (344-407) Marc l‟Ermite (l‟Ascète) ( ?-5e siècle) Saint Syméon le Nouveau Théologien (949-1022)  Aire géographique Originaire d‟Asie Mineure. Evêque de Césarée (Palestine). Né à Césarée, en Cappadoce. Evêque de Césarée. Né à Césarée, en Cappadoce. Evêque de Nysse. Né à Arianze, en Cappadoce. Evêque de Constantinople. Né à Ibora, en Cappadoce. Né à Antioche (Turquie). Evêque de Constantinople. Supérieur du monastère d‟Ancyre (auj. Ankara, Turquie) en Galatie. Né à Galate, en Paphlagonie.  Autres renseignements Auteur de la première “histoire de l‟Église,” Histoire ecclésiastique. Fondateur du monachisme grec, reformateur liturgique, premier des grands docteurs œcumeniques. Théologien mystique. Affirma l‟immortalité de l‟âme. Mystique, grand théologien et prédicateur. Anachorète en Egypte, théoricien de l‟ascèse. Grand predicateur de l‟église d‟Orient. Disciple de saint Jean Chrysostome. Higoumène du monastère Saint-Mamas de Constantinople.  Un regard jeté sur les lieux de naissance des saints Pères permet de constater que l‟Asie Mineure chrétienne représente un territoire bien plus vaste que l‟Asie Mineure antique. En effet, l‟Antiquité ne s‟intéressait qu‟aux territoires côtiers de la péninsule, surtout à ceux situés dans la partie occidentale de l‟Asie Mineure, les régions intérieures ne retenant que peu l‟attention des auteurs anciens. Par contre, les premiers chrétiens ont parcouru ce territoire d‟un bout à l‟autre, la Cappadoce devenant peu à peu l‟un des centres les plus importants de la pensée chrétienne. Les auteurs européens médiévaux ont pris en compte ce changement de centre d‟intérêt, vu que, à côté des noms géographiques bien connus depuis l‟Antiquité, commencent à apparaître d‟autres noms: Cappadoce, Tarse, Nicomédie, Sébaste,  46  Edesse… Pour en venir finalement aux textes mêmes, il devient évident que bien des auteurs médiévaux faisant mention de l‟Asie Mineure trouvent son passé chrétien pour le moins aussi important que son héritage antique. Les chroniqueurs des premières croisades, les voyageurs (Rubrouck, Simon de Saint-Quentin, Bertrandon de la Brocquière), les auteurs d‟œuvres religieuses (Jacques de Voragine) ne manquent jamais d‟évoquer un miracle, un saint ou un martyr qui ont marqué tel ou tel endroit en Asie Mineure. Il faut également, à notre avis, mentionner qu‟alors que l‟aspect chrétien de l‟Asie Mineure présente une importance considérable pour beaucoup d‟auteurs, il y en a aussi qui, pour une raison ou une autre, ne la prennent pas du tout en considération. Tel est le cas de Hayton. Alors qu‟il demeure longuement sur l‟histoire de l‟arrivée des tribus turques en Asie Mineure, il ne se donne pas du tout la peine de rappeler le passé chrétien de cette terre, ce qui est pour le moins étrange pour un auteur moine. Une explication possible pour ce manque d‟intérêt de la part de certains auteurs résiderait dans l‟expansion ininterrompue de l‟islam sur tout le territoire de l‟Asie Mineure depuis la fin du XIe siècle quand les Turcs y sont apparus pour la première fois. D‟autres terres chrétiennes tombées sous le joug des musulmans, telle l‟Espagne, sont parvenus, avec le temps, à s‟en affranchir. Cela a trouvé un écho dans certaines chansons de geste tardives où perce l‟espoir de voir un jour tout le bassin méditerranéen libre de l‟islam, comme le résume Hatem Akkari: La présence de l‟islam dans le pourtour méditérraneen ne signifie nullement puissance. Le monde musulman apparaît comme essouflé, déchiré par ses luttes internes et surtout abandonné par son Dieu et par sa foi… Avec ou sans intervention divine, le christianisme est partout victorieux en Méditerranée…54 Et, quelques lignes plus tard, il ajoute:  54  Hatem Akkari, “La Méditerranée épique: un monde en mutation ou le christianisme triomphant,” La Méditerranée épique: perceptions et représentations, ed. H. Akkari (Paris: Maisonneuve et Larose, 2002) 52.  47  La Méditerranée dessine dans l‟imaginaire poétique épique une nouvelle présence, celle du christianisme. Le monde musulman… est incapable de se défendre, il ne parvient plus à sauvegarder ses conquêtes et à préserver sa cohésion… La présence musulmane s‟efface ainsi progressivement. C‟est le monde chrétien qui s‟impose partout. C‟est cette mutation que le poète [c.à.d. l‟auteur du Lion de Bourges] a rêvée ou a pressentie. (31) Il n‟en est pas ainsi pour l‟Asie Mineure où les positions de l‟islam ne font que s‟affermir. Si, à la fin du XIe siècle, la menace musulmane ne fait qu‟apparaître, la chrétienté n‟est plus en possession que de quelques endroits en Asie Mineure vers le milieu du XVe siècle avant de tout perdre avec la prise de Constantinople par les Turcs en 1453: L‟Empereur de Constantinoble est en grande subjection du Grant Turc, car il me fut dict qu‟il luy paye tous les ans Xm ducatz de tribute seulement pour le corps de la ville de Constantinoble, affin qu‟il ne lui demande rien et ne tient plus autre chose en toute la Grece que une petite cite que on appelle Salubrie et ung chastel à III heures de Constantinoble devers le north. (Voyage 164165) Mais notre but ici n‟étant pas de nous étendre sur les luttes entre chrétiens et musulmans,55 revenons sur le passé chrétien de la péninsule et essayons de comprendre ce qu‟était l‟Asie Mineure chrétienne pour le public français médiéval.  2.2.1 Endroits bibliques de l’Asie Mineure L‟Asie Mineure figure, avant tout, dans la Bible et ce fait suffisait pour la rendre importante aux yeux du public chrétien médiéval. C‟est sur ce territoire, surtout la partie sudouest de la péninsule, que se trouvent les endroits les plus anciens et célèbres de l‟histoire biblique, à savoir le mont Ararat, où aurait accosté l‟arche de Noé lors du grand déluge, et aussi le Jardin d‟Eden traversé par les quatre fleuves du Paradis, dont l‟Euphrate et le Tigre.  55  Une partie des chapitres quatre et cinq sera consacrée à la question religieuse, importante pour la vision des Turcs par les Occidentaux médiévaux.  48  M. Guéret-Laferté,56 explorant le rôle des légendes dans la formation du mythe de l‟Orient à l‟Occident, cite parmi les topoï le mont Ararat. Bien des légendes circulaient autour de cette célèbre montagne, mentionnée chez beaucoup d‟auteurs et de voyageurs médiévaux, par exemple, Marco Polo.57 Pour illustrer son argument, Guéret-Laferté mentionne une tradition médiévale que raconte Rubrouck au sujet du mont Ararat: personne ne peut en faire l‟ascension, mais un ange apporte une planche de la fameuse arche à Saint Jacques de Nisibe qui a maintes fois tenté Ŕ en vain Ŕ de monter jusqu‟en haut de cette montagne. En effet, depuis l‟époque des premiers chrétiens, trouver les restes de l‟arche de Noé a constitué une véritable obsession pour les chrétiens. Rien d‟étonnant donc que les auteurs médiévaux racontent volontairement les tentatives Ŕ infructueuses Ŕ de gravir cette montagne. Citons un extrait de L‟Historia Tartarorum de Simon de Saint-Quentin où il s‟agit du mont Ararat. Le récit de Simon présente bien des similitudes avec celui de Rubrouck, mais aussi des différences: Est etiam ibi prope eam mons Ararat. Ibi requievit archa Noe, et in pede montis illius est prima civitas quam edificavit ibi Noe, et vocatur hec civitas Ladivine… Est autem mons ille videlicet ARath excellentissius nec unquam illuc ascendisse dicitur homo nisi monachus unus. Ille siquidem, quodam devocionis ut dicitur ardore commotus propter archam Noe que ibi requievit multociens illuc ascendere quibus potuit conatibus attemptavit. Cumque aliquam montis partem ascenderat et membra corporis fatigata quieti dabat, simper post quietem evigilans in pede montis se inveniebat. Tandem vero Dominus, ejus affectui condescendens ejusque votum et oraciones exaudiens, per angelum suum eum monuit ut semel ascenderet, ita tame nut decetero ascendere nullatenus attemptaret. Tunc ergo secures ascendit et postea descendens attemptaret. Tunc ergo secures ascendit et postea descendens inde secum ex archa unum asserem detulit. Tunc in montis pede monasterium  56  M. Guéret-Laferté, Sur les routes de l‟Empire mongol: ordre et rhétorique des relations de voyage aux XIIIe et XIVe siècles (Paris: H. Champion, 1994). 57 Marco Polo, Le Devisement dou monde, ed. Ph. Ménard, vol. 1 (Genève: Droz, 2001) 138: “Et sachiez que en ceste Grant Ermenie est l‟arche de Noé sur une grant montaigne.”  