Open Collections

UBC Graduate Research

La pratique de l'oral à l'aide de VoiceThread des élèves de Français langue seconde Simian, Romina A. Aug 31, 2010

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
42591-Simian_R_LLED_Grad_Paper_2010.pdf [ 14.19MB ]
Metadata
JSON: 42591-1.0078050.json
JSON-LD: 42591-1.0078050-ld.json
RDF/XML (Pretty): 42591-1.0078050-rdf.xml
RDF/JSON: 42591-1.0078050-rdf.json
Turtle: 42591-1.0078050-turtle.txt
N-Triples: 42591-1.0078050-rdf-ntriples.txt
Original Record: 42591-1.0078050-source.json
Full Text
42591-1.0078050-fulltext.txt
Citation
42591-1.0078050.ris

Full Text

LA PRATIQUE DE L’ORAL À L’AIDE DE VOICETHREAD DES ÉLÈVES DEFRANÇAIS LANGUE SECONDEbyRomina A SimianB.Ed University of British Columbia, 2008 B.A. University of British Columbia, 2006 A GRADUATING PAPER SUBMITTED IN PARTIAL FULFUILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF EDUCATION InTHE FACULTY OF GRADUATE STUDIES Department of Language and Literacy EducationWe accept this major paper as conforming to the required standard ..................THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIAAugust 2010 © Romina A Simian, 2010RÉSUMÉDans cette étude, j ’ai créé un environnement virtuel à l’aide de VoiceThread où mes élèves de français langue seconde en huitième année ont pratiqué leur oral en dehors de la salle de classe. La question qui m ’a intéressée était de voir comment cette pratique en dehors de la salle de classe peut influencer l’emploi de l’oral au sein de la salle de classe. De plus, je voulais savoir si, avec la pratique, les attitudes négatives envers l’oral pouvaient devenir plus positives. Les résultats montrent que les attitudes sont devenues un peu plus positives mais elles ne sont pas attribuées seulement à l ’emploi de VoiceThread. Les mêmes résultats ont été trouvés en ce qui concerne l’emploi de l’oral dans la salle de classe. Les élèves trouvent que leur performance orale s’est améliorée comme le montrent les notes et les observations pour certains d’entre eux; cependant, il n ’est pas certain que cela soit lié uniquement à la pratique sur VoiceThread.TABLE DES MATIÈRESRésumé........................................................................................................................................................11Table des matières................................................................................................................................... 111INTRODUCTION.................................................................................................................................. 1Description du contexte................................................................................................................1Problème........................................................................................................................................1Objectif du projet.......................................................................................................................... 2REVUE DE LA LITTÉRATURE.......................................................................................................4LIENS À LA PRATIQUE..................................................................................................................... 8Contexte du p ro je t........................................................................................................................ 8L’é tude ...........................................................................................................................................8Discussion et impact sur l ’apprentissage................................................................................ 11CONCLUSION...................................................................................................................................... I4RÉFÉRENCES........................................................................................................................................ 16ANNEXES............................................................................................................................................... 20iiiINTRODUCTION Description du contexteJe suis nouvelle enseignante dans une école secondaire (de la 8e à la 12e année) qui fait partie d’une commission scolaire près de Vancouver en Colombie-Britannique. C est une école qui fonctionne selon un cycle linéaire du type Jour 1/Jour 2 et qui compte environ 1 400 élèves. Chaque élève suit huit cours durant l’année scolaire. Ces huit cours sont divisés en deux journées. Plus spécifiquement, ils suivent quatre cours un jour et les quatre autres cours le jour suivant. J’enseigne le français langue seconde (FLS) dans le programme de français de base (Core French) à chaque niveau. Mes élèves suivent la classe de français de base deux ou trois fois par semaine ou cinq fois toutes les deux semaines. Plusieurs d’entre eux sont anglophones mais déjà bilingues (d’une langue autre que le français) et apprennent donc le français comme troisième langue. J’ai choisi une des sept classes que j ’enseignais cette année pour faire mon projet. Cette classe était composée de vingt-six élèves, filles et garçons, de huitième année.Définition du problème Il existe plusieurs objectifs dans les cours de français de base en Colombie-Britannique. Les élèves doivent développer des compétences linguistiques telles que la lecture, l’écrit, l’écoute et l’oral. L ’ensemble des ressources intégrées (ERI) du Ministère de l’Education de la Colombie-Britannique (2001) est un document où on trouve les buts d’apprentissage et le curriculum provincial du FLS. Le curriculum est basé sur une méthode d’enseignement communicative expérientielle où l'élément essentiel de l’instruction repose sur 1 emploi de langue en tant qu’outil de communication concernant l’accomplissement des tâches de tous les jours et l’expression des opinions. L’enseignement de la grammaire a comme but de soutenir l’apprentissage communicatif, c’est-à-dire, la grammaire donnera seulement des stratégies1nécessaires pour faciliter la communication et la compréhension. Les quatre habiletés de la langue, c’est-à-dire la lecture, l’écrit, l’écoute et l’oral, ne sont pas mentionnées dans l’ERI mais elles sont plutôt contextualisées selon quatre objectifs d’apprentissage. Ces quatre objectifs d’apprentissage qui se trouvent dans l’ERI sont : la communication, l ’acquisition d’information, la culture et les œuvres créatives. Les enseignants doivent créer des activités pour développer ces habiletés dans le cadre d’objectifs d’apprentissage suggérés par le ministère.On entreprend actuellement une révision de l’ERI des programmes de langues additionnelles en Colombie-Britannique. En 2010, le Ministère de l’Education de la Colombie- Britannique a introduit un nouveau document qui a pour objectif de remplacer l’ERI pour les langes secondes de la 5e à la 12e année. Ce document est basé sur le cadre européen commun de référence de langue, un document qui a été conçu afin d’offrir « une base commune pour l’élaboration de programmes de langues vivantes, de référentiels, d’examens, de manuels en Europe » (Conseil de l’Europe, 2000). Dans ce nouveau curriculum, les objectifs d’apprentissage sont divisés par rapport aux cinq habiletés de langue: la lecture, l ’écrit, l’écoute, la productionorale et l’interaction orale.Dans le contexte de mon projet, ce changement récent du curriculum est important car mes réflexions en tant qu’enseignante m’ont amenée à réaliser que ce qui manque le plus dans ma salle de classe sont les activités qui développent les deux habiletés de l’oral : la production et l’interaction orale. Les élèves ont quelques occasions de parler en classe mais pas autant qu’ils en ont à écrire et à lire. Je me suis rendue compte que ceci peut être l’effet de deux facteurs fort présents dans les salles de classe de langue seconde. Premièrement, je trouve que dans le programme de français de base, le temps qui nous est accordé en classe ne suffit pas pour travailler les cinq composantes d ’une langue. Deuxièmement, on a trop tendance à se concentrer2sur la lecture et l’écrit pendant les classes de langues. Ceci peut être à cause des ressources qui relèvent des approches d ’enseignement de langue plutôt traditionnelles. De plus, les méthodes d ’évaluation de mon école (examens finaux) sont basées sur les mêmes méthodes qui sefocalisent sur la lecture et l ’écriture.Toujours dans le cadre de mon expérience personnelle, je  sens une anxiété auprès de mes élèves de français de base quant à l’expression orale et communicative. Je trouve qu’il existe aussi des attitudes assez négatives envers l’emploi de l’oral dans ma salle de classe.Avec le nouveau curriculum en Colombie-Britannique, un de mes buts en tant qu’enseignante est qu’à la fin de leur secondaire mes élèves puissent se débrouiller en communication dans un milieu francophone. S'ils se trouvent dans ce milieu, je  veux qu’ils puissent utiliser le français appris dans la salle de classe. Afin de les amener à cet objectif, je pense qu’il est indispensable de leur donner autant d’occasions que possible de pratiquer la production et l ’interaction orale, non seulement dans la salle de classe mais aussi en dehors de la classe dans un contexte rassurant tout en pouvant en faire partie et en les observant. Je trouve qu’une des meilleures façon de faire cela serait via la technologie.Objectif du projetL ’ob jectif de cette étude a été de créer un milieu où les élèves ont pu pratiquer leur écoute et leur oral en dehors de la salle de classe et puis observer l’effet de ce type d ’environnement sur leurs attitudes envers l’oral et sur leur production orale dans la salle de classe.3LA REVUE DE LA LITTÉRATURE L’oralLes théories d’acquisition des langues secondes montrent l ’importance de l’input et de l’output dans l’apprentissage d’une langue seconde. Krashen (1985) propose l’hypothèse de "comprehensible input" qui suggère, pour acquérir une langue seconde, qu'il est nécessaire pour l’apprenant d’avoir assez de « comprehensible input » dans la langue cible ou des messages qu’il est en mesure de comprendre. Swain (2001) parle de sa recherche dans les classes d’immersion où les élèves ont accès à un input très riche; cependant, elle trouve que la production des élèves reste faible car les enseignants ne motivent pas assez les élèves à pratiquer la langue. Swain propose l’hypothèse de « comprehensible output » qui suggère que l’apprentissage aura lieu lorsque les apprenants se rendent compte qu’il existe un trou dans leurs connaissances linguistiques de la langue cible. Les apprenants vont essayer de modifier leur output afin d ’apprendre quelque chose de nouveau. Swain explique son importance dans le cadre de l ’apprentissage d’une langue seconde. Elle propose trois fonctions du output : 1) « noticing function » où les apprenants se rendent compte qu’il existe un écart entre ce qu’ils veulent dire et ce qu’ils sont capables de dire, 2) « hypothesis testing function » où les apprenants ont l’occasion de tester et d’avoir du feedback sur une de leurs hypothèses sur la langue et de la reformuler si nécessaire (un point de grammaire, par exemple) et 3) « metalinguistic