49  edificavit, in quo eundem asserem tanquam pro sacris reliquiis devote collocavit. (59-60)58 L‟élément merveilleux est bien présent dans ce passage. En plus, il est intéressant de noter que Simon attribue à Noé lui-même la fondation d‟une ville, Ladivine,59 ce qui est tout à fait en accord avec l‟assertion que certains lieux engendrent des légendes autour d‟eux. Il en est, d‟ailleurs, de même pour les fleuves Euphrate et Tigre qui prennent leurs sources dans la région montagneuse de l‟Asie Mineure orientale. À en croire la Bible (Genèse 2:10-14), ce sont deux fleuves du Paradis Terrestre (ou du Jardin d‟Eden). L‟emplacement de ce paradis a donné lieu à un grand nombre d‟hypothèses contradictoires.60 Souvent, l‟Eden était placé aux sources du Tigre et de l‟Euphrate pour deux raisons: premièrement, les deux fleuves étaient censés traverser un jardin, et, deuxièmement, au milieu d‟Eden se dressait une très haute montagne, le mont Ararat. On n‟a qu‟à voir ce qu‟en écrit, par exemple, Pierre Comestor, théologien français du XIIe siècle, auteur de la célèbre Bible Historiale. D‟après lui, la montagne du Jardin d‟Eden était si haute que les eaux du Déluge n‟ont pas pu la toucher.61 Les gens au Moyen Âge connaissaient bien les deux fleuves: les chroniques des croisades en font surtout mention, l‟Asie Mineure orientale étant le théâtre de guerre entre  58  “Près d‟elle [la ville d‟Ani] se trouve le mont Ararat. Là repose l‟arche de Noë, et au pied de ladite montagne est la première ville que construisit Noé, et cette ville s‟appelle Ladivine... Le mont Ararat est très excellent, et l‟on dit qu‟aucun homme, sauf un moine, ne put jamais le gravir. Quant au moine, lui, mû par la fervente ardeur vers l‟arche de Noé qui reposait là, entreprit maintes tentatives pour y monter. Quand il faisait l‟ascension d‟une partie de la montagne et qu‟il donnait repos à ses membres fatigués, il se retrouvait toujours Ŕ après le repos Ŕ au pied de la montagne. En fin de compte, Dieu, touché par ses prières et exauçant ses vœux, prevint le moine, par l‟intermédiaire de son ange, qu‟il ne monterait qu‟une fois la montagne, à condition de ne plus entreprendre aucune autre tentative. Ainsi aidé, il monta et, avant de descendre, détacha une planche de l‟arche. Après, il bâtit un monastère au pied de la montagne, à l‟intérieur duquel il plaça cette planche en guise de sainte relique” (notre traduction). 59 Jean Richard suggère qu‟il pourrait s‟agir de Nakhitchévan, bien que cette attribution soit discutable, reconnaît-il (Saint-Quentin 59). 60 Corin Braga, Le Paradis interdit au Moyen Âge: la quête manquée de l‟Eden oriental (Paris: L‟Hartmann, 2004) 129. 61 Braga 129.  50  chrétiens et musulmans lors des deux premières croisades. À côté des descriptions bien réalistes des croisés traversant ou longeant ces fleuves, il faut ne pas oublier non plus l‟aspect merveilleux de l‟Euphrate et du Tigre: leur statut de fleuves paradisiaques devait, d‟ailleurs, amener tout naturellement à les voir d‟une façon particulière et à leur donner une couleur merveilleuse. Pour nous en convaincre, tournons-nous une fois de plus vers Le Roman d‟Alexandre. Dans cette œuvre figurent trois fontaines: une ressuscite les morts, la seconde rend la jeunesse et la troisième donne l‟immortalité. De ces trois fontaines, Alexandre ne découvre que les deux premières, et c‟est la fontaine de jouvence qui nous intéresse ici. L‟auteur en donne une longue description pittoresque (III, vv. 3616-3712) dont nous ne citerons que les extraits les plus intéressants. Après la description physique de la fontaine, l‟auteur démontre à Alexandre, incrédule, Ŕ et au public Ŕ ses pouvoirs salubres: Mais del jovent de l‟eaue ne puet il croire mie Ne ja n‟en iert seürs des que la prueve die. Antigonus i entre, qui la teste ot florie, Qui tant avoit vescu que tous li cors li plie; Trois fois s‟i est baigniés, mais de ce fist folie, Qu‟a tant s‟en vaut issir, por un poi qu‟il ne nie. Sempres i fust peris quant li conduis li crie: “La quarte fois s‟i baint, si iert l‟uevre acomplie.” Qant il issi de l‟eaue, ce sachiés sans boisdie, Plus biau chevalier n‟ot dedens lor compaignie. Tous revint en jovent de sa bachelerie. En l‟aé de trente ans, plains de chevalerie. (III, vv. 3667-3678) À cette vue, Alexandre s‟exclame que cette métamorphose est la plus grande merveille du monde. En guise d‟explication, le poète se croit obligé de préciser d‟où vient cette eau magique: “La fontaine sordoit d‟un flun de Paradis / De l‟eaue d‟Eufratés, qui depart de Tigris.” (III, vv. 3680-3681). Il faut dire quand même que, dans le but de renforcer davantage le côté merveilleux de l‟histoire, le poète place cette fontaine quelque part en Inde, espace mythique et merveilleux par excellence pour les Occidentaux du Moyen Âge. Ce genre 51  d‟inexactitudes géographiques était, après tout, fort répandu à l‟époque et n‟embarassait personne.  2.2.2 Foyers monastiques de l’Asie Mineure La présence chrétienne millénaire en Asie Mineure a laissé de nombreux vestiges matériaux dont des monastères, éparpillés d‟un bout à l‟autre de la péninsule, et des églises pleines de saintes reliques. L‟Anatolie était devenue une terre tout à fait chrétienne, et elle était vue comme telle par les premiers croisés venus combattre les hordes turques conquérantes qui menaçaient la chrétienté. C‟est notamment l‟est de l‟Asie Mineure qui attirait l‟attention des voyageurs occidentaux par son abondance d‟églises et de foyers monastiques. Ainsi, Rubrouck, dont le chemin de retour passait par l‟Anatolie, nous apprend que la ville de Naxua renfermait autrefois quatre-vingt églises arméniennes, dont il n‟est resté que deux, les Sarrasins ayant détruit le reste (il n‟est pas clair à qui Rubrouck fait référence ici, aux Turcs ou bien aux Mongols).62 De sa part, Simon de Saint-Quentin mentionne, comme nous l‟avons vu plus haut, un “monasterium” au pied du mont Ararat, où était conservée une planche de l‟arche de Noé. Voici ce que le même auteur rapporte sur un autre monastère, le couvent jacobite de Mar Barsauma Ŕ “Sanctus Braisamus” Ŕ situé aux environs de Gargar (auj. Gerger, Turquie, près de la ville de Malatya), très célèbre à l‟époque: “Est etiam in eodem regno locus qui dicitur Sanctus Braisamus ubi est monasterium monachorum .CCC…” (Saint-Quentin 68).63 En lisant les rapports des voyageurs occidentaux des XIIIe-XIVe siècles racontant la présence des églises et des monastères sur le territoire anatolien on ne peut que se demander 62  G. de Rubrouck, Voyage dans l‟Empire mongol, 1253-1255, ed. Cl. Kappler (Paris: Payot, 1985). “Aussi, dans le même royaume [la Turquie] il y a un lieu qui s‟appelle „Sanctus Braisamus‟ où se trouve un monastère de 300 moines... .” (notre traduction) 63  52  pourquoi ces institutions restaient toujours actives sous la domination des Turcs seldjoukides, musulmans, bien évidemment. On a souvent l‟impression que la domination turque a mis fin à la présence chrétienne en Asie Mineure, les évêques, les prêtres et les moines ayant fui devant le déferlement des musulmans sur ce territoire. Pourtant, en analysant les faits, on voit qu‟une telle approche est loin d‟être correcte. Il n‟entre pas dans nos intentions de nous étendre sur les relations entre chrétiens et musulmans en Asie Mineure à l‟époque médiévale, mais qu‟il nous soit permis de citer deux passages tirés d‟un article de l‟historien turc Osman Turan,64 afin de donner un bref aperçu sur l‟état de choses réel. Le premier passage concerne le monastère Bar Sauma déjà mentionné: Situé aux environs de Malatya et constituant un lieu saint et un centre de culture des Syriaques, Bar Sauma maintint sa haute situation et sa renommée durant tout le cours de la domination seldjoukide. On le croyait fondé au nom d‟un apôtre; on y recevait, hormis ceux qui venaient d‟Anatolie, la visite des chrétiens venant sans cesse de Syrie et de Mésopotamie. On dit qu‟il hébergeait 300 moines. De nombreux passages dans les textes témoignent que les sultans seldjoukides le visitaient parfois et faisaient des dons aux prêtres. Il paraît que le monastère payait à l‟État un impôt annuel de 300 dinars au XIIe et 1000 dinars au XIIIe siècle. Les souverains l‟exemptaient quelquefois d‟impôts, comme d‟ailleurs ils le faisaient avec d‟autres monastères. (95-96) Le deuxième passage, que Turan emprunte au chroniqueur médiéval Michel le Syrien, démontre, sur un exemple précis, la haute importance que les Turcs médiévaux accordaient à la tolérance religieuse: L‟émir Danishmendite, dont le fanatisme et la politique de violence vis-à-vis des chrétiens ont été mentionnés plus haut, s‟empara en 1151 du grand crucifix d‟or qui se trouvait au monastère de Sarika (auj. Sariz, dans la Turquie centrale), en chassa les moines et installa les Turcs sur les terres appartenant au monastère; mais ses propres gens lui dirent que ses aïeux avaient respecté ce lieu; de la sorte, les prêtres rentrèrent dans leurs droits en payant la rançon pour la croix d‟or et l‟impôt annuel. (96)  64  Osman Turan, “Les Souverains seldjoukides et leurs sujets non-musulmans,” Studia Islamica 1 (1953): 65100.  53  Nous entrerons en plus de détails sur la tolérance religieuse des Turcs dans le chapitre quatre; ici, notre but consiste à expliquer l‟existence des institutions chrétiennes sur le territoire anatolien en pleine période de domination turque.65 Le bon voisinage entre diverses communautés religieuses devient évident dans l‟extrait suivant tiré du récit de Rubrouck: “A la purification [le 2 février 1255], je me trouvai dans une ville appelée Ani, qui appartient à Sahensa et dont la position est très forte. Il y a là mille églises des Arméniens et deux synagogues de Sarrasins” (240). Pourtant, il faut bien reconnaître qu‟avec le temps, la Turquie est devenue bien plus fermée aux chrétiens, et malgré le fait que les chrétiens Ŕ catholiques et orthodoxes Ŕ continuaient à l‟habiter ou à y venir nombreux surtout en tant que marchands, les Turcs ottomans du XVe siècle montrent moins de tolérance religieuse que leurs prédécesseurs seldjoukides deux ou trois siècles auparavant. Cela se voit surtout dans le récit de voyage de Bertrandon de la Brocquière qui s‟est vu obligé de se déguiser en Turc afin de voyager tranquillement à travers la Turquie, malgré tous les dangers qu‟il courait en entreprenant un tel voyage et les avertissements des autres voyageurs chrétiens: “Ilz me dirent que ce seroit chose impossible et que se je avoie mille vies, je les perdroye aincois” (107). Le caractère hyperbolique d‟une telle affirmation est évident; il traduit, pourtant, bien l‟appréhension que les gens du Moyen Âge ressentaient pour la Turquie à l‟époque en question. L‟image désolante d‟une ancienne ville chrétienne, devenue musulmane se présente aux yeux du voyageur à Misses (ou Mamistra, auj. Yakapınar, près d‟Adana, dans le sud de la Turquie). C‟est aussi là que Bertrandon voit les anciennes églises transformées en mosquées, pratique courante chez les musulmans:  65  Pour plus de renseignements à ce sujet, nous renvoyons à l‟article déjà cité de O. Turan.  