function » où les apprenants se réfèrent à la langue cible, ce qui leur donne l’occasion de contrôler et d ’intemaliser des connaissance linguistiques. L ’output mène les élèves à un processus de langue qui est plus profond et qui demande un plus grand effort mental par rapport à celui de l’input. De plus, la production de la langue cible ou la pratique aide l’aisance ou la facilité avec laquelle la langue est parlée (Swain, 2005).4Lafontaine (2007) reconnaît plusieurs bonnes raisons d’enseigner l’oral dans les salles de classes. Par exemple, elle explique qu’on parle et qu’on écoute plus qu’on écrit. Cependant, l’écrit est une habilété qui reçoit beaucoup plus d’attention par rapport à l’oral et l’écoute surtout dans les classes de langue seconde. Après avoir fait des observations sur les habiletés de communication orale dans des classes de français de base, Turnbull (1999) indique que le pourcentage du temps alloué à la communication orale en classe était de moins de 10%. Netten et Germain (2005) ont trouvé que dans les programmes de français de base, il est presque impossible pour les élèves de développer la communication orale. D ’après Caïman et Daniel (1998) et Lightbown et Spada (1994), le développement de la compétence orale est difficile voire impossible pendant des périodes courtes comme celles dans les programmes de français de base.Il existe des avantages reliés à l’expression orale. Par exemple, la recherche indique que la compétence orale promeut l’apprentissage de la lecture (Snow, Tabors, Nicholson et Kurland,1995). Armand (2000) a trouvé que la compétence langagière orale dans une langue seconde a des liens positifs avec les performances en reconnaissance de mots et en compréhension de phrases, de textes dans la langue première mais aussi dans la langue seconde.La technologieCela fait quelques années déjà que la technologie requiert l'attention dans le domaine de l’éducation. Les professeurs veulent l’incorporer dans leur enseignement en pensant que cela améliorera leur enseignement, ce qui n ’est pas toujours le cas. Hooper et Rieber (1995) expliquent qu’il faut déjà avoir un bon enseignement de la matière et que, sans cela, la technologie en général n’aura aucun effet positif. De plus, Rost (2007) indique qu on peut bien enseigner sans la technologie mais que la technologie peut aider l’enseignement; cependant, il faut qu’elle soit efficace pour qu’elle soit bénéfique. Dans mon étude, la technologie va soutenir5l’enseignement oral déjà fait en classe car elle permettra aux élèves de pratiquer davantage. Les activités faites à l’aide de la technologie seront une extension à celles faites en classe. La technologie ne changera donc pas mon enseignement, mais elle l’accompagnera afin de donner aux élèves plus d’occasions de parler et de pratiquer.Plusieurs avantages ont été rapportés en ce qui concerne l’enseignement via la technologie. Par exemple, la technologie influence la motivation, elle améliore l’estime de soi et maîtrise des habiletés de base; elle permet, en outre, un enseignement centré sur l’apprenant, en augmentant leur participation à travers leur apprentissage et le traitement actif de l’information, ce qui aide la pensée critique et la mémoire (Brownlee-Conyers, 1996; Dwyer, 1996; McGrath, 1998; Weiss, 1994). Il paraît aussi que les élèves développent plus de confiance envers leur apprentissage (Blackstock Junior Highschool, 1993).En ce qui concerne l’apprentissage d’une langue seconde à l’aide de la technologie (en permettant à l’apprenant de pratiquer la langue à l’aide des logiciels sur l’ordinateur), Beauvois (1994) a trouvé que ses élèves ont développé une plus grande confiance dans leurs productions orales. La chercheuse explique cet effet par le fait que l’aspect conversationnel via la technologie a aidé les élèves à pratiquer plusieurs expressions, ce qui promeut le développement des structures automatiques qui aident l ’oral. Sanaoui et Lapkin (1992) ont trouvé les mêmes résultats dans leurs études, c’est-à-dire une augmentation considérable dans les habiletés orales et peut-être mêmes dans les habiletés de lecture et de compréhension. Dans son étude sur l’effet de l’instruction facilitée par la technology (computer assisted instruction ou CAI en anglais) dans l’apprentissage d’une langue seconde, Olsen (1980) explique que ses élèves dans le groupe CAI ont eu des attitudes positives supérieures à celles des élèves dans le groupe contrôle (instruction traditionnelle). Il rapporte des perceptions distinctes envers l’apprentissage à l’aide de la6technologie de ses sujets. Ceux-ci pensent que la technologie leur a permis d ’apprendre plus et plus rapidement. D ’autres auteurs (par exemple, Hicken, Sullivan et Klein, 1992 ; Peterson et Sellers, 1992 ; Pollock and Sullivan, 1990 ; Relan, 1992 ; Williams, 1993 et Wu, 1992) ont étudié les liens entre la motivation et l’emploi de la technologie dans l’apprentissage des langues secondes, mais ces liens ne sont pas toujours positifs. Cependant, il faut tenir compte que ces études sont assez vieilles et qu’il existe maintenant de nouvelles technologies qui peuvent motiver les élèves.La technologie que j ’ai utilisée dans cette étude fait partie des technologies dites Web 2.0 où la personne devant l’ordinateur est capable d’interagir et de faire partie d’un site web d’une façon communicative et collaborative, ce qui est le but ultime dans une classe de langue seconde. Bush (2009) reconnaît les avantages des technologies Web 2.0 dans l’enseignement des langues secondes dans son article sur l’intégration de VoiceThread en se référant à sa salle de classe : VoiceThreads have a number of practical applications for the additional language classroom. From booktalks [une présentation d’une livre qui a comme but d’introduire un livre afin de faire les élèves vouloir lire le livre] to pronunciation exercises, the inclusion of VoiceThreads into the classroom allows students to experience language learning in a more collaborative manner, (p. 3248)Dans son étude, Dewaele (2006) a trouvé que plusieurs variables sont significativement liées au score de maîtrise à l’oral. Parmi les variables étudiées, il a trouvé qu’il existe une relation négative entre l’anxiété communicative et la perception de la maitrise de l’oral. De plus, Krashen (1988) suggère que l’apprentissage d’une langue seconde dans un environnement peu appréhensif sera plus efficace. D ’après cela, il est important pour les enseignants des langues secondes d’essayer de diminuer l’anxiété communicative de leurs élèves. Si la technologie peut7aider à créer un environnement où les élèves pratiquent la langue dans un contexte peu effrayant, peut-être que l’anxiété diminuera et, par conséquent, que la maîtrise de l’oral s’améliorera.LIENS À LA PRATIQUE ContexteLe but de cette recherche fut d ’explorer comment la technologie en tant de moyen de pratique en dehors de la salle de classe peut influencer les attitudes des élèves envers l’oral et par conséquent, la production orale dans la salle de classe. Je me suis donc posée les questions suivantes :1. Quels sont les effets d ’un milieu virtuel où les élèves pourront pratiquer leur oral sur leurs productions orales lors des activités, des présentations et des interactions en classe?2. Quelles sont les attitudes des élèves envers l’oral avant d ’utiliser et après avoir utilisé VoiceThread?3. Quelles sont leurs attitudes envers ce moyen de pratique de l’oral ?L’étudeLe mode d’investigation de ce projet a consisté d’une expérimentation sur le terrain qui a été faite avec un groupe de huitième année dans ma classe de français de base. L ’école fait partie de la commission scolaire de Burnaby en Colombie-Britannique, dans un milieu socio- économique de classe moyenne. L’école est composée d ’environ 1 400 élèves d ’origines diverses. C’est une école qui fonctionne selon un cycle linéaire où les élèves suivent huit cours tout au long de l’année. Le projet a été fait dans le deuxième trimestre de janvier jusqu’en mars avec une classe de 26 élèves, composée de filles et de garçons dont la majorité est anglophone. Plusieurs des élèves sont déjà bilingues, c’est-à-dire qu’ils parlent anglais et une deuxième8langue autre que le français. Comme dans n’importe quelle école secondaire d’une région urbaine, mes élèves proviennent de plusieurs écoles primaires. Ils sont donc arrivés dans ma salle de classe en ayant des connaissances et des expériences antérieures différentes en ce qui concerne l’apprentissage du français. Certains n’ont jamais étudié le français et d’autres l’ont fait durant différentes années. Ils étaient tous à des niveaux de compétence différents, ceci étant typique dans les écoles secondaires de ma commission scolaire. Dans mon école, les professeurs de français langue seconde se sont mis d’accord pour commencer l’enseignement du français langue seconde à zéro afin de pouvoir amener tous les élèves au même niveau. On commence donc l’année scolaire avec l’alphabet, les numéros, les couleurs, les jours de la semaine, les mois, ainsi de suite; en d’autres mots, on fait comme si tous les élèves étaient de vrais débutants.Au début du projet, les élèves ont été sondés afin d’identifier leurs attitudes envers l’oral dans la classe de français langue seconde (Annexe B). Dès le mois de janvier, j ’ai commencé à faire des activités sur l’oral en ligne sur le site web de VoiceThread. Le site web fonctionne comme n ’importe quel autre site Web 2.0 où les membres ont l ’occasion de faire des commentaires sur différents threads ou discussions. Il existe, cependant, une différence importante entre VoiceThread et les autres sites. La raison pour laquelle j ’ai choisi le site web de VoiceThread c’est que celui-ci offre un large choix quant aux types de médias qu’on peut utiliser pour créer des threads et quant à la façon de faire des commentaires sur ces threads. Un membre peut créer des threads à l’aide de documents texte, des présentations Powerpoint, des images et des vidéoclips. Pour faire des commentaires, il existe plusieurs moyens : taper un message texte; par doodle (une option où la souris de l’ordinateur peut être utilisée comme crayon pour surligner, encercler, dessiner sur l’écran); enregistrer un message vidéo; enregistrer un message sonore et ce même par téléphone. Toutes les activités dans le cadre de mon projet ont été créées9par mes soins avec différents types de documents. Les élèves ont eu à répondre en enregistrant des messages sonores.J ’ai créé un compte d’éducateur pour moi-même et j ’ai ensuite créé une classe que j ’ai appelée FLS 8 pour mes élèves. J’ai ensuite créé un compte pour chaque élève de ma classe sous la classe FLS 8. Au début du projet, après les avoir familiarisés avec le site web dans le laboratoire de l’école, les élèves ont eu des activités orales à compléter sur VoiceThread une fois par semaine. Ils ont eu à pratiquer leur vocabulaire présenté en classe en enregistrant des messages sonores sur des différents threads que j ’ai créés. Par exemple, pour pratiquer le vocabulaire des objets trouvés dans une salle de classe, ils voyaient d’abord une liste de mots et ils écoutaient la prononciation correcte que j ’avais enregistrée moi-même. Après assez de