54  Et a esté ceste ville aux Crestiens, car il y a encores aulcunes eglises a moittié destruictes. Et sy y est encores le cueur de la grant eglise qui est bel par dehors, car, par dedans, ilz y ont fait une musquée. Et ne habite dedans ceste ville que Turquemans en bien III cens maisons. (Voyage 94-95) Pourtant, même à l‟époque ottomane, le christianisme restait assez répandu en Turquie, ce qui n‟a pas échappé à l‟attention des auteurs occidentaux décrivant le pays.  2.2.3 Saints et villes saintes de l’Asie Mineure dans la tradition chrétienne occidentale du Moyen Âge Il présente un certain intérêt, dans le cadre du présent travail, de nous pencher sur quelques épisodes de l‟histoire chrétienne qui mettent en évidence les liens existant depuis des siècles entre l‟Asie Mineure et la Gaule, du point de vue de la religion. Cela concerne notamment les saints suivants: Saint Gorgon, Saint Hilaire, Saint Irénée de Lyon et, enfin, Sainte Marthe. Ici, nous ne nous proposons pas de faire une analyse détaillée de chacune de ces saintes figures, mais de nous arrêter uniquement sur les moments où de tels liens se font les plus manifestes. Mentionnons, avant tout, Saint Gorgon, originaire d‟Asie Mineure, mais dont le culte était très répandu France. C‟est là, en plus, où sont conservées ses reliques: d‟après Voragine, “en l‟an du Seigneur 764, un évêque de Metz, neveu du roi Pepin, transféra dans les Gaules le corps de saint Gorgon et le déposa au monastère de Gorze,” près de Metz.66 Le nom de Saint Hilaire, évêque aquitain lutteur contre l‟arianisme, est aussi lié, d‟une façon ou d‟une autre, à l‟Asie Mineure: il est connu que l‟empereur Constance, favorable à l‟hérésie arienne, a fait déporter saint Hilaire de Gaule en Asie Mineure en 356, d‟où il n‟est revenu qu‟en 360 ou 361. Père de l‟Église, premier théologien du christianisme,67 prêcheur  66 67  Jacques de Voragine, La Légende dorée, ed. Alain Boureau (Paris: Gallimard, 2004) 1377. C‟est Saint Irénée de Lyon qui a composé une première Somme de théologie chrétienne.  55  ayant fourni des efforts considérables pour répandre la foi chrétienne en Gaule, Saint Irénée de Lyon est lui aussi originaire d‟Asie Mineure, plus précisement de Smyrne (sur la côte d‟Asie Mineure) et, bien qu‟il ait passé la majeure partie de sa vie en Gaule, il n‟a jamais, semble-t-il, coupé les liens avec sa patrie.68 N‟oublions pas non plus l‟histoire de Sainte Marthe, sœur de Marie-Madeleine, et de la célèbre Tarasque, animal fabuleux (serpent ou dragon de mer) qui sema la terreur en Provence avant de se laisser dominer par la sainte. Le lieu d‟origine de ce monstre est, pourtant, moins connu. Voyons ce qu‟en dit Voragine: “Il [le dragon] était venu par mer depuis la Galatie d‟Asie et avait été engendré par Léviathan, un serpent très féroce vivant dans l‟eau, et par un animal appelé onachus, qui naît en Galatie: contre ceux qui le poursuivent, cet animal jette ses excréments comme un dard à une trentaine de mètres, et tout ce qu‟il touche, il le brûle comme s‟il était de feu. (555) La Tarasque provençale serait, donc, originaire d‟Asie Mineure. Notons aussi la référence assez curieuse à l‟onachus: Voragine a dû emprunter cet animal imaginaire à Solin, en n‟apportant que très peu de modifications dans sa description.69 Terre pleine de souvenirs bibliques, pays où, même à l'époque seldjoukide et ottomane, abondaient des églises et des monastères, l'Asie Mineure était aussi associée, pour les Européens du Moyen Âge, avec de nombreux saints et martyrs, connus et vénérés partout dans la chrétienté. Les historiens de croisades, tel Guillaume de Tyr, les voyageurs comme Simon de Saint-Quentin, Bertrandon de la Brocquière, ou encore les hagiographes comme Jacques de Voragine, ne manquent jamais, en mentionnnant une ville d'Asie Mineure, de rappeler au lecteur quel saint y est né ou y a souffert le martyre, ou quel miracle s'y est accompli. Parmi de nombreuses villes d'Anatolie, il y en a plusieurs qui reviennent de façon  68  Ainsi, il prend à cœur la décision du pape Victor d‟excommuniquer les évêques d‟Asie Mineure, désireux de célébrer la Pâque le 14 nisan, comme les Juifs, et tentera de faire renoncer le pape à sa décision. 69 Par exemple, le “bonnaque” de Solin devient “onachus” chez Voragine; d‟après Solin, l‟animal habite la Lydie et non pas la Galatie, comme le dit Voragine.  56  récurrente sous la plume des auteurs médiévaux. Ce sont, par ordre alphabétique, Césarée de Cappadoce, Edesse, Ephèse, Konya, Myre, Sébaste et Tarse. En recourant aux textes de notre corpus, jetons un regard d‟ensemble sur ces villes pour en comprendre l‟importance aux yeux des Français médiévaux du point de vue religieux. Le nom de Césarée70 apparaît plus d‟une fois sur les pages des auteurs français du Moyen Âge. La ville est “illustre par ses miracles et prodiges” (Voragine 352), mais surtout par son association avec Saint Basile, né dans cette ville. Ainsi Guillaume de Tyr parle de “Cesaire, la citez dont misires sainz Basiles, li bons clers, fu arcevesques” (1:849). Rubrouck, lui aussi, mentionne brièvement ce fait: “A l'octave de Pâques [4 avril] nous arrivâmes à Césarée de Cappadoce où est l'église de saint Basile le Grand” (241). Bertrandon de la Brocquière, ce voyageur du XVe siècle, regrette de ne pas avoir pu s'arrêter dans cette ville: “J estoie passé à une demie journée prez d une grosse ville où le corps saint Basile gist” (Voyage 120). Césarée de Cappadoce est aussi mentionnée à deux reprises dans la Légende dorée.71 La ville d'Edesse ne le cède en rien à Césarée quant à la réputation dans le monde chrétien. En plus de sa célébrité pour être le lieu où repose Saint Thomas et où, après sa fuite de la maison paternelle, Saint Alexis a passé dix-sept ans, “au service de Dieu, sur le parvis” (Voragine 505), Edesse doit sa notoriété surtout à la légende du roi Abgar d'Edesse, bénéficiaire d'une lettre du Christ et de son portrait miraculeusement produit et envoyé par le  70  Césarée se trouve en Capadoce, territoire en Anatolie centrale aux frontières imprécises, qui tient une place à part dans la culture chrétienne, pas moins d'une centaine de saints ayant lié leur destin à cette terre. 71 Dans le chapitre sur saint Etienne (ch. 8), Voragine raconte l'histoire des deux jeunes gens, originaires de cette ville, qui ont été maudits par leur mère et guéris dans l'église de St. Etienne à Hippone en présence de saint Augustin. Le court chapitre sur saint Longin (ch. 47), connu pour avoir percé d'un coup de lance le corps de Jésus-Christ, raconte ce qui est arrivé à ce centurion par la suite: ayant cru dans le Christ, “il renonça à la vie militaire et, instruit par les apôtres, il mena une vie monastique à Césarée de Cappadoce durant vingt-huit ans et convertit de très nombreuses personnes par son exemple et par sa parole” (245).  57  Seigneur lui-même. Cet épisode est mentionné dans trois chapitres de La Légende dorée (ch. 5, 90, 155) ce qui témoigne de son renom. La sainte lettre a joué le rôle de protectrice de la ville mais, néanmoins, n‟a pas réussi à sauver la ville des envahisseurs turcs: Cette lettre de notre Seigneur Jésus-Christ a une telle puissance, dit-on, qu'aucun hérétique ni aucun païen ne saurait vivre dans la ville d'Edesse, et qu'aucun tyran n'oserait lui nuire. En effet, s'il arrive qu'un peuple en arme a pu s'attaquer à cette cité, un enfant se tient en haut de la porte et lit cette lettre, et le même jour les ennemis terrifiés s'enfuient ou, retrouvant un esprit pacifique, traitent avec les habitants; c'est ce qui est arrivé jadis, à ce qu'on raconte. Mais par la suite, la ville fut prise par les Sarrasins et profanée: elle perdit sa protection à cause de l'abondance des péchés qui s'est manifestée dans tout l'Orient. (874) Ici, Voragine se réfère, évidemment, à la conquête d'Edesse par les Turcs le 23 décembre 1144, événement qui a eu d'énormes répercussions partout en Occident et qui a mené à la Seconde croisade. La figure biblique qui a rendu Ephèse connu dans le monde chrétien est celle de saint Jean l'Evangéliste qui a passé une grande partie de sa vie dans cette ville, comme le résume Guillaume de Tyr: “[Les croisés] entrerent en la cité d'Ephese qui mout est ennorée, porce que misires Jehan l'evangeliste i abita, preescha et morut; encore i pert sa sepouture” (1:746). L'auteur de Li Fet des Romains, racontant le passage de Pompée près d'Ephèse, se croit obligé de rappeler au lecteur que “Seinz Johans l evangelistres fu vesques d Ephese et i gist” (553). Cette ville doit sa gloire aussi à la légende chrétienne des Sept Dormants d'Ephèse, très connue en France à l‟époque médiévale.72 Elle figure, entre autres, dans le texte de Voragine qui reproduit, presque mot-à-mot, le texte de Jean de Mailly qui à son tour l'a emprunté à Grégoire de Tours.  72  C'est ainsi qu'au début du XIIIe siècle s'est instauré la tradition des Sept Dormants de Marmoutier, près de Tours. Voir à ce sujet Voragine 1307.  58  Le nom de Konya (ou Iconium) apparaît souvent dans les sources occidentales médiévales, car cette ville se trouvait sur la route des croisés, des marchands et des voyageurs. Dans l'histoire chrétienne, Konya Ŕ comme tant d'autres villes d'Asie Mineure Ŕ est associée au nom de l'apôtre Paul qui y a prêché.73 Comme en témoigne le récit d'un miracle auquel Simon de Saint-Quentin consacre l'ensemble du dernier chapitre de son Historia Tartarorum, même après l'installation des Turcs à Konya, qui en ont fait la capitale du nouvel empire, le Sultanat de Roum, la présence chrétienne continuait à se faire sentir fortement dans cette ville: Anno prenotato, scilicet ab incarnacione Domini .MCCXLVII., mense junio, accidit miraculum quoddam apud Yconium in loco communi ubi crux erat sculpta in quodam palacio. Quidam enim joculator ibidem stabat et in facie omnium astantium cum urso ludebat. Ursus autem levato crure super crucem prope ipsum insistentem minxit statimque videntibus omnibus ibidem expiravit. Cumque christiani astantes super id quod acciderat Deum benedicerent atque laudarent, quidam Saracenus indignatus est valde quod ibi super miraculo facto Christum attolebant. Ideoque accedens in impetu tanquam in contemptum ipsius crucis et christianorum cum manu crucem percussit statimque brachium ejus cum tota manu qua illam percusserat totaliter exaruit. Iterumque Saracenus… super crucem mingere volens morte subitanea percussus interiit. Sicque christianorum multitudine Deum magnificante super tribus miraculis jam ibidem stensis, quidam Grecus inspiratione divina inflamatus accessit ado bajulum civitatis rogans ut illlum locum immundum et abhominabilem ei venderet, in quo ad honorem Dei et sancte Crucis ecclesiam edificaret, pro quo etiam, si ipsum ei concederet, promisit quod .XXII. milia soldanorum soldano daret. At vero kaldinus, Turcorum episcopus, cum audiret quod sic habere locum illud appeteret christianus, impedivit quibus modis potuit omnibus.74 73  Voir Voragine 464; Nogent 163-4. Saint-Quentin 118: “En l‟an mentionné, à savoir 1247 après J.-C., au mois de juin, se produisit un miracle à Konya dans un endroit populaire là où fut sculptée une croix dans un certain palais. Un plaisant jouait là avec un ours devant la foule. L‟homme insistant, l‟ours leva la patte, pissa sur la croix et sur-le-champ mourut, devant la foule. Puisque, après l‟accident, les chrétiens qui y étaient présents bénirent et louèrent Dieu, un certain musulman se fâcha que, le miracle ayant eu lieu, on glorifiât ainsi le Christ. Donc, par mépris pour la croix et les chrétiens, il brisa, furieux, la croix et tout de suite sécha son bras avec toute la main qui avait brisé la croix. Alors, le musulman... voulut pisser sur la croix, mais, frappé par une mort subite, expira. Alors que la foule des chrétiens glorifiait Dieu après ce triple miracle, un Grec, enflammé par l‟inspiration divine, se rendit chez le gouverneur de la ville et le pria de lui vendre ce lieu immonde et abominable pour qu‟il pût y construire une église à l‟honneur de Dieu et de la sainte Croix. Si celui-là le lui octroyait, il promit de verser 22 mille soldes au sultan. Mais quand le kadi Ŕ évêque des Turcs Ŕ apprit que le chrétien désirait tellement cet endroit, il lui refusa tout moyen de réaliser son intention” (notre traduction). 74  59  Saint Nicolas a rendu célèbre la ville de Myre, située sur la côte sud de l‟Anatolie et lieu de grand nombre de miracles, dont l‟auteur fut le saint en question. Bornons-nous à mentionner la tombe miraculeuse de Saint Nicolas et le transport de sa dépouille en Italie au moment de la prise de la ville par les Turcs, ainsi racontée par Voragine: Bien longtemps après [la mort de Saint Nicolas], les Turcs détruisirent la ville de Myre. Quarante-sept soldats de la ville de Bari passèrent par là, en présence de quatre moines, ils ouvrirent la tombe de Saint Nicolas et, en 1087, ils rapportèrent à Bari ses ossements qui baignaient dans l'huile. (34) Les récits de voyages et des vies de saints médiévaux se réfèrent à Sébaste comme à un haut lieu commémorant la passion de Saint Blaise, évêque de cette ville, décapité en 315, et des Quarante martyrs, brûlés vifs. Dans son récit de voyage, Rubrouck rapporte avoir visité la sepulture des Quarante Martyrs lors de son passage à travers la Turquie,75 et Simon de Saint-Quentin décrit la ville en ces termes: “ipsa est civitas Sebaste ubi beatus Blasius ejusdem urbis episcopus martirizatus est, et alii XL simul martires” (67).76 Terminons notre bref parcours de villes d Asie Mineure célèbres dans l‟Occident médiéval par leurs références à diverses saintes figures de la chrétienté, en disant quelques mots sur Tarse, ville tout aussi illustre que les autres, et ce pour avoir été la patrie de l'apôtre Paul. En font mention Simon de Saint-Quentin (“Tarsus civitas archiepiscopalis, de qua Paulus apostolus fuisse se dicit,” 86),77 Guillaume de Tyr (“ilecques fu nez misires seinz Pol li apostres,” 1:139) et tant d'autres. Tels sont les renseignements les plus significatifs que l'on peut mettre en évidence lorsqu'il s'agit d'écrire l'histoire chrétienne de l'Asie Mineure. En fait, il peut paraître, à 75  “Nous fûmes à Sebaste, dans l'Arménie Mineure, pendant la grande Semaine [21-22 mars 1255]. Nous y visitâmes le tombeau des quarante martyrs. Il y a là une église de Saint Blaise, mais je ne pus y aller, parce qu'elle est en haut, dans la forteresse” (241). 76 “C‟est la ville de Sebaste où le béat Blaise, évêque de cette ville, fut martyrisé, ainsi que 40 autres martyrs” (notre traduction). 77 “Tarse, ville épiscopale, où naquit l‟apôtre Paul, dit-on” (notre traduction).  60  première vue, que les médiévaux marquaient un intérêt fort limité aux références géographiques, n'ancrant tel ou tel épisode sacré dans un lieu précis que dans le but de rendre le récit plus convaincant et véridique. Il va sans dire que l'on accordait au contenu des légendes une plus haute importance qu'aux indications géographiques. N'oublions pas non plus que l'imprécision géographique était très répandue au Moyen Âge. Pourtant, l'analyse des textes permet d'affirmer que les noms de villes et d'autres endroits ne sont pas cités que pour la forme. Comme le souligne Guéret-Laferté, les relations médiévales de voyage Ŕ mais aussi les chroniques des croisades, les vies de saints, etc. Ŕ comportent très fréquemment des références aux lieux sacrés qui fonctionnent comme un topos, “lieu commun du savoir partagé” (334), les textes conjuguant ainsi “parcours géographique et parcours historique” (334). Un grand nombre de tels topoï en Asie Mineure devaient conférer un statut tout à fait particulier à ce territoire aux yeux des chrétiens au Moyen Âge. L'ensemble de la péninsule revêtait, pour ainsi dire, un caractère sacré. Ce n'est pas par hasard que, dans le chapitre intitulé “De nobilitate ac magnitudine regni Turquie” (“De la nobilité et la magnificence du règne de Turquie”), Simon de Saint-Quentin ne fait énumérer que les endroits sacrés par leur relation à l'histoire chrétienne: Mélitène, c'est la patrie de Saint Georges; Samosate garde la croix de l'un des deux voleurs, crucifiés avec le Christ; Sivas (Sébaste), comme nous l'avons déjà dit ailleurs, aurait vu le martyre de Saint Blaise; Néocésarée aurait donné naissance aux trois Rois Mages, etc.78 Pour un chrétien, la Turquie, “pays des Turcs,” même en plein XIIIe siècle, restait une terre remarquable pour ses miracles, ses saints, ses martyrs. En fait, même au milieu du XVe siècle, quelques années avant la prise de Constantinople par les Turcs, Bertrandon de la Brocquière évoque constamment le passé chrétien de l'Asie Mineure devenue Turquie. 78  Saint-Quentin 67-68.  61  Malgré des siècles d'occupation musulmane, cette terre continuait à être perçue, avec nostalgie, comme un des plus hauts lieux de la chrétienté.  2.3 L’ASIE MINEURE CONTEMPORAINE SOUS LE REGARD DES AUTEURS MÉDIÉVAUX Tout en réservant une place considérable au passé antique et chrétien de l‟Asie Mineure, les sources médiévales occidentales sont, en même temps, une véritable mine de renseignements sur la Turquie contemporaine. Nous nous intéresserons, dans la présente section, 1) à établir quel genre d‟information sur la Turquie parvenait jusqu‟au public français et par quelles voies, 2) à savoir sous quels noms le territoire de l‟Asie Mineure était connu du public français du Moyen Âge, portant une attention particulière aux éclaircissements fournis par les auteurs eux-mêmes à ce sujet, et 3) à étudier de près la description de divers aspects du paysage turc, surtout la fonction de la description. En d‟autres termes, quels buts les auteurs médiévaux poursuiventils en créant une telle image de la Turquie et jusqu'à quel point ces renseignements sont-ils crédibles ?  