pratique (à la discrétion de chaque élève), ils avançaient dans l’exercice où ils voyaient des images représentant différents objets trouvés dans la salle de classe et ils devaient enregistrer un message sonore en identifiant l ’objet. Vers la fin du mois de février, j ’ai augmenté la pratique orale au nombre de fois que je les voyais par semaine. C’est-à-dire, après chaque classe de français, ils avaient une activité VoiceThread à compléter à la maison. Le genre d ’activités restait le même, mais le degré de difficulté augmentait avec celui des activités faites dans la salle de classe. A la fin de chaque journée, je vérifiais le site web pour écouter les messages enregistrés par les élèves.Le site web permettait aux élèves d’enregistrer des messages qui restent accessible sur internet. Les élèves ont donc eu besoin d’avoir accès à un ordinateur avec une connexion à l’Internet, avec des écouteurs et un microphone. Tout ceci était disponible à l’école pour les élèves qui n’ont pas eu accès à cela en dehors de l’école.10Pour trouver la réponse à la question au sujet des effets d’un milieu où les élèves pratiquent leur oral et les effets sur la production orale en classe, j ’ai regardé les notes de mes élèves à la fin de chaque épreuve orale pour voir s’il y avait une amélioration. De plus, à la fin de chaque épreuve orale dans la salle de classe, les élèves ont complété une auto-évaluation (Annexe D). Pour cette auto-évaluation, les élèves ont eu à se donner une note sur leur progrès en ce qui concerne leur production orale. Pour trouver la réponse à la question au sujet de leurs attitudes générales envers l ’oral dans la salle de classe de langue seconde avant et après avoir utilisé le site web VoiceThread, les élèves ont été sondés avec les même questionnaires fermés au début et à la fin du projet (Annexe B). Finalement, pour trouver une réponse à la dernière question, au sujet de leurs attitudes envers l’utilisation de VoiceThread t n dehors de la salle de classe, les élèves ont rempli un dernier questionnaire (voir Annexe C).Discussion et impact sur l’apprentissage Avant l’utilisation de ce site web, les élèves ont été sondés afin d identifier leurs attitudes envers l’emploi de l’oral en général dans la salle de classe de français langue seconde. Au début du projet, la plupart d ’entre eux ont identifié l’oral comme étant une des parties les plus difficiles d’une classe de langue seconde (par rapport à la lecture, l’écrit et l’écoute). La majorité a indiqué qu’ils n ’aim aient pas parler en classe, qu’ils n’étaient pas vraiment confortables de parler dans la salle de classe, qu’ils n ’aimaient pas faire des présentations orales et qu’ils préféraient les évaluations à l’écrit et non pas les évaluations orales.Pendant la période de mon projet, j ’ai recueilli les notes sur les activités et les épreuves orales faites en classe. Les notes semblaient s’améliorer pour certains élèves même si les attentes vers la fin du projet ont été plus élevées. Cependant, certains élèves ont moins bien réussi vers la fin. Ceci peut être attribué au fait que la matière devient de plus en plus difficile et les attentes11reflètent cette progression dans la langue. Je pourrais dire que la pratique dans la salle de classe et en dehors de la salle de classe via VoiceThread n'a eu des effets positifs sur l’apprentissage que pour certains élèves. Peut-être que la pratique sur VoiceThread peut aider ceux qui font un effort en général dans la salle de classe. Il est certain qu’il ne suffit pas de pratiquer l’oral sur VoiceThread pour mieux réussir en classe. D ’après ce que j ’ai observé dans ma salle de classe cette année, ceux qui ne font pas attention en classe ne profite pas de la technologie de la même façon que ceux qui s’appliquent en classe. Ceci est assez intéressant car il existe des études qui suggèrent que la technologie peut inspirer et motiver les élèves qui sont moins engagés dans la salle de classe (Mistier-Jackson & Songer, 2000; De Felix, Johnson et Schick, 1990). Cependant, je  ne peux pas attribuer les bonnes notes de certains élèves à la pratique sur VoiceThread. Il est certainement possible que les élèves, ayant bien réussi, allaient réussir sans la pratique sur VoiceThread. Mes observations dans la salle de classe indiquent la même chose. Ceux qui faisaient un effort dans la salle de classe et ce qui s’appliquaient à parler un maximum de français lors du déroulement des activités étaient ceux qui obtenaient les meilleures notes lors des épreuves orales.En ce qui concerne les auto-évaluations des élèves sur leur propre progrès de l’oral au cours du projet, aucune différence n’a été observée entre les groupes (ceux qui s’amélioraient et ceux qui ne s’amélioraient pas). La majorité des élèves ont indiqué qu’ils pensaient s’améliorer après chaque évaluation, même si d ’après mes notes, ce ne fut pas toujours le cas. D ’après moi, cet effet peut être attribué au fait qu’ils voulaient vraiment s’améliorer, ou ils ont indiqué qu’ils s’amélioraient pour recevoir de meilleures notes, ou tout simplement pour faire plaisir au professeur car ils savaient que le but de chaque évaluation était d ’améliorer l’oral.12Les questionnaires à la fin du projet ont eu comme but de trouver s’il y avait une différence d’attitudes de la part des élèves envers l’oral dans la salle de classe de langue seconde avant et après avoir utilisé le site web VoiceThread. De plus, je voulais savoir ce qu’ils ont pensé de VoiceThread, c’est-à-dire s’ils ont trouvé que la pratique en dehors de la salle de classe aide leur oral dans la salle de classe. Pour trouver s’il