2.3.1 Sources d’information sur l’Asie Mineure contemporaine Afin de donner une réponse à la première question posée ci-dessus, il faut comprendre les raisons pour lesquelles la Turquie attirait l‟attention des Occidentaux durant la période médiévale. En effet, quel intérêt pouvait présenter pour les Européens ce pays assez lointain qui ne maintenait presque pas de relations directes (politiques ou économiques) 62  avec les états occidentaux? Malgré le fait que le Français ou l‟Anglais se sentait, naturellement, plus concerné par ce qui se passait dans son propre pays et dans les pays proches du sien, le sort de la Turquie ne devait pas lui être tout à fait indifférent, vu le nombre et la diversité de renseignements contenus dans les chroniques, les récits de voyage et divers traités. À en croire les sources, l‟importance de la Turquie pour les Européens provenait, entre autres, de sa position géographique et de son implication dans le commerce international. Les auteurs occidentaux viennent confirmer, à maintes reprises, la réputation de la Turquie en tant que plaque tournante du commerce méditerranéen. Comme le relate René Grousset, le pays était un lieu d‟échange et de commerce incontournable pour tous les marchands opérant sur la route liant l‟Ouest à l‟Extrême Orient: Deux grandes routes transcontinentales unissaient à la fin du XIIIe siècle l‟Occident et l‟Extrême Orient. D‟abord la route du Qiptchaq à Touenhouang, qui, pour les Occidentaux, partait des comptoirs génois et vénitiens de Crimée… Une autre route passait par le khanat mongol de Perse. On partait soit de la ville de Trébizonde… sur la mer Noire, soit de Lajazzo, le port le plus actif du royaume arménien de Cilicie… D‟un côté comme de l‟autre, à travers la partie orientale du sultanat seldjouqide d‟Asie Mineure, étroitement vassal du khanat mongol de Perse, on gagnait Tauris, ville qui faisait figure de capitale de ce khanat.79 L‟importance commerciale de la ville de Layas est également mise en évidence par Marco Polo qui, dans le chapitre sur l‟Arménie Mineure, ne cache pas son admiration pour la richesse et la prospérité de ce port anatolien: Encore y a sur la mer une vile qui est apelee Laias, laquele est de grant marcheandise, car sachiez que toute espiscerie et dras de soie et dorez se portent a ceste vile et toutes autres choses. Et les marchans de Venise et de Gennes et de tous autres pays y viennent et vendent la le leur et achatent ce que mestier leur est; et chascuns qui veult aler enfra tere, ou marcheant ou autre, prennent leur voie de ceste vile. (136) 79  René Grousset, L‟Empire des steppes (Paris: Payot, 1948) 382-3.  63  Les textes médiévaux rapportent aussi que la Turquie ne se trouvait pas que sur la route du grand commerce d‟Orient. D‟après Rubrouck, le commerce marchait tout aussi bien dans l‟axe nord-sud: “C‟est là [à Soldaïa, en Crimée] où abordent tous les marchands venant de Turquie pour passer vers les pays septentrionaux, ceux aussi qui viennent de Russie et veulent passer en Turquie” (283). L‟expansion territoriale de l‟Empire ottoman n‟a pas mis fin au commerce international en Turquie, les marchands européens y venant presqu‟aussi nombreux que dans les siècles précédents. Ainsi, Brocquière Ŕ qui, à propos, se fait lui-même passer pour un marchand afin de pouvoir entrer et voyager librement en Turquie Ŕ raconte qu‟une fois arrivé à Bourse, il se dirige directement au bazar de la ville où il ne tarde pas à tomber sur un marchand génois auquel il avait des lettres à remettre et, après, ce même Génois le “fist mener a l‟ostel d‟ung Florentin” (Voyage 131). Il paraît que la réalité ne correspondait pas tout à fait aux idées répandues sur une Turquie repliée sur elle-même et présentant un danger de mort à tout chrétien qui s‟y aventurerait, puisque l‟on voit bien que les Européens avaient la liberté de faire du commerce, de tenir une auberge en Turquie en pleine période d‟expansion ottomane. Pourtant, malgré cela, il faut reconnaître que la peur du danger est toujours à l‟arrière-plan dans le récit de Brocquière, et il est bien loin le temps où les Européens se comportaient en maîtres en Turquie, gérant de grandes entreprises, comme celle dont fait mention Rubrouck: A Yconium je trouvai… un marchand Génois d'Acre, appelé Nicolas de Sancto Siro, qui, avec un sien compagnon de Venise, appelé Boniface de Molendino, avait monopolisé tout l'alun de Turquie, si bien que le Soudan de Turquie ne pouvait en vendre à personne, si ce n'est à eux deux. (242) Devant ces témoignages, il est lieu de remarquer que l‟intérêt commercial débouchant sur l‟expansion économique de l‟Occident vers l‟Orient, entamée par les croisades, peut être 64  interprété comme expression de colonialisme, d‟impérialisme économique occidental vis-àvis de l‟Orient et comme début de la constitution du discours orientaliste en Occident.80 L‟intérêt que la Turquie devait présenter aux Européens du point de vue commercial était aussi lié aux produits de Turquie connus en Occident. Parmi de tels produits une place importante revenait aux tapis turcs: parti de Bourse pour Constantinople, Brocquière s‟arrête un moment dans la plaine de Guémlik afin d‟observer la production de ces tapis (“Et fu le lieu où je veis premierement faire les tappis de Turquie,” 138). Simon de Saint-Quentin, lui aussi, mentionne dans les passages consacrés à l‟industrie et à l‟économie de la Turquie des produits qui étaient surtout en demande en Europe. Il s‟agit avant tout de l‟alun turc, très demandé par l‟industrie textile occidentale: “est autem alumnis minera juxta Savastiam que valet unam argentariam” (69).81 Après vient le “coccus” ou “kermès” (graine d‟écarlate). Comme le souligne Jean Richard, la draperie médiévale faisait venir ce produit surtout d‟Espagne, de Provence ou de Grèce, mais celui de Turquie n‟était pas inconnu non plus. Enfin, la laine turque s‟avère avoir été exceptionnellement importante pour l‟industrie textile européenne, comme il devient évident à la lecture du témoignage suivant : “Ibi eciam preter lanas ovium habent lanam caprinam optimam de qua fiunt capelli de bonet qui mittuntur venales in Franciam et Angliam.”82 L‟exportation de la soie, tissu si apprécié et recherché en Occident, ne manquait pas non plus d‟attirer les regards des Européens sur la Turquie. Dans le chapitre sur la “province de Turquemanie” (ch. XX), Marco Polo relate tout expressément qu‟“Ermins et Grex, qui 80  Voir Robert Bartlett, The Making of Europe: Conquest, Colonization and Cultural Change, 950-1350 (Princeton: Princeton University Press, 1993); Robert I. Burns, Medieval Colonialism. Postcrusade Exploitation of Islamic Valencia (Princeton University Press, 1975). 81 “Il y a une mine d‟aluminium près de Sébaste qui en vaut bien une d‟argent” (notre traduction). Voir aussi Cl. Cahen, “Le Commerce anatolien au début du XIIIe siècle,” Mélanges d‟histoire du Moyen Âge (1951): 91-101. 82 Saint-Quentin 69: “Là, en plus de la laine de brebis, ils ont aussi de la laine de chèvre excellente dont on fait du tissu de bonnet qui se vend en France et en Angleterre.” (notre traduction)  65  melleement demeurent avec eulz [les Turcs] en villes et en chastiaus… labeurent dras de soie de maintes couleurs moult biaux et moult riches [en] moult grant cantite, et d‟autres choses assez” (137). Quant à Rubrouck, il rapporte que, parmi les produits exportés par les Turcs vers les pays du Nord, figuraient des toiles de coton, des épices et des draps de soie (284). Simon de Saint-Quentin, lui aussi, fait mention d‟étoffes de soie produites en Turquie, comme “sabit” et “tabis” (70). À la valeur économique internationale du territoire anatolien vient s‟ajouter la valeur religieuse dans ce sens que la Turquie fut, pendant des siècles, considérée comme une des trois principales routes menant à la Terre Sainte.83 Avant le déferlement des Turcs en Asie Mineure, les pèlerins européens n‟hésitaient pas à se rendre en Palestine en traversant l‟Asie Mineure, terre chrétienne faisant partie de l‟Empire byzantin. Vers le XIVe siècle, pourtant, la popularité de cette voie a bien diminué, les pèlerins désirant éviter des ennuis que pouvaient leur créer les musulmans, devenus désormais les seuls maîtres de cette terre. La description faite par Hayton de la deuxième voie menant à la Terre Sainte explicite la raison pour laquelle le passage à travers la Turquie est devenu, vers le début du XIVe siècle, impraticable pour les pèlerins: L‟autre seroit la voie de Costantinoble, c‟est à savoir par celle voie que tindrent le duc Godefroi de Buillon e les autres pelerins de celui temps. E, si come je croi, le passage general porroit aller seurement jusques à la cité de Costantinoble, mes passant le braz Saint Jorge, e alant par Turquie jusques au roiaume d‟Ermenie, la voie ne seroit pas seure, por les Turquemans qui sont Sarazins, e qui habitent en la Turquie. (247) Le rêve de récupérer la Terre Sainte et d‟assurer la sécurité de tous les pèlerins s‟y rendant a donné lieu à un grand nombre de projets et de traités dans lesquels les auteurs émettent des propositions qui permettent d‟éliminer une fois pour toutes le péril turc (et 83  Les deux autres routes passaient, l‟une par l‟Afrique, l‟autre par la mer. Voir Hayton 247-248.  