y avait une différence d’attitudes envers l’oral dans la salle de classe, le même questionnaire du début a été donné aux élèves à la fin de l’intervention. La majorité d’entre eux ont trouvé l’oral dans la salle de classe moins effrayant.Ils ont indiqué qu’ils étaient plus à l ’aise avec les présentations et les épreuves orales dans la salle de classe. Encore une fois, les résultats ne peuvent pas être seulement attribués au fait d ’avoir pratiqué sur VoiceThread. Ils auraient pu, tout simplement, s’habituer à l’oral au fur et à mesure car un de mes principaux objectifs cette année fut l’oral dans la salle de classe. En ce qui concerne les attitudes envers l’emploi du VoiceThread dans le cours de français langue seconde, la majorité a indiqué qu’ils ont bien aimé l'utiliser car c’était facile à utiliser et ils aimeraient l’utiliser dans d'autres classes de langues. Cependant, la plupart a indiqué que VoiceThread ne les a pas aidés à améliorer leur français oral mais que cela les a aidés à le pratiquer.Les élèves reconnaissent que VoiceThread est un bon moyen de pratiquer le français en dehors de la salle de classe, mais ils n’attribuent pas leur progrès qu’à VoiceThread. Stenson, Downing et Smith (1992) et Schcolnik, Kol, Abarbanel, Friedler, Heymans et Tsafrir (1995,1996) ont trouvé les mêmes résultats: les élèves aiment utiliser la technologie pour apprendre une langue seconde même quand il y a peu de progrès mais ils trouvent que l'emploi de celle-ci ne les aide pas nécessairement dans leur apprentissage d’une langue seconde.Après le projet, j ’ai appris que VoiceThread pourrait être un outil bien intéressant à utiliser dans un cours de langue seconde. Je n’hésiterai pas à l’utiliser dans mes cours pendant les13années qui suivent. Il me reste beaucoup à apprendre là-dessus, notamment comment l’utiliser afin d’en tirer le plus d'avantage que possible. Cependant, j ’ai appris qu’il ne suffit pas d ’avoir et d’employer la technologie. Ce n’est pas la technologie elle même qui aide les élèves à apprendre. Il faut avoir une bonne instruction dans la salle de classe et il faut que la technologie supporte cette instruction en ayant un lien direct avec ce qui a été fait en classe pour qu’elle puisse avoir des effets positifs sur l’apprentissage.J’ai aussi appris que, même si les élèves entrent dans nos salles de classes aves des attitudes négatives et de l’anxiété communicative, nous avons le pouvoir et peut-être même le devoir de changer cela. Avec le nouveau curriculum des langues additionnelles en Colombie- Britannique, ceci pourrait être le cas. Le document offre des objectifs d’apprentissage axés sur les deux compétences orales qui sont plus détaillés que dans l’ancien ERI. De plus, le nouveau document offre des suggestions d’évaluation de compétences orales, ce qui facilitera la tâche des enseignants et qui pourra les encourager à mettre l’accent sur l ’oral dans leurs classes.CONCLUSIONDans cette étude, je me suis proposé de créer un environnement virtuel où mes élèves pourraient pratiquer leur français oral en dehors de la salle de classe de langue seconde; cela me permet de constater comment cet environnement peut affecter non seulement leurs attitudes mais aussi leur emploi du français oral dans la salle de classe. J ’ai trouvé qu’un bon nombre de mes élèves se sont améliorés en ce qui concerne leur français oral au cours du projet. Cependant, je ne peux pas attribuer les résultats seulement à la pratique sur VoiceThread car, dans ma salle de classe, il y a eu un accent mis sur l’oral en général cette année. En ce qui concerne leurs attitudes envers l’oral, la même chose a été constatée. J’ai trouvé que leurs attitudes ont été moins14négatives vers la fin de l’intervention mais encore une fois, ces résultats pourraient être dus au fait qu’il y a eu beaucoup d’oral dans la salle de classe et non pas seulement au fait qu’ils ont pratiqué en dehors de la salle de classe. Cependant, les élèves ont trouvé que VoiceThread a été un bon moyen de pratiquer leur français oral mais ils n’attribuent pas leur progrès uniquement àla pratique sur VoiceThread.Pour que la technologie ait des avantages positifs sur l’apprentissage, il ne suffit pas qu’elle soit présente. Il faut tout d’abord avoir un bon enseignement et, par la suite, un bon maniement de la technologie; celle-ci, utilisée comme outil, peut avoir des avantages positifs dans l’enseignement et dans l’apprentissage. J’ai bien appris ceci après mon étude, ce qui fera une différence dans mon enseignement dans le futur. Je vais aussi continuer à me concentrer sur l’oral dans ma salle de classe. J’ai remarqué une différence entre mes classes passées et ma classe de cette année et je suis bien contente d’avoir trouvé un outil qui pourra m ’aider à renforcer l’oral de mes élèves en dehors de la salle de classe.Pour les autres études, il serait avantageux pour les enseignants de langue seconde de savoir comment profiter de la technologie VoiceThread pour motiver et inspirer les élèves qui sont moins fort à l ’oral et qui ne sont pas engagés dans la salle de classe. De plus, VoiceThread est un site qui continue à se développer et à être utilisé par plusieurs éducateurs dans le monde. Ceci pourrait être employé comme une ressource d’enseignement de grande valeur car les habiletés d’interaction orale, et non seulement de production orale, pourraient être pratiquées et développées en dehors du temps qui nous est consacré dans la salle de classe.15RÉFÉRENCESArmand, F. (2000). Le rôle des capacités métalinguistiques et de la compétence langagièreorale dans l’apprentissage de la lecture en français langue première et seconde. Canadian Modem Language Review, 56, 471-497.Beauvois, M. (1994). E-talk: Attitudes and motivation in computer-assisted classroom discussion. Computers and the Humanities, 25(1), 177-190.Beauvois, M. (1998). Conversations in slow motion: Computer-mediated communication in a foreign language classroom. The Canadian Modern Language Review, 54(2), 198-217.Blackstock Junior High School: Multimedia technology drives smart school (1993). Technology and Learning, 14(1), 41-44.Bush, L. (2009). Viva VoiceThread : Integrating a Web 2.0 in the additional languageclassroom. In I. Gibson et al. (Eds.), Proceedings of Society for Information Technology & Teacher Education International Conference 2009 (pp. 3247-3250). Chesapeake, VA: AACE.Brownlee-Conyers, J. (1996). Voices from the networked classrooms. Educational Leadership, 54(3), 34-37.Caiman, R. and I. Daniel. (1998). A board’s-eye view of core French: The North York Board of Education. In S. Lapkin (Ed.), French second language education in Canada: Empirical studies (pp. 282-323). Toronto: University of Toronto Press.Church, D. (1986). Textbook specific computer exercises for elementary French students. Modern Language Journal, 70, 251-257.16De Felix, J.W., Johnson, R.T., & Schick, J.E. (1990). Socio- and psycholinguistic considerations in interactive video instruction for limited English proficient students. Computers in the Schools, 7(1/2), 173-190.Dewaele, J-M. (2006). L'effet des variables objectives et affectives sur la maîtrise orale de multilingues adultes. Ela, 4, 441-464.Dwyer, D. (1996). A response to Douglas Noble: We’re in this together. Educational Leadership, 54(3), 24-27.Hicken, S., Sullivan, H., & Klein, J. (1992). Learner control modes and incentive variations in computer-delivered instruction. Educational Technology Research and Development, 40(4), 15-26.Krashen, S. (1985). The input hypothesis. Beverly Hills: Laredo Publishing Company.Krashen,S. (1988). Second language acquisition and second language learning. UK: Prentice Hall International (UK) Ltd.Lafontaine, L. (2007). Enseigner I ’oral au secondaire: séquences didactiques intégrées et outils d ’évaluation. Montréal, Québec: Chenelière Education.Lightbown, P., & Spada, N. (1994). An innovative program for primary ESL in Quebec.TESOL Quarterly, 28, 563—579.McGrath, B. (1998). Partners in learning : Twelve ways technology changes the teacher-student relationship. Technological Horizon in Education, 25(9), 58-62.Mohr, W., & Lally, D. (1973). Teaching German via short-wave broadcasts, Modern Language Journal, 57, 119-124.17Netten, J., Germain, C. (2005). Pedagogy and second language learning: Lessons learned from Intensive French. Canadian Journal o f  Applied Linguistics, 5(2), 183-210.Olsen, S. (1980). Foreign language departments and computer-assisted instruction: A survey. Modern Language Journal, 64, 341-349.Ornstein, J. (1968). Programmed instruction and educational technology in the language field: Boon or failure? Modern Language Journal, 52, 401-410.Peterson, N., & Sellers, D. (1992). Student motivation and learning styles in a multimedialearning environment. Paper presented at the Annual Meeting Northern Rocky Mountain Educational Research Association, Custer, South Dakota.Pollock, J., & Sullivan, H. (1990). Practice mode and learner control in computer-based instruction. Contemporary Educational Psychology, 15, 251-260.Relan, A. (1992, February). Motivational strategies in computer-based instruction: Some lessons from theories and models o f  motivation. In proceedings of selected research and development presentations at the Convention of the Association for Educational Communications and Technology.Sanaoui, R., & Lapkin, S. (1992). A case study of an FSL senior secondary course integrating computer networking. The Canadian Modern Language Review, 43(3), 542-552.Schcolnik, M., Kol, S., Abarbanel, J., Friedler J., Heymans, Y, & Tsafrir, Y. (1995/96).Multimedia reference materials in advanced EFL courses: a project report. C/ELL Journal, 6(4), 34-38.Snow, C.E., Tabors, P.O., Nicholson, P.A., & Kurland, B.F. (1995). SHELL: Oral language and early literacy skills in kindergarten and first-grade children. Journal o f  Research in Childhood Education, 70,37-48.18Stenson, N., Downing, B., Smith, J., & Smith, K. (1992). The effectiveness of computer-assisted pronunciation training. CALJCO Journal, 9(4), 5-19.Turnbull, M. (1999). Multidimensional project-based second language teaching: Observations of four Grade 9 Core French teachers. La Revue canadienne des langues vivantes, 56( 1), 7- 31.Weiss, J. (1994). Keeping up with the research. Technology and Learning, 14(5), 30-34.Williams, M. (1993, January). A comprehensive review oflearner-control: The role o f  learner characteristics. Paper presented at the Convention of the Association for Educational Communications and Technology Sponsored by the Research and Theory Division, New Orleans, LA.Wu, Y.