66  musulman, en général). À ce propos ont été écrits le récit de voyage de Brocquière et Directorium ad passagium faciendum, texte latin d‟un certain Brochard, adressé en 1332 à Philippe VI de France.84 Sans être toujours sûr que ses propres forces soient suffisantes pour triompher des Turcs, l‟Occident a nourri, pendant un certain temps, l‟espoir d‟attirer à ses côtés les conquérants mongols, les Européens étant persuadés du penchant des Mongols pour le christianisme.85 Même après que les espoirs d‟amener les Mongols à la foi chrétienne se sont effondrés, on a continué en Occident à croire à la possibilité de trouver en les Mongols des alliés contre les Turcs, ne serait-ce que pour rendre sûr le passage à travers la Turquie: Voirement, les Tartars porroient delivrer e asseurer celle voie [la voie de Constantinople], e porroient ordener que de la terre de Turquie seroit aporté à l‟ost des pelerins de vitaille asses e chevaus à pris covenable. (Hayton 247248) Pourtant, les Mongols ont disparu du Proche-Orient aussi vite qu‟ils y étaient apparus, laissant les musulmans de la région plus forts que jamais. La voie de Turquie s‟est donc définitivement renfermée, la seule voie restée libre aux pèlerins étant celle de la mer. Ce qui est frappant dans la sélection que les auteurs médiévaux opèrent parmi les informations disponibles sur la Turquie, c‟est la priorité accordée à l‟aspect militaire. Les guerres interminables entre Européens et Turcs pour la domination du bassin méditerranéen devaient réchauffer, au cours des siècles, l‟intérêt des Occidentaux pour la Turquie et les Turcs et leur faisaient rechercher toujours plus de renseignements sur l‟ennemi pour le vaincre plus facilement. Par cela s‟explique la profusion de détails de toute sorte que fournissent les auteurs occidentaux. Ainsi, en lisant le récit de voyage de Brocquière Ŕ qui se 84  “Directorium ad passagium faciendum,” RHC, Documents arméniens, vol. 2 (Paris: Imprimerie impériale, 1906) 504: “Comment on doit avoir certaine esperance de triompher legierement des Turcz.” 85 Voir, par exemple, Jean de Joinville, La Vie de Saint-Louis, ed. Jacques Monfrin (Paris: Garnier, 1995) 423427.  67  présente, à première vue, comme une simple relation d‟un voyageur mettant toutes ses observations par écrit de façon plus ou moins désordonnée Ŕ le lecteur quelque peu avisé comprendra qu‟il s‟agit du rapport d‟un espion. Brocquière apporte, par exemple, un éclairage sur les luttes intestines entre seigneurs turcs, indice du manque d‟unité dans l‟empire (Voyage 120), sur la véritable religion de nombreux féodaux turcs, le christianisme, et la présence des chrétiens dans l‟armée turque (119). Il observe également qu‟il ne faut pas attendre d‟aide de la part des Grecs, car tout chrétiens qu‟ils sont, “ils n‟aiment point les Crestiens obeyssans à l‟eglise de Romme” (149). Il va de soi que ce genre de renseignements serait de la plus haute valeur au cas où la guerre éclaterait entre la France (ou n‟importe quel autre pays d‟Occident) et l‟Empire ottoman. Vers la fin de son récit, Brocquière jette le masque de voyageur naïf et passe à faire la liste de tous les renseignements nécessaires pour vaincre les Turcs, précédée de l‟avant-propos suivant: E pour ce que j‟ay ung peu hanté les Turcz et veu leur maniere de faire, tant en leur façon de vivre que en leurs habillemens de guerre… je me suis enhardy… d‟en parler ung pou selon mon entendement. Et principalement pour ce qu‟ilz ont eu autrefois de grans victoires sur les Crestiens, les manieres qu‟il faudroit tenir pour les rompre et deffaire en bataille, et avecques quelles gens, et gaignier leurs seugneuries. (216-217) D‟autres auteurs, comme Brochard sus-mentionné, suggèrent des idées analogues à celles de Brocquière. Même Simon de Saint-Quentin, qu‟on ne peut nullement soupçonner d‟être un lutteur acharné contre le péril turc, après une description détaillée des guerres entre seigneurs turcs et de la faiblesse du Sultanat de Roum contre les Mongols, glisse sur l‟intérêt que Saint Louis Ŕ en pleins préparatifs pour la croisade Ŕ aurait à envahir la Turquie affaiblie plutôt que la puissante Egypte:  68  Unde et a multis creditur quod si rex Francie Ludovicus mare transiens recto tramite venisset in Turquiam, libere et absque ulla contradictione reddidissent ei terram. Nam et Egipti terra quam primo agressus est valde est periculosa.86 En résumé, les informations circulant en France sur les Turcs de l‟Asie Mineure reflètent les intérêts que la Turquie présentait aux Français durant la période étudiée, intérêts économiques, religieux et, surtout, militaires. Les enjeux étant de taille, on peut supposer que les auteurs prenaient soin d‟être aussi précis que possible et ne se permettaient pas trop de fantaisie dans la présentation des faits concernant cette région. Serait-il juste de dire que le public français avait raison de croire à l‟exactitude des faits contenus dans les œuvres consacrées Ŕ ne serait-ce qu‟en partie Ŕ aux Turcs ? À notre avis, oui. Et cela pour deux raisons. D‟une part, la plupart des auteurs écrivant sur la Turquie ont vu ce pays de leurs yeux (Robert le Moine, Raimond d‟Agiles, Foucher de Chartres, Simon de Saint-Quentin, Hayton, Brocquière, Brochard) ou, au moins, ont vécu assez longtemps dans la région (Guillaume de Tyr) pour être crédibles. D‟autre part, les auteurs font souvent un effort pour nous apprendre la source exacte de l‟information, comme s‟ils craignaient de ne pas être crus. Ainsi, Brocquière, en décrivant l‟une des provinces de la Turquie, la Caramanie, précise d‟où il tient les informations la concernant: “Trouvay en ceste ville de Cuhongne ung homme nommé Anthoine Passerot, banny de Famagoste… il m‟a conté tout l‟estat du pays et le gouvernement de ce seigneur…” (Voyage 117).  86  Saint-Quentin 81: “Beaucoup de gens croient que si Louis, roi de France, venait, la mer traversée, droit en Turquie, on lui rendrait cette terre vite et sans contredit. Quant à la terre égyptienne, qui sera attaquée d‟abord, elle est bien dangereuse.” (notre traduction)  69  2.3.2 Diverses appellations de l’Asie Mineure dans l’Occident médiéval En plus de l‟appellation antique “Asia Minor,” apparaissant surtout dans les sources médiévales en latin,87 le public médiéval français connaissait le territoire en question sous divers noms, les plus communs étant Romania, Grèce, Anatolia, Turquie. On peut affirmer que ces appellations reflètent, dans les grandes lignes, la situation géo-politique de la région à des moments historiques différents. Ainsi, les chroniqueurs des premières croisades désignaient le plus souvent au nom de “Romanie” les terres parcourues par les croisés depuis Constantinople jusqu'à Antioche: les croisés “profecti igitur a Nicaea civitate in Romaniam,”88 “vint une novele de Romanie” (Tyr 1:185), etc. Cette désignation Ŕ Romanie, c‟est-à-dire “terre des Romains/Byzantins” Ŕ est bien logique, si l‟on prend en compte le fait que l‟Asie Mineure faisait depuis des siècles partie de l‟Empire byzantin, alors que les Turcs n‟y étaient présents que depuis quelques décennies seulement, étant perçus par les Occidentaux comme des envahisseurs à chasser le plus vite possible. Il faut quand même remarquer que, déjà dans les chroniques des croisades, apparaît le terme “Turquie” (“il passerent le braz Sainte Jorge et furent en Turquie,” Tyr 2:116), mais là, il ne se réfère qu‟à la partie de la péninsule dont les Turcs s‟étaient emparés sur les Byzantins et non pas à l‟ensemble de l‟Asie Mineure. Aux XIIe et XIIIe siècles Byzance continuait à exercer une influence notable, bien qu‟affaiblie, dans la péninsule, n‟ayant pas encore perdu toutes ses terres au profit du grandissant Sultanat de Roum (ou l‟Empire seldjoukide). Cette influence toujours présente se  87  Ymago Mundi de Pierre d‟Ailly. Il est fort rare de rencontrer cette forme en langue vulgaire. Voir “Menor Aise” chez Hayton 160. 88 Raymond d‟Aguilers, “Gesta Dei per Francos,” RHC Occ, vol. 3 (Paris: Imprimerie nationale, 1866) 241: “Ils allèrent alors à Nicée, ville de Romanie.” (notre traduction)  70  perçoit dans l‟emploi périodique du terme “Grèce,” très proche de celui de “Romania,”89 dans ce sens qu‟il se réfère toujours au même empire, au même peuple (Romains/Grecs/Byzantins; Romanie/Grèce/Byzance). Ainsi, Hayton, auteur du XIVe siècle, donne les éclaircissements suivants à ce sujet: “E cestui regne de Turquie est apellee Grece de tous le plus de la gent d‟Orient, car ancienement l‟empereor de Grece tenoit cette terre come sue propre…” (132). Comment les Grecs/Byzantins eux-mêmes appelaient-ils leur empire? Les auteurs médiévaux ont la réponse à cette question aussi. Voyons ce qu‟en dit Brochard, auteur de Directorium ad passagium: “Les Grecs appellent cette region Anathely, c‟est-à-dire Orient, pour ce que tout homme alant de Constantinoble en Jherusalem a et regarde tousjours devant luy orient” (506). Il faut bien reconnaître quand même que le terme “Anatolie” n‟a jamais joui d‟une grande popularité dans l‟Occident médiéval. Si le XIIe siècle a connu l‟Asie Mineure surtout sous le nom de “Romanie,” la majeure partie de la péninsule étant encore entre les mains des Byzantins, le XIIIe et le XIVe siècles ont vu de grands changements politiques sur l‟ensemble du territoire de l‟Asie Mineure: le rétrécissement de l‟Empire byzantin, le parcellement du Sultanat de Roum, l‟apparition de nombreux “beyliks” (états) turcs menant entre eux des guerres continuelles pour le pouvoir, etc. Cette situation politique troublée trouve son écho dans la multiplication de termes désignant ce territoire (Grèce, Anatolie, Turquie), mais c‟est le terme “Turquie” qui finit par s‟imposer avec le temps, le pouvoir étant définitivement passé aux Turcs. Les Européens en étaient pleinement conscients, comme il devient évident à la lecture des passages suivants tirés des ouvrages de Brochard et de Hayton où il s‟agit justement des raisons pour lesquelles l‟Asie Mineure antique s‟appelle maintenant “Turquie”: 89  Le terme “Romania” disparaît des textes occidentaux, les premières croisades terminées.  71  Icelle region… ja soit ce que on appelle maintenant en langaige vulgaire Turquie, pour ce que les Turcz le tiennent à present, au dommage et deshonneur du nom chrestien, toutesfois, en la Sainte Escripture, on le nomme Aise. (Directorium 506) Dans cet extrait, le passage du temps et les changements qui prennent place se mettent en évidence par l‟utilisation des adverbes de temps “maintenant” et “à présent” et la mise en parallèle des anciens et nouveaux noms de cette terre, “Aise” (c.-à-d. “Asie”) et “Turquie.” Le fait que la Turquie soit ainsi appelée en “langaige vulgaire” est également digne de mention: pour les auteurs d‟expression latine cette terre reste toujours “Asie Mineure.” Sans être aussi pathétique que Brochard, Hayton constate, lui aussi, le passage de l‟Asie Mineure aux mains des Turcs. Après avoir mentionné l‟ancienne appartenance de cette terre à l‟empereur byzantin, Hayton continue ainsi: “E depuis les Turcs pristrent la seignorie de Turquie… e de ça donques les Turcs habiterent en cele terre, e depuis fu apelee Turquie, nomeement des Latins” (132).  2.3.3 Fonction du paysage anatolien chez les auteurs médiévaux français Dans les chroniques et surtout les récits de voyage médiévaux, la narration laisse souvent la place à la description. Parce qu‟il présente de nombreux détails minutieux, le texte descriptif Ŕ qu‟il date du Moyen Âge ou du XIXe siècle Ŕ crée un effet de vérité objective, alors qu‟en réalité la description, d‟après la définition de Jean Rohou, est “moins référentielle que fonctionnelle. Elle vise moins à renseigner qu‟à orienter le lecteur. Elle crée une ambiance, sert de base, de cadre pour tel épisode du récit… les états d‟âme s‟inscrivent par avance dans les paysages….”90 C‟est encore plus vrai pour la description médiévale, car l‟on sait l‟importance que la mentalité du Moyen Âge accordait à la pluralité des interprétations 90  J. Rohou, Études littéraires; guide de l‟étudiant (Paris: Nathan, 1997) 67.  72  des textes sacrés et aussi, par extension, de la littérature profane. Que l‟on pense à une doctrine très pratiquée au Moyen Âge, la doctrine des quatre sens selon lesquels on interprète les textes religieux (littéral, allégorique, tropologique, anagogique);91 ou encore à la prolifération de symboles dans les moindres aspects de la vie, quand tout Ŕ animaux, plantes, pierres, éléments naturels, enluminures, poésie Ŕ recèlent de multiples significations moralisantes ou métaphoriques. Le Moyen Âge pensait en symboles.92 Il importe de ne pas oublier cette vérité lorsque l‟on analyse non seulement des textes religieux ou des œuvres de fiction, mais aussi des chroniques et des récits de voyage dont la majorité, à propos, fut écrite par les ecclésiastiques, versés dans la scolastique et influencés par les textes sacrés. On sait que toute description est un choix. Un choix parmi les objets qui se développe par le déroulement d‟une famille de mots (ou un “réseau verbal”),93 centré sur un ou plusieurs mots-thèmes. Analysons quelques passages descriptifs tirés des chroniques des deux premières croisades dans le but de comprendre comment les auteurs médiévaux percevaient le paysage anatolien ou, plutôt, quelle image de la Turquie ils essayaient d‟imposer à leur lectorat par la description de son paysage.  2.3.3.1 Le paysage anatolien chez les auteurs du XIIe siècle (époque des premières croisades) Il n‟est pas rare que les auteurs se bornent à décrire en quelques mots seulement le paysage qui se présente aux yeux des croisés, sans trop y attirer l‟attention des lecteurs: 91  H. de Lubac, Exégèse médiévale: les quatre sens de l‟Écriture (Paris: Aubier, 1954-1964). Consulter à ce sujet les ouvrages suivants: Alice Planche, Des plantes, des bêtes et des couleurs (Orléans: Paradigme, 1998); Centre universitaire d‟études et de recherches médiévales d‟Aix, Les Couleurs au Moyen Âge (Aix-en-Provence: Publications du CUERMA, 1988); François Garnier, Le Langage de l‟image au Moyen Âge (Paris: Le Léopard d‟or, 1995); Guy-H. Allard, “La Pensée symbolique au Moyen Âge,” Les Cahiers Internationaux de Symbolisme 21 (1972) 3-17; Luisa R. S. Tarugi, ed., Il simbolo dall‟Antichità al Rinascimento (Milano: Nuovi orizzonti, 1995); Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental (Paris: Éd. du Seuil, 2004). 93 Rohou 66. 92  73  “interea cœpimus intrare in optimam terram, plenam corporalibus alimentis deliciis.”94 Cette sorte de description ne vise qu‟à mettre en évidence la richesse du pays traversé (les environs de la ville de Konya/Iconium), rien de plus. Maints autres passages descriptifs sont plus détaillés, plus évocateurs mais également dépourvus de toute réaction subjective; le style reste sobre, précis. De tels textes rappellent, par moments, un manuel de géographie, comme c‟est le cas du passage suivant, où l‟auteur, Odon de Deuil, décrit les trois routes qui mènent de Nicomédie à Konya, la route de gauche étant impraticable parce que: … nivibus montium in hieme terreretur. Quae dexteram tenet, pacatior est et abundantior, sed marinis anfractibus triplicem moram facit viantibus, habens fluvios et torrentes timendos in hieme loco nivium et Turcorum. Media vero partis utriusque commodis et dispendiis temperatur; breviori longior, sed tutior; longiori brevior et tutior, sed pauperior.95 Pourtant, de tels passages secs et “scientifiques” sont peu nombreux en comparaison avec ceux où l‟auteur s‟efforce à toucher le cœur par les élans d‟une éloquence sublime. Il s‟agit de montrer la Turquie en tant que territoire ennemi où, à chaque pas, le soldat du Christ est sous la menace d‟un danger mortel. Seules les villes servent parfois de refuge aux croisés qui peuvent, enfin, avoir un moment de détente. Aussitôt que l‟on quitte les remparts d‟une ville, le danger commence de nouveau à guetter les chrétiens. Cette tension continuelle qui torture les croisés s‟exprime, dans les chroniques des deux premières croisades, à travers la description de la nature anatolienne. Certains auteurs Ŕ Albert d‟Aix, Robert le Moine, Odon de Deuil, entre autres Ŕ excellent dans l‟art de créer d‟admirables passages descriptifs qui confèrent à leurs œuvres une atmosphère dramatique, voire épique. 94  Pierre Tudebode, “Hierosolymitano Itinere,” RHC Occ, vol. 3 (Paris: Imprimerie impériale, 1856) 30: “En attendant, nous nous mîmes à entrer dans une terre magnifique, pleine de délicieux aliments.” (notre traduction) 95 Odon de Deuil, Histoire de la croisade de Louis VII, ed. M. Guizot (Paris: J. L. J. Brière, 1824), 339-340 : “en hiver les neiges qui couvrent les montagnes suffiraient à l‟effrayer [l‟armée]. La route de droite est meilleure, et offre plus de ressources; mais ceux qui la suivent y trouvent une triple cause de retard, dans les anfractuosités des bords de la mer, et dans les fleuves et les torrents, fort dangereux en hiver et qui remplacent les neiges et les Turcs.”  74  Qu‟est-ce que la Turquie à travers le regard des chroniqueurs médiévaux français ? Avant tout, c‟est le pays d‟une chaleur torturante qui fait mourir les croisés de soif et leur fait endurer mille autres souffrances: …obsessi itaque in tantam sitis angustiam devenerunt, quod venis equorum incisis boumque et asinorum aliarumque pecudum sanguinem eliciebant et bibebant… Quid plura ? Nullum erat vitae solatium, ubi sola mors pereuntibus erat subsidium.96 Albert d‟Aix brosse un tableau encore plus impressionnant, nous montrant des femmes enceintes Ŕ épouses ou compagnes des croisés Ŕ qui, “solis et torridae plagae inaestimabili ardore exhaustis,”97 font fausse-couche au bord du chemin, sous les regards de tous ceux qui passent. Des fléaux encore plus cruels poursuivent les croisés partout en Turquie. Ils sont ainsi résumés par Odon de Deuil: “…processum fames prohibebat et hostis, et incognita montium labyrinthus.”98 En effet, la faim torture souvent l‟armée chrétienne. Parfois, la faim est due à l‟animosité de la population locale qui vend de la nourriture aux croisés à des prix exorbitants; mais le plus souvent l‟absence de nourriture provient du caractère désertique des régions traversées: Dehinc per quindecim dies continuos viam suam continuantes, amplius in solitudines et loca inhabitabilia et horroris, per montana asperrima incedebant, ubi nichil reperientes, non hominem, non pecudem, gravi fame cœperunt coartari.99  96  Robert le Moine, “Historia Iherosolimitana,” RHC Occ, vol. 3 (Paris: Imprimerie impériale, 1856) 733 : “Ils devinrent si obsédés par la soif qu‟ils coupaient les veines aux chevaux, aux taureaux, aux ânes et aux autres animaux et buvaient le sang pressé... Quoi d‟autre? Rien ne pouvait servir de consolation là où seule la mort était le refuge des voyageurs.” (notre traduction) 97 Albert d‟Aix, “Historia Hierosolymitana,” RHC Occ, vol. 4 (Paris: Imprimerie nationale, 1879) 339: “épuiséees par l‟inexprimable chaleur de la terre brûlante et torride” (notre traduction). 98 Deuil 342: “La faim, l‟ennemi et les labyrinthes inconnus de ces montagnes s‟opposaient… à une marche en avant.” 