-C. (1992, November). Computerized teachers’ praise: Incorporating teachers’ images and voices. Paper presented at the annual meeting o f the Mid-South Educational Research Association, Knoxville, TN.19ANNEXE AL A PR T I QUED E’ O EI ADirections: Please answer the following questions by circling YES or NO. Remember that this survey is anonymous so please answer as honestly as possible. Do not write your name anywhere on this survey.1. I have access to a computer at home.Yes NoIf your answer to question 1 was YES, continue answering questions 2 through 5.If your answer to question 1 was NO, you may stop now. Your survey is complete. Do notanswer questions 2 through 5.2. I have access to Internet at home.Yes No3. I have access to headphones that I can use with my computer at home.Yes No4. I have access to a microphone that I can use with my computer at home.Yes No5. I have access to a headset (headphones and microphone in one).Yes No20ANNEXE BÀ RRER S É A ÈS I V A F  N  ÇI A  O ’ É  TG PR RAPRInstructions: Please answer the following questions to the best of your ability and as HONESTLY as possible. This will not affect your mark in the classroom in any way. In order to keep your anonymity, DO NOT write your name anywhere on the survey. Please circle whether you strongly agree, agree, disagree, or strongly disagree with each statement.1. I like to speak French in class.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree2. Speaking French in class is easy.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree3. I feel uncomfortable speaking French in class.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree4. I am scared to make mistakes when I speak French in class.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree5. I find oral exams difficult in French.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree6. I don’t mind speaking French in class.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree217. The hardest thing about French class is writing in French.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree8. The hardest thing about French class is reading in French.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree9. The hardest thing about French class is speaking in French.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree10. The hardest thing about French class is listening to people speaking French.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree11 .1 enjoy speaking French in class.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree12 .1 think I would benefit from practicing speaking more French.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree13 .1 find that I speak enough French in French class with the teacher.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree14 .1 find that I speak enough French in French class with my classmates.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree15 .1 prefer oral exams to written exams.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree16 .1 wish I had more opportunities to practice speaking French outside of the classroom.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree17. My favourite part of French class is when we get to speak.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree18 .1 enjoy doing presentations in French class.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree19 .1 prefer writing paragraphs and doing worksheets as opposed to presentations.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree2 0 .1 prefer presentations to written exams.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree2 1 .1 don’t like presentations because I am shy to speak French in front of the class.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree2 2 .1 like presentations but just not in French class. (For example, in other classes where I get to do them in English)Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree2 3 .1 would rather do presentations as opposed to quiet seatwork or worksheets.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree2 4 .1 feel comfortable doing presentations in French class.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree2 5 .1 would rather learn how to speak French, as opposed to write or read in French.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree24ANNEXE CC G Eo AL m I AOÉ  ÈS I V A FInstructions: Please answer the following questions to the best of your ability and as HONESTLY as possible. This will not affect your mark in the classroom in any way. In order to keep your anonymity, DO NOT write your name anywhere on the survey. Please circle whether you strongly agree, agree, disagree, or strongly disagree with each statement.1. I liked using VoiceThread for my French class.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree2. I got a lot of good practice of French by using VoiceThread.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree3. Using VoiceThread helped me improve my speaking skills.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree4. Using VoiceThread helped me improve my listening skills.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree5. I find that VoiceThread helped me practice my French.Strongly Agree Agree Disagree Strongly Disagree256. VoiceThread was a good way to practice my oral French.Strongly Agree Agree Disagree7. I would like to use VoiceThread in my next French classes.Strongly Agree Agree Disagree8. VoiceThread was easy to use.Strongly Agree Agree Disagree9. Using VoiceThread for French class was fun.Strongly Agree Agree Disagree10. Using VoiceThread for French class was pointless.Strongly Agree Agree DisagreeStrongly DisagreeStrongly DisagreeStrongly DisagreeStrongly DisagreeStrongly DisagreeANNEXE DÀ S R G NQVORU S O REG ’  ÉA  D G ’  T I G i I n P  G I OUNomLa date__________________________Aujourd’hui je me donne 1 2 3 4La dernière fois, j ’ai eu 1 2 3 4Mon progrès -1 -2 -3 -4 0 1 2 3 4La dateAujourd’hui je me donne 1 2 3 4La dernière fois, j ’ai eu 1 2 3 4Mon progrès -1 -2 -3 -4 0 1 2 3 4La dateAujourd’hui je me donne 1 2 3 4La dernière fois, j ’ai eu 1 2 3 4Mon progrès -1 -2 -3 -4 0 1 2 3 427

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.42591.1-0078050/manifest

Comment

Related Items