99 Aix 566: “De là ils poursuivirent leur chemin pendant quinze jours, marchant dans des lieux solitaires, des terres inhabitées et horribles et d‟âpres montagnes où, ne rencontrant ni homme ni animal, ils commencèrent à souffrir d‟une atroce faim.” (notre traduction)  75  Mais ce sont surtout les infranchissables montagnes de l‟Anatolie qui inspirent une profonde horreur aux chrétiens, et les auteurs n‟épargnent pas d‟efforts à la recherche d‟une expression extraordinaire, destinée à frapper l‟imagination du public. Il arrive que les descriptions soient assez brèves. Mais toutes brèves qu‟elles soient, la densité de leur expression n‟enlève rien à la valeur expressive du style: “per juga montium et angustas fauces viarum”;100 “per mediam Romaniam, per abrupta montium et decliva vallium incedens”;101 “intravimus in diabolicam montaneam, quae tam nimis erat alta atque angusta, quod nullus nostrorum audebat…”102 Point n‟est besoin de longues scènes pour nous dévoiler l‟horreur de la situation dans laquelle se sont enlisés les croisés. Citons, pourtant, deux longs passages d‟une certaine valeur littéraire, de notre point de vue, qui nous révèlent toutes les difficultés que les chrétiens ont dû confronter en parcourant l‟Anatolie: Primam vero jacturam et maximam fecimus in hos montes… Inerat enim ibi torrens sinuosus et rapidissimus, quem oportebat in die novies vel octies transvadare… Post haec sumus redditi marinis anfractibus, saxosos montes et arduos fere quotidie inventuri, et torrentium defossos alveos quos erat labor etiam vacuos pertransiri; et si nivibus vel imbribus augerentur, non esset possibilis eorum rapacitas ab equite vel pedite transnatari.103  100  Aix 564: “(marchaient) à travers les chaînes de montagnes et d‟étroits défilés.” (notre traduction) Aix 357: “traversant la Romanie centrale, les montagnes abruptes et les vallées en pente douce.” (notre traduction) 102 Tudebode 34: “nous entrâmes dans la montagne diabolique, qui était si excessivement haute et étroite qu‟aucun de nous n‟osait... .” (notre traduction) 103 Deuil 353: “Ce fut au milieu de ces montagnes que nous éprouvâmes la première perte… Nous avions rencontré en ce pays un torrent tortueux et très rapide qu‟il nous fallut traverser à gué huit ou neuf fois en un jour… Après cela nous retrouvâmes les anfractuosités des bords de la mer; presque tous les jours nous rencontrions des montagnes escarpées et couvertes de rochers, et des lits de torrents très profonds, qu‟il était très difficile de franchir, même quand ils étaient à sec.” 101  76  Mais il est impossible d‟imaginer rien de plus affreux que les montagnes du sud de la Turquie, le Taurus, désigné souvent dans les textes médiévaux français du nom de “Noire Montagne” ou de “montagne diabolique”104: Circa meridiem secundae diei mons exsecrandus faciliorem transitum habebat… Mons erat arduus et saxosus, et nobis erat per clivum ejus ascensus, cujus cacumen nobis videbatur tangere cœlum, et torrens in valle concava descendere in infernum… Labuntur de rupibus praeruptis summarii, obvios quosque sternentes usque in profundum abyssi…Inclinatur dies, et semper crescit in antro supellectilis nostrae congeries…105 La présence d‟adjectifs et de noms expressifs (exécrable, rude; enfer, abîme, gouffre), le passage de l‟imparfait au présent historique rendent la narration extrêmement vive. Le lecteur a l‟impression de tout voir de ses propres yeux, d‟y être présent en personne. Le ton pathétique, les tableaux touchants, tout porte à croire que l‟objectif principal que poursuivent les auteurs, en créant de tels passages consiste à nous faire nous apitoyer sur le sort des “nôtres” (les chrétiens) et à nous faire haïr davantage l‟ennemi (les Turcs). Evoquons encore deux réalités, sur lesquelles les auteurs mettent toujours l‟accent afin de rendre le tableau plus effrayant encore. Ces réalités font partie intégrante de tout paysage montagneux de l‟Anatolie. Il s‟agit de guides-traîtres et d‟embuscades tendues par les Turcs. Le guide est quelqu‟un d‟incontournable dans les montagnes anatoliennes, qualifiées Ŕ on s‟en souvient Ŕ de “labyrinthes inconnus.” Très souvent, le guide, qu‟il soit sien ou 104  La représentation de la montagne dans les chroniques et les chansons de geste épiques présente des ressemblances frappantes. Nous recommandons, à ce sujet, un article récent de Dominique Boutet, “La Montagne dans la chanson de geste: topique, rhétorique et fonction épique,” La montagne dans le texte médiéval: entre mythe et réalité, éd. Claude-Al. Thomasset, Danièle James-Raoul (Paris: Presses de l‟Université de Paris-Sorbonne, 2000) 227-241. 105 Deuil 361-2: “Vers midi de notre seconde journée de marche, se présente une montagne exécrable, difficile à traverser... La montagne était escarpée et couverte de rochers; nous avions à la monter par une pente rude, son sommet nous semblait atteindre aux cieux, et le torrent qui coulait dans le fond de la vallée paraissait voisin de l‟enfer... Les bêtes de somme tombent de dessus les rochers escarpés, entraînant ceux qu‟elles rencontrent dans leur chute, et jusque dans les profondeurs de l‟abîme... Le jour tombait, et le gouffre se remplissait de plus en plus des débris de notre armée.”  77  étranger, s‟avère être traître. C‟est, par exemple, le cas du comte de Toulouse, Raymond, corrompu par les Turcs (“donis Turcorum corruptus,” Aix 564), qui, tel Ganelon, mène les croisés par des chemins désertiques: “Sic corrupti per deserta et invia et solitudines locaque arida totum conducebant exercitus.”106 Les chrétiens finissent par tomber dans une embuscade montée par les Turcs. Odon de Deuil raconte une histoire similaire, seulement cette fois c‟est l‟empereur allemand, Conrad, qui, lors de la Seconde croisade, se laisse tromper par un guide local: Imperator enim Alemannorum a duce suo proditus, et in concavis montibus clam relictus, multis suorum jaculis Turcorum confossis millibus, retrocedere compulsus est.107 Les Turcs semblent se sentir bien à l‟aise dans les montagnes et ne font, pour ainsi dire, qu‟un avec ce paysage inhospitalier et dangereux. Pour les chroniqueurs, les montagnes deviennent synonymes d‟embuscades parce qu‟à n‟importe quel moment on peut s‟attendre à l‟apparition des archers turcs qui vont et viennent avec la même vitesse, semant la terreur et la mort parmi les croisés. Le danger est donc partout sur les routes de la Turquie, et le décor, prenant une importance considérable dans la création de l‟atmosphère, ne fait que renforcer ce sentiment. Le récit que Louis VII, roi de France, livre dans une lettre à l‟abbé Suger fait revivre cette atmosphère hostile et inquiétante: … par Romaniam partes direximus iter nostrum. In quibus sane partibus, tum pro fraude Imperatoris, tum pro culta nostrorum, non pauca damna pertulimus: et graviter quidem in multis periculis vexati sumus. Non defuerunt quippe nobis assiduae infidiae, graves viarum difficultates, quotidiana bella Turcorum, qui permissione Imperatoris in terram suam militiam Christi 106  Aix 564: “Ainsi, les corrompus [le comte et les siens] menaient toute l‟armée par les déserts, les terres sans chemin, les solitudes et les lieux torrides.” (notre traduction) 107 Deuil 337: “L‟empereur des Allemands, trahi par son guide qui l‟abandonna secrètement au milieu des gorges des montagnes, après avoir perdu plusieurs milliers des siens percés par les flèches des Turcs, se vit obligé de rétrograder.”  78  persequi venerant, et in detrimentum nostrum totis viribus incumbebant. Et quoniam in multis locis non poterant victui necessaria reperiri, graviter afflictus fuit per aliquantulum temporis populum fame: et in una dierum, prout peccatis nostris exigentibus iudicium divinum permisit, plerique ceciderunt de Baronibus nostris… Nos autem ipsi frequenter in periculo mortis fuimus, sed tamen ab his omnibus per Dei gratiam liberari, persecutiones turcorum potenter cuasimus et usque Sataleiam, saluo exercitu, Domino protegente pervenimus.108 Face à l‟animosité de la population Ŕ y compris les Grecs qui, bien qu‟ils soient chrétiens, s‟entendent souvent avec les Turcs contre les croisés Ŕ ceux-ci ne peuvent espérer qu‟en Dieu, comme il s‟ensuit de la lettre de Louis VII. La bienveillance de Dieu envers les croisés s‟exprime maintes fois par divers changements dans la nature. Ainsi, Dieu fait gonfler trois fleuves (nombre symbolique !) après le passage des chrétiens pour que l‟ennemi ne puisse les poursuivre: Nec praetereundum nos in hac via... tres fluvios facile transvadasse, et unumquemque post nostrum transitum illico pluviis inundasse; unde habebatur pro miraculo contra solitum nobis imbres et hiemem pepercisse.109 De même, c‟est “par la volonté de Dieu” (355)110 que le temps se gâte et qu‟il commence à pleuvoir et à neiger sur les montagnes, ce qui suffit pour disperser les Turcs qui ne cessaient d‟ennuyer les croisés avec leurs flèches et embuscades.  108  “Epistola Ludovici Francorum Regis ad Sugerium,” Recueil des Historiens des Gaules et de la France, ed. L. Delisle, vol. 15 (Paris: Victor Palme, 1878) 495-6: Nous poursuivimes notre chemin à travers les régions de la Romanie. Là, nous souffrîmes maintes pertes, tant par la trahison de l‟empereur [byzantin] que par nos fautes. Nous courûmes vraiment de grands dangers. D‟ incessantes embûches ne nous manquèrent pas, ni de graves difficultés de la route, ni des batailles quotidiennes avec les Turcs, qui entrèrent avec l‟autorisation de l‟empereur dans sa terre pour poursuivre l‟armée des chrétiens, et s‟acharnaient à nous nuire. Comme il était impossible de trouver de la nourriture dans beaucoup d‟endroits, on connût bientôt une faim atroce. Et un jour, la justice divine nous infligea la punition pour nos péchés, et grand nombre de nos barons périrent. Nousmêmes risquâmes souvent la mort, mais chaque fois la grace divine nous sauva la vie. Nous échappâmes aux attaques des Turcs et, protégés par le Seigneur, arrivâmes à Satalie [Attalie, auj. Antalya] avec notre armée sauve.” (notre traduction) 109 Deuil 354 : “N‟oublions pas de dire que dans cette même marche…il nous arriva de passer trois fleuves à gué très facilement, et qu‟aussitôt après notre passage chacun de ces fleuves fut gonflé par les pluies, en sorte qu‟on regarda comme un miracle et